ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Dieu Parla À MoĂŻse de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 53-0831 La durĂ©e est de: 1 heure et 12 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Dieu Parla À Moïse

1          Merci, frĂšre...?... Bonsoir, amis. Je suis trĂšs content d’ĂȘtre encore ici ce soir pour servir au Nom de notre Seigneur JĂ©sus. J’apprĂ©cie beaucoup ces merveilleux cantiques de frĂšre Leece.

            Et j’ai suivi... FrĂšre Baxter m’a appelĂ© et a dit qu’il venait. Et je me suis dĂ©pĂȘchĂ© aussi vite que possible, pour venir en suivre quelques-uns. En chantant comme cela... Quand vous arriverez au Ciel, si vous voulez me trouver, cherchez lĂ  oĂč on chante comme ça. Je serai quelque part lĂ . Je vais... En effet, j’aime certainement cela.

            Et j’ai toujours dit aux gens, il y a... aprĂšs lĂ  oĂč les–les eaux sortent de sous du TrĂŽne et coulent par ici, dĂ©passent l’Arbre de la Vie, de part et d’autre de la riviĂšre. Cela fait des mĂ©andres et contourne une grande colline comme ceci. Le choeur des anges sera en train de chanter tout le jour, car il n’y aura pas de nuit lĂ -bas...

2          De cet autre cĂŽtĂ©, il y a un petit buisson. C’est lĂ  que j’aimerais m’asseoir, sous ce buisson-lĂ , pour suivre ce chant. Je vous assure, j’aime vraiment les chants.

            Vous savez, il y a dans la musique et dans le chant quelque chose qui fait venir l’Esprit de Dieu dans la rĂ©union. Croyez-vous cela? C’est exact.

            On m’a demandĂ© ici... qu’il y a l’une des plus horribles Ă©pidĂ©mies de polio qui ait jamais sĂ©vi dans le pays, Ă  Geneva, dans l’Illinois. Je pense qu’il y a dix-neuf cas, et plusieurs parmi eux sont dĂ©jĂ  morts; c’est trĂšs pitoyable, cet ennemi horrible.

            Alors, on m’a donc demandĂ© de faire une requĂȘte ici, de prier pour ça, que Dieu descende dans Sa forte et aimable puissance, et qu’Il Ă©radique cette Ă©pidĂ©mie de cette contrĂ©e-lĂ . Ainsi donc, inclinons la tĂȘte et prions pour cela.

3          Notre PrĂ©cieux et Bien-AimĂ© Seigneur, nous sommes trĂšs indignes de venir Ă  Toi; mais pourtant, Tu as Ă©tĂ© si tendre envers nous en nous promettant, que si nous demandions quoi que ce soit, Tu l’accorderais. Et c’est avec cette confiance que nous venons ce soir, confessant tous nos pĂ©chĂ©s, et les pĂ©chĂ©s de cette nation, les pĂ©chĂ©s de cette ville dont nous parlons. Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux et pense Ă  ces pauvres petits enfants qui tombent sous le coup de cet horrible dĂ©mon de polio.

            Maintenant, nous savons que Tu peux ĂŽter cette chose. Et je prie, ĂŽ Dieu, que–qu’il y ait une rĂ©union Ă  l’ancienne mode qui commence lĂ , une rĂ©union de priĂšre dans toute cette ville. Que les Ă©glises tombent sur leur face, les gens, et qu’ils se mettent Ă  crier Ă  Dieu. Et je crois que Tu arrĂȘteras ce flĂ©au, Seigneur.

4          Et nous aimerions dire que nos coeurs saignent pour ces gens, ces chrĂ©tiens de cette ville-lĂ , ces pauvres petits enfants. Ô Dieu, hĂąte le jour oĂč toute la malĂ©diction sera ĂŽtĂ©e, et oĂč il n’y aura plus de maladies, plus de tristesse.

            Nous sympathisons avec ces pauvres pĂšres et mĂšres ce soir. J’ai de la compassion pour eux, ayant eu une telle expĂ©rience. Je–j’ai de la compassion pour cela, Seigneur, leurs pauvres coeurs sont brisĂ©s. Sois misĂ©ricordieux, ĂŽ Dieu. Et je prie que le flĂ©au quitte cette nuit mĂȘme. Qu’il n’y ait plus un autre cas qui se dĂ©clare. Que cela s’arrĂȘte maintenant. Que l’ennemi soit repoussĂ© et dĂ©truit. Accorde-le, Seigneur.

            Que l’Ange de Dieu se tienne au-dessus de cette ville. Et nous savons que les dĂ©mons se disperseront quand Il se tiendra lĂ  et qu’ils Le verront. Accorde-le, PĂšre. Nous Te prions de le faire, nous implorons et confessons que nous sommes des pĂ©cheurs et que nous n’en sommes pas dignes. Mais nous Te demandons de le faire par amour pour le Royaume de Dieu, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

            C’est vraiment dommage que les petits enfants aient Ă  souffrir comme cela. Ne sera-ce pas un jour merveilleux quand le dernier ennemi sera mis sous Ses pieds? Alors, nous serons victorieux, faits Ă  Son image, aimables. Il n’est pas Ă©tonnant que tous les anciens se fussent prosternĂ©s devant Lui, sur leur face devant Lui. FrĂšre Ryan, ça sera un moment merveilleux, n’est-ce pas?

5          Je serai content quand tout sera terminĂ© d’une façon ou d’une autre. Vous savez, quand il vous arrive de voir le monde devenir de plus en plus mĂ©chant et pire tout le temps, je pense que Jean sur l’üle de Patmos a dit: «Viens, Seigneur JĂ©sus.» Il en avait un peu marre, pas vous? Je pense au fait d’ĂȘtre sĂ©parĂ©. Je rencontre un groupe de gens. Il m’arrive de voir les amis, leur serrer la main, leur dire au revoir, je vais ailleurs dans le pays, ici et lĂ ... Je regarde dans les rues, je vois le pĂ©chĂ© sous mes yeux, et cela–et cela fait saigner on dirait le coeur. Et on–et on commence Ă  voir beaucoup de gens qui autrefois avaient une expĂ©rience commencer Ă  se relĂącher.

            Alors, on se met Ă  crier: «Viens, Seigneur JĂ©sus.» Je pense que nous devons tous supporter cela au cours des Ăąges, diffĂ©rentes personnes, tout au cours des Ăąges. Ce soir, c’est... Je pense que c’est la soirĂ©e oĂč il fait le plus chaud que nous... dit-on, ou le jour le plus chaud qu’on ait eu Ă  Chicago jusque-lĂ , en cette pĂ©riode de chaleur.

6          Et je suis–je suis vraiment dĂ©solĂ© d’avoir mĂȘme... de vous avoir demandĂ© de vous asseoir dans cette salle ici, et il fait horriblement chaud. Je–je m’en veux Ă  ce sujet, mais je... Nous n’avons pas le contrĂŽle du temps, vous savez. C’est Dieu qui en a.

            Et de nouveau, je suis trĂšs reconnaissant pour vous, de ce que votre amour atteint un niveau oĂč vous pouvez vous asseoir en un lieu comme celui-ci pour entendre le simple Evangile de JĂ©sus-Christ. Je prie que Dieu exauce ma priĂšre, qu’il n’y ait personne ici ce soir qui manquera en ce jour-lĂ . Je prie que chacun de vous soit lĂ .

            Et d’une façon ou d’une autre, je suis simplement l’un de ces prĂ©dicateurs Ă  l’ancienne mode, ce genre-lĂ , qui probablement ne connaissent pas grand-chose. Je ne connais pas. Je sais que je ne connais pas grand-chose. Mais je crois que d’une façon ou d’une autre, nous allons nous reconnaĂźtre l’un l’autre, et nous saurons tout Ă  ce sujet, d’une façon ou d’une autre.

7          Je pense que mĂȘme en enfer, on aura des souvenirs, a dit JĂ©sus. Il a dit, concernant l’homme riche: «Rappelle-toi, mon fils, au cours de ta vie», parlant de Lazare et tout. Si donc on a des souvenirs en enfer, certainement qu’il y en a au Ciel. Ainsi, je–je crois que Dieu va–va nous permettre de nous en souvenir.

            Comme Fanny Crosby, quand elle Ă©tait... Certains critiqueurs Ă©taient venus lui dire comment... Ils critiquaient ses chansons chrĂ©tiennes et tout... Beaucoup parmi vous connaissent Fanny Crosby, ont entendu parler d’elle plutĂŽt, qu’elle Ă©tait un poĂšte aveugle, elle a donnĂ© au monde certains de ses meilleures chansons. Les chants les plus touchants, qui aient Ă©tĂ© jamais chantĂ©es lors des appels Ă  l’autel, pratiquement, c’étaient celles de Fanny Crosby: Ne m’oublie pas, ĂŽ doux Sauveur; tous ces chants qui rĂ©chauffent le coeur.

            Et parfois... Une fois, quelqu’un est passĂ©, il lui a demandĂ©: «Comment allez-vous jamais Le reconnaĂźtre? Et si vous vous tenez lĂ  de l’autre cĂŽtĂ© et que vous... Si ce lieu existe... alors, vous serez aveugle lĂ -bas?»

            Elle a dit: «Je Le reconnaĂźtrai de toute façon.»

            Il a dit: «Comment pensez-vous Le reconnaĂźtre?»

            Elle a dit: «Je tĂąterai Ses mains.» Voyez? Et alors, elle s’est retournĂ©e pour regagner son fauteuil et ce cantique-lĂ  est venu:

            Je Le reconnaĂźtrai, oui, je Le reconnaĂźtrai (Vous avez entendu cela.)

            RachetĂ©, je me tiendrai Ă  Ses cĂŽtĂ©s,

            Je reconnaĂźtrai, oui, je Le reconnaĂźtrai,

            Par les empreintes des clous dans Ses mains.

8          Je pense que nous Le reconnaĂźtrons. «Ce que nous serons n’a pas encore Ă©tĂ© manifestĂ©, mais nous savons que nous aurons un corps semblable au Sien. Car nous Le verrons tel qu’Il est.» Eh bien, cela–cela me suffit, rien que d’ĂȘtre lĂ  oĂč Il est. C’est–c’est en ordre.

            Aviez-vous dĂ©jĂ  pensĂ© Ă  ce que vous aimeriez faire, quand tout sera terminĂ© et que vous parviendrez Ă  Le rencontrer? Avez-vous dĂ©jĂ  pensĂ© Ă  ce que vous aimeriez faire? Voici ce que moi, j’aimerais faire: m’accroupir sur mes mains et mes genoux, ramper jusque lĂ  oĂč Il se tient et tapoter simplement Son pied comme cela. Ça serait... Si je suis avec... Alors, s’Il me renvoie et me chasse, et si je dois aller en enfer, j’aurais l’impression d’avoir Ă©tĂ© bien rĂ©compensĂ©. C’est vrai. AprĂšs tous les efforts, si je vis pendant cent ans, si seulement je peux tapoter Son pied, juste une seule fois... Pensez combien–combien c’est merveilleux et ce qu’Il reprĂ©sente pour moi.

            Et je–je L’aime ce soir de tout mon coeur. Et je crois que si–s’Il me chassait, Il serait toujours juste. Et si je devais aller en enfer, s’il y a une chose comme l’amour en enfer, je L’aimerais toujours. A cause de ce qu’Il a reprĂ©sentĂ© pour moi, mĂȘme maintenant, outre ce que je sais qu’Il reprĂ©sentera pour moi...

9          Et si je–je crois Son Evangile, si–si ce soir une centaine de gens ressuscitaient, ou mille personnes qui Ă©taient mortes quand... quand Billy Sunday prĂȘchait dans ce tabernacle et–et que ses convertis revenaient de l’EternitĂ© et disaient: «FrĂšre Branham, si vous mourez maintenant, ne faites pas confiance Ă  ce JĂ©sus-Christ-lĂ , car cela n’existe pas.» Et si je mourais, je ferais toujours confiance Ă  JĂ©sus-Christ.

            Si je priais pour les malades ce soir, mille personnes, qu’elles toutes Ă©taient malades, et que je priais pour mille personnes, et que toutes, toutes les mille mouraient le matin, demain soir, je me tiendrais encore juste comme je me tiens maintenant, et je prierais pour les malades, croyant Ă  la guĂ©rison divine, car Dieu l’a dit dans Sa Parole, et je crois cela.

10        Maintenant, comme il fait trĂšs chaud, nous avons commencĂ© un tout petit peu tĂŽt. J’aimerais vous parler juste pendant quelques instants. J’ai entendu qu’on appelait frĂšre Tommy Osborn il y a juste quelques instants. Et je... S’il est ici, eh bien, il est... S’il n’est pas lĂ , et qu’il revient, si son frĂšre est ici, eh bien, il est... On m’a dit qu’il revenait.

            Je suis allĂ© Ă  sa chambre l’autre soir, il m’a montrĂ© un de ses films, de lĂ  en JamaĂŻque et des alentours. Ce jeune frĂšre a vraiment accompli une oeuvre pour Dieu. Je l’aime. C’est vrai. Et si vous... n’importe lequel parmi vous les pasteurs ici, si ma–si ma conception des hommes est correcte, si vous pouvez recevoir Tommy Osborn dans votre Ă©glise, il sera une bĂ©nĂ©diction pour vous. C’est vrai.

            Il est vraiment un–un... vraiment un chrĂ©tien, un homme de Dieu. Il... Je l’ai vu. J’ai souvent entendu dire qu’il ne touchait jamais les gens. Il est l’un de mes convertis Ă  la guĂ©rison divine. Et il disait qu’il ne touchait jamais les gens. J’ai dit: «Comment vous y prenez-vous, FrĂšre Osborn?»

            Il a dit: «Je leur apporte simplement la Parole et j’offre une priĂšre. Puis ils se lĂšvent et ils sont guĂ©ris. C’est tout. Je leur demande de prier les uns pour les autres.»

11        Et l’autre nuit, j’ai vu cela sur un petit Ă©cran qu’il avait lĂ , il expliquait simplement l’Evangile d’une maniĂšre simple, tel qu’un enfant comprendrait cela. Et puis, il a simplement dit: «Maintenant, vous tous, inclinez la tĂȘte et priez les uns pour les autres.» Il a eu un petit... juste une petite priĂšre de quelques minutes. Et je vous assure, ils ont entassĂ© des bĂ©quilles, des lits et tout le reste dans les coins, lĂ  oĂč ils avaient Ă©tĂ© guĂ©ris.

            Voyez, juste une foi simple. Vous ne pouvez pas faire cela en AmĂ©rique. Oh! Non. Mais vous pouvez le faire lĂ  oĂč on... lĂ  dans les–dans les pays oĂč il n’y a pas une grande confusion, comme nous en avons eue en AmĂ©rique.

12        Eh bien, parlons de la Parole pendant un petit moment. J’aimerais prendre un petit sujet ici et m’en servir, le Seigneur voulant; ça se trouve dans Exode, chapitre 23.

            Eh bien, je suis un piĂštre enseignant de la–de la Bible. Et frĂšre Ern Baxter, le frĂšre Boze, et ces vĂ©ritables Ă©rudits ici, je me sens trĂšs petit pour essayer d’expliquer la Parole, ou essayer de prĂȘcher; je ne suis pas un prĂ©dicateur. Au dĂ©but, je pense, je disais toujours que j’étais un pneu de rĂ©serve. On ne s’en sert que quand on connaĂźt une crevaison. Mais nous ne connaissons pas de crevaison ce soir. Nous avons beaucoup d’onctions, mais peut-ĂȘtre que nous allons simplement rouler cette roue un peu. Et priez.

13        Maintenant, dans Exode, chapitre 23, Ă  partir du verset 20. Je dĂ©sire commencer Ă  lire juste quelques versets. Maintenant, c’est MoĂŻse et Dieu qui se parlent face Ă  face. Eh bien, il n’y a jamais eu un homme sur toute la terre, en dehors de JĂ©sus-Christ, qui ait jamais parlĂ© face Ă  face avec Dieu comme MoĂŻse. «S’il y a quelqu’un qui est spirituel ou prophĂšte, Moi, l’Eternel, Je me ferai connaĂźtre Ă  lui en visions et en songes. Mais pour Mon serviteur MoĂŻse, Je lui parle face Ă  face.» Voyez? Evidemment, il Ă©tait un type de Christ.

            Maintenant, le verset 20, voici ce que nous lisons:

            Voici, j’envoie un ange devant toi, pour te protĂ©ger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que j’ai prĂ©parĂ©.

            Tiens-toi sur tes gardes en sa prĂ©sence, et ... ne lui rĂ©siste point, parce qu’il ne pardonnera pas vos pĂ©chĂ©s, car mon nom est en lui.

            J’aimerais juste lire un peu, pendant que nous parlons. Et j’aimerais donc que vous suiviez maintenant attentivement la Parole, trĂšs attentivement.

14        Et PĂšre, nous Te prions de nous aider maintenant et de nous accorder Ta bĂ©nĂ©diction. Que cette assistance maintenant, sans aucun signe divin, ni aucun autre signe du tout, reçoive la Parole. Tu as envoyĂ© Ta Parole et Tu les as guĂ©ris. Et que la Parole de Dieu trouve une place dans chaque coeur ce soir. Et qu’ils soient guĂ©ris tous, tant spirituellement que physiquement, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

            Ce glorieux Livre ici, Dieu place MoĂŻse maintenant Ă  sa position, lui dit maintenant ce qu’Il va faire pour lui au cours du voyage: Il le place ici et lui dit ce qu’Il fera. Et puis, finalement, Il lui annonce les bĂ©nĂ©dictions qu’Il lui accordera dans la Terre promise.

15        Or, tous ces types anciens d’autrefois Ă©taient... Ils Ă©taient juste des ombres des choses Ă  venir. Eh bien, je pense que c’était l’église naturelle. L’église juive qui Ă©tait sortie de l’Egypte vers la Palestine Ă©tait l’église naturelle, le peuple naturel de Dieu, qui avait une loi naturelle. Voyez? Mais nous aujourd’hui, nous sommes l’Eglise spirituelle de Dieu, avec une loi spirituelle Ă©crite sur les tables de nos coeurs, et conduits sous forme spirituelle.

            Eh bien, ils levaient les yeux pour voir oĂč la Colonne de Feu Ă©tait, l’Ange du Seigneur. Mais nous ne voyons pas aujourd’hui. Il arrive simplement quelque chose qui nous fait savoir qu’Il est lĂ . Voyez?

            Maintenant, et tout ce qu’ils Ă©taient... Eh bien, ils Ă©taient le peuple de Dieu. IsraĂ«l lĂ  en Egypte, Ă©tait le peuple de Dieu jusqu’au moment oĂč ils sont sortis de l’Egypte et se sont dirigĂ©s vers la Terre promise; alors, ils sont devenus l’Eglise de Dieu. Le mot Ă©glise veut dire les appelĂ©s Ă  sortir. J’aime cela: les sĂ©parĂ©s. Dieu a dit: «SĂ©parez-Moi Paul et Barnabas pour l’oeuvre pour laquelle Je les ai appelĂ©s.»

            Eh bien, ce... les Ă©glises aujourd’hui, beaucoup d’entre elles, cherchent ceux qui mĂ©langent, quelqu’un qui peut mĂ©langer et peut-ĂȘtre faire un peu de ceci et de cela, un peu de rĂ©crĂ©ation, de golf, et peut-ĂȘtre quelques fĂȘtes et autres.

16        Eh bien, le monde cherche de bons mĂ©langeurs, mais Dieu cherche les sĂ©parateurs, ceux qui se sĂ©pareront. «Sortez du milieu d’eux, Mon peuple, ne prenez pas part Ă  leurs pĂ©chĂ©s.» SĂ©parer...

            En Egypte, quand l’agneau fut offert, Dieu fit une distinction. Il sĂ©para les–les IsraĂ©lites des–des Gentils, Il fit une distinction entre eux. Et le peuple de Dieu est un peuple sĂ©parĂ©, une nation sainte, un peuple spĂ©cial, particulier, agissant de façon Ă©trange.

            Le monde ne vous comprendra donc jamais. Ne pensez donc pas au monde; pensez Ă  Dieu. C’est l’essentiel.

17        Maintenant, oh! quel beau type d’IsraĂ«l, descendant lĂ ... J’aime vraiment ces vieilles pĂ©pites de jadis, prendre l’Ancien Testament et extraire cela, les frotter et les regarder. Tout dans l’Ancien Testament Ă©tait un type du Nouveau.

            Eh bien, quand IsraĂ«l effectuait son pĂšlerinage vers la Terre promise, il y a eu trois Ă©tapes dans le pĂšlerinage: la sortie de l’Egypte, KadĂšs BarnĂ©a (le jugement), la traversĂ©e vers la Terre promise.

            Et c’est exactement les trois Ă©glises. AprĂšs les Ăąges des tĂ©nĂšbres, les trois Ă©glises...?... Puis, la suivante, c’est l’Eglise de Philadelphie. Ensuite, l’Eglise de LaodicĂ©e. Enfin, elle traverse. C’est beau.

            La suivante, Dieu dans l’ancien temps, quand cette Colonne de Feu Ă©tait suspendue au-dessus du camp d’IsraĂ«l, ils voyaient cela.

18        Et quand le... Si Cela Ă©tait... suspendait lĂ  un jour, ils s’arrĂȘtaient un jour. Si Cela restait une semaine, ou un mois, ou un an... Mais dĂšs que cette Colonne de Feu commençait Ă  se dĂ©placer, un millier de trompettes retentissaient. Et peu importe que ça soit Ă  minuit ou Ă  quatorze heures, chaque IsraĂ©lite dĂ©faisait le camp, enlevait sa tente, la mettait sur le dos, et s’en allait partout oĂč allait la Colonne de Feu; ils suivaient.

            Ne serait-ce pas une bonne chose si nous faisions cela aujourd’hui? Suivre la bĂ©nĂ©diction. Eh bien, ça y est. C’est exactement la mĂȘme chose qui se passe aujourd’hui. Dieu, aprĂšs les Ăąges des tĂ©nĂšbres, la longue pĂ©riode de mille cinq cents ans de la persĂ©cution paĂŻenne de l’église, il y eut un homme du nom de Martin Luther; il a vu que le juste vivra par la foi. Il a vu la Colonne de Feu; il a sonnĂ© la trompette, et l’église a suivi.

19        Mais ce qui arriva Ă  Martin Luther, c’est qu’il eut une organisation appelĂ©e l’Eglise luthĂ©rienne. Et puis, ils ont commencĂ© Ă  Ă©laborer leurs credo, leurs doctrines et tout, Ă  avoir un groupe d’hommes pour discuter sur des choses et mettre leur Ă©glise en ordre. Et la chose suivante, vous savez, ils ont tellement eu des rites et des formalismes que, peu aprĂšs, la Colonne de Feu s’en Ă©tait allĂ©e.

            Mais Luther n’a pas pu suivre, parce qu’il avait dĂ©jĂ  sa doctrine toute tracĂ©e, toute rĂ©glĂ©e, et tout. Il Ă©tait tellement organisĂ© qu’ils... l’église ne pouvait pas avancer. Mais il y eut un jeune garçon lĂ  en Angleterre, du nom de John Wesley, il vit cela et s’en alla.

20        Il a eu un rĂ©veil qui a sauvĂ© l’Angleterre et qui a apportĂ© le salut Ă  l’AmĂ©rique, et qui a aidĂ© le monde de l’époque. Il s’en est allĂ©. C’était l’ñge de Philadelphie. Et un... quel temps ils ont. Il a dit: «Nous avons une nouvelle rĂ©vĂ©lation.»

            «Qu’est-ce?»

            «Le juste vivra par la foi.» C’est vrai.

            Mais aussi, JĂ©sus a souffert en dehors du camp afin de sanctifier le peuple par Son Sang. Alors: «Nous croyons dans la sanctification, ont dit les mĂ©thodistes, la deuxiĂšme oeuvre dĂ©terminĂ©e de la grĂące.»

            Et il a suscitĂ© un rĂ©veil qui a balayĂ© toute la nation. Mais tout d’un coup, vous savez, aprĂšs la mort de John, et–et–et de Charles, et de Asbury, et de beaucoup d’entre eux, aussitĂŽt aprĂšs leur mort, les organisations ont commencĂ© Ă  paraĂźtre, on a organisĂ© l’Eglise mĂ©thodiste au point qu’elle Ă©tait tellement organisĂ©e que soit on Ă©tait mĂ©thodiste, soit on n’était rien.

21        Ainsi donc, la chose suivante, vous savez, ils sont tous tombĂ©s. Un nouveau groupe s’est levĂ©, un nouveau groupe s’est levĂ©, juste comme il y avait trois ou quatre gĂ©nĂ©rations des apĂŽtres. Et la chose suivante, vous savez, ils s’étaient tous rendus formalistes et ils s’étaient Ă©tablis ici, sans Esprit. Et la Colonne de Feu est directement sortie. C’est vrai. Les mĂ©thodistes ne peuvent pas avancer. Ils Ă©taient organisĂ©s: «Nous sommes mĂ©thodistes.»

            Et la chose suivante, vous savez, il y eut un groupe de gens appelĂ©s les pentecĂŽtistes. Ils avaient une nouvelle rĂ©vĂ©lation. Le Seigneur avait dĂ©versĂ© de Son Esprit dans une mesure plus profonde. Et ils se sont mis Ă  parler en langues. Et les voilĂ  partis. Oh! la la! Vous parlez d’un rĂ©veil? Ils en avaient eu un. Oui, oui. Laissez simplement les mĂ©thodistes tranquilles, comme ils ne voulaient pas de cela. C’est vrai.

22        Eh bien, cela a continuĂ© comme cela pendant un temps, et les pentecĂŽtistes ont commencĂ© Ă  s’organiser: les AssemblĂ©es de Dieu, les unitaires, les binitaires, les trinitaires, les quartenaires, les quintenaires, et ne pas manger la viande et tout...Oh! la la! Ha...

            Tout d’un coup, vous savez, ils se sont tellement organisĂ©s qu’ils ont commencĂ© Ă  nier toutes les puissances de Dieu. Dieu les a laissĂ©s simplement lĂ  au rancard. C’est l’ñge de l’Eglise de LaodicĂ©e, qui doit ĂȘtre tiĂšde; juste pendant que la musique joue, on tape les mains, on crie un peu, et la musique s’arrĂȘte; alors; ça tombe.

23        Maintenant, rappelez-vous, frĂšre, je suis votre papa, ou votre pĂšre, ici ce soir, Ă  la chaire. Voyez? C’est vrai. Et ce qui est vrai est vrai, ce qui est faux est faux. Et les pentecĂŽtistes sont en train de devenir tout aussi formalistes et pleins de rites que n’importe lequel parmi les autres. C’est vrai.

            Mais, qu’est-il arrivĂ©? FrĂšre, il y a un groupe de gens venant de toutes sortes de dĂ©nominations maintenant qui commencent Ă  voir ce Feu se dĂ©placer encore. Ils sortent. Je veux dire qu’ils le font, Dieu appelle Son Eglise. Et Dieu qui est mon Juge se tient ici ce soir, au mieux de ma connaissance des Ecritures; il n’y aura jamais un autre Ăąge de l’église qui sera organisĂ©. JĂ©sus-Christ viendra prendre Son Eglise. C’est vrai.

            MoĂŻse Ă©tait un type de l’église, un type de l’organisation, la loi. Mais MoĂŻse s’était glorifiĂ© au lieu de glorifier Dieu, comme un parfait type, avant qu’ils aient traversĂ© vers la Terre promise. Et c’est exactement ce que les mĂ©thodistes, les baptistes, les presbytĂ©riens, les pentecĂŽtistes, les luthĂ©riens, tous ont fait ce soir. Ils voient qui peut avoir la plus grosse foule, ou les gens les mieux habillĂ©s, ou la plus grande Ă©glise, ou les bancs les plus beaux. Ils cherchent Ă  glorifier leur organisation au point que Dieu en est sorti. C’est vrai.

24        Mais, rappelez-vous, JosuĂ© Ă©tait juste dans l’église tout le temps. C’est lui qui les a fait traverser. Et aujourd’hui, les signes mĂȘmes, les prodiges mĂȘmes et les surnaturels mĂȘmes, qui sont dans l’église... Chaque fois qu’on a eu un rĂ©veil dans n’importe quel Ăąge, il y a eu ces signes dans l’église. Et cela avait lieu au cours de tous ces Ăąges de l’église. Juste comme JosuĂ© a accompagnĂ© MoĂŻse sur tout le parcours. Mais l’ñge de l’église a pris fin avec MoĂŻse, et JosuĂ© a fait entrer les enfants de Dieu dans la Terre promise.

            Et je crois que l’ñge de l’église est arrivĂ© maintenant, le miraculeux, le surnaturel, le baptĂȘme de l’Esprit, la puissance, les signes et les prodiges, cette grande effusion de l’Esprit de Dieu dans les derniers jours, et c’est la chose qui suscitera la foi dans les gens, qui amĂšnera la foi de l’EnlĂšvement, qui fera entrer l’Eglise dans la Gloire. Je le crois.

25        Comment l’Eglise peut-elle ĂȘtre enlevĂ©e alors que nous n’avons mĂȘme pas la foi pour la guĂ©rison? Il nous faut avoir premiĂšrement la foi pour l’EnlĂšvement. C’est vrai. Oh! Comme Dieu agit par Son Esprit, des signes et des prodiges commencent Ă  suivre; partout oĂč Dieu se met Ă  agir, des signes et des prodiges suivent Dieu.

            Le monde s’est toujours tenu Ă  l’écart et a critiquĂ© cela. Depuis le... depuis Adam jusque lĂ , c’est ce qu’ils ont chaque fois fait. Et ce... ce n’est pas nouveau aujourd’hui que vous soyez critiquĂ© pour le... avoir acceptĂ© JĂ©sus-Christ et pour Son...

26        Or, si vous acceptez cela par fanatisme, ou–ou que vous ĂȘtes persĂ©cutĂ© pour une mauvaise cause, eh bien, vous le mĂ©ritez. Mais maintenant, regardez, si vous avez rĂ©ellement... Dieu est Ă  l’oeuvre parmi vous, se manifestant par une Ă©vidence biblique, avec des signes et des prodiges, alors rĂ©jouissez-vous, soyez dans l’allĂ©gresse, car votre rĂ©compense au Ciel est grande.

            MoĂŻse, lors de son pĂšlerinage, alors qu’il emmenait les enfants d’IsraĂ«l, Dieu lui avait donnĂ© une promesse. Eh bien, de mĂȘme que Dieu conduisait cela dans le naturel, Il conduit aussi l’Eglise aujourd’hui dans le spirituel. Eh bien, ils allaient vers la Terre promise, sortant du chaos vers une Terre promise, du ridicule au sublime.

27        Juste comme c’est le cas aujourd’hui. Nous sommes en route vers la Terre promise. Croyez-vous cela? JĂ©sus a dit: «Il y a plusieurs demeures dans la maison de Mon PĂšre.» Est-ce vrai? «Je vais vous prĂ©parer une place, et Je reviendrai... et Je vous prendrai avec Moi, afin que lĂ  oĂč Je suis, vous y soyez aussi.» Nous sommes en route vers cette Terre promise.

            Oh! Comme cela ravit mon coeur! DĂšs que je commence Ă  voir cela, mes Ă©paules s’affaissent simplement sachant que je ne sais combien de temps maintenant... Je n’ai aucun moyen de le savoir. Mais voici une seule chose que je sais: AprĂšs que le souffle aura quittĂ© ce corps, si je suis fidĂšle Ă  JĂ©sus-Christ, un jour, j’entrerai dans ce Pays lĂ -bas.

28        Il n’y a pas longtemps, quand Billy et moi... Il Ă©tait un tout petit garçon, je n’oublierai jamais cela. Nous allions Ă  la tombe de sa mĂšre un matin de PĂąques. Il portait une petite fleur sous le bras. Il a enlevĂ© son petit chapeau. Il avait environ huit ans. Il s’est mis Ă  sangloter et Ă  pleurer. Il a pratiquement titubĂ© et il est tombĂ©, comme il savait que sa mĂšre et sa petite soeur Ă©taient dans la tombe.

            J’ai fait passer mon bras autour du petit garçon, j’ai dĂ©posĂ© la fleur sur la tombe, une petite fleur moins chĂšre. Nous ne pouvions pas nous permettre grand-chose. J’ai fait passer mon bras autour de lui, j’ai dit: «Mon chou, le corps de maman et celui de ta soeur reposent ici dans la tombe. Mais ne regardons pas ça. Regardons lĂ  de l’autre cĂŽtĂ© de la riviĂšre, il y a une tombe vide Ă  JĂ©rusalem, oĂč Quelqu’Un Ă©tait ressuscitĂ© d’entre les morts et elles sont mortes en Lui. Et Il a dit: ‘Ceux qui sont morts en Lui, Dieu les ressuscitera avec Lui, Ă  Sa Venue.’» Oui, oui.

29        Un jour, cette tombe-lĂ  s’ouvrira. Oui, oui. Et cette belle jeune femme, la mĂšre avec son enfant, sortiront de cette tombe-lĂ , aussi certainement que je me tiens Ă  cette chaire ce soir. «Celui qui persĂ©vĂ©rera jusqu’à la fin sera sauvĂ©.»

            Les derniĂšres paroles que je lui ai dites alors qu’elle partait, elle a dit... Nous... concernant la PentecĂŽte et la puissance du Saint-Esprit... Elle se mourait ce matin-lĂ . Et elle a dit: «Oh! C’est si glorieux!» Oh! Combien... Quel... C’est ainsi que j’aimerais partir. «Si merveilleux.»

            Elle a dit: «Je vois les portes s’ouvrir. Oh! la la! Que c’est beau!»

            Si jamais un homme va ĂȘtre honnĂȘte, ce sera Ă  sa mort. J’ai observĂ© les gens mourir, de toutes les maniĂšres. Alors, voyant cela, elle a dit: «Bill, fais-moi une promesse.»

            «Laquelle?»

            Elle a dit: «PrĂȘche ce glorieux Evangile jusqu’à ce que la mort te libĂšre.»

            Eh bien, il y a de cela plusieurs annĂ©es, et je suis toujours sur le champ de combat ce soir. Oui, oui, plus dĂ©terminĂ© que jamais de toute ma vie, car je vois que nous sommes en route vers ce Pays-lĂ . Un jour, nous franchirons ces portes.

30        [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Dieu parla Ă  MoĂŻse lĂ ... Avant que vous partiez, j’aurais voulu avoir le temps de soutenir cela un peu, voir comment ils sont allĂ©s en Egypte. Dieu avait prophĂ©tisĂ© par Abraham, disant que sa postĂ©ritĂ© sĂ©journerait dans un pays Ă©tranger pendant–pendant quatre cents ans. Et puis, qu’Il les en ferait sortir par une main puissante.

            Comment MoĂŻse est descendu en Egypte, il les a fait sortir. Comment... Avant qu’ils sortent... Comment ils sont allĂ©s lĂ -bas... Comment Joseph, un type parfait de Christ... Comment il est nĂ© parmi ses frĂšres, haĂŻ par ses frĂšres, aimĂ© de son pĂšre, il avait un manteau de plusieurs couleurs, une distinction...

            Pourquoi les haĂŻssaient-ils? Parce qu’il Ă©tait un voyant. Il pouvait interprĂ©ter les songes et avoir des visions. Et eux l’ont haĂŻ pour une cause juste. De mĂȘme, ils ont haĂŻ JĂ©sus parce qu’Il Ă©tait spirituel. Ils L’ont taxĂ© de BĂ©elzĂ©bul. Ils haĂŻssent Son Eglise aujourd’hui, ces demi-frĂšres et ces demi-soeurs, Ă  cause de l’Esprit de Dieu qui se meut parmi les–les croyants nĂ©s de nouveau.

            Et remarquez, pour une cause juste, ils l’ont haĂŻ. Puis, ils Ă©taient censĂ©s l’avoir tuĂ© et ils l’avaient jetĂ© dans une fosse. On l’a fait sortir, il s’est assis Ă  la droite de Pharaon, comme JĂ©sus a Ă©tĂ© enlevĂ© et s’est assis Ă  la droite du PĂšre. Aucun homme ne s’approchait de Pharaon sans passer par Joseph. Aucun homme ne s’approche de Dieu sans passer par Christ. Amen.

31        Observez-le alors que... lors de Sa tentation dans la prison, il y eut un boucher et un Ă©chanson. Et... ou plutĂŽt un panetier et un Ă©chanson, c’était ça. L’un d’eux fut perdu et l’autre fut sauvĂ©, aprĂšs que Joseph eut annoncĂ© ce qui arriverait.

            Et JĂ©sus, quand Il Ă©tait sur la croix, il y eut un voleur qui Ă©tait suspendu d’un cĂŽtĂ©, et un voleur de l’autre; l’un fut perdu et l’autre, sauvĂ©. Parfait. Oh! Nous ne pouvons juste pas continuer...

            Et regardez, il avait quittĂ© ses frĂšres, parce qu’il avait Ă©tĂ© rejetĂ© et il a Ă©pousĂ© une femme des Gentils. RejetĂ© par les Juifs, JĂ©sus a reçu une femme des Gentils pour accomplir les Ecritures: «Je choisirai un peuple parmi les Gentils, qui porte Mon Nom.» Vous y ĂȘtes. Vivant juste au temps de la fin maintenant, les ombres tombent partout.

32        Oh! Quand j’y pense. Et je pense: «Que puis-je faire, Dieu bien-aimĂ©? Mon coeur brĂ»le quand je vois le grand besoin partout, des cris et l’appel: ‘Viens Ă  MacĂ©doine’», partout. Qu’allons-nous faire?

            Alors, voici ce que je pense: «Seigneur, je ferai de mon mieux, lĂ  oĂč je suis, cherchant Ă  lancer une bouĂ©e de sauvetage Ă  ceux qui ne sont pas sauvĂ©s et Ă  ceux qui sont impies.»

            Mais je vous dis une seule chose, amis, il n’est pas correct de... que tous les prĂ©dicateurs restent en AmĂ©rique, ici, et prĂȘchent l’Evangile Ă  plusieurs, plusieurs, plusieurs, plusieurs reprises aux gens, alors que la moitiĂ© des gens au monde, pratiquement deux tiers d’entre eux, n’ont jamais entendu le Nom de JĂ©sus-Christ.

33        Et nous sommes simplement restĂ©s dans un tas confus ici, prĂȘchant cela jusqu’à ce que vous vous soyez endurcis vis-Ă -vis de l’Evangile. Alors, les paĂŻens lĂ -bas se meurent. VoilĂ  ma vision. Je dois aller vers eux. C’est lĂ  que Dieu a bĂ©ni. En effet, ils ont faim; ils ont soif; ils veulent entendre quelque chose.

            C’est pourquoi je suis vraiment avec Tommy Osborn. Il a la mĂȘme vision: diffuser l’Evangile. Il nous le faut. Dieu va nous tenir responsable pour cela. Le voyage est en cours.

            Eh bien, je remarque, Dieu parla ici Ă  MoĂŻse, disant: «Je vais envoyer un Ange devant toi pour te garder en chemin.» J’aime ça. Amen. Or, tout le monde sait que cet Ange qui avait rencontrĂ© MoĂŻse, ou plutĂŽt qui avait guidĂ© MoĂŻse, C’était l’Ange de l’alliance, qui Ă©tait JĂ©sus-Christ, la Colonne de Feu.

            Et Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. C’est le mĂȘme Ange qui conduit cette Eglise aujourd’hui, qui avait conduit celle-lĂ  en ce temps-lĂ . AllĂ©luia! Oh! N’ayez pas peur. AllĂ©luia veut dire gloire Ă  notre Dieu. Il mĂ©rite tout cela. C’est... Oui.

34        Et je Le regarde maintenant; Il a dit: «Maintenant, attends. Je vais envoyer cet Ange, Il vous guidera dĂšs maintenant jusqu’à ce que vous entriez dans la Terre promise.» Et Dieu nous donne le Saint-Esprit le jour de la PentecĂŽte, qui a guidĂ© l’Eglise depuis ce jour-lĂ  jusqu’au moment oĂč nous entrerons dans la Terre promise.

            Observez-Le, Il a dit: «Tiens-toi sur tes gardes en Sa PrĂ©sence et ne Lui rĂ©siste point, parce qu’Il ne pardonnera pas tes pĂ©chĂ©s, car Mon Nom est en Lui.» AssurĂ©ment, c’était l’Ange de Dieu, JĂ©sus-Christ, le mĂȘme qui conduit l’Eglise aujourd’hui. Il Ă©tait alors dans la Colonne de Feu, Il est sous forme de l’Esprit maintenant, mais C’est le mĂȘme Ange, le mĂȘme Etre.

35        Maintenant, voyons un peu. AussitĂŽt donc qu’ils ont entrepris leur pĂšlerinage, la chose suivante, vous savez, ils se sont mis Ă  se plaindre, Ă  murmurer, du fait que le... cette–cette eau n’était pas bonne, et au sujet de leur pain qu’ils mangeaient, se plaignant, cherchant querelle Ă  Dieu et Ă  MoĂŻse.

            C’est exactement le type mĂȘme de l’église aujourd’hui. Peu importe, Dieu peut descendre et dĂ©verser Ses bĂ©nĂ©dictions sur l’église, bĂ©nir les gens; et tout d’un coup, vous savez, s’Il ne continue pas Ă  rĂ©pandre cette bĂ©nĂ©diction, et qu’Il ne le fait pas chaque soir, les gens se mettront Ă ... Un petit dĂ©sastre arrive, ils vont retomber. «Eh bien, peut-ĂȘtre que j’étais juste excitĂ©.»

36        Oh! OĂč est votre foi? Gardez cela en Dieu. Vous ne sentez jamais cela une fois de plus, ou vous ne voyez jamais cela une fois de plus, ou n’importe quoi d’autre, gardez votre foi ancrĂ©e Ă ... Oh! Que c’est merveilleux! Observez-Le maintenant.

            Ils sont descendus lĂ  et ils ont eu des ennuis. Ils ont commencĂ© Ă  avoir besoin d’eau. Dieu leur a parlĂ©, disant... pour cela, Il pourvoirait Ă  chaque besoin qu’ils auraient. L’Ange conduisait. Et MoĂŻse leur a parlĂ©, disant: «Convoque tout... IsraĂ«l lĂ -bas et je vais vous montrer la gloire de Dieu.» Dieu lui a parlĂ©, disant: «Convoque-les et parle au rocher, et il donnera ses eaux.»

            Un peuple plaintif, qui avait quittĂ© les pots d’ail en Egypte, pour manger la nourriture des anges, et il se plaignait. Il avait quittĂ© les eaux boueuses en Egypte pour boire du Rocher, la Fontaine qui ne tarit jamais: les eaux que les Anges ne pouvaient pas toucher, et pourtant ils se plaignaient.

            Ils avaient quittĂ© les mĂ©decins orgueilleux de l’Egypte pour ĂȘtre avec le Grand MĂ©decin, et ils se plaignaient toujours. N’est-ce pas exactement la nature des gens? C’est ainsi qu’ils s’y prennent: se plaindre toujours.

37        Alors, Dieu parla Ă  MoĂŻse: «Parle au rocher.» Et le rocher fit jaillir cela... Et le rocher Ă©tait le lieu le plus sec qu’il y avait, la chose la plus sĂšche dans le dĂ©sert. S’ils avaient cherchĂ© dans toutes les flaques d’eaux, lĂ  oĂč il y avait de l’eau, dans les oasis, lĂ  oĂč il y avait de l’eau et qu’il n’y en avait toujours pas, alors, parler au rocher... L’objet le plus sec, le plus Ă©loignĂ© de l’eau, c’était–c’était un rocher. Eh bien, c’était lĂ  au sol. Mais Dieu a dit de parler Ă  la chose qui paraĂźt la pire, le rocher. Et parfois aujourd’hui, les gens disent: «Eh bien, si Dieu donnait les dons, Il les mettrait dans la citĂ© de Vatican. Il les mettrait dans ces grandes cathĂ©drales. Eh bien, Il ne les mettrait pas parmi cette bande de saints exaltĂ©s.» Mais c’est bien lĂ  que vous ĂȘtes flouĂ©. C’est vrai.

            Le pire lieu au monde, c’est lĂ  que Dieu a placĂ© Sa bĂ©nĂ©diction. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. «Parle au rocher, et il donnera ses eaux.»

38        Maintenant, j’aimerais vous faire remarquer, Il a dit:

            «Maintenant, si tu obĂ©is Ă  Sa voix et que tu fais tout ce que Je dis, alors Je serai l’ennemi de tes ennemis et l’adversaire de tes adversaires. (Ecoutez attentivement maintenant.) Car Mon Ange marchera devant toi et Il t’amĂšnera chez les AmorĂ©ens, les HĂ©thiens, les PhĂ©rĂ©ziens, les CananĂ©ens, les HĂ©viens, les JĂ©busiens, et Je les exterminerai.»

            Eh bien, pouvez-vous vous imaginer? Dieu dit: «Il y a un pays lĂ -bas oĂč coulent le lait et le miel, et Je vous l’ai donnĂ©, c’est Ă  vous. Mais maintenant, avant que vous y entriez, vous devez [Espace vide sur la bande–N.D.E.] ... tous les HĂ©viens, les JĂ©busiens, et–et tous les autres iens avant que vous y arriviez.»

39        Maintenant, c’était Ă©trange, n’est-ce pas? Eh bien, les gens aujourd’hui en sont Ă  la mĂȘme chose. Dieu vous a donnĂ© une promesse de la guĂ©rison divine. Il vous a donnĂ© une promesse de la santĂ© divine. Il vous a donnĂ© toutes ces promesses, mais vous avez peur d’affronter l’ennemi qui cherche Ă  vous dĂ©courager loin de lĂ . C’est tout Ă  fait vrai.

            Dieu dit: «Ne vous prosternez mĂȘme pas devant eux.» Ecoutez ça.

             Tu ne te prosterneras point devant leurs dieux, et tu ne les serviras point; tu n’imiteras point ces peuples dans leur conduite; mais tu les dĂ©truiras, et tu briseras leurs statues.

40        Oh! la la! Regardez ça, il y a lĂ  une promesse de la guĂ©rison divine. Il y a lĂ  une promesse du baptĂȘme du Saint-Esprit. Avant que vous receviez donc le baptĂȘme du Saint-Esprit, il vous faut peut-ĂȘtre percer parmi les mĂ©thodistes, les baptistes, les presbytĂ©riens, la science chrĂ©tienne, et tout le reste. Mais si vous ĂȘtes prĂȘts Ă  aller prendre cela, cela est lĂ  pour vous; Dieu l’a promis, et Il vous l’a envoyĂ©. Amen.

            «Regardez, je vais vous le donner, le pays est lĂ . Mais avant que vous arriviez lĂ , vous devez combattre.» C’est ça le problĂšme des gens aujourd’hui, ils ont peur de prendre position et combattre. Ce dont nous avons besoin, c’est...

            Je dois combattre s’il me faut rĂ©gner,
            Augmente mon courage, Seigneur.
            Dois-je ĂȘtre transportĂ© chez moi au Ciel,
            Sur un lit fleuri d’aisance,
            Pendant que les autres ont combattu pour remporter le prix,
            Et ils ont naviguĂ© des ocĂ©ans ensanglantĂ©s?
            Non, je dois combattre s’il me faut rĂ©gner. (C’est vrai.)

41        Oh! Nous sommes si mous, sans os, sans secours, sans colonne vertĂ©brale comme des vers. Je pense au vieux Buddy Robinson. Il s’est agenouillĂ© dans un champ de maĂŻs, il a dit: «Seigneur, si Tu ne me donnes pas le Saint-Esprit, Ă  Ton retour sur terre, Tu vas trouver un tas d’os dĂ©posĂ©s ici.»

            Si jamais nous devenons sincĂšres Ă  ce point-lĂ , quelque chose va arriver. Il a dit: «Seigneur, donne-moi beaucoup de connaissance dans le pignon de mon Ăąme. Laisse-moi combattre le diable tant que j’aurai une dent dans la bouche, ensuite le mĂąchonner avec les gencives jusqu’à ma mort.» C’est ce qu’il a fait.

            Que Dieu m’aide, vous aide Ă  avoir le courage et Ă  prendre position lĂ . Dieu a dit que c’est ça, les autres reçoivent cela. Allons le recevoir. C’est Ă  nous. Dieu nous l’a promis. Que dites-vous? «Mais, regardez ça, que dira mon Ă©glise? Que dira mon pasteur? Que dira ceci? Que dira ma maman? Que dira cela?» Peu m’importe ce qu’ils disent.

42        Dieu a dit: «Exterminez la chose.» Amen! AllĂ©luia! Ce dont nous avons besoin aujourd’hui... Vous faites l’enfant et la femmelette autour d’un tas de choses que vous devriez exterminer. «Eh bien, j’ai peur de tĂ©moigner de la guĂ©rison, car quand maman va me reprendre, le pasteur dira: ‘Eh bien, maintenant, s’il commence cette histoire par ici, nous allons le chasser de l’église.’» Savez-vous ce que Dieu a dit? «Exterminez cette chose-lĂ .» Faites sortir cela de votre esprit. Ôtez cela de votre chemin. Amen. Ne pensez pas que je suis excitĂ©. Je sais oĂč je suis. Regardez, je me sens simplement bien. TrĂšs bien.

43        Permettez-moi de vous le dire, mon frĂšre; je sais de quoi je parle. J’ai eu une expĂ©rience. Et beaucoup de gens cherchent Ă  se plaindre: «Eh bien, si je dorlote juste un tout petit peu, eh bien, les voisins vont un peu...»

            «Eh bien, pauvre madame Unetelle! Je pense qu’elle est au service de guĂ©rison. Mais je sais qu’elle est toujours... Oui, madame.» Oh! Exterminez cette chose-lĂ .

            Beaucoup de... Prenez ce petit enfant jĂ©busien. Vous dites: «Il est trĂšs mignon. Il sourit un peu. Je–je... trĂšs doux. Ce–c’est un petit enfant hĂ©tien. Je vais bien vous dire...» La Bible dit d’exterminer cet enfant-lĂ , pas de le choyer, pas de le dorloter. Il grandira et deviendra comme son papa.

44        Et la chose suivante, vous savez, vous vous mettez Ă  choyer votre maladie, Ă  dorloter vos petites histoires insignifiantes, et des choses comme cela, parce que votre voisin ne croit pas dans la guĂ©rison, et votre voisin ne croit pas au Saint-Esprit; exterminez cette chose-lĂ . Traversons et emparons-nous du pays. AllĂ©luia! Dieu a dit que c’est Ă  nous. S’Il a dit que c’est Ă  nous, cela nous appartient. «La promesse est pour vous, pour vos enfants, pour les enfants de vos enfants, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.» Amen.

            C’est ça le problĂšme de l’église ce soir: nous avons un brĂ©chet Ă  la place de la colonne vertĂ©brale. Ce dont nous avons besoin, c’est quelque chose lĂ  qui vous fera tenir debout. Amen.

45        Tout homme qui ait jamais abouti Ă  quoi que ce soit a dĂ» combattre pour ce qu’il avait. Dieu ne vous le donne pas sur un plateau d’argent. Il a dit: «VoilĂ  la Terre promise. Il y coule du lait et du miel. Mais avant que vous arriviez lĂ , vous allez traverser tous ces HĂ©viens, ces CananĂ©ens et tout. Mais ne vous prosternez devant aucun d’eux. Exterminez les choses au fur et Ă  mesure que vous vous en approchez. ArrĂȘtez de construire un feu sur l’autel des ennemis.» Amen.

            J’aurais souhaitĂ© avoir deux fois ma taille maintenant mĂȘme, peut-ĂȘtre que je me sentirais deux fois mieux. Permettez-moi de vous dire, frĂšre, je devrais pratiquement me sentir ainsi. Ecoutez.

46        C’est vrai. Il nous faut absolument exterminer. Il y a la guĂ©rison divine. Mais la chose suivante, vous savez: «Mademoiselle Jones n’y croit pas.» Eh bien, laissez mademoiselle Jones de cĂŽtĂ©. «Le pasteur n’y croit pas.» Laissez votre pasteur de cĂŽtĂ©. C’est vrai. Exterminez ces choses-lĂ .

            Le mĂ©decin dit que les jours des miracles sont passĂ©s. Je crois aux mĂ©decins. Je trouve plus de mĂ©decins croyants que des prĂ©dicateurs croyants. C’est vrai. Il y a plus de mĂ©decins qui croient dans la guĂ©rison divine. Mais il y en a d’autres, ils sont des charlatans. Nous en avons de deux cĂŽtĂ©s. C’est vrai.

            Mais laissez-moi vous dire, ce prĂ©dicateur-lĂ , ou ce mĂ©decin-lĂ , ou qui que ce soit qui ne croit pas que le Dieu Tout-Puissant peut tout faire, laissez cela de cĂŽtĂ©. Dieu est Tout-Puissant. Nous sommes des chrĂ©tiens. Nous croyons la VĂ©ritĂ© de Dieu, et nous devons prendre position pour la VĂ©ritĂ© de Dieu, et nous devons vivre pour la VĂ©ritĂ© de Dieu. Et chaque promesse, que Dieu nous a donnĂ©e est pour nous. Allons prendre cela. Amen. Ouf!

            Certains parmi eux disent: «Eh bien maintenant, vous savez, maman Ă©tait membre de telle Ă©glise ça fait longtemps.» DĂ©barrassez-vous de cette chose-lĂ . Si elle ne prend pas la Parole de Dieu pour elle, crucifiez cela. Renversez cet autel et adorons Dieu.

47        Peu importe... Oh! Nous disons: «Il est si mignon. Ils ont une si grande et magnifique...» Peu m’importe ce qu’ils ont. Si cela ne se conforme pas Ă  la Parole de Dieu, dĂ©barrassez-vous de la chose. Nous sommes en route. AllĂ©luia! Gloire!

            Le Saint-Esprit poursuit Son chemin; les signes et les prodiges suivent, les dĂ©monstrations et les puissances de Dieu, les guĂ©risons. Ouf! C’est moi. C’est ce que j’aime. Amen.

48        «Celui que le Fils libĂšre est vraiment libre.» Amen. Pas de servitude, pas... «Et libre, avec la libertĂ© quand Christ vous a rendu libre.» C’est vrai. Elimine ce petit hĂ©vien, ce petit jĂ©busien... Prenez ce petit CananĂ©en et boutez-le dehors. Ne le laissez pas vivre. Tuez-le. Dieu a dit de le tuer, dĂ©truisez-le. Pas juste: «Mon cher petit ami, je reviendrai te voir encore aussitĂŽt ce rĂ©veil terminĂ©.» Oh! la la!

            Ne faites jamais cela. Si vous le faites, vous n’atteindrez jamais la Terre promise. FrĂšre, faites sortir l’EpĂ©e de Dieu et mettez-vous Ă  combattre. Ouf! J’aurais voulu avoir un long moment pour rester lĂ -dessus. J’ai d’autres pensĂ©es qui surviennent lĂ , mais j’aimerais en arriver lĂ  oĂč il les fait entrer dans le pays. Amen.

49        Lisons un peu plus loin. Ne vous prosternez pas devant eux. Ne les servez pas. DĂ©truisez leurs statues.

            Vous servirez l’Eternel, votre Dieu, et Il bĂ©nira votre pain et vos eaux, et j’éloignerai la maladie du milieu de toi. (AllĂ©luia.)

            Dieu l’a dit. Si Dieu a dit cela sous forme de type, lors du voyage, Ă  combien plus forte raison Il–Il le dira dans le voyage rĂ©el? Si un serpent d’airain a ĂŽtĂ© la maladie du milieu d’eux, que fera JĂ©sus-Christ?

            Et JĂ©sus a dit: «Comme (la mĂȘme raison, une raison multiple.) MoĂŻse Ă©leva le serpent d’airain dans le dĂ©sert, il faut de mĂȘme que le Fils de l’homme soit Ă©levĂ©.» Ils avaient pĂ©chĂ© contre Dieu et contre MoĂŻse, et ils Ă©taient tombĂ©s malades pour avoir fait cela. Et l’ant-... ou plutĂŽt le type a ĂŽtĂ© la maladie, que fera l’antitype? Si le serpent d’airain a fait cela, que fera JĂ©sus-Christ?

            Il a dit: «De mĂȘme que le Fils de l’homme.... Comme que MoĂŻse Ă©leva le serpent d’airain, il faut de mĂȘme que le Fils de l’homme soit Ă©levĂ©.»

50        Maintenant: «Je bĂ©nirai votre pain et vos eaux.» Oh! la la! C’est trĂšs bien, le pain et l’eau. Et, mon vieux, cela nuirait certainement Ă  notre prestige des AmĂ©ricains, n’est-ce pas? Cela le ferait certainement. Si vous en Ă©tiez rĂ©duit au pain et Ă  l’eau.

            J’ai entendu aujourd’hui une soeur finlandaise chanter un cantique. Elle travaille pour nous ici, traduisant des lettres venant de la Finlande, ici Ă  Chicago. Et elle a dit... une petite chanson. Elle a dit qu’un homme en Finlande en Ă©tait rĂ©duit Ă  un peu de sel et du pain, et il... et Ă  boire Ă  un–un abreuvoir Ă  cheval. Et il a levĂ© les yeux, il a rendu grĂące Ă  Dieu pour le pain, le sel et l’abreuvoir oĂč le cheval boirait.

            Et nous jetons dans la poubelle, chaque dimanche aprĂšs-midi, assez de nourriture qui nourrirait les gens. Oh! Nous sommes vraiment... Je pense... [Espace vide sur bande–N.D.E.]... comme cela, quand les enfants hĂ©breux Ă©taient lĂ  dans la fournaise ardente, ou quand ils sont d’abord descendus dans... Ă  Babylone.

            Vous savez, Dieu a regardé–regardĂ© en bas, et Il a vu qu’Il avait lĂ  en bas un homme, du nom de Daniel, en qui Il pouvait faire confiance. Il en avait trois autres: Schadrac, MĂ©schac et Abed-Nego. Il savait donc qu’Il pouvait leur faire confiance. Alors, Il leur a dit de ne pas... comment... ce que les... les lois auxquelles ils doivent se conformer pendant qu’ils Ă©taient lĂ -bas.

51        Et Daniel avait rĂ©solu de ne pas se souiller avec les mets du roi. C’est tout Ă  fait vrai... Quand vous dites que vous allez faire n’importe quoi, vous allez accepter vote guĂ©rison ou vous allez accepter votre... le baptĂȘme du Saint-Esprit, c’est alors que le diable atterrit sur vous avec toutes les quatre pattes. C’est vrai. Quand il est arrivĂ© lĂ , il a dit ce qu’il allait faire. Le roi est venu et il a vu qu’il y avait un esprit excellent en Daniel. Il a donc dit: «Eh bien, placez ces gars lĂ -bas et nourrissez-les.»

52        Je pense qu’un mĂ©decin Ă©tait venu lĂ , il a dit: «Eh bien, regardez. Ils ont besoin de beaucoup de vitamines; alors, je vous assure, vous devez leur donner du vin, des liqueurs fortes, et de la nourriture qui engraisse, qui a beaucoup de calories, beaucoup de viandes et beaucoup de subsistances.»

            Le roi a dit: «Je les nourrirai Ă  ma propre table.»

            Mais quand on est arrivĂ© Ă  Daniel (Amen!), ils ont rencontrĂ© lĂ  quelqu’un qui aimait le Seigneur.

53        Le gars qui vient Ă  l’assemblĂ©e, il a dit: «Maintenant, regardez ça, a-t-il dit; voici un plat que le roi a envoyĂ©.» Il a dit: «Regardez donc son aspect.» Un trĂšs gros gobelet plein de whisky placĂ© lĂ . Il a dit: «Eh bien, le roi veut que vous soyez heureux, il va donc vous donner un peu de ceci maintenant et vous garder stimulĂ©s.»

            Il a dit: «Je–je ne boirai simplement pas cela.»

            «Oh! a-t-il dit, j’ai peur pour ma propre vie et pour la vĂŽtre.»

            Il a dit: «Je vais vous dire quoi faire, a-t-il dit, donnez-moi simplement des lĂ©gumes pendant dix jours, et puis observez-moi.» Amen! En d’autres termes: «Un peu...?... des lentilles, des galettes de maĂŻs», ou je ne sais comment vous voulez appeler cela. «Donnez-moi juste un peu de cela pendant dix jours et ensuite, examinez-moi, par rapport aux autres.»

54        FrĂšre, je prĂ©fĂ©rerais avoir un peu de cela et ĂȘtre dans le Royaume de Dieu, et faire ce que Dieu veut que je fasse, plutĂŽt que d’avoir beaucoup et ĂȘtre loin du Royaume de Dieu. Je prĂ©fĂ©rerais suivre le chemin avec une bande de ces petits saints exaltĂ©s et vivre dans la PrĂ©sence de Dieu plutĂŽt que d’ĂȘtre membre de l’église la plus grande de Chicago et me retrouver en dehors du Royaume de Dieu. Amen.

55        Qu’est-ce qui cloche chez moi ce soir aprĂšs tout? Permettez-moi de vous dire, mon frĂšre: Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’un bon rĂ©veil, de l’ancien temps, Ă  la saint Paul, et de la Bible, du Saint-Esprit revenant dans l’église une fois de plus. Amen.

            On l’a nourri de cela pendant dix jours, un peu de pois dans un petit pot, ou je ne sais quoi c’était. Rien d’engraissant dans tout cela. La chose suivante, vous savez, on a fait venir Daniel, et les autres, ils ont examinĂ© tous les jeunes gens.

            Quand ils ont fait venir le frĂšre Daniel, oh! la la! ses joues Ă©taient roses. Il Ă©tait tout Ă  fait rond et engraissĂ© au possible. AllĂ©luia! Il a dit: «Dites donc, je pense que chaque fois qu’on mettait ce petit pot de pois lĂ  devant Daniel, Dieu tendait la main, prenait une boĂźte de vitamines et dĂ©versait toute la chose lĂ -dedans.» Amen! AllĂ©luia!

56        Il en a encore dans la Gloire ce soir, si vous voulez observer Ses commandements, faire Sa volontĂ©, chercher le baptĂȘme du Saint-Esprit, chercher Ă  servir Dieu. Amen! Oh! Je me sens bien!

            Regardez, frĂšre. Dieu nourrissait simplement Daniel avec une espĂšce de vitamine. Mais je peux le voir se tenir lĂ , tout rond et engraissĂ© au possible. Je peux entendre l’un d’eux dire: «Dites donc, ce gars n’a pas eu grand-chose Ă  manger. Je lui donnais simplement une galette de maĂŻs chaque matin. C’est tout ce qu’il a eu.»

            Mais Dieu a dit ici: «Je bĂ©nirai votre pain et vos eaux.» Je prĂ©fĂ©rerais vivre pour Dieu et avoir du pain et de l’eau, plutĂŽt que vivre pour le diable et avoir des poulets frits et de la glace trois fois par jour; pas vous? AssurĂ©ment. Oui, oui.

57        Daniel Ă©tait tout aussi engraissĂ© et rond que possible, vous savez, avec ses joues toutes roses. Il s’est avancĂ© lĂ  et a dit: «Oui, monsieur. Votre Honneur, Excellence. Me voici.»

            On l’a examinĂ©. On a dit: «Oh! la la! Ses habits ne lui conviennent pratiquement plus, Ă  force de manger un pot de galette de maĂŻs chaque matin.» Oh! la la! Oh! Comme Dieu peut bĂ©nir!

            Ecoutez, frĂšre, ne dĂ©sirez pas les grandes choses de ce monde, mais soyez satisfait avec ce que Dieu vous a donnĂ©. Tout ce qu’il y a, c’est se rassurer d’ĂȘtre dans la volontĂ© de Dieu.

            Je vois les trois autres. Voyons comment s’est passĂ© leur test, une fois. Ils allaient ĂȘtre brĂ»lĂ©s un matin pour n’avoir pas bu le vin du roi et ne s’ĂȘtre pas prosternĂ©s devant ses statues.

58        Jetons-y un coup d’oeil quelques minutes. Je vois cela Ă  Babylone. Le jour se lĂšve. Le vieux roi a dit: «Quiconque ne se prosternera pas devant cette statue sera jetĂ© dans la fournaise ardente.» Il y faisait chaud plus qu’au Gospel Tabernacle de Chicago. TrĂšs bien. Il a dit: «Elle serait chauffĂ©e sept fois plus que jamais auparavant pour quiconque ne se prosternera pas devant cette statue.»

            Eh bien, ces jeunes gens ont tournĂ© le dos Ă  cela. «TrĂšs bien, a-t-il dit, je vais les jeter dans la fournaise ardente.» Je peux jeter le regard lĂ  Ă  Babylone ce matin-lĂ . Amen. Je peux regarder, et je peux voir tout le ciel rouge. Le roi Nebucadnetsar s’était fait un siĂšge, il Ă©tait placĂ© lĂ , vous savez, pour ainsi dire, avec ses jambes croisĂ©es. Il a dit: «Faites venir ces saints exaltĂ©s. Nous allons faire sortir d’eux cette religion Ă  force de les brĂ»ler.»

59        FrĂšre, vous ne pouvez pas combattre le feu par le feu. Le Saint-Esprit est Lui-mĂȘme le Feu. C’est vrai. Il a dit: «Faites-les sortir, et nous allons faire sortir d’eux cette religion Ă  force de les brĂ»ler. Nous allons les amener Ă  se prosterner.» Je peux entendre Schadrac, MĂ©schac et Abed-Nego commencer Ă  gravir la passerelle lĂ , aller pour entrer dans la fournaise. Je peux entendre Schadrac dire: «FrĂšre Abed-Nego?»

            «Oui, Schadrac.»

            «Es-tu sĂ»r d’avoir priĂ© jusqu’à l’exaucement?»

            «Oui. Je suis sĂ»r que tout est en ordre. Oui, on a la victoire.» TrĂšs bien.

            Il a dit: «Hein, aimeriez-vous vous rĂ©tracter lĂ -dessus?»

            Il a dit: «Notre Dieu peut nous dĂ©livrer de cette fournaise ardente. Mais toutefois, mĂȘme s’Il ne le fait pas, nous ne nous prosternerons pas devant votre statue.» Amen! AllĂ©luia! «Je ne me prosternerai pas devant votre statue.» Ils ont effectuĂ© quelques pas plus loin. Oh! la la! On dirait que Dieu ne s’en occupait pas.

60        Et je peux voir des hommes armĂ©s de lances, une chaleur intense Ă©tait sur le point de les atteindre; ils Ă©taient sur le point de suffoquer. Schadrac, MĂ©schac et Abed-Nego ont failli s’évanouir en montant, mains liĂ©es derriĂšre eux, s’avançant droit dans la fournaise ardente, effectuant le dernier pas du chemin...

            Je peux les voir maintenant, alors qu’ils sont pratiquement... PrĂ©sentons un peu cela sous forme de saynĂšte. Je peux les voir lĂ  alors qu’ils effectuent un pas pour entrer dans la fournaise ardente. C’est vous et moi, seuls, qui sommes pressĂ©s. Dieu prend Son temps. Tant qu’Il l’a promis, c’est bien assez.

            TrĂšs bien. Je peux les voir juste lĂ -haut, pratiquement sur le point d’entrer dans la fournaise ardente. Et regardez, cela paraĂźt vraiment dommage pour les croyants lĂ . Le vieux roi Ă©tait assis lĂ  et il a dit: «Eh bien, nous allons arrĂȘter ces saints exaltĂ©s par ici maintenant. Nous avons tout cela sous... toute la situation sous contrĂŽle maintenant. AussitĂŽt qu’ils atteindront cette fournaise ardente, ces autres gars verront cela, ils sauront que c’est moi le chef par ici.»

61        Mais, frĂšre, il y a un autre Chef qui est assis lĂ  au Ciel, qui connaĂźt toutes choses. Tournons le regard vers Lui maintenant et voyons ce qu’Il fait. Vous savez, tout le temps qu’il se passe quelque chose ici bas, il se passe aussi quelque chose lĂ -Haut. Saviez-vous cela? Regardons.

            Je peux Le voir assis sur Son TrĂŽne (Oh! la la!), Ses grandes robes se rĂ©pandant autour de Lui. Je vois venir un ange Ă  Sa droite. Croyez-vous qu’il y a des anges au Ciel? Il y a un grand gars qui arrive lĂ , l’épĂ©e dĂ©gainĂ©e; son nom est Gabriel.

            Il s’est tenu devant le MaĂźtre, il a inclinĂ© la tĂȘte et a dit: «MaĂźtre, j’ai essayĂ© de T’obĂ©ir depuis que Tu m’as crĂ©Ă©. Mais, as-Tu regardĂ© lĂ  en bas, Ă  Babylone, ce matin? Nous avons lĂ  en bas trois croyants qui sont de vĂ©ritables et authentiques croyants, absolument. Et on est sur le point de les consumer. Permets-moi de descendre lĂ . Je vais changer cette scĂšne.» Je pense qu’il pouvait la changer. Oui, oui.

62        Je peux entendre le MaĂźtre dire: «Gabriel, tu es fidĂšle. Tu as Ă©tĂ© un vrai ange. Tu as fait tout ce que Je t’ai ordonnĂ© de faire depuis que Je t’ai crĂ©Ă©. Mais, remets cette Ă©pĂ©e-lĂ  dans le fourreau. Je ne peux pas te permettre lĂ . Et Gabriel a remis l’épĂ©e dans le fourreau, il s’est mis au garde-Ă -vous Ă  Ses cĂŽtĂ©s. Voici venir un autre ange. Quel est son nom? Est-ce Absinthe? C’est lui qui avait le contrĂŽle de toutes les eaux.

            Il se prosterne devant le MaĂźtre. Il dit: «MaĂźtre, as-tu jetĂ© un coup d’oeil en bas Ă  Babylone? Ils sont sur le point de consumer trois croyants, lĂ  en bas ce matin, qui sont fidĂšles Ă  la Parole de Dieu. Regarde-les. Eh bien, je T’assure, si seulement Tu me permets d’aller comme Tu m’avais permis quand je... Tu m’avais donnĂ© l’autoritĂ© de dĂ©truire le monde antĂ©diluvien, je briserai toutes les sources d’eau, et j’enverrai une inondation pour dĂ©truire le monde entier.

63        Absinthe au Ciel, vous savez, a le contrĂŽle des eaux. Il a dit: «Je descendrai lĂ  en bas ce matin, et j’effacerai Babylone de la surface de la terre par l’eau.» Je crois qu’il pouvait le faire. Amen! Certainement, je le crois.

            Je peux L’entendre dire: «Absinthe, tu es un bon ange. Tu M’as obĂ©i depuis que Je t’ai crĂ©Ă©. Mais Je ne peux pas te laisser aller.»

            «Mais, a-t-il dit, Seigneur, as-Tu considĂ©rĂ©?»

            «Oui. Je les ai observĂ©s toute la nuit.» Amen. Son oeil est sur le passereau, et je sais qu’Il veille sur moi. Amen. Oui.

            «Je les ai observĂ©s toute la nuit. Je les ai entendus dans la rĂ©union de priĂšre hier soir. Je les ai entendus quand ils ont priĂ© jusqu’à l’exaucement et qu’ils ont atteint le Ciel ici, par leurs priĂšres. Je les observe. Je sais quand ils ont effectuĂ© un pas de plus pour y aller. Je les ai observĂ©s toute la nuit. Je ne peux pas te laisser aller parce que c’est un travail pour homme. J’y vais Moi-mĂȘme.» Amen! AllĂ©luia!

64        Je peux Le voir se lever de Son TrĂŽne, Ses vĂȘtements sacerdotaux retombant tout autour de Lui; Il avance au bout de Son grand TrĂŽne, Il marche çà et lĂ , lĂ  s’arrĂȘte un grand cumulonimbus blanc. Je peux L’entendre dire: «Venez ici, vent d’est, vent d’ouest, du nord et du sud.» Amen! Tout Lui obĂ©it. Il a dit: «Passez en dessous de ce cumulonimbus lĂ , et roulez du cĂŽtĂ© de Mon TrĂŽne, ici.»

            Je peux voir ces vents passer en dessous de ce cumulonimbus-lĂ . Un grand nuage de... venant s’entrechoquant.... devant le TrĂŽne. Il descend, monte dessus, tend la main et s’empare d’un Ă©clair qui zigzague et Il le fait craquer. Ces vents sont comme des chevaux.

            FrĂšre, Il Ă©tait en route vers le bas, alors qu’eux effectuaient leur dernier pas. Quand Il est passĂ© par la Mer de la Vie, Il a arrachĂ© un rameau, lĂ . Au moment oĂč eux effectuaient leur dernier pas pour entrer dans la fournaise ardente, il y avait un quatriĂšme Homme lĂ -dedans, Quelqu’Un qui ressemblait au Fils de Dieu, en train d’éventer le vieux...?... comme cela. Pourquoi? Parce que quelqu’un avait pris Dieu au Mot, il avait pris position pour ce qui Ă©tait juste. AllĂ©luia! Jusqu’au bout du chemin, Dieu sera fidĂšle. ArrĂȘtez vos doutes; consacrez-vous et abandonnez-vous, et laissez faire Dieu.

            Il a dit: «Je ne vous donnerai pas le pays en un an. Car si Je vous donne le tout en un an, les bĂȘtes sauvages envahiront et vous extermineront. Mais petit Ă  petit, au fur et Ă  mesure que vous devenez capables, Je vous donnerai le pays.» Amen.

65        «Petit Ă  petit, au fur et Ă  mesure que vous exterminez ce groupe d’AmorĂ©ens, Je vous ferai entrer pour vous en emparer. Si vous exterminez ce groupe d’HĂ©viens, Je vous laisserai entrer pour vous en emparer.»

            Quelqu’un a dit: «Eh bien, je... On a priĂ© pour moi hier soir. J’avais une main estropiĂ©e, et tout ce que je peux faire, c’est remuer mon doigt.» Eh bien, c’est aussi loin que vous pouvez vous Ă©tendre. FrĂšre, eh bien, si vous vous Ă©tendez plus loin, vous bougerez votre bras. Au fur et Ă  mesure que vous Ă©tendez votre foi, Dieu vous laissera occuper le territoire. C’est Ă  vous. Dieu vous a encore promis votre santĂ©. AllĂ©luia! Ouf! Oh! la la! Je me sens bien. Ô Dieu, Ă©tends-moi. Amen. Amen.

66        Les empreintes des pas, c’est–c’est la victoire. Il a dit Ă  JosuĂ©: «Tout lieu que foulera le pied... la plante de votre pied, Je te le donnerai.» Les empreintes des pas, c’était–c’était la victoire, frĂšre. Et je vais vous le dire aujourd’hui, foulons les territoires que Dieu nous a donnĂ©s: La guĂ©rison divine, les puissances de Dieu, tout.

            Entrer en Christ, c’est comme aller dans une grande galerie par ici, entrer dans un trĂšs grand magasin. Pensez-y donc, un grand magasin de la dimension de ce tabernacle. Oui, oui.

67        Je regarde tout autour, il y a tout ici dedans. Les comptoirs regorgent de trĂšs beaux articles. Et tout ce que j’aime, tout est Ă  moi. J’appartiens Ă ... chacun de ces articles m’appartient. Je peux aller lĂ  et prendre ce que je veux.

            Et Christ est notre Prisunic. Nous avons tous Ă©tĂ© baptisĂ©s dans un seul Esprit pour former un trĂšs grand magasin. Amen. Tout ce dont vous avez besoin, Il y pourvoira. Si j’ai besoin de guĂ©rison, je la prendrai. Si j’ai besoin de joie, je la prendrai. Si j’ai besoin de victoire, je la prendrai. Tout est lĂ  dans le trĂšs grand magasin de Dieu. Et je suis en possession, et vous ĂȘtes en possession de tout ce qui est dans ce grand magasin, une fois que vous ĂȘtes baptisĂ© du Saint-Esprit. Amen.

            FrĂšre, vous parlez d’avoir des coudĂ©es franches. Emparons-nous-en. Avons-nous besoin de guĂ©rison? Elle est placĂ©e lĂ  pour vous; tendez simplement la main et emparez-vous-en. Il vous faudra peut-ĂȘtre renverser du pied certains articles par ici pour atteindre cela, vous frayer le chemin Ă  travers d’autres articles pour atteindre cela. Mais allez de l’avant et prenez ça. Il vous faut peut-ĂȘtre vous servir d’une Ă©chelle pour atteindre cela. Mais Dieu a une Ă©chelle lĂ -bas, si cela vous intĂ©resse de le prendre. Amen. Oh! la la!

            Donne-moi de l’huile dans ma lampe,
            De l’huile dans ma lampe,
            De l’huile dans ma lampe, je prie;
            Donne-moi de l’huile dans ma lampe,
            Fais-moi briller dans le camp
            Jusqu’au point du jour.
            Amen. Oui, oui. Remplis-moi d’huile, Seigneur.
            Fais de moi la LumiĂšre de l’Evangile.
            Laisse-moi Ă©clairer.

68        Que chaque personne ici prĂ©sente ce soir qui croit que Dieu le fera, que Dieu l’a fait, que Dieu nous a donnĂ© la promesse... Eh bien, Il a dit: «Je m’occuperai de vous jusqu’à ce que vous atteigniez la Terre promise.» Dieu a promis de guĂ©rir nos maladies, de nous donner le Saint-Esprit, de nous donner le bonheur, de nous donner la paix de l’ñme et tout, jusqu’à ce que nous traversions le Jourdain, lĂ , que nous entrions dans l’éternelle et glorieuse gloire de Dieu. AllĂ©luia!

            Je suis dĂ©solĂ© de vous avoir gardĂ©s si longtemps. Oh! Je me sens vraiment trĂšs religieux. Je–je vous assure, vraiment. AllĂ©luia! Vous allez me taxer de saint exaltĂ© de toute façon, vous feriez donc tout aussi mieux de commencer maintenant. TrĂšs bien. Je n’ai pas de prestige; tout a Ă©tĂ© perdu lĂ -bas au Calvaire quand j’ai acceptĂ© JĂ©sus-Christ et que j’ai suivi la voie avec les quelques mĂ©prisĂ©s qui suivent le Seigneur. Je suis dĂ©terminĂ© par la grĂące de Dieu d’aller jusqu’au bout, par Sa grĂące.

69        PrĂȘcher la guĂ©rison, prĂȘcher toutes les bĂ©nĂ©dictions rĂ©demptrices de Dieu. Il est ici ce soir. Son Esprit est ici. Sa gloire est ici, et Sa puissance est ici. Sa joie est ici. Son amour est ici. Sa puissance est ici. Son Esprit est ici. Ses serviteurs sont ici. Sa Parole est ici. Il est Lui-mĂȘme ici. Tout ce pour quoi Il est mort est ici pour vous. Avez-vous besoin de quelque chose? Tendons simplement la main et emparons-nous-en donc. Amen. C’est Ă  moi. Quand vous–vous rĂ©clamez la promesse, alors ce petit HĂ©vien sera lĂ . Repoussez-le du chemin, emparez-vous du territoire et allez de l’avant.

            Quelqu’un dit: «Eh bien, vous tĂ©moignez de quelque chose, il n’y a rien Ă  cela.» Repoussez-le simplement du chemin. Crucifiez la chose et poursuivez droit votre chemin. C’est vrai. «Car vous ĂȘtes mort et vous ĂȘtes... Christ est cachĂ© en Dieu, par Christ, scellĂ© par le Saint-Esprit.» C’est exact. Vous ĂȘtes tout aussi en sĂ©curitĂ© que possible, il n’y a rien sur terre qui vous ennuie.

70        Croyez-vous cela? Oh! Combien j’aimerais voir le Saint-Esprit venir et vraiment s’emparer de ce groupe de gens, maintenant mĂȘme. Et ces quelques petites semences... Je suis un piĂštre quant Ă  apporter la Parole, car je ne–je ne sais pas ce que je vais dire. Je dois simplement prĂȘcher par inspiration. Quand je vois cela venir, je tends simplement la main et je saisis cela, et je lance cela aux gens. C’est donc... Et Ă  ma... tous mes his, et hain’t, et carry, and fetch, and tote, je–je n’y peux rien. Je sais de quoi je parle de toute façon. Il se peut que je ne sois pas en mesure d’exprimer cela en des termes fleuris comme les autres, mais je sais de quoi je parle. Amen.

            Je sais que Cela m’a sauvĂ©. Cela m’a guĂ©ri. Cela m’a fait sortir du lit oĂč je me mourais. Cela me remplit le coeur maintenant. Cela me donne le bonheur et la joie. Je suis satisfait (AllĂ©luia!), avec JĂ©sus-Christ seul. Amen.

71        L’Esprit est ici. Tout celui qui veut ĂȘtre sauvĂ©, vous pouvez ĂȘtre sauvĂ© maintenant mĂȘme. Tout celui qui veut ĂȘtre guĂ©ri, vous pouvez ĂȘtre guĂ©ri maintenant mĂȘme. Croyez-vous cela?

            Combien croient cela? Levez les mains. Croyez-vous que Dieu est prĂ©sent pour guĂ©rir? Eh bien, merci. Alors, Ă©coutez-moi juste une minute.

            JĂ©sus-Christ est ici et Il rĂ©tablira chaque personne dans la salle, si vous croyez cela maintenant mĂȘme. Si vous acceptez cela maintenant mĂȘme et que vous dites: «Seigneur, j’accepte cela maintenant, comme mon bien personnel; je sais que j’ai le Saint-Esprit; je suis dans Ton Royaume ici; je suis dans Ton grand magasin et j’ai droit Ă  la guĂ©rison; je vais simplement m’avancer ici, monter l’échelle, monter prendre cela, redescendre, et alors personne ne va me dire quoi que ce soit Ă  ce sujet, car JĂ©sus-Christ m’a dĂ©jĂ  fait entrer, et Il a dit que tout est Ă  moi.» C’est vrai.

            Le diable se tiendra lĂ  Ă  la fenĂȘtre et dira: «HĂ©, tu ne peux pas y parvenir.»

            Vous direz: «‘Tu ne peux pas’? Observe-moi.» Amen! C’est vrai. «Vois si je ne le peux pas.»

            Il dit: «Eh bien, tu feras mieux de ne pas tĂ©moigner que tu es guĂ©ri avant que tu sentes quelque chose.»

            Sentir quelque chose? FrĂšre, je crois quelque chose. Je crois que ce que Dieu a dit est la vĂ©ritĂ©, pas vous?

72        Je crois que Son Esprit est ici mĂȘme au-dessus de cette assistance. Franchement, je sais qu’Il est lĂ . Maintenant, regardez, je peux former une ligne de priĂšre et consacrer encore une, deux heures, si je pouvais supporter cela, et faire venir chaque personne, l’une aprĂšs l’autre par ici. Votre vie, vos pĂ©chĂ©s ou quoi que ça puisse ĂȘtre, ça ne peut pas ĂȘtre cachĂ©. Vous le savez.

            Mais on n’a pas Ă  faire cela. Si seulement vous avez foi en Dieu, Dieu vous guĂ©rira lĂ  mĂȘme oĂč vous ĂȘtes. Ne le croyez-vous pas?

            Observez. Regardez dans cette direction-ci, tout le monde. Je dĂ©fie votre foi. Je vous demande de croire en JĂ©sus-Christ. Je vous demande de recevoir cette Parole, qu’Il est bien le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et de croire cela de tout votre coeur. Croyez-vous cela?

73        Si vous le faites et que vous ĂȘtes respectueux et sincĂšre en le faisant, le Dieu Tout-Puissant vous guĂ©rira. Croyez-vous cela, partout? Amen.

            Maintenant, tenez-vous calme maintenant devant Lui et observez. Aimons-Le. La Parole a Ă©tĂ© proclamĂ©e. Maintenant, l’Esprit de Dieu est dans la rĂ©union. Cela est dans la rĂ©union. Maintenant, aprĂšs la prĂ©dication, Il viendra ici; et si je vous ai dit la vĂ©ritĂ©, Il confirmera la vĂ©ritĂ©.

74        Maintenant, si nous appelions deux ou trois personnes ici Ă  l’estrade, vous verriez dans quelques minutes peut-ĂȘtre que le Seigneur se mettra Ă  parler aux gens, Ă  rĂ©vĂ©ler aux gens. Je ne crois pas qu’on ait Ă  le faire. Je ne crois pas qu’on ait Ă  faire monter quelqu’un ici Ă  l’estrade. Je crois que si vous croyez cela juste lĂ  dans l’assistance oĂč vous ĂȘtes maintenant, Dieu le fera juste lĂ  oĂč vous ĂȘtes assis.

            Croyez-vous cela? Priez. Demandez Ă  Dieu et soyez sincĂšre. Et voyez si Dieu ne le fait pas. Dieu–Dieu est tenu de le faire. Maintenant, priez. Enfermons-nous simplement maintenant avec Dieu. Laissons tout le monde extĂ©rieur s’en aller.

75        Je dirais: «Seigneur, je crois Ta Parole. Je crois chaque Parole de Cela. Et j’accepte maintenant Cela comme mon bien personnel.» Combien font cela dans leurs coeurs maintenant mĂȘme? Dites: «Je le fais, Seigneur. J’accepte comme mon bien personnel.»

            J’aimerais que vous soyez en priĂšre. Et regardez simplement de ce cĂŽtĂ©-ci si vous le pouvez, et soyez en priĂšre, dites: «Seigneur, donne-moi une touche de Tes bĂ©nĂ©dictions. Aide-moi, ĂŽ Dieu Eternel, Ă  ĂȘtre Ton serviteur.» Laisse simplement le Saint-Esprit se mouvoir...

            Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux. Regarde simplement toute cette assistance. Tout le monde garde un silence des morts. Je sais que le Seigneur est ici.

            Croyez-vous, vous assis lĂ  en cravate dĂ©faite lĂ , monsieur? Croyez-vous de tout votre coeur? Vous avec votre main... Oui, Ă©videmment, je vois que vous portez un appareil acoustique Ă  votre oreille, n’est-ce pas? Vous avez une oreille sourde. Je peux voir cela. Oui. Oui, oui, vous ĂȘtes sourd d’une oreille.

76        Vous souffrez aussi d’une autre maladie (Pas vrai?), Ă  part cela. Vous avez le cancer, le cancer de l’estomac; est-ce vrai? Le cancer de l’estomac... Allez-vous accepter JĂ©sus-Christ maintenant mĂȘme comme votre GuĂ©risseur? Croyez-vous cela? Oui, je sais. J’essayais de l’amener... son attention. Si je peux l’amener Ă  avoir une attitude correcte, cette surditĂ© le quittera. Je voulais que vous voyiez, cela peut se faire avant qu’il vienne ici Ă  l’estrade. Voyez? Maintenant, c’est sa foi individuelle. Ce n’est pas la mienne; c’est la sienne.

            Maintenant, je vois ce qui arrive. Cet homme va mourir, aussi sĂ»r que deux fois deux font quatre; il souffre du cancer, juste dans la cavitĂ© de son estomac. Il a des appareils acoustiques, vous pouvez les voir Ă  ses oreilles.

            Maintenant, jeune homme, vous assis Ă  cĂŽtĂ© de lui, le connaissez-vous? Parlez-lui et dites-lui d’accepter JĂ©sus-Christ comme son Sauveur personnel, il peut enlever ces appareils acoustiques de ses oreilles donc. Il va se lever et tĂ©moigner. Maintenant, parlez-lui maintenant. Parlez-lui, dites: «Croyez en JĂ©sus-Christ. Acceptez-Le.» Et il peut ĂȘtre guĂ©ri. Amen. Que quelqu’un d’autre croie.

77        Croyez-vous de tout votre coeur, monsieur? C’est votre femme qui est assise Ă  cĂŽtĂ© de vous, n’est-ce pas? Oui, oui. Oui. Vous avez Ă©tĂ© guĂ©ri auparavant. Vous souffriez de quelque chose sur le sein, ou quelque chose comme cela. Est–ce vrai? Vous avez un mal de gorge maintenant. Est-ce vrai? Vous et votre mari, imposez-vous les mains l’un Ă  l’autre et priez. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rira.

            La dame de couleur qui vient de s’essuyer le visage lĂ , me croyez-vous comme serviteur de Dieu? La petite dame en train de s’éventer avec le... Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous? Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira, vous rĂ©tablira? La maladie gynĂ©cologique. Mais JĂ©sus-Christ peut vous guĂ©rir, si vous croyez cela. Si vous–si vous le Lui demandez, avez foi en Lui, Il le fera.

            Croyez-vous cela? TrĂšs bien. Que Dieu vous bĂ©nisse. J’aimerais que vous vous mettiez Ă  prier. Que certains parmi vous croient, quelque part.

78        Vous, assis lĂ  sur les siĂšges de devant, croyez-vous? Est-ce votre mari qui est assis Ă  cĂŽtĂ© de vous lĂ ? Me croyez-vous comme prophĂšte de Dieu ou Son serviteur? J’ai Ă©tĂ© rĂ©primandĂ© aujourd’hui; en effet, quelqu’un me disait: «Je–je m’annonce moi-mĂȘme comme un prophĂšte.» Peut-ĂȘtre que je n’aimerais pas vous offenser; je dirai Son serviteur.

            Un prophĂšte est un prĂ©dicateur, amis.

            Regardez dans cette direction, madame; on dirait que vous avez de la tristesse, ou quelque chose comme cela. Oui, c’est votre mari. Il souffre de l’arthrite. Je vois quelqu’un se dĂ©placer. Oui. Croyez-vous de tout votre coeur maintenant? Croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablira? Croyez-vous? N’est-ce pas que vous avez subi, il n’y a pas longtemps, une intervention chirurgicale, madame, sur le cĂŽlon ou autre chose? Quelque chose dans le cĂŽlon, c’était ça, n’est-ce pas? Oui, oui. C’était quelque chose qui avait Ă©tĂ© retirĂ©, un cancer, ou quelque chose qui a Ă©tĂ© retirĂ© du cĂŽlon.

79        Vous avez eu des ennuis, n’est-ce pas? Vous avez eu beaucoup de combats, en voulant venir ici, ou autre chose. Je vous vois connaĂźtre des ennuis sur la route, n’est-ce pas? Croyez-vous en Lui?

            Madame, avec votre main levĂ©e, croyez-vous de tout votre coeur? Oui, oui. C’est exact. Avez-vous dĂ©jĂ  retrouvĂ© ce porte-monnaie-lĂ , que vous aviez perdu? Vous ne l’aviez pas retrouvĂ©? TrĂšs bien. J’espĂšre que vous retrouverez cela un jour. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est la vĂ©ritĂ©, n’est-ce pas? Vous voyez maintenant, soyez–soyez–soyez fidĂšle.

80        Maintenant, madame, croyez-vous lĂ  dans l’assistance? Il y a une autre dame assise ici. Vous cherchez Ă  trouver quelque chose au sujet... Vous avez une bien-aimĂ©e qui est malade, une mĂšre. C’est vrai. Croyez-vous? Ayez foi. Dieu la guĂ©rira. Croyez simplement de tout votre coeur. Croyez de tout votre coeur.

            La dame, lĂ , croyez-vous de tout votre coeur? C’est une Juive, n’est-ce pas? N’est-ce pas? Elle souffre du cancer de l’os. N’est-ce pas vrai? Et vous aimeriez accepter sa–sa guĂ©rison pour elle maintenant? Croyez-vous qu’elle se rĂ©tablira? TrĂšs bien, j’aimerais que vous incliniez la tĂȘte et que vous priiez.

            Qu’est-ce qui cloche chez vous? Ne voyez-vous pas que JĂ©sus-Christ est dans la salle? Sa puissance est ici pour guĂ©rir. Que quelqu’un ici prĂ©sent croie. Ayez foi en Dieu.

81        Madame, assise lĂ  mĂȘme, tenant un livre en main. Vous ĂȘtes malade. Vous avez besoin de guĂ©rison. Vous souffrez du diabĂšte. Est-ce vrai? JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablira si seulement vous croyez cela. Amen. Soyez donc en priĂšre. Ayez foi en Dieu.

            Je–je ne peux pas vous entendre, soeur, par ici. Ce sont surtout mes oreilles, en ce temps-ci. Voyez-vous? Je sais que vous parlez, mais je...

            Cette affection intestinale vous quittera, jeune prĂ©dicateur lĂ -bas, si seulement vous avez foi en Dieu. Et ces allergies quitteront bientĂŽt et vous ne serez plus dĂ©rangĂ© par cela. Ayez foi en Dieu. Pouvez-vous faire cela? Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse.

            Cette dame-lĂ  assise juste lĂ  derriĂšre souffre du coeur, juste derriĂšre cet homme qui a la main levĂ©e. Elle veut ĂȘtre guĂ©rie. Elle peut aussi ĂȘtre guĂ©rie. Croyez-vous, madame, et croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablira? Croyez-vous? TrĂšs bien. Tenez-vous debout.

82        Combien ici veulent... Combien partout dans la salle veulent ĂȘtre guĂ©ris? Je vais vous dire quoi faire donc. Je ne vais pas vous dire... Eh bien, regardez. Tout celui qui veut ĂȘtre guĂ©ri, levez la main trĂšs haut. Je voulais simplement que vous voyiez que le Saint-Esprit est ici.

            Maintenant, regardez, tout le monde avec les mains levĂ©es. Maintenant, regardez quelqu’un d’autre qui a les mains levĂ©es, et–et–et imposez les mains Ă  celui qui... Eh bien, imposez-vous les mains les uns aux autres. Imposez simplement les mains Ă  quelqu’un Ă  cĂŽtĂ© de vous.

            Ô Dieu! Oh! MisĂ©ricorde! Par ici, imposez-vous les mains les uns aux autres. Partout lĂ . Quelqu’un... Imposez simplement vos... Tout celui qui a la main levĂ©e, que quelqu’un lui impose les mains. La Bible dĂ©clare: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Le prĂ©dicateur? Non. «Ceux qui auront cru. Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» Est-ce vrai?

83        Maintenant, Ă  votre propre simple maniĂšre, unissons-nous et mettons-nous Ă  prier. Et pendant que vous priez, je vais demander Ă  JĂ©sus-Christ, notre Seigneur, de maudire le dĂ©mon qui vous a liĂ©s. Croyez-vous qu’Il le fera? Venez ici, prĂ©dicateurs, venez ici et tenez-vous ici avec moi.

            Tout le monde, regardez cette scĂšne ici. Regardez ce qui est ici maintenant. Soyez respectueux partout maintenant, trĂšs respectueux. En effet, les dĂ©mons vont ĂȘtre lĂąchĂ©s ici quelques minutes et ça sera une chose dangereuse.

            Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers ces gens. Tu les vois, Seigneur, la profondeur de la sincĂ©ritĂ©, ils se sont imposĂ© les mains. Ils croient que Tu es ici maintenant. Et je cite Ta Parole ce soir, Seigneur. Tu as dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.»

84        Ils ont vu Ton Esprit Ă  l’oeuvre ici cette derniĂšre semaine, Seigneur, ils ont vu les secrets du coeur ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ©s, les maladies de leurs corps, ils ont vu la puissance du diable; fais que les aveugles voient, que les sourds entendent, que les estropiĂ©s qui Ă©taient liĂ©s par l’arthrite, couchĂ©s sur des civiĂšres et des brancards, se lĂšvent et marchent.

            Ô Dieu, jusqu’à ce soir, qu’il n’y ait mĂȘme pas un de ces cas dans la salle. Je Te remercie, Seigneur, pour Ta puissance. Et je prie maintenant, alors que nous, en tant que Ton Eglise vivante ce soir, nous dĂ©fions le diable. Nous ne laisserons aucun HĂ©vien, aucun CananĂ©en, ni rien d’autre nous faire obstacle. Nous allons nous avancer avec foi ce soir, croyant la Parole de Dieu, que l’Ange de Dieu est ici pour nous conduire.

            Maintenant, Satan, toi esprit cruel et impie, sors des gens au Nom de JĂ©sus-Christ. Oui.

            Ayez foi. Continuez Ă  croire. Continuez Ă  ĂȘtre enfermĂ© avec Dieu maintenant. Continuez Ă  croire. Continuez Ă  croire. Il est juste Ă  cĂŽtĂ© de vous. Le Saint-Esprit est juste au-dessus de vous maintenant mĂȘme.

            Le premier parmi vous qui croit qu’il est guĂ©ri, qu’il se tienne debout et dise: «Gloire Ă  Dieu!» Le premier... VoilĂ  un. VoilĂ  un autre, un autre, un autre, un autre. C’est bien. C’est bien. Tenez-vous debout et louez Dieu. AllĂ©luia! Vous y ĂȘtes. Que Dieu soit bĂ©ni et louĂ©...?...

EN HAUT