ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication LA COMMUNION FRATERNELLE / 55-0813 / Karlsruhe, Allemagne // SHP - PDF

LA COMMUNION FRATERNELLE

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Etait-il le prochain sur l'estrade ce soir donc ? Tr√®s bien, √™tes-vous pr√™ts ? Bonsoir, mes amis. Je suis si heureux d'√™tre ici ce soir pour servir le Seigneur J√©sus. Nous esp√©rons que Dieu d√©versera Ses b√©n√©dictions sur nous ce soir. Cela a vraiment fait tressaillir mon cŇďur, quand j'ai entendu ce "Crois seulement " en allemand. C'est un - un ami √† moi qui a compos√© ce cantique, il s'appelle Paul Rader. Il y a des ann√©es qu'il est all√© pour √™tre avec le Seigneur. Et √† sa mort, il √©tait √† Los Angeles, en Californie. On l'avait amen√© dans un h√īpital. Et quand - quand il se mourait, on a tir√© les rideaux et on chantait des cantiques vraiment lugubres. Il avait un peu un sens de l'humour, il... ?... il a dit : " Dites donc, qui se meurt ici, moi ou vous ? " Il a dit : "Tirez le rideau et chantez-moi de tr√®s bons cantiques pleins d'entrain. " Ils se sont mis √† chanter A la croix o√Ļ mourut le Sauveur. Il a dit : " √áa, √ßa sonne mieux. " Il a demand√© : " O√Ļ est mon fr√®re Luc ? " Et on lui a r√©pondu : " Il est dans la chambre voisine. " Il a dit : " Faites-le venir ici. " Et il a saisi Luc par la main, et lui a dit : " Fr√®re, nous avons parcouru ensemble un long chemin. Nous avons √©t√© des missionnaires partout dans le monde. Mais penses-y, fr√®re, dans cinq minutes, je vais me tenir dans la Pr√©sence de J√©sus-Christ, rev√™tu de Sa justice. " Et il a serr√© les mains de son fr√®re et s'en est all√© √† la rencontre de Dieu. C'est ainsi que j'aimerais m'en aller : rev√™tu de Sa Justice, non pas de notre propre justice; cela - cela ne marchera pas. Mais de la Sienne. Dieu L'a d√©j√† accept√©. S'Il L'accepte - s'Il L'a d√©j√† accept√©, et que Lui m'a accept√©, alors je n'aurai pas √† me tenir dans ma propre justice. Je me tiendrai dans la Sienne, qui est d√©j√† accept√©e. Amen. J'aime √ßa. Il donne la vie.
E-2 Maintenant, nous avons d√©cid√© d'avoir ces services d'instruction avant d'avoir la ligne de pri√®re, afin que les gens puissent √™tre instruits √† fond, de sorte que quand la gu√©rison commencera, alors les gens sauront comment s'approcher de Dieu. Nous vivons en un jour o√Ļ il y a beaucoup de soi-disant croyances. Le vrai et le faux essayent de se joindre ensemble, ou plut√īt les gens cherchent √† mettre ensemble le vrai et le faux. Cela ne peut jamais se faire. Non, non. L'un est du diable, et l'autre de Dieu. Le diable a tort, Dieu a raison. Et il en sera toujours ainsi. Le diable perdra et Dieu gagnera toujours. Ainsi, si - si vous √™tes dans le faux, vous √™tes du mauvais c√īt√©. Vous √™tes certain de perdre. Si vous √™tes du bon c√īt√©, vous √™tes du c√īt√© de Dieu, alors vous √™tes certain de gagner, vous ne pouvez pas perdre.
E-3 Eh bien, le plan de Dieu est pr√©sent√© dans Sa Bible. Et c'est √ßa que nous devons suivre. Cela doit provenir de Sa Parole ; en effet, mes paroles failliront ; je suis un homme. Mais la Parole de Dieu ne peut pas faillir, parce qu'Elle est Dieu. Maintenant, le minist√®re que je dois vous pr√©senter sera dans un premier temps tr√®s √©tonnant, mais observons d'abord. C'est ce que j'aimerais vous faire comprendre premi√®rement, c'est que c'est un - un Message venant de Dieu, de Sa Parole, pour Ses Enfants. √áa n'a pas √©t√© mis en pratique (√ßa n'a pas √©t√© mis en pratique) depuis l'√©poque des ap√ītres. Du temps de l'√©glise primitive, on avait ces choses dans l'√©glise, mais elles ont sans cesse disparu. Et puis, elles sont devenues de plus en plus rares. Et peu apr√®s, elles ont compl√®tement disparu. Les miracles et les signes ont quitt√© l'Eglise. Mais le proph√®te avait annonc√© qu'il y aurait un jour qui ne serait ni jour ni nuit, mais, a-t-il dit, qu'au temps du soir, la lumi√®re para√ģtrait.
E-4 Lorsque l'église primitive a commencé en Orient, à l'est, c'était à Jérusalem, à l'est. Le soleil se lève à l'est et se couche à l'ouest. La civilisation a évolué dans le même sens : de l'est à l'ouest. Pendant tous ces deux mille ans, qu'on a appelé l'Age de l'Eglise, il n'a fait ni jour ni nuit. Nous avons eu assez de lumière pour croire que Jésus était le Fils de Dieu, qu'Il sauve les pécheurs. Mais cela... Nous n'avons pas eu la Lumière sur les miracles et les signes comme on en avait à l'est, au commencement. Mais nous sommes au temps de la fin. Le soleil se couche sur la civilisation. Le prophète avait promis que le soleil brillerait encore dans le dernier - au temps du soir. Le même Soleil qui avait brillé au commencement à Jérusalem brillera une fois de plus au temps de la fin. Les choses qui étaient autrefois dans l'Eglise au commencement seront restaurées une fois de plus au temps de la fin. Nous vivons en ce temps-là. Si cela avait intrigué les gens en ce temps-là, à combien plus forte raison cela les intriguerait-il aujourd'hui. Mais, mon ami, l'Evangile de Dieu doit être prêché. Il L'enverra peu importe ce que disent les gens. Vous ne pouvez pas arrêter Cela ; c'est comme éteindre un - un feu par... de grand vent. Dieu fera briller Sa Lumière. Il fait cela juste avant la Venue du Seigneur Jésus. Ce n'est pas un homme, l'homme est hors du tableau . C'est Dieu. Dieu fait cela parce qu'Il l'a promis.
E-5 Aujourd'hui, la raison pour laquelle le christianisme occupe √† peu pr√®s la cinqui√®me place parmi les religions, du point de vue nombre [des membres], c'est parce que nous avons manqu√© de faire ce que J√©sus nous avait ordonn√© de faire. Les derni√®res Paroles de J√©sus-Christ √† Son Eglise √©taient : " Allez par tout le monde et pr√™chez la Bonne Nouvelle √† toute la cr√©ation. " Au lieu de cela, nous sommes all√©s et avons enseign√© la Bible. Eh bien, l'Evangile ne consiste pas en Parole seulement. Paul a dit : " L'Evangile n'est pas venu en Paroles seulement, mais dans la puissance et la d√©monstration du Saint-Esprit. " La Parole est une Semence, mais cette Semence ne cro√ģtra √† moins d'√™tre plac√©e dans une bonne esp√®ce de terre. Peu importe quelle semence vous avez, si vous avez peur de la semer... (peur de semer - peur)... la semence ne vous sera d'aucune utilit√©. Mais, √©coutez ceci : chaque Parole de Dieu est une Semence. C'est J√©sus qui l'a dit. Et chaque promesse de Dieu s'accomplira si vous la recevez et que vous n'en doutiez pas. Si vous pouvez la placer dans votre cŇďur et croire qu'elle vient de Dieu, si vous l'arrosez avec la foi, elle germera et produira selon son esp√®ce. N'oubliez jamais cette d√©claration. Je dis ceci du fond de mon cŇďur : Une bonne attitude mentale envers n'importe quelle promesse de Dieu, am√®nera cela √† s'accomplir. Croyez-vous cela ?... ?... Amen. Si vous affichez une bonne attitude, sachant que c'est la Parole de Dieu, et que Dieu est derri√®re Sa Parole, et la Parole est Dieu, cela am√®nera ce qui est dit √† s'accomplir. Si vous plantez du bl√©, vous aurez du bl√©. Si vous plantez du ma√Įs, vous aurez du ma√Įs. Si vous voulez √™tre sauv√©, acceptez Son plan pour le salut. Si vous voulez √™tre gu√©ri, acceptez Son plan pour la gu√©rison. √áa y est. Lui, Christ, a √©t√© bless√© pour nos p√©ch√©s ; c'est par Ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris. C'est tout ce que vous devez savoir. La chose suivante qu'il vous faut faire, c'est croire cela, et cela prendra soin de soi. All√©luia !... ?... √áa se fera.
E-6 Maintenant, j'aimerais lire quelques passages des Ecritures ce soir et vous expliquer de mon mieux ce minist√®re. Monsieur Bosworth l'a expliqu√© cet apr√®s-midi. Et demain apr√®s-midi, le Seigneur voulant, j'aimerais aussi parler. Eh bien, demain soir, le Seigneur voulant, nous commencerons la ligne de pri√®re. Nous pensons que √ßa sera... que vous aurez √©t√© alors suffisamment instruits. Bon, tout ce que nous d√©clarons est enregistr√© sur bande magn√©tique. Et j'aimerais que vous fassiez attention. Et dites aux autres donc que j'ai dit que je ne suis pas un gu√©risseur. C'est Dieu qui est le Gu√©risseur. Je ne suis pas contre les m√©decins, contre les h√īpitaux, contre la gu√©rison par les m√©dicaments ; en effet, tout cela provient de Dieu. C'est Dieu qui nous les a envoy√©s. Il nous a envoy√© un cheval (un cheval). Ensuite, Il nous a envoy√© une automobile. Aujourd'hui, Il nous envoie un avion. √áa me prendrait un long temps pour arriver ici √† cheval. J'accepte ce que Dieu a envoy√©. Il a envoy√© un avion. Je suis venu en 24 heures. Je suis reconnaissant de ce que Dieu a envoy√© un avion.
E-7 Et toutes ces bonnes choses viennent de Dieu. Que ferions-nous si nous n'avions pas de m√©decins, si nous n'avions pas de service de sant√© et d'hygi√®ne, ni - ni d'h√īpitaux ? Ne serait-ce pas horrible ? Mais rappelez-vous, il n'y a pas un tre - ou plut√īt une seule dose de m√©dicament qui puisse vous gu√©rir ; et il n'y a aucun m√©decin qui puisse vous dire cela. J'ai eu un entretien avec certains des plus grands m√©decins du monde. J'ai √©t√© aux Cliniques Mayo pour l'interview... (Mayo)... et beaucoup de bons m√©decins viennent chez moi √† la maison pour qu'on prie pour eux. Ils disent donc " qu'avec un grand signe, nous ne pr√©tendons pas √™tre des gu√©risseurs. Il n'y a qu'un seul Gu√©risseur ; c'est Dieu. Nous soutenons seulement que nous assistons la nature. " (Assister.) Ainsi, si la plus grande clinique qu'il y ait au monde a dit cela, eh bien, cela devait r√©gler la question. Nous aborderons l'enseignement plus tard cette semaine, mais j'aimerais vous montrer combien la gu√©rison est simple. Peut-√™tre si je me coupais la main avec un couteau... Maintenant, √©coutez attentivement. Il n'y a pas de m√©dicament au monde qui puisse gu√©rir cette blessure au couteau. Eh bien, soyez vraiment respectueux et r√©fl√©chissez. Il n'y a pas de... au cout... Il n'y a aucun m√©dicament qui puisse gu√©rir cette blessure au couteau. S'il y avait un m√©dicament qui pouvait gu√©rir cette blessure au couteau, cela pourrait gu√©rir une d√©chirure au couteau sur ma veste. Cela pourrait gu√©rir une cassure au couteau sur cette chaire. Si cela gu√©rissait une blessure au couteau, cela pourrait gu√©rir une entaille au couteau, √† n'importe quel endroit. L'eau qui peut mouiller ici, peut mouiller l√†-bas. Un m√©dicament qui peut gu√©rir une blessure √† ma main peut gu√©rir une d√©chirure √† ma veste.
E-8 Eh bien, vous me direz : " Frère Branham, vous êtes - vous devenez un fanatique ; en effet, le médicament n'a pas été fait pour guérir votre veste. Cela n'a pas non plus été fait pour guérir la chaire, mais cela a été fait pour guérir votre corps. " Je vous poserai alors une question donc. Si je me blesse à la main et que je meure, je sais que l'Allemagne a certains des médecins les plus intelligents du monde. Beaucoup de bons médecins de l'Amérique viennent ici pour être formés. Vous êtes un peuple très intelligent. Mais vous pouvez m'amener à l'une de vos meilleures cliniques, vos meilleurs médecins peuvent me visiter chaque jour, embaumer mon corps, ce qui me donnerait un air naturel pendant 50 ans. Et ils peuvent m'injecter chaque jour de la pénicilline, de sulfure, et suturer ma main, mais 50 ans après, la plaie demeurera dans le même état que cela l'est à cette chaire. Eh bien, vous dites : " Assurément, Frère Branham, la vie vous a quitté. " Eh bien, ce - c'est vrai. Maintenant, si c'est le médicament qui est le guérisseur, ça ne doit pas avoir besoin de la vie, mais si c'est la vie qui est le guérisseur, alors c'est ça Dieu. Dites-moi ce qu'est la vie et je vous dirai qui Dieu est. Dieu est la Vie. Le médicament ne forme pas de tissus. C'est la vie, et c'est Dieu.
E-9 Un m√©decin... Si je me fracturais le bras, j'irais aupr√®s du m√©decin; s'il √©tait le gu√©risseur, je dirais : " Gu√©ris mon bras, docteur. " Eh bien, il me regarderait comme si j'√©tais fou, il dirait : " Monsieur Branham, je remettrais votre bras en place. " Eh bien, s'il est le gu√©risseur, alors je dois sortir avec un bras r√©tabli. Mais il n'est pas le gu√©risseur. Il ne fait que remettre l'os en place pendant que Dieu gu√©rit cela. Est-ce vrai ? Oui oui, oui. Si je souffrais de l'appendicite... (appendicite)... [Quelqu'un aide pour ce mot et fr√®re Branham le remercie. - N.D.E.] Merci. [Fr√®re Branham rit. - N.D.E.] Si je souffrais de l'appendicite, et le m√©decin peut amputer cet organe, √īter l'appendice, mais il - il ne peut pas gu√©rir cela. Il m'enl√®ve un gros morceau et il laisse cela l√† pour que Dieu op√®re la gu√©rison. Est-ce vrai ? Ainsi, le m√©dicament ne gu√©rit pas. Mais nous sommes reconnaissants pour toutes ces assistances. Les v√©hicules, les avions, les savons pour se laver les mains, les lunettes √† porter lorsqu'on devient vieux, les dents artificielles lorsque vous - lorsque les v√ītres sont arrach√©es ; toutes ces choses, nous en sommes reconnaissants, parce que √ßa vient de Dieu. Nous les appr√©cions.
E-10 J'aimerais vous poser une question maintenant. Eh bien, c'est Dieu qui est le seul Gu√©risseur. J'aimerais... Ecoutez ceci. Nous sommes - nous avons les meilleurs m√©decins qu'on ait jamais eus. On a les meilleurs m√©dicaments que les m√©decins aient jamais utilis√©s. Nous avons les meilleurs h√īpitaux que le monde ait jamais connus, les plus grandes cliniques, les m√©decins les plus intelligents, et le monde a plus de maladies que jamais. Pourquoi ? Nous avons plus de p√©ch√©s et plus d'incr√©dulit√© que jamais. Les gens s'√©loignent de Dieu. Ils deviennent... Ils fr√©quentent l'√©glise. Le pire d√©mon qu'il y ait... (le pire d√©mon)... c'est le d√©mon religieux. C'est ce qui a tu√© J√©sus. C'√©tait le groupe religieux, qui voulait dire qu'Il √©tait le diable, qui L'a tu√©. C'est vrai. Il nous faut donc veiller √† cela. Fr√©quenter l'√©glise et √™tre religieux, cela n'a rien √† faire avec le fait de na√ģtre de nouveau du Saint-Esprit et de devenir un chr√©tien. Oui, oui. C'est autre chose. Dans I Jean, chapitre 1, je pense que c'est le verset 7, nous lisons ces Ecritures. Tr√®s bien, maintenant vous pouvez lire cela, si vous le voulez, le verset 7. [L'interpr√®te lit les Ecritures en allemand. - N.D.E.] [Mais si nous marchons dans la lumi√®re, Comme il est Lui-m√™me dans la Lumi√®re, Nous sommes mutuellement en communion, Et le sang de J√©sus-Christ, Son Fils nous purifie de tout p√©ch√©. ]
E-11 Que le Seigneur b√©nisse Sa Parole. Maintenant, beaucoup de gens peuvent ouvrir le Livre comme √ßa, mais il faut Dieu pour re - ouvrir Cela et Le r√©v√©ler. Vous ne comprendrez jamais Cela par l'instruction. Vous ne trouverez jamais Cela dans un s√©minaire. Vous ne trouverez jamais Cela par la science. Vous ne trouverez jamais Cela par la connaissance. Dans le jardin d'Eden, il y avait un arbre de la connaissance et un Arbre de la Vie. Tant que l'homme mangeait de l'Arbre de la Vie, il avait la Vie Eternelle. Mais √† la premi√®re bouch√©e de l'arbre de la connaissance, il a perdu son √Ęme. Et chaque fois que l'homme prend une bouch√©e de l'arbre de la connaissance, il se d√©truit lui-m√™me. Dieu ne d√©truit rien. C'est l'homme qui se d√©truit par la connaissance. On ne conna√ģt pas Dieu par la connaissance, on Le conna√ģt par la foi. Vous devez croire en Lui, pas L'expliquer, car vous n'y arriverez pas. Avec la foi d'enfant... (la foi d'enfant)... vous croyez en Lui.
E-12 Maintenant, Dieu sachant par la foi... lorsque l'homme a pris sa première bouchée, il a détruit sa communion avec Dieu. C'est ce dont nous allons parler cet après-midi : La communion. A la prochaine bouchée qu'il a prise, il a inventé la poudre à canon : il tue son frère. La chose suivante qu'il... par la connaissance, qu'il - qu'il obtient, c'est une automobile ; ça tue plus de gens avec l'automobile que toutes les guerres. Il continue simplement à prendre des bouchées de l'arbre de la connaissance et il abandonne l'Arbre de la Vie. Et il s'est fabriqué une bombe atomique aujourd'hui. Je me demande ce qu'il va en faire. Il ferait mieux de revenir à Dieu, à l'Arbre de la Vie, car cet espace de vie est court. Mais il vous faudra passer l'éternité quelque part. Il n'y a personne au monde qui puisse apprécier la communion avec Dieu comme celui qui a eu une expérience avec Lui. Nous aimons tous la communion. C'est une - la créature de l'homme, il - il a été créé pour communier. Vous ne savez pas combien j'aimerais prendre chaque homme ici, aller manger avec lui, m'asseoir et parler avec lui, parler du Ciel, de Jésus. J'aimerais faire cela. Le temps ne le permettra pas. Mais j'aimerais prendre rendez-vous avec vous. Lorsque nous quitterons le temps pour entrer dans l'Eternité, j'aimerais passer mille ans avec chacun de vous. Et lorsque j'aurai terminé, je n'aurai pas moins de temps qu'au début. Mais maintenant, il fait - il fait nuit. C'est le jour de l'homme. Le jour se lève, le jour du Seigneur. Maintenant, nous devons travailler. Je ne peux pas être serviteur de l'homme et serviteur de Dieu au même moment. Je dois servir Dieu de telle manière que je puisse gagner l'homme à Son Créateur, Dieu, afin que nous puissions répondre à ce rendez-vous. Oui oui. Oui oui.
E-13 La communion, c'est une chose merveilleuse. Eh bien, pourquoi les hommes aiment-ils la communion ? Pourquoi les hommes aiment-ils se rencontrer entre eux, les femmes aiment-elles se rencontrer entre elles ?... (femme... femme)... Nous aimons tous nous rassembler. Les femmes aiment se rassembler, coudre et parler ; les hommes aiment aller à table, ils ont des choses en commun dont ils veulent parler. Cela vient de quelque part. Qu'est-ce qui vous fait aimer vos enfants ? C'est le fait que vous êtes un père. C'est la nature - la nature humaine. C'est ce qui prouve que nous avons un Père céleste qui nous aime, nous Ses enfants. Tout ce qui existe aujourd'hui a été fait de ce qui existait. La Bible dit qu'il n'y a rien de nouveau sous le ciel. Bon, au commencement, quand Dieu créa un homme, Il ne l'a pas créé pour qu'il tombe malade. Il ne l'a pas créé pour qu'il souffre du cancer. Il ne l'a jamais créé pour mourir. Il l'a créé pour la communion. Eh bien, le soir, quand il faisait calme, Dieu descendait et avait communion avec Adam et Eve. Ils aimaient Dieu. Et Dieu les aimait. Il ne voulait pas qu'ils tombent malades, qu'ils vieillissent et meurent. Il voulait qu'ils restent jeunes et aimables pour toujours. Mais le péché les a amenés là; non pas Dieu, cela est contraire à la volonté de Dieu. C'est nous-mêmes, qui nous sommes plongés là-dedans.
E-14 Eh bien, Jésus est venu pour restaurer la race humaine, tout ce que l'homme avait perdu en Eden ; et nous sommes sur notre chemin... Maintenant, nous avons le gage de cette délivrance. Maintenant, nous sommes - nous avons le Saint-Esprit, qui est la Vie de Dieu avec mesure... (avec mesure, ou une petite portion) ... Quand nous nous tiendrons dans Sa Présence à - à la fin de la vie, alors nous aurons la plénitude de l'Esprit. Ceci est appelé le gage de notre salut. Maintenant, nous croyons aussi qu'un jour nous aurons un corps immortel. Quand Jésus viendra, ces corps vils seront changés. Et nous aurons un corps semblable à Son propre corps glorieux. Combien croient cela ? Merci. Je suis heureux de vous voir croire cela. J'attends ce jour-là, moi-même. Remarquez, si nous avons cela et que cela est inclus dans la rédemption, il nous faut avoir la guérison divine comme gage de notre complète délivrance. S'il n'y a pas de guérison divine, il n'y a pas de résurrection des morts. Qu'en pensez-vous, docteur ? S'il n'y a pas de guérison divine, il n'y a pas de résurrection. La guérison divine, c'est le gage de la résurrection. Si le Saint-Esprit est ici, c'est le gage de notre Vie Eternelle. Croyez-vous cela ?
E-15 La raison pour laquelle Dieu a inclus la gu√©rison divine... Comment pouvez-vous √īter cela de l'Evangile alors qu'Il a √©t√© bless√© pour nos p√©ch√©s ; c'est par Ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris ? Le m√™me sang issu du m√™me Homme, le m√™me jour, c'√©tait et pour le salut, et pour la gu√©rison. Renier l'un, c'est renier l'autre. On a simplement rejet√© cela aujourd'hui. Du temps o√Ļ J√©sus √©tait ici sur terre dans un corps physique, les gens ont dit : " Nous savons qu'Il peut gu√©rir, mais Il se fait Lui-m√™me Dieu en pardonnant le p√©ch√©. " Eh bien, aujourd'hui, ils disent : " Il a raison. Il peut pardonner les p√©ch√©s, mais Il ne peut pas gu√©rir. " Mais gloire soit rendue √† Dieu, Il peut faire les deux. J'en suis t√©moin. Et je suis s√Ľr qu'il y en a beaucoup d'autres ici parmi des millions √† travers le monde aussi.
E-16 Maintenant, le seul moyen pour vous d'appr√©cier donc cela et de le comprendre, c'est de revenir √† la communion avec Dieu. Comment une pens√©e charnelle peut-elle donc comprendre les choses de Dieu ? Elles sont de la folie, dit la Bible, pour elle. Elle ne peut comprendre cela. Elle ne peut saisir cela. Mais un esprit n√© de nouveau ne raisonne pas l√†-dessus. Il croit seulement cela et agit sur base de cela comme Abraham l'a fait. Abraham, le p√®re de la foi, Dieu lui avait dit, lorsqu'il avait 65 ans (je veux dire sa femme avait 65 ans et lui en avait 75), qu'ils allaient avoir un enfant. Pouvez-vous vous repr√©senter cela ? Pouvez-vous vous repr√©senter un homme en Allemagne allant chez un bon m√©decin pour qu'on appr√™te une chambre √† l'h√īpital, il a 75 ans et sa femme en a 65 ? Et il avait v√©cu avec elle depuis qu'elle avait 17 ans sans avoir eu d'enfants, mais Dieu avait dit : " Tu vas avoir un enfant. " Et Abraham avait cru √† Dieu. Peu importe ce que la science disait, Abraham croyait √† Dieu.
E-17 Deux ans, pas de changement. Cinq ans, pas de changement. Dix ans, pas de changement. Mais Abraham continuait √† dire : "Gloire √† Dieu, nous l'aurons de toute fa√ßon. Dieu l'a dit. " C'est une bonne raison pour croire cela. Oui oui. " Dieu l'a dit. " Je peux me repr√©senter qu'il est all√© et qu'il s'est procur√© des - de petites couches, des √©pingles, qu'il a tout appr√™t√©, car Dieu l'avait dit. Et peu importe combien c'√©tait impossible, Dieu l'avait dit. Cela r√®gle la question. Vingt ans s'√©coul√®rent, il n'y avait toujours pas d'enfant ; mais Abraham croyait toujours √† Dieu. Et il devenait plus fort. Il continuait √† rendre gloire √† Dieu. Eh bien, que feriez-vous apr√®s qu'on aura pri√© pour vous ce soir et - et que demain vous n'√™tes pas r√©tabli ? Vous diriez : " Il n'y a rien l√†." Cela montre que vous avez besoin de na√ģtre de nouveau. Les enfants d'Abraham, ce que nous sommes - les enfants d'Abraham seuls ont la b√©n√©diction. Nous, √©tant morts en Christ, nous devenons la semence d'Abraham et devenons h√©ritiers selon la promesse. Cela donne √† chaque croyant n√© de nouveau la m√™me foi qu'Abraham pour appeler ce que Dieu a dit comme √©tant la v√©rit√©, et pour appeler ce que vous voyez avec vos yeux, si c'est contraire √† la promesse de Dieu, comme √©tant un mensonge. Amen. Maintenant vous... vous n'y allez pas par la vue... (par la vue, nous ne marchons pas par la vue)... Nous - nous ne marchons pas par la vue ou nous n'y allons pas par les sensations. Nous y allons par la Parole de Dieu. Peu importe l'apparence, nous croyons cela.
E-18 Et lorsque Abraham avait cent ans, vingt cinq ans plus tard, et Sara quatre-vingt-dix, Dieu leur a donn√© l'enfant. All√©luia ! Pourquoi ? Parce qu'il avait cru √† Dieu, et il avait appel√© ce qui √©tait contraire √† la Parole... il avait refus√© de consid√©rer cela. Il avait refus√© de reconna√ģtre que son propre corps √©tait mort. Il n'a pas consid√©r√© le sein dess√©ch√© de Sara. La... ?... La Bible dit : " Il ne douta point, par incr√©dulit√© au sujet de la pro - de la promesse de Dieu, mais il fut fortifi√©, rendant gloire √† Dieu, sachant sans l'ombre de doute que Dieu allait - que Dieu pouvait tenir ce qu'Il avait promis. " Je crois la m√™me chose. Pas vous ? Amen. Vous pouvez alors avoir ce que vous demandez.
E-19 L'autre jour, j'ai rencontr√© un homme ici. Il a dit : " Fr√®re Branham, je ne crois pas cela. Peu m'importe ce qui arrive. " J'ai dit : " Certainement pas. Ce n'est pas pour les incroyants. C'est uniquement pour ceux qui croient. " Les incroyants ne peuvent rien recevoir. Les croyants peuvent recevoir ce qu'ils r√©clament. C'est J√©sus qui l'a dit. Eh bien, si vous pouvez revenir dans la communion, √īter de votre esprit tout ce qui est charnel, tout ce qui raisonne contre la Parole, et dire : " √Ē Dieu, Tu es capable de tenir ce que Tu as promis, je le crois, et c'est pour moi par la mort de J√©sus-Christ √† la croix, et j'accepte cela maintenant ", cela r√®gle la question. Et allez directement de l'avant, Le remerciant pour cela, et Dieu am√®nera la chose √† s'accomplir.
E-20 Combien de chr√©tiens y a-t-il ici ? Voudriez-vous lever la main ? Merci. C'est merveilleux ! Maintenant, comment avez-vous accept√© Christ ? Vous direz : " J'ai √©t√© sauv√© il y a dix ans. " Ou peut-√™tre : " J'ai √©t√© sauv√© il y a un an. " Non, vous avez √©t√© sauv√© il y a mille neuf cents ans, quand J√©sus mourut. Il vous faut donc accepter cela maintenant. Et lorsque vous acceptez cela, il n'est pas n√©cessaire pour vous de sentir comme - sentir quelque chose. Lorsque vous √™tes sorti de l'√©glise, la foule des - des incroyants a dit : " Il n'y a aucun changement en vous. Vos yeux ont toujours la m√™me couleur. Vous portez toujours le m√™me costume. Il n'y a pas de changement. " Et il n'y a rien que vous puissiez lui montrer comme quoi il y a un changement. Mais √ßa y est. Vous avez cru qu'il y avait un changement. Pourquoi ? Dieu avait promis un changement. Cela s'est mis √† travailler √† l'int√©rieur. Et √ßa se manifestera √† l'ext√©rieur tr√®s bient√īt. Mais vous vous √™tes lev√©, vous L'avez accept√© comme votre Sauveur personnel. Puis vous √™tes sorti. Peu importe ce que l'incroyant dit, vous direz : " Je suis chr√©tien. " Vous parlez comme chr√©tien. Vous agissez comme chr√©tien. Vous fr√©quentez les chr√©tiens, et vous croyez que vous √™tes chr√©tien. Et vous posez tous les actes comme chr√©tien. Et qu'est-ce que cela fait pour vous ? Cela fait de vous un chr√©tien. Pourquoi ? Il a √©t√© bless√© pour vos p√©ch√©s.
E-21 Comment acceptez-vous Christ pour votre gu√©rison? C'est exactement pareil. Vous avez rempli Sa pro - Ses conditions. Mettez Sa Parole dans votre cŇďur, sortez de cette salle, disant : "Je suis gu√©ri." Vous dites : "Je ne vois pas de changement." Les gens disent : "Eh bien, vous n'√™tes pas diff√©rent de ce que vous √©tiez." Peu importe ce que les gens disent, ce qui compte, c'est ce que vous croyez. Tout aussi s√Ľr qu'Il a √©t√© bless√© pour vos p√©ch√©s, c'est par Ses meurtrissures que vous avez √©t√© gu√©ri. La m√™me expiation, le m√™me jour. Amen. Et Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Croyez-vous cela? Oui oui. C'est vrai. C'est ainsi qu'il faut recevoir cela. Eh bien, Dieu a √©crit cela dans Sa Parole. Cela devrait suffire. Si c'√©tait ma parole, ou la v√ītre, et que les gens ne voulaient pas recevoir cela, moi je dirais : "Laissez-les." Mais ce n'est pas le cas avec Dieu. Dieu ne veut pas qu'aucun p√©risse. Ensuite, Il envoie des docteurs, des ap√ītres, des proph√®tes et diff√©rents dons dans l'Eglise. Pourquoi faire? Pour disperser l'Eglise? Non, pour rassembler l'Eglise en vue du perfectionnement du Corps de J√©sus-Christ. Il vient bient√īt, et s'Il - s'Il a eu un corps l√† au commencement qui avait tous les signes et tous les prodiges, le Corps pour lequel Il vient doit √™tre du m√™me genre, sinon √ßa sera un corps monstre.
E-22 Eh bien, dans l'Ancien Testament, lorsqu'on concluait une alliance, voici comment on concluait une alliance. C'est une chose glorieuse. Eh bien, en Am√©rique, lorsque nous contractons une alliance, nous nous faisons une promesse sur une chose ou une autre, et ensuite, nous nous serrons la main. Cela scelle l'alliance. Au Japon, lorsqu'on conclut une alliance, les gens font √ßa entre eux, et ensuite, ils prennent une petite bo√ģte qui contient du sel, ils se jettent du sel l'un √† l'autre. C'est √ßa une alliance. Du - du temps biblique, l√†, lorsque Dieu avait conclu Son alliance avec Abraham...?... a montr√© ce qu'Il allait faire au temps de la fin...?... Voici ce qu'on faisait. On prenait un animal. Eh bien, la premi√®re chose qu'on faisait, on - on prenait un morceau de papier, ou on prenait un manu-un manuscrit ou une esp√®ce, c'est une peau. Et on r√©digeait une alliance. Et puis, la chose suivante qu'on faisait, c'√©tait qu'on tuait un animal. On d√©coupait l'animal en deux. Et puis, on se tenait entre les deux parties de cet animal mort. Et on prenait une coupe, on se faisait des promesses comme quoi, si on ne tenait pas cette alliance, que leur corps soit comme celui de cet animal mort. Ensuite on d√©chirait l'alliance, on donnait un morceau √† chaque partie.
E-23 Eh bien, quand le jour promis arrivait, il devait apporter le m√™me morceau qui avait √©t√© d√©chir√© ici. Ce morceau devait s'accorder pour former un tout. Lorsque Dieu a conclu une alliance avec l'Eglise, Il a amen√© J√©sus au Calvaire, et l√†, Il L'a clou√© √† une croix. Il L'a d√©chir√© en deux. Il a s√©par√© Son √Ęme et Son corps. Il a amen√© Son corps en haut, Il L'a fait asseoir √† Sa droite au Ciel et Il a renvoy√© le Saint-Esprit √† l'Eglise. Et lorsque nous venons pour nous rattacher √† ce Corps, il nous faut avoir le m√™me Esprit qui √©tait sur Christ, Il doit √™tre sur nous, sinon cela ne va pas s'accorder avec le Corps. All√©luia! Le m√™me Saint-Esprit √©tait en vous, √©tait en Christ. Il a dit : "Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus." C'est √† dire les incroyants. "Cependant vous, vous Me verrez, car Je ("Je" est un pronom personnel), Je serai avec vous, m√™me jusqu'√† la fin du monde."
E-24 Si je vous disais que j'ai l'esprit d'un peintre, vous vous attendrez à ce que je puisse peindre le tableau comme un peintre. Si je vous disais que j'avais l'esprit d'un criminel... (oui, un homme mauvais)... Vous vous attendrez à ce que j'aie de grosses armes. Je sèmerais la panique tout autour. Ainsi, l'esprit du criminel serait en moi. Et si l'Eglise dit qu'elle a l'Esprit de Christ, alors Christ fera dans Son Eglise les oeuvres qu'Il faisait lorsqu'Il était ici sur terre; car Il est le même hier, aujourd'hui et éternellement. Il a dit... Amen. Il a dit : "Encore un peu de temps et les incroyants ne Me verront plus, cependant vous, vous Me verrez." Eh bien, il y aura des incroyants jusqu'à la fin du monde. Il y aura de "vous" ("vous" - "vous" - Voyez-vous?)... "vous" jusqu'à la fin du monde... ("vous", les croyants)... N'êtes-vous pas contents d'être les "vous"? Dieu l'a promis. Je crois que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est né de la vierge Marie. Je crois que le Dieu Tout-Puissant a couvert la vierge Marie de Son ombre et qu'Il a créé une cellule de sang qui a formé le Fils de Dieu. Croyez-vous cela? C'est l'unique moyen pour vous d'être sauvé. Aujourd'hui, quand les gens disent : "Oh! Il n'était qu'un prophète, c'était un homme de bien", c'est faux. Il était divin. Il était Dieu manifesté dans la chair.
E-25 Vous... Récemment, une femme de la Science Chrétienne, que... elle a dit : "Révérend Branham, vous accordez trop d'importance à Christ. Vous faites de Lui divin. Il n'était pas divin, a-t-elle dit. C'était un homme de bien. C'était un docteur et un prophète, mais Il n'était pas divin." J'ai dit : "Soit Il était Dieu, soit Il était le plus grand séducteur que le monde ait jamais connu." J'ai dit : "Est-ce vous..." Elle a dit : "Si je vous prouve par la Bible (vous avez dit que vous êtes un fondamentaliste) qu'Il n'était qu'un homme, allez-vous accepter cela?" J'ai dit : "Si la Bible dit qu'Il n'était qu'un homme et qu'Il n'était pas divin, je croirai cela. Mais la Bible ne le dit pas." Elle a dit : "Je peux le prouver." J'ai dit : "Allez-y." Et elle a dit : "Vous savez, dans Saint Jean 11, a-t-elle dit, quand Jésus se rendait à la tombe de Lazare, eh bien, la Bible dit qu'Il avait pleuré. Eh bien, a-t-elle dit, cela prouve qu'Il n'était qu'un homme, a-t-elle dit, parce qu'Il pouvait pleurer." C'est ça la pensée charnelle, elle n'arrive pas à voir le surnaturel. J'ai dit : "Madame, votre - votre argument est très faible. Lorsqu'Il se rendait à la tombe, Il a pleuré comme un homme. Il a pleuré comme un homme. Mais lorsqu'Il a fait venir un homme qui était mort depuis quatre jours et qui gisait dans une tombe, et que cet homme qui était mort depuis quatre jours s'est mis debout et a de nouveau vécu, c'était plus qu'un homme. C'était Dieu." Voyez-vous?
E-26 Lorsqu'Il descendait de la montagne, Il avait faim comme un homme. Et Il cherchait un arbre o√Ļ trouver quelque chose √† manger. C'√©tait un homme qui avait faim. Mais lorsqu'Il a pris ces cinq pains et deux petits poissons et qu'Il a nourri cinq mille personnes, c'√©tait plus qu'un homme, c'√©tait Dieu. C'√©tait un homme lorsqu'Il √©tait couch√© l√† dans cette barque cette nuit - l√†, tellement fatigu√© que les vagues fortes ne L'ont pas r√©veill√©. Je crois que dix mille d√©mons de la mer avaient jur√© de Le noyer. Il √©tait... Cette petite vieille barque √©tait ballottant comme un bouchon de li√®ge, comme un - un bouchon de li√®ge de... sur l'eau. Le diable disait : "Je l'ai eu maintenant." C'√©tait un homme qui √©tait couch√© l√†, endormi. Mais lorsqu'Il s'est r√©veill√©, qu'Il a mis son pied sur le bastingage de la barque, qu'Il a lev√© les yeux vers les cieux et a dit : "Silence - silence", et que les vents et les vagues Lui ont ob√©i, c'√©tait plus qu'un homme, c'√©tait Dieu. Amen. Lorsqu'Il mourait au Calvaire, Il cria au secours. C'√©tait un homme. Mais lorsqu'Il ressuscita le matin de P√Ęques, Il prouva qu'Il √©tait Dieu. Amen. Et Il est vivant ce soir, Il est le - le m√™me Seigneur J√©sus. Gloire soit rendue √† Son saint Nom. Vous direz : " Fr√®re Branham, vous √™tes excit√©. " Naissez de nouveau, vous vous sentirez de la m√™me fa√ßon. Oh! c'est merveilleux, la Vie Eternelle. Combien je Lui suis reconnaissant de Le voir en action, accomplir de grands signes et des prodiges. Toutes les religions froides et diff√©rentes de Bouddha, et toutes ces autres religions ont failli dans Sa Pr√©sence. C'est Lui qui est ressuscit√© d'entre les morts et qui vit √©tant toujours le m√™me et qui accomplit les m√™mes oeuvres. Il a donn√© Son Sang, afin que vous puissiez avoir communion avec Lui, que vous viviez dans Sa Pr√©sence.
E-27 Maintenant, écoutez alors que je termine. Quand l'homme avait perdu sa communion dans le jardin d'Eden à cause du péché, qu'est-ce que Dieu a fait à ce sujet? Regardez ce que l'homme a fait à ce sujet. Au lieu de se présenter là, d'être sincère, et dire : " Père, j'ai péché ", il est allé derrière dans le buisson, il s'est formé une organisation religieuse et s'est confectionné une couverture. " La Religion ", signifie une " couverture ". Il s'est confectionné une religion humaine, il s'est fait un tablier de feuilles, de feuilles de figuier. C'est la Bible qui le dit. Mais lorsqu'il est venu devant Dieu, il - il s'est rendu compte que cette religion humaine ne marcherait pas. Et celle de n'importe qui d'autre ne marcherait pas non plus. Vous devez venir sur les bases de Dieu. Qu'est-ce que Dieu a fait? Il est allé tuer des animaux, Il a versé du sang et a ramené des peaux pour confectionner des tabliers, afin qu'ils puissent se tenir dans Sa Présence. Maintenant, suivez attentivement. Le seul moyen pour Dieu de vous ramener dans la communion avec Lui, c'était le fait de mourir à votre place. Et Jésus - Christ a accompli cela pour vous racheter de la malédiction.
E-28 Eh bien, √©coutez attentivement. Le sang √©tait le tapis de bienvenue de Dieu √† la porte.... (Bienvenue √† la porte, bienvenue...?...)... Remarquez donc, juste avant que nous terminions. Dieu a pr√©sent√© le sang comme le tapis de bienvenue pour le retour √† la communion. Nous avons essay√© d'adopter... (prendre la place)... l'instruction. Nous avons essay√© des d√©nominations, les organisations et tout, mais cela ne remplacera pas le sang. Eh bien, le seul moyen pour Dieu dans l'Ancien Testament de recevoir les enfants d'Isra√ęl, c'√©tait sous le sang de... d'un agneau mort. Eh bien, le - l'adorateur apportait son agneau √† l'autel, et puis, il apportait une tourterelle s'il √©tait malade : l'effusion du sang. Eh bien, il devait placer la main sur la t√™te de l'agneau. Le sacrificateur √©gorgeait l'agneau, et le petit agneau se mettait √† gigoter et mourait. Il b√™lait et criait. Et ses pattes √©taient toutes baign√©es du sang. Et la petite laine blanche de l'agneau baignait compl√®tement dans le sang. Et le p√©cheur reconnaissait que √ßa devrait √™tre lui, mais que l'agneau avait pris sa place. Dieu avait accept√© cela. Eh bien, cela a dur√© longtemps.
E-29 Mais lorsque le p√©cheur sortait, s'il sortait, ou s'il √©tait venu, qu'il avait confess√© le p√©ch√© de vol, il sortait et volait davantage, s'il avait men√© une vie immorale, il s'en allait faire la m√™me chose. Pourquoi? C'est parce que la vie qui √©tait dans la cellule de sang... Voyez, la vie vient de l'homme. Voyez? L'enfant, votre sang vient de votre p√®re, pas de votre m√®re. Vous n'avez pas le sang de votre m√®re. Voyez-vous? Tout √ßa vient du p√®re. C'est la raison pour laquelle le Sang de J√©sus a d√Ľ provenir de Dieu le P√®re, pas par le sexe, en effet Dieu est Esprit, Il a cr√©√© un Sang saint et le germe de vie est dans cette cellule de Sang. Eh bien, quand l'animal mourait, la vie qui sortait de la cellule de sang ne pouvait pas revenir sur l'√™tre humain, car cela n'avait pas d'√Ęme. Ainsi, le p√©cheur s'en allait avec le m√™me d√©sir de p√©cher, et le p√©ch√© signifie ne - ne pas croire. Il s'en allait avec le m√™me d√©sir qu'il avait en venant.
E-30 Mais apr√®s la mort de J√©sus, quand nous posons nos mains sur Lui par la foi, et - et que nous voyons Ses souffrances l√† au Calvaire, nous Le voyons mourir, et dans notre cŇďur, nous reconnaissons que nous sommes des p√©cheurs, et que c'est nous qui devrions prendre Sa place, mais Lui a pris notre place... Et lorsque nous acceptons ce Sang-l√†, que Dieu nous a ressuscit√©s par le lavage du Sang, alors l'Esprit, la Vie qui √©tait dans la cellule de Sang de J√©sus-Christ, qui est le Saint-Esprit, revient dans l'√™tre humain. Et apr√®s avoir travers√© le Sang jusque dans la Pr√©sence de Dieu, nous sommes baptis√©s par le Saint-Esprit Lui-m√™me, et la foi que Dieu a, celle qui a cr√©√© toute chose √† partir de rien, cela se trouve dans le croyant. Il n'est pas √©tonnant que les gens ne puissent pas croire. Ils ne sont jamais n√©s de nouveau. Ils sont toujours charnels.
E-31 Avec quoi Dieu a-t-Il cr√©√© le monde? D'o√Ļ est-ce que la - la terre sur laquelle vous √™tes assis ce soir, d'o√Ļ est-elle venue? C'est la Parole de Dieu rendue manifeste. Si ce n'est pas le cas, o√Ļ est-ce qu'Il a eu √ßa? ... (O√Ļ a-t-Il trouv√© cela? O√Ļ a-t-Il trouv√© la mati√®re pour cr√©er cela...?...?) ... Pourquoi? Il a prononc√© Sa Parole, et Il a cru Sa propre Parole, et cela a cr√©√© la terre. Croyez-vous cela? Amen. Alors, n'est-ce pas facile pour vous avec cet Esprit qui est en Dieu, qui est en vous, de croire que Dieu peut faire n'importe quoi et qu'Il tiendra Sa Parole (All√©luia!) ? c'est parce que vous √™tes n√© de nouveau. La Vie qui √©tait en Christ est en vous. Mais si vous √™tes juste un membre d'√©glise et que vous n'√™tes jamais n√© de nouveau, vous allez raisonner. Alors, vous ne conna√ģtrez jamais Dieu jusqu'√† ce que Son Esprit, par Son Sang, entre dans votre cŇďur, alors vous serez une nouvelle cr√©ature. J√©sus a dit : " Si un homme ne na√ģt de nouveau, il n'entrera en aucun cas au Ciel. "
E-32 Regardez Adam et Eve, v√™tus de ces peaux de brebis sanglantes. Et l√† se tenait une belle femme, la femme la plus jolie au - au monde. Aucun p√©ch√© ne l'avait affect√©e. Elle √©tait parfaite : avec de beaux yeux bleus, ses cheveux blonds lui pendant au dos, c'√©tait la plus belle femme au monde. A Rome, il n'y a pas longtemps, j'ai vu un tableau qu'un homme avait fait d'Adam et Eve. C'√©tait la b√™te la plus hideuse que j'aie jamais vue... (l'aspect le plus laid, la b√™te laide √† voir)... Eve - Eve avait une oreille grande et une autre petite, et une jambe tr√®s grosse et l'autre tr√®s grosse, et - et Adam ressemblait √† une b√™te avec des poils qui lui sortaient par le nez comme √ßa, et cela montre ce qu'un cŇďur inconverti peut penser de Dieu. Adam et Eve √©taient parfaits, beaux, agr√©ables. Alors ils se tenaient l√†. Et apr√®s le p√©ch√©, ils se sont tenus l√† dans la Pr√©sence de Dieu, v√™tus de ces peaux de brebis sanglantes. Dieu a dit : " Quittez Ma Pr√©sence. " Et je peux les voir s'en aller. Je peux voir Eve, la voir poser sa petite t√™te sur l'√©paule d'Adam et dire : " Adam, c'est ma faute. C'est moi qui ai fait √ßa. " Mais Adam aimait tellement sa femme qu'il - qu'il n'√©tait pas - il n'√©tait pas s√©duit, mais il aimait tellement sa femme qu'il est all√© avec elle : c'est un type parfait de J√©sus-Christ qui ne connaissait pas de p√©ch√©, mais qui est venu au monde et a pris le p√©ch√© de Sa femme, l'Eglise, et qui est all√© jusqu'√† la mort avec Elle. All√©luia!
E-33 Ecoutez-les. Les voil√† partir. Et l√† se tenait le Tout Grand J√©hovah en train de les regarder. Et Son fils s'en va l√†. Sa fille s'en va l√†. J'entends quelque chose faire comme ceci [Fr√®re Branham fait un bruit de clapotement, un bruit de claquement. - N.D.E.]; qu'est-ce? C'est la peau sanglante qui cogne contre les jambes d'Adam. Dieu dit : " Attends une minute. Je-Je mettrai l'inimiti√© entre la semence de la femme et la semence du serpent. " Qu'est-ce qu'Il promettait? Qu'est-ce qu'Il promettait? Il promettait un R√©dempteur. Maintenant, regardez dans cette direction juste une minute. Tournons notre cam√©ra. Quatre mille ans plus tard, nous nous tenons √† J√©rusalem. C'est un jour terrible. Le soleil para√ģt √©trange. Tout le monde √©prouve un dr√īle de sentiment. Qu'est-ce qui ne va pas ? Allons √† la fen√™tre. Tirons les rideaux. J'entends quelque chose arriver. Qu'est-ce? Une vieille croix rugueuse cahote sur le pav√© rond. Je vois un petit Gars fr√™le venir, une croix sur Son √©paule, une couronne d'√©pines √† la t√™te. Il tire. La vieille croix que l'on tra√ģne efface les empruntes de pas ensanglant√©es. Il se dirige vers le Calvaire. Regardez Son dos, regardez juste une minute. Regardez par la foi. Je vois de petites taches rouges sur Son manteau, sur toute Sa robe. Cela provenait de Ses meurtrissures par lesquelles vous √™tes gu√©ris.
E-34 Je Le vois gravir la - la colline l√†. Regardez. Ces petites taches deviennent de plus en plus grandes. Peu apr√®s, elles forment une seule grande tache. J'entends quelque chose d'autre. Ecoutez. [Fr√®re Branham tape les mains - N.D.E] Qu'est-ce? Le Sang de J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, le second Adam, allant au Calvaire pour frayer une voie, afin que je sois sauv√©, que vous soyez sauv√© ; afin que je sois gu√©ri et que vous soyez gu√©ri. Je vois le - comme Il va, Il titube tout du long, les larmes coulent sur Ses joues. Il est venu vers les Siens, les Siens ne L'ont point re√ßu. Sa propre Eglise Le crucifie. Et ils agissent de m√™me aujourd'hui. Ils l'avaient fait par ignorance. Et c'est pareil aujourd'hui. Il chancelle. Et peu apr√®s, je peux voir, pour ainsi dire, une abeille de la mort, cinglant autour de Lui. Peu apr√®s, elle a piqu√©. Vous savez, une abeille, un insecte, a l'aiguillon. Mais une fois qu'une abeille a enfonc√© profond√©ment l'aiguillon, elle ne peut plus piquer. Son aiguillon lui a √©t√© arrach√©. C'est pourquoi Dieu a √©t√© fait chair parmi nous. Il allait au Calvaire, la mort L'a piqu√©. Mais Il a arrach√© l'aiguillon de la mort, de sorte que nous pouvons, comme Paul, √† la fin de sa vie, dire : " √Ē mort, o√Ļ est ton aiguillon. √Ē mort, o√Ļ est ta victoire? Mais gr√Ęces soient rendues √† Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur J√©sus-Christ." Amen. All√©luia.
E-35 Votre Sauveur qui m'a sauv√©; et moi, un vil mis√©rable. Il y a dix ans, j'√©tais couch√© sur un lit, et le m√©decin a dit : " Il te reste trois minutes √† vivre. " Et j'√©tais aveugle de deux yeux, et aujourd'hui j'ai une vue parfaite, et je suis costaud, fort et en bonne sant√©. C'est la gr√Ęce √©tonnante de mon Seigneur J√©sus-Christ, et je L'aime de tout mon cŇďur. Un glorieux jour, je m'attends √† Le voir et √† me tenir dans Sa Pr√©sence, rachet√© par Sa gr√Ęce. Et tout mortel ici pr√©sent, je me tiendrai devant vous avec Lui. Ce m√™me vieil Evangile qui m'a sauv√© et m'a gu√©ri, m'am√®nera l√†. J'aurai le m√™me t√©moignage que ce soir; je l'aurai encore l√† : Il m'a sauv√© par la gr√Ęce et Il m'a gu√©ri par la gr√Ęce. L'aimez-vous? Dites : " Amen. " Prions.
E-36 √Ē Dieu bien-aim√©, je T'aime. Tu es mon Sauveur, et j'aimerais que tout le monde T'aime. Nous sommes venus aupr√®s de cet aimable peuple pour communier avec eux autour de Ta Parole et de Tes b√©n√©dictions. Et j'essaie de leur dire qu'apr√®s mon d√©part, si quelqu'un essaie d'√īter cela de leurs cŇďurs, qu'ils soient capables, par la Parole, de r√©sister. √Ē Grand Dieu, envoie cette semaine un grand r√©veil qui balaie . Que cela am√®ne toutes les √©glises √† briser leurs diff√©rences. Puissent-ils venir avec des larmes. Et, √ī Seigneur, √©tends la main de Ton Saint Fils pour gu√©rir et pour accomplir des signes et des prodiges, montrant qu'Il est ressuscit√© d'entre les morts et qu'Il vit aujourd'hui. Pardonne-nous nos p√©ch√©s et remplis-nous du Saint-Esprit, et que ce lieu soit oint du Saint-Esprit, de telle sorte que chaque personne qui entre sous cette tente, ou qui est tout autour de la tente, soit convaincue et vienne √† Christ. Et qu'un r√©veil √† l'ancienne mode balaie l'Allemagne. Oh! cela produira un tr√®s grand changement et am√®nera cet aimable peuple, d√©chir√© et bris√©, √† s'unir avec Dieu, afin qu'un jour nous puissions tous ensemble nous rassembler dans la gloire, car nous le demandons au Nom de J√©sus.
E-37 Et pendant que nous avons nos t√™tes inclin√©es, je me demande s'il y a un p√©cheur ici ce soir qui ne conna√ģt pas le Seigneur J√©sus. Avant que vous voyiez des miracles √™tre accomplis, que vous croyiez que la Parole de Dieu est la v√©rit√©, et que vous sachiez que vous avez maltrait√© J√©sus, et vous aimeriez devenir chr√©tien pour commencer √† servir le Seigneur maintenant m√™me? Et vous aimeriez L'accepter, vous aimeriez que je prie pour vous, afin que vous deveniez des chr√©tiens fid√®les? S'Il exauce ma pri√®re pour ouvrir les yeux des aveugles, pour faire marcher les boiteux, pour gu√©rir les malades, par la pri√®re, ne croyez-vous pas qu'Il exaucera ma pri√®re pour votre √Ęme, si je prie? Eh bien, allez-vous faire cela pour moi? Pendant que vous avez la t√™te inclin√©e, et que vous √™tes en pri√®re, voudriez-vous juste lever la main vers Dieu, pour - pour dire : " Seigneur, sois mis√©ricordieux envers moi p√©cheur, je veux accepter J√©sus maintenant " ? Oh! la la! Des douzaines de mains partout. Oh, que Dieu vous b√©nisse. Continuons √† prier.
E-38 Oh, Bien-aim√© P√®re c√©leste, Tu vois Tes enfants. Ils entendent Ta Parole. Ils sont fatigu√©s de la vie, de ne pas vivre pour Toi. Veux-Tu les accepter maintenant dans Ton Royaume. Et puissent-ils devenir membres d'une bonne √©glise qui T'appartient et vivre comme des chr√©tiens le reste de leur vie. P√®re, ils n'ont pas lev√© la main vers moi, ils l'ont lev√©e vers Toi. Le... Et je suis s√Ľr que Tu les recevras, car Tu as dit dans Ta Parole : " Celui qui entend Mes Paroles, et qui croit √† celui qui M'a envoy√©, a la Vie Eternelle, il ne viendra pas en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la vie. " √Ē Dieu, je Te remercie de ce que, dans la Gloire maintenant m√™me, des noms sont inscrits dans le Livre de Vie de l'Agneau. Garde-les, √ī P√®re, par Ta gr√Ęce. Et je Te prie de gu√©rir cette semaine chaque personne malade. Et que maintenant m√™me, Seigneur, qu'il n'y ait pas une seule personne faible parmi nous. Et puisse le Bienveillant Saint-Esprit envoyer une averse de b√©n√©dictions sur les gens maintenant m√™me, gu√©rir tout le monde et sauver tout le monde. Et que le r√©veil commence tout de suite, que les gens viennent de partout, en Allemagne, avec douceur, disant : " Il y a une Fontaine ouverte pour le p√©ch√© et pour l'iniquit√©, et pour la gu√©rison du corps." √Ē Dieu, accorde cela, au Nom de J√©sus-Christ. Amen.
E-39 Que le Seigneur vous bénisse. A quatorze heures demain après-midi, nous parlerons encore un peu plus sur le salut et sur le plan de la guérison divine. Demain soir, il y aura une ligne de prière. Nous commencerons la ...guérison...?... Combien pensent qu'ils comprennent cela maintenant, le plan du salut et de la guérison? Voudriez-vous lever la main pour dire : " Je crois que je comprends. " Maintenant, écoutez ceci. Si Jésus-Christ, le Fils de Dieu, s'Il ne vient pas dans cet auditoire faire la même chose qu'Il faisait lorsqu'Il était ici sur terre, alors je suis un faux témoin. C'est une forte déclaration, mais je sais en Qui j'ai cru. Il a déclaré cela dans d'autres pays, et Il le fera dans ce pays-ci. Croyez-vous cela? Attendez-vous cela? Priez-vous pour cela? Alors vous verrez cela. Amen. Inclinons la tête une fois de plus pendant que le frère prie encore. (Que Dieu vous bénisse. Maintenant, priez.)

En haut