ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS




Prédication Quand Leurs Yeux S'ouvrirent, Ils Le Reconnurent de William Branham a été prêchée 64-0312 La durée est de: 1 heure et 25 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Quand Leurs Yeux S'ouvrirent, Ils Le Reconnurent

1          Inclinons la t√™te un instant pour la pri√®re. Alors que cette musique se fait entendre doucement √† travers ces microphones, Crois seulement, je me demande si nous avons ce soir des requ√™tes que nous aimerions faire conna√ģtre √† Dieu. Et, avec nos mains lev√©es, nous promettons que nous croirons, comme nous levons les mains. Que le Seigneur b√©nisse.

2          Notre P√®re c√©leste, nous nous approchons de Toi au Nom du Seigneur J√©sus, parce que Tu as promis que si nous le faisions comme ceci, Tu nous exaucerais. Et nous Te prions de prendre connaissance de nos besoins, Seigneur, et de nous r√©compenser selon notre foi. Nous savons que Tu le feras, parce que Tu l'as promis. Il y a beaucoup de requ√™tes. Beaucoup de mains ont √©t√© lev√©es ; la mienne aussi, Seigneur. Je Te prie de T'assembler avec nous ce soir et de nous montrer comment nous devons vivre et ce que nous devons faire pour avoir foi en Toi. Tire gloire de ce service, Seigneur, alors que nous nous confions en Toi, au Nom de J√©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

3          Don, comment allez-vous ? Je suis vraiment surpris ce soir de voir beaucoup de mes amis assis ici sur l'estrade avec moi. Fr√®re Lee Vayle √©tait l'un des organisateurs. Fr√®re... Tr√®s bien, je n'arrive pas √† prononcer ce nom allemand, Hierholzer. Je le prends chaque fois √† l'envers. Fr√®re Don Ruddell et tous les fr√®res ici, tout le monde, je les connais tous. Je suis donc certainement content de les avoir ici ce soir pour-pour prier avec nous pendant que nous pr√™chons la Parole et que nous prions pour les malades.

4          Eh bien, je pense, demain soir, et le dimanche apr√®s-midi aussi, on retournera l√†, puis le samedi soir, ce sera ailleurs. Avez-vous pri√© aujourd'hui ? [L'assembl√©e dit : " Amen. " - N.D.E.] Bien.

5          Je regrette de vous avoir gard√©s tard hier soir. Mais c'√©tait un nouvel endroit, tout nouveau, et vous savez que √ßa prend un peu de temps pour s'habituer. Comme je le dis toujours, permettez-moi l'expression : " Se d√©barrasser de toutes m√©fiances et se conna√ģtre, alors nous... tous les sentiments √©tranges. "

6          Parfois, on se r√©unit √† des endroits, oh ! ce n'est pas que je d√©daigne cet auditorium, mais, voyez, on n'y tient pas toujours des services √©vang√©liques, je suppose, ici. Il y a toutes sortes de services. Et l√†, aussi dr√īle que cela puisse para√ģtre, il y a toutes sortes d'esprits. Si vous n'avez pas d'esprit, vous √™tes mort. Et les gens de diff√©rents esprits se rassemblent.

7          J√©sus ne pouvait pas gu√©rir au milieu d'une foule, comme √ßa. Il est arriv√© dans son propre village, et les gens n'ont pas cru en Lui ; alors, Il n'a pas pu y accomplir des miracles. Un jour, Il a d√Ľ conduire un-un aveugle, tr√®s loin de la ville, avant de l'amener √† voir, √† recouvrer sa vue. Et l'autre, son ou√Įe.

8          Voyez, parfois il vous faut vous r√©unir avec des croyants pour croire. Et ce lieu est consacr√© maintenant au service du Seigneur J√©sus-Christ. Et maintenant, c'est une √©glise, tout autant que l'√©glise... L√† o√Ļ les gens sont-sont assembl√©s, c'est une √©glise. Ainsi donc, ce soir, nous sommes des gens tr√®s-tr√®s privil√©gi√©s vraiment, pensons-nous, d'√™tre ici ce soir, de nous assembler avec vous tous, pour-pour prier et reconna√ģtre J√©sus-Christ parmi nous.

9          Eh bien, vous savez, les presbyt√©riens ont beaucoup... ou plut√īt les √©piscopaliens, je pense, se l√®vent et s'assoient, se l√®vent et s'assoient ; se l√®vent et disent quelque chose ; s'assoient, se l√®vent, disent quelque chose et s'assoient. Et je vais vous demander de bien vouloir vous lever encore pendant que je lis la Parole.

10        Dans Luc, au chapitre 24, veuillez √©couter attentivement maintenant. C'est un assez long passage des Ecritures. Je d√©sire commencer par le verset 13 de Luc 24.

          Et voici, ce m√™me jour, deux disciples allaient √† un village nomm√© Emma√ľs, √©loign√© de J√©rusalem de soixante stades ;

          Et ils s'entretenaient de tout ce qui s'√©tait pass√©.

          Pendant qu'ils parlaient... parlaient et discutaient, J√©sus s'approcha, et fit route avec eux.

          Mais leurs yeux √©taient emp√™ch√©s de le reconna√ģtre.

          Il leur dit : De quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes ?

          L'un d'eux, nomm√© Cl√©opas, lui r√©pondit : Es-tu le seul qui, s√©journant √† J√©rusalem, ne sache pas ce qui... est arriv√© ces jours-ci ?

          Quoi ? leur dit-il. Et ils lui r√©pondirent : Ce qui est arriv√© au sujet de J√©sus de Nazareth, qui √©tait un proph√®te puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple,

          Et comment les principaux sacrificateurs et les magistrats l'ont livr√© pour le faire condamner √† mort et l'ont crucifi√©.

          Nous esp√©rions que ce serait lui qui d√©livrerait Isra√ęl ; mais avec tout cela, voici le troisi√®me jour que ces choses se sont pass√©es.

          Il est vrai que quelques femmes d'entre nous nous ont fort √©tonn√©s : s'√©tant rendues de grand matin au s√©pulcre

          Et n'ayant pas trouv√© son corps, elles sont venues dire que des anges leur sont apparus et ont annonc√©... il est vivant.

          Quelques-uns de ceux qui √©taient avec nous sont all√©s au s√©pulcre, et ils ont trouv√© les choses comme les femmes l'avaient dit ; mais lui, ils ne l'ont point vu.

          Alors J√©sus leur dit : √Ē hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent √† croire tout ce qu'ont dit les Ecritures !

          Ne fallait-il pas que le Christ souffr√ģt ces choses, et qu'il entr√Ęt dans sa gloire ?

          Et, commen√ßant par Mo√Įse et par tous les proph√®tes, il leur expliqua... toutes les-les Ecritures ce qui le concernait.

          Lorsqu'ils furent pr√®s du village o√Ļ ils allaient, il parut vouloir aller plus loin.

          Mais ils le press√®rent, en disant : Reste avec nous, car le soir approche, le jour est sur son d√©clin. Et il entra, pour rester avec eux.

          Pendant qu'il √©tait √† table avec eux, il prit le pain ; et, apr√®s avoir rendu gr√Ęces... et le leur donna. Alors leurs yeux s'ouvrirent, et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux.

          Et ils se dirent l'un √† l'autre : Notre coeur ne br√Ľlait-il pas au-dedans de nous, lorsqu'Il nous parlait en chemin et nous expliquait les Ecritures ?

11        Prions. Seigneur J√©sus, nous savons que ceci est vrai. Il n'y a rien au monde de plus v√©ridique que Ta Parole. Il n'y a rien au monde de plus glorieux que Ta Parole. Et nous Te prions de nous r√©v√©ler ce soir cette histoire dans nos coeurs et de faire revivre cette portion de l'Ecriture ce soir, afin que nous puissions reconna√ģtre le Seigneur J√©sus comme eux, autrefois. Seulement, eux L'ont reconnu un-un jour apr√®s Sa r√©surrection, et aujourd'hui, puissions-nous Le reconna√ģtre apr√®s deux mille ans. Nous le demandons au Nom de J√©sus et pour Sa gloire. Amen. Veuillez vous asseoir.

12        Merci pour ce petit signe d'accueil au fond de l'√©glise.

13        Mon sujet ce soir, c'est : Quand leurs yeux s'ouvrirent, ils Le reconnurent.

14        Maintenant, notre cadre, ce soir, c'est la premi√®re P√Ęques. Le grand jour sombre de la crucifixion √©tait pass√©. Notre Seigneur J√©sus √©tait venu au monde et s'√©tait clairement identifi√© comme √©tant le Fils de Dieu. Il avait accompli toutes les Ecritures se rapportant √† Lui. M√™me pendant les derni√®res heures sur la croix, cela avait √©t√© accompli. Maintenant, la r√©surrection avait eu lieu, ce qui avait √©t√© aussi promis. Mais les gens de l'√©poque √©taient quelque peu comme nous aujourd'hui. Ils avaient, dans l'enthousiasme de ce qu'ils avaient vu le surnaturel et autres, ils avaient manqu√© de reconna√ģtre toutes les Ecritures qui se rapportaient √† Lui. Ils En avaient reconnu une partie, qu'ils croyaient, et ils n'En avaient pas reconnu une partie.

15        Je pense que c'est vraiment comme aujourd'hui, souvent nous acceptons certaines choses que J√©sus a dites, mais pas tout ce qu'Il a dit. Parfois, les gens en arrivent √† dire : " Eh bien, nous croyons ceci, mais nous ne croyons pas cela. " Eh bien, vous ne pouvez pas croire ceci sans croire cela. Voyez, vous devez croire tout cela. Soit tout est Dieu, soit ce n'est pas Dieu du tout. Ainsi donc, tout doit bien s'accorder, √™tre en place.

16        Et comme je l'ai dit hier soir, Dieu a r√©parti Ses Ecritures par portions depuis le commencement, avant qu'il y ait le temps, lorsqu'Il √©tait Eternel. Il, tout... Il est l'Eternel. Et alors, ces choses qui se produisent aujourd'hui ne sont que des attributs de la pens√©e de Dieu. D'abord, cela doit √™tre une pens√©e et, ensuite, une Parole. Et une Parole... quand une pens√©e est exprim√©e, c'est une parole. Et puis, quand Cela est proclam√©, √ßa doit s'accomplir. Et la chose enti√®re, c'est Dieu se manifestant dans Ses attributs ; et puis, Dieu se rend mat√©riel, tangible, de telle mani√®re que nous pouvons Lui parler, parler avec Lui, dans tout le corps de Son Eglise et tout.

17        Donc, votre nom √©tait dans Sa pens√©e. C'est ainsi que vous avez la Vie Eternelle. Vous ne pouvez pas L'avoir autrement. Si vous avez la Vie Eternelle, c'est que vous avez toujours exist√©. Voyez ? Vous, autrement, vous ne pourrez simplement pas dire : " Eh bien, je suis membre d'√©glise, je fais telle chose. " Absolument pas. La Vie Eternelle n'a jamais eu un com... Tout ce qui est √©ternel n'a jamais eu de commencement et ne peut pas conna√ģtre de fin. Donc, vous √©tiez seulement dans Sa pens√©e, votre nom, qui vous √™tes et ce que vous √™tes, c'est l'unique moyen pour vous de pouvoir jamais avoir la Vie Eternelle, parce que vous avez toujours exist√©.

18        Et les autres, peu importe ce qu'ils sont, ils sont √©ternellement morts, ils √©taient morts depuis le commencement. La Bible dit : " La femme qui vit dans le plaisir est morte quoique vivante. " Exact. Voyez, elle est toujours morte. Elle est morte dans le p√©ch√© et dans les offenses.

19        Et alors, si vous √©tiez dans le vivant, √† Ses d√©buts, c'est ce qu'Il est venu racheter. Votre nom a √©t√© inscrit dans le Livre de Vie de l'Agneau, dans Sa pens√©e, au commencement. Et Il est venu racheter tous les noms qui sont dans ce Livre ; pas plus, pas un seul de plus ; juste ce qui √©tait L√†-dedans. Une fois le dernier nom rachet√©, Il prendra Son Livre et r√©clamera ce qu'Il a rachet√©.

20        Eh bien, quelle chose √©trange ce sera si nous ne pouvons pas croire tout ce qui est √©crit dans les Ecritures, car tout, c'est la Parole de Dieu. Tout est inspir√©, sur toute la ligne, et nous croyons tout cela.

21        Eh bien, cette glorieuse sc√®ne que nous avons devant nous ce soir, c'est J√©sus ressuscit√© des morts, au printemps, se promenant. Il est ressuscit√© au printemps, la r√©surrection, la premi√®re Fleur √† ressusciter des morts, notre Seigneur J√©sus ! Il √©tait les Pr√©mices de ceux qui dormaient. Il √©tait la Fleur de P√Ęques qui a pouss√©, la premi√®re Fleur √† redresser la t√™te apr√®s que le minuit froid des t√©n√®bres et du p√©ch√© √©tait pass√©; Il avait pay√© le prix du p√©ch√©, et Dieu L'a ressuscit√© le troisi√®me jour. Nous croyons cela de tout notre coeur, que Dieu L'a ressuscit√© le troisi√®me jour, selon Sa promesse. Et nous croyons cela, d'apr√®s les Ecritures, qu'Il L'a ressuscit√© le troisi√®me jour. Il √©tait le Premier √† ressusciter des morts, les Pr√©mices de ceux qui dormaient.

22        Et pensez-y, la grande d√©tresse avait s√©vi pendant les quatre mille ans,  quand le monde croupissait dans le p√©ch√©, sans issue, et Le voici ressusciter des morts ! Quel temps ! Quel printemps ! L'√©glise devrait √™tre en train de chanter les glorieux all√©luias. Mais au lieu de cela, ils √©taient m√©lancoliques, tristes et tout, parce qu'ils avaient manqu√© de croire tout ce qu'Il avait dit.

23        Et c'est pareil ce soir, parce que les gens manquent de croire tout ce qu'Il a dit et a promis. C'est pourquoi l'√©glise est dans la condition o√Ļ elle se trouve ce soir, c'est parce que nous avons manqu√© de croire tout ce qu'Il a dit qu'Il ferait. Toutes les Ecritures qui se rapportent √† Lui, nous manquons de Les croire toutes. Nous faisons des bruits sur Cela, nous m√©langeons Cela, nous Y m√™lons autre chose.

24        Si nous croyons le tout, il y aura un printemps de joie dans nos √Ęmes, parce que nous sommes ressuscit√©s avec Lui, devenus identiques √† Lui, dans Sa r√©surrection, nous sommes assis maintenant dans les lieux c√©lestes en J√©sus-Christ, ayant toutes les principaut√©s, toutes les dominations et les t√©n√®bres sous nos pieds. Nous avons un droit, de par le Sang de J√©sus-Christ, notre Signe, qui montre que nous sommes les rachet√©s de Dieu, que Dieu a pay√© le prix pour notre r√©demption, par J√©sus-Christ, et nous avons le droit de tenir ce signe au-dessus de tout ce que nous r√©clamons et de recevoir cela. Dieu l'a dit ! C'est r√©gl√©. Si seulement nous pouvons croire toutes les Ecritures !

25        Mais le probl√®me √©tait que, le c√īt√© triste, beaucoup parmi ceux qui Le connaissaient et qui L'aimaient ne reconnaissaient pas qu'Il √©tait ressuscit√© des morts.

26        C'est pareil aujourd'hui ! Beaucoup de ceux qui croient et m√™me enseignent qu'Il est ressuscit√© des morts ne reconnaissent toujours pas Cela. Ils n'arrivent certainement pas √† comprendre. Et c'est trop surnaturel. C'est trop inhabituel. Dieu est dans l'inhabituel, si c'est conforme √† Sa promesse.

27        Beaucoup de ceux qui L'aimaient n'ont pas reconnu cela. C'√©tait absolument trop inhabituel pour eux de croire ce que disaient ces t√©moins revenus de la tombe : " Nous avons vu un groupe d'anges qui ont dit : 'Il est ressuscit√© des morts.' " " Oh ! Eh bien, nous... " Voyez, si seulement ils avaient examin√© les Ecritures ! Il avait promis cela, qu'Il le ferait.

28        Et c'est pareil pour les pharisiens et les docteurs religieux de Son √©poque. Si seulement ils avaient examin√© les Ecritures, comme Il l'a dit : " Vous sondez les Ecritures, car vous pensez avoir en Elles la Vie Eternelle, et ce sont Elles qui rendent t√©moignage de Moi ", qui disent qui Il est.

29        Et si seulement ces disciples de l'√©poque avaient examin√© les Ecritures, ils Y auraient trouv√© qu'Il avait promis de ressusciter. Et Dieu avait promis de Le ressusciter, et Il l'a fait. Cependant, Sa Parole de promesse √©tait √©crite, Elle disait qu'Il ferait cela √† leur √©gard. La Parole disait qu'Il ressusciterait.

30        Il avait promis cela, mais cependant, ils √©taient tristes, tout abattus, et tout. Ils pensaient avoir perdu tout ce qu'ils avaient et que tout avait √©chou√©. Et c'√©tait, √† mon avis, l'heure la plus sombre qu'ils aient jamais connue. Ils avaient investi leurs espoirs en Lui, ils croyaient en Lui, ils avaient vu la manifestation de Ses grands miracles, des signes et des prodiges, et toute la confirmation du Messie. Et puis, Le voir mourir l√†, le visage couvert de crachats, alors qu'Il pouvait discerner les pens√©es des coeurs des gens !

31        Mais si je l'exprime, selon le langage du monde, excusez-le-moi. Mais c'est au moment critique qu'il faut pers√©v√©rer dans la foi.

32        Quand ces soldats ivres Lui ont mis un lambeau au visage, Lui ont mis un lambeau au visage, ils ont pris un b√Ęton et L'ont frapp√© √† la t√™te, disant : " Eh bien, nous apprenons que Tu es proph√®te. Si Tu es proph√®te, " ils se passaient le b√Ęton, disant : " Dis-nous qui T'a frapp√©. Nous croirons cela. "

33        Voyez, on dirait qu'Il-Il-Il √©tait pris au pi√®ge. Ils pensaient : " Eh bien, si jamais ils Lui disaient quelque chose, Il les frapperait de c√©cit√©. Il les frapperait de mort, s'ils disaient quelque chose. " Voyez, ce n'est toujours pas cela le dessein de Dieu en faisant des choses. Voyez ?

34        Quand Il √©tait √† la croix, Ca√Įphe et tous les-les sacrificateurs ont dit : " Si Tu es le Christ, dis-le-nous ouvertement. Descends de la croix, nous Te croirons. " Voyez, ils ne pouvaient simplement pas comprendre comment Dieu pouvait aller √† la croix et mourir. Mais c'est la raison pour laquelle Dieu avait √©t√© fait chair, c'est afin de mourir.

35        Les pharisiens Lui ont fait le plus grand compliment qu'Il ait jamais re√ßu, lorsqu'ils ont dit qu'Il ne pouvait pas... les autres. " Il a sauv√© les autres, Il ne peut pas se sauver Lui-m√™me. " Certainement, c'√©tait un compliment. S'Il s'√©tait sauv√© Lui-m√™me, Il n'aurait pas pu sauver les autres. Il devait se livrer Lui-m√™me.

36        C'est la raison pour laquelle Dieu a √©t√© fait chair, c'est pour mourir, afin qu'Il puisse souffrir et porter le ch√Ętiment. Il ne pouvait pas faire cela tant qu'Il √©tait J√©hovah, sous forme de l'Esprit. Dieu le P√®re, sous forme de l'Esprit, ne pouvait pas faire cela. Mais quand Dieu a √©t√© fait chair et qu'Il a habit√© parmi nous, un Etre humain, alors Il a pu go√Ľter la mort, Il a port√© le ch√Ętiment qu'Il avait plac√© sur tous les √™tres humains. Il l'a port√© sur Lui-m√™me, et Il en a pay√© le prix.

37        Pourtant, Sa Parole de promesse avait promis cette r√©surrection, mais ils ne comprenaient pas qu'il en serait ainsi. Ils ne pouvaient absolument pas saisir cela. La Parole, Il √©tait la confirmation de Sa promesse. J√©sus, parlant √† ce Cl√©opas et √† son ami, sur le chemin d'Emma√ľs, √©tait la confirmation de Sa Parole promise ; et pourtant, ils ne comprenaient pas cela.

38        Et, puis-je le dire aujourd'hui : Apr√®s deux mille ans d'enseignement, de foi, Il est toujours vivant, mais les gens ne peuvent pas saisir cela. Ils ne peuvent pas comprendre cela. Le grand probl√®me, c'est qu'ils ont √©t√© tellement bourr√©s d'autres choses, trop de soucis, trop d'histoires. C'est pourquoi ils n'arrivent pas √† comprendre cela. Ils √©taient trop tristes et tout d√©chir√©s pour comprendre cela.

39        Eh bien, remarquez, ils parlaient de Lui. Or, ils √©taient en route vers Emma√ľs, ils regagnaient leur ancien travail. Et Pierre √©tait all√© √† la p√™che, accompagn√© d'autres. Cl√©opas et son ami ont dit : " Eh bien, nous, nous irons √† Emma√ľs. " C'est peut-√™tre l√† qu'ils habitaient, c'√©tait √† un sabbat de marche, √† environ quelques kilom√®tres, de l'autre c√īt√© de la colline.

40        Et en ce beau matin de P√Ęques, J√©sus √©tait ressuscit√© des morts ! Ressuscit√© ! Sa Parole, la Parole de Dieu, √©tait accomplie. " Je ne permettrai pas que Mon Bien-aim√© voie la corruption, ni ne permettrai que Mon... Je ne... je ne livrerai pas Son √Ęme au s√©jour des morts, ni ne permettrai que Mon bien-aim√© voie la corruption. " C'√©tait la Parole. Remarquez, c'est David qui en a parl√©.

41        J√©sus a dit : " D√©truisez ce temple et, en trois jours, Je le rel√®verai. " Voyez ? " Le Fils de L'homme monte √† J√©rusalem, Il sera livr√© entre les mains des pa√Įens et des hommes m√©chants, on se moquera de Lui, on Le fouettera, on Le crucifiera, mais le troisi√®me jour Il ressuscitera. " C'est ce qu'Il avait dit, cela devrait r√©gler la question.

42        Et voici que ces hommes √† qui Il avait dit cela, qui connaissaient la Parole, marchaient sur la route, tristes √† ce sujet. Pouvez-vous vous repr√©senter un tel spectacle ? Mais cela s'est certainement r√©p√©t√© une fois de plus. Cela s'est r√©p√©t√©.

43        Nous trouvons, alors qu'ils √©taient en route, une chose noble √† leur sujet, c'est qu'ils parlaient de Lui quand Il leur est apparu.

44        Eh bien, c'est √ßa le probl√®me aujourd'hui. La raison pour laquelle, je pense, Il n'appara√ģt pas √† beaucoup parmi nous, c'est que nous ne parlons pas assez de Lui. Nous avons d'autres choses dont nous devons parler. Nos divergences d√©nominationnelles, il nous faut nous disputer √† ce sujet. Il nous faut parler du communisme. Nous avons toutes sortes de programmes, et tout le reste, et nous sommes pris dans tout cela. Nous n'avons pas de temps pour parler de Lui. Le programme de l'√©glise, qui sera √©lu pasteur, qui va faire telle chose, qui va faire telle autre, nous parlons de tout sauf de Lui, alors que nous devrions √™tre en train de parler de Lui !

45        C'est toujours √ßa. Cela devrait √™tre notre-notre... cela devrait √™tre notre objectif, cela devrait √™tre toute notre-notre vie, tout en Lui.

46        L'autre jour, je parlais √† un homme, il disait : " Eh bien, croyez-vous cette sottise-l√† ? "

47        J'ai dit : " Monsieur, j'Y ai consacr√© toute ma vie. C'est vrai. Je donnerai ma vie pour Cela. Je souhaiterais avoir dix mille vies √† donner pour Cela. Je crois toujours Cela. "

48        Assur√©ment, nous devons parler de Lui, si nous voulons Le voir. C'est toujours √† ce moment-l√†.

49        Ils auraient d√Ľ Le reconna√ģtre, mais jamais. Comme Il marchait √† c√īt√© d'eux, ils auraient d√Ľ Le reconna√ģtre. Rappelez-vous, ils avaient march√© avec Lui pendant trois ans. Et ici, le... Pouvez-vous vous le repr√©senter ? Ses disciples qui avaient march√© avec Lui pendant trois ans, et Le voici marchant √† cot√© d'eux, mais ils sont tout aussi aveugles qu'une chauve-souris. Pourquoi ? Parce qu'ils ne connaissaient pas les Ecritures. Et cependant, Il leur avait parl√© des Ecritures.

50        Et Il √©tait l√†, Emmanuel, " fait chair, habitant parmi nous ", et les pharisiens ne reconnaissaient pas cela. Ils ne pouvaient pas comprendre cela, comment cet Homme... Eh bien, ils L'ont crucifi√©, parce que, disait-on : " Il ne respecte pas le sabbat, et-et Il se fait Dieu. " Voil√† pourquoi ils L'avaient crucifi√©. Eh bien, nous voyons que la raison pour laquelle ils avaient manqu√© de reconna√ģtre cela, c'est parce qu'ils ne connaissaient pas les Ecritures.

51        Or, ces disciples auraient d√Ľ Le reconna√ģtre, mais ils ne connaissaient pas les Ecritures. Tenez, Il leur a alors r√©v√©l√© cela. Remarquez, aussit√īt qu'Il s'est engag√© sur le chemin, Il leur a r√©v√©l√© les promesses des Ecritures qui Le concernaient pour cet √Ęge-l√† ; pas les promesses des Ecritures pour l'√Ęge de No√©, pas les promesses des Ecritures pour les autres √Ęges, la promesse des Ecritures Le concernant pour cet √Ęge-l√†, qui montrait exactement qui Il √©tait. Voyez ? Il a commenc√© par leur poser la question, disant : " Pourquoi √™tes-vous si tristes ? "

52        " Eh bien, ont-il dit, es-Tu un Etranger ici ? " Le fixant droit en face, " Es-Tu un Etranger ici, et ne sais-Tu pas ce qui s'est pass√© ? Eh bien, J√©sus de Nazareth, un Proph√®te de qui Dieu a rendu t√©moignage, et nous esp√©rions que ce serait Lui qui lib√©rerait Isra√ęl. Et voici le troisi√®me jour depuis qu'on L'a crucifi√©, et toutes ces choses. " Et Lui, juste...

53        Il a dit : " Qu'est-il arriv√© ? " Juste comme s'Il ne savait rien √† ce sujet. Voyez, Il a fait comme s'Il-Il ne savait rien √† ce sujet.

54        Mais maintenant, rappelez-vous, quand Il s'est donc mis √† parler, Il a commenc√© √† leur r√©v√©ler les promesses Le concernant. Il a dit : " Ne savez-vous pas que le Christ devait premi√®rement souffrir et entrer dans Sa gloire ? " Et puis, Ecritures √† l'appui, Il a commenc√© par Mo√Įse et tous les proph√®tes, Il leur a r√©v√©l√© les Ecritures qui se rapportaient √† Lui, le Messie. Ce que le Messie devait √™tre, les actes qu'Il devait poser, tout ce qu'Il devait √™tre, Il le leur a r√©v√©l√©, mais Il... ils ne comprenaient toujours pas.

55        Si ce n'est pas √ßa qui se r√©p√®te aujourd'hui ! Il agit de m√™me, et l'√©glise continue √† croupir dans les t√©n√®bres. Il leur a r√©v√©l√© qui Il est et ce qu'Il est, mais-mais eux disent toujours : " Eh bien, maintenant, je crois que mon √©glise enseigne... " Vous y √™tes. Vous voyez, c'est la raison pour laquelle vous...

56        Examinez les Ecritures, sondez les Ecritures. Elles d√©tiennent la V√©rit√©. Nous Les avons trop perverties. " Comment savons-nous que c'est scripturaire ? " Quand c'est une Ecriture promise pour cet √Ęge-l√†.

57        Eh bien, Il n'est pas remont√© dans le pass√© pour dire : " Vous souvenez-vous de ce que Mo√Įse avait fait ? " Voyez ? Il leur a r√©v√©l√© les Ecritures Le concernant pour cet √Ęge-l√†. Il √©tait la Lumi√®re de cet √Ęge-l√†.

58        Mo√Įse √©tait la lumi√®re de son √Ęge. J√©r√©mie √©tait la lumi√®re de son √Ęge. C'√©tait la Lumi√®re de Dieu brillant pour la Parole promise pour cet √Ęge-l√†. Chaque √Ęge a sa Parole promise. Dieu envoie Ses proph√®tes et r√©v√®le cette Parole-l√† ; Il confirme d'abord Son proph√®te, puis Il r√©v√®le cette Parole-l√† et La vivifie.

59        Et J√©sus √©tait le Christ. Et tout ce qui se rapportait √† Christ, Il l'a confirm√©. La naissance virginale, la gu√©rison des malades, le discernement des pens√©es de coeurs des gens, tout ce qu'Il √©tait cens√© faire pour √™tre-√™tre le Messie, et, bien qu'Il f√Ľt ressuscit√© des morts, ils ne reconnaissaient toujours pas cela. Ils ne reconnaissaient toujours pas cela. Apr√®s que les Ecritures eurent √©t√© r√©v√©l√©es, ils ne Le reconnaissaient toujours pas, bien qu'Il f√Ľt cette Parole promise. Eh bien, rappelez-vous, oh ! comme c'est beau,  la Parole qu'Il leur r√©v√©lait et leur montrait! Ils avaient bien march√© avec Lui pendant trois ans, ils avaient reconnu cela, ils savaient qu'Il avait accompli cette Parole-l√†. Les voil√†, allant √† Emma√ľs, se demandant : " Est-ce vrai ? " Hein ! Ils ne comprenaient simplement pas cela. Ils ne saisissaient pas cela.

60        Remarquez donc quand on en est arriv√© √† ce que, apr√®s qu'Il leur eut r√©v√©l√© la Parole, √† plusieurs reprises, qu'Il leur eut montr√© que Christ devait faire ces choses et qu'ils ne comprenaient toujours pas cela... remarquez la r√©primande qu'ils ont eue, ces pr√©dicateurs, pour n'avoir pas su et reconnu l'accomplissement des Ecritures qui avait eu lieu devant leurs yeux. Remarquez Ses Paroles √† leur √©gard : " Hommes sans intelligence, lents √† comprendre. " Dieu Lui-m√™me √©tait l√†, le Messie ressuscit√©, marchant avec eux et leur faisant la d√©monstration. Il a dit : " Eh bien, ne comprenez-vous que Christ devait faire ces choses ? Ne savez-vous pas que √ßa devait se passer comme ceci, comme cela, ceci et cela ? "

61        Et tout au long de la journ√©e, Il leur a expliqu√© les Ecritures, mais ils se demandaient toujours : " Est-ce vrai ? " Et ils ne reconnaissaient pas que c'√©tait Lui qui √©tait l√† m√™me.

62        Puis, Il a regard√© tout autour. Apr√®s qu'Il eut pr√™ch√© la Parole, qu'Il leur eut parl√© et leur eut montr√© des choses qui √©taient cens√©es s'accomplir, ils ne comprenaient toujours pas cela. Il a dit : " Hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent √† comprendre ", voyez, comprendre les Ecritures confirm√©es de l'heure, les Ecritures qui Le concernaient en ce jour-l√†. Cependant, Il √©tait avec les disciples, mais ils ne reconnaissaient pas la Parole √©crite apr√®s qu'ils L'eurent vue √™tre rendue manifeste.

63        J'aimerais faire p√©n√©trer cela juste un instant. Voyez ? Voyez, ils n'ont pas su quand le... Ils lisent cela dans les Ecritures, que c'est une promesse pour ce jour-ci, et puis, ils voient Dieu manifester cela, mais ils disent toujours : " Je me demande. " C'est la m√™me chose, voyez, tout √† fait. Nous traitons toujours avec des √™tres humains.

64        Et nous voyons qu'Il les a r√©primand√©s durement. C'√©taient des disciples. En effet, ils ne reconnaissaient pas la Parole, l√†, apr√®s qu'Elle a √©t√© rendue manifeste devant eux ; ils ne comprenaient pas cela.

65        Quoi ? La m√™me chose est arriv√©e aujourd'hui. Mais dans l'esprit des gens... On a piti√© d'eux, parce que les uns ont un groupe qui va dans telle direction, les autres ont un autre groupe qui va dans telle autre direction, tout ce √† quoi ils pensent, c'est faire prosp√©rer ce groupe-l√†. C'est pourquoi Christ ne peut pas se r√©v√©ler aux gens.

66        Eh bien, l'Eglise devrait √™tre la plus... Eh bien, elle devrait √™tre dans son √©tat glorieux pr√©sentement, avec la puissance de Sa r√©surrection, de grands signes et des prodiges.

67        Au lieu de cela, ils ont perdu trop de temps avec cela au point qu'ils entrent aveuglement dans le Conseil oecum√©nique pour recevoir la marque de la b√™te sans le savoir ; c'est exact, sachant que Sa Parole dit que √ßa se passera ainsi. Et ils pensent que c'est tr√®s bien, c'est bon, c'est une bonne offre ; ainsi donc, ils feront cela. Comment deux hommes peuvent-ils marcher ensembles ? Qu'allez-vous faire, vous pentec√ītistes ? Vous allez devoir sacrifier votre doctrine de base sur le bapt√™me du Saint-Esprit pour faire cela. Certainement que vous le ferez. Et vous y √™tes. Qu'allez-vous faire lorsque ce temps arrivera ? Y entrer droit en insens√©s.

68        Certains conducteurs des pentec√ītistes, des gens du Plein Evangile, si√®gent dans ces conseils, si√®gent devant le Vatican et la hi√©rarchie et les autres, et disent : " On √©prouve le sentiment le plus spirituel. "

69        Un homme insensible √† l'Esprit de Dieu, au point de faire pareille chose, il n'est pas √©tonnant qu'Il ait pu dire : " Hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent √† comprendre ce qu'ont dit les Ecritures. " Il parlerait ouvertement ce soir, s'Il parlait par un vase, Il dirait la m√™me chose : " Hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent √† comprendre que la Parole est rendue manifeste l√† m√™me, et puis ils marchent droit l√†-dedans. " C'est pareil aujourd'hui.

70        Nous sommes trop occup√©s √† nos programmes. Trop... Ils √©taient trop occup√©s, ils L'√©coutaient et faisaient autre chose. Et-et nous voyons aussi cela aujourd'hui, nous avons divers credos, nous avons beaucoup d'√©missions t√©l√©vis√©es.

71        Et aujourd'hui, nous avons un mouvement anti-communiste. Je suivais Life Line, l'autre matin ; on faisait des d√©clarations, l√†-dessus, preuves √† l'appui, que-que le communisme, eh bien, on ne l'√©radiquerait jamais. Eh bien, √ßa fait des ann√©es, des ann√©es et des ann√©es qu'ils sont ici. Tous ces diff√©rents programmes et syst√®mes, a dit Life Line, se retrouvent m√™me dans ces mouvements, tel une paralysie c√©r√©brale, des histoires comme cela l√†-dedans, dans le mouvement anti-communiste. Le mouvement anti-communiste, les communistes sont l√†-dedans, inspirant cela, juste pour d√©couvrir qui est qui. Oh ! la la ! ce n'est pas √ßa qui m'int√©resse.

72        Ce qui m'int√©resse, c'est la Venue de J√©sus-Christ pour l'Eglise. Les pr√©dicateurs devraient √™tre occup√©s √† cela et √† voir ce que les Ecritures ont promis pour aujourd'hui. Je n'attends pas le r√®gne communiste. J'attends la venue d'un Royaume, J√©sus-Christ, l'instauration du Mill√©nium. Je ne suis m√™me pas int√©ress√© -- absolument pas -- au communisme ou √† aucun de leurs ismes, ou √† vos ismes religieux, √† aucun d'eux ! Je suis int√©ress√© √† J√©sus-Christ et √† Lui seul, √† amener les gens √† Le voir. Il est ici, se manifestant, montrant exactement ce qu'Il a dit qu'Il ferait dans les derniers jours. Or, ils n'ont pas compris cela. Ils √©taient trop occup√©s.

73        Pourtant, ils affirment aujourd'hui croire qu'Il est ressuscit√© des morts. Tout le monde, croyez-vous qu'Il est ressuscit√© des morts ? Ceux qui soutiennent √™tre de vrais chr√©tiens croient cela. Et puis, Il peut venir faire exactement ce qu'Il a dit qu'Il ferait apr√®s Sa r√©surrection, et ils ne voient toujours pas cela. Oui, oui. Oh ! C'est la v√©rit√©. Ils-Ils ne voient toujours pas cela.

74        Les credos, les programmes p√©dagogiques, ils envoient leurs pr√©dicateurs s'instruire √† outrance. Cela les aveugle, ils sont aveugl√©s par leurs th√©ologies faites de main d'homme, au point qu'ils s'√©loignent de la Parole de Dieu.

75        Comme je l'ai dit hier soir, Dieu n'a besoin d'aucun interpr√®te. Je ne peux pas interpr√©ter Sa Parole, personne d'autre ne le peut non plus. Il est Son propre interpr√®te. Quand Il dit qu'Il fera quelque chose, et qu'Il le fait, cela r√®gle la question. C'est tout ce qu'il en est. Il a dit qu'Il le ferait, et Il l'a fait. Cela r√®gle la question. Il n'a besoin de personne pour dire que telle chose veut dire ceci, ou que telle autre veut dire Cela. Il le fait Lui-m√™me. Nos interpr√©tations ne valent rien pour les Ecritures. Lui-m√™me parle, et c'est comme √ßa.

76        Au commencement, quand Il a dit : " Que la lumi√®re soit ! " Et la lumi√®re fut. Cela n'a besoin d'aucune interpr√©tation. " Une vierge concevra ", elle a con√ßu. " Je r√©pandrai de Mon Esprit sur toute chair ", Il l'a fait. √áa n'a besoin d'aucune interpr√©tation.

77        Ce qu'Il a dit qu'Il ferait en ce jour-ci, Il l'a d√©j√† fait. √áa n'a pas besoin d'√™tre interpr√©t√© ; √ßa s'interpr√®te. Il est Son propre interpr√®te.

78        Eh bien, mais nous, nous sommes trop occup√©s √† autre chose, et nous avons √©loign√© nos membres. Et beaucoup de nos missions du Plein Evangile et autres, des √©coles, soumettent un homme √† un test psychologique avant... un test mental, devant un-un psychologue, avant qu'il devienne missionnaire, pour voir si son coefficient intellectuel est assez √©lev√©. N'est-ce pas l√† quelque chose ? Je peux me repr√©senter cela dans quelque chose de lointain et de formaliste, mort depuis plusieurs ann√©es. Mais quand c'est quelque chose d'aussi frais que la Pentec√īte, comment peuvent-ils donc faire pareille chose ?

79        Vous √™tes-vous repr√©sent√© le coefficient intellectuel exig√© le jour de la Pentec√īte ? La foi en Dieu, c'est ce qui √©tait exig√©. Exact. C'est √ßa qui est exig√©. " Si tu crois, voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru ", a dit J√©sus. Il n'a jamais ordonn√© de les soumettre √† un test de coefficient intellectuel. Il a dit : " Allez par tout le monde (les missionnaires), faites de toutes les nations Mes disciples. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru ! " C'est √ßa le coefficient intellectuel ; le coefficient intellectuel de Dieu, c'est de savoir si on a assez de foi pour faire vivre ces choses et les rendre r√©elles, Christ manifest√© aux gens.

80        Mais aujourd'hui, nous aimerions soumettre les gens √† un test suivant un programme p√©dagogique. Oh ! la la !

81        On a examin√© Jack Ruby l'autre jour pour voir s'il √©tait fou. Ils continuent √† le faire. Le monde entier est fou. Bien s√Ľr que cet homme est fou. Aucun homme ne peut tirer sur l'autre s'il n'est pas fou. Le monde entier est fou. Certainement. Le fermier, il est fou aux yeux de l'homme d'affaires. L'homme d'affaires est fou aux yeux du fermier. Qui est fou ? Le groupe entier l'est.

82        Il n'y a qu'une seule chose saine, c'est J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, et Son Evangile a la r√©ponse √† tout. Nos livres de psychologie et toutes ces choses, c'est du non-sens. Si c'est contraire √† cette Parole, jetez √ßa. La Parole de Dieu est vraie, et tout le reste est faux.

83        Nous voyons ces choses. Il n'est pas √©tonnant que le monde soit tremp√© de sang ! Il n'est pas √©tonnant que des choses se passent telles que √ßa se passe aujourd'hui ! Nous ne... Il arrive simplement chaque fois... Je me demande si Oswald qui a tu√© notre pr√©sident, je me demande si on l'avait soumis √† un test de folie. J'en doute. Mais, vous voyez, comment un homme peut courir tirer sur un autre, lui √īter la vie et continuer ? Eh bien, je suis au Texas, je vais simplement m'arr√™ter l√†-dessus. Mais laissez-moi vous dire quelque chose, chaque... Le Seigneur s'occupera de tout cela un jour, √† Sa Venue. Remarquez, vous n'avez aucun droit d'√īter la vie √† un homme. Absolument pas. C'est Dieu seul qui a le droit d'√īter la vie. C'est vrai.

84        Maintenant, suivez. La Parole effectivement √©crite, la promesse pour cet √Ęge-l√†, parfaitement confirm√©e, mais ils ne reconnaissaient toujours pas cela. Remarquez, ils venaient de Le reconna√ģtre comme proph√®te, J√©sus de Nazareth. " Es-Tu juste... Es-Tu un √©tranger ici ? J√©sus de Nazareth, un proph√®te puissant en oeuvres devant Dieu et devant le peuple. " Ils L'avaient reconnu comme proph√®te ! Alors, s'ils L'avaient reconnu comme proph√®te, un proph√®te est envoy√© √† l'√Ęge o√Ļ il vit. Il doit manifester la promesse de Dieu. La Parole vient au proph√®te. Et s'Il √©tait le Proph√®te, alors la Parole promise pour cet √Ęge-l√† devait √™tre manifest√©e par Lui, et ils ne Le voyaient toujours pas. Ils n'arrivaient simplement pas √† voir cela.

85        Ils ont dit : " C'√©tait un proph√®te puissant en oeuvres ", et ce qu'√©taient Ses oeuvres, " puissant en Parole devant Dieu et tout. Il √©tait puissant, et nous esp√©rions... " Il √©tait l'Espoir d'Isra√ęl, Isra√ęl spirituel, non pas Isra√ęl eccl√©siastique, le... juste la nation. Il √©tait l'Espoir du-du peuple, du v√©ritable Isra√ęl spirituel.

86        Et, remarquez, apr√®s donc qu'ils L'eurent reconnu comme proph√®te, √† quoi s'est-Il r√©f√©r√© ? Il avait fait exactement ce qu'un proph√®te doit faire, Il a directement recouru √† la Parole. Voyez ? Directement pour le d√©montrer. Puisqu'Il √©tait un Proph√®te comme ils l'avaient dit, Il s'y est directement r√©f√©r√© pour d√©montrer la Parole promise √† Son sujet pour ce jour-l√†. Ils ne Le reconnaissaient toujours pas. Ils marchaient l√† tout au long, aveugles au possible ; ils ne reconnaissaient pas cela. La Parole promise pour leur √Ęge, Il √©tait le Proph√®te pour manifester cette m√™me chose.

87        Maintenant, regardez, Il a dit : " Hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent √† comprendre tout ce que les proph√®tes ont dit au sujet de Christ, qu'Il devait souffrir ces choses dont Il avait parl√©, et puis, entrer dans Sa Gloire, et ressusciter le troisi√®me jour. Toutes ces choses qu'Il √©tait cens√© faire, et pourtant vous ne comprenez pas √ßa ? " Ils auraient d√Ľ savoir que c'√©tait Lui, cet Homme qui confirmait ce qu'ils disaient croire. Mais ils n'arrivaient toujours pas √† voir cela. Il √©tait un signe s√Ľr d'un vrai-vrai proph√®te, chaque fois ; ne pas recourir √† la parole d'un autre, recourir √† un autre, mais confirmer la Parole qui montre qu'Il vit aujourd'hui dans Sa promesse.

88        Maintenant, rappelez-vous, avant que J√©sus vienne, Jean est entr√© en sc√®ne. Il √©tait un proph√®te. Et qu'√©tait-il ? Un pr√©curseur du Messie. Et il a dit : " Je ne suis pas le Messie. " Les gens pensaient qu'il L'√©tait, parce qu'Il √©tait un proph√®te. Il a dit : " Je ne suis pas le Messie. Je ne suis m√™me pas digne de d√©lier Ses souliers, mais Il est au milieu de vous. " Oh ! Jean √©tait s√Ľr qu'Il √©tait l√†, puisqu'il savait qu'il devait L'introduire.

89        Son p√®re √©tait un sacrificateur. Il n'est pas all√© √† leur s√©minaire pour apprendre √† devenir sacrificateur. Son travail √©tait trop important. Il est all√© au d√©sert pour √™tre seul avec Dieu. Il ne voulait pas avoir une carte de membre de qui que ce soit, sinon on dirait ceci, cela ou autre chose ; en effet, on embrouillerait tout et tout aurait √©t√© influenc√© par-par un ordre humain de l'√©poque. Son travail √©tait important. Il devait compter sur Dieu seul, car c'est lui qui devait annoncer le Messie.

90        J√©sus a dit : " Il √©tait la lumi√®re brillante qui √©claire, et vous avez d√©sir√© marcher avec lui pour un temps, vous avez appr√©ci√© de marcher avec lui. Mais, j'ai un t√©moignage plus grand que celui de Jean. " Voyez ? Il est... Ils ne croyaient toujours pas cela.

91        Un signe s√Ľr d'un vrai proph√®te, qui vient les ramener √† la Parole. Ils n'arrivaient pas √† comprendre Son langage.

92        Et, regardez, les Ecritures avaient annonc√© que cela arriverait exactement √† la lettre, tel quel. M√™me David, des centaines d'ann√©es auparavant, environ huit cents ans, avait pleur√©, disant exactement la m√™me chose que Lui a dit √† la croix. Et sans doute que ce matin-l√† au temple, ils ont pu chant√© ce m√™me cantique, le Psaume 22 : " Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-Tu abandonn√© ? " Ils chantaient cela au temple, alors que le Dieu qu'ils pr√©tendaient servir, c'est Celui-l√† qu'ils crucifiaient.

93        C'est pareil aujourd'hui ! Le Dieu en qui ils pr√©tendent croire, qui se manifeste, ils vont... vous fermerez toutes les portes, il n'y aura pas de collaboration, rien d'autre. Ils... C'est contraire √† leurs credos. √Ē hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent √† conna√ģtre le jour dans lequel nous vivons ! Dieu n'a-t-il pas promis ceci pour les derniers jours ? Comment cet √Ęge de Laodic√©e serait ti√®de, comment J√©sus se retrouverait dehors, cherchant √† entrer pour avoir un peu de collaboration ? C'est quoi, J√©sus ? La Parole, la vraie Parole rendue manifeste, dehors, cherchant √† entrer, mais ne pouvant pas entrer.

94        L'heure dans laquelle nous vivons, √©videmment, les aveugle, c'est pareil. J√©sus a dit qu'ils seraient ainsi. Les proph√®tes ont dit qu'ils seraient ainsi : " Emport√©s, enfl√©s d'orgueil, aimant les plaisirs plus que Dieu. D√©loyaux, calomniateurs, intemp√©rants, ennemis de gens de bien, ayant l'apparence de la pi√©t√©, mais reniant ce qui en fait la force ", la puissance de Sa r√©surrection, Sa manifestation, qu'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Et Il vit aujourd'hui, aux si√®cles des si√®cles, pour confirmer ce qu'Il avait dit. Je ne suis pas en train de crier apr√®s vous, mais j'aimerais que vous entendiez.

95        C'est vrai, leurs yeux √©taient toujours ferm√©s. Remarquez, bien qu'ils ne puissent pas croire, il y avait quelque chose en eux, ils L'ont invit√© √† entrer. Il parut vouloir continuer.

96        Ce soir, Il peut agir comme √ßa vis-√†-vis de vous. Maintenant, pour terminer, je vais terminer t√īt afin que je puisse avoir une ligne de pri√®re. Il peut para√ģtre vouloir vous d√©passer. Peut-√™tre que votre carte de pri√®re ne sera pas appel√©e, mais, rappelez-vous, peut-√™tre qu'Il vous soumet simplement au test, √©galement. Voyez, Il est tout autant Dieu l√† dans l'assistance qu'Il l'est ici sur l'estrade, ou n'importe o√Ļ. Il le confirme jour apr√®s jour, nuit apr√®s nuit. Il est Dieu partout. Voyez ? Il est omnipr√©sent.

97        Eh bien, rappelez-vous, Il parut vouloir d√©passer. Et ils Le press√®rent. Eh bien, ils ne comprenaient pas de quoi Il parlait, mais, cependant, leur esprit tout... Ils ne savaient quoi croire.

98        Eh bien, il y a beaucoup de gens comme cela aujourd'hui. Il y a beaucoup de gens comme cela √† Beaumont, ce soir. Ils ne savent quoi croire. Mais savez-vous ce qu'ils ont fait ? Ils ont fait la chose la plus sage qu'un homme puisse faire, ils L'ont invit√© √† entrer. C'est √ßa. C'est √ßa. C'est alors, et alors seulement, qu'Il peut se r√©v√©ler, quand on L'invite √† entrer. Recevez-Le, dites : " Seigneur J√©sus, je sais que les Ecritures disent cela. Peut-√™tre que je ne comprends pas cela, mais entre dans mon coeur. Je veux T'accepter. Je veux Te croire. Alors, manifeste-Toi √† moi. "

99        Remarquez. Ils L'ont invit√© √† entrer. Eh bien, ils ne pouvaient pas expliquer cela, ils-ils... C'est un... Il-Il... Ils ne comprenaient pas de quoi Il parlait. C'√©tait tout confus pour eux. Ils ne pouvaient pas comprendre cela, mais cependant, ils ont dit... ils L'ont invit√©, ils L'ont press√© : " Tu dois entrer ! " Il a dit : " Non, Je-Je dois continuer. "

100      " Oh ! mais, Seigneur, Tu-Tu dois entrer ! Tu-Tu dois entrer ! " Et ils Le press√®rent jusqu'√† ce que... ils L'ont implor√©, jusqu'√† ce qu'Il a d√Ľ entrer.

101      C'est ce que vous faites. Et alors, lorsqu'Il entre √† l'int√©rieur, c'est alors qu'Il peut se r√©v√©ler. Il peut se faire conna√ģtre Lui-m√™me une fois √† l'int√©rieur.

102      Remarquez ce qu'Il a fait apr√®s Sa r√©surrection. La v√©ritable Parole promise, voyez, ils ne se rendaient pas compte de qui Il √©tait. Mais une fois au milieu d'eux, Il leur alors ouvert les yeux. Ainsi, une fois l√† dans le b√Ętiment, avec eux, Il leur a ouvert les yeux, apr√®s qu'Il √©tait entr√©. Il leur a ouvert les yeux. Avec quoi ? Non en levant la main et en disant : " Ouvrez-les, que vos yeux s'ouvrent. " Leurs yeux √©taient de toute fa√ßon ouverts, physiquement.

103      C'est comme √† Dathan, ou plut√īt-ou plut√īt √† Dothan, c'√©tait √ßa, l√†, lorsqu'on avait... Elis√©e √©tait l√†. Et les-les Syriens les avaient assi√©g√©s, et Gu√©hazi s'est √©cri√© : " Mon p√®re, les Syriens sont partout ! "

104      Et Elis√©e est sorti et a dit : " Ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux. " Il a dit : " Seigneur, ouvre les yeux de ce jeune homme. " Et tout autour de ce vieux proph√®te, sur la colline, il y avait des chars de feu et des anges de feu.

105      Et la Bible dit : " Il frappa les Syriens d'aveuglement. " Il s'avan√ßa l√† et leur demanda : " Cherchez-vous Elie ? " Ils ont dit : " Oui, c'est lui que nous cherchons. "

106      " Venez, je vais vous montrer o√Ļ il est. " Et ils pouvaient voir physiquement, ils marchaient. Mais ils √©taient aveugles pour savoir qui il √©tait.

107      Et c'est √ßa, ce soir ; votre vision peut √™tre vingt sur vingt, mais dans votre esprit, pouvez-vous comprendre que c'est une Parole promise pour ce jour-ci ? C'est la promesse de Dieu. Dieu entre √† l'int√©rieur, puis ouvre vos yeux. " Oh ! C'est Lui, n'est-ce pas ? " Il a promis cela. Remarquez. A l'int√©rieur, Il leur a ouvert les yeux pour qu'ils sachent qui Il √©tait, qui Il √©tait. Eh bien, s'Il peut entrer en vous ce soir, par le canal de votre foi, il peut vous ouvrir les yeux pour vous montrer qu'H√©breux 13.8 est vrai, qu'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. " S'Il peut entrer et vous ouvrir les yeux, Il fera la m√™me chose aujourd'hui.

108      Juste comme Il avait fait pour cette femme au puits, nous en avions parl√© hier soir. Remarquez donc, elle connaissait de par les Ecritures ce qu'Il devait √™tre. Eh bien, √ßa, c'√©tait le bon c√īt√© chez cette femme.

109      Aujourd'hui, beaucoup parmi nous ne connaissent pas, de par les Ecritures, ce qu'Il est aujourd'hui. Nous Le pla√ßons dans une cr√®che √† chaque No√ęl. Oui, nous prenons un lapin de P√Ęques et nous en faisons Sa r√©surrection. Il n'est pas √©tonnant que nous soyons tout embrouill√©s. Voyez ? C'est vrai. Il n'est pas √©tonnant que nous ne sachions o√Ļ nous en sommes. Mais cette femme savait, elle avait √ßa √† l'esprit, cette semence √©tait au fin fond de son coeur, comme je l'ai repr√©sent√© pour mon cher ami Jack Moore aujourd'hui.

110      Comment ces pharisiens, ici, c'√©tait noir, leurs coeurs √©taient noirs l√† au fond. Ils n'avaient pas de vie, pour commencer. Et √ßa devenait un peu plus clair, au fur et √† mesure que √ßa montait, car ils √©taient religieux et aidaient √† observer les lois. Et quand la Parole, l√† au commencement, a brill√© sur la Parole, la Bible, pour eux ; ils marchaient, mais l√† au fond, il n'y avait pas de Lumi√®re.

111      Voici cette petite prostitu√©e de mauvaise r√©putation, sa premi√®re vie ici, c'√©tait noir au possible, √† la suite de la vie qu'elle menait. Elle √©tait une prostitu√©e. Deuxi√®mement, au fond, il y avait une petite Lumi√®re, parce qu'elle avait une conception de ce que le Messie devait √™tre. J√©sus s'est tenu l√†, parmi eux.

112      Et quand Il a accompli le signe messianique, qu'Il leur a montr√© qui Il √©tait et tout, cela a obscurci tout chez ces pharisiens. C'est redevenu noir. Ils n'avaient rien, ici au fond, √† quoi s'accrocher. Ils L'ont tax√© de B√©elz√©bul, de d√©mon. Et cette lumi√®re qu'ils avaient s'est √©teinte, et ils ont p√©ri √† cause de cela.

113      Et voil√† cette femme qui, de par le p√©ch√©, √©tait noire au possible, mais dans son coeur, elle savait ce que le Messie serait. Elle savait quel signe Il accomplirait. Et aussit√īt qu'Il lui a dit...

114      Il a dit : " Donne-moi √† boire. " Elle a dit... Il contactait son esprit pour voir l√† o√Ļ elle se tenait. Et elle a dit : " Ce n'est pas la coutume. "

115      Il a dit : " Si tu connaissais Celui √† qui tu parles, c'est toi qui M'aurais demand√© √† boire. " Et la conversation a continu√©. Directement, Il a d√©tect√© ses pens√©es et ce qu'il y avait dans son coeur.

116      Elle a su l√† m√™me que, quand le Messie viendrait, Il devait √™tre Dieu. Dieu est la Parole. La Parole discerne les pens√©es du coeur. C'est ce qui √©tait dans les proph√®tes. Cette femme connaissait plus que la moiti√© des pr√©dicateurs en Am√©rique ce soir, c'est vrai, c'est tout √† fait vrai, et elle dans cet-dans cet √©tat-l√†. Mais, vous voyez, elle √©tait ordonn√©e √† la Lumi√®re, et aussit√īt que cette Lumi√®re a brill√©...

117      Et elle pensait qu'Il √©tait juste un homme ordinaire, peut-√™tre qu'Il lui faisait des avances. Elle a dit : " Eh bien, nos p√®res ont ador√© sur cette montagne. Et toi, tu dis que c'est √† J√©rusalem, puisque tu es Juif ", ainsi de suite, la conversation...

            Il a dit : " Va chercher ton mari et viens ici. "

            Elle a dit : " Je n'ai point de mari. "

            Il a dit : " Tu as dis vrai. Tu en as eu cinq."

118      Observez ! Cette petite raie de Lumi√®re, de savoir qui Il √©tait, cela paraissait √™tre √ßa. " Seigneur, je vois que Tu es Proph√®te. Je sais que quand le Messie sera venu, c'est ce qu'Il fera."

            Il a dit : " Je Le suis. "

            Elle a dit : " C'est r√©gl√©. " Voyez ?

119      Toute sa noirceur s'est transform√©e en blancheur. Toute la blancheur des pharisiens √©tait devenue noire en rejetant Cela. Voil√† la diff√©rence : faire briller la Lumi√®re par la Parole. Voyez ? Comme son nom avait √©t√© √©crit dans le Livre de Vie de l'Agneau avant la fondation du monde, elle a reconnu Cela sur-le-champ. Cela a pris cette petite Semence qui gisait l√† au fond, en dessous de toute cette salet√© vulgaire et tout le reste comme cela, et √ßa a purifi√© cela.

120      C'est pour cela qu'Il est venu, pour purifier ce genre de personnes que le P√®re Lui avait donn√©es avant la fondation du monde. Amen ! Je me sens religieux, comme je sais que c'est la V√©rit√©. " √áa ne d√©pend pas de celui qui veut ou de celui qui court, √ßa d√©pend de Dieu. " Amen ! ce qui compte, ce n'est pas combien vous avez fait, ni combien vous n'avez pas fait. Personne n'a cherch√© Dieu ; c'est Dieu qui vous a cherch√©.

121      Et quand la Lumi√®re a brill√©, ces pharisiens ont dit : " Oh ! j'avais entendu cette sottise-l√† auparavant. Il est B√©elz√©bul. C'est un diseur de bonne aventure. " Alors, tout devint noir.

122      Et cette femme, qui √©tait noire ici en haut, et blanche ici en bas, elle a dit: " Je sais que quand le Messie sera venu... Je L'attends. Quand Il sera venu, c'est ce qu'Il fera. Tu dois √™tre Son proph√®te. " Il a dit : " Non, Je Le suis. "

123      Elle a dit : "Venez voir un Homme qui m'a dit ce que j'ai fait. N'est-ce pas la Parole qui discerne les pens√©es du coeur ? Ne serait-ce pas le Messie m√™me ? " Elle devrait √™tre aux Etats-Unis, pr√™chant contre cela ce soir autant que je le fais. Elle-elle devrait √™tre ici en train de faire quelque chose comme cela, montrant √† ces hommes ce qu'est le Messie.

124      Remarquez, une fois √† l'int√©rieur, Il leur a ouvert les yeux. Alors, par les Ecritures, Il s'est manifest√©. Eh bien, Il leur a ouvert les yeux.

125      Quand donc elle a dit cela, Il est entr√©. Elle, le... Qu'est-ce qui √©tait entr√© ? La r√©v√©lation ; cette Semence qui √©tait ici en bas, quand cette Lumi√®re du Fils a brill√© l√†-dessus. Vous pouvez prendre une semence et la planter sous une pierre.

126      J'ai vu, il n'y a pas longtemps, des semences de tournesol qu'on avait gard√©es dans un paquet pendant pratiquement quatre mille ans en Egypte. On a pris cette semence-l√†, ainsi que des grains de bl√© qui √©taient dans le grenier √©tabli par Joseph l√†-bas, toutes ces ann√©es. Et quand cette semence a √©t√© plant√©e, et que le soleil l'a frapp√©e, elle est venue √† la vie. Le germe de vie √©tait l√†.

127      Oh ! Fr√®re, comme nous avons √©t√© ordonn√©s de Dieu, avant la fondation du monde, √† √™tre des fils et des filles de Dieu ! Quand cette Lumi√®re frappe cela, il n'y a pas de d√©nomination, pas de barri√®res d'√©glise, pas de critique, rien qui va arr√™ter cela. Cela va vivre, parce que Dieu a dit que √ßa vivra.

128      Ils ont reconnu cela. Les yeux de la femme s'√©taient ouverts, et elle a reconnu cela. Elle a reconnu cela, une fois √† l'int√©rieur. Elle connaissait les Ecritures, c'est la raison pour laquelle elle L'a reconnu.

129      Ces disciples, apr√®s Sa r√©surrection, ne connaissaient pas les Ecritures, et c'est pourquoi ils ne L'ont pas reconnu.

130      C'est pareil pour les pharisiens, ils ne connaissaient pas cela. Il leur disait: " Vous sondez les Ecritures. Vous pensez avoir la Vie Eternelle, je... Ce sont Elles qui vous disent qui Je suis. "

131      Oh ! La confirmation de Sa Pr√©sence ! Alors, une fois la promesse confirm√©e, leurs yeux furent ouverts et ils L'ont reconnu.

132      Aussi, cette m√™me chose qui ouvrait les yeux les fermait aussi. Ceux qui s'En √©taient moqu√©s ont √©ternellement √©t√© rejet√©s l√† o√Ļ ils √©taient au commencement, vous voyez ; leurs yeux avaient √©t√© ferm√©s.

133      Les yeux de Pierre avaient √©t√© ouverts par la m√™me chose. Il attendait cela. Les yeux de Nathana√ęl. J√©sus a dit qu'Il les connaissait avant la fondation du monde, qu'ils devaient √™tre ces messagers.

134      Maintenant, au vu de tout cela, dans cet √Ęge-ci o√Ļ nous vivons, qu'est-ce que cela a fait √† vos yeux ? Maintenant, voil√† la question, pas ce que cela a fait √† leurs yeux. De quel c√īt√© √™tes-vous ce soir ? Eh bien, vous devez absolument √™tre identifi√© soit aux pharisiens, soit aux ap√ītres, soit aux croyants. Eh bien, cela vous a fait quelque chose. Vous √™tes juste-vous √™tes juste ici √† la hauteur de Cela. Cela a fait quelque chose. Si vous aviez v√©cu en ce jour-l√†, qu'auriez-vous fait ? A quoi-√† quoi votre √©tat pr√©sent vous identifie-t-il maintenant ? O√Ļ cela vous classe-t-il ? Pensez-y. " Eh bien, mon √©glise... " C'est ce que les pharisiens disaient. Voyez ?

135      Etes-vous pr√™t √† reconna√ģtre J√©sus-Christ dans la puissance de Sa r√©surrection ? Etes-vous dispos√© √† tout abandonner pour marcher avec Lui ? Etes-vous pr√™t √† croire en Lui, √† amener Sa lumi√®re et Sa Vie aux autres ? Qu'est-ce que cela a fait ? Il s'est r√©v√©l√© dans ces derniers jours tel qu'Il - tel qu'Il l'avait promis.

136      Eh bien, vous direz : " Fr√®re Branham, le Messie s'√©tait r√©v√©l√© √† l'√©poque. Je sais que les Ecritures le disent. "

137      Eh bien, il est promis que ce m√™me Messie se r√©v√©lera aujourd'hui. C'est pareil ! Eh bien, H√©breux 13.8, √©coutez donc, L'identifie comme √©tant le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Jean 14.8... Il est dit : " Celui qui croit en Moi (voyez) fera aussi les oeuvres que Je fais. " Jean 14.9... Nous voyons ici qu'il est dit : " Encore un peu de temps, et l'ordre du monde, le cosmos, ne Me verra plus. Ils seront compl√®tement aveugles. Ils ne Me verront plus. Donc, encore un peu de temps, ils ne Me verront plus, mais vos yeux s'ouvriront, car vous Me verrez ; car Je serai avec vous, m√™me en vous, jusqu'√† la fin du monde. " " Le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement."

138      Luc 17.28 dit, c'est J√©sus qui le dit : " Dans les derniers jours, le monde sera exactement dans la m√™me situation que du temps o√Ļ les Gentils ont √©t√© d√©truits √† Sodome et Gomorrhe. " Non pas du temps de No√©, quand le d√©luge (Il pr√©sente la d√©pravation des moeurs de l'√©poque)... mais Il a dit : " Ce qui arriva du temps de Sodome. " Or, c'√©tait l√† le monde des Gentils qui avait √©t√© d√©truit par le feu. Dieu avait plac√© un arc-en-ciel dans le ciel, comme quoi √ßa ne sera plus par l'eau, mais que cette fois-ci √ßa sera par le feu. Eh bien, le monde des Gentils est pr√™t pour la destruction.

139      Il a promis qu'il y aura une grande perversion sur la terre. Si vous avez d√©j√† vu certaines photos, l'habillement des femmes l√†, avec un maquillage bleu sous les yeux, on dirait qu'elles ont √©t√© rong√©es. Regardez ce qu'elles font aujourd'hui. L'immoralit√©, la perversion, oh ! certaines de choses les plus hideuses, et cette nation s'y est engloutie ! Elle tient la t√™te de file des autres nations du monde en mati√®re de divorce. Nos femmes ont perdu leur-leur-leur √©talon de moralit√©. Elles ont bris√© la colonne vert√©brale de la nation. Et tout, la moiti√© des choses en Am√©rique repose sur le sexe ; tout, leur whisky, leur tabac, et tout le reste. Les m√©decins disent : " C'est du poison. Cela vous tuera. " Ils continuent √† tirer des bouff√©es de fum√©e malgr√© tout. Ils le feront de toute fa√ßon. Ils n'ont pas de sens d'avertissement.

140      Et les Ecritures leur disent de ne pas se couper les cheveux et tout. Je ne parle pas de ces femmes du monde ; l√†, c'est de la chair √† canon, de toute fa√ßon. Mais je parle de vous, femmes pentec√ītistes. Vous √™tes mieux avis√©es que √ßa. Et la Bible dit que la chevelure de Samson √©tait la marque de sa cons√©cration ; il √©tait n√© nazir√©en, consacr√© √† la Parole de Dieu. Femmes, ce sera pareil pour vous, une personne s√©par√©e. Et un nazir√©en, c'est quelqu'un qui est s√©par√© pour la Parole, s√©par√© des choses du monde. Et vous pr√™chez cela, vous criez et vous poussez de cris, vous revenez l'ann√©e prochaine, c'est pire que lorsque vous √©tiez l√†. Il ne reste que le jugement de Dieu, les bombes atomiques, les missiles et tout pour le monde entier.

141      Les com√©diens racontent √† la t√©l√©vision et-et √† la radio et autres, ils sifflent et chantent, ils disent de sales plaisanteries, ils prof√®rent des paroles de blasph√®me et des choses horribles qui ne devraient m√™me pas √™tre autoris√©es ; tous les magazines et autres sont pleins de femmes nues, immorales, tout, cherchant √† calmer l'esprit, cherchant √† vous calmer. Cela me rappelle un petit gar√ßon qui siffle dans les t√©n√®bres pendant qu'il traverse le cimeti√®re, cherchant √† se convaincre qu'il n'a pas peur. Vous avez une peur bleue et vous le savez. Vous savez que vous √™tes sous le coup du jugement, et cela vient parce que vous avez blasph√©m√© contre le Saint-Esprit, et vous avez rejet√© J√©sus-Christ ressuscit√©. Exact. Leurs yeux sont ferm√©s. Ils ne le savent pas.

142      Sodome et Gomorrhe. J√©sus a dit : " Ce qui arriva √† Sodome et Gomorrhe. " Comme je vous l'ai r√©p√©t√© hier soir, il n'y a jamais eu dans l'histoire un temps comme celui-ci. Regardez, Lot... Il y a toujours trois cat√©gories de gens.

143      Lot repr√©sentait l'√©glise de nom. Il est l√† √† Sodome, o√Ļ les femmes ont les cheveux coup√©s et o√Ļ ils ont de grandes choses ; et il √©tait l'une des autorit√©s de la ville, de grandes choses comme cela, et : " Laissez-moi m'en tirer. " Mais √† vrai dire, au fond de son coeur, son √Ęme √©tait tourment√©e. Il √©tait mieux avis√© pour avoir √©t√© avec Abraham.

144      Abraham n'√©tait jamais descendu l√†-bas, pour commencer. Il √©tait l'√©lu √† qui Dieu avait donn√© la promesse, qui attendait la venue du fils, un fils promis.

145      Sodome √©tait toujours dans ces histoires. Et, rappelez-vous, ces deux anges √©taient descendus pr√™cher l√†-bas. Un autre √©tait rest√© avec Abraham et ce groupe-l√†.

146      Maintenant, suivez, ils √©taient descendus pr√™cher l√†-dessus. Et, rappelez-vous, depuis que nous avons ces √Ęges de l'√©glise, jamais un homme n'a √©t√© envoy√© √† l'√©glise, jusqu'√† ce jour-ci, dont le nom se termine par h-a-m. G-r-a-h-a-m, le messager de l'heure envoy√© √† l'√©glise qui est √† Babylone, l√† √† Sodome. Le grand √©vang√©liste fait un grand travail l√†, √©galement. Il les mart√®le l√†, √† gauche et √† droite. Ils ne pr√™tent pas attention √† cela. Il a dit : " Je peux avoir trente mille convertis en six semaines ; je retourne dans les six prochaines semaines, il n'y en a pas trente. "

147      Quel est le probl√®me ? Ils n'arrivent nulle part. Ils s'avancent tout en m√Ęchant le chewing-gum, fumant la cigarette et tout le reste, pour faire une confession, ou plut√īt ce qu'on appelle une d√©cision. C'est tout √† fait en ordre, que l'√©vang√©liste fasse cela comme Dieu le lui dit.

148      Pour moi, il ne s'agit pas d'une d√©cision. Il s'agit d'une naissance. Vous devez na√ģtre. Il faut que quelque chose vous arrive. Nous y sommes, de toute fa√ßon, avec h-a-m.

149      Remarquez, l√† sur la colline, il y en avait Un qui √©tait rest√© avec Abraham, mais observez quel genre de signe Il avait accompli. C'√©tait le Ab... Dieu avait montr√© √† Abraham signe apr√®s signe, mais celui-l√† √©tait le dernier avant la venue du fils promis ; le dernier. Cet Homme, Il avait l'air d'un homme. Il √©tait habill√© juste comme un homme ordinaire, avec de la poussi√®re sur Ses v√™tements, on dirait qu'Il √©tait en voyage. Abraham Lui avait lav√© les pieds.

150      Et puis, pendant qu'Il √©tait assis l√†, le dos tourn√© √† la tente, suivez maintenant, Il a dit : " Abraham. " Un ou deux jours auparavant, il √©tait Abram, et elle, Sara√Į, S-a-r-a-√Į. Maintenant, elle est S-a-r-a, princesse. Lui n'est plus Abram ; Abraham, le p√®re des nations. Il avait d√Ľ changer son nom. Remarquez, Il a dit : " Abraham, o√Ļ est ta femme Sara ? "

151      Maintenant, rappelez-vous, il avait cent ans et elle, quatre-vingt-dix. Il a dit : " Elle est dans la tente derri√®re Toi. "

152      Il a dit : " Je te visiterai selon la promesse. " Voyez ? Et ce sont les vingt-huit jours de Sara.

153      Et Sara a ri, pour ainsi dire, sous cape, disant : " Moi, une vieille femme, avoir du plaisir avec mon seigneur, qui est aussi vieux ? "

154      Il a dit : " Pourquoi Sara a-t-elle dout√© de cela, disant dans son coeur : 'comment est-ce possible ?' " Et elle a ni√© cela. Mais Il a dit : " Si, tu l'as dit. " J√©sus a dit : " Ce qui arriva... "

155      Maintenant, suivez. Comment Abraham a-t-il reconnu cela ? Eh bien, Abraham L'a appel√© Elohim. Combien savent que c'est vrai, les lecteurs de la Bible ? Oui, oui. Elohim, c'est le Tout-Suffisant, le Grand Cr√©ateur Lui-m√™me. Pourquoi L'a-t-il appel√© Elohim ? C'est puisqu'Il avait pu discerner les pens√©es du coeur. C'est la Parole. H√©breux 4 dit-dit : " La Parole de Dieu est plus tranchante qu'une √©p√©e quelconque √† deux tranchants, p√©n√©trante jusqu'√† partager os et moelle, Elle discerne les intentions et les pens√©es du coeur. "

156      C'est ainsi que les proph√®tes, J√©sus les a appel√©s des dieux. C'est ainsi que J√©sus s'est manifest√©, et cette femme a reconnu qu'Il √©tait la Parole, Il pouvait discerner les pens√©es. Et J√©sus a dit : " Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de m√™me √† la Venue du Fils de l'homme, quand le Fils de l'homme se r√©v√©lera. "

157      Qu'est-ce que cela a fait √† vos yeux ? Peut-Il entrer ce soir ? J'esp√®re qu'Il le peut. Souvenez-vous bien, soyons vraiment respectueux et croyons de tout notre coeur.

158      Il a promis, rappelez-vous, Malachie 4, qu'un Message sera proclam√© pour restaurer la-la foi des p√®res une fois de plus, ramener les enfants aux p√®res. Oh ! vous confesseurs pentec√ītistes, puisse Dieu ouvrir vos yeux aveugles en ce jour-ci, qu'Il vous d√©barrasse de votre indiff√©rence des d√©nominations, de vos credos et des choses qui vous rendent si √©go√Įstes et au sujet desquels vous combattez, et que vous regardiez au Fils de Dieu pendant qu'Il est ici. Deux mille ans, Il est toujours vivant et parmi nous ce soir, confirmant Sa promesse.

159      Puisse Dieu ce soir, alors qu'Il nous a rassembl√©s comme Il avait fait avec ceux d'Emma√ľs, fermer les portes et nous r√©v√©ler quelque chose. Rappelez-vous, ce qui les a amen√©s √† reconna√ģtre que c'√©tait Lui, c'est qu'Il avait agi exactement comme Il l'avait fait avant Sa crucifixion ; et alors, Il a disparu de devant eux, et s'est √©loign√© d'eux. C'est comme √ßa qu'Il l'a fait. Puisse-t-Il venir ce soir parmi nous et ouvrir nos yeux, en se r√©v√©lant √† nous, par les m√™mes oeuvres qu'Il avait faites alors qu'Il √©tait ici sur terre, parce qu'Il l'a promis. Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Que le Seigneur nous aide √† Le voir alors qu'Il appara√ģt devant nous. Inclinons la t√™te. [Espace vide sur la bande - N.D.E]

160      Quel est mon objectif ? Quels sont mes motifs pour mon objectif ? Seigneur Dieu, je ne peux pas dire oui ou non. C'est Toi qui ordonnes cela. Tu l'as promis, et je Te prie de faire que les gens voient et comprennent ce soir. Qu'ils ouvrent largement, Seigneur, une fois leur coeur et disent : " Entre, Seigneur, r√©v√®le-Toi √† moi. " Et que leurs yeux s'ouvrent ensuite pour s'en rendre compte.

161      Qu'il ne reste aucun p√©cheur dans la salle ce soir, un incroyant. Oh ! Il peut y en avoir ici qui pourraient √™tre... qui pourraient-qui pourraient simplement avoir un ressentiment, que je les traite de p√©cheurs. Mais, P√®re divin, Tu as tax√© des d√©mons les pharisiens qui √©taient des religieux et des religieux loyaux, disant: "Vous avez pour p√®re le diable, et ce sont ses oeuvres que vous accomplissez ", parce qu'ils n'avaient pas reconnu la Parole confirm√©e, le Messie. Ils pouvaient croire en Lui, sous forme de l'Esprit ; mais dans la chair, non. Et pourtant, leurs Ecritures disaient qu'Il serait " Dieu avec nous. "

162      P√®re, je Te prie ce soir de l'accorder une fois de plus. Y en a-t-il ici qui veulent que leurs yeux soient ouverts ? Accorde-leur le collyre que Tu as promis dans Apocalypse 3, √† l'√Ęge de Laodic√©e ; qu'ils ach√®tent le collyre, afin que leurs yeux puissent s'ouvrir ce soir, qu'ils puissent reconna√ģtre l'heure √† laquelle nous vivons et la confirmation de la promesse de Dieu en cette heure. Nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.

163      Quelles cartes de pri√®re ? La s√©rie K. O√Ļ avions-nous... Hier soir, nous avons commenc√© par 1, n'est-ce pas ? [Quelqu'un dit : " Oui, oui. " - N.D.E.] Mais nous n'avons pas beaucoup de temps, encore quinze ou vingt minutes. Commen√ßons... Et il a distribu√© les cartes de pri√®re, s√©rie K. Bon, tenez vos cartes, nous allons prendre chacune d'elles.

164      Ceci, quelque chose comme cela donc, apr√®s avoir parl√©... Autrefois, celui qui pr√™chait, c'est lui qui parlait. Vous vous rappelez cela ; moi, j'entrais directement et commen√ßais la ligne de pri√®re. C'√©tait de loin plus facile. Mais aujourd'hui, il me-me-me faut faire quelque chose d'autre. Voyez ? Et je-je dois apporter Ceci, c'est tout. Si cela est re√ßu... Je-je ne peux que semer la semence. Je-je ne peux pas La faire vivre. Elle doit tomber dans un bon genre de terre.

165      Vous savez, c'est Sa propre Semence qu'Il a sem√©e, dit-on. Une partie est tomb√©e le long du chemin ; √ßa n'a servi √† rien du tout. Une autre partie est tomb√©e parmi des √©pines, mais... et sur un terrain pierreux, mais une partie est tomb√©e sur un bon terrain. C'√©tait le Fils de Dieu. Je ne peux que semer les semences, m√™mement. Voyez ?

166      Puisse-t-Il prendre mon ignorance et la mettre de c√īt√© ; prendre mon coeur, dans lequel je crois en Lui, baisser le regard et voir si je L'aime ou pas ; et alors, me pardonner tous mes p√©ch√©s et m'utiliser n'importe comment qu'Il-qu'Il le peut, pour tirer gloire de moi. Vie ou mort, √ßa importe peu, que cela Le glorifie donc.

167      Maintenant, je demande √† tout le monde, au Nom du Seigneur J√©sus, s'il vous pla√ģt, de rester assis pendant quelques minutes. Ne vous d√©placez pas. Ce sera toujours comme √ßa. Pouvez-vous-pouvez-vous vous repr√©senter l'expectative qu'il y a √† attendre l'apparition de J√©sus-Christ ?

168      Maintenant, si je m'avan√ßais ici, en tant qu'homme, et que je disais : " C'est moi le Seigneur J√©sus ", et que j'avais de longs cheveux, on ne saurait pas si c'est Lui ou pas. " J'ai des cicatrices des clous dans mes mains. " Oui, oui, n'importe quel hypocrite peut le faire. " J'ai de l'huile, du sang et tout... " Cela, encore, √ßa n'a pas... les Ecritures n'ont pas promis √ßa.

169      Comment reconna√ģtriez-vous J√©sus ? Vous ne... Vous direz : " Eh bien, je Le reconna√ģtrai par Sa photo. " Non, √ßa, c'est peint sur base d'une certaine psychologie. Nous ne connaissons pas Son aspect. Voyez ? Je ne sais pas ce qu'Il √©tait. C'est, voyez, √ßa doit √™tre comme √ßa.

170      Rebecca ne connaissait pas l'aspect d'Isaac, mais il y avait de toute fa√ßon l'amour. Voyez ? Elle ne connaissait pas son aspect. Elle a d√Ľ simplement partir. Les types ! Elle l'a vu et elle l'a aim√©. Elle √©tait dispos√©e √† partir malgr√© tout, peu importe son aspect.

171      Mais comment Le reconna√ģtrais-je ? J√©sus a dit : " C'est √† leurs fruits qu'on les reconna√ģtra. " Eh bien, si J√©sus √©tait ici, Il ne serait pas dans une forme physique comme moi, parce que ce corps-l√† est assis √† la droite de la Majest√© divine, mais Sa Vie est ici.

172      Et, rappelez-vous, celle-ci est la derni√®re promesse, le dernier signe que l'Eglise re√ßoit avant que le signe promis... le Fils promis revienne. Cette Ecriture ne peut pas √™tre bris√©e, vous le savez. Aussit√īt apr√®s Sodome, le fils promis est arriv√©, et Sodome avait √©t√© br√Ľl√©e. Il en sera de m√™me de nouveau.

173      Faisons venir les cartes de pri√®re, disons environ... Qu'avons-nous pris hier soir, 1 √† 15 ? Prenons une autre quinzaine, 85 √† 100. La carte de pri√®re s√©rie K. C'√©tait √ßa, n'est-ce pas ? La s√©rie K ? K-85, qui a √ßa ? Levez la main. Oui, est-ce quelque part ? 85, venez ici. 86, 87, 88, 89, 90 de la s√©rie K. 90, 95, 100, alignez-vous ici, pendant que je parle au reste de l'auditoire, juste un instant.

174      Combien ici n'ont pas de carte de pri√®re, sont vraiment sinc√®res et veulent que Dieu les aide ? Levez la main. " Je-je n'ai pas de carte de pri√®re, Fr√®re Branham. " Maintenant, suivez. Maintenant, ne vous d√©placez pas. Sh ! Laissez ceux qui viennent s'avancer ici, juste une minute. Soyez tr√®s respectueux maintenant, juste quelques instants.

175      Pensez-y, nous sommes dans la Pr√©sence du Juge du Ciel et de la terre. Combien seriez-vous respectueux si vous Le voyiez se tenir ici ? Vous vous agenouilleriez, vous pousseriez des cris, vous pleureriez et tout. Mais Il est ici. Il a promis cela : " L√† o√Ļ deux ou trois sont assembl√©s en Mon Nom... " √áa ne veut pas dire, parce que vous avez simplement dit : " Voici un Nom. " Cela veut dire : " ... en Son Nom, Je suis au milieu d'eux. " Remarquez.

176      Maintenant, sont-ils tous l√†, ceux que j'ai appel√©s ? Non. K-85, est-ce ce que j'ai appel√©, ou 90 ? [Quelqu'un dit : " 85. "] 85, 85 √† 100, tenez-vous ici. Si vous ne pouvez pas venir, quelqu'un...

177      Il y a une personne sur un brancard ici, que quelqu'un v√©rifie sa carte. Peut-√™tre que cet homme ne peut pas marcher. Voyez si-voyez si c'est son num√©ro. Je vois qu'il tient une carte de pri√®re en main. Si c'est lui, eh bien, vous pourrez le faire entrer dans la ligne de pri√®re. K-85 √† 100. S'il y a quelqu'un qui ne peut pas se lever, peut-√™tre un sourd ; regardez les uns sur les cartes de pri√®re des autres. Et pendant qu'on le fait, vous autres, regardez ici vers moi.

178      Eh bien, croyez-vous que Lui, au commencement, √©tait la Parole, et que la Parole √©tait avec Dieu, et que la Parole √©tait Dieu ; et que la Parole a √©t√© faite chair et a habit√© parmi nous ? " Le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. " Croyez-vous cela ? Alors, ce que la Parole a toujours fait, ce qu'Elle discerne les pens√©es du coeur. C'est pourquoi ces gens avaient reconnu que J√©sus √©tait le Messie. Est-ce vrai ? Combien savent cela ?

179      Eh bien, il y eut une fois une petite femme qui croyait que si elle pouvait toucher Son v√™tement, elle se r√©tablirait. Vous souvenez-vous de cette histoire ? Eh bien, rappelez-vous, elle a simplement cru. Il √©tait sous une forme physique √† l'√©poque.

180      Et, rappelez-vous, Il a fait cela juste une fois. Il a seulement dit √† la femme ce qu'elle avait fait ; elle avait eu trop de maris. Et toute la ville de Sychar avait cru en Lui, sur base du t√©moignage de la femme, d'une prostitu√©e.

181      Et aujourd'hui, ils ne croiront pas si un-si un ministre consacr√©, ordonn√© de Dieu, ayant l'Evangile, peut le leur dire. Ils ne... ils ne voudront toujours pas croire cela. Voyez ? Voyez ? Ils sont tellement maussades et sombres ! Franchement, le monde entier semble √™tre sous pression de cela. Juste, je ne sais simplement comment expliquer cela, mais √ßa y est. Amis, r√©veillez-vous ! Il est plus tard que nous ne le pensons.

182      Eh bien, vous qui √™tes assis l√† et qui Le regardez. Maintenant, la Bible dit, dans H√©breux 4, qu'Il est le Souverain Sacrificateur qui peut √™tre touch√© par le sentiment de nos infirmit√©s. Est-ce vrai ? Eh bien, s'Il est ce Souverain Sacrificateur et que vous L'avez touch√©, vous pourriez Le toucher comme cette femme-l√†. Eh bien, Il n'avait pas ressenti une touche physique ; Il a dit : " Je me sens faible. " Une vertu √©tait sortie de Lui. Eh bien, s'Il est toujours le Souverain Sacrificateur, vous pouvez encore tirer de Lui de la vertu, parce qu'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement.

183      Alors, comment s'y prend-t-Il ? Comme Dieu l'a dit. Quel √©tait le signe du temps de Sodome ? Dieu, Elohim, dans un homme, qui mange et boit. Comprenez-vous cela ? J√©sus √©tait Dieu dans l'homme. C'est pourquoi Il discernait leurs pens√©es. Dieu dans l'homme ! Cela s'est encore r√©p√©t√©, il est dit que √ßa se r√©p√©terait dans les derniers jours : " Quand Il se r√©v√©lerait, ce serait comme du temps de Sodome. " Des douzaines et des douzaines d'Ecritures que l'on ne voit pas ! Mais il ne vous faut pas avoir l'interpr√©tation ; Dieu interpr√©tera cela si c'est vrai. Il prouvera que c'est vrai. Maintenant, ayez foi et croyez. Une seule Parole de Sa part r√©glera la question.

184      Maintenant, P√®re c√©leste, ceci est Ta Parole, au mieux de ma connaissance. Maintenant, tout est entre Tes mains, P√®re. Je me confie √† Toi avec cet auditoire. Qu'il arrive ce soir que, quand nous partirons d'ici, nous puissions dire : " Notre coeur ne br√Ľlait-il pas au-dedans de nous alors que notre Seigneur J√©sus, sous forme du Saint-Esprit, nous parlait pendant que nous √©tions l√† ? " Accorde-le, P√®re. Je prie au Nom de J√©sus, pour Sa gloire. Amen.

185      Maintenant, ayez foi, croyez. Je pense que fr√®re Pearry va d√©placer ceci d'ici peu.

186      Et maintenant, rappelez-vous, je ne connais pas ces gens. Ils sont... Je connais ces pr√©dicateurs ici, je connais chacun d'eux, mais je ne vois personne d'autre que je connaisse. Je sais qu'il y a l√† des gens que je pourrais reconna√ģtre. Si je ne me trompe pas, je pense que celui-l√†, c'est fr√®re Pat Tyler assis ici m√™me ; je ne suis pas s√Ľr, assis juste...

187      Dans la ligne de pri√®re, si je ne... si vous savez que je ne sais rien √† votre sujet, levez la main. Vous qui √™tes dans cette ligne de pri√®re ici, vous qui avez une carte, pour venir, levez la main. Oui, oui. Maintenant, dans l'assistance, vous savez de m√™me.

188      Maintenant, voici la V√©rit√©. S'Il est ressuscit√© des morts, Il a donc promis que Dieu se manifesterait dans la chair humaine. Eh bien, peu importe combien Il m'oint, vous devez √™tre oint de la foi pour croire cela. Voyez ? Il faut que ce soit nous deux. Vous... La femme qui avait touch√© Son v√™tement avait d√Ľ croire. Il pouvait passer. Voyez ? Elle avait d√Ľ croire cela. Voyez ?

189      C'est Dieu ! Maintenant, si quelqu'un se dit : " Un don, c'est un-un tr√®s grand couteau. Si Dieu vous donne un don, vous pourrez le prendre, le tortiller et faire ce que... " Vous avez une mauvaise conception d'un don. Un don, c'est l'aptitude √† savoir se mettre hors du chemin pour laisser Dieu faire ce qu'Il veut. Voyez, c'est savoir se d√©tendre, afin que Dieu puisse vous utiliser comme Il veut. Mettez-vous simplement hors du chemin. Voyez ?

190      Eh bien, je ne connais personne parmi ces gens. Je ne connais pas cette personne-ci. Voici une dame ici debout, elle ressemble √† ma pr√©cieuse m√®re qui s'en est all√©e dans la Gloire r√©cemment. Ne serais-je pas un √™tre horrible si ma m√®re pouvait regarder depuis la Gloire ce soir, et penser que je viendrais ici pour s√©duire une pauvre personne comme celle-l√† ? Quel objectif poursuivrais-je ? Je serais fou. Je suis ici pour essayer de vous aider, madame.

191      Et tout ce que je peux faire, c'est faire juste ce que j'ai √©t√© commissionn√© √† faire. Je ne peux pas forcer les gens √† croire. Je ne peux forcer personne √† croire. Seulement, j'ai...

192      Je ne suis pas un th√©ologien. Je ne suis m√™me pas... je ne suis pas un gar... Je ne me consid√®re pas comme pr√©dicateur, voyez, puisque je n'ai pas d'instruction. Un pr√©dicateur aujourd'hui, c'est quelqu'un qui a sa licence en lettres et son doctorat. Eh bien, je ne sais pas ce que sont ces choses.

193      L'autre jour, quelqu'un m'a pos√© une question, disant : " Vous n'utilisez pas correctement vos noms et vos pronoms. "

194      J'ai dit : " Je ne sais pas ce qu'ils sont. Je-je ne sais pas. " Je ne savais pas ce qu'√©tait un nom, ou un pronom. Je ne pourrais pas vous dire, s'il le fallait pour sauver ma vie, la diff√©rence entre un nom et un pronom. Je ne peux pas vous le dire.

195      Mais tout ce que je sais, je Le connais, Lui, la puissance de Sa r√©surrection. C'est tout ce qui me pr√©occupe, voyez. " Lui. " C'est Lui que je veux conna√ģtre. " Le conna√ģtre, c'est la Vie. " Et c'est ce que je cherche : la Vie, vivre. C'est ce pourquoi vous √™tes ici : la Vie, vivre.

196      Maintenant, madame, si le Seigneur J√©sus me r√©v√®le quelque chose que vous avez fait, quelque chose que vous n'auriez pas d√Ľ faire, quelque chose pour lequel vous √™tes ici, comme Il l'a fait pour cette femme-l√† en lui disant ce qui clochait chez elle ; peut-√™tre qu'Il dira ce qui cloche chez vous, si c'est le cas, alors vous reconna√ģtrez si c'est la v√©rit√© ou pas. Vous en serez t√©moin. Cela vous am√®nerait-il... Vous reconna√ģtrez qu'il y a Quelque chose, quelque chose qui a d√Ľ provenir de quelque part. √áa ne peut pas √™tre naturel. √áa devrait √™tre surnaturel. Tr√®s bien. Cela vous am√®nerait-il √† croire que cette Parole que j'ai apport√©e, ce serait Dieu interpr√©tant Sa propre Parole, puis La confirmant ?

197      Est-ce que l'auditoire croira de m√™me ? [L'assembl√©e dit : " Amen. " - N.D.E.] Soyez maintenant respectueux. Maintenant, rappelez-vous, soyez vraiment respectueux. Vous direz : " Vous cherchez √† gagner du temps, Fr√®re Branham ? "

198      Oui, certainement. Je ne connais pas cette femme. Il faut qu'il y ait quelque chose d'autre, l'Ange du Seigneur, le Saint-Esprit Lui-m√™me.

199      Cette Colonne de Feu qui avait conduit les enfants dans Isra√ęl... Isra√ęl dans le d√©sert. Voyez, quand Il √©tait ici, Il √©tait J√©sus. " Mo√Įse a regard√©-a regard√© l'opprobre de Christ comme un tr√©sor plus grand que les richesses de l'Egypte. " Il a quitt√© l'Egypte.

200      Quand J√©sus √©tait ici sur terre, Il a dit : " Je viens de Dieu, Je vais √† Dieu. " Il est mort, Il a √©t√© enseveli, Il est ressuscit√©, et Il est mont√© en haut.

201      Et Saul, en route vers Damas, a √©t√© terrass√© par cette m√™me Lumi√®re. Et ce Juif n'aurait jamais appel√© Seigneur une quelconque lumi√®re √©trange. Et il a dit : " Qui es-Tu, Seigneur ? " Il savait que c'√©tait le Seigneur qui avait conduit son peuple dans le d√©sert.

202      Il a dit : " Je suis J√©sus. " " Le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. "

203      Maintenant, si cette m√™me Lumi√®re est parmi nous, voyez, alors Cela se confirmera en produisant ce que Cela avait fait l√†-bas. Eh bien, s'Il fait cela, cela nous fera croire et nous serons heureux, n'est-ce pas ? Puisse-t-Il l'accorder. Vous √™tes...

204      Je vous am√®ne simplement √† dire quelque chose. Voyez, quand vous... quand vous vous mettez de c√īt√©, cela monte plus haut ; juste n'importe quoi que vous dites. Voyez, vous √™tes un √™tre humain, vous avez un esprit. Et tout ce que cet Esprit est, aussit√īt que Cela oint, je peux bien voir ce qu'il en est et quelle voie vous suivez l√†, par le... C'est un don de Dieu. C'est ainsi qu'Il a fait cela, Il a dit √† la femme. C'est la m√™me chose, exactement la m√™me chose.

205      Eh bien, vous √™tes ici pour repr√©senter quelqu'un d'autre. Vous voulez la pri√®re pour quelqu'un d'autre, et cette autre personne se trouve √† l'h√īpital. Oui. Et il s'agit de la tuberculose. C'est votre mari. C'est vrai. Et, autre chose que j'ai vue, il est couvert de l'ombre de mort. Il y a un esprit noir autour de lui, parce qu'il n'est pas un chr√©tien. C'est vrai. N'est-ce pas vrai ? Voyez ? Il n'est pas un chr√©tien. Il est couvert de l'ombre de mort. Et vous √™tes int√©ress√©e √† ce qu'il re√ßoive Christ.

206      Et je vois que vous souffrez aussi d'une maladie. Ou, on s'attend √† ce que vous ayez la tuberculose, l'une ou l'autre chose. C'est √ßa, vous avez subi un examen de rayon X ou quelque chose comme cela. On a... on vous a examin√©e au rayon X pour voir s'il y avait la tuberculose. C'est vrai, n'est-ce pas ?

207      Maintenant, voudriez-vous partir, croire de tout votre coeur ? Eh bien, juste ce que vous avez cru, tout ce que vous avez cru que C'√©tait, donc ce qui sait cela, juste ce que vous avez cru ; allez vers lui, dites-lui ce qui est arriv√© ici, et peut-√™tre que cet esprit noir quittera ; il sera sauv√©. Alors, il se l√®vera et rentrera √† la maison. Maintenant, croyez de tout votre coeur maintenant. Que Dieu vous b√©nisse.

208      Croyez-vous ? [L'assembl√©e dit : " Amen. " - N.D.E.] C'est... vous pouvez juger cela et dire tout ce que vous voulez. √áa d√©pend de vous donc.

209      Bonsoir, madame. Je suppose que nous sommes inconnus l'un √† l'autre, mais croyez- vous que Dieu peut me r√©v√©ler vos maladies ? [La soeur dit : " Oui, oui. " - N.D.E.] Et s'Il le fait, cela vous am√®nerait √† croire fermement, n'est-ce pas ? Cet homme est d'ici, je vois. Vous avez cru cela il y a quelques instants. Non, vous vous tenez ici pour quelqu'un d'autre √©galement, c'est votre mari. [" Oui, oui. "] Croyez-vous que le Seigneur J√©sus peut me r√©v√©ler ce qui cloche chez votre mari ? Croyez-vous cela ? Il souffre de la hernie. C'est vrai. Et il y a ici un enfant qui a une affliction, vous priez aussi pour lui. Croyez-vous que cela arrivera aussi ? Tr√®s bien. Croyez-vous de tout votre coeur maintenant ? Qu'il... soit... selon votre foi. Voyez, je ne peux pas gu√©rir. Je ne peux que dire, voyez, ce que je vois. Et si vous croyez de tout votre coeur, √ßa sera selon votre foi. Croyez cela, et que le Seigneur vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse.

210      Ne doutez simplement pas. Ayez foi. Soyez vraiment respectueux. Eh bien, si-si vous commencez... ne vous mettez pas √† vous d√©placer. Voyez, vous √™tes tr√®s bien assis. Restez comme cela et √©coutez quelques instants.

211      Bonsoir, monsieur. Je ne vous connais pas, nous sommes inconnus l'un √† l'autre, mais nous devrons nous rencontrer √† la barre du Jugement de Christ et r√©pondre pour notre-notre pr√©sence ici ce soir. Vous croyez cela, n'est-ce pas ? Certainement que vous croyez. Je-je vois bien une Lumi√®re, monsieur, voyez, Cela est en train d'oindre ; le Saint-Esprit.

212      Maintenant, vous souffrez de l'estomac. Votre estomac vous d√©range. C'est vrai. Et vous avez quelque chose dont vous cherchez √† vous d√©barrasser, une habitude. C'est effectivement cela qui est √† la base de vos maux d'estomac, cela va tr√®s bient√īt d√©g√©n√©rer en cancer si vous n'arr√™tez pas cela, fumer. Croyez-vous que Dieu vous en d√©barrassera et qu'Il vous r√©tablira ? Le croyez-vous ? Croyez-vous que si je vous imposais les mains maintenant... pendant que ce Quelque Chose que vous connaissez, qui vous semble myst√©rieux ? Mais cette onction de Christ, si je Lui demande de vous d√©barrasser de cette chose et de vous r√©tablir, vous pourrez mettre cela de c√īt√© et vous en aller. Croyez-vous cela ? [L'homme dit : " Je crois √ßa. " - N.D.E.] Venez ici. Venez ici, monsieur.

213      Satan, sur base de notre foi et de la Pr√©sence de J√©sus-Christ qui t'a vaincu, toi et tout ton groupe, j'ordonne √† ce d√©mon qui envoie cet homme √† une tombe pr√©matur√©e, √† cause de ces cigarettes, de sortir de lui, au Nom de J√©sus-Christ. Amen.

214      Allez maintenant et mettez-y fin. Croyez, et vivez comme vous le devez.

215      Croyez-vous ? [L'assembl√©e dit : " Amen. " - N.D.E.] Continuez simplement √† croire.

216      Bonsoir. Une femme tr√®s gentille. Croyez-vous que J√©sus-Christ est le Fils de Dieu ? Croyez-vous que je suis Son serviteur ? La raison pour laquelle je dis cela, c'est qu'Il... Avez-vous d√©j√† lu mon livre ? Il y est dit : " Si tu peux amener les gens √† te croire ! " Voyez, c'est √ßa l'essentiel, vous devez croire √ßa. Vous avez juste... Il n'y a aucun autre moyen de vous approcher de Dieu si ce n'est par un don, croire cela.

217      Comme Marthe a dit : " Je-je crois que Tu es le Fils de Dieu. Si Tu eusses √©t√© ici, mon fr√®re ne serait pas mort. " Voyez ? Elle a eu une approche vers cela. Alors qu'elle avait le droit de Le quereller pour n'√™tre pas venu, mais elle n'a pas fait √ßa. Elle est venue avec respect, et elle a re√ßu ce qu'elle demandait.

218      Maintenant, croyez-vous que-que Dieu est pr√©sent et qu'Il sait tout ? Et croyez-vous qu'Il est capable de me r√©v√©ler ce qui cloche chez vous ? Votre souffrez de l'estomac. Vous avez des complications, beaucoup de choses qui clochent. Et vous avez des complications, c'est une grosseur √† l'estomac. C'est vrai. C'est vrai l√†-dessus. D'accord. Mademoiselle Whitley, rentrez, croyez de tout votre coeur et vous serez r√©tablie. Tr√®s bien. C'est √©trange que j'aie cit√© votre nom ? Il vous conna√ģt aussi, oui, voyez.

219      Bonsoir. Eh bien, vous avez une maladie gyn√©cologique, et √ßa se d√©clare dans les ovaires, c'est un kyste dans les ovaires. Croyez-vous que J√©sus-Christ peut √īter ce kyste ? Je devrais vous raconter ce qui est arriv√© √† ma femme tout r√©cemment. Voyez, quand... Avez-vous entendu ce t√©moignage ? Eh bien, le v√ītre ne peut-il pas √™tre comme le sien ? Tr√®s bien, √ßa sera comme √ßa si seulement vous croyez de tout votre coeur.

220      Regardez ici, jeune dame. Vous aussi, vous souffrez d'une maladie gyn√©cologique, des complications f√©minines. Croyez-vous que J√©sus-Christ est pr√©sent pour vous r√©tablir et vous gu√©rir ? Et vous croyez donc que tout sera termin√© et que vous gu√©rirez de tout cela, que vous vous porterez bien et que vous serez... vous m√®nerez une vie normale ? Tr√®s bien. Allez, croyez donc cela, il en sera donc ainsi.

221      Croyez-vous que Dieu peut aussi gu√©rir ce diab√®te sucr√© et vous r√©tablir ? Tr√®s bien, continuez simplement √† marcher sur l'estrade, disant : " Je crois en Lui. " Et vous en gu√©rirez si seulement vous croyez √ßa. Une transfusion sanguine au Calvaire vous en gu√©rira.

222      Maintenant, quelque chose est arriv√© dans l'auditoire, je n'ai pas tr√®s bien per√ßu cela.

223      Une dame assise ici m√™me, elle me regarde, elle souffre de la gastrite. Croyez-vous que J√©sus-Christ vous r√©tablit ?

224      Juste √† c√īt√© d'elle, il y a une dame qui souffre du coeur. Juste l√† derri√®re avec le... Juste derri√®re, elle porte un chapeau noir, elle souffre du coeur.

225      Vous en souffriez aussi. Vous en souffriez. Voyez, j'ai dit que vous en souffriez. Vous en √™tes toutes deux quittes maintenant. J√©sus-Christ vous r√©tablit toutes deux. Tr√®s bien, continuez donc votre chemin, et que Dieu vous b√©nisse. Ayez-ayez foi, croyez de tout votre coeur.

226      A votre √Ęge, vous avez des complications, beaucoup de choses qui clochent. Mais l'une des choses principales pour lesquelles vous aimeriez qu'on prie, c'est votre coeur aussi. Croyez-vous qu'Il vous r√©tablira de cette maladie du coeur et vous gu√©rira ? Tr√®s bien. Allez, croyant cela, disant : " Merci, Seigneur ", et vous aurez votre gu√©rison.

227      La nervosit√© l'a d√©rang√© depuis longtemps, √ßa le rend prostr√©. Vous vous levez la nuit, mais l'une des choses principales que vous avez, c'est ce diab√®te. Croyez-vous que Dieu peut vous en gu√©rir et vous r√©tablir ? Continuez simplement √† aller de l'avant, disant : " Merci, Seigneur J√©sus. Je crois de tout mon coeur. "

228      Dieu peut gu√©rir n'importe quelle maladie sanguine, l'an√©mie ou n'importe quoi d'autre. Croyez-vous cela ? Tr√®s bien. Continuez simplement, et Dieu vous r√©tablira. Croyez cela.

229      Bonsoir. Je vous vois essayer de vous lever du lit, tr√®s lentement ; l'arthrite vous a pratiquement eu. Mais croyez-vous que cela va vous quitter ce soir et que, maintenant, vous allez vous r√©tablir ? Continuez simplement √† marcher sur l'estrade, disant : " Merci, Seigneur J√©sus ", et croyez de tout votre coeur.

230      Croyez-vous de tout votre coeur ? Laissez-le aller de l'avant. Il a √©t√© gu√©ri l√†, apr√®s tout, alors, juste-juste... Il a en tout cas saisi cela lui-m√™me !

231      Venez. Croyez-vous que le Seigneur J√©sus peut gu√©rir la gastrite, vous r√©tablir et vous renvoyer chez vous pour manger ? Allez de l'avant et croyez cela, et J√©sus-Christ vous r√©tablira.

232      Venez, madame. Croyez-vous que le mal de dos... ?... la maladie, et autres vous quitteront, alors que vous traversez ici ? Continuez d'avancer, disant: " Je Te remercie, Seigneur J√©sus. "

233      Qu'en pensez-vous tous ? Cela a-t-il fait quelque chose √† vos yeux, pour ce jour ? Croyez-vous de tout votre coeur ? [L'assembl√©e dit : " Amen. " - N.D.E.] Regardez ce qui se passe l√† parmi les gens !

234      Maintenant, vous dans l'auditoire, croyez, voyez ce que J√©sus-Christ, le Fils de Dieu... s'Il est toujours le Fils de Dieu.

235      Oui, ces gens qui vont, s'assoient, ils sont tout heureux ; ils se regardent les uns les autres, ils se r√©jouissent, se racontant les grandes choses que le Seigneur a accomplies.

236      La petite dame assise ici souffre du dos, elle est assise juste ici, elle a des cheveux grisonnants ; non, la dame derri√®re vous, vous avez touch√© Quelque Chose, n'est-ce pas ? Vous savez que ce n'√©tait pas moi. C'√©tait Lui, le Souverain Sacrificateur. Croyez-vous de tout votre coeur que votre dos ne vous d√©rangera plus ?

237      Aimeriez-vous jeter ces cigarettes et dire : " Je ne les ramasserai plus jamais, monsieur ", la dame assise √† c√īt√© d'elle ? Vous avez essay√© cela depuis longtemps, mais vous n'arrivez pas √† avoir la foi pour vaincre cela de toute fa√ßon. Croyez- vous maintenant que vous avez la foi pour vaincre cela ? Levez la main au cas o√Ļ vous dites : " Je crois cela maintenant. " Tr√®s bien, ne fumez plus. Rentrez chez vous, r√©tablie. Faites comme vous devriez faire.

            Si tu peux croire !

238      La petite dame assise ici en manteau rouge, me regardant, souffre de l'arthrite. Croyez-vous que Dieu peut vous r√©tablir, madame ? Vous croyez ? Tr√®s bien. Vous pouvez avoir la v√ītre. Tr√®s bien.

239      Cela vous r√©jouit-il, soeur assise l√†-bas ? Cette femme a des complications. Elle va rater cela. √Ē Dieu, viens-moi en aide ! Madame Cox, croyez-vous ? Tr√®s bien. N'est-ce pas... Il pensait qu'il pouvait s'en tirer avec cela, mais il ne l'a pas fait. Vous avez en tout cas eu cela. Disons : " Gloire au Seigneur ", amis. Ne savez-vous pas...

240      Monsieur, vous souffrez du cancer, la jaunisse. Vous ne pouvez pas vivre, en restant couch√© l√†. C'est vrai. Je ne-je ne peux pas vous gu√©rir. Mais vous ne pouvez pas cacher ce qui cloche en vous. Voyez, cela est l√†. Vous, vous ne pouvez pas vivre en restant assis l√†, vous le savez, parce que c'en est fini pour vous-vous. On dit que c'est dans votre estomac, et c'est √ßa. C'est dans le foie, et c'est ce qui cause la jaunisse. Mais croyez-vous de tout votre coeur ? Etes-vous pr√™t maintenant, comme ces hommes qui √©taient couch√©s l√† au portail, √† Samarie, avaient dit : " Pourquoi resterions-nous assis ici jusqu'√† mourir ? " Vous allez mourir si vous restez couch√© l√†. Vous n'avez qu'une seule possibilit√©, et c'est de L'accepter pendant que vous √™tes dans Sa Pr√©sence, et croire cela de tout votre coeur. Allez-vous le faire ? Alors, au Nom de J√©sus-Christ, croyez cela de tout votre coeur, levez-vous, prenez votre brancard et rentrez chez vous, remerciant et louant Dieu

241      Croyez-vous cela ? Oh ! Dieu lui donnera la force, ne vous en faites pas. S'il... Le voila prendre son brancard, le plier et rentrer chez lui.

242      Croyez-vous, vous autres ? Levez-vous, maintenant. Et si vous vous leviez ? Peu m'importe ce qui cloche en vous, levez-vous. Levez la main et rendez-Lui gloire.

243      Seigneur J√©sus, ils sont entre Tes mains, au Nom de J√©sus-Christ !

EN HAUT