ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Conduit par l’Esprit de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 50-0715 La durĂ©e est de: 38 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Conduit par l’Esprit

1.    Merci, FrĂšre Lindsay. Bonsoir, l'auditoire. Je suis dĂ©solĂ© pour les difficultĂ©s de transmission. M'entendez-vous? C'est bien. Dieu s'en occupera certainement pour nous. Nous essayons de faire ce qui est juste. Demain aprĂšs-midi Ă  14 heures... FrĂšre Lindsay m'a dit d'ĂȘtre lĂ  pour les rĂ©unions de demain aprĂšs-midi, Ă  14 heures. Cela ne va donc pas interfĂ©rer avec la rĂ©union de qui que ce soit. Chacun sera... la rĂ©union de votre Ă©glise... ĂȘtre en mesure de sortir et d'avoir une rĂ©union. Ainsi, souvenez-vous-en. Et puis, quelque... Demain soir aussi, il y aura un service normal de prĂ©dication, ou plutĂŽt un service normal de guĂ©rison. Demain aprĂšs-midi, il y aura un service de prĂ©dication. Ainsi, essayez de venir si cela vous est possible. Nous serons certainement contents de vous avoir.

2.    Combien ici sont chrĂ©tiens? Faites voir vos mains. Oh! n'est-ce pas merveilleux? Environ 99% des gens sont chrĂ©tiens. Je suis content de cela, de savoir que la majeure partie des gens dans l'auditoire est dĂ©jĂ  sauvĂ©e et qu'ils ont trouvĂ© que JĂ©sus est cher Ă  leur coeur.

3.    Maintenant, j'aimerais d'abord lire juste une portion de la Parole. Ma parole faillira, mais la Parole de Dieu ne faillira jamais. LĂ , dans le Livre de Matthieu, au chapitre 9, Ă  partir du verset 27, pour vous qui notez ces... Et si le Seigneur le veut, demain aprĂšs-midi, je voudrais parler sur le sujet... Je ne sais pas, mais s'Il le veut «Venez voir un homme qui m'a tout dit.» TrĂšs bien. Au verset 27 du chapitre 9 de l'Evangile selon Matthieu, nous lisons ceci
    Et Ă©tant parti de lĂ , JĂ©sus fut suivi par deux aveugles, qui criaient en disant Aie pitiĂ© de nous, Fils de David!
    Et lorsqu'Il fut arrivĂ© Ă  la maison, les aveugles s'approchĂšrent de Lui, et JĂ©sus leur dit . Croyez-vous que je puisse faire cela? Oui, Seigneur, Lui rĂ©pondirent-ils.
    Alors Il leur toucha les yeux, en disant . Qu'il vous soit fait selon votre foi. Et leurs yeux s'ouvrirent. Et JĂ©sus leur fit cette recommandation sĂ©vĂšre Prenez garde que personne ne le sache.
    Mais, dĂšs qu'ils furent sortis, ils rĂ©pandirent sa renommĂ©e dans tout le pays. Et comme ils s'en allaient, voici, on Lui amena un dĂ©moniaque muet.
    Et le dĂ©mon ayant Ă©tĂ© chassĂ©, le muet parla...
     (Avez-vous remarquĂ© ce qui avait liĂ© cet homme pour qu'il soit muet? Un dĂ©mon. Je suis tout Ă  fait sĂ»r que la science moderne ne serait pas d'accord avec cela, mais en tant que chrĂ©tiens, nous croyons ce que la Bible dit.)
    Et le muet... (Voyons juste un moment.) Et... (Pardonnez-moi, le verset 33 une fois de plus.)
    Et le dĂ©mon ayant Ă©tĂ© chassĂ©, le muet parla. Et la foule Ă©tonnĂ©e disait Jamais pareille chose ne s'est vue en IsraĂ«l.
    Mais les pharisiens dirent: C'est par le prince des dĂ©mons qu'Il chasse les dĂ©mons.
    Et JĂ©sus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues, prĂȘchant la bonne nouvelle du Royaume et guĂ©rissant toute infirmitĂ©... toute maladie et toute infirmitĂ© parmi les gens.
      Dans HĂ©breux, il est dit qu'Il est le mĂȘme hier, aujourd'hui et pour toujours. Il ne change jamais; Il est Dieu.

4.    Et maintenant, l'une de plus merveilleuses choses pour Dieu et pour le chrĂ©tien, le lien de communion entre Dieu et les chrĂ©tiens, c'est que ceux qui sont fils de Dieu sont conduits par l'Esprit de Dieu. (M'entendez-vous trĂšs bien Ă  prĂ©sent lĂ  au fond? Est-ce en ordre? Si vous m'entendez, levez la main, si vous entendez trĂšs bien lĂ -derriĂšre. C'est bien. Et j'essaie de me tenir aussi prĂšs que possible de ce micro. Il se peut que ça produise un Ă©cho, je ne sais pas.)
    Mais la plus grande chose que j'ai dĂ©couverte dans la vie chrĂ©tienne, c'est de laisser le Saint-Esprit vous conduire et vous guider. Et Son oeuvre est merveilleuse. Combien ici ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© conduits par l'Esprit? Faites voir vos mains. Oh! la la! c'est merveilleux. Conduit par l'Esprit de Dieu... Personne ne pourrait vous conduire Ă  l'autel si ce n'est l'Esprit de Dieu. Personne ne pourrait vous amener ici ce soir sauf l'Esprit de Dieu. Est-ce vrai? Il agit d'une façon mystĂ©rieuse pour accomplir Ses prodiges.

5.    Plusieurs fois dans la conduite... [Espace vide sur la bande -Ed.] Depuis que j'Ă©tais un petit garçon...
    Dimanche en huit, si nous sommes encore lĂ , j'aimerais vous raconter l'histoire de ma vie, dimanche en huit, pendant le service de l'aprĂšs-midi, pour vous faire savoir tout simplement que des larmes et du sang ont Ă©tĂ© dĂ©versĂ©s le long du chemin. Il se peut que quelqu'un pense que tout est rose, mais ce n'est pas le cas, mon ami.
    Maintenant, plusieurs fois, l'unique - l'unique moment oĂč je peux dire quoi que ce soit aux gens, concernant leurs maladies et autres, c'est lorsque je suis certainement conduit par l'Esprit. Je dois Le laisser faire cela. Si je disais quelque chose de moi-mĂȘme, cela serait certainement une erreur. Plusieurs fois, cela m'embrouille lorsqu'il y a beaucoup de gens. La meilleure façon, lorsque j'ai les malades, c'est de leur parler individuellement, de les contacter personnellement. Mais lorsque c'est... Parfois, lorsque c'est dans un auditoire hĂ©tĂ©rogĂšne comme celui-ci, c'est un peu difficile de - de percevoir exactement ce qu'il y a et de savoir ce qu'il y a. Mais vous devez ĂȘtre trĂšs sensible aux esprits.

6.    Maintenant, nous nous rendons compte, et tout le monde le sait, qu'il existe des esprits. Alors, s'il existe des esprits, il doit y avoir un MaĂźtre de ces esprits, parce qu'Il change la nature des pĂ©cheurs pour en faire des chrĂ©tiens. Et il doit y avoir un MaĂźtre ou un Chef quelque part, et c'est Dieu. Et Il a envoyĂ© sur la terre Son Fils, formĂ© Ă  l'image de la chair du pĂ©chĂ©, et Il est mort afin que nous puissions ĂȘtre rachetĂ©s et ramenĂ©s Ă  Dieu pour ĂȘtre des fils et des filles de Dieu, pour marcher de nouveau avec Lui. Ce chaĂźnon manquant depuis le jardin d'Eden, ce qu'Adam avait perdu, Christ l'a de nouveau restaurĂ©.

7.    Plusieurs fois... Nous aurions bien souhaitĂ© disposer du temps afin d'en parler pendant un instant, mais je n'ai que huit ou dix minutes. Je voudrais vous raconter quelques expĂ©riences juste pour vous ouvrir mon coeur, pour vous parler. Plusieurs fois, amis chrĂ©tiens...
    Je pense que, dans peu de temps, nous serons probablement en mesure de tenir quelques services de guĂ©rison de plus. Maintenant, je redoute que ces services ne soient interdits, des services comme celui-ci. Il y a des ennuis devant nous et vous le savez. Ainsi, nous aimerions y consacrer tout ce que nous pouvons.
    Et probablement, lorsque nous partirons d'ici, il se peut que je ne puisse plus jamais voir beaucoup d'entre vous le reste de ma vie. Il se peut que nous ne puissions plus jamais nous rencontrer. Ainsi, soyons sincĂšres les uns envers les autres et sincĂšres envers Dieu, et Il s'occupera de nous pendant que nous avons cette occasion magnifique.
    J'aimerais m'asseoir un jour et parler avec chacun de vous. Mais je ne pourrais pas le faire. Je ne saurais pas passer mon temps dans la priĂšre pour chercher Dieu. Mais j'aimerais vous donner un rendez-vous. Lorsque nous aurons traversĂ© la riviĂšre, je - je passerai avec vous tout le temps que vous voudrez. Nous nous assiĂ©rons tout simplement et - Ă  cĂŽtĂ© de cet arbre toujours vert, Ă  cĂŽtĂ© de la Mer de la Vie, et lĂ  nous nous entretiendrons pendant mille ans. Ne serait-ce pas merveilleux? En ce temps-lĂ , on se serrera par exemple la main, en disant: «Vous souvenez-vous de ces moments pendant lesquels nous avions essayĂ© d'ĂȘtre ensemble, lĂ  Ă  Minneapolis? Regardez simplement comment sont les choses maintenant.» Vous voulez savoir le moment oĂč j'arriverai Ă  la Maison? Eh bien, j'essayerai de chanter «GrĂące Ă©tonnante» lorsque je traverserai la riviĂšre. Je ne sais pas chanter, mais j'ai toujours voulu chanter ce cantique. Je crois que Dieu me permettra de faire cela, quand j'arriverai lĂ -bas. S'il vous arrive de traverser avant moi et que vous entendiez quelqu'un sortir sous le porche un matin, que vous entendiez quelqu'un chanter «GrĂące Ă©tonnante», dites-vous: «FrĂšre Branham est arrivĂ© Ă  la Maison.» Ça sera moi. J'aime ce vieux cantique, car c'est la grĂące Ă©tonnante qui m'a sauvĂ©, qui m'a amenĂ© jusqu'ici.

8.    Plusieurs fois, des choses que je ne mentionne mĂȘme pas, dont je ne dis rien, arrivent selon la conduite de l'Esprit. Je vois constamment des visions. Et j'ai essayĂ© de vous expliquer comment cela se fait. Ce sont ces gens... ces... l'- la façon dont ils agissent, ce qu'ils ont fait dans leur vie. Et cela paraĂźt tout aussi rĂ©ellement que je vous vois.
    Je ne crois pas que quelqu'un d'entre vous puisse douter de cela aprĂšs avoir vu cela Ă  l'oeuvre dans la rĂ©union. En effet, cela n'a pas encore atteint son niveau, car la rĂ©union a Ă©tĂ© - a eu beaucoup d'agitation lors de la prĂ©dication sous une tente. Nous sommes Ă©trangers les uns aux autres, et cela est nouveau ici.
    Mais je suis trĂšs reconnaissant de ce que vous recevez cela merveilleusement bien. Je sens toujours chaque soir... C'est comme s'il y a plus de puissance de la foi qui grandit tout le temps. Je crois qu'avant la fin de la rĂ©union, si Dieu le permet, il y aura un grand balayage, un tel que vous n'en avez jamais vu auparavant. Voyez Ă  quel point cela est proche.

9.    Remarquez, parfois Il me montre des choses et je n'en parle jamais. Maintenant, maintenant mĂȘme, depuis que je me tiens ici, j'ai vu quatre ou cinq choses qui se sont dĂ©jĂ  passĂ©es, depuis que je parle ici Ă  ce micro. Mais je n'en parle pas jusqu'Ă  ce que je voie que quelque chose a eu lieu. Mon manager et les autres, plusieurs fois... Maintenant, j e sais que ceci semble un peu Ă©trange, peut-ĂȘtre un peu difficile pour des ministres et les autres de comprendre rĂ©ellement cela maintenant mĂȘme, Ă  moins qu'ils ne soient trĂšs spirituels. Mais je ne peux qu'ĂȘtre sincĂšre, et...

10.    Il n'y a pas longtemps, lorsque nous nous sommes rencontrĂ©s en Angleterre (juste pour quelques expĂ©riences), j'Ă©tais un jour dans ma chambre et je suis allĂ© parler Ă  mon manager, je disais... J'Ă©tais assis dans la chambre et j'ai vu une vision de Satan qui venait vers nous... [Espace vide sur la bande magnĂ©tique -Ed.]
    Je leur ai annoncĂ© dans combien de temps cela allait avoir lieu quelque part, dans environ 24 heures, et cela a eu lieu.

11.    Un matin, je me souviens que je m'Ă©tais levĂ© pour aller en ville vers 5 heures. Il m'avait rĂ©veillĂ©, Il avait dit: «Habille-toi.» Et je m'Ă©tais rendu en ville, j'avais parcouru environ 3 miles [Environ 5 kilomĂštres N.D.T.]. Je crois que c'Ă©tait dans... [Espace vide sur la bande magnĂ©tique -Ed.]
    Et je suis allĂ© sous un arbre prĂšs d'une riviĂšre, et j'ai priĂ© jusqu'Ă  9 heures, de 5 heures Ă  9 heures. Alors vers 9 heures, Il ne voulait pas me laisser partir. Je savais que les gens se demanderaient oĂč j'Ă©tais quand ils iraient dans ma chambre. J'Ă©tais donc en priĂšre; j'ai entendu Sa voix dire: «LĂšve-toi maintenant.» Je me suis levĂ©.

12.    Maintenant, mes amis, ceci n'est vraiment pas de l'imagination. Ma- Sa Voix est tout aussi audible que la mienne l'est pour vous. Juste - non pas - quand Il se tient lĂ , ce n'est vraiment pas ce que vous vous imaginez. Je L'entends lorsqu'Il parle, je Le regarde, j e Lui parle comme vous me parlez ou comme j e vous parle. C'est un Etre, ce n'est pas du tout une imagination. Et je L'entends lorsqu'Il pose Ses pieds sur terre et marche. Lorsqu'Il parle, Il parle juste comme je le fais. Oh! Il a une - une voix qui est d'un cĂŽtĂ© trĂšs douce, et puis, de l'autre trĂšs sĂ©vĂšre. Les traits de Son caractĂšre, personne ne pourrait les peindre. Il semble simplement que s'Il parlait, cela renverserait le monde. Pourtant, Il est trĂšs doux; lorsque vous Le regardez, vous pourriez presque pleurer.

13.    Et Il a dit: «LĂšve-toi.» Alors je me suis levĂ© et je me suis mis Ă  marcher. J'ai marchĂ© environ 1 mile [1,6 kilomĂštre N.D.T.] et... Je suis -je passais prĂšs d'un magasin que j'avais vu la veille. Je ne savais quoi faire, si ce n'est marcher. Il a dit: «Marche.» Je me suis dit: «Je vais tout simplement contourner ce coin.» Et je suis arrivĂ© au coin. Il a dit «Tourne Ă  droite.» Je suis allĂ© Ă  droite, Ă  deux pĂątĂ©s de maisons. Et ensuite, Il a dit «Tourne Ă  gauche.»

14.    Et juste en une fraction de seconde, j'ai vu mon interprĂšte du soir prĂ©cĂ©dent. Et j e savais que quelque chose allait se passer, parce qu'il continuait tout simplement Ă  s'approcher de plus en plus. Je savais ce qui allait arriver, et cela allait avoir lieu tout de suite. Il s'est approchĂ© de moi et m'a serrĂ© la main. Et lĂ , il a dit: «FrĂšre Branham, c'est Ă©trange.» J'ai dit: «Un instant.» Et j'ai commencĂ© Ă  lui parler.
    Et il m'a regardĂ©. Et alors, j'ai vu en vision comment nous nous tenions lĂ  pendant qu'il interprĂ©tait le soir prĂ©cĂ©dent. J'ai dit: «Vous venez de l'hĂŽpital, n'est-ce pas?»
    Il a rĂ©pondu: «Oui, monsieur.»
    J'ai dit: «L'un de vos reins a Ă©tĂ© enlevĂ©.» Il a dit: «C'est vrai.»
    Je ne l'avais rencontrĂ© que la veille; seulement ce soir-lĂ  Ă  l'estrade. J'ai dit: «Il y a trois ou quatre ans, vous Ă©tiez censĂ© faire quelque chose, mais vous ne l'aviez pas fait. N'est-ce pas vrai?»
    Il a dit: «C'est vrai.»
    J'ai dit: «Vous aviez donc subi une opĂ©ration; et depuis votre opĂ©ration, cela est passĂ© dans l'autre rein. Est-ce vrai?»
    Il a dit: «C'est vrai.»
    J'ai dit: «Hier soir, pendant que j'offrais une priĂšre pour toute l'assemblĂ©e, n'avez-vous pas saisi mon costume comme ceci de votre main, trĂšs doucement?»
    Il s'est tout simplement mis Ă  pleurer. Ses larmes - les mains en l'air, il a dit: «FrĂšre Branham, c'est vrai. Et j'ai demandĂ© Ă  Dieu, hier soir, que si cela Ă©tait ainsi qu'Il puisse le confirmer. Et il y a environ une demi-heure, Il m'a dit de me lever et de descendre dans la rue.»
    Et une seule seconde de plus, je le manquais. C'Ă©tait lĂ  la confirmation de sa guĂ©rison. Comme Dieu agit de façon mystĂ©rieuse!

15.    Je suis montĂ© et j'ai rencontrĂ© frĂšre Moore, frĂšre Lindsay ainsi que les autres. Nous sommes allĂ©s en ville. Il allait me faire faire juste un petit tour, car l'Esprit continuait Ă  rĂ©pandre Son onction. Bien des fois, c'est ainsi que je continue Ă  marcher tout simplement, parce que alors, je ne peux pas me tenir tranquille. Nous sommes allĂ©s en ville. Nous nous tenions lĂ  Ă  regarder dans la vitrine, et j'ai dit: «FrĂšre Moore.»
    Il a rĂ©pondu: «Oui.»
    J'ai dit: «Maintenant, sur notre chemin de retour, il y aura un homme en costume noir, avec un chapeau clair, qui sortira d'un bĂątiment pour me demander d'aller prier pour sa femme; seulement je ne pourrai pas le faire.»
    Il a demandĂ©: «Quand cela arrivera-t-il?»
    J'ai dit: «Pendant- ce matin, ai je dit, parce que, c'est ce matin mĂȘme que la vision a eu lieu.»
    Et aprĂšs cela, nous avions Ă  peine fait une demi-heure, nous avions contournĂ© un coin, et un homme en costume noir, avec un-un chapeau gris, sortit d'un magasin. Il ĂŽta son chapeau, et dit: «FrĂšre Branham, je suis trĂšs content de vous rencontrer.» Il ajouta «Ma femme est lĂ  Ă  l'Ă©tage.»
    Jack... FrĂšre Moore a dit: «Qu'en dites-vous?» Nous avons continuĂ©.

16.    Cet aprĂšs-midi-lĂ , moi et frĂšre Baxter, mon plus proche manager, nous nous promenions; nous Ă©tions partis en ville, nous nous tenions lĂ  dans la rue. J'ai dit: «Je vois deux femmes habillĂ©es en noir sortir d'un magasin, elles vont nous arrĂȘter trĂšs bientĂŽt, frĂšre Baxter.»
    Et nous venions Ă  peine de dĂ©passer environ deux pĂątĂ©s de maisons, et je regardais quelques cravates dans un magasin pour homme. Et juste Ă  ce moment-lĂ , deux dames habillĂ©es en noir sortirent de ce mĂȘme magasin et accoururent vers nous, elles commencĂšrent... Ă  leurs mains. Elles ne parlaient pas anglais, mais elles avaient besoin de - de discernement de l'esprit sur ce qui n'allait pas avec leur main.
    FrĂšre Baxter a dit ...
    Je - eh bien, maintenant, ces choses arrivent tout le temps, mais je -je n'en fais pas mention, mes amis, Ă  moins que ça soit quelque chose de bĂ©nĂ©fique ou de profitable, quelque chose de ce genre.

17.    Maintenant, plusieurs fois, quand les chrĂ©tiens prient... Il y avait une dame assise ici, hier soir; elle avait un petit bĂ©bĂ©. Maintenant, beaucoup d'entre vous ici Ă©taient probablement ici hier soir, quand j e cherchais la dame qui avait le petit bĂ©bĂ©. Vous rappelez-vous cela? Maintenant, elle priait pour cela, et je l'ai vue dans la salle. Je ne pouvais exactement pas distinguer quel genre de robe c'Ă©tait, mais j'ai vu qu'elle avait des cheveux tressĂ©s et qu'elle Ă©tait blonde, et qu'elle avait un petit bĂ©bĂ©. Et le Seigneur avait montrĂ© que ce bĂ©bĂ© devait ĂȘtre guĂ©ri. Et le bĂ©bĂ© a Ă©tĂ© guĂ©ri avant qu'il quitte le bĂątiment hier soir. Eh bien, c'est merveilleux!

18.    RĂ©cemment Ă  Fort Wayne, nous tenions une rĂ©union. Combien ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ©... Eh bien, y a-t-il quelqu'un ici qui Ă©tait aux rĂ©unions de Fort Wayne? Peut-ĂȘtre quelqu'un... Oui, il y a deux ou trois personnes qui Ă©taient aux rĂ©unions de Fort Wayne, qui ont levĂ© la main. Des foules impressionnantes s'y Ă©taient rassemblĂ©es. B.E. Redigar, combien ont dĂ©jĂ  entendu parler de B.E. Redigar il y a des annĂ©es? Paul Rader, a composĂ© le cantique «Crois seulement», lĂ  Ă  sa rĂ©union. Eh bien, Monsieur Redigar avait des filles... Il s'en est allĂ© dans la Gloire, il y a juste quelque temps; c'Ă©tait un des hommes les plus remarquables de la nation pour ce qui est de la guĂ©rison divine.

19.    Je venais de rentrer de Pensacola, en Floride, oĂč j'avais eu l'appel Ă  l'autel le plus important que j'aie jamais connu: deux mille ont donnĂ© leurs coeurs Ă  Christ en une fois, en un seul appel Ă  l'autel.
    Et je venais de rentrer Ă  la maison. Je suis entrĂ© dans la petite Ă©glise ce matin-lĂ . C'Ă©tait bondĂ©, il y en avait des centaines autour de l'Ă©glise. On essayait de m'en faire sortir et quelqu'un m'a parlĂ©, disant: «Une fi - une fille - une psychopathe est couchĂ©e lĂ -derriĂšre dans le dĂ©pĂŽt Ă  charbon de l'Ă©glise...» Il a dit: «C'est mademoiselle Redigar.» J'ai dit: «Mademoiselle Redigar? Quel lien a-t-elle avec B.E.    Redigar?»
    Il a rĂ©pondu: «C'est sa fille.»

20.    Et B.E. Redigar, un combattant de Dieu reposant dans la Gloire, et sa fille, une malade mentale; l'autre fille Ă©tait morte du mĂȘme cas! Elle Ă©tait internĂ©e dans un hĂŽpital depuis environ deux ans pour une maladie mentale. Elle Ă©tait lĂ , les yeux fixes. Sa mĂšre essayait de la retenir, une belle jeune dame aux cheveux dĂ©faits, assise lĂ , et elle la retenait tout simplement.
    Je suis entrĂ© lĂ  oĂč elle se trouvait et elle a commencĂ© Ă  reculer. On dirait qu'elle murmurait en remuant sa bouche comme cela, disant quelque chose au sujet de «penny» ou quelque chose comme cela, tout en reculant comme cela.
    Alors, Madame Redigar a levĂ© les yeux. Et j'ai dit: «Oh! la la! est-ce lĂ  la fille de FrĂšre Redigar?».
    Elle a rĂ©pondu: «Oui.»
    J'ai dit: «Bien-aimĂ© Seigneur JĂ©sus, aie pitiĂ© de cette fille.» Et j'ai ordonnĂ© Ă  cette puissance de l'ennemi de quitter la fille. En un instant, elle Ă©tait revenue Ă  elle-mĂȘme. Et aujourd'hui, j'ai reçu une lettre; elle va se marier en aoĂ»t, comme c'est glorieux, aprĂšs avoir Ă©tĂ© dans un hĂŽpital psychiatrique! Et combien il est glorieux de reconnaĂźtre Sa conduite!

21.    LĂ , Ă  Fort Wayne, on avait dĂ©couvert l'hĂŽtel dans lequel je restais, l'hĂŽtel Indiana. Et les gens avaient envahi le hall au point que nous avions dĂ» louer les services de l'un des garçons d'hĂŽtel pour nous amener Ă  une voie de sortie et nous faire passer par cette allĂ©e oĂč il y avait un tas de cendre pour aller chercher quelque chose Ă  manger. Beaucoup de gens affluaient lĂ . Puis, soudain...
    Un jour, nous descendions la rue; ma femme Ă©tait avec moi, et je portais mon enfant. J'avais relevĂ© le col de ma veste. C'Ă©tait... Je descendais la rue, portant ma petite fille. Nous nous rendions Ă  un endroit appelĂ©, je crois, Toddle House ou Hobble House, ou quelque chose comme cela, lĂ  oĂč nous mangions.
    C'est lĂ  que Monsieur Eaton du Canada nous a trouvĂ©s, lĂ  dans une salle, ce matin-lĂ ; il s'Ă©tait rendu aux rĂ©unions pour ĂȘtre guĂ©ri de ses troubles gastriques. Et Dieu l'avait guĂ©ri lĂ  au Tabernacle quelques jours plus tard. Il ne pouvait pas venir lĂ  oĂč je mangeais ce matin-lĂ , il ajuste payĂ© pour mon petit-dĂ©jeuner.

22.    Le lendemain matin, je suis descendu et comme je me promenais dans la rue, Quelque Chose m'a dit: «Tourne Ă  gauche.»
    Madame Morgan, une infirmiĂšre diplĂŽmĂ©e ĂągĂ©e de 21 ans, Ă©tait mon premier cas de cancer; j'avais senti des vibrations. Elle pesait 37 livres [Environ 17 kg -N.D.T.], elle avait Ă©tĂ© amenĂ©e Ă  la rĂ©union; elle n'avait que la peau sur les os. Elle pĂšse 155 livres [70 kg N.D.T.] maintenant, elle est en parfait Ă©tat de santĂ©. Et les mĂ©decins, les meilleurs du pays, lui avaient dit qu'elle n'avait que quelques jours Ă  vivre. Cela s'Ă©tait rĂ©pandu en elle. On l'avait simplement ouverte puis on l'avait recousue. Elle Ă©tait vraiment rongĂ©e par le cancer. C'Ă©tait malin, on ne pouvait rien faire, on ne pouvait mĂȘme pas utiliser un bistouri sur elle, personne pour-pour l'opĂ©rer. Maintenant, elle pĂšse 157 livres [71 kg - N.D.T.], elle est en parfait Ă©tat de santĂ©.

23.    Parfois, elle venait m'aider un peu Ă  assister les malades comme cela; elle est en effet une femme trĂšs exceptionnelle. Et nous descendions et Cela - Quelque Chose a dit «Tourne Ă  gauche.» J'ai entendu Cela juste comme vous m'entendez parler. J'ai tournĂ© Ă  gauche.
    Margie a parlĂ© Ă  ma femme, disant: «Qu'est-ce qui ne va pas?» Elle a dit: «Maintenant, laisse-le simplement partir.»
    J'ai continuĂ© Ă  descendre. Nous allions en promenade. LĂ  Ă  gauche, j e me suis arrĂȘtĂ© devant un endroit appelĂ© cafĂ©tĂ©ria Millers. Je me suis demandĂ© pourquoi. Quelque Chose a dit: «Entre lĂ -dedans.» Je suis entrĂ© dans la cafĂ©tĂ©ria, j'ai commandĂ© un petit-dĂ©jeuner, des pruneaux et autres, et je me suis assis. Ma femme a dit: «Sois sĂ»r qu'Ă  un endroit aussi frĂ©quentĂ© comme celui-ci, on va t'avoir.» Les gens s'Ă©taient rassemblĂ©s tout autour.
    Et je me suis mis Ă  manger. Et pendant que je demandais la bĂ©nĂ©diction, j'ai entendu quelqu'un dire: «Gloire Ă  Dieu.»
    J'ai jetĂ© un coup d'oeil, et une pauvre vieille mĂšre se levait, essuyant ses yeux. Margie a dit: «Vous feriez mieux de partir, a-t-elle dit, sinon tout le groupe...» J'ai dit: «Un instant, c'est le Saint-Esprit qui conduit.»
    Elle est venue lĂ  et a dit: «FrĂšre Branham, (elle a dit) j'ai suivi rĂ©union aprĂšs rĂ©union, essayant de faire entrer mon frĂšre dans la ligne. Je n'ai pas pu le faire.» Elle a ajoutĂ©: «Son coeur est dans un trĂšs mauvais Ă©tat maintenant, cela a traversĂ© le diaphragme.» Elle a ajoutĂ©: «Quelques jours avant de venir, nous - il a Ă©tĂ© examinĂ©, le mĂ©decin a dit qu'il ne lui reste que peu de temps Ă  vivre. Nous avons vendu notre vache pour avoir de l'argent afin de venir ici depuis le Texas.» Elle a dit: «J'ai Ă©tĂ© Ă  plusieurs rĂ©unions; nous avons vendu tout ce que nous avions.» Elle a dit: «J'ai vu que je ne pouvais pas y arriver; il y a trop de gens lĂ -bas. Plusieurs fois, j'ai eu une carte, mais le numĂ©ro n'a jamais Ă©tĂ© appelĂ©.» Elle a dit: «Mais hier soir, j'ai priĂ© toute la nuit et j'ai jeĂ»nĂ©.» Elle a dit: «Ce matin, vers l'aube, je me suis rĂ©veillĂ©e et j'ai eu un songe. Et j'ai vu dans le songe que je devais venir ici Ă  la cafĂ©tĂ©ria et attendre jusqu'Ă  9 heures.»
    J'ai regardĂ© Ă  ma montre, et il Ă©tait exactement 9 heures. J'ai dit: «Amenez-le ici.» Vous savez ce qui est arrivĂ©, n'est-ce pas? Le Seigneur l'a parfaitement guĂ©ri. La conduite de l'Esprit. Il travaille de part et d'autre.

24.    Ensuite, je franchissais la porte, j'Ă©tais juste en train de partir. J'ai franchi la porte environ deux minutes aprĂšs, je n'avais pas mangĂ©. Et une jeune dame, qui se tenait lĂ , tomba dans la rue et se mit Ă  crier juste au moment oĂč je franchissais la porte. Elle Ă©tait habillĂ©e en noir. Elle vivait Ă  Chicago Heights, elle avait un cancer malin. Elle a dit: «FrĂšre Branham, j'ai priĂ© tout - je prie depuis des semaines afin d'arriver ici.» Et elle a ajoutĂ©: «Il ne me reste que peu de temps.» Elle a Ă©tĂ© ici aux cliniques et rien ne pouvait ĂȘtre fait pour elle. Son mari Ă©tait un grand homme d'affaires lĂ , ou quelque chose de ce genre. Et elle a dit: «TrĂšs tĂŽt ce matin, (elle a dit) Quelque Chose m'a dit de venir Ă  la cafĂ©tĂ©ria Millers et de me tenir ici Ă  9h10 minutes.»
    Et lĂ  Ă©tait la chose. Il y a quelques semaines, je l'ai rencontrĂ©e lĂ  Ă  Little Rock, louant vraiment Ă  grand cris Dieu. Elle Ă©tait parfaitement guĂ©rie et en bonne santĂ©.

25.    J'ai continuĂ© Ă  descendre la rue, le Saint-Esprit a dit: «ArrĂȘte-toi ici.» J'ai parlĂ© Ă  ma femme, j'ai dit: «Vous toutes, continuez le - on va vous ramener Ă  l'hĂŽtel.»
    Elle a dit: «Eh bien, je veux traverser lĂ -bas, du cĂŽtĂ© du drugstore, pour acheter quelques livres - des livres Ă  colorier.» Nous devions garder l'enfant dans la chambre tout le temps .
    Et je me suis arrĂȘtĂ©. Et je suis remontĂ© et je regardais quelques articles de pĂȘche, et j'ai attendu juste un instant. J'ai dit: «PĂšre, que veux-Tu que je fasse?»
    Et j'ai attendu quelques instants. J'ai entendu cette Voix dire: «Va jusqu'au coin.» Je suis allĂ© au coin. Pendant que je me tenais au coin, Elle a dit: «Traverse la rue.» J'ai traversĂ© la rue et je me suis tenu lĂ . Vous qui venez de Fort Wayne, vous savez comment on rĂšgle la circulation lĂ -bas. Et cela... un samedi matin. Et j e me suis tenu lĂ  un bon moment.
    Et aprĂšs un moment, j'ai vu une dame traverser la rue, le sifflet retentissait plusieurs fois, une dame traversait la rue, portant Ă  son bras un sac Ă  main. Et elle portait un ensemble Ă  carreaux et un petit bĂ©ret Ă  carreaux. Elle avançait.
    Le Saint-Esprit dit: «Approche-toi d'elle.»
    Je suis allĂ© et je me suis tenu lĂ . (Il se peut que cette femme soit dans cette rĂ©union ce soir, Ă  ce que je sache.) Et je me suis tenu juste lĂ  au coin. Et elle est passĂ©e juste Ă  cĂŽtĂ©, et s'en est allĂ©e.
    Je me suis dit: «C'est Ă©trange; jamais Il ne m'a dit quelque chose de faux.»
    Elle a parcouru Ă  peu prĂšs une distance comme jusqu'Ă  ce poteau-lĂ . Elle avait le regard baissĂ©, elle regardait de cĂŽtĂ©.
    Et elle s'est retournĂ©e et a regardĂ© derriĂšre; elle a dit: «Oh! FrĂšre Branham!» Elle est revenue et elle s'est mise Ă  pleurer. Et elle a dit: «Je viens du Canada.» Elle a dit «J'ai traversĂ© tout le Canada, a-t-elle dit, je suis venue ici, il m'a Ă©tĂ© permis de n'avoir qu'autant d'argent. Hier soir, a-t-elle dit, j'ai passĂ© la nuit assise dans le hall d'un hĂŽtel. Et ce matin, j'avais une piĂšce de 5 cents pour une tasse de cafĂ©.» Elle a dit: «J'allais faire de l'auto stop ici pour rentrer Ă  la maison.» Elle a dit: «J'Ă©tais juste Ă  deux pĂątĂ©s de maisons plus bas et le Saint-Esprit a dit: `Tourne Ă  droite.' Eh bien, je suis allĂ©e vers la droite. Puis, Il a dit: `Tourne Ă  gauche.' Cependant, j'Ă©tais conduite par Lui; Il a dit: `Retourne-toi et regarde'.» Elle a dit: «FrĂšre Branham, ma main est infirme.»
    J'ai dit: «Au Nom du Seigneur JĂ©sus, donne-moi la main.» Et voilĂ  que la main se redressa.
    Un costaud gendarme irlandais qui sifflait a dit: «Je sais qui vous ĂȘtes, FrĂšre Branham.» Oh! la la! nous avions eu une ligne de priĂšre dans la rue durant quelques instants. C'Ă©tait vraiment partout. Qu'est-ce? Conduit par l'Esprit de Dieu; c'est cela, mon ami.

26.    RĂ©cemment sur mon chemin vers Dallas (je vais me dĂ©pĂȘcher), sur mon chemin vers Dallas, l'avion Ă©tait retenu au sol. Et je me suis dit: «Oh! la la!» Je suis restĂ© toute la nuit, et le lendemain matin, je descendais pour poster mon courrier. On nous avait dit qu'on viendrait nous chercher.
    Je descendais la rue, essayant de chanter ce petit vieux cantique chrĂ©tien que les pentecĂŽtistes chantent: «Je suis heureux de dire que je suis l'un d'entre eux.» Avez-vous dĂ©jĂ  entendu cela? C'est un...
Il y a presque partout des gens
Dont les coeurs sont tout enflammés
Comme le feu qui tomba Ă ...
Le Saint-Esprit,
Qui nous rend tous semblables (ou quelque chose comme cela).
    Et j'essayais de chanter cela tout en descendant la rue, mes lettres en main, marchant le long de la rue. Je me suis mis Ă  traverser la rue et le Saint-Esprit m'a dit: «ArrĂȘte-toi. Tu es juste en face d'une banque.»... Memphis, Tennessee.
    J'ai pensĂ©: «Oh! la la! Qu'est-ce?»
    Je suis allĂ© dans un coin, j'ai dit: «PĂšre, que veux-Tu que je fasse?»
    Je suis restĂ© calme pendant quelques instants, comme je ne pensais pas Ă  cela. J'ai senti ce sentiment vraiment Ă©trange venir sur moi. Il a dit: «Tourne-toi et rentre immĂ©diatement.»
    Et je suis rentrĂ© immĂ©diatement et j'ai dĂ©passĂ© de nouveau l'hĂŽtel, et j'ai continuĂ© Ă  descendre la rue, tout en fredonnant: «Oh, je suis si heureux de dire que je suis l'un d'entre eux», continuant...
    Je suis allĂ© loin de l'autre cĂŽtĂ© de Memphis, lĂ  dans le quartier des gens de couleur. Je me suis dit: «Qu'est-ce que je fais ici?» Conduit tout simplement par l'Esprit.
    Et j'ai cherchĂ© des yeux, Il a dit: «Traverse de ce cĂŽtĂ©.» Et j'ai traversĂ© la rue, je suis parti de l'autre cĂŽtĂ©. En me rendant lĂ , j'ai tournĂ© Ă  droite, j'ai remontĂ© la rue dans ce sens-ci. LĂ , toutes les maisons Ă©taient chaulĂ©es, de petites maisons pour les gens de couleur, oĂč vivent les gens de couleur.

27.    Et je passais, et j'ai vu une de ces bonnes vieilles nĂ©gresses penchĂ©e sur le portail, avec une chemise - une chemise d'homme nouĂ©e autour de la tĂȘte. Le soleil se levait. Il y avait des roses autour du portail, le soleil rĂ©pandait au loin le parfum des roses, il y avait beaucoup d'air. Les oiseaux chantaient. Oh! c'Ă©tait glorieux! Et je balançais ma main comme ceci, chantant, conduit par l'Esprit.
    Je l'ai regardĂ©e pendant que je passais. Elle Ă©tait penchĂ©e sur le portail. Elle a dit «Bonjour, pasteur.» LĂ , dans le sud, c'est «parson» [pour dire pasteur N.D.T.], vous savez, au lieu de... J'ai dit: «Bonjour, tantine.» Elle a essuyĂ© les larmes de ses yeux et elle a commencĂ© Ă  rire.
    J'ai demandĂ©: «Comment avez-vous su que j'Ă©tais pasteur? Me connaissez-vous?» Elle a dit: «Non, monsieur.»
    J'ai dit: «Comment avez-vous su que j'Ă©tais pasteur?»
    Elle a dit: «Pasteur, avez-vous dĂ©jĂ  entendu parler de cette - d'une femme dans la Bible, la femme Sunamite?»
    Et j'ai dit: «Oui.»
    Â«Que le Seigneur lui avait donnĂ© un enfant?» a-t-elle dit. J'ai dit: «Oui.»
    Elle a dit: «J'Ă©tais aussi une femme stĂ©rile et le Seigneur m'a donnĂ© un fils.»
    Et elle a dit: «J'ai promis de l'Ă©lever pour le Seigneur.» Elle a ajoutĂ©: «J'ai fait de mon mieux, mais, a-t-elle dit, il a pris le mauvais chemin, pasteur.» Elle a ajoutĂ©: «C'est un brave jeune homme, mais il a rĂ©trogradĂ©.» Et elle a dit: «Il sortait avec de mauvais compagnons.» Et elle a dit: «Maintenant, il est couchĂ© ici Ă  l'intĂ©rieur.» Elle a dit: «Les mĂ©decins lui ont administrĂ© toutes les piqĂ»res possibles, il est inconscient maintenant depuis deux jours. Le mĂ©decin dit qu'il va mourir; il s'agit d'une maladie vĂ©nĂ©rienne.» Elle a dit: «On lui a donnĂ© tout ce qui pouvait ĂȘtre donnĂ©, mais c'Ă©tait trop tard lorsqu'ils ont dĂ©couvert cela, et il va mourir.» Et elle a ajoutĂ©: «Pasteur, je savais qu'il Ă©tait couchĂ© lĂ  en train de mourir rĂ©trograde, a-t-elle dit, je ne pouvais pas supporter cela.» Elle a dit: «J'ai priĂ©, priĂ©, et j'ai dit: `Seigneur, Tu m'as donnĂ© ce garçon, mais oĂč est Elie?» Ainsi, elle a dit: «J'ai priĂ©, priĂ©.» Et elle a dit: «Ce matin, peu avant le jour, a-t-elle dit, le Seigneur m'a dit de venir ici et de me tenir Ă  ce portail.» Et son dos Ă©tait trempĂ© par la rosĂ©e. Elle a dit: «Je me suis tout simplement tenue ici parce que, a-t-elle dit, je crois dans la conduite de l'Esprit.»

28.    Oh! la la!, c'est lĂ  que Dieu et le croyant se rencontrent, sur la base commune de la foi. Elle a dit: «Il m'a dit de me tenir ici.» Et elle a dit: «Le soleil s'est levĂ©, a-t-elle dit, j'ai continuĂ© simplement Ă  attendre. Quand vous descendiez la rue, a-t-elle dit, je savais que vous Ă©tiez le pasteur.»
    J'ai dit: «Mon nom est Branham.» Elle m'a dit son nom. J'ai dit: «Avez-vous dĂ©jĂ  entendu parler de mes rĂ©unions?»
    Â«Non, pasteur.»
    Je lui en ai parlĂ©, et les larmes commencĂšrent Ă  couler sur ses joues. Elle a dit: «Je savais que le Seigneur ne me laisserait pas tomber.»

29.    Nous sommes entrĂ©s dans la piĂšce. LĂ , Ă©tait couchĂ© un grand et beau garçon d'environ 160 ou 170 livres [Environ 73 ou 78 kg N.D.T.], respirant la santĂ©. Il serrait les couvertures dans ses mains comme ceci, en faisant: «Hum - hum.»
    Et elle s'avança lĂ  et lui tapota la joue, et dit: «Le bĂ©bĂ© de maman.» MalgrĂ© qu'il Ă©tait - son Ăąge.
    Mais vous savez, c'est lĂ  l'amour d'une mĂšre. Vous ĂȘtes toujours le bĂ©bĂ© de maman. Vous savez, cet amour maternel, peu importe ce que vous faites, ça ne s'oublie jamais, l'amour d'une mĂšre.
    Ainsi, elle lui tapotait la joue, disant: «Le bĂ©bĂ© de maman.»
    Et j'ai tenu ses pieds, et ses pieds Ă©taient froids. Je me suis dit: «Oh! la la! il se meurt!» J'ai dit: «Tantine, il est dans une bien mauvaise condition.»
    Elle a dit: «Oui, pasteur. Le mĂ©decin a dit qu'il ne reprendra plus jamais connaissance.»
    J'ai tenu ses pieds et j'ai demandĂ©: «Pouvons-nous prier?» Elle a dit: «Oui, pasteur.»
    Elle s'est agenouillĂ©e sur le plancher et elle a commencĂ© a prier. Je vous assure que cette brave sainte a offert une priĂšre Ă  partir de laquelle vous pouviez reconnaĂźtre qu'elle parlait aussi Ă  Dieu. Et lorsqu'elle a fini de prier, elle a dit: «Merci, bien-aimĂ© Seigneur.»

30.    Je me suis approchĂ© de l'endroit oĂč il se trouvait. Je l'ai un peu observĂ© et j'ai posĂ© mes mains sur lui. J'ai dit: «Dieu bien-aimĂ©, je ne sais pas pourquoi Tu m'as conduit ici. Mon avion est sur le point de partir maintenant. Mais, ai-je dit, je ne sais pas pourquoi Tu m'as conduit ici, mais je suis tout simplement venu selon Ta conduite. Et maintenant, au Nom de Ton Fils JĂ©sus, j'impose les mains a ce garçon qui se meurt pour que sa vie - pour que son Ăąme soit sauvĂ©e.»
    Il a dit: «Maman. Oh! maman!»
    Elle a dit: «Il parle, pasteur. Il n'avait pas parlĂ© depuis deux jours.»
    Il a dit: «Maman, il commence Ă  faire clair.» Il a dit: «Il commence Ă  faire clair ici, maman. Je vois maintenant oĂč se dirige mon bateau.» Quelques minutes aprĂšs, il Ă©tait sur le plancher, en train de se rĂ©jouir.
    Environ une semaine aprĂšs, j'ai reçu de lui une lettre disant que les mĂ©decins avaient dĂ©clarĂ© qu'il Ă©tait en bonne santĂ©. Il vit ce soir Ă  Memphis, dans le Tennessee, bien portant et fort, parce que sa chĂšre brave mĂšre avait suivi la conduite du Saint-Esprit. Ceux qui sont fils et filles de Dieu sont conduits par l'Esprit de Dieu. N'est-ce pas vrai?

31.    Inclinons la tĂȘte. Notre PĂšre cĂ©leste, oh! Tu as Ă©tĂ© si bon envers nous! Le temps passe si facilement lorsque nous parlons de JĂ©sus, lorsque nous parlons et entendons parler de Ses merveilleuses oeuvres. Et pour ce jour Il a dit: «Encore un peu de temps, le monde ne Me verra plus.» Le monde ne comprend pas; ils sont aveuglĂ©s par le dieu de ce monde, ils marchent dans les tĂ©nĂšbres, selon leur propre voie, selon leur propre dĂ©sir du pĂ©chĂ©. Mais nous Te remercions de ce que Tu as dit: «Je serai avec vous, mĂȘme en vous, jusqu'Ă  la fin du monde.» Ce soir, partout oĂč Tu trouveras un coeur sincĂšre, conduis-le par Ton Esprit.
    Ă” Dieu, ce samedi soir, alors que plusieurs personnes font leurs achats, plusieurs sont allĂ©s dans des boĂźtes de nuit, des endroits mal famĂ©s; des jeunes gens sont couchĂ©s sur le plancher des bars, des jeunes filles - sur la mauvaise voie - se dirigent en dansant vers une tombe sans Christ, et les priĂšres des pauvres mamans -juste au dessus d'eux... Ô MaĂźtre, conduis ces gens d'une façon ou d'une autre. Parle-leur ce soir, et puissent-ils trouver une place demain Ă  un bon autel Ă  l'ancienne mode et devenir Tes serviteurs. Seigneur, puissent les rĂ©sultats de cette rĂ©union ĂȘtre l'explosion d'un rĂ©veil Ă  l'ancienne mode qui balayera complĂštement les villes et la nation, car nous croyons que bientĂŽt Tu enverras JĂ©sus. Rassemble-nous.
    PĂšre, il y en a beaucoup ici, ce soir, qui sont malades et nĂ©cessiteux, qui sentent Ton Esprit maintenant. Nous savons tous que Tu es ici. Tu as dit: «LĂ  oĂč deux ou trois sont assemblĂ©s, Je serai au milieu d'eux.» Et nous avons littĂ©ralement senti Ta PrĂ©sence par le sens spirituel. Nous savons que Tu es ici. Et maintenant, PĂšre, comme j'ai donnĂ© ce tĂ©moignage Ă  ces gens concernant un don divin, ils n'ont que ma parole, Ă  moins que Toi, Tu parles, Seigneur. Mais, je sais que Tu parleras, Tu confirmeras cela, Tu rendras tĂ©moignage Ă  cela. Et, que toute la gloire et les louanges Te soient rendues, Ă  Toi, le merveilleux Fils de Dieu. Tu es si merveilleux que Tu nous as rachetĂ©s, nous, pauvres pĂ©cheurs perdus, dignes de la mort et de la sĂ©paration, dignes de l'enfer. Mais Tu nous as rachetĂ©s. Oh! combien mon coeur bondit lorsque je pense que je suis rachetĂ©! Et tout aussi sĂ»r que Tu es ressuscitĂ© de la tombe, un jour nous apparaĂźtrons dans un nouveau corps qui ne sera plus jamais malade, et ne souffrira jamais.
    Maintenant, Dieu bien-aimĂ©, bĂ©nis ceux qui sont ici ce soir. Puisse le Saint-Esprit se mouvoir tout simplement sur cet auditoire maintenant. Parle Ă  chacun d'eux et dis: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ© en qui Je mets toute mon affection.» Le Fils de Dieu, JĂ©sus de Nazareth, Son Esprit se mouvant au milieu de nous ce soir. Puissent-ils s'hu - accepter Cela avec douceur sous la forme du Saint-Esprit et ĂȘtre sauvĂ©s et guĂ©ris ce soir. Car nous le demandons au Nom de Ton Fils JĂ©sus. Amen.

32.    Oui, certainement. Vraiment ça... Je ne suis pas un homme de nature trĂšs Ă©motive, mais mon coeur a Ă©tĂ© rĂ©chauffĂ© de façon Ă©trange depuis que je suis arrivĂ© ici ce soir, pour une certaine raison, je ne sais pas pourquoi. J'espĂšre que Dieu dĂ©versera encore Son Esprit sur tout l'auditoire ce soir. Et demain, je prie qu'il y ait une LumiĂšre brillante de Dieu partout dans ce petit endroit.
    Oh! peuple, jeĂ»nez et priez, soyez prĂȘts, JĂ©sus vient bientĂŽt. Je crois cela. Soyez prĂȘts. En quoi cela vous profiterait-il si nous devrions gagner le monde entier pour ensuite perdre notre Ăąme? Quel bien cela nous ferait-il? Aucun bien du tout. Servons-Le de tout notre coeur.

33.    Pendant qu'on aligne l'auditoire, prions encore juste un instant. Oh! PĂšre, approche-Toi, maintenant! Reste avec nous, JĂ©sus. BĂ©nis-nous ce soir. Il y en a ici qui sont si - ils ont l'air si anxieux. Et apparemment, c'est comme si juste une petite bĂ©nĂ©diction de plus repose sur nous ce soir d'une maniĂšre ou d'une autre, ou c'est juste tout prĂšs d'ici. Peut-ĂȘtre que Tu es sur le point de dĂ©verser l'Esprit sur nous. Nous prions que cela ait lieu, PĂšre.
    GuĂ©ris tout le monde, maintenant. L'Ange de Dieu que Tu m'as envoyĂ© Ă  ma naissance, Qui m'a guidĂ© tout au long de ma vie par Ta main, Celui qui me rencontre et me parle, et me montre les visions dont je parle... Ô JĂ©sus, envoie-Le maintenant en Ton Nom, afin qu'Il soit capable, par le don de discernement, de discerner et de connaĂźtre le coeur.
    Tu as dit: «Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi, et des plus grandes.» Tu connaissais les coeurs de tout le monde. Tu connaissais toutes les maladies. Tu avais dit Ă  Philippe oĂč il Ă©tait avant qu'il ne vienne dans la ligne de priĂšre. Tu avais dit aux autres oĂč trouver les chevaux qui Ă©taient attachĂ©s. Tu leur avais dit oĂč se trouvait la salle vide pour apprĂȘter le dernier souper. Oh! Tu avais dit Ă  la femme ses pĂ©chĂ©s!
    Et puis, un jour, on avait bandĂ© Tes yeux avec un morceau d'Ă©toffe, on avait arrachĂ© la barbe de Ton visage et on avait crachĂ© sur Toi, on disait: «Maintenant, prophĂ©tise et dis qui T'a frappĂ©.» Seigneur, Tu n'avais point ouvert la bouche.
    Nous sommes reconnaissants pour Ta merveilleuse Vie, pour l'Esprit que Tu nous as donnĂ© afin de vivre par Lui. Aide-nous maintenant. Et que chaque maladie qui passe par ici - que de grandes visions et des merveilles soient accomplies ce soir. Accorde-le, Seigneur. Et comme les gens voient ces choses ĂȘtre accomplies, puissent-ils T'accepter sur-le-champ au Nom de Ton Fils JĂ©sus.
    Amen.
EN HAUT