ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

  
Prédication de William Branham a été prêchée 51-0507 La durée est de: .pdf La traduction Shp
Télécharger: .doc      
Voir le texte francais seulement

Expectative

1          [Frère Hall introduit frère Branham.–N.D.E.]...?... Bonsoir, mes amis. C’était juste à temps, n’est-ce pas ? J’ai dû passer précipitamment par-dessus l’autre... pour me lever, car un... Le frère donnait des témoignages sur tout ce qui est arrivé. Et–et frère Hall voulait bien amener les rayons X pour me montrer qu’il était guéri, et beaucoup parlaient de grandes choses. Et aujourd’hui, il lisait des lettres que... Oh ! la la ! Cela a simplement ému mon coeur. Le courrier est très abondant, il me faudra une semaine pour le terminer. Je suis donc content d’entendre ces merveilleux témoignages.

2          Une dame me parlait dans une lettre aujourd’hui de... Elle était... le cancer à une étape très avancée et que je l’ai vue en vision, et j’étais dans ma chambre d’hôtel. Je suis venu et j’en ai parlé, disant qui était la dame et quelle était sa condition. Elle a été guérie, elle est normale et bien portante maintenant. Elle est dans l’assistance. Oh ! Que Dieu vous bénisse, ma soeur. Et beaucoup d’autres grandes choses que notre Seigneur a accomplies, et je suis très content. Et aussi, beaucoup me rencontrent et disent diverses choses qui arrivent. Je crois vraiment que cela n’arrêtera jamais, Cela continuera à se produire, et...

            Combien ont été guéris dans les réunions ? Faites-nous voir les... ceux qui ont été guéris par la guérison divine ? Faites-nous voir les mains dans la réunion. Oh ! la la ! Regardez simplement. Certains d’entre eux étaient estropiés, d’autres aveugles, sourds, muets, et dans des fauteuils, complètement estropiés, paralysés. Oh ! Comme notre Seigneur a oeuvré avec nous de façon merveilleuse et glorieuse, et combien nous en sommes heureux et reconnaissants ce soir.

3          Je venais de parler à mon frère Shakarian. Eh bien, vous tous, vous connaissez frère Demos. Il est quelque part ici. Je pense qu’il est assis ici à droite. Combien connaissent Demos Shakarian ? Faites-le-nous voir. Oh ! Assurément. Voudriez-vous vous lever, Frère Demos ? Il y a quelque chose... Levez-vous simplement, s’il vous plaît. Oh ! Je... Frère Demos Shakarian...?... Pratiquement vous tous, vous le connaissez ici. Il vient de Downey par ici. Un très bon frère par qui nous avons eu beaucoup d’amis.

            Personne ne connaît cet homme, évidemment. C’est le sénateur Upshaw. Il–il... Je lui parlais là derrière et j’ai... je pensais simplement... je pouvais... Ce soir, on dirait que Dieu m’a mis à coeur ce soir de venir, et peut-être juste avant d’aller en Afrique... J’aimerais tenir ma réunion d’au revoir, peut-être dans ma propre ville, à Jeffersonville.

4          Si je peux attraper cette salle, là, juste là où le... cette commission m’a été donnée. Et j’aimerais tenir ma réunion d’au revoir là-bas. Si je le peux, j’aimerais adresser une invitation à tout le monde. Tous mes amis... Chez moi, j’aimerais rassembler un grand groupe entre nous et aller directement à la petite cabane où Il m’avait rencontré et où Il m’avait alors parlé. Et juste nous réunir là sur cette colline par milliers et offrir des louanges au Dieu Tout-Puissant, là même, pour ce qu’Il a fait avant de nous plonger dans des champs missionnaires sombres, en Rhodésie, en Inde, et jusque là, puis revenir par Jérusalem. Je serais très heureux...

            Je ne sais pas s’ils–s’ils... si je pourrais avoir cela en ce moment-là ou pas. Cela offre des sièges à plusieurs milliers de personnes et je serais heureux de le faire. Si c’est le cas, je passerai des annonces dans des journaux et tout. Si vous êtes en vacances en ce moment-là, je souhaiterais pouvoir dire que je payerais votre déplacement vers là, mais j’aurai à prélever une offrande et à faire de mon mieux. Si je prélève une offrande... Je n’en ai jamais prélevé une de ma vie. Il me serait pratiquement plus facile de faire l’auto-stop alors si vous prenez mon offrande.

5          Je vous ai raconté qu’une fois j’allais prélever ma première offrande. M’avez-vous déjà entendu parler de la première fois que j’allais prélever l’offrande ? Je ne pouvais pas le faire. J’avais dit à ma femme... Nous connaissions l’une de ces situations où on n’arrive pas à nouer les deux bouts, vous savez. Et j’ai dit : « Je vais prélever une offrande ce soir.»

            Elle a dit : « Je vais m’asseoir juste là devant pour t’observer.» Ainsi donc, nous connaissions bien un moment difficile. Nous étions pratiquement obligés de le faire.

            Je me suis dit : « Eh bien, je n’arrive simplement pas à m’en tirer. Je dois donc le faire.» Je n’avais jamais prélevé une offrande dans mon église, alors je... Non pas parce qu’ils ne m’en donneraient pas, en effet, ils le voudraient, mais seulement j’ai... j’étais assez fort pour travailler. Alors... je... Maintenant même...

6          Eh bien, ce n’est pas pour paraître–pour paraître humble, ou ce n’est pas pour faire parade, mais du fond de mon coeur, je souhaiterais avoir un endroit où travailler pendant ces réunions (C’est vrai), de sorte que je n’aie même pas à prélever une offrande ou quoi que ce soit. C’est la vérité. Je redoute vraiment l’idée d’avoir à prélever une offrande. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai souvent vu qu’il y a trois choses qui font obstacle à un ministre. Trois choses principales : L’une d’elles, c’est l’argent ; l’autre, ce sont des femmes. L’autre, c’est la popularité. C’est tout à fait exact.

            Quand un homme en arrive au point où il doit simplement pousser des cris, crier, faire des histoires, penser trop à l’argent, il oublie Dieu ; ça en est fini de lui. C’est tout ce qu’il y a là. C’est vrai.

7          Nous devons couvrir nos dépenses et autres, et la chose suivante, quand... J’ai la plus grande considération pour les femmes, des femmes chrétiennes. Je pense qu’une bonne femme est une... C’est l’un des meilleurs cadeaux que Dieu ait pu donner à un homme en dehors du salut. Je crois cela. Une bonne femme, mais... je ferais mieux de me tenir tranquille là même.

            J’ai épousé une petite jeune fille grasse là, que j’aime de tout mon coeur. Je n’ai jamais vu une femme qui prendrait sa place. Je sais donc que tant que je reste un chrétien ; ce sont les sentiments que j’éprouverai. C’est exact.

8          Et la chose suivante, c’est–c’est la popularité. Quand... Parfois, Dieu peut donner à un homme juste un tout petit... quelques amis ou quelque chose comme cela, et–et il... Nous tous, nous aimons des amis. Eh bien, ne me comprenez pas mal. J’aime vraiment des amis. Mais quand on en arrive à penser... Peut-être que vous avez eu une petite assemblée de gens ou quelque chose un peu au-dessus de la moyenne, on commence à penser : « Regardez qui je suis.» Frère, vous êtes sur une pente vers la dérive juste à moment-là. C’est vrai. C’est...

            Cela devrait être ainsi. Dieu sait ce qui est le meilleur. Ce–c’est vrai. Et il vous faut surveiller cela. Assurément que Satan lancera cela là, terriblement fleuri. Mais si seulement nous restons sous le Sang, et que vous priez que j’y reste, maintenant, rappelez-vous, je suis... Je peux faillir, mais si vous continuez à prier pour moi et que Dieu continue à m’aimer, j’y parviendrai. Et je crois que si on a prié pour moi et que j’essaie de mon mieux, Dieu continuera à m’aimer alors. Ainsi, je suis... C’est ainsi que je prie pour chacun.

9          Et c’est la raison pour laquelle, dans mes réunions, je consacre généralement une soirée pour les ministres afin qu’ils prient pour les malades. La dernière fois que j’étais ici, vous ne savez pas, vous les frères ministres, les belles lettres que j’ai reçues chez moi. A chaque réunion, j’essaie toujours de faire passer les ministres, le pasteur local devant les gens, de les faire venir pour prier pour les malades. Je–je ne suis pas la seule personne à prier pour les malades. Non, non. Tout chrétien qui croit dans la guérison divine est ordonné à prier pour les malades.

10        Remarquez, un soir, je vous demanderai de vous lever et de vous imposer les mains les uns aux autres, et si quelqu’un est guéri, alors il dira : « Eh bien, soeur Unetelle m’avait imposé les mains.» Voyez ? Ou : « Frère Untel m’avait imposé les mains.»

            Souvent, un chrétien impose les mains à un pécheur. Il dit : « Un chrétien m’a imposé les mains et j’ai été guéri.» Voyez ? Après tout, c’est le Seigneur Jésus qui opère la guérison. Voyez ? Il ne s’agit pas de celui qui prie ; il s’agit de Celui qui opère la guérison et de celui qui croit. C’est l’essentiel. C’est votre foi qui vous guérit (Voyez ?), pas la mienne, la vôtre. Ainsi donc, là... J’aimerais avoir une soirée et laisser tous mes frères prédicateurs s’avancer, se tenir debout et laisser les gens passer et prier pour eux. Et quand l’onction du Saint-Esprit descend, laissez alors les gens passer par la ligne, et les prédicateurs leur imposent les mains, et–et... Oh ! la la ! Cela fait passer le ministère devant les gens.

11        Et vous n’avez pas à attendre que quelqu’un tienne une campagne de guérison dans la ville pour être guéri, car votre pasteur, ou votre voisin qui est chrétien, ou n’importe qui, a le droit de prier pour vous.

            La Bible dit : « Confessez vos fautes les uns aux autres, et priez les uns pour les autres afin que vous soyez guéris. S’il y a des malades parmi vous, faites venir les anciens.» Eh bien, nous les appelons dans notre groupe, nous les appelons les diacres. Vous voyez ? Les... « Faites venir les anciens de l’église, qu’ils les oignent d’huile.» Ce n’est pas appeler l’ancien, mais les anciens, au pluriel, deux ou trois. Là où deux ou trois sont assemblés, s’accordent et prient (Voyez ?), c’est ainsi qu’il faut s’y prendre. Et après tout, nous sommes ici pour glorifier notre Seigneur Jésus-Christ, Sa miséricorde et Sa bonté envers nous. Et nous sommes reconnaissants envers Lui.

12        Eh bien, on commence le 4 juin, notre bien-aimé Seigneur voulant, nous allons commencer ici à cet Institut biblique au... Vous connaissez le lieu qu’il a indiqué hier soir. Je ne peux pas parler espagnol, ainsi le... [Quelqu’un dit : « Costa Mesa.»–N.D.E.] Oui, monsieur. Ça sera là, là même qu’il a indiqué tout à l’heure : Costa Mesa ? Est-ce correct ? Je m’améliore, Bobby. Ainsi donc, je... C’est là que se tiendra la prochaine réunion, ça sera à Costa Mesa. Et... J’ai mal prononcé cela cette fois-ci, là, n’est-ce pas ? [Quelqu’un dit : « A peu près correct.»–N.D.E.] Juste à peu près correct ? Il a dit que c’est tout aussi près de sa prononciation ; ainsi, j’évolue très bien.

            Ce sera donc la prochaine réunion après Oregon, on ira à–à Grant’s Pass avec notre frère Hall, là où les gens sont allés construire un grand tabernacle et nous étions allés là pour une réunion pratiquement, et je pense, pratiquement, on avait payé pour le lieu, n’est-ce pas, Frère Hall ? On avait payé beaucoup pour cela pour une réunion. Voyez ? Et ainsi donc, avec le... Nous reviendrons cette fois-ci. J’aurais souhaité que vous tous, vous ayez ces grands tabernacles partout, pratiquement partout. On en a un ici à Los Angeles, et–et on devrait les avoir partout à travers le pays, de sorte que quand nous n’arrivons pas à avoir ces amphithéâtres, il y aurait de grands tabernacles ouverts (Voyez ?), comme cela.

13        Le monde, avec ses orchestres de jazz et des choses, a des amphithéâtres très occupés. Mais je suis reconnaissant pour des endroits tels que Calvary tabernacle et divers endroits comme cela. Nous pouvons–nous pouvons y entrer et tenir une réunion. Merci. [L’assemblée applaudit.–N.D.E.] Merci beaucoup.

            Ainsi donc, cette fois-ci, c’est sous une tente. Et nous étions là aujourd’hui, inspectant le lieu, et c’est un très bon endroit. Nous–nous espérons tenir une bonne réunion là-bas. Dites à vos voisins qui sont dans cette partie du pays de venir. Maintenant, que le Seigneur bénisse chacun de vous.

14        Je pense que cette réunion a–a déjà produit un grand résultat. Et–et le fait que nous sommes tous sous tension parce qu’il y a beaucoup de réunions en cours dans la ville, et nous... Je n’ai pas entendu parler de... de frère Freeman, mais je sais qu’il tient une bonne réunion. Nous prions tous pour lui, qu’il ait une bonne réunion. Nous avons eu un tout petit contretemps, pas lui et moi, mais il y a eu un mal entendu, d’une façon ou d’une autre, ou dans l’organisation de réunions ensemble. Ils n’ont pas compris non plus. Mais cela peut avoir été la volonté de Dieu pour nous de faire ceci (Voyez-vous ?), que nous–que nous puissions veiller à ce que nous soyons des frères, et à Angelus Temple et à divers endroits où des réunions sont en cours.

15        Et j’apprends que frère King ou Cain [Quelqu’un dans l’assistance dit : « Paul Cain»–N.D.E.], frère Paul Cain doit venir commencer, je pense, jeudi soir. Est-ce... [Quelqu’un répond : « Il commence jeudi soir.»–N.D.E.] Jeudi soir dans ce tabernacle même ici. Et nous prions que Dieu accorde à frère Paul Cain une très merveilleuse réunion ici avec des centaines d’âmes sauvées et plusieurs guérisons, qu’Il les remplisse de Son Esprit et de Sa bonté, qu’ils se préparent pour la Venue du Seigneur.

            Je suis heureux que frère Kopp ici ouvre largement ses portes pour que nous tous, nous entrions ici dans ce–ce temple. Et le conseil des diacres et je ne sais qui, qui s’en occupe, les organisateurs... J’aimerais dire autre chose pour nos huissiers et les autres qu’on a ici. Ce sont des merveilleux hommes. Je suis très content d’eux.

16        Maintenant, je souhaiterais lire quelques paroles. Je ne suis pas sûr si j’ai lu ceci depuis que je suis ici ou pas. Et si c’est le cas, eh bien, je n’ai pas l’intention de revenir sur les choses, mais je suis ici dans...?... très longtemps ici que... Ceci est le moment le plus long, je pense, que j’aie jamais passé à un endroit depuis que je suis dans le ministère, c’est ici même à Los Angeles. Et ceci est mon deuxième voyage en quelques mois, quelques... Et–et puis, partout, on passe des soirées, de trois à cinq soirées, et nous sommes en déplacement pour ailleurs.

            Maintenant, dans l’Evangile selon Saint Luc, chapitre 2... Je vais surveiller l’horloge et faire de mon mieux. Je parle beaucoup. Ma mère disait que j’avais parlé avant de marcher. Vous connaissez ce vieux dicton : « Ta langue, c’est ta ruine.» C’est exact. Peut-être que c’est vrai, mais je parle pour le Seigneur maintenant.

17        Ainsi donc, au chapitre 2 de Saint Luc, à partir du verset 25, juste lire quelques versets, et ensuite faire quelques commentaires, et puis former notre ligne de prière...

            Demain soir, après la ligne principale, il y aura... quelques-unes des lignes seront terminées, je vais avoir une soirée avec des ministres. Je veux que tous les pasteurs qui collaborent occupent leur place ici et se tiennent ici à l’estrade avec moi, pendant... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... Rassembler les gens, et–et laisser tous les pasteurs être ici et avec eux prier pour eux après le service, et que vous voyiez tous de grands signes et de grands prodiges s’accomplir. Puis, mercredi soir, ça sera la dernière soirée.

            Maintenant, dans... Voici ce que nous lisons dans la Parole de Dieu.

            Et voici, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui.

            Il avait été divinement averti par le Saint-Esprit qu’il ne mourrait point avant d’avoir vu le Christ du Seigneur.

            Il vint au temple, poussé par l’Esprit. Et comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour accomplir à son égard ce qu’ordonnait la loi,

            Il le reçut dans ses bras, bénit Dieu et dit : « Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s’en aller en paix, selon ta Parole. Car mes yeux ont vu ton salut,

18        Nous inclinons la tête un petit instant. Notre Bien-aimé Sauveur, ce soir, nous sommes contents de ce privilège de nous assembler ici dans la maison de Dieu, en compagnie de ce peuple pour T’adorer, comme David de jadis l’a dit, il voulait adorer l’Eternel dans l’assemblée des justes. Et nous sommes très reconnaissants ce soir de ce que l’Esprit de Dieu réjouit toujours nos coeurs pour Le louer dans l’assemblée des justes. Et maintenant, Père, accorde ce soir que dans chaque coeur il y ait une crèche ou de l’espace où Jésus de Nazareth pourrait entrer avec la plénitude de la foi divine, afin qu’Il puisse se tenir dans chaque coeur ce soir, et qu’Il prenne l’initiative et qu’Il ôte tous les doutes, de jeter tout ce qui n’est pas de Lui, Seigneur, toute l’incrédulité et toutes les pensées sceptiques, et qu’Il domine simplement le coeur et, oh ! que nos yeux voient alors.

            Quelle soirée ce pourrait être, Père, où tous les chrétiens sont d’un commun accord pendant que nous sommes assemblés ici, où le Saint-Esprit est descendu plusieurs fois. Sauve, remplis les croyants, guéris les malades et les affligés, et qu’il y ait constamment des réunions en cours. Quelle place et quel temps maintenant même pour Lui de venir ce soir, juste à la veille de la clôture de cette série de réunions, Seigneur, et de diriger chaque coeur vers Lui, avec la pleine assurance qu’Il est ici, au temps présent, pour délivrer de n’importe quoi chaque personne qui est dans la salle ! Et chaque bénédiction de la rédemption, c’est pour eux par la foi, en croyant maintenant même.

19        Ô Dieu, pendant ces quelques prochaines minutes, cache-nous simplement. Que les rideaux soient tirés sur les soucis et les préoccupations de cette vie, dans notre mémoire et nos coeurs. Et puissions-nous juste voir Jésus et Lui seul. Et nous savons que si nous pouvons nous représenter un tableau de l’amour de Dieu, c’est dix millions de fois plus que les mers de cette terre, endiguées dans un canal de quelques centimètres de diamètres, qui irait à des milliards de kilomètres au-delà des étoiles. Et de se représenter la pression qu’il y aurait là au bout de ce canal ! Comment cette eau avec tous ces milliards de tonnes de pression cherchant à s’échapper, et cependant l’amour de Dieu sonde nos coeurs ce soir, une grande puissance de la force, telle qu’Il aimerait trouver une petite fissure par où couler pour entrer dans nos vies, nous donner cette grande puissance et cette onction qui dépasse même l’entendement humain. Accorde-le, Seigneur, ce soir ; que les portes du ciel s’ouvrent et que le Saint-Esprit prenne pleinement contrôle. Que nos âmes soient débordées de ce flot au point que nous oublierons tout, que nous sommes estropiés ou malades, et que nous nous lèverons simplement sur nos pieds en glorifiant Dieu, en Le prenant au Mot pour Sa promesse, en réclamant Ses bénédictions de la rédemption. Car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

20        Je pense maintenant même à ce vieux sacrificateur, avancé en âge, au sujet duquel nous venons de lire, du nom de Siméon. C’était un homme qui attendait la consolation d’Israël.

            Il arrive des fois où l’église tombe très bas, mais Dieu n’a jamais manqué de témoin depuis le commencement du monde. Il a toujours eu quelqu’un sur qui Il peut mettre Son doigt et dire : « Celui-ci est Mon serviteur. Je peux l’envoyer n’importe où que Je veux qu’il aille, et il ira.» Nous en sommes heureux, n’est-ce pas ? Le ministère de Dieu...

21        Et c’était un jour très sombre, à cette époque. Des centaines de gens, des milliers d’entre eux s’étaient détournés des traditions, s’étaient détournés de la foi, avaient rétrogradé, étaient devenus tièdes. Mais il y avait un petit reste qui attendait la consolation d’Israël. C’étaient Jean-Baptiste, Siméon, Anne, la prophétesse au temple, et beaucoup d’autres qui attendaient constamment dans la foi que Dieu accomplisse Sa promesse. Ils attendaient. Ils croyaient. Peu importe combien de temps la promesse avait pris, ils croyaient que la Semence de la femme viendrait et briserait la tête du serpent comme Dieu l’avait promis.

22        Eh bien, l’attente du Messie avait duré quatre mille ans. Et dans chaque génération, on attendait la Venue du Messie, et cela n’a pas laissé Siméon perplexe. Il était un vieil homme, dans la quatre-vingtaine, mais il croyait toujours qu’il verrait le Messie. Et il portait une longue barbe blanche, je peux m’imaginer, avec des cheveux blancs. Et c’était un–un grand homme parmi son peuple. Il jouissait d’un grand prestige. Mais il avait un témoignage à côté de ça. C’est ce que j’aime. A côté de toute son érudition et toute sa popularité, il était d’un coeur humble devant Dieu, un coeur réceptif avec lequel Dieu pouvait traiter. Et il avait un témoignage qu’il verrait le Christ du Seigneur avant de mourir. Pensez-y.

23        De grands hommes : David, Salomon, Elie, Elisée, Esaïe, Jérémie, une chaîne de prophètes et d’hommes justes qui ont attendu la Venue du Messie pendant quatre mille ans : de grands hommes. Mais cependant cet homme, même âgé de quatre-vingts ans approximativement... C’était un homme avancé en âge, les théologiens croient qu’il était dans la quatre-vingtaine. Un vieil homme et pourtant il allait çà et là et disait : « Je ne mourrai point avant de voir le Christ du Seigneur.» « Eh bien, disait-on, Siméon, pourquoi as-tu de telles pensées ?»

            « Parce que le Saint-Esprit me l’a révélé. Et je ne mourrai point avant de voir le Christ du Seigneur. Et je crois que ce qu’Il dit est la vérité.» Amen. Oh ! la la ! Cela va nous faire nous sentir religieux tout de suite, n’est-ce pas ?

24        Vous savez, je me sens de temps en temps religieux. Je peux crier. Oui, oui. Vous pourrez... C’est... Je sais que le salut ne repose pas tellement sur les cris, mais ça va de pair. C’est vrai. Et pourtant, quelqu’un a dit : « Vous êtes un baptiste horriblement bruyant.» Eh bien, je suis donc un pentecôtiste baptiste, vous savez. J’ai donc le Saint-Esprit. Donc, je–je–je... Quand le Saint-Esprit entre, c’est Lui qui fait toutes ces choses. Je L’aide simplement. Amen. J’exprime simplement ce qu’Il sent en moi : la réjouissance.

25        Eh bien, je pense à Siméon, le Saint-Esprit lui révélant cela, qu’il ne mourrait point avant d’avoir vu le Christ. Même s’il était fort avancé en âge, mais... Il jouissait d’un grand prestige. Eh bien, et s’il disait : « Oh ! Attendez une minute, peut-être que c’est juste quelque chose qui se dit là. Eh bien, donc, je–je–je... Peut-être que je suis juste–je suis juste un peu travaillé par l’émotion. Je ferais mieux de ne pas dire cela là où les gens peuvent m’entendre, car je jouis d’un grand prestige. Je suis membre d’une grande église, vous savez, je ferais mieux de faire attention.»

            Mais il croyait en Dieu. Et il croyait que ce que le Saint-Esprit avait dit, c’était la vérité. Et il attendait de voir Jésus être... ou le Christ avant de mourir, car le Saint-Esprit le lui avait révélé.

26        Que des fois Dieu travaille avec les gens ayant dépassé l’âge... C’est quand on ne s’attend à rien... Et l’unique moyen pour vous d’être dans l’expectative, c’est d’avoir une sorte de révélation ou de promesse.

            Si je vous disais que j’irais à Downey, en Californie, par ici, dans cette ville de la Californie sur la... je... C’est là que ça se trouve, Costa Mesa. Si je vous disais que je venais à Costa Mesa... Si je pouvais épeler cela, je l’écrirais, mais avec mon instruction de l’école primaire, je ne peux pas le prononcer.

            De toute façon, si je vous disais que, le 4 juin, je vais commencer là-bas, vous croiriez que j’y serais, n’est-ce pas ? Si je dis que je–je vous rencontrerai là-bas, eh bien, si tout est possible, je le ferai. En effet, un homme de parole sera sincère et tiendra sa promesse ; un chrétien, n’en parlons même pas.

            Or, il peut arriver quelque chose qui ne me le permettra pas, mais à ce que je sache, le Seigneur voulant, j’y serai. Eh bien, vous croirez cela. Et les gens croiront cela, alors ils s’apprêteront à ériger une grande tente là-bas et l’arrangeront. Eh bien, c’est parce que nous avons promis d’être là. J’ai promis de revenir ici. Et quand je serai ici, je trouverai d’autres réunions en cours. Oh ! la la ! Je me suis dit : « Je ferais mieux de retourner», mais j’avais promis que je viendrais. Alors, je–je dois rester ici. J’avais promis cela. Ainsi donc, Dieu nous a récompensés pour avoir tenu notre promesse.

27        Bon, Siméon croyait parce que le Saint-Esprit le lui avait promis. Il attendait cela. Si vous êtes dans l’expectative de cela, c’est que vous avez une base pour cela, vous croyez que Dieu a promis cela, alors vous avez le droit d’attendre cela. Est-ce vrai ? Quand Dieu le promet...

            Eh bien, moi, je peux ne pas tenir ma promesse, car je suis un homme. Et votre ami peut ne pas tenir sa promesse à lui, ou sa promesse à elle, mais Dieu ne manquera pas de tenir Sa promesse. Il ne le peut pas, car Il est Dieu. Pouvez-vous vous représenter combien pures et sans mélange sont Ses promesses ? Combien elles sont infinies ?

            Eh bien, si je descendais à une source où mon grand-père s’était abreuvé, une source claire, et que cette eau ait été examinée et trouvée pure à cent pour cent... Mon père s’y est abreuvé, c’était cent pour cent pure. Et tout au long de la vie, je m’y suis abreuvé, c’était cent pour cent pure ; eh bien, j’aurais assez foi pour retourner et croire que si je prends une gorgée d’eau, ça sera en ordre. Ne le feriez-vous pas ?

            Au cours des générations, au cours de plusieurs générations, il a été établi que c’est cent pour cent pur. Pourquoi ? En effet, le ruisseau qui fait jaillir cela, là d’où ça vient, son fond ici en bas, son lit, fait jaillir de l’eau pure. Or, si cela est, après test, à cent pour cent purs, à combien plus forte raison la promesse de Dieu sera, tout test fait, trouvée cent pour cent pure. En effet, la base de cela, la Parole de Dieu vient de Dieu, lequel est infini, pur et saint, et Il ne peut pas mentir, car Il est Dieu. Vous y êtes. Eh bien, quand Dieu promet quelque chose et dit : « C’est en ordre», amen.

28        Je pensais, en parlant au sénateur cet après-midi, quand je l’ai rencontré, à toutes ces années qu’il a passées sur ces béquilles estropié, et au nombre de fois qu’on a prié pour lui. Mais il se tenait là, il avait vu ce que le Saint-Esprit avait dit à tout le monde pendant qu’Il révélait les coeurs et les secrets des coeurs. Il avait vu cela quand Il parlait aux gens, peu importe ce qui n’allait pas chez eux, qu’ils étaient guéris, ils se levaient et agissaient sur base de cela et ils étaient guéris.

            Il s’est alors dit : « Oh ! Si seulement il peut me parler.» Et le Saint-Esprit est descendu là, Il lui a parlé de son état et de tout à ce sujet, Il a dit qu’il était guéri. Il s’est levé. Il a cru cela. Peu importe les si, depuis combien de temps il était estropié ou tout ce qu’il en était, Dieu avait fait la promesse, et c’était à lui de croire cela. Amen.

            Dieu a promis : « Là où deux ou trois sont assemblés en Mon Nom, Je serai au milieu d’eux.» Il est ici. S’ils s’accordent sur quelque chose et le demandent, ils le recevront. Tout ce que vous désirez en priant, croyez que vous le recevez, vous le verrez s’accomplir. Cela vous sera accordé. Eh bien, c’est merveilleux, n’est-ce pas ? C’est la promesse, la promesse de Dieu. Nous croyons cela. Je crois que c’est vrai.

29        Il n’y a pas longtemps j’étais là où le... cet Ange, un Etre surnaturel, était descendu et j’avais dit ceci : « Qui suis-je ?» Roi, monarque, riche, pauvre et tous, des milliers viendront... « Comment puis-je croire cela ?» Mais je sais qu’Il m’a dit la vérité chaque fois qu’Il m’a parlé. Et je savais que cela devait être la vérité. Je suis allé disant que c’était vrai, et Il l’a accompli. Et je ne L’avais jamais vu, et Il ne dira jamais autre chose que la vérité. En effet, Il ne le peut pas ; cela vient de Dieu.

30        Daniel, quand on lui a dit qu’on allait le jeter dans la fosse aux lions, il s’attendait à ce que Dieu y soit. Il croyait que comme il avait mené une vie correcte devant Dieu, il avait un droit. Et chaque jour, il tirait les rideaux, s’il y en avait à l’époque, qui donnaient sur le temple, il regardait vers ce saint temple et priait. En effet, il croyait qu’il y avait un holocauste sur l’autel à cette heure-là au temple, et il croyait que Dieu exaucerait sa prière, car il y avait un substitut innocent qui était mort à sa place pour faire l’expiation. Et quand il est descendu dans la fosse aux lions, il n’a pas eu peur des lions parce qu’il s’attendait à ce que Dieu le délivre. Amen.

            Jonas, voilà un homme qui a eu beaucoup de symptômes. Les gens pensent que... Quand je regarde... On a prié pour eux, ils disent : « Eh bien, ça ne va pas mieux avec ma main.» Cela ne veut pas dire que vous n’êtes pas guéri. Quand on prie pour vous, vous êtes guéri. Et franchement, vous êtes guéri avant qu’on prie pour vous. Car Jésus est mort au Calvaire pour vous guérir et Il a payé le prix.

31        Si vous aviez une montre dans un magasin de prêt sur gages, quelqu’un y allait payer la facture du prêt sur gages, ou de je ne sais quoi que vous aviez donné en gage là, et cet homme recevrait un reçu, il la renverrait en disant que tout a été payé, vous avez le droit d’y aller, sans payer encore pour la montre, aller montrer le reçu et récupérer votre montre. Est-ce vrai ? Ou je ne sais quoi que vous aviez donné en gage...Alors, écoutez. Le diable nous avait mis dans un magasin de prêt sur gages, là dans le passé, à cause du péché d’Adam. Mais Jésus est descendu, Il a payé le prix du gage, Il a écrit cela dans la Parole. J’en ai le droit. Amen. « Satan, retire-toi.» J’en ai le droit.

32        Le frère Mayo m’a dit : « Vous ne pouvez pas vous rétablir.»

            J’ai dit : « J’en ai le droit.» Amen. Mon...

            Il a dit : « Eh bien, vous avez hérité cela de votre père.»

            J’ai dit : « Mais mon Père céleste m’a racheté.» Amen. Je suis sorti du magasin de prêt sur gages maintenant. Amen. Alors, retire-toi donc, Satan.

            Il a dit : « Je vais simplement te couvrir de symptômes.»

            Et j’ai dit : « Tiens-toi là, écoute-moi témoigner. J’aimerais que tu m’écoutes.»

            Il a dit : « Je vais te rendre malade.»

            J’ai dit : « Je vais témoigner cela beaucoup plus encore. J’en ferai encore plus de témoignage. Si tu veux m’entendre louer Dieu, tiens-toi là un petit moment, tu m’entendras.»

            J’ai simplement continué à louer Dieu et à tellement chauffer cela pour lui qu’il a dû fuir. Je l’ai juste entendu [Frère Branham fait un bruit en tapant les mains ensemble.–N.D.E.] Il a filé à toutes jambes, dans la rue, à toute vitesse. Absolument. Pourquoi ? L’Evangile de Jésus-Christ, par la puissance du Saint-Esprit, le consumait. Amen. Il le devait. La Parole de Dieu est vraie. Nous avons droit à ces bénédictions de la rédemption. Attendons-les. Croyons-les. Dieu fera qu’elles s’accomplissent, ne croyez-vous pas cela ?

33        Je n’exerce pas tellement le discernement pendant ces soirées-ci. Je me détendais simplement pour me réjouir du Saint-Esprit avec vous tous pendant que je suis ici cette fois-ci.

            Et nous avons droit à tout ce que Dieu a promis. Réclamez-le simplement, recevez-le ; croyez-le ; allez de l’avant. Vous avez n’importe quel symptôme, oubliez cela. Les symptômes ne représentent rien. C’est vrai. Croyez simplement cela.

34        Il n’y a pas longtemps, à Houston, un jeune garçon est passé ; je pense vous avoir raconté cela, peut-être la dernière fois que j’étais ici. Beaucoup de choses qui se sont produites... Il y avait un vieil homme... Je vais alors raconter celle-ci. Il y avait un vieil homme du nom de John Rhyn, et cet homme était aveugle. Il avait assisté à la réunion ici et à Fort Wayne. Alors, il est entré dans la réunion. Il y avait plusieurs milliers de gens assemblés ce soir-là, environ deux soirées après que le piano eut joué le Grand Médecin est ici maintenant, le Compatissant Jésus, quand l’Ange de Dieu était descendu dans un tourbillon, un Halo avait tourbillonné dans la salle où j’étais, et je pensais que le concierge m’avait braqué la lumière. Et ici... Alors que je tenais le petit garçon dans mes bras, je l’ai laissé tomber et, eh bien, la jeune fille, la jeune fille nazaréenne, était en train de jouer du piano, elle s’est levée d’un bond, elle s’est mise à courir en criant. Elle avait vu ce petit garçon quitter l’estrade en marchant normalement. Eh bien, elle s’est levée d’un bond. Elle jouait le Grand Médecin, et cela a continué à jouer

            Le Grand Médecin est ici maintenant,

            Le Compatissant Jésus ;

            Il réconforte le coeur languissant,

            Pas un autre nom que Jésus,

            Il était là, jouant.

35        Environ une soirée ou deux après cela, ce vieil homme est passé dans la ligne. J’ai prié pour lui, on avait une ligne qui passait aussi vite que possible. Il était conduit par deux hommes. Il était aveugle. Et il a dit : « Est–est–est-ce révérend Branham ?»

            J’ai dit : « Oui, monsieur.»

            Et il a dit : « Eh bien, guérissez-moi», a-t-il dit.

            J’ai dit : « Je ne le peux pas.»

            Il a dit : « Eh bien, pourquoi ne le pouvez-vous pas ?»

            J’ai dit : « Jésus l’a déjà fait.» Et j’ai dit : « Je ne peux pas faire ce qu’Il a déjà fait.»

            Il a dit : « Eh bien, pouvez...» Il a dit : « Voulez-vous prier pour moi ?»

            J’ai dit : « Oui, monsieur.» Et j’ai prié. J’ai dit : « Me croyez-vous ?»

            Il a dit : « Oui, monsieur.»

            J’ai dit : « Allez de l’avant. Vous allez recouvrer la vue.»

            Il a dit : « Eh bien, juste une minute.» Il m’a tenu par le veston. Il a dit : « Juste un instant.» Eh bien, il a dit : « Vais-je recouvrer la vue ?»

            J’ai dit : « Oui, monsieur. Vous allez recouvrer la vue, vous allez vous rétablir.»

36        Et il a dit : « Bon...» Il a effectué une petite distance, et il est revenu. Il a dit : « Dites donc, vous m’avez dit que j’allais recouvrer la vue.»

            J’ai dit : « C’est vrai.»

            Il a dit : « Vous avez dit que j’étais guéri.»

            J’ai dit : « Oui.»

            Il a dit : « Eh bien, vous m’avez dit que j’étais guéri, et je ne vois pas.»

            J’ai dit : « Cela n’a rien à faire avec le fait pour vous de voir.» J’ai dit : « Je vous ai dit...» [Espace vide sur la bande–N.D.E.] L’homme, soit dit en passant, était catholique de confession. Et j’ai dit : « Regardez, monsieur. Vous m’avez dit que vous me croyiez.»

            Il a dit : « Eh bien, ces autres en parlent ici, ils ont été guéris et ils sont bien portants.»

            J’ai dit : « Vous aussi, monsieur. Prenez... Accordez à l’Ange du Seigneur une possibilité de...»

            Et il a dit : « Que dois-je faire ?»

            J’ai dit–j’ai dit : « Croyez-vous ce que j’ai dit ?»

            Il a dit : « Oui, monsieur.»

            J’ai dit : « Eh bien, j’aimerais que vous agissiez en conséquence.» Voyez ? J’ai dit : « Descendez d’ici en témoignant, disant : ‘Que le Seigneur soit loué. Il m’a guéri.’»

            Il a dit : « D’accord.» On l’a reconduit et il criait : « Que le Seigneur soit loué pour m’avoir guéri.»

37        La nuit suivante, le vieil homme a interrompu la réunion à quatre ou cinq reprises. Il était assis au balcon. Il disait : « Silence, tout le monde, une minute.» Il se levait et criait : « Que le Seigneur soit loué pour m’avoir guéri», et il s’assoyait. Et je parlais, vous savez, quand il disait : « Juste une minute, Frère Branham.» Il criait : « Que le Seigneur soit loué pour m’avoir guéri.» Et les huissiers sont allés là, et j’ai secoué la tête pour dire : « Laissez-le tranquille.» Voyez ? Il passait un bon moment avec cela.

38        Eh bien, par la suite, il est allé dans la rue, c’était un vendeur des journaux, et il disait : « Que le Seigneur soit loué pour m’avoir guéri.» Il criait : « Edition spéciale, que le Seigneur soit loué pour m’avoir guéri.» Et les gens se moquaient de lui, le raillaient. Ils pensaient : « Le vieil homme est devenu fou (Voyez-vous ?), et il est devenu fou avec la religion.» Voyez ? Ils ont donc pensé qu’il était prêt pour l’institution psychiatrique.

            Il a donc continué comme cela pendant plusieurs jours, je pense, deux ou trois semaines. Et un jour, un petit, vendeur des journaux, qui était près de lui, l’a conduit à un salon de coiffure pour qu’il se fasse coiffer. Et le coiffeur, un petit orgueilleux, essayait toujours... avait plus de bon sens que de la jugeote pour savoir en prendre soin. Alors, il aiguisait son rasoir et il avait rasé à peu près la moitié du visage de monsieur Rhyn. Il a dit : « Dites donc, papa, j’ai appris lorsque... que vous êtes allé voir ce guérisseur divin il n’y a pas longtemps.»

            Il a dit : « Ouais, j’étais parti le voir.»

            Il a dit : « J’apprends que vous avez été guéri.»

            Il a dit : « Ouais, que le Seigneur soit loué. Il m’a guéri.» Et ses yeux s’ouvrirent pendant qu’il était dans le fauteuil. Il regarda tout autour ; il dit : « Je suis guéri maintenant.» Il sortit d’un bond de ce fauteuil, la serviette au cou, il sortit par la porte, et le coiffeur était derrière lui avec le rasoir, dans la rue. Or, il ne voyait pas parfaitement. Il voyait des objets et tout, il criait à tue-tête. Et cet homme-là, John Rhyn est à Dowagiac, dans le Michigan, à ce que je sache, ce soir, prêchant la guérison divine par la foi. C’est vrai. Qu’était-ce ? Il s’est attendu à ce que Dieu le guérisse.

39        Jonas, rétrograde... (Maintenant, vous savez que je ne suis pas un baptiste. Très bien.) Il est entré dans le ventre du grand poisson, il avait manqué son appel, il est allé... Dieu a fait qu’il ait les mains et les pieds liés, on l’a jeté dans la mer, probablement à trois ou quatre miles [4,8 ou 6,4 km] de profondeur là loin de Ninive. Regardez-le maintenant, sur une mer houleuse, les mains liées derrière lui, rétrograde, jeté dans la mer ; englouti par un grand poisson. Oui. Croyez-vous cela ? Je crois qu’un grand poisson avait englouti Jonas, comme le déclare la Bible.

40        Une fois, une fillette ... Je pense que c’est frère Rediger qui l’a dit, l’ami de Paul Rader, et je pense que c’était à Fort Wayne Tabernacle. Une fillette avait été sauvée, elle passait dans la rue. Elle tenait sa Bible sur son coeur, chantant simplement, vous savez, ses cheveux attachés par l’arrière, son petit visage brillant. Elle chantait ce bon cantique. Alors, il y avait un vieil incroyant qui se tenait à côté de la rue. Il l’a regardée et a dit : « Qu’est-ce qui te rend si heureuse, soeur ?»

            Elle a dit : « Le Seigneur m’a sauvée. Oh ! a-t-elle dit, je suis heureuse.» Elle a demandé : « Etes-vous sauvé ?»

            Il a dit : « Oh ! non. Ça n’existe pas.»

            Elle a dit : « C’est tout ce que vous savez à ce sujet.»

            Il a dit : « Eh bien...» Il a dit : « Crois-tu ce Livre que tu tiens en main ?»

            Elle a dit : « Oui, monsieur. J’En crois chaque brin», une petite fille toute enflammée du Saint-Esprit, vous savez.

            Il a dit : « Je suppose que tu crois cette histoire du grand poisson et de Jonas.»

            Elle a dit : « Oh ! Oui, monsieur.» Elle a dit : « Je crois cela. Assurément, c’est la vérité.»

            Il a dit : « Comment vas-tu prouver cela autrement... autrement que par la foi ?»

            Elle a dit : « Eh bien, quand j’arriverai au Ciel, je poserai la question à frère Jonas.»

            Il a dit : « Peut-être que Jonas ne sera pas là ?»

            Elle a dit : « Alors, vous la lui poserez.» C’est vrai. « Vous la lui poserez.» Vous savez où il serait alors. Très bien. Je crois que c’est la vérité. Amen. Oui, monsieur. Si la Bible dit que Jonas a été englouti par le grand poisson, je crois cela, car c’est la Parole de Dieu. Amen. Très bien.

41        Et il est donc là, rétrograde, sur une mer houleuse, les mains liées derrière lui, dans le ventre d’un grand poisson. Et chaque fois qu’un poisson mange, il descend au fond de la mer et ou le... un poisson rouge, quand vous le nourrissez, il descend, déploie ses petites nageoires et se repose au fond de l’eau, de l’aquarium. Il avait trouvé sa proie, il s’était nourri et il était descendu se reposer.

            Probablement que le grand poisson, après avoir rempli le ventre de ce prédicateur rétrograde, il est descendu au fond de la mer, il a déployé ses ailes comme cela, ou ses nageoires, il allait se reposer un instant. Tenez, ce Jonas était là au fond, avec les algues tout autour de son cou. Oh ! Vous parlez de symptômes, il avait droit d’en avoir. Qu’il regarde dans cette direction, il y avait le ventre du grand poisson. Qu’il regarde dans telle autre direction, il y avait le ventre du grand poisson. Partout où il regardait, il y avait le ventre du grand poisson. Oh ! la la ! Vous n’êtes même pas dans un état aussi mauvais ce soir, où que vous soyez. Qu’il regarde tout autour, n’importe où, le ventre du grand poisson, il avait beaucoup de symptômes, n’est-ce pas ? Plus que vous n’en avez... Mais vous savez ce qu’il a dit : « Ce sont des vanités mensongères.»

            Il a dit : « Seigneur, je verrai encore une fois Ton saint temple. Maintenant, je ne vais pas regarder les symptômes. Je ne vais pas considérer à quelle profondeur je suis sous mer. Je ne vais pas considérer mon état de rétrograde. Je ne vais pas regarder ces algues autour de mon cou. Je ne vais pas regarder le ventre du grand poisson, mais je vais regarder, au-delà de ça, Ton saint temple. Amen. Vous y êtes.

42        Eh bien, il savait que si jamais il pouvait regarder, au-delà de ces symptômes, à trois miles [4,8 km] de l’eau, au-delà du ventre du grand poisson, le temple et faire parvenir une prière à Dieu, quelque chose allait se faire. Amen.

            Je peux le voir s’agenouiller et dire : « Seigneur, je regrette d’avoir rétrogradé. Je suivrai la bonne voie si seulement Tu me laisses sortir d’ici.» Et vous savez quoi ? Eh bien, il avait foi. Quand Salomon a consacré ce temple du Seigneur, il avait offert une prière, disant que si les enfants de Dieu se retrouvaient en difficulté quelque part, et qu’ils regardaient vers ce temple-là et priaient, alors, que Dieu exauce du haut de cieux. Jonas croyait que s’il pouvait regarder vers ce temple, il avait la promesse de Dieu qu’il s’attendait à ce que le grand poisson le vomisse. Dieu a donné à ce drôle de grand poisson une telle nausée qu’il l’a dégueulé sur le rivage. C’est... Eh bien, je... Excusez-moi ; je ne voulais pas dire cela. Il l’a vomi sur le rivage. [L’assemblée rit.–N.D.E.] Je n’avais pas l’intention de dire cela, amis. Honnêtement, je ne le voulais pas. De toute façon, je suis un garçon de campagne, mais je suis aussi mal à l’aise quand je dégueule que vous l’êtes lorsque vous vomissez. Ainsi...

            Très bien. Il l’a mis sur le rivage. Est-ce vrai ? Haw ! Cela lui a donné la nausée. Si vous entrez dans une église qui ne croit pas dans la guérison divine, dans le fait de réclamer ses droits en Christ, vous aurez la même expérience. C’est vrai. La communion non pas avec les ténèbres.

43        Remarquez, il a regardé vers le saint temple de Dieu, et si Jonas dans le ventre du grand poisson a pu regarder vers un temple terrestre, où Salomon avait prié, à combien plus forte raison devrions-nous regarder vers le temple céleste ce soir, où Jésus est assis à la droite de Dieu, agitant Son habit ensanglanté, intercédant pour votre cancer, votre cécité et je ne sais quoi ça peut être. Alléluia ! Oh ! Un cas pimpant neuf de l’ancienne religion du Saint-Esprit (Oui), cela vous fait sortir de la chose. Il s’est attendu à ce que ses prières soient exaucées.

            Ce drôle de grand poisson a foncé droit vers Ninive, à toute allure. Dieu avait mis une tente à oxygène à l’intérieur et Il l’a gardé en vie. Très bien. Il l’a mis quelque part ; je ne sais où Dieu a placé la tente là, mais il avait de l’oxygène qui l’avait gardé en vie. Très bien.

44        C’est comme Dieu avait dit à Elie : « Monte et assieds-toi là au torrent de Kérith. J’ai ordonné aux corbeaux de te nourrir.» Oh ! la la ! On disait que cet homme était fou, vous savez, pour avoir fait une telle prédiction, que le Saint-Esprit lui avait parlé et qu’Il avait dit qu’il ne pleuvrait pas sinon à sa parole. Avez-vous déjà entendu pareille chose ? Dieu le lui avait dit. Il avait cru en Dieu. Il est allé directement au torrent de Kérith et il s’est assis. Chaque matin, des corbeaux venaient là, lui apportant de la nourriture. Il est resté assis là, ils la lui remettaient, il mangeait...?... Dieu, il s’agenouillait, et il buvait de l’eau et il a continué. Lors du dîner, des corbeaux revenaient, lui apportant davantage. Vous direz : « Où est-ce que ces corbeaux trouvaient cela ?» Je ne sais pas. Ils trouvaient des sandwiches quelque part. Ils avaient de la viande et du pain. Je ne sais où ils trouvaient cela, mais ils apportaient cela. Elie a accepté cela, il a mangé cela et il a vécu.

45        Un médecin m’a dit une fois, il a dit : « Frère Branham, vous ne croyez pas que ces gens qui poussaient des cris et faisaient des histoires semblables, ne croyez-vous pas que c’est juste de l’émotion ?»

            J’ai dit : « Non, monsieur.» J’ai dit : « C’est le Saint-Esprit.»

            Il a dit : « D’où vient cela ?»

            J’ai dit : « Je ne sais pas.»

            Il apporte cela. Je l’accepte. Je vis de cela. Je ne sais pas d’où cela vient. Dieu a ordonné que cela vienne. Je crois cela.» Alléluia !

            Oui. Il a dit que c’était ça. Je crois cela. Oh ! Je me sens vraiment religieux maintenant même. Hmm. [Espace vide sur la bande.–N.D.E.]

Voir le texte anglais seulement

Expectations

E-1 [Brother Hall introduces Brother Branham--Ed.]...?... Good evening, friends. That was just in time, wasn't I? I'd had to spring that one on a run to get up, because a...
Brother was just giving the testimonies of everything happening. And--and Brother Hall just wanted to bring the x-rays to show me that he was healed and so many talking about great things. And today he was reading letters that, oh, my, it just stirred my heart. The mail's so heavy, it'll take me a week to get through it. So I'm happy to hear those wonderful testimonies.

E-2 One lady was telling me in a the letter today about... She was... Cancer in the very worst stage and that I had saw her in a vision, and was at my hotel room, and come, and spoke, and told who the lady was and what her conditions was. She was healed and normal and well now. The lady's in the audience. Oh, God bless you, my sister. And many other great things that our Lord has been doing, and I'm just so happy and then many of meeting me and saying different things happening. I just trust that they'll never cease, just keep on going, and...
How many's been healed in the meeting, let's see your--been healed by Divine healing? Let's see your hands in the meeting. Oh my, just look. Some of them crippled, been people blind, and deaf, dumb, and in chairs, crippled up, paralyzed. How our Lord has worked with us in great, marvelous ways, and how happy and thankful we are for that tonight.

E-3 I was just talking to my Brother Shakarian. Now, all of you know Brother Demos. He's here somewhere. I think he's setting right over here to the right. How many knows Demos Shakarian? Let's see. Oh, sure. Would you stand up, Brother Demos? There's something... Just raise yourself up, will you? Oh, I... Brother Demos Shakarian...?... Nearly all of you know him here. He's from down Downy around here. A very fine brother that we've had much friends.
No one knows this man of course. This is Congressman Upshaw. He--He... Was talking to him back there and I have--was just thinking... I could... Tonight seem like that God put it upon my heart tonight to come and maybe just before going to Africa... I would like to have my farewell meeting, maybe at my hometown in Jeffersonville.

E-4 If I could get that auditorium there, right where the--this was ministered to me. And I would like to have my farewell meeting there. If I can, I'd like to give everybody an invitation to come. All my friends... At my home I'd like to gather a big group of us together and go right to the little cabin where He met me and talked to me then. And just a-gather out there on that hill by the thousands and offer our praise to Almighty God right there for what He's done before we plunge to dark fields of Rhodesia and in India, and--and down in--and back into Jerusalem. I would be so happy...
I don't know whether they--they--whether I could get that at that time or not. It seats several thousand people, and I would be happy to do it. If it is, I'll have it announced in papers and things. And if you're vacation is that time; I wished I could say I'd pay your way up there, but I'll take up a offering and do the best I can. If I take up an offering... I never took one in my life. So I might be easier to almost have hitch-hike if you take my offering.

E-5 I told you about one time I started to take my first offering. Did you ever hear me about the first time I started to take an offering? I couldn't do it.
I told my wife... We got in one of those places where we couldn't make ends meet, you know. And I said, "I'm going to take an offering tonight. "
She said, "I'm going to set right down in front and watch you." And so, we was just had a tough time. We almost had to do it.
I thought, "Well, I just can't make that. I just got to do it." I never did take an offering in my church, so I... Not because they wouldn't give it to me, 'cause they would, but I just... I was big enough to work, so... I'd... Right now...

E-6 Now, this is not to be--to be humble, or it's not to show off, but from the bottom of my heart, I wished I had a place where I could work while in these meetings (That's right.) so I wouldn't have to even take up an offering or something. That's the truth. I just dread the thoughts of taking up an offering. Don't know why, but I've often seen that three things that hinder a minister. One main three things, one of them is money, and the other is women. The other one's popularity. That's exactly right.
When a man gets to a place, he just has to scream, and cry, and carry on, and think so much of money, he forgets God; he's gone. That's all there is to it. That's right.

E-7 We have to meet expenses and so forth, and the next thing, when... I have the greatest respects for women, Christian women. I think that a good woman is a--one of the best gifts that God could give a man outside of salvation. I believe that. A good woman, but... I better keep still right there.
I married a little old fat girl up there I love with all my heart. I've never seen a woman to take her place. So I know as long as I stay a Christian, I'll feel that same way. That's exact.

E-8 And the next thing is--is popularity. When... Sometimes God can give a man just a little bit of--a few friends or something and--and they... Which we all love friends. Now, don't get me wrong. I just love friends. But when you get to thinking... Maybe you'd had a little audience of people or something a little above the average, begin to think, "Look who I am," brother, you're on your road right down right then. That's right. That's...
So it should be that way. God knows what's best. That--that's true. And you have to watch that. Satan sure throws it out there, awful flowerly. But if we just stay under the Blood, and you pray that I will. Now remember, I'm... I could fall, but if you keep praying for me and God keeps loving me, I'll make it. And I believe if He prayed for me and I try my best, God will continue to love me then. So I'm... I pray for each one that way.

E-9 And that's the reason in my meetings I usually have a night for ministers to pray for the sick. Last time when I was here, you don't know the fine letters I got at home, you minister brethren. Every meeting I always try to get the minister, the local pastor before the people, let them come and pray for the sick. I--I'm not the only person to pray for the sick. No, sir. Any Christian that believes in Divine healing is ordained to pray for the sick.

E-10 You notice, one night I'll have you stand up and put your hands on one another, and if the person gets healed, then the person say, "Well, sister So-and-so had her hands laying on me." See? Or, "Brother So-and-so had his hands laying on me."
Many times a Christian has his hands laying on a sinner. He said, "A Christian man laid his hands on me and I got well." See? After all, it's the Lord Jesus that does the healing. See? It isn't who's doing the praying; it's Who's doing the healing and who's doing the believing. That's the main thing. It's your faith that heals you (See?), not mine, yours. And so there...
I like to have a night and let all my ministering brethren. come up and stand up and let the people come and pray for them. And when the anointing of the Holy Spirit's down, then let the people come through the line, and the ministers lay hands on them and--and... Oh, my. It gets the ministry before the public.

E-11 And you don't have to wait till somebody's got a healing campaign in town to be healed, because your pastor or your neighbor that's a Christian, anybody's got a right to pray for you.
The Bible said, "Confess your faults one to another, and pray one for another that you might be healed. If there's any sick among you let them call the elders." Now, we call them in our groups, we call them the deacons. See? The... "Let them call the elders of the church, let them anoint them in oil." It's not call the "elder" but "the elders," plural, two or three. Where two or three are gathered together and agree and pray (See?), that's the way to do it. And after all, we're here to glorify our Lord Jesus Christ, His mercy and His goodness to us. And we're thankful for Him.

E-12 Now, beginning on the fourth day of June, our dear Lord being willing, we're to begin over here at this Bible College at... You know where he said last night. I can't speak Spanish, so the... [Someone says, "Costa Mesa."--Ed.] Yes, sir. That's where it's at right where he said then: Costa Mesa? Is that right? I'm improving, Bobby. And so I... That's where the next meeting is going to be at Costa Mesa. And... I got that wrong now there, did I? [Someone says, "About right."--Ed.] Just about right? He said as near as he was, so I'm getting along pretty well.
So that will be the next meeting after Oregon, going up to--to Grant's Pass with our Brother Hall, where a people up there has went out and built a big tabernacle and we went up there in one meeting and almost, I think, almost paid for the thing, didn't we Brother Hall? Paid a whole lot on it in one meeting. See? And so then with the... We're going back again this time. I wish you all had them big tabernacles everywhere, just everywhere. You got one here in Los Angeles, and--and they should have them everywhere over the country, that when we can't get those auditoriums, there'd be big tabernacles open (You see?), like that.

E-13 The world with their jazz bands and things has the auditoriums all tied up. But I'm thankful for places like Calvary Tabernacle and different places like that. We can--we can come in here and have a meeting. Thank you. [Congregation applauds--Ed.] Thank you very much.
And so this time it's in a tent. And we were out there today looking the place over, and it's a very nice place. And we--we hope we have a good meeting in there. Tell your neighbors down in that part of the country to come. Now, the Lord bless you each one.

E-14 I think that this meeting has--has already produced a great result. And--and the fact that we're all kinda in strain because of so many different meetings going on in the city, and we... I haven't heard of--from Brother Freeman, but I know he's having a good meeting. We're all praying for him that he will have a good meeting.
And we got crossed up a little bit there, not he and I, but through some way a misunderstanding or of management getting the meetings together. They didn't understand either. But it might have been God's will for us to do this (You see?), that we--that we can see that we're brethren, and at the Angelus Temple and the other places where the meetings are going on.

E-15 And I understand that Brother King or Cain. [Someone in congregation says, "Paul Cain."--Ed.] Brother Paul Cain is to come in, beginning, I guess, Thursday night. Is that... [Someone answers, "Starts Thursday night."--Ed.] Thursday night in this very tabernacle here. And we pray that God will give Brother Paul Cain a very wonderful meeting here with hundreds of souls saved and many healings, and fill with His Spirit and goodness, getting ready for the coming of the Lord.
I'm happy that Brother Kopp here throws his doors open for all of us to come in here at this--this temple. And the board of deacons and whoever, what the control is, management... I want to say another thing for our ushers and so forth that you got here. They're wonderful men. So happy for them.

E-16 Now, I wish to read just a few words. I'm not sure whether I read this since I've been here or not. But if I do, why, I don't mean to retrace things, but I've been around down in...?... so long here that... This is the longest I believe I ever come and stayed in one place since I been in the ministry, is right here in Los Angeles. And this is my second trip back in a--a few months apart, few... And--and then nights run anywhere from three to five nights, and we're on the move somewhere else.
Now, in the Book of St. Luke the 2nd chapter... I'm going to watch the clock and do my best. I talk too much. Mother said I talked before I walked. You know what the old saying is, "Your tongue's your ruin." That's right. Maybe that's right, but I'm talking for the Lord now.

E-17 And so, in the 2nd chapter of St. Luke, beginning with the 25th verse, just to read just a few verses and then pass a few comments and then to call our prayer line...
Tomorrow night after the main line is--one of the lines are over, I'm going to have a ministerial night. I want all the cooperating pastors to get their place here and to set up here on the platform with me, while... [Blank.spot.on.tape--Ed.] ... group the people up, and--and let all the pastors be out here and along with them praying for them after the service and--that you all might see great signs and wonders to be done. Then Wednesday night is closing night.
Now, in... We read this way in the Word of God.
And, behold, there was a man in Jerusalem, whose name was Simeon; the same man was just and devout, waiting for the consolation of Israel: and the Holy Ghost was upon him.
And it was revealed unto him by the Holy Ghost, that he should not see death, before he had seen the Lord's Christ.
And he came by the Spirit into the temple: and when the parents brought in the child Jesus, to do for him after the custom of the law,
Then took he him up in his arms, and blessed God, and said,
Lord, now lettest thou thy servant depart in peace, according to thy word:
For my eyes have seen thy salvation,

E-18 We bow our heads just a moment. Our beloved Saviour, tonight we're happy for this privilege to gather here in the house of God in the company of this people to worship Thee, as David of old said he would praise the Lord in the congregation of the upright. And we're so thankful tonight that the Spirit of God still makes our hearts rejoice to praise Him in the congregation of the upright. And now, Father, grant tonight that in each heart there will be a manger made or a room made that Jesus of Nazareth might come in with all the fullness of Divine faith, that He might stand in each heart tonight and take the initiative side and--and take away all doubt, throw away everything that's unlike Him, Lord, all the unbelief and skeptic ideas, and just take over the heart, and oh, what our eyes will see then. What a night this could be, Father, just by every Christian with one accord while we're gathered here where the Holy Spirit has fallen many times. Save; fill the believers; heal the sick and the afflicted, and constantly meetings are going on. What a place and what a time just now for Him to come tonight just at the eve of the closing of this meeting, Lord, and sway every heart to Him with full assurance that He's here, present tense now, to deliver every person that's in the building from anything. And every redemptive blessing is theirs by faith, by believing just now.

E-19 God, for these next few minutes just hide us away. May the shades be pulled down of the cares and thoughts of this life over our memories and our hearts. And may we just see Jesus and Him alone. And we know that if we could draw a picture of the love of God, ten million times more than the seas of this earth, banked into one tube a few inches across would reach billions of miles beyond the stars. And thinking of the pressure that there would be on the bottom of that tube. How that water with all them billions of tons of pressure trying to press down, and yet the love of God is searching our hearts tonight, great powers of strength that He would like to find one little crevice to leak through, to come into our lives and give us this great power and unction beyond even man's understanding.
Grant it, Lord, tonight that the doors of heaven will be pulled back and the Holy Spirit will take over full control. May our souls be flooded with such a rush that we'll forget all about being crippled or being sick, and just rise to the feet, glorifying God, taking Him at His promise, claiming His redemptive blessings. For we ask it in Jesus' Name. Amen.

E-20 I'm thinking just now of this aged old priest that we just read about by the name of Simeon. And he was a man who waited for the consolation of Israel.
There's been times where the church has got real low, but God has never been without a witness since the world began. He's always had somebody that He could put His finger on and say, "That's My servant. And I can send him anywhere I want him to go and he'll go." Aren't we happy for that? God's ministry...

E-21 And the day had got very dull in those days. There were hundreds of people, thousands of them that had turned away from the traditions and away from the faith, gone back, lukewarm. But there was a little remnant who looked for the consolation of Israel. That was John the Baptist, and Simeon, and Ann, the prophetess at the temple, and many more who waited constantly believing that God would fulfill His promise. They was waiting. They believed. No matter how long the promise had been, they believed that the woman's seed would come and would bruise the serpent's head like God promised.

E-22 Now, the waiting of the Messiah had been four thousand years. And in every generation they had looked for the Messiah to come, but that didn't stump Simeon. He was an old man in his eighties, but still he believed that he would see the Messiah. And he had a long white beard, I can imagine, and white hair. And he was a--a great man among the people. He had a great prestige. But he had a testimony besides that. That's what I like.
Besides all of his scholarships and all of his popularity, he had a humble heart before God, a receptive heart that God could deal with. And he had a testimony by that that he was going to see the Lord's Christ before he died. Think of it.

E-23 Great men, David, Solomon, Elijah, Elisha, Isaiah, Jeremiah, a string of prophets and righteous men had looked for the coming of the Messiah for four thousand years: great men. But yet this man, even eighty years old, approximately. He was an elderly man, believed by theologians he was in his eighties. An old man and yet went around and said, "I am not going to see death before I see the Lord's Christ."
Why, they'd say, "Simeon, why do you think that?"
"Because the Holy Ghost revealed it to me. And I'm not going to see death until I see the Lord's Christ. And I believe what He says is the truth." Amen. Oh, my. That'll get us feeling religious right away, won't it?

E-24 You know, I feel religious once in a while. I can shout. Yes, sir. You might... That's... I know salvation don't altogether rest upon shouting, but that goes with it. That's right. And yet somebody said, "You're an awful noisy Baptist."
Well, I'm a Pentecostal Baptist now, you know. So I got the Holy Ghost. So I--I--I... When the Holy Ghost comes in, He does the carrying on. I just help Him. Amen. I just act out the way He's feeling in me: rejoicing.

E-25 Now, I think of Simeon, the Holy Spirit revealing it to him that he was not going to die now until he's seen the Christ. Although he was awfully old, but... And he had a lot of prestige. Now, what if he thought, "Oh, wait a minute, maybe that's just an expression down there. Now, I--I--I just... Maybe I'm just--I'm just a little worked up. I'd better not say this around where people can hear me, because I've got a great prestige. I belong to the big church, you know, so I'd better be careful."
But he believed God. And he believed what the Holy Ghost said, it was the truth. And he expected to see Jesus be--or Christ before he saw death, because the Holy Ghost revealed it to him.

E-26 How many times God's working with people in the ages past... When you're expecting anything... And the only way that you can be expecting is upon some sort of a revelation or a promise.
If I told you I was coming to Downy, California, over here to this place in California on the... I... That's where it's at, Costa Mesa. If I told you that I was coming to Costa Mesa... If I could spell it, I'd write it down, but seventh grade education couldn't get that out.
Anyhow, if I told you I'm coming on June the 4th to begin there, you kinda believe that I'll be there, don't you? If I say I--I'll meet you there, well, if all possible, I'll do it. Because a man of his word will be honest and keep his promise, let alone a Christian.
Now, there may be something happen that I can't, but as far as I know, the Lord willing, I'll be there. Now, you'd believe that. And the people believe it, so they're are fixing to erect a big tent down there and fix it up. Now, that's because that we promised to be there. I promised I would come back here. And when I got here, found out other meetings was going on. Oh, my. I thought, "I'd better get back," but I promised that I was coming. So I--I had to stay here. I promised it. And so God has rewarded us for keeping our promise.

E-27 Now, Simeon believed because the Holy Ghost had promised him. He was looking for it. If you're expecting it, you got something behind that you believe that God has promised it, then you got a right to expect it. Is that right? When God promises it...
Now, I might break my promise, 'cause I'm a man. And your friend might break his promise or her promise, but God won't break His promise. He can't, because He's God. Can you imagine how pure and unadulterated His promises are, how infinite?
Why, if I'd go to a spring and my grandfather drank out of that spring and it was clear, and--and testing the water, it was a hundred percent pure... My father drink out of it; it was hundred percent pure. And all down through life, I'd dranken out of it at a hundred percent pure, why, I'd have enough faith to go back and believe if I take a drink of water, it would be all right. Wouldn't you?
Through the generations, down through several generations, it's been proven one hundred percent pure. Why? Because the stream that's a gushing it up, where it's coming from, its foundations down here, its bed, is throwing up pure water. Now, if it'll test one hundred percent pure, how much more will the promise of God test one hundred percent right. Because the basis of it, God's Word comes from God, which is infinite and pure and holy, and He can't lie, for He's God. There you are.
Now, when God promises anything, say, "That's right." Amen.

E-28 I was thinking when I was talking to the Congressman this afternoon, when I met him, about when he'd been all these years on these crutches and crippled, and the times he'd been prayed for. But he had stood here, and he had seen what the Holy Spirit had said to every one while revealing the hearts and the secrets of the hearts. And he seen that when He'd told people, no matter what was wrong with them, that they were healed, they got up and acted on it and was well.
Then he thought, "Oh, if he could only tell me." And there the Holy Spirit fell down, told him his condition and all about it, and said he was healed. Up he got. He believed it. No matter what the ifs, how long he'd been crippled or what it was all about, God had done made the promise, and it was him to believe it. Amen.
God's promised, "Where two or three are gathered in My Name I'll be in their midst." He's here. And whatever they agree upon and ask, they shall receive it. Whatsoever things you desire when you pray, believe you receive them, you shall have them. They'll be given to you. Now, isn't that wonderful? That's the promise, God's promise. We believe it. I believe it's so.

E-29 Not long ago standing at the place when the--this Angel, supernatural Being came down and spoke this, "Who am I?" King, monarch, rich man, poor men and all, thousands come, and, "How could I believe that?" But I know He had told me the truth every time that He spoke to me. And I knowed that was bound to be the truth. And I stepped out saying it was so, and He fulfilled it. And I've never seen Him, and He never will say anything but what's right, 'cause He can't; it comes from God.

E-30 Daniel, when they told him they was going to throw him into the lion's den, he was expecting God to be there. He believed that he lived right before God and he had a right. And everyday he raised the shades, if there was any in them days, towards the temple and looked towards that holy temple and prayed. Because he believed that there was a--a burning sacrifice on the altar at that hour at the temple, and he believed that God heard his prayer, because there was an innocent substitute died in his place making an atonement. And when he went into the lion's den, he did not fear the lions because he was expecting God to deliver him. Amen.
Jonah, there's the man that had a lot of symptoms. People think that... When I look... They was prayed for, and say, "Well, my hand isn't any better." That don't mean you're not healed. When you're prayed for, you're healed. And frankly, you're healed before you're prayed for. For Jesus died at Calvary to heal you and paid the price.

E-31 If you had a watch in the pawn shop, somebody went down and--and paid the pawn bill, or ever what you had on it, and the man gave a receipt and sent it back and said here you are it's paid off, you've got a right to go down, not pay for the watch again, go down show the receipt and take your watch. Is that right? Or whatever you got pawned...
And listen. The devil put us in the pawnshop, back there from Adam's sin. But Jesus came down and paid the pawn bill, wrote it on the Word. I got a right for it. Amen. "Satan, get back." I got a right for it.

E-32 Mayo brother told me, "You can't get well."
I said, "I got a right to." Amen. My...
He said, "Well, you inherited it from your father."
I said, "But my heavenly Father redeemed me." Amen. I'm out of the pawn shop now. Amen. So just move over Satan.
He said, "I'll just pull symptoms all around you."
And I said, "Stand around, listen at me testify. I'd like for you to hear me."
He said, "I'll make you sick."
I said, "I'll testify that much harder. I'll make that much more testimony. If you want to hear me praise God, stick around a little while, you'll hear me."
I just kept praising God and made it so hot for him he had to flee. Just heard him [Brother Branham makes a noise hitting his hands together--Ed.] scoot off his old slewfoot right down the street as hard as he could. Had to. Why? The Gospel of Jesus Christ, through the power of the Holy Ghost, was burning him up. Amen. He had to. God's Word's right. We've got a right for them redemptive blessings. Let's expect them. Believe them. God's going to bring them to past, don't you believe it?

E-33 I am not taking very much discernment these nights. I just turned myself loose to feel good with the Holy Ghost with you all while I'm here on this time.
And we got a right to anything God promised. Just claim it, receive it; believe it; go on. You got any symptoms, forget about them. The symptoms don't mean nothing. That's right. Just believe it.

E-34 Not long ago in Houston there was a boy came by, I believe I might've told you about it the last time I was here. So many things that's happened...
There was an old man... I'll tell this one then. There was a fellow named John Rhyn, and the fellow was blind. And he was at the meeting here and at Fort Wayne. And he come in the meeting. They was several thousand people had gathered in that night, and about two nights after the piano had played "The Great Physician now is near the sympathizing Jesus," when the Angel of God in a whirl of a halo whirled down in the room where I was at, and I thought the custodian turned the light on me. And here... When I had the little boy in my arms, I dropped him, and, why, the girl, Nazarene girl, playing the piano, she jumped up and started running and screaming. She seen that little boy walking off the platform normal. Why, she jumped up. And she was playing "The Great Physician," and it just kept playing on,
The Great Physician now is near,
The sympathizing Jesus;
He speaks the drooping heart to cheer,
No other Name but Jesus.
There He was playing.

E-35 About a night or two after that, this old man came through the line. I prayed for him, had a line coming just as fast as they could. Two men was leading him. He was blind. And he said, "Is--is--is this Reverend Branham?"
I said, "Yes, sir."
And he said, "Well, heal me," said.
I said, "I can't."
Said, "Well, why can't you?"
I said, "Jesus already done it." And I said, "I couldn't do what He's already done."
He said, "Well, can..." He said, "Will you pray for me?"
I said, "Yes, sir." And I prayed. I said, "Do you believe me?"
He said, "Yes, sir."
I said, "Go on. You'll get your sight."
He said, "Well, just a minute." He held me by the coat. He said, "Just a moment." Now, he said, "Will I receive my sight?"
I said, "Yes, sir. You're going to receive your sight, going to be all right."

E-36 And He said, "Well..." walked off on along little piece, and he come back. Said, "Say, you told me I was going to receive my sight."
I said, "That's right."
He said, "You said I was healed."
I said, "You are."
He said, "Well, you told me I was healed, and I can't see."
I said, "That don't have nothing to do with you seeing." I said, "I told you... [Blank.spot.on.tape--Ed.] The man, by the way, was Catholic by faith. And I said, "Look, sir. You told me that you believed me."
He said, "Well, these other people are talking about out here, they're healed and well."
I said, "You are too, sir. Get... Give the Angel of the Lord a chance to..."
And he said, "What must I do?"
I said--I said, "Do you believe what I told you?"
He said, "Yes, sir."
I said, "Well, I want you act like it?" See? I said, "Go on off here testifying, saying, 'Praise the Lord. He healed me.'"
He said, "All right." They led him off, and he hollered, "Praise the Lord for healing me."

E-37 The next night the old fellow interrupt the meeting four or five times. He was setting up in the balcony. He'd say, "Everybody be quiet a minute." He'd raise up and holler, "Praise the Lord for healing me," and set down.
And I was speaking, you know, when he'd say, "Just a minute, Brother Branham." He'd holler, "Praise the Lord for healing me."
The ushers went over there, and I shook my head; let him alone. See? He was having a good time at it.

E-38 Well, afterwards he went out on the street, and he sold papers, and he was, "Praise the Lord for healing me." He'd holler, "Extra, praise the Lord for healing me."
And the people laughed at him, made fun of him. They thought, "The old man's gone crazy (You see?), went crazy over religion." See? So they had thought he was ready for the institution.
So he went on like that for several days, guess up to two or three weeks. And one day a little newsboy was sold papers near him, led him over to a barbershop to get a shave. And the barber, a little smart aleck, was always trying--had more sense than he had gumption to know how to take care of. So he was whetting his razor, and he had Mr. Rhyn shaved about halfway down on his face. He said, "Say, dad, I heard when--that you went up to see that Divine healer not long ago."
He said, "Yep, I went up to see him."
Said, "I heard you got healed."
He said, "Yep, praise the Lord. He healed me." And his eyes come open in the chair. He looked around; he said, "I am healed now." And he jumped out of that chair with the towel around his neck, and out the door he went, the barber behind him with a razor, down the street. Now, he couldn't see perfect. He could see objects and everything, screaming to the top of his voice. And that man, John Rhyn's in Dowagiac, Michigan, as far as I know tonight, preaching Divine healing by faith. That's right. What was it? He expected God to heal him.

E-39 Jonah, backslid... (Now, you know I'm not a Baptist. All right.), went in the belly of the whale, missed his calling, went... God had him tied hand and foot, throwed him out in a sea, probably three or four miles deep out there from Nineveh. Look at him now, on a stormy sea, hands tied behind him, backslid, throwed out into the sea; a whale swallowed him. Yes. You believe that? I believe the whale swallowed Jonah like the Bible said.

E-40 A little girl once... I think this is Brother Redigar said this, Paul Rader's friend, and I believe it was at the Fort Wayne Tabernacle. A little girl got saved, and she was coming up the street. She had the Bible over her heart and just singing, you know, and her hair plaited back, and her little face a shining. And she was singing that good old hymn.
So there was an old infidel standing on the side of the street. He looked over at her and said, "What you so happy about, sis?"
Said, "The Lord saved me." Oh, said, "I'm happy." Said, "Are you saved?"
He said, "Oh, no. There is no such a thing as that."
Said, "That's all you know about it."
Said, "Well..." Said, "Do you believe that Book you got in your hand?"
Said, "Yes, sir. I believe every bit of it," a little old girl all fired up with the Holy Spirit, you know.
Said, "I guess you believe that story about the whale and Jonah."
She said, "Oh, yes, sir." Said, "I believe it. Sure it's the truth."
Said, "How're you going to prove it besides any other way... besides faith?"
She said, "Why, when I get to heaven, I'm going to ask Brother Jonah."
He said, "Perhaps Brother Jonah won't be there?"
She said, "Then you ask him." That's right. "You ask him." You know where he'd be then. All right.
I believe it's the truth. Amen. Yes, sir. If the Bible said Jonah swallowed the whale, I'd believe it because it's the Word of God. Amen. All right.

E-41 There he is now, backslid, stormy sea, hands tied behind him, belly of a whale. Every time that fish eats it goes to the bottom of the sea and or the... A gold fish, when you feed him, he'll go down and throw his little swimmers out and rest at the bottom of the water, the bowl. He's found his prey and fed and went down to rest.
The whale probably after he got a bellyful of backslidden preacher went down to the bottom of the sea, throwed his wings out like that, or his fins, and he was going to rest awhile. Here this Jonah was down there, seaweeds wrapped around his neck. Oh, talk about symptoms, he had a right to have them. If he looked this a-way, it was whale's belly. If he looked that way, it was whale's belly. Everywhere he looked was whale's belly. My, you're not even in that bad of shape tonight, no matter where you're at tonight. Look around everywhere, whale's belly, he had plenty of symptoms, didn't he? More than you got... But you know what he said, "They are lying vanities."
He said, "Lord, once more will I look to Your holy temple. Now, I ain't going to look at the symptoms. I ain't going to look at how deep I am in the sea. I'm not going to look to my backsliding. I'm not going to look at these seaweeds around my neck. I'm not going to look at the whale's belly, but I'm going to look beyond that to Your holy temple." Amen. There you are.

E-42 Now, he knowed if he could ever pierce through that symptoms, three miles of water, through the whale's belly, onto the temple and get a prayer through to God, something was going to happen. Amen.
I can see him turn over on his knees and say, "Lord, I'm sorry I backslid. I'll take the right road if you just let me out here."
And you know what? Why, he had faith. When Solomon dedicated that temple of the Lord, he prayed that if God's children be in trouble anywhere, would look toward that temple and pray, then let God hear from heaven. And Jonah believed if he could look towards that temple, he had God's promise that he was expecting the whale to get him out. God made that old whale so sick till he puked him up on the shore. That's... Well, I... Excuse me; I didn't mean to say that. Vomited him up on the shore. [Congregation laughs--Ed.] I didn't aim to say that folks. Honest I didn't. Anyhow I'm just a country boy, but I'm just as sick when I'm puking as you are when you're vomiting, so...
All right. He put him out upon the shore. Is that right? Aw, it made him sick. If you go into a church that don't believe in Divine healing, claim your rights in Christ, you'll have the same experience. That's right. Fellowship not with darkness.

E-43 Notice, he looked towards God's holy temple, and if Jonah in the belly of the whale could look towards a earthly temple, where Solomon prayed, how much more ought we tonight look towards the heavenly temple, where Jesus sets at the right hand of God, shaking His Bloody garment, making intercession for your cancer, blindness, whatever it might be. Hallelujah. Oh, a brand new case of old time Holy Ghost religion (Yes.) brings you out of it. Expecting his prayers to be heard...
That old whale went right on toward Nineveh just as hard as he could go. God set an oxygen tank down in there and kept him alive. All right. He got it somewhere; I don't know where God put the tank there, but he had the oxygen there that kept him alive. All right.

E-44 Like God told Elijah, "Go up and set down up there at the brook Cherith. I've commanded the ravens to feed you."
My, they said that fellow's crazy, you know, making such a prediction like that, like the Holy Ghost talked to him, and said it ain't going to rain until he calls for it. You ever hear of such a thing? God told him so. He believed God. He went right up there by the brook Cherith and set down. Every morning here come some ravens, packed him along some food. He set down, and handed it down to him, he eat...?... God, knelt down and got him a drink of water and went on. Dinnertime come along, here come the ravens back, give him some more. Say, "Where'd them ravens get it?" I don't know. They got some sandwiches somewhere. They had meat and bread. I don't know where they got it, but they brought it. Elijah accepted it and eat it and lived.

E-45 A doctor one time said to me; he said, "Brother Branham, don't you believe those people was shouting and going on like that, don't you think that's just emotion?"
I said, "No, sir." I said, "It's the Holy Spirit."
Said, "Where's it come from?"
I said, "I don't know. He brings it. I accept it. I live by it. I don't know where it comes from. God commanded it to come. I believe it." Hallelujah.
Yes. He said it was so. I believe it. Oh, do I feel religious right now. Um. [Blank.spot.on.tape--Ed.]

EN HAUT