ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Seigneur, Je Crois de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 53-0901 La durĂ©e est de: 52 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Seigneur, Je Crois

1          Notre PĂšre cĂ©leste, nous Te remercions de nous avoir permis de revenir ce soir. Nous Te sommes trĂšs reconnaissants du message que nous venons d’entendre de Ta Parole, la foi qui inspire. Je Te prie, ĂŽ Dieu, que cela enfonce ces semences profondĂ©ment dans chaque coeur ici. Et que cela produise une parfaite victoire ce soir pour JĂ©sus-Christ.

            Que les dĂ©cisions soient prises pour le salut, et que les dĂ©cisions soient prises pour la guĂ©rison, dans les coeurs des gens. Qu’ils trouvent cela lĂ  comme ils ne l’ont jamais trouvĂ© auparavant. Et qu’ils agissent selon leur–leur conviction–conviction. Car nous demandons cette bĂ©nĂ©diction au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Bonsoir, amis. Je suis content d’ĂȘtre ici pour servir encore ce soir au Nom de notre Seigneur. Mon coeur a Ă©tĂ© bien inspirĂ© en Ă©coutant ce merveilleux message.

            Je suis un peu fatiguĂ©, nous avons roulĂ© toute la nuit hier soir et toute la journĂ©e aujourd’hui, et nous sommes rentrĂ©s il y a quelques instants, je me suis directement prĂ©cipitĂ© vers ici. Donc...

2          Je vois qu’il n’y a pas eu de changement de temps par ici. Et on ne le promet pas pendant les quelques jours jusque lĂ . Je suis trĂšs content que vous soyez disposĂ©s Ă  vous asseoir dans cette salle oĂč il fait chaud la nuit, pour Ă©couter le glorieux Evangile de JĂ©sus-Christ. Je vous le dois donc, de commencer directement par la ligne de priĂšre.

3          Je vais d’abord lire un passage des Ecritures ici. Et puis, je vais directement prier pour les malades. Saint Jean, chapitre 9:

            JĂ©sus vit, en passant, un homme aveugle de naissance.

            Ses disciples lui firent cette question: Rabbi, qui a pĂ©chĂ©, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit nĂ© aveugle?

            JĂ©sus rĂ©pondit: Ce n’est pas que lui ou ses parents aient pĂ©chĂ©; mais c’est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestĂ©es en lui.

            Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les oeuvres de celui qui m’a envoyĂ©; la nuit vient, oĂč personne ne peut travailler.

            Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumiĂšre du monde.

            AprĂšs avoir dit cela, il cracha Ă  terre, et fit de la boue avec sa salive. Puis il appliqua cette boue sur les yeux de l’aveugle,

            Et lui dit: Va, lave-toi au rĂ©servoir de SiloĂ© (nom qui signifie envoyĂ©). Il y alla, se lava, et s’en retourna voyant clair.

            Ses voisins et ceux qui auparavant l’avaient connu comme un mendiant disaient: N’est-ce pas lĂ  celui qui se tenait assis et qui mendiait?

            Et les uns disaient: c’est lui. D’autres disaient: Non, mais il lui ressemble. Et lui-mĂȘme disait: C’est moi.

            Ils lui dirent donc: Comment tes yeux ont-ils Ă©tĂ© ouverts?

            Il rĂ©pondit: l’homme qu’on appelle JĂ©sus a fait de la boue, a oint mes yeux, et il m’a dit: Va au rĂ©servoir de SiloĂ© et lave-toi. J’y suis allĂ©, je me suis lavĂ© et j’ai recouvrĂ© la vue.

            Ils lui dirent: OĂč est cet homme? Il rĂ©pondit: Je ne sais.

            Ils menĂšrent vers les pharisiens celui qui avait Ă©tĂ© aveugle.

            Or, c’était un jour de Sabbat que JĂ©sus avait fait de la boue, et lui avait ouvert les yeux.

            De nouveau, les pharisiens aussi lui demandĂšrent comment il avait recouvrĂ© la vue. Et il leur dit: Celui qui... Il a appliquĂ© de la boue sur mes yeux, je me suis lavĂ©, et je vois.

            Sur quoi quelques-uns des pharisiens dirent: Cet homme ne vient pas de Dieu, car il n’observe pas le sabbat. D’autres dirent: Comment un homme pĂ©cheur peut-il faire de tels miracles? Et il y eut division parmi eux.

            Ils dirent encore Ă  l’aveugle: Toi, que dis-tu de lui, sur ce qu’il t’a ouvert les yeux? Il rĂ©pondit: C’est un prophĂšte.

            Les Juifs ne crurent point qu’il eut Ă©tĂ© aveugle et qu’il eut recouvrĂ© la vue jusqu’à ce qu’ils eussent fait venir ses parents.

            Ils les interrogĂšrent, disant: Est-ce lĂ  votre fils, que vous dites ĂȘtre nĂ© aveugle? Comment donc voit-il maintenant?

            Ses parents rĂ©pondirent: Nous savons que c’est notre fils, et qu’il est nĂ© aveugle;

            mais comment il voit maintenant, ou qui lui a ouvert les yeux, c’est ce que nous ne savons. Interrogez-le lui-mĂȘme, il a de l’ñge. Il parlera de ce qui le concerne.

            Ses parents dirent cela parce qu’ils craignaient les Juifs; car les Juifs Ă©taient dĂ©jĂ  convenus que, si quelqu’un reconnaissait JĂ©sus pour le Christ, il serait exclu de la synagogue.

            C’est pourquoi ses parents dirent: Il a de l’ñge, interrogez-le lui-mĂȘme.

            Les pharisiens appelĂšrent une seconde fois l’homme qui avait Ă©tĂ© aveugle, et ils lui dirent: Donne gloire Ă  Dieu; nous savons que cet homme est un pĂ©cheur.

            Il rĂ©pondit: S’il est un pĂ©cheur, je ne sais; je sais une chose, c’est que j’étais aveugle et que maintenant je vois.

            Ils lui dirent: Que t’a-t-il fait? Comment t’a-t-il ouvert les yeux?

            Il leur rĂ©pondit: Je vous l’ai dĂ©jĂ  dit, et vous n’avez pas Ă©coutĂ©; pourquoi voulez-vous l’entendre encore? ... aussi ses disciples?

            Ils l’injuriĂšrent et dirent: C’est toi qui es son disciple; nous, nous sommes disciples de MoĂŻse.

            Nous savons que Dieu a parlĂ© Ă  MoĂŻse; mais celui-ci, nous ne savons d’oĂč il est.

            Cet homme leur rĂ©pondit: Il est Ă©tonnant que vous ne sachiez d’oĂč il est; et cependant il m’a ouvert les yeux.

            Nous savons que Dieu n’exauce point les pĂ©cheurs; mais si quelqu’un l’honore et fait sa volontĂ©, c’est celui-lĂ  qu’il exauce.

            Jamais on a entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux d’un aveugle-nĂ©.

            Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire.

            Alors rĂ©pondirent... Ils lui rĂ©pondirent: Tu es nĂ© tout entier dans le pĂ©chĂ©, et tu nous enseignes! Et ils le chassĂšrent.

            JĂ©sus apprit qu’ils l’avaient chassĂ©; et, l’ayant rencontrĂ©, il lui dit: Crois-tu au Fils de Dieu?

            Il rĂ©pondit: Et qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui?

            Tu l’as vu, lui dit JĂ©sus, et celui qui te parle, c’est lui.

            Et il dit: Je crois, Seigneur. Et il se prosterna devant lui.

4          Quelle merveilleuse occasion! Un homme nĂ© aveugle, JĂ©sus lui a ouvert les yeux. Et puis, les gens ne croyaient pas cela, et ils l’interrogeaient; ce qu’il avait fait Ă  ce sujet, il disait uniquement ce que JĂ©sus lui avait dit de faire.

            Et si quelqu’un fait ce que JĂ©sus lui dit de faire, il recevra exactement ce dont il a besoin, si seulement vous croyez. Croyez-vous cela? Que le Seigneur ajoute donc Ses bĂ©nĂ©dictions, alors que nous commençons Ă  prier pour les malades.

            TrĂšs bien. Je pense que Billy m’a rencontrĂ© lĂ  dans l’escalier il y a quelques instants et il a dit avoir distribuĂ© les cartes de priĂšre A-50 jusqu’à 100. Alors, commençons Ă  prier pour les malades. Et nous ne vous garderons pas plus longtemps que nĂ©cessaire. Peut-ĂȘtre qu’un peu plus tard, au courant de la semaine, il fera un peu plus frais. Et alors, nous aborderons cela directement et vite avec tout ce que nous avons. Soyons en priĂšre.

5          Combien ici prĂ©sents croient que Dieu va entendre ce soir et exaucer la priĂšre? Oh! N’est-ce pas merveilleux? FrĂšre Lindsay, c’était donc vraiment agrĂ©able de voir ce solide fondement, lĂ  oĂč–oĂč chaque personne croit, un fondement de la foi. Tout peut arriver.

            Eh bien, tout ce que je vais vous demander de faire, c’est... Combien ont foi que JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© d’entre les morts et qu’Il se manifeste ici mĂȘme parmi nous? Croyez-vous cela? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.]

            Eh bien, maintenant, toute la foi que vous avez ne vous fera jamais aucun bien si vous ne l’accompagnez pas des oeuvres. Est-ce vrai? Il vous faut donc dire: «Je crois cela. Je l’accepte. C’est rĂ©glĂ©. Et me voici.» Voyez? C’est ça. Ça–ça rĂšgle le tout. TrĂšs bien.

6          N’appelons pas beaucoup du coup. GĂ©nĂ©ralement, nous prenons cinquante ou cent ici, ils restent debout en ligne et se fatiguent beaucoup. Prenons... Qui a la carte de priĂšre A-50? Faites voir la main. La carte de priĂšre A-50? Regardez au verso de la petite carte et vous verrez que cela porte un numĂ©ro lĂ . Et votre numĂ©ro est au recto. A-50? Est-ce ici? Levez la main, celui qui l’a. A-50? 51? Je pensais m’ĂȘtre trompĂ© de lettre, que... 51, qui a la carte de priĂšre A-51? 52? Levez-vous vite, quand vous le pouvez. 52, 53, 54, A-55, 56, 57, 58, 59, 60?

            Fiston, as-tu distribuĂ© la sĂ©rie A? Que dis-tu? Oh! Ils lĂšvent la main... TrĂšs bien, je pensais donc... Je ne voyais pas les mains moi-mĂȘme; je suis dĂ©solĂ©. D’accord. Je–j’ai commencĂ© par A-50. Oui. J’ai A-50, A-51, 52, jusqu’à la fin. Je suis allĂ© jusqu’à 60, lĂ . Voyons ce que nous avons maintenant, 60. Eh bien, occupez vos places.

7          Vous savez, je suis trĂšs reconnaissant de ce que, Ă  ce que je sache, il n’y ait pas une seule personne que je connaisse qui soit entrĂ©e dans la salle, estropiĂ©e, sans que Dieu l’ait guĂ©rie, Ă  part cette dame assise ici mĂȘme. Et j’ai regardĂ©. Je sais ce qui cloche chez elle. Et je sais ce qui est arrivĂ©. Mais j’attends simplement voir le moment oĂč elle sera guĂ©rie, alors je l’appellerai. En effet, elle vient rĂ©guliĂšrement.

            Il y avait une petite fille qui Ă©tait assise lĂ . Mais tous ceux qui Ă©taient sur les civiĂšres, les brancards, les estropiĂ©s, et autres ont Ă©tĂ© guĂ©ris, et ils sont allĂ©s dans l’assistance en marchant. N’est-ce pas merveilleux, Tous ceux qui ont Ă©tĂ© amenĂ©s... TrĂšs bien.

8          Maintenant, ce que nous avons, c’est jusqu’à cinquante? Jusqu’à soixante, je pense, n’est-ce pas? TrĂšs bien.

            Allons jusqu’à soixante-dix donc. Soixante-quinze, atteignons cela: A 50 Ă  75, et voyons... N’en mettez pas trop dans la ligne. Ensuite, nous en prendrons d’autres, d’ici peu.

            BĂ©ni soit le lien qui unit
            Nos coeurs dans l’amour chrĂ©tien,
            La communion des Ăąmes soeurs
            Est comme celle d’en haut.

            Nous partageons nos peines rĂ©ciproquement,
            Nous portons nos fardeaux rĂ©ciproquement,
            Et souvent coulent
            Des larmes de compassion des uns pour les autres.

            Quand nous nous sĂ©parons,
            Cela nous attriste;
            Mais nous restons unis dans le coeur,
            EspĂ©rant nous rencontrer.

            N’aimez-vous pas bien ces anciens cantiques? Comme...

            A la croix oĂč mourut mon Sauveur,
            LĂ , je... pour ĂȘtre purifiĂ© du pĂ©chĂ©,
            LĂ , le Sang fut appliquĂ© Ă  mon coeur;
            Gloire Ă  Son Nom!Gloire...

            La carte de priĂšre numĂ©ro 70 Ă  Ă©tĂ© distribuĂ©e, dit-il. La carte de priĂšre A-70...

            Gloire Ă  Son prĂ©cieux Nom!
            Oh! LĂ , le Sang fut appliquĂ© Ă  mon coeur;
            Gloire Ă  Son Nom!

9          Quelqu’un qui a la carte de priĂšre 70... Voudriez-vous vĂ©rifier auprĂšs de quelqu’un assis Ă  cĂŽtĂ© de vous? Ça peut ĂȘtre un sourd. A-70, s’il est dans la salle, eh bien, venez occuper votre place, s’il vous plaĂźt, pendant que nous chantons le couplet suivant

            Je suis si merveilleusement sauvĂ© du pĂ©chĂ©,
            JĂ©sus demeure avec tant de douceur Ă  l’intĂ©rieur,
            LĂ , Ă  la croix oĂč Il m’a fait entrer;
            Oh! Gloire Ă  Son Nom!

            Gloire Ă  Son (prĂ©cieux) Nom!
            Oh! Gloire Ă  Son (prĂ©cieux) Nom!
            LĂ , le Sang fut appliquĂ© Ă  mon coeur;
            Gloire Ă  Son...

10        Je n’échangerais pas ces cantiques contre toutes ces petites chansons hachĂ©es. Je pense qu’elles sont merveilleuses. Chantons donc: «Gloire Ă  Son Nom», le–le choeur. Et serrez simplement la main Ă  quelqu’un assis Ă  cĂŽtĂ© de vous, allez-vous le faire? Tournez-vous simplement, ou quelque chose comme cela, et serrez-vous les mains. Voyez donc. Gloire Ă  Son (prĂ©cieux) Nom!Gloire Ă  Son (prĂ©cieux) Nom!Oh! LĂ , le Sang fut appliquĂ© Ă  mon coeur;Gloire Ă  Son...

            Notre PĂšre cĂ©leste, nous Te remercions pour Tes bĂ©nĂ©dictions, ce que nous pouvons chanter ce soir: «Gloire Ă  Son Nom.» En effet, c’était lĂ  Ă  la Croix que Tu nous as fait entrer. Nous sommes venus Ă©tant indignes, tout imparfaits, nus, vils, aveugles, spirituellement parlant, et Dieu par Sa tendre misĂ©ricorde a tendu la main et Il nous a pris comme... nous qui Ă©tions Ă©trangers de Lui. Dieu nous a purifiĂ©s de nos pĂ©chĂ©s par le Sang de Son Fils JĂ©sus-Christ, et Il nous a maintenant placĂ©s dans notre position, dans les lieux cĂ©lestes en Lui.

11        Et maintenant, nous sommes fils et filles de Dieu, cohĂ©ritiers de Christ dans le Royaume, assis dans les lieux cĂ©lestes, le Saint-Esprit agissant sur nous.

            Oh! Il n’est pas Ă©tonnant que nos coeurs tremblent quand nous entendons ces cantiques Ă  l’ancienne mode. Cela nous rend tellement reconnaissants envers Toi, Seigneur. Merci. Les compositeurs de ces anciens cantiques sont auprĂšs de Toi ce soir, je... peut-ĂȘtre. Que Dieu fasse reposer leurs vaillantes Ăąmes jusqu’à ce qu’elles revĂȘtent des corps une fois de plus.

            Aide-nous, Seigneur, alors que nous les chantons, Ă  saisir ce pourquoi ils ont Ă©tĂ© exprimĂ©s. Accorde-nous la grĂące ce soir, PĂšre, et la puissance du Saint-Esprit. Et maintenant, arrĂȘte, pour ainsi dire, tout doute; enferme cela hors de la salle, Seigneur. Et que la foi s’élĂšve et occupe sa place, et qu’elle soit trĂšs prĂ©dominante ce soir. Et que les mauvais esprits quittent les gens, qu’il y ait une grande joie parmi les gens, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

12        Fredonnons cela une fois de plus, le voulez-vous? [FrĂšre Branham fredonne: «Gloire Ă  Son Nom.»–N.D.E.] Oh! Combien j’aime cela. C’était l’un des premiers cantiques qui avaient touchĂ© mon coeur, c’était un cow-boy qui le jouait. [FrĂšre Branham fredonne encore.]

            Gloire Ă  Son Nom.

            Que Dieu vous bĂ©nisse. Je fais confiance Ă  JĂ©sus-Christ pour tous les nĂŽtres ce soir, croyant qu’Il est ici avec nous, croyant qu’Il nous vient en aide, qu’Il cherche par Son grand amour et Sa grande misĂ©ricorde Ă  inspirer notre foi en Lui. C’est l’unique alternative que nous avons: chercher Ă  trouver grĂące aux yeux des gens, autant que Dieu nous le permettra, afin que leur foi soit Ă©levĂ©e pour croire davantage au Seigneur JĂ©sus-Christ.

            Nous sommes inconnus. Je ne vous connais pas. Peut-ĂȘtre que vous ne me connaissez pas. A moins que ça soit juste par lettre, ou par courrier, ou que vous m’ayez vu quelque part Ă  la chaire. Mais Dieu nous connaĂźt tous deux. Et nous savons qu’il nous est totalement impossible de savoir quelque chose l’un au sujet de l’autre, pas plus peut-ĂȘtre que vous sauriez davantage Ă  mon sujet, du fait d’avoir lu des journaux et autres... Mais que moi, je vous connaisse...

13        Eh bien, vous avez l’air d’une femme en bonne santĂ©. Et vous pouvez l’ĂȘtre, autant que je sache. C’est... Dieu le sait, pas moi. Mais Il est ressuscitĂ© d’entre les morts et Il vit ici avec nous ce soir et il nous a promis que les oeuvres qu’Il avait faites, nous les ferions aussi. Et Il n’avait guĂ©ri personne, vous le savez. Il a affirmĂ© qu’Il ne guĂ©rissait pas. Non. Il a dit: «C’est le PĂšre qui le fait.» Est-ce vrai? Mais Il–Il connaissait leurs coeurs, Il connaissait leurs pensĂ©es. Il a dit: «Je ne fais que ce que le PĂšre me montre.»

            Pouvez-vous vous Le reprĂ©senter passer au milieu de tous ces estropiĂ©s, lĂ  Ă  BĂ©thesda? Et pensez donc Ă  ces pauvres petits enfants hydrocĂ©phales, aux estropiĂ©s, aux handicapĂ©s moteurs, et aux gens aux membres recroquevillĂ©s. Et Il n’a touchĂ© aucun d’eux.

           

14        Il est allĂ© directement lĂ , et cet homme n’était pas dans une situation critique. Il souffrait peut-ĂȘtre de la prostatite ou de quelque chose comme cela, depuis environ trente-huit ans. Il Ă©tait couchĂ© sur un grabat. JĂ©sus l’a guĂ©ri. Puis Il a quittĂ© la salle. Hmm. Et on a dit qu’Il Ă©tait plein d’amour et de compassion.

            Son amour n’était pas... C’était d’aprĂšs le PĂšre. Et selon que le PĂšre le permettait, Il agissait. Il a dit la mĂȘme chose au verset 19, vous savez. Il a dit: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, le Fils ne fait rien de Lui-mĂȘme. Mais ce qu’Il voit faire au PĂšre, le Fils aussi le fait pareillement.» En d’autres termes, Il fait exactement ce que le PĂšre Lui montre. Eh bien, si le PĂšre ce soir...

            Eh bien, je crois qu’en ce qui concerne votre guĂ©rison, le PĂšre a dĂ©jĂ  acquis cela pour Sa gloire ce soir. Oui. En effet, Il... quand Il a donnĂ© JĂ©sus, qui a acquis votre guĂ©rison.

15        Maintenant, tout ce que le PĂšre peut faire... Et puis, Il a envoyĂ© Sa Parole. FrĂšre Baxter a prĂȘchĂ© cela trĂšs bien et parfaitement ce soir.

            Maintenant, s’il y a autre chose qui peut ĂȘtre faite, il y a des dons qui ont Ă©tĂ© placĂ©s dans l’Eglise. Est-ce vrai? Ainsi donc, par lĂ  Dieu descend, outre Son amour et Son Message sur cette Parole, Il place ensuite dans l’Eglise des dons, qui accomplissent diffĂ©rentes choses.

            Maintenant, il y a un don dans l’Eglise... Je pense, Paul a dit: «Si le... vous tous vous parlez en langues et qu’il survienne des hommes du peuple, eh bien, ne diront-ils pas que vous ĂȘtes fous? Mais, a-t-il dit, s’il y en a un qui prophĂ©tise et rĂ©vĂšle les secrets aux gens, alors ils tomberont tous par terre et diront: Effectivement, Dieu est avec vous.» Est-ce vrai?

16        Eh bien, avec pareille chose dans une Ă©glise ce soir, ne pensez-vous pas que ça devrait suffire pour chaque personne d’accepter JĂ©sus-Christ et de croire en Lui? Oui.

            Eh bien, Il est ressuscitĂ©. Il est juste comme... Nous sommes lĂ , parlant comme notre MaĂźtre avec–avec la femme au puits. Eh bien, je fais ceci Ă  dessein. Vous le savez. Il y a beaucoup de gens lĂ  dans l’assistance, beaucoup de croyants. Il y en a littĂ©ralement des centaines. Mais ils... Je cherche Ă  vous contacter.

            Eh bien, il n’y a rien d’immoral chez cette femme. Je lui parlais juste un instant. Je savais que ce microphone fonctionnait.

            Eh bien, vous croyez que Dieu peut me montrer ce qu’est votre problĂšme, quoi que ce soit, un problĂšme au foyer, ou si c’est–c’est... ou quoi que ça soit, la maladie, ou quoi que ça soit... Si vous ĂȘtes juste curieuse, ou quoi que ce soit, Dieu peut rĂ©vĂ©ler cela, n’est-ce pas? Il le peut. Oui. Vous croyez qu’Il le peut. TrĂšs bien.

17        Mais vous n’ĂȘtes pas venue ici juste par curiositĂ©, parce que vous ĂȘtes effectivement malade. Votre maladie, c’est au niveau de la poitrine. Vous avez des douleurs Ă  la poitrine. Vous avez subi une intervention chirurgicale Ă  la poitrine, c’est ce qui est Ă  la base de cela. C’était une intervention chirurgicale d’une tumeur ou quelque chose comme cela. Il y avait une–une grosseur dans un sein et on a enlevĂ© cela. Est-ce vrai?

            Eh bien, si c’est... Si Dieu a pu rĂ©vĂ©ler cela... Maintenant, ce que... qu’était-ce? N’était-ce pas quelque chose concernant votre... une intervention chirurgicale ou quelque chose comme cela? Quelque chose... Oui, oui. Le sein...?... TrĂšs bien. TrĂšs bien.

            Si cela... Si Dieu peut se tenir lĂ  et accomplir cela par un bout de chair sans valeur comme nous, eh bien, Il est Tout-Puissant, n’est-ce pas? Mais Il a parlĂ© par un mulet une fois et Il a dit quelque chose Ă  un homme. Et Il–Il a parlĂ© au travers d’une NuĂ©e de Feu. Il a parlĂ© au travers plusieurs... Juste un instant.

18        Vous... A part ça, je vous vois vous Ă©loigner de moi une fois de plus, vous vous Ă©loignez. Vous avez un coeur rĂ©servĂ©, trĂšs attristĂ©. Vous avez–vous avez perdu votre mari, n’est-ce pas, soeur? Etes-vous convaincue que JĂ©sus-Christ est prĂšs ici maintenant? Acceptez-vous votre guĂ©rison de Sa part? Pouvons-nous, vous et moi, offrir un mot de priĂšre ensemble?

            Notre Tendre PĂšre, nous Te remercions pour Tes misĂ©ricordes et Ta bontĂ©. Et j’implore la misĂ©ricorde en faveur de notre bien-aimĂ©e soeur. Que tout le mal la quitte. Que son coeur se rĂ©jouisse et qu’elle soit joyeuse. Qu’elle soit guĂ©rie ce soir, qu’elle rentre chez elle en se rĂ©jouissant. Maintenant, que sa foi opĂšre des oeuvres par cela. Accorde-le, Seigneur. Je le demande, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Maintenant, regardez. Nous–nous sommes inconnus. Eh bien, ces choses semblent comme si j’ai eu un songe. Voyez? Mais maintenant, ce qui a Ă©tĂ© dit, Ă©tait-ce la vĂ©ritĂ©, quoi que ce fĂ»t? Si c’était la vĂ©ritĂ©, faites-le savoir Ă  l’assistance par une main levĂ©e. C’était la vĂ©ritĂ©. Je n’en savais rien, il n’y a aucun moyen au monde pour moi de le savoir, est-ce vrai? Nous sommes donc de parfaits inconnus.

19        Maintenant, JĂ©sus-Christ est ici. JĂ©sus-Christ a guĂ©ri cette femme, elle peut rentrer chez elle, Ă©tant heureuse maintenant. Voyez? Pourquoi? Juste parce qu’elle... Eh bien, vous le serez. En effet, vous ĂȘtes venue avec une bonne attitude. Il n’y a personne qui soit jamais venu Ă  Christ avec une bonne attitude sans repartir avec ce qu’il a demandĂ©. Personne. Voyez?

            Maintenant, allez et vous ĂȘtes... Si Dieu a pu rĂ©vĂ©ler ce qu’a Ă©tĂ© votre vie, assurĂ©ment que Dieu peut savoir ce que sera votre vie, est-ce vrai? TrĂšs bien. Allez donc de l’avant. Oubliez tout. Soyez heureuse. Vous allez vous rĂ©jouir et ĂȘtre heureuse. Que Dieu vous bĂ©nisse. TrĂšs bien. Venez.

            J’aimerais prier pour ces lettres maintenant mĂȘme, avant que l’onction devienne si forte sur moi que je–je les oublierai.

            Maintenant, PĂšre cĂ©leste, voici des lettres dĂ©posĂ©es ici. Il y a des mouchoirs Ă  l’intĂ©rieur. Ils vont vers les malades et les affligĂ©s. J’implore misĂ©ricorde, Dieu bien-aimĂ©. Je Te prie de guĂ©rir chacun d’eux.

20        Et je sais, Seigneur, que nous sommes des serviteurs inutiles. Il n’y a rien de bon en nous. Mais nous nous souvenons de ce que JĂ©sus nous a ordonnĂ© de faire. Oh! Nous T’aimons vraiment pour cela. Et maintenant, nous avons appris qu’on retirait des mouchoirs et des linges qui avaient touchĂ© le corps de Paul et les esprits impurs quittaient les gens et ils Ă©taient guĂ©ris de maladies. Nous ne sommes pas saint Paul, mais Tu es toujours JĂ©sus.

            Maintenant, nous envoyons ces mouchoirs au Nom de JĂ©sus-Christ. Que tous ceux qui seront touchĂ©s par ces mouchoirs soient guĂ©ris pour la gloire de Dieu et pour la gloire de JĂ©sus-Christ, Son Fils. Car nous le demandons en Son Nom. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. (Je pense qu’il y en a encore deux, frĂšre. Oh! Ils sont... Oui, oui. TrĂšs bien.)

            Bonsoir, monsieur. Croyez-vous au Seigneur JĂ©sus de tout votre coeur, de toute votre Ăąme? Si notre prĂ©cieux et cher JĂ©sus arrivait Ă  descendre dans Sa puissante onction et qu’Il rĂ©vĂ©lait ce qui est... ce que vous cherchez, ça serait la chose principale qui vous tenait Ă  coeur, ce que vous rĂ©clamez. Que ça soit pour... tout ce qu’il y a... Quoi que ce soit. Il–Il peut le rĂ©vĂ©ler (Est-ce vrai?) par Sa puissance. Croyez-vous cela? Accepteriez-vous donc cela, s’Il vous disait quoi faire Ă  ce sujet? Accepteriez-vous donc cela, s’Il rĂ©vĂ©lait ce qui clochait ou ce que vous voulez? Et puis, Il vous dirait de faire... Accepteriez-vous Sa dĂ©cision? Serait-ce correct? Que Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre, c’est ma priĂšre.

            Je crois que vous venez humblement. Je crois que vous vous approchez de Dieu de façon Ă  recevoir quelque chose.

21        Oui, monsieur. Votre–votre maladie est dans votre coeur. Vous avez un–un coeur hypertrophiĂ©. C’est vrai. Et vous souffrez aussi d’hydropisie, n’est-ce pas? Une enflure, cela devient parfois trĂšs gros, et il y a un Ă©panchement, ça se sĂ©pare en eau. Croyez-vous qu’Il vous a guĂ©ri quand Il est mort au Calvaire pour vous?

            Vous, maintenant, pendant que vous ĂȘtes debout en ce lieu-ci, en prĂ©sence de cette foule, et devant Dieu, acceptez-vous maintenant l’expiation de JĂ©sus lĂ  pour votre guĂ©rison? Croyez-vous que vous guĂ©rirez et que ce coeur redeviendra normal? Si vous le croyez de tout votre coeur, avant la fin de cette rĂ©union, vous dĂ©poserez un–un billet sur ce bureau ici, disant que votre coeur a diminuĂ© et que votre hydropisie vous a quittĂ©. Allez-vous le faire de tout votre coeur?

            Ô Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur cet homme et accomplis cela, car je rĂ©primande cette maladie de coeur, cette enflure, quoi que ce soit qui cloche chez lui. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que cela le quitte. Sors de cet homme. Amen.

            Maintenant, allez en croyant de tout votre coeur, frĂšre. Dieu vous rĂ©tablira. Soyez en priĂšre maintenant. TrĂšs bien.

22        Venez, s’il vous plaĂźt. Croyez-vous de tout votre coeur, soeur? Vous croyez que JĂ©sus-Christ... Si nous demandions Ă  Dieu... Eh bien, ce n’est pas moi seul qui prie, ma soeur, tous ces chrĂ©tiens sont en train de prier. Et–et ceux qui sont lĂ  derriĂšre, ils sont tous... et ce sont des ministres et tout, ils attendent, ils se posent des questions. Et ils veulent que vous soyez guĂ©ri.

            Croyez-vous que vous serez guĂ©rie, quand nous le demanderons Ă  Dieu? Eh bien alors, juste quelque chose pour stimuler votre foi. Je peux soit–soit venir ici et citer un passage des Ecritures, soit donner un tĂ©moignage, ou peut-ĂȘtre Dieu peut descendre et–et rĂ©vĂ©ler quelque chose. Quoi qu’Il fasse, vous serez trĂšs reconnaissant, n’est-ce pas? Vous le serez.

23        Serait-ce une–une preuve suffisante, aprĂšs avoir entendu ce sermon-lĂ  ce soir, serait-ce une preuve suffisante pour vous que vous allez ĂȘtre guĂ©ri? Ce le sera. Si Dieu vous dit juste ce que... me rĂ©vĂšle juste ce qui cloche chez vous, alors vous–vous... serait-ce une preuve suffisante pour vous que vous allez ĂȘtre guĂ©ri?

            Votre maladie est dans le sang, c’est ce qu’il y a. En effet, entre vous et moi, il y a des gouttelettes de sang qui sont... Et cela paraĂźt blanc. Vous ĂȘtes anĂ©mique. Est-ce vrai? Est-ce vrai? Venez donc ici.

            Soeur, par les yeux de la foi, regardons lĂ  au Calvaire. Il y avait lĂ  suffisamment de Sang, ça coule de ces... des veines d’Emmanuel pour opĂ©rer une transfusion sanguine par la foi ce soir.

24        Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers cette pauvre petite femme. Seigneur, nous sommes juste des crĂ©atures de cette terre, cherchant Ă  nous tirer d’affaires, cherchant Ă  vivre aussi longtemps que possible pour Te servir. Et je prie, alors que j’impose les mains Ă  cette femme, d’aprĂšs une commission qui m’a Ă©tĂ© donnĂ©e par un Ange, qui a dit: «Si tu es sincĂšre pendant que tu pries et que tu amĂšnes les gens Ă  croire, rien ne rĂ©sistera Ă  la priĂšre.»

            Et, ĂŽ Grand Dieu, Toi qui L’as envoyĂ©, qu’Il confirme maintenant la Parole par des signes qui accompagnent, alors que j’impose les mains Ă  cette petite femme, demandant qu’elle soit guĂ©rie de cette maladie, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Maintenant, bien-aimĂ©e soeur, si votre foi est exactement lĂ  oĂč Dieu a dit, je crois de tout mon coeur que vous allez ĂȘtre guĂ©rie. Je le crois de tout mon coeur. Le croyez-vous aussi? Maintenant, il n’y a rien qui puisse vous faire obstacle. Maintenant, juste... Etiez-vous ici hier soir quand je parlais de s’emparer des HĂ©viens et les... Voyez-vous? Les repousser simplement hors du chemin maintenant et continuer Ă  avancer, remerciant Dieu de ce que vous ĂȘtes guĂ©ri. Que Dieu vous bĂ©nisse. Nous aimerions entendre de vos nouvelles. TrĂšs bien.

25        Disons: «GrĂąces soient rendues Ă  Dieu!» [Quelqu’un parle Ă  frĂšre Branham.–N.D.E.] (Oui, monsieur. TrĂšs bien, c’est magnifique. Si vous... Si je dĂ©borde, vous me ramenez, car je–j’oublie cela, s’il vous plaĂźt.)

            Bonsoir, soeur. Aimeriez-vous guĂ©rir de cette maladie de diabĂšte et rentrer chez vous bien portante et rĂ©tablie une fois de plus? Aimeriez-vous le faire? Venez ici juste une minute.

            Ô Seigneur, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, cette pauvre petite mĂšre se tient ici, en regardant ses petites mains fanĂ©es; je me souviens de ma propre mĂšre assise lĂ  dans l’assistance. Et, ĂŽ Seigneur, sans doute qu’elles ont essuyĂ© les larmes de visages de beaucoup de petits enfants pendant qu’ils pleuraient, probablement qu’elle a fait la lessive pendant beaucoup de jours.

26        Et, ĂŽ Dieu, peut-ĂȘtre que ces vieux petits doigts ont feuilletĂ© la Bible, et elle a lu les promesses, et maintenant, Satan cherche Ă  rendre sa vie aussi misĂ©rable que possible. Mais nous lui rĂ©sistons ce soir par la promesse de JĂ©sus-Christ. Maintenant, Satan, quitte la femme, alors que nous lui imposons les mains et nous croyons de tout notre coeur que la Parole de Dieu est vraie, que tu es un menteur, que tu es vaincu, au Nom de JĂ©sus-Christ, Amen.

            Maintenant, soeur, allez, et que la paix de Dieu soit avec vous. En effet, je crois que vous allez vous rĂ©tablir. Acceptez-vous cela maintenant? Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. Oh!

            Oh! la la! TrĂšs bien, soeur, si vous croyez en Dieu de tout votre coeur, vos yeux ne s’abĂźmeront jamais, vous serez rĂ©tablie et vous serez guĂ©rie. C’est la pensĂ©e principale que vous avez ce soir. Evidemment, vous avez beaucoup d’autres choses, en tant que femme de votre Ăąge, de femme et tout. Mais ce n’est rien de comparable Ă  ce que sont vos yeux. Ce sont vos yeux qui vous prĂ©occupent principalement, car ils sont en trĂšs mauvais Ă©tat. Et on dirait que vous ĂȘtes... ils peuvent devenir aveugles.

27        Mais regardons Ă  Celui qui a oint les yeux de cet homme avec de la boue. Il a crachĂ© par terre. Et pendant qu’Il se tenait lĂ  en train de parler, Il a crachĂ© par terre. Et ensuite, Il a ramassĂ© cette boue et a crachĂ©, Il a frottĂ© cela dans Ses mains et Il en a couvert les yeux de cet homme. Qu’est-ce que les autoritĂ©s sanitaires auraient dit de cela aujourd’hui? Voyez? Mais c’était lĂ  JĂ©sus-Christ.

            L’homme a obĂ©i exactement Ă  ce qu’Il avait fait... ce qu’Il lui avait dit de faire et il est revenu en voyant. Est-ce vrai? Maintenant, si vous obĂ©issez exactement Ă  ce qu’Il a dit de faire, vous recouvrirez aussi la vĂŽtre, et vous serez guĂ©ri. Croyez-vous cela? Prions.

            Seigneur JĂ©sus, quand j’étais lĂ  dans une petite piĂšce cette nuit-lĂ , quand cette LumiĂšre avait Ă©clairĂ© la piĂšce et qu’un grand Etre puissant Ă©tait entrĂ© en marchant dans cette LumiĂšre-lĂ , j’avais tremblĂ©, pensant peut-ĂȘtre que mon temps Ă©tait arrivĂ©, mais Tu as dit que je devais prier pour les malades. Et c’est ce que je fais ce soir, Seigneur, aussi fidĂšlement que je sais le faire.

28        BĂ©nis celle-ci que je bĂ©nis en Ton Nom, et que l’esprit de cĂ©citĂ© la quitte. Qu’elle soit guĂ©rie. Je demande cette bĂ©nĂ©diction au Nom de JĂ©sus, et je Te demande, Seigneur, que sa foi ne dĂ©faille pas, mais qu’elle quitte cette estrade Ă©tant trĂšs heureuse et remplie du Saint-Esprit, au point qu’elle n’aura mĂȘme pas Ă  porter des lunettes, ni rien, qu’elle sera parfaitement guĂ©rie, au Nom de JĂ©sus. Amen.

            Que Dieu vous bĂ©nisse, maman. Que Dieu vous bĂ©nisse. TrĂšs bien, voudriez-vous venir, monsieur. Avez-vous foi? Vous croyez de tout votre coeur maintenant. TrĂšs bien. Faites donc cela.

            Voudrais-tu guĂ©rir de ce trouble d’estomac, fils, et ĂȘtre rĂ©tabli? Le voudrais-tu? Crois-tu que la Parole de Dieu est vraie? Crois-tu que le sermon de ce soir Ă©tait vrai? Crois-tu que je Le reprĂ©sente par un don divin qui a su que... qui a vu que tu ne peux pas prendre du cafĂ© et autre comme cela? Tu dois repousser cela, parce que cela rend ton estomac aigre, c’est dans un Ă©tat acide. Est-ce vrai? Tu vomis cela. Tes dents sont toutes sensibles. Parfois, tu dois sortir et vomir ce que tu as mangĂ©. Est-ce vrai? Exactement vrai.

29        Maintenant, si le Saint-Esprit est ici pour te faire savoir cela, me croiras-tu en tant que Son serviteur? Si tu pars d’ici et que tu oublies cette chose-lĂ , tu mets juste–juste cela de cĂŽtĂ©, et tu sors en te rĂ©jouissant, Ă©tant heureux, et mange... peu importe ce que tu sens, mange de toute façon, il y aura un... d’ici peu, tu verras que tu n’auras plus de trouble d’estomac, pas du tout. Me crois-tu?

            Seigneur, que cela s’accomplisse, je le demande, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu te bĂ©nisse, mon frĂšre. Va maintenant, et mange tout ce que tu veux et ayez foi.

            Croyez-vous, monsieur? Juste tel que vous venez, marchant comme cela, croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablira, aussitĂŽt que vous serez arrivĂ© ici et qu’on aura priĂ© pour vous? Croyez-vous cela de tout votre coeur? Oui, je vous connais; je connais votre maladie, mais je–je vous pose juste une question. Croyez-vous que ça se fera? TrĂšs bien; venez ici.

30        Ô Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie, Donateur de tout don excellent, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur cet homme, et que ses nerfs se tranquillisent maintenant. Qu’il quitte l’estrade ici, PĂšre, rĂ©tabli. Qu’il reçoive JĂ©sus maintenant mĂȘme, et qu’il sache que JĂ©sus est le Sacrifice tout suffisant. Dieu est JĂ©hovah-JirĂ©, l’Eternel se pourvoira d’un sacrifice. Et maintenant, il a Ă©tĂ© pourvu au sacrifice. Que notre frĂšre accepte cela par la foi et qu’il le manifeste par les oeuvres, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Maintenant, allez en vous rĂ©jouissant, disant: «Merci, Seigneur.» Et soyez guĂ©ri. TrĂšs bien, venez.

            Croyez cela par la foi. Manifestez-le par les oeuvres. Voyez-vous? Agissez en consĂ©quence, vous savez, je peux ĂȘtre en erreur; et si je le suis, je prie que Dieu me pardonne. Mais je crois que si j’étais malade et que je venais Ă  l’estrade, sachant que je suis inconnu Ă  telle personne, que cette personne a Ă©tĂ© dĂ©voilĂ©e, et que la Parole a Ă©tĂ© exposĂ©e avec beaucoup de soins, alors, je surveillerais Cela, je verrais comment Cela a Ă©tĂ© bien exposĂ©, et je verrais que c’est absolument la VĂ©ritĂ© fondamentale de l’Evangile. Et puis, le Saint-Esprit s’est montrĂ© assez gentil envers moi en me rĂ©vĂ©lant exactement ce que j’ai demandĂ©, comme cela. Vous savez, je pense que je sauterais de cette estrade en poussant des cris. Eh bien, lĂ , c’est moi. Je... Voyez? Et rappelez-vous, si vous ne croyez pas de tout votre coeur, n’entrez jamais dans cette ligne-lĂ . En effet, il aurait Ă©tĂ© mieux pour vous que vous ne l’ayez pas fait.

31        En effet, la Bible dĂ©clare: «Allez et ne pĂ©chez plus, de peur qu’une chose pire vous arrive.» Et le pĂ©chĂ©, c’est quoi? L’incrĂ©dulitĂ©. Une fois que Dieu s’est manifestĂ© Ă  vous comme cela, et que vous allez en disant: «Eh bien, je ne sais pas. Il a peut-ĂȘtre devinĂ© cela. Cela peut...» FrĂšre, il ne s’agit pas de deviner. Voyez? Non. Et vous partez comme cela, attendez-vous alors Ă  ce que quelque chose d’autre arrive. C’est vrai.

            Alors, n’entrez mĂȘme pas dans la ligne. Advienne que pourra, restez en dehors de la ligne. Si vous ne croyez pas de tout votre coeur que ces oeuvres viennent de JĂ©sus-Christ, restez simplement... restez dehors. Laissez s’avancer celui qui croit. Voyez?

            Et pour moi, je–je pense que ça serait la chose la plus heureuse au monde, de savoir que... je sais que parfois, je demande quelque chose. Et Il me montre une vision. Et je vous assure, ma femme pense qu’on a l’ArmĂ©e du Salut dans la chambre Ă  coucher; parfois, quand Il me rĂ©vĂšle l’une ou l’autre chose que je rĂ©clamais, pour... Et du coup, je regarde, et cela se tient devant moi. Et je vois cela se dĂ©voiler devant moi, je peux pousser des cris et pleurer, et je–je vous assure, je suis alors trĂšs heureux, c’est Ă  peine que je peux me contenir.

32        Et c’est une chose merveilleuse. Vous croyez cela aussi, madame? Si vous guĂ©rissez de cette maladie gynĂ©cologique, serez-vous heureuse? Eh bien, partez simplement en vous rĂ©jouissant et dites: «Merci, Seigneur. Merci, Seigneur», et guĂ©rissez-en. Amen.

            Disons: «Gloire au Seigneur!»

            Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers nous. Amen. Comme–comme Il est longanime, patient, ne voulant pas qu’aucun pĂ©risse, mais que tous parviennent Ă  la repentance. N’est-Il pas merveilleux? TrĂšs bien, voudriez-vous venir, madame, s’il vous plaĂźt?

            Ayez simplement foi maintenant. Ne doutez pas. Croyez tout. Et vous recevrez ce que vous demandez, si vous le croyez.

33        Bonsoir, soeur. Maintenant, allez... Croyez-vous que si JĂ©sus Ă©tait ici, debout ici, portant ce manteau et ce pantalon qu’Il m’a donnĂ©s... s’Il Ă©tait... s’Il se tenait ici, Il saurait ce qui–ce qui clochait chez vous? Mais maintenant, Il devrait faire ce que le PĂšre Lui a ordonnĂ©. Voyez-vous?

            Eh bien, maintenant, je pense que si le PĂšre Lui disait ceci: «Fils, Te souviens-Tu quand Tu avais offert ce sacrifice au Calvaire, Tu avais guĂ©ri cette femme-là» (Voyez?), eh bien, Il dirait: «Oui, PĂšre. Eh bien alors, Je sais que J’ai cependant donnĂ© une commission quand J’ai quittĂ© la terre, qu’ils devraient aller par tout le monde prĂȘcher la Bonne Nouvelle, qu’ils imposeraient les mains aux malades, et que les malades seraient guĂ©ris.» Je crois que ce serait le genre de conversation, ne le pensez-vous pas?

34        Eh bien alors, si–s’Il est ici... Mais Il opĂšre au travers de Son Eglise maintenant; et nous sommes Son Eglise. Si je vous imposais donc les mains, comme Il m’a commissionnĂ© de le faire, croyez-vous que cette arthrite vous quittera complĂštement et que vous pourrez marteler vos pieds et rentrer chez vous en courant? Croyez-vous cela? Recevez donc cela au Nom de JĂ©sus-Christ. Que cela vous quitte. Maintenant, venez. Sautez sur vos pieds. C’est bien. Maintenant, voyez, tout est parti. Quittez donc le...

            Disons: «GrĂąces soient rendues Ă  Dieu!»

            Croiriez-vous de mĂȘme si vous Ă©tiez...?... Eh bien, au Nom de JĂ©sus-Christ, puissiez-vous recevoir cela et retourner dans votre ville en vous rĂ©jouissant et guĂ©ri. Amen. Maintenant, appliquez-vous-y de tout votre coeur, Ă©tant simplement heureux, vous rĂ©jouissant et louant le Seigneur. Amen.

35        C’est comme ça, amis. Vous devez tĂ©moigner votre apprĂ©ciation Ă  Dieu. Vous savez, si je faisais quelque chose pour quelqu’un et que je disais... que j’étais obligĂ© de faire un grand sacrifice comme Dieu l’a fait pour nous et qu’ensuite quelqu’un... que j’avais mon petit chĂšque rempli lĂ  pour le compte de quelqu’un, et que je–je disais: «Voici, frĂšre, pour vos missions sur les champs missionnaires Ă  l’étranger, ou quelque chose comme cela», qu’il tendait la main, faisant: «Hmm, hmm», je–je–je me sentirais un peu indisposĂ©; pas vous? Oh! Je m’attendrais Ă  ce qu’il dise: «Merci, FrĂšre Branham. Je–je sais que vous vous ĂȘtes vraiment dĂ©pouillĂ© de vos avoirs. (Voyez-vous?) Mais j’apprĂ©cie certainement cela, FrĂšre Branham.»

36        Et c’est ce que Dieu veut que vous disiez: «Eh bien, merci, PĂšre. Je suis venu ici pour ĂȘtre guĂ©ri, et tout m’a Ă©tĂ© dĂ©voilĂ©. Et Tu me l’as prouvĂ© maintenant. Je suis donc prĂȘt Ă  partir d’ici en me rĂ©jouissant. Gloire au Seigneur.» Et partez en vous rĂ©jouissant et rĂ©tabli.

            C’est ainsi qu’il faut s’y prendre. Peu importe qu’Il n’ait rien dit du tout, vous devez de toute façon vous rĂ©jouir, parce que la Parole l’a dit premiĂšrement. Et c’est la chose initiale. Est-ce vrai, frĂšres? C’est la chose initiale, la Parole. TrĂšs bien, faites venir la dame.

            TrĂšs bien. Croyez-vous de tout votre coeur?

            Petite dame assise lĂ , vous souffrez des intestins et d’une affection de rectum, vous assise lĂ  derriĂšre. C’est vrai, n’est-ce pas? Vous avez Ă©tĂ© guĂ©rie de cela il y a quelques minutes, dans votre siĂšge. Et vous–vous ĂȘtes assise lĂ ; je–je cherchais Ă  attendre. Je vais vous dire un peu plus tard. Mais je craignais d’oublier cela.

37        Maintenant, rentrez chez vous et cela va s’arrĂȘter. Cette dysenterie et tout, ça va vous quitter. Et–et cela va s’arranger, ces hĂ©morroĂŻdes et tout, ça quittera et vous allez vous rĂ©tablir. Que Dieu vous bĂ©nisse. Ayez foi. Il s’agit de votre foi maintenant. Je n’ai point priĂ© pour vous. Votre foi vous a sauvĂ©e. Votre foi vous a guĂ©rie. Voyez? Voyez? Vous n’aviez pas de carte de priĂšre pour entrer dans la ligne ni rien. En effet, il n’y a aucun moyen pour vous de venir ici. Mais vous aviez la foi. Et Dieu vous a guĂ©rie et vous a rĂ©tablie. Ce–c’est donc ainsi qu’Il s’y prend. Amen.

            Bonsoir, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous? Bien, croyez-vous que JĂ©sus-Christ est ici pour vous rĂ©tablir? Vous souffrez d’une espĂšce de maladie de nerfs. N’est-ce pas vrai? Vous ĂȘtes trĂšs nerveuse, bouleversĂ©e. Dites donc, vous n’ĂȘtes pas–vous n’ĂȘtes pas de Chicago. Vous venez de... vous venez de–de–de loin, de l’Est, par rapport Ă  ici. Oui. TrĂšs bien. Croyez-vous qu’Il va vous renvoyer, guĂ©rie? Croyez-vous cela? C’est bien. Maintenant, levez les mains et dites: «Merci, Seigneur.» Amen.

38        Maintenant, la nervositĂ© vous a quittĂ©e. Vous avez Ă©tĂ© rĂ©tablie pendant que vous vous teniez lĂ  mĂȘme. Rentrez Ă  Buffalo, en vous rĂ©jouissant et en louant Dieu. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse.

            Disons: «Gloire au Seigneur!» [L’assemblĂ©e dit: «Gloire au Seigneur!»–N.D.E.] Voyez? Je n’ai point priĂ© pour la femme. Je ne l’ai point du tout touchĂ©e. J’ai vu un avion dĂ©coller. J’ai vu Ă  droite de l’avion, Ă  partir d’oĂč elle regardait, et les chutes de Niagara Ă©taient Ă  droite, lĂ  oĂč elle a grandi. Et j’ai su qu’elle venait de quelque part Ă  l’est. En effet, elle Ă©tait... elle est passĂ©e par les chutes de Niagara. Est-ce vrai, madame? TrĂšs bien, monsieur. C’est vrai. C’était en vision, tout Ă  l’heure. Amen. AllĂ©luia! Notre Seigneur JĂ©sus ne peut pas faillir.

39        En avez-vous fini avec cette vieille affection rĂ©nale et abandonnez-vous cela Ă  Dieu en disant: «Je rentre chez moi, guĂ©rie?» Croyez-vous cela maintenant mĂȘme? Quittez donc l’estrade en disant: «Merci, Seigneur JĂ©sus», et soyez heureux. Dieu vous bĂ©nira et vous rĂ©tablira.

            Vous n’aimez jamais porter des lunettes, n’est-ce pas? Vous voulez ĂȘtre guĂ©ri du mal des yeux, est-ce vrai? Et vous ĂȘtes nerveux, bouleversĂ© et tout. TrĂšs bien. Croyez-vous que JĂ©sus vous a guĂ©ri juste lĂ  oĂč vous vous tenez? Allez, au Nom de JĂ©sus-Christ, que cette chose vous quitte. Amen. Amen.

            Disons: «Gloire au Seigneur!» Faites de mĂȘme, madame, vous souffrez de la mĂȘme chose. Maintenant, poursuivez simplement votre chemin en vous rĂ©jouissant. Oui, oui. C’est exact. Partez en disant: «Gloire au Seigneur!» Allez simplement en vous rĂ©jouissant, heureuse, disant: «BĂ©ni soit le Nom du Seigneur.» Amen.

40        Oh! Ce que nous devrions faire ce soir, nous devrions occuper cet endroit avec... non pas Ă©riger une forteresse, mais nous emparer de la forteresse. JĂ©sus-Christ est ici, le Fils de Dieu.

            Maintenant, regardez, madame. Tenez, passez par lĂ . Laissez-nous vous voir marcher comme une jeune fille. Descendez directement lĂ . C’est le moment. Oui, madame. C’est comme ça. C’est comme ça que j’aimerais que vous vous y preniez. Amen. Gloire au Seigneur.

            Elle a Ă©tĂ© beaucoup dĂ©rangĂ©e, nerveuse aussi. Et...

            Vous ĂȘtes aussi dĂ©rangĂ©e par une maladie de nerfs, n’est-ce pas, vous assise lĂ  au–au bout de la rangĂ©e. Non. C’est votre mari qui est assis Ă  cĂŽtĂ© de vous. Oui, oui. Oui, monsieur. Vous avez Ă©tĂ© Ă  l’hĂŽpital, n’est-ce pas? Vous avez passĂ© deux ou trois mois dans un hĂŽpital, Ă  cause d’une dĂ©pression nerveuse, est-ce vrai? TrĂšs bien. Vous pouvez rentrer chez vous, rĂ©tabli maintenant.

41        Madame, vous avez touchĂ© cette dame-lĂ . Vous–vous... des relations avec elle. Est-ce vrai? Vous souffrez de l’arthrite, n’est-ce pas, la–la dame en robe Ă  carreaux? Voulez-vous aussi rentrer chez vous, rĂ©tablie? Eh bien, que Dieu vous bĂ©nisse, juste... Quand le service sera terminĂ©, descendez la rue en chantant: «Gloire Ă  Son Nom.» Et juste... Levez-vous. C’est vrai, frĂšre. Levez-vous et rendez gloire Ă  Dieu. C’est vrai. Amen.

            Dites: «Merci, Seigneur. Remerciez le Seigneur pour Sa puissance de guĂ©rison.» Amen.

            Notre Seigneur JĂ©sus ne peut pas faillir. Il n’y a aucun moyen pour Lui de faillir. Il est le Seigneur. Amen. Ayez foi maintenant. Croyez de tout votre coeur et Dieu l’accordera.

42        Cela continue Ă  se mouvoir. Etes-vous deux soeurs lĂ ? Et si seulement Dieu... Je... Si seulement vous avez la moindre petite foi, madame, vous–vous serez guĂ©rie ce soir. Voyez-vous? Vous n’utiliserez plus jamais ces bĂ©quilles, si seulement vous avez foi maintenant.

            TrĂšs bien, faites venir la–la dame. Croyez-vous de tout votre coeur? De toute votre Ăąme? De toute votre force?

            Excusez-moi. Je–j’étais... Voyez, je suis content que vous ayez dit: «Oui.» C’est trĂšs gentil. Je... C’est ce que je veux que vous fassiez, c’est dire: «Oui.» Croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablira? Exact. Vous souffrez aussi de la poitrine (N’est-ce pas vrai?), ça fait mal. Vous avez aussi beaucoup d’ennuis, n’est-ce pas? Vous pensez maintenant Ă  quelqu’un qui est Ă  la maison. C’est... Je pense que c’est une maman. Vous avez une mĂšre. Elle a une–une–une attaque, je pense que c’est ça. Ou... Oui. Et vous avez une qui... Vous souffrez aussi de l’hypertension. C’est exact.

43        Dites donc, Ă  propos, vous ĂȘtes de confession catholique, n’est-ce pas? Est-ce vrai? Je vois le chapelet et autres que... Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira et la rĂ©tablira, et que vous rentrerez chez vous heureuse, vous rĂ©jouissant et... N’aimeriez-vous pas avoir la–la plĂ©nitude de l’Esprit de Dieu, ĂȘtre remplie du Saint-Esprit? N’aimeriez-vous pas–n’aimeriez-vous pas savourer cette bĂ©nĂ©diction-lĂ ? Savez-vous que c’est pour vous, soeur? JĂ©sus-Christ est mort afin que vous ayez Cela. Je prie que vous receviez le Saint-Esprit avant de quitter cette rĂ©union. Vous savez la façon apostolique de recevoir le Saint-Esprit, c’est par l’imposition des mains. Et ils reçurent le Saint-Esprit. Et vous Le recevrez. Croyez-vous cela? Venez ici juste un instant.

44        Dieu Tout-Puissant, alors que cette femme se tient ici, sincĂšre, croyant que Tu vas la rĂ©tablir, je Te prie de la guĂ©rir, ainsi que tout ce qui se rattache Ă  ceci. Et puisse-t-elle aussi recevoir le baptĂȘme du Saint-Esprit, Seigneur. Qu’elle devienne un tĂ©moignage dans ces derniers jours, pour rendre louange et gloire Ă  Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Quittez l’estrade en vous rĂ©jouissant et en disant: «Merci, Seigneur.» Amen. C’est comme ça. Amen.

            Un pasteur devrait aussitĂŽt l’aborder. TrĂšs bien. Venez, s’il vous plait. TrĂšs bien.

            Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablira? C’est merveilleux. TrĂšs bien. J’aimerais que vous... Ayez foi en Dieu et croyez de tout votre coeur que Dieu va vous rĂ©tablir, que ce dos va simplement se remettre et que vous n’aurez plus cette maladie. Est-ce vrai? Cela est parti maintenant. Dieu vous en a dĂ©barrassĂ©.

            Descendez comme ceci et voyez. Voyez-vous ce que je veux dire? Maintenant, quittez l’estrade et soyez heureuse. Votre foi vous a guĂ©rie, soeur.

45        TrĂšs bien, venez, monsieur. Oncle, alors que vous venez, croyez-vous que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, est mort pour vous guĂ©rir? Et qu’Il vous guĂ©rira de cette maladie du coeur si vous le Lui demandez? Croyez-vous qu’Il le fait maintenant? Alors, dites: «Gloire au Seigneur.» C’est bien. C’est ainsi qu’il faut s’y prendre. Amen.

            Venez, monsieur. C’est... Amen. FrĂšre, je vous assure, les gens de couleur n’ont pas honte de leur religion. Je le sais pour avoir Ă©tĂ© en Afrique, d’oĂč–d’oĂč ils viennent. FrĂšre, faites-leur voir une fois la puissance de Dieu se mouvoir, et vous n’avez plus Ă  parler. Ils reçoivent cela et c’est parti. Amen. Oh! Honte Ă  nous! Amen.

46        Un bon hamburger trĂšs Ă©pais goĂ»terait bon ce soir, n’est-ce pas? Vous n’en avez pas pris un depuis longtemps. Allez et mangez cela. Que Dieu vous bĂ©nisse. Et que le Seigneur fasse...?... Amen. AllĂ©luia!

            Eh bien, si cet homme peut quitter l’estrade, cet homme de couleur, en se rĂ©jouissant, guĂ©ri de la maladie du coeur, vous devriez recevoir la mĂȘme chose. Que Dieu vous bĂ©nisse. Poursuivez votre chemin. C’est bien. Poursuivez votre chemin et croyez de tout votre coeur.

            Croyez-vous, madame? Cette vieille arthrite vous a quittĂ©e. Partez et montrez aux gens ce que le Seigneur a fait pour vous. Amen. Amen.

            DĂ©barrassez-vous de cette maladie du coeur. Allez simplement de l’avant en disant: «Merci, Seigneur. Merci, Seigneur», et soyez guĂ©rie. Amen.

            Croyez-vous de tout votre coeur maintenant?

            Seigneur JĂ©sus, bĂ©nis cette femme et guĂ©ris-la, je prie, au Nom de JĂ©sus. Amen. Maintenant, allez en vous rĂ©jouissant, et dites: «Merci, Seigneur JĂ©sus. Merci.» TrĂšs bien.

            Ayez foi en Dieu. Amen. Je...

47        Que Dieu vous bĂ©nisse, madame, assise lĂ . Vous n’allez plus ĂȘtre dĂ©rangĂ©e par cette sinusite. Cela–cela vous a dĂ©jĂ  quittĂ©e maintenant. Amen. Amen. Que Dieu vous rĂ©tablisse, soeur. Que Dieu soit avec vous. AllĂ©luia!

            Vous aimeriez guĂ©rir de ce rhumatisme, vous assis lĂ ? L’aimeriez-vous? Croyez simplement cela, levez-vous; ayez foi en Dieu et Dieu vous rĂ©tablira. Amen. C’est tout ce que vous avez Ă  faire.

            Soeur Wood, je pensais que c’était vous. Mais ce n’est pas vous. C’est la dame assise Ă  cĂŽtĂ© de vous lĂ . Elle souffre d’une maladie gynĂ©cologique. Et elle est nerveuse, une espĂšce d’humeur nerveuse. Quelque chose est arrivĂ© Ă  ses nerfs. N’est-ce pas vrai, madame? Vous avez une–une espĂšce de petit problĂšme au foyer. N’est-ce pas vrai? Eh bien, que Dieu vous bĂ©nisse. Qu’Il vous rĂ©tablisse complĂštement, qu’Il ĂŽte tout, et qu’Il vous rĂ©tablisse parfaitement. Que Dieu vous bĂ©nisse et vous accorde la paix.

48        Vous assis lĂ  derriĂšre souffrant de cette sinusite, monsieur, si vous voulez guĂ©rir, levez-vous simplement et acceptez cela de tout votre coeur. Que Dieu vous bĂ©nisse. Il vous a guĂ©ri tout Ă  l’heure. Tout cela est fini maintenant. Vous pouvez rentrer chez vous. Que Dieu vous bĂ©nisse.

            Bonsoir, madame. Me croyez-vous en tant que serviteur de Dieu? TrĂšs bien, j’aimerais vous parler juste une minute, Ă©tant donnĂ© que vous ĂȘtes la derniĂšre personne dans la ligne de priĂšre. Croyez-vous–vous de tout votre coeur? TrĂšs bien. Croyez-vous que notre Seigneur JĂ©sus-Christ est ici, dans toute Sa merveilleuse puissance et...

49        Nous sommes inconnus, je suppose. Je–je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vue de ma vie. Y a-t-il quelqu’un qui connaĂźt cette femme-lĂ  dans l’assistance? Quelqu’un? TrĂšs bien. Des gens la connaissent. Vous savez donc que nous sommes inconnus et c’est vrai. Maintenant, notre Seigneur JĂ©sus est ici. Ils sont... Pourquoi n’acceptons-nous pas simplement cela et ne disons-nous pas: «Ô Dieu, je suis reconnaissant. Je vais accepter la mienne maintenant mĂȘme»? TrĂšs bien. C’est bien.

            Vous ĂȘtes venue pour une cause trĂšs noble. Vous ĂȘtes... Je–je vous respecte et vous honore, car c’est... Vous ĂȘtes stĂ©rile et vous voulez des enfants. N’est-ce pas vrai? Vous avez entendu; quelqu’un vous a parlĂ© de ce qui est arrivĂ© et tout. Je n’ai jamais demandĂ© cela de ma vie sans que Dieu me l’ait accordĂ©.

50        Dites donc, n’ĂȘtes-vous–n’ĂȘtes-vous pas un min-... Non, votre mari est un prĂ©dicateur. N’est-ce pas vrai? TrĂšs bien. Que Dieu vous bĂ©nisse. Et que le Seigneur vous accorde votre dĂ©sir. Ô Dieu, bĂ©nis cette petite femme et rends-la fĂ©conde, Seigneur. Je Te prie de l’accorder, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Amen.

            Qui aimerait ĂȘtre guĂ©ri? Tenez-vous debout. Maintenant, vous ne vous lĂšveriez pas si vous n’aviez pas la foi. Est-ce vrai? Maintenant, si vous avez des oeuvres qui–qui accompagnent votre foi, levez la main et louez le Seigneur, Ă  haute voix autant que possible. Dites: «Merci, Seigneur JĂ©sus.»

            Et, PĂšre, je Te prie au Nom de JĂ©sus, de guĂ©rir chacun d’eux.

EN HAUT