ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Christ / 55-0221 / Phoenix, Arizona, USA // SHP 1 heure et 36 minutes PDF

Christ

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Les gens ne voulaient pas acheter ses chansons, ils... Et un jour, aprĂšs avoir Ă©tĂ© harcelĂ©, il s’est affalĂ© dans son fauteuil, prĂšs de son bureau, et il a Ă©crit le cantique inaugural de la Seconde Venue du Seigneur JĂ©sus, quand il a Ă©crit:
Acclamez tous le Nom de JĂ©sus!
Que les anges se prosternent;
Apportez le diadĂšme royal
Et couronnez-Le Seigneur de tous.
Et quel merveilleux cantique! Combien ces poÚtes et ces compositeurs qui ont écrit ceci étaient inspirés par Dieu! William Cowper a écrit:
Il y a une fontaine remplie de Sang,
TirĂ© de veines d’Emmanuel,
Les pécheurs plongés dans ce flot,
Perdent toute tache de leur culpabilité
Le voleur mourant s’est rĂ©joui de voir
Cette fontaine en son jour;
LĂ  moi aussi, bien que vil comme lui,
Puissé-je laver tous mes péchés.
(Oh! la la! n’est-ce pas merveilleux? J’aime ce couplet.)
Depuis que j’ai vu ce courant par la foi,
Que Tes blessures ravitaillent,
L’amour rĂ©dempteur a Ă©tĂ© mon thĂšme,
Et le sera jusqu’à ce que je meure.
Puis dans un chant noble et doux,
Je chanterai Ta puissance salvatrice,
Lorsque cette pauvre langue zézayante et balbutiante
Reposera silencieuse dans la tombe.
E-2 Oh! la la! JĂ©sus, lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, Il a citĂ© les cantiques de David. Comment David, sous l’inspiration a Ă©crit ces cantiques, qui Ă©taient des prophĂ©ties.
Vous savez, j’ai toujours... le genre de personne timide. Ça c’est un petit quelque chose qui est en moi. Ce lundi soir, nous pouvons donc simplement nous dĂ©tendre et bavarder pendant un moment.
Lorsque j’ai vu pour la premiĂšre fois les gens du Plein Evangile, je les ai entendus taper des mains. Et–et je me suis dit en tant que baptiste: «Eh bien, ils ont certainement quelques membres de l’église, qui ne–ou des gens de haut rang de toute façon.» Je me suis dit: «Oh! la la! c’est terrible.» Et puis, le comble de tout, voilĂ  que dans la salle quelqu’un s’est mis Ă  danser, faisant des va-et-vient dans la salle. Oh! la la! je ne comprenais pas.
E-3 Un soir je tenais une rĂ©union dans mon tabernacle, et on avait une veillĂ©e du nouvel an au tabernacle. Et j’enseignais sur la Seconde Venue de Christ. Et j’avais un tableau noir lĂ , et je dessinais cela du mieux que je pouvais, comment Il va–va–Il va descendre afin que nous puissions monter dans la Gloire. Et il y avait (Je marque une petite pause), et les gens chantaient quelques cantiques pendant que je me reposais, car j’avais donnĂ© un enseignement pendant environ quatre heures et demie d’affilĂ©e. Et les gens chantaient des cantiques spĂ©ciaux. Et il y avait des gens qui Ă©taient venus de Louisville, des gens du Plein Evangile. Et ils ont dit qu’ils avaient un cantique spĂ©cial. Des jeunes filles qui voulaient battre de petites boĂźtes en Ă©tain et tout, et elles avaient une planche Ă  laver avec des dĂ©s Ă  coudre dessus, ou plutĂŽt aux doigts. Et elles jouaient de cette planche Ă  laver, je crois que vous en avez dĂ©jĂ  vu l’association. Et l’une d’elles allait jouer le piano. Et elles se sont mises Ă  jouer ce cantique: «Il y aura une rencontre dans les airs bientĂŽt, et trĂšs bientĂŽt. C’est le Fils de Dieu qui conduira cette rencontre dans les airs.» Oh! la la!
E-4 Et cette jeune fille devint trĂšs pĂąle autour de la bouche, et elle s’est mise Ă  jouer le piano. Je crois que si ce piano avait trois claviers, elle les aurait tous jouĂ©s. Je n’avais jamais vu de ma vie une telle maniĂšre de jouer, et cette demoiselle-lĂ  qui avait la planche tapait de ces dĂ©s Ă  coudre. Et une jeune soeur blonde, qui avait environ cette taille, s’est levĂ©e d’un bond dans la salle, et s’est mise Ă  danser.
Et j’étais assis juste lĂ  dans mon tabernacle, une Ă©glise baptiste. Et je me suis dit: «Oh! la la! ça y est!» Et je me suis dit: «Maintenant, comment... Pourquoi doivent-elles faire cela?» Alors je–j’ai attendu, j’ai regardĂ© les gens tout autour, et ils m’ont regardĂ©, et j’ai regardĂ© autour de moi. Je me suis dit: «Je suis un fondamentaliste, on ne peut pas me montrer cela dans la Bible.» Et je me suis dit: «Oh! la la! c’est...» Il y a simplement bien des choses lĂ -dedans que beaucoup de nous fondamentalistes ignorons; c’est tout.
E-5 Alors, j’ai regardĂ© autour de moi et je me suis dit: «Oh! la la! d’oĂč est venue la danse?»
Et j’étais assis lĂ  dans le fauteuil du mĂ©pris, bien sĂ»r, vous savez, alors... sans dire un mot. Je craignais de dire quelque chose, parce que je craignais qu’elles aient raison et que moi, j’aie tort. Alors, je–j’ai simplement laissĂ© cela aller comme cela. Alors je me suis dit: «Eh bien, n’est-ce pas terrible quand mĂȘme, juste ici dans mon tabernacle?» Et cette demoiselle Ă©tait lĂ , simplement les yeux fermĂ©s, dansant simplement autour... Bien vite, une autre s’est levĂ©e et s’est mise Ă  danser. Et je me suis dit: «Oh! la la!»
Ainsi donc, j’ai commencĂ© Ă  me rĂ©pĂ©ter dans mon esprit que dans la Bible les gens avaient dansĂ©. Et je me suis dit: «Lorsqu’ils ont dansĂ©, de quoi s’agissait-il?» Il est parlĂ© de la danse quand ils ont... Pharaon poursuivait IsraĂ«l, et tous les ennemis ont Ă©tĂ© noyĂ©s. Myriam a pris un tambourin, elle s’est mise Ă  battre du tambourin, et s’est mise Ă  danser, et toutes les filles d’IsraĂ«l lui ont emboĂźtĂ© le pas, en dansant. Je me suis dit: «Eh bien, lĂ  ils avaient la victoire.»
E-6 Et j’ai lu lĂ  oĂč David, alors que l’arche de l’alliance avait Ă©tĂ© longtemps absente, lorsqu’elle est retournĂ©e, eh bien, il Ă©tait tellement heureux qu’il s’est mis Ă  danser. Il avait la victoire. Sa chĂ©rie s’est moquĂ©e de lui, elle s’est en quelque sorte moquĂ©e de lui. Il a dit: «Eh bien, tu n’aimes pas ça, regarde ceci.» Et il s’est mis Ă  danser lĂ , et il s’est remis Ă  danser lĂ  tout autour. Et je me suis dit: «Eh bien, elle s’est tenue lĂ  et s’est moquĂ©e de lui, et Dieu l’a maudite. Et Il a dit: ‘David, tu es un homme selon Mon coeur.’»
Eh bien, je me suis dit: «Le seul problĂšme chez moi, je n’ai pas assez de victoires peut-ĂȘtre.» Et quelques minutes aprĂšs, quelque chose s’est produit. Eh bien, ceci pourrait vous choquer. Lorsque je suis revenu Ă  moi, j’étais lĂ  sur le plancher en train de danser aux cĂŽtĂ©s de cette jeune fille, c’est vrai. Et la chose mĂȘme que je pensais que je ne devrais pas faire, c’est ce que j’ai fait. Et pendant que j’étais... Je n’avais jamais Ă©tĂ© sur une piste de danse dans ma vie, mais je pense que j’avais vraiment dansĂ©. Ce n’était pas... Je me suis certainement senti trĂšs bien. J’ai remportĂ© beaucoup de victoires aprĂšs cela. Ainsi cela–c’était donc trĂšs bien, je pense.
E-7 Ainsi Dieu est dans la musique. Ne croyez-vous pas que Dieu est dans la musique? Certainement. Dieu est dans la musique, et Il est dans l’art; et–et Dieu est dans le–dans l’univers. Il est dans Ses crĂ©atures, Il est dans l’Eglise, et Il est dans Sa crĂ©ation; et Il est dans l’univers; Dieu est partout, tout simplement partout. Il est ici dans la salle Shriner maintenant mĂȘme ce soir, bien prĂ©sent. Dieu est partout. Je me demande parfois s’Il pourrait simplement ĂŽter ces brumes de nos yeux, de sorte que notre vue soit assez rapide pour capter Sa PrĂ©sence dans cette salle.
Vous savez, il y a toutes sortes de choses qui traversent cette salle. Le savez-vous? Il y a des messages radio qui traversent cet endroit. Il y a des images de la télévision qui traversent votre corps. Est-ce juste? Mais votre oeil ne peut pas capter cela. Voyez-vous? Mais cela traverse de toute façon.
Ainsi, quand nous aussi nous sommes une station magnĂ©tique du Saint-Esprit, alors Dieu envoie Son message depuis la Gloire, nous pouvons capter cela (Voyez?), nous saisissons simplement cela. Et c’est–c’est merveilleux, n’est-ce pas? Certainement.
E-8 Bon, nous voudrions nous entretenir un petit peu ce soir sur le passage des Ecritures qui se trouve dans Nombres, chapitre 19. Je souhaite lire juste un petit passage de la Parole avant d’appeler la ligne de priĂšre. Et chaque soir, c’est quelque chose de diffĂ©rent quand nous essayons d’avoir un petit sermon miniature, pour ainsi dire, ou quand nous parlons, avant le service. D’habitude, l’orateur, l’organisateur, ou l’un d’eux, tient ce service, et moi, je viens juste prier pour les malades.
Mais chaque soir je veille, et je me demande ce que le Saint-Esprit va me conduire à faire avant que je fasse quoi que ce soit. Je viens simplement–simplement en priant, et je me tiens simplement ici, je lis et je parle un peu, ou fais tout ce qu’Il me dit de faire.
Nombres 19:
L’Eternel parla à Moïse et à Aaron, et dit:
Voici ce qui est ordonnĂ© par la loi que l’Eternel a prescrite, en disant: Parle aux enfants d’IsraĂ«l, et qu’ils t’amĂšnent une vache rousse, sans tache, sans dĂ©faut corporel, et qui n’ait point portĂ© le joug.
Vous la remettrez au sacrificateur ElĂ©azar, qui la fera sortir du camp, et on l’égorgera devant lui.
Le sacrificateur ElĂ©azar prendra du sang de la vache avec le doigt, et il l’appliquera–(plutĂŽt) en fera sept fois l’aspersion sur le devant de la tente d’assignation.
Maintenant, pour gagner du temps prenons le verset 9.
Un homme pur recueillera la cendre de la vache, et la dĂ©posera hors du camp, dans un lieu pur; on la conservera pour l’assemblĂ©e des enfants d’IsraĂ«l, afin d’en faire l’eau de purification. C’est une eau expiatoire.
Que le Seigneur ajoute Ses bénédictions à la Parole.
E-9 Maintenant, ce soir nous parlons de Christ. C’est tout ce que je sais. Il y a quelque temps (ou plutĂŽt c’est tout ce que je dĂ©sire connaĂźtre)... J’étais en compagnie de mon fils, et je–nous Ă©tions Ă  Wood River, dans l’Illinois. Et je venais de quitter la rĂ©union, j’étais lĂ  depuis quelques soirĂ©es; j’avais une merveilleuse assistance; des milliers de gens Ă©taient rĂ©unis. Et le Seigneur Ă©tait Ă  l’oeuvre, sauvant les gens. Et Il guĂ©rissait les malades, et de la maniĂšre dont le Seigneur le fait dans Sa misĂ©ricorde.
Et aprĂšs la rĂ©union (je n’avais pas mangĂ© depuis ce matin-lĂ ), alors Billy a dit: «Papa, allons chercher quelque chose Ă  manger.» Il a dit: «Moi aussi je meurs de faim.» Alors nous sommes entrĂ©s dans un petit restaurant, et il y avait un match de baseball ou quelque chose comme cela qui se dĂ©roulait dans la ville. Nous Ă©tions lĂ  Ă  Granite City, oĂč nous logions. Et alors, les gens... Et tous les adolescents Ă©taient lĂ -bas, de tout petits gamins, vous savez, d’à peu prĂšs cette taille, qui dansaient autour et couraient partout, non ils ne dansaient pas. Il y avait une de ces boĂźtes Ă  boucan lĂ  au coin, vous savez, lĂ  avec tout ce tapage.
E-10 Je dĂ©teste manger dans un lieu oĂč il y a ce genre de truc qui joue. Je ne... Ma nourriture ne me fait aucun bien. Ainsi quelqu’un y avait introduit un–un morceau, et ils jouaient cela, et je mangeais.
Evidemment, Billy n’est qu’un adolescent, vous savez, il a dit: «Papa, n’est-ce pas une belle chanson?»
J’ai dit: «Quelle chanson?» Je–je ne savais pas. Je–je m’étais simplement isolĂ© par rapport Ă  cela. Je ne voulais pas Ă©couter ça.
Et il a dit: «Tu sais, papa, a-t-il dit, tu Ă©tudies tellement la Bible, et tu pries tellement que la seule chose Ă  laquelle tu penses, c’est JĂ©sus-Christ.»
J’ai dit: «Merci, chĂ©ri, j’apprĂ©cie certainement cela.»
Il a dit: «C’est tout ce que tu as Ă  l’esprit.»
J’ai dit: «C’est pourtant tout ce que je veux avoir Ă  l’esprit: le Seigneur JĂ©sus.»
E-11 Quelqu’un m’a dit: «Vous Le vantez trop.» Non, je ne peux pas trop Le vanter. Non. Il est digne de plus de louange et de gloire que ce que n’importe quel ĂȘtre humain peut Lui donner. Les lĂšvres mortelles ne pourront jamais Lui exprimer la gratitude et la reconnaissance que nous avons pour Lui.
E-12 Comme tout l’Ancien Testament Ă©tait–toutes les lois de l’Ancien Testament Ă©taient l’ombre du Nouveau Testament, n’étant donc pas instruit, et je suis plus un typologue... Je–je ne suis pas un–un Ă©rudit. Alors moi, sachant que je n’ai aucun moyen de savoir comment prononcer les grands mots grecs et hĂ©breux, comme les autres frĂšres qui connaissent ces choses, je prends tout simplement ces choses anciennes comme des types ou des ombres. Et si je vois l’apparence qu’a une ombre ou une chose quelconque, j’aurai une trĂšs bonne idĂ©e de ce Ă  quoi ressemblera la chose rĂ©elle, lorsqu’elle apparaĂźtra.
E-13 Si le–si je vois mon ombre sur le mur, je peux trĂšs bien savoir Ă  quoi je ressemblerai lorsque le nĂ©gatif et le positif se rĂ©uniront. Ainsi, tout l’Ancien Testament Ă©tait l’ombre du Nouveau.
Bon, ici les enfants d’IsraĂ«l Ă©taient en voyage, ils quittaient le–l’Egypte pour aller dans la Terre promise, Dieu avait promis de pourvoir Ă  tous leurs besoins dans leur voyage. C’était en soi un type de l’Eglise d’aujourd’hui, qui sort de l’Egypte, du chaos, qui voyage vers la Terre promise. Ne croyez-vous pas que nous avons une Terre promise? Nous en avons certainement une. JĂ©sus a dit: «Il y a plusieurs demeures dans la maison de Mon PĂšre. Si cela n’était pas, Je vous l’aurais dit. Mais Je vais vous prĂ©parer une place, et Je reviendrai vous prendre avec Moi, afin que lĂ  oĂč Je suis, vous y soyez aussi.» Cela rĂšgle la question pour moi. Il y a une demeure; il y a un endroit, et c’est lĂ  que nous allons. C’est tout.
E-14 Nous sommes maintenant dans un pĂšlerinage, nous errons dans le dĂ©sert, dans nos diffĂ©rentes haltes, comme les enfants d’IsraĂ«l ont aussi voyagĂ©. Maintenant, et comme ils allaient, un Ange leur a Ă©tĂ© donnĂ© pour les conduire, ou pour les amener Ă  cet endroit que Dieu avait promis. Ils voyaient cet Ange de leurs yeux naturels, Lequel Ă©tait une Colonne de Feu qui les conduisait Ă  travers le dĂ©sert. Dieu nous a donnĂ© la mĂȘme Colonne de Feu, qui n’est rien d’autre que... Qui? Qu’était cette Colonne de Feu? Qu’était cet Ange-lĂ ? Chaque Ă©rudit ici prĂ©sent, ou n’importe lequel de ces frĂšres, ou vous les hommes instruits qui ĂȘtes lĂ , vous savez que cet Ange de l’alliance c’était Christ Lui-mĂȘme. Certainement.
MoĂŻse a abandonnĂ© l’Egypte, regardant les richesses de Christ comme un trĂ©sor plus grand que les richesses de l’Egypte. Donc Christ dans le dĂ©sert avec les enfants d’IsraĂ«l... Et c’était une Colonne de Feu. Et nous avons la mĂȘme chose avec nous aujourd’hui, cela a mĂȘme Ă©tĂ© prouvĂ© scientifiquement, c’est la mĂȘme chose qui conduit l’Eglise aujourd’hui.
E-15 Maintenant, ici, pour qu’ils aient un moyen d’approcher Christ, Dieu leur a donnĂ© une eau de sĂ©paration, afin qu’un croyant qui, dans son voyage, Ă©tait en dehors de la communion, puisse avoir un moyen de s’approcher et de rentrer dans la communion. Et c’est le type que nous lisons ici dans les Ecritures.
Maintenant, remarquez que la premiĂšre chose qu’on devait apporter c’était une gĂ©nisse, laquelle est une bĂȘte de somme, ou un–un animal de sacrifice. Et cette gĂ©nisse Ă©tait un animal de sacrifice, une jeune gĂ©nisse.
Lorsqu’Il a donnĂ© Ă  Abraham la confirmation de l’alliance, Il a exigĂ© une gĂ©nisse de trois ans, un sacrifice, qui reprĂ©sentait Christ. Or, cette gĂ©nisse devait ĂȘtre une gĂ©nisse distinguĂ©e, ou plutĂŽt une gĂ©nisse particuliĂšre. Ça devait ĂȘtre une gĂ©nisse de couleur rousse, sans tache. Eh bien, toutes ces choses avaient une signification pour eux. Cela avait une signification. Chaque petit dĂ©tail avait une signification.
E-16 Oh! combien nous aimerions tout simplement nous rassembler une fois pendant toutes les vacances d’hiver, et prendre simplement l’Ancien Testament et l’enseigner vraiment, toutes ces petites choses. Je vous assure, nous–nous passerons des moments merveilleux. Nous en tenir juste Ă  la Parole, L’enseigner, montrer les types et tout, Ă  dĂ©nicher ces vieilles pĂ©pites et les polir, juste pour voir comment–ce qu’elles sont rĂ©ellement...
Ce qu’elles signifiaient dans le type pour ces gens, ce qu’elles devraient signifier pour nous dans l’antitype. Ce qu’eux en ont fait lĂ  sous la loi, que pourrions-nous faire sous cela–avec cela aujourd’hui, sous le baptĂȘme du Saint-Esprit? Voyez? Si eux avaient l’ombre, nous, nous avons le positif. Voyez-vous? Eux avaient le nĂ©gatif; nous, nous avons le positif. Eux avaient la photo en nĂ©gatif; nous, nous l’avons en positif, aprĂšs qu’elle a Ă©tĂ© dĂ©veloppĂ©e au Calvaire. Amen. Et nous sommes allĂ©s au Calvaire avec l’Agneau.
E-17 Avez-vous remarquĂ©? Abel, lorsqu’il a offert le sacrifice plus excellent (par lequel Dieu a tĂ©moignĂ© qu’il Ă©tait juste), Abel a tuĂ© son agneau sur le rocher, et Abel est mort sur le mĂȘme rocher que son agneau.
Et chaque croyant qui vient Ă  Christ doit venir Ă  la mĂȘme croix du renoncement Ă  soi, et mourir lĂ  avec l’Agneau, avec son Agneau. Mourir Ă  ses propres pensĂ©es; mourez Ă  votre propre raisonnement intellectuel. Prenez juste ce que le Saint-Esprit dit dans votre coeur, ensuite vivez pour Christ.
E-18 Eh bien, pour nous le rouge–le rouge est une couleur qui reprĂ©sente le danger. Mais le rouge, c’est aussi la couleur de la rĂ©demption. La RĂ©demption vient par le Sang. Et Dieu a tĂ©moignĂ© que le Sang est, Ă©tait, et sera toujours l’unique source de la rĂ©demption. Tout du long depuis l’Eden, tout au long des Ecritures, c’est le Sang. Sans effusion de Sang, il n’y a point de pardon du pĂ©chĂ©. Dans le Sang...
E-19 Tenez, il n’y a pas longtemps, tout rĂ©cemment, dans une trĂšs grande dĂ©nomination bien connue, on a pris le recueil de cantiques et on a dit: «Nous allons retirer tous les cantiques qui se rapportent au Sang. Nous ne voulons pas d’une religion abattoir.»
FrĂšre, sans effusion de Sang, il n’y a point de pardon des pĂ©chĂ©s. Retirez le Sang, et il ne vous restera qu’un credo froid et formaliste. La vie se trouve dans le sang. C’est juste. La vie vient du sang, et le sang vient du sexe mĂąle, exactement.
E-20 L’oiseau femelle peut pondre un oeuf, mais si elle n’a pas Ă©tĂ© avec le mĂąle, cet oeuf n’éclora jamais, parce qu’il–il n’est pas fĂ©condĂ©. Cela n’a pas de cellule de sang. La poule peut pondre un oeuf, mais celui-ci n’éclora pas. La vieille mĂšre oiseau peut pondre tout un nid d’oeufs, et elle peut les rĂ©chauffer, les couver, et rester sur le nid jusqu’à ĂȘtre si faible qu’elle ne pourrait mĂȘme plus quitter le nid. Mais si elle n’a pas Ă©tĂ© avec le mĂąle, ces oeufs n’écloront jamais. Ils ne pourront pas Ă©clore. Il n’y a rien dedans pour les faire Ă©clore.
E-21 C’est comme certaines de nos vieilles Ă©glises froides et formalistes. C’est juste. Nous avons un grand nid plein d’oeufs, qui restent juste lĂ  et pourrissent. C’est tout ce qu’il en est. Ils n’ont jamais Ă©tĂ© avec le MĂąle; ils ignorent ce qu’est le Saint-Esprit. Vous n’arriverez jamais Ă  leur faire croire la guĂ©rison divine; ils ne le peuvent pas. Ils restent simplement lĂ  et pourrissent. C’est juste. Ce qu’il nous faut aujourd’hui, c’est un nettoyage du nid, et que l’on recommence de nouveau, je pense. A ce moment-lĂ , un rĂ©veil aura un sens. Amen. Je ne le dis pas pour plaisanter, parce que ce n’est pas une plaisanterie. Ici ce n’est pas un endroit pour plaisanter. Le problĂšme Ă  la chaire aujourd’hui, nous avons trop d’évangĂ©lisations Ă  la Hollywood, c’est juste des plaisanteries et un tas d’histoires dans lesquelles il n’y a point d’Evangile.
E-22 Oui. Mais ça, ce que je voulais dire par lĂ , c’est que le genre d’oiseau dans le nid, peu importe... Vous pouvez le traiter comme il faut; vous pouvez le visiter chaque jour, et vous pouvez en faire un diacre de l’église ou n’importe quoi, s’il n’y a pas de Vie ici dedans, il restera toujours un pĂ©cheur. Peu m’importe s’il est un prĂ©dicateur, il est toujours un pĂ©cheur. C’est juste. Eh bien... L’homme ne peut pas ĂȘtre–voir Christ jusqu’à ce qu’il naisse de nouveau. Et il naĂźt d’eau et de Sang.
Juste comme vous le voyez dans la naissance naturelle... Qu’est-ce qui constitue la naissance naturelle, dans la naissance naturelle d’un bĂ©bĂ©? D’abord il y a l’eau, ensuite le sang, et enfin la vie.
Et c’est la mĂȘme chose dans la naissance spirituelle. Car du Corps de Christ sont sortis l’eau, le sang, et l’Esprit. Voyez-vous ce que je veux dire? Nous devons avoir ces Ă©lĂ©ments. Et nous devons mourir Ă  nous-mĂȘmes pour naĂźtre de nouveau. Ainsi la rĂ©demption vient par le Sang. Maintenant, tout du long, de la GenĂšse Ă  l’Apocalypse, il y a une raie rouge de la rĂ©demption, tout au travers de la Bible.
E-23 C’est comme ça que la maison de Rahab la prostituĂ©e est restĂ©e debout sur les murailles de JĂ©richo, alors que toutes les autres sont tombĂ©es, parce qu’il y avait un fil Ă©carlate qui pendait Ă  l’extĂ©rieur. Et Dieu a honorĂ© cette raie Ă©carlate.
C’est ce qui a Ă©pargnĂ© les enfants d’IsraĂ«l de la mort en Egypte, les fils aĂźnĂ©s, parce que le sang avait Ă©tĂ© appliquĂ© sur la porte lorsque l’Ange de la mort passait.
C’est ce qui a fait que l’Eglise aujourd’hui, dans ce dernier flĂ©au, la mort... L’Eglise est la seule chose qui vivra aujourd’hui, et qui n’entrera pas dans l’universalisme et tout, et dans cet Ă©vangile moderne, social; ce sont ceux qui ont appliquĂ© le sang sur le linteau de la porte ici Ă  l’extĂ©rieur, le Sang du Seigneur JĂ©sus-Christ: ceux qui sont nĂ©s de nouveau. Ils connaissent leur position, s’ils sont rĂ©ellement nĂ©s de nouveau. Ils ne se laisseront pas placer sous le joug de n’importe quelle doctrine, et ĂȘtre ballottĂ©s ici et lĂ , Ă  tout culte. Ils connaissent leur position: en Christ, par le Sang.
E-24 Remarquez. La gĂ©nisse devait ĂȘtre rousse. Et le rouge est le signe du danger; cependant, le rouge est le signe de la rĂ©demption. Et avez-vous dĂ©jĂ  remarquĂ© que dans la Bible nos pĂ©chĂ©s sont reprĂ©sentĂ©s comme Ă©tant Ă©carlates, rouges. Alors pourquoi le rouge... Tout... C’est comme ma mĂšre avait coutume de dire, ce vieux dicton qui dit: «Le poil du chien calme la morsure.»
E-25 Lorsque Christ, dans l’Ancien Testament a Ă©tĂ© reprĂ©sentĂ© sous la forme d’un serpent... Pourquoi le Seigneur JĂ©sus-Christ est-Il reprĂ©sentĂ© par un serpent? Parce que cela–le serpent reprĂ©sentait le pĂ©chĂ©, et Christ a Ă©tĂ© fait pĂ©chĂ© pour ĂŽter le pĂ©chĂ©. Voyez-vous cela? Il a Ă©tĂ© fait pĂ©chĂ© pour ĂŽter le pĂ©chĂ©. Le serpent reprĂ©sentait le pĂ©chĂ© dĂ©jĂ  jugĂ© dans le jardin d’Eden. C’était le serpent sur la perche.
E-26 Et maintenant, le–la preuve scientifique montre que si vous prenez un morceau de tissu rouge ou un verre rouge et que vous regardiez un objet rouge Ă  travers ce verre, cela ne paraĂźt pas rouge. Le rouge vu Ă  travers le rouge paraĂźt blanc. Voyez-vous cela? Le rouge Ă  travers le rouge... Alors, si le Sang rouge de Christ... Quand Dieu regarde Ă  travers le Sang de Christ qui est le Sang rouge, qu’Il nous regarde comme des pĂ©cheurs rouges, cela devient blanc. Amen. C’est pourquoi nos pĂ©chĂ©s sont pardonnĂ©s. Une fois que ce Sang de JĂ©sus-Christ est appliquĂ© au coeur humain, il est sous le Sang et rachetĂ© par l’Agneau. «Il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont en JĂ©sus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l’Esprit.» Romains 8.1.
E-27 Remarquez. Cette gĂ©nisse devait ĂȘtre rousse. Et alors, elle ne devait avoir jamais portĂ© de joug sur le cou. Oh! cela a aussi une grande signification. J’aurais souhaitĂ© avoir le temps d’aborder tout ceci, mais nous n’en avons pas. Mais le joug signifiait que Christ n’était sous aucun joug sur cette terre. Il n’était sous le joug d’aucune affiliation ni d’aucune organisation. Il Ă©tait libre d’aller lĂ  oĂč le Seigneur Le conduisait.
«Ne vous laissez pas mettre sous le joug de la servitude. Ne vous mettez pas sous un mĂȘme joug avec les incrĂ©dules; soyez sĂ©parĂ©s.» Christ est sous un seul joug, c’est Son Eglise, Laquelle n’est pas une organisation terrestre, mais un groupe des gens nĂ©s du Ciel, qui sont rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©s par le Sang de Son propre sacrifice. Car Il n’était sous aucun joug de cette terre, et Son Eglise non plus: Elle est libre, Elle n’est sous aucun joug. Mais ils sont libres et sous le joug de Christ.
Maintenant, elle ne devait avoir jamais portĂ© le joug sur le cou, un trĂšs beau type de Christ. Et maintenant, voici une chose qui est trĂšs remarquable. Elle devait ĂȘtre tuĂ©e en prĂ©sence du souverain sacrificateur. C’est encore un type de Christ, car CaĂŻphe a dĂ» ĂȘtre tĂ©moin de Sa mort. Et elle devait ĂȘtre tuĂ©e hors du camp. Voyez-vous? On l’amenait hors du camp et on la tuait. Et Christ est mort hors du camp, Il a Ă©tĂ© tuĂ© en prĂ©sence du souverain sacrificateur qui Ă©tait un tĂ©moin, comme un tĂ©moignage public.
E-28 Oh! comme ces choses sont merveilleuses! Si nous pouvons... Laissons simplement cela pĂ©nĂ©trer profondĂ©ment. Et plus vous laissez cela pĂ©nĂ©trer en vous, plus cela ira profondĂ©ment, et plus vous serez enracinĂ© et fondĂ© dans le Seigneur JĂ©sus. Toutes ces ombres et ces types (Voyez-vous?); en effet, toutes se rassemblent et aboutissement carrĂ©ment Ă  chaque individu qui est un croyant dans le monde aujourd’hui. Ils sont libres au possible.
E-29 Maintenant, elle Ă©tait tuĂ©e hors du camp. Et ElĂ©azar devait assister au–à sa mise Ă  mort. Et ensuite, lorsqu’elle Ă©tait morte, il devait prendre le sang, et faire sept raies sur la porte du tabernacle, montrant que c’était un tĂ©moignage public devant les gens qu’un substitut innocent Ă©tait mort pour une victime coupable, un tĂ©moignage public pour toute personne qui passait par lĂ , pour qu’ils comprennent qu’ils venaient sous le sang d’un substitut innocent pour leurs pĂ©chĂ©s. Ensuite, aprĂšs qu’elle Ă©tait brĂ»lĂ©e, ses cendres devaient ĂȘtre recueillies et placĂ©es dans un endroit pur Ă  l’extĂ©rieur (Remarquez.), Ă  l’extĂ©rieur du tabernacle, dans un endroit pur. Un endroit pur, car c’était une eau de sĂ©paration ou de purification du pĂ©chĂ©.
Eh bien, vous ne pouvez pas traiter du pĂ©chĂ© sans traiter de la maladie. La maladie est la consĂ©quence du pĂ©chĂ©. Avant que nous ayons la maladie, nous n’avions pas de pĂ©chĂ©. Mais lorsque le pĂ©chĂ© est entrĂ©, la maladie a suivi. Et comment une personne qui prĂȘche l’Evangile peut traiter du salut sans traiter de la guĂ©rison? Elle peut voir dans les Ecritures que cela doit traiter du pĂ©chĂ© aussi, ou de la maladie aussi.
E-30 Par exemple, si un ours se trouvait ici sur l’estrade, et que sa tĂȘte Ă©tait tout en arriĂšre, qu’il l’avait tournĂ©e dans cette direction, et qu’il avait ses pattes sur mes cĂŽtes, me retenant avec ses griffes. C’est inutile de couper la–la patte, frappez-le simplement Ă  la tĂȘte. Cela rĂšgle tout le problĂšme. Voyez?
E-31 Et lorsque Christ est mort pour le pĂ©chĂ©, Il est mort pour chaque attribut du pĂ©chĂ©. «Il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s, brisĂ© pour nos iniquitĂ©s, le chĂątiment qui nous donne la paix est tombĂ© sur Lui; et c’est par Ses meurtrissures que nous sommes guĂ©ris.» Chaque attribut pour lequel Il est mort vous appartient.
Dieu vous donne un chĂšque blanc avec le Nom de JĂ©sus signĂ© au bas de cela pour chaque attribut pour lequel Christ est mort. Avez-vous peur de le remplir? Amen. Ne pensez pas que la banque du Ciel n’honorera pas cela. «Tout ce que vous demanderez au PĂšre en Mon Nom, Je le ferai.» Amen. Signez-le simplement de Mon Nom ici et prenez-le. C’est juste. Encaissez-le ce soir. Amen. C’est une merveilleuse police d’assurance.
E-32 Je n’ai rien contre l’assurance. Mais il n’y a pas longtemps, un agent essayait de me vendre une police d’assurance, et j’ai dit: «Ah!»
Il a dit: «Ecoute, Billy, tu n’as aucune police d’assurance du tout.» Il a dit: «Tu–tu devrais en avoir. Tu es un pĂšre; tu as ces enfants et tout.» Il a dit: «Tu devrais...»
J’ai dit: «J’ai l’assurance.»
Il a dit: «Ah, bon!» Il a dit: «Je pensais que ta femme disait que tu n’as pas d’assurance.»
J’ai dit: «Oh! j’ai l’assurance.»
Et ma femme s’est retournĂ©e et a dit: «Billy!»
J’ai dit: «Si, j’ai l’assurance.»
Il a dit: «Quel genre d’assurance as-tu? De quelle compagnie s’agit-il?»
J’ai dit: «Assurance bĂ©nie, JĂ©sus est mien. Oh! quel avant-goĂ»t de la gloire divine! HĂ©ritier du salut, acquis de Dieu, nĂ© de Son Esprit, lavĂ© dans Son sang.»
Cet agent d’assurance, qui Ă©tait un ami Ă  moi, a ĂŽtĂ© son chapeau, et il a dit: «Billy, je respecte tout cela.» Mais il a dit: «Billy, cela ne t’amĂšnera pas lĂ  au cimetiĂšre.»
J’ai dit: «Cela m’en fera sortir. Je ne me prĂ©occupe pas de comment y entrer. Le problĂšme, c’est comment en sortir.»
C’est ce qu’il nous faut ce soir, ce n’est pas y entrer qui compte, c’est en sortir. C’est l’unique police d’assurance qui vous fera sortir, l’aspersion du Sang du Seigneur JĂ©sus-Christ, voilĂ  l’unique police d’assurance qui existe. Et c’est une police d’assurance parfaite, Ă©crite avec le Sang tirĂ© des veines d’Emmanuel. Une fois plongĂ©s dans ce flot, les pĂ©cheurs perdent toutes les taches de leur culpabilitĂ©. Amen.
Remarquez, le Sang a fait la différence.
E-33 Maintenant, si les cendres de cette gĂ©nisse devaient constituer une eau de sĂ©paration, c’était pour sĂ©parer le croyant de ses pĂ©chĂ©s. Chaque homme dans son pĂšlerinage... Lorsqu’il commettait une faute, il venait aux eaux de sĂ©paration. Et alors, par cette sĂ©paration il Ă©tait sĂ©parĂ© de son pĂ©chĂ©. Il y a bien d’autres choses qui vont avec, bien sĂ»r, comment elle devait ĂȘtre brĂ»lĂ©e avec du bois de cĂšdre, le cramoisi et l’hysope, avec ces trois Ă©lĂ©ments. Et comment... Les mĂȘmes Ă©lĂ©ments qu’on utilisait, le bois de cĂšdre, ce n’était pas un bois de cornouiller qui reprĂ©sentait la croix: le bois de cĂšdre, rouge, qui reprĂ©sentait la rĂ©demption. Mais le cĂšdre... l’hysope... L’hysope, c’est comme lorsqu’on tuait deux petites tourterelles dans de l’eau vive... Et le cĂšdre et l’hysope parlaient tous de Christ, de la croix et ainsi de suite.
E-34 Dans l’Ancien Testament, lorsqu’on appliquait le sang sur le linteau de la porte, il Ă©tait appliquĂ© avec un bouquet d’hysope. Eh bien, on pouvait couper le bois de cĂšdre, le sĂ©parer, le tailler comme ceci et comme cela, mais Ă  aucun moment on sĂ©parait l’hysope. C’était un petit arbrisseau qui poussait, on l’arrachait tout simplement. On mettait tout cela ensemble. On prenait cela et on le plongeait dans le sang, et on aspergeait le... ce qui reprĂ©sentait Christ Lui-mĂȘme, le bois de cĂšdre et l’hysope. On ne peut diviser Christ. Vous pouvez sĂ©parer la croix et diffĂ©rentes choses, et dire ceci, cela, ou autre, mais Christ, vous ne pouvez pas Le diviser. C’est juste. Tout le bouquet devait ĂȘtre lĂ .
C’était le mĂȘme arbrisseau que l’on avait coupĂ© sur les rives du Jourdain, si bien que l’eau amĂšre Ă©tait devenue douce. Si vous avez une expĂ©rience amĂšre, prenez une fois un bouquet d’hysope, suivez la voie de l’hysope. C’est juste. C’est la voie de sortie. C’est la voie pour changer toute votre amertume en douceur et vous redresser en tant que chrĂ©tien.
E-35 Maintenant, alors un croyant qui s’avançait donc, qui Ă©tait hors de la communion, loin de Dieu, loin de la grande communion, que faisait-il? Il s’avançait d’abord dans le parvis extĂ©rieur, dans cet endroit pur oĂč l’eau de sĂ©paration l’attendait, un type de l’Eglise d’aujourd’hui. Et les eaux de sĂ©paration aujourd’hui, c’est la Parole.
Eh bien, Paul dit dans EphĂ©siens 5.26 que Dieu a acquis l’Eglise par le lavage de l’eau de la Parole. Et la Parole, c’est Christ. Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu, et Elle est toujours Dieu. Et les eaux de sĂ©paration qui vous sĂ©parent de votre iniquitĂ© et tout, c’est la prĂ©dication de la Parole dans le parvis. Est-ce que vous comprenez?
Voici une bonne chose pour les pasteurs. Maintenant, je regarde dans cette direction, je ferais mieux de regarder dans cette direction. Les eaux devaient ĂȘtre conservĂ©es dans un endroit pur. L’église doit ĂȘtre un endroit pur (Amen.), pas une habitation de tout oiseau impur, il ne devrait pas s’y passer toutes sortes de choses, des querelles. Est-ce juste? Un endroit pur, les eaux devaient ĂȘtre conservĂ©es... Et la Parole doit ĂȘtre gardĂ©e dans un endroit pur, dans un coeur pur, dans une conscience pure, qui doit ĂȘtre transmise Ă  celui qui Ă©coute.
E-36 Maintenant, les gens se trouvaient lĂ  dans le parvis extĂ©rieur, c’étaient des gens comme ce soir. Vous venez dans les parvis. Nous sommes dans un voyage. Et la prĂ©dication de la Parole, c’est l’eau de sĂ©paration. Car Dieu a pris Son Eglise et l’a lavĂ©e par les eaux de sĂ©paration afin de la purifier pour Sa propre gloire. Et la Parole sĂ©pare.
Vous savez, aujourd’hui les gens veulent des mĂ©langes dans leurs Ă©glises. Certaines personnes choisissent trĂšs mal leurs pasteurs. Ils vont lĂ  et choisissent un homme, un homme de trĂšs grande taille, qui mesure six pieds [1,82 m], habillĂ© comme une vedette de cinĂ©ma de Hollywood, ou quelque chose comme ça, qui peut se tenir Ă  la chaire, et ainsi de suite, et dire: «A-a-men» avec beaucoup d’élĂ©gance, parce que vous aimez les divertissements. Vous regardez Ă  l’aspect extĂ©rieur. Peut-ĂȘtre qu’un vieux frĂšre viendra lĂ  habillĂ© en salopette, mais qui en sait plus sur Dieu que cet homme-lĂ . C’est juste. C’est juste. Voyez-vous le choix? Dieu regarde le coeur.
E-37 Quand il fallait choisir un homme pour prendre la place de SaĂŒl, Dieu a dit au prophĂšte: «Prends cette corne d’huile et va oindre un des enfants d’IsaĂŻ.» Alors d’une maniĂšre charnelle IsaĂŻ a amenĂ© son fils aĂźné–un trĂšs grand homme aux larges Ă©paules, un bel homme. Il a dit: «C’est lui, mon gars, il fera un trĂšs beau roi. Je vous assure, il aura une belle apparence avec une couronne sur sa tĂȘte. Quel magnifique gars il sera dans toutes ces robes cramoisies! Il est si imposant et si beau. Quel bel homme ce sera dans... C’est celui que l’Eternel a choisi.» Samuel a pris sa cruche d’huile et il s’est vite avancĂ© pour oindre celui que les gens pensaient ĂȘtre l’homme qu’il fallait. Dieu a dit: «Je l’ai rejetĂ©.»
«Eh bien, a-t-il dit, nous en avons encore un autre qui est de quelques centimĂštres un peu plus court que celui-ci, nous allons l’essayer.»
Dieu a dit: «Lui aussi, Je l’ai rejetĂ©.» Alors il a dit... fait passer tous ces fils jusqu’à ce qu’il est arrivĂ© au dernier. Il a dit: «Y a-t-il encore un autre?»
IsaĂŻ a dit: «Oh! si. J’ai un gars malingre, lĂ -bas. C’est le genre d’homme qui reste tout seul lĂ  derriĂšre le dĂ©sert.» Il a dit: «Oh! Dieu ne couronnera pas un gars comme celui-lĂ .» (La petite mission qui est lĂ  en bas, vous savez.) Il a dit: «Dieu ne couronnera pas une telle histoire.»
Le prophÚte a dit: «Va le chercher.»
E-38 J’imagine donc qu’il chantait quelques cantiques jusqu’à ce qu’on est allĂ© chercher le petit David, et qu’on l’a amenĂ©, un petit gars blond, vous savez, un tout petit gars qui avait l’air ratatinĂ©. On l’a amenĂ©, et aussitĂŽt que–aussitĂŽt qu’on l’a amenĂ©, je peux imaginer IsaĂŻ dire: «Eh bien, cela–cela ne marchera pas.» Et tous les autres disaient: «Cela ne marchera pas.»
Mais le Saint-Esprit parla au prophĂšte, et dit: «Je l’ai choisi. Car l’homme regarde l’apparence extĂ©rieure, mais Dieu regarde le coeur.»
Peu importe si vous ĂȘtes dans une cathĂ©drale, cela n’a rien Ă  voir avec la chose; si vous avez une mission ou tenez une rĂ©union de priĂšre dans votre maison. Dieu regarde au coeur honnĂȘte. Amen. Ça pourrait ĂȘtre un sassafras Ă  l’ancienne mode, mais ça tient Ă  l’estomac. Cela est bon pour vous, certainement. Oui, oui. Dieu regarde le coeur, pas l’apparence extĂ©rieure.
E-39 Alors remarquez. Lorsque l’homme vient pour la justification, il vient aux eaux de sĂ©paration. Et puis: «La foi vient de ce qu’on entend, de ce qu’on entend la Parole de Dieu.» Les eaux de sĂ©paration.
L’homme qui vit dans l’adultĂšre, la femme qui ne vit pas correctement, les garçons et les filles qui ne vivent pas correctement, ils viennent dans les parvis, et lĂ  la prĂ©dication de la Parole les sĂ©pare. Le Saint-Esprit dit: «C’est mal. Ne faites pas cela.» La sĂ©paration.
Ensuite, par cela ils sont lavĂ©s par les eaux de la Parole. En Ă©coutant la Parole ils reçoivent une foi intellectuelle: la foi intellectuelle. Eh bien, c’est Ă  peu prĂšs lĂ  que parvient la moitiĂ© de l’église, ou plus, la foi intellectuelle. Les gens disent: «Oh! oui, je crois cela.» Mais attendez. Il y a encore plus que ça avant que la rĂ©demption soit complĂšte. Vous devez passer par autre chose.
E-40 Souvenez-vous, vous ĂȘtes maintenant dans les parvis. Mais la chose suivante consiste Ă  entrer dans la communion avec les croyants, sur la base commune de la communion. Et avant qu’ils puissent passer, aprĂšs que les eaux de sĂ©paration les ont sĂ©parĂ©s de leur pĂ©chĂ©, ils doivent ensuite passer par le tĂ©moignage public des sept raies de sang, montrant que la mort les a prĂ©cĂ©dĂ©s comme prix pour ouvrir la voie.
Et, chaque croyant, aprĂšs avoir entendu la Parole, doit arriver Ă  reconnaĂźtre que la mort du Seigneur JĂ©sus-Christ le prĂ©cĂšde pour l’introduire dans la communion. Ensuite, Ă  l’intĂ©rieur, il passe par le sang qui a Ă©tĂ© aspergĂ© sur la porte. Souvenez-vous, c’étaient sept raies. Les sept raies reprĂ©sentaient les sept Ăąges, les sept Ăąges de l’église, qui aussi... Sept, c’est le nombre parfait de Dieu. La rĂ©demption ne se fait que par le Sang, durant les sept annĂ©es, les six mille ans et mĂȘme jusqu’au millĂ©nium. Il n’y a que le Sang qui sera reconnu n’importe quand. Un tĂ©moignage public que la Vie vient du Sang. Et dans chaque Ăąge ils devaient entrer par le Sang. Et aprĂšs ĂȘtre passĂ© par le Sang, ils entrent dans la communion. Que c’est merveilleux, ça!
E-41 La seule base... Tenez, comprenez cela. Oh! je–je me sens religieux; je me sens vraiment religieux. Ecoutez, la seule base sur laquelle un chrĂ©tien peut rencontrer Dieu, c’est dans le Sang: c’est l’unique base, il n’y a pas une autre base, seulement... Dans l’Ancien Testament il n’y avait nulle part un autre endroit oĂč Dieu recevait... Les gens devaient venir au tabernacle, et le tabernacle reprĂ©sentait Christ. Car c’est dans le temple que l’agneau Ă©tait immolĂ©, et que le sang Ă©tait versĂ©. C’est seulement sur la base du sang versĂ© que Dieu rencontre le croyant. Amen. Toute votre thĂ©ologie sĂšche et toute faite ne plaira jamais Ă  Dieu jusqu’à ce que vous entrerez dans le Sang de JĂ©sus-Christ. Amen. C’est trĂšs fort, mais cela vous fera du bien. Ce n’est que dans le Sang qu’il y a la communion.
E-42 Maintenant, dans le Sang du Seigneur JĂ©sus... Dieu est descendu de la Gloire, Il est descendu Lui-mĂȘme dans le sein d’une femme. Et lĂ , Dieu, le CrĂ©ateur, s’est enveloppĂ© et a crĂ©Ă© une cellule de Sang dans le sein d’une vierge sans qu’elle ait connu un homme. Si vous ne le croyez pas, vous ĂȘtes toujours dans le pĂ©chĂ©. Elle n’avait rien Ă  faire avec un homme. Dieu Lui-mĂȘme... Christ n’était pas un Juif. Son Sang n’était pas le sang d’un Juif, ni celui d’un homme des nations. C’était le Sang de Dieu. La cellule de sang vient du mĂąle, et ce MĂąle Ă©tait Dieu. La Bible dit que nous sommes sauvĂ©s par le Sang de Dieu, le sexe n’a rien Ă  voir lĂ -dedans, pas du tout. VoilĂ .
E-43 L’ArmĂ©e du Salut avait coutume de chanter un cantique: Oh! prĂ©cieux est le flot qui me rend blanc comme neige; je ne connais aucune autre source, rien que le Sang de JĂ©sus. Qu’est-ce qui peut ĂŽter mes pĂ©chĂ©s? Rien que le Sang de JĂ©sus.
Vous pourriez vous faire baptiser face en avant, en arriĂšre, autant de fois que vous voudrez, vous ĂȘtes toujours un pĂ©cheur tant que le Sang de JĂ©sus-Christ ne vous a pas lavĂ© de tout...?... Vous pourriez adhĂ©rer Ă  chaque Ă©glise, inscrire votre nom sur chaque registre, vous ĂȘtes toujours un pĂ©cheur tant que vous n’ĂȘtes pas lavĂ© dans le Sang de l’Agneau.
E-44 Dieu, Emmanuel, a crĂ©Ă© autour de Lui une cellule de Sang qui a produit le Fils JĂ©sus-Christ. Lorsqu’Il est nĂ© ici sur terre, Il a vĂ©cu et on s’est moquĂ© de Lui, Il a Ă©tĂ© traitĂ© de BĂ©elzĂ©bul, on a crachĂ© sur Lui, on L’a couvert de honte, de disgrĂące, Il est allĂ© au Calvaire. Et lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, la poche du coeur, une lance romaine cruelle l’a ouverte, et a brisĂ© cette cellule de Sang, elle n’était plus renfermĂ©e. Alors cela est produit, ce n’était plus une cellule de sang renfermĂ©e dans une maison, mais c’était une aspersion de Sang, le Sang a Ă©tĂ© aspergĂ©. La cellule de Sang a Ă©tĂ© brisĂ©e, afin que par cette aspersion chaque croyant, qui passe par les eaux, par le lavage des eaux par la Parole, reçoive la justification par la foi. Avec cette mĂȘme foi qu’il a en Dieu, il entre directement dans la Cellule de Sang, qui n’est plus renfermĂ©e, mais il passe par l’aspersion, et il perd ses pĂ©chĂ©s et entre ici dans cette communion du Saint-Esprit Lui-mĂȘme, qui Ă©tait enveloppĂ© dans cette cellule de Sang, et il En devient une partie. C’est alors qu’il peut croire dans la guĂ©rison divine. Car la pensĂ©e mĂȘme qui Ă©tait en Christ est dans le croyant. Voyez-vous cela? «Car par un seul sacrifice (HĂ©breux 10), Il a amenĂ© Ă  la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiĂ©s.» Dieu, qui amĂšne les croyants par le lavage de l’eau par la Parole... «La foi vient de ce qu’on entend.» Cela ne vous sauve pas. C’est par la foi que vous ĂȘtes sauvĂ©. La foi, c’est juste le pouvoir d’achat.
E-45 Si j’avais un... Si vous vouliez acheter un pain, et que cela coĂ»te vingt-cinq cents, et que j’aie les vingt-cinq cents, les vingt-cinq cents ce n’est pas le pain. Les vingt-cinq cents, c’est le pouvoir d’achat du pain.
Vous direz que vous avez... «Oh! je crois la Parole.» C’est bien. Mais c’est par la foi que vous acquĂ©rez le Saint-Esprit. Voyez-vous? Amen. Une simple foi intellectuelle ne marchera pas. Vous n’ĂȘtes pas encore dans la communion. Vous avez une foi intellectuelle, et vous allez discuter sur chaque Ecriture, faire tout ce que vous pouvez, rĂ©trograder et tout le reste. Vous direz: «La guĂ©rison divine n’existe pas; une religion qui vient du coeur n’existe pas; le Saint-Esprit n’existe pas.» Vous allez vous disputer et faire des histoires tout le temps, sans savoir de quoi vous parlez.
Comment pouvez-vous croire alors qu’il n’y a rien lĂ  Ă  l’intĂ©rieur pour croire? Certainement. Comment pouvez-vous tirer du sang d’un navet alors qu’il n’y a pas de sang dans le navet? Vous devez naĂźtre de nouveau de l’Esprit de Dieu, sinon vous ne serez jamais en mesure d’entrer dans le domaine de la communion avec le Dieu Tout-Puissant, Lui-mĂȘme. Car c’est seulement sur la base du Sang versĂ© qu’Il reçoit chaque croyant. Comment pouvez-vous croire alors qu’il n’y a rien en vous pour croire, sinon une pensĂ©e charnelle au travers d’une conception mentale. Vous n’y arriverez pas. C’est pour cette raison que les gens ne croient pas dans la guĂ©rison divine, c’est parce qu’ils ne sont jamais entrĂ©s dans ce flot du Sang qui amĂšne Ă  la communion du Seigneur JĂ©sus-Christ.
E-46 Vous avez une foi intellectuelle. Oh! vous croyez la Parole, et vous mĂ©langez cela, et vous faites en sorte que cela s’accommode avec votre thĂ©ologie. Mais une fois que vous entrez dans le Royaume de Dieu par le Sang du Seigneur JĂ©sus, que vous Le rencontrez sur base du Sang versĂ©, que vous ĂȘtes rachetĂ©s par le tĂ©moignage, le tĂ©moignage public du Sang cramoisi du Seigneur, vous ĂȘtes ici Ă  l’intĂ©rieur dans la communion, lĂ  oĂč Dieu peut vous bĂ©nir. Et vous pouvez crier et louer le Seigneur, et les puissances de Dieu opĂšrent. Eh bien, c’est Dieu Lui-mĂȘme, Son propre Corps, le Corps mystique du Seigneur JĂ©sus-Christ ici sur terre, opĂ©rant sur la base du Sang versĂ©. Voyez-vous ce que je veux dire?
Ce n’est pas sur la base de l’Eglise mĂ©thodiste, baptiste, ou pentecĂŽtiste, ou de n’importe quelle autre Ă©glise; ce n’est pas sur la base du baptĂȘme d’eau, bien que c’est une bonne chose; c’est trĂšs bien, mais ce n’est pas sur la base du baptĂȘme d’eau; ce n’est pas sur la base de l’adhĂ©sion Ă  une Ă©glise. AdhĂ©rer Ă  une Ă©glise, c’est une bonne chose; mais c’est sur la base du Sang versĂ©. Vous pourrez avoir la communion avec l’église, l’assemblĂ©e, mais vous n’aurez jamais la communion avec Dieu, jusqu’à ce que vous veniez sur Sa base, selon Ses conditions Ă  Lui. Ses conditions, c’est au travers du Sang.
E-47 Et c’est par le Sang que vous devenez une partie de Lui, que vous entrez dans la mĂȘme cellule d’oĂč Il est venu. Et la PrĂ©sence mĂȘme de Dieu et une partie de Lui entrent en vous. C’est par la foi que vous acquĂ©rez cela. Et ce mĂȘme Saint-Esprit qui Ă©tait dans le Seigneur JĂ©sus-Christ entre en vous. Et alors vous ĂȘtes des fils et des filles de Dieu, adoptĂ©s par le Seigneur JĂ©sus-Christ dans le Corps de Christ. Amen. Cela ferait crier les mĂ©thodistes.
Pensez-y, frĂšre, Dieu, dans Sa misĂ©ricorde infinie, nous a acquis par le Sang de JĂ©sus. Et maintenant, Il est assis Ă  la droite de la majestĂ© (la droite signifie la puissance et l’autoritĂ©) en tant que Souverain Sacrificateur, pour intercĂ©der sur base de tout ce que nous confessons qu’Il a accompli. Une fois que vous ĂȘtes entrĂ© dans la communion, signez votre nom sur le chĂšque, dites: «Le voici.» Alors, saisissez-vous cela? Nous croyons que nous recevons ce que nous demandons, parce que nous avons compris que Dieu tient Sa Parole.
E-48 Maintenant, venez Le rencontrer sur cette base ce soir. Venez si vous n’avez Ă©tĂ© qu’un membre d’église tiĂšde. Ne quittez pas votre Ă©glise; retournez-y. Retournez Ă  votre Ă©glise et vous serez un meilleur membre de l’église. Vous retournerez alors avec une connaissance dans votre coeur. Vous direz: «Je ne peux pas croire dans la guĂ©rison divine, je ne peux pas croire aux miracles. Oh! j’ai vu ce...» Oh! nous avons beaucoup de moqueries, mais nous avons Ă©galement le vĂ©ritable Saint-Esprit. C’est juste. C’est juste.
Eh bien, pourquoi y a-t-il tant de moqueries de ce cĂŽtĂ©-ci? Pourquoi ce camp en a-t-il tant de ce cĂŽtĂ©-lĂ ? OĂč trouve-t-on les bĂątons dans un verger? Sous le meilleur arbre. C’est juste. Certainement. Vous devez avoir une contrefaçon. Alors s’il n’y a pas de contrefaçon, alors le–ce que vous regardez est une contrefaçon. Mais s’il y a une copie, quelqu’un essaie de fabriquer quelque chose de semblable, cela prouve qu’il existe un original. Ouvrez une fois votre esprit et rĂ©flĂ©chissez un peu vous-mĂȘme, ne considĂ©rez pas tellement ce qu’en disent les autres. Voyez? Prenez ce que dit la Parole de Dieu lĂ -dessus.
E-49 Est-ce... Vous n’utilisez pas vos propres pensĂ©es; vous utilisez Ses pensĂ©es. «Que la pensĂ©e qui Ă©tait en Christ soit en vous.» Voyez? Pensez selon Sa maniĂšre de penser; dites ce qu’Il dit. La confession signifie dire la mĂȘme chose. Dire... Confesser, c’est confesser la mĂȘme chose, dire la mĂȘme chose. Alors ne confessez pas votre propre conception mentale. Naissez de nouveau et confessez Sa Parole, confessez ce qu’Il a dit. C’est ça la confession. Dites: «C’est par Ses meurtrissures que je suis guĂ©ri.» Par Ses meurtrissures, j’ai le droit–par Ses blessures, maintenant mĂȘme, j’ai droit au salut. J’ai droit au Saint-Esprit. Il me L’a promis. Il a dit: «C’est pour vous, et pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre, que le Seigneur notre Dieu les appellera.»
Je le crois. C’est pour n’importe quelle gĂ©nĂ©ration. «Voici, Je suis avec vous pour toujours, mĂȘme jusqu’à la fin du monde.» Il est mort afin qu’Il puisse ressusciter et ĂȘtre avec Son Eglise tout du long jusqu’à la fin du monde, pour confirmer la Parole par des signes qui accompagnent. Combien de temps cela devait-il continuer? «Allez...» Cela a-t-il pris fin avec les apĂŽtres? Marc 16 dit: «Allez par tout le monde, et prĂȘchez la Bonne Nouvelle Ă  toute la crĂ©ation.» On n’est pas encore lĂ , on n’est qu’au tiers presque. Dieu compte sur nous.
E-50 Rencontrons maintenant Christ sur cette base, sur la base de la promesse du Sang versĂ©. Entrez dans Sa PrĂ©sence ce soir au travers du Sang versĂ© et dites: «Seigneur JĂ©sus, je viens maintenant aux eaux de sĂ©paration. J’y crois. Je les accepte maintenant de tout mon coeur, et je viens, Seigneur. Sur la base de Ton Sang versĂ©, je viens Te rencontrer ce soir.»
E-51 Je sais que nous vivons dans un temps sombre, indistinct, oĂč les enfants s’opposent Ă  leurs parents. Les cas des divorces se multiplient. Et oh! Ă  quel point l’immoralitĂ© du monde... Les grosses bombes et tout sont suspendus, prĂȘtes pour le jugement. Nous avons rejetĂ© la misĂ©ricorde, alors il ne reste rien que le jugement. Le monde a rejetĂ© la croix, et maintenant il obtient une double croix Ă  travers le communisme. Il–il–il se fait tard, mes amis. Il est plus tard que vous le pensez. Le soleil est en train de se coucher.
Avez-vous remarquĂ© que dans l’Ancien Testament, le prophĂšte a dit: «Il y aura un jour qui ne sera ni jour ni nuit. (Ce sera plutĂŽt mystique.) Mais vers le soir la lumiĂšre paraĂźtra.»
E-52 Remarquez. Si vous observez attentivement maintenant du point de vue gĂ©ographique, avant que nous priions. En avançant sur cette base, qu’est-ce que les apĂŽtres ont prĂȘchĂ©? Le Sang. Quelle Ă©tait l’approche que les apĂŽtres ont prĂȘchĂ©e? Le Sang. Quel Ă©tait leur slogan, quel Ă©tait le crĂ©do des apĂŽtres? Ce n’est pas ce que nous, nous appelons le Credo des apĂŽtres. Mais les apĂŽtres allaient de l’avant, le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par des miracles qui accompagnaient. VoilĂ  avec quoi ils allaient de l’avant.
Qu’était leur credo? «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Hommes IsraĂ©lites, JĂ©sus de Nazareth, cet homme Ă  qui Dieu a rendu tĂ©moignage devant vous par les miracles, les signes et les prodiges, a dit Pierre, vous L’avez fait crucifier par la main des impies. Dieu L’a ressuscitĂ©. Nous en sommes tous tĂ©moins. Et c’est par la foi en Son Nom que cet homme a Ă©tĂ© guĂ©ri.»
Les gens disaient que les jours des miracles Ă©taient passĂ©s avec MoĂŻse, mais ici Pierre disait que c’était le jour, parce que nous venons sur la base du Sang versĂ© par vous les mĂ©chants, par la main des impies, qui avez crucifiĂ© le Prince de Vie, et Dieu L’a ressuscitĂ©. VoilĂ .
E-53 VoilĂ  la lumiĂšre. Ecoutez. La civilisation voyage avec le soleil, de l’est Ă  l’ouest. Eh bien, cette Bible est un livre oriental; c’est un livre oriental. Et lorsque le soleil a brillĂ© lĂ -bas, juste au lever du jour, cela commença Ă  la PentecĂŽte, la grande Eglise a Ă©tĂ© inaugurĂ©e. De grands miracles et prodiges ont accompagnĂ© cela. Elle est donc fondĂ©e sur la base du Sang versĂ©, avec le Saint-Esprit qui va de l’avant avec de grands miracles et prodiges qui accompagnent.
Ensuite, peu aprĂšs, l’ñge de l’église suivant est venu, et cela a commencĂ© Ă  diminuer. Ensuite cela a diminuĂ© complĂštement, au point que cela est passĂ© par mille cinq cents ans d’ñges des tĂ©nĂšbres. Puis cela est de nouveau revenu. Quoi? Il n’y a jamais eu de lumiĂšre depuis le jour de la PentecĂŽte. Certainement pas. Le soleil s’est levĂ© lĂ -bas et a donnĂ© sa lumiĂšre. C’était un jour (Suivez.), tout le long du jour, depuis le lever du jour, lorsque le soleil s’est levĂ©. Ensuite cela s’est assombri puis s’est assombri sans cesse. Le prophĂšte a dit que ce sera un jour qui ne sera ni jour ni nuit, un temps plutĂŽt brumeux, nuageux. Il y avait assez de lumiĂšre sur l’Evangile pour que les gens puissent croire au Seigneur et ĂȘtre sauvĂ©s. Ils pouvaient L’accepter de cette maniĂšre-lĂ , mais la vĂ©ritable lumiĂšre de l’Evangile ne s’était jamais manifestĂ©e jusqu’au temps du soir.
Alors ici, Elle s’est montrĂ©e avec Ă©clat sur le monde oriental Ă  la PentecĂŽte. Et alors que le soleil est en train de se coucher, elle brille avec Ă©clat sur les gens de l’Occident. C’est de nouveau un jour oĂč il y a la lumiĂšre. «Il y aura la lumiĂšre au temps du soir, vous trouverez sĂ»rement le sentier vers la Gloire.» Dans ces derniers jours oĂč Dieu dĂ©verse la lumiĂšre du soleil sur les gens comme ceci; et le mĂȘme Saint-Esprit avec la mĂȘme expĂ©rience qu’il y avait lĂ -bas est ici aujourd’hui pour les gens de la lumiĂšre du soir. Juste avant que les tĂ©nĂšbres...
E-54 Ecoutez. Dans l’Ancien Testament, lorsqu’on concluait un accord, c’était sur la base du sang versĂ©. Rapidement maintenant, Ă©coutez. Qu’est-ce que les gens faisaient? Selon la maniĂšre orientale, ils prenaient un animal, ils le coupaient, ils le tuaient, et ils le coupaient en deux. Et ils l’amenaient ici, aprĂšs l’avoir coupĂ© en deux, aprĂšs l’avoir dĂ©coupĂ© en deux, et ils l’étalaient lĂ . Chaque homme venait lĂ , et ils Ă©crivaient cet accord qu’ils avaient conclu entre eux. Et ils coupaient cela, ou dĂ©chiraient cela en deux. L’un prenait un morceau, et l’autre piĂšce Ă©tait prise comme ceci. Et ils faisaient un serment sur le cadavre de cet animal. S’ils manquaient de garder leur alliance, qu’ils soient comme cet animal mort sur lequel ils avaient fait l’alliance. Voyez? La promesse Ă©tait faite par le sang. L’alliance Ă©tait faite par le sang. Voyez-vous ce que je veux dire?
Eh bien, notre promesse a Ă©tĂ© faite Ă  travers le Sang. Le Dieu Tout-Puissant a pris le corps, le Seigneur JĂ©sus lĂ  au Calvaire, et lĂ , Il Le dĂ©chira en deux. Il emporta le corps dans la Gloire pour le faire asseoir Ă  la droite de la MajestĂ©, et Il envoya le Saint-Esprit ici bas. Et lorsque ces croyants se rassemblent avec l’alliance, les deux morceaux de papier doivent s’ajuster, sinon c’était absolument le mauvais morceau de papier.
E-55 Et la seule maniĂšre que Dieu va recevoir un homme, c’est lorsque celui-ci vient sur la base du Sang versĂ© du Seigneur JĂ©sus-Christ: le mĂȘme baptĂȘme du Saint-Esprit, la mĂȘme puissance, les mĂȘmes signes, les mĂȘmes prodiges, la mĂȘme gloire, les mĂȘmes miracles, trĂšs exactement comme c’était autrefois, lorsqu’Il fut dĂ©chirĂ© en deux... Le Saint-Esprit est ici aujourd’hui, en train de rassembler une Ă©glise, de former le mĂȘme genre d’église qu’il avait eu le jour de la PentecĂŽte, sur la base du Sang versĂ©: l’alliance de Dieu.
Lorsque Christ a Ă©tĂ© dĂ©chirĂ©, Son corps a Ă©tĂ© reçu au Ciel, et Son Esprit est venu sur la terre pour Lui chercher une Eglise. Et Le voici, en train de vous apporter la mĂȘme chose, avec les mĂȘmes miracles, les mĂȘmes prodiges. Les mĂȘmes oeuvres que JĂ©sus a accomplies, Il a dit: «Vous les ferez aussi, Je serai avec vous, mĂȘme en vous, jusqu’à la fin du monde.» Et nous voici, sur la base du Sang versĂ©. Ne voulez-vous pas venir Ă  une telle chose, mon ami?
E-56 Si aujourd’hui quelqu’un pouvait venir ici et dire: «Je vais vous donner une petite pilule, et cela vous vaccinera complĂštement contre chaque bombe Ă  hydrogĂšne qui tombera. Et vous vivrez ici sur terre pendant dix mille ans, pendant des millĂ©niums et tout le reste, et vous vivrez ici par cela.» Eh bien, vous vous prĂ©cipiteriez ici (MisĂ©ricorde!) pour l’avoir. Et ce soir, si une telle pilule existait sous une forme physique, sous une forme matĂ©rielle et qu’elle pouvait ĂȘtre administrĂ©e... Mais je vous assure ce soir que l’Evangile du Seigneur JĂ©sus-Christ vous vaccinera contre le pĂ©chĂ© et la mort, et vous prĂ©servera Ă  jamais en JĂ©sus-Christ pour les Ăąges Ă  venir. Si vous venez sur la base du Sang versĂ©. Aucune mort ne peut vous dĂ©ranger. Dieu a promis de s’occuper de vous. «L’Eternel affermit les pas du juste.» Ce qui compte, ce n’est pas si vous tenez bon ou pas; c’est si Lui a tenu bon ou pas. Ce n’est pas ce que je fais; c’est ce que Lui a fait pour moi.
Je viens Ă  Lui. Peu importe ce que vous pensez de moi, aussi longtemps que je suis sous le Sang, je suis protĂ©gĂ© par le Sang. Dieu ne voit pas mes pĂ©chĂ©s. Il regarde Ă  travers Son–le Sang de JĂ©sus-Christ. Et mĂȘme si mes pĂ©chĂ©s sont peut-ĂȘtre comme le cramoisi, ils paraissent blancs aux yeux du Dieu Tout-Puissant, parce qu’Il regarde au travers du Sang versĂ© au Calvaire. Ne voulez-vous pas cela ce soir? N’aimeriez-vous pas ĂȘtre dans cette condition-lĂ ?
E-57 Pendant que nous prions, inclinons la tĂȘte, s’il vous plaĂźt. Est-ce vous la pianiste, madame? Donnez-nous simplement un petit accord, s’il vous plaĂźt. Que tout le monde soit respectueux, s’il vous plaĂźt, pendant que nous prions.
Ô PĂšre, le Sang versĂ© du Seigneur JĂ©sus, combien nous L’aimons! Comment la gĂ©nisse rousse, le Sacrifice tout suffisant... une fois pour toute... Christ est mort pour les pĂ©cheurs, le message, nous venons Ă©couter la Parole. «La foi vient de ce qu’on entend.» Les eaux de sĂ©paration nous donnent la connaissance du pĂ©chĂ©, de ce qu’est le pĂ©chĂ©. Et puis, au travers des eaux de sĂ©paration, de la Parole, nous voyons nous-mĂȘmes que nous sommes des pĂ©cheurs par nature. Nous pĂ©chons parce que nous sommes des pĂ©cheurs par nature.
Et puis, des dispositions ont Ă©tĂ© prises, il y a une Fontaine remplie de Sang tirĂ© des veines d’Emmanuel, dans le flot duquel le pĂ©cheur est plongĂ©. Et puis au travers de l’aspersion de cette cellule de Sang, le Saint-Esprit Lui-mĂȘme nous fait la cour. En venant Ă ... qui ĂŽte toute culpabilitĂ©, tous les chefs de corvĂ©es, comme la mer Rouge. Alors nous pouvons danser avec Myriam. Alors nous pouvons chanter en langues inconnues comme MoĂŻse, le cantique de MoĂŻse, le cantique de victoire, lorsque nous sommes passĂ©s par le Sang, et que les chefs de corvĂ©es sont restĂ©s derriĂšre.
Nous sommes dans la promesse, la promesse que Pierre a donnĂ©e Ă  la PentecĂŽte, si nous nous repentons et si chacun de nous est baptisĂ©. Nous Te remercions pour ceci. Et nous Te prions, PĂšre, de faire entrer maintenant chaque personne qui croit la Parole dans cette profonde communion avec Toi, afin qu’elle ait la foi pour l’apporter aux autres, et l’amour de Dieu pour la voiler. Car une fois pour toute, par un seul sacrifice, Il a rendu parfait pour toujours. Ce n’est pas en venant annĂ©e aprĂšs annĂ©e, ou rĂ©union aprĂšs rĂ©union, rĂ©veil aprĂšs rĂ©veil, mais Il a rendu parfait une fois pour toute. Celui qui rend le culte n’a plus la conscience ni le dĂ©sir de pĂ©cher. Il est donc passĂ© de la mort Ă  la Vie pour entrer dans la communion avec le Seigneur.
E-58 Pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es, que chaque personne qui sait prier prie. Y a-t-il quelqu’un ici qui n’a Ă©tĂ© qu’un membre d’église, mais vous ĂȘtes convaincu ce soir qu’il vous faut vraiment venir sur la base du Sang, attendrir vos coeurs insensibles; cet esprit Ă©goĂŻste, qui aime discuter, faire des histoires, et pourtant vous vous dites chrĂ©tien? Vous n’avez en fait jamais reçu quelque chose qui ĂŽte tout cela de vous. Vous avez entendu la Parole; vous y avez cru. Maintenant, par cette Parole, acquĂ©rez par la foi le Seigneur JĂ©sus. Ça pourrait ĂȘtre la derniĂšre rĂ©union Ă  laquelle vous aurez jamais assistĂ©. Ça pourrait ĂȘtre votre derniĂšre occasion. J’espĂšre bien que ce n’est pas le cas, mais j’espĂšre que vous allez profiter de cette occasion.
E-59 Quelqu’un en bas dans la salle, j’aimerais que vous fassiez ceci maintenant, non pas vers moi, mais vers Dieu. Levez la main, et dites (pendant que vous le faites), en disant: «Seigneur, je viens.» Merci, chĂ©rie. Une demoiselle qui est assise ici a levĂ© la main. «Je viens, Seigneur, sur la base du Sang versĂ©. Je crois maintenant. J’ai entendu la Parole, et cela me sĂ©pare.» Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Je vois votre main. Quelqu’un d’autre peut-il lever la main? Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Et vous, frĂšre, le frĂšre espagnol. Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. C’est ça. C’est ça.
Encore en bas dans la salle principale, pendant qu’ils appellent, le Saint-Esprit est en train de se mouvoir. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre, je vois votre main, le grand homme assis lĂ . Que Dieu ait pitiĂ© de vous. Il aura pitiĂ© de vous. Le Saint-Esprit est lĂ , maintenant mĂȘme, en train de vous parler: «Nul ne peut venir Ă  Moi, Ă  moins que Mon PĂšre ne l’attire. Et tout celui qui viendra, Je ne le mettrai pas dehors. Le PĂšre l’a amenĂ©, alors Je lui donne la Vie Eternelle, Je le ressusciterai au dernier jour.»
E-60 Venez maintenant, pas sur la base d’une Ă©motion; venez lucidement, sur la base du Sang versĂ©, aprĂšs avoir Ă©coutĂ© la Parole. Vous avez acceptĂ© cela, vous croyez que c’est vrai. «Mais maintenant, je crois que cette eau de la Parole m’a lavĂ© maintenant au point que je comprends que j’ai besoin de Christ. Et maintenant, Seigneur, je lĂšve les mains, et je demande d’entrer dans la communion du Saint-Esprit. Sur la base de ceci, je lĂšve la main vers Toi, ĂŽ Dieu.»
E-61 Il y a environ douze personnes qui ont levĂ© la main. Voulez-vous lever la main? Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. C’est merveilleux. Le Saint-Esprit ici... Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre, je vous vois lĂ . Et que Dieu vous bĂ©nisse. Y a-t-il quelqu’un d’autre? C’est bon. Quelqu’un d’autre en bas dans la salle maintenant, qui voudrait lever sa main. Que Dieu vous bĂ©nisse, derriĂšre tout au fond. Le frĂšre ĂągĂ©, je vous vois, que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse, lĂ -bas.
C’est–c’est bien. Continuez simplement Ă  lever la main comme vous sentez que Christ... Que Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre. Et que Dieu te bĂ©nisse, petite fille. C’est bien. Y a-t-il quelqu’un d’autre? Que Dieu te bĂ©nisse, petite fille, la petite fille de couleur. Je la vois avec la main levĂ©e. Que Dieu te bĂ©nisse, chĂ©rie. Tu penses peut-ĂȘtre que tu es trop jeune, environ douze ans. Non, tu ne l’es pas. C’est le Saint-Esprit qui parle Ă  ton tendre petit coeur, chĂ©rie. Aime-Le tout simplement. Viens maintenant Ă  Lui par la foi. Approchez en croyant, et en disant: «Seigneur, aie pitiĂ© de moi, un pĂ©cheur.» Il le fera.
Y a-t-il quelqu’un d’autre pendant que nous attendons encore un peu? Oh! plusieurs, quinze ou vingt personnes qui ont levĂ© la main. Que Dieu te bĂ©nisse, jeune homme. C’est un merveilleux dĂ©part Ă  prendre maintenant mĂȘme dans l’adolescence. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-62 La Parole, c’est de la folie pour le monde; mais c’est une eau de sĂ©paration pour ceux qui croient dans la prĂ©dication de la Parole. Que chacun de vous maintenant qui a Ă©tĂ© sĂ©parĂ© de ses pĂ©chĂ©s, qui vient en reconnaissant la Parole, qu’Elle les a rendus... que quelque chose est venu dans leurs coeurs et a dit: «Tu as tort. Tu as tort», lĂšve la main.
E-63 PĂšre, je Te prie de prendre chacun d’eux sous Ta protection divine et dans Ton amour. Je prie, PĂšre, que ce soir mĂȘme leurs Ăąmes soient sauvĂ©es, et leurs noms Ă©crits dans le Livre de Vie de l’Agneau dans la Gloire, afin qu’en ce glorieux jour-lĂ , lorsque l’appel retentira, que leur rĂ©ponse soit: «PrĂ©sent.» Gloire Ă  Dieu! J’aimerais me tenir lĂ , PĂšre, pour me rappeler que c’était la rĂ©union de Phoenix, et que nous avions peinĂ© un peu et fourni quelques efforts, et oh! alors cela vaut vraiment la peine. Tu as dit: «Je ne mettrai pas dehors celui qui vient Ă  Moi.»
Prends-les maintenant mĂȘme Ă  Ta charge. Et puisses-Tu les faire entrer dans le Tabernacle maintenant, avec ces gens qui cherchent le Saint-Esprit. Nous venons au travers du Sang, lĂ -bas, Seigneur, par la foi, au Corps de JĂ©sus. Nous n’apportons rien dans nos bras, nous venons simplement par la croix. Nous venons Ă  Christ maintenant pour ĂȘtre remplis de l’Esprit. Ô Dieu, accorde ce soir mĂȘme, avant de quitter cette salle, que chaque croyant soit rempli du Saint-Esprit, alors que nous venons au travers du Corps de Christ. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-64 «... prĂȘche d’une maniĂšre diffĂ©rente, Il n’enseigne pas selon notre maniĂšre de croire. Il ne se joint pas Ă  nos cercles. Car Sa pensĂ©e–c’est un liseur de pensĂ©e; c’est un dĂ©mon; Il–c’est de la tĂ©lĂ©pathie; c’est ça.»
Et le démon disait: «Nous savons qui Tu es, le Fils du Dieu TrÚs Haut.» Voilà.
Mais les gens ordinaires L’écoutaient avec plaisir. Et Ă  tous ceux qui venaient Ă  Lui, Il leur donnait le pouvoir de devenir des fils et des filles de Dieu, dans la Gloire, ce soir, ancrĂ©s jusqu’au jour de la rĂ©demp-... jusqu’au jour de la rĂ©demption totale, oĂč le corps sera ressuscitĂ©. Oh! j’aimerais les voir, pas vous? Mais le plus important, j’aimerais voir JĂ©sus. J’aimerais voir mon papa. J’aimerais voir ma mĂšre. J’aimerais voir ma femme, ma famille, et, oh! j’aimerais voir mes bien-aimĂ©s. Mais tout d’abord j’aimerais Le voir.
E-65 Il n’y a pas longtemps, dans le Sud, un vieil homme de couleur s’était converti au cours d’une petite rĂ©union de priĂšre Ă  l’ancienne mode. Il est allĂ© le lendemain matin dire au–à tous les autres: «Christ m’a affranchi. Christ m’a affranchi.» Alors le maĂźtre, le patron est passĂ© lĂ  et il a dit: «C’est quoi ce que je t’entends dire, Sambo, que tu es libre?» Il a dit: «Viens dans mon bureau.»
Il a dit: «D’accord, monsieur.» Il est allĂ© dans son bureau.
Et il a dit: «Sambo, est-ce bien ce que je t’ai entendu dire, que tu Ă©tais libre?»
Il a dit: «Oui, maĂźtre.» Il a dit: «Hier soir, JĂ©sus-Christ m’a affranchi de la loi du pĂ©chĂ© et de la mort.» Il a dit: «Je suis libre aujourd’hui. Si je meurs, j’irai au Ciel.»
Il a dit: «Sambo, puisque Christ t’a affranchi de la loi du pĂ©chĂ© et de la mort, je vais aller signer l’émancipation ce matin. Je t’affranchis pour que tu ailles prĂȘcher l’Evangile.»
E-66 Eh bien, le vieil homme a prĂȘchĂ© pendant plusieurs annĂ©es. Quand il s’est retrouvĂ© sur son lit de mort, beaucoup de ses frĂšres blancs sont venus le voir dans sa derniĂšre heure. Il est entrĂ© dans le coma, il y est restĂ© pendant un bon moment. Tout Ă  coup, il s’est rĂ©veillĂ©, il a regardĂ© autour de lui, il a battu les yeux, et un sourire apparut sur son visage noir. Certains de ses frĂšres blancs ont dit: «Qu’est-ce qu’il y a, Sambo?»
Il a dit: «J’étais allĂ© de l’autre cĂŽtĂ©.» Il a dit: «Je me tenais juste Ă  la porte.» Il a dit: «Quelqu’un est venu vers moi et a dit: ‘Sambo, viens maintenant, et reçois ta robe et ta couronne.’ Il a dit: ‘Tu as travaillĂ© si durement.’»
Il a dit: «Ne me parlez pas de robe ni de couronne.»
Mais il a dit: «Que désires-tu comme récompense?»
Il a dit: «Laissez-moi seulement Le contempler pendant mille ans.»
Je pense que c’est ce que nous ressentons tous. Ne le pensez-vous pas? Laissez-moi seulement Le contempler. C’est tout. Oh! je dĂ©sire Le voir. Juste Le contempler, ce sera suffisant.
E-67 PĂšre, accorde que chaque personne ici ce soir puisse Te voir, ayant le Sang sur lui comme un signe qu’ils T’ont acceptĂ©. Et ces pĂ©cheurs ce soir, beaucoup parmi eux ont levĂ© leurs mains, appliquent le Sang afin qu’ils puissent entrer Ă  l’intĂ©rieur. Puis-je ĂȘtre en mesure de me tenir lĂ  avec eux, Seigneur, leur serrer la main pendant que nous Le contemplons. Au nom de JĂ©sus. Amen. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-68 J’étais sur le point de quitter la salle. J’ai dit: «Que tous ceux qui dĂ©sirent ĂȘtre guĂ©ris lĂšvent la main.» Ensuite lorsque je suis arrivĂ© dehors, la petite crĂ©ature pleurait si fort. Je revenais Ă  peine Ă  moi-mĂȘme. Je–lĂ  dehors je pouvais l’entendre pleurer, sa mĂšre essayait de la calmer.
J’ai dit: «Qu’est-ce qu’il y a, chĂ©rie?» Elle pleurait. J’ai dit: «Qu’y a-t-il, chĂ©rie?»
Elle a dit: «Papa, ce soir, a-t-elle dit, tous ceux qui voulaient ĂȘtre guĂ©ris, ont levĂ© la main.» Elle a dit: «Tout le monde s’est tenu debout, et une pauvre vieille femme Ă©tait couchĂ©e lĂ  derriĂšre sur une civiĂšre, elle ne pouvait pas se lever; elle Ă©tait paralysĂ©e. Elle a levĂ© sa main. Et tu ne pouvais pas la voir, papa.» Et elle pleurait tout simplement.
J’ai dit: «Eh bien, chĂ©rie, JĂ©sus l’a vue.» J’ai dit: «Cela ne change rien, que moi je l’aie vue ou pas.»
Mais elle a dit: «Papa, elle voulait que tu la voies, parce qu’elle essayait de se lever.» Et la pauvre petite crĂ©ature a pleurĂ© jusqu’à environ deux heures du matin.
Et j’ai dit: «Eh bien, JĂ©sus l’a vue, chĂ©rie.»
E-69 Et ainsi, le soir suivant je suis allĂ© Ă  la rĂ©union. J’avais Ă  peine commencĂ©, et j’ai senti quelque chose venir sur moi, et j’ai tournĂ© mes regards par ici, et il y avait lĂ  un petit lit de camp dans lequel il y avait une vieille femme aux cheveux gris. J’ai vu la vision au-dessus d’elle, elle embarquait Ă  bord d’un avion pour venir. Comment on l’avait amenĂ©e lĂ  et tout. Alors je l’ai regardĂ©e, et je l’ai vue partir, marchant dans l’allĂ©e avec les gens comme cela, en agitant la main.
Et j’ai dit: «Madame, votre foi vous a sauvĂ©e, soeur. JĂ©sus vous a guĂ©rie. Vous Ă©tiez paralysĂ©e depuis...» J’oublie depuis combien de temps. J’ai dit: «Levez-vous.» Ça faisait plusieurs soirĂ©es qu’elle Ă©tait lĂ , attendant d’entrer dans la ligne de priĂšre. Elle ne pouvait mĂȘme pas obtenir une carte de priĂšre ni rien.
Et assurĂ©ment qu’elle s’est levĂ©e, les gens se sont mis Ă  crier pendant qu’elle marchait dans les allĂ©es. J’ai regardĂ© par hasard, assise sous un siĂšge derriĂšre elle, c’était ma petite fille qui avait rampĂ© jusque lĂ  et s’était mise sous ce siĂšge; et elle Ă©tait en train de prier pour elle afin que Dieu la guĂ©risse. VoilĂ . Elle a agitĂ© sa petite main dans ma direction, et elle a ri comme cela. Elle a fait cela plusieurs fois.
Priez maintenant les uns pour les autres. JĂ©sus Ă©coute toutes les priĂšres. Ne le croyez-vous pas? Il voit les mains, certainement. Soyez respectueux.
E-70 Maintenant, nous allons... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... se rendaient plutĂŽt Ă  EmmaĂŒs. Et un Homme s’est approchĂ©, et Il fit route avec eux toute la journĂ©e, comme ils voyageaient. Il s’est mis Ă  leur enseigner les Ecritures. Ils se disaient qu’Il enseignait un peu diffĂ©remment de tous les autres. Et ils ont dit: «Nos coeurs ne brulaient-ils pas au-dedans de nous, alors qu’Il marchait avec nous?» Il est un peu... Ils ont Ă©coutĂ© cela et ils se disaient: «Oh! la la! Il est... Cet Homme est un merveilleux Enseignant.» Il a commencĂ© par MoĂŻse, l’Ancien Testament, et Il s’est mis Ă  leur enseigner que Christ devait mourir, rĂ©pandre Son Sang, et ainsi de suite.
Et ensuite, lorsqu’Il est arrivĂ© Ă  l’hĂŽtel, une sorte de restaurant, Il a fait comme s’Il voulait continuer–Il voulait continuer Son chemin. Mais ils L’ont invitĂ© Ă  entrer. Maintenant, suivez bien. Et dĂšs qu’Il s’est trouvĂ© Ă  l’intĂ©rieur avec eux, et que la porte Ă©tait fermĂ©e, Il a fait quelque chose qui Ă©tait un peu diffĂ©rent.
E-71 Maintenant, si seulement Il peut vous avoir Ă  l’intĂ©rieur avec Lui maintenant et enfermer votre incrĂ©dulitĂ© Ă  l’extĂ©rieur, je crois qu’Il fera quelque chose qui sera un peu diffĂ©rent de ce qu’un homme ordinaire ferait, afin que vous preniez conscience que Celui qui a fait–qui vous a fait venir ici ce soir, c’est le Seigneur JĂ©sus qui a marchĂ© avec vous aujourd’hui.
Beaucoup de chrĂ©tiens marchent avec Lui, causent avec Lui, et ne rĂ©alisent pas qu’Il est juste avec eux tout le temps. Puisse-t-Il faire quelque chose ce soir. La maniĂšre dont Il a rompu le pain, Il l’a fait d’une maniĂšre diffĂ©rente de tous les autres hommes. Puisse-t-Il le faire ce soir de telle maniĂšre que–que vous saurez que ça doit ĂȘtre Lui. Voyez? Et puisse-t-Il l’accorder.
Maintenant, au Nom du Seigneur JĂ©sus, je prends chaque esprit sous mon contrĂŽle, pour la gloire de Dieu. Amen.
E-72 Maintenant, en regardant les gens, Ă  ce que je sache, tous me sont parfaitement et totalement inconnus dans cette ligne de priĂšre. Ceux qu’on a alignĂ©s, nous ne nous connaissons pas, n’est-ce pas? Nous ne nous connaissons pas. Si c’est vrai, levez la main alors, le long de cette ligne de priĂšre. TrĂšs bien. Maintenant, il n’y a dans cette assistance personne que je vois rĂ©ellement, que je connais, Ă  l’exception de frĂšre Fuller qui est assis ici et de quelques ministres, bien sĂ»r. Ce sont les seules personnes que je connaisse. Je vois soeur Sharrit et les autres assis juste par ici.
E-73 J’aurais souhaitĂ© vous dire quelle sensation on ressent maintenant. Ce ne sont pas des sensations, mais c’est quelque chose qui est en train de se produire. Cette femme qui se tient juste ici, je ne l’ai jamais vue de ma vie, mais elle rĂ©alise que quelque chose est en train de se produire maintenant mĂȘme. Madame, je vous ai Ă  peine regardĂ©e, Ă  ce que je sache, Ă  moins que je vous aie fait signe par ici. Vous rĂ©alisez que quelque chose d’un peu Ă©trange est en train de se passer en ce moment mĂȘme. Pas vrai? Si c’est vrai, levez la main. Voyez? Qu’est-ce?
Vous avez tous vu cette photo, je pense, ce soir. Les jeunes gens (je pense), LĂ©o et Gene ont apportĂ© quelques exemplaires, la photo de la Colonne de Feu. C’est ce qui est en train de s’établir juste ici, par ici, maintenant mĂȘme. Voyez? C’est vrai. Elle est en train d’entrer, c’est exactement comme si quelqu’un d’autre entrait en vous. C’est ce qu’elle sent. Elle se tient tout prĂšs de moi.
Maintenant, je dĂ©sire lui parler. Maintenant, qu’en serait-il si cette femme... et que le Seigneur JĂ©sus se tenait ici. Je me suis retirĂ© du chemin maintenant, et JĂ©sus est entrĂ©. Elle peut ĂȘtre ici... peut-ĂȘtre qu’elle a plutĂŽt un problĂšme financier. Peut-ĂȘtre qu’elle a des problĂšmes de mĂ©nage. Peut-ĂȘtre qu’elle a des problĂšmes de pĂ©chĂ©. Peut-ĂȘtre qu’elle a un problĂšme de maladie. Quel que soit son problĂšme, le PĂšre me le montrera, et Il le lui rĂ©vĂ©lera. Est-ce juste?
E-74 Exactement comme Il a fait avec la femme au puits, que ferait JĂ©sus en premier lieu? Il s’est mis Ă  lui parler. Et Il s’est mis Ă  lui parler, Il a saisi son esprit, alors Il a dĂ©couvert ce que le PĂšre voulait. Et Il lui a parlĂ©, Il a dit: «Tu as eu cinq maris.»
Et elle Lui a dit qu’elle savait que cela serait le signe du Messie. Est-ce juste? Saint Jean, chapitre 4. C’est le signe du Messie. Si c’était le signe du Messie Ă  l’époque, c’est le signe du Messie aujourd’hui.
Elle a dit: «Tu dois ĂȘtre ProphĂšte. Mais nous savons que lorsque le Messie sera venu, Il nous annoncera toutes choses.»
Il a dit: «Je Le suis.»
Alors elle est partie, et elle a dit: «Venez voir un homme qui m’a dit...»
E-75 C’est le mĂȘme JĂ©sus ce soir, qui est ressuscitĂ© des morts. Cette femme est une inconnue pour moi, et je ne la connais pas; si le Messie, le Seigneur JĂ©sus venait faire la mĂȘme chose pour cette femme... Bien sĂ»r, ça pourrait ne pas ĂȘtre–ça pourrait ĂȘtre cela son problĂšme. Je ne sais pas. Mais quel que soit son problĂšme, si le Seigneur JĂ©sus le rĂ©vĂšle, allez-vous alors L’accepter comme Ă©tant le Messie, et dire: «Je crois de tout mon coeur»? Puisse-t-Il l’accorder.
E-76 S’il vous plaĂźt soyez respectueux; restez Ă  votre place; ne vous dĂ©placez pas. Quoi qu’il arrive, soyez simplement respectueux. Et j’espĂšre vous voir ici demain soir. Si l’onction descend, bien sĂ»r... Et Ă©coutez, quand Cela est en train d’appeler dans l’assistance, faites attention! Que tout le monde soit attentif; soyez prĂȘt. OĂč que ce soit, en haut, n’importe oĂč, soyez prĂȘt. Car parfois vous passez au milieu de beaucoup d’esprits avant d’entrer dans cela, mais je dois suivre ce que Lui dit.
E-77 Maintenant, madame, je vais juste vous adresser quelques mots, soeur. Et ensuite, que le Seigneur nous accorde ces choses dont Il nous a fait la promesse qu’elles seraient ainsi. Maintenant, nous sommes des inconnus l’un pour l’autre, je ne vous ai jamais vue de ma vie. Il devrait donc y avoir quelque chose de surnaturel, quelque part. Si je connais quelque chose Ă  votre sujet, cela doit venir d’une source autre qu’un homme. Est-ce juste? Cela doit venir d’une source surnaturelle. Eh bien, dans ce cas si cela arrive effectivement, dans ce cas que vous pensez de cela, eh bien, cela dĂ©terminera ce que vous–ce qui–ce qui arrivera. Voyez? Cela dĂ©pend de votre approche vis-Ă -vis de la chose (C’est juste.), de la maniĂšre dont vous vous approchez de la chose.
Mais maintenant nous nous tenons ici ce soir, juste un homme et une femme, comme Christ et la femme au puits, juste un homme et une femme. Je ne vous connais pas, mais Lui vous connaĂźt. Mais vous souffrez comme votre...?... C’est entre vous et moi. Je vous vois; vous souffrez d’une sorte de nervositĂ©, vous ĂȘtes trĂšs nerveuse, et vous avez de la peine Ă  vous reposer. Vous avez des sautes d’humeur, vous ne dormez pas bien. Et–et vous faites tomber des objets tout le temps, vous faites tomber des assiettes, et des choses comme cela, je vois cela alors que vous partez. C’est–c’est la vĂ©ritĂ©.
Maintenant, maintenant, tout ce que Cela vous a dit, cette voix qui Ă©tait en train de dire cela, c’était ma voix, mais ce n’était pas moi qui l’utilisais. Voyez-vous? Je ne pourrais pas vous dire maintenant ce que cela disait. Car c’est comme si mes oreilles ont Ă©tĂ© dĂ©bouchĂ©es et tout. J’étais donc simplement entrĂ© dans un autre monde.
E-78 Et maintenant, j’aimerais vous demander quelque chose. MĂȘme la maniĂšre dont vous vous sentez maintenant mĂȘme, vous rĂ©alisez que quelque chose s’est produit, Ă  part ce qu’il y a eu pendant que Cela parlait lĂ . Est-ce juste? Maintenant, est-ce que vous croyez? Maintenant, vous voyez, juste en lui parlant, Il lui a dit ce qui n’allait pas chez elle, ou tout ce que c’était, et maintenant, elle devient une croyante.
Eh bien, plus vous parlez aux gens pendant que l’onction est sur vous, plus Cela rĂ©vĂšle des choses. Mais regardez dans la ligne de priĂšre, regardez les gens qui sont lĂ . Voyez? Ayez donc foi.
Maintenant, pendant que... Un instant. Le Saint-Esprit veut dire autre chose. Vous en ĂȘtes consciente, n’est-ce pas? Il y a quelque chose d’autre. Oh! je–je–je vois. C’est une–une nervositĂ© dont vous–vous souffrez. Dites, vous... C’est dĂ»... C’est un–un–un–un accident d’automobile que vous avez connu, qui a provoquĂ© cela. Dites, il me semble voir un cheval en train de courir. Vous avez aussi Ă©tĂ© dĂ©sarçonnĂ©e par un cheval, n’est-ce pas? Je vois un cheval. Pas vrai? Vous ĂȘtes guĂ©rie. JĂ©sus-Christ vous a guĂ©rie.
E-79 Maintenant, ayez foi; croyez. Maintenant, tout le monde ici devrait croire. Maintenant, si le Saint-Esprit s’adressait à quelqu’un là-bas (Voyez?), vous devriez croire. Est-ce que vous croyez?
Maintenant, vraiment, conformĂ©ment... Lorsque MoĂŻse a reçu des signes Ă  accomplir devant les gens, il a fait cela une fois et tout IsraĂ«l l’a suivi. Si vous faites exactement cela, maintenant mĂȘme, avec une vĂ©ritable foi, si vous suivez simplement ce que j’ai dit. Maintenant, je vais vous le dire, maintenant mĂȘme, que si vous pouvez accepter cela, JĂ©sus-Christ va vous ... tous. Vous ĂȘtes dĂ©jĂ  guĂ©ris Ă  Ses yeux. Vous devez simplement accepter cela. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©.
Quelqu’un m’a demandĂ© pourquoi je n’arrĂȘtais pas de me frotter le visage. Eh bien, je–je ne sais pas, c’est juste un engourdissement. Vous voyez? Je sens donc, qui que ce soit qui m’a posĂ© cette question-lĂ , ou qui a Ă©crit cette note que je... Ils sont dans cette salle. Vous voyez? Alors...
E-80 Maintenant, cet homme-ci. Approchez, monsieur. Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Je–je ne vous connais pas. Vous ĂȘtes un parfait inconnu pour moi. Vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre, et c’est un homme plus jeune que vous. Et c’est un... Cette personne est–est quelque chose comme un... n’a aucun contrĂŽle, c’est comme une paralysie cĂ©rĂ©brale, ou quelque chose du genre. C’est votre–c’est votre–voyez-vous, il s’agit de votre fils. Et il n’est pas ici. Il est dans le Nebraska, lĂ  quelque part dans ce pays qui est une plaine. Pas vrai? Approchez.
PĂšre, accorde ceci Ă  notre frĂšre, le dĂ©sir de son coeur. Alors que je l’envoie au Nom de JĂ©sus-Christ pour recevoir cela. Amen.
E-81 Je vois sur...?... Je n’arrive pas Ă  distinguer oĂč ça se trouve. Ayez simplement la foi. Est-ce que vous croyez? Combien lĂ -bas sont en train de prier maintenant mĂȘme, pour que Dieu les guĂ©risse? Sans vos cartes... Sauveur...
E-82 La petite dame lĂ  qui essuie les larmes de ses yeux et qui est assise juste ici, portant un manteau rouge, je vois une LumiĂšre suspendue juste au-dessus de vous. Je pense que c’est vous. Vous avez priĂ© pour que je vous dise quelque chose. Je ne lis pas votre pensĂ©e, mais c’est la vĂ©ritĂ©. Vous souffrez d’une maladie, n’est-ce pas, madame? Et votre maladie se trouve juste ici sur le cĂŽtĂ© droit. C’est votre foie. C’est juste. Agitez la main, si c’est vrai. Acceptez-vous votre guĂ©rison maintenant de la part du Seigneur JĂ©sus? Levez-vous et recevez cela.
Dieu notre PÚre, au Nom de Ton Fils, accorde cela à cette femme, sa foi a tiré la vision de Ton serviteur. Je Te prie de la guérir au Nom de Jésus-Christ. Amen.
E-83 Cela continue de se mouvoir dans l’assistance. Pourquoi avez-vous levĂ© votre main, madame, vous qui ĂȘtes assise juste lĂ , lĂ  derriĂšre? Elle est en train de prier, disant: «Ô Dieu, fais qu’il m’appelle aussi.» Oui. La petite dame qui porte une jaquette verte, vous, vous qui avez le chapeau noir, avec les doigts relevĂ©s comme ceci. Vous Ă©tiez en train de prier alors, disant: «Ô Dieu, fais qu’il m’appelle.» C’est ça, avec votre main levĂ©e. Oui. Croyez-vous en Lui? Dieu peut faire que ces calculs biliaires vous quittent et vous guĂ©rir complĂštement. La raison pour laquelle c’était... Savez-vous ce qui a fait que vous soyez dans cet Ă©tat? Cette dame-ci avait une maladie du foie. Et les calculs biliaires que vous avez sont juste au foie. Pas vrai? Que Dieu vous bĂ©nisse.
La demoiselle assise lĂ  Ă  cĂŽtĂ© de vous est un peu inquiĂšte maintenant, elle se demande si elle pourrait ĂȘtre appelĂ©e. Crois-tu que je suis Son serviteur? Votre problĂšme, ce sont vos poumons. Pas vrai? Si c’est vrai, levez-vous. N’est-ce pas... Ce n’est pas moi qui ai raison; c’est Lui qui a raison, n’est-ce pas? Il a toujours raison. Levez-vous ensemble, toutes les deux dames. Quel... La dame assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle est aussi en train de prier lĂ , en robe rose. Elle dĂ©sire ĂȘtre guĂ©rie de ce trouble cardiaque. Elle dĂ©sire en ĂȘtre guĂ©rie. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira, madame? Levez-vous alors vous aussi. Vous tous vous pourriez faire de mĂȘme...?...
Dieu notre PĂšre, au Nom de JĂ©sus Ton Fils, je Te prie d’accorder cette bĂ©nĂ©diction. Les gens ont la foi, Seigneur, et Te font parler, une foi tire. Accorde, PĂšre cĂ©leste, que tout le monde soit guĂ©ri dans tout ce groupe.
E-84 Tu es ici. Tu... Tu es tellement content de nous, parce que les pĂ©cheurs reviennent Ă  la maison. Les rĂ©trogrades se renouvellent au travers du lavage d’eau par la Parole, ils viennent sur la base... Et les anges de Dieu se tiennent dans les allĂ©es ce soir. Les voici, et le Glorieux Saint-Esprit fait des va-et-vient dans les allĂ©es. Les gens sont conscients que Tu es ici, PĂšre. Je Te prie de les guĂ©rir tous au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-85 Est-ce la patiente? Approchez une minute, madame. Maintenant, j’aimerais vous parler juste un moment. Sommes-nous des inconnus l’un pour l’autre? Vous m’avez dĂ©jĂ  vu auparavant, mais je ne vous connais pas, Ă  ce que je sache. Et Dieu sait que j’ignore le motif de votre prĂ©sence ici. Mais Lui connaĂźt le motif de votre prĂ©sence ici, n’est-ce pas? Si Dieu me rĂ©vĂšle le motif de votre prĂ©sence ici, allez-vous croire que lorsque j’ai prĂȘchĂ© l’Evangile ce soir, ce... Tout homme peut dire tout ce qu’il veut dire. Vous avez le droit de douter de l’homme, vous n’avez aucun droit de douter de Dieu. Ce serait un blasphĂšme. N’est-ce pas?
Et maintenant, si Dieu, par la rĂ©surrection du Seigneur JĂ©sus, ce qu’Il a fait ici sur terre, s’Il est retournĂ©, et que c’était–j’ai prĂȘchĂ© Son message par la Parole. Et maintenant, Il est ici en train de confirmer cela, prouvant que j’ai dit la VĂ©ritĂ©, que c’est JĂ©sus qui est mort pour vous. Si donc Il est ici, et je dĂ©clare que Sa rĂ©surrection est ici, si nous sommes des croyants, alors Dieu peut faire la mĂȘme chose par moi en tant qu’un enfant adoptĂ©, comme Il l’a fait par Son propre Fils bien-aimĂ© qu’Il a engendrĂ©. En effet, Christ l’a promis, n’est-ce pas?
Vous souffrez d’une grosseur Ă  la poitrine. Et c’est au sein gauche. Comment ai-je su cela? Je vous ai vue dans la salle, lorsqu’on vous examinait pour cela. [La dame parle Ă  FrĂšre Branham.–N.D.E.] C’est juste. Autre chose dont vous souffrez aussi, c’est une maladie, une maladie rare et grave du sang. C’est la cause des Ă©ruptions que vous avez sur tout le corps. Ces choses sont-elles la vĂ©ritĂ©? Croyez-vous et acceptez-vous JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, comme votre GuĂ©risseur maintenant? Par obĂ©issance Ă  Sa Parole et Ă  Son commandement, je vous impose les mains en tant que croyant, au Nom de JĂ©sus-Christ, pour votre guĂ©rison. Amen.
E-86 Ayez foi; ne doutez pas. Que le Seigneur Dieu vous bĂ©nisse, ma sincĂšre priĂšre est qu’Il ajoute Ses bĂ©nĂ©dictions. Gloire Ă  Dieu.
Levez la main lĂ , madame, voulez-vous ĂȘtre guĂ©rie? Vous priez, Ă©tant dĂ©rangĂ©e par ce problĂšme des intestins dont vous voulez ĂȘtre dĂ©barrassĂ©e. Pas vrai? C’est votre mari; il est malade. Voulez-vous que l’on prie pour lui aussi? TrĂšs bien. Imposez-vous les mains l’un Ă  l’autre, le mari et la femme. Et que le Seigneur JĂ©sus vous guĂ©risse. Ô Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur eux. Qu’ils soient guĂ©ris au Nom de JĂ©sus. Amen.
Voyez? C’est votre foi qui fait cela, mes amis. Est-ce que vous croyez, là- haut aux balcons? Est-ce que vous croyez partout? Ayez simplement la foi maintenant, ne doutez pas.
E-87 C’est le patient. Voyez-vous, le fait que les gens sont dans la ligne de priĂšre ne signifie pas qu’ils... c’est vous lĂ  dans l’assistance, selon que vous croyez. Est-ce vous la patiente, madame? Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? Merci, soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse. Alors peut-ĂȘtre que Dieu me permettra de faire quelque chose dans la ligne de l’Evangile pour vous aider, pour que vous obteniez le dĂ©sir de votre coeur. Eh bien, je ne vous connais pas, vous le savez bien. Vous ĂȘtes une inconnue pour moi. Je ne vous connais pas, mais Dieu vous connaĂźt. Maintenant, vous ĂȘtes consciente que vous ĂȘtes aussi ointe maintenant? En effet, c’est cette Colonne de LumiĂšre qui se tient entre nous deux. Je La vois reculer. Ce sont vos yeux. Vous devenez aveugle. Les globes oculaires durcissent, les nerfs sont en train de mourir. C’est exactement ce qu’on vous a dit. Et cette tache que vous avez sur le cĂŽtĂ© du visage est due Ă ... Vous ĂȘtes tombĂ©e. Vous ĂȘtes tombĂ©e d’une marche, et c’est ce qui a causĂ© cela hier. Ces choses sont vraies. Croyez-vous en Lui maintenant comme votre GuĂ©risseur, votre Sauveur...?... Seigneur JĂ©sus, je Te l’amĂšne pour sa guĂ©rison, en posant mes mains humaines et indignes sur ma soeur que voici. Je demande que le dĂ©sir de son coeur lui soit accordĂ©, par JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-88 Ayez foi; ne doutez pas. Soyez trĂšs respectueux. Croyez-vous en Lui? Croyez-vous qu’Il va vous guĂ©rir? Ayez simplement un peu plus de foi.
E-89 Est-ce ici le patient? Voulez-vous approcher, madame? Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Mais Dieu nous connaĂźt tous les deux, n’est-ce pas? Vous ĂȘtes–vous ĂȘtes–vous ĂȘtes consciente que vous vous tenez dans la prĂ©sence de quelque chose d’autre qu’un homme. Je suis juste votre frĂšre. Mais vous ĂȘtes consciente de quelque chose. Si Dieu me rĂ©vĂšle le motif de votre prĂ©sence ici, allez-vous accepter votre guĂ©rison, ou tout ce que vous ĂȘtes venue chercher ici? Allez-vous l’accepter? C’est une grosseur. Ça fait des annĂ©es que vous avez cela. Vous voulez vous en dĂ©barrasser, n’est-ce pas? Vous avez essayĂ© d’entrer dans la ligne de priĂšre. Vous essayez maintenant d’accepter la foi. Pas vrai? Vous habitez ici. Vous ĂȘtes... vous habitez au 1119 Sud sur la 18e rue. Votre nom est madame Elisabeth Keel, n’est-ce pas? Maintenant, partez; ayez foi et soyez guĂ©rie au Nom du Seigneur JĂ©sus.
E-90 Ayez la foi. Croyez de tout votre coeur. Est-ce que vous croyez? Ne–ne vous dĂ©placez pas, les amis, s’il vous plaĂźt, cela simplement–simplement me tue presque, lorsque vous vous dĂ©placez. Que voulez-vous dire par lĂ ? Chaque esprit est fixĂ© droit sur moi. Voyez? Je peux vous dire oĂč vous ĂȘtes. Et j’essaie de vous aider. Voyez? Je ne le peux pas si vous... Voyez, cela interrompt. Je ne peux pas expliquer cela; c’est que vous ĂȘtes simplement fixĂ©. Voyez? C’est comme les souffles... Vous ne pourriez pas cacher votre vie si vous deviez le faire maintenant.
E-91 Voulez-vous rentrer chez vous, ĂȘtre guĂ©rie, manger et vous dĂ©barrasser de votre trouble de l’estomac, et ĂȘtre guĂ©rie? Et autre chose, prenez votre mouchoir et posez-le sur votre mari lorsque vous retournerez lĂ -bas. Il guĂ©rira de cette tuberculose...?... au Nom du Seigneur JĂ©sus. Amen.
Ayez la foi. Est-ce que vous croyez? Voulez-vous guĂ©rir de l’asthme? Criez: «J’aime le Seigneur JĂ©sus, et je L’accepte comme mon GuĂ©risseur.» Que Dieu vous bĂ©nisse. Continuez votre route en vous rĂ©jouissant et soyez heureuse.
FrĂšre, voulez-vous guĂ©rir du diabĂšte et ĂȘtre rĂ©tabli? Croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablira? Au Nom du Seigneur JĂ©sus, soyez guĂ©ri. Amen. Ayez la foi; ne doutez pas. Croyez de tout votre coeur.
Un trouble cardiaque ne représente rien pour Dieu. Il peut vous guérir juste là. Le croyez-vous de tout votre coeur? Approchez juste une minute. Seigneur Jésus, rétablis notre soeur, je prie, au Nom de Jésus-Christ. Amen.
E-92 Approchez. Croyez-vous que Christ vous guĂ©rira? Une maladie des reins ne reprĂ©sente rien pour Lui pour qu’Il ne puisse guĂ©rir cela. Il peut vous guĂ©rir de cela. Le croyez-vous? Au Nom du Seigneur JĂ©sus, puissiez-vous ĂȘtre guĂ©ri. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. Oui, vous allez donc vous rĂ©tablir. Partez en croyant de tout votre coeur.
Vous qui ĂȘtes assis lĂ , si je vous disais que vous Ă©tiez guĂ©ri avant que vous ne veniez, allez-vous me croire en tant que Son serviteur? Alors continuez votre chemin en vous rĂ©jouissant.
Oh! la la! Que pourrait-il arriver maintenant mĂȘme. Je n’arrive simplement pas Ă  supporter cela. Voyez?
Est-ce vous le patient? Me croyez-vous comme Son serviteur? Vous n’arrivez pas Ă  bien vous reposer. Vous ĂȘtes nerveux. Vous avez beaucoup de problĂšmes. Et puis, autre chose, vous avez une toux asthmatique. Vous toussez tout le temps. Pas vrai? Voulez-vous ĂȘtre guĂ©ri? Acceptez-vous maintenant JĂ©sus comme votre GuĂ©risseur? Que Dieu vous bĂ©nisse. Partez et que la paix de Dieu soit sur vous et vous rĂ©tablisse. TrĂšs bien.
E-93 Est-ce que vous croyez, madame? Vous avez la maladie la plus grave qui existe au monde, qui tue plus de gens que n’importe quoi d’autre: un trouble cardiaque. En effet, c’est la demeure de l’ñme. Laissez entrer JĂ©sus maintenant mĂȘme, pour vous guĂ©rir, voulez-vous? Que la foi entre dans votre coeur. Au Nom du Seigneur JĂ©sus, puissiez-vous partir et ĂȘtre guĂ©rie.
Approchez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? Si Dieu me rĂ©vĂšle ce qui ne va pas chez vous, allez-vous accepter votre guĂ©rison? De tout votre coeur, allez-vous l’accepter? Il y en a tellement qui viennent de lĂ . Il y en a beaucoup lĂ  qui souffrent de la mĂȘme sorte de maladie de l’estomac que vous avez. Ils n’arrivent pas Ă  manger, l’acide est causĂ© par des nerfs surmenĂ©s. C’est juste, ma soeur. Vous tous lĂ -bas qui souffrez de l’estomac, tenez-vous debout. A-t-Il raison? Il sait lĂ  oĂč chacun...

En haut