ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Une Vie Cachée En Christ / 55-1110 / San Fernando, California, USA // SHP 1 heure et 29 minutes PDF

Une Vie Cachée En Christ

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Je... (Est-ce juste, frĂšre...?...) Et combien apprĂ©cient ces chanteurs suĂ©dois? Faites voir vos mains. Oh! la la! je sais que tous nous les apprĂ©cions. Et c’est trĂšs beau. J’aime vraiment l’entendre chanter. Je pense qu’il–il est merveilleux; tous les deux. TrĂšs bien, FrĂšre Ekberg.
[FrĂšre Ekberg fait quelques commentaires et chante Il veille tendrement sur toi, puis donne un tĂ©moignage.–N.D.E.]
Amen. AllĂ©luia! Oui. Amen! Gloire Ă  Dieu! Amen! Gloire au Seigneur! Amen! Oui. Amen! Oui! Oui! Amen! Et tout Ă  fait. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, FrĂšre Einar Ekberg, c’est...?...
Ces choses n’arrivent pas juste par hasard. Il faut Dieu pour faire cela, n’est-ce pas? Si Dieu n’avait pas Ă©tĂ© avec notre frĂšre, il ne serait pas ici en train de chanter parmi nous ce soir. Mais comme il l’a dit, tout cela est dans le plan de Dieu. Il a en quelque sorte tout planifiĂ©, et Il dĂ©sire que nous Lui fassions confiance et que nous comptions sur Lui, comme les enfants comptent sur leurs parents. Et Il accomplit toujours cela.
Et je suis trĂšs heureux qu’Il l’ait fait. En effet, ces frĂšres, frĂšre Waermo et frĂšre Ekberg ont tous deux Ă©tĂ© vraiment une inspiration dans ma vie, leur maniĂšre de chanter.
E-2 LĂ  dans leur beau pays, la SuĂšde, d’oĂč ils viennent, il y a quelques annĂ©es j’y Ă©tais dans une campagne, et le Seigneur nous a si merveilleusement bĂ©nis avec de glorieuses rĂ©unions. En face, c’est la Finlande, juste lĂ  oĂč nous Ă©tions, le petit garçon fut ressuscitĂ© des morts, et la nouvelle s’était rĂ©pandue dans toutes les nations lĂ -bas. Et nous avons simplement eu des moments merveilleux. Nous espĂ©rons y retourner un jour pour voir nos admirables amis SuĂ©dois de l’autre cĂŽtĂ© de la mer.
Un jour, nous allons nous Ă©lever sur les ailes d’un–du Grand Oiseau tachetĂ©, et nous nous poserons Ă  un endroit d’oĂč nous n’aurons plus Ă  retourner. Pas vrai? Nous attendons ce moment-lĂ .
E-3 Maintenant, alors que les jours avancent, notre... Nous nous attendons Ă  ce que notre assistance augmente Ă  un point oĂč nous allons commencer nos services de guĂ©rison.
Nous venons d’arriver, nous avons, pour ainsi dire, fait un saut ici la nuit pour ce service, et on a dressĂ© notre tente. FrĂšre Arganbright et le frĂšre qui vient de quitter l’estrade... La moitiĂ© du temps je n’arrive pas Ă  me rappeler son nom. [FrĂšre Arganbright dit: «Mendenhall».–N.D.E.] Mendenhall. Et les autres... Et les gens... Nous avons simplement dressĂ© la tente ici.
Et nous avons prĂ©parĂ© cela l’annĂ©e passĂ©e pendant que nous Ă©tions en Allemagne. Je crois que j’ai rencontrĂ© un frĂšre ici, qui vient de me serrer la main, qui a traduit un de mes livres en allemand. Et nous apprĂ©cions donc vraiment cela, mon cher frĂšre.
E-4 Et les Allemands nous ont certainement accordé un accueil chaleureux. Et il faut que je dise quelque chose au sujet des Allemands aussi. Ma femme est une Allemande, je dois donc faire plutÎt un peu attention. Et comme je suis un Irlandais, il vous faut donc épouser une Allemande pour vous garder un peu en ligne, vous savez, pour que...
Ainsi nous avons Ă©normĂ©ment apprĂ©ciĂ© les services que nous avons tenus lĂ -bas. Et le Seigneur nous a bĂ©nis. Et nous nous sommes rendus en Suisse. C’est juste une partie de l’Allemagne. Ils parlent, je pense, presque la mĂȘme langue. Et ainsi nous...
Il y a eu des choses merveilleuses lĂ -bas, que le Seigneur a faites pour nous; il y a eu cinquante mille Ăąmes au cours des dix soirĂ©es, je pense que c’était cela. Lorsque nous sommes retournĂ©s en Allemagne, et Ă  Lausanne, et nous avons gagnĂ© cinquante autres Ăąmes Ă  Christ.
Je ne sais pas quel est le problĂšme de l’AmĂ©rique. Parfois je me pose des questions. Et on dirait que les autres nations vont tout simplement presser le pas directement maintenant, et bien vite, elles vont entrer et ĂȘtre les prĂ©mices.
E-5 Et nous allons continuer jusqu’à ce que notre assistance devienne assez importante pour tenir un service de guĂ©rison. Et mes services exercent une grande pression sur moi, Ă  cause des visions. Et la plupart du temps, ce sont des guĂ©risons en masse. J’ai vu des fois oĂč des milliers de gens Ă©taient assis, et il ne restait mĂȘme pas une seule personne faible dans le groupe. Voyez?
Et c’est un... Nous aimerions, lorsque nous devons tenir les services, si le... pas si nous... J’ai tenu des services de guĂ©rison oĂč il n’y avait qu’une seule personne. Cela ne dĂ©range pas.
Mais nous aimerions juste prendre quelques soirĂ©es, pour parler. Et j’ai essayĂ© de le faire au cours de ces services pour essayer de–d’apporter aux gens ce que je pense ĂȘtre nĂ©cessaire parmi les gens aujourd’hui. Je ne suis pas un docteur. Je ne suis pas fameux comme thĂ©ologien. Je n’ai aucune instruction, mais des fois je–je...
Je pourrais dire ceci: je ne connais pas tellement la Bible, mais j’en connais trĂšs bien l’Auteur. Alors c’est... Je–je prĂ©fĂšre Le connaĂźtre Lui, vous savez. Et ainsi je–en faisant cela, j’essaie d’apporter quelque chose qui contribue Ă  amĂ©liorer la condition des gens.
E-6 Et je crois, aprĂšs avoir vu l’AmĂ©rique qui a reçu de grandes opportunitĂ©s d’un rĂ©veil, et qui cependant devient pire... Alors cela–cela m’inquiĂšte. C’est mon pays, je suis nĂ© ici, et je l’aime. Et je–je dĂ©sire voir un grand rĂ©veil en mon jour, si–si possible.
Eh bien, je ne peux pas produire ce grand réveil, aucun ministre ne le peut. Mais nous pouvons apporter notre pierre pendant que Dieu en produit un. Et chacun de nous a un rÎle à jouer.
E-7 Hier soir j’ai parlĂ© de la communion. Et ce soir j’aimerais parler au sujet d’Une vie cachĂ©e en Christ. Et demain soir, si Dieu le veut... Je n’ai jamais rien de prĂ©Ă©tabli; cela doit venir juste tel que vous vous sentez conduit, parce que je ne prĂȘche pas Ă  l’aide de notes, simplement Ă  mesure que je reçois cela... J’aimerais parler demain soir de lĂ  oĂč je pense que l’église pentecĂŽtiste a commis son erreur, le Seigneur voulant. J’annonce d’avance quelque chose dont je ne suis pas sĂ»r, si je le ferai. Mais j’espĂšre tout simplement que le Seigneur me le permettra.
Et supportez-moi, s’il vous plaĂźt. Je fais de mon mieux pour... Si seulement je pouvais voir les gens de–ce grand mouvement de Dieu... A mon avis, nous avons une chose en commun, et c’est–c’est JĂ©sus-Christ et le Royaume de Dieu. Et nous tous, peu importe l’église dont nous sommes membres, devrions travailler ensemble pour cet intĂ©rĂȘt, pour essayer de voir les gens, qu’ils soient membres de notre Ă©glise ou pas, les voir ĂȘtre sauvĂ©s, et les voir marcher avec Dieu.
Il arrive bien des fois, alors que des milliers de gens de diffĂ©rentes dĂ©nominations... Je n’ai jamais cherchĂ© Ă  dire: «Allez Ă  cette dĂ©nomination», parce que je crois que chacune d’elles a... Les gens essaient de–de faire ce qui est juste, et au mieux de leur connaissance. On leur a dit certaines choses.
Peut-ĂȘtre que certains dans leur marche vont un peu plus loin que les autres. Si vous voyez quelqu’un qui, dans sa marche, peut aller un peu plus loin que vous, moi, eh bien, ou si je vois quelqu’un qui peut le faire, je ne chercherai pas Ă  lui faire obstacle.
E-8 Si je ne peux pas marcher lĂ  oĂč JosuĂ© a marchĂ©, ou bien lĂ  oĂč Enoch a marchĂ©, lui qui a fait une petite promenade un aprĂšs-midi avec Dieu, et qui Ă©tait fatiguĂ© de continuer Ă  vivre, il est simplement rentrĂ© Ă  la maison avec Lui un aprĂšs-midi. Si je ne peux pas marcher comme cela, je ne voudrai pas faire obstacle Ă  quelqu’un d’autre qui peut marcher comme cela. Je veux l’aider Ă  continuer. C’est donc cela le–c’est le but que nous dĂ©sirons poursuivre.
Alors continuez tout simplement Ă  amener les gens, et parlez-leur des services de guĂ©rison qui auront donc lieu dans une soirĂ©e ou deux. Et puis, nous allons... Bien sĂ»r, une fois que cela commence, c’est une succession de visions, et on me garde Ă  l’écart, seul dans une chambre. Et j’expliquerai peut-ĂȘtre cela lorsque nous entrerons dans cette partie-lĂ . Au-... Aujourd’hui, nous essayons de fournir des efforts pour unir le Corps de Christ, et que les pĂ©cheurs se rassemblent et trouvent leur position et leur place en JĂ©sus-Christ.
Et ce soir, juste pour un petit texte, si nous pouvons l’appeler ainsi et pour essayer de dĂ©gager un contexte... Nous n’allons pas vous garder longtemps, environ trente, quarante minutes. Et puis, demain soir n’oubliez... J’aimerais essayer, Dieu voulant, avec les Ecritures... Chaque...
E-9 Je suis un fondamentaliste. Tout doit provenir des Ecritures. Je ne dirais pas que je n’y croirais pas, mais je ne comprendrai pas bien cela si ça ne provient pas des Ecritures. Et chaque fois, quand–quand les miracles se produisent dans les services de guĂ©rison, si quelqu’un, peu importe l’église dont vous ĂȘtes membre, si jamais vous voyez quelque chose de douteux, et que c’est–je–que nous faisons ici sans que cela ne se trouve dans les Ecritures, eh bien, alors vous–vous venez me voir, parce que je veux certainement rester juste dans ce Livre.
En effet, ceci c’est le fondement. Et quand chaque Ecriture et toutes les opĂ©rations du Saint-Esprit doivent provenir de la Bible, Ă  ce moment-lĂ  j’y crois.
Eh bien, Il peut faire une chose qui ne se trouve pas dans la Bible. Ça sera toujours Dieu. Mais je comprendrai cela mieux si cela vient directement de la Bible. J’aime plutĂŽt cela ainsi, parce qu’à ce moment-lĂ  je suis sĂ»r que c’est juste.
E-10 Bon, dans le Livre des HĂ©breux, au–au chapitre 10, et Ă  partir du verset 19, je vais juste lire comme portion des Ecritures les versets 19 et 20.
Ainsi donc, frĂšres, puisque nous avons, au moyen du sang de JĂ©sus, une libre entrĂ©e dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurĂ©e pour nous au travers du voile, c’est-Ă -dire, de sa chair,
et puisque nous avons un souverain sacrificateur Ă©tabli sur la maison de Dieu,
Maintenant, que le Seigneur ajoute Ses bĂ©nĂ©dictions Ă  cette lecture de la Parole. Maintenant, inclinons nos tĂȘtes juste un instant pour un moment de priĂšre.
E-11 Et un frĂšre m’a–m’a remis une petite note il y a quelques instants. Je n’ai pas pu lire cela. Cela concerne une petite dame ici ce soir, qui a quelqu’un, ou un ami, ou quelqu’un Ă  l’hĂŽpital, qui est trĂšs, trĂšs malade, un bĂ©bĂ© ou un enfant, ou quelqu’un qui est Ă  l’article de la mort. Maintenant, soyons tous d’un commun accord que Dieu arrĂȘtera la main de la mort pour ce bĂ©bĂ© ou pour la personne concernĂ©e, la personne bien-aimĂ©e dont il peut s’agir. Il peut le faire, mes amis.
Juste ici de l’autre cĂŽtĂ© de la vallĂ©e, il y a quelques annĂ©es on m’a apportĂ© un petit bĂ©bĂ© qui Ă©tait mort. Vous vous en souvenez, Ă  San Bernardino. Il Ă©tait mort depuis ce matin-lĂ , et j’ai simplement allongĂ© mon corps, et je me suis mis Ă  prier... Non, mon corps n’avait rien Ă  voir lĂ -dedans, mais la priĂšre que j’ai adressĂ©e Ă  JĂ©sus. Ce petit bĂ©bĂ© s’est rĂ©veillĂ© et est revenu Ă  la vie.
E-12 Ainsi inclinons maintenant la tĂȘte pour la priĂšre. Notre Bien-AimĂ© PĂšre cĂ©leste, nous venons Ă  Toi ce soir au Nom de Ton Fils bien-aimĂ©, le Seigneur JĂ©sus, sachant ceci qu’Il nous a promis que tout ce que nous Te demanderions en Son Nom, nous le recevrions.
Et sachant que nous n’avons aucune vertu en nous-mĂȘmes, rien que nous puissions offrir, nous venons sur la seule base de Ses mĂ©rites, nous venons Te demander cette faveur, ĂŽ PĂšre, c’est-Ă -dire: premiĂšrement, pardonne-nous tous nos pĂ©chĂ©s, les offenses que nous avons commises contre Toi, ce que nous avons fait ou dit, qui n’était pas juste. Nous prions, PĂšre, que le Sang de Ton Fils, le Seigneur JĂ©sus nous purifie maintenant mĂȘme de toute injustice. Et que chaque mauvaise pensĂ©e qui a traversĂ© notre esprit soit pardonnĂ©e, tout ce qui pourrait faire obstacle Ă  la rĂ©union ce soir d’une quelconque maniĂšre. Car pour ces choses que nous demandons, nous Te prions de nous pardonner.
E-13 Et maintenant, PĂšre, nous demandons que Ton Saint-Esprit prenne la Parole ce soir... La foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend de la Parole de Dieu. Et entre dans la Parole, nous Te prions ce soir, PĂšre, et ouvre chaque coeur et fais pĂ©nĂ©trer profondĂ©ment la semence. Accorde-le, Seigneur. Accorde-nous un vĂ©ritable fondement, afin que lorsque nous commencerons Ă  prier pour les malades, que ce pays reçoive la plus grande secousse qu’il n’ait jamais vue dans son histoire. Accorde-le, Seigneur, non pas parce que nous sommes ici, mais parce que nous voulons que Tu reçoives la gloire, PĂšre. Fais-le, nous T’en prions.
Et ce soir cette petite dame a envoyĂ© cette note. Ô Dieu, je ne la connais pas, mais Toi, Tu la connais. Quelqu’un qui est trĂšs malade est couchĂ© dans un hĂŽpital, presque mort. Ne voudrais-Tu pas envoyer l’Ange de misĂ©ricorde, pour que la personne vive? Car il y a quelqu’un qui est tellement sincĂšre qu’il est venu avec la requĂȘte. Accorde-le, Seigneur. Que–que la priĂšre change les choses.
Nous avons lu une fois dans les Ecritures, PĂšre, lĂ  oĂč Tu as envoyĂ© Ton prophĂšte dire Ă  un homme du nom d’EzĂ©chias qu’il allait mourir. Mais celui-ci a tournĂ© son visage contre le mur et a pleurĂ© amĂšrement, et il a dit: «Ô Seigneur, je Te prie, baisse les regards sur moi. J’ai marchĂ© devant Toi avec intĂ©gritĂ© de coeur.» Il dĂ©sirait avoir quinze annĂ©es de plus dans sa vie. Et, ĂŽ Dieu, Tu as parlĂ© Ă  Ton prophĂšte, et Tu l’as carrĂ©ment fait retourner lĂ , et Tu lui as dit: «Dis-lui que Je l’ai exaucĂ©.» Il est passĂ© de la mort Ă  la vie, parce que la priĂšre change les choses. Encore une fois, ĂŽ Dieu, accorde-le ce soir. Que cette personne-lĂ  vive.
E-14 Bénis la personne qui a apporté ce message, ainsi que tous les autres qui sont ici malades et dans le besoin, et partout dans le pays ce soir, sois avec eux.
Et maintenant, PÚre, nous Te prions de cacher Ton serviteur inutile derriÚre la Parole. Que la Parole sorte maintenant et pénÚtre dans le coeur. Car nous le demandons au Nom de Jésus, Ton Bien-Aimé Fils. Amen.
E-15 Maintenant, que le Seigneur vous bénisse tous ce soir. Et maintenant, priez sincÚrement, et ne priez pas seulement, mais croyez que vous recevez ce que vous demandez dans la priÚre.
Or, bien des fois les gens se disent: «Oh! si seulement j’avais plus de foi.» Je–j’en doute. Vous avez suffisamment de foi; il vous faut juste un peu plus de connaissance pour savoir ce que vous devez faire avec votre foi; c’est tout. Vous avez suffisamment de foi. Vous ignorez simplement comment la faire opĂ©rer. C’est juste. Elle accomplira la chose. Je ne crois pas que quelqu’un parmi vous ici manque de foi ce soir pour ĂȘtre guĂ©ri, peu importe ce qui cloche chez vous, si seulement vous connaissiez la bonne voie pour y parvenir.
E-16 Et maintenant, nous parlons d’une vie consacrĂ©e. Hier soir, je vous ai parlĂ© de la communion par le Sang, comment Dieu a ramenĂ© l’homme Ă  la communion par le Sang. Et ce soir, j’aimerais parler d’Une vie cachĂ©e en Christ.
Eh bien, tout Ă©tudiant de la Bible sait que dans l’Ancien Testament il y avait les parvis du tabernacle. Il y avait le parvis extĂ©rieur, le voile, le lieu saint, et le saint des saints. Je...
Toutes ces choses, quand on enseigne les Ecritures... Etant un typologue, j’aime toujours montrer comment le–l’Ancien Testament est le type du Nouveau, car pour donner Ă  mon assistance... afin que... Certains peut-ĂȘtre ne sont pas trĂšs instruits. Et cela... Mais quand on enseigne Ă  l’aide des types, vous pouvez Ă©tablir des types et voir l’ombre, l’Ancien Testament est une ombre du Nouveau. Et puis c’est sous forme d’une histoire. Alors vous pouvez oublier cela difficilement, parce que cela vient Ă  vous juste comme quelque chose qui se dĂ©voile.
E-17 Bon, dans l’Ancien Testament, qui est le type du Nouveau, les oeuvres qui se faisaient dans le parvis intĂ©rieur du tabernacle Ă©taient un beau tableau du plan de Dieu pour le salut de l’humanitĂ© aujourd’hui. Et si nous pouvons seulement apprendre par cela maintenant, comment nous mettre en condition pour recevoir ce que Dieu nous a rĂ©servĂ©, cela balayera tout simplement toute cette vallĂ©e-ci. Voyez? Mais ne pensez-vous pas que c’est mieux de toujours savoir le contexte et le pourquoi de votre prĂ©sence ici? Vous devez connaĂźtre la maniĂšre d’approcher une chose.
Dans ma vie j’ai eu l’occasion de prier pour des rois. Et j’ai vu comment on a dĂ©fait le revers de mon pantalon, lorsque je me suis prĂ©sentĂ© devant le roi. Et on m’avait dit de ne pas lui tourner le dos; et que lorsque j’allais le quitter, de marcher Ă  reculons. Et c’est une certaine approche. Sinon vous allez ĂȘtre rĂ©primandĂ©.
Dans les tribunaux du pays, lorsque vous allez vous adresser au juge, vous ne pouvez tout simplement pas crier: «HĂ© juge, j’aimerais vous parler un instant.» Voyez-vous? Vous devez vous approcher selon une certaine maniĂšre donnĂ©e, une maniĂšre appropriĂ©e: «Votre honneur, Juge ...» Et ainsi de suite.
Et nous devons rencontrer Dieu sur base de Son plan appropriĂ© auquel Il a pourvu pour que nous puissions L’approcher. Et si seulement nous pouvons L’approcher au travers de ce plan et le faire d’une maniĂšre correcte, nous sommes certains d’avoir audience auprĂšs de Dieu.
E-18 Bon, dans l’Ancien Testament il y avait ce que l’on appelait le parvis extĂ©rieur. Nous voyons ce qui se trouvait dans le parvis extĂ©rieur. Ensuite il y avait le lieu saint, ou bien le premier voile, et ensuite Ă  l’intĂ©rieur c’était le saint des saints. Et les objets qu’il y avait dans le parvis extĂ©rieur, ce qui Ă©tait dans le... dans le voile, le lieu saint, et ce qui Ă©tait dans le saint des saints...
Maintenant, nous allons parler ce soir du saint des saints, l’endroit oĂč Dieu Lui-mĂȘme demeurait.
En ces jours-lĂ , Il demeurait dans Son tabernacle. Et aujourd’hui Il habite en vous comme Son tabernacle. Mais nous devons faire de cet endroit une demeure, pas un parvis extĂ©rieur, ou le premier lieu saint. Mais nous devons vivre avec Dieu dans le Saint des saints, une vie consacrĂ©e, cachĂ©e, Ă©tant seul, dans le silence avec Dieu.
Nous devenons trop excitĂ©s, inquiets au sujet de bien trop de choses. Cela montre qu’il y a quelque chose qui manque. L’Eglise devrait ĂȘtre Ă  des millions de kilomĂštres sur la route par rapport Ă  lĂ  oĂč Elle est maintenant. Nous sommes encore en bas dans l’ñge de l’adolescence, faisant des histoires, nous battant et nous querellant, nous mettant dans tous nos Ă©tats, alors que nous devrions ĂȘtre consacrĂ©s, cachĂ©s dans le Saint des saints avec Dieu. C’est mieux que nous nous tranquillisions, que nous prenions notre temps, que nous voyions oĂč nous allons.
E-19 Maintenant, dans le... C’est juste comme si Dieu vivait dans ces trois parvis, Il vit certainement dans le parvis de la tente d’assignation. Il vivait au... Il vit aussi ici dans le lieu saint. Mais le lieu oĂč Il demeure... Ceci c’était juste les attributs de Sa PrĂ©sence dans le Saint des saints.
Eh bien, c’est tout comme vous. Si vous observez bien dans la Bible, mathĂ©matiquement parlant, trois c’est le nombre de Dieu pour la perfection. Dieu est parfait en trois. La DivinitĂ© est parfaite en trois: le PĂšre, le Fils et le Saint-Esprit; le seul vrai Dieu. Et–et les dispensations sont parfaites en trois. Et trois, sept, douze, vingt-quatre, quarante et cinquante sont des nombres de la mathĂ©matique de Dieu. On les trouve d’un bout Ă  l’autre des Ecritures.
Et remarquez. Maintenant, vous-mĂȘme, vous ĂȘtes parfait en trois: l’ñme, le corps, l’esprit; l’eau, le sang, et l’esprit. Ces trois choses qui sont sorties de Son corps constituent la nouvelle naissance. Il y a trois choses qui sont sorties de Son corps, qui constituent la nouvelle naissance: l’eau, le Sang, l’Esprit.
Il faut la mĂȘme chose pour obtenir une naissance naturelle. J’ai un auditoire mixte, mais vous Ă©coutez votre mĂ©decin; je suis votre frĂšre. Lorsqu’un bĂ©bĂ© naĂźt, au cours de la naissance naturelle, la premiĂšre chose qui sort c’est l’eau, ensuite le sang, puis vient la vie, l’esprit.
E-20 Et il faut la mĂȘme chose pour obtenir la nouvelle naissance: l’eau, le Sang et l’Esprit: la justification par la foi, croire au Seigneur JĂ©sus-Christ, la purification, la sanctification par le Sang, et ensuite vient le baptĂȘme du Saint-Esprit pour vous faire entrer dans le Saint des saints. Eh bien, c’est cela qui forme le–l’homme qui est sĂ©parĂ© par Dieu et qui est cachĂ© en Christ.
Je dis ceci avec respect, beaucoup trop d’entre nous jouent encore dans le parvis. Voyez? Nous n’apportons pas nos vies Ă  Christ pour qu’elles soient cachĂ©es. Les fruits de l’Esprit le dĂ©montrent. Voyez-vous? Cela... Nous pensons l’ĂȘtre, mais aussi longtemps que votre vie n’est pas conforme Ă  cette... C’est ce qui le dĂ©montre. JĂ©sus a dit: «C’est Ă  leurs fruits que vous les reconnaĂźtrez.» Pas par leur dĂ©nomination, mais c’est Ă  leurs fruits que vous les reconnaĂźtrez.
E-21 Et les fruits de l’Esprit sont l’amour, la joie, la paix, la patience, la bĂ©nignitĂ©, la bontĂ©, la persĂ©vĂ©rance, la douceur, la tempĂ©rance: ce sont les fruits de l’Esprit. Dieu sait aujourd’hui ce dont les gens de la SaintetĂ© ont besoin, ainsi que les calvinistes... Et tous ont besoin aujourd’hui de plus de fruits de l’Esprit, de plus de vies pour prouver cela.
Nous avons eu beaucoup de tĂ©moignages, mais c’est comme le vieux dicton qui dit: «Votre vie parle tellement fort que je n’entends pas votre voix.» Nous sommes des Ă©pitres Ă©crites par Dieu, lues de tous les hommes. Ce n’est pas...
Il y a quelque temps, un évangéliste est venu dans la ville. Et un homme a dit... Oh! il était venu et il était trÚs enthousiasmé. Il a dit: «Vous devriez écouter cet homme!»
La personne a dit: «Eh bien, j’aimerais bien le faire.» Mais il a dit: «Vous savez, nous avons culte ce soir dans notre propre Ă©glise.» Et il a dit: «Je vous accompagnerai demain soir.»
Il a dit: «Oh! vous pouvez aller la semaine prochaine.»
Il a dit: «Mais nous avons des rĂ©unions dans notre propre Ă©glise, a-t-il dit, et demain soir j’irai Ă©couter cet homme.»
Il a dit: «Oh! mais c’est un–un homme excellent.» Il a dit: «C’est un merveilleux orateur.»
Et il a dit: «Eh bien, je ne doute de rien dans tout ce que vous dites, savoir qu’il est un homme merveilleux.» Mais il a dit: «Vous savez, je suis le voisin de mon pasteur.»
E-22 Voyez-vous ce que je veux dire. Il est question de votre vie. Nous sommes peut-ĂȘtre trĂšs orthodoxes. Et c’est lĂ  oĂč je pense qu’il y a beaucoup de problĂšmes ici en Californie. Nous sommes simplement trop orthodoxes. Je pense que c’est juste. Qu’on soit orthodoxe comme tout, mais la lettre c’est trĂšs bien, cependant elle tue; c’est l’Esprit par contre qui vivifie. Et cherchez le bon Esprit qui donne le bon genre de vie. Voyez? Il vous faut avoir le bon genre de vie.
Et maintenant, dans le... extĂ©rieur. C’est juste comme en vous, dans votre vie ici sur la terre, vous vivez dans une maison Ă  trois piĂšces. Le savez-vous? Oh! vous direz: «FrĂšre Branham, je ne suis pas d’accord avec vous.»
Si, vous ĂȘtes d’accord. Vous vivez tout simplement dans une maison Ă  trois piĂšces.
Vous pourriez avoir... Vous avez une cuisine; vous avez un salon; vous avez une chambre Ă  coucher. Oh! vous pourriez avoir deux ou trois chambres Ă  coucher et deux ou trois cuisines, mais cependant vous vivez malgrĂ© tout dans ces trois piĂšces lĂ . C’est ce que vous utilisez.
Remarquez, c’est juste. Eh bien, Dieu vivait dans une maison Ă  trois piĂšces autrefois dans Son tabernacle. L’assemblĂ©e, le parvis de la tente d’assignation; le lieu saint; et le Saint des saints. Et maintenant, c’est ce que reprĂ©sentent donc ces trois piĂšces. C’est juste comme des Ă©tapes, vous arrivez Ă  l’étape de la pleine consĂ©cration Ă  Christ. La cuisine, c’est lĂ  que vous mangez. Le pĂ©cheur vient Ă  la rĂ©union; il festoie avec la Parole. La foi vient de ce qu’on entend, de ce qu’on entend la Parole de Dieu. Il vient Ă©couter la Parole.
E-23 Et bien des fois nous substituons tant de choses Ă  la Parole, surtout en ce jour-ci. Nous prenons les miracles comme substituts. Nous prenons comme substituts un tas de choses qui ne devraient pas l’ĂȘtre.
AprĂšs tout, l’église c’est pour la prĂ©dication de la Parole. Les tĂ©moignages c’est bien, et les diffĂ©rentes choses que nous faisons sont merveilleuses, mais nous devons accorder la premiĂšre place Ă  la Parole, parce qu’Elle est destinĂ©e au pĂ©cheur, et aussi Ă  ceux qui ont le Saint-Esprit.
JĂ©sus a dit, lorsque Satan L’a tentĂ©, Il a dit: «Il est Ă©crit: ‘L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.’» Voyez-vous? Le Saint-Esprit se nourrit de la Parole de Dieu. Le Saint... Il prend la Parole et La place dans votre coeur, et cela vous fait croĂźtre en force, les bons enseignements de la Bible. Et j’aime cela. J’aime m’asseoir et entendre un bon enseignant de la Bible, qui prend la Bible et L’étale. Et puis, l’esprit de bontĂ© et de douceur accompagne cela, alors que cela s’enracine dans un bon sol meuble et se met Ă  croitre.
E-24 Eh bien, nous mangeons Ă  la cuisine. C’est lĂ  que le pĂ©cheur vient Ă©couter la Parole. La foi vient de ce qu’on entend. AprĂšs qu’il a entendu la Parole, alors il entre dans la communion de l’église. AprĂšs qu’il a entendu la Parole et L’a reçue, ensuite vous le baptisez du baptĂȘme chrĂ©tien, et cela l’introduit dans la communion.
Alors il entre lĂ  dans l’assemblĂ©e. Et c’est alors que vous entrez dans votre salon, lorsque vous passez de la cuisine au salon pour communier avec vos voisins, et ainsi de suite, pour communier dans le salon.
Mais ensuite, votre chambre Ă  coucher c’est votre lieu de repos. Et aprĂšs le dur labeur d’une journĂ©e fatigante, vous ĂȘtes toujours seul dans la chambre, en train de vous reposer. Chez moi, la salle de priĂšre, c’est la chambre Ă  coucher.
Plusieurs fois je suis entrĂ© dans de petites maisons oĂč j’ai vu ces mĂšres et les autres sortir de la chambre Ă  coucher vĂȘtus d’un petit tablier Ă  carreau, essuyant leurs yeux, en pleurant; ils avaient Ă©tĂ© en priĂšre, dans le lieu secret, un lieu de rencontre, seul avec Dieu, un lieu isolĂ©. Oh! c’est un endroit merveilleux.
Et lorsqu’un homme retire sa vie de ces autres endroits pour la placer dans ce lieu consacrĂ© avec Christ...
E-25 Remarquez, chaque annĂ©e le souverain sacrificateur entrait dans cet endroit-lĂ . L’assemblĂ©e le suivait. Et lorsqu’il entrait dans cette grande piĂšce oĂč le voile tombait derriĂšre lui, les parvis intĂ©rieurs, le saint des saints, personne n’osait le suivre. A ce moment-lĂ  il Ă©tait seul avec Dieu.
Quel beau tableau aujourd’hui d’une vie consacrĂ©e et qui, une fois Ă  l’intĂ©rieur pour ĂȘtre avec Christ, est morte aux choses du monde, cachĂ©e avec Dieu, le voile tombe autour et elle est complĂštement coupĂ©e du monde! Alors le christianisme et la religion deviennent un plaisir pour chaque croyant.
Aujourd’hui les gens ont suffisamment de religion pour les rendre misĂ©rables, sachant qu’ils doivent faire ceci, ils essaient d’échapper Ă  l’enfer. Eh bien, si c’est le sentiment que j’avais Ă  ce propos, frĂšre, je ne sais pas ce que je ferais.
Oh! entrez avec Christ. SĂ©parez-vous des choses du monde, car communier avec Lui c’est un plaisir. C’est beau. C’est quelque chose qui remplit et satisfait l’ñme, c’est quelque chose qui vous donne une paix qui surpasse toute intelligence. Toutes les croix deviennent des ailes qui volent. Tous les fardeaux deviennent des roues de chariot. Oh! vous pouvez prendre votre envol.
E-26 «Mes fardeaux sont lĂ©gers.» Prenez Son joug sur vous, le joug est tout rembourrĂ© avec des allĂ©luias. Une fois que vous ĂȘtes seul avec Lui derriĂšre le voile, Il devient votre Vie.
Le prophĂšte a dit que dans... Les gens d’autrefois disaient que je... qu’Il Ă©crirait de nouveau Ses lois. Qu’Il les mettrait dans leur coeur.
Eh bien, le mont SinaĂŻ Ă©tait un lieu du devoir. Mais le mont du Calvaire Ă©tait un lieu de grĂące. Les gens essaient toujours de vivre sur le mont SinaĂŻ: «Si je vais Ă  l’église, si je paie ce que je dois, si je fais ceci ou cela, si j’arrĂȘte avec ceci et cesse de faire cela.» Ça c’est toujours sur le mont SinaĂŻ.
Lorsque vous arrivez Ă  un point oĂč vous ĂȘtes mort, et que votre vie est cachĂ©e en Dieu par Christ, scellĂ©e du Saint-Esprit, toute la vie chrĂ©tienne devient un grand et glorieux cri et un allĂ©luia pour vous. Et chaque jour vous ĂȘtes cachĂ©.
Maintenant, nous remarquons qu’une fois lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, la personne Ă©tait isolĂ©e du monde. Le rideau tombait autour d’elle et elle Ă©tait cachĂ©e avec Dieu. Tout devient rĂ©el, une gloire. Une fois que nous sommes cachĂ©s avec Christ dans ce lieu, alors tout devient nouveau pour nous.
E-27 Nous pensons que c’est Ă  cet endroit-ci que la verge d’Aaron fut gardĂ©e. C’est lĂ  aussi que l’on avait la manne.
La manne... Nous allons devoir retourner dans l’Ancien Testament pour prendre cette pensĂ©e de la manne. La manne tombait pour garder les enfants d’IsraĂ«l en vie pendant qu’ils Ă©taient dans leur pĂšlerinage de l’Egypte vers la Terre promise, ce qui Ă©tait un beau type de l’Eglise d’aujourd’hui dans son pĂšlerinage de l’Egypte vers la Terre promise. Croyez-vous que nous sommes en route vers une Terre promise?
Canaan ne reprĂ©sentait pas le Ciel, parce qu’ils avaient des guerres en Canaan. Canaan reprĂ©sentait le MillĂ©nium. Nous sommes donc en route vers le MillĂ©nium. Et tout comme Dieu a promis de pourvoir Ă  tous leurs besoins tout au long du chemin, Il a promis de pourvoir Ă  tous nos besoins tout au long du chemin.
Et dĂšs qu’ils ont traversĂ© la ligne de sĂ©paration de la mer Rouge, Dieu, quand ils ont eu besoin de pain, en a fait pleuvoir du ciel. Lorsqu’ils avaient besoin–besoin de la guĂ©rison, Dieu a dit Ă  MoĂŻse d’élever un serpent. Lorsqu’ils avaient besoin de viande, Il a fait souffler un vent qui a amenĂ© la–la volaille.
E-28 Il pourvoira toujours. Il est JĂ©hovah-JirĂ©, l’Eternel a pourvu Ă  un sacrifice. Il est JĂ©hovah-Rapha, l’Eternel qui guĂ©rit. Et Il pourvoira toujours.
Et en ce jour-ci, Dieu a des obligations vis-Ă -vis de nous tout autant qu’Il en avait vis-Ă -vis d’eux. Et de mĂȘme qu’Il les a conduits dans le naturel, Il conduit l’Eglise aujourd’hui dans le spirituel vers la Terre promise.
Tout ce qu’il nous faut nous a Ă©tĂ© promis, et nous le recevrons si seulement nous continuons notre marche, en gardant nos yeux fixĂ©s sur Dieu.
J’aimerais que vous remarquiez que, lorsque les gens sont sortis et qu’ils ont mangĂ© la manne, ce qui Ă©tait un type de Christ qui est descendu et qui a donnĂ© Sa Vie... Mais les gens qui ont mangĂ© la manne le matin, si vous n’avanciez pas pour prendre la nouvelle, cette manne vieillissait au cours de la journĂ©e.
Eh bien, c’est un signe, ou plutĂŽt un type des gens, de l’homme rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©, qui vient Ă  Christ, qui donne sa vie, mais qui n’est jamais cachĂ© dans le Saint-Esprit. Il vit une certaine vie, du fait qu’il sait qu’il mange la manne.
Il y a bien des gens aujourd’hui qui n’ont jamais dĂ©passĂ© le parvis extĂ©rieur, le voile. Cependant, ce sont des chrĂ©tiens, ils... par millions. Ils savourent Christ sous une forme extĂ©rieure. Ils vont Ă  l’église avec la consolation qu’ils savent qu’ils sont membres de l’église, mais ils ne sont jamais parvenus Ă  ĂȘtre cachĂ©s avec Lui dans le parvis intĂ©rieur.
Mais lĂ  dehors ils mangent la manne. Mais observez. Lorsque vous mangez cette manne, si vous ne faites pas attention, avant la fin du jour, cette manne avait diminuĂ©. Et c’est ce qu’il en est des gens qui traĂźnent tout simplement Ă  l’extĂ©rieur, et qui peut-ĂȘtre savourent la manne...
E-29 La manne est un type du Saint-Esprit. Lorsque Dieu a donnĂ© la manne pour ce voyage... Lorsqu’Il l’a donnĂ©e dans l’autre voyage, elle devait durer pendant tout le voyage. Et c’est un trĂšs bon type de la PentecĂŽte. Et lorsque Dieu a appelĂ© Son Eglise Ă  sortir et leur a donnĂ© le baptĂȘme du Saint-Esprit, Il a dĂ©versĂ© l’Esprit d’En haut sur l’Eglise, et cela devait durer Ă  travers chaque gĂ©nĂ©ration jusqu’à la Venue de JĂ©sus. C’est juste.
C’est la manne pour l’Eglise aujourd’hui, la manne du Saint-Esprit. Souvenez-vous, quand ils ont traversĂ© les eaux et qu’ils sont arrivĂ©s sur l’autre rive pour leur voyage, le Saint-Esprit a dĂ©versĂ© la manne et les a nourris dans le naturel. Cela les a gardĂ©s en vie naturellement. Et lorsqu’une personne meurt Ă  elle-mĂȘme, qu’elle fait la traversĂ©e jusque dans le–dans son voyage jusque dans la Terre promise, Dieu dĂ©verse le Saint-Esprit aujourd’hui.
E-30 Pierre a dit le jour de la PentecĂŽte, il a dit: «C’est ici ce qui a Ă©tĂ© dit par le prophĂšte JoĂ«l: Dans les derniers jours, dit Dieu, Je rĂ©pandrai de Mon Esprit sur toute chair.’» Et pendant qu’il prĂȘchait sous l’onction du Saint-Esprit...
Et les gens criaient et avaient des manifestations. Ils eurent le coeur vivement touchĂ©, les Juifs et ceux qui se tenaient lĂ , ils ont dit: «Hommes frĂšres, que devons-nous faire pour ĂȘtre sauvĂ©s?»
Pierre a dit: «Repentez-vous, soyez baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ pour le pardon de vos pĂ©chĂ©s. Vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.» Que voulait-il dire? Le baptĂȘme du Saint-Esprit qui a Ă©tĂ© dĂ©versĂ© le jour de la PentecĂŽte Ă©tait pour vous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.
E-31 Lorsque cette manne a Ă©tĂ© dĂ©versĂ©e pour la premiĂšre fois, Dieu a dit Ă  MoĂŻse: «Eh bien, celle-ci va sĂ©cher pendant la journĂ©e.» Mais il a dit: «Maintenant, sors et ramasse un omer d’or, remplis-le de cette manne et mets-le dans le Saint des saints, afin que chaque... Tout au travers de vos gĂ©nĂ©rations lorsqu’un homme entrera derriĂšre le voile, dans le saint des saints, et qu’il sera devenu sacrificateur, il aura le droit de prendre une bouchĂ©e de la manne originale qui est tombĂ©e au commencement.»
C’est un beau type de ce jour, lorsque Pierre a dit: «C’est pour vous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin.»
E-32 Maintenant, nous n’avons pas Ă  recourir Ă  une certaine imagination, une certaine imagination Ă©motionnelle ou mentale. Nous ne devons pas prendre quelque chose que le diable donnerait. Mais chaque croyant qui passe de l’autel Ă  une vie consacrĂ©e, au baptĂȘme du Saint-Esprit, peut non seulement prendre une bouchĂ©e, mais remplir son Ăąme du baptĂȘme originel du Saint-Esprit qui tomba le jour de la PentecĂŽte, cela produira les mĂȘmes rĂ©sultats que le jour de la PentecĂŽte. Amen.
Car la promesse est pour vos enfants, et pour les enfants de vos enfants, et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. FrĂšres, le mĂȘme Saint-Esprit qui tomba le jour de la PentecĂŽte, qui produisit alors ces rĂ©sultats-lĂ , produira les mĂȘmes rĂ©sultats ce soir pour chaque croyant qui veut consacrer sa vie pour entrer dans le Saint des saints, par le Sang du Seigneur JĂ©sus.
Cela brisera les traditions; cela changera le coeur des hommes. Cela vous fera fondre en une Personne, en JĂ©sus-Christ, cela enverra un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode qui balayera ce pays. Amen. Ce qu’il nous faut aujourd’hui, c’est un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode, du Saint-Esprit envoyĂ© de Dieu, acquis par le Ciel, ça ne sera pas juste une toute petite secousse, ou une petite excitation Ă©motionnelle, mais une mort Ă  soi-mĂȘme Ă  l’ancienne mode, une religion d’une consĂ©cration personnelle (AllĂ©luia!) de derriĂšre le bois, au ciel bleu, qui tue le pĂ©chĂ©. Amen.
Cela ne vous blanchira pas Ă  la chaux; cela vous lavera jusqu’à vous rendre blanc. Le diable blanchira Ă  la chaux tout ce qu’il peut; mais Dieu lave jusqu’à rendre blanc. Et ce qu’il nous faut aujourd’hui, c’est un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode, envoyĂ© de Dieu, qui brise le coeur des gens et qui rassemble toutes ces dĂ©nominations en un seul grand groupe uni pour la gloire de Dieu. C’est ce dont l’Eglise a besoin aujourd’hui. Et cela ne secouera pas seulement la Californie, cela secouera toute la nation.
E-33 Et la raison pour laquelle nous n’arrivons nulle part aujourd’hui, c’est parce que nous avons trop de confessions aux yeux secs et d’adhĂ©sions Ă  l’église, des membres d’église tiĂšdes et rĂ©trogrades. C’est la vĂ©ritĂ©. Il nous faut davantage de rĂ©veil Ă  la saint Paul, Ă  l’ancienne mode, envoyĂ© de Dieu, et du Saint-Esprit de la Bible, avec puissance et brisement, pour amener les gens Ă  se conduire diffĂ©remment, Ă  avoir un aspect diffĂ©rent, Ă  marcher diffĂ©remment, Ă  parler diffĂ©remment, Ă  ĂȘtre diffĂ©rents, et Ă  vivre diffĂ©remment chaque jour de leur vie.
C’est ce qu’il nous faut, mes amis. C’est ce qu’il faut aux mĂ©thodistes. C’est ce qu’il faut aux baptistes. C’est ce qu’il faut aux pentecĂŽtistes. C’est ce qu’il leur faut tous. C’est juste. Nous sommes allĂ©s du mauvais cĂŽtĂ©. Nous faisons fausse route. Le Saint-Esprit doit continuer dans chaque gĂ©nĂ©ration.
MoĂŻse, lorsqu’il a mis ce grand pot lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, parfois ce pain qui restait Ă  l’extĂ©rieur... Parfois les gens attrapent beaucoup de crampes au camp.
E-34 Je pense que c’est cela le problĂšme qu’a notre Eglise aujourd’hui. Nous avons trop de ces haltes. C’est juste. Certaines personnes mangent juste assez de manne pour se maintenir en forme et en vouloir encore. Avant d’aller d’un rĂ©veil Ă  un autre, vous devez sortir et ĂȘtre renouvelĂ©.
Oh! frĂšre, pourquoi ne cessez-vous pas ces sottises pour entrer dans le Saint des saints par le Sang du Seigneur JĂ©sus? En dehors d’ici, chaque portion de manne vous permet juste de tenir jusque ce soir ou demain; la semaine suivante cela ne marchera pas. Cela se dessĂšche pendant la nuit. Mais si jamais vous vous consacrez pour entrer lĂ  oĂč la manne reste fraĂźche, jour aprĂšs jour, annĂ©e aprĂšs annĂ©e, dans le saint des saints...
Vous pouvez rencontrer cet homme qui est dĂ©jĂ  entrĂ© lĂ  Ă  l’intĂ©rieur... Peu m’importe s’il n’a pas Ă©tĂ© dans un rĂ©veil depuis six mois; il est tout aussi doux qu’il l’était le jour oĂč il avait Ă©tĂ© dans le rĂ©veil. C’est juste. Vous pouvez le rencontrer en un jour de grand soleil ou en un jour nuageux, ou tout ce que vous voulez, il est tout simplement le mĂȘme, parce qu’il vit dans la gloire de Dieu. Il vit lĂ  oĂč la manne est tout le temps fraĂźche, oĂč ce n’est pas un fardeau de sortir et de prier toute la journĂ©e d’aujourd’hui et de prier toute la journĂ©e de demain.
FrĂšre, restez avec Lui tout le temps dans le Saint des saints. «Une personne peut-elle vivre comme cela?» Absolument. C’est pour cela que JĂ©sus est mort. Amen.
E-35 Remarquez. C’est lĂ  qu’on avait mis la verge d’Aaron. Ce n’était pas lĂ -dehors dans le parvis extĂ©rieur, on l’a mise lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, pour choisir celui qui allait ĂȘtre le sacrificateur. Je sais que cela parle directement de Christ, mais c’est aussi un type du pĂ©cheur. Prenez un homme qui a flĂąnĂ© toute sa vie dans l’église, et qui est toujours mort dans le pĂ©chĂ© et les offenses...
Mais lorsque cet homme-lĂ  Ă©tait Ă  l’extĂ©rieur, cette vieille verge, ce n’était qu’un bĂąton ordinaire qu’Aaron tenait dans sa main jusqu’à ce qu’elle s’est dessĂ©chĂ©e; il n’y avait pas de vie dedans. Ça, c’est l’homme qui est retranchĂ© de Dieu. C’est l’homme qui est sans Christ. C’est l’homme qui est peut-ĂȘtre un membre d’église, qui n’en sait pas plus sur Dieu qu’un Hottentot n’en sait sur un chevalier Ă©gyptien, mais qui continue.
«Oh! je suis membre de l’église.» C’était dans la main d’Aaron. Oui, il Ă©tait utilisĂ©, mais il Ă©tait mort. Et lorsque cette verge a Ă©tĂ© placĂ©e dans le saint des saints, dans le lieu consacrĂ© de Dieu, dans la PrĂ©sence du Saint-Esprit, savez-vous ce qui est arrivĂ©? Elle a bourgeonnĂ© et a fleuri, et elle a produit des amendes, tout cela en une seule nuit. AllĂ©luia!
E-36 C’est ce qu’il nous faut aujourd’hui, qu’on nous prenne et qu’on nous amĂšne au-delĂ  du simple fait d’ĂȘtre membre d’église, jusque dans le Saint des saints, dans la PrĂ©sence et la consĂ©cration du Seigneur JĂ©sus-Christ.
Elle a bourgeonnĂ©. Qu’était-ce? La vie qu’elle devait avoir Ă©tait morte. Elle Ă©tait juste comme ce mĂąt de la tente. Mais si c’était un arbre... C’était vraiment une branche d’amandier, mais elle Ă©tait morte.
E-37 Il y a bien des gens ce soir qui professent le christianisme, mais qui sont morts et ne portent aucun fruit. Ils n’ont rien dans leur vie. Ils semblent ĂȘtre impuissants, sans espĂ©rance. Ils errent çà et lĂ , sachant uniquement qu’ils sont des membres d’église. Et ce n’est pas seulement chez les presbytĂ©riens, les luthĂ©riens et ainsi de suite. C’est chez les pentecĂŽtistes. C’est juste. C’est la vĂ©ritĂ©. Ce qu’il vous faut aujourd’hui, c’est nous prĂ©senter devant Christ.
Observez ce qui est arrivĂ©. Eh bien, la premiĂšre chose, elle devait–elle devait ĂȘtre rafraĂźchie pour bourgeonner. Elle a bourgeonnĂ©. Non seulement elle a bourgeonnĂ©, mais elle a fleuri. Non seulement elle a fleuri, mais elle a produit des fruits.
Et il en sera ainsi pour vous, ou pour chaque croyant qui se jette de l’extĂ©rieur, le–du parvis extĂ©rieur, jusque dans le voile oĂč se trouve Christ, et vous y cachez votre vie, vous serez rafraĂźchi, vous bourgeonnez, fleurissez, et vous portez des fruits de l’Esprit. Amen. Vous serez un ouvrier dans votre communautĂ©. Vous serez un gagneur d’ñmes pour JĂ©sus. Vous serez une nouvelle personne. Les choses anciennes passeront. Les traditions des hommes failliront, mais votre coeur brĂ»lera de l’amour de Dieu.
E-38 A l’intĂ©rieur de cet endroit oĂč on a amenĂ© cette vieille verge et oĂč on l’a placĂ©e lĂ  dans la PrĂ©sence de Dieu... Dieu vivant dans la gloire qui Ă©tait au-dessus des chĂ©rubins, tout est arrivĂ© en une seule fois Ă  cette verge.
Et, frĂšre, soeur, pour une vie qui est consacrĂ©e et qui repose dans la PrĂ©sence de Dieu, cela changera cette personne, aussi certain que je me tiens sur cette estrade ce soir. Cela fera sortir de vous toutes les bagarres; cela fera sortir de vous tous les diffĂ©rends; cela fera sortir de vous tous–tous les ismes. Cela fera de vous un vĂ©ritable chrĂ©tien, si vous entrez simplement dans Sa PrĂ©sence.
Observez ce qui arrive, un rafraĂźchissement, pour que vous soyez rafraĂźchi. Remarquez, la rosĂ©e tombe la nuit. Le monde s’endort. La nature est en activitĂ© pendant la journĂ©e... Les peines, les obstacles et les peines... Mais lorsque tout se calme, alors que se passe-t-il? La rosĂ©e tombe.
E-39 Vous ĂȘtes-vous dĂ©jĂ  rĂ©veillĂ© de bonne heure le matin et sorti de bonne heure pour sentir cet air frais, comment il est et comment tout est rafraĂźchissant? La rosĂ©e est tombĂ©e.
Oh! frĂšre, soeur, si la seule chose que vous connaissez c’est aller Ă  l’église, si la seule chose que vous connaissez est que vous avez adhĂ©rĂ© ou que vous avez Ă©tĂ© baptisĂ©, ou quelque chose comme cela, pourquoi ne pas cacher votre vie en Christ? Isolez-vous dans la quiĂ©tude, loin du monde et de tous ses soucis, et apaisez-vous et observez quel rafraĂźchissement viendra.
Vous savez, EsaĂŻe en a parlĂ© une fois. Il a dit: «Ça doit ĂȘtre prĂ©cepte sur prĂ©cepte, et rĂšgle sur rĂšgle, un peu ici et un peu lĂ . Retenez ce qui est bon. C’est par des hommes aux lĂšvres balbutiantes et au langage barbare que Je parlerai Ă  ce peuple. Et voici le sabbat (ou le rafraĂźchissement) qui devait venir de la PrĂ©sence du Seigneur.»
E-40 Combien la chose Ă©tait rafraĂźchie dans la prĂ©sence... Remarquez autre chose. Une fois dans la PrĂ©sence de Dieu, vous ĂȘtes apaisĂ©. Vous n’ĂȘtes pas ballottĂ© par toutes choses. Vous savez oĂč vous vous tenez. Il se passe quelque chose. Vous reconnaissez que vous ĂȘtes un vĂ©ritable chrĂ©tien. Vous savez que vous avez Ă©tĂ© en contact avec Quelqu’Un qui vous aime. Vous savez que quelque chose est arrivĂ© ici au fond, et cela rafraĂźchit. Et non seulement cela, mais vous allez–vous rafraĂźchirez les autres.
Il vous est arrivĂ© de voir des gens qui Ă©taient de bonnes gens, mais vous ne pouviez pas supporter leur compagnie. Il y a quelque chose en eux. Ils ont une puissance crĂ©atrice autour d’eux qui semble ĂȘtre diffĂ©rente.
Comme j’aimerais bien m’arrĂȘter ici, si c’était possible, et vous dire certaines choses lĂ -dessus. Vous ĂȘtes vous-mĂȘme un petit crĂ©ateur.
Il a dit qu’Il vous donnerait un esprit nouveau. Or, cet esprit-lĂ  ce n’est pas l’Esprit de Dieu; c’est votre esprit. Dieu vous donne un esprit nouveau, ensuite Il dit: «Je mettrai Mon Esprit en lui.» Mais ce que Dieu doit faire, c’est vous donner un esprit nouveau, c’est de faire en sorte que votre nature soit un peu tendre et apaisĂ©e, sinon Il ne pourrait mĂȘme pas vivre avec vous. Il doit donc d’abord vous apprĂȘter avant qu’Il puisse entrer. «Je vous donnerai un–un esprit nouveau.» Alors vous l’emportez avec vous partout. Vous allez Ă  toutes sortes d’endroits. Il doit vous apprĂȘter afin que vous puissiez vous occuper de Lui correctement.
E-41 Alors, c’est lorsque vous ĂȘtes au premier autel. Mais lorsque vous vous cachez, vous recevez Son Esprit. Ensuite le Saint-Esprit, qui est nul autre que Dieu Lui-mĂȘme, vient habiter en vous. Et alors, il y a quelque chose en vous qui fait que le voisin vous aime. Les gens vous aiment.
Eh bien, peu importe combien vous criez, ou combien vous faites des efforts, si vous ne menez pas une vie telle que votre voisin reconnaĂźt que vous ĂȘtes un chrĂ©tien, il y a quelque chose qui cloche quelque part. Eh bien–eh bien, venons-en simplement Ă  la vĂ©ritĂ© maintenant. Vous savez que c’est juste.
Il n’y a personne au monde qui croie plus que moi dans la façon de crier Ă  l’ancienne mode, de bĂ©nir de Dieu et de louer Dieu. J’y crois. Je crois qu’un bĂ©bĂ© qui est nĂ©, qui ne bouge pas, qui ne pleure pas, qui ne fait rien... Savez-vous ce que le mĂ©decin fait d’habitude? Il le tient par les talons et lui donne une petite fessĂ©e, cela fait entrer en lui du souffle.
Et je pense que c’est cela le problĂšme de l’Eglise ce soir, lorsque les gens disent: «Oui, je suis nĂ© de nouveau.» Savez-vous ce que c’est? C’est un mort-nĂ©. Il lui faut de temps en temps une petite fessĂ©e de l’Evangile qui le rĂ©veillera, qui l’amĂšnera Ă  pleurer et Ă  crier (C’est juste.), cela fera entrer la vie en lui. C’est ce qu’il nous faut ce soir. C’est ce qu’il faut Ă  l’Eglise, et puis ĂȘtre placĂ© sur le bon chemin. C’est juste.
E-42 Remarquez. Maintenant le rafraĂźchissement qui vient de la PrĂ©sence du Seigneur, il y a quelque chose en eux, il y a quelque chose dans un vĂ©ritable chrĂ©tien qui fait que vous aimez ĂȘtre en sa compagnie. Pas vous? Et il y a une puissance lĂ .
AprĂšs que j’ai appris Ă  vous connaĂźtre un peu mieux, j’aimerais vous relater certaines choses que je connais et qui se sont produites. Voyez-vous? Vous crĂ©ez votre propre atmosphĂšre autour de vous. Le croyez-vous? Certainement.
Beaucoup parmi vous ont lu mon livre Un homme envoyĂ© de Dieu. Vous souvenez-vous du soir oĂč le fou a couru Ă  l’estrade pour me tuer ici Ă  Portland, dans l’Oregon? Sans doute que vous avez lu l’histoire. Oh! la la, c’est connu partout. Qu’est-il arrivĂ©? Eh bien, ce pauvre homme... Je n’étais pas fĂąchĂ© contre lui. Je l’ai aimĂ©. Quelque chose s’est produit. Je l’ai aimĂ©.
E-43 Il a foncĂ© lĂ , il pesait environ deux cent cinquante, deux cent soixante livres [113 kg ou 119 kg], un trĂšs grand homme qui mesurait presque six pieds et demi [1,83 m], il a dit: «Je vais briser chaque os de ton corps.» Il en Ă©tait capable. Mais je ne l’ai pas haĂŻ. Je l’ai aimĂ©. J’ai eu pitiĂ© de lui. Il Ă©tait liĂ©.
Je n’avais pas besoin de crier. J’ai dit: «Satan, sors de cet homme!» Et il s’est effondrĂ© par terre. C’était cela. Voyez-vous? C’était tout.
Il... J’ai Ă©tĂ© garde-chasse pendant des annĂ©es dans l’Indiana. Beaucoup parmi vous le savent. Un jour, alors que je faisais ma ronde, j’ai lĂąchĂ© quelques poissons dans une petite riviĂšre. Et j’étais en train de prĂȘcher. J’étais un pasteur baptiste local. De l’autre cĂŽté–de la route il y avait un malade.
Eh bien, nous Ă©tions censĂ©s porter une arme, mais je ne voyais pas Ă  quoi cela servait de porter une arme, pour abattre quelqu’un avec. Alors je l’ai simplement laissĂ© dans la camionnette. Et je me suis donc dit: «Je vais aller prier pour ce frĂšre.»
Et plus bas, il y avait... Oh! Ă  quelques kilomĂštres plus bas, il y avait lĂ  un grand taureau de race Guernsey qui avait tuĂ© un homme de couleur lĂ -bas. On avait dĂ» le vendre. Alors on l’avait vendu prĂšs d’une ville, de Henryville, dans l’Indiana, tout prĂšs de la forĂȘt.
E-44 Et j’avais oubliĂ© qu’on avait vendu cet animal lĂ -bas. Je me suis mis Ă  traverser le prĂ© pour aller prier pour cet homme. Et je suis arrivĂ© lĂ  au milieu du pĂąturage. Et alors, tout d’un coup, ce grand taureau s’est dressĂ© d’un petit bosquet de buissons. Et il Ă©tait juste lĂ  au mi-...
J’ai regardĂ© derriĂšre vers la clĂŽture; c’était trop loin pour courir, il n’y avait aucun arbre oĂč grimper. Et je me tenais lĂ . Et le voici qui venait. Quelque chose s’est produit. J’aurais souhaitĂ© que je... Je souhaiterais que cela arrive chaque fois. Cela–cela–cela n’arrive pas Ă  tout moment. Mais lorsque je vois un cas de maladie qui est trĂšs grave et que quelque chose arrive, ce n’est pas l’homme. C’est lorsque Dieu peut s’emparer d’un homme. C’est lorsque cet homme est consacrĂ©.
E-45 Observez sur l’estrade lorsque les visions se produisent. Observez lorsque les mauvais esprits montent ... Observez ce qui arrive. C’est un abandon du Saint-Esprit–au Saint-Esprit. Il entre et prend le contrîle. Observez comment Il contrîle la chose. Observez simplement comment cela se produit. C’est Dieu, ce n’est pas l’homme. Et si seulement nous vivons dans cette... Ô Dieu, laisse-nous vivre là.
Et alors que ce taureau se tenait lĂ  Ă  environ vingt yards [18 m] de moi, il s’est dressĂ©, le voilĂ  venir, il avait de trĂšs longues cornes. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] «C’est ma fin.» Et au lieu de haĂŻr ce taureau, ça semble Ă©trange, je l’ai aimĂ©. J’aurais souhaitĂ© pouvoir expliquer cela. Mais laissez-moi vous dire une chose, frĂšre. Dans cette vie, vous n’entrerez jamais en contact avec une force plus grande que l’amour. Non, non. Je n’essaie pas de vaincre les dĂ©mons par des coups de pieds. J’aime Dieu. Voyez-vous, l’amour c’est ce que Dieu est. Dieu est amour. L’amour met Dieu en action. «Dieu a tant aimĂ© le monde...» C’est l’amour. C’est l’amour qui vaincra.
Et lorsque ce grand animal a chargĂ© sur moi, je savais que c’était la mort dans quelques instants, quelque chose s’est produit. Quelque chose m’est arrivĂ©, et je l’ai aimĂ©. Je me suis dit: «Pauvre animal, il dormait. Je suis sur son territoire. Je ne devrais pas ĂȘtre ici.» Il s’est Ă©lancĂ© vers moi de toutes ses forces, et j’ai dit: «Ecoute, mon ami, tu es une crĂ©ature de Dieu; je suis un serviteur de Dieu. Et je suis en route pour prier pour un des serviteurs de Dieu par ici. Je suis au service de mon Seigneur. Je regrette de t’avoir dĂ©rangĂ©. Maintenant, retourne te coucher au Nom du Seigneur JĂ©sus. Je ne te dĂ©rangerai plus.»
Et il continuait Ă  venir aussi vite que possible. Je n’avais pas peur de ce taureau, pas plus que je n’ai peur de mon prĂ©cieux frĂšre assis ici Ă  cĂŽtĂ© de moi, avec sa Bible sur les genoux. C’est ça.
E-46 Vous avez peur. Aujourd’hui les gens ont peur. De quoi avez-vous peur? Eh bien, mĂȘme la mort elle-mĂȘme ne peut effrayer un chrĂ©tien. «Ô mort, oĂč est ton aiguillon?»
Les pensĂ©es mĂȘme des gens sont peuplĂ©es de craintes: «Oh! FrĂšre Branham, le mĂ©decin m’a dit que je ne peux pas me rĂ©tablir.» De quoi avez-vous peur? Il y a une expiation lĂ -bas pour vous. Bien sĂ»r. «Eh bien, FrĂšre Branham, j’ai commis beaucoup de pĂ©chĂ©s. Je...» De quoi avez-vous peur? Il y a une expiation qui vous attend. Il y a Quelqu’Un qui vous aime. N’ayez pas peur.
Ce sont les Paroles que JĂ©sus disait constamment: «N’ayez pas peur. Je suis Celui qui Ă©tait mort, et qui est revenu Ă  la Vie, et qui vit Ă©ternellement. N’ayez pas peur.» CrĂ©ez cette atmosphĂšre autour de vous. CrĂ©ez cette atmosphĂšre.
«Eh bien, c’est un mĂ©thodiste. C’est un unitaire. C’est un trinitaire. Il est ceci ou cela.» Ôtez cela de votre esprit.
«Je l’aime. C’est mon frĂšre.»
«Elle est une catholique. Elle est une protestante. Elle est une...» Ôtez cela de votre esprit. CrĂ©ez une atmosphĂšre autour de vous. Vous n’y parviendrez jamais en restant lĂ -dehors, dans cet autre parvis. Vous devez d’abord entrer en Christ, vivre dans Sa PrĂ©sence.
La Bible dit: «Celui qui vaincra, Je lui donnerai un nom nouveau. Je mettrai Mon Esprit en lui.» Observez, il y a d’abord une victoire. Vous devez vaincre ces choses pour ĂȘtre en Christ.
E-47 Il y a un point sur lequel l’Eglise a failli: la victoire, la victoire sur la tempĂ©rance–un tempĂ©rament colĂ©rique, la victoire sur les diffĂ©rends, la victoire sur les prĂ©jugĂ©s de l’église, la victoire sur la haine. Ce soir, bien des gens qui crient, qui parlent en langues et qui courent dans l’allĂ©e, haĂŻssent leurs voisins. Ils ont... FrĂšre, vous ĂȘtes encore perdu. C’est dur de le dire, mais c’est la vĂ©ritĂ©. C’est juste. La victoire. Vous ne pouvez vaincre que lorsque vous...
Vous direz: «Je mange la manne, gloire Ă  Dieu!» Oui, mais observez ce qui arrive d’un jour Ă  l’autre. Vous attrapez les crampes dues au manque de repas. Entrez Ă  l’intĂ©rieur, oĂč la manne est toujours fraĂźche. Que votre voisin vous traite correctement ou pas, vous l’aimez de toute façon. C’est juste. Qu’il soit d’accord avec vous ou pas, vous l’aimez de toute façon. C’est de cette maniĂšre que vous devez faire. VoilĂ  la vie cachĂ©e. C’est cette vie consacrĂ©e. C’est cette vie que les voiles du monde ... Et vous ĂȘtes coupĂ© des choses du monde. Vous vivez seul en Christ. Voyez-vous ce que je veux dire, Ă©glise?
Je ne dĂ©sire pas blesser vos sentiments, mais je devrai comparaĂźtre un jour avec vous au jugement. Je serai responsable de ne pas dire la vĂ©ritĂ©, si je la connais. C’est juste.
E-48 Oh! je crois dans tous les cris; je crois dans le parler en langues, et je crois dans ces choses. Mais, frĂšre, il n’y a pas que ça qui va avec la chose. Non, pas du tout. C’est juste un des attributs de la chose. C’est juste. Vous devez d’abord avoir la chose rĂ©elle et cela produira le reste.
«Beaucoup viendront Ă  Moi en ce jour-lĂ  et diront: ‘Seigneur, n’ai-je pas fait ceci et chassĂ© des dĂ©mons, n’ai-je pas fait toutes ces choses en Ton Nom?» Il dira: «Retirez-vous de Moi, ouvriers d’iniquitĂ©, Je ne vous ai jamais connus.» Voyez-vous? Soyez prudent!
Suivez, et ce taureau, alors qu’il se ruait vers moi, et que moi je me tenais lĂ ... j’ai dit: «Maintenant, je ne vais plus te dĂ©ranger, va te coucher.» Il a couru jusqu’à cinq pieds [1,52 m] de moi, il s’est arrĂȘtĂ©, il avait l’air tout dĂ©gonflĂ©. Il a regardĂ© d’un cĂŽtĂ© puis de l’autre, il s’est retournĂ© et est allĂ© se coucher. Je suis passĂ© Ă  dix pieds [3 m] de lui, j’ai carrĂ©ment traversĂ© le champ, il n’a plus bougĂ©.
Je suis passĂ©. Et aprĂšs que j’ai traversĂ© le champ, je me suis tenu lĂ , je suis revenu Ă  moi-mĂȘme. Je me suis dit: «Que s’est-il passĂ©?» Alors je me suis mis Ă  pleurer, j’ai levĂ© les mains, et j’ai louĂ© Dieu.
E-49 Je tondais mon jardin l’étĂ© dernier, et je faisais passer la tondeuse Ă©lectrique. Les gens venaient pour que je prie pour eux. Je sortais lĂ  et je portais ma salopette, et je tondais le jardin pendant un moment, et aussitĂŽt quelqu’un arrivait. Je devais courir derriĂšre pour changer de vĂȘtements, et entrer pour prier pour un malade. Quelques heures plus tard je sortais et peut-ĂȘtre que je recommençais, et je faisais quelques tours par jour.
Lorsque j’arrivais dans la cour de derriĂšre, le gazon avait repoussĂ© dans la cour de devant. Et c’était dur pour moi, avec les gens qui venaient.
Et j’oublie... Combien savent ce que c’est qu’une guĂȘpe, ces insectes qui construisent de grands nids? Il y en a une colonie qui a construit un nid au coin de la clĂŽture, dans une sorte de petit buisson.
Et je faisais passer cette tondeuse lĂ ... Et dans la cour de derriĂšre personne ne me voyait, j’ai ĂŽtĂ© ma chemise. Et j’étais simplement en train de tondre sans relĂąche, et j’ai heurtĂ© cette clĂŽture. Et tout d’un coup, j’avais oubliĂ© que ces guĂȘpes se trouvaient lĂ , et en quelques minutes j’étais entiĂšrement environnĂ© de guĂȘpes, de ces trĂšs grands insectes: je n’avais pas de chemise sur moi.
E-50 Eh bien, tout d’abord cela–cela m’a effrayĂ©, et ensuite la chose s’est de nouveau produite. Quelque chose... Je me suis dit: «Pauvres petites crĂ©atures, lĂ  dans ce nid, et me voici qui...» Elles ne me dĂ©rangeaient pas; c’est moi qui les avais dĂ©rangĂ©es. J’aurais souhaitĂ© savoir ce que c’était, mais c’est quelque chose qui arrive. Et je me suis dit: «Pauvres petites crĂ©atures.»
Voici ce que j’ai dit. J’ai dit: «Maintenant, petites crĂ©atures de Dieu, c’est Dieu qui vous a crĂ©Ă©es. Moi, je suis un serviteur de Dieu. Je dois faire vite avec cette cour.» Et elles bourdonnaient tout simplement autour de moi, je n’avais pas peur d’elles. Et elles ont dit... J’ai dit: «Maintenant, retournez carrĂ©ment dans votre nid, au Nom du Seigneur JĂ©sus, parce que je dois me dĂ©pĂȘcher de tondre cette cour. Je ne vous dĂ©rangerai plus, parce que des serviteurs de Dieu attendent que l’on prie pour eux.»
Et frĂšre... Je vous rencontrerai au Jugement. Elles ont tournoyĂ© autour de moi Ă  quelques reprises, et l’une d’elles les a menĂ©es, et tout le groupe est retournĂ© dans le nid et s’est apaisĂ©. L’atmosphĂšre, Dieu... C’est juste. Il y a quelque chose lĂ -dedans.
E-51 La peur est une chose horrible. Avez-vous dĂ©jĂ  observĂ© un chien? A la maison oĂč je loge il y a un gros chien berger. Je suis entrĂ© dans le jardin aujourd’hui; voici venir ce gros chien berger qui est passĂ© carrĂ©ment Ă  travers tout le monde, parce que je les aime.
Chez Guggenbuhl en Allemagne, dĂšs que j’ai rencontrĂ©... Les petits chiens ne voulaient s’entendre avec personne. Voici venir le petit teckel, et il a sautĂ© sur moi. Je les aime. Ils le savent.
Et si vous aimez réellement les gens dans votre coeur, ils le sauront. Vous ne pouvez pas tromper les gens. Ils ne sont pas si dupes que ça. Vous pouvez faire semblant de les aimer; ils peuvent vous dire que vous faites seulement semblant.
Et Satan peut savoir lorsque vous faites semblant, mais il sait lorsque la chose est rĂ©elle. Et la seule maniĂšre... Vous pourriez imiter cela; vous pourriez faire un tas de choses qui ressemblent Ă  la chose, mais vous n’aurez jamais de rĂ©sultats jusqu’à ce que vous serez entrĂ© en Christ. C’est juste. Jusqu’à ce que vous aurez cet amour divin parfait et consacrĂ©, que vous serez venu Ă  Christ en vous abandonnant totalement. C’est ça, mes amis. C’est vrai.
E-52 Ecoutez, cela rafraĂźchissait. Etes-vous dĂ©jĂ  sorti le matin, comme je le disais, pour sentir cette fraĂźcheur, la rosĂ©e qui est tombĂ©e? Remarquez. Etes-vous dĂ©jĂ  allĂ© Ă  un jardin de roses? Eh bien, la verge a aussi produit des fleurs. Cet arĂŽme, ce parfum de fleur, tĂŽt le matin. Pourquoi? Tout est calme. Et chaque semence qui tombe en terre, c’est la rosĂ©e qui la fait revivre. Cela rafraĂźchit le sol.
Et prenez la semence de Dieu, et plantez-la dans un bon coeur flexible qui n’est pas indiffĂ©rent et rempli de prĂ©jugĂ©s, juste un bon coeur humble, et plantez-y cette semence de Dieu, et laissez-la croitre. Et laissez-la tranquille, et lorsque les gouttes de la rosĂ©e de gloire commenceront Ă  tomber sur cette Ăąme, vous verrez dans votre voisinage le chrĂ©tien le plus gentil, le plus doux, le plus humble que vous n’ayez jamais vu. C’est juste.
Et c’est ce que nous voulons. C’est ce que... C’est ce dont le monde a besoin. C’est juste, mon ami chrĂ©tien.
Remarquez, il y avait aussi une lumiĂšre lĂ  Ă  l’intĂ©rieur. Or, dehors dans le parvis extĂ©rieur, lĂ  dans l’assemblĂ©e, l’assemblĂ©e ordinaire, ils avaient les Ă©toiles, ils avaient la lune.
Je dois me dĂ©pĂȘcher, mais Ă©coutez cette derniĂšre remarque. Maintenant, j’aimerais vous parler Ă  coeur ouvert.
E-53 LĂ  Ă  l’extĂ©rieur, quelle lumiĂšre les gens avaient-ils? Ils avaient la lumiĂšre des Ă©toiles la nuit, la lumiĂšre de la lune. Ils avaient la lumiĂšre du soleil. N’importe quel genre de nuage pouvait venir et tout dĂ©ranger. Ils ne pourraient pas voir comment marcher. La nuit, parfois les nuages cachent la lune et les Ă©toiles. Et le jour, le soleil pourrait ne pas briller pendant des jours et des semaines. C’est le genre d’expĂ©rience qu’on a lĂ  dehors. C’est juste.
Que de petits ennuis surviennent, et vous rĂ©trogradez, vous vous en allez lĂ -bas, et vous allez d’une Ă©glise Ă  une autre, vous emmenez votre lettre d’adhĂ©sion d’un lieu Ă  un autre. «Et je n’irai plus chez les baptistes, car je vous assure, je n’aime vraiment pas ce qui se passe lĂ -bas.»
Et si les mĂ©thodistes vous maltraitent, vous courez chez les pentecĂŽtistes, et ensuite, de lĂ  vous allez chez les nazarĂ©ens. Voyez-vous? Vous vivez dans le parvis extĂ©rieur. Juste n’importe quelle petite chose, des lumiĂšres mondaines peuvent vous arrĂȘter.
Bien, venez alors, vous dites: «Non, je suis allĂ© plus loin que cela, FrĂšre Branham. J’ai goĂ»tĂ© le Seigneur. Je sais qu’Il est bon.» C’est bien. TrĂšs bien, alors vous ĂȘtes au premier autel. Vous ĂȘtes dans le lieu saint.
Mais, souvenez-vous, on y trouvait aussi de la lumiĂšre. Mais elle Ă©tait artificielle. Il y avait un chandelier Ă  sept lampes pour Ă©clairer. Parfois ces lumiĂšres baissaient. Parfois elles fumaient. Vous savez ce que c’est qu’une lampe; parfois cela s’éteignait.
E-54 Et c’est ce qu’il en est de ce genre de lumiĂšre. Lorsque vous vivez ici Ă  l’extĂ©rieur et que vous dites: «Eh bien, je–je crois bien, mais je ne peux simplement pas aller jusqu’au bout avec tout ceci, et je ne crois pas ceci et cela. Je crois tellement, que si mon Ă©glise n’enseigne pas cela, eh bien, je ne peux pas l’accepter.» Voyez-vous, vous dĂ©gagez la fumĂ©e. A la moindre chose qui apparaĂźt, votre cheminĂ©e est toute remplie de fumĂ©e, et bien vite, la lumiĂšre s’éteint.
Mais regardez Ă  l’intĂ©rieur. Oh! frĂšre, l’homme qui y entrĂ© est une fois... Pourquoi y est-il entrĂ©... Il... Toutes les lumiĂšres terrestres, toutes les lumiĂšres artificielles sont Ă©teintes pour lui. Et la seule lumiĂšre qu’il avait, c’était... Sous les ailes des chĂ©rubins, c’était la lumiĂšre de la Shekinah, une trĂšs douce et sainte LumiĂšre qui ne s’éteignait jamais. Peu importe combien le soleil brillait, combien les lampes brillaient, quoi que ce soit d’autre, celui qui vivait dans cette PrĂ©sence marchait dans cette LumiĂšre jour et nuit.
E-55 C’est lĂ  qu’il nous faut ĂȘtre. Peu importe ce qu’est votre expĂ©rience... Que vous ayez des chagrins, que vous ayez des ennuis, que vous ayez des inquiĂ©tudes, que vous ayez ceci, ou cela, vous marchez toujours dans la LumiĂšre de Dieu. Vous vivez dans la gloire de la Shekinah, vous vivez lĂ  oĂč JĂ©sus est prĂ©sent, car «toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu». Et vous L’aimez, et vous marchez dans cette sereine, douce, agrĂ©able et humble vie chrĂ©tienne. N’aimeriez-vous pas marcher comme cela?
Il n’y a pas une personne qui n’aimerait pas vivre lĂ -dedans. Et, mes amis, c’est lĂ  que vous devriez vivre. Si vous dĂ©sirez connaĂźtre le secret de ce–de la vie, si vous dĂ©sirez savoir pourquoi ces choses sont... Un jour, par la grĂące de Dieu, Il m’a fait entrer lĂ -dedans. C’est juste. C’est ce qui fait cela. Il n’y a rien en vous-mĂȘme. Vous ne vivez plus pour vous-mĂȘme. Vous vivez pour d’autres.
E-56 Aujourd’hui, j’observais ma petite photo qu’on distribuait ici. Je l’ai regardĂ©e, je me suis dit: «Oh! la la!» J’ai observĂ© mon Ă©pouse et je me suis dit, j’ai dit: «Oh! la la! chĂ©rie, regarde par ici. Je suis vraiment un vieil homme, n’est-ce pas?» J’ai dit...
Je me souviens qu’il y a juste quelques annĂ©es... Eh bien, ça ne semble pas remonter Ă  quelques annĂ©es, j’avais l’air d’un jeune garçon. Je me souviens que j’avais l’habitude de me tenir lĂ  et de peigner cette tignasse de cheveux noirs. Et ma femme m’a dit, il n’y a pas longtemps, elle a dit: «Billy, tu deviens chauve, chĂ©ri.»
J’ai dit: «Mais, chĂ©rie, tu sais quoi? Je n’en ai pas perdu un seul.»
Elle a dit: «Tu n’en as pas perdu?»
J’ai dit: «Non.»
Elle a dit: «OĂč sont-ils?»
Et j’ai dit: «J’aimerais te poser une question. OĂč Ă©taient-ils avant que je les aie? LĂ  oĂč ils Ă©taient alors, c’est lĂ  qu’ils sont maintenant, en train de m’attendre. Un glorieux jour mon Seigneur viendra, et tout... Je redeviendrai jeune.»Je vis. J’ai traversĂ© le voile fendu, LĂ  oĂč les gloires ne faillissent jamais. Nous vivons dans la PrĂ©sence du Roi. AllĂ©luia! Je suis sur l’autel, sanctifiĂ©. (Oh! gloire Ă  Son Nom!) J’ai traversĂ© le voile fendu, LĂ  oĂč les gloires ne faillissent jamais, Car nous vivons dans la PrĂ©sence du Roi.
E-57 Un glorieux jour... Ce vieux corps qui est le mien est en train de dĂ©pĂ©rir. Vous les petites mĂšres et les petits papas grisonnants lĂ -bas, il y a quelques annĂ©es vous vous ĂȘtes avancĂ©s ici Ă  l’autel, une petite chĂ©rie, une belle jeune fille. Mais la nature... Vous pouvez voir comment cela disparaĂźt. Mais un de ces glorieux jours JĂ©sus viendra de la PrĂ©sence de Dieu, et tout ce que nous Ă©tions dans notre meilleure forme, nous y retournerons et nous serons avec Lui Ă©ternellement. AllĂ©luia!
De quoi ces corps sont-ils faits? D’un peu de lumiĂšre cosmique, de quelques atomes, de pĂ©trole, et ainsi de suite, rĂ©unis, que Dieu a tirĂ© de la poussiĂšre de la terre, et Il a peint un tableau. Et nous vivons seulement dans le nĂ©gatif maintenant. Un glorieux jour la mort dĂ©veloppera la photo, et nous retournerons dans un nouveau corps glorifiĂ©, pour ne plus jamais vieillir, ne plus jamais tomber malade, ne plus jamais avoir de chagrin.
Il vous incombe, frĂšre, d’entrer dans le parvis du voile, de vous couper du monde qui est autour de vous, et de vous consacrer Ă  Christ, pour mener une vie consacrĂ©e. Ne le croyez-vous pas? Certainement, c’est la vĂ©ritĂ©.
Oh! ça c’est la vie qu’il faut vivre. Combien ici dans la salle diront: «FrĂšre Branham, par la grĂące de Dieu j’aimerais mener ce genre de vie.»? Levez la main: «J’aimerais mener ce genre de vie.» Que Dieu vous bĂ©nisse. Je crois que c’est ce qu’il nous faut, pas vous?
E-58 Prions. Notre PĂšre cĂ©leste, alors que nous voyons le jour approcher, nous savons que cette vie, que les fils sont fragiles. Nous marchons dessus. Beaucoup d’entre nous sont dĂ©jĂ  arrivĂ©s au sommet de la colline, pour voir le coucher du soleil. Il gĂšle aux sommets.
Alors que je regarde cette assistance ce soir, je vois beaucoup de frĂšres et de soeurs grisonnants assis ici, sachant qu’encore quelques jours et nous allons traverser. Il y a des jeunes gens assis ici, Seigneur, qui vont les prĂ©cĂ©der. Et ensuite, Seigneur, en cette petite fraction de temps, tout sera changĂ©. Alors ce sera l’éternitĂ©, et nous devrons nous tenir dans Sa PrĂ©sence pour rendre compte de cette vie.
Ô JĂ©sus, c’est Toi qui nous as donnĂ© ces corps. Tu les as consacrĂ©s, nous Te les avons consacrĂ©s. Mais, Seigneur, je Te prie ce soir de prendre chaque personne ici Ă  l’intĂ©rieur du voile ce soir, de les faire traverser, loin des diffĂ©rends, des diffĂ©rents systĂšmes d’églises et dĂ©nominations, et des choses secondaires. Et, PĂšre, puissent-ils entrer dans Ta glorieuse PrĂ©sence et vivre dans la LumiĂšre divine du Seigneur JĂ©sus. Accorde-le, Seigneur. Que chaque Ăąme ici soit consacrĂ©e Ă  Dieu, nous le demandons au Nom de JĂ©sus.
E-59 Et je me demande, pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es maintenant, si quelqu’un aimerait s’avancer carrĂ©ment ici maintenant Ă  cet autel, se tenir juste ici avec moi dans cette sciure de bois ce soir, pendant que l’orgue est en train de jouer. Juste pour dĂ©marrer la rĂ©union. Dites: «FrĂšre Branham, avec l’aide de Dieu, ce soir je me consacre, et je vais prier maintenant mĂȘme pour que Dieu me donne cette vie cachĂ©e en Lui, pour que je cesse de prĂȘter attention aux choses du monde, de prĂȘter attention aux autres et aux petits diffĂ©rends qui surgissent dans l’église. Et j’aimerais venir Ă  Lui lĂ  oĂč je peux rĂ©ellement vivre pour Lui.» Voulez-vous approcher ici et vous tenir autour de l’autel pour un mot de priĂšre? Si vous voulez bien le faire.
Que Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre. C’et bien. C’est bon. Avancez-vous carrĂ©ment ici, dites: «Je suis prĂšs ce soir. Je vais offrir une priĂšre pour que Dieu–Il consacre ma vie ce soir pour m’amener derriĂšre le voile intĂ©rieur. Je viens maintenant mĂȘme pour le Lui demander.» Et je suis sĂ»r qu’Il le fera. Que le Seigneur vous bĂ©nisse. C’est merveilleux. Oh! pendant que vous vous avancez donc maintenant pour une vie consacrĂ©e...
E-60 Mon ami, s’Il exauce ma priĂšre pour ouvrir les yeux de l’aveugle, faire marcher le boiteux, faire parler le muet... Je L’ai vu ressusciter des morts trois ou quatre personnes. Je ne suis pas un fanatique. Vous le saurez plus tard. Je vous dis seulement la vĂ©ritĂ©, parce que je suis responsable devant Dieu. Il exaucera certainement ce soir pour cette vie consacrĂ©e.
Regardez cette foule. J’aimerais vous rencontrer, frĂšre; j’aimerais vous rencontrer, soeur, dans un pays meilleur que celui-ci. Et aussi certain que je suis un ministre et que je me tiens ici, vous ĂȘtes mon frĂšre et ma soeur lorsque vous vous tenez lĂ  dĂ©sirant une marche plus intime avec Dieu, pourquoi ne vous l’accorderait-Il pas? Il l’a promis. Il a dit que vous le pouvez. Maintenant c’est Ă  nous de nous dĂ©cider, n’est-ce pas? C’est Ă  nous de croire. Je crois qu’Il le fera maintenant. Je crois qu’Il accordera Ă  chacun de vous une nouvelle vie.
E-61 Oh! la la! Ă©coutez simplement, la moitiĂ© de l’assistance se tient ici Ă  l’autel, un grand groupe sur le reste continue Ă  venir pour une priĂšre de consĂ©cration, pour donner nos vies, pour nous abandonner. «Seigneur, j’en ai assez de devoir prier avec ferveur chaque jour. Je dĂ©sire rĂ©gler complĂštement cela. Je dĂ©sire entrer maintenant dans le parvis intĂ©rieur. Je passe derriĂšre le voile ce soir. J’y entre avec Toi. Peu m’importe tout ce que quelqu’un d’autre dit. J’entre, Seigneur. Et je vais demeurer Ă©ternellement ici dans Ta PrĂ©sence. Je ne veux pas de ce qui ressemble au monde. Je dĂ©sire une vie consacrĂ©e en Toi. Je veux que ma vie commence maintenant mĂȘme dans ce rĂ©veil. Et lorsque ce rĂ©veil Ă©clatera dans quelques jours, que les boiteux vont se mettre Ă  marcher et les aveugles Ă  voir, et que les tĂ©moignages retentiront partout dans le pays, je veux y avoir part. Et maintenant, je consacre ma vie. Peut-ĂȘtre que Tu m’utiliseras durant ce rĂ©veil.» Il va vous prendre. Vous pouvez ĂȘtre utilisĂ© autant qu’un prĂ©dicateur ou que n’importe qui d’autre. Certainement.
E-62 Y a-t-il un ami pĂ©cheur ici ce soir qui aimerait s’avancer et dire: «Ô Dieu, je viens maintenant donner aussi ma vie.» Je dĂ©sire faire venir chaque pĂ©cheur qu’il y a ici. Y a-t-il un pĂ©cheur qui aimerait lever sa main, pour dire: «Priez pour moi, frĂšre. Je n’ai pas le courage de venir, mais j’aimerais que vous priiez.» Il y en a beaucoup qui se tiennent autour de l’autel et qui lĂšvent leurs mains, les pĂ©cheurs qui sont venus pour donner leurs vies Ă  Christ. Y a-t-il encore quelqu’un lĂ  derriĂšre dans l’assistance, qui est un pĂ©cheur? Presque les deux tiers des gens sont autour de l’autel. Voulez-vous venir?
Chantons Tel que je suis, s’il vous plaüt, mon frùre. Trùs bien, quelqu’un d’autre.
Tel que je suis, sans aucune défense,
Sinon que Ton Sang fut versé pour moi,
Et Tu m’invites à venir à Toi,
Ô Agneau de Dieu, je viens. Je viens.
E-63 Maintenant, mon bien-aimĂ© ami, vous voici ici Ă  l’autel de Dieu ce soir.
Une fois des lĂ©preux Ă©taient couchĂ©s devant la porte de Samarie. Ils Ă©taient assiĂ©gĂ©s par les Syriens. Et il n’y avait rien Ă  manger dans la ville. Ils mangeaient les enfants les uns des autres, parce qu’ils avaient pĂ©chĂ© et s’étaient dĂ©tournĂ©s de Dieu. L’armĂ©e syrienne les avait obligĂ©s de s’y retrancher. Ils ne pouvaient pas aller dans cette direction. S’ils le faisaient, ils mouraient. Ils ne pouvaient pas rester sur place plus longtemps, parce qu’ils allaient mourir. Ils n’avaient qu’un seul espoir, c’était de descendre au camp des Syriens. Si ceux-ci leur Ă©pargnaient la vie, ils allaient vivre. Sinon, ils allaient mourir de toute façon.
Alors ils se sont tournĂ©s et sont allĂ©s en direction du camp des Syriens, de l’ennemi. Et Dieu les a rĂ©compensĂ©s. Il a produit un grand bruit qui venait du dĂ©sert, et cela a fait fuir tous les Syriens. Non seulement ces lĂ©preux se sont sauvĂ©s eux-mĂȘmes, ils ont aussi sauvĂ© la ville toute entiĂšre. Maintenant, ce soir beaucoup d’entre vous qui sont assis ici sont des pentecĂŽtistes qui ont fait de grandes expĂ©riences du parler en langues, du baptĂȘme et ainsi de suite, mais qui cependant ne sont jamais entrĂ©s dans cette vie consacrĂ©e. Vous avez encore de la place lĂ . Voyez-vous, vous mangez la manne. J’aborderai cela avec plus de dĂ©tails demain soir, parce que je traite facilement avec cela, parce que je comprends le terrain sur lequel je me tiens.
E-64 Mais maintenant... Voyez-vous, vous arrivez Ă  un point. Maintenant, vous comprenez qu’il y a un endroit cachĂ© en Christ, oĂč vous pouvez ĂȘtre cachĂ©, de sorte que vous aimez tous vos ennemis. Il y a quelque chose dans cela qui fait que vous voulez que les gens vous aiment; vous voulez ĂȘtre aimable. Et si vous voulez que les gens soient aimables, vous devez vous-mĂȘme ĂȘtre aimable. Et vous ne pouvez pas ĂȘtre... Si vous faites semblant, cela ne marchera pas. Cela ne marchera pas. Les gens le sauront. Vous ne pouvez pas imiter quelque chose. Ne faites pas semblant de croire.
C’est cela le problĂšme de notre pays aujourd’hui. Il y a trop de soi-disant croyants, et tout simplement d’oeuvres religieuses. Il y a trop de gens qui font semblant de croire, qui essaient d’imiter le christianisme, qui essaient de se conduire comme des chrĂ©tiens. Cela ne marchera pas, mon ami. Dieu le sait; le diable le sait; et les gens le savent. Vous devez ĂȘtre authentique. Vous devez ĂȘtre authentique. Dieu honorera cela.
Vous ne croĂźtrez peut-ĂȘtre pas comme un champignon, mais je prĂ©fĂ©rerais toujours ĂȘtre un chĂȘne plutĂŽt qu’un champignon. Venez doucement. Venez calmement. Enfoncez et fixez vos racines comme il faut, ensuite vous pouvez avancer.
E-65 Maintenant, ce soir, en tant que votre frĂšre et votre serviteur dans le Seigneur JĂ©sus, je vais vous demander quelque chose. Faites ceci vous-mĂȘme et sincĂšrement. Venez au Seigneur JĂ©sus et dites: «Ô Dieu, Tu connais ma faute. Tu sais que j’ai ces petites choses que je dois combattre chaque jour, et j’ai du mal Ă  le faire. C’est pourquoi je me tiens ici.»
Vous pĂ©cheurs qui n’ĂȘtes jamais venus Ă  Christ auparavant, venez Ă  Lui, dites: «Seigneur, me voici. Je suis la verge d’Aaron. Je ne vaux rien; mais Seigneur, je vais m’étendre juste Ă  Tes pieds ce soir.» Observez les fleurs commencer Ă  bourgeonner. Observez les fruits commencer Ă  pousser.
E-66 Maintenant, dites-le sincĂšrement du fond de votre coeur, et Dieu fera entrer chacun de vous ce soir directement dans Son Royaume, et consacrera vos vies. Cela pourrait arriver Ă  cet instant mĂȘme. Je le crois.
Je ne suis pas une personne... Je ne suis pas Ă©motif; je ne suis pas du genre excitĂ©. Je crois dans une religion du Saint-Esprit solide et saine. C’est juste. C’est tout simplement pur et saint. C’est vrai, frĂšre. Et c’est ce que je suis venu enseigner ici. C’est ce que je suis venu prĂ©senter ici.
E-67 Je veux que vous veniez comme cela ce soir au Seigneur JĂ©sus, et que vous disiez: «Seigneur, je veux entrer. Maintenant, Tu m’as donnĂ© ce tabernacle, et je l’ai Ă©levĂ© jusqu’à la justification, et j’ai adhĂ©rĂ© Ă  l’église. Eh bien, je n’ai pas encore Ă©tĂ© consacrĂ©. Seigneur, je suis venu et j’ai essayĂ© de mener une vie d’église, mais j’ai eu mes hauts et mes bas. Maintenant je dĂ©sire entrer dans cet endroit consacrĂ©. Entre, Seigneur. Fais-moi sortir du monde, ce soir. Fais tomber les rideaux autour de moi et laisse-moi me cacher avec Toi ici dans Ta gloire de la Shekinah, oĂč la gloire du Seigneur brille.»
Et Ă©coutez, mes amis, combien parmi vous ont dĂ©jĂ  vu la photo de l’Ange du Seigneur, qu’on avait prise juste ici dans les rĂ©unions? Je pourrais peut-ĂȘtre l’avoir ici dans quelques jours.
Dieu est mon Juge, et vous savez que je–je... Je vous dis la vĂ©ritĂ©. Ce mĂȘme Seigneur JĂ©sus... J’ai du mal maintenant mĂȘme pour m’éloigner de l’onction, de cette onction pour m’occuper de la guĂ©rison, car il y a un malade qui est juste ici derriĂšre, dont l’état est trĂšs trĂšs critique. Et je vois cela maintenant mĂȘme. Et cette LumiĂšre de Dieu, que vous voyez dans la photo que mĂȘme le–l’association amĂ©ricaine des photographes a amenĂ©e Ă  Washington DC, sous copyright, est ici maintenant mĂȘme. C’est la vĂ©ritĂ© absolue. C’est vrai. Ça se trouve juste ici. Je–je le sais. Vous dĂ©couvrirez plus tard au courant de la semaine que je vous dis la vĂ©ritĂ©.
E-68 Maintenant, inclinons la tĂȘte humblement, et chacun de vous maintenant, humblement, raisonnablement, abandonnez-vous tout simplement au Seigneur JĂ©sus. Dites: «Ce soir, Seigneur, je promets. Je viens, je vais Te servir Ă  partir de ce soir. Je vais cacher ma vie. Fais-moi entrer, Seigneur, et place-moi sous la gloire de la Shekinah.»
E-69 Maintenant, PĂšre cĂ©leste, alors que moi, Ton serviteur, j’amĂšne ces gens, Tes prĂ©cieux et aimables enfants, qui se tiennent autour de l’autel... Comment pouvaient-ils venir s’ils n’avaient pas faim? Si vous avez faim, il y a quelque chose qui produit cette faim, la profondeur appelle la profondeur. Il y a quelque chose en eux qui dit: «Il existe une autre sorte de vie. Il y a davantage de Dieu.» Et aussi sĂ»r que la faim est lĂ -dedans, il y a une profondeur pour rĂ©pondre Ă  cela. Il y a davantage de Dieu qu’ils peuvent recevoir.
Et, PĂšre, n’aimerais-Tu pas les faire entrer maintenant dans les parvis intĂ©rieurs ce soir, chacun d’eux, par Tes tendres soins. Ils ont la tĂȘte inclinĂ©e. Ils se tiennent ici en train de se consacrer. Ils T’aiment, Seigneur JĂ©sus, ils ont des choses qu’ils dĂ©sirent vaincre. Accorde-le maintenant mĂȘme, Seigneur.
E-70 Avec Tes bras Ă©tendus, apparais Ă  chacun d’eux, et fais-les entrer dans les parvis de Dieu maintenant. Et puissent-ils ĂȘtre consacrĂ©s Ă  partir de ce soir. Que le Saint-Esprit, dans la Gloire, les couvre tous maintenant de Son ombre et place dans leur coeur cette disposition profonde, stable et douce, oh! afin qu’ils puissent vivre avec Dieu: une disposition, un changement de nature, qui fera qu’ils T’aiment, qu’ils ne doutent pas de Toi, mais qui fera qu’ils continuent Ă  vivre pour Toi, Ă©tant consacrĂ©s et remplis de Ton Esprit. Ô Dieu, que cela soit rĂ©glĂ© dans chaque coeur qui est ici ce soir, pendant qu’ils sont en train de prier. Nous T’aimons, JĂ©sus.
Et Tu nous as invitĂ©s Ă  venir. Tu as dit: «Venez, demandez ce que vous voulez Ă  Mon PĂšre. Demandez-le en Mon Nom; Je vais vous l’accorder. Je vais vous l’accorder.» C’est ce que Tu as dit. Et, Seigneur, Tu dois tenir Ta Parole; Tu es Dieu. Et nous venons, et nous demandons, et nous recevrons cela, parce que Tu as dit que Tu nous l’accorderais. Et maintenant, nous le croyons et nous l’acceptons avec le bras de la foi, des yeux embuĂ©s de larmes, des mains levĂ©es, des coeurs consacrĂ©s, nous acceptons la nouvelle Vie, la puissance du Saint-Esprit, le lieu cachĂ©, la gloire de la Shekinah, le baptĂȘme d’amour, la puissance et le service. Nous recommandons cela, Seigneur, nous acceptons cela au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu.

En haut