ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Jéhovah-Jiré #1 de William Branham a été prêchée 64-0402 La durée est de: 1 hour and 18 minutes .pdf La traduction VGR
Télécharger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Jéhovah-Jiré #1

1 Vous pouvez vous asseoir. De revenir encore ce soir, c’est une grande occasion, et une grande bénédiction qui m’est donnée, de venir et de vous parler de notre Seigneur Jésus, que vous connaissez pour la plupart, j’en suis sûr, ou du moins je l’espère, par le pardon de vos péchés, et–et par Sa grâce qu’Il a manifestée envers vous. Et, puisse-t-Il vous donner, ce soir, encore plus de Sa grâce. Quand nous repartirons, que nous puissions dire, comme ceux qui revenaient d’Emmaüs: “Notre coeur brûlait au dedans de nous, alors qu’Il nous parlait en chemin.”

2 Maintenant, tous les matins, je crois qu’on a un–un–un–un homme qui se charge des relations publiques, quelque chose comme ça. M. Vayle que voici fait un–un exposé, il répond en quelque sorte aux questions et il parle de l’Écriture. Est-ce que ça a lieu ici, dans ce bâtiment? Ici même, dans ce bâtiment, le matin. Alors si des gens sont disponibles, et si des ministres, ou autres, aimeraient venir fraterniser, eh bien, tout le monde est le bienvenu. Et Frère Vayle est un enseignant très profond. Vraiment, il a une solide instruction.

3 Et donc, comme je le disais l’autre jour, je–je voudrais bien avoir de l’instruction. Je suis obligé d’employer des paraboles, quelque chose comme ça, pour expliquer, vous savez. Je n’ai pas assez d’instruction pour décortiquer les choses. Mais d’une manière ou d’une autre, le Seigneur m’aide à les transmettre.

4 Et alors, je me rappelle qu’à un moment donné, dans l’Écriture, il y a eu un–un homme du nom de Jean, et son père était sacrificateur. Habituellement, ils suivaient les traces de leur père. Mais lui, il avait réellement un message: il devait annoncer le Messie. Or, s’il était allé à l’école que son père avait fréquentée, là ils auraient dit: “Tu connais notre cher frère Untel, là? C’est le Messie, sûr et certain”, ils seraient presque arrivés à l’en persuader. Alors, voyez, il n’a fréquenté aucune de ces écoles-là.

5 Il est allé au désert, où il a été instruit par Dieu. Avez-vous remarqué les messages avec lesquels il est ressorti? Il n’a jamais fait d’études. Il est allé au désert à l’âge de neuf ans, il en est ressorti à trente ans, il a prêché pendant six mois, et il a été exécuté. Or nous voyons qu’il employait… Il a dit, par exemple, les pharisiens sont venus, et les sadducéens, et il a dit: “Races de serpents!” C’est ce qu’il avait vu dans le désert: des serpents, quelque chose qui est sale, visqueux et trompeur. Voyez?

6 Bon, quelqu’un aurait peut-être dit: “Ah, éléments incommodants de bas étage”, ou quelque chose comme ça. Mais il…

7 Mais, voyez, il ne connaissait pas les termes à employer, alors il a simplement dit: “Races de serpents”, c’est ce qu’il avait vu dans le désert. Il a dit: “Qui vous a appris à fuir la colère à venir? Ne vous mettez pas à dire, là: ‘Nous avons, nous faisons partie de ceci et faisons partie de cela’, car Dieu peut, de ces pierres,” c’est ce qu’il avait vu, “susciter des enfants à Abraham. Et la cognée est mise à la racine de l’arbre.” Il savait quoi faire d’un mauvais arbre. “Tous ceux qui ne produisent pas de bons fruits sont coupés et jetés au feu”, pour que soit brûlé le mauvais bois.

8 Voyez, tout son message, il l’a présenté en utilisant comme modèle les éléments de la nature. Les gens du peuple, ça, ils le comprennent. Et alors ils… Des fois je trouve que c’est peut-être un peu mieux de faire ça, plutôt que d’employer tous ces grands mots que les gens apprennent à l’école.

9 Bon, hier soir, nous avons dépassé un peu le temps prévu, alors nous allons tâcher de vous laisser sortir à l’heure ce soir, autant que possible. Et j’espère que le Seigneur ne permettra pas que la pluie tombe trop fort, ce soir, sur ce toit en tôle ondulée – alors, nous allons simplement croire et–et nous efforcer de Le servir de notre mieux.

10 Maintenant levons-nous, alors que nous lirons la Parole de Dieu, que nous lirons maintenant dans le Livre de la Genèse. Nous commençons au chapitre 22, au verset 7, et nous lirons jusqu’au verset 14 inclus. Et Isaac parla à Abraham, son père, et dit: Mon père! Et il dit: Me voici, mon fils. Et il dit: Voici le feu et le bois; mais où est l’agneau pour l’holocauste? Et Abraham dit: Mon fils, Dieu se pourvoira de l’agneau pour l’holocauste. Et ils allaient les deux ensemble. Et ils arrivèrent au lieu que Dieu lui avait dit. Et Abraham bâtit là l’autel, et arrangea le bois, et lia…son propre fils, et le mit sur l’autel, sur le bois. Et Abraham étendit sa main et prit le couteau pour égorger son fils. Mais l’Ange de l’Éternel lui cria des cieux, et dit: Abraham! Abraham! Et il dit: Me voici. Et il dit: N’étends pas ta main sur l’enfant, et n’étends…sur lui; car maintenant je sais que tu crains Dieu, et que tu as refusé…ne m’as pas refusé ton fils…unique. Et Abraham leva ses yeux, et vit, et voici, il y avait derrière lui un bélier retenu au buisson par les cornes; et Abraham alla et prit le bélier, et l’offrit en holocauste à la place de son fils. Et Abraham appela le nom de ce lieu-là, Jéhovah-Jiré, comme on dit aujourd’hui: En la montagne de l’Éternel y sera-t-il pourvu. [version Darby]

11 Inclinons la tête un instant, pour prier.

12 Notre Père Céleste, il nous est dit par cette Parole, qui est Dieu, que “la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend de la Parole de Dieu”. Alors, maintenant, Père, nous Te prions de nous donner le contexte de cette lecture, pour que nous puissions apprendre, car il nous est dit par la Bible que “toutes ces choses de l’époque de l’Ancien Testament ont été des exemples, pour que nous puissions voir”. Ceux qui obéissent à l’appel de Dieu sont bénis. Ceux qui le rejettent sont maudits. Donc, nous prions, Père, qu’il nous soit donné de comprendre, ce soir, par la révélation. Puisse le Saint-Esprit nous révéler les choses qui nous concernent, en ce jour-ci, toutes ces choses étant cachées dans ce grand mystère de Dieu qui subsiste depuis la fondation du monde. Car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.
Vous pouvez vous asseoir.

13 Je voudrais parler de ce sujet, si le Seigneur le veut, tirer ma réflexion de ceci: Jéhovah-Jiré. Ce mot veut dire “Dieu se pourvoira Lui-même du sacrifice”.

14 Nous parlons d’Abraham, et ceci a eu lieu à l’époque où il attendait un fils promis. Pour trouver la vérité vraie là-dessus, nous allons retourner en arrière. Ici, on était au chapitre 22. Nous voulons faire un petit retour en arrière; j’ai noté ici quelques passages de l’Écriture auxquels j’aimerais me reporter, si possible. Je veux parler de ces passages, et je veux commencer au chapitre 12. Nous allons retourner en arrière, pour voir qui est ce personnage Abraham, et aussi, comment–comment se fait-il que Dieu l’ait choisi.

15 Nous savons que la promesse a été donnée à Abraham et à sa Postérité après lui, et il nous faut être en Abraham pour pouvoir être héritiers avec lui par la promesse. Or, Abraham a eu une postérité, et la postérité, évidemment, c’était, il a eu beaucoup de postérité, de postérités, mais il a eu une seule Postérité à qui s’adressait la promesse. Il a eu Ismaël; et puis, après la mort de Sara, il a épousé une autre femme, et il a eu sept fils, sans compter les filles; et tous ceux-là sont la postérité d’Abraham, mais la…sont les postérités d’Abraham, mais la Postérité, c’est celle qui a reçu la promesse. Et la Postérité, en fait, c’est la foi d’Abraham, qu’il avait dans la Parole promise de Dieu.

16 Or Abraham, nous constatons, nous…c’est seulement ici que nous le voyons apparaître, vers le chapitre 12. Au chapitre 11 de la Genèse, nous voyons que son père était venu de Babylone. Et Abraham n’était qu’un homme ordinaire, comme vous ou moi, ou n’importe qui d’autre. Et il devenait un homme assez – c’est ce que nous, on penserait, – assez avancé en âge. Il était âgé de soixante-quinze ans. Il avait épousé sa demi-soeur. Son nom était Sara. Lui, son nom, à cette époque-là, évidemment, ce n’était pas Abraham, c’était Abram. Et–et elle, son nom était Saraï. Alors, nous voyons qu’elle était de dix ans plus jeune que lui, elle était donc âgée de soixante-cinq ans, et lui de soixante-quinze ans.

17 Probablement qu’ils, il était fermier, il vivait là-bas dans la vallée de Schinear et menait une vie ordinaire. Probablement que, pendant la journée, il–il sortait pour aller chercher sa viande dans la brousse, et cueillir des baies, et il menait ce genre de vie-là. Il n’était qu’un homme ordinaire, il n’avait rien d’extraordinaire. Mais un jour, Dieu l’a appelé. C’est ça qui a fait la différence: quand Dieu l’a appelé.

18 C’est la même chose pour n’importe quelle vie. Il faut que ce soit Dieu. Ce n’est pas ce que vous, vous faites, c’est ce que Dieu fait. Voyez? Vous dites: “J’ai cherché Dieu. J’ai cherché Dieu.” Vous vous trompez. Aucun homme ne cherche Dieu. C’est Dieu qui cherche l’homme. Voyez? Ce n’est pas vous qui cherchez Dieu, c’est Dieu qui vous cherche.

19 Jésus a dit: “Ce n’est pas vous qui M’avez choisi, mais Moi, Je vous ai choisis.” Voyez? Donc, vous avez été choisi avant la fondation du monde, sinon vous n’avez pas été choisi du tout. Il est simplement venu racheter ce nom-là. Et tous ceux dont les noms ne sont pas dans ce Livre de Vie de l’Agneau… Avant la fondation du monde – ce sont les seuls qui y seront, de toute manière. Voyez? Vous avez été choisi en Lui avant la fondation du monde. Lorsque l’Agneau a été choisi, alors vous avez été choisi avec Lui, avant la fondation.

20 Et vous êtes, comme je le disais hier soir, un attribut de la pensée de Dieu. Voyez, c’est la seule façon pour vous d’être Éternel, et c’est la seule forme de Vie Éternelle. Il n’y a qu’une seule forme de Vie Éternelle, c’est Dieu. Donc c’est tout, Celui qui est Éternel, c’est Lui.

21 Alors, nous voyons qu’Abraham occupait cette position. Et Dieu, dans l’Ancien Testament, exécutait des types et des ombres, pour montrer ce qu’Il allait faire.

22 Alors, nous voyons ici que Dieu lui a parlé. Et ce qui est remarquable, c’est qu’après que Dieu l’a appelé… L’appel que Dieu lui a adressé était un appel surnaturel. Mais malgré tout, Abraham n’en a jamais douté, à aucun moment. Il a toujours su que c’était Dieu. Ça, c’est quelque chose de remarquable. Quand…

23 Les appels de Dieu sont surnaturels; il n’y a là rien de naturel. Dieu emploie le surnaturel, et Il l’exécute par des choses naturelles, mais les appels de Dieu sont surnaturels. La Bible dit que “les dons et les appels sont sans repentir”. Voyez, ils ont été prédestinés par–par Dieu.

24 Maintenant, là-dessus, nous voyons qu’Abraham, qui avait été appelé, il a entendu la voix de Dieu, et Celui-ci lui a dit quelque chose qui était presque totalement impossible. Il était âgé de soixante-quinze ans, sa femme était âgée de soixante-cinq ans, elle était donc déjà ménopausée depuis une vingtaine d’années, et il avait vécu avec elle depuis qu’elle était une jeune fille. Ils n’avaient pas d’enfants. Et pourtant, Il lui a dit qu’ils allaient avoir un enfant, et que c’est à travers cet enfant que le monde entier, que toutes les nations seraient bénies. Or ça, c’est étrange.

25 “Et Abraham”, nous dit la Bible dans Romains, chapitre 4, “ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu, mais il fut fortifié, donnant gloire à Dieu.”

26 J’imagine qu’au bout du premier mois… Évidemment, Sara, comme je le disais, était déjà ménopausée. Le premier mois, j’imagine qu’Abraham a dit: “Sara, comment te sens-tu, chérie?
– Pas de changement.

27 – Eh bien, Dieu soit béni, nous allons avoir cet enfant de toute façon. Nous allons l’avoir, sûr et certain. Dieu l’a dit.”

28 Sara a tricoté les petits chaussons, et elle est allée chercher les couches et les épingles, et tout; elle s’est préparée, elle se préparait pour cela parce qu’elle savait qu’elle allait l’avoir. Dieu l’avait dit. Voyez?

29 La première année a passé. “Tu sens un changement en toi, chérie?
– Pas de changement du tout.

30 – Gloire à Dieu! Ce sera un plus grand miracle maintenant que ça l’était au départ. Tu vois, ça fait un an de plus. On va l’avoir de toute façon.” Pourquoi? Dieu l’a dit. Ça règle la question. Dieu l’a dit. Nous… Dieu l’a dit.

31 Dix ans ont passé. “Comment te sens-tu maintenant, chérie?” La voilà à soixante-quinze ans, et lui qui en a quatre-vingt-cinq.

32 Maintenant, pouvez-vous imaginer un vieil homme et une vieille femme comme ça aujourd’hui, qui iraient à l’hôpital et diraient: “Docteur, nous voulons prendre les dispositions nécessaires. Nous allons…”?

33 Dieu vous demande de croire des choses qui sont des plus ridicules, mais Il en démontre toujours l’exactitude. Dieu… Une personne qui croit Dieu a un comportement carrément insensé aux yeux du monde.

34 Pouvez-vous imaginer Moïse, qui avait été instruit dans toute la–la sagesse des Égyptiens, le chef de l’armée, des–des–des–des armées de l’Égypte. Et, bien qu’il lui ait fallu quarante ans pour atteindre ce niveau de formation, Dieu a mis quarante ans à faire sortir de lui cette instruction-là, exactement le temps qu’il avait fallu au monde pour mettre ça en lui. Un autre quarante ans – pour qu’Il arrive à le débarrasser complètement de sa formation, à faire sortir de lui toute cette instruction et cette théologie. Et Il l’a rencontré derrière le désert, et après avoir été cinq minutes dans la Présence de Dieu, il en savait plus sur Dieu qu’il n’en avait appris en quarante ans par des livres. C’est vrai.

35 On ne connaît pas Dieu par l’instruction. On Le connaît par la foi. Et Dieu lui a parlé au moyen du surnaturel. Et comme c’est ridicule, parfois, ce que Dieu nous fait faire.

36 Pouvez-vous imaginer un vieillard de quatre-vingts ans, qui fuyait, un prophète qui fuyait Dieu? Et cinq minutes dans la Présence de Dieu: le lendemain matin (Pouvez-vous l’imaginer?), un vieillard, la barbe qui descendait très bas, comme ceci, son crâne chauve qui luisait, un bâton tordu à la main, sa femme assise à califourchon sur un mulet, avec un petit sur la hanche – il était en route!
“Où vas-tu, Moïse?
– Je m’en vais en Égypte, prendre le contrôle.”

37 Voyez, “prendre le contrôle”, une invasion par un seul homme. Ça semble ridicule. Mais ce qu’il y a, c’est qu’il a réussi, parce que Dieu l’avait dit. Ça règle la question.

38 Quand Dieu le dit, un point c’est tout: c’est–c’est réglé. Si Dieu a fait la promesse, accrochez-vous-y de toute votre âme. Si vous pouvez y croire, accrochez-vous-y de toute votre… Si vous n’y croyez pas, tenez-vous-en loin; ça vous ferait du mal. Mais si vous y croyez, tenez-vous-y, ça vous mènera à la victoire, aussi sûr que deux et deux font quatre.

39 Donc, nous voyons “qu’Abraham-ne douta point au sujet de la promesse de Dieu”. Et quand il était âgé de cent ans, et elle de quatre-vingt-dix, je peux l’entendre, et c’est à peine s’il peut parler maintenant, tellement il est devenu vieux et s’est affaibli: “Eh bien, Sara, ma chérie, comment te sens-tu?
– Eh bien, mon chéri, je ne sens pas de changement.

40 – Alléluia! Nous–nous allons l’avoir de toute façon. Dieu l’a dit, un point c’est tout. Dieu a donné la promesse.” Il disait qu’il avait “la pleine conviction que Dieu pouvait accomplir ce qu’Il avait promis”.

41 Et maintenant, nous prétendons être la Postérité d’Abraham, sa Postérité Royale (pas la postérité d’Isaac), sa Postérité Royale, Christ; et nous doutons au sujet de chaque promesse, nous faisons un tas d’histoires à ce propos, nous disons qu’il n’en est rien, et nous en doutons dans notre esprit? Moi je doute que nous soyons la Postérité d’Abraham quand nous avons ce genre de pensée en nous. La Postérité d’Abraham ne doute de rien. Elle appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient, parce que Dieu l’a dit. Il est un Créateur. Il peut en produire la réalité. Il l’a promis, alors c’est réglé. Un point c’est tout. Quand Dieu le dit, ça règle toute l’affaire. Maintenant, souvenez-vous, il voulait… Il ne pouvait pas… Il lui a dit…

42 Une autre chose qu’Il lui a dit de faire, c’est de se séparer là de sa parenté et de tout son peuple.

43 Dieu, pour pouvoir Se faire obéir d’un homme ou d’une femme, d’un garçon ou d’une fille – il faut que vous vous sépariez de toute incrédulité, c’est vrai, si bien que vous en arriviez à vous séparer totalement de tout ce qui est contraire à cette Parole, et que vous Y croyiez. Vous… Dieu exige une séparation totale.

44 Comme c’est différent aujourd’hui, dans nos écoles qui envoient les ministres. Elles leur farcissent la cervelle de toute espèce d’incrédulité et de théories qui ne sont pas plus Scripturaires qu’un credo quelconque qu’elles fabriquent de toutes pièces, et ensuite elles les envoient, fondés sur ces principes-là. Ce n’est pas étonnant qu’on ait fait éclore une bande d’Oswald, et de Jack Ruby, et ainsi de suite, partout dans le pays. Le communisme envahit le pays, parce que nous avons des séminaires et des prédicateurs produits par incubation, plutôt que des fils de Dieu, envoyés de Dieu, nés de nouveau, remplis du Saint-Esprit, nés du Feu, des enfants d’Abraham qui croient que la Parole de Dieu est indiscutablement la Vérité et rien que la Vérité, qui sont robustes et qui peuvent s’en tenir aux promesses envers et contre tout, et soutenir vaillamment que c’est la Vérité, c’est la Parole de Dieu. Très bien.

45 Alors Il a dit: “Sépare-toi de toute ta parenté, de tout ton peuple, de tout, et suis-Moi.”

46 Dieu n’a pas changé Sa manière de faire. Dieu est le Dieu immuable. La manière dont Dieu fait quelque chose une fois, c’est de cette même manière qu’Il doit le faire la deuxième fois. Souvenez-vous, quand on peut voir quelle a été l’action de Dieu à un certain moment: s’Il… Si–si un homme était perdu, et qu’Il ait sauvé un homme en vertu d’une certaine décision qu’Il avait prise, alors Il devra s’en tenir à cette même décision à tout jamais. Il ne peut pas la modifier. Voyez? Il est infini.

47 Nous sommes limités. Je pourrais avoir plus de connaissance demain que je n’en ai aujourd’hui. Vous aussi, vous pourriez avoir plus de connaissance l’an prochain que vous n’en avez cette année. Vous avez plus de connaissance cette année que vous n’en aviez l’année dernière – mais pas Dieu.

48 Il est parfait, infini. Tout ce qu’Il fait est parfait. Il ne peut pas prendre une décision aujourd’hui, et en prendre une meilleure demain. Sa première décision est parfaite. Par conséquent, tout ce qu’Il dit, vous pouvez vraiment vous y accrocher de toute votre âme: c’est la Vérité.

49 À un moment donné, il a fallu que Dieu prenne une décision sur le moyen de sauver l’homme, et le moyen par lequel Il l’a fait, c’est sur la base du Sang versé d’un Innocent – dans le jardin d’Éden. Et l’homme a essayé par tous les moyens imaginables de sauver l’homme autrement: ils ont bâti des villes, ils ont bâti des tours, ils ont fait des organisations, des programmes pédagogiques, et tout le reste – et tout ça, c’est un fiasco total. Il n’y a qu’un seul moyen par lequel Dieu sauve l’homme, c’est toujours par le Sang versé de l’Innocent. C’est le seul moyen. C’est ça qui a été la première décision de Dieu – Il la maintient pour toujours.

50 Si Dieu a un jour guéri un homme, la base sur laquelle Il l’a guéri, c’est sur cette base qu’Il doit guérir le suivant quand il se trouvera dans cette situation. S’Il ne le fait pas, alors Il s’est trompé quand Il a agi la première fois, au moment où il avait fallu prendre la décision.

51 Si jamais Il prend une décision, Il doit s’en tenir à celle-là pour toujours. Sinon, Il avait alors pris la mauvaise décision. Voyez? Et qui peut dire que Dieu a pris une mauvaise décision? Voyez? Nous ne pouvons pas dire ça. Donc, Dieu doit maintenir Sa décision pour toujours. Ainsi, une fois qu’Il l’a prise, c’est celle-là qui tient.

52 Donc, Il a dit: “Sépare-toi de toute ta parenté, de tout, de toute l’incrédulité qui vient de là-bas, de Babylone.”

53 La première grande organisation qu’il y a eu dans le monde a été Babylone, quand elle a organisé toutes les villes, qui devaient payer un tribut à cette ville-là, le type même de tous ces ismes et des choses nouvelles qu’on voit aujourd’hui. Si vous avez déjà lu, entre autres, Les deux Babylones d’Hislop, et que vous reprenez la Genèse, vous constaterez que la Genèse est le commencement, la semence, on y voit tous ces ismes et tout, ils sont là, déjà en place.

54 Voyez, les pharisiens guindés, c’est de là qu’ils sont venus, de cette femme qui utilisait des racines magiques, et tout ça, et ils se sont retrouvés là aux jours de Jésus. Les pharisiens, ils ne croyaient pas à l’Esprit, ni rien, et ils faisaient obstacle à Jésus. Jésus a dit: “Laissez-les. Si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse. Laissez…” Il a quand même continué à prêcher, à guérir les malades, à accomplir des miracles. Ça ne L’a pas arrêté, parce qu’Il était la Parole. La Parole continue quand même, quoi qu’il arrive.

55 Donc, nous voyons que ces choses suivent leur cours, et elles atteignent finalement leur plein développement, ici, dans les derniers jours. De même que Jambrès et Jannès s’opposèrent à Moïse, ce sera la même chose.

56 Donc, une séparation totale de toute incrédulité. Et, souvenez-vous, Abraham le patriarche n’a jamais été pleinement et parfaitement béni, tant qu’il n’a pas obéi à la lettre à ce que Dieu lui avait dit de faire. Et jamais, jamais, jamais nous ne serons bénis et n’aurons les bénédictions, tant que nous n’obéirons pas à ce que Dieu nous a dit de faire.

57 Une autre chose que je voudrais vous faire remarquer, ici au chapitre 12, c’est que l’alliance était entièrement inconditionnelle. C’était sans aucune condition. “Moi, J’ai”, non pas “si tu”. Les si en étaient exclus. “Moi, Je l’ai déjà accompli.” Il a donné l’alliance à Abraham, sans conditions.

58 Or, vous savez, dans l’alliance faite avec Adam, c’était: “Si tu ne touches pas à cet arbre, alors Je ferai telle chose. Mais si tu y touches, alors Je devrai faire telle chose.” Voyez, celle-là était liée à une loi.

59 Mais dans cette alliance-ci: “Je t’ai déjà établi père d’une multitude de nations.” Et Il a déj-… Elle est entièrement inconditionnelle. Cette alliance, c’est la grâce à l’état pur, la grâce, rien d’autre. La seule chose qu’ils avaient à faire, pour que cette alliance reste en vigueur, c’était de rester et de demeurer dans le pays; alors toutes les bénédictions rattachées à l’alliance les accompagnaient. La seule chose qu’ils avaient à faire, c’était de rester dans ce pays. Or nous constatons que, quand ils sont descendus en Égypte, ils ont perdu leur bénédiction, mais pas leur alliance. L’alliance était toujours là. Ils ont perdu la bénédiction, mais pas leur alliance, parce que leur alliance, c’était la grâce, sans conditions.

60 Et dans–dans Exode, au chapitre 19, Ex-… Israël a fait une des pires gaffes qu’il ait jamais faites, quand il a refusé la grâce et qu’il a accepté la loi. Regardez ce que la grâce avait accompli. La grâce leur avait fourni un libérateur, leur avait fourni un prophète, avec une Colonne de Feu pour le confirmer, avec une Parole confirmée, il y avait l’agneau du sacrifice. La grâce leur avait donné un grand réveil. La grâce les avait fait traverser, avait ouvert la mer Rouge, la leur avait fait traverser, les avait délivrés par des signes et des prodiges – tout cela par la grâce. Mais ils voulaient quelque chose qui leur permettrait à eux-mêmes de se faire un grand nom.

61 Or ça, c’est bien les gens d’aujourd’hui, c’est exactement la même chose. Il faut qu’ils, l’homme, il faut toujours qu’il intervienne quelque part. Et c’est là qu’Israël a fait sa grande erreur: quand il a rejeté la grâce et qu’au lieu de cela, il a pris la loi. Et… Mais quand même, l’alliance qu’Il avait faite avec eux restait toujours inconditionnelle. C’est encore la même chose aujourd’hui, nous le constatons.

62 Abraham, alors, après que ces conditions lui ont été dictées, il s’est mis en route, à avancer. Donc nous voyons qu’il est parti.

63 Et au chapitre 13, il est enfin arrivé à une entière obéissance à Dieu. Là nous voyons qu’au chapitre 13, Lot… Au début, il avait son père avec lui, et le vieillard a toujours été un peu un obstacle. Et il avait essayé d’emmener un groupe de gens qu’il traînait avec lui. Et quand vous faites ça, là ça y est. Dieu a dit: “Sépare-toi.”

64 “Eh bien, je dois vous dire qu’ils ne croient pas tout à fait, mais…” Alors, éloignez-vous-en. C’est la seule chose à faire, tenez-vous loin de ça.

65 Et alors le vieillard, finalement, il, après qu’ils l’ont enterré, alors c’est Lot qui est devenu le–le cheveu dans le petit pain, comme on dit. Nous voyons qu’il s’est mis à murmurer. Tous les deux s’étaient enrichis, et ils avaient des biens considérables. Et nous voyons que Lot, là, il s’est mis à se quereller: ses bergers contre les bergers d’Abraham.

66 Et nous voyons qu’Il n’avait pas, que Dieu n’avait pas trouvé entière fidélité chez…-aham, Abraham, pour ce qui est d’obéir à ce qu’Il lui avait dit de faire: se séparer complètement de toute sa parenté, de tout son peuple, et Le servir, Lui.

67 Nous voyons donc que Dieu avait parlé à Abraham, au lieu où était l’autel, et Il lui avait dit ce qu’il fallait faire. Finalement, Lot, lorsque le point a été soulevé, entre Abraham et Lot; celui-ci était le fils de son frère Haran, et ils… Donc c’était son neveu. Et finalement, il a dit: “Que… Allons, nous sommes frères. Qu’il n’y ait pas de querelle entre nous. Maintenant, toi, si tu vas à l’est, j’irai à l’ouest. Et si tu vas à l’ouest, j’irai à l’est. Maintenant, tu n’as qu’à faire la séparation entre nous, et nous ne… Il y a suffisamment d’espace ici pour nous tous. Et tu n’as qu’à partir, tu n’as qu’à faire ton choix.” Or ça, c’était l’esprit chrétien véritable en Abraham: de donner, même à l’ennemi, le privilège de choisir. Donc, il l’a laissé prendre le chemin qu’il voulait.

68 Et Lot, comme tant de gens aujourd’hui, a vu la possibilité qui s’offrait à lui. S’il pouvait déroger à cette rigidité de principes, eh bien, alors il se ferait peut-être quelques dollars, il serait peut-être un homme populaire. Donc, il a regardé là-bas, en direction de Sodome. Et c’était une contrée bien arrosée, et une grande ville, où s’était développée une importante industrie du sel, et tout. On–on en faisait des exportations de là-bas. Et–et puis, en plus, là-bas les mondanités ne manquaient pas, des femmes toutes maquillées à la Jézabel, et tout, on se payait vraiment du bon temps. Son épouse aussi était un peu du même avis; en effet, nous voyons qu’après qu’il est devenu maire là-bas, elle, ça lui–elle, ça lui plaisait bien, le mode de vie de ces gens. Et c’est tout ce qu’il vous faut faire: être mêlé à quelque chose. Voyez?

69 Dieu, Lui, Il veut que vous vous sépariez, et–et que vous vous éloigniez de ces choses-là, à tel point que vous ne les verrez même plus du tout; là, il n’y a qu’une chose que vous voudrez voir, c’est Lui et ce qu’Il a promis.

70 Mais Mme Lot, elle, ça lui plaisait bien. Et sans doute qu’elle a dit quelque chose comme: “Mon chéri, j’arrive de là-bas, et regarde comment les femmes s’habillent là-bas, et regarde ces jeunes filles-là. Regarde comment les jeunes filles de chez nous s’habillent. Alors, tu ne trouves pas que celles-là sont plus modernes?” Oh! la la! Si on ne s’est pas retrouvés encore dans une autre Sodome, je ne vois pas pourquoi. Voilà ce que nous constatons.

71 Mais Abraham s’en est tenu à la promesse. Ensuite, nous voyons, ça se poursuit, et…alors ils se sont séparés, et Lot. Et Abraham a pris les terres peu productives, le chemin modeste, il est resté là-haut, où il n’y avait pas beaucoup de pâturages pour son bétail. Et, mais il était prêt à prendre ce chemin, parce que Dieu l’avait placé dans ce pays, et c’est là qu’il voulait rester; il était prêt à prendre celui-là.

72 Maintenant, quand, enfin, il a entièrement obéi à Dieu, quand, enfin, il est parvenu à une entière obéissance envers Dieu, – qu’il s’est séparé complètement, – c’est là que le Seigneur lui est apparu de nouveau. Tant qu’il n’a pas fait ça, le Seigneur est resté éloigné d’Abraham. Mais quand il a entièrement obéi, alors Lot…Dieu lui est apparu, Il a dit: “Abraham, lève les yeux, regarde vers l’est, regarde vers l’ouest, regarde vers le nord, regarde vers le sud, tout cela t’appartient.” Amen. Voilà – j’aime ça.

73 Et, vous savez, c’est un peu comme quand j’ai été sauvé. J’avais toujours entendu dire que Dieu était un grand Dieu. Et, vous savez, quand j’ai été sauvé, je… Quelqu’un a dit: “Maintenant, tout ce que tu as à faire, c’est d’adhérer à l’église, et d’inscrire ton nom sur le registre de l’église, ici, à l’église baptiste. C’est tout ce que tu as à faire.”

74 Mais, vous savez, un jour, j’ai vu que j’étais héritier de quelque chose, alors je–je–j’ai voulu examiner tout ça, pour voir ce que j’avais. Vous savez, moi, je suis fait comme ça. C’est comme une–une grande galerie marchande, dont vous êtes le propriétaire, et–et tout ce qui s’y trouve vous appartient.

75 Vous–vous ne savez pas ce qui vous appartient, jusqu’à ce que vous vous mettiez à parcourir la Bible, pour y découvrir les promesses. Amen. Ils vous en tiendront éloignés, s’ils le peuvent; mais elles sont à vous. Chaque promesse est pour Abraham et pour sa Postérité après lui. Amen. Chaque promesse Divine contenue dans la Parole appartient à Abraham et à sa Postérité, et vous en êtes héritier. Un héritier! Oh! la la! J’aime examiner tout ça pour voir ce que j’ai. Si quelqu’un me donne quelque chose, j’aime examiner ça. Et j’aime parcourir la Bible pour voir ce qui m’appartient. C’est ce que devrait faire chaque descendant d’Abraham; une fois que vous êtes né de nouveau, rempli de l’Esprit de Dieu, et que le Saint-Esprit est sur vous, vous êtes héritier de chacune de ces promesses.

76 Vous savez, c’est comme je disais, une grande galerie marchande; en effet, nous entrons dans cette galerie marchande par le baptême. Nous sommes tous baptisés dans un seul Esprit pour former un seul Corps, et ce Corps, c’est Christ, qui est la Postérité Royale d’Abraham, et nous sommes héritiers de tout ce qui y est contenu. Amen. Tout ce qui était en Dieu, Dieu l’a déversé en Christ; tout ce qui était en Christ, Il l’a déversé dans le croyant. Amen. Dieu au-dessus de nous, Dieu avec nous, et Dieu en nous! Tout: chaque promesse contenue dans le Livre est à vous, si vous pouvez la croire, si vous avez assez de foi pour l’accepter et la croire.

77 Vous savez, en explorant du regard, si je vois quelque chose qui est un peu trop haut, que je me demande ce qu’il y a là-dedans, alors je prends une échelle, je la pousse de-ci de-là, et je grimpe sans cesse, jusqu’à ce que j’atteigne cela. C’est pareil pour une promesse contenue dans la Bible: si quelque chose me semble un peu mystérieux, je prie sans cesse, jusqu’à ce que j’atteigne cela, c’est tout. C’est comme ça qu’il faut faire. Continuez à prier, continuez à vous accrocher, à grimper, à croire, jusqu’à ce que vous… Vous êtes héritier de cela, vous avez la promesse de cela, et vous y avez droit, et: “Demandez, et vous recevrez, car tout est possible à ceux qui croient.”

78 Donc, nous voyons qu’Abraham a parcouru le pays. Dieu lui a dit, Il a dit: “Parcours le pays, examine-le. Tout ce qui se trouve ici t’appartient. Il est tout à toi, d’un bout à l’autre. Tout cela t’appartient.”

79 Alors, nous voyons ensuite que–qu’au chapitre 14 de l’Exode, maintenant, ou…au chapitre 14 de la Genèse, pardon, qu’au chapitre 14 de la Genèse, Abraham et Lot s’étaient séparés, et Lot a fini par avoir des ennuis. Et vous en aurez toujours, quand vous vous séparez des croyants, vous aurez des ennuis. Nous voyons que les rois qui s’étaient alliés leur ont alors fait la guerre. Ils sont descendus là-bas et ils ont pris Sodome, ils ont pris Gomorrhe, ils ont enlevé tous les rois, des vallons et des vallées, et tout, et ils ont enlevé Lot. Et seulement un petit nombre de personnes ont fui dans les montagnes.

80 Et à ce moment-là, un fuyard est venu l’annoncer à Abram, l’Hébreu, en disant: “Sodome est tombée, Gomorrhe aussi, ils ont enlevé leurs rois, et–et tout, ils ont enlevé tous les gens et tous leurs vivres, et tout ce qu’ils possédaient. Ils ont enlevé Lot, et sa femme, et ses filles, toutes les femmes, et ils sont partis avec tout cela.”

81 Maintenant, Abraham, observez cet esprit chrétien, il les poursuit, à cause de son frère. Même si Lot avait rétrogradé, qu’il avait perdu du terrain, malgré tout ça, Abraham l’aimait. Il a continué sa poursuite.

82 Tout comme Jésus, dans l’Âge de l’Église de Laodicée. Même s’ils L’avaient expulsé de leur église, Il était à l’extérieur, Il frappait, Il cherchait à revenir à l’intérieur. [Frère Branham donne sept coups sur la chaire.–N.D.É.] Si seulement Il pouvait amener quelqu’un à Lui ouvrir une porte, pour qu’Il puisse entrer!

83 Voilà cet esprit d’Abraham, voyez: il va à la recherche de son frère déchu, rétrograde. Il est allé à sa recherche, et il est parti avec ses trois cents serviteurs, il les a armés. Et il l’a rejoint à Dan, – ça, c’est tout au bout de la Palestine, – il l’a rejoint là-bas, et il a divisé sa troupe, de nuit, et il a poursuivi et a défait les armées, et il a vaincu les rois, il les a tués, et il a ramené tout ce qui avait été emporté.

84 Remarquez, quand il est revenu, quelle belle image nous avons ici. C’est pour ça que j’aimerais présenter un peu ce qui s’est passé avant, pour que nous ayons…avant d’en venir à mon sujet: JÉHOVAH.JIRÉ. Si vous remarquez, Abraham, quand il a ramené tout ce qui avait été perdu, son frère rebelle et les enfants, quand il les a ramenés, les rois sont sortis à sa rencontre.

85 Et Melchisédek est venu: “Celui qui était le Roi de Salem, Roi de paix, le Roi de justice, le Roi de Jérusalem; sans père, sans mère, sans commencement de jours, sans fin de vie”. Melchisédek est allé au-devant de lui à la déf-…lorsqu’il revenait de la défaite du roi, et c’est à Lui que le patriarche Abraham (Hébreux 7), rencontrant cet Homme, a payé le dixième, la dîme. Quel grand Homme ce devait être! D’après vous, c’était Qui? “Il n’avait pas de père. Il n’avait pas de mère. Il n’avait jamais eu de commencement.” Et Qui qu’Il soit, Il est toujours vivant. “Il n’a jamais eu de fin. Le Roi de Salem, Roi de paix!” Oh, Qui était ce grand Homme?

86 Et, remarquez, quel beau type nous trouvons ici. Une fois la bataille terminée, après que le–le vrai croyant a combattu l’ennemi, démoli ses lignes et essayé de rattraper son frère, que la vraie Postérité d’Abraham a ramené ce frère rebelle, alors Melchisédek est venu et Il a servi le vin et le pain, la communion, Il a servi la communion, une fois la bataille terminée, Il lui a servi la communion, après la bataille.

87 Un très beau type du moment où la bataille sera terminée ici sur terre, quand les victoires auront été remportées. Jésus a dit “qu’ils en mangeraient à nouveau dans le Royaume du Père”, après que le rebelle aura été ramené. Alors, la première chose que nous ferons quand nous entrerons, une fois la bataille terminée, ce sera de nous mettre à table, dans le Royaume de Dieu. Et là, ceux qui auront combattu, et se seront assis et auront vaincu, ils seront revêtus de la justice de Christ, et là, de nouveau, ils prendront le pain et le vin, dans le Royaume du Père, de l’autre côté. Voilà une image vraiment très réelle: Abraham qui part chercher Lot et qui le ramène.

88 Bon, ensuite nous voyons qu’au chapitre 15, ici, nous trouvons quelque chose de très frappant. Ceci, je–j’aime vraiment ça, énormément même, après avoir vu qui était Abraham, maintenant, et Abraham et sa Postérité après lui. Nous voyons ici, qu’après qu’Abraham a fait toutes ces grandes choses: de croire en Dieu, de s’en tenir à la promesse, de se séparer, et tout au long, de suivre la voie de–de l’observance des commandements du Seigneur; nous voyons que Dieu lui est apparu au lieu où était l’autel. Et Abraham lui a posé la question, il a dit: “Or, qui est mon héritier, je n’en ai pas d’autre–pas d’autre qu’Éliézer de Damas? Et maintenant, Tu m’as promis une Postérité. Et je–je voudrais que Tu fasses quelque chose; je voudrais que Tu me confirmes cette promesse.”

89 Et Dieu a dit qu’Il allait la confirmer à Abraham: confirmer l’alliance qu’Il avait faite entre Lui-même et Abraham. Maintenant Il va lui donner un signe comme quoi il en sera bien ainsi. Même s’il est vieux, là, qu’il est maintenant âgé d’à peu près quatre-vingt-cinq ans, mais Il va quand même le lui prouver, par un signe, qu’Il va garder cette alliance.

90 Oh, je suis si content que Dieu nous donne toujours des signes, parce qu’Il… Nous devrions savoir aujourd’hui, qu’à l’heure où nous vivons maintenant, un signe doit se trouver sur la terre en ce moment. Nous devons nous attendre à voir ce signe. Dieu ne fait jamais rien sans avoir d’abord donné aux gens un signe et un avertissement. Et un signe authentique est suivi d’une voix, et cette voix est toujours une voix Scripturaire.

91 Maintenant Il va confirmer l’alliance à Abraham, ou, c’était encore Abram, là. Et Il dit: “Prends une jeune génisse.” Maintenant, souvenez-vous, ça, c’est un veau femelle. “Et prends une chèvre de trois ans. Chacune doit avoir trois ans.” Remarquez: une génisse de trois ans, une femelle; une chèvre de trois ans, une femelle. “Et un bélier”, un mâle. Chacun a trois ans, est âgé de trois ans, et il y en a trois. Trois; femelles, deux femelles, et un mâle. Voyez? Un sacrifice pur de trois ans, un agneau…une génisse, une chèvre de trois ans, et puis un bélier.

92 Si vous remarquez, tous ces éléments présentent ensemble un signe. Bon, je ne dois pas prêcher la doctrine sur cette estrade, mais je suis sûr que c’est assez clair pour que vous le voyiez. Remarquez. Et il a pris deux, deux oiseaux, “l’un, un pigeon, et l’autre, une tourterelle”, qui sont de la même famille, le pigeon et la tourterelle.

93 Alors il a coupé la chèvre…le mouton en deux. Il a coupé le–le bélier, et la chèvre, et les autres. Il les a partagés, les a coupés en deux, et les a déposés là. Mais les colombes, il…et le pigeon, il ne les a pas partagés. Il s’agissait, bien sûr, tous ceux qui connaissent l’Écriture le savent, qu’il s’agit de la guérison Divine. Voyez, elle fait partie des deux alliances. Et alors, nous voyons qu’il les a déposés là. La guérison, c’est toujours par la foi dans le Sang versé, toujours. Et si l’ancienne alliance incluait la guérison Divine, à combien plus forte raison la Nouvelle Alliance l’inclura-t-elle. Voyez? Si l’ancienne alliance a produit cela, qu’en est-il de la Nouvelle Alliance, alors que “c’est une alliance plus excellente, qui parle mieux, de choses supérieures, de choses plus grandes, de choses meilleures”? La Nouvelle Alliance!

94 Maintenant, nous voyons ici, qu’Abraham, quand il a fait ça, alors remarquez ce qui s’est passé. Maintenant, voici un point très frappant. Je ne veux pas que vous le–le–le manquiez. La confirmation de l’alliance, autrement dit, c’est une promesse que “Je suis fidèle à ce que Je fais, ou à ce que Je dis que Je ferai”, Dieu qui confirme cela à Abraham.

95 Et il a pris ces sacrifices et les a tués, et il les a déposés là, ensemble, les plaçant l’un vis-à-vis de l’autre; et il a veillé à chasser les oiseaux, pour que les oiseaux ne s’abattent pas sur la viande fraîche, jusqu’à ce que le soleil se couche, le soir. Et au déclin du soleil, ou, au coucher du soleil, c’est là qu’Il a montré à Abraham ce qu’Il allait faire dans le futur, ce qui allait arriver.

96 Remarquez, Il l’a dit à Abraham: La première chose qu’il a vue, c’est qu’une grande frayeur, une grande obscurité, l’a assailli. D’abord, un profond sommeil est tombé sur lui. Or, ce sommeil représentait la mort, le lot de tous les êtres humains. Tout homme doit mourir; la mort, le lot de tous les êtres humains. Ce sommeil l’a envahi; et avant cela est venue une–une–une grande frayeur, des ténèbres; ensuite est venue une fournaise ardente; ensuite une petite Lumière qui brûlait est passée entre l’alliance, est passée entre les sacrifices, les a partagés. Or ça, qu’est-ce que ça signifie? Ça signifie que tout être humain doit mourir; et après ça, vraiment, il mérite d’aller en enfer; c’est vrai, dans les ténèbres, les ténèbres du dehors, séparé de Dieu; mais la Lumière est entrée, et elle est passée entre eux, elle a partagé ces sacrifices. Si vous comprenez, nous… Cette alliance!

97 Comme nous, les Américains, comment contractons-nous une alliance? Eh bien, la première chose que nous faisons, nous disons, quand nous allons contracter une affaire quelconque, ou quelque chose, d’habitude nous allons prendre un repas quelque part; et nous nous asseyons, nous discutons pendant un moment, après quoi nous faisons nos propositions; ensuite nous nous serrons la main. Nous disons: “Tope là!” C’est notre alliance. C’est notre promesse.

98 Maintenant, au Japon, savez-vous comment ils contractent une alliance, au Japon? Eux aussi, ils vont manger quelque chose; ensuite ils prennent un petit plat de sel, et ils se jettent du sel l’un sur l’autre. C’est la confirmation de l’alliance.

99 Nous, on se serre la main, on dit: “Marché conclu, mon vieux. Je le crois. Je m’en tiendrai à ça avec toi. C’est promis.”

100 Chez les Japonais, au Japon, ils se jettent du sel l’un sur l’autre. “Marché conclu, mon pote. Avec ça, l’affaire est classée.” Alors, il n’y a plus aucune contestation. Ils–ils ont contracté l’alliance, ils l’ont confirmée en se jetant du sel l’un sur l’autre.

101 Mais autrefois. Est-ce que je peux en prendre un? [Frère Branham prend un morceau de papier.–N.D.É.] Autrefois, voici comment ils contractaient une alliance. On rédigeait un accord, et ensuite cet accord, on le mettait par écrit comme ça. Ensuite on tuait un animal, un sacrifice; on le partageait, on le déposait là, comme ce qui se faisait du temps d’Abraham. Ensuite on se plaçait au milieu de cette alliance, vous et moi, et on faisait un voeu à Dieu: “Si nous ne gardons pas cette alliance, que nous soyons comme ce sacrifice mort, qui est mort à notre place. Que le sang de ce sacrifice nous soit redemandé. Que nous mourions de la même mort, si nous ne gardons pas l’alliance.”

102 Alors tout ça, c’est bien rédigé, ou mis par écrit sur un document, comme ça. Ensuite on déchire celui-ci en deux, comme ça. [Frère Branham déchire un morceau de papier en deux.–N.D.É.] Là vous en prenez une moitié, et j’en prends une moitié. Et maintenant, vous voyez, on ne peut pas du tout en faire un double, à plus forte raison quand c’est écrit sur une peau de mouton. Voyez, on ne pourrait pas du tout en faire un double. Ceci doit pouvoir se raccorder parfaitement à cela, pour que ce soit valide. Et alors, quand nous nous retrouvons, moi j’en ai une partie, vous avez l’autre partie. Et alors, quand nous nous retrouvons, que cette alliance doit se faire, qu’il faut s’acquitter de nos voeux, alors mon morceau de papier doit pouvoir se raccorder parfaitement à votre morceau de papier, et donc c’est bien vous qui avez part avec moi à cette alliance.

103 Ce que Dieu faisait là, Il était en train de montrer que Dieu Lui-même allait descendre pour être fait chair, et qu’Il allait avoir part à l’alliance. Et Dieu a conduit Christ, – l’Esprit, Dieu, Jéhovah, – a conduit Christ jusqu’à la croix, et Il L’a déchiré en deux. Il a arraché Son âme hors de Lui et l’a placée dans les Lieux très hauts, et Il a pris le corps et l’a mis dans la tombe. Et, au matin de la résurrection, Il a fait monter le corps; et l’Esprit qui était sur Lui, Il l’a fait revenir sur l’Église. De sorte que cette même confirmation, en ces derniers jours, – “Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement”, – là cette même alliance sera ainsi forcément dans les gens.

104 Comment allez-vous arriver à Cela par l’instruction? Comment allez-vous arriver à Cela autrement que par une confirmation de Jésus-Christ, vivant, ressuscité, qui a été ressuscité des morts et qui est assis dans la Majesté Divine, dans les Lieux très hauts, ce soir? Alors que le même Esprit qui était sur Lui est sur la Postérité Royale d’Abraham dans les derniers jours, confirmant et prouvant qu’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Amen. Il y a de quoi se sentir religieux, n’est-ce pas? Voilà, c’est exactement ça l’alliance: “J’écrirai Mon alliance sur leur coeur.” Jésus a dit: “Vous ferez, vous aussi, les choses que Je fais.”

105 Quand nous en viendrons à Sodome, ici, dans quelques minutes, observez ce qu’il en est, ce qui se déroule là-bas, en quoi au juste consiste la promesse pour le dernier jour, et ce qu’Il allait faire.

106 Il le confirmait, Il montrait qu’Il… Il a déchiré le corps de Jésus, Il a pris l’Esprit, a fait monter le corps à la droite du trône de Dieu; et Il a fait descendre sur nous l’autre partie, la partie qu’Il avait arrachée de Lui, l’Esprit, qui est appelé le Saint-Esprit. Et la Vie même qui était en Christ est en vous, ce qui montre qu’Il est votre Rédempteur. Il vous a adoptés pour Dieu, et maintenant nous sommes des fils et des filles de Dieu, qui ont l’Esprit de Christ. Amen.

107 “Vous ferez, vous aussi, les oeuvres que Je fais. Vous en ferez de plus grandes, car Je m’en vais au Père.” Amen.

108 L’Esprit qui était en Lui est sur vous, la Vie Éternelle. Il est le donateur de la Vie Éternelle. Il est un Rédempteur, qui doit ramener ce qui était tombé par la chute, dans la race humaine, ramener cela à Dieu. Et l’Esprit qui était en Christ est en vous. Et si l’esprit d’un–d’un Dillon était en moi, j’aurais des revolvers. Si l’esprit d’un artiste était en moi, je peindrais des tableaux. Si l’Esprit de Christ est en vous, vous ferez les oeuvres de Christ. Amen. C’est vrai. La Vie qui était en Lui est en vous.

109 Faites passer la vie d’une chose dans une autre. Si vous pouviez prendre la vie d’une–d’une citrouille, et l’introduire dans une pastèque, cette plante porterait des citrouilles – parfaitement. Prenez la vie qui se trouve dans un pêcher, et mettez-la dans un poirier, celui-ci portera des pêches, parce que la vie qui est dans l’arbre démontrera ce qu’elle est.

110 Et c’est la même chose pour la Postérité Royale. Par Isaac est venue la postérité naturelle, qui a rejeté Cela. Quand il y a eu le croisement, d’Éphraïm à Manassé, la bénédiction de la main droite est passée à la main gauche; ou, celle de la main gauche, qui revenait à celui qui était à gauche, du plus jeune à l’aîné. C’est ce qui a renversé toute la situation, pour la postérité naturelle d’Isaac, qui a rejeté Christ, et l’église naturelle d’aujourd’hui, qui Le rejette toujours.

111 Mais la Postérité Royale spirituelle de Dieu, qui croit, la Postérité Royale d’Abraham, qui croit chaque Parole de Dieu, en eux se trouve la confirmation de Jésus-Christ, vivant, ressuscité. Amen. Amen. Oh! la la! Voyez, c’est la même chose qu’alors, toute l’Église doit avoir un lien de parenté.

112 Lorsque le type de cela avait été montré dans la postérité naturelle, regardez: Isaac et Rébecca étaient cousins germains, parents par le sang, des mêmes pères, voyez, leurs pères étaient frères, ce qui faisait d’eux des cousins consanguins, l’épouse et l’époux.

113 Quant à Adam et Ève, tout était Adam, au départ. Dieu a pris dans le côté d’Adam une côte et a formé une femme, et Il a pris l’esprit féminin qui était en Adam et l’a mis dans la femme.

114 Donc, quand une femme a un comportement masculin, il y a quelque…il y a une perversion là, quelque part. Et quand un homme veut être un grand efféminé, il y a quelque chose qui cloche quelque part. Dieu a fait un homme, et Il l’a habillé comme un homme, et la femme comme une femme. Il veut qu’ils restent toujours comme ça. Amen. Quand vous les voyez faire autre chose que ça, il y a quelque chose qui cloche. C’est perverti. Et ça s’est étendu à l’ensemble, ce n’est plus qu’une bande de pervertis. C’est tout à fait vrai. La race entière, la génération entière, c’est: “tout n’est qu’une plaie vive”, comme le dit la Bible. Rien n’est en bon état nulle part, pratiquement. Vous savez que c’est la vérité. On n’en trouve pratiquement plus aucun–aucun parmi eux, là… Mais, sortez dans la rue, on a du mal à y trouver un homme, un vrai; des efféminés comme je n’en ai jamais vu. Et les femmes, elles portent des pantalons, elles se coupent les cheveux, elles mettent du rouge à lèvres, elles fument la cigarette, elles essaient d’être un homme. Mais pourquoi est-ce que vous voulez être un homme? Vous êtes censée être une dame.

115 J’ai vu un écriteau, ça disait: “Tables pour les dames”, dans un bar.

116 J’ai dit: “Vous n’avez jamais eu une seule cliente.” Une dame n’ira pas à un endroit pareil. Non monsieur. Non, une dame n’y ira pas. Une femme peut-être, mais pas une dame. Elle n’entrera pas dans un endroit pareil. Mais voilà, voyez.

117 Dieu a séparé, coupé. Voyez, le Corps, l’Épouse de Christ, doit correspondre de nouveau à ce qu’Il était en premier. Or Ève était…

118 Ève, qu’est-ce qu’elle était? Elle et Adam, c’était la même chose. Ils étaient appelés Adam. Ils étaient esprit. Lorsqu’Il a formé l’homme, la première fois, Il l’a fait à Son image à Lui. Et Dieu est Esprit. “Il le créa à l’image de Dieu; Il les créa mâle et femelle.” Il était…et à ce moment-là, il n’y avait toujours pas d’homme pour cultiver le sol. Ensuite Dieu a formé l’homme de la poussière de la terre, et Il a mis ce double esprit en lui, et c’était là le premier Adam.

119 Ensuite, quand Il a séparé Ève d’Adam, Ève est tombée, parce qu’elle n’a pas cru la Parole. C’est vrai. Voilà en quoi l’église a échoué aujourd’hui: elle ne croit pas la Parole!

120 Mais ici, dans le cas de la Postérité Royale, appelée, prédestinée à la Vie Éternelle, la Postérité Royale d’Abraham – eux ils croient cette Parole. Quoi qu’il advienne, peu importe combien on peut se moquer, qui dit ceci, cela ou autre chose, eux ils sont destinés à la Vie Éternelle. Et elle retourne tout droit à cela. Elle et son Amoureux, Christ, sont un. La Vie, l’Esprit qui est en Christ, est dans l’Église. Voilà, c’est ça leur alliance Éternelle. Voyez? Dieu a pris l’Esprit de Christ, Il l’a déchiré, au sacrifice, au Calvaire; et Il a pris cet Esprit, a fait monter le corps et l’a placé à la droite du Trône de Dieu et de la Majesté Divine dans les Lieux très hauts. Donc, tout ce qu’il y a dans le Ciel est sous Son contrôle. Et alors l’Esprit qui était sur Lui est revenu, le même Esprit, pas un autre Esprit, ce même Esprit est venu sur Lui, afin de confirmer l’alliance à la Postérité Royale.

121 Dans les derniers jours, selon l’Écriture, nous sommes censés voir cela. Et avant que l’Épouse de Christ puisse être enlevée, il faut qu’il y ait un ministère qui concorde vraiment en tous points avec cela. Amen. Je suis si heureux de déclarer, ce soir, que je sais que c’est la Vérité. Amen. Concordant en tous points, confirmant l’alliance!

122 Il l’a confirmée là, Il lui a montré ce qu’Il allait faire – confirmant l’alliance. Tout spécialiste de la Bible sait que c’est là qu’Il a confirmé l’alliance à Abraham. Qu’est-ce qu’Il faisait? Il montrait par une préfiguration ce qu’Il allait faire – par ces sacrifices.

123 Et maintenant, il se fait tard, alors je n’aurai pas le temps de partager ces sacrifices. Je vais peut-être devoir faire cela demain soir, mais remarquez, montrer ce qu’ils, ce que signifiaient ces sacrifices. Mais, voyez, Il l’a confirmée, montrant que, dans les derniers jours…

124 Or, toute personne qui a déjà lu l’histoire ancienne sait que c’est de cette manière-là qu’ils contractaient une alliance. Ils la mettaient par écrit, ensuite ils déchiraient cela et ils donnaient, l’un en prenait un bout et l’autre prenait l’autre. Il fallait qu’ils se retrouvent autour d’un sacrifice, qu’ils offrent leur sacrifice. C’est ce qu’Abraham a fait à…là-bas à Guérar, et tout, aux endroits où il est allé, où ils ont offert l’autel…offert leur sacrifice et conclu leurs accords, et déchiré cela, comme ça. Et Dieu a fait la même chose, montrant là que, ce qu’Il allait faire à A-…

125 La question, c’était: “Où est–où est cette Postérité que Tu m’as promise? Où? Comment puis-je arriver à être cela? Les gens se paient ma tête, ils disent: ‘Abraham, père de nations, il y a quinze ans de ça. Maintenant tu as quatre-vingt-cinq ans, ou–ou, quatre-vingt-dix ans. Où, où, où, où sont tous tes enfants? Combien d’enfants as-tu maintenant, père de nations?’” Voyez, ils se moquaient de lui. Mais il ne douta point. Il a tenu ferme. Ils se moquaient, ils disaient: “Père de nations, maintenant voyons un peu, tu as combien d’enfants en ce moment?” Voyez, ils cherchaient à se moquer, parce qu’il restait attaché aux promesses de Dieu, qu’il croyait qu’Il est capable de tenir la promesse qu’Il a faite. Il est–Il est plus que capable. Il est…

126 Il peut se pourvoir de Son propre sacrifice. Il est JÉHOVAH-JIRÉ. Il peut pourvoir et frayer une voie à ce qu’Il a promis. Et Il lui a confirmé l’alliance, en lui montrant comment Il allait accomplir cela: qu’Il allait prendre Christ, déchirer la Vie qui était en Lui et la faire descendre, dans les derniers jours, sur…

127 Bon, cette semaine, nous compléterons cela dans l’Écriture, pour vous le prouver, que cette alliance doit être confirmée avec la Postérité Royale d’Abraham, les gens qui sont pris du milieu des nations, non pas les Juifs, mais “un peuple choisi du milieu des nations, à cause de Son Nom”, qu’Il choisit afin qu’il porte Son Nom. L’Église qui porte Son Nom sera de nouveau en Lui, parce que c’est ce qu’Elle est, c’est sa Vie.

128 Écoutez: quand, au Jour de la Pentecôte, quand le Saint-Esprit est descendu, au Jour de la Pentecôte, la Vie a été donnée à l’Église. Et cette Église est allée de l’avant et a produit, on a écrit un Livre des Actes à la suite de cette Église, de ce qu’Elle a accompli, parce que c’était Christ dans les apôtres.

129 Maintenant, Jésus a dit, dans Jean 15: “Je suis le Cep, vous êtes les sarments.” Or, le Cep ne porte pas de fruit. C’est le sarment qui porte le fruit. Il reçoit son énergie du Cep. Eh bien, alors, si cette branche, la première qui est sortie de cet arbre, a produit un Livre des Actes, si jamais celui-ci fait sortir une autre branche, ce sera la même Vie.

130 Il y a quelques mois, je me trouvais avec mon bon ami, Jean Sharrit, à Phoenix. J’habite à Tucson, comme vous le savez. Et donc, j’étais à Phoenix; Frère Jean Sharrit, un frère chrétien très gentil. Et, il a été très, très pauvre, et le Seigneur l’a béni. Et–et, la première fois que je suis allé à Phoenix, il y a des années de ça, il n’avait pas d’enfants, et–et il voulait avoir des enfants. Et–et, ils étaient pauvres, il travaillait sur la voie publique, à casser du béton pour environ vingt-cinq ou trente cents l’heure. Et il est venu là, et il a cru chaque Parole du Message. Et il a dit: “Voudriez-vous prier pour moi?” Maintenant il a cinq enfants.

131 Et là, en plus, il donne environ trois ou quatre millions de dollars par année pour la cause de Christ. Et c’est vrai. J’étais avec lui, là-bas, il n’y a pas longtemps, je visitais sa plantation de coton. Il a acheté toute une contrée, il avait là mille cinq cents Mexicains pour s’occuper de cela. Et, il y a quinze ans, il cassait du béton, pour vingt-cinq cents l’heure.

132 Il m’a fait visiter sa grande plantation d’agrumes. Et j’ai vu là l’arbre le plus bizarre que j’aie jamais vu de ma vie. C’était une espèce d’arbre qui portait toutes sortes de fruits. Et j’ai regardé, il portait des oranges, il portait des citrons, il portait des pamplemousses, il portait des mandarines, il portait des tangelos. Je pense qu’il y avait là environ neuf espèces différentes de fruits, ou dix. Et j’ai dit: “C’est quelle sorte d’arbre, ça?”

133 “Oh,” il a dit, “c’est juste une petite expérience, Frère Branham.”

134 J’ai dit: “Oh, je vois.” Et j’ai dit: “Ils vivent tous de ce même arbre?” J’ai dit: “C’est quelle sorte d’arbre, au départ?”

135 Il a dit: “C’est un oranger. C’est de l’orange navel.”

136 Et j’ai dit: “Ah oui?” J’ai dit: “Tous les autres, qu’est-ce qu’ils font là?”
Et il a dit: “Ils ont été greffés dessus.”

137 J’ai dit: “Oh, je vois.” J’ai dit: “Je comprends.” J’ai dit: “Maintenant, maintenant, l’an prochain, là il n’y aura plus que des oranges, n’est-ce pas?”

138 Il a dit: “Oh non.” Il a dit: “Non, le citron va produire du citron.” Il a dit: “La…et le pamplemousse va produire du pamplemousse, et la mandarine va produire de la mandarine.”
J’ai dit: “Sur un oranger?”
Il a dit: “Oui monsieur.”
J’ai dit: “Je ne vois pas comment ça peut se faire.”
Il a dit: “Ce sont tous des agrumes.”
J’ai dit: “Eh bien, gloire au Seigneur! Je vois quelque chose.”

139 Regardez! Oh, frère, quand le Saint-Esprit est monté dans ce Cep, et qu’Il a produit de son Cep la première branche, alors ils ont écrit un Livre des Actes à la suite de cela. Si jamais cet arbre fait sortir une autre branche originelle, elle produira la même chose. Ce sera Jésus-Christ. Maintenant on a les méthodistes, les presbytériens, les baptistes, les luthériens et le reste, qui ont été greffés dessus, qui portent des fruits dénominationnels; mais si jamais il fait sortir une autre branche, celle-là sera la véritable Parole de Dieu, remplie de Christ, centrée sur Christ.

140 Et, souvenez-vous, vous vous souvenez du message L’Arbre-Épouse, – beaucoup d’entre vous reçoivent les bandes, – là le vigneron était venu, et le fruit qui était produit n’était pas bon, alors il a retranché ça, retranché ça, il a continué à tailler, à tailler. Mais Joël a dit: “Ce que le gazam a laissé, le hasil l’a dévoré; ce que le gaz-…le hasil a laissé, quelque chose d’autre l’a dévoré.” Nous constatons que ces insectes, ce sont tous le même insecte, seulement à un stade différent. Et ce que les luthériens ont laissé, les méthodistes l’ont dévoré; ce que les méthodistes ont laissé, les baptistes l’ont dévoré; ce que les baptistes ont laissé, les pentecôtistes l’ont dévoré. Tout a été coupé.

141 Mais Dieu a dit: “Je restituerai, dit l’Éternel, toutes les années. Je ferai revenir une autre Église, dans les derniers jours. Je restituerai cette Puissance originelle de nouveau. Je… Vers le soir la Lumière paraîtra.” Du coeur même de cet arbre, quel que soit le nombre de branches qui ont été émondées, sortira la Postérité Royale d’Abraham! Alléluia! Dieu l’a promis. Dieu le fera. Il a dit qu’Il le ferait. “Je restituerai toutes les années que les dénominations ont dévorées. Je restituerai toutes les années. Je l’ai émondé de tout ça, mais malgré tout, du coeur de cela sortira un Cep. Il sera comme un arbre planté près des courants d’eau, un homme qui médite la Parole de Dieu jour et nuit”, pas un credo ou une dénomination, “mais qui médite la Parole jour et nuit. Il sera comme un arbre planté près du courant d’eau; ses branches ne se flétriront pas. Il donnera son fruit en sa saison.” Dieu l’a promis.

142 Dieu, qui arrache, qui retire, qui tranche, qui Se sépare, qui Se partage. Le Jour de la Pentecôte, Il a fait la même chose, quand le Saint-Esprit est descendu. Cette Colonne de Feu qui est descendue, qui suivait Israël, nous savons tous que c’était le Logos, c’était Christ. Et le Jour de la Pentecôte, quand Elle est descendue, qu’est-ce qu’Elle a fait? Elle S’est partagée, et des langues de Feu se sont posées sur chacun d’eux. Dieu S’est partagé parmi les gens. Oh, frère, vous pouvez être entier, en ayant le même Esprit qui était en Christ.

143 “Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais. Et de plus grandes, ou davantage,” la bonne traduction, “car Je m’en vais au Père. Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je,” pronom personnel, “Je serai avec vous, et même en vous, au temps de la fin, à la consommation.” Il a promis de le faire. La Postérité d’Abraham – Il est ici maintenant. Il est…

144 Nous voici, alors qu’il y a quelques jours, nous avons célébré Sa résurrection, Dieu qui L’a ressuscité. Nous en témoignons. Nous le chantons. Et Il pourrait apparaître et faire quelque chose qu’Il avait fait, exactement comme Il l’avait fait avant Sa résurrection, et nous appellerions cela “un diseur de bonne aventure, un démon, un Béelzébul”, nous bannirions cela de l’église. Pourquoi est-ce que nous faisons ça? C’est ainsi que doit s’accomplir l’Écriture, qui déclare que, dans l’Âge de Laodicée, la Parole, qui est Christ, a été mise dehors [Frère Branham donne quatre coups sur la chaire.–N.D.É.], Il frappait à la porte, cherchant à obtenir quelque part de la collaboration, pour pouvoir entrer et Se faire connaître.

145 Mais de Là sortira une branche, aussi sûr que deux et deux font quatre!

146 J’ai dit à Frère Sharrit: “Dans ce cas, quelle sorte de branche est-ce qu’il va produire l’an prochain? Est-ce que ce sera une branche d’oranger? Est-ce que ce sera une branche de citronnier? Est-ce que…”

147 “Oui, ce sera une branche de l’arbre originel”, il a dit. “Quand il fera sortir de lui-même une branche, ce sera une branche d’oranger, exactement comme celle du commencement.”

148 De même, quand la vraie Postérité vivante d’Abraham se lèvera, ce même Esprit qui était en Jésus-Christ vivra au milieu d’eux, chaque Parole sera ponctuée d’un “amen”. [Frère Branham donne quatre coups sur la chaire.–N.D.É.] Ils La croient. Non pas: “Ceci est inspiré, et Cela n’est pas inspiré.” Ils La croient toute, parce que C’est la Parole de Dieu.

149 La croyez-vous ce soir, de tout votre coeur? [L’assemblée dit: “Amen.”–N.D.É.] Je crois cela.

150 Maintenant, j’ai déjà pris beaucoup de temps, ici, à prêcher. Inclinons la tête un instant. Je finirai demain soir. J’ai promis de ne pas vous retenir trop longtemps.

151 Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui, et ainsi confirmé. Pour Abraham, alors c’était réglé, lorsque, par la foi, il a vu ce qu’il en était, il est allé de l’avant, sans douter par incrédulité. Il ne douta point. Maintenant, qu’en est-il de Sa Postérité Royale, nous qui prétendons, nous les Chrétiens d’aujourd’hui, qui prétendons embrasser la même coupe que celle qu’Il a bue, ayant en nous Son Esprit à Lui, et Le voyant confirmer la promesse qu’Il avait faite, qu’Il serait ici avec nous?

152 Cette promesse, d’en produire l’accomplissement: dans tous les âges, ça ne s’est jamais fait. Nous n’avons encore jamais eu cela. Fouillez dans l’histoire. Ça n’est jamais arrivé. Et cela, c’était censé être envoyé où, dans les derniers jours? À l’Église élue. Pas à Babylone, pas à Sodome; eux, ils ont eu un messager, là-bas. Mais c’est le Saint-Esprit qui est le Messager pour l’Église élue, ce soir, Dieu habitant dans une chair humaine, montrant qu’Il est Celui qui discerne, la Parole qui discerne les pensées et les intentions du coeur. “Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement.” Il est JÉHOVAH-JIRÉ. Il a déjà pourvu à notre Sacrifice, et Il confirme Son alliance. Il garde Son alliance, dans les derniers jours, avec les gens.

153 Mes amis, nous pourrions parler toute la nuit, ici. Des choses ont été dites, suffisamment de choses ont été dites. Il y a ici des gens qui sont malades; vous avez besoin de guérison. Pourquoi ne pas croire Cela? Si je pouvais vous guérir, je le ferais. Soyez en prière. Si je pouvais vous guérir, je le ferais. Je ne peux pas vous guérir. Je… Si vous remarquez, je consacre la réunion, la première soirée ou les deux premières, ici, à la prière pour les malades. Mais ce n’est pas le seul but. S’il y a ici des Semences qui ont été destinées à la Vie, le Saint-Esprit se saisira d’elles. Elles verront ce qu’il en est. Elles reconnaîtront ce qu’il en est. Maintenant Il…

154 Combien ici voudraient lever la main devant Dieu, et dire: “Je le crois de tout mon coeur, que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement, qu’Il est ressuscité des morts, et qu’Il est vivant parmi nous ce soir, en train de montrer qu’Il est parmi nous, et je crois que ceci vient de Dieu”? Voudriez-vous lever la main, et dire: “Je le crois vraiment”?

155 Maintenant, Père Céleste, ils sont entre Tes mains. Ils sont… Ils professent qu’ils sont la Postérité d’Abraham. Ils–ils désirent recevoir, ils–ils désirent recevoir les bénédictions de Dieu. Et maintenant, je leur ai déclaré, de cette manière toute simple, j’ai abordé mon sujet, et je n’ai pas réussi à finir. Mais, Père, ils–ils voient ici, dans la confirmation donnée à Abraham, que Tu lui as confirmé la promesse, Tu lui en as donné la confirmation. Maintenant, si le–si l’Esprit de Christ n’est pas en nous, nous n’appartenons pas à Christ. Et la nature de Christ ne peut pas changer.

156 Et Il nous a bien déclaré ces choses, et Il les promet, selon la Bible, dans de nombreux passages. Même l’Ancien Testament l’a promis, dans Malachie 4, où il est dit comment ce serait dans les derniers jours: “Ramènerait le coeur des enfants à la Foi des pères”, à celle des pères de la Pentecôte, la Doctrine originelle de la Bible, la Parole originelle, là, ce qu’Elle accomplirait. Et il y aurait un signe, et ce signe confirmerait, ce serait confirmé par la Voix qui le suivrait, que Tu es ici. Et nous croyons en Toi.

157 Maintenant, Père, que–que Satan s’en aille. Nous–nous ne croyons pas avoir de puissance, Seigneur. Nous ne prétendons pas avoir la puissance. Nous prétendons avoir l’autorité.

158 Nous savons bien que le petit policier dans la rue, avec son petit képi sur la tête – ces grosses voitures qui filent sur les larges routes, à quatre-vingt-dix milles [150 km] à l’heure avec un moteur de trois cents chevaux, cet homme n’a pas la puissance d’arrêter une seule d’entre elles. Elles l’écrabouilleraient net. Mais il n’a qu’à montrer son insigne et à lever les mains: les freins grincent et les pneus crissent. C’est l’autorité. Il a toute la ville derrière lui. Il a l’autorité, pas la puissance. Il ne pèse peut-être même pas cent livres [45 kg], mais il a l’autorité.

159 Et c’est la même chose ce soir, Seigneur. Nous venons à Satan, non pas avec la puissance, mais avec l’autorité, en présentant le Sang et la confirmation de l’alliance. Il n’a pas le droit de tenir ces malades sous son emprise.

160 De les regarder et de les voir ici, en train de se débattre avec cela, ô Dieu, si seulement je pouvais arriver à leur faire parvenir le Message! Si seulement ils pouvaient voir, Seigneur, se rendre compte! Réveille-les, Seigneur. Que maintenant, que ce soir soit un moment où Tu leur feras voir que Tu es le même Dieu. Tu confirmes Ta Parole. Tu La tiens, exactement comme Tu l’as promis. En ces derniers jours, Tu as dit que ces choses arriveraient, “lorsque le Fils de l’homme se révélerait”, que ces choses se produiraient. Accorde-le, Seigneur, et fais-leur voir que c’est Toi. C’est au Nom de Jésus que je fais cette prière. Amen.

161 Maintenant croyez, mes amis. Vous êtes un auditoire si charmant. J’ai donc dépassé le temps prévu, voyez, et je–je ne voulais pas faire ça. Je leur avais dit que je…que nous sortirions à l’heure ce soir, mais je n’y suis pas arrivé, parce que je… Je finirai mon sujet demain soir, peut-être, si le Seigneur le veut.

162 Maintenant nous voici. Vous êtes des personnes. Tous, nous sommes simplement des êtres humains. Nous désirons vivre. Chacun désire vivre tout le temps qui lui a été assigné. Je crois que c’est ce que Dieu désire que nous fassions. Je–je le crois vraiment. Or, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de Baume en Galaad.

163 Vous savez, une fois, il a été dit: “Pourquoi, pourquoi donc? N’y–n’y a-t-il point de baume en Galaad?”

164 “N’y a-t-il point de prophète là-bas?”, a dit Ésaïe, ou, je veux dire, a dit Élie. “Allez lui demander: ‘Est-ce parce qu’il n’y a point de prophète en Israël? Pourquoi aller à Ekron, là-bas, au dieu Baal-Zebub? Pour quelle raison, pourquoi aller là-bas?’, lui qui est Juif, ‘pourquoi aller là-bas?’”

165 Il a dit: “Est-ce parce qu’il n’y a point de baume en Galaad? qu’il n’y a point là de médecin? Est-ce cela? Est-ce là la raison?”

166 Est-ce là la raison? Non monsieur. Nous avons le Baume. Le Saint-Esprit est ici. Oui monsieur. La promesse nous appartient. Maintenant tout ce qu’il vous faut, c’est d’y croire. Vous…

167 C’est un jour où les gens ont l’esprit tellement dispersé qu’ils ne… Ils me font pitié. Ils ne savent pas quoi croire. L’un dit ceci, et l’autre dit cela. “Que toute parole d’homme soit reconnue pour mensonge, et que la Mienne soit reconnue pour vraie”, a dit le Seigneur Dieu. C’est exact. Or Il ne peut pas changer de nature.

168 Maintenant, je crois qu’hier soir, nous avons commencé par la carte de prière numéro un (n’est-ce pas?), et nous les avons appelées jusqu’à vingt environ, quelque chose comme ça. C’est ça? Changeons un peu de façon de procéder. Ne prenons pas du tout de cartes de prière. Oui, vous n’avez qu’à prier. Vous savez, la carte de prière ne sert qu’à vous faire monter ici.

169 Mais je sens Sa Présence, alors vraiment, je sais qu’Il est ici. Combien ont déjà vu une photo de l’Ange du Seigneur? Je vous le certifie, alors que je vous rencontrerai au Jugement, Il est à moins de deux pieds [60 cm] de l’endroit où je me trouve, ici même. C’est vrai. Il est ici.

170 Maintenant, quelqu’un qui n’a pas de carte de prière, levez la main, pour dire: “Je n’ai pas de carte de prière, mais je suis malade et j’ai un besoin.” Eh bien, c’est vraiment partout. Bien.

171 Maintenant je vais vous dire quelque chose. Qu’est-ce que l’Ange a fait, là-bas, cette fois-là? Il a tourné le dos, Il avait le dos tourné à Abraham. Cela, je voulais y venir ce soir, mais je ne l’ai pas fait. Et le passage où Il a dit que “la même chose arriverait à la venue du Seigneur que ce qui était arrivé à Sodome”. Nous voyons qu’Il avait le dos tourné à la tente. Et Sara a ri de ce qu’Il a dit, du fait qu’Il lui a annoncé cela. Et elle ne comprenait pas que Lui qui était un simple Homme, là, qui mangeait la viande qu’elle avait fait frire, qui buvait le lait de la vache et qui mangeait son veau, que ce soit Dieu.

172 La Bible a dit que ça l’était. Abraham a dit que ça l’était: “Elohim”. C’est vrai. “Elohim”, Dieu. Il s’est volatilisé là même, devant Abraham. Et, “Dieu”, il L’a appelé “Seigneur Dieu, Elohim, Celui qui est entièrement suffisant”.

173 “Au commencement”, c’est le même mot qui est employé. N’importe quel érudit saurait ça. “Au commencement, Dieu”, allez voir dans l’hébreu: “Elohim”.

174 Regardez bien, quand Abraham a dit: “Seigneur Dieu, Elohim”, le même Homme, la même Personne, ce qui montrait que Dieu allait Se manifester dans une chair humaine, à la Postérité d’Abraham, pour confirmer l’alliance, et pour faire la même chose que ce qu’Il avait fait (vous le voyez?), la même chose que ce qu’Il avait fait là. Il est toujours un prophète, qui discerne les pensées et les intentions du coeur. En effet, combien savent que la Bible dit que “la Parole de Dieu discerne les pensées qui sont dans le coeur”? [L’assemblée dit: “Amen.”–N.D.É.]

175 Maintenant, si Dieu prend au moins trois personnes ici, ce soir. Or ceci, c’est un défi. Si quelqu’un pense que ce n’est pas vrai, qu’il vienne donc le faire. Sinon, alors ne dites rien à ce sujet. Voyez? Maintenant remarquez, en prenant au moins trois personnes (trois, c’est une confirmation) qui me sont totalement inconnues, et si le Saint-Esprit… Si seulement vous croyez, c’est tout ce que je vous demande de croire, de faire, c’est de croire que cette Bible est la Vérité, et que nous vivons aux derniers jours, et que ceci est la promesse pour les derniers jours.

176 Souvenez-vous, ni Abraham, ni personne d’autre, n’a vu un seul autre signe avant que le Fils promis arrive. Jusque-là Abraham avait vu toutes sortes de signes et toutes sortes de choses, mais celui-là a été le dernier signe. Il ne rompra jamais cela: la continuité de Dieu. La Postérité d’Abraham, c’est le dernier signe qu’ils recevront. Voyez? Celui-là a été le dernier. Dieu! Tout de suite il a su que c’était là Elohim. Et Jésus s’est reporté à ça, disant que c’est ce qui arriverait, et nous y voilà, ici même, aujourd’hui, nous y sommes, la même chose.

177 Les amis, ceci, c’est la Vérité. Je sais, vous avez dit: “Ici, dans une petite grange”? Mais, ça s’est toujours passé comme ça. Lui, Il est né dans une crèche. Pratiquement personne ne voulait croire en Lui. Mais il n’y a que les Semences qui croient, ceux qui ont été destinés à la Vie, c’est tout. “Tous ceux que le Père M’a donnés viendront à Moi.” C’est vrai. Il n’y a pas à s’en faire pour ça; leur nom est là, ils verront ce qu’il en est. Et comment? Ils verront.

178 Maintenant, voyez-vous, en fait, voilà, je–je pourrais prier et vous imposer les mains. Je vais parler de cela, surtout dimanche après-midi. Mais je–je veux que vous voyiez que vous pouvez poser vos mains sur Lui. “Il est le Souverain Sacrificateur qui peut compatir à nos faiblesses.” Croyez-vous ça? [L’assemblée dit: “Amen.”–N.D.É.] Vous le croyez. Et maintenant, s’Il veut bien le faire…

179 Je–je connais quelqu’un ici. Je viens de voir, en jetant un coup d’oeil, deux ou trois de mes amis assis juste là: un ministre, quelques-uns, là. L’un d’eux a la tête baissée, dernièrement le Seigneur a guéri son petit garçon d’une commotion cérébrale, encore aujourd’hui il m’a appelé au téléphone.

180 Et–et, un autre homme qui est là, son petit bébé à lui, l’autre nuit, on pensait qu’il était mort. Et j’étais à Beaumont. Et on, un appel, on est allé, et il a posé ses mains sur moi, il s’est mis à pleurer, il a dit: “Frère Branham, la Parole du Seigneur est avec vous. Vous n’avez qu’à Lui demander.” À la minute même, le petit bébé est revenu à la vie, il a repris vie. Voilà le père, assis juste là, un ministre.

181 Et cet homme – lors d’un accident de voiture, il avait été projeté, de je ne sais quoi, jusque dans un fossé, et son petit cerveau avait été commotionné, et tout. Le Seigneur l’a guéri, il est parfaitement normal. Ils ont cru. Ils ont absolument…

182 Maintenant, ne dites pas que c’est moi qui ai accompli cela. Je n’ai eu rien à voir là-dedans. Leur foi en Dieu, voilà ce qui a accompli cela. Ayez la foi! Tout…

183 Jésus a dit, dans Marc 11.22: “Tout ce que! Si vous dites à cette montagne: ‘Ôte-toi de là’, et si vous ne doutez pas en votre coeur, mais croyez que ce que vous avez dit arrivera, ce que vous aurez dit vous sera accordé.” Mais voilà, c’est ça, voyez-vous. Ce n’est pas une espérance, c’est une “certitude”.

184 Et s’Il peut prouver qu’Il est vivant, Celui qui a fait la promesse peut prouver qu’Il est vivant, et absolument rien d’autre ne peut le faire. Réveillez-vous! Secouez-vous très fort, secouez votre esprit. Voyez? Absolument rien d’autre ne peut le faire, Dieu seul.

185 Maintenant, vous pouvez–vous pouvez juger que c’est du malin si vous voulez. Ils ont jugé qu’Il était du malin, alors ils peuvent bien juger que Son Esprit est du malin. Ils disaient “qu’Il était un démon, faisant ces choses”. Eh bien, évidemment, ils ont reçu la récompense de cela.

186 Croyez seulement. Vous ne pouvez pas opérer une guérison. Je ne peux pas opérer une guérison. Aucun homme ne peut opérer une guérison. C’est Dieu qui guérit.

187 Mais si vous pouvez seulement prendre conscience que Celui-là même que vous servez et que vous vous êtes séparés du monde afin de servir, Celui-là même que vous aimez, Celui-là même qui sera là au Jugement, et vous au Jugement avec Lui, pour être jugés, si Sa Présence peut venir ici même, et montrer qu’Il est ici!

188 Maintenant Son corps physique ne peut pas le faire. Quand celui-là viendra, le temps sera terminé. “Comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera la venue du Fils de l’homme.” Mais Son Esprit!

189 Et l’Église est passée, regardez par quoi elle est passée: elle est passée par la justification, la sanctification, le baptême du Saint-Esprit; et c’est maintenant le temps de l’Enlèvement, pour préparer l’Église. Très exactement comme cela avait été promis, exactement conforme à la disposition des Âges de l’Église, nous avons vu toutes ces choses, qui se sont enchaînées, l’une après l’autre, l’une après l’autre.

190 Le pentecôtisme est la dernière organisation. Ça, c’est selon l’Écriture. Ce sera la dernière organisation; rejetée avec toutes les autres, c’est vrai, parce que c’est une organisation. Aucune organisation n’est acceptée devant Dieu. C’est… Ceux qui sont acceptés devant Dieu, ce sont les individus.

191 Maintenant, ne pouvez-vous pas croire à Sa Présence? Bon, moi ici, je ne suis que votre frère, et maintenant, j’ai été envoyé, c’est Dieu qui m’a dit de venir faire ceci. Et donc, je crois en Lui. Si ce n’était pas écrit dans la Parole pour cet âge, je m’éloignerais de cela. Tout ce qui n’est pas dans cette Parole, je n’y crois pas. Je–je ne l’accepterais pas. Je ne dis pas que je n’y croirais pas, mais je ne l’accepte pas, je ne le comprends pas. Par contre, quand c’est dans cette Parole, et une promesse pour cet âge, ça je le comprends. Et vous? [L’assemblée dit: “Amen.”–N.D.É.] Que le Seigneur nous aide maintenant. Et vous, simplement… Élevez-vous maintenant par la foi, croyez que dans le…notre présence…ou plutôt, que nous sommes dans Sa Présence, maintenant, qu’il s’agit de ce même Jésus qui a fait cette promesse.

192 Et dans la Bible ici, l’inspiré Paul, qui avait reçu une si grande abondance de révélations qu’il était devenu un être nerveux, “et qu’il avait des afflictions dans la chair, pour qu’il ne soit pas enflé d’orgueil au point de s’élever au-dessus de cette abondance de révélations”. Voyez, c’est lui qui a écrit la Bible, tellement il a été inspiré. Il a écrit les Livres de la Bible. Comme Moïse, il était prophète. Donc il, la Parole est venue à lui, et il L’a écrite, et Cela a été accepté dans les Écritures, les Écrits sacrés. Or, c’est lui qui–qui–qui dit…qui croit ceci, qui a enseigné ces choses.

193 Maintenant, souvenez-vous que Christ est ressuscité des morts et qu’Il est parmi nous. Retenez bien cela: Christ est ressuscité des morts et Il est parmi nous.

194 Bon, nous avons vu toutes sortes de grands mouvements, et des cris de joie, et des louanges à Dieu; tout ça, c’est très bien. Nous avons parlé en langues, et prophétisé, et tout. Nous avons vu tout ça. C’est très bien. Ces choses accompagnent Cela.

195 Mais, souvenez-vous, la dernière chose, c’est Sa Présence Divine, la Parole Elle-même. Il est la Parole. La Tête, la Parole, Elle vient vers le Corps. Voyez? Et alors, cette Parole, dans Hébreux, au chapitre 4, il est dit: “La Parole de Dieu est plus tranchante, plus efficace qu’une épée à deux tranchants, et Elle discerne les pensées et les intentions du coeur.” Maintenant, prenez ce passage de l’Écriture, et suivez cela, en vous reportant jusqu’au commencement des prophètes, continuez jusqu’à Jésus-Christ, voyez si ce n’est pas la même chose, la même chose, par laquelle Il se fait connaître comme Messie.

196 Or ce n’est pas un homme, ici, qui est le Messie. C’est le Saint-Esprit qui est le Messie. Christ et le Saint-Esprit, c’est la même chose, alors voilà, Il est ici maintenant, à l’oeuvre dans la chair, en train de préparer le Corps pour la grâce de l’enlèvement. Croyez-le, mes amis.
Seigneur Dieu, je T’en prie, fais que cela se produise ce soir.

197 Maintenant, au Nom de Jésus-Christ, je prends chaque esprit ici sous mon contrôle, pour la gloire de Dieu. Je dis cela pour que vous compreniez. Voyez, ne…

198 Si vous doutez, vous–vous, il n’est pas bon que vous vous attardiez ici longtemps. En effet, sans doute que beaucoup de personnes assises ici ont déjà vu ce qui arrive parfois aux incroyants. Ça passe d’une personne à l’autre, comme c’était le cas dans la Bible.

199 Combien d’entre vous, ici, sont en prière, et vous savez que je vous suis inconnu, que je ne sais rien à votre sujet? Levez la main, pour indiquer que vous êtes en prière, donc, que vous savez que je ne sais rien à votre sujet.

200 Vous – l’homme assis là, qui porte une cravate noire, qui me regarde, juste ici.

201 Maintenant regardez. Vous voyez cette Lumière? Vous voyez Cela, n’est-ce pas? Une Lumière ambre, d’un vert tirant sur le doré, ici.

202 Croyez-vous que je suis Son serviteur, monsieur? Si Dieu peut me révéler quel est votre problème, croyez-vous, vous me croirez de tout votre coeur, vous croirez qu’il s’agit de Dieu? Le ferez-vous? Croirez-vous que votre guérison se produira? Avez-vous une carte de prière? Non, vous n’en avez pas. Vous n’en avez pas besoin. Vous avez un problème à l’oreille. Si c’est exact, levez la main. C’était à l’oreille; ça n’y est plus maintenant, si vous le croyez. Je ne connais pas cet homme, je ne l’ai jamais vu.

203 Maintenant, il y a ici un homme, assis juste à côté de vous. Il est en prière. Il prie au sujet d’un problème qu’il a. Regardez-moi, monsieur. Avez-vous une carte de prière? [Le frère dit: “Non.”–N.D.É.] Vous n’en avez pas. Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? [“Oui.”] Croyez-vous que ce que je vous ai dit est la Vérité? [“Oui, monsieur.”] Croyez-vous qu’il s’agit de la Présence de Jésus-Christ? [“Oui, monsieur.”] Croyez-vous que votre dos ira bien à partir de maintenant? Vous le croyez? Levez la main. Si vous croyez! Voyez?

204 Maintenant, demandez-le à cet homme. Je ne l’ai jamais vu de ma vie. Ce n’est pas moi qu’il a touché. Il est à vingt pieds [6 m] de moi. Qu’est-ce qu’il a touché? Cela accomplit l’Écriture. Il a touché le Souverain Sacrificateur. Il était assis là, il priait pour sa guérison. Voyez, il a touché le Souverain Sacrificateur, qui peut compatir à nos faiblesses. Voyez?

205 Maintenant, qu’en pensez-vous, jeune homme, assis là-bas; un jeune homme qui me regarde avec un air si sérieux? Croyez-vous que Dieu va guérir ce problème de reins que vous avez? Vous le croyez? Levez la main, si vous le croyez. Voulez-vous aussi renoncer à cette habitude que vous avez, vous débarrasser de ces cigarettes? Faites signe de la main, comme ceci, si vous le voulez. Alors abandonnez-la, et n’y pensez plus. Jésus-Christ vous a guéri. Si tu peux croire!

206 Juste en face de vous, il y a une dame assise là qui porte des lunettes. Elle souffre d’une maladie nerveuse. Croyez-vous que Dieu va vous guérir, madame? Levez la main si vous le croyez. Très bien.

207 Voulez-vous me rendre un service? Il y a une petite dame assise juste à côté de vous, qui souffre d’un problème gynécologique, un problème féminin. C’est ça, madame. Levez la main si c’est bien ça. Des écoulements. Posez votre main sur elle, afin qu’elle se rétablisse, parce qu’elle croit.

208 Dites, et assise à côté d’elle, une, deux, La voilà juste au-dessus de cette autre dame, qui est assise juste à côté de celle-là. Elle souffre des jambes, elle a un problème de jambes. Vous croyez que Dieu va guérir vos jambes? Levez la main. Et voilà. Voyez?

209 Vous croyez qu’Il est Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement? [L’assemblée dit: “Amen.”–N.D.É.]

210 Vous croyez, vous qui êtes assise là? Juste derrière cet homme assis ici, à l’avant, la dame qui est assise ici? Croyez-vous que Dieu… Vous avez deux choses graves. L’une d’elles, c’est un cancer; l’autre, c’est l’arthrite. Vous croyez que Dieu va vous guérir? Si oui, levez la main et dites: “Je–je crois.” Très bien, croyez.
Croyez-vous? Il confirme l’alliance.

211 Il y a une dame assise ici qui me regarde, juste derrière cet homme. Elle porte une espèce de robe dans des teintes de rouge. Rouge, le haut, ici; un tricot, peut-être. Elle est trop loin; c’est sombre là-bas. Après cela, voyez-vous, on est tellement affaibli que tout commence à prendre un peu une couleur laiteuse, là, partout dans la salle.

212 Et, La voilà, juste au-dessus d’elle. Vous voyez cette Lumière? Cette dame est en train de prier pour quelque chose. Si Jésus-Christ me révèle ce pour quoi vous priez, croirez-vous de tout votre coeur? Vous croirez? Je vous suis inconnu, et vous m’êtes inconnue. Mais vous êtes entrée en contact avec le Souverain Sacrificateur, parce que l’indication qu’Il me donne est juste au-dessus de vous, voyez, voyez, le signe. Je le sais.

213 Vous souffrez énormément des nerfs. Et vous souffrez aussi d’un goitre à la gorge. Si c’est exact, levez la main.
Vous dites: “Ça, vous pouvez le voir.”

214 Très bien, vous venez… Vous n’êtes pas d’ici. Vous venez… Vous n’êtes pas de cette région-ci, de cette localité. Vous venez de Memphis. C’est exact.

215 La dame assise à côté de vous, elle aussi, elle vient de Memphis. Croyez-vous de tout votre coeur, madame? Vous croyez que Dieu peut vous guérir? Croyez-vous que je suis Son prophète, ou Son serviteur? Cela achoppe les gens, voyez. Vous croyez que je suis Son serviteur? Vous croyez que c’est Dieu, que c’est Lui qui est en train de parler? Vous savez bien que moi, je ne saurais rien à votre sujet. Alors, vous croyez que c’est Dieu, dans ce cas? Bien. Croyez de tout votre coeur. Et vous avez, ce dont vous souffrez, c’est que vous avez…vous avez un problème de gorge, vous aussi. Et une autre chose que vous avez, c’est un nodule, une tumeur au côté. Croyez-vous que Dieu peut me dire de quel côté elle se trouve? Si c’est bien ça, levez la main, si je vous dis la vérité. Elle se trouve du côté droit. Voyez? Voyez? Croyez-vous que Dieu peut me dire qui vous êtes? Est-ce que ça vous aidera? Vous êtes Mme Cox. C’est exact. Voyez? Rentrez chez vous, voyez.

216 Croyez-vous? Vous croyez tous, maintenant? [L’assemblée se réjouit et dit: “Amen.”–N.D.É.] Voyez, voilà l’alliance confirmée à la Postérité d’Abraham, si vous pouvez croire! Voyez?

217 Tenez, il y a une petite femme étendue là, sur la civière. M’entendez-vous, madame, étendue sur cette civière? Oui. Je ne peux pas vous guérir. Je ne sais rien à votre sujet; vous m’êtes totalement inconnue. Mais croyez-vous que Jésus-Christ peut me révéler quel est votre problème? Est-ce que ça vous aiderait? Oui, ça vous aiderait? Si vous restez là, vous mourrez. Vous n’avez qu’une seule chance de survie, c’est d’accepter Christ. Vous avez un cancer. C’est exact. Croyez-vous que Dieu va vous rétablir maintenant? Vous le croyez? Levez la main, si vous le croyez. Très bien. Dans votre situation, la seule chose que vous puissiez faire, c’est de vous lever de ce lit: de prendre ce sur quoi vous êtes étendue, et de rentrer chez vous, en faisant valoir votre foi en Dieu en tant que Postérité d’Abraham. Levez-vous, au Nom de Jésus.
Voyez, elle se lève, pour prendre possession de sa promesse en Dieu.

218 Et les autres, combien d’entre vous croient de tout leur coeur maintenant?

219 Levez-vous. Vous avez de la force; Dieu vous donnera la force. Mettez-vous debout. La voilà debout, elle s’est levée de la civière.

220 Maintenant les autres, ceux qui veulent recevoir Jésus-Christ, mettez-vous debout. Mettez-vous debout. Levez-vous, partout, acceptez Jésus comme votre guérisseur.

221 Seigneur Jésus, guéris chacun d’eux. Accorde-le, Seigneur.

EN HAUT