ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication Dieu Tient Sa Parole de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 58-0328 La durĂ©e est de: 53 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Dieu Tient Sa Parole

1          ... debout juste un instant pour la priĂšre.

2          Adorable Seigneur, c’est avec des coeurs reconnaissants que nous nous inclinons dans Ta PrĂ©sence pour Te remercier, pour la foi toujours vivante de nos pĂšres, au lieu du cachot, de la flamme et de l’épĂ©e. En dĂ©pit de tout cela, la grande foi qui a Ă©tĂ© transmise Ă  nos pĂšres vit encore dans leurs enfants; et nous en sommes trĂšs heureux. Maintenant, nous voulons Te prier de nous bĂ©nir de façon extraordinaire ce soir. Alors que nous attendons humblement Tes bĂ©nĂ©dictions sur nous, nous nous recommandons Ă  Toi, ainsi que ce service, au Nom du Seigneur JĂ©sus. Amen.

3          Vous pouvez vous assoir.

4          Je suis un peu en retard. J’ai... La police m’a appelĂ© pour une urgence Ă  Saint Louis.

5          FrĂšre Vayle, comme il voulait qu’on le laisse parler un peu ce soir, alors je vais immĂ©diatement partir chez moi aprĂšs le service, prendre ma femme et mes enfants pour demain, les ramener afin de terminer les services.

6          Et maintenant, sans doute que notre cher et bien-aimĂ© frĂšre Vayle vient d’apporter un message vraiment extraordinaire. Et maintenant, je ne voudrais pas essayer d’ajouter quelque chose Ă  ce qu’il a dit, mais juste avant de former la ligne de priĂšre, j’aimerais lire juste un passage des Ecritures et faire quelques observations afin de... J’ai Ă©tĂ© vraiment dĂ©rangĂ© pendant les deux ou trois derniĂšres heures, j’aimerais donc sentir l’Esprit sur moi avant que nous commencions le service.

7          Demain soir, Dieu voulant, j’aimerais prĂȘcher sur le sujet: Le Puissant ConquĂ©rant, puisqu’Il a dĂ©chirĂ© le voile en deux. Eh bien, j’ai promis de parler sur L’Ecriture sur la Muraille, mais je suis un peu enrouĂ© pour prĂȘcher. Ainsi, il me faut simplement m’en abstenir, je pense, en ce moment. Et parce que c’est un sujet un peu long, un sujet de quarante-cinq minutes Ă  une heure, si le Seigneur bĂ©nit en enseignant cela.

8          Je n’ai donc pas attrapĂ© un gros rhume, c’est juste, je pensais il y a quelques instants, ça fait maintenant huit services, huit rĂ©veils depuis le premier de l’an, je suis toujours parti. A peine un jour, mais on est toujours en rĂ©unions en train de prĂȘcher, parfois deux ou trois fois par jour. Ainsi, c’est ce qui fait que la voix soit un peu faible.

9          AprĂšs ce service, j’ai juste un petit service, un petit moment de repos. Le dimanche de PĂąques, c’est mon anniversaire. Et, voyons, je suis nĂ© en 1909; cela fait que j’ai vingt-cinq ou quelque chose comme cela, dimanche. Ainsi, je ne suis qu’un jeune garçon dans une vieille maison, mais je... C’est maintenant la premiĂšre fois que cela est tombĂ© un dimanche de PĂąques, un de ces jours. Et puis, je serai Ă  mon petit tabernacle Ă  Jeffersonville, chez moi, pour le service du lever du soleil de PĂąques. Puis, immĂ©diatement aprĂšs, il y aura un service de baptĂȘme, et ensuite le message et un service de guĂ©rison.

10        FrĂšre Neville, je suis sĂ»r, a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©, notre pasteur, il est assis ici parmi nous ce soir. Eh bien, c’est lĂ  le genre de communion que nous avons lĂ  Ă  Jeffersonville: FrĂšre Neville est un prĂ©dicateur mĂ©thodiste de l’universitĂ© d’Asbury, et moi, je suis un baptiste. Nous avons donc une trĂšs bonne communion, n’est-ce pas, FrĂšre Neville? C’est juste. Je suis un baptiste qui a reçu le Saint-Esprit. FrĂšre Neville est un mĂ©thodiste qui a reçu le Saint-Esprit. Ainsi, cela fait de nous des frĂšres, et nous communions l’un avec l’autre, pendant que le Sang de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, nous purifie de toute iniquitĂ©.

11        Nous lisons quelques versets dans la Bible bĂ©nie ce soir, dans l’Evangile de Luc, chapitre 2, en commençant par le–le verset 25. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

... voici, il y avait Ă  JĂ©rusalem un homme appelĂ© SimĂ©on... le mĂȘme Ă©tait juste et pieux, il attendait la consolation d’IsraĂ«l, et l’Esprit Saint Ă©tait sur lui.

Il avait Ă©tĂ© divinement averti par le Saint-Esprit qu’il ne mourrait point avant d’avoir vu le Christ du Seigneur.

Il vint au temple, poussĂ© par l’Esprit. Et, comme les parents apportaient le... enfant JĂ©sus pour accomplir Ă  son Ă©gard ce qu’ordonnait la loi,

Il le reçut dans ses bras, bénit Dieu, et dit:

Maintenant, Seigneur, laisse ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole.

Car mes yeux ont vu ton salut,

Salut que tu as préparé devant le peuple,

La lumiĂšre pour... les nations, et la gloire d’IsraĂ«l, ton peuple.

Son pĂšre et sa mĂšre Ă©taient dans l’admiration des choses qu’on disait de lui.

Siméon le bénit, et dit à Marie, sa mÚre: Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relÚvement de... en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction,

12        Je voudrais prendre juste quelques instants maintenant afin de sentir l’Esprit de la rĂ©union sur moi, concernant ce sujet: Dieu tient Sa Parole.

13        Il y a une chose sur laquelle nous pouvons nous reposer, c’est que Dieu tient chacune de Ses Paroles. Il veille sur Elles jour et nuit pour Les accomplir. Et chaque promesse qu’Il a faite est vraie. Et cela nous donne un tel espoir bĂ©ni, quand nous savons que ce que nous lisons dans la Parole, Dieu, le Tout-Suffisant, tiendra cette Parole. Pas un iota ni un brin ne faillira. Quelle assurance parfaite, alors que nous lisons lĂ  oĂč les autres L’ont pris au Mot! Et de voir que parfois cela a l’air trĂšs critique, on a parfois l’impression que Cela va faillir, mais Cela ne peut simplement pas faillir.

14        Je pense Ă  l’instant mĂȘme aux enfants hĂ©breux, alors qu’ils entraient dans le feu de la fournaise. On aurait dit que Dieu allait les dĂ©cevoir, mais Il ne peut faillir.

15        Et dans notre passage des Ecritures, SimĂ©on, un vieux sage au temple; et ces hommes avaient de la rĂ©putation, et cette rĂ©putation consistait Ă  respecter la nation. Un homme, pour assumer les fonctions que SimĂ©on assumait, devait ĂȘtre irrĂ©prĂ©hensible, et il devait ĂȘtre dans son bon sens. Il devait ĂȘtre vigilant, Ă©rudit et dans un Ă©tat spirituel parfait, car le sacrificateur Ă©tait irrĂ©prĂ©hensible. Et ce vieil homme, ĂągĂ© d’environ quatre-vingt-cinq ans, le Saint-Esprit est venu sur lui un jour, et Il lui a rĂ©vĂ©lĂ© qu’il ne mourrait pas avant d’avoir vu le Christ du Seigneur.

16        Maintenant, pouvez-vous imaginer comment les gens avaient considĂ©rĂ© son tĂ©moignage? Un vieil homme prĂȘt Ă  mourir, et cependant, il a dit qu’il ne mourrait pas avant d’avoir vu le Christ. David avait attendu Christ. Elie L’avait attendu. Tous les prophĂštes L’avaient attendu. Les rois, les monarques, les potentats, et les grands hommes d’IsraĂ«l avaient tous attendu ce Messie. Et on avait dit qu’Il Ă©tait plus Ă©loignĂ© que jamais. Ils servaient sous la domination de l’Empire romain; leur nation avait Ă©tĂ© dispersĂ©e; l’église s’était refroidie. Et cependant, en dĂ©pit de tout cela, ce vieil homme avait un tĂ©moignage selon lequel il ne mourrait pas avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Pouvez-vous vous imaginer ce que ses semblables pensaient?

17        Je peux simplement les entendre dire: «Le vieil homme a perdu la tĂȘte, ou peut-ĂȘtre que son Ă©tat mental est en train de sombrer puisqu’il est vieux. Ainsi, nous n’allons pas l’excommunier de la confrĂ©rie, mais nous allons simplement le laisser s’éclater, puisque nous sommes sĂ»rs que ce n’est pas le temps pour le Messie.»

18        Mais Dieu a toujours eu un reste qui s’attendait Ă  Ses promesses. Et grĂąces soient rendues Ă  Dieu de ce qu’Il les a encore ce soir, des gens qui s’attendent Ă  Ses promesses et qui se reposent sur la mĂȘme assurance, car cela est rĂ©vĂ©lĂ© par le Saint-Esprit.

19        Alors que SimĂ©on entrait et sortait du temple, les autres jeunes sacrificateurs disaient: «Eh bien, je pense que le vieil homme est simplement sur le point de craquer.» Mais, cependant, lui savait de quoi il parlait; en effet, il savait Qui avait rĂ©vĂ©lĂ© la chose, et Dieu ne peut rien dire de faux. Il tient Sa Parole.

20        Ainsi, en ce jour-lĂ , il n’y avait pas de radio, ni de tĂ©lĂ©vision, ni de journaux. Donc, l’unique moyen par lequel ils devaient se passer des messages, c’était de bouche Ă  oreille. Mais, lĂ  en JudĂ©e, Christ Ă©tait nĂ©. Huit jours aprĂšs, il y avait une tradition selon laquelle on devait amener les enfants mĂąles au temple pour la circoncision; et de plus, on devait offrir une offrande pour la purification de la mĂšre, pour sa purification. L’offrande Ă©tait soit un agneau, soit deux petites tourterelles. Eh bien, l’agneau Ă©tait pour les riches. Et les tourterelles, c’était l’offrande des pauvres

21        Et il arriva, disons Ă  peu prĂšs un matin, un lundi matin, que, oh! il y avait plein de monde au temple. Et une file de femmes se tenaient lĂ , elles Ă©taient toutes alignĂ©es avec leurs petits bĂ©bĂ©s, chaque jour. En effet, IsraĂ«l comptait environ deux millions d’habitants en ce moment-lĂ , ainsi, vous pouvez vous imaginer combien d’enfants naissaient en un jour ou en une nuit. Donc, le huitiĂšme jour, elles devaient se tenir dans cette ligne pour la purification et pour la circoncision des enfants mĂąles.

22        ConsidĂ©rons maintenant, Ă©tant donnĂ© que nous devons nous dĂ©pĂȘcher, imaginons-nous que c’est le lundi matin. Et le vieux SimĂ©on, notre personnage de ce soir, Quelque Chose lui a dit de s’asseoir un petit moment.

23        Oh! Vous savez, nous allons trĂšs vite; parfois, il nous faut nous asseoir juste un petit moment. Nous courons et disons une petite priĂšre pour moi, maman, papa et les enfants; nous nous levons trĂšs vite d’un bond et nous ne restons pas lĂ  suffisamment longtemps pour que Dieu nous rĂ©ponde. C’est nous seuls qui parlons, et nous ne donnons pas Ă  Dieu l’occasion de parler.

24        Mais SimĂ©on a simplement attendu; il s’est assis au bureau de l’un des sacrificateurs, il a fermĂ© les portes et il s’est enfermĂ© lĂ  Ă  l’intĂ©rieur. Et, tout Ă  coup, je peux le voir tendre la main vers le–le petit support... et prendre les Saintes Ecritures.

25        Vous savez, le Saint-Esprit ne se nourrit que de la Parole. JĂ©sus a dit: «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.» C’est ce qui se passe. L’une des choses aujourd’hui qui fait que l’église est dans un Ă©tat anĂ©mique, c’est parce qu’elle ne prend pas son temps pour se nourrir de la Parole. L’Eglise est affamĂ©e.

26        Si j’étais un mĂ©decin, et qu’un homme trĂšs costaud venait vers moi et disait: «Monsieur, je suis malade.»

27        Je dirais: «Quels sont vos symptĂŽmes?»

28        Il dirait: «Je suis trĂšs faible, c’est Ă  peine si je peux lever les mains.»

29        Eh bien, je dirais... je lui exigerais quelques exercices physiques.

30        «Oui, d’accord.»

31        Et je dirais: «Eh bien, monsieur, mangez-vous rĂ©guliĂšrement?»

32        «Oh! dirait-il, j’ai mangĂ© un demi-biscuit avant-hier.»

33        «Eh bien, dirais-je, vous avez simplement faim. Vous avez besoin de force, et il vous faut manger.»

34        C’est ça le problĂšme de l’église; on lit juste l’Ecriture, un petit verset le dimanche matin. Nous devons avoir notre pensĂ©e plongĂ©e dans Sa Parole chaque minute dont nous disposons! Prenez beaucoup de temps, et mettez les autres choses de cĂŽtĂ© pour lire cette Parole. «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.»

35        Et il a pris le Rouleau, peut-ĂȘtre les Ecrits d’EsaĂŻe, et il s’est mis Ă  lire 9.6. Et je peux le voir pendant qu’il se met Ă  lire. Et cela dit quelque chose comme ceci: «Un Enfant nous est nĂ©, un Fils nous est donnĂ©, et la domination reposera sur Ses Ă©paules; on L’appellera Conseiller, Prince de la paix, Dieu puissant, et PĂšre Ă©ternel.»

36        Et je peux voir le prophĂšte, alors qu’il... ou plutĂŽt le sacrificateur, alors qu’il disait: «Oh! Je me demande de qui Il parlait.» Souvenez-vous, SimĂ©on a la promesse.

37        Et c’est Ă  ce moment-lĂ  dans la salle... que le Messie est entrĂ© dans la salle. Si Dieu a fait la promesse Ă  SimĂ©on, Dieu devait tenir cette promesse envers SimĂ©on.

38        Et elles s’alignent. Et je remarque alors qu’elles s’alignent, oh! il y a des dames portant leurs petits bĂ©bĂ©s, des dames riches; les petits bĂ©bĂ©s mĂąles portaient de petits habits bleus brodĂ©s, de petits chaussons et de petits bonnets, et les fillettes en petits habits roses. Et elles avaient de petits agneaux blancs et laineux comme offrande Ă  offrir. Et elles causaient les unes avec les autres comme le font les dames.

39        Et tout au fond dans la ligne, je vois un tableau Ă©trange: Une jeune fille, ne dĂ©passant pas dix-huit ans, se tient lĂ  avec un petit BĂ©bĂ© dans ses bras. Mais Il ne porte pas de petits chaussons bleus. Il Ă©tait enveloppĂ© dans un lange.

40        Eh bien, si je comprends ce qu’est un lange, c’est ce que les gens mettaient autour d’un boeuf alors qu’ils labouraient. Et Lui n’avait pas d’habits Ă  Sa naissance. Et qui sommes-nous alors? Mais le Roi de Gloire a dĂ» venir dans une telle condition comme cela: non pas dans une belle chambre d’hĂŽpital, mais dans une Ă©table; et il n’y avait pas d’habits Ă  Lui mettre. Et puis nous, nous nous plaignons.

41        Et voici, Il portait des langes. Pas seulement cela, mais je peux entendre les femmes riches dire: «Dites donc, ne restez pas Ă  cĂŽtĂ© de cette fille. N’ayez rien Ă  faire avec elle, car cet Enfant est nĂ© hors des liens du mariage. C’est un Enfant illĂ©gitime.»

42        C’est pratiquement la mĂȘme chose qu’ils disent aujourd’hui d’un vĂ©ritable chrĂ©tien qui ne veut pas coopĂ©rer avec certaines de leurs religions faites de main d’homme. Ils disent qu’ils sont nĂ©s hors des liens sacrĂ©s du mariage. Mais Marie savait Ă  qui cet Enfant appartenait; elle connaissait la raison de cette naissance.

43        Et chaque fils ou chaque fille de Dieu nĂ© de nouveau, mĂȘme si on doit vous taxer de mauvais noms, comme fanatique, ou saint exaltĂ©, ou quelque chose comme cela, mais si vous ĂȘtes vraiment nĂ© de l’Esprit de Dieu, ce que le reste du monde pense importe peu. Les gens pourraient dire que vous n’ĂȘtes peut-ĂȘtre pas brillant ou quelque chose comme cela.

44        Mais Marie savait ce que... Ă  qui ce BĂ©bĂ© appartenait, ainsi elle ne les Ă©coutait tout simplement pas. Elle les a laissĂ©es dire ce qu’elles voulaient. Elle Le tapotait Ă  la joue avec son doigt, pendant que sa petite bouche Ă©dentĂ©e exprimait un sourire. Il n’était peut-ĂȘtre pas habillĂ© comme les autres.

45        Mais, ĂŽ Dieu, j’aimerais prendre Sa place.

46        Et Il Ă©tait lĂ . Vous voyez, le vĂ©ritable Esprit de Dieu n’a jamais Ă©tĂ© le bienvenu dans ce monde, et Il ne le sera jamais. Il est toujours en quelque sorte rejetĂ©, comme s’Il est un petit truc mystĂ©rieux, ou quelque chose comme cela.

47        Eh bien, si le Messie Ă©tait dans le temple, et que SimĂ©on avait la promesse, alors le Saint-Esprit Ă©tait tenu de conduire SimĂ©on vers la Promesse. BĂ©ni soit Son Nom! Et lui, tout Ă  coup, pendant qu’il lisait dans les Ecritures, je peux entendre le Saint-Esprit dire: «SimĂ©on, mets ta Bible de cĂŽtĂ© pendant quelques minutes et suis-Moi; il y a une rĂ©union en cours; j’aimerais que tu y assistes; ça pourrait ne pas s’agir de ta dĂ©nomination, mais il se passe quelque chose; Je vais te montrer Quelque Chose.»

48        Eh bien, les hommes de Dieu sont conduits par l’Esprit de Dieu. Dieu conduit Ses enfants par Son Esprit. Lorsque Dieu fait la promesse d’un don, Dieu en parle Ă  Ses enfants, parce que le–le don est destinĂ© Ă  l’Eglise, et Christ a Ă©tĂ© envoyĂ© Ă  l’Eglise.

49        Et SimĂ©on avait la promesse. Et le Saint-Esprit... Remarquez, le voici venir lĂ , sans savoir exactement oĂč il allait, mais il Ă©tait juste en route. C’est ainsi que les vĂ©ritables chrĂ©tiens sont conduits. Si Dieu a dit de faire quelque chose, allez de l’avant et faites-le.

50        LĂ  dans le Sud, il y avait une fois un–un vieux Noir qui aimait vraiment le Seigneur, et il croyait toute la Parole. Et son patron lui a dit une fois, il a dit: «Que se passerait-il si Dieu disait quelque chose au sujet de...», Ou plutĂŽt, il a dit: «Pourquoi–pourquoi portes-tu cette Bible?», d’abord.

51        Il a dit: «Patron, je La crois.»

52        Il a dit: «Tu ne sais pas lire, a-t-il dit; eh bien, pourquoi La portes-tu?»

53        Il a dit: «Je La porte parce que je La crois de la couverture Ă  la couverture.» Et il a dit: «Je crois aussi la couverture, a-t-il dit, parce que quelqu’un m’a dit qu’il y est Ă©crit ‘Sainte Bible’. Et je sais qu’Elle ne peut pas faillir, car C’est la promesse de Dieu.»

54        Il a dit: «Crois-tu qu’Il tiendra toutes ces promesses?»

55        Il a dit: «TrĂšs certainement!»

56        Il a dit: «Et si Dieu te disait de traverser d’un bond ce mur de pierres? Que ferais-tu?»

57        Il a dit: «Je le traverserais.»

58        Il a dit: «Comment pourrais-tu le traverser s’il n’y a pas de trou lĂ -dedans?»

59        Il a dit: «Si Dieu me disait de sauter, Il crĂ©erait un trou lĂ  dĂšs que j’y arriverai.» C’est vrai. Dieu tient Sa promesse!

60        SimĂ©on est arrivĂ©, regardant tout autour dans la salle. Il ne savait exactement pas oĂč aller, mais il marchait. Dieu avait fait la promesse, et c’était Ă  Dieu de tenir la promesse. Si Dieu vous a promis la guĂ©rison, peu importe comment vous vous sentez, continuez simplement d’avancer. Il le fera, juste Ă  l’heure. Il l’a fait pour les enfants hĂ©breux. Il le fait pour toutes Ses promesses.

61        Le voici venir, parcourant la salle, sans savoir oĂč il allait. Tout Ă  coup, il a vu cette longue file de femmes, et cette jeune fille timide et rougissante qui se tenait lĂ  en compagnie de son mari, d’ñge moyen, avec quatre enfants; il la regardait, alors qu’elle tenait ce BĂ©bĂ©, emmaillotĂ©; et le Saint-Esprit a dit: «Vas-y SimĂ©on.»

62        Il n’avait pas interrogĂ© le Seigneur. Il s’est simplement mis Ă  marcher. Pourquoi? Quelqu’un aurait posĂ© des questions, mais souvenez-vous, avant ce moment-lĂ , il avait parlĂ© au Saint-Esprit; et le Saint-Esprit Ă©tait sur lui; et lorsque le Saint-Esprit vient sur un homme, il ne pose plus de questions, il va simplement accomplir ce que l’Esprit dit de faire. En effet, il connaissait les Ecritures, et c’était le temps pour qu’Elles s’accomplissent; ainsi, il Ă©tait en ordre avec les Ecritures, et il Ă©tait en ordre en tout point de vue.

63        Et il longe la ligne jusqu’à ce qu’il arrive Ă  ce tableau pitoyable. Pouvez-vous l’imaginer? Le CrĂ©ateur dans le bĂątiment mĂȘme qu’Il avait construit, et mĂȘme pas assez d’habits pour paraĂźtre honorable; on devait prendre le lange tirĂ© du coup d’un boeuf.

64        Et SimĂ©on est descendu lĂ . AussitĂŽt qu’il a regardĂ© ce BĂ©bĂ© en face, il a tendu les bras pour toucher les bras de cette jeune mĂšre et il a pris le petit Enfant, les larmes lui coulant sur sa barbe blanche, il L’a soulevĂ© et a dit: «Seigneur, laisse maintenant Ton serviteur s’en aller en paix, tout est en ordre maintenant; car mes yeux ont vu Ton salut.»

65        Qu’était-ce? Ce dont tous les autres se moquaient, ce dont tous les autres se raillaient, SimĂ©on a reconnu Cela par le Saint-Esprit comme Ă©tant la promesse de Dieu. Vous n’avez pas Ă  ĂȘtre aveugle pour voir cela, ou savoir ce dont je parle. Ce que le monde taxe de folie, c’est le plan du salut de Dieu pour amener l’Eglise Ă  la Gloire.

66        «Laisse Ton serviteur s’en aller en paix, car mes yeux ont vu Ton salut.» Et il a dit Ă  Marie, il a dit: «Cet Enfant a Ă©tĂ© envoyĂ© (Ă  toi, pour te transpercer le coeur) afin que les pensĂ©es de plusieurs soient dĂ©voilĂ©es, soient manifestĂ©es.»

67        Et remarquez, Ă  vous, mes amis juifs, j’en ai un que je viens de rencontrer aujourd’hui, qui est assis ici sur le siĂšge de devant, ou plutĂŽt juste derriĂšre frĂšre Kidd, un Juif russe. J’éprouve de la sympathie pour IsraĂ«l; en effet, ça ne mettra pas du temps maintenant que leur jour va se manifester. Le soleil va se lever. La vieille Ă©toile de David Ă  six branches flotte au-dessus de JĂ©rusalem ce soir, le plus vieux drapeau du monde; et c’est la premiĂšre fois qu’ils sont devenus une nation depuis 2500 ans. Le figuier est en train de bourgeonner, les jours des Gentils sont terminĂ©s. Oui, oui, juste au dessus.

68        Oh! combien j’aimerais rester lĂ -dessus jusqu’à minuit! Le jour oĂč ils sont devenus une nation, la mĂȘme heure oĂč ils sont devenus une nation, je ne le savais pas, l’Ange du Seigneur Ă©tait lĂ  derriĂšre en train de confirmer pour moi ce ministĂšre, Ă  la mĂȘme heure; je ne le savais pas.

69        Je suis parti rĂ©cemment au Caire. Les Juifs cherchent des signes, ils ont dit: «Si c’est le Messie, que je Le voie accomplir le signe de Sa rĂ©surrection. Nous croirons cela.»

70        Mais le Saint-Esprit a dit: «Pas maintenant.» Alors, je me suis retournĂ© et je suis reparti Ă  Mars Hill, puis j’ai continuĂ© jusqu’au Vatican. Oh! Nous sommes Ă  la fin.

71        Et remarquez ce qui s’est passĂ©. Il a dit: «C’est ça le Signe. Cet Enfant a Ă©tĂ© envoyĂ© pour la chute et le relĂšvement d’IsraĂ«l; la chute et le relĂšvement. Et on parlera en mal de ce Signe. On dira du mal de ce Signe.»

72        Remarquez. Oh! Les autres bavarderaient, disant: «Salut, Docteur en droit Jones. Voudriez-vous venir prendre du poulet avec nous au souper?» «Oh! Rabbi Levinski, comment allez-vous?»

73        Mais, lĂ  derriĂšre au coin, de l’autre cĂŽtĂ© du temple, une vieille prophĂ©tesse aveugle Ă©tait assise lĂ ; elle Ă©tait ĂągĂ©e de quatre-vingt-quatre ans. Elle Ă©tait une prophĂ©tesse. Et elle restait au temple et priait. A ce mĂȘme instant, le Saint-Esprit est venu sur elle; la voici venir, aveugle, se frayant un chemin Ă  travers les gens qui avaient une bonne vue, mais elle Ă©tait conduite par l’Esprit. Elle se dĂ©plaçait Ă  travers les ave... les... tous ceux qui Ă©taient bien habillĂ©s, qui avaient une bonne vue, et elle est passĂ©e Ă  travers eux. Elle voyait mieux qu’eux, car elle Ă©tait conduite par l’Esprit. Elle a traversĂ© la salle jusqu’à ce qu’elle arrive auprĂšs de l’Enfant, et lĂ , elle a rendu gloire Ă  Dieu Ă  cause de Lui.

74        Mon ami, ce mĂȘme Saint-Esprit est ici ce soir. Il n’y a pas deux Saint-Esprit, il n’y en a qu’un Seul. Et vous avez lu dans la Bible lĂ  oĂč JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. La promesse est pour vous et pour vos enfants. Vous avez cru en Lui pour recevoir la guĂ©rison divine.

75        Et ce mĂȘme Saint-Esprit en qui vous avez cru pendant toutes ces annĂ©es vous a conduits Ă  travers le pays, Ă  travers les amoncellements de neige, Ă  travers le brouillard, dans les coins et dans les rues, jusqu’à ce que finalement nous sommes entrĂ©s ce soir dans la PrĂ©sence du mĂȘme Saint-Esprit qui a fait les promesses ce soir pour accomplir tout ce qu’Il a promis, puisque Dieu tient quand mĂȘme Sa promesse. Il accomplira une oeuvre. Il montrera un signe. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Croyez-vous cela?

76        Oh! J’aurais souhaitĂ© que nous ayons juste un peu plus de temps, mais nous n’en avons pas. Inclinons la tĂȘte juste un moment pour la priĂšre. Combien ici prĂ©sents ce soir croient que vous avez Ă©tĂ© divinement conduits Ă  l’auditorium de cette Ă©cole, que le mĂȘme Saint-Esprit vous a conduits ici? C’est bien. Je me demande s’il y en a ici ce soir qui ne se sentent pas si bien dans leur Ăąme. Vous sentez comme si JĂ©sus doit apparaĂźtre ce soir, vous vous sentez un peu indigne de vous tenir dans Sa PrĂ©sence; et vous aimeriez qu’Il se souvienne de vous maintenant et qu’Il pardonne vos pĂ©chĂ©s. Voudriez-vous lever la main? Oh! Oh! la la! C’est impossible de les compter.

77        Ami pĂ©cheur, je me demande ce soir, quoique vous soyez un pĂ©cheur, que vous n’ayez jamais fait de confession, mais vous croyez rĂ©ellement avant de Le voir accomplir quelque chose, vous croyez que c’est le Saint-Esprit qui vous a conduit ici ce soir. Voudriez-vous lever la main pour rĂ©clamer la misĂ©ricorde? Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse, vous, vous, vous. Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Vous, madame. Vous. C’est bien.

78        En haut au balcon Ă  droite? Oh! Que Dieu vous bĂ©nisse partout lĂ . C’est ça. Huit, dix.

79        LĂ  en haut au deuxiĂšme balcon, levez la main et dites... Oui, que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Que Dieu vous bĂ©nisse, lĂ  derriĂšre. C’est bien.

80        Aux balcons jusque derriĂšre, voudriez-vous lever la main? Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse. Qu’Il vous bĂ©nisse lĂ -haut, lĂ  au-dessus, vous qui portez un pull-over rouge, oui, qu’Il vous bĂ©nisse. Au balcon...

81        Au deuxiĂšme balcon Ă  ma gauche, que Dieu vous bĂ©nisse lĂ  tout en haut. Dieu voit votre main.

82        Au balcon infĂ©rieur Ă  gauche, levez la main.

83        Dites: «Que Dieu soit misĂ©ricordieux envers moi (alors que vous levez la main), je crois. Je crois que le Saint-Esprit m’a conduit.» Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Il se pourrait qu’il faille beaucoup de courage pour faire cela, monsieur, mais c’est la plus grande chose que vous ayez jamais faite.

84        Dans la salle principale Ă  ma gauche, voudriez-vous lever la main vers Christ? Dites simplement: «Seigneur Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi; je crois que je suis divinement conduit ici ce soir par le Saint-Esprit.» Que Dieu vous bĂ©nisse. Dans la salle principale Ă  droite? Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est bien.

85        Eh bien, avant de faire un appel Ă  l’autel, formons la ligne de priĂšre. Mais prions d’abord afin que Dieu bĂ©nisse ces gens.

86        Combien aimeraient avoir juste une communion un peu plus intime avec Lui, afin que vous sentiez l’Esprit vous conduire comme Il avait conduit SimĂ©on, et qu’Il vous amĂšne enfin Ă  Son sein? Voudriez-vous lever la main? Oh! Juste... je pense qu’il y a deux mille ou plus, trois mille. Prions. Maintenant, implorez-Le simplement Ă  votre propre façon.

87        Seigneur Dieu, Tu es notre Dieu. Nous sommes trĂšs contents que Tu sois l’Unique et VĂ©ritable Dieu vivant.

88        Il y a beaucoup de dieux sur la terre aujourd’hui. L’un d’entre eux, c’est le dieu du plaisir; l’autre, c’est le dieu de la chair. Les gens font de la plupart de tout plaisir du monde un dieu. Et il y a de faux dieux, mais ils ne parlent pas ni ne peuvent parler. Ils ne peuvent pas penser. Ils ne peuvent pas rĂ©pondre. Ils ne peuvent ĂȘtre adorĂ©s que par ceux qui marchent dans l’ignorance du vĂ©ritable Dieu vivant.

89        Nous avons le privilĂšge ce soir, nous qui sommes passĂ©s de la mort Ă  la Vie, de savoir que notre Dieu vit. Et Il n’est ni sourd ni muet. Sa main n’est pas trop courte pour qu’Il puisse l’étendre et nous accorder toutes les petites bĂ©nĂ©dictions que nous dĂ©sirons; car Il tient Sa promesse. Il est un Dieu qui peut parler, un Dieu qui peut rĂ©pondre, et un Dieu qui tient Sa Parole.

90        Maintenant, nous Te demandons ce soir, Dieu bien-aimĂ©, de bĂ©nir ceux qui ont levĂ© la main en tant que pĂ©cheurs. Certains peuvent ĂȘtre... Oh! Je ne saurais pas, PĂšre, estimer le nombre, car je ne les connais pas, mais Toi, Tu les connais tous.

91        Et peut-ĂȘtre que c’est la premiĂšre fois qu’ils aient jamais Ă©tĂ© Ă  l’une des rĂ©unions, mais ils sont convaincus maintenant mĂȘme par la Parole que le Saint-Esprit les a conduits. Sauve-les, Seigneur.

92        Et je prie pour ceux qui aimeraient ĂȘtre remplis de Ton amour au point qu’ils ne manqueront pas la conduite du Saint-Esprit, au moment oĂč Il les attire. Car les jours sont sombres, et les hommes sont en train de courir de long en large pour entendre la Parole de Dieu, comme le prophĂšte a annoncĂ© qu’ils feraient, mais ils ne L’entendront pas. Nous sommes trĂšs reconnaissants cependant pour une petite fissure dans le dĂ©pĂŽt de Dieu.

93        Et nous Te prions maintenant de Te manifester dans Ta puissance de rĂ©surrection, devant Ton Eglise. Sanctifie mon coeur, mon Ăąme, et mon esprit. Et sanctifie le coeur, l’ñme et l’esprit de l’assistance, afin qu’ensemble nous puissions bĂ©nĂ©ficier de la communion de notre Adorable Seigneur JĂ©sus. Et puissions-nous donc, avec les mains fortes de la foi, L’embrasser et nous apprĂȘter pour Sa Venue, et comme SimĂ©on dans le temple, dire: «Seigneur, laisse Ton serviteur s’en aller maintenant en paix, car nous avons vu le signe de Sa rĂ©surrection, et nous dĂ©sirons ardemment Le voir venir.» Accorde-le, Seigneur, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus, Ton Tendre Fils. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

94        Maintenant, souvenez-vous, je suis en train d’ĂȘtre enregistrĂ©. Il n’y a pas de mĂ©dicament qui dĂ©clare... qui guĂ©rit votre corps. Un mĂ©dicament maintient l’endroit propre pendant que Dieu opĂšre la guĂ©rison. Un mĂ©decin peut ĂŽter l’objet qui obstrue, mais qu’en est-il de l’entaille qu’il a faite sur vous en ĂŽtant cela? Qui guĂ©rit cela? La guĂ©rison, c’est le dĂ©veloppement des cellules. Prenez-moi au mot: Il n’y a pas de puissance de guĂ©rison dans le dĂ©mon. Le prĂ©dicateur qui dirait cela montre qu’il ne connaĂźt pas la Bible, ni son Dieu. JĂ©sus a dit: «Satan ne peut pas chasser Satan.» Psaume 103.3 dĂ©clare: «Je suis l’Eternel qui guĂ©rit toutes tes maladies.» Est-ce juste?

95        Satan ne peut pas guĂ©rir. Si Satan guĂ©rit, il peut crĂ©er, et alors, c’est un crĂ©ateur; alors, c’est un dieu. S’il est un crĂ©ateur, il peut se construire un royaume, il peut se crĂ©er un peuple. Ce n’est pas pour me singulariser, mais je suis certainement en dĂ©saccord avec docteur DeHaan, un merveilleux enseignant, sur la semence du serpent aussi. De penser que... ou plutĂŽt JosĂšphe, l’un ou l’autre, qui a dit que les fils de Dieu sont entrĂ©s dans la chair. Peut-ĂȘtre que nous pouvons aborder cela avant de quitter. Cela n’existe pas. Satan ne peut pas faire cela, sinon alors il serait un crĂ©ateur. S’il est un crĂ©ateur, c’est qu’il est un dieu; il peut se crĂ©er une terre, il peut se crĂ©er un univers, il peut se crĂ©er un peuple, il n’a rien Ă  faire avec Dieu. Mais il lui faut pervertir ce que Dieu a crĂ©Ă©. Et l’injustice, c’est–l’injustice, c’est la justice pervertie.

96        Billy, as-tu lĂ  tous ceux que j’ai appelĂ©s dans la ligne? LĂ©o, occupe-toi d’eux lĂ  derriĂšre, maintenant.

97        Combien n’ont pas de cartes de priĂšre (Levez la main) et aimeraient que Dieu les guĂ©risse? [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

98        Brave ami, frĂšre et soeur Kidd, assis ici, ici mĂȘme sur le siĂšge de devant. Et de plus, ce jeune frĂšre juif ici prĂ©sent, Joseph, avec qui j’étais ce matin. FrĂšre Neville, frĂšre et soeur Wood assis juste ici, vers le milieu.

99        FrĂšre Wood Ă©tait un tĂ©moin de JĂ©hovah. Ils avaient un garçon infirme dont les jambes Ă©taient recroquevillĂ©es Ă  cause de la polio. Et au cours de la rĂ©union, le Saint-Esprit a parlĂ©, Ă  une distance supĂ©rieure Ă  la longueur de cette salle. Il a dit: «L’homme assis lĂ  derriĂšre...» Et Il lui a dit qui il Ă©tait et tout Ă  son sujet. Le garçon est guĂ©ri. Il ne distingue mĂȘme pas la jambe dont il Ă©tait infirme. Est-ce juste, FrĂšre et Soeur Wood? Levez la main si c’est ça. Vous y ĂȘtes!

100      Nous avons de glorieux tĂ©moignages pour le Seigneur. Nous n’avons simplement pas le temps de le faire.

101      TrĂšs bien. Maintenant, soyez vraiment trĂšs respectueux. Priez maintenant. Eh bien, les instants qui suivent... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

102      ... Juif et tout d’abord, un infidĂšle, et ensuite il Ă©tait converti au Seigneur avec douceur. Croyez-vous que c’est la vĂ©ritĂ©? Croyez-vous que JĂ©sus est le Messie? AssurĂ©ment. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse.

103      Maintenant, c’est possible que ceci soit votre premiĂšre fois. Voici ce que j’espĂšre amener en allant un jour auprĂšs de votre peuple en IsraĂ«l.

104      En effet, vous dites: «FrĂšre Branham, vous semblez ĂȘtre trĂšs sĂ»r de vous.» Je le suis parce que je sais qu’Il est ici, et Il a fait la promesse, pas moi. Ce n’est pas Ă  moi de tenir ma promesse; c’est Ă  Lui de tenir Sa promesse. Mettez-Le simplement Ă  l’épreuve.

105      Eh bien, si le Seigneur JĂ©sus accomplit et fait la mĂȘme chose qu’Il avait faite dans Saint Jean, chapitre 4, entre l’Homme et la femme, serez-vous tous heureux de reconnaĂźtre que JĂ©sus est ressuscitĂ© d’entre les morts et qu’Il est dans l’assemblĂ©e des Gentils ce soir, manifestant Son miracle et Son prodige, juste avant qu’Il en finisse avec les Gentils! Allez-vous croire cela? [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

106      ... n’est pas de cet Etat, ni de cette ville; elle vient d’une autre ville et elle est du Kentucky. Et la ville d’oĂč vous venez, c’est une ville appelĂ©e Brooksville, dans le Kentucky. Votre prĂ©nom, c’est Ella. Votre nom de famille, c’est Todd. Vous ĂȘtes ici parce que vous souffrez de la nervositĂ©, et vous souffrez du coeur, et vous faites de l’hypertension; en effet, je vois le mĂ©decin vous mettre quelque chose autour du bras. Pas seulement cela, mais je vous vois avec un garçon, essayant de le guider dans la maison. Le garçon, c’est votre fils, et il souffre d’une maladie mentale. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR DIEU. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... Quelque Chose ici qui vous connaĂźt. Croyez-vous qu’Il vous a accordĂ© votre requĂȘte? De tout votre coeur? Partez alors et recevez cela. Vous pouvez avoir tout ce que vous demandez, si vous vous mettez Ă  croire. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

107      Bonsoir, monsieur. Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre, je suppose. Si c’est le cas, levons la main. Maintenant, voici un cas comme quand Philippe est allĂ© trouver NathanaĂ«l. Il s’agit d’un homme. Si le Seigneur Dieu me rĂ©vĂšle votre maladie, ou quelque chose de ce genre, allez-vous croire et accepter cela?

108      Votre grand problĂšme, monsieur, c’est la nervositĂ©. Cette nervositĂ© a complĂštement dĂ©rangĂ© votre estomac. Et puis, vous avez mal au dos et Ă  la tĂȘte. C’est vrai. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Vous venez d’une ville appelĂ©e Hamilton, dans l’Ohio. Vous vous appelez monsieur Parker. C’est juste. Votre prĂ©nom, c’est Harding; monsieur Harding Parker. Retournez chez vous, JĂ©sus-Christ vous a guĂ©ri.

109      Maintenant, soyez en bonne santĂ©, au Nom du Seigneur JĂ©sus.

110      Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Le Seigneur Dieu dans la PrĂ©sence duquel nous nous tenons maintenant nous connaĂźt tous deux. Si le Seigneur Dieu me rĂ©vĂšle ce pour quoi vous ĂȘtes ici, allez-vous croire en Lui?

111      D’abord, vous souffrez de la nervositĂ© et c’est... Vous avez une–une tumeur au niveau du cou. En plus de cela... Voyez, je ne pouvais pas voir cela. Cela se trouve sous votre jupe. Eh bien, afin que vous sachiez que je suis serviteur du Seigneur, vous souffrez aussi du coeur. C’est vrai. Et vous vous prĂ©occupez au sujet de quelqu’un d’autre pour qui vous priez, et il s’agit de votre fils. Et ce fils, vous ne savez pas ce qui cloche chez lui, le mĂ©decin non plus. Mais il tombe trĂšs malade, trĂšs malade. Les mĂ©decins veulent faire l’ablation des amygdales, mais vous ĂȘtes un peu sceptique Ă  ce sujet; en effet, rĂ©ellement, ce sont des crises nerveuses qui en sont la cause. N’ayez pas peur, il va s’en remettre. Partez.

112      Et au Nom du Seigneur JĂ©sus, puisse-t-Il vous accorder cela.

113      Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Le Seigneur Dieu vous connaĂźt certainement. Vous n’ĂȘtes pas de cette contrĂ©e. Vous ĂȘtes originaire du Kentucky. Et vous souffrez de l’estomac. Vous souffrez aussi du coeur. Et vous souffrez des glandes tyroĂŻdes, c’est comme de petites tumeurs au niveau de la gorge. Croyez-vous la Parole du Seigneur? Croyez-vous que vous vous tenez dans Sa PrĂ©sence? Alors, acceptez-Le comme votre GuĂ©risseur, et poursuivez votre route, et soyez guĂ©ri, au Nom du Seigneur JĂ©sus.

114      Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Je ne vous connais pas. Vous ne venez pas non plus de cette contrĂ©e. Vous venez du Michigan. Et vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre, il s’agit d’un homme. C’est votre neveu et il est dans le Michigan. Et il vient de subir une intervention chirurgicale; et cette intervention chirurgicale concernait un caillot de sang. Et les mĂ©decins ont opĂ©rĂ© Ă  cause du caillot de sang, et cela l’a pratiquement rendu invalide et vous voulez que je prie pour lui. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Ne doutez pas, il va s’en sortir. Croyez de tout votre coeur.

115      Venez. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Je vous suis inconnu. Dieu vous connaĂźt; moi, je ne vous connais pas. Vous souffrez de nervositĂ©. Cette nervositĂ© a Ă©tĂ© causĂ©e par une irritation de glandes femelles. C’est tout Ă  fait vrai. Afin que vous sachiez que je suis un serviteur du Seigneur et que ce n’est pas moi qui parle, quoique ça ne soit pas... ma voix. Vous aussi, vous avez un fils au sujet duquel vous ĂȘtes prĂ©occupĂ©e. Ce fils a subi une intervention chirurgicale. C’était sur la mastoĂŻde. Et on s’apprĂȘte Ă  opĂ©rer de nouveau. Placez ce mouchoir sur lui, et ne doutez pas, et il va se rĂ©tablir.

116      Croyez-vous? Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas. «Si tu crois.»

117      Que pensez-vous, vous assis ici sur le siĂšge ici? L’homme qui me regarde lĂ , portant des lunettes, dont la femme est en train de passer. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler votre maladie? Si nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre, levez la main. TrĂšs bien. Vous pouvez vous remettre de votre arthrite maintenant. Voyez?

118      J’aimerais que l’assistance regarde de ce cĂŽtĂ© et qu’elle croie.

119      L’homme assis lĂ  Ă  cĂŽtĂ© de vous, je vois un lit d’hĂŽpital ou quelque chose qui se dĂ©place en haut, pas de l’homme assis Ă  cĂŽtĂ© de vous. Il y a un lit blanc sur lequel il a Ă©tĂ© opĂ©rĂ©. C’était dans son estomac. C’est juste, monsieur. Vous qui ĂȘtes assis Ă  cĂŽtĂ© de lui, c’est votre femme qui est assise Ă  cĂŽtĂ© de vous. En effet, je vous vois en train de venir ensemble. C’est juste. Et elle souffre du coeur. C’est tout Ă  fait juste. Imposez-vous les mains l’un Ă  l’autre lĂ , le mari et la femme.

120      Ô Seigneur Dieu, le dĂ©mon a pensĂ© qu’il pouvait s’en tirer avec cela, mais je rĂ©primande le dĂ©mon.

121      Sors d’eux, au Nom du Seigneur JĂ©sus.

122      Tenez, juste par ici. Voici une dame. Elle est en priĂšre. Ne voyez-vous pas cet Esprit, cette LumiĂšre suspendue au-dessus de cette femme? Elle est en priĂšre et elle est... elle souffre d’une maladie gynĂ©cologique, elle souffre du coeur, elle a des vertiges... Vous n’avez pas la personne appropriĂ©e lĂ , un instant. Tenez, attendez une minute. Son nom, c’est Pauline Shepherd. Levez-vous, mademoiselle Shepherd, et soyez guĂ©rie au Nom du Seigneur JĂ©sus.

123      Oh! Pouvez-vous douter de Lui?

124      LĂ  derriĂšre, dans la rangĂ©e de gauche, il y a une dame assise lĂ  en train de me regarder. Elle souffre de l’anĂ©mie. Croyez-vous, soeur, que le Seigneur Dieu vous guĂ©rit de cette anĂ©mie au sujet de laquelle vous ĂȘtes en priĂšre? TrĂšs bien, levez les mains. VoilĂ !

125      LĂ  derriĂšre vers le fond, afin que vous sachiez, juste derriĂšre vous se trouve une dame qui souffre des intestins. Levez-vous.

126      TrĂšs bien. La dame qui se trouve lĂ  de l’autre cĂŽtĂ© est en train de souffrir, lĂ  derriĂšre vers le fond, elle souffre de la gastrite. Levez-vous, madame, lĂ  derriĂšre, et recevez votre guĂ©rison, vous qui portez un petit chapeau avec une plume sur le cĂŽtĂ©, quelque chose comme cela. Vous ĂȘtes guĂ©rie. JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit.

127      Je dĂ©fie cette assistance, dans le Beau et Aimable Nom du Seigneur JĂ©sus.

128      Que pensez-vous, vous qui ĂȘtes assise ici, jeune dame? Vous souffrez du coeur et de l’épilepsie. Croyez-vous que le Seigneur Dieu va vous rĂ©tablir? Si c’est le cas, levez la main. TrĂšs bien, vous pouvez recevoir cela, la petite rousse. Croyez cela!

129      Et ici, qu’en est-il d’ici? Regardez cette dame assise ici en train de prier, la tĂȘte baissĂ©e, la main levĂ©e, portant une petite veste rouge. Croyez-vous que je suis Son prophĂšte? Vous avez mal au cou et Ă  la mĂąchoire. Cela vous a quittĂ© maintenant. Vous pouvez rentrer chez vous et ĂȘtre en bonne santĂ©.

130      Croyez au Seigneur JĂ©sus-Christ. Combien d’entre vous...?

131      Qu’en est-il de vous lĂ  sur la chaise roulante? Vous tous, voulez-vous croire Cela?

132      Qu’en est-il de vous autres? Allez-vous croire cela? Placez vos mains les uns sur les autres, et vous verrez le Royaume de Dieu venir sur vous. C’est le Saint-Esprit qui vous a conduits ici. Levez-vous maintenant, et glorifiez Dieu et louez-Le.

133      Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, envoie Ton Esprit, et guĂ©ris tout ce groupe.

134      Satan, tu es battu Ă  plates coutures, chassĂ©, au Nom du Seigneur JĂ©sus.

EN HAUT