ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication Chercher JĂ©sus de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 54-0228E La durĂ©e est de: 1 heure et 23 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Chercher JĂ©sus

1          Merci, FrĂšre Ballard. Bonsoir, mes amis. Je suis certainement content d’ĂȘtre ici ce soir au Nom de notre Seigneur JĂ©sus, pour servir Son peuple, au mieux de ma connaissance, pour Son Royaume et pour la gloire de Dieu. J’étais juste... rappelle les anciens souvenirs, d’entendre cette petite chorale espagnole chanter. J’espĂšre que ma–ma fillette est Ă©veillĂ©e pour entendre cela. Certainement, j’apprĂ©cie cela, frĂšre, et vous, soeurs. Je... Peut-ĂȘtre, peut-ĂȘtre, beaucoup d’entre vous faisaient partie du mĂȘme groupe qui chantait autrefois quand nous Ă©tions ici. Et je suppose que vous en faisiez partie. Et il n’y a jamais eu un temps ou une rĂ©union, je pense, que j’aie jamais tenue sans penser Ă  ce temps-lĂ . Et vous–vous avez Ă©voluĂ© depuis lors. Vous ĂȘtes mieux que vous Ă©tiez Ă  l’époque mĂȘme.

            Je me rappelle quand vous aviez chantĂ© pour moi Crois seulement en espagnol. J’ai cela sur un disque Ă  la maison. Et cela nous rĂ©jouit beaucoup, une fois rentrĂ©, d’écouter ce petit enregistrement de la petite chorale espagnole qui chante Crois seulement. Au mieux de mon audition, c’est Yon Yay Beyeeve, ou quelque chose comme cela. C’est trĂšs, trĂšs bien. Un bon groupe de jeunes gens, bien entraĂźnĂ©s.

2          Je suis trĂšs reconnaissant. Je suis sĂ»r que cette assistance ce soir est reconnaissante pour cette merveilleuse chanson qu’ils viennent de nous donner au Nom du Seigneur. N’est-ce pas? Dites: «Amen.» Et donc, chaque fois que vous pouvez revenir, chaque soir, nous apprĂ©cierons beaucoup cela. Rassurez-vous de revenir. C’est trĂšs bien. Et je me souviens de l’autre pasteur, frĂšre Garcia. Je l’ai rencontrĂ© encore ici il y a quelque temps. Je pense qu’il est Ă  New Mexico ou en Californie, l’un ou l’autre dans des rĂ©unions. Je pense que les Espagnols Ă©taient les premiers, en dehors des anglophones, pour qui j’ai donc priĂ©, des Espagnols. Je me suis demandĂ© comment je m’en Ă©tais tirĂ©. Ils m’aiment. Je les aime. Et immĂ©diatement, j’ai vu que Dieu Ă©tait avec nous.

3          DeuxiĂšmement, c’étaient les Indiens lĂ  Ă  San Carlos. Et ce soir-lĂ , je me demandais, aprĂšs que j’eus terminĂ© de parler, si on aurait une ligne de priĂšre. C’était... L’Indien est trĂšs, trĂšs sensible. Il veut savoir oĂč il s’engage avant de s’engager. Et quand je les ai entendus dire ce Gloria a Dios (Est-ce correct: Gloire Ă  Dieu?), j’ai... Ça fait longtemps que j’ai prononcĂ© cela. Gloria a Dios, ou quelque chose comme cela: «Gloire Ă  Dieu», ou quelque chose comme cela.

            J’ai su que quelqu’un entrerait dans la ligne de priĂšre, quand je les ai entendus. Et... Mais quelque temps aprĂšs, les Indiens ont commencĂ© Ă  entrer dans la ligne de priĂšre ; et, oh! la la ! je n’avais jamais vu pareille puissance et pareille gloire comme je... Cela a commencĂ© ici Ă  Phoenix, en Arizona. On dirait bien que mon point de dĂ©part, c’était ici Ă  Phoenix, en Arizona. Que le Seigneur vous bĂ©nisse richement, chacun de vous.

4          Maintenant, dans ces genres de service, oĂč on prie pour les malades, je viens, pensant peut-ĂȘtre que nous aurons simplement la prĂ©dication de l’Evangile pour le salut des Ăąmes. Et je... Cet aprĂšs-midi, gentiment... nous avons gentiment demandĂ© aux chers amis qui Ă©taient ici et ils... C’était un grand, un vote complet qu’ils devraient... que nous devrions prier pour les malades. Et en faisant ceci, cela me garde en quelque sorte... C’est la conception des gens, j’étais un isolationniste, un peu isolĂ©, pour la priĂšre. Mais j’aime les gens. Dieu sait cela, combien j’aime les gens. Mais vous–vous ne pouvez pas ĂȘtre un serviteur des hommes et un serviteur de Dieu au mĂȘme moment. Vous–vous devez soit ĂȘtre... Si vous vous consacrez Ă  Dieu, alors vous devez ĂȘtre pour Dieu et servir Son peuple.

5          Et je regrette que nous n’ayons pas assez de siĂšges. Mais peut-ĂȘtre demain soir, nous aurons plus de siĂšges ici. Et si le–le Seigneur bĂ©nit, je crois qu’il y aura plus de places ici qui pourraient... des places assises pour plus de gens que cette salle pourrait... que nous pourrions accueillir. Et nous... Je n’aime jamais faire quelque chose de grand. Nous allons simplement de l’avant, et nous commençons, et tout ce que le Seigneur fait, c’est Sa façon de s’y prendre. Voyez-vous? Nous laissons simplement la chose comme cela. Eh bien, j’espĂšre donc que chaque personne, ici ce soir, qui n’est pas sauvĂ©e le sera ce soir, et chaque personne qui n’a pas reçu le Saint-Esprit Le recevra ce soir, et chaque personne malade sera guĂ©rie ce soir. Ces brancards et ce cas de fauteuil roulant, et je ne sais quoi encore qui est lĂ , que tout le monde dans l’assistance, que tous soient guĂ©ris ; c’est mon sincĂšre et profond dĂ©sir, de voir les gens ĂȘtre guĂ©ris.

6          Et maintenant, que Dieu soit misĂ©ricordieux envers nous, c’est ma priĂšre. Et j’aimerais lire une portion des Ecritures, juste pour quelques instants. Et je vais tĂącher de ne pas vous garder trop longtemps. En effet, Ă  cause de ceux qui sont obligĂ©s de rester debout et ainsi de suite... Et je vais me dĂ©pĂȘcher autant que possible. Nous aimerions que vous soyez aussi respectueux que possible. Et j’aimerais que vous croyiez de tout votre coeur que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, est ici ; et qu’Il a dĂ©jĂ  guĂ©ri chacun de vous, il a dĂ©jĂ  sauvĂ© chacun de vous. Tout ce qu’il vous faut faire, c’est croire cela de tout votre coeur et accepter cela. Voyez? Et sur base de votre confession...

7          Maintenant, peut-ĂȘtre quatre-vingts pour cent ou quatre-vingt-dix pour cent dans l’assistance ce soir sont des chrĂ©tiens. Eh bien alors, si vous avez Ă  l’esprit que vous n’ĂȘtes plus un chrĂ©tien et que vous avez cessĂ© de confesser que vous ĂȘtes chrĂ©tien, vous avez... vous sortez directement du tableau. Voyez? C’est votre confession. HĂ©breux 3.1 dit: «Il est le Souverain Sacrificateur de notre confession.» En d’autres termes, Il intercĂšde sur base de notre confession. Ce que nous confessons qu’Il est, c’est ce qu’Il confesse que nous sommes. IntercĂ©dant sur base de notre....(Je place trop... Je ferais mieux de le placer ici, je pense, si cela... Ce n’était pas assez fort? Oh ! Je vois. Je suis...) M’entendez-vous trĂšs bien maintenant, partout? DerriĂšre dans l’aile gauche ici? Pouvez-vous...? TrĂšs bien? Ici de ce cĂŽtĂ©? TrĂšs bien? Quelqu’un dit qu’il n’arrive pas, et... peut-ĂȘtre relever cela...Je ne suis pas trĂšs grand pour commencer et... Je dois pratiquement crier sur vous. Je n’en ai pas l’intention. Mais je crie presque pour vous... votre... L’important, c’est que, quand nous commençons la ligne de priĂšre, vous augmentiez cela aussi haut que possible, car je ne sais pas ce que je dis alors. Vous voyez? Ainsi, c’est un... cela doit... doit le transmettre dans l’assistance.

8          Maintenant, pour la lecture de la Parole... J’aime lire la Parole de Dieu, car Elle est vraie. Et mes paroles peuvent faillir, comme les paroles de n’importe quel autre homme. Mais la Parole de Dieu ne peut jamais faillir. Elle reste toujours la mĂȘme. Eh bien, maintenant, nous aimerions parler, comme dans chaque rĂ©union, de JĂ©sus-Christ. Et Il est le Centre de notre adoration, le Centre de notre attraction, le Centre de notre vie, tout ce que nous avons et que nous voulons, que nous sommes et que nous serons, c’est basĂ© sur Lui. C’est Lui qui est venu donner Sa Vie pour nous, Il est descendu de Dieu, de la Gloire, et Il a Ă©tĂ© fait chair, Il a habitĂ© parmi nous. Et Il a portĂ© sur nous... sur Lui les pĂ©chĂ©s de nous tous, la maladie de nous tous, Il a emportĂ© au Calvaire, et lĂ , Il a payĂ© le prix. Il est digne de toute louange qui peut Lui ĂȘtre rendue. Quelqu’un a dit, il n’y a pas longtemps, il a dit: «FrĂšre Branham, vous vantez trop JĂ©sus.»

            J’ai dit: «Je ne Le vante pas trop.» Vous ne pouvez pas trop parler pour vanter notre Seigneur JĂ©sus-Christ ; en effet, Il est digne de toute louange.

            Maintenant, dans les Ecrits de saint Jean, chapitre 1, et nous commencerons au verset 44, voici les Paroles que nous lisons:

Philippe Ă©tait de BethsaĂŻda, de la ville d’AndrĂ© et de Pierre.

Philippe rencontra Nathanaël, et lui dit: Nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi et dont les prophÚtes ont parlé, Jésus de Nazareth, le Fils de Joseph.

Nathanaël lui dit: Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon? Philippe lui répondit: Viens, et vois.

JĂ©sus, voyant venir Ă  lui NathanaĂ«l, dit de lui: Voici vraiment un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude.

D’oĂč me connais-tu? lui dit NathanaĂ«l. JĂ©sus lui rĂ©pondit: Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous le figuier, je t’ai vu.

NathanaĂ«l dit... rĂ©pondit et lui dit: Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’IsraĂ«l.

            Maintenant, inclinons la tĂȘte juste un moment pour la priĂšre.

9          Notre Bienveillant et Tendre PĂšre, nous nous approchons de Toi ce soir au Nom de Ton Fils bien-aimĂ©, JĂ©sus-Christ, Te remerciant du fond de notre Ăąme pour le privilĂšge que nous avons de Le prĂ©senter par le moyen de la prĂ©dication de l’Evangile et du service Ă  Ton pauvre peuple malade et nĂ©cessiteux, amener les pĂ©cheurs Ă  la repentance par la prĂ©dication de la Parole et de la dĂ©monstration du Saint-Esprit, qu’ils soient soumis Ă  la Parole de Dieu. Nous Te remercions pour ces choses. Et nous vivons le jour qui prĂ©cĂšde Sa Seconde Venue. Nos coeurs tressaillent de joie de savoir que bientĂŽt, nous serons enlevĂ©s Ă  Sa rencontre dans les airs. Nous serons changĂ©s et rendus semblables Ă  Lui. Nous Le verrons Tel qu’Il est. Et de penser que nous Ă©tions autrefois Ă©trangers Ă  Dieu, rejetĂ©s sans misĂ©ricorde, des Gentils, emportĂ©s par des idoles muettes, adorant, et ne sachant pas ce que nous adorions. Et au temps convenable, Christ est venu, Lui l’Aimable pour ceux qui n’étaient pas aimables, le Juste pour les injustes, et Il a donnĂ© Sa Vie, Il a donnĂ© Son prĂ©cieux Sang en sacrifice, afin que cela puisse nous rĂ©concilier devant Dieu, afin que nous soyons... apparaissions dans Sa justice, irrĂ©prĂ©hensibles et sans faute devant Lui. Oh ! Combien nous L’aimons et nous L’adorons !

10        Maintenant, PĂšre, comme je viens de le dire il y a quelques instants, personne ne peut ouvrir la Parole de Dieu. Nous savons, en lisant les Ecritures, que Jean a dit: Personne sur la terre, ou sous la terre, ou au Ciel, n’était digne d’ouvrir le Livre ou d’En rompre les sceaux, ou mĂȘme de Le regarder. Mais l’Agneau qui Ă©tait immolĂ© avant la fondation du monde, Il est venu, Il a pris le Livre, car Il Ă©tait digne. Et maintenant, Agneau de Dieu, j’ai lu Ta Parole, mais maintenant, ouvre-La-nous. Que nous puissions comprendre. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

11        Je–je vais essayer maintenant de parler juste quelques instants. Mais maintenant, l’essentiel ce soir... La raison pour laquelle je ne prĂȘche pas le soir comme ceci, juste un petit sermon, comme cela, c’est Ă  cause de–de–d’une onction diffĂ©rente. Tout cela, c’est le Saint-Esprit, mais l’homme qui–qui prĂȘche n’est peut-ĂȘtre pas en train d’interprĂ©ter les langues au mĂȘme moment. Voyez, c’est le mĂȘme Esprit, mais ce sont–ce sont des manifestations diffĂ©rentes du mĂȘme Esprit.

            Eh bien, la guĂ©rison rĂ©side seulement en–en JĂ©sus-Christ. Il n’y a personne sur terre qui puisse guĂ©rir, si ce n’est le Dieu Tout-Puissant, Lui seul. Psaume 103.3 dit: «Je suis l’Eternel qui guĂ©rit toutes tes maladies.» Toutes les maladies sont... Les bons mĂ©decins, et les instituts mĂ©dicaux ne prĂ©tendent pas ĂȘtre des guĂ©risseurs. Ils prĂ©tendent seulement assister la nature, ils disent: «Il y a un GuĂ©risseur ; c’est Dieu.»

            Vous pouvez vous casser le bras. Le mĂ©decin peut le remettre en place. Mais il ne peut pas guĂ©rir cela. Voyez? Vous pouvez avoir une mauvaise dent, et le mĂ©decin peut l’arracher, mais il ne peut pas guĂ©rir l’endroit d’oĂč elle a Ă©tĂ© arrachĂ©e. Il peut enlever l’appendice, mais il ne peut pas guĂ©rir la blessure. Voyez? C’est Dieu qui doit le faire. La mĂ©decine ne peut pas reconstituer le tissu. Tout ce que la mĂ©decine fait, c’est assainir le lieu pendant que Dieu est en train de reconstituer le tissu. Il est l’unique CrĂ©ateur qui existe, Dieu. Et Il...

            Et JĂ©sus-Christ, quand Il Ă©tait ici sur terre, Il–Il n’a pas prĂ©tendu ĂȘtre un GuĂ©risseur. Il ne disait pas que c’est Lui qui guĂ©rissait, pas du tout. Il donnait toute la gloire Ă  Dieu. C’était en Lui.

12        Maintenant, posons-nous simplement la question ce soir. Vous et moi, presque tout le monde ici, nous parlons beaucoup de JĂ©sus et nous nous posons des questions Ă  Son sujet. Nous devrions penser, ce soir, nous devrions porter le regard tout autour et voir si nous pouvons Le voir. N’aimeriez-vous pas Le voir? J’aimerais Le voir. Et je suis sĂ»r que chacun de vous aimerait–aimerait voir JĂ©sus. Maintenant, examinons Sa Parole pour voir exactement ce genre de Personne Ă  Laquelle nous devrions nous attendre rechercher, s’il nous fallait chercher JĂ©sus. Or, pratiquement vous tous ici, vous ĂȘtes des chrĂ©tiens. En effet, il y a une trĂšs bonne action de la foi. Monsieur Sharrit vient d’arriver et il m’a conduit il y a quelques instants, de–de lĂ  oĂč je reste. Je l’ai entendu frapper Ă  la porte, un trĂšs bon, un gentleman chrĂ©tien, ici, que vous tous vous connaissez, il est venu me prendre.

13        J’étais en chambre et je priais pour l’onction. Et au cours de la rĂ©union, vous allez remarquer que l’onction va devenir de plus en plus forte alors que vous commencez Ă  Ă©difier la foi. En effet, cela vous dĂ©barrassera de toutes les superstitions et autres. Et alors, vous commencerez Ă  voir que ce que Dieu dit est la vĂ©ritĂ©. Et lĂ , votre foi va continuer Ă  s’élever de plus en plus haut. Certainement, cela s’affaiblit tout le temps.

            Maintenant... Et je ne pourrais, en aucun cas, amis chrĂ©tiens... Je prĂ©fĂ©rerais ĂȘtre Ă  Jeffersonville, dans l’Indiana, dĂ©blayant la neige sur le seuil de ma porte ce soir, plutĂŽt que d’ĂȘtre ici dans cette belle contrĂ©e oĂč vous habitez, dans La VallĂ©e du Soleil. Je prĂ©fĂ©rerais ĂȘtre lĂ -haut, dans la volontĂ© de Dieu, plutĂŽt que d’ĂȘtre ici en bas, en dehors de la volontĂ© de Dieu.

            Et je prĂ©fĂ©rerais ne jamais franchir encore la porte pour entrer dans une rĂ©union, plutĂŽt que d’entendre Dieu dire en ce jour-lĂ : «Eh bien, toi sĂ©ducteur.» J’aimerais, malgrĂ© tout, ĂȘtre vĂ©ridique. J’aimerais ĂȘtre honnĂȘte. Et il y a beaucoup de choses qui vont se passer peut-ĂȘtre, dans ces rĂ©unions, qui peuvent paraĂźtre trĂšs phĂ©nomĂ©nales et qui peuvent vous amener Ă  rĂ©veiller vos superstitions. Mais ne laissez pas cela vous dĂ©ranger. Restez simplement calmes, dites: «Je vais juste observer cela et voir ce que c’est.» C’est ainsi qu’il faut faire. Donnez cela... Accordez Ă  Dieu une bonne occasion pour vous, maintenant, pour le laisser... Voyez ce qu’Il peut faire.

14        Or, je ne prĂ©tends pas ĂȘtre un guĂ©risseur. Le seul GuĂ©risseur, C’est Dieu. Dieu seul peut guĂ©rir. Et tout ce que je peux faire, c’est juste comme l’un de ces prĂ©dicateurs ici, comme un homme que vous veniez d’avoir ici dans la ville, monsieur Roberts, un vĂ©ritable ami intime Ă  moi. Eh bien, il prend la Parole de Dieu et La prĂȘche simplement. Monsieur Osborn, Tommy Osborn, c’est un ami intime Ă  moi, un trĂšs aimable frĂšre aussi. Et il est l’un de mes convertis Ă  la guĂ©rison divine ; frĂšre Roberts aussi. Ils sont venus Ă  la rĂ©union et ils ont vu le Seigneur Ă  l’oeuvre, puis ils ont eu l’inspiration et ils sont partis, ils sont partis, et ils ont accompli des oeuvres merveilleuses Ă  travers les nations pour le Seigneur JĂ©sus-Christ. Que Dieu bĂ©nisse leurs vaillantes Ăąmes, ensemble avec beaucoup, beaucoup de centaines d’autres bons frĂšres et soeurs, qui parcourent le pays maintenant, priant pour les malades. Et de grands rĂ©veils, partout. Nous remercions notre Bienveillant PĂšre cĂ©leste pour cette grande visitation dans notre gĂ©nĂ©ration, celle dans laquelle nous vivons maintenant, de voir ces choses se produire.

15        Eh bien, les prĂ©dicateurs, habituellement, voici la base et le fondement de tout christianisme. Cela rĂ©side ici mĂȘme dans la Bible. Tout ce qui est en dehors de Cela n’est pas vrai. C’est vrai. Cela doit reposer sur l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Eh bien, le prĂ©dicateur parle, il reçoit l’inspiration. Il a un don de guĂ©rison. Le don de guĂ©rison, certainement, c’est la foi dans la guĂ©rison. Eh bien, il croit cela de tout son coeur. Et il se tient debout, et il prĂȘche cela, avec de trĂšs fortes paroles adressĂ©es aux gens et ils doivent croire cela. Il prĂ©sente simplement cela de telle maniĂšre que vous devez croire cela.

            Et frĂšre Roberts est trĂšs fort en cela. Et frĂšre Osborn est un homme qui peut lier Satan avec divers passages des Ecritures, au point qu’il n’aura mĂȘme pas d’endroit oĂč bouger. C’est tout. Il est bien–il est bien liĂ©. Eh bien, il fait cela, pas par la connaissance. Ils font cela par inspiration. Le Saint-Esprit leur a donnĂ© un don de la guĂ©rison divine qui inspire les gens lorsqu’ils voient la Parole de Dieu confirmer ce qu’ils disent. Et sur base de cela, ils ont donc le droit d’oindre avec l’huile, d’imposer les mains, ou une consĂ©cration, ou tout ce qu’ils veulent faire, selon qu’ils sont conduits Ă  le faire.

16        Mais aucune guĂ©rison ne vient de l’homme. Elle vient de la foi de l’individu en Dieu. C’est l’unique moyen pour vous de pouvoir y arriver. Il n’y a aucun homme au monde qui peut pardonner vos pĂ©chĂ©s. Pas vos pĂ©chĂ©s... les pĂ©chĂ©s initiaux devant Dieu. Eh bien, si vous avez pĂ©chĂ© contre lui, il peut vous pardonner. Juste comme je dirais: «Pardonne-moi. Ce n’était pas mon intention de faire cela.» Mais mes pĂ©chĂ©s devant Dieu, je dois moi-mĂȘme demander Ă  Dieu de me pardonner. Il est l’unique qui peut me pardonner.

            Et maintenant, c’est pareil avec la guĂ©rison. Et la guĂ©rison, je peux ĂȘtre Ă  mesure de vous l’expliquer, vous montrer d’une certaine façon, prier avec vous. Mais votre propre foi dans l’expiation de JĂ©sus-Christ au Calvaire, c’est ce qui ĂŽte la maladie. C’est... Tout rĂ©side en Dieu, dans l’oeuvre du Saint-Esprit.

17        Eh bien, comme presque vous tous, vous avez Ă©tĂ© dans mes rĂ©unions, je suppose. Combien ici ont Ă©té–ont Ă©tĂ© dans mes rĂ©unions auparavant? Faites voir les mains, partout. Eh bien, c’est quatre-vingt-dix pour cent peut-ĂȘtre. TrĂšs bien.

            Maintenant, concernant le ministĂšre pour les malades, je suis donc un fervent croyant de ce que les dons et les appels sont sans repentir. Je crois qu’ils viennent par la–la volontĂ© de Dieu. Que Dieu Lui-mĂȘme place dans l’Eglise les uns comme apĂŽtres, les autres comme docteurs, les autres comme prophĂštes, les autres comme... Ainsi, c’est Lui qui les place donc dans l’Eglise. C’est Dieu qui les a placĂ©s. Croyez-vous cela? Pas une Ă©glise, pas un sĂ©minaire, pas un homme, mais c’est Dieu qui a placĂ© dans l’Eglise. Voyez?

18        Pas parce qu’ils sont... ils ont un diplĂŽme en–en psychologie, ou un diplĂŽme en philosophie, ou une licence. C’est parce que ce Dieu Tout-Puissant... Ils peuvent ĂȘtre des ignorants sur ces choses, de–de diplĂŽmes, au point qu’ils peuvent Ă  peine distinguer la main droite de la main gauche. Mais si Dieu a placĂ© l’homme dans l’église, Il va le confirmer tout le temps, avec–avec un...

            Paul a dit: «Je ne suis pas venu prĂȘcher la sagesse de l’homme, afin que votre foi fĂ»t fondĂ©e, non sur la sagesse des hommes, mais je suis venu prĂȘcher la puissance et la dĂ©monstration du Saint-Esprit, afin que votre foi soit Ă©difiĂ©e en Dieu.» Paul Ă©tait un homme instruit, intelligent. Mais il a dit qu’il a oubliĂ© tout ce qu’il ait jamais connu, afin de trouver Christ. C’est ce que nous devons faire, juste mettre de cĂŽtĂ© notre thĂ©ologie et nos histoires, et regarder droit vers Dieu et dire: «Je crois cela.» C’est tout. C est ce qu’il faut.

19        Eh bien, en ceci, croyant ces choses... pendant que vous Ă©tiez dans des rĂ©unions et que vous observiez. Souvenez-vous (depuis je pense que je vous ai quittĂ©s avant... non, je crois que je suis ici depuis lors), lorsque la grande affaire a eu lieu ici Ă  Houston, au Texas, ici, avec un prĂ©dicateur baptiste, le docteur Best qui voulait avoir un dĂ©bat avec moi Ă  ce sujet, si la guĂ©rison divine Ă©tait fausse et tout. Et je ne voulais discuter avec personne. Je ne crois pas en cela. Je n’aimerais pas gĂącher mon atmosphĂšre avec mon Seigneur JĂ©sus-Christ et cet amour-lĂ  en discutant avec quelqu’un. Je vais prĂȘcher l’Evangile. Si vous croyez cela, trĂšs bien. Sinon, c’est entre vous et Dieu. C’est tout. Je ne crois pas aux dĂ©bats et aux discussions. PrĂȘchez simplement la Parole, Dieu prendra soin du reste.

            Monsieur Bosworth voulait avoir un dĂ©bat avec l’homme. Et vous savez ce qui est arrivĂ© quand l’Ange du Seigneur est descendu visiblement, devant les gens lĂ  oĂč je me tenais, Il s’est fait photographiĂ©. Nous avons quelques photos. Combien ont vu la photo? Faites voir la main. C’est Ă  Washington, D.C., et ailleurs. Eh bien, nous en avons quelques-unes ici. Il faut les acheter et puis les distribuer aux gens. Ça sera la semaine prochaine, pas le dimanche, mais la semaine prochaine. Et si vous en voulez une, vous pouvez en avoir.

20        Maintenant, nous... LĂ  et Ă  travers le monde, et depuis que j’ai quittĂ©, et cette petite chorale espagnole a chantĂ© pour moi, et le reste d’entre vous ici. Eh bien, ça a Ă©tĂ© partout dans le monde. Ça a Ă©tĂ© testĂ© dans chaque fournaise ardente que le diable a. Certainement je–je suis reconnaissant Ă  Dieu de voir comment Il a pris soin de cela autour du monde.

            Et combien je suis reconnaissant ce soir d’ĂȘtre de retour ici Ă  Phoenix, avec le mĂȘme Evangile que j’avais il y a huit ans, quand j’étais venu ici. La mĂȘme chose. Seulement, cela devient de plus en plus... Certainement, c’est Dieu qui est en train de faire cela. Comme nous croyons, le temps approche.

21        Maintenant, jetons un coup d’oeil pour voir si ce soir nous pouvons trouver JĂ©sus Ă  Phoenix. Je crois qu’Il est ici, car Il a dit: «LĂ  oĂč deux ou trois sont assemblĂ©s en Mon Nom, Je serai au milieu d’eux.» Eh bien, maintenant, s’Il est un Homme honorable, Il tiendra Sa Parole. Et certainement, Dieu tiendra Sa Parole. Un homme honorable fera cela ; et Dieu, n’en parlons mĂȘme pas. Il va certainement tenir Sa Parole. Eh bien, Il a promis cela.

            Eh bien, s’Il est ici, pourquoi ne pouvons-nous pas Le voir? C’est ce que j’aimerais savoir. Pourquoi ne pouvons-nous pas Le voir? Si ce soir nous allons Ă  Phoenix chercher le Fils de Dieu que nous aimons tous, voyons quel genre de Personne nous chercherions.

22        Chercherions-nous Quelqu’Un de trĂšs instruit qui Ă©tait... de vraiment instruit? Non. Je prĂ©fĂ©rerais avoir... Rien ne renseigne qu’Il ait mĂȘme jamais frĂ©quentĂ© l’école. C’est vrai. Qu’Il l’ait fait ou pas, je ne pourrais pas vous le dire. Rien ne le renseigne, lĂ  oĂč Il a reçu Son instruction scolaire. Mais chercherions-nous un Homme habillĂ© diffĂ©remment, plus, peut-ĂȘtre aujourd’hui, quelque chose de frappant, avec de longues robes et quelque chose d’autre et... Serait-ce ce genre d’homme? Non.

            JĂ©sus s’habillait comme un homme ordinaire de la rue. Il marchait juste parmi les hommes, on ne Le connaissait mĂȘme pas. Il ne s’habillait pas diffĂ©remment. Il ne s’habillait pas comme un sacrificateur ou un rabbin. Il s’habillait juste comme un homme ordinaire de la rue.

            Quel genre de langage utilisait-Il? Utilisait-Il une grammaire trĂšs raffinĂ©e? Non. La Bible, si vous... la vĂ©ritĂ© est que la Bible a Ă©tĂ© Ă©crite d’une maniĂšre si simple, dans le langage de la rue, que beaucoup de traducteurs s’embrouillent lĂ -dessus, sur des mots. C’est vrai. Elle a Ă©tĂ© Ă©crite de façon si simple, juste trĂšs simple. C’est le genre de personne...

23        OĂč serait-Il? Sous de grandes lumiĂšres brillantes? Non. Il serait parmi les humbles. «Les gens du peuple L’écoutaient avec joie», dĂ©clarent les Ecritures. Des sacrificateurs et autres ne L’écoutaient pas. Ils avaient leurs propres idĂ©es, leurs propres Ă©glises, leur propre systĂšme, ils n’écoutaient donc pas.

            Quel genre d’Homme serait-Il alors? Serait-Il un–un genre de personne trĂšs autoritaire? Non. Je ne crois pas qu’Il l’était. Je crois qu’Il Ă©tait une Personne gentille. Et je–je crois qu’Il–qu’Il Ă©tait si gentil que quand Il vous parlait, vous reconnaĂźtriez que c’est Lui qui a parlĂ©, et nĂ©anmoins assez ferme pour que vous reconnaissiez... Comme quand Il a tissĂ© les cordes et a chassĂ© les gens du temple Ă  coups de fouet pour avoir fait quelque chose de mal. Ainsi, Il Ă©tait un–un... Non, je ne crois pas qu’un artiste puisse peindre les traits de Son caractĂšre. Mais Il serait pour nous une Personne trĂšs douce Ă  voir, n’est-ce pas? Peu importe ce Ă  quoi Il ressemblerait ou n’importe quoi. Il le serait.

24        Eh bien, si nous voulions Le voir, et que JĂ©sus-Christ apparaĂźt ici parmi nous ce soir... J’aimerais que vous suiviez ceci attentivement maintenant. Si JĂ©sus apparaĂźt ici dans cette salle ce soir et qu’Il se manifeste dans cette assistance, exactement le mĂȘme qu’Il Ă©tait en GalilĂ©e, allez-vous croire en Lui? Allez-vous L’accepter, dire–dire simplement: «Je–je–je crois cela. Je vais–je vais donc croire pour ma guĂ©rison. Je vais croire pour mon salut. Je vais croire que JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© d’entre les morts»?

            Eh bien alors, quand Il Ă©tait ici sur terre, ce qu’Il Ă©tait Ă  l’époque, Il l’est maintenant, tout sauf Son visible corps de chair. Il est ici sous forme de l’Esprit. Croyez-vous cela? «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez (Qui est ce vous? L’Eglise. Eh bien, certains ont dit que c’étaient les disciples. Oh ! Non. Ecoutez ce qui suit.)... vous Me verrez, car Je (pronom personnel) serai avec vous, mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde.» Cela rĂšgle la question. Est-ce vrai? Pas juste pour cet Ăąge-lĂ , pour tous les Ăąges, jusqu’à la fin du monde...

25        Ils ont dit... Les signes de Marc 16, on dit aujourd’hui que c’était juste pour les disciples. Eh bien, JĂ©sus a dit: «PrĂȘchez la Bonne Nouvelle Ă  tout le monde, et voici les miracles qui les accompagneront», sans cesse dans le monde entier. Partout, ce mĂȘme signe, ce mĂȘme Evangile sera prĂȘchĂ©. On a distribuĂ© des tracts partout dans le monde. Mais l’Evangile n’a pas Ă©tĂ© prĂȘchĂ© Ă  un tiers du monde jusque-lĂ .

            L’Evangile ne consiste pas en Parole seulement, mais c’est la Parole rendue manifeste, la puissance et la dĂ©monstration du Saint-Esprit, amenant la Parole Ă  s’accomplir.

26        RĂ©cemment, quand un brave homme, Dr Reedhead, le prĂ©sident des Missions Soudanaises, la plus grande mission, la mission fondamentaliste au monde... Quand il Ă©tait chez moi et qu’il a reçu le baptĂȘme du Saint-Esprit... Il a obtenu beaucoup de diplĂŽmes, il ne savait mĂȘme pas combien il en avait, des diplĂŽmes Ă  titre honorifique et autres lui attribuĂ©s. Il a dit: «FrĂšre Branham, mais oĂč est JĂ©sus dans tout ça?»

            Et il parlait Ă  un musulman bien instruit. Et le musulman, aprĂšs qu’il eut Ă©tĂ© instruit en AmĂ©rique, retournait Ă  sa religion musulmane. Et il a dit... FrĂšre Reedhead lui a dit, il a dit: «Pourquoi ne renoncez-vous pas Ă  votre vieux prophĂšte mort, Mahomet, pour recevoir le Seigneur JĂ©sus ressuscitĂ©?»

            Et il a dit que le musulman l’a regardĂ© et lui a dit: «Gentil monsieur, qu’est-ce que votre Seigneur JĂ©sus ressuscitĂ© peut faire de plus que mon prophĂšte mort?» Il a dit: «Tous deux ont Ă©crit des Bibles. Nous Les lisons et nous Les croyons.»

            Eh bien, frĂšre Reedhead a dit: «Eh bien, frĂšre, nous avons la joie, le bonheur.»

            Il a dit: «Nous aussi.»

            Il a dit: «Eh bien, nous avons la paix.»

            Il a dit: «Nous aussi.» Il a dit: «Dites-moi une seule chose que votre JĂ©sus peut faire de plus que mon Mahomet.»

27        Ça fait deux mille ans maintenant qu’il y a un cheval blanc, placĂ© debout Ă  la tombe de Mahomet. Mahomet a dit, Ă  sa mort, qu’il ressusciterait, qu’il parcourrait le monde entier et qu’il le conquerrait. C’est ce qu’ils croient. La religion musulmane est, en nombre, la plus grande religion au monde ; le bouddhisme vient en deuxiĂšme position, et le christianisme en troisiĂšme. Eh bien, il a alors dit: «Qu’est-ce que votre religion peut faire pour moi, de plus que la mienne?» Il a dit: «Votre JĂ©sus est mort, Il a Ă©tĂ© enseveli tout comme mon Mahomet.»Il a dit: «Oh ! Non. JĂ©sus est ressuscitĂ©.»Il a dit: «Prouvez-le.» Il a dit: «Prouvez-le.» Il a dit: «Oh ! Nous avons aussi connu des rĂ©surrections, nous proclamons cela. Mais, a-t-il dit, Mahomet ne nous a jamais promis autre chose que la vie aprĂšs la mort.»Il a dit: «C’est ce que JĂ©sus nous a promis.» Et frĂšre Reedhead a dit: «FrĂšre Branham, j’étais acculĂ©.» Il a dit: «Il pouvait produire autant de psychologie, de joie, autant que nous, de tout ce que vous voulez.» Et il a dit: «Que pouvons-nous lui offrir?»Il a dit: «Eh bien, juste un instant.» Il a dit: «Votre JĂ©sus, vous dites qu’Il est ressuscitĂ© il y a deux mille ans.»Il a dit: «C’est vrai.»Il a dit: «Ils n’ont pas... Ă  peine plus... un peu plus d’un tiers du monde connaĂźt cela.» Il a dit: «Que Mahomet ressuscite des morts et qu’il saute sur ce cheval blanc-lĂ , et le monde entier le saura en quelques heures.» C’est vrai.

28        Ainsi, vous voyez lĂ  oĂč le christianisme, dans sa thĂ©ologie, combien il est faible. Dieu n’a jamais inventĂ© cela pour commencer. JĂ©sus n’a jamais dit: «Construisez des Ă©glises, des sĂ©minaires.» Il a dit: «PrĂȘchez l’Evangile dans le monde entier», alors Il retournera. Voyez? Mais nous avons fait tout le reste sauf ce qu’Il nous a dit de faire. Il ne peut pas revenir avant que l’Evangile soit prĂȘchĂ©. Il a dit: «Vous entendrez parler des signes, des guerres et des bruits de guerre (Ce n’est pas encore ça.), des parents seront contre des enfants, des enfants...» (Ce n’est pas encore ça.) Mais Il a dit: «Quand cet Evangile aura Ă©tĂ© prĂȘchĂ© dans le monde entier, alors viendra la fin.» Il retournera.

            VoilĂ  la mission de l’Eglise, c’est prĂȘcher l’Evangile, dĂ©montrer la puissance. Oh ! Nous avons distribuĂ© les tracts partout. Mais ce n’est pas ce qu’il faut. Il faut la puissance et la dĂ©monstration du Saint-Esprit, c’est vrai. Maintenant, suivez.

29        Alors, ce musulman lui a dit, il a dit: «Mahomet nous a seulement promis la vie aprĂšs la mort.» Il a dit: «Votre JĂ©sus a promis que les oeuvres qu’Il faisait, vous les feriez aussi. Ainsi, laissez-moi vous voir, vous les enseignants accomplir cela.» Il a dit: «Alors, nous allons croire que votre JĂ©sus est ressuscitĂ© d’entre les morts.»

            Il a dit: «FrĂšre Branham, j’ai plutĂŽt grattĂ© le sol avec mon pied comme cela, et j’ai changĂ© de sujet, et je suis parti.» Vaincu, certainement... C’est tout ce que vous pouvez faire. C’est exact. Ils peuvent exhiber autant d’histoire et de thĂ©ologie que l’autre. Mais il a dit: «Eh bien, JĂ©sus a promis...»

            Il a dit: «Eh bien, maintenant...» Il a dit: «Vous vous rĂ©fĂ©rez Ă  Marc 16, oĂč il est dit: ‘Voici...’» Il a dit: «Nous ne croyons pas que c’est inspirĂ©, Ă  partir du verset 9.»

            Il a dit: «Quel genre de Bible avez-vous donc? Une moitiĂ© En est inspirĂ©e, l’autre moitiĂ© ne l’est pas. Laquelle est vraie et laquelle est fausse?» Il a dit: «Alors, qu’en est-il quand JĂ©sus-Christ a dit: ‘ Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais’? Pensez-vous que cette partie-lĂ  est inspirĂ©e, Jean 14.7?» Il a dit: «Qu’en est-il de Luc 20... ou plutĂŽt Luc, chapitre 11, verset 24? «Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir.» Il a dit: «Que se passe-t-il avec vous tous? Si JĂ©sus est ressuscitĂ© d’entre les morts, Il a promis qu’Il resterait le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Il a dit: «Alors, pourquoi ne voyons-nous pas cela comme cela?» Il a dit: Que je vous voie vous les enseignants accomplir cela, et nous les musulmans, nous serons prĂȘts Ă  recevoir JĂ©sus comme Christ.»

30        Ô FrĂšre ! «Gloire au Seigneur !» Vous y ĂȘtes. Mais ce sont des vĂ©ritĂ©s crues lors d’une confrontation. Et, frĂšre, c’est aussi clair et rĂ©el ce soir Ă  Phoenix que cela–que cela l’est lĂ . Voyez? Si JĂ©sus-Christ Ă©tait ici sur terre... Quel genre de Personne Ă©tait-Il ici sur terre? On L’a crucifiĂ© pour ĂŽter le pĂ©chĂ©. Est-ce vrai? Pour obtenir qu’un sacrifice sanglant paie la peine de mort et des maladies pour nous...Et il est montĂ© Ă  la droite de la MajestĂ© divine. Et Il est assis lĂ  ce soir, et Il a renvoyĂ© le Saint-Esprit dans... qui est la manifestation de JĂ©sus-Christ dans l’Eglise. Et Il a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, mĂȘme en vous, jusqu’à la fin du monde.» Est-ce vrai?Aussi, Il a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais, vous en ferez de plus grandes (ou davantage), car Je m’en vais au PĂšre.» Est-ce vrai? Il est retournĂ© de la chair Ă  l’Esprit, ainsi, Il a pu revenir et ĂȘtre dans Son Eglise. Voyez. «Je m’en vais au PĂšre. Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde. Et vous ferez aussi les oeuvres que Je fais (que Je fais ici maintenant), vous les ferez aussi, et vous en ferez davantage, car Je m’en vais au PĂšre.» Quelle promesse !

31        Si donc HĂ©breux 13.8 dit: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement», vous devrez admettre que JĂ©sus-Christ accomplira les mĂȘmes oeuvres, sinon les Ecritures ne sont pas inspirĂ©es. (Je me range du cĂŽtĂ© de l’incroyant maintenant, pour expliciter cela. Ainsi, je peux vous dĂ©tendre avant que vous ... avant que nous commencions la rĂ©union.) C’est vrai.

            Ces choses sont soit vraies, soit fausses. Et aucun homme ne vaut plus que sa propre parole. Si ma parole n’est pas valable, alors je ne vaux rien. Si la Parole de Dieu n’est pas vraie, alors, je ne peux pas La croire ; il n’y a rien Ă  cela. Mais voici ce que j’ai trouvĂ©: Dieu tiendra chaque Parole qu’Il prononce (Absolument), si seulement vous gardez votre coeur fixĂ© droit sur le Calvaire, lĂ , sans aucune ombre de doute. Comme je l’ai dit cet aprĂšs-midi: «Connectez votre subconscient, cette conscience-ci, et la Parole de Dieu, tout, et voyez ce qui se passe.»

32        Eh bien, observez quand JĂ©sus Ă©tait ici sur terre. Voyons quel genre de Personne Il Ă©tait, s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. C’est notre thĂšme donc, pour tout rĂ©veil: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» C’est le slogan de ma campagne: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme.» Eh bien alors, on dirait que cela devrait ĂŽter tout doute, si JĂ©sus-Christ se manifeste, ou se reproduit dans Son Eglise, tout comme Il l’avait fait lĂ  au commencement. Est-ce vrai? Maintenant, voyons quel genre d’Homme Il Ă©tait. PrĂ©tendait-Il ĂȘtre un GuĂ©risseur? Non. Il ne prĂ©tendait guĂ©rir personne. Franchement, Il a dit qu’Il n’avait jamais guĂ©ri personne. Il disait: «Je ne peux rien faire de Moi-mĂȘme.» Est-ce vrai? «Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres ; c’est Mon PĂšre qui demeure en Moi, c’est Lui qui accomplit les oeuvres.» Est-ce vrai?

33        Voyons. Combien croient qu’Il Ă©tait tendre et plein de compassion? Nous tous. Confions... Ă©prouvons une fois cette compassion. Nous Le voyons descendre... Une femme qui venait de toucher le bord de Son vĂȘtement Ă©tait complĂštement guĂ©rie de sa perte de sang. Et nous Le voyons descendre maintenant vers la piscine de BĂ©thesda (Dieu voulant, dans les quelques prochains mois, je me propose de passer par cette piscine-lĂ .) oĂč en grand nombre... Non pas une multitude, des multitudes. Il faut deux mille pour faire une multitude. Il y avait donc couchĂ©s lĂ  en grand nombre des malades.

            Maintenant, observez quel genre des personnes c’étaient: Des estropiĂ©s, des boiteux, des aveugles, des paralytiques. Quelle condition ! Ils attendaient le mouvement de l’eau, car un ange descendait de temps en temps, il agitait l’eau de la piscine. Tout celui qui avait la foi, qui entrait le premier, Ă©tait complĂštement guĂ©ri de tout ce dont il souffrait.

34        Eh bien, voici venir JĂ©sus passant par cette piscine, les habits pleins de vertu, Il a dĂ©passĂ© directement tous ces estropiĂ©s et les affligĂ©s. Il y avait lĂ  une vieille mĂšre, peut-ĂȘtre, avec un enfant hydrocĂ©phale, un pauvre vieux papa aveugle, estropiĂ© suite Ă  l’arthrite, qui disait: «Que quelqu’un aie pitiĂ© pour me jeter dans la piscine.» Et voici venir Emmanuel, Il passe prĂšs de cette piscine, plein de puissance, plein de vertu, plein d’amour, plein de compassion, passant Ă  cĂŽtĂ© des multitudes de gens qui criaient, hurlaient, implorant la misĂ©ricorde, et Il n’avait point ouvert Sa bouche et Il n’a dit mot Ă  aucun d’eux.

            Je crois que s’Il avait dit Ă  toute cette multitude-lĂ : «Chacun de vous est guĂ©ri», je pense qu’ils se seraient tous levĂ©s pour rentrer chez eux. N’est-ce pas? Eh bien alors, pourquoi ne L’avait-Il pas fait? Eh bien, c’est lĂ  la chose suivante. Pourquoi ne l’avait-Il pas fait? Eh bien, nous aimerions voir si JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Voyez? Pourquoi ne le leur avait-il pas dit?

35        Voici la raison. Vous Le voyez tournoyer parmi ces estropiĂ©s, ces affligĂ©s, les habits pleins de vertu. Dieu Lui-mĂȘme manifestĂ© dans la chair, marchant parmi ces gens-lĂ  ; Il s’est dirigĂ© vers un homme qui n’était pas un estropiĂ©, ni quelqu’un aux membres tordus, ni un aveugle, ni un boiteux, mais un homme couchĂ© sur un grabat, un petit lit, une couverture ou quelque chose comme ça sur lequel il Ă©tait couchĂ© lĂ . Il souffrait d’une indisposition pendant trente-huit ans, c’était probablement une prostatite. Cela n’allait pas le tuer, cela avait durĂ©. Il en avait souffert pendant trente-huit ans. Il s’est dirigĂ© vers lui (Observez maintenant.), car Il savait que cet homme Ă©tait tout ce temps dans cet Ă©tat. Et Il lui a dit: «Veux-tu ĂȘtre guĂ©ri?»Il a dit: «Monsieur, je n’ai personne pour me jeter dans l’eau.» (Eh bien, il n’était pas estropiĂ©.) Il a dit: «Pendant que je descends...» Quelqu’un d’autre le dĂ©passait et entrait le premier. Il a dit: «Pendant que je pars, quelqu’un d’autre me prĂ©cĂšde.» Il a dit: «Prends ton lit et rentre chez toi.» Il n’avait plus d’argument. Il a pris son lit, et il a fait ce que JĂ©sus lui avait dit, il est rentrĂ© chez lui. C’était cela.

36        Puis, quand on l’a trouvĂ© au temple se rĂ©jouissant, les Juifs l’ont interrogĂ©. Eh bien, ceci est Saint Jean, chapitre 5, verset 19. Ecoutez attentivement. Eh bien, les Juifs l’ont interrogĂ©: «Eh bien, pourquoi n’a-t-Il pas guĂ©ri tous ces gens, s’Il Ă©tait un grand GuĂ©risseur? Pourquoi n’a-t-Il pas fait que tous ces boiteux et les gens...? Il les avait carrĂ©ment dĂ©passĂ©s tous. S’Il Ă©tait plein d’amour, pourquoi n’a-t-Il pas eu compassion d’eux?»Les gens ne savent pas ce que c’est la compassion. La compassion et l’amour, c’est la volontĂ© de Dieu. Et vous ne pouvez exercer cela que dans la mesure oĂč Dieu les donne, une passion humaine, Ă©motive, pas de l’amour humain Ă©motionnel, mais l’amour divin, qui ne peut ĂȘtre rendu et donnĂ© que par Dieu.

37        Maintenant, observez-Le quand Il passe par lĂ . Il avait guĂ©ri cet homme, et les Juifs Lui ont dit, ils se sont mis Ă  L’interroger. Maintenant, Ă©coutez ce que JĂ©sus a donc dit, au verset 19 du chapitre 5: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ© (Ça veut dire absolument, absolument), Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre ; car ce que le PĂšre fait, Il le montre au Fils.» Et Il vous montrera des oeuvres plus grandes que la guĂ©rison de cet homme souffrant de la... de cette prostatite, ou du diabĂšte, ou je ne sais quoi c’était. «Il vous montrera de plus grandes que... des oeuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. Car le PĂšre agit jusqu’à prĂ©sent ; et Moi aussi, J’agis.» Est-ce vrai? C’est la raison pour laquelle Il n’avait pas guĂ©ri les multitudes. Dieu ne le Lui avait pas dit. Eh bien, si JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, Il aura Ă  agir Ă  ce niveau lĂ , est-ce vrai? Il aura Ă  le faire. Eh bien, je crois, cela pouvait... Il pouvait faire cela. Mais il devait premiĂšrement connaĂźtre la volontĂ© de Dieu. Maintenant, Ă©coutez. JĂ©sus n’a jamais de Lui-mĂȘme accompli un miracle. JĂ©sus a dit: «Je ne peux rien faire de Moi-mĂȘme. Mais ce que je vois faire au PĂšre, le Fils aussi le fait pareillement. Combien ont lu cela dans les Ecritures? Faites voir les mains. Certainement, Saint Jean 5.19...

38        Maintenant, Ă©coutez. Eh bien, Il–Il n’accomplissait donc pas la guĂ©rison Lui-mĂȘme. Il ne faisait que ce que le PĂšre Lui montrait. C’était une vision. Voyez n’importe lequel des prophĂštes dans la Bible, Elie sur le mont Carmel, partout ailleurs. Chaque prophĂšte, chaque homme divin qui venait de la PrĂ©sence de Dieu, agissait toujours sous une certaine inspiration conduite par Dieu. Les prĂ©dicateurs ce soir, qui prĂȘchent sous l’inspiration, sont conduits par Dieu. Des voyants ce soir, qui agissent sous l’inspiration des visions, sont conduits par Dieu. «Je ne peux rien faire, a-t-Il dit, si le PĂšre ne Me le montre pas. Et tout ce que le PĂšre Me montre, Je le fais.»Maintenant, si JĂ©sus est ressuscitĂ© d’entre les morts et qu’Il vit parmi nous ce soir, alors Il se rĂ©incarne dans Son Eglise. Alors, Il va produire la mĂȘme chose qu’Il avait lĂ  Ă  l’époque.

39        Ecoutez-Le parler Ă  la femme au puits. Il a dit: «Apporte-Moi Ă  boire» ; juste pour engager une conversation.

            Elle a dit: «Le puits est profond, Tu n’as rien pour puiser, et il n’est pas de coutume que vous les Juifs, vous demandiez pareille chose aux Samaritains.»Il a dit: «Si tu connaissais Celui Ă  qui tu parles, tu M’aurais demandĂ© de l’eau et Je t’aurais donnĂ© de l’eau que tu ne viendrais pas puiser ici.»Elle a dit: «Le puits est profond», et ainsi de suite. Et la conversation s’est poursuivie. Que faisait-Il? Il contactait son esprit. Et Il a trouvĂ© oĂč Ă©tait son problĂšme. Il a dit: «Va chercher ton mari.»Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»Il a dit: «C’est vrai. Tu as en eu cinq.»«Eh bien, a-t-elle dit, je vois que Tu es ProphĂšte. Nous savons que quand le Messie sera venu, Il nous annoncera toutes choses.»Il a dit: «Je Le suis.»Et elle est entrĂ©e dans la ville et elle a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait.» Eh bien, Il ne lui avait point dit tout ce qu’elle avait fait. Il lui avait simplement dit ce qui clochait chez elle. Mais elle Ă©tait tout excitĂ©e, certainement. Et Il pouvait lui dire tout, si Dieu le Lui avait montrĂ©.

40        Ecoutez cette Ecriture ce soir. Un homme est allĂ© lĂ , du nom de NathanaĂ«l. Et NathanaĂ«l, il avait... ou Philippe, il Ă©tait converti. Il est allĂ© trouver son ami. C’est une vraie conversion, n’est-ce pas? Trouver trĂšs rapidement votre ami et lui dire ce que JĂ©sus a fait. C’est l’amour. Il est allĂ© et il a vu NathanaĂ«l. Il a dit: «Viens voir Qui nous avons trouvĂ©, JĂ©sus de Nazareth, le Fils de Joseph.» Et cet homme juste Ă©tait sous un arbre en train de prier quand NathanaĂ«l est arrivĂ©. Il s’est levĂ© (Ce n’est pas un critiqueur), mais il a dit: «Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?»

            Philippe a dit: «Viens, et vois.» Et JĂ©sus Ă©tait dans la ligne de priĂšre... Nous allons juste prĂ©senter une saynĂšte, ici. Voici JĂ©sus debout dans la ligne de priĂšre, lĂ , Il venait d’entrer dans Son ministĂšre. Et Il se tenait lĂ  dans la ligne de priĂšre, peut-ĂȘtre en train de prier pour les malades. Et voici venir cet homme de bien. Et il L’a regardĂ© comme cela. JĂ©sus a aussi regardĂ© et a dit: «Voici un IsraĂ©lite dans lequel–dans lequel il n’y a point de fraude.» En d’autres termes, un homme honnĂȘte.

            Nous dirons aujourd’hui: «VoilĂ  un chrĂ©tien, un homme vĂ©ridique.» Il Ă©tait donc trĂšs curieux. «Comment cet Homme a-t-il su cela?» Il a dit: «D’oĂč me connais-Tu, Rabbi?»

            Il a dit: «Avant que Philipe t’appelĂąt. Quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.»

41        Savez-vous ce qu’on aurait dit en AmĂ©rique aujourd’hui? «C’est de la tĂ©lĂ©pathie mentale.» Ou: «Il est un–un dĂ©mon. Il est un sorcier. Il est un liseur de pensĂ©es.» Voyez?Pas Philippe. Il a dit: «Tu es le Christ, le Fils de Dieu.» Son nom est immortel ce soir. Mais qu’ont dit les membres de l’église de ce jour-lĂ ? «Il est le meilleur diseur de bonne aventure du pays. Il est BĂ©elzĂ©bul, le prince de tous les dĂ©mons (Est-ce vrai?), le prince de tous les dĂ©mons.»Ils ne pouvaient pas comprendre... Dieu... Il pouvait se tenir dans l’assistance... Maintenant, j’aimerais que vous revĂȘtiez vos vestons antichocs, juste une minute. Ne partez pas jusqu’à ce que j’explique ceci. JĂ©sus Ă©tait un liseur des pensĂ©es. Il L’était. Je suis content de ce que vous avez lu les Ecritures. Il connaissait leurs pensĂ©es, est-ce vrai? Si vous me dites en quoi connaĂźtre les pensĂ©es diffĂšre de lire les pensĂ©es, j’aimerais que vous me disiez le terme Ă  utiliser. Mais pas un de ces opĂ©rateurs du diable ici dehors qui vous prend par la main et l’examine. C’est le modĂšle Ă  partir duquel le diable a copiĂ© cela. Voyez? C’est le dĂ©mon, devinant des choses.

42        Mais JĂ©sus connaissait leurs pensĂ©es. Il savait ce que... Il savait oĂč Ă©tait le poisson qui avait une piĂšce de monnaie dans sa bouche, pour payer l’impĂŽt. Est-ce vrai? Il savait oĂč Ă©taient attachĂ©s les deux Ăąnes, lĂ  oĂč deux voies... Est-ce vrai? Et Il Lui fallait passer par... Oh ! Beaucoup d’endroits, juste oĂč Il connaissait, Il savait d’avance... Dieu Lui montrait en vision ce qui se passait. Et Il prĂ©disait juste exactement, et tout ce qu’Il disait, arrivait juste comme Il le disait. Et quand... Dans les lignes, Il connaissait les gens. Il connaissait leur maladie. Mais Il ne guĂ©rissait que quand Dieu le Lui montrait.

43        Regardez Lazare, Son ami. Pourquoi JĂ©sus s’était-il levĂ© et avait subitement quittĂ© vite la maison de Lazare? Y avez-vous dĂ©jĂ  pensĂ©? Pourquoi Ă©tait-Il parti? Lazare est tombĂ© malade. JĂ©sus s’est levĂ© et est parti. Je me demande pourquoi. «Un GuĂ©risseur», comme les gens aiment L’appeler. Il s’est levĂ© et Il est parti. On a envoyĂ© Le chercher pour venir vers Son ami ; Il est simplement allĂ© de l’avant. Il est allĂ© de l’avant pendant plusieurs jours. Et peu aprĂšs, Il s’est retournĂ© vers Ses disciples et a dit: «Notre ami Lazare dort.» Il a dit... En d’autres termes, Il est mort. Il a dit: «A cause de vous, Je me rĂ©jouis de ce que Je n’étais pas lĂ . Mais Je vais le rĂ©veiller.»Dieu lui avait dit avec exactitude le nombre de jours qui passeraient avant que Lazare meure. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Et Il est revenu pour la rĂ©surrection. Et alors, quand Il s’est tenu Ă  la tombe de Lazare (Ecoutez), Il a dit: «PĂšre, Je Te loue de ce que Tu m’as dĂ©jĂ  exaucĂ©, mais c’est Ă  cause de ces gens qui se tiennent ici que j’ai dit cela.» Voyez? Dieu Lui avait dĂ©jĂ  montrĂ©. En effet, Ses propres Paroles... Permettez-moi de vous citer cela. Attentivement... JĂ©sus n’a accompli aucun miracle avant que Dieu Lui ait premiĂšrement montrĂ© en vision quoi faire 

44        Vous croyez Sa Parole, n’est-ce pas? Ecoutez: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©...» Saint Jean 5.19: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme. Mais ce qu’Il voit faire au PĂšre, le Fils aussi le fait pareillement.» A-t-Il dit la vĂ©ritĂ©? Alors, Il... c’est la vĂ©ritĂ©. Et Il ne faisait que ce que Dieu Lui montrait. Dieu Ă©tait en Lui et Il rĂ©vĂ©lait ce qu’Il voulait que ça se fasse par une vision. Eh bien, Il a promis que ces choses continueraient jusqu’à la fin du monde. Et des signes et des prodiges accompagneront, de grands dons dans l’Eglise.

45        Maintenant, qu’est-ce qu’un voyant? Qu’est-ce qu’une vision? C’est une autre dimension. C’est une autre... en dehors de cinq... C’est un sixiĂšme sens. J’aimerais vous poser une question. Combien ici... dĂ©jĂ ...Vous savez que vous avez un subconscient, n’est-ce pas? Nous en sommes conscients. C’est le gars, ce subconscient, qui vous cause tout le trouble ce soir. Il ne s’accorde pas avec celui-ci, ici, il a peur et recule. Mais une fois qu’il se met en harmonie avec celui-ci, et celui-ci se met en harmonie avec la Parole de Dieu, vous avez...vous ĂȘtes alors en marche. Mais maintenant, observez. Disons, voici–voici votre premiĂšre et votre deuxiĂšme conscience. Voici la premiĂšre conscience. Voici la deuxiĂšme conscience. Un homme normal, vous ĂȘtes... quand vous faites un songe, vous faites ce songe dans votre subconscient. Combien ici ont dĂ©jĂ  fait un songe? Faites voir vos mains. Eh bien, il y a au moins deux tiers d’entre vous. C’est Ă  peu prĂšs ça. Il y a environ un tiers de gens qui n’ont jamais fait un songe. Ils n’ont jamais fait un songe dans leur vie.

46        Eh bien, et si je vous demandais de me faire un songe? Vous ne pouvez pas le faire. Maintenant, quand cette conscience devient inactive (Vous allez dormir), celle-ci est active pour faire un songe. Eh bien, beaucoup parmi vous qui faites des songes, vous avez fait des songes ça fait des annĂ©es et vous vous en souvenez toujours ce soir, n’est-ce pas, ce que vous avez rĂȘvĂ© il y a des annĂ©es. Eh bien, oĂč Ă©tiez-vous? Quelle partie de vous Ă©tait lĂ , qui fait que vous vous rappelez toujours cela dans cette conscience? Voyez-vous ce que je veux dire?Maintenant, essayez de comprendre ceci, Ă©glise. Quand cette conscience est inactive, celle-ci devient active. Quand celle-ci occupe la premiĂšre place, celle-ci est inactive. Vous dormez. Eh bien, quand vous faites un songe, vous avez vu en songe ce que vous avez fait ici. Quand vous vous rĂ©veillez ici, vous avez rĂȘvĂ© un... vous vous rappelez ce que vous avez rĂȘvĂ©.

47        Or, une personne qui ne fait pas de songe, son subconscient est loin lĂ  derriĂšre comme vers le mur. Il dort profondĂ©ment. Quelqu’un qui fait un songe ne dort pas profondĂ©ment. Eh bien, cet homme ne peut rien au fait qu’il fait un songe. Et cet homme peut... ne peut rien au fait qu’il ne fait pas de songe. Maintenant, qui par ses inquiĂ©tudes, peut ajouter une coudĂ©e Ă  la durĂ©e de sa vie? C’est comme ça que Dieu l’a crĂ©Ă©. J’ai toujours voulu avoir des yeux bruns. Cela ne m’a fait aucun bien. J’ai dĂ» me contenter des bleus. Je voulais ĂȘtre un homme trĂšs grand. Cela ne m’a fait aucun bien. Voyez? J’ai dĂ» rester tel que Dieu m’a crĂ©Ă©. Et c’est ce que chacun de nous devait ĂȘtre, tel que Dieu nous a crĂ©Ă©s.

            Eh bien, juste quelques minutes Ă  peu prĂšs donc, nous allons terminer. Maintenant, suivez ceci. Eh bien, cet homme-lĂ  ne peut rien au fait qu’il ne rĂȘve pas. Cet homme-ci ne peut rien au fait qu’il rĂȘve, en fait. C’est comme ça que Dieu l’a crĂ©Ă©.

48        Or, les songes, Dieu peut traiter par des songes. Mais ce n’est pas trĂšs prĂ©cis, Ă  moins qu’il y ait un bon interprĂšte. Il a traitĂ© avec Joseph, le roi Nebucadnetsar, et beaucoup d’autres par des songes. Ce qui est vrai. Mais maintenant, Ă©coutez. Un voyant, son subconscient n’est pas lĂ  derriĂšre ; ni ici ; c’est ici mĂȘme. Il n’y peut rien. Il ne s’endort pas. Il se tient juste lĂ , et il a une vision. Et quand il se remet, il se rappelle les choses, et il parle de ce qui arrive. En d’autres termes, vous pouvez appeler cela un voyant, un prophĂšte, n’importe comment que vous voulez. C’est ordonnĂ© de Dieu. Maintenant, quand JĂ©sus Ă©tait ici, Il Ă©tait le Roi des voyants. Il Ă©tait plus qu’un prophĂšte. Il Ă©tait le Fils de Dieu.

49        Eh bien, quand on a placĂ© un chiffon autour de Sa tĂȘte et qu’on L’a frappĂ© sur la tĂȘte avec un bĂąton, disant: «ProphĂ©tise maintenant, si Tu es ProphĂšte. Dis-nous qui T’a frappé», Il n’a jamais ouvert la bouche, Il n’a jamais dit un mot. La femme qui toucha Son vĂȘtement, elle s’était approchĂ©e de Lui d’une maniĂšre correcte. Elle toucha Son vĂȘtement. Elle croyait en Lui. Et elle fut guĂ©rie. Mais ces Romains, qui L’avaient frappĂ© et qui L’avaient dĂ©shabillĂ©, ne pouvaient pas sentir la vertu ; cela dĂ©pendait de la façon dont ils s’approchaient de cela. Eh bien, il n’y a pas de doute que ces gens assis ici, souffrant du coeur et autres, mourraient dans les quelques prochaines semaines. Je ne connais aucun de vous. Mais Dieu me tiendra responsable de la VĂ©ritĂ©.

50        Et maintenant, si JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© d’entre les morts, et je dis qu’Il l’est, Il a donc promis les mĂȘmes oeuvres qu’Il avait faites, qu’Il se manifesterait encore dans l’Eglise au cours de l’ñge. Est-ce vrai? Alors, s’Il se tenait ici ce soir portant ces habits qu’Il m’a donnĂ©s, Il ne pourrait donc pas vous guĂ©rir parce qu’Il l’a dĂ©jĂ  fait. Il vous demanderait simplement: N’avez-vous pas cru cela? Mais s’il y a quelque chose qui cloche chez vous, Il le saurait selon que le PĂšre le Lui rĂ©vĂšlerait. Est-ce vrai? Il pouvait...Eh bien, si JĂ©sus est ici, et je crois qu’Il y est, et nous devenons Ses sujets, alors s’Il va manifester Sa Vie de cette façon-lĂ , allez-vous L’accepter tous comme Sauveur et GuĂ©risseur? Si oui, dites: «Amen.» Puisse-t-Il vous l’accorder, c’est ma priĂšre.

51        Eh bien, j’ai une piĂštre façon d’exprimer ce que je–ce que je... mon ministĂšre. Cela doit parler de soi. Mais je prie ce soir, amis chrĂ©tiens, que le Seigneur JĂ©sus qui avait marchĂ© avec des hommes un jour, sur tout le trajet jusqu’à EmmaĂŒs, aprĂšs Sa rĂ©surrection... Il Ă©tait comme un homme ordinaire. Il leur parlait juste comme un homme. Mais quand Il les a eus ensemble, comme nous sommes ici ce soir, Il a fait quelque chose juste d’un peu diffĂ©rent de... Et ils ont reconnu, par la maniĂšre dont Il l’a fait, que c’était le Christ. Est-ce vrai? Et ils ont dit: «Notre coeur ne brĂ»lait-il pas au dedans de nous?»Je prie ce soir qu’Il fasse quelque chose ce soir, ici mĂȘme dans cette assistance, qui vous fera reconnaĂźtre que JĂ©sus est ressuscitĂ© d’entre les morts, qu’Il est vivant dans Son Eglise ce soir. Je crois que vous allez L’accepter. Mon tout... mon tout... la seule alternative, c’est de vous amener Ă  croire Sa trĂšs aimable Personne et de L’accepter comme Sauveur, GuĂ©risseur et Roi. Maintenant, pouvons-nous incliner la tĂȘte.

52        Notre Bienveillant PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ, nous venons Te rendre des actions de grĂąces et Te louer pour tout ce que Tu as fait. Et maintenant, Seigneur, aprĂšs avoir parlĂ©, ceci Ă©tant un type nouveau de ministĂšre pour moi, venir, expliquer ces choses et commencer directement le service de guĂ©rison, je Te prie d’envoyer le grand Ange de Dieu, Qui m’a nourri tous les jours de ma vie et m’a fait passer par beaucoup de batailles dangereuses et des piĂšges Ă  travers le monde, qui a liĂ© Satan, et les choses qu’Il a faites. Je Te prie de L’envoyer ce soir, et qu’Il se manifeste ici sur l’estrade, comme cette petite assistance ici, en ce beau lieu, croit en Lui de tout leur coeur.

            Et Dieu bien-aimĂ©, Auteur de la Vie, Donateur de tout don excellent, je Te prie d’envoyer Tes bĂ©nĂ©dictions sur Ton humble serviteur et de pardonner, Ă  moi et Ă  cette assistance, tous nos pĂ©chĂ©s et toutes nos transgressions. Et cela... puisse cette soirĂ©e ĂȘtre celle dont on se souviendra longtemps Ă  Phoenix. Alors que nous sommes assis coincĂ©s dans cette petite salle surchauffĂ©e, je prie que l’Ange de Dieu vienne plus prĂšs, afin qu’Il fasse connaĂźtre JĂ©sus si clairement ici ce soir, que mĂȘme les enfants pourraient comprendre et voir qu’Il est ici. Et je prie, PĂšre, que la grande Colonne de Feu, qui avait conduit les enfants d’IsraĂ«l et qui est ici avec nous ce soir, se rende visible dans l’assistance, devant les gens, qu’ils voient que Ton serviteur dit la vĂ©ritĂ©.

            Eh bien, Tu as dit dans Ta Parole: «Dieu rend tĂ©moignage Ă  Ses dons.» Et je sais, PĂšre, que si je rends tĂ©moignage de Toi, Tu rendras tĂ©moignage que j’ai dit la vĂ©ritĂ©. Et je Te prie de l’accorder ce soir, au Nom de JĂ©sus-Christ, Ton Fils bien-aimĂ©. Amen.

53        Je souhaiterais que la soeur Ă  l’orgue, si elle le veut, ou... juste lentement jouer un accord: Reste avec moi, ou quelque chose comme cela, s’Il vous plaĂźt, ou: Crois seulement ; ça sera trĂšs bien. Maintenant, je vais vous demander une chose, amis chrĂ©tiens: Veuillez bien faire ceci pour moi. J’aimerais que vous soyez tout aussi calmes que possible. Soyez tout aussi respectueux que possible. Comme il est Ă©crit dans les Ecritures: «Tenez-vous tranquilles, et sachez que Je suis Dieu.» J’aimerais que vous soyez tout aussi respectueux. Je ne vous garderai pas pendant longtemps. Les organisateurs ne sont pas ici, mais monsieur Sharrit, mon fils, et les autres sont ici. Ils veillent...

54        Maintenant, si Dieu fait descendre Son Esprit, l’unique chose... Permettez-moi de vous dĂ©barrasser de cette superstition. Ce n’est pas que je sois quelque chose. Je suis juste un homme comme chacun de vous, juste un pĂ©cheur sauvĂ© par grĂące. Mais c’est juste... Dieu m’a envoyĂ©, avec un moyen de me vider moi-mĂȘme, afin que Lui puisse entrer. Et Il sera avec chacun de vous, si seulement vous vous videz vous-mĂȘme. Maintenant, videz toutes les suspicions... Ecoutez l’Ecriture. Si JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, Il reproduira cette mĂȘme Vie ici mĂȘme ce soir. J’attends simplement jusqu’à ce que je puisse... devant ces musulmans, et ces Juifs. En Afrique, j’avais fait cette dĂ©claration devant presque une centaine de milliers de gens, et quand Dieu s’est manifestĂ©, trente mille ont acceptĂ© JĂ©sus comme leur Sauveur personnel, lors d’un seul appel Ă  l’autel, trente mille purs paĂŻens.

55        Et ils se sont donc emparĂ©s du pays. Ils tiennent des campagnes de guĂ©rison partout dans le... Le parfait... Eh bien, juste des adorateurs d’idoles, ils sont venus lĂ  portant de petites idoles, en argile, aspergĂ©es de sang. Je leur ai demandĂ© de briser ces idoles par terre ; ce fut juste comme une tempĂȘte de poussiĂšre, quand ils ont brisĂ© les idoles. Trente mille lors d’un seul appel Ă  l’autel...Or, certainement, nous aimons Dieu autant que ces Hottentots. Maintenant, demandons si... Maintenant, je dis ceci ; maintenant, Il–Il peut retenir... refuser de venir vers moi. Si c’est le cas, je vais changer, prendre un passage des Ecritures et continuer Ă  prĂȘcher, ou n’importe quoi qu’Il me laissera faire. Mais s’Il le fait, je serai trĂšs reconnaissant. Que cette assistance le sache. Et maintenant, autre chose que je dois dire, afin que vous puissiez leur annoncer, si je manque une soirĂ©e, annoncez cela avant... (Certains d’entre vous prĂ©dicateurs qui parlez), je ne suis pas responsable des critiqueurs dans la rĂ©union. Qu’on le tienne pour sĂ»r, si les mauvais esprits sortent, ils trouvent un endroit oĂč aller.

56        Et vous savez bien ce qui est arrivĂ© ici Ă  Phoenix, dans une petite Ă©glise. Je pense que c’était Ă  l’église de frĂšre Garcia ou quelque part lĂ , un de ces endroits, oĂč cet homme Ă©tait assis juste lĂ ... Un homme bien connu ici Ă  Phoenix, il a dit: «Ce n’est rien d’autre que de la psychologie», et il a secouĂ© la tĂȘte. Six semaines plus tard, il lui est arrivĂ© d’avoir... Il–il Ă©tait simplement devenu complĂštement fou. Et–et sa femme Ă©tait... aprĂšs qu’on m’eut fait passer par-dessus, Ă  Santa Rosa, en Californie. Il Ă©tait assis lĂ , le visage tout couvert de barbe, le regard fixe, faisant: «Ah ! Ah !», comme cela. Souvenez-vous donc, le mĂȘme Dieu vit toujours. Et le mĂȘme dĂ©mon vit aussi encore. Ainsi, soyez simplement respectueux. Nous ne sommes pas en train de faire de la religion, vous allez le dĂ©couvrir et vous le verrez.

57        Maintenant, mon fils, c’est... (Quelle carte de priĂšre avez-vous distribuĂ©e? La sĂ©rie L.) Maintenant, l’unique procĂ©dĂ© pour nous de faire cela correctement, c’est de mettre les gens en ligne, comme frĂšre Roberts et les autres, juste avoir des cartes de priĂšre. Et la façon dont nous... Nous ne faisons simplement pas passer les gens par la ligne juste pour les faire passer par la ligne. C’est trĂšs bien. Mais nous avons une autre maniĂšre. J’ai quelque–j’ai quelque chose devant vous, ici sous considĂ©ration: la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ.

            Et j’aimerais que vous sachiez que tous ceux qui sont dans cette salle sans carte de priĂšre peuvent ĂȘtre guĂ©ris maintenant mĂȘme. Vous n’ĂȘtes pas obligĂ© d’avoir une carte de priĂšre. Le fait de monter ici ne vous guĂ©rit pas. Ayez simplement foi et croyez, lĂ  oĂč vous ĂȘtes ; observez ce que Dieu fera.

58        Maintenant, nous ne pouvons pas amener beaucoup Ă  se tenir debout Ă  la fois. Le jeune homme a dit qu’il a distribuĂ© des cartes de priĂšre, sĂ©rie L. TrĂšs bien, prenons... Qui a la carte de priĂšre L-1? Voyons qui a L-1. Nous pouvons donc voir s’il y a quelqu’un parmi eux qui ne peut pas... Levez la main. C’est une petite–petite... C’est une petite carte. Elle porte–elle porte une photo dessus d’un cĂŽtĂ© et–et–et le nom. Et de l’autre cĂŽtĂ©, elle porte un–elle porte un numĂ©ro... L-1? C’est vous qui l’avez? TrĂšs bien. Venez ici. Qui a L-2, la carte de priĂšre L-2? Regardez au verso, et cela porte une–une lettre, L, et 2. L-2, qui a cela? Levez la main. L-2? TrĂšs bien, madame. TrĂšs bien. L-3, qui a L-3? Voyez cette dame ici, est-ce...? La sienne est-elle L-3? Non. TrĂšs bien. L-3, qui a cela? Quelqu’un ici? Regardez tout autour, c’est peut-ĂȘtre quelqu’un de sourd, qui ne peut donc pas entendre. La carte de priĂšre L-3? L-3, qui a cela? Levez la main, quiconque l’a. Qu’a-t-il dit? TrĂšs bien, L-3? TrĂšs bien, monsieur. Venez ici. L-4, qui a L-4? Ici mĂȘme, vous, monsieur? TrĂšs bien, venez ici. L-5, qui a L-5? La carte de priĂšre L-5? TrĂšs bien, madame. L-6, qui a la carte de priĂšre L-6? L-7? La raison pour laquelle je fais cela, ces gens sur les brancards et autres ne peuvent pas se lever, et certains d’entre eux sont sourds, ils ne peuvent pas se dĂ©placer et ils ratent leur tour. L-7? L-8? 9, qui a L-9? L-9? L-9? TrĂšs bien, madame. 10, qui a L-10? Regardez donc votre carte. L-10? TrĂšs bien. 11? L-11? Ici? Ici? L-11, trĂšs bien. 13? 11, 12, qui a L-12? L-12? TrĂšs bien. 13? L-13? 14? Qui a L-14? Quelqu’un a-t-il L-14? Levez la main.

59        Maintenant, avez-vous une carte de priĂšre, madame? Oh ! Vous n’avez pas de carte de priĂšre. Ce n’est pas son numĂ©ro, n’est-ce pas? Ce n’est pas le sien. TrĂšs bien. Qu’en est-il de la dame dans le fauteuil? Avez-vous une carte de priĂšre? TrĂšs bien. TrĂšs bien, L-14? C’est peut-ĂȘtre un Espagnol ou un Indien, et il ne peut pas... Avez-vous cela, madame? TrĂšs bien, par ici. TrĂšs bien, L-15? Je pense que nous en avons bien assez maintenant pour–pour commencer. TrĂšs bien, monsieur. Venez par ici. TrĂšs bien donc. Attendons juste une minute donc, jusqu’à ce que nous ayons priĂ© pour ceux-ci. Maintenant, venez tĂŽt le soir, vers dix-huit heures. Ce qu’ils font, ils arrivent et distribuent toutes ces cartes de priĂšre, et puis, ils s’en vont. Cela leur permet d’assister Ă  la rĂ©union. Vous voyez? Ils distribuent premiĂšrement les cartes de priĂšre. Et vous venez ici donc, chaque soir. Chaque jour, il y a un nouveau tas de cartes de priĂšre qui est distribuĂ©, vous n’avez donc pas Ă  vous inquiĂ©ter. Vous... «Eh bien, mon numĂ©ro n’a pas Ă©tĂ© appelĂ©.» Ce serait... Vous avez le mĂȘme... demain soir. Maintenant, dans tout cela, vous n’ĂȘtes pas obligĂ© d’avoir une carte de priĂšre pour ĂȘtre ici Ă  l’estrade. Voici ce que je vous demande. Et je demande ceci au Nom de Christ. Si vous ĂȘtes ici, ou oĂč que vous soyez, sans cartes de priĂšre, si vous regardez de ce cĂŽtĂ©-ci et que vous croyez la vĂ©ritĂ©, que je vous ai dit la vĂ©ritĂ©, voyez ce que Dieu va faire lĂ  derriĂšre. Il connaĂźt exactement oĂč vous vous trouvez et tout Ă  votre sujet. Ne croyez-vous pas cela?

60        Maintenant, combien ici n’ont pas de cartes de priĂšre et veulent ĂȘtre guĂ©ris ce soir? Afin que le Saint-Esprit voie, levez la main. Eh bien, c’est pratiquement partout. Je n’aurais aucun moyen de... TrĂšs bien. Vous n’avez pas de cartes de priĂšre, mais vous voulez ĂȘtre guĂ©ri. Alors, j’aimerais que vous me regardiez et que vous disiez: «Seigneur, je crois que cet homme a dit la vĂ©ritĂ©, et j’accepte cela comme tel.» Et voyez si le Saint-Esprit va... Voyez ce qu’Il va dire. TrĂšs bien. Maintenant... maintenant, j’aimerais que vous soyez vraiment respectueux, et toutes les cinq minutes, nous accorderons donc une toute petite pause, afin que... Maintenant, je vais vous dire donc: «Bonsoir.» Si le Saint-Esprit doit venir, alors cela.... Vous ĂȘtes... Voyez... On se tient ici et cependant, on est peut-ĂȘtre vingt ans dans le passĂ© dans la vie de quelqu’un. Et vous... AprĂšs une ou deux fois, on devient trĂšs faible, on ne sait mĂȘme pas si on est ici ou si on est quelque part ailleurs. Voyez? C’est un don divin. Cela ne vous guĂ©rit pas ; cela aide seulement votre foi Ă  atteindre le niveau oĂč vous pouvez croire Dieu. Que tous ceux qui comprennent lĂšvent la main afin que je puisse... Voyez, je n’ose pas dire que je peux vous guĂ©rir. C’est l’Esprit de Dieu qui est Ă  l’oeuvre.

61        Juste comme JĂ©sus quand Il Ă©tait ici... C’est JĂ©sus. Ce n’est pas... C’est Lui qui se manifeste, prouvant qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Voyez? C’est comme ça. C’est ce qu’Il fait. Maintenant, juste trĂšs doucement et, s’il vous plaĂźt, ne vous dĂ©placez pas. Voyez? Soyez tout respectueux et gardez votre siĂšge, oĂč que vous soyez maintenant, en ce moment. Soyons donc respectueux, devant le Seigneur. J’ai prĂȘchĂ© ; maintenant, Il va venir et prĂȘcher. Voyez? Maintenant, Ă©coutez ce qu’Il a Ă  dire. Voyez? Et maintenant, trĂšs lentement... Eh bien, c’est ma premiĂšre soirĂ©e ici, et je suis fatiguĂ©. Et fredonnons gentiment, trĂšs lentement, gentiment: Crois seulement, maintenant. Allons-y maintenant, tout le monde ensemble. Hmmmmm, crois seulement, crois seulement. Imaginons-nous qu’on Le voit descendre la montagne, marchant vers un homme qui a un enfant Ă©pileptique. Celui-ci dit: «Seigneur, sois misĂ©ricordieux envers lui.»Lui dit: «Je le peux, si tu crois. Car crois seulement, tout est possible Ă  ceux qui croient.»

62        Ô Seigneur JĂ©sus, Fils de Dieu, viens ce soir. Fais-Toi connaĂźtre Ă  Ton peuple, Seigneur. Et maintenant, je Te prie de m’aider Ă  me soumettre Ă  Ta grande puissance et Ă  Ta volontĂ©. Et PĂšre, bĂ©nis cette petite assistance de gens et puissent-ils se soumettre, chaque esprit. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je le demande. Amen. Certainement, vous tous chrĂ©tiens, vous pouvez apprĂ©cier ce que j’essaie de faire ici, en cherchant Ă  reprĂ©senter votre Seigneur JĂ©sus devant les gens. Et ils ne sont pas Ă  cent pour cent des chrĂ©tiens ici ce soir. Vous pouvez sentir cela se mouvoir, se balancer et... Mais je sais qu’Il est ici maintenant. Maintenant, au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, je prends chaque esprit ici prĂ©sent sous mon contrĂŽle pour la gloire de Dieu.

63        Bonsoir, monsieur. Maintenant, je dois juste vous parler juste un moment, juste pour avoir un contact avec votre esprit. Nous sommes tous deux des hommes, tous deux des humains. Et si je pouvais vous aider et que je ne le fasse pas, je serais une brute. Je serais un homme sans coeur si je pouvais faire quelque chose pour vous et que je ne le fasse pas. Je ne sais pas... Je ne vous ai jamais vu de ma vie. Est-ce vrai? Nous sommes de parfaits inconnus. Maintenant, l’assistance peut voir cet homme, et peut-ĂȘtre que vous le connaissez. Je ne–je ne l’ai jamais vu de ma vie. C’est donc notre premiĂšre rencontre. Mais Dieu le connaissait depuis sa naissance et avant sa naissance. Il me connaissait.

            Maintenant, s’il est mon frĂšre et que nous sommes frĂšres en Christ, alors, que le Saint-Esprit, par un don divin, vienne et fasse quelque chose pour lui maintenant. Voyez? Je ne sais pas, peut-ĂȘtre qu’il a des problĂšmes au foyer. Peut-ĂȘtre qu’il est malade ; peut-ĂȘtre qu’il–il... Je ne sais pas ce que... Peut-ĂȘtre qu’il veut aller quelque part et il ne sait pas s’il veut... quoi que ce soit. Peut-ĂȘtre qu’il cherche Ă  trouver la volontĂ© de Dieu. Je–je ne peux pas vous le dire. Dieu le sait. Je ne peux pas vous le dire. Mais Dieu le peut.

64        Maintenant, si le Saint-Esprit vient rĂ©vĂ©ler Ă  cet homme, par la puissance de l’Esprit de Dieu, juste ce qu’il devrait connaĂźtre... s’il y a un obstacle sur son chemin, les raisons, ce qu’est son pĂ©chĂ©, ou ce qu’il a fait, ou ce qui cloche. Si Dieu rĂ©vĂšle cela, chacun de vous acceptera-t-il donc cela? Dites: «Je crois de tout mon coeur.» C’est bien. Que Dieu vous bĂ©nisse. Juste je... pendant que je vous parle maintenant. Eh bien, comme nous sommes des inconnus, alors nous, tout comme... Notre MaĂźtre s’était tenu au puits et avait parlĂ© Ă  la femme samaritaine, Ă  l’époque, n’est-ce pas? Et Il lui a parlĂ© parce qu’elle Ă©tait une humaine. Il Ă©tait un Humain. Quant Ă  la chair, Il Ă©tait un Homme. En Esprit, Il Ă©tait Dieu. Mais, selon la chair, Il Ă©tait le Fils de Dieu. Vous voyez cela, n’est-ce pas, parce que vous ĂȘtes un chrĂ©tien.

65        Je sais que vous ĂȘtes un chrĂ©tien, car l’atmosphĂšre que produit votre esprit est la bienvenue. Mais alors, si Dieu peut me rĂ©vĂ©ler oĂč se trouve votre problĂšme et ce que vous dĂ©sirez, et ce que vous voulez obtenir de Lui, et autre, allez-vous donc accepter cela? Sachant que nous sommes ainsi... nous ne nous connaissons pas. Alors, il vous faudra savoir que cela vient d’une source surnaturelle. Et acceptez donc cela comme venant de Dieu. Eh bien, maintenant, qu’Il l’accorde, c’est ma priĂšre. Mais... Vous ĂȘtes une personne nerveuse, trĂšs nerveuse, pas nerveuse du genre de ceux qui s’agitent, mais je vous vois un enfant. Vous ĂȘtes–vous ĂȘtes une personne qui pense et planifie les choses Ă  l’avance. Et cela vous a causĂ© une maladie de nerfs et ça s’est infiltrĂ© dans les intestins. Est-ce vrai?Et cela a causĂ© on dirait une constipation. Est-ce vrai? Alors, vous... Peut-ĂȘtre que vous ne connaissez pas ceci, mais vous avez une maladie de la peau. C’est le cancer. En Ă©tiez-vous au courant? J’ai vu quelque chose avoir peur et devenir sombre. Est-ce vrai? Eh bien, si c’est la vĂ©ritĂ©, levez la main. Maintenant, comment ai-je su cela, alors que je ne vous connais pas?

66        Voici autre chose. Vous vous Ă©loignez encore de moi. Oui... Vous–vous Ă©tiez en train de prier, vous... avant de venir Ă  cette rĂ©union, que vous puissiez recevoir une carte de priĂšre et que vous soyez amenĂ© Ă  l’estrade, est-ce la vĂ©ritĂ©? TrĂšs bien, venez ici juste un moment. Maintenant, Bienveillant PĂšre cĂ©leste, pendant que Ton onction est sur Ton serviteur, j’impose les mains Ă  cet homme, en commĂ©moration de la Parole de notre Seigneur, qui dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: Ils imploseront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» Et je demande que l’ennemi quitte le corps de mon frĂšre. Et que lui parte, guĂ©ri, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Maintenant, frĂšre, j’aimerais juste vous parler encore, juste un peu plus. J’ai... J’étais trĂšs sĂ»r que quelque chose Ă©tait arrivĂ© lĂ . Oui, c’est vrai. Allez, et que le Seigneur soit avec vous, car vous allez vous rĂ©tablir. Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur.

67        Bonsoir. Est–ce la patiente? TrĂšs bien. Nous sommes inconnus, n’est-ce pas, madame? Maintenant, juste pendant que je vous parle, regardez-moi. Je veux dire par lĂ ... Je ne veux pas dire... comme Pierre et Jean passaient par la porte appelĂ©e la Belle, ils ont dit Ă  l’estropiĂ©: «Regarde-nous.» Ou Elie a dit au–au roi. Il a dit: «Si je n’avais Ă©gard Ă  Josaphat, je ne te regarderais mĂȘme pas.» Mais il est entrĂ©, on a jouĂ© de la musique, il a eu une vision, et il leur a dit quoi faire. Le mĂȘme Dieu vit aujourd’hui. Ne croyez-vous pas cela?Il peut donc connaĂźtre et peut donner des conseils et faire juste... Je vois maintenant. Ce n’est pas pour vous. Toutefois, vous ĂȘtes terriblement nerveuse et bouleversĂ©e. C’est Ă  cause de l’enfant. Et l’enfant doit subir une intervention chirurgicale. Est-ce vrai? Et c’est quelque chose... C’est une grosseur. Et la grosseur est localisĂ©e dans l’estomac ; est-ce vrai?Ô Bienveillant PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, je condamne cet ennemi qui veut ĂŽter la vie Ă  cet enfant. Et maintenant, imposant les mains Ă  l’enfant, pendant que je suis oint, je demande que cela quitte l’enfant et que l’enfant soit rĂ©tabli, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, maman. Allez-y, soyez fidĂšle et croyez de tout votre coeur. Que Dieu vous bĂ©nisse. Soyez simplement respectueux. Le Saint-Esprit est parmi vous maintenant.

68        Une dame de couleur est assise lĂ , assise lĂ , en train de prier. Elle souffre des troubles gynĂ©cologiques. N’est-ce pas vrai, madame? Vous voulez ĂȘtre guĂ©rie et croire que Dieu va vous rĂ©tablir? Si vous croyez cela de tout votre coeur... Oui, vous assise lĂ  mĂȘme. Voulez-vous ĂȘtre guĂ©rie et rĂ©tablie? Levez-vous simplement alors et acceptez votre guĂ©rison. JĂ©sus-Christ a ĂŽtĂ© cet abcĂšs de l’ovaire, tout Ă  l’heure. Et vous ĂȘtes guĂ©rie. Que Dieu vous bĂ©nisse. Ayez simplement foi lĂ  dans l’assistance ; vous n’avez pas besoin d’une carte de priĂšre. Juste... Vous avez besoin de la foi. Vous, croyez que je vous dis la vĂ©ritĂ©, observez le Saint-Esprit et voyez s’Il ne vous rĂ©tablit pas. Est-ce vous le patient? Excusez-moi, j’étais juste en train de chercher Ă  me mettre un tout petit peu de cĂŽtĂ©. C’est l’onction qui est... euh... qui vient... TrĂšs bien, j’aimerais donc que vous me rĂ©pondiez quand je vous parle. Et je vous suis inconnu, je suppose. Je pense que c’est notre premiĂšre rencontre ; est-ce vrai? Mais alors, si nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre, alors... Il n’y a que Dieu seul qui peut–qui peut nous aider ; est-ce vrai? Je ne vous ai jamais vu, je n’ai jamais rien su sur vous. Et peut-ĂȘtre que vous ne m’avez jamais connu, Ă  moins que vous ayez lu cela dans un livre ou quelque chose comme cela. Et c’est presque tout ce que nous connaissons l’un sur l’autre. Mais vous reconnaissez que vous ĂȘtes dans la PrĂ©sence d’un Etre surnaturel. Vous ĂȘtes un croyant. C’est la raison pour laquelle vous–vous avez la foi, Ă©tant un croyant. Mais...

69        Vous ne vous tenez pas ici pour vous-mĂȘme ; c’est pour quelqu’un d’autre. Est-ce vrai? Et cette personne souffre d’une espĂšce d’affection bronchique Ă  la gorge. Et il est prĂ©sentement Ă  l’hĂŽpital. Et c’est Ă  un endroit oĂč deux villes sont proches. C’est Minneapolis. Est-ce vrai? Et cet homme est un pĂ©cheur. Est-ce vrai? Ça devient noir autour de lui. Je le vois Ă©tendu lĂ . Et vous avez Ă©tĂ© guĂ©ri il n’y a pas longtemps. C’était dans une autre rĂ©union. Et il y a quelqu’un qui prie, il est Ă©lancĂ©, noir... C’était Oral Roberts. Est-ce vrai? Prenez votre mouchoir et envoyez-le Ă  votre ami. Dites-lui de recevoir JĂ©sus-Christ. Au Nom du Seigneur JĂ©sus, je condamne ce pĂ©chĂ© sur l’homme et je rĂ©clame sa guĂ©rison. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Ne doutez pas. Croyez que vous allez recevoir ce que vous avez demandĂ©.

70        Regardez ici. Vous voulez guĂ©rir de ces troubles intestinaux? Oui. Levez-vous, JĂ©sus-Christ vous en a guĂ©ri. Vous souffriez des colites dans les intestins. Est-ce vrai? Des troubles intestinaux, vous ĂȘtes maintenant guĂ©ri. Retournez chez vous, et soyez rĂ©tabli. Amen. Ayez foi en Dieu. Venez. Or, plus on parle aux gens... J’espĂšre que vous comprenez que je... Plus on parle aux gens, les visions, c’est ce qui vous affaiblit. Voyez. Vous... Daniel, je crois, une fois, avait eu une vision, et il a dit qu’il Ă©tait–qu’il Ă©tait restĂ© hors de lui, il a souffert des maux de tĂȘte pendant plusieurs jours. Vous rappelez-vous l’Ecriture? Plus on parle aux gens, plus Cela connaĂźt ou parle.

71        Vous voulez guĂ©rir de cet asthme? Croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablira. Levez-vous et acceptez donc cela. Et soyez guĂ©ri au Nom du Seigneur JĂ©sus. Ayez foi en Dieu. Qu’en pensez-vous, madame, assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle? Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que je suis prophĂšte de Dieu? Le croyez-vous? Si je peux, par la puissance de Dieu, savoir ce qui cloche chez vous, allez-vous accepter votre guĂ©rison? Vous souffrez d’une affection de foie, pas vrai? Si c’est vrai, levez-vous, si c’est vrai. Acceptez votre guĂ©rison, et retournez chez vous, et soyez guĂ©ri, au Nom de JĂ©sus-Christ. Ayez foi. Ne doutez pas. Croyez de tout votre coeur.

72        Maintenant, monsieur, je crois que nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Je... A ma connaissance, c’est notre toute premiĂšre rencontre dans la vie. Je–je ne vous connais pas. Mais Dieu vous connaĂźt certes. Est-ce vrai? Ce–c’est vrai. Maintenant, si je–si je ne vous connais pas et que Dieu vous connaĂźt, vous ĂȘtes... vous savez que votre vie devant Dieu, ce que vous avez Ă©tĂ©, ce que vous ĂȘtes maintenant, ce que vous serez, c’est juste comme une bande non dĂ©roulĂ©e. Et c’est pareil pour la mienne. Et l’unique moyen... Je ne peux pas vous guĂ©rir, ou vous aider de vos maladies. Tout ce que je peux faire, c’est par un don divin, comme un prĂ©dicateur, par un don divin, prĂȘcher... Par un don divin, comme un voyant ou Son prophĂšte, je peux connaĂźtre votre maladie, je peux vous la rĂ©vĂ©ler, et cela Ă©lĂšverait simplement votre foi en Dieu (Est-ce vrai?) pour accepter ce que vous rĂ©clamez. Oui, oui. Croyez-vous que je suis Son prophĂšte? Vous avez une trĂšs bonne foi. Maintenant, vous souffrez de l’estomac, est-ce vrai? C’est causĂ© par la maladie peptique dans votre estomac. C’est vrai. Vous ĂȘtes aussi une personne trĂšs nerveuse. C’est ce qui cause les troubles d’estomac. Et en faisant cela, cela vous a causĂ© des hĂ©morroĂŻdes. Je vois que vous avez une espĂšce de toux ou quelque chose... C’est l’asthme, pas vrai? Vous souffrez aussi du coeur. Est-ce vrai? Croyez-vous que je suis Son prophĂšte? Je vois aussi quelqu’un debout prĂšs de vous, c’est une femme. C’est votre femme. Quelque chose cloche chez elle, sur son visage: le cancer. Est-ce vrai? Et Ă©coutez, le numĂ©ro de votre maison, c’est 1154, rue McKinley. Et votre nom, c’est C.B. Dewitt. Est-ce vrai? Retournez chez vous, et soyez guĂ©ri, et imposez la main Ă  votre femme, et au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ...?...

73        Bonsoir, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? TrĂšs bien. Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Dieu seul sait. N’est-ce pas la vĂ©ritĂ©? Maintenant, arrĂȘtez de telles pensĂ©es. JĂ©sus de Nazareth n’a-t-Il pas dit Ă  Pierre que son nom Ă©tait Pierre, CĂ©phas, une pierre? Il est donc le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Certainement. Comme on parle, plus on parle Ă  quelqu’un, plus... Qu’a-t-on Ă  parler? Croyez donc tout simplement. C’est tout ce qu’il vous faut faire maintenant: Juste croire. Oh ! la la ! Je souhaite donc que cette foi tienne bon, vous verrez la gloire de Dieu. TrĂšs bien, madame. Vous avez une grosseur, et la grosseur est dans votre gorge. Est-ce vrai? Et cela est causĂ© par une maladie de nerfs, un goitre douloureux. Dites donc, je vous vois dans la rĂ©union. Oh ! C’est–c’est l’une de mes rĂ©unions. Vous avez Ă©tĂ© guĂ©rie auparavant de la maladie du coeur. Retournez Ă  la maison ; vous allez encore vous rĂ©tablir, par ici. Au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu.

74        Ayez foi en Dieu. Croyez au Seigneur JĂ©sus. Vous recevrez ce que vous avez demandĂ©, si vous croyez. TrĂšs bien. Ayez seulement foi. J’aurais voulu que vous voyiez ce... Ne pouvez-vous pas voir cela, ce tourbillonnement de la LumiĂšre qui est lĂ ? C’est juste au-dessus de la dame qui est Ă©tendue ici. Ayez foi, madame.

            Bonsoir. C’est vous le patient. TrĂšs bien. ConsidĂ©rez-moi comme prophĂšte de Dieu et croyez que je–que je suis venu vous aider. N’est-ce pas? Vous... Quelque chose... Je vous vois essayer de vous lever du lit. Il y a quelque chose de raide. Vous souffrez de l’arthrite. Et vous... C’est vrai. Et puis, il vous est arrivĂ© quelque chose. Vous avez connu un accident. Et vous vous ĂȘtes fait broyer le pouce Ă  la portiĂšre d’une voiture ; est-ce vrai? Et–et cela l’a fracturĂ© et a lĂ©sĂ© l’os. Au Nom du Seigneur JĂ©sus, allez et soyez guĂ©ri et donnez gloire Ă  Dieu.

            Disons: «GrĂąces soient rendues Ă  Dieu qui nous donne la victoire.» Venez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur que le Dieu Tout-Puissant est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? Si Dieu me permet donc de voir ce qu’est votre maladie, allez-vous donc accepter votre guĂ©rison et croire de tout votre coeur? TrĂšs bien. Vous souffrez du coeur, n’est-ce pas? Tout cela est parti maintenant. J’aimerais d’abord vous imposer les mains, car c’est ce que vous vouliez que je fasse. Au Nom de JĂ©sus-Christ, soyez guĂ©rie, maman. Allez, et que la paix de Dieu repose sur vous, et soyez guĂ©rie. Que Dieu vous bĂ©nisse.

75        TrĂšs bien. Venez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? Si Dieu peut m’aider maintenant, alors que–alors que je deviens faible, croyez-vous qu’Il saura ce qui cloche chez vous, s’Il dit simplement ce qui cloche? TrĂšs bien. Je vous vois plusieurs fois aller quelque part avec votre main sur votre... C’est dans votre dos, vos reins. Retournez chez vous. JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablira, et vous serez guĂ©rie. Venez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? M’obĂ©irez-vous en tant que serviteur de Dieu? Vous souffrez de l’arthrite. Vous souffriez de l’arthrite. Quittez l’estrade, dites: «Je n’en ai plus.» Et ne tĂ©moignez plus jamais de cela. Et donnez gloire Ă  Dieu. Et Dieu va...TrĂšs bien. Croyez-vous? Croyez que Dieu va vous rĂ©tablir. Amen. Oui. Amen (Un interprĂšte parle Ă  quelqu’un dans la ligne de priĂšre.–N.D.E.) (Elle vous dit simplement ce qui cloche...?...) Amen. Une maladie du coeur. Et elle a un problĂšme gynĂ©cologique et autres. C’est vrai. Seigneur JĂ©sus, je Te prie de la bĂ©nir, et que le Saint-Esprit entre maintenant dans son corps et condamne cet ennemi, et le boute dehors. Au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. Gloria a Dios. Que Dieu soit avec nous.

76        TrĂšs bien. Venez. Croyez-vous? Vous venez pour l’enfant ; croyez-vous que Dieu est ici pour rĂ©vĂ©ler et ĂŽter... Je ne connais pas l’enfant, mais Dieu le connaĂźt, est-ce vrai? Trop jeune pour avoir cela: le diabĂšte. Mais Dieu va le guĂ©rir, le croyez-vous? Est-ce vrai?Dieu Tout-Puissant, sois misĂ©ricordieux envers l’enfant. Epargne sa petite vie. Et puisse-t-il partir. Je l’amĂšne au Calvaire au Nom de JĂ©sus-Christ, pour la transfusion sanguine ; que sa vie soit Ă©pargnĂ©e. Amen. N’ayez pas peur, monsieur. Vous ĂȘtes nerveux, vous-mĂȘme, vous avez la prostate enflĂ©e...?...TrĂšs bien. Venez, amenez ces petits enfants. ChĂ©rie, chĂ©rie, tu es une petite fille trĂšs douce. LĂšve les yeux vers ici, juste un instant. Ces jolis petits yeux. Crois-tu que JĂ©sus, le Fils de Dieu, a envoyĂ© frĂšre Branham afin de prier pour toi? Si JĂ©sus Ă©tait ici, Il placerait Ses mains sur la petite fille comme toi, et elle serait guĂ©rie, n’est-ce pas? Maintenant, JĂ©sus est ici, mais Il est sous la forme de l’Esprit. Si Dieu rĂ©vĂšle ce qui cloche chez votre enfant, allez-vous accepter sa guĂ©rison? Vous, Ă©tant une mĂšre, avec l’amour, et vous vous intĂ©ressez Ă  l’enfant, imposez-lui la main. L’enfant souffre du coeur. Mais l’enfant sera guĂ©rie. Au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, je condamne le dĂ©mon qui a fait ceci, et je rĂ©clame sa guĂ©rison. C’est un coeur tendu, madame. Elle est nĂ©e comme cela. Mais elle va ĂȘtre guĂ©rie. N’ayez pas peur. Allez, croyez de tout votre coeur.

77        TrĂšs bien, venez, madame. Croyez-vous? Amen. GuĂ©rir de l’asthme et ĂȘtre rĂ©tabli? Croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir? Aimeriez-vous aller manger? Cet estomac vous cause des ennuis, n’est-ce pas? Croyez-vous que je suis prophĂšte de Dieu? Ce qui a fait cela, c’est juste le temps de la vie que vous connaissez ; vous ĂȘtes Ă  la pĂ©riode de la–la mĂ©nopause, cela vous rend nerveuse et vous bouleverse? Vous avez peur. Le diable vous dit que vous allez perdre la tĂȘte. Tard le soir, vous devenez trĂšs nerveuse et vous devez vous asseoir plusieurs fois. Est-ce vrai? Vous Ă©tiez en train de faire la vaisselle l’autre jour et vous avez fait tomber une assiette. N’est-ce pas vrai? Maintenant, vous ĂȘtes guĂ©rie de votre maladie d’estomac. Vous pouvez retourner chez vous et manger ce que vous voulez. JĂ©sus-Christ vous a complĂštement guĂ©rie. Disons: «Gloire Ă  Dieu !»

78        TrĂšs bien. Dites-lui d’accepter JĂ©sus. Dites-lui que sa maladie du coeur est partie. Que Dieu vous bĂ©nisse. Eh bien, disons: «Gloire Ă  Dieu !» Inclinez la tĂȘte trĂšs vite, il y a un esprit de surditĂ© qui vient tout autour de moi maintenant. Inclinez la tĂȘte. Ô Seigneur, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle, Donateur de tout don excellent, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur cet homme. Et que ce dĂ©mon le quitte. Ô Toi, Dieu Ă©ternel, Qui Ă©tais avant que le jour pointe lĂ -haut, Tu Ă©tais alors Dieu, Tu seras Dieu aprĂšs que les mers seront transformĂ©es en dĂ©serts. Tu resteras toujours Dieu. Eh bien, je demande maintenant que ce grand JĂ©hovah vienne dans Sa puissance, au Nom de JĂ©sus-Christ, et dĂ©barrasse cet homme de son affliction. Allez, au Nom de JĂ©sus-Christ, j’ordonne au dĂ©mon de quitter. M’entendez-vous maintenant? M’entendez-vous ici, monsieur? Eh bien, quelle oreille Ă©tait sourde? M’entendez-vous maintenant? Dites: «Amen.» TrĂšs bien, vous pouvez relever la tĂȘte. Merci, Seigneur. Regardez, dites: «Amen.». Il est parfaitement normal et guĂ©ri de la surditĂ©. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Vous aussi, vous souffriez de la nervositĂ©, causĂ©e par la prostatite dont vous avez souffert depuis longtemps, mais vous ĂȘtes... Est-ce vrai? La raison pour laquelle j’ai dit cela, c’est afin que vous sachiez qu’Il vous a vu.

79        Gloire au Seigneur ! Vous voulez guĂ©rir de cet asthme? Vous lĂ , avec cette place Ă  la jambe, voulez-vous ĂȘtre guĂ©ri? Si c’est le cas, acceptez JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Oui. Oui. Levez-vous. C’est ça. Que Dieu vous bĂ©nisse. Retournez donc chez vous et soyez guĂ©rie. Oui, vous madame, vous qui ĂȘtes juste Ă  cĂŽtĂ© de Cela pour avoir... HĂ© ! Levez-vous, retournez chez vous et soyez guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ. Tout votre groupe le peut. Madame, je ne connais pas votre maladie. Voici votre tour. Vous ĂȘtes mourante ; vous le savez. Vous souffrez du cancer, est-ce vrai? C’est sur vous, le mĂ©decin dit que vous n’avez pas de chance. Vous aussi. Mais vous avez eu une chance. Votre chance, c’est JĂ©sus-Christ. Le croyez-vous ce soir? Croyez-vous cela? C’est tout ce que vous pouvez faire. Si vous croyez, acceptez cette puissance de Dieu qui est sur vous maintenant mĂȘme. Levez-vous. Prenez votre lit. Retournez chez vous et oubliez cela et soyez guĂ©rie. Levez-vous, acceptez JĂ©sus-Christ et soyez guĂ©rie.

80        Et le reste d’entre vous ici, qui ĂȘtes malades et affligĂ©s, levez-vous et acceptez JĂ©sus-Christ. PĂšre cĂ©leste, au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, je chasse tout mauvais esprit et je prends le contrĂŽle, au Nom de JĂ©sus-Christ.

EN HAUT