ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication Il Y A Ici Plus Que Salomon de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 57-0228 La durĂ©e est de: 1 heure et 17 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Il Y A Ici Plus Que Salomon

1          Ô Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, nous voulons Te remercier ce soir pour les bĂ©nĂ©dictions que nous avons reçues de Ta part, pour nous avoir accordĂ© les richesses de Ton Royaume. Et nous sommes indignes de toutes les bĂ©nĂ©dictions que Tu nous as accordĂ©es, mais nous nous inclinons humblement pour T’en remercier. Et nous Te prions ce soir de continuer de dĂ©verser Tes bĂ©nĂ©dictions sur nous. Viens Ă  nous ce soir Ă  travers la Parole, et vivifie de nouveau la Parole dans nos coeurs et dans nos ĂȘtres. Pardonne-nous nos pĂ©chĂ©s et nos transgressions. Et aide-nous ce soir Ă  gagner des Ăąmes pour Ton Royaume. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

2          C’est toujours agrĂ©able de venir dans la maison du Seigneur, particuliĂšrement ici, avec ce merveilleux esprit qui agit parmi nous. Et maintenant, hier soir je vous ai gardĂ©s un peu longtemps, mais ce soir je vais essayer de me dĂ©pĂȘcher.

            Nous avons bien quelques soirĂ©es et... devant nous. Demain soir, vendredi, samedi, dimanche, dimanche soir, nous serons ici. Le lundi est un jour fĂ©riĂ©. Je vais au Mexique le lundi. Je serai de retour mardi, Ă  temps pour le service de mardi, jusqu’à dimanche prochain. Ensuite nous partirons de lĂ , chez les Espagnols, dans la vallĂ©e de San Fernando, nous irons Ă  Oakland, au Civic Auditorium, puis nous retournerons dans le Kansas, nous irons au Canada, puis nous reviendrons pour aller Ă  Indianapolis, Ă  Chicago, et ainsi de suite. Nous sommes donc dĂ©jĂ  pris pratiquement pour toute l’annĂ©e ... Priez donc pour nous.

3          Et maintenant, alors que nous tenons ce service ce soir, nous aimerions lire un passage de la Parole de Dieu, qui se trouve dans l’Evangile de saint Matthieu, au chapitre 12, le verset 42. Suivez attentivement maintenant la lecture de la Parole.

La reine du Midi se lĂšvera, au jour du jugement, avec cette gĂ©nĂ©ration et la condamnera, parce qu’elle vint des extrĂ©mitĂ©s de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus que Salomon.

            Puisse le Seigneur ajouter Ses bĂ©nĂ©dictions Ă  la lecture de Sa Parole.

            Nous avons consacrĂ© les quelques prochaines soirĂ©es Ă  la priĂšre pour les malades. Et nous croyons que Dieu continuera d’agir et de guĂ©rir ceux qui sont malades et affligĂ©s.

4          Et maintenant, avant mĂȘme que nous puissions aborder n’importe quel sujet, cela doit venir de la Parole Ă©ternelle de Dieu. Or, la guĂ©rison est un acte de foi. Et la foi ne peut pas, ne peut pas reposer sur le sable mouvant des thĂ©ologies humaines, mais elle ne peut reposer que sur le Rocher inĂ©branlable de la Parole Ă©ternelle de Dieu. Par consĂ©quent, la foi vient de ce qu’on entend, et de ce qu’on entend la Parole de Dieu.

5          Et la guĂ©rison divine n’est pas quelque chose qui est juste un, oh! un mĂąt totĂ©mique ou un tour de passe-passe. C’est la vĂ©ritĂ© divine Ă©crite dans la Parole de Dieu, confirmĂ©e par le Saint-Esprit. Et cela ne se limite pas Ă  une certaine dĂ©nomination, Ă  un groupe de gens, Ă  un credo, Ă  une race. C’est pour quiconque veut, tout autant que le salut. C’est le–le produit d’une oeuvre achevĂ©e que nous recevons par la foi dans les souffrances que Christ a endurĂ©es Ă  notre place et dans la rĂ©surrection triomphale du Seigneur JĂ©sus.

            De nos jours, tant de choses ont Ă©tĂ© dites au sujet de la guĂ©rison, et cela a Ă©tĂ© abordĂ© de diffĂ©rentes maniĂšres. Et il semble y avoir tellement de confusion au sujet de la guĂ©rison. Comme j’ai essayĂ© hier soir de tout mon coeur de faire comprendre cela, il n’existe aucune autre guĂ©rison Ă  part la guĂ©rison divine. Dieu seul opĂšre la guĂ©rison.

6          Eh bien, nous admirons certainement tout ce que la science nous a donnĂ©, mais la science ne guĂ©rit pas. La science assiste le corps. C’est Dieu qui opĂšre la guĂ©rison. La science peut remettre votre bras en place. La science peut extraire une dent. La science peut faire l’ablation de l’appendice ou enlever une tumeur, mais jamais la science ne peut produire une nouvelle crĂ©ation. Seul Dieu peut crĂ©er. Et c’est Dieu qui a guĂ©ri chaque personne qui ait jamais Ă©tĂ© guĂ©rie. Peu importe Ă  quel hĂŽpital, ou Ă  quel cabinet mĂ©dical, Ă  quelle clinique la personne est allĂ©e, c’est Dieu qui a opĂ©rĂ© la guĂ©rison. Dieu ne partage Sa gloire avec personne. Il a dit qu’Il ne le fera jamais. Et Il a dit: «Je suis l’Eternel qui guĂ©rit toutes tes maladies.» Nous rĂ©alisons donc que bien des choses ont Ă©tĂ© accomplies par le travail de l’hĂŽpital, et par ce que le Seigneur a envoyĂ© nos mĂ©decins et la science faire. Et nous en sommes contents et reconnaissants.

7          Eh bien, nous voyons que beaucoup parmi les mĂ©decins et la science... les hommes de science ne croient pas en Dieu. Et nous voyons la mĂȘme chose chez les prĂ©dicateurs, pratiquement, je crois, j’ai vu plus de prĂ©dicateurs qui ne croient pas Ă  la guĂ©rison que je n’ai vu de mĂ©decins. Eh bien, on s’en rend bien compte aprĂšs un voyage Ă  travers le monde. C’est bien dommage, mais on en trouve.

8          Eh bien, nous remarquons, en considĂ©rant le domaine mĂ©dical... Eh bien, le mĂ©decin dit que le... Eh bien, pas dans tous les cas, Ă  aucun moment... Mais souvent le mĂ©decin dira: «Le chirurgien s’est trompĂ©. La personne n’a pas besoin d’une opĂ©ration.»

            Le chirurgien dira: «Il n’a pas besoin de pilules dorĂ©es. Il vous faut une opĂ©ration.» Le... Tous les deux diront que le chiropraticien est fou. Et le chiropraticien dira la mĂȘme chose de l’ostĂ©opathe. Et l’un dira cela de l’autre, et souvent ils n’acceptent pas que le prĂ©dicateur prie pour les malades.

            Mais je suis arrivĂ© Ă  cette conclusion: lorsque vous voyez de telles attitudes, c’est que le motif qui est derriĂšre cela est faux. Nous devons reconnaĂźtre que bien des vies ont Ă©tĂ© Ă©pargnĂ©es et aidĂ©es par les opĂ©rations, beaucoup ont Ă©tĂ© aidĂ©s par les mĂ©dicaments, beaucoup ont Ă©tĂ© aidĂ©s par la chiropractie, beaucoup ont Ă©tĂ© aidĂ©s par l’ostĂ©opathie et beaucoup ont Ă©tĂ© guĂ©ris par la priĂšre. Ainsi, s’il y avait derriĂšre cela des motifs corrects, nous nous unirions et nous irions de l’avant, pour essayer d’aider nos amis qui souffrent, l’humanitĂ© qui souffre, le prĂ©dicateur, le mĂ©decin, le chiropraticien, l’ostĂ©opathe, tous ensemble.

9          Mais lorsque vous voyez des hommes critiquer les autres au moment oĂč il est prouvĂ© que cet homme accomplit une bonne oeuvre, alors il y a lĂ  un motif Ă©goĂŻste derriĂšre la chose. C’est soit pour l’argent, ou la popularitĂ©, ou quelque chose d’autre. Dieu veut que nous travaillions tous la main dans la main, pour essayer de rendre ce voyage de la vie un peu plus agrĂ©able tandis que nous le poursuivons. Mais, oh! il semble en ce jour et en cette heure qu’il y a tant de choses que l’on considĂšre comme ça sous un faux jour. Et non seulement en ce jour-ci, mais nous voyons qu’il en Ă©tait de mĂȘme dans d’autres jours passĂ©s.

10        Dans Matthieu chapitre 10, nous lisons dans la Bible que Dieu a envoyĂ© Ses douze apĂŽtres, et Il leur a donnĂ© le pouvoir de guĂ©rir les malades, de purifier les lĂ©preux, de ressusciter les morts, de chasser les dĂ©mons; et de le faire gratuitement. De mĂȘme que vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. Or, nous voyons que ces disciples, quelque temps aprĂšs...

11        A propos, un homme m’a dit il n’y a pas longtemps, il a dit: «FrĂšre Branham, vous avez raison en partie.» Il a dit: «Dieu n’avait donnĂ© ce pouvoir-lĂ  qu’aux disciples.»

            J’ai dit: «Je peux vous montrer dans la Bible lĂ  oĂč Dieu a donnĂ© la puissance Ă  l’Eglise. Alors vous, donnez-moi le verset et le passage de la Bible oĂč Il a retirĂ© ce pouvoir Ă  l’Eglise.» Dieu ne donne jamais une chose pour ensuite la retirer. Il ne peut pas faire cela et ĂȘtre Dieu. Lorsque Dieu donne une chose c’est pour toujours et pour l’éternitĂ©. Dieu est infini et connaĂźt parfaitement chaque chose.

12        Nous voyons ces douze apĂŽtres (environ dix jours aprĂšs que Dieu leur a donnĂ© le pouvoir pour guĂ©rir les malades, chasser les dĂ©mons et ressusciter les morts), oh! il suffit de regarder lĂ  et nous nous rendrons compte que ces hommes avaient complĂštement Ă©tĂ© tenus en Ă©chec par un cas d’épilepsie. JĂ©sus est descendu de la montagne, et Il les a trouvĂ©s lĂ  avec un garçon qui souffrait de l’épilepsie, et ils n’arrivaient pas Ă  chasser cet esprit. Oh! Peut-ĂȘtre qu’ils criaient et glorifiaient le Seigneur, et–et tapaient du pied et l’oignaient d’huile, ou que sais-je encore. Mais ils n’arrivaient pas Ă  le chasser. Et lorsque JĂ©sus est venu sur la scĂšne, le pĂšre de l’enfant a couru vers JĂ©sus et a dit: «Seigneur, j’ai amenĂ© mon fils Ă  Tes disciples, et ils n’ont pas pu le guĂ©rir. Mais si Tu peux, viens Ă  notre secours.»

            Alors, quand ce garçon a Ă©tĂ© amenĂ© dans la PrĂ©sence du Seigneur JĂ©sus, il a fait la crise la plus violente qu’il eĂ»t jamais eue et il est restĂ© Ă©tendu comme mort, au point que beaucoup ont dit qu’il Ă©tait mort. Mais JĂ©sus a dit: «Relevez-le; cela l’a quittĂ©.» Et le garçon Ă©tait guĂ©ri.

13        Maintenant, remarquez. AprĂšs, les disciples s’approchĂšrent de JĂ©sus quand ils furent seuls, en privĂ©, et ils ont demandĂ©: «Pourquoi n’avons-nous pas pu le chasser? Il y a dix jours Tu nous as donnĂ© ce pouvoir. L’as-Tu retirĂ©?» JĂ©sus ne leur a jamais dit qu’Il avait retirĂ© Son pouvoir. Il ne leur a jamais dit non plus qu’ils n’avaient pas le pouvoir de faire cela. Il a dit: «C’est Ă  cause de votre incrĂ©dulitĂ©, non pas par manque de puissance, mais par manque de foi pour utiliser la puissance que vous avez.»

            Et c’est lĂ  le problĂšme de l’église et des gens ce soir. Ce n’est pas un manque de pouvoir. Eh bien, vous les enfants de Dieu qui ĂȘtes nĂ©s de nouveau, vous avez le pouvoir de dĂ©placer les montagnes. Vous avez la puissance, mais vous manquez la foi et... pour faire agir la puissance que Dieu vous a donnĂ©e.

14        Remarquez, et maintenant, combien les gens peuvent ĂȘtre mesquins! Ces disciples, comme les autres hommes, deux ou trois jours plus tard, ils ont vu un homme qui chassait les dĂ©mons, et il faisait le travail; il faisait du bon travail. Et les disciples l’ont vu, et tout comme les hommes de nos jours, ils ont dit: «Viens adhĂ©rer Ă  notre dĂ©nomination. Viens te joindre Ă  nous, parce que tu ne peux pas faire ceci Ă  moins d’ĂȘtre avec nous.» Mais ils Ă©taient arrivĂ©s un peu trop tard. Dieu avait dĂ©jĂ  prouvĂ© qu’il faisait la chose. Il avait entendu JĂ©sus dire: «Quiconque veut, qu’il vienne.»

            Ils Ă©taient jaloux parce que cet homme faisait le travail, tandis qu’eux, ils n’y arrivaient pas.

15        Et c’est ce qu’il en est aujourd’hui. Parfois ceux qui deviennent jaloux, ce sont les hommes qui ont beaucoup de prestige, qui, Ă  cause des diffĂ©rentes barriĂšres dĂ©nominationnelles ou du prestige social, ont peur de reconnaĂźtre la chose en public et de dire Ă  leur Ă©glise que le Saint-Esprit vit aujourd’hui pour faire intercession, et qu’Il guĂ©rit nos maladies, aujourd’hui comme Il l’a fait autrefois. Et c’est de la jalousie mesquine, parce que cela n’est pas dans leur dĂ©nomination, ni dans leurs rangs sociaux. Mais Dieu peut traiter avec n’importe quel rang avec lequel Il dĂ©sire traiter. C’est Sa volontĂ© souveraine. Oh! Combien parfois nous pouvons nous montrer mesquins dans ces choses! Et cela fait tout simplement obstacle au vĂ©ritable croyant.

16        Maintenant, nous savons que Dieu a toujours eu un moyen pour aider Son peuple. Dans le passage de l’Ecriture de notre leçon de ce soir... ConsidĂ©rons cela juste quelques minutes: Matthieu 12, verset 42. Nous voyons que JĂ©sus venait de faire une discussion, parce qu’un esprit de surditĂ© et de mutitĂ© Ă©tait sorti d’une personne. Par Sa grande puissance Il avait Ă©tĂ© capable de discerner les pensĂ©es des gens, et les pharisiens s’attaquaient Ă  Lui. Ils ne parvenaient pas Ă  comprendre ce glorieux phĂ©nomĂšne selon lequel cet Homme, un pauvre GalilĂ©en, pouvait se tenir sous une puissance surnaturelle, et regarder un homme bien en face, et lui dire qui il Ă©tait, d’oĂč il venait, oĂč il allait; dĂ©clarer qu’une certaine chose allait se produire, et cela se produisait exactement tel qu’Il l’avait dit. Ils essayaient de comprendre cela.

17        Et aujourd’hui le monde aussi essaie de comprendre qui est-ce qui produit cette grande trans... dans... transformation qui change les hommes. Et j’aimerais dire ceci: «On ne le comprendra jamais. Je ne comprends pas cela; et vous, vous ne comprenez pas cela, et personne d’autre ne peut comprendre cela. Cela est dans le domaine de Dieu seul. Dieu ne nous a pas demandĂ© de comprendre cela. Il nous a demandĂ© d’y croire. Et si nous comprenions cela, ce ne serait plus un acte de foi. Cela deviendrait une connaissance. Et nous ne sommes pas sauvĂ©s ni guĂ©ris par la connaissance. Nous sommes sauvĂ©s et guĂ©ris par la foi, et la foi seule.»

18        JĂ©sus venait de discuter de cela avec eux, et ils n’arrivaient pas Ă  comprendre cette chose glorieuse qu’Il accomplissait. Ainsi, puisqu’ils n’arrivaient pas Ă  comprendre, ils ont simplement taxĂ© cela du diable. Ils ne pouvaient pas accepter cela Ă  cause de leur position sociale. Car tout celui qui acceptait cela Ă©tait excommuniĂ© de l’église et devait ĂȘtre traitĂ© comme un hĂ©rĂ©tique. Et eux, ils ne pouvaient pas accepter cela. Ainsi, comme ils ne pouvaient pas accepter cela, il n’y avait qu’une seule chose qu’ils pouvaient faire, c’était de taxer cela du diable. Et JĂ©sus a dit: «Si Moi, Je chasse les dĂ©mons par BĂ©elzĂ©bul, par qui vos fils les chassent-ils?» Et dans un autre passage, Il a dit: «Si c’est par le doigt de Dieu que Je chasse les dĂ©mons...»

19        Oh! J’aimerais que vous considĂ©riez une chose merveilleuse ici. Lorsque JĂ©sus se met Ă  chasser un dĂ©mon, celui-ci est si insignifiant pour Lui qu’Il utilise Son doigt pour le chasser. C’est tout ce qu’Il doit utiliser. Oh! BĂ©ni soit Son saint Nom! Il utilise juste un doigt pour chasser le plus puissant dĂ©mon qui peut sortir de l’enfer brĂ»lant. Il le chasse par un seul petit doigt. C’est tout ce qu’Il fait. Mais lorsqu’Il a perdu une brebis qui erre, et qu’Il va pour la ramener, Il la prend et la met sur Ses Ă©paules. La plus forte partie du corps d’un homme, c’est son dos et ses Ă©paules. Et Il utilise Sa plus forte partie, pas Son doigt, mais une brebis perdue, Il la met sur Ses Ă©paules et la ramĂšne avec douceur Ă  la bergerie. Alors que pour un dĂ©mon Il n’utilise qu’un doigt...

20        Il discutait avec eux. Ils s’étaient attaquĂ©s Ă  Lui. Et le monde s’est toujours attaquĂ© aux dons de Dieu. Et JĂ©sus Ă©tait le plus grand Don de Dieu. JĂ©sus Ă©tait le Don d’amour que Dieu avait offert Ă  l’Eglise, et l’Eglise est le don d’amour que Dieu a offert Ă  JĂ©sus. Dieu a tant aimĂ© le monde qu’Il a donnĂ©... Voyez-vous? «Tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s viendront.» Voyez-vous, c’est une affaire d’amour.

21        Et dans tous les Ăąges Dieu a toujours oeuvrĂ© Ă  travers Ses dons, les dons de l’Esprit. AprĂšs avoir autrefois, Ă  plusieurs reprises et de plusieurs maniĂšres, parlĂ© aux pĂšres par les prophĂštes, cependant dans ce dernier jour Il a parlĂ© par Son Fils JĂ©sus-Christ. Maintenant remarquez, Dieu oeuvre dans Ses dons, et lorsque Dieu envoie Ses dons, ces dons tiennent toujours ferme. Ils sont toujours attaquĂ©s par le diable, mais ils ne changent pas, parce qu’ils viennent de Dieu. Et toutes les attaques que le diable peut lancer contre eux ne les Ă©branleront jamais.

22        Oh! Je suis si heureux de savoir cela. Je suis si heureux de savoir que j’ai vĂ©cu assez longtemps pour voir cela ĂȘtre amenĂ© Ă  une confrontation Ă  maintes reprises. Les dons de Dieu tiennent toujours bon d’une façon parfaite, quelquefois pas aux yeux des gens du monde, mais aux yeux de Ses enfants. Ils n’ont pas Ă©tĂ© envoyĂ©s pour le monde. Ils ont Ă©tĂ© envoyĂ©s pour les enfants.

23        Une femme a touchĂ© Son vĂȘtement, et elle a tirĂ© de Lui assez de vertu pour qu’elle soit guĂ©rie. Un soldat romain a placĂ© un chiffon sur Son visage, et L’a frappĂ© Ă  la terre, et a dit: «Eh bien, Toi le Voyant, dis-nous qui T’a frappĂ©. Nous croirons en Toi.» Eux, ils n’ont senti aucune vertu.

            Le membre du clergĂ© qui se moquait de Lui a dit: «Si Tu es le Christ, dĂ©tache simplement Tes mains et descends de la croix. Nous croirons en Toi.»

            Le diable a dit: «Accomplis un miracle ici devant moi. Je vais amener quelqu’un ici. Que je Te voie accomplir quelque chose devant moi, et je croirai que Tu es le Fils de Dieu.»

            JĂ©sus a dit: «Il est Ă©crit: ‘L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.’» Il n’a jamais cherchĂ© Ă  rĂ©pondre aux dĂ©fis que le diable Lui avait lancĂ©s, mais Il a triomphĂ© du diable par la–par l’oeuvre que Dieu faisait Ă  travers Lui. Il a dĂ©pouillĂ© Satan et lui a retirĂ© tout droit lĂ©gal qu’il avait, au calvaire. Satan n’est qu’un bluffeur.

24        Maintenant, Dieu oeuvrant au travers des Ăąges par Ses dons... Nous avons lu ce soir, lĂ  oĂč Il parlait Ă  cette gĂ©nĂ©ration, et Il a dit: «La reine du Midi vint des extrĂ©mitĂ©s du monde connu d’alors pour voir un don que Dieu avait donnĂ© Ă  Salomon.» Il a dit: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, il y a ici plus que Salomon.»

25        Et remarquez, pouvez-vous imaginer que dans ce grand Ăąge d’or, lorsque Dieu oeuvrait dans Son Eglise, et que celle-ci croissait, Il a envoyĂ© un don; et le don venait de Dieu. Et trĂšs vite l’information commençait Ă  se rĂ©pandre. Les gens qui traversaient le pays voyaient ce glorieux don de Dieu en action. Voyez-vous combien cela Ă©tait parfait? Le discernement qu’exerçait Salomon Ă©tait tout aussi parfait que possible, ce n’était pas Salomon, mais c’était le don de Dieu dans Salomon. Mais c’était un don de Dieu, et alors que les gens commençaient Ă  le remarquer... Il y a quelque chose dans l’oeuvre du Saint-Esprit qui provoque toujours un mouvement. Cela fait ressortir le cĂŽtĂ© Ă©motionnel chez les gens.

26        Hier soir, lorsque j’ai vu ces gens venir du balcon et de partout, en train de pleurer, se tenir ici autour de l’autel, accepter Christ comme leur Sauveur, je vous assure, il y a quelque chose d’émotionnel lorsque le saint-Esprit se rĂ©pand sur une assistance de gens, et de voir leurs visages s’illuminer avec une sorte de–de rayonnement tel que ce monde ne peut jamais rien produire de pareil. De voir une petite mĂ©nagĂšre portant une petite robe Ă  carreaux, si timide qu’elle n’oserait pas recevoir l’agent d’assurance Ă  la porte, se tenir debout et chanter les louanges de Dieu, ça c’est de l’émotion. Dieu agit dans cela, et cela suscite de l’intĂ©rĂȘt. Au bout de quelque temps, quelqu’un dit Ă  quelqu’un d’autre: «Oh! Vous devriez venir voir.» Oh! J’aime cela. «Vous devriez venir voir ce qui se passe.» Il ne fait aucun doute que les dons de Dieu ont toujours produit de l’enthousiasme.

27        Les gens, qui passaient par lĂ  et qui voyaient le grand don de Dieu en Salomon opĂ©rer, en rĂ©pandaient la nouvelle d’une personne Ă  une autre. Et loin Ă  des centaines de kilomĂštres au sud de la Palestine, chez une reine paĂŻenne, la reine du–du Midi... Toute personne qui passait par la Palestine passait chez elle et disait: «Oh! Vous devriez voir ce qui se passe.»

28        Ne serait-ce pas merveilleux ce soir si les gens avaient un tel enthousiasme pour les oeuvres de Dieu ce soir? «La foi vient de ce qu’on entend, de ce qu’on entend la Parole de Dieu.» Et les gens passaient par lĂ  et lui disaient (ceux qui Ă©taient de passage): «Oh! Reine, vous devriez monter en Palestine. Je vous assure, c’est merveilleux. Leur Dieu leur a donnĂ© un don, et il opĂšre dans un homme appelĂ© Salomon. C’est parfait.»

            Bien, comme je l’ai dit, la foi vient de ce qu’on entend. Lorsque vous commencez Ă  entendre ces choses de diffĂ©rentes sources, cela fait que la foi augmente. Alors la reine de SĂ©ba a commencĂ© Ă  avoir la foi. Et au bout d’un temps elle s’est dĂ©cidĂ©e d’aller voir elle-mĂȘme.

29        Eh bien, ça c’est une bonne chose Ă  faire. Ne restez pas sur la touche Ă  critiquer; venez voir par vous-mĂȘme. Maintenant, rĂ©alisez-vous le prix que cette petite femme a dĂ» payer? Elle avait au moins trois mois de voyage Ă  effectuer Ă  dos de chameau. Et ce n’est pas Ă©tonnant que JĂ©sus ait dit: «Cette reine-lĂ  se lĂšvera au jour du Jugement et condamnera cette gĂ©nĂ©ration. Car il y a ici parmi vous un don plus glorieux que celui de Salomon, et vous le rejetez, disant que c’est BĂ©elzĂ©bul. Vous dites que Je suis un diseur de bonne aventure, que Je suis un dĂ©mon; et un plus grand que Salomon... Et cette petite reine paĂŻenne se lĂšvera au jour du Jugement et condamnera toute cette gĂ©nĂ©ration.»

30        Je me demande ce qui serait dit ce soir aprĂšs que JĂ©sus est mort et ressuscitĂ©, et qu’Il a envoyĂ© le Saint-Esprit avec des oeuvres plus glorieuses et plus puissantes, et des oeuvres plus nombreuses que tout ce qui ait jamais Ă©tĂ© accompli sur terre auparavant. Qu’arrivera-t-il alors aux gens instruits, brillants, intelligents, que nous sommes supposĂ©s ĂȘtre?

31        Et cette petite femme, elle devait considĂ©rer une chose bien en face. PremiĂšrement, elle Ă©tait une femme, et une femme riche, et elle avait trois cents miles [482 km] Ă  parcourir, pas Ă  bord d’une Cadillac climatisĂ©e, mais Ă  dos de chameau; mais dans son petit coeur elle Ă©tait dĂ©terminĂ©e Ă  dĂ©couvrir si c’était la vĂ©ritĂ© ou pas.

            Oh! J’aime cela. Elle voulait savoir par elle-mĂȘme. Si donc vous ĂȘtes dĂ©terminĂ© Ă  ce point, vous ne laisserez rien d’autre vous faire obstacle. Peu importe de quoi il s’agit, vous serez dĂ©terminĂ© Ă  dĂ©couvrir la chose. Vous ne prĂȘterez nullement attention aux circonstances; vous suivrez la conduite que vous sentez.

32        Et pendant que cette petite dame escortĂ©e par cette petite caravane de chameaux et de quelques gardes... Souvenez-vous, les enfants d’IsmaĂ«l habitaient le dĂ©sert en ces jours-lĂ , c’étaient des brigands. Et sa caravane Ă©tait chargĂ©e de dons. Elle a dit: «Si la chose est vraie, je vais mettre tout ce que j’ai Ă  son service.»

            Oh! J’aime cela. Si nous pouvons voir ce soir que la Bible est la VĂ©ritĂ© et que Christ est ressuscitĂ© d’entre les morts, nous devrions mettre tout ce que nous avons au service de Dieu: chaque talent, chaque heure, tout ce que nous possĂ©dons, et ne rien laisser nous faire obstacle, mais continuer jusqu’à ce que nous serons rĂ©ellement convaincus.

33        Eh bien, elle pouvait se faire dĂ©valiser. Les enfants d’IsmaĂ«l pouvaient surgir. Elle avait de l’encens, de l’or, de la myrrhe, de l’argent; les chameaux en Ă©taient chargĂ©s. Quelle proie, quelle aubaine pour ces bandits du dĂ©sert! Et une petite femme impuissante... Mais vous savez quoi? Peu importe ce que semble ĂȘtre l’opposition, si vous ĂȘtes dĂ©cidĂ© Ă  dĂ©couvrir la vĂ©ritĂ©, Dieu vous conduira et vous protĂ©gera jusqu’à ce que vous atteigniez la chose.

34        Elle Ă©tait dĂ©terminĂ©e. Elle avait entendu. «La foi vient de ce qu’on entend, de ce qu’on entend la Parole de Dieu.» Elle a poursuivi son chemin. Et Satan a dit: «Eh bien, tu vas tomber entre les mains des brigands. Tu vas connaĂźtre ceci. Il va t’arriver telle chose.» C’est le mĂȘme dĂ©mon qui parle aujourd’hui, le mĂȘme dĂ©mon. Mais elle Ă©tait dĂ©terminĂ©e. Et, souvenez-vous, elle Ă©tait une femme lĂ  dans ce dĂ©sert pendant trois mois. Elle a effectuĂ© un voyage de trois mois Ă  travers le dĂ©sert Ă  dos de chameau pour tester et voir par elle-mĂȘme si la chose venait rĂ©ellement du Dieu des Cieux qui pouvait envoyer des dons.

35        Et parfois, nous restons en arriĂšre dans la petite coquille de notre religion, et nous refusons de traverser la rue pour voir si c’est vrai ou pas. Alors, qu’adviendra-t-il de cette gĂ©nĂ©ration au jour du Jugement? Alors que JĂ©sus a dit: «Si vous parlez contre Moi, le Fils de l’homme, si vous Me traitez de dĂ©mon et de BĂ©elzĂ©bul, cela vous sera pardonnĂ©, mais quand le Saint-Esprit sera venu, parler contre cela ne vous sera jamais pardonnĂ©.» ... Alors quel genre de personne devrions-nous ĂȘtre? Eh bien, nous devons ĂȘtre trĂšs respectueux.

36        Et comme nous le voyons, cette petite dame a poursuivi son chemin, car elle Ă©tait dĂ©terminĂ©e Ă  dĂ©couvrir. Et la main de Dieu l’a protĂ©gĂ©e jusqu’à ce qu’elle est finalement arrivĂ©e Ă  destination. Si dans votre coeur vous essayez rĂ©ellement de dĂ©couvrir ce qui est juste, Dieu vous conduira Ă  destination. Il vous protĂ©gera tout au long du chemin et vous amĂšnera Ă  destination. Et alors que nous la voyons faire dĂ©charger ses chameaux devant le palais... Eh bien, elle n’était pas venue pour rester une seule soirĂ©e. Elle est venue, elle a dressĂ© ses tentes et son camp, et elle est restĂ©e lĂ  jusqu’à ce qu’elle a Ă©tĂ© convaincue. Nous, nous ne pouvons rester que pour une seule soirĂ©e, peut-ĂȘtre une heure, mĂȘme pas jusqu’à la fin de la rĂ©union. Mais elle, elle est venue pour rester jusqu’à ce qu’elle soit convaincue. Et elle a gardĂ© ses dons jusqu’à ce qu’elle s’est rendu compte.

37        Mais remarquez, jour aprĂšs jour, je peux voir la petite reine pendant qu’elle entrait lĂ  dans l’assistance, elle a vu les gens qui venaient devant Salomon, elle a observĂ© ce grand don commencer Ă  opĂ©rer. Et de par le grand sĂ©rieux avec lequel cela opĂ©rait, seul l’Esprit pĂ©nĂ©trant de Dieu pouvait accomplir ces choses. Elle a observĂ© cela dans tel cas. Elle a observĂ© cela dans tel cas. Elle a Ă©prouvĂ© cela. Elle a observĂ© cela pendant que diffĂ©rentes personnes venaient, jusqu’à ce qu’au bout d’un moment elle est allĂ©e... Lorsqu’elle fut prĂȘte Ă  partir, lorsqu’elle fut convaincue, elle a dit: «Tout ce que j’avais entendu Ă©tait vrai, et c’est au-delĂ  de ce que j’avais dĂ©jĂ  entendu. C’est mĂȘme plus glorieux que ce que j’avais entendu.»

38        Et la Bible dit qu’elle se lĂšvera dans les derniers jours et condamnera cette gĂ©nĂ©ration d’incrĂ©dules. Elle vint des extrĂ©mitĂ©s de la terre pour voir un don de Dieu en action.

39        Or, combien de rĂ©cits de la Bible avons-nous depuis cette Ă©poque-lĂ ? Combien de gĂ©nĂ©rations sont passĂ©es? Le Seigneur JĂ©sus est venu et est parti, et le Saint-Esprit est descendu, et cela a continuĂ© Ă  travers Luther, Knox, Sankey, Finney, tout du long Ă  travers les Ăąges, et droit jusqu’ici au dĂ©nouement de tout, quand chaque nation se tient sur la pointe d’une aiguille, quand les missiles sont dans les cieux, et que les raz-des-marĂ©es frappent les rivages. Les gens meurent plus des maladies cardiaques (particuliĂšrement les hommes) que jamais auparavant. La Bible dit: «Les coeurs des hommes dĂ©faillent...» La peur, des temps de perplexitĂ©, l’angoisse parmi les nations, tous ces grands signes dont JĂ©sus a parlĂ© sont lĂ ; et Il a dĂ©versĂ© Son Saint-Esprit, et a placĂ© des signes et des prodiges, et des dons dans l’Eglise; et le monde extĂ©rieur se tient lĂ  en cercle, en train de rire et de se moquer de cela. Quel sera leur sort final? Des religieux...

40        Mais Dieu ne peut pas dĂ©verser Son jugement sur un peuple juste et ĂȘtre Lui-mĂȘme juste. Ils doivent en arriver Ă  ce point. Juste Ă  n’importe quelle heure oĂč Dieu le permettra, lorsque cette derniĂšre personne sera sauvĂ©e, et que tout le corps de JĂ©sus sera complet, la Russie pourrait envoyer plus de cent ou deux cents missiles; en l’espace de dix minutes il n’y aura plus rien en vie sur ce continent. C’est juste. Ils n’ont pas besoin de venir par avion. Ils peuvent lancer un missile Ă  partir de Moscou, et le diriger vers Washington et Central Street Ă  Phoenix, en Arizona et le faire atterrir lĂ . Certainement. Ils ne sont pas obligĂ©s de sortir de leur jardin de derriĂšre. Et nous en avons que nous pouvons leur envoyer en riposte. Que se passera-t-il lorsque ces choses se produiront? C’est seulement la misĂ©ricorde de Dieu, alors qu’Il est en train d’envoyer Son dernier avertissement et Son dernier appel, appelant un peuple des nations Ă  sortir pour porter Son Nom.

41        FrĂšre, nous ne sommes pas ici pour ĂȘtre vu. Nous ne sommes pas non plus ici pour l’argent. Nous ne sommes pas ici pour la renommĂ©e du monde. Nous sommes ici pour essayer de faire tout ce qui est en notre pouvoir en tant qu’humain, et avec l’aide de Dieu, pour gagner chaque Ăąme pour Lui aussi vite que possible. Un jour, la derniĂšre personne sera sauvĂ©e. Alors cette gĂ©nĂ©ration aura Ă  rĂ©pondre pour ce qu’elle aura fait des glorieux dons de Dieu et tout qui ont Ă©tĂ© envoyĂ©s devant elle. RĂ©flĂ©chissons Ă  ces choses pendant que nous L’invoquons avec nos tĂȘtes inclinĂ©es.

42        Ô Dieu Ă©ternel, le miel n’est pas du tout doux quand nous pensons Ă  la douceur de la communion de notre Seigneur JĂ©sus bĂ©ni, Lui qui nous a lavĂ©s de nos pĂ©chĂ©s, et nous a prĂ©sentĂ©s comme une vierge pure. Et nous rĂ©alisons qu’il n’y a en nous aucune justice qui nous soit propre, par nos propres mĂ©rites. Mais nous confessons solennellement que nous sommes des pĂ©cheurs qui mĂ©ritent le chĂątiment de la sĂ©paration Ă©ternelle d’avec Sa PrĂ©sence. Et nous confessons que c’est par Sa misĂ©ricorde qu’Il nous a appelĂ©s.

43        Et nous voici ce soir, et le grand monde scientifique comme il en Ă©tait au temps de NoĂ©, combien le monde est devenu savant! La lignĂ©e de CaĂŻn, ils ont travaillĂ© en tant que... le cuivre, les mĂ©taux, et le bois; et c’étaient de grands artisans. Mais de la lignĂ©e de Seth est venue la lignĂ©e des gens spirituels, et le message a Ă©tĂ© apportĂ© juste avant la Venue. Que se passe-t-il avant la Venue? La jonction des temps. VoilĂ  que le Message est donnĂ©; des Anges apparaissent; des prophĂštes sont suscitĂ©s, Dieu donne des avertissements. Ô Dieu, que les gens voient l’Ecriture sur la muraille. Le temps est proche.

44        Et pour ces gens qui sont ici ce soir, qui confessent leur foi en Toi, qui croient que Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, qui est mort, qui a Ă©tĂ© enseveli et qui est ressuscitĂ© pour notre justification, et qui a envoyĂ© le Saint-Esprit ce soir afin d’accomplir la Parole qu’Il a promise, «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais. Vous en ferez davantage, car Je m’en vais au PĂšre. Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde».

45        Et nous Te voyons venir sur scĂšne aprĂšs la prĂ©dication de la Parole. Tu es tellement aimable que, aprĂšs la prĂ©dication de la Parole, Tu te lĂšves encore parmi Ton peuple et montres au monde extĂ©rieur que Tu es vivant. Ils n’ont aucune excuse, Seigneur. Et nous prions pour l’amour de l’Evangile et pour l’amour de la Parole, afin que cela s’accomplisse, que Tu te lĂšves au milieu de nous ce soir aprĂšs la prĂ©dication de la Parole et confirmes la Parole, qui montre que Tu es le Seigneur JĂ©sus qui est vivant, et afin que Tu parles aux coeurs qui sont ici ce soir, que Tu guĂ©risses les malades et les affligĂ©s, que Tu accomplisses ici parmi nous les mĂȘmes oeuvres que Tu avais accomplies lorsque Tu marchais parmi nous dans un corps physique, il y a bien des annĂ©es. Accorde-le, Seigneur. Car nous le demandons au Nom de Christ. Amen.

46        Maintenant, si le Saint-Esprit, par un don divin, venait ce soir et faisait les oeuvres que JĂ©sus a faites lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, combien se rĂ©jouiraient de Le voir, et aimeraient Le voir, et L’accepteraient? Ma priĂšre est que le Seigneur vous bĂ©nisse.

            J’aimerais juste faire cette dĂ©claration. Y a-t-il ici ce soir un pĂ©cheur ou un rĂ©trograde, qui voudrait dire: «Monsieur Branham, si je peux voir le Seigneur JĂ©sus accomplir parmi Son peuple ce soir les mĂȘmes choses qu’Il a accomplies lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, je serai un croyant et je Lui abandonnerai ma vie.»? Voulez-vous lever la main, quelque part dans la salle? Que Dieu vous bĂ©nisse. Quelqu’un d’autre? TrĂšs bien. Y a-t-il quelqu’un de ce cĂŽtĂ© au balcon? Dites: «Si le Seigneur JĂ©sus fait exactement ce qu’Il a fait dans les jours d’autrefois, je croirai en Lui.»

47        Combien ici sont nĂ©s de nouveau et ont le Saint-Esprit? Levez la main, partout ici. Eh bien, je pense que c’est presque Ă  cent pour cent, ils sont tous des chrĂ©tiens. TrĂšs bien, nous allons appeler une ligne de priĂšre et prier. Combien ici n’ont jamais assistĂ© Ă  une de mes rĂ©unions, voyons voir, Ă  une de mes rĂ©unions auparavant? Il y en a un bon nombre. TrĂšs bien. Mes chers amis qui ĂȘtes des nouveaux venus, vous ĂȘtes venus, j’en suis sĂ»r, pour tout ce que vous pourrez obtenir de bon, et pour tout ce que vous pourrez obtenir pour votre Ăąme, je prie que Dieu vous nourrisse de Sa manne.

48        Eh bien, je ne peux pas guĂ©rir les gens. N’importe qui sait cela. Je ne prĂ©tends pas le faire. Et personne d’autre Ă  part Dieu ne peut guĂ©rir. Vous pouvez aller et attraper la pneumonie. Vous irez chez le mĂ©decin, et il vous donnera de la pĂ©nicilline, et il vous placera sous une tente Ă  oxygĂšne. Il mettra un autre homme Ă  cĂŽtĂ© de vous, et l’un de vous mourra et l’autre vivra. Voyez-vous? Ce n’est pas le fait de faire ceci ou cela qui dĂ©cide de la chose. C’est Dieu qui dĂ©cide de cela. C’est Dieu qui tient votre vie dans Sa main.

49        Lorsque JĂ©sus Ă©tait ici, Il ne prĂ©tendait pas ĂȘtre un GuĂ©risseur. Et si JĂ©sus ne pouvait pas prĂ©tendre ĂȘtre un GuĂ©risseur, Ă  combien plus forte raison moi, un pĂ©cheur sauvĂ© par grĂące! Comment pourrais-je ĂȘtre un guĂ©risseur, ou n’importe quel autre homme? Il a dit: «Je ne fais rien... Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres; c’est Mon PĂšre qui habite en Moi. Il Me montre d’abord quoi faire, et Je fais ce qu’Il Me montre de faire.» Jean 5.19. Maintenant, s’Il fait cela ce soir, c’est une confirmation qu’Il est vivant et qu’Il est ici parmi nous. Nous croirons en Lui.

50        Et maintenant, certains viendront sur l’estrade. Je n’en prends pas beaucoup. Cela m’affaiblit tellement. Les frĂšres sont ici pour surveiller. Et nous avons eu–avons tenu plusieurs rĂ©unions, nous en avons encore beaucoup devant nous, le Seigneur voulant. Mais si Christ fait tout simplement ces choses qu’Il avait faites, juste une fois, c’est suffisant... Cela rĂšgle la question.

51        Eh bien, hier soir, je crois, j’avais des cartes de priĂšre... Nous avons appelĂ© de 1 Ă  50; et certains se sont tenus debout; certains n’étaient pas lĂ . Ce soir, nous appelons Ă  partir de... Je crois que c’était la sĂ©rie I, les cartes de priĂšre de la sĂ©rie I. I, appelons Ă  partir de 50 ce soir. Qui a la carte de priĂšre I-50, voulez-vous lever la main? I-50, trĂšs bien, la dame par ici. I-51. Il y a une petite lettre Ă©crite dessus. C’est juste une petite carte carrĂ©e sur laquelle sont Ă©crits une lettre et un numĂ©ro. I-50, et I-51, qui a celle-lĂ ? Si vous pouvez, si vous ne pouvez pas vous tenir debout, les huissiers vont vous transporter jusqu’ici. I-51, voulez-vous lever la main? I–I-52. Peut-ĂȘtre que c’est au balcon. TrĂšs bien. NumĂ©ro, euh! 53, 52, 53. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

52        Cela doit ĂȘtre comme une bĂȘte muette que l’on conduit... Le fameux Psaume de la Vie de Longfellow dit: «Ne soyez pas comme une bĂȘte muette que l’on conduit. Soyez un hĂ©ros dans la bataille.» Dieu n’a pas besoin de continuer Ă  user des rĂ©pĂ©titions. Il nous a demandĂ© de ne pas user de vaines redites. Mais lorsque MoĂŻse fut envoyĂ© pour dĂ©livrer les enfants d’IsraĂ«l, il lui fut donnĂ© d’accomplir un signe: guĂ©rir sa main de la lĂšpre, accomplir un miracle avec un bĂąton. Et lorsqu’il a fait cela une fois, chaque IsraĂ©lite l’a carrĂ©ment suivi. N’est-ce pas Ă©trange ce soir qu’il en faille tant pour nous? Mais Dieu ne veut pas qu’aucun pĂ©risse, mais que tous arrivent Ă  la repentance.

53        Eh bien, est-ce une femme? Cette... Voulez-vous bien approcher, madame? Maintenant, j’aimerais vous demander Ă  tous d’ĂȘtre tout aussi respectueux. Maintenant, bien sĂ»r, si vous voulez remercier le Seigneur, glorifier le Seigneur pour... Eh bien, c’est merveilleux. Nous aimerions que vous le fassiez aussi. Mais essayez simplement de le faire, dans votre coeur.

54        Combien ici n’ont pas de cartes de priĂšre et veulent que Dieu les guĂ©risse? Faites voir la main. TrĂšs bien. C’est presque partout... Maintenant, souvenez-vous, la Bible dit qu’Il est le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© part le sentiment de nos infirmitĂ©s. Si donc vous Le touchez, vous pouvez obtenir votre guĂ©rison Ă©tant assis lĂ , comme vous le pouvez n’importe oĂč. Il est partout. Il est omniprĂ©sent.

55        Maintenant, voici une dame debout devant moi. Je suppose que nous sommes des inconnus l’un pour l’autre, que nous ne nous sommes jamais vus. Mais Dieu nous connaĂźt tous les deux, n’est-ce pas?

            Maintenant, voici un tableau pareil Ă  celui de Jean, chapitre 4: un homme et une femme. Si Dieu me rĂ©vĂšle pour quelle raison cette dame est ici, ce qu’est son problĂšme, ou quelque chose qu’elle sait que j’ignore, comme je ne la connais pas (Je ne sais rien Ă  son sujet.), chacun de vous croira-t-il au Seigneur JĂ©sus de tout son coeur? Que le Seigneur vous bĂ©nisse.

56        Maintenant, madame, je ne vous connais pas, et notre Seigneur JĂ©sus a parlĂ© une fois Ă  une femme au puits. Et Il lui a parlĂ© jusqu’à ce qu’Il a dĂ©couvert son problĂšme. Alors Il lui a dit son problĂšme. Et elle a dit: «C’était le signe du Messie.» Elle a dit: «Nous savons que lorsque le Messie viendra, Il fera ceci.» Mais elle ignorait qui Il Ă©tait.

            Et Il a dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.» Si c’était cela le signe du Messie en ce temps-lĂ , c’est le signe du Messie aujourd’hui.

57        Lorsque Philippe est allĂ© chercher NathanaĂ«l et que ce dernier est venu, JĂ©sus lui a dit qu’il... lĂ  oĂč il se trouvait et ce qui lui est arrivĂ© avant qu’il vienne lĂ , Il lui a dit qu’il Ă©tait un croyant, et oĂč il... ce qu’il faisait avant de venir. Alors il a dit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.» Il Ă©tait un Juif. Et vous, vous ĂȘtes une femme des nations. Et si la Samaritaine a cru parce que JĂ©sus lui a dit cela et qu’elle a dit que c’était le signe du Messie, le vrai Juif a cru parce que ce signe a Ă©tĂ© accompli, il savait que c’était le signe du Messie, que ferez-vous en tant qu’une femme des nations s’Il faisait la mĂȘme chose, s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? S’Il fait la mĂȘme chose, jugez si c’est vrai ou pas. Allez-vous croire que c’était le Seigneur JĂ©sus? L’assistance va-t-elle croire de tout son coeur, en tant que des gens des nations?

58        Maintenant–maintenant, voyez-vous, j’ai fait ma part. J’ai prĂȘchĂ© cela; j’en ai rendu tĂ©moignage; maintenant le reste relĂšve de Dieu. Et si donc Dieu fait Sa part, alors la chose dĂ©pend de vous. C’est vous maintenant.

59        Maintenant, la dame sait, ou elle vient de dire que nous ne nous connaissons pas. C’est peut-ĂȘtre la premiĂšre fois que nous nous rencontrons dans la vie. Est-ce que vous m’avez dĂ©jĂ  vu, Ă  partir de l’assistance ou quelque chose comme ça? Vous avez dĂ©jĂ  Ă©tĂ© dans une ligne de priĂšre. Pas dans cette sĂ©rie de rĂ©unions? Pas dans cette sĂ©rie de rĂ©unions. Eh bien, c’est pourquoi j’ignore le motif de votre prĂ©sence. Des milliers de gens se pressent... passent dans la ligne de priĂšre. Etait-ce dans une autre rĂ©union, lorsque j’étais Ă  Phoenix ou quelque part? C’est ça. Eh bien, voyez-vous, je ne le saurais pas, et probablement que je ne le saurais pas demain, si vous disiez que vous Ă©tiez passĂ©e dans la ligne de priĂšre ce soir. Je ne le saurais pas.

60        Mais il y a une chose. Vous... Tout ce que... Faites ceci. Tout ce que vous dĂ©sirez recevoir de Dieu, dans votre coeur commencez Ă  prier Dieu, pour–pour qu’Il me fasse connaĂźtre ce que vous dĂ©sirez. Et alors, puisse Dieu le rĂ©vĂ©ler. Et s’Il le rĂ©vĂšle, alors nous sommes tous ici, pour ainsi dire, sous serment, Ă  savoir que nous croirons que c’est le Seigneur JĂ©sus.

61        Maintenant, si l’assistance peut encore entendre ma voix Ă  travers ce microphone... Si jamais quelqu’un a dĂ©jĂ  vu une photo de cette LumiĂšre, de cet Ange, Elle se tient entre moi et cette femme. Et je vois que cette femme souffre d’une sorte de maladie situĂ©e sous les cĂŽtes, cela lui cause des maux de l’estomac et des crampes... Elle souffre d’une affection de la vĂ©sicule biliaire. Et puis elle a connu un accident, elle s’est fait mal au dos, et elle dĂ©sire qu’on prie pour cela. C’est la vĂ©ritĂ©, n’est-ce pas, madame? Si c’est vrai, levez la main...?... Maintenant, croyez-vous? Maintenant, cette femme est le juge. Je ne l’ai jamais vue.

62        Eh bien, plus je parlerai Ă  cette femme, plus Il rĂ©vĂ©lera des choses. Mais il y a d’autres personnes ici pour qui on doit prier, et je ne... Eh bien, parlons Ă  la femme pendant un instant. Gardez les yeux fermĂ©s et priez. Maintenant, priez encore, et voyons ce qu’Il dira. Je pourrais simplement prier pour elle et la laisser partir, mais je vais voir s’Il va dire quelque chose d’autre. Il peut ne pas le faire.

63        Je vois une petite fille venir devant moi. La petite fille a environ douze ans. Elle souffre d’une nervositĂ© extrĂȘme, et cette femme prie pour cette fille. C’est juste, levez la main. Croyez-vous maintenant de tout votre coeur? Est-ce qu’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts? Pouvez-vous ĂȘtre aussi–aussi sage que la reine de SĂ©ba, accepter cela comme venant de Dieu?

64        Prions, madame. Notre PĂšre cĂ©leste, au Nom du Seigneur JĂ©sus, bĂ©nis cette chĂšre femme que je bĂ©nis de tout mon coeur en Ton Nom, pour que ses dĂ©sirs lui soient accordĂ©s. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, mĂšre. Partez et n’ayez pas peur. Ayez la foi et croyez.

65        Maintenant, soyez trĂšs respectueux. Si j’ai bon souvenir, monsieur, cette dame qui vient de passer, j’ai dĂ©peint un tableau prĂ©sentant les Gentils, ou plutĂŽt les Samaritains. Une femme est venue, et il lui a Ă©tĂ© dit ce qui n’allait pas chez elle. Elle menait une vie immorale. Et lorsque JĂ©sus lui a dit ce qui n’allait pas chez elle, eh bien, elle a reconnu que c’était lĂ  le signe du Messie. Et puis, Ă©tant donnĂ© que vous ĂȘtes chrĂ©tien, vous croyez que JĂ©sus Ă©tait le Messie, et Il est toujours le Messie, et Il sera toujours le Messie. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

66        Ensuite un homme est venu vers Lui une fois, et son nom Ă©tait NathanaĂ«l. Philippe l’avait trouvĂ© et l’a amenĂ© Ă  la rĂ©union. Et lorsqu’il s’est tenu devant le Seigneur, le Seigneur lui a dit quelque chose qu’il avait fait. Quelque chose qui s’était produit dans sa vie avant qu’il vienne Ă  cette rĂ©union-lĂ . Et que Lui a dit ce Juif? Il a dit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.»

67        Maintenant, cette femme, c’est ce qu’elle a dit, et maintenant vous, vous ĂȘtes lĂ  en tant qu’un homme. Si JĂ©sus me dit quelque chose... Eh bien, je ne sais pas, vous pourriez ĂȘtre ici pour quelqu’un d’autre, et vous pourriez ĂȘtre ici pour un problĂšme financier, un problĂšme de mĂ©nage; je–je ne sais pas. Vous pouvez ĂȘtre malade. Je ne saurai pas vous le dire. Vous savez que je ne vous connais pas. Mais s’Il me dit pourquoi vous ĂȘtes venu ici Le voir, alors lĂ  je jouerai le rĂŽle du sarment qui est attachĂ© Ă  Lui, le Cep. Je n’ai aucune puissance par moi-mĂȘme. Si je ne vous connais pas, eh bien, cela rĂšgle la question. Cela–cela met de cĂŽtĂ© la part de l’homme. Mais si Lui apporte la puissance, et me rĂ©vĂšle le motif de votre prĂ©sence ici, alors vous serez obligĂ© de reconnaĂźtre que c’est Lui. Alors vous croirez. Bien, puisse-t-Il me rĂ©vĂ©ler quelque chose qui est arrivĂ© dans votre vie. Alors, lĂ , vous saurez si c’est la vĂ©ritĂ© ou pas.

68        Maintenant, si l’assistance entend encore ma voix, cet homme est trĂšs conscient qu’il se passe quelque chose. Je vois cet homme s’éloigner de moi, et il est dans une chambre d’hĂŽpital ou quelque chose du genre. Il a Ă©tĂ© opĂ©rĂ© environ deux fois. Et c’était au niveau de l’estomac, ou plutĂŽt c’était le foie. Non, ils ignorent de quoi il s’agissait. Ils ne le savent pas encore, et vous ressentez encore les symptĂŽmes. C’est la vĂ©ritĂ©. Si c’est la vĂ©ritĂ©, levez la main. La raison pour laquelle ils n’arrivent pas Ă  dĂ©couvrir cela, monsieur, le mĂ©decin ne peut pas voir un esprit. Il voit seulement ce qu’il regarde de ses yeux, ou voit de... touche de ses mains. Mais le Saint-Esprit est ici, et Il sait que c’est un dĂ©mon. Voulez-vous vous abandonner Ă  l’Esprit qui vous parle en ce moment, le Saint-Esprit?

            Alors Dieu, avec cette onction du Saint-Esprit, ce qui est mentionnĂ© dans la Bible par notre Seigneur JĂ©sus, voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris. Je condamne ce dĂ©mon qui tourmente notre frĂšre, et qu’il le quitte au Nom de JĂ©sus-Christ! Amen! Maintenant, allez en vous rĂ©jouissant, frĂšre, et soyez rĂ©tabli pour la gloire de Dieu.

69        Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que je suis Son serviteur? Quelle confession! Alors, c’est facile. Oui, vous croyez, et vous avez le droit de croire. Vous aviez Ă©tĂ© rĂ©cemment guĂ©rie de l’arthrite. C’était hier soir dans la rĂ©union. Vous Ă©tiez quelque part dans l’assistance. C’est juste. LĂ  dans... Et vous ĂȘtes debout ici ce soir pour quelqu’un d’autre, votre frĂšre. Et ce frĂšre souffre de l’asthme et d’une maladie cardiaque. En fait, l’asthme a fatiguĂ© son coeur. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Maintenant, prenez ce mouchoir que vous avez en main, envoyez-le-lui, et qu’il soit guĂ©ri au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ. Amen.

70        «Si tu peux croire, tout est possible.» Est-ce que vous croyez? Vous croyez, soeur? TrĂšs bien. Si vous croyez de tout votre coeur, l’arthrite va vous quitter, et cela ne reviendra plus. Voulez-vous accepter cela? TrĂšs bien.

71        Oui, vous avez levĂ© la main. Cette affection des reins va vous quitter, si vous croyez, vous lĂ -bas, de tout votre coeur. Croyez-vous cela? Amen. Une femme se tient ici et un homme est devant moi, cela ne pourrait pas ĂȘtre la mĂȘme personne. Voyez-vous? Cela venait de lĂ .

            Vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme. Vous vous tenez ici pour quelqu’un d’autre. Je ne lis pas votre pensĂ©e. Vous le savez bien. Mais si Dieu me rĂ©vĂšle pourquoi vous ĂȘtes ici, et pour qui vous ĂȘtes ici, ou quelque chose de ce genre, allez-vous accepter cela? Vous vous tenez ici pour un parent de votre mari. C’est un neveu. Il pique des crises, c’est comme s’il perd conscience. Votre mari aussi a besoin de la guĂ©rison (N’est-ce pas?) de cette hernie. Croyez-vous que Dieu va le guĂ©rir? TrĂšs bien, alors allez et recevez cela au Nom du Seigneur JĂ©sus. Amen.

72        «Si tu peux croire.» Etes-vous convaincu que JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© d’entre les morts? Maintenant, soyez trĂšs respectueux. Ne vous dĂ©placez pas.

73        La petite dame mince, qui est assise lĂ , en train de me regarder, portant une petite robe fleurie, souffre des complications. Elle a plusieurs choses qui clochent. Mais elle fait un si grand effort pour ĂȘtre guĂ©rie. C’est vrai, madame. C’est vrai. Les complications, pratiquement tout va mal. C’est ce qu’ils ont dit... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Maintenant, si c’est vrai, levez la main. Maintenant, soeur, c’est terminĂ©, rentrez chez vous aussitĂŽt que la rĂ©union sera terminĂ©e. Votre foi L’a touchĂ©.

74        Cela a fait frĂ©mir une dame assise juste derriĂšre vous, qui porte des lunettes, et qui me regarde. Oui, vous qui vous ĂȘtes retournĂ©e, vous regardiez de cĂŽtĂ© la fille, et vous vous ĂȘtes regardĂ©es, cela vous a donnĂ© un frisson, n’est-ce pas, de voir cette petite dame ĂȘtre guĂ©rie? Croyez-vous que Dieu vous dĂ©barrassera de ces maux de tĂȘte? C’est ce que vous aviez, n’est-ce pas?

75        La petite dame assise Ă  cĂŽtĂ© de vous qui souffre de l’estomac, elle se dit qu’elle peut aussi ĂȘtre guĂ©rie. Si elle croit...

            C’est l’asthme; croyez-vous que Cela va vous guĂ©rir, monsieur? Croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir de l’asthme? Si vous le croyez, levez la main. TrĂšs bien. Amen.

76        La petite dame qui a levĂ© les mains lĂ -haut vient de Tallahassee, en Floride... C’est vrai. Savez-vous comment j’ai su cela? C’est la capitale [de la Floride]. Il y a beaucoup de grands chĂȘnes lĂ -bas, et c’est de lĂ  que vous venez. Vous avez le cancer. Vous ĂȘtes ici pour croire que Dieu va vous guĂ©rir. «Si tu peux croire, tout est possible.» Est-ce que vous croyez?

77        La petite dame assise juste ici en bas, elle prie aussi. Elle a la sinusite, elle a aussi une affection de la vĂ©sicule biliaire. Elle veut que Dieu la guĂ©risse. Si tu peux croire, tout est possible. Croyez-vous cela, madame? Celle qui porte une sorte de petite robe Ă  pois, vous qui avez levĂ© la main avec une... est-ce que vous croyez? Alors vous pouvez l’avoir. Qu’il vous soit fait comme vous l’avez cru.

78        Oh! Qu’Il est merveilleux, JĂ©sus, le Fils de Dieu! Est-ce que vous croyez? Monsieur, est-ce le... Je suppose que nous ne nous connaissons pas. Peut-ĂȘtre que c’est la premiĂšre fois dans la vie que nous nous rencontrons. Dieu vous connaĂźt et Il me connaĂźt. Ainsi maintenant, si je pouvais vous aider et que je ne le fasse pas, je serais une brute. Je ne serais pas digne de prĂȘcher l’Evangile. Je ne le suis pas de toute façon. Mais ce n’est pas Ă  cause de mes mĂ©rites que je suis ici. Je suis ici pour reprĂ©senter Quelqu’Un qui est digne. Moi, je ne suis pas digne; et personne d’autre n’est digne de faire cela. Mais je Le reprĂ©sente tout simplement. Et Il vous aime, et Il veut faire quelque chose pour vous. Et croyez-vous qu’Il m’a envoyĂ© pour vous aider par... divin. Eh bien, Il ne m’a rien donnĂ© par quoi vous guĂ©rir, parce que cela a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© accompli. Il peut seulement me donner quelque chose pour confirmer que c’est Lui qui m’a envoyĂ©. L’assistance croit-elle cela? Oh! C’est merveilleux de Le voir!

79        C’est agrĂ©able de pouvoir manger encore, n’est-ce pas? Ces ulcĂšres sont une chose vraiment horrible, les ulcĂšres de l’estomac. C’est juste. Je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vu. Il y a quelqu’un d’autre qui souffre aussi des ulcĂšres, cela est causĂ© par... Allez-vous croire?

            Regardez juste un instant par ici, monsieur. C’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons. Si–si vous croyez de tout votre coeur... Dites, Ă  propos, vous n’ĂȘtes pas d’ici. Vous... Je vois une eau bleu clair qui lĂšche une cĂŽte. Vous vivez dans un Etat cĂŽtier. Et vous venez du nord-ouest, vous avez pris le sud, pour venir ici vous avez pris le sud-est. Vous venez de la Californie. C’est juste. Vous venez d’une ville appelĂ©e Live Oaks ou une certaine... Live Oaks. Et si JĂ©sus a pu dire Ă  Pierre qui il Ă©tait, croyez-vous qu’Il peut me dire qui vous ĂȘtes? D. A. Vaughan. D. L. Vaughan de Live Oaks, en Californie. Est-ce que vous croyez? Approchez.

80        Ô Dieu Ă©ternel et immortel, sois misĂ©ricordieux, ĂŽ notre Dieu, envers les nĂ©cessiteux ce soir et guĂ©ris ceux qui sont trĂšs malades. BĂ©nis cet homme que je bĂ©nis en Ton Nom; et qu’il reçoive ce qu’il a demandĂ©, au Nom de Christ. Amen. Croyez maintenant de tout votre coeur. Allez et soyez guĂ©ri.

81        Nous aimerions juste vous montrer quelque chose. La maladie du coeur est une maladie grave et dangereuse, mais Christ vit dans notre coeur. Croyez-vous cela? Vous tous qui ĂȘtes lĂ  qui souffrez du coeur, levez vos mains, vous qui souffrez du coeur. Regardez par ici, voyez-vous? Il est impossible d’identifier les gens. Tenez-vous donc debout. Dieu soit louĂ©. Si cette mauvaise chose quitte cet homme, le mĂȘme Dieu qui a guĂ©ri cet homme vous guĂ©rira. Le croyez-vous? La priĂšre de la foi sauvera le malade.

            Soeur, vous venez de Lubbock, au Texas, croyez cela maintenant.

82        Prions. Ô Dieu Ă©ternel et immortel, je Te prie d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers ces gens qui sont debout en ce moment. Et je Te prie de chasser ce mal d’eux, et que le Saint-Esprit accomplisse Ă  l’instant mĂȘme une oeuvre dans les coeurs de ces gens, qui mettra fin Ă  cela. Alors, qu’ils soient complĂštement guĂ©ris et qu’ils sortent de cette salle ce soir, en se rĂ©jouissant et en criant les louanges du Seigneur. Je demande cela au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

83        Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Que Dieu bĂ©nisse chacun de vous. Partez avec foi, en croyant, et croyez que Dieu va le faire. Et l’asthme vous quittera aussi, frĂšre. Pendant que vous ĂȘtes assis ou que vous vous ĂȘtes levĂ© de ce fauteuil... Toute personne qui a l’asthme, tenez-vous debout. Tenez-vous debout, tout celui qui souffre de l’asthme. Voici l’heure oĂč vous verrez Dieu accomplir une oeuvre glorieuse. Approchez, frĂšre.

            Ô Eternel, Dieu Ă©ternel, qui as ressuscitĂ© le Seigneur JĂ©sus, et qui es ici ce soir... Satan, tu es dĂ©masquĂ©, tu es vaincu. Tu as Ă©tĂ© vaincu il y a deux mille ans. Les gens ne font que s’en rendre compte maintenant. Sors de ces gens, toi esprit de l’asthme! Au Nom de JĂ©sus, nous Te dĂ©fions par la foi de la rĂ©surrection! Amen! Que le Seigneur vous bĂ©nisse, frĂšre. Que cela ne vous dĂ©range plus jamais.

84        Vous avez marchĂ© bien diffĂ©remment lorsque vous vous ĂȘtes levĂ© tout Ă  l’heure. Si vous croyez de tout votre coeur, vous n’aurez plus jamais Ă  vous tourner de cĂŽtĂ© pour descendre la rue, ou pour sortir du lit, Ă  cause de l’arthrite. Dieu va vous guĂ©rir. Croyez-vous cela? Cela a disparu maintenant, alors poursuivez votre route, en vous rĂ©jouissant et en remerciant Dieu.

85        C’est une affection gynĂ©cologique, une maladie des femmes, Dieu peut guĂ©rir cela de mĂȘme qu’Il peut guĂ©rir tout le reste. Toutes les dames qui souffrent d’une affection gynĂ©cologique, tenez-vous debout maintenant mĂȘme pour ĂȘtre guĂ©ries par cette priĂšre. Oh! Voici comment amener les gens Ă  ĂȘtre guĂ©ris.

            Combien de ceux qui Ă©taient debout il y a quelques instants sentent qu’ils sont guĂ©ris? Levez la main. Vous qui ĂȘtes debout depuis que nous sommes... Regardez tout simplement. C’est l’oeuvre de Dieu.

86        Ô PĂšre Ă©ternel et bĂ©ni, nous amenons ces gens dans Ta PrĂ©sence maintenant, au moyen de la priĂšre. Nous les gardons lĂ  au Nom de JĂ©sus. Et nous condamnons l’ennemi qui fait souffrir nos soeurs. Quitte-les! Satan, et sors, au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu! Amen! Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Maintenant, allez. Maintenant, n’ayez pas une telle pensĂ©e. C’est un Ă©coulement lĂ , mais j’ai...?... VoilĂ  pourquoi j’ai rĂ©primandĂ© cela.

87        Oh! Êtes-vous heureux? Etes-vous convaincu que le Dieu du Ciel envoie toujours Ses dons sur la terre? Le Dieu du Ciel a confirmĂ© Sa Parole, qu’Il a ressuscitĂ© Son Fils, JĂ©sus, et que ce Dernier est juste ici en ce moment. Il est prĂ©sent. Et Il peut rĂ©tablir entiĂšrement chaque personne qui est ici, en ce moment mĂȘme, si vous le croyez. Allez-vous accepter cela? Combien veulent croire cela? Gardez simplement vos mains levĂ©es. Maintenant, levez la tĂȘte vers le ciel. Ceux qui sont dans la ligne de priĂšre aussi, levez vos mains.

88        Maintenant, si vous croyez que je suis le serviteur du Seigneur, et que je vous ai prĂȘchĂ© la Bible, et que c’est la VĂ©ritĂ©, car Christ est descendu et m’a permis de vous prouver qu’Il est ici, qu’Il vit, et qu’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts; alors Ă©coutez-moi tandis que je dis cette vĂ©ritĂ© solennelle: «Il Ă©tait blessĂ© pour vos pĂ©chĂ©s. C’est par Ses meurtrissures que vous avez Ă©tĂ© guĂ©ri.»

            Vous avez en vous la puissance, si vous avez la foi pour l’exercer. Croyez-vous cela?

            Satan, quitte cette assistance, au Nom de JĂ©sus-Christ! Sors de ces gens, au Nom de Christ!

            Tenez-vous debout. Rendez gloire Ă  Dieu. Tenez-vous simplement debout et rendez-Lui gloire. Je crois que chacun de vous est guĂ©ri. Rendez gloire et louange Ă  Dieu. Amen. TrĂšs bien, frĂšre...?...

EN HAUT