ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Prends la verge et convoque l’assemblĂ©e de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 50-0827E La durĂ©e est de: .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Prends la verge et convoque l’assemblĂ©e

1          Merci pour...?... Bonsoir. Merci. Je suis content d’ĂȘtre ici ce soir. «Vous dites que vous ĂȘtes toujours content.» Oui, c’est vrai. Depuis que j’ai rencontrĂ© JĂ©sus, je suis toujours content. Etes-vous contents? Il nous rend contents.

Excusez-moi...?... [Un frĂšre rĂ©ajuste le microphone.–N.D.E.] Merci. Soit que ma voix s’est affaiblie, soit que c’est ceci. Il a donc dit: «Rapprochez-vous.» Je... Tous ces microphones... D’accord.

2          Nous sommes trĂšs contents d’ĂȘtre ici Ă  cette derniĂšre rĂ©union de la sĂ©rie de rĂ©unions. Nous espĂ©rons que Dieu nous accordera une grande et merveilleuse rĂ©union ce soir. Je regrette que ça soit notre derniĂšre fois. Je le dis du fond de mon coeur. Certainement. La seule mauvaise chose avec ce genre de rĂ©unions d’évangĂ©lisation, comme celle-ci, c’est quand on doit se dire au revoir. C’est–c’est difficile. Je commence Ă  faire votre connaissance, juste comme quand on se familiarise. Il y a des gens ici qui ont commencĂ© Ă  m’aimer et tout...?...

Et je n’ai point eu l’opportunitĂ© de mĂȘme leur serrer la main ni rien. Je demande pardon pour cela...?... J’aurais souhaitĂ© pouvoir le faire. Mon travail m’oblige Ă  entrer, et puis sortir prĂ©cipitamment de la ville. J’ai trouvĂ© Cleveland comme l’une des villes les plus jolies oĂč j’aie jamais Ă©tĂ©. C’est vrai. Le... Tout le monde a Ă©tĂ© trĂšs trĂšs gentil. Et j’apprĂ©cie certainement cela. Mes priĂšres, c’est que Dieu vous bĂ©nisse tous, qu’Il vous accorde un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode, qui m’amĂšnera des centaines de milliers de prĂ©cieuses Ăąmes qui entreront dans le Royaume de Dieu.

3          J’aimerais rendre hommage Ă  mon frĂšre pour sa collaboration dans la rĂ©union...?... Quel groupe de braves hommes ils sont! Et je suis trĂšs content de savoir que ces gens ici Ă  Cleveland ont un tel...?... dans cette ville ici. Des enseignants qui...?... Je vous le dis, que Dieu va...?... un jour, sinon avant ce temps-ci, Il va...?... cela inspirera les autres, cela les enverra lĂ  comme c’était au dĂ©but...?... juste tout au long, inspirĂ© de Dieu... Que le rĂ©veil Ă©clate partout Ă  travers le pays.

J’aimerais que vous remplissiez cette tente...?... si je le peux [La bande est inaudible.–N.D.E.] ...?... dans beaucoup de ces endroits que... avant...

Je crois que nous nous approchons du bout du chemin. Je serai content de...?... Je crois...?... vous ĂȘtes au bout du chemin. Je ne sais pas exactement ce que...?... les autres ont cru en cela, la vision que j’ai eue l’autre soir...?.... d’aller, et savoir que l’unique... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] ...?... depuis lors, de grands rĂ©veils Ă©clatent dans la ville. Allons de l’avant et louons Dieu, car cela est dĂ©jĂ ...?... [La bande est inaudible.–N.D.E.]

4          Croyez-vous cela? Il Ă©tait conduit Ă  ce que le PĂšre Lui montrait de faire. Et c’était le...?... le premier Fils nĂ© de Dieu. Il a Ă©tĂ© rendu manifeste, ce que le PĂšre disait de faire. Et le PĂšre a Ă©tĂ© rendu manifeste devant vous. Est-ce vrai. Ainsi...?... vu de tout ce que Dieu fera, devra passer par votre foi...?.. Il a dit...?... Croyez-vous en JĂ©sus-Christ? Eh bien, il y avait beaucoup de gens qui Le touchaient. Mais elle a cru dans son coeur, car elle disait dans son coeur: «Si seulement je peux toucher le bord de Son vĂȘtement, je serai guĂ©rie.» Eh bien, elle croyait cela.

Et maintenant, Ă  la fin de ce service et autres...?... Voici ce que j’aimerais dire, qu’il est trĂšs difficile pour moi de...?... ici pour...?... aux gens comme ça devrait ĂȘtre. Je prie donc que dans mon assemblĂ©e beaucoup L’acceptent...?... beaucoup de critiqueurs, ils auront la fausse impression lorsque vous vous mettez Ă  leur parler.

5          Et je–je n’adore pas le...?... peut-ĂȘtre que... Quand Il me montrait la vraie façon dont cela se passe, cela amĂšne les gens Ă  essayer de penser que c’est votre... primaire...?.. dans des miracles de campagnes. Si je faisais cela, si cela se faisait du fond de mon coeur, je crois que Dieu...?... je crois cela.

Si j’essayais d’amener des hommes à–à me regarder, pour croire pour...?... Je crois que Dieu prendrait...?... ce–ce...?... Mais pour rendre cela un peu plus clair pour que vous puissiez croire... Pour ĂȘtre guĂ©ri...?... par ici, s’Il le disait Ă  haute voix, les gens auraient cette fois-ci une mauvaise impression, car... Voyez, vous, si vous...?...

Les gens qui ont crucifiĂ© JĂ©sus-Christ croyaient en un Dieu Tout-Puissant. Est-ce vrai? Ils...?... Ă  Dieu. Les Juifs. Quant aux religions, des hommes saints, des hommes de renom, ils ont crucifiĂ© le Fils de Dieu parce qu’ils ne croyaient pas qu’Il Ă©tait Dieu. Et peu importe Ă  quel point ils croyaient dans Dieu-JĂ©hovah, ils ne pouvaient pas croire en JĂ©sus comme Ă©tant Son Fils, pour recevoir quelque chose de Dieu JĂ©hovah. Ils s’asseyaient et lisaient Ă  ce sujet, JĂ©sus, le Fils de Dieu avant JĂ©hovah...?... Est-ce vrai?

Il a dit aux Juifs. Il a dit: «De mĂȘme que vous avez cru en Dieu, croyez aussi en Moi.» Est-ce vrai?

Eh bien alors, s’Il testait Son Message...?... que l’Ange du Seigneur...?... «Si tu amĂšnes les gens Ă  te croire... (Voyez-vous cela?) amĂšnes les gens Ă  te croire, et que tu es sincĂšre quand tu pries, aucune maladie ne rĂ©sistera Ă  la priĂšre.»

Maintenant, j’ai la preuve. Ces gens croient-ils en JĂ©sus? Eh bien, comment...?... Dieu? Eh bien, c’est ce que vous pouvez faire. Mais vous devriez croire en Dieu, le monde croit cela ; cela ne vous fera aucun bien. Eh bien, c’est difficile et je dĂ©teste le dire, mais c’est la vĂ©ritĂ©. Voyez? Ne me croyez pas en tant que frĂšre Branham, croyez et acceptez-moi dans ce but. Alors, quand vous me croyez, vous croyez ce pour quoi l’Ange est venu, qu’Il est l’Ange de Dieu. Et quand vous Le reconnaissez comme Ă©tant ce...

7          Je ne suis que Sa Voix. Il est une Personne surnaturelle ; moi, je suis naturel. Il peut produire le surnaturel pour un homme naturel. Il glorifie...?... Il proclame Sa Voix. Il se sert de mes mains. Il se sert de mes yeux pour avoir des visions. Il se sert de mes oreilles pour nous dire ce pour quoi l’Esprit se sert de vous.

8          Quand vous louez Dieu, c’est votre voix, quand vous ĂȘtes perdu dans l’Esprit, louant Dieu. Voyez-vous ce que je veux dire? Et si j’osais utiliser un brin de ma propre pensĂ©e, ça serait faux. Cela doit totalement dĂ©pendre du Saint-Esprit, de l’Ange de Dieu. C’est pourquoi, je ne peux que dire ce qu’Il dit. Et Il ne peut parler que quand vous croyez.

Maintenant, je ne m’attends pas Ă  ce que tout le monde soit guĂ©ri. Il y a des exceptions. Beaucoup de gens aiment beaucoup Dieu, ils ont grandi dans l’église. Ils croient Ă  leur Ă©glise. C’est bien. Ils croient en Dieu. C’est... Mais en ce qui concerne le surnaturel opĂ©rant dans un ĂȘtre humain aujourd’hui, cela dĂ©passe tout ce qu’ils peuvent avaler. Et c’est lĂ  que rĂ©side la vĂ©ritĂ©. Eh bien, c’est la vĂ©ritĂ© autant que Dieu est mon... qu’Il est mon Juge suprĂȘme ; c’est lĂ  que rĂ©side la vĂ©ritĂ©...?...

9          Les gens ont Ă©laborĂ© leurs propres conceptions aujourd’hui, ce qu’ils pensent que ça va ĂȘtre, comment ça sera, que cela arrivera conformĂ©ment Ă  cela, sinon ils ne vont pas croire cela. Et c’est la raison pour laquelle ils ont leur voie. Ils avaient imaginĂ© comment JĂ©sus viendrait premiĂšrement... Ils avaient tout reprĂ©sentĂ© sur des cartes. Qu’Il allait...?... contre l’empire romain, et tout disperser et s’asseoir sur le trĂŽne de David. Mais Il n’est pas venu de cette façon-lĂ .

Et gĂ©nĂ©ralement, Dieu fait des choses diffĂ©remment de ce que nous...?... Nous avons reprĂ©sentĂ© cela sur des cartes pour ensemencer l’arbre vivant. Il rĂ©vĂ©lera cela aux enfants qui veulent apprendre.

10        Or, Dieu entend mĂȘme ceci. Pourquoi ĂȘtes-vous montĂ© Ă  cette maison-ci? Je vais faire que tous ces invitĂ©s ce soir... puis lĂ  en Californie, en Australie pour tenir une rĂ©union. Nous aurons probablement, Ă  cette fin, en Inde...?... certains de ceux...?... de JĂ©rusalem me disaient il y a quelques instants juste le...?... On a un million de Nouveau Testament, ces Juifs. Ils ont quittĂ© ce lieu depuis deux mille cinq cents ans...?... voyant qu’on avait son journal. Les jours se rĂ©pĂštent. Ils lisent ces Bibles en hĂ©breu et disent: «Bon, si ce JĂ©sus est le Messie, nous voyons la Parole ; cela a l’air correct. Mais laissez-nous Le voir faire un signe...?... pour les Juifs.»

JĂ©sus a dit: «Si vous ne voyez pas les miracles, vous ne croyez pas.» Ils veulent voir JĂ©sus de la Bible, accomplissant des miracles pour eux afin de prouver qu’Il est le ProphĂšte envoyĂ© de Dieu.

Oh! FrĂšre, soeur, ne m’oubliez pas dans vos priĂšres, afin que quand je passerai devant ces Juifs qui sont rassemblĂ©s, que JĂ©sus descende et accomplisse des miracles et des prodiges de leur ProphĂšte, qu’IsraĂ«l croie au Seigneur JĂ©sus. Je crois que des milliers d’entre eux seront sauvĂ©s.

11        La victoire nous revient. Nous nous approchons de la fin du temps. Vous ou ceux qui sont malades, c’est vous qui ĂȘtes dans des rĂ©unions. Et moi, j’ai Ă©tĂ© envoyĂ© afin de prier pour vous. J’aurai Ă  rĂ©pondre pour ce que je vous dis. Je dois donc ĂȘtre sincĂšre.

Et quand vous voyez Dieu accomplir un miracle aprùs...?... ici, rappelez-vous simplement que ce qu’Il fait ici, Il veut le faire là, là, ici, ici, et par ici. Il veut que vous fassiez cela partout. S’il vous plaüt croyez-moi ce soir.

Et quand vous Le voyez Ă  l’oeuvre... s’Il rĂ©vĂšle Ă  quelqu’un ici Ă  l’estrade des choses sur sa vie, rappelez-vous, Il connaĂźt tout ce qui est dans votre coeur. Croyez-vous cela? Il connaĂźt vos pensĂ©es avant que vous les ayez. C’est vrai. Il connaĂźt toutes choses.

12        Et Il est ici ce soir tout autant qu’Il Ă©tait Ă  l’époque oĂč Il se tenait Ă  cĂŽtĂ© de Sara lĂ , connaissant ses pensĂ©es. Est-ce qu’Il...?...? Ne... Quand on a fait venir NathanaĂ«l devant le Fils de l’homme: «Je t’ai connu avant que Philippe t’appelĂąt. Quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai connu.» Il a rĂ©vĂ©lĂ© Ă  la femme au puits ses pĂ©chĂ©s.

Il a mis Son doigt dans les oreilles d’un homme sourd, Il a crachĂ©, et cet homme a pu entendre. Qu’en est-il des rĂšgles d’hygiĂšne en ce jour? Prenez la version originale grecque de la Bible. Quand Il avait l’homme aveugle, ses parents lui avaient parlĂ©. Il crachait par terre, pendant qu’il parlait Ă  l’homme, et les mots qu’Il disait de Ses lĂšvres, la salive dans sa bouche, crachant par terre... Acceptez-vous le fait de cracher par terre? Alors, lĂ  oĂč Il avait crachĂ©, il y avait une trĂšs grosse flaque de crachat par terre, Il a ramassĂ© cela dans Ses mains, la boue, Il en a fait un paquet et Il a appliquĂ© cela sur les yeux de l’homme. Il lui a dit d’aller se laver au rĂ©servoir de...?...

Qu’aurait dit le service d’hygiĂšne Ă  ce sujet aujourd’hui? Mais JĂ©sus avait crachĂ©, et l’homme avait obĂ©i Ă  ce qu’Il lui avait ordonnĂ© de faire. Il est revenu, ayant recouvrĂ© sa vue. Et cela a Ă©tonnĂ© les gens, non pas Ă  cause de crachat, ni Ă  cause de la boue, mais de ce qu’il avait cru ce que JĂ©sus lui avait dit que c’était la vĂ©ritĂ©. Est-ce vrai?

13        Maintenant, c’est ce qu’il vous faut croire aujourd’hui. Croire cela de tout votre coeur. Croire en Lui ce soir. Croire en Lui maintenant mĂȘme. Je sens Cela s’établir ici, je Le sens s’établir. Comment ce Dieu veut les anges ici maintenant mĂȘme.

Il n’y a pas de danger. Ne... vous... chacun de vous peut...?... guĂ©ri maintenant mĂȘme. Vous pouvez ĂȘtre guĂ©ri ici mĂȘme.

Eh bien, l’unique moyen pour moi de savoir que c’est vrai, c’est parce que je Le vois se tenir lĂ ...?... Le Dieu mĂȘme qui a crĂ©Ă© les cieux et qui a fait que l’homme entende et parle, est dans la salle maintenant. Et puis, ceux qui croient ces choses, ici prĂ©sents, je crois qu’ils s’éloignent de leur... naturel.

14        Et maintenant, beaucoup parmi vous ici, sans doute, souffrent ; certains vont ĂȘtre dans la ligne de priĂšre ici. Je ne sais pas. Quand ils viendront et qu’on aura formĂ© la ligne de priĂšre...?... s’avancer d’ici et...?... cela, je ne peux pas le dire.

Mais voici une seule chose que je sais, amis. Je ne connais pas beaucoup. Mais ce que je connais en fait, je sais que c’est la vĂ©ritĂ©. C’est tout ce que je considĂšre. Et si Dieu ne confirme pas que c’est la vĂ©ritĂ©, alors j’ai dit quelque chose de faux. Mais si Dieu dit que c’est la vĂ©ritĂ©, alors j’ai dit la vĂ©ritĂ©. C’est vrai.

Mais cela devra ĂȘtre pour chaque humain ici. Eh bien, quand je–je serai parti, souvenez-vous-en. Si vous entendez quelqu’un dire que frĂšre Branham est un guĂ©risseur divin, priez pour lui. Je ne suis pas un guĂ©risseur divin. Je suis juste votre frĂšre. Et je suis venu ici afin de prier pour vous. Et Dieu a prouvĂ© que ce que j’ai dit est la vĂ©ritĂ©. Les sourds entendent... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]...?...

15        Vous direz: «OĂč est le miracle?» Si je pouvais me tenir ici devant quelqu’un, Ă©tant sous l’inspiration du Saint-Esprit, et dire Ă  cette personne lĂ  ce qu’elle a dans son corps, et ce dont elle a besoin, une personne quelque part dans cette salle, ça serait un miracle. Cela ne s’est jamais montrĂ© que c’était quelque part sous le surnaturel. Dieu a accompli cela. Il n’y a personne qui puisse faire cela en dehors de Dieu. Un vieux...?... de votre vie que vous avez fait au cours de la vie...?...

Quelqu’un parmi vous assis lĂ , si je...?... ici, ça serait un miracle devant Dieu. C’était le...?... qui croit aussi qu’il veut rĂ©ellement dire cela, si Dieu le dĂ©livre...?... j’ai l’habitude de dire ceci devant l’assistance, que la nuit ne sera jamais trop sombre, la pluie ne tombera jamais trop abondamment...?... je souhaiterais avoir... mais, oh! la la!, il y a beaucoup de milliers...?... ici prĂ©sents. Je ne peux pas...

Mais voici ce que je dirai: «Partout oĂč Dieu m’enverra, j’irai. Si je peux ĂȘtre ici mĂȘme maintenant, juste cette rĂ©union plus tard et que le Saint-Esprit dans cette rĂ©union...?... prendre l’avion pour partir... outre-mer, j’irais maintenant mĂȘme si je le peux. Je ne quitterais jamais la ville...?... priez pour les malades. Je crois cela. L’obĂ©issance vaut mieux que le sacrifice. Que Dieu vous bĂ©nisse tous.

16        Ecrivez-moi, envoyez chercher les petits tissus sur lesquels on a priĂ©, tout Ă  fait gratuit...?... boĂźte postale 325, Jeffersonville, Indiana. Ou Ă©crivez-moi simplement, William Branham, Jeffersonville, Indiana. Je prie sur ces tissus, je fais tout mon possible pour vous aider. Et n’oubliez pas de prier pour moi.

J’espĂšre pouvoir revenir bientĂŽt vous rencontrer. Dites...?... J’espĂšre que vous obtiendrez cet immense tabernacle dont vous parlez. Je serai votre pasteur associĂ© Ă  cette rĂ©union, si vous obtenez que le pasteur collabore. Et je crois qu’il le fera. Puis-je ĂȘtre votre pasteur associĂ© lĂ ? D’accord. Mais je... [L’assistance applaudit.–N.D.E.] Merci beaucoup. C’est bien gentil. Merci. Je ferai tout mon possible. Je reviendrai Ă  une saison donnĂ©e. Continuez Ă  prier pour les gens. Que Dieu bĂ©nisse mes frĂšres et soeurs partout.

17        J’aimerais lire juste un passage des Ecritures, et puis nous allons commencer cette ligne de priĂšre tout de suite. Dans le Livre de Nombres, chapitre 20, Ă  partir du verset 7 jusque 8 inclus, voici les Paroles que j’aimerais lire:

L’Eternel parla à Moïse, et dit:

Prends la verge, et convoque l’assemblĂ©e, toi et ton frĂšre Aaron. Vous parlerez en leur prĂ©sence au rocher, et il donnera ses eaux; tu feras sortir pour eux de l’eau du rocher, et tu abreuveras l’assemblĂ©e et leur bĂ©tail.

18        Pouvons-nous incliner la tĂȘte. PĂšre cĂ©leste, c’est un peu difficile pour moi de dire au revoir Ă  cette aimable assemblĂ©e de gens ; ils ont Ă©tĂ© trĂšs gentils envers moi pendant maintenant trois semaines, me bĂ©nissant constamment et me donnant ce...?... une portion de l’Evangile, se tenant Ă  mes cĂŽtĂ©s aux heures oĂč nous en avions besoin...?... et priant, invoquant Dieu. Nous Te sommes trĂšs reconnaissant pour eux. Et maintenant, le dimanche soir, pour ce qui est de cette rĂ©union, les ministres et les autres, la derniĂšre fois dans cette rĂ©union. J’ai essayĂ© de faire tout ce que Tu m’as montrĂ©. Je Te prie, ĂŽ Dieu, ce soir, d’envoyer l’Ange qui va... descendre parmi nous, qu’Il puisse se mouvoir par le Saint-Esprit, parcourir ces allĂ©es, partout. Que la foi devienne forte, et que beaucoup, beaucoup, beaucoup de gens ce soir soient guĂ©ris, qu’ils s’approchent davantage de Dieu Ă  partir de ce jour-ci, pour le grand appel Ă  l’autel et ceux qui sont dans le besoin et des pauvres qui cherchent. Tu as dit: «Cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira, demandez et il vous sera accordĂ©.» Qu’il soit ouvert Ă  tout celui qui a frappĂ©. Et que tout celui qui cherche la vie... CrĂ©e une grande faim et une grande soif dans leur coeur. Que personne n’ait du repos jusqu’à ce qu’il trouve Christ. Parle Ă  leurs coeurs pendant que l’Esprit est en train de tirer. Parle-nous maintenant, ce soir, dans nos coeurs.

Il se tient ici, aidant les nĂ©cessiteux, PĂšre...?... l’Esprit sera ici et oindra Ton serviteur pour ce service, car nous le demandons en Son Nom.

19        Convoque le peuple et parle au rocher. Je vais essayer de commencer cette ligne de priĂšre tout Ă  l’heure, prier pour tous ceux que je peux...?... Cela ne va pas... On priera pour tout le monde ce soir.

Ce pour quoi je parle maintenant, c’est pour essayer de trouver...?... pour Dieu dans...?...

MoĂŻse a fait traverser le dĂ©sert Ă  tous les enfants d’IsraĂ«l. Ils se sont mis Ă  rĂ©primander Dieu et MoĂŻse. Et MoĂŻse leur a forcĂ© la main lĂ -dessus, des serpents ardents leur avaient Ă©tĂ© envoyĂ©s et les avaient mordus. Et puis, Dieu a fait expiation pour eux par un serpent d’airain. Ils regardaient le serpent et vivaient. Tout ce qu’il devait faire, avec le serpent, c’était prier pour eux. Ils regardaient et vivaient.

Avez-vous remarquĂ© cela, frĂšre et soeur? Dans la Bible, dans 1 Corinthiens 12, lĂ  oĂč on parle des dons, quand on en arrive Ă  la guĂ©rison, c’est au pluriel, «les dons de guĂ©rison?» Mais la prophĂ©tie, c’est une. Mais quand on en arrive Ă  la guĂ©rison, il y a des «dons de guĂ©rison», divers moyens par lesquels Dieu opĂšre des choses.

20        Et Il est toujours, depuis le commencement, Ă  ce que nous sachions, Il a toujours eu une voie pour la guĂ©rison. La guĂ©rison divine pour Son Eglise. N’est-ce pas vrai? Lors du pĂšlerinage dans le dĂ©sert, remontant jusqu’aux jours d’Abraham, Il a guĂ©ri Sara de la stĂ©rilitĂ©. Il a opĂ©rĂ© des oeuvres miraculeuses, Dieu tout au cours des Ăąges. Et s’Il l’a Ă©tĂ© tout au cours des Ăąges, et alors, arrivĂ© ici Ă  la fin de tous les Ăąges, peut-Il se dĂ©prĂ©cier, en s’affaiblissant et dire qu’il n’y en a plus? Loin de lĂ . Avant que j’entre maintenant, Ses promesses seront...?... partout au cours des Ăąges.

Jadis dans les jours passĂ©s, eh bien, il y avait... il n’y avait pas beaucoup de gens. On n’avait pas besoin des dons comme on en a besoin aujourd’hui.

Pensez-y donc, amis, que dans le seul ministĂšre que j’ai eu de la part du Seigneur, j’ai vu plusieurs, plusieurs, plusieurs fois, plus de miracles ĂȘtre accomplis que ce qui est Ă©crit dans la Bible, que JĂ©sus-Christ avait accomplis pendant ces trois ans, en une seule unitĂ©, un seul groupe de Son ministĂšre. Un seul groupe, Il a accompli plus de miracles que ce qui est Ă©crit dans cette Bible. Tout ce qui a pu ĂȘtre Ă©crit dans la Bible sauf la lĂšpre, Ă  ce que je sache, ça a Ă©tĂ© guĂ©ri, mĂȘme trois cas prĂ©cis de gens qui Ă©taient dĂ©clarĂ©s morts, qui sont vivants ce soir, en bonne santĂ© et forts.

Qui a fait cela? JĂ©sus-Christ. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Et Il est ici ce soir. Et Lui, JĂ©sus, Ă©tait le Rocher qui Ă©tait dans le dĂ©sert, qui suivait les enfants d’IsraĂ«l.

21        Et la verge que MoĂŻse tenait en main, ce n’était pas la verge de MoĂŻse, c’était la verge de Dieu: la verge du Jugement de Dieu. MoĂŻse tendait cela au-dessus de l’Egypte et les mouches apparaissaient. Il tendait cela et les puces apparaissaient. Partout oĂč il brandissait cette verge, c’était une verge du jugement. Cela faisait descendre le jugement sur un peuple dĂ©sobĂ©issant. Et la verge Ă©tait Christ, le Substitut pour le pĂ©chĂ© et la maladie.

Et MoĂŻse a pris la verge du jugement et il a frappĂ© le rocher pour faire sortir de l’eau. Donc, c’était la verge du Jugement de Dieu qui frappait JĂ©sus et Le tuait, Lui l’Innocent, et faisait sortir de Lui de l’eau, faisait couler le Saint-Esprit pour un peuple qui pĂ©rit maintenant, afin que nous ayons la vie.

Nous ne frappons plus le rocher, mais nous Lui parlons. Et observez les noms et les pronoms. Cela... Il a dit: «Parle au rocher, et il donnera ses (pronom personnel), ses eaux. Parle au rocher et il donnera ses eaux.»

22        Peut-ĂȘtre que certains parmi ces pauvres IsraĂ©lites... Ils avaient abandonnĂ© l’ail et les oignons pour manger la nourriture des anges, et ils s’en plaignaient. Ils avaient abandonnĂ© les eaux boueuses de l’Egypte pour boire Ă  la fontaine de la vie, et ils s’en plaignaient. Ils avaient Ă©tĂ© conduits... Ils avaient abandonnĂ© les mĂ©decins orgueilleux de l’Egypte pour ĂȘtre avec le Grand MĂ©decin, et ils s’en plaignaient. Ils avaient abandonnĂ© un groupe de gens qui croient que les jours des miracles sont passĂ©s pour ĂȘtre avec un groupe qui croyait que tout Ă©tait possible, et ils s’en plaignaient.

N’est-ce pas exactement l’église aujourd’hui? Ils sont sortis de l’Egypte, ils sont sortis du monde, de ceci, pour entrer dans cette glorieuse Eglise du Dieu vivant, les premiers nĂ©s. Et Ă  cause de petites Ă©preuves que nous connaissons, Dieu nous a demandĂ© de croire et de tenir ferme. Nous nous en plaignons toujours.

Eh bien, remarquez autre chose qu’ils avaient faite. Ils avaient abandonnĂ© lĂ  derriĂšre des gens qui n’avaient pas de signes, pour vivre sous la Colonne de Feu et une NuĂ©e, et ils s’en plaignaient. Il n’est pas Ă©tonnant que leur approvisionnement en eau ait Ă©tĂ© coupĂ©. C’est ça le problĂšme de l’église aujourd’hui. Il y a trop de murmures au sujet des choses, des plaintes. Soyez satisfaits et continuez d’avancer, de vous hĂąter.

23        Et quand l’approvisionnement en eau a Ă©tĂ© coupĂ©, Dieu leur a demandĂ© d’aller parler au rocher, et qu’il donnerait ses eaux. Eh bien, ce soir, tout ce que vous avez Ă  faire, c’est parler au Rocher et Il donnera Son eau. Et si vous ĂȘtes en bons termes avec Lui ce soir... Combien sont en bons termes avec le Rocher ce soir? Faites-nous voir les mains. Bien.

Maintenant, j’aimerais que vous Lui parliez de votre maladie, de votre corps, et Il donnera les eaux de Vie pour la guĂ©rison ; elles couleront gratuitement sur vous afin que vous soyez guĂ©ri ce soir. Croyez-vous cela? Que Dieu vous bĂ©nisse, et qu’Il fasse de vous une bĂ©nĂ©diction pour les autres.

Maintenant, oĂč sont les malades? Sont-ce ceux qui sont dans cette allĂ©e, cette allĂ©e, et ici? Est-ce cela?

Eh bien, remarquez. Combien parmi vous ici sont malades ce soir et aimeraient qu’on prie pour eux? Faites-nous voir la main. Il y en a plus que...?... Je pense que c’est tout... C’est juste un–juste un...?... Trùs bien. D’accord. Merci, frùre. C’est ça l’assistance.

24        Maintenant, regardez, amis. C’est vous qui ĂȘtes malades et qui voulez qu’on prie pour vous. Maintenant, mettez-vous au travail pendant quelques instants maintenant, le ferez-vous? Agenouillez-vous et mettez-vous Ă  prier maintenant mĂȘme. Et dites simplement: «Seigneur, dans mon coeur, je sais que...?... et accorde-moi mon dĂ©sir.» Dieu le fera.

Et vous, lĂ  en haut, qui n’avez pas... Regardez simplement ici en bas. Et si vous Ă©tiez assis ici en bas, affligĂ©, et qu’Il Ă©tait ici mĂȘme oĂč je suis?

Maintenant, rappelez-vous, Dieu peut montrer tout ce qu’il y a ici. Je peux prendre chacun de vous, le faire mettre debout, et Cela dirait ce qui cloche chez lui. Mais Cela ne le guĂ©rirait pas. Il devra accepter JĂ©sus comme son Sauveur avant de pouvoir ĂȘtre guĂ©ri.

Et maintenant, voudriez-vous croire cela, que chacun de vous ici prĂ©sent, Ă  qui cela a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©, qui a confessĂ© ses pĂ©chĂ©s, est dĂ©jĂ  guĂ©ri selon la Parole de Dieu? «C’est par Ses meurtrissures que nous–nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris.» Il nous a guĂ©ris quand Il est mort pour nous. Le mĂ©dicament a Ă©tĂ© appliquĂ© dans le cabinet, le cabinet mĂ©dical de Dieu. Croyez-vous donc qu’Il a un cabinet mĂ©dical?

Voici ce qu’Il Ă©tait. Il Ă©tait le lys de la vallĂ©e, n’est-ce pas? D’oĂč tire-t-on l’opium? Du lys. Est-ce vrai? Le lys, c’est de lĂ  qu’on trouve l’opium. Que fait l’opium? Il apaise chaque douleur. Qu’est-ce qui rend l’opium si efficace? PremiĂšrement, le lys, avant que cela puisse devenir... qu’on en extraie le parfum, de l’opium, il doit ĂȘtre Ă©crasĂ©, broyĂ© et pressĂ©. L’opium provient du... Ensuite, on rĂ©pand cela, et on le mĂ©lange Ă  autre chose pour former cela.

25        JĂ©sus, Il Ă©tait... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Ă©crasĂ© au Calvaire. Et tout l’opium de ce Lys a Ă©tĂ© pressĂ©. Dieu a pris un grand canon plein de cela ce soir et Il peut, par la foi, injecter cela dans chaque personne malade ici.

Et vous savez, quand vous ĂȘtes sous... vous avez reçu l’opium, vous juste... Tout est calme, toute peur vous a quittĂ©. Quand le lys de la vallĂ©e, l’opium vient du lys naturel, vous surmontez aussitĂŽt cela et il vous faut en consommer davantage. Mais cette fois-ci...?... injectĂ© l’opium de son baume guĂ©rissant en vous, vous ĂȘtes guĂ©ri. Chaque douleur a quittĂ©. Toute la maladie est partie: le sourd entend, le muet parle, l’aveugle voit, le boiteux marche. C’est vrai, n’est-ce pas? Donc, Il est le Lys de la VallĂ©e, Il est l’Etoile du matin. Les puissantes louanges de Sa gloire.

26        Et que le Seigneur garde comme...?... Je crois ce soir qu’Il guĂ©rira...?... redressement de cette personne par Dieu... les malades couchĂ©s sur ces civiĂšres et ces brancards.

PĂšre cĂ©leste, nous venons au...?... maintenant Te demander Ta bĂ©nĂ©diction, Seigneur, et de guĂ©rir tous ceux qui attendent ce soir. Qu’il y ait...?... de guĂ©rison...?... [La bande est inaudible.–N.D.E.]...?... Que l’Ange de Dieu parcoure ici ce soir et expose...?... qu’Il soit prĂȘt...?... dans les allĂ©es. Nous regardons...?... l’argent s’alignant dans la PrĂ©sence de Dieu. Que les anges soient sur nous. Et, ĂŽ Dieu, puisse-t-Il venir ce soir ici avec puissance, ce soir, ĂȘtre rassemblĂ©. Que chaque puissance dĂ©moniaque...?... que ces gens heureux croient et passent des moments merveilleux. Nous avons ardemment dĂ©sirĂ© voir cela, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Que la dame Ă  l’orgue, ou je ne sais qui c’est, joue doucement: Reste avec moi. Que tout le monde soit calme au possible.

L’autre soir, je... [Un frĂšre fait une annonce.–N.D.E.] dans la ligne de priĂšre. La premiĂšre personne Ă  qui j’avais imposĂ© les mains, c’était... ou un prĂ©dicateur se tenait prĂšs de moi. Je pense que c’était... J’oublie exactement qui ce prĂ©dicateur Ă©tait, l’un des ministres qui collaboraient. Et la montre est tombĂ©e de mon bras, c’est tombĂ© par terre. Je pense qu’elle s’était donc cassĂ©e...?... Que tout le monde soit respectueux.

27        Peut-ĂȘtre qu’elle se tient prĂšs de moi ici avec une Bible et autres. Oh! Ça serait merveilleux pour nous maintenant ici. Donne-moi encore l’Esprit de notre Seigneur...?...

Eh bien, Ă©videmment, Il le fait. [La bande est inaudible.–N.D.E.] Qu’est-ce qui a... TrĂšs bien, ceux qui ont les cartes de priĂšre X, nous allons essayer de commencer par le numĂ©ro 1, faites signe de la main afin que nous voyions. Il y a les numĂ©ros 1, 2, 3, d’abord. Ensuite, nous prendrons 4, 5, 6, puis, on aura Ă  arrĂȘter...?... d’abord. Peut-ĂȘtre que nous choisirons un autre numĂ©ro, alors juste aprĂšs cette ligne rapide.

Maintenant, vous avez une carte de priĂšre, elle avec une carte de priĂšre...?... aussitĂŽt que vous voyez votre numĂ©ro ĂȘtre appelĂ©, alors avancez...?... levez la main, et j’aimerais que l’un des huissiers vienne, et nous amĂšnerons les estropiĂ©s aussitĂŽt leurs numĂ©ros appelĂ©s...?...

Maintenant, pendant qu’on met en ligne, je veux vous, Ă  droite, s’il vous plaĂźt. Cette petite fille... Du numĂ©ro 1 Ă  5... 15. D’accord, prenons les quinze premiers. NumĂ©ros 1 Ă  15, alignez-les premiĂšrement.

28        Et maintenant, peu Ă  dire ici...?... ce jeune garçon lĂ  derriĂšre, et l’homme assis lĂ , ils regardent...?... priez pour...?... Voyez, appelez leurs numĂ©ros...?... Ils sont lĂ , alors vous ĂȘtes simplement assis ici...

TrĂšs aimable. Pouvez-vous vous lever?...?... Allez-vous–voir une infirmiĂšre se lever...?... par lĂ ? TombĂ© sur sa tĂȘte...?... S’il vous plaĂźt, soyez respectueux et sincĂšres.

[La bande est inaudible.–N.D.E.]...?... Je me tiens ici. Je regarde une vieille mĂšre...?... Elle regardait sa carte de priĂšre, et elle l’a retournĂ©e. Il s’est fait que ce n’est pas ça son numĂ©ro. Elle a semblĂ© ĂȘtre trĂšs déçue. J’espĂšre que... Est-ce qu’elle... Elle paraĂźt dĂ©chirĂ©e...?... mais JĂ©sus connaĂźt tout Ă  ce sujet. [La bande est inaudible.–N.D.E.]

Ne soyez pas dĂ©couragĂ©s. N’avez-vous pas entendu... Croyez de tout votre coeur...?... N’ayez pas Ă  l’esprit le fait que vous n’avez pas de carte de priĂšre. Priez trĂšs sĂ©rieusement...?... Ayez simplement bon courage ; je crois que JĂ©sus va vous guĂ©rir...?...

29        [Pendant que frĂšre Branham prie pour les malades, un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?... appelant çà et lĂ . Entendre-vous trĂšs bien? J’essaie...?... Pouvez... entendez-vous cela trĂšs bien? Je ne peux pas trouver...?... normal, l’enfant est...?... C’est juste un peu...?... [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Comment pourrais-je savoir cela? Vous Ă©prouvez une sensation trĂšs Ă©trange, n’est-ce pas? Cela est causĂ© par votre foi en JĂ©sus...?... [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]

Maintenant, si par la grĂące...?... l’Ange devrait vous dire ce qui cloche chez vous, et le dĂ©sir de votre coeur, les choses qui clochent chez vous, les choses que vous avez–vous avez faites, pensez-vous alors que Dieu me fera savoir ce que sera votre avenir? Le pensez-vous? Croyez-vous cela? Oui. Amen. C’est bien.

TrÚs bien. Je vais demander à notre Seigneur Jésus, sur base de cette confession, de vous guérir et de vous rétablir, et ensuite de me conduire dans mes pensées et de ne pas me laisser utiliser mon esprit, mais que Son Esprit utilise mon esprit pour vous dire maintenant ce que sera votre avenir. Me croirez-vous?

30        D’accord, prions. Notre PĂšre cĂ©leste, Tu es ici pour faire connaĂźtre toutes choses. Il n’y a rien que Tu ignores... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... ici tous savent cela, Seigneur, que Tu es Dieu. Il n’y a de secrets nulle part.

Et maintenant, cette femme est ici debout, une parfaite inconnue, je ne l’ai jamais vue de ma vie. Mais je sens le Saint-Esprit proche, je la vois s’avancer ici...?... voir ce qui est arrivĂ©. Et puis, ĂȘtre en mesure de regarder dans sa vie passĂ©e et lui dire les choses mĂȘmes de sa vie passĂ©e, lui dire ses problĂšmes, ce qui cloche chez elle... Ô Christ, c’est ce qui nous rĂ©jouit. Tu es ici, Te manifestant.

Et maintenant, PĂšre, elle fait cette confession devant Ton serviteur, elle sait qu’elle ne fait pas cela devant moi, mais devant Toi, croyant que Tu Ă©coutes. Et je demande de tout mon coeur: GuĂ©ris-la ce soir. Que cette maladie la quitte, qu’elle soit parfaitement normale et bien portante. Que son tĂ©moignage soit puissant dans son quartier, qu’elle puisse mĂȘme gagner beaucoup d’ñmes...?... car nous le demandons au Nom de JĂ©sus.

Toi démon qui as lié la femme, au Nom du Seigneur Jésus-Christ, quitte cette femme.

TrĂšs bien, soeur... vous pouvez redresser la tĂȘte, assistance. Maintenant, moi, par la grĂące de Dieu...?... vous disant ce qui a Ă©tĂ©. Je vais vous dire ce que je veux que vous fassiez. Je prie Dieu que vous ne trouviez jamais du repos dans votre Ăąme jusqu’à ce que vous vous soyez complĂštement abandonnĂ© Ă  Lui. Je crois que vous le ferez tout de suite. Votre maladie du coeur ne vous dĂ©rangera plus jamais. Que cela... Et maintenant, allez et abandonnez-vous complĂštement Ă  Lui, et menez une vie victorieuse ; oubliez tout ce qui vous entoure et ce que les gens vous disent. Ne croyez pas cela. Ecoutez ce que je vous ai dit maintenant ; vivez heureuse. Et que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur. Merci, soeur bien-aimĂ©e.

31        Disons: «LouĂ© soit le Seigneur», tout le monde. C’est lĂ  que ça se trouve. C’est trĂšs bien. Allez-vous dire: «LouĂ© soit le Seigneur», comme cela? C’est en ordre. Regardez, Dieu est le Dieu d’adoration. Il doit ĂȘtre adorĂ© en Esprit et en VĂ©ritĂ©. Est-ce vrai? Et n’importe qui lĂ  dans le monde peut se moquer et...?... Ils... et... dĂ©couper taper les mains pour...?...

Et que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Elle est passĂ©e, elle a dit que c’était la Parole. Il fallait du courage...?... couchĂ© ici...?...

C’est merveilleux, n’est-ce pas? Quand Il vous parle...?... de quelqu’un d’autre...?...? la dame sait que je ne la connaissais pas, je ne l’avais jamais vue de ma vie. Mais quand elle est venue ici, le Saint-Esprit...?... s’est mis Ă  rĂ©vĂ©ler la chose, descend directement. Elle confie...?... et Dieu a fait savoir cela. Croyez-vous vraiment cela? Croyez cela, observez cela et soyez respectueux et...?...

J’essaie de trouver lĂ  dans l’assistance, cela passe devant moi... Il y a quelqu’un assis juste ici dedans...?... Je crois rĂ©ellement que vous ĂȘtes guĂ©ri...?... TrĂšs bien.

32        [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?... L’un d’eux est...?... et l’autre... l’autre est...?... Croyez en Dieu. [Espace vide sur la bande–N.D.E]

TrÚs bien. Que tout le monde soit respectueux maintenant...?... Elle écoute un peu difficilement. Et elle...?... elle souffre des reins, une pleurésie...?... Maintenant, que tout le monde soit respectueux pendant que je réclame sa guérison, pour guérir cette femme. Eh bien, elle est... elle doit atteindre...?... ça fait longtemps...?...

Notre PĂšre cĂ©leste, nous venons Ă  Toi au Nom de Ton Fils, JĂ©sus, Te demander de bĂ©nir ceux que nous bĂ©nissons. Et cette pauvre femme ici s’est avancĂ©e ici avec sincĂ©ritĂ©. Elle est venue, elle a attendu juste, avec honneur, elle a reçu une carte de priĂšre pour venir ici devant cette assistance pour sa...?... lui permettre de venir afin qu’elle soit guĂ©rie. Comme il nous incombe ce soir... Comme on jette le sort, c’est...?... les disciples...?... puissent passer par...?... ce soir...?... doivent ĂȘtre amenĂ©s Ă  l’estrade.

33        Maintenant, je me tiens...?... ici. Ton Esprit a discernĂ© les maladies et les afflictions dans son corps. Maintenant, je Te demande, en tant que Ton humble serviteur, de rĂ©tablir cette femme alors que tous regardent, beaucoup d’entre eux avec une grande admiration, l’Esprit de Dieu qui est parmi nous ce soir, sachant que maintenant ils peuvent partir et parler pour Toi, disant: «Oh! je suis guĂ©ri aujourd’hui. Il est ici. J’étais lĂ©ger...?... quand la PrĂ©sence est descendue, j’ai vu Cela accomplir des miracles. Je serai un Ă©tranger, soutenir ce qu’ils ont entendu ĂȘtre prĂȘchĂ©, et que c’est vrai.»

Et maintenant, PĂšre, viens au secours de notre soeur et libĂšre-la de la servitude de son affliction. Accorde Ă  Ton serviteur la foi de dĂ©fier ces dĂ©mons. Esprit impur d’infirmitĂ©, je t’adjure par JĂ©sus, le Fils de Dieu, de sortir de cette femme.

Eh bien, sa foi l’a guĂ©rie. Maintenant, allez...?... [Un frĂšre raconte.–N.D.E.] Maintenant, toutes vos afflictions vous ont quittĂ©e, ma soeur. Vous ĂȘtes guĂ©rie. Poursuivez votre chemin en vous rĂ©jouissant, remerciant Dieu.

Disons: «LouĂ© soit le Seigneur», tout le monde. Eh bien, cela peut ne pas reprĂ©senter grand-chose pour vous. Mais, si vous souffriez d’une tumeur dans...Et, rappelez-vous, les tumeurs sont...?... Quoi que ce fĂ»t... Merci, madame...?...

TrĂšs bien. Tout le monde, soyez respectueux et prions.

34        D’accord, que tout le monde incline la tĂȘte. Ô JĂ©sus, le Fils de Dieu, Auteur de la Vie et Donateur de tout don excellent, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur la femme et rends-la...?... elle peut ĂȘtre guĂ©rie ce soir, sortir de cette salle en se rĂ©jouissant et heureuse, Te louant pour toutes Tes bĂ©nĂ©dictions. Exauce la priĂšre de Ton humble serviteur. Et que la puissance qui l’avait liĂ©e la lĂąche au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Juste un instant. Gardez vos tĂȘtes inclinĂ©es. Ne redressez pas la tĂȘte, car cela va directement d’une personne Ă  l’autre. Il y a peut-ĂȘtre un esprit...?...

Ô Eternel Dieu, Auteur de la Vie, sachant cela par la foi, c’est par la foi seule que nous sommes guĂ©ris. Je Te prie d’accorder la foi maintenant Ă  Tes serviteurs ici. Qu’au Nom de JĂ©sus-Christ, l’esprit quitte la femme. Sors d’elle.

Soulevez-la...?... [La bande est inaudible.–N.D.E.] TrĂšs bien, vous ĂȘtes guĂ©rie. D’accord...?... TrĂšs bien. Vous pouvez redresser la tĂȘte et regarder. Eh bien, c’est en ordre. Redressez la tĂȘte et dites: «LouĂ© soit le Seigneur.» D’accord. Allez en croyant...?... Disons: «LouĂ© soit le Seigneur.»

35        Savez-vous ce qui est arrivĂ© dans ce cas-lĂ ? On a dit Ă  la femme sa maladie, l’esprit de surditĂ© est entrĂ© dans la femme, celui qui a quittĂ© la femme qui Ă©tait debout lĂ  il y a quelques instants, et...?... Cela Ă©tait lĂ . Et quand elle s’est d’abord avancĂ©e, j’ai pu sentir cela...?... la sensation, quand je tenais sa main. Cela s’est Ă©tabli sur elle pendant qu’elle Ă©tait assise lĂ . Oh! la la! Soyez respectueux, amis, tout le monde. Maintenant, juste un instant. Tout le monde, soyez trĂšs respectueux. Regardez ici...?... (Inclinez la tĂȘte.) Maintenant...?... Evidemment, vous n’avez pas besoin... Avez-vous Ă©tĂ©...?... C’est en ordre maintenant. Je sais que cet esprit l’a quittĂ©e ; ainsi donc, cela a touchĂ©... Levez-vous. JĂ©sus vous a guĂ©rie de l’anĂ©mie. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Amen.

Maintenant, je sais que cet esprit, quand il a quittĂ© cette femme ici, cette anĂ©mie, il est allĂ©... Je ne savais pas s’il s’était posĂ© sur cette femme-lĂ . Evidemment, vous souffriez de l’anĂ©mie, pour commencer. Est-ce vrai?

TrĂšs bien. JĂ©sus-Christ vous donne une transfusion ce soir. Vous pouvez aller maintenant et ĂȘtre bien portante. Que Dieu vous bĂ©nisse. (TrĂšs bien. Recevez cela.)

Oh! la la! Disons: «LouĂ© soit le Seigneur.» Oh! la la! Je sens que Sa PrĂ©sence est proche. Disons–disons: «LouĂ© soit le Seigneur.» Oui, oui. Il aime ĂȘtre adorĂ©.

36        Allez-vous m’obĂ©ir en tant que serviteur de Dieu, soeur? Allez-vous le faire? Descendez de l’estrade en vous rĂ©jouissant. Soyez guĂ©rie de cette arthrite dont vous souffriez...?... [Un frĂšre raconte.–N.D.E.] C’est ainsi qu’il faut s’y prendre...?... marcher parmi Son peuple. Avez-vous Ă©tĂ© guĂ©ri? Il le fera si seulement vous croyez en Lui, n’est-ce pas? Maintenant, rĂ©ellement et fidĂšlement, amis, le Saint-Esprit... La guĂ©rison du Seigneur descend et oint merveilleusement maintenant. Je vois cela se mouvoir partout. C’est comme ça.

Cette dame ici, c’est l’arthrite qui vous a frappĂ©e, n’est-ce pas, soeur? Vous assise ici dans le fauteuil roulant, c’est un cas d’arthrite. Je pensais que l’autre lĂ  souffrait de l’arthrite, mais ce n’est pas ça. Et puis, je ne sais pas. Juste un instant.

Maintenant, Dieu peut rĂ©vĂ©ler ce qui cloche chez vous maintenant, non pas pour votre guĂ©rison, mais je peux le savoir de par ses agissements, c’est l’arthrite ici, Ă  partir de la façon dont cela tire de cette femme-lĂ . Non, pour vous, ce n’est pas l’arthrite. Si je ne me trompe pas, vous, c’est la sclĂ©rose en plaques. Est-ce vrai? Si c’est le cas, levez la main. C’est vrai, madame. TrĂšs bien. Je peux le voir de par la rĂ©action, madame. Maintenant, ayez foi. Le roi George d’Angleterre a Ă©tĂ© guĂ©ri il y a quelques semaines de sclĂ©rose en plaques. Ayez simplement quelque...

Bien-aimĂ© frĂšre, je peux mĂȘme vous dire ce qui cloche, mais c’est Christ qui est votre GuĂ©risseur. Avez-vous tout confessĂ©, tout ce que vous savez, et menez-vous une vie correcte devant Lui? Maintenant, continuez Ă  prier, car Il traite avec vous maintenant. C’est exact. Maintenant, soyez vraiment respectueux.

37        Tout le monde, croyez en Dieu. [Un frĂšre raconte.–N.D.E.] Je ne sais pas ce qui cloche chez vous. Mais vous croyez, n’est-ce pas? Vous ĂȘtes un croyant? Oui, monsieur. Je–je sais ce qui cloche chez vous: c’est un cas de cancer. De mĂȘme que Christ peut vous guĂ©rir, Il peut vous rĂ©tablir, monsieur. Croyez-vous en Lui? Allez-vous Le servir? Vous ĂȘtes tous...?... Ça fait un bon bout de temps que vous ĂȘtes dans cet Ă©tat, n’est-ce pas? Je vois que vous avez beaucoup d’expĂ©riences. Ayez foi...?... vous a quittĂ©...?... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Voyez? Votre santĂ© mentale est trĂšs fragile...?... spirituellement...?... Vous ĂȘtes couchĂ© lĂ , vous pouvez vous lever et marcher seul si vous le vouliez. Tout ce dont vous avez besoin, c’est de Quelqu’Un qui doit vous aider...?... Mais il y a ici Quelqu’Un pour vous aider, c’est le Seigneur JĂ©sus-Christ, ici, vous soutenir et...

Avez-vous dĂ©jĂ  vu quelqu’un qui est possĂ©dĂ© de dĂ©mons? Ils ont autant des fois leur puissance, car le dĂ©mon leur a donnĂ© leur super puissance. Si le dĂ©mon peut donner Ă  un homme cinq ou six fois sa puissance, que ferait le Saint-Esprit? Un million de fois votre puissance, Il est votre Force et votre Soutien. Croyez-vous cela? Ayez foi en Dieu.

38        Et faites ceci pour moi. La premiĂšre fois, d’ici lĂ , que vous sentez quelque chose vous envahir (Voyez?), alors, partez de lĂ , rentrez chez vous et soyez bĂ©ni. Maintenant, je confie cela Ă  votre foi en Dieu. Quand vous sentez dans votre coeur que Dieu vous a bĂ©ni pour vous guĂ©rir...

Je peux voir ce qui cloche. Je peux voir les expĂ©riences et autres. Et c’est vrai. Mais je ne peux simplement pas peut-ĂȘtre ... Mais je ne peux pas dire que vous avez Ă©tĂ© guĂ©ri avant de voir votre Ă©tat. Et quand la LumiĂšre vous entoure, alors je sais que vous ĂȘtes guĂ©ri. Et alors, c’est terminĂ©. Oh! Il est merveilleux, n’est-ce pas? Le Saint-Esprit est parmi les gens. Il est bien lĂ , partout.

39        Qu’y a-t-il, monsieur? Vous qui la regardez, Ă  cĂŽtĂ© de la dame...?... Vous avez quelque chose Ă  coeur, aussi, pour lequel vous priez, n’est-ce pas? Vous cherchez Ă  dĂ©couvrir. Je sais aussi ce qui a Ă©tĂ© dit. Mais je vois que vous essayez d’entrer en contact avec Dieu, n’est-ce pas? Si vous voulez rester assis...?... Vous ĂȘtes assis prĂšs, afin que je vous voie et que... sois...?... D’accord, tout le monde, croyez...?... Tout le monde, ayez foi maintenant.

Maintenant, Ă©videmment, vous savez que...?... Maintenant, il m’est inconnu, n’est-ce pas? Vous... mais vous savez aussi que–que vous ĂȘtes... Quelque chose vous arrive. Vous Ă©prouvez une sensation trĂšs Ă©trange, n’est-ce pas vrai? C’est dĂ» Ă  la PrĂ©sence de Sa MajestĂ©, l’Esprit de Dieu.

Vous avez besoin de Christ, soeur, n’est-ce pas? Vous savez de quoi je parle. Regardez, vous ĂȘtes tuberculeuse, madame, n’est-ce pas? Un dĂ©mon... [Un frĂšre raconte.–N.D.E.] ...?... Me croyez-vous de tout votre coeur? Allez-vous faire ce que je vous demande? TrĂšs bien, soeur. Prions.

Notre PĂšre cĂ©leste, quelque chose d’étrange au sujet de ce cas. Et je ne comprends pas trĂšs bien. Tu as laissĂ©, la vision commencer, et puis ça s’est arrĂȘtĂ©. Que sa foi s’élĂšve au niveau oĂč elle devrait ĂȘtre pour sa guĂ©rison. Pardonne chaque pĂ©chĂ©. Et je Te prie de la bĂ©nir et de la guĂ©rir, de la rĂ©tablir. Puisse-t-elle ĂȘtre un grand tĂ©moignage dans son Ă©glise...?... si elle revient, et dans des rues, et oĂč qu’elle aille. Accorde cela, PĂšre.

Que le démon de tuberculose la quitte maintenant. Au Nom du Seigneur Jésus-Christ, sors de la femme.

40        Maintenant, soeur, cela ne veut pas quitter la femme. Vous pouvez redresser la tĂȘte juste un instant. Je souhaiterais parler Ă  la femme. Il y a quelque chose qui cloche.

Maintenant, regardez, soeur. J’aimerais vous montrer. Placez votre main sur la mienne. J’aimerais que vous regardiez ma main. Elle ressemble Ă  la main de tout autre homme? Eh bien, j’aimerais que vous me voyiez mettre votre main dessus. Observez le... le germe tire cela, rouge. Et observez simplement cela. PremiĂšrement, placez cette main ici et placez-la dessus, cette main ici. Elle n’a pas du tout changĂ©, soeur. Maintenant, prenez... Quand cette main est dessus... [Un FrĂšre raconte.–N.D.E.] On dirait qu’elle va Ă©clater...?... Maintenant, si seulement vous enlevez votre main, voyez, cela la quitte. Et si je pose l’autre main dessus, c’est en ordre. Maintenant, observez. Enlevez votre main et je vais placer la mienne dessus...?... Est-ce vrai? Maintenant, placez sa main dessus. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

41        Maintenant, voyez-vous cela? Voyez-vous cela? Voyez-vous cela? Maintenant, vous voyez ce que j’ai dit au travers de ce microphone? Si c’est la vĂ©ritĂ©, levez cette main afin que les gens sachent que c’est vrai. Maintenant, voyez-vous comment ça bouge? Maintenant, voyons...?... Observez cela. Eh bien, cela revient ici. Cela est de nouveau lĂ . C’est juste par vagues, dĂ©ferlant sur cette assistance. C’est ainsi que ça se meut. Maintenant, elle se tient ici mĂȘme...?... Cela est allĂ© lĂ . Cela est revenu. Cela repart, observez cela. Ça y est...?... C’est votre pĂšre lĂ . [La bande est inaudible.–N.D.E.]

Et un don de Dieu est ici, un don...?... Et un germe, c’est une vie. Vous voyez...?... Et ce germe est une vie. Et vous avez une vie humaine que vous pouvez contacter. Et cet Esprit qui est ici et cet esprit qui est là, qui vous donne cette tuberculose, il sait que l’heure est proche, et cela repousse (Voyez?), quand cet esprit va à l’encontre, c’est juste comme une guerre.

42        Maintenant, si je peux vous Ă©lever au niveau de croire ceci correctement, que c’est Dieu... C’est le... C’est vrai. Et vous–et vous Le louerez?

Maintenant, vous voyez des miracles s’accomplir ici. Quelque chose doit arriver. TrĂšs bien. J’aimerais que vous observiez ma main. Croyez de tout votre coeur. Maintenant, regardez. Vous aimeriez que je...?... dans sa vie. Vivre pour Lui avec autant de respect que possible le reste de vos jours. Allez-vous le faire? TrĂšs bien. Cela s’en va maintenant. Sans regarder...?... vous pouvez vous-mĂȘme regarder ma main.

Maintenant, regardez. Maintenant, quelque chose est arrivĂ©, n’est-ce pas, soeur? VoilĂ  la mĂȘme main. Regardez, il n’y a pas de signe, nulle part ; y en a-t-il?

Maintenant, voici une dame ici. Est-ce la vĂ©ritĂ©, madame? Afin qu’ils m’entendent. Voyez, pas un signe, la mĂȘme main. Je n’ai mĂȘme point bougĂ© cela. Ça y est. Vous ĂȘtes guĂ©rie, soeur. Partez... Qu’Il puisse maintenant mĂȘme... Poursuivez votre chemin en vous rĂ©jouissant et en louant Dieu.

43        Disons: «LouĂ© soit le Seigneur», tout le monde. [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?... comme vous pouvez maintenant. Croyez de tout votre coeur.

Croyez-vous de tout votre coeur? Voyez, vous ĂȘtes dĂ©jĂ  guĂ©rie. Dieu vous a guĂ©rie. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.

Disons: «LouĂ© soit Dieu.» Dieu l’a guĂ©rie pendant qu’elle se tenait debout lĂ  mĂȘme sur l’estrade. Louons Dieu comme ceci...?... Amen. Il est le Seigneur. Vous ne pouvez toucher personne en dehors de Lui pour ĂȘtre guĂ©ri.

Vous sentez-vous trĂšs bien maintenant, madame? Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. Votre petite amie, lĂ ... Elle a tendu la main et a saisi la main de l’autre dame, elle retient cela.

Soeur, quand votre carte de priĂšre...?... Quel est votre numĂ©ro? A quelle distance ĂȘtes-vous? Que dites-vous? Oh! oui. Levez-vous, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur? Vous avez des tumeurs. Est-ce vrai? Croyez-vous? Si vous croyez ce que je vous dis de faire... Rentrez chez vous en louant Dieu et en disant: «Il m’a bĂ©nie, je suis complĂštement guĂ©rie.» Croyez-vous cela? [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?...

D’une façon ou d’une autre, je suis heureux. Disons: «LouĂ© soit le Seigneur.» [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?... Levez-vous un petit instant...?... Ne doutez pas. Croyez-vous en JĂ©sus-Christ, que ceci est l’Esprit de Christ qui agit sur vous ce soir? [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?... est ici? D’accord, votre maladie du coeur vous a quittĂ©. [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?... C’est ce dont vous souffriez, n’est-ce pas? Mais vous n’avez plus cela... [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?... C’est vrai, n’est-ce pas? Que Dieu vous bĂ©nisse. Cela est terminĂ© maintenant. Vous ĂȘtes guĂ©ri. D’accord...?...

44        Maintenant, voici un esprit de cancer qui se meut ici mĂȘme, maintenant. Maintenant, observez ceci juste un instant, amis. Il y a lĂ  quelqu’un...

Ça doit ĂȘtre vous le patient. Il y a ici mĂȘme une femme, assise ici au bout, en robe blanche. Vous ĂȘtes extrĂȘmement nerveuse, n’est-ce pas, soeur? Est-ce une maladie des nerfs? C’est aussi la vĂŽtre, n’est-ce pas? Nerveux? D’accord. Vous tous deux, rentrez chez vous. Vous ĂȘtes guĂ©ris, vous tous deux, de maladie des nerfs. Je vois vos esprits... [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?... vous a bĂ©nis maintenant. Vous pouvez ĂȘtre heureux, vous rĂ©jouir et dire: «Gloire Ă  Dieu.»

Disons: «Que le Seigneur soit louĂ©.» Oh! la la! Quoi de plus peut ĂȘtre fait? Approchez-vous simplement. Voyez ici, inclinant la tĂȘte comme s’il pleurait pratiquement. Quand vous partirez d’ici...?... cet homme ici...?... personne dire...?... par ici. Le frĂšre avancĂ© en Ăąge assis ici. Probablement que je ne peux pas prononcer correctement mes mots pour lui. Il ne peut pas m’entendre, juste de quoi je parle...?...

Eh bien, le jeune homme assis ici, vous avez une Ă©ruption cutanĂ©e, n’est-ce pas, frĂšre? Cela vous dĂ©range-t-il depuis longtemps? JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit, jeune homme. Allez simplement en croyant. Soyez libre. [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?...

45        Croyez-vous en Lui? Oh! Je m’attends Ă  ce qu’Il descende guĂ©rir tout le monde maintenant mĂȘme. Ne pouvez-vous pas croire cela? Oh! MisĂ©ricorde...?...

Bonsoir, soeur. Croyez-vous? De tout votre coeur? [Un frùre raconte.–N.D.E.]...?... C’est ce qu’il y a dans votre coeur. C’est une maladie du coeur. Est-ce vrai?

Croyez-vous...?... rentrez chez vous, vous n’allez plus souffrir du coeur. Cela vous a quittĂ© tous... [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]

Venez ici, avancez dans cette direction. Elle souffre de la mĂȘme maladie que cette dame ici. C’est le cancer. Il y a des relations intimes, cela tire par ici maintenant. Tous les deux dĂ©mons savent que la puissance de JĂ©sus-Christ est ici pour vous guĂ©rir toutes les deux. Croyez-vous? Allez-vous croire cela, soeur? Croyez-vous cela, madame, de tout votre coeur? Prions pour toutes les deux maintenant mĂȘme, et demandons Ă  Dieu de les guĂ©rir...?...

PĂšre cĂ©leste, alors que nous nous tenons ici ... [Un frĂšre raconte.–N.D.E.] Ô Dieu, aie pitiĂ© alors que j’intercĂšde pour ces deux femmes mourantes, couchĂ©es ici...?... Je demande maintenant que la puissance dĂ©moniaque du cancer quitte ces gens, et que cela sorte au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu.

Qu’elles sortent d’ici avec force, croyant en Dieu...?... Allez dans la puissance du Seigneur. Quittez l’estrade en vous rĂ©jouissant, heureux...?... Vous pouvez faire de mĂȘme, soeur. Amen. Ayez foi, tout le monde. Croyez-vous? Regardez et vivez. Christ est ici pour vous faire vivre.

46        Maintenant, vous pouvez appeler un autre numĂ©ro si vous le voulez, ou vous pouvez venir ici mĂȘme Ă  l’estrade, et les appeler ici mĂȘme. Je crois que Dieu peut vous appeler d’ici mĂȘme. Ne le croyez-vous pas? Je crois que chacun de vous peut ĂȘtre appelĂ© directement Ă  partir de lĂ  oĂč vous ĂȘtes maintenant mĂȘme et ĂȘtre guĂ©ri. Allez-vous croire cela de tout votre coeur?

Combien... Qui a cru Ă  ce qui nous a Ă©tĂ© annoncĂ©? A qui le bras de l’Eternel a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©? Maintenant, Il est ici et Il peut guĂ©rir les gens.

Ô soeur! La premiĂšre dame Ă©tait ici. Vous ĂȘtes... D’accord. Servez le...?... que vous faites. C’est partout maintenant. Il y a un homme penchĂ© vers l’arriĂšre. C’est un homme en chemise blanche. Vous...?...

C’est votre foi qui vient, frĂšre...?... quelque chose qui cloche Ă  votre jambe. C’est vrai, n’est-ce pas? Vous avez aussi quelque chose qui cloche aux yeux, n’est-ce pas? Cet homme assis juste lĂ  derriĂšre, en chemise blanche, il me regarde, vous avez mal aux yeux. Votre jambe vous fait aussi mal. Il y a quelque chose qui cloche Ă  votre jambe, n’est-ce pas? Vous vous ĂȘtes tout rĂ©cemment fait mal, n’est-ce pas? Vous vous ĂȘtes fait mal. Je savais qu’il y avait quelque chose. Quelque chose vous est tombĂ© dessus. Est-ce vrai? Quelque chose vous est tombĂ© dessus. Dites donc, c’est tout rĂ©cemment que vous ĂȘtes devenu un croyant aussi, un chrĂ©tien. Vous Ă©tiez membre d’une autre Ă©glise, n’est-ce pas? Je crois... Je dirais que vous Ă©tiez... Oui... Non, vous Ă©tiez membre de l’Eglise de la science chrĂ©tienne, je pense. N’est-ce pas vrai? Et tout rĂ©cemment, vous avez donnĂ© votre coeur Ă  Christ, n’est-ce pas vrai? Levez-vous. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit, et vos jambes sont guĂ©ries. Vous ĂȘtes guĂ©ri. Que Dieu vous bĂ©nisse...?... [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]

47        Que tout le monde croie juste un instant maintenant, tout le monde. Regardez, la puissance de Dieu est en train d’agir maintenant, rapidement.

Cette femme avancĂ©e en Ăąge assise ici, regardez dans cette direction, soeur. Vous souffrez d’une maladie gynĂ©cologique. N’est-ce pas, vrai? Une maladie de femme... Christ, le Fils de Dieu, vous guĂ©rit, soeur.

Cet homme lĂ  avec une canne, regardez dans cette direction, monsieur. Ayez foi, croyez. Oh! FrĂšre, vous ĂȘtes avancĂ© en Ăąge. Mais regardez, vous ĂȘtes un prĂ©dicateur. Vous ĂȘtes un prĂ©dicateur de l’Evangile. C’est vrai, n’est-ce pas? C’est vrai. Vous souffrez du coeur et de l’arthrite. Est-ce vrai? Que Dieu vous bĂ©nisse, mon vaillant frĂšre, et qu’Il vous rĂ©tablisse complĂštement. Vous avez agitĂ© vos mains devant Christ pendant des annĂ©es, afin que les pĂ©cheurs puissent venir se repentir. Dieu vous rĂ©compensera. Rentrez chez vous, soyez guĂ©ri et bien portant. Que Dieu accorde des bĂ©nĂ©dictions.

Combien ici croiront de tout leur coeur maintenant mĂȘme? Jeune homme, levant la main lĂ  derriĂšre, levez-vous. JĂ©sus-Christ vous a guĂ©ri de votre maladie du coeur dont vous souffriez. Que Dieu vous bĂ©nisse. TrĂšs bien.

Combien L’accepteront maintenant mĂȘme comme leur GuĂ©risseur? Croyez de tout votre coeur. Ayez foi. Levez-vous, chacun de vous, et acceptez cela maintenant mĂȘme, que vous ĂȘtes guĂ©ris. C’est ainsi qu’il faut s’y prendre.

TrĂšs bien, frĂšre. Levez-vous lĂ . C’est bien. Venez. Vous, soeur. Que quelqu’un s’approche de cette femme ici. Que Dieu vous bĂ©nisse. Christ le fait. AllĂ©luia! Maintenant, chacun de vous est guĂ©ri.

Ô Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie, Donateur de tout... [Un frĂšre raconte.–N.D.E.]...?... Acceptez cela maintenant mĂȘme. Christ, le Fils du Dieu vivant, est ici pour guĂ©rir chaque personne.

 

EN HAUT