ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication Ecoutez-Le de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 57-0317 La durĂ©e est de: 21 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Ecoutez-Le

1          Que s’est-il passĂ©? Je me le demande simplement. Il y a longtemps, c’était mal pour une femme de porter un habillement d’homme. Le... je... La Bible dit: «C’est une abomination devant Dieu.»

2          Vous les mĂ©thodistes, j’aimerais diriger mes tirs contre vous: Quand John Smith prĂȘchait son dernier sermon, un court sermon de quatre heures, il Ă©tait tellement vieux qu’on devait l’emmener Ă  la chaire, et il disait: «Oh! je ne sais pas ce qui va se passer, mĂȘme les filles de l’Eglise mĂ©thodiste portent des anneaux Ă  leurs doigts.» Qu’en est-il maintenant de celles avec un maillot de bain, Ă©tendues sur la plage devant un groupe d’hommes? Ça, c’est vous les mĂ©thodistes.

3          TrĂšs bien, vous les baptistes: une petite priĂšre une fois de temps en temps; et John Smith, le fondateur de l’Eglise baptiste, a priĂ© au point que ses yeux Ă©taient si gonflĂ©s qu’ils se sont fermĂ©s, et sa femme devait le conduire Ă  table le matin pour lui servir son petit-dĂ©jeuner. Honte Ă  vous les baptistes!

4          Et vous les mĂ©thodistes qui ne croyez pas Ă  la guĂ©rison divine: Quand John Smith... (Je me suis tenu Ă  cĂŽtĂ© de son tombeau il n’y a pas longtemps.) Un jour, il allait Ă  cheval, et celui-ci est tombĂ© et s’est cassĂ© la patte. Et il est descendu de son cheval, il a sorti de sa poche une bouteille d’huile, il a oint le cheval et il l’a chevauchĂ©! PrĂȘchez cela dans l’Eglise mĂ©thodiste, et ils vont vous jeter Ă  la porte. Oh! Vous avez bien couru, qu’est-ce qui vous a fait obstacle?

5          J’étais, il n’y a pas longtemps, chez un grand presbytĂ©rien qui se tenait Ă  mes cĂŽtĂ©s, dans un certain culte en Californie. Il a dit: «Qu’en pensez-vous?» Il ne me connaissait pas.

6          J’ai dit: «C’est en ordre.»

7          Il a dit: «Vous savez, une fois, l’Eglise presbytĂ©rienne Ă©tait l’église prĂ©dominante sur la CĂŽte Ouest.» Il a dit: «Mais alors, quand la Science ChrĂ©tienne est venue, elle l’a simplement mise en piĂšces. Et maintenant, voici venir cet homme qui met la Science ChrĂ©tienne en piĂšces.»

8          Et j’ai alors dit: «Si vous aviez donnĂ© le Pain de Vie aux enfants, ils n’auraient pas couru derriĂšre de telles histoires. Mais les enfants affamĂ©s mangeront dans une poubelle.» Le monde est affamĂ© aujourd’hui de la Parole du Dieu vivant. Oh! Vous les gens, ce qu’il vous faut, vous les pasteurs, c’est nourrir vos brebis (C’est vrai.) de la Parole du Dieu vivant.

9          Alors, il a continuĂ© Ă  dire: «Oh! combien Tes enfants font cela!» Quel sentiment Il Ă©prouvait! Imaginez-vous que vous ĂȘtes un prĂ©cepteur et que vous devez aller Ă  la... mĂȘme... votre CrĂ©ateur, et Lui faire des rapports sur Son propre enfant, la discipline.

10        Mais, maintenant, qu’en serait-il si l’enfant Ă©tait un bon enfant? Qu’en serait-il si l’enfant s’occupait des affaires du PĂšre? Alors, combien ce Tuteur Ă©tait bienveillant! Il viendrait et dirait: «Oh! Bienveillant Seigneur, Ton enfant est un... vraiment, un enfant de son PĂšre. Il est exactement comme Toi. Il s’occupe de Tes affaires. Oh! Tu ne trouveras point pour Ton Royaume ici un meilleur homme d’affaires que cet enfant.»

11        Combien le PĂšre doit se gonfler: «Oh! c’est Mon garçon. Oh! oui, c’est Mon fils.»

12        Combien le Saint-Esprit, se tenant dans la PrĂ©sence de Dieu, dirait: «Cet homme, c’est vraiment un fils. Il s’occupe de Tes affaires.» Comment disons-nous que nous nous occupons de Ses affaires? Voici Son programme: PrĂȘcher la Parole. «Quand J’aurai Ă©tĂ© Ă©levĂ©, J’attirerai tous les hommes Ă  Moi.» Combien il doit se sentir grand et heureux!

13        Alors, savez-vous ce qui s’est passĂ©? Si ce fils ne se conduit jamais bien, il n’était pas plus qu’un paria. C’est vrai. Maintenant, vous savez, je suis toujours un tout petit peu calviniste, mais je–je crois que si vous ĂȘtes nĂ© un fils de Dieu, vous pouvez ĂȘtre un enfant dĂ©sobĂ©issant, et vous perdrez toute votre rĂ©compense, et vous ne serez jamais plus qu’un baptiste ordinaire, un pentecĂŽtiste, un nazarĂ©en, ou quoi que vous soyez. Mais si vous ĂȘtes Ă  point, si vous ĂȘtes un enfant obĂ©issant et un vĂ©ritable enfant...

14        Maintenant, les luthĂ©riens, quand vous avez dĂ©couvert au dĂ©but que le juste vivra par la foi, vous en avez fait une doctrine. C’est vrai.

15        Et vous les mĂ©thodistes, aussitĂŽt que John Wesley est venu, la Colonne de Feu, alors qu’Elle avançait, ils ont construit quelque chose avec Cela. Et quand John Wesley est venu, vous avez dĂ©couvert la nouvelle naissance, ou ce qu’on appelle la sanctification, la seconde oeuvre prĂ©cise de la grĂące. C’était trĂšs bien, de mĂȘme que la justification Ă©tait bien. Mais, aussitĂŽt que vous avez dĂ©couvert la sanctification, vous avez tirĂ© une petite ligne, ou plutĂŽt vos conducteurs l’ont fait, aprĂšs la mort de Wesley, d’Asbury, et ainsi de suite, et puis, vous en avez fait une doctrine, et vous avez tracĂ© une limite. Dieu a directement fait dĂ©placer la Colonne de Feu.

16        Les pentecĂŽtistes ont retrouvĂ© Cela, la restauration des dons. Ils se sont mis Ă  parler en langues. Vous en avez fait une doctrine, et vous avez mis un point. Maintenant, le Saint-Esprit continue d’avancer et vous quitte. C’est vrai.

17        Ô frĂšre, quand vous vous isolez du reste des croyants, Dieu va s’éloigner. Vous devez vous aimer les uns les autres. «A ceci tous connaĂźtront que vous ĂȘtes Mes disciples, quand vous avez de l’amour les uns pour les autres.» Quand les mĂ©thodistes, les baptistes, les luthĂ©riens et les pentecĂŽtistes peuvent se tenir la main dans la main et avancer, vous verrez l’une des effusions du Saint-Esprit la plus puissante que vous ayez jamais vue.

18        Le diable ne s’en fait pas tant que vous vous tirez les uns sur les autres. «Oh! Allez de l’avant, battez-vous simplement, entre-tuez-vous.» Mais unissons-nous en un grand front. Observez ce qui se passe alors. Observez ce qui arrive.

19        Maintenant, si ce garçon Ă©tait un garçon correct, qu’il Ă©tait obĂ©issant et qu’il Ă©tait assidu, et qu’il–il aimait faire les choses que le pĂšre lui avait laissĂ© Ă  faire, alors le tuteur venait et disait: «Oh! C’est un garçon merveilleux.» Puis, un certain jour, quand le garçon avait de l’ñge (ce que l’église aurait dĂ» avoir il y a longtemps), ce garçon Ă©tait amenĂ© en un lieu public, et on le revĂȘtait d’une robe, une belle robe. Tous les voisins Ă©taient invitĂ©s.

20        Maintenant, Ă©coutez attentivement, pour terminer. Et tout le monde Ă©tait rassemblĂ© lĂ ; devant la porte, c’est lĂ  que ça se passait d’habitude. Il allait devant la porte de la ville, et lĂ , il plaçait son fils sur un lieu Ă©levĂ©, et il lui faisait revĂȘtir une robe.

21        Et vous les prĂ©dicateurs ici, je parle du placement d’un fils, vous savez, dans la Bible. Maintenant, dans Galates, ou plutĂŽt EphĂ©siens 1.5: «Car Dieu nous a prĂ©destinĂ©s Ă  l’adoption, ou au placement des fils, par JĂ©sus-Christ.» Eh bien, il Ă©tait un fils pour commencer, mais maintenant, il est donc si obĂ©issant. Laissez-le ĂȘtre dans n’importe quelle dĂ©nomination, cela n’a rien Ă  faire avec la chose. Il s’agit de l’obĂ©issance Ă  la Parole, de l’obĂ©issance Ă  Dieu.

22        Et alors, il Ă©tait placĂ© sur ce siĂšge Ă©levĂ©, et il y avait une grande fĂȘte et le pĂšre adoptait son propre fils qui avait Ă©tĂ© dans sa famille toutes ces annĂ©es, il l’adoptait dans sa famille. En d’autres termes, il le plaçait; il lui donnait sa position dans la famille. Et alors, aprĂšs cela, le nom du garçon Ă©tait tout aussi valable sur le chĂšque que celui du pĂšre, car il Ă©tait placĂ© dans sa position.

23        Maintenant, mes frĂšres pentecĂŽtistes, baptistes, mĂ©thodistes et presbytĂ©riens, quoi que vous soyez, voyez-vous ce que nous manquons aujourd’hui? Voyez-vous? Nous nous chamaillons tellement au sujet de notre dĂ©nomination, au sujet de notre prestige, et au sujet de nos sociĂ©tĂ©s; Dieu ne peut rien faire avec nous. Nous sommes des enfants, mais (Oh!) puisse le jour se hĂąter oĂč nous pouvons nous asseoir devant le public, revĂȘtu de la robe de la puissance de Sa justice, oĂč nos paroles, nos priĂšres guĂ©riront les malades; et notre prĂ©dication sauvera les perdus; et de grands signes et prodiges de la Bible seront restaurĂ©s de nouveau dans l’église. Quand nous briserons nos petites diffĂ©rences insignifiantes d’enfants, c’est alors que Dieu fera cela.

24        Remarquez, il Ă©tait placĂ© dans Sa position et alors, il devenait un fils Ă  part entiĂšre. Alors, son nom Ă©tait tout aussi valable. Alors...

25        Il en sera de mĂȘme de l’Eglise, si nous pouvons nous Ă©loigner de nos petites diffĂ©rences et venir Ă  Christ et oublier le monde extĂ©rieur, ou oublier nos dĂ©nominations et ainsi de suite, et ĂȘtre des enfants obĂ©issants, et nous occuper des affaires du PĂšre pour sauver les Ăąmes, et faire les oeuvres de Dieu. AprĂšs un moment, Dieu nous mettra de cĂŽtĂ© et nous oindra du Saint-Esprit, et alors, nous serons placĂ©s dans notre position dans Son Royaume. Certains ont le don de la sagesse, d’autres ont le don de la connaissance; d’autres, le don des langues, d’autres prĂȘchent l’Evangile, d’autres sont des prophĂštes, et d’autres dons.

26        Mais maintenant, Dieu est en train de donner des dons Ă  l’Eglise. Je pourrais tout aussi bien dire cela, cela est dans mon coeur. Voyez, je ne voudrais pas vous blesser, frĂšre. Je ne voudrais pas vous blesser, soeur. Mais l’Eglise pentecĂŽtiste et vous les gens du Plein Evangile, qui avez ces dons, vous ne savez pas les contrĂŽler. Ce sont des dons; ils sont trĂšs bien, mais vous vous dĂ©chainez avec cela. Mettez-les Ă  leur place.

27        Ecoutez, le premier don, c’est la sagesse. Quel bien cela vous fera-t-il d’avoir la connaissance si vous ne savez pas–n’avez pas la sagesse pour savoir comment contrĂŽler votre connaissance? Quel bien cela vous fera-t-il de parler en langues si vous n’avez pas la sagesse pour connaĂźtre quand et comment placer cela correctement? Voyez-vous ce que je veux dire? Quel bien cela fait-il de prĂȘcher la guĂ©rison divine alors que cela est mis en piĂšces? Vous ne savez pas ce que...

28        J’ai dit: «J’ai rencontrĂ© deux catĂ©gories de gens dans ma vie, et ce sont les fondamentalistes et les pentecĂŽtistes.» Les fondamentalistes savent du cĂŽtĂ© position ce qu’ils sont, mais ils n’ont pas de foi. La Parole n’a pas encore pris de racine, Elle n’est point venue Ă  la Vie. Mais du cĂŽtĂ© position, ils savent oĂč ils se tiennent. Les pentecĂŽtistes ont la foi, mais ils ne savent pas qui ils sont. C’est juste comme un homme qui a de l’argent en banque mais qui ne sait pas comment Ă©tablir un chĂšque, et un autre peut Ă©tablir un chĂšque, mais il n’a pas d’argent en banque. Si seulement vous pouvez mettre ces deux-lĂ  ensemble!

29        Ô Dieu, donne-nous soit une Ă©glise fondamentaliste spirituelle soit une Ă©glise pentecĂŽtiste fondamentale.

30        Vous avez beaucoup de foi, mais vous ne savez simplement pas comment la placer; cela devient insensĂ©. De cette façon, cela apporte plus d’opprobre que ça ne fait du bien. Placez cela dans la Bible. Ceci est le Plan, non pas ce que les gens veulent, mais ce que Dieu veut. Alignez-vous avec Son programme. C’est ça la diffĂ©rence; c’est pourquoi nous ne suivons pas le chemin que nous devrions suivre, mes amis.

31        Maintenant, pendant qu’ils se tenaient lĂ , remarquez, quand ils Ă©taient dans la PrĂ©sence de Dieu... Eh bien, dans l’Ancien Testament, Dieu n’avait jamais demandĂ© Ă  un homme de faire quoi que ce soit Ă  moins qu’Il soit capable de le faire Lui-mĂȘme. Quand un homme Ă©tait condamnĂ© Ă  mort, Ă  mourir, l’unique moyen pour Dieu de le racheter, c’était de descendre dans la chair et de prendre sa place.

32        C’est la raison pour laquelle j’ai prĂȘchĂ© comme je l’ai fait hier soir: Christ est plus qu’un homme; Il est Dieu; Il a dĂ» descendre, ĂȘtre revĂȘtu de la chair en vue d’ĂȘtre tentĂ© par le pĂ©chĂ©; Il ne pouvait pas envoyer une autre personne; Il n’aurait pas Ă©tĂ© juste en faisant ainsi; Il devait venir Lui-mĂȘme. Et Il a couvert une vierge de Son ombre, Il a crĂ©Ă© une cellule de Sang qui a produit le Fils, et Dieu a demeurĂ© dans le Fils, Il a tabernaclĂ© ici sur terre. Il Ă©tait Emmanuel, non pas un prophĂšte, mais «Dieu avec nous!» Dieu Ă©tait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. L’unique façon pour Lui de goĂ»ter au pĂ©chĂ© et Ă  la mort, c’était de devenir un mortel comme l’homme.

33        Le parent rĂ©dempteur de Ruth, ce que j’ai tellement prĂȘchĂ© Ă  travers la nation, comme vous lisez probablement les sermons; oh! il devait ĂȘtre un parent pour ĂȘtre un rĂ©dempteur. Et l’unique moyen pour Dieu de jamais ĂȘtre un RĂ©dempteur, Il devait devenir un Parent pour nous. Et Il s’est fait chair et a habitĂ© parmi nous. Il est notre Parent. Il Ă©tait un Homme de chair comme moi, comme vous, mais Dieu habitait en Lui pour souffrir, sentir, goĂ»ter, utiliser les cinq sens comme nous. Il est devenu un RĂ©dempteur.

34        Et alors, quand Il se tenait lĂ  sur la montagne de Transfiguration, Dieu Ă©tait en train de montrer au monde ce qu’Il avait demandĂ© autrefois Ă  l’homme de faire sous l’adoption ou le placement des fils.

35        Pierre Ă©tait tout excitĂ©. GĂ©nĂ©ralement, les hommes le sont quand ils entrent dans la PrĂ©sence du surnaturel. GĂ©nĂ©ralement, ils n’arrivent pas Ă  se contrĂŽler parce que ce sont des crĂ©atures de la terre, et pourtant, ce sont des crĂ©atures du Ciel aussi. Mais juste cet avant-goĂ»t, cela les dĂ©chaine.

36        C’est ce qui est arrivĂ© Ă  l’Eglise pentecĂŽtiste. Voyez? Cet avant-goĂ»t, vous ne savez pas vous contrĂŽler. Vous perdez toute la raison. Vous ne savez pas comment placer ces dons de langues, ces interprĂ©tations. Pendant que le prĂ©dicateur parle, parfois, on se lĂšve et on parle, juste pendant que le prĂ©dicateur parle. C’est contraire Ă  la Bible. Et vous dites: «Oh! Dieu a donnĂ© un message pour ceci. C’est aussi frais que la Bible.» Non, ça ne l’est pas! Ce...

37        Vos paroles failliront, et toute autre chose faillira, mais la Bible dit: «S’il y en a un parmi vous qui est spirituel ou un prophĂšte, qu’il sache que ce que j’ai Ă©crit, c’est le commandement de Dieu.» Et: «Si un ange du ciel prĂȘchait un autre Evangile que celui qui a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©, qu’il soit anathĂšme.» Vous voyez ce que je veux dire?

38        Ainsi, si vous essayez de serrer les mains aux gens pour les faire entrer dans le Royaume de Dieu, vous avez tort. Ils doivent naĂźtre dans le Royaume de Dieu par le Saint-Esprit. Ils ne sont pas baptisĂ©s en avant, en arriĂšre, ils n’ont pas Ă©tĂ© aspergĂ©s, on n’a pas dĂ©versĂ© de l’eau sur eux en un nom ou un autre. Ils naissent de l’Esprit de Dieu pour entrer dans le Royaume de Dieu.

39        Pierre Ă©tait excitĂ©. Il a dit: «Seigneur, construisons trois tentes. Nous en construirons une pour MoĂŻse et tous ceux qui aiment garder la loi. MoĂŻse reprĂ©sentait la loi. Tous ceux qui veulent garder la loi, les commandements, qui ne mangent pas la viande et ainsi de suite, qu’ils fassent cela. Et nous en construirons une pour Elie. Et nous en construirons une pour Toi.»

40        Eh bien, MoĂŻse reprĂ©sentait la loi, toutes les lois. Et personne ne peut ĂȘtre sauvĂ© par la loi. La loi n’était pas un sauveur, la loi Ă©tait un maĂźtre. La loi Ă©tait la punition. La loi amplifiait le pĂ©chĂ©. En d’autres termes, la loi Ă©tait la prison, l’Esprit vous mettait en prison, mais il ne pouvait pas racheter; il n’avait rien en lui pour racheter. JĂ©sus Ă©tait un RĂ©dempteur. Maintenant, MoĂŻse reprĂ©sentait la loi. Avec la loi, aucune chair n’est sauvĂ©e. C’est la raison pour laquelle Il a amenĂ© les trois tĂ©moins du Ciel.

41        Maintenant, Elie reprĂ©sentait la justice de Dieu. Et mon frĂšre, voudriez-vous oser dire que vous exigez la justice de Dieu? Alors que vous ĂȘtes nĂ© dans le pĂ©chĂ©, formĂ© dans l’iniquitĂ©, vous ĂȘtes venu au monde en profĂ©rant des mensonges, et vous voulez la justice? Dieu a dit: «Le jour oĂč tu en mangeras, ce jour-lĂ , tu mourras.» C’était rĂ©glĂ©. Vous avez la justice, et vous ĂȘtes perdu.

42        Et la loi? La loi amĂšne simplement cela devant vous et dit: «Tenez, vous ĂȘtes sous arrestation; vous avez pĂ©chĂ©; vous avez transgressĂ©; et la prison est ouverte pour vous, l’enfer lui-mĂȘme: entrez-y.» C’est ce que la loi disait.

43        La justice n’exige mĂȘme pas une loi. La Parole avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© prononcĂ©e. C’est tout. Dieu doit tenir Sa Parole.

44        ConsidĂ©rez Elie, le... de Dieu. Il Ă©tait la ligne de justice de Dieu. Il Ă©tait assis sur la colline, et il a dit: «Si je suis un homme de Dieu», quand ce chef de cinquante Ă©tait venu, il a dit: «Que le feu tombe du ciel.» [FrĂšre Branham claque les doigts.–N.D.E.] Alors, cinquante sont morts.

45        «Eh bien, a dit le roi, peut-ĂȘtre que l’éclair les a frappĂ©s. Oh! Je ne crois pas aux jours des miracles, ainsi c’était peut-ĂȘtre l’éclair ou quelque chose comme cela qui les a frappĂ©s; c’était donc un accident. J’enverrai un autre groupe de cinquante.»

46        Ce vieux prophĂšte sĂ©vĂšre s’est juste tenu lĂ  et a dit: «Si je suis un homme de Dieu, que le feu tombe du ciel.» Et le feu est tombĂ© et a consumĂ© un autre groupe de cinquante. Ce n’était donc pas un accident. Pourquoi? Il Ă©tait dans la ligne de la justice de Dieu.

47        Que quelqu’un parmi vous ose essayer de se tenir devant la justice de Dieu. Que quelqu’un parmi vous ose essayer d’aller au ciel par la loi. Regardez lĂ  oĂč nous nous tenons.

48        Pierre a dit: «Construisons trois tentes.» Regardez l’obscuritĂ©. Nous sommes condamnĂ©s depuis le commencement. La justice de Dieu exige une rĂ©compense. La rĂ©compense exige un salaire; la rĂ©compense, c’est la mort. La loi amplifie cela et nous met sous arrestation et nous met en prison. Quel tableau sombre pour la race humaine!

49        Mais, ĂŽ mon pauvre cher ami dĂ©crĂ©pit, tournez votre tĂȘte de ce cĂŽtĂ©-ci. JĂ©sus se tenait lĂ . JĂ©sus magnifiĂ©, comme le fils lĂ  dans l’Ancien Testament. Il Ă©tait glorifiĂ© potentiellement. Oh! Ses vĂȘtements brillaient comme le soleil, et une Voix se fit entendre du Ciel: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ©; Ă©coutez-Le.»

50        Ainsi, toutes nos dĂ©nominations, tous nos bouleversements, toutes nos diffĂ©rences ne veulent rien dire. JĂ©sus reprĂ©sentait l’amour de Dieu. «Dieu a tant aimĂ© le monde qu’Il a donnĂ© Son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne pĂ©risse point, mais qu’il ait la Vie Eternelle.»

51        Ainsi, cela ne rĂ©side pas dans la justice. Cela ne rĂ©side pas dans la loi ou dans ce que vous avez fait. C’est dans la misĂ©ricorde et l’amour de Dieu, de sorte que Christ est venu sur la terre et a pris notre place.

52        Dieu Lui-mĂȘme a dit: «Maintenant, Ă©coutez, je vais dĂ©clarer ceci au ciel: personne ne peut ĂȘtre sauvĂ© par la loi, c’est fait. Je le dĂ©clarerai sur la terre, que personne ne peut ĂȘtre sauvĂ© par la loi, personne ne peut ĂȘtre sauvĂ© par la justice. Mais: ‘Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ©.’ Personne ne peut ĂȘtre sauvĂ© par son appartenance Ă  l’Eglise baptiste. Personne ne peut ĂȘtre sauvĂ© par son appartenance Ă  l’Eglise mĂ©thodiste. Personne ne peut ĂȘtre sauvĂ© par son appartenance Ă  l’Eglise pentecĂŽtiste. Mais: ‘Celui-ci est mon Fils bien-aimĂ©, en qui J’ai mis Mon affection. Ecoutez-Le.’»

53        Ecoutez-Le. Il est l’Unique qui peut sauver. Il est l’Unique qui peut donner la paix. Il est l’Unique qui peut guĂ©rir. La loi ne peut pas guĂ©rir; ni la justice qui est exigeante. Mais le Fils de Dieu peut sauver, guĂ©rir et donner la paix. Car: «Il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s, brisĂ© pour nos iniquitĂ©s; le chĂątiment qui nous donne la paix est tombĂ© sur Lui; et c’est par Ses meurtrissures que nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris.» Ecoutez-Le.

54        Si vous ĂȘtes mĂ©thodiste, restez lĂ , mais Ă©coutez-Le. Si vous ĂȘtes pentecĂŽtiste, restez lĂ , mais Ă©coutez-Le. Quoi que ce soit, oĂč que vous soyez membre, cela n’a rien Ă  voir avec la chose. Si vous ĂȘtes un enfant de Dieu nĂ© de nouveau et rempli du Saint-Esprit et que vous ĂȘtes un catholique romain, Ă©coutez-Le. Dieu prendra soin du reste. Vous, Ă©coutez-Le simplement et Dieu prendra soin du reste.

55        Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, frĂšres, c’est ma derniĂšre remarque pour terminer ceci: Nous avons besoin de quelqu’un qui lance un dĂ©fi. Nous avons besoin de quelqu’un pour manifester l’amour de Dieu. Nous avons besoin d’une Ă©glise, d’un groupe de gens. Cette vallĂ©e-ci a besoin d’un groupe de gens, chaque coin du monde a besoin d’un groupe de gens pour manifester cette vĂ©ritable loyautĂ© dont Dieu vous a couvert par le Saint-Esprit, et Il vous a donnĂ© l’amour. LĂ  oĂč...

EN HAUT