ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



PrĂ©dication Ligne De PriĂšre de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 53-1100 La durĂ©e est de: 36 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Ligne De PriĂšre

1          Je crois vous avoir vue quelque part. On dirait que je vous ai vue. D’oĂč ĂȘtes-vous? De Louisville. Je pensais avoir vu votre visage quelque part. Je n’en Ă©tais pas sĂ»r, mais Dieu seul sait ce qui ne va pas chez vous pour ça. Il sait, pas moi; mais Dieu sait.

            Croyez-vous qu’Il peut manifester Son Etre et Sa DivinitĂ© ici ce soir? S’Il le faisait, accepteriez-vous JĂ©sus, le GuĂ©risseur? Puisque la Parole dĂ©clare que lĂ  oĂč deux ou trois sont assemblĂ©s (C’est la plus petite Ă©glise, juste trois personnes, ou mĂȘme deux), Il sera au milieu d’eux. Et s’Il est au milieu d’eux, dans Sa rĂ©surrection, c’est qu’Il est donc ici ce soir. Il est ressuscitĂ© d’entre les morts. Alors, tel qu’Il Ă©tait autrefois, ainsi Il est maintenant. Si je vous parle, comme Il avait parlĂ© Ă  la femme au puits, alors Il saura tout aussi... Je... Il me fera savoir exactement oĂč Ă©tait votre problĂšme, s’Il le faisait, L’accepteriez-vous comme votre GuĂ©risseur? Vous L’accepteriez.

            Je crois que vous L’aimez. Vous souffrez de la gorge. Vous avez une–une espĂšce de grosseur, juste Ă  l’intĂ©rieur de la gorge, sur la pomme d’Adam. Venez ici, juste un instant.

            Seigneur, Toi qui as crĂ©Ă© les cieux et la terre et tout ce qui s’y trouve, nous prions pour notre soeur ce soir, qui souffre ici de ces maladies dans son corps, des afflictions. Tu peux la rĂ©tablir, PĂšre. Et je Te prie, au Nom de Ton Saint Fils, JĂ©sus, en cette heure mĂȘme de la guĂ©rir. Puisse-t-elle retourner Ă  Louisville, heureuse, se rĂ©jouissant, et ne plus jamais ĂȘtre dĂ©rangĂ©e; car maudit soit le diable. Et nous venons avec cette assurance et cette autoritĂ© que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, que je soutiens avoir vu deux fois; je prie que par Sa souffrance souveraine, et par Ses meurtrissures, qu’elle a Ă©tĂ© guĂ©rie. Et en tant que son frĂšre Ă  elle, je prends maintenant l’initiative et je dis Ă  Satan qu’il ne peut pas la lier davantage. Elle est venue en croyant, et je rĂ©primande Satan, au Nom de JĂ©sus-Christ, de sortir de notre soeur. Amen.

            TrĂšs bien, maintenant, alors que vous rentrez chez vous, soeur, allez en croyant de tout votre coeur; tout cela vous quittera. Votre infection, la colite, la grosseur Ă  votre... la maladie de femme, tout cela vous a quittĂ©e. Vous pouvez aller en vous rĂ©jouissant et en remerciant Dieu.

2          TrĂšs bien, venez, s’il vous plaĂźt, madame. Maintenant, je suppose que nous sommes inconnus, je ne pense pas vous avoir dĂ©jĂ  vue. Mais Dieu vous a connue depuis que vous Ă©tiez une enfant, avant que vous soyez une enfant. Vous n’auriez jamais pu venir sur terre, n’eĂ»t Ă©tĂ© Dieu, n’est-ce pas vrai? Je ne vous connais donc pas, mais Lui vous connaĂźt. Il me connaĂźt. Il sait tout Ă  notre sujet, nous tous deux.

            Eh bien, ce–c’est trĂšs difficile, chrĂ©tiens, j’aimerais que vous soyez en priĂšre. Voyez, il y a un esprit tout autour, voyez, et gĂ©nĂ©ralement... C’était plus facile Ă  un autre endroit, car j’avais le patient Ă  l’écart avec moi-mĂȘme. Mais partout oĂč il y a un ĂȘtre humain, il y a un esprit, voyez. Et l’esprit, peu importe que ça soit la foi ou que ça ne soit pas cela, vous l’ĂȘtes cependant, dans le coeur humain... Si seulement vous saviez combien le Saint-Esprit est sensible, cela rend la chose effectivement trĂšs difficile. Eh bien, cela ne va pas... peut–peut-ĂȘtre que Dieu sera misĂ©ricordieux envers cette dame. Mais si Dieu me vient en aide pour voir ce qui ne va pas chez vous... S’il y a le pĂ©chĂ©, Il le dira. Si c’est quelque chose que vous n’avez pas fait, Il le dira. Si vous vous tenez ici comme une sĂ©ductrice, vous saurez Ă  ce sujet dans quelques minutes, et probablement que le... Vous quitterez l’estrade transportĂ©e. Mais si vous vous tenez ici comme une chrĂ©tienne et comme une croyante, ce que je crois que vous ĂȘtes, une chrĂ©tienne, vous allez... Vous allez ĂȘtre guĂ©rie, si seulement vous croyez ce que vous avez lu dans la Bible, ce que Dieu manifestera comme Ă©tant la vĂ©ritĂ©.

3          Maintenant, si JĂ©sus se tenait ici, portant ce veston qu’Il m’a donnĂ©; comme la femme au puits, parlant comme nous le faisons, Il connaĂźtrait votre problĂšme, n’est-ce pas? Juste comme Il avait connu son problĂšme. Or, aussitĂŽt qu’elle a trouvĂ©... Il lui a dit quel Ă©tait son problĂšme, elle a reconnu qu’Il Ă©tait un ProphĂšte, disant qu’elle savait que le Messie viendrait. Et Il a dit qu’Il Ă©tait le Messie.

            Le vĂŽtre, c’est une tumeur, vous souffrez d’une tumeur. Et c’est grave, et il y a une–une espĂšce d’esprit qui Ă©touffe. Et cette tumeur est–est dans votre gorge, les mĂ©decins ont examinĂ©, ils ont dit que c’était dans la glande, dans la gorge, sur la glande de la gorge. Est–est-ce la vĂ©ritĂ©? Maintenant, que–qu’était-ce? Qu’est-ce? [La soeur dit: «C’est sur ma glande.»–N.D.E.] C’est une glande, oh! une glande, eh bien, quoi que ce fĂ»t, voyez... Eh bien, ce que vous m’avez entendu dire, vous avez entendu ma voix, mais ce n’était pas moi. Au mieux de mes souvenirs, il y a une seconde ou deux, j’étais dans un cabinet de mĂ©decin ou dans un hĂŽpital, et on vous examinait. Le mĂ©decin avait les mains en l’air comme ceci, ou l’une ou l’autre chose, au niveau de la gorge, n’est-ce pas vrai? Est-ce la vĂ©ritĂ©? Eh bien, le... Croyez-vous que Christ est ici, le Fils de Dieu, que j’essaie de reprĂ©senter devant vous? Croyez-vous qu’Il vous aidera Ă  vous rĂ©tablir? Approchez-vous.

            Dieu Tout-Puissant, oh! pour cette pauvre petite vieille mĂšre, Tu es prĂȘt Ă  l’aider. Et j’implore la misĂ©ricorde divine, Seigneur, et Tu sais combien j’aimerais la voir guĂ©rie, Seigneur. Cela rĂ©jouirait beaucoup mon coeur. Mais, ça dĂ©passe ma force et ma puissance, et j’implore la misĂ©ricorde. Et maintenant, Seigneur, pardonne-nous nos offenses, et je prie que rien ne nous fasse obstacle maintenant. Et maintenant, Seigneur, aide-moi Ă  dĂ©fier cet ennemi qui ose ĂŽter la vie Ă  cette femme.

            Maintenant, Satan, je demande au Nom de JĂ©sus-Christ, que je place devant moi, sachant que je viens dans ce dĂ©fi de foi. Tu es exposĂ© ici ce soir, Ă  l’estrade. Tu penses pouvoir te cacher, mais tu ne le peux pas. Dieu te connaĂźt, et j’agis avec ces autres en tant que Son serviteur. Et nous soutenons ce soir que JĂ©sus-Christ, Celui qui t’a vaincu, toi et toutes tes puissances, qui t’a dĂ©pouillĂ© de tout ce que tu avais, toute la peur, toutes les puissances, c’est notre Seigneur, Il nous a commissionnĂ© d’aller par tout le monde et d’imposer les mains aux malades, et que les malades seraient guĂ©ris; de chasser les dĂ©mons; et tu es un dĂ©mon, un esprit Ă©touffant. Maintenant, je t’ordonne au Nom de JĂ©sus, le Fils de Dieu, par l’autoritĂ© de la Parole de Dieu, par l’onction du Saint-Esprit, un don qui a Ă©tĂ© apportĂ© par un Ange, de sortir de cette femme. Laisse-la aller, au Nom de JĂ©sus, le Fils de Dieu, que tu la quittes.

            Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Allez en vous rĂ©jouissant maintenant et soyez heureuse. Faites-nous savoir ce qui vous arrive. Que Dieu vous bĂ©nisse.

4          TrĂšs bien, venez. Vous ĂȘtes trĂšs aimable et trĂšs respectueux. Maintenant, juste un instant, amis, s’il vous plaĂźt, soyez vraiment–vraiment respectueux avec moi, et supportez-moi, s’il vous plaĂźt, en tant mon ami chrĂ©tien. C’est–c’est difficile d’ĂȘtre supportĂ©, vous voyez, c’est un autre monde, vous voyez, je... Parfois, je me demande si je me tiens Ă  un autre endroit, en ayant une autre vision. Ça fait deux semaines pour moi, et juste un peu, ça m’affaiblit beaucoup. Vous ne devriez avoir besoin de rien d’autre, vous devriez croire en Dieu maintenant mĂȘme, voyez.

5          Mais, madame, je suppose, nous sommes inconnus, vous–vous et moi. Me connaissez-vous? Je ne... D’oĂč venez-vous, d’ici dans la ville? [La soeur rĂ©pond: «De Toledo.»–N.D.E.] Madame? Toledo, oh! vous m’avez vu auparavant. [La soeur parle Ă  frĂšre Branham.–N.D.E.] Oh! vous avez Ă©tĂ© guĂ©rie auparavant; dans notre rĂ©union? D’accord, c’est bien. De l’hydropisie, vous dites que vous en souffriez; Ă  Battle Creek, dans le Michigan.

            Eh bien, c’est quand le Saint-Esprit m’avait retirĂ© de cette grande rĂ©union, et m’avait envoyĂ© Ă  un autre endroit. Vous vous en souvenez? Le lieu Ă©tait bondĂ© et plein, mais le Saint-Esprit m’avait arrĂȘtĂ© juste en plein milieu de cette rĂ©union-lĂ  et m’a envoyĂ© ailleurs. Vous avez appris ce qui Ă©tait arrivĂ© lĂ -bas. Il est simplement Dieu. Il connaĂźt exactement toute chose, Il fait bien toute chose.

            Eh bien, j’aimerais que vous me regardiez. Avez-vous Ă©tĂ© dans la ligne de priĂšre ou Ă©tiez-vous dans l’assistance? Oh! Cela vous avait dĂ©signĂ©e dans l’assistance, et vous avez Ă©tĂ© guĂ©rie de l’hydropisie. Voici un tĂ©moignage pendant que je me repose encore. Cette dame Ă©tait assise dans l’assistance, je pense Ă  Battle Creek, avez-vous dit, elle a Ă©tĂ© dĂ©signĂ©e dans l’assistance, elle a Ă©tĂ© guĂ©rie de l’hydro–hydropisie. [La soeur parle Ă  frĂšre Branham.–N.D.E.] Elle s’est fait examiner rĂ©cemment dans un hĂŽpital, et le mĂ©decin a dit: «C’est parti, il n’en reste plus rien.» Elle Ă©tait assise dans l’assistance; elle Ă©tait assise lĂ  dans l’assistance en train simplement de prier, juste comme vous le faites maintenant. Voyez?

6          Ami, certainement que vous pouvez croire. Eh bien, pour notre soeur maintenant, soyons respectueux et voyons, maintenant, il y a peut-ĂȘtre autre chose qui cloche chez elle. Dieu sait, je peux... Il sait; pas moi. Mais Il peut rĂ©vĂ©ler, et peut-ĂȘtre que cela l’aidera; en effet, probablement qu’il lui avait Ă©tĂ© dit ce qui n’allait pas chez elle, ce qu’elle avait fait, ou quoi faire, ou l’une ou l’autre chose; et c’est pourquoi elle est venue ce soir.

            Maintenant, peut-ĂȘtre que si elle ne m’avait pas dit cela, Il me l’aurait dit, mais c’est... Elle me l’a dit, maintenant je ne sais pas ce qu’Il dira. Mais je voudrais simplement que vous regardiez et que vous croyiez que vous ĂȘtes dans Sa PrĂ©sence; je suis Son serviteur, vous ĂȘtes ma soeur. Et tout ce que je sais de vous, c’est juste ce que vous m’avez dit tout Ă  l’heure; et il y a des milliers de gens, je ne connaĂźtrais jamais l’un et l’autre, comme cela.

            Mais, vous–vous ĂȘtes extrĂȘmement nerveuse, il vous est arrivĂ© quelque chose. Oui, vous ĂȘtes rĂ©cemment sortie de l’hĂŽpital, je vois, et on vous a examinĂ©e, il y a quelque chose au sujet de vos doigts ou de votre corps; vous devenez trĂšs raide. Vous n’arrivez pas Ă  refermer les mains et votre corps devient raide, est-ce vrai? On vous l’a dit, j’entends un homme Ă©lancĂ© et mince, en blouse de mĂ©decin, dire: «Il n’y a pas de remĂšde contre cela.» N’est-ce pas vrai? C’est au mieux de sa connaissance qu’il n’y a pas de remĂšde. Mais il y a un remĂšde maintenant mĂȘme: c’est JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Fermez vos mains.

            Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, soyez guĂ©rie. Que le Dieu du Ciel rĂ©primande ce dĂ©mon et qu’Il la guĂ©risse. Elle peut retourner et commencer un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode dans la ville, ĂȘtre guĂ©rie au Nom de JĂ©sus.

            Maintenant, refermez vos mains, comme ceci. C’est ça. Maintenant, levez vos pieds, de haut en bas, comme ceci. Il–Il a touchĂ© votre corps...?... Voyez, vous y ĂȘtes. Maintenant, vous pouvez quitter l’estrade en vous rĂ©jouissant. Disons: «GrĂąces soient rendues Ă  Dieu.»

            Une maladie des nerfs trĂšs incurable; cela paralyse les nerfs, le corps, et tout, et elle se tient comme ceci. Et ses mains Ă©taient recroquevillĂ©es comme cela pendant qu’elle se tenait ici. La voilĂ  descendre. Elle peut bouger ses mains de haut en bas, soulever ses pieds. Le Seigneur est bon, n’est-ce pas? Maintenant, elle se rĂ©tablira, de mĂȘme qu’elle s’était rĂ©tablie de l’hydropisie, et le mĂ©decin lui dira que c’est en ordre. Juste, elle se rĂ©tablira. N’est-Il pas merveilleux?

7          D’accord, est-ce cette dame ici? Bonsoir, madame. Je suppose que vous et moi, nous sommes inconnus, nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s, comme... Si c’est le cas, je ne vous connais pas. Mais si je pouvais vous aider, je–je le ferais. Je ne peux que vous dire ce que JĂ©sus a dit.

            Ceci est la Parole de Dieu, premiĂšrement, et puis Elle est adressĂ©e au monde, Ă  la nation, Ă  chaque individu. Croyez-vous cela? Mais maintenant, si je suis Son serviteur, alors Sa Parole vient par Ses serviteurs, Ses voyants, Ses prophĂštes ou je ne sais comment vous aimeriez les appeler. Ce serait secondaire pour l’individu, est-ce vrai? Maintenant, voyez, Ceci est Sa Parole pour le monde, mais ensuite Il a placĂ© dans l’église les apĂŽtres, les prophĂštes, les dons de guĂ©rison, les parlers en langues, l’interprĂ©tation des langues, et–et toutes sortes de diffĂ©rents dons. Est-ce vrai? Croyez-vous cela? C’est Dieu qui les a donc placĂ©s, Ceci est premiĂšrement la Parole de Dieu. Ensuite, ma parole, si je suis Son serviteur, doit s’identifier Ă  cette Parole-lĂ . Si ce n’est pas le cas, elle n’est pas vraie. Donc, Ceci est la vĂ©ritĂ©, Ă  chaque coup. Croyez-vous que je suis Son prophĂšte? Maintenant, maintenant, je veux dire que, Son serviteur, un prophĂšte veut dire un prĂ©dicateur, voyez. Croyez-vous que je suis Son serviteur, un voyant?

            Maintenant, vous ĂȘtes en train de me quitter maintenant, c’est votre... C’est un enfant. L’enfant est gravement malade, je le vois chez un mĂ©decin et le mĂ©decin, ils... c’est son estomac. Et les mĂ©decins ne savent pas ce qui dĂ©range cet enfant. Etait–était-ce la vĂ©ritĂ©, ce que Cela a dit? Juste une minute, il y avait quelque chose, on dirait... Eh bien, assistance... Maintenant, regardez-moi encore, juste un instant, et croyez que je suis le prophĂšte de Dieu une fois de plus.

            N’est-ce pas que vous avez des relations avec frĂšre Rodgers? Je le vois se tenir prĂšs de vous. Vous ĂȘtes... Madame, voici...

            Vous aussi, vous avez besoin de JĂ©sus-Christ comme Sauveur; vous n’ĂȘtes pas encore chrĂ©tienne. C’est la vĂ©ritĂ©. C’est le mĂȘme Saint-Esprit qui Ă©tait sur JĂ©sus-Christ, vous ĂȘtes dans Sa PrĂ©sence maintenant. Allez-vous L’accepter maintenant comme votre Sauveur? Oubliez tout pĂ©chĂ©, vivez pour Lui, le reste de votre vie. Croyez-vous que si je le Lui demandais, que j’imposais les mains Ă  votre enfant, il guĂ©rirait? Venez ici.

            Notre PĂšre cĂ©leste, Toi qui as ressuscitĂ© JĂ©sus, le Fils de Dieu, d’entre les morts, ce prĂ©cieux petit enfant, Satan s’est emparĂ© de lui, pour lui ĂŽter la vie; mais Tu le dĂ©passes de loin. Maintenant, Seigneur, cette petite mĂšre Te donne sa vie, elle a ses bras autour du fruit mĂȘme de ses entrailles. Et je Te prie, ĂŽ Dieu, d’épargner cet enfant, que la mĂšre maintenant l’élĂšve dans un foyer chrĂ©tien, Ă  aimer Dieu. Et sur base de sa confession, qu’elle accepte Christ comme Sauveur; et sur base de l’autoritĂ© des meurtrissures de JĂ©sus au Calvaire, qui a remportĂ© la victoire sur Satan, et en vertu de Sa commission Ă  Ses disciples, d’aller par tout le monde, et d’un don qui a Ă©tĂ© apportĂ© par un Ange il y a huit ans, je rĂ©primande maintenant le diable qui a liĂ© cet enfant. Au Nom de JĂ©sus-Christ, sors de l’enfant.

            Maintenant, mĂšre, n’ayez pas peur pour l’enfant. Poursuivez votre chemin, rĂ©jouissez-vous, soyez heureuse... tout mon coeur que votre enfant vivra et sera bien portant. Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse. Allez maintenant et faites-vous baptiser, confessez vos pĂ©chĂ©s en invoquant le Nom du Seigneur JĂ©sus. Amen.

8          TrĂšs bien, tout le monde, soyez respectueux. Venez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur, assistance? Ne doutez pas, ayez foi en Dieu.

            Un enfant vient d’ĂȘtre guĂ©ri ici tout Ă  l’heure, n’est-ce pas? Etiez-vous assis juste lĂ ? OĂč? Non, c’est... Je vois une LumiĂšre suspendue ici mĂȘme. Elle est au-dessus d’une petite fille, c’est la petite fille, elle souffre du coeur. Je vois beaucoup de chagrin lĂ , la maman, la dame lĂ  Ă  cĂŽtĂ© d’elle, elle a Ă©tĂ© opĂ©rĂ©e, un cas de cancer, elle a Ă©tĂ© Ă  plusieurs reprises tantĂŽt Ă  l’hĂŽpital, tantĂŽt dehors.

            Seigneur JĂ©sus, bĂ©nis-les. Puissent-ils ĂȘtre guĂ©ris pour Ta gloire. Exauce la priĂšre de Ton serviteur inutile, je demande ceci, Seigneur, et je rĂ©primande le diable, qu’il sorte d’eux, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Madame, croyez-vous pour la sienne? Venez ici, juste une minute. Croyez-vous que je suis serviteur de Dieu? Reconnaissez-vous que–que la sensation que vous Ă©prouvez maintenant ne vient pas de votre frĂšre qui se tient ici? C’est Sa PrĂ©sence. Vous avez eu beaucoup d’ennuis, il y a une traĂźnĂ©e noire. Vous avez Ă©tĂ© gardĂ©e... On vous a cachĂ© quelque chose. On ne veut pas vous dire ce qui ne va pas chez vous, les mĂ©decins ne veulent pas vous le dire. Mais le mĂ©decin vous a donnĂ© moins d’un an pour vivre, mais vous ĂȘtes... C’est une maladie du coeur. C’est votre coeur, mais... Juste une minute, cela m’a quittĂ© maintenant. Etait-ce la vĂ©ritĂ©, ce qui a Ă©tĂ© dit? Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Venez ici, madame.

            Dieu Tout-Puissant, Toi qui as ressuscitĂ© le Fils de Dieu de la tombe, Il est ressuscitĂ© pour demeurer parmi les hommes, oh! combien nous Te sommes reconnaissants! Ta grande puissance d’avocat est ici ce soir pour manifester, guĂ©rir et libĂ©rer les captifs.

            Maintenant, Satan, toi qui as liĂ© la femme, les serviteurs de Dieu, les mĂ©decins ont fait tout leur possible; mais ils ne peuvent pas la toucher, mais ĂŽ Dieu, Toi Tu le peux. Satan lĂąche-la, au Nom de JĂ©sus. Sors de la femme. Je t’adjure par le Dieu vivant, que tu la quittes, et qu’elle vive. Amen.

            Croyez-vous que vous allez vivre maintenant? D’accord, vous vivrez, poursuivez votre chemin, en vous rĂ©jouissant, remerciant Dieu pour Sa bontĂ©.

            Soyez en priĂšre, soyez reconnaissants, ayez de la gratitude.

9          Croyez-vous, monsieur, de tout votre coeur? Croyez-vous que Sa PrĂ©sence est ici pour vous aider? Ce n’est pas pour vous, c’est pour votre enfant. Votre enfant souffre du coeur. N’est-ce pas vrai? Allez-vous Le servir toute votre vie? Vous allez le faire.

            Ô Dieu, je rĂ©primande cette maladie du coeur qui est sur ce petit enfant. Que cela quitte l’enfant, au Nom de JĂ©sus-Christ, et que cela sorte du petit enfant, et qu’il vive pour la gloire de Dieu. Amen.

            Maintenant, mon frĂšre, vous croyez cela, n’est-ce pas? TrĂšs bien, vous aurez exactement ce que vous croyez. Que Dieu soit avec vous, qu’Il vous aide.

            TrĂšs bien, venez, ma soeur. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous qu’Il vous rĂ©tablira? Ayez foi maintenant en Dieu.

            Maintenant, soyez respectueux, assistance. Vous pouvez me taxer de fanatique, si vous le voulez. Ça vous regarde.

            Mais j’aimerais que vous avanciez ici mĂȘme, madame. Tenez-vous lĂ , juste un instant. Vous avez des maux d’estomac, n’est-ce pas, madame? Oui, c’est l’ulcĂšre de l’estomac, la nervositĂ©, cela cause l’ulcĂšre de l’estomac. N’est-ce pas, madame? Oui, c’est l’ulcĂšre de l’estomac; nerveuse, cela cause l’ulcĂšre de l’estomac. N’est-ce pas vrai? Cette dame ici souffre de la mĂȘme chose, des maux d’estomac. Ces dĂ©mons s’appellent au secours, l’un Ă  l’autre. Si seulement vous connaissiez ce qu’est l’autre monde! Vous–vous–vous regardez seulement Ă  l’extĂ©rieur, c’est un autre monde. Et lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, c’est lĂ  que ce contact est Ă©tabli. Si vous croyez... levez-vous, madame, acceptez-vous votre guĂ©rison? Acceptez-vous votre guĂ©rison?

            Dieu Tout-Puissant, guĂ©ris-les. Maintenant, Satan ne peut pas se cacher. Il pensait pouvoir s’en tirer avec cela, mais Tu es ici pour repousser sa main sur ces choses, et Tu l’as promis. Et maintenant, en tant que Ton serviteur, me tenant sur le chemin de–de cet esprit, ils vont d’une personne Ă  l’autre, implorant la misĂ©ricorde, je leur dis maintenant: «Esprits dĂ©moniaques, sortez de ces femmes, quittez-les, au Nom de JĂ©sus-Christ. Quittez-les toutes les deux.»

            Que Dieu vous bĂ©nisse. Vous pouvez toutes les deux aller en paix. Que les bĂ©nĂ©dictions de Dieu reposent sur vous, partez. Regardez, juste au mĂȘme moment que cela tirait de vous, cela s’est dĂ©jĂ  arrĂȘtĂ©. Vous souffriez aussi des troubles d’estomac, n’est-ce pas vrai? Vous pouvez rentrer chez vous et manger ce que vous voulez maintenant. Cela s’est arrĂȘtĂ© pour vous, de mĂȘme que ça s’est arrĂȘtĂ© pour les autres. Vous pouvez aller et ĂȘtre bien portante.

10        Ayez foi en Dieu. Croyez de tout votre coeur. Venez, madame. Ça y est encore. La mĂȘme chose, cela tire d’ici mĂȘme aussi; une dame assise lĂ  mĂȘme, souffrant des troubles d’estomac. Vous souffrez des troubles d’estomac. Acceptez-vous toutes les deux votre guĂ©rison? Que Dieu vous bĂ©nisse. Tenez-vous simplement debout et rentrez chez vous, bien portantes, au Nom de JĂ©sus-Christ.

            TrĂšs bien, que le Seigneur vous guĂ©risse entiĂšrement. Que Dieu vous bĂ©nisse, maman. Les ulcĂšres, voyez, cela cause des brĂ»lures, ça s’est arrĂȘtĂ©. Que Dieu vous bĂ©nisse. Disons: «GrĂąces soient rendues Ă  Dieu.»

            TrĂšs bien. Vous, madame? Voulez-vous guĂ©rir de ce mal de dos? Allez simplement en remerciant Dieu, et dites: «J’en suis guĂ©rie.» Dieu vous rĂ©tablira. Croyez-vous cela? Que Dieu la bĂ©nisse, qu’Il accorde cette bĂ©nĂ©diction. Je prie et je rĂ©primande l’ennemi, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Allez en vous rĂ©jouissant, Ă©tant heureuse. TrĂšs bien, venez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? Votre problĂšme principal, c’est la maladie des nerfs, cela a commencĂ© il y a longtemps, cela vous a causĂ© des troubles d’estomac, des palpitations et tout le reste comme cela.

            Eh bien, cela tire simplement dans cette salle maintenant. Je me sens faible. Et il me semble que c’est la chose entiĂšre. C’est Ă  peine que j’arrive Ă  dĂ©tecter oĂč cela se trouve maintenant. Mais chaque personne ici prĂ©sente peut ĂȘtre guĂ©rie, si seulement vous croyez. Vous devez avoir foi en Dieu. Vous devez croire de tout votre coeur.

            Venez, prions. Notre PĂšre cĂ©leste, Toi qui as ramenĂ© JĂ©sus d’entre les morts, guĂ©ris complĂštement notre soeur que voici. Je demande cette bĂ©nĂ©diction au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Et maintenant, Satan, sors de cette femme. Je t’adjure de la quitter, au Nom de JĂ©sus. Amen. Maintenant, en ce moment-ci, soeur, cela a Ă©tĂ© brisĂ© et ça vous a quittĂ©e, voyez. Maintenant, croyez simplement de tout votre coeur, et vous vous rĂ©tablirez, voyez. Maintenant, ne doutez pas. Si vous doutez, cela reviendra. La Bible dit: «Allez et (Quoi?)... pĂ©chez... [L’assemblĂ©e rĂ©pond: «Plus.»–N.D.E.]

            Le pĂ©chĂ©, c’est quoi? L’incrĂ©dulitĂ©. Dieu dans Sa misĂ©ricorde souveraine est ici, faisant ce qu’Il fait et Il... Vous savez, amis, cela doit venir de Dieu. Si vous allez et que vous doutez, je crois que des choses pires vous arriveraient.

11        Amenez l’enfant. Monsieur, votre enfant souffre de rein, un cas trĂšs rare; il ne peut pas ĂȘtre aidĂ© autrement que par Dieu. Croyez-vous que Dieu le rĂ©tablira? Vous croyez que si je demande Ă  Dieu, que d’ici le matin, si vous mettez une corde autour de cet enfant-lĂ , elle se rĂ©trĂ©cira d’un pouce [254 cm] ou plus? Croyez-vous cela?

            Je rĂ©primande le diable qui a liĂ© cet enfant. Au Nom de JĂ©sus-Christ, sors de lui.  Je l’ai bien effrayĂ©. C’est en ordre. Allez mesurer l’estomac de l’enfant ce soir. Demain soir, prĂ©levez-en la mesure et ramenez-moi la corde.

12        TrĂšs bien, venez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? J’ai vu un mĂ©decin apparaĂźtre, juste ici dedans, il y a quelques instants. Un jeune, on dirait un homme prĂ©levant la tension sanguine... C’est l’hypertension. On a placĂ© quelque chose sur le coeur, c’est la maladie du coeur. Croyez-vous que Dieu vous en guĂ©rira? Si vous pouvez croire et accepter cela, Dieu vous l’accordera.

            Aimeriez-vous guĂ©rir de cette nervositĂ©? Regardez, soeur, j’aimerais vous poser une question juste une minute; si je pouvais faire quelque chose pour vous... C’est la chose la plus horrible qu’il y a par rapport Ă  tout le reste. Vous n’avez pas d’assurance en vous-mĂȘme, et cela vous donne toutes sortes de sentiment bizarre. Vous avez toutes sortes de sentiments de bouleversement, c’est comme si vous alliez perdre la tĂȘte et–et tout. Des fois, cela vous dĂ©range vraiment beaucoup. Et ça s’empire vraiment et vous devenez mĂ©lancolique, vous devez vous arrĂȘter et vous asseoir. Quand vous marchez dans les rues, je vous vois, cela vient sur vous lĂ . Parfois vous devez retourner chez vous parce que cela–cela vous dĂ©range vraiment.

            Je ne suis pas en train de lire vos pensĂ©es, mais votre vie ne peut pas ĂȘtre cachĂ©e maintenant. En ce moment-ci, le Saint-Esprit me donne l’autoritĂ© sur chaque esprit, et tout le monde est assujetti maintenant. Entre vous et moi, il y a un nuage noir qui flotte, on dirait un souffle. Beaucoup de gens vous ont dit: «Ressaisissez-vous», ou «reprenez vos sens», je pense c’était ça. Oubliez cela, vous ne pouvez pas le faire; en effet, il y a sur vous tout le temps quelque chose qui vous hante. Est-ce la vĂ©ritĂ©? Si par la grĂące de Dieu, la puissance de Dieu, et la PrĂ©sence Divine de JĂ©sus-Christ, si cela vous quitte maintenant, allez-vous ne plus jamais permettre Ă  cela de revenir? J’aimerais que vous incliniez la tĂȘte, et j’aimerais que vous autres, si vous ne voulez pas attraper cette mĂȘme chose... Maintenant, cela–cela la taille en piĂšces. Cela fait tournoyer la jeune fille.

            Dieu Tout-Puissant, alors que cette jeune femme se tient ici, Satan est dĂ©terminĂ© Ă  l’amener dans un hĂŽpital psychiatrique et la laisser se faire sauter la cervelle contre le mur. Mais Tu es ici pour la dĂ©livrer et c’est maintenant l’heure qu’elle a attendue depuis tout le temps. Dieu Tout-Puissant, aide Ton pauvre serviteur, que cette jeune fille qui est liĂ©e par cet ennemi soit libĂ©rĂ©e en cette heure mĂȘme.

            Toi, dĂ©mon, au Nom de JĂ©sus, le Fils de Dieu, sors de la femme. Maintenant, regardez ici, vous ĂȘtes rĂ©tablie.

            Maintenant, vous pouvez redresser la tĂȘte. Cela l’a quittĂ©e. Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Maintenant, allez en vous rĂ©jouissant et soyez heureuse. Cela ne va plus vous dĂ©ranger. Disons: «GrĂąces soient rendues Ă  Dieu.»

13        Croyez-vous, madame? Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira de cette maladie du coeur? Quittez alors l’estrade en disant: «Merci, Seigneur. Merci, Seigneur.» Croyez-vous, madame? Croyez-vous que Dieu vous dĂ©barrassera de cette affection rĂ©nale, et vous rĂ©tablira? Croyez-vous–vous cela? Dites: «Je lĂšve la main, j’accepte JĂ©sus comme mon GuĂ©risseur.»

            Seigneur, guĂ©ris-la, je rĂ©primande ce dĂ©mon, au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’il sorte d’elle. Poursuivez votre chemin en vous rĂ©jouissant et soyez heureuse. Disons: «GrĂąces soient rendues Ă  Dieu.»

            Croyez-vous lĂ  derriĂšre? LĂ  au fond, croyez-vous, lĂ  tout au fond.? Ça y est. C’est Lui.

14        Madame, vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre, n’est-ce pas? Vous avez un ami et cet ami-lĂ ... Vous venez d’une grande contrĂ©e au nord. Je vois ici la vision devant moi, et cela, c’est une femme. Et cette femme est une chrĂ©tienne, elle a rĂ©trogradĂ©. Elle a tournĂ© le dos Ă  Dieu, elle est devenue une toxicomane. Est-ce vrai?

            Rentrez chez vous et imposez-lui les mains et invoquez le Nom de JĂ©sus-Christ. S’Il est capable de rĂ©vĂ©ler ceci, Il peut faire cela. AllĂ©luia!  Croyez-vous de tout votre coeur? Est-ce–est-ce en ordre? FrĂšre Bosworth, venez ici une minute. Je me sens trĂšs faible, je ne peux plus prier. Venez m’aider. Inclinons la tĂȘte juste une minute. Remplacez-moi, s’il vous plaĂźt, frĂšre, maintenant. [FrĂšre Bosworth parle.–N.D.E.]

EN HAUT