ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Je serai avec toi, comme j’ai Ă©tĂ© avec MoĂŻse de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 51-0503 La durĂ©e est de: 1 heure et 30 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Je serai avec toi, comme j’ai Ă©tĂ© avec MoĂŻse

1          Merci, FrĂšre...?... Je regrette d’ĂȘtre en retard. Bonsoir, mes amis. Je regrette vraiment d’ĂȘtre en retard ce soir. J’étais en priĂšre il n’y a pas longtemps, et j’étais simplement emportĂ©. On dirait que je ne pouvais pas m’en dĂ©tacher. Et il m’est arrivĂ© de lever les yeux, et j’ai dit: «Oh! la la!»

            Et mon jeune garçon faisait les cent pas dans les rues. Et il a dit: «Papa, oĂč Ă©tais-tu?» Il pensait que quelque chose m’était arrivĂ©.

            Mais je suis trĂšs content d’ĂȘtre arrivĂ© et de servir encore les gens ce soir. Et j’espĂšre faire... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] tout droit Ă  la ligne de priĂšre.

2          Aujourd’hui, Dieu semblait traiter avec moi aujourd’hui, sur des choses sĂ©rieuses. Je–j’ai toujours voulu atteindre un niveau oĂč je peux prier pour beaucoup de gens. Ça a toujours Ă©tĂ© un Ă©chec, on dirait, dans mes rĂ©unions, d’essayer d’amener les gens... (Merci, frĂšre.) d’essayer d’amener les gens Ă  croire le... juste accepter Dieu.

            Et aujourd’hui, je comprends qu’un frĂšre qui avait un bras paralysĂ©, cela s’est simplement redressĂ© pour lui. Eh bien, un homme qui Ă©tait paralysĂ© pendant... Il est lĂ  derriĂšre, secouant son bras lĂ  derriĂšre. Je pense qu’il a donc tĂ©moignĂ©... C’est merveilleux. Ce bras qui Ă©tait paralysĂ©, il le bouge.

            Eh bien, c’est comme ça. C’est le but de mes rĂ©unions. Voyez? Je...

            Ce n’est pas pour une gloire personnelle. Il n’y a rien que je puisse faire. Je cherche simplement Ă  vous prĂ©senter Celui qui est lĂ  parmi vous maintenant (Voyez?), pour que la guĂ©rison s’opĂšre lĂ  dans l’assistance. Il n’y a–il n’y a rien de personnel que j’aie eu Ă  faire, c’est Lui qui est lĂ  mĂȘme oĂč vous ĂȘtes assis maintenant mĂȘme. Il est juste Ă  cĂŽtĂ© de vous. C’est la foi en Lui.

            Mais ça a Ă©tĂ© trĂšs difficile d’amener les gens Ă  croire cela, Ă  la vĂ©ritable... Quand ils voient quelqu’un venir Ă  l’estrade et qu’on s’occupe de lui, et–et qu’ils voient la foi de quelqu’un s’édifier comme cela et qu’il est guĂ©ri, alors eux tous veulent... Ils ne vont simplement pas se... accepter cela lĂ  dans l’assistance; c’est tout. Donc, ils... C’est difficile pour eux de le faire.

3          Et aujourd’hui, je me suis posĂ© des questions, et j’ai priĂ© aujourd’hui. Et hier soir, quelqu’un me parlait, disant: «Alors qu’un autre frĂšre prie pour cinq cents personnes, moi, je prie pour cinq.» Eh bien, c’est peut-ĂȘtre vrai. Peut-ĂȘtre que c’est ainsi que le Seigneur veut que le frĂšre s’y prenne.

            Et je–je me suis toujours dit qu’au lieu d’un contact personnel avec les gens, si–si je peux les amener, pas tellement Ă  entrer en contact avec moi-mĂȘme, mais en contact avec JĂ©sus... C’est–c’est comme ça. J’aimerais qu’ils entrent en contact. En effet, je ne suis que votre frĂšre. Il n’y a rien en moi qui puisse vous aider. Et c’est Lui. Et Il est juste lĂ  au-dessus de vous, juste partout, juste comme l’air dans cette salle-ci, le Saint-Esprit est comme cela.

4          Et maintenant, je suis trĂšs reconnaissant de ce que–que Dieu confirme que ce que j’ai–ai dit est la vĂ©ritĂ©.

            Eh bien, voilĂ  le frĂšre qui Ă©tait dans la rĂ©union hier, un homme paralysĂ©, aujourd’hui, il est bien portant. Je ne l’avais point touchĂ© ni rien. Il a regardĂ© ici Ă  l’estrade; il a vu le Saint-Esprit accomplir des signes et des prodiges lĂ  dans l’assistance. Il s’est simplement dit dans son coeur, sans aucun doute: «C’est ce que je... Eh bien, le Saint-Esprit, Tu m’as aussi guĂ©ri. Je vais donc simplement T’accepter.» Et ça a marchĂ©. Et cela s’est produit.

            Le membre du CongrĂšs, le frĂšre Upshaw ici, qui a Ă©tĂ© infirme pendant soixante-six ans. Je ne l’avais mĂȘme point touchĂ© en aucune maniĂšre. Je me tenais simplement ici. J’ai vu l’homme en vision; c’est vrai. Et puis, il a simplement acceptĂ© ce que j’ai dit. C’était tout. Il est lĂ ; il marche. Voyez? Je n’avais jamais rien eu Ă  faire avec cela. Sa foi dans le Seigneur JĂ©sus-Christ, c’est ce qui l’a rĂ©tabli. C’est vrai. Voyez?

            «Ta foi t’a sauvĂ©.» Et quand la foi est venue, il n’a pas eu peur, elle s’est associĂ©e aux oeuvres. Ainsi donc, la foi sans les oeuvres est morte. Voyez?

5          Et en pensant... Certains parmi eux disaient: «Eh bien, beaucoup de gens viennent cependant, FrĂšre Branham», m’a dit quelqu’un, «pour que tu pries pour eux. Eh bien, [Espace vide sur la bande–N.D.E.] ils veulent que tu pries pour eux. Peu importe, tu n’as pas Ă  avoir... prendre trop de temps avec chacun d’eux, simplement afin que tu offres une priĂšre pour eux. C’est ce qu’ils veulent que tu fasses, prier pour eux.»

            Eh bien, je–je peux–je peux le faire. Je... juste... Tout ce sur quoi votre foi compte, c’est ce que je ferai. Je... tant que c’est en JĂ©sus-Christ.

            Vous savez, une fois, ce sont d’autres personnes. C’est peut-ĂȘtre de lĂ  que cet homme a pu recevoir son... de son bras paralysĂ©, la guĂ©rison, rien qu’en croyant ce que je lui ai dit comme Ă©tant la vĂ©ritĂ©.

6          Si–si les gens pouvaient voir cela et le croire, que je–que je ne leur dirais rien de faux volontairement. Dieu connaĂźt mon coeur. Et je–je ne ferais cela pour rien, car j’aurais Ă  en rĂ©pondre. Et il me faudra bien ĂȘtre vĂ©ridique et sincĂšre envers vous.

            Ainsi donc, quand je dis que JĂ©sus a dĂ©jĂ  guĂ©ri chacun de vous... Quand Il mourut au Calvaire, Il a guĂ©ri tout le monde. Il a fait l’expiation lĂ  mĂȘme. C’est alors que votre... quand la dette a Ă©tĂ© payĂ©e pour le pĂ©chĂ©, pour la maladie, et pour tous les attributs du pĂ©chĂ©.

            Or, le pĂ©chĂ© est la cause de la maladie. Avant que nous ayons eu un quelconque pĂ©chĂ©, nous n’avions... Eh bien, la maladie est la consĂ©quence directe ou indirecte du pĂ©chĂ©, suite Ă  la chute. Peut-ĂȘtre que vous n’avez rien fait, c’est quelque chose que vos parents ont fait, vous avez simplement hĂ©ritĂ© de leur faiblesse et tout.

            Je... Par exemple, mon pĂšre buvait, et c’était un terrible buveur. Eh bien, j’aurais Ă©tĂ© un buveur n’eĂ»t Ă©tĂ© le Sang de JĂ©sus-Christ qui m’a purifiĂ© de cela. Voyez? Je n’ai jamais bu de ma vie et je n’en ai pas envie. Mais... Et tous les membres de la famille ont fumĂ© le tabac, chacun d’eux a chiquĂ© et fumĂ©, la plupart d’entre eux. Et, eh bien, moi, par nature...

            Juste comme un–un grain de maĂŻs, cela devrait ĂȘtre... Si c’est un grain de maĂŻs jaune, il y aura le maĂŻs jaune, Ă  moins qu’il y ait eu une conversion.

            Eh bien, je–je n’ai jamais fumĂ© de ma vie, et je n’en ai point envie. Mais c’est le Sang de JĂ©sus-Christ qui a fait cela. Voyez? Voyez?

7          Eh bien, c’est la mĂȘme chose. Si vous avez une faiblesse hĂ©rĂ©ditaire, suite Ă  une quelconque maladie hĂ©ritĂ©e de membres de vos familles dans les gĂ©nĂ©rations passĂ©es... (En fait, chaque gĂ©nĂ©ration devient plus faible et plus intelligente), le Sang de JĂ©sus-Christ a expiĂ© cela au Calvaire. Vous avez le droit d’accepter cela et d’ĂȘtre guĂ©ri. C’est ce que... Voyez?

            Maintenant, la maladie est un attribut du pĂ©chĂ©. C’est juste l’une des consĂ©quences du pĂ©chĂ©. Eh bien, si vous avez fait dans votre vie quelque chose que vous savez ĂȘtre mauvais, eh bien, arrangez cela. C’est gĂ©nĂ©ralement la cause ici Ă  l’estrade, c’est de retracer et dĂ©couvrir quelque chose dans la vie des gens, lĂ , ce qu’ils avaient fait qui les a empĂȘchĂ©s de pouvoir ĂȘtre guĂ©ris avant d’ĂȘtre... avant d’arranger cela.

            Et puis, quand ils mettent cela en ordre avec Dieu, alors Dieu va les guĂ©rir. Voyez-vous ce que je veux dire? Dieu va–va–va les guĂ©rir, s’ils–s’ils arrangent cela.

            Eh bien, je... C’est ce que... Mais vous savez dans votre coeur, si vous avez fait quelque chose de mal ou pas, n’est-ce pas? Ainsi donc, mettez cela en ordre de toute façon.

8          Eh bien, c’est vrai que quand l’apparition et la commission qui avaient Ă©tĂ© donnĂ©es... Permettez-moi de rĂ©pĂ©ter ceci posĂ©ment maintenant afin que vous puissiez certainement comprendre.

            Je n’ai point suivi le sermon de frĂšre Hall ce soir. Je viens d’arriver ici. Parfois, je suis une portion de cela pendant que je me tiens lĂ  derriĂšre. Mais il m’a dit qu’il expliquerait aux gens.

            Eh bien, quand Il m’a rencontrĂ©, Il m’a dit que j’étais nĂ© dans ce monde pour apporter ceci aux gens, pour prier pour les malades. Et si je les amenais Ă  me croire, et que j’étais sincĂšre pendant que je priais, aucune maladie ne rĂ©sisterait Ă  la priĂšre, mĂȘme pas le cancer. Eh bien, c’est vrai.

            Et alors, j’ai doutĂ© de l’Etre surnaturel qui me parlait, l’Ange du Seigneur, qui disait qu’Il avait Ă©tĂ© envoyĂ© de la PrĂ©sence de Dieu. Et Il m’a dit que j’aurais de grandes assemblĂ©es de gens Ă  travers le monde, que je prierais pour des rois et des monarques. Je l’ai fait: les rois du monde. Et–et gloire au Seigneur, ils ont Ă©tĂ© guĂ©ris. Voyez? C’est...

9          Maintenant, c’était difficile pour moi, avec mon instruction de l’école primaire, j’étais juste un garde forestier local, je travaillais pour subvenir aux besoins, ayant quelques enfants dont m’occuper dans une petite cabane Ă  deux piĂšces. Comment donc devrais-je... rencontrer des rois et des monarques, de grands hommes du monde; et des assemblĂ©es de gens venus de l’est, de l’ouest, du nord et du sud, qui viendraient me voir afin que je prie pour eux. C’était plus que... En ce temps-lĂ , ce fut un choc, que ma foi a pu–a pu–a pu subir.

            Ensuite, Il m’a dit... J’ai dit: «Seigneur, ils ne me croiront pas. Eh bien, je ne pouvais pas parler.» Et cela est toujours vrai. Je ne peux pas entretenir une trĂšs bonne conversation avec les gens, parce que je ne suis pas assez instruit. Mon...

            Je descendais l’ascenseur d’un hĂŽtel oĂč je reste, je pense que c’était hier soir. Je disais quelque chose Ă  une femme avancĂ©e en Ăąge lĂ -bas. Il y avait un gaillard lĂ  debout, il a dit: «Certainement que tu viens du Texas.» Il a dit–il a dit: «Par ton accent, certainement, on dirait que tu es...»

            J’ai dit: «Ma mĂšre est de lĂ . Je viens du Sud.» Mais je–je ne peux simplement pas... Il n’y a simplement pas... Je ne suis mĂȘme pas capable de prononcer un discours. Et parfois, Ă  un dĂźner de prĂ©dicateurs et autres, je–je laisse simplement mon organisateur, l’un d’eux, parler, car je ne suis pas en mesure... un discours raisonnable comme les hommes instruits, comme cela, devraient en tenir les uns devant les autres. C’est pourquoi quelqu’un monte Ă  l’estrade et prĂ©sente des choses, c’est parce que je... je ne suis pas assez habile pour cela.

10        Mais Il m’a dit qu’Il me donnerait... Quand je Lui ai dit que les gens ne me croiraient pas... Comment un roi ou un monarque, ou une personne instruite le pourrait? La plupart d’entre eux qui comptent sur la sagesse dans le... du monde, les talents de ce genre, Ă©couter un homme qui parlait comme moi? Ils ne le feraient pas. Ainsi donc, j’ai dit: «Ils ne me croiront pas.»

            Il a dit: «De mĂȘme qu’il a Ă©tĂ© donnĂ© au prophĂšte MoĂŻse deux signes pour confirmer qu’il a Ă©tĂ© envoyĂ© de Dieu (Voyez?), a-t-il dit, il t’en sera aussi donnĂ©.» Eh bien, c’était quelque chose qui ne relevait pas du domaine de l’instruction, mais du domaine du Surnaturel. Voyez? Voyez? Et Il a dit: «La premiĂšre chose, tu connaĂźtras les maladies en tenant la main des gens. Et puis, il arrivera que tu connaĂźtras les secrets mĂȘmes de leurs coeurs, et des choses qui sont arrivĂ©es dans leur vie, et que tu pourras leur en parler du dĂ©but Ă  la fin.» Et Il a dit: «Ils croiront ceci.»

            «Eh bien, ai-je dit, j’irai.»

            Il a dit... D’abord, Il–Il a dit: «Je serai avec toi.»

            Et j’ai dit: «J’irai.»

            Et la LumiĂšre s’est condensĂ©e autour de l’Ange; l’Ange est montĂ© dans la LumiĂšre; la LumiĂšre a continuĂ© Ă  tournoyer dans la piĂšce, Elle est sortie de la piĂšce. Et je suis... C’est tout ce que je peux dire. C’est tout ce que je sais.

11        Et je suis en dĂ©placement, et j’ai pratiquement parcouru le monde maintenant. Et le Message a Ă©tĂ©... Comme Il avait dit qu’Il serait avec moi, Il a Ă©tĂ© Ă  l’estrade, Il a accompli de grandes choses.

            Je ne dis pas que tout celui pour qui j’ai priĂ© a Ă©tĂ© guĂ©ri. Non. Eh bien, ne comprenez pas comme cela. Non. Mais je dis qu’il a Ă©tĂ© dit Ă  tout celui qui soit jamais venu ce qui clochait chez lui et des choses de sa vie, et tout comme cela. Si je me mettais Ă  lui parler un petit moment...

            Eh bien, la grosse plainte... Il n’y a pas de question Ă  ce sujet; cela est connu partout. La grosse plainte que j’entends, c’est que je ne prie pas pour assez de gens. Eh bien, peut-ĂȘtre que j’en prends trop de l’autre cĂŽtĂ©. Peut-ĂȘtre que c’est ce que je fais.

12        Voici ce que je me suis dit: Si je pouvais–pouvais prier et que Dieu faisait quelque chose ici dans le domaine surnaturel pour vous faire savoir qu’Il est prĂ©sent, et qu’ensuite vous me croyiez certainement sur parole lĂ -dessus (Voyez?), que vous me croyiez sur parole, et alors, je vous dirais qu’Il est lĂ  dans l’assistance et qu’Il veut guĂ©rir chacun de vous qui confesse Son... qu’Il est son GuĂ©risseur.

            Rappelez-vous, Il ne peut jamais rien faire pour vous premiĂšrement avant que vous disiez qu’Il l’a fait; croire en Lui, accepter cela, et tĂ©moigner cela. Saviez-vous cela?

            Il est le Souverain Sacrificateur de notre (Quoi?) confession. HĂ©breux 3.1. Maintenant, Il est assis Ă  la droite du PĂšre, intercĂ©dant sur base de notre confession. Voyez. Nous devons croire cela, accepter cela et confesser cela. Il est devant le PĂšre pour accomplir tout ce que nous confessons, Ă©videmment, en rapport avec les bĂ©nĂ©dictions rĂ©demptrices.

13        Eh bien, JĂ©sus a dit: «Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir.» Est-ce vrai?

            «Et en vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, je vous le dis, si vous dites Ă  cette montagne, dans votre coeur: ‘Jette-toi... dĂ©racine-toi de lĂ , jette-toi de lĂ  (Ou ĂŽte-toi de lĂ ), et que vous ne doutiez point de cela, mais (Maintenant, suivez) mais que vous croyiez que ce que vous dites arrive, vous le verrez s’accomplir.» Voyez? «Tout ce qu’il dit...» Voyez? Tout ce que vous confessez.

            Si vous, dans votre coeur ce soir... Si vous ĂȘtes... Si vous vous mourez de maladie du coeur, si vous avez le cancer et que vous avez la foi appropriĂ©e... Si vous croyez de tout votre coeur, et qu’il y ait lĂ  juste quelque chose d’ancrĂ© qui dit: «Je crois en JĂ©sus-Christ. Je crois en Lui de tout mon coeur, et Je L’accepte maintenant comme mon GuĂ©risseur, et je crois qu’Il me guĂ©rit», et que vous croyiez cela du fond de votre Ăąme, ensuite vous dites: «Je suis guĂ©ri.»

14        Que celui qui est faible dise: «Je suis fort.» Voyez? Dites simplement dans votre coeur: «Je suis maintenant fort. J’ai maintenant acceptĂ© JĂ©sus comme mon GuĂ©risseur», et n’ayez plus jamais un tĂ©moignage nĂ©gatif, croyez simplement cela, Dieu est tenu, ou JĂ©sus-Christ est assis Ă  la droite du PĂšre pour vous recevoir; car Il est assis lĂ , le Souverain Sacrificateur de votre confession, pour faire s’accomplir devant le PĂšre tout ce pour quoi il Ă©tait mort, ce que vous confessez qu’Il a fait. Vous y ĂȘtes.

            Eh bien, la guĂ©rison divine ne peut pas ĂȘtre plus claire que ça. C’est pour les plus faibles. Faites cela... Tout... Rappelez-vous, la Parole de Dieu vaincra Satan n’importe oĂč, Ă  n’importe quel endroit, n’importe quand, dans n’importe quelle condition.

15        Quand JĂ©sus de Nazareth ... Je crois que le–que le PĂšre Ă©tait en Lui, que toutes les grandes choses appartenant au PĂšre ont Ă©tĂ© confiĂ©es Ă  Son Fils, toutes les grandes bĂ©nĂ©dictions et les grands dons; car Il Ă©tait juste l’empreinte du PĂšre. Et en Lui habitait toute la richesse de Dieu, cela habitait en Lui, ici...?...

            Et je... Il a dit: «Moi et Mon PĂšre, nous sommes Un. Mon PĂšre habite en Moi.» Juste comme JĂ©hovah... Juste ce que JĂ©hovah Ă©tait, JĂ©sus l’était. Il Ă©tait Son empreinte. Il Ă©tait Dieu dans une forme ici, et toutes les puissances de Dieu ont pris forme, elles ont Ă©tĂ© placĂ©es dans un corps humain. Il a dit: «Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres; c’est Mon PĂšre qui demeure en Moi, c’est Lui qui fait les oeuvres.»

            Eh bien, Il avait tous ces dons merveilleux sous Son ordre. Mais quand Satan L’a affrontĂ©, Il ne s’est pas servi de ces dons. Quand Satan a dit: «Si Tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent du pain. Ordonne que ça devienne du pain et mange, car Tu as faim.»

            Il a dit: «Il est Ă©crit...»

            Et il L’a amenĂ© au sommet du temple, il Lui a donnĂ© un passage des Ecritures. Et il...

            JĂ©sus a rĂ©pliquĂ©: «Il est aussi Ă©crit...»

            Et quand il L’a placĂ© au sommet de la montagne et qu’il Lui a montrĂ© tous les royaumes du monde, il a dit: «Je Te les donnerai.»

            JĂ©sus ne s’est toujours pas servi de Sa puissance. Il a dit: «Il est Ă©crit... Il est Ă©crit...»

16        Eh bien, lors de Sa premiĂšre bataille contre Satan, en principe, Il... Ecoutez attentivement maintenant. En principe, Il a vaincu Satan ainsi que toutes ses puissances par la Parole de Dieu, la Parole Ă©crite de Dieu.

            Eh bien, nos frĂšres que voici, qui sont lĂ  sur des champs de mission ce soir en train de prier pour les malades, c’est ce qu’ils font. Ce sont des ministres.

            Chaque ministre ici prĂ©sent, chaque ministre qui croit la Parole de Dieu peut commencer une campagne de guĂ©rison, et il en a le droit. C’est tout Ă  fait vrai. Si vous vous sentez conduit Ă  le faire, allez-y.

            En effet, c’est comme ça, amis. Vous direz: «Suis-je sĂ»r d’ĂȘtre dans le vrai, FrĂšre Branham?»

            N’allez pas parce que je vous l’ai dit, mais je vais vous donner les ordres gĂ©nĂ©raux. JĂ©sus, Ses derniers ordres, et ce sont des ordres gĂ©nĂ©raux donnĂ©s par le quartier gĂ©nĂ©ral: «Allez par tout le monde, prĂȘchez la Bonne Nouvelle Ă  toute la crĂ©ation.» Est-ce vrai? «Celui qui croira et qui sera baptisĂ© sera sauvĂ©, et celui qui ne croira pas sera condamnĂ©. Et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.»

            Chaque enfant de Dieu qui est appelĂ©, chaque ministre qui est ordonnĂ© de Dieu a le droit de tenir une campagne de guĂ©rison, s’il le veut. Allez de l’avant, frĂšre. Je ne vous condamne pas.

17        Je regardais et voyais de petits–petits groupes ici et lĂ , qui disaient: «Eh bien, il y en a trop.» Non, il n’y en a pas trop. Chacun d’eux a du succĂšs d’une certaine façon. Et pour chaque personne qui peut ĂȘtre guĂ©rie, gloire Ă  Dieu. C’est vrai. Tout le monde, tout le monde... C’est une bonne chose.

            Eh bien, il y a quelques annĂ©es, quand j’avais commencĂ©, il n’y avait rien de pareil en cours. L’unique chose que cela a fait, ce Surnaturel, cela a rĂ©veillĂ© des prĂ©dicateurs de la sphĂšre de sens vers lĂ  oĂč ils voient la PrĂ©sence de Dieu. Ils acceptent Sa Parole; ils commencent une campagne de guĂ©rison; Dieu guĂ©rit les malades.

            Vous voyez ce que... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] C’est exact. Sondez cela partout oĂč vous voulez, voyez s’il y a quelque chose de plus surnaturel que cela. C’est vrai.

            Mais c’est merveilleux ce que Dieu fait. Il a commencĂ©... Il a commencĂ© un rĂ©veil universel, de l’effusion du Saint-Esprit. Eh bien, nous en sommes trĂšs reconnaissants.

18        Eh bien... Eh bien, aprĂšs la Parole, des hommes de confiance qui sont capables, plusieurs, plusieurs fois plus capables... Il y a des prĂ©dicateurs assis ici maintenant mĂȘme, beaucoup d’entre eux, qui sont des milliers de fois plus qualifiĂ©s que moi pour apporter cette Parole. C’est vrai. Je ne connais pas beaucoup Ă  ce sujet.

            Je ne connais pas le Livre; je connais trĂšs bien l’Auteur. Ainsi, je–je... Mais beaucoup parmi eux sont–sont plus qualifiĂ©s pour apporter la Parole.

            Et je L’aime, et Il... Nous avons juste un contact personnel. Eh bien, si je ne peux pas expliquer Son Livre, Il descend sur mon ĂȘtre ignorant et illettrĂ©, et Il se manifeste d’une autre façon, voyez, et cela fait savoir aux gens qu’Il est prĂ©sent. Et Il m’aime, et je L’aime. Maintenant, Il est ici ce soir.

19        Et maintenant, frĂšre Hall a dit: «FrĂšre Branham, je crois que les gens sont... Leur foi est... Ils ont trop vu...»

            Je dis ceci d’un–d’un coeur humble. Ô Dieu, aie pitiĂ© de mon Ăąme. Et beaucoup de gens sont venus.

            J’ai vu des fois oĂč les gens touchaient simplement les habits, ou quelque chose comme cela. Eh bien, cela a l’air... Si je le disais aux incroyants et aux critiqueurs, en fait, je sais qu’ils sont prĂ©sents, vous–vous penseriez que–que... Eh bien, vous direz: «Je ne savais pas que vous Ă©tiez ici.» Oh! Je le savais aussi. Certainement je sais que vous ĂȘtes ici.

            Ainsi donc, vous–vous direz: «Eh bien, il cherche Ă  amener quelqu’un Ă  le toucher?» Non, bien-aimĂ© frĂšre. Vous ĂȘtes en erreur lĂ . Loin de moi cela. Dieu le sait.

            Et je ne suis pas ici en Californie ce soir parce qu’il n’y a pas d’autres endroits oĂč aller. Je ne suis pas ici pour chercher Ă  entasser des gens pour quelqu’un d’autre. J’ai un tabernacle chez moi oĂč il y a... Si je commençais une sĂ©rie de rĂ©unions et que je publiais cela dans un journal, il y aurait probablement trois fois le groupe assis ici, et ceux qui sont debout lĂ .

20        Il y a quelques soirĂ©es, j’étais lĂ  pour une soirĂ©e, et on n’arrivait mĂȘme pas Ă  accueillir des gens sur des pĂątĂ©s de maisons tout autour, rien que dans ma propre ville. Pourquoi je me retrouve ici? En effet, je sens que Dieu veut que je sois ici. C’est vrai. C’est ainsi que je me sens ici. Et–et je ne suis pas... Et–et la Parole que j’ai apportĂ©e, notre PĂšre cĂ©leste a confirmĂ© que c’est vrai. Ainsi, je...

            Il n’y a pas de quoi m’inquiĂ©ter. Si je meurs ce soir, je... TrĂšs bien. C’est en ordre. Voyez? Je ne veux pas mourir. Je–j’aimerais rester, vivre avec ma femme, ma famille et mes enfants, et–et–et prĂȘcher l’Evangile au peuple de Dieu jusqu’à ce que JĂ©sus vienne, si je le peux.

            Et je ne cherche pas Ă  amener quelqu’un Ă  toucher mes habits. Il n’y a rien en moi. C’est vrai. Mais, pour celui qui croit que je lui ai dit la vĂ©ritĂ©, cela reprĂ©sentera quelque chose pour cet homme-lĂ . C’est vrai. Il n’y a pas plus de vertu dans ce costume-lĂ  qu’il y en avait dans le serpent d’airain. Si votre foi regarde comme cela, c’est ce que vous devriez faire. N’est-ce pas vrai?

21        Pour JĂ©sus de Nazareth, comme je l’ai dit hier soir, une femme toucha Son vĂȘtement, une vertu sortit. Un autre plaça un lambeau autour de Son visage, cracha sur Lui, Le frappa et Le frappa Ă  la tĂȘte, il dit: «ProphĂ©tise.» Il n’y eut pas de vertu pour lui.

            Une fem-... Un homme a dit une fois, il a dit: «Seigneur, je ne suis pas digne que Tu entres dans ma maison.»

            JĂ©sus a dit: «J’irai guĂ©rir ton fils.»

            Il a dit: «Je ne suis pas digne que Tu entres dans ma maison.»

            Il a dit: «Je suis un homme soumis Ă  des supĂ©rieurs. Et je dis Ă  l’un: ‘Fais ceci’; et Ă  l’autre: ‘Fais ça.’ Il le fait; je dis Ă  tel autre: ‘Viens’, et il vient.»

22        Eh bien, voyez, ce Romain reconnaissait que JĂ©sus de Nazareth avait de l’autoritĂ© sur la maladie, car lui Ă©tait un homme qui avait de l’autoritĂ©. Et il savait que ce qu’il disait, cela devait s’accomplir. Voyez? Eh bien, il dit Ă  tel homme, s’il va dans telle direction, il dit: «Reviens dans cette direction», il devait le faire. Il le devait, car il avait de l’autoritĂ©. Savez-vous de quoi je parle? TrĂšs bien. Et il savait que JĂ©sus avait cette grande autoritĂ©, et plus, sur la maladie. Il a dit: «Je ne suis pas digne qu’une telle sainte Personne vienne sous mon toit. Mais je sais ce que c’est l’autoritĂ©. Prononce simplement la Parole, et mon serviteur vivra. Prononce simplement la Parole.»

            Et JĂ©sus a dit: «Qu’il te soit fait selon ta foi. C’est en ordre. Va, ton fils vit», ainsi de suite.

            TrĂšs bien. C’est son... C’est Sa Parole. Et Sa Parole Ă©crite ce soir est une Semence qui prendra vie aussitĂŽt que vous croyez Sa Parole. C’est juste la mĂȘme autoritĂ© ce soir sur toute maladie qu’autrefois. Et ces actes surnaturels, c’est pour ramener votre foi en Lui, vivifier trĂšs vite cela (Voyez?), vivifier cela pour Lui.

            Eh bien... Mais JaĂŻrus, il ne pouvait simplement pas voir cela lorsque sa fille mourait... Ă©tait morte. Il a dit: «Ma fille est morte. Mais viens lui imposer les mains.»

            Eh bien, si JĂ©sus avait probablement dit: «Je prononcerai la Parole», JaĂŻrus ne Le voyait guĂšre prononcer la Parole. Il voulait que les mains de JĂ©sus soient posĂ©es sur lui. Et aussitĂŽt que JĂ©sus a tenu la jeune fille par la main, cela a confirmĂ© sa foi, et cela s’est dĂ©ployĂ©. Est-ce vrai?

23        Eh bien, beaucoup de gens disent: «FrĂšre Branham, l’Ange du Seigneur vous a dit de prier pour les malades. Et j’aimerais que vous priiez personnellement pour moi, et je serai guĂ©ri.» Eh bien, c’est–c’est vrai. C’est ce qu’Il m’avait dit. Mais je sais qu’Il le fera autrement.

            Mais ce soir, je voulais avoir la ligne de priĂšre avec... peut-ĂȘtre sans cĂŽtĂ© discernement, prier simplement pour les malades (Oh!), les amener... Non pas les faire passer par une ligne rapide, lĂ  oĂč ils doivent passer comme cela, parler Ă  quelqu’un et prier pour les malades. Et je crois que nous pouvons prier pour un grand groupe d’entre eux ce soir.

            Et puis, je le ferai, si vous faites ceci avec moi. Si vous croyez que je vous ai dit la vĂ©ritĂ©. Si je demande Ă  Dieu et que vous ayez foi dans ma priĂšre que Dieu exaucera ma priĂšre, vous partirez d’ici, en disant: «Seigneur, je vais me rĂ©tablir Ă  partir de maintenant mĂȘme. Je veux croire cela.»

            Croirez-vous cela? J’aimerais voir combien de gens dans l’assistance j’ai pour croire cela. Eh bien, c’est merveilleux. C’est merveilleux.

24        Je vais lire ici un petit passage des Ecritures qui me vient toujours Ă  l’esprit. Et puis, en ce moment-lĂ , nous allons commencer la priĂšre pour les malades. JosuĂ©, chapitre 1, Ă  partir du verset 2:

            MoĂŻse mon serviteur est mort; maintenant, lĂšve-toi, passe ce Jour–Jourdain, toi et tout ce peuple, pour entrer dans le pays que je donne aux enfants d’IsraĂ«l.

            Tout lieu que foulera la plante de votre pied, je vous le donne, comme je l’ai dit Ă  MoĂŻse.

            Vous aurez pour territoire depuis le dĂ©sert et le Liban jusqu’au grand fleuve, le fleuve de l’Euphrate, tout le pays des HĂ©tiens et jusqu’à la grande mer vers le soleil couchant.

            Nul ne tiendra devant toi, tant que tu vivras. Je serai avec toi, comme j’ai Ă©tĂ© avec MoĂŻse; je ne te dĂ©laisserai point, je ne t’abandonnerai point. (Vous ne savez pas ce que cela reprĂ©sentait pour moi quand ce... la premiĂšre fois que cela m’est venu. C’était ma vie.)

            Fortifie-toi et prends courage, car c’est toi qui mettras ce peuple en possession du pays que j’ai jurĂ© Ă  leurs pĂšres de leur donner.

            Fortifie-toi seulement et aie bon courage, en agissant fidĂšlement selon toute la loi que MoĂŻse, mon serviteur, t’a prescrite; ne t’en dĂ©tourne ni Ă  droite ni Ă  gauche, afin de rĂ©ussir dans tout ce que tu entreprendras.

            Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche; mĂ©dite-le jour et nuit, pour agir fidĂšlement selon tout ce qui y est Ă©crit; car c’est alors que tu auras du succĂšs dans tes entreprises, c’est alors que tu rĂ©ussiras.

            Ne t’ai-je pas donnĂ© cet ordre: Fortifie-toi et prends courage? Ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Eternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras.

            C’est l’Ecriture qui retentissait dans mon coeur quand j’étais malade. C’est quelque chose que je n’ai pas oubliĂ© depuis ma conversion. Je crois cela de tout mon coeur, que Dieu est ici ce soir, et que Dieu va accomplir de grandes choses.

25        Je suis arrivĂ© au point oĂč j’aimerais avoir plus de courage. J’aimerais prendre l’initiative, peu importe que ça soit sous le discernement, frĂšre... J’aimerais m’avancer et dĂ©fier l’ennemi avec–avec–avec hardiesse... Je suis plus du genre timide. Et j’essaie seulement de travailler quand je vois l’Esprit de Dieu Ă  l’oeuvre. Et alors, je parle, et c’est... Mais ce n’est pas cela exactement la foi; ça, c’est voir exactement ce qui va arriver avant de le dire.

            J’aimerais m’avancer avec foi ce soir. J’aimerais me prĂ©senter avec, alors que c’est quelque chose de neuf que je n’ai jamais fait auparavant. Prendre l’autre cĂŽtĂ© et dire: «Satan, JĂ©sus-Christ m’a envoyĂ© faire ceci. Et tu dois quitter les gens.» Et juste intimer un ordre ferme sans mĂȘme avoir vu quoi que ce soit, croire cela de tout mon–mon coeur. Et je crois que Dieu le confirmera, et de grands signes et de grands prodiges s’accompliront. Et je mets cela Ă  l’épreuve ce soir. Et c’est un nouveau niveau.

26        Toute ma vie, j’ai voulu lire ce passage d’Ecriture comme ma leçon–ma leçon sur les Ecritures, sachant que parfois, que Dieu Ă©tait... ce que cela reprĂ©sentait pour moi. Et, c’est ce soir le moment oĂč je vais aller de l’autre cĂŽtĂ© sans le discernement, aller directement prier pour les gens et ordonner Ă  l’esprit de quitter les gens qu’il a liĂ©s, sans savoir ce qui arrivera, mais me placer moi-mĂȘme et eux aussi lĂ  sur base de la promesse de Dieu, et nous y bien accrocher.

            Il m’a dit que si je priais pour les malades, ils seraient guĂ©ris. Et je crois cela. Je crois cela. Et ce soir, comme donc je...

            Je crois que Satan me garde trop lĂąche. C’est vrai. Il–il me retient simplement comme cela, lĂ .

            Je crois que Dieu veut que j’avance directement. Et je vais directement aller lĂ  et me mettre Ă  prier pour les malades, prier pour autant de gens que je peux placer ici et prier pour eux. Et c’est vrai.

27        Maintenant, il y a le discernement ici. Dieu est ici. Oh! Oui, Il y est. Il est ici. Et je sais que l’Ange du Seigneur est avec moi depuis plus d’une heure. Et je sais que c’est vrai. La puissance du Saint-Esprit est juste sur moi maintenant (C’est vrai), cet Ange du Seigneur, Il est ici et Il peut discerner n’importe quoi. Et c’est vrai.

            Mais alors, ce n’est pas tellement pour cela. J’aimerais que vous veniez et que vous me laissiez prier pour vous. Car Il m’a dit que si je priais pour les malades, si j’étais sincĂšre pendant que je priais et que je les amenais Ă  me croire, que rien ne rĂ©sisterait Ă  la priĂšre. Je crois cela.

            Eh bien, je crois que l’heure est venue oĂč cela a Ă©tĂ© assez confirmĂ©. Cela est ici ça fait deux semaines ou plus. Vous n’avez jamais vu Cela faillir une fois. Et Cela ne faillira jamais, car Cela vient de Dieu. C’est vrai.

28        Maintenant, ma commission Ă©tait de prier pour les malades. Et c’est ce que je vais faire. Je vais prier pour les malades, prendre quarante, cinquante, soixante par soirĂ©e, peut-ĂȘtre plus que cela, peut-ĂȘtre une centaine par soirĂ©e, prier simplement pour les gens, me tenir ici et offrir une priĂšre individuelle pour chacun d’eux. Et alors, j’aimerais qu’ils quittent l’estrade en se rĂ©jouissant et en croyant que ce que je leur ai dit est vrai.

            Eh bien, j’ai parlĂ© et Dieu a confirmĂ©. Combien croient que c’est vrai, qu’Il a confirmĂ© ce que j’ai dit? C’est la vĂ©ritĂ©. Vous–vous le savez. Et maintenant, j’aimerais que vous croyiez. Mais maintenant, voyons... Par exemple, quelqu’un peut dire: «Eh bien, je pense que l’Esprit a peut-ĂȘtre quittĂ© frĂšre Branham, comme ceci.» Non, non, je vous ai simplement parlĂ© du fond de mon coeur, je vais de l’autre cĂŽtĂ© pour prendre le...?... pour rĂ©clamer mes droits donnĂ©s par Dieu. Il m’a dit de prier pour les gens, de les amener Ă  croire ceci, et qu’ils seraient... qu’ils se rĂ©tabliraient. Et je crois cela de tout mon coeur.

            Maintenant, prions. Notre PĂšre cĂ©leste, je crois ĂȘtre dans le vrai ce soir. Je–je crois cela de tout mon coeur. Je crois que Tu veux que je... Et ces gens sont assis ici; ils attendent, et ils aimeraient juste venir ici pour qu’on prie pour eux. Et beaucoup d’entre eux ont acceptĂ© ce que j’essayais de leur dire selon Ta Parole. Des estropiĂ©s qui Ă©taient estropiĂ©s pendant des annĂ©es et des annĂ©es, estropiĂ©s pendant plusieurs, plusieurs annĂ©es avant que je vienne donc sur terre, ils Ă©taient alitĂ©s, estropiĂ©s, et ce soir ils marchent, ils sont bien portants, des gens normaux. Ta Parole est confirmĂ©e, PĂšre. Des signes et des prodiges ont Ă©tĂ© accomplis.

            Mais on dirait que les gens ont un peu un ardent dĂ©sir de me voir T’adresser une demande individuelle pour chacun d’eux. Oh! PĂšre, je Te prie de guĂ©rir les gens ce soir. Accorde-le. Et parle Ă  Ton serviteur.

            Eh bien, Seigneur, si je suis dans Ta volontĂ©, en faisant cela, que tout celui pour qui je prie ce soir... ou je dirais, Seigneur, sachant que plusieurs viendront peut-ĂȘtre qui n’ont pas la foi, si seulement Tu laisses soixante-dix ou quatre-vingts pour cent de ceux pour qui je prie ce soir revenir demain soir, tĂ©moigner que c’est... des rĂ©sultats qui leur sont arrivĂ©s, j’irai de l’avant par la foi, Seigneur, croyant que j’avance conformĂ©ment Ă  Ta volontĂ©. Je ne dis pas ceci pour que l’assistance l’entende, mais je Te parle, PĂšre, au Nom de Ton Fils JĂ©sus-Christ. Amen.

29        EsaĂŻe 53:

            Qui a cru Ă  ce qui nous Ă©tait annoncĂ©? Qui a reconnu le bras de l’Eternel?

            Eh bien, mon jeune garçon, je pense qu’il a distribuĂ©... Tu as distribuĂ© des cartes de priĂšre... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

            Priez pour eux tous, et chacun... Et je... tout celui pour qui je peux prier... Maintenant, on les distribue chaque aprĂšs-midi, et le soir.

            Maintenant, nous pouvons commencer une ligne de priĂšre, faire passer quelques-uns, faire passer quelques-uns sous le discernement. Cela est ici. Dieu est ici pour nous accorder cela. Mais ce n’est pas nĂ©cessaire.

            Mais, combien ici ont des cartes de priĂšre? Levez la main. Faites-le-nous voir, vous qui le pouvez. Eh bien, il y en a un groupe parmi vous. Maintenant, par quel numĂ©ro avez-vous commencĂ©? 50? De 51 Ă  100. Ce qui fera cinquante. Et peut-ĂȘtre aprĂšs pour... Quel est le numĂ©ro... Quelle lettre est-ce? O? D’accord. Et peut-ĂȘtre donc aprĂšs cela...

            Y a-t-il quelqu’un ici qui a des anciennes cartes de priĂšre d’avant hier, et des autres nuits prĂ©cĂ©dentes? Faites-nous voir la main. Il y a un groupe de gens ici. D’accord.

30        Prenons-en juste un ou deux ici, juste Ă  l’estrade, juste cela... Je–je ne dis pas qu’ils seront guĂ©ris, mais afin que vous sachiez que le Seigneur est ici, pour rĂ©vĂ©ler les choses. Faisons venir la carte de priĂšre...

            Eh bien, je ne connais pas vos numĂ©ros. Vous ĂȘtes lĂ  dans l’assistance. Chacun a un numĂ©ro. Regardez sur votre carte de priĂšre, elle porte la lettre O, et faisons venir... Que dites-vous? 51? Faisons venir jusque 63. Celui qui a la carte de priĂšre 63, juste pour la ressortir de l’assistance. Que quelqu’un lĂ  dans l’assistance... Regardez sur la... Tournez votre carte, lĂ , vous, et voyez si l’un de vous, n’importe qui ici a six... L’avez-vous? 63.

            Eh bien, juste un instant. Maintenant, prions donc, afin que notre Seigneur s’approche. Je vais prier pour chacun de vous ce soir, je pense. TrĂšs bien, maintenant, que tout le monde soit respectueux. TrĂšs bien.

            Est-ce 63? D’accord. J’aimerais donc... juste parler Ă  la soeur juste un instant.

31        Eh bien, combien comprennent clairement que je... Permettez-moi de dire ceci maintenant. Notre Seigneur JĂ©sus m’a commissionnĂ©, quand je suis nĂ© dans ce monde, d’aller prier pour les malades. C’est ce qui m’a Ă©tĂ© donnĂ© de faire dans la vie. Combien comprennent cela?

            Et quand l’Ange du Seigneur m’est apparu... Tout au long de ma vie, je ne savais pas ce que c’était, jusqu’au moment oĂč Il s’est rĂ©vĂ©lĂ©, il y a quelques annĂ©es, Il en a parlĂ©, que je devais prier pour les gens. Et si je pouvais les amener Ă  me croire, croire que Dieu exauçait ma priĂšre, que j’ai Ă©tĂ© envoyĂ© pour prier pour les malades, ils seraient guĂ©ris de n’importe quelle maladie dont ils souffrent. Eh bien, comprenez-vous cela?

            Et alors, j’ai doutĂ© de l’Ange, je Lui ai dit que je ne croyais pas que les gens me croiraient. Comprenez-vous–vous cela? Et Il m’a donnĂ© deux signes. Il a dit d’accomplir ces signes devant les gens, et par cela, ils croiraient que Dieu m’a envoyĂ© faire ça. Voyez-vous ce que je veux dire? Eh bien, combien comprennent cela? C’est exact.

            Mais juste... Cela n’a rien Ă  faire avec la guĂ©rison. Oh! Une personne peut venir ici et rester toujours trĂšs malade, pourtant on lui dit ce qui cloche chez elle, si sa foi n’est pas ancrĂ©e en Christ, ce–c’est que.... Voyez? Mais ceci est une confirmation.

32        Je souhaiterais que cette assistance sente exactement ce que je sens maintenant mĂȘme. C’est un–c’est un... sacrĂ©, trĂšs... Je viens de sentir cela m’envahir maintenant.

            La malade se tient prĂšs de moi. Et maintenant, je ne connais pas cette dame. Je–je ne l’ai jamais vue. A ma connaissance, je ne vous ai jamais vue de ma vie. Et je–je ne sais rien Ă  votre sujet. Mais Dieu sait tout Ă  son sujet. Il sait tout Ă  son sujet. Je crois qu’Il me rĂ©vĂšlera ce qui cloche chez notre soeur. Eh bien, s’Il le fait, alors, que Dieu soit glorifiĂ©. Je demande Ă  Dieu de la guĂ©rir. Et si Dieu le fait, nous serons reconnaissants au Seigneur de l’avoir fait, n’est-ce pas? TrĂšs bien.

            J’aimerais que tout le monde soit respectueux, pendant que je... C’est juste une personne du groupe, elle vient d’ĂȘtre appelĂ©e ici. C’est en ordre. Juste afin que vous sachiez, et que la femme sache qu’il y a... qu’il n’y a aucun moyen du tout pour moi de–d’avoir un quelconque contact avec elle en dehors de... Cela doit juste provenir du Saint-Esprit, d’une façon ou d’une autre.

33        Et je me demande si vous aviez juste... Si seulement je pouvais en arriver Ă  la dĂ©tendre quelques instants. Je sens une pression de nervositĂ©, c’est qu’elle est–qu’elle est nerveuse. C’est... Apportez-lui un fauteuil. Je ferai aussi venir un autre, et je m’assiĂ©rai simplement Ă  cĂŽtĂ© de vous. Juste un instant, soeur.

            Eh bien, je n’aimerais pas que vous pensiez, bien-aimĂ©e soeur, que ceci se fait dans un autre but que celui de glorifier Dieu. Et c’est le Saint-Esprit de Dieu qui est ici prĂ©sent maintenant.

            Eh bien, Ă  l’intention de l’assistance, si je pouvais amener chaque personne Ă  s’asseoir comme ceci ici, et parler... Mais je vais devoir me dĂ©placer juste un tout petit peu Ă  cause de l’assistance. Cela vient avec une vibration, depuis l’assistance, telle que je ne pourrais pas dire, une espĂšce de–de pression exercĂ©e par la maladie qui tire. Et je peux m’embrouiller sur ce que je dis Ă  la dame.

            Mais maintenant, je dĂ©sire juste m’asseoir et vous parler, soeur bien-aimĂ©e. Eh bien, vous Ă©tiez probablement surprise quand j’ai appelĂ© votre carte ce soir. [La soeur dit: «Non, monsieur. J’avais priĂ© pour cela.»–N.D.E.] Vous aviez priĂ© pour cela. Eh bien, vous n’étiez pas surprise. Vous croyiez que vous alliez ĂȘtre appelĂ©e ce soir. N’est-ce pas?

            Eh bien, le but que je poursuis en vous parlant, c’est uniquement d’entrer en contact avec vous, voir ce qui cloche, comme JĂ©sus avait parlĂ© Ă  la femme au puits. Et tout d’un coup, Il a changĂ© de conversation.

            Il a dit: «Va chercher ton mari.» N’est-ce pas vrai?

            Elle a dit: «Je n’en ai point.» Il lui a dit qu’elle en avait eu cinq. Et puis, quand cela a Ă©tĂ© fait, eh bien, elle a dit: «Je vois que Tu es ProphĂšte.»

            Et notre MaĂźtre a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais. Vous en ferez de plus grandes (ou davantage), car Je m’en vais au PĂšre.»

34        Et maintenant, le but de ma prĂ©sence ici ce soir, devant cette assistance de gens, ce n’est pas pour me donner en spectacle. Mon PĂšre le sait. Ce–c’est pour... afin qu’ils croient en notre Seigneur JĂ©sus.

            Et je ne sais pas. Ce microphone n’est pas... peut ne pas transmettre cela. Je ne sais pas. Mais que ça le fasse ou pas, je–je ne peux pas le dire.

            Mais je sais que–qu’Il est ici, Sa PrĂ©sence. Et je crois que vous sentez et que vous vous rendez compte que quelque chose se passe, quelque chose se produit. La raison pour laquelle je parle vite, c’est pour L’empĂȘcher de s’exprimer, vous voyez, jusqu’à ce que j’aie fini de vous parler.

35        Oui, madame. Vous souffrez d’une maladie grave. N’est-ce pas vrai? C’est... Les mĂ©decins ne savent pas ce que c’est. Les mĂ©decins ne... Vous avez consultĂ© les spĂ©cialistes pour cela, n’est-ce pas? N’est-ce pas vrai? Vous avez consultĂ© des gens de renom, de grands hommes. Je vois un grand cabinet. Vous... Vous avez Ă©tĂ© examinĂ©e, l’une ou l’autre chose, rĂ©cemment dans un grand cabinet, n’est-ce pas? Est-ce vrai? Et vous avez une espĂšce d’infection, ou de poison, qui s’est rĂ©pandue en vous. N’est-ce pas vrai? Ça vous dĂ©range lĂ . Vous avez envie de vous gratter. N’est-ce pas vrai?

            Quelque chose est donc arrivĂ©, n’est-ce pas? Vous ĂȘtes bĂ©nie, soeur, de Dieu. Vous allez en guĂ©rir. Vous allez vous rĂ©tablir. Le Seigneur JĂ©sus...?...

            Bien-aimĂ© PĂšre, Tu es si prĂšs. Et je Te remercie pour Ta bontĂ© et Ta misĂ©ricorde. Maintenant, bĂ©nis notre soeur. Les mĂ©decins ne savent pas ce qui cloche chez notre soeur, mais Toi, Tu le sais, Seigneur. Et Tu rĂ©vĂšles toutes choses Ă  Tes serviteurs. Et maintenant, aie pitiĂ©, Seigneur, et bĂ©nis Ta servante.

            Satan, toi qui l’as liĂ©e, sors d’elle au Nom de JĂ©sus-Christ. Et ma soeur, je vous bĂ©nis au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Maintenant, partez d’ici ce soir en croyant, et vous allez vous rĂ©tablir. Maintenant, allez en croyant et en remerciant Dieu de tout votre coeur. Marchez prĂšs de Lui, comme vous avez priĂ© pour une marche intime avec Lui. Allez et marchez simplement avec Lui, et croyez en Lui de tout votre coeur et vous serez une femme bien portante encore une fois. Que Dieu–que Dieu vous bĂ©nisse, soeur bien-aimĂ©e.

36        Je prends juste ça un petit moment, afin que peut-ĂȘtre je puisse prendre un autre. Disons, faites-moi venir... pri-... Quel Ă©tait son numĂ©ro? 62? Quel Ă©tait son... 63? Faites-moi venir 80. Faites-moi venir la carte de priĂšre 80. Qui a la carte de priĂšre 80? O-80. Y a-t-il quelqu’un ici qui a la carte de priĂšre O-80? Ou... Est-elle ici? Personne n’a la carte de priĂšre 80? Oh! Eh bien,... D’accord, venez donc.

            Maintenant, que tout le monde soit respectueux. S’il vous plaĂźt, amis. J’aimerais que vous sachiez que notre Seigneur JĂ©sus-Christ est prĂ©sent pour guĂ©rir tous ceux qui sont... [FrĂšre Branham est interrompu: «Sur la carte, il est mentionnĂ©: ‘Maladie de peau.’»–N.D.E.] pendant que nos soeurs... [FrĂšre Kopp dit: «Hier soir, nous avons examinĂ© les cartes et rien ne faisait dĂ©faut toute la soirĂ©e. Je pense que c’est remarquable.»–N.D.E.]

            Eh bien, parfois, les gens... Je ne sais pas ce qu’ils Ă©crivent sur leurs cartes. Cela n’a rien Ă  faire avec la chose. Cela ne–ne reprĂ©sente rien, la carte. Elle a des dĂ©mangeaisons sur la peau. Eh bien, c’est–c’est en ordre.

37        Bonsoir. Notre MaĂźtre est aimable, n’est-ce pas? Eh bien, je–je l’aime beaucoup. Et je suis... Je crois que vous aussi, soeur. Maintenant, le–l’Esprit du Seigneur est ici prĂ©sent, et notre MaĂźtre est toujours plein d’amour et de compassion.

            Vous avez une grande foi, mais il y a quelque chose de vraiment grave qui cloche chez vous. Vous avez–vous avez perdu beaucoup de poids rĂ©cemment, n’est-ce pas? Beaucoup de poids: je vois en vision une femme devant moi, beaucoup plus grosse que vous ne l’ĂȘtes. Et cela a diminuĂ© Ă  cause d’une espĂšce de... C’est une maladie de nerfs. N’est-ce pas vrai? Non seulement cela, mais vous avez un... quelque chose qui cloche, vous n’arrivez pas Ă  manger. N’est-ce pas vrai? Je vois... Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. C’est assez pour vous. Vous pouvez aller maintenant. Que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur, et soyez guĂ©rie.

            Dieu Tout-Puissant, aie pitiĂ© de notre soeur, et bĂ©nis-la au Nom de JĂ©sus-Christ, je prie. Amen...?... Et sa... recommand-...?...

38        En avez-vous un autre? TrĂšs bien. Faites-moi venir une carte de priĂšre...Voyons, appelez... C’était quoi? 80? Eh bien, appelez... Voyons, qu’allons-nous appeler ensuite? Disons, 90? Appelons 90. TrĂšs bien. Quoi? O–O... Appelez cela, O-90. [Un frĂšre appelle la carte de priĂšre O-90.–N.D.E.] Que frĂšre Hall appelle celle-lĂ  afin qu’il ...

            TrĂšs bien. Tout le monde, soyez respectueux. O-90 n’est pas ici, alors prenez O-100. Oh! Ici... O-90? TrĂšs bien.

            Descendez, soeur. Eh bien, j’apprĂ©cie que vous soyez dans l’oeuvre missionnaire. C’est un–c’est un travail noble Ă  faire pour notre Seigneur, soeur. Je–j’apprĂ©cie certainement tout soldat de la croix. Je–j’aime les enfants de Dieu. Et Dieu aime Ses enfants.

            Et maintenant, vous savez ce soir que vous ĂȘtes dans la PrĂ©sence d’un Etre prophĂ©tique, n’est-ce pas? Et c’est un... Je peux ressentir l’effet que Cela exerce sur votre esprit maintenant. Ce n’est rien d’autre que l’Esprit de notre Aimable JĂ©sus, soeur.

            Eh bien, vous m’ĂȘtes inconnue. Je–je ne vous connais pas. Je ne sais rien sur vous. L’unique moyen pour moi de savoir quoi que ce soit, c’est en fait par Dieu. Est-ce vrai? Cela devrait passer par Dieu. Il n’y a aucun autre moyen pour moi de le savoir.

39        Eh bien... Mais maintenant, les gens... Je pense, ce qui se passe souvent avec nous, c’est que nous, vous savez, nous considĂ©rons Dieu selon la lecture, l’écriture et l’arithmĂ©tique: ce que nous apprenons par la Parole. Et Cela devient simplement la Parole, et nous connaissons cela dans notre esprit. Mais nous avons peur d’accepter Cela, de vivifier Cela. Ne le pensez-vous pas? Le pensez-vous?

            La raison pour laquelle je vous parle, c’est que vous ĂȘtes un peu raide (Voyez-vous?), juste un peu bouleversĂ©e d’avoir Ă©tĂ© appelĂ©e ici, de venir prĂ©sentement. Et tout celui qui s’approche sent cela (Voyez?), surtout lorsque j’entre en contact avec la personne. Eh bien, vous comprenez de quoi je parle. TrĂšs bien.

40        Maintenant, afin que vous ne pensiez peut-ĂȘtre pas... afin que vous n’alliez peut-ĂȘtre pas... Cela n’est pas dans votre esprit, mais c’est dans celui de certaines personnes assises lĂ  dans l’assistance: la tĂ©lĂ©pathie mentale. La tĂ©lĂ©pathie mentale consiste Ă  se concentrer sur un numĂ©ro ou quelque chose que l’on a Ă  l’esprit. C’est vrai.

            Mais la puissance de Dieu, au travers de l’Esprit d’un prophĂšte, connaĂźt des choses que vous ne connaissez pas dans votre esprit. N’est-ce pas vrai? D’accord. Que le Dieu du Ciel m’accorde cela ce soir, de savoir quelque chose pour amener... pour encourager votre foi, quelque chose dont vous ne savez rien dans votre esprit, vous n’ĂȘtes mĂȘme pas en train d’y penser. Car Dieu au Ciel, Lui qui est mon seul Juge, sait que je–je ne sais rien au sujet de la lecture des pensĂ©es. Je n’en sais rien. Tout ce que je vois, c’est une vision. Et je dis ce que je vois. Vous en ĂȘtes consciente, n’est-ce pas? Croyez-vous que ce que je vous ai dit est la vĂ©ritĂ©?

41        Votre maladie, c’est dans la partie infĂ©rieure de votre corps, c’est dans vos intestins, je pense. N’est-ce pas vrai? C’est dans vos intestins. Maintenant, juste un instant. Je... Vous avez souffert d’une espĂšce de maladie quand vous Ă©tiez une enfant, une petite fille. Vous portiez, on dirait, une robe Ă  carreaux. Dites donc, vous Ă©tiez tombĂ©e, n’est-ce pas? Vous Ă©tiez tombĂ©e dans un trou ou quelque chose comme cela, quelque part, n’est-ce pas? Est-ce vrai? Est-ce que–est-ce que vous Ă©tiez tombĂ©e dans... Je crois que c’était un puits, n’est-ce pas, ou quelque chose comme cela. Et c’est... Vous avez eu des lĂ©sions. Est-ce vrai? Que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur. Est-ce vrai? Vous ne pensiez Ă  rien de ça. Si c’est vrai, Dieu est ici pour tĂ©moigner.

            Notre PĂšre cĂ©leste, cette pauvre enfant, depuis qu’elle Ă©tait une petite fille, a eu des lĂ©sions. Cet accident a relĂąchĂ© ses intestins, Seigneur, et cela n’est pas en Ă©tat. Mais, Dieu Tout-Puissant, le CrĂ©ateur, bĂ©nis notre soeur que voici, et accorde, Seigneur, qu’elle soit guĂ©rie ce soir. Ô PĂšre, je la bĂ©nis dans ce but, afin qu’elle Te glorifie, au Nom de Ton Fils, JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Allez-y de tout votre coeur.

42        Et maintenant, voyons donc, combien de temps avons... Eh bien, nous estimons que nous ferions mieux de commencer la ligne de priĂšre.

            Eh bien, juste un instant. Maintenant, croyez-vous de tout votre coeur? Disons: «Gloire au Seigneur.»

            Eh bien, y a-t-il quelqu’un ici sans... qui n’a pas de carte de priĂšre, que personne... Vous n’avez pas de carte de priĂšre. Combien ici n’ont pas de cartes de priĂšre et sont malades? Levez la main, ceux qui n’ont pas de cartes de priĂšre, levez la main. TrĂšs bien. Il y en a beaucoup parmi vous, je ne sais pas exactement oĂč...

            Eh bien, que quelqu’un se consacre lĂ , dans ce coin, lĂ -bas. Maintenant, croyez seulement, quelques-uns parmi vous lĂ -bas. TrĂšs bien. Juste un instant maintenant, tout le monde.

            Je crois–je crois que la dame que je vois lĂ , assise juste par ici, en manteau blanc, en manteau blanc, assise lĂ  mĂȘme, par ici, Ă  cĂŽtĂ© de ce gentleman. LĂ  mĂȘme, oui. Tenez-vous debout juste une minute, soeur.

            Croyez-vous de tout votre coeur? Vous dĂ©sirez ĂȘtre dĂ©barrassĂ©e de cette tumeur, n’est-ce pas? Vous voulez ĂȘtre guĂ©rie. Vous n’avez pas de carte de priĂšre, mais JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit. Que Dieu vous bĂ©nisse et qu’Il vous en guĂ©risse.

43        Maintenant, quelqu’un dans cette section avec... Regardez dans cette direction et croyez maintenant de tout votre coeur.

            Qu’en est-il de la dame sur le brancard lĂ ? TrĂšs bien, madame. J’aimerais que vous regardiez dans cette direction. J’aimerais que vous croyiez que je suis le prophĂšte de Dieu. Non pas–non pas par moi-mĂȘme, je n’ai rien Ă  faire avec ceci, Dieu a ordonnĂ© qu’il en soit ainsi. Me croyez-vous? Je–je ne suis pas capable de vous guĂ©rir, ma soeur. Seul JĂ©sus-Christ peut vous guĂ©rir. Mais, comme vous m’ĂȘtes inconnue et qu’il n’y a pas de contact du tout avec vous...

            Eh bien, vous ĂȘtes... Je vois que vous ĂȘtes trĂšs maigre. Oui. Vous ĂȘtes restĂ©e alitĂ©e pendant longtemps, n’est-ce pas? Je vois un long filet d’obscuritĂ© autour de vous. Ceci aussi, vous souffrez de coeur. N’est-ce pas vrai? Est-ce vrai? Eh bien, si vous croyez au Seigneur JĂ©sus de tout votre coeur, Dieu honorera votre foi, et vous pouvez ĂȘtre guĂ©rie. Eh bien, eh bien, ce n’est pas trĂšs loin. Je sais que vous ĂȘtes horriblement faible. Mais si seulement vous croyez en Lui de tout votre coeur...

            Il y a tellement de gens qui tirent et qui essaient... Cette dame ici en manteau vert, assise ici, elle essaie de toutes ses forces d’entrer en contact avec l’Esprit de Dieu. N’est-ce pas vrai, madame? Vous Ă©tiez assise lĂ , en train de prier, ou quelque chose comme cela, pour que je vous parle simplement. N’est-ce pas vrai? Je ne suis pas en train de lire vos pensĂ©es, mais c’est vrai. Tenez-vous lĂ , ou... Vous savez. Croyez-vous que je suis le prophĂšte de Dieu? Croyez-vous que ce que je dis est la vĂ©ritĂ© venant de Dieu? Pour confirmer cela, si je vous dis ce qui cloche chez vous, allez-vous me croire et accepter que je suis le prophĂšte de Dieu? Vous souffrez du cancer. Est-ce vrai? JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit, ma soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse...?...

44        Tout le monde, ayez foi, croyez. Maintenant, derriĂšre dans cette section. Juste afin que vous sachiez, les gens sans carte de priĂšre ou quelque chose comme cela. Voyez? Quelqu’un qui ne sait rien, ou qui n’a pas du tout de contact, ici derriĂšre quelque part, croyez.

            Voici–voici une dame assise ici en manteau rouge, en train de regarder droit vers moi. Votre problĂšme, lĂ , soeur, oui. Vous ĂȘtes... Regardez dans cette direction: Une femme plutĂŽt avancĂ©e en Ăąge. Ce sont vos yeux qui vous dĂ©rangent, n’est-ce pas? Vous avez un... Vous portez des lunettes. Evidemment, n’importe... On dirait quelqu’un... nous... vous... C’est... Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.

45        Dites donc, que la dame Ă  cĂŽtĂ© se lĂšve, Ă  cĂŽtĂ© de vous lĂ . Qu’elle se lĂšve, car son... Vous en lunettes, afin que les gens voient cela. C’est trĂšs bien. Vous pouvez vous asseoir juste un instant.

            Regardez dans cette direction, madame. Etes-vous sincĂšre? Et acceptez-vous que je suis le prophĂšte de Dieu? Croyez-vous cela de tout votre coeur? Croyez-vous que je vous ai dit la vĂ©ritĂ©, que JĂ©sus-Christ a bĂ©ni Son humble serviteur depuis la naissance, pour que je vienne ici, et que ces signes dont je parle confirment que ce que j’ai dit est la vĂ©ritĂ©? Madame, vous ĂȘtes une inconnue. Je ne vous ai jamais vue de ma vie. Il n’y a aucun moyen au monde... Vous ĂȘtes lĂ , juste assise lĂ , une dame qui est venue et qui s’est assise. Eh bien, croyez cela de tout votre coeur et regardez dans cette direction.

            Ma soeur, Dieu va vous rĂ©compenser pour votre foi. Vous souffrez d’estomac (N’est-ce pas vrai?), les ulcĂšres d’estomac. Je vous vois refuser le repas Ă  table. C’est vrai. Vous allez ĂȘtre une femme bien portante. Allez de l’avant, croyez au Seigneur JĂ©sus de tout votre coeur et vous serez rĂ©tablie.

            Que tout celui qui croit cela de tout son coeur, vous pouvez... [FrĂšre Hall parle de la foi et commence la ligne de priĂšre.–N.D.E.]

46        Merci, FrĂšre Hall. TrĂšs bien, chers amis. Cela... J’aimerais reprendre un peu. Le... Cette onction est trĂšs forte, de sorte que quand on m’interrompt... Et les gens, si... Aussi longtemps que Cela est sur vous, vous continuez simplement Ă  sentir Cela; Cela fait un bond et vous tire comme cela.

            Croyez-vous que je vous ai dit la vĂ©ritĂ©? Que Dieu bĂ©nisse vos prĂ©cieux et doux coeurs, chacun de vous. Je vous aime, et je suis ici pour vous aider.

            Eh bien, alors qu’on fait venir les gens, puissent-ils... Faites venir votre patient. Maintenant, j’aimerais simplement prier. Et comme vous... Je prie pour vous, vous passez. Et que le piano joue continuellement Le Grand MĂ©decin est ici maintenant. Ne croyez-vous pas qu’Il est ici? TrĂšs bien. Maintenant, tout le monde, en passant simplement...

47        Venez, maman. Croyez-vous maintenant de tout votre coeur? Notre Bien-aimĂ© PĂšre cĂ©leste, j’accepte Ton Fils JĂ©sus maintenant comme le GuĂ©risseur de cette femme. Et PĂšre cĂ©leste, je prie qu’elle soit guĂ©rie ce soir. Je lui impose les mains en commĂ©moration de notre Seigneur JĂ©sus-Christ pour sa guĂ©rison. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, maman. TrĂšs bien. TrĂšs bien.

            Croyez-vous maintenant, bien-aimĂ©e soeur? Croyez-vous que JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablira? Vous–vous croyez qu’Il le fera. Et croyez-vous que si je le Lui demande, Il vous rĂ©tablira sans qu’Il vous ait rĂ©vĂ©lĂ© cela? Vous savez que je sais ce qui cloche chez vous, n’est-ce pas? Vous–vous le savez? TrĂšs bien. Et je–j’aimerais que vous croyiez que cette maladie du coeur va–va... Eh bien, que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.

            Notre PĂšre cĂ©leste, je Te prie de la guĂ©rir, Seigneur, et de la rĂ©tablir. Je la bĂ©nis au Nom de JĂ©sus. Amen. Que Dieu la bĂ©nisse.

48        Maintenant, soeur bien-aimĂ©e, vous croyez de tout votre coeur, n’est-ce pas? Croyez-vous que JĂ©sus est ici pour vous rĂ©tablir? Vous... Croyez-vous que si je le Lui demande sans vous rĂ©vĂ©ler... Vous–vous voulez que je vous dise ce qui cloche chez vous. Je sais que vous le voulez, mais c’est dans cela que se trouve votre foi, n’est-ce pas? TrĂšs bien. Maintenant, si je... Je vais simplement prier pour vous et demander Ă  Dieu de vous guĂ©rir. Croyez-vous que vous serez rĂ©tablie?

            Notre PĂšre cĂ©leste, bĂ©nis notre soeur, Seigneur. Nous savons qu’elle doit se rĂ©tablir tout de suite. Je lui impose les mains. Je rĂ©primande ce dĂ©mon qui la lie. Au Nom de JĂ©sus-Christ, toi dĂ©mon appelĂ© cancer, quitte la femme. Sors d’elle. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Allez et soyez rĂ©tablie.

            TrĂšs bien. Bonsoir, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur maintenant, que vous allez vous rĂ©tablir si je demande au Seigneur JĂ©sus?

            Je crains, je n’aurais pas dĂ» exercer ce discernement...?... les gens [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Amen. Disons: «Gloire au Seigneur.» Tout le monde, maintenant.

            C’est bien, soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Amen. Oh! la la! Maintenant, c’est ainsi qu’il faut s’y prendre: passez et acceptez cela en passant.

49        Croyez-vous, frĂšre? Si vous croyez, l’arthrite vous quittera, et vous serez un homme bien portant. Mettez-vous Ă  louer Dieu.

            Vous croyez, soeur, de tout votre coeur? Vous croyez que la maladie du coeur vous quittera? Cela l’a donc quittĂ©e. Alors...?... Maintenant, allez de l’avant; croyez que vous allez vous rĂ©tablir.

            Croyez-vous aussi, soeur? Que Dieu vous bĂ©nisse. Au Nom de JĂ©sus-Christ, recevez votre guĂ©rison alors...?... Exact. Sa vue lui a Ă©tĂ© restaurĂ©e ici. Disons: «Gloire au Seigneur», tout le monde. Levons-nous et rĂ©jouissons-nous, tout le monde; et acceptez le Seigneur maintenant comme votre GuĂ©risseur. Louez le Seigneur. C’est comme ça, soeur. Amen.

            Une femme aveugle a recouvrĂ© la vue pendant qu’elle se tenait ici. Elle a levĂ© les mains vers la lumiĂšre. Levons les mains et louons Dieu, tout le monde.

            PĂšre cĂ©leste, merci pour Ta bontĂ© et Ta bienveillance. Combien nous T’aimons et T’adorons, Toi le Grand MĂ©decin. Tu es merveilleux, PĂšre. Nous T’aimons et Te louons. Tire gloire de ces services. Glorifie-Toi parmi Ton peuple. Nous T’aimons de tout notre coeur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, nous Te louons.

            [L’assistance dit: «Gloire au Seigneur.»–N.D.E.] VoilĂ  sa fille, lĂ  en bas, qui l’étreint, elle crie, elle agite sa canne, elle est guĂ©rie. GrĂące Ă©tonnante, oh! que c’est merveilleux!

50        Croyez-vous, soeur? Allez et soyez guĂ©rie au Nom du Seigneur JĂ©sus. Allez en vous rĂ©jouissant si vous croyez...?... Amen. N’ĂȘtes-vous pas heureuse? La Bible dĂ©clare: «Et les gens glorifiĂšrent Dieu.» AssurĂ©ment, vous ne pouvez pas vous tenir tranquille. Il a dit que s’ils se taisaient, les pierres crieraient. Une femme aveugle pendant ces annĂ©es, recouvrant la vue... Regardez-les pleurer et pousser des cris, s’étreindre l’une l’autre ici dans le coin. C’est merveilleux. Elle a recouvrĂ© la vue quand elle a cru au Seigneur JĂ©sus. Eh bien, ce sera de mĂȘme pour tous ceux qui croient. Oh! la la! Comme c’est merveilleux! Oh! Combien nous L’aimons!

            Eh bien, venez juste un Ă  la fois et soyez dans une seule file. Oh! Elle est tellement heureuse qu’elle ne sait que faire. TrĂšs bien. Eh bien, puisqu’elle glorifie Dieu, faisons-le aussi. Louez le Seigneur. Ô JĂ©sus, nous T’aimons; nous Te louons, nous T’adorons; Tu es merveilleux et glorieux. Glorifie-Toi, Seigneur. Tire gloire maintenant. Secoue cette ville comme jamais auparavant. Que le Saint-Esprit rĂ©veille littĂ©ralement des milliers grĂące Ă  Ta gloire, Seigneur. Accorde-le, par le Nom de JĂ©sus-Christ.

51        [Un homme dit: «Voici une dame qui Ă©tait aveugle; maintenant, elle voit.»–N.D.E.]...?... reposer un instant...?...

            [Un homme dit: «Il va juste se reposer un instant. Puis, on va faire passer la ligne.»

            [Amen. TrĂšs bien, venez directement ici. Voici la dame qui aimerait tĂ©moigner. Elle Ă©tait aveugle quand elle est passĂ©e dans la ligne, mais maintenant elle voit.

            [La femme dit: «Oh! BĂ©ni soit le Seigneur. Je vois. Je vois. JĂ©sus guĂ©rit. Eh bien...?... Oh! Gloire, gloire Ă  Dieu...?... Ce matin, quand je me suis rĂ©veillĂ©e en premier lieu, avant que je me dĂ©place, JĂ©sus a dit: ’Je marche avec toi.’ Oh! Il marche avec moi et Il parle avec moi, et Il me dit: ‘Je...’»

            [Un homme dit: «Il m’a dit qu’auparavant, elle pouvait seulement voir la lumiĂšre et les tĂ©nĂšbres. Maintenant, elle voit nos visages et autres choses. Gloire au Seigneur! Amen.»

            [Elle continue Ă  louer le Seigneur. «Gloire Ă  Dieu! AllĂ©luia! Oh! Gloire Ă  JĂ©sus! Que Son Saint Nom soit louĂ©.»

            [Un homme dit: «Elle pouvait... C’est Ă  peine qu’elle arrivait Ă  distinguer la lumiĂšre des tĂ©nĂšbres, et maintenant, elle peut voir les visages des gens maintenant...?... Amen. Maintenant, que tout le monde soit ferme. Nous allons voir de plus grandes choses. FrĂšre Branham va revenir juste dans un instant. Amen. Vous pouvez vous asseoir. Que Dieu vous bĂ©nisse. Vous pouvez vous asseoir. Amen. Maintenant, c’est tout ce dont on a besoin, mes amis, si ces gens passent par la ligne en comptant sur Dieu, croyant en Lui, tout ce qu’il leur faut faire, c’est simplement recevoir leur guĂ©rison. C’est tout ce qu’il leur faut faire, c’est ĂȘtre ici. AllĂ©luia! Amen.

            [Maintenant, FrĂšre Branham, vous aimeriez faire autre chose, n’est-ce pas? Vous tenir simplement lĂ  et les laisser passer par la ligne, et ils seront guĂ©ris et... Gloire Ă  Dieu.»–N.D.E.]

52        J’ai essayĂ© d’ĂȘtre sincĂšre. C’est la vĂ©ritĂ©, mes amis. Il m’a promis que rien ne rĂ©sisterait Ă  la priĂšre. Maintenant, tout le monde, venez avec respect.

            Venez, soeur. TrĂšs bien. Vous voulez ĂȘtre guĂ©rie, n’est-ce pas? Croyez-vous que si je prie pour vous, vous serez guĂ©rie? N’aimeriez-vous pas que je vous dise ce qui cloche chez vous? Vous souffrez du coeur, n’est-ce pas? Vous pouvez aller de l’avant et ĂȘtre guĂ©rie maintenant, maman. Soyez bien portante. TrĂšs bien.

            Croyez-vous, frĂšre? Allez de l’avant, guĂ©rissez de votre maladie du coeur aussi et soyez un homme bien portant...?... le Seigneur JĂ©sus. Ces gens sont guĂ©ris de mĂȘme que la femme aveugle l’a Ă©tĂ©. Ils verront cela. Ils seront bien portants. Cela ne se manifeste pas physiquement maintenant, mais cela se manifestera. Disons: «Gloire au Seigneur.» Croyez-vous, maman? Ô Seigneur Dieu du Ciel, bĂ©ni soit Ton Nom. GuĂ©ris notre soeur maintenant, au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ. Qu’elle soit bien portante. Amen. Croyez cela maintenant. Allez en vous rĂ©jouissant. Soyez heureuse. C’est vrai. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Vous avez ardemment dĂ©sirĂ© ce moment, n’est-ce pas? Votre foi vous a guĂ©rie, soeur. Allez et soyez bien portante.

            Disons: «Gloire au Seigneur!» Croyez-vous cela? Allez, en vous rĂ©jouissant, martelant vos pieds de haut en bas, en disant: «Gloire au Seigneur! Le voilĂ , libĂ©rĂ© de son arthrite et de la maladie de la colonne vertĂ©brale que le Seigneur...?...

            Vous croyez aussi, soeur? Vous aimeriez guĂ©rir de votre arthrite, n’est-ce pas? TrĂšs bien, levez simplement les mains. Essuyez vos pieds de haut en bas comme ceci, quittez l’estrade. Vous ĂȘtes maintenant libre.

            Disons: «Gloire au Seigneur!» Regardez. Avant que je regarde cette femme, elle souffrait de la mĂȘme chose. Cela a Ă©tĂ© aussi guĂ©ri. Vous souffriez de l’arthrite, n’est-ce pas? Levez les mains. Martelez vos pieds de haut en bas. RĂ©clamez votre victoire maintenant mĂȘme, en JĂ©sus-Christ; vous ĂȘtes libre. Quittez l’estrade en vous rĂ©jouissant. Allez et soyez guĂ©rie au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ.

            Oh! Merveilleux! Ça y est. C’est ça. Amen. Ça, c’est notre ardent dĂ©sir.

53        Croyez, soeur. Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, recevez votre guĂ©rison. Levez la main. C’est bien. Amen. Quittez l’estrade en vous rĂ©jouissant. Soyez guĂ©rie, soeur. Croyez-vous? Au Nom du Seigneur JĂ©sus, je vous bĂ©nis pour votre guĂ©rison. Amen. Vous souffrez de beaucoup de choses, de complications. Vous souffrez aussi de l’arthrite, n’est-ce pas? Levez les mains, vous ĂȘtes guĂ©rie. Amen. Bougez vos pieds de haut en bas. C’est bien. Quittez l’estrade, heureuse. Amen.

            Croyez-vous, soeur? Vous aimeriez guĂ©rir de cette maladie du coeur, n’est-ce pas? Au Nom de JĂ©sus-Christ, que cela vous quitte. Quittez l’estrade en remerciant Dieu pour cela. Croyez de tout votre coeur pour ce...?... ce petit enfant. Croyez-vous que cela le quittera? Au Nom de JĂ©sus-Christ, je bĂ©nis cet enfant pour sa guĂ©rison. Amen. Allez. Placez une corde autour de lui ce soir. Mesurez cela, ramenez-moi la partie qui se sera rĂ©trĂ©cie demain soir. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre.

            Amen. Disons: «Gloire au Seigneur!» Oh! la la! Tout peut arriver. Amis, soyez conscients de Dieu maintenant. Je ne suis pas excitĂ©. Mais je sais en Qui je crois. Croyez de tout votre coeur.

            Recouvrez votre ouĂŻe, au Nom de JĂ©sus-Christ. Quittez l’estrade en vous rĂ©jouissant. Amen.

            Croyez-vous de tout votre coeur? Au Nom de JĂ©sus-Christ, soyez guĂ©ri. Allez en croyant maintenant de tout votre coeur. Levez les mains...?...

            Croyez-vous de tout votre coeur, que Dieu va vous rĂ©tablir?

            Ô PĂšre cĂ©leste, je Te prie de dĂ©barrasser cette femme de ce dĂ©mon. Sors de la femme au Nom de JĂ©sus-Christ. Regardez, madame. Ça fait longtemps que vous ĂȘtes dĂ©rangĂ©e, n’est-ce pas? Une dĂ©pression nerveuse mentale, est-ce vrai? Des dĂ©mons; quelque chose vous hante et vous effraie. Est-ce vrai? M’acceptez-vous en tant que prophĂšte de Dieu? Levez les mains et dites: «Je remercie le Seigneur pour ma guĂ©rison.» Quittez l’estrade et oubliez tout cela, soyez bien portante. Amen.

54        TrĂšs bien, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur? Regardez ici. Maintenant, afin que vous vous dĂ©tendiez maintenant... Vous ĂȘtes nerveuse. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que Dieu m’a envoyĂ© faire ceci? Je ne vous ai jamais vue de ma vie, Ă  ce que je sache; vous ĂȘtes une inconnue, est-ce vrai? J’aimerais que les gens sachent que le Saint-Esprit... Peu importe... Vous pensez que je suis excitĂ©, mais je ne le suis pas. Le Saint-Esprit est ici. Croyez-vous cela? Vous voulez guĂ©rir d’un cancer, n’est-ce pas? Quittez l’estrade et soyez guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Disons: «Gloire Ă  Dieu!» Oh! la la! C’est ce dont nous avons besoin. C’est ça. C’est maintenant le moment.

            Est-ce la patiente? Bonsoir, soeur. On dirait que vous ĂȘtes en dĂ©tresse. Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? Croyez-vous que cet Esprit de Dieu est ici maintenant? Si je vous touche, serez-vous guĂ©rie? Vous rĂ©flĂ©chissez beaucoup, n’est-ce pas, soeur? Vous avez aussi un esprit abattu; vous vous souciez toujours des choses avec lesquelles vous n’avez rien Ă  faire. Vous ĂȘtes nerveuse, bouleversĂ©e, cela vous a amenĂ©e Ă  dĂ©velopper de l’acide dans votre sang, ce qui vous a causĂ© l’arthrite. Est-ce vrai? Quittez l’estrade et soyez bien portante au Nom de JĂ©sus-Christ. Allez et soyez guĂ©rie. Disons: «Gloire au Seigneur!»

            Croyez, mon frĂšre. Croyez-vous de tout votre coeur?

            PĂšre cĂ©leste, je Te prie de bĂ©nir ce frĂšre et de le guĂ©rir au Nom de JĂ©sus-Christ. Allez en croyant maintenant, mon frĂšre. Soyez bien portant.

            Croyez-vous, frĂšre? Maintenant, vous avez saisi ma main. Oui, oui. Je sais ce qui cloche chez vous: le cancer. Maintenant, quittez l’estrade et soyez bien portant, au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ.

            Disons: «Gloire au Seigneur!» Croyez-vous en Lui?

55        Juste un instant. Eh bien, certains d’entre eux ici n’avaient pas de cartes de priĂšre, n’ont pas de carte de priĂšre. Maintenant, la carte de priĂšre n’a rien Ă  faire avec ceci. C’est maintenant le moment d’ĂȘtre guĂ©ri. Rappelez-vous, la PrĂ©sence du Seigneur est proche pour guĂ©rir. Croyez-vous cela? Regardez dans cette direction, assistance. Maintenant, regardez dans cette direction et croyez que je vous ai dit la vĂ©ritĂ©; vous verrez la gloire de Dieu.

            Qu’en pensez-vous, madame assise lĂ ? Me croyez-vous? Tenez-vous debout juste une minute afin que vous soyez au-dessus de cette attraction-lĂ . Vous ĂȘtes une inconnue, n’est-ce pas? Vous n’avez pas de carte de priĂšre ni rien. Vous ĂȘtes simplement entrĂ©e dans cette rĂ©union et vous vous ĂȘtes assise. Est-ce vrai? Vous avez eu une vie horrible, devant vous: Beaucoup d’inquiĂ©tudes, d’ennuis. Vous mĂ©ditiez ici derniĂšrement. N’est-ce pas vrai? C’est vrai, exact. Maintenant, vous souffrez d’un cancer, n’est-ce pas? Rentrez chez vous et soyez guĂ©rie au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ. Amen. AllĂ©luia! C’est bien.

            Qu’en est-il de l’estropiĂ© qui... couchĂ© sur la civiĂšre lĂ ? Regardez. Eh bien, je vois juste entre les bras, lĂ ... Attendez une minute, frĂšre. Cette dame, lĂ  avec les mains levĂ©es, couchĂ©e lĂ , liĂ©e sur une civiĂšre. Regardez dans cette direction, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que Dieu m’a envoyĂ© ici? Vous n’avez pas de carte de priĂšre, n’est-ce pas? Pas de carte de priĂšre ni rien. Nous sommes inconnus, est-ce vrai? Il n’y a aucun moyen au monde pour moi de savoir quoi que ce soit Ă  votre sujet, Ă  moins que cela vienne de Dieu. Est-ce vrai? Je ne suis pas Ă  mesure de vous guĂ©rir, soeur, mais si vous croyez ce que je dis, Ce qui me parle maintenant, vous serez guĂ©rie. Croyez-vous cela? TrĂšs bien, vous ĂȘtes pratiquement morte, n’est-ce pas? Vous avez une tumeur horrible. Est-ce vrai? Ne voudriez-vous pas vous lever et accepter votre guĂ©rison? DĂ©barrassez-vous de cette maladie-lĂ . Vous avez Ă©tĂ© clouĂ©e au lit depuis longtemps. Que ses amies l’aident. Faites-la se tenir debout. Qu’elle se tienne debout jusqu’à ce qu’elle recouvre la force. Elle peut rentrer Ă  la maison en marchant. Prenez... L’assistance... Amen. LĂ , elle a acceptĂ© cela.

56        Tout le monde, juste un instant. Ayez foi maintenant. Cela se trouve lĂ . Juste une minute. Voici un homme assis prĂšs de la porte en train de regarder droit vers moi. Vous n’avez pas de carte de priĂšre non plus, n’est-ce pas, monsieur. Un petit homme... Dites donc, je vois quelque chose d’étrange chez vous. Juste un instant maintenant. C’est peut-ĂȘtre la dame qui est devant vous, ici. Juste une minute maintenant. Tout le monde, soyez respectueux, s’il vous plaĂźt. Maintenant, il y a une–une attraction maintenant. Oui... De ce cĂŽtĂ©-ci, un peu, mesdames, allez-vous...

            Laissez-moi voir cet homme juste une minute. Monsieur, vous... C’est bien, vous. Dites, vous–vous ĂȘtes dĂ©rangĂ©... Eh bien, vous ĂȘtes estropiĂ©, n’est-ce pas? Vous avez... Vous ĂȘtes–vous ĂȘtes estropiĂ©. Vous–vous avez un–un... Voyons, je... C’est une espĂšce de... quelque chose qui cloche dans votre colonne et qui vous a rendu estropiĂ©. N’est-ce pas vrai? C’est vrai. Il y a un... quelque chose, on dirait la paralysie de la colonne vertĂ©brale. Est-ce vrai? Est-ce la vĂ©ritĂ©? Pourquoi ne vous levez-vous pas et n’acceptez-vous pas JĂ©sus-Christ comme votre... Le voilĂ  guĂ©ri. Louez le Seigneur JĂ©sus-Christ. Que toute l’assistance croie au Seigneur JĂ©sus et soit guĂ©rie maintenant mĂȘme. Levons les mains, tout le monde, rendons gloire Ă  Dieu.

            PĂšre cĂ©leste, au Nom de JĂ©sus-Christ, nous T’aimons et prions, ĂŽ Dieu, maintenant mĂȘme, que Satan lĂąche tout le monde dans cette salle et qu’ils soient guĂ©ris.

EN HAUT