ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication Le Gazam, La Sauterelle, Le JĂ©lek Et Le Hasil de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 59-0823 La durĂ©e est de: 2 heures .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Le Gazam, La Sauterelle, Le JĂ©lek Et Le Hasil

1          Merci, FrĂšre Neville. J’ai remarquĂ© qu’on continuait Ă  rĂ©gler le petit microphone, ou plutĂŽt le volume. M’entendez-vous trĂšs bien? C’est bien. Le... Merci. Ce petit dĂ©rangement de tout Ă  l’heure, c’était un frĂšre qui avait parquĂ© son vĂ©hicule Ă  un mauvais endroit ici, et les gens, je pense, voulaient qu’il le dĂ©place. C’est ce qui s’est passĂ©. Et il... Est-ce celui-ci? Et si j’écarte ça, vous m’entendez bien? Je... C’est le–c’est le dicton du Kentucky: «Nous aboyions Ă  un mauvais buisson.» J’examine ce micro-ci, c’est celui-ci qui est censĂ© ĂȘtre celui qu’il fallait. C’est bien. Merci, FrĂšre Gene. Eh bien, aujourd’hui, c’est...

2          Nous sommes content de vous faire le rapport de la rĂ©union de–de Middletown, dans l’Ohio, la semaine passĂ©e, ou la semaine avant la semaine passĂ©e, Ă  ce jour. Ça a Ă©tĂ© pour nous un moment glorieux. Nous avions... Oh! L’assemblĂ©e n’était pas trĂšs grande. Mais c’était lĂ  Ă  la campagne, Ă  un lieu appelĂ© Chautauqua, lĂ  loin, Ă  huit ou neuf miles [12,8 ou 14,4 km] de la ville. Mais ils... les siĂšges Ă©taient occupĂ©s, et la salle contenait quelques milliers de gens. Je ne sais pas trĂšs bien Ă©valuer les foules. Ainsi donc, l’essentiel, c’est que JĂ©sus nous a rencontrĂ©s, et c’est ça le bon cĂŽtĂ©. Et cela a produit de grands rĂ©sultats. A Lui, le Seigneur Dieu, nous rendons gloire pour avoir accompli cela pour nous.

3          Et il y a eu certains des plus braves gens que j’aie jamais rencontrĂ©s de ma vie, dans cette contrĂ©e-lĂ . Et comme nous Ă©tions trĂšs prĂšs de la frontiĂšre, ici, je peux dire ceci, que c’étaient Ă  quatre-vingt-dix-neuf pour cent des gens du Kentucky. Tout lĂ -bas, c’était le Kentucky. FrĂšre Sullivan a dit: «FrĂšre Branham, a-t-il dit, savez-vous que tout... Ă  peu prĂšs toute cette petite vallĂ©e qui s’étend jusqu’ici, c’est le Kentucky?» Et j’ai dit: «Je–je ne le savais pas.»

            Il a dit: «Oui, c’est ça.»

4          Et un soir, Ă  la rĂ©union, il m’est arrivĂ© de demander: «Combien ici viennent du Kentucky? Levez la main.» Et j’ai regardĂ© tout autour, je me suis dit: «Y a-t-il quelqu’un qui vient d’ailleurs?» Partout le Kentucky.

5          Et les rĂ©sultats ont Ă©tĂ© merveilleux, beaucoup de tĂ©moignages. Il y a eu hier un–un gentleman qui est arrivĂ©, il Ă©tait de passage, et il m’a parlĂ© de certaines choses qui se sont produites, des lettres qui affluent, ainsi que divers tĂ©moignages. Et aussi, il y a eu...

6          Il y a un gentleman, ici derriĂšre, qui fait des enregistrements maintenant mĂȘme; un soir, il a dit (je pense qu’il a dit cela la derniĂšre soirĂ©e lorsque je prĂȘchais sur le petit aigle)... Il a dit cela dans la ligne du discernement, ou peut-ĂȘtre dans l’assemblĂ©e (Je ne dirais pas avec prĂ©cision oĂč c’était). Mais il y a eu un homme qui quittait l’assistance. Et le Saint-Esprit s’est mis Ă  lui parler, disant qu’il ne venait pas de cette rĂ©gion-lĂ , mais de l’Indiana, d’une ville de l’Indiana. Et Il a dit: «Vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ici pour votre petit bĂ©bĂ© de juste quelques mois, peut-ĂȘtre trois mois», quelque chose comme cela; et qu’il allait subir une intervention chirurgicale, qu’on devait faire sortir son coeur. Et c’était un–un Ă©tat pitoyable: ses petits poumons avaient gonflĂ©, sa poitrine... son petit ventre Ă©tait trĂšs enfoncĂ©. Et il lui a Ă©tĂ© dit de rentrer chez lui, de ne pas douter, mais que s’il ne doutait pas, il retrouverait son bĂ©bĂ© guĂ©ri.

7          Eh bien, le tĂ©moignage est juste dans la piĂšce Ă  cĂŽtĂ© ici maintenant, et peut-ĂȘtre que le bĂ©bĂ© est dans l’assistance, Ă  ce que je sache. Les poumons du petit bĂ©bĂ© ont diminuĂ© et sont redevenus normaux, son petit ventre est ressorti et redevenu normal.

            Et l’homme qui fait des enregistrements ici Ă  l’intĂ©rieur, qui enregistre une des bandes de ce matin-ci, a amenĂ© la mĂšre, le pĂšre, et son... et le voisin de celui qui fait l’enregistrement, il les a fait entrer, il a amenĂ© le bĂ©bĂ©, il l’a placĂ© dans la piĂšce, et il a jouĂ© la bande; c’était AINSI DIT LE SEIGNEUR. Et il a dit que lorsqu’ils sont arrivĂ©s lĂ  oĂč le gentleman s’est prĂ©sentĂ© lui-mĂȘme Ă  l’estrade et a dit: «Le Saint-Esprit est entrĂ© dans la piĂšce, car le bĂ©bĂ© Ă©tait placĂ© lĂ  mĂȘme, gazouillant, jouant et faisant des jeux.»

            Il n’avait plus besoin de l’intervention chirurgicale. Les mĂ©decins n’avaient plus eu Ă  intervenir. Le Seigneur avait effectuĂ© une intervention chirurgicale sur le bĂ©bĂ© par Sa grande–grande puissance. Et le petit bĂ©bĂ© Ă©tait lĂ , jouant sur un petit lit, et–et le pĂšre et la mĂšre Ă©taient assis lĂ , ainsi que le voisin qui Ă©tait peut-ĂȘtre un peu sceptique de tout cela. La PrĂ©sence de Dieu Ă©tait lĂ . Si ce n’est pas lĂ  la foi apostolique, c’est que je ne sais pas ce que c’est.

8          Vous savez, lorsque JĂ©sus avait, par l’apĂŽtre Pierre et Jean, avait guĂ©ri le boiteux Ă  la porte, la Bible dit: «Ils n’avaient rien Ă  rĂ©pliquer, comme l’homme se tenait lĂ  comme tĂ©moin.» Donc, Christ vit toujours. Gloire Ă  Son Nom! Et quelle consolation en ces jours-ci! Eh bien, c’est juste l’un de nombreux tĂ©moignages. Mais ce qui se passe en ce jour-ci, voir le mĂȘme Dieu avec les mĂȘmes merveilles, les mĂȘmes oeuvres qu’Il avait faites, Il fait cela exactement de la mĂȘme maniĂšre aujourd’hui, car Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Nous sommes reconnaissants d’avoir le privilĂšge d’ĂȘtre rassemblĂ©s ce matin en Son Nom.

9          Maintenant, priez pour nous alors que nous voyageons de lieu en lieu pour servir le Seigneur selon la capacitĂ© qu’Il nous a donnĂ©e. Et nous sommes contents de ce qu’il n’y a pas seulement des gens du tabernacle ici, mais de partout Ă  travers le pays.

10        Merci, soeur. C’était une chose loyale. Je suis sĂ»r que le Grand Dieu du Ciel vous a vue faire la mĂȘme chose. Une femme un peu plus jeune que l’autre, assise ici. Et une femme qui a Ă©tĂ© sur le champ de travail pour le Seigneur, des annĂ©es avant ma naissance, elle et son mari, cinquante et quelques annĂ©es, prĂȘchant l’Evangile: Elle travaillait dans une mine de charbon pour soutenir son mari sur le champ de travail, Ă  prĂȘcher l’Evangile pour lequel je prends position. La femme ĂągĂ©e Ă©tait assise devant, sans Ă©ventail, s’essuyant la sueur sur le visage; une jeune femme se lĂšve et vient remettre son Ă©ventail. Je vous le dis donc, je suis content d’ĂȘtre assemblĂ© ce matin avec de telles gens; cela me rĂ©jouit d’ĂȘtre chrĂ©tien et d’ĂȘtre assemblĂ© avec des chrĂ©tiens.

11        Eh bien, Il fait trĂšs chaud dans notre contrĂ©e et dans toute la contrĂ©e maintenant. Nous attendons impatiemment l’arrivĂ©e de l’automne, il fera alors plus frais. Et notre prochaine grande rĂ©union, Ă  ce que nous sachions, sera Ă  San Jose, en Californie. C’est lĂ  oĂč nous avions Ă©tĂ© sur le champ de foire pendant quelques jours, et il y a eu un rassemblement tel que nous ne pouvions rien faire pour nous occuper d’eux. Et les mĂȘmes groupes parrainent les rĂ©unions Ă  venir maintenant, au champ de foire Ă  San Jose. Et nous espĂ©rons que si vous habitez prĂšs de lĂ , ou vos amis, vous leur Ă©crirez pour leur dire d’assister Ă  cette sĂ©rie de rĂ©unions. Sinon, soyez en priĂšre pour nous.

12        Eh bien, aujourd’hui, j’avais dit que je serais ici ce matin pour m’unir, avec vous tous, dans des priĂšres et des supplications adressĂ©es au Seigneur. Et s’il y a des Ă©trangers parmi nous, nous sommes dĂ©solĂ©s de ce que notre salle ne soit pas climatisĂ©e, et nous sommes juste une Ă©glise pauvre en biens du monde, mais riche en foi dans le Royaume de Dieu. Nous vous souhaitons la bienvenue pendant cette visite de courte durĂ©e, et nous prions que vous reveniez parmi nous une fois de plus. Un jour, nous espĂ©rons avoir une meilleure Ă©glise.

13        Nous ne nous prĂ©occupons pas tellement de la construction des Ă©glises en ces jours-ci; en effet, nous croyons rĂ©ellement, de tout notre coeur, que la Venue du Seigneur JĂ©sus est proche. Alors qu’il y a des missionnaires sur des champs de travail, qui prĂȘchent l’Evangile sans souliers, qui prennent un repas par jour, comment pouvons-nous construire une Ă©glise d’un million de dollars avec de telles rĂ©alitĂ©s en face? Je–je ne peux simplement pas comprendre cela, et puis dire que le Seigneur vient bientĂŽt. Allons dans le champ de travail et faisons ce que nous pouvons dans cette gĂ©nĂ©ration. S’il y en a une autre, que... Ils rĂ©pondront pour la leur; nous rĂ©pondrons pour celle-ci. Je ne peux pas accepter ces bĂątiments de millions de dollars et autres, aprĂšs avoir Ă©tĂ© sur le champ de travail et avoir vu cela.

14        Eh bien, il est bon que... Je pense que la maison du Seigneur devrait ĂȘtre belle. Et elle devrait ĂȘtre un–un petit lieu sacrĂ©. On doit la rendre confortable et belle au possible, mais rien d’extrĂȘme; en effet, nous ne comprenons pas cela.

15        Maintenant, avant que nous prions et que nous lisions les Ecritures, j’aimerais donner un... non pas prĂȘcher ce matin, mais juste faire un exposĂ© sur les Ecritures. Et gĂ©nĂ©ralement, en venant... Je fais cela uniquement dans ma propre Ă©glise. Et nous sommes... Dans notre Ă©glise, nous ne sommes pas une dĂ©nomination. Nous sommes par nature interdĂ©nominationnels, et nous ne sommes pas affiliĂ©s Ă  d’autres Ă©glises sous l’angle de dĂ©nomination, mais nous sommes associĂ©s avec tous les croyants de toutes les dĂ©nominations et tout le peuple Ă  travers le monde. Notre petite Ă©glise, ce matin, est connue Ă  travers le monde. Les bandes que vous... Avec ces Messages, hachĂ©s tels qu’ils sont, cependant nous soutenons des champs missionnaires dans (Combien de diffĂ©rentes nations Ă  l’étranger?) dix-neuf nations Ă  l’étranger, rien qu’avec les bandes.

16        Dix-neuf diffĂ©rentes nations reçoivent les Messages et les traduisent. Quelqu’un, alors que je prĂȘche, quelqu’un se tient lĂ , prĂȘchant exactement avec ça. Et ils vont dans des huttes et Ă  des endroits oĂč Dieu n’est mĂȘme pas connu, ils prĂȘchent aux paĂŻens, aux indigĂšnes d’Afrique et de l’AmĂ©rique du Sud, et Ă  travers le monde, des centaines et des centaines viennent au Seigneur. Beaucoup sont guĂ©ris. Et c’est pourquoi nous pensons qu’il est trĂšs important de nous hĂąter avec le Message, non pas investir dans de grands bĂątiments et autres.

17        Et puis, quand je suis ici, je fais juste des exposĂ©s sur les Ecritures. Mais lĂ  dans le champ missionnaire, je ne prĂȘche pas de doctrines de l’église; en effet, en faisant cela, ça rend la chose difficile. Les gens diront que ma doctrine n’est pas correcte, ou quelque chose comme cela. Et si vous en prĂȘchez une... Si je prĂȘche la doctrine mĂ©thodiste, les baptistes seront en dĂ©saccord avec moi. Si je prĂȘche celle des baptistes, alors les luthĂ©riens seront en dĂ©saccord. Si je prĂȘche celle des pentecĂŽtistes, alors les nazarĂ©ens seront en dĂ©saccord. Si je prĂȘche celle des nazarĂ©ens, alors l’Eglise de Dieu sera en dĂ©saccord. Ainsi, vous voyez, on doit prendre position pour quelque chose, mais dans le cadre du champ de service, nous souhaitons simplement la bienvenue Ă  chaque croyant, peu importe son credo ou sa dĂ©nomination. Et tant que vous ĂȘtes nĂ© de nouveau de l’Esprit de Dieu, vous ĂȘtes notre frĂšre et notre soeur. Et notre intention, c’est de toujours garder cela ainsi.

18        Et puis, le Seigneur voulant, aujourd’hui, j’aimerais prĂȘcher dans notre Ă©glise: Notre Ă©glise est basĂ©e sur la doctrine de la Bible (voyez?), ce que l’église soutient, et pourquoi nous faisons cela. Et en le faisant, nous sommes tenu de susciter, ou, ce n’est pas Ă  dessein, mais nous suscitons peut-ĂȘtre des questions dans l’esprit des gens, qui diront: «Eh bien, on ne m’avait jamais enseignĂ© cela, ou Ă  croire cela sous cet angle.» (Merci.)

19        Et s’il arrive que vous, votre Ă©glise ne croit pas, ou que vous ne croyez pas exactement les choses que nous prĂȘchons comme doctrine de notre Ă©glise, nous espĂ©rons que cela ne vous offensera nullement. En effet, le tout premier pas vers le succĂšs en tant que chrĂ©tien, et ce qui montre qu’un homme a reçu le Saint-Esprit, c’est l’humilitĂ©, la vĂ©ritable humilitĂ© donnĂ©e de Dieu, et cela doit ĂȘtre apportĂ© avec humilitĂ©. Mais, cependant, une Ă©glise sans doctrine est juste comme une mĂ©duse; elle n’a pas de colonne vertĂ©brale. Ainsi, il nous faut avoir une colonne vertĂ©brale lĂ . Et non pas seulement la colonne vertĂ©brale, mais aussi des dents; car l’Eglise de Dieu doit manger le Pain de Vie. Et nous...

20        Dans certaines dĂ©clarations que je pourrais faire, si je cherche Ă  enfoncer fortement cela, eh bien, s’il vous plaĂźt, ne le comprenez pas mal. Je ne veux pas me rendre discourtois en exposant la Bible, mais si je... AprĂšs trente ans de recherche, oĂč je ne recevais ni credos ni rien Ă  part la Parole... Il y a ici des presbytĂ©riens, des catholiques, des baptistes, des pentecĂŽtistes, des nazarĂ©ens, l’église de Dieu, des pĂšlerins de la saintetĂ©, ils sont tous assis ici. Je sais que chaque Ă©glise a son propre credo, et je n’aimerais pas interfĂ©rer avec cela, mais j’essaie simplement d’exposer les Ecritures et de conformer cela aux Ecritures. Ainsi donc, tous–tous comprendront que ce n’est pas pour ĂȘtre discourtois. C’est juste avec amour, affection et misĂ©ricorde, et au mieux de ma connaissance pour expliquer les Ecritures.

21        Et alors, le sujet de ce matin va ĂȘtre un sujet un peu long, et je ne souhaiterais pas ĂȘtre pressĂ©. J’aimerais prendre mon temps pour ce que je vais dire et essayer d’expliquer cela, pourquoi nous disons cela.

22 TrĂšs souvent, dans des rĂ©unions, quelqu’un dira: «Eh bien, que croit-il? Est-il toujours un baptiste? Est-il pentecĂŽtiste? Croit-il au parler en langues?» Ou: «Est-il ceci, ou cela? Est-il un partisan de la sĂ©curitĂ© Ă©ternelle?» Ou: «Qu’est-il?» Et alors, si vous faites juste mention de ce que vous ĂȘtes, ils vont vous lĂącher comme des patates chaudes. Peu importe, ils ne s’arrĂȘteront pas pour suivre, pour avoir de la considĂ©ration, mais ils vont trĂšs vite vous lĂącher.

23        Nulle part dans mes rĂ©unions, Ă  aucun moment, jamais je n’ai Ă©tĂ© coupable de semer la discorde parmi des frĂšres. Je prĂȘche toujours la Venue du Seigneur, le salut et–et la guĂ©rison divine. Cela ne fait du mal Ă  personne du Plein Evangile.

24        Alors, dans l’église, ici, j’ai notre propre doctrine. Ça ne tient pas avec les gens qui viennent, et ils ont dit: «Eh bien, je... FrĂšre Branham a dit telle et telle chose», ces choses-lĂ . Eh bien, j’ai... Il nous faut avoir une doctrine.

25        Eh bien, tout rĂ©cemment Ă  une rĂ©union, lorsque quelqu’un avait demandĂ© Ă  un groupe de prĂ©dicateurs... Mes secrĂ©taires et les autres sont prĂ©sents. Beaucoup, beaucoup de lettres affluent, et on demandait: «Est-ce que frĂšre Branham croit dans le–dans le fait de se prĂ©server, ou d’ĂȘtre gardĂ©, dans la sĂ©curitĂ© de croyant?» Eh bien, je savais que dans un groupe de lĂ©galistes qui demandait cela, il me serait difficile de dire cela; ils se retireraient trĂšs vite. Et ça ne change rien, que vous croyiez cela ou pas; tant que vous ĂȘtes sauvĂ©, c’est ça l’essentiel. Alors, je n’ai rien dit. Et seize diffĂ©rentes Ă©glises ont cessĂ© de parrainer, vous voyez, le... parce que j’avais refusĂ© de rĂ©pondre en vue de prĂ©server la communion avec les gens.

26        Eh bien, ce matin, dans l’église, j’aimerais expliquer pourquoi je crois ce que je crois. Prions.

            Seigneur, Toi qui as ressuscitĂ© JĂ©sus d’entre les morts, et qui nous L’as offert comme un Sacrifice de Ton amour envers nous... Et par le lavage d’eau de la Parole, Il a sanctifiĂ© un peuple particulier, un groupe appelĂ© Ă  sortir, et nous attendons patiemment Sa Seconde Venue. Et nous savons qu’aux yeux des gens, il y a beaucoup de credos et de dĂ©nominations. Et, PĂšre, ĂŽ Dieu, nous Te prions de bĂ©nir tout un chacun parmi eux.

27        Et la position qu’ils prennent, mĂȘme si nous pouvons ĂȘtre en dĂ©saccord avec eux sur beaucoup de choses, cependant, sur le principe, en tant que chrĂ©tiens et frĂšres, nous nous tenons cĂŽte Ă  cĂŽte avec eux, et non seulement cĂŽte Ă  cĂŽte, mais coeur Ă  coeur. Et en un jour oĂč l’indiffĂ©rence rĂšgne, oĂč les hommes sont hautains, emportĂ©s, aimant les plaisirs du monde plus que Dieu, nous prions, ĂŽ Dieu, que le Saint-Esprit unisse davantage nos coeurs ensemble, tous, jour aprĂšs jour. GuĂ©ris les malades ce matin, Seigneur.

28        Il y en a qui vont recevoir le baptĂȘme d’eau. Et nous prions que Ton Saint-Esprit les remplisse avec le... Sa PrĂ©sence, s’ils ne L’ont pas dĂ©jĂ  reçu. Qu’ils soient scellĂ©s loin des choses du monde et remplis de l’Esprit de Dieu avec l’amour divin de Dieu, ainsi que la communion avec tous les hommes.

29        Seigneur, Ă  travers les nations du monde, quand Tu m’as envoyĂ©, moi un pauvre illettrĂ©... Et cependant, Seigneur, comme je crois en Toi dans mon coeur, les choses que j’ai crues et qui m’ont Ă©tĂ© enseignĂ©es par la Bible, et qui ont Ă©tĂ© confirmĂ©es par l’Ange du Seigneur qui est ici prĂ©sent pour confirmer ce qui a Ă©tĂ© dit, si ça vient de Dieu... Souvent, les gens ont pensĂ© que je faisais des compromis. Tu es le Juge de mon coeur. Mais comme Paul d’autrefois qui avait mĂȘme prĂȘchĂ© le judaĂŻsme jusqu’à gagner la confiance des gens, et ensuite il a prĂȘchĂ© Christ crucifiĂ©. Mais premiĂšrement pour gagner la confiance des gens, afin que son message soit assaisonnĂ© de sel. Nous Te prions, ĂŽ Seigneur, d’assaisonner nos propos et notre communion du Sel de l’Esprit, du Sang du Seigneur JĂ©sus, et fais de nous le peuple appelĂ©, et que le monde regarde et voie nos vies, et qu’ensuite, il ait soif de devenir comme nous.

            Garde-nous humble et rempli de Ton amour et de Ton Esprit. Car nous le demandons au Nom de Celui qui a priĂ© que nous soyons un, afin que tous les hommes sachent que nous sommes Ses enfants, lorsque nous aurons de l’amour les uns pour les autres. Amen.

30        Maintenant, Ă  vous, je sais qu’il fait un peu chaud. Et s’il y a–il y a un ventilateur ici derriĂšre et qu’on veuille bien l’amener quelque part, ce serait mieux, c’est en ordre. J’aimerais juste lire maintenant quelques passages des Saintes Ecritures. [FrĂšre Branham et FrĂšre Neville se parlent.–N.D.E.] Non, non, pas tant que cela est placĂ© sur le pavement comme cela, je pense que ce serait en ordre, FrĂšre Neville.

31        J’aimerais que vous preniez avec moi les Ecritures, le Livre de JoĂ«l, dans les Ecritures, et puis, j’ai plusieurs passages ici que j’aimerais lire, d’abord pour faire un exposĂ©, un contexte pour un exposĂ©. PremiĂšrement, dans JoĂ«l, chapitre 1, Ă  partir du verset 1, et lire jusqu’au verset 4. Et ensuite, au chapitre 2, versets 25 Ă  27, c’est ce que nous lirons comme passages des Ecritures.

La Parole de l’Eternel... fut adressĂ©e Ă  JoĂ«l, fils de Pethuel.

Ecoutez ceci, vieillards! prĂȘtez l’oreille, vous tous, habitants du pays! Rien de pareil est-il arrivĂ© de votre temps, ou du temps de vos pĂšres?

Racontez-le à vos enfants, et que vos enfants le racontent à leurs enfants, et leurs enfants à la génération qui suivra!

Ce que... laissĂ© le gazam, la sauterelle l’a dĂ©vorĂ©; ce qu’a laissĂ© la sauterelle, le jĂ©lek l’a dĂ©vorĂ©; ce qu’a laissĂ© le jĂ©lek, le hasil l’a dĂ©vorĂ©.

32        Et puis, du verset 25 au verset 27, du chapitre 2...

Je vous remplacerai les annĂ©es qu’ont dĂ©vorĂ©es la sauterelle, le jĂ©lek, le hasil et le gazam, ma grande armĂ©e que j’avais envoyĂ©e contre vous.

Vous mangerez et vous vous rassasierez, et vous cĂ©lĂ©brerez le nom de l’Eternel, votre Dieu, qui aura fait pour vous des prodiges; et mon peuple ne sera plus jamais dans la confusion.

Et vous saurez que je suis au milieu d’IsraĂ«l, que je suis l’Eternel, votre Dieu, et qu’il n’y en a point d’autre; et mon peuple ne sera plus jamais dans la confusion.

33        Ensuite, dans l’EpĂźtre aux Romains, chapitre 1 de Romains, le verset 25, voici ce que je lis; nous prendrons aussi le verset 24.

C’est pourquoi Dieu les a livrĂ©s Ă  l’impuretĂ©, selon les convoitises de leurs coeurs; en sorte qu’ils dĂ©shonorent eux-mĂȘmes leurs propres corps;

Eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge,

34        Et enfin, dans Romains, chapitre 3, verset 4. Nous lisons Romains 3, verset 4. La premiĂšre sphĂšre... phrase de ce verset 4:

Loin de lĂ ! Que Dieu, au contraire, soit reconnu pour vrai, et tout homme pour menteur;...

35        Maintenant, nous abordons une pensĂ©e sĂ©rieuse sur des sujets, ici. Et alors, nous... je crois qu’il viendra un temps de la restauration de toutes choses qui ont Ă©tĂ© abĂźmĂ©es. Et nous nous efforçons de tout notre ĂȘtre, et les autres hommes s’efforcent, de grands Ă©vangĂ©listes tels que Billy Graham et Oral Roberts, et beaucoup d’autres Ă©vangĂ©listes remarquables, des prĂ©dicateurs, des pasteurs qui sont loyaux Ă  leur poste, ils s’efforcent de voir un rĂ©veil dans notre temps. Et vous, les enfants de Dieu, vous priez pour un rĂ©veil dans notre temps. Des dizaines de milliers de priĂšres montent Ă  Dieu chaque heure pour un rĂ©veil dans notre temps. Et il est Ă©crit dans les Ecritures: «Si le peuple sur qui Mon Nom est invoquĂ© s’assemble et prie, alors J’exaucerai du haut des Cieux.»

            Or, si les enfants de Dieu se rassemblent et prient pour un rĂ©veil dans notre temps, et que le rĂ©veil ne vient pas, alors il doit y avoir quelque chose qui cloche quelque part.

36        Eh bien, rappelez-vous, le seul moyen pour toute chose de pouvoir marcher, c’est de se faire suivant la loi pour cela. Les forces du cosmos ne peuvent Ă©voluer que selon la loi du cosmos. Les planĂštes ne peuvent faire des rotations que suivant la loi des planĂštes. Le soleil ne peut se lever que lorsque la terre tourne par rapport au soleil et qu’il y a... Tout doit tourner selon la loi de son plan, car Dieu a crĂ©Ă© toutes choses et Il a instituĂ© une loi pour cela. Et alors, cela doit tourner, marcher et opĂ©rer selon sa loi Ă  elle. Autrement, cela ne marchera pas correctement.

37        Si vous placez une chaĂźne sur un pignon, et qu’ensuite, vous fixez cela Ă  un goujon rond, vous pourrez rouler un petit moment. Mais l’unique moyen pour vous de passer un bon moment avec cette chaĂźne, c’est de mettre un pignon qui convient au pignon qui est derriĂšre cela, et puis, d’ajuster ces petits trous de cette chaĂźne exactement avec le pignon; alors, vous pouvez arriver quelque part.

38        Et je suis sĂ»r que nous avons un mauvais pignon quelque part. L’église Ă©volue trop lentement pour l’heure dans laquelle nous vivons. Il y a quelque chose de radicalement faux. Et il nous convient en ce jour-ci, de l’imminente Venue du Seigneur, de nous asseoir et d’étudier cela pour voir ce qui ne va pas et d’en trouver la cause. Vous ne pouvez jamais trouver le remĂšde avant d’avoir trouvĂ© la cause.

39        Si un mĂ©decin, si vous allez Ă  son cabinet et que vous dites: «J’ai des maux de tĂȘte, j’ai mal Ă  l’estomac», et qu’il vous donne un peu d’aspirine ou quelque chose comme cela et vous renvoie, il cherche simplement Ă  se dĂ©barrasser de vous. Un vĂ©ritable mĂ©decin sĂ©rieux fera le diagnostic du cas jusqu’à dĂ©couvrir l’organe affectĂ©, ensuite travailler Ă  partir de cet organe-lĂ .

40        C’est ce qui se passe avec le Royaume de Dieu. Il nous faut trouver ce qui cloche, ensuite travailler Ă  partir de lĂ .

41        Les Ecritures sont comme la prescription d’un mĂ©decin. Un mĂ©decin ou un homme de science qui travaille durement pour Ă©tablir une prescription, pour le... pour tuer un certain germe de maladie qui se trouve dans votre corps, par exemple la fiĂšvre typhoĂŻde, ou–ou une quelconque maladie contre laquelle on peut vous donner un sĂ©rum, qui tuera le germe de cette typhoĂŻde... Et cependant, cela doit ĂȘtre soigneusement traitĂ©, si soigneusement traitĂ© que cela... s’il n’y en a pas assez, cela n’aidera pas le patient; si on y ajoute quelque chose d’autre, cela pourra tuer le patient. Ça doit ĂȘtre donnĂ© par un pharmacien, suivant la prescription.

42        C’est pourquoi, s’il y a quelque chose qui cloche dans l’église aujourd’hui, qui fait qu’elle ne progresse pas telle qu’elle le devrait, c’est que, Ă  mon avis, nous devrions examiner la prescription, trouver exactement ce qui cloche pour que cette Ă©glise soit gravement malade et souffre d’une maladie en elle, la maladie du pĂ©chĂ©.

43        Donc, il nous faut dĂ©couvrir ce que le mĂ©decin avait prescrit et voir si nos pasteurs pharmaciens nous donnent la bonne prescription. Et, rappelez-vous, vous pouvez ajouter quelque chose Ă  un passage des Ecritures qui est un diagnostic trĂšs fidĂšle et tuer le patient. Et peut-ĂȘtre (Je ne dis pas que nous le faisons) mais... Et si certains de nos pharmaciens ont ajoutĂ© quelque chose Ă  la prescription de Dieu? S’ils le font, ils tuent des patients, ils les laissent mourir dans le pĂ©chĂ©.

44        «Eh bien, c’est...» Vous direz: «Eh bien, et s’ils Ă©taient sincĂšres?» Non, ce n’est pas lĂ  une excuse.

            Il y a quelques annĂ©es, un homme, un pharmacien, a donnĂ© Ă  un homme de l’acide carbonique alors qu’il Ă©tait sincĂšre au possible, et c’était une pharmacie officiellement enregistrĂ©e, et il a tuĂ© cet homme-lĂ . Pourtant, il Ă©tait sincĂšre. Il n’y a pas...

            La sincĂ©ritĂ©, j’ai vu parmi les paĂŻens de la sincĂ©ritĂ© qui ferait que la sincĂ©ritĂ© des chrĂ©tiens paraisse comme une antiquitĂ©. J’ai vu les paĂŻens qui pouvaient placer leurs enfants dans la gueule d’un alligator, les sacrifier Ă  un dieu des eaux. Je ne pourrais pas trouver une telle sincĂ©ritĂ© parmi les chrĂ©tiens. J’ai vu des gens se coucher sur les pointes des lances et se faire briser les os des pieds lorsqu’ils Ă©taient des petits enfants; je les ai vus prendre des bĂ©bĂ©s et des petits enfants, les dĂ©couper, les marquer, les faire saigner, et parfois, leur ĂŽter la vie. Une profonde sincĂ©ritĂ©, mais ils sont en erreur.

45        Eh bien, voyons quelque chose. Job, ou plutĂŽt JoĂ«l, je pense, je pense qu’il nous a donnĂ© un grand arriĂšre-plan ici, et c’est ce que nous aimerions prendre comme passage des Ecritures. Il a dit: «Racontez, racontez Ă  vos enfants... que vos enfants racontent Ă  leurs enfants, et leurs enfants aux autres, ainsi de suite, Ă  une autre gĂ©nĂ©ration (Ce qui serait des Gentils).» On dit Ă  IsraĂ«l de continuer Ă  rĂ©pĂ©ter cela.

46        Et maintenant, ce que JoĂ«l dit dans ce passage des Ecritures est accompli aujourd’hui oĂč nous, les gens des nations, nous avons reçu Cela. Il a dit: «Ce qu’a laissĂ© le gazam, le hasil l’a dĂ©vorĂ©; le hasil... la sauterelle...» ainsi de suite.

47        Et ces insectes, si vous consultez votre livre sur les insectes, vous remarquerez que ces quatre diffĂ©rents insectes, c’est le mĂȘme insecte Ă  quatre diffĂ©rentes Ă©tapes de sa vie. Nous tous, nous savons qu’un–qu’un–un cocon n’est rien d’autre qu’un hasil voilĂ©, et un papillon va Ă©clore; et un papillon, c’est un hasil avant l’éclosion. Le gazam, la sauterelle et autres, c’est le mĂȘme, c’est le mĂȘme insecte. Or, tout ce que...

48        Maintenant, suivez attentivement. Tout ce qui est arrivĂ© Ă  l’insecte, au dĂ©but, le gazam, c’est que celui-ci est simplement devenu plus tard le hasil. Et le hasil est devenu plus tard la sauterelle. Et tout ce que cela Ă©tait tout au dĂ©but, c’est toujours la mĂȘme chose qui cause des problĂšmes aujourd’hui. Examinons maintenant dans les Ecritures et voyons ce qui Ă©tait au dĂ©but.

49        Or, nous savons que le fondement initial et exclusif sur lequel nous pouvons bĂątir une Ă©glise, c’est une Ă©glise, c’est le matĂ©riel que Dieu nous a donnĂ© pour bĂątir avec. C’est tout ce que nous avons. Et je pense qu’avant... Je sais que ceci est fort, et c’est enregistrĂ© sur bande, des centaines de gens Ă  travers le monde entendront cela. Mais avant de pouvoir donc avoir un bĂątiment d’une... l’Eglise de Dieu, il nous faudra restaurer tout ce que ces insectes avaient dĂ©vorĂ© lĂ . Il nous faudra examiner pour voir ce que ces insectes avaient dĂ©vorĂ©. Avant que cette Vigne du Seigneur, la Vigne... Il est le Cep; nous, nous sommes des sarments. Avant que nous puissions donc trouver, ou plutĂŽt que l’Eglise se tienne dans sa puissance originelle et solennelle, il nous faudra examiner pour voir ce que ces insectes avaient dĂ©vorĂ©. Et cette Eglise devra rĂ©cupĂ©rer cela, sinon elle ne se tiendra jamais dans sa puissance et sa gloire initiales.

50        Si l’écorce de l’arbre a Ă©tĂ© rongĂ©e, il nous faut la rĂ©cupĂ©rer. Laisser l’écorce pousser d’abord. Vous ne pouvez pas avoir des pommes tant que l’écorce n’a pas poussĂ©. Car l’écorce est le conduit de la sĂšve; le conduit de la sĂšve, c’est le conduit de la vie. Et les Ecritures, la Sainte Bible de Dieu est le Conduit de la Vie pour toute Ă©glise.

51        Comment pouvons-nous faire monter la sĂšve de la vigne par l’écorce de sycomore? Cela ne marchera simplement pas. Il nous faut avoir l’écorce de la vigne. Il nous faut avoir l’écorce originelle. Il n’y a qu’un seul moyen pour que cette Ă©corce puisse jamais revenir Ă  la vigne, c’est quand Dieu Lui-mĂȘme la fait pousser.

52        Nous ne pouvons pas en fabriquer une et la coller dessus; ça ne marchera pas. Aucune stratĂ©gie Ă©laborĂ©e par l’homme ne marchera jamais. Il faudra le procĂ©dĂ© de Dieu, sinon cela ne vivra pas. Les stratĂ©gies Ă©laborĂ©es par l’homme ne marcheront pas. Vous pouvez entourer l’arbre d’un lambeau et dire: «Que cela pousse.» Un lambeau n’était pas dans le programme de Dieu. Il faut l’écorce, le conduit de la vie. Et lorsque cela part des racines, cela produira la mĂȘme vie que l’arbre avait avant d’ĂȘtre dĂ©vorĂ© par les insectes.

53        Il n’est pas Ă©tonnant que nous ne puissions pas avoir des campagnes de guĂ©rison. Il n’est pas Ă©tonnant que les Ă©glises soient dĂ©chirĂ©es. Il n’est pas Ă©tonnant que l’un dise: «Oh! ceci, cela et autre», en grand dĂ©saccord. Il n’est pas Ă©tonnant qu’il y ait tant d’ismes parmi nous, c’est parce que nous ne pouvons pas produire les vĂ©ritables fruits de la patience, la longanimitĂ©, la bontĂ©, la douceur, la gentillesse. Le conduit de la Vie a Ă©tĂ© coupĂ© de l’arbre, et nous ne pourrons jamais faire monter cela par des credos d’un lambeau, ou d’une quelconque Ă©corce de substituĂ©e. Il faudra la puissance du Dieu Tout-Puissant pour faire pousser cet arbre dans son Ă©tat initial.

54        JĂ©sus n’a-t-Il pas dit (et les Ecritures le disent): «Ils ont les yeux et ils ne voient pas, ils ont des oreilles et ils n’entendent pas»? Ils ne peuvent tout simplement pas faire cela. Et aucun homme ne peut venir Ă  Dieu ou Ă  Christ si Dieu ne le lui rĂ©vĂšle.

55        L’autre jour, je parlais, et nous mĂ©ditions sur une Ecriture. J’ai dit: «Pourquoi les gens n’arrivent-ils pas Ă  voir cela?» J’ai dit: «Voici», et il m’est arrivĂ© de rĂ©flĂ©chir. Peu importe combien c’est clair, combien les Ecritures enseignent cela, vous n’arriverez jamais Ă  voir cela si Dieu Lui-mĂȘme ne vous le montre pas. Peu importe combien c’est clair. Et la Bible entiĂšre est bĂątie, l’Eglise entiĂšre du Dieu Vivant est bĂątie sur la rĂ©vĂ©lation spirituelle de la Parole. Pourquoi Abel offrit-il un sacrifice plus excellent que celui de CaĂŻn? Pourquoi Abel n’a-t-il pas suivi CaĂŻn? Il avait la plus belle Ă©glise? Mais cela lui fut rĂ©vĂ©lĂ©.

56        Lorsque JĂ©sus descendait de la montagne de la Transfiguration, et qu’on... Il a demandĂ©: «Qui dit-on que Je suis, Moi, le Fils de l’homme?»

57        Les uns ont dit: «Elie», et les autres disaient: «Tu es le ProphĂšte», et ainsi de suite.

            Il a demandĂ©: «Mais vous, qui dites-vous que Je suis?»

            Pierre a dit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.»

58        Il a dit: «Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© cela. Tu ne l’as jamais appris dans des livres, ni dans un sĂ©minaire, ni dans une station de stratĂ©gies Ă©laborĂ©es par des hommes. Mais c’est Mon PĂšre qui est aux cieux qui t’a rĂ©vĂ©lĂ© cela, et sur ce roc Je bĂątirai Mon Eglise, et les portes du sĂ©jour des morts ne prĂ©vaudront point contre Elle.» Vous y ĂȘtes: La rĂ©vĂ©lation spirituelle de la Parole de Dieu.

59        Dans Matthieu 11, je pense, ou 12, quelque part lĂ , il est Ă©crit, il est dit: «Bien que JĂ©sus ait accompli beaucoup de miracles, beaucoup de signes montrant qu’Il Ă©tait le Messie, cependant, les gens ne pouvaient pas croire Ă  cela. En effet, EsaĂŻe avait dit: ‘Ils ont des yeux et ils ne voient pas, ils ont des oreilles et ils n’entendent pas.’» MĂȘme s’ils Ă©taient des Ă©rudits, mĂȘme si c’étaient des sommitĂ©s religieuses, saintes, sans faute, irrĂ©prochables... Si on les trouvait avec un seul iota qui clochait, ils Ă©taient lapidĂ©s sans pitiĂ©. Aucun homme ne pouvait les pointer du doigt. Ils Ă©tudiaient les Ecritures jour et nuit, gĂ©nĂ©ration aprĂšs gĂ©nĂ©ration; cependant, Dieu les avait aveuglĂ©s.

            Vous direz: «Dieu?» C’est ce qu’Il a dit.

60        Dieu fait ce qu’Il veut. Nous ne pouvons pas Lui dire quoi faire. Paul n’a-t-il pas dit, dans l’EpĂźtre aux Romains, chapitre 8, que Dieu avait suscitĂ© Pharaon et qu’Il avait endurci son coeur, qu’Il l’avait aveuglĂ© Ă  dessein afin que Sa volontĂ© s’accomplisse? N’est-ce pas qu’EsaĂŒ et Jacob, qu’EsaĂŒ a Ă©tĂ© rejetĂ©? Avant que le jeune homme soit mĂȘme nĂ©, Dieu l’avait haĂŻ. Vous voyez, tout se fait selon la grande prĂ©destination de Dieu. Il ne dort pas. Il sait avec exactitude.

61        Et nous jugeons les hommes selon leur apparence leur honnĂȘtetĂ© ou leur sincĂ©ritĂ©. Nous jugeons les Ă©glises d’aprĂšs leurs progrĂšs. Nous adhĂ©rons... nous recevons les EvangĂ©listes parce qu’ils sont grands; ce n’est pas ça.

62        «Les cieux et la terre passeront, mais Ma Parole ne passera point.»

63        Ce qu’a laissĂ© le gazam, le hasil l’a dĂ©vorĂ©. Quelque chose cloche quelque part. En effet, la Parole de Dieu est tout aussi Ă©ternelle que Lui est Eternel. Et la Parole de Dieu ne peut pas faillir, pas plus que Dieu Lui-mĂȘme ne le peut.

64        Eh bien, quelque chose cloche quelque part. Revenons donc maintenant. L’arriĂšre-plan donc que nous avons posĂ©. Rentrons, prenons notre passage des Ecritures dans Romains 3.4: «Que toute parole d’homme soit reconnue comme mensonge, et la Parole de Dieu comme vraie.»

65        Maintenant, nous allons enfoncer ceci, et j’aimerais que vous suiviez. Que Dieu soit reconnu pour vrai. Alignons-nous sur ce que Dieu a dit, sans tenir compte de ce que quelqu’un d’autre dit. J’aimerais me servir de quatre diffĂ©rentes choses que je vois dans les Ecritures, et que ces insectes ont dĂ©vorĂ© dans l’Eglise du Dieu vivant; ils se sont emparĂ©s de la vigne de Dieu et l’ont rendue estropiĂ©e, ou plutĂŽt rabougrie.

66        Nous l’admettrons; vous les mĂ©thodistes, vous l’admettrez; vous les baptistes, vous l’admettrez; vous les presbytĂ©riens, vous les pentecĂŽtistes, vous les nazarĂ©ens, vous tous, vous l’admettrez, le tabernacle admet que quelque chose cloche. Et nous, le tabernacle est tout aussi coupable que les autres, car «celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un pĂ©chĂ©.»

67        Eh bien, examinons, et j’aimerais identifier quatre choses, tout aussi scripturaires que je sais qu’elles sont, que ces insectes avaient dĂ©vorĂ© dans l’Eglise, Ă  son Ă©tat initial, originel.

68        Eh bien, la premiĂšre chose, l’Eglise a Ă©tĂ© instituĂ©e le jour de la PentecĂŽte. Pierre a prĂȘchĂ© le sermon inaugural au service de baccalaurĂ©at Ă  la naissance de l’Eglise; l’Eglise chrĂ©tienne naquit le jour de la PentecĂŽte. Et si Dieu est infini, infini et immuable, Son Eglise doit rester telle qu’Elle Ă©tait au commencement. Acceptez-vous cela? L’Eglise doit toujours rester telle qu’Elle Ă©tait.

69        Mais l’homme a tripotĂ© avec cela, il y a injectĂ© sa propre interprĂ©tation. N’essayez jamais d’interprĂ©ter la Parole de Dieu. Dites exactement ce qu’Elle dit et peu importe ce que c’est. Alignez-vous donc simplement sur Cela; c’est tout. Ne changez pas la Parole. La Bible dit qu’aucune Ecriture ne peut ĂȘtre un objet d’interprĂ©tation particuliĂšre. Nous n’avons pas le droit de dire ces choses; il nous faut simplement La lire et dire exactement ce qu’Elle dit, et croire Cela de mĂȘme. Peu m’importe combien Cela paraĂźt ridicule, croyez-Le de toute façon.

70        La chaire n’est pas un lieu oĂč faire des plaisanteries. C’est un lieu oĂč ĂȘtre sincĂšre. Je ne dis pas ceci pour plaisanter. Je le dis pour rĂ©pĂ©ter ce qui m’a Ă©tĂ© dit. On raconte qu’il y avait lĂ  dans le Sud un vieux frĂšre de couleur, qui avait sa Bible, et son patron se moquait de lui, disant: «Toi, tu ne peux pas La lire, pourquoi La portes-tu?»

71        Il disait: «Je La porte parce que je crois en Elle.» C’est une raison valable. «Je ne peux pas La lire, mais je sais qu’il y a lĂ -dedans quelque chose de vrai.» Il disait: «J’En crois mĂȘme la couverture Ă  l’extĂ©rieur, lĂ  oĂč c’est Ă©crit ‘Sainte Bible’. Je crois ça.»

72        Son patron a dit: «Tout ce que la Bible dit de faire, je pense que tu le feras?»

73        Il a dit: «Oui, oui. Si vous lisez cela dans la Bible, je le ferai si c’est un commandement de Dieu.»

74        Il a dit: «Alors, qu’arriverait-il si je lisais dans la Bible, et que je vous disais que le Seigneur t’a ordonnĂ© de franchir ce mur-lĂ , ce grand mur en pierres? Comment diantre franchiriez-vous donc ce mur-lĂ  en pierres s’il n’y a pas des trous lĂ -dedans?»

75        Il a dit: «Si vous lisez cela dans la Bible, et que le Seigneur m’ait ordonnĂ© de franchir, Il fera un trou lĂ  aussitĂŽt que je serai arrivĂ© lĂ -bas.» Et c’est vrai.

76        C’est ce que Dieu dit, peu importe combien cela paraĂźt ridicule, avancez sur base de cela. C’est Ă  Dieu de prendre soin du reste de cela. C’est Son affaire. Votre affaire Ă  vous, c’est d’avancer.

77        Eh bien, l’une des premiĂšres choses dont j’aimerais vous parler pendant ces quelques minutes... aprĂšs que nous avons trouvĂ© que le fondement doit ĂȘtre celui du dĂ©but, on doit retourner au fondement; on doit retourner Ă  ce qu’était cette Vigne. S’il y a quelque chose qui cloche avec cela, et que la Vigne ne tourne pas comme il faut, retournons voir ce qui cloche.

78        Eh bien, l’une des premiĂšres choses que j’aimerais mentionner, c’est ce quelque chose qui a quittĂ© notre Ă©glise; l’une des choses principales, c’est la foi. Aujourd’hui, les gens n’ont pas la foi qu’avaient ceux de l’époque. Une espĂšce de jĂ©lek, d’un genre quelconque, s’est infiltrĂ© et a dĂ©vorĂ© le conduit de la foi. Il a changĂ© cela. Aujourd’hui, la foi des gens repose sur une espĂšce de–de grande Ă©glise, de dĂ©nomination. Mais Jude nous dit, dans Jude, verset 3, il est dit:

Bien aimĂ©s,... je dĂ©sirais vivement vous Ă©crire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligĂ© de le faire (J’ai cela ici devant moi) afin de vous exhorter Ă  combattre pour la foi (Non pas une foi; la foi) qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toutes. (C’était trente-trois ans avant que cette–cette foi soit transmise.)

79        Maintenant, non pas... les gens disent: «Eh bien, c’est contraire Ă  ma foi.» Il n’y a qu’une seule foi, un seul Seigneur, une seule foi et un seul baptĂȘme. Vous pouvez avoir une foi, mais nous voulons la foi. Combattre ardemment, c’est plaider en faveur de cela, c’est prendre–prendre position pour cela.

            Combattre ardemment pour la foi qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toutes.

80        Quand ont-ils Ă©tĂ© appelĂ©s saints? Quand ils ont Ă©tĂ© sanctifiĂ©s. Le Saint-Esprit les avait sanctifiĂ©s; ils furent appelĂ©s saints. Eh bien, Jude dit, un frĂšre, le frĂšre de lait de JĂ©sus: «J’aimerais que vous combattiez ardemment pour la foi qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toutes.» Ne laissez jamais tomber cette foi-lĂ .

81        Et la foi des saints n’était pas dans des credos, ni dans les dĂ©nominations, ni dans les bĂątiments de l’église, ni dans les associations, mais c’était dans la PrĂ©sence du Dieu vivant. Ils avaient la foi pour guĂ©rir les malades, chasser les dĂ©mons, opĂ©rer des miracles. Toutes les grandes promesses faites par JĂ©sus, cette premiĂšre Ă©glise s’y accrochait. C’était le conduit de la vie.

82        Ecoutez ça; Ă©coutez attentivement ce que j’aimerais vous dire. La PrĂ©sence continue du Dieu Vivant est le conduit de la Vie pour n’importe quelle Ă©glise ou n’importe quel groupe des gens, la PrĂ©sence continue du Dieu vivant pour accomplir, faire, agir et vivre parmi les gens comme Il l’avait fait au commencement. Si la PrĂ©sence du Dieu vivant a suscitĂ© la PentecĂŽte avec puissance, avec des signes et des prodiges, qu’elle a suscitĂ© un peuple tellement rempli de la gloire de Dieu qu’ils poussaient des cris, parlaient en langues et qu’ils sont allĂ©s mourir en martyrs pour la foi, combattons ardemment pour cette foi-lĂ  jusqu’à ce que la mort nous libĂšre. Combattez ardemment pour cela. Nous ne ferons pas de compromis en lisant les livres, en prenant une thĂ©ologie Ă©laborĂ©e de main d’homme. Nous ne ferons pas de compromis sur base de quelques credos ou de quelques missels, ou quelque chose que quelqu’un d’autre a dit.

Ma foi est bñtie sur rien d’autre
Que sur le Sang et la justice de JĂ©sus;
Lorsque tout autour de mon Ăąme cĂšde,
Alors, Il est toute mon Espérance et tout mon Appui.

Sur Christ, le Roc solide, je me tiens;
Tous les autres terrains sont du sable mouvant.

83        Pas de credo sinon Christ; pas de loi sinon l’amour; pas de livre sinon la Bible, pas de manuel de credos... La Bible doit le dire. La Bible doit non seulement le dire, mais le dire de la mĂȘme façon chaque fois, Elle doit le dire de la GenĂšse Ă  l’Apocalypse. Ça doit passer par chaque petit rĂ©seau et s’entrelacer dans chaque partie de la Parole. Sinon alors, j’ai une fausse interprĂ©tation de Cela, car Dieu ne peut pas contredire Sa propre Parole. Et si Elle ne dit pas la mĂȘme chose Ă  chaque petite fibre...

84        Si cette chemise ici est tissĂ©e avec la mĂȘme fibre, c’est ce qui fait d’elle ce qu’elle est. C’est ce qui la rend blanche.

85        C’est ce qu’est l’Eglise. Si Elle va ĂȘtre une Eglise blanche, nĂ©e de nouveau, sans tache, ni ride, Elle doit ĂȘtre tissĂ©e du mĂȘme genre de fibre qui a Ă©tĂ© utilisĂ© au commencement, le jour de la PentecĂŽte, l’expĂ©rience du Saint-Esprit brĂ»lant et tissant. Vous ne pouvez pas ajouter un morceau de tissus pourris; vous ne pouvez pas ajouter un morceau de sac en toile d’emballage; ça ne marchera pas. Cela abĂźmera la chose.

86        Une espĂšce de drĂŽle de petit jĂ©lek s’y est infiltrĂ© et a rongĂ© cette foi-lĂ . On se tient lĂ  et on dit: «Je crois dans la sainte Ă©glise, la sainte Eglise catholique romaine, je crois dans...»

87        Je crois en JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Je crois qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, la foi et la puissance de Sa rĂ©surrection vivent en moi aujourd’hui. Parce qu’Il vit, moi aussi, je vis, non pas Ă  cause d’un credo, non pas Ă  cause d’une dĂ©nomination; mais parce que Christ vit. Et je suis en Christ. Je vis par Lui, et avec Lui, et je vis par Lui, et Sa Vie se tisse en moi. Sinon alors, je ne peux pas me dire Sien.

88        Il ne prend pas juste ma tĂȘte; Il prend mon coeur, mes gestes, mon tout, et s’entrelace avec. Et Il se tisse dans la Parole. La Parole ne peut pas dire une chose Ă  un passage et autre chose dans un autre passage. Et je sais que c’est ainsi qu’Elle est Ă©crite. C’est Ă©crit ainsi Ă  dessein. JĂ©sus l’a dit, Il a louĂ© Dieu de ce qu’Il–qu’Il a cachĂ© cela aux sages et aux intelligents, et qu’Il l’a rĂ©vĂ©lĂ© aux enfants qui veulent apprendre. C’est Ă  dessein que Dieu fait ça. Il a...

89        Pourquoi a-t-Il donc permis qu’il y ait un pĂ©cheur? Il a dĂ» permettre qu’il y ait un pĂ©cheur afin que Lui devienne le Sauveur. Il est plus grand que le pĂ©chĂ©. Il... S’il ne devait pas y avoir le pĂ©chĂ©, Il n’aurait pas laissĂ© Satan commettre le premier pĂ©chĂ©. Mais la raison pour laquelle Satan a crĂ©Ă© le premier pĂ©chĂ©, ou plutĂŽt a perverti la justice en pĂ©chĂ©, la raison pour laquelle il a fait cela, c’est afin que Dieu puisse ĂȘtre un Sauveur. Il laisse l’homme tomber malade, parce qu’Il est le GuĂ©risseur. Il doit ĂȘtre juste. Et Il doit placer l’Arbre de la Vie et l’arbre de la mort devant chaque homme comme Il l’avait fait pour Adam et Ève, sinon Il avait mal agi en le plaçant devant Adam et Ève. Maintenant, ça dĂ©pend de vous.

90        Bon, remarquez, la foi, la vĂ©ritable foi, la vraie foi, la foi... Maintenant, considĂ©rons nos Ă©glises d’aujourd’hui. ConsidĂ©rons-nous; considĂ©rons nos pentecĂŽtistes; considĂ©rons nos baptistes, nos presbytĂ©riens, nos nazarĂ©ens, nos pĂšlerins de la saintetĂ©, le Branham Tabernacle, nous tous; nous sommes coupables de ne pas combattre ardemment pour cette foi-lĂ .

91        Une petite dispute peut surgir Ă  l’église, au Branham Tabernacle (Je suis chez moi, je peux parler de vous maintenant), et les gens vont former une petite clique, l’un va de ce cĂŽtĂ©, et l’autre de l’autre cĂŽtĂ©. Est-ce cela combattre pour la foi qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toutes? Cela a-t-il l’air d’une doctrine apostolique? Absolument pas, frĂšre. Ils ont eu le cas d’un Ananias et d’une Saphira. Dieu reste toujours le mĂȘme Dieu. Et nous avons vu cela se confirmer.

92        Ils ne combattent pas ardemment, ils s’en vont aujourd’hui et disent: «Eh bien, ma foi n’enseigne pas les miracles. On enseigne que les jours des miracles sont passĂ©s.» Alors, vous ne combattez pas pour la foi qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toutes.

93        [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... tas de fanatisme, moi-mĂȘme, mais je crois qu’il existe un vĂ©ritable don authentique du Saint-Esprit. Et nous combattons ardemment pour Cela. C’est vrai. Nous croyons Cela. Les saints parlent en langues.

94        Ils disent: «Je ne crois pas dans la guĂ©rison divine.» Moi, je ne crois pas dans un tas de fanatisme. Mais nous croyons bien que Dieu existe, qu’Il guĂ©rit les malades, qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

95        J’ai vu beaucoup de soi-disant discernement, je n’y crois pas. Mais je sais qu’il existe un vĂ©ritable Esprit de discernement de Dieu, le don de connaissance, qui appelle et parle, et c’est parfait Ă  chaque coup. Nous combattons ardemment pour cela, pour cette foi qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toutes.

96        Je sais qu’il y a des songes et des cauchemars causĂ©s par un estomac plein de viande fraĂźche, ou de quelque chose d’autre, et vous sautez et vous appelez cela une vision. Mais il existe une vĂ©ritable et authentique vision de Dieu. C’est vrai. Dieu a promis cela. JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement... Il fait cela, et cela ne faillit jamais.

97        La Bible dit: «S’il y en a un parmi vous qui est spirituel ou prophĂšte, qu’il parle, et si ce qu’il dit s’accomplit, alors Ă©coutez-le, car Je suis avec lui; sinon, ne l’écoutez pas, car c’est un faux prophĂšte.» Dieu ne peut pas mentir. Dieu dit chaque fois la vĂ©ritĂ©. Qu’il en soit ainsi. Eh bien, nous voyons que c’est vrai. Il y a de ces choses qui...

98        ConsidĂ©rez Paul lĂ  cette nuit-lĂ , il n’y avait plus d’espoir, le diable riait, Ă  chaque... ser-... serrant les dents chaque fois que les vagues se levaient et que l’éclair jaillissait: «Je vais couler cet apĂŽtre ici.» Une vieille petite barque, remplie d’eau. Jour aprĂšs jour, quatorze jours et quatorze nuits, les Ă©toiles n’avaient mĂȘme point brillĂ©, et comme cette vieille petite barque Ă©tait ballottĂ©e! Et lui marchait lĂ , traĂźnant une chaĂźne derriĂšre lui, pour avoir prĂȘchĂ© l’Evangile... AllĂ©luia!

99        Et nous, nous ne pouvons mĂȘme pas permettre que quelqu’un parle de nous sans que nous ayons Ă  exploser comme un crapaud mangeant de la chevrotine. Nous faisons toujours des histoires au sujet de quelque chose. Et puis, dire que nous combattons ardemment pour la foi? Le Branham Tabernacle a grandement besoin d’ĂȘtre premiĂšrement redressĂ©; les pentecĂŽtistes aussi, ainsi que les baptistes et les nazarĂ©ens. C’est pourquoi nous n’aboutissons nulle part; nous ne sommes pas honnĂȘtes et sincĂšres. Nous n’en sommes jamais arrivĂ©s Ă  un face Ă  face avec la Chose qui nous rend immuable, faisant toujours des progrĂšs en Dieu, la foi qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toutes.

100      Le vieux hasil s’infiltre, le jĂ©lek, et il dĂ©vore cela: «Tous les jours des miracles sont passĂ©s. Il ne vous faut plus faire ceci, il ne vous faut plus faire cela.»

101      Si Dieu a produit Son premier sarment de ce Cep-lĂ , c’était un sarment de la PentecĂŽte, il avait la puissance, des visions, des rĂ©vĂ©lations, des guĂ©risons, la sanctification, le Saint-Esprit, le sarment suivant sera pareil. Certainement. Chaque fois que cela... chaque fois que ce Cep porte un sarment, il sera exactement identique au premier sarment. Vous... Comme je l’ai dit l’autre soir, en parlant Ă  un groupe de frĂšres, vous ne pouvez pas faire produire des potirons Ă  une vigne; vous ne pouvez pas faire produire des raisins Ă  un arbre qui produit des potirons. C’est vrai. C’est le genre de vie qui est dans la vigne qui produit cela.

102      Et si Christ est dans ce Cep, que la Vie de Christ est dans cette personne-lĂ , elle sera comme JĂ©sus, elle produira Ses fruits. C’est Son Esprit. Cela ne peut rien faire d’autre que cela. Ça doit produire cette Vie, car c’est la mĂȘme Vie. Vous ne pouvez simplement pas produire autre chose. Cela agira comme Lui; Cela parlera comme Lui; Cela marchera comme Lui; Cela guĂ©rira comme Lui; cela aura des visions comme Lui; Cela produira exactement Sa Vie, parfaitement, Ă  chaque coup, parce que C’est Sa Vie.

103      Vous ĂȘtes juste une coquille. Un homme, c’est juste comme un tuyau d’eau; il n’est pas l’eau; il est juste le tuyau. Si vous lui enlevez l’eau, il se rouille... Eh bien, c’est ça le problĂšme aujourd’hui, beaucoup parmi nous se rouillent, ceux qui autrefois avaient une expĂ©rience. Laissez couler l’eau, c’est ce qui garde le conduit de la vie en marche.

104      Une fois, j’ai entendu quelqu’un prĂȘcher, disant qu’il y avait dans la boue une truie qui rendait l’eau toute boueuse. La meilleure chose, la Bible en parle, c’est de faire sortir le cochon du bourbier. Vous pouvez descendre ici dans un bon ruisseau, ici quelque part, oĂč coule un grand ruisseau, lĂ  sur la montagne, l’eau est toute boueuse, vous feriez mieux d’en faire sortir les cochons; l’eau deviendra claire.

105      Il y a beaucoup de choses que nous devons faire sortir avant que l’eau jaillisse donc de la Fontaine remplie du Sang tirĂ© des veines d’Emmanuel, oĂč les pĂ©cheurs, plongĂ©s dans le flot, perdent toute tache de leur culpabilitĂ©: leur indiffĂ©rence, leur bavardage, ainsi de suite.

106      Seize prĂ©dicateurs, en effet, croient... Ils pensaient que je croyais que Dieu gardait Son Eglise et La prĂ©servait... Les Ecritures dĂ©clarent: «Celui qui Ă©coute Ma Parole», non pas celui qui fait semblant d’écouter Cela, celui Ă  qui Dieu a ouvert les yeux, et les oreilles pour entendre. Nul ne peut faire cela Ă  moins que Dieu lui ouvre les yeux et les oreilles. «Celui qui Ă©coute Ma Parole et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ© a la Vie Eternelle. Il ne viendra point en jugement, mais il est dĂ©jĂ  passĂ© de la mort Ă  la Vie.» Que va-t-il lui arriver? Dieu a-t-Il menti ou a-t-Il dit la VĂ©ritĂ©?

107      L’homme est-il dans le vrai, ou: «Oh! vous pouvez recevoir le Saint-Esprit et ĂȘtre sauvĂ©, et demain, vous pouvez ĂȘtre perdu et aller en enfer»? Ne croyez jamais pareilles bĂȘtises. C’est un mensonge.

108      Si jamais vous ĂȘtes nĂ© de nouveau, toute votre nature est diffĂ©rente. Si jamais un homme est plantĂ© en Christ, et ...?... la vie de la vigne coule en lui, il ne portera plus jamais des potirons. Vous pouvez lui en greffer un, mais il sait qu’il y a quelque chose qui cloche, il restera lĂ , gĂ©mira jusqu’à ce qu’il en sera dĂ©barrassĂ©; ça lui pĂšse trop, ça le fait pencher trop prĂšs de la terre. Il veut croĂźtre. On ne peut pas suspendre un potiron Ă  une vigne.

109      Remarquez. Oh! Combattre pour la foi! C’était combattre ardemment; non pas juste combattre, mais combattre ardemment; une question de Vie ou de mort. Nous allons vite aborder un autre point. On peut rester longtemps sur celui-lĂ .

110      La chose suivante que nous aimerions mentionner, c’est l’amour fraternel qui a Ă©tĂ© rongĂ© Ă  la vigne, l’amour fraternel. JĂ©sus a dit: «A ceci tous connaĂźtront que vous ĂȘtes Mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.»

111      Eh bien, maintenant, prenons juste un exemple. Si un homme ne croit pas comme moi, j’entrerai dans son assemblĂ©e et je prĂȘcherai pour lui, je prĂȘcherai juste ce qu’il croit, et j’irai bien de l’avant et je laisserai aller la chose, parce que je l’aime. C’est Ă  leurs fruits qu’on les reconnaĂźt. S’il ne croit pas cela, qu’il n’a pas l’amour fraternel, qu’il se retire, se met en dĂ©saccord et rĂ©trograde: «Je n’aurai rien Ă  faire avec ça.» Pourquoi ne venez-vous pas vers moi m’en parler? Vous ne savez pas ce que je crois. Voyez? Qu’est-ce que ça change aprĂšs tout, ce que je crois? C’est Celui en qui je crois, JĂ©sus-Christ, qui compte! Jusqu’à prĂ©sent, je n’ai jamais laissĂ© une rĂ©union dans une mauvaise situation, Ă  ce que je sache. Mais, vous voyez, l’amour fraternel a Ă©tĂ© tout ĂŽtĂ©.

112      Et Paul avait vu cela, 1 Corinthiens 13, il a dit: «Que l’amour fraternel demeure.» Mais l’amour fraternel a Ă©tĂ© ĂŽtĂ©. Maintenant, observez, chaque fois...

113      Maintenant, Ă©coutez attentivement donc, nous en arrivons Ă  la nourriture solide. Chaque fois que le diable ĂŽte quelque chose de l’arbre, disons, par exemple, l’écorce, l’insecte dĂ©vore l’écorce, il place tout autour un vieux lambeau fait de main d’homme pour remplacer cela. Il place un lambeau autour du conduit de sĂšve de l’arbre, cela ne fera pas monter la sĂšve jusque dans les fruits de l’arbre; cela ne produira pas des fruits; cela retombera droit par terre. Et c’est pourquoi aujourd’hui, nous ne pouvons pas avoir de rĂ©veil en notre jour, il y a trop de dogmes Ă©laborĂ©s par des hommes. Le conduit de la Vie ne pourra pas passer par un vieux... lambeau, cela va... La vie de la sĂšve retombera droit par terre. C’est la raison pour laquelle nos rĂ©veils Ă©chouent.

114      Et Billy Graham a dit l’autre jour, il citait un lieu oĂč il avait tenu un grand rĂ©veil. Et Ă  l’endroit mĂȘme oĂč il prĂȘchait, il a dĂ» faire sortir sa femme des parcs parce qu’il y avait des hommes et des femmes qui s’y livraient Ă  des actes immoraux.

115      Quel Ă©tait le problĂšme? Des lambeaux Ă©laborĂ©s par des hommes Ă  la place de l’écorce qui a poussĂ© sous l’action de Dieu; cela ne communiquera pas la Vie. Une Ă©glise enveloppĂ©e de credos Ă©laborĂ©s par des hommes ne communiquera pas la puissance de Dieu dans des sarments. Elle dira: «Les jours des miracles sont passĂ©s», et elle laissera tomber cela carrĂ©ment par terre. Amen.

116      Je sais que vous pensez que je suis fou; mais si je le suis, laissez-moi tranquille, je me sens bien comme ceci. Voyez? Cela tombera... La Parole de Dieu, si Dieu dit ici: «Je suis l’Eternel, Je ne change jamais» ...

117      «Eh bien, Il a changĂ© en ce jour-ci», dit le lambeau. «Il laisse tomber cela. Alors que cela avait commencĂ© au dĂ©but, dans l’ñge primitif, oĂč il n’y avait pas de dĂ©nominations, mais l’homme a cherchĂ© Ă  restaurer la fraternitĂ© par des dĂ©nominations. L’amour fraternel a Ă©tĂ© ĂŽtĂ© Ă  cause de dĂ©nominations.

118      Montrez-moi une seule fois oĂč Dieu ait jamais eu une organisation ou une dĂ©nomination, et oĂč Il ait jamais transformĂ© Son Eglise en dĂ©nomination, et oĂč une dĂ©nomination qui s’est formĂ©e ne soit jamais tombĂ©e pour ne plus jamais se relever. Eh bien, je lis, depuis que je suis venu de lĂ , sur ce sujet mĂȘme. J’ai lu Le livre des Martyrs de Foxe. J’ai lu les Ă©crits antiques de Joseph. J’ai lu Les Deux Babylones d’Hislop. J’ai lu Les Âges Primitifs de Pember. Je... Oh! et Les PĂšres NicĂ©ens, juste avant le Concile de NicĂ©e, aprĂšs la PentecĂŽte. Et il n’y a jamais eu une dĂ©nomination que Dieu ait jamais instituĂ©e dans la Bible. Alors, lorsque nous instituons et que nous formons des dĂ©nominations, nous sortons de la volontĂ© de Dieu.

119      Un jĂ©lek appelĂ© dĂ©nomination a rongĂ© l’écorce originelle de l’amour fraternel et en a fait une dĂ©nomination, en y enroulant un lambeau. Et la Vie de Dieu monte droit par les racines ici, la Racine et le Rejeton de David, lorsqu’Elle se met Ă  monter par le Saint-Esprit. Alors, la dĂ©nomination a dit: «Les jours des miracles sont passĂ©s. On n’a pas Ă  parler en langues aujourd’hui. Le baptĂȘme du Saint-Esprit n’existe pas. Il n’y a pas de guĂ©rison divine. C’était pour un Ăąge passĂ©; c’est passĂ© il y a longtemps.» Et il y a ici des sarments en souffrance, les fruits...

120      Un bon arbre robuste n’a pas Ă  ĂȘtre aspergĂ©. Pourquoi aspergions-nous Ă  plusieurs reprises pour qu’il ne soit pas contaminĂ© par les insectes? Pourquoi faisons-nous cela? C’est parce que l’arbre n’est pas robuste. Qu’est-ce qui fait qu’il n’est pas robuste? Les credos et les dĂ©nominations l’ont dĂ©pouillĂ© du conduit de la Vie Ă  force de le dĂ©vorer. Absolument. Les mĂ©thodistes, les baptistes, les presbytĂ©riens, les pentecĂŽtistes dĂ©vorent le conduit de la vie de l’arbre, cherchant Ă  y substituer une dĂ©nomination, Ă  unir tous les hommes par la politique. Dieu ne veut pas que nous soyons unis par la politique et les credos. Nous sommes unis par le Saint-Esprit, l’original de Dieu, qui ĂŽte le pĂ©chĂ© de notre coeur et qui nous rend tous un en JĂ©sus-Christ. C’est vrai, mon frĂšre. C’est vrai, ma soeur.

121      Cela avait commencĂ© dans les Ăąges primitifs, aprĂšs la mort de Christ et Sa rĂ©surrection, aprĂšs la mort des apĂŽtres: trois cents ans plus tard, ils ont tenu le Concile de NicĂ©e. C’est alors qu’ils ont formĂ© la premiĂšre organisation qui est l’Eglise catholique. Ce qui veut dire... Catholique veut dire universel. De l’Eglise catholique est sorti Luther; de Luther est venu Wesley; de Wesley, la PentecĂŽte. Ainsi de suite, un brin–un brin qui va de cĂŽtĂ©, d’autres petits brins, du genre, oh! les nazarĂ©ens, les pĂšlerins de la saintetĂ© et les autres, les baptistes et tout cela. Ils sont tous issus de cela, tous de mĂšche: la dĂ©nomination.

            Lorsque Dieu accorde une bĂ©nĂ©diction Ă  une Ă©glise, ou Ă  un groupe de gens, trĂšs vite ils Ă©rigent une petite clĂŽture autour de cela; c’est lĂ  qu’ils se positionnent. Dieu veut dĂ©truire chaque clĂŽture.

122      Je me rappelle la premiĂšre fois que je suis allĂ© Ă  l’ouest, c’était au moment de... Ă  Kansas, et nous plantions du blĂ©. Je voyais ces vieux cow-boys qui n’avaient jamais su quoi que ce soit sur un tracteur, ou–ou n’importe quoi, ni cultiver du blĂ©; tout ce qu’ils savaient, c’était paĂźtre le bĂ©tail. Et nous y sommes allĂ©s Ă  bord des vĂ©hicules, Ă©tablissant des terrains de golf, portant ces petits pantalons qui arrivent aux genoux, qu’on portait pour jouer au golf, toutes ces histoires semblables. Je voyais ces vieux hommes avec une longue chevelure blanche suspendue sous leur chapeau, je les voyais apporter des botteleurs des cultivateurs du blĂ©, des choses semblables (Il plante son pied dans la selle et rabat son chapeau), ils dressaient les clĂŽtures tout autour du lieu. Il ne pouvait pas supporter cela; il ne savait rien au fait d’ĂȘtre enfermĂ© dans un enclos. Il se retrouvait dans un champ libre, seul avec Dieu. Des cheveux grisonnants lui pendaient sous le chapeau comme cela, il pleurait, avec des larmes, il tirait seulement cela vers le bas, il disait: «Je ne peux pas supporter ces choses.» Il chevauchait vers le coucher du soleil.

123      Que Dieu nous aide aujourd’hui Ă  avoir des pĂšlerins qui ne supporteront pas d’ĂȘtre enfermĂ©s dans des clĂŽtures de dĂ©nomination et de credos, qui chevaucheront vers le coucher du soleil, avec une foi inĂ©branlable, qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toutes, avec un amour fraternel qui dĂ©molit tous les credos et toutes les clĂŽtures, et qui diront: «Nous sommes des frĂšres. Nous sommes un en JĂ©sus-Christ. A tout ce que Dieu dit, nous disons amen.» Donne-nous ce genre d’hommes.

124      Oui, les credos... Puis, ils ont formĂ© ce qu’on appelle les–les PĂšres prĂ©nicĂ©ens, ils se sont rassemblĂ©s; et ils ont organisĂ© cela par un concile. Et ce concile a produit l’Eglise catholique, ce qui veut dire l’Eglise universelle. Ils ont dĂ©truit toutes les petites Ă©glises avec lesquelles Dieu traitait, ils les ont obligĂ©es Ă  former une seule Ă©glise et Ă  avoir une seule religion.

125      Ils attachaient un veau Ă  un bras, un autre veau Ă  l’autre bras, ils suspendaient un crucifix devant un homme, lui demandant de le baiser sinon... de se prosterner pour accepter la religion catholique, sinon ils faisaient partir un veau dans une direction, et un autre dans une autre, et ils le dĂ©chiraient. Ils prenaient une femme, prenaient ses cheveux et les plongeaient dans un tonneau de bitume, et ils lui demandaient si elle voulait baiser ce crucifix; soit elle faisait cela, et alors, se prosterner devant la religion catholique, soit on lui mettait du feu aux cheveux et on la brĂ»lait. On les mettait aux bĂ»chers et tout le reste; on les amenait dans ce qu’on appelle la «femme de fer», on leur serrait les chevilles pour les amener Ă  baiser le crucifix, embrasser ce qu’on appelle la religion chrĂ©tienne, on les pulvĂ©risait.

126      Les martyrs se tenaient lĂ  sans cligner l’oeil. Ils savaient oĂč ils se tenaient. Ils savaient en Qui ils avaient cru. Ils savaient que Dieu Ă©tait capable de les ressusciter au dernier jour, car Il l’a promis. Avant de se prosterner devant des lambeaux servant de conduits de sĂšve faits de main d’homme, drĂŽles, sales, ils mouraient sur la souche. AllĂ©luia!

            Que je meure sur le mĂȘme lieu. Si mon Dieu ne vient pas dans ma gĂ©nĂ©ration, je mourrai sur une souche, que les jĂ©leks ont laissĂ© aprĂšs avoir dĂ©vorĂ©, tout en croyant que JĂ©sus-Christ, Son Eglise et Sa Parole sont les mĂȘmes hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Je pourrais ne pas ĂȘtre en mesure de manifester cela dans tous ces sarments, parce que ces drĂŽles de conduits de sĂšve ici, des dĂ©nominations et des credos, m’ont retranchĂ©, m’ont laissĂ© tomber comme une patate chaude. C’est peut-ĂȘtre vrai. Mais je serai loyal sur cette souche, et je crierai que l’heure vient. Dieu restaurera Son Eglise dans son Ă©tat ancien.

128      Ceci peut faire mal. TroisiĂšmement. Je ne voudrais pas que ça le fasse. Observez l’un des grands conduits de sĂšve qu’ils ont coupĂ©s. Et durant ce temps de l’organisation, c’est ce qui a fait tomber le conduit de sĂšve pour commencer. PremiĂšrement, s’ils avaient eu l’amour fraternel entre eux, ils n’auraient jamais eu besoin d’une organisation. Et puis, lorsqu’ils ont vu qu’ils ne pouvaient pas avoir, qu’ils n’auraient pas l’amour fraternel, ou qu’ils ont pensĂ© n’ĂȘtre pas... «Ceux qui s’attendent Ă  l’Eternel renouvellent leur force.» Au lieu de prendre la Parole de Dieu, ils ont formĂ© une organisation.

129      Luther est sorti de cette organisation-lĂ , cinq cents cinquante ans plus tard, il en est sorti. Que fit-il? Il fit demi-tour, il fit la mĂȘme chose qu’eux autrefois. De lĂ  vint directement Calvin. De lĂ  sortit directement Wesley. De Wesley vinrent les baptistes, les presbytĂ©riens, ainsi de suite, jusqu’aux pentecĂŽtistes. Et les pentecĂŽtistes... AprĂšs les nazarĂ©ens sont venus les pentecĂŽtistes. Et aprĂšs les pentecĂŽtistes, qu’arrivera-t-il? J’espĂšre, la Venue de Christ. En effet, les pentecĂŽtistes ont fait la mĂȘme chose que les autres avaient faite.

130      Apocalypse 12 dit qu’ils le feront. Elle Ă©tait une prostituĂ©e, et elles Ă©taient des prostituĂ©es. Elles Ă©taient des dĂ©bauchĂ©es. L’Eglise catholique, elle, il est dit dans la Bible qu’elle Ă©tait une prostituĂ©e, p-r-o-s-t-i-t-u-Ă©-e. 1 Corinthiens 12 le dit. Il est dit: «Ses filles...» Or, si... Ça ne peut pas ĂȘtre des hommes. Il n’a jamais dit ses fils, il a dit ses filles. Les Ă©glises sont reprĂ©sentĂ©es dans la Bible par des femmes.

            Et ses filles Ă©taient des prostituĂ©es, voyez, la mĂȘme chose. Quel genre Ă©tait-ce? Comment des prostituĂ©es? Elles commettent la fornication spirituelle contre la Parole de Dieu, s’accrochant au lambeau dĂ©nominationnel plutĂŽt que de prendre ardemment position pour la foi qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toutes, plutĂŽt–plutĂŽt que de revenir recevoir la Parole de Dieu.

131      Il n’y a pas longtemps, je parlais Ă  un prĂȘtre qui disait: «Peu m’importe ce que dit la Bible, c’est nous l’église.»

            J’ai dit: «C’est Ça la Parole de Dieu.»

            Il a dit: «C’est nous qui avons fait Ça.»

132      J’ai dit: «Pourquoi a-t-elle tant changĂ©? Vous n’avez pas dans votre Ă©glise une seule chose que cette Bible dit et que vous enseignez.» Je lui disais que j’avais baptisĂ© une jeune fille au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Il a dit: «Vous savez, l’Eglise catholique pratiquait cela autrefois.»

133      J’ai dit: «Quand? Il y a tous les livres sur l’histoire de l’Eglise, Ă  ce que je sache, qui sont lĂ  mĂȘme.»

            Il a dit: «Nous croyons notre catĂ©chisme.»

            J’ai dit: «Qu’en est-il de l’histoire?»

133      Il a dit: «Peu nous importe ce que l’histoire a dit; nous croyons le catĂ©chisme.»

134      J’ai dit: «Comment savez-vous que George Washington ou Abraham Lincoln ont existĂ©? Comment savez-vous que les pĂšres pĂšlerins ont existĂ©? C’est parce que nous croyons notre histoire.»

135      J’ai dit: «Il n’y a aucun rĂ©cit selon lequel l’Eglise catholique se serait jamais organisĂ©e avant trois cent soixante ans aprĂšs la mort du dernier apĂŽtre.» J’ai dit: «Et l’Eglise catholique n’était pas connue. Ils ne baptisaient pas au Nom de JĂ©sus, car ils Ă©taient la toute premiĂšre fondation Ă  introduire le faux baptĂȘme. Et elle est...»

136      Il a dit: «Eh bien, maintenant, un instant.» Il a dit: «Nous avons le droit, c’est nous l’église. Nous faisons ce que nous voulons, parce que Dieu est dans Son Ă©glise.»

137      J’ai dit: «Dieu est dans Sa Parole, pas dans Son Ă©glise.»

            Si l’église est en dĂ©saccord avec la Parole, alors il y a quelque chose qui cloche: «Que Ma Parole soit reconnue pour vraie, et toute parole d’homme pour mensonge.» C’est vrai. La Parole de Dieu est vraie. Il confirme Sa Parole. Retournez Ă  Sa Parole. Voyez-vous ce qu’avait dĂ©vorĂ© le jĂ©lek?

138      Maintenant, du temps des pĂšres primitifs nicĂ©ens... Gene, tu venais aussi de prendre cela. Le grand concile nicĂ©en a suscitĂ© un grand dĂ©bat sur la question de savoir s’il existe un seul Dieu ou trois Dieux: Le PĂšre, un; le Fils, deux; Dieu le Saint-Esprit, trois. Et ils ont adoptĂ© qu’il existait trois Dieux. Eh bien, si vous ne croyez pas cela, je vais vous le lire tout de suite dans Le Concile nicĂ©en, Les PĂšres nicĂ©ens. C’est ce qu’ils ont fait: Trois Dieux.

139      Il y a un seul Dieu. Il y en a seulement Un. C’est JĂ©hovah Dieu, le Grand JE SUIS; l’Alpha, l’OmĂ©ga, le Commencement et la Fin.

140      Ils ont alors eu... Pour y arriver, ils ont dĂ» prendre quelque chose qui s’y accommode. Pour y arriver, ils ont osĂ© dire: «Dieu le PĂšre, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit.» Eh bien, ça n’existe absolument pas. Il n’y a pas trois Dieux. C’est du paganisme. Il y a trois offices du mĂȘme Dieu.

141      La dispensation du PĂšre... Alors que Dieu Ă©tait seul, saint; Ses lois, Sa justice font de Lui saint. Il voulait ĂȘtre dans l’homme; Il voulait adorer dans l’homme. Il voulait que l’homme L’adore; il a dĂ» venir Ă  l’homme. Et alors, Il a crĂ©Ă©, Il a couvert de Son ombre une petite vierge du nom de Marie (C’est Dieu JĂ©hovah qui l’a fait), Il a crĂ©Ă© en son sein une cellule, une cellule de Sang. Cette cellule de sang a dĂ©veloppĂ© des cellules, et cela a donnĂ© naissance Ă  un Homme, JĂ©sus-Christ. Dieu Tout-Puissant, le PĂšre, a habitĂ© en Lui.

142      Le jour du baptĂȘme, lorsqu’Il a reçu le Saint-Esprit, le jour oĂč Jean L’avait baptisĂ©, Jean a dit: «Je regardais, et j’ai vu l’Esprit de Dieu descendre du ciel sous forme d’une Colombe, et une Voix a dit: ‘Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ© en qui J’ai mis Mon affection.’» JĂ©sus a dit que Dieu Ă©tait en Lui: «Mon PĂšre et Moi, nous sommes Un. Mon PĂšre demeure en Moi.» Non pas que JĂ©sus, et un ĂȘtre avec Dieu, mais JĂ©-... Dieu Ă©tait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme.

143      Et vous les frĂšres unitaires, beaucoup parmi vous s’égarent en cherchant Ă  vous imaginer que Dieu est Un comme un doigt. Il ne peut pas ĂȘtre Son propre PĂšre. Il ne le peut pas.

144      Mais Il est Dieu. Dieu est JĂ©hovah, l’Esprit; Christ Ă©tait la maison oĂč Il demeurait. Et puis, Il a sacrifiĂ© Sa Vie, et alors, Il a donnĂ© l’Esprit. Et par ce Sang pur qu’Il avait versĂ©, Il m’a sanctifiĂ©, afin qu’Il puisse venir Lui-mĂȘme demeurer en moi et en vous. Et Dieu est avec nous; c’est le Saint-Esprit, qui est le mĂȘme, le mĂȘme Dieu, JĂ©hovah Dieu. «Je serai avec vous, mĂȘme en vous, jusqu’à la fin du monde. Et vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.»

145      C’est lĂ  que les hasils ont commencĂ© Ă  dĂ©vorer, les jĂ©leks aussi, cherchant Ă  montrer Dieu le PĂšre, assis dans la Gloire, avec Dieu le Fils assis sur une main droite qu’Il aurait.

146      La main droite de Dieu, lĂ  oĂč la Bible dit: «J’ai levĂ© les yeux et j’ai vu JĂ©sus debout Ă  la main droite de Dieu», c’est Philippe, ou plutĂŽt Etienne, lorsqu’il Ă©tait lapidĂ©, il ne voulait pas dire que Dieu avait une main droite, et que JĂ©sus se tenait lĂ  sur Sa main droite. Cela veut dire qu’Il est dans la main droite de Sa puissance: l’autoritĂ©. «Tout pouvoir m’a Ă©tĂ© donnĂ© au Ciel et sur la terre», a dit JĂ©sus. Il avait l’autoritĂ©. Dieu Ă©tait en Christ. Il est en–en Lui. La Bible dit: «En Lui habite corporellement la plĂ©nitude de la divinitĂ©.» Lorsque vous essayez d’en faire trois Dieux distincts, vous ĂȘtes paĂŻen au possible.

147      Eh bien, ceci va pincer. QuatriĂšmement. AprĂšs qu’ils eurent eu trois dieux, ils ont eu Ă  prĂ©senter un baptĂȘme pour lui, pour les trois dieux, alors le diable les a aveuglĂ©s avec Matthieu 28.19: «Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur Ă  observer tout ce que Je vous ai prescrit. Et voici, Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.» Le diable les a aveuglĂ©s Ă  cela.

148      Eh bien, retenez cela. Eh bien, c’est ici que je dois river le clou, et ça va faire mal; mais je voudrais que vous suiviez. C’est la VĂ©ritĂ©. Que Dieu aide Ă  ce que ça soit... J’ai... Sondez simplement les Ecritures. Trouvez dans la Bible un passage oĂč quelqu’un ait jamais Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit, trouvez un seul passage oĂč n’importe qui a donc Ă©tĂ© baptisĂ© ainsi.

149      Regardez, vous direz: «Le diable prend...» Le diable prend ce passage des Ecritures et fait que cela paraisse autre chose que ce que Cela est. N’a-t-Il pas dit la mĂȘme chose Ă  JĂ©sus? «Il est Ă©crit: ‘Il donnera des ordres Ă  Ses anges Ă  Ton sujet, de peur que Ton pied heurte contre une pierre.’» Il n’heurtait point Son pied contre une pierre. Mais le diable cherchait Ă  Lui faire voir quelque chose que les Ecritures ne disaient pas.

150      Il Ă©tait intelligent; Il Ă©tait plein de Dieu; Dieu Ă©tait en Lui. Et si Dieu est dans un homme, Il fera connaĂźtre Sa rĂ©vĂ©lation. Certainement.

151      Je vais vous amener Ă  Matthieu 28.19: «Allez, faites de toutes les nations Mes disciples, les baptisant au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit.»

152      Maintenant, observez comment les trinitaires extrĂȘmes..., de l’Eglise catholique, cela n’a jamais Ă©tĂ© dans la Bible, cela n’a jamais existĂ© chez les pĂšres prĂ©-nicĂ©ens, PrĂ©... avant... les pĂšres prĂ©-nicĂ©ens. Ils avaient tous Ă©tĂ© baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ, eux tous. Cela est passĂ© par l’Eglise catholique, c’est venu de lĂ  et c’est entrĂ© dans l’Eglise protestante.

153      Or, comment pouvez-vous voir cela si Dieu ne vous ouvre pas les yeux? Vous ne le pouvez pas. Et je prie que Dieu vous ouvre les yeux Ă  cela. Et Ă©coutez bien attentivement maintenant.

154      Maintenant, je vais prendre votre passage des Ecritures, Matthieu 28.19: «Allez, faites de toutes les nations Mes disciples, les baptisant au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit.» Comment avez-vous Ă©tĂ© baptisĂ©: Au Nom du PĂšre, au Nom du Fils, au Nom du Saint-Esprit? Ce n’est mĂȘme pas Ă©crit dans les Ecritures. Et j’aimerais qu’un homme...

155      Vous direz: «La sainte et bĂ©nie trinitĂ©.» Trouvez-moi le mot trinitĂ© quelque part dans les pages de la Bible de Dieu. Ça, c’est une combine faite de main d’homme, c’est un vieux lambeau sale de l’église qui enveloppe, en lieu et place du conduit de SĂšve du Saint-Esprit de Dieu. Ça n’existe pas. Ça n’existe pas. Si vous trouvez cela, venez me voir. Vous ĂȘtes tenu par devoir de le faire en tant que chrĂ©tien, si vous le trouvez. Ça ne se trouve pas dans les Saintes Ecritures de Dieu. Et le PĂšre, Fils et Saint-Esprit est un produit de l’enfer; trois Dieux, ça n’existe pas.

156      Eh bien, je crois dans la dispensation de Dieu le PĂšre; je crois dans la dispensation du Fils de Dieu; je crois dans la dispensation du Saint-Esprit de Dieu; mais c’est le mĂȘme Dieu dans chaque dispensation, pas trois Dieux.

157      Eh bien: «Au Nom du PĂšre...» La Bible ne dit pas: «Allez baptiser au Nom du PĂšre, au Nom du Fils, au Nom du Saint-Esprit.» Elle dit: «Allez baptiser, a dit JĂ©sus, (examinez) au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit.» Non pas au Nom du PĂšre, au Nom du Fils», cela ferait d’eux des individus; mais ce n’est pas ça. «Au Nom du PĂšre, et...» Et est une conjonction, se rapportant au mĂȘme sujet que vous avez.) «Au Nom du PĂšre, et du Fils et du Saint-Esprit.» Non pas: «Au Nom du PĂšre, au Nom du Fils, au Nom du Saint-Esprit.» Mais: «Au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit.» Voyez?

158      Maintenant, suivez. Les apĂŽtres oints Ă©taient lĂ , ils sont allĂ©s Ă  la PentecĂŽte recevoir le Saint-Esprit. Ils sont allĂ©s droit Ă  la PentecĂŽte et ils ont reçu le Saint-Esprit. Eh bien, l’Eglise a Ă©tĂ© inaugurĂ©e, qu’allons-nous faire? La toute premiĂšre chose Ă  apparaĂźtre, c’est la prescription qui doit ĂȘtre Ă©tablie; docteur Simon Pierre doit Ă©tablir la premiĂšre prescription, parce que c’est Ă  lui que JĂ©sus avait donnĂ© les clĂ©s: «Je te donne les clĂ©s, Pierre. Tout ce que tu lies, la prescription que tu auras Ă©tablie ici sur terre, Je la recevrai dans la Pharmacie. Etablis cela et Je l’accepterai.»

159      Qu’a-t-il fait? Lorsqu’eux tous... les hommes entendirent tout ce bruit, comme cela, ils ont dit: «Que veut dire ceci?» Les autres parlaient en langues. Et ils ont dit: «Nous entendons les merveilles de Dieu.»

160      Qu’a dit Pierre? «Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ pour le pardon de vos pĂ©chĂ©s, et vous recevrez le don du Saint-Esprit.»

161      Eh bien, qu’ont-ils fait? Ils ont ajoutĂ© PĂšre, Fils, Saint-Esprit ici, ce qui ne figure pas dans la prescription. C’est vrai. Qu’ont-ils ajoutĂ© d’autres? «Vous n’avez pas Ă  sortir et Ă  agir comme eux jadis. Cela ne vous donne pas la joie et la puissance, le parler en langues et toutes ces choses.» Vous n’avez pas Ă  avoir cela. «Confessez seulement; serrez la main.» Ça, c’est une autre drogue empoisonnĂ©e du diable. Si cela les a amenĂ©s Ă  agir comme ça, aprĂšs avoir pris le mĂ©dicament, cela vous fera agir de mĂȘme... Prenez Sa prescription. Tout Ă  fait. Ce qu’a laissĂ© le gazam, le hasil l’a dĂ©vorĂ©.

162      Maintenant, rappelez-vous, s’il n’y a jamais eu dans la Bible une personne baptisĂ©e autrement qu’au Nom de JĂ©sus-Christ, que ce soit les Juifs ou les gens des nations, les gens du dehors et tout le reste, tous ont eu Ă  venir se faire baptiser au Nom de JĂ©sus-Christ... Je dĂ©fie quiconque de me montrer lĂ  oĂč une seule personne ait jamais Ă©tĂ© baptisĂ©e au Nom du «PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit» pendant les trois cents ans aprĂšs la mort du dernier–du dernier apĂŽtre.

            Eh bien, c’est plus clair que ne le sont mes dix doigts devant moi. Vous ne pouvez pas voir cela Ă  moins que Dieu vous ouvre les yeux. Eh bien, cela... Si ce n’est pas lĂ  la bonne rĂ©vĂ©lation, alors pourquoi Pierre a-t-il eu la mĂȘme rĂ©vĂ©lation, changeant? Dix jours aprĂšs que JĂ©sus lui eut dit: «Allez baptiser au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit», Pierre change et dit: «Et que chacun de vous soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ.» Ça doit donc ĂȘtre la mĂȘme rĂ©vĂ©lation qu’il avait eue. Et l’Eglise lĂ , dans leur...?... Les trinitaires ont la fausse rĂ©vĂ©lation, ils n’utilisent donc pas le Conduit de SĂšve. Ils ont mis un lambeau, ils l’ont enroulĂ© autour de cela, et cela laisse tomber la Vie de Dieu lĂ , cela tuera le patient. Oh! Que des choses nous pouvons aborder, selon vos credos et autres, ce que cela a fait.

163      Permettez-moi juste de clarifier ce petit point. J’aimerais que vous preniez vos Bible juste une minute. Nous allons donc rendre cela si simple que les enfants le comprendront. Prenons Matthieu, chapitre 1. Vous avez Matthieu 28.19. Allez Ă  Matthieu, chapitre 1, verset 18. Regardez ça.

164      J’aimerais que vous examiniez attentivement. Ceci, Ă  ma gauche, c’est le PĂšre. Ceci, au centre, c’est le Fils. Ceci, Ă  droite, c’est le Saint-Esprit. Maintenant, qui est le PĂšre de JĂ©sus-Christ? Dieu, le PĂšre. Est-ce vrai? Croyez-vous tous cela? AssurĂ©ment que je le crois. Dieu, le PĂšre, est le PĂšre du Seigneur JĂ©sus: PĂšre, Fils, Saint-Esprit.

165      Maintenant, je cite les passages des Ecritures. Regardez, regardez. Et vous pouvez consulter cela une fois rentrĂ© chez vous ou consulter cela maintenant: «Voici de quelle maniĂšre arriva la naissance de JĂ©sus-Christ», Matthieu 1. Regardez ça. Comme je l’ai souvent dit, si vous lisez un livre d’histoire et que vous lisiez Ă  la fin, vous prenez Matthieu 28.19 comme ceci, dans un livre d’histoire, qui raconte: «John et Mary vĂ©curent toujours heureux aprĂšs cela.» Qui est John et qui est Mary? Retournez au dĂ©but du livre et voyez qui sont John et Mary. S’Il a dit: «Allez, et faites de toutes les nations Mes disciples, les baptisant au Nom du PĂšre.»

166      J’aimerais vous poser une question: Est-ce que PĂšre est un nom? [L’assemblĂ©e dit: «Non.»–N.D.E.] Ça ne l’est certainement pas. Au Nom du Fils; est-ce que Fils est un nom? C’est un titre, juste comme PĂšre. Est-ce que Saint-Esprit est un nom? Non, c’est un titre. Le Saint-Esprit, c’est ce qu’Il est. Vous direz: «Le Saint-Esprit est un nom.» Humain aussi, alors. Voyez, je suis un humain, mais mon nom n’est pas humain.

168      C’est ce qu’Il est, Il est le Saint-Esprit. Ce n’est pas Son Nom; c’est ce qu’Il est. Alors, si PĂšre n’est pas un nom, Saint-Esprit n’est pas un nom, Fils n’est pas un nom, quel est alors le Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit? [L’assemblĂ©e dit: «Seigneur JĂ©sus-Christ.»–N.D.E.] Certainement, certainement. Eh bien, voyez, PĂšre n’est pas un nom.

169      Il a dit: «Allez, baptisez-les au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit.»Pierre a changĂ© en disant: «C’est au Nom de JĂ©sus-Christ.» Eh bien, c’est exactement le procĂ©dĂ© qu’ils ont suivi tout au long de la Bible.

170      Eh bien, qu’ont-ils fait? Qu’est-ce que leurs traducteurs ont, ou plutĂŽt les hommes de l’église ont fait? Qu’est-ce que les organisations ont fait? Ils ont enroulĂ© un vieil lambeau dĂ©nominationnel autour pour devenir populaire parmi les autres. Si je dois manger des biscuits durs, boire l’eau de la riviĂšre, mourir en martyr, je prendrai position pour la VĂ©ritĂ© de Dieu et je mourrai sur une souche. C’est vrai. Il n’y a pas un homme, ni le pape de Rome, ni un Ă©vĂȘque ni un cardinal, qui puisse subsister devant Cela. Oui, oui. Quel est le problĂšme? Ce qu’a laissĂ© le gazam, ce qu’ont laissĂ© les mĂ©thodistes, les baptistes l’ont dĂ©vorĂ©; ce qu’ont laissĂ© les baptistes, les pentecĂŽtistes l’ont dĂ©vorĂ©. Quel–quel–quel endroit! Les conduits de la vie sont tous dĂ©truits. Ceci est juste une chose mineure.

171      Maintenant, Qui est PĂšre, Fils et Saint-Esprit? «Allez, faites de toutes les nations Mes disciples, les baptisant au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit.» PĂšre n’est pas un nom, Fils n’est pas un nom, Saint-Esprit n’est pas un nom. De quel Nom parlez-vous?

172      Eh bien, c’est juste comme John et Mary, retournons pour voir ce qu’il en Ă©tait. «Voici de quelle maniĂšre arriva la naissance de JĂ©sus-Christ. Marie, Sa mĂšre, ayant Ă©tĂ© fiancĂ©e Ă  Joseph, se trouva enceinte par la vertu du (quoi?) Saint-Esprit, avant qu’elle eĂ»t... avant qu’ils eussent habitĂ© ensemble.» Je pensais que vous aviez dit que c’était Dieu qui Ă©tait Son PĂšre. Comment Dieu peut-Il ĂȘtre Son PĂšre et le Saint-Esprit ĂȘtre Son PĂšre? Eh bien, voyez-vous, vous les trinitaires qui vous en prenez aux unitaires? La poĂȘle ne peut pas se moquer du chaudron. Regardez ça. Non. Voyez-vous ce que je veux dire?

173      Le PĂšre... Il a dit: «Voici de quelle maniĂšre arriva la naissance de JĂ©sus-Christ. Marie, Sa mĂšre, ayant Ă©tĂ© fiancĂ©e Ă  Joseph, se trouva enceinte par la vertu du Saint-Esprit, avant qu’ils eussent habitĂ© ensemble.» Donc, Dieu le PĂšre n’a eu rien Ă  faire lĂ -dedans. Si–si Dieu le PĂšre et Dieu le Saint-Esprit, ce n’est pas la mĂȘme Personne, alors JĂ©sus a eu deux PĂšres, et notre Sauveur est un Enfant illĂ©gitime, nĂ© de deux esprits diffĂ©rents, ou par deux esprits diffĂ©rents. «... arriva la naissance de JĂ©sus-Christ... se trouva enceinte par la vertu du Saint-Esprit.» Croyez-vous cela? Donc, Dieu le PĂšre et le Saint-Esprit, c’est le mĂȘme Esprit, sinon Il avait deux PĂšres.

174      «Tout cela arriva afin que s’accomplĂźt ce qui avait Ă©tĂ© annoncĂ© par le prophĂšte du Seigneur, disant: ‘Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un Fils, et on... un Fils, et on L’appellera (Ceci, c’est Lui?) JĂ©sus, ce qui veut dire Emmanuel, ce qui signifie (quoi?) [L’assemblĂ©e dit: «Dieu avec nous.»–N.D.E.] Quel est donc le Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit? [«Seigneur JĂ©sus-Christ.»] Certainement. «On L’appellera [«JĂ©sus»], c’est Lui qui sauvera Son peuple de ses pĂ©chĂ©s.»

175      Eh bien, qui est PĂšre, Fils et Saint-Esprit? Le Seigneur JĂ©sus-Christ. Quel est Son Nom? Pas le nom... PĂšre, ce n’est pas un nom; Fils, ce n’est pas un nom; Saint-Esprit, ce n’est pas un nom. Mais JĂ©sus-Christ, c’est le Seigneur JĂ©sus-Christ, ce qui est le PĂšre, Fils, Saint-Esprit, les trois offices de Dieu manifestĂ© dans la chair, dans une Personne. AllĂ©luia! FrĂšre, c’est la VĂ©ritĂ©. Je dis vrai. Ô Dieu, je me tiendrai sur cela au jour du Jugement!

176      Qu’est-ce que le jĂ©lek a fait? Il a mis le PĂšre en haut dans le ciel, Dieu le fils assis ici sur un trĂŽne, et Dieu le Saint... Il n’est pas Ă©tonnant que nous ne puissions aboutir nulle part.

177      Dieu est en vous, avec vous. «Je serai avec vous, mĂȘme en vous, jusqu’à la fin du monde. Et vous ferez aussi les oeuvres que Je fais», pas une autre Personne, mais le mĂȘme Saint-Esprit, la mĂȘme Personne, le mĂȘme Dieu JĂ©sus; le Seigneur JĂ©sus Lui-mĂȘme Ă©tait un Tabernacle dans lequel Dieu demeurait pour se manifester, parce qu’Il Ă©tait un Esprit. Il Ă©tait un Esprit.

178      Eh bien, JĂ©sus n’était pas Ă©ternel, Dieu est Eternel. JĂ©sus est maintenant Eternel, parce que Dieu a pris un corps en haut.

179      Il y eut une fois, avant la fondation du monde, j’étais Ă©ternel lorsque Dieu a pensĂ© Ă  moi. On a pensĂ© Ă  moi avant la fondation du monde; mon nom a Ă©tĂ© inscrit dans le Livre de Vie de l’Agneau, le vĂŽtre aussi, avant qu’il existe mĂȘme un grain de sable. Combien savent que c’est biblique? Combien savent que Dieu a inscrit votre nom dans le Livre de Vie de l’Agneau avant la fondation du monde? Donc, dans la pensĂ©e de Dieu, nous Ă©tions nĂ©s en ce moment-lĂ  mĂȘme dans Son Royaume.

180      Et un jour, un corps naquit par le lien sacrĂ© du mariage, entre mon pĂšre et ma mĂšre. Et ils m’ont engendrĂ©, et me voici, William Branham, prĂ©sentĂ© dans un corps de chair. Eh bien, vous me connaissez comme William Branham, un homme. Dieu m’avait connu comme William Branham, une pensĂ©e dans Son Esprit et une expression.

181      Une parole, c’est quoi? Une parole, c’est une pensĂ©e exprimĂ©e. Lorsqu’Il a parlĂ©, disant: «Qu’il vienne», je suis venu. Lorsqu’Il dira: «Qu’il revienne», je reviendrai. Oui, oui. C’est une–c’est une pensĂ©e. Une parole est une pensĂ©e exprimĂ©e.

182      Dieu a dĂ©jĂ  donnĂ© la Parole; tout ce qu’était Sa pensĂ©e, Il a exprimĂ© cela. AprĂšs qu’Il a exprimĂ© cela, cela s’accomplit: «Que... soit», et la... C’est lĂ  Dieu, l’Omnipotent, le Tout-Puissant, le Tout-Puissant JĂ©hovah. Eh bien, Il est prĂ©sentĂ©. Maintenant, pour accomplir cela, il leur a fallu un faux baptĂȘme pour y parvenir. Vous voyez, c’est cachĂ©. Le monde ne voit pas cela, et ça ne peut pas ĂȘtre vu.

183      Maintenant, suivez attentivement, pendant que nous avons encore assez de temps pour–pour terminer et former la ligne de priĂšre. TrĂšs bien. J’ai traĂźnĂ© lĂ -dessus plus que je ne le pensais. Juste une minute maintenant, j’ai autre chose que j’aimerais vous dire.

184      Donc, PĂšre, Fils, Saint-Esprit, c’est le seul vrai Dieu. Il a un seul Nom; Son Nom, c’est JĂ©sus-Christ. Il est nĂ© Christ, le Seigneur, Ă  Sa naissance. Cela... Christ veut dire l’Oint. Le Seigneur veut dire le MaĂźtre. Il est le MaĂźtre et le Seigneur. Et puis, Dieu est descendu et a habitĂ© en Lui, ce qui a fait de Lui Ă  la fois le PĂšre, le Fils et le Saint-Esprit: l’Alpha, l’OmĂ©ga, le Commencement et la Fin, Celui qui Ă©tait, qui est, et qui viendra, la Racine et le Rejeton de David: Ă  la fois la Racine et le Rejeton de David; l’Etoile du matin, le Premier et le Dernier. C’est Lui.

185      Oh! Ce qu’a laissĂ© le gazam... Comment pouvez-vous adorer si vous ne connaissez pas ce que vous adorez? Comment pouvez-vous ĂȘtre spirituel si vous n’avez pas le Saint-Esprit en vous? Si vous ĂȘtes tout attachĂ© Ă  un tas de credos d’église, cela vous fera agir comme les membres d’églises, des dignitaires, les religieux, des choses semblables. Tout cela, ce sont de bons actes moraux.

186      Mais, frĂšre, il vous faut naĂźtre de nouveau de l’authentique Saint-Esprit qui vient uniquement par la Parole de Dieu. Et la vraie Parole de Dieu, lorsqu’Elle entre en vous, Elle manifeste la VĂ©ritĂ©. «Lorsque Lui, le Saint-Esprit, sera venu, Il tĂ©moignera de Moi; Il manifestera la VĂ©ritĂ©. Il prendra de ce que Je vous ai montrĂ©, ce que J’ai montrĂ©, ce que J’ai dit, et Il vous le montrera. Le Saint-Esprit le fera.» Ce qu’Il fera... Il est lĂ .

187      Ce qu’a laissĂ© le gazam, le hasil l’a dĂ©vorĂ©. Ce qu’a laissĂ© le catholique, le luthĂ©rien l’a dĂ©vorĂ©. Ce que le luthĂ©rien a dĂ©vorĂ©... laissĂ©, le mĂ©thodiste l’a dĂ©vorĂ©. Ce qu’a laissĂ© le mĂ©thodiste, le pentecĂŽtiste l’a dĂ©vorĂ©. A quoi cela a-t-il abouti? A tout cet amas de pĂ©chĂ©s, toutes ces choses, ces enseignements, ces autres choses que nous pouvons mentionner (Oh! la la!), serrer la main, asperger d’eau.

188      Qui a entendu parler de l’aspersion? Montrez-moi cela dans la Bible. Qui a entendu parler de l’effusion d’eau? Montrez-moi cela dans la Bible. Le baptĂȘme vient, du mot baptizo, qui veut dire ĂȘtre enseveli et couvert. Exact. C’est la VĂ©ritĂ© de la Parole de Dieu. Oh! Si nous avions le temps, nous pourrions continuer sans cesse sur ces fausses choses.

189      Voici ce que je dĂ©clare, mes bien-aimĂ©s. Ecoutez-moi. Un jour, je me tiendrai avec vous au jour du Jugement; j’aurai Ă  rĂ©pondre. Je n’aurai jamais Ă  rĂ©pondre devant un credo. Je dis vrai. Ô Dieu, j’aurai Ă  rĂ©pondre devant la Bible. C’est le Livre par lequel je me tiens.

190      Il n’y a aucun passage dans la Bible oĂč on ait jamais reçu le Saint-Esprit sans Ă©motion, sans parler en langues, sans cris, sans louer Dieu, sans prophĂ©ties, sans manifestations. Ils ne s’avançaient jamais juste pour serrer la main Ă  un prĂ©dicateur, puis s’en aller.

191      Il n’y a aucun passage dans la Bible oĂč ils aient jamais reçu, oĂč ils aient jamais baptisĂ© autrement que dans le Nom de JĂ©sus-Christ. Il n’y a aucun passage dans la Bible oĂč ils aient jamais enseignĂ© la trinitĂ©.

192      Cela a toujours Ă©tĂ© un seul Dieu. «Ecoute, ĂŽ IsraĂ«l, Je suis l’Eternel ton Dieu, le seul Dieu. Tu n’auras point d’autres dieux devant Ma face. Je suis l’Eternel ton Dieu.» Pas un PĂšre, un Fils, et un Saint-Esprit, mais «Je suis Dieu.» Il est Ă©ternellement Dieu. Il a toujours Ă©tĂ© Dieu; Il sera toujours Dieu.

193      Et lorsqu’une dĂ©nomination vous laissera tomber, lorsque vous irez Ă  une assemblĂ©e, que vous chercherez Ă  manifester l’amour fraternel, mĂȘme avec leurs dĂ©nominations, cherchant Ă  prendre et sauver ce que vous pouvez, les faire entrer, laisser Dieu s’occuper du reste, et du fait que vous vous tenez sur base des VĂ©ritĂ©s bibliques, ils vous excommunient. Ça ne peut ĂȘtre rien d’autre qu’une vile supercherie du diable pour empĂȘcher les enfants d’entrer assister Ă  la rĂ©union et d’ĂȘtre sauvĂ©s. C’est vrai.

194      Il y a le Roc solide de la Parole de Dieu. Je prendrai n’importe qui, n’importe quand qu’il le veut, je procĂ©derai avec lui dans l’amour fraternel; j’aimerais que vous me montriez une seule chose que j’ai dite qui n’est pas la VĂ©ritĂ© biblique. Oui, oui. C’est la vĂ©ritĂ©. Eh bien, du fait que vous prenez position pour cela, vous serez excommuniĂ©. Je m’attends Ă  ce qu’il en soit ainsi. Dieu a dit qu’il en serait ainsi.

195      On Lui a fait la mĂȘme chose: «OĂč as-Tu appris? De quelle Ă©cole es-Tu sorti? Qu’es-Tu, pharisien ou sadducĂ©en?» Il Ă©tait le Fils du Dieu vivant; Il ne prenait position pour aucun d’eux.

196      Je dis la vĂ©ritĂ©, ĂŽ Dieu! Laisse-moi avoir assez de courage! Laisse-moi avoir suffisamment de principe. Laisse-moi ĂȘtre assez homme. Laisse-moi ĂȘtre assez Christ pour me tenir seul, si je me tiens, s’il me faut me tenir ainsi, dire la vĂ©ritĂ© et subsister. Eh bien, certainement! Je prĂ©fĂ©rerais prĂȘcher l’Evangile Ă  cinq personnes qui l’écoutent effectivement plutĂŽt qu’à des millions. Dire la vĂ©ritĂ©. Je n’ai jamais fait des compromis. Je voulais ceci, car Dieu m’avait annoncĂ© que ces grands signes et ces grandes oeuvres qui se manifestent, comme la manifestation de Sa rĂ©surrection, et autres, c’est pour l’église. Ces pauvres gens lĂ , liĂ©s par ces credos et autres, ils sont tellement endoctrinĂ©s, on dirait embaumĂ©s.

197      Que Dieu bĂ©nisse votre coeur. Je ne vous laisserai pas dans cet Ă©tat-lĂ . Je vous dirai ce que Dieu a dit: «Je vous remplacerai tout ce que le hasil a dĂ©vorĂ©, tout ce que le jĂ©lek a dĂ©vorĂ©, tout ce que le gazam a dĂ©vorĂ©. Je restaurerai, dit l’Eternel» Je dis donc la vĂ©ritĂ©, je donne cette prophĂ©tie: Avant la Venue du Seigneur, la vraie foi apostolique, le vrai enseignement apostolique, le vrai Esprit biblique, le vrai, cela est en voie maintenant, cherchant Ă  se frayer la voie, pour repousser.

198      Les pentecĂŽtistes avaient eu cela pour commencer. Qu’ont-ils fait? Ils ont tracĂ© une petite ligne autour de Cela, ils ont commencĂ© une dĂ©nomination. Dieu a Ă©mondĂ© ça. C’est tout Ă  fait vrai. Cela vient, lorsque le Seigneur a envoyĂ© ces dons, ces petits dons modestes qu’Il m’a donnĂ©s. Ils continuent Ă  venir, ils veulent que je sois de l’effusion de la pluie de l’arriĂšre-saison, que je fasse de cela une organisation. Ils veulent que j’adhĂšre aux assemblĂ©es.

199      Je me suis tenu en plein milieu de chaque branche qui pendait lĂ , ici mĂȘme Ă  la souche de l’Arbre, j’ai dit: «Voici la Fondation. Ôtez ces vieux conduits en lambeaux ici afin que la Vie entre en vous. Alors, vous aurez des prophĂ©ties, vous aurez le discernement, vous aurez l’Esprit, vous aurez la puissance, vous aurez la restauration de la vraie Eglise, aprĂšs que vous serez retournĂ©s Ă  la vraie Vigne et Ă  la vraie Vie.»

200      Cela ne peut pas passer par un lambeau qui tombe d’un cĂŽtĂ©, disant: «C’était pour un autre jour. C’était pour un autre jour.» C’est toujours le mĂȘme. Il est l’Alpha et l’OmĂ©ga, le Commencement et la Fin. Absolument. Il vous faudra revenir Ă  la fondation, car «sur ce roc, Je bĂątirai Mon Eglise, et les portes du sĂ©jour des morts ne prĂ©vaudront point contre Elle.»

201      Que Dieu vous bĂ©nisse, mes amis. Je sais que vous pensez que je fais un peu trop de bruits, et je suis un peu dĂ©sordonnĂ©, mais je ne le suis pas. Je pense que je suis en ordre avec cette Parole.

202      Le–l’Esprit de Dieu est ici, le mĂȘme Esprit qui a Ă©crit la Bible. Si c’est l’Esprit qui a Ă©crit la Bible, Il dira amen chaque fois que les Paroles de la Bible seront prononcĂ©es. S’il... Si tout le monde a Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ, le vrai Esprit de Dieu dira amen, que c’est la vĂ©ritĂ©. Si la Bible dit: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement; Je serai avec vous tous les jours, mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde», le vrai Esprit de Dieu dira amen. Et si c’est le vrai Esprit de Dieu, alors la vraie puissance et la vraie manifestation de l’Esprit se produiront par ce vrai Esprit. Jugez la Parole que vous entendez; jugez Cela par la Bible. Observez Ses actions, observez Ses oeuvres.

203      Y a-t-il ici des candidats pour le baptĂȘme, ceux qui n’ont jamais Ă©tĂ© baptisĂ©s et qui voudraient ĂȘtre baptisĂ©s? Levez la main. D’accord. S’il n’y a donc pas de baptĂȘme, c’est en ordre, alors nous prierons pour les malades.

204      Y a-t-il ici quelqu’un qui est malade (Levez la main) et qui veut qu’on prie pour lui? Combien ici sont Ă©trangers parmi nous et aimeraient qu’on prie pour eux? Je ne vous connais pas, je suis inconnu, je ne vous connais pas. D’accord. Les malades et les affligĂ©s, je ne vous connais pas. Si Dieu est Dieu, s’Il est le Dieu de la Parole que j’ai prĂȘchĂ©e...

205      JĂ©sus a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» Est-ce vrai? JĂ©sus a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais. Vous en ferez davantage, car Je m’en vais au PĂšre.» Qu’était-ce? D’un homme, d’un corps, Il est redevenu la Colonne de Feu. Lorsque Paul L’a rencontrĂ© sur le chemin de Damas, qu’était-Il? La Colonne de Feu. Est-ce vrai? Certainement. Qu’est-Il aujourd’hui? Qu’est-Il sur cette photo-lĂ ?

206      Vous direz: «Oh! Vous pouvez dire cela, FrĂšre Branham.» Si c’est vraiment une preuve de Dieu, si c’est la mĂȘme Colonne de Feu, le mĂȘme JĂ©sus-Christ, si je soutiens que Son Esprit est entrĂ© en moi, Il fera la mĂȘme chose que Lui avait faite. Il acceptera chaque Parole qu’Il a prononcĂ©e, peu importe ce que les credos ou les dĂ©nominations disent. Il proclamera Sa Parole. Il L’a proclamĂ©e.

207      Leur incrĂ©dulitĂ© ne L’a point arrĂȘtĂ©. Leurs credos et dĂ©nominations, Il n’a jamais pris position pour l’un d’eux. Il prĂȘchait l’Evangile pur qu’Il entendait auprĂšs de Dieu. Il se tenait seul; certainement, Il l’a fait. Au Calvaire, personne ne s’est tenu Ă  Ses cĂŽtĂ©s. Il s’est tenu seul.

208      Si vous aboutissez Ă  quelque chose, vous prendrez position pour Dieu et vous vous tiendrez seul. C’est vous. Ce n’est pas le monde, ce n’est pas votre Ă©glise, ce n’est pas votre dĂ©nomination. C’est vous, c’est entre vous et Dieu. Peu m’importe ce que le...

209      Le Branham Tabernacle peut faire ce qu’il veut, je veux qu’ils croient en Dieu; je veux qu’ils viennent. Mais s’ils ne le font pas, je ne vais pas faire des compromis avec eux sur leurs petites choses. Je prendrai position pour Dieu.

210      Les mĂ©thodistes... «Que ferez-vous, FrĂšre Branham?» Les–les pentecĂŽtistes trinitaires? J’ai prouvĂ© que je les aime. Je suis allĂ© chez eux, j’ai envoyĂ© chez les assemblĂ©es de Dieu et l’église de Dieu...

211      «Et si les unitaires... vous ĂȘtes en dĂ©saccord avec les unitaires Ă  cause de telle position qu’ils ont prise.» Oui, oui. JĂ©sus avait un PĂšre; Il Ă©tait Dieu. Eux baptisent au Nom de JĂ©sus. Je baptise au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ. Il y a plusieurs JĂ©sus, mais Il n’y a qu’un seul Seigneur JĂ©sus-Christ. Voyez? Non pas au Nom de JĂ©sus, mais au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ; c’est ça le PĂšre, Fils et Saint-Esprit.

212      Le Seigneur. «Le Seigneur a dit Ă  Mon Seigneur: assieds-toi Ă  Ma droite»; Fils, JĂ©sus; Christ, le Logos qui est sorti de Dieu au commencement. PĂšre, Fils et Saint-Esprit. Vous y ĂȘtes.

213      Oh! j’en suis si heureux! Mon coeur se rĂ©jouit simplement de savoir que Son Esprit, l’Esprit qui a Ă©crit la Parole, s’accorde avec la Parole, prouve la ligne de la Vie, entre dedans, se manifeste. Que Dieu soit avec vous. C’est JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. J’ai dit la vĂ©ritĂ© au sujet de Sa Parole. Maintenant, vous–vous les gens du tabernacle, je prierai pour vous Ă  d’autres occasions. Nous sommes en retard. J’ai dĂ©passĂ© un peu, j’ai un peu dĂ©bordĂ©, je m’attendais Ă  voir un groupe se faire baptiser.

214      Ecoutez, si le Saint-Esprit est ici, nous allons...Il va–Il va vous guĂ©rir. Je voudrais des Ă©trangers dans nos murs, qui–qui sont malades et affligĂ©s. Et maintenant, si j’ai dit la VĂ©ritĂ© au sujet de Dieu, que ces gens ont dit la vĂ©ritĂ©, que je ne les connais pas, et qu’ils sont malades et affligĂ©s, si le Saint-Esprit reste le mĂȘme, Il peut me donner la rĂ©vĂ©lation. Si c’est le mĂȘme Saint-Esprit, et qu’Il est connectĂ© ici Ă  la mĂȘme souche que le jĂ©lek avaient dĂ©vorĂ©e, mais il y a un petit morceau d’écorce qui descend, qui relie cela ensemble, ça marchera exactement comme cela l’avait fait ici.

215      Les credos de l’église peuvent dire: «Oh! ce n’est pas vrai. C’est de la tĂ©lĂ©pathie mentale. C’est le–le diable. C’est le fait de dire la bonne aventure.»

216      On a dit la mĂȘme chose Ă  Son sujet: S’ils ont appelĂ© le MaĂźtre de la maison BĂ©elzĂ©bul, Ă  combien plus forte raison appelleront-ils ainsi les gens de la maison?» Exact. Cela n’arrĂȘte toujours pas la chose. Cela le fait bien progresser, cela le fait avancer.

217      Maintenant, est-Il toujours Dieu? Est-Il le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? Honore-t-Il Sa Parole? Il L’honore.

218      Et je contrains chacun de vous, si vous n’avez jamais Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ, de vous faire baptiser au Nom de JĂ©sus-Christ. Peu m’importe ce que le vieux lambeau de l’église dit. C’est une dĂ©nomi-...

219      Et je connais des hommes que j’ai amenĂ©s droit dans mon bureau, on a Ă©tudiĂ©, des hommes bons, Ă©tablis. Je disais: «Venez ici une minute. Montrez-moi votre baptĂȘme au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit, si c’est scripturaire.»

220      Et lorsqu’il Ă©tait coincĂ© lĂ , il disait: «Je sais ça, FrĂšre Branham, mais ne me donnez pas cela.» Voyez?

221      Je disais: «Soutenez votre doctrine, montrez-moi un seul passage. Tout le monde dans la Bible...»

222      Il y en a qui ont Ă©tĂ© baptisĂ©s sans invoquer aucun nom du tout. Ils ont dĂ» venir se faire rebaptiser avant de recevoir le Saint-Esprit. Combien savent cela? Paul passait par les hautes provinces d’EphĂšse, il a trouvĂ© les baptistes. Ils avaient un bon... Ils avaient un bon pasteur; c’était un juriste converti: Apollos. Et il leur a demandĂ©: «Avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?»

223      Ils ont dit: «Nous ne savons pas qu’il existe un Saint-Esprit.»

224      Il a dit: «De quel baptĂȘme avez-vous donc Ă©tĂ© baptisĂ©s?» Il est dit dans Roi Jacques: «De quel baptĂȘme.» Lisez cela dans l’original, lĂ ; il est dit: «Comment.» «De quel baptĂȘme», cela veut dire la mĂȘme chose: «Comment avez-vous Ă©tĂ© baptisĂ©s?»

225      Ils ont dit: «Nous avons Ă©tĂ© baptisĂ©s par Jean, le mĂȘme homme qui avait baptisĂ© JĂ©sus.» C’est un bon baptĂȘme. Ils Ă©taient entrĂ©s dans l’eau, la mĂȘme personne qui avait baptisĂ©... Jean.

226      Eh bien, Paul a dit: «Cela ne marchera plus. Ce n’est plus valable. Il est dĂ©jĂ  venu, Il a Ă©tĂ© crucifiĂ©. En effet, Jean baptisait pour la repentance, pas pour le pardon du pĂ©chĂ©. Il disait que vous devriez croire en Celui qui venait, JĂ©sus-Christ.» Et lorsqu’ils ont entendu cela, ils sont entrĂ©s dans l’eau et ils ont Ă©tĂ© encore baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ. Paul leur a imposĂ© les mains, le Saint-Esprit est venu sur eux, ils ont prophĂ©tisĂ© et parlĂ© en langues. Est-ce vrai? Paul avait contraint les hommes qui avaient Ă©tĂ© baptisĂ©s par le mĂȘme homme qui avait baptisĂ© JĂ©sus, il leur a dit qu’ils devaient se faire rebaptiser, parce qu’ils n’étaient pas baptisĂ©s au Nom du Seigneur JĂ©sus. J’ai le droit de dire la mĂȘme chose si c’est la mĂȘme doctrine.

227      Or, qu’a dit Paul dans Galates 1.8? Eh bien, c’est ce qu’Il a fait. Combien savent que c’est la VĂ©ritĂ©? Dites amen [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Il a dit: «Si un ange du Ciel (Ne parlons mĂȘme pas d’un prĂ©dicateur d’une Ă©glise ou d’une dĂ©nomination), si un ange du Ciel vient et prĂȘche un autre Evangile que Celui-ci, qu’il soit anathĂšme. Comme je l’ai dit avant, je le rĂ©pĂšte, si nous-mĂȘmes, ou un ange du Ciel prĂȘche un autre Evangile que celui que vous avez dĂ©jĂ  entendu.» Voyez-vous lĂ  oĂč le jĂ©lek avait rongĂ© cela? Voyez? «Mais si un–un ange prĂȘche autre chose que ce que ceci est, qu’il soit anathĂšme.» C’est vrai. Qu’il soit anathĂšme; ne faites mĂȘme pas cas de lui.

228      Si un pasteur, si un missionnaire, si un–un Ă©vangĂ©liste, ou n’importe qui, essaie de vous contraindre d’ĂȘtre baptisĂ© autrement qu’au Nom de JĂ©sus-Christ, laissez-moi dire avec Paul: qu’il soit anathĂšme. Si un homme vous dit: «Serrez la main du prĂ©dicateur et vous recevrez le Saint-Esprit», qu’il soit anathĂšme. Car le Saint-Esprit est une naissance. Ils veulent avoir ce soi-disant...

229      Tout le monde sait, comme je l’ai dit auparavant, qu’une naissance est un gĂąchis. Peu m’importe oĂč elle a eu lieu. Que cette naissance ait lieu dans une grange, c’est un gĂąchis; qu’elle ait lieu dans une maison, c’est un gĂąchis. Qu’elle ait lieu dans une chambre d’hĂŽpital dĂ©corĂ©e en rose, c’est un gĂąchis. Une naissance est toujours un gĂąchis.

230      Et la nouvelle naissance n’est rien de moins qu’un gĂąchis. Crier, pleurnicher, crier tout simplement, avoir les lĂšvres balbutiantes, toute sorte de comportement, c’est un gĂąchis, mais cela produit la Vie. C’est l’unique moyen pour vous de pouvoir y arriver.

231      Ne recevez pas le fait de serrer la main ou d’inscrire votre nom dans un quelconque registre d’église et de dire: «Je crois en Dieu le PĂšre, Tout-Puissant, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, et en JĂ©sus-Christ, Son fils, dans la sainte Eglise catholique romaine, et dans la communion des saints.» Si vous faites cela, vous prouvez que vous ĂȘtes un spirite.

232      Tout ce qui communie avec les morts, peu m’importe ce que c’est, c’est un dĂ©mon. Il n’y a qu’un seul mĂ©diateur entre Dieu et les hommes, c’est l’Homme JĂ©sus-Christ. Et Il n’est pas mort, mais Il est vivant. Et Il est ici maintenant; Il est ressuscitĂ© d’entre les morts. Tous les autres saints catholiques et les saints protestants, et je ne sais quoi encore, ils sont morts et ils sont dans la tombe. Ils peuvent ĂȘtre dans la Gloire. S’ils Ă©taient saints, ils y sont. Peu m’importe oĂč ils sont, si vous communiez avec eux, vous ĂȘtes absolument en train de transgresser les lois de Dieu et vous entrez en contact avec un dĂ©mon qui n’est pas un saint. Certainement. C’est ce que dit la Bible.

233      Le gazam a dĂ©vorĂ© cela aussi, mais Dieu va le restaurer par le vĂ©ritable Esprit vivant de Dieu qui ne communie pas avec saint Jude, saint ceci, saint cela, sainte CĂ©cile, et tous ces autres, certains de ces saints. Ça sera avec l’Esprit de JĂ©sus-Christ qui reviendra et se manifestera, accomplissant exactement les mĂȘmes oeuvres. «Je restaurerai, dit l’Eternel.» Et je remercie Dieu aujourd’hui pour ce sarment de l’église ici; il y a une petite Vie qui commence Ă  monter discrĂštement lĂ , elle se manifeste. Dieu restaurera toute l’Eglise Ă  sa vraie–vraie stature une fois de plus avant la Venue du Seigneur.

234      Seigneur JĂ©sus, le service est Ă  Toi. Je ne suis responsable que de la Parole et de La prĂȘcher. Maintenant, cela a Ă©tĂ© fait. C’est entre Tes mains, Seigneur. Je Te prie au Nom de Christ de recevoir ces choses, et telles qu’elles ont Ă©tĂ© prĂȘchĂ©es, Seigneur. Puisse, s’il y a une conscience qui a Ă©tĂ© blessĂ©e, puisse-t-elle ĂȘtre guĂ©rie par le Baume de Galaad. Et puissent ceux-ci, Seigneur, qui sont assis ici, qui ont Ă©tĂ© aspergĂ©s, ou inondĂ©s, ou immergĂ©s dans les trois dieux, puissent-ils voir leur erreur, Seigneur. Je ne peux... peu importe combien je prĂȘche...

235      Lorsque Tu prĂȘchais, Tu avais fait la mĂȘme chose, et cependant, leurs yeux Ă©taient aveugles: «Nul ne peut venir Ă  Moi si le PĂšre ne l’attire.» Et quand bien mĂȘme Tu prĂȘchais, Tu accomplissais les miracles, Tu prouvais que Tu Ă©tais le Messie; cependant, ils n’arrivaient pas Ă  croire, parce qu’EsaĂŻe avait dit qu’il en serait ainsi.

236      Et je pourrais ajouter ceci, c’est qu’aujourd’hui, quand bien mĂȘme Tu as accompli beaucoup d’oeuvres, Tu as rĂ©vĂ©lĂ© Ta vraie Parole, La ramenant sur le Fondement apostolique, lançant des dĂ©fis LĂ -dessus, que c’est la vĂ©ritĂ©; et puis, Tu confirmes Cela, Tu accomplis le mĂȘme genre de miracles que Tu accomplissais lorsque Tu Ă©tais ici sur terre. Qu’arrive-t-il? Ils ne peuvent pas, puisque Paul a dit par l’Esprit (comme EsaĂŻe l’avait dit): «Ils seront emportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, dĂ©loyaux, calomniateurs, intempĂ©rants, ennemis des gens de bien; ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de tels hommes.»

237      Seigneur, Je Te prie aujourd’hui de Te manifester et–et de rendre Ta–rendre Ta Parole vivante parmi nous maintenant mĂȘme. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Si Tu le fais, Seigneur, eux tous croiront. Nous sortirons de ce tabernacle ce matin, croyant que notre Ăąme est dĂ©livrĂ©e, si seulement Tu...?... Envoie-leur Cela, Seigneur, parle Ă  chaque coeur, pendant que nous attendons Ton discernement.

            Que le Saint-Esprit, la vraie Vie de Dieu entre dans cette petite partie de Sarment qui est restĂ©e. Oh! et, Seigneur, donne de l’énergie Ă  cela par Ton Esprit, et puisse cela... Que cela rende tĂ©moignage, Seigneur, rende tĂ©moignage: Ta Parole est vraie. Que chaque homme soit reconnu menteur, et Toi, vĂ©ridique. Peu importe combien s’y opposent, s’il faut subir le martyre, s’il faut ĂȘtre excommuniĂ©, s’il faut tenir des campagnes oĂč on doit prendre juste un seul homme et prendre position; ces pauvres enfants de Dieu viendront de toute façon, sans tenir compte de quoi que ce soit. Ils viendront de toute façon Ă©couter cela.

238      «Mes brebis connaissent Ma voix, elles ne suivront pas un Ă©tranger.» Ta voix, de la mĂȘme maniĂšre qu’Elle a appelĂ©e Tes brebis la premiĂšre fois, Elle appelle encore. Si... Elles ne suivront pas un Ă©tranger. Si Ta voix qui avait appelĂ© Tes brebis avait dit: «Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ», Tes brebis avaient entendu cela. Tes brebis entendent la mĂȘme chose aujourd’hui. Si quelqu’un dit: «Oh! c’est–c’est une affaire antichrist. Faites-vous baptiser au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit.» Elles ne suivront pas un Ă©tranger. Elles reconnaĂźtront Ta voix. Elles attendront Tes oeuvres. Je Te prie, PĂšre, de l’accorder Ă  tous. Ta Voix a parlĂ©, que Tes oeuvres suivent. Au Nom de JĂ©sus. Amen.

239      [Quelqu’un parle en langues.–N.D.E.]Maintenant, amis, le Saint-Esprit est en action. Maintenant, je vais tourner le dos Ă  cette assistance. Maintenant, je n’aimerais pas que vous d’ici au tabernacle... Je prĂ©fĂ©rais regarder dans cette direction. Je ne voudrais personne du tabernacle. Je voudrais que vous qui n’avez jamais Ă©tĂ© ici auparavant, ou–ou qui savez que je ne vous connais pas... Les gens qui ne sont pas de cette ville, levez de nouveau la main, que je voie lĂ  oĂč vous ĂȘtes, si vous ĂȘtes malades. Que le Saint-Esprit se meuve maintenant. Maintenant, Ă  vous qui m’ĂȘtes inconnus.

240      Avez-vous des cartes de priĂšre? A-t-on distribuĂ© des cartes... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... Ils ont touchĂ©...

241      Et qu’Il le fasse au moins Ă  deux reprises. La Bible dit que c’est par la dĂ©claration de combien de tĂ©moins? Deux ou trois. Est-ce vrai? De deux ou trois tĂ©moins que toute affaire sera rĂ©glĂ©e. Qu’on prenne au moins deux ou trois parmi vous, alors, que le reste d’entre vous croie. Tout ce dont vous avez besoin, croyez-le maintenant mĂȘme.

242      Allez-vous le faire, s’Il le fait? Levez la main, et dites: «Je–je–je le recevrai par la foi.» Levez simplement la main. Allez-vous le faire? Levez la main, tout le monde ici prĂ©sent. Combien ici disent: «Je n’ai jamais vu cela auparavant; je le recevrai aussi par la foi»? Levez la main et dites: «Je le recevrai par la foi.» Regardez ça.

243      Maintenant, voyez-vous oĂč je me tiens? C’est un dĂ©fi ici. Maintenant, s’Il est Dieu, Il se manifestera. Si ceci n’est pas la VĂ©ritĂ©, alors je suis un menteur, un faux prophĂšte; vous ne devriez jamais venir m’écouter une autre fois, parce que je suis un faux prophĂšte, je rends un faux tĂ©moignage de Christ. Vous ne pouvez pas faire cela et prouver que l’enseignement que j’apporte... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

244      Venez, vous ĂȘtes de ce Tabernacle, n’est-ce pas, madame? Vous assise lĂ  avec votre main levĂ©e, portant un petit chapeau blanc. Ouais, vous ĂȘtes d’ici. Voyez, lorsque je vois ça, les gens tirent pour avoir cette vision. Je peux voir Cela juste au-dessus d’eux.

245      Mais je veux quelqu’un que je ne connais pas. Tenez, vous d’ici au tabernacle, madame, vous qui avez le mouchoir levĂ© comme ceci, vous qui ĂȘtes assise ici mĂȘme? Etes-vous de–ĂȘtes-vous... vous ĂȘtes, vous–vous n’ĂȘtes pas de cette ville? Levez-vous une minute. Pendant que vous Ă©tiez assise lĂ  en train de prier, il y a eu une sensation drĂŽle qui vous a envahie tout d’un coup. C’était l’Ange du Seigneur. Eh bien, Il se tient juste Ă  cĂŽtĂ© de vous maintenant. Eh bien, il y a Quelque Chose qui a fait que vous L’avez touchĂ©. Je ne sais pas ce que c’est. Mais vous n’ĂȘtes pas de cette ville. Vous venez peut-ĂȘtre de Louisville, de Tennessee, ou de je ne sais oĂč, je ne sais pas. Dieu le sait. Mais s’Il me rĂ©vĂšle ce qu’est votre... le secret de votre coeur, qu’Il fait connaĂźtre votre–votre dĂ©sir, l’une ou l’autre chose, allez-vous croire, accepter la Parole, faire tout comme...?

246      Maintenant, vous tous qui regardez cette femme, voyez. Maintenant, que le Saint-Esprit, s’Il est toujours le Saint-Esprit, rĂ©vĂšle cela. N’ayez pas peur. Il est Dieu. Il tient Sa Parole, chaque Parole.

247      Cette femme souffre d’une dĂ©pression, d’une maladie de nerfs. C’est vrai, levez la main. Vous souffrez aussi du coeur. D’un coeur palpitant. Cela vous fait plus mal lorsque vous vous couchez, ça vous Ă©touffe davantage. Vous avez subi une intervention chirurgicale. Cette intervention chirurgicale n’a pas encore apportĂ© la guĂ©rison. C’est vrai, n’est-ce pas? Non, vous ne venez pas d’Ohio... Vous ĂȘtes d’Ohio. Vous ĂȘtes d’Ohio. Vous avez un fardeau sur le coeur; il y a une petite fille ou quelque chose comme cela, c’est une fille qui est perdue. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Allez, recevez ce que vous avez demandĂ©, madame, vous avez touchĂ© Quelque Chose. Croyez-vous? Qui d’autre avait la main levĂ©e [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Ici.

248      Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler le secret de votre coeur? Croyez-vous que c’est le mĂȘme Dieu au sujet Duquel j’ai prĂȘchĂ© ce matin? Vous ĂȘtes couverte d’une ombre noire; c’est le cancer. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Croyez-vous? TrĂšs bien, monsieur. Alors, retournez Ă  Ohio d’oĂč vous venez, Lebanon; retournez et soyez guĂ©ri, croyant au Seigneur JĂ©sus-Christ. Allez et croyez cela.

249      Cette petite fille assise ici mĂȘme, on dirait, souffre d’une Ă©ruption cutanĂ©e. LĂšve-toi, chĂ©rie. Crois-tu? Cela l’a un peu choquĂ©, n’est-ce pas? TrĂšs bien, c’est... Tu vas en guĂ©rir. Tu vas te rĂ©tablir; je t’ai vue plus tard. Rentre chez toi et sois rĂ©tablie.

250      Qui Ă©tait cette personne qui s’est levĂ©e il y a juste quelques instants? Quelqu’un lĂ  derriĂšre s’était levĂ© quelque part. Etiez-vous debout? Levez-vous. Croyez-vous que JĂ©sus-Christ peut me dire ce qu’est votre maladie? Acceptez-vous cela? Croyez-vous que cette nodositĂ© quittera votre cou? Votre femme assise Ă  cĂŽtĂ© de vous souffre des nerfs. C’est aussi vrai. Vous venez tous de l’Ohio. Placez votre main sur elle lĂ , frĂšre.

251      Seigneur, qu’ils soient guĂ©ris, qu’ils retournent chez eux se rĂ©jouissant, rĂ©tablis, par JĂ©sus-Christ notre Seigneur. Amen.

252      [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... quelqu’un Ă  cĂŽtĂ© de vous. Ce n’est pas ma parole, ce que je vous dis, c’est la Parole de Dieu. Croyez-vous Cela maintenant? Que tous ceux qui croient disent «amen.» [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] La Parole a Ă©tĂ© rendue manifeste; c’est la VĂ©ritĂ©. Maintenant, inclinons la tĂȘte.

253      Seigneur, je viens Ă  Toi au Nom de JĂ©sus, priant pour ces gens. Il se fait tard, Seigneur. Il se fait vraiment plus tard que nous ne le pensons, la Venue du Seigneur est proche. Nous Te prions d’étendre Ta misĂ©ricorde. Accorde-leur, Seigneur, la guĂ©rison. Je condamne maintenant le diable sur base de la LumiĂšre de la Parole de Dieu, qu’Il est le Fils de Dieu, que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, que le baptĂȘme d’eau au Nom de JĂ©sus-Christ est vrai...

EN HAUT