ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication Qui Est Celui-Ci? de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 59-1004M La durĂ©e est de: 1 heure et 44 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Qui Est Celui-Ci?

1          Seigneur... et les–les choses qu’Il a promises, et chaque promesse qu’Il a faite est vraie. Et nous attendons avec impatience le moment de Son apparition. Et d’autant plus que nous voyons ce jour-lĂ  approcher, cette heure-lĂ  venir, cela nous fait Ă©prouver le besoin de nous examiner, de faire un inventaire de nous-mĂȘmes juste pour voir oĂč nous nous trouvons.

            Je venais d’apprendre, en venant lĂ  dans la cour, que mon brave ami lĂ , l’un–l’un de mes vrais copains est Ă  l’article de la mort, Ă  la suite d’un cancer. Et je veux certainement que l’église prie pour frĂšre Rogers, car il est un...

            Je voudrais aller le voir cette semaine. Il vit dans une ville Ă  environ 35, 40 miles [56 km, 64 km] vers le sud, Ă  Milltown, dans l’Indiana. Et j’ai l’intention d’aller le voir. C’est un vĂ©tĂ©ran de la PremiĂšre Guerre mondiale. Et il a subi tout rĂ©cemment une opĂ©ration, et les mĂ©decins l’ont tout simplement suturĂ©, parce que, ont-ils dit, c’est inutile d’essayer d’opĂ©rer; il Ă©tait mourant. Et il venait de l’apprendre, je crois, le vendredi ou le samedi, l’un ou l’autre, il venait d’apprendre qu’il a le cancer.

2          Mais une chose glorieuse s’est produite. Il a dit que dans la chambre, quand il est allĂ© Ă  l’hĂŽpital, un arc-en-ciel est apparu dans le coin et s’est tenu lĂ ; et il a observĂ© cela pendant quelque temps. Et c’était le symbole de l’alliance de Dieu. Bien sĂ»r, l’arc-en-ciel reprĂ©sente toujours une alliance. Dieu garde Ses alliances. Il fait Sa promesse.

            Et vous et moi, nous pouvons en faire une et ĂȘtre obligĂ©s de la briser, parce que nous–nous ne savons pas ce que tient demain. Mais Dieu ne peut pas faire une alliance et la briser, parce qu’Il sait ce que tient demain. Voyez-vous? Il connaĂźt tous nos ennuis et ce qu’il en est. Et Il savait tout ce qui arriverait avant que cela n’arrive. Avant la fondation du monde, Il savait trĂšs exactement qui existerait et qui n’existerait pas.

            Et n’est-ce pas une consolation, juste aprĂšs que nous avons entendu ces propos trĂšs sĂ©vĂšres de ce Russe, Khrouchtchev, et–et des autres, et les observations qu’ils ont faites, disant que les–les hangars sont prĂȘts. Ils pourraient dĂ©truire le monde juste en une minute. Voyez-vous? Il suffit d’un rien, ils–ils vont simplement appuyer sur un bouton, et ce sera fini.

3          Mais quand on jette le regard dans les pages de cette Bible, on constate qu’avant que cela puisse arriver, l’Eglise sera dĂ©jĂ  partie Ă  la Maison. Oh! quel sentiment! voyez-vous? Quel soulagement de savoir que cela ne nous touchera jamais. C’est juste. Nous sommes... Cela ne nous touchera jamais! Nous sommes tout aussi sĂ©curisĂ©s que possible. Et de savoir que ce n’est pas juste un abri que le gouvernement a construit pour nous; c’est un abri que Dieu a placĂ© lĂ  pour nous. Et nous pouvons ĂȘtre assurĂ©s que c’est tout aussi parfait que possible.

            A travers les Ăąges, Dieu a fait des promesses, et toutes ces promesses, Il les a toujours tenues. Et pour ma part, je–je ne vois rien d’autre qui reste, sinon le dĂ©part soudain de l’Eglise. Je vois les petits groupes aller çà et lĂ , luttant, les fidĂšles tenant bon.

4          Et la semaine passĂ©e, vous savez ce qui s’est passĂ© en IsraĂ«l, le dernier signe. IsraĂ«l est devenu une nation en 1947, la mĂȘme nuit oĂč l’Ange du Seigneur m’a visitĂ©. Il est venu vers moi Ă  minuit, et il Ă©tait midi quand ils ont signĂ© le–ce traitĂ© de paix avec le monde et la SociĂ©tĂ© des Nations et tout, outre-mer. Mais la semaine passĂ©e, ils ont eu leur propre monnaie. Ils sont... Ils ont une vraie monnaie juive qu’ils utilisent maintenant.

            Et je–je ne vois rien du tout qui reste, selon les Ecritures... Bien sĂ»r, il pourrait ... il y a peut-ĂȘtre bien des choses que le Seigneur ne me permet pas de savoir. Mais je ne vois rien d’autre qui reste, sinon la Venue du Seigneur. Et, oh! combien j’aimerais tout simplement faire un examen! Et quand vous lisez les journaux et suivez les informations, cela vous rend trĂšs nerveux, et alors vous vous asseyez et vous vous dites: «Avant que tout cela ne puisse arriver, nous serons dĂ©jĂ  rentrĂ©s Ă  la Maison.»

            Il n’y aura jamais de vieilles personnes dans ce pays-lĂ . Pensez-y un peu, nous les personnes ĂągĂ©es, nous serons alors changĂ©es, et nous serons jeunes. LĂ -bas, il ne peut jamais y avoir la maladie ni la mort; il ne peut jamais y avoir de chagrin, de peine, ni quoi que ce soit Ă  ce moment-lĂ , quand nous traverserons ce...

5          J’aimerais tout simplement demander ceci: Qu’arriverait-il si ce matin quelqu’un entrait ici et disait: «Eh bien, je viens de dĂ©couvrir quelque chose, qui est scientifiquement prouvĂ© comme Ă©tant la vĂ©ritĂ©. Et voici la chose, il y a un vaisseau qui vient ici Ă  travers les airs juste dans quelques minutes. Et tout celui d’entre vous qui dĂ©sire monter Ă  bord peut le faire. Et il va vers un pays... Je viens de rentrer. Et j’étais un vieil homme de quatre-vingt-dix ans.» Et le voilĂ  dans la fleur mĂȘme de la jeunesse, vous savez, et il dit: «Juste lĂ  de l’autre cĂŽtĂ©, aussitĂŽt que vous dĂ©barquez sur cette autre rive, vous redevenez immĂ©diatement jeune. Et j’ai rencontrĂ© des gens qui sont lĂ -bas depuis un million d’annĂ©es, et ils ont la mĂȘme apparence.»

            Je dirais: «FrĂšre, faites-moi un peu de place, je pars.»

            Et je pense que c’est ce que nous ressentons tous. Et, vous savez, ce n’est pas juste une histoire; c’est la vĂ©ritĂ©. Et le vieux bateau de Sion va descendre Ă  travers les airs un de ces jours, et il va embarquer les saints, et traverser, il va tout simplement passer sous la banniĂšre de la croix, et ensuite, nous serons Ă  la Maison. Oh! quel moment glorieux!

6          Ainsi je pense aujourd’hui, dans un... mĂȘme... «Le malheur atteint souvent le juste, mais Dieu l’en dĂ©livre toujours.» Et je suis heureux que nous puissions nous reposer avec assurance sur cette glorieuse promesse. Et je suis trĂšs reconnaissant Ă  Dieu pour Sa grĂące qui a appelĂ© frĂšre Junie Jackson, tel que nous le connaissons ici. Il y a quelques instants, j’ai entendu tĂ©moigner des Ă©trangers qui arrivaient pour le service de guĂ©rison de ce soir.

            Et je suis–je suis trĂšs reconnaissant que Dieu ait sauvĂ© frĂšre Jackson. Le diable a vraiment failli le tuer une fois. Mais Dieu avait pour lui un travail Ă  faire, c’est pourquoi Il a Ă©pargnĂ© sa vie. Et si cette assemblĂ©e et cette petite Ă©glise se tiennent ici aujourd’hui, c’est Ă  cause de la grĂące de Dieu. Junie est un trĂšs cher ami Ă  moi, il est aussi fidĂšle que possible Ă  la cause. Et ma priĂšre est que Dieu vous bĂ©nisse, cette assemblĂ©e-ci, et–et qu’Il vous multiplie jusqu’à ce que cette Ă©glise ne soit plus en mesure d’accueillir les gens.

7          Et cela me fait du bien d’entrer dans une petite Ă©glise comme celle-ci, oĂč nous pouvons nous rapprocher les uns des autres. J’ai eu le privilĂšge, par la grĂące de Dieu, de prĂȘcher Ă  des assemblĂ©es plus importantes. Mais je ne dis pas ceci pour montrer que je–pour montrer que j’ai plus apprĂ©ciĂ© cela, car les meilleures rĂ©unions que j’aie jamais tenues, c’est lorsque nous tenions des rĂ©unions mĂȘme dans de petites maisons oĂč nous... Je me procure une chaise et je vais dans un coin, oĂč je bondis de temps en temps de la chaise et y reviens. Et je passe de merveilleux moments de communion fraternelle, oĂč les saints peuvent se rassembler et «lĂ  oĂč deux ou trois sont assemblĂ©s en Mon Nom, Je serai au milieu d’eux». VoilĂ  la promesse. Peu importe la taille de l’église, Dieu a promis de nous rencontrer, et Il le fera.

            Maintenant, je crois qu’ils... FrĂšre Jackson me disait que l’on a prĂ©vu ce soir de tenir un service de guĂ©rison Ă  l’église. Et je lui ai dit que je viendrai aussi, et peut-ĂȘtre pour parler pendant quelques minutes Ă  l’assemblĂ©e aprĂšs sa leçon de l’école du dimanche ce matin, et pour compatir en quelque sorte avec pour le peuple. Et j’ai entendu quelqu’un tĂ©moigner, disant qu’ils sont venus pour ĂȘtre guĂ©ris, et je pense que ce soir il y en a beaucoup pour qui on va prier. Avez-vous prĂ©vu un service pour amener les gens et pour qu’on les oigne, qu’on prie pour eux, ou bien pour que l’on ait le–le–le discernement du Saint-Esprit afin de dĂ©couvrir ce qui ne va pas?

8          Et vous voyez, je dois me prĂ©parer pour ces choses, jeĂ»ner en m’attendant au Seigneur et tout le reste, parce que Satan est toujours lĂ  pour tendre un piĂšge Ă  tout moment pour vous dĂ©ranger.

            Et combien pensent que ce serait mieux... Voyez-vous, la–l’assemblĂ©e, nous sommes... Cette Ă©glise est comme la nĂŽtre lĂ -bas, c’est une Ă©glise souveraine. Nous trouvons que la majoritĂ© des gens ont plus un mot Ă  dire qu’une seule personne (voyez-vous?), car c’est ce que l’on appelle «tirer au sort». Pensez-vous que ce serait bien d’avoir un–juste un–un service de discernement ce soir? Levez la main si vous trouvez que ce serait la chose Ă  faire. TrĂšs bien. Voyons, maintenant le contraire serait juste... TrĂšs bien.

9          Alors, nous allons distribuer les car-... les cartes de priĂšre ce soir, et nous allons appeler les gens. Il se peut qu’il y ait... s’ils sont nombreux, j’enverrai Gene ou Billy, ou l’un d’eux cet aprĂšs-midi vers (A quelle heure dĂ©butez-vous le service, Junie? 19 h 30...) 18 h 30 alors. Et ils vont vous donner les cartes, et nous allons prier pour tous ceux qui auront une–des cartes. Cela veut dire qu’on pourra prier pour tout le monde, mais nous allons... dans une petite assemblĂ©e... Mais ce que nous ferons, nous ferons alterner la ligne, et nous laisserons... je vais leur demander de donner des cartes de priĂšre aux Ă©trangers, et puis, que les gens d’ici viennent aprĂšs, car ce sont les gens d’ici qui clĂŽturent (voyez-vous?), ainsi ils vont... Ils comprennent.

10        Eh bien, des fois chez moi... Ici, c’est un peu difficile d’avoir une rĂ©union oĂč s’exerce le discernement. Madame Wood est assise maintenant tout prĂšs. Quand je descendais Ă  l’église et que je voulais tenir un service de... Je disais alors... Et nous pourrions le faire ainsi ce soir. Avant, on ne distribuait pas de cartes de priĂšre ou quoi que ce soit d’autre, le Saint-Esprit Ă©tait lĂ , et Il appelait certaines personnes. Et je disais: «Que tous ceux qui sont des Ă©trangers ici, se lĂšvent.» Voyez-vous? Je leur demandais Ă  tous de se lever. Et le Saint-Esprit disait: «TrĂšs bien, voici Untel de», tout ce qu’Il disait, et Il faisait cela. Et puis, la fois suivante je me retournais...

            Et beaucoup de gens ici dans notre ville disaient: «Eh bien, nous ne connaissions pas ces gens. Nous ne savions pas quel Ă©tait leur problĂšme. Il est possible que cela ait Ă©tĂ© faux.»

            La prochaine fois, je disais: «TrĂšs bien, nous allons tout simplement prendre les gens d’ici; qu’ils se lĂšvent.»

            «Oh! Il connaissait ces gens. Certainement, il sait...» Vous voyez donc que Satan tend un piĂšge partout. Voyez-vous? Il est–il est prĂȘt Ă  tout moment. Et alors, certains d’entre eux disent: «Eh bien, si vous exercez ces discernements d’affilĂ©e comme cela, les autres n’auront pas la chance d’entrer dans la ligne de priĂšre.» D’autres disent: «Eh bien, si vous avez le... Je prĂ©fĂ©rerais que l’on prie pour moi.» Eh bien–eh bien, c’est tout simplement vice versa. Ainsi nous suivons d’abord une procĂ©dure, et ensuite une autre.

11        Et les gens–les gens seront comme cela jusqu’à ce que JĂ©sus vienne. Vous pouvez... L’Evangile attire toujours une multitude de gens de toutes espĂšces. Les effets de la prĂ©dication de Christ attirent toujours une multitude de gens de toutes espĂšces. Cela attire des croyants, des soi-disant croyants et des incroyants. VoilĂ  l’assemblĂ©e que vous avez. Nous nous attendons donc Ă  tout ça. Alors, nous attendons impatiemment jusqu’à ce que... comme ce soir ce sera un moment glorieux dans le Seigneur.

            Maintenant, juste avant que nous ouvrions la Parole... (Et c’est vers 11 h 30 que vous congĂ©diez les gens, je pense, FrĂšre Junior?) Et puis, ces gens qui dĂ©sirent ĂȘtre dans la ligne de priĂšre ce soir, afin qu’on puisse les aligner, si un groupe de gens arrive pour l’extĂ©rieur, alors nous pouvons les faire entrer, vous savez, par les portes et tout. Venez Ă  18 h 30.

12        Inclinons maintenant la tĂȘte avant de lire la Parole. Notre PrĂ©cieux Seigneur, nous Te remercions trĂšs humblement du fond de notre coeur pour cette espĂ©rance vivante que nous avons, dans ce corps mortel. Il existe un Seigneur Dieu et JĂ©sus-Christ. Et par Sa misĂ©ricorde et Sa bontĂ©, Il nous a donnĂ© la Vie Eternelle. Et cette grande espĂ©rance est en nous aujourd’hui, et nous la sentons comme un–un puits bouillonnant dans nos Ăąmes, nous donnant l’assurance que toutes les Paroles de Dieu sont la VĂ©ritĂ©. Et nous sommes si heureux de savoir aujourd’hui que nous n’avons pas Ă  supposer cela. Ce n’est plus une supposition; c’est une certitude; car nous avons lu Sa promesse et nous Le voyons venir pour accomplir cette promesse de la Parole. Par consĂ©quent, nous savons que c’est la VĂ©ritĂ©.

            Et nous sommes reconnaissants pour le Saint-Esprit qui est tĂ©moin de Sa rĂ©surrection. Et nous sommes reconnaissants pour les ministres, de vrais prophĂštes de Dieu, qui soutiennent la VĂ©ritĂ© et la justice. Et nous Te prions de bĂ©nir ces gens aujourd’hui, oĂč qu’ils soient Ă  leur chaire Ă  travers le monde, afin que le Saint-Esprit se meuve au-dessus d’eux avec puissance et leur accorde Ta Parole. Et que cela produise partout de grands rĂ©sultats, car nous croyons que la Venue de JĂ©sus est proche.

13        Nous voudrions Te demander de bĂ©nir cette petite Ă©glise aujourd’hui, son pasteur, ses diacres, tout le comitĂ©, tous les membres, et les Ă©trangers qui se sont rĂ©unis dans nos portes. Nous sommes reconnaissants pour la communion fraternelle, d’entendre quelqu’un dire qu’il a parcouru plusieurs kilomĂštres en voiture pour participer Ă  la rĂ©union. Et l’Ecriture est rĂ©ellement rendue manifeste, quand Elle dit: «Quand J’aurai Ă©tĂ© Ă©levĂ©, J’attirerai tous les hommes Ă  Moi.»

            Et nous savons, Seigneur, que Ton Eglise n’est pas majoritaire ce matin, les vrais croyants sont en minoritĂ©. Mais un jour, Seigneur, Tu vas recueillir cette minoritĂ©. Nous soupirons pour cette heure-lĂ . C’est ce jour-lĂ  dont nous attendons l’aube, quand nous verrons Celui qui Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s, et qui Ă©tait brisĂ© pour nos iniquitĂ©s, et le chĂątiment qui nous donne la paix est tombĂ© sur Lui, et c’est par Ses meurtrissures que nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris. Combien nous Te remercions pour ceci!

14        Je Te prie, ĂŽ Seigneur, de bĂ©nir Ton serviteur indigne, alors que j’essaie de servir Ton peuple, accorde-leur quelque chose qui nous rapprochera tous davantage de Toi. Puissions-nous quitter ce bĂątiment ce matin, Ă©tant des chrĂ©tiens meilleurs que lorsque nous sommes entrĂ©s. Et puisse... S’il y en a un ici qui n’est pas en ordre, Seigneur, puisse-t-il quitter la salle ce matin avec un coeur heureux, en se rĂ©jouissant du fait d’avoir trouvĂ© cette Perle de grand prix, qui a plus de valeur que toutes les autres choses de leurs vies.

            Nous voudrions prier aussi, Seigneur, pour ceux qui sont malades et affligĂ©s. Puissent-ils ne pas devoir attendre un service spĂ©cial ce soir, mais que le Glorieux Saint-Esprit touche cette personne ce matin et lui accorde Ta grĂące.

15        Il y a quelques jours, j’ai eu le privilĂšge de voir une femme qui nous a rencontrĂ©s, et elle a dit: «Oh! FrĂšre Branham, il semble qu’une horrible maladie que vous aviez maudite une fois au Nom du Seigneur cherche Ă  revenir. Mais je me repose solennellement sur l’AINSI DIT LE SEIGNEUR.» Et quand les mĂ©decins ont examinĂ© notre soeur Bruce, ils l’ont trouvĂ©e sans la maladie. Nous sommes reconnaissants, Seigneur, de ce que Tu tiens Ta Parole. Ta promesse est tellement vraie.

            Que ce soit un AINSI DIT LE SEIGNEUR ce matin pour chaque besoin que nous avons. Nous voudrions nous souvenir de ceux qui sont dans les hĂŽpitaux et Ă  la maison, et particuliĂšrement de notre frĂšre Rogers. Puisse Ta grĂące et Ta misĂ©ricorde, si cela Te plaĂźt, ĂŽ Seigneur... parle ce matin dans une vision et montre-nous exactement quoi dire Ă  notre frĂšre. Car nous, Ton peuple, nous nous attendons Ă  Ă©couter Ta Parole. En attendant que nous L’écoutions, nous ferons confiance Ă  chaque instant. DĂ©verse Tes bĂ©nĂ©dictions sur tout le monde. BĂ©nis la lecture de la Parole, et nous Te rendront toute la louange et toute la gloire, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

16        Je dĂ©sire que vous ouvriez tous, je vous prie, Matthieu, chapitre 21. Et nous allons lire une portion de la Parole, Ă  partir du verset 1.

Lorsqu’ils approchĂšrent de JĂ©rusalem, et qu’ils furent arrivĂ©s Ă  BethphagĂ©, vers la montagne des Oliviers, JĂ©sus envoya deux disciples, en leur disant: Allez au village qui est devant vous; vous trouverez aussitĂŽt une Ăąnesse attachĂ©e, et un Ăąnon avec elle; dĂ©tachez-les, et amenez-les-moi.

Si quelqu’un vous dit quelque chose, vous rĂ©pondrez: Le Seigneur en a besoin. Et Ă  l’instant il les laissera aller.

Or, ceci arriva afin que s’accomplĂźt ce qui avait Ă©tĂ© annoncĂ© par le prophĂšte:

Dites Ă  la fille de Sion: Voici, ton roi vient Ă  toi, plein de douceur... montĂ© sur un Ăąne, sur un Ăąnon, le petit d’une Ăąnesse.

Les disciples allÚrent, et firent ce que Jésus leur avait ordonné.

Ils amenĂšrent l’ñnesse et l’ñnon, mirent sur eux leurs vĂȘtements, et le firent asseoir dessus–dessus.

La plupart des gens de la foule Ă©tendirent leurs vĂȘtements sur le chemin; d’autres coupĂšrent des branches d’arbres, et en jonchĂšrent la route.

Ceux qui précédaient et ceux qui suivaient Jésus criaient: Hosanna au Fils de David! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! Hosanna dans les lieux trÚs hauts!

Lorsqu’il entra dans JĂ©rusalem, toute la ville fut Ă©mue, et l’on disait: Qui est celui-ci?

La foule rĂ©pondait: C’est JĂ©sus, le prophĂšte, de Naz-... en GalilĂ©e.

17        Ce matin, je dĂ©sire lire ou plutĂŽt prendre comme sujet ces trois derniers mots du verset 10: Qui est Celui-ci? Et que le Seigneur ajoute Ses bĂ©nĂ©dictions Ă  la lecture de Sa Parole.

            Ça doit avoir Ă©tĂ© vers, disons, vers dix heures, un vendredi matin. Et les gens s’étaient levĂ©s depuis le lever du jour et ils allaient çà et lĂ  dans la ville. Elle Ă©tait si comble de monde Ă  ce moment, au point... les gens dormaient devant les murailles, sur le sol, dans leurs tentes, partout oĂč ils pouvaient trouver un endroit pour s’étendre, Ă  cause de cet Ă©vĂ©nement spĂ©cial qui avait attirĂ© les gens de partout dans le monde connu. On appelait cela la fĂȘte de PĂąques, que Dieu avait ordonnĂ©e aux Juifs jadis dans les premiers Ăąges de leur histoire. C’est Ă  ce moment-lĂ  que l’agneau de sacrifice devait ĂȘtre tuĂ©, et que l’expiation devait ĂȘtre faite pour le pĂ©chĂ© du peuple.

18        Et comme c’était un Ă©vĂ©nement annuel, cela avait lieu chaque annĂ©e. Mais cette fois-ci, c’était un Ă©vĂ©nement particulier. Il y avait quelque chose d’un peu diffĂ©rent dans cette PĂąques-ci. Vous savez, d’habitude lorsque nous tenons des services, nous avons notre service habituel et notre... nous adorons et nous payons nos dĂźmes, nous nous rassemblons dans nos Ă©glises et nous communions avec nos fidĂšles. Cependant, vous savez, quand JĂ©sus vient, c’est toujours un Ă©vĂ©nement spĂ©cial. Quelque chose nous le montre.

            Il y avait une grande expectative. L’atmosphĂšre semblait chargĂ©e de quelque chose.

            Et cela est presque pareil Ă  ce qui se passe aujourd’hui. Aujourd’hui l’atmosphĂšre est chargĂ©e de l’expectative de Sa Seconde Venue. Il y avait Ă  l’époque dans cette ville beaucoup de gens qui n’en savaient rien, juste comme il y en a aujourd’hui dans le monde. Et il y en avait beaucoup qui, mĂȘme en l’apprenant, ne faisaient pas cas de cela. Et c’est pareil aujourd’hui dans le monde, en effet, il y a d’autres choses plus fascinantes que le... pour les hommes et les femmes du monde, que la destinĂ©e Ă©ternelle de leurs Ăąmes.

19        Mais il y en avait qui croyaient en Lui. Ils s’attendaient Ă  Son arrivĂ©e, ils savaient qu’il y aurait quelque chose de particulier, quelque chose allait se produire, car JĂ©sus ne peut pas venir, peu importe le moment, sans que quelque chose de particulier ne se produise. Il y a toujours quelque chose de nouveau quand Il apparaĂźt. Et il y avait une expectative dans le chef des gens, mais ce qui est dommage dans tout ça, c’est que beaucoup de gens ne L’ont pas vu, ne sont jamais parvenus Ă  Le voir quand Il est venu.

            Et c’est l’une des choses malheureuses aujourd’hui. Beaucoup ne Le verront pas quand Il viendra. Mais il y aura un reste. Ceux qui connaissent Dieu, qui sont dans l’attente et qui sont dans l’expectative, eux Le verront. En effet, Il viendra comme un voleur dans la nuit. Nous serons enlevĂ©s Ă  la rencontre du Seigneur dans les airs, le dĂ©part secret de l’Eglise.

20        Oh! je vous assure, puisque nous connaissons tout cela d’avance au moyen de la Parole du Seigneur, nous devrions prier et faire une Ă©tude Ă  chaque moment de notre vie, nous prĂ©parant pour ce grand Ă©vĂ©nement. Maintenant, alors que l’atmosphĂšre est chargĂ©e de Sa PrĂ©sence, et alors que nous croyons, et que les ministres de l’Evangile qui sont oints envoient la foudre d’avertissement, nous devrions ĂȘtre prĂȘts Ă  chaque instant pour cet Ă©vĂ©nement bĂ©ni, oĂč nous verrons tous ceux qui sont morts en Christ pendant les Ăąges, oĂč nous verrons JĂ©sus venir prendre Son Eglise; alors nous serons enlevĂ©s Ă  Sa rencontre dans les airs. Beaucoup ne L’ont pas vu en ce temps-lĂ .

21        Et pendant qu’ils attendaient, je pense, depuis le lever du jour, les petites assemblĂ©es s’étaient rĂ©unies çà et lĂ  Ă  travers la ville, et les gens discutaient, disant: «Je me demande s’Il sera lĂ  Ă  la PĂąques.»

            Et je peux entendre un vieux ministre fidĂšle qui s’était levĂ©, dire: «Oui, assemblĂ©e, nous pouvons L’attendre, car Il est l’Agneau.» Quelqu’un qui Ă©tait inspirĂ© par le Saint-Esprit, qui connaissait Dieu, qui connaissait Ses Ecritures, et qui savait que l’accomplissement de Sa Parole Ă©tait proche... «Il sera lĂ  sans l’ombre d’un doute, car Il est l’Agneau pascal.»

22        Vous pouvez donc vous imaginer quand cette assemblĂ©e s’est rĂ©unie avec cette petite assemblĂ©e prĂšs de la porte... Et au bout d’un moment, ils ont dit: «Il est possible qu’Il vienne par cette porte-ci ou qu’Il vienne par cette porte-lĂ .» Mais peu importe la porte par laquelle Il allait venir, ils allaient Le voir de toute façon, parce que c’était une promesse.

            Qu’Il vienne aujourd’hui dans une nuĂ©e ou sur un cheval, pour moi, la maniĂšre dont Il vient importe peu. Nous Le verrons de toute façon, car c’est une promesse que Dieu a faite.

23        Et ils attendaient avec expectative. Les cĂ©rĂ©monies Ă©taient sur le point de commencer au temple. L’eau du rocher se dĂ©versait dĂ©jĂ  Ă  l’endroit oĂč l’assemblĂ©e venait pour adorer, les sacrificateurs portaient leurs longues robes et leurs–leurs–tous leurs vĂȘtements cĂ©rĂ©moniaux. Chaque assemblĂ©e s’était regroupĂ©e Ă  son propre endroit, les pharisiens Ă©taient dans leur coin et les sadducĂ©ens dans le leur.

            Si ce n’est pas lĂ  un tableau de ce jour, je ne sais pas ce que c’est. Les mĂ©thodistes dans un coin, les baptistes dans un autre coin, les presbytĂ©riens dans un autre coin. Mais l’Eglise du Dieu vivant est dissĂ©minĂ©e quelque part parmi eux en petits groupes, et elle n’accorde aucune attention aux cĂ©rĂ©monies, mais attend Son Apparition, attend ce moment bĂ©ni. Alors que les autres sont intĂ©ressĂ©s uniquement aux cĂ©rĂ©monies, Ă  la fĂȘte des tabernacles et aux rituels religieux, cependant l’Esprit de Dieu a rempli nos coeurs de sorte que nous savons qu’Il vient bientĂŽt.

24        Et pendant qu’ils attendaient, tout Ă  coup, du sommet de la colline descendait un petit groupe, et Quelqu’Un qui Ă©tait assis sur une petite mule blanche, se dirigeant lentement vers la porte. Les gens se sont mis Ă  crier, Ă  couper des branches d’arbres, Ă  Ă©tendre leurs vĂȘtements sur le chemin, en criant: «Hosanna Ă  Celui qui vient au Nom du Seigneur!»

            Et tandis que la petite mule avançait, accomplissant les Ecritures des prophĂštes qui avaient dit: «Ô fille de Sion...» Et, vous voyez, en fait, c’était l’Eglise, l’Elue. «Ton Seigneur vient Ă  toi, doux et humble, chevauchant une petite mule.»

25        Et aujourd’hui, alors que l’Eglise attend, un de ces jours, Il descendra du ciel, chevauchant un cheval blanc. Remarquez que le blanc est toujours reprĂ©sentĂ©. La petite mule blanche sur laquelle Il est venu Ă©tait une prĂ©figuration de Sa Venue, oĂč Il chevauchera un cheval ayant un vĂȘtement teint de Sang, et Son Nom est la Parole de Dieu. C’est donc Sa Venue.

            Les petits groupes se sont rassemblĂ©s, ils observent, ils attendent cette apparition. Et quelle rĂ©jouissance ce sera quand nous nous marcherons en arrachant des branches, et en criant: «Hosanna Ă  Celui qui vient au Nom du Seigneur!» Cela produira une telle effervescence parmi les gens.

26        Les mĂ©thodistes et les baptistes de cette Ă©poque-lĂ , les sadducĂ©ens et les pharisiens et tous les autres jusqu’à... Ils ont dit: «Qui est Celui-lĂ  qui vient? Pourquoi tous ces remous? Nous ne voyons rien pour lequel on doit s’alarmer. Il y a juste un Homme lĂ , et Il est montĂ© sur une petite mule. Il n’y a pas de quoi s’alarmer. Pourquoi tout ce tapage et ce boucan? Qui est-ce?»

            Juste avant la Venue du Seigneur JĂ©sus, Il a envoyĂ© le Saint-Esprit Ă  l’Eglise en ces derniers jours. Et le Saint-Esprit est un tĂ©moin de Sa rĂ©surrection, et Il a confirmĂ© qu’Il est vivant, et qu’Il vient.

27        Et l’Eglise se prĂ©pare elle-mĂȘme... Et tandis que nous voyons l’Eglise se prĂ©parer, s’abstenir de la fornication, s’abstenir de l’idolĂątrie, s’abstenir des dĂ©rĂšglements et de toutes les oeuvres de la chair, nous le monde ecclĂ©siastique, nous voyons les petites assemblĂ©es se rĂ©unir, cesser de boire, cesser de mentir, cesser avec leurs commĂ©rages, cesser avec tout ce qui est de la chair, se prĂ©parer, criant de toute leur force, battant des mains et criant victoire. Les gens crient: «Qui est Celui-ci?» Ils ne comprennent pas.

            Les gens ne comprenaient pas en ce temps-lĂ . Il est venu doux et humble, Il est venu, montĂ© sur une mule. Et Il est venu aujourd’hui vers les pauvres et les affligĂ©s. Alors que les autres disent: «La guĂ©rison n’existe pas. Le baptĂȘme du Saint-Esprit n’existe pas. Tout ça c’est un tas d’absurditĂ©s, il n’en est rien.» Mais, malgrĂ© tout, Il est venu, confirmant Sa RĂ©surrection. Chaque signe qu’Il avait accompli sur terre, Il l’accomplit maintenant mĂȘme, sous la forme du Saint-Esprit. Il y a une expectative parmi les gens. Ils attendent ce grand Ă©vĂ©nement de Son arrivĂ©e imminente. Nous savons que cela ne tardera pas que nous Le verrons, Lui que nous avons aimĂ©. Et nous croyons que cela ne tardera donc pas maintenant que toutes les choses qui ont Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ©es dans les Ecritures seront accomplies.

28        Maintenant, ce jour-lĂ , dans cette assemblĂ©e-lĂ , les opinions Ă©taient partagĂ©es. Certains criaient: «Qui est-ce? Quelle est la cause de tout ce vacarme? Pourquoi cette bande de GalilĂ©ens, de saints exaltĂ©s, crie-t-elle et se comporte-t-elle comme cela?»

            Je peux voir un brave vieux disciple s’avancer et dire: «Ne savez-vous pas, frĂšres, que c’est le ProphĂšte de GalilĂ©e? Ce JĂ©sus de Nazareth qui a Ă©tĂ© annoncĂ© dans les Ecritures. Ne savez-vous pas que les Ecritures dĂ©clarent: ‘Il viendra, montĂ© sur le petit d’une Ăąnesse, et Il viendra au milieu de Son peuple.’? Et c’est la raison pour laquelle les gens se comportent comme ils le font. Nous avons assistĂ© aux rĂ©unions de cet Homme. Nous L’avons vu ressusciter les morts. Nous L’avons vu ouvrir les yeux des aveugles. Nous L’avons vu se tenir lĂ  et regarder Son assemblĂ©e et dire: ‘Pourquoi avez-vous de telles pensĂ©es dans votre coeur?’ Nous L’avons vu accomplir de grands miracles, et nous savons que c’est le Messie.» C’était une foule de gens de toutes espĂšces.

            Quelqu’un a dit: «Eh bien, il est possible qu’Il soit ce que vous dites lĂ .» Eh bien, n’est-ce pas exactement ce que les gens pensent aujourd’hui? «Qu’est-ce? Le Saint-Esprit existe-t-Il? Qu’est-ce qui fait que ces gens se comportent de cette façon?»

29        Oh! C’est un avant goĂ»t de la Gloire divine. C’est une puissance. C’est le Saint-Esprit qui est ici sur terre, reprĂ©sentant Christ, juste une ombre de Sa Venue. Il a Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ© que toutes ces choses arriveraient juste avant qu’Il ne revienne. Et nous le savons. C’est la raison pour laquelle nous sommes exaltĂ©s lĂ -dessus. C’est la raison pour laquelle nous sommes enthousiasmĂ©s lĂ -dessus.

            Peu importe ce que les autres disent, ça ne change rien du tout. Aujourd’hui les gens disent: «Qui est-ce?» Autrefois, les gens disaient: «Nous ne savons pas qui Il est, ce JĂ©sus de Nazareth. Eh bien, nous irons chercher dans les dĂ©calogues, et nous verrons s’Il Ă©tait membre de cette dĂ©nomination. Nous verrons s’Il Ă©tait pharisien, ou sadducĂ©en, ou hĂ©rodien, ou quoi d’autre qu’Il pourrait ĂȘtre. Nous allons vĂ©rifier...» Et ils n’ont pu trouver aucun tĂ©moignage attestant qu’Il ait Ă©tĂ© Ă  l’école, qu’Il ait un quelconque diplĂŽme. Et alors ils sont revenus dire: «Qui est-Il? Il n’est pas membre de l’un de nos systĂšmes traditionnels. Il n’a point de liens avec l’une de nos... Il n’est pas affiliĂ© Ă  l’une de nos communautĂ©s. Il n’a pas de diplĂŽme, nous n’avons aucun tĂ©moignage attestant qu’Il ait frĂ©quentĂ© l’école. Il n’a jamais Ă©tĂ© un–étĂ© dans un sĂ©minaire. Il ne figure pas non plus dans le–dans le pra-... dans ces registres, ou plutĂŽt dans leurs registres. Nous ne Le retrouvons nulle part. Qui est-Il?»

30        Ses rĂ©fĂ©rences Ă  Lui, c’étaient les oeuvres que Dieu Lui avait donnĂ© de faire. Il a dit: «Si Je ne fais pas les oeuvres de Dieu, alors ne Me croyez pas.» Eux, ils avaient leur propre façon de croire: au moyen des rĂ©fĂ©rences venant d’un homme, au moyen de la dĂ©nomination dont la personne Ă©tait membre, exactement comme c’est le cas aujourd’hui. On connaĂźt la personne par ses rĂ©fĂ©rences dĂ©nominationnelles. Mais un homme de Dieu, le Saint-Esprit qui est parmi les gens entre dans les gens, entre dans les ministres, entre dans l’assemblĂ©e. Cela identifie ce qu’Il est, ce n’est pas par une dĂ©nomination, mais c’est par la puissance de la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ qui annonce Sa Venue. Oh! dans quelle heure nous vivons!

31        Les gens avaient des rameaux en mains, ils avaient des vĂȘtements sur leurs dos, prĂȘts Ă  les Ă©taler sur le chemin, en disant: «BĂ©ni soit Celui qui vient au Nom du Seigneur!» Qu’est-ce qui vient au Nom du Seigneur? Le Saint-Esprit. «Quand Il sera venu, Il vous montrera les choses Ă  venir. Il ne parlera pas de Lui-mĂȘme, mais Il parlera de Moi», a dit JĂ©sus. Et le Saint-Esprit vient pour accomplir Ses oeuvres au Nom du Seigneur JĂ©sus, depuis la chaire jusqu’au baptistĂšre, au service de guĂ©rison, partout ailleurs, au Nom de JĂ©sus-Christ. En attendant la Venue du Seigneur, Il prĂ©pare une Eglise, en tant que prĂ©curseur, comme Jean-Baptiste fut le prĂ©curseur de la PremiĂšre Venue, le Saint-Esprit est dans l’Eglise, faisant le prĂ©curseur, prĂ©parant une Eglise pour la Seconde Venue.

            Et le monde s’écrie: «Qui est Celui-ci? D’oĂč sont-ils venus? Quelles sont leurs rĂ©fĂ©rences? De quelles Ă©coles sortent-ils? On ne les trouve sur aucun document.» Cela se trouve dans la Gloire d’oĂč ils viennent; c’est au Ciel qu’ils sont enregistrĂ©s. En effet, leur Royaume n’est pas de ce monde, mais il est du monde Ă  venir. Leur dĂ©sir n’est pas portĂ© sur ce monde, il est portĂ© sur le monde Ă  venir, de mĂȘme que leurs modes et leurs dĂ©sirs. C’est la raison pour laquelle leur habillement, leur comportement et leurs habitudes sont si contraires Ă  ceux des gens du monde.

32        GĂ©nĂ©ralement, vous agissez–gĂ©nĂ©ralement, vous–vous agissez selon l’esprit qui est en vous. C’est ce qui motive votre vie. La vie qui est en vous fait de vous ce que vous ĂȘtes. Et quand des hommes et des femmes prĂ©tendent ĂȘtre des chrĂ©tiens et cependant veulent ĂȘtre comme le monde, il y a quelque chose qui cloche quelque part; en effet, nous ne sommes pas de ce monde, puisque notre esprit...

            Si nous Ă©tions des Allemands, nous aimerions l’Allemagne. Si nous Ă©tions des Finlandais, nous agirions comme on agit en Finlande. Si les gens sont des AmĂ©ricains, ils ont l’esprit amĂ©ricain. Si nous sommes des chrĂ©tiens, nous avons un Esprit cĂ©leste, et notre Esprit vient d’En haut, Celui qui dirige nos vies et nos pensĂ©es. Il s’agit d’un amour pieux et fraternel, une vie pure, ce sont des gens honorables et respectĂ©s.

33        Maintenant, Ă  ce sujet, ils ont dit... Les uns Ă©taient pour Lui, les autres Ă©taient contre Lui. Eh bien, aujourd’hui il y a des gens qui sont fermement opposĂ©s Ă  tout ce qui s’appelle Dieu, ils n’ont pas de religion. Et ils sont surtout majoritaires dans notre pays. Dans le monde entier, ils sont de loin majoritaires, il y en a des millions et des millions qui n’ont jamais entendu parler du Nom de JĂ©sus-Christ. Ils sont majoritaires.

            Et puis, il y a ceux qui professent une religion. Et ils aiment organiser des cĂ©rĂ©monies. Ils aiment ĂȘtre des dignitaires. Ils aiment s’habiller pour aller Ă  l’église, et avoir une... espĂšce d’hymnes, et une–une sorte de petit message, parler d’un Dieu qui Ă©tait, et puis, Le placer si loin en arriĂšre dans l’histoire qu’Il ne peut pas agir, car Il Ă©tait quelque chose appartenant au passĂ©. Ils voudraient affirmer que JĂ©sus est un homme droit, qu’Il Ă©tait un homme de bien, qu’Il Ă©tait un grand homme, qu’Il Ă©tait comme Washington, qu’Il n’avait jamais menti, ou plutĂŽt comme NapolĂ©on. VoilĂ  leur attitude au sujet de JĂ©sus. Ils pensent qu’Il Ă©tait juste un homme de bien.

            Aujourd’hui beaucoup d’entre eux ne disent pas qu’Il Ă©tait Dieu. Ils dĂ©clarent tout simplement qu’Il Ă©tait un homme de bien, que Son enseignement Ă©tait correct. Certains d’entre eux croient qu’Il n’était qu’un prophĂšte.

34        Mais, il y a ceux qui vont au-delĂ  de cette frontiĂšre. Moi, je crois qu’Il est Dieu: JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement; qu’Il n’était pas juste un prophĂšte, qu’Il n’était pas juste un homme, qu’Il n’était pas juste un docteur ou un homme de bien, qu’Il Ă©tait le Divin JĂ©hovah Dieu vivant dans un corps de chair. Vous me demanderez: «Qui est Celui-ci?» C’est cela mon opinion Ă  Son sujet. Il est Dieu manifestĂ© dans la chair pour ĂŽter les pĂ©chĂ©s du monde. «Qui est Celui-ci?» Ce n’est pas juste un homme, ce n’est pas juste un prophĂšte, mais Emmanuel, Dieu avec nous. Et puis, pas seulement avec nous, mais en nous, au travers de nous, Dieu au milieu de nous.

            Et puis, si c’est vrai, un Dieu surnaturel ne peut pas changer Sa nature pour s’accorder avec la nature des gens. Ce sont les gens qui doivent changer leur nature pour s’accorder avec le plan surnaturel de Dieu. Et c’est la raison pour laquelle les gens crient: «Qui est Celui-ci?» C’est Dieu parmi Son peuple. Les gens ne comprennent pas cela. Dieu ne descendra jamais Ă  votre niveau; vous devez monter Ă  Son niveau. Dieu ne se conformera pas Ă  vos exigences; c’est vous qui devez vous conformer aux exigences de Dieu. Et alors, quand cette exigence est satisfaite sur base d’une promesse que Dieu a faite pour racheter les gens, quand cette exigence est satisfaite, tout votre ĂȘtre change; vos pensĂ©es changent, vos habitudes changent; tout en vous change; vos dĂ©sirs changent, votre vie change, vos habitudes changent. Vous changez. Tout en vous change, car il y a une nouvelle vie en vous.

35        C’est ce qui fait que les gens aujourd’hui disent: «Qui est Celui-ci? Est-ce cet homme-lĂ  qui travaillait par ici? Est-ce ce... Qui est Celui-ci? Quelle Ă©cole a-t-il frĂ©quentĂ©e? Quelles rĂ©fĂ©rences a-t-il?», disent les prĂ©dicateurs. «OĂč... Qui est cette femme? N’est-ce pas cette femme que je voyais lĂ  dans la rue?» Si. «Que lui est-il arrivĂ©?» Il s’est passĂ© quelque chose. «N’est-ce pas cette femme qui portait des shorts?» Il se fait que quelque chose s’est produit. «N’est-ce pas cet homme qui fumait le cigare?» Mais quelque chose s’est produit. «N’est-ce pas cet homme qui buvait?» Mais quelque chose s’est produit. «N’est-ce pas cet homme et cette femme qui maudissaient et frĂ©quentaient les boĂźtes de nuit?» Mais ils ne le font plus. «Qui est Celui-ci?» C’est le Saint-Esprit, la Personne de Dieu vivant en eux. «Je vais aller Ă  leur Ă©glise pour voir ce qui se passe», comme le firent les pharisiens.

            Ils ont dit: «Nous allons nous rendre Ă  la porte. Nous allons voir ce que disent ces gens. Nous allons voir qui est cet homme qui descend la colline, montĂ© sur cette petite mule blanche.» Et quand ils sont arrivĂ©s aux portes, ces gens passaient vraiment de bons moments. Ils criaient et hurlaient; ils poussaient des cris et louaient le Seigneur.

36        Et c’était si contraire Ă  leur religion en ce temps-lĂ . Ces sacrificateurs et ces rabbins qui se tenaient tout autour ont dit: «Dis-leur de se taire. Nous ne pourrons pas entendre ce que le docteur va dire ou ce que le rĂ©vĂ©rend... Dis-leur de se taire.»

            Je peux voir JĂ©sus se retourner et dire: «S’ils se taisent, les pierres crieront immĂ©diatement.» Quelque chose devait arriver.

            Ils ont dit: «Les pierres pourraient-elles crier?» Le Dieu mĂȘme qui les avait crĂ©Ă©s chevauchait un... «Pourquoi ne pouvaient-ils pas les faire taire?» Ils ne pouvaient pas se taire.

            C’est pareil aujourd’hui. Quand l’assemblĂ©e est rĂ©unie, cette prĂ©figuration de Son Apparition, le Saint-Esprit se met Ă  souffler sur les gens; ils voient ces miracles et ces prodiges que le Saint-Esprit a accomplis. Ils ne peuvent pas se taire. Quelque chose va crier.

37        Et le monde ecclĂ©siastique a dit: «Qui est Celui-ci? Qu’est-ce qui se passe? Etes-vous l’un d’entre eux? Qu’est-ce qui est Ă  la base de tout ceci?» Ils ne comprennent pas cela. Et ils ne comprennent pas cela aujourd’hui; ils ne l’ont pas compris Ă  cette Ă©poque-lĂ ; ils ne le comprendront jamais. L’onction du Saint-Esprit a amenĂ© cela au monde ecclĂ©siastique. Elle a amenĂ©...

            Voyez-vous, il y a trois catĂ©gories de gens: l’incroyant, le soi-disant croyant et le vĂ©ritable croyant. Et bien des fois les soi-disant croyants viennent parmi les vĂ©ritables croyants, et cependant ils crient: «Qui est-ce?»

            Qui est Celui-ci qui entre dans l’assemblĂ©e, qui oint celle-ci au point que l’un parle en langues et l’autre donne l’interprĂ©tation, et dit avec exactitude Ă  un pĂ©cheur ses pĂ©chĂ©s et lĂ  oĂč il en est? Qui est Celui-ci qui se tient dans une femme illettrĂ©e qui ne sait pas lire son nom et qui se tenant sous l’onction du Saint-Esprit dit des mots qu’elle n’avait jamais entendues, et un Mexicain se lĂšve dans l’église et dit: «J’ai compris chaque mot. Cela m’a mĂȘme appelĂ© par mon nom, et m’a appelĂ© Ă  la repentance. Que Dieu ait pitiĂ© de mon Ăąme.» Qui est Celui-ci?

            Qui est-ce qui peut entrer dans un fermier illettrĂ© et il va se tenir lĂ  sous l’inspiration et dire Ă  un homme qui il est, d’oĂč il vient, ce qui lui est arrivĂ©, et ce qu’il doit faire, et quel rĂ©sultat il aura? Le monde crie: «Qui est Celui-ci? Qu’est-ce? D’oĂč cela vient-il?» C’est le Saint-Esprit qui est venu de Dieu. Dans quel but? Pour prĂ©parer un peuple, pour lui donner une atmosphĂšre cĂ©leste, le dĂ©sir de monter plus haut.

38        Eh bien, il n’est pas tellement question de ce que les autres en pensent. Voici ce que nous en pensons ce matin; de qui s’agit-il d’aprĂšs vous? Cela dĂ©pend de vous et de moi. S’agit-il juste de la communion d’une dĂ©nomination appelĂ©e pentecĂŽtiste, Eglise de Dieu, PĂšlerins de la saint-... ou NazarĂ©ens, ou quelque chose comme cela, Eglise de Dieu, AssemblĂ©es de Dieu, Eglise PentecĂŽtiste Unie, est-ce de cela qu’il est question? Si tel est le cas, vous ĂȘtes malheureux. C’est cela, votre religion n’est qu’une religion; elle n’a pas de salut.

            Mais si dans votre Ăąme vous avez examinĂ© cela et que vous avez compris que c’est JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, alors, bĂ©ni soit Celui qui vient au Nom du Saint-Esprit. Hosanna dans les lieux trĂšs haut Ă  Celui qui vient au Nom du Saint-Esprit, car c’est l’Esprit mĂȘme de JĂ©sus-Christ dans Son Eglise, qui fait de vous Ses fils et Ses filles, qui vous donne Sa nature, car vous vivrez aussi avec le PĂšre dans les Ăąges Ă©ternels Ă  venir. «Qui est-ce? Qu’est-ce qui se passe?» Et la Venue du Saint-Esprit a toujours produit cela.

39        Au temps de NoĂ©, quand le Saint-Esprit est venu sur NoĂ©, ce dernier s’est mis Ă  prophĂ©tiser, et il s’est mis Ă  dire qu’il venait un temps oĂč le monde serait dĂ©truit par l’eau. Voyez combien c’était contraire Ă  leur croyance. La Bible dit qu’il y avait des moqueurs et des railleurs, qui s’en moquaient. Ils mangeaient, buvaient, ils s’amusaient, et ils riaient au nez de ce prophĂšte, et ils se demandaient qui c’était. Ils ont dĂ©couvert aussitĂŽt aprĂšs qui c’était.

            Chaque fois que le Saint-Esprit vient, Il amĂšne la division parmi les gens. Il amĂšne un temps oĂč les hommes doivent prendre position et prendre une dĂ©cision. Il est venu vers vous; Il est venu vers moi. Nous devons prendre notre dĂ©cision.

            Il vint au temps de NoĂ©. Il vint aussi au temps de MoĂŻse, quand Dieu a oint Son serviteur du Saint-Esprit, et qu’Il l’a envoyĂ© en Egypte. Certains ont dit: «Qui est ce superman? Qui est ce gars qui veut lui-mĂȘme dominer sur nous?» MoĂŻse ne voulait pas ĂȘtre un chef; il amenait le peuple Ă  la VĂ©ritĂ©.

            «Que fait-il? Il dĂ©molit nos religions.» C’est ce que les gens disaient au sujet de JĂ©sus. «Il condamne nos religions.» En effet, c’est tout ce qu’ils avaient.

40        Il en Ă©tait de mĂȘme au temps de Noé–ou plutĂŽt de MoĂŻse. MoĂŻse est descendu, et il a mis en piĂšces leurs traditions, et il les a amenĂ©s Ă  une foi vivante dans un Dieu vivant, et il les a conduits de victoire en victoire par des miracles et des prodiges. Cela a rendu perplexes les incroyants. «Qui est Celui-ci? Qui est cet Homme. OĂč est-Il nĂ©? Nous pensions que c’était un Egyptien. Il apparaĂźt lĂ  de maniĂšre inattendue, ça doit ĂȘtre quelque part un enfant illĂ©gitime. Qui est-il celui qui vient en ce Nom?»

            Ç’a toujours Ă©tĂ© ainsi. Au temps de JĂ©sus, les gens ont dit: «Qui est-Il? Il n’a aucune instruction. Nous ne possĂ©dons aucune Ă©cole–nous ne possĂ©dons aucun tĂ©moignage attestant qu’Il a Ă©tĂ© Ă  l’école. Nous ne connaissons aucune dĂ©nomination dont Il est membre. Qui est-Il? La seule chose que nous savons, c’est qu’il y a un certain fou par ici, un homme sauvage rĂ©pondant au nom de Jean-Baptiste, au visage couvert de poils hĂ©rissĂ©s, Ă  moitiĂ© nu, enveloppĂ© d’un morceau de peau de mouton, et il a annoncĂ© Sa Venue. Il... Et Il est nĂ© d’une naissance illĂ©gitime. Sa mĂšre Ă©tait enceinte de Lui avant que Joseph ne l’ait Ă©pousĂ©e. Qui est-Ce?» C’était le seul tĂ©moignage qu’ils avaient sur Lui. BĂ©ni soit le Nom du Seigneur.

            Tout ce que les gens connaissent au sujet de l’Eglise aujourd’hui, c’est une bande de creuseurs de trous de poteaux, quelque chose comme cela, sans une histoire du tout. Les informations ne sont pas gardĂ©es dans des registres terrestres; elles sont protĂ©gĂ©es divinement au Ciel. «Qui est Celui-ci? C’est un ivrogne; c’était untel.» Ce... C’est juste. Mais maintenant, il est un fils de Dieu. Il a Ă©tĂ© transformĂ©. «Qui est-Il? Qui est Celui-ci qui vient au Nom du Seigneur?»

41        Aujourd’hui, quand le Saint-Esprit vient, Il prend les mĂȘmes dĂ©cisions. Chacun de nous est responsable de sa dĂ©cision. Nous devons la prendre. Il est ici Ă  cĂŽtĂ© de nous. Il est ici avec nous. Il n’y a plus moyen de Le contourner. Nous ne trouvons rien Ă  ce sujet. Nous devons soit Le rejeter, soit L’accepter. La mĂȘme Vie qui Ă©tait en JĂ©sus-Christ est aujourd’hui dans l’Eglise. Elle accomplit les mĂȘmes oeuvres. Elle opĂšre les mĂȘmes miracles. Elle fait tout ce que Lui a fait. Elle guĂ©rit les malades, Elle ressuscite les morts, purifie les lĂ©preux, chasse les dĂ©mons, prĂȘche l’Evangile; les pauvres La reçoivent. Heureux celui pour qui Cela n’est pas une occasion de chute.

            «Allez faire part Ă  Jean, a-t-Il dit, de ces choses qui sont faites.» Jean, en prison, son oeil d’aigle s’était voilĂ©. Son oeil de prophĂšte ne pouvait plus voir comme autrefois. Mais alors, cela a pu voir quand Il a dit: «Les boiteux marchent; les aveugles voient; les sourds entendent. Et heureux celui pour–pour qui ce que Je fais ne sera pas une occasion de chute. Et si Je ne fais pas les oeuvres de Mon PĂšre, alors ne Me croyez pas. Mais si Je fais les oeuvres de Mon PĂšre... Si vous ne pouvez pas Me croire, croyez les oeuvres.»

42        Eh bien, c’était cela Son message. C’est ce qu’on doit faire d’aprĂšs ce qu’Il a dit. Ce que nous devons faire, c’est prendre une dĂ©cision. Que ferons-nous de Cela? C’est ici. Qui est-Ce? Qu’est-Ce? C’est une promesse de Dieu, par Sa Parole, qu’Il ferait cela. Dieu a promis qu’Il le ferait, et nous voyons cela se faire.

            Maintenant, c’est Ă  nous de prendre une dĂ©cision: Allons-nous servir? Allons-nous comprendre? Vous direz: «Comment serai-je en mesure, frĂšre, de comprendre des choses que j’ignore complĂštement?» JĂ©sus a dit Ă  NicodĂšme: «Si un homme ne naĂźt de nouveau, il ne peut voir ou comprendre le Royaume des cieux.» Il a dit: «Le vent souffle oĂč il veut–veut, et tu ne sais d’oĂč il vient, ni oĂč il va (dans quel sens il est venu ou dans quel sens il va, ou oĂč il Ă©tait); il en est de mĂȘme de tout homme qui est nĂ© de l’Esprit.» Vous ne savez pas d’oĂč cela vient, oĂč cela Ă©tait, ni oĂč cela va. Mais vous ĂȘtes sĂ»r d’une chose, oĂč cela va vous amener. D’oĂč que Cela est venu, Cela va vous ramener avec.

43        Ainsi, aujourd’hui, il nous incombe de savoir ce que nous faisons, et de comprendre cela. Eh bien, si cela ne rend pas tĂ©moignage Ă  la Parole, alors ce n’est pas l’Esprit de Dieu. Si cela ne guĂ©rit pas les malades, si cela renie la chose, alors ce n’est pas l’Esprit de Dieu. Dieu est un GuĂ©risseur.

44        Et une fois quelqu’un a dit: «Pourquoi Dieu a-t-Il laissĂ© le pĂ©chĂ© venir sur la terre?» A un moment donnĂ© Dieu Ă©tait un Tout. Dans ce Tout, il y avait des attributs. Et Il Ă©tait un Sauveur. Par nature, Il Ă©tait un Sauveur. S’il n’y avait jamais eu de pĂ©cheur, comment aurait-Il Ă©tĂ© un Sauveur? Il ne pouvait pas sauver jusqu’à ce qu’Il a permis le pĂ©chĂ©.

            Dieu est un GuĂ©risseur. Et Il ne peut guĂ©rir que s’il y a un malade Ă  guĂ©rir. Vous voyez, s’il n’y avait jamais eu de maladie, il n’y aurait jamais eu un GuĂ©risseur. Comme Dieu est un GuĂ©risseur, Ses propres attributs ont projetĂ© ces choses. Il fallait qu’il y ait quelque chose pour rĂ©pondre Ă  cet attribut qui Ă©tait en Dieu.

            Dieu... Le mot «Dieu» signifie «un objet d’adoration.» Dieu voulait ĂȘtre adorĂ©, c’est pourquoi Il a dĂ» projeter quelque chose qui L’adorerait. JĂ©sus a dit Ă  la femme au puits: «Dieu est Esprit. Et ceux qui L’adorent doivent L’adorer en Esprit et en VĂ©ritĂ©.»

45        Ainsi, quand l’Esprit de Dieu est lĂ , qu’arrive-t-il? Le salut sera prĂ©sentĂ©, le salut qui produit une adoration spirituelle, pas toujours le fait de chanter des hymnes, mais une adoration dans l’Esprit. Cela doit ĂȘtre si contraire Ă  l’intellect; Cela met l’intellect dans une impasse.

            Vous ne pouvez pas comprendre Dieu par une foi intellectuelle; vous devez naĂźtre de nouveau. Cela doit arriver au coeur. Il faut qu’il ait une expĂ©rience. Et quand l’expĂ©rience est produite par le Saint-Esprit, alors la mĂȘme nature, la mĂȘme puissance, le mĂȘme effet que cela a produit au dĂ©but sur l’Eglise se reproduira, car c’est Dieu dans les gens. JĂ©sus a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je (‘Je’ est un pronom personnel)–Je serai avec vous, mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde. Alors, vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» Alors quand ces oeuvres sont produites dans l’Eglise, cela agite les gens, les gens du dehors, comme cela fut le cas cette fois-lĂ  Ă  la fĂȘte. «Qui est Celui-ci? Qu’est-ce qui les prend, ces gens?»

46        Quand ces GalilĂ©ens L’ont vu venir, montĂ© sur cette petite mule, ils ont criĂ©, ils ont poussĂ© des cris, et ils–ils se sont comportĂ©s comme une–une bande de gens ivres. Et ces sacrificateurs ont dit: «Dis-leur de se taire.» Il a dit: «S’ils se taisent, les pierres crieront aussi.» Voyez-vous?

            Le jour de la PentecĂŽte, quand le Saint-Esprit est entrĂ© dans les gens, ils se sont comportĂ©s comme s’ils Ă©taient ivres, Ă  telle enseigne que les gens se sont moquĂ©s de cela et ont tournĂ© cela en dĂ©rision; ils ont dit: «Ces hommes sont pleins de vin doux.»

            Pierre a dit: «Hommes de JĂ©rusalem, et vous qui sĂ©journez en JudĂ©e, sachez ceci, et prĂȘtez l’oreille Ă  mes paroles! Ces gens ne sont pas ivres comme vous le supposez. Mais c’est ici ce qui a Ă©tĂ© dit par le prophĂšte JoĂ«l: ‘Dans les derniers jours, dit Dieu, Je rĂ©pandrai Mon Esprit sur toute chair.’»

47        Quand ce mĂȘme Esprit est rĂ©pandu sur une assemblĂ©e de gens, cela produit les mĂȘmes effets. Car vous ne pouvez pas placer la vie d’une vigne dans une citrouille et lui faire produire des citrouilles; cela produira des raisins. On les reconnaĂźtra Ă  leurs fruits. On reconnaĂźt l’Eglise. Le monde se demande, disant: «Qu’est-Ce? Qu’est-ce qui se passe?» Ils ne comprennent pas parce qu’ils ne connaissent pas Dieu. Eh bien, lorsque nous voyons cette venue se produire exactement telle que Dieu l’avait dit, nous attendons. Maintenant, qu’est-ce? Le Saint-Esprit prĂ©sente Christ. Un glorieux jour, pas sur le flanc de la colline, montĂ© sur une mule, mais le Fils de Dieu reviendra de la gloire, enveloppĂ© de la Justice de l’Esprit de Dieu, montĂ© sur un cheval blanc avec Son vĂȘtement teint de Sang, et Il s’appelle le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. Il sera la Parole de Dieu. Et Ă  Sa suite dans les Cieux, il y aura des myriades et des myriades. L’armĂ©e du Ciel L’accompagnera. Quel moment glorieux ça sera! Des chants, il y aura des chants; il y aura des cris; il y aura du chagrin; il y aura des pleurs; il y aura des lamentations; il y aura des gĂ©missements. Vous serez reprĂ©sentĂ© dans l’un de ces groupes, mes amis. Prenez donc votre dĂ©cision ce matin sur le groupe dont vous ferez partie, pendant que nous inclinons la tĂȘte juste un instant.

48        Je me demande en ce moment s’il y a ici quelqu’un qui n’a pas encore pris sa dĂ©cision pour JĂ©sus-Christ, quoique vous ayez assistĂ© aux rĂ©unions et que vous L’ayez vu redonner la vue aux aveugles, l’ouĂŻe aux sourds, et faire marcher les boiteux. Vous L’avez vu discerner les pensĂ©es mĂȘme des coeurs de gens et dire: «Vous ĂȘtes untel. Pourquoi avez-vous fait ceci et faites-vous cela?» C’est exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait. Et pourtant, vous n’ĂȘtes pas encore devenu son serviteur; vous n’avez encore jamais tĂ©moignĂ©. Nul homme ne peut appeler JĂ©sus le Christ, si ce n’est par le Saint-Esprit. Vous direz: «Je crois cela parce que la Parole le dit.» C’est vrai. Mais la Parole dĂ©clare que nul homme ne peut dire que JĂ©sus est le Christ avant de recevoir le Saint-Esprit. Nul homme ne peut appeler JĂ©sus le Christ si ce n’est par le Saint-Esprit.

            Si vous n’avez pas encore reçu ceci et que vous aimeriez bien le recevoir, voulez-vous que l’on se souvienne de vous dans la priĂšre, en levant la main pour dire: «Priez pour moi. Je confesse maintenant Ă  Dieu que je dĂ©sire avoir Son Saint-Esprit dans ma vie pour qu’Il me guide, afin que je comprenne pleinement tout Son programme qu’Il a pour ma vie, afin que je puisse marcher avec Lui en tant que Son serviteur.» Voudriez-vous lever la main avant que nous priions. Que le Seigneur te bĂ©nisse, fiston. Que le Seigneur vous bĂ©nisse, soeur. Que Dieu soit avec vous.

49        Prions. Dieu trĂšs bienveillant, comme nous l’avons lu dans Ta Parole, lorsque Tu es entrĂ© dans la ville de JĂ©rusalem, et que Ton peuple Ă©tait rassemblĂ©, il y avait lĂ  ceux qui T’attendaient. L’atmosphĂšre Ă©tait chargĂ©e de Ta Venue. Tu avais promis que Tu serais lĂ  Ă  la fĂȘte et que Tu les rencontrerais lĂ .

            Et ils T’attendaient. D’autres pensaient que c’était un non-sens. Qui Ă©tait-ce de toute façon? Juste un soi-disant prophĂšte de GalilĂ©e, un Homme que le conseil des Ă©glises avait traitĂ© de fou. Oh! ils ont dit: «Nous savons que Tu es fou; Tu as un dĂ©mon», et les gens avaient dĂ©clarĂ© qu’Il Ă©tait un insensĂ©. Et on avait dĂ©clarĂ© que Son assemblĂ©e, c’était des insensĂ©s. Et on a dĂ©clarĂ© que l’homme qui L’avait prĂ©sentĂ©, Jean-Baptiste, Ă©tait un sauvage, un fou sorti du dĂ©sert, un ermite. Oh! ce n’était rien... Les congrĂ©gations vivant dans le luxe en ce temps-lĂ  ne crurent pas Ă  un tel message. Et ces esprits qui les gardaient dans la servitude en retiennent des millions aujourd’hui. Les gens ne croient toujours pas cela. Mais ceux qui attendaient savaient que leur Seigneur avait promis de venir Ă  la fĂȘte, et ils attendaient, en se rĂ©unissant dans la rue, et dans les petites chambres et partout oĂč ils le pouvaient, s’entretenant et attendant. Et toute l’atmosphĂšre Ă©tait chargĂ©e de Sa Venue.

50        Il en est de mĂȘme aujourd’hui, Seigneur. Tu as promis que nous serions amenĂ©s aux noces de l’Agneau; Tu as promis que Tu viendrais prendre l’Eglise. Et nous voyons apparaĂźtre des signes montrant que Tu viens, c’est pourquoi toute l’atmosphĂšre est chargĂ©e de Ta Venue. Nous attendons.

            Des mains se sont levĂ©es ce matin, Seigneur, pour montrer qu’ils n’étaient pas encore certains qu’ils seraient appelĂ©s Ă  cette fĂȘte. Nous veillons et attendons Ta Venue. Nous apprenons qu’ils ont des bombes qui peuvent faire voler en Ă©clats toute la terre en un instant. Ils peuvent regarder une Ă©toile en Russie et rĂ©gler une bombe avec exactitude visant Louisville, au Kentucky, en une fraction de minute, atteindre la lune en 80 secondes, et le prĂ©dire. Ô Seigneur, nous voyons ces choses apparaĂźtre exactement comme Tu l’avais annoncĂ©. Et ils sont bien capables de mettre Ă  exĂ©cution leurs menaces. Et, ĂŽ Dieu, nous avons tournĂ© la page et nous voyons que Tu es capable d’accomplir Ta promesse, car Tu es Dieu, et nous nous attendons Ă  ce que Tu viennes. Prends soin de ces gens aujourd’hui, Seigneur. Accorde-leur la Vie Eternelle par JĂ©sus, notre Seigneur.

            Accorde que ceux qui sont malades et affligĂ©s puissent ĂȘtre guĂ©ris. Accorde-nous une glorieuse rĂ©union ce soir pendant le prochain service de guĂ©rison. BĂ©nis entiĂšrement chaque Ă©glise qui est reprĂ©sentĂ©e ici, les diffĂ©rentes personnes qui viennent de diffĂ©rentes confessions de la foi. Puissent-ils rĂ©aliser que ce n’est pas la foi qui–l’église qu’ils frĂ©quentent qui fait d’eux ce qu’ils sont. C’est leur foi sans mĂ©lange qu’ils ont dans le Fils de Dieu. Toute la gloire Te reviendra, PĂšre. Nous Te les confions au Nom de JĂ©sus. Amen.

JĂ©sus paya tout. (C’est ce qu’Il a fait.)
Je (Moi-mĂȘme...) lui doit tout;
Le péché avait laissé une tache cramoisie,
Il a rendu cela blanc comme neige.

            Maintenant, le message est terminĂ©, adorons tout simplement le Seigneur en chantant.

JĂ©sus paya tout.
Je Lui dois tout;
Le péché avait laissé une tache cramoisie,
Il a rendu cela blanc comme neige.

A la croix oĂč mourut Mon Sauveur,
LĂ  j’ai criĂ© pour ĂȘtre purifiĂ© du pĂ©chĂ©;
Oh! là le Sang fut appliqué à mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!

Gloire à Son Nom! (Précieux Nom)
Gloire Ă  Son Nom!
Oh! là le Sang fut appliqué à mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!

51        A prĂ©sent, ne nous regardons pas les uns les autres, levons les yeux. Levons les mains.

Je suis si merveilleusement sauvé du péché,
Si tendrement JĂ©sus demeure en moi,
LĂ  Ă  la croix oĂč Il m’a reçu,
Gloire Ă  Son Nom!

Gloire à Son Nom! (Nom si précieux)
Gloire Ă  Son Nom!
Là le Sang fut appliqué à mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!

            Maintenant, je voudrais que vous vous retourniez et que vous serriez la main Ă  quelqu’un devant vous, derriĂšre vous, Ă  droite et Ă  gauche pendant que nous chantons ceci:

Viens Ă  cette fontaine si riche et si douce;
Jette ta pauvre Ăąme aux pieds du Sauveur;
Oh! plonge-t-y aujourd’hui, et sois pu-... (Maintenant, levons les mains)
Gloire Ă  Son Nom!

Gloire Ă  Son Nom!
Oh! gloire Ă  Son Nom!
Oh, là le Sang fut appliqué à mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!

52        Cela ne vous fait-il pas Ă©prouver un sentiment merveilleux, alors que vous ĂȘtes maintenant tout rĂ©curĂ©, et que vous ĂȘtes dans l’attente? Oh! comme c’est merveilleux!

Viens Ă  cette fontaine si riche et si douce;
Jette ta pauvre Ăąme aux pieds du Sauveur;
Oh! plonge-t-y aujourd’hui, et sois pur;
Gloire Ă  Son Nom!

Gloire à Son Nom! (Précieux Nom)
Gloire Ă  Son Nom!
Là le Sang fut appliqué à mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!

            Cela ne vous fait-il pas quelque chose? Pensez Ă  ceci:

            Je suis si merveilleusement sauvĂ© du pĂ©chĂ©,

            Si tendrement JĂ©sus demeure (demeure... «Si vous demeurez en Moi et que Ma Parole demeure en vous...»)

LĂ  Ă  la Croix oĂč Il m’a reçu,
Gloire Ă  Son... (Maintenant, concentrez votre pensĂ©e sur Lui alors que vous L’adorez)
Gloire Ă ... (Que pourrions-nous faire, Seigneur, sans Toi?)
Gloire... (C’est l’heure de Ton Apparition. Tu viens bientît, Seigneur.)
Là le Sang fut appliqué à mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!

53        Oh! la la! il y a quelque chose qui me traverse tout simplement, au point que chaque fibre de mon corps vibre. C’est le Saint-Esprit qui est ici. Hum! [Quelqu’un parle en langues et interprĂšte: «Je te le dis aujourd’hui, Mon serviteur, oui, puisque tu t’es tenu lĂ  au milieu de Mon peuple que voici. J’ai prĂ©parĂ© ce jour pour toi, dit l’Eternel, car Je t’ai oint. Oui, tu es Mon prophĂšte. Et Je serai avec Toi aujourd’hui, quand tu imposeras les mains Ă  Mon peuple que voici, qui est malade et affligĂ© dans son corps. Je te le dis, Mon peuple, aie foi en Moi, le Dieu vivant, car Je vais accomplir ces choses que J’ai promises; car Je suis capable d’accomplir Ma Parole. Aussi, Je te dis ce jour: Ne crains pas de croire en Moi, le Dieu vivant, car Je serai au milieu de toi d’une maniĂšre glorieuse et puissante.»–N.D.E.] Amen. GrĂąces soient rendues Ă  Dieu. C’est ce dont je parlais.

Ma foi regarde Ă  Toi,
Toi, Agneau du Calvaire,
Sauveur Divin;
Ecoute-moi maintenant quand je prie,
Ôte tous mes pĂ©chĂ©s,
Oh! laisse-moi dĂšs ce jour
Etre entiĂšrement Ă  Toi.

            Je chante cela dans un but. Le Seigneur m’a donnĂ© un texte pour ce soir au travers de cette interprĂ©tation: Ma Parole. Voyez-vous?

Pendant que je marche dans le labyrinthe sombre de la vie,
Et que le chagrin m’environne,
Sois mon guide;
Ordonne aux ténÚbres de se changer en jour,
Essuie les larmes de mes chagrins,
Ne me laisse pas m’égarer loin de Toi.

54        Il y a deux ans, j’étais dans les catacombes de San Angelo–les catacombes de Rome. Je me tenais lĂ  en bas. Et j’ai regardĂ© lĂ -bas, et j’ai vu l’endroit oĂč on a fait une sculpture reprĂ©sentant ces saints–JĂ©sus il y a deux mille ans. L’une de ces sculptures Le montre transportant la brebis perdue sur Son dos, une autre Le montre en train de guĂ©rir les malades et les affligĂ©s. Je me suis tenu lĂ , les mains levĂ©es comme ceci. Je chantais: «Pendant que je marche dans le labyrinthe sombre de la vie, et que les chagrins m’environnent...» Ensuite, j’ai quittĂ© lĂ  pour me rendre au ColisĂ©e, et je me suis tenu lĂ  sur le terrain oĂč les saints Ă©taient jetĂ©s en pĂąture aux lions, et oĂč les gladiateurs tuaient ces derniers. Et je me suis dit: «Ô Dieu, la foi vivante de nos pĂšres brĂ»le encore dans mon coeur, Seigneur. Et ne permets jamais qu’elle quitte lĂ . Ne permets jamais que je m’éloigne de Toi.» C’est juste. Comme je L’aime!

Il y a une fontaine remplie de sang,
TirĂ© des veines d’Emmanuel,
Et les pécheurs plongés dans ce flot,
Perdent toute tache de leur culpabilité.
Perdent toute tache de leur culpabilité,
Perdent toute tache de leur culpabilité,
Et les pécheurs plongés dans ce flot,
Perdent toute tache de leur culpabilité.

            N’ĂȘtes-vous pas heureux que ce soit le cas pour vous? Je me demande si nous pourrions simplement fermer les yeux et dire:

Le voleur mourant s’est rĂ©joui de voir
Cette fontaine en son jour;
Et là, puissé-je, quoique vil comme lui,
Etre lavé de tous mes péchés.
Etre lavé de tout mon péché,
Etre lavé de tous mes péchés,
Et là, puissé-je, quoique vil comme lui,
Etre lavé de tous mes péchés.

            Vous sentez-vous bien? Juste l’adoration du Saint-Esprit, et que les bĂ©nĂ©dictions du Seigneur soient sur vous.

55        Maintenant, nous nous attendons Ă  vous voir ce soir. Et les cartes de priĂšre seront donc distribuĂ©es Ă  18 h 30 pile, afin que cela ne dĂ©range pas le reste du service. Et vous qui dĂ©sirez en avoir, venez.

            Et combien vont aller au Ciel, par la grĂące de Dieu? Faites voir vos mains. Nous sommes en train de monter.

J’ai un PĂšre de l’autre cĂŽtĂ©,
J’ai un PĂšre de l’autre cĂŽtĂ©,
J’ai un PĂšre de l’autre cĂŽtĂ©,
Sur l’autre rivage.

Oh! un jour radieux j’irai Le voir,
Un jour radieux j’irai Le voir,
Un jour radieux j’irai Le voir,
Sur l’autre rivage.

Oh! ce jour radieux peut ĂȘtre demain,
Ce jour radieux peut ĂȘtre demain,
Ce jour radieux peut ĂȘtre demain,
Sur l’autre rivage.

Oh! Quelle heureuse rencontre ce sera,

Quelle heureuse rencontre ce sera,

Quelle heureuse rencontre ce sera,

Sur l’autre rivage.

56        Aimez-vous ces vieux hymnes? Oh! je... Vous pouvez avoir tous vos petits cantiques hachĂ©s que vous voulez, donnez-moi ces vieux cantiques sur le sang, qui viennent du coeur et qui produisent quelque chose ici dedans, qui ont Ă©tĂ© composĂ©s par le Saint-Esprit, Ă©crits par Dieu. Ils sont authentiques.

            Eh bien, que le Seigneur vous bĂ©nisse vraiment. J’espĂšre vous revoir ce soir. Je remets maintenant le service au pasteur, FrĂšre Jackson... Informel!

            Il se pourrait qu’il y ait ici des gens qui ne peuvent pas venir au service de guĂ©rison ce soir, et qui dĂ©sirent qu’on les oigne d’huile et qu’on prie pour eux. Nous sommes tout un groupe de ministres ici et nous serions heureux de vous servir de quelque maniĂšre que nous pourrions. Maintenant, le service normal de guĂ©rison aura lieu ce soir. Eh bien, c’est-Ă -dire que si vous pouvez rester et attendre. Si vous ne le pouvez pas, venez directement ici maintenant.

57        Il y a une dame qui doit aller au fond, qui souffre du coeur ou quelque chose comme ça. Je pense qu’elle est par ici. Quelqu’un a pointĂ© du doigt par ici. Cette dame-ci, qui souffre du coeur et qui ne peut pas revenir ce soir, est dans un Ă©tat trĂšs grave et elle dĂ©sire... et elle ne peut pas venir dans la ligne.

            Maintenant, voyez-vous, la raison pour laquelle nous avons demandĂ© la ligne, avec cela nous pouvons... Moi-mĂȘme, tout le monde a une façon diffĂ©rente de prier. Les uns prient d’une maniĂšre, les autres d’une autre. La mienne... Lorsque je suis sĂ»r de ce dont je parle, alors je peux agir. Mais si je me rendais par ici pour... Supposons que j’allais rĂ©parer une automobile, et que je ne sache rien de cela. Eh bien, je me procurerais une clef anglaise et je regarderais çà et lĂ . Je–je ne saurais rien. Voyez-vous? Eh bien, maintenant, bien des gens ont tout simplement cette foi prĂ©dominante qui se manifeste juste lĂ  et qui met au dĂ©fi ces choses et les chasse. Quant Ă  moi, je dois chercher Ă  savoir le plan de Dieu pour cette personne. Voyez-vous?

58        Vous devez faire attention. Un don prophĂ©tique est une chose Ă©trange. Vous pouvez faire des choses avec et vous vous crĂ©ez des ennuis. Combien savent cela?

            ConsidĂ©rez Elie, je crois que c’était lui, oui, Elie [ElisĂ©e]. C’était un jeune homme, il est devenu chauve. Et des petits enfants le taquinaient au sujet de sa calvitie. Ils ont dit: «Pourquoi n’es-tu pas montĂ© comme Elie?» Et il s’est retournĂ© et a maudit ces enfants, et quarante-deux d’entre eux furent tuĂ©s. Ça, ce n’est pas la nature du Saint-Esprit. Voyez-vous? C’était ce prophĂšte qui Ă©tait en colĂšre, et il a simplement prononcĂ© des paroles de malĂ©diction.

            JĂ©sus a dit plus loin dans les Ecritures que j’ai lues ce matin: «Si vous dites Ă  cette montagne: ‘Ôte-toi de là’, et si vous ne doutez pas dans votre coeur, mais croyez que ce que vous dites arrive, vous le verrez s’accomplir.» VoilĂ . Voyez-vous, vous devez faire attention Ă  ce que vous faites.

            Maintenant, considĂ©rez MoĂŻse. Il avait la puissance. Ce n’était pas la volontĂ© de Dieu de faire sortir l’eau du rocher (Combien savent cela?) la seconde fois. Vous ĂȘtes censĂ© parler au rocher, et non le frapper. Dieu lui avait dit de parler au rocher; il s’est carrĂ©ment retournĂ© et l’a frappĂ©, parce qu’il avait la puissance pour le faire. Dieu l’a amenĂ© sur la montagne et a dit: «Regarde lĂ  de l’autre cĂŽtĂ©. Vois le pays, mais Je ne te laisserai pas y entrer, Ă  cause de ce que tu as fait lĂ -bas au rocher.» Voyez-vous, voyez-vous? Vous devez donc faire attention en faisant cela. C’est la raison pour laquelle j’essaie toujours...

59        Et j’ai le sentiment que bientĂŽt, peut-ĂȘtre dans les prochains jours, je sens que Dieu va encore me parler. Voyez-vous? Je reste dans les bois jour et nuit, attendant ce moment. Je sens depuis deux ou trois semaines qu’Il va me parler. Je crois que je vais connaĂźtre un changement. Je–je m’y attends impatiemment depuis longtemps. La chose, la prĂ©diction a Ă©tĂ© donnĂ©e il n’y a pas longtemps, de ce qui allait arriver; cela est arrivĂ©.

            Mais, c’est comme si, au fond de moi, il y a quelque chose qui bouge. Et je reste tout simplement dans la nature, je sors de grand matin, je reste dans la nature la nuit, attendant, veillant pour voir ce qu’Il dira. Et de temps en temps, je me mets Ă  genoux et je dis: «Es-Tu ici, Seigneur? Y a-t-il quelque chose que Tu veux que Ton serviteur sache?» C’est la raison pour laquelle je veille.

60        Je dĂ©sire que vienne l’heure oĂč je... nous n’aurons pas besoin d’avoir le discernement, oĂč j’aurai la foi sans cela. Eh bien, je pense qu’une vision apparaĂźt ici, disons que... Cette femme ou cette dame, ou qui que ce soit. Voyez-vous, je ne sais pas, mon ami, qui que vous puissiez ĂȘtre, qui montera ici. Je ne vous ai jamais vu de ma vie. Et pourtant, Il me montre lĂ  qui vous ĂȘtes, quel est votre problĂšme, d’oĂč vous venez, l’acte que vous avez posĂ© et qui est Ă  la base de ceci. Il doit y avoir une cause pour tout.

            Et qu’adviendrait-il si quelqu’un a pĂ©chĂ©? Peut-ĂȘtre qu’il a fait quelque chose qu’il n’aurait pas dĂ» faire. Peut-ĂȘtre qu’il devait faire quelque chose qu’il n’a pas fait, ou quelque chose de ce genre. Et ici il est avec... Dieu permet Ă  Satan de maintenir cette malĂ©diction sur lui, pour l’amener Ă  quelque chose, à–à l’obĂ©issance. Parfois, la maladie est un fouet que Dieu utilise pour amener Ă  l’obĂ©issance.

            Et qu’en serait-il si cette personne se tenait lĂ  et disait: «Oh! allĂ©luia! Gloire Ă  Dieu. Que Dieu soit loué», qu’on l’oignait d’huile et qu’on priait pour elle, et qu’il arrivait que je chasse de la personne ce mauvais esprit et que Dieu permettait que celui-ci reste lĂ ? Juste Ă  cet instant-lĂ  j’aurais des problĂšmes avec Dieu. Voyez-vous? Voyez-vous ce que je veux dire? Je suis un... Mais quand je vois lĂ  que le Seigneur dit une certaine chose, peut-ĂȘtre que c’est simplement Satan qui a causĂ© cela, et je vois qu’il n’y a rien dans la vie de cette personne pour empĂȘcher cela, alors j’ai la foi pour m’avancer lĂ . J’ai la foi, parce que je L’ai vu quand Il est venu vers moi et qu’Il m’a dit de faire cela. Voyez-vous? Et puis je...

61        Une autre chose est que si peut-ĂȘtre la personne a fait quelque chose de mal, et que je dise: «Vous avez fait telle chose», c’est juste. «Eh bien, pour mettre cela en ordre, je promets devant Dieu que je vais mettre cela en ordre.» Je regarde de nouveau et je vois la personne en bonne santĂ© lĂ -bas, des annĂ©es plus tard, toujours en bonne santĂ©. Alors, vous savez que Dieu l’a dĂ©jĂ  dit, Il attend tout simplement que vous prononciez la Parole. C’est tout. Voyez-vous? C’est ce qu’il faut... C’est ainsi que j’observe, cela rend mon ministĂšre lent. Je prends chaque cas et j’observe cela, alors je suis sĂ»r de ce dont je parle. Voyez-vous? Je sais exactement quoi dire Ă  la personne.

            Eh bien, il y a eu des fois... J’ai vu la mort au-dessus d’une personne. Je ne dis rien. Je dis tout simplement: «Que le Seigneur vous bĂ©nisse. Ayez foi en Dieu. Dieu va vous guĂ©rir. Ayez simplement la foi.» Je continue comme cela, sachant dans mon coeur que la personne ne va pas vivre, parce que... Eh bien, vous n’avez pas besoin de lui dire cela, Ă  moins que–à moins que vous soyez obligĂ©. Si le Saint-Esprit rĂ©vĂšle la chose, vous savez que cela s’est fait bien des fois, vous lui dites: «Vous feriez mieux de vous prĂ©parer. Vous ĂȘtes en train de vous en aller. Rien ne va vous sauver.»

62        J’ai eu, il y a quelque temps, une fillette ici. Le pĂšre a dit que si je guĂ©rissais cette fillette, il deviendrait un chrĂ©tien. Je voulais que cette famille devienne chrĂ©tienne. Je suis allĂ© chez eux; la petite avait une double pneumonie. On lui avait administrĂ© toute la pĂ©nicilline qu’on pouvait lui administrer. Cela n’avait aucun effet. Sa santĂ© dĂ©clinait de plus en plus.

            Et je suis allĂ© la voir. Je suis entrĂ© lĂ , et j’ai dit: «Je ne sais pas.» J’ai dit: «Je–je vais prier.» Et je suis entrĂ© et j’ai priĂ© pour elle de tout mon coeur.

            Et cet aprĂšs-midi-lĂ , le mĂ©decin est venu et a dit: «Sa fiĂšvre est tombĂ©e.» Le lendemain matin, il est revenu. Il a dit: «Cette enfant va beaucoup mieux, a-t-il dit, elle pourra se lever ce soir.» Oh! le pĂšre et moi, nous sommes allĂ©s la voir... m’a rencontrĂ©, et il se rĂ©jouissait. Il a dit: «Oh! FrĂšre Branham...»

            Et j’ai dit: «Lee, je suis si heureux de voir ton enfant comme cela.»

            Et le Saint-Esprit m’est apparu, Il a dit: «Elle ne vivra que trois jours.»

            Et le pĂšre allait venir Ă  Christ. Il a dit: «Eh bien, quand vous allez tenir votre rĂ©union, je suis prĂȘt pour me faire baptiser», lui et sa famille.

63        Mais je–je ne pouvais pas le lui dire. J’avais horreur de le lui dire. Je savais que l’enfant allait mourir. Je suis rentrĂ© et j’ai parlĂ© Ă  mon Ă©pouse. J’ai dit, oh! Ă  un bon nombre de leurs amis et de mes voisins et tout: «L’enfant ne va pas vivre.» Une fillette d’environ huit ans, j’ai dit: «Elle ne va pas vivre. Elle va mourir dans trois jours. J’ai vu cette mĂšre debout lĂ , en train de pleurer, elle a inclinĂ© la tĂȘte Ă  trois reprises, les larmes coulaient. J’ai vu un petit cercueil blanc traverser la piĂšce pendant que je me tenais lĂ .» J’ai dit: «Elle va partir.»

            «Eh bien, ont-ils dit, vous devriez aller le dire Ă  Lee.»

            Et j’ai dit: «Je ne veux pas le lui dire.» J’ai dit: «Tout d’abord j’aime la petite BĂ©atrice, et je...» Vous savez tous de qui je parle. Alors j’ai dit: «J’aime la petite BĂ©atrice et je–je ne veux pas lui faire du mal en le lui faisant savoir, et je ne dĂ©sire pas le dire Ă  son pĂšre.» Et–et j’ai dit: «Je ne sais que faire. Mais je sais que l’enfant...» Et trois jours plus tard elle est morte. Voyez-vous? Je le savais, mais je ne voulais pas le dire Ă  son pĂšre. Voyez-vous?

64        Eh bien, comme cela... Eh bien, bien des fois je suis allĂ© prier. LĂ  en Afrique il n’y a eu environ que trois ou quatre personnes sur l’estrade. Et quand quelque chose se produisait Ă  l’estrade, je faisais simplement une priĂšre d’ensemble. Et vingt-cinq mille miracles se sont produits en une seule fois. Voyez-vous? Il est question de la foi des gens. Bon, bien des fois nous amenons les gens directement jusqu’à l’estrade, nous leur imposons les mains, nous prions pour eux, et nous les renvoyons. Ils partent et ils sont guĂ©ris. Voyez-vous? Ainsi, cela dĂ©pend simplement de ce que les gens pensent, il est question de leur foi, de toute façon.

            Mais pour ce qui est de maudire une chose, je voudrais d’abord ĂȘtre sĂ»r de ce que je fais. A ce moment-lĂ , c’est moi qui fais la chose. Quand vous venez pour que l’on vous impose les mains, c’est votre foi, c’est ce que vous croyez. Tout le monde comprend-il maintenant ce que je veux dire? Voyez-vous? Et j’ai peur de parler. Voici venir une personne; et je ne sais rien Ă  son sujet, je ne l’ai jamais vue auparavant.

            «FrĂšre Branham, j’ai telle chose. Et je–je–je–j’ai le cancer. J’ai la tuberculose.» J’ai tout simplement peur de dire cela. Voyez-vous, je ne sais pas ce que je fais. Voyez-vous, je–je prĂ©fĂšre dire: «Je vais prier pour vous.» Vous voyez, comme cela. Mais quand je vois une vision et que je vois ce qui va se passer, c’est diffĂ©rent. Vous voyez, je–je sais quoi faire. Et Ă  ce moment-lĂ , je–je–je comprends ce que... C’est exactement comme s’engager dans quelque chose. Mais bien–bien des fois, je prie pour des gens des centaines de fois.

65        FrĂšre Shire est assis juste lĂ  derriĂšre. Je le regarde en ce moment. J’ai assistĂ© quelque part Ă  un service funĂšbre, Ă  l’enterrement de la mĂšre de soeur Roberson. FrĂšre Shire, je n’avais jamais vu cet homme dans un pire Ă©tat que celui dans lequel il Ă©tait. Je... des migraines ou quelque chose comme ça... je ne sais pas. Et vous en ĂȘtes arrivĂ© Ă  un point oĂč vous Ă©tiez comme inconscient, vous ne reconnaissiez rien. Je suis entrĂ© directement dans sa chambre, j’ai juste prononcĂ© un mot de priĂšre, puis je suis ressorti. J’ai dit: «Tout aussi sĂ»r que je me tiens ici, il sera–il sera guĂ©ri.» Et c’était cela, je suis directement sorti. Madame Wood que voilĂ , sa mĂšre Ă©tait couchĂ©e, se mourant d’un cancer au visage; c’était douloureux. Vous savez ce que c’est, si mĂȘme vous touchez votre lĂšvre ici, ici dedans, vous pouvez mourir en un instant.

            Une abeille a piquĂ© un homme tout rĂ©cemment ici au Sud de New Albany. Elle l’a piquĂ© Ă  la lĂšvre, et il est mort aprĂšs deux minutes environ.

            N’importe quoi juste par ici ... Ne pincez jamais rien sur vos lĂšvres, parce que cela va jusqu’au nerf qui va jusqu’au cerveau. En fait, les gens... Un homme ne devrait jamais se raser sur les lĂšvres. C’est tout Ă  fait juste. Quand votre rasoir passe, vos yeux se remplissent de larmes. C’est un endroit trĂšs sensible Ă  cause de ces nerfs principaux.

66        Il n’y a pas longtemps, j’étais par ici oĂč Gene, LĂ©o... Il y avait lĂ  une fille qui travaillait chez l’apothicaire, prĂšs de–ici chez l’apothicaire. Et je suis entrĂ© lĂ  pour acheter une certaine chose pour mes enfants, pour acheter des vitamines et d’autres produits contre le rhume et autres. Et elle racontait cela lĂ  dans le voisinage. Il y a lĂ  un certain ministre. Il a dit: «Voulez-vous me dire que frĂšre Branham donnerait des mĂ©dicaments Ă  l’un de ses enfants?» Vous voyez, c’est l’ignorance.

            Et j’ai dit: «Eh bien...»

            Il a dit: «Je n’ai plus du tout foi en vous.»

            Et juste deux jours aprĂšs cela, il se rasait, il s’est blessĂ© Ă  la lĂšvre, il l’a pincĂ©e comme cela. Il Ă©tait hospitalisĂ© le jour suivant sous une tente Ă  oxygĂšne. Environ quatre ou cinq jours plus tard, il est sorti avec un visage enflĂ© comme cela (vous voyez?), il est sorti comme cela, parce qu’il avait pincĂ© un point de sa lĂšvre. Voyez-vous? Vous devez faire attention Ă  ce que vous faites lĂ -dessus, ce problĂšme de lĂšvre ici.

67        Maintenant, revenons-en Ă  l’esprit, au cĂŽtĂ© spirituel. Vous voyez, vous devez ĂȘtre certain de ce que vous abordez, de ce que vous faites. Si vous n’ĂȘtes pas certain, ne le faites pas.

            Eh bien, en priant pour les malades, oh! je peux dire beaucoup, beaucoup de choses. J’ai parlĂ© de la mĂšre de madame Wood; un cancer s’était installĂ© dans ces veines. Son visage Ă©tait tout simplement enflĂ©. LĂ©o, Gene et moi nous Ă©tions dans le Michigan. Et nous en avons Ă©tĂ© informĂ©s par tĂ©lĂ©phone. Mon Ă©pouse m’a tĂ©lĂ©phonĂ©, elle a dit: «La mĂšre de madame Wood est mourante.»

            J’ai traversĂ© la riviĂšre. Madame Wood Ă©tait assise lĂ , tout dĂ©chirĂ©e. Elle a dit que Sa mĂšre Ă©tait mourante.

            Je suis entrĂ© dans la chambre et je suis restĂ© avec elle un long moment. Pas de vision. Mais juste au moment oĂč je me suis approchĂ© d’elle, quelque chose au-dedans de moi a dit: «Elle va vivre.»

            Je suis ressorti et monsieur et madame Wood Ă©taient assis lĂ , ils ont dit: «Eh bien, qu’a dit le Seigneur? Avez-vous eu une vision?» J’ai dit: «Non.»

            Ils... aussitĂŽt. Ils avaient Ă©tĂ© aux rĂ©unions (vous voyez?), et j’avais eu des visions. Ils Ă©taient dĂ©couragĂ©s. Mais juste une minute aprĂšs, j’ai dit: «Mais Quelque Chose m’a parlĂ©. C’est autant que l’AINSI DIT LE SEIGNEUR, qu’une vision disant que cette femme va vivre.» Et elle vĂ©cut.

68        Un cancer par ici, sur son visage comme cela. Et voici que cela avait dĂ©jĂ  atteint l’os, cela avait rongĂ© tout l’os, et tout autour comme cela, toute la chair jusqu’à l’os comme cela. Et elle est vivante aujourd’hui, c’est Ă  peine si elle a une cicatrice lĂ  oĂč ça se trouvait. Vous voyez? Et qu’est-ce qui a propagĂ© cela? Le mĂ©decin lui avait fait une piqĂ»re lĂ -dedans, et cela a propagĂ© la chose. Vous voyez. Et c’est ce–ce qui a causĂ© cela. Ou plutĂŽt, en essayant de brĂ»ler cela ou en essayant de faire quelque chose Ă  cela.

69        Eh bien, il est question de la foi de gens, ce dans quoi vous avez foi. Si tu... Tenez, JaĂŻrus a dit: «Viens imposer les mains Ă  ma jeune fille, ma fille, et elle vivra.» Vous souvenez-vous de cela? Le Romain a dit: «Je ne suis pas digne que Tu entres sous mon toit. Dis tout simplement un mot, et mon serviteur vivra.» Est-ce juste? Vous-y ĂȘtes, cela dĂ©pend de la foi.

70        Maintenant, est-ce cette dame qui souffre des troubles cardiaques et qui ne pourrait pas revenir ce soir? Si elle est ici... A gauche... TrĂšs bien, monsieur. TrĂšs bien, mademoiselle. Si vous voulez monter juste par ici maintenant, avancez carrĂ©ment. Quelqu’un d’autre? Vous ĂȘtes le bienvenu.

            J’ai besoin de frĂšre Cash et de frĂšre... vos frĂšres qui sont ici. Je crois que frĂšre Beeler est lĂ  aussi, n’est-ce pas? Venez ici, FrĂšre Beeler. Y a-t-il un autre prĂ©dicateur? Que tout ministre que nous... vienne maintenant. Nous voulons prier pour cette jeune femme.

71        Ils ont dit qu’il s’agissait d’une maladie du coeur. Est-ce juste? C’est le plus grand tueur que nous avons, la maladie du coeur. Mais savez-vous que JĂ©sus vit dans le coeur? L’avez-vous reçu lĂ -dedans? Est-ce que vous–Est-ce que vous habitez cette ville? L’Ohio. Vous pouvez ĂȘtre guĂ©ri de votre maladie du coeur, c’est Dieu qui guĂ©rit. Il guĂ©rit le coeur. Il guĂ©rit chaque membre du corps, chaque organe. Maintenant, venez par ici, frĂšres, mettons-nous lĂ  oĂč ils peuvent prier...?... je veux que l’assemblĂ©e incline la tĂȘte, s’ils veulent bien. Les ministres...?... Oh! oui, je ...?... Que Dieu vous bĂ©nisse...?... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

72        C’est Toi qui as crĂ©Ă© le coeur. Tu le fais croĂźtre et vivre. Tu peux bĂątir une nouvelle paroi lĂ  oĂč l’ancienne a Ă©tĂ© dĂ©truite. Car Tu es Dieu et l’unique Dieu. Et je me dis, et s’il s’agissait de ma soeur Delores, de mon Ă©pouse Meda, ou de ma fille Rebecca? J’aimerais que l’église fasse avec tout ce qui est en nous, Seigneur, une priĂšre de la foi pour mon enfant, pour mon Ă©pouse ou pour la personne qui m’est chĂšre.

            Peut-ĂȘtre que c’est la fille de quelqu’un; c’est peut-ĂȘtre l’épouse de quelqu’un; c’est peut-ĂȘtre la mĂšre d’un enfant. Elle a dit qu’elle T’aime, et elle T’a acceptĂ© comme son Sauveur. Et elle a droit d’accĂ©der Ă  ces privilĂšges. Et nous sommes venu sur base de l’autoritĂ© de Ton invitation Ă  lui administrer ces dons de guĂ©rison. Et en lui imposant les mains, que la Parole de Dieu soit rendue manifeste dans son corps en ĂŽtant ces troubles cardiaques. Nous condamnons cela sur base de la propre Parole de JĂ©sus-Christ qui dit que la priĂšre de la foi sauvera le malade, et que Dieu le relĂšvera. Maintenant, au Nom de JĂ©sus-Christ, que les troubles cardiaques quittent notre soeur. Puisse-t-elle s’en aller sans plus jamais une seule fois en avoir la moindre trace. Et Tu recevras la louange et la gloire pour ces bĂ©nĂ©dictions qui ne peuvent venir que par Tes mains, Seigneur, alors que nous servons conformĂ©ment Ă  Ta Parole. Amen. Touche-la, Seigneur. Maintenant, ayez la foi et croyez. Les troubles cardiaques ne vous dĂ©rangeront plus jamais.

73        Dieu bien-aimĂ©, ces mains faibles et ridĂ©es de cette prĂ©cieuse mĂšre ont prodiguĂ© des soins Ă  ses enfants et Ă  ses petits-enfants, et m’ont prodiguĂ© des soins Ă  de nombreuses occasions. Et ce matin, elle est dans le besoin. Et nous nous tenons ici aprĂšs avoir prĂȘchĂ© que Tu es un Dieu si grand, un Dieu si puissant, et non pas un dieu de l’histoire, mais un Dieu du temps prĂ©sent, le Je Suis. Et je Te prie, ĂŽ Seigneur Dieu, d’envoyer Tes bĂ©nĂ©dictions de guĂ©rison sur son corps juste... les mains sur elle... Au Nom de JĂ©sus, qu’elle quitte ici aujourd’hui et soit guĂ©rie, et vive encore de nombreuses et heureuses annĂ©es en Te servant. Et Tu recevras toute la louange pour ces choses, alors qu’elle ira çà et lĂ  raconter aux gens ce qui s’est passĂ©. Amen. AllĂ©luia.

            Cela vous dĂ©chirait ce matin. Que Dieu... bĂ©nisse...?... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] ...?...

74        J’ai priĂ© pour elle il y a bien des annĂ©es pour le cas de tuberculose. Elle fut guĂ©rie. Elle est malade, mais elle a besoin de discernement pour savoir avec exactitude ce que–ce qu’elle a fait ou davantage Ă  ce sujet. Ce que je crois en fait.

            Oh! Cette jeune dame et les autres pour lesquelles nous avons priĂ© tout Ă  l’heure, vont ĂȘtre guĂ©ris. Je le crois avec tout ce qui est en moi. Je le crois tout simplement. Le croyez-vous aussi? J’ai eu pour eux le mĂȘme genre de sentiment que j’ai eu pour votre mĂšre, Madame Wood. Vous voyez? C’était la mĂȘme chose avec vous, FrĂšre Shire, et beaucoup d’autres ici. Je sens qu’ils vont ĂȘtre guĂ©ris. C’est tout. Ils–ils ont–ils ont roulĂ© sur une longue distance pour venir Ă  la rĂ©union, et cela montre la foi qu’ils ont.

75        Savez-vous que la Bible parle de cela pour les derniers jours? C’est juste. Tout... Au temps du soir, la lumiĂšre paraĂźtra. Est-ce juste? La lumiĂšre paraĂźtra. Le mĂȘme Evangile, le mĂȘme Saint-Esprit, la mĂȘme puissance de Dieu serait ici pour guĂ©rir les malades et les affligĂ©s comme autrefois. Et Dieu est ici maintenant mĂȘme, Il est ici maintenant mĂȘme. Il est tout aussi prĂ©sent maintenant qu’Il le sera ce soir, exactement, pour guĂ©rir les malades et les affligĂ©s. N’est-Il pas bon?

            Chantons un... l’accord de ceci: JĂ©sus est merveilleux pour moi. Pouvons-nous chanter cela? Merveilleux, merveilleux, JĂ©sus est pour moi; Il est le Conseiller, le Prince de la Paix, le Dieu puissant. Chantons cela ensemble maintenant.

Oh! merveilleux, merveilleux, JĂ©sus est pour moi,

Conseiller, Prince de la Paix, Dieu puissant;

Il me sauve, Il me garde de tout péché et de toute honte,

Merveilleux est mon RĂ©dempteur, gloire Ă  Son Nom!

Oh! merveilleux, merveilleux, JĂ©sus est pour moi,

Conseiller, Prince de la Paix, Dieu puissant;

Oh! Il me sauve, Il me garde de tout péché et de toute honte

Merveilleux est mon RĂ©dempteur, gloire Ă  Son Nom!

J’étais autrefois perdu, maintenant je suis retrouvĂ©, je suis libre de la condamnation,

Jésus donne liberté et plein salut;

Il me sauve, Il me garde de tout péché et de toute honte,

Oh! merveilleux est mon RĂ©dempteur, gloire Ă  Son Nom!

Oh! merveilleux, merveilleux, JĂ©sus (Chantez tous cela maintenant. Chantez cela fort.)

Conseiller, Prince de la paix, Dieu puissant;

Oh! Il me sauve, Il me garde de tout péché et de toute honte,

Merveilleux est mon RĂ©dempteur, gloire Ă  Son Nom!

Oh! merveilleux, merveilleux (Levez les mains alors que vous...)

... moi,

Conseiller, Prince de la Paix, Dieu puissant;

Oh! Il me sauve, Il me garde de tout péché et de toute honte,

Merveilleux est mon RĂ©dempteur, gloire Ă  Son Nom!

76        Amen. Levons tout simplement les mains maintenant et remercions-Le, chacun, Ă  sa propre façon.

            Seigneur, nous Te remercions pour Ta bontĂ©. Nous Te remercions pour Ta misĂ©ricorde, pour tout ce que Tu as fait pour nous. C’est bon d’ĂȘtre ici. Nous dirions comme Pierre et les autres: «Dressons trois tentes: une pour Toi, une pour MoĂŻse, et une pour Elie.» Mais cette Voix sacrĂ©e a dit: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ©. Ecoutez-Le.» JĂ©sus est si merveilleux, le Conseiller, le Prince de la Paix, le Dieu puissant, le PĂšre Ă©ternel. Sois avec nous dans les prochains jours, Seigneur. BĂ©nis-nous maintenant. Accorde-nous une glorieuse rĂ©union ce soir. BĂ©nis Tes serviteurs partout Ă  travers le monde. BĂ©nis les rĂ©unions qui vont se tenir Ă  travers la nation, Seigneur, Ă  San JosĂ©, en Californie, en d’autres lieux oĂč il y a des rĂ©unions et oĂč les gens se rassemblent maintenant pour les grandes rĂ©unions. Sois avec nous ce soir. Sois avec le troupeau au Tabernacle, partout Ă  travers la nation, partout oĂč est invoquĂ© Ton Nom. Daigne, Seigneur, ĂȘtre lĂ  au Nom de JĂ©sus.

77        Je vais remettre le service au pasteur qui va congĂ©dier l’assemblĂ©e. Donc, Ă  18 h 30 pour les cartes de priĂšre... [FrĂšre Junior dit: «J’aimerais dire que nous dĂ©sirons prĂ©lever une offrande d’amour pour notre frĂšre aujourd’hui.»–N.D.E.] Merci, mon bien-aimĂ© FrĂšre Junior. Merci. Pas du tout. Non, ne–ne faites pas cela. Je me sens–je me sens trĂšs petit. Je me sens trĂšs bien maintenant, vous ne voulez pas que je me sente autrement, n’est-ce pas? Ainsi, merci, toutefois. Il Ă©tait juste en train de plaisanter, vous voyez, c’est ce que je dirais.

EN HAUT