ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication JĂ©sus-Christ Est Le MĂȘme Hier, Aujourd’hui Et Eternellement de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 54-0824 La durĂ©e est de: 51 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

JĂ©sus-Christ Est Le MĂȘme Hier, Aujourd’hui Et Eternellement

1          Bonsoir, les amis. C’est pour moi un privilĂšge d’ĂȘtre ici ce soir, de vous saluer encore dans cette grande et belle ville, au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, notre Sauveur, et de revenir encore ce soir pour Ă©couter notre... mon frĂšre Baxter, tandis qu’il parlait au moment oĂč j’arrivais... Oh ! la la ! C’est comme si les vieux moments sont revenus... C’est comme si j’étais de retour chez moi.

            Ce soir je ne sens pas que nous sommes des Ă©trangers ; je suis en compagnie des concitoyens et des pĂšlerins du Royaume de Dieu, et nous confessons que nous sommes des pĂšlerins et des Ă©trangers sur cette terre, et nous croyons que nous avons une meilleure demeure oĂč nous irons un de ces jours, alors qu’un Ă  un nous passerons de vie Ă  trĂ©pas. Cela sĂ©pare les mortels des immortels, et cela s’appelle... il est dit, je crois, dans les Ecritures: «Laissant ce qui est en arriĂšre, je cours vers le but de la vocation cĂ©leste en JĂ©sus-Christ.» Toutes ces choses mortelles, nous les laisserons simplement en arriĂšre, et nous courrons vers le but de la vocation cĂ©leste en Christ.

2          Mes amis, nous sommes ici afin que, le Seigneur voulant, pour la prochaine... Je crois que nous devons passer ici environ huit ou dix soirĂ©es avant d’aller outre-mer.

            D’habitude, nous faisons de ceci notre point de dĂ©part. FrĂšre Baxter et moi avons fait donc ceci... C’est la troisiĂšme fois, je crois. Et nous sommes toujours ravis d’ĂȘtre Ă  New York pour... Evidemment, vous comprenez que ceci n’est que la banlieue de Jeffersonville, dans l’Indiana. Cela s’étend jusqu’ici. Vous voyez? Ainsi, ma ville compte maintenant vingt-quatre mille habitants. Vous voyez? Notre population s’est considĂ©rablement accrue, partant de quatorze mille habitants. Ainsi, vous pourrez nous trouver lĂ  sur la carte un de ces jours, si la population continue de s’accroĂźtre. Mais...

            Bon, je parlais Ă  un homme qui vient de m’emmener depuis ma chambre d’hĂŽtel. Il a dit: «Je crois qu’il y a environ sept millions d’habitants ici.» Vous savez, c’est presque la population du Canada. Tout le... toutes les provinces du Canada. Il y a une grande population ici. LĂ  oĂč les gens se retrouvent en grand nombre, il y a beaucoup de pĂ©chĂ©s. C’est le cas partout. Pas seulement Ă  New York, c’est le cas dans toutes les petites villes comme Jeffersonville, dans l’Indiana. C’est le cas partout.

3          Ce vieux monde s’apprĂȘte pour le jugement. Lorsque nous voyons des choses qui arrivent comme cela en ce moment... de toutes ces diffĂ©rentes sortes de bombes et tout. Je... J’ai entendu Ă  la radio l’autre jour qu’ils peuvent en larguer, je crois, quatre ici dans le pays, ou dans la mer, et dĂ©truire le monde entier. Juste en larguer deux ou trois... par ici dans l’Atlantique, et aussitĂŽt, il n’y aurait mĂȘme pas un scarabĂ©e vivant dans tous les Etats-Unis ; cela tuerait tout. Tous les bĂątiments resteraient debout juste comme ils sont maintenant.

            Je vous assure, il n’est pas Ă©tonnant que JĂ©sus ait dit: «Si l’oeuvre n’était pas abrĂ©gĂ©e, Ă  cause des Ă©lus, aucune chair ne serait sauvĂ©e.» Je crois que nous sommes prĂšs de quelque chose. Je ne suis pas de ceux qui essaient de prĂ©dire que JĂ©sus va venir cette annĂ©e ou l’annĂ©e prochaine. Je ne sais pas quand Il viendra, et personne d’autre ne sait quand Il viendra. Nous savons simplement ce qu’Il a dit: attendre. Quand nous verrions ces signes apparaĂźtre, alors nous devrions lever nos tĂȘtes ; notre rĂ©demption serait proche. Et nous voyons ces choses maintenant.

4          Et frĂšre Baxter et moi avons fait nĂŽtre le principe d’essayer de faire vraiment de notre mieux pour tout le monde, tant que nous–nous avons la LumiĂšre dans laquelle marcher comme nous le faisons aujourd’hui. Nous devrions ĂȘtre reconnaissants pour un endroit oĂč l’Evangile peut ĂȘtre prĂȘchĂ©.

            Il y a beaucoup de grandes villes dans ce monde, vous savez, comme New York, ou plutĂŽt pas aussi grandes, mais beaucoup de trĂšs grandes villes oĂč vous ne pouvez pas commencer une sĂ©rie de rĂ©unions comme ceci. Non, non. On ne pourrait pas le faire. Et peut-ĂȘtre (nous ne voulons pas avoir de telles pensĂ©es), mais peut-ĂȘtre, bientĂŽt, il arrivera qu’on ne pourra pas en commencer une Ă  New York. Le communisme a envahi le monde. Un important pourcentage, plus de la moitiĂ©, presque les deux tiers du monde sont dĂ©jĂ  dans le communisme.

            Que faisons-nous, nous les chrĂ©tiens? Voici l’espace que nous devons couvrir, d’ici jusque lĂ . Et nous ne sommes arrivĂ©s qu’ici. JĂ©sus a dit: «La Bonne Nouvelle doit ĂȘtre prĂȘchĂ©e dans le monde entier.» Mais vous connaissez la conception que nous en avons ; nous avons des associations qui publient des traitĂ©s, ce qui n’est pas mal. Nous aimons cela. Et les hommes qui sont dans les rues, distribuant des traitĂ©s, font un travail formidable pour le Seigneur JĂ©sus. Les missionnaires, dans toutes les rĂ©gions du pays... C’est une merveilleuse chose si c’est Dieu qui les a appelĂ©s.

            Mais voici ce que je pense que le Seigneur va faire pour que Son Message aille si vite dans le monde: Il va envoyer la puissance et la dĂ©monstration du Saint-Esprit qui va Ă©clairer le monde entier juste en l’espace de quelques jours. Je crois qu’Il appelle une Ă©glise, qu’Il attire les gens, qu’Il les rassemble pour ce glorieux Ă©vĂ©nement qui va arriver.

5          Je m’attends Ă  ce qu’un jour l’Evangile quitte les Gentils et retourne aux Juifs. L’autre soir j’ai vu un film d’un trĂšs prĂ©cieux ami, sur la cĂŽte ouest, un homme d’affaires chrĂ©tien, monsieur Arganbright. Et il avait un film intitulĂ© Minuit Moins Trois. Je n’ai plus jamais Ă©tĂ© le mĂȘme depuis lors, aprĂšs avoir vu ce merveilleux film. Il montre la rĂ©ponse Ă  toutes les prophĂ©ties relatives aux Juifs, notamment qu’ils retourneraient, et qu’à leur retour il y aurait un Ă©tendard, l’étoile Ă  six branches de David, flottant sur JĂ©rusalem ; que l’eau venant du pays ferait fleurir le dĂ©sert comme une rose, et que les Juifs retourneraient. C’était juste un film, on a projetĂ© cela sur un Ă©cran... Mais voici ce qui est alarmant, chrĂ©tiens: les bateaux arrivaient, les avions arrivaient ; on emmenait des vieux, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, transportĂ©s dans les... Ce sont les plus jeunes qui les transportaient. Alors on a interviewĂ© quelques-uns. On leur a demandĂ©: «Revenez-vous dans votre patrie pour y mourir?»

            «Non, nous revenons pour voir le Messie.»

            Oh ! Vous lecteurs de la Bible, vous savez ce que cela signifie. Dieu les ramĂšne directement de tous les coins du monde, exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait. Eh bien, ce dont ils ont besoin... Or, la chose suivante que je vois, je ne prĂ©tends pas en savoir tant sur la prophĂ©tie de ce genre, mais je... la seule chose que je vois qui reste, c’est un rĂ©veil spirituel parmi les Juifs. C’en est fini des Gentils Ă  ce moment-lĂ . L’Eglise sera enlevĂ©e ; l’Evangile ira aux Juifs.

6          Maintenant, j’aimerais prendre seulement quelques instants ce soir, juste pour une petite introduction. Et c’est en quelque sorte une soirĂ©e d’introduction pour... Nous nous prĂ©parons, et c’est frĂšre Baxter qui prĂȘche. Et je suis sĂ»r que vous allez tous apprĂ©cier cela. Et il est capable de faire trĂšs bien le travail. GĂ©nĂ©ralement, je viens et je parle juste quelques instants pour me faire un peu une idĂ©e sur la rĂ©union et ensuite nous prions pour les malades.

            Maintenant, ce soir pour un tout petit passage des Ecritures, on va dans Jean, chapitre 14, verset 12. Nous lisons ceci... Et puis le thĂšme d’une campagne ordinaire, c’est HĂ©breux 13.8. C’est le texte que nous avons toujours pris depuis que nous sommes dans le champ missionnaire. Mais nous lisons ceci:

En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au PĂšre.

            Dans HĂ©breux 13.8, nous lisons:

JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier... aujourd’hui et Ă©ternellement.

7          Maintenant, inclinons la tĂȘte juste un instant. Bienveillant PĂšre cĂ©leste, nous Te remercions ce soir pour le privilĂšge que nous avons de venir encore dans cette grande ville pour servir Tes enfants nĂ©cessiteux. Et je Te prie, PĂšre cĂ©leste, d’oindre du Saint-Esprit tous ceux qui entrent dans cette salle. S’ils sont malades, qu’ils soient guĂ©ris. S’ils sont rĂ©trogrades, qu’ils reviennent Ă  Dieu. S’ils sont des incroyants, qu’ils deviennent des croyants. Accorde-le, PĂšre. Et que de grands miracles et prodiges s’accomplissent.

            BĂ©nis tous ceux qui ont apportĂ© leur contribution Ă  ceci. BĂ©nis notre frĂšre Baxter alors qu’il parle jour aprĂšs jour et soirĂ©e aprĂšs soirĂ©e. Qu’il soit oint du Saint-Esprit pour prĂȘcher la Parole appropriĂ©e pour la saison. Nous Te prions de bĂ©nir tous ces ministres qui collaborent, soeur Brown ainsi que tous les autres. BĂ©nis les concierges, et ceux qui nous aident ici Ă  avoir constamment de l’éclairage, les ingĂ©nieurs et tous ceux qui viennent. Accorde-le, PĂšre.

8          Et que le Message du Saint-Esprit aille dans des foyers inconnus, ceux qui ne sont peut-ĂȘtre jamais venus Ă  l’église auparavant ; et puissent-ils ĂȘtre avertis et venir Ă  l’église, non pas parce que nous, nous sommes ici, PĂšre, mais parce que Ton Esprit est ici, et qu’Il veut sauver les perdus, assister les nĂ©cessiteux, et guĂ©rir les malades.

            Maintenant, cache Ton serviteur qui est indigne, Seigneur. Aide-moi Ă  savoir ce qu’il faut faire et ce qu’il faut dire. Je m’abandonne Ă  Toi, maintenant mĂȘme, afin que Tu utilises Ton serviteur inutile pour Ta gloire. Nous le demandons au Nom de Ton Fils, le Seigneur JĂ©sus-Christ, notre Sauveur. Amen.

9          Juste pendant quelques instants maintenant, ensuite nous commencerons la priĂšre pour les malades. Nous ne vous garderons pas longtemps chaque soir, parce que nous avons une assez longue campagne. Et puis, nous venons de quitter–quitter Chicago, oĂč notre plus grande campagne... Et puis, de lĂ  nous sommes allĂ©s Ă  la cĂŽte ouest avec les Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens, Ă  la cĂŽte ouest, oĂč nous avons eu une merveilleuse grande campagne. FrĂšre Baxter a prĂȘchĂ© aussi dans les conventions. Et nous sommes tous les deux trĂšs fatiguĂ©s. Franchement, juste avant que je ne vienne aux rĂ©unions, eh bien, j’ai essayĂ© d’étudier et je me suis endormi profondĂ©ment. Or, c’est vraiment inhabituel que cela m’arrive. Et puis, je me suis dĂ©pĂȘchĂ© de venir directement Ă  la rĂ©union. Nous sommes tous les deux trĂšs fatiguĂ©s.

            Maintenant, j’aimerais parler d’une Personne, pendant toute la campagne, il s’agit de cet Homme dont nous sommes tous amoureux: le Seigneur JĂ©sus-Christ. Je ne connais personne d’autre dont je puisse parler en dehors de Lui. Et quand il est question de l’amour et de la compassion ou de quoi que ce soit du genre, je ne connais pas de nom plus grand que Celui du Seigneur JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu.

10        Et maintenant, ce soir, j’aimerais simplement demander Ă  cette assemblĂ©e, Ă©tant donnĂ© qu’on a devant nous cette campagne de deux semaines, je voudrais... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

            Nous devrions plutĂŽt faire attention Ă  ce que JĂ©sus a dit ici. Il y a eu beaucoup de gens qui, avec leurs diffĂ©rentes sortes de ministĂšre et de thĂ©ologie, essaient d’observer une certaine routine qu’ils enseignent, ce qui est trĂšs bien. Chaque Ă©glise, tant qu’ils enseignent quelque chose au sujet du Seigneur JĂ©sus-Christ, amen ! c’est tout Ă  fait en ordre. J’aime cela. Et tout ce que... Faisons confiance Ă  chaque Ă©glise qui cite ne fĂ»t-ce que le Nom du Seigneur JĂ©sus. Faisons-leur confiance.

            Maintenant, il se peut que des fois nous ne soyons pas en accord avec eux, comme c’est le cas de toutes les Ă©glises, juste comme ça arrive Ă  tout le monde, mais nous sommes absolument interdĂ©nominationnels. FrĂšre Baxter et moi-mĂȘme, nous ne sommes pas du tout membres d’une quelconque organisation. Nous sommes interdĂ©nominationnels, croyant que la fraternitĂ© du–de JĂ©sus-Christ...

11        Maintenant, je vais vous donner un petit quelque chose que le frĂšre et moi avons essayĂ© de faire pendant ces huit ans passĂ©s. Ce n’était pas tant sur la guĂ©rison divine comme les gens le pensaient. Beaucoup d’entre eux ont dit: «FrĂšre Branham, vos rĂ©unions sont–sont simplement basĂ©es sur la guĂ©rison divine.» Non, frĂšre. C’est sur la guĂ©rison divine, mais pas la...?... La guĂ©rison du Corps de JĂ©sus-Christ est la chose Ă  laquelle nous travaillons, pour amener les–toutes les diffĂ©rentes dĂ©nominations ecclĂ©siastiques Ă  ĂȘtre des frĂšres. Tout ce qu’ils croient, c’est en ordre. Unissons-nous et soyons des frĂšres et soeurs chrĂ©tiens. C’est tout ce que notre coeur dĂ©sire voir se faire. Et la petite influence que le Seigneur m’a donnĂ©e, j’essaie de l’utiliser de cette façon, frĂšre Baxter de mĂȘme avec la sienne, en tant qu’enseignant de la Bible, et moi en priant pour les malades. Et nous croyons cela. Nous croyons que tous les hommes qui sont nĂ©s de nouveau sont frĂšres. C’est juste. Ainsi, nous... C’est ce que nous soutenons.

            Et maintenant, il se peut–il se peut que notre thĂ©ologie soit un petit peu diffĂ©rente de ce que vous pourriez... le travail ordinaire du ministĂšre consistant Ă  prier pour les malades. Nous en parlons, le frĂšre et moi ; nous n’avons pas encore rĂ©glĂ© cela, quand nous reviendrons d’outre-mer ou peut-ĂȘtre quand nous Ă©tablirons un autre type de rĂ©union... Franchement, je mets cela dans plusieurs magazines qui enseignent la guĂ©rison divine, un article. Cela... C’est ce qui a toujours fait que dans mes rĂ©unions, je n’arrive pas Ă  atteindre beaucoup de gens dans la ligne. Et je ne reste jamais assez longtemps, mais la foule ne cesse de grossir et de grossir, et puis je... environ quatre ou cinq soirĂ©es, et c’en est fini de moi, Ă  cause des visions.

12        En revenant, nous allons essayer d’éliminer ces choses et juste aller prĂȘcher l’Evangile et prier pour les malades. Et peu importe oĂč nous conduira le Saint-Esprit, c’est ce que nous ferons donc. Mais les visions, c’est ce qui nous terrasse toujours, c’est ce qui fait toujours que nos rĂ©unions soient ainsi, nous ne pouvons pas rester longtemps. Mais cette fois-ci, le Seigneur voulant, nous voulons en arriver Ă  quatre, cinq, six, sept semaines peut-ĂȘtre, deux mois ou peu importe ce que le Seigneur... au mĂȘme endroit, rester simplement lĂ  jusqu’à ce que le Seigneur dise: «J’en ai fini avec toi ici, va ailleurs.» Et je voudrais que vous priiez pour nous Ă  cette fin.

            Maintenant, pour ce qui est de notre aimable Seigneur JĂ©sus, sur Lequel nos pensĂ©es sont fixĂ©es, ne laissez jamais vos pensĂ©es errer loin de Lui. Peu importe les circonstances, gardez vos pensĂ©es sur Lui.

13        Maintenant, combien ici ce soir aimeraient rĂ©ellement Le voir? Aimeriez-vous juste Le voir? J’aimerais... FrĂšre, je–je–je lĂšve mes mains avec vous. C’est le dĂ©sir de mon coeur de voir le Seigneur JĂ©sus-Christ. Oh ! combien je L’aime ! Je... De tout mon coeur, je L’aime. S’il est une chose dont je suis sĂ»r concernant mon coeur, je L’aime rĂ©ellement. Je... Quand je prononce Son Nom, c’est comme si je ne suis pas digne de citer Son Nom. Je pense Ă  ce que ce Nom a fait.

            Savez-vous ce qui arriva lorsque ce Nom fut prononcĂ© pour la premiĂšre fois par des lĂšvres d’un mortel? Qu’arriva-t-il? Un petit bĂ©bĂ© qui Ă©tait mort dans le sein de sa mĂšre est revenu Ă  la vie et a reçu le Saint-Esprit. Jean-Baptiste a bondi de joie dans le sein de sa mĂšre dĂšs que–que Marie a dĂ©clarĂ© ouvertement Ă  Elisabeth... Elle a dit: «J’enfanterai un Fils, et on L’appellera–appellera JĂ©sus.» Et le petit Jean a bondi de joie dans le sein de sa mĂšre. Vous voyez donc ce que ce Nom signifie.

14        S’Il Ă©tait ici ce soir Ă  New York, oĂč pensez-vous que vous trouveriez JĂ©sus Ă  New York? J’aimerais vous poser une question. Pensez-vous que JĂ©sus, s’Il venait simplement en se dĂ©voilant, comme Il l’avait fait dans les premiers jours, quand Il Ă©tait ici sur terre dans la chair, pensez-vous que tout New York Le recevrait? Pas du tout. Ce serait pire que lorsqu’Il Ă©tait venu la premiĂšre fois. C’est juste. Les gens ne pourraient pas comprendre cela. Il serait tellement diffĂ©rent de notre thĂ©ologie que nous ne pourrions mĂȘme pas... Je doute qu’il y ait ne serait-ce qu’une petite poignĂ©e qui Le suivrait, comme c’était le cas en ce temps-lĂ .

            Il Ă©tait trĂšs diffĂ©rent. Il faisait les choses diffĂ©remment. Il parlait diffĂ©remment ; Sa Parole Ă©tait diffĂ©rente ; Son ministĂšre Ă©tait diffĂ©rent. Son enseignement Ă©tait diffĂ©rent. Ainsi, les gens n’arrivaient simplement pas Ă  comprendre. Ils disaient... Et le problĂšme, c’est qu’ils–ils n’arrivaient pas Ă  Le comprendre parce que Son oeuvre Ă©tait grande et Il en attribuait le mĂ©rite Ă  Dieu. Et Ă  la fin, les gens se sont Ă©nervĂ©s et ont dit: «Eh bien, Il est simplement BĂ©elzĂ©bul, le prince des dĂ©mons.»

            Pourriez-vous imaginer qu’on puisse coller ce nom au Seigneur JĂ©sus-Christ? C’est pourtant ce qu’ils ont fait. Et ils ont dit... Il–Il a dit: «S’ils ont appelĂ© le MaĂźtre de la maison BĂ©elzĂ©bul, Ă  combien plus forte raison appelleront-ils ainsi Ses disciples !» Ainsi en tant que chrĂ©tiens, nous pouvons nous attendre Ă  ĂȘtre traitĂ©s de tout, n’est-ce pas? Mais JĂ©sus-Christ nous connaĂźt, si nous sommes nĂ©s de nouveau.

15        Maintenant JĂ©sus, dans Son ministĂšre... Eh bien, premiĂšrement dans la traduction de la Parole ce soir, dans Saint Jean, chapitre 14, verset 12, Il a dit: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ© (absolument, absolument), Je vous le dis, celui qui croit en Moi, fera aussi les oeuvres que Je fais, et il en fera davantage (En fait la traduction correcte de ce mot c’est ‘davantage’, non pas ‘de plus grandes’, car Il a ressuscitĂ© les morts, Il a arrĂȘtĂ© la nature. Rien ne pourrait ĂȘtre plus grand que ce que Lui a fait.), mais vous en ferez davantage, parce que Je M’en vais au PĂšre.»

            Croyez-vous que ça c’est la Parole de Dieu inspirĂ©e? Croyez-vous que dans plusieurs Ăąges qui ont suivi c’était pareil? Oui. Eh bien, Il a promis que l’Eglise ferait la mĂȘme chose qu’Il a faite, seulement davantage que ce que Lui a fait. Voyons ce qu’Il a fait.

16        Et si nous arrivons Ă  dĂ©couvrir le genre de ministĂšre qu’Il avait, ce qu’Il avait ici sur terre, et ces dix prochaines soirĂ©es, ici, dans la–dans l’arĂšne, s’Il–s’Il vient au milieu de nous et reproduit Sa Vie parmi Son peuple, allez-vous tous croire en Lui? Me promettez-vous cela? Ce petit groupe-ci, composĂ© de quelques centaines de personnes assises ici ce soir, allez-vous–allez-vous me promettre que–que vous croirez en Lui de tout votre coeur? S’Il se rĂ©vĂšle de nouveau de façon visible, juste ici dans cette salle, afin que vous voyiez vous-mĂȘme, que vous soyez vous-mĂȘme convaincu, croirez-vous en Lui? Maintenant, nous allons voir quel genre d’oeuvres Il avait faites.

17        Maintenant, nous voudrions voir JĂ©sus. Beaucoup pourraient penser, une personne aujourd’hui, d’habitude vous verriez les gens, s’ils Ă©taient capables de faire la mĂȘme oeuvre que le Seigneur avait faite, eh bien, ils viendraient en se vantant et, oh... Mais Lui n’était pas ce genre de personne. Il ne se vantait de rien. Il ne s’attribuait aucun mĂ©rite pour ce qu’Il faisait. Il attribuait le mĂ©rite Ă  Dieu. Est-ce juste? Eh bien, Il a dit: «Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres, c’est Mon PĂšre qui demeure en Moi ; c’est Lui qui fait les oeuvres.» Est-ce juste?

            Maintenant, imaginons simplement ce que les Grecs ont fait, ils voulaient voir qui Ă©tait JĂ©sus, ils voulaient Le voir plutĂŽt. Ainsi donc, regardons simplement Ă  Lui de cette façon-lĂ  ce soir.

            Quand Il Ă©tait venu dans Son ministĂšre, Il Ă©tait nĂ© dans une crĂšche, une naissance vile, venant d’une famille–d’une famille ordinaire, peut-ĂȘtre des gens trĂšs peu instruits du point de vue du monde. Nous voyons que c’est ce qui a confondu complĂštement les Ă©rudits de la Bible. Ils essaient de lire le grec, l’hĂ©breu, et ainsi de suite, et ils utilisent certains mots, parce que cela pourrait... Ils considĂšrent cela d’aprĂšs les grands mots que les gens trĂšs instruits utilisaient, mais en fait les mots qu’Il utilisait relevaient d’un langage comme celui de la rue. C’est un langage commun de tous les jours. Aussi, cela les change lorsqu’on traduit. Ainsi, voyez-vous, Il n’était pas un grand Ă©rudit, du point de vue du monde, car Il Ă©tait Dieu, mais Il... Quant Ă  se faire passer pour un orateur trĂšs Ă©loquent, Il ne l’était pas.

18        Et maintenant, voyons le genre de ministĂšre qu’Il avait. Suivons simplement Son ministĂšre pendant quelques instants maintenant, avant que nous ne commencions la ligne de priĂšre et que nous ne Lui demandions de poursuivre Son ministĂšre. Maintenant, quand Il est venu, la premiĂšre fois, avec puissance, nous remarquons beaucoup de choses, notamment que Dieu rĂ©pondait Ă  chaque priĂšre qu’Il offrait pour les malades. Il a commencĂ© immĂ©diatement d’abord Ă  prier pour les malades. Est-ce juste? Les miracles et les prodiges ont commencĂ© Ă  L’accompagner. Et puis, Il a commencĂ© Ă  faire des choses qui semblaient Ă©tranges pour les gens. Ensuite, il y a eu un grand rassemblement autour de Lui, jusqu’au moment oĂč Il a exprimĂ© Son dĂ©saccord avec leur thĂ©ologie de ce temps-lĂ  ; alors ils L’ont aussitĂŽt rejetĂ©.

            Maintenant, au commencement de Son ministĂšre, il y eut un homme du nom de NathanaĂ«l qui fut sauvĂ© et... ou plutĂŽt de Philippe. Philippe fut sauvĂ©, et il alla chercher son ami sans tarder. C’est lĂ  un bon signe qu’il Ă©tait sauvĂ©, n’est-ce pas, lorsque vous allez en parler Ă  quelqu’un d’autre.

            Il est allĂ© trouver son ami ; il le cherchait donc, et il l’a trouvĂ© sous un arbre, priant sous un arbre. Alors il a dit: «Viens voir qui j’ai trouvĂ©, JĂ©sus de Nazareth, le Fils de Joseph.»

            Eh bien, ce brave homme religieux a dit: «Eh bien, pourrait-il venir de Nazareth quelque chose de bon?» Oh ! c’était une ville mĂ©chante. Il a dit: «Pourrait-il venir de Nazareth quelque chose de bon?» Il a dit: «Viens, et vois.» C’est le seul moyen d’ĂȘtre convaincu de quelque chose. Ne pensez-vous pas que c’est correct? Je pense que si nous avions davantage de NathanaĂ«l Ă  New York...?... qui pourront dire: «Viens, et vois. Viens et vois toi-mĂȘme.» Voyez-vous? Venez et voyez, ne jugez pas quelque chose avant que vous ne l’ayez vu et l’ayez examinĂ© avec la Parole de Dieu. Il a dit: «Viens, et vois.»

19        Eh bien, quand il est arrivĂ© dans la ligne, je ne sais pas ce que... Peut-ĂȘtre que JĂ©sus priait pour les malades ou peu importe ce qu’Il faisait. Il Ă©tait debout dans l’assemblĂ©e. JĂ©sus a regardĂ© l’assemblĂ©e et l’a vu, ou plutĂŽt il se pourrait qu’il soit entrĂ© dans la ligne de priĂšre. Je ne sais pas oĂč il se trouvait, mais alors quand JĂ©sus l’a vu, Il a dit: «Voici un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude.» C’était un croyant honnĂȘte et bon. Ainsi, cet homme Ă©tait plutĂŽt Ă©tonnĂ©, il a dit: «Comment m’as-Tu connu, Rabbi?» Ou RĂ©vĂ©rend, ou tout autre titre que vous voulez utiliser... «Comment m’as-Tu connu?»

            Il a dit: «Eh bien, avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.» Oh ! la la ! c’était suffisant pour lui, et il a couru vers Lui ; il a dit–a dit: «Tu es le Fils de Dieu ; Tu es le Roi d’IsraĂ«l.»

20        Que se passerait-il, Ă  votre avis, aujourd’hui Ă  New York, si pareille chose arrivait? Vous savez ce que diraient les gens? «Ah !» Docteur Dupont dirait: «Vous savez ce qu’il en est, ce Gars est un diseur de bonne aventure. C’est de la tĂ©lĂ©pathie mentale ; c’est ce qu’il en est.» Eh bien, avez-vous vu que l’esprit du docteur Dupont vivait Ă  cette Ă©poque-lĂ ? Le savez-vous? Les pharisiens, ces grands Ă©rudits, ces grands enseignants ont dit la mĂȘme chose. Ils ont dit: «Il est BĂ©elzĂ©bul.» Le prince des diseurs de bonne aventure (Voyez-vous?) il... Evidemment, les diseurs de bonne aventure sont des dĂ©mons ; vous le savez. Alors quelqu’un a dit: «Il est le prince des diseurs de bonne aventure», le prince des dĂ©mons.

            Regardez-Le encore. Il y avait... Un jour, Il allait Ă  JĂ©richo ; au lieu d’aller Ă  JĂ©richo, Il est passĂ© par la Samarie. C’est Ă©trange. Il passait par lĂ , au lieu d’aller directement Ă  JĂ©richo. Mais il fallait qu’Il passĂąt par la Samarie. Maintenant, juste une minute, nous verrons pourquoi Il est passĂ© par lĂ . Quand Il est arrivĂ© lĂ , Il a envoyĂ© tous Ses disciples dans la ville pour acheter du pain. Et pendant qu’ils Ă©taient partis, une femme est venue. Nous, en AmĂ©rique, nous croyons que cette femme Ă©tait une prostituĂ©e, et l’enseignement de l’Orient est diffĂ©rent, mais nous allons amener cela dans la phase occidentale, amĂ©ricaine de la chose ce soir, afin que cela puisse...

21        La femme, elle est sortie pour se rendre au puits. Eh bien, peut-ĂȘtre qu’elle ne s’était levĂ©e qu’aux environs de midi, ou peut-ĂȘtre qu’elle ne pouvait pas venir avec les autres femmes qui Ă©taient venues puiser de l’eau. Ainsi, de toute façon, elle est venue vers onze heures ou douze heures, quand les autres Ă©taient parties chercher Ă  manger. Et JĂ©sus Ă©tait assis quelque part contre un mur, jusqu’à ce qu’Il a vu la femme introduire le seau dans le puits ou plutĂŽt la cruche pour puiser de l’eau. Il a dit: «Apporte-Moi Ă  boire.»

            Eh bien, elle a regardĂ©, et c’était un Juif. Elle Ă©tait une Samaritaine. Il y avait le racisme en ce temps-lĂ , exactement comme dans le Sud aujourd’hui, entre les Blancs et les gens de couleur.

            Elle a dit: «Eh bien, il n’est pas de coutume que vous, les Juifs, vous demandiez pareille chose aux Samaritains.» En d’autres termes, d’oĂč vient toute cette hospitalitĂ©? D’oĂč vient toute cette gentillesse? «Toi un Juif, Tu me demandes Ă  moi, une Samaritaine, alors qu’on nous prend pour des proscrits. Alors, comment se fait-il que Tu demandes...»

            JĂ©sus a dit: «Mais si tu savais Ă  qui tu parles, c’est toi qui Me demanderais Ă  boire.»

            Eh bien, elle a dit: «Comment pourras-Tu m’offrir Ă  boire?» En d’autres termes: «Le puits est profond, et Tu n’as rien pour puiser avec», et ainsi de suite. La conversation s’est poursuivie.

22        Eh bien, j’ai un avis personnel Ă  propos de ce que JĂ©sus faisait. Voyez-vous? Il essayait de saisir son esprit. Et ainsi, quand Il–Il l’a finalement saisi, Il a dit: «Va chercher ton mari, puis viens ici.»

            Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»

            Il a dit: «C’est juste. Tu en as eu cinq. Et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari.»

            Eh bien, qu’adviendrait-il si c’était Ă  New York aujourd’hui? Eh bien, les gens diraient: «Vous savez quoi? Ce Gars est un bon devin raffinĂ© ; c’est ce qu’Il est.» Eh bien, c’est ainsi qu’ils ont taxĂ© cela Ă  l’époque, ils disaient: «Il est BĂ©elzĂ©bul.» Eh bien, Il a dit... Elle...

            Et pourtant, elle, comment a-t-elle considĂ©rĂ© la chose? Cette femme, peu importe ce qu’elle Ă©tait, elle a dit: «Je vois que Tu es ProphĂšte.» Elle a dit: «Je sais que le Messie (Maintenant observez, Celui dont nous parlons ce soir.)... Je sais que lorsque le Messie sera venu, Il fera ces choses. Il nous annoncera ces choses. Mais je suis convaincue que Tu es ProphĂšte.» Et elle est entrĂ©e en courant dans la ville et a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-ce point le Christ?»

23        Il ne lui avait pas dit tout ce qu’elle avait fait, mais Il lui avait dit une seule chose, et Il pouvait lui en dire davantage s’Il avait voulu, je pense, si Dieu le Lui avait montrĂ©. Eh bien, voilĂ  le genre de JĂ©sus qu’Il Ă©tait. Un jour, Il savait oĂč se trouvait un poisson qui avait de l’argent dans sa bouche. Il savait oĂč deux mulets Ă©taient attachĂ©s, lĂ  oĂč deux chemins se croisaient. Il savait oĂč une chambre haute devait ĂȘtre offerte ; Il l’a dit Ă  Ses disciples. C’était le JĂ©sus d’il y a mille neuf cents ans, est-ce juste?

            Eh bien, maintenant, croyez-vous qu’HĂ©breux 13.8 est inspirĂ©? Croyez-vous que Dieu est la Parole? Eh bien, il est dit: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Si... Croyez-vous cela? Certainement, c’est juste.

24        Maintenant, remarquez, s’Il l’est, alors au bout d’un certain temps, Il a dĂ» mourir pour le pĂ©chĂ© de l’homme. Mais j’aimerais que vous remarquiez un petit peu une autre Ecriture, si cela ne vous fatigue pas trop d’écouter ceci. Il y avait une piscine [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... cet homme Ă©tait couchĂ© sur le grabat, et JĂ©sus a dit: «Veux-tu ĂȘtre guĂ©ri?» Pourquoi pas l’aveugle, pourquoi pas l’infirme, pourquoi pas le boiteux, pourquoi pas l’estropiĂ©? Il ne leur a rien dit du tout. Qu’en est-il des petits enfants? Il ne leur a rien dit du tout, mais Il s’est dirigĂ© vers cet homme qui Ă©tait couchĂ© sur un grabat.

            Eh bien, si vous connaissez les Ecritures, JĂ©sus a dit qu’Il connaissait cet homme, et ce dernier Ă©tait dans cet Ă©tat depuis trente-huit ans. Il avait peut-ĂȘtre la tuberculose ou... C’était chronique ; ça n’allait pas lui faire du mal, ça n’allait pas le tuer plutĂŽt. Mais il–il pouvait marcher. Il a dit: «Quand je descends, quelqu’un d’autre me devance.» Il n’était pas aveugle, il n’était pas non plus boiteux ; il souffrait de cette maladie, une infirmitĂ©, quelque chose dans son corps. Il en souffrait depuis trente-huit ans.

            Et JĂ©sus savait oĂč il se trouvait. Eh bien, je veux que vous fassiez attention Ă  cela. Il savait que cet homme se trouvait lĂ . C’est la raison pour laquelle Il a ignorĂ© tous les autres pour aller vers cet homme. Et Il a dit: «Prends ton lit, et rentre chez toi.» Puis Il s’en est allĂ© et a laissĂ© toute cette multitude de gens.

25        Etait-ce lĂ  le JĂ©sus d’il y a mille neuf cents ans? C’est encore le JĂ©sus aujourd’hui. C’est juste. Voyez-vous? Eh bien, que pensez-vous que les critiqueurs de–de JĂ©rusalem ont dit: «Humm humm, voilĂ  ce GuĂ©risseur. Je L’ai vu passer juste Ă  cĂŽtĂ© de l’endroit oĂč les gens criaient et pleuraient. S’il y avait quelque chose de divin en Lui, Il aurait guĂ©ri chacun d’eux.» C’est l’impression que ça donne, n’est-ce pas? Mais, voyez-vous, tout ĂȘtre mortel sur cette terre ne peut rien faire par lui-mĂȘme.

            JĂ©sus, maintenant, observez-Le lorsqu’ils ont attrapĂ© cet homme qui emportait son lit le jour du sabbat. Au verset 19, Il dit: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme, mais Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre.» Est-ce juste? Jean 5.19 «Ce qu’Il voit faire au PĂšre... Car tout ce que le PĂšre fait, Il le montre au Fils.» Et JĂ©sus, selon les termes dans lesquels nous connaissons la chose... JĂ©sus a dit: «Eh bien, tout ce que Je fais, Je vois une vision, et J’exĂ©cute simplement la... J’exĂ©cute sous la forme d’un drame ce que Dieu Me dit de faire.» Est-ce juste? C’est exactement l’interprĂ©tation claire de la chose aujourd’hui. JĂ©sus a dit: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, Je ne peux rien faire de Moi-mĂȘme. Le PĂšre, Je vois une vision de ce qu’Il fait, alors Je me mets Ă  faire exactement ce qu’Il m’a dit de faire. C’est la raison pour laquelle Il est passĂ© par BĂ©thesda. C’est la raison pour laquelle Il a trouvĂ© cet homme-lĂ , parce que le PĂšre le Lui avait montrĂ©. ConsidĂ©rez la rĂ©surrection de Lazare ; considĂ©rez tous les autres Ă©vĂ©nements, c’est tout Ă  fait pareil.

26        Il a la puissance pour le... Une fois une femme toucha Son vĂȘtement, car elle avait beaucoup de foi. Elle toucha Son vĂȘtement. Il ne l’a mĂȘme pas senti ; en effet, les apĂŽtres ont dit que tout le monde cherchait Ă  Le toucher, et s’agitait autour de Lui, et L’entourait de ses bras. Mais une femme toucha Son vĂȘtement, puis se retira dans la foule. Elle Ă©tait satisfaite ; en effet, tout ce dont elle avait besoin, c’était de toucher Son vĂȘtement. Et quand elle a touchĂ© Son vĂȘtement, elle s’est retirĂ©e dans l’auditoire ; JĂ©sus a regardĂ© tout autour et a dit: «Ta foi t’a sauvĂ©e.» En plein dans l’auditoire. Est-ce juste? «Ta foi t’a sauvĂ©e», et elle a senti alors que la perte de sang s’était arrĂȘtĂ©e–arrĂȘtĂ©e.

            Un homme sur la route de JĂ©richo... La route passe Ă  une bonne distance de...?... de JĂ©richo. Un mendiant aveugle Ă©tait assis lĂ  ; il n’avait jamais entendu parler de Lui. Mais il a implorĂ© misĂ©ricorde. Sa foi arrĂȘta JĂ©sus alors qu’Il se dirigeait vers le Calvaire. Il allait lĂ , et les gens criaient et se moquaient de Lui et tout le reste...?... Mais la foi de ce mendiant L’arrĂȘta.

            La foi de la personne la plus faible, la plus pauvre, ici ce soir, amĂšnera JĂ©sus-Christ sur la scĂšne. Elle le fera. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

27        Eh bien, JĂ©sus a dit: «Vous ferez aussi les choses que Je fais, et mĂȘme davantage, parce que Je M’en vais...» [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

            Peu importe ce qu’Il a fait, les gens ont quand mĂȘme doutĂ© de Lui et L’ont clouĂ© Ă  la croix. C’est juste. Le plan de Dieu pour faire cela... Dieu savait que cela se ferait de cette façon. Des milliers aujourd’hui rejetteraient la chose si cela Ă©tait juste lĂ  devant eux. Des millions rejetteraient cela. Dieu a dĂ©jĂ  dit qu’ils le feraient ; en effet, «Etroite est la porte et resserrĂ© le chemin ; et il y en a peu qui le trouvent.» Est-ce juste? Mais JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

            Maintenant, s’Il est ressuscitĂ© des morts, qu’a-t-Il fait premiĂšrement? Je termine. Il y eut des hommes sur le chemin d’EmmaĂŒs, et JĂ©sus marcha juste au milieu de ces hommes et s’entretint avec eux tout au long de la journĂ©e pendant tout leur voyage jusqu’à EmmaĂŒs. Vous souvenez-vous de l’histoire? Et ils ont dit: «Son enseignement semble... Il ouvre les Ecritures d’une nouvelle façon. Eh bien, nos coeurs ne brĂ»laient-ils pas au-dedans de nous ; en effet, nous L’avons entendu pendant qu’Il nous parlait en chemin.» Et alors, quand Il est arrivĂ© Ă  EmmaĂŒs, Il a fait comme s’Il voulait continuer Sa route, un homme tout Ă  fait ordinaire. Et ils L’ont invitĂ© Ă  entrer. Et quand Il... Une fois qu’ils se sont retrouvĂ©s avec JĂ©sus Ă  l’intĂ©rieur, Il s’est rĂ©vĂ©lĂ© Ă  eux. Comprenez-vous ce que je veux dire?

28        Eh bien, si seulement vous laissez JĂ©sus... DĂ©barrassez-vous de toutes vos doctrines et tout le reste, et acceptez ce que la Bible dit que JĂ©sus Ă©tait, et laissez-Le... Enfermez-vous simplement avec Lui dans votre maison ce soir, et Il se rĂ©vĂ©lera Ă  vous.

            Comment l’a-t-Il fait? Un peu diffĂ©remment de ce que... Exactement de la maniĂšre dont Il avait fait quelque chose, et ils ont reconnu que ça devait ĂȘtre JĂ©sus. Est-ce juste? Ma priĂšre ce soir est qu’Il vienne sur la scĂšne ici ce soir, et chaque soir pendant cette semaine, ainsi que la semaine prochaine, si nous restons, et qu’Il fasse quelque chose d’un peu diffĂ©rent chaque soir, afin que vous reconnaissiez que c’est le Seigneur JĂ©sus-Christ qui est avec nous. Ma priĂšre est que Ses bĂ©nĂ©dictions soient sur vous, pendant que nous prions.

            Maintenant, PĂšre, nous Te demandons ce soir, alors que nous sommes assis ici dans cette salle surchauffĂ©e, nous attendant Ă  Toi... Nous pensons Ă  un moment Ă  JĂ©rusalem, quand un petit nombre de cent vingt personnes attendaient dans une chambre haute pendant dix jours, tout Ă  coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impĂ©tueux. Il remplit toute la maison oĂč ils Ă©taient assis. Des langues sĂ©parĂ©es les unes des autres, semblables Ă  du feu, se posĂšrent sur eux.

            PĂšre, nous prions maintenant, alors que nous entrons dans cette rĂ©union, pour que nous entendions comme David avant d’aller Ă  la bataille, le bruissement des feuilles, alors que le Saint-Esprit avance devant nous. Accorde-nous une glorieuse rĂ©union ce soir. Que le Saint-Esprit descende avec une grande puissance. Qu’Il guĂ©risse les malades et les nĂ©cessiteux ce soir. Que de grands miracles et prodiges s’accomplissent pour la gloire de Dieu. Nous demandons ceci au Nom de JĂ©sus, Ton Fils bien-aimĂ©. Amen.

29        TrĂšs bien. Maintenant, nous allons appeler la ligne de priĂšre. Et... Voyons ! Si nous pouvons... Avez-vous... Quelle carte avez-vous...?... De 1 Ă ...? Prenons la... Je ne pense pas que nous ayons beaucoup d’espace par ici. OĂč va-t-on les amener, de ce cĂŽtĂ© derriĂšre, FrĂšre Baxter? Par ici derriĂšre? TrĂšs bien. Prenons de 1 Ă  10, et voyons comment–comment nous allons avoir la ligne ici. Qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 1? Voyons, levez la main, celui qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 1, voudriez-vous lever la... TrĂšs bien, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10.

            Maintenant, voyez s’ils commencent. Vous–vous les huissiers, comptez-les au fur et Ă  mesure qu’ils arrivent. Eh bien, si quelqu’un manque, nous pourrions–nous pouvons le chercher. TrĂšs bien. 1, 2, 3... Alignez-les par ici, de ce cĂŽtĂ©, s’il vous plaĂźt. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10... 1, 2, 3, 4, 5, 6, trĂšs bien, il y en a Ă  peu prĂšs trois qui manquent. 7, 8, 9, 10, les voici, juste ici, 10. TrĂšs bien. Je pense que... Des fois, si vous ne veillez pas Ă  cela, quelqu’un qui ne peut pas se mettre debout, et peut-ĂȘtre quelqu’un qui est sourd et qui n’entend pas, alors... TrĂšs bien. [FrĂšre Baxter parle Ă  FrĂšre Branham.–N.D.E.] Oui. Ce serait bien, FrĂšre Baxter. C’est vraiment bien.

30        D’habitude, je les fais venir de ce cĂŽtĂ©. Ce–ce n’est pas de la superstition, mais chaque fois que je vois l’Ange du Seigneur, Il apparaĂźt toujours de ce cĂŽtĂ©, voyez-vous, de ce cĂŽtĂ©. TrĂšs bien, ça fait dix. Maintenant, 15, 15, qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 15? Ou plutĂŽt, je veux dire la carte de priĂšre numĂ©ro 11? Voyons, 11, 12, 13, 14, 15. Que tous les cinq se lĂšvent lĂ . Voyons si nous pouvons... si–si quelqu’un doit ĂȘtre transportĂ©... TrĂšs bien, il y en a trois. TrĂšs bien. [Espace vide sur la bande]

           

            Je vais vous demander quelque chose, j’ai arrĂȘtĂ© premiĂšrement un principe dans mes rĂ©unions, je... et nous essayons de nous en Ă©carter. Combien ici croient que je leur ai dit la vĂ©ritĂ© de l’Evangile ce soir? Faites voir vos mains, dans la–dans la ligne de priĂšre aussi. Croyez-vous cela de tout votre coeur, partout? Croyez-vous cela, lĂ -haut au balcon, que c’est la vĂ©ritĂ©? Vous–vous... Allez-vous m’aider pendant les rĂ©unions et prier avec moi maintenant? Il se peut que ceci soit notre derniĂšre campagne ; nous ne savons pas. Nous ne savons simplement pas. Mais nous... Nous allons essayer tout notre possible pour vous aider.

31        Et, je vous le dis, il ne s’agit pas ici d’un quelconque motif Ă©goĂŻste, mon ami. Il s’agit ici de vous aider, et d’aider premiĂšrement le pĂ©cheur Ă  recevoir JĂ©sus, en second lieu, le rĂ©trograde Ă  revenir Ă  Christ. En troisiĂšme lieu, nous voulons que vous soyez guĂ©ri. C’est juste. Mais il faut commencer par le plus important. TrĂšs bien.

            Billy Paul, est-ce la–la malade? D’accord. Maintenant, que tout le monde soit rĂ©vĂ©rencieux et prie avec moi. Quand je vais commencer Ă  prier pour la personne, vous–vous, priez avec moi.

            TrĂšs bien, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur maintenant que le Seigneur JĂ©sus pourrait vous rĂ©tablir? Croyez-vous que tout ce que je Lui demanderai, Il le fera? Vous croyez. Avez-vous dĂ©jĂ  assistĂ© Ă  l’une de mes rĂ©unions, auparavant? Vous avez assistĂ©... Oui... Vous voyez comment Il rĂ©vĂšle les choses, et Il sait ce qui concerne les gens. Comprenez-vous cela? MĂȘme si je ne vous disais rien, mais que je priais simplement pour vous, vous croyez de toute façon que vous allez vous rĂ©tablir, n’est-ce pas? Vous croyez. Je crois que vous croyez aussi, soeur. Inclinons la tĂȘte juste un instant.

            Bienveillant PĂšre cĂ©leste, je Te prie d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers cette prĂ©cieuse femme, et puisse-t-elle ĂȘtre guĂ©rie ce soir par Ta puissance divine. Et que Ta misĂ©ricorde soit sur elle et la rĂ©tablisse. Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, je demande qu’il en soit ainsi. Amen. Maintenant, croyez-vous que ces maux de dos vous ont quittĂ©e? TrĂšs bien. Ça vous a quittĂ©e.

32        Approchez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? Bien sĂ»r, je vois que vous avez un goitre au cou. C’est certainement visible. Evidemment, croyez-vous que le Seigneur JĂ©sus-Christ est ici et qu’Il va vous rĂ©tablir si je... Croyez-vous qu’Il peut me rĂ©vĂ©ler ce qui concerne votre vie, s’Il le veut? Il le peut. Il n’est pas obligĂ© de le faire, n’est-ce pas? Non, non. Il n’est pas obligĂ©. Mais vous croyez que si j’offre simplement une priĂšre pour vous, que vous allez vous rĂ©tablir. Reviendrez-vous tĂ©moigner pendant la sĂ©rie de rĂ©unions? Si vous pouvez rentrer chez vous ce soir et manger et vous remettre de cette maladie de l’estomac, vous–vous–vous sentirez-vous bien aussi Ă  ce sujet? N’est-ce pas, n’est-ce pas? Maintenant, vous pouvez faire cela. Allez simplement manger maintenant.

            Seigneur JĂ©sus, je Te prie de bĂ©nir cette femme, et puisse-t-elle rentrer et se rĂ©tablir. Pour Ta gloire, je lui impose les mains au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Maintenant, allez manger, ensuite revenez me dire...?... Et observez votre goitre disparaĂźtre...?... TrĂšs bien.

33        Croyez-vous de tout votre coeur, soeur? Croyez-vous que le Seigneur vous rĂ©tablira? Etes-vous disposĂ©e Ă  revenir ici tĂ©moigner pour la gloire de Dieu, s’Il vous rĂ©tablit? Que Dieu vous bĂ©nisse, que Dieu vous bĂ©nisse. Maintenant, PĂšre cĂ©leste, que Ta misĂ©ricorde et Tes bĂ©nĂ©dictions reposent sur cette femme, et alors qu’elle s’en va d’ici ce soir, qu’elle s’en aille en se rĂ©jouissant, Ă©tant heureuse et rĂ©tablie, alors que je lui impose les mains au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Maintenant, partez en vous rĂ©jouissant, voilĂ . Elle n’est pas de cette ville. Mais elle est guĂ©rie. C’est trĂšs bien.

            Approchez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur tandis que vous venez? Croyez-vous que Dieu est ici pour vous rĂ©tablir? Croyez-vous que si nous Lui demandons... Regardez les gens qui sont lĂ  en train de prier pour vous. Oh ! Ă  peu prĂšs mille personnes, je pense, sont en train de prier pour vous. Croyez-vous–vous que juste ici, maintenant mĂȘme, vous ĂȘtes sous la puissance du Saint-Esprit et qu’Il vous rĂ©tablira? Combien dans l’auditoire croient ceci de tout leur coeur maintenant? Je vous demande de revenir pour tĂ©moigner.

            Seigneur JĂ©sus, alors que j’impose les mains Ă  cette femme, je demande qu’elle soit complĂštement guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ. Accorde-le, Seigneur. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. Maintenant, partez en vous rĂ©jouissant, et soyez heureuse.

            Vous croyez aussi, soeur, que vos allez ĂȘtre rĂ©tablie? Bien sĂ»r que votre maladie n’est pas trĂšs grave ; ce n’est pas quelque chose qui pourrait vous tuer, mais ce–c’est de quoi vous donner des malaises tout le temps, des courbatures dans le dos et vous n’arrivez pas Ă  vous lever. Mais, croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira de cela ici?

            Seigneur JĂ©sus, je Te prie de guĂ©rir cette femme et alors qu’elle part d’ici ce soir, qu’elle s’en aille heureuse et en se rĂ©jouissant, rĂ©tablie au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Maintenant, partez en vous rĂ©jouissant et soyez heureuse.

34        Maintenant, les amis, il se peut que vous disiez: «Eh bien, je ne vois rien arriver.» Il n’y a encore rien ici que vous pourriez voir arriver. Voyez-vous? C’est simplement... C’est qu’il n’est encore rien arrivĂ© ici Ă  l’estrade de surnaturel que vous puissiez voir. C’est simplement quelque chose qui ne se manifeste pas. Voyez-vous? Mais les gens sont en train d’ĂȘtre guĂ©ris. C’est tout Ă  fait juste. Maintenant, ici par exemple, tenez, afin que les gens sachent. Approchez. Croyez-vous, soeur, de tout votre coeur? De tout votre coeur? MĂȘme si je ne vous disais rien, vous croiriez cela de toute façon, n’est-ce pas? Croirez-vous si je... TrĂšs bien.

            Approchez, donnez-moi votre main. Je veux que vous observiez la mienne. Voyez-vous? Maintenant, voyez-vous l’aspect de ma main? Maintenant, voyons. Je veux que vous posiez votre main sur la mienne. Maintenant, regardez la diffĂ©rence avec ma main. Voyez-vous lĂ  ce gonflement, avec ces petites bosses qui la parcourent? Maintenant, votre problĂšme, vous souffrez de l’estomac. C’est un ulcĂšre Ă  l’estomac, n’est-ce pas juste? Maintenant, croyez-vous que JĂ©sus vous guĂ©rira? Je veux que vous observiez... Enlevez votre main, enlevez votre main. Maintenant, regardez ce que ma main redevient. Normale. Maintenant, prenez cette autre main et posez-la dessus. C’est diffĂ©rent, n’est-ce pas? Vous ĂȘtes toute aussi humaine dans cette main que vous l’ĂȘtes dans cette autre main, n’est-ce pas? Voyez-vous? Je pose ma main lĂ -dessus. Cela ne la dĂ©range pas du tout, n’est-ce pas? Maintenant, posez cette main-ci ici, une fois de plus ici, et observez. Maintenant, voyez-vous? Bon, je veux que vous observiez ma main pendant que je prie. Et maintenant, croyez que je vous ai dit la vĂ©ritĂ©, et Dieu va vous rĂ©tablir, et voyez ce qui va arriver Ă  cette main. Inclinons la tĂȘte.

            PĂšre cĂ©leste, cette pauvre femme qui se tient ici souffre ; je Te demande d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers elle. Regarde-la souffrir Ă  cause de cette puissance dĂ©moniaque qui l’a possĂ©dĂ©e et qui essaie de lui ĂŽter la vie. Mais Tu es ici pour la dĂ©livrer. Je prie pour sa guĂ©rison. Sors d’elle, Satan ! Au Nom de JĂ©sus-Christ, quitte cette femme !

            Maintenant, soeur, avant que je n’ouvre les yeux ou quoi que ce soit d’autre, cela a quittĂ© ma main, n’est-ce pas? Ma main est redevenue normale. Si c’est juste, dites: «Oui.» TrĂšs bien. Maintenant, vous pouvez relever la tĂȘte, l’auditoire. Il s’est passĂ© quelque chose, n’est-ce pas? Maintenant, il y a quelques instants, ma main a enflĂ© et Ă©tait devenue trĂšs rouge, est-ce juste? Maintenant, observez, j’îte ma main. Maintenant, posez cette main ici. Voyez-vous? Il ne s’est rien passĂ©. Posez celle-ci maintenant, il ne s’est rien passĂ©. Il s’est passĂ© quelque chose, n’est-ce pas? Votre maladie de l’estomac est terminĂ©e. Allez et mangez, c’est juste. Que Dieu vous bĂ©nisse.

35        Vous devez avoir la foi, peu importe si Dieu dit quelque chose ou pas. Voyez-vous? Si vous parlez aux gens, c’est sĂ»r que vous allez trouver ce qui ne va pas en eux. C’est tout Ă  fait juste, si vous parlez aux gens. Mais le problĂšme, c’est qu’à peine vous en prenez environ trois ou quatre, et alors vous devenez tellement faible que vous n’arrivez plus Ă  tenir. Mes amis... Soyez rĂ©vĂ©rencieux ; ne vous dĂ©placez pas (Je vous en prie, ne le faites pas.) pendant la rĂ©union. Voyez-vous, vous crĂ©ez une interruption ; soyez trĂšs rĂ©vĂ©rencieux.

            Maintenant, regardez ici, monsieur, croyez-vous que je suis serviteur de Dieu? Croyez-vous que cette... Eh bien, j’aimerais vous parler juste un instant. Maintenant, regardez tout droit par ici, et moi, je vais regarder quelque part ailleurs, afin que les gens ne pensent pas que c’est de la tĂ©lĂ©pathie mentale. Mais je voudrais que vous me regardiez, par ici, et croyiez de tout votre coeur.

            Avez-vous dĂ©jĂ  vu cette photo de l’Ange du Seigneur, qu’ils ont photographiĂ©? Nous en aurons quelques-unes dans quelques jours, si le Seigneur... Vous l’avez dĂ©jĂ  vue, n’est-ce pas, quand on L’a photographiĂ© lĂ -bas Ă  Houston, au Texas. Vous rĂ©alisez qu’il se passe quelque chose maintenant, n’est-ce pas? Cette chose... Ce que vous ressentez est Ă©trange, c’est en quelque sorte un sentiment de bienveillance ou d’amour ou quelque chose de ce genre. C’est sur vous maintenant. C’est ce que c’est. C’est ce que c’est ; c’est Lui qui est ici, oignant et venant vers vous. C’est juste. Vous souffrez aussi de l’estomac, et du–et du diabĂšte. Je vais vous dire quelque chose d’autre: vous n’avez qu’un rein. Est-ce juste? Mais vous ĂȘtes guĂ©ri. Votre foi vous a guĂ©ri, monsieur. Rentrez chez vous. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur.

36        Maintenant, j’aimerais vous demander quelque chose pour l’auditoire. Nous sommes des inconnus l’un Ă  l’autre. Nous ne nous sommes jamais vus dans la vie, mais quand Il est venu lĂ ... Quand j’ai commencĂ© Ă  vous parler, alors tout d’un coup, c’est comme si une sensation trĂšs douce vous a parcouru, est-ce juste? Puis tout d’un coup, tout soulagement–un soulagement est venu ; c’était terminĂ©. C’est alors que vous avez Ă©tĂ© guĂ©ri. C’est votre foi qui a fait cela, frĂšre ; ce n’est pas moi, frĂšre, mais votre foi en Christ a fait cela. Que Dieu vous bĂ©nisse. TrĂšs bien.

37        Approchez. Maintenant, voilĂ  ce qui affaiblit. C’est ce qui fait mal. Qu’est-ce qui ne va pas, soeur, vous qui ĂȘtes assise lĂ , en train de pleurer? Vous souffrez de l’arthrite, n’est-ce pas, vous qui ĂȘtes assise lĂ  avec un petit chapeau blanc. Croyez-vous? Vous avez aussi une Ă©ruption d’eczĂ©mas. Croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablit? TrĂšs bien, tenez-vous debout pour recevoir votre guĂ©rison. Maintenant, votre arthrite vous a quittĂ©e. Et votre foi vous a guĂ©rie. Vous n’avez plus Ă  souffrir de cela. Maintenant, c’est ce que nous pouvons... Voyez-vous, c’est... Soyez rĂ©vĂ©rencieux et priez.

            TrĂšs bien. Croyez-vous de tout votre coeur, madame? Croyez-vous? Vous ne... Croyez-vous que Dieu m’a envoyĂ© ici pour vous aider? Vous souffrez des troubles cardiaques, ça c’est une chose, et puis vous ĂȘtes trĂšs nerveuse. Je vous vois essayant de vous tenir... Vous restez Ă©veillĂ©e la nuit et vous n’arrivez pas Ă  dormir, vous vous retournez sans cesse dans votre lit, sans sommeil, n’est-ce pas juste? C’est tout Ă  fait juste. Rentrez chez vous maintenant ; vous allez dormir ce soir. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit. Ayez la foi, croyez de tout votre coeur.

            Si je demande Ă  Dieu de vous bĂ©nir et de vous guĂ©rir, va-t-Il le faire? Seigneur JĂ©sus, je Te prie de bĂ©nir ma soeur, et qu’elle parte et qu’elle soit rĂ©tablie pour Ta gloire, au Nom de JĂ©sus. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. Partez maintenant en croyant.

38        TrĂšs bien, approchez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que si je Lui demande simplement que vous puissiez... Ça, c’est difficile. Je pense que c’est...?... Seigneur JĂ©sus, je Te prie de bĂ©nir cette femme, de la guĂ©rir, et de la rĂ©tablir au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur ; allez en vous rĂ©jouissant.

            TrĂšs bien, approchez. Croyez-vous de tout votre coeur? Ô Seigneur, je Te prie de guĂ©rir ma soeur, et puisse-t-elle s’en aller d’ici ce soir en se rĂ©jouissant, Ă©tant heureuse et rĂ©tablie au Nom de JĂ©sus. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur ; partez en vous rĂ©jouissant et Ă©tant heureuse.

            Vous avez une affection de la vĂ©sicule biliaire, n’est-ce pas? Croyez-vous que Dieu va vous rĂ©tablir? Que Dieu vous bĂ©nisse. Vous souffrez aussi de l’hypertension. Si vous croyez en Lui de tout votre coeur, vous pouvez ĂȘtre rĂ©tablie. Rentrez chez vous, et que Dieu vous bĂ©nisse.

            Vous souffrez de l’estomac, monsieur. Mais cela vient de vous quitter maintenant. Vous pouvez rentrer chez vous et manger, et ĂȘtre en bonne santĂ© et heureux. Que Dieu vous bĂ©nisse.

            Croyez-vous de tout votre coeur? Seigneur JĂ©sus, je Te demande de guĂ©rir notre soeur, et puisse-t-elle partir d’ici ce soir en bonne santĂ©, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur ; partez en Ă©tant heureuse et en vous rĂ©jouissant.

39        Approchez, soeur. Oh ! la la ! il y a une grande foi dans l’auditoire maintenant. Bien, Le voici en train de se mouvoir, le Saint-Esprit. Maintenant, il y a quelque chose qui ne va pas chez cette femme ; de mĂȘme, il y a quelque chose qui ne va pas lĂ  dans l’auditoire. Il s’agit d’un... Il s’agit de cet homme-lĂ  qui est assis juste lĂ  ; vous avez quelque chose qui cloche dans vos yeux, monsieur. Et de plus, vous avez une grosseur Ă  la–à l’épaule gauche. Cela ne se voit pas, mais c’est juste. N’est-ce pas juste? Tenez-vous debout. Vous avez une grosseur Ă  l’épaule gauche, et Dieu vous guĂ©rit. Et cette femme avait une tumeur, et Dieu l’a guĂ©rie. Vous pouvez donc tous les deux vous en aller et ĂȘtre rĂ©tablis. Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, que ceci les quitte pour ne plus jamais revenir. Amen.

40        TrĂšs bien, veuillez bien approcher, soeur. Que tout le monde ait la foi, maintenant mĂȘme. Approchez, approchez, soeur. Croyez-vous? Seigneur JĂ©sus, je Te prie de guĂ©rir cette femme, de la rĂ©tablir entiĂšrement pour Ta gloire, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.

            Croyez-vous que vous pourrez marcher sans cela? Croyez-vous que JĂ©sus-Christ... Eh bien, mettez cela sur votre Ă©paule et traversez l’estrade, et prenez... Vous n’en avez pas besoin, mais... Prenez cela en main comme ceci, et traversez l’estrade, dites: «Merci, Seigneur ; merci, Seigneur.»

            Croyez-vous, soeur, de tout votre coeur? Au Nom de JĂ©sus, partez et soyez rĂ©tablie.

41        Voyez-vous? Vous devez simplement prendre un petit dĂ©marrage. C’est tout ce qu’il vous faut. Que votre foi se mette une fois en marche. Dieu fera le reste. Tout notre groupe peut faire la mĂȘme chose, maintenant mĂȘme, si vous croyez cela.

            Croyez-vous, monsieur? Au Nom de JĂ©sus-Christ, soyez guĂ©ri et rĂ©tabli. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Partez en vous rĂ©jouissant.

            Vous qui croyez, Dieu vous guĂ©rira-t-Il si nous le Lui demandons? Il y a Quelque Chose ici qui connaĂźt les choses, n’est-ce pas juste? Croyez-vous que c’est le Seigneur JĂ©sus? PĂšre, je Te prie de la bĂ©nir et de la guĂ©rir au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Partez en vous rĂ©jouissant maintenant, soyez heureuse. TrĂšs bien.

42        Ayez foi en Dieu. Croyez-vous de tout votre coeur et de toute votre Ăąme? Amen. Il–Il est rĂ©el pour vous, n’est-ce pas? Vous souffrez de l’arthrite Ă  la–l’arthrite Ă  la jambe. Oui, oui. C’est la jambe droite, n’est-ce pas? C’est Ă  la jambe droite. Vous ĂȘtes prĂȘte pour une opĂ©ration, n’est-ce pas? C’est... Eh bien, c’est... Vous souffrez de toute façon d’une tumeur. Une tumeur dans l’utĂ©rus. Est-ce juste? C’est ce que le mĂ©decin dit, vous devez donc subir une opĂ©ration Ă  moins que Dieu ne vous guĂ©risse, n’est-ce pas juste? Oui, madame. Vous Ă©pelez votre nom... le prononcez Maki, M-a-k-i? Oui, oui, Helma, votre prĂ©nom... Mademoiselle Helma Maki? Et vous habitez sur l’avenue Park, numĂ©ro 850. Rentrez chez vous. Vous allez ĂȘtre rĂ©tablie au Nom du Seigneur JĂ©sus.

            Croyez-vous de tout votre coeur? Combien parmi vous aimeraient ĂȘtre guĂ©ris Ă  l’instant mĂȘme et ĂȘtre rĂ©tablis? Croyez-vous que JĂ©sus-Christ est ici? TrĂšs bien. Tenez-vous debout une minute, juste une minute. Peu m’importe que vous soyez infirme, aveugle, tenez-vous debout juste une minute. Maintenant, imposez-vous les mains les uns aux autres, partout ici Ă  l’intĂ©rieur. Maintenant, inclinez la tĂȘte juste un instant.

            Bienveillant PĂšre cĂ©leste, Ton Esprit est en train de se mouvoir au-dessus de cette petite audience ce soir, balayant ces lieux-ci, nous savons que Ta PrĂ©sence est ici, et qu’Elle peut guĂ©rir tous les malades dans la salle. Accorde-le, Seigneur, Ă  prĂ©sent.

            Vous qui ĂȘtes ici, humiliez-vous devant le Seigneur JĂ©sus-Christ. Je condamne chaque maladie, que toute puissance dĂ©moniaque soit brisĂ©e afin que demain soir cet endroit soit rempli de tĂ©moignages pour la gloire de Dieu. Seigneur JĂ©sus, accorde cela.

            Et, Satan, sors de ces gens. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je t’adjure de quitter chacun d’eux. Maintenant, levez les mains et remerciez Dieu pour votre guĂ©rison. Que les boiteux se lĂšvent ; que l’aveugle s’en aille en regardant partout dans la salle ; que l’infirme s’en aille en marchant, en se rĂ©jouissant et Ă©tant heureux. Vous ĂȘtes tous guĂ©ris, au Nom de JĂ©sus-Christ. Gloire Ă  Dieu !

EN HAUT