ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




PrĂ©dication L'Arche, Un Type De Christ de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 55-0522 La durĂ©e est de: 1 heure et 30 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

L'Arche, Un Type De Christ

1          Bonjour, les amis. C’est plutĂŽt Ă  cause d’une petite erreur que je me retrouve ici aujourd’hui. J’allais
 J’ai fait la promesse que chaque fois que je viendrai prier pour les malades, je
 frĂšre Neville annoncerait cela Ă  la radio. Mais, je ne sais comment, les secrĂ©taires ont oubliĂ© de le lui dire hier, et c’est la raison pour laquelle cela n’a pas Ă©té–ça n’a pas Ă©tĂ© annoncĂ©, ça n’a pas Ă©tĂ© diffusĂ©. Et il y a des gens qui ont tĂ©lĂ©phonĂ© et qui voulaient que l’on prie pour eux ce matin.

2          Ainsi, j’étais un–un petit peu excitĂ©, comme on l’a dit, au sujet de la–la venue d’un nouveau garçon, comme–comme Ă  chaque fois, j’en suis trĂšs reconnaissant. Lorsque l’infirmiĂšre l’a sorti de la chambre, j’ai dit: «Joseph, je t’ai attendu depuis quatre ans. Je suis donc trĂšs content que tu sois lĂ .» Ainsi cela
 Ici, il y a environ quatre ans, j’étais... Juste avant que la fillette naisse, avant que nous sachions que c’est elle qui venait.

3          Eh bien, j’étais en priĂšre, un jour, aprĂšs avoir lu la vie de Joseph dans la Bible, j’ai pensĂ©: «Quel homme parfait !» Abraham, c’était l’élection. Isaac, c’était la justification. Et Jacob, c’était la grĂące. Mais Joseph, c’était la perfection. C’était fini, vous voyez, rien de plus n’a Ă©tĂ© dit Ă  ce sujet. Ainsi, je pensais Ă  Joseph, comment il Ă©tait nĂ©, aimĂ© de son pĂšre.

4          Tenez, Ă  ce propos, j’ai reçu un tĂ©lĂ©gramme ou un message venant de l’Afrique, disant qu’on est en train de lui confectionner un manteau de plusieurs couleurs. Juste pour
?... Ils l’attendaient. Ainsi cela
 Ainsi, il y avait un


5          Je suis revenu, je suis entrĂ© dans le petit bureau, et j’ai commencĂ© Ă  prier. «Ô Dieu ! » Je–je–j’ai tout simplement fondu en larmes, de penser quel personnage merveilleux ce Joseph Ă©tait, et qu’il a Ă©tĂ© vendu pour trente piĂšces d’argent, pratiquement trente piĂšces d’argent, comme JĂ©sus–JĂ©sus–JĂ©sus... Judas, excusez-moi, avait vendu JĂ©sus. Et Joseph a Ă©tĂ© retirĂ© de la tombe, vous savez, et s’est assis Ă  la droite de Pharaon, et personne ne pouvait voir le roi sans passer par Joseph. Et au son de la trompette, chaque genou devait flĂ©chir quand il s’avançait. C’est la mĂȘme chose en ce qui concerne JĂ©sus, vous savez: «Chaque langue confessera.» Et je suis retournĂ© et je me suis mis Ă  prier.

6          Eh bien, il y a trois domaines dans lesquels les gens vivent. Le premier, c’est le domaine de l’humain. Le deuxiĂšme, c’est la rĂ©vĂ©lation divine. Et le troisiĂšme, c’est la vision.

7          Or ceci, comme dans la priĂšre, lorsque l’on prie pour quelqu’un dans le domaine de l’humain, nous disons: «Eh bien, je–j’espĂšre que vous serez guĂ©ri.» Vous voyez, je–j’espĂšre. «Je crois avec vous, en essayant d’utiliser toute la foi possible.» Ça, c’est l’humain.

8          Le deuxiĂšme domaine, c’est celui de la rĂ©vĂ©lation divine, lorsque quelque chose vous est rĂ©vĂ©lĂ©. Vous ĂȘtes vraiment sĂ»r dans votre coeur que la chose va arriver, bien qu’il n’y ait rien [d’autre] que cette rĂ©vĂ©lation.

9          Et le troisiĂšme domaine, c’est celui de la vision. Bien entendu, c’est l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. C’est parfait et c’est certain.

10        Maintenant, la chose est entrĂ©e dans ce domaine-ci. Et Quelque Chose m’a simplement dit: «Tu auras un garçon, et tu lui donneras le nom de Joseph.»

11        Eh bien, j’ai eu une fillette. Alors je me suis dit: «Eh bien » J’ai louĂ© le Seigneur pour cela. Et environ un mois aprĂšs cela, nous nous sommes rendu compte que nous allions avoir encore un enfant, et puis j’ai pensĂ© que peut-ĂȘtre c’était lĂ  mon Joseph. Alors Ă  la naissance, c’était une JosĂ©phine ; c’était une fille.

            Et plusieurs pensaient que j’avais dit que c’était Joseph. J’ai dit: «Non, non ; je n’avais pas dit que c’était Joseph.»

12        Et quelques-uns ont dit: «Eh bien, n’avez-vous pas dit que vous aviez eu une vision Ă  ce sujet?» Vous savez comment les gens confondent les choses.

13        J’ai dit: «J’ai les bandes Ă  ce sujet.» Voyez-vous? «Venez les Ă©couter. Je n’ai point dit que c’était Joseph.» J’ai dit: «Le Seigneur m’a rĂ©vĂ©lĂ© dans mon coeur que j’allais avoir un fils qui rĂ©pondrait au nom de Joseph.» Vous voyez? J’ai dit: «Je ne sais pas comment, quand ou quoi, mais ça va arriver.» Ainsi, je ne savais pas. «J’aurai peut-ĂȘtre–j’aurai peut-ĂȘtre six filles avant d’avoir ce garçon, mais il sera lĂ .» Eh bien, la chose n’avait jamais quittĂ© mon coeur. Et nous avons continuĂ©.

14        Et alors, l’autre jour, il est arrivĂ©. Et il est lĂ . Je suis donc trĂšs reconnaissant pour ce garçon.

15        Je sais que lorsque le Seigneur promet quelque chose, Il accomplira ce qu’Il a promis. Vous voyez? Il est obligĂ© de le faire. Pour ĂȘtre Dieu, Il doit tenir Sa Parole.

16        Je... moi, je peux
 Je ne suis pas capable de tenir mes promesses parfois. Vous n’ĂȘtes pas capables de tenir les vĂŽtres. En effet, nous faisons des promesses, en ayant de bonnes intentions, mais nous ne sommes pas capables de les accomplir. Les circonstances, les difficultĂ©s, et le reste, font que nous ne soyons parfois pas en mesure d’accomplir ce que nous voulons faire.

17        Mais Dieu est capable de tenir Sa Parole, et Il le fera. C’est tout Ă  fait impossible qu’Il ne le fasse pas. C’est pourquoi nous L’aimons tant ce matin. Nous nous reposons sur cette parfaite assurance, Ă  savoir que «Dieu est capable de garder ce que nous Lui avons confiĂ©, jusqu’à ce jour-lĂ .»

18        Eh bien, il fait mauvais temps dehors, mais il fait assez frais Ă  l’intĂ©rieur du tabernacle pour qu’on n’étouffe pas. Il n’y a pas assez de gens ici pour qu’on soit tassĂ© les uns contre les autres, ou pour qu’on se tienne debout dans les allĂ©es. Mais c’est vraiment un bon temps, je pense, pour commencer Ă  enseigner la Parole.

19        J’ai fait de mon mieux ces quelques derniĂšres heures pour voir si le Saint-Esprit
 J’ai mĂȘme pris Billy, lĂ  au fond, les cartes, et ainsi de suite, pour une ligne de priĂšre. Mais, toutefois, je ne peux pas
 Vous
 Je ne dirige pas cette Chose. C’est Elle qui me dirige. Voyez-vous? Je–je n’ai rien Ă  faire lĂ -dedans. Ça dĂ©pend de ce qu’Il en dit.

20        Eh bien, frĂšre Neville ici prĂ©sent a annoncĂ© les rĂ©unions de rĂ©veil de frĂšre Crank qui est ici. Je ne le connais pas. Je suis simplement arrivĂ© hier soir, revenant de l’hĂŽpital pour voir le–le
 FrĂšre Roberts a fait faire la projection de son film lĂ -bas hier soir. Et–et frĂšre Crank et son pĂšre sont lĂ  tout au fond de la salle. FrĂšre Crank n’est qu’un jeune homme lui-mĂȘme; il semblait avoir peut-ĂȘtre vingt, vingt et un ans, quelque chose comme ça. Et
 Mais il est accompagnĂ© de son pĂšre. Et puis, frĂšre Matheny, de New Albany, le
 est un pentecĂŽtiste. Eh bien, je pense que ce frĂšre Crank est pentecĂŽtiste aussi.

21        Et ils ont Ă©tĂ© trĂšs gentils; ils voulaient que je prenne le service de la semaine prochaine. Naturellement, je ne pouvais pas le faire, vous savez. Et puis, ils se demandaient si j’allais ĂȘtre lĂ  samedi soir. Je ne sais pas encore. Je lui ai dit que je devais voir. FrĂšre Cobbles Ă©tait lĂ , et il voulait que ce soit le vendredi, le samedi et le dimanche prochains. Et frĂšre Hall, lui, doit ĂȘtre Ă  Milltown pour une soirĂ©e cette semaine, puisque la semaine prochaine nous partons pour l’étĂ©. Ainsi donc, ils
 J’ai quelques rĂ©unions par-ci par-lĂ . Je ne sais pas exactement oĂč ce sera. Je lui ai dit que je le lui ferais savoir un peu plus tard.

22        Mon Ă©pouse se porte bien. Et j’apprĂ©cie certainement toutes vos priĂšres. Cela a pu se faire uniquement par la priĂšre. Comme c’est un auditoire mixte, je ne saurais raconter ce qui s’était passĂ©. Mais elles ne sont pas supposĂ©es aller jusqu’à terme, mais elle a passĂ© des heures et des heures et des heures en plus. Voyez-vous? Et, d’habitude, le coeur lĂąche et elles meurent sur-le-champ. Mais, par la grĂące de Dieu, elle est mieux qu’elle ne l’a jamais Ă©tĂ© dans tous ses autres accouchements. Ainsi, je sais que ce sont vos priĂšres qui l’ont aidĂ©e. Et j’apprĂ©cie certainement cela de tout mon coeur. Et priez maintenant, nous avons


23        La venue de ce petit garçon a marquĂ© un–un tournant dans ma vie. J’ai
 Il y a quelques jours, alors qu’il semblait que le petit ne viendrait peut-ĂȘtre pas normalement, et que tout semblait ĂȘtre contre nous, l’opposition
 GĂ©nĂ©ralement, il fait vraiment plus sombre juste avant le jour, vous savez, et c’est courant chez les hommes. Ainsi, nous
 Et je me suis rendu Ă  Green’s Mill, Ă  la rĂ©serve des scouts, Ă  ma place habituelle, lĂ -haut. Et je ne pouvais plus supporter cela; c’est ainsi que je me suis retirĂ© pour ĂȘtre seul quelque temps avec le Seigneur JĂ©sus. Et Il m’a bien rassurĂ© que tout irait trĂšs bien. Alors, j’ai dit ensuite: «Seigneur, je–je Te promets que dĂ©sormais » J’ai passĂ© un temps oĂč j’ai connu tant de difficultĂ©s et tout.

24        Vous voyez, il y a probablement un ou deux Ă©trangers parmi nous, ce matin. Je ne sais pas. J’ai ici quelques noms des gens qui voulaient que l’on prie pour eux. Ainsi, je–j’imagine que c’est simplement le petit groupe de ce tabernacle-ci.

25        Mais je passe par des choses que le monde ignore, mĂȘme mes proches, vous voyez, des choses trĂšs difficiles. Le–l’ennemi travaille de l’intĂ©rieur, vous savez. De l’extĂ©rieur, vous ne remarquez rien. C’est Ă  l’intĂ©rieur qu’il y a des entailles. Et je rencontre cela de tout cĂŽtĂ©. Ainsi, je
 Mais je m’y attends. En quelque sorte je–je–je
 Si ça n’arrivait pas, je me demande ce que peut-ĂȘtre
 Je ne veux pas me lier d’amitiĂ© avec le diable. Je–je sais qu’il est mon ennemi, et je–je dois l’affronter sur le champ de bataille. Je suis donc trĂšs reconnaissant du matĂ©riel de combat, la Parole du Dieu vivant. Elle durera Ă  jamais.

26        Et maintenant, j’espĂšre vraiment que Dieu m’aidera Ă  rĂ©organiser mes rĂ©unions, de sorte que je puisse rester plus longtemps, et ainsi de suite. Soyez en priĂšre.

27        FrĂšre et soeur Schoeman de l’Afrique du Sud sont en route pour ici. Et c’est lui qui est Ă  la tĂȘte de l’Association des ministres de l’Afrique du Sud. Il vient pour s’occuper de l’organisation de notre voyage en Inde cet automne, et ainsi de suite.

28        FrĂšre Thoms de l’Afrique du Sud est ici. Je l’ai rencontrĂ© l’autre jour. Il fait un travail remarquable lĂ -bas parmi les indigĂšnes. La raison pour laquelle j’aime plutĂŽt le programme de frĂšre Thoms, c’est parce que ce programme dont il parle, celui que frĂšre Tommy Osborn et lui ont mis en oeuvre, c’est un programme que je trouve correct et qui mĂ©rite d’ĂȘtre soutenu parce qu’il–il envoie des missionnaires indigĂšnes. Vous voyez, aprĂšs tout, c’est l’indigĂšne qui en connaĂźt mieux sur les indigĂšnes.

29        Et on pourrait nous envoyer ici un gars venant de l’Australie. Il serait bien un frĂšre ; nous l’aimerions, l’accepterions et tout; mais il ne connaĂźt pas les coutumes amĂ©ricaines, les maniĂšres amĂ©ricaines. Il faut un AmĂ©ricain pour faire ce travail correctement. Et qu’en serait-il si on nous envoyait ici quelqu’un venant de la Chine? Eh bien, ce serait un missionnaire ; mais il parlerait probablement un anglais pauvre. Et son langage serait hachĂ© et ça n’aurait pas d’effet comme il en serait d’un homme qui sait comment pĂ©nĂ©trer chez les AmĂ©ricains, comment travailler avec les AmĂ©ricains, et agir selon leurs coutumes et ainsi de suite. Et c’est ainsi que ça se fait. Ici, nous sommes en quelque sorte des gens bloquĂ©s au nord et au sud, Ă  l’est et Ă  l’ouest, Ă  cause des accents et ainsi de suite.

30        Il n’y a pas longtemps, j’étais en Cali
 en Floride. Un certain soir, un cher et aimable frĂšre, du nom de frĂšre Jackson, Gayle Jackson, l’un de mes convertis Ă  la guĂ©rison, tenait une campagne. J’avais un grand dĂ©ficit dans mes finances. Et d’habitude, vous savez, dans mes offrandes et les autres dons, je ne permets pas que les gens en sachent quoi que ce soit. Si le Seigneur pourvoit, trĂšs bien. S’Il ne le fait pas, eh bien, nous cherchons ailleurs. Ainsi
 Et Gayle s’est prĂ©sentĂ© et il s’est adressĂ© au manager, disant: «Eh bien, comment vont les finances?»

31        Il lui a rĂ©pondu: «Oh ! environ mille dollars, il faut un peu plus peut-ĂȘtre, mille cinq cents, pour couvrir toutes les dĂ©penses.»

32        Gayle lui a dit: «Le problĂšme, c’est que vous ne savez pas comment vous y prendre avec ces gens du Sud.» Alors, il est montĂ© là
 Il a dit: «Est-ce que je peux prĂ©lever l’offrande pour vous ce soir?»

33        Le manager a dit: «Oui, mais pas de quĂ©mande, parce que frĂšre Branham pourrait s’en prendre Ă  nous pour cela.»

            Il a dit: «Nous ne quĂ©mandons jamais.»

34        Il est donc montĂ© lĂ , et il a juste dit quelques paroles, et il y a eu deux mille dollars dans l’offrande. Il a dit: «Vous voyez, FrĂšre Baxter, vous ne savez tout simplement pas comment vous y prendre avec ces gens du Sud, c’est tout.»

35        C’est comme ça donc. Vous devez connaĂźtre les coutumes des gens du Sud. Vous devez connaĂźtre les coutumes des gens du Nord. Vous devez connaĂźtre leurs coutumes. Et je pense qu’un indigĂšne, qui connaĂźt les coutumes de chez lui et sa propre tribu, est de loin mieux que
 est de loin la meilleure personne Ă  mettre parmi son propre peuple que toutes ces choses faites sur mesure que nous avons
?... qu’on envoie. C’est vrai. Je suis donc trĂšs reconnaissant pour les frĂšres.

36        Eh bien, ce matin, j’aimerais vous parler juste un petit moment. Je ne suis pas
 Je sais que ceci sera probablement ma derniĂšre rĂ©union oĂč je serai avec vous pour quelque temps. Nous nous rendons maintenant Ă  Macon, en GĂ©orgie. Si je comprends bien, c’est sponsorisĂ© par quarante-deux Ă©glises baptistes du Sud. Alors, de lĂ , nous irons Ă  la Convention internationale des Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens du Plein Évangile Ă  Denver. Et ensuite, je devrai aller au Canada pour un bref dĂ©lai.

37        Et alors, nous verrons donc ce que frĂšre Schoeman, ce que... s’il nous faut aller outre-mer ou si nous devons continuer aux États-Unis. Et frĂšre Moore, bien sĂ»r, trace tous ces programmes, tout le–l’itinĂ©raire, pour ici. Et il sera avec nous lĂ -bas, quand nous rencontrerons frĂšre Schoeman. J’espĂšre que frĂšre Schoeman passera ici et que vous ferez connaissance avec lui, et qu’il va... qu’il vous prĂȘchera ici une fois au tabernacle. C’est un homme trĂšs bien, lui et son Ă©pouse. Il m’a traitĂ© en frĂšre lorsque j’étais en Afrique ; alors traitez-le de la mĂȘme maniĂšre lorsqu’il passera par ici, dans l’amour du Seigneur.

38        Maintenant, je
 AprĂšs ĂȘtre entrĂ© et sachant
 On m’a dit que frĂšre Neville n’avait pas Ă©tĂ© prĂ©venu pour qu’on annonce cela Ă  la radio. Je suivais l’émission. Combien suivent l’émission radiodiffusĂ©e? Je vous assure, ces–ces chants sont sublimes, et la–la prĂ©dication est un peu plus au-dessus de cela. Ainsi, ça a Ă©tĂ© vraiment un bon message, hier. L’avez-vous tous apprĂ©ciĂ©? Ce n’est pas pour le faire rougir de honte, mais c’est la vĂ©ritĂ©. Je
 Si je pensais que frĂšre Neville faisait quelque chose de mal, je l’amĂšnerais lĂ  au fond dans une piĂšce, et nous en parlerions et prierions pour cela. S’il fait quelque chose de correct, j’aime lui en parler. Vous voyez? Nous nous sentons mieux pour cela.

39        Les belles petites cartes et les cadeaux, comme vous le savez tous, que vous avez envoyĂ©s au petit garçon lĂ  à
 lĂ -bas, je voudrais vous dire que je les apprĂ©cie aussi. Mon Ă©pouse vous complimente tous et vous envoie ses amitiĂ©s.

40        Et maintenant, ouvrons cette vieille Parole bĂ©nie. Mais avant
 Parlons-Lui, Lui, l’Auteur, avant de le faire.

41        Notre Bien-aimĂ© Sauveur, nous venons utiliser Ton Nom juste pour quelques moments, comme nous nous approchons du Tout-Puissant, le CrĂ©ateur, Celui qui T’a conçu dans le sein de la vierge ; et celle-ci a enfantĂ© cette Personne merveilleuse, qui se tient comme MĂ©diateur entre les vivants et les morts ; Lui, le seul Chemin, le seul MĂ©diateur. Et nous sommes trĂšs heureux de savoir que par Sa divine promesse, Il nous a donnĂ© ces Paroles: «Tout ce que vous demanderez au PĂšre en Mon Nom, Je le ferai.»

42        Ainsi, nous Te demandons aujourd’hui, au Nom du Seigneur JĂ©sus, ĂŽ Bien-aimĂ© PĂšre, de recevoir les actions de grĂąces de nos coeurs, comme Tu as toujours Ă©tĂ© dans nos rassemblements dans Ton sanctuaire pour entendre les louanges de Tes enfants. Et nous sommes reconnaissants aujourd’hui pour toutes les bĂ©nĂ©dictions: pour la santĂ© et le–le progrĂšs de l’église, et pour l’oeuvre tout autour du monde.

            Nous sommes trĂšs reconnaissants pour cela. Et, ĂŽ PĂšre, nous Te prions de continuer ; et pas seulement de continuer, mais de dĂ©verser de doubles portions sur l’oeuvre partout, car nous croyons que nous n’avons plus de temps. Tout pointe vers la fin. Quand prĂ©cisĂ©ment? Nous ne le savons pas ; mais nous voulons ĂȘtre prĂȘts, comme nous l’a ordonnĂ© notre Seigneur JĂ©sus.

43        Et maintenant, PĂšre, nous Te remercions. Aujourd’hui, je veux Te remercier personnellement pour le petit garçon. Ta promesse a tardĂ© pendant quatre ans. «Mais Moi, le Seigneur, Je l’ai plantĂ©; Je l’arroserai jour et nuit.» Tu accomplis toujours Tes promesses, PĂšre. «Bien que la vision
 bien qu’elle tarde, par contre, elle parlera.» Ça doit se faire, parce que c’est la Parole et la promesse de Dieu. Nous ne craignons pas, nous avançons seulement, sachant que toutes choses concourent pour le bien.

44        Merci d’avoir gardĂ© la mĂšre saine et sauve dans tout cela. Maintenant, comme elle est dans la souffrance et la douleur, je prie que Tu puisses soulager ses douleurs. Nous savons que c’est une chose naturelle; mais rĂ©conforte-la, PĂšre. BĂ©nis-la lĂ -bas aujourd’hui, et qu’elle revienne rapidement Ă  la maison.

45        Et qu’elle se tienne aux cĂŽtĂ©s de Ton serviteur, comme nous allons de l’avant, maintenant, ensemble, lĂ -bas dans les champs de bataille, pour moissonner les grains et les apporter au grenier pour le MaĂźtre.

46        BĂ©nis cette Ă©glise. BĂ©nis notre bien-aimĂ© pasteur, Ton serviteur, qui est fidĂšle Ă  son poste. Et nous Te prions de bĂ©nir tous les diacres, les administrateurs et tous les autres. Que Tes bĂ©nĂ©dictions reposent sur eux tous.

47        BĂ©nis–bĂ©nis ; nous Te prions, ce matin, pour les ministres en visite, les Ă©trangers dans nos murs. Et lorsque le service sera terminĂ©, que nous puissions dire comme ceux qui revenaient d’EmmaĂŒs: «Nos coeurs ne brĂ»laient-ils pas au-dedans de nous Ă  cause de Sa PrĂ©sence?» Entre dans la Parole, PĂšre. Que le Saint-Esprit vienne prendre la Parole. Il n’y a rien de prĂ©mĂ©ditĂ© ; je ne sais rien de ce que je vais dire, mais je Te confie toutes choses. Que Ta volontĂ© soit faite, au Nom de JĂ©sus. Amen.

48        Ouvrons les Écritures pour une petite lecture, si vous voulez bien, dans le Livre de–de la GenĂšse, en commençant avec le chapitre 6, on ne lira qu’une petite citation ici de la–de la Parole, en commençant au–au verset 8 du chapitre 6. Et le sujet de ce matin, Dieu voulant, sera un enseignement Ă  partir de la Parole pendant quelques minutes avant que nous priions pour les malades, et puis le pasteur va clĂŽturer le service.

49        Nous prions que Dieu multiplie et bĂ©nisse. Et je vois une petite fille assise ici sur un des siĂšges de devant. Je crois que la mĂšre est assise ici afin que
 Je pense que nous avons priĂ© pour cette enfant il y a quelque temps. Et il me semble bien que c’était elle, si je me rappelle bien ; elle Ă©tait... elle ne pouvait pas marcher, ou quelque chose comme ça, ou
 Il semble qu’elle va beaucoup mieux aujourd’hui, et j’en suis trĂšs reconnaissant.

50        En priant constamment, Dieu dĂ©versera plus de l’Esprit et de la puissance sur Son Église et Son peuple, partout, pour que notre foi soit Ă©levĂ©e loin au-dessus de tous les problĂšmes de la vie, et pour que nous soyons capables d’ĂȘtre plus que vainqueurs et victorieux par Celui qui nous a aimĂ©s et qui a donnĂ© Sa Vie pour nous.

51        Maintenant, vous qui avez vos Bibles :

            Mais NoĂ© trouva grĂące aux yeux de l’Éternel.

            Voici la postĂ©ritĂ© de NoĂ©. NoĂ© Ă©tait un homme juste et intĂšgre, dans son temps; NoĂ© marchait avec Dieu.

            Et NoĂ© engendra trois fils: Sem, Cham et Japhet.

            Et la terre Ă©tait corrompue devant Dieu, la terre Ă©tait pleine de violence.

            Dieu regarda la terre, et voici, elle Ă©tait corrompue, car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre.

            Alors Dieu dit Ă  NoĂ©: La fin de toute chair est arrĂȘtĂ©e par devers moi; car ils ont rempli la terre de violence; voici, je vais les dĂ©truire avec la terre.

            Fais-toi une arche de bois de gopher; tu disposeras cette arche en cellules, et tu l’enduiras de poix en dedans et en dehors.

52        Et maintenant que le Seigneur ajoute Ses bĂ©nĂ©dictions Ă  la lecture de Sa Parole. Ce matin, je veux parler, si Dieu le permet, ou plutĂŽt enseigner quelques moments la Parole sur L’Arche: ce que l’arche signifiait et ce que l’arche annonçait, ainsi que les choses dont l’arche Ă©tait le type. Car l’arche et toutes ces choses de l’Ancien Testament Ă©taient un type parfait de Christ. Et Christ est l’accomplissement de tout l’Ancien Testament. Tout fut accompli en JĂ©sus-Christ.

53        Eh bien, c’était un temps de destruction, le temps juste avant la destruction. Toute la terre Ă©tait remplie de violence.

54        Si vous remarquez bien, lĂ  oĂč vous voyez les hommes commencer Ă  se multiplier, les gens commencer Ă  se rassembler dans de grandes agglomĂ©rations et y rester, les villes sont peuplĂ©es ; la population s’accroĂźt. Bien vite, vous savez, avec cela, on commence Ă  introduire des divertissements pour se distraire. A partir de lĂ , les gens se lancent dans des jeux d’argent, des jeux d’argent dans la boisson ; de la bois-
boisson, dans la prostitution, on a des foyers et des mariages qui se brisent, on a des divorces, et puis des meurtres. Et constamment, cela ne fait que prendre plus d”ampleur comme une chaĂźne sans qu’il y ait de fin.

55        Quand Dieu marchait seul avec l’homme, ce dernier avait la faveur de Dieu. Mais quand l’homme a commencĂ© Ă  se multiplier et Ă  se reproduire continuellement, alors ils ont commencĂ© Ă ... Satan a eu un plus grand champ d’action pour travailler. Un homme pouvait croire, penchant un peu de ce cĂŽtĂ©, et l’autre un peu de ce cĂŽtĂ©. Puis, quand Satan se prĂ©sente et qu’il met de l’huile au feu, alors ça devient ceci et cela, ça donne lieu Ă  beaucoup d’imaginations, et puis la corruption s’installe. Et quand NoĂ©...

56        Si vous remarquez, entre les gĂ©nĂ©rations, aprĂšs le meurtre d’Abel, Dieu l’a remplacĂ© par Seth. Bien entendu, les historiens nous enseignent qu’Adam et Ève ont eu soixante-dix fils et filles. Mais comme la Bible ne rapporte que les trois fils, Cham, Sem, et–et Japhet comme Ă©tant les fils de NoĂ©... Pardonnez-moi, c’étaient CaĂŻn, Abel et Seth, les fils de NoĂ©, ou plutĂŽt les fils d’Adam.

57        Eh bien, je suis un peu excitĂ©. Je le suis depuis ces quelques derniers jours, depuis l’arrivĂ©e de mon Joseph ; alors je mĂ©lange un peu les choses.

58        Remarquez ensuite qu’à travers cette lignĂ©e de Cham, aprĂšs qu’il eut traversĂ© lĂ , nous allons... Ă  travers la destruction du monde antĂ©diluvien, sa gĂ©nĂ©ration entiĂšre a sombrĂ© dans la mĂ©chancetĂ©.

59        Et lorsque nous avons parcouru la lignĂ©e de CaĂŻn, cette derniĂšre a fait la mĂȘme chose. Ils sont allĂ©s dans la terre de Nod, c’est lĂ  que CaĂŻn est allĂ©; et il s’est mariĂ© lĂ -bas, il a pris sa femme et est parti lĂ -bas, et par aprĂšs, on a eu ces hommes qui ressemblaient Ă  des gĂ©ants.

60        Lorsque les enfants d’IsraĂ«l sont passĂ©s par lĂ , ils ont trouvĂ© des hommes, voire quelques-uns avaient des doigts de quatorze pouces [environ 38 cm–N.D.T.] de long. Et pensez-y, de grands gĂ©ants! David a tuĂ© Goliath, qui Ă©tait un grand gaillard, et il a dit que sa lance avait l’air d’une aiguille de tisserand. Et combien
 Neuf pieds [3 m–N.D.T.] et quelque de haut, et quel puissant homme il Ă©tait !

61        Mais si vous remarquez, une grande civilisation est sortie de cette lignĂ©e de–de CaĂŻn, lĂ -bas et a commencĂ© Ă  s’implanter. Lorsque les hommes ont commencĂ© Ă  se multiplier, ils ont commencĂ© Ă  suivre diffĂ©rentes sciences et ainsi de suite, des dĂ©couvertes et des inventions. L’une d’elles Ă©tait le façonnage du bois, oh ! comme ils bĂątissaient ! Et ils se mirent Ă  construire, Ă  construire continuellement. C’était un signe que la fin des temps approchait.

62        Avez-vous remarquĂ© que nous avons la mĂȘme tendance Ă  construire maintenant? C’est de nouveau le signe de la fin des temps.

63        Ils excellaient dans la mĂ©tallurgie. Ils avaient dĂ©couvert comment ils pouvaient... ce qu’ils pouvaient faire avec le mĂ©tal.

64        Et regardez ce qu’ils font avec le mĂ©tal aujourd’hui: ils fabriquent mĂȘme... L’autre jour, j’ai entendu Ă  la radio qu’on construit maintenant des maisons en acier ou en mĂ©tal. Ils ont pratiquement coupĂ© tout le bois de construction ; ainsi, ils construisent des maisons en aluminium, en acier et ainsi de suite. Et il y a de grandes dĂ©couvertes et un grand progrĂšs dans la science ; le progrĂšs de la science est un signe de la fin des temps      

65        Regardez ce que la science a rĂ©alisĂ© au cours de ces derniĂšres annĂ©es (Oh ! la la !), les choses qui sont accomplies ! Qu’est-ce? La fin des temps est proche. Un signe que tous les croyants... Les ministres Ă  la chaire devraient le prĂȘcher de toutes leurs forces, le dĂ©montrer aux gens. Nous franchissons des Ă©tapes importantes. Et toutes choses pointent vers la fin.

66        Les versets bibliques, la Bible de Dieu que nous lisons et croyons aujourd’hui, indiquent que la fin est imminente. Le grand monde scientifique dit que la fin est en vue, un autre grand poteau indicateur. Le zodiaque sur le calendrier, et ainsi de suite, l’astronomie et tout annoncent que la fin est en vue. La pyramide dĂ©clare que la fin est en vue. Chacun de ces grands indicateurs dit que la fin est en vue. Nous sommes Ă  la fin des temps.

67        Remarquez ! Mais Dieu dans Sa grĂące souveraine, avant la fin des temps... Il s’est donc rĂ©fĂ©rĂ© Ă  cela en JĂ©sus... JĂ©sus s’y est rĂ©fĂ©rĂ©, en disant: «Ce qui arriva du temps de NoĂ© avant le dĂ©luge, ce que les gens faisaient, c’est ce qui se rĂ©pĂ©tera.» Et nous le voyons. Donc, il faut ĂȘtre spirituellement aveugle pour ne pas voir cela. Ouvrez les yeux, regardez autour de vous !

68        Il y a une si grande diffĂ©rence entre l’aveuglement physique et l’aveuglement spirituel. Je crois que si je devais faire mon choix, j’opterais pour l’aveuglement physique, en tout temps. Oui, l’aveuglement, ça existe.

69        Ici, il n’y a pas longtemps, un ministre a dit: «Si vous ĂȘtes un serviteur du Seigneur, frappez-moi d’aveuglement.»

70        Je lui ai dit: «Vous ĂȘtes dĂ©jĂ  aveugle.»

            Il a dit: «Moi, aveugle?»

            J’ai dit: «Oui, oui.» Car il ridiculisait la guĂ©rison divine ; il ridiculisait le baptĂȘme du Saint-Esprit, disant que ça n’existait pas. J’ai dit: «Vous ĂȘtes aveugle.»

            Il a dit: «Non, ça c’est vous qui avez inventĂ© cela.»

            J’ai dit: «Ce sont les Écritures, la Bible le dit.»

            Il a dit: «Quand y a-t-il dĂ©jĂ  eu un aveuglement de l’esprit?»

71        J’ai dit: «Eh bien, bien des fois. JĂ©sus a dit Ă  vos pĂšres: ‘Vous, pharisiens aveugles ! Vous avez des yeux et vous ne pouvez pas voir.’ C’est vrai. ‘Mais si vous aviez reconnu le temps !’»

72        J’ai dit: «Une fois, ÉlisĂ©e, ce grand prophĂšte, se trouvait Ă  Dothan. Et lĂ , toute l’armĂ©e syrienne avait encerclĂ© ÉlisĂ©e pour le prendre. Et GuĂ©hazi a dit: ‘...?... PĂšre, ils sont sur nous! Toute la ville est entourĂ©e ici par l’armĂ©e des Syriens.’»

73        Il a dit: «Eh bien, ceux qui sont avec nous sont plus nombreux que ceux qui sont avec eux.»

74        Il a dit: «Eh bien, les voilĂ , mais ici je ne vois personne d’autre que toi.»

            Il a dit: «Ô Dieu, ouvre ses yeux.»

75        Et lorsque ses yeux se sont ouverts, il a regardĂ©, et il y avait des chars de feu autour de ce vieux prophĂšte ; les collines Ă©taient en feu...?...

76        Il s’est prĂ©sentĂ© directement lĂ  oĂč ils Ă©taient, et il a dit qu’il les a frappĂ©s d’aveuglement. Il s’est prĂ©sentĂ©...?... Pas physiquement. Dans un sens, ils Ă©taient physiquement aveugles. Il est sorti lĂ  et a demandĂ©: «Cherchez-vous Élie?» C’était Élie en personne.

            Ils rĂ©pondirent: «Oui, c’est lui que nous cherchons.»

77        Il a dit: «Venez, suivez-moi, je vais vous conduire directement Ă  lui.» Ils ne le reconnaissaient pas. Ils Ă©taient aveugles.

78        Et aujourd’hui, les hommes sont frappĂ©s d’aveuglement parce qu’ils rejettent Dieu, la misĂ©ricorde. Cela ne laisse que le jugement. Mais Dieu, dans Son amour et Sa misĂ©ricorde, a prĂ©parĂ© une voie de sorte qu’avant que le jugement divin ne frappe, il y ait une voie. Dieu fraye une voie de salut pour tous ceux qui dĂ©sirent la suivre. Ce sont Ses bontĂ©s qui pourvoient Ă  un moyen d’échapper. «Ne voulant pas qu’aucun pĂ©risse, mais que tous parviennent Ă  la repentance.»

79        Il est sur la terre aujourd’hui, montrant des signes et des prodiges, ressuscitant les gens, de grandes choses se produisent, «montrant des signes en haut dans le ciel, et en bas sur la terre». Des signes de soucoupes volantes dans les airs, oĂč le Pentagone mĂȘme et tous ne savent quoi en penser. Des signes en haut dans les cieux, et en bas sur la terre: la guĂ©rison des malades, la rĂ©surrection des morts, les yeux des aveugles qui s’ouvrent, les mauvais esprits sont chassĂ©s, l’Évangile est prĂȘchĂ© ; les signes de Sa Venue. «Ne voulant pas qu’aucun pĂ©risse, mais que tous puissent humblement, avec douceur, flĂ©chir Ă  la repentance.» Mais ceux qui rejettent Christ doivent marcher aveuglement.

80        Qu’en serait-il si moi, aujourd’hui, je ne voulais plus de mes yeux, en laissant qu’on me les crĂšve? Si je refusais de garder mes yeux, je prendrais quelque chose et me les crĂšverais. Je ne veux donc pas voir.

81        C’est ce qu’il en est spirituellement. Si un homme refuse de plonger son regard dans la Parole de Dieu pour voir le plan, et de voir Dieu, il se crĂšve automatiquement les yeux. Il ferme lui-mĂȘme les yeux aux choses de Dieu. Quel jour ! Quel temps ! Quelle leçon nous devrions apprendre aujourd’hui en regardant autour de nous en ce temps de la fin!

82        Mais au temps de NoĂ©, dans Sa grĂące souveraine, Dieu a dit: «Maintenant, je veux que tu ailles faire une provision pour tous ceux qui dĂ©sirent Ă©chapper Ă  ce jugement.» N’est-ce pas merveilleux? Dieu, ne voulant pas qu’aucun pĂ©risse, frayant une voie de salut pour ceux qui voulaient venir par la voie de salut de Dieu. Alors Il a dit: «NoĂ©, je veux que tu construises une arche.»

83        Maintenant, le mot arche signifie un petit coffre ou un lieu de refuge, une cachette. L’Ancien Testament en mentionne trois. Et nous voulons considĂ©rer ces trois [types d’] arches maintenant, quelques moments. Toutes les trois Ă©taient le type d’une seule grande Arche, Christ, pour l’Église aujourd’hui. Trois est une confirmation, toutes ces anciennes choses n’étant qu’une prĂ©figuration.

84        L’autre jour, pendant que j’étais assis au bord d’un ruisseau, je lisais comment ces mĂšres hĂ©braĂŻques qui ont autrefois enfantĂ© les patriarches, comment chacune, au moment oĂč elle Ă©tait lĂ  et qu’elle prononçait le nom de l’enfant, Ă©tant en travail, annonçait ce que l’enfant serait et ce qu’il serait dans le dernier jour, ne sachant pas ce qu’elle faisait, elle marmonnait. Prenez GenĂšse 49, et voyez cela en type, lĂ  oĂč ils seraient au temps de la fin, leur emplacement actuel, et observez ce que c’est. C’est exactement lĂ . Oh ! la la !

85        Parfois, si nous pouvions seulement ouvrir nos yeux et notre entendement spirituel quand la Parole de Dieu sort, et que nous rĂ©alisions ce que c’est, et que l’Esprit nous rĂ©vĂ©lait... Je prie maintenant que le Saint-Esprit prenne ces choses de Dieu et les mette dans le coeur de chaque homme et femme, garçon et fille qui sont ici.

86        L’arche. L’une des arches fut construite par NoĂ©, un moyen d’échapper. La deuxiĂšme arche dont il est parlĂ©, c’est celle dans laquelle MoĂŻse a Ă©tĂ© mis. La troisiĂšme fut l’arche du tĂ©moignage pour IsraĂ«l. Et la quatriĂšme, tout a Ă©tĂ© accompli dans la quatriĂšme, laquelle Ă©tait JĂ©sus-Christ.

87        Retournons en arriĂšre maintenant et commençons par la premiĂšre, dans GenĂšse, et voyons comment la prĂ©paration de l’arche a Ă©tĂ© faite, et voyons si elle ne reprĂ©sente pas exactement Christ. Et tous ceux qui se sont rĂ©unis dans chacune des ces arches, ou sous le–le... sont venus trouver la rĂ©conciliation par l’arche, tous ont Ă©tĂ© prĂ©servĂ©s du jugement. Et s’ils ont sĂ»rement Ă©tĂ© prĂ©servĂ©s dans le type, combien plus devons-nous ĂȘtre prĂ©servĂ©s en Christ, le vrai Anti-type de toutes les arches ! Oh ! Il est merveilleux !

88        Puis nous remarquons qu’en ces jours Dieu a parlĂ© Ă  NoĂ©, disant: «Je veux que tu la construises d’un type de bois spĂ©cifique.» Eh bien, ce n’est pas n’importe quel bois qui aurait marchĂ©. Nous devons avoir un certain type de bois, et il faut que ça soit du bois de gopher. Le bois de gopher Ă©tait donc... Il y a quelques semaines, j’étudiais ce qu’était le bois de gopher. Et c’était un bois tendre, flexible. Et c’est de ce bois qu’était construite l’arche, c’était un bois qui pouvait ĂȘtre facilement travaillĂ©, un bois flexible.

89        C’est ça le croyant. Une fois dans les mains de Dieu, il est retranchĂ© de l’arbre de son propre pharisaĂŻsme, il devient maniable dans les mains de l’Architecte, il n’est pas ballottĂ© Ă  tout vent de doctrine, mais il est flexible de sorte qu’il s’adapte correctement Ă  la Parole de Dieu, pour ĂȘtre utilisĂ© avec facilitĂ©.

90        Et nous remarquons que c’était un bois qui absorbait l’humiditĂ© facilement; ça absorbait l’humiditĂ©. Et maintenant, d’une part, l’homme mallĂ©able dans les mains de Dieu pourrait ĂȘtre important pour Dieu, ou vous pourriez ĂȘtre important pour le diable.

91        Maintenant, si l’arche avait Ă©tĂ© construite d’un bois qui est flexible et qui absorbe l’eau, ce bois aurait Ă©tĂ© imprĂ©gnĂ© d’eau en peu de temps. Et l’arche aurait immĂ©diatement coulĂ©, elle serait devenue lourde, parce que le bois de gopher est trĂšs lĂ©ger. Et l’eau l’aurait aussitĂŽt pĂ©nĂ©trĂ©.

92        C’est ce que j’en pense aujourd’hui. C’est ça. Je crois qu’aujourd’hui le problĂšme de plusieurs hommes et femmes sincĂšres, aujourd’hui, c’est qu’ils ne–ne veulent pas se consacrer complĂštement, mais ils courent aprĂšs l’erreur. Et c’est pourquoi l’arche devient imprĂ©gnĂ©e et ne peut plus aller plus loin. Elle tangue, et elle est prĂȘte Ă  couler.

93        Quel genre de Saint-Esprit a donc tracĂ© la voie lĂ -bas? Ils n’auraient pas pu continuer comme cela. Ainsi, Dieu a dit Ă  NoĂ©: «Enduis-la de poix au-dedans et au-dehors, de deux cĂŽtĂ©s, enduis-la de poix.»

94        Puis, j’étudiais de quoi Ă©tait faite la poix. J’ai cherchĂ© dans le passĂ© et j’ai trouvĂ© cela, j’ai consultĂ© un vieux dictionnaire, et j’ai dĂ©couvert ce que la poix signifiait. En grec, j’ai dĂ©couvert que la poix signifiait une chose, ça signifiait... une substance. Mais, voici comment ils obtenaient la poix: ils l’extrayaient d’un autre arbre en le martelant. C’était comme une rĂ©sine, et ils l’extrayaient en martelant l’arbre, ils la faisaient bouillir, et ensuite ils la versaient. Et ça devenait de la poix.

95        Quelle chose merveilleuse en rapport avec ce bois avant qu’il soit coupĂ©, une certaine sorte d’arbre, un ĂȘtre humain, Christ, dans Son humilitĂ©, un ĂȘtre humain ! Et l’Église, qui est Son arche aujourd’hui, Il entre dans Son Église, qui n’est rien d’autre que Son propre Corps spirituel ici sur terre. Cet Homme de Christ a Ă©tĂ© abattu, et Ă©tant battu, Sa Vie a Ă©tĂ© retirĂ©e de Lui, pour qu’Elle soit appliquĂ©e sur l’Église.

96        Maintenant, ce bois de gopher tendre, lorsqu’on versait cette poix chaude dessus, elle l’imprĂ©gnait trĂšs rapidement, en dedans et en dehors, en le scellant. Amen. Oh ! voyez-vous cela? [Amen.] Un sceau: tendre, s’imprĂ©gnant de la Parole de Dieu, Christ dĂ©versant le Saint-Esprit, chaud. Amen. Elle ne coulera pas si elle est froide. Elle doit ĂȘtre chaude. Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, ce sont des rĂ©unions Ă  l’ancienne mode oĂč il y a un dĂ©versement du Saint-Esprit chaud.

97        On a pris ce bois de gopher tendre, et Ă  l’aide d’une grande cuillĂšre de coulĂ©e, on a versĂ© cette poix dessus ; et on a apprĂȘtĂ© ce bois de gopher trĂšs tendre. Puis, cette poix l’a pĂ©nĂ©trĂ© de part en part et l’a rendu compact comme de l’acier. Aucune eau ne pouvait s’y infiltrer, aucunement. C’était une protection.

98        Et tout homme qui vient et reçoit Christ, Celui-ci le couvre par le Saint-Esprit ; il n’a qu’une seule pensĂ©e de sorte qu’il ne voit rien d’autre que Christ. Il ne se soucie plus du monde. Vous pouvez le cogner, le secouer, le jeter dehors Ă  coup de pied, lui faire tout ce que vous voulez, mais il est blindĂ©. En d’autres termes, il est scellĂ©. Toutes les fissures sont scellĂ©es. C’est ce que l’on faisait avec la poix. Et la Bible dit ce que...

99        Savez-vous ce qu’est le scellement pour ceci, ce que cela a Ă  faire avec cette arche d’aujourd’hui? ÉphĂ©siens 4.30 dit: «N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu par lequel vous avez Ă©tĂ© scellĂ©s (ou enduits de poix, enfermĂ©s), jusqu’au jour de la rĂ©demption.» Amen. ComplĂštement scellĂ©, chaque petite portion du bois, chaque petite ouverture, chaque petit trou, chaque petite fissure, chaque petit pore dans le bois, c’est scellĂ© et bouchĂ© Ă  l’intĂ©rieur avec l’Esprit de Dieu. Oh, comme c’est merveilleux !

100      Vous voyez, si vous l’appliquez Ă©tant froid, vous aurez des trous d’air Ă  l’intĂ©rieur. Si jamais vous heurtez une bĂ»che ou quelque chose, ça peut le faire Ă©clater, Ă  cause de ce dĂ©faut Ă  l’intĂ©rieur. Mais quand elle est chaude et qu’on la verse dessus, alors elle pĂ©nĂštre de part en part, et le scelle de deux cĂŽtĂ©s, en dedans et en dehors. Amen.

101      Un type parfait de Christ et Son Église. Un arbre a dĂ» ĂȘtre coupĂ©, pour ĂȘtre battu, meurtri et vidĂ© de toute sa rĂ©sine; puis, ensuite, cela a Ă©tĂ© appliquĂ© Ă  l’autre arbre pour le prĂ©server pendant le jugement. Christ fut abattu afin que par Sa Vie et par le Saint-Esprit, l’Église puisse ĂȘtre transportĂ©e Ă  travers le jugement. Comprenez-vous cela? Quelle belle image ! Oh ! la la ! Cela vous Ă©meut, n’est-ce pas? Ça fait bondir votre coeur. Voyez-vous? Tout cela parle de Christ, tout dans l’Ancien Testament parlait de Christ, c’était une prĂ©figuration de Christ.

102      Quelqu’un a dit, l’autre jour, il a demandĂ©: «FrĂšre Branham, pourquoi voit-on arriver ceci et cela, pourquoi telle chose est-elle arrivĂ©e?» Eh bien, la personne est ici, en ce moment ; je mangeais Ă  une table.

103      J’ai dit: «Soeur, reprenez toutes ces choses, et revenez au commencement.» J’ai dit: «La premiĂšre chose que cette personne Ă©tait, avant n’importe quoi d’autre, avant qu’il y ait une cellule, la personne Ă©tait esprit. C’est la partie fondamentale. Gardez cet esprit correctement. Tout ce qui vient de cet esprit, ici bas, va pĂ©rir, que ce soient des maisons, des terres, des demeures, la santĂ©, quoi que ce soit, c’est pĂ©rissable ; et cela va retourner directement Ă  cet esprit.» AllĂ©luia ! Cela va directement retourner Ă  cet esprit. Alors gardez cet esprit correctement.

104      Peu importe ce que vous avez ici dans ce monde ou ce qui vous manque, gardez votre coeur bien en harmonie avec Dieu. Car toutes choses sont
 Toutes vos maisons, vos terres, tout votre argent, toutes vos maladies, toute votre bonne santĂ©, tous vos enfants, tout, tout ce que vous possĂ©dez ici sur cette terre, tout vous quittera, et vous retournerez directement au commencement.

            Si votre esprit est droit vis-Ă -vis de Dieu, vous reviendrez Ă  nouveau, aussi certain qu’il y a un Dieu dans le Ciel. S’il n’est pas correct vis-Ă -vis de Dieu, vous devrez prendre l’autre route. Vous ĂȘtes ici pour faire un choix. Faites-le aujourd’hui pour Christ.

105      Remarquez. Oh ! Une autre chose que ce mot signifiait, quand il est dit: «Enduis–enduis-la», «Goudronne-la, ou imprĂšgne-la de rĂ©sine», cela signifie «expier». Enduire de poix [en anglais: pitch –N.D.T.] signifie expier. Dans LĂ©vitique, le mĂȘme terme qui Ă©tait utilisĂ© pour «poix» dans la GenĂšse, dans LĂ©vitique, c’est utilisĂ© dans le sens de «expier, faire une expiation». Eh bien, maintenant, expier, c’est se tenir entre. Et la poix qui Ă©tait dans le bois de gopher, dans l’arche, servait Ă  prĂ©server ou Ă  faire l’expiation pour le croyant afin de le prĂ©server de la colĂšre. Comprenez-vous cela?

106      NoĂ© ne pouvait pas entrer dans la colĂšre, les eaux du jugement. Oh, je vois cela maintenant. Comprenez-vous? Ecoutez. Il ne pouvait pas entrer dans le jugement, parce qu’il y avait une expiation entre lui et le jugement. Et le jugement, c’était l’eau du monde.

107      Et le croyant en Christ est en sĂ©curitĂ©, en sĂ»retĂ©. Amen. Pas sur base de ses propres mĂ©rites, mais par son obĂ©issance, l’obĂ©issance d’entrer dans l’arche. La seule chose que NoĂ© devait faire Ă©tait d’entrer dans l’arche. Il n’a mĂȘme pas eu Ă  fermer la porte; c’est Dieu Lui-mĂȘme qui l’a fermĂ©e. Entrez-y ! C’est tout ce que fait le croyant: il entre en Christ par la foi. Dieu prend soin du reste. «Celui qui entend Mes Paroles et croit en Celui qui M’a envoyĂ© a la Vie Eternelle, et ne passera pas en jugement ; il est passĂ© de la mort Ă  la Vie, dans l’arche, en sĂ»retĂ© Ă  jamais.» Amen. Laissez le jugement secouer lĂ  s’il le veut.

108      Eh bien, j’imagine parfois que l’arche se tenait debout, et Ă  l’envers, et tout. Mais NoĂ© Ă©tait en sĂ©curitĂ©. La poix se tenait entre lui et le jugement.

109      Et aujourd’hui, le Sang de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, se tient entre nous et tout le jugement. Amen. «...il ne sera pas condamnĂ©, ou ne passera pas en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie.» Amen. Pourquoi? Parce qu’il est dans l’arche. Quelle image parfaite !

110      Les arbres sont abattus; c’est ainsi que les gens ont commencĂ© au monde, ils ont Ă©tĂ© premiĂšrement abattus. Il s’agit lĂ  de tout homme qui vient au monde, qui est nĂ© dans le pĂ©chĂ©, formĂ© dans l’iniquitĂ©, venu au monde en profĂ©rant des mensonges, perdu, dĂ©plaisant, impie, loin de Dieu, Ă©tranger, sans espoir, sans Christ; mourant, qui s’en va dans la tombe en tant que pĂ©cheur et prĂȘt pour le jugement.

111      Ensuite, la Parole vient, plus tranchante qu’un couteau Ă  deux tranchants, Elle abat l’arbre, le taille, coupe toutes les bardanes et toutes les Ă©pines, en coupe la meilleure partie, et il devient flexible (Amen !) dans la main de Christ, le Constructeur !

112      Sa Vie a Ă©tĂ© donc dĂ©versĂ©e au Calvaire afin que, par le Sang rĂ©pandu, Il puisse faire une expiation pour protĂ©ger l’homme qui est dans l’arche de sĂ©curitĂ©. Oh ! la la ! Quelle image ! Ensuite, pour avoir la poix Ă  appliquer dessus


113      En effet, cela sera imprĂ©gnĂ© d’eau. Je veux que vous fassiez attention Ă  ceci. Un homme dira tout simplement: «Eh bien, je crois la Parole. Je ne prendrai que ceci et cela.» Sans le Sang, on est abandonnĂ© au monde. Peu importe que vous soyez dans l’arche, peu importe l’arche, ou plutĂŽt l’engin Ă  bord duquel vous ĂȘtes, vous devez ĂȘtre enduit de poix, imprĂ©gnĂ©, tout imprĂ©gnĂ© du Saint-Esprit, empĂȘchant le monde d’entrer.

114      Et puis, j’aimerais que vous remarquiez combien c’est beau ! Ensuite, pour
 Il a dĂ» y avoir un autre arbre abattu, un parent abattu, puis battu jusqu’à ce que toute la rĂ©sine soit sortie. Et ensuite, cette rĂ©sine Ă©tait versĂ©e sur l’autre arbre qui Ă©tait abattu pour le prĂ©server. Amen. Et aujourd’hui
 PrĂ©servĂ© pour combien de temps? Eh bien, ce pĂ©chĂ©, il y a six mille ans


115      Et on voit encore la vieille arche posĂ©e [lĂ ] au sommet d’une montagne. Aucun autre bois n’aurait rĂ©sistĂ© contre cela et ne le pourra jamais. Pourquoi? Il Ă©tait enduit de poix grĂące Ă  la mort d’un autre. L’arche rĂ©siste encore, elle est enduite de poix au-dedans et au-dehors, comme un mĂ©morial de ce que fera la poix.

116      Oh ! quelle parfaite image de ce qu’est Christ ! La position du croyant en Christ, une fois en Christ, enduit de poix Ă  l’extĂ©rieur avec le
 Tout ce qu’il vous faut faire
 L’arche est prĂ©parĂ©e. La seule chose qu’il vous faut faire, c’est d’y entrer et croire.

117      Remarquez NoĂ© lorsqu’il est entrĂ©. C’est l’unique chose qu’il devait faire: entrer. Dieu avait fermĂ© la porte, et NoĂ© Ă©tait en sĂ©curitĂ© jusqu’à ce que les jugements soient passĂ©s. C’est Dieu qui a fermĂ©; c’est Dieu qui a ouvert. Il s’agit du croyant d’aujourd’hui en Christ.

118      Remarquez, rapidement maintenant. L’arche suivante dont il est parlĂ©, nous y arriverons dans un instant, c’était celle de MoĂŻse. La Bible dĂ©clare que ce petit panier Ă©tait une arche. Et remarquez qu’elle avait Ă©tĂ© pourvue par la mĂšre, celle qui lui a donnĂ© naissance.

119      Amen ! Ce n’est pas par un sĂ©minaire, ce n’est pas par une expĂ©rience thĂ©ologique, mais c’est par Celui qui donne naissance au croyant, qui lui prĂ©pare une arche, le transporte Ă  travers le jugement.

120      Elle a donc tissĂ© ce panier avec de petites–de petites tiges qu’on avait lĂ , semblables Ă  de petites tiges de maĂŻs, des tiges filasses. Il y en a encore en Égypte. On peut encore voir ces mĂšres amener leurs braves petits enfants sur le fleuve Nil, elles les poussent sur le fleuve dans un petit panier, de la mĂȘme maniĂšre, pendant qu’elles barbotent ; elles poussent ces enfants dans le panier sur le fleuve Nil.

            Et elle est allĂ©e lui fabriquer une petite arche. Et voici de quelle maniĂšre ce panier Ă©tait fabriquĂ©: on le tissait de l’intĂ©rieur et de l’extĂ©rieur quand on le fabriquait. C’est ainsi que font les tisserands, ils le tissent tantĂŽt dans un sens, tantĂŽt dans l’autre.

121      Et ensuite, elle est allĂ©e couvrir cela de bitume. Le bitume, c’est aussi de la poix. Ce mĂȘme mot bitume, voyez s’il ne signifie pas poix ou expiation.

122      Vous voyez donc que les tisserands tissaient les tiges en les faisant passer au-dedans et au-dehors, laissant de petits trous que l’on bouchait avec la poix. Oh! la la ! Comment le croyant


123      Quelle honte aujourd’hui que nous soyons tous sĂ©parĂ©s ! L’un est mĂ©thodiste, l’autre est baptiste, l’autre, un luthĂ©rien, un unitaire, un trinitaire. C’est dommage ! Ils devraient tous ĂȘtre Ă©troitement unis; en y versant donc la poix, alors, le tout reste collĂ© ensemble et cimentĂ©, crĂ©ant une sĂ©curitĂ©. C’est merveilleux, quand on y dĂ©verse la poix


124      Le petit enfant MoĂŻse Ă©tait donc couchĂ© dans le panier et poussĂ© dans le jugement de l’eau. «L’eau» signifie toujours «une foule immense et une multitude de gens». LĂ , le petit ami avait probablement une petite couverture sur son visage, lĂ  dans l’arche, lĂ  sur le fleuve Nil. Ses eaux sont rapides. Et lĂ , il descendait lĂ -bas, Ă  travers les roseaux, les arbustes, les alligators et toutes les autres choses, lĂ  sur le Nil. Et des pluies, des orages, des tempĂȘtes, des blizzards soufflaient lĂ  [sur l’eau], la petite arche a surmontĂ© cela. Pourquoi? C’était un sacrificateur lĂ  dans l’arche. Amen. Il Ă©tait un sacrificateur. Il Ă©tait un lĂ©gislateur. Il Ă©tait un roi.

125      Il en Ă©tait de mĂȘme de NoĂ©. NoĂ© aussi Ă©tait un pĂšre. Et le pĂšre lui-mĂȘme, qui a construit l’arche, Ă©tait dans l’arche avec sa substance.

126      Christ, notre PĂšre, qui a construit l’arche avec Son propre Sang, est Ă  l’intĂ©rieur de l’arche en train de communier avec le croyant. Oh ! la la !

127      Pendant que tous les enfants et tous les animaux Ă©coutaient NoĂ© prĂȘcher, pendant que les jugements frappaient et se dĂ©versaient, l’arche flottait au-dessus des vagues, Ă©tant testĂ©e de lieu en lieu. NoĂ© a dit: «Tenez-vous tranquilles, mes enfants, c’est Dieu qui a construit cette arche. Elle a Ă©tĂ© construite selon Ses instructions. Elle rĂ©sistera contre tout ce que le diable peut envoyer contre elle.» NoĂ© prĂȘchait dans l’arche, il Ă©tait prĂ©servĂ© du jugement


128      LĂ , la nuit, le petit MoĂŻse avait les yeux tournĂ©s vers le ciel Ă©toilĂ© pendant que le vent soufflait et hurlait sur ces lieux, et que le vieux Nil bondissait, et que les crocodiles passaient sous le panier. AllĂ©luia ! Il Ă©tait en sĂ©curitĂ©, protĂ©gĂ©, il y avait une expiation entre lui et toutes les tempĂȘtes et les vents violents que le diable pouvait envoyer. Rien ne pouvait renverser cette petite arche. Elle a flottĂ© jusqu’à la fin.

129      Je peux voir le Glorieux Saint-Esprit se tenir au-dessus de cette petite arche. Je peux voir les anges de Dieu se tenir tout prĂšs, avec leurs Ă©pĂ©es dĂ©gainĂ©es. Non, non, rien ne va toucher cela.

130      Je peux voir le diable essayer de couler l’arche. Et NoĂ© chantait: JĂ©sus, garde-moi prĂšs de la croix, ou peu importe ce que c’était. Tous les dĂ©mons de l’enfer n’ont pas pu la prendre, parce qu’elle Ă©tait construite selon les instructions de Dieu. Une expiation se tenait entre le jugement et la misĂ©ricorde.

131      Il s’agit de tout croyant aujourd’hui, peu importe combien la chose doit sembler difficile
?
 combien la vie peut sembler difficile. Aussi longtemps que vous ĂȘtes en JĂ©sus-Christ, il n’y a rien du prĂ©sent, rien du futur qui puisse atteindre votre Ăąme, nous sĂ©parer de l’amour de Dieu en JĂ©sus-Christ. Amen. Le diable lĂąchera toutes les tempĂȘtes de l’enfer contre vous, mais Dieu a une expiation qui se tient entre vous et les vents. Vous surmonterez chaque vague. Vous traverserez tous les nids d’alligators.

132      OĂč a-t-il accostĂ©? En plein dans la ligne pour devenir le roi de toute l’Égypte. AllĂ©luia !

133      Et un de ces jours, lorsque cette vieille arche va accoster de l’autre cĂŽtĂ© du Jourdain orageux, nous marcherons comme des sacrificateurs et des rois devant Dieu, nous tenant sous l’expiation du Sang du Seigneur JĂ©sus-Christ, qu’Il accorde gratuitement Ă  quiconque le veut, cette expiation, la misĂ©ricorde.

134      LĂ , dans l’Ancien Testament, Dieu a dit: «Eh bien, construis une–une arche.» Et Il a spĂ©cifiĂ© le bois, le bois d’acacia. Ou tu peux le faire Ă  partir de ce bois. Dans la Bible, il est appelĂ© le bois de Sittim, mais en rĂ©alitĂ©, on l’appelle bois d’acacia. Et vous pouvez en faire la mĂȘme chose, une arche. Et Il a dit: «T u la construiras, et la recouvriras d’or.»

135      Observez cette arche, voyez si ce n’est pas le type de Christ. Remarquez, ç’en a Ă©tĂ© chaque fois le type. NoĂ© Ă©tait un type de Christ, frayant une voie ; MoĂŻse aussi.

136      Eh bien, observez l’Arche de l’alliance. Il a dit: «Vous ferez cela avec du bois d’acacia et vous la recouvrirez d’or.» Tous ceux qui connaissent les Écritures savent que l’or parle de la divinitĂ©, et le bois parle de l’humanitĂ©. Voyez, Dieu a dit: «Tu La couvriras–La recouvriras d’or, par-dessus le bois.» C’est la DivinitĂ© au-dessus du bois, Christ au-dessus de l’Église, au-dedans et au dehors, la DivinitĂ©, recouverte !

137      Tu mettras un couvercle au-dessus de cela. Ce sera un trĂŽne de grĂące, oĂč reposeront toutes les lois. Mais avant que vous
?
 Aspergez-la entiĂšrement de sang. La loi parle du jugement. Mais entre la loi et la congrĂ©gation se tenait Quelque Chose, la DivinitĂ©: un type de Christ.

138      Entre la colĂšre de Dieu, le jugement de l’enfer, entre cela et le croyant se tient la DivinitĂ© Elle-mĂȘme, Christ, se tenant sur la voie avec une expiation faite pour nous sauver de nos pĂ©chĂ©s et pour nous guĂ©rir de nos maladies. La DivinitĂ© se tient entre le jugement et le croyant.

139      La loi Ă©tait un juge. La loi exerçait le jugement, mais l’expiation se tenait entre le croyant qui confessait et le jugement. Le jugement reposait lĂ  dans l’arche, prĂȘt Ă  frapper. Mais quand il a essayĂ© de frapper, il n’a pas pu, car il y avait une expiation entre le jugement et le croyant. Le croyant venait et acceptait Christ sous l’ombre et le type, le sang versĂ© Ă©tait aspergĂ© sur le trĂŽne de grĂące, alors il obtenait misĂ©ricorde et pouvait s’en aller en se rĂ©jouissant, parce qu’il Ă©tait prĂ©servĂ© du jugement.

140      «Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en JĂ©sus-Christ, qui marchent non selon la chair, mais selon l’Esprit.» Et lorsqu’un homme sait qu’il est mort aux choses du monde, celui qui est en JĂ©sus-Christ, qui marche selon le Saint-Esprit et non selon ce monde de pĂ©chĂ©s, il n’y a point de condamnation pour lui. Il peut regarder l’enfer et le jugement en face et se rĂ©jouir, parce qu’il y a le Sang de Christ qui fait l’expiation et qui se tient entre lui et le jugement. Amen. VoilĂ .

141      Le croyant, une fois entrĂ©, le couvercle se ferme, la chose est rĂ©glĂ©e pour toujours. Amen. L’or, la DivinitĂ©, recouvrait l’arche, au-dessus, en-dessous et tout autour ; elle Ă©tait enveloppĂ©e dans la DivinitĂ©. Tous ceux qui viennent Ă  Christ sont enveloppĂ©s dans le Saint-Esprit et deviennent des fils et des filles de Dieu.

142      
?
et battait simplement l’or. On prenait l’or chaud et on le battait. Et l’orfĂšvre battait l’or. Il devait le battre avec un marteau. Et il battait l’or jusqu’à ce qu’il y voie son reflet. Ensuite on le chauffait, on le versait sur l’arche, et ça pĂ©nĂ©trait le bois. Oh ! la la!

143      Lorsque le Saint-Esprit, qui est la Puissance, (le Saint-Esprit et le Feu) est dĂ©versĂ© sur le croyant Ă  travers le Sang de Christ, Il fait lĂ  une expiation pour lui. Et celui-ci est prĂ©servĂ© de tout jugement divin.

            «Cela inclut-il la maladie?» Oui, oui. Absolument.

144      Il n’est pas dit que vous ne serez pas malmenĂ©, qu’on ne se moquera pas de vous, qu’on ne vous atteindra pas, qu’on ne vous fera pas ces choses. «Mais le malheur atteint souvent le juste (Bien des fois, l’arche sera ballottĂ©e d’un cĂŽtĂ© et de l’autre.), mais l’Eternel l’en dĂ©livre toujours.»

145      Bien des fois, la vieille arche a connu des secousses. Elle a eu beaucoup de hauts et de bas et elle a traversĂ© beaucoup de tempĂȘtes ; mais malgrĂ© tout, elle s’est posĂ©e sur le mont Ararat.

146      Je disais que beaucoup d’alligators ont croisĂ© la petite arche; elle a traversĂ© beaucoup de vents forts la nuit, elle a traversĂ© beaucoup de violentes tempĂȘtes, mais elle a accostĂ© en toute sĂ©curitĂ© dans les joncs, d’oĂč les intentions ont pu ĂȘtre prĂ©sentĂ©es jusqu’au trĂŽne de la nation; du plus bas au plus Ă©levĂ©. Amen.

147      Nous, misĂ©rables, malheureux, du plus bas de tous les insectes, du plus bas de toutes les crĂ©atures, moralement souillĂ©s, spirituellement morts, nous pouvons ĂȘtre relevĂ©s de ce lieu par l’arche du Sang du Seigneur JĂ©sus-Christ, pour ĂȘtre des fils, des filles, des rois et des sacrificateurs pour Dieu. Quelle image ! Que considĂ©rons-nous? Comment l’homme peut-il rejeter cette proposition que Dieu a faite avec lui?

148      J’aimerais que vous remarquiez une autre chose lĂ . Lorsque l’Arche a Ă©tĂ© mise en son lieu, Dieu a dit: «Tu entoureras le dessus de l’Arche d’un rebord d’or.» En d’autres termes, lorsque l’Arche fut enduite de poix au-dessus et tout autour avec tout ceci, la loi Ă©tait Ă  l’intĂ©rieur
 Et ensuite, remarquez une autre chose: le pain, le kasher ou la manne, qui tomba en premier, cette manne Ă©tait dans le pot, elle Ă©tait gardĂ©e Ă  l’intĂ©rieur de l’Arche.

149      Et, frĂšre, si vous n’avez jamais goĂ»tĂ© Dieu pour voir qu’Il est bon, entrez une fois dans l’Arche, car c’est lĂ  que se trouve la manne. Pas dans un vieux credo charnel ou quelque chose d’autre, mais en Christ, Ă  l’intĂ©rieur. Entrez par la porte, et Dieu fermera la porte derriĂšre vous et gardera les jugements en dehors.

150      Remarquez quand il est entrĂ©. Il a pris cette arche
 La verge d’Aaron a Ă©tĂ© aussi dĂ©posĂ©e lĂ -dedans et elle a bourgeonnĂ©, une vieille verge qui Ă©tait morte, une canne, un bĂąton, pas plus que ce morceau de bois qui se trouve juste lĂ , dont toute la vie s’en est allĂ©e, sec au possible. Mais une fois placĂ©e dans ce lieu saint, elle est revenue Ă  la vie.

151      Tout pĂ©cheur, peu m’importe combien votre vie a Ă©tĂ© morne et sombre, dans la PrĂ©sence de Christ, vous vivrez Ă  nouveau, vous fleurirez et vous vous Ă©panouirez, vous serez nourri de l’Esprit. Peu importe combien vous ĂȘtes malade, vous vivrez cependant dans la prĂ©sence de l’expiation. Quelle merveille ! Quelle chose nous sommes en train de considĂ©rer ! Quelle Écriture ! Quel Dieu ! Quelle–quelle
 parfaite ! Quelle fondation sĂ»re ! Tout autre terrain n’est que du sable mouvant. Tout autre terrain n’est que du sable mouvant.

152      Remarquez, mettez une couronne au-dessus. Pourquoi? C’était le roi. Que signifiait cette couronne d’or recouvrant le dessus de la boĂźte? Ça voulait dire ici, avec cet or qui recouvrait le dessus, cela signifiait que l’humanitĂ© Ă©tait couverte de l’or. Le sang en fut aspergĂ© au-dessus, et une couronne recouvrait cela.

153      Quel type parfait de Christ et de Sa DivinitĂ©, Son amour ! Il est venu dans le monde et a recouvert l’humanitĂ©, Son Église, Ses croyants. Sur Elle, Il a rĂ©pandu Son propre Sang, et Il sauvera «quiconque veut». Et il y avait deux anges d’or battu, l’un faisant face Ă  l’autre, et les ailes de chacun Ă©taient Ă©tendues en direction de celles de l’autre, se tenant sur le trĂŽne de grĂące, oĂč chaque croyant vient confesser ses pĂ©chĂ©s et obtenir la rĂ©conciliation pour son pĂ©chĂ©.

154      Le voilĂ . Maintenant, regardez-Le. La couronne d’or, cela reprĂ©sente-t-elle Christ? Oui. Lorsque Christ Ă©tait ici sur terre, Il avait portĂ© une couronne d’épines, pour verser le Sang. C’est exact. Mais tout croyant qui vient sous ce Sang versĂ© enlĂšve cette couronne d’épines et Le couronne d’une gloire de louanges et d’honneur. Tout croyant qui entre dans Sa PrĂ©sence, qui accepte le Sang de Son front pressĂ© par les Ă©pines, Le couronne de gloire, de louanges et de majestĂ©, comme Roi des rois, comme GuĂ©risseur, comme l’Alpha, l’OmĂ©ga, comme le commencement et la fin, comme le Conseiller, le Prince de paix, le Dieu puissant, le PĂšre Ă©ternel.

155      NoĂ© Ă©tait le pĂšre dans son arche. MoĂŻse Ă©tait le pĂšre dans son arche. Christ est le PĂšre dans Son arche, avec Ses sujets, vous le peuple, l’Eglise, le croyant, en toute sĂ©curitĂ©.

156      Je veux que vous remarquiez Ă  nouveau que pour avoir accĂšs Ă  cette arche, il fallait passer par
 Remarquez que tout homme qui entrait dans cette arche devait passer premiĂšrement par le parvis extĂ©rieur; deuxiĂšmement, il devait traverser le voile intĂ©rieur; et enfin il entrait dans le saint des saints. C’était Christ comme ProphĂšte, comme Sacrificateur, comme Roi, couronnĂ© !

157      A Sa PremiĂšre Venue, vous voyez, c’est de Lui dont il est parlĂ© ici ; lorsqu’Il est venu pour la premiĂšre fois, Il Ă©tait un ProphĂšte.

158      Un homme qui vient Ă  Christ doit d’abord venir Ă  la croix. La croix Ă©tait Son sacerdoce. C’est Ă  la croix qu’il fut reprĂ©sentĂ© par la mort. C’est lĂ  Ă  cette croix oĂč «Dieu a tant aimĂ© le monde qu’Il a donnĂ© Son Fils unique».

159      Personne dans son bon sens, ne peut se prĂ©senter devant la croix, ne peut ĂȘtre amenĂ© devant Christ, sans qu’il L’entende lui prĂȘcher. Christ est le ProphĂšte, le PrĂ©dicateur.

160      Et puis, la chose suivante qu’Il fait, Il traverse donc pour faire l’expiation. Il traverse le voile en tant que Sacrificateur pour intercĂ©der, faire l’intercession: «IntercĂ©dant, Il est assis Ă  la droite de Dieu, intercĂ©dant pour le croyant.» Et le croyant entre dans Sa PrĂ©sence et, ensuite, Christ intercĂšde pour lui, sur base de ce qu’il confesse qu’il croit.

161      Lorsqu’il vient Ă  la croix, il s’approche maintenant de Christ. Il dit: «Ô Christ ! je sais que Tu m’as prĂȘchĂ© Ta Parole Ă  travers la croix. Je Te crois. Veux-Tu avoir pitiĂ© de moi?»

162      Et Christ, l’Intercesseur, intercĂšde. Puis Il entre immĂ©diatement dans l’arche, lĂ  dans le jugement, et Il porte tout son jugement [Espace vide sur la bande.–N.D.E.], enlevant tout pĂ©chĂ© et toute honte, le rĂ©conciliant Ă  Dieu Ă  travers l’expiation du Sang, et Il le ramĂšne dans la communion avec Dieu et le place dans l’arche en toute sĂ©curitĂ© Ă  jamais.

163      Il n’y a aucune raison de s’en faire. Aucun mal ne peut vous arriver. Vous ĂȘtes tout aussi que possible en sĂ»retĂ©. Que les tempĂȘtes viennent, que le
 oh ! que tout arrive, que la maladie frappe, que tout ce que Satan dĂ©sire envoyer arrive, Dieu va vous bercer Ă  travers tout cela. Ne sortez pas d’un bond. Restez en Christ. Dites: «Ô Seigneur Dieu, sur cette Pierre, as-Tu dit, ‘Je bĂątirai Mon Église, et les portes du sĂ©jour des morts ne prĂ©vaudront point contre Elle.’ Je Te crois, Seigneur JĂ©sus. J’ancre maintenant mon Ăąme dans un havre du repos.» Oh ! la la !

164      Christ, le Capitaine en chef de notre salut, Le voilĂ  qui se tient lĂ , le Puissant Vainqueur. Il a dĂ©chirĂ© le voile en deux et a renversĂ© tous les murs de sĂ©paration, Il a invitĂ© «quiconque veut» Ă  venir et Ă  devenir participant de Sa Vie, Ă  ĂȘtre couvert de Ses bĂ©nĂ©dictions divines, afin qu’il n’y ait aucun jugement qui vous frappe lors du jugement. [Espace vide sur la bande.–N.D.E.]

            J’ai dit: «Ô Dieu, je suis en sĂ»retĂ© Ă  jamais.»

            J’ai ancrĂ© mon Ăąme dans le havre du repos,

            Pour ne plus voyager sur la mer en furie.

            La tempĂȘte peut s’abattre sur la mer houleuse, en furie,

            «Mais en JĂ©sus, je suis en sĂ»retĂ© Ă  jamais.»

165      Que la maladie vienne; que les problĂšmes viennent; que le dĂ©couragement ou plutĂŽt les chagrins et tout viennent, cela n’a pas d’importance. Nous recevons un Royaume qui ne peut ĂȘtre Ă©branlĂ©. Je n’ai pas dit que vous serez ballottĂ©s çà et lĂ  et tout, mais Dieu vous amĂšnera Ă  bon port l’un de ces jours en toute sĂ©curitĂ© tant que vous pouvez ĂȘtre dans Son Royaume. Restez juste dans Son arche.

166      Que le Seigneur vous bĂ©nisse, pendant que nous inclinons la tĂȘte un moment.

167      Notre PĂšre cĂ©leste, aujourd’hui, comme nous contemplons Sa majestĂ©, lĂ , nous Le voyons lĂ -bas avec NoĂ©. Qui Ă©tait Celui-lĂ  qui surmontait ces vagues? Qui Ă©tait dans cette pauvre petite arche en bois de gopher alors que, de nos jours, les plus gros navires de guerre blindĂ©s que nous avons n’auraient pas pu rĂ©sister contre cela? La terre entiĂšre fut Ă©branlĂ©e et ballottĂ©e loin Ă  des milliers et des milliers de kilomĂštres hors de son orbite. Elle tournait lĂ -bas comme un tourbillon, tandis que des vagues s’élevaient jusqu’à des kilomĂštres dans les airs. La terre entiĂšre a Ă©tĂ© submergĂ©e ; ces grandes et vieilles montagnes furent rasĂ©es au niveau du sol ; et la terre tournoyait dans l’obscuritĂ© de minuit: le jugement, des corps morts bondissaient en flottant. Mais il y avait un petit bateau de bois de gopher enduit de poix au-dedans et au dehors ; et ceux de Tes bien-aimĂ©s croyants Ă©taient assis en toute sĂ©curitĂ© dans cette arche. Ils ne s’en faisaient pas. Ils avaient fait exactement ce que Tu leur avais demandĂ©. Ils avaient suivi Tes instructions.

168      Et celui qui suit Tes instructions ne sera pas condamnĂ© ni confondu. Finalement, Tu as arrĂȘtĂ© la tempĂȘte. Les orages de la vie se sont arrĂȘtĂ©s. Nous avons donc accostĂ© en sĂ»retĂ© dans un nouveau monde. Cher PĂšre cĂ©leste, aujourd’hui, sur cette mer tumultueuse de la vie, nous ne comprenons pas comment ces choses se font, dans ces jours oĂč la science mĂ©dicale a Ă©voluĂ©, oĂč les Ă©glises accomplissent de si grandes choses. Mais nous sommes ancrĂ©s en JĂ©sus. Les tempĂȘtes surgissent, les persĂ©cutions s’élĂšvent, mais nous suivons les instructions. Tu veilleras sur nous jusqu’à la fin. Accorde, PĂšre cĂ©leste, ces bĂ©nĂ©dictions Ă  chacun. BĂ©nis l’étranger dans nos murs, ce matin. BĂ©nis ceux qui ne sont pas sauvĂ©s, et puissent-ils devenir Tes enfants.

169      Pendant que nous avons la tĂȘte inclinĂ©e, je me demande s’il n’y a pas quelqu’un ici qui n’est pas en Christ, qui voudrait lever la main pour dire: «FrĂšre Branham, je lĂšve ma main vers Dieu, juste pour que vous et Dieu la voyiez. Je veux qu’on se souvienne de moi et que je sois introduit dans l’arche avant qu’il ne soit trop tard. Voudriez-vous prier pour moi?» Voulez-vous juste lever la main pour dire: «Souvenez-vous de moi.» Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. «Lorsque les tempĂȘtes de la vie sĂ©vissent, tiens-Toi prĂšs de Moi.»

170      Je ne peux pas prendre votre dĂ©cision, mon ami. Je ne peux que prier pour vous. Vous devez prendre votre dĂ©cision. Je ne crois pas qu’il y ait une personne honnĂȘte qui pourrait entrer dans la PrĂ©sence de Sa MajestĂ© et voir l’amour qu’Il a promis
 Maintenant, pourquoi avez-vous levĂ© votre main? Quelque Chose a frappĂ© Ă  votre coeur. C’est Dieu qui essaie de vous tirer pour que vous entriez dans l’arche. «Nul ne peut venir Ă  Moi, si Mon PĂšre ne l’attire premiĂšrement. Et tout celui qui vient Ă  Moi, Je ne le rejetterai pas. Je lui donnerai la Vie Eternelle et le ressusciterai aux derniers jours.»

171      N’ayez pas peur, Dieu dirige les vents, Dieu conduit l’arche. Il a pourvu Ă  tout. Eh bien, NoĂ© n’aurait pas eu de victoires s’il n’y avait pas eu de tempĂȘtes et d’épreuves. Si on nous mettait dans un petit tunnel sans danger et qu’on nous y faisait passer, il n’y aurait pas de joie. Ce sont les tempĂȘtes de la vie qui nous procurent la joie. Nous ne connaĂźtrions jamais la lumiĂšre du jour s’il n’y avait pas d’obscuritĂ©. Nous ne saurions jamais ce qu’est le sommet de la colline si nous n’avions pas de montagne. Nous ne saurions jamais ce qu’est la bonne santĂ© si nous n’avions pas de maladie. Vous ne sauriez jamais comment apprĂ©cier le salut si vous n’étiez pas autrefois un pĂ©cheur. Dieu a fait toutes choses, la loi des contrastes. Il vous aime. Maintenant, pendant que vous avez la tĂȘte inclinĂ©e et les mains levĂ©es


172      Dieu notre PĂšre, je Te prie qu’aujourd’hui, pendant que la porte est encore ouverte et que les gens viennent de l’est, de l’ouest, du nord et du sud, pour se rassembler Ă  l’intĂ©rieur, et que de grands signes apparaissent dans les cieux, des phĂ©nomĂšnes terribles; les atomes de l’air Ă©tant fractionnĂ©s, l’hydrogĂšne en train de se consumer
 Les soucoupes volantes, des missiles qu’on ne comprend pas, les gens pensent que c’est une sorte d’intelligence venue d’ailleurs, ils n’en savent rien, et la science n’arrive pas Ă  dĂ©couvrir ce que c’est ; elles descendent mystĂ©rieusement sur la scĂšne Ă  la vitesse de l’éclair. O Dieu ! nous approchons de la fin.

173      Et dans la grande pyramide qu’Énoch a construite, on a traversĂ© la derniĂšre chambre, on est prĂȘt maintenant pour la chambre du Roi, la Venue du Seigneur, juste au sommet, pour la clef de voĂ»te. Tout le calendrier de l’astronomie indique correctement la chose, les Ă©toiles le dĂ©clarent, comme ce fut le cas la premiĂšre fois. Lorsque les mages ont levĂ© les yeux et qu’ils ont vu les Ă©toiles, ils ont dit: «LĂ , le Grand Roi vient !» Eh bien, les Ă©toiles le dĂ©clarent Ă  nouveau.

174      La nature toute entiĂšre soupire. Les coeurs des hommes sont remplis de peur, la perplexitĂ© des temps, la dĂ©tresse parmi les nations, le mugissement de la mer, de grands raz-de-marĂ©e partout tuant des centaines de gens sur tout le rivage; sur les autoroutes et les grandes routes des voitures sans chevaux passent, semblables Ă  des torches qui filent comme des Ă©clairs. Et nous sommes passĂ©s carrĂ©ment Ă  cĂŽtĂ© de ces poteaux indicateurs comme s’ils ne signifiaient rien.

175      Ô Dieu ! arrĂȘte-nous immĂ©diatement ! ArrĂȘte ce monde pĂ©cheur par la prĂ©dication de l’Évangile. Sauve ceux qui ont levĂ© la main aujourd’hui, Seigneur JĂ©sus. Accorde-le aujourd’hui. Que la misĂ©ricorde que Tu as pourvue repose sur chacun d’eux. Puissent-ils se mettre en ordre maintenant
 Je ne peux rien faire et rien d’autre ne peut ĂȘtre fait. C’est Ă  eux de poser le geste suivant.

176      Tu as envoyĂ© le Saint-Esprit. Il a placĂ© la Parole dans leur coeur. Ils ont levĂ© la main comme quoi ils ont cru cela. Tu as dit: «Celui qui croit cela ne mourra jamais, mais il a la Vie Eternelle.» Viens, Seigneur, rĂšgle cela avec eux pour toujours. Ils Te croient. Et ils croient Ta Parole maintenant. Comme Tu l’as dit: «Celui qui entend Mes Paroles (ĂȘtre prĂȘchĂ©es), et qui croit en Celui qui M’a envoyĂ© (nous le croyons), a (parce qu’il a cru) la Vie Eternelle, et ne passera point en jugement, mais il est passĂ© du jugement Ă  la Vie», il est en sĂ©curitĂ© dans l’arche.

177      Seigneur, qu’ils se lĂšvent avec une nouvelle... comme des hommes nouveaux, des femmes nouvelles, de nouveaux garçons et de nouvelles filles. Qu’aujourd’hui ils partent de ce vieux petit tabernacle oĂč il y a cette poignĂ©e de gens qui se sont rĂ©unis, pour mener une nouvelle vie, pour prĂȘcher l’Évangile, pour enseigner aux gens Ă  faire ces choses, Ă  exalter Christ partout. Accorde-le, Seigneur. BĂ©nis-nous maintenant. Nous Te prions, nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

            Ne m’oublie pas, ĂŽ doux Sauveur,

            Oh ! entends mon humble cri;

            Pendant que Tu appelles les autres,

            Ne m’oublie pas.

            Sauveur, Sauveur

            Entends mon humble cri;

            Pendant que Tu appelles les autres,

            Ne m’oublie pas.

            Laisse-moi Ă  Ton TrĂŽne (le TrĂŽne de grĂące, voyez?)
grĂące

            Trouver (Laissez votre Ăąme parler Ă  Dieu)
 repos (de mes pĂ©chĂ©s);

            GuĂ©ris mon esprit blessĂ© et brisĂ©

            Secours mon incrĂ©dulitĂ©.

            Inclinons la tĂȘte.

            Sauveur, Sauveur

            Entends mon humble cri;

            Pendant que Tu appelles les autres,

            Ne m’oublie pas.

178      Avec nos tĂȘtes inclinĂ©es, oh ! je pense aux merveilleux moments, chaque fois que je suis entrĂ© dans cette vieille coque, ici. Je crois que c’est enduit de poix, cela a rĂ©sistĂ© contre plusieurs tempĂȘtes, cela m’a bercĂ© aux jours des troubles et des Ă©preuves.

179      Je vois Billy assis lĂ  derriĂšre. Il est
 Je–je me sens cependant conduit par l’Esprit Ă  faire quelque chose d’autre maintenant. Je–je sens simplement que Dieu veut que je fasse quelque chose d’un peu diffĂ©rent. J’ai des gens ici, monsieur D. Cook, monsieur Long, Erwin, plusieurs autres dont les noms figurent sur un morceau de papier ici. Ils sont venus pour qu’on fasse une petite priĂšre pour eux et que l’on parle de certaines choses. Écoutez-moi, maintenant, pendant que nous sommes donc en priĂšre. Je m’apprĂȘtais Ă  dire Ă  Billy: «Va dans l’allĂ©e, et distribue des cartes de priĂšre.»

            Mais le Saint-Esprit a dit: «Ne le fais pas.»

180      C’est la raison pour laquelle j’ai chantĂ© Ne m’oublie pas, ĂŽ Doux Sauveur. Je me suis dit: «Qu’y a-t-il, Seigneur?»

181      J’aimerais vous dire ceci. Maintenant, si vous voulez me croire et m’écouter, quoi qu’il en soit, c’est dans votre coeur. Tout ce que vous aimeriez savoir, quelle que soit votre maladie, croyez maintenant en Lui. Il va donc vous parler. Il va le faire. Il va vous parler individuellement. Je le crois de tout mon coeur. Le Saint-Esprit va le faire, Il va vous parler, Il va vous rĂ©vĂ©ler exactement ce dont vous avez besoin. Quoi qu’Il vous dise, faites-le. Si vous ĂȘtes infirme et qu’Il dise: «LĂšve-toi et marche», levez-vous et marchez. Si vous avez un cancer, et qu’Il vous dise: «Oublie cela Ă  partir d’aujourd’hui», faites-le. Voyez si cela n’arrive pas.

182      Si vous ĂȘtes en danger, si vous ne savez quelle direction prendre, Il vous dira exactement quoi faire. Il mettra cela dans votre coeur maintenant mĂȘme. Ne doutez pas de Lui. Allez le faire. Faites simplement ce qu’Il vous dit. Il le fera.

183      Maintenant, pendant que nos tĂȘtes sont inclinĂ©es, ceux dont j’ai citĂ© les noms, je veux qu’ils viennent ici Ă  l’autel un moment. Si vous pouvez vous avancer ici. Et s’il y a aussi des gens d’ici qui veulent venir pour la priĂšre, voudriez-vous vous avancer, pendant que nous gardons tous la tĂȘte inclinĂ©e.

184      Une chose trĂšs Ă©trange, j’ai... je viens d’ĂȘtre Ă©trangement averti par le Saint-Esprit pour quelque chose. Je me demandais comment procĂ©der, mais Il vient de me le dire, et je sais qu’Il a raison. Pendant que ceux qui dĂ©sirent ĂȘtre... qu’on prie pour eux, qu’on demande un petit quelque chose pour eux Ă  Dieu ou qui ont un besoin, une maladie, un besoin financier, physique, matĂ©riel, quels que soient vos problĂšmes, veuillez vous avancer un moment Ă  l’autel, pendant que nous chantons une fois de plus ce couplet.

185      Vous tous, gardez la tĂȘte inclinĂ©e, exceptĂ© ceux qui s’avancent. Et la mĂšre par ici, qui a la petite fille, je veux que vous l’ameniez ici, ici mĂȘme Ă  l’autel. TrĂšs bien.

            Sauveur, Sauveur

            Entends mon humble cri

            Pendant que Tu appelles les autres,

            Ne m’oublie pas.

            Laisse-moi Ă  Ton TrĂŽne de misĂ©ricorde

            Trouver un doux repos;

            GuĂ©ris mon esprit brisĂ©, blessĂ©,

            Viens au secours de mon incrĂ©dulitĂ©.

            Sauveur


186      Mes amis bien-aimĂ©s, avec vos tĂȘtes inclinĂ©es, j’ai essayĂ© pendant toute ma vie d’ĂȘtre tout sauf un faux. J’ai essayĂ© d’ĂȘtre honnĂȘte dans mes relations avec Dieu et avec mon prochain. Et j’ai toujours essayĂ© d’agir et de faire exactement comme le Saint-Esprit me le disait. C’est la raison pour laquelle je vais d’un lieu Ă  l’autre et que j’arrĂȘte des rĂ©unions, et que je vais Ă  certains endroits parce que je suis la conduite de l’Esprit.

187      Et ce matin, en prĂȘchant ici
On allait avoir une ligne de priĂšre, monter, faire monter les gens pour le discernement et leur parler. Mais Quelque Chose m’a parlĂ© disant: «Dis aux gens » C’est la raison pour laquelle j’ai tout arrĂȘtĂ© d’un coup et c’est arrivĂ©. Il m’a dit: «Fais venir les gens ici, et dis-leur: ‘Venez Me demander.’ S’ils ont un besoin, Je le leur rĂ©vĂ©lerai.»

188      Vous vous demandez comment cette petite fille peut guĂ©rir, comment vous pouvez guĂ©rir de votre cancer, comment vous pouvez vous rĂ©tablir de ce mal de gorge ; et ceux qui sont de ce cĂŽtĂ©, comment vous, avec cette canne, vous pouvez ĂȘtre guĂ©ri ; comment vous, avec ces bĂ©quilles, vous pouvez vous rĂ©tablir; comment les aveugles peuvent voir, comment votre dĂ©tresse et vos problĂšmes


189      Il y a quelqu’un ici qui a des problĂšmes de mĂ©nage, des problĂšmes conjugaux. «Que puis-je faire d’autre pour m’en dĂ©barrasser, FrĂšre Branham?» Il va vous le dire tout de suite.

190      D’autres problĂšmes, vous vous posez des questions sur ceci et cela. Ce qui touche votre coeur, suivez cela maintenant, et voyez si ce n’est pas correct. Suivez simplement cela et voyez si ce n’est pas correct. Ne changez pas d’avis. Tenez-vous-en exactement Ă  cela. Il a dit qu’Il vous parlerait.

191      Maintenant, pendant que tout le monde prie
 [FrĂšre Branham quitte le micro de la chaire et commence Ă  prier pour les gens Ă  l’autel, puis il revient. N.D.E.]

192      Notre PĂšre qui es aux cieux, bĂ©nis mon frĂšre. Donne-lui tous les dĂ©sirs de son coeur, tout ce qu’il dĂ©sire.

193      Ma soeur
 Cher Dieu, bĂ©nis-la. EnlĂšve de son coeur la tristesse aujourd’hui.

194      BĂ©nis ma soeur, PĂšre. Que l’Esprit soit sur elle. Ô Dieu, bĂ©nis ma soeur. Donne-lui les profonds dĂ©sirs de son coeur.

195      De mĂȘme pour ma soeur ici, au Nom de JĂ©sus, PĂšre, accorde cela.

196      Lorsque nous voyons cette petite fille, nous sommes trĂšs reconnaissants que Tu aies fait beaucoup de choses pour elle, PĂšre. Tu nous as aidĂ©s, il n’y a pas longtemps. Je Te prie de rĂ©tablir complĂštement cette enfant et de donner une rĂ©vĂ©lation aux autres afin qu’ils croient en Toi. Je bĂ©nis cette enfant ce matin au Nom de JĂ©sus-Christ et je maudis la maladie de son corps
?


197      BĂ©nis mon bien-aimĂ© frĂšre aujourd’hui, Seigneur. Que sa foi ne faillisse jamais comme il regarde lĂ -bas au Calvaire, Te connaissant lĂ , la foi ; peu importe la foi qui est placĂ©e lĂ , Dieu confirmera cela et accomplira cela. (Vous pouvez rentrer maintenant.)

198      BĂ©nis mon frĂšre Morgan. Donne-lui le dĂ©sir de son coeur. Peu importe ce qu’il demande pour aujourd’hui, puisses-Tu le lui accorder au Nom du Seigneur.

199      BĂ©nis ma soeur
?
 Seigneur, et donne-lui ces choses qu’elle dĂ©sire, par JĂ©sus-Christ.

            Dieu notre PĂšre, mon frĂšre, je
?
 les dĂ©sirs de son coeur soient comblĂ©s
?


200      Notre frĂšre ici
?
 Dieu, bĂ©nis
?
 PĂšre cĂ©leste, que le dĂ©sir de son coeur, qu’il le trouve en JĂ©sus-Christ. Et merci pour la guĂ©rison, Seigneur.

201      Dieu notre PĂšre, je prie avec mes mains imposĂ©es Ă  mon frĂšre pour que le dĂ©sir de son coeur lui soit accordé ?


            BĂ©nis mon jeune frĂšre, PĂšre, ceci je
?


202      Pour la fillette, PĂšre, je la bĂ©nis. Au Nom du Seigneur JĂ©sus, qu’elle reçoive ce qu’elle a demandĂ©, PĂšre, au Nom de JĂ©sus. Accorde cela.

203      BĂ©nis ma soeur, Seigneur. Au Nom de JĂ©sus
 [FrĂšre Branham continue Ă  prier pour les gens Ă  l’autel, mais ses paroles deviennent indistinctes.–N.D.E.]

204      Dieu Tout-Puissant, comme Tu rĂšgnes dans les cieux et sur la terre, Tu as mis le coeur de l’homme en ordre. Tu as placĂ© les Ă©toiles dans les cieux, et elles restent lĂ . Tu as suspendu le soleil sur son orbite, et il reste lĂ . Tu as placĂ© la lune lĂ -haut dans les cieux, Tu l’as placĂ©e lĂ  pour qu’elle contrĂŽle la mer; Tu as Ă©tabli ses frontiĂšres pour qu’elle ne dĂ©borde pas. Tu as parlĂ© et ils ont obĂ©i. Seigneur Dieu, Tu parles au coeur de l’homme. Qu’il soit toujours flexible et prĂȘt Ă  pĂ©nĂ©trer dans l’Esprit pour faire ce que Dieu a ordonnĂ© !

205      Et, PĂšre cĂ©leste, Tu as parlĂ© Ă  mon coeur, ce matin, Ton serviteur indigne. Et j’ai dit aux gens que Tu voulais leur parler; et Tu l’as fait Ă  chacun d’eux. Et maintenant, PĂšre, je suis descendu leur imposer les mains en obĂ©issant Ă  la rĂ©vĂ©lation que Tu m’as donnĂ©e. Et, PĂšre, tout ce que Tu as mis sur leur coeur Ă  ce moment-lĂ , ĂŽ Dieu, que ce soit leur dĂ©cision Ă©ternelle lĂ  mĂȘme, sachant que Ton Esprit est ici maintenant, plaçant exactement ces choses dans leurs coeurs. S’ils sont infirmes, qu’ils marchent. S’ils sont aveugles, qu’ils voient. S’ils sont affligĂ©s, qu’ils soient heureux. S’ils ont des problĂšmes, que cela soit enlevĂ©. Accorde-le, Seigneur. S’ils essaient de prendre une dĂ©cision, que la bonne dĂ©cision vienne tout de suite. Que le Saint-Esprit rĂ©vĂšle toutes ces choses dont nous avons besoin. Accorde-le, Seigneur. Nous sommes ici Ă  l’autel, nous attendant Ă  Toi et T’adorant.

206      Maintenant, PĂšre, s’il y a ici des gens Ă  qui Tu n’as pas encore parlĂ©, qu’il y ait un dĂ©versement de Ton Esprit maintenant. Puisse-t-Il se mouvoir partout Ă  cet autel-ci et rĂ©vĂ©ler toute chose. Fais que chaque coeur soit sĂ»r, Seigneur. Rends cela certain de sorte qu’il n’y ait nulle part de doute, pas du tout. Que Ton Esprit enlĂšve toute friction !

207      Et lĂ  dans l’auditoire, il y a de chĂšres personnes qui sont bien portantes, qui n’ont pas de problĂšmes, celles-lĂ  que Toi Tu as bĂ©nies et qui sont assises ici, ayant la bonne santĂ© et la force, ce matin, oh ! elles sont en train de prier pour ces autres personnes, leurs camarades, Seigneur. Elles ont eu des problĂšmes semblables et savent que Tu leur es venu en aide.

208      Et maintenant, PĂšre, nous prions d’un commun accord que Tu envoies Ton Esprit et que Tu confirmes toute chose, Seigneur, en ce moment mĂȘme, Ă  chaque coeur, comme nous attendons humblement l’onction de Ton Puissant Saint-Esprit. Qu’Il se meuve, accomplisse cette chose que nous pensons ĂȘtre correcte. Accorde-le, Seigneur.

209      Maintenant, avec la tĂȘte inclinĂ©e, Ă©tant tous en priĂšre, nous allons chanter des cantiques.

210      Ne vous fatiguez pas maintenant. Je ne suis pas un fanatique, vous le savez bien. Si je le suis, je l’ignore. Mais Quelque Chose m’a parlĂ© de façon prĂ©cise, disant: «Je leur parlerai. Appelle-les simplement ici.» J’ai fait ce qu’Il m’a dit de faire.

211      Maintenant, pendant que nous avons la tĂȘte inclinĂ©e et que nous chantons des cantiques, voyez simplement ce qu’Il vous dira. Tout ce qu’Il vous dira, c’est Lui qui parle.

            Nous marcherons dans la LumiĂšre, c’est une si belle LumiĂšre,

            Elle vient lĂ  oĂč brillent les gouttes de rosĂ©e de misĂ©ricorde ; brille autour de nous le jour et la nuit,

            JĂ©sus, la LumiĂšre du monde.

212      Pendant que nous chantons doucement, que tout le monde soit en priĂšre.

            Oui, nous marcherons dans la LumiĂšre, belle LumiĂšre

            Elle vient lĂ  oĂč brillent les gouttes de rosĂ©e de misĂ©ricorde;

            Brille autour de nous le jour et la nuit,

            JĂ©sus, la LumiĂšre du monde.

            Oui, nous marcherons dans la LumiĂšre, belle LumiĂšre

            Elle vient lĂ  oĂč brillent les gouttes de rosĂ©e de misĂ©ricorde;

            Brille autour de nous le jour et la nuit,

            JĂ©sus la LumiĂšre du monde

            Oui, nous marcherons dans la LumiĂšre...

             (Quelle LumiĂšre? Il la donne maintenant. LumiĂšre!)

            Elle vient lĂ  oĂč brillent les gouttes de rosĂ©e de misĂ©ricorde;

            Brille autour de nous le jour et la nuit,

            JĂ©sus la LumiĂšre du monde

            Oui, nous marcherons dans la LumiĂšre, belle LumiĂšre

            Elle vient lĂ  oĂč brillent les gouttes de rosĂ©e de misĂ©ricorde;

            Brille autour de nous le jour et la nuit,

            JĂ©sus la LumiĂšre du monde

            Oui, nous marcherons dans la LumiĂšre, belle LumiĂšre

            Elle vient lĂ  oĂč brillent les gouttes de rosĂ©e de misĂ©ricorde;

            Brille autour de nous le jour et la nuit,

            JĂ©sus la LumiĂšre du monde

            Oui, nous marcherons dans la LumiĂšre, belle LumiĂšre

            Elle vient lĂ  oĂč brillent les gouttes de rosĂ©e de misĂ©ricorde;

            Brille autour de nous le jour et la nuit,

            JĂ©sus la LumiĂšre du monde

           

EN HAUT