ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication La Commission De Moise, (L'explication De Deux Signes) de William Branham a été prêchée 50-0110 La durée est de: 44 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

La Commission De Moise, (L'explication De Deux Signes)

1 C'est pour moi un grand privilège d'être de nouveau ici à Houston ce soir. Cela fait un certain temps depuis que je vous ai vus, et beaucoup de grandes victoires ont été remportées et beaucoup d'afflictions sont passées. Ce soir, je suis encore reconnaissant d'être toujours sauvé par le Sang de Christ, le Fils de Dieu.
Je suis si reconnaissant d'être de nouveau ici ce soir à Houston pour prêcher à l'une de mes plus longues séries de réunions. Nous avons cette fois-ci dix-sept soirées d'affilée pendant notre séjour à Houston. C'est la plus longue série de réunions que j'ai jamais tenue depuis que nos réunions ont pris une plus grande envergure. J'ai confiance en Dieu que ça s'avérera une grande réunion.
Beaucoup de gens afflig√©s, malades et ceux qui souffrent seront d√©livr√©s pendant ce laps de temps. Et j'esp√®re aussi que beaucoup de ceux qui sont rebelles et indiff√©rents envers Christ Le conna√ģtront comme leur Sauveur personnel pendant cette p√©riode, et qu'enfin de compte Dieu tirera la gloire de tout ce qui sera fait ou dit.

2 Et ce soir, je désire que vous tous, alors que la réunion vient de commencer... Une très mauvaise soirée, et il y a juste quelques personnes dehors. J'aimerais que vous essayiez de m'aider pendant cette période. Je n'arrive pas à m'entretenir avec les gens comme je l'aurais voulu pendant ces réunions, parce que je consacre mon temps à la prière. Je dois me préparer pour ces choses qui arrivent, telles que le service de guérison. Je viens ici pour aider. Et je dois... Mon secours vient d'en Haut, et je - je dois constamment rester en contact avec Dieu, si je m'attends à aider quelqu'un d'autre. Et en plus de cela, j'aimerais prendre chaque personne et avoir avec chacun de vous un bon entretien en privé, ce qui est presque impossible au cours de cette série de réunions.

3 Mais je crois qu'un autre temps vient, o√Ļ nous aurons tout le temps de rester les uns avec les autres, un temps que nous d√©sirons passer dans un pays meilleur, o√Ļ nous n'aurons plus √† prier pour les malades et les afflig√©s. Il n'y en aura pas l√†-bas. Nous vivrons √† c√īt√© de J√©sus. Et l√†, il n'y aura plus de maladie ni de souffrance. √Ē Dieu, h√Ęte ce jour o√Ļ tous ces ennuis seront finis. Et alors, nous Le verrons face √† face et nous conna√ģtrons comme nous avons √©t√© connus.
C'est pour cela que nous luttons. Le but pour lequel je suis en train de lutter ce soir, c'est pour essayer d'en faire ma demeure. Et je suis allé...?... pour voir combien je peux en amener avec moi. Car c'est tout aussi réel... plus réel que notre présence ici ce soir.

4 Les r√©unions vont continuer ici pendant un bon nombre de soir√©es. Ensuite, nous aurons un intervalle de deux soirs, deux soirs au cours desquels nous essayerons de pr√©parer un autre auditorium. Puis, nous irons au Colis√©e. Nous nous attendons √† des moments merveilleux. Que chacun am√®ne ses malades et ses afflig√©s; et venez, amenez les p√©cheurs. Bien des fois, quand des miracles s'op√®rent, ou que quelque chose se fait, cela change les cŇďurs des gens, leur attitude envers Christ.
J'ai eu récemment une réunion ici; c'était l'un des plus grands appels à l'autel que j'ai faits pour la conversion, en une fois je... Deux mille personnes ont accepté Jésus en une fois. Deux mille personnes sont venues à Christ. Et j'espère que je rencontrerai chacune d'elles là dans un - l'autre pays.

5 Maintenant, la guérison dans - dans les campagnes, vous pouvez la recevoir telle quelle. Et... Ainsi, procurez-vous-en un, surtout vous les malades qui êtes dans la ligne, j'aimerais que vous lisiez ce petit pamphlet "Il est monté en Haut". Si vous n'avez pas cinq cents, prenez-le de toute façon.
Et ainsi, nous ne sommes pas ici pour l'argent. Nous sommes ici pour vous aider. Cela vient de notre cŇďur. Nous sommes ici pour vous aider.
Eh bien, je ne peux parler que de ce que je sais être la vérité. Maintenant, si je vous dis la vérité, vous devez me croire. Et si je parle de mon propre chef et que je dise quelque chose que Dieu a fait, et que Dieu ne le soutient pas, alors c'est faux. Mais si je vous dis quelque chose que Dieu a fait, et que Dieu descende et atteste la même chose, alors vous devez croire Dieu. N'est-ce pas juste?

6 Maintenant, ce que je vous dis ce soir, c'est que je veux que chacun de vous se souvienne bien de ce que je vous ai dit. Et puis, si ces choses n'arrivent pas exactement comme je les déclare, alors à la fin de ces réunions, au bout de ces dix-sept jours, vous pouvez circuler dans la ville et dire : "Frère Branham est un faux prophète." Mais si Dieu confirme exactement que ce que je dis est la vérité, eh bien, croyez alors Dieu, si vous ne me croyez pas. N'est-ce pas juste? Alors, vous pouvez aller partout et dire : "Le Seigneur a raison, le Seigneur nous a dit la vérité." Il nous a envoyé.

7 Maintenant, tant que le... un don de guérison, là... Beaucoup de gens ne comprennent pas ce que signifient les dons. Personne ne peut vous guérir en dehors de Christ. Peu m'importe quel don vous avez, c'est Christ le Donateur. Voyez? Et vous n'êtes guéri que par Christ.
J'aimerais lire juste un petit passage de l'Ecriture maintenant et vous expliquer un peu comment le don opère. Ainsi, vous saurez comment vous en approcher. Et alors vous allez...
Je vais vous dire ce que nous pouvons faire. Comment aimeriez-vous que nous fassions cela nous tous?... Si vous prenez juste ce petit groupe-ci, peut-être quelque chose comme, probablement mille huit cents ou deux mille personnes ou quelque chose comme cela... si vous pouvez... Si vous prenez ce petit groupe-ci ce soir, et - et le positionnez, et qu'ensuite vous amenez chacun à croire très exactement que ce que je vous ai dit est la vérité, on aura une réunion qui secouera Houston. C'est vrai. Il le fera.

8 Maintenant, souvenez-vous, si vous pouvez seulement prendre... Peut-√™tre qu'il y a des choses √† ce sujet que vous ne comprenez pas. Franchement, mes amis, il y a bien des choses √† ce sujet que je ne comprends pas, je l'accepte tout simplement. N'essayez jamais de comprendre Dieu, vous ne pouvez pas y arriver. On ne conna√ģt pas Dieu au moyen de la connaissance. C'est par la foi qu'on comprend Dieu. Est-ce vrai?
Que serait-il arrivé si Pierre avait essayé de se représenter la profondeur de cette eau et combien il lui était impossible de marcher sur cette eau? Il n'aurait jamais marché dessus. Voyez? Mais il a tout simplement pris Christ au mot et il a marché sur l'eau.
Eh bien, c'est ainsi que j'ai fait ceci. Je L'ai tout simplement cru sur Parole, et me voilà parti! Et vous, croyez-Le simplement sur Parole ce soir. Et si vous, vous êtes peut-être un pécheur et vous ne savez pas prendre Dieu au mot, alors Dieu m'a envoyé ici, j'aimerais que vous me preniez au mot et que vous voyiez si cela n'arrive pas, si Dieu ne vous bénira pas.

9 Maintenant, inclinons la tête juste pour un instant pendant que nous parlons à notre Créateur.
Notre P√®re c√©leste, nous sommes reconnaissants ce soir avec... Et nos cŇďurs ont √©t√© amen√©s √† se r√©jouir de notre - le - notre salut, parce que J√©sus, le R√©dempteur, est venu et nous a b√©nis. Il est venu sur la terre, Lui le Messie, dans une chair semblable √† celle du p√©ch√©, et Il a pris sur Lui nos maladies et nos iniquit√©s, et Il - Il les a port√©es √† la croix du Calvaire, et Il est mont√© au Ciel; et ce soir, Il est assis √† la droite de la Majest√©, interc√©dant; Il est devenu notre Souverain Sacrificateur, un Souverain Sacrificateur qui peut compatir √† nos faiblesses. Et ce soir, apr√®s que toutes ces centaines d'ann√©es sont pass√©es, les ismes se sont lev√©s, les fanatismes ont surgi et ont disparu, et cependant, la glorieuse puissance du Fils de Dieu continue √† dominer et √† r√©gner dans les cŇďurs des milliers parmi Son peuple.
Et maintenant, je Te prie, Seigneur, alors que nous entrons dans ce grand r√©veil que nous croyons √™tre √† son d√©but maintenant, ici √† Houston, que la Gloire de Dieu descende au milieu de nous. Puissent chaque estropi√©, chaque aveugle, chaque afflig√©, chaque infirme, chaque handicap√© moteur, chaque maladie mentale et toutes sortes de maladies √™tre gu√©ris ici. Puissent des milliers de gens affluer autour de l'autel, T'offrir leurs cŇďurs et puisse le Saint-Esprit √™tre d√©vers√©. Cela va simplement... Seigneur, que les dix-sept jours n'en soient m√™me pas encore le d√©but, que cela puisse continuer sans cesse jusqu'√† ce que Ton Fils bien-aim√© apparaisse dans la Gloire, et que nous puissions appara√ģtre avec Lui, rev√™tus de Sa justice pour Le contempler.

10 B√©nis-nous, P√®re. Maintenant, alors que Ton pauvre et humble serviteur se tient ici ce soir pour faire cette grande d√©claration, ou plut√īt pour proclamer cette grande chose que Tu as accomplie... Et puisse chaque auditeur ici avoir la foi. Et puisse Ton Esprit, Seigneur, qui a accompli ces choses, puisse-t-Il √™tre dans cette r√©union, ce soir, et confirmer tout ce qui sera dit. Et que soir apr√®s soir... Et puisse-t-il y avoir ici un r√©veil √† l'ancienne mode, qui va secouer cette ville et chaque √©glise. Puissent des milliers na√ģtre dans le Royaume. Accorde-le, P√®re, car nous le demandons pour la gloire de Dieu au Nom de Son Fils bien-aim√©, J√©sus-Christ. Amen.

11 Dans Exode, au chapitre 23, un verset tr√®s familier que je lis d'habitude au d√©but des r√©unions de r√©veil parce que c'est le... C'est... c'est quelque chose qui a trait √† la mani√®re dont Dieu agit aujourd'hui: Dieu parlant √† Son serviteur Mo√Įse et le commissionnant. Le verset 20 du chapitre 23 (si vous le notez), et je lis jusqu'√† une partie du verset 23. Et voici, j'envoie un Ange devant toi, pour te garder en chemin, et pour t'amener au lieu que j'ai pr√©par√©. Prends garde √† toi √† cause de sa pr√©sence et √©coute sa voix; ne l'irrite pas; car il ne pardonnera point vos transgressions... mon nom est en lui. Mais si tu √©coutes attentivement sa voix... fais tout ce que je dirai, alors, je serai l'ennemi de tes ennemis et l'adversaire de tes adversaires. Car mon Ange ira devant toi...

12 Ici, c'est Dieu qui parle √† Son serviteur Mo√Įse... C'√©tait au moment o√Ļ - o√Ļ les enfants d'Isra√ęl s'√©taient √©loign√©s de Dieu, et s'√©taient √©loign√©s de Ses pr√©ceptes et tout, et ils √©taient devenus - avaient eu des ennuis; et ils se trouvaient l√† en Egypte, sous l'esclavage des Egyptiens. Et un grand besoin fut √©prouv√©. Tant qu'ils se comportaient avec orgueil et qu'ils n'avaient besoin de rien, eh bien, ils continuaient de plus belle.
Mais quand le temps prophétique de Dieu arriva, après qu'Il eut promis à Aha - Abraham que sa semence séjournerait dans un pays étranger pendant quatre cents ans, et qu'Il les ferait sortir par une main puissante... Alors, quand l'heure de l'accomplissement de la promesse fut proche, il se leva un Pharaon qui n'avait pas connu Joseph.
Peu importe combien l'accomplissement de la chose semble impossible, quand le temps de la promesse approche, Dieu fera que les faits s'accumulent pour concourir à l'accomplissement de Sa promesse prophétique. Le croyez-vous? Il fait toujours cela. Toujours Il... Il en est toujours ainsi.

13 Qui aurait pensé que ces gens-là, la manière dont ils étaient respectés et presque adorés à cause de Joseph, ce jeune prince qui était là, lui qui avait révélé le - le songe et sauvé l'Egypte plusieurs fois... Dans un intervalle, un court intervalle, d'à peu près quatre cents ans, ils l'avaient complètement oublié. Mais lorsque la promesse de Dieu approcha, un pharaon qui n'avait pas connu Joseph se leva et il fit établir des chefs de corvée sur le peuple, ainsi - ainsi de suite. Et on commença à les opprimer, et ils crièrent à Dieu à cause des chefs de corvée. Et alors pendant ce temps, après qu'ils eurent commencé à crier, eh bien, Dieu avait une chose particulière à accomplir.

14 Maintenant, selon mon humble conviction, les dons ne se transmettent pas par la main. Les dons sont pré-ordonnés de Dieu. Les dons et les appels sont sans repentance. Vous pouvez dire des choses, essayer et faire en sorte que ces choses marchent bien, et croire correctement, et agir correctement; mais c'est en vain si Dieu Lui-même n'est pas derrière cela.
√áa ne sert √† rien d'essayer de tromper. Vous ne pouvez pas duper Satan. Il ne sera pas dup√©. Vous devez savoir o√Ļ vous vous tenez. C'est vrai.
Et les dons et les appels sont sans repentance. On vient au monde avec. Dieu voit les choses √† l'avance et Il conna√ģt Sa proph√©tie, ce qui va arriver. Et Il commence quelque chose ici pour l'accomplir l√†-bas. Et quand Il vit que c'√©tait le temps o√Ļ les gens allaient avoir besoin de ceci, Il suscita un petit gar√ßon du nom de Mo√Įse, n√© d'une naissance particuli√®re et √©trange.
C'est de la fille de Pharaon qu'il re√ßut le nom de Mo√Įse, il √©tait tir√© de l'eau. Si vous connaissez votre - la Bible, votre histoire de l'√©cole du dimanche de cela.

15 Et alors, quand il a atteint l'√Ęge de quarante ans, Dieu l'appela pour Son dessein. Et il pensait s√Ľrement que - que le peuple d'Isra√ęl comprendrait pourquoi il √©tait envoy√©. Mais le peuple ne comprit pas Mo√Įse.
Maintenant, écoutez attentivement ceci, mes amis. La chose la plus difficile que Dieu ait jamais rencontrée traitant avec Son peuple, c'est amener un mortel à en croire un autre; c'est la chose la plus difficile que Dieu ait jamais faite : amener un mortel à croire...
Bien, ils croyaient que J√©sus √©tait le Fils... Ils ne pouvaient pas croire qu'Il √©tait le Fils de Dieu. Ils croyaient en Dieu. Mais ils ont dit que Lui, qui √©tait un homme, Se faisait √©gal √† Dieu. Comment pouvait-Il, Lui un pauvre paysan - comment pouvait-Il l'√™tre? Un homme n√© dans une mangeoire avec des origines comme les siennes, √©lev√© dans une famille pauvre, portant un seul habit, avec le mode de vie qu'Il avait, Il n'avait m√™me pas un endroit o√Ļ reposer la t√™te. "Les renards ont des tani√®res et les oiseaux du ciel ont des nids, mais le Fils de l'homme n'a pas..." Comment cet Homme pouvait-Il √™tre le Fils de Dieu? Comment pouvait-Il √™tre ce qu'Il pr√©tendait √™tre? Pourtant, Il l'√©tait, n'est-ce pas? Il l'√©tait.

16 Maintenant, ils croient cela. Mais ça... C'était alors trop tard pour eux. La destinée de ceux qui L'ont rejeté est scellée. Et Dieu envoie ces choses afin que les gens puissent être simples et humbles.
Et écoutez, mes amis, plus vous pouvez être simple, plus Dieu peut traiter avec vous.
Je ne suis pas contre l'instruction. L'instruction est une bonne chose. Mais les gens deviennent tellement instruits qu'ils pensent en savoir plus que Dieu. Et ils manquent alors le but. Vous devez abandonner tout ce que vous avez appris par votre propre intelligence pour conna√ģtre Christ.
Bien, venez simplement comme un enfant et acceptez-Le. C'est tout. C'est comme ça qu'on accepte Dieu. Et plus vous devenez simple et humble, plus vous vous dépouillez de vous-même, de vos propres idées, vous prenez seulement la Parole de Dieu à Sa juste valeur, et vous La croyez. Et c'est par la foi que ces choses viennent, non pas par ce que vous pouvez comprendre. Vous n'y arriverez jamais. Jamais il n'y a eu au monde un homme, aucun saint, ni personne qui ait jamais compris Dieu. Vous ne le pouvez pas. Ainsi, ne pensez pas que vous pouvez faire quelque chose qu'on ne peut pas faire car on - c'est impossible. C'est vrai. Croyez-Le seulement. C'est ce qu'Il veut que vous fassiez, non pas essayer de Le comprendre.

17 Mais lorsque le temps de la promesse fut proche, alors Dieu envoya ce Mo√Įse l√†-bas. Et les gens dirent : "Qui t'a √©tabli chef sur nous? Eh bien, tu te crois quelqu'un d'important?"
Ce n'√©tait pas l'attitude de Mo√Įse. Il √©tait envoy√© comme lib√©rateur, sachant que l'heure avait sonn√©. Il pensait s√Ľrement que comme les gens lisaient les Ecritures et tout, ils reconna√ģtraient que le temps de la promesse √©tait proche, ou plut√īt, qu'ils lisaient la promesse d'Abraham, et que le temps √©tait tr√®s proche. Mais ils n'ont pas lu... Ne peut... Est-ce que...
Est-ce que je me tiens trop près du micro? Cela produit-il un écho là-derrière au... Là-derrière au balcon, là au fond, m'entendez-vous très bien là-derrière? Si c'est le cas, levez la main. Je n'ai pas assez de voix.

18 Mais quand la promesse approcha, ils pensaient s√Ľrement qu'ils comprendraient. Mais le peuple de Dieu... D'habitude Satan agit juste l√† au niveau de leur intelligence et les rend lents √† comprendre. Et l√†, neuf fois sur dix ils manquent Dieu.
Mais, la promesse de Dieu √©tait l√†. Maintenant, quand Mo√Įse descendit pour les d√©livrer, eh bien, ils - ils le contest√®rent, ils le rejet√®rent. Et cela leur valut quarante ans de souffrance de plus. N'est-ce pas juste? Quarante ans de souffrance de plus. Bien s√Ľr que Mo√Įse s'est enfui au-del√† du d√©sert. Et apr√®s un temps, finalement il fut de nouveau appel√© par Dieu, lorsque le peuple commen√ßa √† g√©mir et √† crier. Et - et alors, ce m√™me Mo√Įse qu'ils avaient rejet√© pour accepter malgr√© tout Pharaon comme leur conducteur, Dieu leur envoya de nouveau ce m√™me Mo√Įse pour les conduire et avoir autorit√© sur eux.

19 Maintenant, regardez. Ce que je cherche √† vous faire comprendre, c'est l'aspect particulier de la commission de Mo√Įse.
Mo√Įse √©tait l√† au-del√† du d√©sert, en train de pa√ģtre les brebis de son beau-p√®re Jethro. Et un jour, un - un Ange lui est apparu dans un buisson ardent. Un Ange est donc descendu pour apporter le Message √† Mo√Įse - et Il devait, en d'autres termes, √™tre son Guide.
Les hommes sont... Ils ne peuvent pas... Vous ne pouvez pas vous conduire vous-m√™me. Il y a deux voies : la v√ītre et celle de Dieu. Et quand vous √™tes sur votre voie, vous √™tes en dehors de celle de Dieu. Et vous devez oublier votre propre voie pour trouver celle de Dieu. Et l'homme ne peut pas se conduire lui-m√™me.
Il √©tait appel√© une brebis. Nous sommes compar√©s aux brebis. S'il y a quelqu'un ici qui conna√ģt quelque chose sur l'√©levage des brebis, lorsqu'une brebis s'√©gare, elle est tout √† fait incapable de s'en sortir. Elle va simplement se tenir l√† et b√™ler jusqu'√† ce qu'elle meure. C'est tout. Elle est incapable de s'en sortir.

20 Et nous, sans conducteur, nous sommes incapables de nous en sortir. Et Christ est notre Conducteur. Et Dieu √©tait le Conducteur de Mo√Įse, quoiqu'Il envoy√Ęt un - un Ange pour le conduire. "J'envoie Mon Ange devant toi pour te garder en chemin et t'amener √† l'endroit que J'ai promis." L'Ange devait √™tre son Conducteur.
C'est l'Ange qui accomplissait les miracles. Mo√Įse n'avait accompli aucun miracle. C'est l'Ange de Dieu en Mo√Įse qui accomplissait les miracles. Voyez-vous ce que je veux dire? L'Ange du Seigneur √©tait avec lui. L'Ange le conduisait et accomplissait les miracles.
Maintenant, dans les Ecritures et √† travers les √Ęges, Dieu a toujours ordonn√© que les anges conduisent le peuple au moyen de tous ces hommes: il y eut Mo√Įse, il y eut Daniel, et oh! combien pourrions-nous encore en citer sur toute la ligne!

21 Quelqu'un me parlait ici, il n'y a pas longtemps, disant : "Mais, Frère Branham..." [Frère Branham s'éclaircit la voix. -N.D.E..] Pardonnez-moi. Il a dit : "Après la venue du Saint-Esprit, il n'y a plus d'anges qui conduisent l'église ni les individus. Non, monsieur, a-t-il dit, c'est le Saint-Esprit qui nous conduit."
C'est confondre l'Ange et le Saint-Esprit. √áa, c'est une erreur. L'Ange a toujours conduit l'Eglise et ils continuent √† conduire l'Eglise. C'est exact. Combien peuvent dire que Philippe avait le Saint-Esprit? Faites voir vos mains partout dans le b√Ętiment. Combien pensent que Philippe avait le Saint-Esprit? Philippe, l'ap√ītre Philippe! Certainement Voyez? Tr√®s bien, il L'avait, n'est-ce pas? Qui √©tait celui qui lui parla l√† √† - √† Samarie et lui dit d'aller au d√©sert de Gaza? Un Ange. Avait-il le Saint-Esprit? Certainement qu'il L'avait.

22 Combien disent que l'ap√ītre Pierre avait le Saint-Esprit, celui qui pr√™cha le - le sermon d'inauguration de l'Eglise, le jour de la Pentec√īte? Bien, quand il √©tait couch√© l√†-bas en prison, qui est celui qui entra dans la... et le toucha et l'amena dehors? L'Ange. Est-ce vrai?
Combien disent que saint Paul, l'ap√ītre, avait le Saint-Esprit? Faites voir vos mains. Quand le bateau tanguait pendant quatorze jours et qu'il n'y avait plus du tout d'espoir, il vint l√† et agita ses mains, et cria, je pense : "Gloire √† Dieu, prenez courage! L'Ange du Seigneur dont je suis le serviteur √©tait avec moi hier soir." Est-ce vrai?
Combien croient que Jean le révélateur avait le Saint-Esprit? Le livre entier de l'Apocalypse lui a été révélé par un Ange. Est-ce vrai?

23 Et ils avaient le Saint-Esprit, mes amis. L'Ange...?... pas une adoration d'anges. C'est Dieu qui envoie un Esprit qui est √† Son service pour exercer un minist√®re dans l'√©glise en faveur des gens. Aucune chair ne peut se glorifier devant Dieu. Si quelqu'un pouvait se glorifier, √ßa devrait √™tre J√©sus. Mais Il a dit : "Ce n'est pas Moi qui fais les Ňďuvres; c'est mon P√®re qui demeure en moi qui fait les Ňďuvres." Est-ce vrai?
Ils ont dit : "Nous, nous croyons Dieu."
Il a dit : "Si vous croyez Dieu, croyez aussi en Moi."
Maintenant, quand l'Ange est venu vers votre serviteur, ici présent, Il a dit : "Si tu amènes les gens à te croire..." Maintenant, voilà la chose difficile! "Si tu amènes les gens à te croire..." Combien croient Dieu? Vous tous, n'est-ce pas? Vous croyez Christ, vous croyez le Saint-Esprit.

24 Maintenant, ce n'est pas √ßa le probl√®me ce soir. Je suis content que vous fassiez cela. Cela fait de vous un chr√©tien. Mais ce n'est pas ce que j'essaie de vous - de vous faire comprendre maintenant. J'en arrive l√† lorsque je fais l'appel √† l'autel. Vous devez Les croire d'abord. Si vous n'√™tes pas en contact avec Eux, vous ne conna√ģtrez jamais ceci.
Mais tout comme vous croyez en Eux, vous devez aussi croire que je vous dis la vérité, que ce que je dis est la vérité.
Jésus était le... Il était... il ne pouvait opérer aucun miracle ou quoi que ce soit ou n'importe quel genre de miracle parce que les gens ne Le croyaient pas.
Et ceux-là mêmes qui croyaient Dieu L'ont tué. Est-ce vrai? Peu importe combien ils croyaient en Dieu... Ils étaient très religieux, orthodoxes. Très religieux. Et ils croyaient Dieu. Mais Le croire, Lui, oh, non. Non, non. Voyez? C'était trop, ho... un homme? Ils ne pouvaient pas croire un homme. Ils pouvaient croire Dieu.

25 Et ce soir, tant de gens peuvent croire Dieu. Certainement. Vous croyez Christ, vous croyez le Saint-Esprit et ainsi de suite. Mais lorsqu'un homme vient vers vous et vous dit quelque chose, c'est difficile à croire. "Je ne sais pas si je peux vous croire ou non, mon ami." C'est là le problème. Voyez-vous? Là!
C'est la raison pour laquelle Dieu ne peut pas... C'est la raison pour laquelle parfois votre pasteur - lorsque votre pasteur vient vers vous, c'est la raison pour laquelle il ne peut pas vous aider; vous devez avoir foi en votre pasteur. Vous devez croire qu'il est un homme de Dieu, envoyé de Dieu pour faire ces choses pour Lui.

26 Maintenant, la gu√©rison divine s'est √©teinte pour un moment ici depuis quelques ann√©es; on a abandonn√© cela, cela s'est pass√© √† travers les √Ęges de l'histoire. On a souvent abandonn√© cela. Et pendant ce temps, le cancer, les maladies se sont d√©clar√©es dans l'Eglise. Oh! la la!
Quatre-vingts pour cent de gens sont malades maintenant. Et les gens, la science médicale, je leur rends hommage. Ils réalisent de grandes choses. Ils fabriquent des médicaments à vendre. Et... J'ai dit : "A vendre." Très bien. C'est bien pour ceux qui veulent en prendre. C'est bien pour eux.
Mais regardez. Mais au stade o√Ļ nous en sommes aujourd'hui, nous avons les meilleurs m√©decins que nous n'avons jamais eus. Le croyez-vous? Nous avons les meilleurs h√īpitaux que nous n'avions jamais eus, n'est-ce pas? Nous avons les meilleurs m√©dicaments que nous n'avions jamais utilis√©s, n'est-ce pas? Mais nous avons plus de maladies que jamais auparavant, n'est-ce pas? C'est parce que nous avons plus d'incr√©dulit√© que jamais, n'est-ce pas? C'est vrai. C'est exact. Dieu seul est le Gu√©risseur. C'est vrai.
Et n'avez-vous jamais remarqu√© que, juste √† cette √©poque o√Ļ nous avons tous ces bons m√©dicaments, et ces bonnes interventions chirurgicales et ces bons chirurgiens et tout, on construit sans cesse des h√īpitaux pour les incurables? Est-ce vrai? Et rien n'est venu dans la Pr√©sence de notre Ma√ģtre J√©sus qu'Il n'ait surmont√©. Et rien n'est incurable pour Lui. Tout est possible. Est-ce vrai? Et Il est le m√™me hier, aujourd'hui et pour toujours. Est-ce vrai? Ainsi, il n'y a vraiment rien d'incurable pour Lui.

27 Maintenant, quand les gens ont commenc√© √† crier : "√ī Dieu, fais ceci pour nous, fais cela pour nous; envoie-nous la d√©livrance, envoie-nous...", et que des milliers parmi Son peuple mouraient chaque ann√©e de cancer et ainsi de suite, alors Dieu entendit leurs cris. Et ne pensez-vous pas que c'est tout aussi possible pour Dieu d'envoyer la d√©livrance pour les malades qu'Il le fit pour faire sortir le peuple de l'esclavage l√†-bas en Egypte? N'est-ce pas qu'Il est tout aussi compatissant √† vos cris, qu'Il √©coute vos cris tout autant qu'Il avait entendu leurs cris? Il a promis que, dans les derniers jours, Il aurait une Eglise et que ces signes les suivraient. N'est-ce pas vrai? Bien, ne pensez-vous pas que nous sommes aux derniers jours?
N'est-ce pas maintenant le temps o√Ļ ces choses doivent arriver? Eh bien, elles sont l√†. Nous y sommes. Amen. Elles sont l√†. Vous les verrez.

28 Et Mo√Įse, bien entendu, ne voulait pas aller. C'√©tait difficile, parce qu'il n'√©tait pas un homme - un bon orateur; il n'√©tait pas √©loquent et que sais-je encore. Il avait beaucoup de probl√®mes : il s'exprimait lentement, et bien des... Mais Dieu avait destin√© cet homme √† faire ce travail. Cela devait se faire.
Maintenant, Il donna √† Mo√Įse... Il dit : "Ces gens ne me croiront pas." Il dit... Alors Il lui donna deux signes. Il dit : "Va accomplir ce signe", celui de jeter un serpent par terre - ou bien le serpent - ou plut√īt la verge par terre. Il dit : "S'ils ne croient pas celui-l√†, Je te donnerai alors un autre signe. Et s'ils ne croient pas le premier signe, ils croiront la voix du second signe." Maintenant, il a re√ßu deux signes afin que ce peuple qui l'avait rejet√© croie qu'il √©tait envoy√© de Dieu pour d√©livrer le peuple. Est-ce juste? Combien croient que cette histoire est vraie? Dites : "Amen." [L'assembl√©e dit : "Amen." - N.D.E.] C'√©tait vrai.

29 Eh bien, n'est-Il pas le même Dieu ce soir? Ces miracles sont-ils impossibles ce soir? Non, ils ne le sont pas. Et ils sont tout autant possibles qu'ils l'étaient en ce temps-là. Si jadis Dieu a pu délivrer Son peuple de l'esclavage, de la domination des Egyptiens, Il peut aussi délivrer le peuple de l'esclavage de la maladie, car c'est dans ce but-là qu'Il est mort.
C'est dans le plan de la rédemption. Vous êtes racheté. Vous êtes... quand vous recevez le baptême du Saint-Esprit, c'est ça le gage de votre salut. Est-ce vrai? Autrement dit, c'est un acompte. Et si avec un acompte cela nous procure un tel sentiment, qu'en sera-t-il quand nous en aurons tous les avantages? Ce sera glorieux, n'est-ce pas? Eh bien, alors croyez-vous que vous ressusciterez et que vous aurez un corps immortel? Combien croient qu'à la... à la résurrection, vous ressusciterez et aurez un corps immortel? La guérison divine, c'est l'acompte ou les arrhes de votre corps immortel. Oh! la la! Voyez-vous ce que je veux dire? Vous devez avoir... C'est l'évidence que vous aurez un corps immortel. Quand vous voyez un...

30 Vous verrez des pauvres petits enfants estropiés et infirmes venir sur cette estrade. Vous les verrez se tenir ici tout difformes, déformés. Et vous verrez cela de vos propres yeux; vous verrez leurs mains et leurs bras se redresser et ils quitteront l'estrade étant des enfants normaux. Vous verrez venir ici des gens qui souffrent de toutes sortes de maladies, vous les verrez être guéris et quitter l'estrade. Qu'est-ce? C'est l'acompte; c'est le gage, pour que l'on sache qu'un jour, cet homme, s'il reste sous le Sang de Christ, recevra un corps immortel. Ceux qui sont rongés par le cancer, les aveugles, les sourds, les muets... C'est le gage de notre salut.

31 Maintenant, quant √† l'appel de ce temps, la sortie concernant - concernant - concernant ceci, je... √†... je suis n√© des - des parents tr√®s pauvres, d'une famille tr√®s pauvre. Je n'ai pas d'instruction du tout, et je ne suis pas... Quand j'ai fait cette remarque sur l'instruction il y a quelques instants, je n'essayais pas de d√©fendre mon ignorance. Mais ce que j'essaie de dire, c'est qu'on n'a pas besoin d'instruction pour conna√ģtre Dieu; il faut un cŇďur soumis pour conna√ģtre Dieu.
Et j'ai √©t√© √©lev√© dans la pauvret√©. J'ai √©t√© √©lev√© dans une famille irr√©ligieuse. Mais au moment m√™me o√Ļ je suis n√©, quelque chose s'est produit, pas √† cause de ma bont√© ni de la bont√© de mes parents, mais par la prescience de Dieu. Voyez?
C'est Lui qui a accompli cela. Je ne sais pas pourquoi. Je crois que c'est pour montrer qu'Il peut choisir ce qui Lui pla√ģt, que cela sorte de la Cit√© de Vatican, ou - ou qu'Il tire cela d'un tas d'ordures pour l'accomplir, voyez, peu importe d'o√Ļ cela vient.

32 Puis, tout au long de ma vie... Beaucoup d'entre vous en connaissent l'histoire. Vous l'avez lue, comment Cela est apparu sous diff√©rentes formes. Quand j'√©tais un petit gar√ßon de douze ans environ, Cela fit Sa premi√®re... A l'√Ęge de sept ans environ, Cela apparut visiblement pour la premi√®re fois comme un vent dans un buisson. Et puis plus tard, ne connaissant rien de la religion... Tout ce que je savais, c'est que quelqu'un m'avait dit qu'il existait un Dieu; et voil√† tout ce que je savais √† ce propos jusqu'√† ce que je sois devenu un homme. Et puis, apr√®s ma conversion, et apr√®s que je fus devenu membre de l'√©glise baptiste...
Et un jour, le sept mai, lorsque je rentrais... Et j'étais un - un garde-chasse dans l'Indiana.
A propos, aujourd'hui, j'ai crois√© un homme dans la rue, peut-√™tre qu'il est ici dans l'auditoire en ce moment, un certain monsieur Price, venant de Cordon, dans l'Indiana. Je restais chez lui quand je patrouillais l√†-bas. Et il est probablement dans le b√Ętiment maintenant. Je pouvais √† peine croire que je le rencontrerais dans la rue √† Houston. Mais lui et sa femme sont ici. Ils partent en vacances en Floride, et ils sont pass√©s par ici pour la r√©union.

33 Et tout le temps, quelque chose attirait mon cŇďur. Mais ce jour-l√†, Cela S'√©tait visiblement manifest√©. C'√©tait un Homme d'environ 1,82 m, pesant pr√®s de 100 kilos. Quand Cela √©tait descendu, Cela venait... Quelques ann√©es avant, c'√©tait descendu sous la forme d'une Lumi√®re suspendue au-dessus de l'endroit o√Ļ je me tenais. Cela est descendu maintes fois sous la forme d'une Etoile, l√† o√Ļ des milliers de gens se tenaient et regardaient cela. C'est apparu visiblement juste dans des auditoriums et tout. Et bien des choses se sont produites.
Cette fois-ci, quand Il est venu, Il était un Homme. Et Il... Je - j'étais effrayé. Il S'est avancé vers moi, Il a dit : "Ne crains point, Je suis envoyé de la Présence de Dieu, a-t-Il dit, pour te dire que ta naissance particulière ainsi que - ainsi que ta vie particulière, c'est pour montrer que tu apportes un don de guérison divine aux hommes du monde." Ensuite, Il a dit... Et - et Il a dit : "Si tu les amènes à te croire, et si tu es sincère lorsque tu pries, rien ne résistera à tes prières."
Eh bien, j'ai dit : "Je n'ai pas d'instruction, Monsieur."
Il a dit : "Je serai avec toi." Et Il a dit : "Pour que tu en sois s√Ľr, il arrivera que de ta main gauche, tu saisiras la main droite des gens et a-t-il dit, tu sentiras les effets de cela (bon, j'appelle cela des vibrations) sur ta main. Tu te familiariseras avec cela. Et tu r√©v√©leras aux gens toutes leurs maladies et ce qu'ils ont dans leurs corps. Et ensuite, si tu es..."

34 Maintenant, l'autrefois, quand j'√©tais au Texas, cela op√©rait. Est-ce vrai? Tous ceux d'entre vous qui ont d√©j√† assist√© √† mes r√©unions, levez la main si cela op√©rait? Et si ceci... Maintenant, levez la main, vous tous qui avez assist√© √† mes r√©unions et qui savez que cela op√©rait; ce n'√©tait pas parfait, car je - je t√Ętonnais sur les maladies. Voyez? Parce que je ne reconnaissais pas la sensation que √ßa donnait. Je pouvais √©prouver une sensation √©trange; des fois pour les maladies f√©minines et le cancer, je ne parvenais pas √† distinguer cela, √ßa se ressemble tellement, c'√©tait - je ressentais vraiment cela de la m√™me fa√ßon. Voyez? C'√©taient les effets visibles sur ma main, et tout.

35 Et je vous en avais parl√©... Maintenant, rappelez-vous, je vous en avais parl√©. J'ai dit : "Il m'a dit : Si tu es sinc√®re , voyez, alors il arrivera que tu diras aux gens m√™me les secrets de leurs cŇďurs ainsi que les mauvaises choses qu'ils ont faites dans leurs vies, et ainsi de suite; si tu es sinc√®re avec ce que Je te donne." Ai-je d√©j√† dit? Combien se rappellent m'avoir entendu dire cela?
Eh bien, √ßa s'est accompli. Ce fut chose faite √† Calgary - ou plut√īt √† Regina, dans le Saskatchewan, ces derniers... il y a environ trois mois. Et je me tenais √† l'estrade et parlais de la m√™me mani√®re √† l'auditoire, et nous avions une merveilleuse r√©union. Je pense qu'il y avait quelques - pr√®s de dix mille personnes √©taient rassembl√©es-l√† , ce soir-l√†, dans ce pavillon, ou plut√īt au Queen Gardens, l√† o√Ļ se fait le rod√©o. Et j'√©tais - j'√©tais en train de parler, j'ai dit : "Maintenant, le Seigneur m'a dit que si je suis sinc√®re, un jour (je disais cela √† chaque r√©union), il arrivera que les secrets des cŇďurs des gens seront r√©v√©l√©s.

36 Je vous donne juste ceci avant qu'on termine. Et je me suis retourné pour boire sur l'estrade. Et on était en train de former la ligne de prière. Et lorsque je me suis retourné pour boire, le Révérend Monsieur Baxter, mon manager canadien... Je prenais un verre d'eau quand il prit son mouchoir et essuya tout simplement la sueur sur mon front. Il dit : "Que Dieu vous bénisse, Frère Branham."
Je dis : "Merci, Frère Baxter."
Puis, je me suis retourn√©, il allait √ßa et l√†; et une dame se tenait l√† √† c√īt√© du microphone, ou plut√īt on l'avait fait monter √† partir de la ligne de pri√®re. Et je me suis approch√© comme cela. Comme je regardais la dame, je dis : "Bonjour!"
Elle répondit : "Bonjour!"
Quelque chose se produisit. Je - je sus que quelque chose s'était produit quelque part. Je n'avais jamais senti cela de cette façon-là auparavant. C'était cette onction. Ça se manifeste différemment du Saint-Esprit. C'est une sensation vraiment sacrée.

37 Et je regardai cette dame, et elle se tenait là, une - l'air naturel. Et je la vis devenir très petite fille, et commencer à redevenir jeune.
Maintenant, vous allez en entendre parler ici m√™me. Et je vis une toute petite fille se tenir l√†, √† une √©poque tr√®s recul√©e, o√Ļ elle √©tait redevenue une toute petite fille d'environ douze ans. Et je la vis se tenir √† c√īt√© d'un pupitre.
Je dis : "Quelque chose est arriv√©, mes amis. Je vois une fillette." Cette dame avait disparu de ma vue. Je dis : "Je vois une petite da - une petite fille. Elle est assise dans la salle, elle - une salle de classe. Elle donne des coups avec son crayon. Non, c'est un stylo. Oh! dis-je, "je - je le vois voler et la toucher √† l'Ňďil."
Et la dame se mit √† crier. Cela quitta. Elle a dit : "Fr√®re Branham, c'√©tait moi. Je suis aveugle de l'Ňďil droit." Elle a dit : "Le stylo..."
Je dis : "Eh bien, je n'ai jamais rien connu de pareil."
Je dis : "Eh bien, disons..."

38 Et la voilà redevenir jeune. Je vis une jeune fille d'environ seize ans, et elle courait vraiment tout aussi vite qu'elle le pouvait. Et elle avait un long ruban attaché aux cheveux à deux nattes qui lui pendaient dans le dos. Elle était vêtue d'une robe à carreaux, et elle courait très vite. Et je regardai et un gros chien blond la poursuivait.
Je dis : "Je vois une jeune fille vêtue d'une robe à carreaux..." Je me mis à décrire exactement ce que je voyais, regardant devant moi. Je dis: "Elle monte sur la véranda. Je vois une dame la faire entrer et chasser le..."
Elle se mit √† crier. Elle dit : "C'√©tait moi, alors que j'allais √† l'√©cole." Elle dit : "Je n'y avais jamais pens√© auparavant." Je dis : "Quelque chose est arriv√© ici, mes amis; je ne sais pas ce qu'il y a." Je poursuivais, je dis : "Donnez-moi la main, sŇďur." Je la pris par la main et commen√ßai √†... Je dis: "Eh bien, je - je n'en ressens aucune vibration."

39 Et je baissai les yeux vers sa main, puis je levai de nouveau les yeux, et je vis une dame sortir d'une maison blanche - ou plut√īt d'une grange, d'une grange rouge√Ętre, elle se dirigeait vers une maison blanche. Elle avait un - un tablier et tenait quelque chose comme ceci. Et elle marchait lentement. Et je la vis venir.
Je dis : "Je vois venir une dame." Je dis : "SŇďur, c'est vous." C'√©tait alors le moment pr√©sent. Je pus la reconna√ģtre comme √©tant la m√™me femme. Et je dis : "Bien je vois la dame. Vous - vous avez commenc√© √† gravir les marches." Et je dis : "Il y a √† votre droite un parterre de fleurs, et les marches montent comme ceci." Je dis : "Il y a quelque chose qui ne marcha pas dans votre dos. Je vois que vous ne pouvez pas monter les marches." Et je dis : "Vous vous penchez sur le c√īt√©, et vous pleurez." Et je l'entendis dire : "Si jamais je peux arriver √† la r√©union de fr√®re Branham, √ßa sera fini."
Alors, quand j'ai dit cela, quelqu'un a retenu la femme, et elle s'√©vanouissait. Ensuite, quand elle revint √† elle, son Ňďil aveugle √©tait normal. Son dos, elle pouvait tout simplement le bouger de n'importe quelle... Son arthrite √©tait gu√©rie. Elle pouvait bien bouger le dos dans tous les sens, et il √©tait aussi parfaitement normal comme cela.
Et je dis : "Bien, quelque chose est arrivé."

40 Et alors, Fr√®re Baxter a pris le microphone et a dit : "Fr√®re Branham, Il s'agit bien de ce dont vous avez dit, il y a un instant, que √ßa arriverait." Et partout dans le b√Ętiment, tout le monde se mit √† crier.
Et j'entendis un bruit de béquilles. Et je regardai, et voici venir un jeune homme. Il dit : "Frère Branham", essayant de clopiner sur ses béquilles, il dit : "Dites-moi ce que je dois faire."
Et je répondis : "Bien, cher frère..." Je dis : "Je..." Et les huissiers vinrent et le retirèrent de l'estrade, car il venait sans carte de prière. Et je dis: "Un instant."
Il dit : "Bien, Frère..."
Je dis : "Retourne chercher une carte de prière, fiston."
Et juste comme il... Il dit : "Bien, dites-moi ce que je dois faire. La seule chose que je..." Il était juste en train de pleurer, vous savez. Et il dit : "C'est tout ce que je veux que vous me disiez, juste quoi faire."
Je dis : "Bien, je ne sais quoi te dire." Je dis : "Un instant, huissiers, ne le prenez pas." Je dis : "Tu as quitt√© Regina Beach ce matin." Je le vis debout √† c√īt√© d'un - un v√©hi... Je dis : "Tu as pris un bus.." J'ai vu qu'il √©tait √©crit sur la porte 'Regina Beach'. Je dis : "Je vois un homme et une femme refuser que tu partes. C'est ton p√®re et ta m√®re."
Il dit : "C'est vrai."
Et je dis : "Et je vois un autre homme te prêter de l'argent, cet homme c'est... ressemble à ton père."
Il dit : "C'était mon oncle."
Et je dis : "Je te vois... Tu es... Maintenant, je te vois dans une chambre, et elle a une fen√™tre en saillie. Et tu regardes dehors sur le c√īt√©."
Il dit : "Ça, c'est ma tante qui est assise juste là. Je vis comme cela dans son appartement."
Il dit : "Que dois-je faire, Frère Branham?"
Je dis : "Crois-tu de tout ton cŇďur?"
Il r√©pondit : "De tout mon cŇďur."
Je dis : "Tiens-toi debout, Jésus-Christ t'a guéri."
Et ses b√©quilles tomb√®rent, et ses deux jambes se redress√®rent, et il marcha dans le b√Ętiment, glorifiant tout simplement Dieu.

41 Et depuis ce temps, cela commença à se manifester continuellement, et cela n'a jamais cessé. C'est exact, c'est vrai, mes amis. Il arrivera que s'ils n'écoutent pas le premier, ils écouteront le second.
Puis, quelques soirées après cela, j'étais à Windsor, dans l'Ontario. Il y avait quatorze mille personnes à cette réunion là.
Il y avait dans la réunion un homme qui pensait que ce n'était qu'un tas de supercheries. Il alla se procurer une carte de prière dans l'une des lignes, prétendant qu'il était malade et dans le besoin. Et il se mit à écrire sur la carte de prière, qu'il avait toutes sortes de maladies et tout, comme cela. Et il vint là et la donna dans le - à l'homme, au chargé de la ligne de prière. Je ne regarde jamais les cartes. Ils prennent les cartes là-bas. Il se disait : "Je vais simplement voir ce qu'il en est."
Alors, après qu'il fut entré et eut écrit cela sur une carte de prière, il s'approcha. Je dis : "Bonsoir, monsieur."
Il répondit : "Bonsoir."
Et je pris sa main. Il n'y avait aucune vibration. Je le regardai; je le vis en compagnie de deux hommes dans une pièce autour d'une table, montant quelque chose au sujet de...
Je dis : "Pourquoi avez-vous résolu d'essayer de tromper quelqu'un?" Je dis : "Dieu est capable de vous frapper de mort à l'instant même."

42 Et il tomba sur le plancher et se mit à crier de toute sa voix. Il dit : "Dieu, aie pitié de moi."
Je dis : "Pourquoi avez-vous fait cela, mon ami."
Il dit : "Frère Branham, je - je pensais que c'était tout simplement de la supercherie. Franchement je - je - je... Y a-t-il de la miséricorde pour moi?" Voilà!

43 Il y a quelques soirs, j'ai vu une femme ici... Lorsque les gens viennent sur l'estrade avec ces choses vilaines, vulgaires qu'ils ont faites dans leur vie... Maintenant, souvenez-vous, mes amis, ces choses sont r√©v√©l√©es publiquement ici m√™me devant cet auditoire; ce que vous avez fait dans votre vie est r√©v√©l√© ici m√™me. Ainsi, s'il y a quelque chose sur votre cŇďur que vous ne voulez pas qu'on sache, restez en dehors de la ligne de pri√®re, si vous ne voulez pas que cela soit connu. A moins que vous ne veniez avec une foi parfaite ou ne demandiez - demandiez √† Dieu de vous pardonner et de mettre cela sous le Sang, dans la mer de l'oubli ou que sais-je encore, parce que je ne serai pas responsable de ce qui est dit... de ce qui est d√©voil√©. En effet, si cela est dans votre vie, √ßa sera d√©voil√©.

44 Maintenant, souvenez-vous tout simplement de cela parce que Dieu l'a promis. Cela n'a pas encore failli et cela ne faillira pas ici à Houston. C'est vrai. Dieu est toujours là et Il répondra. Maintenant, qu'est-ce?
Vous direz : "Frère Branham, qu'est-ce que cela veut dire?"
Et autrefois, j'avais un peu peur de faire des d√©clarations. Mais voici ce qu'il en est, mes amis. Et je peux vous le dire. Ces choses, les maladies sont r√©v√©l√©es. C'est parfait. Les secrets de leurs cŇďurs S'ils ne peuvent croire le premier, si je ne peux les amener √† croire au premier, alors ils croiront au second. Cela va juste dans le pass√© et commence √† creuser dans leur vie et √† leur r√©v√©ler cela.

45 Eh bien, qu'est-ce que cela doit faire? Maintenant, pr√™tez-moi toute votre attention pour quelques instants. Mon ami, ceci ne gu√©rit personne. Ceci √©l√®ve simplement la foi de la personne. Et quand cette personne est ici, elle pourrait venir me dire qu'elle a la foi et je la croirais sur parole. Mais quand on est sous l'onction, comme c'est le cas maintenant m√™me, vous ne pouvez pas venir tromper cela; l√†, je sais si oui ou non vous avez la foi. Elle peut penser avoir la foi. Une chose est que les gens pensent avoir la foi alors qu'ils n'en ont pas. N'est-ce pas vrai? Mais lorsqu'ils sont l√† derri√®re en bas, et ils disent qu'ils ont la foi, cela n'atteint pas ce niveau-ci. C'est comme r√©gler la corde d'un instrument. Lorsqu'elle monte et qu'elle s'accorde avec ce qui est ici, alors la chose est pr√™te. N'importe quel d√©mon qui a li√© cette personne est oblig√© de la l√Ęcher lorsque ce genre de foi se manifeste. Et vous n'avez pas besoin d'√™tre ici, cela agira juste l√†, peu importe o√Ļ vous √™tes.

46 Maintenant, la seule chose que vous avez à faire, c'est stimuler la foi des gens afin qu'ils puissent voir la volonté de Dieu de guérir les gens. Maintenant, pour ce qui est de la guérison, c'est votre foi en Dieu. Votre pasteur peut vous oindre d'huile dans votre propre église. Et vous, ayez foi en Dieu, et cela produira les mêmes effets. C'est vrai. C'est Dieu, le Guérisseur. Aucun homme n'est guérisseur, c'est Dieu, le Guérisseur. Ces dons servent seulement à montrer l'attitude de Dieu envers les gens, pour vous amener, vous les gens, à croire en Dieu, car si vous n'avez pas assez de foi pour croire pour votre corps malade, comment aurez-vous assez de foi pour l'enlèvement? Voyez? Les gens ont...

47 Jésus avait posé cette question : "Quand Je retournerai sur terre, trouverai-Je la foi?" Il doit y avoir une grande Eglise pleine de foi. Et Dieu a envoyé ces choses sur la terre pour stimuler la foi, pour manifester la foi, pour prouver ce qu'est la foi. Comprenez-vous ce que je veux dire? Et ces choses... C'est comme ça que ça peut opérer.
Maintenant... [Espace vide sur la bande -N.D.E.]... extr√™mement enthousiasm√©s lorsqu'ils vous donnent leurs cartes de pri√®re. Et vous savez, la premi√®re soir√©e ici, vous √™tes vraiment content, n'est-ce pas? Comment pouvais-je le savoir? Ce - c'est juste, sŇďur. C'est...?... arrive...?... en arrivant jusqu'√† ce moment...?... Maintenant, mais cependant, √©tant ma voisine, vous savez que ces choses sont la v√©rit√© sacr√©e. Est-ce vrai? C'est vrai. Maintenant, si - si vous faites ceci, si maintenant vous croyez solennellement que...?... Et vous savez bien que je vous dis la v√©rit√©. Tr√®s bien. Maintenant, si vous croyez que ce que je vous dis est la v√©rit√©, et que vous agissiez en cons√©quence, cela va vous quitter et ne reviendra plus jamais. Croyez-vous cela? J'aimerais que vous soyez la personne la plus heureuse au Texas pendant que vous √™tes ici. Ainsi, lorsque vous arriverez dans l'Indiana, soyez la deuxi√®me l√†-bas car je retourne l√† et - et je serai avec vous. Ainsi, allez...?... demandez-Lui. Oui, madame [Espace vie sur la bande -N.D.E..]

48 Maintenant, pour ce m√™me cas, les Fr√®res Mayo m'avaient dit autrefois qu'il n'y avait pas la moindre chance pour moi de me r√©tablir. Vous voyez o√Ļ je... Oh! la la!... [Espace vide sur la bande - N.D.E..] Gr√Ęce √©tonnante, oh, quel doux son! Maintenant, juste en parlant maintenant m√™me, Cela commence √† diminuer apr√®s...?... Voyez, Cela se trouve juste ici, debout juste... Tenez-vous l√† juste quelques - juste quelques instants, et vous serez gu√©rie de toutes les fa√ßons. Voyez? C'est votre foi qui produit la gu√©rison. Cela vient. Voyez? Maintenant, vous voulez √™tre heureuse, allez en chantant. Demain - Oh! la la! - soyez simplement - simplement heureuse comme les autres. Maintenant, vous allez sentir la diff√©rence et vous allez le reconna√ģtre ici m√™me. Et si vous sentez cela ici dans la pr√©sence du don, vous pouvez √©galement le sentir l√† aussi parce qu'Il est le Donateur. N'est-ce pas vrai? Amen.

49 Maintenant, vous les gens qui m'entendez, je parlais √† cette dame parce qu'elle est ma voisine l√†-bas et tout. Et dans mon cŇďur, je demandais au Seigneur de me montrer quelque chose √† son sujet et cela venait d'avoir lieu. Et je l'ai vue quand elle a re√ßu - quand le fr√®re lui a donn√© une carte de pri√®re, vraiment elle... Oh! la la! elle a fait comme ceci, et j'ai alors compris, et je lui ai dit cela. Et elle se tenait l√† dans la pi√®ce, il y a un moment, elle a regard√© de c√īt√© et elle s'est sentie vraiment √©puis√©e. Ensuite elle a ferm√© les yeux parce que les lumi√®res lui semblaient sombres. C'est exactement ce que je lui ai dit. Est - est-ce la v√©rit√©, sŇďur? Voyez, cela a √©difi√© sa foi, comme ce qui avait √©t√© fait ici il y a quelques semaines, l√† pr√®s de la maison. Eh bien, les gens pourraient penser : "Bien, quelqu'un lui a dit cela." Voyez? Mais c'est simplement pour qu'ils le sachent juste ici. Vous comprenez, n'est-ce pas, mes amis? Maintenant, le Seigneur, n'est-Il pas merveilleux?

50 Maintenant, mes amis, ce - cela ne demande pas d'excitation; cela demande une foi bien √©tablie. Dieu n'agit pas sous l'excitation ou les cris, ou - ou en frappant du pied, ou en courant. Vous ne pouvez pas donner au diable un coup de pied pour le faire sortir. Vous devez savoir exactement o√Ļ vous vous tenez pour lui ordonner de sortir. N'est-ce pas vrai? La puissance de Dieu, voyez, c'est ce qu'il en est.

51 Les proph√®tes de Baal se sont fait des incisions, ont saut√© par-dessus les autels et ont cri√© "√Ē! Baal! √ī! Baal!" Et Elie a dit : "Eternel, Dieu d'Abraham, d'Isaac et d'Isra√ęl, que l'on sache aujourd'hui que je suis Ton serviteur." Et le feu commen√ßa √† tomber. N'est-ce pas vrai? C'est l'autorit√© de la connaissance, non pas de la supposition, mais de la connaissance. Maintenant, je vous prie d'√™tre vraiment respectueux et d'observer. Peut-√™tre que cela ne semble pas avoir beaucoup d'importance pour vous. Mais, mes amis, pour ces gens qui sont gu√©ris, pour eux, cela est merveilleux. C'est vrai. Et maintenant, soyez vraiment respectueux pendant que je prie, car cette pauvre femme a fait tout ce trajet jusqu'ici, plus de mille miles jusqu'ici pour cette gu√©rison.

52 Maintenant soyez respectueuse, SŇďur Roberson. Est-ce juste, Roberson. Et maintenant, imm√©diatement, vous serez lib√©r√©e de tous vos ennuis maintenant m√™me. Demain vous vous sentirez merveilleusement bien. Et ce soir, ce sera un jour nouveau pour vous. Vous serez toute souriante et riante quand vous rentrerez chez vous. Je vois cela √† l'avance. Et vous vous sentirez bien. Et alors s'il... Je veux que vous restiez ainsi le reste de... [Espace vide sur la bande -N.D.E..]... Il essaie toujours de tenter, mais Tu es ici, plus puissant que lui. Et je sais ce soir qu'en se tenant ici m√™me, l'Esprit du Seigneur qui se tient ici a d√©j√† commenc√© √† se mouvoir sur cette femme, parce qu'elle a la foi. Mais elle voulait m'entendre Te le demander et alors, elle aurait ensuite la foi. Concernant sa gu√©rison, je sais qu'elle est d√©j√† gu√©rie. Mais elle veut que j'entende cela... Elle veut m'entendre Te Le demander, P√®re, et je Te remercie pour la foi de cette voisine. Et Dieu, je prie qu'elle soit toujours en bonne sant√©. Et puisse la puissance de l'ennemi ne plus jamais la tourmenter. Puisse-t-elle √™tre heureuse, elle et son mari. Puissent-ils vivre une longue et heureuse vie, Te rendant beaucoup de services. Accorde-le, Seigneur. Et maintenant, je r√©primande Satan afin qu'il s'√©loigne de cette dame, au Nom de J√©sus-Christ, le Fils de Dieu. Amen.

53 Que Dieu vous bénisse, Soeur Roberson. Vous pouvez lever la tête, auditoire. Vous vous sentez différemment maintenant, vous vous sentez très bien. Maintenant, vous vous sentirez ainsi continuellement. Maintenant, si vous vous sentez ainsi ici, vous vous sentirez ainsi dehors, vous vous sentirez ainsi à votre retour à Jeffersonville. Amen. Amen. Disons: "Gloire à Dieu". Que Dieu vous bénisse, Soeur Roberson. Amen. Que Dieu vous bénisse. Offrons à Dieu des louanges, dites "amen". [L'Assemblée dit : "Amen". - N.D.E.] Très bien. Amenez ici...

EN HAUT