ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication JĂ©sus-Christ Est Le MĂȘme Hier, Aujourd’hui Et Éternellement de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 52-1027 La durĂ©e est de: 1 heure et 11 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

JĂ©sus-Christ Est Le MĂȘme Hier, Aujourd’hui Et Éternellement

1          Merci, FrĂšre Baxter. Bonsoir, mes amis. C’est un grand privilĂšge d’ĂȘtre ici ce soir Ă  Edmonton. AprĂšs avoir eu un grand rĂ©veil ici il y a quelques annĂ©es, ça a toujours Ă©tĂ© le dĂ©sir de mon coeur de revenir auprĂšs de mes trĂšs aimables amis d’Edmonton. J’ai apprĂ©ciĂ© vos lettres depuis que j’étais parti, tout ce que vous avez fait, prier pour moi, et le succĂšs de l’oeuvre de Dieu. Et nous nous sommes dit que ce serait trĂšs agrĂ©able ce soir si nous pouvons nous arrĂȘter pour partager avec vous les bĂ©nĂ©dictions de Dieu en cette unique soirĂ©e. J’aurais voulu rester plus longtemps; je dois vite rentrer Ă  la maison. Je dois quitter Ă  deux heures du matin, ĂȘtre en route, me dĂ©pĂȘcher de rentrer pour une autre rĂ©union. Et on est constamment en dĂ©placement depuis que nous sommes partis d’ici, et le Seigneur a Ă©tĂ© bon envers nous, en nous aidant Ă  assister Son peuple.

            Je suis reconnaissant pour ce groupe de prĂ©dicateurs ici Ă  l’estrade ce soir et beaucoup d’autres des groupes qui sont reprĂ©sentĂ©s ici. Et vous m’ĂȘtes toujours trĂšs chers. Vous ĂȘtes des enfants de Dieu.

            J’ai toujours reconnu ceci, et j’ai vu ça dans ma vie de ministre. Si vous allez... Si vous voulez servir Dieu, servez Son peuple. C’est ainsi que vous servez. Quand nous nous aimons les uns les autres, nous aimons Dieu. Et j’aime Son peuple, je fais de tout mon mieux pour essayer de reprĂ©senter notre Seigneur JĂ©sus-Christ auprĂšs d’eux par Ses misĂ©ricordes et de Ses puissances divines qu’Il a accordĂ©es Ă  l’église en ce dernier jour.

2          Maintenant, j’ai Ă©tĂ© trĂšs emportĂ© par le sermon de frĂšre Baxter de ce soir. C’est la premiĂšre fois, depuis qu’il est organisateur des rĂ©unions, que je me retrouve donc Ă  l’estrade pour l’entendre prĂȘcher; la premiĂšre fois, depuis que je connais monsieur Baxter, ça fait des annĂ©es, environ cinq ans. Il est toujours arrivĂ© que lors des rĂ©unions, je suis dehors en train de prier, je me prĂ©pare, je cherche Dieu, je prie et je jeĂ»ne avant la rĂ©union. C’est gĂ©nĂ©ralement ça la procĂ©dure. Je ne viens jamais Ă  la rĂ©union avant le temps de venir, sous l’onction du Saint-Esprit, pour me mettre directement Ă  prier pour les malades. Et j’aime certainement la façon dont il a prĂ©sentĂ© cela, c’est ainsi que j’ai toujours cherchĂ© Ă  prĂ©senter cela aux gens. Mais beaucoup de magazines et autres m’ont prĂ©sentĂ© comme un guĂ©risseur divin, et tout. Mais, amis, cela est faux : je suis votre frĂšre. Je–je ne suis pas un guĂ©risseur divin; je suis juste l’un de vous, si vous me le permettez. Que Dieu soit bĂ©ni de m’avoir introduit dans la bergerie.

3          Il y a beaucoup d’hommes ici prĂ©sents, ils sont Ă  cĂŽtĂ© de moi, ils prĂȘchaient probablement l’Evangile alors que j’étais un enfant. Je me sens trĂšs humble de me tenir ici ce soir devant des prĂ©dicateurs avancĂ©s en Ăąge, qui avaient prĂȘchĂ© la Parole si longtemps, qui ont pavĂ© la route et qui me l’ont rendue facile Ă  parcourir. Et s’ils n’avaient pas prĂȘchĂ© la guĂ©rison divine avant que ceci soit manifestĂ©? Il y aurait alors... J’aurais eu une–une route difficile Ă  parcourir. Mais grĂące Ă  leur assistance, ce pour quoi ils ont pris position, je suis venu pour confirmer ce qu’eux avaient prĂȘchĂ©. Et je suis trĂšs reconnaissant Ă  ces frĂšres, je pense qu’un jour, quand la vie sera complĂštement terminĂ©e, que la derniĂšre priĂšre aura Ă©tĂ© offerte ici sur terre, que la Bible sera fermĂ©e, nous atteindrons le bout de la route, nous entrerons dans Ses joies lĂ -haut...

            Je me demande simplement quand ce grand souper sera dressĂ©, le dernier souper... Tout au long des lignes mesurant des milliers de kilomĂštres, nous serons assis de part et d’autre de la table. Je vous assure, ça va ĂȘtre un moment glorieux, n’est-ce pas? Nous nous regarderons par-dessus la table et nous verrons ces vĂ©tĂ©rans qui avaient combattu pour gagner le prix et qui ont naviguĂ© sur des mers ensanglantĂ©es. Je pense que nous nous serrerons la main les uns aux autres, et sans doute qu’un peu de larmes nous couleront sur les joues, mais le Roi apparaĂźtra, Il essuiera les larmes de nos yeux et dira : «Ne pleurez pas; tout est terminĂ© maintenant. Nous sommes Ă  la Maison.» C’est ce que j’attends impatiemment, amis, ce jour-lĂ .

4          J’ai essayĂ© sous l’opposition, Ă©videmment bien souvent, de prĂ©senter JĂ©sus-Christ comme un GuĂ©risseur. Souvent, j’ai Ă©tĂ© mal compris, les gens m’appellent le guĂ©risseur. Mais je ne peux guĂ©rir personne, et il n’y a personne sur terre qui puisse guĂ©rir un autre. La guĂ©rison rĂ©side uniquement en JĂ©sus-Christ. Voyez? Voyez?

            Tenez, rĂ©cemment, je lisais un article dans un journal pour voir... Et c’est ce qui amĂšne beaucoup de gens... Sans doute qu’il y a des fondamentalistes et autres, assis ici ce soir. J’ai grandi, j’ai Ă©tĂ© Ă©levĂ©, j’ai Ă©tĂ© ordonnĂ© dans une Ă©glise fondamentaliste. Vous savez que j’étais baptiste. Mais voici...

5          Souvent, voici ce qui les amĂšne Ă  critiquer les gens du plein Evangile. Un article a Ă©tĂ© Ă©crit dans un journal il n’y a pas longtemps, sur un homme qui disait : «Le Seigneur m’a donnĂ© le don de guĂ©rison divine.» Il disait : «Il est descendu dans la chambre, Il m’a soulevĂ©, Il m’a placĂ© devant Son TrĂŽne, et Il m’a fait asseoir. Il a dit : ‘Fils, a-t-il dit, Je te donne «le» don de guĂ©rison divine.’» Sans tarder, c’est cela qui est faux. Ça n’existe pas, «le» don de la guĂ©rison divine. Pareille chose n’existe pas dans les Ecritures. «Et Il a dit : ‘Je te donne la puissance d’ouvrir les yeux des aveugles, de dĂ©boucher les oreilles des sourds, de chasser les dĂ©mons, de faire voir les aveugles, de faire entendre les sourds, de faire marcher les boiteux.’» Puis, il est revenu sur terre, et tout, pour faire ça.

            Eh bien, je ne suis pas ici pour dire que Dieu n’a pas fait cela. Voyez? Dieu peut faire ce qu’Il veut. Et je–je ne peux pas Lui dire quoi faire. Mais s’Il avait fait cela, certainement qu’Il a alors embrouillĂ© Sa Parole. Il a certainement retirĂ© cela de JĂ©sus-Christ, s’Il l’a confiĂ© Ă  cet homme. Oui, monsieur. Il... Si–si vous m’aviez achetĂ© un costume, et que le prix d’achat de ce costume-lĂ  soit cinquante dollars, et que vous m’avez donnĂ© cinquante dollars, ce n’est plus Ă  vous, c’est Ă  moi. Voyez? Et s’Il m’a donnĂ© le pouvoir d’ouvrir les yeux des aveugles, de dĂ©boucher les oreilles des sourds, cela ne rĂ©side plus au Calvaire, cela rĂ©side en moi. Je fais ce que... Or, cela peut ĂȘtre vrai. Dieu peut avoir dit que c’est ce qu’Il avait fait. Maintenant, la chose, j’aimerais voir cela se faire; j’aimerais voir cela fonctionner. C’est... Alors, je croirai cela une fois que ça marche.

6          Ce que Dieu dans Ses Ecritures... Nous essayons de rester strictement avec la Bible. Et c’est l’unique fondement que je connaisse, amis, et c’est la Parole de Dieu. Et tant que cela repose sur la Parole de Dieu, alors Dieu sera derriĂšre cela et Il confirme Sa Parole. Voyez?

            Quant Ă  la guĂ©rison divine... AussitĂŽt que les jeunes gens arrivent, Ă©videmment, le–l’esprit de discernement... Vous comprenez. Beaucoup ont assistĂ© aux rĂ©unions, ils savent ce que c’était. Le jeune homme est arrivĂ©. Je l’ai vu aller vers monsieur Baxter lĂ -bas; le jeune homme va mourir trĂšs bientĂŽt, si Dieu ne l’aide pas, il souffre du cancer. Il est descendu et il a parlĂ© au jeune homme...?... il a dit : «C’est tout Ă  fait vrai.» Voyez, c’est... Voyez, c’est... connaĂźtre les choses, c’est diffĂ©rent... Cela ne guĂ©rit pas les gens. Beaucoup parmi vous Ă©taient Ă  la rĂ©union cette semaine Ă  Grande Prairie. Vous voyez Son Esprit faire tout, ce qui est rĂ©vĂ©lĂ© et dit aux gens. Eh bien, cela ne peut pas ĂȘtre cachĂ©. Eh bien, c’est... Voyez, c’est un don divin, mais la guĂ©rison rĂ©side au Calvaire. Voyez? C’est votre foi lĂ .

7          Maintenant, un don de guĂ©rison, cela ne veut pas dire qu’un homme guĂ©rit quelqu’un. Cela veut dire qu’un homme a la foi dans la guĂ©rison divine, qu’il peut lui indiquer l’oeuvre achevĂ©e par JĂ©sus-Christ au Calvaire.

            Combien ont–ont Ă©tĂ© sauvĂ©s au cours de dix derniĂšres annĂ©es? Faites voir les mains. Ceux qui ont Ă©tĂ© sauvĂ©s au cours de dix derniĂšres annĂ©es? Or, je n’aimerais pas ĂȘtre en dĂ©saccord avec vous, mais vous n’avez pas Ă©tĂ© sauvĂ©s au cours de dix derniĂšres annĂ©es. Vous avez Ă©tĂ© sauvĂ©s il y a mille neuf cents ans. Vous avez acceptĂ© cela au cours de dix derniĂšres annĂ©es. Est-ce vrai? Exact. Voyez? Vous Ă©tiez–vous Ă©tiez sauvĂ©s il y a mille neuf cents ans quand JĂ©sus-Christ paya le prix pour les pĂ©chĂ©s du monde (Est-ce vrai?) au Calvaire. Il a Ă©tĂ© blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s; et c’est par Ses meurtrissures que nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris il y a mille neuf cents ans. Par consĂ©quent, chaque personne malade dans cette salle ce soir fut guĂ©rie depuis mille neuf–neuf cents ans, quand JĂ©sus mourut. C’est lĂ  que Dieu a fait tout ce qu’Il pouvait faire pour la race humaine, Il l’a fait en JĂ©sus-Christ. Croyez-vous cela?

8          Eh bien, tout ce qu’un don divin peut faire, c’est susciter votre foi en cela. Les ministres prĂȘchent l’Evangile, ce qui est tout aussi valable que n’importe quoi d’autre qui puisse ĂȘtre fait. Mieux! Et si seulement quelqu’un peut prendre Dieu au Mot, voir l’oeuvre achevĂ©e lĂ  au Calvaire, et accepter cela dans sa propre vie, ce sera rĂ©glĂ© lĂ  mĂȘme. C’est–c’est tout–tout ce qui est nĂ©cessaire. Alors, Dieu, dans Sa bontĂ©, aprĂšs cela, a envoyĂ© des dons Ă  cĂŽtĂ© de cela, dans l’église pour manifester Son amour et Ses promesses pour les gens. Voyez-vous ce que je veux dire? Mais chaque individu doit regarder au Calvaire. C’est de lĂ  que ça vient, du Calvaire.

            Eh bien, c’est juste comme ceci : Dieu pla-... met le Sang de JĂ©sus-Christ dans un coffre au Calvaire pour guĂ©rir toutes sortes de maladies et d’afflictions, Il donne Ă  chaque croyant un chĂ©quier qui porte Son Nom, signĂ© en bas. Tout ce que vous avez Ă  faire, c’est remplir le chĂšque et l’envoyer pour toutes les bĂ©nĂ©dictions rĂ©demptrices pour lesquelles JĂ©sus-Christ est mort. Croyez-vous cela? N’ayez pas peur.

9          Si John D. Rockefeller m’offrait un chĂšque ce soir pour construire une nouvelle Ă©glise d’un–un million de dollars, je n’aurais pas peur de le remplir. Non, non, car je crois que John D. Rockefeller en est digne. Et si JĂ©sus-Christ m’offrait un chĂšque ce soir, ici pour ma maladie, disant qu’Il m’a guĂ©ri au Calvaire, je n’aurais pas peur de le remplir et de le prĂ©senter lĂ -bas; j’irais tĂ©moigner que Dieu m’a guĂ©ri. Peu importe ce que sont les rĂ©sultats, je crois que JĂ©sus-Christ a dit la vĂ©ritĂ©. Voyez? Eh bien, c’est de lĂ  que ça vient. C’est ce que vous croyez, votre attitude envers JĂ©sus.

10        Regardez Saint Marc 11.24. JĂ©sus a dit : «Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu.» C’est lĂ  l’ordre de la Parole donc : «Croyez maintenant que vous recevez cela, vous le verrez s’accomplir.» Est-ce vrai? Vous verrez s’accomplir tout ce que vous avez demandĂ© si vous croyez cela. Et maintenant, Il... Si JĂ©sus a payĂ© le prix pour cela lĂ -bas, eh bien, je crois cela, j’accepte cela, et je crois cela, je me mets Ă  tĂ©moigner. Dieu a apportĂ© le...

            Combien croient que Dieu Ă©tait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme, que toutes les grandes puissances que le PĂšre avait ont Ă©tĂ© confiĂ©es... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] toutes les puissances du PĂšre? Mais quand Il a rencontrĂ© Satan, observez Ă  quoi Il a ramenĂ© cela; pour le chrĂ©tien le plus faible ici ce soir, Il n’a jamais utilisĂ© un quelconque de Ses dons divins. Quand Satan est venu Ă  Lui et qu’il a dit : «Si Tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains», JĂ©sus rĂ©pondit : «Il est Ă©crit.» La Parole de Dieu. «Il est Ă©crit : L’homme ne vivra pas de pain seulement.»

            Il fut encore tentĂ©. Et JĂ©sus lui dit : «Il est Ă©crit.» La troisiĂšme fois qu’Il fut tentĂ©, JĂ©sus a dit : «Il est Ă©crit.» Est-ce vrai? Droit Ă  la Parole de Dieu, montrant que le chrĂ©tien le plus faible peut vaincre Satan avec «il est Ă©crit.» Si vous croyez que la Parole de Dieu enseigne cela, croyez-le, acceptez-le, accrochez-vous-Y; Dieu fera s’accomplir cela. Ne croyez-vous pas cela? «Il est Ă©crit.»

11        Maintenant, rappelez-vous ceci, cette dĂ©claration que je fais : «La Parole de Dieu vaincra Satan n’importe oĂč, n’importe quand, Ă  n’importe quel lieu, dans n’importe quelle condition.» La Parole de Dieu seule : «Il est Ă©crit», vaincra Satan, peu importe qui il est, la forme sous laquelle il vient, lĂ  oĂč il est. Elle vaincra Satan. Eh bien, c’est la vĂ©ritĂ© : la Parole Ă©crite de Dieu.

            Eh bien, et vous ĂȘtes... Et maintenant, voici une autre dĂ©claration que j’aimerais que vous vous rappeliez. Et vous qui... surtout vous qui ĂȘtes ici, trĂšs malades, assis ici, ces cas de cancer et autres ce soir. Ecoutez : «Une bonne attitude mentale envers n’importe quelle promesse de Dieu la fera s’accomplir.» Pouvez-vous comprendre ce que je veux dire? «Une bonne attitude mentale envers n’importe quelle promesse de Dieu la fera s’accomplir.» Si vous affichez une bonne attitude mentale envers tout ce que Dieu a promis, Dieu est tenu de veiller Ă  ce que vous receviez cela. C’est vrai, car Il l’a promis.

12        Eh bien, souvent, les gens comprennent mal les rĂ©unions sur ce point, amis. Depuis que je vous ai vus, il s’est produit beaucoup, beaucoup de choses, et vous avez probablement suivi cela dans des journaux et autres.

            En fait, avez-vous lu l’Ecrivain... le Reader’s Digest de ce mois-ci, un article qui a Ă©tĂ© publiĂ© lĂ  sur mes rĂ©unions en Californie? Et on en a eu d’affilĂ©e. J’avais dit Ă  un homme quand il est arrivĂ©, il a dit lĂ  que je n’avais rien demandĂ©, mais que j’avais dit au jeune garçon ce qui clochait chez lui, et c’était juste un... Mais l’assistance mĂ©dicale, s’ils accordent des soins, le jeune garçon s’en remettra et il s’en est remis. Le jeune homme est mort plus tard, mais pas de cette maladie. J’avais vu une infirmiĂšre laisser une fenĂȘtre ouverte et faire passer un courant d’air frais sur lui, et l’enfant a contractĂ© la pneumonie et il en est mort, mais pas de cette maladie. Voyez?

13        Eh bien, quand... Dieu est tenu Ă  Sa Parole. Eh bien, voici ce qui se passe, amis. Eh bien, lors de prochaines rĂ©unions, en juin, Dieu voulant, j’aimerais arriver au dĂ©but, arriver afin qu’on ait beaucoup de temps. Nos rĂ©unions se tiennent toujours avec beaucoup de prĂ©cipitations. C’est ce que nous avons trouvĂ© Ă  travers le pays.

            Je pense, depuis que nous sommes ici, notre... par la grĂące de Dieu et Son... Nous avons conduit Ă  Christ, juste dans nos propres rĂ©unions, environ trois cent cinquante mille Ăąmes Ă  Christ, au cours–au cours de cinq ou six derniĂšres annĂ©es. En Afrique du Sud, rien qu’en un seul jour, trente mille vĂ©ritables paĂŻens Ă©taient venus Ă  JĂ©sus-Christ en une seule rĂ©union, en un seul jour. Trente mille vĂ©ritables paĂŻens, aprĂšs qu’ils eurent vu la manifestation de l’Esprit de Dieu ĂȘtre montrĂ©e lĂ  oĂč les–lĂ  oĂč les magiciens et tout le reste essayaient de voir ce dont ils Ă©taient capables, et ils ont vu qu’ils Ă©taient con-... ils Ă©taient... Ils n’ont pas rĂ©sistĂ© devant cela, ils ont renoncĂ©, ils se sont livrĂ©s Ă  Dieu. Il y en avait trente mille en un seul jour qui ont reçu JĂ©sus-Christ; ils ont brisĂ© leurs idoles, ils se sont lavĂ© le visage, de l’Islam et autres, ils sont devenus chrĂ©tiens en un seul jour, aprĂšs avoir vu un homme qui marchait sur ses mains et sur ses pieds comme un chien... J’ai dit : «Evidemment, je ne peux pas guĂ©rir cet homme.» Personne ne sait que...  ou, je veux dire, tout le monde sait cela, que je ne peux pas guĂ©rir cet homme. Mais maintenant, sa vie ne peut ĂȘtre cachĂ©e.

14        Eh bien, j’aimerais que vous compreniez cela, ami chrĂ©tien. Je vous donnerai donc un petit aperçu. Combien y en a-t-il ici pour qui prier? Faites voir les mains; ceux qui aimeraient qu’on prie pour eux. Eh bien, partout dans la salle, levez simplement la main. J’aimerais voir votre main. Oh! la la! Ça serait pratiquement sans espoir et... Mais je vais prier pour vous. Mais...  Voyez?

            Mais voici ce que j’aimerais vous faire remarquer : combien ont assistĂ© aux rĂ©unions et ont vu la façon dont le Saint-Esprit se meut et travaille avec les gens? Faites voir les mains. Comment Il leur dit ce qu’ils avaient fait dans leur chambre. Et ils–ils ne peuvent pas ĂȘtre guĂ©ris; ils doivent aller mettre ces choses en ordre; certaines choses qu’ils avaient faites dans leur vie; et ainsi de suite. Vous avez vu cela dans les rĂ©unions. C’est... C’est... Cela...

            Eh bien...?... Parfois, les gens se posent des questions. C’est ce qui les rend un peu superstitieux de... sur le ministĂšre que le Seigneur a donnĂ©. J’aimerais juste vous poser une question simple, et puis vous–vous, soyez-en juge vous-mĂȘme. Eh bien, combien dans cette salle croient que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? D’accord. Merci pour votre confiance dans notre Seigneur. Eh bien, s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, il nous faudra avoir une conception de ce qu’Il est et de ce qu’est Son oeuvre, pour voir Qui Il est. Est-ce vrai? Il nous faudra–il nous faudra savoir quelque chose sur la façon dont Il agissait.

15        Eh bien, retraçons juste un peu le parcours de Sa Vie et voyons ce qu’Il avait fait. Quand Il Ă©tait sur terre, la Bible dit qu’Il s’est dĂ©pouillĂ© Lui mĂȘme, pourtant Il Ă©tait le CrĂ©ateur. L’homme qui a fabriquĂ© votre dent artificielle s’est taillĂ© une rĂ©putation pour avoir fait cela. Mais l’Homme qui a crĂ©Ă© les premiĂšres dents, Il ne s’est pas fait de rĂ©putation. L’homme qui a fabriquĂ© un bras artificiel s’est taillĂ© une rĂ©putation. Mais l’Homme qui a crĂ©Ă© votre bras naturel ne s’est pas... Il ne s’est pas taillĂ© de rĂ©putation pour Lui-mĂȘme. Est-ce vrai? Eh bien, Il peut... Il Ă©tait un Homme humble. Et, tenez, Il ne prĂ©tendait pas ĂȘtre quelque chose de... par Lui-mĂȘme. Il rendait toute la gloire au PĂšre, Ă  Dieu. Est-ce vrai?

16        Eh bien, nous voyons qu’au dĂ©but de Son ministĂšre... Eh bien, j’aimerais que vous observiez Son ministĂšre. Quand Son ministĂšre avait commencĂ©, on a commencĂ© Ă  se rendre compte qu’il y avait quelque chose de surnaturel dans l’Homme. Les pharisiens, comme frĂšre Baxter venait de le dire tout Ă  l’heure, ils ne pouvaient pas comprendre cela. Il connaissait les gens; Il connaissait leurs pensĂ©es; Il connaissait leurs coeurs; Il savait ce qui se passait. Et ils ont dit : «Eh bien alors, peut-ĂȘtre que c’est de la tĂ©lĂ©pathie mentale ou de la psychologie.» Et peu aprĂšs, ils ont vu des–des miracles et tout qui accompagnaient Son ministĂšre, ce que la psychologie ne ferait pas, ni la tĂ©lĂ©pathie mentale ne produirait. Ainsi donc, tout ce qu’ils pouvaient faire, ils n’arrivaient pas Ă  comprendre cela. Alors, ils ont collĂ© Ă  cela leur propre Ă©tiquette : «C’est du diable. C’est le diseur de bonne aventure en chef du groupe; Il est BĂ©elzĂ©bul.» Et ils L’ont rejetĂ©.

17        Remarquez donc. Eh bien, il y eut un homme du nom de Philippe qui fut sauvĂ©, il alla trouver son ami NathanaĂ«l. Et il lui dit : «Viens voir Qui j’ai trouvĂ©, JĂ©sus de Nazareth, Celui dont MoĂŻse a parlĂ©.» Maintenant, suivez le... attentivement maintenant. Et NathanaĂ«l, un homme de bien, a dit : «Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?»

            Il a dit : «Viens, et vois.»

            Et quand il venait, JĂ©sus Ă©tait dans la ligne de priĂšre, peut-ĂȘtre en train de prier pour les malades, ou je ne sais quoi qu’Il faisait, et quand Il a vu NathanaĂ«l venir, Il a dit : «Voici un IsraĂ©lite dans lequel il n’y a point de fraude.»

            Cela a Ă©tonnĂ© l’IsraĂ©lite. Et il a dit : «Quand m’as-Tu connu, Rabbi (RĂ©vĂ©rend, Ancien, Docteur, ou je ne sais quel titre nous pourrons donner)?»

            Il a dit : «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.» Est-ce vrai?

            Eh bien, NathanaĂ«l n’a pas cherchĂ© Ă  dire : «Eh bien, Il est en train de lire ma pensĂ©e. Il est en train de faire...» Il a dit : «Il est le Fils de Dieu, le Roi d’IsraĂ«l.»

18        Une fois, une femme au puits... Il a dit... Il lui fallait passer par la Samarie. Alors qu’une femme, probablement une prostituĂ©e... Il est allĂ© au puits vers onze heures, aprĂšs qu’Il eut renvoyĂ© Ses disciples pour aller chercher du pain. Eh bien, observez ceci : Il lui a dit, un... «Apporte-Moi Ă  boire», juste pour engager une conversation.

            Elle a dit : «Eh bien, un... Il n’est pas de coutume que vous les Juifs, vous demandiez pareille chose aux Samaritains; ils n’ont pas de relations.» Et vous connaissez l’histoire.

            Il a dit : «Mais si tu connaissais Celui Ă  qui tu parles, c’est toi qui M’aurais demandĂ© Ă  boire, et Je t’aurais donnĂ© de l’eau que tu ne viendrais pas boire ici.»

            Elle a dit : «Le puits est profond...», et ainsi de suite.

            Il... Que cherchait-Il Ă  faire? Il recherchait son esprit. Et aussitĂŽt qu’Il Ă©tait entrĂ© dans cette dimension oĂč Ă©tait son esprit, Il a dit : «Va chercher ton mari», tout droit Ă  son problĂšme.

            Elle a dit : «Je n’ai point de mari.»

            Il a dit : «Tu as dit vrai, car tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n’est pas ton mari.»

            Elle a dit : «Seigneur, je vois que Tu es ProphĂšte.» Elle est entrĂ©e dans la ville en courant et a dit aux gens : «Venez voir un Homme qui m’a dit tout ce que j’ai dĂ©jĂ  fait.»

19        Or, observez quel genre d’Homme dont nous parlons. Il est passĂ© par la piscine de BĂ©thesda, lĂ  oĂč de grands nombres... Si j’ai Ă©tĂ© bien enseignĂ©, un grand nombre est constituĂ© de plus de deux mille. Et s’il y a de grands nombres, c’est peut-ĂȘtre dix mille personnes Ă©tendues lĂ . Eh bien, observez ça : Saint Jean 5. Regardez la condition de ces gens. C’étaient des boiteux, des estropiĂ©s, des aveugles, des paralytiques, des gens aux membres tordus, attendant le mouvement de l’eau. En effet, un Ange descendait dans la piscine Ă  un moment donnĂ©, et quiconque entrait le premier Ă©tait guĂ©ri de n’importe quelle maladie dont il souffrait.

            Et JĂ©sus passe lĂ  donc. Observez donc ceci, le–l’amour, l’Aimable... Croyez-vous qu’Il aimait les gens? Croyez-vous qu’Il Ă©tait le Fils de Dieu? Qu’Il Ă©tait plein de compassion? Qu’Il aimait les gens de tout Son coeur? AssurĂ©ment qu’Il les aimait. Eh bien, Il vient lĂ , plein d’amour. L’humanitĂ© souffrante, oh! combien Il les aimait. Il descend lĂ  Ă  cette piscine, lĂ  oĂč il y avait cette grande foule de gens.

20        Eh bien, Il avait dĂ©jĂ  eu compassion des gens, mais Il est descendu directement lĂ . Et ici se tient un vieux papa, peut-ĂȘtre, il se tient ici, tordu par l’arthrite, il dit : «Que quelqu’un m’aide Ă  entrer dans la piscine.» Et notre Tendre Seigneur passe juste Ă  cĂŽtĂ© de lui.

            Ici se tient une mĂšre avec un enfant hydrocĂ©phale, peut-ĂȘtre, elle a dit : «Oh! Que quelqu’un m’aide Ă  entrer la premiĂšre avec mon cher enfant dans la piscine.» JĂ©sus passe juste Ă  cĂŽtĂ© d’elle. Voici un homme qu’on devait porter; il Ă©tait estropiĂ©, boiteux : «Que quelqu’un m’aide Ă  entrer dans la piscine.» Il est passĂ© juste Ă  cĂŽtĂ©.

            Voici un aveugle : «Oh! Ayez pitiĂ© de moi; je suis aveugle, ça fait des annĂ©es. Que quelqu’un m’aide Ă  entrer dans la piscine quand l’eau est agitĂ©e.»

            Des milliers d’entre eux, JĂ©sus est passĂ© juste Ă  cĂŽtĂ© d’eux et Il est allĂ© droit vers un homme qui souffrait d’une infirmitĂ© depuis trente-huit ans : le diabĂšte sucrĂ©, ou la tuberculose, ou quelque chose comme cela. Cet homme pouvait marcher; il a dit : «Quand je descends vers la piscine, un autre me dĂ©passe.» Est-ce vrai? Lisez Saint Jean 5 et voyez si ce n’est pas vrai. C’est exact. Or, personne ne doute que Saint Jean 5 est inspirĂ©. Voyez?

21        Or, Il est passĂ© directement Ă  cĂŽtĂ© de chacun de ces estropiĂ©s, Il les a dĂ©passĂ©s, Il savait que cet homme Ă©tait dans cette condition depuis trente-huit ans. Et Il a dit : «Veux-tu ĂȘtre guĂ©ri?» Et Il a guĂ©ri l’homme qui Ă©tait couchĂ© lĂ  depuis... toute cette affliction, ou–ou cette maladie, Il s’en est allĂ©, laissant ce grand nombre, laissant ces pauvres vieilles mĂšres, des papas, des bĂ©bĂ©s, eux tous couchĂ©s lĂ  : estropiĂ©s, boiteux, aveugles, les gens aux membres tordus, attendant le mouvement de l’eau.

            Comment un Sauveur tendre... Comment un Homme au coeur plein de compassion pour les malades, comment le Fils de Dieu pouvait-Il passer Ă  cĂŽtĂ© d’une grande foule des humains, des gens, ceux aux membres tordus et des boiteux... Les historiens nous apprennent mĂȘme que les gens se poignardaient en cherchant Ă  entrer le premier dans la piscine. Comment un Sauveur tendre, plein d’amour et de compassion, passe Ă  cĂŽtĂ© d’un si grand nombre et les laisse couchĂ©s lĂ , et guĂ©rit un seul homme qui...?... Nous dirons juste par exemple, qu’il souffrait du diabĂšte sucrĂ©. Comment a-t-il pu faire cela?

22        Les Juifs L’ont interrogĂ© un peu plus tard. Lisez jusqu’en bas. Lisez le chapitre, et vous dĂ©couvrirez, quand ils L’ont interrogĂ© sur le sabbat et autres. Ecoutez ce qu’Il a dit : Saint Jean 5.19 et 20 : «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ© Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme, mais ce qu’Il voit faire au PĂšre. Tout ce que le PĂšre fait, Il le montre au Fils. Et le Fils le fait aussi pareillement.» Et Il vous montrera de plus grandes oeuvres que guĂ©rir ce diabĂ©tique, afin que vous soyez dans l’étonnement.

            JĂ©sus a ouvertement dĂ©clarĂ© qu’il n’y avait rien qu’Il faisait sans l’avoir premiĂšrement vu faire au PĂšre. Est-ce vrai? Alors, Il...?... Voyez-vous? Il a attribuĂ© tous les mĂ©rites Ă  l’Esprit : Dieu. Voyez? C’est la raison pour laquelle Il Ă©tait passĂ© Ă  cĂŽtĂ©. Observez. Il connaissait cet homme-lĂ .

23        Observez la rĂ©surrection de Lazare. Quand Il s’est mis... Marie L’avait envoyĂ© chercher pour venir prier pour Lazare, Il s’est Ă©loignĂ©. Le PĂšre Lui avait montrĂ© en vision ce qui allait arriver. Et puis, quand Il a dit : «Notre ami Lazare dort», les autres ont dit : «S’il dort, il fait bien.»

            Il a dit : «Il est mort, et Ă  cause de vous, Je me rĂ©jouis de ce que Je n’étais pas lĂ . Mais Je m’en vais le rĂ©veiller.» Observez-Le Ă  la tombe. «PĂšre, Je ne dis pas ceci parce que... Tu m’exauces toujours.» Il a dit : «Mais J’ai parlĂ© Ă  cause de la foule qui m’entoure.» Dieu Lui avait montrĂ© en vision ce qui arriverait.

            Selon la Bible et les Paroles de JĂ©sus Lui-mĂȘme, Il ne faisait rien sans que le PĂšre le Lui ait premiĂšrement montrĂ© en vision. Est-ce vrai? Combien croient donc que c’est vrai? Lisez cela, Saint Jean 9, ou plutĂŽt Saint Jean 5.19 et 20; vous verrez cela. JĂ©sus a dit : «Je ne peux rien faire de Moi-mĂȘme, mais ce que Je vois faire au PĂšre, Je le fais aussi.» Si donc JĂ©sus-Christ... Il a dit : «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais. Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez (l’Eglise, le croyant), car Je serai avec vous, mĂȘme en vous, jusqu’à la fin du monde», ce qui fait de JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

24        Si donc Son Esprit est avec nous ce soir, et avec l’église en ce jour-ci, ce mĂȘme Esprit qui Ă©tait sur JĂ©sus-Christ accomplira aujourd’hui la mĂȘme chose qu’Il avait accomplie hier, car c’est JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Est-ce vrai?

            Le monde a mal compris cela. Le monde a taxĂ© cela de psychologie. Le monde a taxĂ© cela de chef des dĂ©mons. Et le monde taxera cela toujours ainsi. Mais l’église avait reconnu qu’Il Ă©tait le Fils de Dieu. Voyez-vous ce que je veux dire? C’est pourquoi les gens comprennent mal.

            Les enseignements thĂ©ologiques et autres, ils prennent leurs codes, ils les font sortir, les consultent et disent : «C’est comme ça que cela est censĂ© ĂȘtre : ceci et cela.» Mais cela ne change rien, ce qu’un homme dit; c’est ce que Dieu dit Ă  ce sujet qui compte. Et puis, si Dieu confirme que c’est la vĂ©ritĂ©, alors nous croyons Dieu, c’est la vĂ©ritĂ©. Est-ce vrai? Que le Seigneur vous bĂ©nisse, amis chrĂ©tiens.

25        J’aimerais commencer et prier. L’unique moyen pour moi de procĂ©der, c’est de laisser frĂšre Baxter se tenir ici, ou un autre homme, Ă  cet endroit-ci, et simplement aligner les gens autant qu’ils peuvent passer par la ligne, et je prierai pour autant de gens que possible. Je vous aime.

            Il y aura des gens assis ici mĂȘme, si je–je reviens en juin prochain, qui ne seront plus ici en ce moment-lĂ . Dans une foule–une foule de gens ici... On disait que la salle offrait environ mille sept cent ou mille huit cents places assises. Il y a probablement deux ou trois cents debout; prĂšs de deux mille donc, sont dans la rĂ©union. Dans un tel groupe de gens, certains parmi vous, jeunes gens, peut-ĂȘtre, pourront ĂȘtre tuĂ©s dans des accidents. D’autres pourront ĂȘtre terrassĂ©s et tuĂ©s. Les personnes plus ĂągĂ©es, beaucoup parmi eux, leurs jours sont pratiquement terminĂ©s et ils seront morts. Il y a des gens ici que je ne reverrai plus jamais jusqu’à ce que je vous voie au tribunal de Christ. C’est vrai. Alors, quand je me tiendrai lĂ , comme je l’ai fait il y a cinq ans quand j’étais ici Ă  Edmonton, je le rĂ©pĂšte ce soir : «Je n’ai pas honte de mon tĂ©moignage, car JĂ©sus-Christ l’a confirmĂ© Ă  travers le monde maintenant.» Et on le sait partout. C’est vrai.

26        Eh bien, c’est parce que l’Ange du Seigneur s’est fait photographier. Combien ont vu cela lĂ -bas, Sa photo aussi? Vous voulez dire qu’il n’y a personne ici... Juste environ un seul homme a dĂ©jĂ  vu cette photo-lĂ  qui a Ă©tĂ© prise lĂ  aux Etats-Unis et qui est accrochĂ©e Ă  Washington, D.C., ce soir : le seul Etre surnaturel, affirme-t-on, qui ait jamais Ă©tĂ© photographiĂ© dans le monde entier. Et on y a mis le droit d’auteur. N’avez-vous jamais vu cela? Eh bien, c’était lors d’un dĂ©bat Ă  Houston, au Texas, que Cela a Ă©tĂ© pris. Eh bien... Revenir en juin–en juin...

27        Maintenant, Ă  vous les malades... Buddy, mon frĂšre, est assis lĂ  mourant du cancer. Et beaucoup d’autres sont ici dans la salle souffrant de mĂȘme : maladie du coeur et autres. Voici ce que je vous demande ce soir, en tant que votre frĂšre qui vous aime, sachant que ma vie peut m’ĂȘtre retirĂ©e bien avant que celle de n’importe qui parmi vous; je ne sais pas; Dieu seul le sait. Mais, tenez, si vous croyez cela... Voici ce que je dĂ©clare avec ma Bible, et voici Ă  quel point–à quel point je crois. Je crois ceci de tout mon coeur, sachant que je parle aux rachetĂ©s par le Sang de Christ. Dieu m’a envoyĂ© dans le monde prier pour les malades. Comme Il a envoyĂ© d’autres personnes prĂȘcher l’Evangile et tout, j’ai Ă©tĂ© envoyĂ© pour prier pour les malades comme l’Ange du Seigneur l’avait dit.

            Je n’ai pas Ă ... Vous n’avez plus Ă  en douter. Cela a Ă©tĂ© confirmĂ© parmi–parmi dix millions de gens, ce soir. Voyez? Et c’est la vĂ©ritĂ©. Des rois, des potentats, des monarques, des membres du CongrĂšs... Combien ont entendu parler de la guĂ©rison du membre du CongrĂšs Upshaw, aux Etats-Unis? Il Ă©tait invalide pendant soixante-six ans, il a Ă©tĂ© parfaitement guĂ©ri. J’étais donc lĂ  en vision, j’ai vu ce qui Ă©tait arrivĂ©, et il a Ă©tĂ© guĂ©ri et il est parfaitement rĂ©tabli.

28        Maintenant, si vous croyez ce soir, je descendrai ici prier pour vous. Et quand vous passerez... Ce n’est pas ma priĂšre qui compte, amis. Ce–ce n’est pas ça. Voyez? Ce que j’essaie de vous amener Ă  faire, quand vous passerez, c’est de croire que JĂ©sus vous a guĂ©ri et qu’Il nous a envoyĂ© prier pour vous afin que vous soyez bien portant.

            Combien dans cette salle, ce soir, ont Ă©tĂ© guĂ©ris dans la rĂ©union quand j’étais ici auparavant, qui sont toujours guĂ©ris ce soir? Faites voir les mains. Combien ici avaient Ă©tĂ© guĂ©ris lors des rĂ©unions? Regardez ça. Regardez partout dans la salle lĂ  : Trente, quarante, cinquante mains depuis cette rĂ©union-lĂ , lĂ  donc, ceux qui avaient Ă©tĂ© guĂ©ris il y a de cela cinq ans.

29        Jeune homme, dans cinq ans, Ă  partir de ce soir, ne voudriez-vous pas lever la main, pour dire que vous avez Ă©tĂ© guĂ©ri en ce temps-lĂ ? Regardez, j’aimerais vous dire quelque chose. Il y avait une fois des lĂ©preux Ă  la porte en Samarie, alors qu’elle avait Ă©tĂ© assiĂ©gĂ©e par les Syriens. Ils ont dit : «Pourquoi restons-nous ici jusqu’à mourir?» Ils crevaient de faim; ils mangeaient les uns les enfants des autres dans la–dans la ville. Ils ont dit : «Si nous restons ici, nous mourrons; si nous entrons dans la ville, nous mourrons. L’unique espoir donc qui nous reste, c’est d’aller vers les Samaritains. S’ils nous Ă©pargnent, nous vivrons. Mais s’ils nous tuent, nous mourrons. Dans tous les cas, nous allons de toute façon mourir. Courons donc le risque de descendre lĂ .» Vous connaissez l’histoire. Ils ne se sont pas sauvĂ©s seuls, mais Dieu les a rĂ©compensĂ©s, grĂące Ă  cette foi-lĂ , au point qu’ils ont sauvĂ© toute la ville de Samarie.

            Maintenant, vous vous retrouvez dans la mĂȘme situation qu’eux, beaucoup parmi vous ici prĂ©sents, estropiĂ©s et affligĂ©s couchĂ©s sur ces civiĂšres et tout, ici. Voyez? Vous ĂȘtes dans la mĂȘme situation. On ne s’attend pas Ă  ce que vous alliez au camp de l’ennemi, mais vous ĂȘtes invitĂ©s Ă  rentrer Ă  la Maison de votre PĂšre ce soir, venir et croire avec Christ, avec l’expiation sanglante dĂ©posĂ©e lĂ  devant le PĂšre ce soir, pour confirmer votre confession en Lui. JĂ©sus est assis Ă  la droite de Dieu, intercĂ©dant sur base de votre confession. Vous devez accepter cela, croire cela et confesser que c’est vrai, et faire de cela un acte de foi. Si vous le faites, si vous allez...

            Le mĂ©decin a fait tout son possible. Tous les autres ont fait tout leur possible. Vous aussi, soeur, et vous aussi, jeune homme, et vous, vous... Tout ce qui pouvait ĂȘtre fait a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© fait. Il n’y a rien qui puisse ĂȘtre fait, sinon... sur le plan de l’assistance mĂ©dicale. Eh bien, s’ils ont fait tout leur possible, alors il ne reste qu’un seul espoir pour vous, et cela est en JĂ©sus-Christ. Acceptez cela. Croyez cela. Accrochez-vous-y, dites : «Ô Dieu, si les autres le peuvent, moi aussi. Et Tu es autant mon Dieu, que Tu l’es pour eux.»

30        Et, mon frĂšre, vous avez l’air d’un homme en bonne santĂ© ce soir, et Dieu est mon Juge, les gens que j’ai vu notre PĂšre guĂ©rir dĂ©passaient de loin votre Ă©tat, au point que vous, vous paraissez comme un–un athlĂšte par rapport Ă  certains parmi de ceux qui ont Ă©tĂ© guĂ©ris.

            Combien ont vu la photo de Florence Nightingale? C’était lĂ  Ă  Londres, en Angleterre, alors qu’elle ne pesait qu’environ trente-sept livres [16,7 kg]. Elle ne pouvait mĂȘme pas bouger sa main, ni rien : le cancer de duodĂ©num dans son estomac. Et pendant qu’on Ă©tait lĂ  en train de prier pour elle, une petite colombe est arrivĂ©e, elle s’est perchĂ©e sur la fenĂȘtre et elle s’est mise Ă  faire des va-et-vient en roucoulant. Quand je me suis relevĂ©, les–les prĂ©dicateurs se sont mis dire : «Avez-vous vu la colombe?»

            J’ai dit... J’allais dire : «Je vois la colombe», et l’Esprit du Seigneur a parlĂ©, disant : «AINSI DIT LE SEIGNEUR, elle vivra et ne mourra pas.» Elle pĂšse cent cinquante-cinq livres [70,3 kg], elle jouit d’une parfaite santĂ©. Voyez? Voyez?

            Eh bien, le Dieu qui a sauvĂ© Florence Nightingale, l’arriĂšre petite fille de la regrettĂ©e Florence Nightingale, la fondatrice de la Croix Rouge, peut sauver votre vie ce soir, Il peut vous sauver la vie ce soir, la vĂŽtre, la vĂŽtre, et beaucoup d’autres parmi vous, lĂ  dans cette salle. Croyez cela, le voulez-vous?

31        Ministres de Dieu, en tant qu’enfants de Dieu, tenez-vous avec moi. Ceci est un... Je reviens il n’y a pas longtemps d’un... J’étais absent, et je... C’est... Donc, je... Il y en a beaucoup ici pour qui prier. Maintenant, j’aimerais prier pour tout celui pour qui je peux prier. FrĂšre Baxter, quand je vais descendre ici pour prier pour les malades, voudriez-vous bien mettre les gens en ligne. Je pense qu’ils peuvent passer par cette allĂ©e-ci, passer dans ce sens-ci et puis prendre les marches... Vous pouvez bien arranger cela.

            [FrĂšre Baxter parle (pendant que frĂšre Branham parle encore), il fait une annonce sur le dĂ©placement des vĂ©hicules, et exhorte le gens sur la guĂ©rison divine et il forme la ligne.–N.D.E.] ...?... la priĂšre, FrĂšre Baxter, pendant...?... allons prier pendant qu’ils...?...

32        Pendant que frĂšre Baxter forme cette ligne, ou qu’on forme la ligne, chers amis chrĂ©tiens, j’ai confiance maintenant que votre foi s’élĂšve maintenant vers Dieu, que beaucoup de choses pourront ĂȘtre faites ici ce soir. Et ne venez pas simplement dans ce but-lĂ , mais venez en croyant maintenant. Tout ce que Cela vous dit de faire, faites-le. Et si Cela parle, peu importe ce que c’est, allez de l’avant et faites simplement ce que Cela a dit. Eh bien, je serai responsable de ce qui en adviendra. Je vais simplement commencer Ă  prier pour les malades. PrĂ©parez-vous et alors... [FrĂšre Baxter parle.–N.D.E.] A quelle heure on arrĂȘte par ici donc? Vers vingt-deux heures? Oui, maintenant... [FrĂšre Baxter parle et la voix de frĂšre Branham se fait entendre dans le fond.–N.D.E.] Eh bien...?... beaucoup de problĂšmes, avez-vous...?...

33        Notre PĂšre cĂ©leste, je me souviens maintenant mĂȘme d’un Bien-AimĂ© qui descendait de la montagne... Un pĂšre avait amenĂ© un petit garçon, il a dit : «Seigneur, il est beaucoup tourmentĂ© par un dĂ©mon. Il tombe dans le feu et dans l’eau.» Je me rends compte aujourd’hui qu’on... Nous appellerions cela l’épilepsie. Rien ne semblait lui procurer un quelconque soulagement. JĂ©sus a dit : «Crois-tu?» «Eh bien, je peux...» «Si tu crois, tout est possible Ă  ceux qui croient.»

            Alors que cette musique joue lĂ  maintenant, et que les gens sont ici, je pense Ă  notre cher ami Paul Rader, le compositeur. «Tout est possible Ă  ceux qui croient.» Eh bien, il y a ici des gens qui se meurent, Seigneur. On est conscient de cela devant Dieu, que nous devons rĂ©pondre devant Dieu de nos actes qui ont Ă©tĂ© accomplis dans ce corps...

            En ce temps oĂč on est pressĂ© et on se prĂ©cipite, l’heure est fort avancĂ©e. Beaucoup de gens, alors que nous parcourons la–la ligne, qu’ils soient tout guĂ©ris, Seigneur. Accorde maintenant mĂȘme que l’Ange de Dieu s’approche. Et qu’Il bĂ©nisse tout le monde pour qui on a priĂ© et pour qui on priera. Car Il a dit : «Tout ce que vous lierez sur la terre, Je le lierai au Ciel. Ce que vous dĂ©lierez sur la terre, Je le dĂ©lierai au Ciel.» Accorde, Seigneur, que ces choses soient dites et faites ce soir, et qu’il se produise de grands rĂ©sultats Ă  la suite de cette rĂ©union ici. Et nous Te confierons cela, PĂšre.

            Et apparemment, il y a un bel esprit parmi les gens, prĂȘts pour un rĂ©veil; ainsi, Seigneur, accorde que ceci soit comme un feu vert pour nous, pour ainsi dire. Nous retournerons donc, si c’est Ta volontĂ©, pour un grand rĂ©veil. LĂ  alors, nous pourrons consacrer du temps, un Ă  un, prier pour beaucoup de centaines et des milliers de gens qui sont nĂ©cessiteux ici Ă  l’ouest du Canada.

            Maintenant mĂȘme, que le Saint-Esprit s’approche et  honore la priĂšre de Ton serviteur, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

34        [La qualitĂ© de la bande est mauvaise et frĂšre Baxter parle pendant que frĂšre Branham se fait entendre faiblement au fond.–N.D.E.] C’est l’homme...?... gardez simplement...?... et aussi c’est...?... car c’est juste ce temps de la vie...?... donc votre... il n’y a pas longtemps ici...?... je Te prie maintenant de le guĂ©rir...?... [FrĂšre Baxter parle et conduit le chant Crois Seulement.–N.D.E.] ... car Tu es le mĂȘme...?... Vous croyez...?... venant...?... me faire voir ce que vous...?... Je ne sais pourquoi, frĂšre...?... ce que vous ĂȘtes....?..; Il aura Ă ... vous a dit, et si Dieu est ici pour le guĂ©rir. Ô Dieu, Toi qui peux prĂ©dire ou connaĂźtre sa vie passĂ©e, certainement que Tu peux lui annoncer ce qui arrivera par la suite.

            Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur cet homme, que je bĂ©nis en Ton Nom. Que cette maladie qui est dans son corps ce soir soit ĂŽtĂ©e de lui, qu’il aille et soit un homme bien portant Ă  partir de cette heure. Qu’il soit en mesure de manger et de vivre sans peur, et–et qu’il soit un homme tel qu’il Ă©tait autrefois, PĂšre; qu’il soit guĂ©ri et bien portant au Nom de Ton Fils, JĂ©sus-Christ, je demande cette bĂ©nĂ©diction. Amen.

35        Maintenant, juste un instant, mon frĂšre. J’aimerais simplement vous parler juste un instant. Eh bien, regardez-moi bien. Eh bien, quand vous ĂȘtes venu ici il y a quelques instants, je ne vous avais jamais vu de ma vie, je ne savais rien Ă  votre sujet. Vous savez que c’est vrai, n’est-ce pas? Je ne vous avais jamais vu. Mais le Saint-Esprit vous dit ici ce qui cloche, ce que vous avez fait, et comment tout cela s’était passĂ©. Est-ce vrai? Si c’est vrai, levez la main, afin que les gens... Maintenant, sans vous avoir connu ni rien... Eh bien, croyez-vous ce soir que je suis Son prophĂšte? Si vous croyez que c’est l’Esprit de JĂ©sus-Christ qui connaissait oĂč... ce que cette femme au puits avait fait, Il savait ce que... oĂč Ă©tait un homme sous l’arbre en train de prier comme; Il vient juste de vous dire maintenant mĂȘme ce que vous avez fait il y a quelques jours dans votre chambre. N’est-ce pas vrai? Il vous a dit exactement ce que vous faisiez et tout. [L’homme dit : «C’est ça. C’est vrai.»–N.D.E.] TrĂšs bien. Maintenant, si c’est vrai, si donc je suis serviteur de Dieu, je sais ce qui arrivera. Est-ce vrai? Maintenant, rentrez chez vous. Mangez ce que vous voulez. Dieu vous a guĂ©ri, et vous serez un homme bien portant et toute maladie qui a Ă©tĂ© citĂ©e comme Ă©tant dans votre corps sera guĂ©ri. Maintenant, croyez-vous cela? Eh bien, le Dieu qui a pu montrer ce qui Ă©tait arrivĂ© sait certainement ce qui arrivera. Est-ce vrai? Maintenant, vous ĂȘtes guĂ©ri. Que le Seigneur vous bĂ©nisse. Rentrez chez vous et soyez bien portant maintenant, au Nom du Seigneur JĂ©sus.

36        Disons donc : «GrĂąces soient rendues Ă  Dieu», tout le monde, s’il vous plaĂźt. Voyez? Le Seigneur JĂ©sus est ici pour rĂ©tablir et guĂ©rir.

            Maintenant, vous voyez, l’homme... L’homme, je ne le connaissais pas, mais le Saint-Esprit est venu ici et lui a rĂ©vĂ©lĂ© sa maladie; ce qu’il faisait, ce qu’il faisait avant-hier Ă  un certain endroit, Ă  un moment donnĂ©; Il lui a rĂ©vĂ©lĂ© toutes ces choses. Il lui a dit ce que c’était comme vous l’avez perçu ici mĂȘme au microphone, ça se transmet donc... J’ai priĂ© pour lui.

            Eh bien, cela me paraissait juste comme regarder, comme je pourrais l’expliquer, c’est comme regarder quelque chose. Cet homme a disparu, il Ă©tait devenu trĂšs petit, je l’ai vu comme un petit garçon, et j’ai juste regardĂ© comme cela au cours de la vie. Et puis, cela a disparu. Quand j’ai priĂ©, je n’ai pas su ce qui est arrivĂ©. J’ai simplement demandĂ© Ă  notre PĂšre cĂ©leste. Il lui a parlĂ© de ses maladies : il souffrait de la prostatite, c’est ce qui lui a causĂ© des troubles nerveux, et il... aussi cela le pousse Ă  se lever la nuit. Il lui a parlĂ© du fait qu’il allait dans la... de bain [Espace vide sur la bande–N.D.E.]...?... Vous qui habitez dans son quartier, voyez si cela n’est donc pas vrai. Voyez si ce n’est pas...

37        Maintenant, Il est ici. Maintenant, chrĂ©tiens, il n’y a personne dans la salle Ă  qui cela ne pourrait arriver. Mais si nous prenons chaque patient, comme cela, savez-vous combien de temps nous passerons ici? Environ trois semaines pour terminer ces gens qui sont ici pour qu’on prie pour eux. Or, combien croient de tout leur coeur? Dites : «Je crois, FrĂšre Branham, que vous avez dit la vĂ©ritĂ© et Dieu a confirmĂ© cela.» Croyez-vous donc cela? TrĂšs bien.

            Maintenant, je me demande si vous les chrĂ©tiens, vous vous unirez Ă  moi dans la priĂšre pendant que toute cette assistance se joint dans la priĂšre, pendant que je prie. Et certains ministres qui sont ici, le long de la ligne, imposez aussi les mains aux malades. La Bible dit : «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Voyez? «En Mon Nom, ils chasseront le dĂ©-...» et tout. Si le Saint-Esprit s’arrĂȘtait sur l’une ou l’autre chose, je serais content de le faire. Mais je ne pourrais pas obtenir qu’on prie pour les gens Ă  moins que je commence Ă  prier pour eux. Et Ă©videmment, cela saisit le regard des gens, cela dĂ©clenche directement le discernement, bien sĂ»r, aussitĂŽt qu’une personne monte.

            Et maintenant, j’aimerais que vous priiez avec moi. Et combien lĂ  dans l’assistance s’engageront Ă  prier, partout dans la salle, pendant que nous prions et chantons Crois Seulement? Allez-vous prier? Levez la main.

38        Et si vous, dans la ligne, vous croyez, si seulement nous demandons Ă  Dieu, Dieu le fera, croyez-vous cela? Levez la main, si vous croyez. TrĂšs bien. Quand vous... Maintenant, inclinez la tĂȘte pendant que nous prions. TrĂšs bien maintenant. [FrĂšre Baxter parle.–N.D.E.]...?... PĂšre cĂ©leste...?... [FrĂšre Baxter parle pendant cinq minutes et conduit le chant : J’ai besoin de Toi Ă  chaque heure.–N.D.E.] ...?... une femme qui souffre ici de cette cĂ©citĂ©, que Ton Esprit vienne sur elle ce soir et la guĂ©risse, PĂšre, je prie au Nom de Ton Fils, JĂ©sus. Amen...?...

            Ayez foi, soeur. Je Te prie, PĂšre, de la guĂ©rir. Elle a un...?... Puisse-t-elle partir et ĂȘtre guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Seigneur Dieu, je Te prie au Nom du Seigneur JĂ©sus, de guĂ©rir notre soeur. Puisse-t-elle partir ce soir guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ. Ne doutez pas, mais croyez.

            Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers notre frĂšre. Je Te demande au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ de le guĂ©rir et de le rĂ©tablir. Accorde-le, PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. [FrĂšre Baxter parle.–N.D.E.]

            Que Dieu vous bĂ©nisse maintenant. Allez servir le Seigneur de tout votre coeur.

            Seigneur JĂ©sus, je Te prie pour cette femme, de la guĂ©rir. Accorde que Tes bĂ©nĂ©dictions reposent sur elle et qu’elle soit rĂ©tablie, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Regardez, madame, n’ayez plus peur; allez en croyant maintenant.

            Au Nom du Seigneur... [FrĂšre Baxter parle.–N.D.E.]

39        J’aimerais simplement dire, qu’il y a beaucoup de gens qui passent par ici, qui souffrent de l’oppression mentale, une manifestation dĂ©moniaque, mais l’oppression : Satan. J’ai vu une jeune fille en vision  devant moi. Elle est allĂ©e lĂ  derriĂšre et s’est assise il y a quelques minutes, elle pense avoir franchi la ligne de dĂ©marcation. Ne laissez pas Satan vous dire cela. Tant que vous aimez Dieu, Dieu vous aime toujours. Il doit y avoir un CrĂ©ateur pour crĂ©er cette crĂ©ation dans votre coeur pour vous faire aimer Dieu. Ne croyez pas cela. Voyez? Allez en croyant de tout votre coeur que Christ vous aime.

            Vous souffrez de la mĂȘme chose. Seigneur JĂ©sus, je Te prie de la rĂ©tablir. Puisse-t-elle partir ce soir, guĂ©rie, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Maintenant, mettez-vous Ă  remercier Dieu et vous serez rĂ©tablie, soeur.

            PĂšre, je Te prie de guĂ©rir notre soeur et de la rĂ©tablir alors que je lui impose les mains, au Nom de JĂ©sus. Amen.

            Bien-AimĂ© Seigneur, je Te prie pour notre soeur, de la guĂ©rir et de la rĂ©tablir au Nom de Ton Fils, JĂ©sus. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.

            Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur notre soeur et guĂ©rie-la au Nom de Ton Fils, JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. La Bible dit : «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.»

            Pensez-vous maintenant que vous allez ĂȘtre guĂ©rie? D’accord, vous en ĂȘtes certain. Seigneur, je Te prie de guĂ©rir notre soeur. Puisse-t-elle partir d’ici ce soir guĂ©rie au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.

40        [FrĂšre Baxter parle.–N.D.E.] GuĂ©ris notre frĂšre...?... Seigneur...?... Te prie de... Ô Dieu, je Te prie de guĂ©rir notre frĂšre de ceci. Je le demande au Nom de Ton Fils, JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Je Te prie, PĂšre, de guĂ©rir notre frĂšre...?.. ce soir, au Nom de Ton Fils, JĂ©sus-Christ, je demande cette bĂ©nĂ©diction...?...

            Seigneur, je Te prie de guĂ©rir notre soeur et de la rĂ©tablir au Nom de JĂ©sus-Christ, je prie. Amen.

            Ô Dieu, je Te prie de guĂ©rir notre frĂšre et de le rĂ©tablir...?... Je le demande au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Quelque chose vous est arrivĂ©. Votre surditĂ© vous a quittĂ©, monsieur. M’entendez-vous trĂšs bien? Vous ĂȘtes parfaitement normal et vous ĂȘtes guĂ©ri...?... C’est vrai.

            Seigneur JĂ©sus, je Te prie de bĂ©nir notre frĂšre et de le rĂ©tablir, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre.

41        Ô Dieu, je Te prie de bĂ©nir ce frĂšre, comme je le bĂ©nis au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, qu’il reçoive sa guĂ©rison. Amen.

            Seigneur Dieu, je Te prie de bĂ©nir notre frĂšre et de le guĂ©rir au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ. Amen.

            O Dieu, je bĂ©nis ma soeur au Nom de Ton Fils, JĂ©sus-Christ. Je rĂ©clame sa guĂ©rison. Que Dieu vous bĂ©nisse...?...

            PĂšre, bĂ©nis notre soeur que je bĂ©nis au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ. Je Te prie de bĂ©nir notre frĂšre, Seigneur, estropiĂ© ici, marchant avec une canne, puisse-t-il ĂȘtre guĂ©ri ce soir. Fais de lui une bĂ©nĂ©diction, Seigneur, et un tĂ©moignage, alors que je demande qu’il croie, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Croyez-vous, mon frĂšre? Mettez votre bĂ©quille sur le dos et poursuivez votre chemin.

            Seigneur, je Te prie de guĂ©rir notre soeur et de la rĂ©tablir au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ. Amen.

            GuĂ©ris notre frĂšre, au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ...?... qu’il soit rĂ©tabli. Accorde-le, Seigneur. Vous ĂȘtes guĂ©ri, frĂšre...?... Allez donc...?...

            Ô Dieu, je Te prie pour notre frĂšre, que Tu le guĂ©risses et le rĂ©tablisses au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, de lui accorder cela, Seigneur. Pour Ta gloire, je le demande, PĂšre.

            Ô Dieu, je Te prie de guĂ©rir notre soeur et de la rĂ©tablir, au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Ô Dieu, je rĂ©clame la guĂ©rison de notre soeur ici, qu’elle soit rĂ©tablie au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, je prie.

            Madame? Oui...?... C’est ce que...?... pour moi. Dieu peut guĂ©rir...?... Croyez-vous qu’Il peut...?... si Dieu, par Sa grĂące, me dit ce que vous avez fait, ce qu’est votre vie, croirez-vous donc? S’Il–s’Il vous a dit ce que vous faisiez, et–et ce que sont vos maladies, la façon dont vous vous comportez et ce que vous avez fait, vous reconnaĂźtrez certainement la vĂ©ritĂ©. Est-ce vrai? Vous ne saviez pas que votre maladie, c’est la tuberculose. Vous ĂȘtes guĂ©rie maintenant...?... demandez Ă  l’homme...? ... Evidemment, cela m’a quittĂ©. S’Il connaĂźt ce qui Ă©tait Ă  la base de cela...?... Mais cela, ce n’est pas ce qui vous a donnĂ© la tuberculose...?... continuer dans votre...?... [FrĂšre Baxter parle.–N.D.E.]

42        Ô Dieu, je Te prie de guĂ©rir notre soeur; puisse-t-elle partir rĂ©tablie, au Nom de JĂ©sus.

            Ô Dieu, je Te prie pour notre soeur, que Tu la guĂ©risses au Nom de JĂ©sus-Christ. Ô Dieu, je bĂ©nis notre soeur qui...?... au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Maintenant, regardez. Eh bien, venez avec sincĂ©ritĂ©...?... et en croyant maintenant pendant que nous sommes...?... Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, je rĂ©clame sa guĂ©rison...?...

            Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers notre frĂšre...?... par JĂ©sus-Christ...?... [FrĂšre Baxter parle pendant que frĂšre Branham continue Ă  prier.–N.D.E.]

43        [FrĂšre Baxter parle et conduit les chants : Le Grand MĂ©decin et Que Le Souffle De Dieu Souffle Sur Moi, pendant plusieurs minutes, alors que frĂšre Branham continue Ă  prier pour ceux qui sont dans la ligne. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

            Vous pensez que je ne fais que demander Ses bĂ©nĂ©dictions sur les gens, ils sont guĂ©ris. Voyez? Vous ne voyez peut-ĂȘtre pas. La guĂ©rison ne consiste pas dans la sensation; la guĂ©rison consiste dans la puissance. Voyez? J’en ai vu beaucoup qui... Ce n’est pas–ce n’est pas l’émotion. La guĂ©rison... Vous ne faites que marteler du pied, crier, crier aux dĂ©mons; ils ne partiront pas. Mais la foi, ils la reconnaissent. Voyez? C’est exactement ce qui se passe. Voyez? Observez les gens; vous verrez ce que je veux dire.

44        Tenez. RĂ©cemment, j’étais dans une ligne, on faisait simplement passer les gens... juste pendant que je me reposais un petit instant... On avait priĂ© pour deux personnes. L’une avait une grosseur au cou, et l’autre souffrait de l’estomac. C’était dans un genre diffĂ©rent de priĂšre, quand cela m’est arrivĂ© de leur dire ce qu’étaient leurs maladies.

            De temps Ă  autre, vous entendez le Saint-Esprit arrĂȘter les gens et leur dire ce qu’ils ont, mais je cherche Ă  prier pour tout le monde pendant que je suis ici ce soir. Alors, cette dame, il lui a Ă©té–il lui a Ă©tĂ© dit de rentrer chez elle; qu’elle se rĂ©tablirait d’une grosseur au cou. Et Ă  l’autre, il a Ă©tĂ© dit... FrĂšre Baxter sait cela.

            Elle souffrait de l’estomac. Il lui a Ă©tĂ© dit qu’elle se rĂ©tablissait: «Rentrez chez vous et mangez ce que vous voulez.» Eh bien, elle a essayĂ© de le faire. Et pendant environ six semaines, c’était horrible. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Tout ce qu’elle mangeait, elle le vomissait directement.

            Alors, un matin, elle Ă©tait debout, faisant la vaisselle. Et elle a dit qu’elle avait senti quelque chose de froid l’envahir. Elle ne savait pas ce qui arrivait. En quelques instants, elle a eu envie de pleurer, elle s’est alors mise Ă  pleurer. Puis, elle a dit qu’elle a eu trĂšs faim. Elle a essayĂ© de manger un petit morceau de pain grillĂ©. Et, gĂ©nĂ©ralement, elle vomissait aussitĂŽt cela; et cela–cela–cela n’est pas remontĂ©. Alors, elle a pris la bouillie de l’avoine qui traĂźnait lĂ  Ă  table. Et c’était trĂšs bon. Elle a pris une tasse de cafĂ©; c’était trĂšs bien. Puis, elle s’est assise, elle a pris un bon et copieux petit-dĂ©jeuner; c’était trĂšs bien.

            Elle Ă©tait si heureuse qu’elle est descendue en courant l’annoncer Ă  sa voisine, celle qui avait une grosseur Ă  la gorge, ce qui venait d’arriver. Et sa voisine Ă©tait simplement en train de crier Ă  tue-tĂȘte; la grosseur venait de quitter sa gorge. Et lĂ , c’était des semaines plus tard.

45        Qu’était-il arrivĂ©? S’il vous plaĂźt, croyez-moi. Voyez? Si je peux amener notre soeur ici... Voici–voici pourquoi. Vous souvenez-vous quand Daniel, le prophĂšte... Il y avait un ange qui l’accompagnait. Combien savent que c’est la vĂ©ritĂ©? L’Ange de Dieu. Alors, une fois, Daniel a priĂ©, je crois que cela a fait environ vingt et un jours avant que l’Ange puisse... Est-ce vrai...?... Est-ce vrai? Mais il croyait.

            Or, ce qui Ă©tait arrivĂ©, c’est qu’une bĂ©nĂ©diction avait Ă©tĂ© prononcĂ©e sur ces gens-lĂ . Et quand... Eh bien, cette bĂ©nĂ©diction-lĂ ... Si je dis la vĂ©ritĂ©... Si je dis la vĂ©ritĂ©... En fait, je ne pense pas qu’il y ait lieu pour vous de douter; Dieu tĂ©moigne que c’est vrai. C’est juste comme vous vous avancez auprĂšs d’un ministre, et que vous vous faites baptiser dans le baptistĂšre, votre baptĂȘme Ă©tait valable. Vous croiriez que vous avez Ă©tĂ© baptisĂ©, n’est-ce pas, d’un baptĂȘme chrĂ©tien. Ce n’était pas un ministre, mais il a Ă©tĂ© ordonnĂ© pour faire cela. Voyez? Mais c’est juste pour cela que j’ai Ă©tĂ© envoyĂ© : Prier pour les malades. Si seulement vous croyez, observez ce qui arrive. Cela arrivera. Absolument. Je serais...

EN HAUT