ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication JĂ©sus-Christ Est Le MĂȘme Hier, Aujourd’hui Et Éternellement de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 54-0829E La durĂ©e est de: 26 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

JĂ©sus-Christ Est Le MĂȘme Hier, Aujourd’hui Et Éternellement

1          ... qui pouvait guĂ©rir les malades. La guĂ©rison ne vient que de Dieu seul. JĂ©sus-Christ n’a pas prĂ©tendu ĂȘtre un GuĂ©risseur. Il a dit... Il a reniĂ© le fait qu’Il Ă©tait GuĂ©risseur. Il a dit: «Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres, le PĂšre qui demeure en Moi, c’est Lui qui fait les oeuvres.» Il a dit: «Je ne peux rien faire de Moi-mĂȘme, Je ne fais que ce que Je vois faire au PĂšre ; c’est ce que le Fils fait pareillement.» Est-ce vrai? Saint Jean 5.19, Il a dit: «Je ne fais que ce que Mon PĂšre Me montre.» Ensuite, quand Philippe est allĂ© trouver NathanaĂ«l et qu’il l’a amenĂ© lĂ , je m’imagine que le PĂšre lui avait montrĂ© lĂ  mĂȘme ce qui allait se passer. Ne croyez-vous pas cela? Et Il a dit Ă  Philippe, Il a dit: «Voici un IsraĂ©lite dans lequel il n’y a point de fraude.»

2          Il a dit: «Quand m’as-Tu connu, Rabbi?»

3          Il a dit: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.»

4          Maintenant, le... Je crois que chaque... Combien ont assistĂ© Ă  la rĂ©union prĂ©cĂ©dente? Faites voir la main. C’est bien. Maintenant, combien n’ont pas assistĂ© Ă  la rĂ©union prĂ©cĂ©dente? Faites voir la main. Combien sont des Ă©trangers? Que Dieu vous bĂ©nisse tous. Il y en a un bon nombre qui n’ont pas assistĂ© Ă  la rĂ©union prĂ©cĂ©dente.

5          Eh bien, j’aimerais vous demander, Ă  vous qui n’avez pas assistĂ© Ă  la rĂ©union prĂ©cĂ©dente, si JĂ©sus de Nazareth se tenait ici Ă  cĂŽtĂ© de cette femme, eh bien, quant Ă  la guĂ©rir, Il lui dirait: «J’ai accompli cela quand Je suis mort pour vous. Il lui faudrait accepter cela. Tous les croyants chrĂ©tiens croient-ils cela? Certainement. Je ne pourrais rien faire pour aider cette femme, rien.

6          Tout d’abord, le moyen initial, le meilleur moyen, c’est croire cela par la Parole de Dieu. Ensuite, il pourrait y avoir quelque chose dans la vie de cette femme, raison pour laquelle elle n’arrive pas Ă  ĂȘtre guĂ©rie.

7          Et, mon ami, quelqu’un m’a dit, il a dit: «FrĂšre Branham, frĂšre Roberts a priĂ© pour cinq cents personnes pendant que vous, vous priez pour une seule.» Eh bien, c’est vrai. Mais frĂšre Roberts fait ce que Dieu lui a ordonnĂ© de faire, et moi, je fais ce que Dieu m’a ordonnĂ©. Voyez? C’est ce qu’il nous faut faire. Voyez? Nous travaillons tous deux pour Dieu.

8          Mais, regardez, imposez... Si un homme a un pĂ©chĂ© non confessĂ© et quelque chose dans son coeur, vous pouvez prier pour lui toute la nuit durant, cela ne fera aucun bien. Ce dĂ©mon se cramponnera juste lĂ  mĂȘme. Ou plutĂŽt, si cet homme Ă©tait censĂ© faire quelque chose qu’il n’a pas fait et que Dieu ait placĂ© cette maladie sur lui pour l’amener à–à la rĂ©conciliation, ou Ă  la correction, vous ne pouvez simplement pas le faire. C’est tout. Et puis, et s’il le faisait, et que Dieu donnait Ă  l’homme l’autoritĂ© d’îter cette maladie de lĂ , et qu’il l’îtait, alors que Dieu a placĂ© cela sur lui dans un but. Ou plutĂŽt, ce n’est pas Dieu qui a placĂ© cela sur lui, Il a permis au diable de le faire. Dieu ne rend pas les gens malades. Des fois, Il permet au diable de le faire, mais Dieu ne peut pas le faire Lui-mĂȘme, car Il est MisĂ©ricorde ; Il ne peut pas ĂȘtre Ă  la fois MisĂ©ricorde et mort. Il est soit la Vie, soit la mort, l’un ou l’autre ; et Il est la Vie. La mort vient par Satan.

9          Eh bien, j’ai confiance en Dieu, que Dieu aidera (et Il aidera ce soir) Ă  comprendre. Et tout le monde sait que les visions, c’est ce qui m’épuise Ă©normĂ©ment, et il s’agit d’une autre dimension dans laquelle nous entrons. Eh bien, les visions ne viennent pas, si c’est quelque chose que vous avez demandĂ© Ă  Dieu ; c’est quelque chose que Dieu donne par Sa grĂące souveraine.

10        Je... Cela n’est jamais venu Ă  moi... Quand j’étais un petit... La premiĂšre chose dont je me souviens, c’était la vision que j’ai eue, et je n’avais pas plus de dix-huit mois. Il m’a dit oĂč je vivrais, dans quelle ville je me retrouverais. Je me trouvais Ă  des centaines et des centaines de kilomĂštres de lĂ . Je n’avais jamais pensĂ© ĂȘtre dans cette ville, mais j’ai vĂ©cu lĂ . Voyez?

11        Et alors que j’étais un petit garçon, Il m’a dit ce qui se passerait dans le futur. Et tout ce qu’Il a donc dit (et j’amĂšnerai cela ici, Ă  cette rĂ©union ; eh bien, j’ai Ă©tĂ© ici plusieurs, plusieurs fois, trois ou quatre fois Ă  New York ; et il y a ici des gens qui viennent de l’autre cĂŽtĂ© du pays), jamais une seule fois vous n’avez vu cela manquer d’ĂȘtre exactement ce qu’Il a dit. Si c’est vrai, vous tous qui me connaissez, levez la main ; si oui, c’est vrai. Voyez? Maintenant, Ă  vous les nouveaux venus, voyez-vous ce que je veux dire?

12        Maintenant, il s’agit de quelque chose pour aider cette femme, quelque chose pour dĂ©couvrir ce qui cloche chez elle, peut-ĂȘtre qui pourrait l’aider. Si je dĂ©couvrais ce qui clochait, qui pourrait l’aider, alors, cela pourrait Ă©lever sa foi pour croire au Seigneur JĂ©sus. Tous comprennent-ils?

13        Maintenant, prions tous ensemble.

14        Maintenant, PĂšre, nous Te prions de nous accorder un dĂ©versement merveilleux de Tes bĂ©nĂ©dictions, afin que cette assistance voie et comprenne ce soir. PĂšre, nous n’aimerions pas que ceci ressemble Ă  une mise en scĂšne (C’est ce qui est dans la tĂȘte de certaines personnes), mais nous voulons, PĂšre, que cela soit pour Ta gloire ; et Tu connais toutes choses. Je Te prie d’accorder cela, alors que nous rĂ©clamons ces bĂ©nĂ©dictions au Nom de Ton Fils, le Seigneur JĂ©sus. Amen.

15        Eh bien, pendant que vous vous teniez lĂ  et que j’offrais la priĂšre pour vous, quelque chose vous est arrivĂ©. Vous le savez, est-ce vrai? C’est parti. Est-ce vrai? Votre maladie du coeur vous a quittĂ©e. Vous pouvez rentrer chez vous. Je crois que quelque chose vous est arrivĂ©. Que Dieu vous bĂ©nisse.

16        La femme se tenait lĂ  au moment oĂč le Saint-Esprit est descendu. Elle s’est rendu compte de ce qui est arrivĂ© en ce moment-lĂ .

17        Voudriez-vous venir, monsieur?

18        Eh bien, je sens venir du fond de la salle que quelqu’un dans l’assistance pense que je lis la pensĂ©e de la femme. Ce n’est pas le cas. Je ne lis pas sa pensĂ©e.

19        Tenez, tout ce que je sais, c’est que celui-ci est un homme. Approchez, monsieur. Posez votre main sur mon Ă©paule, ou... C’est en ordre, juste ici. Croyez-vous que je suis un serviteur du Seigneur? Je ne vous ai jamais vu. A ce que je sache, je ne vous ai jamais regardĂ© en face. Et pour lire la pensĂ©e, il me faudrait vous regarder, vous le savez, mais je regarde ici. Si le Saint-Esprit me rĂ©vĂšle, pendant que je parcours cette assistance du regard, s’Il me dĂ©clare, le Glorieux PĂšre cĂ©leste, par Son Ange, s’Il me dĂ©clare ce qu’est votre maladie, allez-vous accepter JĂ©sus comme votre...? [Le frĂšre dit: «Amen.»–N.D.E.] Allez-vous le faire? Puisse-t-Il m’accorder cela, mon frĂšre.

20        Eh bien, je vois une table ici mĂȘme devant moi. Il y a de la nourriture dessus, et cet homme recule ; il a des troubles gastriques. C’est juste. Vous ĂȘtes guĂ©ri, frĂšre. Que Dieu vous bĂ©nisse. Poursuivez votre chemin et soyez rĂ©tabli au Nom du Seigneur.

21        Vous souffrez aussi du coeur. Pendant que vous vous couchez, cela provoque des palpitations, des nausĂ©es ; et puis, des fois, je vous vois en arriver Ă  un point oĂč il vous faut vous accrocher Ă  quelque chose comme cela ; c’est comme si cela va sortir. Depuis votre enfance, vous ĂȘtes aussi un peu nerveux. Une fois, vous avez Ă©tĂ© effrayĂ©, quand vous Ă©tiez petit, par un chien, et depuis lors, cela vous a rendu nerveux toute votre vie. Et cette maladie du coeur provoque un blocage au niveau de votre coeur qui fait remonter le gaz venant de votre estomac Ă  travers le tube et cela engendre des palpitations. C’est pire lorsque vous vous couchez. Vous ĂȘtes guĂ©ri maintenant. JĂ©sus-Christ vous a guĂ©ri. Poursuivez votre chemin, rĂ©jouissez-vous et dites: «Merci, Seigneur JĂ©sus.»

22        Croyez-vous, ma soeur? De tout votre coeur? Croyez-vous que je suis Son serviteur? Si Dieu me rĂ©vĂšle ce qu’est votre maladie, allez-vous accepter cela de tout votre coeur? Eh bien, cette raideur vous a quittĂ©e, l’arthrite ; vous souffriez de l’arthrite, vous ĂȘtes maintenant guĂ©rie. Vous pouvez poursuivre votre chemin, votre foi vous a guĂ©rie. Que Dieu vous bĂ©nisse.

23        TrĂšs bien. Voudriez-vous venir, madame? Que pensez-vous, soeur? Que Dieu vous bĂ©nisse. Votre affection rĂ©nale vous a quittĂ©e. Poursuivez votre chemin maintenant, en Ă©tant rĂ©tablie. Que Dieu vous bĂ©nisse. Poursuivez votre chemin et soyez guĂ©rie.

24        Venez, madame.

25        Me croyez-vous, soeur? Vous avez une Ă©ruption cutanĂ©e, n’est-ce pas? Votre peau vous tracasse. Oui, vous lĂ , vous avez donc Ă©tĂ© guĂ©rie. Votre foi vous a sauvĂ©e. La dame assise ici, en une robe noire, assise juste devant moi. Vous Ă©tiez assise lĂ  en train de prier dans votre coeur ; vous demandiez du secours, n’est-ce pas? Si c’est juste, levez la main. Maintenant, Dieu a exaucĂ© votre priĂšre. Vous pouvez rentrer chez vous et ĂȘtre bien portante. JĂ©sus-Christ vous a rĂ©tablie.

26        Si je vous dis d’aller prendre votre souper, croirez-vous que votre trouble d’estomac vous a quittĂ©e? Cela vous a quittĂ©e. Allez prendre votre souper ; le Seigneur JĂ©sus vous a rĂ©tabli.

27        Vous disiez Ă  votre amie, lĂ , qui souffrait de la colonne vertĂ©brale, la mĂȘme maladie. N’est-ce pas? Et cela a fait tressaillir votre coeur. Vous ĂȘtes aussi guĂ©rie de la colonne vertĂ©brale. Levez-vous. Bougez votre dos, d’avant en arriĂšre comme cela maintenant. Vous ĂȘtes totalement guĂ©rie, la scoliose est partie, et vous ĂȘtes parfaitement normale. Votre foi, c’est ce qui vous a guĂ©rie.

28        Vous souffrez aussi de la nervositĂ©. Cela a commencĂ© depuis que vous ĂȘtes entrĂ©e dans la mĂ©nopause, c’est le changement de la vie. Cela a rendu votre estomac malade, au point que vous n’arrivez pas Ă  manger ; en effet, la nourriture, et autre, s’aigrit et fermente dans votre estomac, ce qui provoque une affection. N’est-ce pas juste? Rentrez chez vous et prenez donc votre souper. JĂ©sus-Christ vous a rĂ©tablie. Que Dieu vous bĂ©nisse. Allez manger.

29        Ayez foi en Dieu.

30        Croyez-vous, soeur? Entre vous et moi, on dirait qu’il y a un Ă©coulement, comme du sang. Votre maladie se situe dans le sang. C’est le diabĂšte. C’est juste. Vous–vous savez que l’insuline, c’est une chose merveilleuse, mais le Calvaire est de loin meilleur. Acceptez-vous votre transfusion sanguine, maintenant, au Nom de JĂ©sus-Christ?

31        Ô Dieu, je Te prie de lui accorder cela ce soir, au Nom de Ton Fils, le Seigneur JĂ©sus-Christ. Amen.

32        Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Allez en vous rĂ©jouissant maintenant et en remerciant le Seigneur JĂ©sus. Amen. Que le Seigneur soit avec vous, mes amis. Maintenant, vous...

33        Je suis sincĂšre. Je crois au Seigneur JĂ©sus. Je suis un chrĂ©tien. Je crois en Lui de tout mon coeur, de toute mon Ăąme et de toutes mes pensĂ©es. Et j’aimerais que vous croyiez.

34        Croyez-vous, madame, vous qui avez levĂ© la main, lĂ , de tout votre coeur, vous qui ĂȘtes assise juste lĂ ? Si vous croyez, cet asthme vous quittera, et vous serez rĂ©tablie, si vous croyez de tout votre coeur. Croyez-vous? Croyez-vous qu’Il vous rĂ©tablira? Amen. Vous pouvez recevoir alors votre guĂ©rison. Que le Seigneur vous bĂ©nisse.

35        La petite dame assise juste derriĂšre vous avec sa–avec sa main levĂ©e comme ceci. Elle souffre de phlĂ©bite. Elle croit que... C’est juste, madame ; c’est ce dont vous souffrez. Oui, oui. Je crois cela sans le moindre doute. J’ai entendu le mĂ©decin vous le dire. C’est juste. Croyez-vous que vous ĂȘtes maintenant guĂ©rie? Acceptez-vous cela de tout votre coeur? La dame souffrant de phlĂ©bite, acceptez-vous votre guĂ©rison maintenant? Levez-vous et acceptez JĂ©sus-Christ, et cela vous quittera. Les mĂ©decins ont Ă©chouĂ©.

36        La dame portant des lunettes et qui les a ĂŽtĂ©es, en train d’agiter la main vers moi. Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Croyez-vous que vous serez aussi guĂ©rie? Vous souffrez du foie. C’est ça. Croyez-vous que Christ vous guĂ©rit maintenant? Levez-vous et acceptez JĂ©sus comme votre GuĂ©risseur. Cette maladie de foie ainsi que celle de la vĂ©sicule biliaire vous quitteront. Que Dieu vous bĂ©nisse. Poursuivez votre chemin, rĂ©jouissez-vous et soyez heureuse. Amen. Partout dans la–dans l’assistance, cette grande LumiĂšre semble s’établir au-dessus de cette assistance.

37        Je vois une dame assise devant moi, ici. Elle est en train de reculer continuellement. Il y a l’une ou l’autre chose. Oh ! Il s’agit d’un homme assis prĂšs d’elle. On dirait qu’une LumiĂšre est suspendue au-dessus de... Oh ! Il a, euh... Il a probablement Ă©tĂ© dans la ligne de priĂšre. Il y a Ă©tĂ©. Mais la dame assise lĂ  souffre d’un rhume des foins. Cela la dĂ©range depuis plusieurs annĂ©es. Je la vois alors qu’elle Ă©tait une jeune femme, retenant son nez comme une jeune femme, portant une longue chevelure, et elle retenait son nez. C’est juste, madame, vous assise lĂ , vous en souffrez depuis au moins vingt ans, n’est-ce pas? Vous allez rentrer chez vous ce soir. Croyez-vous que vous allez en guĂ©rir Ă  votre arrivĂ©e? Acceptez-vous votre guĂ©rison?

38        JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, vous rĂ©tablit.

39        Ayez foi en Dieu. «Crois seulement, crois seulement, tout est possible.»

40        Je vois la LumiĂšre de Dieu suspendue au-dessus d’une femme assise juste ici. Juste ici, Ă  cĂŽtĂ© de la femme qui est assise juste lĂ . Elle souffre du diabĂšte. Croyez-vous que le Seigneur va vous guĂ©rir ce soir, madame? Elle est assise, en train de regarder droit vers moi, portant une robe verte ; la dame qui est assise juste lĂ . Oui, vous, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur que JĂ©sus-Christ va vous guĂ©rir ce soir? Levez-vous alors, et acceptez maintenant votre guĂ©rison. Madame, vous ĂȘtes une femme humble ; je n’ai pas beaucoup Ă  dire, mais l’Esprit du Seigneur JĂ©sus-Christ vous a visitĂ©e ce soir, et votre foi a tirĂ© une vertu de son Etre divin, et vous ĂȘtes guĂ©rie au Nom du Seigneur JĂ©sus. Que Dieu vous bĂ©nisse. Rentrez chez vous, heureuse, vous rĂ©jouissant, croyant de tout votre coeur.

41        Maintenant, soyez respectueux, partout.

42        Oh ! Amis chrĂ©tiens, que pourrait faire Dieu pour cette assistance en ce moment qui a la foi? Soyez respectueux. Maintenant, s’il vous plaĂźt, soyez respectueux ; maintenant, ne prenez pas de photos en ce moment ; je n’arrive pas Ă  voir trĂšs loin au fond, toute la salle.

43        Je ne suis pas un menteur, ni un hypocrite, je suis votre frĂšre et je vous dis la vĂ©ritĂ©. Le Saint-Esprit est en train de se mouvoir au-dessus de cette salle et Il est en train de s’établir partout. Une muraille de foi commence Ă  se dresser.

44        La petite dame assise lĂ , en train de me regarder, croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira de cette hernie dont vous souffrez? Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira, qu’Il vous rĂ©tablira? TrĂšs bien, levez-vous. Votre foi vous a donc guĂ©rie.

45        Juste derriĂšre elle, souffrant du coeur, lĂ , croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Vous qui ĂȘtes assis juste lĂ  derriĂšre. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira, monsieur? Levez-vous. Votre foi vous a guĂ©ri. Soyez heureux.

46        Oh ! Que Dieu soit misĂ©ricordieux !

47        Qu’en sera-t-il lorsque notre MaĂźtre reviendra? Que trouvera-t-Il?

48        Est-ce la patiente? Excusez-moi, madame. Approchez ici. Croyez-vous de tout vote coeur? Croyez-vous que vous ĂȘtes dans Sa PrĂ©sence maintenant? Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Je ne vous ai jamais vue de ma vie. Nous sommes de parfaits inconnus. Vous souffrez d’un–d’un disfonctionnement dans le corps. Cela a Ă©tĂ© provoquĂ© par une blessure. Vous souffrez d’une maladie de peau. Vous ĂȘtes trĂšs nerveuse. Votre nom, c’est Helen S-p-e-c-i-a-n, Specian. Vous habitez au numĂ©ro 17, rue Market, Bloomfield. Est-ce juste? Rentrez chez vous. Vous ĂȘtes rĂ©tablie, soeur. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit.

49        Ayez foi en Dieu.

50        Maintenant, soyez respectueux, tout le monde. Vous ne savez pas comment cela fait de la peine... Je vous aime tous et je ne suis ici que pour essayer de reprĂ©senter le Seigneur JĂ©sus alors qu’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts, s’Il se tenait ici. Le tout, c’est de se soumettre simplement au Saint-Esprit. Soyez respectueux. Il est ici pour vous bĂ©nir, pour vous guĂ©rir. Ces choses ne sont accomplies que pour la gloire de Dieu, pour vous guĂ©rir, afin que vous croyiez en Son Fils, le Seigneur JĂ©sus-Christ.

51        Souvenez-vous, il ne s’agit pas de moi. Je le dis, avec ma main sur ma Bible, sur mon coeur: «Il ne s’agit pas de moi.» Que toute la gloire revienne au Seigneur JĂ©sus-Christ seul. Il est l’Unique. Il est ressuscitĂ© d’entre les morts. Il est ici ce soir.

52        Maintenant, excusez... En fait, parfois, en les passant sur mon visage, mes mains sont si engourdies que je ne sais dire quand je touche quelque chose. Si seulement vous Ă©prouviez cela une fois, vous sauriez de quoi je parle.

53        Bonsoir ! Je pense que nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Nous ne nous connaissons pas, mais il y a ici devant nous Quelqu’Un qui nous connaĂźt tous deux. Vous le savez. Madame, ça devient sombre autour de vous, et je vous vois dans un–un asile. Vous avez Ă©tĂ©... Vous venez d’un–d’un–d’un asile. Vous avez Ă©tĂ© dans un... Il s’agit d’un asile pour aliĂ©nĂ©s Ă  cause d’une maladie de nerfs qui vous a dĂ©rangĂ©e. Vous avez fait de votre mieux, le diable vous a combattue. Vous avez essayĂ© de vous suicider Ă  plusieurs reprises. Et vous avez essayĂ©... et vous vous ĂȘtes dit, vous avez pris la dĂ©cision qu’au cas oĂč vous n’arriviez pas Ă  cette estrade, ou qu’on ne priait pas pour vous au cours de cette rĂ©union, vous alliez vous suicider. Vous avez dit cela dans votre coeur, mais Dieu, dans Sa grĂące, vous a amenĂ©e ici. C’est le temps pour votre guĂ©rison. Vous avez un mari, et son nom, on–on l’appelle Al. Son nom, c’est Al Smith. Retournez auprĂšs de votre mari Ă©tant une femme bien portante. Approchez juste une minute.

54        Toi, dĂ©mon, qui as liĂ© cette pauvre femme, sors d’elle au Nom de JĂ©sus-Christ et quitte-la. Elle veut vivre pour la gloire de Dieu ; quitte cette femme.

55        Amen. Poursuivez votre chemin en vous rĂ©jouissant, soyez maintenant en bonne santĂ©.

56        Ayez foi en Dieu. Croyez de tout votre coeur.

57        Bonsoir, monsieur. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Mon frĂšre, vous rĂ©alisez que vous vous tenez dans Sa PrĂ©sence. Il ne s’agit pas de votre frĂšre, il s’agit de votre Sauveur et vous ĂȘtes conscient maintenant que vous Ă©prouvez une sensation comme jamais auparavant. Si c’est vrai, levez la main. Personne ne peut se tenir dans Sa PrĂ©sence ici et ignorer que c’est la vĂ©ritĂ©, en ce moment, frĂšre, alors que tout, autour de vous, devient LumiĂšre. Vous souffrez du nez, et vous vous souciez de quelqu’un. Il s’agit d’une soeur, et elle est dans un asile pour aliĂ©nĂ©s, et vous vous tenez ici pour sa dĂ©livrance.

58        Dieu Tout-Puissant, alors qu’il y a l’onction du Saint-Esprit, je lui impose les mains en sa faveur et en faveur de sa bien-aimĂ©e.

59        Je rĂ©primande le dĂ©mon qui a liĂ© cette jeune fille. Sors, au Nom de JĂ©sus-Christ.

60        Que Dieu vous bĂ©nisse, mon ami ; partez, et soyez guĂ©ri.

61        Ayez foi en Dieu, croyez de tout votre coeur.

62        Est-ce la patiente? C’est tout brumeux autour de vous.

63        Bonsoir, madame. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Croyez-vous de tout votre coeur que le Dieu Tout-Puissant a ressuscitĂ© Son Fils, le Seigneur JĂ©sus-Christ, et que ces choses que vous voyez s’accomplir... c’est le mĂȘme Seigneur JĂ©sus? Croyez-vous qu’Il est la mĂȘme Personne ici, juste devant vous et moi maintenant, qui a parlĂ© Ă  la femme au puits? Il connaissait toute sa vie. Il n’y a rien qui pĂ»t lui ĂȘtre cachĂ©. Et s’Il m’oignait de Sa PrĂ©sence et de Son Esprit, votre vie serait pour moi comme un livre, pendant qu’Il me la rĂ©vĂ©lerait, mais je ne peux pas le faire, Ă  moins que le PĂšre me le montre premiĂšrement. Croyez-vous cela?

64        Vous n’ĂȘtes pas de cette contrĂ©e. Vous ĂȘtes d’une contrĂ©e oĂč il y a des palmiers. Votre nom est Betty Broadwell. Vous habitez au numĂ©ro 2214 de la rue Beverly, Ă  Los Angeles, en Californie. Vous avez un grand besoin. C’est la maladie du foie, et c’est un cancer du foie. Et vous avez une amie dont vous–dont vous vous prĂ©occupez. Croyez-vous qu’elle sera guĂ©rie? Elle souffre du coeur. Myrtle. Et elle souffre–elle souffre des intestins. Et elle s’appelle Myrtle. Et vous allez chez elle, pour que vous soyez guĂ©rie, et pour qu’elle soit aussi guĂ©rie.

65        Au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, je rĂ©primande le dĂ©mon, afin que cette femme soit dĂ©livrĂ©e, par JĂ©sus-Christ. Amen.

66        Bonsoir. Croyez-vous de tout votre coeur que vous vous tenez dans Sa PrĂ©sence? Non pas votre frĂšre, mais Sa PrĂ©sence, soeur? Une parfaite... alors que vous vous tenez... Vous ĂȘtes une Espagnole, n’est-ce pas? Et moi, un Irlandais. C’est comme JĂ©sus avec la femme. Approchez ici. Regardez par ici un instant, madame, au Nom du Seigneur JĂ©sus. Vous souffrez de nervositĂ©, et vous avez mal aux yeux ; et vous aussi, vous vous inquiĂ©tez au sujet d’un fils qui souffre du diabĂšte. Croyez-vous que le Seigneur va vous guĂ©rir tous?

67        Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie, bĂ©nis cette femme, que je bĂ©nis en Ton Nom, et puisse-t-elle s’en aller, Ă©tant une femme normale, au Nom de JĂ©sus. Amen.

68        Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Partez en vous rĂ©jouissant, Ă©tant heureuse maintenant, et soyez guĂ©rie.

69        Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, est ici? Vous ĂȘtes prĂȘte pour une intervention chirurgicale, n’est-ce pas? Il s’agit d’une affection intestinale, n’est-ce pas? Et vous ĂȘtes de Brooklyn. Retournez chez vous. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit.

70        Amenez l’enfant.

71        Venez. Croyez-vous que je suis Son serviteur? En fait, vous parlez norvĂ©gien. Vous souffrez de l’estomac ; et je vois quelque chose marquer une, deux, trois, quatre, cinq, six, interventions chirurgicales subites. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit maintenant. Que toute la gloire revienne au Nom du Seigneur JĂ©sus. Soyez guĂ©ri.

72        Levez-vous, vous tous, au Nom de JĂ©sus-Christ, et soyez guĂ©ris.

73        Ô Dieu Tout-Puissant, je rĂ©primande chaque dĂ©mon.

74        Sors des gens, Satan, au Nom de JĂ©sus ; quitte l’estrade.

EN HAUT