ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication Le Signe Du Messie de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 59-0329E La durĂ©e est de: 50 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Le Signe Du Messie

 

1          Inclinons la tĂȘte juste un moment. Dieu bien-aimĂ©, quand nous entendons ce chant: «JĂ©sus est lĂ , tout est possible», cela fait frĂ©mir nos coeurs de savoir que c’est plus qu’une chanson. C’est la VĂ©ritĂ©. Tu es ici. Seigneur, je crois que tout Ă  l’heure, Tu Ă©tais Ă©galement Ă  l’arriĂšre du Tabernacle oĂč Ă©taient cette petite mĂšre portant un petit bĂ©bĂ© bien trempĂ© sous la pluie, ainsi que ce jeune homme qui intercĂ©dait pour sa bien-aimĂ©e qui se trouve lĂ  au loin, dans un hĂŽpital, mourante... Ecoute nos priĂšres, Seigneur. Il y a des gens qui sont restĂ©s assis dans cette Ă©glise toute la journĂ©e, depuis six heures du matin. Ils s’attendent Ă  Te voir, Seigneur. Ils nous ont entendus dire aujourd’hui que Tu es ressuscitĂ© des morts. Et Tu es le mĂȘme JĂ©sus, toujours vivant ce soir aprĂšs mille neuf cents ans. Tu es toujours JĂ©sus. Et nous prions, ĂŽ Dieu, de guĂ©rir chaque malade qui est dans la PrĂ©sence divine. Qu’il n’y ait aucune personne faible parmi nous quand ce service sera terminĂ©. Montre-nous simplement, Seigneur, que Tu es ici.

2          Nous pensons Ă  ces deux hommes qui, en ce matin-lĂ  de PĂąques, Ă©taient sans doute dĂ©couragĂ©s. Et ici ce soir, beaucoup sont dĂ©couragĂ©s, des malades qui ne peuvent pas ĂȘtre guĂ©ris et que les mĂ©decins ont abandonnĂ©s. Et pendant qu’ils Ă©taient en route, un Etranger a surgi et S’est entretenu avec eux, ils se sont entretenus sur les Ecritures le reste de la journĂ©e. Et le soir, quand Il les a rĂ©unis dans la maison et qu’Il a fermĂ© la porte, Il a fait quelque chose. Il l’a fait exactement tel qu’Il l’avait fait avant la crucifixion, et ils ont su alors que c’était le Seigneur ressuscitĂ©. Et Il a disparu de devant eux. Ils sont vite rentrĂ©s en courant annoncer aux autres qu’Il est ressuscitĂ© des morts.

3          Seigneur, nous prions qu’Il vienne au milieu de nous ce soir et qu’Il fasse les choses qu’Il avait faites avant Sa crucifixion. Mille neuf cents ans ne reprĂ©sentent rien devant Lui; Il est Ă©ternel. Et ce soir, que beaucoup retournent en toute hĂąte chez eux pour aller dire Ă  leurs Ă©pouses, leurs maris, leurs bien-aimĂ©s, leurs voisins: «Il vit; Il m’est apparu ce soir, Il a guĂ©ri ma maladie; je vais ĂȘtre en bonne santĂ© maintenant.» Accorde-le, PĂšre. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir. 

4          Je regrette que je sois enrouĂ©, mais j’étais trĂšs occupĂ© Ă  prĂȘcher, Ă  baptiser ; pour commencer, j’ai la grippe depuis que je suis revenu de la Floride et des Ăźles. Or, je dois partir le matin pour la Californie, pour une sĂ©rie de rĂ©unions pendant presque un mois d’affilĂ©e. Ainsi, j’ai demandĂ© Ă  frĂšre Neville s’il pouvait prĂȘcher Ă  ma place ce soir, et je suis sĂ»r que vous avez Ă©coutĂ© un merveilleux message. Nous avons apprĂ©ciĂ© et le service de ce matin, et frĂšre Neville. Et nous avons confiance que Dieu continuera Ă  ĂȘtre avec lui et avec cette Ă©glise, tant qu’il sera pasteur ici.

5          Eh bien, je venais de rencontrer Billy lĂ  dehors, et il m’a un peu touchĂ© sur le cĂŽtĂ©, et il a dit: «Papa, les gens sont debout ici, et certains d’entre eux sont restĂ©s ici toute la journĂ©e.»

6          J’ai dit: «Eh bien, je suis heureux que nos services tirent presque vers la fin, ainsi vous n’aurez plus Ă  rester debout.» En plus, il pleut. Et au moment oĂč j’entrais dans le bĂątiment, un petit couple est sorti d’une voiture lĂ , avec un petit bĂ©bĂ© malade qui Ă©tait bien trempĂ©. La mĂšre n’a mĂȘme pas pu atteindre la porte. Mais aussi sĂ»r que je me tiens ici, Dieu a guĂ©ri ce bĂ©bĂ© pendant qu’on se tenait lĂ  dehors sous... Comme Il rĂ©pond Ă  la priĂšre!

7          Et maintenant, aprĂšs que nous avons prĂȘchĂ© aujourd’hui... et ce matin j’ai prĂȘchĂ© sur cinq mots: Vivant, mourant, enseveli, ressuscitĂ© et revenant.

Vivant, Il m’a aimĂ©. Mourant, Il m’a sauvĂ©.

Enseveli, Il a emporté mes péchés au loin.

Ressuscitant, Il m’a justifiĂ© gratuitement pour toujours.

Un jour Il viendra, oh! Quel jour glorieux!

            Ce soir, nous sommes [lĂ ], veillant, attendant Son Apparition.

8          Pourquoi sommes-nous entassĂ©s ici dans cette salle? Pourquoi les gens viennent-ils entendre l’Evangile? Pourtant, dans sa simplicitĂ©, Il reste la plus grande attraction que le monde ait jamais connue. JĂ©sus a dit: «Quand j’aurai Ă©tĂ© Ă©levĂ©, j’attirerais tous les hommes Ă  moi.» Maintenant, la question est celle-ci: cette religion dont nous parlons est-elle vraie? Est-elle la vĂ©ritĂ©? Si elle est la vĂ©ritĂ©, nous pouvons alors croire toute parole qui vient de la Bible. Si elle n’est pas la vĂ©ritĂ©, nous ne devrions rien avoir Ă  faire avec elle; nous devrions simplement continuer dans nos pĂ©chĂ©s; «mangeons et buvons, car demain nous mourons.» Mais je suis si reconnaissant de savoir que ce dont nous parlons, c’est la vĂ©ritĂ©. Et c’est la seule religion au monde... Cependant... Quoi qu’elle occupe la quatriĂšme place en ce qui concerne le nombre [d’adeptes], cependant elle est la seule religion au monde dont le Fondateur a pu mourir, ressusciter ; et Il est vivant ce soir.

9          L’autre jour, j’ai lu dans un journal de cette ville, un article oĂč il Ă©tait question d’un homme, un Bouddha, qui serait ressuscitĂ©. Bon nombre d’entre vous ont lu cela dans le journal. Ils sont tombĂ©s sur un homme, un petit Bouddha, qui a connu une naissance semblable Ă  celle de Bouddha, il n’a Ă©videmment fait aucun miracle, mais son enseignement et tout Ă©taient tout Ă  fait comme ceux de Bouddha. Si Bouddha peut avoir un homme dans le champ, un faux, Dieu, Lui, a le Saint-Esprit dans le champ, le vrai Esprit de Dieu.

10        Eh bien, nous parlons de ces merveilleuses choses, mais agiront- elles? Le Saint-Esprit va-t-Il... Le Saint-Esprit pardonnera-t-Il Ă  un homme ses pĂ©chĂ©s? Le guĂ©rira-t-Il de sa maladie? Il le fera certainement. Il est Dieu Ă  jamais. Maintenant, si nous pouvons... Si JĂ©sus vient parmi nous et qu’Il prouve Lui-mĂȘme qu’Il est vivant ici parmi nous ce soir, cela doit amener chacun de nous Ă  croire chaque promesse que Dieu a faite dans la Bible.

11        Y a-t-il ici quelqu’un qui n’a jamais Ă©tĂ© dans l’une de mes rĂ©unions? Faites voir votre main, ceux qui n’ont jamais Ă©tĂ© dans les rĂ©unions auparavant.

12        Regardez simplement, pratiquement la moitiĂ© de l’auditoire.

13        Je ne suis pas un guĂ©risseur. Je ne crois pas–je ne crois pas qu’il y ait un homme qui soit un guĂ©risseur. C’est JĂ©sus Christ qui est le GuĂ©risseur. Et Il avait dit, quand Il Ă©tait ici sur terre, que Dieu Ă©tait le GuĂ©risseur. Eh bien, quand Il Ă©tait ici sur terre, Il ne prĂ©tendait pas ĂȘtre un guĂ©risseur, mais Il avait montrĂ© aux gens Son signe de Messie, et ce signe de Messie consistait Ă  connaĂźtre les secrets de coeurs des gens. Combien savent que c’est vrai?

14        Quand Il a dit Ă  Pierre, pendant que celui-ci s’est prĂ©sentĂ© devant Lui, quel Ă©tait son nom, quel Ă©tait le nom de son pĂšre, Pierre a cru d’une façon et avec une foi telle que plus tard, JĂ©sus lui a donnĂ© les clefs du Royaume, et l’a Ă©tabli Ă  la tĂȘte de l’Eglise.

15        Quand Philippe a trouvĂ© NathanaĂ«l sous l’arbre, il lui a dit: «Viens et vois qui j’ai trouvĂ©, JĂ©sus de Nazareth, le fils de Joseph.»

16        Et ce religieux loyal a dit: «Peut-il sortir quelque chose de bon de Nazareth?»

17        Il lui a donnĂ© la meilleure rĂ©ponse que n’importe qui pourrait donner. Il lui a dit: «Viens et vois. Ne te contente pas de critiquer cela. Viens voir de toi-mĂȘme.»

18        Et dĂšs que Philippe est arrivĂ©, accompagnĂ© de NathanaĂ«l, JĂ©sus a dit Ă  ce dernier: «Voici un IsraĂ©lite dans lequel il n’y a point de fraude.» Il a demandĂ©: «D’oĂč me connais-tu, Rabbi?» JĂ©sus a rĂ©pondu: «Avant que Philippe t’appelĂąt, je t’ai vu sous l’arbre.» Il a dit: «Tu es le Fils de Dieu, le Roi d’IsraĂ«l.»

19        Il a rĂ©vĂ©lĂ© Ă  la femme au puits ce qui Ă©tait dans son coeur. Ces choses ont prouvĂ© qu’Il Ă©tait le Messie.

            Et si ce Messie est ressuscitĂ© des morts aujourd’hui, qu’Il a fait l’expiation, qu’Il nous a guĂ©ri de nos maladies, et qu’Il nous a pardonnĂ© nos pĂ©chĂ©s, alors la seule chose qu’Il peut faire, c’est de montrer encore ce mĂȘme signe comme quoi Il est toujours vivant pour rendre valable n’importe quelle promesse qu’Il a faite... Est-ce vrai? Croyons cela maintenant pendant que nous prions.

20        Seigneur, les gens attendent. Une parole de Ta part vaudra plus que ce que le frĂšre Neville ou moi pourrions dire dans toutes nos vies [s’il nous Ă©tait donnĂ© de vivre plusieurs fois]; une seule parole. A prĂ©sent, il y a la moitiĂ© de cet auditoire qui n’a jamais assistĂ© Ă  mes rĂ©unions auparavant. Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, envoie dans cette salle, la puissance de JĂ©sus-Christ, le RessuscitĂ©, le Saint-Esprit qui Ă©tait descendu Ă  la PentecĂŽte, afin qu’Il puisse vraiment oindre les gens. Que je puisse, malgrĂ© mon enrouement, m’abandonner si complĂštement Ă  Son Saint- Esprit, qu’Il puisse parler par cette voix rauque que je Lui offre, voir par ces yeux que je Lui offre pour qu’Il montre des visions et des choses qui amĂšneront les gens Ă  voir qu’Il est ressuscitĂ© des morts. Et quand ces gens verront cela, que tout l’auditoire puisse s’emparer de chaque promesse qu’Il a faite. Et s’ils ont commis des pĂ©chĂ©s, puissent-ils L’accepter pour ĂȘtre pardonnĂ©s. S’ils sont malades, qu’ils sachent que par Ses meurtrissures nous avons dĂ©jĂ  Ă©tĂ© guĂ©ris. Accorde-le, Seigneur. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

21        Maintenant, c’est la grande confrontation. La chose est simple quand il s’agit de se tenir devant deux ou trois cents personnes. Quand vous vous tenez devant cinq cents mille, un demi-million de personnes, les mĂȘmes choses se produisent. Il est Dieu. Maintenant, combien ici sont malades et aimeraient que l’on prie pour eux? Levez la main. Voyez, environ la moitiĂ© d’entre vous ou plus. Je ne saurais pas les faire monter tous ici. Je pense que je vais devoir demander encore Ă  Billy, lui demander s’il a distribuĂ© les cartes de priĂšre. Eh bien, l’a-t-il fait–l’a-t-il fait? [Quelqu’un rĂ©pond: «Oui.»] TrĂšs bien. TrĂšs bien.

22        Le dimanche passĂ© ou la fois passĂ©e quand j’étais ici, on n’avait distribuĂ© aucune carte de priĂšre, et j’ai simplement demandĂ©: «Combien y en a -t- il ici qui n’ont jamais assistĂ© Ă  une de mes rĂ©unions auparavant?» Beaucoup ont levĂ© la main, comme quoi ils n’avaient jamais assistĂ© Ă  une de mes rĂ©unions. Pendant qu’ils Ă©taient debout avec leurs mains levĂ©es, le Saint-Esprit allait ça et lĂ  leur disant qui ils Ă©taient, quelles Ă©taient leurs maladies, ce qui s’était passĂ©, et Il guĂ©rissait complĂštement les gens au point que des tumeurs et autres disparaissaient et que les gens n’avaient plus Ă  subir des opĂ©rations chirurgicales. Combien Ă©taient ici et ont vu cela, il y a quelques semaines?

23        S’il a distribuĂ© les cartes de priĂšre, alors nous allons procĂ©der Ă  l’appel. Cela donne l’occasion aux gens d’ici et aux visiteurs, Ă  ceux qui ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© dans les rĂ©unions aussi bien qu’à ceux qui n’y ont jamais Ă©tĂ© d’entrer dans la ligne de priĂšre. Nous ne pouvons pas les faire monter tous ici Ă  la fois. Nous allons les faire venir dans le calme autant que possible.

24        Et je veux que vous soyez honnĂȘtes envers Dieu. Soyez honnĂȘtes envers vous-mĂȘmes. Et si JĂ©sus vient parmi nous et qu’il accomplisse et fasse ce qu’Il avait fait quand Il Ă©tait ici sur la terre, quand Il marchait en GalilĂ©e, vous devez L’accepter pour tout ce dont vous avez besoin. Vous n’avez pas besoin de monter ici Ă  l’estrade. Il considĂšre la foi. Il y aura ici des gens qui seront guĂ©ris de toute façon, des gens qui sont malades lĂ  dans l’assistance, et qui n’ont mĂȘme pas de carte de priĂšre. Combien sont malades et n’ont pas de carte de priĂšre? Levez la main. Bien, on n’a donc pas distribuĂ© beaucoup de cartes. Voyez? Bien, croyez tout simplement. Regardez juste dans cette direction.

25        Permettez-moi de vous montrer ce que JĂ©sus a fait quand Il Ă©tait ici sur terre. Une fois, une femme s’est approchĂ©e de Lui et elle ne pouvait pas entrer dans la foule. Elle n’avait pas de carte de priĂšre, mais elle a touchĂ© le bord de Son vĂȘtement, car elle se disait dans son coeur: «Je sais que cet Homme dit la vĂ©ritĂ©. Si je puis toucher Son vĂȘtement, je serai guĂ©rie.»

            Et elle a touchĂ© Son vĂȘtement, et s’est faufilĂ©e dans une foule probablement plusieurs fois plus grande que celle-ci. JĂ©sus s’est retournĂ©, et a demandĂ©: «Qui m’a touchĂ©?»

26        Pierre L’a mĂȘme repris, disant: «Comment peux-Tu poser une telle question, quand tous essayent de Te toucher?»

            Il a dit: «Mais Je sens que Je suis devenu faible.»

27        Les visions affaiblissent. Vous ne pouvez faire... aller plus loin avec. Et Il a demandĂ©... Il a parcouru l’assistance du regard jusqu’à ce qu’Il a trouvĂ© la femme; et Il lui a dit qu’elle avait une perte de sang, et que sa foi l’avait guĂ©rie.

28        Combien savent cela? La Bible dit que JĂ©sus-Christ est aujourd’hui le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s. Est-ce exact? Bien, s’Il Ă©tait le Souverain Sacrificateur qui pourrait ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s, n’agirait-Il pas comme Il l’a fait autrefois, s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement?

29        Ensuite, vous qui n’avez pas de carte de priĂšre, regardez par ici, et dites dans votre coeur: «Seigneur, je crois de tout mon coeur, et je crois que Tu vas me guĂ©rir. Laisse-moi toucher Ton vĂȘtement. Parle au travers de frĂšre Branham et rĂ©vĂšle-lui les choses comme Tu l’avais fait pour cette femme, et je croirai en Toi.» Voulez-vous ĂȘtre autant honnĂȘte et croire en Dieu de tout votre coeur?

30        Billy Paul m’a dit–m’a dit, il y a quelques minutes, que pendant qu’il se tenait ici vous avez prĂ©levĂ© une offrande d’amour pour moi. Je n’ai pas aimĂ© cela... qu’on le fasse. C’était... Mais, je vous remercie, tout de mĂȘme. J’en ai besoin maintenant pour mon voyage en Californie. Je l’utiliserai pour l’Evangile.

31        Ces petites offrandes que vous me remettez, savez-vous oĂč ça va? Je suis allĂ© Ă  Porto Rico et en JamaĂŻque il y a quelques semaines, oĂč on a enregistrĂ© quarante mille convertis en neuf soirĂ©es. Qu’est-ce qui a fait cela? Vos dĂźmes. Quand je suis parti, le maire du... le juge de l’üle s’est levĂ© et a dit: «Nous recevons des Ă©vangĂ©listes ici, ils rĂ©coltent d’importantes offrandes, et ils coĂ»tent chers.» Mais il a poursuivi: «Quand frĂšre Branham est venu, il ne nous a mĂȘme pas demandĂ© un sou, il ne nous a pas demandĂ© de payer sa facture d’hĂŽtel. Et il a payĂ© lui-mĂȘme son billet aller et retour.» Qu’est-ce qui a fait cela? Votre argent. J’aimerais ĂȘtre sĂ»r que je le dĂ©pense correctement. Ainsi, Ă  la barre du jugement, quand je me tiendrai devant vous et devant Dieu, et que je devrai en rendre compte, il aura Ă©tĂ© correctement utilisĂ©. Je m’en sers tant que je peux voyager pour faire le mieux que je peux pour Sa gloire.

32        Eh bien, nous ne saurons prendre toutes les cartes de priĂšre Ă  la fois, ainsi, je ne pourrai en prendre qu’un petit nombre Ă  la fois.

33        Qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 1? Voulez-vous lever la main et vous mettre debout? LĂ -bas au fond, il s’agit d’une dame de race noire. Venez directement par ici, madame. Frayez-vous un chemin par lĂ  et venez ici Ă  cĂŽtĂ© de l’estrade. Maintenant, qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 2? Si vous pouvez vous lever, levez votre main: carte de priĂšre numĂ©ro 2. Une dame de race blanche, ici. TrĂšs bien, madame, montez directement et suivez cette dame de couleur, ici Ă  l’estrade, directement ici Ă  l’estrade. Eh bien, fais-les passer par-lĂ , Doc, dĂšs que ceux-ci remplissent [l’estrade] ici.

34        Carte de priĂšre numĂ©ro 3, voulez-vous lever la main si vous le pouvez? Le monsieur par ici. Monsieur. Le numĂ©ro 4, voudriez-vous lever la main? TrĂšs bien, madame, directement par ici. Le numĂ©ro 5, voudriez-vous lever la main? Ce jeune homme par ici. Jusqu’ici, chacun d’eux m’est inconnu. Le numĂ©ro 6, voudriez-vous lever la main, le numĂ©ro 6? Ai-je appelĂ© le numĂ©ro 5, le numĂ©ro 5? Et le numĂ©ro 6 aussi m’est inconnu. Le numĂ©ro 7, voudriez-vous lever la main? Levez la main vous qui avez le numĂ©ro 7. Bien, je crois que je connais ce jeune homme. Je–je pense que je le connais. Le numĂ©ro 8, voudriez-vous lever la main si vous le pouvez? Une dame par ici. TrĂšs bien, le numĂ©ro 9. TrĂšs bien, madame. Le numĂ©ro dix. TrĂšs bien, le numĂ©ro 10, madame.

35        Il y a une erreur quelque part. Quel est le numĂ©ro de cet homme-ci? Quelqu’un voudrait-il bien voir? Que l’un de vous les huissiers vienne voir. [Quelqu’un dit: «Il a le 84.»–N.D.E.] 84. C’est donc le numĂ©ro 10 que j’appelais, merci; le numĂ©ro 10. Mais nous arriverons jusqu’à vous de toute façon. C’est tout Ă  fait exact. Ecoutez, maintenant je connais votre numĂ©ro. C’est le 84, n’est-ce pas? Vous dites 84 ou quelque chose comme cela? Bien, vous, attendez juste lĂ . Croyez simplement. Je vous le dis, si vous n’utilisez pas cette carte, cette carte de priĂšre, regardez par ici et croyez en Dieu, vous verrez Dieu rĂ©pondre Ă  votre priĂšre. TrĂšs bien.

36        Le numĂ©ro, c’était le 10? 11. Bien, 12. Eh bien, si vous ne pouvez pas vous lever, juste... NumĂ©ro 12. 13, numĂ©ro 13, lĂ  au fond. 14, le numĂ©ro 14. Plus loin, lĂ  au fond. NumĂ©ro 15.

37        On les distribue partout. Les jeunes gens qui distribuent les cartes, demandent simplement: «Que celui qui veut une carte lĂšve la main!» Ils les prennent et les mĂ©langent toutes, personne ne sait qui obtient telle ou telle carte. Et c’est de cette façon-lĂ  qu’ils les distribuent.

38        NumĂ©ro 14. NumĂ©ro 15, qui a la carte 15, numĂ©ro 15? NumĂ©ro 16? LĂ , loin au fond. NumĂ©ro 17? Eh bien, si le numĂ©ro 16 est dans le bĂątiment ou s’il est debout dans l’allĂ©e, frayez-vous un chemin par-lĂ . NumĂ©ro... Je suis dĂ©solĂ©, je n’avais pas vu votre main, soeur, Ă  ce propos. Est-ce vous, le[numĂ©ro] 16? Bien... [La soeur dit: «17». N.D.E. ] 17, 18, 19, numĂ©ro 19? 20, le numĂ©ro 20? Cet homme par ici. TrĂšs bien. TrĂšs bien.

39        Maintenant, je crois qu’ils prennent directement cette allĂ©e-ci, maintenant, ainsi, nous allons... [Quelqu’un dit: «Ca suffit.»–N.D.E.] Vous dites? Ça suffit pour le moment. Ça va. Eh bien, regardez dans cette direction et croyez. Bien. Voyons si le pianiste peut nous jouer doucement, calmement «Crois seulement», trĂšs doucement.

40        La plupart des gens qui sont ici dans l’allĂ©e me sont inconnus. Je ne vous connais pas  Eh bien, il y en a ici qui ont encore des cartes de priĂšre; d’autres peut-ĂȘtre n’ont pas de cartes de priĂšre. Nous allons peut-ĂȘtre en appeler d’autres dans la ligne de priĂšre dans quelques minutes, dĂšs que l’allĂ©e est dĂ©gagĂ©e.

41        Doc, je pense que ce monsieur-ci est venu de lĂ  derriĂšre, il a Ă©tĂ© appelĂ©, le 16 ou le 7–le 16. TrĂšs bien, venez tout du long et prenez place, monsieur.

42        Eh bien, si vous n’ĂȘtes pas appelĂ©, ça importe peu (Voyez?), observez simplement et croyez .

43        [Quelqu’un dit: «Jusque lĂ , le numĂ©ro 15 manque encore.»–N.D.E.] Le numĂ©ro 15 manque. Peut-ĂȘtre que la personne concernĂ©e ne sait pas se lever. Si vous ne pouvez pas vous lever... Regardez Ă  la carte de priĂšre du voisin; peut-ĂȘtre qu’il s’agit d’un sourd et il n’entend pas. Si la personne est ici, le 15, vous ĂȘtes priĂ© de prendre votre place dans la ligne. S’ils sont sortis et qu’ils reviennent quelques minutes aprĂšs, mettez-les dans la ligne suivant l’ordre de leurs numĂ©ros.

44        Quand nous aurons fait passer toute cette ligne, nous y appellerons encore plus de gens, si le Saint-Esprit ne semble pas oindre le bĂątiment, les gens, de sorte qu’ils soient guĂ©ris.

45        Eh bien, maintenant, c’est un moment crucial ; c’est maintenant le temps oĂč ce que j’ai dit sera soit la vĂ©ritĂ©, soit le mensonge. C’est maintenant le temps oĂč il sera prouvĂ© que JĂ©sus est ressuscitĂ© des morts ou qu’Il n’est pas ressuscitĂ© des morts. C’est maintenant le temps oĂč il sera prouvĂ© qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement ou qu’Il n’est pas le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.

            Maintenant, Il doit prouver qu’Il est le GuĂ©risseur ou qu’Il n’est pas le GuĂ©risseur. Et si quelqu’un veut prendre ma place pour prier pour les malades, je l’invite Ă  venir prendre ma place.

46        Pendant que vous avez votre attention tournĂ©e vers ici, Ă  partir de la ligne de priĂšre, combien parmi vous qui ĂȘtes dans la ligne de priĂšre ne me connaissent pas, et savent que je ne les connais pas ni ne sais rien Ă  leur sujet, qu’ils lĂšvent la main.

47        Vous qui ĂȘtes dans l’auditoire, celui qui sait que je ne connais rien Ă  son sujet, qu’il lĂšve la main, lĂ  dans l’auditoire, mĂȘme s’il est malade. Vous voyez? VoilĂ .

48        Eh bien, que fera Dieu? Les Ecritures sont lĂ ; l’Esprit de Dieu est ici; eh bien, cela marchera-t-il? Si je puis m’abandonner au Saint-Esprit, ça marchera. Et ça ne marchera pas pour moi Ă  moins que vous vous abandonniez au Saint-Esprit ; «en effet, JĂ©sus ne pouvait pas accomplir beaucoup de miracles dans Son propre territoire Ă  cause de leur incrĂ©dulitĂ©.»

49        Eh bien, croyez de tout votre coeur, soyez aussi respectueux que possible. Tenez-vous tranquilles, observez. Si le Saint-Esprit accomplit quelque chose, alors rĂ©jouissez-vous, alors croyez. 

50        Maintenant, Seigneur, tout ce que nous avons, tout ce que nous sommes... Ils sont restĂ©s debout au point qu’ils ont eu des crampes dans les jambes, ils se sont tenus lĂ  au point qu’ils sont prĂȘts Ă  s’évanouir. Et maintenant, Seigneur, que l’on sache que Tu es Dieu. Et j’ai rassemblĂ© cet auditoire sur Ton ordre. Et je me tiens ici non pas pour ĂȘtre vu, ou pour essayer de faire l’important, ou de me singulariser, mais Ă  cause d’une commission qui m’a Ă©tĂ© donnĂ©e par un Ange, et qui a Ă©tĂ© confirmĂ©e par Ta Parole. Que l’on sache ce soir que Tu es JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, Celui qui est ressuscitĂ© des morts, et que Tu vis dans Ton Eglise, dans Ton peuple pour accomplir et exercer le mĂȘme ministĂšre que Tu avais lorsque Tu Ă©tais ici dans un corps de chair. Accorde-le, Seigneur. Et nous Te louerons au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. 

51        Maintenant, oĂč est Billy Paul? Est-il dans le bĂątiment? Est-il parti? Ou bien... Il faut que quelqu’un vienne chercher ces cartes de priĂšre ici. Voyez? Venez, FrĂšre...?... Cette femme a une carte de priĂšre dans sa main. Remettez-la simplement au frĂšre. Voyez? Soyez vraiment rĂ©vĂ©rencieux maintenant.

52        Eh bien, Ă  ce que je sache, cette dame par ici m’est totalement inconnue. Et voici une rĂ©pĂ©tition parfaite de l’Ecriture: deux personnes de deux nationalitĂ©s diffĂ©rentes.

53        Un jour, JĂ©sus s’est rendu Ă  un puits, dans Saint Jean 4, et Il y a rencontrĂ© une femme samaritaine. Et Il lui a parlĂ© un petit moment, jusqu’à ce qu’Il a dĂ©couvert ce qu’était son problĂšme. Et Il lui a rĂ©vĂ©lĂ© son problĂšme. Et quand Il l’a fait, elle a reconnu que c’était le Messie. Combien savent cela? Vous rappelez-vous leur conversation? Il a dit: «Femme, donne-moi Ă  boire.» Que faisait-Il? Il contactait son esprit.

54        Et elle a dit: «Le puits est profond, et vous n’avez rien pour puiser avec. Il n’est pas de coutume que vous en tant que Juif, vous demandiez Ă  boire aux Samaritains.»

55        Il a dit: «Mais si tu savais Ă  qui tu parles, tu m’aurais demandĂ© de l’eau.»

56        Et la conversation a donc continuĂ© jusqu’à ce qu’Il a dĂ©couvert ce qu’était son problĂšme. Combien savent ce qu’était son problĂšme? Elle vivait dans l’adultĂšre.

57        Ainsi Il lui a dit: «Va chercher ton mari et viens ici.» Elle a rĂ©pondu: «Je n’ai point de mari.»

58        JĂ©sus lui a dit: «C’est vrai. Tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant, n’est pas ton mari.»

59        Maintenant, Ă©coutez ce qu’elle a dit. Elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es prophĂšte. Nous savons que quand le Messie viendra, Il nous annoncera toutes ces choses. Le Messie, le signe du Messie, Il fera ceci quand Il viendra; en effet, Il Ă©tait le Dieu-ProphĂšte, le ProphĂšte dont Moise avait parlĂ©.» Elle a continuĂ©: «Nous savons que le Messie fera ces choses quand Il viendra, mais Toi, qui es-Tu?»

            Il a dit: «Je le suis, moi qui te parle.» Et elle a couru dans la ville et a dit aux gens: «Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait; ne serait-ce pas le Messie?»

60        Eh bien, voici une Ethiopienne qui se tient devant un Anglo-saxon, c’est pour la premiĂšre fois qu’ils se rencontrent, comme nous le dirions, une femme de couleur et un blanc. Quand il a Ă©tĂ© question de la sĂ©grĂ©gation lĂ  devant JĂ©sus, Il leur a trĂšs vite fait comprendre que la diffĂ©rence des races n’est rien. Nous provenons tous d’un seul arbre: Adam et Ève. C’est exact. Les rĂ©gions dans lesquelles nous avons vĂ©cu sont la cause du changement de la couleur de notre peau; cela n’avait rien Ă  avoir. Dieu est mort pour tout ĂȘtre humain: l’homme blanc, l’homme noir, l’homme jaune, l’homme brun, l’homme rouge, et tous. Ils sont tous des crĂ©atures de Dieu.

61        Mais la dame se tient ici pour quelque chose. Peut-ĂȘtre qu’elle est une croyante, peut-ĂȘtre qu’elle ne l’est pas. Peut-ĂȘtre qu’elle est une pĂ©cheresse. Il se peut qu’elle soit une sainte. Peut-ĂȘtre qu’elle est malade; peut-ĂȘtre qu’elle ne l’est pas. Elle peut vouloir–[avoir] des problĂšmes financiers. Il se peut qu’elle soit debout pour quelqu’un d’autre. Je ne sais pas. Je ne l’ai jamais vue, et je ne sais vraiment pas pourquoi elle est ici. Et la dame le sait. Est-ce vrai , madame? Elle a rĂ©pondu: «Oui monsieur.» Si c’est vrai, levez la main afin que les gens voient. Levez simplement la main afin que les gens... Levez simplement la main. C’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons. Maintenant, si le Seigneur JĂ©sus...

62        Si elle est malade, je ne pourrais pas la guĂ©rir, pas plus que je ne pourrais vous guĂ©rir. Mais mĂȘme si–mĂȘme si JĂ©sus Ă©tait ici, Il ne pourrait pas la guĂ©rir, parce qu’Il l’a dĂ©jĂ  fait quand Il est mort au Calvaire. Mais Il peut faire quelque chose pour montrer qu’Il est toujours le mĂȘme JĂ©sus ; elle pourrait croire cela et ĂȘtre guĂ©rie. Et au mĂȘme moment oĂč elle sera guĂ©rie, vous le serez aussi, si vous croyez cela. Est-ce vrai? Eh bien, que le Seigneur accorde cela. J’attends l’onction du Saint-Esprit, naturellement.

63        Et maintenant, au Nom de JĂ©sus-Christ, je prends tout esprit qui est ici prĂ©sent sous mon contrĂŽle pour la gloire de Dieu.

64        Eh bien, madame, je veux que vous me regardiez juste un moment. Je veux que vous croyiez de tout votre coeur. Et je ne sais pas pourquoi vous ĂȘtes ici, ni qui vous ĂȘtes. Mais Dieu sait tout Ă  votre sujet.

65        Mais si Dieu me dit pourquoi vous ĂȘtes ici, croirez-vous alors que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, est ici pour oeuvrer et agir comme Il l’a fait quand Il Ă©tait ici sur terre? L’auditoire croirait-il d’un commun accord?

66        Eh bien, nous voici, la scĂšne est prĂ©sentĂ©e. Nous avons tous deux nos mains levĂ©es; nous sommes Ă©trangers l’un Ă  l’autre. Le Saint-Esprit a Ă©crit la Bible, Il a dit que ces choses arriveraient en ce jour, que JĂ©sus ressusciterait des morts et que ces choses continueraient, son ministĂšre continuerait, et qu’en ces derniers jours, il en serait tel qu’Il l’a promis. Maintenant, est-ce vrai?

67        Cette dame, comme elle est nerveuse, naturellement, elle se frotte les mains ; en effet, elle a une sensation Ă©trange en ce moment. Ce n’est pas parce qu’elle se tient prĂšs de moi ; je suis son frĂšre, cela ne lui donnerait pas une telle sensation. Mais elle est–elle est consciente qu’il se passe quelque chose. Et voyez-vous cette photo-lĂ  avec cette LumiĂšre au-dessus, soeur? C’est Elle qui vous donne une telle sensation. C’est l’Ange du Seigneur. Il est juste au-dessus de vous maintenant. Et vous ĂȘtes ici pour que je prie pour vous, pour un mal de dos dont vous souffrez. C’est vrai. Levez la main.

68        Maintenant, croyez-vous? Voyez, Il rĂ©vĂšle les secrets du coeur. C’est juste comme Il a dit: «Tu as cinq maris.»

69        Vous dites maintenant... Eh bien, vous les nouveaux venus, vous pourrez dire: «FrĂšre Branham a devinĂ© cela.»

70        Voyons si la chose a Ă©tĂ© devinĂ©e. Je crois qu’Il a dit que vous aviez un mal de dos. Etait-ce vrai? Etait-ce la vĂ©ritĂ©? Et vous–vous avez subi aussi une opĂ©ration, et vous veniez de sortir de l’hĂŽpital. Et pour que vous sachiez que je suis le serviteur de Dieu, votre mari est assis lĂ  derriĂšre. Et il a un problĂšme aussi. Si je peux vous rĂ©vĂ©ler le problĂšme de votre mari, croirez-vous? Il a mal au flanc et au dos. Est-ce vrai? Levez la main. Je vais vous dire autre chose. Je vois un jeune homme. Votre fils est assis juste lĂ  derriĂšre aussi. Bien. Et votre fils a une sorte de crise. C’est vrai. Vous vous appelez Mme Stovall. C’est votre nom, Mme Stovall. Rentrez chez vous ; JĂ©sus-Christ a exaucĂ© vos priĂšres. Vous pouvez recevoir ce que vous avez demandĂ©, au Nom de JĂ©sus.

71        Eh bien, croyez tout simplement. Vous tous qui ĂȘtes de la race noire, croyez de tout votre coeur maintenant. Etes-vous conscients que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu est ressuscitĂ© des morts? C’est Son Esprit qui vous donne cette sensation.

72        Maintenant, voici une blanche. Je ne la connais pas, j’ignore qui elle est, ce qu’elle est ou–ou plutĂŽt j’ignore pourquoi vous ĂȘtes ici. Si c’est vrai, levez la main. Maintenant, croyez-vous? Si Dieu... peut rĂ©vĂ©ler ce qui se trouve dans son coeur, juste comme Il l’a fait pour la femme au puits et pour cette femme de couleur, combien d’entre vous, les blancs, croiraient s’Il le faisait? Nous voici, cette femme et moi, tous les deux avec nos mains levĂ©es, ceci est notre premiĂšre rencontre...

73        Je dis une chose; la dame ne vient pas des environs. Vous ĂȘtes de l’est, vous veniez de l’ouest quand vous ĂȘtes venue ici. C’est vrai. Vous venez de l’Ohio, et la ville c’est Dayton. C’est vrai. Et vous ĂȘtes ici parce que vous avez des faiblesses. Et vous ĂȘtes nerveuse, parce que vous n’arrivez pas Ă  dormir. Vous prenez un certain mĂ©dicament contre cela. On vous appelle Dixie Mason. (C’est vrai.) C’est vrai. Retournez [chez vous]; maintenant, Ă  partir de ce soir, vous allez [commencer Ă ] dormir. JĂ©sus- Christ vous a rĂ©tablie. Partez au Nom du Seigneur.

74        Si seulement vous pouvez croire! Maintenant, vous qui ĂȘtes lĂ  dans l’auditoire, pendant que l’onction du Saint-Esprit est lĂ , croyez, vous qui n’avez pas de cartes de priĂšre.

75        Qu’en est-il du vieil homme qui s’était tenu debout ici il y a quelque temps, et qui ne pouvait pas ĂȘtre–qui ne pouvait pas entrer dans la ligne, il avait un mauvais numĂ©ro, oĂč Ă©tait-il? Tenez-vous debout. Croyez-vous que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu? Croyez-vous que je suis Son prophĂšte? TrĂšs bien. Vous avez des problĂšmes avec vos poumons. C’est vrai. Cela vous a quittĂ© maintenant; retournez chez vous et soyez guĂ©ri. JĂ©sus-Christ vous a rĂ©tabli. Ayez la foi et croyez. Dieu reste Dieu.

76        Bonsoir, monsieur. Croyez-vous au Seigneur JĂ©sus-Christ?

77        Eh bien, une fois, un homme est venu auprĂšs de JĂ©sus et il est allĂ©... et il a Ă©tĂ© sauvĂ©. Ensuite il est allĂ© en parler Ă  un autre ami qu’il a amenĂ© [auprĂšs de JĂ©sus.] Et cet ami... JĂ©sus lui a rĂ©vĂ©lĂ© qu’il Ă©tait un croyant. L’ayant Ă©coutĂ©, il Ă©tait Ă©tonnĂ©, et il a demandĂ©: «D’oĂč m’as-Tu connu?»

78        JĂ©sus lui a rĂ©pondu: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous le figuier, je t’ai vu.» C’était Ă  une distance de trente miles [48 km–N.D.T.] lĂ  dans les montagnes. Cela leur a pris une journĂ©e de marche pour retourner lĂ  oĂč se tenait la ligne de priĂšre, quand il est venu dans la ligne de priĂšre.

79        Croyez-vous que JĂ©sus peut me rĂ©vĂ©ler ce dont vous souffrez? Croiriez-vous de tout votre coeur? L’auditoire croira-t-il de tout son coeur? Ce n’est pas pour lui-mĂȘme qu’il est ici. C’est pour quelqu’un d’autre; et il s’agit d’une femme, elle est recouverte de l’ombre de la mort, et c’est votre soeur. Elle n’est pas votre... C’est votre demi-soeur. Et elle n’est pas ici. Elle est dans un hĂŽpital dans le Tennessee. Vous venez aussi de lĂ . Et vous ĂȘtes... La femme avait subi une opĂ©ration, mais cela n’a servi pratiquement Ă  rien. Et vous vous tenez lĂ  pour elle. Que Dieu exauce votre requĂȘte. Partez et que Dieu guĂ©risse cette femme et la rĂ©tablisse, sur base de la foi de cet homme.

80        Seigneur Dieu, nous condamnons ce dĂ©mon qui s’empare de la vie de cette femme. Et que cette personne, qui est un membre de sa famille, vive parce qu’il est venu la reprĂ©senter. JĂ©sus, Tu nous as reprĂ©sentĂ©s au Calvaire, et Tu nous as guĂ©ris. Et nous croyons en Toi. Qu’il en soit ainsi! Amen. Partez en croyant maintenant, frĂšre. N’ayez aucune autre pensĂ©e.

81        Bonsoir. Nous ne nous connaissons pas. C’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons. Maintenant, soyez simplement rĂ©vĂ©rencieux, Ă©coutez attentivement, et priez. Si nous ne nous connaissons pas et si nous sommes des inconnus l’un pour l’autre, il se peut que ce soit la premiĂšre fois que nous nous rencontrons. Est-ce vrai? Si c’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons, levez la main. Si Dieu me rĂ©vĂšle votre problĂšme, croirez-vous alors que je suis Son serviteur? Je vais vous le rĂ©vĂ©ler maintenant. Nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s auparavant, mais vous ĂȘtes du Kentucky. C’est vrai. [Oui.] Vous venez d’un endroit appelĂ© Somerset, dans le Kentucky. C’est tout Ă  fait exact. Je suis de Burkesville, dans le Kentucky. Et vous souffrez d’une maladie qui se trouve... Elle se localise dans les–les–les intestins, la partie infĂ©rieure. Ce sont des tumeurs. C’est vrai. Eh bien, Jewel, vous pouvez retourner ; que Dieu vous accorde la guĂ©rison.

82        Croyez-vous au Fils de Dieu, JĂ©sus le ressuscitĂ©?[La soeur qui vient d’ĂȘtre guĂ©rie, s’écrie: «Oh!»] Si vous pouvez recevoir...Vous pourriez vous demander pourquoi cette dame se rĂ©jouit. Vous le pouvez aussi, mĂȘme si vous Ă©tiez mourant. [Gloire Ă  Son Nom.]

83        Je ne vous connais pas. Mais je ne suis pas... Si je ne me trompe pas, je crois que vous avez Ă©tĂ© baptisĂ© ce matin. En effet, je vois que vous avez fait quelque chose de bien. Mais pour ce qui est de vous connaĂźtre, je ne vous connais pas. Vous ĂȘtes entrĂ© dans le baptistĂšre et vous vous ĂȘtes fait baptiser. Et croyez-vous que JĂ©sus peut me rĂ©vĂ©ler ce qui vous tourmente? L’auditoire, croit-il cela de tout son coeur? Je vois une femme apparaĂźtre entre vous et moi. Vous vous tenez ici pour une femme, et la femme est beaucoup plus ĂągĂ©e que vous. Eh bien, il s’agit de votre mĂšre. Elle n’est pas ici. Elle est en GĂ©orgie. Et elle est vraiment nerveuse. Ce qu’il en est, c’est qu’il y a un changement dans sa vie, la mĂ©nopause. Et vous ĂȘtes lĂ  pour votre mĂšre. C’est vrai. Eh bien, elle va s’en remettre et elle guĂ©rira. Partez donc en croyant, tout sera fini. Dites-lui de prendre courage.

84        Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune homme. Ayez la foi. Croyez de tout votre coeur. Si vous pouvez croire... Priez.

85        Je suppose que vous et moi, nous ne nous connaissons pas. Dieu vous connaĂźt et Il me connaĂźt. Dieu peut-Il cependant me rĂ©vĂ©ler votre problĂšme? Et s’Il le faisait, croirez-vous en Lui?

86        Combien ici voudront croire et dire: «Ô Dieu, je croirai si Tu le rĂ©vĂšles Ă  cet homme»?

87        Juste un moment. La dame qui est assise juste derriĂšre ces filles-ci, celle qui me regarde, elle souffre de varices. Et elle est assise lĂ  en train de prier pour quelqu’un d’autre. Et son esprit a touchĂ© le Souverain Sacrificateur et elle est en contact avec Dieu. Vous priez pour votre ami qui a des troubles mentaux. Et ils vivent dans une–une ville, une petite ville, elle est appelĂ©e Corydon, dans l’Indiana. C’est vrai. Si vous pouvez croire, vous pouvez recevoir ce que vous avez demandĂ©. Amen.

88        Vous avez eu une crise cardiaque; vous avez failli mourir. Laissez-moi cependant vous rĂ©vĂ©ler un de vos problĂšmes: vous fumez la cigarette. Attendez une minute, cet esprit a donc tressailli. Il n’aime pas qu’on rĂ©vĂšle cela. C’est lui qui est Ă  la base de votre maladie. Voici ce jeune homme qui est assis juste ici, il veut aussi se dĂ©barrasser des cigarettes. S’il croit de tout son coeur, cette passion pour la cigarette va le quitter. Si vous pouvez croire... Croyez-vous cela? Si vous le croyez, et que vous agissiez en consĂ©quence, vous pouvez obtenir votre dĂ©livrance, vous aussi.

            Vous n’ĂȘtes pas d’ici. Vous Ă©galement vous habitez loin d’ici. Retournez maintenant Ă  Owensboro en louant le Seigneur. Ayez foi en Dieu.

89        Je vous connais, mais je ne connais pas votre problĂšme. Si le Seigneur me rĂ©vĂšle votre problĂšme, croirez-vous en Lui? Alors vous guĂ©rirez de votre gastrite. TrĂšs bien. Retournez chez vous en vous rĂ©jouissant, croyez de tout votre coeur.

90        Je ne crois pas que je vous connais. Sommes-nous Ă©trangers l’un Ă  l’autre? Vous croyez que ce qui ... Si je vous disais la vĂ©ritĂ©, vous sauriez que c’était la vĂ©ritĂ© ou pas. TrĂšs bien. Votre maladie de coeur vous quittera. Retournez chez vous; soyez guĂ©ri.

91        Je ne vous connais pas. Mais Dieu vous connaĂźt. Croyez-vous que si je vous rĂ©vĂšle votre maladie et lĂ  oĂč elle est localisĂ©e, vous vous rĂ©tablirez? C’est dans le dos. Rentrez chez vous maintenant; cela va vous quitter et vous vous rĂ©tablirez.

92        Croyez-vous que Dieu peut guĂ©rir cette tumeur et l’îter sans opĂ©ration? Le croyez-vous? Levez les mains si vous le croyez. Rentrez chez vous et recevez cela, au Nom du Seigneur JĂ©sus. Croyez.

93        C’est Ă©trange. Quand j’ai dit cela... (vous aussi, vous aviez la mĂȘme chose: une tumeur. [La soeur dit: «Oui.»–N.D.E.]) Vous avez eu une drĂŽle de sensation quand j’ai dit cela ; vos deux esprits ont tressailli, en mĂȘme temps. Vous pouvez vous en aller, JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit. Croyez.

94        Jeune homme, vous ĂȘtes trop jeune, pour souffrir de l’arthrite. Mais croyez-vous que JĂ©sus vous guĂ©rira? Si vous croyez, partez, et soyez guĂ©ri.

95        Combien croient de tout leur coeur? Qu’arriverait-il si je ne vous disais rien, mais que je vous disais que Dieu vous a guĂ©ri lorsque vous ĂȘtes passĂ© lĂ  au coin et que vous avez eu cette sensation Ă©trange, me croiriez-vous? Rentrez chez vous; vous allez bien. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit.

96        Vous ĂȘtes [encore] une jeune femme, mais vous souffrez de la nervositĂ©. Croyez-vous que Dieu guĂ©rira cette nervositĂ© et qu’Il vous en dĂ©barrassera? Vous avez essayĂ© de trouver par oĂč commencer.

97        C’est ceci, juste ici. Repartez maintenant, vous rĂ©jouissant, heureuse. C’est terminĂ© pour vous. Croyez-le de tout votre coeur.

98        Vous avez la nervositĂ©, et cela a provoquĂ© la gastrite [Le frĂšre dit: «C’est vrai!»–N.D.E.] Vous avez Ă©tĂ© guĂ©ri quand vous vous ĂȘtes levĂ© lĂ  derriĂšre, monsieur. C’est la raison pour laquelle j’attendais que vous passiez ici. Allez prendre votre dĂźner, soyez guĂ©ri.

99        Maladie gynĂ©cologique, nervositĂ© et inquiĂ©tudes. C’est exact. Cela va vous quitter maintenant. Rentrez chez vous et soyez guĂ©rie, au Nom du Seigneur JĂ©sus. Ayez simplement la foi.

100      Vous avez des troubles gynĂ©cologiques(c’est exact,) qui provoquent des pertes [blanches]. Il s’agit d’un ovaire qui s’est arrĂȘtĂ©. Croyez, JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablira. Rentrez chez vous et croyez de tout votre coeur.

101      Eh bien, vous avez un cas sĂ©rieux; c’est dans votre coeur, c’est une obstruction. Croyez-vous que JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit? [La soeur dit: «Oui.»–N.D.E.] Si vous le croyez, vous pouvez vous en aller au Nom du Seigneur, et soyez guĂ©rie. Ayez foi en Dieu.

102      TrĂšs bien, frĂšre, croyez-vous que JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit aussi? Quittez simplement la ligne, louant le Seigneur.

103      Combien lĂ -dehors croient donc au Seigneur JĂ©sus? Il connaĂźt chaque...

104      Mme Nash, je vous connais, mais je n’y suis pour rien quant Ă  cette LumiĂšre suspendue au-dessus de vous. Je vous connais, mais vous priez pour quelqu’un d’autre. Il s’agit d’un gosse, un petit enfant, qui n’habite pas ici. Il habite au Tennessee. Vous priez aussi pour votre ami mĂ©decin qui souffre d’une maladie de coeur. [La soeur dit: «Seigneur!»–N.D.E.] Croyez et vous vous porterez bien. Et sa femme venait de connaĂźtre une petite attaque [d’apoplexie]. [Oh! Seigneur!–N.D.E.] C’est exact. Croyez, et vous pouvez ĂȘtre guĂ©rie.

105      La petite dame assise au bout du siĂšge lĂ  avec un doigt sur la bouche, Ă  quoi pensez-vous, jeune dame? Vous avez eu une dĂ©pression nerveuse. Vous craignez d’en avoir une autre. C’est exact. Si c’est exact, levez la main, pendant que vous essuyez les larmes de vos yeux. Ne craignez pas; vous n’en aurez plus.

106      La dame assise Ă  cĂŽtĂ© de vous lĂ , vous avez l’asthme et un problĂšme de bronches. ArrĂȘtez de fumer, ça vous quittera.

107      Ayez foi en Dieu. Croyez de tout votre coeur. Si vous pouvez croire, toutes choses sont possibles.

108      Voici une dame assise juste derriĂšre cette dame par ici; je suis sĂ»r que vous ĂȘtes... La dame... Juste un instant, on l’appelle Mme Evans. Elle est du Kentucky, Louisville. C’est exact. Je ne vous connais pas. Vous savez que c’est vrai. Vous avez un problĂšme de coeur et vous avez un problĂšme d’oreilles. C’est exact. Si c’est exact, levez la main. Vous pouvez retourner Ă  Louisville; JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit.

109      Je somme votre foi, au nom de JĂ©sus-Christ, de le croire. Vous tous qui ĂȘtes ici, croyez de tout votre coeur. LĂ -bas au fond, vous qui ĂȘtes debout lĂ  au fond, croyez. Vous n’ĂȘtes pas obligĂ©s de vous mettre Ă  une place donnĂ©e. De ce cĂŽtĂ©-ci, croyez! Combien ont besoin de la guĂ©rison lĂ  au fond? Levez la main et dites: «Je crois, Seigneur.» Ayez la foi.

110      Je vois un homme assis juste lĂ  derriĂšre dans cette direction-ci, qui prie sincĂšrement. Et il y a une vision. Il est prĂ©dicateur. Il se tient prĂšs d’une chaire, et il prĂȘche pour un progrĂšs–il prie pour que son ministĂšre connaisse un progrĂšs. Je ne l’ai jamais vu de ma vie. Et c’est pour ça que vous priez, frĂšre. Vous l’aurez maintenant. Croyez au Seigneur JĂ©sus.

111      Il y a un homme qui est assis lĂ  au fond derriĂšre lui ; il y a quelque chose qui cloche avec son bras: des nodositĂ©s au bras. Il est Ă©galement... Si vous le croyez, monsieur, vous pouvez obtenir votre guĂ©rison. Amen.

112      Juste ici au bout de cette rangĂ©e-ci, la deuxiĂšme personne, une petite dame qui a la tĂȘte inclinĂ©e, lĂ  un peu au fond, elle est assise lĂ  en train de prier, elle a un problĂšme de vĂ©sicule biliaire. C’est ça, madame; levez la main. Et je sais que c’est vous qui Ă©tiez en train de prier. Vous avez reçu votre guĂ©rison juste Ă  ce moment-lĂ .

113      Qu’en dites-vous? Croyez-vous que JĂ©sus est ressuscitĂ© des morts? Est-il ici maintenant? Croyez-vous en Lui? Alors si vous me croyez, si je vous ai dit la VĂ©ritĂ© de la Bible, et que Dieu s’est retournĂ© et a confirmĂ© que je vous ai dit la VĂ©ritĂ©, cela veut parfaitement dire que le Seigneur JĂ©sus est ici. Est-ce vrai?

114      Alors faites ceci; faites ceci; ne doutez pas; posez votre main sur une personne qui est Ă  cĂŽtĂ© de vous. Je vais prier directement depuis ici, et vous serez tous guĂ©ris maintenant mĂȘme, si vous croyez cela. Voulez-vous le croire? Imposez-vous la main les uns aux autres alors. Tous ceux qui croient, vous allez ĂȘtre guĂ©ris maintenant. Dites «amen». Maintenant, vous... Je vais offrir cette priĂšre. RĂ©pĂ©tez-la; rĂ©pĂ©tez-lĂ  aprĂšs moi. [L’assemblĂ©e rĂ©pĂšte la priĂšre aprĂšs frĂšre Branham.–N.D.E.]

115      Ô Seigneur, [L’assemblĂ©e dit: «Ô Seigneur,»–N.D.T.] CrĂ©ateur des cieux et de la terre [«CrĂ©ateur des cieux et la terre,»], Auteur de la Vie Ă©ternelle [«Auteur de la Vie Ă©ternelle,»], Donateur de tout don excellent[«Donateur de tout don excellent,»], j’ai besoin, Seigneur [«j’ai besoin, Seigneur,»], de Ta puissance de guĂ©rison [«de Ta puissance de guĂ©rison.»]. Et je Te prie [«et je Te prie»] de me donner la foi [ «de me donner la foi»] pour l’accepter [«pour l’accepter.» ]. C’est Ta promesse [ «C’est Ta promesse.»]. Je crois [«Je crois»] que Tu es le mĂȘme JĂ©sus [«que Tu es le mĂȘme JĂ©sus»] qui a marchĂ© sur les rivages de la GalilĂ©e [«qui a marchĂ© sur les rivages de la GalilĂ©e,»], souffert sous Ponce Pilate [ «souffert sous Ponce Pilate,»], qui est mort [«qui est mort,»] ressuscitĂ© [«ressuscité», ], montĂ© au Ciel [ «montĂ© au Ciel,»], qui a donnĂ© des dons aux hommes sur la terre [«qui a donnĂ© des dons aux hommes sur la terre»], par le Saint-Esprit [«par le Saint-Esprit.» ]. Je crois [«Je crois»] que le Saint-Esprit est ici [ «que le Saint-Esprit est ici»] continuant [«continuant»] la mĂȘme oeuvre [«la mĂȘme oeuvre»] que Tu as accomplie [«que Tu as accomplie» ] quand Tu Ă©tais ici [«quand Tu Ă©tais ici.»]. Je m’empare de cette promesse. [«Je m’empare de cette promesse.»]. J’accepte ma guĂ©rison [ «j’accepte ma guĂ©rison.»]. Je promets de vivre pour Toi [«Je promets de vivre pour Toi»], d’obĂ©ir Ă  Tes commandements [«d’obĂ©ir Ă  Tes commandements,»], et de marcher dans la LumiĂšre [«et de marcher dans la LumiĂšre».]. Et maintenant je crois [«Et maintenant je crois,»], parce que j’ai fait cette confession [«parce que j’ai fait cette confession,» ], comme quoi je suis guĂ©ri [«comme quoi je suis guĂ©ri»] par Tes meurtrissures [«par Tes meurtrissures.»].

116      Soyez vraiment calmes. Eh bien, pensez-y, c’est ça votre confession; Dieu va entrer en vous maintenant mĂȘme. Aspirez le Saint-Esprit par la foi. «Je crois que je recouvre ma santĂ©. Je crois que toute ma maladie est finie.» Vous ĂȘtes maintenant mĂȘme dans la PrĂ©sence de Dieu. Ne pouvez-vous pas sentir cet Esprit? Ouvrez vos coeurs, votre–votre foi. Le Saint-Esprit est en train de guĂ©rir les gens en ce moment mĂȘme; une petite fille assise juste ici, une autre Ă  ma droite. Toute l’estrade semble ĂȘtre illuminĂ©e par la puissance du Christ ressuscitĂ©. Il est au-dessus de l’auditoire. Il est dans les gens. Eh bien, c’était votre priĂšre.

117      Maintenant, je vais prier et ordonner au dĂ©mon de doute de vous quitter.

118      Ô Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Ă©coute vite ma priĂšre, Seigneur; pendant que le Saint-Esprit est ici, avant que les gens pĂ©rissent.

119      Je condamne le diable. JĂ©sus-Christ t’a vaincu; Il a remportĂ© la victoire au Calvaire; Il a triomphĂ© de la mort, du diable, de l’enfer, et de la tombe, et Il est ressuscitĂ© le troisiĂšme jour, et Il est vivant Ă©ternellement. Sors d’ici, Satan; tu es vaincu. Quitte ces gens, et qu’ils soient guĂ©ris, au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ.

120      Vous tous qui acceptez votre guĂ©rison, levez-vous tout de suite. Levez-vous au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Levez les mains vers Lui et louez-Le. La seule personne que je vois qui n’est pas debout, c’est un homme assis dans un fauteuil roulant, Ken Heelie. Je connais son cas; c’est la polio.

121      On dirait qu’il y a un fauteuil roulant lĂ  au fond. Voyons. Il y a un cas, c’est celui d’une dame qui n’a qu’un membre. Est-ce exact? Croyez-vous que je suis le prophĂšte de Dieu? Je vous suis Ă©tranger. Je ne peux pas vous guĂ©rir. Mais croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler votre maladie? S’Il le fait, cela vous aidera-t-il? Vous ĂȘtes diabĂ©tique. C’est vrai. Maintenant, croyez-le, et rentrez chez vous et soyez guĂ©ri, vous qui ĂȘtes dans ce fauteuil roulant. C’est tout ce que vous devez faire, croire au Seigneur JĂ©sus-Christ, et vous serez guĂ©ri.

122      Levez vos mains maintenant, et–et dites: «Merci, Seigneur, de m’avoir guĂ©ri. Merci, Seigneur, de m’avoir guĂ©ri. Je Te loue, Seigneur, pour m’avoir guĂ©ri. Dieu est bon. Dieu est grand. Dieu est prĂ©cieux. Dieu est rĂ©el. Dieu est ici. Le Saint-Esprit est ici. La puissance de Dieu est ici. Et je crois maintenant avec tout ce qui est en moi, que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, me guĂ©rit. Amen.»

123      S’il y a ici quelqu’un qui est condamnĂ© Ă  cause du pĂ©chĂ©, et qui sait que ses pĂ©chĂ©s ne sont pas sous le Sang ; en ce moment mĂȘme, dans la PrĂ©sence de Dieu qui connaĂźt vos pensĂ©es, et dans la PrĂ©sence du Saint-Esprit qui me dit ceci, voulez-vous L’accepter comme votre Sauveur personnel, aimeriez-vous qu’on se souvienne de vous dans la priĂšre? Levez la main, vous tous qui ĂȘtes ici. Que Dieu vous bĂ©nisse, vous, vous, vous, et vous. C’est exact. Vous lĂ  au fond, et vous par ici. Certainement. Vous lĂ -bas, que Dieu vous bĂ©nisse, mon fils. Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ -bas. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est exact.

124      Voyez, le Saint-Esprit ne commet jamais d’erreur. Quand le Saint-Esprit dit... J’étais prĂšs Ă  remettre le culte Ă  frĂšre Neville, car le service de guĂ©rison Ă©tait terminĂ©, mais Quelque chose m’a dit: «Ils ont besoin de la guĂ©rison de l’ñme.» Si vous voulez accepter JĂ©sus comme votre Sauveur personnel, inclinez la tĂȘte juste un moment. Offrons une priĂšre.

125      FrĂšre Neville, je suis trĂšs enrouĂ©, voulez-vous offrir cette priĂšre? Bien. [Le frĂšre Neville prie: «PĂšre cĂ©leste, au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, qui a si glorieusement marchĂ© ici parmi nous ce soir, comme ces gens ont inclinĂ© leurs tĂȘtes, dans la foi ce soir, ils croient que Tu es capable de dĂ©livrer et leurs Ăąmes et leurs corps. Sauve ceux qui croient maintenant et se repentent avec foi. Dieu bien-aimĂ©, puisse cette soirĂ©e ĂȘtre une soirĂ©e diffĂ©rente pour eux. Accorde-leur maintenant leur dĂ©sir, ĂŽ Dieu. Accorde-le-leur maintenant, ĂŽ Seigneur JĂ©sus, ceux qui ont tant dĂ©sirĂ© savoir que leurs pĂ©chĂ©s leur ont Ă©tĂ© pardonnĂ©s. Ô Dieu, sauve tous ceux qui ont inclinĂ© leur tĂȘte lĂ -bas, ceux qui ont demandĂ© que l’on prie pour eux. Et puissent-ils, Ă  partir de ce moment, dĂ©cider de vivre pour Celui qui est mort pour eux. Nous prions au Nom de JĂ©sus et Ă  cause de Lui. Amen et amen. LouĂ© soit le Seigneur!»–N.D.E. ]

EN HAUT