ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication LA LOI OU LA GRACE / 54-1006 / Jeffersonville, Indiana, USA // SHP 1 hour and 16 minutes PDF MP3 low MP3 HQ

LA LOI OU LA GRACE

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Bonsoir, mes amis. Eh bien, je suis heureux d'√™tre de nouveau ici ce soir. Et je... la raison pour laquelle j'√©tais en retard, je... Oui, comme fr√®re Neville l'a dit, je - j'√©tais en retard. Mais ce qui en √©tait la cause, c'est que j'√©tais... L'autre jour, j'ai dit √† l'√©glise, vous savez, j'ai dit : " Eh bien, j'allais bien essayer de me tenir loin de ces visites et tout. " Je n'y arrive pas. Ainsi donc, je viens de quitter l'h√īpital, quelques h√īpitaux de Louisville il y a juste quelques minutes, il y avait des urgences. Voil√† donc la raison pour laquelle j'√©tais un peu en retard. Je suis arriv√© juste √† temps pour venir ici. Alors, et puis je... Ma femme m'a appel√©, je pense, et elle m'a parl√© de cela. Je pense que sŇďur Ruddell avait l'intention d'√™tre ici ce soir, mais elle √©tait aussi malade. Ainsi donc, je d√©teste vraiment entendre cela.
E-2 Et j'ai laiss√© mon cousin √† Louisville; je venais de le conduire √† Christ, c'est une bonne chose. Et - et c'√©tait une maladie terrible, la maladie de Hodgkin; il pouvait en mourir n'importe quand. Je crois que le Seigneur l'a gu√©ri, pendant la nuit. 3 Ainsi, le petit-fils de fr√®re Jim Wiseheart √©tait √©tendu l√†, souffrant de la m√™me chose, √† l'H√īpital des V√©t√©rans, et la maladie de Hodgkin se d√©veloppait autour du cŇďur et de la cage thoracique; avec √ßa, vous savez qu'il ne reste plus beaucoup de temps. Rien ne peut √™tre fait √† ce sujet, mais ils savent que leur seul espoir est Dieu. 4 Je devrais en effet me rendre √† Milltown ce soir. Busty Rogers, vous vous en souvenez, vient ici. Beaucoup parmi vous connaissent fr√®re Rogers. Il est dans un √©tat critique, et il m'a appel√© toute la journ√©e. 5 Et la petite Georgie Carter, l√†-bas, on vient de d√©couvrir... Elle avait √©t√© gu√©rie il y a environ douze, quatorze ans. Elle avait √©t√© alit√©e pendant neuf ans et huit mois, elle ne s'√©tait jamais lev√©e de ce lit-l√†. Et une fois l√†... J'avais pri√© pour elle √† quelques reprises. J'√©tais sorti un soir et j'√©tais en pri√®re quelque part. Et le Seigneur est descendu, une petite Lumi√®re brillait dans un buisson de cornouiller, et Il a dit: "Va chez les Carter, pour la gu√©rison de Georgie. Elle va √™tre gu√©rie." Vous connaissez tous ce cas, n'est-ce pas? [L'assembl√©e dit : "Amen. " - N.D.E.] Elle n'a m√™me plus jamais √©t√© alit√©e toutes ces ann√©es, pas m√™me √† cause d'un mauvais rhume, je pense, depuis lors. 6 Et nous apprenons maintenant qu'elle se meurt d'un cancer du sein. Et elle appelle. Elle a entendu dire que j'√©tais revenu. On disait qu'elle avait d√©j√† renonc√©. Elle est sortie du lit pour accepter sa gu√©rison; alors je dois donc la voir. Demain, ce sera ma derni√®re journ√©e ici; je dois partir. Donc, il y a un tas d'appels √† peu pr√®s comme √ßa, vous ne savez donc pas quoi faire. Il vous faut simplement faire de votre mieux.
E-7 Mais l'essentiel, comme le frère l'a dit, l'essentiel à faire, c'est de tout abandonner, absolument, pour communier avec Jésus-Christ. Tout! Parce qu'après tout, si nous nous mettons à nous regarder les uns les autres, nous nous éloignons alors de Christ, vous voyez. Je préférerais passer beaucoup, beaucoup de temps à communier avec Lui, de façon à pouvoir venir en aide aux autres. Est-ce vrai? [L'assemblée dit : "Amen. " - N.D.E.]
E-8 Donc, il fait bon de - d'√™tre ici ce soir pour cette petite r√©union de pri√®re, pour laquelle nous nous sommes rassembl√©s ici le mercredi soir. Et j'avais oubli√© de lui dire que ce serait un enseignement ce soir. Aussi, ici, il me faut venir ici, ce soir, et commencer simplement. Ainsi, en route vers ici, et √† l'aide de la lumi√®re dans ma voiture, j'ai pris quelque chose ici pour ce soir, l√† o√Ļ j'avais enseign√© √† l'√©cole du dimanche il y a quelque temps, dans l'√Čp√ģtre aux H√©breux. 9 Je pense que la derni√®re fois que j'ai enseign√© l'√©cole du dimanche ici, oh, avant que j'aille outre-mer, j'√©tais dans H√©breux au chapitre 10. Je me souviens de l'avoir lu, et d'avoir not√© cela ici : "du verset 18 pour dimanche prochain". Et ce dimanche prochain n'est encore jamais arriv√©. Alors, peut-√™tre que nous commencerons par l√†, ce soir, pour notre le√ßon de ce soir. Que le Seigneur vous b√©nisse. Et rappelez-vous toutes ces choses en pri√®re.
E-10 Une dame venait de me dire, il y a quelques instants, quand je suis entr√©, qu'un de mes vieux amis, dehors l√† l'h√īpital, ou plut√īt l√† √† l'h√īpital vient de subir une op√©ration. Bill Grant, qui est dans la police, ici, un bon ami √† moi, il imprime ces photos et autres, il est √† l'h√īpital, dans un √©tat critique. 11 Et - et j'ai rencontr√© le fr√®re du fr√®re Slaughter l√† derri√®re. Gene m'a dit, je pense qu'il avait √©t√© √† l'h√īpital deux fois. La maladie est simplement partout, vous savez. Il n'y a gu√®re de fin √† cela. Mais il a dit...
E-12 Vous savez, je me suis souvent demand√©, lorsque Mo√Įse a conduit les enfants d'Isra√ęl √† travers le d√©sert, lorsqu'il les a fait sortir, il y avait environ deux millions de personnes. L√†, avec les jeunes et les vieux tous ensemble. Et il les a conduits pendant quarante ans dans le d√©sert. Eh bien, pensez simplement √† la fa√ßon dont il s'y √©tait donc pris, l√†-bas, sans - sans le syst√®me sanitaire que nous avons aujourd'hui. Et ils... Ils n'avaient pas non plus... Il y avait des jeunes, beaucoup de jeunes gens l√†-bas. Combien pensez-vous qu'il naissait de b√©b√©s en un soir, avec deux millions de personnes? Et puis, en plus de √ßa, avec toutes les personnes √Ęg√©es, avec les infirmes et tout. Et il les a conduits pendant quarante ans, sous la conduite de Dieu. Quarante ans dans le d√©sert, et, lorsqu'ils sont sortis, il n'y avait aucune personne faible parmi eux. 13 N'aimeriez-vous pas regarder dans la trousse du docteur Mo√Įse, ce soir, pour voir ce qu'il avait l√†-dedans, pour les garder - les garder en bonne sant√©? Aimeriez-vous tous y jeter un coup d'Ňďil? - [L'assembl√©e dit : "Amen. " - N.D.E.] Je peux vous montrer cela. Nous allons maintenant revenir ici en Exode, et je vous montrerai le passage. C'est sa pharmacie portative. Je vais vous montrer ce qu'il avait dit l√†. Je vais regarder directement dans sa trousse, pour voir ce que √ßa dit.
E-14 Lorsqu'un enfant devait na√ģtre, lorsque quelqu'un souffrait d'appendicite, ou de tuberculose, ou de quelque maladie de ce genre, voici la prescription que Mo√Įse lisait: "Je suis l'√Čternel qui te gu√©rit." C'est tout ce qu'il avait. "Je suis l'√Čternel qui te gu√©rit." Eh bien, c'est tout ce qu'il avait. Oui, oui. C'est suffisant, n'est-ce pas? [L'assembl√©e dit : "Amen. " - N.D.E.] Mo√Įse disait: "Bon, c'est l'Eternel qui te gu√©rit." Et il ne faisait que prier pour lui, et il √©tait gu√©ri. 15 Et savez-vous autre chose qui s'est produite durant ce temps dans le d√©sert? Ils n'ont m√™me pas eu besoin de renouveler leurs souliers lorsqu'ils sont sortis, et leurs v√™tements ne se sont jamais us√©s. Quarante ans dans le d√©sert avec une seule prescription m√©dicale: "Je suis l'√Čternel qui gu√©rit toutes tes maladies." Et Il l'a fait parce qu'ils L'ont pris au Mot, et se sont simplement lib√©r√©s de tout...
E-16 Rappelez-vous maintenant, ils avaient √©t√© enseign√©s. Ils avaient √©t√© avec les √Čgyptiens, qui √©taient les gens les plus habiles. Nous n'avons pas de m√©decins aujourd'hui qui soient aussi habiles que l'√©taient ceux-l√†. Parce qu'il y a des r√©alisations qu'ils avaient faites qui montrent que nous n'avons encore jamais atteint ce niveau-l√† dans la science. Les √Čgyptiens, par exemple, ont b√Ęti... Il y a √† peine quelques jours, je suis pass√© l√† pr√®s du sphinx, et j'ai vu combien cette chose est impressionnante. 17 Et ces pyramides, eh bien, l√†-haut, √† plus d'un p√Ęt√© de maisons de haut, dans les airs, √ßa p√®se des tonnes. Il y a des rochers l√†-haut, pratiquement tout aussi gros que ce tabernacle. On ne pourrait pas les hisser l√† aujourd'hui s'il le fallait. Ils l'ont donc fait d'une certaine mani√®re. 18 Et puis, ce sphinx, je pense qu'il leur faut seize wagons plats pour poser ses pattes. Qu'en serait-il de son corps ? Et c'est l√† loin dans les airs. Comment l'ont-ils amen√© l√†-haut? Voyez-vous, c'√©tait - c'√©tait un peuple qui avait des myst√®res, une intelligence que nous n'avons pas aujourd'hui. Je pense que nous l'avons, mais seulement nous ne sommes pas encore all√©s plus loin avec √ßa, la puissance atomique ou quelque chose comme cela; parce que le courant √©lectrique ou n'importe quelle puissance de ce genre n'arriverait √† soulever cela. Mais ils les ont b√Ętis √† leur √©poque. 19 Et cette pyramide, cette grande pyramide, est, du point de vue g√©ographique, si parfaitement situ√©e au centre de la terre qu'elle ne fait jamais d'ombre autour d'elle, peu importe la position du soleil. Du point de vue Technologique, nous avons beaucoup de... un long chemin √† parcourir pour les √©galer. Et, de penser que √ßa fait plus de cinq mille ans, qu'ils avaient √ßa.
E-20 Ainsi, l√† √† l'int√©rieur, on trouve la Bible, exactement comme cette Bible ici, √©crite √† l'int√©rieur, sous forme des mesures et ainsi de suite, √ßa pr√©sente l'√Čvangile et l'√Čcriture sous forme des mesures, exactement comme nous Les avons ici. C'est √Čnoch qui les a mises l√†-dedans, des ann√©es et des ann√©es avant le d√©luge. 21 Ainsi donc, Dieu a √©crit trois Bibles. Dieu fait tout par trois. Il a √©crit trois Bibles. Il avait trois Venues de Christ. Il y a trois dispensations de la gr√Ęce. Il y a trois personnes dans la divinit√©... trois manifestations de l'unique Personne dans la Divinit√©, plut√īt. Et toutes ces choses. Voyez-vous ? 22 Maintenant, par exemple, J√©sus est venu la premi√®re fois... Il est d√©j√† venu ici une fois, n'est-ce pas? Il √©tait venu racheter Son √Čpouse. Il vient la seconde fois pour recevoir Son √Čpouse, l'enlever, la rencontrer dans les airs. Et Il revient la troisi√®me fois avec Son √Čpouse, comme Roi et Reine. 23 Voyez-vous ? Donc, ensuite - ensuite, il y a aussi trois - trois manifestations de Dieu. Dieu s'est manifest√© une fois dans la Paternit√©, lorsqu'Il conduisit les enfants d'Isra√ęl. La fois suivante, Dieu s'est manifest√© en tant que Fils, le Seigneur J√©sus-Christ. La troisi√®me fois que Dieu s'est manifest√©, c'est avec nous √† pr√©sent, le Saint-Esprit. Voyez, trois manifestations. Tout va par trois.
E-24 Allons maintenant à notre leçon. Combien aiment lire la Bible, et juste... [L'assemblée dit : "Amen. " - N.D.E.] Oh, moi, j'aime vraiment ça. 25 Dieu voulant, lorsque je reviendrai... Je vais donc... prendre un petit repos, pendant une semaine ou deux. Puis, lorsque je reviendrai, Dieu voulant, j'aimerais tenir un réveil ici au tabernacle, juste un réveil par l'enseignement. Et nous allons prendre un passage dans la Bible, et développer simplement notre... 26 Vous rappelez-vous? Combien d'anciens ici se souviennent lorsque nous avions l'habitude de prendre, par exemple, le livre de l'Exode et ne plus le quitter pendant parfois des mois et des mois? 27 J'ai été dans Job, une fois, et on aurait dit que je n'allais plus jamais en sortir. Vous rappelez-vous cela? [L'assemblée dit: " Amen. " - N.D.E.] Une dame m'avait écrit une lettre, disant: "Frère Branham, n' allez-vous pas relever Job de son tas de cendres?" Je continuais sur ce seul et même sujet, ce pauvre vieux Job, assis sur un tas de cendres, vous savez. Tous ses amis l'avaient abandonné, il était tout couvert d'ulcères, et tout. J'avais tellement pitié du pauvre vieux, que je... 28 Et, ensuite, comment le Seigneur est revenu et l'a béni, parce qu'il avait vécu au mieux de sa connaissance, sous le - l'holocauste. C'est tout ce qu'il savait, et il... de confesser ses péchés. Et il est allé chercher ses-ses enfants, a offert le sacrifice, et a dit: "Ils ont peut-être péché en secret, et ils ne le savent pas." Il était un bon père, et Dieu lui a redonné tous ces enfants à la fin. Saviez-vous cela?
E-29 Dites donc, j'aimerais vous demander quelque chose l√†-dessus. Vous rappelez-vous encore comment Il lui a rendu ses enfants? Maintenant, rappelez-vous, des milliers de bŇďufs qu'il avait au d√©but, Il lui en a rendu le double. Apr√®s qu'ils lui ont √©t√© √īt√©s, Il lui a rendu le double. Pour les brebis, c'est pareil. Mais rappelez-vous, il avait... je pense que c'√©tait sept ou douze, je ne me souviens plus maintenant du nombre exact de fils et de filles. Mais il a eu le m√™me nombre de fils et de filles. Dieu les lui a donn√©s. Est-ce exact? Voyez, Il doubla toutes ses portions de biens qu'il avait, ici sur terre. Mais quant √† ses fils et ses filles, qui √©taient tous morts, Il lui en a cependant redonn√© le m√™me nombre. L'aviez-vous d√©j√† remarqu√©? Aviez-vous d√©j√† pens√© √† √ßa? Vous souvenez-vous lorsque nous avons enseign√© cela? Vous voyez? 30 O√Ļ √©taient ces fils et ces filles? Dans la Gloire, l'attendant. Vous voyez? Dieu lui redonna chacun d'eux. Voyez, il n'en avait pas perdu un seul. Vous voyez? Le m√™me nombre de fils et de filles qu'Il lui avait donn√© au d√©but, c'est le m√™me nombre qu'Il lui redonna √† la fin. Mais Il doubla son lot de brebis et de bŇďufs, et ainsi de suite, comme cela. Mais ses fils et ses filles √©taient tous sauv√©s, attendant dans la Gloire que Job aille les retrouver. Oh ! la la! Cela vaut tout, n'est-ce pas? Tr√®s bien.
E-31 √Čp√ģtre aux H√©breux. Paul, √† mon avis Paul, s'adressant aux H√©breux, fait la distinction entre la loi et la gr√Ęce. Et nous avons eu... Nous n'allons lire que quelques versets peut-√™tre, quelques versets de... les premiers versets du chapitre 10. Nous irons par la suite au verset 19. Je pense que nous... voyons. ...la loi, qui poss√®de une ombre des biens √† venir, et non l'exacte repr√©sentation des choses, ne peut jamais, par les m√™mes sacrifices qui... qu'on offre par... perp√©tuellement chaque ann√©e, amener les - les assistants √† la perfection.
E-32 Maintenant, je pense, si l'on comprend bien la premi√®re partie, que Paul essaie de leur dire que les anciennes lois √©taient une ombre de nouvelles choses √† venir. Or, ils... une ombre c'est quelque chose... 33 Si vous vous dirigiez vers le mur, ou dans cette direction, contre les lumi√®res, vous verriez que votre ombre vous pr√©c√®de. Si vous marchiez vers le coucher du soleil, votre ombre serait derri√®re vous. 34 Maintenant, remarquez: "La loi enti√®re, qui poss√®de une ombre des choses √† venir",vous voyez? Rien qu'une ombre. Maintenant, sous l'ancienne dispensation, Paul essayait de leur dire qu'ils √©taient circoncis, les m√Ęles, dans la chair, que c'√©tait un type de la circoncision du cŇďur, par le Saint-Esprit en ce jour. Qu'ils observaient autrefois les commandements, lesquels √©taient √©crits sur des tables de pierre. Dans les derniers jours, Dieu a dit qu'Il les √©crirait sur les tables de chair de notre cŇďur.
E-35 Eh bien, en ce temps-l√†, le seul moyen pour eux de savoir que c'√©tait mal de... "Tu ne voleras pas." C'√©tait de le voir dans le commandement, absolument. Et la loi fut ajout√©e, pour amener- amener la r√©conciliation. Parce que l√† o√Ļ il n'y a pas de loi, eh bien... s'il n'y a... s'il n'y a pas de loi, il n'y a pas de p√©ch√©. Parce que si ce n'est pas mal... 36 S'il n'y avait pas de loi dans cette ville disant que vous n'avez pas le droit de br√Ľler un feu rouge, ou de faire ceci, eh bien, si vous br√Ľliez un feu rouge, vous n'auriez pas commis d'infraction, parce qu'il n'y a pas de loi qui l'interdise. 37 La loi a donc caus√© la col√®re, ou manifeste le p√©ch√©. Voyez, ils n'avaient pas... Ils faisaient toutes ces choses, l√†-bas, sous le... avant la loi, et ils ne commettaient pas de p√©ch√©, parce qu'il n'y avait pas de loi pour leur dire que c'√©tait le p√©ch√©. Mais lorsque la loi est entr√©e en vigueur, elle a √©t√© appliqu√©e jusqu'√† ce que v√ģnt la perfection. 38 Maintenant, l'homme a toujours essay√© de trouver un moyen par lequel se sauver. Il fait encore la m√™me chose aujourd'hui; il ne fait que faillir.
E-39 En Inde, la semaine derni√®re, il y avait des gens qui √©taient compl√®tement aveugles d'avoir fixer le soleil, essayant de trouver la paix pour leur √Ęme. Quelques-uns avaient les ongles qui revenaient par-dessus leurs mains, comme cela, essayant de trouver la paix pour leur √Ęme; disant qu'ils n'avaient jamais baiss√© leurs mains et qu'ils les avaient gard√©es en l'air depuis quarante ans, essayant de trouver la paix. D'autres avec les pieds br√Ľl√©s, pratiquement br√Ľl√©s, d'avoir march√©s √† travers les charbons br√Ľlants, pour essayer de trouver la paix, pour apaiser leurs dieux. Ils s'√©tendent sur du verre, de vieilles bouteilles cass√©es et autres, ils se couchent sur des planches avec des clous, et tout, essayant de trouver la paix. Et il n'y a pas de paix pour eux, parce que ce n'est que de l'idol√Ętrie. Et nous ici, en Am√©rique, nous ne voulons pas traverser la rue pour trouver la paix pour notre √Ęme, aupr√®s du Dieu r√©el et vivant. C'est exact. Mais toutes ces choses, ces id√©es pa√Įennes d'hommes...
E-40 L√† dans le pass√©, quand Dieu donna la loi, elle fut ajout√©e afin de nous montrer que ces choses √©taient le p√©ch√©. Mais alors, cette loi ne pouvait pas √īter le p√©ch√©. Elle n'a fait qu'amplifier le p√©ch√©. Vous voyez? 41 En effet, s'il n'y a pas de loi qui vous l'interdise, eh bien, ce n'est pas - ce n'est pas... Si vous commettez, ou plut√īt transgresser tel ou tel, ce... Vous ne pouvez pas la transgresser, parce qu'il n'y a pas de loi √† transgresser. 42 Mais lorsque la loi est appliqu√©e, alors le p√©ch√© se manifeste. Alors ils √©taient... Ils pouvaient dire : "Tu ne voleras pas; tu ne commettras point d'adult√®re; tu ne porteras point de faux t√©moignages." Toutes ces choses, ils les faisaient auparavant, mais elles ne leur √©taient pas compt√©es comme p√©ch√©, parce qu'il n'y avait pas de loi contre cela. Mais alors quand la loi fut introduite, elle a amen√© l'homme √† comprendre qu'il ne pouvait pas voler, qu'il ne pouvait pas mentir et il... ni commettre l'adult√®re. Et tous les commandements ne font qu'amplifier. Mais cependant, cette loi n'√ītait pas le p√©ch√©. Elle amenait seulement un homme √† reconna√ģtre que c'√©tait un p√©ch√©. Ensuite, lorsque Christ est venu, Christ est venu pour √īter le p√©ch√©. Voyez-vous? 43 Eh bien, tout ce que faisait la loi, c'√©tait leur faire comprendre qu'un substitut innocent devait mourir pour le coupable. Cette loi a commenc√© l√†-bas dans le jardin d'√Čden. Apr√®s cela donc, ils allaient offrir une brebis, ou un bŇďuf, ou quelque chose, et l'immoler, asperger l'autel de son sang, et tout; parce que c'√©tait la couverture, ou une offrande de substitution. Mais cela ne pouvait jamais √īter le p√©ch√©, parce qu'il n'y a pas assez de vertu dans la vie d'un animal pour faire expiation pour la vie humaine. Parce que la vie humaine est plus √©lev√©e que la vie animale.
E-44 Eh bien, nous voici assis ici ce soir. Nous sommes probablement Allemands, Irlandais, et autres, gens de couleur. Ils.... Peu importe qu'ils soient noirs, blancs, jaunes, ou de n'importe quelle couleur qu'ils sont, nous sommes tous issus d'une seule personne. Voyez-vous? Cela peut être scientifiquement prouvé, que vous alliez en Afrique la plus noire et trouviez l'homme le plus noir que vous puissiez trouver, et, si vous tombiez malade, il pourrait vous donner son Sang pour une transfusion. Votre sang est exactement comme le sien. Ou bien vous pourriez aller en Chine et prendre l'homme le plus jaune qu'il y ait en Chine, et il pourrait vous donner son Sang pour une transfusion. Vous voyez? Ou bien l'homme le plus brun qu'il y ait en Inde pourrait vous donner son Sang pour une transfusion. "Dieu, par un seul sang, a fait toutes les nations, tous les peuples." Mais il n'y a pas un animal dans le monde, dont le sang s'accorderait avec celui de l'homme. Vous voyez? Chaque espèce animale a un sang différent. Mais le sang humain est tout à fait le même.
E-45 Si cela ne d√©truit pas maintenant la th√©orie de certains de ces professeurs qui disent, enseignent ici √† l'√©cole que nous avons √©volu√© √† partir de la vie animale! Si c'√©tait le cas, alors l'animal pourrait donner son Sang √† cet homme pour une transfusion. Mais le sang, la vie humaine, demeure le m√™me. Mais dans la vie animale, certains parmi eux, comme le serpent, ont le sang froid, le poisson a le sang froid; mais ici, l'ours, l'√©lan, le chien, ou le cheval sont des esp√®ces diff√©rentes. Aucun d'eux, aucun d'eux ne peut donner son sang √† l'autre pour une transfusion, parce qu'ils sont tous diff√©rents. Mais les √™tres humains sont tous les m√™mes. 46 Donc, avec l'offrande du sang animal, on avait qu'un - un substitut sous la loi, jusqu'√† ce que J√©sus v√ģnt, qui n'√©tait n√© d'aucun homme. Aucun homme sur cette terre n'√©tait Son p√®re. Il avait une m√®re, et la m√®re √©tait une vierge, la vierge Marie, une fille de dix-huit ans environ. Le Saint-Esprit la couvrit de Son ombre (Dieu le P√®re lui-m√™me), et Il cr√©a. Celui-l√† m√™me qui a amen√© le monde √† l'existence par la Parole, Il a simplement parl√©.
E-47 Vous savez comment on a abordé cela dimanche. Lorsque Dieu parle, cela doit arriver. Il n'y a aucun moyen du tout de s'en éloigner. Dieu dit: "Qu'il y ait", et cela doit être. Rien... La Parole elle-même! Et la Parole était une pensée. Dieu, alors qu'Il... avant... Une Parole est une pensée exprimée. Dieu l'a pensée dans Son esprit, et a créé cela par la Parole.
E-48 Et nous avons la foi dans notre cŇďur, la foi de Dieu dans notre cŇďur, et nous pouvons voir cela clairement. Cela devient une foi, et puis nous la pronon√ßons, et elle vient √† l'existence, la m√™me chose, parce que la pens√©e de Christ est dans l'homme. C'est ce qui produit des gu√©risons, et autres. Lorsque vous recevez cette parfaite r√©v√©lation, juste ce que vous faites, alors vous savez comment marcher. C'est cela. En effet, c'est √ßa la marche chr√©tienne. Eh bien, mais le sang des animaux n'√ītait pas le p√©ch√©. 49 Alors lorsque J√©sus est venu, √©tant Dieu Lui-m√™me manifest√© dans la chair, Son Sang n'√©tait pas comme celui d'un autre homme. Chacun de nous, chaque proph√®te, chaque grand homme a le sang humain. Mais cet Homme avait le sang divin. Dieu, Lui-m√™me, cr√©a la cellule sanguine. 50 Et, vous, la - la personne, venez d'une seule cellule sanguine, si vous avez d√©j√† examin√© cela √† travers une lentille. Je l'ai fait il y a quelques semaines. Et-et la reproduction des animaux, ainsi vous... ou du b√©tail. Et il y a des dizaines de milliers de germes l√†-dedans, et ces germes, ces petites cellules sanguines, se heurtent dans ce... chez l'homme normal. 51 Mais dans le... ce cas-ci, Dieu Lui-m√™me a cr√©√© cette cellule sanguine, sans du tout l'intervention d'un homme. Et de l√† est venu Son propre Fils, J√©sus-Christ, en qui Dieu Lui-m√™me a demeur√©, faisant de Lui "Emmanuel" sur la terre. Voil√† l'image. C'est ce que vous devez croire pour √™tre sauv√©. Et ensuite, J√©sus a librement... Il n'√©tait pas oblig√© de le faire, mais, de Son plein gr√©, avec dans Son cŇďur l'amour pour Ses semblables, Il est mort librement sur le Calvaire et Il a vers√© ce Sang, portant sur Lui les p√©ch√©s du monde. Il a pris sur Lui-m√™me nos p√©ch√©s au Calvaire.
E-52 Or, il ne s'agit pas de ce que je peux faire. Il n'est pas question de savoir si je suis bon ou mauvais. Il est question de savoir si Lui √©tait bon. Je ne peux jamais √™tre assez bon pour y arriver. Vous ne pouvez jamais √™tre assez bon pour y arriver. Si jamais vous y arrivez, ce sera sur les m√©rites de J√©sus-Christ. Je vous dis maintenant ces choses, parce qu'il n'y a rien d'autre que vous puissiez faire. 53 Mais Dieu a transf√©r√© tous nos p√©ch√©s sur Lui, et Il est mort. Et parce qu'Il est mort un p√©cheur, la Bible dit que "Son √Ęme est all√©e au s√©jour des morts". C'est exact. Et pendant qu'Il √©tait l√†, Il pr√™cha √†-√† ceux qui √©taient en prison, qui ne s'√©taient pas repentis pendant le temps de Sa patience, aux jours de No√©. 54 "Mais il n'√©tait pas possible qu'Il laisse Son corps voir la corruption, et Son √Ęme rester dans le s√©jour des morts." Et le troisi√®me jour, Il ressuscita pour notre justification. Nous montrant que lorsque nous confessons notre foi en Lui, et que nous sommes n√©s de nouveau de l'Esprit, aussi certain qu'Il est sorti du tombeau, nous ressusciterons aussi √† Sa Seconde Venue. Oh, quelle parfaite esp√©rance!
E-55 Oh, lorsque vous voyez les religions du monde et leurs superstitions, et qu'ensuite vous voyez le principe fondamental sur lequel reposent notre salut et notre ferme esp√©rance, tous les d√©mons de l'enfer ne peuvent √©branler cela! Vous les voyez exalter la beaut√©. La religion bouddhiste est une belle religion, la religion hindoue est une belle religion, mais, fr√®re, elles sont tout aussi d√©pourvues de vie que possible. 56 O√Ļ la vie repose-t-elle? La vie repose dans le sang. Le sang est la vie. Et c'est le seul Homme qui pouvait faire sortir la bonne sorte de Sang, parce qu'Il √©tait le propre Sang de Dieu. Et Il a fait sortir le Sang qui nous a rachet√©s vous et moi. Et notre salut repose donc en Christ J√©sus, ce qu'Il a fait pour nous au Calvaire. Peu importe √† quel point nous tombons bas, devenons immoraux et souill√©s, lorsque nous regardons au Calvaire avec un cŇďur sinc√®re et que nous confessons nos p√©ch√©s l√† au Calvaire, c'est r√©gl√©. C'est vrai. A peine votre confession sortie de vos l√®vres, Dieu est dans l'obligation de vous r√©pondre. C'est vrai. Oh, quand j'y pense ! 57 Oh, pas √©tonnant que Paul ait dit...L'autre jour, Je me suis tenu l√†, dans la pi√®ce o√Ļ on lui a coup√© la t√™te et l'a jet√© dans un caniveau. J'ai pens√©... Peu auparavant, il avait dit: "√Ē mort, o√Ļ est ton aiguillon? √Ē mort, o√Ļ est ta victoire? Mais gr√Ęces soient rendues √† Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur J√©sus-Christ." Vous voyez? √áa donne vraiment du repos. Oh, c'est ce dont j'aime parler.
E-58 √Čcoutez, certains parmi vous jeunes gens... Vous pouvez √™tre jeunes, et cela peut √™tre √©ph√©m√®re, au point que vous ne vous en rendez pas compte. Mais attendez juste un petit peu que vous soyez couch√©s l√† √† l'h√īpital et que le m√©decin dise qu'il ne vous reste que deux jours √† vivre, ou deux heures. Attendez un tout petit peu que ce cŇďur escamote un battement, et que vous sentiez cela monter dans votre manche. Oh, fr√®re, vous vous mettrez alors √† chercher par tous les moyens... Et que vaudra toute la vie alors? Elle est finie. Attendez que les cheveux grisonnent sur votre t√™te, et vous vous rendrez compte que vous faites face √† une √©ternit√© sans fin, l√†-bas; et cette √Ęme qui vit maintenant au-dedans de vous se d√©tachera comme une - comme on extrait une dent, se retirera de vous comme cela, pour aller dans un lieu dont vous ne connaissez pas la destin√©e. Vous feriez mieux d'y penser maintenant et de r√©gler cela tout de suite. Parce que vous serez peut-√™tre frapp√© au-dehors [Fr√®re Branham claque ses doigts. - N.D.E.], comme cela, sans m√™me une chance de vous repentir. Alors, mettez-vous en ordre maintenant. 59 Il n'y a pas d'excuse pour le peuple am√©ricain. Ces pa√Įens de-de l'Afrique du Sud et de l'Inde, au loin l√†-bas, se l√®veront au Jugement et condamneront cette g√©n√©ration, parce que nous avons la Lumi√®re, l'√Čvangile, des √©glises, des b√©n√©dictions et tout ici, et nous refusons d'accepter cela. C'est bien l√† le probl√®me, ami. Maintenant, je le dit de fa√ßon rude, parce que... c'est pour votre bien, voyez ; en effet, vous devez agir comme cela.
E-60 "Or, la loi √©tant une ombre..." Oh, quand j'y pense, la loi √©tant une ombre de bonnes choses √† venir! Regardez ce que la loi a offert. Allons au chapitre suivant, le chapitre 11 des H√©breux. Voyez ce que Daniel a fait sous la loi. Voyez ce que √Čnoch a fait sous la loi. Voyez ce que Mo√Įse a fait sous la loi. Alors, s'il ne vivait que dans l'ombre de l'expiation, que devrait faire l'Eglise chr√©tienne aujourd'hui, avec la r√©alit√© de la r√©surrection du Seigneur J√©sus-Christ? O√Ļ en sommes-nous ce soir, amis? 61 Je vous le dis, cela devrait amener chaque chr√©tien √† rev√™tir l'armure. Il est dit l√†: "Rev√™tez-vous de toute l'armure de Dieu. Et assurez-vous de porter la cuirasse, le casque, le bouclier et toutes ces choses." Paul compare cela √† un soldat qui va au combat. Et quand l'ennemi, dans ses ruses, s'approche, √©levez votre bouclier, et allez √† sa rencontre. 62 Maintenant, si la loi a pu produire cela, que devrait produire la r√©alit√© du Sang de J√©sus-Christ! Si une lettre morte peut produire cela, que devra produire la puissance de la r√©surrection, la puissance et l'Esprit du Seigneur J√©sus-Christ?
E-63 Eh bien, nous devrions venir √† l'√©glise avec une tr√®s grande r√©v√©rence. Nous devrions entrer dans l'√©glise comme de v√©ritables saints de Dieu. Y entrer et prendre notre place, et garder nos pens√©es sur Christ. Nous devrions abandonner tout ce qui est du monde, des choses semblables. Et si vous √™tes vraiment n√© de nouveau... Ceci peut blesser un peu maintenant, mais vous savez que c'est ici la maison de correction. Si vous √™tes vraiment n√© de l'Esprit de Dieu, c'est l√† que repose votre cŇďur, apr√®s tout. C'est ce que... Vos pens√©es sont ancr√©es l√†-bas. Vous voyez? Si jamais vous √™tes... 64 J√©sus a dit: "Celui qui entend Mes Paroles et qui croit en Celui qui M'a envoy√©, a la Vie Eternelle." Celui qui entend Mes Paroles et qui croit!
E-65 Or, si vous croyez correctement... Si vous ne faites qu'une confession du bout de l√®vres, cela ne fait pas tellement de bien. Mais si vous croyez du fond de votre cŇďur que J√©sus est le Fils de Dieu, vous ne pourrez plus mener la m√™me vie que vous meniez auparavant. Vous ne le pouvez pas, si jamais vous avez eu une r√©elle vision du Calvaire. Eh bien, si vous ne faites que prendre un chemin au hasard, vous ne faites que- vous ne faites que vous tromper vous-m√™me. 66 Mais lorsque vous voyez r√©ellement ce que J√©sus √©tait! Oh ! la la! comme j'aimerais pr√™cher la Divinit√©, la Divinit√© supr√™me de J√©sus-Christ! Si donc vous pouviez donc r√©aliser qui Il √©tait, et ce qu'Il a fait pour vous, hommes et femmes, vos cŇďurs se d√©chireraient au-dedans de vous, et vous seriez dispos√©s √† vous d√©barrasser des ordures du monde, afin de vivre pour Lui. Oh, comme c'est merveilleux! Et quelle personne Il √©tait! Si vous vous rendez compte de la condescendance de Dieu Lui-m√™me, se d√©voilant Lui-m√™me, descendant, jusqu'√† ce qu'Il puisse entrer dans votre cŇďur!
E-67 Lorsque Dieu le P√®re, sous la forme d'une grande Nu√©e, se tenait au-dessus des enfants d'Isra√ęl, lorsqu'Il se posa sur la montagne ce matin-l√†, pour √©crire la loi... Eh bien, m√™me un animal qui touchait la montagne, devrait √™tre transperc√© avec une fl√®che. C'est uniquement √† travers la sanctification qu'Il amena Mo√Įse l√†-haut. Il a plac√© Aaron l√† loin au pied de la colline, pour surveiller et monter la garde, afin que rien... Et lorsque cette Colonne de Feu s'est pos√©e sur cette montagne, les √©clairs jaillissaient, les tonnerres grondaient et l'obscurit√© s'est √©tablie. Lorsque J√©hovah Dieu, le Cr√©ateur de toute √©ternit√©, s'est tenu au sommet d'une montagne qu'Il avait Lui-m√™me cr√©√©e, une √©paisse nu√©e se forma, il y eut des √©clairs et la terre trembla! Au point que ces Isra√©lites, qui se tenaient l√† dans le champs, offrant un sacrifice sanglant, dirent: "Que Mo√Įse parle, et non pas Dieu, de peur que nous mourions." Pensez-y. 68 Ce m√™me Tout-Puissant, ce grand √ätre s'est humili√© et s'est d√©voil√© Lui-m√™me, et est entr√© dans un corps de chair, que quiconque pouvait toucher de ses mains. Qu'est-il en train de faire? Il est en train de revendiquer Son chemin, de chercher √† entrer dans l'homme. Peu apr√®s cela, Il est all√© offrir Son propre Sang, ce qu'aucun autre Sang ne pouvait faire! Pas √©tonnant qu'Il ait √©t√© le prix inestimable du Ciel! Pas √©tonnant qu'Il ait √©t√© le Roi de tous les rois! Lorsqu'Il voil... s'est d√©voil√© Lui-m√™me, et est descendu et s'est remis entre les mains d'hommes p√©cheurs, pour √™tre battu, on Lui a crach√© dessus, Il a √©t√© bris√© pendu √† une croix et est mort. Lorsqu'Il √©tait l√†, quelqu'un a dit... Quand Il a dit : " Je pourrais appeler Mon P√®re et Il M'enverrait dix l√©gions d'Anges. Mais Mon Royaume n'est pas de ce monde." 69 Et l√†, la foule a dit: "Faites-Le mourir ! Faites-Le mourir!" 70 Pourquoi ne s'est-Il pas retourn√© et n'a-t-Il pas dit: "Qu'on vous fasse mourir " ? Voici pourquoi Il ne le pouvait pas, amis. Regardez cela. Ces gens √©taient Ses propres enfants. De penser aux enfants d'un homme r√©clamant le sang de leur p√®re. Si mes enfants r√©clamaient mon sang, je ne pourrais que dire: "Prenez-moi." Si - s'Il avait refus√© de faire cela, Il aurait perdu Son enfant, Sa cr√©ation m√™me, Ses √™tres humains. Et c'√©taient eux qui r√©clamaient Son sang. Pouvez-vous imaginer les enfants r√©clamant le sang de leur P√®re? C'est pourquoi Il ne pouvait pas dire non. S'Il avait dit non, les enfants auraient √©t√© perdus. Je mourrais librement pour mes enfants et n'importe quel autre p√®re le ferait. Voyez qui Il √©tait, Ses propres enfants r√©clamaient Son sang.
E-71 Et la justice de la loi r√©clamait le sang. Et le sang des moutons n'aurait pas fait l'affaire, le sang des boucs n'aurait pas fait l'affaire, le sang du b√©tail n'aurait pas fait l'affaire, mais le Sang de Dieu Lui-m√™me a d√Ľ faire cela. Et Dieu a √©t√© fait chair, a v√©cu ici sur terre. Cette glorieuse Personne qui tonnait du sommet du mont Sina√Į √©tait alors ici en chair. 72 Ensuite, Il a purifi√© la voie afin de pouvoir venir vivre dans votre cŇďur. Et maintenant, ce m√™me Esprit, qui avait tonn√© depuis mont Sina√Į vit dans le cŇďur humain. Quel merveilleux...Oh ! la la ! cela - cela devrait faire bondir chaque cŇďur, rien que d'y penser.
E-73 Maintenant, pour faire vite, Paul continua, aux versets 5 et 6 ici. Nous essayerons d'arriver au 19, alors nous pouvons nous dépêcher et ainsi de suite. Les versets 5 et 6, il a démontré que la loi était une ombre. Que dans l'Ancien Testament... Nous avons vu cela l'autre jour, oh, il y a quelques mois, c'était à l'école du dimanche. 74 Un homme a commis un péché; disons qu'il a commis un adultère, ou volé, ou violé le sabbat, ou un autre commandement. Alors il devait prendre un agneau, et il devait apporter cet agneau aux anciens, et ceux-ci examinaient l'agneau. L'agneau devait être sans défaut, sans reproche. Voyez quel en est la signification ici. L'agneau devait, être sans défaut pour une personne coupable. Amen. J'espère que vous voyez cela. Oh ! la la !
E-75 Je me souviens d'une petite histoire. Je ne sais pas si je vous l'ai d√©j√† racont√©e ou pas. Ce n'est qu'une petite histoire fictive, comme cela. Le... Sous la loi, si la vieille m√®re jument avait un petit poulain, et qu'il √©tait un mulet, vous savez, avec des oreilles rabattues, des genoux cagneux, et, oh, quel horrible mulet aux yeux louches. Eh bien, ce mulet, s'il avait pu se voir, il aurait dit: "Oh! La la ! Quand le ma√ģtre sortira, il me tuera, parce que je... Il ne me nourrira pas. Je ne suis pas digne de vivre. Regardez-moi, quel horrible g√Ęchis je suis!" 76 Mais si la m√®re pouvait r√©pondre au petit animal, elle dirait: "Attends une minute, ch√©ri! Tu peux vivre, parce que tu es mon premier-n√©, et tu as un droit d'a√ģnesse. Lorsque le ma√ģtre sortira et te verra dans ta condition, dans son ensemble, il devra retourner et prendre un agneau sans d√©faut et le tuer, afin que ce mulet invalide puisse vivre." Vous voyez, le sacrificateur ne voyait jamais le mulet; il voyait l'agneau. Il n'√©tait pas question de savoir si le mulet √©tait parfait; c'√©tait l'agneau qui devait √™tre parfait.
E-77 Oh, j'espère que vous le voyez. Ce n'est pas si vous êtes assez bon pour être chrétien ou non. C'est si Lui était assez bon. Si Dieu L'acceptait, et que Son Sang fasse une expiation, Dieu ne vous voit plus; Il voit l'Agneau. Oh ! la la! 78 Alors, ce petit mulet pouvait lancer sa queue en l'air, s'ébrouer, sauter, courir dans le champ, passer un bon temps. Il allait vivre. Mais il en est un, parfait, qui devait mourir pour l'imparfait. 79 C'était moi, William Branham; je n'ai rien de bon, je suis indigne de vivre, digne de l'enfer; né dans une famille de pécheurs, élevé comme pécheur; un rien du tout, rien de sain en moi. C'est exact. Mais, un jour, j'ai accepté! Alléluia! Lorsque Die a abaissé Son regard sur Christ, et que Christ a pris ma place, alors Dieu ne me voit pas; Il voit ce qui est parfait. Alors aussi longtemps que je suis ici, en Lui, alors je suis rendu parfait; pas par moi-même, par Lui. Pas ma perfection, je n'en ai aucune, vous n'en avez aucune; mais c'est Sa perfection.
E-80 Donc, Jésus n'a pas commis d'erreur lorsqu'Il a dit: "Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait." Et comment un être humain peut-il être parfait? Il peut être parfait par Sa foi parfaite, en comptant sur Lui en disant: "Il a payé le prix pour moi." Jésus paya tout, Je Lui dois tout; Le péché avait laissé une tache cramoisie, Il a rendu cela blanc comme neige 81 Oh! la la ! cela fait de nous tous des méthodistes qui poussent des cris, n'est-ce pas, quand on y pense! Vous... Je crois en cela. Je crois dans cette expérience à l'ancienne mode de pousser des cris. Oui, oui. Si les enfants reçoivent la bonne sorte de vitamines, ils se sentent toujours bien, vous savez. Vous savez ce que je veux dire. Nous avons besoin de vitamines spirituelles dans lés églises aujourd'hui. Ne le pensez-vous pas? [L'assemblée dit : "Amen." - N.D.E.]
E-82 Cela me rappelle un fermier, une fois. Il avait une vieille petite... Un fermier, il avait une grange, il avait tous les outils agricoles pour cultiver, des tracteurs et tout. Mais il √©tait trop paresseux pour cultiver. Aussi il - il laissa simplement les mauvaises herbes cro√ģtre dans son champ. Et lorsque l'automne est venu, tout ce qu'il eut √† faire fut de couper ses mauvaises herbes et de les mettre dans la grange. 83 Et il y avait un autre fermier qui n'avait pas une aussi belle grange, mais il avait... c'√©tait un homme habile. Il sortit... c'√©tait un travailleur. Et il travaillait, parce qu'il voulait nourrir son b√©tail. Et il r√©colta du bon tr√®fle et de la luzerne, et il mit cela dans la grange. 84 Chaque ann√©e, dans les deux fermes, il y naissait un petit veau chaqu'ann√©e, cette ann√©e-ci. Et quand... le petit veau de l'autre grange devait se nourrir de mauvaises herbes, mais il avait une tr√®s belle grange. Et l'autre petit veau n'avait pas une tr√®s belle grange, mais il avait quelque chose √† manger.
E-85 Cela me fait penser √† certaines de ces vieilles petites √©glises, on consid√®re des b√Ętiments imposants et somptueux, vous savez, avec de grandes orgues de mille dollars, de milliers de dollars, je voulais dire, et des si√®ges en peluche, et ainsi de suite. Mais y a-t-il √† manger? C'est la chose suivante. 86 Si vous alliez dans une petite mission quelque part, vous savez, vous pourrez y trouver beaucoup dans ses murs, vous savez, des vitamines spirituelles. Dieu a cela pour vous, pour aider votre esprit √† s'√©lever, vous relever un peu. C'est la pr√©dication de l'√Čvangile. All√©luia! Si cela ne rel√®ve pas l'√©glise, il n'y a rien qui le fera. "La foi vient de ce qu'on entend, et de ce qu'on entend de la Parole." 87 Quand j'apprends que J√©sus est mort pour moi, je dis: "C'est r√©gl√©. Gloire √† Dieu! Je suis maintenant en s√©curit√©, parce que je suis en Lui." Il m'a accept√©. C'est exact. Il m'a choisi. Il vous a choisi. Chacun d'entre vous ici, qui √™tes chr√©tien, J√©sus vous a choisi. C'est √† vous. Tr√®s bien. Il vous a pris.
E-88 Et ce petit veau, l'un d'entre eux, s'est roul√© et s'est retrouv√©, dans cette tr√®s grande et belle grange, avec des r√Ęteliers de quatorze carats, vous savez, des stalles et autres. Lorsqu'il est sorti, le pauvre petit pouvait √† peine marcher, vous savez. Il √©tait si maigre, d'avoir mang√© ces mauvaises herbes tout l'hiver. Alors l'autre... Il est sorti sur le terrain de la grange, vous savez, et le vent chaud soufflait, un peu... et il l'a presque jet√© par terre; il √©tait tellement faible. 89 Et de l'autre c√īt√©, ce fermier a rel√Ęch√© son petit veau dehors, et, oh, il √©tait tout gras et rond, vous savez. Oh ! la la ! Il √©tait en forme. Lorsqu'il est sorti l√†, il s'est mis √† sautiller, √† caracoler, vous savez. Il avait une bonne vieille r√©union pentec√ītiste; il ne faisait que sautiller de tout c√īt√©. 90 Savez-vous ce que ce petit veau a fait? Celui-l√†, dans la grosse grange, avait toutes les grandes choses, vous savez. Il regarda en bas, jeta un coup d'Ňďil √† travers la fente, et dit: [Fr√®re Branham illustre le m√©pris du veau en √©mettant un son quatre fois. - N.D.T.] "Tsk, tsk, tsk, tsk quel fanatisme! Quel fanatisme!" 91 Ce petit animal se sentait bien, pas √©tonnant qu'il puisse sauter. Il avait √©t√© engraiss√©. Il se sentait bien. 92 C'est comme √ßa quand un homme re√ßoit vraiment ses vitamines spirituelles. Il vient dans la maison de Dieu, et son √Ęme se nourrit de la Parole de Dieu, il sait o√Ļ il se tient. Toutes ses vieilles superstitions s'envolent. L'adoration du diable et toutes ces autres choses se dispersent au loin, lorsque je vois que J√©sus-Christ est mort √† ma place, qu'Il a pris ma place au Calvaire. L'amour pur et divin vient l√†. Cela me fait que je me comporte d'une mani√®re bizarre aux yeux du monde de temps en temps. Mais je me sens tr√®s bien √† propos de cela, parce que je suis bourr√© de vitamines, c'est ce que... ces bonnes vieilles vitamines ici.
E-93 Eh bien, Paul a dit, lorsque l'adorateur vient et apporte le petit... S'il avait mal agi, il amenait ce petit agneau. Eh bien, le souverain sacrificateur l'examinait, le sacrificateur, le faisait ; il v√©rifiait si l'agneau √©tait sans d√©faut. Il l'examinait pour voir s'il √©tait correct, et, si c'est le cas, il d√©posait le petit agneau sur l'autel. 94 Et l'homme qui avait fait ce qui est mal s'approchait; il disait: "Eh bien, j'ai vol√©. Et maintenant je sais que je m√©rite la mort, pour avoir fait ce qui est mal. Dieu ne veut pas que je vole; Son commandement l'interdit. Maintenant je vais poser les mains sur ce petit agneau. Le commandement de Dieu ici dit: 'Tu ne voleras point', et j'ai vol√©. Alors, je m√©rite la mort. Quelque chose doit r√©pondre pour mon p√©ch√©, car j'ai vol√©. Et Dieu dit que Le jour o√Ļ j'en mangerai cela, ce jour-l√†, je mourrai. Or, j'ai vol√©. Et Dieu dit: 'Si tu voles, tu dois mourir pour cela.' Il a donc exig√©, au cas o√Ļ je ne voudrais pas mourir, que j'apporte un agneau, je d√©pose donc l'agneau ici, et que je pose les mains sur la t√™te de ce petit animal, tandis qu'il b√™le et s'agite. Et je dis: Seigneur Dieu, je regrette d'avoir vol√©. Je confesse et Te promets que je ne volerai plus, veuille bien m'accepter maintenant. Et pour mon sacrifice, et pour ma mort, ce petit agneau va mourir √† ma place." 95 Alors on prenait un grand crochet, on mettait sous la petite gorge de l'agneau, et on la coupait comme cela; on le suspendait comme cela, et le pauvre petit se mettait √† b√™ler, √† b√™ler. La laine s'envolait, tout teint√©e de sang, comme cela. Et de sa pauvre petite bouche, et il b√™lait, b√™lait, b√™lait. Et tout d'un coup, vous savez, il √©tait tout imbib√© de sang, et il penchait sa petite t√™te. C'est tout. 96 Ensuite, cet homme-l√†, sa d√©claration √©tait enregistr√©e et d√©pos√©e √† c√īt√© de l'arche, comme ceci, montrant que cet homme avait fait une confession. S'il le faisait une seconde fois, dans l'ann√©e, il devait mourir de toute fa√ßon ; il devait mourir avec l'agneau.
E-97 Eh bien, c'√©tait l'Ancien Testament. Aussit√īt qu'il avait fait sa confession, il sortait directement de l√†. Il sortait directement. Et peut-√™tre qu'il avait commis un adult√®re. Peut-√™tre avait-il fait quelque chose de mal, beaucoup plus...?... Lorsqu'il sortait de l√†... Peut-√™tre avait-il tu√© un homme. Peut-√™tre... Lorsqu'il sortait, de toute fa√ßon, il s'en allait avec le m√™me d√©sir dans son cŇďur, de ce qu'il avait fait quand il est entr√©. Il n'y avait pas de changement en lui; il avait seulement, selon la loi, la lettre de la loi, rempli la condition. Eh bien, cela ne pouvait pas faire... cela ne pouvait pas changer son cŇďur. Tout ce qu'il savait, c'est que c'√©tait mal, car il l'avait lu dans la loi, et que l'agneau mourait √† sa place. Maintenant, lorsque J√©sus vint, voyez, le Sang de Christ... Voyez, quelle sorte de sang √©tait celui qui coulait? Le sang animal. La vie animale pour une vie humaine, cela ne pouvait absolument pas √īter le p√©ch√©; cela ne le pouvait pas. 98 Eh bien, lorsque J√©sus vint, ce n'√©tait pas seulement la vie humaine, mais c'√©tait la Vie m√™me de Dieu, Lui-m√™me. C'est ce qu'il y avait dans Son Sang.
E-99 Maintenant, nous voyons que nous agissons mal. "Oh, j'ai fait ce qui est mal. J'ai p√©ch√©. J'ai - j'ai men√© une mauvaise vie. J'ai fait ce qui est mal." Maintenant, je viens √† l'autel. Par la foi, je vois le Sacrifice; je pose mes mains sur la t√™te de J√©sus. Je dis: "Cher Dieu, je sais que mon... Je suis un p√©cheur, et le salaire du p√©ch√©, c'est la mort. Et si je fais ce qui est mal, je dois mourir. Et si je meurs, je ne peux entrer dans Ta pr√©sence, je serai ch√Ęti√© dans les tourments pour toujours. Aussi, j'ai tort, P√®re. Et je veux √™tre juste, et je ne veux pas mourir comme ceci." Alors, je pose mes mains sur Sa t√™te, car Sa vie fut prise pour ma vie. Mais la chose est que, lorsque je quitte l'autel, je m'en vais avec un cŇďur chang√©. Vous voyez?
E-100 Le premier homme s'en retournait, sous la loi, sous le sang des animaux, cela ne pouvait pas changer son cŇďur, car la vie animale ne pouvait s'accorder avec la vie humaine. L'animal ne peut donner de sang √† un humain. Vous voyez? L'animal ne peut pas le faire, car sa vie est une vie diff√©rente. Et un animal a une vie, mais il n'a pas d'√Ęme. Un animal est un √™tre vivant, mais il n'a pas d'√Ęme. 101 Mais Dieu a mis une √Ęme dans l'homme. Ainsi donc, mon √Ęme... Qu'est-ce que l'√Ęme? La nature de l'esprit. 102 Et lorsque l'√Ęme de Christ L'a quitt√©, elle n'√©tait pas rest√©e dans le s√©jour des morts, mais elle fut enlev√©e; √† travers le Sang, le Sang qu'Il a vers√©, lorsque Dieu L'a conduit au Calvaire. Il a m√™l√© Son Sang l√†-bas √† la croix; et lorsqu'Il s'est tenu l√†, secouant Sa t√™te, une couronne d'√©pines autour de Sa t√™te, comme ceci, le Sang coulant sur Son visage, coulant de Ses cheveux sur Ses √©paules, criant en langue inconnue: "Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi M'as-Tu abandonn√©?" Voil√† l'Agneau. C'est Lui.
E-103 C'est Lui l'innocent qui est mort, afin que moi, l'indigne, je sois justifi√©, afin que j'aie droit √† la Vie. C'est l'indigne. Et nous sommes... ?... Vous √™tes l'indigne pour lequel l'Agneau est mort. Maintenant montez ici, posez vos mains sur Lui, voyez, et faites votre confession, et Dieu vous r√©pondra par le Saint-Esprit, comme une confirmation qu'Il vous a accept√©. ... par un seul sacrifice (√ßa y est), par un seul sacrifice, Il a amen√© √† la perfection pour toujours... 104 Vous y √™tes. Car l'adorateur qui venait chaque ann√©e... √áa se faisait continuellement, presque chaque ann√©e, il retournait; et il devait revenir l'ann√©e suivante, avec le m√™me d√©sir dans son cŇďur. Mais apr√®s que J√©sus eut offert un seul sacrifice, de Lui-m√™me, chaque p√©ch√©, chaque d√©sir de p√©ch√©, tout a √©t√© √īt√© du cŇďur de l'homme. Et il demeure parfait aux yeux de Dieu, non par ce qu'il a fait, mais par ce que J√©sus a fait pour lui. Et il accepte le sacrifice du Seigneur J√©sus-Christ. Oh, quelles choses merveilleuses, amis!
E-105 Maintenant, "Ainsi donc...", verset 19... Il nous reste environ vingt minutes, consacrons tout cela donc aux √Čcritures. Maintenant, au verset 19. Ainsi donc, fr√®res, puisque nous avons, au moyen du Sang de J√©sus, une libre entr√©e dans le sanctuaire. 106 √Čcoutez, voici: "Maintenant, entrez dans le sanctuaire." Il y a un lieu saint, puis un lieu tr√®s saint appel√© "le saint des saints". Le souverain sacrificateur y entrait une fois par an. Et lorsqu'il le faisait, la premi√®re chose qu'il devait faire √©tait d'√™tre lui-m√™me asperg√©. L'arche √©tait l√† derri√®re le rideau. 107 Et le souverain sacrificateur devait √™tre oint du parfum fabriqu√© √† partir de la rose de Saron. Aucun autre parfum n'aurait fait l'affaire. Saviez-vous que J√©sus a √©t√© appel√© la Rose de Saron? Qu'est-ce qu'une rose? D'o√Ļ vient le parfum? De la rose. D'o√Ļ est-ce que... 108 J√©sus a √©t√© appel√© le Lys de la vall√©e. Est-ce vrai? [L'assembl√©e dit : " Amen. " - N.D.E.] 109 Y a-t-il quelqu'un qui sait d'o√Ļ vient l'opium? Du lys. L'opium est tir√© du lys. Et qu'est-ce que l'opium fait? L'opium calme la douleur. Lorsque les gens sont malades et terriblement souffrants, qu'ils en perdent la raison, qu'ils deviennent des ali√©n√©s, on leur donne une piq√Ľre d'opium, et c'est r√©gl√©. Ils se calment. √áa, c'est dans le naturel.
E-110 J√©sus, dans le spirituel, est le Lys de la vall√©e. Et lorsqu'il arrive que vous ne pouvez plus vous supporter vous-m√™me, et que la vie ne signifie plus rien pour vous, Dieu a une piq√Ľre d'opium pour vous, tir√© du Lys de la vall√©e, qui soulage tous vos troubles, tout cela vous quitte. Vous n'avez pas √† vous enivrer de whisky pour apaiser vos troubles; ils reviendraient de sit√īt. Mais venez et prenez un verre d'opium du Lys de la vall√©e, et ils seront termin√©s pour toujours. 111 Advienne que pourra; que vous viviez, que vous mouriez, qu'il y ait ceci, cela ou autre; rien ne vous s√©pare de l'amour de Dieu qui est en J√©sus-Christ. Il n'est pas promis aux chr√©tiens un lit fleuri d'aisance, mais il leur est promis assez de gr√Ęce pour chaque besoin qu'ils ont. Amen. Dites donc, je crois que je me sens religieux maintenant m√™me. Pensez-y! Oui, oui. En effet, lorsque je me fatigue et que je me pose des questions, que je regarde ici et que je vois telle et telle chose se passer, cependant je me dis n√©anmoins: "Attends une minute. Oh ! la la! Oh ! la la !" Vous voyez? Il y a le Lys de la vall√©e.
E-112 Maintenant, que fait la senteur? Une senteur... les femmes se parfument pour √™tre agr√©ables. Et les hommes se mettent un produit apr√®s-rasage, parfois, comme cela; afin de se d√©barrasser des odeurs, des mauvaises odeurs. Et lorsque vous vous approchez de quelqu'un dont le corps d√©gage une odeur, ou quelque chose d'autre, les parfums sont l√† pour √īter cette odeur; afin que vous, en pr√©sence de cette personne, vous ne soyez pas bizarre. C'est insupportable. C'est ce que les parfums ou... Les savons sont parfum√©s. Et vous vous lavez avec du savon, ou des poudres de talc, ou je ne sais quoi, c'est pour cela qu'on les utilise. 113 Maintenant, remarquez. Amen. Je me sens vraiment bien. Regardez, J√©sus a dit... Voyez, Il √©tait la Rose de Saron, et Il fut offert √† Dieu comme un parfum de bonne odeur. Et ceci... Et alors, puis, lorsque nous devenons insupportables devant Dieu, et en √©tant tellement, excusez-moi l'expression, tellement puants, voyez, que nos - nos p√©ch√©s et tout sont si mauvais, si r√©pugnants, alors nous venons au Calvaire, et l√†...
E-114 Un lys, ou n'importe quelle fleur, avant que le parfum puisse √™tre fabriqu√©... Prenez une fleur, elle est jolie; un gros lys du matin, ou une rose. La rose de Saron est une belle fleur. Pendant qu'elle vit, elle est belle. Mais pour obtenir sa senteur, pour obtenir un parfum, on doit la presser. Et on presse cela et on en extrait le parfum. 115 Vous voyez, Christ, lorsqu'Il √©tait ici sur terre, Il √©tait beau. Il gu√©rissait les malades. Il ressuscitait les morts. Aucune vie n'a jamais √©t√© √ß la hauteur de la Sienne. Il √©tait beau. Mais pour √™tre comme Il √©tait... Lorsque Dieu a regard√© en bas, Il a dit: "Celui-ci est Mon Fils bien-aim√©, en qui J'ai mis toute Mon affection." Il a dit: "Vos sacrifices sont devenus une puanteur √† Mes narines; mais c'est en Lui que J'ai mis toute Mon affection." Eh bien, Il avait mis toute Son affection. 116 Et pour que nous soyons agr√©able devant Dieu, Il a d√Ľ √™tre broy√© au Calvaire, et le p√©ch√© de ce monde devait Lui √īter la vie √† force de le presser. Et Il est mort, portant les p√©ch√©s du monde, afin que nous puissions √™tre oints de la Rose de Saron. Il √©tait le Lys de la vall√©e. "Il a √©t√© bless√© pour nos p√©ch√©s", un parfum de bonne odeur. "C'est par Ses meurtrissures que vous avez √©t√© gu√©ries", le Lys de la Vall√©e qui nous donne l'opium, pour soulager nos maladies et notre douleur. Quel beau tableau!
E-117 Or, le souverain sacrificateur, avant de pouvoir entrer dans ce saint des saints, devait d'abord porter un vêtement confectionné d'une certaine manière. Il ne pouvait pas être fabriqué par n'importe qui; il devait être fabriqué par des mains saintes. Cela montrait que nos vêtements... 118 Voici Je... Cela me vient à l'instant. Frère, si tout ce que vous portez, c'est seulement un vêtement d'église, vous feriez mieux de vous débarrasser de cette chose; vous ne pourrez pas aller derrière le saint des saints. Le vêtement que le souverain sacrificateur portait quand il entrait là devait être confectionné à partir de... par des mains saintes, d'un tissu choisi, amen, ordonné de Dieu. Voilà. Donc si vous vous êtes joint à l'église et que vous pensez que vous êtes correct, vous êtes dans l'erreur. Voyez-vous? Cela doit être une robe sélectionnée par Dieu. Et nos guenilles, de notre propre justice, ne pourront pas tenir en Sa Présence. Il faut le Saint-Esprit, qui est la robe de Dieu dont se revêt le croyant pour aller derrière le saint des saints. Oh, c'est bon. J'aime ça. C'en était une nouvelle. Je n'en avais jamais avalé une comme celle-là auparavant, mais c'est ça, uniquement cette sorte, c'est la bonne vitamine. Voyez-vous? Il faut le - le Saint-Esprit!
E-119 Considérez la parabole de... Ils sont allés au souper des noces, et tout celui qui était au souper de noces devait revêtir un vêtement donné. Et on a trouvé un homme, là, qui ne portait pas ce vêtement-là. Et il a dit: "Ami, que fais-tu ici? Comment es-tu entré?" Maintenant, voyez, si vous connaissez la parabole, là en Orient, dans les pays de l'Est, lorsqu'ils font des noces (jusqu'aujourd'hui), l'époux a à inviter qui il veut. 120 Et Dieu de même : "Aucun homme ne peut venir à Dieu, ou venir à Christ, si Dieu ne l'appelle premièrement." Voyez, c'est l'élection de Dieu. Maintenant, observez attentivement.
E-121 Et ensuite, l'√©poux, s'il a donn√© l'invitation, il doit fournir les robes. Et aucun homme... En effet, il invite les pauvres, il invite les riches. Mais pour que tous paraissent identiques, ils doivent porter la m√™me sorte de robe, les pauvres comme les riches. Comprenez-vous cela? [L'assembl√©e dit : "Amen. " - N.D.E.] 122 Maintenant, lorsque Dieu donne le Saint-Esprit √† l'homme pauvre, c'est le m√™me Saint-Esprit qu'Il donne √† l'homme riche. Voyez, ils doivent tous √™tre pareils, afin qu'en entrant dans la Pr√©sence de Dieu, personne ne puisse dire: "Je suis mieux habill√©", puisque c'est le m√™me Sang, la m√™me gr√Ęce, le m√™me Saint-Esprit, vous faisant agir de la m√™me mani√®re. Le riche et le pauvre doivent √™tre pareils. C'est exactement la parabole. Remarquez. 123 Et ensuite, lorsqu'ils arrivaient avec leur invitation, ils... Les robes √©taient distribu√©es √† la porte. Un homme se pr√©sentait l√†, montrait son invitation, √† laquelle il avait r√©pondu, et il pr√©sentait cela. Ils le font encore en Inde. C'est ainsi qu'ils viennent au mariage. Le portier se tient √† la porte, l'h√īte, et vous remettez votre invitation. "Oui, oui." Ils se tourneront, prendront une robe, juste une robe, et rev√™tiront l'homme. Il entre. Cela montre qu'il a √©t√© officiellement invit√©, il a √©t√© officiellement accept√©, et maintenant il est un membre. Amen. Vous y √™tes.
E-124 Maintenant, Dieu le P√®re, le Saint-Esprit, sort et vous invite au Souper des Noces. Voyez-vous? Maintenant, c'est ensuite l'affaire de l'√Čpoux de fournir les robes. Et Il l'a fait, par Sa propre Vie, en donnant le Saint-Esprit. Et vous vous pr√©sentez √† la porte, amen, avec votre invitation. J√©sus a dit: "Je suis la porte de la bergerie." Et lorsque vous venez au Nom de J√©sus, vous recevez le bapt√™me du Saint-Esprit. Est-ce vrai? Recevez le Saint-Esprit, ensuite vous entrez, et vous devenez un membre, un membre de la famille de Dieu. Un membre! 125 Vous dites: "Un membre?" Certainement. "Deviendrai-je un serviteur?" - Non, vous ne le devenez pas. 126 Vous devenez un membre. Vous n'√™tes pas des serviteurs. Vous √™tes des fils et des filles. "Nous sommes maintenant des fils et des filles de Dieu", un membre de la famille de Dieu. Oh ! la la! Oh ! la la ! Je vis peut-√™tre dans une cabane, mais j'ai le Sang Royal. Voil√†. "Un membre de la famille de Dieu." C'est scripturaire. C'est ce que dit l'√Čcriture. "Quel genre d'amour le P√®re nous a t√©moign√©, voyez, afin que nous soyons appel√©s enfants de Dieu!" Oh ! la la! Les voil√†, les membres.
E-127 Maintenant, le souverain sacrificateur, oint en entrant, devait amener le sang d'un animal avec lui, sans quoi il mourrait. 128 Et autre chose concernant son v√™tement: Saviez-vous qu'au bord de ce v√™tement, avez-vous d√©j√† appris ce qu'il y avait au bord de ce v√™tement? Il y avait quelque chose au bord de ce v√™tement. Et chaque... Il y avait de petites choses qui pendaient l√† au bord de son v√™tement, c'√©tait une grenade et une clochette; une grenade et une clochette. 129 Et il devait marcher d'une certaine mani√®re en entrant. Il ne pouvait pas y aller n'importe comment. Il devait marcher d'une certaine mani√®re. Car, √† chaque pas, ces clochettes devaient sonner en se cognant contre les grenades : "Saint, saint, saint est l'Eternel." Alors, le Seigneur l'entendait approcher. Amen. All√©luia! 130 C'est cela. Dieu vous entend si vous venez suivant la voie √† laquelle Dieu a pourvu pour que vous vous approchez, car vous venez en criant de tout votre cŇďur: "Saint, saint, saint, le Seigneur Dieu Tout-Puissant." Et vous entrez, cependant, lorsque vous venez, cherchant le Saint-Esprit. Voyez-vous? "Saint, saint, saint, le Seigneur Dieu Tout-Puissant."
E-131 Et ensuite, l'assembl√©e, le seul moyen qu'ils avaient de savoir... Or, si on y entrait sans √™tre habill√© exactement de cette mani√®re-l√†, on mourrait √† la - √† la porte. On n'en ressortirait plus. On mourrait √† l'int√©rieur si on y allait non habill√© et non oint, en y entrant. Eh bien... C'√©tait le seul moyen qu'avait l'assembl√©e de savoir s'il √©tait en ordre ou pas... Oh ! la la! le seul moyen qu'avait l'assembl√©e, qui attendait de savoir si le souverain sacrificateur √©tait en ordre ou pas, c'√©tait d'entendre le son de ces clochettes. Il se faisait du bruit √† l'int√©rieur, et c'√©tait le moyen pour eux de savoir s'il √©tait en ordre ou pas. 132 Je me demande si cette m√™me chose marche aujourd'hui. Si vous passez par une √©glise, et que tout est vraiment un calme de mort, je ne sais pas. Mais s'il se fait un bruit, vous savez, cela fait savoir aux gens que Dieu est encore sur le Tr√īne, Dieu r√©pond √† la pri√®re, les gens re√ßoivent encore le Saint-Esprit; ils crient les louanges de Dieu, glorifiant Dieu, faisant beaucoup de bruit. L'assembl√©e dit: "Eh bien, Il doit √™tre ici. C'est un lieu des vivants." Lorsque nous entrons dans le saint des saints et que nous d√©clarons √™tre des chr√©tiens, il doit y avoir un bruit qui se produit. Je ne veux pas dire... un tas d'absurdit√©. Je parle d'un r√©el et v√©ritable bruit. C'est exact. Maintenant observez ceci: Ainsi donc, fr√®res, puisque nous avons, au moyen du sang de J√©sus, une libre entr√©e dans le sanctuaire, par la route nouvelle et vivante... (pas la vieille loi)... qu'Il a inaugur√©e pour le... au travers du voile, c'est √† dire, de Sa chair, et puisque nous avons un souverain sacrificateur √©tabli sur la maison de Dieu, approchons-nous avec un cŇďur sinc√®re, dans la pl√©nitude de la foi, les cŇďurs purifi√©s d'une mauvaise conscience, et le corps lav√© d'une eau pure. Retenons fermement la profession de notre esp√©rance, sans chanceler, car Celui qui a fait la promesse est fid√®le.
E-133 Cela fait tout ressortir. Oh ! la la! J'aime ça, mais je pense que nous devons terminer. Mais lorsque nous nous approchons de Dieu, n'y allons pas en disant: "Eh bien, maintenant, je me demande si tout est correct. Je - je..." Êtes-vous un chrétien? "Eh bien, je - j'espère que j'en suis un." Ce n'est pas ainsi qu'il faut venir. 134 Frère, croyez l'histoire! Acceptez-la, et naissez de nouveau. Puis avancez avec une foi pure, sachant ceci, que Dieu a fait une promesse, et que Dieu ne peut mentir. "Dieu m'a promis la Vie Eternelle, si je crois en Son Fils Jésus-Christ. J'ai cru cela, et Il m'a donné la Vie Eternelle."
E-135 J'ai commis beaucoup d'erreurs, j'en commets encore et j'en commettrai toujours. Mais, quand je les commets, le Saint-Esprit me dit que c'est mauvais. Alors, je me repens √† l'instant : "Seigneur, pardonne-moi. Je ne voulais pas le faire. Aide-moi maintenant." Et je vais de l'avant, la m√™me chose. En effet, aussit√īt que cela sort de mes l√®vres... "Si nous confessons nos p√©ch√©s, Il est juste pour nous les pardonner." Est-ce vrai? [L'assembl√©e dit : " Amen. " - N.D.E.] All√©luia! 136 Le diable dit: "Tu sais quoi? Je vais te le dire. Tu devais faire une certaine chose, et tu ne l'as pas faite. Oui, oui, tu as p√©ch√©, n'est-ce pas ? " - Je dis : " J'ai confess√© cela. " - Eh bien, je te dis... 137 Non, ne me parle pas. Non non. J'ai la foi parfaite en Celui qui m'a parl√©. Si je confesse mes manquements, Il me pardonnera. Alors, je confesse cela. √Čloigne-toi simplement de moi. Je ne veux rien savoir de toi, de toute fa√ßon, donc, va simplement ton chemin. 138 Entrons-y droit avec hardiesse. Si la mort est √† la porte, c'est tr√®s bien, entrez droit l√†-dedans, avec une foi parfaite, que Dieu a promis "qu'Il vous ressusciterait dans les derniers jours." Oui oui.
E-139 Comme je vous le disais; je ne sais pas si je vous l'ai dit ou pas. Il y a quelques jours, avant que j'aille outre-mer, je me tenais l√†... Gene, et je faisais pratiquement comme vous l'avez dit. J'essayais de peigner les quelques cheveux qui me restent. Mon √©pouse m'a regard√©; elle a dit: "Ch√©ri, hum! " Elle a dit : " Tu ferais mieux de porter un de ces postiches qu'on t'a donn√©s l√† en Californie." 140 J'ai dit: "Ch√©rie, j'aime bien cela, mais j'ai honte de les porter." 141 Elle a dit: "Oh, Bill, tu prends certainement ta... Tes cheveux ont vraiment disparu, n'est-ce pas ?" 142 J'ai dit: "Oui, c'est exact. Mais, j'ai dit, oh, all√©luia!" Elle a dit: "Pourquoi dis-tu 'all√©luia'?" J'ai dit: "Je n'en ai jamais perdu un seul." Elle a dit: "Tu n'en as jamais perdu un seul?" 143 J'ai dit: "Non." J'ai dit: "Tu vois, ch√©rie, je vieillis." J'ai dit: "J'ai quarante-cinq ans." J'ai dit: Je suis un vieil homme." J'ai dit: "Je ne... oh ! la la ! " J'ai dit : " Je me fais vieux. Je... " √áa ne change rien, que je sois chauve ou quoi que ce soit. Cela ne me fait rien, tant que je n'attrape - attrape pas tr√®s facilement de mauvais rhumes. Oui." 144 Et elle a dit : "Eh bien... " J'ai dit : ... Mais elle a dit : "Eh bien, ou est-ce que tu... " Elle a dit : "Mais tu as dit que tu n'avais pas perdu tes cheveux." 145 J'ai dit: "Ils ne le sont pas. Eh bien... " J'ai dit : "J√©sus a dit: 'Pas un seul cheveu de ta t√™te ne sera perdu.'" Vous voyez? Vous voyez? Elle a dit: "Veux-tu dire... Eh bien?" 146 J'ai dit: "Ch√©rie, lors de la r√©surrection, lorsque je redeviendrai au jeune homme que j'√©tais quand nous nous sommes mari√©s; avec les √©paules droites, pas une ride, les cheveux noirs ondul√©s." J'ai dit: "C'est √† cela que je vais ressembler √† nouveau." Oui, oui. J'ai dit: "Je ne perdrai point un seul, alors." Elle a dit: "Eh bien, eh bien, o√Ļ sont-ils ? " 147 J'ai dit: "Je vais te poser une question, et puis, si tu me r√©ponds, je vais te r√©pondre." Elle a dit: "Quoi?" J'ai dit: "O√Ļ √©taient-ils avant que je les aie?" Elle a dit: "Eh bien, je suppose que Dieu avait..." 148 J'ai dit: "C'est l√† aussi qu'Il les garde." J'ai dit: "Ils sont encore l√†. Chaque vitamine qui √©tait l√† dedans, chaque cellule de la vie qui √©tait la dedans, chaque atome qui √©tait la dedans, chaque go√Ľte de p√©trole qui √©tait l√† dedans, chaque brin de lumi√®re que √ßa a pris pour les cr√©er, Dieu avait √ßa dans Ses mains. Aucun d'eux n'a p√©ri. Ils sont, chacun d'eux, quelque part dans les mains de Dieu."
E-149 Je vois que mes yeux baissent, d√©form√© en dessous, j'ai de grosses rides sur mon front. Et parfois je dois pratiquement regarder de c√īt√© pour lire ma Bible. Et le m√©decin m'a dit que j'avais une vue parfaite, vingt sur vingt, mais il a dit: "Une fois que l'on d√©passe quarante ans, les globes oculaires s'aplatissent, et l'on ne peut plus lire de tr√®s pr√®s." J'ai dit: "Oui monsieur, je le sais." 150 Il a dit: "Vous √©loignez de plus en plus votre Bible, toujours de plus en plus loin." Il a dit: "Apr√®s quelque temps, vous l'aurez √† cette distance-ci, comme cela" 151 J'ai dit: "Je vais simplement me procurer une avec de plus grosses lettres, ou quelque chose comme cela." Il a dit: "Eh bien, c'est seulement la nature. " 152 " Quand je regarde l√†, je peux voir un cheveu sur le bord d'une assiette." 153 Il a dit: "Eh bien, vous avez quarante ans, monsieur." Il a dit: "Vos - vos globes oculaires sont actuellement... Tout comme vos cheveux deviennent gris, et tout, il a dit, vous devez avoir cela." J'ai dit: "Oui, oui "
E-154 J'ai consid√©r√© tout ceci, et je remarque que mes √©paules... je me tiens les √©paules vo√Ľt√©es. J'√©tais plut√īt jeune et athl√©tique. Je deviens gras maintenant. J'ai quarante livres [dix-huit kilos - N.D.E.] en trop. Et j'ai des pieds plats, pour commencer, et c'est devenu difficile de marcher, il y a des douleurs et des maux. Eh bien, je me fais vieux, c'est tout. 155 Je n'ai plus besoin de tout ce charme que j'avais auparavant, mais je n'ai perdu rien de tout √ßa. Chaque mesure qui √©tait en eux, la peau, cela me rendait jeune, Dieu garde toujours cela. C'est vrai. 156 Il ne reste plus que cette vieille coquille qui se tra√ģne, c'est tout. Apr√®s un temps, elle deviendra vieille et rid√©e, et peut-√™tre comme il arrive aux Harvey, du c√īt√© de ma m√®re. En effet, on dit que je ressemble aux Harvey. Eux tous souffrent tous de paralysie agitante. Vous vous rappelez-vous tous du grand-p√®re, celui qui a b√Ęti l'√©glise ici, vous savez. Il tremblait toujours, comme ceci, voyez, et il souffrait de paralysie agitante. 157 J'ai remarqu√© ma pauvre vieille maman l'autre jour... J'esp√®re qu'elle n'est pas ici, mais... [Une sŇďur dans la congr√©gation dit: "Oui, elle est ici. - N.D.E.] Oh, je ne sais pas si... Bon, de toute fa√ßon, elle a voulu prendre une tasse de caf√©, et la pauvre vieille, juste comme cela, et ses vieilles mains comme cela. Et j'ai regard√© ses rides qui √©tait saillant, j'ai pens√© : " Oh, mis√©ricorde! " Je ferais tout aussi bien de le dire. Elle est assise l√†, voyez. Ainsi je ne suis pas ... Et elle peut le supporter. Mais... et regardez... √ßa m'a tourn√© le cŇďur. J'ai tourn√© la t√™te, j'ai pens√©: "√Ē, Dieu, combien de fois cela a fait couler les larmes de mes yeux, et maintenant elle a cette paralysie, ce tremblement!" J'ai pens√©: "Oui, un jour, j'arriverai √† cela aussi comme cela, si je vis."
E-158 Mais, fr√®re, un de ces jours, je vais simplement... Les vieilles roues de la vie mortelle vont toutes s'arr√™ter. Et alors, je vais gravir le mont Sion pour Y vivre quelque temps. Oui, oui. Toutes ces vieilles choses mortelles! Oh, rappelez-vous, il a dit: L√† m'attend un joyeux lendemain O√Ļ les portes de perles s'ouvrent large. Et apr√®s que j'aurai travers√© cette vall√©e de tristesse, Je camperai de l'autre c√īt√©. Un jour, au-del√† de toute perception humaine, Un jour, Dieu seul sait juste o√Ļ et quand, Les roues de la vie mortelle vont toutes s'arr√™ter. Alors, j'irai habiter sur le mont Sion. Descends, doux chariot Venu pour me ramener √† la maison. Descends, doux chariot Venu pour me ramener √† la maison.
E-159 C'est vrai. Ma vie deviendra trouble [litt√©ralement : la brume commencera √† d√©filer devant ma face], peut-√™tre que le m√©decin va accourir et dire : "Eh bien, Billy, c'en est fini d'elle. " Oh ! la la ! Je sais que cette vieille chambre noire est l√†, et un cŇďur bat en se dirigeant droit vers l√†. Je ne voudrais pas y aller comme un l√Ęche. J'aimerais me rev√™tir de la robe de Sa justice, sachant ceci, que je Le connais dans la puissance de Sa r√©surrection. Et un jour, quand Il appellera, je sortirai d'entre les morts, et je revivrai aux si√®cles des si√®cles. 160 Conna√ģtre Christ, c'est conna√ģtre la Vie. C'est vrai. Peu importe, peut-√™tre que je ne connais pas mon ABC, mais j'aimerais conna√ģtre Christ. C'est vrai. Il se peut que je ne connaisse pas toute la th√©ologie, mais je veux conna√ģtre Christ. Il se peut que je ne sache rien au sujet du pr√©sident, et s'il est un homme de bien ou un homme mauvais. Je veux conna√ģtre Christ. C'est vrai. Conna√ģtre Christ, c'est la Vie. C'est vrai. Conna√ģtre le pr√©sident et conna√ģtre cet autre, c'est le prestige, ainsi que conna√ģtre les c√©l√©brit√©s et autres. Mais peu importe cela, je veux conna√ģtre Christ dans la puissance de Sa r√©surrection, sachant que nous avons, ce soir m√™me, " un Souverain Sacrificateur qui est assis √† la droite de Dieu, √† la droit de la majest√© divine, en train d'interc√©der. " Je veux donc tenir ferme cette confession !
E-161 [Espace vide sur la bande - N.D.E] ...devant ces quatorze diff√©rentes religions, les adorateurs du serpent et les adorateurs de la vache, et tout. J'ai dit: "Gentlemen des religions de ce monde, que peut faire votre religion pour ce pauvre homme aveugle ici pr√©sent ?" Il √©tait l√†, il avait contempl√© le soleil pendant vingt ans. Il √©tait totalement aveugle. J'ai dit: "Que peut faire votre religion pour cet homme-ci ?" Rien au monde sinon lui offrir une esp√®ce de quelque chose de mythe l√† : "Peut-√™tre qu'un jour, Mohamet aura piti√© de lui et sauvera son √Ęme. Peut-√™tre ", pense-t-on, " s'il continue, sans cesse, √† regarder le soleil, et qu'il garde sa t√™te dans cette position-l√†, √† sa mort, il sera sauv√©. " 162 J'ai dit: "Il ne peut rien offrir. Mais le Sang de J√©sus-Christ, all√©luia, peut non seulement lui offrir la Vie Eternelle, mais Il peut d√©montrer cela ici m√™me devant vous, il peut lui restituer la vue qu'il avait autre fois." J'ai dit: "S'Il Le fait, allez-vous, gentlemen des religions de ce monde..." alors, il y avait pratiquement des centaines de milliers de gens qui suivaient cela, et qui s'√©taient rassembl√©s l√†. Bien s√Ľr que je ne pouvais pas amener tout ce nombre-l√† √† suivre cela, car on ne voyait pas tant de gens. Mais j'ai dit: "Allez-vous accepter J√©sus-Christ s'Il fait cela ?" Ils ont lev√© la main, ces mains noires √©taient en l'air, ils voulaient faire cela. J'ai dit: "Amenez ce brave homme ici." 163 Quand il s'est avanc√©, l√†, j'ai dit: "Monsieur, vous √™tes aveugle. Et si J√©sus-Christ vous restituait la vue, allez-vous promettre de Le servir ?" 164 Et il a dit: "J'aimerai J√©sus-Christ, et je n'adorerai que Lui, pas d'autres dieux. S'Il me restitue la vue, je reconna√ģtrai qu'Il est ressuscit√© d'entre les morts." 165 Je lui ai impos√© les mains. J'ai dit: "Dieu bien-aim√©, ce sont les mains d'un mortel, d'un ouvrier, d'un p√©cheur; mais si Tu cherches les mains saintes, qui les a ? Mais je viens par un acte de foi, Tu m'as dit de faire cela. Et je viens, pas pour faire le malin, ou pour me vanter, mais je viens parce que Tu as dit qu'on devait faire cela. Et je crois Ta Parole. Et maintenant, pendant que des milliers de gens sont ici, se tenant simplement au bout, et ils adorent les idoles et tout le reste, que l'on sache ce soir que Tu es le Dieu v√©ritable et vivant qui a ressuscit√© J√©sus-Christ d'entre les morts, en restituant √† cet homme sa vue." 166 Et cet homme, les larmes lui coulaient sur les joues, il a dit: "Je vois." Et il a parcouru la salle aussi vite que possible avec en voyant. Oh! La la ! C'est la gr√Ęce √©tonnante ! Oh ! quel doux son, Qui sauva un vil comme moi ! Autrefois, j'√©tais perdu (l√†, √† la course aux chevaux et tout le reste le dimanche) ; Autrefois, j'√©tais perdu, mais maintenant je suis retrouv√©, J'√©tais aveugle, mais maintenant je vois.
E-167 Ecoutez, fr√®re, c'est cette bonne religion du Saint-Esprit √† l'ancienne mode. C'est la gr√Ęce qui a appris √† mon cŇďur √† craindre, C'est la gr√Ęce qui a √īt√© mes peurs; Combien pr√©cieuse cette gr√Ęce parut Au d√©but de ma foi (Oui, oui ! Oh ! La la !) Apr√®s que nous aurons fait l√† dix mille ans, Brillant comme le soleil, Nous n'aurons pas moins de jours pour chanter sa louange Que lorsque nous avions commencer. (Oh ! la la !) Dans plusieurs dangers, √©preuves et pi√®ges, Que j'ai d√©j√† connus ; C'est la gr√Ęce qui m'a enseign√©, ou qui m'a amen√© sain et sauf jusqu'ici, C'est la gr√Ęce qui m'am√®nera jusqu'au bout. (Oh ! la la !)
E-168 Oh ! Comme je L'aime ! C'est Sa gr√Ęce, il n'y a rien que je puisse faire. Rien que je puisse faire. Il n'y a rien que vous puissiez faire. Mais, nous, en venant ce soir comme des hommes et des femmes chr√©tiennes, confessant que nous sommes indignes, et L'acceptant comme notre... √† notre place. Accepter celui qui... je sais, tout aussi certainement que Dieu L'a accept√© et L'a ressuscit√©, Il m'a ressuscit√© sous forme de repr√©sentation, au m√™me moment qu'Il avait ressuscit√© Christ. Amen. Oh, je dois arr√™ter. Mais, √©coutez. Sous forme de repr√©sentation, Il m'a ressuscit√© au m√™me moment qu'Il avait ressuscit√© Christ. Il vous a ressuscit√© au m√™me moment qu'Il avait ressuscit√© Christ, car c'√©tait pour notre justification. 169 Ecoutez, si vous √™tes sauv√©s, vous avez re√ßu cela : "Ceux qu'Il a ordonn√©s, ou appel√©s, Il les a justifi√©s. Ceux qu'Il a justifi√©s, Il les a d√©j√† glorifi√©s en J√©sus-Christ." Est-ce vrai ? "Il a glorifi√© ", d√©j√†, "en Christ ", aux yeux de Dieu, qui, l√† loin, il y a un million d'ann√©es avant que le monde existe, lorsque la Parole √©tait avec Dieu... C'√©tait la pens√©e de Dieu, ensuite Sa Parole, puis Cela s'est mat√©rialis√© l√†. Et juste au moment m√™me o√Ļ Il a accept√© Christ, Il m'a accept√© en Christ. Et l√†, dans le monde √† venir, avec vous et moi et tous les chr√©tiens dans tous les √Ęges, nous L'aimerons et vivrons avec Lui, et nous nous r√©jouirons de l'√©ternit√© sans fin avec notre Seigneur J√©sus-Christ, notre adorable R√©dempteur. Oh ! la la !
E-170 Fr√®re Roberson, cela fait que je me sens une personne diff√©rente. Vous voyez? N'est-ce pas cette lecture de la parole √† l'ancienne mode qui r√©cure tout simplement? Voyez, cela vous r√©cure tout simplement ! 171 C'est comme maman avait l'habitude de faire, du temps o√Ļ on avait... ont devaient mettre les... des fruits, vous-savez, les mettre pleinement, les remplir pour faire des conserves et tout. Elle m'envoyait l√† pour les frotter, tout aussi durement que possible avec un vieux lambeau. J' avais une petite main, j' allais et et frottait cela. Et puis elle les prenait et les st√©rilisait. Elle mettait cela dans l'eau bouillante, et les st√©rilisait. Elle faisait simplement bouillir cela aussi fort que possible, ces pots. Je ne pouvais jamais comprendre pourquoi elle faisait bouillir cela. Mais elle voulait d√©barrasser cela de tous les germes. En effet, s'il y avait des germes l√†-dedans, cela rendrait aigre les choses qu'elle avait mises l√†-dedans. 172 C'est donc ce qu'il nous faut faire lorsque nous venons √† Christ. Mettons-nous √† genoux jusqu'√† ce que le Saint-Esprit nous ait st√©rilis√©s et ait fait sortir tout de nous en nous faisant bouillir; alors Dieu peut placer le Saint-Esprit l√†-dedans, sans que cela passe par le processus qui am√®nera cela √† devenir aigre, vous-voyez. Il Le place simplement l√†-dedans, et vous devenez doux, tout le temps.
E-173 Et maman avait l'habitude de faire bouillir ces conserves. Avez-vous d√©j√† vu une de ces grosses bouilloires ? Vous sortez l√† et vous mettez cela sur des briques, vous savez, et vous devez placer les bois en-dessous de cela, comme √ßa. Oh ! J'ai vu √ßa. Et ah, Je le faisais. Au moment de faire la cuisson, on avait de petites tomates jaunes, bizarres. Elle d√©versait environ un boisseau de cela l√†-dedans, et elle mettait du sucre. Oh ! Et - et elle pouvait me faire couper du bois, vous savez. Et - et j'allais couper du bois et je mettais en-dessous de cela, vous savez, et cela - cela se mettait √† bouillir. La vapeur montait. Je disais: "Maman, ce n'est pas encore pr√®s?" Et elle disait: "Non. Allez couper encore de cl√īture sous forme de rail." 174 J'arrivais l√†, vous savez, avec de la sueur sur moi, je pla√ßais cela l√† en dessus. Et je disais: "Maman, pensez-vous que √ßa sera assez ? " " Vous feriez mieux d'en trouver encore. " 175 Et elle faisait bouillir ces choses jusqu'√† ce que cela, vous savez, que le - l'oxyg√®ne ou quelque chose sortait d'en- dessous de cela, et rendait cela..., vous savez, " paw, paw, " comme cela et cela... et lorsque cela en √©tait dans cet √©tat l√†, elle disait que c'√©tait pr√™t a √™tre mis en bo√ģte. C'√©tait tr√®s chaud, on ne pouvait plus supporter cela, et cela devait sauter, voyez. 176 Je pense donc qu'il en est ainsi que c'est ainsi que Dieu doit se prendre avec nous, vous savez, faire sortir totalement le diable de nous en faisant bouillir jusqu'√† ce que vous sautiez dans la gloire. Alors vous √™tes pr√™t √† √™tre mis en bo√ģte. Dieu peut alors vous sceller, vous savez. C'est ce dont nous avons besoin ici, c'est d'une bonne r√©union √† l'ancienne mode, jusqu'√† ce que toute - toute l'inimiti√©, tout ce qui n'est pas semblable √† Christ, puisse √™tre √īt√©e enti√®rement en faisant bouillir cela, voyez. Juste faire bouillir cela jusqu'√† ce que vous en arriviez √† : "Seigneur, je regrette. " "Fr√®re, pardonne-moi. Je n'avais l'intention de faire cela. Je - je ne le ferai plus. " " √Ē Dieu, soit mis√©ricordieux envers moi !" Cela, vous √™tes pr√™t √† √™tre alors mis en bo√ģte, voyez. Dieu s'appr√™te √† vraiment vous utiliser. Lorsque vous √ītez ces choses, lorsque vous ramenez ces choses que vous aviez vol√©es, vous savez, et que vous arrangez en disant : "Fr√®re, je n'avais pas l'intention de voler cela, vous savez. Non non. Je - je suis dispos√© m√™me √†... je - je vais payer au double de cela." Vous-voyez? Alors vous vous mettez en ordre √† ce moment-l√†, vous savez. C'est bien. C'est ce dont nous avons besoin. Oh l√† l√†!
E-177 Je vais chanter " l'ancien Evangile pour vous, si vous voulez que je chante. [L'assembl√©e dit : "Amen. " - N.D.E.] chanter le couplet, je vais chanter le couplet. Vous vous chantez le chŇďur alors. C'est l'ancien Saint-Esprit, Et le diable ne √ßa n'approche pas, C'est la raison pour laquelle les en a les gens en non peur ; Mais c'est assez bon pour moi. Donne-moi cet ancien Evangile, Donne-moi cet ancien Evangile, Donne-moi cet ancien Evangile, Et c'est assez bon pour moi Cela tiendra bon lors de ma mort, Cela vous fera arr√™ter le mensonge ; Et cela fera fuire le diable ; Et c'est assez bon pour moi. Donne-moi cet ancien Evangile, Donne-moi cet ancien Evangile, Donne-moi cet ancien Evangile, Et c'est assez bon pour moi. (Voyez-vous?) C'est si bon que je n'en veux pas d'autre, Car cela me fait aimer mon fr√®re ; Et cela met les choses √† d√©couvert, Et c'est assez bon pour moi. Donne-moi cet ancien Evangile, Donne-moi cet ancien Evangile, Donne-moi cet ancien Evangile, Et c'est assez bon pour moi. 178 Eh bien, combien ici ont cet ancien Evangile? Levez la main, dites : J'ai cet ancien Evangile, J'ai cet ancien Evangile, J'ai cet ancien Evangile, Et c'est assez bon pour moi.
E-179 Maintenant P√®re, bien aim√©, parfois nous... Nous devenons heureux et nous agissons simplement comme un groupe d'enfants. C'est parce que ce nous sommes libres. Nous ne sommes pas sous la servitude du mal, d'aucune traditions, pas des ces choses des anciens. Nous sommes simplement libres par le Saint-Esprit, de sorte que nous pouvons chanter et T'adorer, et communier autour de la Parole, et nous appr√©cier les uns les autres. Pour cela, nous Te louons, Dieu Tout-Puissant ! Oh, apr√®s avoir vu tout le chaos des religions formalistes, toutes sortes d'adorations d'idoles ; et de penser que Tu as √©t√© si bon envers moi, en me laissant Te conna√ģtre par la puissance de Ta r√©surrection, et √™tre en mesure d'en parler aux autres. Nous sommes tr√®s heureux. 180 B√©nis cette petite √©glise ce soir, P√®re. B√©nis tout le monde ici. S'il y a des √©trangers parmi nous, b√©nis-les, P√®re, chacun d'eux. Fait de nous une b√©n√©diction pour les autres. Garde la puissance de Dieu sur nous. Sanctifie nos √Ęmes en √ītant toutes les mauvaises pens√©es. Et si le mal devrait venir dans notre voie, puissions-nous vite tourner nos t√™tes, Seigneur, et marcher dans l'autre voie. 181 Et maintenant, P√®re, nous Te prions de nous b√©nir ensemble ce soir. Accorde-nous un grand moment. Et maintenant, lorsque nous allons faire venir les malades et les afflig√©s, nous Te prions de gu√©rir chacun d'eux. Puisse la gloire... Re√ßois la gloire de tout ce qui a √©tait fait ou dit, car nous le demandons au Nom de Christ.
E-182 Et pendant que nous avons la t√™te inclin√©e, si quelqu'un parmi vous ici peut dire : " Fr√®re Bill, juste dans ma propre √Ęme maintenant, je - je m'aimerais venir suivant la voie accepter par Dieu, et pourvu par Dieu. Et j'aimerai Te demander, alors que personne d'autre ne regarde, je vais lever ma main et dire : 'Fr√®re Bill, prie pour moi, afin que Dieu m'accorde Sa gr√Ęce et fasse de moi un meilleur chr√©tien.' " Voudriez-vous lever la main? Que Dieu vous b√©nisse, vous, vous, vous. C'est bien. Tr√®s bien. 183 P√®re, Tu vois leurs mains, et je Te prie d'accorder ces b√©n√©dictions. Puisse Ton amour et Ta gr√Ęce reposer sur eux tous. Et s'ils ont p√©ch√©, ou ont fait quelque chose, alors P√®re, je Te prie de leur pardonner. Et s'il y a quelqu'un parmi nous ce soir, Seigneur, n'importe o√Ļ dans cette salle, un homme ou une femme, un jeune gar√ßon ou une jeune fille, qui n'est pas tout √† fait sauv√©, qui n'est pas sous le Sang, P√®re, je Te prie de le faire maintenant m√™me, et puissent-ils devenir des croyants.
E-184 Et Tu as dit : " Si tu crois. " Et nous croyons quoi ? Croire que Dieu a envoyé Son Fils dans ce monde, et qu'Il a été fait pécher à notre place. Et nous ne sommes pas valables, et nous confessons que nous ne sommes pas bons ; et accepte-le comme notre Sauveur. C'est ce que nous croyons, Père. Et en cela, Tu nous donnes la Vie Eternelle. Oh, nous sommes très heureux ! Tu as dit que Tu nous donneras cela parce que nous avions cru en Ton Fils. Et Jésus Lui-même a dit, que si nous croyions en Lui, que nous aurons la Vie Eternelle. Alors, nous sommes reconnaissants pour cela. 185 Eh bien, maintenant bénis-nous ce soir, pardonne chaque péché. Et que personne qui a été dans cette réunion ce soir, ne soit rejetée donc, mais qu'ils aient la Vie Eternelle, parce qu'ils se sont rassemblés ici ce soir et ils ont cru en Toi. Et, Père, je Te prie de veiller sur eux maintenant, et de les bénir dans tous ce qu'ils font ou disent. Et puissent-ils venir auprès de Toi en paix dans les derniers jours. Puissions-nous tous nous rassembler Là, et nous souvenir de ce soir, en étant ensemble. Accorde-cela, au Nom de Jésus. Amen.
E-186 Que Dieu vous b√©nisse, mes chers amis. Et maintenant, Teddy viendra ici au piano. Et ceux pour qui on doit prier, si vous voulez vous rassembler autour de l'autel, tr√®s vite. Nous avons quelques minutes de plus. Et nous allons sortir √† vingt et une heures trente, si vous venez maintenant. Eh bien, j'ai une lettre ici √† lire, quelqu'un me l'a envoy√©e ici. Peut-√™tre que c'est important pour le lire maintenant m√™me. Alors juste... Et les autres parmi vous, restez juste dans vos si√®ges, pendant que ceux pour qui on va prier... Je sais que sŇďur Ruddell qui est ici pour qu'on prie pour elle. Et s'il y a quelqu'un d'autre, eh bien...

En haut