ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication FAITES DANS CETTE VALLEE DES FOSSES / 52-0719 / Hammond, Indiana, USA // SHP 55 minutes PDF

FAITES DANS CETTE VALLEE DES FOSSES

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 ...arriva, comme le joueur de harpe jouait, la main de l'Eternel fut sur Elis√©e. Que Dieu ajoute Ses b√©n√©dictions √† Sa Parole. Je sais qu'il fait chaud, il fait chaud ici. Et maintenant, restez simplement debout autant que vous le voulez, soyez √† l'aise au possible, pendant que je parle juste quelques instants. J'aurai les yeux fix√©s sur ma montre. Je dirais dans au moins dix, cinq, dix-dix minutes, nous commencerons la ligne de pri√®re, nous commencerons √† prier pour les malades. √áa sera √† 21 heures pile ; peut-√™tre qu'on aura termin√© √† 21 h 30 ou √† moins, 45 minutes. Bon, c'√©tait une √©poque o√Ļ Isra√ęl avait r√©trograd√©. Ils s'√©taient √©loign√©s de Dieu. Et alors, Jo-Juda avait un roi. Or, Isra√ęl avait pour roi le fils d'Achab, c'est lui qui avait succ√©d√© √† son p√®re, qui √©tait-qui s'√©tait mari√© en dehors de la communaut√© juive, il avait mari√©... C'est juste comme aujourd'hui quand un jeune gar√ßon chr√©tien √©pouse une jeune fille p√©cheresse, ou une jeune fille p√©cheresse √©pouse un jeune gar√ßon chr√©tien, cela-cela commence quelque chose l√† m√™me. Voyez-vous ? Ne vous mariez pas avec quelqu'un qui n'est pas sous le m√™me joug que vous comme croyants (Le savez-vous ?) pour √©viter des ennuis. Voyez-vous ? Eh bien, au commencement quand Dieu cr√©a l'homme et la femme, Il cr√©a alors leurs-leurs esprits. Il y a quelqu'un pour vous. Attendez simplement. Voyez-vous ? Tr√®s bien. Bon...
E-2 Mais l√†, le roi Achab √©tait all√© √©pouser cette petite reine, ou plut√īt cette petite princesse, et elle √©tait une idol√Ętre. Il s'√©tait mari√© hors de - hors de l'alliance. Et alors, il a caus√© du trouble en Isra√ęl. Et elle a fait des ravages. Mon vieux, elle √©tait une soupe au lait, oh la la, si jamais il en a exist√© une. C'√©tait peut-√™tre une belle jeune fille, une belle femme, √† ce que je sache. Dites donc, je n'ai pas l'intention que certaines femmes enl√®vent cela maintenant, ou quelque chose comme cela, mais j'aimerais vous poser une question. Eh bien, ce que vous faites, c'est entre notre Seigneur et vous. Est-ce vrai ? √áa vous regarde. Mais je pense... Aviez-vous d√©j√† remarqu√© ce qui est arriv√© √† la premi√®re femme qui ait jamais utilis√© le maquillage ? C'√©tait J√©zabel. Et savez-vous ce que Dieu lui a fait ? Il l'a donn√©e en p√Ęture aux chiens. Vous voyez donc, c'est de la viande pour chien. Ainsi...Tr√®s bien. Ainsi, juste...
E-3 Eh bien, elle s'est la t√™te, elle s'est maquill√©e pour aller √† la rencontre de J√©hu. Mais on l'a pr√©cipit√©e par la fen√™tre pour accomplir la proph√©tie d'Elie, et Dieu l'a donn√©e en p√Ęture aux chiens ; il ne restait que les paumes, une partie du cr√Ęne et autres. Il a dit : " Ensevelissez-la quand m√™me." Eh bien apr√®s, son fils, Joram, a succ√©d√© √† Achab, puis il y a eu guerre ; et alors, ils ont conclu une - une alliance entre eux. Et ils ont fait venir le roi de Juda, qui s'appelait Josaphat, c'√©tait un homme juste, un merveilleux homme de Dieu. Et alors, quand ils se sont rassembl√©s et qu'ils ont conclu une alliance... Eh bien, voil√† encore un croyant s'attache √† - se met sous le m√™me joug avec un incroyant. Que je laisse tomber cela. Et, s'il vous pla√ģt, je ne veux pas avoir - laisser tomber ma parole - ma...
E-4 Tenez, il n' y a pas longtemps...Eh bien, je ne suis ni politicien ni un fauteur de troubles, je suis un ministre de l'Evangile. Mais il n' y a pas longtemps, tout ce qu'on voyait, c'√©tait la Russie communiste, la Russie communiste, nous en parlions, jusqu'au moment o√Ļ les Allemands sont entr√©s en sc√®ne et la Second Guerre mondiale a √©clat√©, et alors ces gens qui ne croyaient pas en Dieu, les communistes, les impies, nous nous sommes directement mis sous le m√™me joug avec eux. Au lieu de la croix...Nous-nous avons rejet√© la croix, et aujourd'hui nous avons √©t√© trahis. Voyez-vous ? C'est vrai. C'est ce que nous avons connu. Vous savez, si les r√©unions tra√ģnaient, j'aurais voulu parler un peu de ces choses, juste dans ce sens. Mais, de toute fa√ßon, nous y sommes, nous nous sommes mis sous le joug. " Deux hommes marchent-ils ensemble sans en √™tre convenus ? " Vous y √™tes. Comment est-ce possible ? C'est impossible. Le jour de la Pentec√īte, qu'est ce qui a fait venir le Saint-Esprit ? C'est le fait qu'ils √©taient d'un commun accord, voil√† ce qui a fait venir le Saint-Esprit. Et aujourd'hui, ils √©taient-c'est ainsi qu'il nous faut √™tre aujourd'hui et alors, le Saint-Esprit pourra venir sur nous.
E-5 Eh bien alors, ces rois avaient conclu une-une alliance entre eux et ils étaient allés combattre les Assyriens. Et en route, ils sont vite allés (Voyez ?) sans avoir consulté l'Eternel. C'est ce qui arrive quand on fréquente les incroyants. Après que vous aurez réclamé votre guérison ici, vous sortez, et quelqu'un dira : " Ah, c'est du non sens ; il n' y a rien là. Ne croyez pas ça ; c'est de la psychologie ; vous êtes mentalement excité. " Faites attention. Il y a là même la ligne la plus dangereuse que l'on ait jamais atteinte. Séparez-vous de cette personne-là sur-le-champ; n'ayez rien d'autre à faire avec elle, pas du tout ; rien sinon : " Salut. " S'il veut être conduit par le Seigneur, faites autant. Mais gardez-vous de l'incrédulité. Voyez-vous ? Vous ne pouvez pas faire cela, car chaque personne... Entrez dans une église...Je voulais juste lancer un défi aux prédicateurs là-dessus. Entrez dans une église et observez comment un prédicateur se comporte, c'est ainsi que son assemblée se comportera. C'est tout à fait vrai. Voyez-vous ? Observez simplement cela. Entrez dans une église et suivez simplement l'enseignement d'un pasteur et ce qu'il fait...C'est cet esprit-là, un esprit de la même famille. Restons donc entre croyants. Gardons donc notre position. N'allez pas sur le terrain du diable.
E-6 Vous vous rappelez... Combien se souviennent de vieilles glissières de toboggan ? Voyez-vous ? On glissait sans cesse - on déposait le toboggan là et on glissait là pour voir à quel point on pouvait s'en approcher. Tout d'un coup, on était parti. Il n'est pas question de voir à quel point vous pouvez vous approcher du péché sans pécher ; il est question de voir à quel point vous pouvez vous en tenir éloigné. Une fois, un vieux Ecossais disait, quand il y avait une colline à gravir là, il... Il y avait là des cochers qui disaient : "Moi, je peux gravir cette colline à bord de ce carrosse à six chevaux et rouler à 15 centimètres de la bordure de la montagne et contourner cela au galop. Je suis un camionneur. " L'Ecossais s'est gratté la tête, puis il a dit : " Je... " Un autre a dit : " Moi, je peux la gravir en roulant à dix centimètres du bord, et faire un contour avec mon attelage sans tomber. " Il a dit : " Laissez-moi vous prendre. " Il...Il a demandé au troisième homme : " Et vous ? ". Celui-ci a dit : " Monsieur, a-t-il dit, moi je soutiens être un bon camionneur, mais je me tiens aussi loin que possible. " L'Ecossais a dit : " C'est vous qui allez me transporter. " Voyez ? Il n'est pas question de voir à quel point vous pouvez vous en approcher et combien vous pouvez vous amuser là. Il est question de savoir à quel point vous pouvez vous en tenir éloigné. Voilà la chose suivante : se tenir loin de cela. Et ne vous attachez pas à un incroyant.
E-7 Bon, quand cette r√©union sera termin√©e, vous irez quelque part, et quelqu'un dira : "Eh bien, tenez. Je me suis repr√©sent√© cela. Voyez-vous ? Eh bien, √ßa, c'√©tait lire les pens√©es. C'√©tait telle et telle chose. " Et le diable vous d√©robera tout ce que Dieu vous aura donn√©. C'est la chose √† faire quand vous recevez cela dans votre cŇďur, continuer simplement d'avancer, en disant : " O Dieu, donne-moi davantage. Donne-moi davantage. " Et " Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice. " Voyez-vous ? Si vous avez m√™me faim de cela, vous √™tes b√©ni, rien que d'en avoir eu faim. Voyez-vous ? C'est une b√©n√©diction, parce que vous avez assez de Dieu en vous pour avoir faim de la justice.
E-8 Bon, bon, suivez attentivement. Puis, la chose suivante, vous savez, ils se sont aper√ßu qu'ils n'√©taient pas avanc√©s. Ils √©taient partis sans avoir consult√© Dieu, et ils ont eu des ennuis. On a toujours des ennuis si on se met √† faire quelque chose sans consulter Dieu. C'est vrai. Et ils ont dit - ils ont dit : " Eh bien, ils...Dieu nous a amen√©s ici pour mourir. " Il y avait un homme juste parmi eux, Josaphat, qui a alors demand√© : "N' y a-t-il pas un proph√®te de l'Eternel quelque part, que nous pouvons consulter ? " Et quelqu'un a dit : " Eh bien, je sais qu'il y a une petite hutte quelque part l√†, √† quelques kilom√®tres, a-t-il dit, appartenant √† Elis√©e. Le-il versait l'eau sur les mains d'Elie et le-le manteau est sur lui, et c'est un proph√®te. Peut-√™tre que nous pourrions aller le consulter. " Alors, il a dit : "Nous irons l√† le consulter. " Et quand il est arriv√© devant la cabane o√Ļ restait Elis√©e, eh bien, Elis√©e est sorti, et l√† se tenait Joram, fils de J√©zabel et d'Achab. Et il a dit... Ils commencent ce-disent : " L'Eternel nous a amen√©s ici, nous mourons de faim, et notre b√©tail n'a pas d'eau. " Elis√©e a dit : " Eh bien, pourquoi ne vas-tu pas chez le dieu de ta m√®re ? Pourquoi ne vas-tu pas chez les dieux de ton p√®re ? Pourquoi es- tu venu vers moi ? Voyez-vous ? Oh, il lui a parl√© sans froid aux yeux, le proph√®te. Il a demand√© : " Pourquoi n'es-tu pas parti vers eux ? " Et apr√®s qu'il s'√©tait mis dans tous ses √©tats , pour ainsi dire, il a ensuite dit : " Si je n'avais √©gard √† Josaphat, je ne te pr√™terais aucune attention (Voyez ?), ou je ne t'aurais m√™me pas regard√©." Eh bien, il a dit : " J'ai des √©gards pour ce chr√©tien renomm√© qui est ici. Voici un homme parmi vous. Et Achab... vous n'avez rien √† faire, √† vous attacher √† ces incroyants, mais √† cause de vous , je vais prier. Il a dit : " Amenez-moi un joueur de harpe. "
E-9 Vous savez, quelqu'un m'a dit il y a longtemps - il n' y a pas longtemps, il a dit : " Frère Branham, ce n'est pas correct d'avoir de la musique dans l'église. " J'ai demandé : " Vraiment? " J'ai demandé : " Pensez-vous que Dieu change de nature ? " " Non. " J'ai dit : "Alors, quand le prophète s'était mis dans tous ses états et qu'il avait dit : 'Amenez-moi un joueur de harpe,' et quand le joueur de harpe s'est mis à jouer, la main de l'Eternel fut sur le prophète. Et si-si la musique a fait descendre la puissance de Dieu en ce temps-là, elle fera descendre la puissance de Dieu aujourd'hui. " C'est tout à fait vrai. Dieu reste toujours le même Dieu. Voyez-vous ? Et le prophète... Eh bien, il se peut que vous ne soyez pas prophète, mais vous pouvez être joueur de harpe ou vous pouvez être une partie de cela de toute façon, pour faire descendre la puissance de Dieu. Et vous...et juste...
E-10 Ils se sont mis √† prier. Et Elis√©e est entr√© en Esprit et il a eu une vision. Eh bien, il a dit, quand il a eu la vision, il a dit : " Allez l√† au d√©sert, l√† m√™me o√Ļ vous √™tes, et mettez-vous √† creuser des fosses. Et le... creusez-les. Car AINSI DIT LE SEIGNEUR , vous n'entendrez pas de vent, ni de pluie, mais l'eau viendra du c√īt√© du d√©sert. " Pourquoi ? D'o√Ļ viendra cette eau ? De ce Rocher, de ce Rocher frapp√© qui √©tait au d√©sert. C'est vrai. C'√©tait quelque part l√† derri√®re. Peut-√™tre que c'√©tait couvert, mais il y avait l√† un Rocher frapp√©, que Mo√Įse frappa, lors de la travers√©e du d√©sert. Et ce Rocher frapp√© est toujours l√†, pour √™tre touch√© ce soir aussi : les Eaux de la vie.
E-11 Et remarquez maintenant, eh bien, ils sont all√©s sans √©vidence d'avoir de l'eau. La premi√®re chose qu'ils ont d√Ľ faire, c'√©tait appr√™ter une fosse pour que l'eau y entre. Comprenez-vous ce que je veux dire ? Mon temps est termin√©. Je vais devoir me d√©p√™cher, atteindre le but. Regardez. Plus profond√©ment ils creusaient, plus ils obtenaient de l'eau. Chaque fois qu'ils creusaient- peut-√™tre que vous enfoncez votre pelle et vous heurtez une vieille bo√ģte m√©tallique. Jetez cela. √áa, c'est le gars qui dit : " Les jours de miracles sont pass√©s. " Boutez-le simplement hors du chemin. Continuez √† creuser. Allez en profondeur, et puis, quand vous en heurtez une autre qui dit : " Eh bien, je vais vous dire quoi. Je crois que ces choses ne sont-ne sont qu'une excitation psychologique, une t√©l√©pathie mentale, ou quelque chose comme √ßa. " Boutez-le hors du chemin, continuez √† creuser. C'est vrai. Plus profond√©ment vous creuserez, plus vous obtiendrez de l'eau. Est-ce vrai ? Ainsi, maintenant m√™me, mettez simplement de c√īt√© les propos tels que : " Peut-√™tre que je serai gu√©ri demain soir. Peut-√™tre que je serai gu√©ri demain apr√®s-midi dans - dans - dans la r√©union. " Mettez simplement cette chose-l√† de c√īt√© et dites : " Je vais √™tre gu√©ri maintenant m√™me. C'est le moment. Je vais creuser une fosse ici de sorte que, quand le Saint-Esprit descendra, mon cŇďur En soit rempli, je vais sauter et me mettre √† courir. Je vais louer Dieu et je vais √™tre gu√©ri. C'est tout. Voyez-vous ? Plus profond√©ment vous creusez, plus vous obtiendrez de l'eau.
E-12 Et alors, ils n'avaient pas entendu de pluie. Ils n'avaient pas plut√īt vu de pluie. Il n' y avait pas de nuages, pas de vent, pas de tonnerres, pas d'√©clairs, mais il y avait de l'eau l√†. Oh la la ! Ne vous en faites pas. Appr√™tez une fosse. Dieu donnera de l'eau. Vous, √ītez du chemin toute incr√©dulit√©, et Dieu fera le reste. Si vous pensez que vous ne pouvez pas marcher, levez-vous, et voyez ; prenez J√©sus √† votre-au Mot. Si vous pensez que vous ne pouvez pas voir, agitez vos mains au-dessus de vos yeux et demandez √† Dieu de vous accorder la vue, et voyez ce qui se passe, et croyez cela. Si √ßa fait des mois que vous n'avez pas march√©, et que vous disiez : " Je suis trop faible pour marcher ", levez-vous et voyez ce qui se passe. Dites : "J√©sus-Christ, je viens √† Toi avec un cŇďur pur. " Appr√™tez cette fosse et observez ce qui se passe. Oui oui.
E-13 Puis, le lendemain matin, quand ils sont venus, quand les eaux ont commenc√© √† arriver, vers le moment de l'offrande du matin, l'eau arriva quand tout √©tait mis en ordre. Et les eaux commenc√®rent √† couler, arrive - arrivant du c√īt√© du d√©sert. Et la chose suivante, vous savez, l'ennemi vit cela, et il se pr√©cipita, et les autres se tenaient en embuscade. Ils ont envahi leurs territoires, les Isra√©liens, et ils ont bouch√© chaque puits que les autres avaient ; ils ont coup√© tous les arbres qu'ils avaient, ils ont ab√ģm√© tout le terrain. Et, fr√®re, si jamais il y a eu un temps ... Ecoutez-moi, comme je parle au Nom du Seigneur. Si jamais il y a eu un temps o√Ļ les chr√©tiens, ceux qu'on appelle les disciples de J√©sus, si jamais il y a eu un temps o√Ļ l'√©glise qui croit √† la justice et √† la puissance de Dieu, si jamais il y a eu un temps o√Ļ vous devez creuser une fosse, avoir une pierre de t√©moignage en main et ab√ģmer l'un de ces puits froids et formalistes qui sont par ici, c'est maintenant le temps de faire √ßa. C'est vrai. C'est vrai. Tr√®s bien. Continuons. C'est vrai. Dieu va r√©pandre une vision ici ce soir. Il va faire quelque chose pour vous si vous pouvez croire en Lui. Croyez-vous en Lui ? Tout est possible, crois seulement. Inclinons la t√™te.
E-14 P√®re c√©leste, l'heure est venue, il fait chaud dans cette salle, mais c'est le moment. L'heure est venue. Je me souviens d'une fois o√Ļ Toi, notre bien-aim√© Seigneur, Tu as lev√© les yeux et as dit : "P√®re, l'heure est venue. " L'heure est venue pour quoi ? O Dieu, l'heure est venue maintenant pour que les gens croient. L'heure est venue pour que l'√©glise tombe dans l'apostasie. L'heure est venue pour que la religion se r√©pande dans le monde sans apporter le salut ; l'apparence de la piti√©, reniant ce qui en fait la force. L'heure est venue. L'heure est venue pour que Ton Eglise se l√®ve. Cette heure doit venir, car Tu es... qu'Elle se rel√®ve de la poussi√®re de la terre, se secoue, revienne √† Elle-m√™me et se rende compte, c√īt√© position, qu'Elle est l'Eglise du Dieu vivant et qu'Elle a des droits sur chaque... Chaque b√©n√©diction de la r√©demption que Tu lui as promise, √ßa lui appartient ce soir. O Dieu, l'heure est venue. Maintenant, Seigneur, accorde-le. Et l'heure est venue maintenant, en ce moment-ci, pour prier pour les malades. Dieu Tout-Puissant, je Te prie d'envoyer Ton Ange ce soir, et puisse-t-Il parcourir cette salle et gu√©rir beaucoup de malades au point que demain des puits formalistes seront bouch√©s partout, il y aura des t√©moignages partout, les gens t√©moignant la gloire de Dieu. Et qu'on sache que l'Eglise de Dieu se l√®ve, qu'elle √©tend Ses ailes pour ce grand envol √† venir. O Dieu, que les hommes s'√©loignent de leur d√©sir et de leur esp√©rance ce soir, jusqu'√† ce qu'ils aient un parfait entendement du plan de Dieu et qu'ils soient gu√©ris ce soir. Accorde-le, P√®re. Exauce la pri√®re de Ton serviteur. Je prie au Nom de J√©sus-Christ. Amen.
E-15. Tr√®s bien, que Dieu vous b√©nisse. Maintenant, si l'organiste [Espace vide sur la bande-N.D.E.] ... ?...√©coutez-moi. J'aimerais dire une chose. J'ai une fillette. J'ai un gar√ßon ici qui est...Peut-√™tre que Dieu me donnera un autre, je ne sais pas . La m√®re de ce gar√ßon est morte. J'ai √©t√© pour lui √† la fois p√®re et m√®re. Et je l'aime. C'est mon unique fils. Et Dieu sait combien j'aime ce gar√ßon. Je prie que Dieu fasse de lui un homme selon le cŇďur de Dieu. C'est cela ma pri√®re. Il est encore adolescent, c'est la p√©riode la plus dangereuse de la vie. Je veux que vous tous vous priiez pour mon gar√ßon. Et c'est un bon gar√ßon ; et il a une petite sŇďur qui grandit, d'environ six ans. Cette jeune sŇďur, si Dieu me laisse vivre, la maman et moi, pour √©lever cette enfant dans l'amour de Dieu, Dieu va utiliser cette enfant. Cette petite cr√©ature √©tait assise au balcon l'autre soir, et il y avait une pauvre vieille m√®re qui √©tait couch√©e ici, mourant du cancer, elle √©tait couch√©e quelque part l√†-derri√®re, et je suis sorti, je me suis dirig√© vers la voiture. Je n'arrivais pas √† me ressaisir, et mon gar√ßon me demandait sans cesse : " Papa, peux-tu conduire ? " J'ai dit : " Je pense que oui, fiston. " J'ai continu√© √† avancer. Je me sentais tr√®s bien. J'√©tais un peu faible et je tremblais. J'ai d√©marr√© et j'ai entendu sa maman essayer de la calmer, et j'ai dit : " Qu'y a-t-il avec R√©becca ? " Et-et elle essayait de me dire quelque chose, mais moi, j'essayais de garder mon attention fix√©e sur la circulation et tout, tout en roulant lentement du c√īt√© droit. Peu apr√®s, elle est venue passer ses petits bras autour de moi, elle s'est mise √† pleurer. Elle est assise l√† au balcon. Et elle a dit : " Papa ", il n'y a pas longtemps qu'on lui avait arrach√© deux petites dents de devant, et il y avait un petit vide l√†, elle n'avait pas de dents. Elle pleurait, son petit cŇďur tremblait, elle a dit : " Quand tu as demand√© √† tous ceux qui voulaient qu'on prie pour eux ce soir de lever la main, a-t-elle dit, cette pauvre vieille petite m√®re √©tait couch√©e l√†-derri√®re. Elle n'arrivait pas √† te voir. Toi non plus, tu n'as pas pu la voir, papa, et elle a lev√© les mains, mais les gens √©taient debout et tu ne l'as pas vue, elle a cherch√© √† ce que tu voies sa main. " Elle a dit : " Papa, Quelque chose me disait que si tu priais pour elle, J√©sus la gu√©rirait. " Cela a frapp√© mon cŇďur.
E-16 J'ai continu√©. Je me rappelle qu'auparavant, elle m'avait indiqu√© l'endroit exact o√Ļ se trouvait un petit gar√ßon qui souffrait de la polio, qui marchait √† l'aide de petites b√©quilles, elle avait dit en fait que, si j'allais prier pour ce petit gar√ßon, Dieu le gu√©rirait. " C'√©tait ainsi. Et alors, moi, elle √©tait assise l√†, une esp√®ce de petite enfant tr√®s nerveuse. Et je pensais √† cela. J'ai dit : " Eh bien, ch√©rie, papa avait pri√© pour tout le monde. " Elle a dit : " Oui, mais, ch√©ri, la pauvre vieille femme, a-t-elle dit, n'arrivait pas √† se lever. " Et elle a dit : "Elle a essay√© d'agiter son mouchoir, mais tu ne la voyais pas, papa. " Et elle a vraiment pleur√© jusqu'√† dormir cette nuit-l√†, elle √©tait simplement couch√©e l√†, sanglotant et pleurant jusqu'√† ce qu'elle s'est endormie. Le soir suivant, elle √©tait assise au balcon. Et je-je ne savais pas de qui elle parlait, comme cette femme √©tait l√†-derri√®re. Et il y avait quelques personnes plac√©es l√† sur des civi√®res et des brancards. Et il s'est fait que ce soir-l√†, le Saint-Esprit est entr√© en action, s'est saisi de la femme en question. Il s'est fait qu'elle √©tait couch√©e devant, et le Saint-Esprit lui a parl√©, et lui a tout dit sur son √©tat, et l'a d√©clar√©e gu√©rie du cancer au Nom de J√©sus-Christ. Et c'est la lettre que vous avez entendu √™tre lue ici √† la chaire hier soir. Elle √©tait rentr√©e chez elle, et son m√©decin et tous les autres le savent, qu'elle est compl√®tement gu√©rie et bien portante. Je vous assure ! All√©luia ! Oh ! b√©ni soit Dieu ! Je ne sais pas ce qui m'arrive, mais je L'aime de tout mon cŇďur.
E-17 Tr√®s bien. Les cartes de pri√®re... Voyons. Commen√ßons ce soir, commen√ßons par prier pour les malades juste comme nous ...,...[Espace vide sur la bande-N.D.E.]...demandez √† tout le monde de se lever, ceux qui souffraient de la m√™me maladie pour qu'on prie pour eux √† la fois. C'√©tait...Je pense que le Seigneur a agi de fa√ßon merveilleuse l√†. Ne le pensez-vous pas ? C'√©tait merveilleux. Et maintenant, je... √áa y est l√† de nouveau. Il y a quelqu'un qui s'amuse par ici, qui est incr√©dule au possible. J'esp√®re voir qui vous √™tes √† un moment donn√©. J'ai senti votre esprit. Et si c'est le cas, je vais sans tarder vous d√©noncer. Prenez-en donc bonne note. Voyez-vous ? Cette chose est l√† chaque soir, depuis le d√©but de nos r√©unions. Et je-j'observe simplement pour voir qui est-ce. Je pense que c'est... C'est en dehors de cet auditoire. Et je pense que c'est dans le b√Ętiment, mais c'est en dehors de l'auditoire. Et je suis... Observez simplement. Et je prie que Dieu montre simplement qui vous √™tes. Je m'en suis abstenu bien des fois, mais je... Pierre n'a pas fait cela. Il a directement dit √† Ananias et Saphira l√† o√Ļ se trouvait la chose. C'est vrai. Et √ßa d√©range aussi beaucoup.
E-18 Tr√®s bien, croyez vraiment maintenant de tout votre cŇďur. Et chaque chr√©tien, placez votre foi en J√©sus Christ maintenant ; dites simplement : " Seigneur, nous nous approchons directement, nous jetons l'ancre, et nous resserrons les liens. " Et beaucoup parmi vous ici, vous...Combien ont √©t√© dans les r√©unions auparavant ? Faites voir les mains. Oh, je pense que c'est vous tous, pratiquement. Vous savez comment l'Esprit de Dieu agit. Maintenant, amenez votre... Oh, c'est-c'est cette dame-ci. Tr√®s bien. Maintenant, cette dame qui se tient ici, je-je ne pense pas vous avoir d√©j√† vue. Vous m'√™tes inconnue, n'est-ce pas ? Je ne vous connais pas. Eh bien, cette femme debout ici, il n'y a aucun moyen au monde ...Dieu le sait. Dieu conna√ģt cette femme, mais je ne l'ai jamais vue auparavant, je n'ai jamais eu un quelconque contact avec elle auparavant, d'aucune mani√®re...Dieu le sait. Voyez-vous ? Je ne sais rien √† son sujet ; c'est juste une femme qui s'est avanc√©e ici. Est-ce la premi√®re fois pour vous d'√™tre √† la r√©union ? Votre premi√®...Avez-vous √©t√© ici auparavant ? Vous avez √©t√© ici auparavant. Quelle est votre - quelle est votre attitude face √† ce que j'ai dit ? Croyez-vous que c'est la v√©rit√© ? Vous croyez que c'est la v√©rit√©. Et vous-vous comprenez que je ne peux pas vous gu√©rir, si je... Il n' y a rien en moi qui puisse vous gu√©rir. Mais il y a ici un don tel que vous ne pouvez pas me cacher votre vie m√™me s'il vous le fallait. Voyez-vous ? Vous ne pouvez pas le faire.
E-19 Et √† propos, cela fait savoir -savoir √† l'auditoire l√†, ainsi qu'√† vous-m√™me, que Dieu est pr√©sent ici. N'est-ce pas vrai ? C'est tout √† fait vrai. Tr√®s bien. Alors, cela ne peut venir que par-par une r√©v√©lation divine et spirituelle, la puissance de Dieu. Croyez-vous cela ? J'examine votre esprit (voyez ?), pour voir si vous √™tes... je sais que vous √™tes-vous √™tes une croyante. Vous √™tes une chr√©tienne. Une fois, quelqu'un a cherch√© √† m'induire en erreur comme √ßa. Vous avez entendu ce qui est arriv√©. Il est mont√© ici pour chercher √† m'induire en erreur, mais il s'en est all√© afflig√©. Tr√®s bien. Bon, je crois que vous √™tes venue √©tant sinc√®re. Mais vous √©tiez des √©trangers. Maintenant, cette femme-ci. Eh bien, afin que vous sachiez...Y a-t-il quelqu'un l√† qui conna√ģt cette femme ? Voyons, quelqu'un dans l'auditoire qui la conna√ģt, qu'il l√®ve la main, n'importe o√Ļ. Je ne vois aucune main. Vous ne devez pas √™tre de cette r√©gion... Etes-vous d'ici ? Non. Vous -vous venez de loin. Tr√®s bien. Tr√®s bien, je n'ai aucune raison de ne pas croire que vous √™tes une femme v√©ridique, une chr√©tienne. Je vous crois sur parole, comme vous √™tes une chr√©tienne.
E-20 Ecoutez donc, auditoire, s'il y a... Cette femme, il se peut que elle souffre de la tuberculose. Il se peut qu'elle ait une maladie de femme. Il se peut qu'elle... Je-je ne sais pas ce qui ne va pas en elle. Mais si Dieu descend dans Sa mis√©ricorde, alors que je lui parle, et qu'Il envoie de l'onction et lui r√©v√®le son √©tat, ou n'importe quoi qui ne va pas en elle, ne voudriez-vous pas accepter que je vous ai dit la v√©rit√© ? Si - si je - si - si moi ici...Et cette femme, maintenant, elle sait qu'il n' y a rien - qu'il n' y a rien que je sache √† son sujet, rien du tout ; nous sommes inconnus. Et si Dieu me r√©v√®le ce qui ne va pas chez elle, cela devrait donc suffire, comme Mo√Įse l'a dit. Il n'a pas √©t√© oblig√© de gu√©rir sa main chaque fois qu'il rencontrait un Isra√©lite, de jeter le b√Ęton par terre et de le transformer en serpent. Il l'a fait une seule fois et tout le monde a cru en lui. Est-ce vrai ? C'est vrai. Maintenant, Dieu... ?...fait ces choses en guise de confirmation.
E-21 Maintenant, si Jésus-Christ et cette femme... Et comme je l'ai...Vous m'avez entendu, ce que j'ai dit, et elle sait si je dis la vérité ou pas. Dieu le sait aussi. Et je suis un prédicateur de l'Evangile. Si Dieu parle à cette femme par moi, lui disant ce qui ne va pas en elle ou n'importe quoi qu'il y-il y a - ce qu'est son problème, allez-vous, vous là dans l'auditoire, croire alors que je vous dis la vérité, que Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement ? Très bien. Maintenant, rappelez-vous, Il peut la guérir ; Il peut ne pas le faire. Je ne le sais pas. Je - je ne sais que ce que je-ce que je vois. Maintenant, Madame, j'aimerais que vous vous teniez juste dans cette direction-ci, juste dans cette direction-ci, afin que je puisse me détacher de ces malades qui sont là en train de prier, pleurer et tout le reste, cherchant à entrer dans la ligne. Il y a quelque chose qui exerce une attraction sur moi, depuis que vous êtes debout ici et c'est la raison pour laquelle je vous ai parlé si longtemps. Et parfois, quand il y a une grande foi, c'est vraiment comme un - c'est vraiment comme ça (voyez ?), vraiment partout. Et vous-quand l'onction descend, alors tout commence. C'est un peu difficile de-parfois difficile de comprendre exactement ce que c'est.
E-22 Mais maintenant, je vous parle, je vous regarde et je m'adresse √† vous. Eh bien, vous croyez √† notre Seigneur. Et croyez qu'Il est le m√™me aujourd'hui. Bon, Il a promis qu'en ce jour-ci, Il serait avec nous, dans tous les √Ęges. Et Il a √©t√© exactement le m√™me dans chaque √Ęge qu'Il √©tait en ce temps-l√† : " Je serai avec vous tous les jours, m√™me jusqu'√† la fin du monde. " Etait-ce l√† Sa commission ? Eh bien, s'Il est notre Seigneur, Il ne peut pas dire quelque chose de faux et √™tre notre Seigneur et notre Dieu. Impossible. Donc Il est absolument le m√™me. Bon, quand Il √©tait ici sur terre, il ne pr√©tendait pas gu√©rir les gens. Il disait : " Je ne fais que ce que je vois faire au P√®re. " Est-ce vrai ? Mais Il pouvait assur√©ment...Ce que le P√®re Lui montrait... Et Il a trait√© les Pharisiens d' " hypocrites " et des " murailles blanchies", et de tout le reste, eh bien, puis Il leur a r√©v√©l√© tous leurs p√©ch√©s et tout, Il est donc le m√™me aujourd'hui. Il a r√©v√©l√© √† la femme au puits, apr√®s lui avoir parl√© un peu...C'est pourquoi je vous parle, jusqu'√† ce qu'Il me r√©v√®le ce qui ne va pas. Et vous avez l'air bien portante ; vous semblez √™tre forte; mais Dieu le sait, pas moi. Mais Il... Maintenant, vous savez maintenant m√™me que quelque chose se passe, n'est-ce pas ? Maintenant, cet... amis, je souhaiterais que tout l'auditoire √©prouve la sensation que... ?...Ce n'est pas par la sensation... Il n'est pas question de sensation, il est question de foi. Mais quand cet Ange de Dieu s'approche, il y... quand quelqu'un se tient pr√®s, il doit sentir cela. Eh bien, cette femme est chr√©tienne. Vous la croyez, n'est-ce pas ? Si elle est une confess... chr√©tienne. C'est √ßa, madame ? Levez la main pour montrer que vous savez qu'il y a Quelque chose qui s'approche, √áa vient de ce c√īt√©-ci, √áa entre. C'est vrai.
E-23 Eh bien, c'est Lui qui vous conna√ģt. Pas moi. Vous avez eu beaucoup d'ennuis : √ßa devient noir autour de vous. Et je sais ce que cela signifie pour moi, suivant l'interpr√©tation de la vision, c'est qu'il y a des ennuis quelque part pr√®s de vous. Oui. C'est une tumeur. N'est-ce pas vrai ? C'est une tumeur. Dites donc, c'est un ....Cela doit...C'√©tait -c'√©tait √† la t√™te. N'√©tait-ce pas vrai ? N'est-ce pas vrai ? Est-ce... Vous avez subi une op√©ration √† cause de cela. Je vois quelqu'un, au visage masqu√©, en train de faire une op√©ration. N'est-ce pas vrai ? La - la tumeur √† la...Oui, oui. Maintenant, vous √™tes-ce que vous m√©ditez, le m√©decin veut remplacer une histoire ou une autre. Je le vois tenir quelque chose √† la main, mais-mais vous ne voulez subir cela. Vous voulez accepter Dieu pour votre gu√©rison. Est-ce vrai ? Cela s'est √©loign√© de moi. Est-ce que ces choses √©taient-√©taient vraies ? Etait-ce vrai ? Tout-tout √† fait vrai ? Eh bien, vous m'avez entendu parler, n'est-ce pas ? Mais ce n'√©tait pas moi, sŇďur. C'√©tait Quelqu'un d'autre. Voyez-vous ? C'√©tait ma voix, mais c'√©tait Quelqu'un d'autre qui parlait. Vous croyez cela. Venez ici, juste une minute. P√®re, je Te prie au Nom de Ton Saint Fils, J√©sus, pour cette pauvre femme. Tu sais tout sur son √©tat et ses ennuis. Et j'implore la mis√©ricorde pour elle. O Dieu, en tant que Ton serviteur, un mortel qui devra quitter ce monde un jour, je demande au Nom de J√©sus-Christ, comme j'essaie d'accomplir la commission qui a √©t√© donn√©e : " Ils imposeront les mains aux malades et les malades seront gu√©ris. " Dieu Tout-Puissant, je demande la gu√©rison de cette femme, au Nom de J√©sus-Christ. Amen. Maintenant, sŇďur, je crois de tout mon cŇďur que Dieu vous b√©nit maintenant (Vous pouvez rentrer chez vous), non pas parce que moi, j'ai pri√© pour vous, mais parce que vous, vous croyez. Non , madame. Je ne pense pas... Je pense que tout est parti. Maintenant, que Dieu vous b√©nisse. C'est tout. Que Dieu vous b√©nisse. Elle dit qu'elle enverra un t√©moignage par √©crit.
E-24 Maintenant, l'onction du Saint-Esprit est sur moi. Voyez-vous ? Elle est l√† maintenant. Je ne sais pas jusqu'√† quand je vais tenir ce soir, parce que cela-cela m'a affaibli. Mais maintenant, il n' y a rien que notre P√®re c√©leste ne puisse pas r√©v√©ler en cet instant, ami. C'est tout √† fait vrai. Tr√®s bien. Faites venir la - faites venir la dame sur... et laissez-la laissez-l√† venir. Tr√®s bien. Premi√®rement, je veux que vous croyiez de tout votre cŇďur que Dieu est ici pr√©sent pour manifester Ses Ňďuvres parmi les gens. Croyez-vous maintenant ? Tr√®s bien. Cette femme... Il y a un esprit de surdit√© qui vient contre moi, son... Laissez-moi... Non, c'est sur elle. Oui. Vous ? Sourd, c'est ce qu'il en est. Tr√®s bien, inclinez la t√™te. Je pensais l'avoir entendu parler, mais peut-√™tre qu'elle parle, mais n'entend pas. Inclinez la t√™te juste un instant. Dieu Tout-Puissant, Grand J√©hovah qui descendit jusque dans la fournaise ardente...Les enfants d'Isra√ęl, l√† en cet endroit chaud, Tu y es entr√© et Tu leur as parl√©. Je Te prie au Nom de J√©sus-Christ d'aider cette pauvre femme qui se tient ici. Fais-lui gr√Ęce, √ī Dieu, en ouvrant ses oreilles, et en lui accordant l'ou√Įe ce soir. Et comme il est √©crit dans la Bible, quand l'esprit de surdit√© avait quitt√© un homme, ce dernier avait entendu. Et, √ī Dieu, je Te prie de donner la foi pour que cette pauvre femme puisse √™tre gu√©rie ce soir. Et maintenant, en tant que Ton serviteur, viens-moi en aide, √ī Dieu, pour avoir la foi, afin que les oreilles de cette femme s'ouvrent, pour que je lui parle. Maintenant, toi , esprit de surdit√©, tu es un diable, un d√©mon, qui est entr√© dans les oreilles de cette femme pour les boucher. Et je viens en tant que serviteur de J√©sus-Christ, en tant que Son repr√©sentant ici aupr√®s de Son peuple, pour Le repr√©senter devant Son peuple. Et Il a d√©pouill√© les principaut√©s ; Il a d√©pouill√© Satan de tous ses pouvoirs au Calvaire ; et Il t'a fait l√Ęcher prise sur cette femme. Et je Le repr√©sente ce soir par la pri√®re. Et il est √©crit dans les Ecritures, comme mon Seigneur te l'avait dit ce jour-l√† : " Il est √©crit... En Mon Nom, ils chasseront les d√©mons. " Et je dis, au Nom de J√©sus-Christ, quitte cette femme. Sors d'elle. M'entendez-vous ? M'entendez-vous ? m'entendrez-vous maintenant ? Dites : " Amen. " "Amen. " Maintenant, je ne fais que murmurer. Eh bien, vous √™tes gu√©rie. Poursuivez votre chemin, vous r√©jouissant et rendez gloire √† Dieu. Allez-vous le faire ? Regardez. Vous √™tes d'une foi √©trange. Vous √™tes orthodoxe. Allez-vous accepter J√©sus-Christ maintenant comme le grand Gu√©risseur ? Allez-vous le faire ? Voudriez-vous recevoir le bapt√™me de Son Esprit ? Allez, et puisse Dieu vous l'accorder, femme, au-au Nom de J√©sus-Christ. Tout le monde, soyez respectueux. Soyez vraiment respectueux. Croyez de tout votre cŇďur.
E-25 Maintenant, je-je vous suis inconnu, je pense, monsieur. Est-ce vrai ? Je- je suis inconnu. Je-je -je-je ne vous connais pas. Mais Dieu seul vous conna√ģt, pas moi. C'est vrai. Et je... Le seul moyen pour moi de vous conna√ģtre... Juste un instant. Cette deuxi√®me dame, assise l√†, elle a l'hypertension, celle qui est assise juste l√† dans cette rang√©e, s'il vous pla√ģt, vous pouvez vous tenir debout : Christ vient de vous gu√©rir tout de suite. Levez-vous. C'est vrai. C'est vrai. C'est bien, merci. Et cette femme assise juste devant vous, elle souffrait de la m√™me maladie. N'est-ce pas vrai ? L√†, cette femme aux cheveux grisonnants, assise juste l√† devant vous, elle souffrait de la m√™me maladie. Oui, madame. C'est vrai, vous pouvez vous tenir debout, toutes les deux. Vous √™tes gu√©ries de votre hypertension. J'ai vu une-une ligne, quelque chose comme du mercure passer vite, comme √ßa, et cela continuait √† se tenir √† c√īt√© de ces deux femmes. J'ai vu cela monter au-dessus de la t√™te de cet homme et le Saint-Esprit m'a dit : " C'est maintenant le moment de leur gu√©rison. " Que Dieu vous b√©nisse. Rentrez chez vous. Que J√©hovah Dieu soit avec vous.
E-26 N'est-Il pas merveilleux ? Ayez foi. Tr√®s bien. Croyez-vous que je suis Son proph√®te, monsieur ? [Espace vide sur la bande-N.D.E.]... ?....L'eau coule sur la route, ou quelque chose comme cela. N'est-ce pas vrai ? Est-ce vrai, Monsieur ? Est...C'est vrai. Juste ce qu'on ne peut pas comprendre, √ßa y est. C'est caus√© par une maladie des nerfs. Cela produit de l'eau dans les poumons. C'est une puissance d√©moniaque qu'un m√©decin ne peut jamais d√©couvrir au monde. Et il ne peut rien faire contre cela. S'il avait quelque chose sur lequel il pouvait mettre la main, il aurait pu travailler. Je ne m√©prise pas le m√©decin. C'est un homme. Dieu l'a envoy√© ici pour aider. Mais il travaille par la connaissance ; ceci est le Saint-Esprit. Voyez-vous ? C'est le rem√®de ; ceci est une cure. Voyez-vous ? Me croyez-vous ? Acceptez-Le comme votre gu√©risseur, croyant que ces nerfs vont se calmer et que ces poumons vont s'√©largir, s√©cher et devenir des poumons normaux. Croyez-vous cela ? Avancez alors pour √™tre b√©ni. Dieu Tout-Puissant, Cr√©ateur des cieux et de la terre, Toi qui as cr√©√© les poumons de cet homme. Comme Tu as dit √† Mo√Įse qui disait : " Je ne parle pas bien ", Tu as dit : Qui a cr√©√© la bouche ? " Tu as mis des paroles dans sa bouche. C'est Toi qui avais cr√©√© son corps. Et Seigneur Dieu, qui suis-je pour le dire, sachant que peut-√™tre on en est arriv√© √† l'heure o√Ļ : " Tout concourt pour le bien de-de ceux qui aiment Dieu et qui sont appel√©s selon Son dessein. " Je Te prie, √ī Dieu, de tout mon cŇďur, de toute mon √Ęme, et de toute ma pens√©e, maintenant m√™me, de laisser Ta gr√Ęce gu√©rissante venir sur cet homme. Et que cette maladie quitte ses poumons et puissions-nous recevoir son t√©moignage en retour , afin que d'autres voient ceci et voient ce que Dieu a accompli. Et puisse-t-il donner son t√©moignage, comme quoi on n'en retrouve pas de trace. Et en parlant avec le m√©decin, il dira avec joie : " J'ai fait confiance au Seigneur J√©sus, docteur, et voici ce qu'Il a fait pour moi. " Accorde-le, √ī Dieu, afin que √ßa soit un t√©moignage pour le m√©decin, en fait nous savons qu'il croit que Tu es le grand M√©decin ; il ne fait que travailler sous Tes ordres et sous Ta supervision. √Ē Dieu, b√©nis notre fr√®re et gu√©ris-le ; au Nom de J√©sus. Amen. C'est bien. Je crois, mon fr√®re, de tout mon cŇďur, que votre gu√©rison est proche. Que Dieu vous b√©nisse.
E-27 Oh Dieu, aie Piti√© des malades et de n√©cessit√©. O comme Il peut - Sa mis√©ricorde dure. Bonsoir monsieur. Tr√®s bien. Eh bien, je vous suis inconnu. Est-ce vrai, monsieur ? Je - je - je ne vous connais pas ; je... Vous m'√™tes inconnu, ainsi je... A ce que je sache, je ne vous est jamais vu. Je - si j'ai-je - je ne - je ne vous connais pas. Ou... mais le... Il y a quelqu'un qui nous conna√ģt tous deux. N'est-ce pas vrai, monsieur ? Il nous conna√ģt tous deux. Et - et vous √™tes venu ici ce soir pour √™tre gu√©ri ou je ne sais quoi qui ne va pas. Il n'y a point du tout moyen pour moi de savoir quoi que se soit au monde √† votre sujet, √† moins que Dieu seul le r√©v√®le par un moyen quelconque. Croyez-vous cela ? Croyez-vous-vous ? Et - et le... Allez-vous d'un cŇďur sinc√®re...Croyez-vous que ce que vous avez entendu au sujet de J√©sus-Christ, comme √©tant le Fils de Dieu, est la v√©rit√© ? Vous croyez. Et croyez-vous que cette d√©claration que je faite concernant Son - que je suis Son proph√®te, par une vision, jusqu'√† la fin, je suis n√©... Croyez-vous que c'est la v√©rit√© ? Vous croyez cela, m√™me si je ne vous disais rien sur ce qui ne va pas en vous, rien, mais que je priais simplement pour vous et que je vous laissais passer, vous croiriez cela de toute fa√ßon, n'est-ce pas ?
E-28 Peut √™tre qu'Il peut le r√©v√©ler. Oui oui. Aussit√īt que le Saint-Esprit...En effet, vous √™tes - vous √™tes s√Ľr qu'il y a Quelque chose qui est pr√®s... Vous n'√™tes pas habitu√© √† ce genre de sensation. Vous √™tes - une - une - une personne nerveuse. Dites donc, je vous vois venir de loin. Vous √™tes venu ici en provenance de quelque part, n'est-ce pas vrai ? Vous n'√™tes pas - vous √™tes - vous avez - vous √™tes venu d'ailleurs, en venant ici. Vous √©tiez au loin et vous √™tes venu ici. Quelqu'un vous a amen√© ici ou vous a dit de venir ici. Et vous n'avez pas... Vous avez... Vous √™tes ici pour √™tre d√©livr√© d'un... de quelque chose qui est - vous faites. N'est-ce pas vrai ? C'est quelque chose qui ruine votre vie et qui d√©t√©riore votre vie ? Est-ce vrai ? C'est la boisson. Vous √™tes un alcoolique. Et quelqu'un vous a dit...si je ne me trompe pas, vous √©tiez au nord et vous √™tes venu au sud, en venant ici. Est-ce vrai ? L'acceptez-vous maintenant comme votre Sauveur? Croyez-vous cela d√®s maintenant, qu'Il est la seule Personne qui peut vous d√©barrasser de cette chose-l√†? Tr√®s bien. Acceptez-le maintenant comme votre Sauveur. Croyez maintenant qu'Il est le Fils de Dieu, qu'Il est mort au Calvaire pour √īter votre p√©ch√©. Et vous n'avez pas besoin de faire cela : vous ne faites que vous ruiner, vous vous envoyez √† l'enfer du diable et √† la tombe comme un p√©cheur, et - et vous n'aimeriez pas qu'il en soit ainsi. Et cela vous rend tout nerveux et vous √™tes agit√©. Est-ce vrai ? Eh bien, acceptez-le comme votre Sauveur. Et maintenant, croyez-vous donc, et si je demande √† Dieu, ce d√©mon vous quittera ?
E-29 Ce que j'en pense... Il y a quelqu'un qui a √©t√© gu√©ri, et je crois que je la vois assise l√†, une - une petite alcoolique qui a √©t√© gu√©rie ici il n'y a pas longtemps, elle est assise juste l√†, quelque part √† la r√©union. Et si je me suis retourn√© et que j'ai senti... Est-ce vrai ? Si c'est le cas, levez-vous, madame. Ou, il y a quelque part... C'est vrai, exact. Vous √©tiez assise l√†, en train de prier pour cet homme. C'est vrai, n'est-ce pas, madame ? Je ne suis pas en train de lire de vos pens√©es, mais je vous ai vue assise l√†. N'avez-vous pas √©t√© gu√©rie sur cette estrade de la m√™me chose? Il est arriv√© que vos esprits se sont unis. Dites donc, vous priez pour quelqu'un d'autre. N'est-ce votre papa qui est assis l√† √† c√īt√© de vous, l√† ? Est-ce vrai ? Est-ce vrai ? Il entend difficilement, n'est-ce pas ? Imposez-lui la main. Acceptez-vous aussi J√©sus comme votre Sauveur, papa ? Tr√®s bien, rentrez chez vous, tous deux, au Nom du Seigneur J√©sus, mon fr√®re. Rentrez chez vous. Cela a envoy√© mon papa √† la tombe, fr√®re. Rentrez chez vous ce soir et ne buvez plus jamais une seule goutte et vous irez tr√®s bien. Disons : "Gloire au Dieu Tout-Puissant qui a cr√©e les cieux et la terre. " Monsieur, adh√©rez √† une bonne √©glise du plein Evangile maintenant. Vivez pour Christ le reste de vos jours. Dieu vous utilisera. Non seulement vous, mais Il am√®nera d'autres, comme vous, √† sortir et √† marcher dans cette belle Lumi√®re et un jour, vous me rencontrerez l√† o√Ļ - o√Ļ nous nous serrerons la main, de l'autre c√īt√©. Vous vous rappellerez, je rappellerai que sur cette estrade ce soir, Dieu vous avait d√©livr√© de cette habitude de boire, l√† o√Ļ vous L'aviez accept√© comme votre Sauveur. Oh ! la la ! mes amis, pourquoi ne croyez-vous pas √† notre Seigneur J√©sus-Christ ? Soyez respectueux.
E-30 Bonsoir. Je vous ai vu passer vite devant moi, mais en portant ces lunettes, mais on dirait que... Ou, non, c'est tout √† fait en ordre. C'√©tait une - une - une femme plus jeune que celle qui se tenait l√† avant, je... N'y avait-il personne d'autre sur cette estrade ? Eh bien, c'est √©trange. Une jeune femme aux cheveux roux se tenait juste ici. Puisse le Seigneur Dieu du ciel me montrer cela. Elle est assise juste l√† au balcon, et la jeune est en train de s'essuyer les yeux, il y a quelque chose qui ne va pas avec ses yeux. Est-ce vrai, jeune dame ? Si c'est le cas, levez-vous. La jeune fille aux cheveux roux, qui se tient l√† debout, √† c√īt√© de ce... Tr√®s bien, jeune dame, vous alliez devenir aveugle. Je vous ai vue debout ici, et j'ai vu cette femme porter des lunettes ; j'ai vu qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas avec vos yeux. Croyez-vous donc que je suis Son proph√®te ? Acceptez-vous J√©sus comme votre Gu√©risseur ? Rentrez chez vous et soyez bien portante au Nom de J√©sus-Christ. Croyez-vous que je suis proph√®te de Dieu ? S'il y a quelque chose qui ne va en vous, Dieu me le r√©v√®lera. Croyez-vous ? De tout votre cŇďur ? Oui, madame. Vous savez ce que je suis sur le point de dire maintenant m√™me, en effet vous pensez √† cela. Ce n'est pas parce que vous pensez √† cela, mais vous √™tes ici pour √™tre d√©livr√©e de quelque chose. N'est- ce pas vrai ? Vous √™tes toute nerveuse et agit√©e. N'est-ce pas vrai? Et cela est caus√© par une tr√®s mauvaise habitude, c'est une habitude qui est - l'une de tr√®s viles habitude qu'une femme puisse contracter : Fumer la cigarette. Est-ce vrai ? Est-ce vrai ? Croyez-vous que je suis Son Proph√®te ? L'acceptez-vous comme votre Sauveur ?:Qui vous d√©livre de cela ? Vous Lui avez adress√© une pri√®re maintenant, par Dieu le P√®re, au Nom de J√©sus-Christ. Il vous pardonne chaque p√©ch√©, et vous jetterez ces cigarettes pour ne plus jamais les toucher le reste de votre vie ? Que Dieu vous b√©nisse, ma sŇďur. Rentrez chez vous et que le Seigneur J√©sus vous d√©livre. Je maudis cette habitude de tabac au Nom de J√©sus-Christ. Rentrez-rentrez chez vous maintenant et soyez une chr√©tienne le reste de vos jours. Disons : " Gr√Ęces soient rendues √† Dieu. " Peut-√™tre que vous dites : "On peut faire cela et √™tre un chr√©tien si on le veut. " Mais le Saint-Esprit a dit : "Ne le faites pas. " Eh bien, si vous voudriez me taxer de fanatique, taxez-Le de fanatique; je ne fais que dire ce que Lui dit.
E-31 Venez, madame. Je ne pourrai pas me tenir debout tr√®s longtemps. Non. √áa commence √† devenir tr√®s p√©nible. Non. Croyez-vous que je suis proph√®te de Dieu ? Croyez-vous que Dieu m'a envoy√© pour - pour - pour prier pour vous ? Il n'y a aucun moyen au monde pour moi d'avoir un contact avec vous. Je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vue de ma vie. Vous m'√™tes absolument inconnue. Est-ce vrai ? Croyez-vous maintenant que si - que si je-si Dieu me faisait savoir ce qui ne va en vous, vous allez accepter J√©sus comme votre Gu√©risseur ? Allez-vous le faire de tout votre cŇďur ? Tr√®s bien. Vous avez tout essay√© pour vous d√©barrasser de cela. Mais vous avez la gastrite. Est-ce vrai ? C'est une ulc√®re, et cela se trouve juste au fond de l'estomac, de sorte que tout ce que vous mangez br√Ľle, √ßa vous fait mal, et vous avez un estomac aigre, agit√© et acide quand vous mangez. Est-ce vrai ? C'est exact. Tr√®s bien. Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie, je maudis maintenant cette gastrite, au Nom de J√©sus-Christ, que cela quitte cette femme et que cela l'abandonne. Que Dieu vous b√©nisse, ma sŇďur. Maintenant, allez et mangez n'importe quoi que vous voulez. Que Dieu vous b√©nisse. Bon, madame, pendant que vous √©tiez assise l√†, √©tonn√©e, et que cette femme √©tait gu√©rie de cette gastrite, vous avez √©t√© gu√©rie de la m√™me maladie. Vous aviez aussi la gastrite. C'est ce dont vous avez √©t√© gu√©rie. Tr√®s bien, vous pouvez maintenant aller manger si vous voulez. Faites tout ce que vous voulez faire... ?...
E-32 Croyez-vous, vous dans cette ligne, de tout votre cŇďur, de toute votre √Ęme ? Combien croient l√† ? Juste dans cette ligne-l√†, croyez-vous de tout votre cŇďur, de toute √Ęme ? Regardez. Vous n'√™tes jamais venu dans cette ligne de pri√®re. Vous vous tenez juste l√†. Afin que cet auditoire sache que Dieu m'a envoy√© pour √™tre Son proph√®te, j'aimerais que vous... R√©v√©rend Cox, allez tout du long et distribuez ces cartes de pri√®re-prenez les cartes de pri√®re. J'aimerais que vous regardiez dans cette direction-ci, vers moi. J'aimerais que vous croyiez de tout votre cŇďur, chacun de vous. Je vais vous poser une question. Et maintenant, regardez dans cette direction, tout le monde. Croyez-vous solennellement que J√©sus-Christ est le Fils de Dieu ?
E-33 Vous √™tes √† moiti√© couch√©. C'est tr√®s bien, monsieur. Juste... Dites donc, √† propos, vous... Tenez-vous l√†, c'est tr√®s bien, laisser votre chapeau l√†. Mettez-le dans votre main. Avancez un tout petit peu dans cette direction. Avancez juste un tout petit peu dans cette direction. Regardez-moi juste une minute. Croyez-vous que je suis proph√®te de Dieu ? Vous croyez. Il n'y a aucun moyen pour moi, pas du tout, de savoir ce qui ne va pas en vous. Je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vu de ma vie. Mais vous avez faim et soif de Dieu. Dites donc, n'est-ce pas que vous √™tes de foi catholique ? N'avez-vous pas √©t√© membre de l'Eglise catholique ? Est-ce vrai ? Levez la main. Je vous vois avec un chapelet. Vous avez...vous fr√©quentiez une autre √©glise d'un genre quelconque. C'est une esp√®ce de...je crois que c'est l'√©glise de la Science chr√©tienne, ou quelque chose comme cela. Vous √™tes une esp√®ce de lecteur ou quelque chose qui a √©t√© plac√© devant vous, et on vous a dit qu'on vous a jou√© un tour, l'une ou l'autre chose n'allait pas en vous ; que quelque chose vous est arriv√©. Mais dans votre cŇďur, vous √™tes membre de l'Eglise catholique. Allez-vous accepter J√©sus ce soir comme votre Gu√©risseur ? Si vous allez le faire, levez la main en haut comme √ßa. Levez bien haut la main, si vous croyez J√©sus comme votre Gu√©risseur. Il y a un rebondissement ici, et il n'arrive pas √† m'entendre. La vision a quitt√© les yeux. C'est bien. Tr√®s bien. Laissez-moi prendre cela par ici, pr√®s de lui. Les choses que je vous ai dites sont vraies, vous savez qu'elle le sont, monsieur. Votre vie a √©t√© mis√©rable, en effet Satan a essay√© de faire cela pour vous. Il n'y a rien qui ne va. Dieu a la mis√©ricorde pour vous. Et maintenant, Il m'a r√©v√©l√© votre vie... [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Dieu vous r√©tablira. Croyez-vous en Lui maintenant ? Vous √™tes gu√©rie. Que Dieu vous b√©nisse... ?... Caus√© par... ?... de suite et √™tre gu√©ri. Dieu Tout-Puissant... ?... Je Te demande de gu√©rir cet homme. √Ē Dieu, √īte chaque p√©ch√©. Fais de lui... ?... je prie. Et je Te prie de le b√©nir et de le gu√©rir au Nom de Ton Fils, J√©sus-Christ. Amen. Soit le bienvenu, monsieur. Poursuivez votre chemin maintenant et ne p√©chez plus. Soyez en forme. Que Dieu vous b√©nisse.
E-34 Ayez foi en Dieu. Croyez de tout votre cŇďur. Dieu vous r√©tablira. Croyez-vous cela ? Cette femme assise l√† soufre du diab√®te, elle peut √™tre gu√©rie, celle qui est assise l√†, si elle le veut... Ayez simplement foi en Dieu √áa devient tout √† coup sombre. Maintenant, juste une minute. Juste une minute. Je n'arrive plus √† vous voir, sŇďur, tout est devenu flou l√†. Croyez-vous ? Tout le monde ? Qu'en est-il de ces gens qui sont ici sur des civi√®res. En avez-vous assez d'√™tre l√† ? Est-ce certainement le cas pour vous. Mes amis, je - je souhaiterais que vous puissiez rester un peu plus longtemps, mais √ßa fait une s√©rie des r√©unions de trois semaines, et je - je suis sur le point de m'√©crouler. Je - je dois me mettre √† l'√©cart, et encore quelques minutes de repos. Inclinons la t√™te, partout. Chacun de vous, r√©p√©tez cette pri√®re apr√®s moi. Croyez-vous que - que je connais notre Seigneur ? Je connais les Paroles qui vainquent Satan. Je dirai cela et vous les r√©p√©terez. [L'assembl√©e r√©p√®te chaque phrase - N.D.E.] Dieu Tout-Puissant, Cr√©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle, Donateur de tout don excellent, envoie Ta mis√©ricorde sur moi ce soir. Je crois vraiment, Dieu notre P√®re Tout-Puissant, J√©sus-Christ Son Fils, et le Saint-Esprit. Je crois dans l'Eglise, que dans cette Eglise, Dieu a √©tabli des proph√®tes, des docteurs, des Evang√©listes. Dieu Tout-Puissant, je crois maintenant que je suis devant cette Eglise. Et j'accepte maintenant le message de la gu√©rison divine pour moi-m√™me. A partir de ce soir, je Te ferai confiance. Je veux croire que Tu m'as gu√©ri maintenant ; car j'accepte ma gu√©rison par l'Ňďuvre que Tu as accomplie au Calvaire. Au Nom de J√©sus-Christ, je re√ßois cela.
E-35 Soyez respectueux maintenant. C'est dans votre - c'est dans votre bouche, votre confession donc. Tenez-vous de ce c√īt√© une minute. Laissez-moi prier pour vous maintenant. Si Dieu m'a donn√© le pouvoir de briser les d√©mons sur cette estrade, de lib√©rer les n√©vros√©s, de faire en sorte que les drogu√©s et les toxicomanes, et que le cancer quitte, certainement que ce que je dis est la v√©rit√©. Vous avez confess√© J√©sus comme √©tant votre Gu√©risseur... ?... Vous croyez de tout votre cŇďur maintenant. Et puis, avec toute la force que j'ai, j'irai de l'avant pour lancer un d√©fi √† ces t√©n√®bres qui sont suspendus juste au-dessus de vous.
E-36 √Ē Dieu, mon P√®re, Toi qui m'as s√©par√© du sein de ma m√®re et qui m'as appel√© dans ce but, qui as ordonn√© ceci, que j'apporte ce Message au peuple, avant la fondation du monde, afin qu'il puisse savoir que Tu es le seul vrai Dieu, et que J√©sus-Christ est Ton Fils, comme je me tiens ici, Seigneur, ce soir, apr√®s ces dix-huit soir√©es d'affil√©e, j'ai √©t√© conduit ici par le Saint-Esprit, √ī P√®re des Esprits, exauce ma pri√®re. Exauce ma pri√®re, alors que je T'implore et que mon corps physique s'affaiblit et que la force est en train de me quitter. Il y a des gens ici, des centaines parmi eux qui ont besoin de la gu√©rison. √Ē Dieu, je sais Tu as envoy√© J√©sus-Christ mourir et qu'Il a √©t√© bless√© pour nos p√©ch√©s et que c'est par Ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris. √Ē Seigneur, je crois cela. Je crois que ces gens tendent leurs mains √† travers ce brouillard l√†, et que cette petite obscurit√©, ce petit nuage qui est l√†, l√† de l'autre c√īt√©, jusqu'√† ce que leurs pri√®res montent maintenant au Tr√īne de Dieu. Et puis, Seigneur, en tant que Ton proph√®te, maintenant entre les vivants et les morts, oint par le Saint-Esprit, je m'avance pour d√©fier cet esprit de doute, afin que l√†, Tes enfants puissent √™tre gu√©ris.
E-37 Maintenant, Satan, toi qui te tiens ici avec un point d'interrogation √† c√īt√© de la Parole de Dieu, tu es litt√©ralement d√©voil√© ce soir. Tu es expos√©. Dieu t'a r√©v√©l√©, Il ta dit toute suite qui tu es et ce que tu es ; Tu es un menteur et le p√®re du mensonge. Et en tant qu'Eglise du Dieu, en tant que l'un des membres de cette Eglise, n√© de nouveau du Saint-Esprit et appel√© dans ce monde pour √™tre proph√®te, et ces gens ont confess√© que J√©sus-Christ est leur Gu√©risseur, et qu'Il interc√®de comme Sacrificateur, se tenant entre les vivants et les morts, je dis : "Au Nom de J√©sus-Christ, je brise ta puissance. " Et quitte cette salle ; au Nom de J√©sus-Christ, lib√®re chacun d'eux. Sors d'eux Satan, quitte-le. Maintenant, vous qui √™tes sur des civi√®res et sur des brancards, dans des fauteuils, levez-vous, vous qui √™tes malades et afflig√©s. Vous y √™tes, ils marchent. Les estropi√©s, les afflig√©s, allez et soyez gu√©ris. Levez-vous.

En haut