ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication Dieu Tient Sa Parole de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 57-0306 La durĂ©e est de: 1 heure et 27 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Dieu Tient Sa Parole

1          Pendant que nous sommes debout, pour juste un moment, inclinons la tĂȘte devant le Dieu Tout-Puissant et offrons-Lui un mot de priĂšre. Prions.

            Notre Bienveillant PĂšre cĂ©leste, nous Te remercions ce soir pour l’amour du Seigneur JĂ©sus et pour avoir encore Ă©tĂ© avec nous toute cette journĂ©e, et Tu as par Ta grĂące permis que nous puissions nous rassembler ici ce soir, et Tu as promis que «lĂ  oĂč deux ou trois sont assemblĂ©s en Mon Nom, Je serai au milieu d’eux». Et nous sommes certains que Tu es ici, parce que Tu l’as promis. Et nous Te prions de nous bĂ©nir ce soir, comme Ta PrĂ©sence est ici. Puissions-nous tous reconnaĂźtre cela, et que le Saint-Esprit prenne la Parole de Dieu et L’apporte Ă  chaque coeur juste selon nos besoins. Sauve les pĂ©cheurs. GuĂ©ris les malades et les affligĂ©s. Appelle les rĂ©trogrades Ă  revenir Ă  la maison de la grĂące. Accorde ces bĂ©nĂ©dictions que nous demandons au Nom de Christ. Amen.

2          Alors que les soirĂ©es deviennent plus intĂ©ressantes et que nous nous approchons de la derniĂšre rĂ©union de cette prĂ©sente sĂ©rie de rĂ©unions, j’ai confiance en Dieu et crois que beaucoup de choses seront accomplies pour Sa gloire. Je suis enrouĂ©, non pas Ă  cause d’un gros rhume, mais c’est simplement dĂ» au fait que j’ai beaucoup parlĂ©. Voici environ quatre mois d’affilĂ©e pendant lesquels j’ai eu Ă  peine une soirĂ©e de repos. Vous pouvez donc vous imaginer quelle terrible tension cela reprĂ©sente. Depuis les rĂ©gions glaciales jusqu’aux jungles tropicales, et il n’y a toujours pas de rĂ©pit. Je dois... partir d’ici; aprĂšs avoir quittĂ© lundi matin, je dois immĂ©diatement ĂȘtre Ă  La Crescenta le mĂȘme lundi Ă  treize heures, aprĂšs avoir quittĂ© ici. Et puis, je vais continuer jusqu’en Californie, Ă  Oakland, ensuite je vais retourner dans le Kansas pour faire la dĂ©dicace d’une Ă©glise; de lĂ , je monterai au Canada, et ferai le tour du Canada. Et puis, si le Seigneur le permet, immĂ©diatement aprĂšs la convention des Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens Ă  Chicago, je ferai un tour complet du monde, un tour complet. J’ai donc besoin de priĂšres et j’en ai grandement besoin; priez donc pour moi.

            Maintenant, ce soir, alors que nous ouvrons cette Parole bĂ©nie de Dieu... J’aime vraiment lire la Parole. N’aimez-vous pas la Parole?

3          «La foi vient de ce qu’on entend, ce qu’on entend de la Parole de Dieu.» Nous pouvons nous reposer avec beaucoup d’assurance sur la Parole de Dieu, parce qu’Elle est Ă©ternellement juste. Elle est Ă©ternellement la VĂ©ritĂ©. Et avec l’aide du Saint-Esprit, en priant qu’Il nous donne le contexte, j’aimerais lire un passage dans Nombres, chapitre 13, verset 30.

Caleb fit taire le peuple, qui murmurait contre MoĂŻse. Il dit: Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs!

            Juste comme un passage de l’Ecriture... Et maintenant, j’espĂšre que Dieu nous aidera pendant que nous Ă©tudions ceci. Et maintenant, ce soir, si c’est le cas, pour les deux ou trois prochaines soirĂ©es, j’aimerais enseigner sur le sujet suivant: Dieu tient Sa Parole.

4          Quand je venais d’ĂȘtre converti et que j’ai Ă©tĂ© ordonnĂ© dans l’Eglise baptiste, j’avais un bon vieil enseignant du nom de docteur Roy Davis. Il Ă©tait avocat avant sa conversion, et il considĂ©rait tout dans la Bible du point de vue lĂ©galiste. Et je me souviens du premier sermon que j’avais prĂȘchĂ©. J’avais prĂȘchĂ© sur Samson qui Ă©tait un bourreau pour l’ennemi. Eh bien, je me suis rendu lĂ  et on m’a liĂ© les mains au poteau. Et, oh! j’ai eu chaque Ă©motion dont j’estimais que tout prĂ©dicateur pouvait avoir. Et lorsque j’ai remarquĂ© que le vieux docteur Davis Ă©tait assis lĂ  avec son doigt portĂ© Ă  la bouche, juste en train de me regarder... Et Ă  la fin du culte, j’avais fait un appel Ă  l’autel. Et beaucoup de vieilles mĂšres s’avançaient, me donnant une petite tape Ă  l’épaule. Oh! elles disaient: «Billy, c’était merveilleux!»

            Et le docteur Davis a dit: «J’aimerais te voir au bureau.»

            J’ai dit: «D’accord.»

            Il a dit: «Jamais de ma vie je n’ai rien entendu d’aussi ridicule.» Oh! cela m’a vraiment dĂ©gonflĂ©.

            Alors j’ai dit: «Eh bien, qu’y a-t-il, docteur Davis?»

5          Il a dit: «Une fois, lorsque j’étais avocat, a-t-il dit, je me rendais au tribunal et j’assistais Ă  quelques procĂšs.» Et il a dit: «Pendant que j’assistais Ă  ces procĂšs, j’observais les Ă©motions des avocats.» Et il a dit: «Quand j’ai plaidĂ© mon premier cas, aprĂšs avoir jurĂ© devant la cour, a-t-il dit, j’ai enlevĂ© mon manteau. Et je dĂ©fendais une dame.» Et il a dit: «J’ai cognĂ© sur le prĂ©toire, j’ai criĂ©, j’ai fait les cent pas.» Et il a dit: «Je pensais avoir gagnĂ© le procĂšs; voilĂ  tout.» Et il a dit: «Le vieux juge Ă©tait assis lĂ . AprĂšs un moment, il se retourna vers la cou–cour, et il a dit: ‘Votre honneur, Juge, jusqu’à quand pourra-t-on... votre cour va-t-elle supporter cette absurditĂ©?’»

6          Eh bien, il a dit: «Alors j’ai senti que... j’ai senti comme si je venais de recevoir une raclĂ©e.» Il a dit: «Je suis sorti, abattu.» Il a dit: «Je suis rentrĂ© chez moi, et, s’est-il dit, eh bien, je vais apprendre quelque chose d’autre. Je ne serai jamais un bon avocat.» Il a dit: «AprĂšs un instant, quelqu’un a frappĂ© Ă  la porte. Et qui Ă©tait-ce, a-t-il dit, sinon le vieil avocat. Et il est entrĂ©. Il a dit: ‘Roy, j’étais en train de t’observer.’ Et il a dit: ‘Tu sais, cette cour... a-t-il dit, ‘la raison pour laquelle j’ai fait cela, c’est parce que j’aimerais que tu sois un vrai avocat.’ Il a dit: ‘Je sais que tu as la vocation du barreau, mais cette cour ne prend pas ses dĂ©cisions sur base de tes Ă©motions.’ Il a dit: ‘Tu as Ă©talĂ© beaucoup d’émotions, mais tu n’as rien citĂ© de la loi dans la dĂ©fense.’ Et il a dit; ‘VoilĂ  la raison pour la quelle j’ai dit cela.’»

7          Et, je pense que c’est une trĂšs bonne chose. J’ai dit: «Docteur Davis, je vous remercie.»

            Il a dit: «Billy, malgrĂ© toutes tes Ă©motions, et ton excitation et le fait que Samson Ă©tait liĂ© au poteau, fouettĂ©, avec les yeux crevĂ©s, tu ne t’es pas tellement rĂ©fĂ©rĂ© aux Ecritures. Les hommes ne sont pas sauvĂ©s par les Ă©motions et toutes ces petites histoires tristes que tu racontes. L’homme est sauvĂ© par la Parole de Dieu.» Cela m’avait certainement redressĂ©.

            Depuis lors, je suis parvenu Ă  cette conclusion: Dieu ne nous juge pas sur base de nos Ă©motions ou sur base de notre affiliation Ă  une Ă©glise, mais Il va... nous juge par Sa Parole. Les cieux et la terre passeront, mais la Parole de Dieu ne passera jamais. Maintenant, en ce jour et dans ce temps dans lesquels nous vivons, je pense qu’il nous appartient de nous examiner Ă  la lumiĂšre de la Parole de Dieu pour voir oĂč nous vivons et l’heure Ă  laquelle nous vivons.

8          Eh bien, Dieu a parlĂ© de ce jour. Et ce jour est l’un des jours les plus remarquables que le monde ait jamais vus. C’est l’un des temps les plus glorieux que le monde ait jamais connus pour la prĂ©dication de l’Evangile.

            Eh bien, dans l’Ancien Testament, il y avait environ trois moyens pour connaĂźtre la volontĂ© de Dieu. Naturellement, l’un d’eux, c’était la loi Ă©crite; le suivant, c’était par un prophĂšte; ensuite c’était par un songeur. Et lorsqu’un prophĂšte prophĂ©tisait ou qu’un songeur faisait un songe, on le laissait parler devant l’Urim Thummim, et c’était le pectoral qui se trouvait sur la poitrine d’Aaron. Et lĂ -dedans, il y avait des pierres qui reprĂ©sentaient chaque tribu. Et si ce prophĂšte avait dit la vĂ©ritĂ©, ou si ce songeur avait dit la vĂ©ritĂ©, une lumiĂšre sacrĂ©e brillait sur ce pectoral, et c’était appelĂ© l’Urim Thummim. Et peu importe combien la chose semblait rĂ©elle... j’aimerais que vous saisissiez cela. Peu importe combien la chose semblait rĂ©elle, si ces lumiĂšres ne brillaient pas sur l’Urim Thummim, c’est que Dieu avait rejetĂ© le message. Tout Ă©tudiant de la Bible sait cela.

9          L’Urim Thummim a disparu parce que la prĂȘtrise a pris fin. Mais l’Urim Thummim de Dieu aujourd’hui, c’est la Parole de Dieu. La Parole est Son Urim Thummim. Malheur Ă  celui qui ajoutera ou retranchera quelque chose de ce Livre. Ceci est la VĂ©ritĂ© Ă©ternelle de Dieu. Et en ce jour oĂč les gens disent: «Oh! nous n’avons pas besoin de la Bible. Elle a Ă©tĂ© traduite quinze fois ou plus; comment saurons-nous qu’elle est correcte?» Les cieux et la terre passeront, mais la Parole de Dieu ne passera jamais. Chaque doctrine et toute autre chose tirĂ©es de la Bible, que nous avons dans l’église, doivent ĂȘtre basĂ©es sur la Parole de Dieu; elles doivent venir de la Parole. Non pas simplement en un seul passage, mais de la GenĂšse Ă  l’Apocalypse, cela doit dire la mĂȘme chose, parce que nous ne pouvons baser nos pensĂ©es sur une seule petite Ecriture. En effet, la Bible dit: «Toute affaire se rĂ©glera sur la dĂ©position de deux ou de trois tĂ©moins.»

10        Vous pouvez prendre une Ecriture, la placer quelque part. Je peux dire en lisant l’Ecriture: «Judas s’est pendu. Allez et faites de mĂȘme.» Mais cela ne serait pas placer correctement l’Ecriture. Voyez-vous, cela se rapportait Ă  Judas et non Ă  vous.

            Et maintenant, pour deux ou trois soirĂ©es, si le Seigneur le permet, nous commençons ce soir le sujet: Dieu tient Sa Parole. Il est obligĂ© de tenir Sa Parole. Pour ĂȘtre Dieu, Il doit soutenir tout ce qu’Il a dit dans Sa Parole. Et c’est exactement lĂ  que ma foi repose, sur la Parole parlĂ©e de Dieu.

            Maintenant, notre texte de ce soir commence avec un peuple de l’alliance loin lĂ -bas, en Egypte. Toutefois, ils se trouvaient lĂ -bas, attendant l’accomplissement de la Parole de Dieu qui avait Ă©tĂ© prononcĂ©e au travers d’Abraham, selon laquelle sa postĂ©ritĂ© allait sĂ©journer dans ce pays Ă©tranger pendant quatre cents ans. Mais au cours d’une si longue attente, les gens se sont Ă©loignĂ©s de la vĂ©ritable signification et ils n’attendaient plus la venue de ce jour. Et une autre chose que nous pourrions dire: ils n’attendaient pas la chose de la maniĂšre dont cela est arrivĂ©. Et c’est lĂ  le problĂšme que nous avons aujourd’hui. Nous avons des pensĂ©es bien arrĂȘtĂ©es sur la maniĂšre dont Dieu doit faire les choses, juste la maniĂšre dont nous pensons qu’Il va le faire; et gĂ©nĂ©ralement, nous sommes en erreur.

            Dieu avait promis qu’Il allait les dĂ©livrer. Et lorsqu’un tout petit bĂ©bĂ© mĂąle naquit lĂ -bas dans la maison d’un pauvre paysan, les gens ne pouvaient guĂšre penser que c’était lui le libĂ©rateur de l’Egypte, ou plutĂŽt d’IsraĂ«l. Mais c’était bien lui. Et lorsque vint le temps oĂč ils devaient ĂȘtre dĂ©livrĂ©s, IsraĂ«l manqua de reconnaĂźtre son conducteur qui devait les faire sortir. Quelle en a Ă©tĂ© la consĂ©quence? Il a fallu quarante ans de plus pour que Dieu puisse prĂ©parer l’église afin de la faire sortir.

11        Maintenant, voici ce que je crois. Je pourrais ĂȘtre dans l’erreur; je ne suis qu’un homme comme vous. Mais je crois que la Venue du Seigneur aurait dĂ» dĂ©jĂ  avoir lieu. Je crois que la raison pour laquelle Dieu ne peut pas venir, c’est Ă  cause de la condition de Son Eglise. Elle est toute divisĂ©e, brisĂ©e, et tout ce qu’on peut imaginer s’y retrouve. Il faut qu’il vienne un temps oĂč l’Eglise de Dieu connaĂźtra une secousse, une stabilitĂ© Ă  l’ancienne mode.

            Maintenant, en considĂ©rant ce jour-ci, nous voyons que ce temps-lĂ  Ă©tait un type parfait de ce jour. La premiĂšre chose qu’ils avaient... ils avaient l’arche, un prophĂšte et un Ange: la Parole, leur prophĂšte, leur Ange, une LumiĂšre sacrĂ©e qui les accompagnait. Et quand ils sont sortis de l’Egypte, aprĂšs que MoĂŻse finalement... Dieu a pris quarante ans pour les prĂ©parer. Et ils ont passĂ© encore quarante ans, Ă  cause de leurs divergences, et pour n’avoir pas reconnu cela.

12        La Bible dit qu’au temps de NoĂ©, Dieu a usĂ© de patience. Il ne voulait pas qu’aucun pĂ©risse. Et Il a dit: «Ce qui arriva au temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Je crois que la Venue du Seigneur aurait dĂ» dĂ©jĂ  avoir lieu. En effet, Il a dĂ» attendre longtemps au temps de NoĂ©. Il a dĂ» attendre longtemps pour faire sortir IsraĂ«l. Je crois qu’Il attend depuis longtemps. Mais, je crois que Sa patience envers nous tend Ă  s’épuiser.

            Je viens de rencontrer frĂšre Hooper il y a quelques instants; la premiĂšre fois que je l’ai vu, ça fait longtemps, il a dit: «FrĂšre Branham, j’aimerais avoir juste une minute ou deux avec vous avant que vous ne quittiez l’Arizona, car ceci pourrait ĂȘtre la derniĂšre fois que nous nous voyons.» Il semble qu’il y a un temps glorieux d’examen quelque part, Ă  ce que je pense.

13        Eh bien, aprĂšs quarante ans, Dieu les a finalement rassemblĂ©s, et ils ont reconnu ce prophĂšte, MoĂŻse, qui Ă©tait descendu lĂ -bas avec la Parole. Et sur leur chemin, en sortant de l’Egypte, sous la conduite de Dieu... Et ils–ils arrivĂšrent dans un lieu qui semblait ĂȘtre un arrĂȘt ou un point mort. AprĂšs qu’ils avaient vu la gloire de Dieu lĂ  en Egypte, avec des miracles et des prodiges que Dieu avait accomplis, lorsqu’ils ont vu le temps de pression venir, alors que la mer Rouge leur barrait la route, que le dĂ©sert leur barrait la route, et l’armĂ©e de Pharaon Ă©tait juste derriĂšre eux... Oh! quel moment! Mais il semble que Dieu prend plaisir Ă  amener Ses enfants dans une telle situation. C’est Ă©trange, la façon dont Dieu conduit Ses enfants.

14        C’est comme un poĂšte le disait: «Certains par les eaux, d’autres par les flots, d’autres par de dures Ă©preuves, mais tous par le Sang.» Dieu a une maniĂšre si Ă©trange et si particuliĂšre de conduire Ses enfants. Et combien Ă©trange un bĂ©bĂ© nouveau-nĂ©... Ils sont sortis de ce grand dĂ©sert de Sin et ont Ă©tĂ© conduits tout droit ici, et la route leur Ă©tait barrĂ©e. Eh bien, apparemment toute la nature pleurait sur eux. Mais il se trouva que le chemin de Dieu passait au travers de la mer Rouge. Et combien c’est beau de remarquer que juste en cette heure cruciale... Oh! j’aime Dieu pour cela. Dieu attend le moment le plus critique, mais Il peut parler et les choses vont ensemble concourir conformĂ©ment Ă  Sa Parole. Il leur avait promis de les amener Ă  la Terre promise, et Il est tenu Ă  Sa Parole. Ce grand moment sombre et critique, combien il Ă©tait facile pour Dieu d’y trouver la solution. Il a simplement pris la Colonne de feu et Il L’a placĂ©e lĂ , entre eux les–les Egyptiens qui venaient; et c’était une lumiĂšre pour IsraĂ«l et des tĂ©nĂšbres pour les autres.

15        Eh bien, c’est Ă  cela qu’on en arrive maintenant, mon frĂšre. On en arrive Ă  un point, oĂč pour ceux qui rejettent Christ, Il devient tĂ©nĂšbres; pour ceux qui acceptent cela, cela devient une LumiĂšre. Nous vivons en ce jour-lĂ , juste avant la traversĂ©e. Et avez-vous remarquĂ© combien c’était facile pour le CrĂ©ateur, Dieu, de faire descendre un violent vent d’orient, de diviser simplement la mer Rouge, et de faire traverser Ses enfants.

            Oh! la mer Rouge a eu peur et elle s’est simplement dressĂ©e comme une muraille, parce que le chemin de Dieu passait au milieu. C’est ainsi que Dieu fait les choses. Si les gens...

            Ces gens qui observaient Sa Parole, marchant dans la LumiĂšre, persĂ©vĂ©rant, en suivant le commandement de Dieu, tout s’ouvrait simplement pour eux. Et si vous voulez que les choses s’ouvrent, prenez Dieu au mot et commencez Ă  avancer.

16        Maintenant, si nous comprenons bien, ils Ă©taient arrivĂ©s Ă  un lieu appelĂ© KadĂšs-BarnĂ©a. C’était le trĂŽne du jugement ou un temps d’épreuve pour tout IsraĂ«l. Et Dieu teste toujours Ses enfants par Sa Parole. Avez-vous entendu cela? Dieu teste Ses enfants par la Parole. Si vous croyez Sa Parole, Dieu vous fait passer par le test de la Parole.

            Eh bien, si vous remarquez bien, il y a eu un temps oĂč ils devaient passer de l’autre cĂŽtĂ© pour explorer le pays. Et aprĂšs avoir traversĂ© pour explorer le pays, les douze sont revenus, et dix d’entre eux ont dit: «Nous ne pouvons pas nous en emparer. Nous ne pouvons simplement pas nous en emparer, parce que les villes sont toutes fortifiĂ©es, et ces gens-lĂ ... nous paraissons comme des sauterelles Ă  cĂŽtĂ© de ces grands gĂ©ants.»

            Mais deux d’entre eux ont dit: «Nous pouvons nous en emparer.» C’étaient Caleb et JosuĂ©.

17        Et, mes amis, j’aimerais que vous remarquiez que Caleb et JosuĂ© regardaient Ă  une seule chose, mais les dix regardaient Ă  quelque chose d’autre. Les dix regardaient aux circonstances, mais Caleb et JosuĂ© regardaient Ă  la Parole de Dieu. Ils ont dit: «Nous pouvons nous en emparer, parce que nous en sommes capables; en effet, Dieu a dit que nous en sommes capables.»

            Et je crois ce soir, comme je l’ai prĂȘchĂ© de toutes mes forces ainsi que les autres ministres qui voient la vision... Je crois toujours qu’il y a un moyen par lequel nous pouvons briser le mur de sĂ©paration et amener l’Eglise de Dieu Ă  s’unir comme dans une fraternitĂ©. Je ne sais pas comment cela va se faire, mais Dieu a dit qu’Il aura une Eglise qui sera irrĂ©prĂ©hensible, sans tache ni ride. Et Il va L’avoir. Je le crois.

18        Alors, ils se sont donnĂ© un faux prophĂšte. Lorsque les gens ne veulent pas recevoir la vĂ©ritĂ©, bien qu’ils aient Ă©tĂ© minoritaires, ils suscitent un faux prophĂšte. La Bible dit que dans les derniers jours de faux prophĂštes... les gens se donneront une foule de docteurs, ayant la dĂ©mangeaison d’entendre des choses agrĂ©ables, et ils dĂ©tourneront l’oreille de la vĂ©ritĂ©, et se tourneront vers les fables.

            Eh bien, Dieu doit tenir Sa Parole; Il est obligĂ© de le faire. Les gens se sont dĂ©tournĂ©s de la vĂ©ritĂ© pour se tourner vers les fables... Et vous remarquez qu’ils sont allĂ©s et ont pris un autre homme du nom de KorĂ©.

            Et KorĂ© a rassemblĂ© tout le peuple en aussi grand nombre qu’il le pouvait, et les a arrachĂ©s et les a sĂ©parĂ©s des autres, et il a commencĂ© une petite dĂ©nomination Ă  lui, en disant: «Il y a d’autres prophĂštes Ă  part MoĂŻse. Il y a plus d’hommes saints. Nous sommes tous des hommes saints. Chacun de nous a tout autant le droit de croire ceci qu’eux en ont de croire cela.» Mais, frĂšre, c’était un mensonge, pour commencer.

19        Dieu a un programme, et ce programme est Ă©crit dans Sa Parole; et Sa Parole dit que nous devrions ĂȘtre un, tous ensemble, non pas ĂȘtre divisĂ©s, non pas avoir des divisions, des disputes, des querelles, mais nous devrions ĂȘtre un. Christ a priĂ© afin que nous soyons un, et Il a dit: «A ceci, tous connaĂźtront que vous ĂȘtes Mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.»

            Comment les dons et les signes peuvent-ils opĂ©rer dans une Ă©glise? Comment Dieu peut-Il amener Son Eglise Ă  la perfection lorsqu’il y a tant de divisions parmi nous? Comment est-ce possible, lorsque l’un dit ceci, et l’autre dit cela; et l’un dit quelque chose d’autre, et tous sont en contradiction les uns avec les autres... Il y a un seul Juge SuprĂȘme, c’est la Parole Ă©ternelle de Dieu. Et Dieu tient Sa Parole. Plus vite nous nous alignerons avec cette Parole, mieux nous serons. Dieu tient Sa Parole.

20        Maintenant, si vous remarquez ce qui avait causĂ© ces troubles, c’est le fait qu’une multitude de gens de toute espĂšce Ă©tait montĂ©e avec eux. Le surnaturel avait Ă©tĂ© accompli lĂ -bas en Egypte. Et lorsque le surnaturel a Ă©tĂ© accompli, tout le monde a affluĂ©; et cela avait amenĂ© une multitude de gens de toute espĂšce Ă  aller avec eux, des gens non rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©s, aux coeurs non convertis qui sont montĂ©s, essayant d’imiter le vĂ©ritable croyant. Et alors, il en Ă©tait ainsi aux jours de NoĂ©, il en Ă©tait ainsi aux jours de Christ; il est prophĂ©tisĂ© dans la Parole de Dieu qu’il en serait de mĂȘme en ce jour-ci. Le surnaturel a Ă©tĂ© accompli. Et il y a une multitude de gens de toute espĂšce qui sont montĂ©s, des gens non rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©s, dont les coeurs n’ont pas Ă©tĂ© prĂ©parĂ©s, des gens qui n’observaient pas la Parole de Dieu, mais qui imitaient quelque chose.

            Que vous est-il arrivĂ©, vous les luthĂ©riens? Il y a bien des annĂ©es au cours de la premiĂšre rĂ©forme, vous teniez le flambeau de la libertĂ© dans vos mains. Vous Ă©tiez la lumiĂšre de Dieu, que vous est-il arrivĂ©? Puisque vous avez lu dans la Bible: «Le juste vivra par la foi», vous vous ĂȘtes organisĂ©s autour de cette seule Ecriture et vous ĂȘtes devenus une bande d’isolationnistes, et Dieu a retirĂ© le flambeau de vos mains. C’est vrai. Le juste vivra par la foi–par la foi, mais il y a plus d’Ecritures que cela.

21        Que vous est-il arrivĂ©, vous les mĂ©thodistes? Aux jours de John Wesley qui a tenu le glorieux rĂ©veil qui a sauvĂ© l’Angleterre, lorsque Wesley, Asbury et bon nombre d’entre eux Ă©taient venus ici dans l’un des plus glorieux rĂ©veils que cette nation ait jamais connus, vous teniez le flambeau dans vos mains. Mais aprĂšs le dĂ©part de John Wesley, que s’est-il passĂ©? Vous avez introduit lĂ  une bande d’étudiants sortis du sĂ©minaire, et vous avez organisĂ© un grand groupe, et vous avez Ă©tabli votre doctrine sur la sanctification; mais maintenant vous reniez cela, et Dieu a retirĂ© le flambeau de vos mains. C’est vrai.

            Et un petit noir borgne lĂ -bas en Californie a reçu le baptĂȘme du Saint-Esprit, et Dieu a placĂ© le flambeau dans les mains de la PentecĂŽte. Mais qu’est-il arrivĂ©? Vous teniez le flambeau dans vos mains, mais bien vite, vous ĂȘtes allĂ©s et vous avez crĂ©Ă© un petit problĂšme juste comme les autres, et vous vous ĂȘtes Ă©tablis; et Dieu a retirĂ© le flambeau de vos mains. Vous avez commencĂ© Ă  vous diviser. La premiĂšre chose que Dieu a faite, c’était de restaurer les dons. Il a commencĂ© avec le parler en langues, et vous avez parlĂ© en langues. Ensuite, vous en avez fait une doctrine, l’évidence initiale; personne ne pouvait recevoir le Saint-Esprit sans parler en langues, et tous ceux qui parlaient en langues avaient le Saint-Esprit. C’est trĂšs bien, mais vous en avez fait une doctrine, et Dieu a retirĂ© la chose de vos mains.

22        Ensuite, un nouveau problĂšme est apparu, les unitaires. Ils ont commencĂ© Ă  baptiser au Nom de JĂ©sus. C’était trĂšs bien; cela se trouve dans la Bible. Mais qu’est-il arrivĂ©? Vous en avez fait un sujet de dĂ©saccord, et oĂč en ĂȘtes-vous ce soir? Vous avez aussi Ă©tĂ© mis Ă  l’écart. Parce que vous n’avez pas tenu le flambeau, vous vous ĂȘtes organisĂ©s, et vous avez mis un point final aprĂšs cela, et c’était rĂ©glĂ©.

            Dieu a commencĂ© un mouvement de guĂ©rison divine parmi les Ă©glises interdĂ©nominationnelles, et que s’est-il passĂ© ce soir? FrĂšre, ils en ont fait un sujet de dĂ©saccord, et maintenant, ils ont bĂąti leur ministĂšre sur des fantaisies, et on en est arrivĂ© Ă  un point oĂč on a toutes sortes de sensations.

            Je m’en vais vers la cĂŽte ouest; j’espĂšre que cela ne me touchera pas. Mais, oh! misĂ©ricorde, on a tout ce que vous pouvez vous imaginer qui se trouve dans l’almanach, et non pas dans la Bible de Dieu, toutes sortes d’ismes, de fantaisies; et le mouvement pentecĂŽtiste a courbĂ© la tĂȘte devant ces petits ismes et ces Ă©motions. Et Dieu retirera d’un coup sec le flambeau de la guĂ©rison divine, car Il ne peut pas Ă©tablir une chose vĂ©ritable sur rien, sur ce qui n’a pas de fondation. La Parole de Dieu, c’est Sa fondation.

23        Mon ami, ce n’est pas Ă©tonnant que les pentecĂŽtistes perdent du terrain. Vous brandissiez le flambeau il y a quelques annĂ©es, mais il ne reste que deux factions. L’une d’elle s’est plongĂ©e dans un grand tas de rituels formalistes. Tout ce que vous faites, c’est d’avoir un petit... comme un presbytĂ©rien, vous allez Ă  l’église, et vous vous empressez de rentrer Ă  la maison le soir pour coller le visage Ă  la tĂ©lĂ©vision afin de voir Qui aime Suzie. Vous savez que c’est vrai. Vous n’avez rien si ce n’est le jeu de baseball, les soupers de bienfaisance, et tout le reste dans votre Ă©glise. Et vous savez que c’est vrai. Et Dieu ne pourrait jamais baser ni placer lĂ -dedans quoi que ce soit d’autre que la confusion. Et l’autre groupe est allĂ© Ă  l’extrĂȘme avec tout un tas de n’importe quoi: des ismes, de l’enthousiasme, du fanatisme, du radicalisme, et tout le reste qu’ils peuvent trouver comme sensations, Ă©motions. Si le diable ne peut pas vous amener Ă  voir la VĂ©ritĂ©, il vous poussera Ă  l’extrĂȘme quelque part.

24        Le docteur Roy Weed, l’ancien de district des AssemblĂ©es de Dieu de l’Indiana, un de mes amis intimes, une vraie Ă©glise de... un frĂšre. Et il n’y a pas longtemps, frĂšre Weed parlait, et il connaissait ma position qui consistait Ă  me tenir au milieu de la route, Ă  ne jamais tomber dans le fanatisme ou dans le formalisme, mais Ă  rester avec la Parole de Dieu pure et sans mĂ©lange, et Ă  bĂątir sur cette solide fondation, et Ă  ne rien accepter Ă  moins que ce soit confirmĂ© pour la Parole de Dieu. Et je lui ai parlĂ© du milieu de la route. Et rĂ©cemment, dans une convention des Hommes d’Affaires, frĂšre Weed, je pense qu’il ne savait pas que je me trouvais lĂ , il a dit: «J’ai entendu frĂšre Branham dire: ‘Au milieu de la route.’» Il a dit: «Bien sĂ»r, vous savez que ce n’est pas une bonne Ă©thique. Un homme qui se met au milieu de la route se ferait Ă©craser.» Je...

25        AprĂšs quelques minutes, celui qui prĂ©sidait la cĂ©rĂ©monie a dit: «FrĂšre Branham, avez-vous un mot Ă  dire?»

            J’ai dit: «Bien sĂ»r.»

            J’ai dit: «FrĂšre, ces frĂšres sont devenus tellement terre Ă  terre au point qu’ils ne sont pas capables de s’élever dans les hauteurs pour voir l’AINSI DIT LE SEIGNEUR.»

            Cette route sur laquelle nous cheminons, c’est une route Ă  sens unique; vous ne pouvez pas y faire marche arriĂšre; soit vous avancez avec Dieu, soit vous allez Ă  l’extrĂȘme, d’un cĂŽtĂ© ou de l’autre. Et le seul moyen par lequel vous puissiez faire cela... FrĂšre, nous n’avons pas besoin de toutes ces affaires formalistes que nous avons aujourd’hui, nous n’avons pas non plus besoin de tout ce fanatisme que nous avons aujourd’hui. Il y a beaucoup de vĂ©ritable et authentique Saint-Esprit. Les cieux en sont remplis, et point n’est besoin de prendre un substitut et d’essayer d’aller au Ciel sur base d’une sensation, alors que la Parole de Dieu vous dit que vous ne le pouvez pas. A quoi bon accepter un substitut, soit en adhĂ©rant Ă  une Ă©glise et en inscrivant votre nom dans un registre, soit en allant par ici pour vous plonger dans une certaine affaire oĂč vous allez devoir sautiller, ou faire sortir de l’huile de vos mains, ou avoir du sang sur le visage, ou autre chose, alors que cette histoire vient de l’enfer? Ça ne se trouve pas dans la Parole de Dieu. Si vous croyez que je suis un prophĂšte de Dieu, recevez ma parole et tenez-vous loin de telles histoires.

26        La Bible dit que dans les derniers jours l’antichrist sĂ©duirait, si c’était possible, mĂȘme les Ă©lus. Si vous vous teniez avec moi dans les jungles d’Afrique, et que vous observiez ces paĂŻens faire sortir du sang de leurs mains, le verser dans un crĂąne et le boire, vous seriez avisĂ©. Certainement. Vous voyez le... Je crois dans les signes et les prodiges, mais ils doivent ĂȘtre des signes et des prodiges de Dieu.

            A chaque jonction de temps dont je vais parler dans quelques soirĂ©es... Ecoutez ceci, frĂšre. Lorsque tout le Ciel s’ouvre, tout l’enfer s’ouvre aussi. La Bible dit que dans les derniers jours, on [vous] dira: «Voici, Il est dans le dĂ©sert. Voici, Il est ici. Voici, Il est lĂ -bas», toutes sortes de signes et de prodiges. Il est dit: «Ne le croyez pas. Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avĂšnement du Fils de l’homme.» Et tout oeil Le verra, tout genou flĂ©chira, toute langue confessera. Certainement. Ceci doit arriver dans les derniers jours.

27        Mes enfants, la Bible dit: «De mĂȘme que JannĂšs et JambrĂšs (le dieu Ă  deux tĂȘtes de l’Egypte) s’opposĂšrent Ă  MoĂŻse, de mĂȘme ces hommes s’opposeront Ă  la vĂ©ritĂ©, des hommes corrompus d’entendement, rĂ©prouvĂ©s en ce qui concerne la vĂ©ritĂ©.» La VĂ©ritĂ©, c’est la Parole de Dieu, a-t-il dit. Qu’est-ce que la VĂ©ritĂ©?

            «PĂšre, sanctifie-les par la VĂ©ritĂ©. Ta Parole est la VĂ©ritĂ©.» Nous n’avons pas besoin de quelque chose de faux alors que Dieu a la chose authentique pour nous. Nous n’avons pas besoin...

            Je m’entretenais avec un ministre Ă  Los Angeles il y a quelques mois, lorsqu’un... Il Ă©tait question de faire venir une petite femme de l’Egypte. Et toute personne ayant le bon sens sait que ces femmes qui...?... Nous en avons dans notre ville.

            Il y a une petite femme qui vit Ă  Charlestown, dans l’Indiana, qui est une pĂ©cheresse invĂ©tĂ©rĂ©e et une ivrogne. Elle fait couler du sang de ses mains chaque mois, tous les vingt-huit jours. Lorsque j’étais au Vatican, Ă  Rome... ils en ont des dizaines lĂ -bas. Certainement.

28        Et alors que ce ministre soutenait que l’huile qui sortait des mains de cette femme pouvait guĂ©rir les gens si on la leur appliquait sur le visage, et que le sang qui en sortait sauverait les nations, j’ai appelĂ© ce ministre et je lui ai dit: «Mon cher frĂšre, je vous aime, mais vous avez bĂąti votre ministĂšre sur des sensations, et il n’aboutira absolument Ă  rien.» J’ai dit: «MĂȘme si je ne vous arrive pas Ă  la cheville pour ce qui est de la prĂ©dication de l’Evangile, je ne ferai jamais mention d’une telle chose.» C’est vrai. J’ai dit: «Comprenez-vous que si cette huile ou ce sang a un brin de force, qu’est-il advenu au Sang de JĂ©sus-Christ?» Ça, c’est retrancher quelque chose Ă  Christ, c’est antichrist, c’est contre la chose.

            Si quelque chose pouvait sortir de vous, cela montre que c’est physique. Si le sang pouvait sortir d’une vision et tomber dans vos mains, alors, c’est un corps physique de Christ, et Il est venu. Une vision peut apparaĂźtre, c’est certain, mais ce n’est pas une chose littĂ©rale. Si une grenouille sortait de vous, c’est qu’elle Ă©tait entrĂ©e en vous. C’est vrai. Je ne suis pas fĂąchĂ©; je ne peux pas l’ĂȘtre et ĂȘtre un serviteur de Dieu. Mais ce qui me met dans cet Ă©tat, c’est de voir ces choses faire pression sur les enfants de Dieu.

29        Oh! qu’est-ce qui est Ă  la base de tout culte? Ce sont des enfants affamĂ©s qui cherchaient Ă  trouver quelque chose Ă  manger. Et si, vous bande de prĂ©dicateurs paresseux ne leur donnez pas l’Evangile, ils mangeront dans une poubelle. C’est vrai. J’impute cela Ă  vous les prĂ©dicateurs. C’est vrai. Si vous ne donnez pas aux enfants le Pain de Vie, ils ramasseront une espĂšce d’ordure dans la poubelle et mangeront cela.

            C’est vrai. Il n’y a pas d’Ecriture pour soutenir cela; cela n’existe pas, la Bible condamne tout simplement cela. JĂ©sus n’apparaĂźtra pas avec des cicatrices sur Sa tĂȘte. S’Il le fait, c’est qu’Il est venu, et tout genou a flĂ©chi et toute langue a confessĂ©. Mais la Bible dit que les gens diront: «Voici Il est dans le dĂ©sert (aux environs de Phoenix ou Ă  tout autre endroit), mais, ne le croyez pas. Voici, Il est dans le lieu secret, ne le croyez pas.»

            La Bible dit qu’en ce jour-lĂ  beaucoup se tiendront lĂ  et diront: «Seigneur, n’ai-je pas accompli tant de choses en Ton Nom? N’ai-je pas prophĂ©tisĂ© en Ton Nom? N’ai-je pas accompli des miracles en Ton Nom?»Il a dit: «Je leur dirai, Je ne vous ai jamais connus. Retirez-vous de Moi, ou-...ouvriers d’iniquitĂ©.»

30        FrĂšre, Ă  moins que quelque chose se soit produit au fond du coeur d’un homme, qui l’a changĂ©. Oh! si je savais que la priĂšre pour les malades avait dĂ©jĂ  commencĂ©, et en Ă©tait arrivĂ© Ă  ce point, je regrette d’avoir dĂ©jĂ  mentionnĂ© cela. Mais je sais qu’il y a un vĂ©ritable Esprit de Dieu qui guĂ©rit les malades. Et je sais que le diable chercher Ă  faire des contrefaçons partout. Cela prouve seulement qu’il existe une chose authentique et que cela ne vient pas de l’huile qui sort du corps d’un homme, ni du sang ni de quelque chose qui vient d’un homme. C’est une oeuvre achevĂ©e au Calvaire et il s’agit de votre foi dans cette oeuvre achevĂ©e. Si la possession de toutes choses a Ă©tĂ© accomplie au Calvaire, si tout ce que Dieu a promis a Ă©tĂ© accompli au Calvaire, et que c’est une oeuvre achevĂ©e, vous n’avez besoin que de la foi pour croire cela. C’est vrai, combien c’est la vĂ©ritĂ©! Tenez-vous-en Ă  Sa Parole. Dieu a dit que ces choses arriveraient. Les voici devant nous. Nous les voyons, elles sont sous nos yeux.

31        L’autre jour, avant que je ne quitte chez moi pour venir Ă  Phoenix, en Arizona, j’ai reçu en moins de deux heures trente coups de fil, venant d’Atlanta, en GĂ©orgie; de Birmingham, dans l’Alabama; et de beaucoup d’autres endroits, oĂč des ministres disaient: «FrĂšre Branham, ce dogme de la cĂŽte ouest est arrivĂ© dans cette rĂ©gion, laissez Phoenix et venez ici, FrĂšre Branham. Les gens vous Ă©couteront sĂ»rement, sinon, nos Ă©glises sont perdues.»

            J’ai dit: «FrĂšre, je ne peux pas venir; j’ai promis d’aller Ă  Phoenix, mais vous, en tant qu’homme de Dieu, montez Ă  la chaire et prenez cette Parole de Dieu et ‘Mes brebis connaissent Ma voix, et elles ne suivront point un Ă©tranger.’» C’est vrai.

            Oh! petits enfants, qu’est-ce qui ne va pas? Nous sommes allĂ©s Ă  l’extrĂȘme. Restons dans la Parole. Nous allons donc juste continuer avec ceci la semaine qui vient, le reste de la semaine.

            Oh! frĂšre, attachez-vous Ă  Christ; accrochez-vous Ă  Lui. Ne savez-vous pas que le temps approche, dont la Bible parle, disant: «Ils iront de l’est Ă  l’ouest, du nord et du sud, cherchant Ă  trouver la vraie Parole de Dieu, mais ne La trouveront pas»? Ne comprenez-vous pas que nous sommes dans les derniers jours? Ne comprenez-vous pas que ces choses sont censĂ©es se produire dans les derniers jours? Nous y sommes. Dieu tient Sa Parole.

32        Et la Bible dit, Apocalypse 21, que ce mouvement antichrist... A un endroit, il est dit que cela sĂ©duirait, si c’était possible, mĂȘme les Ă©lus. Qui est l’élu? Il y a une multitude de gens de toute espĂšce au sein de la PentecĂŽte aujourd’hui, comme ce fut le cas Ă  l’époque. Le surnaturel a Ă©tĂ© accompli, et une multitude de gens de toute espĂšce a suivi cela, qui boit n’importe quel genre de saletĂ©. C’est vrai. Un... JĂ©sus a dit: «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.» Une multitude de gens de toute espĂšce, la Bible dit que ces jours-ci seraient lĂ  et ce qu’il en serait, et nous vivons et nous voyons cela; c’est lĂ .

            Maintenant, remarquez lĂ  autrefois, lorsqu’Il a dit: «Cela sĂ©duirait, si c’était possible, mĂȘme les Ă©lus.» Maintenant, avant que le monde ne commence, JĂ©sus-Christ Ă©tait un Agneau immolĂ© avant que le monde commence. Croyez-vous cela? TrĂšs bien. Alors, lĂ , tout au commencement, lorsque Dieu a regardĂ© [Ă  travers le temps] et a vu ce qui allait arriver, Il parla de l’Agneau immolĂ©; et la Parole de Dieu est toujours confirmĂ©e dans le Ciel; et l’Agneau fut immolĂ© juste lĂ , avant la fondation du monde, selon la Parole de Dieu. Est-ce juste? Mais pendant quatre mille ans cela ne s’était jamais accompli. Mais c’était une oeuvre achevĂ©e lĂ -bas. Dieu l’avait dit. Et la Bible dit que vous, dans cette Ă©glise ce soir, qui ĂȘtes nĂ©s de nouveau...

33        Combien c’est beau pour le poĂšte de dire qu’il y a un nouveau nom qui est Ă©crit lĂ  dans la Gloire ce soir! Mais la Bible dit que tous ceux qui sont sauvĂ©s, leurs noms Ă©taient inscrits dans le Livre de Vie de l’Agneau avant la fondation du monde. Lorsque l’Agneau fut immolĂ©, vous Ă©tiez associĂ© Ă  cela. Alors, qu’allez-vous faire Ă  ce sujet? «Tous ceux qui viennent Ă  Moi... Nul ne peut venir Ă  Moi, si Mon PĂšre ne l’attire.» VoilĂ  les Ă©lus dĂšs le commencement.

            La Bible dit dans Apocalypse 13: «Et l’antichrist sĂ©duisit tous ceux qui habitent sur la terre, dont les noms n’étaient pas Ă©crits dans le Livre de Vie de l’Agneau dĂšs la fondation du monde.»

            Avec ces signes et prodiges, oh! vous devriez aller avec moi en Inde, observer ce qui se passe lĂ -bas, vous qui voulez voir de l’huile et du sang, si vous voulez voir les gens ĂŽter leurs chaussures et marcher dans un feu brĂ»lant, puis en ressortir sans aucune trace de brĂ»lure sur eux. J’ai vu un homme prendre une Ă©pĂ©e, et la placer sur son coeur, et l’enfoncer droit dans son coeur, et quand le mĂ©decin qui se trouvait sur l’estrade a pris... Ils ont pris de–de l’eau et en ont versĂ© Ă  travers le trou, et elle est sortie de l’autre cĂŽtĂ©, puis cela a Ă©tĂ© retirĂ©, et il sautillait et criait.

34        A l’école des prophĂštes, ou Ă  la fĂȘte des prophĂštes, dans le temple mahomĂ©tan, un homme Ă©tait assis lĂ , s’efforçant Ă  entrer en transe, disant: «Allah! Allah! Allah! Allah! Allah! Allah! Allah! Allah! Allah! Allah», et il fut saisi d’une telle Ă©motion qu’il coupa–prit des pointes et les enfonça dans ses doigts et les retira sans qu’il y eĂ»t une goutte de sang. Et un autre prit une lance dont il se perça depuis le menton jusque dans le nez, et il la retira; et il prouva qu’Allah Ă©tait Dieu.

            FrĂšre, Ă©coutez, vous n’ĂȘtes point sauvĂ© par un signe quelconque. Vous n’ĂȘtes pas sauvĂ© par une quelconque sensation. Vous ĂȘtes sauvĂ© lorsque vous remplissez les exigences de Dieu qui sont dans Sa Parole, et vous n’ĂȘtes sauvĂ© par rien d’autre. C’est juste. La Parole de Dieu a frayĂ© une voie. Vous n’ĂȘtes pas sauvĂ© parce que vous avez le sentiment que vous ĂȘtes sauvĂ©. Je ne suis pas sauvĂ© parce que je sens que je suis sauvĂ©; car, bien des fois, je n’ai pas ce sentiment. Mais je suis sauvĂ© parce que Dieu a fait la promesse. J’ai rempli les exigences de Dieu, et sur base de la sainte Parole de Dieu, je peux vaincre Satan pendant les sept jours de la semaine, la nuit comme le jour, parce que c’est la Parole de Dieu.

            «Celui qui Ă©coute Ma Parole, et croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle et ne viendra point en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie.» C’est ce que le Roi des rois a dit. Le croyez-vous?

35        Si vous croyez, non pas si vous criez, non pas si vous courez. Ces choses sont trĂšs bien, mais vous essayez de fonder, de faire une doctrine Ă  partir de cela. Et vous fondez mĂȘme une doctrine Ă  partir de la guĂ©rison divine, pourtant la guĂ©rison divine est une chose secondaire. Comment l’église peut-elle accorder la primautĂ© Ă  ce qui est secondaire? Posez-vous cette question, et rĂ©flĂ©chissez-y. Il s’agit d’une multitude de gens de toute espĂšce, il s’agit d’une multitude de gens. VoilĂ  la raison, mes amis...

            Laissez-moi vous dire quelque chose. Il y a deux semaines, des hommes qui sont assis ici, qui me regardent maintenant mĂȘme, Ă©taient prĂ©sents Ă  la rĂ©union de Lima, dans l’Ohio, oĂč les mĂ©thodistes, les baptistes, les presbytĂ©riens, certains nazarĂ©ens, l’ArmĂ©e du salut, ont tous parrainĂ© mes rĂ©unions dans un trĂšs grand amphithĂ©Ăątre. Alors lĂ , me tenant sur la Parole, j’ai prouvĂ© par la Parole le Seigneur JĂ©sus et les choses authentiques de l’Evangile qui devaient se produire; et soirĂ©e aprĂšs soirĂ©e, des centaines de gens s’avançaient Ă  l’autel, donnant leur coeur Ă  Christ, non sur base d’une sensation, mais sur base de la Parole.

36        Laissez-moi vous dire quelque chose, frĂšre. Maintenant, j’aimerais que vous Ă©coutiez calmement, alors que je termine sur ceci. Je crois fermement ceci. Et je dis ceci, sans savoir si je vivrais jusqu’à voir la lumiĂšre du jour ou non. Mais quelque chose de surnaturel a Ă©tĂ© accompli; c’est vrai. Mais vous vous emballez avec cela. Vous allez Ă  l’extrĂȘme avec cela. Le diable vous amĂšne Ă  la dĂ©rive avec cela, vous ĂȘtes carrĂ©ment sortis de la Bible maintenant. Je crois au surnaturel. Je crois en JĂ©sus-Christ. Je crois qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et qu’Il fait les mĂȘmes choses qu’Il a faites hier, et qu’Il les fera Ă©ternellement. C’est juste, je crois cela.

37        Mais maintenant, Ă©coutez: je suis allĂ© Ă  des endroits, et j’aimerais que vous... Certains d’entre vous me sont peut-ĂȘtre inconnus, certains d’entre vous ne reviendront peut-ĂȘtre jamais pour m’écouter prĂȘcher une autre fois. La balle est dans votre camp; vous savez cela une fois, de toute façon. J’aimerais que vous sondiez les Ecritures. Laissez-moi vous le dire, Ă©coutez ceci.

            J’ai commencĂ© Ă  croire... Maintenant, Ă©coutez; retournons au fondement. Prenez un homme bon, qui Ă©pouse une mauvaise femme, soit cette femme deviendra une bonne femme, soit lui deviendra mauvais. L’Esprit, c’est ce qu’a Ă©tĂ© ma vie. Je traite avec des esprits. Je ne regarde pas Ă  la personne; je saisis la personne par son esprit. Je suis allĂ© m’asseoir en compagnie de quelques ministres autour d’une table; j’ai vu lĂ  que l’un d’entre eux Ă©tait atteint d’une maladie vĂ©nĂ©rienne; il vivait avec la femme d’un autre homme. Il a regardĂ© en ma direction, et il a dit: «Oh! FrĂšre Branham, je vous aime.» C’est un hypocrite et un menteur; je sais que ce n’est pas vrai. C’est vrai.

38        «Je crois que chaque mot que vous dites est la vĂ©ritĂ©, FrĂšre Branham», et il y avait une ombre sombre suspendue au-dessus de lui juste Ă  ce moment-lĂ . J’aurais prĂ©fĂ©rĂ© ne pas savoir cela. Je voudrais l’aimer de toute façon, et je l’aime de toute façon. Si je ne l’aime pas, alors, je dois retourner Ă  Dieu. Mais, imaginez-vous quel genre de vie je dois vivre. Vous vous imaginez combien c’est difficile d’aller vers des enfants que vous aimez, et vous savez que vous devrez comparaĂźtre lĂ -bas... Je suis un homme de quarante-sept ans, la majeure partie de ma vie s’est Ă©coulĂ©e. Et je dois comparaĂźtre devant Dieu, mais, je dois rĂ©pondre avec ce Livre. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Et, je suis allĂ© dans des rĂ©unions. J’aimerais vous demander quelque chose. Allez Ă  une rĂ©union, quand le pasteur secoue sa tĂȘte, vous verrez chaque personne dans l’assemblĂ©e secouer la tĂȘte. Allez à–à une rĂ©union oĂč le pasteur est un vĂ©ritable feu de brousse...?... qui court dans tous les sens, vous verrez tout le monde dans l’assemblĂ©e faire de mĂȘme. Mais, quand vous allez Ă  un endroit oĂč le pasteur est un solide enseignant de l’Evangile, tout l’enfer n’ébranlera jamais cette Ă©glise. C’est vrai.

39        FrĂšre, vous recevez les esprits les uns des autres. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©, vous recevez les esprits les uns des autres au lieu du Saint-Esprit. C’est juste comme un homme bon qui reçoit le mauvais esprit d’une femme et vice versa. Vous recevrez l’esprit l’un de l’autre. J’ai fait cette seule chose, frĂšre, si Dieu–si je connais mon coeur, avec ma Bible ici ce soir. S’il y a quelque chose dont j’ai essayĂ© de me garder pur, je n’ai jamais essayĂ© par quelques sensations, ni par quoi que ce soit d’amener les gens Ă  regarder Ă  moi. J’ai essayĂ© d’éviter mĂȘme d’imposer les mains Ă  une personne, j’ai uniquement prĂȘchĂ© l’Evangile, et laissĂ© Dieu faire la chose. Et s’il y a une chose pour laquelle je ne voudrais pas rendre des comptes lorsque je me tiendrai Ă  la barre du jugement, ce serait pour une bande d’enfants illĂ©gitimes. Je vais leur prĂȘcher la Parole, la Parole de Dieu; et soit ils ont l’Esprit de la Parole, soit ils ne L’ont pas du tout. C’est l’Esprit de Dieu qui vient par la Semence de Dieu, c’est la Parole de Dieu qui est plantĂ©e dans votre coeur qui amĂšne JĂ©sus-Christ, ce n’est pas une quelconque Ă©motion, ni un quelconque fanatisme. Quel temps que celui dans lequel nous vivons!

            Une multitude de gens de toute espĂšce est montĂ©e. De quoi avons-nous besoin aujourd’hui? Nous avons besoin d’hommes courageux, nous avons besoin–nous avons besoin d’hommes, non pas des hommes ayant passĂ© trois jours d’examens (misĂ©ricorde!), non. Nous avons besoin d’hommes–d’hommes qui connaissent Dieu. C’est juste.

40        Je me suis rendu dans une Ă©cole, il n’y a pas longtemps, on les envoyait en grand nombre outre-mer aprĂšs avoir reçu un diplĂŽme de deux semaines, et ils savaient tout au sujet de la guĂ©rison divine.

            Oh! c’est comme une couveuse qui produit des poulets illĂ©gitimes. C’est vrai. Oh! c’est une honte. Certains d’entre eux n’en savent pas plus sur Dieu qu’un–qu’un Hottentot n’en sait sur un chevalier Ă©gyptien. C’est vrai. Ce dont ils ont besoin, c’est d’une rĂ©primande de l’Evangile Ă  l’ancienne mode, pour retourner au bercail, et pour prendre la Parole, et y rester jusqu’à ce qu’ils naissent de nouveau de l’Esprit de Dieu qui garde leurs yeux fixĂ©s sur Christ, et non pas sur des sensations. Et vous savez que c’est vrai. J’ai des obligations envers Dieu. J’ai des obligations envers cette Parole, et c’est la vĂ©ritĂ©, et vous savez que c’est la vĂ©ritĂ©.

41        Et maintenant, mes frĂšres, Ă  cet endroit oĂč je me suis rendu, on dĂ©livrait Ă  ces gens le diplĂŽme en six semaines, et on les envoyait comme prĂ©dicateurs, des gens ignorant le Message comme vous n’avez pas l’idĂ©e. Ils savent qu’ils peuvent se plonger dans un Ă©tat de consternation, et faire sortir de la sueur de la paume de leurs mains, puis, aller essuyer cela sur quelqu’un, et appeler cela la guĂ©rison. FrĂšre, c’est antichrist si j’ai jamais vu cela ou lu cela dans la Bible. Il n’y a rien qui puisse sortir de vous pour aider quelqu’un, Ă  moins que ce soit l’Evangile, la Parole de Dieu qui vient au travers des lĂšvres d’un vrai prĂ©dicateur. C’est vrai.

            Le calvaire, la guĂ©rison et le salut sont des oeuvres achevĂ©es du Calvaire. C’est ça l’Evangile, et rien d’autre ne prendra sa place. Maintenant, vous direz: «Etes-vous en colĂšre contre quelqu’un?» Non, monsieur, je ne suis en colĂšre contre personne. Si je l’étais, si je fais ceci pour passer ma colĂšre, je devrais aller Ă  l’autel et me repentir pour cela. C’est juste. Je dis ceci sur base d’un pur amour chrĂ©tien. Et vous qui ne voulez pas revenir, j’aimerais que vous me fassiez une faveur, notez sur une petite feuille de papier, et placez-la dans votre Bible, Ă©crivez: «FrĂšre Branham a dit, AINSI DIT LE SEIGNEUR.»

42        Alors, si Dieu nous prĂȘte vie, regardez Ă  quoi va aboutir cette chose. Si Dieu nous prĂȘte vie encore quelques annĂ©es, et que je passais par Phoenix, prenez ce... faites sortir ce petit bout de papier jauni, et avancez-vous Ă  la chaire et dites: «Qu’en est-il de ceci, FrĂšre Branham?» Alors, je collerai cela sur mon dos, et montez dans votre voiture et promenez-moi dans la rue, avec une Ă©tiquette sur mon dos, disant: «Un faux prophĂšte».

            Cette chose vient du diable, et cela va jeter la confusion et dĂ©chirer l’église, aussi sĂ»r que le monde existe, car cela ne se trouve pas dans la Parole de Dieu. Cela ne fait pas briller la lumiĂšre sur l’Urim Thummim. Tenez-vous loin de cela. Amen.

            Dieu est vĂ©ritable. Dieu accomplit des signes, Dieu accomplit des miracles. Dieu... Mais, nous avons une multitude de gens de toute espĂšce, frĂšre. Ils ont vu le surnaturel ĂȘtre accompli; ils s’efforcent de se plonger dans un Ă©tat de consternation pour faire quelque chose d’autre. Et bien vite le diable...?... est venu graduellement sur cela, au point qu’il a fait dĂ©vier cela, et maintenant, il applique cela au salut et Ă  la guĂ©rison. Cela va en arriver Ă  un point oĂč ils vont mĂȘme faire descendre du feu directement du ciel, comme preuve.

43        Ecoutez. Laissez-moi vous montrer ce que la Bible dit. Paul a dit: «Si un ange du Ciel venait et prĂȘchait un autre Evangile que celui que vous avez entendu, qu’il soit anathĂšme!» Il a dit: «Quand je pourrais parler les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien.» Quand je pourrais avoir la foi pour dĂ©placer une montagne, pour faire sortir du sang de ma main, ou pour faire sortir de l’huile de ma main, ou pour faire n’importe quoi d’autre, je ne suis rien.

            Tout ce que l’homme ferait dans cet ordre-lĂ  n’est encore rien. Il pourrait donner tous ses biens pour nourrir les pauvres; il pourrait faire toutes ces diffĂ©rentes choses, cependant, il n’était rien jusqu’à ce que cette petite source principale descende ici Ă  l’intĂ©rieur pour rendre sa vie conforme Ă  la Parole de Dieu. C’est vrai. Je sais que c’est dur; c’est rude; mais c’est la vĂ©ritĂ©. Alors, aide-moi, ĂŽ Dieu Tout-Puissant, c’est la vĂ©ritĂ©. Voyez-vous?

            Maintenant, je vous ai dit la VĂ©ritĂ©. Je veux que vous croyiez la VĂ©ritĂ©. Je veux que vous sachiez que Dieu est ici pour confirmer la VĂ©ritĂ©. Dieu confirme Sa Parole, mais tout... Si Sa Parole...

44        Si les signes qui suivent ne se trouvent pas dans la Parole de Dieu, alors c’est une fabrication de quelque chose d’autre. Quel bien cela vous ferait-il? La guĂ©rison divine vient de Dieu, certainement. Mais Di... la guĂ©rison divine est une oeuvre achevĂ©e. C’est juste. Il n’y a rien d’autre que vous puissiez faire Ă  ce sujet; vous devez accepter Dieu, vous devez accepter cela et croire cela sur base de la foi. Comment vient-on Ă  Christ? Non pas parce qu’on a pleurĂ© Ă  chaudes larmes Ă  l’autel, non pas parce qu’on a criĂ© toute la nuit, non pas parce qu’on a cherchĂ© Dieu, car vous n’avez jamais cherchĂ© Dieu. Aucun homme n’a jamais cherchĂ© Dieu. JĂ©sus a dit: «Aucun homme n’a jamais cherchĂ© Dieu. Nul ne peut venir Ă  Moi, si Mon PĂšre ne l’attire premiĂšrement, et tous ceux que Mon PĂšre me donne, viendront Ă  Moi. (C’est vrai.) Et Je ne mettrai pas dehors celui qui vient Ă  Moi.»Ecoutez ceci. La Bible dit: «Celui qui croit Mes Paroles et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle», sans aucune sensation, sans quoi que ce soit d’autre. «Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle.»

45        Maintenant, prenez cette Vie Eternelle, cherchez le mot grec qui signifie cela et voyez si ce n’est pas Zoe. Zoe c’est la propre Vie de Dieu. Tout celui qui croit en JĂ©sus-Christ, je ne parle pas de ceux qui croient d’une maniĂšre intellectuelle, mais ceux qui croient du fond du coeur en JĂ©sus-Christ, la Vie de Dieu vient en eux et ils obtiennent la Vie Eternelle. Et ils passent de la mort Ă  la Vie, et Christ a dit: «Il ne viendra point en jugement, mais Je le ressusciterai au dernier jour.»

            Maintenant, c’est ce que dit la Parole de Dieu lĂ -dessus. Croyez-vous la Parole de Dieu ou la parole de quelqu’un d’autre? Il serait mieux d’accepter ce que la Parole de Dieu dit lĂ -dessus. C’est juste. Car les cieux et la terre passeront, mais Sa Parole ne passera point. Alors, restez avec la Parole de Dieu.

            Prions. Oh! mes petits enfants, mes pauvres amis de Phoenix, combien de fois suis-je venu Ă  Phoenix? Vous ai-je dĂ©jĂ  demandĂ© quoi que ce soit? Vous ai-je dĂ©jĂ  demandĂ© ne fĂ»t-ce qu’un peu de nourriture? Vous ai-je dĂ©jĂ  demandĂ© de me chercher une chambre d’hĂŽtel pour mon sĂ©jour et de payer ma note? Non, non, jamais. Vous ai-je dĂ©jĂ  demandĂ© de me suivre et me laisser vous bĂątir une trĂšs grande Ă©glise ici, et de venir rester avec vous? Non, non, je ne l’ai jamais fait. Je pense que vous avez des ministres; vous avez des Ă©glises. Je viens seulement pour vous aider. Dieu sait que c’est vrai. Je viens seulement pour vous aider; et c’est pour cela que je suis venu cette fois-ci, pour vous aider.

46        «FrĂšre Branham, que pensez-vous de ces ministres qui enseignent cela?» Je crois qu’ils sont des serviteurs de Dieu; je le crois certainement. Je crois que ce sont des hommes de Dieu, je crois que ce sont d’excellents prĂ©dicateurs, ils peuvent sans aucun doute prĂȘcher mieux que moi. Et Dieu les honore, mais ils ont seulement pris la mauvaise route. C’est tout. C’est simplement ça la chose qui ne va pas, frĂšre. Ça ne se trouve pas dans la Parole de Dieu; cela ne fait pas briller la lumiĂšre sur l’Urim Thummim. Et il n’y a aucun Ă©rudit dans le monde qui peut placer cela sur l’Urim Thummim raisonnablement, et faire passer cela dans toute la Bible, comme vous pouvez le faire avec la guĂ©rison divine et d’autres choses semblables.

            Alors, pourquoi suis-je ici? Je suis ici pour vous aider. Je suis ici pour essayer de vous amener Ă  retourner Ă  votre Ă©glise, Ă  retourner. Et si vous les pasteurs qui ĂȘtes ici, vous ĂȘtes tombĂ©s en erreur, repentez-vous, allez Ă  votre chaire et dites: «Eglise, nous revenons Ă  Dieu.» Et tenez un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode. Et cessez de vous disputer avec votre voisin d’en face. S’il ne croit pas exactement comme vous, serrez-lui la main et soyez un frĂšre malgrĂ© tout.

47        Mettez-vous ensemble et tenez des rĂ©veils pour l’unitĂ©; cherchez des prĂ©dicateurs qui s’en tiennent Ă  la Parole de Dieu, et qui ne sont pas divisĂ©s sur ceci. Lisez la Parole. Certains d’entre vous ne lisent pas la Parole une seule fois pendant la semaine. Vous devriez lire chapitre aprĂšs chapitre chaque jour. MĂ©ditez. Si vous pouvez dĂ©tourner votre tĂȘte de ces sales magazines et de toutes ces choses que vous lisez, de ces sales... tant de journaux, et de cette soi-disant littĂ©rature religieuse qui ne devrait mĂȘme pas ĂȘtre mise sur le marchĂ©... C’est tout aussi mal que de lire certains de ces autres magazines, ces histoires qui sont de fausses doctrines, et toutes sortes de dogmes, et on appuie cela sur la–sur la vĂ©ritĂ©. Eh bien, la doctrine ne peut pas ĂȘtre fondĂ©e sur une expĂ©rience. La doctrine est fondĂ©e sur la Parole de Dieu, non pas sur une expĂ©rience. Les gens peuvent avoir des expĂ©riences de tout genre.

            J’ai voyagĂ© dans les jungles; j’ai vu les sorciers, je les ai vus me lancer un dĂ©fi, ils se tenaient lĂ  et faisaient toutes sortes de choses (le diable), j’observais ce que l’homme allait faire, je l’observais prendre un bĂąton et le suspendre en l’air, le dĂ©poser et le faire se dĂ©placer, comme un serpent qui rampe. Il s’est tournĂ©, il a pris un verre de vin, plutĂŽt d’eau, et l’a changĂ© en un liquide de couleur pourpre comme le vin, et il voulait que je boive cela. Et ensuite, ce mĂȘme groupe a dit que le Seigneur leur a parlĂ© au sujet de toutes ces sensations. Finalement, cela en arriva Ă  ceci, on a dit: «Prenez votre mĂšre, et Ă©tendez-la lĂ  et tuez-la, et placez-la sur le corps–sur l’autel, et je la ressusciterai le troisiĂšme jour. Car il est Ă©crit: ‘Offrez vos corps comme un sacrifice vivant’, et placez votre mĂšre lĂ .» Les autoritĂ©s devaient l’arrĂȘter pour avoir tuĂ© sa mĂšre, certainement. L’homme est revenu Ă  lui, un homme qui avait toutes ces sensations.

48        Changez du vin en de l’eau, et tout ce genre d’histoires, et du chaume de maĂŻs qui se dĂ©plaçait, et tout ce genre d’histoires, c’est du diable. Certainement. Dieu n’a besoin de rien. Vous n’avez besoin de rien pour prouver la chose, Ă  part la Bible et le Saint-Esprit qui sont ici pour confirmer la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ.

            Je parlais Ă  un homme il n’y a pas plus d’une demi-heure, pas plus de quarante-cinq minutes avant que je vienne Ă  la rĂ©union, un homme qui fulminait comme un fou. Eh bien, il pensait pouvoir faire aussi quelque chose (voyez-vous?), il a pris la mauvaise voie. Reviens Ă  Dieu, Ă©glise. Prions.

49        PĂšre cĂ©leste, je suis dĂ©gagĂ©. J’ai dit ce qui Ă©tait sur mon coeur. J’ai parlĂ© durement aux fidĂšles et aux ministres. Comme l’a dit Paul dans le Livre des Corinthiens, il leur a dit lĂ  oĂč ils Ă©taient, qu’il les aimait; mais ensuite, il s’est mis Ă  leur donner le fouet de l’Evangile. Et ils lui ont dit que le Seigneur avait dit de faire telle et telle chose. Il a dit: «Est-ce de chez vous que la Parole de Dieu est sortie, ou est-ce de vous seuls qu’elle est sortie? Si quelqu’un croit ĂȘtre spirituel ou prophĂšte, qu’il reconnaisse que ce que j’écris est un commandement du Seigneur. Et s’il... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Si quelqu’un le pense, qu’il l’ignore...» C’est lĂ  Ta Parole, PĂšre. Et je crois que saint Paul de la Bible Ă©tait Ton serviteur. Je crois que tout ce qu’il a Ă©crit Ă©tait la vĂ©ritĂ©, que cela venait de Toi. Et je Te prie, ĂŽ Dieu, ce soir, de secouer cette petite Ă©glise en ce moment solennel, alors qu’ils ont inclinĂ© la tĂȘte, il y en a beaucoup ici Ă  l’intĂ©rieur.

            Et Seigneur Dieu, Ă  ceux qui ont encore ces sensations, PĂšre, je Te prie d’une maniĂšre ou d’une autre de parler Ă  ces hommes, Seigneur. Fais-leur voir que ce n’est pas le Saint-Esprit. C’est–ce n’est pas le Saint-Esprit. La Bible condamne cela par l’Esprit qui est en moi. Si je suis Ton serviteur, Seigneur, alors quelque chose en moi dit que c’est faux et qu’il faut crier contre cela.

50        Et, Seigneur, je l’ai fait de tout mon coeur. Ce n’est pas pour essayer de terrasser un frĂšre, ou de renverser les idĂ©es d’un homme, mais de soutenir l’Evangile, et la conviction du Saint-Esprit qui parle maintenant au travers de Ton serviteur. Et je le crois de tout mon coeur. BĂ©nis le peuple. Et je prie que–que ceci soit une soirĂ©e de rĂ©union des pleurs Ă  l’ancienne mode dans leurs maisons, une repentance Ă  l’ancienne mode. Et qu’un vĂ©ritable rĂ©veil commence demain soir, qui fera que les gens viendront Ă  chaque Ă©glise, et qu’il y ait partout dans cette ville un glorieux rĂ©veil du Saint Esprit, accompagnĂ© de vĂ©ritables signes de Dieu. Et que cela soit bĂąti sur la Bible, afin que la fondation puisse ĂȘtre solide. Accorde-le, Seigneur. Car aucune autre fondation ne peut ĂȘtre posĂ©e, si ce n’est celle qui a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© posĂ©e. Et, PĂšre, nous voulons humblement bĂątir sur cette fondation.

            La guĂ©rison divine, les apĂŽtres, les prophĂštes, les docteurs, les Ă©vangĂ©listes, nous croyons ces choses et nous Te prions, ĂŽ Dieu, de nous aider Ă  recevoir ces choses.

51        Et alors, un jour, lorsque ma voix se fera entendre lĂ -haut, sur Ton Ă©cran devant Phoenix et devant les autres villes contre lesquelles j’aurai criĂ©, je prie, PĂšre, qu’il soit alors dit: c’était bien fait. Je prie que ceux qui sont ici et qui ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s Ă  la Vie Eternelle Ă©coutent Ta Voix ce soir et viennent. Car je le demande au Nom de JĂ©sus.

            Pendant que nos tĂȘtes sont inclinĂ©es, juste un instant, je sais que vous pensez que c’est un moment horrible pour faire un appel Ă  l’autel. Mais cependant, quelque chose en moi me dit de le faire. Maintenant, je vous demande d’incliner la tĂȘte pendant un moment, et de mĂ©diter un petit peu lĂ -dessus. RĂ©flĂ©chissez un peu, calmement.

52        Vous ai-je dĂ©jĂ  dit quelque chose de faux? Ai-je toujours cherchĂ© Ă  m’en tenir Ă  la Parole de Dieu et Ă  demeurer dans la Bible de Dieu? Je vous demanderais d’y rĂ©flĂ©chir. Dieu a-t-Il dĂ©jĂ  manquĂ© une seule fois de confirmer ce que j’ai dit? Pourquoi? Il ne s’agit pas de moi; c’est Lui. Il honore Sa Parole. C’est juste. Pensez-y maintenant.

            Si vous vous ĂȘtes refroidi un peu et que vous vous ĂȘtes Ă©loignĂ© de la Parole, allez-vous promettre Ă  Dieu qu’à partir de ce soir vous sonderez la Parole, que dans tout ce que vous ferez, vous veillerez attentivement pour vous assurer que c’est la Parole? Voulez-vous lever votre main vers Lui, avec votre tĂȘte inclinĂ©e? Que Dieu vous bĂ©nisse, vous; c’est bien. C’est bon. C’est bon. Il y a littĂ©ralement des centaines de mains.

53        Combien croient que ce que j’ai dit est la vĂ©ritĂ©? Que chaque tĂȘte soit inclinĂ©e maintenant. Levez la main. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est bon. Environ quatre-vingt-dix–quatre-vingt-dix pour cent, on dirait. Merci. Je vous aime pour cela.

            Je me demande s’il y a ici un pĂ©cheur, qui sait qu’aujourd’hui, alors que c’est un temps formidable, un temps vraiment horrible, un temps de grands troubles, et ces choses qui arrivent... Lorsque vous voyez l’ennemi apparaĂźtre comme ceci, et que vous voyez arriver toutes ces choses, ne savez-vous pas que nous sommes au temps de la fin? Ne savez-vous pas que c’est une borne kilomĂ©trique? Le Seigneur voulant, je vais prĂȘcher dans quelques soirĂ©es sur la jonction. J’aimerais que vous Ă©coutiez cela: juste vous montrer Parole sur Parole Ă  travers la Bible. Je vous demanderais d’amener vos blocs-notes et vos crayons. Vous verrez que nous allons ramener cela droit jusqu’en ce jour-ci. Tout a commencĂ© dans la GenĂšse, de mĂȘme que ceci. Et cela arrive maintenant Ă  maturitĂ©.

54        Maintenant, ne voulez-vous pas, vous pĂ©cheur, voulez-vous lever la main et dire: «FrĂšre Branham, priez pour moi. Je suis un pĂ©cheur, et je n’aimerais pas m’engager sur la mauvaise voie. Je veux ĂȘtre en ordre.» Que Dieu te bĂ©nisse, fiston. Que Dieu vous bĂ©nisse. Et que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est bon. En haut au balcon, levez la main et dites: «FrĂšre Branham, je suis un pĂ©cheur, mais je crois rĂ©ellement que vous dites la vĂ©ritĂ©. Je vous demanderais de prier pour moi.» Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Que Dieu vous bĂ©nisse, la dame espagnole. Que Dieu vous bĂ©nisse, la dame qui est assise lĂ . En haut au balcon Ă  gauche, y a-il quelqu’un lĂ -haut? «Je... FrĂšre Branham, je ne suis pas un chrĂ©tien, mais je crois que vous dites la vĂ©ritĂ©. Priez pour moi.» Voulez-vous dire cela avec la main levĂ©e?

55        TrĂšs bien, au balcon Ă  l’arriĂšre. Voulez-vous dire avec la main levĂ©e: «Je crois, FrĂšre Branham, que vous dites la vĂ©ritĂ©. Je vous demanderais de prier pour moi.» Au balcon Ă  droite, voulez-vous lever la main et dire: «Je crois de tout mon coeur que vous dites la vĂ©ritĂ©, prĂ©dicateur. Je–je vous demanderais de prier pour moi, afin que je sois bien ancrĂ©.» Oh! suivez ici, mes enfants. Si vous n’ĂȘtes pas bien ancrĂ©, ceci est une chose secondaire. Cela commence maintenant. Laissez cela aller pendant environ trois ou quatre ans, et ensuite, regardez ce qui arrive. Vous verrez tout. TrĂšs bien. Il y aura toutes sortes de signes. Dieu a dit que c’est ce qui se ferait.

            Maintenant, alors que vous avez la tĂȘte inclinĂ©e, prions. Ecoutez simplement la musique.

Ne m’oublie pas, î Doux Sauveur,
Ecoute mon humble cri;
Alors que Tu appelles les autres,
Ne m’oublie pas.

Sauveur, Sauveur,
Ecoute mon humble cri;
Alors que Tu appelles les autres,
Ne m’oublie pas.

56        Maintenant, avec la tĂȘte inclinĂ©e... On chantait ce cantique dans l’ñge mĂ©thodiste, lorsque les gens Ă©taient–avaient l’Esprit de Dieu sur eux. Et les gens s’évanouissaient et tombaient par terre. Les prĂ©dicateurs prĂȘchaient durement sur l’enfer. Les gens criaient, pleuraient, et couraient Ă  l’autel. Et nous les pentecĂŽtistes, nous pensons avoir quelque chose que ces gens-lĂ  n’avaient pas. Je pense que nous devrions retourner et recevoir ce qu’eux avaient.

            PĂšre cĂ©leste, ces gens-ci qui ont levĂ© la main sont Tes enfants [engendrĂ©s] par l’Evangile pur et sans mĂ©lange. Et je Te prie, ĂŽ PĂšre cĂ©leste, de m’aider la semaine prochaine Ă  aborder cela. Et je Te prie d’en rassembler beaucoup, beaucoup, beaucoup.

            Ô Dieu, dĂ©molis le mur de sĂ©paration qui est entre les ministres de cette ville et ceux des autres villes, et fais d’eux tous une trĂšs grande fraternitĂ©. Accorde-le, Seigneur. Que Ta Parole trouve Sa place, doucement et profondĂ©ment dans chaque coeur, au Nom de JĂ©sus.

57        Je Te prie de sauver tous ceux qui ont levĂ© la main ce soir. Ils ont dit qu’ils ont cru cela. Ils ont cru cela; en effet, ils ont cru que c’est la Parole. Ils ont confiance, non pas dans quelque chose d’autre, mais dans la Parole. Dieu l’a dit; cela rĂšgle la question. Et je Te prie de les bĂ©nir. BĂ©nis tous ceux qui ont levĂ© la main. Accorde-le, PĂšre.

            Je suis si heureux que plus de quatre-vingt-quinze pour cent de gens (oui, plus que cela) aient levĂ© la main pour montrer qu’ils croient vraiment que c’est la vĂ©ritĂ©, alors que rien de plus n’a Ă©tĂ© dit que ce qui a Ă©tĂ© dit ce soir, parce qu’ils ont cru, Seigneur, que je suis Ton serviteur. Et je Te prie de confirmer cela et d’accorder que cela soit la vĂ©ritĂ©, afin qu’ils sachent que Ton serviteur n’est pas ici pour s’enorgueillir. Je suis ici Ă  cause de Ton Evangile. Et je Te prie de sauver tout le monde, et de les introduire dans un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode, bĂąti sur le Roc solide, Christ. Et mets dans l’Eglise de vĂ©ritables signes bibliques et de vĂ©ritables miracles bibliques. Je prie au Nom de JĂ©sus. Amen.

58        J’ai dit Ă  Billy de ne pas distribuer des cartes de priĂšre, et il ne l’a pas fait. Aucune carte de priĂšre n’a Ă©tĂ© distribuĂ©e. Mais, je vais me charger moi-mĂȘme de ceci. Pour que les gens croient que le message que j’ai prĂȘchĂ© vient de Dieu, et si j’ai prĂȘchĂ© la vĂ©ritĂ©, Dieu est tenu de confirmer que c’est la VĂ©ritĂ©. C’est juste. Et je crois dans les vrais signes bibliques. Je crois que la chose que JĂ©sus a faite lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, Il la fait aujourd’hui, ni plus ni moins. Ce qu’Il a fait, qu’Il a fait Ă  l’époque, Il le fait maintenant. Et ces choses sont Ă©crites. Et on ne doit rien y introduire ou y ajouter ou en retrancher.

            Maintenant, si je vous ai dit la VĂ©ritĂ©, je prie Dieu de confirmer cela et de laisser Sa Parole le dĂ©clarer. Et si vous avez acceptĂ© ou pas la vĂ©ritĂ©, que Dieu confirme cela sans qu’aucune personne ne soit appelĂ©e Ă  cette estrade. Et je ne dis pas qu’Il le fera. Vous ĂȘtes assis lĂ  dans l’auditoire. Je ne sais pas. Mais s’Il le fait, cela vous amĂšnera-t-il tous Ă  croire que Dieu est en train d’apposer un sceau sur ce que j’ai dit? Aussi longtemps que je prouve que c’est la Parole de Dieu, allez-vous croire cela?

59        Alors, priez, vous qui ĂȘtes malades et qui ĂȘtes nĂ©cessiteux. Certains d’entre vous qui ĂȘtes ici devant, vous donc qui ĂȘtes tout prĂšs de moi, priez simplement. Commencez Ă  prier si vous ĂȘtes malade, nĂ©cessiteux. Que Dieu puisse ancrer cela, et s’Il le fait, alors vous verrez sĂ»rement que...

            Maintenant, vous direz: «FrĂšre Branham, il y a un signe.» Oui, mais c’est ce que la Bible a annoncĂ©. «Vous ferez aussi les choses que Je fais.» Qu’a-t-Il fait? Pensez-y, priez.

            Si seulement vous pouvez croire, petite dame. Si vous ne doutez pas de cela...

            Eh bien, sous l’inspiration du Saint-Esprit du fait que l’Ange de Dieu qui suivait les enfants d’IsraĂ«l... Combien savent que c’était la Colonne de Feu, faites voir... une Colonne de Feu... Combien croient que c’était JĂ©sus-Christ, faites voir vos mains, le Logos? Combien savent que lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, Il disait: «Je viens de Dieu, et Je retourne Ă  Dieu.»? Combien savent cela? Combien savent qu’aprĂšs Sa rĂ©surrection, lorsque Paul Le rencontra sur la route, Il Ă©tait encore une LumiĂšre? Combien savent cela? Combien ont vu cette photo, non pas de moi, mais de la LumiĂšre? Je crois que c’est JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

60        Il est suspendu juste au dessus de cette femme, juste ici. Elle souffre d’un mal de poitrine. C’est tout Ă  fait juste. Si c’est juste, madame, levez la main. Cela fait mal, ça tire. Cela vous retient au lit. MĂȘme lorsque vous ĂȘtes couchĂ©e, vous sentez quelque chose qui tire.

            Lorsque vous vous levez le matin, vous avez du mal Ă  vous redresser. C’est juste. C’est tout Ă  fait juste. Maintenant, vous savez que je–je ne vous connais pas, n’est-ce pas? Et je ne suis pas en train de lire votre pensĂ©e. Maintenant, vous direz: «C’est simplement un hasard.» Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira?

            Maintenant Ă©coutez, je ne peux pas faire cela. Je n’ai rien ici avec lequel vous guĂ©rir. Personne d’autre n’a quelque chose avec lequel vous guĂ©rir. Mais il y a ici un Esprit de Dieu que vous avez touchĂ©, pour rĂ©tablir la vraie VĂ©ritĂ© de la Bible qu’Il est ressuscitĂ© des morts. Une femme a-t-elle touchĂ© Son vĂȘtement?

61        Pour que vous ne pensiez pas que c’est un hasard, la femme assise Ă  cĂŽtĂ© de vous... Comme si vous Ă©tiez dans une ligne de priĂšre, la dame qui est assise lĂ  Ă  cĂŽtĂ© d’elle, regardez par ici. Croyez-vous que je suis un serviteur de Dieu? Le croyez-vous? Bien, regardez par ici juste une minute. Vous n’avez pas de carte de priĂšre ni rien pour vous permettre d’ĂȘtre dans la ligne. Vous n’avez pas de carte de priĂšre ni rien. TrĂšs bien. Regardez par ici juste une minute.

            Pendant que JĂ©sus parlait Ă  la femme au puits de Samarie... Et Il lui parla jusqu’à ce qu’Il dĂ©couvrĂźt oĂč se trouvait son problĂšme, et Il le lui dit. Et elle a dit: «C’est lĂ  le signe du Messie.» Eh bien, si cela pouvait se rĂ©pĂ©ter, ça ne serait pas une quelconque sensation, mais ce serait un signe du Messie, pas moi, mais vous, nous deux ensemble, oeuvrant ensemble sous la conduite du Messie.

62        Maintenant, vous savez que je ne vous connais pas, que je ne vous ai jamais vue. Vous n’avez pas de carte de priĂšre, il vous est impossible d’arriver ici, ou quoi que ce soit. Mais combien vont croire maintenant que Dieu va rĂ©vĂ©ler la chose? Je ne dis pas qu’Il va le faire.

            Maintenant, ĂŽ Dieu, regarde la situation. Que cela soit connu, Seigneur. Cette femme a le cancer. Maintenant, si c’est juste, tenez-vous debout. Est-ce la vĂ©ritĂ©? Levez la main.

            Croyez-vous maintenant? Comment expliquer cela? Il y a une ombre suspendue au-dessus; c’est noir. C’est la mort, exactement.

            Maintenant, PĂšre cĂ©leste, je ne peux pas contrĂŽler cela, mais je peux Te demander quelque chose. Lorsque Tu Ă©tais sur terre, Tu as dit: «Je pourrais parler Ă  Mon PĂšre, et Il enverra une lĂ©gion d’Anges.» Je prie pour ceci parce que cette femme a servi d’exemple, afin que Tu ĂŽtes le dĂ©mon de son corps. Et puisse cela quitter, alors que cette Ă©glise prie, pas seulement moi, mais le reste d’entre nous, afin que cette ombre quitte cette femme. Elle sait qu’il y a Quelque Chose lĂ  prĂšs d’elle, qui lui a dit par la Bible, page aprĂšs page, que c’est la vĂ©ritĂ©. Maintenant, que le dĂ©mon s’en aille, parce qu’il est dit dans la Bible: «En Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons.»

            C’est lĂ  le signe que Tu as annoncĂ©. Et j’ordonne Ă  ce dĂ©mon de quitter, au Nom de JĂ©sus-Christ, ce qui sera une confirmation pour ces gens que j’ai dit la vĂ©ritĂ©. Amen.

63        Maintenant Ă©coutez, madame. Alors que vous vous tenez lĂ , eh bien, vous ne vous sentez pas comme vous vous sentiez lorsque vous vous ĂȘtes mise debout, n’est-ce pas? Vous vous sentez mieux, n’est-ce pas? Cela vient de partir. C’est tout Ă  fait vrai.

            Maintenant, vous voyez? Maintenant, vous dites: «Est-ce que c’est biblique?»

            Absolument. JĂ©sus a dit: «Vous ferez aussi les choses que Je fais.»

            Qu’en pensez-vous, la petite dame qui est assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle, celle qui est assise lĂ , les mains sur les genoux, et qui pleure? Vous ĂȘtes tout prĂšs de moi. Croyez-vous? Soyez la juge.

            Je ne vous connais pas, vous ne me connaissez pas. Mais Dieu vous connaĂźt. Et vous devriez subir une opĂ©ration, et on vous a donc dit que c’est pour une maladie de la vĂ©sicule biliaire. Eh bien, si c’est juste, tenez-vous debout. Maintenant...

64        Qu’en pensez-vous, petite dame, vous qui ĂȘtes assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle? Croyez-vous de tout votre coeur? Si Dieu me rĂ©vĂšle votre problĂšme, croirez-vous que je dis la vĂ©ritĂ©? Vous avez une tumeur. Croyez-vous que Dieu vous en rĂ©tablira? Acceptez-vous cela? Tenez-vous debout; tenez-vous simplement debout. Que le Seigneur vous bĂ©nisse. En vous tenant debout, vous avez acceptĂ© cela. Cela vous a quittĂ©e. Maintenant, vous pouvez vous asseoir et ĂȘtre en bonne santĂ©.

            Eh bien, sondez cela par la Parole. Voyez si c’est vrai. Il y a une dame assise Ă  cĂŽtĂ© de ce siĂšge vide, elle est assise juste derriĂšre. Elle prie, elle pleure, une femme ĂągĂ©e. Qu’est-ce qui la fait pleurer? Cette LumiĂšre est suspendue au-dessus d’elle. C’est quoi cette LumiĂšre? C’est Christ. La Bible le dit.

65        Cette femme veut ĂȘtre guĂ©rie; elle veut ĂȘtre guĂ©rie d’une maladie de la vĂ©sicule biliaire. Croyez-vous que Dieu va vous rĂ©tablir? Vous croyez? Alors tenez-vous debout. Maintenant acceptez-vous cela? TrĂšs bien. Rentrez chez vous et soyez en bonne santĂ© au Nom de Christ.

            Croyez simplement. Pensez-vous que Dieu vous guĂ©rira de cette maladie du foie, madame, et qu’Il va vous rĂ©tablir? Acceptez cela, croyez-vous qu’Il va le faire? Il peut le faire. Vous pouvez aussi recevoir cela, ayez simplement foi en Dieu. Croyez.

            Vous qui souffrez du dos, que pensez-vous? Croyez-vous la mĂȘme chose? TrĂšs bien. «Si tu peux croire.» Regardez par ici.

            Voyez-vous cette femme assise lĂ -bas et qui prie, juste au bout? Vous voudriez guĂ©rir de l’arthrite, n’est-ce pas? C’est juste.

66        La petite dame Ă  cĂŽtĂ© de vous, elle a aussi un problĂšme de foie. C’est juste. Cette dame a manquĂ© sa guĂ©rison; elle n’a pas rĂ©pondu Ă  cela. Cette LumiĂšre est passĂ©e directement pour descendre en fait Ă  cĂŽtĂ© de vous, la premiĂšre fois. Voyez-vous? Acceptez-vous votre guĂ©rison? Alors, tenez-vous debout. Amen. Vous avez donc reçu votre guĂ©rison. La LumiĂšre vous environne. JĂ©sus-Christ vit toujours.

            Croyez-vous? Je vous ai dit la vĂ©ritĂ©, la vĂ©ritĂ© de la Bible; Dieu a dit que c’est la vĂ©ritĂ©. Croyons donc en Dieu de tout notre coeur.

            Combien ici veulent ĂȘtre guĂ©ris ce soir? Je veux dire par Dieu. Ne voyez-vous pas qu’il y a Quelque Chose ici? C’est l’Esprit de Dieu. Pourquoi? Cela confirme la Bible, non pas un seul petit passage, non pas deux petits passages, mais la Bible entiĂšre.

67        JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© des morts et fait les mĂȘmes choses qu’Il a faites hier, qu’Il fera aujourd’hui, et qu’Il fera Ă©ternellement, le mĂȘme Seigneur JĂ©sus. Croyez-vous cela? Alors, imposez-vous les mains les uns aux autres. Disons un mot de priĂšre pour les malades.

            C’est le moment maintenant. Oh! si seulement je pouvais faire pĂ©nĂ©trer ceci dans les coeurs. C’est vous qui ĂȘtes malade. Je suis fatiguĂ©. Je viens de prĂȘcher, de m’efforcer, de supplier et de faire tout. La balle est dans votre camp. Dieu est descendu et a fait tout ce qu’Il pouvait faire pour vous le confirmer. C’est le moment pour vous de prier. C’est le moment pour vous d’accepter Christ. Je l’ai dĂ©jĂ  fait. Je crois dĂ©jĂ  en Lui. Croyez-vous en Lui? Alors commencer un peu Ă  prier. Et si vous priiez pour vous-mĂȘme?

            Chaque bĂ©bĂ© doit pleurer pour obtenir son bonbon. Un bĂ©bĂ© ne peut pas pleurer pour avoir le bonbon de l’autre bĂ©bĂ© Ă  cĂŽtĂ© de lui. Commencez Ă  crier Ă  Dieu, si vous voulez vous rĂ©tablir. Cela dĂ©pend de vous.

68        Maintenant, commencez Ă  prier, chacun de vous, en priant pour vous-mĂȘme et pour la personne qui est Ă  cĂŽtĂ© de vous; commencez Ă  prier et soyez rĂ©tabli. Croyez en Dieu. Et lorsque vous sentez que vous avez suffisamment de foi, levez-vous et acceptez cela. VoilĂ  comment s’y prendre.

            Maintenant, PĂšre cĂ©leste, voici un groupe de gens. Je suis vraiment fatiguĂ©, Seigneur. Mon... Oh! mon coeur est brisĂ© et tout le reste. Ô Dieu, que puis-je faire d’autre? Que peux-Tu faire d’autre? Rien. La balle est dans votre camp. Ô Dieu, je prie au Nom de Christ, que Tu remplisses vraiment cette salle du Saint-Esprit, et qu’une telle... Je ne sais pas ce que Tu pourrais faire de plus. Tu as apportĂ© cela par Ta Parole. Tu as apportĂ© cela par Ton Esprit. Tu as apportĂ© cela par les mĂȘmes signes de la Bible. Et tout ce que Tu as annoncĂ© s’est dĂ©jĂ  accompli.

69        Ô Dieu, que les gens puissent ĂȘtre libres et se libĂ©rer de leur raideur, et qu’ils s’éloignent de leurs ismes, et qu’ils reviennent au vĂ©ritable Seigneur JĂ©sus-Christ vivant, et qu’ils soient remplis de la puissance de Dieu et guĂ©ris de leurs maladies et de leurs afflictions. Ô Dieu bĂ©ni, je somme le diable de sortir de cet endroit et de ces gens au Nom de JĂ©sus-Christ. Et il est Ă©crit: «En Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons.»

EN HAUT