ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication QUESTIONS ET RÉPONSES n° 3 de William Branham a été prêchée 64-0830M La durée est de: 3 hours and 10 minutes .pdf La traduction VGR
Télécharger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

QUESTIONS ET RÉPONSES n° 3

1          Inclinons la tête. Seigneur Jésus, nous Te sommes reconnaissants ce matin de l’occasion qui nous est donnée de venir en Ta Présence, d’avoir ces moments de communion fraternelle et d’être assis ici dans les lieux Célestes en Jésus-Christ. Maintenant, Seigneur, nous Te prions de continuer à être avec nous, alors que nous parlerons de Toi. Puissent nos cœurs être remplis de joie, alors que nous considérons Ta Parole et les promesses que Tu nous as faites. Bénis notre pasteur, nos collaborateurs, tous les frères et sœurs qui viennent ici pour être avec nous, et qui se rassemblent ici, dans ce petit endroit que nous avons désigné comme lieu de rencontre pour Toi. Et nous Te prions de nous bénir dans tout ce que nous ferons aujourd’hui. C’est au Nom de Jésus que nous le demandons. Amen. (Vous pouvez vous asseoir.)

[Frère Branham parle à quelqu’un sur l’estrade.–N.D.É.]

2          Ceci est un petit moment de répit pour moi, pendant quelques instants. J’ai eu les réunions, là-derrière, les entretiens; je devais avoir, soit des entretiens ou bien, ou–ou m’occuper des questions et y répondre. Pratiquement pour tous les cas de ce matin, il y a eu des visions, alors il m’a fallu, j’ai dit à Billy que si Frère Neville n’était pas trop occupé, je prendrais cette pile de questions et viendrais vite ici pour accorder un moment de répit à mon esprit. C’est que ça m’épuise pas mal... Ces–ces visions, c’est... Mais les gens ont été aidés; c’est l’essentiel. L’essentiel, c’est qu’ils aient été aidés; c’est–c’est ça le bon côté. Et donc, je vais reprendre un peu plus tôt cet après-midi, alors je pourrai m’y remettre cet après-midi, à mes cas spéciaux, aux entretiens.

3          Maintenant, nous sommes heureux, ce matin, de voir nos amis et... Or, ceci... Il ne faut pas en vouloir à Billy à cause de ceci. C’est que, il devait aviser les gens, si j’allais continuer à répondre à ces questions. Je me suis dit que j’aurais peut-être, peut-être une–une heure ici, ou quelque chose comme ça, pour répondre aux questions. Certains de mes... J’aime... je n’aime pas partir, quand je fais quelque chose, j’aime aller jusqu’au bout. Voyez? Alors, ces questions et tout, je–j’aime pouvoir dire que je–je–j’ai terminé. Si j’ai trop de choses dans, à l’esprit, ça me met sous tension. Et je ne veux pas être tendu à cause de quoi que ce soit; je–je vais rentrer à la Maison, dans la Gloire, un de ces jours.

4          Un de mes vieux amis me disait, il y a quelques jours, il disait : “Je suis fatigué de vivre sans jamais vraiment défaire mes bagages.”

J          e lui ai dit : “Cher frère, je voudrais te demander quelque chose. Je voudrais te dire quelque chose. J’ai le mal du pays. Ça fait vingt ans que j’ai le mal du pays, mais je n’ai pas de chez-moi où aller.” Voyez? C’est vrai. C’est terrible de dire ça. Je pourrais m’asseoir et pleurer tant je désire rentrer quelque part où je sois chez moi. Je n’ai aucun chez-moi où aller. Où que j’aille, je n’y reste que quelques jours, et je suis prêt à aller ailleurs. C’est que je, j’ai toujours été comme ça; je–je suis né comme ça. Ma femme m’appelle “Vents agités”. C’est que je–c’est que je suis ici, et puis là. Et c’est une situation très difficile, ça, mais je pense qu’il fallait que je sois comme ça à cause de mon ministère. Par contre, beaucoup d’entre vous admirent... Eh bien, nous admirons tout ce que nous pouvons faire pour Dieu, mais gardez-vous bien de...

5          Bon, il n’y a ici que le groupe des gens d’ici, ce matin. Voyez? Mais j’ai–j’ai le mal du pays. Je veux rentrer chez moi, et je ne sais pas où aller. Vous dites : “Et si vous alliez en Arizona, puisque votre famille est là-bas?” Ça va pendant deux ou trois jours, puis il faut que je m’en aille ailleurs. Alors je vais là-bas, et là-bas ça va pendant deux ou trois jours, puis il faut que j’aille ailleurs. Donc, il n’y a vraiment pas de chez-moi où je puisse aller, et j’ai le mal du pays.

6          Eh bien, il y a un Pays où je serai chez moi. Je–je m’en irai dans celui-là, un de ces jours, mais il faut d’abord que je vous aide. Voyez? C’est pour ça que je suis ici, c’est pour vous aider. Tant que ce moment-là ne sera pas venu, alors, quand je ne pourrai plus vous aider, à ce moment-là je–je voudrai rentrer à la Maison. À ce moment-là, je voudrai rentrer là où je serai réellement à la Maison. Mais il existe quelque part un Endroit que j’aimerai tellement que je ne voudrai pas en revenir.

7          Par exemple, je quitte Jeffersonville, je m’absente pendant quelques semaines; je désire revenir. Je vais en Arizona, je trouve ça formidable; je désire revenir. Je vais ailleurs; je désire revenir. Et je vais ici, je vais là, et je, puis je pense que je désire venir ici. J’arrive ici, je suis ici seulement quelques jours, et je vous vois tous; je désire aller ailleurs. Vous voyez, mes enfants sont dispersés dans le monde entier, et je–je... ceux que j’ai engendrés à Christ. Et je... Alors, je n’ai aucune demeure. Je désire les rassembler tous, un de ces jours, vous voyez, selon la volonté du Père, et alors nous–nous aurons une demeure, là nous n’aurons plus à errer. Voyez? Je suis fatigué de vagabonder et de n’avoir aucun endroit où rester.

8          Le conseil que je donnerais à n’importe qui, c’est de ne jamais mener une vie nomade, vous voyez, à moins que ce ne soit un ministère qui vous appelle à être comme ça, parce que moi, je–je donnerais n’importe quoi, ce matin, pour avoir un endroit, ici sur terre, où je puisse aller et dire : “Je suis ici chez moi!” Je–je, si je les avais, je donnerais un million de dollars pour avoir ça. Pour avoir un endroit dont je pourrais dire : “Oh, j’aime tant cet endroit; je ne veux plus jamais le quitter.” Je–je donnerais n’importe quoi. Mais je–je n’arrive pas à le trouver.

9          Je suis un peu comme Abraham : je cherche une Ville. Voyez? Je n’arrive pas à la trouver, pourtant je sais qu’elle existe. Mais vraiment, je n’arrive pas à m’adapter à aucun endroit sur cette terre. Il ne semble tout simplement pas... Il y a de braves gens, de beaux endroits, on va par ici, il fait trop humide; on va par là, il fait trop sec; on monte par ici, il fait trop froid; on descend par là, il fait trop chaud. Voyez? Et on... Il n’y a aucun endroit; on n’est tout simplement pas chez soi. Je ne veux pas pleurer sur votre épaule pendant tout le temps dont je dispose ici, mais je...

Eh bien, nous sommes reconnaissants au Seigneur. Amen! Soyez reconnaissants pour toutes choses. Je suis ainsi, parce que je suis ainsi. Dieu a fait de moi ce que je suis. Et je ne peux être rien d’autre que ce qu’Il a fait de moi. La mélancolie et ce genre de chose là. On me dit qu’il faut tout simplement que je sois comme ça, pour être ici-bas l’aide qu’Il veut que je sois, ce pour quoi Il m’a envoyé ici. Et je veux être ce genre de personne là. Si c’est comme ça qu’il fallait que je sois, c’est ce que je veux être. Quelle que soit la volonté du Royaume de Dieu, ou, la volonté de Dieu, c’est ce que je veux être.

10        Maintenant, prions encore. Seigneur Jésus, ces questions sont ici devant nous, Père. Je ne peux pas y répondre, Seigneur. Je–je suis incapable de répondre à ces questions par moi-même, mais je sais que Toi, Tu en es parfaitement capable; en effet, car ce sont des choses qui tiennent à cœur aux gens. Utilise-moi, Seigneur, pour les soulager de ce qui pèse sur leur cœur, je T’en prie, Père. C’est au Nom de Jésus-Christ que je le demande. Amen.

11        Maintenant, nous allons commencer... Je pense qu’on n’enregistre pas ceci, alors c’est simplement, c’est en ordre, je pense.

Maintenant, la chose qui, la raison pour laquelle je me fais du souci quand il s’agit des questions, c’est qu’une chose me trouble toujours joliment, ou plutôt, gravement : de devoir répondre aux questions sur le mariage et le divorce. Oh! la la! Les appels téléphoniques, les lettres; et un frère s’est enroulé dans une couverture et est resté assis sur mon perron, de minuit jusqu’au lever du soleil, le lendemain matin. Des ministres qui appellent de partout, ils se sont mariés deux ou trois fois, et tout. Des ministères... Je voudrais vous demander une chose. J’en ai encore plusieurs là-dedans, je le sais. Je ne les ai pas toutes regardées, mais il y en a encore plusieurs là-dedans.

12        Souvenez-vous simplement de ceci! Ceux d’entre vous qui sont mariés, divorcés et remariés, promettez-moi une chose. Voyez? Vous avez mis votre confiance en moi. (Je–je pense que ceci n’est pas enregistré. Je ne...) Vous–vous–vous avez... Vous me croyez en tant que votre prophète envoyé de Dieu, votre serviteur, alors croyez-moi sur parole là-dessus, d’accord? Continuez simplement à vivre tels que vous êtes. Ne vous avisez pas de refaire une chose pareille, mais vivez, allez-y, vivez heureux, tout simplement. Vous avez, vous êtes sauvés. Si vous êtes Chrétiens, allez-y, vivez pour Christ; Il avait une raison de vous sauver.

13        Maintenant, quand je reviendrai, si le Seigneur le veut, je vous expliquerai cela dans la Bible. Voyez? Et ne vous faites pas de mauvais sang. Beaucoup d’hommes m’ont dit, ils ont dit : “Eh bien, j’aime ma femme; mais je, il va falloir que je la quitte, c’est tout; je–je ne veux pas manquer l’Enlèvement.” Ne faites surtout pas ça! Restez simplement comme vous êtes, jusqu’à ce que vous m’entendiez de nouveau parler, vous voyez, sur le sujet. Alors, quand je... Je ne peux pas l’expliquer en dix ou quinze minutes; ça prendra un certain temps pour l’expliquer, parce qu’il faut que ce soit l’Écriture. Il faut que ce soit l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Sinon, ce n’est pas juste.

14        Je connais ces questions, ce que Jésus a dit, ici : “Si un homme répudie sa femme et en épouse une autre, si ce n’est pour cause de fornication, il commet un adultère; quiconque épouse une femme répudiée vit dans l’adultère.” Ces choses-là, Il avait une raison de les dire. Il était Dieu; c’est Sa Parole.

15        Maintenant, retournons au commencement, voyons de quoi il s’agit (voyez?), et alors nous pourrons apporter tout cela. Mais, tant que nous n’aurons pas fait ça, continuez simplement comme vous êtes maintenant, à faire comme vous avez toujours fait, si vous êtes Chrétiens. Si vous êtes un couple de Chrétiens, que vous êtes mariés et que vous avez des enfants et tout ça, ces petits liens qui vous unissent – ne quittez pas votre femme ou votre mari maintenant. Ne faites pas ça. Voyez? Attendez jusqu’à ce que vous m’entendiez de nouveau parler sur le sujet. Voulez-vous me le promettre? Levez la main. Bon, vous vous êtes confiés à moi, avec l’intention de me croire. Bon, vous–vous m’avez cru jusqu’ici; maintenant, croyez-moi encore un peu plus, sur le sujet.

Maintenant–maintenant, voyons un peu, j’ai de très bonnes questions ici, ce matin,...

325. Tous ceux qui font partie de l’Épouse doivent-ils habiter à moins de quinze cents milles [deux mille quatre cents kilomètres] du Tabernacle (Je crois avoir déjà eu cette question dimanche dernier. Je vais simplement les prendre et y répondre comme je peux.), quinze cents milles [deux mille quatre cents kilomètres] du Tabernacle, comme ça semble ressortir de la bande numéro deux de “La Demeure future de l’Épouse”? J’ai toujours pensé que l’Épouse sortirait de toutes les parties du monde au moment de l’Enlèvement. Suis-je dans l’erreur?

16        Non, mon cher ami, vous n’êtes pas dans l’erreur, vous avez raison. Maintenant, si j’ai dit quoi que ce soit sur la bande qui vous aurait amené à croire...

Or, je n’ai pas, celles-ci sont toutes nouvelles pour moi, là, celles-ci, je ne les ai pas encore regardées. Vous voyez? C’est une nouvelle série que j’ai eue dimanche dernier, je les ai glissées dans cette enveloppe, et laissées là.

17        Bon, quant à ceci : Non, l’Épouse n’a pas à être à un certain endroit. Beaucoup seront dans la poussière de la terre. Ils seront autour du monde; ils seront gelés dans la–la neige du nord, et–et seront dans la poussière des jungles tropicales, et–et tout autour du monde. Mais, quand la trompette de Dieu sonnera, les morts en Christ ressusciteront, se réveilleront, et sortiront de la poussière de la terre, où qu’ils soient. Et alors, quant à ceci, la résurrection sera universelle. Voyez? Partout, toute créature sur la surface du globe, qui est en Christ, sortira par Lui, avec Lui quand Il viendra, vous voyez, où que vous soyez.

18        Pensez aux arènes, du temps des premiers martyrs, où ces Chrétiens ont été jetés dans les fosses aux lions, où les lions ont tué les Chrétiens et dévoré leurs corps. Voyez? Bien qu’ils aient été dispersés, que leurs corps aient été dispersés sur la surface de la terre dans les déchets des lions. Peu importe où ils sont, vous ne pouvez pas... Vous voyez, vous êtes faits d’une substance qui provient de matière invisible, et Dieu va–va redonner cette–cette substance. Voyez?

19        Prenez, par exemple, une–une cellule. Si vous partagez cette cellule, cela devient alors une–une cellule d’une cellule, puis un atome, une molécule et ainsi de suite; et finalement cela aboutit dans l’invisible. Cela passe, du naturel, de quelque chose que vous pouvez toucher, à des gaz; des gaz aux acides... des acides aux gaz, et des gaz, ainsi de suite, jusqu’à ce que finalement c’en arrive à une seule petite chose, et c’est l’esprit. Et cet esprit qui a occupé ces gaz – il se peut que ce ne soient pas les mêmes gaz, mais vos caractéristiques seront exactement les mêmes de nouveau. Voyez? C’est l’esprit qui a contrôlé cela.

20        Autrement dit, là, quand vous devenez un jeune homme, ou une jeune femme, c’est comme si Dieu prenait une photo de vous. Maintenant, peu importe que vous soyez vieux et ridé, défiguré, ou quoi que ce soit d’autre, tout se déroulera comme prévu jusqu’au bout. Et il se peut que ce corps soit détruit, défiguré, brûlé, dévoré par les lions, n’importe quoi, mais il a été composé de gaz, de seize éléments de la terre. C’était du calcium, de la potasse, du pétrole, de la lumière cosmique et ainsi de suite, tout s’harmonise pour former le corps. Or ça, peu importe... La terre entière est remplie de ces choses.

21        Mais, bon, cette photo, c’est ça l’essentiel. Alors, à la résurrection, ces gaz, ces acides et tout ça, ils reviennent se mettre en place pour développer à nouveau cette photo. Or, cette photo n’a pas été prise quand vous aviez seize, dix-huit ou vingt ans, alors que vous étiez au mieux de votre forme. Quand a-t-elle été prise? Avant qu’il y ait une fondation du monde, elle a été placée dans le grand dossier de Dieu. Et ensuite, la seule chose qui s’est produite, c’est qu’elle s’est matérialisée ici, pour vous permettre de faire votre choix. Voyez? Alors vous êtes devenu un serviteur de Dieu. Et Lui, Il connaissait cela d’avance – c’est ce qui fait qu’Il est un Rédempteur, comme nous l’avons vu.

22        Alors, cette photo est absolument... Ceci est le négatif. La partie négative de la vie est là où vous vivez maintenant. Et pour toute chose, s’il y a un négatif, avant qu’il puisse y avoir un négatif, il faut qu’il y ait un positif. Donc, si ceci est un négatif, il faut qu’il y ait un positif quelque part. Et ceci n’est pas la chose authentique; ceci n’est qu’une préfiguration de la chose authentique qui doit venir. Maintenant, vous avez saisi?

23        Alors, peu m’importe ce qu’ils pourraient faire de vous, ils ne peuvent pas détruire ce portrait, cette photo qui se trouve dans la grande galerie de Dieu là-haut. Ils ne peuvent pas la détruire, elle est au Ciel. On aura beau brûler le corps, le donner en pâture aux lions, le traiter n’importe comment; il reviendra aussi sûr que deux et deux font quatre. Aussi sûr que Dieu l’a dit, il reviendra. Alors, peu importe où vous êtes...

24        Maintenant, si je... Je pense que si vous passez la bande... (Je ne sais pas qui a écrit ça; il n’y a aucune signature, seulement un petit morceau de papier écrit à l’encre bleue, tiré d’un petit carnet. Ça semble avoir été détaché d’un petit–d’un–d’un petit carnet.) Mais souvenez-vous, au sujet de ceci, à–à propos de cette question, bon, sur la bande, si vous remarquez, j’ai dit ceci, quelque chose à ce propos (il se peut que ce ne soit pas mot pour mot, là, si vous comparez cette bande avec l’autre), j’ai dit : “Par exemple, nous sommes ici ce matin. Cette Ville que nous désirons ardemment voir formera un carré d’environ quinze cents milles [deux mille quatre cents kilomètres] de côté.” J’ai dit : “Ça, ça irait du Maine jusqu’en Floride, et de la côte maritime est jusque huit cents milles [mille trois cents kilomètres] à l’ouest du fleuve Mississipi, un carré de quinze cents milles de côté.” J’ai dit : “Pensez-y, ici même, ce matin, il y a des gens qui sont assis ici même, qui–qui viennent effectivement d’aussi loin, d’une distance de quinze cents milles sur quinze cents [deux mille quatre cents kilomètres sur deux mille quatre cents kilomètres], qui sont assis ici.” Maintenant, je ne sais pas où sera situé le Temple sur la terre, mais à mon avis le Temple sera situé à peu près sur l’emplacement actuel de la Palestine. À cet endroit même se trouvera probablement le sommet de la montagne. Celle-ci s’étendra; bien entendu, il n’y aura plus de mer à ce moment-là. Vous voyez, ce monde a vingt-cinq mille milles [quarante mille kilomètres] de circonférence; or, quinze cent milles [deux mille quatre cents kilomètres], ce n’est pas une grande partie de ça. Mais cette grande Ville se trouvera sur cette montagne qui forme un carré de quinze cents milles [deux mille quatre cents kilomètres] de côté.

25        Or, ce qui me fait croire ça, ce sont les prophéties et les choses qui concernent la montagne de Sion, à Jérusalem, et ces villes-là. Et c’est là qu’Abraham, le prophète, a cherché cette Ville, celle dont l’Architecte et le Constructeur était Dieu. Il a cherché cette Ville dans ce pays-là. Je crois qu’elle sera là où se trouve ce pays.

26        Ce pays, c’est à peine si on peut le trouver sur la carte. C’est un tout petit point. Et regardez la surface de la Russie, des États-Unis, de l’Amérique du Sud et de tous ces endroits-là. Pourquoi Dieu a-t-Il été animé d’un tel zèle pour cet endroit-là, vous voyez, pour cet endroit-là en particulier? Voilà la question. Je ne peux pas le prouver, mais ça me semble bien être le cas. Mais, où qu’il soit, nous nous dirigeons vers cet endroit-là; alors, que l’Éternel soit loué pour ça.

27        Maintenant, si vous avez eu l’impression que je–que j’avais dit que ce serait dans un rayon de quinze cents milles [deux mille quatre cents kilomètres] du Tabernacle, c’était une fausse impression (voyez?), parce que ce ne sera pas le cas. Ce tabernacle a... Ceci, ce n’est qu’un petit endroit qui va être détruit. Et–et le monde sera consumé, et tout ceci disparaîtra. L’Indiana, ici, et les États-Unis, et tout, se dissoudra et sera réduit là à l’état de lave. Voyez? Tout péché, toute maladie, tous les germes seront détruits ainsi que tout le reste. “Puis je vis un Nouveau Ciel et une Nouvelle Terre, car le premier...”

28        Pensez-y! Dieu a mis six mille ans à construire ce monde, à l’assembler, à le former. Comment l’a-t-Il fait? La Bible dit : “Il l’a fait de choses qui ne sont pas visibles”, c’est-à-dire qu’Il a créé la terre. Maintenant, remarquez; ceci est magnifique. Le Créateur même qui avait créé la terre dans un but (Satan l’avait souillée), Il est descendu racheter ce qui restait ici-bas. Maintenant Il est parti ailleurs et Il est encore occupé à créer.

29        Or, Il a mis six mille ans à créer la–la terre, et Il va mettre deux jours à créer la Ville qui va venir sur la terre. Il... “Dans la Maison de Mon Père, il y a plusieurs demeures; s’il en était autrement, Je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place (construire une Ville d’or transparent, aux rues d’or).” Quel endroit magnifique.

Où est-ce qu’Il va trouver ça? Y a-t-il des matériaux sur les autres terres, ou sur la lune et les étoiles, et tout ça? Il n’en a pas besoin, Il est un Créateur. Il est parti construire la Ville. Amen! Ça me suffit, ça, pas vous? C’est bien. En effet, s’Il a construit celle-ci, et que celle-ci me plaît, qu’est-ce que ce sera, quand Il aura construit la nouvelle? Oh! la la! Quelle chose formidable! Alors, je suis heureux que nous soyons destinés à cette Ville. Très bien.

326. Frère Branham, j’aime le Seigneur, mais depuis l’an dernier je suis–je suis confrontée à un problème. Il semble parfois que j’aie presque perdu la raison. Qu’est-ce qu’il y a? S’il vous plaît, priez pour moi et pour mon mari.

30        Eh bien, s’il n’y a pas... Si cette personne était vue en entretien privé, comme ceux d’entre vous qui y étaient ce matin, là ce serait dévoilé, ce qu’il y a, peu importe ce que c’est. Voyez? Le Seigneur révélerait ce qu’il y a. Mais maintenant, comme je ne sais pas qui vous êtes, et que vous n’êtes pas assise ici; il est seulement dit : “Une soeur en Christ.”

31        Bon, maintenant, si c’est, si vous avez fait quelque chose de mal, qui vous tracasse, alors examinez ça avec la Bible et voyez ce que vous devez faire. Mais si vous n’avez rien fait, et que rien ne vous condamne, c’est peut-être vos nerfs. Voyez? Il y a beaucoup de choses qui ont pu se produire : peut-être qu’il y a un problème, quelque part dans votre vie. Peut-être qu’il s’agit ici d’une–d’une femme qui est dans sa ménopause. C’est la période où tout va mal en elle, alors qu’elle n’a rien qui ne va pas, et pourtant tout va mal en elle. Et elle ne fait pas semblant, elle se sent réellement comme ça; c’est tout ce qu’il y a de plus réel. Toute personne qui est nerveuse est comme ça. Et n’allez jamais contredire cela.

32        Et vous, les maris, à l’égard de vos femmes, lorsqu’elles traversent cette période de la vie, si jamais vous, si jamais elle a été votre petite chérie, qu’elle le soit précisément à ce moment-là, parce qu’elle a besoin de vous. Elle a vraiment besoin de votre aide; elle a besoin de quelqu’un pour l’aider et pour la comprendre. Parlez-lui, prenez-la dans vos bras comme–comme–comme si elle était votre petite chérie, et c’est ce qu’elle devrait être. Et–et comprenez-la, parce qu’elle traverse une période où toute sa constitution se modifie, et vous devez être gentil avec elle pendant cette période-là.

33        Je pense que c’est à cause de ça que M. Rockefeller a fait une erreur fatale. Il était aimé de la nation, il aurait probablement été notre prochain président. Mais quand sa femme a eu sa ménopause, qu’au moment de sa ménopause il l’a quittée pour épouser sa secrétaire, vous voyez ce qui est arrivé? Ça montre qu’il y a encore de vrais Américains qui réfléchissent bien.

Or, j’aime M. Goldwater, ou–ou, M.  [Frère Branham fait claquer ses doigts.–N.D.É.] Rockefeller. C’est un... J’aime M. Goldwater aussi; j’aime tout le monde. Mais, je–je ne voulais pas... Certains d’entre vous, certains de mes frères républicains qui sont assis là et qui m’entendent dire ça, je...

34        Remarquez, mais je ne suis pas un politicien, je–je veux être un Chrétien. Voyez? Et ceci n’est pas un endroit pour la politique. Voyez? Toute la chose est fichue, de toute manière, cette voie-là, mais ce dont nous parlons ici est Éternel. Démocrate ou républicain... Oh, c’est un vrai gâchis, ça ne pourra jamais être racheté. La chose est finie, alors ne vous disputez pas à ce sujet. Ce qu’il faut faire, c’est de vivre pour ce Royaume. “Car nous n’avons point ici-bas de cité permanente, mais nous cherchons Celle qui est à venir.” Amen! C’est vrai. Oui monsieur!

35        Donc, la politique est d’un côté de la barrière, et je suis de l’autre. J’ai dit : “Je–j’ai voté une seule fois, c’était pour Christ; je ne peux pas faire autrement que gagner.” C’est vrai. Voyez? Vous devez voter. Voyez? Dieu a voté pour vous, et le diable a voté contre vous. Maintenant vous, ce pour quoi vous voterez, c’est ce qui déterminera votre orientation finale.

36        Alors, maintenant, je crois que cette personne est simplement, je vais considérer que c’est simplement de la nervosité. S’il n’y a rien qui vous condamne, poursuivez votre chemin et dites simplement : “Arrière de moi, Satan!” Continuez simplement à avancer. Faites preuve d’initiative, et vivez pour Dieu.

327. Maintenant : Y a-t-il une situation dans laquelle il soit permis de se remarier après le divorce, d’après (Maintenant je vais voir si ceci est... je pense qu’il y a deux ou trois questions là-dessus.), d’après les Écritures? Si je ne–si je ne demeure pas marié les fois précé-... des fois précédentes, il... y a-t-il des motifs de divorce qui permettraient même de se remarier? Je vais–je vais (a-c-h-...) la, acheter la bande (Oui!) pour recevoir cette réponse. Merci beaucoup. Je l’attendrai dimanche.

37        Eh bien, maintenant, j’ai dit ceci, vous voyez. Ne–ne... Je–je... Permettez-moi de laisser ça de côté, vous voyez, jusqu’à ce que nous en arrivions au point où, alors, où nous, où tout ceci sera éclairci. Et maintenant, souvenez-vous-en, ça, ce sera, Dieu voulant, dès que je reviendrai. La prochaine fois que je viendrai, si le Seigneur le veut, je prêcherai sur ce sujet-là. Voyez? Et maintenant... Et alors, nous l’enregistrerons de toute façon. Et si–si ça fait mal, qu’il en soit ainsi; si ça apporte un éclaircissement, qu’il en soit ainsi. Mais prenez simplement courage. Voyez?

328. Cher Frère Branham, est-il possible pour quelqu’un d’avoir le baptême du Saint-Esprit et de ne pas avoir les signes qui l’accompagnent, du–du moins pas avant le... avant un certain temps et dans les conditions fixées par l’Esprit?

38        Or, ça peut paraître embrouillé comme question, mais c’est une bonne question, une très bonne question. Voyez? Bon, voici un peu l’occasion pour moi, je trouve, de montrer ce qui est en train de se passer maintenant avec ma–ma famille ici (voyez?), je veux dire vous, ma famille, et la famille à l’extérieur, dans le monde, là où nous, où vont nos bandes.

39        Maintenant, une grande partie de mon assemblée est constituée de pentecôtistes, et c’est parce que le pentecôtisme est le message le plus récent que nous ayons, dans les rangs dénominationnels. Pour ma part, je suis certainement d’accord avec eux plus qu’avec n’importe quelle autre église dénominationnelle. Je penche vers le pentecôtisme, parce que c’est un, c’est le message le plus récent. Et tous les convertis que j’amène à Christ, j’essaie de les diriger vers une église pentecôtiste. Par contre, je les ai condamnés par tous les moyens possibles, disant que, selon l’Écriture, ils avaient tort d’être une dénomination et de refuser de marcher dans la Lumière, alors que la Lumière leur était présentée. Mais malgré tout, si je devais choisir aujourd’hui, opter pour une église parmi toutes celles qu’il y a dans le monde, j’opterais pour l’église pentecôtiste – pour ce qui est des dénominations. Mais pour ce qui est des individus, hommes et femmes, il y a des Chrétiens authentiques dans toutes ces dénominations : méthodiste, baptiste, presbytérienne, luthérienne, et ainsi de suite. Mais je parle des systèmes dans lesquels se trouvent ces gens, jamais de l’individu mais du système dans lequel les gens se sont fait prendre, dans leur dénomination. Vous le comprenez clairement maintenant (voyez?), que je–je pense que les gens, qu’ils soient catholiques romains, témoins de Jéhovah, juifs orthodoxes, quoi qu’ils soient, pour moi ça n’a pas d’importance; mais ce sont des individus pour le salut desquels Christ est mort.

40        Et maintenant, je... Quant à être d’accord avec les systèmes dans lesquels ils se trouvent... Je crois qu’il y a autant de Chrétiens là-bas, chez les baptistes, qu’il y en a chez les méthodistes, ou les presbytériens, ou quoi encore. Ce sont des Chrétiens, de vrais croyants. Et même dans l’église catholique romaine, il y a là des gens sincères qui sont de vrais hommes et de vraies femmes, qui aiment le Seigneur. Et ils n’adhèrent pas à cette église-là pour être dans l’erreur, ils y adhèrent pour être dans le vrai. Mais c’est le système qui se trouve là, c’est ça qui oriente leur pensée dans la mauvaise direction. Et si jamais, un jour, je construisais une dénomination, c’est que je vous aurais trompés et que je vous aurais amenés dans un système; loin de moi cette pensée. Et que Dieu me garde mon bon sens, pour que je vous dirige vers Jésus-Christ, la Parole. Tenez-vous-en à Elle. Voyez?

41        Mais maintenant, cette personne ici demande s’il est possible d’avoir le baptême du Saint-Esprit sans être accompagné des signes. Maintenant, ça... Si vous êtes né de nouveau, vous êtes... Si vous naissez d’abord en tant qu’être humain et en tant qu’être humain normal... Maintenant, je réponds à ceci d’une–d’une–d’une façon très juvénile. Mais si vous naissez un être humain normal, vous ferez effectivement les choses qu’un être humain normal ferait. Pas vrai?

42        Lorsque vous naissez en tant qu’humain, les traits naturels d’un être humain vous accompagnent. Vous ne vivrez pas dans un arbre, et vous ne chercherez pas à voler avec des ailes comme un oiseau, ou–ou–ou quelque chose comme ça. Ce n’est pas, ce ne serait pas un être humain normal, les actions normales d’un être humain. L’action normale d’un être humain, ce serait de travailler, de fonder, de se marier, de fonder une famille, de faire ces choses-là. Ça, ce sont les êtres humains naturels, normands... normaux, parce que c’est ce que vous êtes de naissance. De même, quand vous naissez comme Chrétien, que vous naissez de l’Esprit de Dieu, vous revêtez naturellement les attributs de Christ. Vous voyez?

43        Maintenant, si nous prenions ici, ce matin, les gens de cette assemblée, vous qui venez ici écouter l’enseignement jour après jour, et tout, vous découvririez que vous êtes différents les uns des autres, parce que vous–vous êtes différents. Vous–vous êtes faits différemment, vos–vos goûts sont différents, vous–vous mangez différemment, mais vous mangez tous de la nourriture. Mais, bon, qu’un individu soit tout à fait pareil à l’autre; vous êtes différents l’un de l’autre. Pour les Chrétiens, c’est la même chose. Vous ne pouvez pas dire : “Maintenant tous...” Tous parlent-ils en langues, tous prophétisent-ils, tous? Voyez?

44        Vous devez surveillez ces choses, parce qu’un Chrétien contracte les–les habitudes d’un Chrétien; et il mène la vie d’un Chrétien. Jésus a dit : “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru.” Remarquez : “En Mon Nom, ils chasseront les démons; ils saisiront des serpents ou boiront des breuvages mortels; et ils parleront de nouvelles langues.” Et–et ces choses accompagnent effectivement les Chrétiens.

45        Or, la personne a un très bon point ici : “Ou devons-nous attendre un certain temps ou les conditions fixées par le Saint-Esprit?” J’aime ça. Voyez? Maintenant, vous saisissez? Au moment fixé par le Saint-Esprit! Dieu assigne des choses.

Et là, je pense que si les pentecôtistes essayaient (ceux qui écoutent cette bande), vous me comprendriez si vous saisissiez ici pourquoi je suis en désaccord avec vous qui défendez l’idée selon laquelle ils doivent tous parler en langues. Je–je ne peux pas concevoir que ce soit juste, parce que ce serait... J’aime la tarte aux cerises, mais il est inutile, – et je suis un être humain, – mais il est inutile pour moi de chercher à vous dire : “Si vous ne mangez pas de tarte aux cerises, vous n’êtes pas un être humain.” Voyez? Mais, manger de la tarte aux cerises n’est qu’une des habitudes de l’être humain. Voyez? Vous pouvez être en désaccord avec moi là-dessus, mais–mais c’est–c’est vrai. Bon, l’un mangera ceci, et l’autre, lui, il fera autre chose.

46        Or, le Saint-Esprit assigne ces fonctions, mais quand vous essayez d’entrer de force là-dedans... Si je disais que vous devez manger de la tarte aux cerises; mais si la tarte aux cerises vous faisait vomir? Quand même, vous vomiriez, et vous essaieriez de manger de la tarte aux cerises, et vous vomiriez, et...?... Voyez? Vous–vous–vous vous faites du mal, et c’est ce que vous essayez de faire, quand vous essayez de vous forcer à faire quelque chose qui est contraire à l’Esprit. Il a destiné votre vie à une certaine chose. Comprenez-vous? Voyez?

47        Et vous, quand vous êtes rempli de l’Esprit, en voici un des meilleurs signes que je connaisse : vous êtes tellement amoureux de Christ, et vous croyez que chaque Parole qu’Il dit est la Vérité. Voyez? C’est ça la preuve que vous avez le Saint-Esprit. Et votre vie est pleine de joie, et–et, oh! la la! tout est différent de ce que c’était avant. C’est ça le Saint-Esprit.

48        Or, ces dons sont dans le Saint-Esprit. Maintenant, si cette assemblée, ce matin, cette... juste une église bien confortable, pleine de... (Les pièces supplémentaires, bien entendu, elles sont pleines aussi.) Mais, dans... Simplement... (Nous n’avons pas annoncé que nous allions répondre à ces questions, mais ces gens sont simplement venus.) Remarquez, si chaque personne ici était en harmonie parfaite avec le Saint-Esprit, si chacun de vous était rempli du Saint-Esprit et en harmonie avec le Saint-Esprit, ces signes se multiplieraient sans cesse parmi vous (voyez?); ça se produirait continuellement. Mais là où il y a de la confusion, là où il y a des différends, et là où on structure les choses, le Saint-Esprit ne peut pas se mouvoir. Vous voyez? Il ne peut pas agir à travers les gens. Voyez?

49        Et là, si je disais : “Maintenant, est-ce que vous, chacun de vous, est-ce que vous avez parlé en langues?

– Oui.

– Eh bien, vous L’avez.” “Vous, est-ce que vous avez parlé en langues?

– Non.

50        – Vous ne L’avez pas.” Là je m’en fais juge. C’est Dieu qui est Juge de ces choses.

51        Mais, regardez bien, Jésus a dit : “Voici les signes qui les accompagneront.” Voyez? Les groupes qui croient, toute la nature du Saint-Esprit coule en eux, et ils sont tous remplis d’amour et de joie, et–et ils sont tout simplement un paquet de–de–de–de gens vraiment remplis de Dieu. Vous voyez, c’est ça le Saint-Esprit. Et c’est là–c’est là qu’ils parlent en langues, si l’occasion de parler en langues se présente, eh bien, – ou qu’il est nécessaire de le faire, – ils parlent en langues. Et s’il y a une prophétie, elle parle. Et, oh, c’est tout à fait parfait, chaque fois.

52        Demandez aux quinze ou vingt personnes qui sont venues là pour un entretien ce matin, s’il y a une seule parole qui, en quoi que ce soit, n’ait pas été parfaitement exacte, en quoi que ce soit, et ces gens me sont totalement inconnus. Quoi donc, c’est le Saint-Esprit qui descend là en profondeur, et qui déterre ces choses, les met en lumière, et les leur dit. Voyez, voyez? Il n’y a là aucune erreur. Il leur dit exactement ce qu’il en est de ceci, et ce qu’il en était de ceci, et ce qu’il en est de cela, et ce qu’il faut faire pour ceci, et ce genre de chose, et ce qu’ils ont fait, et ce qu’ils doivent faire. Voyez? C’est ça, Il met tout ça en ordre. Maintenant eux, ils doivent mettre la chose à exécution.

53        L’autre soir, je parlais à un couple, et, j’étais dans un–un foyer où nous avions une rencontre, ou, nous étions juste–juste réunis autour d’une table, en train de causer. Et tout à coup, le Saint-Esprit est descendu au milieu de nous, et j’ai dit à quelqu’un qui était là : “J’ai vu un certain homme, et ils... il avait l’esprit confus quant à certaines choses,” et j’ai dit, “il était, en quelque sorte, dans la confusion au sujet du–du–du discernement.” J’ai dit : “Eh bien, c’est ici même, maintenant.” J’ai dit : “Je sais ce que vous êtes en train de penser.” Et là je suis retourné en arrière et, d’une façon détournée, j’ai répondu à toutes les questions que cet homme avait dans son esprit, qu’il... Personne d’autre que lui ne savait même de quoi je parlais. Voyez? Mais lui, il a saisi. Il savait de quoi il s’agissait. Vous voyez? Et ça, ça a fait quoi pour lui? Ça lui a montré, lui a confirmé que le Saint-Esprit me révélait réellement ce qui était dans sa pensée. Vous voyez? Et je n’avais pas à le dire aux autres. Cet homme est en train de m’écouter, en ce moment même. Or, c’est vrai. Maintenant, vous voyez comment cela se passe? C’est là une confirmation.

54        Maintenant, si toute l’Église œuvrait en harmonie, comme ça, alors, parmi nous, nous chasserions les démons, nous saisirions des serpents, boirions des breuvages mortels, toutes sortes de choses se produiraient. Mais, quand vous cherchez à imposer ça aux individus, alors vous vous retrouvez... Ça, c’est de nouveau du pentecôtisme. Alors vous récoltez Babylone, la confusion. Vous ne pouvez pas juger ces choses. Voyez? Nos cœurs sont remplis de joie et de bonheur, et, oh! la la! les oiseaux chantent. Tout est merveilleux, oh! nous sommes tout simplement remplis de l’Esprit de Dieu, et nous sommes tellement amoureux de Jésus que nous avons envie de prier toute la nuit.

55        Maintenant, je ne voudrais pas mettre cet auditoire dans l’embarras, ou même moi vis-à-vis de vous. Mais je me demande – si je demandais ce matin qui, dans cet auditoire de gens, a le Saint-Esprit, probablement que quatre-vingt-quinze pour cent d’entre vous lèveraient la main, pour témoigner que vous avez le Saint-Esprit. Ensuite je changerais de direction : je vous donnerais une preuve dans la Bible, une seule, une preuve dans la Bible; et je doute qu’il y ait même une ou deux mains qui se lèvent. Voyez, voyez? Je pourrais vraiment, vraiment vous laisser sans aucune échappatoire, mais quand on fait ça, vous voyez, on fait aussi du mal à son assemblée. Par contre, il faut les faire sortir de la petite enfance et les amener à l’état d’hommes faits. Voyez?

56        C’est comme, quelqu’un a écrit la question l’autre jour, que j’avais là, où il était dit, qui disait quelque chose au sujet de Frère Junior Jackson. Quelqu’un était allé là-bas, et on lui a dit : “Vous allez chez les ‘haricots morts’”, ou quelque chose comme ça. Frère Jackson... C’est que, dans l’assemblée de Frère Jackson, on laisse les gens parler en langues dans l’église même. Chaque fois qu’ils sentent l’Esprit et qu’ils veulent parler en langues, ils le font, un point c’est tout. Eh bien, ça c’est l’église de Frère Jackson. C’est parfaitement en ordre. Je n’ai rien contre ça, absolument rien. Junior Jackson est l’un de mes meilleurs amis, et c’est vraiment un homme pieux, rempli de l’Esprit de Dieu, et nous sommes frères. Bon, il n’est pas obligé de manger ma tarte aux cerises, je peux... Moi non plus, je ne suis pas obligé de manger sa tarte aux pommes (voyez?), mais nous mangeons tous les deux de la tarte. Nous croyons tous les deux ce Message, exactement. Ça, c’est l’ordre de l’église. J’ai dit : “Je veux que mon église essaie de se réunir.” J’ai dit, quand ça a commencé à se manifester parmi nous ici, que le Saint-Esprit parlait en langues, et tout, j’ai dit... Quelqu’un m’a posé la question, m’a dit : “Bon, Frère Branham, est-ce que tout cela est authentique?”

57        J’ai dit : “Je ne suis pas juge.” J’ai dit : “Je vais vous dire ce que nous allons faire, soumettons la chose au test. Laissons aller pendant quelque temps, ensuite soumettons la chose au test, au moment où la Parole sera présentée sur le sujet. À ce moment-là, regardez bien. Si C’est le Saint-Esprit, Il s’alignera tout de suite sur la Parole; dans le cas contraire, non.” Voyez? C’est vraiment le seul moyen de savoir; à ce moment-là, ça–ça se juge tout seul. Vous voyez? Eh bien, il–il va s’emporter, si ce n’est pas le Saint-Esprit, il va sortir de ses gonds. Voyez? Mais si C’est le Saint-Esprit, Il va tout simplement se conformer docilement à ça, parce que c’est ce que C’est : C’est le Saint-Esprit, qui se plie à l’ordre qu’Il a Lui-même établi.

58        Maintenant, pour ce qui est du parler en langues et tout, je souhaiterais que chacun de vous parle en langues. Assurément. Et souvent, de bons Chrétiens...

59        Vous voyez, si je vous disais que c’était au programme, que j’ai constaté qu’il y avait quelqu’un, non pas programme, pardon, mais dans les entretiens de ce matin. Une personne (je pense qu’elle est toujours ici dans le bâtiment) qui, c’était au sujet du parler en langues. Cette personne, c’est une personne authentique, une personne vraie, et qui a mené une vie droite. Et elle m’a entendu dire que la preuve qu’on a le Saint-Esprit, ce n’est pas le parler en langues – et ça ne l’est pas – mais j’ai conseillé à cette personne de demander à Dieu de la laisser, soit parler en langues, soit prophétiser, parce que c’est dans sa nature.

60        Premièrement, je me suis adressé à cette personne et j’ai vu quel était son lieu de naissance et sous quel signe elle était née, alors j’ai pu dire ce qu’il en était de sa naissance; les tendances de la nature des gens, sur le plan naturel, les prédisposent à aller dans une certaine direction. Puis, quand ils sont nés de nouveau, ils sont de ce côté-ci, revêtus d’une autre nature. Et là, quand vous vous retrouvez avec cette nature, ça, c’est l’intérieur, la conscience du dedans, la conscience intérieure. La conscience extérieure vous pousse dans une certaine direction; ça, c’est votre naissance naturelle. Puis, ils vont fabriquer quelque chose, et comme ça ils se retrouvent dans quel état? Ça les met en quatre, et ils se retrouvent dans un état où ils sont partagés. Ils ne savent pas quoi faire. Ils diront : “Le Seigneur veut que je fasse ceci.”

61        À l’intérieur : “Oh, je–je suis sûr que c’est–que c’est–que–que c’est conforme à l’Écriture.” Et ils commencent à faire cette chose, et bientôt, Satan, là à l’extérieur, il leur montre toutes sortes de défauts là-dedans. Alors ils disent : “Eh bien, j’ai dû...” Voyez, voyez? Ils écoutent Satan. Voyez? Vous devez prendre ce quelque chose d’intérieur, ce quelque chose à l’intérieur de vous qui est Scripturaire. Ne laissez aucune place à Satan. C’est, il est de son devoir de se tenir là et de vous taper dessus comme ça. Mais ne l’écoutez surtout pas.

62        Mais, c’est ce que j’ai dit à cette personne. Elle disait : “Eh bien, là, si seulement je pouvais être sûre d’avoir le Saint-Esprit.” Voyez? Une personne vraiment sympathique, une personne très loyale, et qui a le Saint-Esprit, mais il serait bon pour elle de dire : “Père, donne-moi ceci, juste pour que j’aie quelque chose sur quoi m’appuyer.”

63        Or, si je l’enseignais de cette manière-là, les gens chercheraient à s’approprier ça, sans avoir ce que cette personne-là possède. Voyez? Le Saint-Esprit parle effectivement en langues, mais il faut d’abord que vous ayez le Saint-Esprit avant qu’Il puisse parler en langues. Maintenant vous saisissez? Alors, si vous recherchez un don de parler en langues et que vous vous en appropriez sans...

64Maintenant, souvenez-vous, il se peut que ce soit un don authentique; il se pourrait que ce soit le Saint-Esprit qui parle en vous, en langues inconnues, et que vous soyez perdu et alliez en enfer. La Bible le dit. Croyez-vous ça? Voulez-vous un passage de l’Écriture là-dessus? Si vous voulez un passage de l’Écriture, levez la main. “Quand je parlerais les langues des hommes et des Anges...” Pas vrai? Celles qui peuvent être interprétées et celles qui ne peuvent pas être interprétées, les langues authentiques du Saint-Esprit. “Je ne suis rien”, vous voyez, à moins que cette autre chose n’accompagne cela. Il faut avoir ceci, vous voyez, alors ne recherchez pas cela, sans avoir ceci. Recevez d’abord ceci, et ensuite cela suivra automatiquement.

65        Or, la pluie tombe sur les justes et sur les injustes. Le soleil brille sur les méchants et sur les bons. La pluie tombe pour faire mûrir la moisson; elle fait aussi mûrir l’ivraie – la même pluie. Le Saint-Esprit peut descendre au milieu d’un groupe de gens et parler en langues, et donner quelque chose qui soit parfaitement vrai, se répandre au milieu des gens et les faire prophétiser, et que ce soit parfaitement vrai. C’est tout à fait exact!

66        Parfois on peut aller consulter un–un sorcier ou un médium, et ils vous diront quelque chose qui est tout à fait exact. Regardez la magicienne d’En-Dor. Saül... Ça pourrait être parfaitement vrai; là encore, ce n’est pas ça qu’il faut. Eux, ce sont des sorciers. Parler en langues, j’ai vu des démons parler en langues et écrire en langues inconnues. Ça ne veut rien dire, ça. Mais la chose authentique, encore une fois, c’est la Parole. Revenons à la Parole!

67        Donc, vous pouvez faire ces choses-là sans avoir la Parole. Mais quand vous recevez la Parole, et que c’est Elle qui le fait, alors regardez la chose s’accomplir telle quelle, la chose étant parfaitement juste. Voyez? Alors vous êtes parfaitement bien aligné.

68        Oui, le Saint-Esprit utilise ces gens, selon ce qui a été déterminé par Sa sagesse Divine. Mais la première chose...

69        Alors, qu’en est-il? Je vais vous poser une colle, là, pendant une minute. Si je disais : “Combien ont le Saint-Esprit?” Vous lèveriez tous la main. Je dirais : “Très bien, je vais voir si vous L’avez.” La Bible dit que ceux qui avaient le Saint-Esprit soupiraient et gémissaient jour et nuit, à cause des abominations commises dans la ville. Maintenant, combien de mains se lèveraient? Combien d’entre vous ne peuvent pas se reposer la nuit : vous êtes tellement remplis de joie et de la puissance de Dieu, et vous êtes tellement attristés à cause des gens qui sont perdus, que jour et nuit, vous pleurez et gémissez à cause des abominations? Vous ne... Voyez? Qui serait comme ça dans la ville? Combien y en a-t-il qui sont comme ça, dans l’église? Selon la Bible, c’est ça la preuve qu’on a le Saint-Esprit.

70        Il a dit à l’Ange qui marquait du sceau (dans Ézéchiel 9, c’est exact), Il a dit : “Prends... Passe dans la ville et fais une marque sur ceux qui soupirent et qui gémissent à cause des abominations qui sont commises dans la ville. Quant aux autres, que l’Ange destructeur les détruise.” Peu importe qu’ils aient été de bons membres et combien de ces choses ils avaient faites, Il a dit : “Mets...” Et un homme qui portait un encrier d’écrivain, qui était vêtu de blanc (ce qui représentait le Saint-Esprit), est sorti et a fait une marque sur tous ceux qui soupiraient et qui gémissaient à cause des abominations commises dans la ville. Maintenant, vous dites... Et observez aussi ce qu’Il a dit là : “Tuez, détruisez les petits enfants, les vieilles femmes, les bébés, tuez-les tous!” Les petits enfants? Oui!

71        Quand Josué est entré dans le pays de Canaan, il a dit : “Ne laissez pas vivre un seul d’entre eux. Quand même ce serait un mignon petit bébé, un petit Amalécite ou un Amoréen, tuez-le! Souvenez-vous, il grandira et deviendra un Amalécite; il contaminera le camp.” Et quand ces petits-là reviennent, comme ça, ils sont en désaccord avec la Parole de Dieu : débarrassez-vous-en. Peu m’importe de quelle dénomination il fait partie.

72        Vous dites : “Mais, ils sont bons.” Peu m’importe la bonté de ces gens! S’ils sont contraires à cette Parole, faites sortir ça du milieu de vous. C’est un petit Amalécite qui grandit. Il a l’air bien mignon, il a l’air bien innocent; on dirait qu’il n’y a pas de mal à ça, mais n’ayez absolument rien à faire avec ça. Tenez-vous loin de ça.

73        “Eh bien, Frère Branham, je–je vais là, parce que, eh bien, je ne...” Souvenez-vous bien de ceci : tenez-vous loin de tout Amalécite, de tout ce qui nie la Parole; n’ayez rien à faire avec ça, rien du tout! Combien croient que c’est la Vérité? Bien sûr que ça l’est. Voyez? Tenez-vous loin de ça!

74        Ceux qui soupirent et qui gémissent à cause des abominations qui sont commises dans la ville. Où est-ce qu’on voit ça? Je peux vous en montrer dix mille qui parlent en langues, contre un seul qui est réellement accablé à cause du péché; c’est que, ils ne peuvent même pas prier une heure. Mais saviez-vous que la Bible dit qu’il fallait marquer uniquement ceux qui soupiraient et qui gémissaient à cause des abominations dans la ville? Combien ont déjà lu ça? Bien sûr! Ça, c’était le Saint-Esprit, qui était sorti pour marquer les gens, et qui a dit à l’Ange destructeur : “Va et détruis tous ceux qui n’ont pas cette marque sur eux.” Et la marque de Dieu, c’est le Saint-Esprit, c’est le Sceau de Dieu.

75        Maintenant, où sont ces gens, qui s’y intéressent à ce point? Je peux vous entendre, vous qui sautillez et qui pleurez dans l’église; je peux vous montrer des gens qui poussent des cris et qui courent partout dans la salle; je peux vous montrer des gens qui prophétisent, et ça s’accomplit; je peux vous montrer ceux qui parlent en langues, et–et qui courent d’un bout à l’autre de la salle, et qui disent des choses qui sont réellement interprétées et qui s’accomplissent; mais où est cette personne qui soupire et qui gémit à cause des abominations qui sont commises dans la ville? Où est cette âme accablée? Vous pourriez adopter une nouvelle attitude à cet égard. Vous voyez ce que je veux dire?

76        Or, j’ai fait de mon mieux pour–pour–pour vous dire ce qu’il en est et pour vous conduire comme un père conduirait ses enfants. Vous êtes mes enfants; je vous ai engendrés à Christ par cet Évangile que je prêche. Voyez? Et je–je–je tiens à ce que vous deveniez des petits, ou–ou, des enfants, qui ont atteint une pleine maturité. Et je veux vous présenter à Christ ce jour-là, comme Paul l’a dit : “Une vierge pure.” Il n’y a pas une seule chose dans cette Parole que votre cœur ne ponctuera pas d’un “amen”.

77        Le péché n’a pas... Bien sûr, vous allez faire des choses qui ne sont pas bien, mais quand autre... dès que quelque chose vous condamne, alors : “Père, pardonne-moi.”

78        Je dirai ceci. Je viens de regarder quelqu’un, il y a quelques minutes. L’autre jour, il m’interrogeait au sujet d’un brave garçon. Nous étions à la chasse aux écureuils. Ce matin-là, j’en avais attrapé cinq; j’en avais gardé un pour l’après-midi. Dans l’État du Kentucky, il n’est permis que d’en attraper six; c’est la limite. Alors, une certaine personne a dit : “J’en ai attrapé neuf.” C’est un Chrétien, un brave garçon.

J’ai dit : “Tu as mal agi. Tu as mal agi!”

Il a dit : “Eh bien...”

79        J’ai dit : “J’en ai eu cinq ce matin-là, j’en ai gardé un pour l’après-midi. Et après avoir attrapé cet écureuil-là, j’ai regardé dans l’arbre et j’en ai compté cinq ou six qui étaient juste là, je les voyais, mais je me suis éloigné et je les ai laissés là.” J’ai dit : “Je me suis promené par ici il n’y a pas longtemps, et il y en avait une quinzaine ou une vingtaine juste là. J’ai seulement pris le nombre permis, et je suis reparti en laissant les autres là.” J’ai dit : “Si je viens dans cette région, et que je vous prêche à vous, les jeunes hommes et les gens d’ici, la chose juste, ma vie doit pouvoir servir d’exemple.” Le Christianisme, ce n’est pas ce que vous dites, c’est ce que vous vivez, ce que vous faites; c’est un exemple. Vous êtes le sel de la terre. J’ai dit : “Alors la loi dit... Jésus a dit : ‘Rendez à César ce qui est à César.’ Quand vous ne respectez pas la limitation de vitesse là-bas, qu’est-ce que vous faites? Vous faites ce qui est mal; vous péchez. Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.”

80        Vous dites : “Eh bien, la loi n’est pas bonne.” Je n’y peux rien, moi, si elle n’est pas bonne; mais c’est mal de violer le commandement de Jésus. Et si vous ne rendez pas à César ce qui est à César, alors vous avez fait ce que Jésus vous a dit de ne pas faire, et la transgression de la loi est un péché. Pas vrai?

81        Nous sommes tous coupables; nous faisons ces choses. Mais quand vous voyez que vous agissez mal, arrêtez! Les gens vous surveillent; les gens n’iront pas à l’église, mais ils vous liront, vous, ils regarderont ce que vous, vous faites.

82        Alors, recevez Christ dans votre cœur; c’est ça le vrai... Christ et le Saint-Esprit, c’est la même chose. Le Saint-Esprit, Christ signifie “le Oint”. Le Saint-Esprit est cette Onction, et c’est vous qui êtes oint. Voyez? C’est Christ en vous, qui vous oint. Vous voyez ce que je veux dire?

83        À ce moment-là vous avez la chose qu’il faut. À ce moment-là Il peut vous utiliser, pour tout ce pour quoi Il veut vous utiliser, parce que vous êtes dans le Corps et que vous avez accès à n’importe lequel de ces dons. Mais, vous voyez, de posséder l’un des dons, en étant en dehors du Corps, ça ne vous avancerait à rien. “Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, cela ne me sert de rien. Quand j’aurais la foi et que j’aurais la science de tous les mystères de Dieu, cela ne me sert de rien. Quand je livrerais mon corps pour être brûlé comme sacrifice, et que je donnerais tous mes biens aux pauvres, quand j’aurais la foi pour transporter une montagne, je ne suis rien.” Voyez? Ne vous fiez pas à ces choses-là. Le Saint-Esprit est un Être; C’est Dieu, Dieu en vous, la Personne de Dieu, qui a enflammé votre être tout entier. Vous êtes changé; vous êtes une nouvelle créature. La moindre petite chose qui est mal, Il vous dira que c’est mal, alors arrêtez; ne le faites pas. “Père, je ne voulais pas faire ça, pardonne-moi.” Voyez? Et ça–ça, c’est le Saint-Esprit.

84        Peu m’importe combien vous avez parlé en langues, combien vous avez couru, combien vous avez sauté, combien vous avez fait ceci, cela ou autre chose. Voyez? Quoi que vous ayez fait, tout cela ne servirait à rien, si le Saint-Esprit n’était pas à l’intérieur pour vous convaincre de culpabilité, quant à ce qui est bien et à ce qui est mal.

85        Donc, voilà pourquoi cette personne ici a raison. Laissez le Saint-Esprit le faire. Mais maintenant, vous voyez, bon, la cause de ceci. Laissez-moi dire ces paroles avec amour, qu’elles soient assaisonnées d’amour et–et ointes de la Parole. Voyez? Si le véritable Saint-Esprit était en vous, vous ne vous poseriez pas de questions là-dessus. Vous le savez vous-même, c’est une chose individuelle, entre vous et Dieu. Voyez? Vous savez qu’il s’est passé quelque chose. Vous savez qu’il y a eu un changement; même s’il n’y a rien–rien d’autre, c’est vous-même le changement, c’est vous. Voyez? C’est vous qui avez eu un changement, à l’intérieur de vous, et vous savez que vous L’avez. Que vous ayez ou non parlé en langues, que vous ayez ou non sauté, poussé des cris, ou quoi que ce soit d’autre, vous savez que Dieu vit en vous, que vous ne marchez pas selon votre propre pensée, que c’est la pensée de Christ qui vous conduit par cette Parole, en conformité parfaite avec Elle.

86        Bon. Mais je désire... Si les gens disent : “Eh bien, alors, Frère Branham, vous ne croyez pas que nous devrions parler en langues?” Voyez? Alors vous saisissez justement le contraire de ce que je viens de dire. Bien sûr que je crois que vous devriez parler en langues, et, certains d’entre vous. Voyez? Mais vous vous retrouvez avec des choses du genre, et moi, je me retrouve avec des choses du genre, comme, par exemple, les quinze cents milles [deux mille quatre cents kilomètres], là, vous voyez, qui seraient en relation avec le Tabernacle ici. Tout simplement, si vous ne le comprenez pas, alors demandez-le-moi. Voyez? Récrivez-moi à ce sujet, si vous ne comprenez pas. Dites simplement ce que je dis ici. Voyez? Et je... Et vous... Comme Paul le disait : “Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ.” Vous voyez? Puis, si vous voyez que je suis dans l’erreur, alors éloignez-vous de moi, vous voyez, c’est tout, parce que je–je ne serais pas la personne qui convient. Voyez?

329. S’il vous plaît expliquer. Les gens disent que Frère Branham est plus qu’un homme, qu’il peut créer, et que Jésus peut avoir exactement la même apparence que Frère Branham.

87        Maintenant, permettez-moi... La personne a dit ceci. Qui ça peut être, je ne sais pas. Mais je suis votre frère. Voyez? Jésus est votre Sauveur. Je ne peux pas être votre Sauveur, car Il vous a déjà sauvé. Or, vous êtes si près de la Vérité, là, et pourtant si loin de la Vérité, la personne qui a dit ça à cette personne-ci. Or, c’est une, il me semble bien que c’est une écriture de femme, c’est une très belle écriture. Je dirais que c’est une écriture de femme, pas toi? Frère Capps, c’est une écriture de femme, ça, tu ne trouves pas? Une jolie écriture. Je ne sais pas qui c’est. Voyez?

88        Maintenant : “Frère Branham, Jésus pourrait-Il vous ressembler, ou pourriez-vous être Jésus, ou quelque chose comme ça?” Dans un sens, cette parole-là, c’est l’exacte Vérité; dans un autre sens, cette parole-là, c’est antichrist. Voilà la différence entre le vrai et le faux. Faire de moi la Personne du Seigneur Jésus-Christ, ce serait antichrist, vous voyez, car cette Personne-là, le Seigneur Jésus, est assise à la droite de la Majesté Divine dans les lieux très hauts, et reviendra avec une grande puissance et avec gloire. Mais que Sa Vie, qui était en Lui, soit sur moi, et sur vous qui Le possédez, ça, c’est l’exacte Vérité; et vous devenez Christ.

89        Vous vous souvenez de mon Message sur les “Messiets”? Voyez? Vous êtes... Le mot Messie signifie un... “le Oint”. Maintenant, vous êtes, si vous avez le Saint-Esprit, vous devenez le oint. Voyez? Or il y a toutes sortes de oints.

90        Alors regardez bien, pour voir si ce sont des oints en conformité avec la Bible. Beaucoup sont oints. Voyez? Toute la chose est un tel amoncellement de... de confusion de toute sorte; et–et de Satan qui s’est introduit, avec toute sa ruse, et qui a imité la chose parfaitement, presque parfaitement. Il n’y a qu’un seul moyen d’être absolument sûr; contrôlez ça mot pour mot, mot pour mot! C’est le seul moyen.

91        Mais que moi, la–la personne, William Branham, ou–ou que n’importe quel autre homme ou femme soit le Seigneur Jésus-Christ notre Sauveur, ça, c’est une erreur. Par contre, être oint de Son Esprit, ce qui fait entrer Sa propre Personne, Sa Vie, en vous...

92        Cela a été présenté dans un très beau type, en Élie et Élisée, quand Élisée a été enlevé au ciel, Élie, le vieux prophète, qui rentrait à la Maison. Il était las et fatigué; et il y avait un char attaché là-bas, de l’autre côté du fleuve, et il, pour l’emporter à la Maison, avec des chevaux de feu. Et, avez-vous remarqué, au moment où Élie et Élisée ont traversé le fleuve? L’école des prophètes les observait de là-haut. Élie a pris son manteau et, ou, il a frappé le fleuve. Et à ce moment-là les eaux se sont partagées çà et là, et il est passé de l’autre côté. Et il a dit au jeune prophète : “Pourquoi–pourquoi me suis-tu? Que–que–que désires-tu?”

93        Il a dit : “Qu’une double portion de ton Esprit vienne sur moi.” Qu’une double portion de ce puissant prophète vienne sur moi?

Il a dit : “Tu demandes une chose difficile; mais si tu me vois pendant que je m’en irai, alors Il viendra sur toi.” Alors, vous pouvez l’imaginer, il gardait les yeux fixés sur le prophète.

94        Or, à cette époque, ce prophète-là était la Parole, car il était la manifestation de la Parole pour le monde. Voyez? Et il savait qu’il devait venir un ministère plus grand; en effet, il faudrait là quelque chose de plus grand. Et, quand Jésus était ici sur terre, Il était l’Élie. “Ces choses que Je fais, vous les ferez aussi; et vous en ferez de plus grandes, parce que Je m’en vais au Père.” Maintenant, comment allez-vous y arriver? Gardez les yeux fixés sur Lui! Lui, c’est Qui? La Parole! Voyez? Gardez les yeux fixés sur Lui!

95        Or, pour ce qui est de la création de différentes choses, c’est vrai. Jésus n’a jamais créé directement quelque chose, amené quelque chose à l’existence. Il prenait d’abord une substance. Il a pris de l’eau, en a fait du vin. Il a pris du pain, avec ça Il a fait plus de pain. Il a pris des poissons, avec ça Il a fait plus de poissons. Mais Il a promis qu’il se ferait des choses plus grandes que celles-là. Voyez? Vous voyez? Maintenant, pourquoi? C’est un jour plus mauvais qu’à l’époque où Il était ici. Voyez? C’est encore Lui, mais Il utilise cette tente où vous habitez. Voyez?

96        Et cette personne qui est en vous, de par votre naissance... Vous êtes Monsieur Untel; vous êtes né un certain mois, et vous êtes né sous une certaine étoile; vous êtes né sous une certaine chose, et tout ça a quelque chose à voir avec vous. Certainement!

97        Je sais que, dans le temps, je... Papa, dans le temps, il disait : “Je ne peux pas planter les pommes de terre en ce moment, parce que ce n’est pas la bonne lune. Tu ne peux pas planter les pommes de terre, Billy.”

98        Et je disais : “Je ne les plante pas dans la lune, je les plante ici, dans la terre!”

Il disait : “Très bien, Monsieur je-sais-tout, vas-y! Quand tu auras reçu quelques coups sur la caboche, là tu apprendras quelque chose.” J’ai appris. J’ai appris.

99        Je vais vous dire : prenez une planche, déposez-la dehors, sur l’herbe, à la nouvelle lune, et regardez bien ce qui va arriver. L’herbe qui est là mourra tout de suite. Déposez-la au clair de lune; vous pouvez la laisser là pendant une semaine; ça n’aura aucun effet nuisible sur l’herbe.

100      Observez la mer, au changement de lune, là-bas. Quand la marée, quand la lune disparaît, la marée la suit, elle descend; et elle est à des millions de kilomètres de la terre. Ce n’est pas tout : descendez ici dans l’État du Kentucky et enfoncez une tige dans le sol, jusqu’à ce que vous atteigniez l’eau salée; et observez ce tuyau, le niveau de l’eau, quand la lune, quand la marée est haute, et puis, observez l’eau qui se retire d’un bout à l’autre, complètement sous la terre. Certainement!

101      Plantez quelque chose qui s’étale à la surface de la terre. À la nouvelle lune, regardez comme ça va descendre et former quelque chose, comme un radis ou un navet. Plantez ça autrement, et regardez comme ça va s’étaler à la surface de la terre. Certainement, il y a un rapport.

102      Pourquoi Aaron avait-il sur son pectoral la pierre du mois de naissance de chacun des patriarches? Regardez ces mères, quand elles se sont exprimées. Quand ces mères, ces femmes israélites qui étaient en train d’accoucher, se sont exprimées, à la naissance de ces enfants, c’est ce qui a déterminé leur nom, ce qui a indiqué leur naissance, ce qui les a placés dans la patrie, ce qui les a établis pour l’Éternité.

103      Un de ces jours, quand je reviendrai passer quelque temps ici, je voudrais traiter de ce sujet-là. Exactement! Et puis regardez Jacob, quand il était en train de mourir, là, au moment où il a imposé les mains aux patriarches et les a bénis, il leur a dit exactement où ils se trouveraient. Et cela concorde parfaitement avec leur nom, et cela concorde parfaitement avec leur naissance. Alors, certainement, ça a quelque chose à voir avec vous.

104      Bon, ça, c’est votre sentier tracé, à la naissance; c’est ce que vous êtes, comme homme naturel ou comme femme naturelle. Mais, quand vous naissez de nouveau, là ce n’est pas la conscience extérieure. L’extérieur, c’est ce que vous voyez, goûtez, touchez, sentez et entendez, mais l’intérieur de ça, c’est ce que vous êtes réellement. Or ici, à l’extérieur, Satan, il vous tente et vous frappe de tous les côtés, ici; mais à l’intérieur, là, il ne peut pas le faire à moins que vous ne le laissiez faire. En effet, ici à l’intérieur, vous avez la foi, et la foi ne provient pas de la conscience extérieure; celle-ci raisonne. Mais dans la foi, il n’y a aucun raisonnement. Vous l’avez reçue de Dieu, et vous savez qu’elle est là. Peu m’importe combien ça peut sembler être faux, vous savez quand même que c’est juste; c’est l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Voyez? Il n’y a rien qui va troubler ça. Rien ne peut troubler ça; elle continue à avancer, tout droit. Les difficultés n’ont aucune importance pour elle; elle se fraie un chemin à travers tout ça, car C’est la Parole. Et la Parole est l’Épée, et la Parole tranche. L’Épée tranche pour se dégager de toutes les autres choses. Voyez? Il faut la main de la foi pour tenir cette Parole. Cette foi doit être...

105      Or, vous voyez, quand cette conscience intérieure... Voici l’intérieur; voilà l’extérieur. La Vérité, Elle est révélée à l’intérieur; ici à l’extérieur, il y a la raison. Maintenant, ça semblerait bien raisonnable, n’est-ce pas, de dire, tout simplement : “Nous allons tous aller là-bas, nous joindre aux Assemblées”? Bon, j’aime les Assemblées de Dieu, j’aime les unitaires, j’aime toutes ces églises. “Pourquoi n’allons-nous pas tous nous affilier à elles, peut-être que nous pourrions faire quelque chose de bien là-bas.” Ça, c’est un raisonnement, l’extérieur. Mais ici, à l’intérieur, soyez attentifs à ce qu’il y a là. Quand vous voyez qu’ici, ça–ça ne concorde pas, alors... Regardez les Assemblées. Il y a bien des choses qui se font là-bas, dont je ne crois pas que ce soit–que ce soit conforme aux Écritures, et je peux le leur prouver, que ce n’est pas conforme aux Écritures. Mais il y a tellement de cerveaux là-dedans. Il y a des milliers de frères et sœurs des Assemblées qui croient ceci, la Parole, et qui ne croient pas que ce qu’enseignent les Assemblées correspond à la vérité. Mais ils sont dans le filet.

106      Les baptistes, les presbytériens, les unitaires, et tous les autres, ils sont dans ce filet, là où il y a un groupe d’hommes qui se réunissent, et qui raisonnent la chose. Et l’homme, il a tellement de prestige. Celui qui est là, c’est un évêque, c’est un surveillant général : s’il dit quelque chose, qu’est-ce que l’homme de moindre importance peut dire? Il a peur de dire quoi que ce soit. “Je suis d’accord avec vous. Oui, c’est vrai! Ah oui! Oui, monsieur l’évêque, ou–ou monsieur le surveillant, vous... c’est tout à fait exact.” Il est d’accord avec lui.

107      Prenons par exemple un alcoolique ici dans la rue. Qu’un simple citoyen descende la rue, il dira : “Ce vieux clochard, il n’a rien d’intéressant.” Emmenez-le là-bas, et faites-en un agent de police, mettez-lui un insigne et donnez-lui un revolver. “Bonjour, Jean, oh, que ça me fait plaisir de te revoir!” Voyez? C’est faire acception de personnes.

108      Jésus a dit : “Comment pouvez-vous avoir la foi, alors que vous faites acception de personnes?”, comme ça, vous savez, de se solliciter, de faire acception de... Je ne me souviens pas au juste comment c’est dit là. Mais, alors que vous désirez recevoir des honneurs les uns des autres. Voyez? Vous ne devez pas faire ça.

109      Et, quand des hommes se réunissent, dans une organisation, ils s’assoient ensemble, et l’homme de moindre importance a peur de dire quoi que ce soit, parce que c’est l’évêque qui a dit ça, parce que c’est le surveillant qui a dit ça. Par contre, ne manquez pas d’égards envers cet homme, considérez-le comme un homme bien, mais souvenez-vous toujours que la Parole de Dieu est vraie et que tout ce qui y est contraire est faux. “Que ma Parole soit reconnue pour vraie, et que toute parole d’homme soit reconnue pour mensonge.” Vous le voyez? C’est ce que nous devons faire : croire cela.

110      Maintenant souvenez-vous : nous ne sommes pas la Parole, mais nous sommes la Parole. Oui. Vous avez saisi, maintenant? Jésus n’était pas Dieu, mais Il était Dieu. Il était un Homme, pourtant Il était Dieu. Il pouvait pleurer, et pourtant Il pouvait ressusciter les morts. Il pouvait pleurer à cause d’un homme qui était mort, et ensuite le ressusciter. Il était Jéhovah-Jiré, Jéhovah-Rapha, Jéhovah-Manassé; Il était totalement, complètement Jéhovah. Il était Jéhovah, et pourtant Il était un Homme. Il possédait la terre, Il avait créé la terre, et Il n’avait pas un lieu où Il puisse reposer Sa tête. Il a dit : “Les oiseaux que J’ai créés ont des nids, et Moi, Je n’ai pas un lieu où Je puisse reposer Ma tête. Les renards que J’ai créés ont des tanières dans la terre, et Moi, Je n’ai même pas ça, pas même un lieu où Je puisse être enseveli.” C’est vrai. Il a dû emprunter la tombe de quelqu’un pour y être enseveli.

111      C’est Lui qui a créé le sein de toute femme. Il n’avait aucun sein dans lequel naître; Il a dû emprunter un sein. C’est Lui qui a créé la terre, et Il n’avait aucun lieu où Il puisse être enseveli; Il a dû emprunter un–un trou dans la terre, pour y être enseveli, à Joseph d’Arimathée. Voyez? Ils ont dû–ils ont dû–ont dû emprunter un lieu, pourtant Il était Dieu, Il avait prouvé qu’Il était Dieu.

112      Maintenant vous comprenez? Nous ne sommes pas... Nous sommes des Messiets, mais nous ne sommes pas ce Jésus-là. Il est notre Père; nous sommes seulement oints de Son Esprit, et c’est pour cette raison que Sa Vie... Et c’est ce qui amène les gens à, – vous voyez, si on ne s’arrête pas pour examiner ça à fond, – ça amène les gens à croire : “Eh bien, cet homme, il se pourrait bien que ce soit le Messie.” Bien sûr qu’il l’est.

“Celui-là pourrait l’être.” Ils le sont tous les deux. Voyez? “Eh bien, comment peut-il y en avoir deux?” Il y en a des milliers. Voyez?

113      Mais, vous voyez, Sa Vie s’est partagée le Jour de la Pentecôte. Quand cette Colonne de Feu est descendue, Elle s’est partagée, comme des langues séparées qui se sont posées sur chacun d’eux, Dieu S’est partagé parmi Son peuple, parce que l’Église et Christ sont un, tout comme le mari et la femme sont un.

330. Frère Branham, comment dois-je m’y prendre pour montrer à ma femme que je l’aime vraiment, mais tout en jouant... ou, en m’en tenant à la Parole (c’est-à-dire), m’en tenant–m’en tenant à la Parole, tandis qu’il y a toujours une question comme ceci, qu’elle me pose : “Pourquoi ne mets-tu pas en pratique ce que tu prêches, ou ce que tu crois?”

114      Eh bien, alors, si votre femme, si votre femme vous dit ça, alors qu’elle a–qu’elle a raison de le dire, vous feriez mieux de vous mettre en règle. Voyez, voyez? Par contre, si elle–si elle dit ça, rien que par méchanceté, souvenez-vous, la Bible dit : “Il vaudrait mieux pour vous qu’on suspende à votre cou une meule de moulin et qu’on vous noie au fond de la mer, que si vous scandalisiez même le plus petit de Mes enfants.” Or, c’est justement ce que vous...?...

115      Cette épouse n’est peut-être pas ce genre de personne. Elle est peut-être différente. Elle est peut-être une bonne personne. Peut-être qu’elle est simplement en train de vous éprouver, pour voir ce que vous allez faire.

116      Alors, continuez à être amoureux d’elle, et qu’elle voie Jésus en vous. Faites ça, vous voyez, continuez comme ça, c’est tout. Une... J’ai présenté une petite illustration ce matin, au sujet d’une personne qui... Une fois il y avait une petite dame qui avait–qui avait reçu le Saint-Esprit. C’était une petite dame très gentille. Ils... Elle disait... Eh bien, elle avait eu une vie très dure, et son mari était alcoolique. Et alors, elle continuait à avancer. Il disait : “Si tu veux aller à l’église, chérie, vas-y!” Tandis que lui, il allait au saloon, ici, au Brown Derby. Il continuait comme ça. Alors, ils traînaient tout le temps là-bas, autrefois c’était chez Bonifer. Beaucoup d’entre vous, les anciens d’ici, vous vous souvenez de l’époque où c’était Bonifer qui tenait ça, là à l’angle de... Ça s’appelle Brown Derby maintenant, je pense.

117      Alors, ils traînaient là-bas, et voilà qu’un soir une question est venue à propos de l’église et des Chrétiens. L’un des vieux ivrognes qui étaient assis là a dit : “Des Chrétiens, ça n’existe plus, ça. Ça n’existe pas. Toute cette bande d’hypocrites,” il a dit, “vous les voyez, qui sont là à fumer, à boire et à faire la même chose que nous, et”, il a dit, “ils se disent Chrétiens. Ça n’existe pas.”

118      L’autre ivrogne s’est levé et il a dit : “Minute! Moi, j’en connais une.”

Il a dit : “Qui ça?”

Il a dit : “Ma femme.” Voyez? Elle était devenue salée. Pendant tout ce temps il le remarquait.

Il a dit : “Je parie que si elle était mise à l’épreuve...”

Il a dit : “Non, elle est toujours Chrétienne; je vais te le prouver.” Il a dit : “Je vais te dire ce que nous allons faire : montons à la maison, et je vais te montrer si elle est Chrétienne ou pas.” Il a dit : “Montons à la maison, et là, soyons vraiment ivres. Nous allons faire semblant d’être vraiment ivres.” Il a frappé à la porte, il est entré en titubant, en renversant tout sur son passage, et–et... “Allez, asseyez-vous donc par ici!”, et tout. Elle leur a installé une chaise, à chacun, et (les invités de son mari, vous savez), et elle a fait de son mieux pour leur faire bon accueil. Il a dit : “Je veux que tu nous prépares à souper.” Alors, ils... Elle est allée leur préparer à souper. Il a dit : “Nous voulons du jambon et des œufs.” Il savait qu’ils en avaient, donc ils se sont fait préparer du jambon et des œufs. Quand il est arrivé à table, il les a regardés comme ça, il a pris son assiette et il a jeté tout ça par terre, en disant : “Tu le sais, que ce n’est pas comme ça que je veux mes œufs. Venez, les gars, allons, sortons d’ici”, comme ça–comme ça.

119      Ils sont sortis et se sont assis comme ça, vous savez. Et elle est venue; elle a dit : “Chéri, je–je suis désolée de ne pas les avoir préparés comme il faut; je vais t’en préparer d’autres.

120      – Oh, foutaises! tu le savais très bien, que ce n’est pas comme ça que je les voulais”, il faisait des histoires à n’en plus finir. Ils sont allés un peu plus loin, ils se sont assis, ils faisaient semblant d’être ivres. Ils l’ont entendue, elle était là qui sanglotait un peu, en chantant tout bas :

Jésus doit-Il porter Sa croix tout seul, tout seul,

Et le reste du monde vivre dans l’insouciance?

Il y a une croix pour chacun,

Il y a une croix pour moi.

Je porterai cette croix consacrée,

Jusqu’à ce que la mort me libère.

L’un des ivrognes a regardé l’autre, et il a dit : “C’est une Chrétienne; elle a ce qu’il faut!” Et cette petite femme-là a conduit son mari, et les autres aussi, à Christ ce soir-là. Voyez? Pourquoi? Voyez? Soyez simplement très gentils. Rappelez-vous simplement qu’Il sait tout à ce sujet.

121      Alors, soeur, ou frère, qui que vous soyez, ou, il s’agit ici d’un frère, parce qu’il a posé la question au sujet de sa femme : soyez salé, c’est tout; elle aura soif, s’il y a quelque chose en elle qui puisse avoir soif. Sinon, souvenez-vous : si vous avez la mauvaise compagne, vous aurez la bonne dans le Millénium. Continuez simplement à avancer; toutes les erreurs seront rectifiées là-bas.

331. Frère Branham, enseignez-vous que l’Épouse ne doit aller dans aucune église, à moins que ce ne soit vous qui y prêchiez, ou sinon, au Tabernacle, autrement dit, au Tabernacle? (Ils ont écrit “sinon”, ça veut dire “autrement dit”.)

332. Et aussi, enseignez-vous que nous n’avons pas besoin d’observer le–le dimanche ou les jours fériés, pour ce qui est de travailler, de pêcher, ou autres? Ou... (Je dirais que c’est écrit dimanche. Il me semble que c’est dimanche. Ou, juste au bas de la page, il semble... ou, dimanche, je pense que c’est ça, les jours fériés ou les dimanches. Oui, les dimanches, est-ce bien ça qui est écrit? [Frère Branham parle à quelqu’un.–N.D.É.] Les jours de fête religieuse–les jours de fête religieuse, le dimanche et les jours de fête religieuse.)

122      Non! Vous faites erreur. Voyez? Laissez-moi relire ça et y répondre à mesure.

“Enseignez-vous que l’Épouse ne doit aller dans aucune autre église, à moins que ce ne soit vous qui prêchiez–prêchiez, ou sinon, autrement dit, au Tabernacle?” Non! Je n’enseigne pas ça. Je ne crois pas ça; je n’y crois pas. Nous avons des ministres assis ici, qui sont dispersés partout à travers le pays, et je crois qu’ils sont une partie de cette Épouse. Je crois qu’un homme ou une femme peut aller à l’église de son choix, à n’importe quelle église qui enseigne la Parole. Et je crois que, s’ils n’enseignent pas toute la Parole, et que vous ne pouvez pas aller à l’église à un autre endroit où ils enseignent toute la Parole, dans ce cas-là, allez là où ils enseignent la moitié de la Parole, jusqu’à ce que vous puissiez vous rendre là où ils enseignent toute la Parole. Quoi que vous fassiez, allez à l’église. Faites-le.

123      “Et aussi enseignez-vous que nous devons-que nous devons... que nous n’avons pas besoin d’observer le dimanche ou tout autre jour de fête religieuse, ou–ou, pour ce qui est de travailler, ou, pour ce qui est, par exemple, de travailler ou de pêcher le dimanche?”

124      Je crois que c’est un péché de pêcher, de chasser et de travailler le dimanche, quand vous pouvez aller à l’église. Maintenant, je crois que vous transgressez les lois de Dieu. “Est-ce qu’il y a un commandement à propos d’une telle chose?” Oui monsieur! Dans l’Ancien Testament, nous avons eu là un type du jour du sabbat. C’était tout... Et Jésus n’est pas venu pour vous faire observer des jours de sabbat. L’ancien jour de sabbat était le samedi, lequel se trouvait à la fin de la semaine. Le dimanche est le huitième jour, ou le premier jour de la semaine, jour où Jésus est ressuscité.

125      Je ne crois pas que ce soit bien de... Bon, si vous êtes très éloigné, quelque part dans une région sauvage, que vous êtes là-bas pour une partie de chasse, qu’il n’y a pas d’église dans les parages, ni rien du genre, et qu’il n’y a rien que vous puissiez faire; et si vous étiez à la pêche, je crois que ce serait en ordre. Mais si vous êtes là, en ville, ou quelque part à proximité d’une église, vous devriez assister au culte quelque part, ça, certainement.

126      Et je crois, pour ce qui est de travailler, je crois que si le bœuf est dans le fossé, ou que quelque chose doit être fait le dimanche, allez-y, faites-le, si vous ne pouvez faire autrement, qu’il fallait que ça se fasse comme ça. Mais si vous le faites tout bonnement, que vous attendez jusqu’au dimanche pour le faire, ou que vous le faites tout bonnement, comme ça, alors vous avez tort. Voyez? Nous ne devons pas faire ça, nous devons respecter ce jour saint.

127      Et maintenant, souvenez-vous : allez à l’église quelque part, à un endroit. Si... Je–je pourrais nommer une certaine église dénominationnelle, mais je ne le ferai pas, parce que cette église, la seule chose que je sais qu’ils enseignent, et à laquelle je crois, c’est qu’ils disent croire que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. Eh bien, moi aussi. Tout le reste de ce qu’ils enseignent est... Ils croient à, que la rémission des péchés se fait par l’eau. Or, ce ne sont pas les unitaires; eux, c’est pareil, mais ce n’est pas d’eux que je parle. Ils croient que–que la régénération se fait par l’eau, et ainsi de suite. Et moi, je ne crois pas ça. Et ils, oh, ils croient que tout ce qui touche la guérison Divine est du diable. Et ils croient en tout... qu’il n’y a qu’eux–qu’il n’y a qu’eux qui existent, et que tout ce que vous avez à faire, c’est simplement de mettre votre nom sur le registre. Et si vous ne l’avez pas inscrit là, vous êtes perdu. Or moi, je ne crois pas ça. Mais s’il n’y avait aucune autre église où aller (je n’irais pas là pour critiquer), j’irais là dans le but de les aider par ma présence, de me trouver là-bas à côté de quelqu’un, afin que le Christ qui est dans mon cœur puisse influencer quelqu’un là-bas. Allez au milieu d’eux, mais ne participez pas à leur incrédulité.

333. Frère Branham, je désire recevoir le Saint-Esprit. Je veux savoir ce qu’il faut faire. J’ai un fardeau sur mon cœur pour le salut de ma famille. Et la soeur a signé.

128      Si vous désirez recevoir le Saint-Esprit, je vais vous dire quelque chose, ma chère soeur, si vous êtes ici. Et–et, je... Frère Neville, est-ce qu’il s’agit d’un membre de l’église ici? [Frère Branham parle avec Frère Neville.–N.D.É.] Je ne–je ne me souviens pas d’eux non plus. Mais si–si vous êtes ici, Soeur B-o-u-g-h, si vous êtes ici, je vais vous dire une chose. La Bible dit : “Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice.” C’est une grande bénédiction pour vous, rien que de Le désirer. Voyez? Or, souvenez-vous : non pas du fait que vous–vous–vous L’avez, mais heureux ceux qui ont faim et soif de Lui, “car ils seront rassasiés”. Persévérez, c’est tout.

129      “Que dois-je faire pour ma famille?” Utilisez pour votre famille la même foi que vous utilisez pour vous-même. Confiez-les au Seigneur et croyez de tout votre cœur que vous allez être sauvés. Que ça... Que ça ne vienne pas seulement dans votre pensée naturelle ici, mais que ça descende tout au fond, à l’intérieur, dans le subconscient – et alors, ils sont à vous. Dieu vous les a donnés, une fois que vous avez ça ici, à l’intérieur.

130      Tout ce que vous avez dans votre cœur ici, et que vous demandez en priant, croyez que vous avez reçu ce que vous demandez. Là, vous ne pouvez plus en douter. Vous ne pouvez pas en même temps y croire et en douter. Combien savent ça? Vous ne pouvez pas croire et douter en même temps. Vous devez croire que, ce que vous demandez, vous le recevez, et alors Il a dit que cela vous serait accordé. Alors, croyez simplement pour votre famille, et ils le recevront.

334. Frère Branham, qu’en est-il de notre fils, étant donné que–étant donné que vous ne–ne prêchez pas sur les Trompettes? Vous souvenez-vous de la promesse que vous m’avez faite au téléphone à son sujet et concernant les sept Trompettes?

131      Je ne m’en souviens pas. Je ne me souviens pas de ce que c’était. Mais quoi qu’il en soit, mettez Billy Paul au courant. Quoi que j’aie promis, je le ferai. Je ne me souviens pas. Vous savez, je... Parfois je dois répondre au téléphone trente à quarante fois dans une soirée, vous voyez, alors je ne me souviens pas, c’est soir après soir, parfois, quand je suis là, alors je ne sais pas de quoi il peut s’agir.

Qu’en est-il de mon frère et de ma soeur catholiques? Merci.

132      Oh, cette personne n’est pas d’ici, elle vient de très loin, du Texas. Je... Eh bien, soeur, si vous–si vous êtes du Texas et que vous recevez cette bande, ou s’il y a une bande (je pense qu’il n’y aura pas de bande là-dessus), mais s’il y en a une... [Frère Branham s’informe au sujet de l’enregistrement du service.–N.D.É.] Sont-ils en train d’enregistrer? Vous enregistrez ça? Très bien, s’ils... La bande... Alors je vais vous dire ce qu’il faut faire. Si vous... Sur cette bande, quand vous trouverez ceci, souvenez-vous : “Qu’en est-il de notre fils, quand... au sujet des Sept Trompettes?” Je ne me souviens pas de ça, à moins que je n’aie promis de le voir, ou quelque chose comme ça, au cours des Sept Trompettes. Si je l’ai promis, je le verrai; c’est que je n’ai pas prêché sur les Sept Trompettes, j’ai prêché sur la Fête des Trompettes. Vous l’avez compris.

133      “Et qu’en est-il de mon frère et de ma soeur catholiques? Merci.” Je vais vous dire, Mme C-o-r-n-i-l-s-e-n... Si cette dame est ici, qu’elle aille voir Billy Paul ce matin. Et–et sinon, eh bien, je vais–je vais, je–je ne comprends pas de quoi il s’agit, vous voyez; c’est simplement une question. Je–je n’arrive pas à comprendre, vous voyez, de quoi il s’agit; en effet, j’ai promis quelque chose, en ce qui concerne son fils et les Trompettes, et en ce qui concerne une soeur catholique; et je–je ne–je n’arrive pas à me remettre ça en mémoire, en ce moment. Voyez donc Billy.

Ceci doit... C’est seulement une demande de prière. On donne le nom de la personne et on dit : “Maux de tête et sinusite.” Alors c’était seulement, il faut seulement prier pour eux, je pense. Très bien.

335. S’il vous plaît expliquer ce qu’il en est du mariage et du divorce. (J’ai déjà répondu à ça. Ici il y a sept questions, huit questions sur le même morceau de papier.) S’il vous plaît expliquer ce qu’il en est du mariage et du divorce.

Je l’ai fait.

336. Moïse et–et Élie sur la terre en ce moment? Moïse et Élie sont-ils sur la terre en ce moment? Sont-ils en Amérique?

134      Non! Voyez? Non, ils ne sont pas ici; ils ne seront pas là tant que l’Église n’aura pas été enlevée; alors Moïse et Élie... Combien comprennent ça? Très bien. Et voyons un peu. Ils n’ont pas mis de signature à ceci, alors, très bien. Si jamais celui qui a posé ces questions... Je crois qu’il y en a sept; j’en ai donné, noté sept. Très bien!

337. Expliquez la différence entre le “Nom de Jésus” et le “Nom de Jésus”. (Une minute.) Expliquez la différence entre le nom “Jésus” et le “Nom de Jésus”.

135      Eh bien, c’est tous les deux la même chose, s’ils sont appliqués de la même façon, vous voyez, s’ils sont appliqués à la même Personne, le nom Jésus, et le Nom de Jésus. Le Nom de Jésus et le nom–nom Jésus, c’est ce qu’Il est, Lui. Le Nom de Jésus fait allusion à la Personne, alors ce serait le même... Je pense que ce serait... Ça a du sens, n’est-ce pas? Voyez? Le nom Jésus, c’est la Personne Elle-même, et le Nom de Jésus, c’est vous qui faites allusion à cette Personne. Voyez?

136      Disons, mon nom est William. C’est moi. Très bien. Maintenant, vous dites... Je parle... Le nom de William, alors vous faites allusion à moi. C’est mon nom. Voyez? Bien.

338. Le Nom du Seigneur a-t-il changé dans les différentes dispensations?

137      Oui, oui! Autrefois, c’était appelé... Il a été appelé le JE SUIS. Il a été appelé Jéhovah, et Il a changé de nom bien des fois. La dernière fois qu’il a été changé, c’est quand Dieu a été fait chair et qu’Il a pris un nom humain.

138      Jéhovah, JE SUIS, et tous ces noms-là, ce sont des titres d’un seul Nom. Voyez? Si vous vous faisiez baptiser au nom de Jéhovah, il faudrait que ce soit au Nom de Jésus-Christ. Si vous vous faisiez baptiser au nom de Jéhovah-Rapha, de Jéhovah-Manassé, de Jéhovah-Jiré, de tous ces noms-là, il faudrait que ce soit Jésus-Christ. Le JE SUIS, c’est Jésus-Christ.

139      Vous vous souvenez, le jour où Il s’est tenu là, et qu’Il a dit : “Vous dites que vous avez mangé la manne dans le désert...

– Nos pères ont mangé la manne.

– Et ils sont morts!”, a-t-Il dit.

140      Ils ont dit : “Eh bien, nous savons maintenant que Tu es fou, parce que Tu n’es qu’un homme qui n’a pas plus de cinquante ans, et Tu dis que Tu as vu Abraham.”

Il a dit : “Avant qu’Abraham fût, JE SUIS.” Voyez? Il était le JE SUIS. Et tous les titres et tous les noms qui ont appartenu à Dieu se sont trouvés dans un Nom humain : le Seigneur Jésus-Christ. Très bien.

339. Maintenant : Si le temps prend fin lorsque les Sceaux ont été ouverts, alors... Si le temps a pris fin (pardon) lorsque les Sceaux ont été ouverts, alors le Millénium aussi–alors le Millénium aussi est terminé, n’est-ce pas?

141      Non, non! Le temps n’a pas pris fin lorsque les Sceaux ont été ouverts. Vous avez mal compris. Ce qui est arrivé, c’est que les mystères ont été révélés, et non que le temps a pris fin. Voyez? Regardez bien. Soyez très attentifs, là, et faites jouer votre bande si vous avez compris ça à l’écoute d’une bande. Voyez?

142      Le temps n’a jamais pris fin avant que... Celui qui a posé la question, ce doit être un post-millénariste ou quelque chose comme ça. En effet, vous voyez, nous avons une période de mille ans après que l’Église sera rentrée à la Maison et qu’Elle sera revenue sur la terre. Puis le temps prend fin, dans les Nouveaux Cieux et la Nouvelle Terre.

143      Or le Millénium, ce n’est pas les Nouveaux Cieux et la Nouvelle Terre. Il y aura encore le péché après le Millénium. Le Millénium, c’est un type de Noé qui entre dans l’arche, qui est transporté de l’autre côté, et qui a amené Cham et les autres de l’autre côté. Et le péché est même sorti de l’arche. Voyez?

144      Mais Énoch, celui qui a été enlevé, c’était un type de l’Épouse qui est montée – et non pas celui qui a été transporté de l’autre côté. Donc, il y aura encore le péché de l’autre côté du Millénium, mais pas pendant le Millénium. Voyez? Pendant le Millénium, c’est la paix. Voyez? Mais la question du péché sera réglée de l’autre côté du Millénium, et alors le temps disparaîtra.

145      Et maintenant, l’ouverture des Sept Sceaux, qui a été accordée par le Saint-Esprit, les Sept Sceaux devaient seulement faire connaître ce qui n’avait pas été présenté dans les dispensations qui nous ont précédés.

146      Or, un grand théologien essayait de me coincer là-dessus; il a dit : “Frère Branham, vous, Dieu vous révélera un jour le secret de ces Sept Sceaux. Ces Sept Sceaux, ce sera quelque chose que nous n’avons encore jamais appris, ce sera quelque chose qui n’est même pas dans la Bible.” Non, non! Ce ne sera pas ça, parce que, de faire ça, ce serait de... Si je vous disais ça, je serais un faux prophète, parce que, vous voyez, cette Parole, là, tout ce qui–ce qui... Toute la révélation de Jésus-Christ s’accomplit entièrement dans cette Parole. Voyez? Et si les Sept Sceaux concernaient les sept églises, ce serait déjà du passé, puisque nous sommes dans l’âge de l’église de Laodicée. Et les Sept Sceaux n’ont fait que révéler ce qui n’avait pas été présenté par ceux des époques passées, et dévoiler ce qu’ils avaient laissé en suspens : ce que Luther avait laissé en suspens, ce que Wesley avait laissé en suspens, et tous les réformateurs, et les pentecôtistes, et jusqu’au temps présent.

147      Maintenant, ce qui reste encore à venir, c’est l’enlèvement de l’Église, le retour de Moïse et d’Élie, le règne du Millénium sur la terre, avec l’Épouse et l’Époux pendant mille ans, puis le Tribunal du Jugement, et ensuite un anéantissement total du péché. À ce moment-là il n’y en aura plus jamais.

148      Bon, donc ce n’est pas... Prendre fin... Les Sceaux n’ont jamais mis fin au temps. Le temps ou les saisons continueront jusqu’après le Millénium. Non! Le temps sera toujours là, jusqu’après le Millénium.

340. Est-ce que le Millénium a quelque chose à voir avec les mille ans? Cela ne pourrait-il pas être une génération?

149      Non! Le temps fixé pour une génération, dans la Bible, c’est quarante ans. Mais la Bible dit : “Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans.” Ce sera mille ans sur la terre; en effet, mille ans sur la terre, ça ne correspond, – si on comptait le temps, pris sous forme de parabole, – pour Dieu, c’est comme un jour. Mille ans sur la terre, devant Dieu, ce n’est qu’un jour, selon la manière dont Dieu compte le temps. Combien le comprennent, maintenant?

150      Alors, c’est ce jour de Sabbat, où l’Église n’aura plus à lutter contre le péché. Satan est lié pour un peu de temps, pour mille ans, parce que ses sujets sont tous en enfer, et ses... L’Église qui se trouve sur la terre est rachetée et dans la Présence même de Christ, il n’a donc rien sur quoi agir. Alors, ce n’est pas une chaîne, comme je disais, une chaîne comme on se sert pour attacher les rondins, c’est une chaîne de circonstances : il ne peut rien faire. Il est réduit à l’impuissance, et sans espérance, il attend simplement la résurrection des sujets; alors ils seront séparés, comme les brebis d’avec les boucs.

341. La reine de Séba n’est-elle pas venue à Salomon dans le but de l’éprouver–l’éprouver, pour voir par elle-même si le–si le Nom du Seigneur était vraiment Salomon ou pas? (Je crois que je n’ai pas saisi. Attendez un peu.) La reine de Séba n’est-elle pas venue à Salomon dans le but de l’éprouver, pour voir par elle-même si le Nom du Seigneur était vraiment Salomon ou pas? (Je–je ne, peut-être que je ne comprends pas celle-ci. Juste... Excusez-moi un instant. Je vais la relire.) La reine de Séba n’est-elle pas venue à Salomon dans le but de l’éprouver, pour voir par elle-même si le Nom du Seigneur était vraiment Salomon ou pas?

151      Non! Elle ne l’a jamais éprouvé pour voir si–si le nom de Dieu était Salomon. Salomon était un roi. Elle est venue, et elle a dit, elle–elle a dit : “Vraiment Dieu est avec Son roi et avec Son peuple.” Voyez? Elle est venue et elle a été éprouvée... Elle a éprouvé Salomon à propos de son don; en effet, elle avait des choses dans son cœur, que Salomon lui a révélées, ce qui a démontré qu’il était le roi de Dieu sur terre.

152      Vous vous souvenez, là-bas, je crois, à–à–à... Là d’où elle venait, du pays de–de–de–de Séba, d’où elle venait, les gens passaient par là, vous savez, et–et ils racontaient les grandes choses qui se passaient, que là-bas ils avaient un Dieu qui avait oint leur roi, et... que leur roi était oint de Dieu. Je ne crois pas qu’elle a pensé que le nom de Salomon, ou, que le nom de Dieu était Salomon, parce que, de faire ça, ça aurait fait d’elle une païenne de nouveau. Voyez? Alors, elle–elle aurait pu faire ça : dans son cœur, elle aurait pu penser que Dieu était Salomon, que Salomon était Dieu, parce qu’au départ elle était une païenne. Mais quand Salomon lui a révélé le secret de son cœur, par un–un don de discernement – ce qu’on appelait, à cette époque-là, la sagesse. Il a discerné cela. Elle a alors reconnu que Dieu était avec Salomon, car là ils avaient... Elle a constaté... Si c’est ça qu’elle avait dans son esprit, quand elle est venue...

153      Si la–si la personne ici, celle qui pose la question, demande : “A-t-elle reconnu, à ce moment-là, que Salomon était vraiment... que le Nom du Seigneur était vraiment Salomon?” Vous voyez, Salomon n’était pas le Seigneur; ça, elle l’a bien vu, par le peuple, parce qu’ils adoraient Jéhovah, et il y avait là la grande arche, et le grand testament, la–l’arche dans laquelle se trouvaient les commandements du Seigneur. Et ils lui avaient parlé du mont Sinaï et des différents endroits où ils avaient été. Et alors, elle a pu voir que le Dieu–que le Dieu de ce testament était dans cet homme, parce qu’il avait–il avait le discernement, ce qui appartenait uniquement à Dieu. Voyez? Alors elle a reconnu que ce Dieu était dans Salomon. Mais, bon, ça pourrait se lire comme ça, si c’est ce que la personne qui pose la question demande. Mais : “A-t-elle reconnu que le Nom du Seigneur était vraiment Salomon?” Peut-être que la personne ne l’a pas écrit tout à fait comme elle le pensait. Voyez? Alors, je pense que peut-être cette personne dirait–dirait ceci : “Que le Seigneur était dans Salomon.” Oui, certainement qu’Il l’était. En effet, si c’est ça la question, alors certainement! Elle a reconnu Dieu, car elle a fait une observation à cet effet. Et elle ne voulait adorer aucun autre dieu. Et je crois qu’elle–qu’elle a dit que toujours... Elle a vu pourquoi... Elle en a eu le souffle coupé; elle n’avait plus une seule question dans son esprit. Salomon a simplement tout révélé, et elle a reconnu que Dieu était avec lui.

342. Nous–nous avons été mariés il y a vingt et un ans, par le juge de paix. Était-ce–était-ce une erreur?

154      Oui, c’était une erreur de votre part, de faire ça. L’endroit où doit se faire le mariage, c’est dans la maison de Dieu. Mais, puisque vous êtes effectivement mariés, voici à quel moment vous vous êtes réellement mariés : vous êtes mariés, quand vous avez échangé des serments, quand vous vous êtes promis l’un à l’autre que vous–que vous alliez vous épouser. Le juge de paix pourra vous remettre un contrat, qui vous permet de vivre ensemble légalement, comme mari et femme, sans vivre en concubinage. Mais, quand vous promettez à cette jeune fille, et que cette... que vous promettez à cet homme que vous allez lui être fidèle, et que vous allez le prendre pour époux, à ce moment-là, vous êtes mariés. Vous vous souvenez, j’ai expliqué ça la semaine dernière, je crois. Voyez? Quand vous lui faites cette promesse. Voyez?

155      Même dans l’ancienne–dans l’ancienne Bible, si un homme était fiancé à une jeune fille, et (vous connaissez les lois là-dessus. Mais, c’était exactement la même chose qu’un adultère. Certainement!), quand il faisait cette promesse, c’était classé.

156      La question a été posée l’autre jour : “Une annulation–annulation–une annulation de mariage, est-ce la même chose qu’un divorce?” Voyez? Quand vous me posez ces questions-là, mes amis, vous ne savez pas ce que ça me fait. J’ai beaucoup d’amis qui se trouvent ici, qui se sont mariés deux ou trois fois. Vous rendez-vous compte que je suis en train de parler à mon propre fils, à Billy Paul? Est-ce que j’épargnerais Billy Paul? Absolument pas! Billy Paul s’est marié avec une certaine jeune fille. Il était venu à moi, en disant : “Papa, je vais me marier.”

157      Je lavais ma voiture; j’ai dit : “Tu dis des bêtises”, et j’ai continué à laver ma voiture, comme ça.

Il a dit : “Je vais me marier.”

J’ai dit : “Oh, allons donc!”, et j’ai continué ma besogne, comme ça. Il a fait demi-tour, il est allé raconter ça à sa mère, et sa mère s’est moquée de lui. Vous savez ce qu’il a fait? Il est parti avec une gamine qui allait encore à l’école primaire, et il s’est marié. Nous avons annulé le mariage, le père de cette jeune fille et moi. Nous avons annulé le mariage, mais n’empêche qu’il était marié. C’est mon garçon, il est assis ici, il m’écoute en ce moment. Mais c’est tout à fait vrai.

158      Il est venu à moi, avec la jeune fille avec laquelle il vit maintenant, ma belle-fille. Mon petit-fils... Il a dit : “Papa, veux-tu me marier?”

159      J’ai répondu : “En aucune façon.” C’est mon propre fils. Pensez-vous que ça ne me fend pas le cœur, moi qui l’ai porté dans mes bras et qui ai fait tout ce que j’ai pu, qui ai été à la fois un père et une mère pour lui? Pensez-vous que ça ne m’arrache pas le cœur, de dire ça? Mais c’est la Vérité. Certainement! Mon garçon est assis ici en train d’écouter... Ma belle-fille et mon petit-fils sont assis ici même, en ce moment... Mais je lui dis que c’est mal, vous voyez, parce que je dois le faire. J’ai le devoir de m’en tenir à cette Parole.

160      De même je dis : Vous avez été mariés par un magistrat? Vous auriez dû être mariés par l’église, par le ministre. C’est ce qu’il convient de faire, pour un Chrétien. Mais, puisque vous avez déjà fait cette promesse, et ce vœu, et que vous avez été mariés il y a vingt et un ans, je pense que c’est en ordre.

Vous dites : “Eh bien, je...”

161      La question qui pourrait se poser : “Devrais-je venir me marier à nouveau?” Si vous le désirez. N’ayez rien dans votre esprit qui gêne votre foi, parce que s’il y a là quoi que ce soit, vous ne pourrez pas aller plus loin que là; vous vous arrêtez juste là. Lorsque ce point d’interrogation vient, c’est là que vous vous arrêtez, là même. Mais, bon, à mon avis, ce serait en ordre.

162      L’homme qui m’avait baptisé au Nom du Seigneur Jésus-Christ a fini par me mettre à la porte de l’église, parce que je n’étais pas d’accord avec lui à propos des femmes prédicateurs. Je ne me suis pas fait rebaptiser à cause de ça. Voyez? Bien sûr que non. Voyez? C’est en ordre.

163      Mais, souvenez-vous-en, ces choses me fendent le cœur. J’ai des amis intimes assis ici, des hommes et des femmes qui prendraient leur, qui donneraient leur, qui s’arracheraient un œil pour me le donner, si je le leur demandais (oui monsieur!), et ils se sont mariés deux fois, parfois trois, ils sont assis ici même, en ce moment. Et mon propre fils, mon propre petit-fils, ma petite-... et ma belle-fille que j’aime. Regardez Billy, combien je me suis tenu à ses côtés et combien il s’est tenu à mes côtés, mais quand il faut déclarer vérité ou vérité, c’est la vérité qui est la vérité.

164      J’ai, je pourrais aller aujourd’hui appeler certaines de ces Assemblées de Dieu, ou certaines de ces personnes, et leur dire : “J’ai, je suis, j’ai été complètement dans l’erreur, je ne vais pas rester avec cette Parole, je vais rester avec vous.” Probablement qu’ayant un don de Dieu, je serais bientôt une personne très populaire. En usant de mon influence pour promouvoir l’une de ces organisations-là, probablement que j’aurais un grand nom parmi eux. Mon nom parmi eux, pour moi, ça ne compte pas, ça. Je les aime, c’est la vérité. Mais je dois dire la Vérité. Je–je–je serais un hypocrite si je faisais ça.

165      Et je serais un hypocrite si je me tenais ici et que, parce que mon propre fils, assis ici, s’est promis à une jeune fille, je disais... Même si–si on n’avait jamais procédé à la cérémonie, peu importe qu’il ait vécu ou pas avec cette femme, qu’il ait couché ou pas avec elle, avec cette jeune fille, ou quoi que ce soit, une fois qu’il a fait ce vœu-là, il est marié, que ce soit Billy Paul ou un autre. C’est l’exacte vérité! Il est marié, une fois qu’il a fait cette promesse. Même si c’était moi, ce serait la même chose.

166      Nous devons être honnêtes. Si je ne peux pas être honnête avec mon garçon, je ne pourrai pas être honnête avec vous. Si je ne suis pas honnête avec vous, je ne serai pas honnête avec Dieu. Et je veux que vous croyiez que ce que je dis est mon opinion franche et sincère. Ne vous figurez pas autre chose, dites-le simplement comme je l’ai dit (voyez?) parce que je vais vous dire la Vérité.

167      Or, je ne vous parle pas comme ça très souvent, parce que, vous êtes mes enfants, comme je vous appelle. Je vous ai engendrés à Christ par l’Évangile. Et, pendant que nous sommes ici ensemble, qu’il y a seulement notre propre groupe qui se trouve ici, je–je vous passe un peu le rabot. Mais je veux vous dire ce qu’il en est; quand vous venez à moi pour me demander quoi que ce soit, je vous dirai ce qu’il en est, du mieux que je pourrai! Si c’est dans la Parole, peu m’importe si ça me condamne, j’ai moi-même beaucoup de nœuds sur lesquels il faudrait passer le rabot. C’est exact!

168      Mais quand vous me demanderez quoi que ce soit, je vous dirai ce qu’il en est. Si je vous dis quelque chose, je vous dirai la Vérité. J’ai toujours essayé de vivre comme ça. C’est comme ça que je veux vivre, et comme ça que je veux mourir, en étant honnête avec chacun.

169      Une jeune fille est venue à moi il n’y a pas longtemps; cette femme n’est pas ici en ce moment. Tom Simpson, beaucoup d’entre vous le connaissent. Tom est un homme sympathique; il n’y a personne de sa famille ici. Je pense qu’ils sont tous repartis, à moins que Fred soit encore ici. Je... Fred Sothmann, je ne sais pas s’il est encore ici ou pas, mais je–je pense que oui. Mais Tom Simpson, ils... il est descendu du Canada avec avec Fred. Et ils... Vous connaissez Frère Fred, notre administrateur.

170      Et Frère Tom, beaucoup d’entre vous le connaissent, ici. Tom, c’est quelqu’un de très bien; c’est un type épatant; Mme Simpson aussi. Et si seulement elle écoutait ce que je lui dis, elle remarcherait. Elle est assise dans un fauteuil roulant, infirme. Elle marchera, si elle fait simplement ce qui lui a été dit. Regardez bien, et vous verrez si ce n’est pas vrai. Voyez? Bien. Mais elle doit faire ce qui lui a été dit, si elle compte pouvoir marcher.

171      Et une de ses petites filles, qui sont des charmantes petites filles... Je, quand elles étaient toutes petites, je les prenais sur mes genoux et je jouais avec elle. Elles sont trop grandes maintenant; ce sont presque des femmes, elles ont entre dix et douze ans. Et alors, l’une d’elles est venue à moi et elle a dit : “Frère Branham, j’ai eu un songe.” Et elle m’a raconté le songe. Et elle a dit : “Qu’est-ce que ça signifie?”

J’ai dit : “Je ne sais pas, ma chérie. Je vais prier, et si le Seigneur me le révèle, je te le dirai.”

172      Elle a dit : “Très bien!” Quelques jours après, elle est revenue, en disant : “Avez-vous su ce que signifiait ce songe?”

J’ai dit : “Non, ma chérie; Il ne me l’a pas révélé.”

173      Environ une ou deux semaines plus tard, elle est revenue en disant : “Frère Branham, qu’en est-il de ce songe?”

J’ai répondu : “Je ne sais pas.” Eh bien, elle avait l’air un peu déçue. Je...

174      Souvenez-vous, quand vous me demandez de vous dire quelque chose, et que je ne le reçois pas du Seigneur, moi aussi, je suis déçu. Mais je ne vais pas être un hypocrite ou un menteur, je vais vous dire la vérité. S’Il me dit ce qu’il en est, je vous le dirai; sinon, je ne le ferai pas. C’est tout ce que je peux faire. Et je voudrais que vous me croyiez comme ça.

175      Bon, dans mon esprit, j’avais une idée de ce que le songe pouvait signifier, mais comment savoir? Il faut que je voie la chose de nouveau. Et pas un seul d’entre vous ne peut indiquer une seule fois ni un seul endroit où je vous aurais déjà donné l’interprétation d’un songe au Nom du Seigneur, sans que ce soit exactement comme ça. Oui monsieur! De même, jamais je ne vous ai dit quoi que ce soit au Nom du Seigneur, qui ne se soit pas accompli exactement tel quel, parce que je–je... C’est Lui. Et alors, ce n’est pas ma responsabilité à ce moment-là, c’est Lui; c’est Sa responsabilité.

176      J’ai dit : “Regarde, Trudy, qu’en serait-il si nous allions en Arizona, et si–si je venais te dire que, quand tu arriverais là-bas, ‘AINSI DIT LE SEIGNEUR, ton petit frère va...’? Le petit Johnny, celui que je taquine parce qu’il a toujours le petit bedon à l’air.” J’ai dit : “Qu’en serait-il s’il se faisait écraser dans la rue? Et moi, je t’aurais dit : ‘Sais-tu ce qui va arriver? Il va se faire écraser dans la rue.’ Et toi, tu vas venir à moi, et–et tu vas dire : ‘Frère Branham...’ Ou plutôt : ‘Il faut l’amener à Frère Branham.’ Puis tu vas partir à ma recherche, et tu vas me trouver sur un perron quelque part, en train de parler à un homme vêtu d’un complet blanc. Ensuite je vais simplement imposer les mains au petit Johnny; il va revenir à la vie, et repartir en courant.”

Alors j’ai dit : “Ensuite tu t’en vas dans l’Ouest, et voilà qu’un jour, tout à coup, tu entends ta mère crier, ton père crier, et tu regardes, et le petit Johnny s’est fait écraser. Qu’est-ce que tu ferais?” Voyez? Vous me croyez. Voyez? Et je veux que vous ayez confiance en moi. Je ne vous dirai pas quelque chose qui n’est qu’une supposition; je vous dirai la vérité, sinon je ne vous dirai rien du tout. Et j’ai dit : “Alors, tu viens à moi et tu dis : ‘Oh, le petit Johnny...’ Ou, tu viens à ta mère : ‘Oh, le petit Johnny s’est fait écraser. Il est mort! Il est mort!’

177      “Le docteur arrive, entrouvre ses paupières, lui ausculte le cœur, contrôle sa respiration. ‘Il est mort. Emportez-le à la morgue.’

“Qu’est-ce que tu ferais? Tu dirais : ‘Une minute! Une minute! Je vais l’emmener dans mes bras; allez, marchons.’” Amen!

“‘Où vas-tu, Trudy?

“– Je ne sais pas.

“– Qu’est-ce que tu as là?’ Tu as ton petit frère mort dans tes bras. Tu continues simplement à descendre la rue. Les gens disent : ‘Est-ce que cette fille est folle?’ Non monsieur!” Elle a l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Qu’est-ce qui va se passer?

178      “Tout de suite, tu dis à ton père et à ta mère : ‘Attendez, on va trouver Frère Branham. Il sera debout sur le perron, en train de parler à un homme vêtu d’un complet blanc. Le voilà, il est justement là. Regardez bien ce qui va se passer.’ Il n’y a aucun doute dans ton esprit. Tu t’avances et tu dis : ‘Frère Branham, vous savez ce que vous m’avez dit?’

“– Oui, Trudy. ‘Johnny, réveille-toi!’ Il saute sur ses pieds et il descend la rue.”

179      “Mais qu’en serait-il si je te disais des choses qui ne sont que des suppositions, des choses dont moi, je pense qu’elles sont justes, et que je te les dise de cette façon, AINSI DIT LE SEIGNEUR, et que ce ne soit pas juste, que ça n’arrive pas, que ça ne s’accomplisse jamais, alors tu aurais une peur bleue pour le petit garçon. Tu ne saurais pas si tu dois l’amener ou pas.”

180      Dieu m’a envoyé ici pour vous aider, et je veux être une aide pour vous. Et peu importe si ça fait mal, si ça blesse ou quoi que ce soit, je dois le dire de toute façon.

181      Mais maintenant, pour ce qui est du mariage et du divorce, je vous l’ai demandé comme un frère : restez tranquilles, jusqu’à ce que vous m’entendiez de nouveau parler là-dessus. Entendu? Continuez simplement à vivre comme auparavant. (Je m’attarde trop, là.)

182      “Nous avons été mariés il y a vingt et un ans (oui)... le juge de paix.” Chère soeur, cher frère, une fois un représentant de commerce m’a raconté qu’il était entré dans une église (c’était un Chrétien), dans le Connecticut ou quelque part par là, une très grande église, il y était simplement entré pour prier. Ce n’était pas... Il était pentecôtiste, mais il était entré là pour prier. Et il a dit que, quand il est entré là et qu’il s’est agenouillé dans l’église pour prier... Il disait qu’il avait fait beaucoup de route, il était fatigué, il avait un peu le mal du pays; c’était un représentant de commerce, il vendait de la marchandise, et il disait... aux usines. Et il était allé là-bas pour–pour faire quelques ventes ou quelque chose comme ça, puis il est passé près de cette église, il s’est dit : “Je vais, je crois que je vais entrer pour prier.” La porte était ouverte; il a dit qu’il est entré. Il n’a entendu personne, alors il s’est agenouillé et il a commencé à prier. Après être resté environ une heure en prière, il a dit que tout à coup il a entendu claquer une porte ou quelque chose; il a pensé que c’était un gardien ou quelqu’un de l’église. Il a dit qu’après quelques instants, il a vu venir... Il a entendu quelqu’un parler. Il s’est approché doucement et il a regardé, et il regardait pour voir si c’était le gardien. C’était un homme et une femme debout devant l’autel, la main dans la main; celui-ci a dit : “Ma chérie, je te prends pour épouse légitime.” Voyez?

Elle a dit : “Mon chéri, je te prends pour époux légitime.”

“Eh bien,” il s’est dit, “c’est une chose étrange, ça,” ce pentecôtiste s’est dit, “cet homme et cette femme qui se marient sans prédicateur.” Voyez? Alors il s’est assis là et il a attendu; et après qu’ils eurent fait leurs vœux de fidélité l’un à l’autre, que seulement la mort les séparerait, ils ont mis leurs bras l’un autour de l’autre, ils ont échangé un baiser, ils ont fait demi-tour et ils sont ressortis en souriant. Il a dit : “Un instant!” Il a dit : “Je suis un peu intrigué. Je ne suis pas d’ici.” Il a dit : “Est-ce que vous êtes en train de vous marier?”

Il a dit : “Oui!

– Sans prédicateur?”

Il a répondu : “Non!” Il a dit : “Ça fait quarante ans que nous sommes mariés.” Il a dit : “Nous nous sommes mariés ici, devant cet autel, il y a quarante ans, et chaque année nous revenons et nous renouvelons nos vœux.” C’est une bonne idée. Voyez?

183      Mais pour ce qui est d’être marié : quand vous lui promettez, elle accepte votre parole, vous acceptez sa parole, et Dieu accepte votre parole à tous les deux. Voyez? Donc, ne faites surtout pas cette promesse, à moins... [La première face de la bande se termine.–N.D.É.]

343. Lorsqu’on la coupe sur... Est-ce une longue... est-ce une longue chevelure, quand on la coupe sur le front? (Maintenant, une minute, laissez-moi comprendre.) Est-ce une longue chevelure, quand on...

184      Eh bien, je–je... Peut-être qu’ils veulent dire ceci : “Est-ce que les cheveux sont toujours longs, quand on les coupe sur le front?” Ils ne le sont plus, on les a coupés. Voyez? Mais, c’est comme l’homme qui coupe ses pantalons trois fois, et ils sont encore trop courts. Vous dites? Vous dites? [Frère Branham parle à quelqu’un de l’auditoire.–N.D.É.] Oh, c’est de ça qu’ils parlent. Comme je taquine ma petite fille, elle disait... Moi, j’appelle ça “toupet”, vous savez, la frange, ou le nom qu’on donne à ça, vous savez, sur le front ici.

185      Eh bien, j’imagine que les enfants, là, qui coupent leurs cheveux sur le front, vous, peut-être que ça, votre mère pourrait vous le dire, vous voyez, si elle veut que vous fassiez ça. Je pense qu’on aurait un peu–un peu l’impression que c’est une femme qui regarde dans le rétroviseur, si elle avait autour de vingt-cinq ans passés, et qu’elle voulait les couper sur le front comme ça, pour avoir l’air d’une gamine. Regardez ici où vous allez, soeur, et non pas où vous avez été. Voyez?

186      Bon, mais pour ce qui est de couper ses cheveux, je–je–je–je vous dirai ceci. Je ne peux pas, je–je n’ai aucune–aucune référence biblique, pour affirmer que vous pouvez en couper une certaine partie et pas le reste. Je–je n’ai aucune référence biblique pour ça, je–je ne pourrais pas vous dire ça, soeur, ou frère, qui que vous soyez.

187      Je dis une chose. J’aurais aimé... Maintenant, je sais que mes enfants aussi ont fait ça, Rébecca et Sara, j’ai vu ça, quand elles coupent leurs cheveux ici sur le front, et qu’elles les tressent ici, en arrière, qu’elles se font ça, ces choses qui couvrent leur front, comme ceci. Je–je ne, je–je... Or, je ne suis pas en train de les défendre. Voyez? Non monsieur! Personnellement, j’aurais aimé qu’elles ne passent même pas les ciseaux dans leurs cheveux du tout. Mais, quand ils étaient tout longs, qu’ils retombaient comme ceci, alors de couper juste devant pour dégager les yeux – aux petits enfants qui... Je–je ne sais pas si ça, ce serait... Je ne le pense pas. Voyez? Mais, quand vous devenez... Si vous le pouvez, je... dans votre cas à vous, les sœurs, à votre place, je les laisserais tels que le Seigneur les a faits. Voyez?

188      Bien entendu, je sais que les femmes veulent être belles; c’est naturel, et c’est–c’est ce qu’elles devraient être. Voyez? C’est comme ça qu’elles devraient être. Et alors, c’est bien, mais seulement ne–ne, autrement dit, voici, ne ressemblez pas au monde, vous voyez, ne prenez pas exemple sur le monde. Des choses qui ne sont pas bien, de vouloir les couper, comme ça – mais ne coupez pas votre chevelure, là. Si vous avez des tresses, ou–ou quoi que ce soit, votre chevelure, qu’elle reste longue. Ne la coupez pas, de sorte que ça ressemble au monde. Si vous êtes encore de petites filles...

189      Mon oncle avait une petite fille, là-bas à–à New York. Elle avait la plus belle des chevelures. D’un brun foncé, et elle portait des nattes. Autrefois ma mère pouvait... ses nattes lui allaient jusqu’ici, en arrière des genoux. Et cette petite fille aussi, elle avait des nattes comme ça; son nom était Jacqueline. Et elle avait peigné une partie de sa chevelure comme ceci, et l’autre, elle l’avait coupée comme ceci. Et je... Ça fait à peu près quinze, dix-huit ou vingt ans de ça. Et je me demandais pourquoi elle n’avait pas simplement peigné tout ça en arrière, ç’aurait été plus joli, que d’arranger ça comme, coupé ici, comme ces Beatles modernes qu’il y a de nos jours, vous savez. Et, oh, c’est vrai, je ne crois pas que je ferais une chose pareille. Tout ce qui ressemble à ces Beatles, on dirait que ça sort directement du monde, alors laissez, laissez ça de côté. Oui!

344. Mon mari et moi ne voyons pas de la même façon la Bible, les Vérités, comme cette Vérité que vous prêchez. Il ne comprend pas. Devrais-je aller avec lui dans des églises, alors que je ne crois pas ce qu’ils y enseignent? Je suis très troublée à ce sujet.

190      Oui! Si vous êtes la femme de cet homme, et que lui, il ne vous condamne pas, alors vous ne–vous ne devez pas le condamner (voyez?), parce que le mari est sanctifié par la femme. Voyez? Et je crois que s’il va à une église dénominationnelle, ou quelque chose comme ça, et qu’il veut que vous y alliez avec lui, vous voyez, si vous n’êtes pas... Vous voyez, il n’y a rien là-bas qui puisse vous faire du mal, parce que de toute façon vous n’écouterez pas ce qu’ils disent, puisque vous avez dit ici que vous ne croyiez pas ce qu’ils prêchent. Voyez? Alors ça ne vous fera pas de mal, mais tout ce que vous faites, c’est de montrer du respect à l’égard de votre mari. Vous vous soumettez à lui, et peut-être qu’en faisant ça, vous–vous... S’ils enseignent et font là-bas les choses... Vous avez reçu un enseignement bien supérieur à celui-là; vous serez salée; il verra, et il viendra au Seigneur. Je crois qu’à votre place, j’y irais. Bonté! mais regardez donc l’heure qu’il est!

345. Est-ce que Zacharie 4 et Apocalypse 11.3-12 parlent du même être? Voyez Zacharie 4.12-14 et Apocalypse 11.4. Ils ont ajouté leur signature à ça, un frère et une soeur de l’église ici.

191      Voyons un peu, Zacharie 4. Oh oui, ce sont les deux oliviers. Oui, les deux oliviers, et Apocalypse 11, c’est... Oh oui, c’est ça. C’est la même chose. C’est eux dans les deux passages. C’est–c’est–c’est Moïse et Élie, les deux oliviers.

Priez pour notre... C’est une demande de prière.

Je regrette, ceci, je ne peux pas le lire devant... Ça concerne des rapports familiaux. Oui, mettez ça avec celle-ci là-bas. Je ne peux pas lire ça en public. Ils vont être vus en entretien privé de toute façon, alors–alors...

346. Frère Branham, est-ce mal de–de... [Frère Branham parle à quelqu’un sur l’estrade.–N.D.É.] Est-ce mal de travailler le dimanche?

192      Je viens d’expliquer ça. Si le bœuf est dans le fossé, sortez-le de là, mais ne le poussez pas dans le fossé rien que pour l’en retirer le dimanche!

Frère Branham, prêcherez-vous ici dimanche prochain?

193      C’est juste une question. Non, soeur, frère, qui que vous soyez. Celles-là, ce sont des questions qui se sont retrouvées là. J’ai dû les poser–les poser là, ou quelqu’un a dû les mettre dans le paquet.

Frère... Ceci s’adresse à toi, Frère Capps. “Voudriez-vous chanter Nous ne vieillirons jamais?” J’ai dû prendre ça dans... J’en ai mélangé quelques-unes des autres avec ça.

347. Frère Branham, quelqu’un voudrait savoir pourquoi vous n’avez pas été (m-e-n-...) mentionné dans la Bible. Je crois que vous êtes Habakuk 2.1-4. (Prends ça, Frère Neville, Habakuk 2.1-4.) Que les gens lisent ceci et qu’ils l’étudient, au chapitre 3... Je pense au nom et aux types de quatre chapitres, je crois–je crois que c’est vous.

194      Maintenant, pendant qu’il cherche ça, c’est Habakuk 2.1-4. Frère ou soeur, quelle que soit la personne qui a posé la question (il n’y a pas de nom), c’est bien, je–j’aime que vous demandiez ces choses. Ça me fait savoir ce qui vous tient à cœur (voyez?) et alors je vous dis ce qu’il en est. Non. Voyez? Il n’est pas absolument nécessaire que vous ayez votre nom dans la Bible, vous voyez. Mais, vous voyez, du moment que vous êtes dans la Bible, là... Du moment que vous êtes en Christ, vous êtes dans la Bible; vous êtes en Lui, vous voyez, dans la Bible. Voyez? Du moment que vous êtes en Christ, alors vous êtes dans la plénitude de la Bible. Voyez? Vous êtes pleinement dans votre position, quand vous êtes en Christ. Tout le monde comprend ça?

195      L’as-tu, Frère Neville? Quoi? Oui. Habakuk–Habakuk... Je ne l’ai pas lu. Ceci a seulement été mis là-dedans, je pense, ce matin. Habakuk 2.1-4. C’est ça. Habakuk 2–Habakuk 2, et de 1 à 4 :

Je me placerai en observation et je me tiendrai sur la tour, et je veillerai pour voir ce qu’il me dira, et ce que je répliquerai, avec moi–avec moi... quand il contestera avec moi.

Et l’Éternel me répondit et dit : Écris la vision et grave-la sur des tablettes, afin que celui qui la lit puisse courir.

Car la vision est encore pour un temps déterminé, et elle parle de la fin, et ne mentira pas. Si elle tarde, attends-la, car je viendrai sûrement, et je ne tarderai pas.

Voici, son âme enflée d’orgueil n’est pas droite en lui; mais le juste vivra par sa foi. [version Darby]

196      Bon, eh bien, je–j’imagine que cette chère personne qui a demandé ceci, vous voyez, c’est quelqu’un qui m’aime, sinon elle n’aurait pas écrit ça. Voyez? Maintenant, je ne pourrais pas dire que mon... La Bible ne mentionne pas mon nom–mon nom, William Branham, ou ne mentionne pas votre nom, qui que vous soyez, mais nous sommes en Lui de toute façon. Et ces...

197      Et maintenant, on voit qu’il y a des passages bien connus qui font référence, dans la Bible, qui disent certaines choses. Voyez? Maintenant, si vous observez, l’histoire se répète, dans la Bible. Voyez? Maintenant, nous allons juste vous donner un de ceux-là, de ces passages-là de l’Écriture. (Je vois que beaucoup d’entre vous notent ça.) Maintenant, au chapitre 3 de Matthieu, il est dit : “Et lorsque Dieu appela Son Fils hors d’Égypte, afin que s’accomplisse ce qui avait été annoncé : J’ai appelé Mon Fils hors d’Égypte.” Maintenant, si vous avez une–une Scofield ou n’importe quelle autre Bible avec des références, et que vous regardez cette référence, là, la note en marge, ça vous renverra au passage où Il a appelé Jacob, Israël, hors d’Égypte. Voyez? Mais, Jacob était Son fils qu’Il a appelé hors d’Égypte; et Jésus aussi était Son Fils qu’Il a appelé hors d’Égypte. Alors, vous voyez, la Parole de Dieu n’a jamais de fin. Vous voyez, nous nous identifions dans la Bible avec différents... Combien se souviennent de mon Message qui parlait de s’identifier à des personnages chrétiens, c’est à Phoenix, en Arizona, que je l’ai prêché? Oui, beaucoup d’entre vous l’ont sur bande. Voyez? S’identifier à des personnages chrétiens. Voyez? Vous pouvez vous identifier où vous voudrez, dans l’Écriture, si vous êtes Chrétien; même si vous n’êtes pas Chrétien, vous pouvez vous identifier dans la Bible. Voyez? Alors, je pense que ça, ça pourra peut-être aider. Je voudrais répondre au plus grand nombre possible.

348. Frère Branham, certains disent qu’il n’y a plus de miséricorde et que personne ne peut être sauvé. Maintenant, est-ce vrai? (Je suis content de répondre à celle-là.) Nous observons et prions... Nous observons les lignes de prière, et il semble que certains obtiennent encore miséricorde.

Bon, ça, c’est la première question, vous en avez deux.

198      “La miséricorde, est-ce terminé?” N’allez jamais penser ça! Voyez? Continuez simplement à faire tout ce que vous pouvez jusqu’à ce que vous soyez retirés d’ici. Voyez?

199      “Nous remarquons dans la ligne de prière que certains obtiennent miséricorde.” Bien sûr! La miséricorde, les portes sont ouvertes. Voyez? Je pense que ce qui a pu vous amener à ça, à penser ça, c’est peut-être à cause, ou bien... Vous voyez, je n’ai pas le temps de situer chacun de ces passages de l’Écriture, vous voyez, de situer chacune de ces choses. Ils... Dans la ligne de prière, vous obtenez miséricorde, certainement.

200      Si je savais que Jésus allait venir cet après-midi, je ferais exactement ce que je suis en train de faire en ce moment même, vous voyez, je continuerais, tout simplement. La miséricorde est toujours accessible. Voyez?

201      Or, je pense que ce qui vous a amené à penser ça, c’est quand il a été question de la fin des Sept Âges de l’Église et des Sept Sceaux qui ont été ouverts. Voyez? Les Sept Sceaux ont manifesté ce qui se produit... ce qui s’est produit. Le Septième Âge de l’Église, nous sommes à la fin du septième âge de l’Église. Quand je dis la fin, ça ne veut pas dire que c’est cette heure même, cette minute même. Rappelez-vous, la Bible disait, du temps du–du Seigneur Jésus, Paul disait : “Car le temps est proche.” Vous rendez-vous compte, il y a combien de temps de ça, selon le temps de Dieu? C’était hier. Selon mon temps à moi, il y a deux mille ans de ça. Voyez? Le temps est proche. Voyez? Ce que Dieu appelle proche, ce n’est pas ce que nous, nous appelons proche. Voyez?

202      Alors, continuez simplement à croire, continuez à prier, continuez à... Dieu donne encore accès à la miséricorde; continuez simplement à y entrer aussi vite que vous pouvez. C’est Dieu qui arrêtera ça, quand ce sera le moment de le faire. Voyez?

349. Bon. Frère Branham, est-ce vrai que personne ne devrait prêcher sauf vous? Nous avons vu votre... nous vous avons vu ordonner des hommes. Nous–nous ne croyons pas que vous feriez ça s’il n’y avait pas... s’ils ne devaient pas prêcher.

203      Miséricorde! Frère, soeur, quelle que soit la personne qui vous a raconté que personne ne doit prêcher sauf moi, je serais un bien piètre sujet pour Dieu, avec tout ça. Non! Tout homme ou... qui sent un appel de Dieu dans sa vie, qu’il entre dans le ministère et se mette à prêcher; nous avons besoin d’eux.

204      Des hommes de Dieu sont oints, partout dans le monde, pour prêcher l’Évangile. Voyez? Je ne suis qu’un petit caillou sur la plage, parmi beaucoup de grosses pierres. Voyez? Alors, je... Il y en a beaucoup qui remplissent mieux les conditions, plus dignes, plus aptes que moi en tout, pour prêcher; moi, je ne suis qu’une humble petite personne qui se trouve ici. Je suis un grain de blé parmi tout un grenier. Voyez? Alors, ce n’est que... Vous savez ce que je veux dire.

205      Tout homme qui est appelé de Dieu doit prêcher l’Évangile.

350. Comment un Chrétien peut-il pénétrer plus profondément dans l’amour de Dieu?

206      Lisez la Parole et priez. Lisez la Parole de Dieu et priez. Je vais me dépêcher, répondre au plus grand nombre possible.

J’ai formulé une question mais l’ai posée de façon (i-n-c-...) incorrecte. Je désire savoir si vous allez avoir un service de guérison avant de quitter la ville. Sinon... ce qu’il faut faire... que j’aie un entretien particulier avec vous?

207      Au fait, là, je pense que cette personne a été vue en entretien ce matin. Bien entendu, nous avons eu un service de guérison; nous avons eu un service de guérison aussi.

351. Frère Branham, s’il vous plaît expliquer I Corinthiens, I Corinthiens 11–11, du verset 4 au verset 6. Ceci ne veut-il pas dire un (v-o-...) voile (s-é-...) séparé–séparé de la chevelure, ou la longue chevelure est-elle le seul voile dont nous ayons besoin?

208      Prends I Corinthiens 11. Voyons un peu, I Corinthiens 11.4. Il est dit : “En priant...” Oh, oui, il... Ils l’ont ici. Ils disent : “En priant ou en prophétisant, pouvons-nous mettre nos cheveux–pouvons-nous...” Voyons un peu, ils ont tiré une ligne à travers quelque chose ici.

Quand nous prophétisons–quand nous prophétisons, pouvons-nous mettre nos cheveux quand nous... Si... Vous dites : Pouvons-nous mettre nos cheveux ou les enlever quand nous prophétisons?

209      Si vous–si vous aviez un postiche, vous le pourriez peut-être, mais je–je... ou que vous portiez une de ces perruques de Beatles, ou quelque chose comme ça, mais... Si ça m’allait bien, j’en porterais probablement un moi-même, mais... pas une perruque de Beatles, mais un–un postiche.

210      Mais c’est en ordre. Si vous n’avez pas de cheveux, et que vous voulez en avoir un, si vous pouvez le faire, c’est parfaitement en ordre. Oui monsieur! Si une femme n’a pas les cheveux assez longs, et qu’elle veuille y ajouter un postiche, je dirais, faites-le, soeur.

211      Si un homme attrape de mauvais rhumes et tout ça, et qu’il veuille, de quelque façon, même si c’est une question d’apparence pour sa femme, s’il veut porter un postiche, qu’il le fasse. Mais certainement! Rien à redire là-dessus (non monsieur!), pas plus que s’il s’agissait de vos dents, d’un bras artificiel ou de quoi que ce soit d’autre. Si la nature a quelque... vous a ôté quelque chose, et que cette chose vous est vraiment utile, allez-y, c’est parfaitement en ordre.

Mais il est dit ici : “Pouvons-nous mettre nos cheveux ou les enlever, quand nous prions ou prophétisons? Quel est le véritable sens de cela?”

212      Très bien, lis, Frère Neville... c’était de 4–4 à 6, très bien, très bien.

Tout homme qui prie ou qui prophétise, la tête couverte, déshonore son chef. (C’est-à-dire s’il porte de longs cheveux. Très bien.)

Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise, la tête non voilée, déshonore son chef... (C’est son mari.) ...c’est comme si elle était rasée.

Car si une femme n’est pas voilée, qu’elle se coupe aussi les cheveux. (Si elle veut se couper les cheveux, faites-les-lui raser complètement. Voyez? Si elle ne peut pas avoir...) Or, s’il n’est pas honteux pour une femme d’avoir...s’il est honteux pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou d’être rasée, qu’elle se voile.

213      Je ne vois là rien à propos de mettre ou d’enlever des cheveux, à moins que la femme ne désire... Il dit, si elle dit qu’elle doit les couper, alors qu’elle soit rasée complètement. Voyez? Parce que, si ce n’est pas le cas, alors, qu’elle garde ses cheveux, parce que sa chevelure est son voile. Mais pour un homme, d’avoir la tête couverte, les cheveux longs comme une femme, en se tenant en chaire, il aurait l’air d’une femme là-haut. Voyez? Alors, il ne doit pas les porter comme ça. Voyez?

214      C’est–c’est ce que signifie de mettre leurs cheveux ou de les enlever. Je pense que la personne peut s’être trompée, en pensant à ce sujet que ça signifiait qu’un–qu’un homme prophétise la tête couverte, puis qu’il enlève son voile. Voyez? Non. Ce n’est pas ça; s’il avait les cheveux longs, ce qui signifie, s’il avait la tête couverte... Maintenant, lisez juste un peu plus loin, vous qui avez posé la question, et vous verrez que le chef de la femme, c’est son mari. Combien savent ça? Et le chef de l’homme, c’est Christ; c’est pourquoi, un homme devrait couper ses cheveux, à cause de Christ, parce qu’en Lui, il y a à la fois l’homme, la femme, et tout. Il est à la fois père, mère, soeur, frère, Il est tout. Mais dans un homme, il y a le masculin seulement. C’est pourquoi il doit les couper, à cause de Christ; mais dans la femme, il y a le féminin seulement, alors elle peut avoir son voile, parce que son mari est au-dessus d’elle. Il est son seigneur, son chef; et donc, elle doit avoir les cheveux longs.

215      Et puis, si elle dit qu’il le faut, qu’elle doit absolument les couper, alors qu’elle soit rasée. Et il est dit, s’il est honteux ou déshonorant pour une femme, qui est censée être belle, d’avoir les cheveux rasés, alors qu’elle ait son voile sur la tête, qu’elle ait les cheveux longs. Voyez? Alors c’est... Quelqu’un... Est-ce que ça explique tout? Je veux dire, est-ce que ça semble satisfaisant? Dites : “Amen!”, si oui, si vous avez saisi. Voyez? [L’assemblée répond : “Amen!”–N.D.É.] Très bien.

352. Frère Branham (Nous n’avons plus que dix minutes maintenant.), Frère Branham, nous n’avons pas de prédicateur là où nous habitons, mais nous avons une réunion où on écoute une bande le dimanche soir seulement. Devrions-nous amener nos enfants à une autre église pour l’école du dimanche? Les réunions d’écoute de bande sont-elles suffisantes?

216      Eh bien, ça, ça dépendra de vos enfants, de comment ils progressent. Voyez? Bon, si vous amenez vos enfants, qui sont jeunes, que vous les amenez dans quelque groupe là-bas, où on va leur bourrer le crâne de trucs qu’ils–qu’ils–qu’ils ne devraient pas savoir; ça, je ne le ferais pas. S’ils–s’ils semblent apprendre suffisamment au moyen des bandes et tout, et que vous, disons que vous les mettiez dans une église catholique, que vous les ameniez à l’église catholique, que vous les ameniez dans quelque chose comme ça – ça, je ne le conseillerais pas. Voyez? S’ils...

217      Mais, bon, si vous avez une belle petite église là-bas, qui est peut-être en désaccord sur deux ou trois points avec vous, et que vos enfants veulent aller à l’école du dimanche, que ces gens-là sont du Plein Évangile ou quelque chose comme ça, eh bien, ça, c’est parfaitement en ordre. Mais, vous voyez, quand vous arrivez quelque part où... Ça dépend de la manière dont vos enfants le reçoivent. Voyez? Observez ce que vos enfants font, ce que, comment ils réagissent à ça.

353. Voyons un peu. Si l’on n’a pas d’église où aller, devrait-on simplement écouter les bandes?

Oui! C’est... Je–je... Ce serait bien.

354. Est-ce que vos enfants doivent avoir une expérience pour avoir le Saint-Esprit? Si–si–s’ils voient le Message du temps de la fin, est-ce qu’ils ont le Saint-Esprit?

218      Chaque personne doit avoir une expérience! Vos enfants peuvent seulement entrer de la même manière que vous, c’est la seule manière. Voyez? Il faut qu’ils naissent de nouveau. Il n’y a pas de petits-enfants dans le Royaume de Dieu; ce sont tous des enfants. Il faut qu’ils aient ça, il faut qu’ils aient une expérience avec Dieu pour entrer, tout comme vous. Maintenant, j’espère que je pourrai répondre à ceci. C’est...

355. Cher bien-aimé : (Voyons un peu.) Au sujet du passage d’Éphésiens 4.11 à 13, est-ce que nous tous (Voyons un peu.), est-ce que nous recevons tout le perfectionnement des saints par les bandes, ou devrions-nous être ici, où il y a les dons de l’Esprit en action, ainsi que les différentes fonctions dans l’église, pour nous aider à nous perfectionner? Nos cœurs ont cru toute la Parole du Seigneur.

219      Maintenant, cette personne est de l’Oregon. Maintenant, mon cher... Je crois que je sais qui c’est. Voyez? C’est, oh oui, je le sais, bien sûr que je le sais. Votre–votre garçon... Si cette personne est ici, je sais que vous... Sinon, c’était peut-être dimanche dernier. Voyez? Celle-ci en est peut-être une de dimanche dernier. Mais votre–votre fils est pilote pour le service de conservation de la faune, vous voyez, et c’est, il est inspecteur, il est, je pense que c’est lui qui m’a invité à aller à la chasse au wapiti avec vous dans l’Oregon, où... Je pense que c’est ça. Maintenant, je connais cette personne par lettre, par... et alors...

Non. Ils veulent venir ici à l’église pour le perfectionnement. Voyez? Nous–nous avons de la communion les uns avec les autres ici à l’église, mais le perfectionnement se fait entre nous et Dieu. C’est le Sang de Christ qui nous perfectionne, dans le Saint-Esprit.

220      Maintenant, dans l’église, dit-il, “...où il y a les dons en action.” Or, nous n’avons pas beaucoup de dons en action ici, mais nous en avons quelques-uns. Nous avons le don des langues, et–et le don de prophétie (il y en a deux ou trois).

221      Je pense qu’il y a notre Frère Higginbotham qui est ici quelque part, il a le don de parler en langues. Et nous avons notre Frère Junior Jackson parmi nous, qui parle en langues. Et puis, nous en avons deux ou trois qui interprètent. Il y a aussi Frère Neville, ici, notre pasteur, qui parle en langues et à qui il arrive de prophétiser, et le Seigneur fait venir sur lui...

222      Juste l’autre jour, il a dit quelque chose. J’ai eu un appel dans une maison où je me trouvais, on disait qu’il avait donné une prophétie à une personne, il avait dit qu’un ivrogne allait, qu’un grand changement allait se produire immédiatement en lui, ou quelque chose comme ça. Et l’homme en question, après avoir été chez les Alcooliques Anonymes, il était toujours alcoolique, et voici que depuis soixante-huit jours il n’a même pas pris une goutte d’alcool, ni aucun médicament pour ça, ni rien. C’était Frère Neville qui leur avait donné une prophétie.

223      Donc, nous... Nous avons quelques-uns des dons en action parmi nous, et nous serons très heureux d’avoir de la communion fraternelle avec n’importe lequel d’entre vous, qui a une façon de travailler... ou qui désire venir fraterniser avec nous; tout ce que nous pouvons faire, nous sommes très heureux de le faire. Voyez? Mais le perfectionnement, ça, ça appartient à Christ.

Maintenant, voyons un peu, prenons-en une ou deux de plus.

356. Frère Branham, auriez-vous l’amabilité d’expliquer la photo qui a été prise par Frère Arganbright? Première question. La deuxième sur le... la deuxième photo sur le mur, la lumière autour de vous, la boucle, et ainsi de suite.

224      Bon, eh bien, je vais vous dire. Ils ont signé, et ils ne sont pas ici en ce moment. Nous, nous le comprenons. C’est Frère et Soeur Jackson de l’Afrique du Sud; ils sont repartis. Alors, nous comprenons ça; nous l’avons déjà expliqué.

357. Quand l’église qui, quand l’église qui a, qui est (m-o-...) morte pendant la Tribulation et ress-... sera-t-elle ressuscitée? Attendront-ils, eux aussi, jusqu’à la résurrection des impies? Reviendront-ils à la vie pendant le Millénium?

225      Ça, c’est une bonne question. Elle mérite plus de temps que ce que je peux lui consacrer; mais juste pour que je puisse arriver à... Voyez? Je n’ai pas... J’ai encore au moins les deux tiers de ce que j’avais ce matin, quand j’ai commencé, il y a de ça deux heures. Il y en a tellement, on n’arrive pas à toutes les prendre. Voyez? Je voudrais vraiment répondre au plus grand nombre possible, – je ne vois pas où elles se trouvent, – je sais qu’il y en a encore d’autres qui sont très bonnes là-dedans, des choses qui devraient être connues, comme la semence du serpent qui doit être expliquée, et tout ça. Mais je vais me dépêcher, aborder ceci en vitesse.

226      “L’église qui est morte pendant la période de la Tribulation (voyez?) sera-t-elle dans la résurrection?” La seconde résurrection, la seconde résurrection.

227      “Attendront-ils, eux aussi, jusqu’à la résurrection des impies?” Les justes et les injustes seront ressuscités en même temps.

228      “Reviendront-ils à la vie pendant le Millénium?” Non! Et les autres morts ne revinrent pas à la vie, avant la fin des mille ans. Bon, c’est plutôt bref, mais je suis sûr que...

358. Que veut dire Paul par l’affranchissement et la liberté en Christ? Être affranchi de la loi, dans quel sens?

229      Eh bien, vous n’êtes pas liés par la loi. Disons, par exemple, voici la même chose; je vais l’expliquer, dans le domaine naturel, rapidement. Par exemple, ici, il est dit qu’il est permis de descendre la rue à trente milles [cinquante kilomètres] à l’heure, c’est la vitesse maximum à laquelle vous pouvez aller. Bon, très bien. Maintenant, si je descends la rue à quarante milles [soixante-cinq kilomètres] à l’heure, je suis condamné par la loi. Mais si je descends la rue juste à trente milles [cinquante kilomètres] à l’heure, je ne suis pas sous la loi. Voyez? C’est ça la liberté en Christ, vous voyez, c’est la même chose.

230      Vous n’êtes pas liés par la loi, tant que... Si je ne vole pas, je ne mens pas, je ne fume pas, je ne commets pas adultère, je ne fais aucune de ces choses-là, je ne suis lié par aucune loi. Voyez? Je suis affranchi de la loi; je suis en Christ.

359. Que pensez-vous du contrôle des naissances?

231      J’en ai eu quelques-unes comme ça dans les entretiens de ce matin. J’aimerais mieux parler avec–avec vous personnellement sur ces choses, vous voyez, sur ces choses-là, parce qu’il y a des mots et des choses que je dois dire, que je... J’aimerais mieux les dire, si le mari et la femme...

232      Il y a une possibilité de le faire d’une façon correcte. Je dirais aussi ceci, pour parler en général. Il y a un certain nombre de jours dans la vie d’une femme, où elle n’est pas féconde. Vous comprenez? Très bien. “Pourquoi...”

233      Maintenant, il arrive parfois que, d’avoir un–un enfant, ça tuerait une femme; si elle avait un bébé, ça la tuerait. On veut faire attention à ça aussi. Voyez? Donc, faites très attention à ça. Voyez? Vous voyez, il s’agit là de donner la vie, et c’est pour ça que vous avez été placées sur la terre.

234      Si votre femme est maladive, et qu’un autre... qu’un enfant, ça la tuerait, je–je–je ne ferais pas ça. Je ne pense pas que le Seigneur veut que vous le fassiez. Vous–vous n’avez qu’à venir me voir personnellement à propos de ces choses; que ce soit discuté en entretien privé. Que je vous en parle personnellement, vous voyez, alors je pourrai ressentir...

235      Vous voyez, chaque individu – je peux savoir si les gens me mentent ou non. Voyez? Ils me disent différentes choses. J’aimerais mieux vous voir juste... Voyez? Parce que, quand c’est présenté comme ceci, on ne sait pas. C’est qu’avec l’individu là, et ce genre de chose, je peux savoir si ces gens disent la vérité ou non. Voyez?

360. Pourquoi–pourquoi Satan sera-t-il délié pour un peu de temps, après les mille ans d’Apocalypse 20, verset 3, et Apocalypse 20.27?

236      Pourquoi sera-t-il délié? C’est pour aller rassembler son peuple, à la seconde résurrection, parce que Satan aussi doit comparaître en–en jugement. Voyez? Il doit être condamné.

Oh! la la! voici un–un carnet rempli de questions. Je ne crois pas... Et voici une autre lettre, remplie de questions. Je vais en prendre quelques-unes ici, très, très rapidement, maintenant.

361. Frère Branham, s’il vous plaît expliquer Actes 9, verset 7 et Actes 20... Actes, verset 22. (Veux-tu me trouver ça, Frère Neville.) S’il vous plaît expliquer Actes 9, verset 7.

237      Maintenant, pendant qu’il cherche ça, je vais voir si je peux en prendre une autre en vitesse. Est-ce que la fatigue commence à vous gagner? Je sais que oui.

S’il vous plaît expliquer le mystère de l’enlèvement de l’Épouse. Comment cela se passera, et où, quel est l’endroit où l’Épouse va. Ce sont de belles questions, n’est-ce pas? C’est très bien comme question. Je resterais ici toute la journée...

[Frère Branham répond à la question 361. –N.D.É.] Un instant, là, verset–verset... Actes 9, verset 7 (merci, Frère Neville), 9, verset 7 :

Les hommes qui l’accompagnaient demeurèrent stupéfaits; ils entendaient bien la voix, et ils ne voyaient personne.

238      Maintenant, je sais où vous voulez en venir. Voyez? Maintenant, dans l’autre passage il est dit qu’ils... l’inverse. Or, je–je ne sais pas ce qui s’est produit là. Je ne pourrais vraiment pas vous le dire, parce que dans l’autre passage ils ont entendu. Dans un passage ils ne l’ont pas vu, et dans l’autre ils l’ont vu mais ils ne l’ont pas entendu. Combien ont déjà vu ça dans la Bible? Moi oui, et je ne peux pas l’expliquer. Voyez? Je... Le Seigneur devra me le révéler. Je–je vous ai dit tout à l’heure que je dois être honnête avec vous. Voyez? Je ne sais pas. Je regrette. Si je–si je ne peux pas l’expliquer, je serai assez honnête pour vous dire que je ne peux pas. Mais je–je ne l’aborderai pas, quand–quand je ne sais pas ce qu’il en est.

239      Je ne peux pas expliquer ça; en effet, dans un passage il est dit qu’ils ont vu la Lumière mais n’ont pas du tout entendu la Voix, ou quelque chose comme ça, et dans l’autre passage, qu’ils ont vu la, qu’ils ont entendu la Voix mais n’ont pas du tout vu la Lumière. Je ne peux pas l’expliquer. Voyez? Je–je ne sais pas ce qui est arrivé, et je ne le saurai pas, tant que le Seigneur ne me l’aura pas révélé; pas plus que je ne pouvais vous dire ce qu’il en était du mariage et du divorce. Je ne le savais pas, avant qu’Il me le révèle.

240      Et même ce matin, – le Seigneur Dieu, Créateur des cieux et de la terre, sait que c’est la vérité, – ce matin, Il a mis la touche finale à tout cela, me disant ce qu’il en est du mariage et du divorce. C’est vrai. C’est pour ça que je dis : laissez-moi réunir tous ces éléments, chercher...

241      Quand une de ces choses-là, comme la semence du serpent, quand cela m’a été présenté, je–je ne voyais rien; mais j’ai continué à rechercher ça, et tout à coup, voilà – il faut aller quelque part, se retirer pour être seul, puis le Saint-Esprit commence à dévoiler ça. Maintenant, je voudrais bien que quelqu’un essaie de condamner ça maintenant. Voyez? Vous ne pouvez pas le faire.

362. S’il vous plaît expliquer le mystère de l’enlèvement de l’Épouse.

242      C’est juste un changement, vous voyez, nos corps. Bon, disons nos. Vous savez ce que je veux dire, quand je parle comme ça? Je ne veux pas être sacrilège. Je ne veux pas dire les nôtres; je ne veux pas dire cette église; je veux dire chaque croyant.

243      Abraham, il attendait un fils promis, qui lui avait été promis. Pas vrai? Et l’Église attend un Fils promis. L’Épouse (pas vrai?), l’Épouse attend le Fils promis.

244      Avant que le fils promis ait pu venir à Sara et à Abraham, leurs corps devaient être changés. Pas vrai?

245      Elle était trop âgée pour avoir un bébé. Elle n’avait pas de conduits lactaires dans son sein; son sein était desséché. Son ventre n’était pas fécond; elle était stérile. Elle ne pouvait pas avoir le bébé; son cœur était trop vieux pour supporter un accouchement. Alors, qu’est-ce qui s’est passé? Dieu l’a changée, elle est redevenue une jeune femme. Et Il a fait la même chose pour Abraham, puisqu’Il a dit que son corps était comme mort. Voyez? Il a dû transformer leur corps, pour qu’ils puissent recevoir le fils promis.

246      Et nous ne pouvons pas recevoir le Fils promis, qui nous a été promis aujourd’hui, dans ces corps dans lesquels nous habitons; ces corps sont des corps de péché.

247      La première conscience est celle qui contrôle ce corps-ci, par la vue, le goût, le toucher, l’odorat et l’ouïe, et c’est ce qui nous cause tous ces embêtements; nous raisonnons et tout le reste. Mais ce nouveau corps, qui vient de cette nouvelle naissance (non pas la première conscience qui, elle, disparaîtra)... Ce quelque chose qui est à l’intérieur, c’est ça qui vit. Tous ceux qui le comprennent, dites : “Amen!” [L’assemblée répond : “Amen!”–N.D.É.]

248      Il ne s’agit pas de ce qui est à l’extérieur : la vue, le goût, le toucher, l’odorat et l’ouïe. Il ne s’agit pas de ça. Ça, ça doit passer par la mort, et ça mourra, mais la partie qui est à l’intérieur de vous, tout au fond ici, à l’intérieur, c’est ça la personne qui ne peut pas mourir. Voyez? Et c’est ça la personne dans laquelle commence la nouvelle vie, qui provient de la nouvelle naissance; et ça forme une autre personne à l’image de cette personne que vous êtes, autour de cette vie-là. Vous saisissez?

249      Alors, potentiellement, c’est ici, à l’intérieur, et qu’est-ce que c’est? La Parole promise avant la fondation du monde. Ce qui entoure cela ne fait que refléter le négatif, alors que cela va refléter le positif, la Parole. Voyez? Et c’est la même chose, ou, l’enlèvement de l’Épouse, ce sera la même chose. La Parole qui est en vous, le corps se matérialisera autour de cette Parole, et il se produira la même chose que dans le cas de Sara.

250      Avant... Alors que ce vieux corps qu’elle avait, ce premier corps, il fallait qu’il soit transformé, pour pouvoir produire un fils. Vous saisissez? Ce corps-là ne pouvait pas le faire. Ce corps-ci ne peut pas le faire, alors il faudra qu’il soit transformé, de la même façon, pour recevoir le Fils.

363. Comment cela se passera-t-il, et quand... où est... où va l’Épouse?

251      Elle va dans la Gloire, dans le Ciel, pour le Souper des Noces, exactement comme le type d’Isaac et de Rébecca, lorsque Rébecca est partie rencontrer Isaac. Souvenez-vous, Éliézer, qui représentait là le message qui était venu d’Abraham, Éliézer est parti à la recherche d’une épouse pour Chri-... pour Isaac. Il a trouvé la ravissante Rébecca, dans la fraîcheur du soir, une jeune fille à la peau brune qui est sortie, sa cruche à eau sur l’épaule. Et Éliézer avait prié en disant : “Seigneur Dieu, fais réussir mon voyage maintenant, et mène-le à bien, pour mon maître Abraham.”

252      Il avait dit : “Va, ne lui prends pas parmi les Philistins; ne la prends pas là.” Il devait se rendre là-bas parmi son peuple, ce qui montrait que l’Épouse de Christ et Christ sont parents par le sang, puisque Rébecca et–et Isaac étaient cousins.

253      Et alors, ils sont allés là-bas, et la ravissante Rébecca est sortie, et elle a puisé l’eau – il avait prié – et elle a donné à boire au chameau, et tout ça. Puis, vous remarquerez que Rébecca a dû... Le choix final, c’est Rébecca qui a dû le faire. Il a demandé la jeune fille au père, il a demandé la jeune fille à la mère, et ni l’un ni l’autre ne pouvait y consentir. Ils voulaient qu’elle reste encore quelque temps. Il a dit : “Ne me retardez pas dans mon travail.”

254      Et Rébecca a dû faire son choix, parce qu’il a dit : “La jeune fille, c’est elle; qu’elle fasse son choix.”

255      Et dès que cela lui a été présenté, rapidement elle s’est décidée; elle a dit : “J’irai.” Elle est montée sur le chameau, et elle est partie à la rencontre de... Regardez, le chameau même qu’elle avait fait boire, c’est le chameau qui l’a transportée vers son époux, et vers toute sa réussite. Et le chameau même, la puissance même, – un animal, dans la Bible, ça représente une puissance, – et la Puissance même à laquelle nous donnons l’eau et la louange (Amen! Voyez?), l’eau, la vie, la louange, à la Parole, c’est la chose même qui nous transporte dans le pays de la Gloire pour rencontrer l’Époux. Oui monsieur! Amen!

Nous attendons la venue du Millénium, jour béni

Où notre Seigneur viendra chercher Son Épouse qui L’attend.

256      Et souvenez-vous, Isaac avait quitté la tente, il était dans les champs, en train de méditer, à la fin de l’après-midi. (Amen!) Quand il a vu venir Rébecca – elle ne l’avait jamais vu, et lui ne l’avait jamais vue, mais ç’a été le coup de foudre. Elle est tombée amoureuse de lui, et lui d’elle, et pourtant elle était voilée. Amen! Oh! la la!

257      Et, regardez, quand elle l’a vu, son cœur a été tellement rempli de joie. Elle ne savait pas avec qui elle allait se marier, mais c’était par la foi. Amen! Et–et–et, souvenez-vous, Jésus quittera le Royaume, et nous ne Le rencontrerons pas dans la Gloire, nous devons Le rencontrer dans les airs, entre les cieux et la terre, dans l’espace qui a été déployé pour nous racheter. Et il a rencontré Rébecca à mi-chemin entre sa maison à elle et sa maison à lui. Amen! Il l’a emmenée dans sa maison, il s’est marié avec elle, et il a hérité de tout ce que possédait son père à lui. Amen! Oh, c’est parfait, absolument parfait. Bien.

Question : Dieu sépare-t-il un homme d’avec sa femme dans...

258      Je–je ferais mieux de ne pas lire celle-ci. Voyez, voyez? C’est–c’est... je serais peut-être obligé de dire quelque chose. Voyez? Je vous connais, vous ici, mais ces–ces... ceci est enregistré, vous voyez, alors je–je ferais mieux de ne pas la lire. C’est quelque chose au sujet de... La personne qui a écrit ça : vous savez de quoi il s’agit, alors je–je ferais mieux de vous voir en entretien privé. Voyez? Je ferais mieux de ne pas... Je ne pense pas que ce serait vraiment bien de lire ça. Voyez? C’est–c’est en ordre pour la personne, il n’y a rien à redire là-dessus; ils posent une question légitime, mais je–je pense que ce serait mieux pour moi de voir ça en entretien privé. Vous ne trouvez pas? Qui que ce... Vous savez qui c’est, qui que vous soyez.

259      Oh! la la! Oh, nous avons déjà dépassé notre temps, les amis. Nous–nous ferions mieux de terminer et d’aller–d’aller dîner. Combien de temps voulez-vous que je reste, que je passe ici? [Quelqu’un dit : “Toute la journée.”–N.D.É.] Oh! la la! Juste un–juste un, oui, juste un, peut-être juste un peu. Si jamais quelqu’un doit partir très vite, ne laissez pas brûler votre dîner, mais si vous–si vous... Et–et moi, je vais probablement manger au Blue Boar, ou chez Pryor, ou à l’un de ces endroits-là, et là-bas on ne vous fera probablement pas d’ennuis. Si vous devez partir, que Dieu vous bénisse; je comprends. Voyez? Et je vais juste prendre environ... Je vais poser celles-ci ici, et c’est tout ce à quoi je répondrai. Après ça je–je vais... Celles-ci, ce sera environ, ça prendra encore une quinzaine de minutes, après ça je vais, je vais partir.

364. J’ai deux filles mariées à des hommes dans les d-e-a-v-... et elles croient ce Message. Elles... dénominations (C’est ça.), et elles croient ce Message, et elles ont pris position pour Lui, et on leur a fait... Que devraient-elles faire? On leur a fait de l’opposition. Que devons-nous faire?

260      Gardez votre position! Absolument. Annoncez la couleur. C’est ça; ne leur cédez pas. Non monsieur! Je ne vous dis pas de ne pas aller parmi eux, fraterniser ou quelque chose comme ça, tant que vous pouvez fraterniser; mais quand ils se mettent à changer le menu, vous savez, une colombe ne peut pas manger avec une buse.

365. Frère Branham, s’il vous plaît, pourriez-vous expliquer Marc 13.27? Aussi, Frère Branham, qu’en est-il des gens dans Apocalypse 20.7 et 9, qu’est-ce... qui font la guerre aux saints? D’où viennent-ils? Y en aura-t-il qui seront transportés de l’autre côté, comme dans le cas de la–la famille de Noé?

261      Apocalypse 13, ou, non, Marc 13.27, Frère Neville. Apocalypse 20. Tu as ta Bible, là, Frère Capps? Apocalypse 20, et ça semble être 7 et 9. Je pense que je... pendant qu’ils cherchent ça... Tenez, il l’a, tout près. Apocalypse, qu’est-ce que c’était, déjà? Marc 13.27, 13.27.

Alors Il enverra ses anges, et rassemblera ses élus des quatre vents, et... et des extrémités de la terre pour être... et jusqu’aux extrémités du ciel.

...des extrémités de la terre jusqu’aux extrémités du ciel.

262      Ça parle de la résurrection, de l’enlèvement, de l’ascension. Il enverra Ses anges pour rassembler. Les anges, qu’est-ce que c’est, y avez-vous déjà pensé? Hein? Des messagers. Il les rassemblera, les regroupera, vous voyez, Il les amènera, les ralliera des extrémités de la terre jusqu’aux extrémités du Ciel. La Parole qui était, qui a été manifestée sur la terre. Voyez? Vous saisissez? La Parole qui a été prononcée, la voilà manifestée. Voyez? Très bien, Frère Capps. Voyons un peu.

Et quand les mille ans furent accomplis, Satan fut délié de sa prison. [version Darby]

263      Très bien. Je viens juste d’expliquer ça, n’est-ce pas, qu’il sera délié de sa prison à la fin des mille ans?

Très bien, j’en ai une autre juste ici. Un instant.

366. Frère Branham, était-ce de Dieu, ou étaient-ce mes propres voies lorsque les choses qui sont arrivées, lorsque (t-e-...) tentée... Était-ce... (Vois si tu peux y comprendre quelque chose. C’est bien écrit, mais j’ai peu d’instruction. Qu’est-ce qui est dit là? [Frère Branham parle avec Frère Neville.–N.D.É.] Je–je ne pense pas que je peux répondre à ça. Ni Frère Capps ni moi ne pouvons comprendre... Il est dit :) Était-ce... (À moins que ce–ce ne soit... qu’il s’agisse d’une infirmière. Quelque chose au sujet du métier d’infirmière.) Était-ce de Dieu lorsque j’ai arrêté de travailler comme infirmière, ou était-ce ma faute?

264      Je n’en sais rien. J’aimerais mieux voir cela en entretien privé. Voyez?

Or, le métier d’infirmière, c’est quelque chose de valable, d’être infirmière. Je dirais... Or, cette personne n’a... Je n’ai pas mis ça de côté, juste pour dire que je n’allais pas y répondre, parce que, pour cette femme-là, cette question-là a autant d’importance que la vôtre en a pour vous, ou que la mienne en a pour moi. Voyez? Mais, bon, s’il s’agit d’une–s’il s’agit d’une–d’une infirmière, que vous avez abandonné votre métier d’infirmière rien que parce que vous avez pensé que vous ne devriez pas travailler... Eh bien, moi, je trouve que le métier d’infirmière, ce devrait être avant tout un métier où on exerce la miséricorde. Voyez? Faire quelque chose, c’est ce qu’on devrait envisager, comme dans le cas d’un docteur.

265      Un docteur, qui est un bon docteur, il va aider un homme, que celui-ci ait des sous ou qu’il soit sans le sou, un vrai docteur. Voyez? Et je pense qu’un ministre, n’importe qui, notre service devrait être l’un envers l’autre, dans le but de se rendre l’un l’autre la vie un peu plus agréable.

266      Je, quand ils m’ont dit que je devais prendre cent dollars par semaine de cette église comme salaire, eh bien, ça m’a presque–presque donné le coup de grâce. Or, il y a Mme Wilson, je sais, et probablement son fils, et d’autres qui sont assis ici, qui s’en souviennent, il y a des années, j’ai prêché ici pendant dix-sept ans, et je n’ai jamais prélevé un sou, pas une seule fois. Le peu d’argent, tout ce que j’arrivais à gagner, je le mettais là-dedans. Voyez? Et quand ils m’ont dit que je devais prendre ça pour avoir la possibilité d’aller dans des réunions, ça m’a presque démoli. Voyez? Bien entendu, je crois que c’est en règle, mais ça, c’est moi, personnellement (voyez?), je ne désire rien, pas d’argent, tout ce que je désire, c’est–c’est votre–votre amitié et l’approbation de Dieu parmi nous.

267      Je–je vous aime (voyez?), je vous aime, et je veux que vous soyez dans la vérité; et je veux moi-même être dans la vérité. Et je–je veux que vous me croyiez; moi, je vous crois. Et si vous venez vers moi avec une question, je veux être honnête avec vous. Et si je–je vous parle au Nom du Seigneur, je veux que vous fassiez exactement ce que je vous ai dit de faire. Ne vous en écartez pas le–le moins du monde, et alors je pense que nous avancerons bien, comme ça. Voyez? Et alors, les autres...

268      Donc, maintenant, s’il s’agit de travailler comme infirmière, et moi, je trouve que si vous avez à cœur d’être infirmière... Tout le monde ne peut pas être une infirmière. Une infirmière, c’est quelqu’un qui est doux et gentil avec les gens, et oh, je pense qu’une vraie infirmière... Si vous avez déjà été malade, à l’hôpital, ou quelque chose, et que vous voyez une infirmière vraiment gentille qui vient et vous installe confortablement, ou quelque chose comme ça...

269      Je me suis fait opérer, la fois où j’ai reçu ce coup de feu; j’ai été obligé d’aller à l’hôpital. Il y avait une brave petite infirmière là-bas, je l’appelais “Cornichons sucrés”, parce qu’elle avait toujours un cornichon dans la bouche, elle grignotait ça, tout le temps, comme ça. Et, je n’avais qu’environ quatorze ans, et j’avais reçu un coup de feu. Elle, elle n’était encore qu’une gamine, quoi, et elle... ces jambes qui avaient été abîmées, pratiquement les deux étaient déchiquetées, comme ça, et elle mettait un oreiller ici et un oreiller là; et elle était toujours là à m’aider, tout le temps. Et je me disais toujours (je n’étais qu’un jeune garçon), je me disais que je pourrais bien l’épouser, parce qu’elle était–elle était si aimable et si gentille avec moi. Eh bien, je... Ça... Vous voyez, de faire quelque chose (voyez?), ça compte.

367. J’aimerais poser une question. Numéro un : Est-ce qu’un pyjama de femme... (Maintenant, attendez un instant; laissez-moi lire ça. [Frère Branham lit la question tout bas.–N.D.É.] Non, ça ira). Est-ce qu’un pyjama de femme se classe dans les vêtements d’homme?

270      Oh! la la! ne me dites pas qu’ils ne peuvent pas vous poser des colles. Je ne sais pas. Je vais vous laisser, à vous, le soin de décider de cela. Vous ne devriez pas parader devant les gens habillée comme ça; ça, je–je le sais. Dans ce cas-là, ça le serait, mais au, pour aller au lit, ça, je–je–je ne sais pas. Je vais devoir renoncer à répondre à celle-là aussi.

Je vous ai dit que je serais honnête si je ne savais pas. Je ne vais pas émettre ma pensée à moi là-dessus (très bien), à moins que vous ne vouliez avoir ma pensée à moi. Si c’est ce que vous voulez, je vais vous le dire. Voyez?

Maintenant souvenez-vous, ce n’est pas, ce–ce, il se peut que ceci–ceci soit à mille lieues de la vérité. Je pense que ce serait joli de porter une chemise de nuit. Mais–mais si vous–mais si vous, mais c’est vraiment vous que ça regarde. Maintenant, je ne peux pas–je ne peux pas vous dire ce qu’il en est de cela, parce que je n’aurais rien pour m’appuyer. Maintenant, c’est–c’est–c’est moi, là, ce n’est pas Lui, souvenez-vous. Voyez?

368. Est-ce mal de couper les bouts des cheveux d’une femme?

Je crois que nous venons d’expliquer ça il y a quelques minutes, vous voyez, pour les petites... Je pense qu’ils appellent ça, ces petites choses qui retombent, comme ça...

369. Frère Branham, dans l’une des bandes des Sept Âges de l’Église, vous avez mentionné que Judas avait été justifié, sanctifié. Était-ce là de véritables... (Voilà une bonne question.) ...expliquez... expérience, de véritables expériences de grâce qu’il avait reçues? Vous avez aussi mentionné que Judas avait son nom dans le Livre de Vie, et pourtant, nous savons qu’il est allé dans le hadès et qu’il a été perdu. Comment une personne peut-elle avoir son nom dans le Livre de Vie et être quand même perdue? Ou pourquoi Dieu met-il les noms de personnes dans le Livre de Vie, alors qu’Il sait qu’elles vont être perdues à la fin?

271      Or ça, c’est une bonne question, n’est-ce pas? Maintenant, ceci, ça va être bon. Maintenant, il va vraiment falloir que je compte sur le Seigneur pour répondre à ceci, parce que moi, je ne fais que rôder, ou plutôt, sonder. Regardez! Premièrement, dans les, dans nos églises, j’ai mentionné que Judas avait son nom dans le Livre de Vie. C’est vrai. Ça, nous le savons, parce que Jésus leur a dit – quand ils avaient été tous envoyés (Matthieu 10), pour chasser les démons, pour prêcher l’Évangile, qu’ils avaient reçu gratuitement et qu’ils devaient donner gratuitement; et ils étaient revenus en se réjouissant, parce que les démons leur étaient soumis. Pas vrai? Et Jésus leur a dit, et Il a mentionné leurs noms (ceux qui étaient là, le nombre de ceux qui avaient été envoyés); et ils étaient revenus, et Judas Iscariot, celui qui L’a livré... Voyez? Ils sont revenus en se réjouissant, parce que les démons leur étaient soumis. Maintenant, vous voyez, ce n’était pas la bonne attitude, là. Voyez? Vous ne devez pas vous réjouir parce que “moi, j’ai le pouvoir de faire sortir un démon”. Voyez? Vous ne devez pas faire ça, vous devez vous réjouir parce que vous avez reçu assez de grâce pour être sauvé. Voyez, voyez? Vous ne devez pas vous réjouir... C’est comme ça que les gens...

272      Généralement, les gens qui ont des dons sont des gens qui ne veulent pas de dons. Voyez? Paul avait cherché à fuir la chose, Moïse aussi. Des grands conducteurs comme eux vont chercher à fuir la tâche; ils savent ce qui les attend. Dieu...

Vous voyez, si vous prenez un homme qui dit toujours : “Oh, Seigneur, remplis-moi de puissance, et je partirai là-bas, et je chasserai les démons.” Il ne le ferait jamais. Dieu se garde bien de faire confiance à quelqu’un comme ça. Voyez? Il ne le ferait jamais.

273      C’est cet homme qui ne veut avoir rien à faire avec ça. Voyez? C’est lui l’homme dont Dieu peut s’emparer et à qui Il peut enseigner quelque chose un jour. Voyez?

Et donc, Judas est revenu en se réjouissant, tous ceux-là dont les noms... Il a dit : “Ne vous réjouissez pas de ce que les démons vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans le–dans le Livre de Vie.” Maintenant, si vous remarquez, et prenez Daniel aussi. La Bi-... Voyez?

Parce que votre nom est dans le Livre de Vie (parce qu’il est dans les Cieux, que votre nom a été reconnu), encore là ça ne veut pas dire que vous êtes sauvé. Voyez? Vous n’êtes pas converti, tant que vous n’avez pas reçu le Saint-Esprit. Souvenez-vous-en. Vous n’êtes que potentiellement converti. Voyez? Vous n’êtes pas...

274      Si–si vous me demandez un–un chêne, et que je vous donne un gland, potentiellement vous avez un chêne, potentiellement, mais il n’est pas encore développé. C’est pour cette raison que je crois à la sécurité comme j’y crois.

Si je–si je demande un champ de maïs, et que je vois du maïs à peu près haut comme ça, potentiellement, j’ai un champ de maïs. Non pas, il ne s’est pas encore développé, quelque chose pourrait se produire. Voyez?

Or, par la justification et la sanctification, vous êtes en route vers le baptême du Saint-Esprit. Mais, une fois que vous avez été véritablement baptisé du Saint-Esprit, vous êtes dans le Royaume. Maintenant vous dites : “Frère Branham, est-ce vrai?”

275      Maintenant je n’ai pas le temps, là, de–de vous donner les références bibliques; vous n’aurez qu’à vérifier ça quand vous serez rentré, parce que je ne sais pas... ma mémoire. Il faudrait que je regarde ici dans ma concordance pour relever ça. Jésus a dit à Pierre, qui avait été sauvé et sanctifié – il avait cru à Jésus, il avait été sanctifié. Dans Jean 17.17, Jésus a dit : “Sanctifie-les, Père, par la Vérité; Ta Parole est la Vérité.” Et Lui et la Parole, c’est une seule et même chose. Ils avaient été sanctifiés, potentiellement, par la Vérité, la Parole, la Vérité. Ensuite, Jésus a dit à Judas, ou–ou, à Pierre, la nuit où Il a été livré, Il a dit : “Après que tu seras converti, alors affermis ton frère”, après que tu seras converti.

276      Cet homme qui L’avait suivi pendant trois ans, et qui avait son nom dans le Livre de Vie de l’Agneau, qui avait chassé des démons, et fait de grandes œuvres, et guéri, et fait toutes sortes de... prêché la Parole, et tout, mais il n’était toujours pas converti. Voyez-vous le... Vous suivez la voie qui mène à la conversion. Voyez?

277      Le bébé qui... Une fois que l’acte s’est produit, entre le–l’ovule et le sperme, ou le gène... Mais une fois qu’ils... Potentiellement, le bébé est là, une fois que l’acte est accompli. Ensuite le corps se développe, deuxième étape; mais il faut que le bébé naisse ici, et c’est là qu’il reçoit le souffle de vie. Ce n’est pas encore le souffle de vie. Vous dites : “Oh, il est vivant!” Non, il ne l’est pas! Ce sont de petits nerfs qui se contractent, des muscles. Voyez? Le bébé n’a pas reçu la vie tant qu’il n’est pas né. Et vous aurez beau sauter et gigoter, mais vous n’êtes pas... Voyez, voyez? Il faut que vous naissiez. Vous savez ce que je veux dire? Très bien.

278      Bon, maintenant, il a dit ensuite que... “Vous avez mentionné que Judas avait son nom dans le Livre de Vie, et pourtant, nous savons qu’il est allé dans le hadès et qu’il a été perdu. Comment donc une personne peut-elle avoir son nom dans le Livre de Vie et être quand même perdue?” Maintenant, laissez-moi apporter une petite chose de plus ici, pour cette chère personne.

279      Maintenant remarquez, la Bible dit, quand Daniel a vu... C’est lui–lui qui a écrit le premier livre de l’Apocalypse : Daniel. Et nous remarquons, dans la vision, il L’a vu s’avancer vers l’Ancien des temps dont les cheveux étaient blancs comme de la laine. Combien se rappellent avoir lu ça? Et avez-vous remarqué, Jean, dans l’Apocalypse, il s’est avancé vers Lui, même chose, Apocalypse 1? Et Il se tenait là; Ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, Ses pieds, l’aspect qu’ils avaient : l’Ancien des temps. L’Ancien des temps, c’est-à-dire qu’Il n’avait pas de temps : l’Éternel. Et Il est venu. Maintenant regardez bien! Les saints sont venus sur la terre, et les livres furent ouverts, et un autre Livre fut ouvert, celui qui était le Livre de Vie, un seul livre. Ils sont venus au jugement, et le... Il est venu, et avec Lui sont venues des myriades de myriades. Pas vrai? Elle Le servait, l’Épouse, la Reine et le Roi.

280      Qui est votre petite reine à la maison? Celle qui vous sert la nourriture. Pas vrai? (Ce qui tarde à venir en ce moment.) Mais, quand elle–quand elle vous sert. C’est ça que l’Épouse sert à Christ : la Parole. “L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole.” Voyez? Elle sert la Parole au Roi, en manifestant Sa Parole promise dans l’âge dans lequel Elle vit. Amen! Ah, j’ai dit quelque chose, là, vous ne l’avez pas saisi, mais...

281      Remarquez! Oh! la la! Ça, c’était bon. Voyez? En servant la Parole, dans l’âge. Maintenant remarquez! Et Elle est venue... Il est venu, et des myriades de myriades sont venues à Lui; et le jugement s’assit, et les livres furent ouverts; et un autre Livre fut ouvert, celui qui est le Livre de Vie; et ils furent jugés ainsi. Qui est-ce qui est venu? L’Épouse, qui n’avait pas à passer en jugement, Elle est affranchie du jugement.

282      Un autre Livre fut ouvert, celui qui était le Livre de Vie, et ceux qui avaient leur nom dans le Livre de Vie durent être jugés selon ce Livre. Et Judas Iscariot affirmait être un croyant. Et il avait son nom écrit, parmi les autres, dans le Livre de Vie. Pas vrai? Il prétendait avoir la Vie Éternelle. Et son nom avait été mis dans le Livre de Vie. Alors, il faut qu’il... Eh bien, il faut qu’il soit jugé, alors, pour voir pourquoi donc il a condamné la Parole de Vie, renié ses principes pour trente pièces d’argent. Certains renient leurs principes, pour se faire méthodiste, baptiste ou quoi encore. Il a fait bon marché de sa position dans le Livre de Vie. Et il jugera... il devra être, se tenir là et être jugé par ça, par la Parole. Voyez? C’est pourquoi Judas allait devoir le faire. Voyez? Judas doit passer en jugement. Son nom était dans le Livre de Vie, mais ça ne veut pas dire qu’il est sauvé. Il doit comparaître en jugement.

283      Les vierges endormies comparaîtront là, elles subiront les mêmes–les mêmes choses. Remarquez, Jésus a dit, dans Jean 5.24 : “Celui qui écoute Ma Parole.” C’est-à-dire celui qui peut La recevoir, pas celui qui L’entend prêchée et qui poursuit son chemin en disant : “Quel non-sens.” Voyez? “Celui qui reçoit Ma Parole, celui qui écoute Ma Parole, et qui croit (qui ne fait pas semblant de croire, mais qui croit vraiment) à Celui qui M’a envoyé (qui était la Parole) a la Vie Éternelle et ne viendra pas en jugement, mais il est” (au temps passé) “passé de la mort à la Vie.” Voyez? C’est ça.

284      Alors, Judas avait son nom là, dans le Livre de Vie (c’est tout à fait exact), mais il a été condamné, parce que, qu’est-ce qu’il a fait? Il a vendu son droit d’aînesse.

Ésaü est né dans une famille qui avait la promesse de Dieu. Le fils aîné avait le droit d’aînesse. Combien savent ça? Par une promesse de Dieu, le nom d’Ésaü était dans le Livre pour le droit d’aînesse (pas vrai?); mais il l’a troqué contre un plat de coloquintes sauvages, ou de pois. Il avait faim et voulait se remplir le ventre, il voulait son gagne-pain, alors il a troqué son droit d’aînesse contre un gagne-pain, et il ne put trouver lieu à la repentance.

285      Les espions qui étaient allés avec... là-bas espionner le pays, ils sont revenus et ils ont même mangé les raisins que Josué et Caleb avaient rapportés. Et pourtant, qu’est-ce qu’ils ont fait? Ils ont vendu leur droit d’aînesse.

286      Jésus a dit, ou, Paul, qui parlait sous l’inspiration de Christ, dans Hébreux, chapitre 6 : “Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et tiennent pour profane le Sang de l’alliance par lequel ils avaient été sanctifiés, et ils ont outragé les œuvres de la grâce.” Il est impossible pour cette personne de revenir un jour.

287      Tous ceux-là, à part Josué et Caleb, sont morts et ont péri dans le désert, pourtant ils étaient croyants, pourtant leurs noms étaient dans les livres.

288      Et ici, Paul dit que si jamais un homme en arrive là : il a été sauvé et sanctifié (le Sang sanctifie; Hébreux 13.12 et 13 dit que le Sang sanctifie), et là il arrive jusqu’à la porte du baptême du Saint-Esprit, mais à cause d’une question de prestige ou de dénomination, il refuse d’Y entrer. Il a dit : “Cette personne est perdue et ne pourra jamais être sauvée”, vous voyez; parce qu’il a outragé les œuvres mêmes de la grâce, ce qui l’avait appelé à cette position et la lui avait montrée, voilà qu’il fait demi-tour et s’en éloigne. Il tient pour profane le Sang de l’alliance par lequel il a été crucifié... pour profane Christ qui a été crucifié. En effet, le Sang qui l’a sauvé, qui l’a justifié et qui l’a sanctifié, l’amène jusqu’au baptême du Saint-Esprit. Et là il s’en éloigne, il laisse tomber.

289      Observez ce modèle. Je prends beaucoup de temps, mais regardez! Judas Iscariot a suivi ces mêmes traces. Il avait été justifié en croyant au Seigneur Jésus et en L’acceptant ensuite comme son Sauveur personnel. Il avait été sanctifié, et il avait reçu le pouvoir de chasser les esprits; son nom avait été mis dans le Livre de Vie de l’Agneau. Mais quand est venu le moment de la Pentecôte et du baptême du Saint-Esprit, de la plénitude de la Parole, là il s’est montré sous son vrai jour. C’est exactement ce que les espions de Canaan avaient fait; c’est exactement ce qu’Ésaü avait fait.

290      C’est exactement ce que Satan avait fait à Ève, dans le jardin d’Éden : “Certainement que Dieu ne...”

Mais elle a dit : “Dieu a dit...”

Il a dit : “Mais oui, je sais qu’il est dit cela, je sais qu’il est dit ceci, mais certainement que...” Vous voyez, toujours la même chose, depuis le début, et c’est pareil aujourd’hui.

291      L’église a suivi le même processus; par la justification : Martin Luther; par la sanctification : Wesley. Mais là, quand vient le temps du baptême du Saint-Esprit, ils se montrent sous leur vrai jour; ils ne veulent avoir rien à faire avec Ça. Les nazaréens, les pèlerins de la sainteté, ceux de l’église de Dieu, et tous ceux qui croient à la sanctification, là : vous ne pouvez pas désapprouver cela; c’est la vérité. Mais quand on arrive à la frontière, quand on arrive jusque là, au point de recevoir le Saint-Esprit, pour avoir la nouvelle naissance, alors qu’est-ce que le diable fait? Il s’amène et essaie de fausser tout ça. Oh, il est, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour tenir les gens éloignés de là.

292      Ils sont revenus avec cette idée, ils disaient : “Vous devez parler en langues. Vous devez avoir une sensation. Vous devez faire ceci.” Vous devez y entrer par une naissance! Ne laissez personne vous dire que la sanctification et le Saint-Esprit, c’est la même chose, parce que ça ne l’est pas! Certainement pas!

Écoutez ce nazaréen, ici, crier : “Ça ne l’est pas.” Voyez? Il sait qu’il y a une différence, parce qu’il y en a une, certainement. Frère Capps, notre brave frère. Voyez?

293      Bien sûr, les nazaréens... Il n’y a personne qui peut dire un mot contre ces gens religieux, qui sont des gens très bien; ils sont tout ce qu’il y a de plus gentils. Ceux de l’église de Dieu, les nazaréens, les méthodistes libres, ces gens sont sincères, mais quand il est question des œuvres de l’Esprit, ils disent : “Oh, oh, c’est le diable.” Et qu’est-ce qu’ils font là? Ils blasphèment contre le Saint-Esprit. Quand ils font ça...

294      Or un blasphème, qu’est-ce que c’est? Il n’y a pas de pardon. Pas vrai? “Celui qui a été une fois éclairé, ceux qui ont eu part, et qui ont goûté les dons célestes.” Ils ont eu par-... goûté–goûté la sanctification de Dieu : purifiés des cigarettes, des femmes dépravées et de tout genre de vie semblable. “Et ils ont goûté les choses célestes.” De les voir s’avancer jusqu’à la frontière, comme ces espions l’avaient fait, ceux qui avaient mangé une partie des raisins. Mais qu’est-ce qu’il leur faut faire? Il leur faut disloquer leur dénomination pour entrer en possession de ceci. Voyez? Dire... Voyez? “Ils ont goûté les dons célestes; de voir qu’ils crucifient de nouveau, pour leur part, le Fils de Dieu; et ils tiennent pour profane le Sang de l’alliance, par lequel ils avaient été sanctifiés.”

295      C’est au moment de la sanctification que votre nom est mis dans le livre comme croyant. Votre parole... Votre nom est écrit en Son Sang. Voyez? C’est la sanctification qui fait ça. Puis vous arrivez là, – alors qu’Il vous avait fait confiance jusque-là, – puis vous arrivez là... Les gens disent : “Eh bien, ça, est-ce qu’Il le savait?”

296      Oui, Il le savait. Il savait que vous ne le feriez pas, dès le commencement. Il savait que Judas ne le ferait pas. Il le connaissait depuis le commencement; c’était le fils de perdition. Mais ces choses doivent s’accomplir. Voyez? La Parole doit s’accomplir, toute, même les types et les ombres. Oh! la la! Nous pourrions nous étendre là-dessus pendant des heures.

370. Frère Branham, lorsque vous avez apporté le Message sur les soixante-dix semaines de l’église... soixante-dix semaines (pardon) de Daniel, je crois que vous avez mentionné que l’entière... la dernière semaine entière ou les sept dernières années commenceront lorsque l’Épouse aura été prise dans l’Enlèvement.

297      Non, non, non, non, non, mais non, mais non, mais non! Vous avez mal compris, là, vous voyez, non pas les sept semaines entières. La–la semaine a commencé quand Jésus est venu sur terre. Il a dit : “Le Messie, le Prince, viendra et prophétisera, et au milieu des sept semaines, Il sera retranché.” Et Jésus a prêché exactement trois ans et demi, ce qui correspond à la moitié des soixante-dix semaines, des sept jours, de la semaine, des jours de la semaine. Et il reste trois ans et demi.

298      Maintenant, quand Moïse et Élie viennent sur terre, ce qui est dans Apocalypse et dans Zacharie... (Frère Coomer, votre–votre question, à vous et à Soeur Coomer, c’était la même.) Donc, quand ils... Au moment de Zacharie 4, et d’Apocalypse 11, ces deux oliviers et tout, lesquels sont Moïse et Élie, quand eux, ils viennent sur terre, ils prophétisent pendant mille deux cent soixante-quatre jours. Qu’est-ce que c’est? Exactement trois ans et demi. Là c’était exactement la même chose. Non pas... Voyez? Quelle que soit cette chère personne. C’est très, très joli, écrit–écrit sur du papier à en-tête, avec quelques lignes de texte religieux et tout ça, et c’est très bien. C’est une très bonne question, mais (voyez?) vous n’avez pas compris exactement ce que j’ai dit. Jamais je n’ai cru que les soixante-dix semaines entières seraient de ce côté-ci. Le Messie a été retranché. Combien se souviennent de ça, quand je l’ai prêché ici? Certainement! Voyez? Sept semaines.

371. Depuis lors, il semble que les premiers trois ans et demi se sont accomplis pendant le ministère (Eh bien, voilà, vous l’avez bien compris ici.) de–de Jésus, mais l’expression “au milieu des semaines” semble ne s’appliquer qu’à l’antichrist qui rompt son alliance avec les... (Non, l’antichrist rompt son alliance à la fin des derniers trois ans et demi. Voyez?) Ce que j’ai compris sur la bande de Daniel, c’est que les premières soixante-neuf semaines se sont terminées quand Jésus est entré dans Jérusalem en l’an 30 de notre ère, donc ces trois ans et demi de Son ministère seraient inclus dans les soixante-neuf semaines; et les dernières semaines entières... et la dernière semaine entière ou les sept ans seraient encore à être accomplis et commenceraient à l’Enlèvement. S’il vous plaît éclaircir ceci pour moi.

299      Vous savez, frère, soeur, quelle que soit la personne qui a posé cette question. C’est très bien (voyez?), mais je crois que vous vous êtes un peu embrouillé dans ce que j’ai dit. Voyez? Bon, la... Quand Jésus est entré dans Jérusalem (ça, c’est tout à fait exact), c’était la fin de... Voyez? Il est parti directement de là et Il a été crucifié. Voyez? Et Il–Il a bien prophétisé pendant la moitié des soixante-dix semaines, ce qui fait trois ans et demi. Là Il a été retranché, et Son âme a été offerte en sacrifice. Et maintenant, il allait y avoir, en ces derniers jours, il y a encore trois ans et demi qui ont été promis aux–aux Juifs. Et, dans l’intervalle, il y a eu un rassemblement des saints pour l’Enlèvement, l’Église.

300      Maintenant, je ne vais pas arriver à répondre à toutes ces questions, frères–frères et sœurs.

372. S’il vous plaît, pourriez-vous expliquer I Corinthiens, chapitre 7, versets 1 et 9? (Cherche ça, Frère Neville : I Corinthiens, chapitre 7, verset 1; bien.)

373. Et est-ce que chaque véritable croyant fera les œuvres dont Jésus a parlé, comme il est déclaré dans Jean 14.12 (Pas précisément. Non!) : guérir les malades, chasser les démons, ressusciter les morts (Je ne pense pas que ce soit dans Jean 14, mais ça ne fait rien. C’est Marc 16.), ou–ou, est-ce que celles-ci... est-ce que ceci ne s’applique qu’à Élie? Le croyant doit-il faire tout cela... tout ceci... fait réellement... qui croit réellement? Et s’il est réellement un vrai croyant, est-ce qu’il ressuscitera les morts et fera de grands miracles?

301      Maintenant, ça, c’est ce qui se trouve parmi les croyants. Voyez? Tous les hommes ne possèdent pas ces dons-là, et ça ne veut pas dire qu’il n’y a qu’une seule personne qui le fera; il y aura des groupes de gens. Comme, par exemple, qu’est-ce qui se passerait si–si nous avions une petite fille ici à l’église, ou un petit garçon, ou une personne que nous chérissons, et que la vie la quitte? Toute l’église se réunirait, et on se mettrait à prier et à jeûner : “Seigneur, aie pitié de cet enfant.” Voyez? Dieu pourrait le ressusciter.

302      Combien ont déjà lu Les Pères à Nicée et ces ouvrages-là? Vous savez, c’est ce qu’ils faisaient, dans l’église primitive. Ils se réunissaient tous, vous savez, et ils ont même ressuscité leur pasteur, à un moment donné, et d’autres, comme ça, si Dieu jugeait bon de le faire; mais ils l’ont fait.

374. Si l’église est sauvée même si elle ne part pas dans l’Enlèvement, – comme je crois que vous l’avez enseigné, – elle doit passer par la tribulation pour être purifiée. Mais qu’en est-il de ceux qui sont morts, eux, comment seront-ils purifiés?

303      Très bien. Ceux qui ont... L’Épouse n’a pas besoin de purification; Elle est déjà purifiée. Et ceux qui sont–sont–sont morts dans le passé, ceux qui vont passer par... Voyez? Eux, ils n’ont jamais reçu la Lumière que ces églises-ci ont reçue; ils ont vécu sous l’action de leur justification, de leur sanctification et ainsi de suite. Ils ont vécu en accord avec la Lumière qu’ils avaient, peut-être en ce–en ce sens qu’ils ont souffert et ont enduré tout ce qu’ils ont eu à endurer, pendant leur persécution. Mais maintenant, dans un temps comme celui-ci, celui de l’Enlèvement, vous voyez, il devra venir un temps maintenant où cette épouse devra (celle qui rejette la partie de l’Épouse qui est la tête), devra souffrir pour avoir rejeté. Parce que ceux du passé, l’Évangile ne leur avait pas été exposé aussi clairement qu’à vous aujourd’hui. Voyez? Vous, vous le voyez si clairement. Vous avez eu toutes ces années et tous ces exemples, les Sceaux qui ont été ouverts, l’Âge de l’Église qui a été présenté, et toutes ces choses pareillement. C’est tellement clair que vous ne pouvez pas le manquer. Voyez? Et alors, si vous le rejetez complètement, il n’y a qu’une seule chose à faire, c’est de souffrir pour ça.

304      Est-ce que tu l’as trouvé, Frère Neville? À quoi est-ce que ça se rapporte? Je vais juste... Je ferais mieux de partir maintenant, parce qu’il se fait trop tard, vous voyez, je... C’est 7, 7.9, voyons un peu.

Mais s’ils manquent de continence, qu’ils se marient, car il vaut mieux se marier que de brûler.

305      Très bien. Là il est question de vie impure. Plutôt que ça, un homme, un jeune homme, une jeune fille, ou qui que ce soit, quand ils sortent ensemble, et–et qu’ils savent qu’ils devraient se marier, qu’ils aillent de l’avant et qu’ils se marient. Je pense que vous–vous comprendrez ce que je veux dire, n’est-ce pas? Voyez? Ne menez pas une vie impure, là, car ce n’est pas bien. Voyez? C’est votre soeur, dans un sens, si vous êtes Chrétien. Bon, si c’est le monde, c’est le monde : les loups se mangent entre eux. Mais cette jeune fille avec laquelle vous sortez, c’est aussi votre soeur. Ce sera la mère de vos–vos enfants qui viendront. Ne menez pas une vie impure avec elle, montrez que vous êtes un vrai gentleman chrétien. Menez la vie qu’un gentleman chrétien doit mener. Voyez? Et traitez-la comme votre soeur, et une fois que vous serez mariés, continuez à la traiter comme ça.

306      Je vais répondre à ceci tout de suite. L’immoralité qu’on retrouve chez les pentecôtistes, chez les gens de la sainteté, je ne suis pas pour ça, même s’ils sont mariés. Je ne suis pas pour ça. Non monsieur! De ces saletés, des choses qui sont–qui sont vraiment horribles, qui se retrouvent devant moi parfois, dans ces... Pas ce matin, là, non, ce n’est pas ce que je dis. Mais je veux dire, à certaines occasions, quand je vais en Californie et dans différents endroits comme ça. Je rencontre des ministres là-bas, et là, sous le discernement, j’aurais envie de les coucher sur mes genoux et de leur administrer une petite “stimulation du protoplasme par l’Évangile”. Oui monsieur! Oh, de voir un homme qui chercherait à prendre sa petite femme, et l’impureté, la souillure, ça, c’est... Vous comprenez ce que je veux dire. Je pense que vous devriez avoir honte, vous qui êtes un homme de Dieu, de... Soyez donc un mari; soyez un chéri. Respectez-la, comme vous la respectez toujours. Ne prêtez pas attention à ces, à ces espèces d’absur-... de livres de sexe, ou ces absurdités qu’on trouve dans ces livres de sexe, et ces choses que vous lisez, et tout ce genre de chose, tout ça. Faites sortir ces saletés-là de votre esprit.

307      La Bible dit qu’il ne doit y avoir aucun propos impur parmi vous qui professez la sainteté. Traitez cette petite dame comme votre petite chérie. Même si elle a soixante ans, soyez toujours pareil. Soyez ce galant compagnon; souvenez-vous, c’est ce que vous êtes.

N’essayez aucune de ces nouveautés, et je sais de quoi je parle. Soyez donc un mari, un véritable frère, un véritable Chrétien.

Je sais que ça semble... Mais... Vous êtes mes enfants. J’ai le droit de vous dire ce que je veux. Voyez? Vous êtes mes enfants; menez une vie droite.

308      Et vous, les femmes, menez une vie droite à l’égard de votre mari. Et vous, les maris, menez une vie droite à l’égard de vous–de–de–de vos femmes. Soyez vraiment, vraiment gentils, et respectez-vous les uns les autres, vraiment avec... Et vos–vos relations conjugales et ainsi de suite, que ce soit tout ce qu’il y a de plus respectueux, et saint, d’un commun accord, et tout. Ne rudoyez jamais, ne bousculez jamais, et–et ne soyez jamais grossier et vulgaire.

309      Comprenez, parlez à votre femme. Si–si vous avez une certaine nature, et qu’elle a une nature différente, parlez-en avec elle. Vous–vous, soeur, essayez de faire la même chose avec lui. Et de même... Comprenez-vous l’un l’autre, et soyez–soyez de vrais gentlemen chrétiens et de vraies dames chrétiennes, et–et soyez un frère et une soeur l’un pour l’autre. Souvenez-vous toujours : vous êtes les enfants de Dieu, et vous êtes d’une Famille royale. Vous êtes de sang royal; il n’y a pas de meilleur sang au monde que le vôtre. C’est vrai! Et un sang royal montre ce qu’il est. C’est ce qu’il est : il est royal. Que tous ceux qui croient ça disent : “Amen!” [L’assemblée répond : “Amen!”–N.D.É.] Oui monsieur! Montrez ce que vous êtes. Je suis un–je suis le–je suis un fils de Roi, je suis le fils du Roi. Ma femme est une fille de Roi. Comment vais-je traiter la fille de ce Roi? Comment va-t-elle traiter le fils de ce Roi? Vous voyez ce que je veux dire? Soyez vraiment authentiques.

375. Est-ce qu’il y aura un mouvement du Saint-Esprit, des signes, des prodiges et des miracles accomplis par l’Épouse, avant qu’Elle parte, ou bien si nous attendons seulement qu’Il paraisse?

310      Il va falloir que je termine avec celle-là, je pense, parce qu’il m’en reste encore beaucoup trop ici. Et il se fait très tard. Il est maintenant midi quarante, et j’en ai peut-être encore une trentaine ou une quarantaine ici, peut-être. Je vais répondre à celle-ci du mieux que je peux, selon le temps dont je dispose. Je... Prendre juste les trois prochaines minutes. Je répondrai à celles-là quand je le pourrai. Voyez? Je ne sais pas quand je pourrai y répondre; je ferai de mon mieux. Est-ce que vous appréciez ces questions? Je, moi aussi, ça m’aide. Voyez?

Quand on arrive ici, et qu’on les prend comme ceci, avant même d’avoir pu les examiner, vous voyez, il y a des choses auxquelles on ne peut pas répondre, et–et je–j’espérais bien tomber sur... Je sais qu’il y en a une là-dedans au sujet de la semence du serpent. Je tenais tant à y répondre; je voulais expliquer ça. Voyez? Mais je ne suis pas tombé sur celle-là, je pense, alors, il faudra que je... Peut-être que le Seigneur ne veut pas que ce soit fait de cette manière. Mais c’était sur la semence du serpent. Pour ne pas que quelqu’un qui écoute cette bande se mette à dire : “Eh bien, il a, il a laissé ça de côté”, combien sont prêts à supporter deux minutes de plus pour ça? Hein? Très bien.

311      Bon, attendez, je vais d’abord répondre à celle-ci. Voyons un peu. “Est-ce que–que...” Non. Cette question, c’est ceci : “Est-ce qu’il y aura des miracles accomplis par l’Épouse?” Oui monsieur! Ils s’accomplissent maintenant même. C’est vrai! Voyez? Mais ne vous attendez pas à quelque chose de très grandiose, ou, à ouvrir les cieux, et à fermer les cieux, afin qu’il ne tombe point de pluie. Maintenant, ça, c’est dans la période des Juifs. Voyez? Ça ne se rapporte pas à ceci du tout; c’est Moïse et Élie, ça s’applique aux Juifs, pas à cette Église-ci du tout. Lisez les trois premiers chapitres de l’Apocalypse; là même vous verrez ce qu’il en est de l’Église. Tout cela s’applique à l’Église. Et quand Elle revient, – avec l’Épouse, – quand Elle revient et... Lisez... Si vous voulez savoir ce qui se rapporte à l’Église, ce qui La concerne, lisez les trois premiers chapitres de l’Apocalypse, ensuite passez au chapitre 19, et recommencez à lire à partir de là. Vous y trouverez l’Épouse. Le reste, c’est dans la période des Juifs, là.

312      Maintenant, quant à la semence du serpent. Je ne peux pas retrouver celle-là là-dedans, parce que, vous voyez, il y en a vraiment une grosse pile. Mais la personne a dit : “Si le serpent... si la semence du serpent (voyez?)... La femme, elle–elle a acquis un fils de par l’Éternel, c’est ce qu’elle a dit.”

Eh bien, je crois que dimanche dernier, j’ai expliqué dans quel sens elle l’a acquis de par l’Éternel. Si elle l’a acquis, forcément qu’elle l’a acquis de par l’Éternel, vous voyez, parce qu’il fallait qu’il vienne de l’Éternel. En effet, la loi de Dieu doit, elle–elle obéira à Dieu. Exactement.

313      Il a décrété que le soleil allait briller, et le soleil brille. Il décrète que la pluie va tomber sur les justes et sur les injustes; c’est ce qui se produit. Et les semences plantées dans n’importe quel champ, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, elles vont pousser; c’est une semence. Si une semence, quelle qu’elle soit, est plantée...

Et la seule façon pour ce serpent de planter cette semence – il était le seul animal qui était proche de l’être humain. En effet, dans l’évolution de l’espèce humaine, quand l’homme... Dieu a couvé la terre, et Il a commencé à faire apparaître des oiseaux, et, des oiseaux Il est passé à différentes choses, puis au chimpanzé, et du chimpanzé au serpent.

314      Or, Il a transformé ce serpent de telle sorte (et il fallait que ce soit fait) que ça embrouille cette génération-ci, qui essaie de trouver un os qui ressemble à celui d’une espèce d’animal qui aurait été en partie homme et en partie animal, pour déclarer que c’est de là que l’homme... Ils ont perdu la trace à partir du chimpanzé; seulement, le chimpanzé n’a pas d’intelligence. Le chimpanzé n’a pas d’âme; il ne peut pas penser. Tout ce qu’il a, c’est qu’il–qu’il peut... Juste un–un bruit, et il peut... À un cheval : “Hue! Dia!”, ou quelque chose comme ça. À un chien : “Viens ici, Fido, fais-moi un tour. Saute!” Placer des cubes, et ce genre de chose là, ils font ça par émotion, en écoutant, ce genre de chose là, une action; mais pour ce qui est de penser et de comprendre, ils ne le peuvent pas. Ils ne savent pas qu’ils sont nus, ils ne connaissent pas ça, la différence entre le mâle et la femelle. Ils n’ont aucune loi semblable...?... Voyez? Ils ne le peuvent pas. L’être humain est le seul qui le puisse.

Et celui qui se rapprochait le plus de l’être humain, c’était le serpent. La Bible dit qu’il était le plus rusé de tous les animaux des champs. Il était plus intelligent, il–il–il possédait presque une âme. Il y avait en lui une place pour une âme, mais qu’est-ce qu’il a fait? Il s’est livré à Satan pour tromper Dieu, pour essayer de Le tromper. Alors, combien saisissent jusque-là?

315      Satan – le serpent avait presque une âme. Dieu savait qu’ils allaient chercher ces os, et il n’y a pas un seul os du serpent qui ressemble à celui d’un homme. Il était... C’est ça la malédiction qui est sur lui. Il se tenait debout, exactement comme un homme.

316      Remarquez, alors cette semence, qui se rapprochait de la semence humaine... Satan lui-même, l’esprit, savait que c’était là la seule semence qui pouvait féconder la femme; en effet, celle du chimpanzé ne peut pas le faire. Ils ont font des croisements et toutes sortes de choses; ça ne marche pas. Mais il savait que le germe de vie qui était dans le chimpanzé ne pouvait pas atteindre le champ de la femme, l’ovule; par contre, il savait que la semence du serpent pouvait le faire, c’est pourquoi il a traité avec le serpent.

317      Adam, lui, n’avait jamais su que cet acte pouvait s’accomplir. Voyez? Elle avait été créée femelle; certainement, elle en serait venue à ça plus tard. Mais, vous voyez, la souveraineté de Dieu allait amener Celui-ci à Se manifester comme Sauveur, et–et ainsi de suite, comme je l’ai souvent expliqué. Satan, par contre, lui, il savait ce qu’il en était, car c’est lui qui est venu vers elle sous la forme de ce serpent, qui était cet animal, et, un–un animal, et il est venu vers elle. Et elle a d’abord été fécondée par Satan.

318      Et si vous remarquez, seulement deux actes ont été accomplis, et trois enfants sont nés. Sondez l’Écriture. Elle a donné naissance à des jumeaux. L’un d’entre eux était la semence du serpent; l’autre était Abel. Elle a entraîné son mari là-dedans en disant... Voyez? Alors elle a montré à son mari ce qu’il en était, puis lui aussi, il a vécu avec elle, et elle a donné naissance à cet enfant. Et je veux vous... pour montrer qu’elle a été rendue enceinte de jumeaux, par deux différents... Elle était... C’était une femme vierge.

319      Ils sont, vous voyez, ils sont vigoureux. Tenez, par exemple : Abraham s’est marié avec sa propre soeur. Voyons, si un homme se mariait avec sa soeur aujourd’hui, ses enfants seraient des idiots. Voyez? Mais l’humain... Et prenez Jacob, ou–ou Isaac, il s’est marié avec Rébecca, qui était sa propre cousine, sa cousine du même sang en plus, sa parente par le sang, vous voyez, l’enfant du frère d’Abraham.

320      Remarquez, remarquez maintenant, là-dessus, vous voyez, il y a... La race humaine était vraiment très vigoureuse. Or, si vous remarquez, ça a toujours été des jumeaux, depuis le début. Il y a eu Caïn et Abel qui étaient jumeaux, et Ésaü et Jacob qui étaient jumeaux. Jésus et Judas venaient de la même tribu et ils étaient de la même église. Et le... Même le Saint-Esprit et l’antichrist seront jumeaux : “Tellement proches que ça séduirait même les Élus, si c’était possible.” Avez-vous saisi? Très bien.

321      Maintenant, pour prouver ceci, je voudrais que vous preniez Jude, au, je crois que c’est au verset 17, ou au verset 14 de Jude, et il y est dit... Bon, maintenant, remarquez ceci. Maintenant, je vais terminer. Remarquez. Pour trancher toute l’affaire, redresser tout ça, d’abord Il a dit : “Je mettrai inimitié entre ta semence et la semence du serpent.” Voyez? Or, il n’y a pas de semence en elle. Par conséquent, comment elle a reçu cette semence – c’était la semence de Satan. Caïn était le fils de Satan. Elle n’avait pas de semence, alors elle l’a reçue par une relation sexuelle. C’est alors qu’elle lui a été donnée par l’ennemi de Dieu. Ensuite, quand Dieu lui a donné une Semence, il n’a pas du tout été question de sexe là-dedans. Vous saisissez? La femme esclave et son enfant ont été chassés, car ils n’hériteront pas avec la femme libre et son enfant.

322      Et remarquez, ensuite il lui a été donné une Semence, qui était Christ. Ce n’était ni son ovule... Bon, les protestants voudraient croire que la naissance virginale, c’était l’hémoglobine, c’était ce Sang créé de Dieu, là où se trouve le germe, mais, selon leurs dires, c’était son ovule à elle. Non monsieur! Cet ovule ne peut pas descendre dans la trompe et s’installer dans l’utérus, sans qu’il y ait une sensation. Dans ce cas-là, vous présentez Dieu comme ayant, un–un Esprit, qui aurait eu une relation sexuelle avec une femme. Comment est-ce possible? C’était une chose entièrement créée par Dieu : l’ovule et le germe, les deux.

323      Et Il était le Fils de Dieu, non pas le fils de Marie; en effet, Il ne l’a jamais appelée mère. “Femme”, l’appelait-Il, jamais mère. Elle n’était pas Sa mère. Il était le Fils de Dieu, et Dieu est Un. Vous saisissez?

324      Maintenant, une autre chose pour prouver cela et pour y mettre le point final : si jamais quelqu’un vous fait des histoires, alors vous n’aurez qu’à vous reporter ici, au Livre de Jude, je pense que c’est le verset 17 (le verset 14 ou le verset 17); il a dit : “Or Énoch...” Voulez-vous que je le lise? Avez-vous assez de temps pour ça? Lisons–lisons-le, et ensuite je prendrai... Comme ça je saurai, vu que la bande est en train de s’enregistrer, et qu’il se pourrait que nous–nous soyons embrouillés à propos de–de ceci maintenant. Je vais voir si c’est... Verset 14 :

...Énoch aussi, le septième depuis Adam, a prophétisé ces choses, en disant, Voici, le Seigneur est venu au milieu de ses saintes myriades. [version Darby]

325      Maintenant, retournez prendre le chapitre 5 (je pense que c’est ça) de la Genèse, ensuite prenez aussi le Livre de Luc (je voudrais bien la retrouver; j’y avais inscrit tout ça, si je pouvais la retrouver là-dedans), et vous verrez que dans les généalogies, nulle part dans la Bible... Si, regardez, si Noé, si Énoch est le septième depuis Adam – la Bible dit : “Adam, puis son fils Seth”, parce que Caïn n’était pas la semence d’Adam. Il est dit qu’Adam engendra Seth, et que Seth engendra... Jéred; que Jéred engendra, et ainsi de suite comme ça, jusqu’à Énoch; et Énoch était le septième depuis Adam. Nulle part il n’est dit que Caïn a été considéré comme ayant eu quoi que ce soit à voir dans les généalogies de Dieu.

326      Maintenant, vous n’avez qu’à regarder, et vous verrez si c’est bien vrai ou pas; faites la recherche. Et Luc vient par la suite les citer de nouveau, et il les inscrit depuis Adam. Pas une seule fois il n’est fait mention de Caïn dans toute l’affaire. Et si Énoch (voyez?) était le septième depuis Adam, par où Caïn est-il entré? En effet, la Bible déclare que, – dans les généalogies, – qu’Adam engendra son fils Seth. Et Seth engendra Jéred, et Jéred engendra Untel, et ainsi de suite; et pas une seule fois il n’a été fait mention de Caïn. Donc, il ne pouvait pas être le fils d’Adam. Par conséquent, il ne pouvait être que le fils du serpent, et il ne pouvait pas être un fils sans qu’il y ait eu une relation sexuelle. Amen! Sinon, il serait né d’une vierge, dans ce cas-là il serait un fils de Dieu. J’aimerais bien les voir se dépatouiller de celle-là, une bonne fois.

327      Or le Dieu même qui a révélé cela, c’est ce même Dieu qui m’a dit ce qu’il en était du mariage et du divorce à votre sujet. Quand Il dit ces choses-là, mon frère, ma soeur... Je suis votre frère, un homme. Mais quand Lui, Il dit ces choses, et que ça me saisit, ici à l’intérieur, – je ne peux pas vous expliquer ça, il est inutile que j’essaie de le faire, parce que je ne le pourrais pas, – mais ça n’a jamais été faux, pas une seule fois. Bien que, moi-même, je ne voyais pas du tout ce qu’il en était, je ne voyais pas ce qu’il en était – mais je me tiens simplement à cela, et ensuite Il commence à me le révéler, et là je, ça me coupe carrément le souffle. C’était là, juste là, et je ne l’avais pas vu. Votre–votre instruction est laissée de côté, vos raisonnements sont laissés de côté, de même que tout le reste; et Caïn aussi, il a été laissé de côté.

Maintenant, si nous avions le temps de reprendre la Genèse, ici, et de commencer à lire – voyons si je peux prendre ça, le trouver par ici. Je ne sais pas si–si je vais pouvoir le trouver ou non, je n’en suis pas sûr. Madame Wood, est-ce que vous vous rappelez, l’autre jour, quand je vous montrais ça? Ce que c’était au juste... Est-ce que c’était le chapitre 5? Le chapitre 5, oui. Très bien.

Voici le livre de la postérité d’Adam. Aux jours où Dieu créa l’homme...le créa à la ressemblance de Dieu.

Il créa l’homme et la femme, il les bénit, et il les appela du nom d’homme, lorsqu’ils furent créés.

Adam, âgé de cent trente ans, engendra...des fils ...engendra–engendra un fils à sa ressemblance, et–et selon son image, et il lui donna le nom de... (Caïn? Ha-ha-ha-ha-ha! Quel nom Lui a-t-Il donné? Mais alors, où–où est ce premier né qui avait le droit d’aînesse? Il n’est même pas fait mention de lui. C’est Seth qui était son fils.)

328      Maintenant, nous arrivons ici, et nous voyons de nouveau qu’il est dit... Et Ève a reçu un fils, parce que Caïn avait tué Abel. Maintenant remarquez, alors que nous continuons. Adam, et aux jours où il a été créé...

Adam, âgé de cent trente ans–âgé de cent trente ans, engendra un fils–engendra un fils à sa ressemblance, selon son image, et il lui donna le nom de Seth.

Et–et les jours d’Adam, après la naissance de Seth, furent de huit cents... ans; et il engendra des fils et des filles.

Tous les jours qu’Adam vécut furent de neuf cent... trente... ans; puis il mourut.

Seth, âgé de–de cent cinq ans, engendra Énosch... (Et ainsi de suite, en descendant comme ça, et il est le septième, Énoch est le septième depuis Adam.)

Maintenant, je ne me rappelle pas au juste où ça se trouve dans Luc. Est-ce que ça, vous l’avez aussi noté, Madame Wood? Elle et moi... Je lui montrais ça, l’autre jour, dans... Vous dites? [Frère Branham parle avec Soeur Wood.–N.D.É.] Je crois que vous avez raison, Soeur Wood. Nous l’avons noté là, dans son livre, notre passage, dans sa Bible, le passage que je lui montrais. Le voici, oui, les généalogies. Très bien.

329      Maintenant, si nous remarquons, ici, au chapitre 3 de Luc, nous retrouvons la même chose. “Fils de, et ainsi de suite, et Noé, qui était de Lamech, et fils de Mathusala, et fils d’Énoch, fils de Jared, fils de Maléléel, fils de Kaïnan, fils d’Énosch, fils de Seth, fils d’Adam, fils de Dieu.” Par où Caïn est-il entré? Où est Caïn, le premier-né? Le droit d’aînesse lui appartient; lui, d’où est-il venu? Il était la semence de Satan, et non celle de Dieu. Il n’était pas le fils d’Adam non plus, puisque le nom du fils d’Adam était–était Seth. Caïn, la semence du serpent, avait tué son premier fils, ce qui était un type et une ombre du serpent qui allait aussi tuer son autre fils, Jésus. Et Seth a pris sa place dans les généalogies, ce qui représentait la résurrection, que les généalogies de Dieu se poursuivraient.

330      Je voudrais bien voir quelqu’un le placer là-dedans maintenant, et dire que ce n’était pas la semence du serpent. Ça n’a pas été reconnu dans les généalogies de Dieu, ni dans les généalogies de la race humaine, dans les généalogies d’Adam, dans aucune des autres. Pas vrai? Combien croient ça? Dites : “Amen!” [L’assemblée dit : “Amen!”–N.D.É.] Bien sûr. Il ne l’était pas; il était la semence du serpent, et non pas la semence d’Adam!

331      Elle a dit que c’était le fils d’Adam. Ce n’était pas le fils d’Adam. Elle a dit : “Je l’ai acquis de par Dieu.” Forcément, puisque c’était une semence. C’était une semence, mais c’était la semence du serpent. Voyez?

332      Il devait donc revenir dans une vierge, pour rectifier cet acte sexuel qui avait été accompli. Adam avait été mis ici sur terre, mais il–il n’avait jamais découvert qu’il allait être un père. Vous comprenez ce que je veux dire. Satan, lui, il savait ce qu’il en était, alors il est venu vers Ève avant qu’Adam en arrive là. Et c’est là-dessus que repose toute l’affaire aujourd’hui. Et, frère, c’est à cause de ça qu’aujourd’hui, il y a tout ce micmac, au sujet du mariage et du divorce, et de tout le reste. C’est vraiment pitoyable. Voyez? Mais je... Dieu a pourvu d’un moyen, et nous en sommes reconnaissants.

333      L’aimez-vous? N’est-Il pas merveilleux? Alors, la semence du serpent, c’est bien ça, n’est-ce pas? Je me suis dit que quelqu’un qui écouterait la bande allait peut-être penser que j’avais peur d’attaquer le sujet. Voyez? Donc, qu’ils allaient dire : “Eh bien, à deux reprises, il a laissé ça de côté. C’est parce qu’il a peur de s’attaquer au sujet.” Nous n’avons pas peur de ça. Du moment que le Seigneur est là-dedans, tout va bien.

Savez-vous une chose? Comme je le disais de cet aigle que j’observais une fois, qui tâtait ses ailes, vous savez. Je pensais : “Tu n’as pas peur de moi?” J’avais mon fusil posé là-bas; j’ai dit : “Je pourrais te tirer.” Il savait que je ne pouvais pas le faire. J’étais trop loin de mon fusil. J’ai dit : “As-tu peur?” Il a écarquillé ses grands yeux et m’a regardé. Un petit tamia qui se trouvait là s’est mis à crier : “Cha, cha, cha, cha, cha! je vais te mettre en pièces, te mettre en pièces!” Il ne prêtait pas attention à ce tamia, mais il en a eu assez de l’écouter. Alors, après un certain temps, il a donné un seul grand coup d’ailes, il est parti comme ça, et il a simplement étendu ses ailes. Il savait comment manœuvrer ses ailes : il s’est envolé, il a complètement disparu. Voyez? Et je l’ai vu devenir minuscule, comme ça, juste un petit point.

334      Frère Fred, je crois que je t’ai montré ça. J’ai aperçu Frère Fred, là-bas au fond, quand il a crié “Amen!”, tout à l’heure. Je–je crois que je t’ai montré l’endroit là-haut, et à toi, Frère Wood, où que tu sois : très haut dans les montagnes là-bas, là où c’était arrivé. J’ai vu cet aigle. Je... Il avait dû faire un atterrissage forcé, à cause de la tempête, et moi, j’étais derrière un arbre.

335      J’étais à la chasse au wapiti – c’était un peu plus tard, c’était en octobre, au moment où il y a de la neige, et tout. Ce frère-ci, il était là-bas avec nous l’automne dernier, Frère Jean et les autres, juste au sommet des pics Corral, c’est là que ça s’était passé.

336      J’étais là, j’étais debout derrière cet arbre. Il neigeait un peu, et il pleuvait un peu, et j’étais simplement là. Et cet aigle était là, il avait fait un atterrissage forcé. Il était allé se poser là-bas, c’était un animal monstre, énorme, un gros aigle brun. Il s’était perché là-haut et il regardait autour de lui. Je me suis dit : “Eh bien...” Je–je passais là des–des moments vraiment merveilleux! Je criais : “Loué soit l’Éternel! Alléluia!” Je tournais, et tournais, et tournais autour du buisson, en poussant des cris comme ça. J’ai regardé en bas; j’entendais hurler le vieux coyote. Vous savez comme ils se mettent à hurler.

337      L’an dernier là-bas, quand... juste avant qu’il commence à pleuvoir, ils se mettent à hurler; c’est un petit loup, vous savez. J’aime beaucoup les entendre.

338      Puis j’entendais le wapiti, très loin, là, qui faisait : “Woui hou”, comme il fait. Et très loin, là, sa compagne lui répondait. (La semaine prochaine, la semaine d’après, je serai en train de les chasser, si le Seigneur le veut.) Et donc, d’entendre ça là-bas, oh, c’est absolument divin d’être là-haut. Oh, vraiment je–je... C’est–c’est ma cathédrale là-haut, c’est là que je Lui parle, ensuite je redescends vous parler. Voyez?

339      Et là-haut, oh, c’est si merveilleux, c’est vraiment reposant. J’étais simplement là, je pensais : “Ô Dieu!” Je regardais, puis la pluie est descendue, les sapins étaient couverts de gelée blanche, et un arc-en-ciel s’est étendu depuis le pic Corral jusqu’au mont Sheep, jusque-là, de ce côté-là. Et j’ai pensé : “Ô Dieu, regarde. Hmm!”, j’ai pensé, “Te voilà : l’Alpha et l’Oméga, le Commencement et la Fin. Le voilà qui descend jusqu’ici, et puis jusque-là. Tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement, les Sept Âges de l’Église, les Sept Chandeliers d’Or. Te voilà; ô Dieu, comme Tu es merveilleux.”

340      J’étais là à pousser des cris, j’avais déposé mon fusil par terre, et je faisais le tour de l’arbre en criant : “Gloire à Dieu! Loué soit l’Éternel!”, en tournant et en tournant autour de l’arbre comme ça. Je m’en donnais vraiment à cœur joie, là-haut, tout seul, il n’y avait que le Seigneur et moi, vous savez.

341      Et au bout d’un moment, cet aigle est sorti des broussailles, et il m’a simplement regardé. J’ai pensé : “Eh bien, tu n’aimes pas ça?” J’ai dit : “Mon vieux, j’adore le même Dieu qui t’a créé, toi.” Voyez? Il a simplement cligné ses grands yeux grisâtres, et il a regardé vers moi, et moi qui criais comme ça.

342      Un petit tamia (si quelqu’un a déjà chassé dans les montagnes : c’est–c’est le policier des bois), il a sauté par là (un petit animal, pas assez gros pour faire quoi que ce soit, mais oh, quel bruit), il a sauté par là, et il sautillait, vous savez : “Ya, ya, ya, ya, ya, ya–ya, ya, ya, ya, ya, ya”, il se démenait, comme ça.

343      Et cet aigle l’observait, et il tournait le regard vers moi. J’ai pensé : “Oh, Seigneur, eh bien, pourquoi est-ce que Tu m’as arrêté pour une chose pareille?” Voyez? J’ai dit : “C’est que, Tu sais, moi, j’étais en train de T’adorer. Est-ce que Tu veux me faire voir quelque chose au sujet de cet aigle?” J’ai dit : “Je vais l’étudier, ou bien est-ce que c’est le tamia?” Je suis resté là à les observer; je me suis dit : “Je vais l’étudier un peu.” J’ai dit : “Une chose que j’ai remarquée chez lui, c’est qu’il n’a pas peur.” J’aime ça, il n’avait pas peur. Il restait là, cet oiseau énorme; j’ai dit : “Sais-tu quoi?” (Mon fusil était posé contre un arbre.) J’ai dit : “Sais-tu que je pourrais te tirer?” Il savait bien que non; il savait une chose : que je ne le ferais pas; je l’admirais trop. Voyez? Et il restait là, il n’avait pas peur, pas du tout.

344      Et je me suis dit : “Je pourrais te tirer.” Or je le voyais; il tournait le regard vers moi, comme ça. Et il dépliait constamment ses ailes, vous savez. Vous savez comment ils font, comme ça, avec leurs ailes, vous savez. Des ailes immenses, à peu près longues comme ça, vous savez, et c’était un gros animal. Il était là, et je le regardais. (C’était bien avant que je connaisse ces choses; c’était il y a de nombreuses années, peut-être vingt ans.)

345      Et je l’observais. Après l’avoir regardé pendant un moment, je me suis dit : “Qu’est-ce qu’il–qu’est-ce qu’il... Il n’a pas peur, alors ça, j’admire ça. Mais qu’est-ce qui est si divin dans ce vieil aigle?” En voyant son gros bec crochu qui dépassait, comme ça, et ses grands yeux, j’ai pensé : “Dis donc, lui, c’est un oiseau, un vrai.”

346      Or, personne... Un faucon, s’il essayait de le suivre, il se désintégrerait. Il n’y a rien qui puisse le suivre. Non, non! Il faudrait un avion pour le suivre. Oui monsieur! Aucun oiseau ne peut le suivre, donc, tellement il monte haut. Et puis, les yeux qu’il a : il peut voir jusqu’en bas sur le sol aussi, une fois qu’il est là-haut, voir très loin.

347      Maintenant, Jéhovah a comparé Ses prophètes à des aigles, vous voyez, Il les faisait monter, comme ça. Ils devaient être conçus d’une manière spéciale, – voyons un peu, – prédestinés, nés dans ce but (voyez?), pour être élevés comme ça. Et alors vous... Ça vous avance à quoi de monter jusque-là, si vous ne pouvez pas voir où vous êtes? Voyez? Ça sert à quoi de vous rendre là-haut si vous ne savez pas ce que vous faites? Voyez, voyez?

348      Ça sert à quoi de sautiller, de pousser des cris et de parler en langues, si vous ne savez pas de quoi il s’agit? Voyez, voyez? Il faut comprendre, pendant que vous êtes là. Voyez?

349      Et donc, je l’observais; vous savez, alors qu’il se déplaçait par là. Je continuais, je ne faisais que l’admirer; c’était un si bel oiseau. Pourtant il allait probablement manger de ma viande de cerf et des choses que je... Je l’observais, et au bout d’un moment, je me suis dit : “Tu sais, qu’est-ce–qu’est-ce qu’il...”

350      Au bout d’un moment, il en a eu assez. Je ne pense pas qu’il en a eu assez de me regarder, moi, mais je pense qu’il en a eu assez d’écouter ce petit tamia qui se trouvait là. Vous savez, nous en avons tellement aujourd’hui dans le camp. Vous savez? Voyez? “Cha, cha, cha! Les jours des miracles sont passés! La guérison Divine, ça n’existe pas. Ces choses-là, il n’y en a plus parmi nous!” Voyez? Un petit tamia terre-à-terre, assis sur cette souche. “Vous devez faire partie de ceci. C’est nous–c’est nous–c’est nous les...” Voyez? Assis là, à jacasser sans arrêt. Oh, il en vibrait, tellement il était agité.

351      Il en a eu assez d’écouter ça, alors il n’a fait qu’un seul grand bond, la branche sur laquelle il était perché en a été secouée, comme ça. La branche a été secouée, comme ça, et il s’est élancé. Vous voyez, il a battu des ailes, et il s’est simplement frayé un chemin à travers ces arbres. Et quand il l’a fait, je l’ai remarqué. Voyez? Il n’avait pas peur, parce qu’il pouvait sentir la présence des ailes que Dieu lui avait données. Il savait que ses ailes pouvaient l’emporter loin de toute espèce de danger. Voyez?

352      Donc, c’est ce sentiment-là que nous voulons avoir. Ceci est la Parole, et Celui qui a écrit la Parole, c’est Lui mes Ailes. Je n’ai pas peur de la Parole; Elle vous fera passer au travers de toute difficulté, quelle qu’elle soit. C’est une Épée, Elle se taillera un passage tout droit. Ne vous inquiétez jamais de ça. Voyez?

353      À ce moment-là je l’ai remarqué. Il n’a pas battu des ailes, il a simplement étendu ses ailes. Voyez? Et là, à chaque coup de vent, il s’élevait, tout simplement, il montait de plus en plus haut.

Je me suis tenu là, je me suis croisé les bras, et je l’ai regardé jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’un petit point, que je ne voyais presque plus. Et j’ai pensé : “Ô Dieu, c’est ça.” Il ne s’agit pas de courir adhérer à ceci et de courir adhérer à cela, et de faire ceci, cela ou autre chose. Il s’agit seulement d’étendre vos ailes (voyez?), de savoir étendre, dans la Parole de Dieu, vos ailes de la foi, et de vous envoler loin de toutes ces absurdités, de jacassements par-ci et de jacassements par-là. Oui! “Les cieux et la terre passeront, mais Ma Parole ne faillira jamais.”

354      Maintenant, je dois encore voir une vingtaine d’entre vous cet après-midi. Maintenant, vous qui êtes sur... qui devez être vus en entretien cet après-midi, eh bien, voyez Billy, parce que je pense qu’on va essayer de commencer un peu plus tôt, pour que j’arrive à les voir tous, si possible. Je veux en voir le plus possible, tous ceux que je peux. Et si j’ai fait ceci, ce n’est pas parce que... Billy n’était pas au courant, vous voyez, mais mon esprit était tellement tendu, après avoir eu une vingtaine de visions, là-bas, ce matin, vous voyez, que, ou ce qui s’est passé là. Ça vous rend un peu... Et Billy a dit : “Pourquoi ne pas aller prendre un peu... te détendre, aller répondre à quelques-unes des questions, là.”

Et j’ai dit : “Frère Neville a son message.”

Il a dit : “Je vais aller le lui dire.” Il est parti.

Frère Neville a dit : “Allez, viens!” Et donc, je me suis levé et je suis venu ici. Et certains attendent, pour être vus cet après-midi. Je suis désolé de vous avoir gardés ici jusqu’à treize heures, mais je vais, je pense que je vais devoir partir après-demain, donc, pour retourner de nouveau en Arizona.

355      Souvenez-vous, si le Seigneur le veut, la prochaine fois que je reviendrai, je voudrais prêcher sur, vous prêcher sur, vous montrer dans l’Écriture ce qu’il en est exactement du mariage et du divorce. Ce... Et alors, et puis, laisser ça simplement... présenter la chose dans sa pleine réalité, et alors, à partir de là vous verrez ce qu’il en est. Donc, en attendant, prenez courage; que le Seigneur vous bénisse abondamment. Pourrions-nous nous lever? [Une prophétie est donnée par une dame dans l’assemblée.–N.D.É.] Loué soit l’Éternel.

Je L’aime, je L’aime, (Est-ce que vous L’aimez?)

Parce qu’Il m’a aimé le premier

Et a acquis mon salut

Sur le bois du Calvaire.

356      Vous L’aimez? Maintenant, serrons-nous la main les uns les autres, pendant que nous chantons de nouveau.

Je L’aime, je L’aime,

Parce qu’Il m’a aimé le premier

Et a acquis mon salut

Sur le bois du Calvaire.

357      Oh, n’est-ce pas merveilleux? Oh! la la! Billy m’a demandé d’annoncer qu’après la bénédiction, il aura un mot à dire à ceux d’entre vous ici qui veulent être vus en entretien privé. Voyez? Il désire vous rencontrer dans quelques minutes. Mais je sens que maintenant, nous devrions avoir un moment d’adoration. Ces... N’aimez-vous pas L’adorer en Esprit?

Et a acquis mon salut

Sur le bois du Calvaire.

358      Oh, n’est-ce pas merveilleux? Oh, je–je L’aime. Dans mon cœur, je L’aime, si je connais bien mon cœur. Je crois que vous L’aimez aussi. Alors, ensemble, nous sommes Ses enfants. Nous nous aimons les uns les autres. Or, je ne peux pas L’aimer sans vous aimer. Et si je dis que je L’aime, et que je ne vous aime pas, la Bible dit que je suis un menteur. Voyez? Et si je... Si vous vouliez–si vous vouliez, soit m’aimer, moi, ou bien aimer ma famille... Le choix que je voudrais que vous fassiez entre m’aimer, ou bien aimer ma famille : aimez ma famille. Je préférerais que vous aimiez Billy Paul plutôt que moi. S’il fallait vraiment faire un choix, je préférerais que vous fassiez ça. Je veux que vous m’écoutiez, moi, – parce que Billy n’est pas un ministre, – mais, je veux que vous m’écoutiez, que vous écoutiez ce que je vous dis, mais, quand... Si vous voulez aimer quelqu’un, que vous voulez vraiment l’aimer, et que vous disiez : “Je veux aimer, soit vous, soit Billy”, aimez Billy. Voyez? Dieu pense la même chose à notre sujet. Et nous ne pouvons pas... Et alors, je sais que vous ne pouvez pas aimer Billy sans m’aimer, moi, parce qu’il est une partie de moi. Voyez? Donc, je ne peux pas aimer Dieu sans vous aimer, parce que vous êtes une partie de Dieu. Et nous nous aimons les uns les autres. Oh, je trouve ça tellement merveilleux. Vous ne trouvez pas que les chants, c’est joli, après avoir eu ça, avoir répondu à ces choses qui nous mettent dans des positions difficiles? Hmm, hmm, oh, c’est tellement réel.

Je L’aime, je L’aime,

Parce qu’Il m’a aimé le premier

Et a acquis mon salut

Sur le bois du Calvaire.

Oh, ils viendront de l’est et...
EN HAUT