ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Pr√©dication LA COMMUNION PAR LA R√ČDEMPTION / 55-0403 / Branham Tabernacle in Jeffersonville, Indiana, U.S.A. // SHP 2 hours and 1 minute PDF MP3 low MP3 HQ

LA COMMUNION PAR LA R√ČDEMPTION

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 (1) Bonjour, les amis. Je suis dans la joie d'être de nouveau ici ce matin, au service du Seigneur. Comme on le disait, je suis un peu fatigué, je n'étais pas... Je pense que j'avais aussi la grippe, mais j'étais simplement surmené. J'ai eu cinq semaines d'affilée, et cela a fait que ma résistance diminue un peu - un peu bien que ça ne m'ait pas empêché de grossir. Je continue à grossir tout le temps. Je... Mais la plupart de mes dernières réunions consistaient, plus ou moins, à prêcher tout simplement, vous voyez, et ainsi ça fait... Eh bien, c'est... Nous avons eu très peu de services de guérison; mais pour la plupart, c'étaient des services de prédication. Nous sommes vraiment reconnaissants pour ce privilège d'être ici aujourd'hui pour servir le Seigneur, d'être au tabernacle, et d'être de nouveau ici avec frère Neville. On a eu une très merveilleuse introduction; avec ça, vous vous sentez mieux si vous étiez mal à l'aise. Cela vous ferait du bien, n'est-ce pas? Rien que de savoir que les gens vous aiment. Eh bien, n'appréciez-vous pas le fait que quelqu'un vous aime? Moi - moi j'aime ça.
E-4 (2) Un soir, comme je sortais de ce tabernacle (eh bien, j'esp√®re qu'on n'est pas d√©j√† en train d'enregistrer ceci), mais je sortais de ce tabernacle, oh, √ßa fait quelques ann√©es, une dame m'a rencontr√© l√† derri√®re, elle m'a dit: "Oh, Fr√®re Bill, c'√©tait vraiment un bon message ce soir ", a-t-elle dit. J'ai dit: "Merci, sŇďur." Oh, √ßa m'a r√©confort√©, vous savez. Arriv√© √† la porte, il y avait l√† un type qui m'a dit: "Vous savez, je ne supporterais pas cela." J'ai dit: "Quoi donc?" Il a dit: "Oh, je ne voudrais pas que quelqu'un m'exalte, ou dise quelque chose de ce genre." J'ai dit: "Moi, j'aime √ßa." Voyez? J'ai dit: "Il n'y a qu'une diff√©rence entre vous et moi. Moi, je dis la v√©rit√©." Vous voyez. C'est vrai. Cela rend n'importe qui... Vous... Si vous - si vous essayez... Vous - vous appr√©cierez que quelqu'un vous complimente pour les efforts que vous faites. Vous vous sentez beaucoup mieux √† ce sujet, n'est-ce pas?
E-9 (3) Eh bien, aujourd'hui, je - j'aimerais annoncer, si fr√®re Neville et l'assembl√©e sont donc contents de notre bon Seigneur de ce que... J'essaye cela depuis environ sept ou huit ans, et j'ai r√©ussi deux fois. J'aimerais, si possible, avoir un service ordinaire de gu√©rison, le prochain dimanche matin, juste un service ordinaire de gu√©rison. Nous avons essay√© cela plusieurs fois. Cela avait r√©ussi ici un soir o√Ļ nous en avions tenu un. Et le Seigneur a √©t√© si bon envers nous. Il a permis... Il y avait un... Les journaux en ont parl√©. Et il y avait ici une - une fille dans un fauteuil roulant, elle avait fait longtemps ici, c'√©tait le seul fauteuil roulant dans le b√Ętiment, je crois. Et elle √©tait... Quelque chose n'allait pas en elle. Elle avait n√©glig√© quelque chose, un appel du Seigneur. Et il lui a √©t√© dit que cela faisait environ dix-sept ans qu'elle √©tait dans ce fauteuil roulant. Et ici m√™me, quand on a amen√© son fauteuil roulant ici et qu'on l'y a install√©e, elle s'est lev√©e et elle est sortie du b√Ętiment normale et gu√©rie. Un homme √©tait couch√© ici √† l'estrade, comme le journal l'a relat√©, il n'√©tait que l'ombre de lui-m√™me. Et le Seigneur l'a gu√©ri. Il n'avait pas march√©, je ne sais depuis combien de temps; il s'est lev√© et s'en est all√©. Et puis, un soir, √† l'√©cole secondaire, nous tenions l√†-bas..., et le Saint-Esprit est descendu, nous tenions un service ordinaire de gu√©rison. Et alors, ils... Je crois qu'il y en a quel-... quelques-uns d'entre eux ici. Je crois que sŇďur Rooks ou... Je crois que c'√©tait ce soir-l√† qu'elle a √©t√© gu√©rie, si je ne me trompe pas, c'√©tait √† ce moment l√†. Et bien des choses se sont produites durant ce temps-l√†, depuis ces services de gu√©rison.
E-13 (4) Eh bien, nous avons essayé à deux ou trois différentes reprises de les tenir. Ce n'est pas très régulier, comme ici c'est chez moi. Et tout le monde sait ce que l'Ecriture dit à ce sujet, quand on est chez soi, parmi son peuple, et ainsi de suite. C'est un peu étrange, ça ne marche pas comme il - il faut, vous voyez. [Frère Beeler arrange le microphone de la chaire. - N.D.E.] Suis-je en train de m'y prendre mal, Frère Beeler? [Frère Beeler dit : "Non, c'est en ordre."] Est-ce que je m'y prends bien? OK. ["Je vais simplement abaisser cela afin que vous...?..."] Oh! ça va. Eh bien, lorsque - lorsque dans ces services... Eh bien, si le Seigneur... Combien aimeraient voir un vrai service de guérison, ici au tabernacle? Oh! la la! Cela... Allez-vous prier pour cela? Eh bien, j'ai demandé à Leo et Gene... Ils étaient ici quelque part, j'allais leur donner des cartes ce matin. Et alors je me suis dit... Eh bien, je... venir distribuer les cartes de prière, et faire faire une ligne de prière. Et par la suite, j'étais très très fatigué. Eh bien, je me suis dit que je ferais mieux de venir parler pendant un instant aujourd'hui et - et ensuite commencer...
E-17 Dimanche prochain, le matin, y aura-t-il un service du lever du soleil? [Fr√®re Neville dit : "Oui." - N.D.E.] (5) Un service du lever du soleil, qui commence √† - de 5 h √† 6 h, je pense, ou quelque chose comme cela. Est-ce bien cela? De 5h... A quelle heure se l√®ve le soleil? ["A 6 h."] Six heures. Tr√®s bien. Elle devra donc aller de 5 h √† 6 h. √áa fera une heure d'adoration, voyez. Maintenant, √ßa ne vous fera pas du mal de vous lever si t√īt...?... Eh bien, les catholiques se l√®vent chaque matin, dimanche matin, comme cela, et vont √† l'√©glise. Les protestants devraient √™tre dispos√©s √† le faire une fois l'an, ne pensez-vous pas? C'est le lever du soleil. Eh bien, ce n'est pas... Je ne vais pr√™cher que quelques instants, et puis nous allons... C'est un service d'adoration. Ensuite, h√Ętez-vous de rentrer chez vous prendre votre petit d√©jeuner. Moi, je n'irai pas; je resterai donc peut-√™tre √† l'√©glise. Alors, si le Seigneur le veut... Eh bien, samedi prochain, fr√®re Neville l'annoncera lors de son √©mission, si la chose est maintenue. Ce sera annonc√© lors de l'√©mission du samedi matin prochain, entre 9 h et 9 h 30', je pense que c'est √ßa, n'est-ce pas, fr√®re? [Fr√®re Neville dit : "Amen." - N.D.E.] Sur la cha√ģne WLRP, de New Albany. Et puis, on pourrait aussi mettre une petite annonce dans le journal de Jeffersonville, le journal de New Albany. En effet, beaucoup de nos gens viennent de ces contr√©es. Ce sera dans le journal du vendredi ou du samedi de la semaine prochaine. Ensuite, nous aimerions venir. Et, apr√®s cela, je demanderai alors aux jeunes gens de venir vous distribuer les cartes de pri√®re √† 9 h, √† 9 h pile. Cela permettra que tout soit calme vers 9 h 30'. Ensuite, je sortirai du bureau et nous commencerons; nous aurons dimanche matin, le sermon ordinaire du lever du soleil, de P√Ęques, et puis nous commencerons une ligne de pri√®re. Ce sera donc d√©cid√© cette semaine, si on l'aura ou pas. Il y a des gens ici qui sont des candidats pour le bapt√™me d'eau. Et je pense que P√Ęques est l'un des plus beaux moments pour le bapt√™me. Et nous aurons cela, le service du bapt√™me, soit √† P√Ęques, imm√©diatement apr√®s le service de gu√©rison, soit ce - ce soir-l√†. √áa prendra toute la journ√©e, du dimanche prochain. Soyez donc en pri√®re.
E-24 (6) Et nous sommes tr√®s reconnaissants au Seigneur. Juste un petit rapport sur les r√©unions maintenant. J'ai entendu le fr√®re dire que vous √©tiez tous en pri√®re. Je d√©pends certainement de cela. Oh la la! quand je vois que les choses tournent mal, alors je - je me dis: "Eh bien, il y a quelque part quelqu'un qui prie." Voyez? Et ceci m'a donc encourag√© √† avancer et √† continuer. Et le meilleur service de gu√©rison que j'aie jamais eu sur le continent nord-am√©ricain, c'√©tait lors de ce dernier service. Les fr√®res Gene et Leo y √©taient en ce moment-l√†, ces gar√ßons qui sont assis l√†. √á'a eu lieu √† la r√©serve indienne des Apaches. Ils m'ont accord√© une journ√©e de repos, et je l'ai prise. Je suis mont√© √† la r√©serve indienne, et j'ai tenu la plus grande r√©union que je n'avais jamais eue, ou plut√īt la meilleure. Et l'un des petits souvenirs qui m'ont tr√®s fortement marqu√©, c'√©tait quand les gens passaient dans la ligne de pri√®re, pendant que les jeunes gar√ßons √©taient l√†, et ils avaient pris mon appareil photos et leur appareil, et qu'ils prenaient des photos autant qu'ils le pouvaient. Je pense que j'ai eu trente-cinq visions ou plus, l√†. Et on pouvait parler aux gens, mais simplement... ils n'arrivaient pas, ils - ils ne r√©pondent pas comme nous le faisons, parce qu'ils ne savent pas parler. Et ils ne savent pas... Et pour l'interpr√©tation, ils n'ont pas de langue √©crite; alors c'est... c'est un peu difficile. Chez les Apaches, il n'y a pas de phrases. Ils commencent tout simplement, et bafouillent simplement. C'est donc un tas de mots. Et c'est bien difficile de leur faire comprendre quelque chose, et certains d'entre eux ne comprennent pas l'anglais.
E-27 (7) La premi√®re vision dont je me souviens, c'√©tait une dame avec son b√©b√©. L'enfant √©tait aveugle. Et je lui ai dit ce qui n'allait pas, c'√©tait le glaucome, qui est tr√®s commun chez les Indiens, c'est plut√īt tr√®s r√©pandu chez les Indiens. Et quand la dame est pass√©e dans la ligne, son petit b√©b√© a √©t√© gu√©ri. Ensuite, la premi√®re chose, je pense c'√©tait cinq, quatre ou cinq muets, des sourds-muets. Le Seigneur a gu√©ri chacun d'eux. Et puis, ils sont si simples, simples au possible. Ils ne cherchent pas √† comprendre quoi que ce soit. Ils vous croient, tout simplement. C'est pourquoi vous devez les instruire correctement sur le Seigneur, vous voyez. Pas sur vous-m√™mes, parce que √ßa ne marchera pas. Mais √ßa doit √™tre sur le Seigneur. Et quand ils voient vraiment cela, c'est juste comme une bande d'enfants. Vous leur dites simplement d'aller faire une chose, et ils le font.
E-30 (8) Et √† un moment donn√©, s'est pr√©sent√©e une belle petite princesse indienne, d'√† peu pr√®s cette taille, avec de petits yeux noirs, aussi beaux que brillants, mais aussi aveugles que minuit. Et le fr√®re Marshall, le missionnaire indien de l√†, m'a parl√© et a dit, quand il est venu dans la ligne, quand il l'a amen√©e dans la ligne, il a dit: "Fr√®re Branham, elle est aveugle." J'ai dit: "Ces beaux et grands yeux-l√†, ces tr√®s grands et beaux yeux noirs?" Il a r√©pondu: "Oui. Elle est aussi aveugle que possible, Fr√®re Branham." Et j'ai agit√© ma main devant ses yeux, comme cela, et elle, ses yeux sont rest√©s fixes. Elle ne voyait pas. Eh bien, je... j'ai pri√© pour cette pauvre petite, et je me suis mis... J'ai regard√©, j'ai agit√© ma main de nouveau, et ses yeux restaient toujours fixes. J'ai pens√©: "Oh! la la! ces... cette pauvre petite, d'√† peu pr√®s cette taille, aveugle." Et je ne savais pas que son p√®re, qui venait apr√®s elle √©tait aussi aveugle. Il s'est donc pass√© quelque chose que, je - je crois, je n'avais jamais vu auparavant. Fr√®re Neville, ce n'√©tait pas une vision comme vous pourriez en avoir, mais il semblait que je - je pouvais me voir amenant cette petite devant le Tr√īne de Dieu, l√†-haut, devant Dieu, et dire √† Dieu: "P√®re, cette pauvre petite fille, elle est aveugle", et - et appliquant le Sang de - du Seigneur J√©sus √† cette enfant. Et puis, quand elle s'est assise, et fr√®re... j'avais mon doigt en l'air comme ceci, et j'ai dit: "Fr√®re Marshall, il s'est donc pass√© quelque chose." J'ai dit: "Il m'a sembl√© que je me voyais monter dans les cieux, tenant cette enfant par la main." Et, tout en parlant, je me d√©pla√ßais comme cela. J'ai regard√©, et ces grands yeux suivaient ma main, allant comme ceci. Elle √©tait l√†, avec une vue parfaite et normale. Et ils l'ont fait passer dans la ligne; je pense, les m√©decins, ou quelques-uns d'entre eux, de l√†... Un groupe d'hommes bien habill√©s se tenaient l√†, je les ai vus perdre leur temps avec elle, vous savez, essayant de lui faire regarder ses doigts, et lui faisant signe de suivre ses... Et elle √©tait... J'ai dit: "Allez-y, examinez-la. Elle va tr√®s bien." Et elle √©tait l√†, normale et gu√©rie. La personne suivante √©tait son p√®re, et il √©tait aveugle. Et Dieu lui fit recouvrer la vue, et celle-ci √©tait redevenue normale, l√†, sur-le-champ. C'est merveilleux ce que notre Seigneur peut faire. Maintenant, ces choses ne rel√®vent pas du pouvoir de l'homme, n'est-ce pas? Elles rel√®vent de Dieu. Je ne sais pas si... Fr√®re Cox, est-ce que fr√®re Joseph a d√©j√† envoy√© Le H√©raut de la foi Nous n'avons pas re√ßu cela, le.... [Fr√®re Cox dit : "Non, pas encore." - N.D.E.] Pardon? ["Non. Vous les recevrez tr√®s bient√īt." - N.D.E.] Ce cas que vous voyez sur la page couverture, est celui d'une dame que la clinique Mayo avait abandonn√©e. Et le Seigneur lui a dit o√Ļ elle avait √©t√©, et comment elle avait √©t√©, et comment... ce qui s'√©tait pass√©. Et les Mayo avaient dit qu'elle ne pouvait plus vivre. Et ils lui avaient dit... Et vous voyez sa civi√®re qui repose l√† et qui... Elle s'est simplement lev√©e et elle est rentr√©e √† la maison, normale et bien portante au possible.
E-41 (9) Et √† la page suivante on trouve un petit article tr√®s frappant intitul√©: N√Č AVEUGLE. Je peux tout simplement le lire. Est-ce que √ßa d√©rangerait que je lise ce petit paragraphe? ["Amen."] √áa ne prendra qu'un petit instant. "Mon fils √©tait n√© aveugle. Lui et moi √©tions tous infect√©s √† cent pour cent. Et d'apr√®s notre m√©decin, il n'y avait jamais eu un autre cas..." [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Le voici avec ses b√©quilles, ses cannes, dans la main marchant. Monsieur Guinesse de New Albany, un... [Espace vide sur la bande - N.D.E.] "aveugle, il avait - il avait ce qu'on appelle les 'yeux secs'. Il n'avait jamais vers√© des larmes avant le jour o√Ļ fr√®re Branham a pri√© pour lui. Et comme fr√®re Branham le tenait et priait, ses larmes ont coul√© sur les bras de fr√®re Branham. Et depuis cet instant-l√† il voit. Quand nous... Ensuite, nous avons amen√© √† sa petite... Quand il a tourn√© sa petite t√™te, quand il a vu les gens, il ne savait pas ce que c'√©tait. Il n'avait jamais vu de sa vie. Je l'ai emmen√© de l'√©glise jusque chez sa m√®re, et je l'ai couch√© sur le lit. Et il a pris son... il a pris... Et il regardait partout dans la pi√®ce, et il s'est mis √† jouer avec son hochet. J'avais un rendez-vous pour l'amener chez les Mayo de Rochester, dans le Minnesota. La semaine d'apr√®s, j'ai respect√© le rendez-vous, et je l'ai emmen√©. Ils n'ont rien pu d√©celer d'anormal dans ses yeux. Ils m'ont dit que ses deux yeux √©taient bons et parfaits. J'ai emmen√© Johnnie au cabinet du m√©decin pour montrer √† celui-ci ce qui √©tait arriv√©, parce que le m√©decin demandait qu'on le place dans une √©cole pour aveugles le restant de ses jours." Comment le Seigneur J√©sus a fait que ce petit gar√ßon... Savez-vous quoi? La m√®re et le p√®re, les deux √©tant infect√©s, g√©n√©ralement ils... ou plut√īt la m√®re et l'enfant, l'un des deux meurt, ou parfois les deux. Mais le petit Johnnie est n√© les yeux secs, tout √† fait durs et secs. Et pendant que je tenais le petit enfant dans mes bras, j'ai senti quelque chose de chaud; les larmes ont coul√© sur son petit visage jusque sur mon bras, comme ceci. Il me regardait de ses petits yeux brillants. Et depuis, il a une vue parfaite. Les fr√®res Mayo ont dit que ses yeux √©taient normaux. N'est-Il pas merveilleux? ["Amen."] Nous L'aimons tout simplement.
E-44 (10) Eh bien, cette semaine, priez pour que Dieu nous vienne en aide. Et dimanche prochain, le matin, si le Seigneur le veut, de cinq heures √† six heures, il y aura un service du lever du soleil. Venez. Alors nous resterons jusqu'√† l'heure, et d√®s que le soleil se l√®vera, nous donnerons la louange √† Dieu pour ce qu'Il a fait en ressuscitant J√©sus-Christ, il y a quelque deux mille ans, au lever du soleil. Et nous attendons un autre lever du Soleil, la Venue du Seigneur J√©sus, une seconde fois, dans la Gloire. Et puis, alors, √† 9 h, nous allons... les jeunes gens seront ici pour distribuer les cartes de pri√®re. Et, √† 9 h 30' d√©butera l'√©cole du dimanche. Eh bien, si vous avez des bien-aim√©s, amenez-les, pour qu'ils obtiennent des cartes. En effet... Ensuite - ensuite - ensuite je voudrais venir, je voudrais prendre le samedi... le vendredi... et le samedi et dimanche, si le Seigneur le veut, pour je√Ľner et prier, et Lui demander de me donner au moins un autre service de gu√©rison, Dieu voulant, dimanche prochain, ici au tabernacle. Apr√®s quoi nous verrons. S'Il ne l'accorde pas, eh bien cela - c'est... je n'y pourrai rien. Mais nous prierons et essaierons de voir, s'Il va - va nous accorder un service de gu√©rison. Ensuite le service de bapt√™me... Et vous tous qui √™tes donc candidats au bapt√™me, ceux qui n'ont jamais √©t√© baptis√©s, eh bien, nous serons heureux de vous voir venir, croire au Seigneur J√©sus, confesser vos p√©ch√©s et vous faire baptiser le dimanche prochain. Fr√®re Neville annoncera tout le programme au cours de son √©mission du samedi matin. Combien suivent cette √©mission? Ne pensez-vous pas que c'est une bonne √©mission? Je vous assure, ces chants sont vraiment bons. J'ai suivi le fr√®re Temple, je pense, l√†, l'autre jour, et j'ai appr√©ci√© ce chant que vous nous avez d√©di√©. Nous √©tions tous √† l'√©coute.
E-50 (11) Et ce matin nous ne pensions pas que nous pouvions venir. Oh, notre fillette a fait une fi√®vre violente la nuit derni√®re. Oh! la la! Elle n'a pas dormi de la nuit; elle pleurait, et tout - la petite Sarah. Mais je tenais vraiment √† venir ici! Je suis all√© au lit, ce matin; j'ai d'abord enfil√© mon peignoir et je me suis approch√© du lit. Et la pauvre petite √©tait couch√©e l√†, br√Ľlant de fi√®vre. Je lui ai impos√© les mains, et j'ai dit: "Dieu bien-aim√©, je veux aller √† l'√©glise. Je l'emm√®nerai avec moi. Alors, fi√®vre, tu ne peux la retenir plus longtemps. Sors d'elle." La voil√† assise l√† derri√®re, aussi normale et calme que possible. Vous voyez. Il - Il est merveilleux, n'est-ce pas? [Amen.]
E-51 (12) J'ai un brave ami ici ce matin. Je sais qu'il est - qu'il est un peu timide, r√©serv√©. Mais, c'est l'un de mes fr√®res. Il est devenu mon co-ouvrier et mon copain, venant de la grande autoroute d'Alaska, en Alaska. Je tenais des r√©unions √† Grande Prairie, o√Ļ je dois en tenir d'autres dans peu de jours. J'√©tais √† Dawson Creek, en Colombie-Britannique, et apr√®s √† Grande Prairie, - et l√†, un jeune homme est entr√© une fois √† la r√©union, et Dieu a mis la main sur lui. Et il a √©t√© oblig√© de revenir. Et il a re√ßu le bapt√™me du Saint-Esprit. Et s'il veut √™tre assez gentil pour ne f√Ľt-ce que se lever, afin que les gens sachent, Fr√®re Fandler. Il est originaire de Suisse. Et il est... Que le Seigneur vous b√©nisse, Fr√®re Fandler. Nous sommes contents de l'avoir parmi nous aujourd'hui. C'est lui qui a d√©couvert ce remarquable m√©dicament qui sera tr√®s bient√īt sur le march√©, lequel fera le tour du monde. C'est un rem√®de contre l'arthrite. Le Seigneur le lui a donn√©. Et - et on en a d√©pos√© un √©chantillon √† l'administration, et tout. Et ils sont... C'est un rem√®de contre l'arthrite, donn√© par le Seigneur Dieu seul, amen, qui lui a dit quoi faire. Il n'y a rien jusqu'√† ce jour sur le march√© pour traiter l'arthrite. Mais maintenant, le Seigneur l'a donn√© √† fr√®re Fandler, et nous en sommes heureux.
E-54 (13) Parmi nous chez les Hommes d'affaires chr√©tiens, il y a quelques jours, √† Los Angeles, o√Ļ aussi ils... Dieu Ňďuvre de fa√ßon si merveilleuse parmi les chr√©tiens. Un petit fr√®re que nous connaissons tous tr√®s bien, ou qui est un des n√ītres ici, fr√®re Shakarian, un fr√®re vraiment merveilleux, le Seigneur l'a utilis√© pour une invention. Simplement pour vous montrer comment Dieu r√©v√®le cela. C'est un petit machin qu'il porte sur son ventre comme ceci, qu'il tient comme ceci, et qui Lui permet de d√©tecter du p√©trole. Il a d√©couvert un puits jaillissant de p√©trole au Colorado, pour lequel il faut des installations de vingt-cinq millions de dollars, je crois, rien que pour un seul puits jaillissant. Il utilise tout ce qu'il gagne pour envoyer des missionnaires √† l'√©tranger. Amen. C'est ce que fr√®re Fandler est en train de faire avec son invention. Cela rapportera des millions de dollars par an. Et en plus de cela, il a juste... oh! ce fr√®re a invent√© un appareil pour pr√©lever le sang, alors qu'on avait seulement la possibilit√© de le conserver tr√®s longtemps. Eh bien, ce sont des hommes remplis du Saint-Esprit. Savez-vous quoi? √Ä la Maison Blanche, quarante pour cent de nos fonctionnaires sont pentec√ītistes (amen!) ou sont de souche pentec√ītiste. Oh! la la! Les nations se disloquent; Isra√ęl se r√©veille. Et ils peuvent... Ces fr√®res ont d√©couvert une formule qui d√©shydrate le sang pour le conserver ind√©finiment. Et ils viennent de construire un laboratoire d'un million de dollars. Oh, combien le Seigneur est en train de b√©nir, partout! Voyez-vous ce qui va arriver? Il Se h√Ęte d'envoyer maintenant ces messagers remplis du Saint-Esprit dans toutes les parties du monde, car le temps est proche. Nous sommes l√†, pas pour distribuer des trait√©s, lesquels sont toujours tr√®s utiles, mais pour apporter le Message de la d√©livrance divine √† ces captifs qui sont assis dans les t√©n√®bres. Nous L'aimons. Tr√®s bien. Maintenant, sans tarder nous allons passer √† la lecture de l'Ecriture. Et rappelez-vous maintenant, dimanche prochain, Dieu voulant... Souvenez-vous, ce soir c'est le soir de la communion, je crois que c'est ce qu'il a dit. Et mercredi soir, c'est la r√©union de pri√®re du milieu de la semaine. Tout le monde est invit√© √† toutes ces r√©unions. Dimanche prochain, au matin, ce sera de 5 h √† 6 h, au lever du soleil, et √† 9 h ce sera le d√©but de nos services pour... ou plut√īt √† 9 h 30' pour le service du dimanche matin. Et ensuite suivront le service de gu√©rison et le service de bapt√™me. Maintenant, allons dans le vieux Livre b√©ni.
E-61 (14) Avant de le faire, chantons. O√Ļ est sŇďur Gertie? Elle √©tait ici il y a quelques instants. Voudriez-vous revenir juste un moment? Et j'essaierai de ne vous retenir qu'environ une demi-heure, si je le peux, sur la le√ßon de ce matin. Chantons un couplet de ce merveilleux cantique d'autrefois, Ma Foi regarde √† Toi. Combien le connaissent? Est-il dans le recueil des cantiques, ou le connaissez-vous? Voyez? [Quelqu'un dans l'assembl√©e se met √† donner le t√©moignage de sa gu√©rison d'il y a onze ans. Espace vide - N.D.E.]
E-63 (15) Notre √™tre int√©rieur, aujourd'hui, nos cŇďurs d√©bordent de joie, √† la pens√©e qu'un jour cette vieille tente terrestre dans laquelle nous habitons maintenant, qui est pareille √† une cage qui retient un oiseau, cette motte d'argile, nos √Ęmes s'envoleront de l√† un de ces jours, comme un oiseau qui s'envole de sa cage jusque dans les bras de Celui qui les aime. Quand nous Te verrons venir, nous laisserons tomber cette robe de chair et nous nous envolerons. Notre foi regarde donc √† Toi aujourd'hui. Pardonne-nous pour tout ce que nous avons fait, tous nos p√©ch√©s et toutes nos offenses. Je Te prie de prendre maintenant le contr√īle sur nous. Entre dans nos cŇďurs. B√©nis-nous. Et prends la Parole, la Parole de Dieu, et donne-La √† chaque cŇďur, juste selon que nous en avons besoin aujourd'hui. Et nous Te donnerons la louange, car nous le demandons en Son Nom. Amen.
E-65 (16) Allons rapidement maintenant dans H√©breux chapitre 9, √† partir du verset 11. Et ce matin, Dieu voulant, nous allons parler sur La Communion par La R√©demption. Maintenant, dans H√©breux 9, vous tous qui avez vos Bibles et qui aimerez faire l'√©tude avec nous un petit moment... J'aime la Parole. Vous savez, "la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend de la Parole de Dieu". Mais Christ est venu comme la lumi√®re et le souverain sacrificateur des biens √† venir; Il a travers√© le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n'est pas construit de main d'homme c'est-√†-dire, qui n'est pas de cette cr√©ation; et il est entr√© une fois pour toutes dans le lieu tr√®s saint, non avec le sang des boucs et des veaux mais avec son propre sang, ayant obtenu une r√©demption √©ternelle. Et dans Job, le chapitre 19, aux versets 23, 24 et 25, nous lisons ceci au sujet de la r√©demption. Paul, ici dans H√©breux, nous dit Qui √©tait notre R√©dempteur, comment par une seule offrande, Il a amen√© √† la perfection pour toujours ceux qui entrent par Lui. Maintenant, au verset 23, Job dit: Oh! je voudrais que mes paroles fussent √©crites, qu'elles fussent √©crites dans un livre; je voudrais qu'avec un burin de fer et avec du plomb qu'elles fussent pour toujours grav√©es dans le roc mais je sais que mon r√©dempteur est vivant, et qu'il se l√®vera le dernier sur la terre. Quand ma peau sera d√©truite, il se l√®vera; quand je n'aurai plus de chair, je verrai Dieu. Je le verrai, et il me sera favorable; mes yeux le verront, et non ceux d'un autre; mon √Ęme languit d'attente au-dedans de moi.
E-69 (17) Puisse le Seigneur ajouter Ses bénédictions à Sa Parole, pendant que nous parlons de la rédemption et de la communion. Et bien des fois, quand nous regardons et voyons que - que le... nous, les êtres mortels de cette terre, nous sommes ballottés et nous irons à travers le monde. Je ne crois pas qu'il y ait quelqu'un, ayant un esprit chrétien, qui puisse regarder le monde aujourd'hui, qui... sans qu'il gémisse en son esprit. Je me suis souvent demandé comment les - les gens d'aujourd'hui prennent cette vie autant à la légère. Ce n'est pas quelque chose à prendre à la légère. C'est la raison même pour laquelle nous avons été placés sur terre : adorer et venir auprès de Dieu, et entrer en communion avec Lui. Et de voir les hommes errer partout, comme s'ils n'avaient pas de Dieu, comme s'il n'y avait point de Dieu. L'homme s'est lui-même mis dans cette condition.
E-71 (18) Et je - je crois qu'en ce jour o√Ļ nous vivons maintenant, la chose la chose la plus fondamentale que je pense que tout ministre devrait pr√™cher, c'est de ramener les gens aux principes g√©n√©raux de l'Evangile, de revenir au fondement. Car si vous n'√™tes pas √©rig√© sur le bon fondement, c'est simplement... √ßa ne sert √† rien. A quoi sert-il de b√Ętir sur un fondement qui a d√©j√† √©t√© condamn√©? A quoi sert-il, comme je le disais, d'essayer de... A quoi sert-il d'essayer de tapisser et de peindre un vieux b√Ętiment que le gouvernement a condamn√©? Et c'est ce que beaucoup de gens essaient de faire aujourd'hui, en faisant des r√©formes, en essayant de faire des r√©formes. "Nous commencerons une √©glise, et nous tournerons une page, et nous essaierons d'agir un peu diff√©remment de ce que nous faisions auparavant." Vous n'aboutirez nulle part de cette fa√ßon-l√†. C'est m√™me de la folie que d'essayer. Voyez? Vous perdez simplement votre temps. Vous dites: "Bon, maintenant je crois que si seulement je peux cesser de mentir et de voler et..." Quelque bonnes que soient toutes ces choses, vous √™tes n√©anmoins √† un million de kilom√®tres du chemin. Vous devez recommencer depuis la fondation. Vous devez construire un nouvel √©difice; non pas rafistoler le vieux. Construisez-en un tout neuf. Vous devez revenir, et recommencer correctement. C'est pourquoi vous voyez tant d'erreurs d√©plorables, tant de gens indiff√©rents, des gens qui professent le christianisme.
E-75 (19) Vous savez, eh bien c'est un peu dur. Mais vous √™tes la seule Bible que beaucoup de gens pourront jamais lire, vous les chr√©tiens. Votre vie est la seule Bible que les hommes, que beaucoup d'hommes et de femmes pourront jamais lire, juste vos actes et votre comportement. Les chr√©tiens sont donc cens√©s √™tre un exemple vivant de ce que Christ est. Et si Christ est dans le cŇďur d'un homme, Il va certainement mener Sa propre vie, car Christ est en vous. Et si l'Esprit de Christ est en vous, vous devenez alors une nouvelle cr√©ature. Eh bien, je pense, et cette id√©e m'est ch√®re, que les chr√©tiens, partout, si tout le monde qui invoque le Seigneur J√©sus vivait exactement la vie chr√©tienne, eh bien, ce monde se convertirait dans les vingt-quatre heures qui suivent. Certainement. La Bible dit que "vous √™tes le sel de la terre". Et le sel ne peut servir d'agent conservateur que s'il entre en contact avec cette terre qui est en train de se corrompre, de pourrir. La terre est en train de se corrompre, de pourrir. Vous le savez. Et le sel doit entrer en contact avec la terre, sans quoi celle-ci sera ruin√©e.
E-78 (20) Eh bien, il y a quelques semaines, à Chicago, j'ai été vraiment transporté de joie quand j'ai vu, vous savez, la Parole de Dieu confirmée comme étant la vérité. Les hommes et les femmes doivent revenir à la Parole. J'ai passé pratiquement tout mon temps en Californie, après avoir vu se lever tant de cultes, bien des différentes choses, tant d'histoires qui n'étaient pas de Dieu... Je ne suis pas ici aujourd'hui pour critiquer qui que ce soit. Je ne suis ici que pour essayer de prêcher l'Evangile. Mais quand vous voyez tant de choses se lever par la flatterie, et des ministères basés sur des personnalités, vous allez alors vous tenir sur du sable mouvant. Un ministère doit être totalement et entièrement édifié sur le Seigneur Jésus-Christ, la Bible, peu importe les nouvelles choses qui surgissent.
E-80 (21) Il n'y a pas longtemps, le fils de l'un de mes associ√©s, fr√®re Moore, a obtenu un dipl√īme de doctorat en sciences. Et quand ce grand homme de science est venu de Washington pour lui remettre ce dipl√īme, apr√®s l'avoir serr√© dans ses bras, il a dit: "Fils, √† Washington, D.C., dans les derni√®res d√©couvertes scientifiques, il y a cent vingt-quatre d√©couvertes de la science moderne scientifiquement √©tablies." Il a dit: "Si je devais t'amener l√†, il te faudrait deux ans pour finir la lecture de ces livres, jour apr√®s jour, sans arr√™t." Il a dit: "Quand tu auras fini ces vingt-quatre livres, ou plut√īt ces 124, a-t-il dit, la chose qu'il te faudra faire, sera d'oublier compl√®tement cela, parce qu'ils auront d√©couvert de nouvelles choses qui surpasseront ceci." Quand il a dit cela, je me suis dit : "Mais gloire √† Dieu, je connais un Livre qui existe depuis des milliers d'ann√©es. Il ne changera jamais, et rien non plus n'Y sera ajout√©." C'est le Livre de tous les livres. Et tous les autres livres tournent en rond, ne sachant pas o√Ļ ils en sont. Et s'ils veulent des v√©rit√©s, ils doivent revenir √† cette Bible pour les obtenir. C'est le Livre de Dieu, un Livre unique. Eh bien, combien nous louons le Seigneur pour ce grand et merveilleux Livre. Et Il renferme la volont√© de Dieu, la promesse de Dieu. Et c'est - c'est le Livre de tous les livres. Tous les autres livres faillissent; tous les autres livres disparaissent; leur savoir est d√©pass√©. Mais ce Livre-ci renferme les v√©rit√©s √©ternelles de Dieu. Par cons√©quent, ce que dit la Bible, vous pouvez dire "amen" √† cela.
E-83 (22) Il y a quelque temps, je... Quand, petit gar√ßon, je fr√©quentais l'√©cole, on m'enseignait que c'√©tait le reflet du soleil sur les √©toiles qui les faisait briller. Ils ont chang√© cela maintenant. Cela n'est pas possible. Je me trouvais au plan√©tarium du mont Palomar, √† Los Angeles, l'autre jour, sur la colline, le plus grand plan√©tarium du monde. J'√©tais l√† avec le guide, en train de visiter. Il a dit: "C'est ce qu'ils croyaient il y a quelques ann√©es. Mais ils ont d√©couvert que chaque √©toile √©met sa propre lumi√®re." C'est d√©pass√©. "Les rayons du soleil ne peuvent voyager aussi loin, pour les atteindre." On m'enseignait que le monde tournait autour du soleil, et que le soleil restait parfaitement immobile. Vous les gens de mon √Ęge, c'est ce qu'on vous a enseign√©. Ils ont chang√© cela maintenant. "Le soleil se d√©place." Voyez. Ils ne le savent tout simplement pas. C'est bien cela. Et voici le seul Livre qui contient la v√©rit√© l√†-dessus. Maintenant, les choses sur lesquelles ils ont t√Ętonn√© pendant six mille ans... Josu√© ordonna au soleil de s'arr√™ter, comme le dit la Bible, et le soleil s'arr√™ta. Voyez? Tout reviendra ici. Tout revient √† la Bible.
E-86 (23) Il n'y a pas longtemps, la science a ridiculisé un homme, quand... dans la Bible... La Bible dit: "Tout votre corps est plein de lumière." La science a dit: "Votre corps, plein de lumière!!! A-t-on jamais entendu pareille chose! C'est impossible. Il n'y a pas de lumière dans votre corps." Mais ils ont découvert que c'est une erreur. Ils ont inventé la radiologie. Et la radiologie utilise votre propre lumière. Elle n'utilise pas une autre lumière. C'est votre propre lumière qui fait la radio. La radiologie n'a pas de lumière en soi. C'est par votre lumière qu'on obtient la photo, les lumières qui sont dans votre corps. Dieu avait donc raison, après tout.
E-88 (24) Vous savez... Et puis ils ont dit l√†: "Dieu s'√©tait tromp√© quand Il a dit : 'Un homme pense avec son cŇďur.' Il n'y a rien de tel, il n'y a pas de facult√©s mentales dans le cŇďur d'un homme par lesquelles il puisse penser! C'est par son esprit qu'il pense." Mais il n'y a pas plus de deux mois, ils ont d√©couvert que Dieu avait raison. Ils ont √©t√© explorer le cŇďur humain, et ils y ont d√©couvert un tout petit compartiment dans lequel il n'y avait m√™me pas une cellule de sang, ni rien. On ne retrouve pas cela dans le cŇďur de l'animal, ni dans le cŇďur de l'oiseau, ni dans aucun autre cŇďur, except√© dans le cŇďur humain. Un tout petit endroit, qui est appel√© "la demeure de l'√Ęme". Dieu donc dit la v√©rit√©. C'est dans le cŇďur que l'homme pense.
E-89 (25) Eh bien, un homme peut avoir une foi intellectuelle... et la plupart aujourd'hui n'en arrivent que là, et ils se disent chrétiens. La raison pour laquelle vous voyez tant d'histoires qui se font au nom du christianisme, comme vous pouvez le constater, ce n'est que cette foi intellectuelle. "Que voulez-vous dire par la foi intellectuelle, frère?" Voici ce que c'est : "L'homme croit au salut"; et "la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend de la Parole". Or, je pourrais prêcher la Parole; vous pourriez L'accepter et dire: "C'est la vérité. Oui, je crois cela." Bon, maintenant, si ça se limite juste là, alors vous n'irez jamais très loin avec Dieu. - Une foi intellectuelle... La raison pour laquelle les gens n'obtiennent pas la guérison, c'est parce qu'ils n'en ont qu'une vision intellectuelle, ce qu'ils conçoivent dans leur pensée. Et l'esprit, va raisonner. L'esprit dira: "Ce n'est pas possible. Je ne vais pas mieux." Mon sens de la vue dit: "Mon bras n'est pas plus droit qu'il l'était hier." Mon sens du toucher dit: "Je ne sens aucune différence par rapport à ce que je sentais hier." Le raisonnement, la théologie mentale raisonnera, et dira: "Eh bien, attends une minute donc, je crois que c'est de la folie." Voyez! Vous raisonnez. C'est ce que fera cette foi intellectuelle.
E-94 (26) Mais une fois que cette foi descend dans ce compartiment ici en bas, elle ne mettra jamais en doute ce qui est en haut, ici, en aucun cas. Cela devient absolument une réalité, et elle s'accordera avec chaque Parole divine de Dieu. C'est la raison pour laquelle les gens n'atteignent pas le niveau qu'ils devraient atteindre. Cela devient une conception mentale de Dieu. Et quand cette conception mentale - quand vous croyez en Lui par une foi intellectuelle, cela n'agira cependant pas. Il faut que ce soit une expérience de la nouvelle naissance, par laquelle votre foi descend dans ce compartiment-ci. Et, peu importe ce à quoi cela ressemble, la foi dit que c'est de toute façon vrai. Voyez?
E-97 (27) Or, l'homme au d√©part a √©t√© cr√©√©, m√™me dans cette condition corrompue dans laquelle on est aujourd'hui, l'homme a √©t√© cr√©√© pour servir Dieu. C'est ce qu'il doit faire absolument sur la terre. Ecoutez ce grand homme, le plus sage des hommes, Salomon, parler dans l'Eccl√©siaste ainsi que tous les autres, il a dit: "Ecoutons la fin du discours: crains Dieu et observe Ses commandements. C'est l√† ce que doit absolument tout homme." C'est l√† ce que doit absolument tout homme. Nous nous demandons pourquoi nous courons ici, les hommes et les femmes, pourquoi nous portons des v√™tements et avons √† lutter, tandis qu'il n'en est pas ainsi des animaux. Dieu nourrit Ses pauvres petits oiseaux et prend soin de tout le reste. Mais nous, nous devons nous d√©brouiller. C'est parce que le p√©ch√© nous a s√©par√©s de notre Cr√©ateur. C'est ce qui en est la cause. Eh bien, l'homme, au fur et √† mesure qu'il avance... Vous ne verrez pas l'animal s'am√©liorer. Il ne le peut pas. S'il parvient √† une meilleure condition, √ßa devra venir d'une source ext√©rieure. Il ne se construit pas un plus bel abri. Il ne se fait pas frire sa nourriture; il la mange habituellement crue. Voyez. √áa doit se faire parce qu'il... Il n'y a rien en lui qui lui permette d'avoir une √Ęme. Un animal n'a pas d'√Ęme. Mais l'homme a une √Ęme. Et, par cons√©quent, cette √Ęme est une partie de Dieu. M√™me dans sa condition d√©chue, l'homme reste cependant la plus grande esp√®ce de toutes les esp√®ces de la terre. Et si donc vous le mettez en contact avec Son Cr√©ateur, il devient presque un super homme, parce qu'il est un fils de Dieu. Il fait connaissance avec son Cr√©ateur, le Cr√©ateur de toutes choses, et ensuite, quand cet homme-l√† fait connaissance avec son Cr√©ateur, il devient une partie de son Cr√©ateur, il retrouve la communion avec son Cr√©ateur, toute Parole divine devient une r√©alit√© vivante pour lui, et il La croit. Pas √©tonnant qu'aujourd'hui les gens ne croient pas en la gu√©rison divine. Ils n'ont rien en eux pour croire. Tant que Dieu n'entre pas dans le cŇďur d'un homme, cet homme est une brute, ni plus ni moins. Avec sa raison, il retournera la chose dans son esprit: "Comment est-ce possible?" Et il va fournir l√†-dessus des explications convaincantes. Mais si jamais Dieu occupe Sa position dans le cŇďur humain, tous les raisonnements disparaissent. Dieu passe en premier. Amen.
E-104 (28) Donc au commencement, quand Dieu cr√©a l'homme pour qu'il L'adore et vive... Dieu, prenait soin de lui, le nourrissait, et l'homme √©tait en parfaite communion avec Dieu. Tout √©tait parfait. Dieu descendait le soir et parlait √† Adam et Eve. Quel beau tableau! Il n'y avait aucun mal, rien ne pouvait leur nuire. Aucune maladie ne pouvait jamais les atteindre. Ils ne savaient m√™me pas ce que c'est que la maladie. Ils ne savaient pas ce que c'est que la vieillesse. Ils ne connaissaient aucun tort. Rien ne pouvait leur nuire. Ils √©taient dans la pr√©sence des puissances omnipotentes de Dieu, Celui-ci les gardait sous Son contr√īle et les guidait par Son Esprit. Rien ne pouvait leur faire du mal. S'il vous arrivait de penser... Je crois que si, ce matin, ce petit groupe de croyants pouvait une fois mettre de c√īt√© chaque pens√©e, en venir aux faits, √† savoir que le Grand J√©hovah Dieu, qui vous a cr√©√©s au commencement, occupe Sa position, Sa place aujourd'hui, ici dans ce tabernacle, au cŇďur de chaque croyant... Vous croyez cela? Maintenant, au commencement, quand Dieu descendait le soir et parlait √† Adam et Eve dans la fra√ģcheur du jour, et que Sa voix majestueuse leur murmurait... Ils √©taient en communion, ils s'aimaient l'un l'autre. La mani√®re dont l'Esprit Se mouvait √† travers les buissons. Les lions venaient, les tigres, tous les autres animaux, et ils adoraient le Seigneur. L'homme √©tait conscient, √† tout instant, que Sa Pr√©sence √©tait avec lui.
E-107 (29) Maintenant, √©coutez. J'aimerais vous dire quelque chose, √©coutez attentivement ceci, cette remarque. Je vais √™tre un petit peu diff√©rent ce matin. Je vais me d√©cha√ģner concernant certaines des choses de ma propre th√©ologie, certaines de mes opinions personnelles, mes propres conceptions des Ecritures, dont je n'ai jamais parl√© auparavant dans cette √©glise, ni dans aucune autre √©glise. Mais je pense que ce matin cela pourrait √™tre profitable. Tout homme, dans son cŇďur, a ses conceptions, et ainsi de suite, qu'il croit et tient pour sacr√© en son cŇďur, ses secrets entre lui et Dieu, que personne d'autre ne conna√ģt si ce n'est lui et Dieu seul. Vous savez cela. Chacun d'entre vous, croyants, vous le savez. Il n'y a que le croyant et son Cr√©ateur, seuls...
E-109 (30) Je n'ai jamais cru que le ciel √©tait un endroit o√Ļ il y a un tas de b√Ętiments, o√Ļ il y a un tas de maisons, faites de mortier, dont les murs sont tapiss√©s, dont les murs sont peints. Je n'ai jamais cru qu'un √™tre surnaturel devait habiter dans une maison litt√©rale. Je crois que quand J√©sus parlait dans Jean 14, disant : "Dans la maison de Mon P√®re il y a plusieurs demeures", Il voulait dire "un corps, un lieu d'habitation". Car les Ecritures confirment la m√™me chose, et disent: "Si cette tente terrestre est d√©truite, nous en avons une qui attend." Le voyez-vous? Les √™tres mortels sont les seuls √† vivre dans des habitations mortelles. Les √™tres immortels habitent dans des habitations immortelles. Ainsi, le lieu dans lequel on va, en attendant de revenir, n'est pas un lieu fait de briques, de mortier, d'argile, ni de pierres pr√©cieuses ni de joyaux. C'est un √©tat, une condition, nous sortons de cette dimension o√Ļ nous vivons, pour entrer dans une autre dimension. Et c'est une maison, un tabernacle, une demeure. J√©sus a dit: "D√©truisez ce temple, et Je le rel√®verai en trois jours." Et ils ont pens√© qu'Il parlait du temple de Salomon; mais Il parlait de Son propre corps. Et Il est all√© pr√©parer une place pour chaque croyant, pour qu'au moment m√™me o√Ļ nous sortirons de ces r√©gions mortelles, nous n'entrions pas dans quelque chose de mythique ou dans un esprit surnaturel, mais que nous entrions dans un tabernacle, une demeure. Et cela pourrait √™tre ici m√™me dans ce b√Ętiment, ce matin, dans une dimension qu'aucune radioactivit√© ni rien d'autre ne pourrait atteindre. √áa se trouve l√†, c'est pr√©par√© par Dieu seul. Ecoutez. Mo√Įse √©tait mort depuis huit cents ans. Elie avait √©t√© enlev√© depuis √† peu pr√®s six ou sept cents ans. Et ils se tenaient l√† sur la montagne de la Transfiguration, tous les deux dans leurs apparences mortelles, parlant √† J√©sus, juste avant qu'Il aille au Calvaire. Vous voyez ce que je veux dire? Qu'est-ce que j'essaie donc de dire? Que nous regardons √† quelque chose de mythique, tr√®s loin l√†-bas, il y a cent millions d'ann√©es.
E-116 (31) J'ai re√ßu une r√©v√©lation l'autre jour, alors que je me tenais sur le mont Palomar √† l'observatoire du mont Palomar, observant le temps, l'espace jusqu'√† Mars, et jusqu'aux derniers continents et autres. Et comme la lumi√®re voyage √† la vitesse de plusieurs milliers de kilom√®tres par seconde, si un ange partait de l'√©toile la plus √©loign√©e pour venir ici, il lui faudrait des milliards et des milliards et des milliards d'ann√©es pour arriver ici. S'il partait de Mars pour venir ici, volant √† la vitesse de - de la lumi√®re - de l'espace lumi√®re, ou plut√īt √† la vitesse de la lumi√®re, il lui faudrait des milliards d'ann√©es pour arriver ici.
E-118 (32) Je ne peux croire qu'il y ait une maison si loin là-bas. Mais je crois que cette maison, dont Dieu parlait, est ici maintenant, quand nous cessons d'être mortels ici que c'est là que nous les êtres mortels nous entrons, là dans l'immortalité là-bas, dans un lieu. Je crois que c'est là que se trouve Jésus aujourd'hui; le Seigneur Jésus ressuscité. Pas très loin là-bas quelque part, à un million de kilomètres, mais juste ici présent avec nous maintenant.
E-120 (33) Dans la quatri√®me dimension, on peut prouver que juste dans cette salle, maintenant m√™me, passent une onde radioactive, des messages radiophoniques. Il y a des images de t√©l√©vision qui traversent ce b√Ętiment, en ce moment, mais c'est trop rapide pour l'Ňďil. Maintenant, allez √† des millions de kilom√®tres au-del√† de cette dimension, et vous parviendrez en un lieu tout aussi r√©el que les images t√©l√©vis√©es qui traversent cette salle ce matin. Le Seigneur J√©sus-Christ, le Fils de Dieu ressuscit√© Se tient ici. Et la raison pour laquelle vous ne pouvez Le voir, c'est parce que notre cŇďur n'a pas √©t√© r√©gl√© sur cette fr√©quence. La raison pour laquelle nous ne pouvons pas voir les - les images t√©l√©diffus√©es, c'est parce que nous sommes... nos corps ne sont pas con√ßus comme les instruments pour capter les diffusions envoy√©es par les moyens m√©caniques. Mais quand notre corps est sur la m√™me longueur d'onde que Dieu, devenant une partie de Lui, alors notre √Ęme peut capter la puissance du Saint-Esprit, pour manifester la Pr√©sence du Seigneur J√©sus-Christ dans toute Sa puissance et Son omnipotence. Il est ressuscit√© des morts. Il vit parmi nous aujourd'hui. Et Il veut communier de nouveau avec Son peuple. Sa grande majest√©, Sa gloire, est en train de se d√©ployer maintenant. Et Il d√©sire communier de nouveau avec Son peuple, comme Il le faisait dans le jardin d'Eden.
E-124 (34) Je sais que c'est un long d√©tour, mais je voulais que vous saisissiez cette image, de sorte que vous ne l'oubliiez jamais. O√Ļ que vous soyez, que vous soyez dans la salle de billard, que vous soyez dans une salle des jeux, il y a Quelqu'un d'invisible qui vous observe, m√™me quand vous endurez des pers√©cutions √† cause du Nom du Seigneur. Peu importe la situation, citez n'importe qui que vous voudrez, et observez; l'homme r√©coltera ce qu'il a sem√©, chaque fois. S'il agit mal, il ne s'en tirera jamais. S'il agit droitement, il entrera dans la Gloire avec cela. Vous ne pouvez tout simplement pas y √©chapper. C'est Dieu. Il est ici. Il est ici. Il conna√ģt les profondeurs m√™mes de votre cŇďur. Il sait qui vous √™tes et tout ce que vous avez fait.
E-126 (35) Parfois dans les r√©unions, j'observe comment ces visions s'accomplissent. Je me disais: "√Ē Dieu, comment est-ce possible? Alors qu'il y a √† peine une minute, Se tenait ici un Homme, avec Ses bras crois√©s, qui me regardait, et j'ai entendu Sa voix me parler et me r√©v√©ler des choses qui vont arriver l√†, et qui jamais ne faillissent." Et, pourtant, Il dispara√ģt de devant moi. Et je sais qu'il y a un Pays au-del√† de la rivi√®re; il y a une r√©gion l√†-bas quelque part, l√† o√Ļ les glorieuses personnes que sont les grands anges de Dieu et Lui-m√™me communient toujours.
E-128 (36) La communion... Dieu, l√† au commencement descendait. Et Adam et Eve, leurs √Ęmes n'√©taient pas souill√©es. Ils entendaient le rugissement et voyaient cette belle Lumi√®re l√†-bas, briller l√† √† travers les buissons. C'√©tait J√©hovah qui leur parlait. Puis le p√©ch√© les s√©para. Ils s'√©loign√®rent dans le p√©ch√©. Dieu n'avait pr√©par√© qu'un seul moyen pour que le p√©cheur atteigne un Dieu saint; et ce n'√©tait pas par sa propre justice, ce n'√©tait pas en raccommodant une vieille chose, c'√©tait par la mort et la r√©surrection, le seul moyen. Dieu condamna l'homme dans le jardin d'Eden parce que celui-ci avait p√©ch√©, et tout son corps √©tait dans le bourbier. Et vous ne pourrez jamais tourner une nouvelle page.
E-130 (37) Ecoutez! Peu importe √† quel point vous adh√©rez √† l'√©glise et combien de bonnes Ňďuvres vous faites. Tout √ßa c'est tr√®s bien. Vous achetez du charbon √† la veuve quand elle a froid; vous lui achetez de la nourriture quand elle a faim; vous recueillez les petits enfants de la rue. C'est bien. Il n'y a rien √† redire √† ce sujet. Mais, mon fr√®re, ma sŇďur, vous √™tes un √™tre mis√©rable, √† moins que ce vieux fondement soit tout √† fait √©limin√© et que vous deveniez une nouvelle cr√©ature en J√©sus-Christ, pour que cette √Ęme puisse entrer en contact avec Dieu, en vue de la communion. Vous voyez cela? Ensuite, quand vous entrez dans cette merveilleuse et glorieuse communion de Son Etre, toutes les petites choses disparaissent. Oh, √ßa semble si insignifiant, si enfantin. C'est pourquoi nous avons des probl√®mes. C'est pourquoi l'on voit des chr√©tiens de nom vivre tout juste... Aujourd'hui, √ßa marche, et le lendemain √ßa ne va pas du tout; et le surlendemain, √ßa... C'est parce qu'ils n'ont jamais d√©moli l'ancien fondement. Ils n'ont jamais construit sur Christ.
E-132 (38) Eh bien, voyez-le dans sa gloire, l√† au d√©but. Apr√®s qu'il e√Ľt p√©ch√©, Dieu √©tait si d√©sol√© pour le pauvre homme, en les voyant, lui et Eve, s'√©loigner sans... En sortant de la communion, ils devraient se d√©brouiller tout seuls. Que pouvaient-ils faire? Ils avaient un tendre P√®re qui prenait soin d'eux; mais voil√† que par la d√©sob√©issance ils ont rompu la communion. Plus de communion. Ils devaient se d√©brouiller tout seuls; ils devaient cultiver la terre et gagner leur vie √† la sueur de leur front. Ils devaient tomber malade et mourir, conna√ģtre toutes sortes d'ennuis, de chagrins et de d√©ceptions. Pourquoi? La communion avait √©t√© rompue. Plus de communion avec Dieu. C'√©tait devenu impossible. C'est l√† o√Ļ en est l'homme aujourd'hui. C'est pourquoi on le voit dans la rue travaillant le dimanche. C'est pourquoi on le voit aller √† la p√™che ou √† la chasse le dimanche. C'est pourquoi on le voit ici aux courses de chevaux, ou aux courses d'automobiles. C'est pourquoi on le voit dans les salles de billard, dans les cabarets, et ainsi de suite. Il y a quelque chose dans l'homme qui a soif de quelque chose, et il ne peut trouver cela. Et ce monde-ci ne peut le produire. Et l'√©glise ne peut produire cela sur la base d'une th√©ologie mentale. Ils ne le peuvent pas. L'homme doit d√©molir le vieux fondement. L'homme doit √™tre r√©g√©n√©r√©, na√ģtre de nouveau, et revenir √† Dieu. Il ne s'agit pas de tourner de nouvelles pages. Vous n'y parviendrez jamais. C'est peut-√™tre bon. Je n'ai rien contre cela, les bonnes Ňďuvres que vous faites, mais vous n'y arriverez pas avec √ßa. Vous n'y arriverez pas en adh√©rant √† l'√©glise; vous n'y arriverez pas en allant √† l'√©glise avec vos enfants. C'est quand √ßa devient votre affaire personnelle et que vous revenez √† cette communion, qu'on sait alors qu'on est pass√© de la mort √† la vie, car notre esprit rend t√©moignage avec Son Esprit que nous sommes fils et filles de Dieu. Toutes les choses anciennes sont pass√©es, et toutes choses sont devenues nouvelles. Nous y sommes. Oh! la la! Quand j'y pense, combien ces vielles petites choses paraissent insignifiantes. Mon √©pouse avait l'habitude de chanter un cantique: Les traces de pas de l'Etranger ont √©t√© effac√©es Sur les sables de la rive de la Galil√©e, La Voix qui dompta les flots enrag√©s Ne sera plus entendue en Jud√©e. Mais je suivrai chaque jour avec beaucoup de joie Le sentier de ce Galil√©en solitaire. Et les labeurs de la route ne para√ģtront plus rien Quand j'arriverai au bout du chemin.
E-137 (39) Il y a quelque chose l√† au-del√† du voile, qui attire le chr√©tien. Il ne peut l'expliquer. Il ne le comprend pas lui-m√™me. Mais il y a quelque chose dans cette communion qu'il a avec Christ! Ecartez-le de l√†, et il devient un vagabond. C'est pourquoi le pauvre et vagabond peuple am√©ricain aujourd'hui, des pauvres petits enfants l√† dans la rue, des jeunes filles, des jeunes gens, sans communion du tout... Ils fr√©quentent l'√©glise et ils ne peuvent y recevoir cela, parce que l'√©glise est tellement formaliste et pleine de rites. Ils ne peuvent pas trouver cela l√†-bas. Ils vont dans les salles de billard, et ils ne peuvent trouver cela l√†-bas. Ils se rendent sur les plages de plaisance, ils ne peuvent trouver cela l√†. Satan se saisit d'eux et leur √īte les v√™tements, et tout. Ils vivent dans toutes sortes d'adult√®res. De pauvres types entreront dans une r√©union quelque part, et diront: "Oh, fr√®re, je - je vais me suicider." Ils ne peuvent trouver cela. Non. Le p√©ch√© s√©pare l'homme de la communion.
E-139 (40) Maintenant, mes amis, il n'y a qu'un seul chemin pour retourner. J'en ai vu plusieurs qui pouvaient danser dans l'Esprit, qui pouvaient parler en langues, et qui pouvaient courir partout dans le b√Ętiment, et bien d'autres choses, et qui n'avaient pas pour autant de communion; ils sont tout aussi mis√©rables que possible, parce qu'ils avaient b√Ęti sur le mauvais fondement. C'est vrai. Nous devons avoir la chose correcte, nous devons commencer par le commencement. Sans quoi, tout votre d√©part est faux. Vous devez revenir au fondement. Maintenant, voyons ce qu'est le fondement. Ensuite, si nous pouvons donc r√©ellement trouver le fondement dans la Parole de Dieu, il n'y aura donc plus des questions. Surveillez simplement ce qui arrive. Maintenant, √©coutez-moi, mes fr√®res et sŇďurs dans le Seigneur. Il n'y a qu'un seul fondement pour la communion. Il n'y a qu'une seule fois, une seule base sur laquelle Dieu ait jamais √©tendu le tapis de bienvenue pour ramener la race d√©chue d'Adam, une seule, c'√©tait dans le jardin d'Eden, quand Il l'√©tendit, par le moyen du sang vers√©. Je crois dans le Sang. Non pas en parler; je veux dire adorer sous cela. Eh bien, quand Dieu fit une r√©conciliation pour Adam et Eve, Il la fit par l'effusion du sang d'un substitut innocent, par l'effusion du sang.
E-143 (41) Oh, aujourd'hui, les grandes √©glises formalistes se sont carr√©ment √©loign√©es de cela. Elles ne pr√™chent pas du tout cela. Et l'on tient un discours sur la politique et toute autre petite stupidit√© du monde. Ce sont l√† les - les √©glises formalistes. Et l'√©glise du Plein Evangile s'est emball√©e avec tant de petites choses √©rig√©es en ismes, et "on doit faire ceci", et des petites √©vidences, et tout, √† tel point qu'ils se sont √©loign√©s de la chose. Et le monde entier devient une agglom√©ration d'absurdit√©s. C'est vrai. C'est un √©tat, une condition lamentable √† voir. A moins que Dieu ne fasse rapidement quelque chose, tout sera perdu. √Ē Dieu, envoie-nous des pr√©dicateurs aujourd'hui qui se tiendront sur le fondement, qui annonceront aux hommes et aux femmes p√©cheurs: "Le chemin du retour est au travers du Sang vers√© du Seigneur J√©sus, le seul chemin!" Non pas en parler, je veux dire, y entrer.
E-146 (42) Dieu immola l'agneau, couvrit Adam et Eve de sa peau, et versa le sang, un moyen de revenir √† la communion avec Dieu. Adam n'a pu donc revenir √† Dieu que par le sang vers√©. Ca√Įn est venu avec la premi√®re id√©e d'Adam. Et Adam s '√©tait fait une religion en rattachant des feuilles de figuier sur lui et sur Eve. Mais ils comprirent que ce n'√©tait pas le moyen appropri√© de Dieu, et par cons√©quent ils ne pouvaient se tenir dans Sa Pr√©sence. Et de nos jours nous recourons encore √† nos capacit√©s de nous suffire √† nous-m√™mes. Nous utilisons toutes les diff√©rentes id√©es et les vaines philosophies des hommes, et c'est absolument vain. J√©sus a dit: "Les hommes m'adorent, enseignant pour doctrine leurs traditions d'homme." Ils adorent en vain. Vous pourriez adorer le Seigneur, et toutefois ne pas adorer de la bonne fa√ßon. Cela ne vous sera pas compt√© comme r√©conciliation. Eh bien, vous le Tabernacle, je voudrais que vous r√©fl√©chissiez l√†-dessus. Ne laissez pas ces choses passer, en disant: "Fr√®re Bill est venu et il a dit ceci et cela." Prenez ces choses √† cŇďur. M√©ditez-les. Pourquoi avons-nous nos hauts et nos bas? Pourquoi les choses vont-elles comme elles vont? C'est parce qu'il nous faut premi√®rement revenir au fondement.
E-150 (43) Eh bien, Adam pensait qu'assur√©ment s'il pouvait couvrir sa nudit√©, eh bien tout irait bien. Les hommes pensent la m√™me chose aujourd'hui. "Je vais adh√©rer √† une √©glise." Peut-√™tre y en a-t-il beaucoup qui disent: "Je veux √™tre comme l'autre, donc je vais tout simplement... Je peux croire. Je peux taper des mains jusqu'√† crier." D'autres disent: "Je crois que si je parlais un peu en langues, je serais en ordre." Et vous pouvez obtenir une confusion de voix, et non pas le parler en langues, ou vous pouvez effectivement parler en langues sans toutefois √™tre en ordre. Paul a dit: "Quand je parlerais la langue des hommes et des anges, si je n'ai pas la charit√©, je ne suis rien. Vous dites: "Eh bien, si je pouvais aller l√† imposer les mains aux malades et que ceux-ci recouvraient la sant√©, je serais en ordre." Paul a dit que plusieurs vont... J√©sus a dit: "Plusieurs viendront √† Moi en ce jour-l√†, et diront : 'Seigneur, n'ai-je pas chass√© des d√©mons en Ton Nom? N'ai-je pas proph√©tis√©, pr√™ch√© en Ton Nom? N'ai-je pas accompli en Ton Nom beaucoup de puissantes Ňďuvres?' Alors Je leur d√©clarerai: "Je ne vous ai jamais connus; retirez-vous de Moi, vous, ouvriers d'iniquit√©.'" En venant par une autre voie... Que cela descende profond√©ment maintenant. En venant par une autre voie que celle pourvue par Dieu, le Sang... Adam, aussi fondamental que possible, vint avec une bonne couverture, mais ce n'√©tait pas la chose qu'il fallait. Et, aujourd'hui les gens ont des √©glises auxquelles ils adh√®rent, ils y inscrivent leur nom, vont faire des r√©formes, se l√®vent et prennent la communion, et font diff√©rentes choses, √©tant tout aussi religieux que possible. Mais cela n'est toujours pas la voie. Ce n'est pas ce que Dieu a dit. C'est donc sur la base du sang vers√© qu'Adam et Eve ont retrouv√© la voie pour retourner dans la communion avec Dieu. Cette voie a √©t√© suivie √† travers les √Ęges. Elle a √©t√© suivie dans chaque √Ęge.
E-157 (44) Job, le plus ancien Livre de la Bible, pour revenir √† notre passage de l'Ecriture, Job l'a utilis√©e. Le Livre de Job a √©t√© √©crit avant que celui de la Gen√®se soit √©crit. Le Livre de Job est le plus ancien Livre de la Bible. Eh bien, bien s√Ľr, Mo√Įse a √©crit la Gen√®se plusieurs centaines d'ann√©es plus tard. Mais Mo-... Job, la seule voie qu'il avait pour venir communier avec Dieu, c'√©tait √† travers le sang vers√© de l'agneau, et un holocauste. Et une fois, Dieu l'avait b√©ni et il √©tait devenu un grand homme. Il avait amass√© des richesses, des chameaux, des bŇďufs, des moutons. Oh, qu'il √©tait un grand homme! Et tout le monde s'inclinait devant lui et disait : "Job, oh, tu es un mod√®le." Ensuite, Satan, l'accusateur, vint et dit devant Dieu... Et Dieu dit: "As-tu vu Mon serviteur Job, un homme droit, un homme int√®gre? Il n'y a personne comme lui sur toute la terre." Pensez-y donc! "Personne comme lui sur toute la terre." Il r√©pliqua: "C'est s√Ľr, Tu l'as prot√©g√©. Cet homme poss√®de tout: une bonne sant√©, de la vigueur, beaucoup d'argent, et beaucoup de biens. Assur√©ment, il peut Te servir. Mais, dit-il, livre-le-moi pour quelques minutes." Il dit: "Je vais le malmener." Il dit : "Je l'am√®nerai √† Te maudire en face."
E-161 (45) Maintenant, remarquez. Oh, j'aime ceci. Dieu connaissait le cŇďur. Job n'avait qu'une seule voie, c'√©tait par la communion, par l'effusion du sang. Il avait parl√© √† Dieu. Il savait qu'Il existait. Dieu avait confiance en Job, parce qu'Il avait communi√© avec Job. √Ē Dieu! puisse le Branham Tabernacle voir cela aujourd'hui. Le seul moyen pour que Dieu puisse avoir confiance en vous, ce n'est pas du fait que vous faites quelque chose, ou que votre foi accomplit quelque chose, mais c'est quand vous √™tes en communion avec Lui. Amen. La communion...
E-163 (46) Un grand r√©veil baptiste est en cours en ce moment. J'ai entendu un pr√©dicateur baptiste dire l'autre matin: "A Churchill Downs [champ de courses de chevaux - N.D.T.], il y aura plus de membres baptistes √† Churchill Downs qu'il y en aura au r√©veil baptiste." C'est la v√©rit√©. Et pourquoi? Parce que l'Eglise baptiste s'est rel√Ęch√©e. Ils sont devenus baptistes en se faisant membres; ils sont devenus baptistes en adh√©rant √† l'√©glise; ils sont devenus baptistes en passant par un baptist√®re. Mais s'ils √©taient en communion avec leur Cr√©ateur, la Pr√©sence de Dieu, parler et communier avec Lui serait un tr√©sor beaucoup plus grand que les choses de ce monde. Ils n'auraient plus √† s'inqui√©ter de voir leurs membres se rendre √† de tels endroits. Vous n'aurez pas √† vous inqui√©ter √† ce sujet si jamais l'homme entre dans la communion. Amen!
E-165 (47) Vous pourriez me dire combien fr√®re Neville est un grand homme, combien c'est un homme bien. Si j'ai tout simplement entendu cela, c'est tr√®s bien, je le croirai. Et, oh, certainement je le croirai. Mais je ne le saurai jamais personnellement jusqu'√† ce que je communie un peu avec lui, jusqu'√† ce que nous nous asseyions ensemble √† une table, que nous nous regardions par-dessus cette table, que nous nous parlions √† cŇďurs ouverts, et que nos esprits commencent √† s'accorder. Alors je saurais √† peu pr√®s de quoi il est fait. Et avant... Vous avez peut-√™tre entendu parler de J√©sus par la pr√©dication. Vous avez peut-√™tre entendu votre m√®re dire qu'Il est merveilleux. Vous avez peut-√™tre entendu un pr√©dicateur dire qu'Il gu√©rit les malades. Et il se pourrait qu'Il vous ait manifest√© Sa puissance et qu'Il vous ait gu√©ri. Mais vous ne saurez jamais ce qu'Il en est avant que vous vous soyez assis avec Lui une fois, dans la communion, et que vos esprits se soient accord√©s, t√©moignant l'un √† l'autre que vous √™tes fils et filles de Dieu. Alors les choses anciennes sont pass√©es. Vous n'aurez plus √† vous soucier du monde. "Car, par une seule offrande, Il a amen√© √† la perfection pour toujours ceux qui ont eu communion avec Lui, √† travers le Sang." La communion...
E-168 (48) Or, Dieu avait confiance en Job. Il avait communi√© avec lui et Il savait que Job pourrait lui faire confiance. Aussi a-t-il dit : "D'accord, Satan, vas-y. Il est entre tes mains, mais ne lui √īte pas la vie. Tu peux lui faire n'importe quoi d'autre, sauf cela." Alors Satan, excellent dans son r√īle, s'en est all√©, et a tu√© tous les enfants de Job. Eh bien, j'aimerais vous faire remarquer une petite chose. Job en avait eu en quelque sorte un - un pressentiment, je pense. Avez-vous remarqu√© que lorsque ses enfants, lorsqu'ils √©taient tous r√©unis ce jour-l√†, ils avaient un grand banquet.
E-170 (49) C'est l√† que g√©n√©ralement on a des probl√®mes, lorsqu'on va √† ces grandes f√™tes. La compagnie offrira un grand festin. "Vous participerez √† la veill√©e de No√ęl", comme Billy Graham l'a dit dans le journal, l'autre jour, "et vous deviendrez bien ivre pour la premi√®re fois. Vous devez d√©charger votre √Ęme." [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Vous avez √©t√© enferm√© si longtemps, donc vous devez sortir un peu et laisser votre √Ęme se lib√©rer. Vous devez sortir et passer de bons moments, vous relaxer en quelque sorte, pendant les vacances. Fr√®res, cela montre que vous n'avez jamais √©t√© en communion avec Christ. Si un homme ou une femme a d√©j√† r√©ellement go√Ľt√© √† la communion divine avec Christ, je pr√©f√©rerais avoir cela plut√īt que toutes les vacances et les choses du monde. Certainement. Si vous voulez m'accorder une d√©tente, laissez-moi sentir Christ. Laissez-moi Lui parler un peu, et mes fardeaux seront enlev√©s. Ils ne seront plus. Non... Je pr√©f√©rerais Lui parler plut√īt que n'importe quoi que je sache au monde, avoir communion avec Lui. Donc, Dieu savait que Job y avait go√Ľt√©. David a dit: "Go√Ľtez et voyez combien l'Eternel est bon!" Go√Ľtez-Le une fois seulement, et voyez s'Il n'est pas bon. Il a le go√Ľt du miel sur le rocher. Maintenant, la grande communion... Satan descendit donc. Mais avant qu'il descende, Job a dit : "Eh bien, mes enfants sont partis √† la f√™te ce soir." Je me demande si on ne pourrait pas avoir plus de p√®res et de m√®res comme Job, des parents! Il a dit : "Mes enfants sont partis √† la f√™te ce soir. Ils ont invit√© quelques voisins mondains. Eh bien, peut-√™tre - peut-√™tre qu'ils ont p√©ch√©." Oh! la la! Si les m√®res et les p√®res agissaient plus de la sorte, il n'y aurait pas de d√©linquance juv√©nile. Les enfants ne courraient pas les rues comme ils le font. Voyez? Il a dit : "Eh bien, par hasard, ils ont peut-√™tre p√©ch√©, je vais offrir une offrande pour chacun d'eux, afin que s'il arrive quelque chose, ils aient une voie de retour √† la maison par l'effusion du sang." Oh! la la! "Je l'offrirai pour eux. √áa, c'est donc pour Jean. Je vais offrir un sacrifice, √ī Dieu, pour Jean. Eh bien, s'il lui est arriv√© de d√©vier du chemin une fois l√†-bas... Le Saint-Esprit n'est pas encore venu, pour le guider, aussi s'il sort du chemin, Seigneur, je lui fraye une voie ici." Oh! la la! "Marie, elle est l√†-bas ce soir. Ainsi, Seigneur, si elle sort... Je l'ai bien √©lev√©e. Mais si elle sort, je vais lui frayer une voie de retour, par l'effusion du sang." Dieu, accorde-nous plus de ces braves m√®res, qui prient ainsi pour leurs enfants pendant toute la nuit. C'est la colonne vert√©brale de toute nation. Tr√®s bien. "Je vais leur frayer une voie." Alors, peu apr√®s, la col√®re du diable s'abattit sur eux et les tua tous, ainsi que tous ses moutons, tout son b√©tail, et tout ce qu'il poss√©dait. M√™me sa sant√© s'est d√©t√©rior√©e. Et il fut couvert d'ulc√®res, il s'assit sur un - un tas de cendre, avec un tesson en main, se grattant les ulc√®res. Il avait tout perdu. Oh! la la! Voil√†. Ecoutez. Qu'en serait-il alors s'il n'avait eu qu'une foi intellectuelle? Ses raisonnements auraient dit, quand Bildad et tous les autres √©taient venus et s'√©taient mis √† dire : "Eh bien, √©coute, Job, je voudrais que tu r√©fl√©chisses sur ceci maintenant. Bon, √©coute, cela montre que tu es dans l'erreur. Toute ta th√©ologie est fausse, Job, parce que, comme tu le vois, Dieu t'a tourn√© le dos. Tu as adh√©r√© √† une mauvaise √©glise. Tu vois, Job, regarde, tout est all√© de travers "... Mais Job, si c'√©tait l√† tout ce qu'il avait, si c'est tout ce √† quoi il avait pens√©, sa propre pens√©e lui aurait dit, aurait raisonn√© l√†-dessus, et dit : "Je crois qu'ils ont raison. Je crois qu'ils ont raison." Mais (amen!) Job avait eu communion. Il dit: "Non, ce n'est pas vrai. Car je base ma foi sur cette unique chose : Je Lui ai parl√©. Et j'ai suivi la voie √† laquelle Il a pourvu. J'ai suivi la voie de l'effusion du sang, et c'est ce qu'Il exige. Et je Lui ai parl√©, et mon √Ęme demeure en Lui." Vous y √™tes. La communion! Il n'y a rien de comparable.
E-180 (50) Laissez tomber votre adoration formaliste, et entrez une fois en communion avec Lui. Arr√™tez ces histoires d'aller √† l'√©glise le dimanche, et de faire une petite pri√®re chaque soir avant d'aller au lit, et sortez r√©ellement et entrez en communion. Oh la la! Vous vous h√Ęterez de faire la vaisselle pour revenir communier de nouveau, lire la Parole, parler avec Lui. C'est ce qu'il nous faut. C'est ce dont le monde a besoin aujourd'hui, ami chr√©tien. C'est ce qu'il vous faut. C'est ce qu'il me faut. C'est ce dont le monde entier a besoin, de revenir √† la communion, la communion avec Lui, Le conna√ģtre.
E-181 (51) Paul a dit: "La communion de Ses souffrances, endurant les pers√©cutions avec Lui." Vous savez, Paul √©tait un... C'√©tait un homme qui avait souffert avec Christ. Et quand cet esclave, l√†, s'est enfui... J'aime cela. Paul avait tellement endur√© des pers√©cutions, tant de choses pour Christ, que lorsque cet esclave fugitif se sauva, Paul a dit, √©crivant √† son ma√ģtre, apr√®s la conversion de l'esclave, il dit: "Ne le traite plus comme un esclave." Il dit: "Traite-le comme un fr√®re." Il a dit : "S'il te doit quelque chose, mets-le sur mon compte. Je te paierai quand je reviendrai." Voyez? Il avait tellement √©t√© en communion avec Christ, dans Ses souffrances, qu'il savait ce que c'√©tait que d'√™tre un paria. Savez-vous ce que c'est que d'√™tre un paria? Il savait ce que c'√©tait de communier dans Ses souffrances, c'est ainsi qu'il savait sympathiser avec les autres. C'est la raison pour laquelle Christ est devenu un humain, afin qu'Il puisse conna√ģtre les douleurs de la maladie, qu'Il puisse conna√ģtre les chagrins des d√©ceptions, afin qu'Il puisse avoir une communion avec nous, car Il a eu part √† notre vie comme nous, une vie de d√©ceptions, de chagrins et de maladies. Car Il a port√© nos maladies et nos peines en Son propre corps. Une communion!
E-183 (52) Remarquez maintenant, rapidement. Nous arrivons √† la fin de cet entretien sur la communion. Eh bien, Job avait communi√©, et quel merveilleux moment c'√©tait! Et alors, Dieu ne pouvait pas... Satan, plut√īt, n'a pas pu √©branler et d√©tacher Job de cette communion. Alors, sa femme s'est amen√©e, le dernier recours. Satan a dit: "Je l'aurai par sa femme. Et je ferai qu'elle... Les enfants ne pouvaient pas le faire, alors je vais... La perte de tous ses biens ne pouvait pas faire cela, la perte de sa sant√© ne pouvait pas faire cela." Donc, la chose la plus proche d'un homme en ce monde, ou ce qui devrait l'√™tre, c'est sa femme. Ainsi, il prit la femme de Job et il vint l√†. Et elle a dit: "Job, regarde ta mine." Elle a dit: "On dirait que certains d'entre eux doivent avoir raison. Eh bien, tu dois √™tre membre d'une mauvaise √©glise. Tu dois √™tre tout embrouill√©, Job. Peut-√™tre que tu es en erreur. Eh bien, alors, √©coute, pourquoi ne maudis-tu pas Dieu tout simplement et ne meurs? Regarde comment tu es devenu. Nous pouvons adh√©rer √† une meilleure √©glise." Et il dit: "Tu parles comme une femme insens√©e." Il savait o√Ļ il se tenait, pas sur une th√©ologie mentale, pas sur une foi intellectuelle, mais sur une communion avec Christ, √† travers l'holocauste, le sang. Il avait ador√© Dieu. Il a dit: "Tu parles comme une femme insens√©e." Il ajouta: "Le Seigneur a donn√©, et le Seigneur a √īt√©; b√©ni soit le Nom du Seigneur!" Voil√†! C'est √ßa l'adorateur en communion. C'est √ßa l'homme qui a r√©ellement parl√© √† Dieu. Alors vous savez de quoi vous parlez. Si vous avez pris quelque chose d'autre... Et ces autres choses sont bien, toutes ces autres choses sont bien, je n'ai rien contre elles, mais ce n'est toujours pas la base. Ne construisez pas seulement sur cela, sur cette foi intellectuelle. Revenez √† cette base-ci, ayez cela ici, et puis adorez avec Lui, parlez avec Lui, communiez avec Lui. Et ensuite, b√Ętissez sur ces autres choses, amenez ces autres choses sur ce fondement. Mais vous essayez d'amener ces v√©rit√©s fondamentales sur un fondement qui n'a rien de tel. C'est comme mettre... Fr√®re Wood qui est ici, quelque part dans la salle, est entrepreneur. Eh bien, √† quoi lui servirait-il de prendre un vieux b√Ętiment vermoulu, compl√®tement rong√© par les termites, et qui est pourri jusqu'√† la fondation, et d'aller se procurer le meilleur bois de charpente qu'il puisse trouver, un bon bois de s√©quoia sec, bien s√©ch√©, pour le clouer sur la maison, aller l√† se procurer une peinture recommand√©e par la plus grande contr√©e du... compagnie de peinture du monde? Il dirait : "Regarde ici, pasteur, je peux te prouver que c'est du vrai et authentique s√©quoia." Je dirais : "Oui, Fr√®re Wood, c'est juste." "Regarde ceci, voici le label de qualit√©, montrant que c'est la meilleure peinture qui puisse √™tre appliqu√©e sur une maison." "C'est juste, Fr√®re Wood, mais ta fondation n'est pas bonne. √áa doit s'√©crouler." C'est √ßa le probl√®me. Lire les Ecritures, c'est bien, pr√™cher l'Evangile, c'est bien, mais votre fondement n'est pas bon. D√©barrassez-vous de votre conception mentale des choses, et recevez Dieu dans votre cŇďur, par l'effusion du Sang, et puis construisez √† partir de l√†. Votre bois tient bien, si vous le posez sur une bonne fondation. Voil√†. Ne vous f√Ęchez pas contre moi maintenant. Cela peut blesser un peu, mais c'est la v√©rit√©, c'est ce qui vous aide. Eh bien, remarquez. Retournez au bon fondement, √† la communion.
E-193 (53) "Maintenant, comment allons-nous entrer dans la communion, Fr√®re Branham? Qu'est-ce qui nous introduit dans la communion?" L'effusion du Sang. Il y en a eu en Eden. Il y en a eu ici avec Job, apr√®s l'Eden. Voyons cela encore dans un passage ou deux, et puis nous nous d√©p√™cherons pour terminer. Eh bien, suivez attentivement. Voici comment on entre dans cette communion. "Comment l'obtenez-vous, Fr√®re Branham? Comment entrez-vous donc dans cette communion?" Par l'effusion du Sang, pas par une quelconque exp√©rience. Non monsieur! Pas par une quelconque √©motion mentale. Non non! Pas par un quelconque exercice corporel. Non non! Ces choses sont tr√®s bien, elles sont aussi bonnes que possible, elles ne sont pourtant pas la v√©rit√© fondamentale. Laissez cela de ce c√īt√©-ci, jusqu'√† ce que vous reveniez ici par la voie correcte, que vous reveniez ici, jusqu'√† ce que vous arriviez √† l'autel et que toutes les choses anciennes soient pass√©es. Une paix qui surpasse toute intelligence entrera, au point o√Ļ vous ne pourrez plus ha√Įr, o√Ļ vous ne pourrez plus envier, et que quelque chose vous fasse aimer le pire ennemi que vous ayez jamais eu. Pas une imagination. Mais quelque chose qui vous emp√™chera de parler du voisin qui vous pers√©cute, quelque chose qui am√®nera ces... aimer ceux qui vous maltraitent. Cela vous am√®nera √† prier pour ceux qui sont indiff√©rents et m√©chants √† votre √©gard. C'est cela le fondement.
E-197 (54) Quand l'Ange qui devait apposer le sceau a travers√© le pays, Il avait re√ßu l'ordre de marquer ceux qui soupiraient et qui g√©missaient √† cause des abominations qui se commettaient dans la ville. Je dis ceci avec respect et consid√©ration maintenant. Ne vous emportez pas contre moi... ne vous f√Ęchez pas contre moi plut√īt. Mais qu'en serait-il si l'Ange qui est charg√© de sceller traversait cette nation aujourd'hui? O√Ļ trouverait-Il des hommes si profond√©ment consacr√©s √† Dieu, qu'ils g√©miraient jour et nuit, √† cause des p√©ch√©s, √† cause des p√©ch√©s de cette nation qui s'√©croule? O√Ļ marquerait-Il cette √©glise qui je√Ľne et qui prie, et qui soupire, disant: "Seigneur J√©sus!" O√Ļ trouverait-Il cette personne? Nous sommes all√©s apr√®s l'instruction. Nous sommes all√©s apr√®s des sermons bien fleuris. Nous sommes all√©s apr√®s l'habillement hollywoodien et - et le fanatisme. On veut que les √©glises soient obligatoirement tr√®s grandes; il faut qu'elles soient luxueuses, somptueuses; il faut qu'elles aient des crucifix partout, et qu'elles aient de grandes orgues. Ces choses sont tr√®s bien. Mais nous avons mis toutes nos pens√©es l√†-dessus et avons laiss√© de c√īt√© la chose r√©elle.
E-199 (55) Les Pentec√ītistes sont all√©s apr√®s l'√©vidence initiale, le parler en langues, et les cris et - et quelque chose comme cela. Ces choses sont tr√®s bien, mais vous avez laiss√© de c√īt√© la chose r√©elle. En effet, il est √©tabli que vous ne pouvez aimer Dieu et avoir en m√™me temps de la haine. La m√™me fontaine ne peut donner √† la fois l'eau douce et l'eau am√®re. Vous ne pouvez pas avoir dans l'√©glise le parler en langues et la gu√©rison divine, tout en ayant l'envie, les querelles, la malice et la haine. √áa ne peut pas se faire. Cela ne se m√™lera pas. Dieu mettra cela dehors, aussi certainement que le monde existe. Vous devez revenir. C'est ce qui est arriv√© √† l'√©glise. Vous dites: "Etes-vous contre le parler en langues et...?" Non monsieur. Je suis pour √ßa. C'est la Parole de Dieu. Toutefois, je vois o√Ļ l'√©glise s'est engag√©e dans tout un tas de stupidit√©s, sans jamais revenir, ni toutefois reconna√ģtre le... parce qu'ils font ces choses, et ils ont la malice, la haine et les querelles, m√™lant le m√™me... L'huile et l'eau ne se m√©langent pas. Vous voyez ce que je veux dire? Revenons.
E-202 (56) Que cette petite unit√©, ce matin, ici au Branham Tabernacle, prenne cette r√©solution : "Nous revenons, nous retournons au fondement. √Ē Dieu, cr√©e en moi un esprit bien dispos√©. Cr√©e en moi un amour, une paix qui surpassent toute intelligence. Et, √ī Dieu puissant, √† partir de l√†, fa√ßonne-moi donc. Quand je verrai quelque chose qui va de travers, laisse-moi revenir au fondement et recommencer." D√©tachez les planches et revenez de nouveau au fondement; cela doit √™tre construit correctement, car, cela va seulement... car peu importe la hauteur de votre b√Ętiment, la chute sera plus catastrophique quand vous tomberez. Amen. Oh! mes amis.
E-203 (57) Maintenant, quand Isra√ęl allait communier avec Dieu, il n'y avait qu'un seul lieu pour communier avec Dieu, et c'√©tait dans le tabernacle. C'√©tait toujours dans le tabernacle que se faisait le sacrifice sanglant. Le peuple... Dieu n'a jamais promis de rencontrer le peuple ailleurs sinon sous le sang r√©pandu. Pensez-y. Je vais laisser cela p√©n√©trer un moment maintenant. Nous allons bient√īt terminer. Ecoutez! Dieu n'a jamais promis de rencontrer qui que ce soit sur la base de ses m√©rites, sur la base de la bont√© de cet homme ou de la bont√© de cette femme. Il n'a jamais promis de les rencontrer l√†. Il n'y a pas de communion avec Dieu sur la base de vos propres m√©rites. Le seul lieu o√Ļ il y a la communion, c'est sous le sang vers√©. De la Gen√®se √† l'Apocalypse, ce n'est qu'√† travers le sang, un substitut innocent, pour couvrir le p√©cheur coupable et p√©nitent. Seulement le Sang. Maintenant remarquez, rapidement. Isra√ęl allait dans un b√Ętiment, ils r√©pandaient le sang. Et ce b√Ętiment √©tait le seul endroit o√Ļ Dieu rencontrait le croyant et communiait avec lui. C'√©tait dans ce b√Ętiment que se faisait l'effusion du sang. L'agneau mourait √† l'autel, chaque jour. Le sang coulait, et une fum√©e noire planait au-dessus du tabernacle et Dieu ne pouvait plus voir le p√©ch√©. Le peuple √©tait donc sous le sang et avait communion.
E-206 (58) Maintenant, observez! Dans Exode, vers le chapitre 19, nous voyons que lorsque les enfants d'Isra√ęl √©taient sur le point d'effectuer leur voyage... (accordez-moi toute votre attention une minute encore, avant que nous terminions) Dieu a parl√© √† - √† Mo√Įse, et a dit: "Je voudrais que tu ailles l√† prendre une g√©nisse, une g√©nisse rousse, une g√©nisse rousse qui n'a jamais port√© de joug, et Je veux que tu la prennes et que tu l'immoles. Ensuite, Je veux que tu... quand tu l'immoleras, qu'Eli√©zer, le sacrificateur, se tienne l√† comme t√©moin. Et alors pendant qu'il se tiendra l√†, une fois que la g√©nisse sera morte, qu'il plonge ses doigts dans le sang et qu'il en fasse aspersion sur l'assembl√©e, sur le lieu d'adoration, qu'il l'applique sept fois sur la porte, comme ceci. Sept fois sur le... devant l'arche, le lieu d'adoration public. Ensuite, prends la g√©nisse, lie-la, et br√Ľle-la. Et prends ses cendres, et m√©lange-les avec du bois cramoisi, l'hysope, et le c√®dre." Oh, j'aimerais que nous ayons le temps d'examiner ce que sont ces choses: le bois cramoisi, l'hysope et le c√®dre. Vous verrez que J√©sus n'√©tait pas mort sur un cornouiller, comme on le pr√©tend. Remarquez : "Et ensuite, br√Ľle-les tous ensemble. Et puis, d√©pose cela hors du camp, dans un lieu pur, afin d'en faire les eaux de s√©paration. Et chaque fois que quelqu'un sort de la communion, il doit venir, et on aspergera sur lui cette eau de s√©paration. Alors, il peut avoir communion. En dehors de cela, il ne peut pas l'avoir."
E-209 (59) Observez maintenant combien ceci est beau, avant de terminer. Tout d'abord, la g√©nisse rousse - la couleur rouge - √ßa signifie quelque chose. Pour nous donc, le rouge signifie "le danger". C'est un mauvais signe que de voir le rouge, cela signifie "stop", il y a danger. Aussi, le rouge, dans la Bible, c'est une couverture; le rouge, c'est l'expiation; le rouge, c'est la s√©curit√©. Vous souvenez-vous quand la prostitu√©e Rahab laissa descendre les espions √† l'aide d'une corde cramoisie, pour leur s√©curit√©? Sous le rouge, on est toujours en s√©curit√©. Or, le sang est rouge. Maintenant, √©coutez. Consid√©rez la recherche scientifique; prenez le rouge, une pi√®ce d'√©toffe rouge, ou quelque chose de rouge, la cellophane, regardez √† travers cela quelque chose de rouge, le rouge √† travers le rouge para√ģt blanc. Essayez cela. Prenez du rouge, et regardez √† travers le rouge, cela para√ģt blanc. (60) Eh bien, nous sommes rouges par nos mauvaises actions. "Si vos p√©ch√©s sont comme le cramoisi", rouges. A travers le Sang vers√© du Seigneur J√©sus, lorsque Dieu regarde √† travers Cela, le rouge √† travers le rouge para√ģt blanc. "Ils deviendront blanc comme la neige." Voyez? Pas √† travers quelque chose d'autre que vous avez, mais √† travers le Sang, le seul lieu o√Ļ Il peut communier. En dehors de cela, votre propre justice, Il ne la verra jamais. Vos bonnes Ňďuvres, Il ne les reconna√ģtra jamais, √† moins que vous ne veniez sous le Sang. Alors, Il vous voit comme Son propre fils bien-aim√©, ou Sa fille bien-aim√©e. Le rouge vu √† travers le rouge para√ģt blanc. Peu importe ce que vous avez fait, ami p√©cheur. Quand Dieu regarde, quand Il voit que vous confessez vos p√©ch√©s, reconnaissant avoir √©t√© dans l'erreur, quand Dieu regarde √† travers le Sang du Seigneur J√©sus, Il vous voit blanc comme la neige. Peu importe ce que vous avez fait, Il vous regarde √† travers le Sang de Christ. Vous √™tes un rachet√©, une chose pr√©cieuse! Dieu ne vous condamnera jamais plus. Il ne peut vous condamner.
E-215 (61) Quand Dieu cr√©a le premier homme... Il cr√©a les cieux et la terre, et quand Dieu Se mit en retrait par rapport √† Sa premi√®re cr√©ation et la regarda, Il ne la regarda pas pour la juger. Il la regarda et dit: "Comme elle est belle!" Il l'admira. Oh! la la! Voyez-vous cela? Il regarda et vit que cela √©tait bon. Tout √©tait parfait; les arbres, tout. L'homme et la femme, tout √©tait parfait. Il a dit : "C'est tr√®s bon." Mais alors Satan a perverti cela. Et si Dieu n'a pu condamner Sa premi√®re cr√©ation, combien plus Lui est-il impossible de condamner Sa seconde cr√©ation, quand vous √™tes alors une nouvelle cr√©ature en J√©sus-Christ! Vous ne pouvez le faire par vous-m√™me. Peu importe combien vous le d√©sirez, vous ne le pourrez pas. C'est un don de Dieu. "Personne ne peut venir √† Moi, si Mon P√®re ne l'attire. Et tout celui qui viendra √† Moi, Je lui donnerai la Vie Eternelle et le ressusciterai au dernier jour." Et quand Dieu vous a fait na√ģtre de nouveau par le Saint-Esprit, Il ne peut que vous voir comme une Ňďuvre parfaite, parce que c'est Lui-m√™me qui l'a faite. Gloire! Amen, amen. Il ne peut vous condamner, car vous √™tes Son Ňďuvre. Amen. Oh! la la! J'ai envie de crier comme les m√©thodistes. Pensez-y! Vous √™tes l'Ňďuvre de Dieu. Il l'a fait comment? Par Sa gr√Ęce souveraine. Pas parce que vous avez saut√©, pas parce que vous √™tes all√© √† l'√©glise, pas parce que vous avez tourn√© une nouvelle page, mais parce que Dieu dans Sa mis√©ricorde, vous a fait entrer en Christ et dans la communion, et Il vous regarde comme une Ňďuvre parfaite √† Lui. Pourquoi? "Je l'ai amen√©, Je l'ai amen√© devant le Sang, et Mon Ňďuvre est parfaite", a-t-Il dit. Vous √™tes l'Ňďuvre de Dieu.
E-219 (62) Maintenant, juste un instant. Eh bien, comment venaient-ils donc? Ils venaient et s'ils avaient fait quelque chose de mal (ces eaux de séparation devaient être conservées dans un lieu pur)... Oh, j'aimerais que nous puissions traiter de cela un moment; un lieu pur. Les eaux de séparation, c'est la Parole. Paul a dit ici dans Ephésiens, il a dit: "Car Il nous a lavés par l'eau de la Parole." Voyez, les eaux de séparation, la Parole. La prédication de la Parole vous sépare. Vous entendez la Parole, et vous dites: "Je suis - je suis dans l'erreur. Je ferais mieux d'abandonner ceci. Je joue le religieux. Je ferais mieux d'abandonner cela." Voyez? Ce sont les eaux de séparation. "Et elles devaient être conservées dans un lieu pur." Il ne devrait pas y avoir de prédicateur qui fume la cigarette! Non monsieur! Il ne devrait pas y avoir de prédicateur qui court dans le pays, qui court avec les femmes d'autrui, et des choses comme celles-là. Il ne devrait pas y avoir d'église qui pratique l'amour libre et toutes ces choses impies, et dont les membres vont au jeu de base-ball, et organisent de grands divertissements et des soirées dansantes dans l'église. Elle doit être conservée, la Parole de Dieu doit être conservée dans un lieu pur. Amen. Un lieu pur, tel que lorsqu'un homme rebelle vient, il peut y entrer et recevoir l'aspersion par les eaux de séparation.
E-222 (63) Qu'est-ce donc? Quand il enseigne la Parole, si ce sont les bonnes eaux... Maintenant, si on vous asperge avec de mauvaises eaux. On dira : "Venez adhérer à cette église-ci, c'est une bonne église. Vous devriez faire inscrire votre nom dans le registre. Oh, nous l'avons, gloire à Dieu, nous l'avons." Ce sont là les mauvaises eaux. Quelles étaient les bonnes eaux de séparation? Elles parlaient d'un substitut innocent qui mourait pour un pécheur coupable. La génisse rousse mourait, laquelle était un type de Christ. Et, rappelez-vous, elle n'avait jamais porté de joug à son cou. Christ n'a pas été sous le joug d'une quelconque organisation. Il ne perdait pas du tout Son temps avec elles. Il n'a pas été sous le joug de tout... de quoi que ce soit. Si nous avions un peu de temps pour aborder ce... Très bien. Mais on en a fait une eau de séparation. Voyez, ça ne se vente pas d'une église dénominationnelle; ça n'a rien à voir avec cela. Ça ne parlera que d'un substitut mort, qui est mort à votre place. Pas "nous le peuple", pas "notre grande église", pas "notre organisation", mais de quoi s'agissait-il? - D'un substitut innocent qui est mort à votre place, qui était Jésus-Christ, le Seigneur. Alors, quand on nous apporte la Parole, les eaux de séparation sont alors déversées sur la personne. Maintenant, remarquez, rapidement avant que nous terminions.
E-227 (64) Eh bien la chose suivante: le Sang de ce substitut innocent √©tait appliqu√© sept fois, comme cela comme un t√©moignage public. Sept est le chiffre de Dieu de l'ach√®vement. Sept √Ęges de l'√©glise. Les sept derniers √Ęges de l'√©glise: l'√©glise de Philadelphie, l'√©glise de Laodic√©e, et l'√©glise... Chaque √Ęge de l'√©glise doit passer par ce m√™me Sang vers√©.
E-228 (65) Eh bien, un homme vient; il s'assied dans l'assembl√©e; il a entendu la Parole. Maintenant, √©coutez, il veut communier. Il ne peut entrer... Le b√Ętiment, ce b√Ętiment-l√†, est le seul lieu de communion. Le seul lieu o√Ļ ils pouvaient aller, c'√©tait dans ce b√Ętiment, pour communier avec Dieu, car Dieu ne les rencontrait que l√†. Maintenant, √©coutez attentivement. Quel type de Christ! Aujourd'hui, Dieu n'a pas promis de communier √† travers les M√©thodistes, √† travers les Baptistes, √† travers les Pentec√ītistes. Il a promis de communier en J√©sus-Christ. C'est l√† que vous avez communion. Vous pouvez communier avec vos compagnons de la race humaine, vous joindre √† eux. Vous pouvez aller vous joindre aux "Moose", aux "Elk" ou aux "Odd Fellows", √† ces loges-l√†. Elles sont tr√®s bonnes. Elles sont bien. Mais ce n'est pas ce dont je parle ce matin. Je parle de la communion avec Christ, l'Eternel.
E-233 (66) Eh bien, quand le Sang a été aspergé, les eaux, "le lavage d'eau par la Parole", la Parole était proclamée. Vous dites: "Eh bien, regarde, j'ai adhéré à l'église. J'ai fait ceci, mais en fait, je n'ai pas eu cette expérience-là." Qu'est-ce? Ce sont les eaux de séparation. "Eh bien, je pensais que tout irait bien si je devenais membre de l'église de ma mère." Ce n'est pas cela, frère. Non monsieur! Quelqu'un est mort pour vous, c'était Jésus-Christ. Vous devez L'accepter. Alors, vous recevez cela.
E-234 (67) La chose suivante donc, vous avancez vers la communion. Vous voici parti : "Eh bien, Fr√®re Branham, o√Ļ puis-je communier?" En Christ, dans le temple, le tabernacle o√Ļ Il demeure. "Comment vais-je y arriver?" Premi√®rement, vous allez √† la porte. Vous avez entendu la Parole, ensuite vous allez √† la porte. Vous avez une foi mentale. Vous dites: "Oui, j'ai entendu la Parole, j'y crois." Or, avant de pouvoir entrer dans ce lieu, il y a un voile de Sang qui est suspendu l√†, pour la purification. Et vous devez reconna√ģtre ce Sang comme substitut innocent. A travers la pr√©dication de la Parole, on a fait descendre le voile du Sang. L√†, vous voyez que Quelqu'un est mort √† votre place. Alors vous renoncez √† tous vos biens terrestres, toutes vos id√©es futiles, toutes vos danses, votre vie immorale, et toutes ces choses que vous avez con√ßues : le fait d'aller √† l'√©glise, vos nouveaux r√®glements, vos dix commandements, votre abstinence √† la viande, et toutes ces choses, mettez cela de c√īt√©. Plongez compl√®tement dans le Sang, et dites: "Seigneur, lave-moi et purifie-moi." Alors le Saint-Esprit, √† l'int√©rieur de cette cellule de Sang, l√† o√Ļ l'on communie, vous attire et vous fait entrer dans le Seigneur J√©sus, par le Saint-Esprit en vous faisant passer par le Sang de la purification. Alors vous √™tes dans la communion. Les choses anciennes sont pass√©es. Alors vous √™tes dans la communion, par le Saint-Esprit, qui vous attire dans une relation avec Dieu. Et il n'y a donc qu'un seul (voil√†), qu'un seul lieu de rencontre o√Ļ tout homme puisse jamais entrer en contact pour adorer dans la v√©ritable communion, qui est en J√©sus-Christ.
E-239 (68) Voyez-vous cela, √©glise? J'ai √©t√© long ce matin. Je ne le pensais pas, je n'avais pas l'intention d'√™tre si long. Mais je - j'esp√®re que vous voyez ce que j'ai essay√© de vous pr√©senter. Peu importe le fondement... Vous pouvez √™tre une tr√®s brave personne, vous pouvez √™tre membre d'une bonne √©glise. Tout √ßa c'est bon, je n'ai rien contre. Mais, en √™tes-vous d√©j√† arriv√© √† communier avec Lui? Venir... Et la seule mani√®re que vous le ferez, c'est au travers du Sang de Ses souffrances. Puis, vous venez √† cet endroit et vous entendez la Parole, et vous dites: "Oui, J√©sus est mort √† ma place. Je crois cela. Maintenant je dois √™tre purifi√© de ce temp√©rament col√©rique et de toutes ces histoires que je continue √† faire. Maintenant, Seigneur, fais-moi passer sous le Sang, me voici." Et quelque temps apr√®s, cette douce paix qui surpasse toute intelligence entrera dans le cŇďur humain. Alors, vous l√®verez les yeux l√†, et vous direz: "Maintenant, je vis dans la communion. O√Ļ que j'aille, quoi que je fasse, je suis dans cette merveilleuse communion. Une paix qui surpasse toute intelligence. Le Saint-Esprit vit en moi. Chaque jour je vis... Si la mort survient, que peut-elle me faire? Elle ne peut me faire du mal." Votre √Ęme d√©sire ardemment quelque chose qui est l√†. Quotidiennement, vous recherchez cela et vous regardez l√† o√Ļ cela se trouve. Votre ancien tabernacle, vos souffrances, vos g√©missements et vos cris, et oh! la la! comme les vieilles douleurs de l'enfantement viennent dessus... C'est vrai. Qu'est-ce que cela signifie? Cette vieille motte d'argile va un jour dispara√ģtre. Mais il y a quelque chose √† l'int√©rieur de cette petite motte d'argile qui cherche √† sortir, qui cherche √† se lib√©rer. Oh, qu'est-ce? C'est ce petit oiseau appel√© l'√Ęme. Et le seul moyen pour qu'elle puisse se lib√©rer, c'est qu'un matin, l'argile c√®de, et nous la laisserons tomber, et nous nous √©l√®verons, pour saisir √† jamais le prix √©ternel, quand l'√Ęme ira rencontrer son Bien-Aim√©, l√†-bas, avec ses deux bras ouverts. La seule chose qui vous retient ici c'est ce vieux petit amas d'argile d√©form√©.
E-244 (69) Et le seul moyen qu'a Dieu de prêcher l'Evangile aujourd'hui, c'est par cette motte d'argile. Et c'est pourquoi Il vous retient ici. Et c'est pourquoi vous les malades avez droit de venir à Christ. Dites: "Seigneur Jésus, si seulement Tu me guéris maintenant, j'irai, je ne suis peut-être pas un prédicateur, mais je parlerai de cela. Je ferai tout mon possible. Tu es le Cep; je suis l'un des sarments." Or, le cep ne porte pas de fruits. Ce sont les sarments qui portent les fruits. Pas le cep, c'est le sarment. Le cep lui donne seulement l'énergie. L'Evangile peut être prêché par Christ. Si vous vous ouvriez pour être un sarment qui portera des fruits, les autres pourront voir Christ en vous, par votre témoignage, par votre vie et votre manière de vivre. Il est l'énergie, mais vous êtes l'image. Vous êtes une Bible qui marche.
E-245 (70) Que Dieu vous b√©nisse, mes amis. J'ai foi que vous prendrez ces paroles entrecoup√©es de ce matin, en effet, je me sentais physiquement faible et tout, et que vous les prendrez √† cŇďur, sachant que je les ai apport√©es du fond de mon cŇďur pour qu'on revienne √† ce fondement, √† la communion avec Christ; alors, vous n'aurez plus jamais √† courir √ß√† et l√† et partout l√†-bas. Vous √™tes en constante communion avec Lui, tout le temps.
E-245 (71) Inclinons la t√™te un moment. La sŇďur pianiste, veuillez venir ici. Que chaque t√™te soit inclin√©e. Pendant que nous r√©fl√©chissons √† ceci, je voudrais que chacun de vous re√ßoive ceci maintenant du fond de son cŇďur. "Ai-je vraiment... Suis-je vraiment √† la place o√Ļ je devrais √™tre? Ai-je vraiment cette paix qui surpasse toute intelligence? Ai-je vraiment la communion qu'il me faut avoir avec Christ? Est-ce que je parle avec Lui? Est-ce que mon cŇďur br√Ľle de Lui parler chaque jour? Quand je rate mon petit temps de pri√®re, est-ce que mon cŇďur meurt d'envie de L'atteindre?" Si tel n'est pas votre cas, mon ami, venez aujourd'hui. Ne voulez-vous pas le faire? Vous... Tout ce qu'il vous faudra faire c'est simplement L'accepter. Christ a dit dans Sa Parole: "Celui qui √©coute Mes Paroles (c'est ce qui a √©t√© pr√™ch√© ce matin) et croit √† Celui qui M'a envoy√© (pas dans votre t√™te, dans votre cŇďur) croit √† Celui qui M'a envoy√©, a la Vie Eternelle (l√† sur-le-champ, d√®s qu'il croit) et ne vient point en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la vie."
E-249 (72) Notre P√®re c√©leste, comme nous nous approchons de la fin de ce Message sur la communion, nous Te remercions, parce que nous pouvons nous asseoir dans les lieux c√©lestes en J√©sus-Christ, et communier sur la Parole, pendant que le Saint-Esprit nous l'apportait avec beaucoup d'amour et de tendresse, fortifiant nos faibles √™tres et faisant de nous Ses produits. Nous T'en remercions, Seigneur. P√®re c√©leste, as-Tu fait aujourd'hui une nouvelle cr√©ature l√† quelque part? Pendant que la Parole √©tait proclam√©e, sont-ils venus aux eaux de s√©paration? Ils entrent maintenant dans le Sang, o√Ļ ils sentent quelque chose tirer dans leur cŇďur. As-Tu fait une nouvelle cr√©ature ce matin, P√®re? Toi seul peux le faire. Si c'est le cas, P√®re, puissent-ils montrer maintenant qu'ils ont reconnu cela.
E-251 (73) Et tandis que nous avons nos t√™tes inclin√©es, si quelqu'un sent que Dieu lui a parl√© et qu'il veut devenir Son serviteur... Il n'est pas n√©cessaire pour vous de faire quoi que ce soit au monde. Maintenant, que personne ne regarde, sauf Christ seul et moi. Vous ne levez pas la main vers fr√®re Branham; vous la levez vers J√©sus-Christ, disant: "Seigneur, je crois vraiment." Dieu vous b√©nisse, fr√®re. Que quelqu'un d'autre l√®ve sa main, disant: "Je - je..." Dieu vous b√©nisse, fr√®re. Que quelqu'un d'autre l√®ve sa main, disant: "Je crois maintenant, sur la base du Sang vers√©." Dieu vous b√©nisse, monsieur. Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re. Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re. Dieu vous b√©nisse, ma sŇďur. Dieu vous b√©nisse, mon p√®re, l√† derri√®re. "Sur la base du Sang vers√©, √ī Dieu, voici ma main. A partir de cette heure m√™me, dor√©navant, Seigneur, je crois que quelque chose s'est produit dans mon cŇďur ce matin, qui m'a donn√© un nouveau d√©part. Je crois cela maintenant m√™me. Quelque chose a mis la paix dans mon cŇďur." Que dirait-Il qui a fait cela? Personne ne peut le faire si le P√®re ne l'attire. Et tous ceux qui L'accepteront auront la Vie Eternelle sur-le-champ. A la minute m√™me o√Ļ vous levez la main, Dieu la voit. Y a-t-il quelqu'un d'autre, avant que nous priions? Dieu vous b√©nisse, madame. Je vous vois. Dieu vous b√©nisse, fr√®re. Je vois votre... Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re.
E-256 (74) Venant sur quelle base? Sur base de "parce que je veux aller √† l'√©glise", "parce que je veux tourner une nouvelle page"? Non. "Parce que quelque chose m'a parl√© ce matin, et je sens que je me tiens maintenant dans la cellule de Sang. Quelque chose m'est arriv√©. Je crois r√©ellement de fa√ßon diff√©rente ce matin, comme jamais je n'ai cru de ma vie. Maintenant m√™me, je crois que je suis devenu un fils ou une fille de Dieu. Et je l√®ve ma main vers Toi, √ī Dieu, pas vers fr√®re Branham, mais vers Toi, √ī Dieu, comme quoi je T'accepte maintenant comme mon Sauveur personnel. Quelque chose me dit dans mon cŇďur que Tu es mon Sauveur. Et je T'accepte maintenant dans mon cŇďur. Et je vais √™tre une femme diff√©rente, ou un homme diff√©rent √† partir d'aujourd'hui. Je le sais bien." Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Y aurait-il quelqu'un d'autre? Une douzaine de mains ou plus se sont lev√©es, juste ici dans ce petit groupe de gens de quelques centaines de gens ou plus. Voudriez-vous lever la main, et dire: "J'accepte"? Vous ne le pouvez pas, √† moins que Dieu ne vous le dise, car vous feriez quelque chose de faux. Par contre, les gens qui ont lev√© leurs mains tout √† l'heure sont en train de s'essuyer les larmes.
E-258 (75) Qu'est-il arriv√©? La propre Parole de Dieu le dit. "Celui qui √©coute Mes Paroles (C'√©tait vous) et qui croit √† Celui qui M'a envoy√©..." Comment pouvez-vous le faire √† moins qu'Il ne Se r√©v√®le √† vous? Et parce qu'Il l'a fait, et que vous avez lev√© la main, Dieu dit: "Il a la Vie Eternelle et ne viendra point en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la vie", pour ne plus jamais compara√ģtre au tr√īne de jugement. Vous √™tes d√©j√† jug√©. Dieu vous a jug√©, vous a fait entrer. Vous avez accept√© cela, vous avez accept√© Christ comme votre Sauveur. Aujourd'hui vous √™tes donc sauv√© parce que vous avez cru en Lui. Y aurait-il quelqu'un d'autre, avant qu'on prie? Tr√®s bien. Pendant que nous inclinons nos t√™tes, calmement.
E-260 (76) Maintenant, P√®re c√©leste, je ne sais ce que je pourrais faire de plus. J'avais demand√© que cette Parole soit proclam√©e et qu'Elle trouve un endroit o√Ļ s'ancrer. Beaucoup, beaucoup ont lev√© la main ce matin. Ils croient en Toi, et ils demandent maintenant √ī Seigneur, la gr√Ęce et le pardon. Et √† la minute m√™me o√Ļ Tu leur as parl√©, ils s'en sont rendu compte. Ils ont su que - que Tu leur as donn√© quelque chose dans leur cŇďur. Quelque chose, pas une √©motion, mais c'√©tait quelque chose qui br√Ľlait l√† √† l'int√©rieur. Et ils ont accept√© cela. Et Tu as dit, du fait qu'ils ont fait cela, que Tu les acceptes. Ils sont donc sauv√©s maintenant, sur la base de Ta Parole. Quiconque a cru cela de tout son cŇďur a la Vie Eternelle maintenant m√™me, conform√©ment √† la Parole infaillible du Seigneur J√©sus-Christ. Nous T'en remercions. Maintenant, nous Te prions de leur accorder une longue vie. Fais d'eux Tes serviteurs, Seigneur, et qu'ils soient accept√©s dans le Bien-Aim√©. Et puissent-ils √™tre maintenant remplis du Saint-Esprit, chacun d'eux, √™tre scell√©s dans le Royaume de Dieu, jusqu'au jour de la r√©demption. Eh bien, pendant que nos t√™tes sont inclin√©es. Vous qui avez lev√© vos mains, voudriez-vous bien vous lever juste un instant? Levez-vous, tout celui qui avait lev√© la main. Que Dieu vous b√©nisse. Levez-vous simplement. Tr√®s bien. Tout celui qui avait lev√© la main, levez-vous simplement. Restez debout quelques instants, s'il vous pla√ģt, tous ceux qui ont lev√© la main. Tr√®s bien. Restez debout. Maintenant, que l'auditoire rel√®ve la t√™te. Ceux-ci sont vos concitoyens du Royaume. Regardez autour pour voir qui sont ceux qui ont accept√© le Christ. Serrez-leur la main, le voulez-vous bien? Que quelqu'un assis √† c√īt√© d'eux tende la main pour leur serrer la main, en disant : "Que Dieu te b√©nisse, mon fr√®re." Tout le monde. Vous √™tes maintenant en train de donner un t√©moignage public, mon ami. J√©sus a dit: "Celui qui Me confessera devant les hommes, Je le confesserai devant le P√®re et les saints Anges." Maintenant m√™me la vie immortelle habite en vous. Nous sommes contents de vous. Que Dieu vous b√©nisse, qu'Il vous donne une longue vie et la plus grande b√©n√©diction divine. Puissiez-vous ne jamais oublier cette merveilleuse communion dans votre cŇďur, √† travers J√©sus-Christ. Que Dieu vous b√©nisse maintenant. Vous pouvez vous asseoir.
E-266 (77) Maintenant, si je vous ai cit√© les Ecritures correctement, √©coutez ce que Dieu a dit ici dans Sa Parole. Ecoutez ce que J√©sus a dit ici: "Celui qui √©coute Mes Paroles (il s'agit de l'Evangile qui est pr√™ch√©), et qui croit (dans son cŇďur) √† Celui qui M'a envoy√©, a (c'est au temps pr√©sent, maintenant m√™me) a la Vie Eternelle..." (qui n'a pas de fin). Et la bonne... Eh bien vous ne connaissez peut-√™tre pas le grec, mais la traduction grecque correcte c'est "a Zo√©", ce qui signifie "la Vie m√™me de Dieu". "...a Zo√© et ne viendra point en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la vie." Voici donc ce qui vous arriverait si vous mouriez √† l'instant, d'apr√®s la Parole de Dieu : Vous quittez l√† o√Ļ sont les gens qui vous voient, pour entrer dans Sa Pr√©sence. Et vous vivez l√†-bas. Vous pouvez regarder derri√®re. Vous √™tes dans... vous n'√™tes plus dans ce monde. Vous vous trouvez dans un autre monde. Et que faites-vous ensuite? Vous √™tes comme ces √Ęmes qui sont sous l'autel, et qui disent: "Seigneur, jusqu'√† quand?" Voyez. Vous ne serez jamais un ange. Vous n'avez pas √©t√© cr√©√© un ange. Vous avez √©t√© cr√©√©s des hommes et des femmes, et c'est pourquoi vous d√©sirez ardemment revenir. Car vous pourrez alors voir une fois l√† haut, et dire: "Oh, je vois ce qu'il en est. Je sais pourquoi je devais mourir l√†-bas. Je sais pourquoi c'est arriv√©. Je ne suis pas..." Vous ne mourez jamais. J√©sus a dit: "Celui qui √©coute Mes Paroles et qui croit √† Celui qui M'a envoy√©, a la Vie Eternelle..." Vous ne pouvez mourir. Vous ne pouvez mourir, simplement vous... Votre c√īt√© mortel meurt, mais vous √™tes vivant, ici. Votre esprit est juste ici avec Christ. Ensuite vous dites: "Seigneur, jusqu'√† quand?" Parce que vous n'aviez pas √©t√© cr√©√© pour demeurer l√†-bas. Vous n'avez pas √©t√© cr√©√© ainsi, car vous √™tes un √™tre humain. Et vous soupirez de revenir dans ce corps, parfait de nouveau. Et Il a dit: "Encore quelque temps, jusqu'√† ce que vos compagnons de service l√†-bas aient souffert, comme les martyrs ont souffert par le pass√©." Ensuite vous retournerez en descendant... Apr√®s √™tre sorti de ce corps-ci, sorti de la lumi√®re cosmique et du p√©trole, et des √©l√©ments qui vous composent, vous entrez dans la quatri√®me dimension, et de l√† √† la cinqui√®me dimension, puis dans la sixi√®me dimension. Dieu est donc dans la septi√®me dimension; vous √™tes juste sous Son autel. Or, quand Dieu lib√®re votre esprit, celui-ci prend quoi? Il sort de la sixi√®me dimension pour entrer dans la cinqui√®me, la lumi√®re cosmique; il sort de la lumi√®re pour entrer dans le p√©trole; sort du p√©trole pour entrer dans les sens. Et vous revoil√†, de retour sur la terre de nouveau, une personne toute neuve. Pas √Ęg√©e ni abattue, mais pour ne plus jamais √™tre malade. Vos cheveux ne grisonneront plus jamais; vous n'aurez plus jamais de rides. Vous ne conna√ģtrez plus de s√©paration. Vous ne mourrez jamais; vous n'aurez jamais faim; vous n'aurez jamais de souci; vous vous prom√®nerez avec vos bien-aim√©s, et leur serrerez la main, et mangerez, boirez, b√Ętirez des maisons et les habiterez, et vous vivrez aux si√®cles des si√®cles, dans la Pr√©sence du Seigneur J√©sus. C'est ce que vous avez re√ßu ce matin, parce que vous avez √©cout√© la Parole de Dieu.
E-273 (78) N'est-ce pas simple? Les pr√©dicateurs rendent cela si compliqu√©. Vous devez venir et - et avoir des interdits, et toutes ces autres choses. Ce n'est pas cela. La Bible dit: "C'est si simple que m√™me un insens√© ne s'√©garera pas." Simplement en acceptant cela, en croyant cela, quelque chose arrive ici √† l'int√©rieur. Ensuite Dieu entre donc, avec Son Esprit, dans ce petit creux, l√† dans le cŇďur, cette √Ęme. Maintenant, vous croyez la Parole de Dieu et vous avez la Vie Eternelle. Eh bien, ce qu'il vous faut maintenant, si vous n'avez jamais √©t√© baptis√© d'eau, c'est d'√™tre baptis√© pour le pardon de vos p√©ch√©s. Ensuite, Dieu a promis de vous donner le Saint-Esprit, √† la minute m√™me o√Ļ vous √™tes baptis√©. Il peut le faire tout de suite, sans que vous soyez m√™me baptis√©. Puis, la paix entre dans le cŇďur et tout. Alors vous commencez. Alors vous pouvez r√©ellement crier comme un chr√©tien devrait crier. Alors le parler en langues, alors les dons de l'Esprit commencent √† se manifester derri√®re un cŇďur pur, un v√©ritable fondement. Observez alors ce qui arrive. Alors, c'est le v√©ritable Saint-Esprit. Mais si vous ne venez que sur base d'une petite √©motion, √ßa ne marchera jamais. Vous sortirez directement de l√† et aurez de la haine. Observez vos cŇďurs maintenant, combien vous allez d√©sirer lire la Bible, combien vous allez d√©sirer vous retrouver seul pour Lui parler, et dire: "√Ē P√®re, oh, je T'aime vraiment!" C'est cela la communion. Voyez. C'est ce qu'il nous faut. Ne le pensez-vous pas, mes amis? Que Dieu vous b√©nisse.
E-278 (79) Eh bien, il y a des malades ici, pour qui on va prier. Nous n'avons pas distribu√© de cartes, ni rien qui fait qu'on puisse aligner les gens. Ainsi, je vous demanderais... Je crois voir les gens conduire un homme maintenant m√™me et le faire asseoir ici. Il y avait un homme... Je me suis assis entre deux fr√®res l√† ce matin. Et j'√©tais donc assis l√†, et... je savais qu'ils avaient tous deux besoin de la gu√©rison. Ensuite, l√† au fond, j'ai vu quelqu'un d'autre entrer, que je savais √™tre tr√®s malade. Eh bien, si vous croyez que je suis Son serviteur... Maintenant, √©coutez. Qu'est-ce? Dans le jardin d'Eden, la communion entre Dieu et Son chef-d'Ňďuvre (Son √™tre humain) √©tait parfaite. Dieu √©tait juste l√†, veillant sur Adam. Eh bien, une fois que le Sang de J√©sus-Christ nous a purifi√©s du p√©ch√©, que repr√©sente Dieu de nouveau? On est de nouveau en communion ici m√™me. Le voici. Nous sommes en communion. C'est Lui que vous sentez dans votre cŇďur. C'est Lui qui vous a fait oublier tous vos probl√®mes, qui ne sont plus. Cela a fait... C'est ce qu'a fait cela.
E-282 (80) Maintenant, ce m√™me Seigneur J√©sus, qui est mort pour vos p√©ch√©s, est mort pour vos maladies. Or, vous ne pouvez jamais, quoi qu'il arrive, vous ne pouvez jamais, jamais, jamais, arriver nulle part avec Lui, avant que vous croyiez d'abord cela dans votre cŇďur; qu'Il est mort pour vos p√©ch√©s ou pour votre maladie. Pas vrai? [Amen.] Bon, les dons existent. C'est vrai. Et Dieu, par Sa gr√Ęce, a donn√© un don qui permet qu'on se tienne ici, et que cela vous r√©v√®le probablement qui vous √™tes, d'o√Ļ vous venez, ce qu'il en est, et quelle est votre maladie, et ce qu'il en sera de vous. √áa pourrait √™tre ainsi. Mais sur quoi cela sera-t-il bas√©? Sur rien d'autre que la Parole de Dieu, voyez, sur votre foi personnelle dans le Seigneur J√©sus-Christ. C'est tout √† fait vrai.
E-284 (81) Eh bien, ne croyez-vous pas que Son Esprit peut se mouvoir dans ce b√Ętiment et gu√©rir toute personne malade? [Amen.] Mon fr√®re, toi qui es malade, ne crois-tu pas cela? [Amen.] Vous croyez que l√†, sachant que vous... la seule chose que vous pouvez faire, c'est de L'accepter ou de mourir. Car le cancer vous tuerait; il ne vous resterait plus qu'√† mourir, voyez. Et ne croyez-vous pas que J√©sus-Christ va vous gu√©rir? Il - Il ne vous reste qu'un seul espoir, et celui-ci est en Lui. N'est-ce pas, fr√®re? [Amen.] Et maintenant, c'est le seul moyen pour que vous puissiez jamais retrouver la sant√©. Maintenant, les m√©decins vous ont abandonn√©. Ils ne peuvent... Il n'y peuvent rien. Le cancer se r√©pand, et cela va vous tuer. Eh bien, c'est tout ce qu'ils peuvent faire. Ce sont des hommes honn√™tes. Ils vous ont examin√©.
E-286 (82) Madame Morgan, √™tes-vous debout quelque part l√† derri√®re? J'ai cru vous voir entrer il y a quelques instants, Madame Morgan. Ici, retournez-vous. Pouvez-vous vous retourner, monsieur, juste vous retourner? Levez-vous, Madame Morgan, si √ßa ne vous d√©range pas, pour un moment. Voici une dame. C'est une infirmi√®re, un de mes premiers cas. Il y a environ douze ou quatorze ans, elle se mourait ici; il ne lui restait plus que la peau et les os. C'√©tait un cas de cancer, elle √©tait compl√®tement rong√©e par le cancer. Regardez-la maintenant. N'aimeriez-vous pas recouvrer de nouveau la sant√© comme cela? Qu'est-il arriv√©? Elle a cru la chose m√™me que je vous demande de croire. Et elle n'aurait pas pu, peu importe... Il √©tait impossible de changer la situation. Le m√©decin √©tait venu et avait dit: "Eh bien, encore quelques heures, ou quelques jours, et elle mourra." Il y en a d'autres ici... Une dame est assise ici. Il y a quelques P√Ęques (elle est notre pianiste ici m√™me) elle se mourait du cancer. Il y en a plein ici, voyez, qui se mouraient du cancer. Qu'est-il donc arriv√©? Est-ce que tous ceux qui sont venus ont √©t√© gu√©ris? Non. Les uns l'ont cru ici, dans leur t√™te. Mais d'autres ont regard√© √† Dieu, et c'est descendu ici. Peu m'importe ce que le m√©decin dit ou ce que n'importe qui d'autre dit. C'est √ßa. Voyez? C'est √ßa, parce que √ßa se passe ici. Pouvez-vous le croire de cette fa√ßon? Croyez-vous qu'Il va vous laisser vivre, mon fr√®re? Allez-vous servir Dieu toute votre vie? S'Il vous laissait vivre, le feriez-vous de tout votre cŇďur? Et croyez-vous que J√©sus est mort pour vous gu√©rir, mon fr√®re? Que Dieu b√©nisse votre cŇďur. Je crois que vous allez l'obtenir. C'est vrai. A vrai dire, je crois que vous l'avez re√ßu maintenant. Voyez? Parce qu'√† la minute o√Ļ vous croyez, c'est alors que vous recevez cela.
E-294 (83) Maintenant, combien avec lui, de ceux qui sont malades, voudraient se lever juste une minute, ceux qui sont malades, qui voudraient se lever avec ce fr√®re? Tenez-vous debout. Dieu vous b√©nisse. Levez-vous; restez debout un instant. C'est bien, c'est bien. Maintenant, voudriez-vous vous lever, mon fr√®re? Tr√®s bien. Maintenant, je veux qu'une personne en bonne sant√© qui se tient √† leur c√īt√© leur impose les mains, s'il vous pla√ģt. Que quelqu'un se retourne et impose les mains √† ces personnes. C'est bien. Oh, quel temps! Le grand m√©decin, sŇďur.
E-296 (84) Je suis responsable de la Parole. Je vous le dis, par la Parole de Dieu, que J√©sus-Christ, Celui qui est mort pour avoir cette communion, est ici m√™me en ce moment. Il est dans ce b√Ętiment en ce moment m√™me, avec vous tous. C'est Lui. La - la chose, ce n'est pas de se toucher l'un et l'autre, ou de me toucher, ou de toucher un pr√©dicateur, mais c'est de Le toucher, Lui. Voyez? C'est de Le toucher, Lui. Croyez-vous maintenant que votre foi s'est √©lev√©e au niveau o√Ļ vous sentez dans votre cŇďur que vous allez √™tre gu√©ri? Si c'est le cas, dites "amen". Maintenant inclinez la t√™te. Maintenant, j'aimerais que chacun de vous... Je vais r√©p√©ter cette pri√®re, et quant √† vous, dites-la du fond de votre cŇďur. R√©p√©tez seulement ce que je dis. [L'assembl√©e r√©p√®te apr√®s Fr√®re Branham - N.D.E.]
E-298 (85) Dieu bien-aim√© [Dieu bien-aim√©], je viens √† Toi maintenant, [je viens √† Toi maintenant], croyant [croyant] que Tu as donn√© J√©sus [que Tu as donn√© J√©sus] pour gu√©rir mon corps [pour gu√©rir mon corps] et pour sauver mon √Ęme [et pour sauver mon √Ęme]. Je L'accepte comme mon Sauveur [Je L'accepte comme mon Sauveur]. Et je L'accepte maintenant comme mon Gu√©risseur [et je L'accepte maintenant comme mon Gu√©risseur]. Tes serviteurs, les m√©decins [Tes serviteurs, les m√©decins], ont fait tout ce qu'ils peuvent pour moi [ont fait tout ce qu'ils peuvent pour moi], mais ils ne sont que des hommes [mais ils ne sont que des hommes], et ils - ils ne peuvent aller plus loin [et ils ne peuvent aller plus loin]. Ainsi, je m'en remets √† Toi [Ainsi, je m'en remets √† Toi], Toi le grand Cr√©ateur [Toi le grand Cr√©ateur], Celui qui m'a cr√©√© [Celui qui m'a cr√©√©]. Tu connais chaque partie de mon corps [Tu connais chaque partie de mon corps]. Et je crois, dans mon cŇďur maintenant, [Et je crois, dans mon cŇďur maintenant], que je vais √™tre gu√©ri [que je vais √™tre gu√©ri], parce que je me suis lev√©, croyant cela [parce que je me suis lev√©, croyant cela]. Et sur la base du Sang vers√©. [Et sur la base du Sang vers√©], je crois [je crois]. Et dans mon cŇďur [Et dans mon cŇďur], quelque chose est arriv√© [quelque chose est arriv√©], et je sais que je vais √™tre gu√©ri [et je sais que je vais √™tre gu√©ri]. Et je Te donne la louange pour cela maintenant, Seigneur [Et je Te donne la louange pour cela maintenant, Seigneur]. Et je Te servirai toute ma vie [Et je Te servirai toute ma vie], et consacrerai mon corps [et consacrerai mon corps] et mon temps [et mon temps] √† Ton service [√† Ton service]. Seigneur, je crois [Seigneur, je crois].
E-299 (86) Avec vos t√™tes inclin√©es maintenant, gardez cela dans votre cŇďur. Gardez cette confession: "Seigneur, je crois." En ce moment m√™me, qu'est-ce qui se passe? Vous √™tes gu√©ris. Le Saint-Esprit, cette v√©rit√©, cette foi, est entr√© dans votre cŇďur. Je vais maintenant prier pour vous. Et ce que je vais faire, c'est prier et chasser ce d√©mon, ce doute qui est suspendu l√† sur vous, et le faire partir de vous afin que vous puissiez sortir d'ici vraiment reconnaissants.
E-300 (87) Maintenant, P√®re c√©leste, je viens √† Toi, comme Ton serviteur inutile. Mais je me rappelle, comme mes empreintes sont sur cet autel, je me rappelle les ann√©es ici √† Ton service. Je me rappelle l'Ange qui m'a rencontr√© ici. Je me rappelle les paroles qu'Il m'a dites et ce que Tu ferais si je demandais et amenais les gens √† croire. Et je viens maintenant, Seigneur, contre cette puissance d√©moniaque du doute, qui planerait autour de ces gens pour les amener √† douter de n'importe quelle mani√®re. Je viens par le Sang du Seigneur J√©sus. Je viens par ce tapis de bienvenue qui a √©t√© √©tal√© l√† pour moi ce matin, amenant chacune de ces √Ęmes directement au Tr√īne Blanc de Dieu, l√†-bas, comme je l'ai fait pour cette fillette indienne qui se trouve l√†-bas, et je vois les saints anges voler avec leurs ailes sur leurs faces. Et je Te les pr√©sente, ce matin, Seigneur, et j'applique le Sang de notre Seigneur J√©sus-Christ sur eux. Je condamne tout d√©mon, tout d√©mon de doute, toutes t√©n√®bres, toute ombre de la mort. Je te r√©primande. Au Nom de J√©sus-Christ, √©loigne-toi de ces gens, pour qu'ils retournent gu√©ris et en bonne sant√©. Accorde-le, Dieu Tout-Puissant. Par J√©sus, le Fils de Dieu, je le demande et d√©clare qu'il en sera ainsi. Amen.
E-303 (88) Levez la main maintenant, et dites: "Merci, Seigneur, pour ma guérison." Regardez là! C'est comme ça. "Merci, Seigneur, pour ma guérison." Oh! la la! Maintenant que quelqu'un se lève et leur serre la main, et les félicite pour leur foi dans le Seigneur Jésus-Christ. C'est terminé. Maintenant, écoutez. J'ai vu qu'on tenait un homme là derrière. J'ai vu un homme ici. Monsieur, vous n'aurez pas besoin d'être conduit en sortant. Vous avez vous-même la force. Dieu vous donne la force. Oh, quelle communion! Oh, quelle joie divine! Reposant sur les bras éternels, J'ai une paix bénie en étant tout près de mon Seigneur, Reposant sur les bras éternels.
E-306 Tendez la main, serrez la main maintenant à tout le monde autour de vous. Retournez-vous et serrez-vous la main, tout le monde. Je suis en sécurité et à l'abri de tout souci Reposant... (Retournez-vous, chacun, serrez la main) [Frère Branham et toute l'assemblée se serrent la main, pendant qu'ils continuent à chanter Reposant sur les bras éternels. - N.D.E.]

En haut