ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




  
Prédication de William Branham a été prêchée 54-0331 La durée est de: 1 heure et 28 minutes .pdf La traduction Shp
Télécharger: .doc      
Voir le texte francais seulement

La Résurrection De La Fille De Jaïrus

1             Bonsoir, mes amis. Je suis content d'être encore ici ce soir de vous saluer au Nom du Seigneur. Je suis arrivé bien à temps, n'est-ce pas? J'aimerais être un peu plus rapide que ça en allant au Ciel (Voyez?), juste un peu plus à temps la dernière… Nous avons eu un peu à nous dépêcher, à passer un bon moment à parquer.

            Tout le monde se sent-il bien? Bien, c'est très bien. Maintenant, aujourd'hui, ça a été un grand jour pour moi. J'ai juste… On dirait qu'aujourd'hui les bénédictions du Seigneur semblent se déverser. Et si seulement je pouvais disposer d'assez de temps pour aller là, à tous les lieux d'où proviennent les appels, c'est l'unique chose… Je pense qu'environ quatre cents ou plus sont constamment là, venant des villes, des cités. Et des pauvres sont nécessiteux, et je prie que Dieu use d'assez de bienveillance envers moi pour-pour m'inspirer, me faire savoir où aller, quoi faire exactement.

2             Et ce soir, j'ai à cœur quelque chose que je… Ce matin, Billy Paul est arrivé et il me parlait de la réunion d'hier soir. Il m'a remis une lettre de la part de sœur Cauble. Et c'était au sujet d'un–d’un petit enfant pour qui j'avais prié à Chicago. Et j'avais bien cela à cœur toute la journée de trouver le problème ; la mère et le père… Peut-être qu'un soir, j'aimerais lui demander, ou à quelqu'un d'autre, de lire cette lettre-là à l'assistance: juste une lettre normale, des gens dans le besoin. Mais le pauvre petit enfant, je ne le connaissais pas ; évidemment, il est simplement passé par la ligne, et la mère a dit que le Saint-Esprit s'était mis-s'était mis à révéler et à tout décrire, voire le cas ; Il est remonté jusqu'en ce moment et puis, Il s'est arrêté. Je ne savais quoi dire à partir de là. Elle était agitée… Le petit enfant, je pense, a-t-il-dit, souffrait du cancer et avait une partie de sa langue arrachée ainsi que sa gorge ici à l'intérieur. Il est l'un des pasteurs à l'Institut biblique Moody à–à Chicago. C'est un missionnaire, il vient de rentrer de l'Afrique. Je pense que c'est l'Afrique francophone, l'Afrique occidentale francophone.

            Et il y a quelques jours, il a reçu une lettre de tous les deux, disant que c'en est pratiquement fini de leur petite église, que le communiste balaie par là, détruisant cela, et… Oh ! Pensez simplement au dilemme. Eh bien, leur petit enfant est couché là à l'article de la mort, on s'attendait à ce qu'il meure à tout moment. Et là, la petite église avait été détruite ; le communisme récupère tout. Je-je n'arrivais simplement pas à m'empêcher de pleurer un peu. Je–j'ai dit: Ô Dieu, si seulement Tu… Je ne sais pas ce que Tu vas faire, mais si seulement Tu épargnes la vie de cet enfant, je Te promets que ça sera une porte ouverte pour moi vers l'Afrique de l'Ouest, là où le communisme récupère les églises, là-bas, il récupère leur église. Et j'aimerais que vous priiez avec moi afin que Dieu fasse quelque chose et apporte du secours. Evidemment, nous voulons que Sa volonté soit faite dans chaque cas.

3             Je pense que je témoignais l'autre soir au sujet de George Wright. Il m'est arrivé de le voir assis ici tout à l'heure. Je dois… un… Voici un homme qui avait été abandonné à la mort. Et j'ai eu une vision, la même fille de madame Baker… Le voici… qu'il n'avait jamais… qu'il ne se levait plus, et il est estropié ; ses jambes étaient recroquevillées comme ceci. Et il est ici ce soir grâce à la puissance de Dieu. La même soirée où la vision est apparue pour madame Baker, sa fille… Etes-êtes-vous ici, mademoiselle Baker? Est-ce que la jeune fille est aussi ici? Est-ce votre fille? [Madame Baker donne un témoignage. – N.D.E.] C'est juste… Gloire au Seigneur ! C'est merveilleux. Certainement. Eh bien, au même moment que sa fille, pendant que j'étais à l'hôpital, qu'on… elle est… qu'on appelait. On ne pensait pas que la jeune dame vivrait. Et quand je l'ai regardée, je ne le pensais pas non plus. Ainsi donc, nous sommes entrés, et pendant que j'étais là en train de prier, j'ai vu cette Lumière-là venir au-dessus de son lit. C'est alors que Cela-Cela lui a dit ce qui arriverait, juste exactement comme cela, et le moment où elle serait renvoyée chez elle à la maison. Et elle l'y a été.

4             Et la nuit même, je suis allé à Lexington, dans le Kentucky, je suis revenu, je suis arrivé à la maison vers l'aube ; et je suis allé au lit. J'ai dormi jusqu'à neuf heures ; et je me suis réveillé. Je m'engageais dans le couloir, et alors, il y avait une jeune fille là debout et elle parlait. Et je me suis dit: Eh bien, que fait-elle debout ici?

            Elle a dit: Maman, c'est ce que frère Branham a dit. J'ai regardé et j'ai vu sa maman parler au téléphone, chez elle à la maison, et j'ai su que c'était alors une vision. Ensuite, j'ai entendu quelque chose comme des mottes de terre qui tombaient. Je venais de quitter frère Wright deux jours avant cela, là, j'avais dit à son fils et à tous les autres que, peut-être, il allait mourir. J'avais fait là quatre ou cinq jours à prier pour lui. Et il allait mourir. Et les médecins l'avaient déjà abandonné et tout. Et alors, j'ai entendu ces mottes de terre tomber. Il y avait eu là des gens qui ne croyaient pas dans la guérison divine, l'église dont ils étaient membres. Pas de critique… l'Eglise de Christ, et ils ne croient pas dans cela. Ainsi, ils avaient été là, se moquant de lui parce qu'il m'avait fait venir là-bas afin de prier pour lui après que le médecin avait dit qu'il allait mourir. Et quand j'ai regardé, ces mottes de terre tombaient sous le saule. Je n'avais jamais su que cet homme était un fossoyeur. Et Il a dit: AINSI DIT LE SEIGNEUR, il creusera la tombe de ceux qui se moquent de lui. Il est ici…?...

5             J'ai téléphoné à madame Wright et je lui ai parlé sans tarder de ce qui était arrivé. Et j'ai dit que l'un de ces jours, quand j'entrerais dans la salle, il parcourrait droit le tabernacle, il ferait un détour à gauche et s'avancerait me serrer la main, et dirait: Frère Bill… Et puis, le dimanche, la première fois que j'ai été là depuis quelque temps, je ne savais même pas que l'homme était… où il était. Il est sorti du tabernacle, sans qu'il sache cela, il a pris juste la voie même. Et je me suis simplement arrêté, j'ai attendu et j'ai observé. Il a contourné dans la même direction, tel que cela avait été dit, il s'est avancé et il m'a saisi la main, tout à fait comme Cela avait dit.

            Eh bien, quand moi, je dis n'importe quoi, cela peut être faux. Mais quand vous L'entendez dire quelque chose, c'est exactement comme cela. Il est le Seigneur. Et n'êtes-vous pas si heureux pour ces choses?

6             Je pensais juste aujourd'hui à ce que notre Seigneur a fait pour nous. Ma femme, je l'ai trouvée en train de pleurer aujourd'hui. Et je-je suis sorti du bureau et j'étais… et elle pleurait. J'ai dit: Qu'y a-t-il? C'était juste un petit quelque chose. Ceci est ma patrie. (Vous savez, c'est difficile ici ; c'est l'endroit le plus difficile au monde.) Et si vous pouvez constater une différence, c'était quelque chose au sujet des écoliers. Vous savez comment sont les femmes ; elles sont très ennuyeuses au sujet de ces choses. Et il y avait des gens qui fréquentent une petite église meilleure que notre tabernacle… Les gens n'ont rien contre moi là. Ils m'aiment ; et ils aiment… Mais ils préféreraient que leurs enfants ne s'associent pas à nos enfants dès lors qu'ils pouvaient être avec les enfants qui fréquentent leur propre église, ou quelque chose de ce genre. Vous savez? Eh bien, cela a plutôt affecté un peu ma femme. Et elle a dit: Eh bien, je garde les enfants purs et nous essayons…

            J'ai dit: Ce n'est pas ça, chérie. J'ai dit: Ce n'est pas là le problème. Ces pasteurs, ils parlent, disent… Tenez, l'autre jour, un-un prédicateur, un ami à moi, il reste dans le… On ne savait pas qu'il était assis juste là dans l'assemblée parmi ces gens, et mon nom a été mentionné. On a dit: C'est un bon garçon. Nous l'aimons tous et nous l'apprécions, mais il est plutôt du genre illettré. Et il ne parle pas bien… Eh bien, je… C'est la vérité, vous le savez. En fait, c'est la vérité. Et un…

            Mais il m'est juste arrivé de penser que ce sont les mêmes propos qu'on tenait sur notre Seigneur, la même chose. Voyez? Des groupes disaient qu'Il voyageait avec des gens ordinaires. La Bible déclare: Une grande foule L'écoutait avec plaisir, juste les gens ordinaires, les illettrés et autres. Il n'avait jamais obtenu un doctorat ni quoi que ce fût, à ce que je sache. Il n'est point rapporté qu'Il ait jamais fréquenté l'école, là, mais Il était malgré tout le Fils de Dieu ; c'est ça l'essentiel.

7             Ainsi donc, nous aimerions parler juste quelques instants. Il y a quelque temps, il y avait une urgence terrible. Nous ne recevons pas des appels téléphoniques durant les réunions parce qu'on devient simplement… Mais une dame, qui était poussée à bout, a appelé. Et ma femme est entrée dans la chambre et a dit: Chéri, je regrette de te retirer de ton bureau, mais, a-t-elle dit, ceci est juste une très grande urgence. Elle a dit: La femme est sur le point de commettre un suicide. Et alors, je suis allé au téléphone ; et pendant que j'étais au téléphone, le Saint-Esprit lui a dit exactement qui elle était, ce qu'elle faisait, comment elle était habillée, et ce qu'était son problème, et ce qui était à la base de cela ; et Il l'a guéri là même pendant que j'étais au téléphone. Oh ! lala ! Je vous assure…. J'ai entendu des cris: Sa mère poussait des cris, la retenait et tout jusqu'à ce que je… Et elle ne faisait que louer le Seigneur. Elle…

            Il est donc bon partout. Si seulement vous pensez comment… Comparez cela avec l'Eglise primitive dans le Nouveau Testament. Comparez simplement cela et voyez comment cela-cela-cela… co-… cela concorde avec l'église du Nouveau Testament: les apôtres, comment les visions apparaissaient, comment tout … comment le Seigneur opérait.

8             Tenez, j'allais en Afrique. J'étais censé être en Inde ce mois-ci. J'avais des rendez-vous fixés et tout. Quelqu'un a été envoyé et il a fixé le temps du dîner avec monsieur Nehru avant d'arriver là, le Premier Ministre, et… C'était William Branham qui faisait ça. J'avais tout arrangé et j'avais apprêté mon visa. Je priais pour des gens dans la maison, je suis entré dans ma maison, je suis allé dans une autre chambre, en revenant vers le… je répondais au téléphone, je traversais un petit couloir, j'entrais dans une autre chambre. Il y avait d'autres voitures qui étaient arrivées depuis que j'étais dans la chambre, répondant à ce coup de téléphone, une urgence de loin. Et quand je traversais la chambre, il y avait un Homme qui se tenait là. Et il avait une serviette, on dirait, sur la tête comme ceci, ça pendait. C'était un Homme au teint plutôt sombre. On dirait que Son nez était un peu ressorti au bout ou comme si cela était remonté comme cela. Il se tenait là, regardant droit vers moi. Je me suis dit que c'était un patient qui venait d'entrer. Et j'ai dit: Bonjour, monsieur. Et je… Il se tenait juste sur mon passage, alors j'ai dit: Bonjour, monsieur. Et Il a dit, Il a levé les yeux comme cela et a dit: Frère Branham, ne va pas outre-mer avant septembre.

            Eh bien, j'ai dit: Ce que… Eh bien, j'ai regardé, et l'Homme avait disparu. Eh bien, si ce n'était pas là juste comme l'appel pour la Macédoine, qui allait à…?... C'est le même Ange du Seigneur. Voyez?

9             Qu'est-ce? C'est le Seigneur Jésus qui nous aime tous. Il vous aime tous. Il est ici même ce soir. Voyez? Il ne peut pas… Il peut traiter avec vous d'une autre façon, mais c'est le même Seigneur. Il peut traiter avec vous dans un cœur aimable. C'est le même Seigneur. Il peut vous donner la-la passion pour des âmes perdues. C'est le même Seigneur. Voyez? Mais Il place certains dans l'Eglise: des docteurs, des apôtres, des prophètes, des dons de guérison, l'opération des miracles, et toutes ces choses sont placées dans l'Eglise. Croyez-vous cela? Je n'ai jamais dit qu'ils seraient établis hors de l'Eglise. Il les a placés dans l'Eglise pour le perfectionnement de l'Eglise et pour que ça soit dans l'Eglise jusqu'à ce qu'Il revienne. Maintenant, concernant ces choses…

            Eh bien, souvent, évidemment, je connais des amis chrétiens, nous avons beaucoup d'imitations de ces choses. On doit s'y attendre. Il y en a toujours. Nous disions l'autre soir dans l'une de nos leçons que, quand Israël montait, une foule de gens de toute espèce allèrent avec eux. C'est vrai. Mais maintenant, ce que vous êtes, vous l'êtes par la grâce de Dieu, ce que Dieu a. Vous êtes un chrétien, non pas parce que vous avez cherché Dieu, mais parce que Dieu vous a cherché. C'est vrai. Voyez?

            L'homme ne peut pas chercher Dieu. Il ne peut simplement pas. C'est-c'est sa nature d'être un pécheur. Ainsi, il… C'est juste comme le cochon ; dites-lui qu'il fait mal en mangeant la pâtée, vous ne pouvez pas le faire. Il est un cochon pour commencer. Vous ne pouvez donc pas changer cela. Il est juste le commencement… Mais Dieu cherche l'homme. Et c'est l'homme qui vient à Dieu. Et quand il vient à Dieu, Il lui donne la Vie Eternelle.

10           Nous aimerions lire une portion de la Parole, juste dans un instant. Maintenant, ce soir, si possible, j'aimerais donc parler quelques instants et peut-être appeler certaines de ces cartes de prière qui ont été laissées la semaine passée, ou le dimanche passé. Nous en avons plus ou moins, des réunions de… prêchant cette semaine, parce que nous attendions l'assistance. Ceci est une-une toison placée devant le Seigneur. Maintenant, inclinons la tête juste un instant pour parler à l'Auteur avant que nous lisions Sa Parole.

            Notre Bienveillant et Tendre Père céleste, nous nous approchons de Toi ce soir dans le beau Nom de Ton Fils Jésus-Christ. Nous L'aimons parce qu'Il nous a aimés le premier et a donné Sa Vie pour nous. Nous qui autrefois étions étrangers pour Dieu, privés de miséricorde, sans espoir dans le monde, pécheurs de nature, mourant dans la disgrâce, allant en enfer et à une éternité sans fin… Pendant que nous étions dans cette condition, ennemis de Dieu, Dieu a envoyé Son propre Fils, fait à l'image de la chair pécheresse, Il s'est revêtu de la forme d'un homme, Il a souffert, Il a saigné et Il est mort pour nous racheter et nous ramener au Père. Et maintenant, nous sommes fils et filles de Dieu par Sa grâce. Oh ! Combien nous Te remercions pour cela !

            Et, Toi Grand par Ta Majesté, ce soir, nous Te prions de bénir notre rassemblement. Nous ne sommes pas dignes d'avoir ces bénédictions, mais nous les demandons parce que Tu les as promises. Et ce que Tu promets, Tu le fais.

            Ô Dieu, au cours de ces années de service, nous avons trouvé que Tu es très exactement ce que Tu as promis. Et ce soir, nous prions maintenant que le Saint-Esprit soit ici, le Seigneur Jésus ressuscité, qu'Il déverse Sa grande puissance sur cette assemblée. Sauve les perdus, ramène les rétrogrades à la maison. Guéris les malades. Réjouis-Toi avec Tes saints ; car nous le demandons en Son Nom. Amen.

11           Dans Luc, chapitre 8, à partir du verset 50, voici ce que nous lisons:

Mais Jésus, ayant entendu cela, dit au chef de la synagogue: Ne crains pas, crois seulement, et elle sera sauvée.

Lorsqu'il fut arrivé à la maison, il ne permit à personne d'entrer avec lui, si ce n'est à Pierre, à Jean et à Jacques, et au père et à la mère de l'enfant.

Tous pleuraient et se lamentaient sur elle. Alors Jésus dit: Ne pleurez pas; elle n'est pas morte, mais elle dort.

Et ils se moquaient de lui, sachant qu'elle était morte.

Mais il la saisit par la main, et dit d'une voix forte: Enfant, lève-toi.

Et son esprit revint en elle, et à l'instant elle se leva ; et Jésus ordonna qu'on lui donnât à manger.

Les parents de la jeune fille furent dans l'étonnement, et il leur recommanda de ne dire à personne ce qui était arrivé.

12           Maintenant, juste pendant quelques instants, si je parlais un peu de la Parole écrite de Dieu, eh bien, la réunion aura connu un succès, même en lisant Sa Parole. Maintenant, que le Seigneur ajoute Ses bénédictions.

            Nous parlons maintenant de Jésus en ce glorieux moment de la résurrection. Il y a eu trois personnes qu'Il a ressuscitées pendant qu'Il était sur terre. Il a dit avant d'aller à la tombe de Lazare: Je suis la Résurrection et la Vie ; celui qui croit en Moi vivra, quand bien même il serait mort. Et quiconque vit et croit en Moi ne mourra point. Il avait en Lui la puissance de la résurrection. Il a dit: Détruisez ce temple, et dans trois jours, Je le relèverai. Or, s'Il était la Résurrection et la Vie…

            Mais durant tout le temps de Son ministère, Il n'avait ressuscité d'entre les morts que trois personnes. Eh bien, sans doute qu'Il avait beaucoup de critiqueurs en ce jour-là, qui disaient: Pourquoi n'a-t-Il pas ressuscité ceux-ci, et pourquoi n'a-t-Il pas ressuscité celui-là? Et ce sacrificateur qui venait de mourir, tel saint homme qui venait de mourir, pourquoi ne les a-t-Il pas ressuscités?

            Jésus a clairement déclaré qu'Il ne faisait que ce que le Père Lui ordonnait, ce que le Père Lui montrait en vision. Jésus avait des visions, et Il ne travaillait que d'après ce que le Père Lui montrait en visions, uniquement. Saint Jean 5.19, Il a dit: En vérité, en vérité, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-même, mais ce qu'Il voit faire au Père, le Fils aussi le fait pareillement. Juste ce que le Père Lui montrait et rien d'autre, Il ne pouvait rien faire d'autre à moins que le Père le lui ait révélé premièrement. Donc, trois, c'est un témoignage ; en effet, il est écrit dans la loi que la confirmation se fait par trois: Toute parole sera établie sur la déposition de trois… de deux ou de trois témoins.

13           Il n'y a pas longtemps, un Juif m'a dit, il a dit: Je peux prouver que Jésus était un-était un voleur.

            Et j'ai dit: Comment?

            Il a dit: Il traversait les champs des maïs le jour de sabbat, et Il a mangé le maïs qui ne Lui appartenait pas, c'est la preuve qu'Il était un voleur.

            J'ai dit: Vous essayez de comparer l'ordre de ce jour-là avec celui d'aujourd'hui? J'ai dit: Il a dit qu'Il était le Maître de ce… de la moisson, et Il l'était. Et autre chose, ai-je dit, n'est-il pas écrit dans votre loi que si un homme traverse un champ et qu'il a faim, il peut manger ce qu'il veut manger, mais qu'il ne lui est pas permis d'emporter quoi que ce soit? Il était donc conforme à la loi. C'est exact, même à leur propre loi. Oh ! Leurs cœurs étaient simplement aveuglés afin que nous puissions avoir un jour de grâce (C'est tout.), nous les Gentils. Et je suis très reconnaissant pour cela et je suis sûr que vous tous aussi.

14           Eh bien, le Fils de Dieu a passé beaucoup de temps dans la prière avant la croix et la guérison des gens. C'était juste avant notre message de ce soir, Il avait traversé la mer d'un bout à l'autre, Il est allé sur une montagne, un soir après avoir rompu le pain et nourri cinq mille personnes. Je me demande où Il a eu des atomes, ou plutôt quel atome Il a brisé, quand Il avait nourri cinq mille personnes avec deux petits poissons et cinq morceaux de pains… cinq petits pains, et… ce qu'un petit garçon avait. Non seulement c'était du poisson, poisson, mais c'était du poisson préparé et du pain cuit. Il a fait quelque chose: personne ne le sait jusque-là. Mais Il l'a fait parce qu'Il était le Maître de la création.

            Et Il s'est tenu là sur la montagne, surveillant les disciples alors qu'Il traversait la mer. La petite barque était ballottée et elle était pratiquement sur le point de sombrer, on dirait. Et ils ont vu quelqu'un venir, et voici, Il venait là, marchant sur la mer. Environ…

15           C'est ainsi qu'Il s'y prend, juste pratiquement au moment le plus sombre, alors Jésus vint. Nous nous agitons et nous nous inquiétons, nous les chrétiens. Que l'enfant tombe malade, ou que quelque chose arrive, ou que quelqu'un ne se présente pas, nous devenons très nerveux et bouleversés. Nous devrions nous tenir bien tranquilles. C'est Lui qui a ordonné cela. Nous vivons sous Sa dispensation, nous vivons sous Sa grâce. Restez simplement tranquille. Il sera là d'ici peu. Ne vous inquiétez pas. Il commencera un service de guérison quelque part, ou vous serez conduit vers quelqu'un qui prie pour les malades quand vous tomberez malade. Sinon, Il placera simplement cela sur votre cœur, au point que vous vous agenouillerez dans votre chambre et vous le Lui demanderez vous-même. C'est vrai. Rappelez-vous donc, Il fait concourir toutes choses pour le bien.

16           Il est monté à bord de la barque ; la tempête s'est calmée. Il a traversé cette mer houleuse cette nuit-là pour répondre à l'appel d'une seule âme nécessiteuse. Un fou, là à Gadara, là-bas, était si méchant qu'il se faisait des entailles avec des pierres ; on le liait avec des chaînes et il les brisait. Eh bien, c'est cela la puissance démoniaque. Avez-vous déjà passé du temps à côté d'un fou? Si jamais vous avez vu quelqu'un avoir deux fois sa force, c'est un fou ; en effet, il est complètement oint par Satan. Et la puissance satanique lui donne deux fois sa force.

            Eh bien, si le fait pour quelqu'un de se livrer complètement au diable lui donne deux fois sa force, qu'arrivera-t-il à un homme complètement livré à Dieu? Voyez? Cela vous rendra très faible. Peut-être que vous êtes estropié et que vous ne pouvez pas vous lever, mais abandonnez-vous à Dieu, et qu'une nouvelle vie, une nouvelle force entre, alors mettez-vous à marcher.

            J'ai vu des petits enfants, alors que leurs petits membres étaient à peine gros comme ça, des hommes et des femmes qui avaient grandi, rongés par le cancer, se lever du sol ; ils ne s'étaient pas levés pendant des mois, ils étaient tellement faibles qu'ils ne pouvaient se lever autrement que sous la puissance de Dieu. Ils se levaient et parcouraient la maison en louant Dieu et ils étaient rétablis. Qu'est-ce? Le fait de se livrer pleinement à Dieu. Amen. C'est ce qu'il faut: un abandon complet.

17           Et remarquez, comme cet homme, ce fou s'était si-si complètement livré à Satan, Satan s'est servi de sa langue. Et il dit: Nous sommes légion.

            Jésus lui demanda: Qui êtes-vous?

            L'homme ne pouvait même pas parler lui-même ; Satan a parlé au travers de lui, disant: Nous sommes légion, car nous sommes plusieurs.

            Jésus leur a dit: Taisez-vous, mais sortez de lui.

            Et quand ce fou fut guéri, ces démons, étant sortis, entrèrent dans des pourceaux, environ deux mille pourceaux. Alors, les gens sortirent, car cela allait leur coûter un petit quelque chose pour avoir un réveil ; ils demandèrent à Jésus de quitter le territoire. Ils se sentaient plus à l'aise avec le diable et les pourceaux plutôt qu'avec l'Aimable Jésus. C'est vrai. Et ils ont dit… Eh bien, ils ont dit: Oh ! Quitte notre territoire. Oh ! lala ! Tu es trop spirite pour nous. Nous-nous-nous ne pouvons pas supporter cela maintenant. Si vous allez amener les gens à être guéris par ici, et une telle histoire comme cela, quitte notre territoire. Eh bien, Il ne reste jamais là où Il n'est pas le bienvenu, Il s'en est donc retourné.

            Mais il y avait une âme dans le besoin, Il a traversé la mer houleuse pour l'atteindre. Et Il est le même Jésus ce soir. Il quitterait la Gloire pour venir vers une âme nécessiteuse qui est assise dans cette modeste église ce soir. Le même: Il viendra chaque fois qu'on a besoin de Lui, mais Il ne vient jamais là où on doute de Lui. Si vous doutez donc de Lui, souvenez-vous bien, Il ne viendra jamais à votre porte. Voyez? Mais si vous L'aimez et que vous avez besoin de Lui, Il viendra n'importe quand que vous L'appelez. Il est prêt à venir.

18           Maintenant, nous constatons... nous considérons ce petit homme Jaïrus. Beaucoup de gens critiquent plutôt Jaïrus, mais c'était sa fille qui était morte. Il était sacrificateur au temple, ou l'un des grands hommes, des chefs au temple. Mais je pense qu'il était plutôt un croyant en secret. Je pense qu'au fond de son cœur, il croyait effectivement Jésus, mais il avait juste… Il s'était mêlé à une mauvaise foule.

            Et vous savez quoi? Je trouve cela partout ce soir. Parfois, parmi les gens de la haute classe, il y a des gens qui croient en secret, là-haut, de grands multimillionnaires, et pourtant ce sont des croyants en secret, mais ils ont plutôt peur de s'associer à cette classe de gens. Ils essaient de venir la nuit frapper à la porte, mais… Très bien.

            Nicodème était de ce genre-là, il est venu, il a dit: Eh bien, Maître, je sais que Tu n'es pas très populaire. Oh ! Il y a une bande de ces saints exaltés qui Te suivent, ou quelque chose comme cela, ce sont des hommes ordinaires. C'est à eux, dit-on, que Tu T'es associé, des gens ordinaires et de basse classe, mais nous au temple, nous savons que Tu es un Docteur venu de Dieu ; car nul ne peut faire les œuvres que Tu as faites si Dieu n'est avec lui. Voilà une vraie confession. Voyez? Mais il-il s'était associé à une mauvaise classe. Et il y en a beaucoup de ce genre à Louisville, dans le Kentucky, ce soir, peut-être que beaucoup sont assis ici même. C'est vrai. Vous vous engouffrez simplement dans une grande église quelque part, vous jouissez de la plus grande réputation dans l'Etat ; vous pensez que cela vous amène quelque part. Cela vous amènera à perdre votre âme. C'est ce qui vous arrivera.

            Humiliez-vous simplement. Rappelez-vous toujours, pour monter il faut descendre, avec Dieu. Voyez? Celui qui s'humilie, Dieu l'élèvera. Celui qui s'élève sera abaissé, a dit Jésus. Humiliez-vous donc simplement, descendez. Recevez cela comme les autres.

19           Un soir, je faisais un appel à l'autel au tabernacle, il y a de cela plusieurs années. Et il y avait un brave jeune homme qui était un enseignant de la Bible à une classe là-bas dans une certaine église. Il y avait une dame à genou à l'autel en train de pleurer et tout. Il a dit: Oh ! lala ! a-t-il dit, voulez-vous dire qu'elle doit faire cela?

            Et j'ai dit: Je n'ai pas dit qu'elle avait à faire cela. Mais elle le faisait.

            Il a dit: Eh bien, je ne recevrai jamais cela si c'est cela qu'il faut.

            J'ai dit: Ne vous en faites pas. Vous ne le recevrez pas. C'est…

            Naaman avait dit: Les eaux d'ici dans mon pays ne sont-elles pas de loin meilleure que les eaux qu'il y a là-bas? Mais c'était la Parole du Seigneur. Il est allé… Il n'était pas obligé d'aller se plonger, sinon il serait retourné avec sa lèpre. C'est vrai. Alors… Quand il a obéi à la Parole de Dieu, il fut débarrassé de sa lèpre. Parfois, Dieu nous fait donc faire des choses que nous n'aimons pas faire parfois. C'était très difficile pour moi aussi, certaines choses, mais cela, il a eu à me débarrasser de la raideur. Il sait comment s'y prendre aussi, d'une façon véritable.

20           Ainsi donc, je peux voir que Jaïrus jouissait d'un standing social parmi les gens, et il est sorti ce jour-là, et sans doute qu'il a fait l'objet de conversation dans la contrée. Ce Fanatique-là, qui prêche la guérison divine, ce Jésus de Nazareth… C'est du non-sens. Les jours des miracles sont passés. Depuis que nos pères étaient dans le désert, pareille chose n'est pas arrivée. Cet Homme est un spirite. C'est un liseur des pensées. Regardez-Le se tenir là, regarder l'assistance, dire à différentes personnes diverses choses auxquelles elles pensent. Ah ! Arrêtez cette histoire ! C'est ce qu'ils disent.

            Là où il était en retrait, le petit Jaïrus se disait: Je crois en Lui, mais, oui, je ne peux rien dire. Vous savez, je jouis d'un prestige que je dois conserver. Très bien. Et la chose suivante, vous savez, il se promenait un jour, et chaque fois que quelqu'un se mettait à parler de Jésus, il gardait plutôt silence. Il ne voulait pas dire trop à ce sujet parce qu'il était un croyant en secret. Puis, un jour, sa fillette tomba malade. Vous savez, Dieu sait bien comment agir sur vous parfois. Hum.

21           Sa fillette tomba malade. Eh bien alors, je pense que c'est une chose raisonnable à faire, il a probablement fait venir le médecin. Et le médecin a dit: Eh bien, nous allons lui donner quelques-uns de ces médicaments homéopathiques (ou je ne sais quoi ils utilisaient pour ce cas-là), et elle se rétablira dans quelques jours. Il lui a donc administré ses médicaments et son état a empiré. On a fait venir le médecin, peut-être à deux ou trois reprises, son état empirait sans cesse. Puis, alors, ça a explosé. Le médecin franchit la porte, en sortant avec Jaïrus, et dit: Je suis désolé de vous le dire ici, mon ami, mais votre fillette est à l'article de la mort. Elle va mourir. Il n'y a rien au monde qui puisse l'aider. Toute la connaissance médicale que j'ai, j'ai tout mis à votre service, et pourtant, la fillette se meurt. Il n'y a rien qui puisse être fait. Elle va simplement être ramenée à la maison par Jéhovah. Vous feriez donc tout aussi mieux de vous préparer et d'apprêter la tombe, le linceul et tout, car elle va mourir.

            Oh ! Je peux m'imaginer voir le cœur du petit Jaïrus être secoué comme cela. Là, tout au fin fond, surgit une petite pensée: Je me demande où est Jésus. Il faut parfois qu'on en arrive là, chez vous, pour vous amener à vous demander où est Jésus, pour arrêter des sottises que vous faites, arriver à savoir où Il est.

22           Très bien. Aussitôt que le médecin avait quitté, je peux l'entendre aller vers sa femme et dire: Chérie, tu sais, euh, depuis toujours, du fond de mon cœur, euh, euh…

            Elle a dit: Je sais de quoi tu veux parler, chéri. Tu te demandes: 'Où est cet Homme qui prie pour les malades, Celui qu'on appelle Jésus de Nazareth? Oui, ce… Tu sais, chéri, à vrai dire, je-je vous ai vu sonder les Ecritures chaque soir. Je-je pense que tu croyais plutôt en Lui. Tu sais quoi, moi aussi, je croyais en Lui.

            Eh bien, ma femme, que ton cœur soit béni. Allons Le chercher.

            Quelqu'un a dû venir lui dire que Jésus venait. Il traversait alors la mer, ramant Sa petite barque, vous savez, traversant la rivière, la mer, le petit lac. Là, pendant qu'Il traversait, vous savez, on lui a dit que Jésus venait. La foi vient de ce qu'on entend (Est-ce vrai?), ce qu'on entend de la Parole. Alors, quelqu'un lui a dit que Jésus venait tenir une campagne d'un jour, peut-être, dans son territoire.

23           Alors, très vite, je peux le voir porter son manteau et mettre son petit turban sur la tête et se mettre en route. J'entends quelques membres de son église qui se tenaient là dire: Où vas-tu, Jaïrus? Et je peux les entendre dire: Tu sais quoi? On me dit que ce Saint Exalté passe par là, Celui qui prie pour les malades. Je parie qu'Il descend là.

            Je peux entendre les diacres s'avancer et dire: Eh bien, juste un instant, Jaïrus. Eh bien, tu sais, chaque fois, nous tenons une conférence, nous élisons un nouveau pasteur si nous le désirons. Or, nous ne voulons pas que la disgrâce soit jetée sur notre église. Eh bien, si tu vas avoir quoi que ce soit de cette histoire de la guérison divine par ici, j'aimerais te faire savoir maintenant même que nous n'allons pas supporter cela.

            Frère, le temps de passer à l'action était arrivé. Jaïrus devait poser une action. Le temps de passer à l'action est peut-être arrivé pour vous. Et si vous voulez savoir, je pense que le temps de passer à l'action est arrivé pour Louisville. C'est vrai. Le temps de passer à l'action est arrivé pour l'église. Ils avaient joué par-là, ils avaient rejeté ceci au coin, ils avaient repoussé cela, et ils avaient taxé cela de ceci, de cela ; agissons. Amen. Louisville, tiens-toi sur tes pieds. Réclame tes privilèges que Dieu t'a donnés. Et il est temps d'agir. Non pas: Je… Eh bien, je vais vous dire ; je vais m'asseoir derrière pour sortir discrètement. Je vais aller ce soir. Comme Nicodème qui vint de nuit, mais Jésus avait un besoin juste… je veux dire Jaïrus avait un besoin en ce moment-là. Et, frère, nous avons un dr-… nous avons un besoin maintenant même ; allons vers Lui. N'attendez pas la réunion suivante ; attendre voir si quelqu'un d'autre viendra prêcher la même chose. Nous avons un besoin maintenant ; hâtons-nous vers Lui. Minuit sonne ici.

24           La fillette était à l'article de la mort. Les médecins avaient échoué. Et je peux les entendre lui tenir un bon discours tranchant, et le conseil d'administrateurs et tous s'en prendre à lui, mais il avait un besoin ; une bien-aimée était à l'article de la mort, il devait donc arriver auprès de Jésus. Le voici s'en aller.

            Et à ce moment-là, la petite barque accosta là-bas. Jésus en sortit. Un groupe de spectateurs se tenait sur le rivage, les sacrificateurs se tenaient là en retrait et disaient: Hum. Le voilà. Regardez quel genre de foule Il a maintenant. Voilà venir cette bande d'illettrés, des gens sans instruction, grossiers, passant là, quittant le rivage, là-bas, ces pêcheurs qui s'en vont. Voyez-vous à quel genre de foule il s'associe? Qui se ressemble… C'est ça. Ils se tenaient là, critiquant.

25           Là loin sur la colline, je peux voir une petite femme tricotant. Elle avait dépensé tout son argent chez les médecins, et ceux-ci n'ont pas pu lui faire aucun bien. Elle souffrait d'une perte de sang depuis plusieurs années. Elle a regardé en bas. Elle a dit: N'est-ce pas étrange? Je L'ai vu en songe hier soir, peut-être. Et je pense que si seulement je peux arriver auprès de cet Homme-là et toucher Ses vêtements, je n'aurais pas à entrer dans la ligne de prière. Il se retournerait simplement et me dirait que c'est terminé, si seulement je peux m'approcher assez de Lui. C'est ainsi qu'il faut s'y prendre. C'est ce qu'elle a fait. Si seulement je peux m'approcher assez de Lui, c'est tout ce qu'il me faut.

            Eh bien, je la vois descendre là. Son pasteur se tient là. Elle lève les yeux: Eh bien, où vas-tu? Et je suppose donc que tu descends là-bas à cette réunion-là. Eh bien, j'aimerais te faire savoir ceci, tu sais ce que sont les instructions par ici. Quiconque s'associe à cette tribu-là, on lui rendra sa lettre d'adhésion.

            Elle a dit: Vous pouvez bien l'établir.

            La voilà continuer, jusque-là en bas. Il lui fallait arriver auprès de Jésus. Et aussitôt qu'elle est arrivée là, je peux la voir là debout devant un grand groupe.

            Il a regardé là en bas, il a dit: Eh bien, vous m'avez surpris. Une femme que les médecins ont abandonnée et pour laquelle ils ne peuvent rien faire, et alors vous… une femme qui jouit d'une bonne réputation comme vous, d'une bonne femme, la réputation et-et le prestige que vous avez parmi les gens et vous vous associez à une bande de saints exaltés. Là… Je n'ai jamais vu pareille chose. En voilà l'audace même. Hein. Les jours des miracles sont passés.

            Je peux la voir se retourner et dire: C'est peut-être le cas pour vous, mais pas pour moi. Laissez-moi simplement m'approcher un peu plus de Lui. Elle se hâte. Il lui fallait arriver là.

26           Et peu après, un homme dit: Je vais bien te le dire maintenant même, tante Lydie ; je-je… je ne vais simplement pas te laisser faire ça. Nous allons simplement nous tenir ici et ne pas te permettre de le faire. Je peux la voir s'incliner bien en bas et passer entre ses jambes, continuer jusqu'à la fin. Voyez? Elle est déterminée à arriver auprès de Lui, quel qu'en soit le prix, quel qu'en soit le coût. C'est ainsi que nous devrions l'être. Peu importe qui dit quoi ou de quel côté se trouve cela, Dieu l'a dit dans Sa Parole et c'est donc réglé pour moi. Dieu l'a dit, c'est juste… c'est tout ce qu'il en est. Je le crois.

            Alors, elle s'avance là. Elle s'incline là, et elle a vu tous les gens là debout, et tout autour, L'entourant de leurs bras. Elle s'est faufilée simplement derrière Lui, et elle a touché Son vêtement comme ça. Elle se disait: Ô Seigneur, je–je… cela me satisfait simplement. Je vais à la réunion, c'est donc bien assez pour moi.

            Et il y eut tout d'un coup quelque chose, et Il avait un certain moyen de connaître les choses. Il s'est retourné et a demandé: Qui M'a touché? Il a promené le regard sur l'assistance jusqu'à repérer où elle était, Il a dit: Ta foi t'a sauvée. Ta perte de sang s'est arrêtée maintenant.

            Eh bien, Il est le même ce soir, juste le même Jésus, s'Il est ressuscité d'entre les morts. Il a dit: Vous ferez aussi les œuvres que Je fais. Est-ce exact? Et Il a dit: Si vous croyez… C'est tout ce que vous avez à faire. Très bien. Et elle a été guérie.

27           Et puis, vers ce moment-là, je vois ce petit sacrificateur se frayant un chemin dans la foule. Et quelques-uns d'entre eux disaient: Eh bien, regardez là. Eh bien, voilà Jaïrus, celui qui venait de décrocher son diplôme l'année passée. Eh bien, voulez-vous me dire qu'il vient d'obtenir son baccalauréat? Et le voici, il perd son temps par ici avec ce groupe-là. Pourquoi était-il là? Il avait un besoin. C'est vrai. Son cœur était affamé ; et Dieu allait lui montrer tout au sujet de ces choses.

            Il se faufile droit vers là où était Jésus, et il a dit: Seigneur, ma fillette est à l'article de la mort. Viens lui imposer les mains et elle sera guérie. Oh ! lala ! J'aime vraiment ça ! Oh ! Quand Il a vu qu'il s'était assez approché de Lui pour attirer Son attention, s'il pouvait attirer l'attention de l'Homme… Dieu traitait déjà avec son cœur. Si donc il pouvait attirer l'attention de l'Homme, il aurait ce qu'il voulait ; en effet, il savait que Dieu était dans Son Fils.

28           J'apprécie la femme sunamite pour ça, là: quand elle… son enfant était mort et couché dans la chambre du prophète, elle a dit: Selle l'ânesse et va de l'avant. Ne t'arrête pas à moins que je te l'ordonne. Et quand elle est arrivée… Dieu ne révèle pas toujours à Ses serviteurs tout ce qui se passe: seulement ce qu'Il veut révéler.

            Et alors, la femme s'est très vite approchée (laissons un instant notre histoire ici), la femme s'est très vite levée, et Elie s'est levé, il a regardé, il est sorti de sa cave, il a regardé là ; et il a dit à Guéhazi, il a dit: Voici venir cette Sunamite, a-t-il dit, son cœur est troublé, et je ne sais même pas ce qui cloche chez elle. Il s'est donc avancé. Toutefois, Dieu ne lui avait pas révélé ce qui clochait. Il a dit: Te portes-tu bien? Ton mari et ton enfant se portent-ils bien? Ton enfant se porte-t-il bien?

            J'aime ça. Elle a dit: Tout va bien pour moi, tout va bien pour mon mari, tout va bien pour l'enfant, alors que l'enfant était étendu mort. Eh bien, quoi? Elle était arrivée auprès de l'homme de Dieu. C'était le même homme de Dieu qui lui avait donné cet enfant par une promesse. Elle savait que Dieu était dans Son prophète, et si jamais elle pouvait arriver auprès du prophète, le prophète pouvait lui faire savoir pourquoi Dieu avait repris l'enfant. Elle a dit: Tout va bien maintenant. Alors, elle est tombée, elle s'est mise à lui parler de l'enfant. Et vous connaissez l'histoire, comment il est allé, il s'est étendu sur l'enfant… revenu à la vie.

29           Le petit Jaïrus s'est frayé une voie dans la foule jusqu'à arriver là-bas, et il a dit: Maintenant, tout va bien. Je suis finalement arrivé auprès de Lui. Je me suis éloigné du pasteur, je me suis éloigné de l'évêque ; je me suis éloigné du pape ; je me suis éloigné d'eux tous. Et maintenant, j'ai quitté tous les membres d'église, j'ai dépassé toutes les associations, et tout le reste maintenant. Maintenant, je suis arrivé là où je peux vraiment L'adorer. Il a dit: Seigneur, je suis très content d'être ici. Et ma fillette est couchée à l'article de la mort. Veux-Tu venir lui imposer les mains? Maintenant, suivez. Sa foi était dans l'imposition des mains.

            Mais pour Pierre, ce n'était pas comme cela. Quand il était sur la mer houleuse, la nuit précédente, et-et que Jésus se tenait là-bas, Il a dit: Seigneur, si c'est Toi, ordonne que je vienne vers Toi sur l'eau. Ordonne que je vienne simplement-simplement-simplement.

            Jésus a dit: Viens. Vous savez, c'est: Cherchez et vous trouverez. Demandez et cela vous sera accordé. Pierre est donc sorti de la barque et il est parti.

30           Le sacrificateur, quand Josué a donné l'ordre de traverser la mer, la rivière plutôt, leur foi était… quand leurs pieds ont touché l'eau, aussitôt que la plante de leurs pieds a touché l'eau, ils savaient que la mer se dessécherait. C'est là qu'était leur foi.

            Quant au centenier romain, celui-ci a dit: Je ne suis pas digne que Tu viennes sous mon toit. Dis seulement un mot. J'aime ça. Regardez ça. Il a dit: Je suis soumis à des supérieurs. Et je dis à l'un de faire ceci, et il le fait. Je dis à l'autre: 'Va', et il va. A un autre: 'Viens', et il vient. Je sais ce que j'ai, oh ! ceux que j'ai sous mes ordres, ils doivent m'obéir. Maintenant, suivez. Il reconnaissait que Jésus-Christ avait la maladie sous Son contrôle. Il a dit: Prononce seulement un mot ; c'est tout ce que Tu as à faire ; et la maladie de mon serviteur obéira à ce que Tu ordonneras. Donne-nous ce genre de foi ici ce soir. Et vous verrez quelque chose arriver. C'est vrai. Prononce simplement la Parole ; tout ce que Tu dis, ça arrivera ainsi. Prononce simplement la Parole. Et Il a dit: Ton fils vit. Et alors, le lendemain, quand il est arrivé là vers onze heures, il s'approchait de la maison. Il avait voyagé toute la journée et cette nuit-là, et le lendemain, il est rentré. Certains de ses serviteurs l'ont rencontré, ils ont dit: Ton fils vit.

            Il a dit: A quelle heure a-t-il commencé à se rétablir?

            Ils lui ont dit: Hier, vers onze heures, la fièvre l'a quitté.

            Cet homme a dit: C'était exactement au moment où Il m'a parlé. C'est exact. L'état du fils a commencé à s'améliorer à ce moment-là.

31           Or, Jaïrus voulait l'imposition des mains. Il a dit: Viens imposer les mains à ma fille et elle se rétablira.

            Jésus a dit: J'irai. Il s'est mis à descendre là, car Il savait que si la foi de l'homme, qu'il ait eu une vision ou pas… Jésus avait déjà dit qu'Il ne faisait rien avant que le Père le Lui ait montré. Peut-être qu'Il n'y avait pas une vision pour cela. Mais cependant, Il savait que la foi de l'homme était suffisante pour accomplir l'œuvre. A la femme qui L'avait touché là derrière, Il n'avait jamais dit: Je t'ai guérie, Il a dit: Ta foi t'a sauvée.

            Il a mis Ses doigts… Deux aveugles Le suivaient un jour dans la rue. Ils disaient: Seigneur, aie pitié de nous. " Il n'avait pas eu de vision sur ces hommes-là. Il a simplement continué, Il les a laissés tranquilles. Eux criaient après Lui jusqu'au moment où Il est entré dans une maison. Ils sont entrés dans la maison et ils ont dit: Aie pitié de nous, Seigneur.

            Maintenant, suivez. Il leur a touché les yeux et a dit: Maintenant, qu'il vous soit fait selon votre foi. Voyez? Ils ont eu cela ; leurs yeux s'étaient ouverts. Voyez? Selon votre foi…

            Mais maintenant, ce qu'Il faisait Lui-même, c'est ce que le Père Lui montrait de faire. Mais Il avait touché leurs yeux ; les gens ont touché Ses vêtements, ils ont tout fait, comme ça. C'était leur propre foi. Ta foi t'a sauvé.

32           Voici donc venir cet homme maintenant. Jésus va avec le petit Jaïrus auprès de sa–sa fille malade. Eh bien, ils cheminent. Je peux voir Jaïrus marcher maintenant, tous les sacrificateurs le regardent et disent: Ah ! C'est donc ça que tu as choisi. Oui, c'est ça. Ils cheminent tout droit… Il arrive près de Jésus ; son cœur avait changé. Et tout celui qui s'approche réellement de Jésus ne peut plus jamais rester le même. Non, non. Vous ne pouvez plus vous associer à ces vieilles religions sèches et formalistes. Vous avez en vous quelque chose qui vous change et qui vous rend différent, si jamais vous vous approchez. Eh bien, vous pouvez vous approcher de l'église et faire n'importe quoi, mais vous ne pouvez pas vous approcher de Jésus et rester le même.

33           Alors, Jaïrus cheminait droit, son petit torse bombé, vous savez, comme ça. Oui, oui. Je suis content de marcher à Ses côtés. Oui, oui. Ceci est mon-mon… Ceci est mon salut maintenant. Oui, oui.

            Alors, le coup dur fut asséné. Voici venir un homme, la tête couverte de cendres, comme le faisaient les Orientaux en cas de deuil, et il a dit: Ne Le dérange plus. Ta fille est déjà morte. C'était le coup de minuit. Je peux voir le petit Jaïrus alors que les larmes lui coulent dans les yeux et que son petit cœur commence à trembler.

            Il s'est retourné. Je peux voir Jésus avec ces yeux sacrés, regarder et dire: N'aie pas peur. Crois seulement. C'est assez.

            Un petit sourire s'est dessiné sur ses lèvres et il a continué. Oui, je-je sais ce qu'Il dit. Il est le Dieu oint ; je-je sais que ce qu'Il dit est vrai, alors… Il continue… Il savait que ça marcherait. Voyez? Il savait que quelque chose… Très bien. Quand ils sont arrivés à la maison, les gens poussaient des cris, et ils allaient dans la cour: Oh ! Elle est morte, elle est partie. Nous avons embaumé son corps. Elle est couchée là sur le lit, elle est morte. Et elle est morte, la pauvre petite créature.

            Jésus se dirigeait vers l'entrée ; malgré tous ces comportements, comme cela, Il a dit: Silence. Tenez-vous un peu tranquilles. Il a dit: La jeune fille n'est pas morte ; elle dort seulement. Et ils se sont moqués de Lui. Savez-vous ce qu'Il a fait? Quand ils se sont moqués de la Parole de Dieu, Il les a boutés dehors. C'est une bonne chose à faire. Ne croyez-vous pas cela? C'est vrai. Il les a boutés dehors.

34           Comment pouvait-Il accomplir des miracles avec de telles personnes tout autour? Eh bien, une fois, Il a dû prendre un homme et le faire sortir directement de la ville afin qu'Il puisse le guérir, à cause de beaucoup d'incrédulité. Il est allé dans Son propre territoire, là où Il avait grandi ; Il n'a pu rien faire, aucune œuvre. Ils ont dit: Nous avons appris qu'Il a accompli des miracles là-bas. Laissez-moi le faire maintenant. Et tous ceux qui Le connaissaient quand Il grandissait comme un jeune Garçon disaient: C'est le Fils du charpentier, nous connaissions Son papa. Et nous les connaissions tous. Nous connaissions Ses frères et Ses sœurs. Nous savons que c'est un groupe de gens très pauvres par là. Cela… Où a-t-Il eu cette sagesse? De quelle école est-Il sorti? Et Jésus était étonné de leur incrédulité. Il n'est resté là qu'un peu de temps ; Il a continué Son voyage.

            Puis, Il a dit: Un prophète n'est pas sans honneur, si ce n'est dans son pays et dans sa maison. C'est vrai. Et c'est comme ça depuis lors. Eh bien… En effet, c'est la Parole de Dieu. Il doit en être ainsi.

35           Mais ils… Il… ils se moquèrent de Lui. Et ce qu'Il a dit était la Parole de Dieu. Et après donc qu'Il eut prononcé ces Paroles, Il les bouta tous dehors. Considérez qui Il a pris avec Lui: Pierre, Jacques et Jean. L'amour, la foi et la charité. Je veux dire: La foi, l'espérance et la charité ; Pierre, Jacques et Jean, ces trois-là. C'est ce qu'il vous faut emmener avec vous: L'espérance, la foi et la charité, en entrant dans la chambre des malades.

            Et remarquez, Il a pris le père et la mère, Il a fait sortir tous les autres. Eh bien, Il est resté seulement avec ceux qui avaient le cœur brisé, la femme du petit Jaïrus qui croyait en Lui de tout son cœur. Il a dit: Je vous ai dit de ne pas avoir peur: vous verrez la gloire de Dieu. Très bien. Puis, quand Il est entré dans la maison, Il a regardé sur le lit, la pauvre jeune fille gisait là, morte, étendue sur le lit, elle avait environ douze ans. Jésus s'est approché de là où elle était, Il lui a pris la main, Il lui a parlé en langues: Tabitha, Il l'a fait venir là.

36           Et tout autour, vous regardez là dehors, tous doutaient, disant: Eh bien, à l'idée même que cet homme nous fait sortir de la maison. Oh ! Attendez que nous nous emparions de Jaïrus. Hum. Attendez simplement que nous l'ayons. Oh ! lala ! Le médecin a dit que l'enfant allait mourir et cela s'est fait exactement comme le médecin l'avait dit. L'enfant est morte, et le voici maintenant jeter la disgrâce sur notre église. Hum. Attendez qu'il sorte de cette maison-là. Nous allons le soumettre à la discipline de l'église maintenant même. Attendez la réunion de l'assemblée générale, nous allons assurément lui montrer quoi faire. Nous allons lui régler son compte. Attendez simplement qu'on tienne la prochaine conférence, nous n'allons certainement plus avoir ce gars-là par ici.

            Jésus, malgré tout ce tas d'incrédulité dehors, Il était revêtu de la puissance de l'Esprit au point qu'Il a pu parler dans un autre pays, dans une autre langue. Et Il a appelé l'esprit de celle qui était morte depuis le pays, là, Il a dit: Reviens. Et la jeune fille qui était couchée, morte, est ressuscitée, par le toucher de Sa main. Il a dit: Maintenant, donnez-lui à manger, elle est faible. Elle va se rétablir. Il a dit: N'en parlez à personne donc. Cela n'a pas à être publié dans toutes sortes de journaux et être annoncé partout. Très bien. Il était l'Homme du moment. Il l'était. Mais Il le savait Lui-même. Dieu le savait et c'était suffisant. Très bien.

37           Et Il avait dit: N'aie pas peur. Crois seulement. Or, ce même Seigneur Jésus qui était là-bas, à cette scène, est ici ce soir à cette scène-ci. Quand Il était ici sur terre, nous voyons Sa miséricorde. A la résurrection de cette jeune fille, le Père Lui avait montré en vision, quand Il est allé pour un temps. Il a dit qu'Il ne faisait rien… Quand Il a regardé tout autour, Jaïrus, peut-être qu'Il avait déjà vu ce qui allait arriver ; en effet, Il a dit de Ses propres lèvres, alors qu'Il passait à côté de la piscine de Béthesda, là où étaient couchés les boiteux, des estropiés et des aveugles, Il est passé par là, Il a trouvé un homme couché sur un grabat, car le Père Lui avait montré où était cet homme-là. Il souffrait d'une maladie depuis trente-huit ans. Cela n'allait pas le tuer. Il s'est donc avancé là, Il a guéri cet homme-là, et Il est allé s'occuper de Ses affaires. Et il y avait là au moins deux ou trois mille personnes, ou plus, couchées près de cette piscine-là, attendant le mouvement de l'eau: des estropiés, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, attendant là.

            Et pourtant un Tendre et Compatissant Père passait juste à côté de cela. Mais, parfois, les gens ne savent pas ce qu'est l'amour ; vous confondez l'amour et la sympathie. Voyez? L'amour, c'est l'obéissance. Dieu parle ; c'est l'obéissance, peu importe ce qu'est la sympathie ou n'importe quoi d'autre.

            Il n'est pas étonnant qu'Il ait exprimé, là dans le jardin de Gethsémané, Sa sympathie en abandonnant Ses amis et tout, mais Il a dit: Que Ta volonté soit faite. C'est exact. C'est l'amour ; c'est le vrai amour, l'obéissance. Il est passé là. Certainement, Son cœur saignait pour telle pauvre petite mère, là debout avec un enfant hydrocéphale, et tel pauvre vieux papa aveugle, paralysé par l'arthrite, qui avait fait là des années et des années, cherchant à entrer dans cette piscine-là après que l'Ange était descendu, mais ils ne pouvaient pas y arriver.

38           Un grand nombre, et il faut deux mille pour faire un grand nombre. De grands nombres, au pluriel, étaient étendus là jour et nuit. L'Ange descendait, agitait l'eau ; la première personne à y entrer avec foi était guérie. Et ils devaient attendre que l'eau soit encore agitée. Ainsi donc, ils restaient couchés là année après année, et leurs bien-aimés leur apportaient à manger. Et les mendiants étaient là, essayant peut-être d'entrer une fois dans la piscine pour être guéris, éprouver leur foi contre l'Ange, ou avec l'Ange, quand Il descendait. Et là, ce grand nombre était couché là…?... La Bible dit que des impotents étaient couchés là, des boiteux, des aveugles, des estropiés, des paralytiques, attendant, et Il les a dépassés tous, Il n'a adressé mot à aucun d'eux. Il est allé vers cet homme, Il a dit: Veux-tu être guéri?

            Il a dit: Eh bien, je–je–je… Quelqu'un peut me dépasser. Il a dit: Quand je me dirige vers la piscine, quelqu'un d'autre peut courir plus vite que moi, il descend vite et y entre avant moi, et c'est comme ça que ça se passe.

            Il a dit: Très bien. Prends ton lit et rentre chez toi. Les Juifs L'interrogèrent. Eh bien, Il a dit: En vérité, en vérité, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-même, mais ce qu'Il voit faire au Père, le Fils aussi le fait pareillement.

39           Quand Il était ici sur terre, Il connaissait les péchés cachés des gens. Il savait ce qu'ils avaient fait, là où ils avaient été. Quand Philippe est arrivé auprès de Lui, après qu'il eut trouvé Nathanaël, il s'est simplement approché et Il a dit: Voici un Israélite dans lequel il n'y a point de fraude. C'était le commencement de Son ministère.

            Eh bien, Philippe se tenait dans la ligne de prière, il a dit: Eh bien, comment m'as-Tu connu, Rabbi? (Ou révérend, n'importe quel titre que vous voulez donner. Maître, je pense, ou Docteur, c'est la bonne traduction.) Comment m'as-Tu connu?

            Il a dit: Avant que Philippe t'appelât, quand tu étais sous l'arbre, Je t'ai vu. Il n'a pas dit…

            Eh bien, vous savez ce que les gens qui étaient dehors et qui se tenaient là disaient: Cet homme est un spirite. Il est Béelzébul. C'est le prince de tous les démons. En d'autres termes, Il était le meilleur liseur des pensées qu'il y a eu. C'est le prince des démons. Mais vous savez quoi, Philippe a dit: Tu es le-le Fils de Dieu, le Roi d'Israël. Et il a reçu la Vie Eternelle.

40           Or, Jésus a dit: Vous ferez aussi les œuvres que Je fais. Vous en ferez davantage, car Je m'en vais au Père. Vous en ferez davantage. Si donc Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement, Il est donc ici ce soir. Il n'a jamais quitté la terre, pas plus qu'Il est monté et Il est revenu sous forme du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte. Il a donné la puissance aux disciples et Il leur a donné la puissance. Et cela devait aller jusque quand? Se limiter aux disciples seulement? Ecoutez Sa dernière commission: Allez par tout le monde et prêchez la Bonne Nouvelle à toute la création. Est-ce vrai? C'est dans le monde entier et à toute la création dans le monde. Et cela ne s'est pas encore fait là. Et jusqu'à quand était…?... durait? Jusque dans le monde entier… Prêchez l'Evangile. L'Evangile ne vient pas en parole seulement, la… C'est la Parole rendue manifeste. Paul a dit: L'Evangile ne vient pas en parole seulement, mais avec puissance et démonstration du Saint-Esprit. Voyez?

            Maintenant, regardez et voyez si cela coïncide avec ce qu'Il a dit: Allez par tout le monde, prêchez la Bonne Nouvelle à toute la création ; celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé ; celui qui ne croira pas sera condamné. Or, aujourd'hui…?... le prédicateur va jusque-là. C'est vrai. Celui qui croira, qui sera baptisé, sera sauvé. Celui qui ne croira pas sera condamné, et (conjonction, qui relie cela) voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. Oh ! On ne vous enseigne pas cela, n'est-ce pas? Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: En Mon Nom, ils chasseront les démons, ils parleront de nouvelles langues. Ils saisiront des serpents, ou s'ils boivent quelque breuvage mortel, cela ne leur fera point de mal. Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris. C'est vrai. Observez là où ces choses arrivent et vous verrez la Colonne de Feu suivre l'église, Dieu confirmant cela.

41           Un jour, Paul longeait le rivage, il avait fait naufrage. Il ramassait des morceaux de bois et les jetait simplement au feu ; et un gros serpent l'a saisi à la main. Il l'a regardé, il a dit: Eh bien, Dieu m'a déjà dit que je dois comparaître à Rome. Cette bestiole ne me fera jamais de mal. Il l'a simplement envoyée au feu d'une secousse.

            Tous les indigènes ont dit: Attendez voir cet homme tomber mort maintenant. Il s'est retourné, il a ramassé d'autres morceaux de bois, il s'est retourné, il s'est mis à se réchauffer. Et ils ont dit: Non, c'est Dieu. C'est vrai. Pourquoi? Il était tellement rempli et chargé du Saint-Esprit que le poison de cette bestiole ne lui a même pas fait mal. Il est le même Jésus ce soir. Il ne faillit jamais. Il est toujours le même Seigneur Jésus. Croyez-vous en Lui?

42           Je pense qu'Il veut que je prie pour les malades. Maintenant, rappelez-vous, représentons-nous ce que Jésus est maintenant. Prenons… Combien ici croient qu'il y avait eu la résurrection des morts et que Jésus-Christ est les prémices de ceux qui dormaient? Eh bien, je vous remercie pour votre foi. Maintenant, la Bible enseigne dans Hébreux 13.8, il est dit: Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement. Est-ce vrai? Jésus a dit: Vous ferez aussi les œuvres que Je fais. Est-ce vrai? Et quand Il était ici sur terre, Il ne prétendait pas être un guérisseur ; Il ne prétendait pas être autre chose que le Fils de Dieu. Il disait: Je ne peux rien faire avant que le Père Me le montre. Mais cependant, Il pouvait se tenir à côté de quelqu'un, lui parler un peu et lui dire ce que–ce qu'était son problème. Est-ce vrai? Donc, le Père Lui donnait une vision, Lui disait d'aller faire une certaine chose ; Il le faisait.

43           Il Lui avait montré en vision la résurrection de Lazare. Est-ce vrai? Il avait quitté la maison et s'en était allé. Le premier jour, on L'a envoyé chercher, Il n'est pas venu. Le deuxième jour, on L'a envoyé chercher, Il a simplement poursuivi Son chemin. Le troisième jour, Il a alors fait demi-tour et a dit: Notre ami Lazare dort, et à cause de vous, Je me réjouis de ce que Je n'étais pas là. Mais Je vais le réveiller. C'est vrai: Je vais le réveiller. Maintenant, remarquez, quand Il est arrivé à la tombe, Il a dit: Père, Je Te loue de ce que Tu m'as déjà exaucé. Mais à cause de ceux qui se tiennent ici, Je dis ceci. Voyez? Il savait ce qui allait arriver. Puisque les paroles ne se contredisent pas dans la Bible, ne contredisent pas une partie des Ecritures, Il a dit: Je ne fais que ce que le Père Me montre. C'est vrai. Si tu peux croire, a-t-Il dit, tout est possible. Donc, croyez ce soir, et demandons à notre Seigneur Jésus de bien vouloir monter sur la scène ce soir, d'avoir le contrôle sur nos corps par la foi et la puissance, et si… de nous couvrir ensemble maintenant. Nous avons fait des appels à l'autel, les gens ont été sauvés, et–et ils sont venus à Dieu. Maintenant, demandons-Lui de guérir les malades ce soir. Inclinons la tête pendant que nous Lui parlons.

44           Maintenant, Bien-Aimé Père céleste, nous sommes reconnaissants pour Ta Parole écrite. Et maintenant, je prie, alors que je me tiens ici Te représentant devant ces chers amis chrétiens ici ce soir dans l'église, je Te demande, Dieu bien-aimé, de venir prendre le contrôle du corps de ce misérable homme que je suis, juste pour Ta gloire. Et à cause de Ton élection, à cause de Ton appel, parle et laisse que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, entre dans le corps de Ton serviteur, et parle à Tes autres serviteurs. Et que le même Jésus entre dans leurs corps et réponde à la croix. Et que de grands signes et de grands prodiges s'accomplissent ce soir. Accorde-le, Père, car nous le demandons au Nom de Jésus, Ton Fils bien-aimé. Amen.

45           Maintenant, je pense que dimanche soir nous avons distribué les cartes de prière de la série Y. Et puis, nous n'avons plus distribué de cartes de prière après. Je pense donc que nous les avons prises depuis le–le début à partir de la première jusqu'aux 50 premières, là-bas. Maintenant, ce soir, prenons la dernière partie de cette centaine de cartes. Voyons, Y. Prenons environ… Nous avions 25, je pense, hier soir. Voyons, la dernière… Prenons environ quinze ce soir et essayons cela. Disons de 85 ; Y-85 à 100. Qui a Y-85. Voyons. Levez la main. La dame assise ici. Très bien, voudriez-vous venir juste ici même, madame? Très bien, 85. Qui a 86? Quelqu'un a-t-il la carte de prière 86, Y-86? Voudriez-vous venir? Avez-vous cela, madame? 86? Très bien, 87? 88? 88? Qui a la carte de prière 88? Quoi? Pardon, 88, 89, qui a la carte de prière Y-89? N'y en a-t-il pas dans… Que quelqu'un regarde tout autour. Peut-être qu'il s'agit d'un sourd? Ou, ici, je vois un jeune homme assis dans un fauteuil roulant. Est-ce votre carte de prière, Monsieur? Non, en a-t-il? Très bien. 8… 80… Maintenant, est-ce… Excusez-moi. 89. 90? Qui a 90? Les cartes de prière 90? 91, 92, 93, 94, 95, 96, 97, 98, 99, 100. Alignez-les simplement maintenant. Voyez, si nous pouvons prendre ces premières, peut-être, retourner carrément pour en prendre d'autres.

46           Que l'organiste, à l'orgue, veuille jouer pour moi, qu'il veuille nous donner un accord… Combien connaissent cet ancien cantique: Reste avec moi? J'aspire après un grand matin de résurrection, quand toute la vie sera terminée, que notre œuvre sur la terre aura été accomplie, nous aurons été à la maison pour le Souper des Noces, et nous reviendrons pour le Millénium… J'imagine simplement une douce musique angélique parcourir l'air. Les anges de Dieu chanteront à la résurrection, quand nous reviendrons. J'aimerais qu'Il reste avec moi ; alors, pas vous? Pendant qu'elle joue cela doucement...

            Maintenant, je vais vous poser une question. Je vais vous demander combien ici présents sont nécessiteux, n'ont pas de cartes de prière, ne seront pas ici ce soir, et disent: Frère Branham, souvenez-vous de moi dans la prière. J'aimerais que Dieu aie pitié de moi, qu'Il me guérisse ce soir. Voudriez-vous lever les mains partout? Ceux qui veulent que Dieu les guérissent ce soir. Très bien, juste pour avoir une idée générale de là où vous êtes. Eh bien, vous n'avez pas besoin de carte de prière, mes amis. Une carte de prière, c'est juste pour entrer dans la ligne ; c'est l'unique moyen légitime par lequel nous pouvons obtenir cela.

47           Maintenant, si je parcours cette ligne, je pense, quinze ou vingt personnes… Sont-ils tous là? D'accord. Je ne pense pas qu'il y ait une personne dans cette ligne-là que je connaisse, à moins que ça soit cette petite dame qui vient de quitter l'estrade ici, il y a juste quelques minutes. Je ne connais même pas son nom. Je sais qu'elle–qu'elle chante ici. C'est tout ce que je sais, ou-ou plutôt qu'elle fréquente votre église ou quelque chose comme cela. Je-je ne la connais pas. Et je pense que c'est l'unique personne que je connais tout au long de cette ligne-là.

            Maintenant, comme je suis ici chez moi, c'est un peu difficile. Il y en a que je connais: Monsieur Wood et sa femme, ici, je les connais. Et puis je connais cet homme qui est assis ici même ; j'ai… Est-ce Garrett? Est-ce votre nom, frère? Quoi? Bryan. Je vous connais, comme c'est vous qui avez mis ce grand écriteau là dehors à New Albany, là, avec cette–cette épée perçant le monde ou quelque chose qui est dans la Parole de Dieu. C'est vous l'homme qui a fait cela, n'est-ce pas? C'est ce que je me disais. Puis… Maintenant, cette femme assise ici même, je ne la connais pas ; mais je-je… Elle a été quelque part dans une réunion avec moi, quelque part ou quelque chose comme cela. Je… Ne vous ai-je pas vue quelque part, madame? A Phœnix, en Arizona. Je… Très bien… à Phœnix, en Arizona, au tabernacle à Carlsbad. Je me souviens d'avoir vu votre visage et je… elle me semblait familière.

48           Et si je ne me trompe pas, je pense que celui-ci, c'est un ministre avec sa femme, ils sont assis là même. Je …?... dire votre nom, mais ça a une résonance juive. N'est-ce pas vrai? N'a-t-il pas été chez moi et n'a-t-on pas prié pour votre femme ou quelque chose comme cela il y a quelque temps? Je me souviens d'eux.

            Très bien. Je pense que c'est juste… S'il m'arrive de ne pas vous reconnaître, excusez mon ignorance, mais je-je pense… Et je vois l'homme du… le frère, le même matin où madame Sheen de l'Eglise méthodiste a été guérie. Il souffrait d'un cancer de foie ou quelque chose comme cela, il est de l'Eglise baptiste par ici, lui et sa femme, ils sont assis là même, ils étaient… Je me souviens de lui. Levez la main, frère, là. C'est le frère là même. Oui.

49           Et c'est juste pratiquement la limite, à ce que je sache maintenant, sauf ces deux jeunes filles là, la fille de frère Cauble. La jeune fille ici, elle venait d'être guérie des tumeurs de cerveau. Je pense que vous avez entendu son témoignage. Son père est un célèbre médecin ici. Et les tumeurs de cerveau… Elle est directement passée à l'estrade. Dieu sait que je ne savais rien à ce sujet. Mais je savais qu'elle souffrait de la nervosité.

            Eh bien, c'est tout ce qu'ils m'ont dit. Je ne peux pas dire… Je dois simplement suivre ce qu'ils disent. Ils ont dit que je lui ai parlé, lui disant que je la connaissais et je savais qu'elle était nerveuse ; mais après, j'ai vu son papa l'examiner et trouver des tumeurs au cerveau, et c'était vrai. Et puis, il lui a été dit: AINSI DIT LE SEIGNEUR, l'intervention chirurgicale ne sera plus nécessaire, car Dieu les ôtera. Et maintenant, elle a été examinée par deux médecins, ou plus, de la ville. Elle est directement retournée auprès de son père et celui-ci l'a examinée… Il n'y a aucune trace de cela, nulle part. Voyez? Tout a disparu. Tout a disparu. Maintenant, c'est simplement notre Tendre Seigneur.

50           Maintenant, il y en a d'autres, peut-être ici présents, qui ont été guéris de toutes sortes de maladies et autres, mais je n'ai jamais guéri personne. Et personne d'autre n'a donc guéri quelqu'un, à part Dieu: Je suis l'Eternel qui guérit toutes tes maladies. Je suis juste Son serviteur, né dans ce monde. Tout comme frère Cauble est né ici pour prêcher ; Dieu l'a envoyé comme prédicateur. Il m'a envoyé comme un voyant. Et j'ai simplement des visions. C'est tout.

            Et je suis né comme cela. Il n'y a rien là… La première chose que je peux me rappeler, c'était une vision que j'ai eue quand j'étais un enfant. Ce n'est pas seulement comme ceci ; Cela prédit des événements des mois, des semaines, voire des années à venir. Et je demande à n'importe qui dans cette salle, ici, à n'importe quel moment, ou n'importe où que vous voulez, si une fois…Je suis… Excusez-moi, je vois ma chère vieille mère assise ici. Je regardais juste par-dessus elle, elle et frè-… frère et sœur Sims.

            Et à aucun moment Cela n'a jamais parlé sans que la chose s'accomplisse absolument, exactement comme cela avait dit que ça s'accomplirait. Sauf cette unique chose qui est encore à venir, quand j'arriverai outre-mer ; c'est écrit ici dans ma Bible. Je peux vous en donner une copie si vous voulez. Observez et voyez si on ne voit pas cela dans les journaux, les journaux religieux et tout, au moins juste exactement ce que cela dit ici.

51           Très bien. Maintenant, faites venir votre… Oh ! C'est celui-ci le patient. Maintenant, j'aimerais… Rappelez-vous, à vous les chrétiens, ces choses sont terribles et ce n'est pas une pratique de quelque chose. Il s'agit absolument du Seigneur Jésus-Christ dans Sa puissance de résurrection. Comme une puissance qui a été donnée aux gens, non pas pour guérir, mais pour prêcher, enseigner… Tout cela, c'est sous l'inspiration. Aucun prédicateur parmi vous assis ici ne voudrait se dire donc: L'inspiration n'existe pas. Vous n'aimeriez pas dire que vous avez prêché votre sermon de vous-même. Vous demandez à Dieu de vous aider. C'est l'inspiration. Pourquoi votre frère, ou quelqu'un à côté de vous, ne peut-il pas prêcher juste comme vous le pouvez? Il n'a pas été appelé pour cela ; c'est vous seul qui avez été appelé. Cela ne fait pas de vous meilleur que lui, s'il est chrétien. Mais Dieu vous place comme un prédicateur, peut-être lui comme un membre laïc. Voyez? Dieu place dans l'église…

            Et maintenant, concernant ces choses, je dis ceci maintenant à cause de la loi de l'Etat, dans la plupart des Etats, que je ne répondrai pas des critiqueurs ou des incroyants à partir de cette partie de la réunion jusqu'à la fin. Que le Seigneur vous bénisse. Je sais que Sa Présence est ici, l'Ange du Seigneur est près ; Il est ici maintenant. Et vous tous qui avez Sa photo, vous savez, vous verrez au jour du Jugement, Il ne se tient pas à cinq pieds [1,5 m] de là où je suis maintenant même. C'est exact. Ce n'est pas moi. Il entre simplement ; je me perds, et Il parle. Que le Seigneur vous bénisse.

52           Et maintenant, si vous êtes un critiqueur, et que n'importe quoi arrive, je ne suis pas responsable. Mais je le suis vis-à-vis d'un chrétien. En effet, par la grâce de Dieu, nous pouvons faire partir cela d'un chrétien, mais nous ne le pouvons pas sur un critiqueur. Très bien. En effet, c'est un châtiment. Vous devez vous repentir. Ainsi donc, que le Seigneur vous bénisse maintenant. Et puissiez-vous tous… Ne vous déplacez pas. Mais quoi que vous fassiez, ne quittez pas votre siège. Restez juste là où vous êtes pendant les quelques prochaines minutes et croyez.

            Et si le Seigneur Jésus-Christ vient ici à l'estrade ce soir, maintenant, et qu'Il accomplit les mêmes œuvres qu'Il accomplissait en Galilée et là dans les alentours, allez-vous L'accepter pour votre guérison et comme votre Sauveur et tout? Allez-vous le faire? Levez la main et dites: Je le ferai. Je croirai cela de tout mon cœur. Que Dieu vous bénisse. Maintenant, face à ça, puisse-t-Il le faire.

            Maintenant, au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, je prends chaque esprit ici sous mon contrôle pour la gloire de Dieu. Très bien, maintenant, que la dame vienne.

            Maintenant, juste… j'aimerais que l'assistance soit respectueuse [Espace vide sur la bande – N.DE.] Et écoutez simplement. Et j'aimerais que les patients regardent de ce côté-ci, qu'ils croient simplement et juste… répètent ce que je dis. Et j'aimerais que vous, dans l'assistance, vous soyez tout aussi respectueux que possible. Et obéissez simplement à ce qui vous est dit de faire ou écoutez attentivement ce qu'Il dit.

53           Et maintenant, j'aimerais parler à la dame. Je pense que cette dame m'est inconnue. Je ne vous ai jamais vue de ma vie, mais Dieu nous connaît tous deux, n'est-ce pas? Et est-ce notre première rencontre? D'accord. Oui. Vous étiez…? Madame? Oui. Excusez-moi. Très bien, elle était ici hier soir, mais hier soir, je prêchais simplement, à ce que je sache. On m'a dit juste à la fin là, cela s'est mis à appeler les gens là dans l'assistance, pour différentes maladies, et à les guérir. Maintenant, puisque nous sommes inconnus, peut-être, nous avons peut-être le même âge, nous avons peut-être grandi quelque part à des lieux différents du pays, c'est notre toute première rencontre de notre vie… S'il y a quelque chose à votre sujet ou n'importe quoi que je puisse savoir, cela devrait venir par Dieu, par un moyen. Est-ce vrai? Ou peut-être-peut-être un péché secret dans votre vie, peut-être que vous êtes ici, je… avec un besoin d'argent. Peut-être que vous êtes ici pour demander à Dieu pour un autre, un bien-aimé, ou–ou un fardeau, ou-ou quelque chose de ce genre. C'est sur votre–c'est sur votre cœur, ou quelque chose comme cela. Je ne sais pas, mais quoi que ce soit, eh bien, Il… Vous venez simplement vers moi pour que j'intercède pour vous, comme un-comme un intercesseur, pour vous aider à recevoir Christ. En effet, j'ai vu que vous êtes une chrétienne quand vous montiez ici. Vous êtes une croyante.

54           Eh bien alors, si Jésus de Nazareth était ici et qu'Il se tenait ici, Il vous parlerait peut-être comme je vous parle. Il a parlé à la femme au puits un jour, Il a dit: Apporte-Moi à boire.

            Elle a dit: Le puits est profond. Tu n'as rien pour puiser. Et-et ainsi de suite. Et la conversation s'est poursuivie. Il est allé tout droit à son problème. Elle avait un problème, et ce problème-là, c'était qu'elle avait cinq maris. Il a dit… Et elle a dit: Je vois que Tu es Prophète. Et elle est entrée dans la ville en courant, elle a dit: Venez voir un Homme qui m'a dit tout ce que j'aie jamais fait.

            Ce n'est pas ce qu'Il avait fait. Il lui avait dit juste une seule chose. Mais Il avait découvert son problème. Et quand Il a découvert son problème, Il le lui avait dit, c'était le remède. Eh bien, s'Il est ressuscité d'entre les morts, et je soutiens qu'Il m'a envoyé Le représenter, tout comme Il… frère Cauble L'a représenté d'une autre façon, alors Il peut faire la même chose pour vous. Et s'Il vous disait la même chose, seriez-vous heureuse et-et prête à aller dire aux gens que Jésus-Christ est ressuscité d'entre les morts? Le feriez-vous? Eh bien, que le Seigneur vous bénisse, ma sœur, et vous aide.

55           Maintenant, regardez-moi comme serviteur de Dieu. Vous êtes consciente qu'il se passe quelque chose. Vous ne savez pas exactement ce que c'est, mais c'est quelque chose que vous savez. Afin que l'assistance… Parfois, je suis sous cette onction ; je ne… vous savez, je ne me rends pas compte de là où je suis. Mais depuis l'assis-… Afin que cette assistance sache que cette femme sait absolument qu'il se passe quelque chose maintenant même, si c'est vrai, levez la main, madame. Maintenant, ce qu'il y a, c'est cet Ange ; cette onction, Il se meut entre elle et moi. Et maintenant, dans cette dimension qui est donc là, Cela continue à apparaître comme un souffle. Je vois Cela devenir très laiteux devant moi. Maintenant, cela vient de disparaître. Et voici, on dirait, Cela disparaît, apparaît. C'est ainsi que vous pouvez sentir cela, juste comme des vagues. Maintenant, Cela apparaît de nouveau, comme cela, Cela retourne. Ça y est. Je vois quelque chose s'ouvrir. C'est vous qui entrez dans une maison. C'est un–c'est un hôpital. Et vous–vous avez subi une intervention chirurgicale ; ça a été… Je vois quelqu'un debout là, levant deux doigts. Il y a de cela deux ans depuis cette intervention chirurgicale. Vous êtes… Il y a un Etre angélique qui se tient près d'une porte. Eh bien, il s'agit-il s'agit de quelque chose dans votre flanc. C'est une maladie dans votre flanc, dans vos côtes. Est-ce vrai? Vous allez vous rétablir, sœur. Je vous vois plus tard dans un… Ô Dieu Tout-Puissant, je proclame des bénédictions sur ma sœur. Et qu'elle aille recevoir cette bénédiction, au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse.

            Madame? Oui. Oh ! Il est tout…. Maintenant, ce qu'Il a dit que c'était, dans votre vie passée, était-ce vrai? Eh bien, ce qu'Il dit pour le futur arrivera, tout aussi vrai que ça sera. Que Dieu vous bénisse. Très bien. Maintenant, vous pouvez partir et être rétablie. Jésus-Christ vous a guérie. Vous êtes consciente qu'il vous est arrivé quelque chose aussi, n'est-ce pas, madame? Oui. Si c'est vrai, afin… Voudriez-vous lever la main, juste dire que vous êtes… C'est vrai. Que Dieu vous bénisse. Merveilleux.

56           Croyez-vous en Lui? Tout ce que vous avez à faire, c'est avoir foi. Jésus a dit: Si tu peux croire, tout est possible. Maintenant, soyez simplement respectueux. C'est la même chose que notre…

            Où est partie cette dame qui venait d'être guérie? Oh ! C'est la dame assise à côté de vous, en train de prier. Croyez-vous que je suis Son serviteur, madame? De tout votre cœur? Vous souffrez de… quelque chose cloche dans le sang. N'est-ce pas vrai? C'est une hypotension. Est-ce vrai? Tenez-vous debout si c'est vrai. Jésus-Christ, le Fils de Dieu, vous guérit, sœur. Rentrez chez vous à la maison et croyez. Amen.

            Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas. Croyez seulement ; vous verrez la gloire de Dieu. Amen.

57           Très bien. Venez ou… Bonsoir, madame. Croyez-vous de tout votre cœur? Croyez-vous que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est ici pour vous rétablir, vous guérir? Eh bien, si vous êtes consciente de Sa Présence, vous savez qu'il y a quelque chose d'autre que votre frère, n'est-ce pas?

            Je ne suis pas en train de lire ses pensées maintenant. Arrêtez de telles pensées. Ce n'est pas ce que je fais. Rappelez-vous, vos pensées sont ici malgré tout. Eh bien, vous dites que c'est la raison pour laquelle votre esprit… Eh bien, Jésus a fait la même chose: Il connaissait leurs pensées. Croyez-vous cela, monsieur, de tout votre cœur? Si vous croyiez, et que vous voulez croire de tout votre cœur, vous guéririez de cette hernie dont vous souffrez. Croyez-vous cela? Eh bien alors, levez-vous et soyez guéris, au Nom de Jésus-Christ. Que Dieu vous bénisse. Allez. Amen.

            Oh ! Vous avez une espèce de crise. C'est un–c'est un… Non, ce n'est pas l'épilepsie. C'est une espèce d'évanouissement ou de perte de connaissance. Oh! Vous avez connu un accident, un accident d'automobile qui a causé des crises d'évanouissement, vous languissez simplement et vous vous évanouissez. N'est-ce pas vrai? Venez ici.

            Ô Jésus, Fils de Dieu, aie pitié d'elle maintenant alors que j'impose les mains, que l'onction du Saint-Esprit est ici dans la salle. Et maintenant, puisse Cela aller vers cette femme et lui donner la foi. Et qu'elle n'ait plus cette maladie, quoi que ça soit. Je condamne cela au Nom de Jésus, le Fils de Dieu. Amen. Que Dieu vous bénisse, sœur. Allez maintenant en paix. Que les bénédictions de Dieu reposent sur vous. Très bien, ayez foi.

58           Venez. Bonsoir, monsieur. Je suppose, peut-être, oh ! nous sommes inconnus dans cette vie, mais Dieu nous connaît tous deux. Il nous a nourris, Il est avec nous. Et tout ce que nous avons vient de Lui. J'essaie simplement de contacter votre esprit, mon bien-aimé frère, juste afin que les bénédictions de Dieu puissent reposer.

            Maintenant, juste un instant, cela… A... Cela m'a quitté et Cela se dirige dans cette direction-ci. Il s'agit-il s'agit d'un homme qui est assis ici en train de prier, et il regarde droit vers moi. Oh ! C'est pour cet enfant-là. Il va devenir aveugle, ses yeux. Est-ce vrai? Imposez la main à ce petit enfant là et je vais solliciter des bénédictions de Dieu.

            Père, je Te prie de guérir cet enfant et qu'il ne soit plus dérangé au Nom de Jésus. Guéris ses yeux. Amen. Ayez foi, frère. Il va se rétablir.

59           Maintenant, j'aimerais vous parler juste un instant. Croyez-vous que je suis serviteur de Dieu? Je le crois. Et vous êtes conscient que quelque chose se meut entre vous et moi maintenant. Maintenant, vous souffrez des nerfs. Vous en êtes arrivé, on dirait, à perdre votre esprit.

            Dites donc, vous êtes aussi prédicateur. Oui, monsieur. Vous êtes un prédicateur. Vous venez d'entreprendre une nouvelle œuvre dans une ville, une œuvre missionnaire. Et cette ville-là est dans l'Indiana: Muncie, Indiana. Vous êtes… Et autre chose, vous voulez que je vous impose les mains pour que votre ministère soit puissamment béni. Et je vous vois prendre une lettre qui porte un nom. C'est votre nom. En effet, il est écrit: Révérend George G. B-u-t-z, ou quelque chose comme cela. Est-ce vrai? Rentrez, monsieur. Jésus-Christ va vous accorder le désir de votre cœur par Sa bénédiction. Amen. Que Dieu vous bénisse.

            Disons: Grâces soient rendues à Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ. Ayez simplement foi, là au fond dans l'assistance. Croyez de tout votre cœur et vous verrez la gloire de Dieu. Le Seigneur Jésus qui est ressuscité d'entre les morts se tient ici dans cette assistance maintenant. Son glorieux magnifique Etre, l'Oint d'En Haut, de Gloire, Lui qui a soufflé des mondes depuis Ses mains, pour ainsi dire ; Lui qui a créé toutes choses par Jésus-Christ. Il est ressuscité d'entre les morts, et Il a répandu ce que vous faites maintenant, vous voyez et entendez. Ce n'est pas votre frère. C'est le fait de se soumettre au Saint-Esprit. Croyez-vous cela?

60           Vous souffrez du cou, vous, assise là, n'est-ce pas, madame, assise là avec cette petite écharpe jaune? Vous avez… N'est-ce pas vrai? Vous étiez en train de prier tout à l'heure. Vous aviez la tête inclinée et vous demandiez à Dieu: Si Tu permets à frère Branham de se retourner me parler, j'accepterai ma guérison. N'est-ce pas ce que vous étiez en train de dire dans la prière? Ne sont-ce pas les paroles que vous prononciez? Si c'est vrai, levez la main. Levez-vous maintenant. Jésus-Christ guérit donc votre cou et vous pouvez rentrer chez vous. Comment ai-je entendu votre prière? Vous ne vous rendez simplement pas compte de là où vous êtes maintenant même. Vous êtes sous Sa puissance ; toute l'assistance est sous la domination du Saint-Esprit. Gloire soit rendue à Dieu !

61           Très bien, où est… Excusez-moi, madame, je-je pense que je vous reconnais. C'est vous la dame qui avez chanté ici l'autre soir. Mais quant à savoir quelque chose sur vous autrement, vous en êtes juge: Je ne sais rien à votre sujet, pas plus que le fait que je vous ai vue chanter ici quand moi… l'une ou l'autre chose. Mais Dieu sait tout à votre sujet, sœur. Il vous connaissait depuis votre naissance. Et je sais que vous êtes une croyante. Et me croyez-vous comme votre frère? Vous croyez. Votre maladie… Vous souffrez de la sinusite, ou quelque chose comme ça, qui vous dérange. Vous souffrez des hémorroïdes ; c'est une affection de rectum. N'est-ce pas la vérité? C'est votre mari qui est assis ici. Voici une espèce de quelque chose qui se meut entre vous tous. Regardez ici, jeune homme, juste un instant. Oh ! Je vois une personne qui est-qui est ici debout. C'est un… C'est juste… c'est votre–c'est votre belle-mère. Elle habite une ville où il y a beaucoup de lacs, ou quelque chose comme cela ; c'est Michigan ; elle est estropiée. Est-ce vrai?

            Dieu Tout-Puissant, que Tes miséricordes viennent maintenant et bénissent celle-ci, Seigneur. Nous demandons cette bénédiction au Nom de Jésus-Christ ; que cela soit pour Ta gloire. Amen. Que Dieu vous bénisse. Que la paix de Dieu repose sur vous. Je vous impose les mains pour la bénédiction pendant que l'onction est ici. Amen, amen.

62           Ayez foi en Dieu. Très bien. Est-ce le patient? Croyez-vous? Si donc un homme dit quelque chose, en tant qu'un homme, vous avez le droit de douter de cet homme. Mais quand Dieu témoigne que c'est la vérité, alors vous n'avez pas le droit de douter de Dieu, mais de dire que c'est la vérité. Et je vous ai témoigné que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est ressuscité d'entre les morts, Il avait promis que les mêmes choses qu'Il avait faites s'accompliraient aussi ; et Il est ici ce soir, accomplissant les mêmes œuvres qu'Il avait faites quand Il était ici.

            Voudriez-vous guérir de cette maladie dont vous souffrez dans la chevelure ou à la tête? Croyez-vous que Dieu vous en guérira? Vous croyez, vous pouvez avoir cela. Que Dieu vous bénisse. Rentrez chez vous ; soyez rétabli. Et vous qui souffrez de l'arthrite, assis là même, Il vous a aussi guéri il y a quelques minutes. Ayez simplement foi et ne doutez pas.

63           Amenez la… Est-ce votre patiente? Est-ce que docteur Cauble est venu? Excusez-moi, je me sens faible maintenant. Je suis…?... Approchez-vous. Croyez-vous? Croyez-vous que je suis serviteur de Dieu? Eh bien, je vous suis inconnu, ou vous m'êtes inconnue. Je suppose que nous sommes inconnus, n'est-ce pas? Vous avez assisté à plusieurs réunions. Je veux dire, quant à vous connaître, je ne vous connais pas. Je ne sais pas. Mais Dieu nous connaît tous deux. Très bien. Si donc je pouvais faire quelque chose pour vous et que je ne le faisais pas, je serais une brute. Mais si je pouvais faire quelque chose pour vous, et que je pouvais vous accorder votre désir, je le ferais. Mais je ne le peux pas. Mais étant né dans le monde pour avoir des visions, et, dans Sa Présence, dans laquelle vous êtes sûre maintenant de vous tenir… En effet, je crois que vous, sous cette onction, vous pourrez probablement passer dans l'Eternité. Me croyez-vous donc? De tout votre cœur?

            Vous n'êtes même pas de cette ville. Vous venez d'un autre Etat, et c'est un Etat voisin, au nord ; c'est l'Ohio. Est-ce vrai? Et vous avez des ennuis. Vous avez eu… Vous avez eu de sérieux ennuis depuis que vous êtes ici. Vous avez eu une attaque cardiaque. On vous a amenée dans un hôpital depuis que vous êtes ici. Vous souffrez de l'affection de vésicule biliaire. Est-ce vrai?

            Ô Seigneur, Créateur des cieux et de la terre, je condamne cette maladie et j'ordonne que cela la quitte afin qu'elle puisse retourner chez elle à la maison, normale et rétablie. Et pendant que Ta Présence ointe est ici, et que tous deux nous en sommes conscients, nous savons qu'un jour nous aurons à nous tenir dans Ta Présence. Maintenant, que ceci la quitte et qu'elle soit bien portante ; je le demande au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse, sœur. Rentrez, en étant heureuse, en bonne santé, et aimez Dieu toute votre vie. Très bien.

64           Oh ! Comme Dieu pourrait guérir toute cette assistance de gens en ce moment même, si vous croyez de tout votre cœur. Si seulement vous avez foi et que vous ne doutez pas. C'est tout ce que je vous demande de faire, c'est croire en Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Maintenant, peu importe que vous soyez ici sur l'estrade ou que vous soyez là dans l'assistance… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

            Croyez-vous de tout votre cœur? Vous? Devant Dieu, vous dites cela? Comprenez-vous cela? Et il y a une vibration ou un mouvement dans un canal qui a parcouru l'assistance il y a quelques instants, cela a quitté maintenant ; mais on pensait que c'était de la télépathie mentale qui consiste à lire la pensée. Mais ce n'est pas ça. Je n'ai point regardé la femme. J'aimerais que vous posiez votre main sur mon épaule, madame. Croyez-vous que je suis serviteur de Dieu et que je vous dis la vérité? Si je demande à Dieu et qu'Il me dise ce qu'est votre problème, allez-vous accepter Jésus comme votre Guérisseur? Allez-vous le faire? Vous souffrez du cœur. Si c'est vrai, levez la main maintenant. Maintenant, allez et soyez rétablie, au Nom de Jésus-Christ. Vous aurez ce que vous avez demandé. Que Dieu vous bénisse. Très bien.

65           D'accord, madame. Croyez-vous de tout votre cœur? Aimeriez-vous être rétablie? La vie n'a pas été un lit fleuri pour vous de toute façon, n'est-ce pas? Vous avez eu beaucoup d'épreuves, des hauts et des bas. Vous avez été extrêmement nerveuse toute votre vie, surtout en ce temps-ci, c'est pratiquement l'âge que vous atteignez maintenant, d'être–d'être nerveuse et bouleversée. Ça s'aggrave plus que jamais, car vous atteignez la ménopause, une étape de la vie. Mais dans votre vie, vous avez toujours désiré une marche plus intime avec Dieu. Vous avez encore ce désir aujourd'hui, vous cherchez cela tout le temps. Maintenant, entre vous et moi, il coule du sang, et cela change on dirait en une couleur blanche. Vous êtes anémique. Est-ce vrai? Maintenant, allons juste au Calvaire maintenant, par la foi, pour une transfusion sanguine.

            Dieu Tout-Puissant, que le Sang de Jésus-Christ ramène la vie au sang de ma sœur, qu'elle parte d'ici rétablie, au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse, sœur. Allez, et que la paix de Dieu repose sur vous et vous rétablisse.

66           Très bien. Est-ce ce petit garçon? Viens ici, fiston. Très bien, c'est un très bon petit garçon. Il est juste un peu excité, évidemment, à la manière des enfants, et cette onction touche ce petit garçon maintenant. Regarde, chéri, quand notre Seigneur Jésus était ici sur terre, Il prenait les petits garçons comme toi, Il s'asseyait et leur imposait les mains, les bénissait et ils étaient rétablis. Aimes-tu donc entendre ta monitrice de l'école du dimanche parler de cela, quand Jésus était ici, comment Il avait béni les petits enfants et les petites filles? Eh bien alors, maintenant, Il est monté au Ciel et Il est revenu sous forme du Saint-Esprit. Maintenant, s'Il était ici, Il te dirait ce qui cloche chez toi. Est-ce vrai? Et alors, tu serais rétabli. Tu crois cela, n'est-ce pas, chéri? Crois-tu que ces reins vont se rétablir? C'est ce qui clochait chez toi, n'est-ce pas? L'affection rénale. Si c'est vrai, lève ta petite main afin que le… Eh bien, viens ici juste une minute.

            Père céleste, je bénis cet enfant et je condamne cette maladie dans son corps, et j'ordonne qu'elle quitte ; au Nom de Jésus-Christ, que cela parte. Amen. Que Dieu te bénisse, chéri. Tu peux retourner auprès de tes parents et leur dire que tu vas te rétablir maintenant. N'ayez pas peur, sœur ; il va maintenant se rétablir. Tout cela quittera et il va–il va se rétablir.

67           Très bien, voudriez-vous venir, madame? Croyez-vous de tout votre cœur? Et sachant que l'un de ces jours, vous et moi, nous aurons à nous tenir dans Sa Présence et à rendre compte de nos vies, il nous convient donc de vivre comme des chrétiens, n'est-ce pas? De vivre fidèlement et de vivre avec droiture devant Dieu? Savez-vous que vous avez quelque chose qui cloche chez vous maintenant qui pourrait vous ôter la vie, si c'est… va un peu plus loin, cette maladie dans les glandes féminines. Mais croyez-vous que Dieu vous guérira maintenant et vous rétablira? Acceptez-vous cela comme ça? Que Dieu vous bénisse, cela vous a quittée maintenant. Vous pouvez partir…?...

            Maintenant, la raison pour laquelle j'ai fait cela, en attendant cette femme, c'est que je savais qu'elle était guérie pendant qu'elle se tenait ici. Dieu l'a guérie pendant qu'elle se tenait ici pour être rétablie.

68           Et je sais que dans cette salle maintenant même, vous ne saurez jamais combien cela affaiblit… Regardez ici la sueur sur ma main. Voyez? Je suis pratiquement sur le point de m'écrouler ici à l'estrade. Tout devient laiteux partout dans la salle, et tout. Rappelez-vous, le Seigneur s'est retourné et a dit: La force m'a quitté. Or, je ne suis pas Lui, mais c'est Lui, c'est Lui qui fait le… Si cela faisait… Si Dieu, dans le Seigneur Jésus-Christ, dans ce corps né d'une vierge, Lui a fait sentir cela quand quelqu'un L'a touché avec foi, que pensez-vous que cela ferait à un pécheur comme moi, qui a été simplement converti et introduit dans la voie?

            Chacun de vous, croyez-vous de tout votre cœur? Ecoutez-moi maintenant, en tant que serviteur de Dieu. Je vous dis la vérité. Chaque personne ici présente, d'après la Parole de Dieu, est guérie maintenant même. Croyez-vous cela?

            J'aimerais que vous fassiez quelque chose. Nous pourrons faire passer ligne après ligne, mais j'aimerais que vous vous imposiez les mains les uns aux autres et que vous me laissiez prier, juste avant que j'aille plus loin. Imposez-vous les mains les uns aux autres, ceux qui aimeraient être guéris. Oh ! lala ! Si vous pouvez vous tenir ici et voir combien le Saint-Esprit se réjouit de cela, avec vos mains posées les uns sur les autres.

69           Bienveillant Tendre Père, alors que ma force me quitte si vite, et que mes jambes me soutiennent à peine davantage, je comprends vraiment pourquoi Tu pouvais Te reposer à la poupe après un service de guérison, et même les vagues ne T'ont pas réveillé.

            Maintenant, j'implore la miséricorde. Il y a beaucoup de mères, de papas, de sœurs et de frères, assis ici ce soir qui ont vraiment besoin de Toi. Au début, on a essayé d'apporter un petit sermon, et maintenant, Tu es entré en scène et Tu as effectivement confirmé que c'était la vérité. Maintenant, exauce ma prière, Dieu bien-aimé, dans la simplicité de mon cœur ; je Te l'offre avec une foi sincère. Ecoute-moi, mon Seigneur. Et que l'Aimable Saint-Esprit s'établisse maintenant même sur chacun de ces gens, et que tout doute soit ôté. Et que Dieu Lui-même touche simplement, avec une petite bénédiction spéciale, chaque cœur et lui accorde la foi afin qu'ils sachent que Ta Présence est proche. Ô Eternel, accorde-le, par Jésus, Ton Fils.

            Frère Cauble, termine cette prière.

Voir le texte anglais seulement

The Resurrection Of Jairus’ Daughter

1  Good evening, friends. Happy to be here again tonight to greet you in the Name of the Lord. I just got in in time, didn’t I? I want to be a little quicker than that when I get to heaven (See?), just a little bit more on time the last… We had to kinda hurry, had quite a time parking.

Is everybody feeling good? Good, that’s very fine. Now, today has been a great day for me. I just have… Seem like today that the Lord’s blessings just seem to be pouring in. And if I could just get a enough time to get there, all the places a calling to come, is the only thing… I think there’s about four hundred or better lays constantly, of the places of the cities. And the poor people are needy, and I pray that God will just be good enough to me to—to inspire me to let me know which place to go to, just what to do.

2 And I have something on my heart tonight that I… This morning Billy Paul come up and was telling me about the meeting last evening. And he gave me a letter from Sister Cauble. And it was about a—a little child that I’d prayed for up in Chicago. And it’s just been on my heart all day long to find the predicament, the mother and father… Maybe some night, I’d like to have her or someone to read that letter to the audience: just a typical letter of people in need. But the poor little baby, I didn’t know it; ’course it just come through the line, and the mother said the Holy Spirit just began—begin to reveal and tell everything right up to the case; come on up till just at the present time and then stopped. Didn’t know what to say from then on. And she’s frantically… The little baby, I believe he said, had cancer and had part of his tongue taken out and its throat in here. And it’s one of the pastors at the Moody Bible in—in Chicago. He’s a missionary, just returned in from Africa. I think that’s French Africa, French West Africa.

And he got a letter a few days ago, both of them, that their little church is about gone, and Communism has sweeping over, taking it, and… Oh, just think of the predicament. Now, their little baby laying there just at the point of death, looking for it die at any time. And there, the little church swept away; Communism has taken things over. I—I just couldn’t keep from crying a little. I—I said, “God, if You’ll just… I don’t know what You’re going to do, but if You’ll just spare that baby’s life, I’ll promise You that’ll be a open door for me to West Africa, where the Communism is taking over the churches over there, taking over their church. And I want you to pray with me that God will do something and help. ’Course, we want His will done in every case.

3 I believe I was testifying the other night about George Wright. I just happen to see him setting here. I have to—a… Here was a man that they’d give up to die. And I seen a vision, the same Mrs. Baker’s daughter… Here he is here… That he was never, be up any more, and he’s crippled; his legs has pulled him up like this. And here he is tonight by the power of God. The same night the vision come for Mrs. Baker, her daughter… Are—are you here, Miss Baker? Is the girl here too? Is your daughter? [Mrs. Baker gives a testimony—Ed.]That’s just… Praise the Lord. It’s wonderful. It certainly is. Well, at the same time that her daughter, while I was in the hospital, that they’s—she’s—they’s calling. They didn’t think that the young lady was going to live. And when I looked at her, I didn’t think she was either. And so we walked in, and while standing, praying, I saw that Light come over her bed. That’s when It—It told her what would happen, just exactly the way, and the time she’d be sent home. And she was.

4 And the very same night, I’d been up to Lexington, Kentucky, come back down, and got home about daylight, and got in bed; slept till about nine o’clock; and got up, and started out through the hall, and as I did, there was a young lady standing there and she was speaking. And I thought, “Well, what’s she doing standing here?”

And she said, “Mother, that’s what Brother Branham said.” I looked over and seen her mother talking on the telephone at her home, and I knew it was a vision then. Then I heard something like clods a dropping. And I’d just left Brother Wright’s two days before that, where I’d told his son and all of them, that, perhaps, he was going to die. I’d been down four or five days praying for him. And he was going to die. And the doctors had done give him up and everything. And then I heard them clods a dropping. There’d been some people there who doesn’t believe in Divine healing, the church that he used to belong to. Not any criticism… The Church of Christ, and they don’t believe in it. So they’d been up there making fun of him because that he had me down there praying for him after the doctor said he was going to die. And when I looked, those clods were dropping under a willow tree. I never knew the man dug graves. And He said, “THUS SAITH THE LORD, he’ll dig the grave for some of them that’s laughing at him.” Here he is…?…

5 I called Mrs. Wright on the phone and told her right away, what had happened. And I said when I come into the building, one of these days, he’ll be walking right through the Tabernacle, make a left turn and come over and shake my hand, and say, “Brother Bill…” And then Sunday, first time I’d been around for quite a while, I didn’t even know the man was—where he was at. Walked out of that Tabernacle, without him knowing this, walked right the same way. And I just stopped and waited and watched. Come right around the same way, the way It was said, and walked over and took a hold of my hand, just exactly the way It said.

Now, when I say anything, it could be wrong. But when you hear Him say something, it’s just that way. He’s the Lord. And aren’t we so happy for those things?

6 I was just thinking today of what that our Lord has did for us. My wife, I caught her crying today. And I—I come out of the study and was—and she was crying. I said, “What’s the matter?” It was just a little something. This is my home country (You know?), and hard here; it’s hardest place in the world. And if you could notice a difference. It was something about school children. You know how women are; they’re so tedious about those things. And some people that goes to a little better church than what our Tabernacle would be over there… People’s got nothing against me now. They like me; and they like… But they’d rather their children wouldn’t associate with our children as long as they could be with the children that goes to their own church, or something on that order. You know? Now, it kinda hurt the wife a little bit. And she said, “Well, I keep my children clean and we try…”

I said, “That’s not it, honey.” I said, “That’s not the idea. Them pastors, they talk, say…” Here the other day a—a minister friend of mine, staying in the… He didn’t know that he was setting right in the congregation with these fellows, and my name come up. Said, “He’s a fine boy. We all love him and like him, but he’s kind of an illiterate type. And he doesn’t speak well…” Well, I… That’s truth, you know. That really the truth. And a…

But I just happened to think, that’s the same words they said about our Lord: same thing. See? Groups said He traveled with the common people. The Bible said, “The common people heard Him gladly,” just the common and the illiterate, and so forth. And He never had any doctor’s degree or whatever there was, as far I know. They didn’t record He ever went to school there but He was the Son of God just the same; that’s the main thing.

7 So now, we want to talk just a few moments. A while ago there was such a terrible emergency. We haven’t been taking calls during time of the meetings because you just get so… But there was a lady who called, was in a desperate condition. And my wife come into the room and said, “Honey, I hate to call you from study”; but said, “this is just such an awful emergency.” And said, “The woman’s fixing to commit suicide.” And so, I got to the phone; and while standing at the phone, the Holy Spirit told her just who she was, what she was doing, how she was dressed, what was the matter with her, and what caused it; and He healed her right there while I was standing at the phone. Oh, my, I tell you… I heard crying: her mother screaming and holding her and everything, till I… And her just a praising the Lord. She…

So He’s good all around. If you just think of how… Compare that with the New Testament early church. Just compare it and see how it—it—it—co—it coincides with the New Testament church: the apostles, how the visions came, how everything, how the Lord worked.

8 Here, I was going over to Africa. Supposed to be India this month. Had it by dates set and everything. Some sent and had times set with dinner with Mr. Nehru before going in, the Prime Minister, and… That was William Branham doing that. And I was all fixed and getting my visa ready. I was praying for some people in the house, and went out in my house, went into another room, come back through to—was answering telephone, and come through the little hall, going back into another room. There’d been a couple more carloads come in since I was in the room—of answering this phone, emergency long distance. And when I started through the room, there stood a man standing there. And he had a towel, looked like, over his head like this, hanging down. He’s kind of a dark complected looking fellow. Looked like his nose was kindly pushed on the end or like it kindly stumped like that. He was standing there looking right at me. I thought he’d been a patient just come in. And I said, “How do you do, sir?” And I… He was a standing right in my road, so I said, “How do you do, sir?”

And he said, looked up like that and said, “Brother Branham, don’t go overseas till September.”

Now, I said, “What…” Well, I looked, and the man was gone. Now, if that ain’t just like the Macedonian call, that went over to…?… It’s the same Angel of the Lord. See?

9 What is it? It’s the Lord Jesus, that loves us all. He loves all you. He’s right here tonight. See? He might not—He might deal with you in another way, but it’s the same Lord. And He might deal with you in a loving heart. That’s the same Lord. He might give you a—a passion for lost souls. It’s the same Lord. See? “But He sets some in the church: teachers, apostles, prophets, gifts of healing, working of miracles; and all those things are set in the church. Do you believe that? I never did say where they’d be set out of the church. He set them in the church for the perfecting of the church and to be in the church until He comes again. Now, in those things…

Now, many times, of course, I know Christian friends, we have a lot of impersonations on those things. That’s to be expected. It’s always. We said, other night in one of our lessons, when Israel went up, a mixed multitude went with them. That’s true. But now, what you are, you are by the grace of God, what God has. You’re a Christian, not because you sought God, but because God sought you. That’s right. See?

Man can’t seek God. He just can’t: it’s—it’s his nature to be a sinner. So he… Just like the pig; tell him he’s wrong eating slop, you couldn’t do it. He’s a pig to begin with. So you couldn’t change that. He’s just the begin… But God seeks after man. And man comes to God. And when he comes to God, He gives him Everlasting Life.

10 We want to read some of the Word, just in a moment. Now, and tonight, if possible, I just want to speak just a few moments and maybe call up some of those prayer cards that were left off last week, or last Sunday. We been having more or less, meetings of a—preaching this week, because we’ve been waiting for an audience. This is a—a fleece before the Lord. Now, let’s bow our heads just a moment to talk to the Author before we read His Word.

Our kind, loving heavenly Father, we approach Thee tonight, in the lovely Name of Thy Son Jesus Christ. We love Him because He first loved us and gave His life for us. And we who were once alienated from God, cut off without mercy, without hope in the world, sinners by nature, dying in disgrace, going to a devil’s hell and endless eternity… While we were in this condition, enemies of God, God sent His own Son, made in the likeness of sinful flesh; took upon Himself the form of man, suffered, bled, and died to redeem us back to the Father. And now we are sons and daughters of God by His grace. Oh, how we thank Thee for it.

And great One, in Your majesty tonight, we pray that You’ll bless our coming together. We’re not worthy for, to have these blessings, but we ask them because Thou has promised them. And what You promise, that You will do.

O God, in these years of service, we have found You to be just exactly what You promised. And we pray tonight now, that the Holy Spirit will be here, the resurrected Lord Jesus, and will spread forth His great power over this audience. Save the lost; recall the backsliders back home. Heal the sick. Rejoice with Your saints; for we ask it in His Name. Amen.

11 In Saint Luke the 8th chapter and beginning with the 50th verse, we read this:

But when Jesus heard it, he answered him, saying, Fear not: only believe, and she shall be made whole.

And when he came into the house, he suffered no man to go in, but Peter… James and John, and the father and the mother of the maiden.

And all wept, and bewailed her: but he said, Weep not; she’s not dead, but sleepeth.

And they laughed him to scorn, knowing that she was dead.

And he put them all out, and took her by the hand, and called, saying, Maid, arise.

And the spirit came again, and she arose straightway: and he commanded to give her meat.

And her parents was astonished: but he charged them that she… tell no man what was done.

12 Now, in, just for a few moments, if I’d speak just a little on God’s written Word, well, the meeting would be a success, even by the reading of His Word. Now, may the Lord add His blessings.

We’re speaking now of Jesus in this great time of the resurrection. It was three people that He raised while He was earth. He said before He went to the grave of Lazarus, “I am the Resurrection and Life; He that believeth in Me, though He were dead, yet shall He live. And whosoever liveth and believeth in Me, shall never die.” And He had the resurrection power in Him. He said, “You destroy this temple, and I’ll raise it up again in three days.” Now, if He was the Resurrection and Life…

But all the time in His ministry, He only raised up three people from the dead. Now, no doubt but He had many critics in that day that said, “Why didn’t He raise up these, and why didn’t He raise this one? And this priest just died, this holy man just died, why didn’t He raise up them?”

Jesus plainly stated that He only did what the Father told Him to do, what the Father showed Him in vision. Jesus saw visions, and only worked as God showed Him by visions only. Saint John 5:19, He said, “Verily, verily I say unto you, the Son can do nothing in Himself; but what He sees the Father doing, that doeth the Son likewise.” Just what the Father showed Him and nothing else, nothing could He do except first God revealed it. So three is a witness, for it’s written in the law that three is a confirmation: “In the mouth of three—two or three witnesses, let every word be established.”

13 A Jewish man, here not long ago, said to me, he said, “I can prove that Jesus was a—was a thief.”

And I said, “How?”

He said, “He went through the cornfields on the Sabbath day and eat corn that didn’t belong to Him, proving he was a thief.”

I said, “You’re trying to compare the order of that day with this day.” I said, “He said He was the Lord of this—the harvest, and He was. And another thing,” I said, “isn’t it written in your law, that if a man comes through the field and he’s hungry, he can eat what he wants to eat, but it’s not lawful for him to pack anything away? So He was within the law.” That’s right, even to their own law. Oh, their hearts was just blinded so we could have a day of grace (That’s all.), we Gentiles. And I’m so thankful for that and I’m sure you all are.

14 Now, the Son of God spent much time in prayer before the cross and a healing the people. Was just prior to our message tonight, He crossed all the way across the sea; went up on top of a mountain, one evening after breaking bread and feeding five thousand. I wonder where He got the atoms, or what atom He turned loose, rather, when He fed five thousand people with two little fishes and five loaves of bread—five little biscuits, and—some little child had. Not only was the fish fish, but it was cooked fish and cooked bread. He done something: no one knows yet. But He did it because He was the Lord of creation.

And there, upon the mountain, He stood and watched the disciples as they was crossing the sea. The little boat, tossed about, and was just about ready to sink, looked like. And they seen someone coming and here He come, walking on the sea. About…

15 That’s the way He does; just about the time it gets the very darkest of hour, then Jesus comes along. We fret and worry, we Christians. And the baby gets sick, or something happens, or somebody don’t show up, we’re just so nervous and upset. We should just set quiet. He’s the One Who commanded it. We’re living under His dispensation, living under His grace. Just set still. He’ll be along after while. Don’t worry. He’ll open up a healing service somewhere, or you’d be guided to somebody who prays for the sick when you got sickness. If not, He’ll just put it upon your heart so bad, you’ll just kneel down in the room and ask Him about it yourself. That’s right. So just remember, He works all things together for good.

16 He got in the ship; the storm stopped. He crossed that stormy sea that night for the call of one needy soul. A maniac, up in Gadara, up there, was just so mean till he was just cutting hisself with rocks; and they’d bind him with chains and he’d break them. Now, that’s the devil’s power. Did you ever fool around somebody that was a maniac? If you ever seen somebody with double their power, it’s a maniac; because they’re completely anointed with Satan. And that Satanic power gives them twice their strength.

Now, if a person, completely surrendered to the devil will give him twice his strength, what will a man completely surrendered to God do? See? It’ll make you so weak. Maybe you’re crippled and can’t stand up, but surrender yourself to God, and new life, a new strength comes in, and you go to walking away.

I seen little people when their little limbs wasn’t hardly that big, grown men and women eat up with cancer, rise to the floor, that hadn’t stood up for months, so weak they couldn’t have stood up any—any other way but under the power of God. And get up and walk around through the house praising God and get well. What is it? Full surrendered to God. Amen. That’s what it takes: a complete surrender.

17 And notice, when that man, that maniac was so—so completely surrendered to Satan, Satan used his tongue. And he said, “We are legion.”

Jesus said, “Who are you?”

And the man couldn’t even speak himself; Satan spoke through him, “We are legions, for we are many.”

Jesus said, “Hold your peace, but come out of him.”

And when that maniac was healed, those devils went out and went into some hogs, about two thousand hogs. And they come out, because it was going to cost them a little something to have the revival; they’d asked Jesus to leave the country. They felt more at home with the devil and the hogs than they did with the lovely Jesus. That’s right. And they said… Well, they said, “Oh, leave our country. My, you’re too much of a spiritualist for us. We—we—we can’t stand that now. If you’re going to get people healed around here, and such stuff as that, you get out of our country.” Well, He never stays where He’s not welcome, so He went on back.

But there was one needy soul that He crossed the stormy sea to get to. And He’s the same Jesus tonight. He’d come from glory to one needy soul setting in this humble church tonight. Same One: He’ll every time come to where He’s wanted, but never come where He’s doubted. So if you’re doubting Him, just remember, He’ll never be at your door. See? But if you love Him and want Him, He’ll come anytime you call for Him. He’s ready to come.

18 Now, we notice, we’re taking this little fellow Jairus. Many people kinda criticize Jairus, but, that had this daughter that died. He was a priest at the temple, or one of the great men, chief men around the temple. But I believe he was kind of a secret believer. I believe, down in his heart he really believed Jesus, but he had just—he’d got hisself mixed up with the wrong crowd.

And you know what? I find that everywhere tonight. Sometimes, in the great classic society people, there’s secret believers up there—great multimillionaires, and yet they’re secret believers, but they’re just kindy afraid to associate themselves with this class of people. They try to come by night and knock at the door, but… All right.

Nicodemus was one of those type: come around, said, “Now, Master, I know that You’re not so popular. Oh, there’s a bunch of these holy rollers following You, or something, they’re common people. That’s what they claim that You associate with, the common and lower class of people; but we in the temple know that You’re a teacher come from God; for no man could do the things that You did without God being with Him.” There is a true confession. See? But he’d—he’d associated hisself in the wrong class. And there’s a many of those people in Louisville, Kentucky, tonight, perhaps lot setting right here. That’s right. You just got yourself up into a big church somewhere, got the biggest name there is around the country; you think that gets you somewhere. It’ll cause you to lose your soul. It’ll do that for you.

Just humble yourself down. Always remember, the way down is up, with God. See? “He that humbles himself, God will exalt. He that exalts himself shall be brought abased,” said Jesus. So just humble down, come on down. Get it the same way the rest of them does.

19 One night I had an altar call at the Tabernacle many years ago. And there was a fine young fellow who was a Bible teacher at a class down there in a certain church. There was a lady down at the altar just crying and going on. He said, “Oh, my.” He said, “Do you mean she has to do that?”

And I said, “I didn’t say she had to do it.” But she was doing it.

He said, “Well, I’ll never get it if that’s what it takes.”

I said, “Don’t worry. You won’t.” That’s…

Naaman said, “Isn’t the waters up here in my country a lot better than they are down there?” But that was the Word of the Lord. He went… He didn’t have to go dip, but he went back with his leprosy. That’s right. So… As when if he obeyed God’s Word, he got rid of his leprosy. So that’s what God sometimes makes us do things we don’t want to do sometime. It was mighty hard for me in a few things too, but it, He had to take the starch all out of me. He knows how to do it too, in a real way.

20 And so, I can a notice Jairus had a social standing among the people, and he’d get out that day and no doubt he was the talk of the country. “That fanatic, that’s preaching divine healing, that Jesus of Nazareth… Nonsense. The days of miracles is passed. Since our fathers were in the wilderness, such things hasn’t taken place. The man is a spiritualist. He’s a mind reader. Look at him stand there, look out over the audience, and tell different people different things they’re thinking about. Ha. Away with such stuff.” That’s what they say.

Little Jairus setting back there, “I believe Him, but, yeah, I can’t say nothing. You know, I got a prestige I got to hold up.” All right. And the first thing, you know, he was walking around one day and every time anybody go to talk about Jesus, he’d kinda keep quiet. He didn’t want to say too much about it because he was a secret believer. Then one day his little girl took sick. You know God knows just how to work on you sometimes. Um-hum.

21 His little girl got sick. So well, I guess the reasonable thing to do, he probably called in the doctor. And the doctor said, “Well, we’ll give her some of these homeopathic drugs,” or whatever they was practicing with, “and she’ll be all right in a few days.” So he give her the drugs and she got worse. And they called the doctor, maybe two or three times, and she continually gotten worse. Then now the blow comes. The doctor walks out the door with Jairus and says, “Hate to tell you here, fellow, but your little girl’s at the point of death. She’s going to die. There’s nothing in the world can help her. All of my medical knowledge has—I’ve give it every bit to you, and still, the little girl is going to die. There’s nothing can be done. She’s just going to be called home by Jehovah. So might as well get ready and get the grave and the shroud and everything ready, ’cause she’s going to die.”

Oh, I could imagine seeing little Jairus’ heart shaking like that. Way down deep under there was a little thought, “Wonder where Jesus is?” Sometimes it has to get about like that at your house to make you wonder where Jesus is, to quit that stuff you’re doing, and come and find where He’s at.

22 All right. As soon as the doctor left, I can hear him come over to his wife and say, “Dear, do you know, uh, all along, way down in my heart, uh, uh…”

She’d say, “I know what you’re talking about, honey. You’re thinking about, ‘Where is that Fellow that’s praying for the sick called Jesus of Nazareth?’ Yeah, that… You know, honey, really, I—I’ve noticed you searching the Scriptures every night. I—I believe you kinda believed on Him. You know what, I believed on Him too.”

“Well, wife, bless your heart. Let’s go find Him.” Somebody must’ve come told him that Jesus was coming. He was coming across the sea then, oaring in His little boat (You know.), coming across the river, the sea—little lake. There and as He was come across (You know.), they told him Jesus was coming. Faith cometh by hearing (Is that right?), hearing of the Word. So somebody told him that Jesus was coming over to have a one day campaign, maybe, over in his country.

23 So, right quick, I can see him, get his coat on and pull his little turban down over his head and get started. I hear some of his church members stand there saying, “Where are you going, Jairus?” And I can hear them saying, “You know what? They tell me that that holy roller is a coming down there, that’s praying for the sick. I bet he’s going down there.”

I can hear the deacons walk out and say, “Now, just a moment, Jairus. Now, you know every time we have the conference, we elect a new pastor if we desire. Now, we don’t want any disgrace brought upon our church. Now, if you’re going to have any of that divine healing stuff around here, I want you to know right now, that we’re not going to stand for it.”

Brother, the time had come for action. Jairus had to have some action. The time may strike to you for action. And if you want to know, I think the time for Louisville, now is for action. That’s right. Time for the church, it’s time for action. They’ve played around and throwed this off in the corner, and flushed off of this and called it ‘this, that’; let’s act. Amen. Louisville, stand on your feet. Claim your God given privileges. And it’s time for action. Not, “I… Well, I’ll tell you; I’ll sit back and slip out. I’ll go tonight.” Like Nicodemus come by night, but Jesus had a need right… I mean Jairus had a need right then. And brother, we got a ri—we got a need right now, and let’s get to Him. Not wait till the next meeting; wait and see if somebody else comes and preaches the same thing. We’ve got a need now; let’s press forward to get Him. The midnight hour is here.

24 The little girl was at the point of death. Doctors had failed. And I can hear them giving him a good sharp talking to. And the board of trustees and all going over him, but he had a need; a loved one was laying at the point of death, so he must get to Jesus. Here he starts on.

And about that time, the little old boat stopped down there. And Jesus got out. And a bunch of spectators standing on the bank, the priests standing back out there says, “Um-hum. There he is. Look what kind of a crowd he’s got now. There comes that bunch of illiterate, unlearned, uncouthic people coming up off the banks down there, those fisherman walking out. You see what kind of a crowd he associates with? The birds of a feather…” That’s it. Standing there criticizing.

25 Way back up on the hill, I can see a little woman doing her knitting. She’d spent all of her money for, at the doctors and they couldn’t do her no good. She had a blood issue for several years. And she looked down. She said, “Isn’t it strange, I was just dreaming about Him last night, perhaps. And I believe if I could only get to that Man and touch His garments, I wouldn’t have to get in the prayer line. He’d just turn around and tell me it was over, if I could just get close enough to Him.” That’s the way to do it. That’s who did. “If I could just get close enough to Him, that’s all I need.”

Well, I see her walk down here. There stands her pastor. She looks up. “Now, where are you going? And I suppose then, you’re going down to that meeting. Well, I want to let you know this, you know what the orders are around here. Any person that associates with that tribe, they’re given their letter.”

Said, “You can just have it,” and here she goes on, right on down. And she had to get to Jesus. And as soon as she got there, I can see her standing before a big bunch.

Looked down there, say, “Well, I’m surprised at you. A woman that the doctors has turned down and can’t do nothing for her, and then you… And a woman with a reputation that you got as a good woman, the reputation and—and the prestige that you got amongst the people, and here you are associating yourself with that bunch of holy rollers. There… I never seen such. The very audacity. Hmmm. The days of miracles is passed.”

I can hear her turn around and say, “It might be for you, but not for me. Just let me get a little closer to Him.” She’s pressing on. She’s got to get up there.

26 And after a while, some fellow says, “I just tell you right now, Aunt Lydie; I—I just ha—I’m just not going to let you do it. We’re just going to stand here and not let you do it.” I can see her just stoop right down and walk between his legs and go right on through. See? She’s determined to get to Him, regardless of the cost, regardless of the price. That’s the way we ought to be. No matter what says this or what side’s that, God said it in His Word and that settles it for me then. God said so, that’s just—that’s all of it. I believe it.

So here she come. And she gets down there, and she seen all the people standing up, and around, and putting their arms around Him. She just slipped along behind Him and touched His garment like that. And she thought, “O Lord, I—I… That just satisfies me. I got to the meeting, so that’s good enough to me.”

And all at once there’s something, He some way of knowing things. He turned around, said, “Who touched Me?” Looked around over the audience, and till He found where she was, said, “Thy faith has saved thee. Your blood issue’s done stopped now.”

Why, He’s the same tonight, just the same Jesus, if He’s risen from the dead. He said, “The things that I do, shall you also.” Is that right? And He said, “If you believe…” That’s all you had to do. All right. And she was healed.

27 And then, about that time I see this little priest a pushing through the crowd. And some of them said, “Well, looky there. Well, there’s Jairus, the one that just got his degree last year. Well, do you mean to tell me he’s just got his bachelor’s degree and here w—he is down there fooling around that group now?” Why was he down there? He had a need. That’s right. He had a hungry heart; and God was going to show him all about these things.

So he slips right up to where Jesus was, and he said, “Lord, my little girl is at the point of death. Come, lay Your hands on her and she’ll get well.” My, I just like that. Oh, when he seen he’d got close enough to Him that he could attract His attention, if he could attract the attention of the Man… God was already dealing with his heart, so if he could attract the attention of the Man, he’d get what he wanted; ’cause he knowed that God was in His Son.

28 I like the Shunammite woman there on that: when sh—her baby had died, and was laying in the prophet’s chamber. She said, “Saddle a mule and go forward. Don’t you stop till I bid you.” And when she come… God don’t always reveal to His servants everything that goes on: just as He wants to reveal it.

And so the woman drove up real quickly (to leave our story here a moment), the woman got up real quick, and Elijah got up and looked over, come out of his cave and looked around there; and he said to Gehazi, he said, “Here comes that Shunammite.” Said, “Her heart’s troubled, and I don’t even know what’s wrong with her.” So he come up. Still, God didn’t tell him what was wrong. He said, “Is all well with thee? Is all well with thy husband? Is all well with thy child?”

I like this. She said, “All is well with me, and all’s well with my husband, and all’s well with the child,” and the baby laying dead. Well what? She had come to the man of God. It was that same man of God give her the baby by promise. And she knowed that God was in His prophet, and if she could ever get to the prophet, the prophet could let her know why God taken the baby. She said, “All now is well.” Then she fell down and begin to tell him about the baby. And you know the story, how he went and laid his body on the baby… come to life.

29 Little Jairus had worked through the crowd till he got down there, and he said, “Now, all is well. I finally got to Him. I got away from the pastor, got away from the bishop; I got away from the pope; and I got away from all them. And now, I’ve got down from all the church members, and through all the societies, and everything else now. Now I’ve got down to where I can really worship Him. He said, “Lord, I’m so glad to be here. And my little girl is laying at the point of death. Will You come lay Your hands on her.” Now, watch. His faith was laying on hands.

But Peter’s wasn’t like that. When he was on the stormy sea, the night before, and—and Jesus was standing out there, he said, “Lord, if it be You, bid me to come to You on the water. Just—just—just ask me to come.”

Jesus said, “Come on.” You know it’s, “Seek and you shall find. Ask and it’ll be given to you.” So Peter stepped down out of the boat and away he went.

30 The priest, when Joshua gave the commission to cross over the sea, over the river, rather, their faith was, when their feet touched the water. As soon as the soles of their feet touch the water, they knew the sea would dry back. That’s where their faith was.

To the Roman centurion, he said, “I’m not worthy that You should come under my roof. Just speak the word.” I like that. Look at this. He said, “I’m a man under authority. And I say to this man do this and he does it. And I say to this man, ‘Go,’ and he goes, this man ‘Come,’ and he comes. And I know what I have, oh, under me, has to obey me.” Now watch, he recognized that Jesus Christ had sickness under His control. He said, “You just speak the word; that’s all You have to do; and the sickness of my servant will obey what you say do.” Give us that kind of faith here tonight; and you’ll see something happening. That’s right. Just speak the Word; whatever you say, that’s the way it’ll be. Just say the Word.

And He said, “Thy son liveth.” And so, the next day when he went down about eleven o’clock, he was coming near home. He’d traveled all that day and that night, and the next day he come in. Some of his servants met him, said, “Thy son liveth.”

He said, “What time did he start to begin to get well?”

Said, “Yesterday, about eleven o’clock, the fever left him.”

The man said, “That’s just when He told me.” That’s right. The son begin to amend at that time.

31 Now, Jairus, wanted Him to lay hands on. Said, “Come, lay Your hands on my daughter, and she’ll get well.”

Jesus said, “I’ll go.” And He started on down there, because He knowed if the man’s faith, whether he had vision or not… Jesus had done said that He did nothing till the Father showed Him. Perhaps there’s no vision of it; but yet He knew the man’s faith was sufficient to do the work. The woman that touched Him back there, He never said, “I healed you”; He said, “Thy faith has saved thee.”

And he put His fingers… Two blind men followed Him one day in the street. Said, “Lord, have mercy on us.” He had no vision about those men. So He went on and left them alone. They cried after Him till He went into a house. The came into the house and said, “Have mercy on us, Lord.”

Now, watch. He touched their eyes and said, “Now, according to your faith, be it unto you.” See? And they had it; their eyes come open. See? “According to your faith…”

But now what He did Himself, was what the Father showed Him to do. But He touched their eyes; they touched His garments, and they done everything like that. That was their own faith; “Thy faith has saved thee.”

32 So here comes the man now. A—Jesus a going with little Jairus to his—to his daughter’s sick. Now, they’re going along. I can see Jairus walking along now, all the priests looking at him, saying, “Ah, so that’s what you choose. Yeah, this is it.” Walking right along… He’d got close to Jesus; he’d had a change of heart. And every man that really gets close to Jesus can never be the same any more. No, sir. You can’t associate with that old dry formal religions any more. You’ve got something in you that changes you and makes you different, if you ever come close. Now, you can go close to the church and do anything, but you can’t come close to Jesus and be the same any more.

33 So Jairus walking right along, his little chest throwed out (You know.), like that. “Yes, sir, I’m glad to be walking by Him. Yes, sir. This is my—my… This is my salvation now. Yes, sir.”

Then the great stroke come. Here come a man with ashes on his head as the oriental type of mourning, and said, “Don’t trouble Him any more. Your daughter is already dead.” That was the midnight blow. I can see little Jairus as the tears come in his eyes and his little heart begin to quiver.

He looked around. I can see Jesus with those sacred eyes, look and said, “Fear not. Only believe.” That’s enough.

He pressed a little smile across his lips and he started on. “Yeah, I—I know what He says. He’s anointed God; I—I know what He says is all right, so…” He’s going on… He knew it’d be all right. See? He knew something… All right.

When they got to the house, here they was screaming and going on out in the yard, “Oh, she’s dead, she’s gone. We’ve embalmed her body. She’s laying on the couch and she’s dead. And she’s dead, the poor little thing.”

Jesus started going in, all that carrying on like that, He said, “Give peace. Keep still a little bit.” He said, “The girl’s not dead; she’s only asleep.” And they laughed at Him. You know what He done? When they laughed at God’s Word, He put them out. That’s a good thing to do. Don’t you believe that? That’s right. He put them out.

34 How could He do any miracles with such as that around? Why, one time He had to take a man and lead him plumb out of the city so He could heal him, on account of so much unbelief. He came to His own country where He was raised up at; He couldn’t do nothing, no work. They said, “We heard he’s done miracles over there. Let me see him do him now.” And all the people that knew Him when he raised up as a boy, “This is the carpenter’s son; we knowed his dad. And we knowed them all. We know his brothers and sisters. We know they’re a bunch of poor people down there. That… Where’d he get this wisdom? What school did he come out of?” And Jesus marveled at their unbelief. He didn’t stay there but a little bit; He traveled on.

Then He said, “A prophet is not without honour, except among his own people and his own county.” That’s right. And it’s been that way ever since. Now… ’Cause that’s the Word of God. It’d have to be.

35 But they—He… They laughed at Him. And what He said was the Word of God. And so then He said them words, and He put them all out of the house. And look who he took with Him: Peter, and James, and John: love, faith, and charity. I mean, ch—faith, and—and hope, and charity: Peter, James, and John, those three. That’s what you want to take along with you: hope, faith, and charity, walk into the sick room.

And you notice, He taken the father and mother, put all the rest of them out. Now, He’s alone with the brokenhearted, the little Jairus’ wife, who believed Him with all of their heart. He said, “I told you, just not to fear: you shall see the glory of God.” All right. Then as He walks on down into the house, looks on the couch, there laid the poor little girl laying there dead—laying out on the couch, about 12 years old. And Jesus walked over to where she was, took a hold of her hand, and spoke in an unknown tongue, “Tabitha,” called out out there.

36 And all around, you look on the outside, all doubting, said, “Well, the very idea, that man putting us out of that house. Oh, wait till we get a hold of that Jairus. Hmmm, just wait till we get him. Oh, my, the doctor said the child was going to die and it done just what the doctor said. The child is dead and here he is now bringing disgrace on our church. Hmmm. Just wait till he comes out of that house. We’ll ‘church’ him right now. Wait till the general council meeting; we’ll sure show him what to do. We’ll fix him up. Just wait till they have the next conference. We sure won’t have that guy around here no more.”

Jesus, with all that bank of unbelief outside, He was empowered with a Spirit that could speak out into another land, out into another language. And he called the spirit of the dead from out of the land, yonder, and said, “Return back.” And the girl that was laying dead, by the touch of His hand, rose again. Said, “Now, give her something to eat; she’s weak. She’s going to get all right.” Said, “Don’t tell nobody about this now.” It don’t have to be put in all kinds of papers and advertised all around. All right. He was the man of the hour. He was, but He knew it Himself. God knew it and that was sufficient. All right.

37 And said, “Don’t fear. Only believe.” Now, that same Lord Jesus that was there at this scene is here tonight on this scene. When He was here on earth, we see His mercy. On the resurrection of that little girl, the Father had showed Him a vision as He went for some time. He said, “He did nothing…” When He looked around, Jairus, He perhaps had already seen what was going to happen; ’cause He said with His own lips when He passed through the pool where the cripples and lames and blind lay, passed through there and found a man laying on a pallet, for God had showed Him where that man was. He’d had a disease for thirty-eight years. It wasn’t going to kill him. Then walked over there and healed that man, went on about His business. And there laid at least two or three thousand people or more, laying in this pool here, waiting for the moving of the water: Lame blind, halt, withered, waiting there.

And yet a loving, compassionate Father passing right through it. But sometimes people don’t know what love is; you get love and sympathy mixed up. See? Love is obedience. God speaks; it’s obedience, regardless of what sympathy or anything else is.

No wonder He said, there in the garden of Gethsemane, His sympathy to leave His friends and everything, but said, “Thy will be done.” That’s right. That’s love; that’s real love is obedience. There He passed by. Sure, His heart bled for that poor little mother standing there with a water-head baby and that poor old blind father, crippled up with arthritis, been standing there for years and years, trying to get in that pool when the Angel come down, but they couldn’t do it.

38 Great multitudes, and it takes two thousand to make one multitude. And multitudes, in the plural, laid there day and night. The Angel would come down, trouble the water; the first one stepping in with faith, got well. And they had to wait till it was troubled again. So then they laid there year after year and their loved ones brought them something to eat. And the beggars laid there, trying perhaps, to get into the pool once and be healed, try their faith against the Angel—or with the Angel when it come down. And there, that great multitude laying there…?… The Bible said, ‘impotent folk,’ laying there with lame blind, halt, withered, waiting, and He passed by every one of them and they never said one word to any of them. Walked over there to this man, said, “Will thou be made whole?”

He said, “Well, I—I—I… Somebody can outrun me.” He said, “When I’m coming to the pool, somebody can run better than I can, runs down and steps in ahead of me, and that’s how it happens.”

He said, “All right. Take up thy bed and go into thy house.”

The Jews questioned Him. Why, He said, “Verily, verily, I say unto you; the Son can do nothing in Himself; but what He sees the Father doing, that doeth the Son likewise.”

39 When He was here on earth, He knowed the secret sins of the people. He knew what they’d done, where they’d been. When Philip come to Him after he found Nathanael, just walked up and He said, “Behold, an Israelite, in whom there is no guile.” That was the beginning of His ministry.

Why, Philip, standing in the prayer line said, “Why, how did You know me, Rabbi? (Or Reverend, whatever you want to call it. ‘Master,’ I think, or ‘teacher,’ is the right interpretation.) How did You know me?”

He said, “Before Philip called you, when you was under the tree, I saw you.” He didn’t say…

Now, you know what the outsiders stood around, said, “That man’s a spiritualist. He’s Beelzebub. That’s the prince of all the devils.” In other words, “He was the best mind reader there was. He’s the prince of the devil.”

But you know what? Philip said, “Thou art the—the Son of God, the King of Israel.” And he had Eternal Life.

40 Now, Jesus said, “The things that I do, shall you also. More than this shall you do, for I go to My Father. You’ll do more than this.” Then if Jesus Christ is the same yesterday, today, and forever, then He’s here tonight. He’s never left the earth, no more than He ascended up and come back in the form of the Holy Spirit on the day of Pentecost. He empowered the disciples and gave them power. And how far was it to go? To just the disciples? Listen to His last commission: “Go ye into all the world and preach the Gospel to every creature.” Is that right? That’s to all the world and to every creature in the world. And it’s never got there yet. And how long was…?… last? “Until all the world…”

Preach the Gospel. The Gospel is not in word only, the—it’s the Word made manifest. Paul said, “The Gospel come not in word only, but through power and demonstrations of the Holy Spirit. See?

Now, watch and see if that coincides with what He said, “Go into all the world; preach the Gospel to every creature; He that believeth and is baptized shall be saved; he that believeth not, shall be damned.” Now today…?… that’s just as far as the preacher goes. That’s right. “He that believeth, is baptized, shall be saved. He that believes not shall be damned, and (conjunction, connecting it) these signs shall follow them that believe.” Oh, you’re not taught that, are you? “These signs shall follow them that believe. In My Name they shall cast out devils, speak with new tongues. If they take up serpents or drink deadly things, it would not harm them. If they lay their hands on the sick, they shall recover. That’s right. Watch where them things are happening, and you’ll see the Pillar of Fire following the church, God a vindicating it.

41 Paul was going down along the shore one day, was a shipwrecked. He picked up some sticks and just throw it on a fire; a big old snake grabbed him through the hand. He looked at it, said, “Well, God done told me I was appear at Rome. That thing would never hurt me,” shook it off in the fire.

All the natives said, “Watch that fellow drop dead now.” He turned around and picked up some more sticks and turned around and begin to warm himself. And they said, “No, he’s God.” That’s right. Why? He was so filled and charged with the Holy Spirit, till the poison of that thing didn’t even hurt him. He’s the same Jesus tonight. He never fails. He’s still the same Lord Jesus. Do you believe Him?

42 I feel that He would have me to pray for the sick. Now remember, let’s take a picture of what Jesus is now. Let’s take… How many in here believes that there was a resurrection of the dead and Jesus Christ is the Firstfruits of those who slept? Well I thank you for your faith. Now, the Bible teaches in Hebrews 13:8, said, “Jesus Christ is the same yesterday, today, and forever.” Is that true? Jesus said, “The things that I do, shall you also.” Is that right? And when He was here on earth, He didn’t claim to be a healer; He didn’t claim to be nothing but just the Son of God. He said, “I can do nothing till the Father shows Me.” But yet, He could stand by a person and talk to them a little while, and tell them what—what was their trouble. Is that right? Then the Father would give Him a vision, tell Him to go do a certain thing; He’d do it.

43 He give Him a vision about the resurrection of Lazarus. Is that right? He left the house and went away. First day, sent for Him, didn’t come. Second day, sent; He just kept on going. Third day, then He turned around and said, “Our friend Lazarus sleepeth, and for your sake I’m glad I wasn’t there. But I go wake him.” That’s right, “I go wake him.” Now notice, and when He come to the grave, He said, “Father, I thank Thee that Thou hast already heard Me. But for these that stands by, I said this.” See? He knew what was going to happen. If words don’t condemn themselves in the Bible, don’t condemn one part of the Scripture, He said, “I do nothing till the Father shows Me. That’s right. “If thou canst believe,” He said, “all things are possible.” So, you believe tonight, and let’s ask our Lord Jesus if He’ll raise on the scene tonight, take over our bodies in faith and power, and if—cover us together now. We’ve been having altar calls and people getting saved and—and coming to God. Now, let’s ask Him to heal the sick tonight. Shall we bow our heads while we speak to Him.

44 Now, dear heavenly Father, we’re thankful for Thy written Word. And now, I pray that as I stand here representing You before these dear Christian friends here tonight in the church, I ask, dear God, that You’ll come and take a—over the body of this old miserable man, as I am, just for Your glory, and because of Your election, because of Your calling; and speak and let Jesus Christ, the Son of God, come into Your servant’s body and speak to Your other servants. And may the same Jesus get into their bodies and speak back to the cross. And may great signs and wonders be accomplished tonight. Grant it, Father, for we ask it in Jesus’ Name, Thy beloved Child. Amen.

45 Now, I think we had the prayer cards Y give out Sunday night. And then we haven’t been giving out any prayer cards then. So I think we taken it from the—the beginning of the first, up to the first fifty part, in there. Now tonight, let’s take the last part of that hundred cards. Let’s see, Y lets get about… We had twenty-five, I think, last night. Let’s see, the last… Let’s just take about fifteen tonight and try it. Let’s say from eighty-five: Y-85 to 100. Who has Y-85? Let’s see. Raise up your hand. The lady setting here. All right, would you come right over here, lady? All right, 85. Who has 86? Someone has prayer card 86, Y-86? would you come? Do you have it, lady? 86? All right, 87? 88? 88? Who has prayer card 88? What? Pardon, 88, 89, who has prayer card Y-89? Is it not in… Someone, look around. Maybe somebody deaf? Or, here, I see a young man setting in a wheelchair. Is that your prayer card, sir? No, they have them? All right, 8—80… Now is that… Excuse me. 89. 90? Who has 90? prayer cards 90? 91, 92, 93, 94, 95, 96, 97, 98, 99, 100. Just line them up now. See, if we can get those first, maybe get right back in and get some more of them.

46 If the organist, on the organ will play for me, if you’ll give me a chord… How many loves that old song, “Abide with Me”? I just feel like some great resurrection morning that when all of life is over and our work on earth is done, we been home to the wedding supper, returned back for the Millennium… I just imagine, the soft angelic music sweeping through the air. The angels of God will be singing in the resurrection when we return back. I want Him to “Abide with Me” then, don’t you? While she’s playing it softly…

Now, I’m going to ask you something. I’m going to ask you how many in here that’s needy, doesn’t have prayer cards, you’re not going to be up here tonight; says, “Brother Branham, remember me in prayer. I want God to have mercy on me, heal me tonight. Would you raise your hands everywhere? Wants God to heal you tonight. All right, just kind of a general idea where you are. Now, you don’t need a prayer card, friends. A prayer card’s just to line up; the only legitimate way we can do it.

47 Now, if I look down this line, I believe, fifteen or twenty people… Are they all there? All right. I do not believe there’s a person in that line that I know ’less it’d be that little lady that come off the platform here, just a few minutes ago. And I don’t even know her name. I know she—she sings here. That’s all I know or—or goes to your church, or something. I—I don’t know her. And I think that’s the only person that I know of down along that line.

Now, being here at home it’s kind of difficult. There’s some of the people I know: Mr. Wood and his wife, here, I know them. And then I know this man setting right here; I’ve… Is it Garrett? Is your name, brother? What? Bryan. I know you by putting up that big sign outside of New Albany, there, with that—that ‘sword splitting through the world’ or something that’s in the Word of God. You’re the man that did that, aren’t you? It’s what I thought. Then… Now, this lady setting right here, I don’t know her; but I—I—she’s been somewhere in a meeting with me somewhere or something. I… Haven’t I seen you somewhere, lady? Phoenix, Arizona. I… All right, Phoenix, Arizona, over at the tabernacle at Carlsbad. I just remember of seeing your face and I—she looked familiar.

48 And I’m not mistaken, I believe this is a minister and his wife setting right there. I…?… call your name, but it sounds Jewish. Isn’t that right? Wasn’t he over at my house and your wife was prayed for or something, some time ago? I remember them.

And all right, I guess that’s just… If I happen not to recognize you, excuse my ignorance, but I—I guess… And I see the man from the—the brother, the same morning that Mrs. Sheen from the Methodist Church, was healed. Had cancer on the liver or something, from the Baptist Church down here, him and his wife setting right there was… I remember him. Raise up your hand, brother, there. That’s the brother right there. Yes.

49 And that’s just about the limit, as far as I know now, except these two girls here, Brother Cauble’s daughter. The young lady here was just healed with tumors on the breast. I guess you’ve heard her testimony. Her father’s a noted physician here. And tumors on the breast… Come right across the platform. God knows I knowed nothing about it. But I knowed she’d been suffering with a nervousness.

Now, this is all what they told me. I can’t say… I just have to go by what they say. Said that I spoke to her and told her that I knew her and knew she was nervous; but then, seeing her daddy examine her and finding tumors on her breast, and that was true. And then spoke to her, “THUS SAITH THE LORD, the operation won’t be needful, for God will take them away.” And now she’s been examined by two or more doctors of the city. Went right back to her father and examined… There’s not one trace of it anywhere. See? They’re all gone. All gone. Now, that’s just our lovely Lord.

50 Now, there’s others, perhaps, in here, that’s been healed of all different kinds of diseases and things, but I never healed anyone. And nobody else ever healed anyone outside of God: “I’m the Lord heals all thy diseases.” I’m just His servant, was born in this world. Like Brother Cauble was born here to preach; God sent him as a preacher. He sent me as a seer, and I just see visions. That’s all.

And I was born that way. It’s nothing out… When the first thing I can remember was seeing a vision when I was a baby. It’s not only just like this; it foretells things for months and weeks and years to come. And I ask anybody in this building here at any time, or anywhere you want to, that if one time… I’m… Excuse me, I see my dear old mother, setting here. I looked right over the top of her, her and Bro—Brother and Sister Sims.

And from any time that it ever did speak, but what it absolutely come to pass just exactly the way it said it would. Excepting of this one thing, that’s yet to happen when I get overseas, that’s wrote here in my Bible. I can give you a copy of it if you want. And watch and see if they don’t see it in the papers, religious papers and things, at least, just exactly what it says here.

51 All right. Now, call up your… Oh, this is the patient. Now, I want… Remember, to you Christian people, these things are terrible, and it’s not a practice of something. It’s absolutely the Lord Jesus Christ in His resurrected power. As a power given to the people, not to heal, but to preach, teach… It’s all under inspiration. None of you ministers setting here would want to say you just, “No such a thing as inspiration.” You wouldn’t want to say you preached your sermon for, by yourself. You ask God to help you. It’s inspiration. Why couldn’t your brother or somebody next to you preach just the same as you can? He wasn’t called for it; you were the one was called. Doesn’t make you any better than he is, if he’s a Christian. But God set you for a preacher, maybe him for a lay member. See? “God set in the church…”

And now, in these things, I say this now because it’s a state law in most the states, that I will not be responsible for critics or unbelievers from this part of the meeting on out to the end. The Lord bless you. I know His Presence is here; the Angel of the Lord is near; It’s here now. And you all who have His picture know, and you’ll see at the day of judgment, He isn’t standing five feet from where I am right now. That’s right. It’s not me; He just walks in. I lose myself, and He speaks. And the Lord bless you.

52 And now, if you are a critic, anything happens, I’m not responsible. But I am to a Christian, ’cause by God’s grace we can make it leave a Christian, but we can’t on a critic. All right. Because it’s punishment. You’d have to repent. So now, the Lord bless you now. And may you all—don’t move around. But whatever you do, don’t leave your seat. Just stay right where you are for the next few minutes, and believe.

And if the Lord Jesus Christ will come here to the platform tonight now, and will perform the same things that He done in Galilee and around over the country, will you accept Him for your healing and Saviour and all? Will you do it? Raise your hand and say, “I will. I’ll believe it with all my heart.” God bless you. Now, in the face of that, may He do it.

Now, in the Name of Jesus Christ, the Son of God, I take every spirit here under my control for God’s glory. All right, now, the lady to come.

Now, just… I want the audience to be reverent [Blank spot on tape—Ed.] and just listen. And I want the patients just to look this a way and just believe and just—just speak as I ask. And I want you in the audience to be just as reverent as you can be. And just obey just what you’re told to do or listen close what He says.

53 And now, I want to talk to the lady. I believe the lady’s a stranger to me. I’ve never seen you in my life, but God knows both of us, doesn’t He? And this is our first time meeting? All right. Yeah. You were…? Ma’am? Yes. Excuse me. All right, she was here last night, but last night I was just preaching as far as I know. They said right at the last there it got to calling people out through the audience there, of different diseases and healing them. Now, if we be strangers, perhaps, maybe along the same age, maybe raised somewhere difference in the country, first time of ever meeting in our life… If there’s anything about you or anything that I would know, it would have to come through God, some way. Is that right? Or maybe—maybe some secret sin in your life, maybe you’re here I, wanting a financial something. Maybe you’re here to ask God for some other, a—a loved one, or—or a burden, or—or something on that order. It’s on your—it’s on your heart or something. I don’t know, but whatever it is, why, He… You just come to me to intercede for you, as a—as an intercessor to help you to receive Christ, ’cause I perceived that you are a Christian when you come up here. You’re a believer.

54 Now, then, if Jesus of Nazareth was here and was standing here, He’d perhaps talk to you like I’m talking to you. He talked to a woman at the well one day. He said, “Bring Me drink.”

She said, “The well’s deep. You have nothing to draw with,” and—and so forth. And the conversation went on. He went right straight to where her trouble was. She had a trouble, and that trouble was; was five husbands. He said…

And she said, “I perceive that You’re a prophet.” And she ran into the city and said, “Come, see a Man that told me everything I ever done.” He didn’t do that. He just told her one thing. But He found her trouble. And when He found her trouble, He spoke it to her. That was the remedy. Now, if He has risen from the dead, and I claim that He sent me to represent Him, just the same as he—Brother Cauble represented Him in another way, then He can do the same thing for you. And if He would say the same thing to you, would you be happy, and—and be ready to go tell people that Jesus Christ is raised from the dead? You would? Well, may the Lord bless you, my sister, and help you.

55 Now, you just look to me as God’s servant. You’re conscious that something’s going on. You don’t know exactly what it is, but it’s something that you know. So the audience… Sometimes I get under that anointing; I don’t—you know I don’t realize where I’m at. But from the aud… That the audience might know that the woman is absolutely knows that there’s something going on right now: if that’s right, raise up your hand, lady. Now, what it is, is that Angel, the anointing, It’s moving between she and I. And now in this dimension which is now, it just keeps breaking like a breath. I see It look real milky before us. Now, It just moves out. And here it just like a fading in, coming in. That’s the way you can feel it, just like waves. Now, here It comes again, in like that, moves back. Here it is. I see something opening around. It’s you going into a place. It’s a—it’s a hospital. And you—you’ve had an operation; that’s been… I see someone standing here holding two fingers. It’s been two years ago since that operation. You are… It’s an Angelic Being standing near a door. Now, it—it’s something in your side. It’s trouble in your side, in your ribs. Is that right? You’re going to get well, sister. I see you later on in a… O, Almighty God, I pronounce blessings to my sister. And may she go and receive this blessing; in Jesus Christ’s Name. Amen. God bless you.

Ma’am? Yes. Oh, He’s all… Now, what He said that was, in your back life, was it true? Well, what He says the future will be, is just as true as that’ll be. God bless you. All right, now you can go and be made well. Jesus Christ healed you. You’re conscious that something’s happened to you too, haven’t you, lady? Yes. If that’s right, so… Would you raise your hand, just say you’re… That’s right. God bless you. Wonderful.

56 Do you believe Him? Only thing you have to do is have faith. Jesus said, “If thou canst believe, all things are possible.” Now, just be reverent. That’s the same thing our…

Where’d that lady go was just healed? Oh, it’s the lady setting next to you, praying. You believe me to be His servant, lady? With all your heart? You’re suffering with a—something wrong with the blood. Isn’t that right? It’s a low blood pressure. Is that right? Stand up on your feet if that’s right. Jesus Christ, the Son of God, make you well, sister. Go home, and believe. Amen.

Have faith in God. Don’t doubt. Only believe; you shall see the glory of God. Amen.

57 All right. Come, or… Howdy do, lady? You believe with all your heart? Believe that Jesus Christ, the Son of God, is here to make you well, to heal you? Well, if you’re conscious of His Presence, you know that something’s here besides your brother, isn’t it?

I’m not reading her mind now. Stop thinking that. I’m not. Remember, your thoughts is here just the same. Well, you say that’s the reason your mind… Well, Jesus did the same thing: perceived their thoughts. Do you believe that, sir, with all your heart? If you did, and want to believe with all your heart, you’d get over that rupture you got. You believe it? Well then, stand up on your feet and be made well, in the Name of Jesus Christ. God bless you. Go. Amen.

Oh, you’ve got some kind of spells. It’s a—it’s a… No, it isn’t epilepsy. It’s a—some kind of a—a—a fainting or passing out. Oh, you’ve had an accident, an automobile accident that’s caused a fainting spells, and you just pine away and pass out. Isn’t that right? Come here.

O Jesus, Son of God, have mercy upon her now, as I lay hands, as the anointing of the Holy Spirit is here in the room. And now, may It go to this woman and give her faith. And may she not have this trouble, whatever it may be, any more. I condemn it in the Name of Jesus, the Son of God. Amen. God bless you, sister. Go now in peace. God’s blessings be upon you. All right, have faith.

58 Come. How do you do, sir? Suppose, maybe, oh, us being strangers in this life, but God knows both of us. He’s fed us, been with us. And all that—that we have comes from God. I’m only trying to contact your spirit, my dear brother, just so that God’s blessings could rest.

Now, just a moment, It… A, It has left me and It’s pulling this a way. It’s—it’s a man setting here, praying, looking right at me. Oh, it’s for that child there. It’s going blind, its eyes. Is that right? Lay your hand over on your little fellow there and I’ll ask God’s blessings.

Father, I pray that You’ll heal that child and may it not be bothered any more; in Jesus’ Name, heal its eyes. Amen. Have faith, brother. Going to be all right.

59 Now, I want to talk to you just a moment. You believe me to be God’s servant? I believe that. And you’re conscious of something moving between you and I now. Now, you’re suffering with a nervous condition. You just get to a place, look like you just going to lose your mind.

Say, you’re a minister too. Yes, sir. You’re a minister. You just opened up a new work in a place, a mission work. And that place is in Indiana: Muncie, Indiana. You’re… And another thing, you’re wanting me to lay hands on you for empowerment of a blessing for your ministry. And I see you picking up a letter that’s got a name on it. It’s your name, ’cause it’s got ‘Reverend George G. B-u-t-z,’ or something like it. Is that true? Go, sir. Jesus Christ is going to grant to you the desire of your heart through His blessing. Amen. God bless you.

Let’s say, “Thanks be to God Who gives us the victory through our Lord Jesus Christ.” Just have faith, back in the audience. Believe with all your heart and you shall see the glory of God. The Lord Jesus Christ Who is raised from the dead, stands here in this audience now. His great magnificent Being, the anointed One from on high—on glorious high, Who blowed the worlds off from His hands as it was: Who created all things by Christ Jesus. Has come up from the dead and shed forth this which you do now see and hear. It is not your brother. It’s being submissive to the Holy Spirit. Do you believe it?

60 You’re having trouble with your neck, setting there, aren’t you, lady, setting there with the little yellow scarf? You’ve… Isn’t that right? You was praying just then. You had your head down and you asked God, “If You’ll let Brother Branham turn around and speak to me, I’ll accept my healing.” Sa—Isn’t that what you was praying about? Isn’t that what the word you said? If it is, raise up your hand. Stand up to your feet now. Therefore Jesus Christ heals your neck and you can go home. How’d I hear your prayer? You just don’t realize what a place you’re in just now. You’re under His power; the whole audience is under the domination of the Holy Spirit. Praise be to God.

61 All right, where’s… Excuse me, lady, I—I believe I recognize you. You’re the lady that sang here the other night. But as knowing anything of you otherwise, you’re the judge: know nothing about you as far as more than just seeing that you sang in here when I, something another. But God knows all about you, sister. He’s knowed you since you were born. And I know that you’re a believer. And you believe in me as your brother? You do. Your trouble… You got a sinus or something that bothers you. You’ve got a—a he—hemorrhoid; it’s a rectal trouble. Isn’t that the truth? This is your husband setting here. There’s some kind of a something moving between you all. Look here, young man, just a moment. Oh, I see a person that’s—that’s standing here. It’s a—it’s just—it’s your—it’s your mother-in-law. And she lives in a place where there’s a lot of lakes or something; it’s Michigan; and she’s a crippled woman. Is that right?

Almighty God, let Thy mercies come now and bless this, Lord, this blessing that we ask in Jesus Christ’s Name, that this will be for, in Your glory. Amen. God bless you. May the peace of God rest upon you. I lay hands on you for the blessing while the anointing is here. Amen, amen.

62 Have faith in God. All right. Is this the patient? Do you believe? Then if a man says anything, as a man, you got a right to doubt the man. But when God testifies that it’s the truth, then you’ve got no right to doubt God, but to say that it’s the truth. And I have testified to you that Jesus Christ, the Son of God, rose from the dead and promised the same things that He did, will be done also; and here He is tonight, doing the same things that He did when He was here.

You want to get over that hair or head trouble you’re having? Believe that God will make you well of it? You do, you can have it. May God bless you. Go home; be made well. And you with the arthritis, setting right there, He healed you too a few minutes ago. Just have faith and don’t doubt.

63 Bring the… Is this your patient? Is Dr. Cauble come. Excuse me, I’m getting weak now. I’m…?… Come near. You believe? You believe me to be God’s servant? Well, I’m a stranger to you, or you’re a stranger to me. I suppose we’re strangers, aren’t we? You’ve been around several of the meetings. I mean to know you, I don’t know you. I don’t know. But God knows both of us. All right. Then if I could do anything for you and wouldn’t do it, I’d be a brute. But if I could do something for you, and if I could give you your desire, I’d do it. But I can’t. But by being borned in the world to see visions, and in His Presence, which you’re sure now that you’re standing; ’cause I believe you, under this anointing, you’d probably pass away into eternity. Do you believe me then? With all your heart?

You’re not even from this city. You’ve come from another state, and that’s adjoining state on the north, which is Ohio. Is that right? And you’re having trouble. You had—you’ve had some serious trouble since you’ve been here. You had a heart attack. They’ve had you in a hospital since you been here. You got a gallbladder trouble. Is that’s the truth?

O Lord, Creator of heavens and earth, I condemn this disease and ask it to go from her that she can go to her home, normally and well. And while Your anointed Presence is here, that we’re both aware of, know that someday we’ll have to stand in Your Presence. Now, may this pass from her and may she go and be well; in Jesus Christ’s Name, I ask it. Amen. God bless you, sister. Return, happy, healthy, and love God all your life. All right.

64 How God would heal this whole audience of people at this very time, if you believe with all your heart. If you just have faith and don’t doubt. That’s all I ask you to do is to believe Jesus Christ, the Son of God. Now, no matter whether you’re up here or whether you’re out there… [Blank spot on tape—Ed.]…?…

You believe with all your heart? You? Before God you say that? You understand that? And there’s a vibration or moving of a channel come through the audience a few moments ago, it’s left now: but thought it was mental telepathy of reading a mind. But it is not. I’ve never looked at the woman. I want you to lay your hand on my shoulder, lady. And you believe me to be God’s servant, I’m telling you the truth? If I shall ask God and He’ll tell me what’s your trouble, will you accept Jesus as your Healer? You will? You got heart trouble. If that’s right, raise up your hand now. Now, go and be made well, in Jesus Christ’s Name. You shall have what you’ve ask for. God bless you. All right.

65 All right, lady. You believe with all your heart? You want to be made well? Life hasn’t been a flower bed of ease for you though. Has it? You’ve had many trials and ups and downs. Been extremely nervous all your life, especially in this time, just about the age you’re coming into now, to be—to be a nervous and upset. Makes it more than ever, ’cause it’s entering the menopause stage of life. But in your life, you’ve always desired a closer walk with God: do yet today, trying to all the time. Now, between you and I is dripping some blood, and it’s turning kind of to a—a white color. You’re anemic. Is that right? Now, let’s just go to Calvary now, by faith, to a blood transfusion.

Almighty God, may the Blood of Jesus Christ bring back the life to the blood of my sister, and may she go from here and get well, in Jesus Christ’s Name. Amen. God bless you, sister. Go, and the peace of God rest upon you and make you well.

66 All right. Is this the little boy? Come here, sonny. All right. This is a very fine boy. He’s just a little excited, of course the childlike, and that anointing touching the little lad now. Look, honey boy, when our Lord Jesus was here on earth, He would take little children like you, and He would set down, and put His hands upon them, and bless them and they’d get well. And do you ever like to hear your Sunday school teacher talk about that, when Jesus was here, how He’d bless the little boys and girls? Well now, He went up to heaven and come back again in the form of the Holy Spirit. Now, if He was here, He would tell you what was wrong with you. Is that right? And then you’d get well. You believe that, don’t you, honey? You believe those kidneys are going to get well? That’s what was wrong with you, wasn’t it? Kidney trouble. If that’s right, raise up your little hand so the… Now, you come here just a minute.

Heavenly Father, I bless this child, and condemn this trouble in his body, and ask it to leave; in the Name of Jesus Christ, may it go. Amen. God bless you, honey. You can go back to your folks and tell them you’re going be well now. Don’t fear, sister; he’ll be all right now. That’ll all leave and he’ll—he’ll get all right.

67 All right, would you come, lady. Are you believing with all your heart? And realizing that one of these days that you and I are going to have to stand in His Presence to give an account of our lives, then it behooves us to live like Christians, doesn’t it, to live true and to live upright before God? You realize that you have something wrong with you now that could take your life, if it be—goes a little farther, that condition of the female gland. But do you believe that God would heal you now and make you well? You accept it that way? God bless you, it’s gone from you now. You can go…?…

Now, the reason that I did that, waiting on the woman, was just because that I knowed she was healed while she was standing here. God healed the woman while she was standing here to make her well.

68 And I know that in this building, just now, you’ll never know how weak that made… Look here at the sweat on top of my hand. See? I’m just about to crumble here at the platform. It’s all getting milky all around over the building and everything. Remember, the Lord turned around; He said, “Strength has gone out of Me.” Now, I’m not Him, but it’s Him, the One doing the… If it was doing… If it was God in the Lord Jesus Christ, in that virgin born body, made Him feel when anyone touched Him by faith, what do you think it would do to a sinner like me, that’s just been converted and brought into the way?

Every one of you, do you believe with all your heart? Hear me now, as God’s servant. I tell you the truth. Every person in here, according to the Word of God, is healed right now. Do you believe it?

I want you to do something. We could bring line after line, but I want you to lay your hands over on one another and let me pray, just before I go any farther. Lay your hands on each other that wants to be made well. O my, if you could stand here and just see how well pleased the Holy Spirit is with that, with your hands on one another.

69 Kind, loving Father, as my strength is so swiftly going, and my legs will hardly hold me any longer, truly, I understand why You can lay in the back of a boat after a healing service, and not even the waves wake You up.

Now, I ask for mercy. There’s many mothers, and dads, and sisters, and brothers setting here tonight that’s really needing You. In the beginning, trying to speak a little sermon, and now You came on the scene and really confirmed that it was the truth. Now, hear my prayer, dear God, with the simplicity of my heart, I offer it with sincere faith. Hear me, my Lord. And may the lovely Holy Spirit just now settle down over each of these people and may all the doubt be moved away. And may God Himself just touch a little special blessing to every heart and give them faith that they know that Your Presence is near. O eternal One, grant it, through Jesus, Thy Son.

Brother Cauble, finish this prayer out. 

EN HAUT