ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Expériences #2 de William Branham a été prêchée 47-1221 La durée est de: .pdf La traduction SHP
Télécharger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Expériences #2

  1.    Je vous raconte ce qui m’est arrivé aujourd’hui. C’était au sujet de… cherchait à me rendre très faible. Je n’arrivais simplement pas à comprendre comment je devenais si faible. Chaque fois que je tenais une série de réunions… Je – je n’aime jamais être faible. Tout celui qui m’a entendu raconter l’histoire de ma vie connaît la chose, et ce qui était à la base : c’était la fièvre qui en était la  cause, non pas que j’avais fumé ou quoi que ce fût, quand je n’étais qu’un jeune homme. Et je – je n’aimais jamais être faible…?… [Espace vide sur la bande – N.D.E.] pour Dieu, et tout faire, je jouais au football, et je me suis cassé…?…

Cela a tout simplement mis fin aux jeux sur le…?… là, et cela m’a tout simplement mis…?… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

Et je me suis demandé pourquoi ça. Je n’arrivais pas à comprendre, parfois je devenais tellement faible que je perdais totalement connaissance, vous savez.  Et on devait m’amener dehors, peut-être qu’il s’écoulait des heures  avant que je revienne à moi-même et que je sache ce qui n’allait pas…?… Je pense… d’une façon ou d’une autre au sujet de…?… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

  2.    J’étais tellement sincère à ce sujet que j’y pensais trop, je fixais  trop ma pensée là-dessus. Quelqu’un a dit : «Prie pour l’enfant de Dupond, oublie ça. C’est à Dieu de le guérir.» Il a dit : «Tu penses trop sincèrement à cela.» Il a dit : «Alors quand tu fais ça, ça provoque une dépression mentale.»

Mon aîné n’est pas… Eh bien, envie de continuer davantage, mais je… on m’a dit que je devais oublier cela; et j’étais trop sincère pour eux. Je ne crois pas que l’on puisse être trop sincère au sujet de l’œuvre de Dieu. C’est vrai. Plus vous êtes sincère, mieux Dieu peut vous conduire.

Ainsi, je… On m’a dit que je pourrais avoir une dépression mentale. Mais je – j’ai continué. Et beaucoup parmi vous, ceux qui me connaissent, savent que depuis la première fois que j’étais ici pour un temps, j’essayais de garder des choses à l’esprit…

  3.    [Espace vide sur la bande – N.D.E.] … prêchant la guérison divine, probablement avant ma naissance. Et je – je l’ai vu à 71 ans, et il était encore plus utile donc que mon premier…?… Eh bien, j’ai regardé, et puis je l’ai entendu dire qu’il pouvait tenir une série de réunions pendant un an, soirée après soirée… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

Je crois que cela m’ôterait la vie même. Eh bien, je n’ai pas compris pourquoi ça. Je savais que j’avais reçu le baptême du Saint-Esprit. Et frère Bosworth a dit : «Beaucoup reçoivent le baptême du Saint-Esprit.» Cela a fait de nous des frères. Et c’est Dieu qui nous a tous sauvés. Et alors, je me suis demandé pourquoi lui pouvait tenir bon, et pas moi. Et je me suis dit : «Eh bien, peut-être qu’il était juste – il avait plus de Saint-Esprit, et plus que moi.» Alors je me suis dit…  Eh bien, c’est ainsi que je me suis un peu – un peu consolé moi-même à ce sujet.

Et je me suis dit : «Eh bien, je vais prier aujourd’hui. Je vais là à la réunion, et je vais voir si Dieu ne va donc pas me donner plus de Saint-Esprit, afin que je puisse davantage tenir.» Alors hier soir, pendant les services, je suis, à vrai dire, resté le même; même après que les miracles étaient accomplis.

  4.    Je suis rentré à la maison, je – je n’ai rien dit à mes bien-aimés. Et ce matin, je me suis levé tôt. Je suis allé au désert, et j’ai dû en parler. Je n’arrivais simplement pas à comprendre. Mais Lui comprend. Et Il – Il sait tout à ce sujet. Ainsi, pendant que j’étais là au désert en train de prier, peu après, après la prière, Cela ne m’a pas parlé avec une voix audible comme vous entendez la mienne, comme Il me parle parfois.

Mais on dirait que Quelque chose était simplement descendu et avait donc  dit la chose. Et cela a été réglé dans mon esprit pour toujours, ce que c’était. Quelque chose a dit : «Ces hommes-là prêchent par la Parole, mais ceci est un don. Chacun dépendait de sa propre foi, mais ceci, c’est par le don.» C’est ça mon cas, ça me dépouille.

Or, ce n’est pas moi le don. Vous voyez. Je crois qu’il y a des dons (c’est vrai) qui sont dans ce monde. Mais le don, c’est ce que Dieu envoie depuis les cieux. Et cela est simplement enveloppé donc dans un corps humain, ou dans n’importe quoi où Dieu veut le mettre.

Un jour, Il a choisi de le mettre sur un – un serpent d’airain placé sur une perche… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

  5.    [La partie de la bande qui est transcrite ici provient d’un message non identifié; qui est peut-être du 3 décembre – N.D.E.]

Je vous remercie tous. Maintenant, pendant que nous sommes debout, et que nous restons debout juste un moment pour la prière, pendant que nous avons la tête inclinée, s’il vous plaît…

Notre Père céleste, nous Te remercions ce soir, parce que ceci est une nouvelle occasion où il nous est permis, de ce côté-ci de l’Eternité, de nous rassembler pour T’adorer dans cette série de réunions de Phœnix. Et nous Te prions, Père, d’être avec nous ce soir, et que beaucoup de grandes choses s’accomplissent pour la gloire de Dieu. Bénis tout le monde qui est ici dans la Présence divine maintenant. Bénis le culte, [le service de] guérison, et que la réputation du glorieux Nom de Jésus croisse, ô Dieu, jusqu’à ce que cela se répande et que toute l’Eglise rachetée de Dieu soit sauvée pour ne plus pécher. Accorde-le, Père. Bénis-nous maintenant ainsi que la suite de ce culte, car nous le demandons au Nom de Ton Fils, Jésus-Christ. Amen.

  6.    Je ne connais pas d’autres endroits, à part le Ciel, où je préférerais être, qui soit mieux qu’ici où je me tiens maintenant, ici où je me tiens de nouveau ce soir. Demain soir, ça fera la – une année, demain soir, depuis que je vous avais tous rencontrés. Lorsque j’étais arrivé ici, j’étais émerveillé; on – on m’avait dit que j’allais à une église espagnole. Alors je me suis dit : «Eh bien, je m’imagine qu’ils ne vont pas me recevoir.» Mais après avoir reçu cet accueil chaleureux, j’avais toujours désiré revenir. Alors, pendant trois soirées donc, nous tiendrons des réunions ici. Et ensuite, le dimanche, on sera avec une autre église à Sunny Slope, je crois que c’est ça le nom. Et puis, le lundi, ou le onze et le douze, là à Old Mexico, à Tijuana. 

Et je voudrais vraiment disposer de beaucoup de temps pour inviter toutes les contrées. Et je suis censé être en vacances maintenant. Je – j’étais à Miami la semaine passée. Et on a eu une bonne réunion à Miami. J’étais très fatigué, surtout la dernière soirée. Il y avait plusieurs centaines de gens qui étaient passés par la ligne de prière. Le Seigneur nous a accordé une grande œuvre à Miami. Cela…

  7.    Et puis, on m’a dit de rentrer à la maison pour me reposer, car ceci allait être très dur à supporter. Je dois donc commencer le 29, une fois de plus, à Pensacola, et passer là cinq soirées, là où on dresse deux de ces grandes tentes de cirque ensemble, parce qu’il n’y a pas d’auditorium qui offre des places assises aux gens. Et puis, de là, j’ai quatre jours pour aller, je pense, à environ 2000 miles [3218 Km – N.D.T.] ou plus, jusqu’à Kansas City, à l’auditorium municipal de Kansas City. Et ensuite, de là, à Topeka, et revenir à – à Elgin, dans l’Illinois, et puis, aller à Chicago, et ensuite à Washington, et au Canada. Alors, nous – les réunions continueront jusqu’en novembre, le – le 5 novembre – octobre plutôt. Et puis, de là, je prendrai trois semaines de vacances. Et ensuite, le nouvel endroit où l’on commencera, ça sera en Afrique du Sud. Ensuite de là, je dois aller en Australie, et dans tous les pays d’Europe l’année prochaine. Je suis sûr que je – je vais… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

  8.    La vie telle qu’elle se consume, une année de plus est passée, je suis reconnaissant pour ce temps que l’on a en plus, d’avoir vu que beaucoup de choses ont été accomplies pour Christ au cours de cette dernière année. Et comme je le pense maintenant, nous affrontons un temps qui n’a jamais été connu. Partout les nations se disloquent. Elles sont dans un chaos horrible. Et je crois vraiment que d’ici peu, nous verrons Celui que nous aimons réellement venir avec puissance – Jésus. Et je suis déterminé à essayer de faire plus cette année, par Sa grâce et avec Son assistance, que je ne l’ai fait l’année passée.

Certains… Après mon départ d’ici, et la fin de l’année approche, il y a quelques 35.000 cas précis de guérison opérés par Jésus dans mes réunions, uniquement l’année passée. Ça, ce n’est pas juste ce que quelqu’un a témoigné, disant qu’il est guéri, il y a des attestations des médecins. Et je ne sais combien de centaines de choses différentes, des cas de cancer, des sourds, des muets, des aveugles, pratiquement tout.

  9.    Maintenant, ce soir, nous – nous sommes – nous aurons certainement des services à 22 heures, là. Demain soir… N’oubliez pas de venir à la réunion ce soir. Et demain soir, nous continuerons avec les messages aussi. Chaque jour, il y a… Chaque matin à dix heures, frère Garcia…?… ici pour donner des instructions aux Espagnols sur la guérison. Et sur la façon de donner son cœur à Christ…?… pour tous ceux qui comprennent l’espagnol, de venir pour ces services. Peut-être que je viendrai ici, peut-être pour les réunions du soir…

A présent, j’aimerais présenter mon invité. Je pense que c’est l’une des plus grandes autorités bibliques dans le domaine de la guérison divine. Il a fait plusieurs années aux Etats-Unis. Beaucoup parmi vous savent que j’ai été élevé…?… et cela rend la chose…?… Et je n’avais jamais pensé, alors que j’étais un petit enfant et que je lisais son livre, que j’allais une fois le rencontrer. J’avais entendu dire qu’il était parti dans la gloire ça faisait des années. Mais l’autre jour à Miami, j’ai rencontré ce bien-aimé frère et cette bien-aimée sœur. Et ils étaient à la réunion, dans mes réunions. Et puis, on était avec d’autres amis à moi, ou on a eu l’occasion de…?… là. Et il m’a rencontré le dimanche passé.

  10.    Beaucoup parmi vous le connaissent. J’aimerais qu’il monte ici et qu’il salue les gens. Et je suis sûr qu’il ne pourra pas le faire en espagnol, il aura donc à le dire en anglais aussi. Et c’est docteur F.F. Bosworth. Combien ici ont déjà entendu parler de lui, du docteur F.F. Bosworth? Très bien, Frère Bosworth, venez.

[Frère Bosworth parle. – N.D.E.]

Merci, Frère Bosworth. Cela me fait plaisir d’entendre un homme de ce calibre dire de telles paroles, Frère Bosworth. Je pense… je pense qu’il prêchait la guérison divine avant ma naissance. C’est donc bien une autorité, n’est-ce pas?

  11.    Ainsi donc, je pense qu’il y en a quelques-uns ici pour qui on va prier ce soir. Combien comprennent l’anglais ici et peuvent dire – lever la main pour dire : «Je suis ici pour qu’on prie pour moi»? Faites voir les mains, ceux pour qui on  va prier. Eh bien, il y en a quelques-uns. Et, certainement, il y en a quelques-uns ici qui ne… qui ne comprennent pas l’anglais.

Je suis content de revoir des membres de la chorale ici ce soir. Et je me demande si demain soir, si je venais un peu plus tôt, vous pouvez chanter «Crois seulement» pour moi. Vous comprenez l’anglais, n’est-ce pas? C’est bien. C’est bien. J’ai vos photos dans le – je les ai dans mon bureau. Et jamais je n’ai regardé cela sans prier Dieu de bénir cette jeune fille. Elle était très gentille. Un petit jeune homme qui était aussi là, il chantait la basse, je crois qu’il y a quelque chose ici, je ne sais rien, à part chanter.

Chaque fois que je pense donc à ce mot espagnol : «Oh, oui» ou quelque chose comme ça… «Hoya, hoya», n’est-ce pas? Je n’ai jamais entendu un seul… m’entendre ou quelque chose comme ça…?… vous vous moquez de moi, vous tous. Je sais que j’ai certainement massacré cela.

Et puis, j’ai dit cela, il y avait une dame qui était sourde. Et j’avais senti la vibration quitter sa main, alors j’avais su qu’elle était guérie. Mais je n’arrivais pas à le lui faire comprendre. Elle me regardait et souriait. Et je continuais à dire : «M’entendez-vous? M’entendez-vous?»

Et un jeune frère a dit : «Dites-lui : ‘Hoya.’»

Et j’ai dit : «Oh, oui», ou quelque chose comme ça.

Et la dame ou je ne sais qui c’était, la jeune dame a ri. Et je… Eh bien, de toute façon, elle a entendu, n’est-ce pas? C’était bien. C’était juste… c’était ainsi qu’elle était guérie.

Et je m’étais rendu à Mexico la semaine qui suivait, connaissant deux mots : «Hoya et Phœnix.» De toute façon, nous allons visiter les gens qui connaissent Dieu.

Maintenant, juste pendant quelques instants, pour ceux qui parlent anglais et ceux qui sont tout autour, je veux vous parler juste pendant quelques minutes,  lire juste une petite portion de la Parole. Et je pense que la foi vient de ce que l’on entend, et ce que l’on entend de la Parole. Est-ce vrai? La Parole est… Si vous pouvez faire que votre foi repose sur une chose sûre!

  12.    Il n’y a pas longtemps, j’ai affronté un démon très hideux qui me maudissait et crachait sur moi, cherchant à – à me mordre, il était en camisole de force. Et quand je suis allé affronter ce démon-là, tout ce dont j’étais sûr, c’est que d’abord Christ était mort pour libérer cet homme-là de ce démon. C’était là la Parole. Je sais que l’Ange du Seigneur était venu vers moi cette nuit-là et qu’Il m’avait parlé, disant que rien ne pouvait résister à ma prière, si je pouvais amener les gens à me croire, et que j’étais sincère en priant. J’avais donc un double témoignage. Alors je pouvais lui ordonner au Nom de Jésus-Christ de sortir de cette personne. Et cet homme a été débarrassé de la camisole de force et il est retourné chez lui dans son bon sens.

Comment? Par l’autorité du Nom de Jésus-Christ. Oh! la la! Chaque démon en enfer est soumis à ce Nom-là. C’est vrai. C’est le Nom de tous les noms, Jésus. Il n’a pas été donné par des lèvres humaines. C’était par le Saint-Esprit, c’était le grand Gabriel qui était descendu et avait dit à Marie d’appeler cet enfant du Nom de Jésus.

  13.    Et la première fois que ce Nom a donc été prononcé par les lèvres d’un mortel, qu’il est tombé dans les oreilles d’un mortel, un enfant mort  dans le sein de sa mère a tressailli de joie…?… Jean Baptiste. Est-ce vrai? Il avait fait six mois sans vie, il a reçu la vie. Aussitôt donc que ces mots étaient tombés dans son…?… son enfant a tressailli de joie.

Et si cela amène une personne morte à tressaillir de joie, qu’est-ce que cela devrait faire pour quelqu’un qui est déjà en vie? Est-ce vrai?

Et maintenant, dans l’Evangile de saint Jean, chapitre 4, à partir du verset 46, juste pour expliquer quelque chose. Maintenant, je ne souhaite pas que l’on soit dans la précipitation. Soyez toujours tout aussi calmes, tout aussi tranquilles que possible.

Bon, beaucoup de choses ont évolué concernant ce don, et l’année passée j’ai appris beaucoup de choses que je ne connaissais pas quand j’étais ici l’autrefois… Et, évidemment, je crois qu’au fur et à mesure que nous allons de l’avant, cela progressera sans cesse. J’espère qu’il en sera ainsi. De toute façon, je – je crois qu’Il le fera. Et maintenant, comme on en arrive davantage à la fin, ne venez jamais… ne venez jamais dans la précipitation…?… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

  14.    Et s’il m’était possible de revenir et d’envoyer un avion prendre… me faire faire des va-et-vient. Evidemment, je – je ne peux pas le faire. Alors je… on lui a envoyé un mot, au secrétaire. Je ne pense pas qu’on ait répondu à l’une des lettres. Le secrétaire lui a donc envoyé un mouchoir, ou bien, un petit morceau de ruban. En effet, nous en envoyons des milliers par semaine, avec des instructions sur ce qui doit être fait avec cela.

Et on a placé cela sur l’enfant. Et même le médecin militaire disait qu’il ne redeviendrait jamais normal. Quatre heures après que le mouchoir avait été épinglé sur l’enfant, ce dernier était redevenu normal. Voyez? Oh, Dieu peut tout faire.

Je parlais hier soir… le soir après le départ de… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

Quel est le nom? C’était dans l’un de leurs petits magazines, il était mentionné : «Quelqu’un de pratiquement mort, ressuscité par la prière.» Je lui avais envoyé un mouchoir, ou plutôt un ruban, et elle souffrait d’un cancer qui était au dernier stade. Et trois semaines plus tard, son médecin l’a déclarée guérie. Elle était parfaitement guérie. Et on avait tout dit à son sujet. Cela s’est tout simplement répandu. Et littéralement des centaines et des centaines de lettres affluent des coins du pays pour avoir ces mouchoirs.

  15.    Eh bien, au début de novembre prochain [Espace vide sur la bande – N.D.E]…voulant [Espace vide sur la bande – N.D.E]… dans des missions à l’étranger, depuis le nord du continent d’Amérique vers l’Afrique du sud, de l’Australie et jusque là. Vous prierez pour moi, n’est-ce pas?

Eh bien, je ferai cela. Et si à n’importe quel moment, si je peux faire quelque chose pour vous…

Eh bien, quand vous écrivez des lettres, des lettres personnelles, vous comprenez pourquoi je n’arrive pas à répondre à des lettres personnelles. Elles affluent. Il y en a des centaines et des centaines qui me parviennent par jour. Ainsi, je n’arrive pas y réserver une réponse personnelle. Mais on s’en occupe.

  16.    Et maintenant, rappelez-vous, ces mouchoirs, vous vous êtes posé des questions à ce sujet : «Eh bien, Frère Branham, qu’en est-il de cela?» Votre lettre peut être une lettre stéréotypée. La réponse à votre lettre peut être une – peut provenir du secrétaire, mais votre ruban, c’est moi personnellement qui prie dessus. Eh bien, si vous remarquez bien, beaucoup de gens oignent la lettre, oignent les mouchoirs. Mais si vous sondez la Bible, on ne les oignait pas, on retirait du corps de Paul (Est-ce vrai?) des mouchoirs ou des linges.

Maintenant, ce que c’est, c’est une bénédiction. C’est juste comme Elisée, il a pris son bâton et il a dit à Guéhazi : «Va, pose-le sur l’enfant.» Car il savait que ce qu’il touchait était béni.

Vous dites : «Eh bien, Frère Branham, comment faites-vous donc cela?» Eh bien, lorsque je suis dans des réunions, je me rends là et on m’envoie des centaines de yards de ruban blanc d’environ 1cm. Et je les prends et je me mets à l’écart pendant la journée, je tiens chacun d’eux dans la main et je prie pour cela, je prie Dieu de guérir la personne. Et ensuite, je renvoie cela au secrétaire et aux différents bureaux, et ils envoient directement cela aux malades. La lettre est une lettre stéréotypée, mais le – le ruban, j’ai personnellement prié dessus, une prière, en toute sincérité, autant que possible. En effet, je me dis : «Et si c’est mon enfant qui était malade et que je faisais venir quelqu’un pour qu’il prie pour lui, je m’attendrais à ce qu’il fasse cela.» Ce serait le cas pour vous, n’est-ce pas? Et j’essaie…?… autant que possible. Il en est de même pour vos prières ce soir.

  17.    Eh bien, cette déclaration… Bon, autant que je sache, je ne connaissais qu’une seule personne qui était passée par cette chaire et qui avait dit… je ne pouvais absolument pas savoir que cela avait été parfaitement communiqué d’après ce qu’on avait. Et c’était un jeune homme qui avait l’épilepsie. Il est passé par la chaire, l’esprit l’avait quitté, cela était revenu. Cela l’avait de nouveau quitté; cela était revenu. Eh bien, je – j’ai essayé cela même pour la troisième fois. Le jeune garçon devenait radieux, il souriait. Il regardait tout autour. Quelques instants après, je voyais cela sur lui.

Eh bien, afin que vous puissiez le savoir, mes amis, écoutez donc très attentivement. Je vais en arriver au…

  18.    [Espace vide sur la bande – N.D.E.]…?… la maison est donnée pour la gloire de Dieu. Or, comme je le dis, comme c’est la dernière soirée que nous passons ensemble, peut-être pour un certain temps, vous m’avez entendu faire cette déclaration qu’à partir de n’importe quoi… je ne vois rien qui reste que je n’aie pas fait, s’il restait là, à moins que je sache que la personne allait mourir, je révélerais cela.

Mais savez-vous que vous pouvez avoir des problèmes avec ça? Savez-vous que Moïse en avait eus? Moïse avait le pouvoir de frapper le rocher, même pour la deuxième fois, ce qui était absolument contre la volonté de Dieu. Et il a même gâché tout le programme de Dieu. Est-ce vrai? Mais il avait le pouvoir devant Dieu de faire cela. Il a frappé le rocher pour la première fois, et l’eau n’avait pas jailli, il a frappé cela de nouveau et il a fait sortir de l’eau.

Et – et je n’avais jamais pensé qu’il…?… ne… Beaucoup parmi nous savent que ce n’était pas la volonté de Dieu. Mais le prophète avait le pouvoir de le faire. Et cela l’a empêché d’entrer dans la Terre promise avec les enfants d’Israël. Voyez-vous?

  19.    Eh bien, bien souvent, lorsque ces esprits sont chassés et que je les vois revenir, je – je les laisse tout simplement tranquilles, car j’ai peur. Regardez là dans… l’une des réunions là, je crois que c’était à Vancouver, récemment, une femme aveugle, une Allemande, elle était aveugle depuis des années. Aussitôt que l’esprit de cécité avait été chassé d’elle, elle s’est mise à parler en allemand, désignant sa fille qui se tenait là. Elles ont toutes crié et pleuré. Elle a tourné sa tête pour s’en aller; cela est de nouveau revenu sur elle. Elle est revenue, et cela a été de nouveau chassé, et cela était parti… et elle voyait de nouveau. Et elle était tellement remplie de joie, et lorsqu’elle s’est éloignée, cela est de nouveau revenu.[Espace vide sur la bande – N.D.E.]

Comme ces gens viennent, ayant différentes doctrines, non pas de même [Espace vide sur la bande – N.D.E.]… mais d’un seul cœur et d’un commun accord. Que tout le monde vous salue. Tant que vous êtes…?… par un seul Esprit et membre du Corps.

Eh bien, mon corps ne pourrait pas fonctionner ce soir s’il avait un gros cancer, ou une plaie profonde. Ou si j’avais un problème quelque part, tout mon corps serait déchiré. C’est ainsi que cela…?… partout.

  20.    Eh bien, il va y avoir une confédération des églises. Cela existe déjà au niveau national. Vous savez, vous…?… et vous vous rassemblez dans une confédération. Et il y a deux grandes puissances qui sont en action dans le monde. Vous savez qui elles sont, sans qu’on vous le dise. Il y a une union de puissance; et l’une, c’est le catholicisme, et l’autre, le communisme; elles s’unissent. L’une est contre Christ, l’autre, l’Eglise catholique. Ces deux grandes puissances s’unissent. C’est… chaque personne sur terre sera obligée de se ranger soit du côté de l’une soit du côté de l’autre.

C’est alors que la petite Eglise du Saint-Esprit se rassemblera. C’est alors… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]… la salle des critiques pendant longtemps. Et je crois que Dieu va La suspendre au musée l’un de ces jours. Des persécutions…

  21.    Maintenant, ça, c’est faire le pionnier. [Espace vide sur la bande – N.D.E.]… parlant avec un homme ici. J’ai parlé avec lui ce matin, un ministre, un membre d’une organisation des églises. Il est venu ici, il s’est tenu sur l’estrade. Vous savez comment le Saint-Esprit est descendu hier soir dans notre réunion. Il était assis ici, il est membre d’une aut… Il a dit : «Frère, si…» Il a dit : «Je me suis vraiment réjoui avec eux tous.» Eh bien, c’est ainsi qu’il faut faire. Cela a fait quelque chose d’autre; c’était donc annoncé. Juste quelques instants après, et cela était devenu un–un lieu pénible, parce qu’il était un ministre. Il était dans le corps. Voyez-vous? Et il était un lieu douloureux dans le corps. Mais au lieu de cela, il a tout simplement livré son esprit à Cela. Et le Saint…

Maintenant, si cela a pu marcher ainsi dans un petit groupe de gens comme celui-ci, qu’est-ce que cela ferait dans l’Eglise de Dieu? Voyez-vous? Eh bien, si eux tous se rassemblaient, il est difficile de dire ce qui arriverait. Est-ce vrai? Et ils étaient tous d’un commun accord, en un seul endroit, et un bruit partit du ciel comme un vent impétueux, et cela remplit toute la maison où ils étaient assis.

  22.    Sœur Garcia, avez-vous maintenant votre… tout prêt? Je sais que vous tous vous aimerez… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

Assis sur l’autre flanc de la colline. Je serai là, assis juste sous ce buisson, à vous écouter. Alors, je – je veux… Cherchez-moi donc lorsque vous arriverez là-bas.

C’est très bien. Avez-vous apprécié cela? Très bien. Oh! la la! Nous en avons un enregistrement maintenant, et nous sommes… le frère va apporter cela… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

  23.    [La partie de la bande qui est transcrite ici provient d’un message non identifié – N.D.E.]

Combien croient que c’est la Parole de Dieu? Nous tous, n’est-ce pas? Très bien. Vous qui avez Cela maintenant, allez avec moi dans Saint Luc, chapitre 5. C’est un petit passage familier, ici, que nous aimerions lire et en parler pendant quelques instants avant d’entrer dans la ligne de prière. Maintenant, écoutez attentivement, alors que nous lisons la Parole :

Comme Jésus se trouvait auprès du lac de Génésareth, et que la foule se pressait autour de lui pour entendre la parole de Dieu,

il vit au bord du lac deux barques, d’où les pêcheurs étaient descendus pour laver leurs filets.

Il monta dans l’une de ces barques, qui était à Simon, et Il le pria de s’éloigner un peu–un peu de terre. Puis Il s’assit, et de la barque Il enseignait la foule.

Lorsqu’Il eut cessé de parler, il dit à Simon : Avance en pleine eau, et jetez vos filets pour pêcher.

Simon lui répondit : Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre; mais sur Ta parole, je jetterai le filet.

L’ayant jeté, ils prirent une grande quantité de poissons, et leur filet se rompait. Ils firent signe à leurs compagnons qui étaient dans l’autre barque de venir les aider. Ils vinrent, et ils remplirent les deux barques, au point qu’elles enfonçaient.

  24.    Inclinons la tête juste un instant pour la prière. Notre Père céleste, nous Te remercions ce soir pour ceci, pour cette nouvelle occasion qui nous est accordée d’être ici dans la maison qui est appelée de Ton Nom, la maison de Dieu. Nous savons que ceci est une maison de correction, un sanctuaire, un lieu où nous sommes mis en examen, et où on plaide pour nous. Maintenant, nous Te prions, Père, de nous pardonner chaque péché et chaque offense que nous avons commis…

EN HAUT