ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication Qu’Entends-Tu, Élie? de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 59-0412E La durĂ©e est de: 1 heure et 38 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Qu’Entends-Tu, Élie?

1          [FrĂšre duPlessis lit 1 Rois 19.1-12]

          Achab rapporta Ă  JĂ©zabel tout ce qu’avait fait Elie, et comment il avait tuĂ© par l’épĂ©e tous les prophĂštes.

          JĂ©zabel envoya un messager Ă  Elie, pour lui dire: Que les dieux me traitent dans toute leur rigueur, si demain, Ă  cette heure, je ne fais de ta vie ce que tu as fait de la vie de chacun d’eux!

          Elie, voyant cela, se leva et s’en alla, pour sauver sa vie. Il arriva Ă  Beer-SchĂ©ba, qui appartient Ă  Juda, et il y laissa son serviteur.

          Pour lui, il alla dans le dĂ©sert oĂč, aprĂšs une journĂ©e de marche, il s’assit sous un genĂȘt, et demanda la mort, en disant: C’est assez! Maintenant, Eternel, prends mon Ăąme, car je ne suis pas meilleur que mes pĂšres.

          Il se coucha et s’endormit sous un genĂȘt. Et voici, un ange le toucha, et lui dit: LĂšve-toi, mange.

          Il regarda, et il y avait Ă  son chevet un gĂąteau cuit sur des pierres chauffĂ©es et une cruche d’eau. Il mangea et but, puis se recoucha.

          L’ange de l’Eternel vint une seconde fois, le toucha, et dit: LĂšve-toi, mange, car le chemin est trop long pour toi.

          Il se leva, mangea et but; et avec la force que lui donna cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’à la montagne de Dieu, Ă  Horeb.

          Et lĂ , il entra dans la caverne, et il y passa la nuit. Et voici, la parole de l’Eternel lui fut adressĂ©e, en ces mots: Que fais-tu ici, Elie?

          Il rĂ©pondit: J’ai dĂ©ployĂ© mon zĂšle pour l’Eternel, le Dieu des armĂ©es; car les enfants d’IsraĂ«l ont abandonnĂ© ton alliance, ils ont renversĂ© tes autels, et ils ont tuĂ© par l’épĂ©e tes prophĂštes; je suis restĂ©, moi seul, et ils cherchent Ă  m’îter la vie.

           L’Eternel dit: Sors, et tiens-toi dans la montagne devant l’Eternel! Et voici, l’Eternel passa. Et devant l’Eternel, il y eut un vent fort et violent qui dĂ©chirait les montagnes et brisait les rochers: l’Eternel n’était pas dans le vent. Et aprĂšs le vent, ce fut un tremblement de terre: l’Eternel n’était pas dans le tremblement de terre.

          Et aprĂšs le tremblement de terre, un feu: l’Eternel n’était pas dans le feu. Et aprĂšs le feu, un murmure doux et lĂ©ger.

            [Soeur Vivian Piper chante Place ta main dans la main aux cicatrices de clous.]

2          Je suis sĂ»r que nous avons tous apprĂ©ciĂ© ce merveilleux message donnĂ© par le cantique. Ceci Ă©tant dimanche soir, nous sommes heureux de savoir que le Seigneur nous a bĂ©nis tout au long de cette semaine par une puissante sĂ©rie de rĂ©unions.

            Et je viens d’apprendre, il y a quelques instants, du pĂšre du petit Rickey, qu’on l’a ramenĂ© Ă  l’hĂŽpital pĂ©diatrique pour que les mĂ©decins l’examinent. Et il a dit que des mĂ©decins et des infirmiĂšres, par grands groupes, ont gravi les marches en toute hĂąte jusque dans la chambre, et ils se sont tenus lĂ , Ă©tonnĂ©s de voir ce qui Ă©tait arrivĂ© au petit Rickey. Le Seigneur a bĂ©ni cet enfant et Il a guĂ©ri son corps. Eux l’avaient abandonnĂ© lĂ -bas, il ne lui restait que deux ou trois jours Ă  vivre, mais il est en bonne santĂ©. Nous en sommes donc reconnaissants et nous donnons trĂšs certainement toute la louange Ă  notre PĂšre cĂ©leste. C’est un trophĂ©e de la grĂące de Dieu Ă  la race humaine.

3          Juste avant de quitter ma chambre, j’étais en priĂšre... Et Philadelphie, et–et Baltimore, dans le Maryland, et diffĂ©rents endroits qui appellent... Et le matin, de recevoir un appel venant de loin depuis l’Allemagne, et depuis la Suisse, car les gens appellent de partout dans le monde, comme au pays, et ainsi de suite pour que l’on prie pour eux.

            Nous aimerions faire une petite annonce maintenant, Ă  savoir que mercredi prochain, le Seigneur voulant, je vais prĂȘcher au service de l’aprĂšs-midi, Ă  l’Eglise biblique de Pisgah, ici dans la ville. Et je crois que c’est ça le nom de l’endroit: Pisgah; et frĂšre Smith en est le pasteur. Il va avoir une rĂ©union, et il... Je vais prĂȘcher Ă  sa place mercredi prochain dans l’aprĂšs-midi.

4          Et puis, de plus, Ă©tant donnĂ© qu’il y aura encore rĂ©union ici mardi soir, demain ce sera un jour du petit repos. Dieu sait que j’en ai besoin. Et ainsi nous sommes... AprĂšs cette sĂ©rie de rĂ©unions, je vais me rendre Ă  San Jose. Et ensuite, j’irai outre-mer pour un long pĂ©riple dans plusieurs nations pour prĂȘcher l’Evangile. Et j’aimerais certainement vous remercier. Je ne savais pas que cet aprĂšs-midi une offrande missionnaire a Ă©tĂ© prĂ©levĂ©e pour que j’y aille. Je vous en remercie; c’est gentil.

            Tout rĂ©cemment, je suis allĂ© dans les Ăźles; et lĂ , quarante mille personnes ont donnĂ© leurs coeurs Ă  Christ au cours de neuf soirĂ©es. Et le gouverneur de l’üle parlait lorsque je quittais, et il parlait de l’impact que cela avait sur les gens. Il a dit qu’il y avait une chose Ă  noter: je ne demande jamais de l’argent.

            Je n’ai jamais de ma vie prĂ©levĂ© une offrande; je ne l’ai jamais fait de ma vie. Mais les dĂźmes et tout, que les gens me donnent... Je ne demande mĂȘme pas aux gens, quand je vais outre-mer, de supporter les frais de mon voyage.

5          Je prends vos dĂźmes pour supporter les frais de mon voyage. Et alors, je suis donc certain que cela est dĂ©pensĂ© pour le Royaume de Dieu. Lorsque je rĂ©pondrai au jour du Jugement, je pourrai dire d’un coeur sincĂšre que j’ai utilisĂ© cela au mieux de ma connaissance. Et c’est de la mĂȘme maniĂšre que ces offrandes-ci seront utilisĂ©es. Je vous remercie, et pour tout ce que vous avez fait ce soir.

            J’appelle cet homme «Big Mike», c’est l’un des huissiers d’ici. Il a dit qu’une soeur a Ă©tĂ© assez gentille pour me prĂ©parer un gĂąteau. Je n’ai pas mangĂ© toute la journĂ©e; ce sera trĂšs bien aprĂšs que cette rĂ©union sera terminĂ©e. Tous mes remerciements. J’aurais souhaitĂ© vous inviter tous, mais je crains qu’il n’y en ait pas assez. Mais tous mes remerciements, et pour les petites choses que vous faites, et vous passez chez les gens, et on envoie... Nous apprĂ©cions cela de tout notre coeur. Mon Ă©pouse et moi, ainsi que les enfants, qui sont ici dans l’église ce soir, nous apprĂ©cions vraiment cela de tout notre coeur.

6          Avec frĂšre duPlessis et son message trĂšs extraordinaire, avec sa façon d’apporter les Ecritures, je suis sĂ»r que vous apprĂ©ciez frĂšre duPlessis; il sera avec nous la semaine prochaine.

            Mon garçon est ici... Je les appelle mes garçons. Ce sont eux les spĂ©cialistes de bandes. Et ils vendent les livres. Eh bien, ces livres, nous les achetons; ils ne sont pas Ă  nous. Nous achetons ces livres avec une rĂ©duction de quarante cents, et puis nous les transportons et les vendons aux gens juste pour que le Message se rĂ©pande. C’est monsieur Lindsay qui publie ce livre. Et les garçons font des bandes. Ces deux garçons, monsieur Mercier et monsieur Goad, sont de braves garçons. Ils sont donc avec moi depuis quelque temps. L’un d’eux Ă©tait un catholique; je ne pense pas que l’autre Ă©tait membre d’une quelconque Ă©glise.

7          Et lĂ  dans l’Indiana, oĂč nous avions tenu une grande sĂ©rie de rĂ©unions, ces garçons Ă©taient venus et ils avaient vu ce discernement, alors ils ont dit: «Ce n’est pas vrai; c’est simplement faux; c’est un canular; c’est tout ce que cela peut ĂȘtre.» Alors ils ont dit: «Nous allons dĂ©masquer cet homme.» Alors ils se sont constituĂ©s en un petit FBI. Monsieur Mercier Ă©tait un barman. Monsieur Goad Ă©tait un technicien de machines Ă  vapeur, je crois, ou plutĂŽt un ingĂ©nieur.

            Ainsi ils se sont mis ensemble et ont formĂ© un petit FBI, et ils ont portĂ© de trĂšs longues barbes, sont venus chez moi, et ils sont passĂ©s, disant: «Monsieur Branham, nous sommes des Ă©vangĂ©listes. Nous sommes en route pour le Sud.»

            J’ai dit: «C’est bien, je suis heureux de faire votre connaissance, les garçons», et ainsi de suite.

            Ils sont plutĂŽt allĂ©s dans la ville, ils se sont procurĂ© une petite piĂšce, ils ont louĂ© cette piĂšce, et ils se sont mis Ă  demander partout aux gens si ces visions Ă©taient rĂ©elles. Ils y sont allĂ©s de façon trĂšs habile. Alors ils... AprĂšs avoir passĂ© lĂ  quelques semaines, ils sont revenus. Ils ont dit: «Nous revenons du Sud; nous faisons juste une escale». Monsieur Mercier portait une trĂšs longue barbe.

8          Et il s’est fait qu’ils sont venus lĂ  au mauvais moment: l’Ange du Seigneur Ă©tait dans la piĂšce. Alors Il a dit: «Monsieur Mercier, pourquoi essayez-vous de vous prĂ©senter sous de faux noms, vous et monsieur Goad?» Et cela les a vraiment envoyĂ©s droit au tapis.

            Je les appelle mes Ă©tudiants, depuis lors. Et ils s’y sont carrĂ©ment mis, ils ont commencĂ© Ă  participer aux rĂ©unions. Et ils voulaient quelque chose qu’ils pouvaient faire pendant la rĂ©union. Je n’avais pas grand-chose Ă  faire, parce que je n’ai jamais laissĂ© mes campagnes en arriver au point oĂč je ne peux pas aller vers la plus petite Ă©glise, vers les gens les plus humbles. Je viens de tenir un rĂ©veil dans une Ă©glise qui ne contenait que vingt personnes. Eh bien, si j’avais de trĂšs grosses dĂ©penses Ă  faire, je ne pouvais pas le faire. Mais je ne veux pas en arriver lĂ . J’ai toujours dit: «Je ne voudrais jamais ĂȘtre grand; je veux ĂȘtre honnĂȘte.»

            Et ainsi je... Ces garçons font des bandes pendant les rĂ©unions, et ils les vendent presque au prix coĂ»tant, juste afin que les gens reçoivent le Message. Ils ont ces bandes, et cela se trouve au stand des livres. Et vous seriez... Nous avons des centaines et des centaines de messages qui ont Ă©tĂ© prĂȘchĂ©s Ă  travers le monde. Et si vous ĂȘtes intĂ©ressĂ©s Ă  avoir les bandes, et le reste, ou les disques (Ils les ont aussi sur des disques.), vous pourrez les obtenir lĂ  Ă  l’étalage des livres.

            Que le Seigneur vous bĂ©nisse abondamment. Et priez pour moi maintenant, pour que demain, j’aie un peu de repos.

9          FrĂšre David vient de lire une merveilleuse Ecriture ici, et j’aimerais prendre comme texte les quelques derniers mots, ou plutĂŽt les quelques derniers mots du verset 9.

          Qu’entends-tu, Elie?

            Maintenant, inclinons la tĂȘte pour un mot de priĂšre.

10        Eternel Dieu, nous Te remercions ce soir, alors que nous nous adressons Ă  Toi comme Celui qui est Eternel, pour tout ce que Tu as fait pour nous. Car il est vrai que nos coeurs tremblent en voyant la puissante manifestation de Ta force, de comprendre sans l’ombre d’un doute que nous, ce soir en tant que chrĂ©tiens, nous avons, de toutes les religions du monde, la seule religion qui peut prouver que son Fondateur est vivant.

            Et nous en sommes trĂšs heureux ce soir, Seigneur, parce que cela nous donne cette parfaite assurance et ce repos dans nos Ăąmes, de savoir que chaque Parole qu’Il a promise, Il est toujours vivant pour L’accomplir. Et Il L’accomplit effectivement. Et nous en sommes reconnaissants, du fait que Tu es venu de la Gloire au milieu d’un peuple humble tel que nous, Ă  cause de Ta grĂące et de Ton amour envers nous.

11        Et nous Te prions ce soir, Seigneur, puisque nous avons rĂ©servĂ© cette soirĂ©e maintenant pour appeler une ligne de priĂšre, afin de prier pour les malades et les nĂ©cessiteux, qu’il n’y ait pas une seule personne faible au milieu de nous Ă  la fin de ce service. Que cela soit infiniment au-delĂ  de tout ce que nous pouvons imaginer. Accorde-le, Seigneur. BĂ©nis cette Ă©glise, cet Angelus Temple, afin que la fidĂ©litĂ© et l’oeuvre d’une petite femme, une petite servante qui a Ă©tabli ceci comme un mĂ©morial de son amour pour Toi...

            Ô Dieu, bĂ©nis son pasteur, son trĂšs cher fils frĂšre Rolph, avec sa charmante Ă©pouse, ainsi que tous les docteurs et les pasteurs de cette grande oeuvre, ses missionnaires qui sont dans les champs, et tous ceux qui y sont associĂ©s, Seigneur, ce qui pourrait inclure toute l’Eglise du Dieu vivant.

            BĂ©nis, ĂŽ Seigneur; et puissions-nous avoir une telle effusion de l’Esprit la semaine prochaine que des centaines de prĂ©cieuses Ăąmes trouveront leur position au Calvaire. Accorde-le, Seigneur. Fortifie nos voix, et bĂ©nis notre frĂšre duPlessis et–et les autres aussi, qui aident, les chanteurs, et tous ceux qui y sont associĂ©s; car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

12        Juste pour un petit moment, j’aimerais attirer votre attention maintenant sur trois Ă©tapes contenues dans cette Ecriture qui vient d’ĂȘtre lue. L’une d’elles, je l’appellerai le mont Carmel; la suivante, le genĂȘt; et aprĂšs, la caverne.

            Elie venait de passer une journĂ©e glorieuse en Sa PrĂ©sence, et Dieu prĂ©parait Elie.

13        Et pendant que je me tenais derriĂšre le rideau ce soir, Ă©coutant mon trĂšs talentueux frĂšre David duPlessis parler de ce que reprĂ©sentait un ministĂšre surnaturel... Personne ne sait ce que ça reprĂ©sente, Ă  moins d’ĂȘtre passĂ© par lĂ . Et bien des fois, les gens ont pensĂ© que j’étais un–un isolationniste, parce que je–je ne suis pas tout le temps lĂ  en compagnie de gens. Ce n’est pas que je n’aime pas les gens; j’aime les gens; mais je ne peux pas ĂȘtre un serviteur de Dieu et ĂȘtre un serviteur du peuple au mĂȘme moment. Je dois rester dans la prĂ©sence de Dieu, afin que je puisse servir Son peuple.

            Et je crois que tout ministre de l’Evangile n’a rien Ă  voir avec les rassemblements mondains, les grands dĂźners, et les choses semblables, avant de monter Ă  la chaire. Il montera Ă  la chaire sans ĂȘtre digne, sans onction. Je pense qu’un ministre devrait rester dans la gloire de la Shekinah, dans la PrĂ©sence de Dieu, avant de se prĂ©senter devant l’auditoire.

            Je crois beaucoup Ă  la priĂšre; ce qui change les choses, c’est la priĂšre.

14        Et avez-vous dĂ©jĂ  remarquĂ© qu’aprĂšs que la mĂ©chancetĂ© qui se manifeste la nuit s’est calmĂ©e... Et ĂȘtes-vous dĂ©jĂ  sorti trĂšs tĂŽt matin, aprĂšs que tous les dĂ©mons qui sont... et les auberges... et se sont calmĂ©s et sont allĂ©s se reposer, et que toute la mĂ©chancetĂ© s’est calmĂ©e? Alors vous pouvez sortir tĂŽt le matin dans la quiĂ©tude et dans le calme du matin, la rosĂ©e a apportĂ© le parfum des fleurs. C’est rafraĂźchissant de sortir dans une telle atmosphĂšre.

            Et c’est ce qui arrive quand nous sortons de la salle de priĂšre. Quel privilĂšge pour moi chaque soir d’entrer dans cette petite piĂšce oĂč madame McPherson, Paul Rader ainsi que de grands hommes se tenaient, Ă©coutant ce cantique: «Crois seulement, crois seulement, tout est possible»! Savez-vous qui a Ă©crit ce cantique? C’était Paul Rader.

            Et je me disais, en me tenant lĂ  derriĂšre, je me demandais quand Paul Ă©tait... a eu l’inspiration pour Ă©crire ce cantique, s’il savait que ce serait mon thĂšme partout Ă  travers le monde, moi, ce pauvre petit garçon qui se tenait Ă  ses pieds. Nous ne savons pas ce que nous faisons quand nous parlons sous l’inspiration. Il n’y a pas de fin Ă  cela; cela continue tout simplement.

15        J’aime Longfellow, quand il a dit: «Les empreintes de pas sur le sable du temps.»

Les empreintes de pas que, peut-ĂȘtre un autre,

Voguant sur l’ocĂ©an solennel de la vie,

Un frÚre désespéré et naufragé,

En les voyant, reprendrait courage.

Les vies des grands hommes nous rappellent tous

Que nous pouvons rendre nos vies sublimes,

Et en partant, laisser derriĂšre nous

Des empreintes de pas sur le sable du temps.

16        J’aime cela. Quand vous agissez, quelqu’un vous observe.

            Et Elie est restĂ© au mont Carmel pendant longtemps. Dieu le nourrissait par les corbeaux. Et il arriva finalement un temps oĂč Dieu prĂ©parait cet homme pour un grand miracle extraordinaire. Et il a convoquĂ© tout IsraĂ«l, et il s’est dit Ă©videmment que si les gens pouvaient voir la main surnaturelle de Dieu se mouvoir, ils croiraient que Dieu est Dieu. En effet, la nation s’était souillĂ©e avec Achab, un roi rĂ©trograde, et JĂ©zabel, une–une mĂ©chante idolĂątre. Ils avaient entraĂźnĂ© la nation dans l’idolĂątrie. Et cela brisait le coeur de ce serviteur de Dieu.

            Et, vous savez, comme je l’ai dit l’autre soir, les amis, nous ferions mieux de vĂ©rifier notre expĂ©rience. En effet, dans les derniers jours, le Saint-Esprit va oindre seulement ceux qui soupirent et gĂ©missent Ă  cause des abominations qui se commettent dans la ville.

17        Aujourd’hui nous pouvons crier, nous pouvons hurler, nous pouvons parler en langues, avoir des signes et autres, mais oĂč est cette sincĂ©ritĂ© qui consiste Ă  ĂȘtre si sincĂšre envers la Parole de Dieu et la–l’Eglise de Dieu que cela fera de la peine Ă  nos coeurs de voir le pĂ©chĂ© qui se commet? Et Elie en Ă©tait arrivĂ© Ă  tout ceci.

            Alors, lorsqu’il a convoquĂ© tout IsraĂ«l, il leur a lancĂ© un dĂ©fi, disant: «Que le Dieu qui est surnaturel, que Celui qui peut prouver qu’Il est vivant, que ce soit Lui qui est Dieu. Si toutes vos thĂ©ologies», il leur parlait, «si Balaam est un dieu, s’il est capable de rĂ©pondre, qu’il rĂ©ponde. Que le Dieu qui rĂ©pondra, que le Dieu qui tiendra Sa Parole soit Dieu.»

            N’est-ce pas encore un dĂ©fi pour le monde ce soir: «Que ce soit le Dieu qui tient Sa Parole qui est Dieu.»

18        Qu’arriva-t-il alors? Il les rassembla et le Dieu du Ciel rĂ©pondit par un signe surnaturel qu’Il a donnĂ© Ă  IsraĂ«l, montrant qu’Il est toujours le Dieu qui peut rĂ©pondre par le feu. Et Il a fait simplement ce qu’Il a toujours fait, Il a exaucĂ© la priĂšre, Il a tenu Sa Parole.

            Et aprĂšs tout ceci, ce n’était toujours pas suffisant. Et le pauvre vieux Elie ne sachant que faire, il a alors couru sous le genĂȘt. Je suis content qu’il y ait un genĂȘt. Tout le peuple de Dieu a besoin d’aller sous ce genĂȘt. C’est un point oĂč il Ă©tait si dĂ©couragĂ© qu’il ne savait que faire. Il a donc couru lĂ  pour ĂȘtre seul, et il s’est mis sous le genĂȘt. Beaucoup d’entre nous ont envie d’y aller.

            Et aujourd’hui, lorsque nous voyons les hĂŽpitaux psychiatriques remplis du peuple de Dieu, souffrant des dĂ©pressions nerveuses, de la tension, oh! cela nous fait tous sentir le besoin de courir sous le genĂȘt.

19        Je pense que nous pouvons exprimer cela comme l’a dit la vieille dame de couleur dans le Sud, lorsqu’elle avait Ă©tĂ© cognĂ©e par un vĂ©hicule. Une voiture l’avait heurtĂ©e, et on lui a demandĂ© si elle voulait engager des poursuites en dommages-intĂ©rĂȘts. Elle a dit: «Pas un procĂšs, mon enfant. Je n’ai pas besoin de dommages-intĂ©rĂȘts; j’ai besoin d’une rĂ©paration.»

            Et je pense que c’est de cela que l’église a besoin ce soir, une rĂ©paration, un lieu sous le genĂȘt afin que nous puissions ĂȘtre seuls. Combien le prophĂšte de ce grand jour Ă©tait déçu, car il avait fait exactement ce que Dieu lui avait dit de faire, et il s’est dit qu’en faisant cela, le peuple croirait certainement la chose. Mais il s’est finalement rendu compte que tous les miracles que Dieu lui avait dit d’accomplir, il les avait accomplis; cependant JĂ©zabel, non seulement elle a rejetĂ© cela, mais elle a aussi dit qu’elle arrĂȘterait sa campagne. Il ne pouvait plus tenir ces campagnes, elle le dĂ©capiterait s’il les tenait.

            Vous voyez, quand le diable s’empare d’une personne, il la rend affreuse. Et lui pensait que les miracles et les prodiges d’un Dieu vivant seraient suffisants, mais ce n’était pas le cas.

20        Alors son pauvre coeur Ă©tait brisĂ©, et il a couru sous le genĂȘt pour trouver refuge. Et il s’est Ă©tendu lĂ , et je le vois laisser derriĂšre lui son serviteur Ă  plusieurs kilomĂštres pour s’en aller seul sous l’arbre. Tous, nous avons un petit endroit oĂč nous allons lorsque nous avons ces ennuis.

            J’ai une petite caverne que je frĂ©quente, oĂč le FBI ne pourrait pas me retrouver lorsque j’y entre. Je reste lĂ  deux ou trois jours; je dois traverser une riviĂšre, je monte une colline; je traverse un ruisseau, je passe sous un arbre et j’entre dans la caverne. Et il y a toujours un endroit oĂč nous pouvons nous retirer pour entrer encore dans la PrĂ©sence de Dieu.

21        Et je crois, mes amis, qu’aucun homme n’a le droit de confesser le christianisme en tant que chrĂ©tien, avant qu’il n’ait trouvĂ© une telle retraite. Il peut arriver que des hommes qui ont une formation mondaine, qui n’ont pas Ă©tĂ© envoyĂ©s de Dieu, soient capables de rĂ©futer tout le surnaturel mentionnĂ© dans la Bible. Il se peut qu’ils soient capables de convaincre l’esprit charnel qui ne connaĂźt pas Dieu, que les jours des miracles sont passĂ©s, que le Saint-Esprit n’existe pas. Mais quand un homme est dĂ©jĂ  passĂ© par une expĂ©rience oĂč il a rencontrĂ© Dieu, tous les thĂ©ologiens du monde ne pourront jamais lui ĂŽter cette expĂ©rience. Vous avez rencontrĂ© Dieu face Ă  face, et vous savez de quoi vous parlez.

            C’est comme MoĂŻse sur ces sables sacrĂ©s, derriĂšre le dĂ©sert; lorsqu’un homme rencontre Dieu sur ces sables sacrĂ©s du lieu secret de la retraite, aucun dĂ©mon de l’enfer ne peut lui ĂŽter cela. Car il sait qu’il a parlĂ© face Ă  face avec Dieu. Les gens peuvent expliquer tout ce qu’ils veulent, mais vous Ă©tiez lĂ  quand la chose est arrivĂ©e, et vous savez de quoi vous parlez.

22        Et Elie savait que son Dieu Ă©tait rĂ©el. Et alors, il a amenĂ© la chose Ă  une Ă©preuve de force, mais alors, lorsque les gens ont rejetĂ© le signe surnaturel, disant: «Oh! ça ne vaut rien. C’est possible que l’éclair ait frappĂ©...» JĂ©zabel a profĂ©rĂ© des menaces, ainsi que toute sa bande. Les gens ne voulaient pas abandonner leurs associations mondaines. Et le coeur du pauvre petit Elie Ă©tait brisĂ©.

            Tout ministre sait comment est le lundi matin aprĂšs une journĂ©e difficile le dimanche. Comparez cela; vous, femmes de prĂ©dicateurs, vous savez comment est votre mari le lundi matin, aprĂšs qu’il a prĂȘchĂ© durement deux ou trois fois le dimanche. Il est trĂšs Ă©puisĂ©.

            Que pensez-vous du pauvre vieux Elie? Il Ă©tait lĂ , et il n’y avait personne pour le consoler, et il s’est arrĂȘtĂ© sous ce genĂȘt. Et il s’est agenouillĂ©, et il a levĂ© les yeux vers Dieu et il a dit: «Eternel, je suis trĂšs fatiguĂ©, trĂšs Ă©puisĂ©. Pourquoi ne m’îtes-Tu pas simplement la vie pour me laisser m’en aller? Mes pĂšres sont tous partis, alors laisse-moi m’en aller.»

23        Les hommes qui traitent avec le surnaturel, qui restent dans la PrĂ©sence de Dieu, lorsque vous voyez le programme de Dieu ĂȘtre rejetĂ©, alors que vous le prĂȘchez et que vous faites de votre mieux, et que vous faites tout ce que Dieu vous dit de faire, et que nĂ©anmoins les gens s’en Ă©loignent, cela brise le coeur. Le Dieu Tout-Puissant a fait assez ici Ă  l’Angelus Temple la semaine passĂ©e, au point que cela a enflammĂ© Los Angeles. Il n’est pas Ă©tonnant qu’Il ait dit: «Au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traitĂ© moins rigoureusement.»

            Et le pauvre petit homme, maigre, Ă©tait Ă©tendu lĂ , la chevelure grisonnante tombant sur ses Ă©paules... Dieu a dit: «Mon serviteur a besoin de repos.» La misĂ©ricorde de Dieu envers Son serviteur! Il l’a simplement laissĂ© s’étendre sur un tas d’herbes, et il s’est endormi. Je m’imagine qu’il y avait dix mille anges qui veillaient sur lui pendant qu’il dormait. Le croyant a une assurance, mĂȘme si le monde l’abandonnait, cependant Dieu l’aime. Le monde peut vous traiter de saint exaltĂ©; les gens peuvent vous traiter de fanatique; mais si vous ĂȘtes fidĂšle envers Dieu, une chose est certaine: Dieu vous aime, et Ses anges campent autour de ceux qui Le craignent.

24        Je m’imagine que sur chaque branche, tout autour de cet endroit, il y avait une multitude d’anges. Et Dieu est descendu, et Il a dit: «Mon pauvre petit serviteur fatiguĂ©. Il est si nerveux et dĂ©chirĂ© qu’il ne sait que faire. Je voudrais dĂ©signer l’ange qui a les mains les plus douces pour se tenir ici. Ne l’effraie pas; avance et caresse-lui trĂšs doucement le front. Et J’ai besoin du meilleur cuisinier parmi vous, pour qu’il aille lĂ -haut prendre toutes les vitamines qu’il peut trouver pour les mettre dans cette farine de maĂŻs. Le monde l’a rejetĂ©; mais Moi, Je vais bien le traiter.» AllĂ©luia! Cela signifie «Gloire Ă  Dieu». N’ayez pas peur de cela.

            «Apportez le meilleur que nous avons; prĂ©parez-lui un gĂąteau de maĂŻs et apprĂȘtez de l’eau pour lui.» Et cet ange aux mains douces est allĂ© lĂ  et a caressĂ© le front du petit serviteur de Dieu.

            Rappelez-vous, si vous avez fait de votre mieux, Dieu a toujours ces anges sous Ses ordres. Il vous aime exactement comme Il a aimĂ© Elie.

25        Et il lui a caressĂ© le front, et Elie s’est rĂ©veillĂ©. Et je peux l’entendre dire quelque chose comme ceci: «L’Eternel Ton Dieu qui t’aime... Tu as fait de ton mieux, Elie. Je t’ai seulement envoyĂ© ces signes comme tĂ©moignage, afin qu’au jour du Jugement, les gens aient Ă  y rĂ©pondre seuls. Je... Tu as fait exactement ce que Je t’ai ordonnĂ©. Je sais que tu es fatiguĂ© et Ă©puisĂ© maintenant. Et l’Eternel Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, m’a envoyĂ© pour te nourrir de ce pain et cette eau.»

            Elie, en se frottant les yeux, s’est levĂ© et de ses petites mains frĂȘles et tremblantes, il a pris le pain et l’a mangĂ©. Juste Ă  ce moment-lĂ , la grande chorale angĂ©lique est venue, elle a formĂ© un petit panorama autour de lui comme cela, et s’est mise Ă  chanter des cantiques comme aucune mĂšre ne pourrait le faire pour bercer son bĂ©bĂ© afin de l’endormir. On l’a encore endormi. Puis le PĂšre s’est retournĂ© et a dit: «Vous savez, Je l’aime tellement; le trajet est grand. Il a encore un long voyage Ă  faire. Je n’ai pas encore fini avec lui. Je dois donc le nourrir encore.»

            Alors Il a appelĂ© les anges, et Il a mis dedans une grande quantitĂ© de vitamines, et on lui a prĂ©parĂ© un autre gĂąteau de maĂŻs, et on lui a apprĂȘtĂ© une cruche d’eau, on lui a caressĂ© le front, et on lui a encore donnĂ© Ă  manger.

26        Je suis si heureux qu’il y ait un genĂȘt, lorsque nous sommes tout Ă©puisĂ©s et dĂ©chirĂ©s, nous pouvons aller sous ce genĂȘt et trouver des vitamines spirituelles pour effectuer n’importe quel genre de voyage.

            Il Ă©tait couchĂ© lĂ . Il s’est rĂ©veillĂ©, se sentant un peu mieux, et il a marchĂ© pendant quarante jours et quarante nuits. J’imagine que si un mĂ©decin est dans la salle Ă©coutant ceci, il aimerait certainement savoir quel genre de vitamine Dieu a utilisĂ©, pour garder pendant quarante jours et quarante nuits un homme qui a pris juste un gĂąteau de maĂŻs et un verre d’eau. C’est ça la puissance de notre Dieu.

            Puis il trouve la caverne tout au fond du dĂ©sert. Et aussitĂŽt, vous savez, Dieu l’a trouvĂ© au fond de celle-ci. Et Il l’a appelĂ©, et un vent impĂ©tueux a soufflĂ© lĂ , taillant la montagne en piĂšces. Les rochers se sont fendus et sont tombĂ©s. Elie est restĂ© assis et il Ă©coutait. Puis une secousse, un tremblement de terre a secouĂ© la montagne. Mais Elie est restĂ© tranquille. Et ensuite, le feu est tombĂ©; l’éclair a jailli, mais Elie est restĂ© tranquille. Mais alors un murmure doux s’est fait entendre, et Elie a rĂ©pondu. Il s’est couvert le visage avec son manteau, et il est sorti.

27        Je me demande si nous n’avons pas tellement Ă©coutĂ© les vents impĂ©tueux, le feu, le sang, et tout le reste, que nous avons manquĂ© d’entendre ce murmure doux et lĂ©ger. Je me demande si nous n’avons pas tellement regardĂ© aux dons que nous ne voyons pas le Donateur. Vous savez, l’AmĂ©rique est portĂ©e Ă  faire du bruit. C’est la raison pour laquelle le rock-and-roll est tellement populaire, et tous ces autres tas de bruits.

            Eh bien, nous avons eu des vents impĂ©tueux; nous avons eu de grandes secousses, mais oĂč est Dieu dans tout cela? Elie a dit qu’Il n’était pas lĂ -dedans. Qu’avons-nous fait des vents impĂ©tueux? Qu’avons-nous fait avec toutes sortes de sensations? OĂč cela nous a-t-il amenĂ©s? Nous nous sommes si fortement organisĂ©s en dĂ©nominations que nous ne voulons pas communier les uns avec les autres. Qu’avons-nous fait en faisant cela? La condition de l’église est-elle meilleure? Des vents impĂ©tueux l’ont-ils unie? Pas du tout. Elle ne sera unie que lorsque ces gens entendront ce murmure doux et lĂ©ger de Dieu.

            C’est lĂ  que nous faillissons, mes amis. Lorsque Dieu apparaĂźt par le miracle avec quelque chose et prouve qu’Il est Dieu, au lieu de suivre le bruit, suivons Celui qui a produit le bruit. Nous oublions le Donateur.

28        Paul a dit: «Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien. Quand j’aurais la foi pour dĂ©placer des montagnes, si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien.»

            Voyez-vous, nous sommes tellement portĂ©s Ă  suivre les dons au lieu de suivre le Donateur. Lorsque vous voyez des miracles et des prodiges se produire, ne faites pas tellement attention aux miracles, mais regardez ce qui est derriĂšre cela. C’est ce murmure doux et lĂ©ger qui parle.

            La raison pour laquelle nous ne pouvons pas avoir des rĂ©veils en AmĂ©rique est que les gens courent aprĂšs les dons au lieu de courir aprĂšs le Donateur. C’est ça le problĂšme qu’a le monde ce soir. Oh! nous en sommes arrivĂ©s au point oĂč si nous voulons attirer de grandes foules et de grandes audiences, nous devons avoir un appareillage d’Hollywood trĂšs classique avec beaucoup de spectacles. Le peuple amĂ©ricain aime le divertissement. Ils n’aiment pas le vrai Evangile du Seigneur JĂ©sus-Christ. Ainsi donc, la radio et la tĂ©lĂ©vision leur donnent plus de divertissements que ne saura le faire l’église, et ils restent Ă  la maison. Tous ceux qui viennent, ce sont les Ă©lus de Dieu qui ont toujours faim et soif, et qui invoquent et implorent pour avoir la vĂ©ritable chose de Dieu.

29        C’est tout Ă  fait dommage lorsque nous pensons au Seigneur Dieu du Ciel, Ă  ce qu’Il fait, au fait qu’Il accorde de grands prodiges et de grands miracles, et puis les gens ne prĂȘtent pas attention Ă  cela.

            Ils se mettent Ă  dire: «Oh! j’ai vu cela une fois. Oh! j’ai Ă©tĂ© Ă  la rĂ©union de frĂšre Branham; j’ai vu le discernement. J’étais Ă  la rĂ©union d’Oral Roberts, je l’ai entendu parler du nombre de gens qui Ă©taient dans l’auditoire, qui devaient aller Ă  l’autel, mais qui ne l’ont pas fait, et ainsi de suite, et dire aux gens ce qui allait arriver. J’ai vu tout cela. J’ai Ă©tĂ© chez les pentecĂŽtistes, et j’ai entendu le vent impĂ©tueux, et le–le parler en langues. J’ai entendu tout cela.» C’est juste. Mais qu’y avait-il derriĂšre cela?

            C’est lĂ  que vous faillissez, en n’écoutant pas le murmure doux et lĂ©ger de Dieu qui vous appelle. C’est lĂ  que se trouve le problĂšme; c’est lĂ , certainement. Le monde peut imiter et–et vous divertir. L’Eglise ne consiste pas en un divertissement. Elle n’est pas censĂ©e divertir. Elle est censĂ©e prĂȘcher une nouvelle naissance qui crĂ©e une nouvelle crĂ©ature en Christ. Mais le monde recherche un divertissement, des fĂȘtes mondaines, ou quelconque chose du genre fantastique.

30        Eh bien, je veux que vous remarquiez ce qui est arrivĂ©. Ce ne sont pas toujours les choses qui font du bruit qui sont de grandes choses. Ce ne sont pas les choses qui font du bruit. Un chariot peut aller dans le champ; lorsqu’il n’est pas chargĂ©, il cahote, produit un bruit de ferraille, et fait beaucoup de bruit. Il peut revenir juste sur ces mĂȘmes bosses, Ă©tant chargĂ© de bonnes choses, et il ne fera mĂȘme pas entendre un grincement. Pourquoi? Il est chargĂ©. Ce dont l’Eglise a besoin ce soir, c’est d’ĂȘtre chargĂ©e, remplie de l’amour de Dieu.

            Le soleil peut Ă©vaporer des milliers de litres d’eau avec moins de bruit que nous, lorsque nous remplissons un verre d’eau Ă  la pompe. C’est juste. Le–le ciel peut rĂ©pandre de la rosĂ©e sur toute la terre avec moins de bruit que vous, lorsque vous arrosez votre pelouse du devant. Certainement. Avez-vous dĂ©jĂ  entendu les bruits des planĂštes pendant qu’elles tournent? Les grandes choses sont des choses tranquilles.

            Observez le Saint-Esprit lorsqu’Il descendra ce soir, comment Il rendra tout calme. Mais nous courrons aprĂšs les sensations, nous courrons aprĂšs les petites choses, sans Ă©couter cette Voix.

31        Avez-vous dĂ©jĂ  entendu le jour faire du bruit quand il se lĂšve? Non, vous n’avez jamais entendu le jour faire du bruit quand il se lĂšve, cependant il disperse toutes les tĂ©nĂšbres. Si seulement nous Ă©coutions la Voix de Celui qui parle derriĂšre ces choses, il y aurait la communion entre toutes les Ă©glises. Les mĂ©thodistes, les baptistes, les protestants, les catholiques, et tous les autres ensemble renverseraient les murs de sĂ©paration, et nous aurions l’amour fraternel.

            Ce soir cet Angelus Temple serait plein Ă  claquer, avec des gens debout quelque part lĂ  dans la cour, si seulement nous Ă©coutions cette Voix de Dieu parler derriĂšre cette chose. Rappelez-vous, ces choses ont prĂ©cĂ©dĂ©. La Voix a parlĂ© Ă  la fin. C’était la derniĂšre chose.

            Nous avons eu des vents impĂ©tueux, le tonnerre, et tout le reste. Mais l’heure est venue maintenant, oĂč la Voix de Dieu parle. Et Il confirme qu’il s’agit de Lui. C’est Lui qui a envoyĂ© le tonnerre. Et les gens ont couru aprĂšs le tonnerre au lieu d’écouter la Voix. Il a envoyĂ© le vent, mais ils ont couru aprĂšs le vent au lieu de la Voix.

32        Vous savez quoi? Ce n’est pas le petit Ă©tang, qui ondule et fait beaucoup de bruit, qui reflĂšte les Ă©toiles du ciel. C’est le petit Ă©tang profond, calme et tranquille, qui reflĂšte les Ă©toiles. Toutes ces choses, c’est la maniĂšre de Dieu de faire cela. Je me demande si ce soir nous n’avons pas tellement couru aprĂšs le–le bruit (vu que nous y avons portĂ© tant d’intĂ©rĂȘt) que nous avons oubliĂ© la petite Voix. Vous dites: «Qu’essayez-vous de dire, FrĂšre Branham?»

            J’ai reçu des lettres et des lettres cette semaine, que les gens m’ont adressĂ©es, disant: «Je suis venu Ă  l’Angelus Temple, je pensais que j’écouterais un serviteur de Dieu. Mais hĂ©las, vous ĂȘtes toujours un baptiste. HĂ©las, vous ĂȘtes tout aussi mort qu’eux. Vous n’avez pas l’Esprit. Vous ĂȘtes tout aussi formaliste que les autres baptistes.»

33        Ecoutez, frĂšre, il se pourrait que vous ayez eu beaucoup de bruit, mais je me demande Ă  quel point l’Esprit se trouve derriĂšre cela; voilĂ  ma prĂ©occupation. Ce n’est pas le bruit qui crĂ©e l’Esprit. J’ai vu des gens qui pouvaient sauter, courir, crier, et–et jouer de la musique, et courir çà et lĂ  sur l’estrade, et qui n’avaient pas assez de vĂ©ritable et authentique foi pour mettre fin Ă  un mal de dent. C’est juste.

            C’est ce murmure doux et lĂ©ger de Dieu qui manifeste la puissance de Dieu, qui rend les choses rĂ©elles et qui apporte la Vie Ă  l’Eglise. C’est de cela que je parle. Ce n’est pas le bruit qui compte; c’est la confirmation, l’Esprit de Dieu qui fait la diffĂ©rence. Chaque soir Il est ici, accomplissant des signes, des prodiges, et des miracles au milieu du peuple. C’est vrai.

            Je ne vois pas comment les pentecĂŽtistes, qui prĂ©tendent avoir embrassĂ© la coupe dorĂ©e des bĂ©nĂ©dictions de JĂ©sus-Christ, peuvent Ă  peine rester tranquilles pendant que le Saint-Esprit se manifeste dans de pareilles choses. Mais c’est parce qu’il n’y a pas de bruit derriĂšre cela. Le bruit a prĂ©cĂ©dĂ©, puis le murmure doux et lĂ©ger a suivi. Nous avons eu ces moments-lĂ ; tout cela Ă©tait la maniĂšre de Dieu.

34        Dieu attirait l’attention d’Elie. Et Elie reprĂ©sente l’Eglise. Il l’amenait Ă  Ă©couter. Mais alors, quand arrive le moment pour que la Voix parle, cette chose dans notre coeur, nous regardons et nous nous demandons alors: «Qu’est-ce que c’est?»

            Il y a quelque temps, j’ai vu en Allemagne un tableau qui s’intitule Tableau des nuages. Ç’a l’air affreux lorsque vous le regardez. C’est comme un grand mĂ©li-mĂ©lo de nuages mis ensemble, et–et cela a l’air d’une chose affreuse. Mais au fur et Ă  mesure que vous vous en approchez, plus vous vous en approchez, plus vous dĂ©couvrez que ce ne sont pas de nuages. Ce sont des ailes d’Anges qui battent ensemble, se rĂ©jouissant, louant Dieu.

            Et vous avez vu les expĂ©riences pentecĂŽtistes, et vous avez regardĂ© cela de loin, et vous avez dit: «Oh! Ă©coutez cela, et tout ceci, et les tonnerres, et les vents impĂ©tueux.»

            Mais si vous vous en approchez simplement et y entrez, vous vous rendrez compte que plus vous vous approchez, plus cela devient rĂ©el, et ce murmure doux et lĂ©ger de Dieu rĂ©vĂšle la partie angĂ©lique de Dieu, et Il parle Ă  Son peuple. Ce n’est pas aussi rude que cela semble l’ĂȘtre. C’est la gloire de Dieu, mais vous vous tenez Ă  distance pour regarder cela.

            C’est comme JĂ©zabel; elle n’était pas sur le mont Carmel pour voir arriver la chose. Les gens sont venus lui dire: «Oh! le prophĂšte a accompli de grands miracles.»

            «Je vais le dĂ©capiter.» Vous ne pouvez pas vous tenir Ă  distance pour regarder quoi que ce soit.

35        John Sproule, un ami Ă  moi, a pris sa femme et ils sont partis en voyage en Alsace-Lorraine, en France. Et le guide les conduisait dans un certain jardin, et il leur a montrĂ© une statue du Seigneur JĂ©sus. Et frĂšre Sproule a dit qu’il regardait cette statue. Il s’est dit: «Qu’est-ce que le sculpteur avait Ă  l’esprit? Eh bien, je ne vois aucune souffrance de Christ. Je ne vois rien, c’est juste une statue. Qu’est-ce que cela signifie?»

            Et le guide lui a dit, il a dit: «Monsieur Sproule, vous ĂȘtes peut-ĂȘtre en train de critiquer cette statue.»

            Il a dit: «Oui, oui.» Il a dit: «Je ne sais pas ce que le sculpteur avait Ă  l’esprit.»

            Il a dit: «Voici le problĂšme: vous devez savoir ce que le sculpteur avait Ă  l’esprit, avant de pouvoir comprendre ce qu’il essayait de faire.»

            Il a dit: «Maintenant, venez ici.»

            Et il est allĂ© au pied de la croix, et il y avait un coussinet. Il a dit: «Agenouillez-vous.» Il a dit: «Maintenant, levez les yeux.»

            Et monsieur Sproule a dit qu’il a pensĂ© que son coeur a failli se fendre; il vit lĂ  toute l’agonie que JĂ©sus-Christ a endurĂ©e sur la croix, le tout mis en relief.

            Il a dit: «Vous voyez, monsieur, la statue a Ă©tĂ© faite pour qu’on s’agenouille, puis qu’on lĂšve les yeux vers elle, et non pas pour qu’on se tienne Ă  distance pour la regarder.»

36        Eh bien, c’est pareil avec la PentecĂŽte. C’est... Et c’est pareil avec la Parole de Dieu. C’est pareil avec les promesses de Dieu. On ne doit pas se tenir Ă  distance d’un cĂŽtĂ© pour dire: «Oh! ça ne vaut rien.» Agenouillez-vous une fois, et levez les yeux vers cela, et vous verrez un tableau tout Ă  fait diffĂ©rent. Vous entendrez quelque chose vous parler par cette Parole que vous avez juste prise en disant: «Oh! ce n’est qu’une parole Ă©crite sur du papier.»

            Agenouillez-vous une fois et dites: «Seigneur Dieu, est-ce Ta Parole? Est-ce Ta promesse pour moi, ĂŽ Seigneur?» Et vous sentirez les larmes couler sur vos joues.

            Cela paraĂźtra sous un jour complĂštement diffĂ©rent.

37        Si vous faites cela, les mĂ©thodistes paraĂźtront diffĂ©rents pour vous les baptistes; et vous les pentecĂŽtistes, vous paraĂźtrez diffĂ©rents pour les autres. Tous vous verrez Dieu, si vous vous agenouillez pour honorer la chose, et Ă©coutez la Voix de Dieu, et recevez l’Ecriture, et recevez les choses de Dieu Ă  la LumiĂšre de ce Ă  quoi elles sont destinĂ©es. La Parole de Dieu ne doit pas ĂȘtre critiquĂ©e; on doit La croire.

            Quelqu’un m’a dit il n’y a pas longtemps, il a dit: «FrĂšre Branham, JĂ©sus a dit: ‘Vous en ferez de plus grandes.’» Il a dit: «AssurĂ©ment, de plus grandes, c’est prĂȘcher la Parole.»

            JĂ©sus a dit: «Vous ferez aussi ces choses que Je fais. Vous ferez aussi ces oeuvres que Je fais», les mĂȘmes oeuvres, seulement davantage. Ce sera dans l’Eglise universelle Ă  travers le monde. Quand donc cela ne pouvait ĂȘtre qu’à un seul endroit, c’était en Christ. Mais lorsque Christ est dans Son Eglise, les mĂȘmes oeuvres qu’Il a faites seront accomplies tout le temps partout dans le monde.

38        Ce que nous manquons de comprendre, c’est qu’il faut Ă©couter ce murmure doux et lĂ©ger qui nous parle, puis nous envelopper de Sa justice, et nous avancer en disant: «Seigneur Dieu, m’as-Tu parlĂ©? Est-ce de moi qu’il s’agit, ĂŽ Seigneur? Je suis ici ce soir; je suis malade; je suis nĂ©cessiteux. Oh! si seulement je pouvais me tenir lĂ  au mont Carmel et voir Elie, aprĂšs tout ce jeĂ»ne et toute cette priĂšre, faire descendre ce feu du ciel, faire venir du ciel un signe et confirmer que Tu es toujours Dieu, le Dieu qui Ă©tait avec les enfants hĂ©breux dans la fournaise ardente. Le Dieu qui Ă©tait dans le buisson ardent avec MoĂŻse, ce mĂȘme Dieu Ă©tait lĂ  au mont Carmel. Si je pouvais Te voir faire cela, ou plutĂŽt faire comme Tu l’as fait lorsque Tu Ă©tais manifestĂ© dans la chair ici sur terre, je T’adorerais de tout mon coeur.» Alors, vous entendrez Dieu vous parler lorsque vous ferez cela.

            Inclinons la tĂȘte. [Un message en langues et son interprĂ©tation sont donnĂ©s.–N.D.E.]

39        Merci, Seigneur. Eh bien, il se peut que vous de l’auditoire radiophonique, vous n’ayez pas entendu cela. C’était un–un parler en langues et une interprĂ©tation des langues. C’est un don qui a une place dans l’église. C’est Dieu Lui-mĂȘme qui a placĂ© cela dans l’église. C’était aprĂšs le message, c’est venu juste dans l’ordre, pas pendant que le message Ă©tait apportĂ©. L’Esprit des prophĂštes est soumis au prophĂšte. Eh bien, cela est venu juste dans l’ordre, et cela a appelĂ© l’église Ă  se repentir et Ă  avancer avec Dieu. Que le Seigneur Dieu vous bĂ©nisse.

40        Seigneur JĂ©sus, nous Te remercions pour ces choses, ces manifestations. Et puissent les gens voir ce soir que Tu es le Dieu qui guĂ©rit les malades. Tu es le Dieu qui connaĂźt les secrets de coeur. Tu es le Dieu de la PentecĂŽte. Tu es le Dieu d’Elie. Tu es le Dieu de MoĂŻse. Tu es le Dieu qui viendra un de ces jours Te rĂ©vĂ©ler Ă  nous, et nous amener dans la Gloire. Nous Te remercions pour Ta PrĂ©sence, pour les Paroles de consolation que Tu nous as adressĂ©es, et pour l’avertissement donnĂ© afin que nous puissions nous repentir. Je Te prie, Seigneur Dieu, d’accorder que toutes ces choses soient accomplies au Nom du Seigneur JĂ©sus.

            Maintenant, PĂšre, alors que la ligne de priĂšre doit ĂȘtre formĂ©e dans quelques instants, je ne sais pas qui viendra dans cette ligne de priĂšre, mais Toi, Tu le sais. Et je Te prie ce soir de faire des choses telles que les gens vont s’asseoir, observer, et Ă©couter ce murmure doux et lĂ©ger de Dieu. Et lorsqu’ils verront Ton Esprit commencer Ă  se mouvoir au milieu du peuple, puissent-ils ĂȘtre heureux et se rĂ©jouir, et accepter JĂ©sus comme leur Sauveur et leur GuĂ©risseur; car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

41        Eh bien, pendant ces cinq, quatre, ou plutĂŽt cinq soirĂ©es, nous n’avons pas distribuĂ© des cartes de priĂšre; nous laissons simplement le Saint-Esprit se mouvoir dans l’auditoire, appelant les gens et faisant les choses qu’Il dĂ©sire faire. Et hier soir, quelque chose d’étrange est arrivĂ© une fois hier soir, et cela n’était pas arrivĂ© auparavant au Temple. C’était... C’est juste un don par lequel vous pouvez vous humilier, ou plutĂŽt vous dĂ©tendre devant Dieu, pour qu’Il utilise votre voix. Dieu n’a que votre voix et la mienne. Il... Nos mains sont Ses mains. Si seulement nous pouvons ĂȘtre vraiment sou-... soumis Ă  l’Esprit afin qu’Il puisse utiliser notre voix, et utiliser nos mains, et utiliser nos yeux...

            Eh bien, si vous ne devez pas faire ces choses, Dieu les Ă©tablit dans l’Eglise pour que quiconque... Ce sont des signes pour que les gens sachent que Dieu est toujours vivant. C’est JĂ©sus le Fils de Dieu qui opĂšre Ă  travers Son Corps qu’Il a rachetĂ©. Nous ne sommes pas dignes, certainement pas, mais Lui est digne. Et ce n’est pas Ă  nous de dire que celui-ci est digne, que celui-lĂ  n’est pas digne. C’est Ă  Dieu de faire le choix concernant ces choses.

            Eh bien, hier soir, je n’arrivais pas Ă  me faire comprendre aux gens qui Ă©taient tout au fond de l’auditoire, et lĂ  oĂč Cela les appelait. Et puis, j’ai juste demandĂ© au Seigneur, et Il a appelĂ© leurs noms. Et cela est arrivĂ© Ă  une petite dame qui souffrait de quelque chose; je ne me rappelle plus. Et lorsque le Saint-Esprit a parlĂ©, et l’a appelĂ©e, et qu’Il a dit son problĂšme, alors elle n’a pas du tout rĂ©agi Ă  cela. Et juste quelques instants aprĂšs, j’ai entendu ma propre voix parler dans une autre langue. Et on a fini par dĂ©couvrir que la petite dame Ă©tait une Finlandaise; elle Ă©tait une Finlandaise. Et le Saint-Esprit l’a appelĂ©e par son nom, et lui a parlĂ© de tout cela, et lui a dit de louer Dieu. Je ne connais pas le finlandais. C’était le Saint-Esprit qui appelait cette femme, veillant Ă  ce qu’elle ne soit pas omise, puisqu’Il parle dans chaque langue.

42        Au jour de la PentecĂŽte, chaque langue qu’il y a sous le ciel se retrouvait lĂ . Et Dieu a parlĂ© dans chaque dialecte qu’il y avait sous les cieux. Et si nous pouvons simplement nous soumettre... Eh bien, c’est... Qui pourrait critiquer cela et dire que ce n’est pas la PentecĂŽte?

            Lorsque le Saint-Esprit ici... Je ne connais mĂȘme pas l’anglais. Je suis du Kentucky. Je–je ne parle mĂȘme pas un bon anglais. Mais lorsque le Saint-Esprit s’est saisi de moi, Il a parlĂ© le finlandais, Il a appelĂ© la femme, Il lui a dit son problĂšme, et lui a dit en finlandais de louer le Seigneur. Il s’est fait qu’il y avait ici des gens qui comprenaient cela et pouvaient traduire cela, et ils sont venus me voir ce matin pour me parler de la petite femme qui s’était levĂ©e, agitant les mains et louant Dieu. C’est la grĂące souveraine.

            Cela devrait amener chaque malade ici Ă  se saisir de Christ. Cela devrait amener chaque infirme Ă  se mettre debout, et Ă  croire au Seigneur JĂ©sus. Ecoutez cette Voix-lĂ .

43        Eh bien, ce soir l’imposition des mains a Ă©tĂ© enseignĂ©e au peuple amĂ©ricain. Cela est une coutume juive, cela n’a jamais Ă©tĂ© pour les Gentils. Mais c’est ce qui nous a Ă©tĂ© enseignĂ©. Ce qui vous a Ă©tĂ© enseignĂ©, c’est ce que vous croyez.

            JaĂŻrus a dit: «Ma fille est malade, Ă  l’article de la mort; viens lui imposer les mains.» C’est lĂ  la tradition des anciens. Elle a survĂ©cu.

            Mais le Romain, le Gentil, a dit: «Je ne suis pas digne que Tu viennes sous mon toit; prononce seulement la Parole, et mon serviteur sera guĂ©ri.»

            Et Il s’est retournĂ© et a admirĂ© ce Romain, Il a dit: «MĂȘme en IsraĂ«l Je n’ai pas vu pareille foi.»

            Je ne sais pas pourquoi il se fait que mon ministĂšre n’a pas d’influence en AmĂ©rique comme c’est le cas outre-mer. Je... Cela doit ĂȘtre le fait que les Ă©glises et autres sont endoctrinĂ©es. Il semble tout simplement que je n’ai pas de directeur des campagnes et que je n’ai pas un trĂšs grand groupe qui coopĂšre, et quelqu’un pour aller partout et obtenir la coopĂ©ration de tant de centaines d’églises, et pour amener de grands chanteurs, et ainsi de suite. Ce n’est pas ce que je dĂ©sire. Ce n’est pas cela mon... Je crois que le ministĂšre est pour les Ă©lus, pour ceux qui veulent Ă©couter.

44        L’autre jour nous Ă©tions outre-mer, lĂ  Ă  Kingston, en JamaĂŻque; jusque jeudi aprĂšs-midi, les gens ne savaient pas que nous arrivions. Vendredi aprĂšs-midi, nous Ă©tions lĂ . La premiĂšre soirĂ©e, il y a eu environ cinq mille personnes; la deuxiĂšme soirĂ©e, environ quinze mille; la troisiĂšme soirĂ©e environ trente mille et quelques; et quinze mille personnes sont venues Ă  Christ en une fois. Et j’ai appelĂ© quelques personnes sur l’estrade, et le Seigneur a commencĂ© Ă  se rĂ©vĂ©ler Ă  elles. AussitĂŽt que cela est arrivĂ©, dans ce trĂšs grand auditoire qui comptait des milliers et des milliers des gens assis, les gens se sont levĂ©s de vieux lits de camp, des brancards, des charrettes sur lesquels on les avait fait entrer. Et on pouvait charger des bus, ou plutĂŽt des camions, avec ce qui avait Ă©tĂ© abandonnĂ© par terre, aprĂšs une priĂšre d’une–de dix minutes. Les gens ont cru la chose.

            Nous sommes allĂ©s immĂ©diatement Ă  Porto Rico, et la mĂȘme chose s’est encore rĂ©pĂ©tĂ©e. Et on arrive en AmĂ©rique, c’est le contraire. Pourquoi? Je me le demande. Et en Afrique du Sud, Ă  Durban, en Afrique du Sud... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

45        FrĂšre duPlessis est ici dans cette contrĂ©e; Ă  Durban oĂč nous avons eu un rassemblement de plusieurs milliers de personnes, lorsque cinq personnes sont venues Ă  l’autel, sur l’estrade, pour que l’on prie pour elles, et que le Saint-Esprit a rĂ©vĂ©lĂ© des choses comme cela, j’ai fait une seule priĂšre, et on a estimĂ© Ă  vingt-cinq mille les cas de guĂ©risons extraordinaires qui ont eu lieu; vingt-cinq mille. On a pris sept voitures... bus chargĂ©s, ou–ou plutĂŽt des camions chargĂ©s de vieilles bĂ©quilles, de bĂątons qu’on avait ramassĂ©s sur le terrain de la foire oĂč ils Ă©taient restĂ©s au sol. Et trente mille personnes ont abandonnĂ© leurs coeurs Ă  JĂ©sus en une fois. Pourquoi ne pouvons-nous pas croire comme cela, nous les AmĂ©ricains?

            Vous savez quoi? Je dis ceci avec rĂ©vĂ©rence, non pas Ă  vous frĂšres, pas du tout; ma voix va lĂ  oĂč l’on suit Ă  la radio, mais l’AmĂ©rique est ratissĂ©e. Elle a Ă©tĂ© passĂ©e au peigne fin, glanĂ©e, visitĂ©e sans bruit, passĂ©e au filet, tirĂ©e, et ainsi de suite au point qu’elle est prĂȘte maintenant pour le jugement. C’est juste. La chose suivante c’est le jugement, et nous allons avoir cela; souvenez-vous-en.

46        Ce soir, nous allons appeler les cartes de priĂšre afin de prier pour les gens. Il n’y aura pas de ligne de discernement; il n’y aura qu’une ligne de priĂšre pour les malades. Et je crois... Quelle sĂ©rie de cartes de priĂšre a-t-on distribuĂ©es? Quelle sĂ©rie de cartes de priĂšre a-t-on distribuĂ©es aujourd’hui? La sĂ©rie C, trĂšs bien, nous allons donc appeler les cartes de priĂšre de la sĂ©rie C. TrĂšs bien, il y en a environ cent, je pense. GĂ©nĂ©ralement, ils en distribuent cent.

            Et qui a la carte C numĂ©ro 1? Levez la main. Une femme assise ici derriĂšre, dans l’allĂ©e du milieu. Venez, si vous le pouvez, venez directement ici Ă  l’estrade. NumĂ©ros 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, qu’ils viennent d’abord s’aligner juste ici Ă  l’estrade maintenant. Et ils vont arriver jusque dans le couloir, s’ils sont tous alignĂ©s.

            Et Ă  vous, l’auditoire radiophonique, j’aurais souhaitĂ© que vous soyez ici ce soir, dans ce bel Angelus Temple, pour voir ici ce trĂšs grand rassemblement. Tous les siĂšges du niveau principal, ainsi que ceux du premier balcon sont occupĂ©s; c’est pratiquement plein. Les gens sont assis, impatients, attendant que quelque chose arrive. Devant moi les gens sont assis dans des fauteuils roulants, les autres couchĂ©s dans des lits de camp, et ainsi de suite, attendant que l’Esprit entre en action.

47        J’aurais souhaitĂ© que vous soyez seulement ici pour voir ça. Les gens sont dans une grande attente. Et aussi certain que le Dieu du Ciel vit et rĂšgne ce soir, si seulement ils Ă©coutent la Voix de Dieu, il n’y aura aucune personne faible au milieu de nous dans quelques minutes, si seulement les gens croient.

            TrĂšs bien, nous allons maintenant appeler la ligne de priĂšre, de 1 Ă  10, de 10 Ă  20, les cartes de priĂšre sĂ©rie C comme dans Californie; 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, prenez place. TrĂšs bien. Pendant qu’ils arrivent, de 20 Ă  50, prenez place, 20, 30, 40, 50, prenez simplement position maintenant dans la ligne. Certains d’entre vous seront mieux s’ils sortent par la porte qui est devant l’allĂ©e, retournent directement et viennent en longeant le cĂŽtĂ©, je crois que vous pourrez mieux vous aligner.

            Vous qui n’ĂȘtes pas capable de vous dĂ©placer, montrez simplement votre carte au huissier, et lorsque votre numĂ©ro sera appelĂ©, on vous amĂšnera juste ici Ă  l’estrade pour la priĂšre.

48        Vous attendez-vous Ă  ce qu’il arrive quelque chose? Vous attendez-vous Ă  voir le mouvement de... l’agitation de l’eau? Qu’a fait l’eau lorsqu’elle Ă©tait agitĂ©e? C’était un signe que l’Ange du Seigneur Ă©tait sur l’eau. Est-ce juste? C’était un signe surnaturel montrant que le–le courant de l’eau avait changĂ©.

            Une eau est agitĂ©e quand le courant va dans un sens, et que le vent la refoule dans l’autre sens. VoilĂ  l’eau agitĂ©e. Et quand nous voyons l’eau agitĂ©e, nous savons qu’il doit y avoir quelque chose pour faire que cette eau aille dans le sens contraire Ă  son courant.

49        Sous ce porche, oĂč coulaient ces grands dĂ©gorgeoirs, et les eaux coulaient partout prĂšs de la piscine des brebis, en descendant, eh bien, les gens Ă©taient Ă©tendus lĂ  en trĂšs grand nombre. Et ils n’attendaient pas simplement une soirĂ©e, deux soirĂ©es, trois soirĂ©es; ils attendaient des mois et des annĂ©es. Certains d’entre eux Ă©taient Ă©tendus lĂ  annĂ©e aprĂšs annĂ©e, attendant l’agitation de l’eau. Et la premiĂšre personne qui y entrait avec suffisamment de foi pour ĂȘtre guĂ©rie, cela ĂŽtait de l’eau la vertu de l’Ange. Et les gens devaient attendre une autre saison. La saison venait aprĂšs combien de temps? Je l’ignore, peut-ĂȘtre aprĂšs des semaines. Mais ils attendaient patiemment que cela entre dans l’eau.

            Et comme nous le racontent les historiens, ils se blessaient Ă  mort en cherchant Ă  entrer dans l’eau, pour voir qui arriverait lĂ  le premier, afin d’éprouver leur foi avec l’Ange du Seigneur. Dieu, dans tous les Ăąges, en tout temps, a toujours eu un moyen de guĂ©rison divine, toujours. Depuis le dĂ©but, dans l’Ancien Testament, en passant par le Nouveau Testament, jusque dans le nouvel Ăąge, jusqu’en ce temps prĂ©sent, Dieu a eu une Fontaine ouverte pour ceux qui croient Ă  la guĂ©rison divine.

            TrĂšs bien, de 50 Ă  60 maintenant, levez-vous, je vous prie, C-50 Ă  C-60. Prenez place par ici. Je crois qu’il y a peut-ĂȘtre une petite piĂšce ici que vous pouvez traverser par ici maintenant, et juste continuer Ă  aller derriĂšre, ou plutĂŽt si vous voulez sortir et faire le tour, les huissiers lĂ -bas vont–vont vous aligner.

50        Eh bien, pendant ce temps, de 60 Ă  70, jusqu’à 75, que les gens s’alignent et contournent la–la rangĂ©e. Maintenant, si vous ne pouvez pas vous dĂ©placer, eh bien, alors montrez simplement votre carte de priĂšre Ă  quelqu’un et les huissiers vont vous amener Ă  l’estrade, lorsque votre numĂ©ro sera appelĂ©. Ils verront lorsqu’ils aligneront les gens. C’est de cette façon que nous alignons les gens, ainsi nous nous assurons que nous avons alignĂ© tous ceux qui sont appelĂ©s. Combien n’ont pas de cartes de priĂšre, et veulent que Dieu les guĂ©risse, oĂč que ce soit? Levez simplement la main.

            Avez-vous remarquĂ© ces jours passĂ©s de la semaine derniĂšre comment le Saint-Esprit est montĂ© partout aux balcons, de deux cĂŽtĂ©s, et dans toute la salle? Et pas une seule fois cela n’a failli. Si c’est correct pour l’auditoire ici, dites: «Amen.» [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Parfait Ă  chaque fois, car c’est votre foi qui fait cela. Votre foi vous rĂ©tablit.

            Vous savez, Ă  la femme qui toucha Son vĂȘtement, Il a dit: «Ta foi t’a sauvĂ©e.» Avez-vous remarquĂ© cela? S-a-u-v-Ă©-e, t’a sauvĂ©e. Le mot grec lĂ , c’est «Sozo», je crois. Est-ce juste? Ta–ta foi t’a sauvĂ©e, t’a sauvĂ©e physiquement, c’est la mĂȘme chose qu’ĂȘtre sauvĂ© spirituellement.

51        Chaque fois dans la Bible, le mot traduit par «sauvé» c’est «Sozo», qui signifie «sauvé», sauvĂ© physiquement, sauvĂ© spirituellement, toujours le mĂȘme mot. «Ta foi t’a sauvĂ©e», sauvĂ© de la maladie, sauvĂ© de la mort, sauvĂ© de la tombe, sauvĂ© de la tombe prĂ©maturĂ©e, oui, et sauvĂ© de l’enfer dĂ©moniaque, sauvĂ© pour le Royaume de Dieu, assurĂ©ment.

            TrĂšs bien, de 75 Ă  100 maintenant, prenez place, C-75 Ă  C-100. Maintenant, sortez par ici et tournez du cĂŽtĂ© de l’allĂ©e, parce qu’ici, c’est plein ici maintenant, jusqu’à la porte. Et avec rĂ©vĂ©rence, prenez place, et les huissiers vont vous installer. Et nous allons commencer la ligne de priĂšre dans les prochaines minutes. AussitĂŽt que nous cessons avec l’agitation, nous ne voulons pas perdre quelque chose du Saint-Esprit.

52        Maintenant, Ă©coutez, lorsque vous attendez le Saint-Esprit... eh bien, personne ne croit dans les cris et les rĂ©jouissances en Esprit plus que moi; en effet, je crois que tout ce qui a la vie a de l’émotion. Et si votre religion n’a pas de vie, vous feriez mieux de l’enterrer. Elle est morte. La vie produit de l’émotion.

            Mais, pendant que nous nous approchons de Dieu, venons avec rĂ©vĂ©rence, calmement, Ă©coutant pour voir ce qu’Il dira. Et alors, lorsqu’Il fait quelque chose pour nous, c’est le moment de laisser la gloire de Dieu rĂ©gner au fond de nos coeurs.

            Soyez rĂ©vĂ©rencieux, observez, et si Ă  chaque fois dans la rĂ©union, vous sentez que Dieu a parlĂ© Ă  votre coeur pendant que cette ligne passe, alors levez les mains et dites: «Je Te remercie, ĂŽ Seigneur JĂ©sus, de m’avoir guĂ©ri.»

            Que... Puis, dites-le Ă  quelqu’un qui est assis Ă  cĂŽtĂ© de vous. Ils ont vaincu par le Sang de l’Agneau et par leur tĂ©moignage. Est-ce juste? Vous avez la victoire par le Sang de l’Agneau et par votre tĂ©moignage. Si nous pouvons seulement avoir la foi et croire que le Seigneur Dieu fera ces choses pour nous!

53        Eh bien, c’est tĂŽt. Ce n’est pas nĂ©cessaire de se prĂ©cipiter; soyez simplement rĂ©vĂ©rencieux et calmes; encore quinze minutes, et la ligne sera terminĂ©e. Et je crois, si vous pouvez prendre ce temps-lĂ , et vous qui suivez par la radio, soyez certains de faire ceci: lorsque vous entendrez les gens se rĂ©jouir de leur guĂ©rison, pendant que la priĂšre est faite pour les malades, alors rĂ©jouissez-vous aussi, et acceptez JĂ©sus comme votre GuĂ©risseur.

            Rappelez-vous, Dieu est omniprĂ©sent, omniscient, omnipotent, infini. Le Dieu infini, omniprĂ©sent, partout, omniscient (qui connaĂźt toutes choses), Tout-Puissant, omnipotent. VoilĂ  notre Dieu. Il est lĂ  Ă  l’hĂŽpital avec vous, exactement comme Il est ici Ă  l’église. Vous ne pouvez pas empĂȘcher un saint de prier.

            Une fois on en avait jetĂ© un dans le ventre d’un grand poisson. Et il est descendu jusqu’au fond de la mer avec des algues enroulĂ©es autour du cou; mais vous ne pouvez pas empĂȘcher un saint de prier. Il s’est retournĂ© et a regardĂ© tout autour, il a vu partout le ventre du grand poisson; mais il a dit: «Tout cela n’est que vanitĂ© mensongĂšre; une fois encore, je regarderai vers Ton saint temple, ĂŽ Eternel.» Et quand il s’est mis Ă  regarder au... vers le temple... Lors de la dĂ©dicace du temple, Salomon a dit: «Si Ton peuple a des difficultĂ©s oĂč que ce soit, et qu’il tourne le regard vers ce saint lieu, et prie, alors exauce des cieux, ĂŽ Eternel, et dĂ©livre-le.» Et Jonas croyait Ă  cette priĂšre.

54        Et Dieu garda Jonas en vie pendant trois jours et trois nuits dans le ventre de ce grand poisson, conformĂ©ment aux Ecritures. Et si Dieu a pu faire cela pour Jonas dans le ventre du grand poisson, alors qu’il regardait vers un–un temple naturel, comme celui-ci qui est fait de main d’homme, Ă  combien plus forte raison Ă©coutera-t-Il votre priĂšre ce soir, lorsque vous tournerez le regard vers le Temple cĂ©leste oĂč JĂ©sus est assis Ă  la droite de Dieu avec Son propre Sang pour faire intercession sur base de votre confession, assurĂ©ment.

            Il est descendu dans une fosse aux lions pour dĂ©livrer un de Ses serviteurs. Il est entrĂ© dans une fournaise ardente pour en dĂ©livrer un. AssurĂ©ment, Il viendra Ă  l’hĂŽpital oĂč vous ĂȘtes en train d’écouter. Il viendra assurĂ©ment Ă  cette humble petite demeure oĂč vous ĂȘtes lĂ , Ă©tendu, dans l’attente. Il viendra en haut au balcon. Il descendra dans la salle. Il viendra oĂč que vous soyez pour vous dĂ©livrer du pĂ©chĂ© ou de la maladie, si seulement vous avez la foi et croyez en Lui. Voulez-vous faire cela maintenant?

55        Encore quelques minutes, et ils entreront dans le couloir maintenant pour y aligner les gens, car il y a beaucoup de gens qui attendent que l’on prie pour eux. J’aime ce cantique; fredonnons-le une fois.

Le Grand MĂ©decin est ici maintenant,

Le Compatissant JĂ©sus,

Il réconforte le coeur brisé,

Oh! écoute la voix... (ce murmure doux et léger de Jésus)

La plus douce note du chant des séraphins,

Le plus doux Nom dans la bouche d’un mortel,

Le plus doux choeur jamais chanté,

Oh! Jésus, béni soit Jésus.

            Que tout le monde s’asseye maintenant. La ligne est formĂ©e. Les huissiers se tiennent Ă  leur poste. Et je vous demanderais maintenant d’ĂȘtre aussi rĂ©vĂ©rencieux que possible.

56        Maintenant, Ă  vous qui vous tenez dans la ligne, vous remarquerez qu’il y a une diffĂ©rence dans mon ministĂšre; en effet, je ne fais que prier, imposer les mains aux malades, parce que c’est lĂ  ce que vous me demandez de faire. Et si je devais m’arrĂȘter pour le discernement sur chaque personne qui est dans cette ligne, je resterais ici pendant plusieurs soirĂ©es. Et je ne pourrais me tenir ici que pour une, deux, ou trois personnes, puisque je serais tellement faible qu’on devra me retirer de l’estrade comme d’habitude.

            Maintenant, rappelez-vous, si vous avez un pĂ©chĂ© non confessĂ© dans votre coeur, je remets cela entre vos mains. Il vous arrivera pire que ceci. Et si vous avez un pĂ©chĂ© non confessĂ©, sortez de cette ligne de priĂšre et mettez la chose en ordre avec Dieu, puis revenez dans la ligne de priĂšre. Rappelez-vous, il ne m’appartient pas d’îter par un don divin une malĂ©diction que Dieu a permis Ă  Satan de placer sur vous, pour vous ramener Ă  Lui. Je vais simplement prier.

57        Et maintenant, si vous sentez dans votre coeur que vous ĂȘtes en ordre avec Dieu, et que vous sentiez que tout est en ordre, que vous avez le droit et vous croyez que Dieu va vous guĂ©rir, alors avancez ici avec rĂ©vĂ©rence. Et lorsque vous passerez sur cette estrade, exactement comme lorsque vous avez Ă©tĂ© baptisĂ©, ou pour toute autre ordonnance de l’église, descendez de l’estrade en vous rĂ©jouissant.

            Lorsque je vous impose les mains, cela n’a rien Ă  voir, Ă  moins que vous acceptiez votre guĂ©rison de la part de JĂ©sus-Christ. C’était lĂ  Son ordonnance, imposer les mains aux malades, et ces miracles accompagneront ceux qui auront cru. S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.

            Maintenant, Seigneur, il y a une grande attente et le peuple est dans l’expectative. Maintenant, le reste du service relĂšve de Toi, ĂŽ Seigneur. Je prie qu’il n’y ait aucune personne faible au milieu de nous. Que le Saint-Esprit parle au fond du coeur des gens ce soir, qu’ils n’attendent pas un tonnerre puissant ou un vent impĂ©tueux, mais qu’ils Ă©coutent. C’est la raison pour laquelle j’ai parlĂ© ce soir, PĂšre, afin que, du fond de leur coeur, les gens saisissent la vision de ce que Dieu fait. Accorde-le, Seigneur, car je le demande au Nom de JĂ©sus. Amen.

            TrĂšs bien, maintenant que la ligne de priĂšre commence. Venez juste un Ă  la fois, et nous allons prier.

58        Bonsoir! Maintenant, tenez-vous juste par ici un instant, madame. Il se fait que vous ĂȘtes la premiĂšre personne dans la ligne. Maintenant, afin que l’auditoire... Combien dans cet auditoire visible n’ont jamais vu le ministĂšre auparavant, n’ont jamais vu mon ministĂšre? Levez la main, je vous prie. Oh! la la! plusieurs–plusieurs centaines d’entre eux qui n’ont jamais vu cela.

            Maintenant, si le Seigneur JĂ©sus se tenait ici prĂšs de cette femme... Je ne la connais pas, Dieu la connaĂźt. Sommes-nous inconnus l’un Ă  l’autre, madame? Si c’est juste, levez la main, afin que les gens voient. Nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s auparavant.

            Eh bien, maintenant si vous voulez ĂȘtre certains que la Bible est toujours vivante, voici un cas semblable Ă  celui de Saint Jean 4: Un homme et une femme se rencontrent pour la premiĂšre fois, comme JĂ©sus a rencontrĂ© la femme au puits. Il lui a parlĂ© pendant quelques minutes jusqu’à ce qu’Il a dĂ©couvert ce qu’était son problĂšme. Combien savent ce qu’était son problĂšme? Levez la main. Evidemment, elle vivait avec son sixiĂšme mari. Et JĂ©sus lui a dit: «Va, cherche ton mari, et viens ici.»

            Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»

59        Il a dit: «C’est juste. Tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n’est pas ton mari.»

            Elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es ProphĂšte. Eh bien, nous savons que lorsque le Messie sera venu, Il nous annoncera ces choses. Mais Toi, qui es-Tu?»

            Il a dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.»

            Elle est entrĂ©e dans la ville en courant et elle a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. Ne serait-ce point le Messie?»

            Or, si JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et que c’était lĂ  le signe du Messie pour cette gĂ©nĂ©ration-lĂ , cela doit ĂȘtre le mĂȘme signe messianique pour cette gĂ©nĂ©ration-ci, sinon Il serait un Messie diffĂ©rent. Si c’est vrai, dites: «Amen.» [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.]

            Maintenant, pour vous montrer qu’il ne s’agit pas d’un homme, Dieu sait que je ne connais pas cette femme; je ne l’ai jamais vue de ma vie. Mais si le Saint-Esprit vient ici et confirme qu’Il est toujours le Messie en utilisant mes yeux, mes lĂšvres, ma bouche, et sa foi, ainsi que ma foi... Elle est ici pour quelque chose. Elle pourrait ĂȘtre une sĂ©ductrice; elle pourrait ĂȘtre une chrĂ©tienne. Elle pourrait ĂȘtre ici pour des problĂšmes d’argent. Je l’ignore. Je–je n’ai jamais... Je n’ai aucun moyen pour le savoir. C’est juste une femme qui vient ici dans la ligne de priĂšre.

60        Mais si le Seigneur Dieu parle, qu’elle juge si c’est juste ou pas, alors combien parmi vous vont effectivement reconnaĂźtre que la PrĂ©sence de JĂ©sus-Christ est ici? Levez la main, dites: «J’accepte cela.» Maintenant, nous deux... Voici la Bible pour montrer que nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s auparavant dans la vie. Maintenant, je ne dis pas qu’Il fera la chose. S’Il fait cela, nous serons reconnaissants.

            Maintenant, soeur, pour vous parler un instant, vous n’avez pas besoin de me regarder simplement... vous ĂȘtes... Cette femme est une chrĂ©tienne; en effet, un sentiment amical Ă©mane d’elle. L’esprit qui est en elle est reçu favorablement par l’Esprit qui est en moi.

            Eh bien, en d’autres termes, voici une fille de Dieu. Je suis Son fils, un fils adoptĂ© par JĂ©sus-Christ. Elle se tient ici parce qu’elle a besoin de quelque chose. Je me tiens ici pour prier pour elle. Maintenant, si je lui imposais les mains, et disais: «Allez, soyez guĂ©rie; JĂ©sus-Christ va vous rĂ©tablir.» Ce serait en ordre.

61        Mais maintenant, qu’adviendrait-il si le Saint-Esprit venait ici et rĂ©vĂ©lait quelque chose qui s’est passĂ© lĂ  dans sa vie il y a longtemps, et dont elle est sĂ»re que j’ignore? S’Il connaĂźt ce qui a Ă©tĂ©, Il connaĂźt certainement ce qui sera. Et c’est Ă  elle de juger si c’est juste ou pas. Et puis, c’est Ă  vous de croire d’oĂč ça vient.

            Quand cela Ă©tait arrivĂ© au temps biblique, l’église orthodoxe a dit: «Il est un diseur de bonne aventure. Il est BĂ©elzĂ©bul.» C’est ce qu’ils ont dit dans leurs coeurs.

            JĂ©sus a dit: «Je vous pardonne d’avoir dit cela contre Moi. Mais un jour, le Saint-Esprit viendra et fera la mĂȘme chose (C’est aujourd’hui.); et un seul mot contre cela ne sera jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.» En effet, ils ont traitĂ© l’Esprit de Dieu de diseur de bonne aventure ou de mauvais esprit.

62        La dame qui se tient ici est trĂšs nerveuse. Et il lui faut vraiment subir une opĂ©ration, parce qu’elle souffre des hĂ©morroĂŻdes. Et ces hĂ©morroĂŻdes Ă©clatent et saignent. C’est juste, n’est-ce pas? Si c’est juste, levez la main.

            Maintenant, qui savait cela? Eh bien, quoi que je lui aie dit, je ne le sais pas maintenant. Voyez-vous? Ce n’était pas... Ce n’était pas ma voix; c’étaient mes lĂšvres qui bougeaient, mais Quelque Chose d’autre lui disait quelque chose; ce n’était pas moi. Maintenant, vous dites: «Vous pourriez avoir devinĂ© cela, FrĂšre Branham.» D’accord, parlons-lui juste encore un moment, afin que l’onction de l’Esprit entre dans la salle.

            Maintenant, je vais lui parler de nouveau. Oui, voici venir la chose une fois de plus. Cette dame est consciente qu’il se passe quelque chose. Avez-vous dĂ©jĂ  vu la photo que le monde scientifique a prise, de cet Ange du Seigneur? C’est exactement ce qui se trouve sur vous maintenant. Si vous dans l’auditoire, ceux qui suivent Ă  la radio, ou quoi que ce soit, vous pouvez voir cette LumiĂšre tournoyer juste ici entre moi et cette femme.

63        Cette femme doit passer par une opĂ©ration; il s’agit des hĂ©morroĂŻdes qui saignent. Et je ne cesse de voir une certaine personne ĂągĂ©e apparaĂźtre constamment ici. C’est un homme; c’est son pĂšre. Et une ombre tĂ©nĂ©breuse de la mort est au-dessus de lui. Il se meurt d’un cancer. Et il est hospitalisĂ©, dans une grande ville oĂč une riviĂšre coule Ă  cĂŽtĂ©. Il s’agit de Saint Louis, dans le Missouri. AINSI DIT LE SEIGNEUR. Est-ce vrai?

            Maintenant, croyez-vous au Seigneur? Croyez-vous que Dieu pourrait me rĂ©vĂ©ler qui est cette femme? Cela aiderait-il votre foi? Eh bien, soeur, je ne sais pas s’Il le fera; je sollicite simplement Sa grĂące. Votre prĂ©nom est Alice. Votre nom de famille est Spade. C’est tout Ă  fait juste. Rentrez chez vous en croyant, et vous pouvez recevoir ce que vous avez demandĂ© au Nom du Seigneur.

            Maintenant, levons simplement les mains et louons Dieu. Que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur; partez en croyant maintenant.

64        Maintenant, si je ne vous dis rien, vous allez quand mĂȘme croire, n’est-ce pas? TrĂšs bien, mais vos troubles cardiaques vous quitteront alors, si vous partez en croyant. Au Nom du Seigneur JĂ©sus, que notre soeur soit guĂ©rie.

            Eh bien, soeur, vous ĂȘtes consciente que le Saint-Esprit est ici. Si je ne vous dis rien, si je vous dis ce qui ne va pas en vous, croirez-vous–vous? Cela vous aidera-t-il Ă  croire davantage? Mais maintenant, voyez-vous, je ne peux pas faire cela de bout en bout de la ligne, mais si vous croyez, le diabĂšte va vous quitter. Croyez-vous cela? TrĂšs bien, alors partez et dites: «Merci, Seigneur» et soyez heureuse, et croyez de tout votre coeur.

65        TrĂšs bien, soeur, si je ne vous dis rien, mais que je prie simplement pour vous, croirez-vous de tout votre coeur? TrĂšs bien, vous ĂȘtes... Seigneur JĂ©sus, je Te prie de bĂ©nir cette femme et de la rĂ©tablir, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Approchez, soeur. Si je ne vous dis rien, ce qui ne va pas, croyez-vous que la PrĂ©sence de Dieu, Celui dont nous sommes oint maintenant... Si je vous impose les mains, croirez-vous que votre mal de dos... Approchez, Il a dĂ©jĂ  dit cela. Voyez-vous? Seigneur JĂ©sus, je Te prie de guĂ©rir notre soeur et de la rĂ©tablir. Amen.

            «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.»

            Venez, soeur, en croyant. Que pensez-vous de cette tumeur, pensez-vous qu’elle va vous quitter? Continuez votre chemin et dites: «Merci, Seigneur JĂ©sus», et soyez en bonne santĂ©.

66        La vĂŽtre aussi, croyez-vous que la vĂŽtre aussi partira? Au Nom du Seigneur JĂ©sus, j’impose les mains Ă  ma soeur pour sa guĂ©rison. Amen.

            Croyez maintenant; au Nom de JĂ©sus-Christ, je prie pour la guĂ©rison de ma soeur. Amen.

            TrĂšs bien, croyez-vous, vous qui ĂȘtes lĂ -bas? Voyez-vous, vous n’avez pas besoin de le dire aux gens: «Maintenant, soyez rĂ©vĂ©rencieux», observez simplement; gardez vos yeux... Ecoutez, auditoire radiophonique, les gens sont en train d’ĂȘtre guĂ©ris.

            Je les vois quand je... Ce n’est pas que nous devions le dire aux gens, mais vous le pouvez, c’est en ordre, mais cela affaiblit. Et cela fait que tout le monde veut que cela soit fait pour lui.

67        Voici–voici une femme qui se tient ici. Etes-vous... Est-ce la personne suivante? TrĂšs bien, croyez-vous, soeur? Vous et moi sommes inconnus l’un Ă  l’autre, est-ce juste? Je ne vous connais pas; vous ne me connaissez pas. Si c’est juste, levez la main afin que l’auditoire visible voie.

            Si le Seigneur JĂ©sus veut bien me dire le motif de votre prĂ©sence ici, ou quelque chose, allez-vous croire que je suis Son serviteur et saurez-vous qu’il doit y avoir un certain pouvoir surnaturel ici pour savoir cela, sinon je ne le saurais pas? Penseriez-vous que c’était un–un mauvais esprit, ou bien l’Esprit de Christ selon la promesse de la Bible? L’Esprit de JĂ©sus. Merci. Alors vous aurez ce que vous demandez.

            Le motif de votre prĂ©sence ici, vous ĂȘtes trĂšs nerveuse; vous avez des complications. Vous ĂȘtes toute fanĂ©e; vous souffrez du diabĂšte. Et permettez que je vous le dise; vous avez quelque chose sur le coeur. Il s’agit d’un garçon, votre fils. Croyez-vous que Dieu peut me dire ce qu’il a? Il a des ulcĂšres, et il souffre de l’asthme; mais par-dessus tout cela il est un pĂ©cheur et il n’est pas sauvĂ©, et vous priez pour son Ăąme. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR, il...?... gratuitement. Que Dieu vous bĂ©nisse. Partez et recevez cela.

68        Croyez-vous, soeur? Ô Seigneur, je Te prie de guĂ©rir notre soeur, et de la dĂ©barrasser de cette bĂ©quille ce soir au Nom de JĂ©sus. Amen. Approchez, soeur. Croyez-vous, soeur? Au Nom de JĂ©sus-Christ, je vous impose les mains, car il est Ă©crit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Maintenant, croyez.

            Croyez-vous que le petit sera guĂ©ri si je lui impose les mains? Amenez-le ici alors. Seigneur, il est dit: «Laissez venir Ă  Moi les petits enfants.» Et j’impose les mains Ă  ce petit bĂ©bĂ© pour sa guĂ©rison et pour sa mĂšre. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que cette maladie s’en aille. Amen.

69        La Bible dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Croyez-vous que je crois en Celui dont je parle? Alors ces miracles m’accompagneront. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre soeur soit guĂ©rie. Amen.

            Approchez. Vous femmes, croyez-vous, alors que vous venez ensemble, que Dieu vous guĂ©rira et vous rĂ©tablira? Je vous impose les mains. Au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, et conformĂ©ment Ă  Sa Parole et Ă  Sa promesse, vous serez guĂ©ries. Amen.

            Croyez-vous, monsieur, alors que vous amenez cet homme, que cet homme sera guĂ©ri? Croyez-vous cela vous-mĂȘme pour vous? TrĂšs bien, approchez et prions.

            Seigneur, j’impose les mains Ă  ce corps faible, et je prie qu’il soit guĂ©ri conformĂ©ment Ă  Ta Parole, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. C’est juste, partez en croyant maintenant, frĂšre. VoilĂ !

70        Que le Seigneur JĂ©sus-Christ qui a fait la promesse accorde Ă  cette femme sa guĂ©rison alors que je lui impose les mains au Nom de JĂ©sus. Amen.

            Que le Seigneur Dieu qui a fait la promesse accorde la guĂ©rison Ă  cette femme, conformĂ©ment Ă  Sa promesse qui dit: «Ils imposeront les mains aux malades; et les malades seront guĂ©ris.» Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.

            Que le Seigneur Dieu qui a fait la promesse, confirme Sa promesse, alors que j’impose les mains Ă  mon frĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Que la puissance de guĂ©rison qui a Ă©tĂ© donnĂ©e Ă  l’église le jour de la PentecĂŽte descende sur notre frĂšre, alors que je lui impose les mains comme confirmation que je crois que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Amen.

71        Croyez-vous? Que ceux qui suivent par la radio maintenant... Pendant que nous prions pour ceux qui suivent par la radio...

            Ô Dieu, ceux qui suivent par la radio trĂšs loin lĂ -bas, que le Saint-Esprit descende sur ces gens lĂ -bas, et que les malades soient guĂ©ris partout. Qu’ils entendent maintenant; la foi vient de ce qu’on entend. Et que le tĂ©moignage de l’Evangile de la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ aille par les ondes de cette radio et guĂ©risse tous ceux qui Ă©coutent et qui sont malades. Qu’ils soient dans les bars, dans les salles de billard, oĂč qu’ils soient, qu’ils soient guĂ©ris maintenant mĂȘme de leur pĂ©chĂ© et de leur maladie, au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Maintenant, nous allons continuer la ligne de priĂšre.

72        Voici une autre femme debout ici. Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre, n’est-ce pas, soeur? Croyez-vous que je suis Son serviteur? Croyez-vous que Dieu peut me dire votre problĂšme? Cela pourrait-il alors... Cela vous aiderait-il Ă  croire? Cela vous aiderait-il donc, l’auditoire? Cela ferait-il que vous... Vous pouvez avoir davantage de foi en Dieu pour votre guĂ©rison, n’est-ce pas? TrĂšs bien, regardez par ici, soeur. Croyez-vous maintenant de tout votre coeur? Il y en a tellement qui prient, voyez-vous, en ce moment.

            Votre problĂšme, c’est une nervositĂ© extrĂȘme; vous ĂȘtes toute dĂ©chirĂ©e et puis vous avez des gonflements aux bras. Ces gonflements sont dus Ă  une opĂ©ration, l’opĂ©ration d’un cancer Ă  l’épaule. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. C’est vrai. Maintenant, si vous partez en croyant, cela vous quittera. Amen.

            Venez, soeur. Ô Eternel Dieu, accorde la guĂ©rison Ă  cette jeune femme alors qu’elle passe par cette ligne de priĂšre. Amen.

            Seigneur Dieu, alors que cette mĂšre vient dans la ligne, je Te prie de la guĂ©rir et de la rĂ©tablir, au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Maintenant, ce n’est pas seulement moi qui prie, mais regardez simplement ici, il y a des centaines et des centaines de gens visibles ici qui plient... prient, et des milliers lĂ -bas qui suivent par la radio. Cela doit arriver, n’est-ce pas? Et–et la PrĂ©sence du Seigneur JĂ©sus ici, notre Seigneur ressuscitĂ©, notre Sauveur, notre Bien-AimĂ© Roi...

73        Seigneur JĂ©sus, je Te prie de guĂ©rir cette femme, de la rĂ©tablir, alors que je lui impose les mains, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Approchez, chĂšre soeur. Je vous impose les mains. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que vous soyez guĂ©rie. Amen.

            Approchez maintenant, ma soeur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je vous impose les mains pour votre guĂ©rison. Amen.

            Tous ceux qui sont lĂ -bas prient maintenant.

74        Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, dans la PrĂ©sence du Saint-Esprit, que le coeur de cet homme ne soit pas charnel, mais puisse-t-il venir comme quelqu’un qui s’approche du–du Dieu vivant. Et les saints sont en priĂšre Ă  travers Los Angeles, partout. Qu’il soit guĂ©ri au Nom de JĂ©sus.

            Approchez, ma soeur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je rĂ©clame votre guĂ©rison. Amen.

            Au Nom de JĂ©sus-Christ, je rĂ©clame la guĂ©rison de notre soeur. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse.

            Au Nom de JĂ©sus-Christ, je rĂ©clame sa requĂȘte. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse.

            Approchez, soeur. Vous souffrez de l’arthrite. Croyez-vous que JĂ©sus-Christ vous guĂ©rira? Ô Seigneur, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, accorde Ă  cette femme la guĂ©rison au Nom de JĂ©sus. Amen.

75        Allez-vous croire, soeur, pour vous et votre bĂ©bĂ©? Au Nom de JĂ©sus-Christ, que la mĂšre et l’enfant soient guĂ©ris. Amen.

            Croyez-vous en Lui, frĂšre? Au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre frĂšre soit dĂ©livrĂ©. Amen.

            Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, j’impose les mains Ă  cette femme pour sa dĂ©livrance. Amen.

            Approchez, soeur. Maintenant, ne laissez pas votre passage par ici ĂȘtre vain. Oh! non. Cela va arriver. Seigneur JĂ©sus, je Te prie de la guĂ©rir et de la rĂ©tablir. BĂ©nis cette personne qui est avec elle, PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Approchez, frĂšre, pas en vain, mais que la puissance de JĂ©sus-Christ entre dans votre vie maintenant. Ecoutez ce murmure doux et lĂ©ger alors que vous traversez cet endroit au Nom de JĂ©sus.

            Approchez, monsieur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que vous soyez guĂ©ri. Amen.

            Approchez, soeur. Croyez-vous que si Dieu me dit ce qui ne va pas en vous, vous allez... cela vous aiderait-il un peu? Je crois que vous ĂȘtes la premiĂšre dame de couleur qui passe par ici. Croyez-vous que cette maladie gynĂ©cologique qui vous dĂ©range s’en ira si je prie pour vous? Au Nom de JĂ©sus-Christ, que cela la quitte, Seigneur. Amen. Partez maintenant.

76        Au Nom de JĂ©sus-Christ, que la requĂȘte de cet homme soit accordĂ©e, Seigneur. Amen.

            Approchez, soeur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que sa requĂȘte lui soit accordĂ©e. Amen.

            Maintenant, cela dĂ©pend de votre attitude. Eh bien, soyez trĂšs rĂ©vĂ©rencieux, que tout le monde soit en priĂšre. C’est... Vous qui ĂȘtes dans la ligne maintenant, cela dĂ©pend de votre attitude pendant que vous passez ici.

            Voyez-vous cette jeune femme? Elle s’est avancĂ©e dans cette ligne de priĂšre en rĂ©flĂ©chissant. Ecoutez, elle souffre d’un Ă©coulement, peu importe ce que c’était; je vois cet Ă©coulement qui se produisait; si je ne me trompe pas, c’est une maladie gynĂ©cologique dont elle sait que seul Dieu connaĂźt; en effet, c’était dans la salle de bain quand cela a commencĂ©. Cela s’est arrĂȘtĂ© maintenant; elle peut partir et ĂȘtre en bonne santĂ©. Au Nom de JĂ©sus... Voyez-vous? L’attitude. Qu’est-ce? C’est Ă  cause de son attitude. Oh! la la! ne pouvez-vous pas... Seigneur, au Nom de JĂ©sus, aide-la.

            Dieu notre PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ, accorde-lui sa guĂ©rison. Amen.

            Au Nom de JĂ©sus-Christ, que cette femme soit guĂ©rie. Amen.

            Ô Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, que cette femme soit guĂ©rie.

            Eternel Dieu, j’impose les mains Ă  notre soeur pour sa guĂ©rison au Nom de JĂ©sus-Christ.

77        Approchez, soeur. Au Nom de notre Seigneur JĂ©sus-Christ, j’impose les mains Ă  ma soeur en obĂ©issance Ă  Son commandement. Amen.

            Au Nom de JĂ©sus-Christ, j’impose les mains Ă  ma soeur que voici pour sa guĂ©rison. Amen.

            Au Nom de JĂ©sus-Christ, j’impose les mains Ă  cette soeur pour sa guĂ©rison. Amen.

            Et au Nom de JĂ©sus-Christ, j’impose les mains Ă  la soeur pour sa guĂ©rison.

            Maintenant, voyez-vous, dĂšs que la–la vision s’est arrĂȘtĂ©e, c’est comme si les gens ont perdu la foi. Ne faites pas cela. C’est mal. Tenez, cela–cela se fait tout le temps; je vois ce qui ne va pas chez les gens.

78        Tenez, regardez cette femme. Croyez-vous que Dieu va guĂ©rir cette tumeur? Alors partez et croyez cela. Voyez-vous, voyez-vous? Croyez simplement; ayez la foi.

            TrĂšs bien, approchez, soeur. Croyez-vous que Dieu guĂ©rira cette gastrite? Alors partez et croyez. Ayez simplement la foi maintenant; croyez.

            Seigneur Dieu, je T’apporte cette femme; au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’elle soit guĂ©rie ainsi que notre soeur que voici, ĂŽ Seigneur, qui l’amĂšne au Nom de JĂ©sus-Christ. Je prie pour cette jeune dame, Seigneur, afin que Tu la guĂ©risses au Nom de JĂ©sus. Accorde-le, ĂŽ Seigneur.

            Ô Seigneur Dieu, accorde la guĂ©rison de notre soeur au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre soeur soit guĂ©rie. Accorde-le, Seigneur.

            Au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre soeur soit guĂ©rie.

            Ô Seigneur Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre soeur soit guĂ©rie.

            Approchez, soeur. Croyez-vous? Vous ĂȘtes sĂ©rieusement... C’est un problĂšme cardiaque, mais Dieu va guĂ©rir cela. C’est parti maintenant, partez donc simplement en croyant. Amen.

            Seigneur JĂ©sus, je Te prie de la guĂ©rir. Au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’il en soit ainsi.

79        Approchez. Ô Seigneur, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, alors que cette femme tend la main, que cela ne soit pas vers moi, mais vers Toi, Seigneur, au Nom de JĂ©sus.

            Seigneur Dieu, guĂ©ris notre soeur, et accorde-lui sa requĂȘte, au Nom de JĂ©sus. Accorde-la, Seigneur.

            PĂšre cĂ©leste, je Te prie de la guĂ©rir et de la rĂ©tablir, au Nom de JĂ©sus.

            Voyez-vous ce que cela fait? AussitĂŽt qu’on a l’impression que les visions apparaissent, cela m’affaiblit vraiment, les amis. Combien comprennent cela? Eh bien, une femme toucha le vĂȘtement de notre Seigneur, et Il dit: «Une vertu M’a quittĂ©; Je me suis affaibli.» Combien savent que c’est la vĂ©ritĂ©? Eh bien, si Lui, le Fils de Dieu, s’est affaibli Ă  cause d’une vision, qu’est-ce que cela ferait Ă  moi, un pĂ©cheur sauvĂ© par grĂące?

            Daniel, le prophĂšte, vit une vision et il eut l’esprit agitĂ© pendant plusieurs jours.

80        Tenez, amenez cette femme. Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Croyez-vous que Dieu vous connaĂźt? Croyez-vous qu’Il me connaĂźt? Peut-Il me rĂ©vĂ©ler votre problĂšme? Vous ĂȘtes couverte de l’ombre de la mort Ă  cause d’un cancer. C’est juste. Et en plus de cela, vous ĂȘtes une femme prĂ©dicatrice. C’est la vĂ©ritĂ©. Et vous venez d’abandonner votre Ă©glise. C’est juste. Mais n’abandonnez pas votre Ă©glise. N’abandonnez pas l’espĂ©rance. Regardez Ă  JĂ©sus qui se tient ici et qui connaĂźt votre situation. Et je condamne ce cancer qui est sur ma soeur au Nom de JĂ©sus-Christ, puisse-t-il la quitter. Amen.

            Venez en croyant.

81        Seigneur, j’impose les mains Ă  cette petite fille de couleur; au Nom de JĂ©sus-Christ, guĂ©ris-la. Je Te prie, ĂŽ Seigneur, de guĂ©rir sa bien-aimĂ©e.

            Seigneur, alors que cette petite femme passe dans la ligne, que la puissance de JĂ©sus-Christ qui est prĂ©sente maintenant la guĂ©risse.

            Ô Dieu, guĂ©ris cette femme. Je Te prie au Nom de JĂ©sus-Christ d’accorder cela.

            GuĂ©ris notre soeur, Seigneur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’il en soit ainsi. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Et que le Dieu du Ciel vous guĂ©risse de cette arthrite.

            Approchez, soeur, en croyant de tout votre coeur maintenant. Ô Dieu Ă©ternel, Auteur de la Vie, accorde-lui la bĂ©nĂ©diction qu’elle demande, au Nom de JĂ©sus-Christ.

82        Approchez, soeur. Venez avec le bĂ©bĂ©. Croyez-vous que Dieu va le rĂ©tablir? Au Nom de JĂ©sus-Christ, que sa requĂȘte en faveur de ce petit soit accordĂ©e, et j’îte de lui cette affliction au Nom de JĂ©sus-Christ. Maintenant, partez en croyant que tous deux... ayez la foi, et servez Dieu.

            Croyez-vous? Combien–combien pourraient pratiquement voir la PrĂ©sence du Seigneur JĂ©sus qui se tient lĂ , regardant Son auditoire? Le Grand JĂ©hovah Dieu, l’Alpha et l’OmĂ©ga, le Commencement et la Fin, le Premier et le Dernier, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, Il est Dieu.

83        Cette femme-ci m’est inconnue, n’est-ce pas, madame? [La dame rĂ©pond: «Oui.»–N.D.E.] Croyez-vous que Dieu peut me dire votre problĂšme? [«Oui, monsieur.»] S’Il le fait, cela vous aidera-t-il [«Oui.»] Ă  croire? Vous souffrez de l’arthrite. [«Oui, monsieur.»] Vous avez un problĂšme d’yeux. [«Oui, monsieur.»] Vous souffrez du coeur [«Oui, monsieur.»] Vous n’ĂȘtes pas de cette ville. [«Non, monsieur.»] Vous venez d’une autre ville [«C’est juste.»], d’un autre Etat [«Oui, monsieur.»], l’Arizona [«Oui, monsieur.»], Kingston, en Arizona. [«Kingman, en Arizona.»] Et vous ĂȘtes madame Holby [«C’est juste.»], rentrez chez vous. Votre maladie est terminĂ©e. Rentrez chez vous et soyez rĂ©tablie [«AllĂ©luia!»] au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Maintenant, afin que l’auditoire sache que je ne vous ai jamais vue de ma vie, est-ce juste? Nous sommes de parfaits inconnus l’un Ă  l’autre, mais Dieu nous connaĂźt tous. Il sait tout Ă  votre sujet; croyez simplement. Il sait qui vous ĂȘtes et tout Ă  votre sujet. Je demande Ă  chaque personne qui est ici de croire cela, oĂč que vous soyez.

            Ô Seigneur JĂ©sus, je Te prie de guĂ©rir cette femme et de la rĂ©tablir au Nom du Seigneur JĂ©sus.

            Ô Dieu, je Te prie de guĂ©rir notre soeur au Nom de JĂ©sus-Christ. Ô Dieu, accorde sa requĂȘte au Nom de JĂ©sus.

            Ô Dieu, guĂ©ris cette petite fille au Nom de JĂ©sus-Christ.

84        Approchez, mon cher frĂšre. Venez en croyant maintenant. Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, guĂ©ris mon frĂšre. Amen.

            Seigneur Dieu, alors que notre soeur passe, puisse-t-elle ne pas... passe prĂšs d’un homme, mais puisse-t-elle passer prĂšs de la croix de JĂ©sus et recevoir sa guĂ©rison. Amen.

            Approchez, ma soeur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que vous soyez guĂ©rie.

            Approchez, mon frĂšre. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que vous partiez d’ici guĂ©ri.

            Approchez, soeur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils bien-aimĂ© de Dieu, que vous soyez guĂ©rie. Amen. Il a fait la promesse. Il–Il doit tenir Sa promesse. Amen.

            Ô Seigneur, alors que j’impose les mains Ă  ces deux femmes qui passent l’une accompagnĂ©e de l’autre, que l’Esprit de Dieu les rĂ©tablisse au Nom de JĂ©sus. Amen.

            Que Dieu bĂ©nisse ma soeur que voici et la guĂ©risse au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Que Dieu bĂ©nisse mon frĂšre que voici et le rĂ©tablisse au Nom de JĂ©sus-Christ.

85        Que Dieu bĂ©nisse notre soeur alors que je lui impose les mains au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Que Dieu bĂ©nisse cette petite mĂšre au Nom de JĂ©sus-Christ, et la rĂ©tablisse.

            BĂ©nis mon frĂšre, ĂŽ Seigneur, et guĂ©ris son corps.

            BĂ©nis ma soeur que voici et guĂ©ris son corps, et rĂ©tablis-la. Accorde-le, Seigneur.

            BĂ©nis ma soeur ici prĂ©sente, et puisse-t-elle ĂȘtre guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Seigneur Dieu, bĂ©nis mon frĂšre ici prĂ©sent et rĂ©tablis-le au Nom de JĂ©sus-Christ.

            BĂ©nis mon frĂšre ici prĂ©sent, ĂŽ Seigneur, et accorde-lui sa requĂȘte au Nom de JĂ©sus.

            BĂ©nis ma soeur, Seigneur; accorde-lui sa requĂȘte au Nom de JĂ©sus.

            Fais de mĂȘme, alors que j’impose les mains Ă  ma soeur au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Seigneur, bĂ©nis ma soeur ici prĂ©sente et rĂ©tablis-la au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. TrĂšs bien, soeur. Tous mes remerciements.

            Combien croient que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, est ici? Il s’agit ici de Ses oeuvres et c’est glorieux Ă  nos yeux.

86        Soeur, je vous vois assise lĂ  dans ce fauteuil roulant, souffrant de l’arthrite. Je ne peux pas vous guĂ©rir, mais si vous faites un effort, vous pourrez marcher. Si seulement vous pouvez... Allez-vous le faire? TrĂšs bien, alors levez-vous et mettez-vous Ă  marcher; c’est la seule maniĂšre de vous y prendre.

            Qu’en est-il de vous autres, croyez-vous que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, est ici pour vous faire marcher aussi? Croyez-vous qu’Il est ici pour vous guĂ©rir, pour vous faire sortir de ce lit de camp, frĂšre, et vous guĂ©rir? Croyez-vous cela de tout votre coeur?

            Maintenant, c’est votre... C’est vous la personne malade. Dieu est ici pour vous rĂ©tablir, si vous voulez bien croire cela. Croyez-vous cela? Alors levez-vous, chacun de vous, partout dans la salle.

            Imposez-vous les mains les uns aux autres. VoilĂ  la femme qui sort du fauteuil roulant; elle marche, alors qu’elle a Ă©tĂ© liĂ©e pendant des annĂ©es par l’arthrite; elle marche pour la premiĂšre fois. VoilĂ ! Tenez-vous debout, tout le monde.

            VoilĂ  une femme qui a quittĂ© son fauteuil roulant, elle y Ă©tait liĂ©e, assise depuis des annĂ©es, liĂ©e par l’arthrite; elle marche au Nom du Seigneur JĂ©sus. Levez-vous et recevez votre guĂ©rison. Je vous dĂ©clare guĂ©rie par les meurtrissures et le Sang de JĂ©sus-Christ.

EN HAUT