ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication MELCHISEDEK, LE GRAND PRINCE ET ROI / 55-0109M / Jeffersonville, Indiana, USA // SHP 1 hour and 21 minutes PDF

MELCHISEDEK, LE GRAND PRINCE ET ROI

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 (1) Bonjour, mes amis. Je suis certainement heureux d'√™tre ici ce matin, en ce beau matin d'hiver; le soleil brille fort; nos cŇďurs sont heureux. Quand j'√©tais assis l√† dans la pi√®ce avec le r√©v√©rend, monsieur Beeler, pendant qu'il faisait des enregistrements, le Saint-Esprit descendant sur le b√Ętiment, et les gens se r√©jouissant, ses enfants √©taient heureux... Nous sommes reconnaissants d'√™tre en vie et d'√™tre parmi ceux qui peuvent venir aujourd'hui aux r√©unions. Eh bien, nous sommes reconnaissants pour chacun de vous. (2) Et les huissiers l√† derri√®re, si quelqu'un arrive, on a des si√®ges par ici, on peut le faire asseoir le dos tourn√© √† l'autel, et une autre partie du banc ici, aussi, devant, pour - pour... c'est - les gens qui arrivent un peu en retard.
E-2 (3) Bon, la semaine prochaine, nous commencerons donc, notre tourn√©e annuelle, une autre tourn√©e mondiale. √áa commencera prochainement le - le 12, c'est donc le mercredi prochain, √† Chicago, √† l'√©glise de Philadelphie, avec une campagne. Et puis, je pense, de l√†, nous, ce matin-l√†, √† partir du 3 f√©vrier, nous commencerons donc √† Lubbock, au Texas, et de l√† on ira √† PhŇďnix. Et puis, on ira √† l'exposition entre Los Angeles et South Gate, en Californie. Et puis, si le Seigneur le veut, nous aimerions aller √† Honolulu, √† partir de l√†. (4) Eh bien, j'appr√©cie certainement tous ceux qui prient. S'ils veulent bien offrir au Seigneur, chaque jour, une petite pri√®re pour ma - ma sant√©. Je... Il vous sera difficile de savoir, de ce c√īt√©-ci de l'Eternit√©, combien je d√©pends des pri√®res que vous offrez en ma faveur pendant que je suis en voyage. (5) J'√©tais reconnaissant d'entendre fr√®re Tommy, t√©moigner ce matin, que Dieu a les bras ouverts, qu'Il est toujours dispos√© √† vous recevoir. Peu importe ce que vous avez fait, Il a toujours les bras ouverts pour recevoir chaque √Ęme qui s'est repentie et qui veut venir √† Lui, peu importe ce que vous avez fait ou combien grand est votre p√©ch√©. Il est toujours dispos√© √† pardonner. Que Dieu vous b√©nisse, mon jeune fr√®re.
E-3 (6) Eh bien, je constatais les r√©sultats de la r√©union du dimanche pass√©. Les gens pour qui on avait pri√©. Nous avions de petites entrevues en priv√©, pour amener les gens... (7) Je vous assure, vous voyez, mes amis, la raison pour laquelle nous n'avons pas de services de gu√©rison ici, vous comprenez, nous n'avons pas de salle appropri√©e pour nous occuper des gens. C'est √ßa. On n'a jamais annonc√© les services de gu√©rison ici au tabernacle, quoique nous priions pour les malades chaque fois que je suis ici. (8) Et c'est difficile d'obtenir des auditoriums, et autres. Et vous les √©trangers de diff√©rents endroits du pays, qui venez ici, il n'y a pas beaucoup de gens du plein Evangile juste dans la communaut√© ou, en tout cas, ou dans les environs. Mais ils... Tous ceux qui parrainent des r√©unions, ou plut√īt coop√®rent √† ces r√©unions ne sont pas des gens du Plein Evangile; en effet, beaucoup viennent de diff√©rentes √©glises. Nous ne cherchons pas √† repr√©senter une quelconque organisation eccl√©siastique. Seulement, nous cherchons, avec l'aide de Dieu, √† repr√©senter le Seigneur J√©sus-Christ, et - et √©tant libre vis-√†-vis de tous, de tout le monde.
E-4 (9) Juste, une seule observation au... le dimanche pass√©, dans la salle, il y avait un - un fr√®re de couleur qui venait tout r√©cemment d'√™tre sauv√©, il y a quelques mois, sa femme bien-aim√©e aussi. Et celle-ci √©tait infirme, avec un support. Et lui souffrait horriblement de l'hernie. Et pendant que je lui parlais en des termes intimes, au bureau des diacres, dans une entrevue priv√©e, comme il avait t√©l√©phon√© avant, et avait obtenu que des dispositions soient prises... Chaque dimanche, nous en avons tellement que nous pouvons en prendre chaque dimanche. Je sentais, pendant qu'on √©tait assis l√†, et que l'inspiration du Saint-Esprit, eh bien, ... (10) Une dame venait de sortir de l√†, elle utilisait des b√©quilles, elle a laiss√©... est sortie, elle est sortie en marchant sans cela. (11) Et cet homme-ci, qui croyait tr√®s fermement au Seigneur J√©sus, eh bien, on a pri√© pour lui, pour une horrible hernie aigu√ę. Et je lui ai dit : "Eh bien, cette hernie commencera √† se r√©tablir d√®s ce moment m√™me." J'ai dit: "Maintenant, pendant que cela - pendant que cela se r√©tablit, remarquez donc cela pendant que √ßa se r√©tablit, cela vous donnera plus de foi." (12) Voyez, la foi doit √™tre bas√©e sur quelque chose, pas juste une pens√©e mythique. Elle doit avoir quelque chose comme fondement sur lequel reposer; c'est ce qu'exige la foi. Et c'est la raison pour laquelle nous croyons que la Parole de Dieu enseigne la gu√©rison divine, la d√©livrance de l'√Ęme, la d√©livrance du corps. Et nous basons cela sur la Parole √©ternelle de Dieu.
E-5 (13) Et j'ai dit au frère : "Maintenant, afin que vous sachiez que je vous ai dit la vérité", car je le voyais devant moi dans la vision, j'ai dit : "Prenez, une fois à la maison, un fil, entourez-en cette hernie et mesurez cela. Et ensuite, coupez ce fil et ne touchez plus cela jusqu'au dimanche prochain. Et avant de venir, prenez cela, prenez un autre fil, et enroulez-le autour de cette hernie et apportez-moi la différence entre les fils." Il a dit : "Je le ferai." (14) Eh bien, voici le fil, environ un pouce et demi [3,81 cm - N.D.T.] a été coupé, comme cela. Voici l'homme est assis ici, l'homme... Juste pour que vous puissiez voir ce qui est arrivé. (15) Eh bien, quelque chose s'est passé. Jamais de ma vie, je n'ai jamais vu Dieu dire quelque chose ou l'annoncer par une vision ou par une révélation, sans que cela n'arrive exactement comme Il l'avait dit, très exactement. (16) Sa femme, le dimanche passé, en venant, marchait à l'aide des béquilles, ou d'un stick, ou d'une canne. Et, je l'ai vue aujourd'hui. Elle est dans la salle. Elle ne pouvait pratiquement pas marcher. Elle... Je lui ai dit que le Seigneur allait la rétablir. Elle avait un - un membre qui s'était raidi. Et je l'ai vue venir en marchant, elle a pris sa canne sur l'épaule là. Et la voici aujourd'hui.
E-6 (17) [Une sŇďur dit : "Gloire au Seigneur! C'est moi la dame en question." - N.D.E.] Et Voil√†, il y a une autre dame, une autre dame parmi ceux qui sont venus de... C'√©tait... Elle √©tait dans un √©tat critique, avec tant de maladies, le dimanche pass√©, elle √©tait estropi√©e. Elle habite l√† loin, quelque part pr√®s de Georgetown, n'est-ce pas madame, ou quelque part l√†-bas? Georgetown, dans l'Indiana. Elle a dit : "Mais, Fr√®re Branham, je suis vieille." (18) J'ai dit : "Mais Abraham l'√©tait aussi, et beaucoup plus vieux que vous, quand il lui a √©t√© demand√© de croire quelque chose qui √©tait impossible." Et elle a accept√© cela, et la voil√†. (19) Et voici une autre dame assise juste derri√®re cette dame dont je venais de parler, juste derri√®re son mari ici. La dame de couleur, assise ici m√™me, et cette autre dame, l√† derri√®re. (20) Les fils, comme preuves. Les b√©quilles ont √©t√© jet√©es, comme preuves. J√©sus-Christ vit et r√®gne comme la preuve supr√™me qu'Il est ressuscit√© des morts et qu'Il est parmi nous aujourd'hui. Oh! combien nous Lui sommes reconnaissants du fond de nos cŇďurs, de ce qu'Il est toujours vivant. Il n'est pas mort. Il est ressuscit√© des morts, Il est vivant parmi les mortels aujourd'hui, toujours dispos√©, capable de faire infiniment au-del√† de tout ce que nous pouvons faire ou penser. Nous Lui rendons gloire de tout notre cŇďur, pour Sa loyale bont√© envers nous.
E-7 (21) Bon, v√©rifiez s'il y a... Y a-t-il encore des bancs l√†? [Fr√®re Neville dit: "Il y en a des larges l√†-derri√®re." - N.D.E.] Tr√®s bien. On en a encore, nous pouvons les amener ici, et faire asseoir les gens sur l'estrade, si vous le voulez bien. (22) Maintenant, pour la le√ßon de l'√©cole du dimanche, nous allons... Il m'incombe d'enseigner, juste un peu sur les le√ßons de l'√©cole du dimanche. Et nous allons, Dieu voulant, chercher √† terminer le sujet que nous avons commenc√© il y a quelques jours, ici √† - √† l'√©glise, il y a quelques dimanches. (23) Et maintenant, Fr√®re Junior, peut-√™tre qu'on pouvait parfois amener... Je me demande si vous ne pouviez pas plut√īt vous asseoir ici sur l'estrade, et permettre aussi √† certaines de ces dames... Vous pouvez apporter √ßa ici derri√®re, peut-√™tre, et le faire mieux que ce serait si on pla√ßait √ßa ici devant. Et aussit√īt que la classe de l'√©cole du dimanche sera cong√©di√©e, dans cette salle l√†, il y aura davantage de si√®ges, davantage de si√®ges disponibles. (24) Eh bien, si quelqu'un qui est... peut-√™tre, quelqu'un qui est habitu√© √† cette √©glise. C'est peut-√™tre un peu embarrassant ou quelque chose comme cela pour les √©trangers de s'approcher ici. Mais s'il y a quelqu'un qui est habitu√© √† cette √©glise, qui voudrait venir et occuper ces si√®ges, cela permettra √† quelqu'un d'autre d'avoir un si√®ge au fur et √† mesure que les gens entrent.
E-8 (25) Maintenant, aujourd'hui, nous √©tudions la Parole b√©nie de Dieu. Si vous vous rappelez le dernier Message, c'√©tait dans le - l'Ep√ģtre aux H√©breux. (26) C'est merveilleux d'√©tudier la Parole de Dieu! Elle nous donne la Vie Eternelle. J√©sus a dit : "Sondez les Ecritures, car en Elles vous pensez avoir la Vie Eternelle. Et ce sont Elles qui rendent t√©moignage de Moi." Comme c'est merveilleux de savoir qu'Il nous a b√©nis, en nous donnant la Parole vivante. Dieu est dans Sa Parole. (27) Maintenant, vous tous, ouvrez vos Bibles dans H√©breux, chapitre 7. (28) Et nous essayerons de ne pas prendre de temps ce matin, mais juste une petite exaltation de Christ, par la Parole, pour vous faire voir ce qu'Il est et pourquoi nous sommes ici aujourd'hui, pourquoi le Christianisme est ce qu'Il est, en parlant de la Parole. "Et la foi vient de ce que l'on entend, ce que l'on entend de la Parole de Dieu." La Parole! (29) Eh bien, nous sommes capables de prendre les pages et de les tourner comme ceci. Mais le Seul qui est capable d'ouvrir la Parole, c'est Christ. Car, Il √©tait dans la vision comme "l'Agneau immol√© depuis la fondation du monde", quand Jean avait regard√©. Et nul au Ciel n'√©tait digne d'ouvrir le Livre, ni ne pouvait..., ni d'en briser les sceaux. Et il a vu un Agneau, qui √©tait comme immol√© depuis la fondation du monde, qui est venu et a pris le Livre de la main droite de Celui qui √©tait assis sur le tr√īne, et Il a ouvert le Livre, et en a bris√© les sceaux. (30) Maintenant, Il est l'Auteur du Livre. Parlons-Lui juste un instant avant d'ouvrir le Livre.
E-9 (31) Notre Bienveillant P√®re c√©leste, c'est avec de grands cŇďurs pleins d'un profond amour, que nous venons aujourd'hui offrir le tribut de notre louange et d'actions de gr√Ęce √† Ton glorieux Nom, Tu as √©t√© si pr√©occup√© √† notre sujet : "Quand nous √©tions encore des p√©cheurs, Christ est mort √† notre place, Lui l'Innocent pour les coupables, portant sur Lui nos p√©ch√©s, √† nous tous, et les emportant au loin", et Il a pay√© le prix supr√™me; Il a satisfait Dieu. "Il est ressuscit√© pour notre justification, Il est assis √† Sa droite aujourd'hui, vivant √† jamais pour interc√©der sur base de notre confession". Oh! combien nous Te sommes reconnaissants pour cette solide esp√©rance que nous avons! Quand tout c√®de autour de nous, m√™me la vie mortelle elle-m√™me, nos cŇďurs reposent sur cette esp√©rance √©ternelle et b√©nie. (32) Beaucoup ici sont n√©cessiteux ce matin, P√®re, pour leur esprit, pour leur √Ęme. Nous Te prions de sauver ceux qui ne sont pas sauv√©s. Accorde-le, Seigneur. Accorde une marche plus intime √† ceux qui sont indiff√©rents envers Toi.
E-10 Et nous Te prions de gu√©rir tous les malades, afin que soit accompli ce que notre Seigneur Lui-m√™me a dit : "Ces Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi", et ce qu'Il avait dit, que nous devons aller par tout le monde et pr√™cher l'Evangile, imposer les mains aux malades et les malades seront gu√©ris. (33) Et de voir ici dans ce petit b√Ętiment, ce matin, beaucoup de gens qui utilisaient des b√©quilles il y a quelques jours, marcher aujourd'hui sans cela, normalement... Ils ont √©t√© relev√©s et soutenus par des bras √©ternels de notre Seigneur J√©sus-Christ, qui soutiennent; ils marchent! Ceux qui se mouraient du cancer sont ici bien portants. Tes serviteurs, les m√©decins d√©clarent qu'ils ne peuvent plus retrouver cela. C'est parti. Nous Te sommes reconnaissants pour ces choses. (34) Pardonne-nous nos manquements, et remplis nos cŇďurs de l'amour. Parle-nous par Ta Parole maintenant, car nous le demandons en Son Nom. Amen.
E-11 (35) Juste une petite r√©capitulation, pour saisir la pens√©e de notre le√ßon sur les Ecritures ce matin. Si... nous parlions de l'assurance de l'esp√©rance qui est en nous, cela est si merveilleusement pr√©sent√© ici dans l'Ep√ģtre aux H√©breux. Apr√®s avoir lu comment Dieu avait trait√© avec Son peuple, Isra√ęl, dans le pass√©, nous comprenons donc que cette promesse s'√©tend jusqu'√† nous, cela nous donne une ferme assurance, quand nous voyons que tout ce qui √©tait arriv√© en ce temps-l√† √©tait des exemples de ce que Dieu fait aujourd'hui pour nous, Ses enfants qui croient. (36) Et maintenant, juste une petite r√©capitulation de la le√ßon du dimanche pr√©c√©dent , sur H√©breux, chapitre 6. Nous commencerons au verset 12 ou 13 ici. Car lorsque Dieu fit la promesse √† Abraham, ne pouvant jurer par un plus grand que lui, Il jura par Lui-m√™me.
E-12 (37) Je suis s√Ľr que la classe peut se rappeler comment nous avions abord√© cela, nous avions vu ce que Dieu avait fait, comment Il avait fait la promesse √† Abraham, √† savoir qu'Il lui donnerait cette alliance, qu'Il la conclurait avec lui et avec sa post√©rit√© apr√®s lui pour toujours. (38) Et Dieu a jur√©. Et quiconque jure, jure par un plus grand que soi. Dieu n'avait alors personne de plus grand que Lui, que Lui-m√™me, par qui jurer, Il a donc jur√© par Lui-m√™me, qu'Il garderait cette alliance avec Abraham. Quel fondement solide donc, vous les saints du Seigneur!
E-13 (39) Abordons ce sujet aujourd'hui de fa√ßon tr√®s raisonnable, calmement, sans agitation du tout. La foi n'est jamais agit√©e. La foi ne se pr√©cipite pas. La foi sait de quoi elle parle. (40) Vous n'avez jamais vu notre Ma√ģtre agit√© au sujet de quoi que ce soit. Il s'est tenu √† la tombe d'un mort, Il √©tait tout aussi calme qu'Il l'√©tait quand Il √©tait assis sur la montagne regardant J√©rusalem. (41) Il se tenait sur une ... agit√©, √† bord d'une barque ballott√©e sur une mer agit√©e, avec des vagues, de part et d'autre, Il avait un repos si complet en Dieu que cela n'a m√™me pas assez attir√© Son attention pour Le r√©veiller. La foi est toujours imperturbable.
E-14 (42) Maintenant, nous voyons ici la raison pour laquelle nous pouvons demeurer imperturbables, c'est parce que cela a été donné à notre père Abraham et à ses enfants. Et Dieu, qui a fait cette promesse, a juré qu'Il confirmerait cela et qu'Il garderait cela. Et c'est ce qu'Il a fait. (43) Et nous voyons que les enfants d'Abraham ne sont pas les Juifs qui en ont les apparences, qui formaient la tribu de... de la descendance d'Abraham. Mais par Abraham est venu Isaac; par Isaac est venu Christ; par Christ, le monde a été béni. Car il est dit : "A Abraham et à sa postérité, qui était Christ." Et que par là, toutes les tribus de la terre soient amenées dans cette alliance.
E-15 (44) Et l'alliance a été faite à Abraham sans condition. Pas : "Abraham, si tu fais telle chose, Je ferai ceci." Mais : "J'ai déjà fait cela." Voyez? (45) Il ne s'agit pas de ce que nous faisons; il s'agit de ce qu'Il a fait pour nous. Il n'y a rien que nous puissions faire pour mériter quoi que ce soit. Que pourrions-nous faire, nous les injustes, pour mériter quelque chose devant le Grand Jéhovah Dieu, et devant Sa grande sainteté suprême? Voyez?
E-16 Nous, tout ce que nous pouvons faire, c'est d'accepter et d'√™tre reconnaissants de ce qu'Il a d√©j√† fait pour nous. Oh! C'est si simple! N'est-ce pas? (46) Et je suis convaincu que tr√®s souvent, dans leur pens√©e, les gens essaient de se repr√©senter la gu√©rison divine et autres, comme une grande chose hors de leur port√©e, tr√®s √©loign√©e : "Si seulement je pouvais atteindre cela!." (47) Pouvez-vous vous repr√©senter J√©sus dire : "Eh bien, laissez-Moi v√©rifier Ma foi pour voir si J'ai assez de foi pour faire ceci. Voir s'il Me faudra je√Ľner un peu, pour voir si J'ai assez de foi pour faire ceci"? Il √©tait tout √† fait inconscient de la foi qu'Il avait. Il d√©clarait simplement la chose, et savait qu'il en serait ainsi.
E-17 (48) Juste comme vous êtes venus de vos maisons aujourd'hui, probablement que vous aimeriez retourner chez vous; vous avez dit à votre femme ou à vos bien-aimés : "Je reviendrai à un certain moment juste après 12 heures." Comment le savez-vous? Vous ne cherchez pas à vous poser des questions : "Ai-je assez de foi pour retourner à la maison? Ai-je assez de foi pour conduire ma voiture?" C'est inconsciemment que vous tournez la clef de contact, et que vous démarrez, et que vous retournez à la maison. Voyez? C'est une foi inconsciente qui fait cela. (49) C'est pareil en Christ. Nous disons simplement de façon inconsciente: "C'est Sa Parole. Cela règle tout simplement la question. Un point, c'est tout, et on va de l'avant". C'est ainsi qu'on reçoit de l'aide.
E-18 Eh bien : "Dieu jura par Lui-m√™me, n'ayant personne de plus grand." (50) Nous allons nous d√©p√™cher et commencer, en effet, notre sujet du jour sur Melchis√©dek, Melchis√©dek, le Grand Prince et Roi. (51) Eh bien le verset 14 dit : et dit : certainement Je te b√©nirai et Je multiplierai ta post√©rit√©. (52) En effet, sa post√©rit√© devait se multiplier dans chaque nation. Et l'Evangile, par Christ... Or, cela n'√©tait pas possible sous la dispensation de la loi, car cela n'√©tait pas arriv√© jusque-l√†, ce n'√©tait que pour les circoncis, et c'√©taient les Juifs . Mais par le Saint-Esprit, Il a circoncis chaque cŇďur, voyez, toutes les nations. Il pouvait multiplier la post√©rit√© d'Abraham jusqu'√† ce qu'elle couvre toutes les nations. "Et c'est ainsi qu'Abraham, ayant pers√©v√©r√©, obtint ce qui lui avait √©t√© promis." (53) Oh! comme nous avons trait√© cela, comment Abraham a pers√©v√©r√©. Pers√©v√©rer, comme voyant (quoi ?)le Dieu invisible comme s'Il √©tait visible, Se tenant devant lui. "Et apr√®s avoir pers√©v√©r√©, apr√®s qu'il eut endur√© la dure √©preuve, il a h√©rit√© la promesse." (54) Eh bien, n'est-ce pas √©trange? On dirait que Dieu aurait pu simplement √©tendre la main pour lui donner la promesse sur-le-champ, et qu'Il aurait accompli l'oeuvre sur-le-champ. Il aurait pu faire cela.
E-19 (55) Anne, lorsqu'elle √©tait au temple, et qu'elle priait, Elie est venu, il pensait qu'elle √©tait ivre. Et elle a dit : "Je ne suis pas ivre, mais je prie que Dieu √īte de moi l'opprobre." Il a dit : "Que le Seigneur t'accorde l'objet de ta - ta requ√™te." (56) Eh bien, Dieu aurait pu placer directement le petit Samuel dans les bras d'Anne. Nous tous nous savons cela. Il est le cr√©ateur de toutes choses, Il cr√©e simplement cela par la Parole; Il aurait pu le placer directement dans les bras d'Anne. Mais, au lieu de le faire ainsi, cela a suivi le processus normal de neuf mois avant que le petit enfant vienne. Il aurait pu faire cela instantan√©ment, mais Il ne l'a pas fait instantan√©ment. Il lui a tout simplement donn√© la promesse. Et elle a h√©rit√© la promesse.
E-20 (57) Quand Dieu a parl√© √† Mo√Įse, alors que ce dernier entreprenait d'aller √† la terre promise, Il a dit : "Toute cette promesse, dit-Il, Je l'avais faite √† Abraham il y a des ann√©es, c'est compl√®tement entour√© des murs, avec des Philistins et toutes sortes de g√©ants l√†-bas, des guerriers." Il a dit : "Eh bien, tout cela vous appartient." Il y avait des Amor√©ens, des H√©thiens, des Ph√©r√©siens, et tous ceux qui √©taient l√†, des H√©viens, des J√©busiens, des Philistins et tout en Palestine. Or, Dieu a dit : "Je vous ai donn√© cela. √áa vous appartient. Allez donc poss√©der cela." (58) Oh! J'esp√®re que vous le comprenez. C'est quelque chose que j'aimerais vous faire comprendre, pour amener votre foi au niveau qu'il faut. Beaucoup de gens, comme je le constate, peuvent... Ils ont la foi, si seulement ils savaient comment la mettre en action.
E-21 (59) Quand Benjamin Franklin a pour la premi√®re fois d√©couvert l'√©lectricit√©, il a dit : "Je l'ai. Je l'ai." Mais il ne savait pas ce qu'Il avait. (60) Ensuite, Thomas Edison vint et dit : "√áa sera utilis√© √† notre profit." Et peu lui importait combien de temps cela prenait, il a essay√© dix mille fils. Mais cependant, il a trouv√© un fil qui pouvait finalement faire passer l'√©lectronique ou plut√īt l'√©lectricit√©, √† travers ce fil. Il savait qu'il y avait une puissance, et que cette puissance pouvait √™tre utilis√©e √† notre profit.
E-22 (61) Et maintenant, nous avons trouv√© le salut, ce qui peut nous sauver du p√©ch√©, ce qui peut prendre la femme la plus vile ou l'homme, l'ivrogne, la prostitu√©e, et faire de lui un enfant de Dieu. Eh bien, cette m√™me foi... Cette m√™me puissance qui peut relever un homme d√©chu ou une femme d√©chue, peut √™tre utilis√©e √† notre profit de plusieurs mani√®res. Cela gu√©rira nos corps, si seulement vous pouvez avoir une bonne approche. Il vous faut d√©couvrir comment vous y prendre. (62) Par exemple, si j'avais une - une ferme ici sur cette colline, pleine de bons ma√Įs qui pratiquement d√©p√©rissent faute d'eau, et que j'aie un puits art√©sien sur le flanc de cette colline, eh bien, je ne peux pas faire en sorte que le puits art√©sien projette l'eau ici vers le bas, et que √ßa monte sur le flanc de cette colline-ci, pour arroser cela. Mais je dois mener une √©tude topographique pour voir comment cette eau peut suivre son propre parcours, son propre cours, contourner et arroser ce champ. Elle le fera si seulement je la laisse suivre son propre canal. (63) Et c'est pareil √† ce que le Saint-Esprit est dans la promesse de Dieu. Si seulement nous Le laissons suivre Sa voie, sans que nous nous mettions sur le chemin, sans que nous y injections nos doutes : "parce que ceci n'a pas march√© et cela n'a pas march√©." Laissez tout simplement le Saint-Esprit de Dieu agir en vous, et reposez-vous sur la promesse, cela accomplira parfaitement ce que Dieu a dit que √ßa accomplirait.
E-23 (64) Abraham était un vieil homme de 100 ans, quand Dieu lui est apparu au Nom du Dieu Tout-Puissant. Le "Tout-Puissant", là, vient du mot hébreu El Shaddai, ce qui signifie la poitrine ou les seins d'une femme. Eh bien il était vieux. Il n'avait plus de force. Mais El Shaddai est le Tout-Puissant, Celui qui donne la force. Et tout ce qu'Abraham devait faire pour obtenir cette promesse, c'était de se reposer seulement sur cette promesse. En d'autres termes, c'est comme un enfant vis-à-vis de sa mère, il tète sa mère et tire la force pour lui. (65) Et nous faisons la même chose quand nous venons auprès de Dieu et que nous voyons Sa promesse. Nous nous reposons simplement sur Lui et nous tirons de Sa Parole la force de Dieu, qui est donnée suivant son cours propre, sans considérer notre propre pensée, mais juste en croyant Cela. (66) "Ayant persévéré, il a obtenu ce qui lui avait été promis." Oh! J'aime vraiment ça!
E-24 Eh bien, la même chose vaut pour le salut, la même chose vaut pour la guérison divine. Comment Dieu, dans Son grand amour et Sa miséricorde infinie, nous donne cela! Maintenant : et dit : Certainement... Je te bénirai, et... Je multiplierai ta postérité. Et c'est ainsi qu'Abraham , ayant persévéré, il a persévéré pour... la promesse. (67) Verset 16 : "Or, les hommes jurent par un plus grand qu'eux; et le serment est une garantie, (garantie), qui met fin à tous leurs différends." (68) En d'autres termes, quand un serment est fait, c'est donc la fin de tout. Si vous venez me dire : "Frère Branham, je, en tant que chrétien, je place ma main sur cette Bible, et je jure solennellement que je ferai telle chose, si Dieu me laisse vivre pour faire cela, je le ferai." Très bien. Alors, pour moi, c'est la fin de tout doute. Voyez? Vous m'avez juré que vous ferez cela.
E-25 (69) Et Dieu a jur√© √† Abraham qu'Il garderait cette alliance envers lui et envers sa post√©rit√© pour toujours. Dieu a jur√© par Lui-m√™me qu'Il ferait cela. Et en faisant cela... (70) Sous l'ancienne loi, lorsqu'on faisait un serment sous l'ancienne loi, on tuait un animal, on le d√©coupait en deux. Et puis, les deux hommes qui s'engageaient dans ce serment, se tenaient au milieu de l'animal, et ils r√©digeaient sur un bout de papier un certain contrat. Et ce bout de papier √©tait d√©chir√©, remis √† l'un et √† l'autre. Et ils juraient sur cet animal mort, que, s'ils brisaient cette alliance conclue entre eux, qu'ils soient comme cet animal mort. (71) Ainsi, Dieu, n'ayant personne d'autre par qui jurer, a jur√© par Lui-m√™me, et Il a jur√© sur le corps du Seigneur J√©sus-Christ, voyant d'avance cela sous forme d'une ombre. Et dans l'alliance, quand Il a amen√© Christ au Calvaire, Il a s√©par√© Son corps et Son √Ęme. Et Il a amen√© Son corps en haut, pour le placer √† Sa droite, Il a renvoy√© le Saint-Esprit, pour qu'Il soit dans le chr√©tien, pour qu'Il accomplisse ici dans l'Eglise la m√™me chose qu'Il faisait en Christ quand Il √©tait ici sur la terre. Et Il a prouv√© par l√† qu'Il nous ressuscitera dans les derniers jours, pour nous faire asseoir avec Lui, et √™tre avec Lui dans Son Royaume.
E-26 (72) Et aujourd'hui, de voir le m√™me Saint-Esprit qui √©tait sur J√©sus-Christ Ňďuvrer dans l'Eglise, confirmer tout ce que Dieu a dit! Quel merveilleux espoir cela √©difie en nous, de penser que nous sommes Ses enfants, et que nous sommes b√©nis par Sa Pr√©sence! Et maintenant, Il est ici avec nous, comme preuve infaillible qu'Il est le Seigneur Dieu qui a fait la promesse √† Abraham. (73) Maintenant √©coutez, le verset 17 : C'est pourquoi Dieu, voulant montrer avec plus d'√©vidence aux h√©ritiers de la promesse l'immuabilit√© de sa r√©solution, intervint par un serment; Afin que par deux choses immuables... lesquelles il est impossible que Dieu mente, afin que nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a √©t√© de saisir l'esp√©rance qui nous √©tait propos√©e,
E-27 (74) Quelle merveilleuse promesse, "deux choses immuables"! Dieu ne peut pas mentir et √™tre Dieu. Eh bien, si Dieu a fait une promesse ici dans Sa Bible, nous croyons que la Bible est la Parole infaillible de Dieu. Et si Dieu a fait une promesse dans cette Bible-ci, nous avons cet encouragement et nous savons qu'il est impossible que Dieu mente. Par cons√©quent, quand nous voyons qu'Il a promis cela dans la Bible, nous croyons cela, corps, √Ęme et esprit. Il est impossible que Dieu mente. Eh bien, s'il y a une faute, elle est en nous, pas en Dieu. Car, Dieu est tenu vis-√†-vis de Sa Parole, car Il a jur√© par Sa Parole. Oh! la la! (75) Je suis s√Ľr que quand nous arriverons √† voir cela sous cet angle-l√†, les choses commenceront √† bien tourner et abonderont autrement qu'avant. La gu√©rison du corps ne sera plus une fiction. Elle deviendra une r√©alit√©. Le bapt√™me du Saint-Esprit ne sera plus de l'√©motion, quelque chose de fabriqu√©. √áa deviendra une r√©alit√©, la Pr√©sence du Seigneur J√©sus-Christ √† l'int√©rieur pour changer la vie.
E-28 (76) Il y a quelques soir√©es, dans une r√©union de pri√®re, un homme m'a dit: "Le Saint-Esprit n'a pas √©t√© donn√©... n'a √©t√© donn√© qu'aux dix, ou plut√īt aux douze, le jour de la Pentec√īte." (77) J'ai dit : "Eh bien alors, qu'en est-il des cent vingt qui √©taient l√† au m√™me moment, qui ont re√ßu Cela? Qu'en est-il de l√† chez Corneille, quand les gentils ont re√ßu Cela? 33 ans plus tard, quand Paul a demand√© aux - aux baptistes s'ils avaient re√ßu le Saint-Esprit depuis qu'ils avaient cru, il leur a impos√© les mains, et ils ont re√ßu le Saint-Esprit. Pour mettre l'√©glise de Corinthe en ordre, Il a aussi plac√© dans l'√©glise des ap√ītres, des proph√®tes, des docteurs, des √©vang√©listes, des dons de gu√©rison' et tous ces merveilleux dons, des ann√©es et des ann√©es apr√®s la Pentec√īte."
E-29 (78) Eh bien, aujourd'hui Cela est pour chaque croyant. "Allez par tout le monde, et pr√™chez la Bonne Nouvelle √† toute la cr√©ation." Jusqu'o√Ļ? "Par tout le monde." A combien? A tout le monde. "Celui qui croira et qui sera baptis√© sera sauv√©. Celui qui ne croit pas sera condamn√©. Et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en Mon Nom ils chasseront les d√©mons, ils gu√©riront les malades..." et ainsi de suite. (79) Voil√†. C'est la promesse de Dieu, Il a jur√© de faire cela. Peu importe combien se l√®vent et essayent de contrefaire ou d'imiter Cela, combien de choses s'√©l√®vent pour essayer de s'opposer √† Cela ou √† d√©truire Cela, Cela continuera sans cesse, aux si√®cles des si√®cles, car Dieu a jur√© par Lui-m√™me qu'Il gardera Cela.
E-30 Si moi, je manque de pr√™cher Cela, et que je laisse tomber, Dieu suscitera quelqu'un d'autre √† ma place pour continuer avec Cela. Si vous, vous manquez de croire Cela, quelqu'un d'autre prendra votre place pour croire Cela √† votre place, car Dieu a jur√© qu'Il le ferait. Oh! Quel encouragement cela nous donne! (80) Et le beau c√īt√© de cela, mon ami chr√©tien, c'est de penser que maintenant nous En avons l'√©vidence. Nous avons Cela ici dans la b√©n√©diction. Nous En avons par la puissance. Nous En avons par des miracles. Nous En avons par des signes. Nous En avons sur une photo. Nous L'avons sous chaque aspect que Dieu L'avait promis, m√™me plus que ce qu'Il avait promis de nous donner. Et c'est infaillible, la v√©rit√©. La v√©rit√©, pas de l'homme, pas la v√©rit√© d'un enseignant ou d'un philosophe, mais c'est la v√©rit√© du Dieu Tout-Puissant. Et quelle esp√©rance Cela nous donne! Il n'est pas √©tonnant que nous puissions chanter : Mon espoir ne repose sur rien d'autre Que le Sang de J√©sus et Sa justice Quand tout c√®de autour de mon √Ęme, Alors Il est tout mon espoir et mon appui. Car sur Christ, le Rocher solide, nous nous tenons; Tout le reste est sable mouvant.
E-31 (81) Que ce soit la popularité, que ce soit notre église, que ce soit nos amis, nos associés, qui que cela puisse être, que ce soit notre médecin, que ce soit notre prêtre, que ce soit notre prédicateur, tout le reste, c'est du sable mouvant. Christ, seul! Et chaque homme qui a abouti à quelque chose dans ce grand champ de bataille, de combat, c'étaient des hommes et des femmes qui se sont tenus seuls sur leurs convictions. Quand tout le reste tombait et s'écroulait autour d'eux, ils tenaient toujours bon. (82) Abraham Lincoln d'autrefois était convaincu qu'il avait raison. Il s'était tenu seul sur ses convictions, mais il a prouvé cela et il a scellé son témoignage de son propre sang. (83) Jésus-Christ s'est tenu seul, à Son époque, comme un exemple pour chaque homme, qui se tient sur ses convictions de la Vérité Eternelle de Dieu, qui prendra position, et qui se tiendra seul. Mais pas seul, avec Dieu! Le Compagnon invisible qui nous accompagne pendant le pèlerinage de la vie, à travers les ombres, les vallées de l'ombre de la mort, jusque dans l'éternité. Il nous accompagnera toujours, et sera Dieu.
E-32 (84) Sur quoi nos espoirs sont-ils donc fond√©s ce matin? En effet, Dieu a jur√© qu'Il ferait cela pour Abraham. Il n'a pas jur√© cela √† Abraham seulement, mais √† chaque personne de sa post√©rit√©. Qui est la post√©rit√©? C'est le -... Vous qui avez re√ßu l'invitation √† venir au Seigneur J√©sus-Christ, la post√©rit√© d'Abraham. Certainement, il y a des gens qui ne sont pas appel√©s. Mais, pour chacun de vous ici ce matin, qui a re√ßu l'appel. (85) Pourquoi √™tes-vous ici √† l'√©glise ce matin? [Fr√®re Branham frappe sur la chaire trois fois - N.D.E.] Quelque chose vous a dit de venir. Vous savez que ce n'est pas l'ennemi, qui essaye de vous amener √† faire le mal; qui essaye de vous amener √† faire le mal, √† venir √† l'√©glise. Vous ne pourriez pas faire cela. Quand vous venez √† l'√©glise, vous faites du bien. (86) Et J√©sus a dit, en Ses propres termes : "Nul ne peut venir √† Moi, √† moins que Mon P√®re ne l'attire. Et tous ceux qui viendront, Je leur donnerai la Vie Eternelle, et Je les ressusciterai aux derniers jours." Pensez-y : chaque personne qui vient sur invitation du Seigneur J√©sus-Christ, il lui est promis la Vie Eternelle et la r√©surrection aux derniers jours par le J√©hovah Dieu qui a jur√© sous un serment de faire cela, et Il a envoy√© Son Fils et a confirm√© la Parole. Et Il a jur√© de le faire; Il a donn√© cela √† Abraham sous forme de type, Il a accompli cela en J√©sus-Christ; Il L'a ressuscit√©! Vivant, Il m'aima; mourant, Il me sauva; Enseveli, Il emporta mes p√©ch√©s au loin; Ressuscitant, Il m'a justifi√© gratuitement pour toujours; Un jour, Il reviendra, √ī jour glorieux!
E-33 (87) Voil√†; notre justification! Chaque fois que vous entendez les mottes de terre tomber sur un cercueil et qu'on dit : "Tu es poussi√®re, tu retourneras √† la poussi√®re", notre foi regarde l√† dans un autre pays, l√† o√Ļ il y a une tombe vide; un jour glorieux, Celui qui a promis de revenir, reviendra. Et aussi certainement que J√©sus est ressuscit√© des morts, nous ressusciterons avec Lui, √† la r√©surrection. Quelle belle esp√©rance nous avons!
E-34 (88) Maintenant, d√©p√™chons-nous. Notre temps nous √©chappera sans nous rendre compte. Maintenant, je pense que c'est le verset 19 : "Cette esp√©rance, nous la poss√©dons comme une ancre de l'√Ęme, s√Ľre et solide,... accroch√©e au-del√† du voile;" (89) L'ancre de notre √Ęme, qui est all√©e derri√®re le voile, au-del√† du voile, et c'est ancr√©!
E-35 (90) Vous savez, un bateau, parfois... les d√©panneurs et autres savent cela, et vous qui avez √©t√© en mer, quand vraiment, les vagues se mettent √† se cogner trop violemment contre le bateau, on ancre celui-ci. Et on a une cha√ģne qu'on laisse descendre, qui retient cela. Et elles peuvent le secouer en tout sens, mais cette ancre le retient. L'ancre! On ne voit la terre, nulle part. Mais on laisse tomber l'ancre derri√®re un voile, c'est-√†-dire l'eau, et cette ancre descend au fond de la mer, au sommet - au sommet d'une grande montagne quelque part. Et cela se tra√ģne jusqu'√† ce que cela s'accrochera √† cette montagne, s'accroche √† cette fissure-l√†, et toute la mer ne peut plus le faire bouger. Cela est ancr√©, c'est invisible. (91) Et chaque personne qui a re√ßu J√©sus-Christ comme son Sauveur personnel, qui est n√©e de nouveau du Saint-Esprit, a jet√© l'ancre. Si vous √™tes malade, et que votre esp√©rance est fond√©e sur Christ, vous avez jet√© votre ancre. Le m√©decin peut dire ceci ou cela, mais aussi s√Ľr que votre foi regarde l√†, les vagues, les crises de maladie, la fi√®vre peuvent se d√©cha√ģner, et quoi que ce soit de pareil, mais votre ancre tient derri√®re le voile.
E-36 (92) L√† quelque part dans un pays mystique, on a pos√© la question : "Sur quoi reposez-vous vos esp√©rances? Le m√©decin a dit que c'en √©tait fini. La m√©decine d√©clare qu'elle ne peut rien faire, la chirurgie a failli." Mais mon esp√©rance ne repose pas sur √ßa. (93) Notre esp√©rance est derri√®re le voile. Quel voile? Par l'effusion de Son Sang, ce qui a s√©par√© Son Esprit de Son corps. Et, l√† derri√®re ce voile, l'ancre s'est accroch√©e √† quelque chose. (94) J'ai vu un bateau, une fois, lorsqu'il √©tait agit√© l√†. Et je me suis dit : "Qu'est-ce qui retient ce bateau au m√™me endroit?" Je ne pouvais pas comprendre. Il √©tait l√† sur la mer. Et j'ai remarqu√© que les vagues pouvaient l'entra√ģner dans tous les sens, mais il demeurait l√† en place. Je ne voyais rien. Mais il y avait un petit fil m√©tallique, une corde, qui descendait depuis la proue de ce bateau jusqu'√† une ancre qui s'√©tait accroch√©e √† quelque chose en dessous, oh! la la!... l√† o√Ļ je ne pouvais pas voir, sous les eaux. Et √ßa s'accrochait l√†. Et j'ai dit : "Gloire √† Dieu!" (95) Oui, un jour j'ai trouv√© une ancre,
E-37 j'ai lu ici, il √©tait dit : "Quiconque veut, qu'il vienne." Et j'ai jet√© cette ancre au-del√† de quelque chose d'invisible. Quelque chose s'est accroch√©. Et quand la bataille fait rage, l'ancre tient ferme derri√®re le voile. Quand les infid√®les s'√©l√®vent, et que les troubles surgissent, et que tout c√®de autour de moi, notre ancre tient ferme derri√®re le voile. O√Ļ est-ce? Je ne sais pas. Mais c'est derri√®re le voile, quelque part l√†, c'est ancr√© dans le Rocher des √Ęges. "Notre ancre est ferme, inamovible. Cela tient ferme, derri√®re le voile." Cette esp√©rance, nous la poss√©dons comme une ancre de l'√Ęme, s√Ľre et solide... (96) "S√Ľre et solide." Oh! Si seulement nous avions un peu plus de temps, pour voir ce que signifie l'assurance. "S√Ľr-ance", quelque chose que vous connaissez, et votre assurance. Qu'est-ce qu'est l'assurance? "Dieu a jur√© de faire cela." Voil√† l'assurance.
E-38 (97) Il y a quelque temps, un homme est venu vers moi et a dit : "Billy, j'aimerais te vendre une police d'assurance." (98) Eh bien, l'assurance est une bonne chose. Je n'en ai pas une, moi-m√™me. Je pense que je suis all√© √† l'extr√™me sur ce point. Une - une compagnie d'assurance avait d√©pouill√© mon pauvre vieux p√®re, une fois, d'un grand montant, en effet, il √©tait trop illettr√© pour lire la police d'assurance. Et un avocat de Philadelphie n'a pas pu en lire une correctement, de toute fa√ßon. Alors il a dit... On lui avait vendu cette police d'assurance. Et il avait pay√© cela, pour mon fr√®re et pour moi, pour une dur√©e de vingt ans. Il est venu, il a dit: "Cela vaudra cinq cents dollars √† la fin du terme." Et pendant la crise et tout, le pauvre vieil homme a travaill√© et √† la fin, on nous a dit qu'on avait mal lu la police d'assurance. "Cela procurait sept dollars et cinquante cents." Alors, cela m'avait en quelque sorte d√©go√Ľt√©.
E-39 Eh bien, ils ne sont pas tous les m√™mes. Il y a des agents d'assurance assis ici m√™me maintenant. (99) Plusieurs fois, les gens sont venus et ont dit : "Billy, j'aimerais te vendre l'assurance." Eh bien, je pense que c'est parfaitement en ordre. J'ai dit : "Ecoutez, j'ai l'assurance." (100) Et il a dit : "Quel genre d'assurance avez-vous?" Il a dit : "Quelle police d'assurance d√©tenez-vous?" J'ai dit : "La Vie Eternelle." - Il a dit : "La Vie Eternelle?" - j'ai dit : "Oui, monsieur." - Il a dit : "Qui vend ces polices d'assurance?" - J'ai dit : "Le Seigneur J√©sus." - Il a dit : "Et vous avez l'assurance?" - J'ai dit : "Oui, monsieur." - Il a dit : "Quel genre est-ce, concr√®tement? Qu'est-ce, Billy?" - J'ai dit : "C'est l'assurance." - Il a dit : "Quoi?" (101) J'ai dit : "L'assurance b√©nie, J√©sus est mien! Oh, quel avant-go√Ľt de la gloire divine!" (102) Il a pass√© les bras autour de moi, c'est un copain d'enfance. Nous nous tenions l√† de l'autre c√īt√© de cette route. Il a dit : "Billy, cela ne t'am√®nera pas l√† au cimeti√®re." (103) J'ai dit : "Je le sais. Mais cela m'en fera sortir. Mon souci n'est pas d'entrer l√†-bas, mais elle m'en fera sortir." C'est vrai. (104) Je pouvais penser √† ma police d'assurance quand j'√©tais malade, mais cela ne m'avait fait aucun bien. Mais, avec mon assurance, de J√©sus, j'avais une ancre in√©branlable, l'assurance que "Dieu a jur√© par lui-m√™me", d'accomplir chaque Parole qu'Il a promise.
E-40 (105) Quand les Mayo ont dit : "Il n'y a pas d'espoir pour vous," pas d'espoir pour moi de vivre; j'avais une r√©gurgitation qui allait finalement me tuer. Mais mon ancre a tenu bon derri√®re le voile. "Eh bien, que voyez-vous?" Je ne sais pas ce que je vois. Il y a quelque chose que je sais. (106) C'est ce qu'il y a. Vous savez cela. Ce n'est pas par les Ňďuvres. C'est par la foi. Nous croyons cela. (107) Quel genre d'assurance Abraham avait-il re√ßu de la part du m√©decin, de l'association m√©dicale d'Ur, ou d'ailleurs, alors qu'il avait cent ans, et Sara quatre-vingt-dix, qu'ils allaient avoir un enfant? Mais son ancre avait tenu bon derri√®re le voile, car Dieu lui avait donn√© la promesse, et il se reposait sur cela. "Et appelait des choses qui n'√©taient pas comme si elles √©taient", car il savait que Dieu √©tait capable, C'est √ßa. Dieu √©tait capable d'accomplir ce qu'Il avait promis. (108) Il a cr√©√© le monde. Il m'a cr√©√©. Il a tout cr√©√©. Il vous a cr√©√©. Il a tout cr√©√©, tout, par Sa Parole. Et Sa Parole accomplira exactement ce qu'Elle dit qu'Elle accomplira.
E-41 (109) Maintenant, oh! Quelle esp√©rance! Cette esp√©rance que nous avons, l'assurance de l'esp√©rance, derri√®re le voile. (110) Nous allons nous d√©p√™cher maintenant parce que nous avons une longue ligne de pri√®re qui va suivre. (111) Remarquez : "O√Ļ..." Oh! la la! Tr√®s bien, √©coutez maintenant, tout le monde verset 20, suivez bien ceci. "L√† o√Ļ J√©sus est entr√© comme pr√©curseur pour nous..." (112) Le pr√©curseur de quoi? Le pr√©curseur de notre salut, tant physique que spirituel. "Car Il a √©t√© bless√© pour nos p√©ch√©s, bris√© pour notre iniquit√©, le ch√Ętiment qui nous donne la paix est tomb√© sur Lui, et par Ses meurtrissures, nous sommes gu√©ris. Le pr√©curseur de notre salut est d√©j√† entr√©. L'assurance, J√©sus Lui-m√™me, est d√©j√† entr√©e. "Ayant √©t√© fait Souverain Sacrificateur selon l'ordre de Melchis√©dek." (113) Maintenant, nous arrivons au point o√Ļ nous voudrions prendre ce texte tr√®s vite maintenant et l'aborder.
E-42 (114) Toutes ces grandes promesses, nous les ramenons √† une seule chose: "J√©sus, notre pr√©curseur, qui √©tait la Semence d'Abraham", par le Saint-Esprit, nous a appel√©s √† cette esp√©rance b√©nie que nous avons maintenant, "l'ancre de l'√Ęme, solide et s√Ľre, qui est accroch√©e derri√®re le voile." Ce J√©sus, ayant √©t√© fait pr√©curseur, qui √©tait selon l'ordre de Melchis√©dek... (115) Maintenant, ce Grand Homme, Melchis√©dek, nous voudrions parler de Lui pendant les quelques prochaines minutes. D√©p√™chons-nous, dans les dix ou quinze prochaines minutes. (116) Et puis, √©difiez donc votre foi pour la ligne de pri√®re. Ne laissez pas le diable vous d√©rober quoi que ce soit. Vous √™tes ici ce matin, dans ce petit b√Ętiment, o√Ļ le Dieu Tout-Puissant va entrer, dans cette humble demeure ici. Vous dites : "Cela a vraiment un mauvais aspect. Mais Il √©tait venu dans une cr√®che." (117) Il viendra √† tout cŇďur humble qui s'ouvrira et dira : "Oui, Seigneur J√©sus, je crois Cela. Peut-√™tre que je ne comprends m√™me pas Cela, mais je Le crois de toute fa√ßon."
E-43 (118) Cette esp√©rance b√©nie que nous avons : "Christ, le pr√©curseur, est d√©j√† venu." Savez-vous ce qu'est un pr√©curseur? C'est quelqu'un qui court devant, ou qui pr√©c√®de. Christ, √©tant donc le pr√©curseur de notre salut, est venu sur la terre; et pour √™tre un exemple pour l'Eglise, car l'Eglise devait terminer Ses Ňďuvres, ou plut√īt continuer Ses Ňďuvres, apr√®s qu'Il eut accompli Son sacrifice au Calvaire. Voyez-vous cela? Remarquez. (119) Il naquit donc dans l'humilit√© (est-ce vrai?) dans une cr√®che. On s'est moqu√© de Lui; comme c'est le cas pour vous ou pour quiconque Le sert. Mais pendant qu'Il √©tait sur la terre, Lui qui ne faisait acception de personne, Il aimait tout le monde. Il - Il les a tous gu√©ris. Il les a tous b√©nis. Il a fait du bien partout o√Ļ Il allait. Il a offert Sa vie en sacrifice; Il est mort, Il a √©t√© enseveli. Il est ressuscit√©, et Il est mont√© comme notre pr√©curseur. (120) Et l'Esprit m√™me qui √©tait sur Lui est revenu pour rester avec l'Eglise, pour La conduire et La diriger.
E-44 Il a dit : "Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus. Mais vous, vous Me verrez, car Je..." ("Je" est un pronom personnel.) "Je serai avec vous, m√™me en vous, jusqu'√† la fin du monde." Alors qu'Il attirait nos pens√©es vers Son Grand et Supr√™me Sacrifice, en tant que pr√©curseur de notre esp√©rance b√©nie que nous avons derri√®re le voile maintenant... (121) Alors, par la foi nous croyons Cela. Notre ancre se jette l√† et ses pointes dans la Parole de Dieu, √ßa s'accroche derri√®re le voile. Et, une ligne de pri√®re par ici, nous tient fermes, √† la promesse, "sans √™tre ballott√©s, flottant √† tout vent de doctrine. Mais fermes, in√©branlables, travaillant de mieux en mieux √† l'Ňďuvre du Seigneur sachant que vos Ňďuvres ne sont pas vaines dans le Seigneur." Quelle esp√©rance!
E-45 (122) Eh bien, ce Melchis√©dek, on parle bien de Lui ici. Paul parle aux H√©breux de l'Ancien Testament, d'un type. (123) Retournons dans la Gen√®se, au chapitre 14 et lisons juste un peu avant que nous voyions qui √©tait ce Melchis√©dek. Nous lisons au chapitre 14 de la Gen√®se, au verset 14, pour commencer. (124) Abraham, vous savez, a √©t√© appel√© √† sortir de Chald√©e, le pays de - d'Ur... la ville de Ur plut√īt, le pays de Chald√©e. Et Dieu lui a dit : "S√©pare-toi de ton peuple, et mets-toi √† l'√©cart." Laissez-moi insister l√†-dessus. Oh! si nous avions plus de temps l√†-dessus aujourd'hui! on est si limit√©. (125) "S√©pare-toi de ton peuple, et mets-toi √† l'√©cart, et Je te b√©nirai." Voyez?
E-46 (126) Et pour obtenir cette m√™me promesse d'Abraham, vous devez vous s√©parer de tous les contacts mondains, de toutes les choses du monde. Vos d√©sirs de p√©cheur, vos envies, les passions du monde, et toutes ces choses, s√©parez-vous de cela. Mettez-vous √† l'√©cart, dans un pays √©tranger, un pays o√Ļ vous n'avez jamais √©t√© auparavant, pour marcher non pas par la vue, mais par la foi. (127) Car, Abraham n'avait rien. Et, √©coutez, il... Personne n'avait travers√© ce fleuve Euphrate pour s√©journer dans ce pays-ci. Mais Abraham, par la foi, a laiss√© les siens, il est all√© de l'avant, il s'est s√©par√©. (128) Comme le Sang de J√©sus-Christ aujourd'hui, par le Saint-Esprit, nous s√©pare des choses du monde, pour marcher dans une nouvelle vie; on est critiqu√©, on est ridiculis√©, on est appel√© "saint exalt√©", on est mal compris, mais notre ancre tient bon.
E-47 (129) H√©breux 11 dit : "Ils all√®rent √ßa et l√†, v√™tus de peaux de brebis et de peaux de ch√®vres, d√©nu√©s de tout et des maisons, car ils croyaient, ils cherchaient une ville dont l'Architecte et le Constructeur √©tait Dieu." Quelque chose en eux leur disait qu'il y avait un Pays, une Ville, dont le Constructeur et l'Architecte est Dieu." Et Ils cherchaient cela, sans savoir o√Ļ ils allaient. (130) C'est pareil pour chaque p√®lerin aujourd'hui. Il cherche quelque chose sur lequel il ne peut pas mettre la main, mais il voit l'√©vidence de cela l'environner. Qu'est-ce qui m'a pouss√© √† faire ceci? Qu'est-ce qui a fait marcher cette femme estropi√©e? Qu'est-ce qui a fait marcher cette femme estropi√©e? Qu'est-ce qui a √īt√© l'hernie que cet homme avait? Qu'est-ce qui a fait partir ce cancer de cette femme? Qu'est-ce qui a ouvert ces oreilles sourdes l'autre soir, ici, √† quatre-vingt-deux ans? Qu'est-ce qui a fait cela? Ce sont les attributs surnaturels, c'est l'ancre. Cette Cit√© dont le Constructeur et l'Architecte est Dieu, nous La cherchons; cependant nous ne savons pas o√Ļ Elle se trouve, mais il y a quelque chose qui est ancr√© l√† de l'autre c√īt√©. "L'ancre derri√®re le voile." Nos espoirs sont fermes, et in√©branlables.
E-48 (131) Et Abraham quitta le pays, il séjourna ailleurs et se dit étranger et pèlerin. (132) Et, suivez, Abraham, comme tous les mortels, n'était pas un homme immortel, il n'était pas exempt d'erreur, mais il a constamment commis des fautes. Mais peu importe combien de fautes il avait commises, son ancre tenait toujours ferme, car il avait la promesse. (133) Alors, il prit Sara avec lui. Il prit Lot. Il prit son papa. Et tant que ceux-ci étaient avec lui, Dieu ne pouvait pas le bénir. Le vieil homme est finalement mort, et on l'a enseveli. Ils ont continué un peu plus loin, et Lot a rétrogradé. Et vous savez ce qui est arrivé là. Et alors, il s'est séparé de lui. Dieu lui est alors apparu une fois de plus, Il a dit : "Maintenant, Abraham, regarde tout le pays. Tout t'appartient." Après qu'il eut fait le bon choix.
E-49 C'est ça. Sépare-toi de tout. (134) Je devrais dire ceci. Ecoutez. J'espère que cela trouve un lieu de repos, car je n'avais pas prémédité cela. (135) C'est peut-être là la raison pour laquelle certains parmi nous ne progressent pas très bien. Nous nous accrochons aux choses que nous devrions laisser tomber, par la séparation. Un petit doute, une petite question, un peu de scepticisme : "Je me demande si c'est vrai. Est-ce que telle chose est possible? Est-ce que telle autre est possible? Comment est-ce possible?" Débarrassez-vous-en! (136) Hébreux 12.1 dit : "Rejetant tout fardeau, et le péché qui nous environne si facilement. (Le péché, qu'est-ce? L'incrédulité), qui nous environne si facilement. Et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les yeux fixés sur Christ, l'Auteur et le Consommateur de notre foi."
E-50 (137) Remarquez Abraham ici. Alors, il a eu des ennuis, Lot est descendu √† Sodome et Gomorrhe. Vous connaissez l'histoire. (138) Nous devrons nous d√©p√™cher, nous h√Ęter. Nous ne pouvons pas aborder cela. Le verset 14. (139) Et soudain, vous savez, tous les rois des nations sont descendus l√†, ils sont venus √† Sodome et ont d√©clar√© la guerre, ils ont d√©port√© Lot. Et... le neveu d'Abraham, ils ont d√©port√©, et lui et sa femme, et les enfants, et tous les autres, et ils ont quitt√© le pays. (140) Et l'un des rois de Sodome, quand il s'est mis √† fuir, il est tomb√© dans le puits de bitume l√†, il est mort. Le bitume, c'est ce qu'ils utilisaient pour fabriquer leurs briques et leur mortier, et ils b√Ętissaient leurs villes avec cela. (141) Juste pour en faire une "pr√©-lecture", vous pourrez lire cela quand vous serez √† la maison. Mais le temps √©tant limit√©, nous devrons nous d√©p√™cher.
E-51 Et le verset 14 : Et d√®s qu'Abraham eut appris que son fr√®re avait √©t√© fait prisonnier... (142) Fr√®re, j'aime √ßa, "son fr√®re", regardez ce que Lot lui avait fait! Mais cependant, il y avait une sorte de lien qui les liait, m√™me si le fr√®re avait r√©trograd√©. C'est comme le jeune homme a dit il y a quelque temps, ce jeune ministre ici, qu'il avait r√©trograd√© et s'√©tait √©gar√©. Cependant, d'une fa√ßon ou d'une autre, le Saint-Esprit appelle toujours cette personne. Quand elle conna√ģt des ennuis, Il est juste l√† avec elle. ...le fr√®re d'Abraham avait √©t√© fait prisonnier et Abraham arma 318 de ses plus braves, (et il les amena sur son...) n√©s dans sa maison, et il poursuivit les rois jusqu'√† Dan. Et il divisa sa troupe, pour les attaquer de nuit, lui et ses serviteurs ; et il les battit et les poursuivit jusqu'√† Choba, l√† sur la gauche, vers Damas.
E-52 (143) Abraham prit tous ses serviteurs, et arma les hommes... Pensez un instant à cet homme qui était pauvre, à son départ du pays, là en Chaldée, d'Ur, il avait comme serviteurs 318 hommes armés. Vous dites que Dieu ne bénit pas? "318." Vous dites : "Eh bien, est-ce vrai?" (144) C'est ce que les Ecritures déclarent. Il avait assez de serviteurs pour mener une bataille contre une armée. Et il vainquit! Remarquez : "Et il ramena..." Il les poursuivit et récupéra tout ce qu'ils avaient. Et il a ramené tous les biens, et il a aussi ramené son frère Lot et ses biens, ainsi que les femmes, et le peuple. Après qu'Abraham fut revenu vainqueur... et des rois... de - de la vallée... vallée du roi. Et le roi de Sodome alla à sa rencontre, lorsqu'il revenait du massacre... et les rois... de - de la vallée... et la vallée du roi. Et Melchisédek, le roi de Salem, fit apporter du pain et du vin, et qu'Il lui donna : Il était le sacrificateur du Dieu Très Haut.
E-53 (145) Apr√®s que tous ces rois des nations furent venus et eurent d√©port√© son fr√®re, Abraham prit ses serviteurs, les poursuivit, il alla l√† et les captura, il retourna avec eux (et il avait massacr√© les rois), et il a ramen√© les autres. (146) Et remarquez, le roi de Sodome est sorti. Le roi de Gomorrhe √©tait tu√©. Mais le roi de Sodome est sorti, il l'a ramen√© et il a dit: "Voici tous les biens que - que tu as r√©cup√©r√©s, que ces gens avaient emport√©s, je te les donnerai." (147) Plus loin, dans ce chapitre, nous voyons qu'Abraham a dit : "Je ne prendrai m√™me pas un fil, m√™me pas un lacet; afin que tu ne dises pas que tu as enrichi Abraham." (148) Mais la pens√©e que nous aimerions aborder, est juste celle-ci : "Et Melchis√©dek, le Roi de Salem fit apporter du pain et du vin : Il √©tait le sacrificateur du Dieu Tr√®s Haut. Et Il a b√©ni Abraham, disant : B√©ni soit Abraham par le Dieu Tr√®s Haut, Ma√ģtre des cieux et de la terre. Il l'a b√©ni et Il... Et b√©ni soit le Dieu Tr√®s Haut, qui a livr√© tes ennemis entre tes mains. Et Il lui a donn√© la d√ģme de tout."
E-54 (149) J'aime ça. Remarquez maintenant, après qu'Abraham, le tableau spirituel ici, Abraham; "son frère" qui s'était égaré. C'est une image de la véritable Eglise, ou du véritable croyant en Dieu, qui a été béni par Dieu, qui a la promesse de Dieu, qui a l'alliance de Dieu, et qui a la foi dans l'alliance. (150) Maintenant pensez-y. Si vous pouvez compter ici, il y avait environ dix ou quinze rois qui étaient allés là, et probablement, combien de serviteurs avaient-ils? (151) Mais Abraham a compté ce qu'il avait, ceux qui étaient fidèles, ceux qui étaient nés dans sa propre maison. Oh! la la! les fidèles, ceux qui étaient nés dans sa propre maison. C'était ses serviteurs qu'il avait circoncis, qui étaient inclus dans la même promesse que lui. Et il a suivi son frère rétrograde, il l'a poursuivi avec une petite poignée d'hommes, de 318 hommes, pourchassant les rois, et il les a vaincus, il les a capturés et il les a massacrés. Et il a ramené tout ce qui était perdu.
E-55 (152) C'est un parfait tableau de Christ, et de l'Eglise, le Saint-Esprit conduisant les fid√®les n√©s dans la m√™me maison du Saint-Esprit o√Ļ Christ naquit, poursuivant les rebelles et les r√©trogrades. Et Il d√©truit tout mal qui dominait sur eux. Amen! Il vainc le p√©ch√©, mettant de c√īt√© tous les fardeaux, r√©v√©lant aux gens leurs envies et les choses qu'ils font; retranchant cela! Leurs maladies et tout; leur pr√™chant l'Evangile; et les ramenant √† la pleine communion avec Dieu.
E-56 (153) Remarquez bien, et sur son chemin de retour, Melchisédek l'a rencontré. Qui était ce Melchisédek? Et remarquez la première chose, là. Melchisédek ne lui a pas offert de l'argent. Melchisédek lui a tout simplement offert du pain et du vin. Melchisédek était Sacrificateur du Très Haut, le Roi de Jérusalem. (154) Elle était appelée Salem à l'époque. Voici Cruden. Je me suis dit que si cela est remis en question par la suite, je peux le prouver, que Jérusalem, c'était au départ Salem. J-é-r-u-s- -l-e-m, voyez, Salem. Jeru-Salem. Voyez? C'était au départ appelé H-i-r-u-a-m, Hieru-Salem, (c'est vrai), qui autrefois était entre les mains des nations. Oh! j'espère que vous comprenez cela maintenant. Jérusalem était au départ entre les mains des nations. (155) Et le Roi de Jérusalem, ou de Salem, c'est à dire le Roi de paix, le Roi de Justice a rencontré Abraham sur son chemin de retour. Il lui a donné la communion, du pain et du vin, des milliers d'années, ou des centaines d'années avant que le pain et le vin soient des ordonnances dans l'Eglise. Et Il était le Roi de Jérusalem. Amen.
E-57 (156) Qui √©tait ce Grand Homme? Retournons √† notre texte maintenant, le verset 7... ou plut√īt, chapitre 7. "En effet, Melchis√©dek, roi de Salem, sacrificateur du Dieu tr√®s haut..." (157) Il n'√©tait pas seulement un Roi, mais Il √©tait un Sacrificateur. "...qui alla au-devant d'Abraham lorsqu'il revenait de la d√©faite des rois, et le b√©nit;" (158) Les b√©n√©dictions ne viennent que de la personne qui a une position plus √©lev√©e. Suivez. "A qui aussi... Et √† qui aussi Abraham a donn√© la d√ģme de tout, √©tant par interpr√©tation le Roi de la justice,... d'apr√®s... le Roi de Salem, ce qui veut dire le Roi de paix." (159) Qui √©tait ce Grand Homme, l√†, il y a beaucoup d'ann√©es? Qui √©tait-Il? Ecoutez. Lisons un peu plus √† son sujet. "Qui est sans p√®re, sans m√®re,... qui n'a ni commencement de jours ni fin de vie..."
E-58 (160) S'Il n'avait pas de père, s'Il n'avait pas de mère, s'Il n'avait pas de commencement de jours ni de fin de vie, ce Melchisédek existe encore. Est-ce vrai? [L'assemblée dit : "Amen." - N.D.E.] Il a été fait selon l'ordre... Il n'avait ni père, ni mère. "...mais qui est rendu semblable au Fils de Dieu, ce Melchisédek demeure Sacrificateur à perpétuité." (161) Il ne peut pas... Il n'a pas de commencement. Il n'a pas de fin. Il n'a pas de père. Il n'a pas de mère. Pourtant, Il était un Homme, et Il venait de Salem. La paix, Il était le Roi de paix. Il était le Roi de justice. (162) Il n'était pas seulement un Roi, mais Il était un Prince. Et Il est le Prince de la paix. Il est la Rose de Saron. Il est le Lis de la Vallée, l'Etoile du matin, l'Alpha, l'Oméga, Celui qui était, qui est, qui viendra; Il est le Rejeton et la Racine de David. Il était avant David, en David, et après David. (163) Qui était ce Sacrificateur? Nul autre que le Seigneur Jésus-Christ incarné, dans Sa puissance magnifique. C'était la même Personne qui, un peu plus tard, après qu'Il eut rencontré Abraham, qu'Il lui eut donné la communion en tant que peuple de l'alliance... Alors, maintenant, par cette même alliance, nous recevons... et Il était sous forme d'ombre. Ce Melchisédek, quand Il est devenu un Homme de chair, Il a été coupé en morceaux. Et la communion allait être donnée, les fragments de Son corps brisé, comme nous le prenons aujourd'hui.
E-59 (164) L√†, ce Melchis√©dek rencontra Abraham, et Abraham lui paya la d√ģme. Amen. Abraham, le plus grand homme sur la terre a pay√© la d√ģme √† Melchis√©dek : le Roi de paix, le Roi de Salem, le Roi de justice. (165) Et Il √©tait un Prince. Et Il √©tait - Il √©tait un Prince. Il √©tait un Roi. Il √©tait le serviteur du Tr√®s Haut, qui √©tait J√©sus. (166) Et quand Abraham, quelques ann√©es plus tard, ou plut√īt peu de temps apr√®s cela, quand Lot avait r√©trograd√©, et que Sodome avait √©t√© br√Ľl√©e, Abraham √©tait rest√© seul, avec Sara, l√† sur une terre aride, lorsqu'il y avait... leur b√©tail crevait de faim. Et on dirait que Dieu avait failli √† son √©gard. Mais il avait une foi ferme pour croire. (167) Et un jour, assis √† l'entr√©e de sa tente, sous un grand ch√™ne... (Ce grand ch√™ne est toujours l√† aujourd'hui comme un m√©morial, et il a √©t√© br√Ľl√© au sommet, il y a un reste.) Et l√† Abraham, assis √† l'entr√©e de sa tente, a vu Melchis√©dek venir vers lui, trois hommes marchant...
E-60 (168) Et je me représente Abraham, disant : "Je L'avais vu auparavant." Et il s'est approché. Et il a dit : "Laissez-moi juste... venez par ici, mon Seigneur. Permettez que je vous apporte un peu d'eau pour Vos pieds." D'une façon ou d'une autre, là au fond, cet homme de l'alliance, au fond de son coeur, avait reconnu que c'était là Quelqu'un qui était plus qu'un homme. (169) Il a dit : "Nous sommes des étrangers." Il a dit : "Nous venons de l'étranger." Leurs habits couverts étaient de poussière. Oui, Ils venaient de là, loin, de la Gloire. Et ils se sont donc approchés, et Ils ont parlé à Abraham... On leur a apporté un peu d'eau et Ils se sont lavés. Et Abraham s'est mis à les observer. (170) Il s'est discrètement glissé dans la tente et a dit : "Sara, tiens-toi ici une minute." Il a parcouru le troupeau et a pris le veau le plus gras qu'il pouvait trouver. Il l'a tué et l'a ramené. (171) Et il a donné à cet Homme de la viande, du pain, du lait et du beurre. [Espace vide sur la bande - N.D.E.]... manger.
E-61 (172) Eh bien, quand Melchis√©dek, le Roi de Salem, le Sacrificateur du Tr√®s- Haut, le Roi de paix, Qui n'√©tait rien d'autre que la pr√©figuration du Seigneur J√©sus-Christ, quand Il a rencontr√© Abraham, Il nourrit Abraham de la communion, et Il le b√©nit. Et ici, lui, Abraham Le rencontre pendant Son voyage vers Sodome, et il Le nourrit de la viande et du pain. (173) Oh! ne voyez-vous pas le rapport entre ces hommes...? Il a promis... Notre pain et notre eau sont assur√©s, et Dieu fera cela aussi certainement que nous sommes assis ici. Et chaque promesse divine qu'Il a faite, Il est tenu de l'accomplir. (174) Et quand les deux Anges sont all√©s vers Sodome, Abraham s'est tenu l√†. Et il a regard√© partout, en compagnie de cet Homme. Il a dit : "Si j'en trouve autant, alors qu'il continuait √† parler, descendant jusqu'√† dix. Et quand il est parti, alors l'Ange ou plut√īt l'Homme qui se tenait √† c√īt√© de lui, a disparu et n'√©tait plus, par le sacrifice. Et Abraham a dit : "J'ai parl√© face √† face avec le Dieu Tout-Puissant." Melchis√©dek,
E-62 une pr√©figuration, Christ. (175) Oh! mes amis, ce matin, si nous pouvons √īter ce voile-ci, qui est devant nos yeux, sous forme de la chair qui nous a aveugl√©s, d√©chirer ce voile comme ceci, et regardez simplement au-del√† du voile du temps, pour nous demander ce qui arriverait. J'avais l'habitude de chanter ce petit cantique : J'ai la nostalgie et la m√©lancolie, et j'aimerais voir J√©sus. J'aimerais entendre le son de douces cloches du port Oui, si seulement je pouvais Le voir, et regarder au-del√† du rideau de temps, Cela me donnerait mon... cela me donnerait plus de foi, et je ferais tout et le ferais de toute ma force, Si seulement je pouvais regarder au-del√† du rideau du temps. (176) Qui √©tait l√†, dans cette J√©rusalem sur la terre en ce temps-l√† : "qui n'a ni commencement de jours, ni fin d'ann√©es", et qui est apparu et a servi la communion √† Abraham qui avait la promesse? Et la promesse est √©tendue jusqu'√† nous, ce matin. Et elle est pour chacun de vous.
E-63 (177) Nous aurions pu avoir beaucoup de temps ce matin! J'aurais souhaité que nous en passions sur ce grand sujet; peut-être un jour, après que ce voyage sera terminé. (178) Comme je parcours donc les nations, allant dans des pays étrangers et partout, prêcher l'Evangile, permettez-moi de vous confier cette pensée, mes enfants bien-aimés, mes frères et co-ouvriers dans l'Evangile de notre Seigneur Jésus-Christ. Ne soyez pas abattus. Prenez un nouveau courage ce matin. Redressez la tête. Redressez les genoux faibles et les mains faibles qui, autrefois, pendaient. Regardez à l'Auteur et au Consommateur de notre foi, le Seigneur Jésus-Christ, qui nous a donné ces promesses. Ce que j'ai essayé de vous prêcher, par la révélation qui m'a été donnée par le Seigneur Jésus-Christ, bien que je sois ignorant et non instruit, illettré, néanmoins le Dieu Tout-Puissant a exposé cela devant le monde, car c'est infaillible.
E-64 (179) Ce matin il y a des gens assis là qui étaient estropiés, affligés, la semaine passée, et cette semaine ils sont normaux et bien portants. Il y en a là qui étaient des sourds, ils se tenaient ici il y a quelques soirées; ils sont ici maintenant, ils entendent aussi bien que les autres. Qu'est-ce? C'est l'alliance inconditionnelle de Dieu qu'Il avait traitée avec Abraham et sa postérité. Il avait promis qu'Il accomplirait cela, par conséquent, croyons cela ce matin de tout notre coeur. (180) En tant qu'un peuple, certains d'entre nous qui sommes assis ici, des vieux, certains d'entre nous aux cheveux gris; certains d'entre nous..., avant que nous nous rencontrions de nouveau, il y en aura peut-être qui auront traversé le voile. Mais quoi que vous fassiez, quoi que la vie vous réserve, si cela vous réserve des maladies, si cela vous donne n'importe quoi dans le monde, gardez votre ancre derrière le voile. Continuez à regarder à l'Auteur et au Consommateur là, le Seigneur Jésus-Christ. Appelez ces choses qui semblent exister comme si elles étaient.
E-65 (181) Il y a trois éléments qu'un homme recherche. Premièrement, c'est l'élément humain; deuxièmement, c'est la révélation divine; troisièmement, c'est la vision, qui est le AINSI DIT LE SEIGNEUR. Souvent, nous sommes ici en bas, et nous ne montons jamais ici. Si vous n'êtes pas ici en bas, ancrez vos espoirs derrière ce voile, ici dans le AINSI DIT LE SEIGNEUR. Même si vous ne voyez pas de vision, même si la révélation ne vient pas; même si on a prié pour vous, vous dites : "J'aurais souhaité croire." Cela ne change rien. Jetez votre ancre ici en bas et appelez cela ainsi, de toute façon.
E-66 Abraham ne pouvait pas comprendre. Il a dit : "Comment est-ce possible?" (182) Marie ne pouvait pas comprendre. Comment pouvait-elle avoir un enfant sans avoir connu d'homme? (183) Il a dit : "Mais le Saint-Esprit te couvrira de Son ombre. Et Il accomplira cela." (184) Elle a dit : "Voici, je suis la servante du Seigneur, qu'il me soit fait ainsi." Comment cela allait-il se passer? Elle ne le savait pas. Mais elle a jeté l'ancre derrière le voile, et elle s'en est allée, témoignant qu'elle allait avoir un enfant, avant qu'elle ne ressente la vie ni quoi que ce soit. Elle a appelé ces choses qui n'étaient pas, comme si elles étaient.
E-67 (185) Abraham, quand il avait 75 ans, Dieu lui a donn√© la promesse. (Et Sara en avait 65) Il a donn√© la promesse. Et 25 ans s'√©taient √©coul√©s avant qu'elle s'accomplisse. "Mais Abraham ne douta pas par incr√©dulit√© au sujet de la promesse de Dieu, mais il fut fortifi√© par la foi, donnant gloire √† Dieu. Et il a appel√© ces sympt√īmes, et des choses qui √©taient, comme s'ils n'√©taient pas." Et il a t√©moign√© seulement ce que Dieu avait dit, que c'√©tait vrai, parce qu'il avait la promesse.
E-68 (186) Que Dieu soit mis√©ricordieux. Oh! la la! Est-ce que votre foi est ferme ce matin? Quand l'orage souffle, que les nuits sont noires, que les vents soufflent, que les √©clairs jaillissent, est-ce que votre ancre tient ferme? B√Ętissez vos espoirs ce matin uniquement sur le Sang de J√©sus-Christ et Sa justice. Je sais que c'est difficile. Cela semble difficile. Mais prenez cela une fois, et prenez Dieu au Mot, et voyez combien c'est une esp√©rance b√©nie que d'avancer simplement par la foi. (187) Dans cette grande bataille de la foi, que j'ai essay√© de mener, je suis pass√© par des obstacles terribles, je suis pass√© par des chemins difficiles. √áa se voit sur moi. J'en ai eu. Mais cela a √©t√© la chose la plus b√©nie. Je ... Je ne voudrais pas √©changer cela contre quoi que ce soit au monde. (188) Et voici mes plus grandes victoires, les plus grandes r√©jouissances que j'ai eues, c'√©tait quand j'affrontais quelque chose. Je ne pouvais pas voir au-del√† de cela, autour de cela, ni en dessous de cela. Je continue simplement √† avancer vers cela, croyant ceci, que Dieu frayera une voie quand j'arriverai l√†. Je ne suis jamais arriv√© cette ann√©e - aussi loin, n'importe... Durant Tout ce parcours que j'ai effectu√©, je Lui ai fait confiance. Il n'a jamais failli √† mon √©gard. C'est la gr√Ęce qui a enseign√© √† mon coeur √† craindre, C'√©tait la gr√Ęce qui avait √īt√© ma peur; Combien pr√©cieuse a paru cette gr√Ęce Au moment o√Ļ je venais de croire! Et √† travers beaucoup de dangers, pi√®ges et √©preuves, Par o√Ļ je suis d√©j√† pass√©, C'est la gr√Ęce qui m'a amen√© jusqu'ici sain et sauf, C'est la gr√Ęce qui me portera jusqu'au bout Et apr√®s que nous aurons pass√© dix mille ans l√†, brillants comme le soleil; Nous n'aurons pas moins de jours pour Lui chanter des louanges Que nous n'en avions au d√©part.
E-69 (189) Et quand nous nous rassemblerons là, avec Abraham, Isaac et Jacob, des héritiers de la promesse, ceux qui attendaient que nous soyons parfaits, car sans nous, ils ne peuvent pas devenir parfaits... Et combien ils dépendent de nous ce matin! Ne faillissons pas. Gardez votre ancre en Christ.
E-70 (190) Si vous √™tes p√©cheur, vous n'√™tes pas oblig√© de venir √† l'autel. C'est une habitude de faire cela. Mais si vous n'√™tes... vous ne voulez pas venir, et il n'y a pas de place o√Ļ vous pouvez venir, dites : "Seigneur, je rejette toutes les choses du monde maintenant m√™me. Et je me pr√©sente devant Toi, nu et √† d√©couvert, tel que je suis, j'ai honte et c'est une disgr√Ęce pour moi. Mais je jette l'ancre sur Toi. Et je crois en Toi. Il n'y a rien que je puisse faire, sinon ce que Toi Tu as fait pour moi." (191) Si vous √™tes malade et que le m√©decin dise que ce n'est plus du tout possible pour vous d'√™tre en bonne sant√©, que rien ne peut √™tre fait, regardez tout simplement dans ce taber- ... ce petit groupe de gens ce matin-ci, alors que, ceci est une - une petite poign√©e, m√™me pas une fraction de milliers de personnes qui ont √©t√© gu√©ries ces quelques derni√®res semaines, √† travers le monde. (192) De grandes campagnes! Le monde est en effervescence avec les campagnes de gu√©rison divine; des hommes de foi s'en vont l√†, ils osent prendre Dieu au Mot. Les jours des Gentils s'ach√®vent. Ceci est un signe. Regardez cela. N'attendez pas trop longtemps. (193) Les gens avaient attendu trop longtemps pour reconna√ģtre Elie. Et les disciples m√™me ont demand√© : "Pourquoi les scribes disent-ils qu'Elie doit venir premi√®rement?" Il a dit : "Il est d√©j√† venu, et vous ne l'avez pas reconnu." Il a dit : "Qui √©tait-il?" Il a dit : "Jean-Baptiste." Eh bien, ont-ils dit, assur√©ment c'√©tait lui.
E-71 (194) J√©sus est venu, et ils n'ont pas reconnu cela. Apr√®s que les Romains L'eurent crucifi√©, quand il √©tait alors trop tard pour faire quoi que ce soit, Il a dit : "Vraiment c'√©tait le Fils de Dieu." Quoiqu'il soit un malfaiteur, quoiqu'il f√Ľt - quoiqu'on ait crach√© sur Lui, quoi qu'on se soit moqu√© de Lui et qu'on L'ait pers√©cut√©, n√©anmoins Dieu L'a confirm√© par des signes et des prodiges. (195) Aujourd'hui, n'attendons pas trop longtemps. Ceci est la fin de la dispensation des Gentils. Nous arrivons √† la fin. Les nations se disloquent, Isra√ęl se r√©veille, Les signes que la Bible avait pr√©dits; Les jours des Gentils sont compt√©s et encombr√©s d'horreur; Revenez, √ī vous les dispers√©s, vers les v√ītres. Le jour de la R√©demption est proche, Les coeurs des hommes d√©faillent de peur; Soyez remplis de l'Esprit; vos lampes nettoy√©es et claires, Levez les yeux, votre R√©demption est proche!
E-72 (196) Notre P√®re, nous Te remercions ce matin pour cette esp√©rance b√©nie. Oh! un jour glorieux, quand Tu Te tiendras de nouveau sur la terre, on dira : "N'√©tait-il pas √©crit dans les cantiques : 'Votre R√©demption est proche?'" Quand Tu √©tais ici pour la premi√®re fois, Tu as dit : "David n'a-t-il pas √©crit, dans les cantiques ces choses-ci?" (197) Et quand nous pensons √† ce cantique : "Il y aura une rencontre dans les airs", o√Ļ seront tous les proph√®tes, et les rachet√©s, et le petit David, et Mo√Įse, et tous les patriarches. Alors nous dirons : "N'est-il pas √©crit dans le cantique que nous verrons ceci?" Et les rachet√©s des √Ęges se r√©jouiront ensemble. (198) P√®re, pardonne √† chaque rebelle, homme ou femme, jeune gar√ßon ou jeune fille ce matin. Puisse ceci √™tre un nouveau jour dans leur vie, le temps o√Ļ, par la foi, ils acceptent le Seigneur J√©sus comme leur Sauveur personnel et o√Ļ ils sont scell√©s dans le Royaume de Dieu, par le Saint-Esprit.
E-73 (199) Prends ces quelques paroles apport√©es √† la h√Ęte, P√®re, et enfonce-les dans les coeurs des gens, selon leurs besoins. (200) Maintenant, dans quelques instants, les gens passeront par ici pour √™tre gu√©ris. Il y en aura ici, Seigneur, qui sont aveugles, afflig√©s, estropi√©s et malades, toutes sortes de maladies. Satan a fait cette vilaine chose, P√®re. Ces pauvres gens, Seigneur, ils ne viendraient pas ici s'ils ne croyaient pas qu'ils pouvaient √™tre gu√©ris. (201) Tu as dit : "Nous avons vaincu par le Sang de l'Agneau et par notre t√©moignage." Et voici les fils ici sur l'estrade, les b√©quilles et autres entass√©s et emport√©s d'ici; les fauteuils roulants, et oh! les civi√®res ont √©t√© emport√©es d'ici ainsi que des lits. Les hommes et les femmes sont partis d'ici en marchant, Seigneur, lib√©r√©s de toutes sortes de maladies et d'afflictions que Satan avait plac√©es sur eux. Ce n'est pas √† cause du lieu, mais c'est parce que leur foi a satisfait √† Tes exigences ici m√™me.
E-74 (202) Je prie, √ī Dieu, que chaque personne malade ici, que sa foi soit suffisante ce matin, maintenant, pour se rappeler que ce Grand Melchis√©dek qui √©tait l√† autrefois, qui n'a ni commencement de jours, qui n'avait pas de p√®re, pas de m√®re, qui n'avait pas de fin de vie, vit encore aujourd'hui. En ce temps-l√†, Il √©tait incarn√© et √©tait appel√© J√©sus-Christ, Il est devenu chair, Il est mort, Il est retourn√© √† cela de nouveau. Il est toujours le Roi de paix, le Roi de justice, nous promettant ces grandes choses √©ternelles. Lui qui... Dieu a jur√© √† Abraham qu'Il garderait l'alliance, la promesse, √† lui et √† sa post√©rit√©, pour toujours. Aide-nous aujourd'hui √† nous approcher de l'estrade maintenant avec une foi vivante. (203) Certains d'entre eux ici, Seigneur, sont li√©s par de mauvaises habitudes, de vieilles sales habitudes de la chair. √Ē Dieu, comme la Bible le dit : "Rejetons tout fardeau, et tout p√©ch√© qui nous environne si facilement." √Ē Dieu, puissent-ils mettre cela de c√īt√© d'un trait ce matin et qu'ils regardent vers J√©sus qui nous purifie de toute iniquit√©. Accorde-le, P√®re. (204) Et quand nous quitterons aujourd'hui, puissions-nous partir avec un coeur plein d'amour et en nous r√©jouissant. B√©nis cette petite √©glise. B√©nis notre bien-aim√© fr√®re Neville, Seigneur, alors qu'il s'acquitte de son devoir de pasteur, travaillant ici nuit et jour, essayant d'avoir un-un lieu o√Ļ les gens viennent adorer, voir le Seigneur J√©sus-Christ dans la manifestation de Son amour et de Sa puissance.
E-75 (205) B√©nis le service de ce soir, Seigneur. Accorde-nous une grande b√©n√©diction. Et P√®re, nous Te prions maintenant de tirer la gloire de tout. (206) Et un jour, quand toute vie sera termin√©e, que le dernier sermon aura √©t√© pr√™ch√©, la Bible ferm√©e, et que la sonnerie aura retenti, et que les armes auront √©t√© rang√©es, la fum√©e de la bataille aura disparu, le soleil se sera couch√©, alors, P√®re, re√ßois-nous dans Ton Royaume. Puissions-nous venir comme des anciens combattants, couverts des cicatrices. Accorde cela, Seigneur, afin que nous puissions recevoir un nouveau corps, o√Ļ nous n'aurons plus de maladie, o√Ļ nous n'aurons plus de chagrin ni de tristesse. (207) Mais accorde-nous d'√™tre fid√®les dans toutes ces choses, pendant que nous sommes ici sur la terre maintenant, de croire, et d'appeler ces choses qui ne sont pas, qui sont contraires √† la Parole de Dieu, comme si elles √©taient. Car nous le demandons au Nom de J√©sus-Christ. Amen.
E-76 (208) Y a-t-il quelqu'un ici qui voudrait dire : "J'aimerais bien accepter le Seigneur J√©sus-Christ. Je ne l'ai jamais fait auparavant. Je voudrais simplement lever ma main et dire : "Je... en levant ma main, je L'accepte"? Que Dieu vous b√©nisse, soeur. Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re. Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse. C'est... Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re. "Je veux accepter le Seigneur J√©sus-Christ." Que Dieu vous b√©nisse, soeur. Que Dieu vous b√©nisse. Et que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse. C'est bien. (209) Vous pensez qu'Il n'entend pas cela? Il conna√ģt votre coeur. C'est Lui qui vous a dit de faire cela. Quelqu'un d'autre qui dira : "Je - je veux croire maintenant. Je - je dis maintenant : 'Seigneur, je veux T'accepter maintenant m√™me. Je veux que mon ancre tienne ferme, l√† derri√®re le voile, en sorte qu'il ne bougera jamais. Je T'accepte comme mon Sauveur.'" Voudriez-vous lever la main, quelqu'un d'autre? Que Dieu vous b√©nisse. [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Quoi donc? Quand le grand Livre sera ouvert, quoi donc? Quand ceux qui rejettent ce Message aujourd'hui, On leur demandera la raison - quoi donc? (210) Puisse le Seigneur vous b√©nir maintenant. Comme vous allez avoir... Pour combien ici doit-on prier, qui sont malades? Faites voir les mains, n'importe o√Ļ dans le b√Ętiment, ceux qui sont malades.

En haut