ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Montre-Nous Le PÚre / 54-0811 / Los Angeles, California, USA // SHP 1 heure PDF

Montre-Nous Le PĂšre

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 ... dùs maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu.
Philippe lui dit: Seigneur montre-nous le PĂšre,... cela satisfera...
Inclinons la tĂȘte une fois de plus.
Seigneur, ceci est Ta Parole, et nous Te prions d’ĂȘtre avec nous selon Ta glorieuse grĂące, et pardonne-nous nos pĂ©chĂ©s. Nous sommes indignes, et nous Te prions maintenant de ne pas regarder Ă  nous, mais de regarder Ă  Ton Fils unique, JĂ©sus-Christ, et de voir qu’Il a pris notre place, qu’Il a Ă©tĂ© fait chair afin de recevoir l’aiguillon de la mort et l’éloigner de nous. Et c’est lĂ  qu’Il a portĂ© nos maladies, et toutes ces choses qu’Il avait portĂ©es dans Sa chair, et nous avons la rĂ©demption et l’accĂšs aux choses Ă©ternelles de Dieu ce soir, et je Te prie de nous Le manifester ce soir dans une grande mesure. Nous le demandons en Son Nom. Amen.
E-2 Maintenant, le temps me manque rĂ©ellement, comme vous le savez, mais j’aimerais vous demander une chose. Le grand dĂ©sir de Philippe, c’était de voir Dieu, et est-ce votre dĂ©sir ce soir de voir Dieu?
Il a dit: «Montre-nous le PÚre, et cela nous satisfera, si seulement Tu nous montres qui est le PÚre.»
Eh bien, le dĂ©sir de Philippe, c’est mon dĂ©sir; et le dĂ©sir de Philippe, c’est votre dĂ©sir. Est-ce vrai? Voyons Dieu. Eh bien, si–si par la grĂące de Dieu et avec l’aide de Dieu, je peux amener Dieu ici mĂȘme dans cette salle, et vous Le montrer, allez-vous alors accepter toutes les choses qui sont Ă©crites dans la Bible, et dire: «Nous allons nous ancrer ce soir.»? Et lorsque le Saint-Esprit enflammera le piston ce soir, croyons en Dieu pour toutes choses. Allez-vous le faire?
E-3 Si Dieu entrait dans cette salle, juste ici maintenant, et qu’Il se manifestait Ă  nous ici mĂȘme dans cette salle... Un homme peut-il voir Dieu? Voyez? Un homme peut-il voir Dieu? Maintenant, considĂ©rons Dieu de quatre points de vue diffĂ©rents. J’aimerais prendre Dieu dans Son univers, et Dieu dans Sa Parole, Dieu dans Son Fils, et Dieu dans Son peuple. ConsidĂ©rons cela juste pendant quelques minutes.
Prenons Dieu dans Son univers. Comment cette terre peut se tenir lĂ  et tourner tel qu’elle le fait, Ă©tant inclinĂ©e d’un cĂŽtĂ© pour nous apporter la pluie et ainsi de suite, et lĂ  au nord, et le–la glace, et le froid, le climat glacial, et au sud et ainsi de suite, la chaleur, pour produire la vapeur et arroser la terre. Comment peut-elle tourner d’une maniĂšre si parfaite? Se tenir... lancez un ballon dans l’air, et ensuite faites-le tournoyer aussi vite que vous le pouvez, il ne restera pas sur la mĂȘme orbite pendant une seule fraction de seconde. Il tournera d’une maniĂšre diffĂ©rente, et il se dĂ©placera d’une maniĂšre diffĂ©rente.
E-4 Mais cette terre, pendant les six mille derniĂšres annĂ©es elle n’a jamais manquĂ© de tourner avec exactitude durant vingt quatre heures, de faire le tour de l’Equateur, le... et de faire un tour complet sur son orbite, et de revenir Ă  chaque saison, et Dieu a promis que cela ne faillirait jamais. Alors comment cela peut-il se faire sans qu’il y ait une grande puissance qui gouverne, qui contrĂŽle cela? Est-ce vrai? C’est Dieu, Dieu dans Son univers.
Il y a quelque temps, je m’adressais... dans les montagnes oĂč j’allais chasser avec un homme, et je mangeais Ă  sa table. Il disait qu’il Ă©tait un infidĂšle. J’ai dit: «Je ne crois pas que cela existe.» J’ai dit: «J’ai vu des gens qui voulaient faire le malin et qui disaient des choses juste pour ĂȘtre singuliers, mais je les ai observĂ©s lorsqu’ils sont arrivĂ©s Ă  l’heure de la mort, ils avaient changĂ© d’avis.»
C’est ce que Bob Ingersoll et tant d’autres ont fait, et c’est ce que vous ferez si vous essayez d’ĂȘtre un infidĂšle ce soir. Attendez que cette heure soit suffisamment proche, Ă  ce moment-lĂ  vous vous rendrez Ă  l’évidence.
Certains parmi vous ici ne croient pas à la guérison divine, mais attendez que la maladie frappe assez durement votre maison. Cela vous secouera au point de vous en faire sortir. Certainement.
JaĂŻrus aussi Ă©tait un croyant qui croyait en secret. Un soir, la maladie frappa sa fillette chez lui Ă  la maison. Il devint un croyant Ă  visage dĂ©couvert, et il confessa immĂ©diatement, car sa fille Ă©tait Ă  l’article de la mort.
E-5 Dieu opĂšre dans Son univers, Il agit... Il n’y a pas une seule personne qui, Ă©tant dans son bon–dans son... Si un homme... n’importe quelle personne regarde bien en face un trĂšs grand et beau lis callas et dĂ©clare que Dieu n’existe pas, cet homme–cet homme est mentalement dĂ©rangĂ©. C’est juste. Toute personne qui regarde une grande et belle rose et dĂ©clare que Dieu n’existe pas, il y a quelque chose qui cloche dans l’esprit d’une personne qui ferait cela. Je le dis avec respect, mais je le dis, parce que c’est la vĂ©ritĂ©.
Et Dieu dans Sa beautĂ©, L’avez-vous dĂ©jĂ  vu dans le coucher du soleil, L’avez-vous dĂ©jĂ  vu dans le lever du soleil? Comme c’est beau de Le voir dans le coucher du soleil!
E-6 Je parlais il y a quelque temps. J’étais lĂ -haut dans les montagnes. Et j’étais–j’étais dans une partie de chasse, et j’étais tout en haut, parce que le... en automne l’élan reste dans les hauteurs. Et alors j’étais lĂ -haut, en train de chasser; j’étais loin, Ă  environ deux jours de marche, avec un cheval et un cheval de bĂąt, et j’avais Ă©tabli mon camp lĂ . Une tempĂȘte s’est levĂ©e ce jour-lĂ , et–et je me suis tenu derriĂšre un arbre, et j’attendais lĂ  derriĂšre cet arbre, et le vent soufflait et hurlait. Et aprĂšs que la tempĂȘte est passĂ©e, eh bien, alors le vent froid avait gelĂ© les arbres Ă  feuilles persistantes. Les rayons du soleil ont commencĂ© Ă  filtrer entre les rochers lĂ  Ă  l’horizon ouest par ici, et ils filtraient Ă  travers la montagne comme cela, les ombres produites par le soleil couvraient la vallĂ©e, et un arc-en-ciel est apparu. Oh! la la! Vous savez, David a dit: «Lorsque la profondeur appelle la profondeur.»
Quand la profondeur appelle, il doit y avoir une profondeur pour y rĂ©pondre. S’il y a dans votre coeur ce soir un dĂ©sir d’avoir davantage de Dieu, il doit y avoir davantage de Dieu que vous puissiez recevoir. S’il y a un dĂ©sir dans votre coeur ce soir d’ĂȘtre guĂ©ri par Dieu, il y a une Fontaine ouverte quelque part, sinon vous n’éprouveriez jamais ce dĂ©sir.
E-7 Avant qu’il y eĂ»t une crĂ©ation, il a dĂ» y avoir un CrĂ©ateur pour crĂ©er cette crĂ©ation. Est-ce vrai? Et si–si vous avez faim de Dieu, pour ĂȘtre guĂ©ri, il y a un CrĂ©ateur quelque part qui a crĂ©Ă© ce dĂ©sir dans votre coeur. C’est vrai. Aussi longtemps que vous croyez qu’il y a un Dieu qui peut vous guĂ©rir, il y a un Dieu quelque part qui peut vous guĂ©rir. C’est vrai.
David a dit: «A la voix de Tes cataractes.» [Version Darby] Voyez-vous? La profondeur appelle la profondeur.
E-8 Et j’aime vraiment la nature. J’aime contempler Dieu dans Sa nature. Et de me tenir lĂ ... J’aime la nature. La nature Ă©tait ma premiĂšre Bible. C’est comme ça que lorsque j’étais un petit garçon, j’avais coutume de prendre mon vieux–vieux calibre 22; c’était un vieux fusil, complĂštement amorti. J’aime vraiment les fusils. Je l’ai encore aujourd’hui.
Quelqu’un ici en Californie (il est possible que cet homme soit ici) m’a offert un fusil ici, la derniĂšre fois que j’étais ici. Je l’ai encore, frĂšre. Je l’aurais jusqu’au jour de ma mort, Ă  moins que quelqu’un me le vole. Et celui qui le fera, je le pourchasserai. Ha ha! Et je–j’aime vraiment les armes, et les cannes Ă  pĂȘche, et ces choses-lĂ , parce que c’est–c’est lĂ  dans la nature qu’ [on s’en sert].
E-9 Et je me souviens que, encore petit enfant, j’avais coutume de sortir la nuit. Les garçons se rendaient aux soirĂ©es et tout; mais moi, j’allais passer la nuit Ă  la belle Ă©toile, et contemplant les couchers du soleil, et les levers du soleil, et Ă©coutant Dieu parler dans le vent pendant que celui-ci mugissait dans les arbres et ainsi de suite. Dieu est dans Son univers, si seulement vous regardez autour de vous pour Le voir. Ne le croyez-vous pas?
Et j’ai donc vu lĂ -haut, ce jour-lĂ  sur la montagne, ce bel arc-en-ciel qui est apparu. Et je suis sorti de derriĂšre l’arbre; je me suis mis Ă  pleurer. J’ai simplement pleurĂ© comme un bĂ©bĂ©. Alors j’ai entendu le troupeau d’élans; la tempĂȘte les avait dispersĂ©s. Les grands mĂąles s’appelaient l’un l’autre en beuglant, aprĂšs que la tempĂȘte les avait dispersĂ©s. Un vieux loup gris s’est mis Ă  hurler ici sur la colline, les compagnes sont... sa compagne rĂ©pondait en bas dans la vallĂ©e. Je vous assure. Je... Pour moi, la profondeur appelait la profondeur. Je me suis senti comme Pierre lorsqu’il a dit: «Il est bon d’ĂȘtre ici. Construisons trois tabernacles, et restons ici.» Combien il est bon d’ĂȘtre lĂ -haut dans la nature, pourquoi devrais-je sortir de lĂ ? Et... mais il y a des malades lĂ  au bas de la colline, bien sĂ»r.
E-10 Et lĂ  Ă  ce moment-lĂ , je me rĂ©jouissais, j’ai levĂ© mes mains, et j’ai dit: «Grand JĂ©hovah Dieu, comme Tu es merveilleux, le Grand CrĂ©ateur des Cieux et de la terre! Je Te vois dans Apocalypse 1, JĂ©sus se tenant lĂ , un arc-en-ciel au-dessus de Sa tĂȘte. Il a l’aspect d’une pierre de jaspe et de sardoine; c’était la pierre de Benjamin et la pierre de Ruben, le Premier et le Dernier, Celui qui Ă©tait, qui est, et qui vient, la Racine et le Rejeton de David, l’Etoile du matin, la Rose de Saron, le Lys de la vallĂ©e; Il se tint lĂ  avec l’alliance infaillible qu’Il a faite avec Son Eglise. Les sept couleurs de l’arc-en-ciel, les sept Ăąges de l’Eglise tous rĂ©unis ensemble forment une glorieuse rĂ©surrection du Corps de Christ.» Oh! la la! Quelque chose commence Ă  souffler en moi.
Et vous savez quoi? Si quelqu’un Ă©tait montĂ© lĂ  sur le flanc de cette colline, il aurait pensĂ© qu’il y avait lĂ -haut un fou ou l’ArmĂ©e du Salut. Je tournais continuellement autour de cet arbre en courant, en criant Ă  tue-tĂȘte. C’était une bonne chose comme je me trouvais Ă  trente-cinq ou quarante miles [56 ou 64 km] de la civilisation. Je ne me souciais pas de ce que les gens penseraient. J’adorais le Seigneur. Et si les Ă©lans, les ours voulaient regarder, ils n’avaient qu’à regarder, c’était en ordre. Mais j’étais simplement en train de passer un bon moment.
E-11 Et j’ai regardĂ© de nouveau cet arc-en-ciel, et j’ai entendu ce loup hurler de nouveau, et je tournais sans arrĂȘt autour de cet arbre aussi vite que je le pouvais, en criant: «Gloire Ă  Dieu, que Dieu soit louĂ©!» Je criais aussi fort que je le pouvais. Oui, on aurait pu penser que j’étais un fou, j’agitais les mains, je criais Ă  tue-tĂȘte. Et je me suis arrĂȘtĂ©. Je passais tout simplement un merveilleux moment, en train de me rĂ©jouir.
Et j’ai entendu un petit Ă©cureuil des pins se mettre Ă  couiner. J’ai jetĂ© un coup d’oeil Ă  ce petit animal, et il est sorti sur un chicot lĂ  oĂč des arbres avaient Ă©tĂ© renversĂ©s par le vent, quelques arbres avaient Ă©tĂ© renversĂ©s par le vent. Et je pensais qu’il s’en prenait Ă  moi. Ce sont de petits compagnons les plus bruyants qu’il y a dans les bois. Et il faisait tout simplement des histoires, vous savez, et il est certainement un policier. Tout le gibier s’enfuit lorsqu’il se met Ă  hurler, parce qu’ils savent que quelque chose s’est approchĂ©. Je pensais qu’il aboyait aprĂšs moi, parce que je me comportais drĂŽlement comme cela. Je me suis dit: «SĂ»rement qu’il ne dit pas amen Ă  ce que je fais.»Alors je l’ai regardĂ©, et il continuait...?... tchat, tchat, tchat, tchat. Et je l’ai regardĂ© pendant un moment, et aprĂšs un instant j’ai dĂ©couvert aprĂšs quoi il aboyait.
E-12 Il y avait un grand aigle qui avait Ă©tĂ© contraint de se poser lĂ . Le grand oiseau s’est hissĂ© sur une branche, de grands yeux gris se mirent Ă  regarder dans tous les sens. Et je me suis dit: «Eh bien, maintenant, pourquoi Dieu m’a-t-Il arrĂȘtĂ© pour que j’observe cet aigle? Il n’y a rien de bon; ce n’est qu’un charognard. Alors pourquoi devrais-je observer maintenant cet aigle et non cet arc-en-ciel?»Et je me suis dit: «Eh bien, Seigneur, pourquoi as-Tu fait cela?» Et j’ai dit: «Maintenant, qu’en est-il de cet aigle? Je ne vois rien d’extraordinaire en lui. C’est juste un grand vieil aigle qui s’est posĂ© lĂ .» Franchement, je–si vous abattez un cerf, il le mangera Ă  votre place, si vous ne le cachez pas. Alors je me suis dit: «Eh bien, pourquoi cet oiseau s’est posĂ© lĂ ?»
Je l’ai observĂ©, et aprĂšs un moment je me suis dit: «Il y a une raison pour laquelle le Seigneur voulait que je voie cela. Regarde comme il est courageux. Oh! la la! Comme il est courageux!» J’ai dit: «Dis, tu sais, je peux t’abattre?» Il a tournĂ© le regard vers moi comme cela, il a roulĂ© ces grands yeux en regardant tout autour, il a regardĂ© de nouveau vers ce vieil Ă©cureuil des pins. Et je me suis dit: «Je sais que tu n’as pas peur de lui, mais tu as sĂ»rement peur de moi.» Et alors je me suis dit: «Je vais voir Ă  quel point il a peur.» J’ai tendu la main comme si j’allais prendre mon fusil, comme cela. Et quand j’ai fait cela, il–il a bougĂ©; il m’a regardĂ©. Je l’ai vu. J’ai dit: «Eh bien, pourquoi est-il si courageux? Qu’est-ce qui le rend si courageux? Et j’ai remarquĂ©, il remuait sans cesse les plumes de ses ailes. J’ai dit: «Je comprends.» Dieu lui a donnĂ© deux ailes; il a confiance en elles. Et je vous assure, il savait qu’il pouvait se retrouver dans cet arbre-lĂ  avant que je ne puisse prendre le fusil qui Ă©tait au sol. Ah! C’est vrai.
E-13 Et je me suis dit: «Si–si un aigle peut avoir confiance dans ses ailes, combien plus l’église devrait-elle placer sa foi dans le Saint-Esprit que Dieu lui a donnĂ© pour l’emporter loin du danger?» C’est juste. Quelle foi devriez-vous avoir?
J’ai continuĂ© Ă  l’observer, oh! jusqu’à ce qu’il en a eu assez d’entendre cet Ă©cureuil des pins. Je l’admirais. Et j’ai remarquĂ© qu’il a juste fait un grand bond, il est simplement montĂ© un petit peu au-dessus de l’arbre comme cela, il a battu des ailes environ deux fois; il n’a plus battu des ailes du tout. Il a simplement dĂ©ployĂ© ses ailes. Et Ă  chaque coup de vent, il se laissait simplement emporter par celui-ci. Quand le vent venait de nouveau, il se laissait simplement emporter par celui-ci, laissant ce vieux petit jacasseur terrestre se tenant lĂ . J’ai dit: «Je comprends, Seigneur.»
E-14 Oh! Si seulement nous savions: il ne s’agit pas de sauter ici, et d’adhĂ©rer Ă  cette Ă©glise, et de quitter les assemblĂ©es de Dieu, et d’adhĂ©rer au Foursquare, et de courir vers celle-ci, et d’aller d’un endroit Ă  un autre. Il est simplement question de savoir comment dĂ©ployer vos ailes, et lorsque le Saint-Esprit vient, monter avec Lui, continuellement et continuellement. Je me suis tenu lĂ  et je l’ai observĂ© jusqu’à ce qu’il n’était plus qu’un petit point, jusqu’à ce qu’il a complĂštement disparu. J’ai recommencĂ© Ă  pleurer. Je me suis dit: «VoilĂ !» Il n’a plus jamais battu des ailes. Cela ne l’avait pas du tout dĂ©rangĂ©. Il a simplement dĂ©ployĂ© ses ailes et il s’est laissĂ© emporter par les vagues d’air comme cela, alors qu’il s’en allait laissant ce vieux petit jacasseur terrestre ici. Je me suis dit: «VoilĂ !» Si l’Eglise pouvait simplement dĂ©ployer ses ailes dans l’amour de Dieu, et voler loin de ces vieilles petites choses qui disent que les jours des miracles sont passĂ©s, loin de ce vieux petit jacasseur terrestre.» Nous ne sommes pas des gens liĂ©s Ă  la terre; nous sommes des gens qui vont au Ciel. DĂ©ployons simplement nos ailes dans le Saint-Esprit, qui nous emportera hors d’ici, dans des sphĂšres dont le monde ne sait rien.
E-15 Dieu est dans Sa nature. Si vous L’observez, vous Le verrez dans le rùgne animal. Vous Le verrez partout.
Je me souviens d’une vieille petite source lĂ -bas oĂč j’avais coutume d’aller boire. MĂȘme dans cette source je voyais Dieu. Je me rendais lĂ -bas, et c’était la source la plus heureuse que j’aie jamais vue. Chaque annĂ©e, lorsque je monte lĂ -bas, cela bouillonne, bouillonne, bouillonne, et bouillonne aussi fort qu’elle le peut. Je l’ai observĂ©e un jour, j’ai dit: «Dis donc, n’es-tu jamais fatiguĂ©e? Qu’est-ce qui te rend si heureuse? Qu’est-ce qui te fait bouillonner?» Si elle pouvait... J’ai dit: «Peut-ĂȘtre que tu es–tu es heureuse parce que les cerfs viennent boire de ton eau. Non. Peut-ĂȘtre tu es heureuse parce que les ours boivent de ton eau. Non. Peut-ĂȘtre tu es heureuse parce que je bois de ton eau. Non.» J’ai dit: «Pourquoi es-tu si heureuse?»
Si elle pouvait rĂ©pondre, elle dirait: «FrĂšre Branham, ce n’est pas moi qui bouillonne. C’est quelque chose en moi qui me pousse, qui me fait bouillonner.»
C’est ce que je pense au sujet d’une rĂ©union du Saint-Esprit Ă  l’ancienne mode. Ce ne sont pas les gens qui sont excitĂ©s; c’est le Saint-Esprit qui entre en eux et qui fait qu’ils soient excitĂ©s, c’est cela qui les fait bouillonner, qui leur donne la puissance, qui leur donne la joie. C’est juste. Comme cela... C’est le Saint-Esprit qui bouillonne.
E-16 Si je regardais dehors ce soir et regardais cette grande Ă©toile du matin, l’étoile du soir suspendue lĂ -bas, et lui demandais: «Qu’est-ce qui te fait briller, ĂŽ Ă©toile du soir?»
Si elle pouvait me regarder, elle dirait: «Ce n’est pas moi qui brille, FrĂšre Branham. C’est le soleil qui brille sur moi. C’est ce qui produit cette lumiĂšre.»
Quand on tient une rĂ©union Ă  l’ancienne mode, il y a davantage de tĂ©moignages et de puissance de Dieu. Ce n’est pas le peuple qui brille; c’est le Saint-Esprit du Ciel qui brille sur le peuple, qui donne sa LumiĂšre Ă  ce monde sombre en l’absence du Fils de Dieu. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
AllĂ©luia! FrĂšre, c’est juste. Ce qu’il nous faut ce soir, c’est une rĂ©union Ă  l’ancienne mode qui bouillonne.
E-17 J’avais l’habitude d’aller, lorsque j’étais le pasteur de l’Eglise baptiste de Milltown. Je restais chez certains amis dĂ©nommĂ©s Wright. J’avais l’habitude d’aller lĂ -bas le soir, loin dans les collines; et lorsque j’allais lĂ -bas, il y avait un vieux rossignol ou un moqueur, comme on les appelle lĂ -bas, qui se posait sur un vieux cĂšdre, oĂč il passait la nuit, c’était en contrebas de la grange, Ă  une distance d’environ un demi mile [800 m] lĂ  sur la colline, Ă  travers les bois jusqu’à cet endroit-lĂ . Ce vieux petit rossignol se posait lĂ , et de temps en temps, par une soirĂ©e nuageuse, il attendait un peu, et ensuite il se mettait Ă  chanter Ă  plein gosier.
Et j’ai commencĂ© Ă  Ă©tudier pour savoir qu’est-ce qui le faisait chanter; j’ai Ă©tudiĂ© le rossignol. Il se pose lĂ , et il regarde en direction du ciel pendant la nuit. Et chaque fois qu’il voit une Ă©toile briller, il se met Ă  chanter, parce qu’il sait que le soleil brille quelque part. Ha, ha. Amen.
E-18 Je pense que lorsque vous voyez la puissance de Dieu se dĂ©verser dans une rĂ©union, cela signifie ceci: JĂ©sus-Christ est vivant quelque part. AllĂ©luia! C’est la mĂȘme puissance du Saint-Esprit qui les a ressuscitĂ©s au jour de la PentecĂŽte et qui leur a donnĂ© la bĂ©nĂ©diction de Dieu. Cette puissance existe encore quelque part, lorsque vous voyez une Ă©glise qui est unie avec Dieu. Quelle chose merveilleuse, Dieu dans Son univers.
E-19 Parfois je monte lĂ -bas dans les bois du Nord, je Le contemple dans Son grand univers. Il y a de petits canards qui naissent lĂ -haut dans le marais, ils... dans les mares. Le mĂąle et la femelle viennent de la Louisiane, et du Texas, et des environs de chez frĂšre Jack. Et ils se rendent lĂ  au–au printemps, et ils font un nid, et ils pondent leurs oeufs. Et ensuite, durant l’étĂ© ces jeunes canards Ă©closent et font pousser des plumes. Et il y en a tout un groupe dans la mare.
AussitĂŽt, un soir, la neige commence Ă  tomber sur les cimes des montagnes, et cette brise froide descend de cette montagne. Et dĂšs que cette premiĂšre brise froide souffle sur cette petite Ă©tendue d’eau, un petit mĂąle quelque part lĂ , un petit canard qui est un leader... Chaque canard qui vit dans cette mare reconnaĂźt que c’est celui-lĂ  le leader. Il va s’élancer juste lĂ  au milieu de cette mare, il va dresser son bec en l’air, et faire: «Coin, coin, coin, coin.» Et chaque canard de cette mare va venir droit vers lui. Il va s’envoler... Il est...
E-20 Souvenez-vous qu’il est nĂ© dans cette mare. Il n’a jamais quittĂ© cette mare; il va... Il n’a pas de boussole, mais il va carrĂ©ment s’envoler de cette mare et aller tout aussi droit qu’il pourra vers la Louisiane. Nous appelons cela l’instinct. Eh bien, si nous... Si un canard a suffisamment d’instinct, suffisamment de jugeote pour savoir comment Ă©chapper Ă  l’hiver, que devrait donc faire un homme qui a le baptĂȘme du Saint-Esprit? C’est juste. Nous devrions avoir autant de bon sens qu’un canard. Ne le pensez-vous pas? C’est juste.
Lorsque le Saint-Esprit de Dieu se meut sur un homme, celui-ci voit venir quelque chose, il va quelque part, il va ailleurs, glorifiant Dieu. Il va tout droit vers la Louisiane.
E-21 Suivez, je vais vous dire autre chose. Lorsque vous sortez ici et qu’aprĂšs avoir allumĂ© votre radio, on dit: «Demain, il fera beau temps.», vous prenez le journal, le commentateur dit: «Demain, il fera beau et nous aurons un beau temps.» Observez cette laie dĂ©placer cette paille du flanc nord de la colline, et revenir par ici sur le flanc sud de la colline, et y faire son lit. Ne prĂȘtez pas attention Ă  ce qu’a dit le commentateur. Cette laie en sait plus Ă  ce sujet que lui. Evidemment. Lorsque l’hiver approche, observez les lapins pendant qu’ils se cachent sous les buissons, c’est l’hiver, qu’est-ce? Dieu leur a donnĂ© l’instinct. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©.
Dieu a donnĂ© Ă  un animal l’instinct pour se prĂ©server, et Il a donnĂ© Ă  l’homme le Saint-Esprit pour veiller sur lui. Mais un animal se fie Ă  son instinct, et l’homme a peur de se confier au Saint-Esprit. AllĂ©luia! C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Ce qu’il nous faut ce soir...?... nos bras et dire: «Seigneur Dieu, je crois que chaque Parole que Tu as Ă©crite est la vĂ©ritĂ©. Je vais m’en tenir Ă  Cela, quitte Ă  en mourir. C’est Ton Saint-Esprit qui conduit.» A ce moment-lĂ , nous arriverons quelque part. Amen.
E-22 Dieu dans Son univers, agissant par Sa grande puissance. Une fois je gardais du bĂ©tail, et j’avais une paire de jumelles, et je suis montĂ© au sommet de la colline, et j’étais en train d’observer. C’était une belle vue, voir Dieu dans Sa nature, comment Il se mouvait. Et un vieil aigle avait bĂąti son nid tout en haut dans un grand fourrĂ©, tout en haut dans les rochers, oĂč d’habitude elle fait son nid. Et je l’observais. Et elle essayait de faire sortir ses petits de ce nid. Elle a dĂ©ployĂ© ses ailes comme cela et elle roucoulait.
Et j’avais une paire de jumelles qui grossissait dix fois; je surveillais le bĂ©tail dans les pĂąturages, alors je pouvais voir oĂč se trouvait cette aigle. Je l’ai observĂ©e. Et elle appelait ces petits en roucoulant, et oh, si jamais vous vous ĂȘtes dĂ©jĂ  approchĂ© du nid d’un aigle, comme ça pue! Et tous ces aiglons sont venus et sont montĂ©s sur ses ailes. Elle les a transportĂ©s hors du nid, elle les a pris de lĂ , elle les a amenĂ©s tout en bas lĂ  Ă  travers ces ravins, jusque dans la prairie, et elle les y a dĂ©posĂ©s.
E-23 Eh bien, ces pauvres aiglons n’avaient jamais vu le gazon auparavant. La seule chose qu’ils connaissaient, c’était le vieux nid puant, et les Ă©pines, et tout; les aigles font leurs nids avec des bĂątons et des Ă©pines et tout. Lorsque ces petits aiglons sont descendus de ses ailes, ils sont descendus lĂ  et se sont mis Ă  picoter un peu de gazon ici et lĂ , eh bien, c’étaient les petits compagnons les plus heureux que vous ayez jamais vus. La mĂšre s’est tournĂ©e et est montĂ©e aussi haut qu’elle pouvait; elle est allĂ©e sur le pic le plus Ă©levĂ© d’une montagne. Elle s’est posĂ©e lĂ  et elle remuait ses grandes plumes. J’ai levĂ© mes jumelles pour l’observer. Et elle se tenait lĂ . Je me tenais lĂ  dans un buisson, en train de l’observer, mon cheval Ă©tait attachĂ© sur la colline, je l’observais. Je me suis dit: «Oh! Dieu, allĂ©luia!»
E-24 Je l’ai de nouveau observĂ©e; je l’ai vue lĂ -haut, sa grosse tĂȘte tournĂ©e vers le ciel, elle regardait tout autour comme cela, surveillant ces aiglons. J’ai vu ces petits aiglons lever les yeux pour voir oĂč se trouvait maman, vous savez, ils Ă©taient tout aussi insouciants qu’ils pouvaient l’ĂȘtre. Ils faisaient des culbutes l’un sur l’autre, et ils saisissaient... Le nouveau gazon Ă©tait si doux sous leurs pattes. Et je me suis dit: «Oh! FrĂšre, si ce n’est pas lĂ  une rĂ©union du Saint-Esprit, je n’en ai jamais vu une de ma vie.» C’est juste. Vous Ă©tiez dans le vieux nid dĂ©gueulasse, excusez-moi, ce bon vieux nid plein de vomissures du monde, vous Ă©tiez ici Ă  perdre du temps avec des histoires, et Dieu descend dans Sa misĂ©ricorde, Il vous porte sur Ses ailes Ă©ternelles, Il vous fait passer au-dessus et vous dĂ©pose dans une grande rĂ©union du Saint-Esprit Ă  l’ancienne mode, lĂ  oĂč vous ne vous souciez plus de rien. Et le Seigneur JĂ©sus-Christ a gravi les remparts de la gloire, Il s’est assis Ă  la droite de Sa MajestĂ© ce soir; Son oeil est sur le moineau, et Il... je sais qu’Il veille sur moi. Il surveille chaque mouvement (Evidemment.) pour voir ce qui arrive. Je vous assure, qu’un coyote ose approche s’il veut avoir la plus grande fessĂ©e qu’il ait jamais eue. Elle plongerait du haut de ce rocher lĂ  et lui donnerait une raclĂ©e comme il n’en a jamais eu. C’est juste.
Que le diable se mette Ă  s’amuser dans une rĂ©union chrĂ©tienne une fois, observez quelle fessĂ©e il recevra. C’est juste. Parce que notre grand MaĂźtre de la Vie est montĂ© plus haut et est assis dans Sa majestĂ©, regardant vers la terre. De mĂȘme que Ses yeux sont sur le moineau, Il surveille chacun de Ses enfants. Il sait oĂč ils se trouvent et ce qu’ils font. N’ayez pas peur; sentez-vous aussi libres que possible.
E-25 Oh! la la! AussitĂŽt, j’ai vu cette vieille mĂšre aigle relever la tĂȘte et humer l’air Ă  quelques reprises. Il y avait une tempĂȘte du nord qui approchait, et elle venait rapidement. Et en une minute ou deux, les Ă©clairs brillaient, un nuage noir venait. Elle a poussĂ© un cri et elle s’est Ă©lancĂ©e de ce rocher, elle est descendue droit jusque dans ce prĂ©, elle a filĂ© comme une balle de fusil, elle a dĂ©ployĂ© ses grandes ailes comme cela, et elle s’est mise Ă  crier, Ă  pĂ©pier, sans arrĂȘt. Et chacun de ces petits aiglons est venu aussi vite que possible, ils sont montĂ©s sur son dos et ont saisi ses plumes Ă  l’aide de leurs becs, ils se sont accrochĂ©s comme cela, et ils ont accrochĂ© leurs petites serres sur ses ailes. Et elle a simplement dĂ©ployĂ© ses ailes chargĂ©es d’aiglons, et elle a foncĂ© dans l’orage qui venait juste devant elle. Elle s’est directement hĂątĂ©e et elle est entrĂ©e dans une crevasse dans le rocher.
J’ai dit: «AllĂ©luia! AllĂ©luia!» Un jour cette merveilleuse et heureuse vie que nous menons... Les orages viendront, mais notre Sauveur viendra, Il dĂ©ploiera Ses ailes; je m’accrocherai au Calvaire, et je m’envolerai lĂ  dans ce rocher, jusqu’à notre demeure cĂ©leste (AllĂ©luia!), oĂč nous serons Ă©ternellement dans Sa PrĂ©sence et dans Sa Gloire, Ă  l’abri de tout danger. Qu’ils larguent leurs bombes atomiques, leurs bombes Ă  hydrogĂšne, pourquoi m’en faire? J’ai Quelqu’Un qui veille sur moi ce soir. Pourquoi l’Eglise doit-elle s’inquiĂ©ter? Eh bien, la fumĂ©e ne sera pas dissipĂ©e que nous serons dans la Gloire, chantant les louanges de Dieu avec les saints qui sont dĂ©jĂ  partis. Eh bien, pourquoi nous inquiĂ©ter Ă  cause des bombes atomiques, des bombes Ă  hydrogĂšne, et des bombes Z, et de toutes les autres bombes? FrĂšre, nous avons dĂ©jĂ  une bombe qui a complĂštement dĂ©truit le diable et le pĂ©chĂ©, et nous avons une bombe de la puissance de JĂ©sus-Christ, et elle nous rendra assez lĂ©gers pour nous envoler jusqu’au Ciel avec Lui. Amen.
E-26 Evidemment, Dieu est dans Son univers. Dieu agit dans Son univers. Observez. J’aurais aimĂ© que nous ayons le temps de bien entrer en profondeur dans ces choses une fois.
Il y a quelque temps un infidĂšle... Il parcourait le pays. Et il faisait des convertis; il allait vers les gens et leur disait que Dieu n’existe pas. Il est allĂ© en Angleterre. Aucun prĂ©dicateur n’était–ne semblait vouloir l’affronter. C’était un homme imposant. Et lorsqu’il est revenu, sa santĂ© s’était dĂ©tĂ©riorĂ©e, alors il s’est rendu dans l’Ouest. Il s’est dit: «Je vais aller lĂ  faire un–un petit voyage et me reposer un peu.» Pendant qu’il Ă©tait lĂ -haut en repos, un jour il a fait une petite promenade dans les bois. Le vent s’est mis Ă  souffler dans ces pins. FrĂšre, ça, c’est la musique. Et il allait lĂ  et il regardait ces grands rochers suspendus dans les montagnes, une conviction vint sur lui. La Bible dit: «S’ils se taisent, les pierres crieront immĂ©diatement.»
Il est tombĂ© sur ses genoux et a dit: «Oh! Grande crĂ©ation, ai-je tort? Ai-je tort? Es-tu apparue lĂ  de la maniĂšre que je pensais ou est-ce la Bible qui a raison?» Et lĂ  ce grand infidĂšle qui semait la terreur, que les prĂ©dicateurs avaient peur d’affronter, Dieu a mis la nature lĂ -bas en avant, et Il a converti cet homme-lĂ . Il est un prĂ©dicateur dans le champ [missionnaire] aujourd’hui, il prĂȘche l’Evangile du Seigneur JĂ©sus-Christ.
E-27 Pourquoi? S’ils se taisent, les pierres crieront immĂ©diatement. Dieu parle Ă  travers Sa nature. Le croyez-vous? Dieu est dans Sa nature. Observez comment chaque chose se produit. Il y a des millions de choses dont nous pourrions parler, si le temps nous le permettait, qui montrent que Dieu est dans Sa nature. Croyez-vous que Dieu est dans sa nature? Dans Son univers?
Maintenant, Dieu dans Sa Parole. Dieu a promis de bĂ©nir Sa Parole. Il veille sur Sa Parole pour L’accomplir, pour En prendre soin. Le croyez-vous? La Parole de Dieu, a dit JĂ©sus, est une Semence, c’est la Semence de Dieu. Chaque Parole est une Semence. «Le semeur sortit pour semer la semence», a dit JĂ©sus. Et lorsque... la Semence, c’était la Parole de Dieu.
Maintenant, chaque Parole de Dieu est la Semence de Dieu, et Elle produira trĂšs exactement ce que la Bible dit qu’Elle est. Si c’est le salut dont vous avez besoin, prenez la Semence de Dieu: «Venez Ă  moi vous tous qui ĂȘtes fatiguĂ©s et chargĂ©s.» Si vous avez besoin de la guĂ©rison: «Je suis l’Eternel qui te guĂ©rit.»
Tout ce dont vous avez besoin, c’est une promesse dans cette Bible; Dieu veillera Ă  chaque promesse. Et Ă©coutez ceci. Je dis ceci avec respect, en toute quiĂ©tude, afin que vous puissiez vous souvenir de ce que Dieu fera: La bonne attitude mentale envers chaque promesse divine de Dieu accomplira la chose. Si vous adoptez la bonne attitude mentale Ă  l’égard de chaque promesse divine, cela amĂšnera la chose Ă  s’accomplir.
E-28 ConsidĂ©rez la semence. Vous les gens de la Californie ici prĂ©sents, considĂ©rez votre petit verger par ici, et voyez vos orangeraies. ConsidĂ©rez votre petit oranger lorsqu’il n’est pas plus haut que ça. Il provient d’une petite graine, il se dresse simplement comme ça. Ça ressemble Ă  une toute petite bulle. Chaque orange que portera cet arbre se trouve juste lĂ  Ă  ce moment-lĂ . C’est juste.
Pensez simplement, c’est un petit arbre de cette dimension, et dedans il y a des centaines de boisseaux d’oranges. Eh bien, vous direz: «FrĂšre Branham, que voulez-vous dire?» Ça se trouve juste lĂ  dans cet arbre juste Ă  ce moment. Si ce n’est pas le cas, d’oĂč cela provient-il? La seule chose que l’arbre fait, c’est simplement boire l’eau qu’il tire de la terre. Et il doit absorber au-delĂ  de sa mesure. Parce qu’il doit absorber une trĂšs grande quantitĂ© de sorte qu’il puisse croĂźtre. Il va faire pousser des branches, ensuite il va boire. Il va faire pousser des branches, ensuite il va boire; il va donner des fleurs et porter des oranges. Il boit et croĂźt, boit et croĂźt constamment.»
E-29 Il en est ainsi de l’homme qui est nĂ© de l’Esprit de Dieu. Lorsqu’il reçoit la promesse de Dieu dans son coeur... Et suivez, la seule chose que Dieu fait, c’est de vous planter en JĂ©sus-Christ par le Saint-Esprit, et tout ce qu’il vous faut pour ce voyage terrestre est en vous lorsque vous recevez le Saint-Esprit. Amen. La seule chose que vous avez Ă  faire, c’est de boire et de croĂźtre.
Je vous assure que c’est ça le problĂšme du chrĂ©tien ce soir: vous ne tirez pas les dividendes de votre baptĂȘme du Saint-Esprit. Tirez et buvez, et buvez, et buvez, et buvez jusqu’à ce que vous allez produire le salut, vous allez produire la guĂ©rison divine, vous allez produire le baptĂȘme du Saint-Esprit. Buvez, buvez, buvez tout simplement. Et vous ĂȘtes plantĂ© prĂšs de la Fontaine inĂ©puisable de la Vie, Laquelle est JĂ©sus-Christ. Que celui qui a soif boive, que celui qui entend dise: «Viens». Que celui qui veut vienne et qu’il boive aux fontaines des eaux de la Vie gratuitement. Amen. Quelle pensĂ©e merveilleuse nous avons de Lui, lĂ ! Dieu dans Sa Parole. Dieu doit tenir Sa Parole.
E-30 Nous avons juste le temps... Je me presse maintenant, je me dĂ©pĂȘche. Suivez ceci, rapidement, encore une pensĂ©e. Lorsque Dieu s’adressa Ă  MoĂŻse... Eh bien, «Voici J’envoie un Ange devant toi afin de te garder en chemin. Tiens-toi sur tes gardes en Sa PrĂ©sence, ne Lui rĂ©siste point, Mon Nom est en Lui. Il ne pardonnera pas vos pĂ©chĂ©s.» Il a dit: «Je vous ai donnĂ© la Palestine.» Il a donnĂ© cela... Oui, oui.
Maintenant, le problĂšme des gens, lorsque vous devenez un chrĂ©tien, vous ne regardez pas partout dans la Bible pour voir... Vous dites: «Eh bien, j’ai acceptĂ© JĂ©sus comme mon Sauveur personnel.» C’est bien. Il n’y a rien de mal Ă  cela. C’est ce que vous devriez faire. Mais aprĂšs que vous ĂȘtes devenu un chrĂ©tien, allez dans la Bible, regardez-y partout et voyez ce qui vous appartient. Amen.
E-31 Lorsque vous achetez une maison, vous visitez partout pour voir ce qui vous appartient, n’est-ce pas? Eh bien, c’est comme lorsque vous entrez dans une grande galerie. Moi, j’irai partout, dans la grande galerie. C’est cela. J’irai partout; j’observe ceci. Cela m’appartient.
Maintenant, si vous voulez vous tenir en retrait et dire: «Oui, je crois cela. Mais je–j’ai peur. J’ai peur de ne pas y parvenir». Eh bien, allez-y, c’est tout ce que vous allez recevoir. Mais quant Ă  moi, j’aime regarder partout comme Abraham, parcourir le pays, et voir ce que je possĂšde. Amen. J’aime voir si Sa promesse est ce qu’Il a dit. Je croirai cela. Ça se trouve dans Sa Parole.
E-32 Elle est trĂšs grande, cette galerie de Christ; par un seul Esprit nous sommes baptisĂ©s dans cette galerie. Si quelque chose me semble un peu bizarre, je prends simplement une Ă©chelle, et je monte, et j’examine cela, et je vois Ă  quoi cela ressemble. VoilĂ  comment s’y prendre. Montez par la foi jusque dans les sphĂšres oĂč l’homme ne peut pas arriver. C’est suspendu lĂ ; Dieu vous l’a promis. Il y a une Ă©chelle; continuez simplement Ă  monter. Vous atteindrez cela; tendez le bras pour prendre cela. Amen.
Je vais... Bien des fois j’ai honte de penser Ă  notre petite foi insignifiante, quand la Parole Ă©ternelle de Dieu se trouve ici, Laquelle est Dieu Lui-mĂȘme manifestĂ© dans la Parole.
E-33 Observez ce qu’Il a dit. Voici une bonne pensĂ©e. Il a dit Ă  JosuĂ©, ou plutĂŽt pas JosuĂ©, mais MoĂŻse: «Je vous ai donnĂ© la Palestine; ça vous appartient.» Et c’était entiĂšrement fortifiĂ© avec des murailles par les Philistins, de grandes murailles entouraient cela, mais [Il a dit:] «Je vous l’ai donnĂ©e.» Cela vous appartient; maintenant allez vous en emparer. VoilĂ  l’idĂ©e. Allez vous en emparer.
La guĂ©rison divine vous appartient; allez vous en emparer. C’est fortifiĂ© avec les croyances des docteurs, et les croyances des agnostiques, et tout le reste, mais allez vous en emparer. Dieu a dit que cela vous appartient. Amen. Le Saint-Esprit vous appartient; allez vous en emparer. Votre pasteur ne le croit pas, mais la Bible l’a dit. Allez vous en emparer. C’est la Parole de Dieu.
Vous savez que ces dix-lĂ , qui Ă©taient revenus, ont dit: «Oh! Nous avons l’air des sauterelles; nous ne pouvons pas le faire.»
JosuĂ© a dit: «Si, nous le pouvons. Dieu l’a dit; c’est la promesse. Je crois cela.»
Pierre a dit: «La promesse est pour vous, et pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu appellera.» Amen.
E-34 Je crois au baptĂȘme du Saint-Esprit et Ă  toute la plĂ©nitude de Dieu qui se dĂ©verse sur l’Eglise aujourd’hui. C’est pour quiconque veut. Dieu a promis cela dans Sa Parole. Cela nous appartient; emparons-nous-en. Allons-y et prenons possession du pays. Or ils...
Dieu n’est pas allĂ© lĂ -bas tuer tous les Philistins, et les AmorĂ©ens, et les autres, et tout balayer et dire: «Maintenant, venez, les amis.» Ça, ce n’est pas la maniĂšre de Dieu de faire cela. Il vous donne la promesse, et dit: «Va t’en emparer.» c’est juste.
La guĂ©rison divine vous appartient ce soir; allez vous en emparer. Dieu a promis que vous pouvez marcher, et vous pourrez marcher, et vous pourrez marcher, et vous pourrez marcher, et vous pourrez voir, et peu importe ce que c’est, Dieu vous l’a promis; allons nous en emparer. Dieu l’a dit. Il est tout autant... S’Il ne vaut pas ce que vaut Sa Parole, alors Il n’est pas Dieu. Allons possĂ©der cela; cela nous appartient. Dieu est dans Sa Parole, le croyez-vous?
E-35 Dieu est dans Son Fils, croyez-vous cela? C’est ce que dit la Bible: «Dieu Ă©tait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme.» Le croyez-vous? Absolument. Lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, Il a dit qu’Il Ă©tait Dieu. Il ressemblait Ă  Dieu, Il agissait comme Dieu, Il prĂȘchait comme Dieu. Il guĂ©rissait comme Dieu; Il est mort comme un Prince, et Il est ressuscitĂ© comme Dieu. Il Ă©tait Dieu. Il a prouvĂ© qu’Il Ă©tait Dieu. AllĂ©luia!
Chaque homme et chaque femme qui aient jamais rĂ©alisĂ© quelque chose croyaient en Lui. Ce n’est pas Ă©tonnant qu’un poĂšte ait dit:
Au milieu des rochers fendus et des cieux assombris,
Mon Sauveur inclina Sa tĂȘte et mourut.
Le voile déchiré révéla le chemin
Vers la joie du Ciel et le jour sans fin.
Ce n’est pas Ă©tonnant qu’Eddie Perronet ait dit:
Que tous acclament la puissance du Nom de JĂ©sus!
Que les Anges se prosternent;
Apportez le diadĂšme royal,
Et couronnez-Le Seigneur de tous.
C’est vrai.
E-36 Un autre poĂšte a dit: Vivant, Il m’aima; mourant, Il me sauva; Enseveli, Il emporta mes pĂ©chĂ©s au loin; Ressuscitant, Il me justifia gratuitement pour toujours: Un jour Il va venir, quel jour glorieux!
La pauvre aveugle Fanny Crosby a dit: Ne m’oublie pas, ĂŽ Doux Sauveur, Ecoute mon humble cri; Pendant que Tu appelles les autres, Ne m’oublie pas. Toi la Fontaine de tout mon rĂ©confort, Plus que vie pour moi, Qui ai-je sur terre Ă  part Toi? Qui au Ciel si ce n’est Toi?
C’est juste. Elle savait qui Il Ă©tait.
E-37 Dieu Ă©tait dans Son Fils, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. La manifestation de Dieu... Le Dieu Tout-Puissant s’est dĂ©versĂ© en JĂ©sus-Christ. C’est juste. Et JĂ©sus-Christ s’est dĂ©versĂ© dans l’Eglise. AllĂ©luia!
Dieu est dans Son univers. Croyez-vous cela? Dieu est dans Sa Parole; croyez-vous cela? Dieu est dans Son Fils; croyez-vous cela? Dieu est dans Son peuple; croyez-vous cela? AllĂ©luia! Dieu est dans Son peuple ce soir, accomplissant des oeuvres, faisant des miracles, exactement comme Il l’avait fait. «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» Le croyez-vous? Oh! la la! Amen!
E-38 Prions. PĂšre cĂ©leste, nous Te remercions pour Ta bontĂ© et Ta misĂ©ricorde. Oh! Lorsque je m’imagine que Tu tenais lĂ  sous Ton univers, regardant en bas vers la terre... Je m’imagine, lorsque Tu marchais ici en GalilĂ©e, sur les montagnes la nuit, observant les grandes plantations et le reste, les grandes planĂštes de l’univers et le systĂšme solaire, sachant que c’est Toi qui les as crĂ©Ă©s, Tu les as fait tournoyer lĂ  avec Tes mains, Tu as soufflĂ© de Ton souffle dans la paume de Tes mains et chaque Ă©toile est venue Ă  l’existence. AllĂ©luia!
Tu as Ă©tĂ© fait pĂ©chĂ© ici sur terre en vue d’arracher l’aiguillon de la mort et de le planter dans Ton propre corps, pour mettre la maladie dans Ton propre corps et la porter pour nous... Donne-nous cela dans la Parole, confirme cela par le Saint-Esprit... Tu es dans Ta Parole, dans Ton Fils, maintenant dans Ton peuple. Comment pourrions-nous encore douter? «Montre-nous le PĂšre, et cela nous suffit.»
E-39 Seigneur, nous croyons ce soir, que Tu es le mĂȘme Dieu qui marchait en GalilĂ©e. Nous croyons que Tu es le mĂȘme qui Ă©tait lĂ -bas avant qu’il y ait une Ă©toile dans les cieux et qui a dit: «Que la lumiĂšre soit!» Et le soleil est venu Ă  l’existence. Ô Dieu, aie pitiĂ© de nous. Et je Te prie d’envoyer un rĂ©veil dans cette ville, et que tous ces grands murs de diffĂ©rends soient dĂ©molis, et que le Saint-Esprit ait la prĂ©Ă©minence dans chaque coeur. Accorde ce soir, que le boiteux marche, que l’aveugle voie, que le sourd entende, et que le muet parle. Que des miracles et des prodiges s’accomplissent pour Ta gloire, car nous demandons cela en Son Nom. Amen.
E-40 Croyez-vous que Dieu est ici? Croyez-vous que Dieu est dans Sa crĂ©ation? Croyez-vous que Dieu est dans Sa Parole? Croyez-vous que Dieu Ă©tait dans Son Fils? Maintenant, Dieu est dans son peuple. Tout ce que Dieu Ă©tait a Ă©tĂ© placĂ© en JĂ©sus-Christ. Il Ă©tait l’égal du PĂšre. Est-ce vrai? Il n’a pas regardĂ© cela comme une proie Ă  arracher, mais Il Ă©tait Ă©gal au PĂšre. Je pensais souvent que Dieu Ă©tait fĂąchĂ© contre moi, mais que JĂ©sus m’aimait. Mais je suis arrivĂ© Ă  comprendre que JĂ©sus-Christ Ă©tait le coeur mĂȘme de Dieu. Amen. JĂ©sus, ici, a manifestĂ© l’amour de Son PĂšre au peuple. Alors j’ai vu que Dieu Ă©tait dans Son Fils. Et maintenant, Il a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, mĂȘme en vous.» Donc Dieu est dans Son peuple, accomplissant les mĂȘmes miracles et prodiges qu’Il avait accomplis lorsqu’Il Ă©tait en GalilĂ©e, les mĂȘmes miracles et prodiges qu’Il avait accomplis lorsqu’Il est venu dans le dĂ©sert dans la Colonne de Feu. Il est aujourd’hui le mĂȘme JĂ©hovah Dieu qu’Il Ă©tait lĂ  jadis en Eden, lorsqu’Il descendait dans la nature. Amen.
E-41 Oh! la la! Lorsque je regarde et je pense combien insignifiant et combien petit... Quand nous qui confessons avoir embrassĂ© le bord de la coupe des bĂ©nĂ©dictions de Sa puissance, nous pouvons rester tranquilles, et regarder ce monde pĂ©cheur, et rester tranquilles, je me demande parfois s’il ne nous faut pas une nouvelle immersion de la part de Dieu. Amen. C’est juste. OĂč est votre foi? Levez-vous, vous Ă©toiles du matin, et criez les louanges de Dieu. C’est vrai.
Ne laissez pas le diable mettre quelque chose sur vous. Il n’est qu’un bluff. Il n’a aucun pouvoir lĂ©gal. Lorsque JĂ©sus est mort au Calvaire, Il l’a dĂ©pouillĂ© de tout ce qu’il avait. La seule chose qu’il a ce soir, c’est un bluff. C’est vrai.
E-42 Nous avons une possession lĂ©gale par JĂ©sus-Christ. Chaque croyant qui est ici a un carnet de chĂšques. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... Ă  partir du dĂ©pĂŽt qui a Ă©tĂ© fait au Calvaire avec le Sang de JĂ©sus. AllĂ©luia! C’est lĂ  qu’Il a taillĂ© Satan en piĂšces. C’est lĂ  qu’Il l’a dĂ©possĂ©dĂ©, c’est lĂ  qu’Il l’a dĂ©pouillĂ©. Je peux voir JĂ©sus quand Il est mort lĂ  comme Emmanuel sur la croix. Son Ăąme, David a dit (Ce n’est pas Ă©tonnant qu’il l’ait dit): «Il ne livrera pas Son Ăąme au sĂ©jour des morts, Il ne permettra pas que Son Bien-AimĂ© voie la corruption.»
JĂ©sus a dit: «DĂ©truisez ce corps, et en...?... trois jours Je le relĂšverai.» Il Ă©tait dans la tombe. Il savait qu’Il allait sortir dans soixante-douze heures. Il savait qu’Il allait sortir de lĂ , car c’est ce qu’avait dit David; c’était une promesse, et Il croyait la Parole de Dieu. C’est vrai.
Suivez, il y a six cents et quelques promesses de la guĂ©rison divine, et nous sommes assis lĂ  endormis. Oh! la la! Nous prĂ©tendons ĂȘtre Ses enfants, levez-vous! Croyez en Lui! C’est vrai.
E-43 Je peux Le voir lorsqu’Il est mort. Son Ăąme est descendue dans les rĂ©gions des perdus. Je peux Le voir frapper Ă  la porte [FrĂšre Branham frappe dix fois sur la chaire.–N.D.E.] des perdus. Quelqu’un a dit: «Qui est-ce?» On ouvre les portes, et voilĂ  les Ăąmes mĂ©langĂ©es lĂ  en prison, attendant le jour du Jugement.
Il a dit: «Vous auriez dĂ» croire Enoch. Vous auriez dĂ» croire les prophĂštes. Je suis le Fils de Dieu nĂ© de la vierge, Celui dont Enoch avait dit qu’Il viendrait avec Ses saintes myriades. C’est Moi. [FrĂšre Branham frappe quatre fois sur la chaire.–N.D.E.] C’est Moi. Et tout ce qui a Ă©tĂ© Ă©crit de Moi dans la Parole de Mon PĂšre, J’ai confirmĂ© cela lĂ  sur la croix. C’est fini.» Il ferme les portes. C’est fini, ils auraient dĂ» reconnaĂźtre.
E-44 La terre a reconnu que c’était Lui. Elle a Ă©tĂ© secouĂ©e par un grand tremblement de terre lorsqu’Il est mort. La lune et le soleil se sont cachĂ© le visage. Leur CrĂ©ateur mĂȘme Ă©tait en train de mourir sur le Calvaire. Le soleil a disparu au milieu de la journĂ©e. Je L’ai vu descendre droit jusqu’aux portes de l’enfer. Oh! Je me sens religieux ce soir. Ecoutez, frĂšre... J’ai vu... Je sais de quoi je parle. Je ne suis pas perdu dans le brouillard. Non, non. Je sais exactement oĂč je me tiens. Oui, oui. Et Il est descendu directement dans les rĂ©gions infĂ©rieures de l’enfer, Il a frappĂ© Ă  la porte. [FrĂšre Branham frappe.–N.D.E.] Satan vient, et dit: «Qui est lĂ ?»
Il dit: «Ouvre.»
«Qui es-Tu?»
«Ouvre!»
Satan ouvre et dit: «Oh! Alors, Tu es finalement arrivĂ©, n’est-ce pas?» Il a dit: «Je pensais que je T’avais eu lorsque j’ai tuĂ© Abel. Lorsque j’ai jetĂ© Daniel dans la fosse aux lions, je pensais T’avoir eu. Je pensais T’avoir eu lorsque j’ai jetĂ© les enfants hĂ©breux dans la fournaise ardente. Lorsque j’ai dĂ©capitĂ© Jean-Baptiste, je pensais T’avoir eu, mais maintenant je T’ai eu. Te voici. Tu es arrivĂ©, n’est-ce pas?»
«Satan, a dit Jésus, donne-Moi les clés de la mort et du séjour des morts. Elles ne te reviennent pas.»
«Oh! Si. Elles me reviennent, parce que lĂ  autrefois au jardin d’Eden, Adam avait pĂ©chĂ©.»
Mais Il a dit: «Je suis le Fils de Dieu nĂ© de la vierge. Je suis descendu du sein du PĂšre. Je viens de mourir lĂ  sur le Calvaire, Mon Sang continue encore Ă  couler de la croix. Je suis descendu pour prendre le contrĂŽle.» C’est juste. «DĂ©sormais, tu n’effrayeras personne. Tu Ă©tais autrefois un bluff. Tu l’avais, mais tu ne l’as plus. C’est Moi le possesseur. C’est vrai. Je vais donner Ă  Mon Eglise les clĂ©s du Royaume.» Il a avancĂ© la main sur son cĂŽtĂ©, Il lui a arrachĂ© les clĂ©s, Il l’a frappĂ© au visage, et Il l’a renvoyĂ©, Il a fermĂ© la porte si fortement que cela a complĂštement Ă©branlĂ© les fondements de l’enfer sous ses yeux. AllĂ©luia!
E-45 Il est le ConquĂ©rant depuis qu’Il a dĂ©chirĂ© le voile en deux. Vous ne pouvez pas Le tromper. Il sait oĂč Il en est.
Je peux Le voir remonter. Il commence Ă  faire jour. Il y a aussi quelques personnes lĂ -haut, les saints de l’Ancien Testament. Ils ne pouvaient pas aller au Ciel. Ils devaient rester au paradis, parce que le sang des taureaux et des boucs n’îtait pas le pĂ©chĂ©. Cela couvrait simplement le pĂ©chĂ©. Mais JĂ©sus a versĂ© Son Sang qui sĂ©pare du pĂ©chĂ©, qui l’îte, qui l’efface.
Je peux Le voir. Il y a un autre endroit lĂ -haut appelĂ© le paradis. Je peux entendre la porte [FrĂšre Branham frappe six fois.–N.D.E.] Quelqu’un dit: «Qui est lĂ ?» «Ouvrez la porte.» Abraham dit: «Sara, viens; viens, Sara. Voici l’Homme que j’avais reçu ce jour-lĂ  sous le chĂȘne. AllĂ©luia! Le voici. C’est Lui.»
Daniel dit: «Que dis-tu? Eh bien, eh bien, voici la Pierre que j’ai vue se dĂ©tacher de la montagne sans le secours d’aucune main.»
E-46 Voici EzĂ©chiel qui s’avance et dit: «Je L’ai vu, et Il Ă©tait dans les cieux, et les nuages Ă©taient comme de la poussiĂšre sous Ses pieds.»
Il dit: «Mes enfants, vous avez tous cru sous le sang versĂ© des sacrifices des taureaux et des boucs, mais maintenant le pĂ©chĂ© a Ă©tĂ© ĂŽtĂ©. Nous montons. Ne vous souvenez-vous pas de ce qu’avait dit David dans les Paumes?» «Il a emmenĂ© captive la captivitĂ© et Il a fait des dons aux hommes.»
«Oui, je me souviens de ce qu’a dit David. J’ai cru cela aussi.»
«Je sais que vous avez cru, venez.»
J’entends Abraham dire: «Eternel, le Dieu d’Abraham.» Oh! la la! Je peux l’entendre dire: «Pouvons-nous nous arrĂȘter un peu Ă  JĂ©rusalem?»
«Oui, J’ai quarante jours. J’aimerais donner des instructions Ă  Mes disciples. Ils doivent aller dans le monde entier et chasser les dĂ©mons et tout. Je ferais mieux de leur parler un peu avant de monter. Alors vous, vous pouvez simplement vous promener un petit peu. DĂ©pĂȘchez-vous donc. Il commence Ă  faire jour, ce sera bientĂŽt le matin de PĂąques.»
E-47 Oh! la la! Je peux voir la grande Ă©toile du matin apparaĂźtre dans les cieux, elle descend comme un tourbillon, elle touche la tombe, et la tombe s’ouvre. Et les Anges se tenaient lĂ ... Il est ressuscitĂ© et les saints de l’Ancien Testament aussi. C’est ce que dit la Bible. Matthieu 27 dit: «Beaucoup de ceux qui dormaient dans la poussiĂšre de la terre ressuscitĂšrent et allĂšrent avec Lui, aprĂšs la rĂ©surrection. Abraham, Isaac, Jacob (AllĂ©luia!) entrĂšrent avec Lui aprĂšs la rĂ©surrection.»
Oh! la la! Je peux Le voir se tenir lĂ  alors qu’ils revenaient d’EmmaĂŒs et qu’ils causaient. Il a fait route avec eux, et Il a semblĂ© les dĂ©passer lĂ , Il est entrĂ© directement dans la piĂšce et a dit: «Touchez Mes mains, voyez... Donnez-Moi quelque chose Ă  manger. Donnez-Moi un morceau de pain et du poisson. Est-ce qu’un esprit mange comme Moi?»
E-48 Je peux voir Abraham et Sara bras dessus bras dessous descendre la rue; et Abraham dit: «Sara, ce vieil endroit n’a plus le mĂȘme aspect. Non. C’est agrĂ©able d’ĂȘtre de retour ici, n’est-ce pas, Sara?»
«Oui, oui, bien sûr.»
Je peux voir CaĂŻphe qui se tient lĂ , le souverain sacrificateur, disant: «Ce boucan au sujet de cette rĂ©surr-... dites, c’est qui ce–ce jeune couple–ce couple qui va lĂ ?»
Abraham dit: «Sara, on nous a reconnus.» Ils ont disparu de lĂ  puisqu’ils avaient exactement le mĂȘme genre de corps que Son propre corps de gloire. Nous en aurons un, un de ces jours. AllĂ©luia! Tout comme Lui traversait le mur sans voir... Il avait disparu de leur vue.
Et Caïphe a dit: «Je vous assure, il se passe des choses étranges ici.»
E-49 AprĂšs quarante jours, Il a ordonnĂ© Ă  Ses disciples d’aller par tout le monde et de prĂȘcher l’Evangile. «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. En Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons, ils parleront de nouvelles langues, ils saisiront des serpents, s’ils prennent des breuvages mortels cela ne leur fera point de mal, ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» Et pendant qu’Il disait cela, la derniĂšre adresse Ă  Son Eglise, Il fut progressivement enlevĂ© dans les airs. Les saints de l’Ancien Testament sont montĂ©s avec Lui. Oh! Quel moment de jubilĂ©!
E-50 AprĂšs qu’Il eut disparu de la vue de ces gens liĂ©s Ă  la terre, je peux Le voir tourner alors le dos Ă  la terre, et commencer Ă  marcher, les saints de l’Ancien Testament Ă©taient avec Lui. Oh! la la! Ils ont dĂ©passĂ© la lune. Ils ont dĂ©passĂ© le soleil. Ils ont dĂ©passĂ© la plus haute Ă©toile. AllĂ©luia! Je peux les voir entrer en vue de cette grande ville blanche de perles. Je peux entendre les saints de l’Ancien Testament dire: «Elevez-vous, vous portes Ă©ternelles, Ă©levez-vous et que le Prince de gloire fasse Son entrĂ©e!» AllĂ©luia! Gloire!
Je peux entendre des Anges Ă  l’intĂ©rieur des murs dire: «Qui est ce Prince de gloire?»
Je peux entendre les saints de l’Ancien Testament rĂ©pondre: «L’Eternel des armĂ©es, puissant dans la bataille!» Et on presse le bouton pour ouvrir les portes. Voici venir JĂ©sus juste lĂ  sur la rue, le ConquĂ©rant avec toutes Ses tribus. AllĂ©luia! Le Victorieux, Il a emmenĂ© captive la captivitĂ©, et Il a fait des dons aux hommes. Juste lĂ  dans les rues de l’Ancien Test-... de la Nouvelle JĂ©rusalem, ils se sont avancĂ©s droit dans la PrĂ©sence du PĂšre, Il a dit: «PĂšre, les voici. Ils Ă©taient morts dans la bonne foi, attendant Mon Sang.»
Il a dit: «Monte ici, Fils, assieds-Toi Ă  Ma droite, jusqu’à ce que Je fasse de Tes ennemis Ton marchepied.»
Vous pouvez penser que je suis fou, n’est-ce pas? Si je suis fou, laissez-moi tranquille; je suis heureux comme ça. Je vous assure, frùre, c’est une chose qui amùnera les saints du Dieu vivant... fera de mes ennemis un marchepied.
E-51 Bienveillant PĂšre cĂ©leste, bĂ©nis chaque homme et chaque femme ici ce soir, tire gloire de ce service, envoie un nouveau baptĂȘme du Saint-Esprit. Je Te prie de guĂ©rir chaque malade dans cette salle ce soir. Que Ton Esprit descende sur eux, que de glorieux miracles et prodiges s’accomplissent. Si j’ai commis une erreur en prĂȘchant, pardonne-moi. Envoie l’Ange de Dieu, oins Ton serviteur, et envoie une glorieuse ligne de priĂšre par ici, Seigneur, afin que les gens sachent que Dieu est dans Son peuple. Je demande cela au Nom de JĂ©sus. Amen. Amen.
MONTRE-NOUS LE PERE LOS ANGELES CA USA MER 11.08.54
E-52 Quelle sĂ©rie de cartes de priĂšre as-tu distribuĂ©e? La sĂ©rie H? Quels numĂ©ros de H? De 1 Ă  100? Donnez-moi H. Qui a H, la carte de priĂšre H-1? Faites voir votre main rapidement maintenant. Voyons ceux qui ont de H-1 Ă  H-25 juste ici. H-1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, jusqu’au-dessus, comme cela.
Jouez pour nous, s’il vous plaĂźt, soeur. Donnez-nous ce cantique...?... TrĂšs bien. Amen. Je sens comme une tempĂȘte qui approche. Amen. TrĂšs bien, allez carrĂ©ment de l’avant, soeur...?... Soeur. Allez de l’avant, tout...?... Allez de l’avant; c’est bon. Continuez de jouer...?...
[Espace vide sur la bande–N.D.E.] Non, non, il a dit: «Qu’est-ce qui les rend Ă©motifs?»
J’ai dit: «Il y a quelque chose qui les rend Ă©motifs, c’est juste.» C’est la puissance, la puissance invisible du Saint-Esprit, qui baptise chaque personne.
E-53 Tout rĂ©cemment Ă  Gary, dans l’Indiana, j’étais lĂ  dans une rĂ©union; et un homme m’a amenĂ© pour me montrer leur grande fonderie. Et j’étais en train de regarder lĂ  combien c’était remarquable; nous nous tenions tout au-dessus d’un grand cubilot comme ceci; vous ĂȘtes lĂ  dans un grand endroit d’oĂč vous regardez, et une petite sonnerie a retenti cinq minutes avant l’heure de fermeture. Et chaque homme a ĂŽtĂ© ce dont il Ă©tait couvert comme cela, ou le petit habit qu’il avait portĂ© sur lui, le petit tablier, et il s’est mis Ă  balayer les copeaux au milieu de l’allĂ©e. Et chaque homme a balayĂ© ses copeaux. Il a dit: «Un instant, RĂ©vĂ©rend, j’aimerais vous montrer quelque chose de particulier.»
J’ai dit: «TrĂšs bien, monsieur.» Et aprĂšs chaque... une autre sonnerie a retenti, ils sont tous sortis.
Il a dit: «Maintenant, regardez ceci.» Il a appuyĂ© sur un bouton, j’ai entendu quelque chose venir, cela vrombissait, vrombissait.
J’ai dit: «Qu’est-ce que c’est?»
Il a dit: «Observez tout simplement.» Cela venait de quelque part tout au fond, de lĂ  loin au fond, cela descendait d’un chevalet, un petit mur, cela descendait, et Ă  mesure que cela parcourait cet endroit, tous ces copeaux sautaient carrĂ©ment et allaient rejoindre cela, cela est passĂ© directement. Et il a dĂ©sactivĂ© l’aimantation, et ces morceaux sont entrĂ©s dans le cubilot, et ils ont Ă©tĂ© refondus. Il a dit: «C’est de cette maniĂšre que nous rĂ©cupĂ©rons toute la ferraille.»
E-54 J’ai dit: «Oui, oui.» J’ai dit: «Ce que j’aimerais savoir, pourquoi tous ces copeaux ne sont-ils pas montĂ©s? Il y a encore des copeaux lĂ .»
Il a dit: «Eh bien, vous voyez, monsieur, ils sont en aluminium. Ils ne peuvent pas ĂȘtre attirĂ©s par cela.» «AllĂ©luia!», ai-je dit.
Et il a dit: «Dites, qu’est-ce qui vous prend?»
J’ai dit: «Ne vous alarmez pas. Je n’ai jamais fait de mal Ă  personne.» Et j’ai dit: «Pourquoi cette piĂšce de mĂ©tal n’est pas montĂ©e lĂ ?»
«Oh, a-t-il dit, monsieur, c’est fixĂ© au sol.»
J’ai dit: «Gloire!»
Il a dit: «Qu’est-ce qui vous prend?»
J’ai dit: «Je pense Ă  un trĂšs grand aimant, qui est lĂ -haut dans les Cieux. C’est la dynamo du Saint-Esprit.» Et il y a des gens ici bas qui sont aimantĂ©s. Si vous voulez ĂȘtre de l’aluminium ou ĂȘtre enchaĂźnĂ©s ici bas par des credos, allez de l’avant. Mais il y a des gens qui seront aimantĂ©s par cela. Et un jour, Dieu va appuyer sur le bouton. Cet aimant va descendre, et Elle ira lĂ -bas pour ĂȘtre façonnĂ©e. AllĂ©luia! Amen! Ils vont aller au cubilot de l’affinerie de Dieu et ĂȘtre façonnĂ©s en des crĂ©atures de JĂ©sus-Christ qui ne mourront plus jamais. AllĂ©luia! Amen! Absolument.
E-55 Ils seront modelĂ©s et façonnĂ©s Ă  l’image de Son propre corps de gloire. Nous ne tiendrons plus jamais d’autres rĂ©unions de priĂšre pour les malades, ou une autre rĂ©union de priĂšre pour les pĂ©cheurs, parce qu’il n’y en aura aucun. Amen. (O.K., merci.) Amen. Excusez-moi. Non, ne m’excusez pas. Ce n’est pas ce que je veux dire. Non, non, je me sens bien. Et je me rĂ©jouis tout simplement dans le Dieu puissant qui, je sais, se tient ici. Je sais qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
Maintenant, que le Seigneur JĂ©sus vous bĂ©nisse, qu’Il vous vienne en aide. Je vous aime. Et Dieu vous aime. Dieu veut que vous soyez guĂ©ris. Dieu est dans Sa crĂ©ation, croyez-vous cela? Dieu est dans Sa Parole, croyez-vous cela? Dieu Ă©tait dans Son Fils, croyez-vous cela? Dieu s’est dĂ©versĂ© en JĂ©sus-Christ, croyez-vous cela? JĂ©sus-Christ s’est dĂ©versĂ© dans l’Eglise, est-ce vrai? Alors Dieu est dans Sa Parole, Dieu est dans Sa crĂ©ation, Dieu est dans Son Fils, et Dieu est dans Son peuple, croyez-vous cela? Alors JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, est-ce vrai? Ce qu’Il a fait en ce temps-lĂ , Il peut le faire maintenant, est-ce vrai? Nous L’aimons. Nous croyons en Lui. Nos Ăąmes sont aimantĂ©es ce soir par la puissance qui nous emportera dans l’EnlĂšvement.
E-56 Oh! la la! Je pense Ă  cette belle Rebecca cet aprĂšs-midi-lĂ , qui abreuvait les chameaux, elle abreuvait la chose mĂȘme qui allait l’emporter vers sa... Ă©pouse. VoilĂ  ce qu’il en est. L’eau... et les chameaux reprĂ©sentent la puissance. Et l’Eglise du Dieu vivant aujourd’hui se rĂ©jouit et abreuve la puissance du Saint-Esprit, qui La prendra un jour et L’emportera dans l’au-delĂ , Ă  la rencontre d’Isaac dans les airs, pour le souper des noces. AllĂ©luia! Amen! Croyez-vous cela? Oh! Soeur, chantez quelque chose pour nous, quelqu’un, s’il vous plaĂźt? Oh! je n’arrive tout simplement pas Ă  arrĂȘter, de toute façon. C’est juste. TrĂšs bien. Excusez-moi, mes amis, ou je veux dire que je vous aime, mes amis. Amen.
TrĂšs bien, chantons Crois seulement, tout le monde maintenant. Soeur, voulez-vous... Tout le monde. [L’assemblĂ©e chante.–N.D.E.]
Chantons cela comme ceci:
Seigneur, je crois, oh! Seigneur, je crois.
Tout est possible, Seigneur, je crois;
Seigneur, je peux croire, Seigneur, je peux croire,
Tout est possible, seigneur, je crois.
E-57 Maintenant, trĂšs respectueusement pendant que nous nous tenons debout, chantez cela trĂšs doucement maintenant, maintenant attendez. Oui, je crois. Quand?
Maintenant, je crois (maintenant mĂȘme), maintenant, je crois,
Tout est possible, maintenant, je crois;
Maintenant, je crois, maintenant, je crois,
Tout est possible, maintenant, je crois.
PÚre, aide-nous maintenant. Nous prions pour que Ton Esprit manifeste la Présence du Dieu vivant, car nous le demandons au Nom de Son Fils, le Seigneur Jésus-Christ. Amen. Vous pouvez vous asseoir maintenant. Soyez respectueux; croyez de tout votre coeur.
E-58 Est-ce que vous croyez, madame, vous qui ĂȘtes assise lĂ  avec les bras croisĂ©s sur votre sac Ă  main, en train de me regarder? Vous avez des allergies, n’est-ce pas? Pas vrai? Vous ne les avez plus maintenant; elles vous ont quittĂ©e. JĂ©sus-Christ vous a guĂ©rie. Croyez de tout votre coeur; ne doutez pas. Ayez foi en Dieu. Dieu va accorder ces choses.
JĂ©sus a dit: «Si tu crois.» Croyez simplement de tout votre coeur; c’est tout ce que je vous demande de faire; ayez foi en Dieu. Dieu va vous l’accorder. Ne le croyez-vous pas? TrĂšs bien, mon ami. Excusez-moi...?... Regardez, saisir le... voir l’Esprit sortir, se dĂ©placer. Priez pour moi.
E-59 Je vous ai parlĂ© de JĂ©sus-Christ: Dieu dans Son univers, et Dieu dans Sa Parole, dans Son Fils; Dieu est dans Son peuple aussi. Vous croyez cela, n’est-ce pas? Dieu est dans Son peuple. Sa puissance est ici. Lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, les choses qu’Il a accomplies en ce temps-lĂ , Il peut les accomplir aujourd’hui. Il sera le mĂȘme Dieu Ă©ternellement. Rien–rien Ă  aucun moment ne peut Lui faire obstacle. La priĂšre est que Son omnipotence, que Sa PrĂ©sence soit toujours avec vous tous.
Le Saint-Esprit n’est pas encore venu à l’estrade. Il se meut sur les gens.
E-60 La petite dame qui est assise lĂ , portant cette petite... Ă  carreaux, ce petit chapeau un peu relevĂ© comme ceci, vous avez l’hypertension. Vous voulez... Croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir pendant que vous ĂȘtes assise juste lĂ ? Si vous le croyez, vous pouvez obtenir cela, et Dieu va vous rĂ©tablir. Que Dieu vous bĂ©nisse. Continuez votre chemin maintenant et rĂ©jouissez-vous. Notre PĂšre cĂ©leste a toute la puissance.
Il y a une dame lĂ  qui pleure. Elle est en train de prier. Vous–vous souffrez d’une–une maladie; et la maladie en question, c’est une–une pneumonie, cela a causĂ© une maladie cardiaque. JĂ©sus-Christ vous a guĂ©rie Ă  ce moment-lĂ . Vous Ă©tiez en train de prier, disant: «Ô Dieu, fais qu’Il me parle.» Pas vrai? Si ce n’est pas vrai... Agitez votre main comme ceci, si c’est vrai. C’est vrai. Voyez, je ne lis pas votre pensĂ©e, mais j’ai entendu Dieu parler dans votre priĂšre. JĂ©sus-Christ peut faire une priĂšre et exaucer la priĂšre au mĂȘme moment, pas moi, mais Lui peut le faire. Il peut me le dire. Vous ĂȘtes guĂ©rie, soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse. Vous aviez une pneumonie aiguĂ«, n’est-ce pas? Vous avez failli mourir, et cela a causĂ© une maladie cardiaque. Cela vous a quittĂ©e maintenant. Il vous a rĂ©tablie. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-61 Croyez de tout votre coeur. Soyez respectueux. Bonsoir, monsieur. Excusez-moi, est-ce le patient? Ayez simplement la foi, frĂšre. La seule chose que je sache faire, c’est prier pour vous. C’est tout ce que je sais faire. Croyez-vous que je suis le serviteur du Seigneur? Juste un ministre, juste–juste comme n’importe quel autre prĂ©dicateur, juste un–un pĂ©cheur sauvĂ© par grĂące, mais JĂ©sus-Christ est–est dans la crĂ©ation. Il est dans la Parole. Il est dans la chair, et Il est dans Son Eglise. Et Il a promis que nous ferons aussi les choses qu’Il a faites. Et les choses qu’Il a faites, c’est qu’Il connaissait les secrets des coeurs des gens. Il rĂ©vĂ©lait leurs maladies. Il a dit: «Je ne peux rien faire Ă  moins que le PĂšre me le montre.» Pas vrai?
Vous ĂȘtes dĂ©rangĂ© par une maladie de la gorge, de l’oesophage dans la gorge. La mĂȘme chose... Vous avez du mal Ă  avaler et tout; cela fait trĂšs mal. Vous avez aussi un problĂšme au niveau du foie. Cela vous cause des ennuis. Vous ne venez pas de cette ville. Vous venez d’une ville appelĂ©e P-h-i...? Philadelphie, non, ce n’est pas Philadelphie, en Pennsylvanie, parce que c’est une petite ville. C’est dans le Sud. C’est Philadelphie, dans le Mississippi, je crois. Pas vrai? Vous ĂȘtes guĂ©ri. Rentrez chez vous et soyez rĂ©tabli. JĂ©sus-Christ...?... guĂ©ri...?... Allez Ă ...?... Tout est possible Ă  ceux qui croient. Ayez foi en Dieu.
E-62 Bonsoir, madame. Je suppose que nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Nous ne nous connaissons pas, mais le Seigneur JĂ©sus nous connaĂźt tous les deux, n’est-ce pas? Nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s auparavant, il n’y a aucune relation du tout, nous nous tenons simplement ici. C’est vrai. Votre... Vous avez eu bien des ennuis; cela... ça paraissait noir, ou vous avez eu une dĂ©pression nerveuse. Vous avez Ă©tĂ© trĂšs malade. Et dites, ne vous appelle-t-on pas... votre nom n’est-il pas Marie? On vous appelle Marie, et vous habitez au numĂ©ro... c’est le 1505, sur rue South Sierra Vista, quelque chose comme cette rue-lĂ , oui, c’est la rue. Il s’agit d’A-l-b-a... Ibraham, en Californie. Vous ĂȘtes guĂ©rie. Partez, rentrez chez vous bien portante, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Bonsoir. Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? Croyez-vous que Dieu est avec Son peuple, dans Son peuple? Croyez-vous cela de... Vous avez un mouchoir en main pour que je prie dessus, et il ira chez un bien-aimĂ©. Et ce bien-aimĂ©, c’est votre mari; et il a le diabĂšte sucrĂ©; et ce n’est pas un chrĂ©tien. Donnez-moi cela. Au Nom du Seigneur JĂ©sus, je demande que le dĂ©mon quitte cet homme pour son Ăąme et son corps, au Nom de JĂ©sus-Christ. Allez, rĂ©jouissez-vous, posez-le sur lui, soeur.
Ayez foi en Dieu. Dieu dans Son peuple glorifiant...
E-63 Voulez-vous guĂ©rir de l’hypertension, vous qui ĂȘtes assise juste lĂ  derriĂšre, madame, derriĂšre le poteau, en train de me regarder? Si vous croyez que Dieu va vous guĂ©rir... C’est juste. Oui, vous. Levez-vous carrĂ©ment. JĂ©sus-Christ vous a guĂ©rie. Levez-vous. C’est juste. Que Dieu vous bĂ©nisse. Rentrez chez vous maintenant, vous ĂȘtes guĂ©rie. Votre foi vous a guĂ©rie, le Seigneur JĂ©sus.
Bonsoir, madame. Croyez-vous que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, est ressuscitĂ© d’entre les morts? Croyez-vous que cette sensation Ă©trange que vous Ă©prouvez maintenant, cette glorieuse sensation de satisfaction, vient de Lui? Croyez-vous que l’Ange du Seigneur, dont je tiens la photo ici en mains–croyez-vous que c’est ce qui est en train de se mouvoir sur vous en ce moment? Alors, que Dieu vous bĂ©nisse. Savez-vous que vous ĂȘtes Ă  l’article de la mort? Chaque... Les mĂ©decins vous ont abandonnĂ©e. Vous avez la sclĂ©rose du foie et aussi du coeur. Le mĂ©decin dit que vous ne pouvez plus vivre, mais la Parole de Dieu dit que vous pouvez. Croyez-vous cela? Au Nom de JĂ©sus-Christ, je condamne la mort et je rĂ©clame que la vie entre dans cette femme, au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils du Dieu vivant. Amen.
E-64 Tenez-vous tout prĂšs maintenant; ayez la foi. Approchez, soyez respectueux. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que ces choses qui viennent de la Parole de Dieu sont la vĂ©ritĂ©? Je ne vous ai jamais vue de ma vie. Vous, peut-ĂȘtre que vous ne m’avez jamais vu, Ă  moins que vous ayez Ă©tĂ© assise dans une assistance ou quelque chose comme ça. Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Cette assistance qui est ici: je vous ai dit que JĂ©sus-Christ Ă©tait dans Son peuple. Croyez-vous cela?
Maintenant, mes amis, je suis sur le point de tomber ici. C’est simplement... Mais je–je veux que vous croyiez. Cette femme... Je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vue. Dieu sait pourquoi vous ĂȘtes ici, pas moi, mais Lui le sait. Et un jour vous et moi devrons comparaĂźtre devant Son tribunal pour ĂȘtre jugĂ©s. Mais si Dieu me rĂ©vĂšle ce qu’est votre problĂšme, allez-vous accepter JĂ©sus-Christ comme votre GuĂ©risseur, s’Il me rĂ©vĂšle tout ce dont vous avez besoin? Allez-vous le faire? Le reste de l’assistance fera-t-il de mĂȘme? Le ferez-vous?
E-65 Maintenant, regardez-moi. Je veux dire par lĂ , comme Pierre et Jean passaient par la porte appelĂ©e la Belle, ils ont dit: «Regarde-nous.» C’est juste pour attirer votre attention. Vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme; vous ĂȘtes ici pour une bien-aimĂ©e, une soeur, quelqu’un, une femme. Et cette femme est gravement malade. Elle vient de sortir d’un–un hĂŽpital psychiatrique. C’est une maladie mentale. Elle est retournĂ©e... Et soit elle a vĂ©cu, soit elle a Ă©tĂ© dans une ville oĂč il y a partout beaucoup d’orangeraies. Et il y a comme une montagne panoramique juste derriĂšre la ville, comme ceci vers le nord, et il y a lĂ  un hĂŽtel sur lequel se trouve la tĂȘte d’un cerf, les bois de cerf, c’est San Bernardino ou quelque chose comme cela. C’est ça. Que Dieu vous bĂ©nisse. Rentrez chez vous et vous allez la trouver bien portante, au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ qui rend cela...
Ayez la foi, croyez au Seigneur JĂ©sus-Christ, vous devez ĂȘtre guĂ©ris. Le croyez-vous? Croyez-vous cela maintenant mĂȘme? Tenez-vous debout juste une minute. Croyez de tout votre coeur.
E-66 Oh! Seigneur, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur ce peuple. Et que le Saint-Esprit dĂ©ferle maintenant sur cette assistance avec la puissance de la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ qui est parmi Son peuple ce soir. Et que chaque personne ici soit guĂ©rie. Satan, je dĂ©clare que tu es vaincu. Tu ne peux plus retenir ces gens. Tu es exposĂ©! Sors d’ici au Nom de JĂ©sus-Christ! Sors de...

En haut