ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication LES EAUX DE SEPARATION / 55-0606 / Macon, Géorgie, USA // SHP 1 hour and 17 minutes PDF

LES EAUX DE SEPARATION

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Ami, je suis tr√®s heureux d'√™tre de nouveau ici ce soir pour pr√™cher au Nom de notre bien-aim√© Sauveur, le Seigneur J√©sus-Christ. Quand j'entends ce vieux cantique Crois seulement, tout est possible, je pense simplement aux nombreuses fois o√Ļ j'ai √©t√© invit√© √† la chaire par cela, dans diff√©rentes langues √† travers le monde, par toutes sortes d'√©glises, de peuples, dans le monde entier. Eh bien, avant de commencer le service ce soir, sachant que notre temps est limit√©, inclinons la t√™te et parlons au Roi des rois juste un instant. Notre P√®re c√©leste, nous venons √† Toi ce soir au Nom du Seigneur J√©sus. Nous mettons ce Nom en avant, car il nous a √©t√© promis que si nous demandions quoi que ce soit en Son Nom, nous le recevrions. Nous n'avons pas notre propre justice. Nous venons √©tant indignes, implorant la mis√©ricorde, pas le jugement, la mis√©ricorde. Et nous Te demandons d'√™tre mis√©ricordieux envers nous ce soir. Pardonne-nous nos p√©ch√©s et nos offenses. Nous ne savons pas si ceci peut √™tre la derni√®re soir√©e o√Ļ nous sommes sur la terre, demain nous pouvons nous retrouver chez Toi. Nous prions, √ī Dieu, s'il y a quelqu'un parmi nous qui n'est pas pr√™t maintenant, ou s'il y a un quelconque p√©ch√© parmi nous, que Tu √ītes cela maintenant m√™me, afin que nous puissions avoir la libert√© √† l'heure de notre mort, quand nous quitterons cette vie-ci. Souviens-Toi ce soir, P√®re, de ceux qui sont malades et afflig√©s. Que le Saint-Esprit, dans Sa grande mis√©ricorde, vienne ce soir et gu√©risse tous les malades et les afflig√©s; accorde-le, Seigneur. Nous Te demandons encore de nous pardonner, nous Te prions d'entrer dans la Parole, et de L'apporter aux cŇďurs des gens pour √©difier leur foi. Car nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen. Bien, demain, je pense, je me disais que peut-√™tre ce soir... Je ne l'ai pas encore vu, fr√®re Moore est cens√© √™tre ici pour nous pr√™cher, et il... Je vais plut√īt essayer d'entreprendre quelque chose que je fais rarement [Espace vide sur la bande- N.D.E.] : essayer de pr√™cher et ensuite prier pour les malades. Et cela se justifie par le fait que nous sommes juste un petit groupe ce lundi soir, je pourrais dire ceci : c'est un - c'est un autre type de - de minist√®re, particuli√®rement ce genre que le bien-aim√© P√®re c√©leste m'a donn√© pour servir les gens. C'est un - c'est un autre type d'onction, le m√™me Esprit, juste comme il y a diff√©rents dons, mais le m√™me Esprit. Et avec un esprit, lorsque vous pr√™chez, vous sentez tout simplement comme si vous vous √©difiez vous-m√™me. Et avec l'autre type d'esprit: une vision aura sur vous plus d'effet qu'une pr√©dication de six heures apport√©e √† la chaire de toutes vos forces. Cela vous retire quelque chose. Et j'ai confiance en Dieu que fr√®re Moore va se d√©p√™cher pour venir. Car j'ai certainement besoin de lui.
E-2 Eh bien, peut-√™tre que demain soir, fr√®re Arganbright, je crois, l'un des pr√©sidents des Hommes d'Affaires Chr√©tiens du Plein Evangile, au niveau international, il doit √™tre ici demain soir et il restera avec nous quelques soir√©es. Et imm√©diatement apr√®s cette s√©rie de r√©unions, nous prendrons l'avion pour Zurich, en Su√®de, par o√Ļ nous commencerons; juste un jour apr√®s que nous aurons termin√© cette s√©rie de r√©unions. Ce sera un programme tr√®s charg√© pendant un bon moment, jusqu'au Canada et partout. Et si je ne me trompe pas, fr√®re Thoms... Je n'ai pas eu l'occasion de lui parler, mais sa femme viendra demain, je pense (Est-ce vrai, Fr√®re Thoms?) depuis l'Afrique du Sud pour le visiter pendant qu'il est ici. J'ai quelque chose √† dire, Fr√®re Thoms, un peu plus tard, aussit√īt que fr√®re Jack sera arriv√© afin qu'il puisse prendre cela. Et concernant ses occupations ici en Am√©rique, et ce qu'il fait en Afrique du Sud pour les gens... Fr√®re Thoms √©tait dans la plupart des r√©unions en Afrique, quand nous √©tions l√†-bas, et il a vu le Seigneur dans Sa grande et merveilleuse Puissance. J'ai appris ce soir, quand on est venu me prendre, que - qu'il tiendra un service o√Ļ il donnera des instructions cet apr√®s-midi. Fr√®re Thoms est un homme tr√®s bien instruit dans les - les Ecritures sur la gu√©rison divine. Il est de la m√™me trempe que mon vieil ami fr√®re Bosworth, Tommy Osborn, et beaucoup de ces grands enseignants d'aujourd'hui. Maintenant, je dis ceci √† titre de compliment √† fr√®re Bosworth. Je ne connais pas une seule personne vivante sur la terre aujourd'hui qui connaisse les Ecritures sur la gu√©rison divine mieux que F.F. Bosworth. Combien connaissent F.F. Bosworth? Faites voir vos mains. Eh bien, assur√©ment, c'est √† peine s'il est √©tranger quelque part dans le monde. Il sera probablement ici cette semaine. J'ai une invitation pour aller √† Boston, dans ce grand auditorium qui peut contenir, je pense, douze mille personnes, pour cent dollars par semaine, et pour juste trois semaines. Pouvez-vous vous repr√©senter cela? Il suffirait de pr√©lever quelques offrandes et cela r√©glerait le probl√®me. Mais je ne peux pas accepter cela, parce que j'avais d√©j√† √©t√© programm√© bien longtemps avant. Fr√®re Schoeman de l'Afrique du Sud, je pense, le pr√©sident de l'association des ministres, quittera la Su√®de aussit√īt apr√®s que nous partirons de l√†, et nous devrons tenir six r√©unions d'affil√©e, et puis retourner en Afrique et aller jusqu'au Tanganyika, et ailleurs, et partout dans diff√©rentes r√©gions du monde.
E-3 Maintenant, ce soir, nous aimerions parler juste un peu sur la Parole. Car la foi vient de ce que l'on entend et ce que l'on entend vient de la Parole. Fr√®re Thoms, je viens d'entendre lire une Ecriture il y a quelques instants dans la Bible; j'appr√©cie vraiment cela. Maintenant, j'aimerais lire juste un peu pour appuyer cela; c'est dans Eph√©siens chapitre 5. J'aime le Livre des Eph√©siens, pas vous? Je pense tout simplement... Je sais que les ministres appr√©cieront cela. Eph√©siens, n'e√Ľt √©t√© le Livre des Eph√©siens, je ne saurais gu√®re comment je pourrais aborder cela. Vous voyez, il y a deux √©coles de pens√©es. L'une, c'est le calvinisme, l'autre c'est l'arminisme. Eh bien, √©videmment, vous savez que j'ai √©t√© partisan de l'√©cole calviniste, √©tant donn√© que j'√©tais alors un baptiste. Ainsi donc, comme cons√©quence, toutes les deux se sont s√©par√©es. L'une a connu le d√©clin de ce c√īt√©-ci et l'autre a connu le d√©clin de ce c√īt√©-l√†. Mais je pense que le Livre des Eph√©siens ram√®ne simplement les deux et les place √† la souche dont elles font partie. Ainsi, j'aime vraiment le Livre des Eph√©siens. Cela nous garde en quelque sorte en ordre, fr√®re, dans notre th√©ologie, n'est-ce pas? Le - le Livre des Eph√©siens. Et je l'aime bien.
E-4 Maintenant, ce soir j'aimerais lire au chapitre 5, un ou deux versets, les versets 25 et 26. Maris, aimez vos femmes, comme Christ aussi a aim√© l'assembl√©e, et Il s'est livr√© lui-m√™me pour elle; afin qu'Il la sanctifi√Ęt, en la purifiant par le lavage d'eau par la Parole. "Le lavage d'eau par la Parole." Le sujet, c'est les Eaux de s√©paration. Retournons dans l'Ancien Testament, l√† o√Ļ notre fr√®re venait de lire l'Ecriture pour la le√ßon de ce soir, pour enseigner un peu la Parole, le Seigneur voulant... Maintenant, il est tr√®s merveilleux, l'Ancien Testament. Beaucoup de gens mettent tout simplement ce vieux livre de c√īt√©, alors que c'est r√©ellement le... c'est l'ombre du Nouveau. Le seul moyen par lequel je peux sentir que je suis plus ou moins dans la ligne, c'est de regarder en arri√®re dans l'Ancien Testament et consid√©rer les ombres. Alors je sais ce que le Nouveau Testament devrait √™tre, si l'Ancien √©tait l'ombre... Si vous voyez le soleil se coucher derri√®re vous, et que vous alliez dans le sens de votre ombre, vous pouvez dire tr√®s exactement √† quoi vous ressemblez √† partir de l'aspect de votre ombre. Et tout l'Ancien Testament √©tait l'ombre du Nouveau. Ainsi, si vous enseignez cela en consid√©rant l'Ancien Testament, vous pourrez plut√īt avoir une id√©e g√©n√©rale de ce que le Nouveau Testament sera.
E-5 Maintenant, dans ce grand p√®lerinage que faisaient les enfants d'Isra√ęl, au moment du d√©roulement de ce passage que nous consid√©rons maintenant, c'√©tait apr√®s que Mo√Įse √©tait all√© en Egypte et qu'il avait fait sortir les enfants d'Isra√ęl; et Dieu dans Sa mis√©ricorde, prenait des dispositions concernant la voie √† frayer pour Son peuple, afin qu'ils soient r√©concili√©s avec Lui apr√®s qu'ils auraient p√©ch√©. Quel merveilleux et beau tableau du vieux type! Maintenant, j'aimerais que vous voyiez cela, comment Dieu a op√©r√© des miracles, quand Mo√Įse est all√© d√©livrer les enfants d'Isra√ęl. Les gens se sont retrouv√©s √† un temps presque pareil √† celui dans lequel on vit aujourd'hui. A propos, le voyage de l'Egypte vers la Palestine, c'√©tait un type de l'√©glise dans son p√®lerinage aujourd'hui. Ils - ils - ils √©taient conduits naturellement; nous, nous sommes conduits spirituellement. Je sais que beaucoup d'enseignants des √©coles disent que la terre promise repr√©sentait le ciel, mais je pense que cela repr√©sente le mill√©nium. En effet, il y avait encore des guerres et des troubles dans la - dans la terre promise. Ils sont arriv√©s l√†, et selon mon opinion, l'√©glise est ce soir au niveau o√Ļ √©tait l'ancienne √©glise √† Kad√®s Barn√©a, l√† o√Ļ ils avaient err√© apr√®s avoir refus√© de marcher dans la Lumi√®re.
E-6 C'est pourquoi je pense que l'Am√©rique, ce soir, notre beau pays ici est dans la confusion, et c'est comme si nous ne pouvons pas avoir un r√©veil. Eh bien, on a assez pr√™ch√© l'Evangile partout en Am√©rique, et Dieu a op√©r√© assez de signes et de prodiges qui convertiraient mille nations de cette dimension. De grands hommes ont parcouru le pays, Billy Graham et Oral Roberts, et beaucoup d'autres grands hommes dans le monde aujourd'hui, pr√™chant l'Evangile de d√©livrance et tout le reste, et de grandes foules et des multitudes viennent, elles √©coutent, elles retournent et s'assoient, et elles continuent dans leur routine. Si seulement vous saviez, mon ami, que √ßa, c'est l'esprit. Vous devez comprendre que chacun a un esprit en lui. Et si quelqu'un peut tout simplement voir quel genre d'esprit domine sa vie, vous qui agissez avec indiff√©rence envers Christ, vous aurez honte de vous-m√™me. Peu importe comment vous √™tes habill√©, combien bien, combien vous √™tes populaire aux yeux de gens, n√©anmoins dans votre cŇďur, si seulement Dieu peut tourner le miroir vers votre cŇďur...
E-7 Bien des fois, quand vous traitez des choses spirituelles, vous les voyez quand qu'ils sortent. Quelqu'un m'a pos√© une question il n'y a pas longtemps. J'√©tais √† Calgary, au Canada, et un jeune homme est entr√©; on lui avait mis une camisole de force, et il est entr√© par le fond de la salle, et il maudissait et faisait des histoires, et - et je n'avais jamais rien entendu de pareil dans ma vie. Et son p√®re essayait de le retenir, et quand il est entr√©, il m'a regard√© et a dit : "William Branham, tu n'as rien affaire avec moi." Oh! ce p√®re a lev√© les yeux et a dit : "Il ne conna√ģt m√™me pas son propre nom. Comment conna√ģt-il le v√ītre?" Je me tenais l√†, √† une bonne distance de lui. Oh! comme il me maudissait et faisait des histoires! Alors il a dit : "Tu n'as rien affaire avec moi." Et j'ai demand√© √† l'auditoire de bien vouloir √™tre tout simplement respectueux. Les huissiers sont venus le faire sortir, et juste √† ce moment-l√†, j'ai vu le Saint-Esprit appara√ģtre, l'Ange du Seigneur. J'ai dit : "Maintenant, amenez-le ici juste une minute." Quand ils sont all√©s le prendre, il s'est mis √† donner des coups de pieds, √† √©cumer de rage et √† mordre. Il portait une - une camisole de force, et on l'a amen√© l√† pr√®s de... Et alors, quand la vision est apparue et a r√©v√©l√© ce qu'il en √©tait, un p√©ch√© qui avait √©t√© commis par son p√®re, et qui avait fait que l'enfant soit dans cet √©tat, le p√®re s'est √©croul√© et s'est repenti. Et quand ce mauvais esprit a quitt√© ce gar√ßon, des milliers et des milliers de gens qui √©taient sur ce terrain de corrida, l√†, ce soir-l√†, ont regard√©, c'√©tait comme une tr√®s grosse araign√©e sous forme d'une ombre noire qui circulait... Oh! la la! C'√©tait vraiment calme. Et cela a contourn√© l'endroit, a travers√© le b√Ętiment et √ß'a disparu.
E-8 Des fois, vous les voyez sous diff√©rentes formes. Tout r√©cemment, j'en ai vu un sortir d'une femme ; qui ressemblait √† une chauve-souris avec de tr√®s longues poiles pendant sous ses pattes, et tout le reste, et ses ailes √©taient d√©ploy√©es et tout droit. Ce sont de mauvais esprits. Et bien des fois, c'est quelqu'un d'une tr√®s belle apparence, de dehors, mais si tout simplement vous pouvez regarder √† l'int√©rieur et voir ce que c'est. Nous sommes domin√©s par des esprits. Eh bien, nous voyons que les enfants d'Isra√ęl, apr√®s que Dieu eut fait la promesse √† Abraham que sa semence s√©journerait pendant quatre cents ans, et qu'Il les ferait sortir par une main de d√©livrance, un homme du nom de Mo√Įse naquit, un enfant tr√®s particulier. Evidemment, je crois que les dons et les appels sont sans repentir. Vous ne pouvez pas faire de vous ce que vous n'√™tes pas. Vous √™tes - vous n'√™tes pas - vous n'√™tes pas... Je - je suis un tout petit peu en d√©saccord avec vous l√†-dessus, certains d'entre vous, fr√®res de la pluie de l'arri√®re saison, au sujet de l'imposition des mains et du fait de conf√©rer des dons. Je suis en d√©saccord avec vous sur base des Ecritures. Je crois que vous √™tes n√©s de Dieu. Dieu a plac√© dans l'√©glise certaines choses; c'est Dieu qui l'a fait. Et peu importe combien vous aimeriez √™tre autre chose... je ne peux pas par moi-m√™me avoir des yeux bruns si je le d√©sirais, ils sont bleus.
E-9 Qui, par ses soucis, peut ajouter une coud√©e √† sa taille ? Nous devons faire ce que nous pouvons avec ce que nous avons pour le faire. Ce que Dieu nous a ordonn√© de faire, si vous restez fid√®le √† votre appel et demeurez l√†, Dieu vous utilisera. Si vous essayez d'aller au-del√† et de faire autre chose, vous vous retrouverez quelque part compl√®tement fichu. Cela a toujours √©t√© ainsi. Et cependant, c'est le propre de la race humaine, on voit que c'est ce qu'elle fait. Quand Mo√Įse est apparu, un enfant singulier, d'une naissance particuli√®re, Dieu √©tait avec lui. Et quand il a atteint l'√Ęge de quarante ans, il pensait que certainement les enfants d'Isra√ęl comprendraient que c'est lui qui devait les lib√©rer, mais eux n'ont pas compris cela. Ainsi ils ont d√Ľ rester dans l'esclavage quarante ans de plus. Mais quand il est apparu et qu'il s'est mis √† accomplir des miracles en Egypte, Dieu √©tait avec lui. Ensuite, quand il a fait sortir les enfants de Dieu, alors il est dit : "Une multitude des gens de toute esp√®ce alla avec eux." Voyez, le surnaturel avait √©t√© accompli, et quand le surnaturel est accompli, cela va certainement rassembler toutes les cat√©gories et toutes sortes des gens. Tout le monde veut regarder au-del√† du rideau, peu importe o√Ļ vous √™tes, qui vous √™tes.
E-10 Il y a quelque temps, j'√©tais en Californie. Un homme qui est tr√®s bien connu parmi des gens du Plein Evangile, il a une grande √©glise l√†-bas, et cet homme s'est pr√©sent√© l√†; il s'habille tr√®s bien. Et il y avait un - un ministre presbyt√©rien assis √† c√īt√© de moi. Eh bien, il... Personne ne me connaissait, je m'√©tais tout simplement gliss√© √† c√īt√©, avec mon manteau comme ceci. Cet homme est un grand et cher ami √† moi. Et l'homme parlait, √©videmment, il √©tait de nature imposante. Ainsi, cet autre homme m'a dit, comme j'√©tais assis l√†, il a dit : "Pensez-vous qu'il a l'air d'un serviteur de Christ?" Et j'ai dit : "Eh bien, je ne suis pas son juge." J'ai dit : "Pour moi, cela a l'air tr√®s bien, pour moi." Et il a dit : "Eh bien, √©coutez, a-t-il dit, tout ce fanatisme au sujet de la gu√©rison divine... " Il a dit : "Savez-vous quoi?" Il a dit : "Une bande de gens est venue par ici il n'y a pas longtemps, a-t-il dit. Autrefois l'Eglise presbyt√©rienne avait gagn√© toute la C√īte Ouest." Il a dit : "Nous avions des √©glises, de grandes √©glises partout, de grandes assembl√©es, l'√©glise pilote sur la C√īte Ouest." Il a dit : "Et apr√®s, cette science chr√©tienne est arriv√©e et, a-t-il dit, alors quand ils sont arriv√©s, les gens ont commenc√©, on dirait, √† devenir fous, avec la victoire de la pens√©e sur la mati√®re." Il a dit : "Vous savez, cela a d√©chir√© l'Eglise presbyt√©rienne." Il a dit : "Maintenant, voil√† que ceux-ci s'am√®nent ici, et dit-il, c'est parti." J'ai dit : "Ecoutez, mon ami, je ne sais pas qui vous √™tes." Il a dit : "Eh bien, je suis un pr√©dicateur presbyt√©rien." "Eh bien, ai-je dit, je suis un pr√©dicateur baptiste." Ainsi, j'ai dit : "Je vais vous dire quelque chose. Si vous les presbyt√©riens, vous √©tiez rest√©s dans la volont√© de Dieu, et que vous aviez enseign√© la Parole de Dieu, il n'y aurait jamais eu de raisons que le fanatisme s'introduise." J'ai dit : "La raison pour laquelle ils ont suscit√© ces choses, c'est parce que vous, vous avez laiss√© tomber les barri√®res, vous avez manqu√© de donner le Pain de Vie aux enfants affam√©s. C'est maintenant le moment. Et s'ils ne peuvent pas manger la vraie Parole, ils mangeront dans une poubelle, ou quoi que soit d'autre o√Ļ ils peuvent manger, puisqu'ils ont faim."
E-11 C'est ce qu'il en est ce soir, les enfants de Dieu ont besoin d'√™tre nourris de la vraie Parole de Dieu, de l'AINSI DIT LE SEGNEUR. La gu√©rison divine est vraie. Les √Ęmes ont faim de cela. Si elle ne vient pas d'une fa√ßon, le diable va se d√©guiser et apporter cela d'une autre fa√ßon. Ainsi, ils ont faim de cela. Et ils savent qu'elle est vraie. Quand les hommes s'approchent de Dieu, ils trouvent cela. Eh bien, quand on se trouve en pr√©sence du surnaturel, chacun essaie de regarder au-del√† du rideau. Peu importe qui il est, il voudra voir d'o√Ļ il vient, o√Ļ il va, tout √† ce sujet. Il n'y a qu'un seul Livre qui peut vous le dire, Le voici. Il vous dit qui vous √™tes, d'o√Ļ vous venez, o√Ļ vous allez. Et c'est l'unique Livre qui existe, c'est la Bible, qui vous dira qui vous √™tes, d'o√Ļ vous venez, et o√Ļ vous allez.
E-12 Maintenant, j'aimerais que vous remarquiez : une multitude des gens de toute esp√®ce est mont√©e l√†, c'est ce qui a caus√© des troubles parmi eux quand ils sont arriv√©s l√†. Mais Dieu dans Sa gr√Ęce souveraine, ne voulant pas qu'aucun p√©risse, mais que tous parviennent √† la repentance, Il pr√©pare toujours un moyen de s'√©chapper pour ceux qui d√©sirent passer par ce moyen. Il a fait cela dans le monde ant√©diluvien. Il l'a fait aux jours o√Ļ Il a appel√© No√© √† sortir ou plut√īt Mo√Įse, quand Isra√ęl a √©t√© appel√© √† sortir. Il a fait cela aux jours du Seigneur J√©sus, Il fait encore cela aujourd'hui, juste avant que le jugement ne frappe le monde. Dieu appelle un peuple √† sortir, ceux qui veulent marcher et accepter ce que Dieu a pr√©par√©, le moyen pour √©chapper √† la col√®re qui vient sur la terre. Et j'esp√®re qu'aucune personne qui se tient dans la Pr√©sence de Dieu ce soir, ou qui se tiendra, ne restera jamais ici pour subir cette grande col√®re de Dieu qui doit venir bient√īt sur la terre. Il n'y a pas du tout moyen d'√©chapper √† cela.
E-13 Ecoutez, si... Ecoutez ceci, notez-le. Si Dieu ne fait pas quelque chose et n'envoie pas le jugement sur ces nations tout de suite, Il devra ressusciter Sodome et Gomorrhe et leur pr√©senter des excuses. C'est vrai. Nous sommes au bout du chemin. Et Il est juste, Il ne peut pas nous laisser nous en tirer avec ces choses qu'on laisse les gens faire maintenant, et rester juste. Il devrait pr√©senter des excuses √† ceux qu'Il avait d√©truits autrefois. Nous sommes donc au bout du chemin. Il vous convient d'examiner votre √©tat spirituel √† chaque heure de la journ√©e et d'√™tre pr√™t, car vous ne savez pas √† quel moment cela arrivera. Dieu a fray√© une voie. Il envoie tout, la pr√©dication de la Parole, les miracles, les prodiges. Il donne √† l'un le message √† pr√™cher, √† l'autre le message avec des signes, √† un autre le tout, ne voulant pas qu'aucun p√©risse, pla√ßant Ses dons en ordre dans l'√©glise, et tout le reste; et les gens continuent toutefois √† patauger, comme s'ils n'y accordent pas la moindre attention. Et si seulement ils se rendaient compte que dans leur √Ęme il y a un esprit du diable qui domine leur vie... √ßa ne peut donc pas √™tre autre chose.
E-14 J'aimerais un soir avant de partir, parler de la d√©monologie, et de mon exp√©rience personnelle l√†-dessus, afin que vous compreniez ce que ce - ce que c'est. Maintenant remarquez. Quand ils sont arriv√©s l√† dans le d√©sert, et qu'ils ont eu des ennuis et tout le reste, notre Bienveillant P√®re c√©leste, (ne voulant qu'aucun p√©risse, comme je l'ai dit, donnant tous les types avant le temps de la fin, ou avant ce temps-ci) a dit √† Mo√Įse et Aaron : "Allez chercher une g√©nisse rousse sans t√Ęche, qui n'ait point port√© de joug, et qu'elle soit immol√©e devant le souverain sacrificateur", et comment elle devait √™tre attach√©e et ensuite br√Ľl√©e; et avec la cendre, on faisait l'eau de s√©paration. Examinons ce processus pendant quelques minutes. Premi√®rement, √©tant une g√©nisse, c'√©tait un animal de sacrifice qui repr√©sentait le Seigneur, le porteur des fardeaux, le - le bŇďuf de labour qui avance et travaille. La chose suivante, il est dit qu'elle devait √™tre rousse, d'un roux uni, sans t√Ęche ni d√©faut, mais rousse. Maintenant, pour nous, le rouge repr√©sente le danger. Pour nous, le rouge n'est pas une bonne couleur, selon ce que dit le monde. Le rouge est parfois le - le signe du danger. Mais le rouge, dans les Ecritures, repr√©sente aussi la r√©demption. Le rouge a √©t√© le signe de Dieu pour la r√©demption, le ch√Ętiment. Avez-vous remarqu√© que partout dans les Ecritures, depuis le jour d'Adam, partout, jusqu'√† ce jour, il y a eu un fil rouge cramoisi, le sang. Je me suis souvent demand√© comment les gens peuvent rejeter le Sang du Seigneur J√©sus comme ils le font, apr√®s avoir vu Sa souffrance.
E-15 Il n'y a pas longtemps un gangster a √©t√© abattu l√† √† Chicago, et l√† o√Ļ le sang de leur semblable √©tait r√©pandu par terre, les gens contournaient cela pour √©viter de toucher ce sang, quand ce criminel √©tait abattu dans la rue. Je me suis donc dit : "N'est-ce pas √©trange? Ils font vraiment attention pour √©viter de marcher sur le sang de leur semblable, mais chaque jour, ils marchent en plein sur le Sang de J√©sus-Christ comme si √ßa ne valait rien, consid√©rant cela comme une chose profane, marchant tout simplement dessus, insouciants." Pr√™chez le Sang, ils vous rient en face, quand vous pr√™chez le Sang.
E-16 Remarquez. Combien cela devrait √™tre appr√©ci√© ! L√† dans l'Illinois, il n'y a pas longtemps, j'√©tais de passage et je visitais un certain mus√©e. J'aime regarder tout ce qui a trait aux paysages, aux tableaux et aux beaux-arts. J'aime voir Dieu dans tout ce que je regarde. Et il m'est arriv√© de remarquer un vieil homme de couleur l√†, avec une petite couronne de cheveux sur la t√™te. Il avait son chapeau sur la poitrine comme ceci, il marchait, en train de regarder. Et il a regard√© dans une petite caisse en verre, et tout d'un coup il a recul√© d'un bond. Et j'ai vu qu'il avait les yeux ferm√©s et disait une petite pri√®re ou quelque chose comme cela. Je me suis tenu l√† et je l'ai regard√© pendant quelques instants, j'√©tais √©merveill√© en voyant ce vieil homme de couleur. Il a redress√© la t√™te, il a dit : "Merci Seigneur." Il a regard√© en arri√®re une fois de plus, les larmes coulaient tout simplement sur ses joues. Je me suis dit : "Je me demande ce que ce vieil homme regarde." Je me suis approch√© de l√† o√Ļ il √©tait. Et j'ai dit : "Bonsoir, oncle." Il a dit : "Bonsoir, monsieur." Et j'ai dit : "J'aimerais vous poser une question." J'ai dit : "Je suis un pr√©dicateur. Qu'est-ce qui vous a fait reculer d'un bond et dire cette pri√®re que vous √©tiez en train d'offrir?" Il a dit : "Regardez juste - juste l√†." Et j'ai regard√© l√†, et j'ai dit : "Je ne vois qu'un costume." Il a dit : "Vous voyez cette t√Ęche l√†-dessus?" J'ai dit : "Oui, monsieur." Il a dit : "Il y a une marque de la ceinture d'esclave autour de moi." Il a dit : "C'est le sang d'Abraham Lincoln. Et le sang de cet homme qui est l√† m'a lib√©r√© de la ceinture d'esclave." Il a dit : "Cela ne vous √©meut-il pas un peu vous aussi?" J'ai lev√© ma main, j'ai dit : "√Ē Dieu, combien je Te remercie. Si un homme de couleur a pu sauter en pensant au sang d'Abraham Lincoln qui l'a lib√©r√© de la ceinture d'esclave, que devrait faire un chr√©tien devant le Sang de J√©sus-Christ, qui l'a lib√©r√© de l'esclavage et lui a accord√© la libert√© Qu'est-ce que cela devrait √™tre ?" Oh! la la! Quand j'y pense!
E-17 Alors, Dieu fraie toujours une voie, une voie pour √©chapper... Je vois donc l√† qu'autrefois la g√©nisse rousse √©tait rousse, voici ce que dit la science sur le rouge. Tenez, pour nous le rouge repr√©sente le p√©ch√©. Rouge : "Si vos p√©ch√©s sont comme la pourpre", rouge. Mais prenez le rouge et regardez le rouge √† travers le rouge, cela donne le blanc. Savez-vous cela? Regardez le rouge √† travers le rouge, √ßa devient blanc. Et c'est ce que Dieu a fait en J√©sus-Christ. Lui... le Sang de J√©sus a √©t√© vers√©, afin que quand Dieu regarde √† travers Son Sang nos p√©ch√©s rouges, ceux-ci deviennent blancs comme la neige. Rouge : "M√™me si vos p√©ch√©s sont rouges comme le cramoisi, cependant ils deviendront blancs comme la neige." Oh! quand nous pensons √† cela, cette belle illustration o√Ļ Dieu prenait des dispositions afin qu'Il ne puisse pas - qu'Il ne puisse pas voir le p√©ch√© du peuple.
E-18 Il y a quelque temps, je me tenais dans un ... ici dans l'Ohio, o√Ļ je tenais une s√©rie de r√©unions. Nous avions une merveilleuse s√©rie de r√©unions dans une grande ar√®ne. Il y avait tellement de gens que je ne pouvais pas rester dans la ville. Je - je dois prier toute la journ√©e. Quand on tenait ces r√©unions, je devais rester loin des gens, m√™me de l'organisateur et de tous les autres. Ainsi, je reste √† l'√©cart dans la pri√®re. Et je m'√©tais retir√© pour prier, et puis, quand nous... Quand je voulais manger, nous nous rendions √† un petit restaurant l√†, un petit restaurant de Dunkards, et de petites dames qui √©taient l√† √©taient tr√®s soign√©es et tr√®s belles, des gens propres, et elles circulaient, tr√®s gracieusement, se comportant comme des dames. Quelques jours apr√®s, c'√©tait dimanche, elles ont ferm√© et elles sont all√©es √† l'√©glise. Elles √©taient toutes tr√®s pieuses. Et elles avaient ferm√© et √©taient all√©es √† l'√©glise. J'avais alors faim ; je n'allais pas tenir un service de gu√©rison cet apr√®s-midi-l√†, je devais donc pr√™cher. Et je me suis dit : "Je ferais mieux d'aller me procurer un sandwich ", comme je n'avais pas mang√© depuis quelques jours. Je suis all√© l√†, le petit restaurant √©tait ferm√©, ainsi j'ai simplement travers√© la rue, je suis all√© dans un petit drive-in [ restaurant o√Ļ les clients peuvent √™tre servis √† partir de leurs voitures -N.D.T.] ordinaire..., peu importe comment vous l'appelez. Et quand j'ai franchi la porte, il y avait un agent de police ayant presque mon √Ęge, un homme d'environ quarante ans, avec son bras autour d'une femme, en train de jouer √† une machine √† sous. Et les jeux d'argent sont illicites dans l'Ohio. C'est la loi. Je me suis dit : "O√Ļ va ce monde?" Fr√®res, tout le monde a peur du communisme. Tout le monde a peur que la Russie ne vous envahisse, que l'Allemagne ne vous envahisse. Ne craignez pas qu'une nation nous vainque. Ils ne vont pas nous vaincre ; nous nous vainquons nous-m√™mes. Nos propres mŇďurs, c'est cela qui nous pollue. Ce n'est pas le rouge-gorge qui picote la pomme qui lui fait du mal, c'est le ver qui est dans le trognon qui fait pourrir la pomme. Nos propres mŇďurs parmi nous, c'est ce qui nous tue. Rejeter Christ, la vie dans - la vie que nous menons, c'est ce qui nous tue.
E-19 Il y avait l√† un agent de police qui devait faire respecter la loi, il se tenait l√†, c'√©tait peut-√™tre un homme mari√©, avec une ribambelle d'enfants chez lui, il jouait √† une machine √† sous. Je me suis dit : "√Ē mis√©ricorde! Je me suis retourn√© pour regarder vers le fond, il y avait une jeune serveuse qui se tenait l√† derri√®re, habill√©e d'une fa√ßon vraiment vulgaire; et des jeunes gens √† moiti√© ivres l'entouraient de leurs bras, faisant des choses qu'ils ne devraient pas faire." Je me suis dit : "Oh! la la! Il faut que je sorte d'ici." Et il est arriv√© que j'ai regard√© √† ma droite, et l√† √©tait assise une vieille dame, assez vieille pour √™tre ma grand-m√®re, probablement qu'elle avait soixante-cinq ans ou plus. Elle portait ces habits ind√©cents, ces petits habits courts, et elle avait une mati√®re rouge au visage, et les ongles de ses orteils √©taient peints de la m√™me fa√ßon. La pauvre vieille cr√©ature, sa peau √©tait rid√©e et pendante, et ses cheveux √©taient tr√®s courts, et ils √©taient bleus, alors qu'en r√©alit√© c'√©tait gris, et elle √©tait toute rid√©e. Alors je me suis dit : "N'est-ce pas horrible?" Et elle √©tait assise avec deux hommes √Ęg√©s, qui √©taient ivres, et l'un d'eux (c'√©tait en √©t√©) portait un grand pardessus de l'arm√©e. Et j'ai dit : "Oh! la la!" j'ai dit : "√Ē Dieu, comment peux-Tu supporter cela?" J'ai dit : "Pourquoi ne raies-Tu pas cela de la surface de la terre?" Je me tenais donc l√†, avec de telles pens√©es, et tout d'un coup quelque chose m'a frapp√©, et le Seigneur m'a dit de me retirer l√†. Et je suis all√© dans un coin derri√®re la porte et je me suis mis √† prier. Je me suis dit : "Seigneur, on dirait que Tu vas tout simplement d√©truire tout... Est-ce que ma petite R√©becca et Sara, mes deux fillettes, vont devoir √™tre √©lev√©es ici dans un monde qui est dans une telle condition?" Je me suis dit : "Comment peux-Tu supporter √ßa, alors que cela fait fr√©mir un p√©cheur comme moi, rien que d'y penser."
E-20 Eh bien, je suis all√© l√† derri√®re et j'ai eu une vision qui a compl√®tement chang√© mon tableau. J'ai vu le monde tourner. Et j'ai remarqu√© qu'il y avait tout autour un trait qui paraissait rouge, tout autour. Et je me suis demand√© ce que c'√©tait. Et m'√©tant approch√©, je me suis vu quand j'√©tais un jeune gar√ßon. Et quand je commettais un p√©ch√©, eh bien, alors je voyais J√©sus se tenir devant, entre Dieu et moi, et Son Sang agissait comme un pare-chocs. Chaque fois que je faisais quelque chose de mal, cela Le frappait. Et Il disait : "P√®re, pardonne-lui, il ne sait pas ce qu'il fait." Et quand je - je faisais quelque chose d'autre, et alors cela agissait comme le pare-chocs d'un v√©hicule, pour me prot√©ger. Dieu ne peut pas supporter le p√©ch√©. Le jour o√Ļ vous p√©chez, c'en est fini de vous. C'est tout. Mais le Sang de J√©sus me prot√©geait, me gardait de la col√®re de Dieu, et mon p√©ch√© s'y heurtait. Et Il disait : "P√®re, pardonne-lui, il ne sait pas ce qu'il fait." Et j'ai regard√© et j'ai dit : "Seigneur, c'est - c'est comme √ßa que mes p√©ch√©s Te traitent?" Et le sang coulant sur Son visage... Je regardais, je me suis approch√© un peu plus en rampant. Et j'ai vu un livre l√† et mon nom √©tait inscrit dessus, toutes sortes de p√©ch√©s √©taient √©crits dedans. J'ai dit : "Veux-Tu me pardonner?" Il a touch√© Son flanc et Il a √©crit "pardonn√©", et Il a jet√© cela l√† en arri√®re, derri√®re Lui dans la mer de l'oubli. Et j'ai dit : "Oh! combien Je T'appr√©cie, Seigneur." Il a dit : "Eh bien, J'√©tais dispos√© √† te pardonner tes p√©ch√©s, mais tu veux la condamner elle, pour les siens."
E-21 C'était alors un autre problème pour moi. Quand je suis sorti de la vision, je me suis approché d'elle. Les hommes s'étaient levés et ils étaient sortis. J'ai dit : "Bonsoir. " Elle a regardé autour d'elle, hoquetant, elle fumait une cigarette (ce que je pense être la chose la plus vile qu'une femme puisse faire). Et ainsi, elle fumait une cigarette. Elle a dit : "Oh! Salut." J'ai dit : "Puis-je vous parler juste un instant?" Elle a dit : "J'ai de la compagnie." J'ai dit : "Ce n'est pas dans ce sens-là. Je voudrais vous parler juste une minute." Elle a dit : "Asseyez-vous." J'ai dit : "Je suis un prédicateur de l'Evangile, madame." Elle a jeté sa cigarette. Et j'ai dit : "Je m'appelle frère Branham." Elle a dit : "Ce n'est pas vous cet homme qui est ici?" J'ai dit : "Si, madame." Elle a dit : "Je suis désolée d'être dans cet état."
E-22 Et je lui ai racont√© exactement la vision que j'ai eue. J'ai dit : "Le Sang de J√©sus, ma sŇďur, fait encore l'expiation pour vous. Tant que vous √™tes mortelle comme telle, vous avez encore la possibilit√© d'√™tre sauv√©e. Mais, ai-je dit, quand vous allez au-del√† de ce Sang, vous √™tes d√©j√† jug√©e." J'ai dit : "Ne voulez-vous pas... " Elle m'a racont√© son histoire, et cela suffisait pour briser un homme au cŇďur de pierre, comment elle avait √©t√© autrefois √©lev√©e dans une famille chr√©tienne, et avait un parent m√©thodiste √† l'ancienne mode, qui fr√©quentait l'√©glise et faisait le bien. Elle a √©pous√© un homme, celui-ci s'est mis √† boire. Elle a eu des filles, qui √©taient des membres d'√©glise. Et comment elle a pris la mauvaise voie. Elle a dit : "J'ai laiss√© passer mon jour de gr√Ęce en p√©chant." J'ai dit : "Ecoutez, avez-vous toujours de la consid√©ration pour le Seigneur J√©sus ?" Elle a dit : "Oui, monsieur." J'ai dit : "Alors, Il ne vous a pas abandonn√©e." J'ai dit : "Non, Il a encore de la mis√©ricorde pour vous." Elle a dit : "Vous pensez qu'Il me recevra juste dans cette condition ?" J'ai dit : "Oui, madame." Je l'ai prise par la main, nous nous sommes agenouill√©s l√†, √† cet endroit, et, fr√®re, nous avons transform√© l'atmosph√®re de l'endroit en une r√©union de pri√®re, quand nous l'avons conduite au Seigneur J√©sus. Oui.
E-23 C'est ça. Nous cherchons à amener les gens à voir comment le Sang, ce Sang rouge cramoisi est toujours autour du monde pour protéger quiconque le veut. Vous pouvez vous en tirer maintenant, parce que Dieu ne vous voit pas; vous êtes encore sous le Sang. Mais dès que vous osez quitter... Vous ne savez pas ce soir, s'il vous faudra peut-être quitter ce monde. Alors, vous irez dans la Présence de Dieu, et vous êtes déjà jugé. En effet, vous êtes jugé par la façon dont vous L'avez jugé, Lui. Maintenant, le rouge, quand Dieu regarde à travers le rouge, Il ne voit pas le rouge, Il voit le blanc. "Même si vos péchés sont rouges cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige."
E-24 Et alors, j'ai observ√© la g√©nisse rousse, tel qu'Il avait exig√© qu'elle soit, qu'elle n'ait jamais port√© le joug ; si vous remarquez bien, cela repr√©sentait J√©sus. Quand Il est venu, Il n'a jamais port√© le joug d'un quelconque ordre du monde. Il ne s'est jamais rang√© du c√īt√© des pharisiens ou des sadduc√©ens ; Il est rest√© libre vis-√†-vis d'eux tous. Il a manifest√© Dieu aux uns et aux autres. Et un autre aspect, elle devait √™tre immol√©e en pr√©sence du souverain sacrificateur. Le sacrificateur devait voir la g√©nisse √™tre immol√©e. Il en √©tait ainsi de J√©sus, quand Ca√Įphe a m√™me prononc√© le jugement contre Lui, et tout le reste. Il a √©t√© mis √† mort l√† en pr√©sence du souverain sacrificateur, l√† √† Golgotha o√Ļ ce dernier pouvait regarder √† partir du temple et Le voir mourir, en pr√©sence du souverain sacrificateur. Quel tableau ! Comme cela parle du Seigneur J√©sus ! Et ensuite, quand Il devait de Ses doigts prendre le sang et faire sept raies sur la porte de la - juste sur la porte de l'assembl√©e (de sorte que personne ne pouvait franchir la porte sans reconna√ģtre que quelque chose est mort pour le pr√©c√©der), c'√©tait un t√©moignage public du Seigneur J√©sus. Oh ! mon ami, je voudrais vraiment que vous compreniez, un t√©moignage public, sept raies repr√©sentant les sept √Ęges de l'Eglise ; les sept raies faites par Isra√ęl, les sept √Ęges de l'Eglise, nous sommes dans le dernier, Laodic√©e. Et pour chaque √Ęge de l'Eglise, Il √©tait l'Agneau immol√© depuis la fondation du monde. Ensuite, elle devait √™tre br√Ľl√©e. Tout le corps devait √™tre br√Ľl√©, et on devait en faire les eaux de s√©paration, en m√©langeant avec de l'eau ; c'√©tait gard√© √† un endroit pur, en dehors du parvis. Remarquez, cela repr√©sentait les eaux de s√©paration, cela repr√©sentait donc la Parole de Dieu. Nous sommes lav√©s par le lavage d'eau par la Parole. La Parole, ce sont les eaux de s√©paration. Christ √©tait l'animal de sacrifice. Il est mort afin... Vous, les malades, √©coutez ceci. Christ est mort afin de pouvoir accomplir chaque Parole. Il √©tait la Parole. "Au commencement √©tait la Parole, et la Parole √©tait avec Dieu, et la Parole √©tait Dieu." Et la Parole a √©t√© faite chair, Elle a habit√© parmi nous ; et Il est mort, pour devenir les eaux de s√©paration, et ceci est la Parole. Ceci est Christ, chaque Parole ici est Dieu Lui-m√™me sous forme imprim√©e. Recevez-La dans votre cŇďur et voyez ce qui arrive apr√®s que vous L'avez re√ßue. Prenez tout simplement n'importe quelle promesse divine. Ecoutez ceci, et vous pouvez faire cette d√©claration, c'est enregistr√©, tout. Mais, voici ce que je d√©clare, et je lance un d√©fi √† tout le monde. Une bonne attitude mentale envers n'importe quelle promesse divine de cette Parole am√®nera cela √† s'accomplir, peu importe ce que c'est. Si Dieu l'a dit, ayez une bonne attitude mentale envers cette Parole, et voyez ce qui arrive. Dieu est tenu envers Sa Parole. Il a jur√© par Cela. Nous allons aborder cela d'ici quelques soir√©es.
E-25 Comment la Parole nous est parvenue comme les eaux de s√©paration... Maintenant, ne l'oubliez pas, elle devait √™tre gard√©e. Maintenant suivez attentivement. Elle devait √™tre gard√©e dans un lieu pur (Comprenez-vous cela ?), pas un endroit sale et immonde : jouer aux cartes, jouer √† l'arnaque, jouer un peu √† la loterie dans le sous-sol, avoir des f√™tes sociales et des danses. La Parole de Dieu devrait √™tre gard√©e dans un lieu pur, saint, consacr√©, une v√©ritable Eglise du Dieu vivant, gard√©e dans un lieu pur, car Elle est les eaux de s√©paration. Je sais que cela br√Ľle un petit peu, fr√®re. Mais c'est bon pour vous. Amen. Elle √©tait gard√©e dans un lieu pur, en dehors de parvis, car √ßa doit s√©parer le p√©cheur de son p√©ch√© avant qu'il n'entre dans la communion. Remarquez. Alors, quand un homme p√©chait, la premi√®re chose qu'il faisait, c'√©tait de venir aux eaux de s√©paration. Un croyant dans son p√®lerinage, sur son chemin, s'il a fait quelque chose de mal, comme nous dans notre p√®lerinage... Et cette g√©nisse qui devait √™tre consum√©e pour obtenir les eaux de s√©paration, elle √©tait br√Ľl√©e avec le c√®dre, l'√©carlate et l'hysope. Nous allons prendre cela dans quelques soir√©es, le Seigneur voulant, voir ce que c'est. Le bois de c√®dre... Beaucoup de gens ont dit que Christ √©tait mort sur une croix de bois de cornouiller. J'avais souhait√© que nous ayons le temps d'aborder cela. Oh ! et l'hysope, c'est avec cela qu'on aspergeait toujours le sang, c'√©tait une racine vive qu'on arrachait, une armoise qu'on d√©racinait compl√®tement et qui √©tait ajout√©e √† cela. Tout cela parlait des offices de Dieu : le c√®dre, l'√©carlate et l'hysope ; c'est juste comme P√®re, Fils et le Saint-Esprit, les offices de la Divinit√©, montrant que ce m√™me Dieu a v√©cu dans l'office du P√®re, dans l'office du Fils et dans la dispensation du Saint-Esprit, toujours le m√™me P√®re, le m√™me Dieu. Et comment chacun de ces bois repr√©sentait la m√™me chose, le m√™me Dieu. Remarquez. Cela repr√©sentait aussi la gu√©rison divine. Quand Mo√Įse, l√† dans les commandements, quand il a donn√© des instructions pour la gu√©rison de la l√®pre, comment les colombes devaient √™tre tu√©es et cela au-dessus de l'√©carlate et l'hysope, et aussi du bois de c√®dre, c'√©tait une s√©paration d'avec leur maladie, et tout comme la s√©paration d'avec leur p√©ch√©. Dieu a toujours pris des dispositions pour la gu√©rison dans tous les √Ęges, tout le temps. Quand Mo√Įse a pris les enfants d'Isra√ęl, ils ont commenc√© √† lui chercher querelle ou √† lui faire des histoires. Il ont dit : "Kor√© est tout aussi valable que Mo√Įse. Et il y a bien d'autres hommes saints √† part lui", et tout le reste. Et ils ont continu√© √† se comporter comme ils faisaient, murmurant contre Dieu et contre Son serviteur. Alors des serpents sont apparus l√† et les ont mordus, et Mo√Įse a interc√©d√© pour eux, et Dieu lui a dit de faire un serpent d'airain. C'√©tait pour une double raison : pour leur pardonner leurs querelles, et les gu√©rir de leurs maladies dues √† la morsure de serpents. J√©sus est venu plus tard, et Il a dit : "De m√™me que Mo√Įse a √©lev√© le serpent d'airain dans le d√©sert, de m√™me le Fils de l'homme doit √™tre √©lev√©."
E-26 Comment pouvez-vous, fr√®re, enseigner l'Evangile sans inclure la gu√©rison divine ? C'est impossible. C'est ins√©parable. Il a √©t√© bless√© pour nos p√©ch√©s ; c'est par Ses meurtrissures nous avons √©t√© gu√©ris : le m√™me Christ, le m√™me jour, le m√™me Sang. La maladie, c'est la peine du p√©ch√©. Toute maladie vient du p√©ch√©, peut-√™tre pas directement de votre p√©ch√©, mais par h√©ritage. Il n'y avait aucune maladie avant le p√©ch√©. Lorsque la maladie est venue... Lorsque le p√©ch√© est venu, la maladie est un attribut ou une cons√©quence du p√©ch√©. Et vous ne pouvez pas traiter du p√©ch√©, en aucune mani√®re, sans traiter de la maladie. Et vous ne pouvez pas traiter de la maladie, sans traiter du p√©ch√©. Les deux marchent c√īte √† c√īte. Si un grand animal m'attrapait ici ce soir et qu'avec ses pattes sur moi, il me d√©chirait, mais que sa gueule ne me d√©rangeait pas... Mais s'il √©tait - si sa patte √©tait sur moi, √ßa ne me servirait √† rien de chercher √† lui couper l'orteil ou la patte, ou ce avec quoi il s'agrippe √† moi. Je le frapperais √† la t√™te, et cela le tuerait compl√®tement. C'est vrai. Et quand vous frappez le p√©ch√© √† la t√™te, vous tuez la maladie avec lui. Cela doit √™tre tu√© au m√™me moment. Vous ne pouvez pas les s√©parer. Amen. Je ne suis pas en train de dire amen √† moi-m√™me, mais amen signifie " ainsi soit-il ". Tr√®s bien. Je crois cela. Il peut y avoir beaucoup de promesses dans la Bible, pour lesquelles je n'aie pas assez de foi pour les manifester. Mais c'est toujours... √áa ne change rien de toutes les fa√ßons. Je crois cela.
E-27 Il n'y a pas longtemps, tout ce qu'on m'avait appris √† l'√©cole en astronomie, sur le - sur le - le syst√®me solaire, j'ai d√Ľ m'en d√©barrasser enti√®rement. La science se l√®ve et d√©clare qu'une chose est parfaitement et scientifiquement prouv√©e, quelques ann√©es apr√®s, on prouve scientifiquement que c'√©tait faux. Eh bien, il y a cent cinquante ans, l'un des plus grands hommes de science qu'on avait en France, avait d√©clar√© : "Si un homme allait √† la vitesse vertigineuse de trente miles [48,2 km - N.D.T] √† l'heure, il est prouv√© que la gravitation √©l√®verait cet homme de la terre. Fr√®re, on ne fait plus attention √† cela aujourd'hui. On va √† une vitesse de mille six cents miles [2.574,4 km - N.D.T.] √† l'heure et on cherche toujours √† aller beaucoup plus vite. Mais l'ennui en est qu'avec la science, on progresse, et nous les pr√©dicateurs, nous restons stationnaires. C'est √ßa. Eux ont progress√© jusqu'au point o√Ļ ils peuvent fissionner un atome. Mais nous citons la gu√©rison divine ou quelque chose, en disant : "Nous verrons ce que Moody a dit √† ce sujet, ce que Docteur Untel a dit." C'√©tait en ordre dans leur √Ęge, nous sommes en train de progresser. La science ne peut monter que jusque l√†, puis elle retombe. Nous avons des promesses insondables de Dieu, des ressources inexploit√©es, l√†-bas. Mais le probl√®me en est qu'ils sont oblig√©s de regarder en arri√®re pour voir si leur √©cole de pens√©e a enseign√© cela.
E-28 Peu m'importe ce que l'√©cole a dit. La Bible l'a dit, et c'est cela le livre de science de Dieu. Cela ne peut jamais faillir. M√™me si les cieux et la terre passaient, si la Parole de Dieu l'a dit, c'est la v√©rit√©. Amen. C'est vrai. Remarquez. Il y a quelque temps on me disait... j'√©tais en train de pr√™cher. Un homme est venu et a dit : "Eh, pr√©dicateur, je voudrais vous dire quelque chose. Vous ne cessez de dire que l'homme pense dans son cŇďur." J'ai dit : "La Bible le dit." l a dit : "Eh bien, ces hommes qui ont √©crit la Bible, √©taient tout simplement ignorants. Voyez ?" Il a dit : "Ils... Pareille chose ne... Il n'y a pas de facult√©s mentales dans votre cŇďur avec quoi penser." Il a dit : "Vous pensez avec votre t√™te, votre - votre - votre cerveau. C'est avec votre esprit que vous pensez. " Il a dit : "C'est √† partir de l√† que vous pensez. Il n'y a pas de facult√© mentale dans votre cŇďur." J'ai dit : "Je ne sais pas o√Ļ cela se trouve, mais Dieu a dit que c'√©tait dans le cŇďur, et je le crois. C'est tout ce que je sais."
E-29 Et il y a environ six semaines, j'√©tais √† Chicago, et un gros titre dans un journal disait que la science avait d√©couvert que dans le cŇďur humain, au centre du cŇďur humain, il y a un petit compartiment o√Ļ m√™me un globule sanguin ou une cellule de sang n'arrive pas. Les animaux n'en ont pas, mais les hommes ont cela. Et la science d√©clare : "C'est la demeure de l'√Ęme." All√©luia ! Dieu a donc raison en fin de compte. Il a toujours raison. Oui oui. C'est cela donc le probl√®me qu'ont les gens aujourd'hui. Vous venez √† l'√©glise, l'eau de s√©paration (C'est tr√®s bien.), vous √©coutez la Parole (C'est tr√®s bien) ; vous vous s√©parez de vos p√©ch√©s ; mais vous sortez avec une foi intellectuelle. C'est la raison pour laquelle vous ne pouvez pas croire. C'est la raison pour laquelle vous retournez et vous p√©chez comme vous le faites, c'est la raison pour laquelle vous ne pouvez tenir bon d'un r√©veil √† un autre. Si vous laissez cette foi intellectuelle descendre de votre cerveau jusque dans votre cŇďur, alors cela devient une r√©alit√© avec une nouvelle naissance. Alors √ßa restera l√†, ce sera ancr√© pour toujours. Dieu vous a scell√© par le Saint-Esprit, et cela r√®gle la question pour toujours.
E-30 Eloignez-vous... La foi intellectuelle, c'est une bonne chose ; c'est jusque l√† que le chr√©tien de nom peut aller, il entend la Parole. Il croit Cela. Il en a une conception mentale. C'est bien. Nous croyons Cela. Mais remarquez, lorsque l'homme vient aux eaux de s√©paration, qui est la Parole : "La foi vient de ce que l'on entend, et ce que l'on entend de la Parole." Nous croyons cela. Dieu veut que nous croyions cela. √áa, c'est une partie de cela. Mais c'est jusqu'o√Ļ il peut aller. Il n'est pas encore entr√© dans la communion ; l√†. Il ne vient que de traverser l'eau de s√©paration. Mais lorsqu'il arrive √† cette partie-l√†, il trouve une conception mentale. Oui, je crois cela, il pense cela dans son esprit, il l√®ve la main, il accepte cela, et vingt jours apr√®s cela, il retombe dans la m√™me routine o√Ļ il √©tait au d√©part. Car la chose s'est juste limit√©e dans sa t√™te. C'est vrai.
E-31 Il y a quelque temps, un grand et brave ministre d'ici dans le Sud est venu à bord d'un avion pour me rencontrer. Il a dit : "Frère Branham, je lisais un de vos sermons dans un journal." Il a dit : "Il n'y a qu'une seule chose que j'aimerais régler avec vous." Et j'ai dit : "Ça va." Il a dit : "Que pouvez-vous faire d'autre sinon croire ?" Il a dit : "Abraham était le père de la promesse, et lorsqu'il a reçu... Il a cru en Dieu, et cela lui fut imputé à justice. Qu'est-ce qu'Abraham pouvait faire de plus que de croire ?" J'ai dit : "C'est correct, monsieur. C'est tout ce qu'il pouvait faire. Mais Dieu lui a donné le sceau de la circoncision comme confirmation de sa foi." Et j'ai dit : "Ephésiens 4.30 dit : 'N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu par lequel vous avez été scellé jusqu'au jour de votre rédemption.' Si vous vous levez et confessez Christ, et dites que vous croyez en Lui avec la foi intellectuelle, Dieu ne vous a pas encore donné le Saint-Esprit, Il n'a pas encore confirmé votre foi." Amen.
E-32 C'est √ßa la confirmation, c'est le Saint-Esprit. Vous croyez, Dieu confirme cela par le Saint-Esprit. Vous croyez donc cela avec votre t√™te ; Dieu place cela dans votre cŇďur par une naissance. Amen. C'est en quelque sorte un peu √† l'ancienne mode, mais fr√®re, cela m'a gard√© pendant toutes ces ann√©es, et j'ai regard√© la mort en face. Je suis pr√™t √† faire confiance en cela continuellement. Et si cela √©tait assez bon pour moi, cela √©tait assez bon pour Paul, cela √©tait assez bon pour Silas, cela √©tait assez bon pour les enfants H√©breux, cela vous am√®nera jusqu'√† la fin aussi, si vous croyez cela. Tr√®s bien. Les eaux de s√©paration : venir √©couter la Parole. C'est juste comme les gens viennent d'habitude... Je sais, j'ai parcouru la ville, et j'ai vu ces grandes maisons. J'appr√©cie cela. Mais tout le monde parmi vous ne vit que dans une maison √† trois pi√®ces. C'est l√† que vous pouvez vivre. Vous vivez juste dans une maison √† trois pi√®ces. Lorsque Dieu √©tait ici, Il a v√©cu dans une maison √† trois pi√®ces. Il n'y a que l√† que vous pouvez vivre. La premi√®re pi√®ce, c'est votre cuisine. La pi√®ce suivante, c'est votre salle √† manger ou plut√īt votre salon. Et la pi√®ce suivante, c'est la chambre √† coucher. Vous pouvez avoir trois ou quatre chambres √† coucher, et deux salles √† manger, ou quelque chose comme cela, mais en r√©alit√©, ce ne sont que des chambres suppl√©mentaires.
E-33 Vous venez d'abord √† la cuisine. La cuisine, c'est l√† que vous mangez. Apr√®s, vous venez manger, comme √† l'√©glise, vous vous asseyez sur le banc et vous √©coutez la Parole. "La foi vient de ce que l'on entend, ce que l'on entend de la Parole." Ensuite, apr√®s que vous avez mang√© la Parole, vous entrez alors au salon, ce qui est la communion avec le reste de l'√©glise. Alors, apr√®s cela, le lieu secret, c'est la chambre √† coucher, l√† o√Ļ vous entrez et vous vous agenouillez, l√† o√Ļ vous, (bon nombre d'entre vous les mamans vous en aviez l'habitude, il y a longtemps) vous entriez l√† et priez pour vos enfants quand ils √©taient sortis la nuit. C'est l√† le probl√®me qu'a le monde aujourd'hui, contrairement √† ces mamans √† l'ancienne mode, d'autrefois, qui priaient pour leurs enfants et tout le reste, elles sortent avec leurs enfants le soir fumant, buvant, faisant des histoires comme elles le font. C'est la raison pour laquelle nous avons la d√©linquance juv√©nile. Elles disent qu'on est plus civilis√© que ceux du temps pass√©. Je doute de cela. Oui oui. Donc nous n'agissons certainement pas comme cela. Cela est chose vraie. J'aime ce genre √† l'ancienne mode. Eh bien, laissez-moi vous dire une chose, fr√®re. Les gens parlent des illettr√©s de Kentucky. J'ai pr√™ch√© l√† dans ces vieilles montagnes, l√† o√Ļ ils se tenaient sur le flanc de la colline, et ces vieilles mamans l√†, portant ces vieux grands, et longs bonnets, et les femmes des alentours disaient, se moquaient d'elles, disant : "Regardez-les. N'ont-elles pas l'air vieux jeux ou de quelque chose comme cela ?"
E-34 Laissez-moi vous dire une chose. Qu'une de leurs filles ose sortir pour passer toute la nuit dehors, et revenir le lendemain matin, comme le font certaines de vos filles, fr√®re, je vous assure que cette famille r√©agirait diff√©remment. Oui, ils le feront certainement. Sa m√®re la frapperait sur le flanc de la colline avec un fouet de tabac ou quelque chose comme cela jusqu'√† la couvrir d'ampoules. Vous savez que c'est la v√©rit√©, et alors vous l'appelez illettr√©e ! Ecoutez, j'ai aussi deux filles, je ne sais pas ce qui adviendra d'elles. J'en vois couch√©es dehors, √©tendues dans ces cours m√™me par ici. Je ne pensais pas que les Sudistes permettaient cela. J'√©tais surpris. Elles s'√©tendent dans les rues, portant ces vieux petits habits, se bronzant au soleil. Il se peut que mes enfants fassent cela ; je ne dis pas qu'elles ne le feront pas. Mais, fr√®re, elles auront un bronzage du fils, et √ßa sera le fils de mon p√®re bronzant √† l'aide d'une lamelle de f√Ľt, aussi durement que je le peux, pour les ramener. Voil√† le genre de bronzage qu'elles recevront. Et ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est d'un peu plus de Saint-Esprit √† l'ancienne mode envoy√© de Dieu, qui peut... ?... baptisant de l'Esprit de Dieu. L√† o√Ļ la Parole, on pr√™che sous le Sang qui est une chose centr√©e sur Christ qui s√©pare. Christ hait le p√©ch√©. Le Saint-Esprit hait le p√©ch√©. Il n'est pas √©tonnant que les gens ha√Įssent le p√©ch√©. Je veux dire qu'il n'est pas √©tonnant que les gens d√©testent le Saint-Esprit, parce qu'ils ne peuvent pas aimer la Lumi√®re pendant qu'ils marchent dans les t√©n√®bres. Amen. C'est vrai, et vous savez que c'est vrai.
E-35 Lorsqu'un homme arrive aux eaux de séparation, c'est très bien. Mais ne vous arrêtez pas là. La chose suivante, le sang l'avait précédé et avait fait sept raies sur la porte. Et chaque croyant, une fois qu'il vient écouter la Parole, il vient à Christ, disant : "Oui, je crois cela", ça c'est intellectuel. C'est bien. Ensuite il se dirige vers la porte, et avant qu'il ne franchisse la porte, il y a un signe qui est élevé là pour montrer que quelque chose est mort et que cela l'a précédé pour frayer une voie vers la porte. Christ est mort pour chaque pécheur et pour chaque malade qui est ici ce soir. Il l'a fait. Le signe a été élevé, ce qui est le...
E-36 Dans l'Ancien Testament, nous voyons l√† Ruth et Boaz, un tr√®s beau type du R√©dempteur, comment il a fait le rachat comme un signe √©lev√©. Comment Naomi avait quitt√© le pays, elle √©tait all√©e l√† au temps de la crise et elle avait tr√®s faim. Et elle a perdu son mari et les autres. Elle est retourn√©e avec sa bru, Ruth. Et lorsqu'elles sont retourn√©es, pendant la saison de l'orge, un beau type de Christ ici... Certaines personnes passent tout simplement par-dessus cela. Il n'y a pas un seul mot dans le Testament qui ne parle de J√©sus-Christ. Tout dans la Bible indique directement la croix, partout. Voil√†, cette histoire de Ruth. Sortons juste un instant de notre le√ßon, pour un instant. Consid√©rez-la √† son retour, elle avait perdu tous ses biens ; tout ce qu'elle avait eu avait √©t√© pris. Elle est rest√©e pauvre, n'ayant rien. Et lorsqu'elle est arriv√©e, elle a envoy√© la jeune Ruth, qui avait abandonn√© son dieu (le type de l'√©glise des Gentils), elle avait abandonn√© ses dieux pour venir vivre avec Naomi. Elle a v√©cu l√† o√Ļ Naomi a v√©cu, elle est morte l√† o√Ļ Naomi est morte; le Dieu de Naomi √©tait devenu son Dieu.
E-37 Et plus tard, nous voyons qu'elle est all√©e glaner dans le champ. Et c'√©tait dans le champ de Boaz, qui √©tait un proche parent, qu'elle glanait. Et lorsqu'il l'a vue, c'√©tait le coup de foudre. Et il a d√©couvert qui elle √©tait et il a voulu l'√©pouser. Pour le faire, il a d√Ľ racheter Ruth, ou plut√īt Naomi. Et pour le faire, il devait premi√®rement √™tre un parent. Maintenant, remarquez, quelle belle image du signe, pendant que nous y sommes pour un instant. Ruth dans le champ, pauvre, le type de l'Eglise. Nous entrons par l'√©glise juive, par un Juif, n√© sous la loi. Christ est mort. Je pensais que c'√©tait le sang juif. J'ai d√Ľ corriger cela. Ce n'√©tait ni le sang juif ni le sang d'un Gentil. C'√©tait le Sang de Dieu. Sa m√®re √©tait une juive : Son P√®re √©tait Dieu Lui-m√™me. Le sang vient du sexe m√Ęle. C'√©tait un Sang cr√©√©, pas du tout un sang venu par le sexe. C'√©tait le Sang de Dieu. Il n'√©tait ni Juif ni Gentil, mais Dieu manifest√© dans la chair. Alors lorsqu'Il √©tait ici sur la terre, voyons comment Il a march√©. Maintenant, retournons √† Ruth, juste un instant, et examinons la chose. Quand Boaz l'a vue, il est tomb√© amoureux d'elle. Et il lui a ordonn√© de ne pas quitter ce champ, mais de rester juste l√† et de glaner vite. C'est ce que Dieu fait pour chaque croyant une fois qu'il vient √† Christ. Restez avec Lui. Ne soyez pas emport√© √† chaque vent de doctrine; accrochez-vous √† Christ.
E-38 Et il a dit : "J'ai donn√© des instructions aux jeunes gens." Il a dit : "Maintenant, pendant que vous avancez, vous les moissonneurs, les Anges, a-t-il dit, de temps en temps, laissez-la glaner o√Ļ elle veut, et puis laissez tomber une petite poign√©e √† dessein." J'aime ces petites poign√©es, un bon petit r√©veil du Saint-Esprit √† l'ancienne mode, de temps en temps, vous savez, recevoir une poign√©e, pas vous? Elle a ramass√© ces poign√©es, et elle les a battues, elle √©tait heureuse, en ramenant cela. Et cette nuit-l√†, elle est all√©e l√† o√Ļ il vannait le bl√©, cette nuit-l√† au grenier, √† la grange, Boaz √©tait couch√©. Et pendant qu'il √©tait couch√©, Ruth (Remarquez ceci.), sans avoir honte de se mettre √† la disposition de cet homme, tout comme la v√©ritable Eglise n√©e de nouveau ce soir n'a pas honte de se mettre √† la disposition de l'appel du Saint-Esprit de Dieu, elle est all√©e l√† dans la grange aupr√®s de cet homme, lui faisant confiance. Tout homme qui vient √† Christ doit abandonner tout de part et d'autre et placer toute sa foi dans le Seigneur J√©sus-Christ. Peu importe ce que votre m√®re dit, ce que votre papa dit, ce que celui-ci dit ou ce que maman dit, ou ce que n'importe qui dit, faites confiance √† Christ. N'ayez pas peur. Elle est entr√©e. Et lorsqu'il a d√©couvert qu'elle avait une telle confiance, il a jet√© sa robe sur elle. Vous n'avez pas besoin qu'on vous dise ce que cela signifie : le Saint-Esprit, √©videmment, couvre de Sa propre robe. Et il a dit : "Maintenant, va. Au lever du jour, je devrai accomplir l'Ňďuvre d'un parent avant de te recevoir."
E-39 Et alors, il est all√© aux portes (maintenant suivez) pour accomplir l'Ňďuvre d'un parent. Vous les ministres, ceci n'est pas nouveau pour vous ; sauf pour l'assembl√©e. Il est all√© √† la porte, l√† o√Ļ tous les anciens d'Isra√ęl venaient, et un parent donc, pour racheter, il doit √™tre un proche parent. Seulement, il... Il ne peut pas √™tre juste n'importe qui; il doit √™tre un parent. Et √©coutez, Dieu, qui √©tait autrefois Esprit, a √©t√© manifest√© dans la chair et a pris la forme humaine pour devenir un parent de la race humaine, afin d'exp√©rimenter la souffrance, la maladie, la tentation. Dieu est devenu Homme pour devenir le parent de l'homme, afin de racheter celui-ci et le ramener √† Lui. Oh! si seulement vous pouvez voir cela ce soir, vous p√©cheur, cela devrait faire fondre votre cŇďur. Voyez ce Dieu, l√† dans le pass√©... d√©but, saint... Lorsqu'Il marchait avec Mo√Įse, sous forme d'une Colonne de Feu, au sommet d'une montagne, si un homme touchait cette montagne, il devait √™tre tu√©. Dieu cherchait √† entrer dans le cŇďur de l'homme... La chose suivante que Dieu a faite, c'√©tait de manifester cela dans la chair : Christ. Dieu √©tait en Christ r√©conciliant le monde avec Lui-m√™me. Il √©tait n√© un homme ici, Il a √©t√© fait parent, pour payer le prix de la r√©demption. Ensuite Il a √©t√© tu√© l√† afin que Son Esprit puisse √™tre lib√©r√© pour revenir sous forme du Saint-Esprit. Tout ce que Dieu √©tait, Il l'a d√©vers√© en Christ. Toutes les grandes choses √©ternelles de Dieu ont √©t√© d√©vers√©es en Christ ; tout ce que Christ √©tait, Il l'a d√©vers√© dans l'Eglise. Et les hommes et les femmes ont peur de r√©clamer les privil√®ges que Dieu leur a donn√©s, et de s'en tenir √† la v√©rit√© sur cela.
E-40 "Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus, cependant, vous, vous me verrez, car Je serai avec vous, Je serai en vous m√™me jusqu'√† la fin du monde." Christ, le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, votre Parent R√©dempteur, Dieu Lui-m√™me fait chair ici sur la terre pour √īter les p√©ch√©s et d√©gager la voie, afin de communier √† nouveau avec Sa cr√©ation. Amen. Dieu en vous, l'esp√©rance de la gloire, le Saint-Esprit Lui-m√™me, entrant dans le cŇďur humain pour √īter le p√©ch√© et la condamnation, pour vous gu√©rir, pour vous r√©tablir, et avoir communion avec Lui. Voil√†. Boaz devait devenir un... Il est all√© et il √©tait un proche parent. Et puis, donner un t√©moignage public, cela devait √™tre un t√©moignage public, comme quoi il avait rachet√© Naomi et tout ce qu'elle avait perdu. Amen. Je sais que je me comporte un peu de fa√ßon bizarre. Mais je n'y peux rien, lorsque mon cŇďur bouillonne, quand je pense √† ce merveilleux tableau, comment il a d√Ľ racheter Naomi pour avoir Ruth. Lorsqu'il devait la racheter, il devait racheter tout ce qu'elle avait perdu.
E-41 Et lorsque Christ est venu pour devenir homme ici sur la terre, et √™tre le Parent R√©dempteur, Il a rachet√© l'homme dans tout ce qu'il avait perdu dans la chute ; Christ lui a restitu√© cela en tant que Parent R√©dempteur. Lorsqu'Il est mort au Calvaire, votre sant√©, votre Vie Eternelle, tout ce que vous aviez perdu dans la chute, Christ rach√®te cela pour vous, car Il est votre Parent R√©dempteur. Votre sant√©, votre force et tout ce que vous avez perdu, vous appartient de nouveau ce soir par le Seigneur J√©sus. Il est devenu parent pour √īter le p√©ch√© et la maladie. Il lui a restitu√© par le rachat tout ce qu'elle avait. Il a √īt√© son soulier et il a donn√© un signe public, que tout celui qui entrait ou sortait, sache qu'il avait rachet√© tout ce que Naomi avait perdu, et qu'il en avait pleine possession. Quel beau tableau! Christ, suspendu √† la vieille croix rugueuse √† Golgotha, a pay√© le prix du p√©ch√©. Il a √©t√© bless√© l√† pour nos p√©ch√©s, Il a √©t√© bris√© pour notre iniquit√©, le ch√Ętiment qui nous donne la paix est tomb√© sur Lui, et c'est par Ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris. Tout ce que la race humaine avait perdu en Adam fut rachet√© lorsque Christ, Dieu Lui-m√™me, est devenu parent de la race humaine et qu'Il a rachet√© cela pour le ramener √† son Cr√©ateur. Tout ce qui √©tait perdu, Il a rachet√© cela et a ramen√© cela. Quel merveilleux tableau! Pouvez-vous voir cela, vous les malades? Alors Il est ici ce soir dans Sa glorieuse et sainte Personne, Sa glorieuse et auguste Pr√©sence, se mouvant parmi les gens, Il voulait que vous croyiez cela. C'est tout ce que vous devez faire, croire simplement cela, rien d'autre que croire simplement cela, et observez-Le nous r√©concilier.
E-42 Remarquez. Chaque homme donc en venant au... apr√®s √™tre pass√© par les eaux de s√©paration, en √©coutant la Parole, ensuite il doit en arriver au signe public, au t√©moignage, au t√©moignage public, montrant qu'avant qu'il n'entre l√†, quelque chose √©tait mort √† sa place, et il passe donc sous le sang, puis dans la troisi√®me pi√®ce, celle de la communion. Alors, nous avons communion les uns avec les autres pendant que le Sang de J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, √©lev√© comme un signe, nous purifie de toute iniquit√©, de toutes les sales habitudes de la chair. Il y a un flot de Sang plac√© sur le monde entier ce soir, disant : "Que celui qui veut vienne, et qu'il prenne les eaux de la vie gratuitement." Dieu envoie des ministres, Il les oint, et ceux-ci pr√™chent la Parole. Il envoie certains avec de grands dons. Et Il √©tablit certains dans l'√©glise, premi√®rement les proph√®tes... ou plut√īt premi√®rement les ap√ītres, les docteurs, les √©vang√©listes et les proph√®tes, et les autres, tout cela pour le perfectionnement de l'Eglise. Il a envoy√© Sa Parole; ils La pr√™chent. C'est l'eau de s√©paration. Les autres viennent, exercent leurs offices.
E-43 Pourquoi restons-nous l√† et tardons-nous, sachant qu'un jour nous devons nous tenir dans Sa Pr√©sence. Cette nuit m√™me, notre cŇďur peut faire son dernier battement et notre √Ęme peut prendre son envol. Alors nous ne devons pas √™tre jug√©s, nous avons d√©j√† √©t√© jug√©s. Lorsque Dieu a dit dans le jardin d'Eden : "Le jour o√Ļ tu en mangeras, ce jour l√† tu mourras"... C'est la Parole de Dieu. Christ est mort √† votre place, Il est devenu les eaux de s√©paration pour vous, Il est devenu le sang de purification pour vous, Il est devenu un Sceau pour vous sceller du Saint-Esprit, afin que vous puissiez √™tre reconnu dans la Pr√©sence de Dieu. Et alors vous passez juste par-dessus cela, et vous ne refusez pas cela - plut√īt vous refusez de recevoir cela. Alors vous vous √™tes jug√© vous-m√™me. Ami p√©cheur, qu'en est-il de vous ce soir? Je vous ai dit aujourd'hui que j'allais faire un peu plus longtemps, et j'ai donc d√©pass√© le temps. Je ne l'ai pas fait intentionnellement. Peut-√™tre que demain soir, fr√®re Moore sera l√†, et il pourra pr√™cher, et je viendrai directement pour commencer √† prier pour les malades.
E-44 Ce soir, je me demande si, ce soir, vous voudriez simplement regarder l√† et voir quel prix Christ a d√Ľ payer pour votre √Ęme. Qu'arriverait-il si j'avais un tas de petites capsules ici ce soir, et que je vous garantissais qu'il a √©t√© prouv√© pendant des √Ęges que si vous prenez ces petites capsules vous vivrez pendant cinq cents ans? Eh bien, vous vous pr√©cipiteriez vers cette estrade pour en recevoir. Si cela co√Ľtait des milliers de dollars, eh bien, vous mettriez en gage tout ce que vous avez, vous vendriez imm√©diatement tout pour en obtenir, pour vous assurer que vous aurez cent ans de vie. Mais je vous dis ce soir, qu'il ne s'agit pas d'une petite capsule, mais de regarder au Calvaire, et cela ne serait pas simplement cinq cents ans, mais vous vivrez √©ternellement dans Sa Pr√©sence dans un corps immortel. Et vous n'avez pas besoin de payer quelque chose; tout le prix a d√©j√† √©t√© pay√©. La seule chose que vous devez faire, c'est de lever la main et dire : "Seigneur J√©sus, je crois cela de tout mon cŇďur et je l'accepte maintenant."
E-45 Inclinons la t√™te un moment. Pendant que vous avez vos t√™tes inclin√©es, partout dans l'ar√®ne, j'aimerais que vous pensiez √† cela maintenant m√™me : les eaux de s√©paration, la pr√©dication de la Parole, le Seigneur J√©sus qui a √©t√© √©lev√© comme un signe. Ne voulez-vous pas venir maintenant √† Lui humblement et doucement et vous prosterner √† Ses pieds en disant : "Seigneur J√©sus, dans mon cŇďur j'ai √©t√© compl√®tement dans la confusion pendant longtemps; mais ce soir je crois que j'ai compris un peu mieux maintenant. Je crois que le Saint-Esprit m'a parl√©, ainsi j'aimerais Te recevoir maintenant m√™me comme mon Sauveur personnel. Et, √ī Dieu, en retour, veux-Tu me donner le Saint-Esprit qui a √©t√© promis, et me sceller dans Ton Royaume? Prends cette - cette foi intellectuelle que j'ai maintenant, rends-la une r√©alit√© en la pla√ßant dans mon cŇďur par le Saint-Esprit."
E-46 Notre P√®re c√©leste, comme nous nous approchons de Toi, nous savons que le grand R√©dempteur, le vrai Ami dans le besoin, se tient pr√®s maintenant. J'ai regard√© partout dans cette ar√®ne, je pense √† la ville de Rome, o√Ļ je m'√©tais tenu, et o√Ļ j'avais vu la vieille croix qu'on a √©lev√©e, l√† o√Ļ les chr√©tiens √©taient morts. Ce soir, le christianisme, pour tout croyant, est mis √† l'√©preuve. √Ē Dieu, fais que beaucoup ce soir Te re√ßoivent, voyant ce qu'Il a fait pour eux. Il est les eaux de s√©paration √† travers Sa Parole ici pour tout le monde qui entendra. [Espace vide sur la bande - N.D.E.]... croire qu'Il est la Vie Eternelle pour ceux qui Le recevront. Accorde ce soir, P√®re, comme Tu as fait beaucoup de choses √† travers le monde, accomplissant de grands signes et de grands prodiges comme une preuve infaillible de Ta part, que Tu es ici avec nous... Puisse chaque personne qui a √©t√© ballott√©e, qui √©tait agit√©e sur le sable mouvant des pens√©es humaines, puisse-t-elle mettre tout cela de c√īt√© ce soir et dire : "Seigneur J√©sus, il se peut que je sois venu plusieurs fois, mais ce soir je viens en toute sinc√©rit√©. Je viens maintenant, Seigneur."
E-47 Et pendant que nous avons nos t√™tes inclin√©es, je vais vous poser une question, une question s√©rieuse; soyez en pri√®re. Je me demande ce soir m√™me, juste en ce moment, combien partout, n'importe o√Ļ maintenant, juste... Vous n'√™tes pas sauv√© en levant la main, mais vous voulez que Dieu sache que dans votre cŇďur, vous avez r√©ellement envie d'√™tre un - que vous voulez tout simplement vous rapprocher un peu plus de Lui, et que vous voulez qu'Il vous sauve. Voudriez-vous lever la main vers Dieu, pas vers moi? Que personne ne regarde, √† part moi et le Saint-Esprit. Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse. Vous, vous, vous... ?... [Espace vide sur la bande - N.D.E.]
E-48 ...hier, aujourd'hui et éternellement. Voyez? Et ce n'est pas moi. Je me suis tout simplement identifié au groupe; Il est ici. Et je suis identifié à vous aussi. Je me suis identifié à tout le monde. Voyez? Il est ici ce soir. Et puis certains d'entre eux ont été envoyés comme prédicateurs. Certains de ces ministres pourraient prendre le texte que j'ai pris ce soir, et oh! la la! et à partir de cela, apporter un véritable sermon. Mais... et - et... Parce qu'ils ont été appelés à être des prédicateurs. Voyez?
E-49 Maintenant, en ce qui me concerne, j'ai été appelé, j'ai reçu un don d'avoir des visions. Ce n'est pas moi. Le prédicateur ne voudra pas tout simplement prêcher la Parole ; c'est le Saint-Esprit en lui qui prêche la Parole. Et ce n'est pas moi qui vois les visions, c'est Dieu qui voit la vision. Et Il utilise vos yeux, Il utilise votre langue, Il utilise vos lèvres. Eh bien, c'est vrai. Et si Christ venait ici ce soir à cette estrade... Et comme je forme une ligne sur cette estrade, si je peux avoir de l'ordre et tout le reste, sans que lui aille là distribuer des cartes, j'aimerais tout simplement vous demander... Si je - si je peux faire venir les gens ici à l'estrade, et que vous voyiez le Seigneur entrer dans cet auditoire et accomplir les mêmes choses qu'Il faisait jadis, serez-vous disposé à accepter et à remercier tout simplement Dieu pour cela, et allez-vous placer votre foi juste dans cela? Vous allez certainement le faire. Alors si vous allez le faire, demandons-le Lui tout simplement. Demandons-le Lui, avant même d'appeler une personne, ou que nous fassions n'importe quoi d'autre. Le jeune homme n'a pas distribué des cartes. Avant d'appeler une quelconque personne dans la ligne, demandons-Lui tout simplement de me montrer des visions là pour vous, avant d'appeler une quelconque personne dans la ligne. Ça - ça serait une bonne chose, n'est-ce pas? Maintenant, prions.
E-50 P√®re c√©leste, Tu connais le moment crucial. Je sens que Tu... que Ton - Ton Esprit est ici. Le... Je ne dis pas cela pour que ces gens m'entendent, mais c'est √† Toi que je le dis. Je sens Ton onction ici m√™me √† l'estrade. Seigneur, Tu connais mon cŇďur; Tu sais si c'est la v√©rit√© ou pas. Et je - j'ai senti que j'allais faire l'appel √† l'autel et puis quitter, mais apparemment, c'est comme s'il y a quelque chose que Tu veux. Je Te prie, P√®re, de me venir en aide l√†-dessus. Je ne sais que faire, mais Quelque chose me retient √† l'estrade. Et je prie en ce moment-ci, comme je l'ai dit, puisses-Tu m'aider, et visiter ces gens-ci. Tout ce que Tu voudras que je leur dise, je m'abandonne maintenant √† Toi, Seigneur. Et si Tu envoies Ton glorieux Esprit et que Tu oignes Ton serviteur, nous serons tr√®s heureux et reconnaissants. Et tout l'auditoire pourra √™tre gu√©ri au m√™me moment, P√®re. Je Te prie de leur accorder ceci au Nom de J√©sus, Ton Fils bien-aim√©, et pour Sa seule gloire. Amen.
E-51 Maintenant, je voudrais que vous regardiez dans cette direction. Je voudrais que vous soyez très respectueux. J'aimerais tout simplement parler à l'auditoire. Il n'y a personne parmi vous que je connaisse, là. Vous le savez bien. Je ne vous connais pas; je ne vous ai jamais vu, à moins que je... si je vous ai déjà vu, je ne le sais pas. Je connais le - certains de ces jeunes gens qui sont assis ici même. Maintenant, à vous qui êtes là tout au fond, j'aimerais que vous entriez directement dans votre communion. Ceci est la même chose. C'est une communion de l'Esprit. Nous sommes tous en Christ maintenant. Voyez? Nous sommes assis ensemble dans les lieux célestes en Jésus-Christ. N'est-Il pas merveilleux?
E-52 Maintenant, je voudrais que vous regardiez, juste comme lorsque Pierre et Jean avaient dit : "Regarde-nous." Et l'homme a regardé, s'attendant à recevoir quelque chose. Si je recevais la gloire pour ceci, je serais un menteur et un hypocrite. Il n'y a rien que je puisse faire. Je ne suis qu'un homme comme vous. Mais il y a un auditoire, probablement, je ne sais pas combien sont assis ici, il y a quelques centaines qui sont assis tout autour, mais si Christ veut, Il le peut. Et Il peut venir ici à cette estrade ce soir. Si je peux m'abandonner à Lui, en tant que Son serviteur, Il peut me dire quoi vous dire. C'est vrai. Vous croyez cela, n'est-ce pas? Et s'Il le fait, vous verrez, mes amis, que j'ai dit... Allez-vous croire que j'ai dit la vérité ? Et alors, qu'est-ce que la vérité? C'est que vous êtes déjà guéri, chacun de vous. Vous n'avez qu'à l'accepter. C'est tout. Et alors, si je vous ai dit cela, et que Dieu confirme que cela est la vérité, assurément vous - vous aurez assez de foi pour continuer alors avec cela, n'est-ce pas?
E-53 Maintenant, chantons tout simplement un cantique, s'il vous pla√ģt. Vous savez, √† l'√©poque des disciples, au temps de la Bible, ils chantaient un cantique. Chantons Crois seulement. Veuillez, s'il vous pla√ģt, nous donner un - un accord de - un accord. Ceci est quelque chose de nouveau; je ne fais jamais ceci. Mais je ne sais m√™me pas si √ßa se fera. Et si √ßa ne se fait pas, je vais devoir prendre certains huissiers, et d'autres personnes pour qu'on se rassemble dans quelques minutes et qu'on forme une ligne de pri√®re, cela est possible, si Dieu l'accorde, amen. Pendant que Paul pronon√ßait ces paroles, il a regard√© un homme, il a fix√© son regard sur lui, et il a dit : "Monsieur, je vois... " Est-ce vrai? Voyez? D'apr√®s les Ecritures... Oui oui. Maintenant, puisse-t-Il ajouter Ses b√©n√©dictions. Oh! quel temps. Je - je... Un jour, je devrai vous rencontrer, chacun de vous. Et le Dieu Tout-Puissant sait que cette Lumi√®re, que vous voyez sur cette photo-l√†, se tient √† moins de deux pieds [60 cm - N.D.T.]de l√† o√Ļ je me tiens maintenant m√™me. C'est la v√©rit√©. Elle est en train de s'introduire en moi, par le c√īt√© droit, juste ici : Sa gr√Ęce, Sa mis√©ricorde. Je Lui demande s'Il le veut, de confirmer la v√©rit√©.
E-54 La V√©rit√©, Seigneur, Ta Parole est la V√©rit√©. √Ē Dieu √©ternel, qui as cr√©√© les cieux et la terre, qui as fait toutes choses par J√©sus-Christ, que nous aimons et appr√©cions... √Ē Dieu, ce jour sombre dans lequel nous vivons, les hommes parcourent la terre sans Te conna√ģtre, des docteurs, "ils se donneront une foule de docteurs, ayant la d√©mangeaison d'entendre des choses agr√©ables, ils se d√©tourneront de la v√©rit√© pour se tourner vers les fables, emport√©s, orgueilleux, ayant l'apparence de la pi√©t√©, mais reniant ce qui en fait la force". √Ē Dieu, aie piti√© ce soir. Manifeste-Toi, Seigneur. Tu es ici. Nous T'aimons. Nous croyons en Toi. Et je sais que Tu es ici. Fais-Toi conna√ģtre, Seigneur, √† cet auditoire. Tu connais cet auditoire. Moi, je ne connais pas ces gens. Mais afin qu'ils sachent que Ton serviteur leur a dit la v√©rit√© √† Ton Sujet, j'offre cette pri√®re par J√©sus-Christ, notre Seigneur. Ayez foi en Dieu. J√©sus, en passant √† c√īt√© d'un arbre un jour, et n'ayant pas vu de fruit l√†, Il a dit... Il n'a pas eu besoin de taper du pied ou de lui donner des coups des pieds. Il a dit : "Que d√©sormais personne ne mange de ton fruit." Et personne n'a mang√© de son fruit. Il avait s√©ch√©. Il a dit : "Ayez foi en Dieu; car si vous dites √† cette montagne, √īte-toi, et que dans votre cŇďur vous ne - mais que vous croyiez que ce que vous avez dit arrivera, vous le verrez s'accomplir."
E-55 √Ē Dieu, c'est cela la foi dont nous avons besoin, la foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes, la foi qui a permis √† notre Seigneur J√©sus de regarder l√† et de voir une femme qui avait une perte de sang. Elle L'a touch√© avec sa foi, Il lui a dit : "Prends courage. Ta foi t'a sauv√©e." Je vois... Oui, gr√Ęces soient rendues √† Dieu. Je vois un homme assis, il me regarde droit en face; il est en pri√®re. Entre lui et moi, il y a cette Lumi√®re qui se d√©place. C'est un homme costaud. Il me regarde droit en face. Il souffre du cŇďur, l'homme assis juste l√† derri√®re. C'est vrai, monsieur. Vous pouvez retourner √† la maison maintenant un homme r√©tabli. Votre foi vous a gu√©ri. Cette pauvre femme qui est assise juste √† c√īt√© de vous, l√†, regardez dans cette direction, vers moi, sŇďur. Croyez-vous que je suis le proph√®te de Dieu ou Son serviteur? Croyez-vous cela de tout votre cŇďur ? Si Dieu me fait savoir ce pour quoi vous √™tes ici, si vous √™tes - vous avez des probl√®mes, s'Il me dit ce qu'est votre probl√®me, allez-vous croire que je suis Son serviteur? Allez-vous le croire? Votre probl√®me, c'est √† la jambe, n'est-ce pas vrai? Maintenant, n'est-ce pas la v√©rit√©? Vous pouvez donc vous mettre debout. J√©sus-Christ vous r√©tablit. Amen.
E-56 Et la dame qui est assise √† c√īt√© de vous? Croyez-vous cela, madame? Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu, Son proph√®te? Vous avez l'air d'√™tre une femme en bonne sant√©. Mais croyez-vous que Dieu peut me dire ici m√™me, vous savez, je ne sais pas si - de quoi vous souffrez. Allez-vous donc croire cela de tout votre cŇďur? Vous souffrez d'un mal de dos. C'est la v√©rit√©, n'est-ce pas ? Cela a un peu choqu√© la dame assise √† c√īt√© de vous. Croyez-vous cela, madame, de tout votre cŇďur? Vous... Regardez-moi. Croyez-vous que je suis Son proph√®te? Si je vous dis la v√©rit√©, allez-vous croire? Vous saurez que c'est la v√©rit√©. Alors vous croirez que je vous ai dit la v√©rit√©. La Lumi√®re de Dieu est suspendue au-dessus de vous. Vous avez un probl√®me des reins. C'est vrai. Mettez-vous debout ; en effet, vous pouvez retourner chez vous bien portante.
E-57 Croyez-vous? Y a-t-il quelqu'un qui croit dans ces rangées? Ayez foi. Il y a quelqu'un là derrière, tout au fond, là tout au fond, allez-vous avoir la foi? Evidemment, vous êtes sous l'emprise d'un tas d'esprits, vous êtes conscient de cela. Je vois une ombre noire maintenant même en train de circuler ; c'est une puissance démoniaque. Elle se trouve entre moi et là; ça entre. Il s'agit d'une petite dame qui est assise... Elle est en train de prier ; elle a le doigt à la bouche. Cette femme est - elle a un cancer. Elle porte des lunettes. C'est vrai, n'est-ce pas, madame, vous qui êtes assise là en robe blanche? Voudriez-vous donc vous mettre debout, juste une minute? C'est vrai. C'est vrai, n'est-ce pas? Très bien. Vous croyez que Dieu peut vous guérir? Dites donc, Il veut vous dire quelque chose. Vous êtes consciente de votre état. Vous vous appelez Johnson. Béatrice Johnson. Vous habitez au numéro 1920 de l'avenue Jeff Davis, ici à Macon, en Georgie. C'est vrai, n'est-ce pas? Acceptez-vous le Seigneur Jésus maintenant comme votre Guérisseur? Levez la main vers Lui. Père, au Nom de Ton Fils, le Seigneur Jésus, je condamne l'esprit de la mort qui est suspendu au-dessus de cette femme. Puisse-t-elle être guérie pour Ta gloire. Je demande que chaque homme et chaque femme ici présent, qui croit en ce moment même que Jésus-Christ est ici, le Fils de Dieu, de se lever maintenant et de L'accepter comme son Guérisseur. Dieu Tout-Puissant, l'Auteur de la Vie, Tu T'es manifesté Toi-même. Guéris chaque personne qui est ici. Et je condamne chaque maladie. Sors Satan. Et je réprimande chaque mauvais esprit, au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

En haut