Le livre "Conduite, ordre, doctrine de l'Eglise 2 (COD) "

1          Que le Seigneur vous bénisse. Priez pour moi ce soir. Nous avons eu une toute petite averse qui a suffi pour nous rafraîchir; nous en sommes reconnaissants, et j’espère bien que nous aurons ici une averse spirituelle pour nous venir en aide un petit peu.

2          Je crois, Frère Neville, que nous dirigerons cela sur toi. Qu’en penses-tu? Quand je parle, je deviens un peu... Si je sens de l’air sur moi, alors je... ma tête chauve fait descendre cela, et ensuite j’ai la gorge obstruée.

3          Maintenant, j’ai annoncé pour ce soir des questions et réponses, simplement pour... La raison pour laquelle nous faisons ceci, c’est, en quelque sorte, pour découvrir ce qu’il y a sur le cœur des gens.

4          Je trouve qu’il est très bon pour un pasteur de–d’annoncer ceci; cela lui permet de découvrir à peu près ce qui occupe les pensées des gens par les questions qu’ils formulent, s’ils en ont. Et je crois qu’il est du devoir de chacun de nous de faire connaître nos pensées à nos pasteurs et–et conducteurs spirituels, etc., et tout ce que nous remarquons, pour faire en sorte que tout marche bien et sans heurts, et dans l’intérêt du Royaume de Dieu.

5          Et alors, je... jusqu’à il y a environ une demi-heure, j’en avais seulement deux ou trois que je... que Billy avait ramassées après le service de ce matin, pour me les apporter. Et alors, je suis allé étudier un passage des Écritures, pensant parler un peu ce soir, étant donné que j’avais mentionné que je serais ici. Et voilà qu’il y a quelques minutes il m’appelle pour me dire : “Attends un peu, j’en ai une poignée maintenant!”

6          J’essaierai donc de m’y attaquer sans plus tarder et d’y répondre de mon mieux. Et, si j’ai terminé à temps, j’ai un texte sur lequel j’aimerais parler pour peut-être vingt ou trente minutes, seulement un court texte.

7          Et souvenez-vous : si le Seigneur le veut, dimanche matin, je veux faire de mon mieux, par la grâce de Dieu, pour expliquer les soixante-dix semaines de Daniel. Comme je l’ai dit ce matin, c’est un passage biblique remarquable. Et il ne s’agit pas tant d’en parler que de le situer correctement pour le faire concorder au reste de la Bible.

8          Et nous avons commencé avec Apocalypse 1, et nous sommes rendus jusqu’au chapitre 6. Et, bien entendu, nous en arrivons maintenant aux Sept derniers Sceaux. Et ces Sceaux s’étaleront depuis le 6e... la dernière partie du 6e chapitre jusqu’au 19e inclus. Alors cela demanderait beaucoup de temps. Or je pourrais prendre, disons, sept soirs à parcourir les Sept Sceaux pour Les ouvrir. Mais si on le fait de cette façon, les gens manqueront alors cette importante partie ici qui s’y insère. Et, si on ne les enseigne pas vraiment, ça risque de ne pas être efficace. Mais les trois ou quatre premiers sont simplement des événements qu’on peut très bien prendre à la file; mais pour les suivants, il faut encore retourner à Daniel, revenir dans la Genèse, retourner dans l’Apocalypse, revenir aux Évangiles, et simplement incorporer cela là-dedans, parce qu’il s’agit de la trace d’Israël, de Dieu qui traite avec Israël. Car, quand Elle s’élève, c’en est fini de l’Église, jusqu’à ce qu’Elle revienne avec Son Seigneur, en tant qu’Épouse et Époux au chapitre 19; pendant ce temps, il est question d’Israël. Et, en insérant les soixante-dix semaines de Daniel maintenant, on prépare la scène pour cette ouverture prochaine du Premier Sceau.

9          Ainsi j’ai pensé que, le Seigneur voulant, je... que, dimanche prochain, je parlerais de cela. Si je ne termine pas dimanche matin, alors j’essaierai de terminer dimanche soir. Cela ouvrirait alors la voie et, si le Seigneur nous y conduisait, nous n’aurions pas besoin de nous arrêter avec cette partie, nous passerions directement aux Sept Sceaux pour continuer avec cela tant que le Seigneur nous le montrerait.

10        Maintenant, ce soir, nous avons quelques questions, et ce sont toutes des questions sensées, raisonnables. Il y en a une ici dont j’aimerais parler en premier, juste un moment. C’était quelqu’un qui demandait... Ce n’est pas une question, c’est simplement quelqu’un qui me demandait :

            Où sont mes clés? S’il vous plaît, dites-le-moi.

11        Quelqu’un les avait perdues cet après-midi. Maintenant, je vais vous dire. Il y a quelques semaines... il y a quelques jours, j’étais ici au Tabernacle... Autrefois, j’allais en prière et je m’attendais au Seigneur afin de découvrir, pour les gens, où se trouvaient ces choses. J’ai retrouvé les automobiles de certains. Le Seigneur me disait à quel endroit les gens...

12        Frère Welch Evans est venu ici et a perdu son automobile; quelqu’un l’avait volée à Louisville. Lui et Frère Fred Sothmann, et quelques frères... Frère Tom Simpson, je crois, y était ce jour-là. Ou... y étiez-vous, Frère Tom? Et ils sont venus à la maison, et Frère Evans était là sans voiture, sans vêtements : tout ce qu’il avait se trouvait dans cette voiture. Ils s’étaient arrêtés chez Miller, et quelqu’un l’avait prise.

13        Or, il y a à Louisville un racket, un réseau qui s’empare de ces voitures et les emmène à Bowling Green, ou quelque part comme ça, et les repeint. Et, puisqu’au Kentucky il n’est pas nécessaire de posséder un papier pour sa voiture, ils transforment ces voitures en quelques minutes, puis les vendent à leur guise.

14        Donc, Frère Evans, avec sa petite voiture et tout ce qu’il avait à l’intérieur... et le Seigneur m’a répondu à ce sujet. Et, avant même qu’ils arrivent à la maison, la voiture s’y trouvait déjà, le réservoir d’essence à moitié vide. Le Seigneur leur avait fait faire demi-tour sur la route vers Bowling Green, les avait ramenés et fait parquer la voiture juste à cet endroit, avec tout son contenu; rien n’y manquait sauf l’essence qu’ils avaient utilisée.

15        Bien des fois, les gens disaient que certaines choses... et ils me demandaient, et j’allais devant le Seigneur pour attendre ces visions, et j’attendais jusqu’à ce qu’elles viennent. Mais j’ai constaté que cela a placé une grosse pierre d’achoppement devant les gens. À vrai dire, les Américains ne sont pas prêts pour un tel ministère (les églises). C’est vrai. C’est au-delà de leur époque, vous voyez. Et cela entraîne toutes sortes de choses : certains vous traitent de “démon”, certains vous traitent de “spirite”, d’autres vous traitent de “fils de Dieu”, de “dieu”, et de tout le reste. Voyez-vous? Alors j’ai simplement promis au Seigneur de laisser cela de côté, et d’attendre pour utiliser ce ministère en Afrique ou lors d’entrevues personnelles lorsque j’en ai ici.

16        Nous sommes toujours ici pour des entrevues personnelles, cela tient encore dans de tels cas. Mais... Et la manière de les obtenir n’est pas de venir à l’église, mais adressez-vous à notre secrétaire, mon fils Billy Paul, et il vous donnera un petit... un billet vous indiquant exactement quand ça aura lieu, etc. Donc, toute chose du genre se traitera lors d’entrevues personnelles, que ce soit ici ou à l’extérieur, et uniquement par ce moyen. Il y a un–un tableau publié... ou un livre... ou plutôt une note sur le tableau d’affichage là, sur la façon de procéder. Mais pour ce qui est de monter ici sur l’estrade...

17        Maintenant, nous avons des dons dans l’église. Nous avons Frère Neville ici qui a reçu le don de prophétie. Frère Higginbotham, assis ici, a le don de parler en langues et d’interpréter les langues. Je vous conseillerais... Je prierai que Dieu vous donne vos clés, mais il se pourrait que le Saint-Esprit parle ce soir, soit à travers Frère Neville ou bien Frère Higginbotham ou certains de ces dons dans l’église (au sujet desquels nous aurons des questions dans quelques minutes), et réponde à votre question.

18        Mais, en ce qui me concerne, j’ai fait une promesse à Dieu : plus jamais en Amérique lors de réunions publiques, voyez-vous, parce que cela m’a forcé à quitter le champ de travail. Et les uns iront jusqu’à faire de vous un–un “démon”, les autres feront de vous un “Dieu”. Alors, voyez-vous... et ils ne sont tout simplement pas prêts pour cela. Ainsi, Dieu ne peut pas opérer cela, et je suis sûr que la personne qui l’a demandé comprendra. Maintenant, peut-être que le Saint-Esprit ce soir même... Soyez simplement en prière. Je prierai que le Saint-Esprit vous montre où se trouve ce colis que vous attendez. Je prie que vous le trouviez, et je crois réellement que vous le trouverez. Voyez-vous?

19        Et... Mais maintenant... Dorénavant, Billy Paul transmettra à l’église toute requête de cette nature qu’on lui aura communiquée. Quant à moi, j’essaierai de m’occuper des cas urgents lorsque je suis à la maison.

20        Maintenant, avant que nous abordions ces questions... D’abord, je veux dire que toute réponse qui n’est pas selon votre croyance ou la... dans la Bible, si elle n’est pas en accord avec la Parole, vous n’êtes pas tenus de l’accepter. Et, pour que je puisse avancer et peut-être arriver aussi à mon texte ce soir, j’aimerais commencer à y répondre; et celles qui, d’après moi, peuvent être appuyées par les Écritures, j’y répondrai de mon mieux. Mais je les ai seulement reçues il y a quelques minutes, toutes sauf trois, et aucune de ces trois n’avait... C’étaient simplement des petites choses à propos de quelqu’un qui aurait fait un rêve ou quelque chose, et qui désirait savoir s’il faudrait en parler ou quelque chose comme cela, vous voyez.

            Inclinons donc la tête maintenant, alors que nous approchons Sa miséricorde :

21        Seigneur, nous sommes Ton Peuple qui est appelé de Ton Nom. Nous sommes si contents ce soir de savoir que nous avons un Père Céleste qui veille sur nous, et se soucie de nous, et nous aime comme Ses propres enfants chéris. C’est pourquoi je suis heureux, Seigneur, d’être compté parmi ces gens, d’être leur frère; et eux sont mes frères et sœurs. Je suis tellement reconnaissant.

22        L’un d’eux, Seigneur, a égaré des clés. Tu sais exactement où elles se trouvent. Je Te prie de le révéler et de les conduire directement à ces clés. C’est une chose précieuse pour eux : c’est pour leur voiture. Et je Te prie, Père, d’accorder cette requête à ces gens.

23        Je Te prie maintenant de bénir notre pasteur, notre bien-aimé Frère Neville. Nous sommes si heureux de Te voir œuvrer au milieu de nous à travers ces grands dons spirituels qui sont dans notre église, cette portion du corps de Christ qui adore à l’intersection de la Huitième rue et de la rue Penn. Nous sommes si heureux d’être comptés parmi ce groupe de gens, et de savoir que Dieu révèle Ses secrets à Son Peuple. Je Te prie de bénir Frère Neville, notre pasteur, et Frère Higginbotham, Frère Funk, Frère Junior Jackson, et nos sœurs, qui parlent en langues et donnent des interprétations. Nous Te prions, Père, de continuer à Te manifester à travers ces grands dons, pour que notre église puisse être reconnue comme une église spirituelle, là où ceux qui sont fatigués peuvent venir s’asseoir dans la présence du Dieu Tout-Puissant, et reconnaître qu’Il parle et révèle les secrets du cœur.

24        Et, Père, je Te prie de nous bénir ce soir, comme nous répondrons à ces questions. Quelques-unes, Seigneur, sont bénignes et d’autres sont sérieuses. Mais, pour ceux qui les ont posées, c’est une question sérieuse. C’est quelque chose qui les préoccupe, et ils veulent en avoir le cœur net. Père, nous sommes tous insuffisants pour cette tâche, mais nous savons que Toi, Tu suffis amplement. Nous Te prions donc d’interpréter ces questions pour nous, afin que nous puissions donner aux gens la réponse juste, et qu’ils soient aidés, que l’Église soit magnifiée, et que le Nom de Dieu soit honoré.

25        Maintenant, Père, si telle est Ta Volonté, je Te prie de traiter avec nous cette semaine, et de m’aider alors que j’étudierai ces soixante-dix semaines de Daniel, afin que, dimanche matin prochain, je puisse, si c’est Ta Volonté, dévoiler ce passage des Écritures aux gens. Accorde-le, ô Dieu, pour que leurs âmes puissent être rafraîchies. Enseigne ceux, Seigneur, qui recherchent des choses profondes. Sauve ceux qui sont perdus. Guéris ceux qui sont malades. Nous nous attendons tous à Toi, Père. Au Nom de Jésus. Amen.

26        Maintenant, cette première question n’est pas exactement une question, c’est juste une petite chose... Dites, est-ce que je me tiens trop près de ceci? Est-ce que ma voix est embrouillée, là-bas à l’arrière? Si oui, levez la main.

132. Frère Bill, veuillez dire quelque chose au sujet des enfants, et des adultes aussi, qui font tant de bruit par ces allées et venues durant le service. Ce tabernacle a besoin de leçons sur la révérence.

27        Amen! Enfants, ne savez-vous pas comment vous conduire dans la maison de Dieu? Ne savez-vous pas que ceci est le sanctuaire de Dieu? Dieu est dans Son saint temple : que tout le monde reste tranquille! C’est le lieu de Dieu, les gens viennent y méditer, essayant de trouver le salut de l’âme; essayant de découvrir les problèmes dans la vie des gens, essayant d’aider quelqu’un. Le moins que vous puissiez faire, c’est d’être respectueux, de vous tenir tranquilles. Allez boire votre eau avant que l’église commence, je sais que les tout-petits doivent avoir quelque chose à boire. Vous, les mères, qui avez ces bouts de chou, asseyez-vous vers l’arrière, et faites-les tenir tranquilles le plus possible. Et il ne devrait jamais y avoir un seul chuchotement, pas même un seul. Nous en sommes tous coupables. Mais, lorsque l’on fait la lecture de la Bible et que le prédicateur monte en chaire, nous devrions être silencieux et nous attendre au Seigneur. Maintenant, s’il vous plaît, tâchez de faire cela.

28        Je sais que vous les petits éprouvez le besoin de bouger un peu. Cela... Si c’est le cas, faites le plus... Soyez vraiment gentils. Et, souvenez-vous, maman ne veut pas que vous fassiez cela, et papa non plus. Par conséquent...

29        Je sais ce que c’est. Moi aussi j’ai des tout-petits qui se tortillent. Et Joseph... Meda me dit : “Je ne retire rien du service, essayant de faire tenir Jo tranquille.” Eh bien, elle essaie de faire cela pour que quelqu’un d’autre puisse retirer quelque chose du service. Voyez-vous?

30        Et nous voulons toujours nous respecter les uns les autres, nous honorer les uns les autres. Et, par-dessus tout, honorer Dieu et honorer Sa maison.

            Bon, voici la question suivante :

133. Les deux enfants, âgés de six à huit ans, étaient ici à l’autel ce matin. Dans combien de temps conviendrait-il de les faire baptiser?

31        Aussitôt que possible. “Repentez-vous immédiatement et soyez baptisés”, et cela, au Nom de Jésus-Christ. Ça, c’est la question numéro un. C’est ce que je conseillerais. Mais nous découvrons dans les Écritures...

32        Vous direz : “Est-ce scripturaire?”

33        Lorsque Pierre prêcha, le Jour de la Pentecôte, trois mille âmes furent sauvées et baptisées le même jour. “Tous ceux qui crurent au Seigneur furent baptisés.” Alors, aussitôt que vous croyez au Seigneur, et L’acceptez comme votre Sauveur, allez directement vers l’eau, et que votre confession débute là même; les jeunes comme les vieux, peu importe.

34        Vous me direz : “Eh bien, ces enfants semblent très jeunes.”

35        Jésus a dit : “Laissez venir à Moi les petits enfants, ne les empêchez pas; car le Royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent.” Jamais je n’oserais empêcher un enfant de venir à l’autel ou d’être baptisé, quel que soit son âge; pour moi, l’âge n’a pas d’importance.

            Maintenant, la question numéro deux :

134. Un pasteur [ministre-NDT] de nos amis baptise au nom du “Père et du Fils et du Saint-Esprit”. Serions-nous tenus pour responsables de ne pas lui avoir signalé son erreur?

36        Je crois qu’il est de votre devoir en tant que Chrétien, et si c’est un de vos amis personnels... Pas pour vous disputer avec lui; si vous faites cela, vous n’avez pas raison, votre–votre esprit n’est pas correct. Mais si vous aimez ce frère, ce qui doit être le cas puisque vous avez dit “un pasteur [ministre] de nos amis”, alors... Aucun des billets n’est signé, j’ignore donc de qui proviennent ces questions.

37        Maintenant, qui que vous soyez, voici ce que je vous recommanderais, si ce pasteur [ministre] de vos amis baptise ainsi, et que, par exemple, vous le visitiez chez lui, je–je mentionnerais simplement le sujet à l’occasion. Et cela pourrait vous donner... Amenez progressivement le sujet, parlez-en d’une manière détournée, et laissez le Seigneur ouvrir la voie; et alors c’est le Seigneur qui vous dit de le faire. Voyez-vous? Attendez simplement que le Seigneur crée une ouverture sur cette question. Alors, vous lui dites : “Frère, je me demande, entre les passages de Matthieu 28.19 et Actes 2.38 et d’autres encore, y a-t-il contradiction? Pourriez-vous m’expliquer pourquoi l’un dit ici ‘Père, Fils, et Saint-Esprit’, tandis que l’autre dit ‘le Nom de Jésus-Christ’?”

38        Maintenant–maintenant, n’essayez pas... Si vous n’êtes pas réellement versé dans la matière et que vous ne connaissez pas bien votre affaire, il vaut mieux laisser ça tranquille. Voyez-vous? Vous pouvez simplement lui dire : “Eh bien, j’aimerais que vous veniez...” S’il semble sincère, dites : “Aimeriez-vous rencontrer notre pasteur ou quelqu’un pour en discuter?”

39        Je vous le dis, c’est une chose profonde. Voyez-vous? Ne prenez pas cela sur vous, parce que vous pourriez vous empêtrer si vous... Mais si vous êtes sûr de votre affaire, que vous êtes bien affermi et connaissez les Écritures, alors, très bien. Seulement ne le blessez pas, quoi que vous fassiez, ne l’offensez pas. Voyez-vous? Ne l’offensez pas, dites-lui simplement que...

40        Et, bien sûr, il est dans l’erreur. C’est vrai. Cet homme est dans l’erreur lorsqu’il baptise ainsi. Tout homme qui baptise dans le nom de “Père, Fils et Saint-Esprit” est scripturairement dans l’erreur. C’est exact.

            Question numéro trois :

135. Dans une profession de foi, il est dit : “Nous croyons en un Dieu, Éternel, existant en trois personnes : Père, Fils et Saint-Esprit. Matthieu 28.19, 18 et 19; I... Corinthiens 13.14.” Ceci ne devrait-il pas être trois fonctions plutôt que trois personnes?

41        Vous avez raison! Il n’y a pas trois personnes dans la Divinité. Et il ne peut y avoir de personnalité sans une personne, car il faut une personne pour produire une personnalité. Il n’y a pas trois Dieux. Il n’y a qu’un Dieu, et ce Dieu est Jésus-Christ. Dieu est un Esprit qui a vécu en Jésus-Christ, et qui vit aujourd’hui dans Son Église (vous et moi), se séparant pour nous sous la forme du Saint-Esprit, qui est le Dieu Tout-Puissant Lui-même vivant en vous.

42        Maintenant, vous avez raison : “Père, Fils et Saint-Esprit” sont trois fonctions du même Dieu; mais pas trois Dieux, cela est scripturairement faux.

136. Est-ce qu’un Chrétien peut aller au ciel si il ou elle ne paie pas la dîme?

43        Maintenant, celle-là en est une à laquelle je ne pourrais pas répondre par les Écritures.

44        Mais, pour ce qui est de ce “Père, Fils, et Saint-Esprit”, si ce pasteur [ministre] est sincère, faites-le-nous savoir, voyez-vous, nous serions heureux, Frère Neville et moi-même... Frère Beeler, Frère Collins ou n’importe lequel des prédicateurs [ministres] ici qui est ordonné à ce ministère, peut–peut le faire.

Bon, mais revenons à ceci : Est-ce qu’un Chrétien n’ira pas au ciel parce qu’il ne paie pas la dîme?

45        Je–je ne pourrais pas répondre “oui” ou “non” à cela. Mais je crois réellement que tout Chrétien est tenu de payer ses dîmes, car c’est un commandement du Seigneur. Et “heureux celui... ceux qui gardent tous Ses commandements, afin d’avoir le droit d’entrer dans... la Vie, l’Arbre de Vie.” Donc, je crois réellement que payer la dîme est essentiel à l’expérience chrétienne. Car... J’aborderai cela avec une autre question dans quelques instants, je sais qu’il y en a une autre qui se rapporte à cela.

137. Frère Branham, je suis sauvé et ai été baptisé au Nom de Jésus-Christ, mais comment me défaire d’un esprit d’entêtement dont j’ai de la peine à me débarrasser?

46        Eh bien, mon frère ou ma soeur Chrétien, qui que vous soyez, la plupart du temps, quand on rencontre des gens qui ont un esprit d’entêtement, c’est habituellement un complexe qui en est la cause, soit qu’on l’ait hérité d’une mère, d’un père, d’un oncle, d’une tante, ou d’une grand-mère, d’un grand-père, de quelqu’un comme cela. Et si vous remontez le cours de votre vie, vous trouverez... Or j’ai découvert ceci par expérience, sous le discernement, parce que j’ai rencontré de ces cas sur l’estrade, des milliers, qui avaient cet esprit. Et alors, en remontant à l’origine de la manifestation de cet esprit par le discernement, je découvrais qu’il y avait un grand-père, qu’il y avait une grand-mère, qu’il y avait quelqu’un d’autre bien avant... et vous recevez cela par hérédité.

47        Entêté... L’entêtement n’est pas de Dieu. Et maintenant, la seule façon de vous défaire de cela, c’est que vous devez avoir la foi pour surmonter cela, c’est... Vous êtes un Chrétien. Vous êtes un fils ou une fille de Dieu, l’un ou l’autre, et vous ne serez jamais capable de vous tenir simplement là, à le réprimander, et le réprimander, et le réprimander. C’est tout comme agacer un serpent à sonnette : il se tient là, prêt à vous mordre. Si vous l’ignorez tout simplement et vous en éloignez, il ne peut pas vous faire de mal. Voyez-vous?

48        Alors, si vous sentez que vous avez un esprit d’entêtement, déposez la chose sur l’autel, et croyez Dieu que la chose est morte et que vous ne l’aurez plus jamais, puis allez de l’avant et n’y faites même plus attention, et la chose vous quittera. Résistez au diable et il fuira loin de vous, ça veut dire “s’en aller rapidement”. Alors ça serait mon conseil sur la façon de triompher de cela. Nous triomphons du diable par la foi. C’est ainsi que nous triomphons de tout mal : par la foi.

138. Pourquoi baptisez-vous au Nom de Jésus-Christ au lieu du nom du “Père, Fils, et Saint-Esprit”?

49        Eh bien, un nom tel que “Père, Fils, et Saint-Esprit” n’existe pas. En voilà la raison. Personne dans la Bible n’a jamais été baptisé au nom du “Père, Fils, et Saint-Esprit”. Chaque personne dans la Bible, ou même trois cents ans de ce côté-ci de la Bible, a été baptisée au Nom de Jésus-Christ. Pas un seul apôtre, pas un seul Chrétien... Pas une seule fois “Père, Fils, et Saint-Esprit” a-t-il jamais été utilisé dans le baptême jusqu’à ce que l’église catholique se soit organisée au Concile de Nicée, trois cent six ans après la mort du dernier apôtre.

50        Un nom tel que “Père, Fils, et Saint-Esprit” n’existe pas. Père n’est pas un nom; Fils n’est pas un nom; Saint-Esprit n’est pas un nom. Ce sont trois titres, trois titres de fonction se rapportant à un Nom : Jésus-Christ. Donc, le nom de “Père, Fils, Saint-Esprit”, ça n’existe pas. Et ce n’est... ce n’est pas un nom, alors je baptise au Nom de Jésus-Christ, qui est le Nom de Père, Fils et Saint-Esprit. Est-ce clair?

139. Certains disent que “Christ se trouvait dans le séjour des morts [anglais : Hades–N.D.T.] avant la résurrection”. Est-ce que ceci... Y a-t-il un passage des Écritures pour appuyer ceci?

51        Voici une question scripturaire à laquelle j’aimerais vous répondre par les Écritures, puisqu’on a demandé : “Est-ce dans les Écritures?”

52        J’aimerais que vous preniez avec moi I Pierre 3.18 et 20, vous qui désirez l’entendre, que vous ayez posé la question ou non, pour que vous n’ayez pas à croire quelqu’un d’autre sur parole. Vous pouvez le lire et voir si ceci est vrai ou pas. Nous voulons toujours rester avec la Vérité, et avec ce que dit la Bible. Et cette chère personne, qui qu’elle soit, l’a demandé, désirant savoir par une référence de la Bible s’il en est ainsi ou non.

53        Maintenant, on trouve ceci dans... Si je trouve l’endroit. Ma vieille Bible est presque en morceaux, cela fait maintenant plusieurs années que je l’ai. Je vais voir si je le trouve ici, je pense que peut-être... Une petite seconde, frère; si je–je suis sûr que c’est... Voyons voir : ça vient juste après Timothée, Tite, Hébreux. Nous y voici. Oui, je l’ai. Merci. I Pierre 3, le 3e chapitre de I Pierre. Le 3e chapitre, et commençons au–au verset 18 :

Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l’Esprit (rendu vivant par l’Esprit),

Dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison,

Qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l’arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c’est-à-dire, huit, furent sauvées à travers l’eau.

54        Maintenant allez à Actes 2, Actes 2, et nous prendrons le–le verset 30. Dans Actes 2, et c’est l’apôtre Pierre qui parle ici aussi. Actes, le 2e chapitre, et le–le verset 30, c’est ce que j’ai noté ici :

Comme il était prophète, et qu’il savait que Dieu lui avait promis avec serment de faire asseoir un de ses descendants sur son trône,

C’est la résurrection du Christ qu’il a prévue et annoncée, en disant qu’il ne serait pas abandonné dans le séjour des morts et que sa chair ne verrait pas la corruption (le corps de Christ).

55        Son âme est descendue aux enfers et a prêché aux esprits ou aux âmes qui ne se sont pas repenties aux jours de la patience de Dieu, à l’époque de Noé. Son âme est bien descendue aux enfers, Il a prêché aux esprits, et Il est ressuscité le troisième jour. Cela est la Vérité, selon les Écritures.

140. Maintenant, ces cinq vierges furent-elles perdues?

56        Je présume qu’on pose la question : “les cinq vierges”, les cinq sages et les cinq folles. Eh bien, si vous étiez avec nous lors des derniers enseignements sur l’Apocalypse, vous avez pu constater que ces vierges, les–les cinq vierges folles ne furent pas perdues; mais il ne leur fut pas permis d’entrer au Souper des Noces, elles subirent la persécution, furent martyrisées, et ressuscitèrent à la résurrection générale au dernier jour. Ce sont les gens dont il est question quand Il sépara les brebis d’avec les boucs, voyez-vous, ils comparurent en jugement.

57        “Mais, Frère Branham, direz-vous, n’y comparaissons-nous pas, nous l’Église?” Non, monsieur! Nous ne comparaissons pas en jugement.

58        Nous comparaissons présentement en jugement : Dieu a placé nos péchés sur Christ, et nous... “Celui qui écoute Ma Parole”, Jean 5.24, “et qui croit à Celui qui M’a envoyé, a la Vie Éternelle et ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la Vie.” Plus de jugement pour l’Église. Elle est prise dans l’enlèvement, puis revient pour juger les gens qui n’ont pas reçu le Saint-Esprit. Paul ne dit-il pas qu’aucun de nous ne doit oser plaider, au sujet d’un différend, devant l’injuste magistrat, alors que “ne savez-vous pas que les saints jugeront la terre?” Nous serons assis avec Christ pour juger des rois et des prêtres, et pour juger ces gens à qui nous avons prêché et parlé du baptême du Saint-Esprit, et qui ont refusé de Le recevoir. Pensez-y!

59        Non, elles ne furent pas perdues, mais elles ne seront jamais dans l’Épouse. Elles reviendront dans la seconde résurrection, mais ne feront jamais partie de l’Épouse, et seront jugées selon la façon dont elles traitèrent la Lumière qu’elles reçurent. Or cette partie-là sera l’affaire de Christ. Cependant, elles ne furent pas perdues.

141. Frère Branham, dans I Corinthiens... Corinthiens, chapitre 14, aux versets 34 et 35, il est dit : “Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler.” Verset 35 : “Car il est malséant à une femme de parler dans l’Église.” À présent, si une femme qui a les cheveux courts parle en langues dans... dans les assemblées... dans l’assemblée, est-ce l’Esprit de... du Saint-Esprit qui parle à travers elle, ou s’agit-il d’un mauvais esprit?

60        Maintenant, vous êtes... Ceci est une question vraiment difficile, et je ne peux que faire de mon mieux pour y répondre, voyez-vous. Maintenant, je ne pourrais pas juger, car je n’ai pas été envoyé pour juger. Mais je pense que si souvent... J’ai une autre question, quelque part plus loin, qui se rapporte également à cela. Mais lorsque quelqu’un parle en langues, il est oint de Dieu, voyez-vous? Ils peuvent manquer à l’ordre, je l’admets, et être en train de faire quelque chose qui ne soit pas correct, mais je n’oserais pas dire qu’il ne s’agit pas là du Saint-Esprit, car je n’en sais rien. Voyez-vous?

61        Et maintenant, très souvent... les gens se méprennent sur le compte les uns des autres. Et ce n’est pas bien. Vous dites : “Eh bien, elle a les cheveux courts, elle porte ses robes trop courtes, c’est–c’est–ce n’est pas le Saint-Esprit qui est sur elle.” Ne faites pas ça! Ne faites pas ça, ce n’est pas bien. Vous ne savez pas ce qui se trouve dans le cœur de cette femme. Vous n’en savez rien. Vous savez que le Saint-Esprit la ferait se conduire un peu mieux, ça, c’est peut-être vrai. Mais, je vais vous dire : pour ce qui est de vous et moi, laissons à Dieu le soin d’en juger; et, vous et moi, prions simplement pour cette personne, que Dieu lui montre la Lumière.

62        Tenez, il y a quelque temps, un homme m’a pris à part ici, en dehors. J’avais une pianiste qui portait une petite... une petite jupe courte qui n’était pas, je suppose, tout à fait correcte. Et cette dame avait les cheveux courts, et n’était qu’une enfant dans cette Voie; et elle jouait du piano. Et cet homme m’a abordé à l’extérieur pour me mettre en pièces. Il m’a dit : “Vous êtes prédicateur pentecôtiste, et vous laissez cette femme s’afficher là-haut avec ces cheveux courts!” Et il continuait de plus belle.

63        “Eh bien, ai-je répondu, je pense que cette femme a un bon esprit en elle. Je ne suis certainement pas d’accord avec ce... vous savez, la partie de la jupe, en haut, les deux parties.”

64        Une partie est ici en bas, et l’autre est comme ici en haut, c’est un genre de chemisier qu’elles portent. Et... C’est donc vraiment mince, et ça laisse voir ce sous-vêtement qu’elles ont là autour. Je ne pense pas que ça–ça devrait être fait. Je–je n’aime pas cela; vraiment pas. Je–je ne peux pas me prononcer; elles peuvent être tout aussi remplies de l’Esprit que n’importe qui d’autre, je ne sais pas; Dieu le sait. Mais je ne condamnerais pas cette femme et ne dirais pas qu’elle s’en va en enfer, sur la base de son apparence.

65        Cette même personne avait, dans son église, une dame qui avait les cheveux longs et portait de longues robes, mais dont le tempérament colérique aurait été capable d’affronter une scie circulaire, et méchante au possible. Or de longs cheveux et de longues jupes ne vous emmènent pas au ciel. Non, monsieur! C’est l’Esprit qui est en vous, qui vous emmène au ciel. Mais si vous, en tant que Chrétien...

66        Alors vous devriez... Rappelez-vous que, bien des fois, les pasteurs ne mentionnent pas ces choses; les gens continuent donc machinalement, pensant que c’est très bien. Mais un pasteur devrait réellement combattre cela. Et–et–et alors les sœurs de l’église, ces sœurs qui sont des modèles de caractère, et qui s’habillent correctement, elles devraient être des exemples de douceur, et–et avoir une attitude maternelle et aussi fraternelle.

67        Et je pense que toute femme qui est maternelle, pieuse, et fraternelle, devrait aller vers une telle personne et, avec la douceur de l’Esprit, simplement s’asseoir et causer avec cette dame. Et si elle est de Dieu, le Saint-Esprit comprendra ces choses-là, et elle se corrigera. Mais si, rapidement, vous la condamnez et la repoussez, vous pouvez faire du tort à ce bébé nouveau-né. Voyez-vous? Alors je–je ne condamnerais pas la personne.

68        Maintenant, concernant la personne qui parle en langues.

69        Maintenant, je–je dois dire ici quelque chose qui peut être quelque peu étrange, et si vous n’êtes pas d’accord avec moi, ça ne fait rien. Vous voyez, nous portons si souvent de mauvais jugements sur ces choses. Tâchons donc de toujours avoir la meilleure opinion possible de quiconque essaie de faire ce qui est bien. Exprimons-leur nos meilleurs sentiments. Oh, ils essaient! Nous ne connaissons pas leur cœur, à moins que le discernement ne le révèle. Et s’ils ont tort, alors, si vous avez... La Bible dit : “Si un frère vient à être surpris en quelque faute, que ceux qui sont spirituels aillent vers ce frère avec un esprit de douceur, prenant garde à vous-mêmes de peur que vous ne soyez tentés, et voyez si vous ne pouvez pas réconcilier cette personne, voyez-vous, la ramener à Dieu.” N’allez pas dire qu’ils n’ont pas le bon esprit, parce que...

70        Écoutez, je vais maintenant dire quelque chose qui va vraiment vous porter un coup pour une minute, alors restez tranquilles à votre place juste un moment. Le Saint-Esprit peut parler à travers un hypocrite. Parfaitement! Je l’ai vu faire, et je peux vous prouver par les Écritures que c’est exact. Je peux vous prouver par les Écritures que des puissances démoniaques s’emparent de ces esprits pour les utiliser; mais oui! elles s’emparent de ces dons et les utilisent. Je me suis tenu... et j’ai vu des démons parler en langues et interpréter. Et j’ai vu des hypocrites parler par l’authentique Saint-Esprit. Voilà pourquoi on ne peut pas dire que parler en langues soit la seule évidence du Saint-Esprit.

71        Il y a quelque temps, lorsque, pour la première fois, je suis entré en contact avec le pentecôtisme, j’étais allé à Mishawaka, au tabernacle de Frère Rowe. Ils y tenaient un congrès des gens du Nom de Jésus. Or je n’étais pas d’accord avec les gens du Nom de Jésus; non pas que... Ce sont mes frères, mais la raison pour laquelle je...

72        Ils baptisent pour la régénération au Nom de Jésus-Christ; je ne crois pas cela. Je ne crois pas que l’eau vous sauve du péché. Je crois que c’est le sang de Jésus-Christ qui est la régénération. Mais les unitaires baptisent en vue de la régénération. Ceux du Nom de Jésus baptisent simplement au Nom de Jésus et, ça y est, ils sont sauvés, parce qu’il a dit : “Repentez-vous et soyez baptisés dans le Nom de Jésus-Christ pour la rémission de vos péchés”.

73        Mais qu’est-ce qui vient en premier? La repentance, une tristesse selon Dieu à cause de vos péchés; puis détournez-vous-en. Soyez ensuite baptisés au Nom de Jésus-Christ, c’est très bien. Vous avez fait tout ceci pour la rémission des péchés.

74        Bon. Et il y avait là plusieurs milliers de personnes. En ces jours-là, il y avait ségrégation ici dans le Nord... ou plutôt dans le Sud. Et ils avaient dû le tenir ici, puisqu’un grand nombre de frères de couleur allaient assister à ce congrès. Il s’agissait des Assemblées Pentecôtistes Mondiales et des Assemblées Pentecôtistes de Jésus-Christ, avant leur fusionnement. Et ils étaient tous là à Mishawaka, les blancs et les gens de couleur ensemble; ils ne pouvaient pas, à l’époque, le tenir dans le Sud. Eh bien, j’ai vu deux hommes blancs assis à leur place. Jamais de ma vie je n’avais entendu de pareils messages. Et ces hommes se levaient : l’un parlait en langues, et l’autre donnait l’interprétation et disait à des gens, en pleine réunion, ce qui n’allait pas en eux, et leur disait ce qu’ils avaient fait. Ensuite celui-ci parlait, et l’autre interprétait. J’ai pensé : “Ça alors, j’ai atterri parmi des anges!” Je n’avais jamais rien entendu de pareil.

75        Toute la nuit, dans le champ de maïs, j’ai prié. Car, depuis ma plus tendre enfance (je crois que les dons et appels sont sans repentance), j’ai toujours été en mesure d’avoir des visions. Et le matin suivant, on m’a demandé de prendre la parole, ce que j’ai fait. À l’extérieur, bien des gens vinrent me trouver pour m’inviter à leurs réunions, bien que je fusse baptiste-missionnaire. Alors je–j’ai tout simplement continué mon chemin sans y donner suite. Au bout d’un moment, j’ai eu envie de me mettre en contact avec ces deux hommes-anges. Je n’avais jamais rien entendu...

76        Ils devenaient tout blancs autour de la bouche, puis se levaient et parlaient en langues. Et l’autre se levait d’un bond, disant : “AINSI DIT LE SEIGNEUR, Jones ici a fait une certaine chose avant-hier. Lorsque vous marchiez autour de la maison, vous avez ramassé ce portefeuille; il appartient à cet homme-ci qui l’a perdu. AINSI DIT LE SEIGNEUR, retournez-le-lui!”

77        “Que Dieu ait pitié de moi! Le voici.”

78        Voyez-vous? La vérité. Ils disaient des choses de ce genre, en s’adressant directement aux gens. J’ai pensé : “Oh! la la! n’est-ce pas merveilleux!” Je me suis donc dit à moi-même : “Ça, c’est Dieu!”

79        Bon, j’ai donc rejoint l’un de ces hommes et, tout en lui parlant, j’ai prié : “Ô Dieu, permets que j’aie cette certaine chose, quoi que cela soit.” Je ne savais pas comment appeler Cela, ces visions, je ne savais pas comment appeler Cela. Et lorsque la chose est venue devant moi, et que j’ai capté son attention, j’ai simplement continué à causer avec lui jusqu’à ce que je saisisse son esprit, exactement comme la femme le fit avec... Jésus le fit avec la femme au puits. J’ai simplement continué à bavarder jusqu’à ce que j’aie saisi son esprit. Et c’était un Chrétien, un vrai, un authentique saint de Dieu. Je me suis dit : “Béni soit le Nom du Seigneur!”

80        À peu près une demi-heure plus tard, j’ai rencontré–rencontré l’autre homme, qui tournait le coin, et j’ai causé avec lui. Et si jamais j’ai parlé à un hypocrite, celui-là en était un. Sa femme avait les cheveux noirs, et il vivait avec une blonde et avait eu deux enfants d’elle; et pourtant, il parlait par le même Esprit que cet autre homme, et donnait la même interprétation, tout à fait correctement. Alors j’ai compris.

81        Avant ma conversion, il m’est arrivé une fois de me trouver avec des Indiens dans un camp de sorciers. Ce sont des danseurs du diable. Ils prennent un serpent, l’enroulent autour d’eux, et exécutent la danse du maïs; et ils parlent en langues et interprètent, disant exactement la vérité, divulguant ce qui se trouve parmi les gens. Et j’ai vu un sorcier prendre un crayon et le poser, puis j’ai vu ce crayon se redresser et écrire en langues inconnues; ensuite il en a donné l’interprétation, disant aux gens exactement ce qui était en train de se passer par là-bas. Et ça, dans une réunion de spirites!

82        Alors, voyez-vous, je me suis dit : “Me voici au milieu des démons”; et j’ai laissé tomber toute l’affaire.

83        Or, un jour, là-haut à Green’s Mill, où j’étais allé dans ma grotte pour prier (mais pas pour cela)... j’en suis ressorti et j’ai posé ma Bible. Je... Cela sentait le renfermé dans la grotte, et j’avais envie d’un peu de soleil, c’était l’après-midi; je suis donc sorti et j’ai posé ma Bible. J’allais lire un petit moment assis sur un tronc couché vers le bas de la colline. J’ai donc posé ma Bible et j’ai commencé à lire. Et le vent a soufflé, et tourné les pages à Hébreux, chapitre 6. J’ai pensé : “Peut-être que le Seigneur veut que je lise cela.” Je l’ai lu.

84        “Nous qui avons été une fois éclairés, avons eu part au Saint-Esprit, et qui sommes tombés... que nous soyons encore renouvelés et amenés à la repentance. La pluie produit le... La terre produit des fruits, et la pluie est envoyée pour l’abreuver et, si elle produit des épines et des chardons, elle est près d’être réprouvée, et on finit par y mettre le feu.” Quelque chose comme cela.

85        Eh bien, je l’ai lu et j’ai pensé : “Bon. Gloire au Seigneur.” Puis j’ai changé de page, en me disant : “Voilà, je vais lire un autre passage.” J’ai alors posé ma Bible comme cela pour m’essuyer les yeux et, de nouveau, le vent l’a ouverte à Hébreux 6. Et cela s’est produit trois ou quatre fois, au moins trois en tout cas. J’ai pensé : “Je ne vois pas ce qui cloche avec ça. Qu’y a-t-il de particulier là-dedans?”

86        Laissez-moi... Vous pouvez... Vous l’avez lu bien des fois, Hébreux 6 : “Des épines et des chardons. La pluie tombe souvent sur la terre pour l’abreuver, la cultiver, voyez-vous, pour son fruit. Mais les épines et les chardons qui sont près d’être réprouvés, dont la fin est d’être brûlés, rassemblés et brûlés.”

87        Je ne pouvais rien en retirer. J’ai pensé : “Eh bien, les épines et les chardons doivent être brûlés; Dieu emporte Son Blé au grenier, et c’est réglé. Par conséquent, je ne vois rien de particulier en cela.”

88        J’étais assis là regardant ainsi, et une vision surgit devant moi. Et je vis un monde qui tournait comme ceci, et il était tout hersé, prêt à être ensemencé. Et un homme vêtu d’une robe blanche, la tête penchée sur un sac de fourrage, ou plutôt sur un sac de semences, poursuivait son chemin. Je ne sais pas si quelqu’un parmi vous se souvient de l’ancienne méthode d’ensemencement à la volée, comment on... J’ai vu papa le faire. Il lançait les semences comme cela, et elles retombaient simplement sur le sol. Eh bien, cet homme-là semait de cette manière. Et, aussitôt passé, derrière lui apparut du blé.

89        Or, dès qu’il eut disparu à l’horizon, je vis surgir quelque chose de noir, semblable à une lune noire et, alors que cela se rapprochait, je reconnus qu’il s’agissait d’un–d’un homme, tout noir, vêtu de noir. Il se déplaçait furtivement, regardant autour de lui comme ceci. Et lui aussi avait un sac de semences; mais à l’intérieur de ce sac, il avait des mauvaises herbes. Et il les semait parmi le blé comme cela, les lançant d’un côté puis de l’autre. Et derrière lui apparurent des mauvaises herbes, des chardons, des épines, des ronces, et tout.

90        Eh bien, j’ai pensé : “Comme il est honteux que cet homme fasse une chose pareille!” Me trouvant dans cette vision, voyez-vous, je ne pensais pas que cela était scripturaire. Et je me suis dit : “Voilà que cet homme sème des mauvaises herbes dans le champ de blé de cet autre homme.”

91        Alors il se mit à faire vraiment chaud. La petite tige de blé courbait la tête et faisait “ho... ho... ho...” comme cela, cherchant son souffle. La mauvaise herbe courbait aussi la tête : “ho... ho... ho...” haletant de soif elle aussi. Tout le monde priait qu’il pleuve.

92        Au bout de quelque temps... voilà qu’un gros nuage orageux s’avance et qu’il se met à pleuvoir à verse; et alors la pluie s’abattit sur le sol. Et le jeune blé se mit à sautiller et à crier : “Alléluia! Gloire au Seigneur! Alléluia! Gloire au Seigneur!” Et les mauvaises herbes s’écrièrent : “Gloire au Seigneur!” en se redressant; la vie revenant dans la mauvaise herbe comme dans le blé.

93        Aussitôt ce passage de l’Écriture me revint à l’esprit : “La pluie tombe sur les justes et sur les injustes.” Alors, j’ai saisi. Voyez-vous?

94        Lorsqu’une personne est assise dans une congrégation, il peut arriver qu’un esprit tombe sur elle, et pourtant vous savez que cette personne est dans l’erreur et ne mène pas une vie correcte; faites attention à ce que vous allez dire au sujet de cet esprit, parce qu’il pourrait s’agir du Saint-Esprit. Ne jugez pas le–l’esprit par l’individu. La personne peut être dans l’erreur; mais la Bible ne déclare-t-Elle pas : “La pluie tombe sur les justes et sur les injustes”? Jésus n’a-t-Il pas dit, quand les champs furent ensemencés : “Laissez-les tous pousser ensemble, le blé et l’ivraie ensemble. N’allez pas essayer de déraciner l’ivraie. N’essayez pas de les juger, laissez-les simplement pousser ensemble. Et, en ce jour-là, les anges seront envoyés et prendront toute l’ivraie pour la brûler, et le Blé sera amassé au grenier”? Mais on les reconnaîtra à leurs fruits. Vous pouvez savoir dans votre cœur. Continuez à essayer de traiter avec cette personne.

95        Ne dites pas que cette femme, si elle est vêtue de façon indécente... Comment était-ce formulé? “Disons que le Saint-Esprit visiterait...” Voyons voir. Non, il semble que j’aie ici la mauvaise question... Oh! la voici! Oui.

Les femmes qui parlent en langues. À présent, si une femme qui a les cheveux courts parle en langues dans l’assemblée, c’est l’esprit... (Voyons voir.) ...est-ce l’Esprit du Saint-Esprit qui parle à travers elle, ou s’agit-il d’un mauvais esprit?

96        Vous voyez, moi, je ne me prononcerais pas à ce sujet. Et si vous pensiez que cette femme n’avait pas tout à fait raison de porter les cheveux courts, – je crois que c’était là l’objet, oui, “les cheveux courts”, – alors vous, frère, si vous êtes marié et qu’il s’agisse ici d’une femme mariée, pourquoi n’emmenez-vous pas votre épouse, ou ne demandez-vous pas à votre épouse de causer gentiment avec cette petite dame? Croyons qu’elle a le Saint-Esprit. Si elle est dans cette église-ci, je–je vais croire qu’elle L’a. Et disons simplement qu’elle est peut-être...

97        Saviez-vous que, de temps à autre, si nous nous examinions, nous pourrions découvrir qu’il y a un petit quelque chose qui cloche avec nous aussi. Vous savez, c’est–c’est à peu près ça. Alors, quelqu’un devra peut-être nous dire quelque chose. Très souvent, des gens m’ont parlé de bien des choses qui n’allaient pas, que moi je faisais de travers; j’apprécie cela.

98        Mais maintenant, disons que... croyons que... quoi qu’il en soit, croyons ceci : si cette dame n’est pas exactement une Chrétienne, si elle ne fait que semblant, Dieu la jugera pour cela. C’est exact. Mais... Et si elle est vêtue de façon indécente, et qu’elle agit mal, Dieu s’occupera de cela. De toute façon, croyons que l’Esprit qui est sur cette femme est le Saint-Esprit. Voyez-vous, parce que nous n’en savons rien.

99        Maintenant, si l’interprétation que donne ce “saint” esprit est un quelconque blasphème contre Christ... “Nul, s’il parle par l’Esprit, ne dit ‘Jésus est anathème’.” Si cette femme parle en langues, et que l’interprétation donnée est que “Christ est anathème”, alors vous savez qu’il s’agit là d’un mauvais esprit sur cette femme. Mais, tant qu’Il bénit et édifie Christ, alors croyez cet Esprit. Voyez-vous? Amen. J’espère que ça ne vous embrouille pas, mais plutôt que ça jette un peu de Lumière là-dessus.

142. Deutéronome, chapitre 23, verset 2, cela n’enseigne-t-il pas qu’une personne née en dehors des liens du mariage ne peut être sauvée? Il y est dit que “Dieu visitera l’iniquité des parents sur les enfants jusqu’à la troisième et quatrième génération”. Expliquez ce que ceci signifie.

100      Très bien. L’adultère était une chose tellement horrible au temps de la Bible que, si un homme avait un enfant d’une femme qui n’était pas son épouse, même les enfants des enfants des enfants de cet enfant-là, pour quatre générations, quatre cents ans et plus, ne pouvaient pas même entrer dans la congrégation du Seigneur, parce que le sang des taureaux, des boucs et des génisses n’était pas suffisant pour ôter le péché. Il ne pouvait que divorcer, ou plutôt, ne pouvait que couvrir le péché, il ne pouvait pas éliminer le péché. Voyez-vous? Il ne pouvait pas éliminer le péché, il ne pouvait que couvrir le péché. L’adultère est une chose horrible!

101      Une femme, – ce joyau de grand prix que Dieu a conçu pour être mère et à qui Il a confié la maternité, – si elle devait mettre au monde un enfant d’un homme autre que son mari, une malédiction était alors placée sur cet enfant-là, et ses enfants, et ses enfants, et ses enfants, jusqu’à trois et quatre générations. Très souvent même, des choses telles que la syphilis et–et la cécité, etc., frappaient les gens. Oui, c’était une chose horrible, vraiment horrible, pour une femme d’avoir un bébé en dehors des liens sacrés du mariage. Mais, pas seulement en ce temps-là, mais c’est encore aujourd’hui une chose horrible; certainement, ça l’est toujours.

143. Est-ce que Ézéchiel 38 et 39 aura lieu avant l’enlèvement?

102      Maintenant, vous remarquerez qu’Ézéchiel 38 et 39 traite de Gog et Magog, c’est-à-dire de la Russie, le pays du Nord. À présent, je ne prétends pas que c’est exact mais, selon ma façon de l’enseigner, cela se produit après l’enlèvement, après que l’Église a été enlevée. Et Dieu traitera avec Gog et Magog au moment où ils descendront pour investir Israël. Et je pense que cela arrivera après l’enlèvement. Maintenant, ça ne veut pas dire qu’il en soit ainsi, voyez-vous. Mais c’est simplement ma façon de l’enseigner. J’imagine que c’est bien ce qu’on désirait connaître : mon opinion.

144. Le Seigneur, par une prophétie, nous a dit de témoigner des choses que nous avons entendues et vues ici : l’imminence de Sa venue, le baptême dans le Nom... dans le Nom de Jésus, etc. Nous en avons parlé à certains qui semblent être des Chrétiens, et pourtant ils n’ont pas l’air d’y croire. D’après vous, qu’arrivera-t-il à ces gens? Iront-ils dans l’enlèvement?

103      Je suis bien content que vous l’ayez formulé ainsi : “d’après vous”. Parce que le fait que je pense une chose ne la rend pas forcément juste. Je crois que personne ne peut marcher dans la Lumière de Dieu, tant que Dieu ne La lui a pas révélée. Et je crois que personne... que toutes ces choses secrètes sont cachées aux gens, et que personne ne peut les voir à moins que Dieu ne les révèle; je crois cela, car, dans la Bible, il en a toujours été ainsi.

104      Jésus n’a-t-Il pas déclaré : “Vous avez des yeux et vous ne pouvez voir, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas”?

105      Et encore dans Matthieu, je crois, soit au 8e ou au 12e chapitre, il est dit : “Malgré tant de miracles que Jésus avait faits en leur présence, ils ne pouvaient pas croire. Car Ésaïe avait dit, la prophétie avait dit : ‘Ils ont des yeux et ne peuvent pas voir, et des oreilles et ne peuvent entendre.’” Voyez-vous?

106      Et Jésus a dit : “Nul ne peut venir à Moi, si le Père ne l’appelle premièrement, et tous ceux que le Père M’a donnés viendront à Moi.” Cela tranche la question, voyez-vous.

107      Maintenant, vous–vous êtes responsables de diffuser la Lumière, mais ce n’est pas vous qui êtes responsables de ce qu’on La reçoive ou non. Vous êtes responsables de La leur apporter, mais vous n’êtes pas responsables de leur réaction. Et puis, si Dieu les laisse entrer, ce sera Son affaire. S’ils ne sont pas revêtus de leurs robes, et ainsi de suite, et qu’ils ne... Mais ils... Rappelez-vous qu’ils ne peuvent pas Le voir à moins que Dieu ne Le leur révèle.

145. Frère Branham, au chapitre 11 de Daniel, le verset 31 nous enseigne au sujet de... du sacrifice continuel qui serait ôté, et de l’abomination qui cause la désolation. Pourriez-vous, s’il vous plaît, expliquer ce que sont ces choses?

108      Oh! la personne a signé son nom sur celle-ci. C’est mon sujet pour dimanche prochain, et cela s’insère avec les soixante-dix semaines de Daniel. Mais... je pourrais juste vous dire ceci, mon très précieux frère qui a signé ceci et qui se trouve être un ami très cher à nous tous : oui, “l’abomination qui cause la désolation”, Jésus en a parlé dans Matthieu 24. L’abomination (qui signifie “souillure”) qui cause la désolation, l’abomination était la mosquée musulmane d’Omar, qui fut construite sur l’emplacement du temple, là où se trouvait le Lieu Saint.

109      En l’an 96 après Jésus-Christ, Titus vint capturer Jérusalem, et brûla le Temple, et ils bâtirent la mosquée d’Omar (la religion mahométane) juste sur les lieux du temple, et elle y est encore aujourd’hui. Et elle y sera jusqu’à ce que Dieu retourne vers les Juifs. “Et l’abomination (qui est la mosquée d’Omar) qui cause la désolation du Lieu Saint”, établie dans le Lieu Saint... Voyez-vous?

110      Jésus s’y référa en disant, entre parenthèses : “(que celui qui lit comprenne).” Voyez-vous? Alors, Il alloua tant de jours à partir de là, jusqu’à ce que... après le Prince, et tant de jours, et ainsi de suite; c’est ce que nous aborderons dimanche prochain. Et j’essaierai, au mieux de ma connaissance, d’inclure cela dans ce que je vous apporterai dimanche prochain. Mais cette abomination est la mosquée d’Omar qui prit la place du temple. “Quand vous verrez l’abomination qui cause la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie dans le Lieu Saint”, voyez-vous, établie là où se trouvait le temple (le Lieu Saint), il s’agit donc de la mosquée d’Omar.

146. Frère Branham, ne pensez-vous pas que chaque personne qui prétend être chrétienne se doit de payer la dîme... d’apporter ses dîmes dans la maison du trésor du Seigneur? S’il vous plaît donnez des passages bibliques là-dessus.

111      Très bien, si vous... Cela est exact, la Bible dit bien dans Malachie au chapitre 4 : “Un homme trompe-t-il Dieu? Et vous dites, ‘En quoi T’avons-nous trompé?’ Dans les dîmes et les offrandes. Apportez à Ma maison du trésor toutes vos dîmes et offrandes, et mettez-Moi à l’épreuve, dit l’Éternel, et vous verrez si Je n’ouvre pas les écluses des Cieux, et ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance (jusqu’à ce qu’il n’y ait plus assez de place).”

112      Voilà un défi pour n’importe quel individu! Et si seulement j’avais le temps, et que je ne prenne pas ce petit passage biblique que je désire aborder d’ici dix minutes, j’aimerais vous donner mon témoignage là-dessus, et vous dire que, même lorsque j’étais affamé, que ma mère et les miens étaient affamés, et que mon père était malade, je prélevais d’abord mes dîmes pour les donner à Dieu, et vous auriez dû voir ce qui s’est passé. Jamais de ma vie je n’ai vu quelqu’un, homme ou femme, même si vous ne gagnez qu’un dollar par semaine, si vous apportez dix cents sur cet argent, et les placez dans votre maison du trésor, ou l’église que vous fréquentez... si Dieu ne bénit pas cela, traitez-moi d’hypocrite. Oui, monsieur. C’est un défi à n’importe qui. Et tout Chrétien, – cela répond à cette autre question, – tout Chrétien devrait payer la dîme! C’est exact. Cela devrait être fait.

            Très bien, maintenant :

147. Si une personne ou des personnes parlant en langues inconnues parlent toujours sur le même ton de voix, chaque fois la même chose, mais que, chaque fois, l’interprétation en soit différente par celui qui interprète, peut-il s’agir là du Saint-Esprit?

            Maintenant... Laissez-moi donc relire ça :

Si une personne ou des personnes parlant en langues inconnues parlent toujours sur le même ton de voix (en d’autres mots, qu’ils répètent toujours la même chose, comme, par exemple, tel ou tel mot sans arrêt), et que ce soit chaque fois la même chose, mais que l’interprétation par l’interprète soit différente chaque fois, peut-il s’agir ici du Saint-Esprit?

113      Eh bien, en voilà une difficile! Mais permettez-moi de jeter un peu de lumière sur ce sujet, si je le peux. Et je suis sûr que vous comprendrez que c’est simplement Frère Branham, ici, qui essaie de faire de son mieux, mais laissez-moi simplement vous parler à partir de ma propre expérience des choses spirituelles. Et j’apprécie la confiance que vous me témoignez en me posant des questions comme celle-ci. Si vous n’aviez pas confiance en moi, vous ne me poseriez pas de telles questions. Je crois qu’un Chrétien ne poserait pas des questions dans le but de provoquer une controverse; je crois que c’est dans le but de découvrir la Vérité. Voyez-vous? Et j’y répondrais, et si... Et j’y répondrai, j’espère m’être fait bien comprendre, “au mieux de ma connaissance”, et alors, si cet esprit en vous se met en colère, cela montre que ce n’est pas le Saint-Esprit qui est en vous. Voyez-vous? Car le Saint-Esprit ne se mettra pas en colère, Il sera corrigé chaque fois par la Parole, et Il supportera la correction.

114      Maintenant, permettez-moi de vous dire ceci, que moi, dans ce cas... – Rappelez-vous, Dieu est mon Juge, je... c’est maintenant William Branham qui parle – je ne pourrais me prononcer. Mais, d’après les expériences dont j’ai été témoin sous l’onction de telles réunions, je crois que la personne qui répète chaque fois la même chose sur le même ton de voix parle réellement en langues. Je le crois, je crois qu’ils parlent en langues par l’Esprit, s’ils sont Chrétiens. Ils parlent en langues, sans aucun doute. Mais je crois que vous recevez une interprétation qui ne correspond pas.

115      Maintenant, bien des fois, les gens... Je–je veux... je–je suppose qu’il n’y a ici ce soir que les habitués de cette église, ou à peu près. N’est-ce pas, Frère Neville, que c’est à peu près cela? Alors, si vous n’êtes pas de cette église, et que vous ne soyez pas d’accord avec ceci, j’essaie de parler à ma propre église, voyez-vous.

116      Maintenant, en tant que votre père dans l’Évangile, en tant que votre–que votre pasteur, j’aimerais un peu plus tard, quand vos esprits et dons commenceront à parvenir à la perfection... Parce que si on les voit s’emporter et devenir... en ce cas, il vaut mieux surveiller ces gens-là, et laisser ça tomber : ce n’est pas l’Esprit de Dieu qui est sur eux. Mais, lorsqu’ils sont gentils, doux, humbles, bien disposés, et tout, ça, c’est l’Esprit de Dieu. Si–si quelqu’un déroge à l’ordre établi et que le pasteur doive intervenir, si cet esprit s’emporte, alors ce n’est pas l’Esprit de Dieu. L’Esprit de Dieu supporte toujours... tient toujours compte de la Parole. Voyez-vous? Il reconnaît la Parole chaque fois.

117      Maintenant, mon but n’est pas de–de–de flatter ni de secouer, mais simplement d’établir une vérité. Bon, donc l’un parle en langues, et puis l’autre se lève pour interpréter les langues. Écoutez bien maintenant. (Je pense qu’on enregistre ceci, n’est-ce pas?) Dans l’interprétation des langues... Maintenant, je devrai introduire ici un peu de doctrine. Dans l’interprétation des langues, bien des gens interprètent les langues par l’expression extraordinaire de leur envie de dire une certaine chose. Il ne s’agit pas là d’une interprétation.

118      L’interprétation consiste en ce que, lorsqu’on parle dans une langue inconnue, vous les entendez en anglais, et ne faites que répéter ce qu’on a dit. Mais... si cette personne parle dans votre église... Je ne pense pas que nous ayons cela ici. Si c’est le cas, je ne l’ai jamais entendu.

119      Mais, quelqu’un qui se lève et répète, disons, continuellement un certain mot, ou parle sur le même ton de voix d’un bout à l’autre...

120      Oh! mais – je ne crois pas que Junie Jackson soit ici ce soir. L’est-il? Je ne crois pas – cela m’a toujours frappé de voir Junior Jackson parler en langues, et Frère Higginbotham, et beaucoup d’entre vous ici, de voir cette modulation de la voix lors de l’interprétation. Voyez-vous? Ça, c’est très bien. Je ne... je ne cherche pas à vanter mon église. Non, monsieur. Si mon église avait besoin de correction, je–je me tiendrais ici et ferais de mon mieux pour mon Sauveur (c’est exact), que cela blesse ou non. Je suis–je suis votre père dans l’Évangile, voyez-vous, et je veux... Vous ne voulez pas d’un mauvais esprit, vous voulez l’esprit juste. Vous–vous ne...

121      Pourquoi aller prendre une contrefaçon, alors que les cieux pentecôtistes tout entiers sont remplis du vrai? Pourquoi manger dans une poubelle, alors qu’il y a une belle grande table, bien propre, garnie de poulet, de “dumplings”, et tout? Voyez-vous? Pourquoi donc ferions-nous cela? Voyez-vous? Emparons-nous du vrai; c’est ce que nous désirons, le vrai, l’authentique.

122      Maintenant, je crois – d’après ce qui est dit ici, c’est-à-dire qu’on répète continuellement la même chose – je crois que, dans le cas en question, tous deux sont dans le vrai, mais je ne crois pas que l’interprète soit en train d’interpréter la langue de cette personne. Je ne crois pas cela. Je crois que l’Esprit est présent et que l’interprète prophétise. Je crois plutôt qu’il prophétise, et non qu’il interprète, s’il n’entend pas la voix dans sa propre langue. “Comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle?” Voyez-vous, vous devez l’entendre dans la même... vous devez l’entendre en anglais. Si...

123      Tenez, voici un interprète. Disons que je me lève et (je ne connais que deux ou trois mots dans une–dans une–dans une autre langue)... Maintenant, je prends ici un exemple littéral et non dans le domaine spirituel. Je vais donc dire : “Baie, baie bly. I... Ekke wil Afrikaans sprekken.” Maintenant, je doute qu’il y ait ici quelqu’un qui sache ce que j’ai dit. Oui, frère, qu’ai-je dit? [Un frère dans l’assemblée dit : “Vous avez dit que vous pouviez parler afrikaans.”–N.D.É.] Afrikaans, “Baie, baie bly”, “Je suis très, très heureux.” “Je suis ici pour parler afrikaans”, voyez-vous, “Afrikaans sprekken.” Voyez-vous? “Je suis ici pour parler afrikaans.”

124      Maintenant, qu’a-t-il fait? Il... Je parlais afrikaans, mais il m’a entendu en anglais. Pas vrai? Parce que vous connaissez l’afrikaans. Maintenant, si vous parlez... Si je me tiens ici en train de parler ou de prêcher, et que Frère Neville interprète pour des gens d’une autre langue, il répétera dans leur langue ce qu’il m’entend dire; il sait de quoi je parle, parce qu’il connaît ma langue.

125      Et si vous parlez dans une langue inconnue, et que vous interprétiez, vous entendez dans votre langue maternelle, parce que c’est la seule façon dont vous puissiez interpréter ce qu’on dit; parce que le Saint-Esprit vous l’a interprété, et vous ne faites alors que parler pour le Saint-Esprit.

126      Mais si l’Esprit est présent pour bénir une pauvre créature, et qu’elle se lève... Comme un précieux vieux frère (Dieu... Il est dans la Gloire ce soir, je le crois réellement), l’âme la plus chère que je... ce vieux Frère Ryan, nous l’avons tous connu. Il avait l’habitude de se tenir là dans la rue... (Et que Dieu me pardonne, ce n’est pas pour être sacrilège... je sais que le blasphème contre le Saint-Esprit est impardonnable.) Mais Frère Ryan avait l’habitude de répéter continuellement le même mot, sans arrêt, quelque chose comme “Seekem and seekem and seekem”, ou quelque chose de la sorte. Il avait l’habitude... Et quelqu’un a dit : “Pensez-vous que ce soit de Dieu?”

127      J’ai dit : “Certainement, c’est de Dieu! Certainement, je crois que c’est de Dieu.” Il parlait effectivement en langues, mais j’ignore ce qu’il disait, je n’en sais rien. Mais la présence de l’Esprit était là.

128      Donc, si la présence de l’Esprit est là et que cette personne ne fait que répéter continuellement un mot, et que cette autre personne se lève d’un bond pour tenter de donner une interprétation, sans même savoir ce qu’il dit, cet homme-ci ne donne pas l’interprétation, mais il prophétise. L’esprit de prophétie est sur lui et il prophétise; il ne donne pas une interprétation.

129      Ainsi donc, cher Chrétien, vous qui avez dit : “Peut-il s’agir là du Saint-Esprit?” : il pourrait s’agir du Saint-Esprit utilisant deux fonctions. L’une, servant à bénir une âme par le parler en langues; et l’autre, par une prophétie qui n’a rien à voir avec l’interprétation de ce que le premier a dit. Mais, tout de même, il l’a dit : le Saint-Esprit est venu sur lui dans la prophétie au moment où celui-ci parlait en langues, et il a cru qu’il s’agissait d’une interprétation. Quelle différence cela peut-il faire? C’est l’Esprit de Dieu qui donne un message à l’église. Mais pour l’interprétation, il faut comprendre en anglais et répéter exactement ce que la personne a dit; c’est ça le don d’interprétation.

148. S’il–s’il y a déjà eu trois messages en langues inconnues dans une réunion, peut-il y avoir ensuite d’autres messages dans la ligne de prière, et que cela demeure dans l’ordre spirituel de la réunion?

130      Eh bien, certainement. C’est juste. Tout à fait. Je sais à quoi vous voulez en venir. Il y a... Paul a dit : “S’il y a là ceux qui prophétisent et parlent en langues”, quelque chose ainsi... Paul parlant de...

131      Un peu plus tard, quand vous tous... Frère Neville, quand vous tous le désirerez, vous tous qui avez ces dons spirituels... Maintenant, si vous voulez vous en remettre à ma compréhension des Écritures, je viendrai pour une réunion seulement avec vous qui avez ces dons, seulement avec vous, et alors nous pourrons nous asseoir ensemble... Et si tu as l’impression... Et si tu surveilles, Frère Neville, et que tu constates que c’est Dieu dans l’église, Dieu qui agit parmi eux, c’est là ce que nous désirons, mais nous désirons placer cela en ordre, afin que cela puisse bénir l’église et accomplir quelque chose. Je... Dieu... Je sais ce qu’il faut faire, je connais les Écritures là-dessus. Et c’est ça que nous désirons faire.

132      Maintenant, cette personne-ci... Je sais qu’en ce qui concerne les parlers en langues, ça doit être chacun à son tour, deux, ou trois au plus. C’est juste; mais si vous remarquez bien ici, si...

133      Par exemple, si quelqu’un... Par exemple, si Frère Sothmann se levait pour donner un message, sous forme de prophétie ou de parler en langues... L’interprétation des langues est la prophétie, voyez-vous, l’esprit de prophétie. Maintenant, s’il ne fait que parler en langues inconnues, et qu’il n’y ait pas d’interprète, cette personne-là est bénie par l’Esprit, mais il ne fait pas de tort à l’église.

134      Maintenant, ce à quoi Paul voulait en venir, c’est ceci : “Vous utilisez tout le service pour parler en langues, voyez-vous, et les hommes du peuple disent : ‘Mais, de quoi s’agit-il donc?’” Voyez-vous, ils ne comprennent pas, à moins qu’il y ait une interprétation. Et qu’il y ait... un, deux, ou au plus trois messages dans une réunion.

135      Maintenant, la personne ici demande : “Et dans la ligne de prière?” Il doit peut-être s’agir de quelqu’un dans la ligne de prière... Peut-être se réfère-t-on à Frère Neville, ou à une autre église ailleurs, où, dans la ligne de prière, cet homme... ou peut-être dans des réunions de guérison Divine, il peut s’agir d’une réunion de Frère Roberts ou Frère Allen, une des miennes, ou celle de quelqu’un d’autre, je ne sais pas. Mais, quoi qu’il en soit, ce dont parle Paul, c’est d’un message destiné à la congrégation, “Qu’il n’y en ait que trois”; parce que ce message de Dieu est un message qu’Il essaie de transmettre à la congrégation. Mais cet homme, dans la ligne de prière, prophétise pour un individu, et non pour tous. Autrement, j’aurais enfreint l’ordre depuis le début de mes lignes de prière, voyez-vous, avec trente ou quarante cas semblables dans une seule soirée? Voyez-vous? Si vous prophétisez pour un individu.

136      Mais, dans le cas d’un homme qui prophétise pour le corps entier, qu’il y ait deux ou trois messages, et ensuite, arrêtez. Même si le Saint-Esprit désire peut-être encore parler, attendez donc un peu, donnez à la Parole l’occasion de s’exprimer. Voyez-vous? Et puis, en réalité, on ne devrait parler qu’avant ou après la Parole, parce que rien ne devrait venir interrompre la Parole, pendant Sa proclamation. Toutefois, nous mettrons cela en ordre plus tard, quand nos esprits et dons commenceront à parvenir à la perfection.

137      Nous parlons maintenant du sérieux de l’Église pentecôtiste – j’entends la véritable Église pentecôtiste. Et nous sommes contents que Dieu vive et règne encore, et qu’Il nous parle.

138      Mais si cette soeur-là, par exemple, nous donnait un message en langues ou une prophétie, et la dame à ses côtés donnait un message en langues ou une prophétie, et ensuite, la dame à côté d’elle ou quelqu’un derrière, donnait un message ou une prophétie, ou des langues, sans doute qu’à peu près chacun parlerait de la même chose. Si Dieu est insistant, c’est qu’Il essaie de faire comprendre quelque chose à quelqu’un dans l’église, comme l’appeler à faire une certaine chose, ou qu’Il veut indiquer une tâche à accomplir.

139      Disons, par exemple, qu’on a formé la ligne de prière, et que Frère Neville ou moi-même ou n’importe quel autre ministre s’approche de cette certaine personne; cela ne s’adresse pas au Corps, cela s’adresse à cet individu. Et si l’Esprit de Dieu vient sur lui pour qu’il dise quelque chose à cet individu, alors qu’il le lui dise, puisqu’il ne parle pas à la congrégation; il parle à cet individu, et non pas à la congrégation, alors c’est en règle.

149. Bon. Cher Frère Branham, à maintes reprises, le Seigneur m’a montré des choses dans des rêves. Il m’a montré certaines choses concernant mon fils qui est dans la marine, choses qui, m’a-t-il dit, étaient des secrets. Il m’a fait voir des choses en rapport avec le décès de certaines personnes, et aussi en rapport avec les secrets des cœurs. Est-ce un don de Dieu? Quand il m’a montré dans des rêves les cœurs et les pensées des gens, tout est toujours arrivé comme le rêve me l’avait fait voir.

140      Eh bien oui, mon frère, ou ma soeur. Que le Seigneur vous bénisse. C’est, d’après moi, un don de Dieu. C’est un don de Dieu. Ne savez-vous pas que la Bible parle de songes? De Joseph qui faisait des songes et interprétait, et d’autres qui faisaient des songes. Ces choses sont de Dieu. Or, si c’est de Dieu, ce sera toujours véridique, cela s’accomplira toujours exactement comme Il l’a dit.

141      Et maintenant, ne... Si vous commencez à vouloir épater avec cela, alors cela vous quittera. Voyez-vous, soyez simplement respectueux et doux. Et lorsqu’Il vous montre quelque chose, quelque chose que vous devez dire à quelqu’un qui a fait quelque chose de mal, alors ne vous levez pas d’un bond pour réprimander cette personne, mais allez plutôt vers elle, disant : “Soeur, frère, vous savez, le Seigneur m’a dit l’autre soir que... que vous faisiez quelque chose de mal, une certaine chose.”

142      Si cette personne dit : “Vous vous trompez! C’est un mensonge! Je n’ai pas fait cela!”

143      Ce qu’il faut faire, dans ce cas-là, c’est retourner chez vous et dire : “Père Céleste, était-ce faux?”

144      Maintenant, si cette personne... si cette personne vous disait la vérité, alors vous avez le mauvais esprit. Mais si elle mentait et qu’elle l’ait réellement fait, Dieu traitera avec cette personne. Voyez-vous? Oui, monsieur. Parce que, voyez-vous ce qu’elle a fait là, elle a blasphémé contre le Saint-Esprit, niant ce que le Saint-Esprit avait porté à son attention. Voyez-vous, alors c’est mal.

150. Frère Branham, comment une... une église peut-elle danser, crier, parler en langues, et laisser l’Esprit... (voyons voir, attendez un instant) ...et se perdre dans l’Esprit, alors qu’on ne lit que très, très rarement les Écritures. Je ne comprends pas cela.

145      Moi non plus; “crier, danser, parler en langues, et ne pas même lire les Écritures.” Je... Voici ce que j’en dis et, souvenez-vous, c’est William Branham, lequel pourrait se tromper tout à fait. Je crois que la plupart des gens... Cette question, ou une question semblable, m’a été posée par un frère aujourd’hui. Disons qu’on commence à prier pour les malades, un frère priera pour un malade, et puis il incitera tout le monde à chanter ou à danser dans l’Esprit, pensant que cela amènera la puissance au milieu des gens. Non, je... Pour ma part, je crois que cela est faux.

146      Je crois que quelqu’un qui vient dans une réunion de guérison doit y venir comme pour le salut, avec révérence, dans la foi. Chaque personne présente ne va pas se mettre à crier et à danser mais, voyant son frère ou sa soeur s’avancer pour demander à Dieu d’être miséricordieux envers lui, inclinera plutôt la tête et se mettra à prier, disant : “Ô Dieu, aide mon frère maintenant, alors que le pasteur prie pour lui et l’oint. Que le Saint-Esprit vienne sur lui, et donne-lui la foi pour croire à sa guérison. C’est un précieux frère. C’est une précieuse soeur.” Priez pour lui au lieu d’être là à chanter, crier et danser.

147      Mais nous voyons cela si fréquemment dans nos réunions pentecôtistes, c’est un constant... Je crois que c’est une adoration, je crois réellement qu’ils adorent Dieu. Oui, monsieur. Je crois cela de tout mon cœur. Et je crois dans le fait de parler en langues, de crier et de danser. J’y crois tout à fait, oui. Je crois que tout ce qui s’est fait dans la Bible est tout aussi valable aujourd’hui qu’alors, certainement, mais je crois qu’il y a un temps et un ordre à respecter.

148      Quand Dieu déverse la bénédiction, que les gens crient, et que la gloire du Seigneur descend, si les gens veulent hurler, crier et faire tout ce que l’Esprit leur dit, allez-y, c’est bien. Mais quand un homme s’avance pour la guérison, et que c’est une question de vie ou de mort, je crois qu’il faut être respectueux, et parler à notre Père en faveur de ce frère. Au lieu de L’adorer, demandons-Lui : “Père, je–je suis un de Tes adorateurs. Je T’aime, et Tu le sais, car je T’exprime mon amour. À présent, je viens T’exprimer ma foi : aide mon frère à se rétablir. S’il te plaît, Père.” Je crois que vous obtiendrez de meilleurs résultats ainsi. Absolument. Dans la révérence... l’Esprit de Dieu.

149      Oh! la la! Ces réponses peuvent être bien loin d’être justes, mais j’espère avoir répondu, c’est-à-dire avoir jeté–jeté un petit peu de Lumière sur ces questions. En tout cas, j’ai maintenant une idée de ce qui vous préoccupe. Et, tenez, un peu plus tard, j’aimerais demander à notre pasteur s’il veut bien m’aider à... peut-être qu’on pourrait rassembler tous ceux qui ont l’Esprit de Dieu sur eux sous forme de dons; et parlons-en un moment. Peut-être que je pourrais vous aider à monter un petit plus haut sur l’échelle, et vous aider à vous approcher un peu plus de Dieu en... et mettre un peu plus d’ordre dans l’église. Ça fait un moment que je surveille cela, et ça me paraît merveilleux. Et j’aime voir cela progresser chaque fois davantage.

150      Et, alors que nous continuons à avancer, ne laissez surtout pas Satan s’infiltrer. Oh! il est malin! Et pour ce qui est de jouer au plus fin avec lui, n’essayez même pas, vous n’y arriverez pas. Comptez simplement sur Dieu, continuez à marcher humblement, et c’est Dieu qui le fera; et puis vous découvrirez qu’ainsi Dieu vous utilisera de plus en plus. Que le Seigneur vous bénisse!

151      Peut-on prendre vingt minutes pour la prédication? [L’assemblée répond : “Amen”.–N.D.É.] Merci. Merci. Je pense que c’était suffisant pour me faire démarrer, Ben. Très bien.

152      Prenons donc les Psaumes un instant. Le Seigneur semble m’avoir donné une petite pensée que j’aimerais, si vous le voulez bien, vous communiquer ce soir par un sermon de quelques minutes seulement. Je sais qu’il fait chaud; et il fait chaud sur l’estrade aussi. Mais souvenez-vous que nous ne nous reverrons peut-être pas avant mercredi soir. Alors, attendons et–et, avant de chanter ce bon vieux cantique Béni soit le lien qui unit, parlons de–de la Parole écrite. Ces questions nous rendent un peu... nous laissent un peu dans un état d’agitation. Sortons-nous-en maintenant et–et parlons à partir de la Parole.

            Pouvons-nous incliner la tête de nouveau juste un instant :

153      Père Céleste, par ces questions, j’ai tâché de découvrir ce que les gens ont sur leur cœur, et voir s’ils vont poser des questions sur ceci ou sur cela. Je vois, Seigneur, qu’ils désirent des dons spirituels. Et ceux qui possèdent ces dons spirituels se demandent comment les contrôler. Certains considèrent que cela jette une grande Lumière sur l’église; d’autres sont perplexes. Maintenant, Seigneur, aide-nous. Aide-nous, Seigneur. Nous sommes Tes enfants. Nous ne faisons pas ces choses pour nous attirer un honneur personnel, mais bien pour l’honneur de Dieu par un don que Lui nous a donné.

154      Nous Te prions, Père, de bénir ces dons, et de les manifester dans l’église. Et, lorsque des pèlerins et des étrangers de passage entreront et s’assoiront quelques minutes... puisse l’Esprit de Dieu être si pleinement manifesté ici qu’Il dévoilera le secret de chaque cœur qui franchira la porte. Accorde-le, Seigneur. Et puisse cela se faire avec une telle douceur et une telle humilité, jamais avec dureté pour blâmer et démolir. Nous savons que l’Esprit de Dieu n’est pas comme ça.

155      Nous Te prions donc de nous bénir en toutes choses. Bénis notre église, bénis nos gens. Bénis les gens des autres églises. Et nous savons, Père, qu’il n’y a qu’une seule Église, dont nous faisons tous partie par une naissance.

156      Et je Te prie, Père, de continuer à nous bénir dans la lecture de ce petit texte que Tu sembles m’avoir donné, lorsque j’étais assis devant mon bureau cet après-midi. Et aide-moi, Seigneur, à ne pas retenir les gens trop longtemps, mais à leur communiquer seulement quelques réflexions. Je prie que Tu t’y trouves. Et donne-nous une petite pensée que nous pouvons ramener à la maison, en remerciant le Seigneur pour Sa bonté. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

157      Maintenant, n’oubliez pas, dimanche matin, si le Seigneur le veut...

158      Prenez maintenant le Psaume 106      , verset 7. J’allais faire la lecture d’un bout... d’une partie de ce Psaume. Mais... Il s’agit de David. Cela m’est venu à l’esprit à cause du message de ce matin. Je vais déposer ma montre ici, et j’essaierai autant que possible d’avoir terminé à neuf heures trente [vingt et une heures trente]. Maintenant, le verset 7 du Psaume 106:

Nos pères en Égypte ne furent pas attentifs à [Dans la Bible anglaise : “ne comprirent pas”.–N.D.T.] tes miracles, ils ne se rappelèrent pas la multitude de tes grâces, ils furent rebelles près de la mer, près de la mer Rouge.

159      Je vais lire le verset suivant :

Mais il les sauva à cause de son nom, pour manifester sa puissance.

            Puisse le Seigneur ajouter Ses bénédictions.

160      Je vais vous entretenir, si le Seigneur le veut, du sujet du malentendu : Dieu mal compris; c’est ainsi que je vais l’intituler : Dieu mal compris.

161      Vous savez, mal comprendre nous attire bien des ennuis. Très souvent, les gens répètent des choses venant de quelqu’un d’autre, alors qu’ils ont mal compris. Voilà qui ne manque pas de mettre les gens dans l’embarras. Je crois qu’il serait avantageux pour nous d’attendre d’avoir bien compris quelque chose avant d’en parler. N’êtes-vous pas d’accord? Je sais que ça le serait pour moi, il me serait bien avantageux de voir ce qui en est premièrement et, ensuite, d’en parler. Voyez-vous? Mais nous sommes toujours, semble-t-il, mal compris. Et David parle ici du peuple d’Israël qui a mal compris Ses miracles, lorsqu’il se trouvait en Égypte.

162      Or mal comprendre, ce n’est pas simplement dire : “Eh bien, je n’ai pas entendu ce qu’il a dit”, mais c’est voir quelque chose se produire et ne pas très bien en comprendre le pourquoi. C’est... c’est ça qui vous fait manquer le coche à coup sûr.

163      Or Dieu n’opère pas les miracles simplement pour dire : “Voyez, Je suis Dieu.” Quand Dieu opère un miracle, c’est pour nous faire comprendre quelque chose. Voyez-vous? Dieu le fait dans un but. Et, avez-vous remarqué ce 7e verset du Psaume que nous avons lu? Je trouve cela tellement beau que je veux le relire:

Nos pères en Égypte ne furent pas attentifs à [Dans la Bible anglaise : “ne comprirent pas”.–N.D.T.] tes miracles (voyez-vous, ils n’ont pas compris)... ils ne se rappelèrent pas la multitude de tes grâces, ils furent rebelles près de la mer, près de la mer Rouge.

Mais il les sauva à cause de son nom, pour manifester sa puissance.

164      Voyez-vous, ils ne comprenaient pas pourquoi Dieu, là-bas en Égypte, avait accompli ces miracles. Il essayait de leur montrer Sa miséricorde. Il essayait de les amener à comprendre qu’Il était Dieu au milieu d’eux. J’aime cela.

165      Dans mon petit sermon d’il y a quelque temps, à Chicago – et qu’ensuite je crois avoir prêché ici, les frères l’ont enregistré – Comme l’aigle éveille son nid, plane au-dessus de ses petits, j’expliquais comment la mère aigle fait avec ses petits bébés avant de les emmener pour un vol, étant donné que beaucoup de leurs plumes se détachent. Et ils n’ont pas encore vraiment vu leur maman dans toute sa majesté, parce qu’ils sont restés blottis au fond du nid. Mais la voilà qui se dresse au-dessus du nid et étend ses grandes ailes puissantes. Qu’est-ce qu’elle fait? Elle pousse un cri, elle veut qu’ils connaissent sa voix. Elle étend ses grandes ailes.

166      L’aigle femelle est parfois la plus grosse. On dit que les aigles, ces énormes femelles, ont parfois des ailes de plus de quatre mètres [quatorze pieds] d’envergure; elles peuvent ramasser un veau et s’envoler avec. Plus de quatre mètres [quatorze pieds] d’une extrémité des ailes à l’autre. Cela représente la longueur de cette estrade d’un pilier à l’autre.

167      Elle vient se poster devant cet aiglon; pour quelle raison? Elle a l’intention de l’emmener pour un vol, car il n’est jamais sorti de son nid. Et elle a l’intention de l’amener tout là-haut dans les cieux, pour ensuite le faire glisser de son dos, et lui apprendre à se débrouiller et à voler de ses propres ailes. C’est pourquoi elle veut montrer ses compétences. Elle déploie donc ses grandes ailes, gonflant ses plumes majestueusement, puis elle pousse un cri perçant, et commence à éventer ses petits. Oh! la la! Les plumes s’envolent du nid avec tout le reste, car elle y propulse de l’air avec la force d’un avion à réaction. Le petit aiglon en tombe à la renverse et, étendu là sur le dos, il relève la tête, en pensant : “Ô maman, que tu es grande! Que tu es grande!”

168      “Tu vois comme mes ailes sont robustes? Je peux te soulever et t’emporter n’importe où. Je suis puissante!”

169      Et c’est là ce que Dieu faisait pour Israël. Vous savez, Il a dit : “Comme l’aigle éveille son nid”; c’est pareil. Il a trouvé Israël là-bas dans un pays rempli d’hurlements, et Il l’a fait sortir d’Égypte et entrer dans la terre promise sur les ailes d’un aigle. Voyez-vous? Et pourquoi Dieu opérait-Il ces miracles? Il essayait de faire comprendre à Son peuple qu’Il était le puissant Jéhovah.

170      Et c’est ce qu’Il essaie de faire aujourd’hui! Il ne guérit pas les gens simplement parce qu’Il peut guérir. Il essaie de vous faire comprendre qu’Il est la résurrection, qu’Il peut vous redonner la santé, qu’il peut rétablir votre corps. Il peut faire n’importe quoi, Il est Jéhovah! J’aime cela.

171      Mais les gens L’ont mal compris. Il est si facile pour les incroyants – pour ceux qui ne veulent pas comprendre – de mal comprendre Dieu. Bien des gens essaient de comprendre. Beaucoup refusent de comprendre; ils se referment simplement, disant : “Cela n’existe pas”, “Je ne crois pas à cela.” Ceux-là ne pourront jamais comprendre.

172      Mais un homme qui est disposé à comprendre, qui veut bien s’asseoir (“Venez, et plaidons ensemble, dit l’Éternel”), celui-là est–est en passe d’apprendre quelque chose du Seigneur. Mais les gens qui s’associent toujours avec Dieu et avec la puissance de Dieu... On peut difficilement s’associer avec Dieu sans l’être aussi avec Sa puissance, puisque, quand on s’associe avec Lui, on est en relation avec Lui, on fait partie de Sa famille et, par conséquent, on a Sa puissance en soi.

173      Voilà pourquoi les gens ne peuvent croire aux miracles aujourd’hui, c’est qu’ils n’ont rien en eux pour leur permettre de croire. Il leur faut posséder en eux quelque chose qui leur permet de croire. Et, si l’Esprit de Dieu est dans un homme, il dira “amen” à chaque Parole de Dieu et à chaque miracle de Dieu. Mais, comme ma mère le disait : “On ne peut tirer du sang d’un navet, car il n’en a pas.” C’est la même chose ici, on ne peut tirer de la foi d’un incroyant, car il n’y a rien en lui qui lui permette de croire.

174      Un homme a dit : “Je ne crois pas à la guérison Divine, peu importe ce que vous pourriez dire.” Bien sûr que non, parce que ce n’est pas pour lui, c’est seulement pour ceux qui peuvent croire. Quand on veut avoir du sang, il faut le tirer de quelque chose qui en contient. Si vous voulez avoir de la foi, tirez-la de quelque chose qui contient de la foi.

175      Et, de la même façon, Dieu utilisera ce qui contient de la foi. Il ne vous enverra pas dans une campagne de guérison si vous n’avez pas assez de foi pour y croire. Comment pourrait-Il vous envoyer dans un réveil où se produisent des miracles, si vous n’avez pas suffisamment de foi pour y croire? Ce qu’Il veut, c’est quelque chose qui contienne ce qu’il faut pour que Lui produise quelque chose. Donc les gens ont mal compris.

176      De son vivant, Noé fut très mal compris. Noé, qui connaissait Dieu, qui était un serviteur de Dieu, un croyant en Dieu... Et, lorsque vous devenez un croyant en Dieu, vous faites des choses tellement contraires à ce que les gens considèrent comme juste, qu’on vous prendra pour un fou. Noé donc, averti par Dieu, prépara une arche pour le salut de sa maisonnée. Et les gens l’ont pris pour un fou. Il n’était pas fou, il était simplement mal compris, parce qu’il suivait les directives de Dieu. Amen! J’aime cela. Il fut mal compris.

177      “Comment un homme...” direz-vous... “Jamais pluie n’est venue du ciel. Qu’est-ce que la pluie?” Il n’avait encore jamais plu, Dieu irriguait le sol. “Noé, où est-elle, cette pluie?

– Je ne sais pas.

– Montre-moi où elle se trouve!

– Je ne peux pas te la montrer.

178      – Mais, comment peux-tu savoir qu’il en viendra de là-haut, alors qu’il n’y en a manifestement point?”

179      Peut-être Noé a-t-il répondu quelque chose comme ceci : “Dieu m’a dit qu’elle descendrait. Et si Dieu a dit : ‘Elle descendra’, Il est capable de la placer là-haut, et ensuite de l’en faire descendre.” Amen! Cela règle le problème. Dieu l’a dit, un point, c’est tout. Voyez-vous? Il était mal compris, parce qu’il suivait Dieu.

180      Élie. Je pourrais m’attarder longtemps sur chacun de ces sujets, mais j’en ai noté plusieurs que j’aimerais aborder sans tarder. Élie fut mal compris par sa nation. Élie était Israélite, il était Juif, et il était mal compris, parce qu’il condamnait sans arrêt sa nation, condamnait le roi, condamnait la reine, il condamnait tout ce qui l’entourait. Il condamnait tout ça! Il avait vraiment l’air d’un cinglé! Oh! la la! Tout était : “AINSI DIT LE SEIGNEUR. Dieu va te punir, toi Jézabel, toi un tel.”

181      Il fut mal compris. Pourquoi? Parce qu’il suivait Dieu. Ce n’était pas Élie qu’ils comprenaient mal, c’était l’œuvre du Saint-Esprit en Élie qu’ils comprenaient mal.

182      Comment concevoir qu’un homme puisse s’élever contre sa propre nation? Il injuriait sa propre nation, la corrigeait, et prononçait sur elle les malédictions de Dieu... sa propre nation, les gens mêmes avec qui il vivait. C’était sa propre race, sa propre couleur, ses traditions, ses semblables, et néanmoins, il prophétisa le jugement de Dieu, prononça une famine contre eux. Il fut mal compris, parce qu’en fait ce n’était pas Élie, mais Dieu en Élie, qu’ils comprenaient mal. Ce n’était pas Élie qui était mal compris, c’était Dieu qui conduisait Élie; et ils n’ont pas compris que Dieu est un Dieu saint qui ne peut pas tolérer le péché.

183      Et peu importe si c’est votre frère, votre soeur ou votre mère, cela ne fait aucune différence, si ce qu’ils font est péché aux yeux de Dieu, cela entraînera le jugement de Dieu contre eux. Mal compris.

184      Daniel fut mal compris, quand le reste des enfants d’Israël se sont tous prosternés devant l’idole, et que lui, Schadrac, Méschac et Abed-Nego ont refusé de le faire. “Mais, dirent-ils, qu’est-ce qui lui prend?” La nation entière s’écria : “Qu’est-ce qui ne va pas avec cette espèce de fou? Tous les autres Hébreux reconnaissent notre dieu; ils le reconnaissent, ils se prosternent tous au son du cor, de la trompette, du psaltérion, du chalumeau et de tous ces instruments. Ils se prosternent tous, mais qu’est-ce qui se passe avec ce cinglé? Qu’est-ce qu’il a, il refuse de le faire?” C’est qu’il était en contact avec Dieu! Voilà ce qu’il y avait. Il fut mal compris. On prétendait qu’il était fou, qu’il avait perdu la raison, qu’ils n’étaient qu’une bande d’originaux. Mais ils ne faisaient rien d’autre que suivre la conduite de l’Esprit. C’est pourquoi ils furent mal compris.

185      Tous les prophètes de l’Ancien Testament – qui s’élevaient pour prophétiser contre leur nation, qui prophétisaient contre le peuple, qui criaient contre tout, appelant des malédictions sur eux, et faisant des choses comme cela – furent mal compris. Pourquoi? Ils étaient les serviteurs de Dieu, ils faisaient la volonté de Dieu, ils étaient au service de Dieu; par conséquent, ils furent mal compris.

186      Et toute personne qui suit Dieu est mal comprise. Jésus, notre Seigneur, lors de Sa naissance, a été mal compris.

187      Les Mages ont été mal compris : ils suivaient un signe surnaturel pour trouver un Roi né Roi des Juifs. Ils savaient qu’une Étoile sortirait de Jacob selon les prophéties de Daniel. Et ils savaient que ce Roi serait un Sauveur, qu’Il serait le Roi d’Israël. Et ils ont pris deux ans pour venir depuis l’Inde, descendant le Tigre, au travers des déserts et des montagnes, et tout, et sont finalement arrivés dans la ville de Jérusalem, un soir, au coucher du soleil, en criant : “Où est Celui qui est né Roi des Juifs? Où est-Il?”

188      Et nul n’en savait rien. Combien étrange que le Roi des Juifs naquît, et que des gens à des centaines de kilomètres [à des centaines de milles] de là le sachent; mais que, dans la ville même où Il était né, à l’endroit où Il était né, chez les gens parmi lesquels Il était né... on n’en sache rien. Ils n’ont pas compris les Mages. Ils ont répondu : “Il n’existe pas de Roi des Juifs. Nous avons notre roi, c’est Hérode.”

189      Lorsqu’Il est né, sa naissance fut mal comprise. Marie allait être mère avant d’avoir été mariée à Joseph. Ce fut mal compris. On Le croyait né en dehors des liens du mariage, parce qu’on ignorait que le Saint-Esprit avait engendré cet enfant en elle. Mais cela fut mal compris. C’était un acte de Dieu, et les gens l’ont mal compris.

190      Encore aujourd’hui, ils se méprennent; un acte de Dieu est ordinairement mal compris.

191      Sauf pour les croyants spirituels, les gens qui croient l’Esprit... Mais cela a été mal compris, les Mages aussi l’ont été.

192      Hérode ne l’a pas compris. Quand Hérode a dit : “Eh bien, dites-moi donc où se trouve le bébé, et j’irai moi aussi L’adorer.” C’était un hypocrite, car il mentait. Ce qu’il craignait... Il ne connaissait pas les Écritures qui annonçaient la venue d’un Messie, d’un Roi du ciel. Et Hérode s’imaginait qu’il s’agirait d’un roi terrestre, il voulait donc Le tuer pour s’en débarrasser.

193      Il ne s’agissait pas d’un roi terrestre; Il déclara que cette terre n’est pas Son royaume, “Si Mon royaume était d’ici, Mes sujets auraient combattu pour Moi; mais Mon royaume est d’en haut.” Hérode a mal interprété, il pensait qu’il s’agissait d’un roi terrestre.

194      De même demandent-ils aujourd’hui : “À quelle église appartenez-vous, si vous êtes Chrétien? À quelle dénomination?

            – Aucune!”

195      Ils ne comprennent pas ça. Voyez-vous, ils ne peuvent pas comprendre ça. Pour eux, dénomination et Chrétien sont synonymes. En fait, c’est l’inverse, très certainement. Mais c’est mal compris par les gens.

196      Maintenant, nous voyons qu’Hérode comprit mal, il ne pouvait pas le comprendre.

197      NiV-2.N-7ème ne pouvait pas comprendre la nouvelle naissance, lorsqu’il est venu de nuit vers Jésus. On l’a condamné. Je ne le condamne pas. C’était un brave homme, il voulait s’enquérir de quelque chose. Affairé toute la journée, peut-être à son bureau de prêtre, ou à autre chose, il s’est vu obligé de venir la nuit. Au moins, il est venu; il a fait bien mieux que beaucoup aujourd’hui. Eux refusent de venir, jour ou nuit. Lui est finalement arrivé; avant de le condamner, qu’en est-il de vous? Il est finalement arrivé vers Jésus, alors ne le condamnons pas, si nous n’y sommes pas arrivés. Et si jamais vous y parvenez, je ne crois pas que vous le condamnerez. Non; il–il y est arrivé. Et il est venu de nuit, peut-être était-il trop occupé. De toute façon, il est venu. Peut-être que Jésus était trop occupé à prier pour les malades, etc., et que le seul temps où NiV-2.N-7ème a pu obtenir cet entretien avec Lui était le soir. Mais il y est finalement arrivé, il a persévéré jusqu’à ce qu’il obtienne cet entretien avec Jésus. Et quand Jésus a dit... Il–il a dit : “Rabbi, nous savons que Tu es un homme envoyé de Dieu, car personne ne peut faire les choses que Tu fais, si Dieu n’est avec Lui.”

198      Jésus a dit : “Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut entrer dans le Royaume, ne peut pas même voir le Royaume.”

199      Et le grand rabbin, un maître en Israël, de reprendre : “Moi, un vieillard, rentrer dans le sein de ma mère, et naître de nouveau?” Voyez-vous, il a mal interprété ce dont Jésus parlait, il n’a tout simplement pas compris. Parce que Jésus parlait d’une naissance spirituelle, alors que lui essayait d’appliquer cela à une naissance naturelle. Il L’a donc mal compris, il n’a pas saisi. Simplement... comme les gens le font. Beaucoup d’entre nous, tout comme NiV-2.N-7ème, interprétons mal les choses de Dieu, parce que nous en faisons une application naturelle.

200      Prenons, par exemple, un médecin qui dirait : “Oh! je ne crois pas à la guérison Divine. Je ne crois pas que ça existe.”

201      Un jour, j’ai entendu un médecin dire à une dame dans son cabinet... Et elle ne savait pas... Il voulait savoir ce qu’était devenue la tumeur qu’elle avait eue. Elle a dit : “Frère Branham a prié pour moi, et le Seigneur m’a guérie.”

202      Il a dit : “Je ne crois pas cela. Je ne pourrais–je ne pourrais jamais croire une chose pareille. Dites-moi qui l’a enlevée.”

Elle a dit : “Trouvez la cicatrice.”

Il a dit : “Qu’avez-vous mis dessus?”

203      Elle a répondu : “Rien, rien du tout.” Et elle continua : “Il m’a simplement appelée, pendant la réunion, et la chose m’a quittée.”

204      Et moi qui étais assis là dans la pièce voisine! C’est exact, j’étais là dans la pièce d’à côté, en train d’écouter. Elle ne savait pas que j’y étais. Et lui ne le savait pas non plus, puisqu’il ne me connaissait même pas, voyez-vous. Et j’étais assis là! Et il disait... – J’avais amené quelqu’un d’autre chez le médecin. C’est tout à fait vrai. – Et j’ai voulu écouter ce qu’il disait. Je me suis alors levé, j’ai pris le malade et suis sorti, lorsque je me suis aperçu qu’il ne croyait pas.

205      Il disait donc : “Je n’en crois pas un mot. Je n’ai encore jamais rien vu qui puisse faire une chose pareille. Je n’y crois tout simplement pas. Il faudrait que je le voie, avant d’y croire.”

            Elle a dit : “Mais... Et ma tumeur?”

            Il a répondu : “Il faudrait que je la voie disparaître avant de le croire.”

206      Voyez-vous, voir n’est pas croire. “La foi est la substance des choses qu’on ne voit pas.” Voyez-vous, vous devez premièrement y croire et ensuite, cela se produit. Ainsi cet homme n’était pas un croyant, par conséquent tout ça n’était que mystère pour lui. Il ne savait pas ce qu’il disait, parce qu’il–il ne pouvait pas comprendre, c’était une énigme pour lui.

207      Les gens disent aujourd’hui : “Oh! la guérison Divine, je ne crois pas à ça. Le Saint-Esprit, je ne crois pas à ça. Parler en langues, je ne crois pas à ça. Je ne crois pas à ces cris. Je ne crois pas à toutes ces balivernes-là. Je n’y crois pas.” Pourquoi? Parce que c’est un mystère. Vous ne comprenez pas, c’est tout. C’est Dieu, c’est ici même dans la Bible. Cela produit les résultats mêmes dont la Bible a parlé, alors ça doit certainement être Dieu. Vous comprenez mal, c’est tout. Dieu est mal compris.

208      Ses disciples ne pouvaient pas comprendre Ses miracles. Ce soir-là, quand Il est monté dans le bateau, l’un d’eux a dit : “Quelle sorte d’homme est Celui-ci à qui obéissent même les vents et les flots?” Ils n’ont pas compris qu’Il n’était pas un homme, Il était Dieu.

209      Et voilà bien ce qui arrive aujourd’hui, les gens veulent faire de Lui un petit garçon-mascotte ou encore celui qui [au jeu de base-ball–N.D.T.] ramène la batte. Ils veulent faire de Lui juste un petit garçon de courses dans le camp.

210      Il n’était pas un petit gars dans le camp, Il était Jéhovah Dieu! Ils ont mal compris. Ils s’attendaient à ce qu’Il soit simplement l’un d’entre eux. Il n’était pas l’un d’entre eux, Il était Dieu au milieu d’eux! Il était plus qu’un homme. Comme je l’ai souvent répété, Il était un homme lorsqu’Il eut faim, mais Il était Dieu lorsqu’Il nourrit cinq mille hommes avec un petit pain... deux petits pains et quelques morceaux de poisson. Il était un homme lorsqu’Il était fatigué au fond du bateau, mais Il était Dieu lorsqu’Il arrêta les vents et les flots, et les assujettit. “Mais, quelle sorte d’homme est-ce là?” Il n’était pas une sorte d’homme, Il était Dieu manifesté dans un homme. Ils ne L’ont pas compris. Ils Le prenaient pour un homme, le fils de Marie, un charpentier, mais Il était Dieu manifesté dans la chair. Amen!

211      Les soldats romains L’ont mal compris lorsque, L’ayant amené dans le prétoire, ils Lui ont voilé le visage et L’ont frappé sur la tête, en disant : “Si Tu es prophète – tous disent que Tu es prophète – dis-nous donc qui T’a frappé sur la tête.”

212      Voyez-vous, ils ont mal interprété ce que Jésus avait dit : “Je fais seulement ce que le Père Me montre. Je fais ce que le Père Me montre, et Je fais ce qu’Il Me dit de faire.” Ils ont mal compris, ils ont mal compris Son ministère.

213      Les Juifs L’ont mal compris. Il était venu pour être leur Ami et leur Sauveur, et eux ont voulu faire de Lui quelque chose de mauvais. Ils ont mal compris Son ministère. Il a dit : “La reine du Midi se lèvera en jugement avec cette génération, et la condamnera, parce qu’elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon. Et voici, il y a ici plus que Salomon.” Mais ils n’ont pas compris qu’Il était plus que Salomon. Ils pensaient qu’Il n’était qu’un homme.

214      Beaucoup parmi eux pensaient qu’Il était né hors des liens du mariage, qu’Il était issu d’une famille où on avait ces mauvais désirs, etc., qu’Il était un enfant naturel. Nous venons d’avoir une question là-dessus; ils ne pouvaient même pas... “Mais, disaient-ils, nous savons que Tu es né en dehors des liens du mariage, Tu as un démon. Et Tu essaies de nous enseigner? Nous sommes des rabbins!”

            Il leur dit : “Vous avez pour père le diable.”

215      Voyez-vous, ils ont mal compris. Les soldats romains, s’en revenant un jour après L’avoir entendu, dirent : “Jamais homme n’a parlé ainsi. Nous n’avons jamais entendu un homme parler ainsi.”

216      Ce n’était pas un homme qui parlait, c’était Dieu! Oui, monsieur. L’homme ne parle pas ainsi... Un homme peut citer et prêcher les Écritures, mais Jésus fait vivre les Écritures. Un homme ne peut produire ceci dans sa vie : “Les Écritures déclarent ceci, et le voici.” L’homme peut dire : “L’Écriture le dit”, mais c’est à peu près tout ce qu’il peut faire. Mais Jésus pouvait déclarer : “Moi et le Père, nous sommes Un; Mon Père demeure en Moi. Celui qui M’a vu a vu le Père.” Nul autre ne pouvait dire cela! Amen. Alléluia! C’est exact. “Celui qui M’a vu a vu le Père.” Nul autre ne pouvait dire cela!

217      Rien d’étonnant que ces soldats aient dit : “Jamais homme n’a parlé ainsi.” “Il ne parle pas comme un scribe ou un prédicateur, Il parle avec autorité! Et les démons même Lui obéissent, et les vents et les flots Lui obéissent.” Ils pensaient qu’Il était un homme, mais Il était Dieu.

218      Voyez-vous, Il a été mal compris. Ils Lui ont dit : “Toi, Tu es–Tu es un bâtard. Tu es né hors des liens du mariage, et Tu essaies de nous enseigner? Mais nous savons que Tu es fou et que Tu as un démon. Tu es un Samaritain; Tu es allé là-bas, et c’est là que ces démons sont venus sur Toi. Tu essaies maintenant de nous enseigner, à nous, de saints rabbins?”

            Il a déclaré : “Vous avez pour père le diable.”

219      Eh oui, ils se sont mépris sur Son compte, ils ne savaient pas Qui Il était. C’est ce qui arrive aujourd’hui, les gens essaient de faire de Lui quelque chose qu’Il n’est pas. Il n’est pas un... un simple homme, Il est Dieu dans un homme! Pas une troisième personne, mais la seule Personne. Oui, monsieur. Mais évidemment, ils L’ont mal compris.

220      Le pharisien... Ce pharisien qui, une fois, L’avait invité à dîner, à un grand banquet, il L’a mal compris. Il avait pensé simplement Le faire venir là. J’ai prêché là-dessus il n’y a pas très longtemps à un déjeuner, je crois que c’était à ce déjeuner de Chicago. Ce pharisien disait : “Regardez-Le donc là-bas, assis là, les pieds sales et tout. Cette petite femme est entrée et L’a lavé avec ses larmes et essuyé avec ses cheveux. S’Il était prophète, Il saurait quelle sorte de femme est là à Lui laver les pieds. Cela prouve qu’Il n’est pas prophète!”

221      Jésus s’est levé et a dit : “Simon, J’ai quelque chose à te dire!” Amen! Il avait mal compris, voilà tout. Il a dit : “Je... Tu M’as invité à venir, et J’ai laissé de côté un horaire chargé pour répondre à ton invitation. Et quand... Tu ne M’as même pas accueilli à la porte. Tu ne M’as même pas lavé les pieds. Tu n’as même pas oint Ma tête. Tu ne M’as même pas accueilli par un baiser. Tu M’as simplement laissé entrer, sale, sentant mauvais et trempé de sueur, tu M’as ensuite fait asseoir dans un coin avec l’intention de Me ridiculiser. Mais cette femme, oui cette femme, n’a pas cessé de baiser Mes pieds, et elle les a lavés avec des larmes de repentance (quelle merveilleuse eau!) et essuyés avec ses cheveux. J’ai quelque chose contre toi, Simon; en vérité, Je te le dis, ses péchés qui sont nombreux lui sont tous pardonnés.” Simon a mal compris; mais elle a compris. Simon se disait : “Il n’est qu’un homme”, mais elle : “Il est Dieu, mon Sauveur!” Il a été mal compris. Il l’est encore aujourd’hui.

222      Les disciples au Calvaire, ils ont mal compris, lorsqu’ils L’ont tous renié et sont partis. Comment pouvaient-ils concevoir qu’un homme qu’ils avaient vu accomplir des miracles et ressusciter les morts, que cet homme se soumette néanmoins à la mort, et traverse tout cela – roué de coups, en larmes, les crachats coulant de Son visage, et le sang qui s’y mêlait là où on avait arraché Sa barbe par poignées, l’arrachant ainsi de Son visage. Et ils Lui avaient tellement meurtri le dos que Ses os étaient visibles. Lui assenant des coups de pied et Le frappant de tous côtés, ces soldats ivres L’avaient roué de coups jusqu’en haut de la rue, tout en proférant des jurons. “Et Lui les laisse faire sans réagir?” Ils ont mal interprété cela, ils se sont donc tenus à l’écart. C’est exact.

223      Le diable L’a méconnu. Le diable s’est dit : “Un Fils de Dieu ne se laisserait pas maltraiter de la sorte – ils sont là à L’injurier, mes disciples Le traitent n’importe comment, et Lui qui encaisse tout – Il n’est pas le Fils de Dieu.”

224      Les pharisiens également, les prêtres, L’ont méconnu, disant : “Si Tu es le Fils de Dieu, descends donc de là.”

225      Le brigand à Sa gauche L’a méconnu, disant : “Si Tu es le Fils de Dieu, descends-nous de la croix, sauve-Toi et nous avec Toi.”

226      Mais le brigand de droite, lui, a compris; il a dit : “Nous avons... nous avons mal agi, et nous méritons ce qui nous arrive, mais cet Homme n’a rien fait. Seigneur, souviens-Toi de moi quand Tu entreras dans Ton Royaume!”

227      Observez bien cette Voix lui répondre : “Aujourd’hui, tu seras avec Moi dans le Paradis.” Il avait compris que c’était Dieu, qui mourait pour nos péchés. Et comment aurait-Il pu mourir autrement qu’en étant mis à mort dans la chair. Il ne saurait être mis à mort en Esprit, puisqu’Il est l’Esprit Éternel. Il lui fallait donc être dans un corps de chair pour être mis à mort; ils ont tout simplement mal compris. Lui l’a compris.

228      À peu près dix jours plus tard, ou quarante jours plus tard, ou plutôt cinquante jours plus tard, les disciples sont montés dans une chambre haute, et y sont demeurés dix jours et dix nuits, jusqu’au cinquantième jour. Tout à coup, il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux. Jésus leur avait bien dit : “Voici, Je vous envoie la Promesse de Mon Père, mais restez dans la ville de Jérusalem, jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la Puissance d’en haut.” Ils savaient qu’Elle allait venir. Ils savaient que ça allait... que ça devait se produire. “Montez là-haut, et attendez que Je l’envoie.” Ils ont attendu. Ils ont confessé leurs fautes, libéré leur esprit et leur cœur de tout. Ils étaient là à attendre, tous d’un même accord, dans un même lieu, à attendre la Promesse; hommes et femmes marchant de long en large dans cette chambre haute, toutes les portes verrouillées, afin que les Juifs ne puissent pas s’introduire et–et leur faire du mal.

229      Tout à coup, pendant qu’ils étaient là-haut à aller et venir, il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et des langues de Feu se posèrent sur chacun d’eux. Les portes se sont ouvertes brusquement, les fenêtres se sont ouvertes, et les voilà dans la rue.

230      Et ceux-ci furent à tel point mal compris qu’on disait : “Ces hommes ne sont-ils pas pleins de vin doux? Ces gens sont ivres, car nous les entendons raconter quelque chose dont nous ne comprenons pas un mot.” Tout à coup, ils déclarèrent : “Comment les entendons-nous chacun dans notre langue maternelle, ne sont-ce pas tous des Galiléens?” Ils n’ont pas compris qu’il s’agissait de la Promesse du Père.

231      Dieu avait sur place un prophète qui put s’avancer et dire... Pierre dit : “Vous, hommes de Jérusalem, et vous qui demeurez en Judée, ne vous méprenez pas sur ceci. C’est ici ce qui a été dit par le prophète Joël : ‘Dans les derniers jours, dit Dieu, Je répandrai de Mon Esprit sur toute chair. Et sur Mes serviteurs et sur Mes servantes, Je répandrai de Mon Esprit, et ils prophétiseront. Je ferai paraître des prodiges en haut dans le ciel et en bas sur la terre, et du feu, et une vapeur, et des colonnes de fumée. Alors, avant que vienne le grand et redoutable jour du Seigneur, quiconque invoquera le Nom du Seigneur sera sauvé.’”

232      C’était l’œuvre de Dieu! C’était le Saint-Esprit; mais ils ont mal interprété Cela. Il a été mal compris.

233      Il a toujours été mal compris. Israël L’a mal compris. Les gens de l’époque de Noé L’ont mal compris. Les gens de l’époque de Daniel L’ont mal compris. Les gens de l’époque de Jean L’ont mal compris. Les gens de–de l’époque des prophètes L’ont mal compris. Les gens de l’âge pentecôtiste L’ont mal compris.

234      Les gens de cet âge-ci Le comprennent mal; c’est encore pareil. Ils ne saisissent pas, parce qu’Il est mal compris. C’est le moment de comparer le naturel au spirituel.

235      Quand les gens... Et, après ce jour de la Pentecôte, où ils furent tous remplis du Saint-Esprit, après cette mémorable réunion là-haut, ils interpellèrent un homme, boiteux de naissance – deux d’entre eux marchaient dans la rue, et ce mendiant, faisant tinter une boîte, leur demanda l’aumône. L’un des d’eux lui dit : “Je n’ai ni argent, ni or; mais ce que j’ai, je te le donne.” Il dit : “Au Nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche!” Et, le prenant par la main, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes. Il se mit à marcher et à sauter, à courir et à bondir tout en louant Dieu; et il entra dans le temple. Tout le peuple accourut, et se mit à crier et à faire du désordre. Eh bien, c’était inhabituel!

236      Et ils les jetèrent en prison, et leur défendirent avec menaces de parler désormais au Nom de Jésus!

237      Et Pierre dit : “Qui nous faut-il écouter, Dieu ou les hommes?”

238      Et ils les libérèrent, pensant que, puisqu’ils les avaient un peu battus, et menacés (de les pendre la prochaine fois, ou de les brûler, ou de les crucifier, ou quelque chose ainsi), ils arrêteraient. Mais, à la première occasion, ils étaient de nouveau dans la rue à refaire la même chose. Pourquoi? Ils ont mal compris. Ce n’était pas eux; c’était Dieu en eux qui faisait ces choses.

239      Lorsqu’ils ont fait comparaître le petit Étienne devant la cour du Sanhédrin ce matin-là, ils se disaient : “Nous le conduirons devant notre cour. Quand il verra tous ces rabbins, ces Juifs, ces grands prêtres et ces saints pères, quand il les verra tous rassemblés, avec ces docteurs en théologie, il s’affolera.” Ils l’emmenèrent donc enchaîné, et le firent se tenir là, ce petit homme, tel un agneau au milieu d’une meute de loups furieux. Ils se disaient : “Regardez-le bien se rétracter et dire : ‘Je retire tout ça, frères, laissez-moi tranquille.’”

240      Il dit : “Hommes au cou raide, incirconcis de cœur et d’oreilles! Pourquoi vous opposez-vous au Saint-Esprit? Ce que vos pères ont été, vous l’êtes aussi!” Amen!

241      Ils découvrirent que ce n’était pas lui! Ils ramassèrent alors des mottes de terre, se bouchèrent les oreilles, et se mirent à grincer des dents contre lui et à le lapider à mort. Et, redressant la tête, alors que les coups pleuvaient sur lui de part et d’autre, il dit : “Je vois les cieux ouverts, et Jésus debout à la droite de Dieu.” Amen! Et il s’endormit dans les bras du Seigneur Jésus. En expirant, il déclara : “Père, ne leur impute pas ce péché.”

242      Voyez-vous, ils n’ont pas compris ce qu’ils avaient fait. Paul était là à regarder. Plus tard, cela porta sur ses nerfs, et il déclara : “Je suis le moindre d’entre tous, car j’étais témoin de la mort d’Étienne, Ton saint.” Amen! C’est ça.

243      Voyez-vous, les gens interprètent mal cet enthousiasme. Les gens, aujourd’hui, comprennent mal. Ils comprennent mal la puissance du Saint-Esprit. Ils appellent cela “une bande de ‘holy rollers’” [d’exaltés]. Ils traitent cela de “bande de gens qui n’ont pas toute leur tête”. Ils ne comprennent pas qu’il faut perdre la... ce qu’on appelle “la raison”, pour connaître Christ, parce que vous avez alors la pensée de Christ. Vous ne pouvez pas avoir à la fois la pensée du monde et la pensée de Christ, puisque l’une est charnelle et l’autre, spirituelle. “Celui qui marche selon la chair est charnel, celui qui marche selon l’Esprit est spirituel.” Amen. Je perdrai donc ma vie pour la retrouver, Seigneur, en Toi. Oui, monsieur. Ainsi, Dieu est mal compris. Ce n’est pas vous qui êtes mal compris, c’est le Saint-Esprit qui vous fait faire ces choses qu’ils comprennent mal. Amen! Ils ne disent pas du mal de vous, ils disent du mal de Lui. Les gens sont mal compris.

244      On peut bien les relâcher, mais ils retourneront dans la rue pour recommencer de plus belle. C’est la même chose aujourd’hui. On les comprend mal. On ignore ce que c’est.

245      Aujourd’hui, ce ministère que j’ai est mal compris parmi les gens vers lesquels Il m’a envoyé. Les gens interprètent mal. Chacun d’eux dit : “Nous croyons Frère Branham...” J’ai parlé, il y a quelque temps, à un prédicateur qui disait : “Frère Branham, nous savons tous que vous avez été envoyé à l’Église, mais, qu’est-ce que c’est que cette idée de baptiser au Nom de Jésus?” Ils interprètent mal les Écritures. Ils comprennent mal. C’est pour cela même qu’Il m’a envoyé, c’est là le but même de ma présence ici. “Pourquoi enseignez-vous la semence du serpent et ces choses qui sont contraires à ce que nous enseignons?” Eh bien, frère, c’est pour cela même que je suis ici. Ils ne comprennent pas, c’est tout. Amen! Mais Dieu en rend témoignage par Sa Parole et par les signes du Saint-Esprit...?... Peu importe à quel point ils peuvent La prendre à contresens, Dieu confirme tout de même la Parole! Amen.

246      Dieu a toujours été mal compris. Et ceux qui vivent avec Dieu sont mal compris avec Dieu, parce que c’est Dieu qui œuvre en eux. Amen. Le croyez-vous?

Je L’aime, je L’aime

Parce qu’Il m’a aimé le premier

(L’aimez-vous? Levez les mains et dites : Louez...) ...acquis mon salut

Sur le bois du Calvaire.

247      Êtes-vous heureux d’être mal compris? Nous chantions autrefois ce petit chœur : “Maintenant, je suis marqué, marqué, marqué, marqué par l’Esprit Divin.” C’est exact. Les gens qui jadis m’aimaient me tournent maintenant le dos, parce que je suis marqué, marqué par l’Esprit. Amen! J’ai perdu ma pensée propre, laissant les choses du monde, afin de recevoir la pensée de Christ; si donc j’ai la pensée de Christ, celle-ci cherche les choses d’en haut. Je voudrais bien voir quelqu’un me montrer un seul baptême correct, outre le baptême au Nom de Jésus-Christ. Je voudrais bien voir quelqu’un me montrer un seul passage des Écritures qui dit que le serpent n’avait pas de semence. Je voudrais bien voir quelqu’un me montrer un passage biblique qui dit qu’il y a trois Dieux.

248      Ensuite ils disent : “Mais, qu’est-ce que c’est?”

249      Dieu a envoyé Son Message et en rend témoignage. Il confirme la Parole par les signes qui L’accompagnent. C’est ce que déclare la Bible. Ils ne peuvent pas nier cela, c’est un fait. Mais, que font-ils? Ils L’interprètent mal, parce que je ne suis pas venu au nom des Assemblées de Dieu, des unitaires, binitaires ou trinitaires, ou bien de l’église de Dieu, des baptistes, méthodistes, presbytériens ou luthériens. Je ne suis venu au nom d’aucun d’eux, je suis venu au Nom de Jésus-Christ. Et Dieu, dans Sa miséricorde, confirme le Message par la puissance de résurrection de Jésus-Christ. Donc, encore là, c’est l’Esprit de Dieu que les gens comprennent mal. C’est bien ça : mal compris.

250      Bien sûr que vous êtes mal compris : tous ceux qui vivent pieusement en Jésus-Christ sont mal compris. Tous, du juste Noé jusqu’au saint de cette époque moderne dans laquelle nous vivons, tous sont mal compris. Il en a toujours été ainsi, les gens interprètent mal.

251      Le peuple d’Israël a mal compris. Ils ne comprennent pas; ils ne le peuvent simplement pas, parce que leur esprit est charnel et... il ne s’alliera pas avec le spirituel, car le mélange n’est pas possible.

252      Mais je suis heureux que nous vivions dans un Royaume qui n’est pas fait de main d’homme. Je suis heureux que nous nous dirigions vers un Royaume avec lequel l’homme n’a rien eu à faire. Je suis heureux que notre Royaume soit en haut. Et si notre Royaume est en haut, nous sommes nés d’en haut, nous cherchons donc les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu, oh! où Il n’a pas honte de nous. Notre témoignage... Nous n’avons pas honte de Lui sur cette terre, parce que nous sommes des pèlerins et des étrangers. Nous ne sommes pas de cette terre, nous sommes nés de l’Esprit de Dieu. Nous sommes assis ensemble dans les lieux célestes en Jésus-Christ, lavés dans Son Sang, nés de Son Esprit, remplis de Sa grâce.

253      C’est ça, mal compris. Mais, que nous importe, nous L’aimons. Ne L’aimez-vous pas? Très bien, Teddy, donne-nous la note pour Je L’aime, et chantons-le du fond du cœur :

Je L’aime, je L’aime

Parce qu’Il m’a aimé le premier

Et a acquis mon salut

Sur le bois du Calvaire.

254      N’est-Il pas merveilleux? Ne L’aimez-vous pas? N’êtes-vous pas contents d’être singuliers? Un sacerdoce royal, un peuple choisi, un peuple acquis, offrant des sacrifices spirituels, le fruit de vos lèvres Lui donnant la louange.

255      Je vais vous chanter un chant maintenant; j’ai envie de chanter :

Je trouve bien des gens qui ne peuvent comprendre

Pourquoi je suis si heureux et libre;

J’ai été rempli de l’Esprit, il n’y a pas de doute,

Et c’est là ce qui m’arrive.

Oh! c’est là ce qui m’arrive,

Oh! c’est là ce qui m’arrive,

J’ai été rempli de l’Esprit, il n’y a pas de doute,

Et c’est là ce qui m’arrive.

256      Aimez-vous cela? Alors chantons-le ensemble :

On trouve bien des gens qui ne peuvent comprendre

Pourquoi nous sommes si heureux et libres

Nous sommes remplis de l’Esprit, il n’y a pas de doute,

Et c’est là ce qui m’arrive.

Oh! c’est là ce qui m’arrive, (Gloire à Dieu!)

Oh! c’est là ce qui m’arrive,

J’ai été rempli de l’Esprit, il n’y a pas de doute,

Et c’est là ce qui m’arrive.

Oh! quand je suis heureux, je chante et crie,

Certains ne le comprennent pas, je le vois bien;

Mais j’ai traversé le Jourdain vers ce beau pays de Canaan,

Et c’est là ce qui m’arrive.

Oh! c’est là ce qui m’arrive, (Gloire à Dieu!)

Oh! c’est là ce qui m’arrive,

J’ai traversé le Jourdain vers ce beau pays de Canaan,

Et c’est là ce qui m’arrive.

257      Oh! j’aime cela! Pas vous? J’ai traversé le Jourdain vers ce beau pays de Canaan, j’ai fait mes adieux au monde, me suis élevé au-dessus des choses du monde, et maintenant je vis dans cette atmosphère céleste. Bien sûr que je me comporte drôlement pour ces buses là en bas; bien sûr que oui, je plane au-dessus. C’est exact. Que nous importe? Nous vivons au pays de Canaan. Amen! Oui, monsieur. Nous sommes là à déguster les nouveaux Raisins, passant des moments absolument merveilleux; remplis de gloire, remplis de puissance, remplis du Saint-Esprit. Oui, monsieur.

258      On a dit d’Étienne : “C’était un homme rempli.” Rempli de quoi? Rempli de quoi? Il était rempli du Saint-Esprit, il était rempli de puissance, il était rempli de sagesse, il était rempli de force. Quelle était la somme de tout cela? Il était rempli du Saint-Esprit! C’est là que résident toutes ces choses. Voilà ce qu’est l’Église du Dieu vivant. N’êtes-vous pas heureux de cela, Chrétiens? Comportez-vous d’une manière joyeuse. Si vous êtes mal compris, sachez que “tous ceux qui vivent pieusement en Jésus-Christ seront mal compris”. Ils l’ont toujours été, tout au long des temps bibliques.

259      Mais, qu’est-ce que j’essaie donc de dire? Vous qui parlez en langues, vous qui criez, dansez dans l’Esprit – les gens diront : “Oh! ce n’est que sottise!” – rappelez-vous que je vous l’ai montré en prenant des exemples. D’un bout à l’autre des Écritures, ils ont toujours été mal compris. Souvenez-vous, vous faites partie des Écritures, et vous faites ce qui est juste. Tenez ferme, Dieu est avec vous. Restez attachés aux Écritures, Dieu s’occupera du reste. Amen!

260      Je L’aime. Chantons mon bon vieux chant de baptême, celui que nous chantions la toute première fois que l’Ange du Seigneur a fait une apparition publique. Je L’avais moi-même déjà vu, mais c’était la première fois qu’Il descendait. Et quand Il est descendu, Il–Il a dit : “Comme Jean a été envoyé comme précurseur de la première venue de Christ, ton Message annoncera et préparera la seconde venue de Christ.” Les gens se tenaient par centaines là sur la rive, lorsqu’Il est descendu en juin 193          3 sur le fleuve. Et nous étions debout sur la rive, chantant :

Au bord du Jourdain je me tiens,

Mes yeux se portent au loin;

Je vois là-bas mon Canaan,

Terre de mon trésor.

Je vais à la Terre promise,

Je vais à la Terre promise;

Oh! qui veut venir avec moi?

Je vais à la Terre promise.

Oh! je vais à la Terre promise,

Je vais à la Terre promise;

Oh! qui veut venir avec moi?

Je vais à la Terre promise.

Quand vais-je atteindre ces murs bénis,

Cité des bienheureux!

Quand verrai-je la face du Père,

Me reposerai-je dans Son sein.

Oh! je vais à la Terre promise,

Oh! je vais à la Terre promise;

Oh! qui veut venir avec moi?

Je vais à la Terre promise.

Dans cette plaine illuminée

De soleil éternel,

Où Dieu le Fils règne à jamais,

Et dissipe la nuit.

Je vais à la Terre promise,

Je vais à la Terre promise;

Oh! qui veut venir avec moi?

Je vais à la Terre...

261      Chantons-le donc de nouveau, et serrez la main à quelqu’un auprès de vous.

Je vais à la Terre promise,

Je vais à la Terre promise;

Oh! qui veut venir avec moi?

Je vais à la Terre promise.

262      Maintenant, chacun de vous qui avez accepté Christ, et qui savez, sans l’ombre d’un doute, que vous êtes né de nouveau de l’Esprit, levez vos mains avec nous, et chantons :

Je vais à la Terre promise,

Eh bien, je vais à la Terre promise;

Oh! qui veut venir avec moi?

Je vais à la Terre promise.

263      Il y a bien longtemps que je n’ai pas vu ceci. Mesdames, prenez donc un mouchoir dans votre sac à main. Messieurs, prenez un mouchoir dans votre poche. Nous allons maintenant présenter au Seigneur une offrande qu’on agite. Très bien. Tous ensemble, nous allons agiter la main, comme si nous entrions maintenant dans Canaan; agitez vos mouchoirs. Allons-y :

Je vais à la Terre promise,

Je vais à la Terre promise;

Oh! qui veut venir avec moi?

Je vais à la Terre promise.

264      Maintenant, s’il y a ici quelqu’un qui n’ait pas affermi sa vocation et son élection, et qui aimerait se joindre à nous tandis que nous chantons de nouveau, vous n’avez qu’à tirer votre mouchoir et à l’agiter avec nous. La porte est ouverte, les billets sont gratuits. Ne voulez-vous pas venir? Montez à bord du vieux vaisseau de Sion; il s’en va, il s’éloigne. Allons-y.

Je vais à la Terre promise (ça ne tardera pas),

Oh! je vais à la Terre promise;

Oh! qui veut venir avec moi?

Je vais à la Terre promise.

265      En inclinant la tête :

Être comme Jésus, juste être comme Jésus,

Sur terre je languis d’être comme Lui;

Pendant tout mon voyage de la terre à la Gloire

Je ne demande qu’à Lui ressembler.

De la crèche de Bethléhem vint un Étranger;

Sur terre je languis d’être comme Lui.

Pendant tout mon voyage de la terre à la Gloire

Je ne demande qu’à Lui ressembler.

266      N’oubliez pas dimanche. N’oubliez pas la réunion de prière de mercredi soir. Rappelez-vous : priez beaucoup, priez pour moi, priez pour votre pasteur, priez pour votre voisin, vos diacres, vos administrateurs, priez que Dieu puisse agir comme Il l’entend avec nous tous.

Être comme Jésus, être comme Jésus,

Sur terre je languis (c’est là le désir de mon cœur) d’être comme Lui. (mal compris.)

(...?...) ...de la terre à la Gloire

Je ne demande qu’à Lui ressembler.

[Frère Branham commence à fredonner le chant.–N.D.É.] ...humble et modeste,

Sur terre je languis d’être comme Lui.

Pendant tout mon voyage de la terre à la Gloire

Je ne demande qu’à Lui ressembler.

267      Avec nos têtes inclinées maintenant, nos yeux fermés et nos cœurs concentrés sur Dieu, nous allons demander à mon précieux et cher ami, Frère Roy Borders, de la Californie, de bien vouloir... prononcer la bénédiction sur cette réunion. Frère Borders. [Frère Roy Borders prie.–N.D.É.]
Up

S'abonner aux nouvelles