ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication L'Ange de Dieu (L'Ange et Sa Commission) de William Branham a été prêchée 47-1102 La durée est de: 55 minutes .pdf La traduction SHP
Télécharger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

L'Ange de Dieu (L'Ange et Sa Commission)

  1.    …Canada et une grande partie des Etats-Unis. Et je ne connais pas d’autre endroit, mieux que celui-ci où je suis maintenant même, à Phœnix, en Arizona, où je préférerais me retrouver cet après-midi. Je suis venu au Nom du Seigneur prier pour les malades, déclarer que je crois que beaucoup de puissants miracles seront accomplis pendant ces huit prochains dimanches. J’espère que ce sera l’une des plus grandes séries de réunions qui déclencheront un réveil à l’ancienne mode ici à Phœnix, tel qu’il ne connaîtra pas de fin avant que le Maître Lui-même apparaisse sur la scène.

Ce matin, quand je me suis réveillé et me suis levé de mon lit, que je suis allé à la fenêtre, que j’ai tiré les rideaux de la fenêtre et ai promené le regard vers la montagne Camelback, vers les palmiers verts entre ici et la montagne, et juste au moment où le soleil se levait et éclairait la montagne, je me suis dit que les gens d’Arizona, de Phœnix, devraient vraiment être reconnaissants de vivre en un tel endroit ! On est plus près du Ciel à Phœnix, en Arizona. Quelle atmosphère vraiment céleste ! J’aime ça. Et je suis reconnaissant d’avoir ces huit semaines à passer avec vous, ou plutôt ces huit dimanches.

  2.    Ce dimanche-ci, probablement qu’il y en a beaucoup ici que je n’ai jamais rencontrés auparavant, et j’aimerais faire votre connaissance. J’aimerais passer un moment avec chacun de vous, parler avec vous, vous serrer la main et causer avec vous. Peut-être que ce sera possible pour moi plus tard.

Aussitôt après ces réunions, je dois aller à… là en Californie, aussitôt après, et puis, de là à Frisco, et puis à Vancouver, en Colombie-Britanique, pour commencer le mardi. On espère avoir de grandes foules à Vancouver, parce que les réunions de Calgary…

C’était ma dernière réunion. Le Seigneur Jésus est venu, c’était la réunion la plus puissante que j’aie jamais expérimentée de toute ma vie, à Calgary. Ça a été puissant dans tout le Canada. Les Canadiens… Probablement qu’il y en a quelques-uns ici maintenant. Ils y seront après la réunion de là ; en effet, des centaines qui n’avaient pas pu entrer dans la ligne de prière viendront ici.

  3.    Mais les Canadiens ont un retard d’à peu près trente à cinquante ans par rapport à l’Amérique. Ils n’ont pas ce genre de vie rapide que nous menons aujourd’hui. Ils ne sont jamais pressés. Ils sont très humbles et très doux, ils s’attendent à la puissance du Dieu Tout-Puissant. Et Il a certainement manifesté Sa très merveilleuse puissance parmi les Canadiens. Des sourds, des muets, des aveugles, des cancers, des estropiés, des fauteuils roulants, oh ! tout a eu lieu. Et plusieurs milliers qui n’étaient pas entrés dans la ligne de prière se sont déjà rassemblés à Vancouver, dit-on.

L’une des oeuvres les plus extraordinaires dont je peux me souvenir en ce moment-ci, c’était un petit garçon dans un fauteuil roulant. En fait, j’avais fait une déclaration, et cela est aussi vrai que je me tiens ici… Il m’avait promis, cet Ange, que si j’étais sincère et que j’amenais les gens à croire, rien ne résisterait à…

Donc, les gens voulaient voir ce qui arriverait dans une ligne de prière où il n’y a que des estropiés. Et alors, on a annoncé qu’il y aurait une ligne de prière, que ce serait une ligne de miracles, rien que pour des estropiés ; que nous en prendrions quelques-uns pour voir ce qui arriverait avec le don de guérison. En fait, ce n’est pas un don de miracles, c’est le don de guérison. Ils voulaient voir ce qui arriverait dans une–une ligne de ce genre-là.

  4.    Il y avait un jeune homme dans la trentaine, qui avait suivi les réunions depuis–depuis Saskatoon jusqu’à Edmonton et ailleurs, jusqu’à Calgary. Il était à court d’argent. Sa mère avait vendu certains de ses biens, et il ne lui restait alors rien pour–pour se nourrir, juste assez d’argent pour retourner à la maison. Et quand elle a appris qu’il y aurait une ligne de miracles exclusivement pour les estropiés, alors elle a donné en gage son alliance de mariage afin que le jeune garçon reste pour la ligne des miracles. Je l’ai appris, qu’une mère avait donné en gage son alliance de mariage pour que le jeune garçon reste là.

L’alliance de cette mère-là valait pour elle autant que celles de ma mère, ou de ma femme, ou de votre femme valent pour elles. ça représente beaucoup pour elle. Peut-être que son mari était mort, à ce que je sache. Eh bien, nous avons négocié pour qu’elle la récupère, qu’elle ait encore de l’argent.

  5.    Mais ce soir-là, mon jeune frère avait fait entrer ce jeune garçon dans la ligne. C’était l’estropié le plus hideux que j’aie vu depuis plusieurs années. Ses bras s’allongeaient jusqu’au niveau des jambes. C’était vraiment–vraiment un spectacle à voir.

Juste devant moi se trouvait une petite… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]… jugement de Dieu, où j’aurai à rendre compte de chaque parole que je… Chaque parole que j’ai prononcée, j’aurai à répondre pour ça. Mais, tout d’un coup, ma main, celle par laquelle le don se manifeste, les vibrations, elle était devenue très chaude. Et je… La petite enfant était âgée d’environ huit, neuf ans, peut-être pas aussi âgée que ça. Alors, je l’ai posée sur sa petite cuisse, et quelque chose est simplement descendu vers le bas. Et, mes amis, Dieu est mon Juge, Lui que je sers ; les quatre pouces [10 cm] qui manquaient à la jambe de l’enfant ont été complétés. Elle a placé cette Bible sur sa tête et a marché de long en large devant l’assistance, tout aussi parfaitement que marcherait n’importe qui, comme cela. Elle était guérie, une heure après qu’on a prié pour elle.

  6.    Le suivant, c’était ce jeune garçon estropié. Après qu’on eut prié pour lui pendant quelque trente-cinq ou quarante minutes, je n’arrivais pas à sentir un quelconque changement. Je vous l’expliquerai plus tard, ce que je veux dire par là, par sentir. Et peu après, la–la délivrance se produisit. La puissance qui le liait quitta.

Le lendemain matin, le jeune homme s’est lui-même rasé. Ses mains s’étiraient, il ne pouvait même pas se nourrir ni se raser lui-même, il a marché dans la salle, il a poussé son fauteuil roulant çà et là dans la salle, pour la première fois depuis quelque trente ans. Il va me rencontrer. Il a reçu un télégramme. Et demain, il va me rencontrer à Vancouver, il sera le premier à me saluer et à me serrer la main, il marchera dans un champ, se fera prendre une photo pendant qu’il marchera là pour me rencontrer à l’avion, après avoir passé tout ce temps dans son fauteuil roulant.

Oh ! Dieu reste toujours Dieu. Si seulement j’avais le temps de vous raconter des choses… Mais je suis sûr que Dieu vous les fera savoir de diverses manières, par des témoignages et autres.

 

  7.    Je me demande s’il y a ici des amis canadiens. Y a-t-il ici quelqu’un de Canada ? Voudriez-vous simplement lever la main, quelqu’un du Canada ? Oui, j’en vois un. De quelle partie du Canada, sœur ? Québec ? Winnipeg. Etiez-vous à la réunion de Winnipeg ? Vous n’y étiez pas.

Il y a eu aussi à Winnipeg un homme avec un membre plus court que l’autre d’environ deux ou trois pouces [5 ou 7,5 cm] ; il portait un soulier relevé, l’un de ces gros souliers à semelles compensées. Et il s’était acheté une nouvelle paire de souliers qu’il avait amenés à la réunion afin de les porter. Et Dieu a… ne décevra jamais quelqu’un qui a ce genre de foi. Il s’en est allé, portant ses nouveaux souliers, il a laissé ses vieux souliers sur l’estrade. Il était rétabli, guéri.

Il est merveilleux, n’est-ce pas ? Bon, nous n’avons pas beaucoup de temps chaque soir, mais nous avons beaucoup de soirées pour… ou plutôt beaucoup d’après-midi pour prier pour les malades. Et j’aimerais que vous, les bien-aimés, si vous le voulez, et vous tous qui connaissez Jésus comme votre Sauveur, ou votre Guérisseur, j’aimerais que, cette semaine qui vient, vous vous mettiez à prier de tout votre cœur.

  8.    Et j’ai devant moi plusieurs milliers de kilomètres à parcourir par avion. J’ai… parcourant le… depuis Vancouver, travailler sur la côte aussi loin qu’en Californie, revenir à Fresno où je dois me rendre demain, chez les Arméniens. Ils ont fait venir par avion un jeune garçon du nom d’Abaick, il prie pour les malades. Ils l’ont fait venir du Caire pour prier pour un homme du nom d’Arcalian.

Au même moment où on a envoyé le chercher, on a envoyé me chercher en Indiana pour que j’aille prier pour une femme qui avait le cancer. Et tous ses deux seins avaient été amputés, le cancer était descendu dans sa–sa… la cavité pulmonaire. Et trois jours après qu’on eut prié pour la femme, elle a fait des achats dans la rue. Elle est en parfaite santé aujourd’hui, sans symptômes de cancer, du tout.

  9.    Et cela a beaucoup frappé les–les Arméniens là-bas, de voir que le Seigneur Jésus était un si Grand Guérisseur, je suis… Il y a des gens qui appellent maintenant. Il y a un autre cas de cancer, c’est un ami à cette femme-là. A propos, certains éminents spécialistes de Saint Louis avaient donné à cette femme quelques heures à vivre, on l’avait amenée là par avion pour être opérée. Mais aujourd’hui, elle est guérie.

Cela me rappelle ce cantique : Grâce étonnante, quel doux son qui sauva, ou plutôt nous dirons, qui guérit un vil comme moi.

Eh bien, cet après-midi, je… [Espace vide sur la bande – N.D.E.] les démons qui sortent des gens. Cela obscurcit les pensées des gens, les empêchant de voir cela. Mais si vous êtes respectueux, vous verrez la gloire de Dieu ici à Phœnix.

Je pense maintenant... Si vous le voulez, inclinons la tête et ayons juste un mot de prière, s’il vous plaît, partout. A vous tous qui êtes ici, les enfants et tous, soyez respectueux au possible…?…

  10.    Jésus, notre Père céleste…?… après-midi, du fond du cœur, revenir à Phœnix, en Arizona, venant au Nom de Ton Fils bien-aimé, Jésus-Christ, venant avec…?… qu’ils veulent, sans l’ombre de doute, voir la gloire du Dieu Tout-Puissant être manifestée, les esprits sourds-muets quitter les gens, quitter les aveugles ; les–les estropiés être délivrés, quand la puissance de Christ descendra délivrer ceux qui sont captifs et liés par les puissances de Satan.

Ô Dieu, je Te prie [Espace vide sur la bande – N.D.E.]… tout celui qui [Espace vide sur la bande – N.D.E.]… dans ces réunions [Espace vide sur la bande – N.D.E.]… les prédicateurs [Espace vide sur la bande – N.D.E.]… et qui parrainent cette série de réunions ici pour la ville de Phœnix. Peut-être que beaucoup de mondains ne comprendront pas exactement ce que cela représente, mais ceux qui sont spirituels et sages sauront ce que ça représente, un signe.

  11.    Ô Père, je Te prie de manifester Ta puissance. Bénis ceux qui nous ont cédé cet auditorium. Je Te prie d’être avec chacun d’eux, Père. S’il y en a parmi eux qui ne sont pas sauvés, qu’ils soient sauvés, Père. Et puisse ce bâtiment qui est utilisé ici pour différents discours, Père… Je Te prie maintenant même de sanctifier cette salle pour les services de Jésus-Christ. Puissent les pécheurs se frayer un chemin en pleurant vers le Calvaire ici même dans cette salle. Puissent les malades être délivrés, puissent les démons pousser des cris et sortir. Et puisse cela donner à cette belle petite ville la plus grande secousse qu’elle ait jamais eue.

Père, je crois que Tu as beaucoup de gens ici, venus de différents coins du monde ; ils s’assemblent ici à cette station climatique. Et je Te prie, Père, de les guérir et de leur faire savoir qu’il y a une Fontaine remplie du Sang, tiré des veines d’Emmanuel. Ô Dieu, accorde-le.

  12.    Bénis chaque prédicateur, je le demande encore, Père, qui a laissé son assemblée libre cet après-midi de venir. Je Te prie d’être avec nous tous.

Et maintenant, Dieu bien-aimé, je Te remercie pour le repos que Tu m’as accordé là dans les montagnes, et maintenant je descends avec une nouvelle force. Ô Christ, que Ton don dépasse tout ce que le diable pourrait placer devant nous. Puissent les grandes puissances ébranlantes de Dieu ôter tout ce qui n’est pas de Dieu, même des cœurs froids et indifférents des pécheurs : hommes, femmes, jeunes gens et jeunes filles.

 

  13.    Père, viens en aide, alors que les avions traversent les montagnes en vrombissant, je Te prie de me ramener en sécurité une fois de plus le dimanche prochain à Phœnix. Père, c’est Toi le Capitaine de notre salut. Je Te prie de venir en aide.

Maintenant, bénis la réunion de cet après-midi. Et que chaque cœur ici soit circoncis. Que les oreilles soient circoncises pour entendre la Parole de Dieu, et circoncis les lèvres de Ton serviteur pour dire ce qui est correct. Puissent les grandes puissances être manifestées cet après-midi pour délivrer les gens. Et que tout celui qui viendra à l’estrade, vienne avec cette seule pensée : « Cette fois-ci, c’est mon tour, et je dois être délivré. Si les autres le sont, moi aussi, je le peux. » Et puissent-ils ne pas garder silence, mais parcourir les rues de cette ville et témoigner la semaine prochaine, rendant louange et gloire à Dieu. Et puisse cela engager même les marchands, et tous, Père, jusqu’à ce qu’il y aura un grand réveil ici. Que les gens puissent reconnaître que l’Esprit de Dieu a toujours de la prééminence partout. Tu peux pénétrer dans les lieux les plus sombres et en retirer ceux qui pleurent. [Espace vide sur la bande – N.D.E.]… 

  14.    Juste une analyse, pour faire donc une estimation, depuis que je suis à Phœnix, il y a eu au moins six… [Espace vide sur la bande – N.D.E.] je dirais… Eh bien, je dirais, vingt-cinq ou trente-cinq mille personnes, peut-être plus que ça, pour lesquelles on a prié. Et il y a eu au moins dix mille personnes de guéries parmi elles. Pouvez-vous vous représenter cela ? Des gens souffrant du cancer de dernier stade sont guéris depuis la dernière réunion. Je pense que, rien que dans les–dans les–les provinces du Canada, au moins deux cent cinquante (ou peut-être plus que ça) cas des gens dont les yeux louches ont été rétablis. Et des muets, c’est innombrable. En effet, ils venaient par multitude, certains sourds, muets, d’autres malentendants, et tout, qui furent parfaitement rétablis. Eh bien, cela ne s’est fait que grâce à la visitation de l’Ange.

  15.    Il y a quelques soirées, j’étais chez moi, à mon retour de Canada, je ne pouvais pas accéder à ma maison pendant cinq jours. Des gens étaient tellement entassés là qu’ils m’ont tenu à l’écart pendant cinq jours. Il y a quelques jours, les gens affluaient, on a placé là quelqu’un pour les renvoyer, ils venaient de tous les coins du pays. Et leur…

Le soir… le dernier dimanche matin, ma petite église m’a demandé de bien vouloir passer par-là pour avoir… leur apporter un enseignement sur le Livre d’Apocalypse. Je l’ai fait. Puis, à la fin, le pasteur associé a dit : « Eh bien, frère Branham ne priera pas pour les malades, parce qu’il attend et préserve ses forces pour arriver à Phœnix. » Et alors, il a dit : « Que personne ne sollicite la prière. » Mais je me suis tenu là pour leur serrer la main ; il était 11h. Et à 14h, ils m’ont fait partir du lieu.

  16.    Et je portais une montre, j’ai saisi une femme là, la première, elle avait une tumeur, et la tumeur a arrêté… les vibrations ont arrêté ma montre. Je ne peux pas prier pour les gens tout en portant une montre. Je peux vous le démontrer cet après-midi. Elle s’arrêtera chaque fois, les vibrations contre cette montre Longines pimpant neuf. Elle–elle s’arrêtera ; la vibration l’arrêtera. Et j’ai montré à un prédicateur venant de…?… Il est quelque part ici, dans l’assistance, cet après-midi. Et il… Elle–elle s’est arrêtée. La vibration l’a arrêtée.

Alors, le dimanche soir, alors que j’étais là pour leur apporter juste un sermon, eh bien, des gens ont formé une ligne de prière. Et je leur ai demandé si je pouvais me lever afin de prier pour eux en masse, s’ils croiraient. Et ils ont dit qu’ils croiraient. Alors, ils… Que leurs cœurs soient bénis, ils–ils voulaient me serrer la main, ou quelque chose comme cela, vous savez, pour vous toucher. Et ils sont tous passés pour me serrer la main.

Et puis, certaines personnes qui avaient été guéries de cancer, de tuberculose et autres, se tenaient là, voulant être vus. Certaines personnes que je vous ai dit qu’elles étaient guéries se tenaient là.

  17.    Et je… Pendant que j’étais là, j’ai senti la Présence de cet Ange s’approcher. Quand j’ai regardé dans l’assistance, j’ai aperçu la femme qu’Il appelait. J’ai vu qu’elle était dans la ligne de prière. Dieu le sait, je ne savais pas ce qui clochait chez cette dame. Et j’ai dit : « Venez ici, vous. » Et elle s’est simplement levée et m’a regardé.

J’ai dit : « Vous, là. »

Et une dame a dit : « Voulez-vous dire cette dame-ci ? »

Et j’ai dit : « Oui. »

Elle a dit : « Eh bien, elle est sourde. »

Et j’ai dit : « Eh bien, faites-la venir ici. C’est maintenant qu’elle doit être guérie. » Eh bien, voyez, cela doit venir de Dieu. J’ai dit : « Depuis quand est-elle sourde ? »

Elle a dit : « Sa sœur est quelque part dans la salle. » Et il y avait à peu près autant de gens dans cette salle-là qu’il y en a dans cette rangée centrale, je pense. C’était tout ce qu’on pouvait faire entrer, du dehors.

Alors la dame est venue. Et elle a dit… sa sœur a dit : « Elle est sourde toute sa vie, pratiquement, depuis son enfance en tout cas, depuis qu’elle avait environ douze ans. » 

Eh bien, aussitôt que je l’ai tenue, il est apparu… Quand je priais pour eux, j’utilisais ma main droite. Alors, les vibrations se manifestaient sur la main gauche. Et un instant après, l’esprit de surdité a été chassé de cette dame, elle a regardé, et j’ai [Frère Branham claque ses doigts. – N.D.E.] claqué les doigts. Elle s’est retournée et a regardé. J’ai dit : « Vous m’entendez, n’est-ce pas ? » Et son ouïe était parfaite. Alors, elle s’est mise à pleurer. C’était une dame très bien habillée, elle s’est mise à pleurer avec les mains en l’air. Et les gens se sont mis à courir çà et là. Alors, on m’a fait sortir par derrière.

  18.    En effet, vous voyez, mes amis, je ne peux que… Je ne suis qu’un humain. Je ne suis qu’un homme. Mais cela doit venir du Dieu Tout-Puissant. Voyez-vous ?

Avez-vous observé le Maître ? Il entrait dans une ville, accomplissait peut-être un seul miracle et puis quittait cette ville. Avez-vous remarqué cela ? C’était souvent comme ça. Il y avait beaucoup de lépreux à l’époque de–d’Elisée, mais un seul a été envoyé vers lui ; c’était Naaman. Est-ce vrai ? Il est difficile de dire combien de lépreux étaient venus, mais un seul lui avait été envoyé, et c’était celui-là seul que le Seigneur avait à l’esprit.

Et le seul moyen pour moi de le révéler, c’est quand je sens ce Quelque Chose provenant de la personne me donner accès à cette puissance surnaturelle. Ce n’est pas ma puissance, c’est la Sienne. Alors, il n’y a rien, peu importe ce que c’est… Je le dis au Nom du Seigneur. [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

  19.    Eh bien, à qui parlait-Il ? A Moïse. Lors de vos leçons de l’école du dimanche, beaucoup parmi vous ont lu sur ce grand personnage de la Bible, Moïse. Je l’aime, car il était une–une préfiguration de–de la Venue de Christ. Il était juste un type de la Venue de Christ.

Remarquez. Eh bien, après que le peuple d’Israël était allé en Egypte et qu’il était tombé dans la servitude pendant quatre cent vingt ans, ce qu’Il avait déjà annoncé à Abraham que ça arriverait… Quand le temps de la promesse s’est approché, j’aimerais donc que vous remarquiez comment… Remarquez donc cela. Quand le temps de la promesse s’est approché, les gens ont commencé en ce temps-là à voir qu’il leur arrivait quelque chose, des difficultés. Et Dieu suscite toujours des ennuis, la plupart du temps, toujours, pour rassembler les gens. Saviez-vous cela ? 

Je crois qu’il arrivera un temps où il n’y aura plus, parmi le peuple de Dieu, de division du genre Je suis membre de telle église, je suis membre de telle autre église. Je crois que la persécution rassemblera toute la grande Eglise rachetée de Dieu, et nous serons un en Jésus-Christ. Et alors, Dieu La ramènera à la Maison. Là, nous ne discuterons plus pour savoir si c’est telle doctrine qui est vraie ou telle autre.

  20.    Maintenant, remarquez. Alors, quand le temps de la promesse s’est approché, il s’est élevé un Pharaon qui ne connaissait pas Joseph, et le peuple a été accablé de fardeaux. Et les gens étaient tellement accablés de fardeaux qu’ils n’arrivaient pas à fabriquer les–les briques et autres qu’ils étaient censés fabriquer. Et alors, penseriez-vous que Dieu frapperait Son peuple comme cela ? Oui. En effet, la Parole de Dieu est éternellement vraie. Est-ce vrai ? Et Il avait promis qu’Il le délivrerait, et Il n’avait pas d’autre moyen par lequel Il devait faire cela en dehors de celui-là.

C’est pourquoi donc, lors de la persécution d’Israël, Dieu a donc fait descendre un Ange sur terre. Mais avant qu’Il fasse venir l’Ange, Il avait un petit garçon né là-bas, du nom de Moïse. Est-ce exact ? Et ce petit garçon, Moïse, était plutôt d’une naissance particulière. Et puis, à l’âge de la maturité, il a été envoyé pour libérer les enfants d’Israël, car ils étaient dans l’esclavage. Et Dieu lui avait dit avant donc qu’il parte : « Je placerai Mon… J’enverrai Mon Ange devant toi. »

Eh bien, Dieu aurait pu envoyer l’Ange là, n’est-ce pas ? Il pouvait laisser l’Ange aller Lui-même, mais au lieu de cela, Il a envoyé l’Ange parler à travers la voix d’un homme. Dieu a toujours utilisé l’homme pour Son œuvre. Est-ce vrai ? Il n’utilise pas les organisations ou autres, des systèmes mécaniques, mais Il utilise des hommes. Le Saint-Esprit descendait sur des hommes. C’est lui l’instrument de Dieu ici sur terre.

  21.    Il était le premier à avoir la juridiction sur toutes choses sur terre (Est-ce vrai ?), sur tous les animaux. Et il a perdu son–son autorité. Et la Bible nous enseigne que ce que le premier Adam a perdu, le second Adam, Christ, l’a restitué à la race humaine.

Alors, mes amis, si cela est vrai, prédicateurs, qu’est-ce qui ne va pas avec l’église aujourd’hui ? C’est ce que j’aimerais savoir. Si Christ a été le chaînon manquant entre Dieu et l’homme, et qu’Il est venu reconnecter Dieu et l’homme, qu’est-ce qui ne va pas aujourd’hui ? C’est l’incrédulité qui est à la base. Et si vous entreprenez une œuvre et que vous voyiez un petit quelque chose, aussitôt vous dites : « Oh ! eh bien, laissez tomber cela. Ça ne venait pas de Dieu. » Tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu.

Si vous construisez une maison et que vous disiez : « Eh bien, telle personne ne convient simplement pas ici ; car regardez là où se trouve tel bloc, cette grande ouverture ici. Oh ! cela semble… » Si c’est… Allez de l’avant. Continuez à construire la maison. Dieu a un autre bloc qui conviendra à cet endroit-là, qui le comblera. La maison ne peut pas être construite comme cela. De même aujourd’hui, pendant que Dieu agit, oublions ça et entrons droit dans l’Esprit du Dieu Tout-Puissant et, là, contemplons la Maison de Dieu restaurée une fois de plus.

  22.    Remarquez. Eh bien, au jour où Dieu rassemblait Son peuple, une grande persécution frappa le peuple, et Moïse fut envoyé comme libérateur. Il a ouvert la mer Rouge ; il a accompli tous ces miracles… [Espace vide sur la bande – N.D.E.] 

Ils n’en savent pas plus qu’un Hottentot n’en sait au sujet d’un chevalier égyptien. C’est vrai. Et même les esprits versés dans l’astronomie avaient reconnu cela avant les hommes qui prétendaient même avoir le Saint-Esprit…?… C’est vrai. Tout homme peut dire ces choses. Mais si Dieu ne rend pas témoignage à cela, c’est faux. Est-ce vrai ? Mais si Dieu en rend témoignage, ce sont les œuvres de Dieu. Est-ce vrai ?

  23.    Si je viens ici à Phœnix en tant que prophète et que je n’accomplis pas les œuvres d’un prophète, alors ne me croyez pas. Mais si je viens au Nom du Seigneur Jésus, selon la prophétie et en tant que Son serviteur, et que j’accomplis les œuvres qui sont écrites concernant Son serviteur, alors croyez-moi. Le ferez-vous ? Si les sourds n’entendent pas, les muets ne parlent pas, les aveugles ne voient pas, les estropiés ne marchent pas, si des prophéties ne sont pas données sur le péché des gens, et que vos péchés de l’enfance ne sont pas dévoilés, alors croyez que cet Ange qui est venu vers moi est un imposteur et que moi aussi, je suis un imposteur. Mais si cela se manifeste ici sur l’estrade devant vous, croyez cela et repentez-vous de vos péchés et de votre incrédulité, car l’heure de Sa visitation est proche. C’est vrai. En effet, Il fait ces œuvres uniquement pour confirmer Sa Parole.

Ecoutez, de toute façon, avant que tout jugement soit jamais envoyé sur terre, Dieu envoie avertir les gens. C’est vrai. Et, mes amis, écoutez ma parole, si c’est en rapport avec Dieu. L’un des plus grands jugements qui ait jamais frappé toute la terre est en route. Eh bien, ne l’oubliez pas. Un jour, je serai parti, mais souvenez-vous-en. Beaucoup parmi vous, les plus jeunes, et certains parmi vous les plus âgés, vous verrez que je vous ai dit la vérité. C’est vrai.

  24.    Eh bien, ce don vient par… Si vous aviez prié et demandé à Dieu d’envoyer un don, Il l’a envoyé. Il y a quelques mois, quand j’étais ici à Phœnix, c’était nouveau. Mais maintenant, sans doute, vos principaux journaux, ou vos principaux magazines, Life, Times et autres… [Espace vide sur la bande – N.D.E.] et ça s’est du coup répandu partout dans le monde.

Deux soirées avant que je rentre à la maison, cinq différentes nations avaient téléphoné. Et la capitale de la Turquie avait téléphoné, disant : « Nous avons appris que le Seigneur Dieu Tout-Puissant a étendu Ses bras pour guérir en Amérique. » Ils ont dit : « Est-ce possible pour nous d’avoir quelques miettes ? » Affamés, des païens…

Ô peuple ! levez-vous au Nom de votre Seigneur. Réclamez le privilège que Dieu vous a donné, car l’heure pour vous d’être guéri est là, c’est vrai, de glorifier Dieu et de recevoir de Son Esprit et Ses bénédictions. Débarrassez-vous de tous les formalismes. Débarrassez-vous de toute cette religion de rites et entrez dans la sphère du Dieu vivant, qui éveille l’âme de l’homme et vous fait entrer dans la justice, vous amène à L’adorer en Esprit et en Vérité. Car l’heure vient, et elle est déjà venue, où Dieu a envoyé Son avertissement.

  25.    Cela vient par des vibrations dans la main. Le Dieu même qui a envoyé Son Ange devant Moïse… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]… Ange ici. C’est vrai. [Espace vide sur la bande – N.D.E.] J’essaie d’être sincère. Eh bien, j’aimerais que vous sachiez ceci, que je pourrais partir…?… avant le matin. Je ne sais pas. Mais cette nuit-là, dans la chambre, quand Il est venu (pour vous)… Il m’est apparu plusieurs fois sous forme d’une–d’une étoile. Je L’ai vu plusieurs fois. Mais quand Il s’est rendu visible, c’était un Homme qui apparemment pesait deux cents livres [90 kg].

Il y a un peu plus de deux ans aujourd’hui, j’étais assis dans une pièce. Je lisais ma petite Bible Scofield, et j’ai entendu quelque chose. Premièrement, j’ai vu une Lumière. Et j’ai pensé que c’était un véhicule qui prenait un virage. Mais cela a changé, et c’était devenu plus brillant. J’ai regardé à la porte, et il n’y avait pas de véhicule. Alors, j’ai entendu quelque chose venir comme ça, faisant… [Frère Branham frappe quatre fois sur le podium. – N.D.E.] en marchant. Et j’ai regardé, la Lumière s’était intensifiée. Et juste au-dessus de moi était suspendue une grande Etoile. Et la Lumière tendait, on dirait, plus vers le vert, entre le vert et le jaune. Elle éclairait le plancher. Et un Homme apparut, marchant dans cette Lumière ; on dirait, comme je l’ai dit auparavant, qu’Il pesait deux cents livres [90 kg], un grand Homme. Il n’avait pas de barbe au visage, comme sur le tableau de Christ. Qui Il est, je ne sais pas. Mais Il avait… [Espace vide sur la bande – N.D.E.] épaule. Son teint était plus d’olive. Il avait des yeux noirs. Il s’est approché de moi aussi près que l’est ce micro.

  26.    Oui, c’est vrai, mes amis. Je ne pouvais pas parler. Et Il m’a dit… J’étais juste assis là. Et Il a dit : « N’aie pas peur. Je suis envoyé de la Présence de Dieu pour te dire que ta vie particulière, ta naissance particulière… [Espace vide sur la bande – N.D.E.] un don de guérison divine aux peuples du monde. » Et Il ajouta : « Si tu es sincère et que tu amènes les gens à te croire, aucune maladie ne résistera à ta prière, même pas le cancer. » Et Il a dit : « Il arrivera que tu révéleras aux gens leurs maladies à partir d’une vibration dans ta main. Puis, si tu restes longtemps respectueux, alors tu leur révéleras les péchés de leur vie et des choses qu’ils ont faites. »

Mes chers amis, avec cette Bible devant moi cet après-midi, cela s’est accompli. Je suis allé de l’avant... [Espace vide sur la bande – N.D.E.] 

  27.    Eh bien, c’est ce que je mettais en cause. Et je ne vais pas vous demander directement en public comme ça, car beaucoup parmi vous pourraient lever la main et dire qu’ils n’ont pas compris. Mais je crois qu’il y en a ici parmi vous, car je sais cela par l’Esprit… essayer de me retirer cet après-midi, j’ai parlé aussi durement que possible.

Remarquez, je sens maintenant dans l’Esprit que beaucoup, beaucoup de choses arriveront…?… Notez… (voyez ?), car la foi est en train de s’établir là.

Je connais un homme, assis juste dans cette salle maintenant même, qui est affligé. Je peux faire venir cet homme-là sur cette estrade, il sera guéri maintenant même. C’est vrai. Je sais qu’il est ici dans la salle. Je sens son esprit venir du côté gauche, ici. C’est vrai.

  28.    Je me demande si la petite fille espagnole de Sacramento qui était dans la salle cette nuit-là, qui était assise là, et elle était assise là au fond de la salle, et elle se disait dans son cœur… C’était une catholique. Elle se disait : « Je ne peux pas arriver là où se trouve frère Branham. Mais si seulement il me regarde dans les yeux, je serai guérie. » Je ne savais rien sur cette jeune fille. Elle était là et habitait… là, au-delà de Long Beach, ou quelque part là, dans des réunions.

Je suis entré dans la réunion ce soir-là ; je prêchais. Et pendant que je prêchais, j’ai vu le–le… on dirait que la foi continuait à tirer cela, juste à ma droite. J’ai regardé vers le bas et au fond de la salle, j’ai dit : « Cette jeune fille, assise très loin, dites-lui de venir ici. » J’ai dit : « Venez ici, jeune fille. » Et j’ai son témoignage. Elle a failli s’évanouir. Elle a dit : « Moi ? » 

J’ai dit : « Vous, en petit chapeau rond, venez ici. » Elle s’est avancée humblement. Elle souffrait de la tuberculose. Je l’ai tenue par la main, j’ai dit : « Vous souffrez de la tuberculose. Mais ‘AINSI DIT LE SEIGNEUR’… » C’était tout. C’était fini. Le lendemain matin, elle re… elle a donné son cœur à Christ. Elle a été baptisée, elle a amené sa famille.

Et elle est censée me rencontrer ici à Phœnix. Je ne sais pas où est cette jeune fille. Etes-vous dans la salle, sœur ? Où que vous soyez donc, vous de Sacramento, là en Californie ? Elle est censée être ici à cette série de réunions de Phœnix maintenant. Si vous êtes ici, levez-vous. Levez-vous, si vous êtes ici. Il se peut que je manque de voir votre main quelque part, si vous êtes dans la salle : une petite jeune fille espagnole, je pense d’environ dix-huit, vingt ans, quelque chose comme cela. Elle doit être ici. Elle vous donnera son témoignage cette semaine. Ce n’est que l’une des choses sur des centaines qui ont eu lieu.

  29.    Eh bien, la même chose peut se faire ici. J’attirerai votre attention si cet homme vient dans la ligne ; en effet, je crains de l’appeler maintenant, parce que cela sera suspect, on dirait. Je ne suis simplement pas autorisé à l’appeler en ce moment-ci, mais je sais qu’il est ici. Il y a ici un homme qui est un parfait inconnu, je ne l’ai jamais vu de ma vie, il est tout aussi sourd que possible ; c’est vrai. Mais il est assis ici. 

Si cet homme est dans cette salle cet après… si cet homme vient dans cette ligne de prière cet après-midi, et que j’arrive à le toucher en étant sous cette onction que j’ai maintenant, ses oreilles seront parfaitement ouvertes. AINSI DIT LE SEIGNEUR. Si ce n’est pas vrai, taxez-moi alors de faux prophète. Je peux le faire venir à l’estrade. S’Il m’accorde un autre… J’attends juste une seconde pour voir ce qu’Il dit à ce sujet. Eh bien, observez et voyez ce que je vous dis.

  30.    Eh bien, nous allons former la ligne de prière juste dans quelques instants. Et voici ce que j’aimerais que vous fassiez : s’il y a un sceptique moderne dans cette salle, je vous avertis au Nom du Seigneur Jésus, ne restez pas assis dans la salle pendant ce temps, car des cancers, la surdité, l’épilepsie, vont d’une personne à l’autre. J’expliquerai cela plus tard. Comprenez-vous tous ?

Combien m’ont entendu expliquer que des maladies sont des germes, et que des germes sont une vie ? Vous êtes vous-même un germe ; vous êtes venu d’un germe de vie. Est-ce vrai ? Eh bien, si vous venez de votre–de votre père et de votre mère, un germe de vie… Un cancer est un germe ; un cataracte est un germe ; une tumeur est un germe ; la tuberculose est un germe. Est-ce vrai ? D’où sont-ils venus? Quel genre de vie est-ce ? Les médecins appellent… (Ce sont les termes médicaux) ils disent : « Cancer, cataracte », ainsi de suite comme cela. Jésus les appelait des démons. Est-ce vrai ? Et c’est ce qu’ils sont. Et tout le monde sait qu’un démon, c’est un tourmenteur. C’est quelque chose qui tourmente votre corps.

  31.    Eh bien, j’aimerais savoir le… Combien croient que Dieu a envoyé Son don de guérison ? Eh bien, voyons. Que Dieu vous bénisse. Oh ! la la ! Quatre-vingt-cinq pour cent de la foule croient. Alors, avec ça, je vous assure que vous verrez la gloire du Dieu Tout-Puissant.

Eh bien, ne l’oubliez pas, pendant que je m’avance pour un mot de prière, après avoir prié avec vous ici, si… Laissez-moi vous donner un conseil. Dans mon intérêt et le vôtre, cela ne fera que jeter l’opprobre.

Souvenez-vous, autre chose : Ceci n’est pas un don pour accomplir des miracles. Il… La dernière fois qu’Il m’a parlé, c’était à Vandalia, en Illinois. Y a-t-il ici quelqu’un qui était aux réunions de Vandalia, qui était là, à Vandalia, en Illinois ? Une personne, ici dans la salle, qui était là quand l’Ange du Seigneur était descendu et avait dit : « Tu te limites. Il arrivera… » [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

  32.    Croyez-vous que je suis un serviteur de Jésus…?… Père…?… debout près de vous…?… cancer. Une vibration sur ma main. Tu sais que ses jours à elle sont très courts ; dans peu de temps, cette âme qui a autrefois vécu ici sur terre s’en ira vers une autre demeure. La vie est précieuse pour tous ces gens. Par Ta puissance, Tu la guériras cet après-midi. Epargne sa vie. Elle veut que Tu…?… Je me rappelle quand Ton glorieux Esprit avait accompli ces choses. Que l’Ange de Dieu qui m’avait rencontré cette nuit-là dans la pièce s’avance maintenant pour aider et donner l’autorité sur ce démon.

Toi, démon appelé cancer, je t’adjure par Jésus-Christ, le Fils du Dieu vivant, quitte cette femme. Toi, démon de cancer, je t’adjure par Jésus-Christ, le Fils de Dieu, sors de cette femme (…?…)

Père céleste, nous Te remercions pour Ta puissance de guérison. Nous Te remercions, parce que Tu entends donc réellement et exauces la prière. Je prie, Père, que cette femme Te serve tous les jours de sa vie. Que toute gloire et toute louange Te soient rendues au Nom de Jésus-Christ. Amen. Très bien…?… chaque vibration…?… Nom.

Maintenant, rappelez-vous, vous allez tomber terriblement malade dans quelques heures, terriblement malade, suite à la mort de ce cancer. Avez-vous déjà été dans l’une de mes réunions auparavant ? Très bien. Votre cancer est mort maintenant. Remarquez ce que je vous dis. Je ferai huit semaines ici. Et vous découvrirez ce que je vous ai dit. Durant ce temps, j’aimerais que vous veniez à l’estrade et que vous témoigniez sur votre état. Votre cancer est en train de vous quitter.

  33.    Monsieur…?… voyez, vos âmes valent autant à Ses yeux. Vous êtes nerveux, horriblement nerveux. C’est ce qui a causé votre gastrite, ça a causé une maladie de, quelque chose comme de l’acide qui monte dans l’estomac et vous cause des brûlures, et ça cause une maladie…?… une mauvaise haleine…?… Est-ce vrai ? Comment pensez-vous que j’ai su cela ? C’est vrai, monsieur. Je ne vous ai jamais vu de ma vie, à ce que je sache, mais c’est ça. Et j’aimerais que vous remarquiez ceci, juste sous ces bosses…?… voyez ces…?… Regardez-les. Voyez comment ils…?… c’est une vibration, un état de cela…?… ça a commencé…?… des ulcères partout…?… Maintenant…?… Et si cela doit s’arrêter, voyez-vous ce que je veux dire ? Ces choses, comme un faisceau blanc ? Voyez-vous ces petites taches blanches ? Observez-les donc apparaître et disparaître. Eh bien, c’est…?… Très bien. Eh bien, si je laisse ma main comme ça et qu’elles s’arrêtent, et qu’elle redevienne blanche comme celle-ci, alors vous êtes guéri. Si ce n’est pas le cas, cela restera là. Vous servirez Dieu, n’est-ce pas ? Si vous pouvez vivre…

Notre Père céleste, cet homme voulant une bénédiction…?… montre qu’il est un serviteur, Seigneur, et combat pour ce qui nous est cher à nous tous. Et nous Te remercions pour sa vaillante âme, car c’est… ramène… Maintenant, je Te prie, Dieu bien-aimé, qu’aujourd’hui Tu lui montres que les droits mêmes pour lesquels il combat, la liberté de religion, un lieu où adorer selon ce que nous dicte notre conscience, Tu régneras en ce lieu en le guérissant. Dieu…?…[Espace vide sur la bande – N.D.E.]

  34.    Gardez cela…?… Maintenant, vous venez de prouver que…?… Eh bien, la foi vient…?… Dieu bien-aimé, que cet homme puisse savoir que Tu es réellement le Fils de Dieu, le…?… sa vie, que moi, je suis Ton serviteur. Aide-moi à avoir la puissance d’aller à la rencontre de ce démon qui le lie…?… Toi, démon, je t’adjure de quitter ce jeune garçon au Nom de Jésus-Christ de Nazareth ; sors de lui ! Le voilà partir. Maintenant, jeune homme…?… Maintenant, ce n’est pas…?… Tu comprends cela, jeune homme ? Je ne suis pas…?… Très bien, maintenant…?… Maintenant, vous pouvez probablement relever la tête juste un instant. Je vais attirer votre attention dans quelques instants sur une grande…?…

Maintenant, ma main…?… posé ma main sur la sienne, c’est devenu légèrement rouge au-dessus de ce…?… et de petits boutons blancs, on dirait, qui apparaissaient sur ma main se sont arrêtés quand cela a été guéri. Est-ce vrai, monsieur ? Et mon autre main est normale et bien. Je n’ai pas bougé ma main. C’est placé juste entre les maladies, contre mon estomac, posé juste comme ça. Je ne l’ai point bougée ni en haut ni en bas, elle est restée exactement là où elle était. Et ma main est parfaitement blanche. Eh bien, quelque chose de visible est arrivé à cela, quelque chose que vous pouvez voir de vos yeux.

  35.    Etes-vous chrétien ? Eh bien, vous rappelez-vous que quand vous avez été sauvé, vous êtes allé de l’avant, croyant en Dieu de tout votre cœur ? En effet, quelque chose vous était arrivé, n’est-ce pas ? Vous en avez rendu témoignage depuis lors. Satan vous a parlé, il a cherché à vous amener à douter de cela, à vous en éloigner. Mais vous avez tenu ferme. Faites de même. Votre gastrite cessera si vous faites cela. Cet ulcère et tout seront guéris. Vous serez de nouveau un homme bien portant…?… pour vous ? Anthony, de New Mexico. Si vous retournez dans cette région, allez-vous venir à l’estrade témoigner dans les prochaines semaines, dire aux gens ce qui est arrivé, afin qu’ils puissent le savoir ? Quel est votre nom ? Barnett ? Que Dieu vous bénisse, Frère Barnett.

Ecoutez le témoignage du jeune garçon. Il est net et clair. Avez-vous remarqué que, plus je gardais ma main là, ça devenait blanc tout le temps ? Vous êtes guéri, monsieur. Que Dieu vous bénisse. Louons vraiment le Seigneur, tout le monde. Inclinez la tête maintenant et rendez gloire…?…

  36.    Placez votre main sur la mienne. Qu’est-ce ? Quoi ? Sentez ce que c’était avec ma main. Eh bien, regardez. Vous avez un mauvais ulcère saignant. Vous souffrez aussi de…?… Maintenant, regardez. Voyez comment…?… ça se voit donc sur ma main…?… Regardez celle-ci. Voyez comment…?… Eh bien, suivez, et soyez–soyez respectueux ; croyez-vous que Jésus peut guérir…?…

Notre Père céleste, Toi qui connais toutes choses, Tu connais les vertus guérissantes pour lesquelles Tu es mort au Calvaire, manifeste Ta puissance. Comme Elisée avait dit, après avoir vu Elie être enlevé, il a dit : « Que le Dieu d’Elie parle. » Que le Dieu de Christ parle.

Toi, démon, je t’adjure de quitter cette dame. Au Nom de Jésus-Christ de Nazareth, sors d’elle. J’aimerais que vous releviez la tête, sœur. En haut. Voyez-vous la lumière ? Eh bien, vous pouvez voir cela de vos yeux, n’est-ce pas ? Les points rouges quitteront, se trouvant…?… Est-ce vrai ? Maintenant, rentrez chez vous, vous serez rétablie. Allez et louez Dieu le reste de vos jours, et Dieu vous a rétablie. Louez Dieu chaque jour. Témoignez pour Lui chaque fois que je vous rencontre, absolument. Que Dieu vous bénisse.

  37.    Sœur, vous êtes–vous êtes sur le point de faire une dépression nerveuse. Vous êtes très nerveuse, vraiment inquiète. Vous éprouvez des inquiétudes. On dirait que vous… Eh bien, vous ne savez que faire de vous-même. Est-ce vrai ? Très bien. Vous pensiez beaucoup venir pour qu’on prie pour vous, n’est-ce pas ? Très bien. Vous pouvez rentrer chez vous bien portante maintenant. Si je demandais le…?… de la vie, faites ceci pour Lui.

Dieu Tout-Puissant et Tout…?… le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, Toi qui L’as ramené d’entre les morts… [Espace vide sur la bande – N.D.E.] Quitte-la, au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Sors !

  38.    Maintenant, pendant que j’étais…?… eux dehors… Eh bien, eh bien, cela ne se manifeste pas par des vibrations. Il n’y a pas de vibrations sur ma main. Seulement, elle a juste été un peu affectée par une maladie de femme, une petite poche dans l’estomac. Elle souffrait de gastrite, quelque chose comme un petit…?… comme le gaz dans l’estomac, et autres comme ça. Est-ce vrai, madame ? Maintenant, comment ai-je su cela ? [La femme répond : « A partir des vibrations. » – N.D.E.] C’est vrai, voyez ? 

Eh bien, maintenant, voici ce qui se passe. Elle pique des crises de nervosité très aiguës. Mais la maladie prin…–principale, c’est une maladie mentale, psychique. Cela lui cause…?… des sentiments, elle a des inquiétudes, d’abord comme un vieux morceau de…?… Et vous avez l’impression de perdre la tête. N’est-ce pas là les sentiments que vous éprouvez ?

  39.    Eh bien, qu’est-ce ? Eh bien, ce n’est pas normal. S’il y a un médecin tout près… vous savez que ce n’est pas normal pour un être humain d’être comme ça. Eh bien, qu’est-ce ? Ce n’est pas exactement une maladie du corps. Mais je sens comme s’il y a autour d’elle une atmosphère brumeuse. Etes-vous déjà entré dans un endroit sombre, dans une allée ou quelque chose comme cela, et vous avez été tout d’un coup effrayé ? Ou vous marchez dans des rues, ou n’importe où ? Combien ont déjà expérimenté cela, avoir été effrayé ? Il y a de quoi vous effrayer. Est-ce vrai ? Il y a de quoi vous inquiéter. Il y a quelque chose qui hante cette femme, qui lui donne ce sentiment-là. Mais maintenant, cela a quitté. C’est parti. Maintenant, la dame peut rentrer bien portante chez elle.

Eh bien, habitez-vous près, sœur ? New Mexico. Très bien. Si vous êtes ici, dans les quatre ou cinq prochaines semaines, venez et voyez ce qui est arrivé. Eh bien, poursuivez votre chemin en vous réjouissant. Mettez-vous simplement à louer Dieu, en disant : « Merci, Dieu bien-aimé. » Maintenant, tous ces sentiments brumeux vont quitter, vous n’aurez plus cela. Que Dieu vous bénisse, madame.

  40.    Eh bien, inclinez juste la tête un instant…?… Maintenant, voici un pauvre…?… C’est une maladie vraiment grave. J’aimerais que vous redressiez la tête, vous tous. J’aimerais que vous regardiez juste ma main. J’aimerais que vous regardiez cette main-ci, ici ; pouvez-vous voir cela à partir de là… ? Laissez-moi reculer pour me placer sous ces lumières. Eh bien, regardez ma… [Espace vide sur la bande – N.D.E.]… corps. Il a une tumeur. Regardez cette main-ci, ici, comme c’est blanc ! Voyez, je presse sur cette main-ci autant que sur l’autre. Voyez ? Voyez-vous ces petites taches blanches sur ma main, des marques rouges dans…?… 

Pauvre petite créature ! Que–qu’est-ce que le médecin a dit qui n’allait pas chez vous ? La tumeur ? La tumeur de glande. Très bien. Maintenant, évidemment, on ne peut donc pas opérer. Et avez-vous–vous la foi pour croire que Dieu accordera au petit garçon d’être rétabli ? C’est votre unique espoir, n’est-ce pas ? Votre unique espoir.

Très bien. Inclinez maintenant la tête, mes amis. J’aimerais que vous observiez. Je vais tenir ma main comme ceci, comme c’était. Eh bien, inclinez simplement la tête. Je ne dis pas que ça quittera. Je vais seulement demander à Dieu, c’est tout.

  41.    Bien-aimé Père céleste, je me dis : qu’arriverait-il si c’était mon petit garçon, le petit Billy Paul ? Et ce petit enfant se tient ici, sans autre moyen pour vivre dans cette vie-ci, si ce n’est par Toi, maintenant. Rien ne peut plus être fait. Mais la foi qui a créé le monde… Tu as dit : « Je le peux, si tu crois. » Dieu bien-aimé, je ne sais comment être davantage sincère envers Toi. Ce pauvre petit enfant va mourir, Père. Les médecins ne peuvent plus rien faire. Et c’est vraiment une grâce que sa mère soit ici, Père, elle sait que c’est…?… depuis. La dernière chose qu’elle peut faire, c’est amener ce petit garçon ici pour qu’on prie pour lui. Ô Dieu, aie pitié, s’il Te plaît, Père.

J’ai montré aux gens les vibrations de ce démon qui tourmente le petit enfant. Ô Dieu, son père ou sa mère, ou n’importe qui qui a péché, pardonne cela de toute façon ; quelque part au cours des générations, quelqu’un a péché, ô Christ, crois-moi, pardonne cela. Et je Te prie d’accorder l’autorité sur ce démon.

Toi, démon appelé tumeur, je viens à ta rencontre au Nom de Jésus-Christ. Aujourd’hui, tu le quitteras. Sors de lui ! 

Dieu Tout-Puissant et Plein de dons, viens-moi en aide, Dieu bien-aimé. [Espace vide sur la bande – N.D.E.]

  42.    Dieu, que l’on sache dans sa contrée que Tu es Dieu et que je suis Ton serviteur.

Toi, démon, je viens à ta rencontre. Au Nom de Jésus-Christ, je t’adjure, sors de cet enfant au Nom de Jésus-Christ, le Fils du Dieu vivant.

Très bien. Auditoire, vous pouvez redresser la tête. Maintenant, vous voyez, ma main ne vous avait pas… ? Observez ce qui a de… rouges. Eh bien, observez-la devenir blanche. Pouvez-vous… cela quitter ? Y a-t-il dans l’assistance quelqu’un qui voit cela quitter ? Ça y est, parfaitement normal et blanc, il n’y a pas de vibrations ni quelque chose d’anormal. Où habitez-vous, madame ? Ici à Phœnix ? Ramenez-le la semaine prochaine. J’aimerais voir ce qui lui est arrivé. Que Dieu vous bénisse.

  43.    Nous devrions dire : « Merci, Seigneur », n’est-ce pas ? Ce ne sont pas… Ce sont des choses que vous ne voyez pas, mes amis. Mais elles sont–elles sont ici, malgré tout. Elles se produisent. Eh bien, croyez, tout le monde. Gardez la tête inclinée.

Père bien-aimé, ce frère est ici debout maintenant sur des béquilles, avec une jambe amputée, et Satan le dérange avec cette maladie qui perdure. Mais Tu es ici pour guérir. Tu es ici pour le rétablir. Ô Dieu, il est estropié, il est sur ces béquilles. Père, peut-être que Tu peux former l’autre membre…?… Peut-être qu’il ne l’aura pas sur-le-champ. Mais Tu as dit : « Mieux vaut entrer dans le Royaume de Dieu avec un seul membre, ou un seul œil, plutôt que d’être jeté dans la géhenne. » Ô Père, maintenant qu’il est devenu Ton serviteur, qu’il a entendu…?… Satan, quitte cet homme au Nom de Jésus-Christ. [Espace vide sur la bande – N.D.E.]…?… Que Dieu vous bénisse. Vous habitez ici à Phœnix, monsieur. Les vibrations se sont arrêtées. Ne voudriez-vous pas revenir ? Vous pouvez venir, venir à l’estrade et témoigner afin que les gens puissent voir.

  44.    Oh ! c’est votre fils. Voyez-vous ma main ? Vous voyez cela…?… Petit garçon, crois-tu que si je demande à Jésus, Il te rétablira et tu seras normal ? Tu…?… crois-tu ? Tu es estropié. Iras-tu, une fois rétabli, dire à tous les petits enfants que Jésus t’a guéri ? Tu feras tout ce qui est humain, n’est-ce pas ? Que Dieu te bénisse donc. Le voilà venir, un petit garçon…?… Je parle dans ce…?… maman, j’aimerais que vous regardiez. Cela deviendra physiquement sombre. Maintenant, voyez où ma main est…

Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie Eternelle, Donateur de tout don excellent, envoie Tes bénédictions sur ce petit garçon. Nous savons qu’il n’y a pas pour lui de chance de se rétablir, de devenir normal, ou quoi que ce soit. Sa mère l’a amené. Ô Christ, aie pitié. C’est pratiquement sa dernière espérance. Sois miséricordieux, s’il Te plaît, Père. Nous savons, Père, que la foi est une ferme assurance des choses que l’on espère, une démonstration de celles que l’on ne voit pas. Puisse ce petit garçon retourner chez son médecin, et que le médecin dise : « Oh ! la la ! Que lui est-il arrivé ? Il se rétablit. » Ô Dieu, accorde-lui de passer de la mort à la vie.

Satan, quitte cet enfant. Au Nom du Seigneur Jésus-Christ, je t’adjure, Satan. Le voilà partir…?… Maintenant, voyez-vous ce qui est arrivé à ma main ? De Minneapolis, à Minnesota. 

Redressez la tête, auditoire. Les médecins… Etait-ce à Mayo ? L’université de Minnesota. Les médecins l’ont abandonné. Il n’y avait pas d’espoir pour lui. Et elle l’a amené ici à Phœnix pour être guéri. Et aussi certainement que je me tiens sur l’estrade, le Dieu Tout-Puissant a touché le corps de ce jeune garçon…?…

Maintenant, écoutez, sœur. Ma main était rouge par endroits, couverte de zébrures, on dirait, il y a quelques instants. Est-ce vrai ? Ma main est-elle dans le même état, madame ? Avez-vous vu qu’elle a changé de rouge mousseux au blanc ? Avez-vous vu cela ? Très bien…?… Petit garçon, tu peux rentrer à Minnesota, je crois que tu vivras jusqu’à devenir un homme normal. Gloire au Seigneur… 

Si Ton serviteur… je Te suis reconnaissant, Dieu bien-aimé, de ce que Tu m’as montré cet après-midi ce qu’est Ta volonté divine ; après avoir passé cette année avec l’impression d’être en dehors de Ta volonté, en laissant ces gens apporter…?... « Guéris ma femme ». « Guéris ma fille. » Ô Dieu, désormais, je vais… avec Ton assistance, je suivrai ce que Tu ordonneras ; accorde-le, Seigneur. Que l’homme fasse ce qu’il pense être le meilleur, Père ; je suivrai Ta conduite. 

Maintenant, aide-moi à aller auprès de cette femme, Père, dans un esprit de douceur et réprimander cette puissance qui est en elle. Sale démon, sors de la femme au Nom de Jésus-Christ.

  45.    Oh ! louez le Seigneur, aimez-Le…?... Très bien, gardez vos têtes inclinées. D’où venez-vous ? …?... De la Californie…?... plusieurs années, m’entendez-vous bien ? …?...     M’entendez-vous maintenant ? …?... comme la femme qui était–qui était déterminée à entrer dans la ligne, est-ce vrai ? …?... Vous êtes Espagnole, il n’est pas étonnant que vous croyiez…?... je n’en ai jamais vu une faillir jusqu’à présent. C’est vrai. Eh bien, c’est vraiment bien. Maintenant, rentrez simplement chez vous et réjouissez-vous. Que Dieu vous bénisse, sœur…?... Que Dieu vous bénisse, sœur. Maintenant, vous pouvez dire : « Gloire au Seigneur. » Maintenant, observez, observez donc–donc maintenant la différence quand un homme cherche à faire des choses et quand c’est Dieu qui les fait.

Maintenant, inclinez la tête…?... Cette femme est sourde, totalement sourde…?...

Dieu Tout-Puissant, je Te prie d’être miséricordieux…?... cette femme qui vient ici maintenant pour être guérie de…?... se tient ici, sourde. Et, Père, je sens maintenant que Tu es proche, que les bénédictions me sourient et que maintenant notre sœur que voici peut être guérie. Ô Dieu Eternel, aie maintenant pitié, pardonne et oublie, Père, nous prions pour notre erreur, d’avoir osé faire de Ta Puissance l’objet de risée pour beaucoup d’incroyants. Tu n’as jamais guéri pour faire parade aux yeux de gens…?... ils doivent être guéris…?... en croyant…?... Tu n’as que… Tu ne peux pas sauver les gens…?... afin que Tu puisses les sauver. Tu les sauves parce qu’ils croient en Toi. Ô Christ, maintenant je Te prie de donner de la force et guérir cette femme. Toi, esprit de surdité, quitte cette femme. Sors d’elle au Nom de Jésus-Christ. M’entendez-vous ? [Frère Branham claque les doigts – N.D.E.] Pouvez-vous m’entendre ? M’entendez-vous…?...

  46.    Maintenant, très bien, nous aimerions prier pour un petit garçon ici…?... Père, j’impose les mains au petit garçon, je Te prie, Père, au Nom de Ton Fils, Jésus-Christ de Nazareth. Amen. Croyez-vous maintenant, sœur…?...

Père, je prie pour cette petite fille, on l’a apprêtée pour que Ton serviteur prie pour elle. Je lui impose les mains, Père, comme Tu as enseigné que nous devons le faire. Et Tu as dit que la prière de la foi sauvera le malade, et Dieu le relèvera. Et je Te prie de la guérir au Nom de Jésus-Christ. Amen.

Croyez-vous, sœur ? Que Dieu vous bénisse. Ô Dieu, je prie pour ma sœur que voici, de Californie, qui a un épuisement général. Maintenant, je prie, Père…?... Je Te prie de…?... j’impose les mains à…?... Ô Dieu notre Père, je Te prie de la guérir de cette maladie qu’elle a…?... et je lui impose simplement les mains…?... je Te prie de la guérir au Nom de Jésus-Christ. Ô Père, je Te prie de guérir cet homme de sa…?... maladie. Nous Te prions de le rétablir…?... Je demande cette bénédiction au Nom de Ton Fils, Jésus-Christ. Amen. Croyez-vous, monsieur ? Très bien. Ô Jésus, le Fils de Dieu, je Te prie de guérir ce petit garçon et de le rétablir, Père. Il a une infection, dit-on, et je Te prie de le guérir, au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu te bénisse, petit garçon.

Père, je Te prie de guérir ce petit garçon, qui a été amené ici cet après-midi pour qu’on prie pour lui. Et je Te demande, ô Dieu, alors que je lui impose les mains, de le guérir et de le rétablir au Nom de Ton Fils, Jésus-Christ. Amen…?...

  47.    Père, je Te prie de guérir mon frère et de le rétablir. Au Nom de Jésus-Christ, je le demande. Amen. Ô Dieu, je Te prie de guérir cet homme… [Espace vide sur la bande – N.D.E.] et de le rétablir, au Nom de Jésus-Christ, je prie. Amen. Ô Dieu, je Te prie de guérir ce garçon et de le rétablir, au Nom de Jésus-Christ. Amen. Ô Dieu, je Te prie de guérir cette femme et de la rétablir, Père, au Nom de Jésus-Christ. Ô Dieu, je Te prie de guérir ma sœur et de la rétablir, Père, au Nom de Jésus-Christ, je le demande. Amen. Que Dieu bénisse…?...

Que–qu’est-ce qui ne va pas avec vous ? …?... Non, vous regardez ma main. Maintenant, que tout le monde soit vraiment respectueux, j’aimerais vous parler juste un instant. Ne quittez pas, c’est vraiment très capital, ne quittez pas maintenant. Encore environ deux minutes seulement…?...

Ô Dieu, je Te prie de guérir ma…?... Seigneur, et de la rétablir…?... Au Nom de Christ, je prie…?... Ô Dieu, je Te prie de guérir mon…?... Au Nom de Ton Fils Jésus-Christ. Ô Dieu, je Te prie de guérir mon frère, au Nom…?... Ô Dieu, guéris ma sœur. Je Te prie de la rétablir au Nom de Jésus-Christ. Ô Dieu, je Te prie de guérir mon frère au Nom de Jésus-Christ. Ô Dieu, guéris mon frère, au… de Jésus-Christ. Ô Dieu, guéris mon frère…?... Ô Dieu, guéris ma sœur, au… Jésus…?...

Vous n’avez jamais…?... avez jamais été dans une…?... malade, au moins une demi-douzaine ou deux douzaines ou plus, extraordinaires là, s’accompliront, est-ce vrai ? Levez la main si c’est vrai, si c’est le cas. C’est bien. Eh bien, qu’est-ce qui a fait cela ? Je vous ai dit au commencement que je… Généralement, frère Kidson aime descendre prendre un groupe de malades et d’affligés, les placer devant ; amener les gens à avoir la foi, à croire en voyant ces miracles être accomplis. Est-ce vrai ? Vous avez tous vu cela dans des réunions. Et c’est ainsi que les gens se précipitent et cherchent à occuper le devant. Et j’ai promis à Dieu, ici devant vous tous, environ deux mille personnes, ici, je pense, ou à peu près, ou, je pense, mille cinq cents, mille huit cents environ.

  48.    Maintenant, écoutez, j’ai promis à Dieu, si c’est Sa divine volonté, qu’Il accomplisse tous ces miracles cet après-midi, pour tout celui qui viendra devant moi. Est-ce vrai ? Combien se souviennent que j’ai dit cela ? Qu’ils disent : « Amen. » Et je lui avais dit que si ce n’était pas Sa volonté, je le saurais désormais, et je ne le permettrais pas désormais à qui que ce soit de former des lignes de miracles, de venir devant la sal… venir premièrement devant moi. Combien m’ont entendu dire cela ? Dites : « Amen. » Et il n’y a qu’une seule personne qui est passée ici cet après-midi, et elle a été retirée de la ligne des miracles, quelqu’un l’en a retiré là, qui a été guéri de surdité. Est-ce vrai ? Eh bien, jamais de ma vie je n’ai vu cela auparavant.

Maintenant, avec l’aide du Dieu Tout-Puissant, je n’aimerais pas que quelqu’un m’amène une personne et dise : « Guéris cette personne », plus jamais. Dieu a permis cela aujourd’hui. Et combien ici m’ont entendu dire que l’Ange de Dieu m’avait rencontré à Vandalia, en Illinois ? Ce matin-là, j’avais témoigné devant les gens. Il s’est tenu là dans un grand arc-en-ciel au milieu de la pièce, s’était tenu là devant ces gens-là, et Il m’avait dit que je réduisais trop ce don de guérison à l’opération des miracles. Combien se souviennent m’avoir entendu dire cela ?

Très bien, j’ai tout bonnement continué à faire cela malgré tout, parce que les gens m’y poussaient, disant : « Occupe-toi de ceci et de cela. » Et jamais de ma vie, avant cet après-midi, je n’avais vu quelque chose se présenter devant le don de guérison sans être guéri. Mais je voulais m’assurer que j’accomplissais la volonté de Dieu. Il s’est donc fait qu’aujourd’hui, et Dieu sait que je ne serais pas assez hypocrite pour dire cela, je suis venu directement prêcher moi-même aux malades.

Mais Balaam, ces hommes lui avaient dit : « Viens, viens de toute façon. Maudis ces gens. Maudis ces gens. » Si le… et le… hier soir, je vous avais dit, la soirée avant celle d’hier, que l’Ange de Dieu s’était tenu dans la pièce où j’étais ; vous en souvenez-vous ? C’est suffisant pour moi comme témoignage, mes amis. Je n’aimerais pas que quelqu’un amène l’autre, disant : « Guéris tel, guéris tel autre. » Que Dieu rende témoignage…?... Très bien. Eh bien, c’est vrai.

  49.    Eh bien, le dimanche prochain, nous ferons passer la ligne exactement comme nous l’avions toujours fait. Et maintenant, écoutez, dans toute cette réunion, aujourd’hui, et il y a beaucoup de sourds qui sont passés ici, et des sourds, et cela, après que j’eus donné l’ordre à cela, même les vibrations ne quittaient pas, c’est vrai. Cela quittait, puis ça s’emparait d’eux et ça revenait. C’était juste un témoignage.

Maintenant, j’aimerais que les mêmes sourds-muets qui étaient ici aujourd’hui viennent dans la ligne le dimanche prochain, juste dans une ligne ordinaire, voyez. Revenez dans la ligne, juste une ligne ordinaire. Et que personne… rappelez-vous, que personne ne vienne vers moi me demander d’accomplir des miracles, plus jamais, voyez. Maintenant, Dieu a permis cela cette fois-ci, et vous en êtes tous témoins. Est-ce vrai ? Dites : « Amen. »

Il continuera à accomplir des miracles, mais pas pour ceux qui réclament les miracles. J’aimerais désormais être conduit par l’Esprit de Dieu sur ce que je fais, peu importe ce que frère Kidson ou n’importe qui d’autre dit à ce sujet. C’est suffisant comme témoignage pour moi et pour le Dieu Tout-Puissant. Pensez-vous que j’ai raison ? Si vous le pensez, levez la main…?... Je pense que maintenant je suis sur le point de pouvoir mettre les choses en ordre. Que Dieu Tout-Puissant bénisse et aie pitié.

  50.    Maintenant, amenez votre… ces mêmes personnes dans la ligne la semaine prochaine ou passer dans l’autre ligne afin qu’elles puissent êtres guéries. Mais que jamais personne ne me demande de venir guérir tel, guérir tel autre. Je laisserai le Saint-Esprit me dire sur qui m’arrêter et sur qui ne pas m’arrêter, est-ce vrai ? Amen. Maintenant, inclinons la tête pendant que je Lui demande juste un instant, s’il vous plaît. Soyez respectueux, ami, ne soyez pas irrévérencieux…?...

Père, je Te remercie aujourd’hui de ce que Tu m’as permis de croire Ta main puissante. Je comprends maintenant pourquoi Ton Ange était venu dans la pièce l’autre soir. Il était un Témoin, ô Dieu ; j’avais tort. J’ai tort depuis le temps même où…?... Maintenant, Père, pardonne Ton serviteur…?... Et à partir d’aujourd’hui, autant que je sache, je vais…?...

Et puis, aujourd’hui…?... voir si je devais garder tout, la ligne de prière, tout est ligne des miracles. Et nous T’avons parlé, ou nous T’avons plutôt demandé si Tu voudrais qu’on amène tout le monde ici et que Tu les guérisses, alors je continuerai et je n’aurai que des lignes de miracles. Mais si Tu ne guéris pas les gens dans la ligne des miracles, alors ce sera un signe que Tu vas les guérir en les laissant passer et croire…?... Or, l’Ange de Dieu m’avait dit qu’il arrivera qu’ils ne croiraient pas à moins qu’il y ait un miracle. Et Tes Paroles ont été confirmées. Dieu Tout-Puissant, pardonne-moi pour ma stupidité. Et je Te prie d’être avec moi maintenant et de m’aider tout au long du parcours à partir d’ici. Désormais, Père, je suivrai uniquement la conduite de Ton Esprit. Pardonne-moi, ô Dieu, aide-moi maintenant à aller de l’avant à partir de cette salle cet après-midi, sachant, devant des témoins, des milliers de gens ici, ou des centaines de gens plutôt, que Tu es ici et Tu as confirmé Ta Parole en ce jour devant tous.

Accorde-le, Père, et qu’on ait le dimanche prochain la plus grande réunion qui puisse jamais exister dans le futur, ou plutôt dans le passé, je veux dire. Et puis, Père, Ton glorieux Nom sera glorifié, car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

  51.    J’aimerais savoir parmi ceux qui sont dans l’assistance, dans la réunion, combien pensent que ce que je fais est bien. Voici ce qui s’est passé. Il y a un peu d’agitation quand on cherche à occuper le devant, est-ce vrai ? Et de l’agitation, tout le monde cherche…?.... Désormais, Dieu, étant mon soutien, je garderai la même ligne, je la ferai passer là donc comme je le fais, en ordre. Je me tiendrai simplement là et je prierai pour les gens, et ils sont censés me croire ; et ils en sont arrivés à ne pas croire. Pourquoi les femmes sont-elles revenues ici et m’ont dit : « On n’a même pas prié pour moi », alors qu’elles étaient passées dans la ligne ? C’est parce qu’il ne s’était pas accompli de miracle. Et des centaines de lettres affluent dans mon secrétariat et il y est écrit : « On n’a même pas prié pour moi, je suis passé dans la ligne rapide. » Vous êtes censés croire, amis, et prendre Dieu au Mot.

Maintenant, allez-vous prier pour moi cette semaine ? Et le dimanche prochain, nous reviendrons et nous verrons le Seigneur guérir Son peuple. Que Dieu vous bénisse.

EN HAUT