ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication LES CINQ JONCTIONS DU TEMPS / 56-0122 / Sturgis, Michigan, USA // SHP 1 hour and 54 minutes PDF

LES CINQ JONCTIONS DU TEMPS

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 ...cet apr√®s-midi, la petite √©glise, ce petit auditorium que nous avons transform√© en √©glise pour ces r√©unions, nous prions que Tes b√©n√©dictions reposent sur nous au Nom de J√©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir. Et bonsoir √† vous tous. Je suis tr√®s heureux d'√™tre de nouveau ici aujourd'hui, au service du Seigneur J√©sus pour Le louer et Lui rendre des actions de gr√Ęce pour tout ce qu'Il a fait pour nous, je suis tr√®s heureux pour √ßa. Eh bien, c'√©tait pour moi un grand privil√®ge de r√©pondre √† l'invitation de notre bien-aim√© fr√®re Jackson. Et je suppose que le plus grand nombre des gens qui se trouvent ici, viens de l'√©glise de fr√®re Jackson. Et j'aimerais remercier chacun de vous pour ce que vous avez √©t√© et ce que vous avez repr√©sent√© pour nous. Il y a quelque temps...
E-2 G√©n√©ralement, l'organisation de nos r√©unions repose sur la pleine collaboration de toutes les √©glises. L'unique possibilit√© pour nous de venir pour une campagne de gu√©rison, c'est quand toutes les √©glises collaborent ensemble. L'organisateur arrive dans une ville, il r√©unit toutes les √©glises, alors elles louent un endroit. Et pendant ce temps, elles n'ont pas toutes des r√©unions en cours, et ils se rassemblent tous pour la r√©union. Apr√®s cela donc, des milliers affluent. Parfois, nos r√©unions ici m√™me en Am√©rique ont eu vingt cinq mille personnes √† la fois. Et des milliers de gens se rassemblent. Gr√Ęce √† cela, des p√©cheurs viennent et sont sauv√©s. Alors, les pr√©dicateurs, qui collaborent, s'assoyent sur l'estrade, chacun d'eux sait, apr√®s que l'appel √† l'autel a √©t√© fait, et ils prennent ces gens et les invitent √† leurs √©glises, qui sont dans les parages. Ainsi ... Eh bien, en venant cette fois-ci, nous sommes venus, sous le parrainage de cette seule petite √©glise pour - pour avoir communion avec fr√®re Jackson. J'aime fr√®re Jackson. Je ne pense pas qu'il soit pr√©sent, mais je - j'aime fr√®re Jackson, c'est un tr√®s brave homme. Et je suis tr√®s content de savoir que vous avez un pasteur comme lui. Je ne sais pas beaucoup de choses √† son sujet, mais je - j'ai appris √† l'aimer juste pendant le peu de temps que j'ai fait sa connaissance.
E-3 Fr√®re Beeler, il est - il est assis ici maintenant, au balcon √† ma gauche ; il √©tait ici et il a tenu une r√©union, je pense, √† l'√©glise de fr√®re Jackson. Il est revenu et il m'a parl√©, disant : "Si jamais on a rencontr√© un groupe de braves gens, c'est l√† √† Michigan. " Et puis, il y a eu un fr√®re qui est pass√© par l√†, une fois, qui est pass√© par chez moi ; j'oublie son nom maintenant m√™me, je suis d√©sol√©, un tr√®s bon fr√®re. Et il m'a apport√© certains produits √† ma - l√† √† la maison, provenant de sa ferme et tout, c'√©tait tr√®s bien, vraiment... j'appr√©cie vraiment ces choses-l√†. Je suis revenu... je revenais de Suisse et de l'Allemagne, o√Ļ nous avions tenu une s√©rie de merveilleuses r√©unions, une centaine de milliers de convertis en deux semaines, en Allemagne. Et nous avons vraiment pass√© un moment tr√®s merveilleux. Le Seigneur nous a tellement b√©nis. Je suis revenu et je suis all√© en Californie, j'ai eu une courte p√©riode de repos avant que je reprenne maintenant vers l'Ouest.
E-4 Fr√®re Jackson est venu et a dit : "Fr√®re Branham, pourquoi ne pas venir chez nous maintenant ? " Eh bien, en me demandant comme √ßa, c'est √† peine si je pouvais dire non √† fr√®re Jackson. Il a dit : "Eh bien... " J'ai dit : "Fr√®re Jackson, je... Voulez-vous dire une campagne de gu√©rison, avec la collaboration de tous les pr√©dicateurs et toutes les √©glises ? " Et il a dit : "Non, Fr√®re Branham, ce qu'il y a √† faire, c'est juste venir... " J'ai dit : "Je viendrai √† votre petite √©glise. " Il a dit : "Eh bien, nous n'offrons que peu de places assises." Il a dit : "Nous louerons l'auditorium de l'√©cole. " J'ai dit : "Eh bien, si vous allez venir l√†, nous allons prolonger le temps, d'une soir√©e √† trois ou quatre soir√©es. " Je suis donc venu pour le vendredi, le samedi et le dimanche. Et c'est ce que nous avons donc fait, les choses √©tant donc ainsi... D'habitude, les √©glises ne tiennent pas de r√©unions le vendredi soir ou le samedi soir, mais elles en ont le dimanche matin et le dimanche soir. Par cons√©quent, je n'aurai pas √† interrompre la r√©union d'un quelconque fr√®re (Voyez ?), n'importe quel service... Je suis juste venu pour la communion, l√† o√Ļ tout le monde peut venir, en effet j'ai toujours √† cŇďur d'avoir communion avec chaque homme qui croit en J√©sus-Christ, sans tenir compte de quoi que ce soit. Ses pens√©es peuvent ne pas s'accorder avec les miennes, mais nous n'en ferons jamais mention. Nous... Nous croyons qu'il est un fr√®re tant qu'il croit que J√©sus-Christ est son Sauveur. Peu importe qu'il soit presbyt√©rien, m√©thodiste, baptiste, pentec√ītiste, de la science chr√©tienne, catholique romain, quoi qu'il soit, cela m'importe peu tant qu'il est un enfant de Dieu, il est mon fr√®re. Et je crois cela. Et je ne mettrais pas un obstacle sur la voie d'une d√©nomination.
E-5 Je reste interd√©nominationnel, depuis que j'ai √©t√© ordonn√© dans l'Eglise baptiste missionnaire, avec laquelle j'ai toujours une pleine communion. Et mes - mes... Certains de mes fr√®res baptistes √©taient assis ici m√™me l'autre soir et tout, ils veulent parrainer une s√©rie de r√©unions par ici, une petite - dans la contr√©e, un peu, les baptistes. J'ai des r√©unions. Je ne viendrai pas tout bonnement pour les baptistes seuls. Il faut que √ßa soit eux tous ensemble, tout le monde. Et, √† propos, beaucoup de gens ont dit : "Eh bien, Fr√®re Branham, vous √™tes... Mais nous pensions que vous √©tiez pentec√ītiste. " Eh bien, une fois, je pr√™chais dans - dans Roberts Auditorium, √† Little Rock, dans l'Arkansas. Il y avait l√† un bien-aim√©, un vieux fr√®re, qui s'√©tait servi des b√©quilles pendant des ann√©es, et il vendait des crayons au coin. Et ce soir-l√†, pendant que je tenais le service de gu√©rison, sa foi s'est attis√©e et le Seigneur l'a appel√©, il a ramass√© ses b√©quilles et s'est mis √† courir dans la salle. Et le lendemain, il a parcouru toute la ville avec ses b√©quilles et un √©criteau l√†-dessus : "Ces vieilles compagnes, je n'en ai plus besoin. " Oh, il se tapait un grand moment.
E-6 Alors, je me suis mis √† pr√™cher. Il y avait alors quatre ou cinq mille personnes environ assises l√†, et il a dit - et il a dit : "Juste un instant, Fr√®re Branham ", il √©tait tr√®s heureux. Il a dit : "Je ne comprends pas √ßa. " J'ai dit : "Qu'est-ce, fr√®re ? " Et il a dit : "Quand je - je vous ai entendu pr√™cher, je me suis dit que vous √©tiez assur√©ment nazar√©en ", en effet, lui √©tait nazar√©en. Voyez? Il a dit : "Je me suis dit que vous √©tiez assur√©ment un nazar√©en, d'apr√®s votre fa√ßon de pr√™cher. " Et il a dit : "J'ai regard√© tout autour, presque eux tous ici sont pentec√ītistes. Alors je me suis dit que peut-√™tre vous √©tiez pentec√ītiste. Et maintenant, quelqu'un me dit que vous √™tes baptiste. " Il a dit : "Je ne comprends pas √ßa. " J'ai dit : "Oh, c'est facile. " J'ai dit : "Je suis un baptiste, nazar√©en, pentec√ītiste. "C'est juste √ßa donc ... C'est juste √ßa. Nous avons tous en effet √©t√© baptis√©s dans un seul Esprit, pour former un seul Corps. C'est vrai. Que vous soyez pentec√ītiste, nazar√©en ou baptiste, ou quoi que vous soyez. Dans un seul Esprit, le Saint-Esprit, Dieu, par Sa gr√Ęce souveraine nous fait entrer dans un seul Corps ; c'est le Corps des croyants, J√©sus-Christ. Et je suis tr√®s reconnaissant pour cela aujourd'hui ; de savoir que j'ai le privil√®ge d'√™tre dans ce Corps-ci, d'√™tre votre fr√®re, de venir ici passer ce petit moment de communion avec vous.
E-7 j'aimerais remercier fr√®re Jackson et son √©glise, ainsi que - ainsi que des visiteurs qui sont parmi nous. Si vous n'√™tes pas tous membres de l'√©glise de fr√®re Jackson, nous vous remercions certainement ; ces pasteurs-ci et les autres qui sont ici. Je suis pass√© il y a quelques instants et... Je ne... Je pense que l'√©glise de fr√®re Jackson s'appelle People's Church, People's Church. J'en ai vu une ici, appel√©e Full Gospel. Je sillonnais en voiture par ici et j'en ai vu une par ici, appel√©e Assemblies of God. Et je sais qu'ils sont tous des gens du Plein Evangile. Et je vous appr√©cie tous. Et toutes les autres √©glises, les m√©thodistes, les presbyt√©riens ou quoi que vous soyez... Voyez ? Nous vous voyons, et nous vous aimons. Maintenant, une chose que vous pouvez faire pour moi : Je vais bient√īt me retrouver dans de tr√®s grandes r√©unions outre-mer. Et je - je prie que Dieu puisse placer - ou plut√īt qu'Il me mette sur vos cŇďurs, de sorte que vous priiez pour moi pendant que j'essaye de gagner des √Ęmes pour Christ.
E-8 Je n'oublierai jamais ce que le surveillant g√©n√©ral de l'Eglise baptiste m'a dit le soir o√Ļ j'avais re√ßu mon appel par une vision et que je devais aller prier pour les malades. Il a dit : "Billy, tu as eu un cauchemar. Qu'avais-tu pris avant que tu - ce soir-l√† comme souper ? " J'ai dit : "Docteur Davis, je n'appr√©cie pas cela. " J'ai dit : "Si tu ne peux pas accepter √ßa... " J'ai dit : "C'est Dieu qui l'a dit. Et Il... √ßa - √ßa se fera. " Il a dit : "Penses-tu que les gens, les rois, les potentats, et les monarques vont √©couter un gars qui a une instruction de l'√©cole primaire ? " J'ai dit : "C'est ce qu'Il a dit. " Il a dit : "Billy, je pense que tu as besoin du repos. " J'ai dit : "Tr√®s bien, Docteur Davis, voici ma carte de membre. " Il a dit : "Oh, n'aie pas de telles pens√©es, fils. " Il a dit : "Eh bien, rentre vite √† la maison et reposes-toi pendant quelques jours. Je pense que tu te sentiras mieux. " (Comme cela.) Mais je n'ai rien contre l'Eglise baptiste, elle est toute aussi bonne que les autres. Elles sont toutes dans un tr√®s grand tas, et la r√©alit√© c'est que, Dieu ne va jamais... Vous n'irez jamais au Ciel sur base de ce que vous √™tes soit baptiste, m√©thodiste, presbyt√©rien, ou n'importe quoi. Vous irez au Ciel du fait que vous √™tes chr√©tien, peu importe l'√©glise dont vous √™tes membre.
E-9 Dieu ne reconna√ģtra jamais une organisation, Il ne l'a jamais fait. Cela n'a jamais √©t√© Son plan. Il n'a jamais eu d'organisation, Il n'a jamais plac√© les gens dans une organisation, √† aucun moment. C'est l'homme qui a fait cela. C'est vrai. La premi√®re organisation, c'est l'√©glise m√®re, catholique. De l√† sont sortis les luth√©riens, de l√† sont sortis les m√©thodistes, de l√† sont sortis ainsi de suite, ainsi de suite, ainsi de suite jusqu'aux derniers et les pentec√ītistes, et les autres dans ces derniers jours. C'est exact. L'Eglise catholique romaine est l'√©glise m√®re des organisations. Avant elle, il n'y avait pas d'organisation. Si donc vous √™tes une organisation et que vous ne dressiez pas une barri√®re et que vous ne condamnez pas les autres, et que vous puissiez tendre les mains par-del√† la barri√®re pour serrer la main √† quelqu'un d'autre, c'est tr√®s bien.
E-10 Lorsque j'√©tais pasteur l√†, au petit tabernacle baptiste, j'avais un bon ami, au sud de chez moi, √† New Albany, du nom de Johnson, c'√©tait un m√©thodiste. Voici donc le genre de communion que nous avions. Quand je recevais un converti dans mon √©glise, et qu'il me disait : "Fr√®re Branham, j'aimerais que tu m'asperges. " Il disait : "Je - je - je... ma m√®re est m√©thodiste, et je - je - j'ai grandi m√©thodiste. " Alors je disais : "Bon - bon, √©coutez, fr√®re, je vais vous dire quoi. Ceci est une Eglise baptiste, et je vais vous dire ce que nous allons faire. Vous √™tes un bon fr√®re. " Et je disais : "J'ai un bon fr√®re l√† √† - l√† √† l'Eglise m√©thodiste de Main Street, l√† √† New Albany, juste √† trois miles [1,86 km - N.D.T.] au sud d'ici o√Ļ nous sommes. C'est un merveilleux homme. " Et je disais : "Je vous demanderai d'aller l√†. Il vous aspergera. Et vous ferez un bon membre pour lui " ; en effet, jamais il ne ferait un bon membre pour mon √©glise. Certainement pas, en croyant cela. Je disais donc : "Mais, fr√®re Johnson est un brave homme. " Je disais : "Il fait un peu sec l√†-bas, oui, il n'y a pas beaucoup d'eau. Mais je vous assure, disais-je, c'est un homme de bien et c'est un chr√©tien... beaucoup de chr√©tiens dans l'√©glise. "
E-11 Quand il recevait un converti, il disait : "Fr√®re Johnson, je veux que vous me baptisiez. Ma famille √©tait baptiste. " Il disait : "Ecoutez, jamais vous ne ferez un bon membre pour moi. " Mais, disait-il, j'ai un bon ami, Billy, l√† au Tabernacle Baptiste, √† Jeffersonville. " Il disait : "Si vous y allez, disait-il, c'est un bon gar√ßon. " Mais, disait-il, il vous noiera. Il vous maintiendra sous l'eau jusqu'√† ce que la derni√®re bulle d'air remonte. " Voil√† donc le genre de communion √† laquelle les m√©thodistes et les baptistes aspiraient... du genre qu'avaient fr√®re Johnson et mon √©glise. Et nous devrions tous √©prouver de tels sentiments, absolument, en tant que chr√©tiens et fr√®res. Et nous aimons cela de tout notre cŇďur, et nous communions les uns avec les autres. Bon, souvenez-vous des r√©unions de partout. Et si je ne me trompe pas, ceci n'est-il pas plut√īt une colonie allemande par ici ? Pour moi, c'est comme... on dirait su√©dois ou allemand, je vois des gens tr√®s robustes et en bonne sant√©. √áa a l'air tr√®s bien. Et l'autre soir, je passais par ici, le concierge a dit qu'il est originaire de Finlande, que sa famille est originaire de Finlande. Je lui ai adress√© quelques paroles en finlandais. Et j'ai dit : "Kiitos " et "Jumalan rauhaa. " Alors, il m'a regard√©. "Kiitos ", √ßa signifie merci, et "Jumalan rauhaa ", que la paix de Dieu soit avec vous. " Et je pense donc que si je pronon√ßais quelques mots en allemand, il y aurait beaucoup des gens qui me comprendraient.
E-12 Dites donc, √† propos, en Allemagne, nous avions eu l'une des r√©unions les plus merveilleuses, si c'est une col - colonie al... des Allemands. Et vous savez, en tant qu'Am√©ricain... Et je pense, Dieu, par un seul Esprit, a fait de nous tous un seul peuple. Et partout o√Ļ vous allez, je... partout √† travers le monde, j'ai d√©couvert que partout o√Ļ il y a des chr√©tiens, ils sont tous pareils. Il n'y a pas de diff√©rence parmi eux, partout. Et comme nous avons men√© une forte guerre et tout en Allemagne, quand j'allais l√† pour la premi√®re fois, je me disais : "Oh ! la la, je parie que nous aurons beaucoup d'ennuis par ici. " Mais c'√©taient certainement les gens les plus gentils que j'aie jamais rencontr√©s. Ils m'ont trait√© en fr√®re. Et nous avons eu l√† une centaine de milliers de convertis. J'√©tais √† Hamburg, et - et √† Karlsruhe (c'est l√† que j'ai tenu ma grande r√©union, √† Karlsruhe), et puis je suis descendu √† Lausanne, et ensuite √† Zurich, en Suisse. Evidemment, un Suisse, c'est juste un Allemand. J'ai dit l'Allemand: il a une intelligence sup√©rieure, nous le savons. Il est tr√®s intelligent. Certains de nos plus grands hommes de science viennent de l'Allemagne. Et j'ai dit : "Mais le probl√®me de l'Allemagne, ce qu'ils ont un mauvais - mauvais - mauvais dirigeant, et ils cherchent √† fabriquer un fusil, ou une bombe qui - qui d√©truira le reste du monde, et eux deviendront les ma√ģtres du monde. " Et le Suisse, ai-je dit, eh bien, il est tout aussi intelligent, mais lui est all√© l√†, il a fait la paix, il a fabriqu√© une montre qu'il a vendue √† son voisin ", ils sont plut√īt pacifiques. C'est √† peu pr√®s ainsi que √ßa se passe. Mais laissez Christ venir vers eux, ils seront tous pareils. C'est vrai. Et j'appr√©cie certainement...
E-13 Oh! je me rappelle un soir, premi√®rement, il y a des communistes en Allemagne aujourd'hui, vous le savez tous. Et nous √©tions tr√®s proche de la zone communiste, qui est sous le contr√īle de la Russie. Et alors, ma toute premi√®re r√©union a attir√© l'attention de beaucoup de milliers de gens qui √©taient l√† le premier soir. Et alors apr√®s, le - oh, le - l'Eglise allemande r√©form√©e ou l'Eglise de l'Etat plut√īt, qui avait en fait √©t√© fond√©e par Zwingli, et non par Luther... Et - et nous √©tions bien en d√©saccord sur la doctrine de la - la Divinit√© supr√™me de J√©sus-Christ. Eh bien, en Suisse ils ne croient pas en cela. L'√©glise suisse ne croit pas cela. J'ai leurs propres manuels en anglais. Et ils disent que Zwingli a dit que J√©sus √©tait le fils de Joseph, appel√© le Fils de Dieu. Mais si vous - si vous acceptez cela, cela d√©truira chaque principe du christianisme. Il √©tait le Fils de Dieu n√© d'une vierge. Joseph n'avait rien √† faire avec cela. Il n'√©tait que son - son tuteur, pour L'√©lever, le p√®re, le p√®re adoptif.
E-14 Eh bien, Billy Graham √©tait rentr√© la veille, et moi je devais commencer le lendemain matin. Billy avait eu une merveilleuse r√©union l√†, une bonne r√©union donc. Mais, √©videmment, le lendemain les journaux ont publi√© cela, et jamais je n'avais vu un tel tas de scandale, ce qu'ils avaient √©crit au sujet du bien-aim√© fr√®re. Ils disaient qu'il se dirigeait vers l'estrade comme s'il se dirigeait vers le podium d'un orchestre. On disait qu'il avait mis de manucure (C'est quoi √ßa qu'on met au... ? Une permanente. Est-ce √ßa? Une permanente ?) ... une permanente dans ses cheveux. Et on disait qu'il se comportait comme un vendeur de savons sur une caisse, balan√ßant ses bras en pr√™chant. Et on disait, voyons, on disait qu'il d√©gageait du parfum √† dix pieds [ 3,04 m N.D.T. ] J'ai lu ce journal le lendemain matin ; je me suis dit : "Oh, oh, tu es aussi en plein dedans, mon gars. Je le sais. " Je savais que s'ils avaient parl√© de Billy Graham comme cela, qu'allais-je attraper, moi ? Ainsi, eh bien, nous sommes bien all√©s de nouveau au stade, le lieu m√™me que l'autre avait quitt√©, et je - j'ai alors tenu les miennes. Et Billy avait pr√™ch√© sur la divinit√© supr√™me de J√©sus-Christ. C'est vrai. J'ai directement pris la rel√®ve √† partir de l√† o√Ļ il s'√©tait arr√™t√©, j'ai continu√© sur la m√™me voie. Mais par la gr√Ęce de Dieu, nous avons gagn√© une centaine de milliers dans ce pays-l√† au - au Seigneur.
E-15 Je me rappelle un soir en Allemagne, il y avait une telle... les communistes s'√©taient soulev√©s l√† et ils allaient commencer une √©meute. Et quand... Ils mena√ßaient de me tuer quand je sortirais du b√Ętiment. Nous avions environ, oh je pense, quarante mille, quelque chose comme cela. Et nous √©tions... quand je sortais du b√Ętiment, les soldats allemands, les forces anti-√©meutes, devaient grouiller tout autour de moi, pour me faire entrer dans une voiture et emp√™cher qu'on ne tire sur moi √† distance, comme √ßa, ils √©taient plac√©s dans des buissons et autres. Et on - on m'a demand√© si j'avais peur de rentrer. J'ai dit : "Jamais. Je suis venu ici conform√©ment √† la volont√© de Dieu. " Voyez ? Et le lendemain soir, j'√©tais rentr√©. Jamais je n'oublierai cette soir√©e-l√† tant que je vivrai. Je me rappelle que nous tenions un service... Evidemment, √† l'int√©rieur, une fois √† l'int√©rieur, on - on est alors bien en s√©curit√©, l√†-dedans, lorsqu'on est comme cela. C'est lorsqu'on entre et qu'on sort que ceux qui sont dans l'obscurit√©, font ce qu'ils ont √† faire.
E-16 Et alors, um, et... et ce soir-là, ils... Evidemment, il y avait tous ces contemplateurs qui regardaient partout. Et ils étaient... Et en Allemagne, il y a beaucoup de spiritisme et tout le reste, vous savez. Et ils étaient donc tous assis là, et on les avait envoyés à l'estrade pour qu'on prie pour eux. Et oh, comme le Saint-Esprit reconnaissait qui ils étaient, je n'arrivais pas à prononcer ces noms allemands. Je leur disais tout, je leur disais cela, ce qu'ils avaient fait, et ce que... Et quand la quatrième ou cinquième personne est venue, je me suis retourné dans cette direction-ci, alors les huissiers... et je parlais à l'interprète. J'ai entendu quelqu'un crier. On avait placé une petite fille aveugle sur l'estrade, et elle descendait d'une hauteur, oh, d'un endroit plus relevé que celui-ci, comme ça. Et je l'ai très vite saisie, en effet, elle était aveugle. On l'avait simplement laissée. Et l'un d'eux s'était retourné, il n'avait point remarqué, et la petite fille descendait de l'estrade. Elle était à peu près comme ma petite Rebecca, à peu près de cette taille-ci, une petite fille allemande, avec de petites nattes qui lui descendaient dans le dos, en robe, style vraiment allemand. Je - jamais je n'oublierai cela.
E-17 Et elle... je l'ai retourn√©e ; l'interpr√®te s'est approch√© d'elle, et elle me cherchait √† t√Ętons de nouveau, elle √©tait compl√®tement aveugle. Elle m'a saisi, et elle a dit... Evidemment, l'interpr√®te, c'√©tait par l'interpr√®te, elle a dit : "Est-ce lui l'homme qui va prier pour moi ? " Je dis : "Oui. " Et elle posa sa petite t√™te sur moi comme ceci, et ses petites mains autour de moi, et elle s'est mise √† renifler comme un petit enfant, vous savez, sur - sur mon sein, avec sa petite t√™te pos√©e l√†. J'ai baiss√© le regard, je me suis dit : "Pauvre petit enfant. " Et elle √©tait aveugle de naissance. Jamais de sa vie elle n'avait vu. Eh bien, comme je commen√ßais √† prier pour elle... Combien ont d√©j√† √©t√© dans l'une de mes r√©unions ? Faites voir les mains. Ceux qui y ont d√©j√† √©t√© ? Eh bien, vous comprenez donc, vous tous.
E-18 La vision a commenc√© √† appara√ģtre et √† lui dire tout ce que... Et puis, j'ai vu que le Seigneur avait d√©clar√© qu'elle voyait. Alors quand j'ai redress√© la petite fille, j'ai √©loign√© sa petite t√™te de moi. Elle a regard√©, c'√©tait donc la toute premi√®re fois de sa vie de voir la lumi√®re. Elle s'est mise √† crier, √† regarder ses lumi√®res, et alors, elle s'est mise √† pointer du doigt et √† demander : "Que sont ces choses-l√† ? " comme √ßa, on lui a dit : "Les lumi√®res. " Et elle regardait partout, battant ses petits yeux. Et cela avait tellement √©mu sa m√®re qu'elle a bondi, elle s'est mise √† courir, ses souliers s'enlevaient. Elle a couru vers l'estrade, elle l'a tenue √† la taille (la petite fille) et a demand√© : "Est-ce toi ma m√®re ? " Elle a dit : "Eh bien, tu es tr√®s belle ", comme √ßa. Cela avait arr√™t√© les communistes l√† m√™me. Nous en avions eu beaucoup qui √©taient venus au Seigneur J√©sus en ce moment-l√†.
E-19 Et - et alors, l'Ange du Seigneur, ils ont vu Cela, c'est √† peine s'ils pouvaient croire cela. Ils disaient qu'ils - qu'ils avaient des photos originales de l'Ange, qui avaient √©t√© prises ici en Am√©rique. Alors, les Allemands m'ont pos√© la question, ils ont dit : "Nous avons de bons objectifs. " C'est vrai. Ils m'ont demand√©: "Est-ce que √ßa vous d√©range si nous essayons d'en prendre la photo ? " J'ai r√©pondu : "Pas du tout. C'est en ordre. " Alors, nous avons eu une - une r√©union le lendemain matin, ou plut√īt un d√©jeuner √† onze heures avec l'Eglise allemande r√©form√©e. Il y avait environ trois cents pr√©dicateurs l√†. Et alors, cet Allemand est venu, il a install√© sa grande cam√©ra pivotante l√†, il a demand√© : "Puis-je prendre des photos ? " Il a dit : "Eh bien, voudriez-vous faire signe de la main ou me signaler d'une fa√ßon ou d'une autre, quand cette inspiration viendra, que je vois si mon appareil pourra prendre une photo de cet - de cet Ange-l√†, cette Colonne de Feu-l√† ? " J'ai dit : "Oui, oui. "
E-20 Et alors, nous prenions un petit d√©jeuner et... ou plut√īt un d√©jeuner. Et nous causions, et il avait pris beaucoup de photos comme cela. Et il avait une esp√®ce de rouleau l√†-dedans, il tournait cela, puis par ici et il pressait juste sur un petit truc, et √ßa prenait la photo. Et puis, il avait... Je ne sais pas ce qu'il faisait l√† derri√®re, il √©tait l√† avec un grand appareil photo plac√© sur un truc pivotant comme ceci. Et alors... juste √† ce moment-l√†, l'Ange du Seigneur a commenc√© √† venir ; je lui ai fait signe de la main. J'ai dit √† l'assistance, j'ai dit : "Ceci est l'inspiration. " Et Cela a commenc√© √† parler, et j'ai dit : "Cet homme assis l√†, en col romain, j'ai dit : "Il n'est pas Allemand ; il est Italien. " J'ai dit : "Il vient de d√©missionner de ses fonctions de chef de vingt-deux mille communistes. Il a pris une Bible, il L'a lue et il est venu √† Christ. Il vient de l'Italie, et il a une petite √©cole cach√©e, l√† loin dans les montagnes. " Et j'ai dit : "La raison pour laquelle il n'a point pris son petit d√©jeuner ce matin, c'est parce qu'il souffre d'une gastrite aigu√ę, et √ßa fait des ann√©es qu'il en souffre. " Et c'√©tait la v√©rit√© sur toute la ligne. Et j'ai dit : " Bon, c'est AINSI DIT LE SEIGNEUR, mon fr√®re, prenez votre petit d√©jeuner. Votre gastrite est termin√©e. " Il s'est aussit√īt mis √† prendre ses Ňďufs et tout.
E-21 Eh bien, pendant tout ce temps-là, cet Allemand, pendant que cela se déroulait, prenait ces photos. Voyez ? Il tournait sa caméra et prenait des photos. Et après, il les avait amenées pour les développer, quand il est revenu, la Chose était là. Et cela avait bien secoué tout le pays. Là se voyait l'Ange du Seigneur en train de descendre. Là, c'est l'oint, et il s'est mis à parler. Là, c'est quand l'inspiration a quitté, lorsque cela partait, tout était bien là. Eh bien, cela avait amené des milliers et des milliers au Seigneur Jésus-Christ en Allemagne. On y retourne encore cet été, et nous aurons là quelque part, à Berlin, un grand stade qu'Hitler avait construit, là-bas, qui offre environ cents quatre-vingt mille places assises, quelque chose comme cela, pour les réunions en Allemagne l'année prochaine, le Seigneur voulant, peut-être vers l'automne, après la campagne en Amérique.
E-22 Oh ! la la ! Beaucoup de choses que notre Seigneur a faites. Parfois, je me demande lorsque tout sera termin√©... Et aujourd'hui, nous devons travailler. Vous savez, j'aimerais venir aupr√®s de chacun et vous serrer la main. J'aimerais aller chez vous, passer un petit moment avec vous, parler avec vous. Je souhaiterais pouvoir le faire. C'est impossible pour moi. Vous serez surpris, il y a peut-√™tre autant de gens qui me rendent visite chez moi en deux ou trois jours que ceux qui sont assis dans cette salle. Voyez ? Et c'est partout ; l'h√ītel est plein. Les gens affluent, venant de partout √† travers le monde, de la Finlande, de l'Allemagne, de - de l'Inde, de l'Australie, de partout (voyez-vous ?), ils affluent, venant de partout √† travers le monde, pour qu'on prie pour eux. Et par cons√©quent, je dois aller de lieu en lieu. Mais voici un rendez-vous que j'aimerais prendre avec vous de Sturgis. J'esp√®re que je pourrai revenir un jour, o√Ļ nous pourrons amener cette petite √©glise de l'Assembl√©e de Dieu, et cette autre √©glise, et toutes les √©glises des alentours √† collaborer, revenir et tenir une campagne de gu√©rison. En attendant, si jamais je ne vous rencontre de nouveau, un jour, l√† o√Ļ nous n'aurons plus √† tenir de service de gu√©rison, on n'aura plus besoin d'un seul... J'aimerais vous rencontrer l√†, de l'autre c√īt√© de la rivi√®re, j'aimerais vous rencontrer l√†. J'aurai alors le m√™me t√©moignage que maintenant : Sauv√© par la gr√Ęce de Dieu. C'est vrai. Sauv√© par Sa gr√Ęce...
E-23 Et je sais qu'un jour, je dois arriver au bout du chemin. Je ne sais pas quand √ßa aura lieu. Presque tous les Branham, une fois devenus vieux, la plus part d'entre eux ont v√©cu jusqu'√† devenir vieux. Ma grand-m√®re a atteint cent dix ans. Mon grand-p√®re a v√©cu jusqu'√† quatre-vingt-dix-huit ans, du c√īt√© de mon p√®re. Mon grand-p√®re, du c√īt√© de ma m√®re, est mort il y a quelques ann√©es, il y a environ cinq ans, √† l'√Ęge de quatre-vingt-dix ans et quelques. Mais mon p√®re est mort √† cinquante-deux ans, la boisson l'a tu√©. Mais peut-√™tre que je vivrai jusqu'√† devenir vieux. G√©n√©ralement, ils - une fois devenus vieux, ils attrapent la paralysie tremblante, une fois devenus vieux. √áa, c'est simplement la nature des Branham. Comme c'√©tait la nature pour les Isaac de devenir aveugles, et Jacob devint aveugle, et tous les autres, comme √ßa. C'est simplement la nature de notre famille.
E-24 Et peut-√™tre qu'un jour, ayant une barbe grise pendante, et des cheveux pendants tout autour de mon visage, et √©tant devenu un vieil homme, j'en arriverai au bout du chemin, et je sais que ce temps-l√† vient ; je me tiendrai au bord de la rivi√®re ; je pourrai entendre les vagues d√©ferlantes rugir et reconna√ģtre qu'il me faut traverser ; j'aimerais regarder en arri√®re chaque tas de ronces que j'avais travers√©, chaque montagne que j'avais gravie, et voir que je m'√©tais √©puis√© √† laisser des empreintes de pas du Seigneur J√©sus. Ce que j'aimerais alors faire, c'est √īter le casque du salut, d√©poser la cuirasse, prendre la vieille √©p√©e et la remettre dans le fourreau de l'Eternit√©, et crier de tout mon cŇďur, appuy√© sur une cane, et tremblotant : "Seigneur, fais avancer le bateau de sauvetage, car je rentre √† la maison ce matin. " Je crois qu'un jour, je serai l√†. Je vous rencontrerai. En attendant, puissent les plus riches b√©n√©dictions de Dieu vous accompagner.
E-25 Rappelez-vous, si jamais je peux vous faire une faveur, √©crivez-moi. Je ferai tout mon possible pour vous assister. J'ai souvent dit : " Amis, je viendrai ; la nuit pourrait... " Mais je ne peux pas faire cela. Il y en a simplement trop. Il y en a des milliers et des milliers. Voyez ? Je suis s√Ľr que vous ne pourrez pas comprendre. C'est donc - c'est un - c'est... je ne peux pas faire cela. Et je ne vous dis pas de m'√©crire, les √©vang√©listes √† la radio et tout (ce qui est parfaitement en ordre), ils veulent que les gens leur √©crivent afin qu'ils puissent prendre leurs adresses pour leur demander de l'argent. Nous n'utilisons jamais un sou... Dieu le sait.
E-26 Je pourrais √™tre dix fois plus riche aujourd'hui si je le voulais. Ce n'est pas ce que je... je ne demande jamais de sou dans mes ... Jamais de ma vie je n'ai pr√©lev√© une offrande. Et j'ai refus√© de... une fois, un million cinq cent mille dollars, du coup, quand les agents de FBI m'avaient apport√© cela... les journaux en ont parl√©, j'ai dit : " Ce n'est pas l'argent que je recherche "; ce n'est pas une question d'argent. Je porte des habits d'occasion. Ce costume m'avait √©t√© offert en Norv√®ge il y a six ans. Je le porte depuis lors, non pas que je sois oblig√©. Je pouvais rester dans de meilleurs h√ītels et autres, mais chr√©tiens, √™tre chr√©tien c'est mener une vie. Vous √™tes cens√© vivre comme... Je veux √™tre juste comme les gens qui viennent aupr√®s de moi chercher Christ. Que Dieu me garde ainsi, c'est ma pri√®re. Prions.
E-27 Notre P√®re c√©leste, le t√©moignage, les cantiques, et que toute la gloire Te revienne. Tout cela vient de Toi. Nous Te remercions aujourd'hui, parce que Tu nous as donn√© cette merveilleuse promesse, qu'un glorieux jour, nous Le verrons tel qu'Il est. Alors, nous nous verrons les uns les autres, nous nous assoirons avec des proph√®tes dans le Royaume de Dieu, et avec les grands hommes : Abraham, Isaac, Jacob, Daniel, Ez√©chiel, beaucoup d'autres. Et je Te prie, P√®re c√©leste, d'accorder que cela soit aujourd'hui le grand dessein de nos cŇďurs. Le d√©sir de notre cŇďur, c'est d'arriver √† cette heure-l√†. Maintenant que nous sommes sur le point d'ouvrir la Bible, nous savons que tout homme ou toute femme, tout jeune gar√ßon ou toute jeune fille qui se sert physiquement de ses mains peut ouvrir la Bible. L√†, c'est juste ouvrir le Livre. Mais personne, √† part Toi, Seigneur, ne peut r√©ellement L'ouvrir.
E-28 Nous voyons l√† o√Ļ Jean a dit dans la vision : "Quelqu'un assis sur le Tr√īne avec un Livre scell√© de sept sceaux au dehors, et personne au Ciel, personne sur la terre, ou sous la terre n'√©tait digne de prendre le Livre ni de re - d'ouvrir le Livre ni d'En rompre les sceaux. Mais il y en a Un, un Agneau, qui b√™lait, un Agneau immol√© depuis la fondation du monde vint et prit le Livre de la main droite de Celui qui √©tait assis sur le Tr√īne, et Il √©tait digne de prendre le Livre et d'En rompre les sceaux. Et nous prions, √ī Dieu, que ce m√™me Agneau ouvre ce Livre pour nous aujourd'hui. Dis √† nos cŇďurs, Seigneur, ce qui est appropri√©, sachant que nous allons dans l'Eternit√©. Nous avons nos t√™tes inclin√©es vers la poussi√®re de la terre d'o√Ļ nous avons √©t√© tir√©s. Et un jour, si J√©sus tarde, nous redeviendrons poussi√®re de la terre. Mais nous parlons √† ces √Ęmes immortelles, qui sont en nous, qui ne mourront jamais et qui passeront l'√©ternit√© quelque part. √Ē Dieu, s'il y en a un ici, qui suit une mauvaise voie, qu'il revienne au Calvaire aujourd'hui, et qu'il soit r√©concili√© avec Dieu par Christ. Car nous le demandons en Son Nom. Amen.
E-29 Maintenant, pour vous qui avez vos Bibles, vous pouvez ouvrir dans Jo√ęl 2, ou plut√īt dans Actes 2, c'est soit l'un soit l'autre, en effet, c'est la m√™me chose aux deux endroits. C'est merveilleux, ce n'est pas une co√Įncidence, mais je ne dirais pas que les Ecritures ont √©t√© plac√©es dans un ordre inspir√© juste comme √ßa. Mais il est √©tonnant de voir que Jo√ęl a √©crit au chapitre 2, la m√™me chose que Luc a √©crite au chapitre 2 des Actes, et tous deux au chapitre 2. A partir du verset 15, √† peu pr√®s, nous allons lire une portion des Ecritures. C'√©tait juste apr√®s que le Saint-Esprit √©tait venu. Et nous aimerions lire ce que Pierre, s'adressant √† la - √† l'assembl√©e... le Saint-Esprit √©tait descendu sur des croyants comme il leur avait √©t√© ordonn√© d'aller attendre la puissance de Dieu. C'est Pierre qui parle, disant : Ces gens ne sont pas ivres, comme vous le supposez, car c'est la troisi√®me heure du jour. Mais c'est ici ce qui a √©t√© dit par le proph√®te Jo√ęl : Dans les derniers jours, dit Dieu, je r√©pandrai de mon Esprit sur toute chair ; vos fils et vos filles proph√©tiseront, vos jeunes gens auront des visions,... vos vieillards auront des songes. Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, dans ces jours-l√†, je r√©pandrai de mon Esprit ; et ils proph√©tiseront. Je ferai para√ģtre des prodiges en haut dans le ciel et des miracles en bas sur la terre, du sang, du feu, et une vapeur de fum√©e ; le soleil se changera en t√©n√®bres, et la lune en sang, avant l'arriv√©e du jour du Seigneur, de ce jour grand et glorieux. Alors quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauv√©.
E-30 Puissions-nous marquer une pause ici, un instant, pour consid√©rer ces choses qui ont √©t√© proph√©tis√©es. Eh bien, nous savons qu'en tant que croyants chr√©tiens... Combien de chr√©tiens y a-t-il ici aujourd'hui ? Levez la main. Combien de croyants chr√©tiens ? Oh, c'est merveilleux et c'est tr√®s bien. En tant que chr√©tiens, nous croyons que ceci est la Parole infaillible de Dieu, n'est-ce pas ? Il nous faut croire cela pour √™tre chr√©tiens. Il n'y a pas de faute Ici dedans, nulle part. C'est parfait. Et chaque Parole, peut-√™tre que nous ne comprenons pas Cela, nous ne sommes pas - nous ne sommes pas cens√©s comprendre Cela. Et le christianisme ne peut √™tre compris ; il doit √™tre v√©cu ; c'est par la foi que nous faisons ces choses. Toutes les Ňďuvres se font par la foi au moyen de la gr√Ęce.
E-31 Eh bien, les proph√®tes avaient proph√©tis√© des choses. Ils ne savaient pas de quoi ils parlaient. Ils ont simplement d√©clar√© cela. Ils ne comprenaient pas. Daniel a dit qu'il ne comprenait pas, mais il a simplement √©crit cela, en effet, ce n'√©tait pas pour son jour. L'Ange lui a dit de sce - sceller le Livre jusqu'au temps de la fin, que plusieurs Le liraient, et la connaissance augmenterait, et en ce temps-l√†, Il serait d√©bout pour Son h√©ritage et - au temps de la fin, et toutes ces choses auraient lieu. Il n'avait pas compris cela. Beaucoup de proph√®tes, en √©crivant, ne savaient pas ce qu'ils √©crivaient. Ils ont simplement √©crit cela, parce que c'√©tait l'inspiration. Et alors, Pierre prend ici la proph√©tie de Jo√ęl. On est au d√©but de l'√Ęge de l'Eglise. La plupart des croyants savent que l'Eglise a commenc√© √† la Pentec√īte. Et souvent, nous les pentec√ītistes, nous nous disons de la Pentec√īte, alors que nous portons un faux nom. Les pentec√ītistes, c'√©taient ceux qui √©taient de l'autre c√īt√©, les Juifs. Ils √©taient l√†, √† la Pentec√īte ; nous, nous sommes l'Eglise des premiers-n√©s. Voyez ? Non pas la Pentec√īte, les adorateurs de la Pentec√īte √©taient l√†-bas. Nous appelons ceci les b√©n√©dictions de la Pentec√īte et tout.
E-32 Et toutes les √©glises, dans une mesure, aimeraient dire qu'elles sont une partie de la Pentec√īte, parce que c'est l√† que cela - cela a commenc√©. L√† o√Ļ le... Et le mot "Pentec√īte ", c'est le mot "cinquante ", l√† o√Ļ les - l√† o√Ļ les pr√©mices de la moisson √©taient cueillis. C'√©tait un temps de f√™te, √† l'occasion des pr√©mices de la moisson, cela signifie " cinquante, " c'√©tait apr√®s la purification du sanctuaire, quarante jours apr√®s, on avait la Pentec√īte. Et beaucoup parmi vous les √©rudits de la Bible, vous n'aurez pas √† d√©truire cela, en effet vous le comprenez. Et en tant que chr√©tiens, peut-√™tre, vous avez entendu vos pasteurs bien instruits pr√™cher ces choses. Eh bien, apr√®s que ce grand √©v√©nement √©tait arriv√©... Cela √©tait arriv√© de telle mani√®re qu'ils ne l'avaient pas compris. Ils ne pouvaient pas le comprendre. Ils attendaient tous la venue de Christ. Nous en sommes conscients. Mais Il est venu de fa√ßon tellement diff√©rente de celle qu'ils s'√©taient repr√©sent√©s, que cela les a boulevers√©s. Ils n'ont pas su cela. G√©n√©ralement, Dieu fait cela √† chaque jonction de Son - Son - Son temps. C'est ce qu'Il a fait.
E-33 Les gens se mettront là à se représenter : "Bon, ça doit être comme ceci. Ça doit vraiment être comme ceci. " Et ils auront tout cela planifié. Ne pensez pas que nous n'avons pas cela aujourd'hui. Nous aurons tout cela planifié, comment le Christ va venir, et tout. Et nous avons des représentations, et je pense que parfois nous savons plus au sujet des représentations qu'au sujet de Christ. Et on s'est tout représenté, chaque dénomination. Souvent, chaque personne a sa propre conception, et peut-être que cela arrivera différemment de nos conceptions à nous tous. Généralement, c'est ainsi que Dieu le fait. En effet, vous ne pouvez pas vous imaginer Dieu. Vous croyez simplement Dieu et vous continuez à marcher par la foi, il n'y a pas moyen de vous Le représenter.
E-34 Consid√©rez combien il aurait √©t√© facile... l√†, quand J√©sus est n√©... ?... √† Bethl√©em de Jud√©e. Eh bien, on dirait que s'il y avait quelqu'un qui devrait Le recevoir. √áa devait √™tre Ca√Įphe, le souverain sacrificateur, les grands eccl√©siastiques et autres. Les Anges devraient venir aupr√®s d'eux, parce qu'ils √©taient des pr√©dicateurs, pour leur annoncer la naissance de Christ. Mais Dieu a carr√©ment contourn√©, et les premiers √† reconna√ģtre cela, c'√©tait un groupe d'observateurs des √©toiles, des astronomes qui √©taient venus de l'est, se dirigeant vers l'ouest pour identifier cela, ils avaient vu une √©toile mystique. Personne d'autre n'avait vu cette √©toile ; c'√©taient eux qui l'avaient vue. Pourquoi ? C'est parce que cela leur √©tait destin√©. Quelqu'un dira : "Je vois des choses spirituelles. " Ils voient cela. Les autres diront : "Moi, je ne vois pas cela. " Mais peut-√™tre qu'il ne vous est pas donn√© de voir cela. Eh bien, on d√©terminait m√™me le temps au moyen des observatoires qui √©taient plac√©s au sommet des villes. Et cette √©toile-l√† est pass√©e par-dessus chaque ville, autant que nous le sachions, partant de l'est. Et pendant plus de deux ans, les mages ont voyag√© depuis l'est ; en effet, lorsqu'ils sont arriv√©s l√†, Christ avait deux ans.
E-35 Or, votre tradition sur les mages, c'est qu'ils ont trouv√© un enfant couch√© dans une cr√®che, vous feriez tout aussi bien d'oublier cela, parce que ce n'est qu'une tradition. Il n'√©tait plus un b√©b√©. Ils cherchaient un enfant de deux ans, un jeune enfant, non pas un b√©b√©. Et on avait tu√© tous les enfants, en ce moment-l√† m√™me, de deux ans ou moins pour l'avoir. Voyez ? En effet, ils n'√©taient jamais all√©s aupr√®s d'un b√©b√©. Ils √©taient all√©s aupr√®s d'un petit enfant. Ils avaient fait deux ans de voyage, suivant cette √©toile. Et croyez-vous qu'ils l'avaient vue ? Assur√©ment. C'est la Bible qui le dit. Mais personne d'autre ne l'avait vue. Souvent, l'Ange du Seigneur appara√ģt juste l√†, et les gens poussent des cris et regardent Cela. Et les autres disent : "Je ne L'ai pas vu. " Vous direz : "Eh bien, Fr√®re Branham, tout le monde devrait Le voir. " Oh, non !
E-36 Paul √©tait sur le chemin de Damas pour arr√™ter les gens qui avaient un r√©veil l√†-bas. Et l'Ange... Christ est descendu dans une Lumi√®re brillante. Et cela a m√™me ab√ģm√© les yeux de Paul, c'√©tait tr√®s brillant. Et personne d'autre parmi ceux qui √©taient avec lui n'a vu Cela. Personne n'a vu Cela. C'√©tait si personnel pour Paul que ses yeux ont √©t√© ab√ģm√©s, et on a d√Ľ le conduire par la main. Est-ce vrai ? Et les hommes qui √©taient avec lui n'ont pas vu de lumi√®re. Ils n'ont rien vu √† ce sujet. Mais, c'est comme √ßa que √ßa peut √™tre tr√®s r√©el pour certains, tandis que d'autres n'en savent rien. Voyez ? Dieu se r√©v√®le comme Il veut, √† ceux √† qui Il veut se r√©v√©ler. C'est Sa volont√© souveraine. Il endurcit qui Il endurcit et Il justifie qui Il justifie. C'est entre les mains de Dieu, ce n'est pas entre mes mains ni entre les v√ītres. C'est entre les mains de Dieu, ce qu'Il fera. C'est la Bible qui le dit, le savez-vous ?
E-37 Avez-vous d√©j√† lu l√† dans Romains 9, ce qu'Il a dit, qu' avant que les deux gar√ßons ne naissent, Esa√Įe et Jacob, Il a dit : "Je hais l'un et j'aime l'autre. " Comment peut-Il √™tre juste et faire cela ? Il savait par prescience qu'Esa√ľ sera un ren√©gat. Voyez? Il a pu pr√©destiner. Non pas juste dire - dire cela, le mot pr√©destin√©, ce n'est pas un bon mot √† utiliser, c'est la prescience. En effet, Il ne vous rejetterait pas juste d√©lib√©r√©ment, vous rejeter, parce que c'est un - parce que vous avez... Il voulait que vous vous √©gariez. Il ne veut pas qu'aucun p√©risse, mais par la prescience, Il savait ce que vous feriez m√™me avant que vous veniez donc sur la terre. Assur√©ment, la prescience... Il est infini. Il est Dieu. Il est omnipotent, omnipr√©sent, omniscient. Voyez-vous ? Il conna√ģt toutes choses, toute la sagesse et tout le temps, Il couvre tout l'espace, toute la puissance, Il est infini. Et s'Il ne l'est pas, Il n'est pas Dieu. S'Il n'est pas Dieu Tout-Puissant, Il... S'Il ne peut pas tout faire, Il n'est pas Dieu Tout-Puissant. Mais s'Il est le Dieu Tout-Puissant, Il peut tout faire. Voyez-vous ? C'est ainsi qu'il nous faut croire en Lui.
E-38 Ici donc, il avait été annoncé que ce temps arriverait. Eh bien, voici le message que j'aimerais vous apporter cet après-midi. Il y a un mouvement dans le monde aujourd'hui, vous le savez ; cela a commencé et ça fait environ huit ans que nous y sommes, un réveil en cours, avec des signes et des prodiges qui sont simplement en train de se produire. Eh bien, le monde scientifique ne peut plus nier la guérison divine. Même les médecins, la science et tout reconnaissent que cela est vrai. Qu'en est-il de tout cela ? Qu'est-ce qui fait qu'aujourd'hui, vous voyez ces réunions continuer, et pourquoi toutes les églises n'adhèrent-elles pas à Cela pour collaborer et avancer avec Cela ? Pourquoi ne font-elles pas cela ? Nous reconnaissons, nous...
E-39 Eh bien, je ne suis pas ici comme un imitateur du christianisme. Je ne suis pas ici comme un s√©ducteur. Je serais rest√© avec ma famille aujourd'hui, en train de jouir de ces quelques jours que j'ai. Je suis venu ici, parce que j'ai un Message sur le cŇďur que j'aimerais produire pour vous tous, ou plut√īt vous pr√©senter √† vous tous. C'est pourquoi je suis venu. Je vous aime, et je sais qu'un jour je dois rendre compte de chaque parole et de chaque r√©union que j'aie jamais tenue. Et chaque parole, je dois en rendre compte au jugement. Et si je ne dis pas la v√©rit√©, Dieu m en tiendra pour responsable, et pas vous. C'est cela donc. Mais si j'avertis les gens, alors le sang n'est pas sur moi. Si je sais cela et que je n'avertis pas, alors cela sera exig√© de mes mains, et vous les fr√®res pr√©dicateurs vous le savez. Et laisser... Gr√Ęces soient rendues √† Dieu pour votre position et votre courage en pr√©venant les gens des temps √† venir.
E-40 Maintenant, nous vivons... et quiconque a du bon sens sait que nous vivons √† l'ombre d'une grande destruction. Un jour, j'ai vu une sc√®ne d'un agneau qui b√™lait dans un champ. Et tout d'un coup, le petit animal √©tait devenu nerveux. Personne ne pouvait rien voir. Pourquoi ? Ce petit animal s'√©tait simplement senti mal √† l'aise, et il continuait √† regarder tout autour. Il ne savait que faire. Il s'inclinait et prenait toute une bouch√©e d'herbe, mais il regardait tout autour. Il ne savait que faire. En regardant avec des jumelles, j'ai vu non loin de l√† o√Ļ il se trouvait, un gros Lion √† crini√®re noir venir en se faufilant. Il ne pouvait pas le voir. Il n'y avait pas moyen pour lui de le voir, mais l'instinct faisait savoir √† ce petit agneau qu'il y avait un danger imminent. Il devenait nerveux. Il √©tait agit√©. Si on n'avait pas tir√© sur l'agneau - sur le lion, il aurait attrap√© cet agneau. Mais il y avait l√† un Lion qui se faufilait vers ce petit, ce pauvre petit animal l√†, dans le champ. Et il - il ne pouvait pas voir cela ; il ne pouvait pas entendre cela. Mais il y avait en lui un instinct qui lui faisait savoir que le danger √©tait imminent.
E-41 Consid√©rez les petits canards. Ils vont ici au Nord, par rapport √† votre contr√©e. Au - au printemps, ils volent l√†. Ils arrivent dans des √©tangs mar√©cageux, et l√† ils pondent leurs Ňďufs et font √©clore leurs petits. Tout l'√©t√©, ils sont sur cet √©tang-l√†. Et √† partir de cette port√©e, il y a un canard, un caneton qui, en fait, est n√© chef. Chaque canard sur cet √©tang sait que c'est lui le chef. Ils reconnaissent cela. Et aussit√īt que la toute premi√®re petite brise froide commence au d√©but de septembre, et que la petite gel√©e commence √† frapper le sommet des montagnes l√†, ce caneton court directement au milieu de cet √©tang-l√†, pique son petit bec en l'air, et fait couin-couin quatre ou cinq fois, et chaque canard dans l'√©tang viendra aupr√®s de lui. C'est vrai. Et que va-t-il faire ? Il va...
E-42 Il n'est jamais sorti de cet √©tang-l√†. Il ne sait rien d'autre si ce n'est que cet √©tang-l√† ; c'est tout ce qu'il sait. Il y est n√© ce printemps-l√†. Il a grandi et a √©t√© nourri dans cet √©tang-l√†. Jamais il n'en est sorti. Mais il se l√®vera juste l√† et se dirigera droit au possible vers la Louisiane, sans boussole, sans rien. Pourquoi ? C'est l'instinct. Chaque canard reconna√ģt son conducteur. Il sait que c'est lui le conducteur. Peu importe la voie qu'il prend, il le suivra. Les canards avec leur instinct savent suivre leur conducteur, mais l'homme avec le Saint-Esprit manque de suivre son Conducteur. Si un canard a d√Ľ le savoir et a assez de sens pour savoir suivre son conducteur, du danger vers la s√©curit√©, √† combien plus forte raison un chr√©tien devrait-il suivre le Conducteur, le Saint-Esprit, qui vous guidera loin du danger.
E-43 Le monde entier est secoué. Je vais en Allemagne : "Oh, que ferons-nous ? " Je vais en Inde : "Qu'allons-nous faire ? " Je vais en Suisse, partout : "Qu'allons-nous faire ? " Le monde entier est secoué. Les Etats-Unis sont secoués. Les grands bureaux et autres dans le grand Pentagone, et toute cette enquête sur ces phénomènes surnaturels. Les soucoupes volantes que sont-elles ? Oh, ils disent : "Nous avons vu des hommes de courte taille là-dedans ", toutes sortes d'histoires. Ils cherchent à nier cela, mais cela existe là. Pourquoi ? Dieu a dit qu'il y aurait des signes en haut dans les cieux et sur la terre. Nous avons cela. Ils en ont peur.
E-44 La semaine pass√©e vous avez vu de gros titres dans des journaux, dans tout Tennessee et l√†-bas. L'autre soir, j'ai vu dans un journal d'ici chez vous, qu'un g√©n√©ral a dit que - que les Etats-Unis sont facilement attaquables. Assur√©ment, certainement. On place des observateurs particuliers, pour surveiller les cieux √† cause des avions. Qu'y a-t-il ? Tout le monde tremble. Ils cherchent maintenant... Ils comptent transf√©rer la Maison blanche et tous ces cabinets l√†, dans le Kentucky, l√† dans ces caves et tout. Qu'y a-t-il ? L'agneau tremble parce que le lion vient. Tout celui qui a du bon sens, qui jouit de toutes ses bonnes facult√©s mentales et qui raisonne, sait que quelque chose est sur le point d'arriver. Et si vous regardez dans ce saint et vieux Livre de Dieu, il y est pr√©dit que ces choses arriveraient. Nous voici au bout du chemin. Et, amis, il est convenable que vous vous asseyiez, que vous fassiez votre propre inventaire pour √™tre s√Ľr.
E-45 Si vous alliez √† un restaurant, que vous preniez un bol de soupe et qu'il y ait l√†-dedans une mouche, vous repousseriez cela. Et - et quelle dispute vous engageriez avec cet homme : "Jamais je ne mangerai encore √† cet endroit, si c'est ainsi que vous pr√©parez votre nourriture. " Vous veillerez √† ce que votre petit corps-l√† ne consomme rien de mal, mais vous absorbez dans votre √Ęme toute sorte de poison qui existe. C'est vrai. Que cela provienne de la Parole de Dieu ; n'enfilez pas n'importe quel minable gant mou. Il nous faut enlever nos chemises et pr√™cher l'Evangile (c'est vrai), c'est la puissance de Dieu pour le salut, et nous tenir sur la Parole de Dieu et sur Ses promesses. Nous voyons que la Bible a dit que ces choses arriveraient. Il a dit que dans les derniers jours il y aurait des moqueurs qui railleraient, ils pointeront du doigt et diront que ces choses-l√† n'existent pas et que les jours des miracles sont pass√©s. Mais Il a dit qu'Il aurait une Eglise qui serait accompagn√©e des signes et des prodiges. Nous L'avons.
E-46 Eh bien, cela s'est pass√© dans tous les √Ęges. Quand Dieu a, au d√©part, cr√©√© d'une fa√ßon ph√©nom√©nale, quand Il a appel√© le monde √† l'existence par la Parole et whoof [Fr√®re Branham √©met le son de quelqu'un qui souffle. - N.D.E.] Il a souffl√© les √©toiles et la lune de Sa main (pour ainsi dire...) Il a prononc√© la Parole, et cela est venu √† l'existence. La terre m√™me sur laquelle vous √™tes assis aujourd'hui, c'est une cr√©ation de la Parole de Dieu. Si ce n'est pas par la Parole qu'Il a appel√© le monde √† l'existence, o√Ļ a-t-Il trouv√© des mat√©riaux pour former cela ? D'o√Ļ cela est-il venu ? Assur√©ment que c'est ce qu'Il a fait. Il a appel√© cela √† l'existence par la Parole. C'est la Parole de Dieu. La terre m√™me et tout sur lesquels vous √™tes assis aujourd'hui, c'est une cr√©ation de la Parole de Dieu. Vous √™tes ici parce que vous avez √©t√© cr√©es par la Parole parl√©e de Dieu, chacun de vous. Et remarquez. Quand vous devenez vieux, vous mourez, vous retournez √† la poussi√®re de la terre, la m√®re... La terre, c'est la m√®re de chaque chose naturelle que l'Ňďil voit. Certainement.
E-47 Eh bien, j'aimerais que vous remarquiez un instant. Quand Dieu a cr√©√© Adam et Eve, la cr√©ation et tout, c'√©tait beau. Dieu... Eh bien, Adam avait les puissances de Dieu sous contr√īl. Il pouvait prononcer quoi que ce soit ; cela lui ob√©issait exactement comme si c'√©tait Dieu. Il avait une parfaite communion avec Dieu, il marchait avec Lui, il parlait avec Lui, il communiait avec Lui. Il avait une communion. Puis - puis quand Adam et Eve... Quand Eve a p√©ch√©, et qu'ils sont sortis du jardin d'Eden, √ßa a diminu√© sans cesse et le monde a commenc√© √† se manifester. Et au fur et √† mesure qu'il se manifestait, tout d'un coup, vous savez, on a commenc√© √† b√Ętir des villes. C'est un grand signe du temps de la fin. Notre petite ville de Jeffersonville est pass√©e d'une superficie d'environ 14000, juste une toute petite ville au bord de la rivi√®re, de 14000 √† environ 30.000 et quelques dans les quelques derni√®res ann√©es. On d√©truit toutes les fermes et tout le reste, et on √©labore des projets de construction. Qu'y a-t-il ? C'est le signe du temps de la fin. C'est vrai.
E-48 Et nous voyons qu'en ce jour-l√†, on a commenc√© √† travailler le cuivre. On a commenc√© √† travailler le m√©tal. Regardez aujourd'hui, les ferronniers fabriquent m√™me des navires, des avions et tout le reste. Une grande intelligence, une grande √©poque d'instruction, de grands programmes d'instruction, juste avant la fin du monde... Et J√©sus-Christ, quand Il √©tait ici sur terre, a dit : " Ce qui arriva du temps de No√©, arrivera de m√™me √† la Venue du Fils de l'homme. " Consid√©rez le monde... Aujourd'hui, pendant que nous prenions le d√ģner, je parlais √† Madame et Monsieur Wood, des cas de divorce et autres aux Etats-Unis. Notre taux de divorce d√©passe de loin tous les taux du monde mis ensemble. Nous avons plus de divorces. La Bible a dit que les hommes se marieraient, donneraient en mariage, mangeraient, boiraient, la moralit√© et tout qu'ils auraient, ils se marieraient et donneraient en mariage, le Reno, Nevadas. Un homme sort et vit avec une femme, il √©pouse une jeune fille, il la prend pour femme, vit avec elle pendant quelques jours. Il ne l'aime pas, il la met √† la porte sans proc√®s. Des hommes impies lui accordent le divorce et l'autorisent √† √©pouser une autre, mais Dieu dit que c'est faux. C'est vrai. ... Ils font cela quand m√™me. Notre civilisation s'√©croule. Nous voyons cela. C'est un signe, c'est un poteau indicateur de ce que nous sommes au temps de la fin.
E-49 Remarquez, tous ces grands b√Ętiments et ces grandes choses qui se passent, c'est tout pareil. Eh bien, je vais vous blesser pendant une minute. Tenez, quand vous pr√™chez l'Evangile, vous ne pouvez pas vous attendre √† ce que les gens - √† ce que quelqu'un ne soit bless√©. Mais je vous assure, recevez cela juste un peu, ensuite examinez-le par la Parole de Dieu. Lorsque j'√©tais un petit gar√ßon, ma m√®re me disait... Nous avons grandi tr√®s pauvres. Tout ce que... Nous n'avions rien √† manger, et nous prenions le vieux pain de ma√Įs... Nous n'avions m√™me pas de viande, et maman prenait de - de la mati√®re grasse qu'on met dans le pain, elle prenait les peaux des animaux et - et faisait bouillir cela, ou plut√īt faisait frire cela dans une vieux po√™lon ou plut√īt dans une vieille po√™le √† pain, et en tirait la graisse qu'on utilisait pour fabriquer le pain de ma√Įs. Et nous avons eu √† mener une vie tr√®s pauvre. Et je sais que chaque samedi soir, nous les enfants, nous rentrions √† la maison, apr√®s l'√©cole et tout... Maman avait foi dans l'huile de ricin. Chaque soir, on prenait une forte dose - le samedi soir, une dose de l'huile de ricin. J'en ai tellement pris que, je vous assure, je - je d√©testais vraiment √ßa. Alors, je me pin√ßais le nez, je disais : "Oh, maman, √ßa me rend vraiment malade. " Elle disait : "Si cela ne te rend pas malade, √ßa ne te fera aucun bien. "
E-50 Eh bien, c'est la m√™me chose avec l'Evangile. Cela ne... Cela suscitera votre app√©tit et √ßa vous pr√©parera pour la semaine et le - le voyage √† venir. L'Evangile vous rendra certainement malade, si vous n'√™tes pas en ordre avec Dieu. Amen. Je ne dis pas cela pour plaisanter, mais c'est la v√©rit√©. Eh bien, j'aimerais que vous remarquiez, mes fr√®res et sŇďurs, que nous sommes au temps de la fin. Et juste avant le temps de la fin, lors de la premi√®re jonction, ou plut√īt √† la premi√®re destruction du monde ant√©diluvien, des signes sont apparus en ce jour-l√†, juste exactement comme aujourd'hui. Et si seulement j'avais le temps de m'√©carter de mon sujet pendant quelques minutes, je vous d√©montrerais que les puissances atomiques m√™me qui avaient d√©truit le monde en ce temps-l√†, le d√©truiront de nouveau.
E-51 Ils ont construit des sphinx, des pyramides, et toutes ces choses, ce que ni l'essence ni aucune autre √©nergie dans le monde, en dehors de la puissance atomique, ne peut faire. C'est vrai. Et c'√©tait un fanatique qui en avait le contr√īle, √©videmment, et il a fait √©clater cela. Et alors, cela a fait basculer la terre de sa position par rapport au soleil. Et quand ce qui est chaud entre en contact avec le froid, √ßa produit- produit une vapeur, et c'est ce qui provoque la pluie pour nous aujourd'hui. Certainement. La m√™me chose, en effet, cela est pench√©. Et cette fois-ci, dit la Bible, √ßa ne sera plus l'eau, mais le feu. Et il lui suffit de basculer un peu de son orbite cette fois-ci pour qu'elle soit consum√©e par les atomes du soleil. Juste exactement ce que Dieu a dit que √ßa arriverait. Eh bien, - eh bien, la preuve scientifique de Sa venue est merveilleuse. Je souhaiterais que nous ayons une semaine ou deux √† passer ici dans des r√©unions de r√©veil. On pouvait scientifiquement prouver que ces choses sont la v√©rit√©. Le monde est au temps de la fin. Nous sommes ici √† la fin.
E-52 Remarquez que c'√©tait au m√™me moment, qu'un gars, du nom de Nimrod est apparu. Il voulait former une - une conf√©d√©ration. Et il a rassembl√© dans une conf√©d√©ration toutes--une conf√©d√©ration toutes les √©glises, toutes les villes, et autres ; et il a construit une ville appel√©e Babylone. Je souhaiterais que nous ayons le temps de parler de cette Babylone. Suivez. Tout ce que nous avons aujourd'hui : Tout ce que nous avons aujourd'hui tire son origine dans la Gen√®se. "Gen√®se " signifie "le commencement, la racine. " Le fondement de tous les temps, civili... Chaque culte que nous avons aujourd'hui, tire son origine dans la Gen√®se. Chaque arbre et tout le reste que nous avons aujourd'hui tire son origine dans la Gen√®se. La v√©rit√© que nous avons aujourd'hui tire son origine de la Gen√®se au travers du Sang de l'Agneau. Le sectes que... ?... nous avons aujourd'hui tirent leur origine dans la Gen√®se et √† Babylone. Regardez, Babylone appara√ģt ici au d√©but de la Bible. Elle appara√ģt au milieu de la Bible. Elle appara√ģt dans la derni√®re partie de la Bible. Certainement. C'est l√† qu'elle √©volue, comme un arbre qui pousse. Et de m√™me, l'√©glise appara√ģt l√† - appara√ģt tout du long.
E-53 Mais Nimrod, un homme impie, s'est mis à rassembler tout le monde, et il les a tous mis dans une confédération, et il a formé une très grande union. Regardez ce qu'ils font aujourd'hui, dans cette nation-ci aujourd'hui : former une confédération des églises et former une Babylone moderne ; des hommes avec un Evangile social qui renie la Puissance du Seigneur Jésus-Christ et la guérison divine et autre, ils nient que tout cela, c'est le programme de Dieu, amener les gens à genoux. Nous avons la même chose aujourd'hui. Et juste au temps de cette grande confédération des unions, de l'époque, qu'est-ce qui était arrivé ? Dieu avait un homme sur terre qui était authentique. Et son nom était Enoch. Il a prêché et il a marché dans l'intégrité devant Dieu.
E-54 Il y en avait un autre du nom de No√© ; Dieu a toujours eu Ses deux t√©moins. Et il est apparu... Tous les deux sont apparus sur la sc√®ne, pr√™chant l'Evangile, et rappelez-vous, juste avant la fin du monde connu de l'√©poque, les anges √©taient apparus sur la terre au temps de la fin. Les proph√®tes √©taient apparus sur la terre au temps de la fin. Les proph√®tes et les anges, les signes et les prodiges, c'√©tait un avertissement. Et No√© lui-m√™me martelait une arche, c'√©tait un miracle pour lui que de construire une arche. Comment a-t-il donc pu construire une arche ? Un vieil homme l√†, avec des moustaches qui pendaient, √Ęg√© de six cents ans et quelques, il √©tait l√† en train de marteler une arche. Et sur une terre aride o√Ļ il n'y avait m√™me pas une go√Ľte d'eau. Et cependant il disait : "L'eau descendra de cieux. " Et les incroyants idiots levaient les yeux et demandaient : "Y a-t-il de l'eau l√† ? Croyez-vous cette histoire que ce gars raconte ? Il a perdu la t√™te. " C'est pareil aujourd'hui. Mais il pr√©parait une arche pour le salut de ceux qui voulaient √™tre sauv√©s. Un pr√©dicateur de l'Evangile qui pr√™che aujourd'hui l'Evangile de la puissance, de la r√©surrection de J√©sus-Christ, et la Seconde Venue, il mart√®le une chose que les gens traitent de folie. Amen. Vous savez que c'est la v√©rit√©.
E-55 Noé construisait une arche. Non seulement cela était un miracle, mais, il préparait un miracle. Eh bien, aujourd'hui non seulement l'Eglise a des miracles, mais Elle se prépare pour un miracle : La Venue du Seigneur Jésus-Christ et l'enlèvement de l'Eglise pour être emportée. Apprêter une église, rendue visible pour voir des signes et voir le Dieu omnipotent, la grande Puissance de Dieu agissant parmi les gens. En fait, l'enlèvement sera une chose simple, à la venue de Jésus. Les gens seront enlevés, parce qu'ils y croient. Assurément, nous sommes au temps de la fin. Nous sommes à la croisée des chemins, au temps de jonction, à la fin d'une dispensation et au début d'une nouvelle dispensation. Il y en a eu six et nous sommes à septième.
E-56 J'aimerais que vous remarquiez rapidement. Quand No√© construisait l'arche, il s'attendait √† un miracle... Il y avait des miracles qui s'accomplissaient. Il pr√™chait le surnaturel. Quoi ? Oui, oui. Il pr√™chait qu'il existait un Dieu dans le Ciel qui d√©truirait le monde par l'eau : "Et je suis en train de construire une arche pour la circonstance. " Eh bien, je m'image que les gens pensaient qu'il √©tait fou. Mais quand les tonnerres ont commenc√© √† gronder, et l'√©clair √† jaillir, m√™me les oiseaux et les animaux ont pris position, il s'est produit un miracle, quand les animaux ont commenc√© √† aller aupr√®s de No√©. Est-ce beaucoup plus simple aujourd'hui, que nous ayons vu les opossums, qui ont √©t√© battus traverser la rue en rampant, et tout le reste, et cela se passe m√™me chez les animaux. √áa prouve que J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, vient bient√īt. Amen. Nous sommes au temps de la fin. Nous sommes au temps de jonction. Certainement.
E-57 Remarquez donc une autre chose, les eaux ont commenc√© √† tomber, nous sommes... quand les eaux ont commenc√© √† tomber, et que les gens ont vu que ce miracle s'accomplissait effectivement, le monde ext√©rieur qui avait m√©pris√© et qui s'√©tait moqu√© de No√©, √©taient enferm√©s dehors, sans mis√©ricorde. Il en sera de m√™me √† la Venue du Fils de l'homme. Beaucoup qui rient, s'en moquent et disent que les jours des miracles sont pass√©s, alors que les miracles s'accomplissent chaque jour dans la vie de croyants... il sera trop tard pour eux en ce jour-l√†. Les portes de la mis√©ricorde seront ferm√©es ; le sanctuaire sera rempli de fum√©e. Et il n'y aura plus d√©sormais d'intercession pour le p√©ch√©. "Que celui qui est souill√© se souille encore. Que celui qui est juste, soit davantage juste, et que celui qui est saint, se sanctifie davantage. " C'est ce que la Bible dit. Et nous croyons cela, vous le savez, mes fr√®res et sŇďurs.
E-58 Eh bien, remarquez une autre chose. L'une de plus grandes choses, alors que tous les fl√©aux commen√ßaient √† tomber et que le - le niveau d'eaux commen√ßait √† s'√©lever, au lieu que No√© se noie, il √©tait au repos dans l'arche. Amen. No√©, qui avait suivi Dieu, se reposait en paix pendant que l'arche flottait. Et aujourd'hui, le croyant qui est en J√©sus-Christ, ne se soucie pas du nombre de bombes atomiques dont on parle, cela ne l'int√©resse pas. Aujourd'hui, les pr√©dicateurs cherchent √† √™tre des r√©formateurs, plut√īt que des pr√©dicateurs de l'Evangile. Ils disent : " Cessez de faire ceci ; ne faites pas √ßa. J'ai amen√© mon √©glise √† faire telle chose. " Ce n'est pas √ßa notre affaire. Ce sont les policiers qui sont des r√©formateurs ; ce sont eux qui envoient des gens en prison pour les r√©former. Nous les pr√©dicateurs de l'Evangile, nous leur parlons de J√©sus-Christ, et nous les amenons √† na√ģtre de nouveau de l'Esprit de Dieu. Alors, Dieu peut diriger cette personne. Le Saint-Esprit entre dans le cŇďur de l'homme et de la femme. Vous savez que c'est vrai, vous tous.
E-59 Remarquez, mais ce qui arrivera du temps de No√©, arrivera de m√™me √† la Venue du Fils de l'homme : manger, se marier, donner en mariage, des moqueurs, et toutes ces choses. Nous vivons au temps de la fin. Les signes et les prodiges commencent √† appara√ģtre juste parmi ces gens. Les proph√®tes apparaissent. Et la Parole de Dieu nous dit qu'avant le temps de la fin, il se l√®vera une fois de plus des proph√®tes : "Vos fils et vos filles proph√©tiseront. " Est-ce vrai ? Certainement qu'ils seront suscit√©s. Ensuite, il est aussi pr√©dit l√†, et il est dit : "Vos jeunes gens auront des visions. " Les gens taxent cela de la t√©l√©pathie mentale. Ils taxent cela de tout. Et ils vous appellent... Et J√©sus a dit que s'ils appellent le Ma√ģtre de la maison Belz√©bul, de quel nom traiteront-ils Ses disciples ! Nous vivons au temps de la fin. C'est l√† que nous sommes. Nous voyons ces choses : un temps de jonction.
E-60 Remarquez, apr√®s la destruction ant√©diluvienne, le monde a √©t√© nettoy√©, et Dieu a repris √† partir du chaos de ce temps-l√†, Il s'est remis √† reconstruire. Finalement, les hommes √©taient devenus des √©go√Įstes, ils avaient de grands juges et autres, ils ont commenc√© √† consid√©rer les choses du monde, et √† expliquer, les pr√©dicateurs, les ministres de ces jours-l√† : "Ah, ces jours-l√† sont tous pass√©s ; pareille chose n'existe plus. " Et tout d'un coup, vous savez, ils en √©taient arriv√©s au temps o√Ļ Isra√ęl √©tait directement parti en Egypte, et ils ont fait l√† quatre cents ans... La nation qui dirigeait le monde, √† cause du p√©ch√© et de l'incr√©dulit√©, a √©t√© d√©truite parce que ils n'avaient pas cru en Dieu, et ils se sont retrouv√©s en Egypte, parce que la Parole de Dieu avait dit qu'ils y seraient ; il avait √©t√© promis √† Abraham qu'ils y seraient. Et il devait arriver un temps de jonction, o√Ļ cette s√©gr√©gation devait avoir lieu. Et nous sommes aujourd'hui √† un temps de jonction, un temps o√Ļ Dieu s√©parera les brebis d'avec les boucs. C'est vrai. C'est un temps de s√©gr√©gation.
E-61 Et suivez. Avant que Dieu... on dirait qu'il ne se pr√©occupait m√™me de rien, Il les a simplement laiss√©s aller de l'avant, ils nient tout le surnaturel par des explications, ils s'√©taient acquitt√©s de leurs fardeaux, ils avaient autres choses √† faire. Ils devaient s'occuper des fours √† briques et des fours √† limon. Ils avaient des choses √† faire pour plaire √† Pharaon, tout le surnaturel avait disparu. Mais un jour, Dieu savait qu'Il devait appr√™ter ce peuple pour une marche. Et ce que Dieu a fait en premier lieu quand Il est descendu... Quand l'Omnipotent parle, le miracle s'accomplit. Dieu a parl√©, et alors, un petit gar√ßon du nom de Mo√Įse √©tait n√©. C'est exact. Et aussit√īt qu'il √©tait n√©, on a vu qu' il √©tait un bel enfant. Il s'est rendu aupr√®s du meilleur qui lui restait sur la terre. Dieu n'a jamais manqu√© de t√©moin. Et la chose suivante... c'√©tait miraculeux que Dieu l'ait pouss√© l√† dans le - dans le Nil, l√† au milieu des crocodiles et autres, qu'Il l'ait prot√©g√©, fait sortir et plac√© juste sous le nez du Pharaon, et qu'on l'ait √©lev√© et instruit.
E-62 C'√©tait l√†, sur le flanc d'une colline, un jour, un homme de quatre-vingt ans, avec des moustaches, il avait d√©sob√©i √† Dieu, que Dieu descendit par un miracle, et avec la Puissance d'un Ange, et lui parla dans un buisson ardent. Qu'√©tait-ce ? Il √©tait temps que les proph√®tes apparaissent. Il √©tait temps que les anges apparaissent. C'√©tait au temps de la fin, les jonctions de la route. Dieu a parl√© √† Mo√Įse et Il l'a envoy√©. Il a envoy√© Aaron. Et quand il est all√© l√†, le surnaturel a √©t√© accompli. Pourquoi ? C'√©tait un temps de jonction, le temps de la fin, les miracles se sont accomplis. Et il y avait l√† aussi des vieux et faux combattants, ils se trouvaient l√† aussi. On en a toujours eus. On en eus √† l'√©poque ant√©diluvienne. On en a eus en ce temps-l√†. Jann√®s et Jambres se tenaient l√†, ils se tiennent l√† : "Eh bien, nous pouvons faire autant que vous. Vous gu√©rissez une personne, nous en gu√©rirons un millier. " C'est comme √ßa que √ßa se passe aujourd'hui.
E-63 Nous avons des imitateurs. Nous avons des gens qui pr√©tendent √™tre ce qu'ils ne sont pas. Et la Bible dit : "De m√™me que Jann√®s et Jambres s'oppos√®rent √† Mo√Įse, de m√™me ces gens √† l'esprit r√©prouv√© quant √† la v√©rit√©, s'opposeront dans les derniers jours, √† la jonction o√Ļ nous sommes aujourd'hui. " Et l√† se tenaient Jann√®s et Jambres, quand Mo√Įse jeta son b√Ęton par terre et qu'il accomplit un miracle de la part de Dieu, ils ont imit√© cela et ont aussi accompli un miracle avec leur b√Ęton. Et Mo√Įse a fait venir des fl√©aux, eux aussi en ont fait venir. C'√©taient des d√©mons d√©cha√ģn√©s. La Bible dit : "Quand l'Esprit... quand l'ennemi viendra comme un fleuve, Dieu √©l√®vera un √©tendard contre lui. " Et nous sommes en ce jour o√Ļ il y a beaucoup d'imitations, des hommes agissent comme des chr√©tiens, ils pr√©tendent l'√™tre alors que leur cŇďur est aussi noir que les murs sales de l'enfer. Il y en a beaucoup √† la chaire aujourd'hui qui devraient se retrouver ici, en train de couper du ma√Įs ou quelque chose comme cela, ce qui serait de loin mieux.
E-64 Il y a des hommes avec leur th√©ologie, leur grands dipl√īmes et tout comme √ßa, et qui ne savent rien au sujet de Dieu, pas plus qu'un Hottentot n'en sait au sujet d'un chevalier √©gyptien. Parler leur de la puissance de Dieu et de la r√©surrection : "Oh, c'est du fanatisme, pr√©dicateur. C'√©tait dans le pass√©. " Cela montre ce qu'ils sont. Ils ne se rendent pas compte du jour dans lequel ils vivent. Vous savez que c'est la v√©rit√©. C'√©tait en ce jour-l√†... je vous pr√©sente les ombres et autres, et je vous montre l'ombre du temps o√Ļ nous sommes aujourd'hui, afin que vous qui √™tes ici, vous serviez Dieu... Je ne vous indique pas l'√©glise √† laquelle adh√©rer ; cela ne change rien. Je dis : "Venez √† Christ. " C'est √ßa.
E-65 Remarquez, Jambres et Jann√®s ... Quel √©tait le test ? Quel √©tait le test final ? Il nous est pr√©dit que dans les derniers jours, l'antichrist aura la puissance. Quel genre de puissance ? Il accomplira de grands miracles. La Bible dit-elle cela ? Assur√©ment. Il est dit : "Il fera m√™me descendre le feu du ciel. " Est-ce vrai ? Mais nulle part, la Bible ne pr√©dit que l'antichrist gu√©rirait une personne malade, parce qu'il ne le peut pas. C'est Dieu seul qui peut gu√©rir. "Je suis l'Eternel qui te gu√©rit de toutes tes maladies. " Il eut un test de confrontation entre le vrai et le faux, quand on en est arriv√© l√†, en Egypte. Ils ont jet√© leurs verges par terre et elles se sont transform√©es en serpents. Les autres ont fait la m√™me chose, (Jambres et Jann√®s), devant Mo√Įse et Aaron. Et ils ont accompli des miracles, et les autres aussi. Et ils pouvaient faire venir le fl√©au des ulc√®res, et les autres faisaient de m√™me, mais ils ne pouvaient gu√©rir cela. Et comme Mo√Įse et Aaron avaient le pouvoir d'√īter cela, √ßa prouvait ce qu'ils disaient : "Ceci est la main de Dieu. " Et aujourd'hui, la gu√©rison divine est consid√©r√©e comme du diable par beaucoup de penseurs modernes - que la gu√©rison divine est du diable. C'est la puissance du Dieu Tout-Puissant. C'est exactement la foi de l'individu dans le Seigneur J√©sus ressuscit√© : "Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi ; vous en ferez m√™me davantage, car Je M'en vais √† Mon P√®re. Je serai toujours avec vous jusqu'√† la fin du si√®cle. " Le temps de jonction √©tait l√†. Les miracles √©taient accomplis.
E-66 Dieu les a conduits √† travers la mer Rouge, et Il a ouvert la mer Rouge, par la foi, Mo√Įse et les autres. Les miracles ont √©t√© accomplis, et les gens ont reconnu qu'ils √©taient au temps de la fin, √† une jonction. J'aurais souhait√© que nous ayons le temps de tra√ģner plus longtemps l√†-dessus, mais nous avons d'autres jonctions √† venir. C'√©tait un temps de jonction. Quand Abraham et Lot voyageaient ensemble, Abraham allait √™tre l'h√©ritier du monde, de toutes choses. Eh bien, il avait l√† avec lui un membre d'√©glise ti√®de et r√©trograde, son neveu, un parent consanguin, et son nom √©tait Lot, un membre d'√©glise ti√®de, moderniste, un membre d'√©glise qui n'a pas de sang (c'est vrai.) Le type m√™me de ce qui se passe aujourd'hui. On en a eu dans chaque √Ęge. On en a aujourd'hui : Une apparence de la pi√©t√©, reniant ce qui en fait la force. On en a aujourd'hui.
E-67 Lot suivait l√†, tout du long, tout aussi religieux que possible. Mais quand on en est arriv√© √† la confrontation, √† avoir l'entendement spirituel... Eh bien, cela tire m√™me son origine l√† loin, quand Ca√Įn et Abel... Quand Ca√Įn, un homme moderne, qui fr√©quentait l'√©glise et venait √† l'autel, il avait construit une √©glise... Ca√Įn avait construit une √©glise. Qu'est-ce que je cherche √† vous dire ? Je cherche √† vous dire, mon ami, que le seul fait de fr√©quenter l'√©glise, confesser et accomplir de bonnes Ňďuvres ne vous sauvera jamais. Vous devez na√ģtre de nouveau. Cela doit venir par une r√©v√©lation spirituelle. Observez Ca√Įn. Si seulement vous pouvez consid√©rer ces deux jeunes gens, tous deux, Ca√Įn et Abel. Nous laisserons notre texte ici m√™me pour aller dans le pass√© juste pour un instant. Consid√©rez Ca√Įn et Abel pour commencer. Nous vous d√©montrons qu'il y a toujours eu le pour et le contre, le vrai et le faux. Et c'est le cas aujourd'hui.
E-68 Remarquez ceci. Quand Ca√Įn et Abel, tous deux, tous les deux jeunes gens avaient construit un autel pour Dieu... Ils avaient construit une √©glise pour le Seigneur. Or, si √™tre membre d'√©glise, c'est tout ce que Dieu exige, alors Il serait[Espace vide sur la bande - N.D.E.] Non seulement cela, mais Ca√Įn n'√©tait pas un incroyant, ni un communiste. Il s'est agenouill√© et a ador√© le Seigneur. Est-ce vrai ? Ca√Įn avait ador√© le Seigneur. Il √©tait sinc√®re. Si la sinc√©rit√© √©tait tout ce que Dieu exigeait, Il aurait justifi√© Ca√Įn. Mais telle voie para√ģt juste √† l'homme... Oh, laissez-moi enfoncer ceci profond√©ment dans votre cŇďur. Ne l'oubliez pas. La r√©v√©lation spirituelle, il n'y avait pas de Bible √† l'√©poque. Ils √©taient les seules cr√©atures sur terre. Mais par la r√©v√©lation, Abel a apport√© un agneau, la foi... Ca√Įn a apport√© les Ňďuvres, la qualit√© de membre d'√©glise et autres choses, et il a construit une √©glise, disant : "Assur√©ment que J√©hovah aime ce qui est beau. " J√©hovah... ?... je pense, avec de beaux lys et autres sur l'autel, comme on le fait √† la P√Ęques. C'est pratiquement la derni√®re fois que l'on vous voit avant la nouvelle P√Ęques. Qu'est-ce ? Dieu n'a pas besoin de lys de P√Ęques sur l'autel. C'est vous qu'Il veut sur l'autel. Certainement.
E-69 Et il a d√©pos√© ses sacrifices, l√†. Il y a mis les fruits du champs. Il a dit : "J√©hovah, Tu es beau. " Et si seulement on avait le temps de remonter dans le pass√© pour voir la nature m√™me de son papa, le diable. Mais par la foi, Abel offrit √† Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Ca√Įn, dit H√©breux 1... H√©breux 11 plut√īt. Tenez, qu'est-il arriv√© ? Abel, par la r√©v√©lation spirituelle avait su que c'√©tait le sang qui nous a entra√ģn√©s dans la mort, et non les fruits du champ. Certains pr√©dicateurs pensent m√™me encore qu'ils avaient mang√© des pommes. Oh! la la, oh ! la la, oh ! la la ! Tr√®s bien.
E-70 Apr√®s tout, si... je ne le dis pas pour plaisanter. Je ne crois pas au fait de plaisanter. Mais si vous dites vrai, mon fr√®re et ami, que le fait de manger des pommes a amen√© des femmes √† se rendre compte qu'elles √©taient nues, vous feriez mieux de leur en donner encore d'autres. Oui, oui. En effet, je vous assure, c'est un p√©ch√© et une honte, la fa√ßon dont les gens vivent et agissent, l√† dans des rues, de jeunes filles et de vieilles grands-m√®res nues, toutes ensemble, et puis elles fr√©quentent l'√©glise, chantent dans la chorale et se disent croyantes. Eh bien, c'est √† vos fruits qu'on vous reconna√ģt. Pourquoi cherchez-vous √† vous d√©shabiller ? Il n'y a qu'une seule personne dans la Bible qui ait donc fait cela, et elle √©tait poss√©d√©e des d√©mons. Bon, je ne dis pas cela pour √™tre rude. Je le dis pour vous avertir. Il se peut que ce soit donc la derni√®re fois pour moi de vous voir ou de vous parler ; j'aimerais que vous vous en souveniez. Amen.
E-71 Bon, suivez juste un instant. Ca√Įn, par r√©v√©lation, ou plut√īt Abel, par r√©v√©lation a su cela. Observez quand J√©sus descendait de la montagne de la Transfiguration, la m√™me chose, Il a promis de b√Ętir Son Eglise, non pas par une loi √©crite, non pas par un tas de credos, ni par un manuel. Quand Il descendait de la montagne de la Transfiguration, Il a dit : "Qui dites-vous que Je suis, Moi le Fils de l'homme ? " Les uns ont dit : "Oh, Tu es Elie. " Les autres : "Non, Tu es J√©r√©mie. " Les autres : "Tu es le proph√®te. " Il a dit : "Qui dites-vous que Je suis ? " Et Pierre a dit : "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. " J√©sus a dit : "Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont r√©v√©l√© cela. (Tu n'as jamais appris cela dans un quelconque s√©minaire, dans un quelconque manuel.) Ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont r√©v√©l√© cela, mais c'est mon P√®re qui est dans les cieux qui t'a r√©v√©l√© cela. Et sur ce Roc, Je b√Ętirai Mon Eglise, et les portes du s√©jour des morts ne pr√©vaudront point contre elle. " Qu'est-ce ? La r√©v√©lation spirituelle que J√©sus-Christ est le Fils de Dieu. Et la Bible dit : "Personne ne peut appeler J√©sus le Christ, si ce n'est par le t√©moignage du Saint-Esprit. "
E-72 Quand le Saint-Esprit s'empare de vous et vous r√©v√®le qu'Il est le Dieu m√™me surnaturel ressuscit√©, alors vous savez o√Ļ vous vous tenez. En dehors de cela, vous n'√™tes jamais n√© de nouveau et vous ne le savez pas. Vous ne faites que de prendre ce que maman a dit ou ce que le pr√©dicateur a dit. Mais qu'en pensez-vous ? √áa ne se passera point jusqu'√† ce que cela vous soit r√©v√©l√©. Le temps de jonction est ici. La T√™te de toute chose est venue. Le temps, la fin de tous les temps est venue. Remarquez, ce qui vient apr√®s, c'est l'Eternit√©. Quand Lot avait choisi de se rendre l√†, dans des endroits bien, oh, peut-√™tre qu'il a pu construire de plus grandes √©glises. C'est √ßa la conception moderne - moderne l√†-dessus. Et il √©tait dans un endroit bien arros√©. Oh, la grande √©glise et tout √ßa. Et peut-√™tre que sa femme √©tait devenue la responsable du cercle de couturi√®res. Et Lot √©tait le maire de la ville. Oh, les choses marchaient bien pour lui, tout. Qu'avait-il fait? Il est all√© l√† jusqu'√† ce que le monde √©tait entr√© dans un ch - chaos, tel que les hommes avaient totalement perdu l'usage naturel de leurs corps et ils √©taient devenus pervertis.
E-73 La perversion √©tait un signe de la fin. Et aujourd'hui, il y a une recrudescence de la perversion par l'homosexualit√©, au point m√™me que quarante pour cent de membres du gouvernement de notre nation sont obs√©d√©s par cette perversion. Ce sont les journaux qui le disent. C'est vrai. En Californie, des lettres me parviennent de la part des m√®res et autres, ici et l√†, la femme est devenue la d√©esse du monde. Et elles vont... Fr√®re, les petits papillons feront fl√©chir les hommes plus vite que n'importe quoi au monde, des femmes en habits sales et souill√©s. Et vous regardez la t√©l√©vision et tout vous voyez certaines de ces dr√īles de jeunes filles l√†, habill√©es de toutes ces sottises, vous sortez, vous cherchez √† les imiter, et vous ne vous rendez pas compte qu'elles ont √©t√© mari√©es quatre ou cinq fois. Et certaines parmi elles ne conviennent m√™me pas √† √™tre utilis√©es comme de petits tapis √† la porte. Et vous en faites votre mod√®le, plut√īt que l'humble Seigneur J√©sus, qui est mort au Calvaire pour vous sauver du p√©ch√©. Faites votre choix aujourd'hui. Amen.
E-74 La moiti√© de membres d'√©glises modernes ne peuvent pas vous dire comment J√©sus est n√© ni m√™me beaucoup de ces choses, mais, ils peuvent certainement regarder l'un de ces vieux magazines qui ont des histoires d'amour et vous dire qui en est l'auteur et √† quel moment telle actrice a fait telle ou telle chose. C'est une honte. C'est vrai. Vous direz: "Qu'est-ce que vous pr√™chez, fr√®re ? " Je vous dis la v√©rit√©, et j'aimerais que vous m'√©coutiez. Assur√©ment, c'est une disgr√Ęce, l'allure o√Ļ vont les choses dans notre monde moderne aujourd'hui : Un signe du temps de la fin.
E-75 C'est ce qu'ils faisaient √† Sodome et Gomorrhe. L'usage naturel du corps... au point que les hommes sont devenus si terre √† terre envers les femmes aujourd'hui, qu'il n'y a m√™me plus de respect. C'est √† peine s'ils enl√®vent leurs chapeaux (les hommes) devant les femmes, et ils n'ont pas du tout du respect pour elles. Qu'est-ce qui est √† la base ? Ce sont les femmes elles-m√™mes qui sont √† la base. Et vous parlez tous de la d√©linquance juv√©nile et tout. Je pense qu'il s'agit de la d√©linquance parentale. Certains parmi vous laissent leurs jeunes filles sortir et courir toute la nuit, fumant la cigarette, au cocktail. Elles rentrent le lendemain matin √† moitie nues, avec un dr√īle de maquillage sur tout le visage et autre. Et vous taxez les m√®res de Kentucky d'ignorantes. On compose un morceau sur Dogpatch... ou Lil'Abner, pour se moquer des m√®res du Kentucky. Il y a des membres de ma famille l√†. Que l'une de ces filles... ?... commence cela l√†-bas, fr√®re, je vous assure, elle ne se rel√®vera pas du lit pendant six mois. Elle prendra une branche de l'hickory et la frappera jusqu'√† la d√©pouiller de ces quelques habits qui lui restent sur le corps... Et si vous aviez quelque chose comme cela, l√† dans l'√©glise aujourd'hui, vous vous en tireriez mieux. Amen. Que Dieu nous donne des m√®res √† l'ancienne mode. J'ai deux jeunes filles qui grandissent. Je ne sais pas ce qu'elles deviendront.
E-76 Et j'ai vu ces femmes √©tendues l√†, sur les plages, √† moiti√© nues devant des hommes qui √©taient aussi √©tendus l√†, disant qu'elles se faisaient bronzer au soleil. Fr√®re, peut-√™tre que je - je ne serai pas en vie, mais si Dieu me laisse vivre et que je garde le bon sens, si l'une de mes filles fait √ßa, elle aura un bronzage par le fils. Ce sera par le fils de monsieur Branham avec une lamelle d'un tonneau derri√®re elle. Elle va tr√®s bien se faire bronzer. Elle saura aussi d'o√Ļ c'est venu. Oui, oui. Nous avons besoin du jour de r√©veil √† l'ancienne mode, √† la saint Paul, envoy√© de Dieu, et du Saint-Esprit de la Bible, plut√īt que de beaucoup de ces vieux b√©b√©s, de mi-chemin, une religion formaliste d√©cousue, et si J√©sus-Christ est pr√™ch√© dans la Puissance de Sa r√©surrection, les signes, les prodiges et les miracles peuvent encore se produire dans l'Eglise avant le temps de la fin. Et nous allons avoir cela. Saisissez cela. Tous les d√©mons de l'enfer ne peuvent pas arr√™ter cela, en effet, Dieu a dit que cela serait ici. Cela va √™tre ici. Assur√©ment.
E-77 Sodome et Gomorrhe... Le temps de jonction est arriv√© ; le mal s'installe. Alors, quand le mal s'√©tait install√©, Dieu avait un vrai proph√®te, qui est apparu, Abraham. Amen. Qu'est-il arriv√© ? Les anges √©taient venus sous la forme des hommes. C'est vrai, n'est-ce pas ? Les Anges √©taient apparus sous la forme des hommes. Le temps de la fin √©tait l√†, le temps de jonction. Ils ont pr√™ch√© sans r√©sultats √† cette m√™me esp√®ce de foule. C'est la m√™me chose que nous obtenons aujourd'hui. C'est vrai. Mais Dieu avait balay√© ces villes-l√†, d'un bout √† l'autre de la plaine, l√†, Il avait br√Ľl√© chaque ville et Il a tout d√©truit. Et il en est rest√© une disgr√Ęce, la femme de Lot se tenant l√† comme une colonne de sel jusqu' en ce jour-ci m√™me, pour avoir regard√© en arri√®re, pour servir d'avertissement qu'une autre jonction vient. Certainement.
E-78 Les filles et autres se sont m√™me moqu√©es et ont ri ces pr√©dicateurs qui pr√™chaient la v√©rit√©. Et ils font la m√™me chose aujourd'hui. Certainement. C'est le temps de la fin. Je souhaiterais que nous tra√ģnions plus longtemps l√†-dessus. Nous passerons √† une autre. Il y eut un temps o√Ļ il devait y avoir une jonction en Isra√ęl, quand Achab √©pousa J√©zabel, le petit papillon fard√©, et changea toutes les idoles, tout ce qui est de Dieu en - toute l'√©glise en idol√Ętrie. C'est pratiquement la m√™me chose qu'aujourd'hui, O√Ļ des gens spirituels sont devenus si formalistes qu'ils ont r√©duit l'√©glise en une loge... Vous savez que c'est vrai. √áa ne sert √† rien de cacher cela. C'est la v√©rit√©. Rien qu'une loge... vous adh√©rez √† une loge, vous changez de carte. Vous partez avec cela de chez les m√©thodistes, vous allez chez les baptistes, chez les presbyt√©riens. D√®s que surgit un petit probl√®me qui ne vous plait pas, vous prenez votre carte, c'est pratiquement us√©. Pourquoi ne d√©chirez-vous pas cela, apr√®s tout, pour inscrire votre nom dans le Livre de Vie au Ciel, o√Ļ Il ne sera plus trimbal√© de lieu en lieu. C'est vrai. Je n'ai rien contre les m√©thodistes, les baptistes, les presbyt√©riens, rien contre eux, mais il s'agit de votre mode de vie, l√†. Et beaucoup de ces choses sont dues au fait qu'on ne pr√™che pas l'Evangile et on n'avertit pas les gens. C'est vrai. Ce dont nous avons besoin, c'est de plus d'avertissement, plus de pr√©dication de l'Evangile. Juste un instant avant que nous terminons.
E-79 Remarquez, quand le temps de jonction arriva - arriva, Dieu fit appara√ģtre un proph√®te sur terre, Elie. Il a fait appara√ģtre des Anges sur terre, absolument. Il a fait appara√ģtre des signes et des prodiges sur la terre. Il a ferm√© les cieux de telle sorte qu'il n'a pas plus pendant les jours de sa proph√©tie. Il a accompli d'autres choses, des miracles et des signes devant les gens pour confirmer cela. C'en √©tait une autre. C'est la quatri√®me. Observez la cinqui√®me venir. On en avait fini avec les juges et des avocats et, ou des juges et autres, des avocats, √† d'autres lois et ainsi de suite. Ils √©taient tomb√©s au point o√Ļ ils donnaient des explications pour nier toute puissance. Les miracles n'existent plus, et ils ont √©t√© d√©port√©s √† Babylone, il y a eu des guerres et des troubles. C'est ce que nous connaissons aujourd'hui. Mais il viendra un temps de jonction. All√©luia ! Bon, je sais que vous allez, apr√®s tout, me taxer de saint exalt√©, vous feriez donc mieux de commencer. Je me sens bien, car je sais que J√©sus-Christ, le Fils de Dieu vit et r√®gne. Il y a des gens qui croiront en Lui. C'est vrai.
E-80 L√† donc, quand que je Le vois l√†, juste avant que le temps de la fin arrive, il y avait eu un homme honn√™te du nom de Zacharie, qui avait pri√© ardemment pour avoir un enfant. Et qu'est-il arriv√© ? Un ange est apparu sur la terre pour la premi√®re fois, depuis Malachie, des centaines d'ann√©es. Et un ange est apparu et il a annonc√© √† Zacharie un miracle qui allait s'accomplir, et ce dernier a cru cela. Il n'a pas cru cela au d√©part, mais absolument Dieu... En effet, √ßa aurait √©t√© tr√®s insens√©... ?... Oh, eh bien. Il avait amen√© Abraham, Isaac, et Sara, eux tous, l√† dans le pass√©, √† croire, ainsi que Anne au temple, mais on a manqu√© de voir cela. "Oh, l√† c'√©tait Dieu, il y a longtemps. Il ne peut pas le faire aujourd'hui. " Et cet ange-l√† a dit : "Je suis Gabriel, je me tiens devant Dieu. Mes Paroles s'accompliront en leur saison. Puisque tu as dout√© de moi, tu seras muet jusqu'au jour o√Ļ l'enfant na√ģtra. Tu lui donneras le nom de Jean. " Amen. Le temps de jonction √©tait venu.
E-81 Oh, assur√©ment qu'il y avait eu un laps de temps, on niait compl√®tement tous les miracles, mais les jours de miracle revenaient une fois de plus. On passait de loi √† la gr√Ęce. Les dispensations changeaient une fois de plus. C'est un temps de jonction. Et chaque fois que nous en arrivons √† une jonction, des choses se produisent : "L'Omnipotent parle ; le miracle se produit. Certainement. " Dieu a parl√©, et une femme qui avait de loin d√©pass√© l'√Ęge d'avoir un enfant, l'a eu. Et alors, quand Zacharie a √©crit sur une tablette "Jean ", l'Ange du Seigneur l'a gu√©ri. Et il a re√ßu la gu√©rison divine. Un autre ange vint, le m√™me ange, et il apparut √† une petite femme qui n'avait jamais eu d'enfant, elle n'avait m√™me pas - qui n'√©tait m√™me pas mari√©e et il lui a √©t√© dit qu'elle allait avoir un enfant. Et elle a cru cela.
E-82 Et quand Il √©tait n√©, Il a commenc√©... Premi√®rement, Il a commenc√© √† avoir des visions, comme la Bible avait dit qu'Il en aurait, r√©v√©lant aux gens leurs torts et qui ils √©taient. Les Pharisiens ont dit : "Ah ! les jours des miracles sont pass√©s. Ce gars n'est rien. Il est Belz√©bul. " J√©sus a dit : "S'ils appellent le Ma√ģtre de la maison Belz√©bul, de quel nom traiteront-ils Ses disciples ? " Il a dit : "Si Moi Je chasse les d√©mons par Belz√©bul, par quoi les chassez-vous ? " Tr√®s bien. C'est par l√† qu'ils avaient commenc√©, et ils ont √©volu√©. Des signes et des prodiges ont commenc√© √† accompagner le Ma√ģtre alors qu'Il continuait √† gu√©rir les malades, cela avait donc eu lieu. Puis apr√®s, Il avait commenc√© √† nourrir avec des poissons, et Il a rompu le pain, il a lib√©r√© les atomes et Il a cr√©√© les puissances et tout ; puis de l√†, Il en est arriv√© √† ressusciter des morts. Les miracles ont commenc√© √† s'intensifier de plus en plus vite, au fur et √† mesure que le temps de jonction approchait.
E-83 C'est pareil aujourd'hui. L'heur vient o√Ļ ce monde sera √©branl√© par les puissances de Dieu. C'est vrai. Et vous voyez cela arriver juste devant vous maintenant. Le voici. Les miracles commencent √† se produire, √† s'installer. On approche de la fin. J√©sus s'est mis √† les avertir. Au fur et √† mesure qu'Il √©voluait, il se produisait miracle apr√®s miracle. Alors qu'Il √©voluait, il se produisait des plus grands. Et enfin de compte, on L'a suspendu sur la croix. Alors, Dieu exau√ßa du Ciel. Le soleil refusa de briller. La lune devint noire. Les √©toiles ne voulurent point donner de leur lumi√®re. Et le Fils de Dieu mourut au Calvaire. Et regardez l'aspect que cela avait, c'√©tait tel que le soleil eut des convulsions et s'√©teint. Amen. La nature avait connu cela, elle avait r√©agi. Les miracles, les signes, et n√©anmoins ces religieux aux cŇďurs durs allaient √ßa et l√†, disant : "Eh bien, ce n'est qu'un spirite. C'est tout. Rien que Belz√©bul.
E-84 Et, au m√™me instant o√Ļ ils faisaient cela, ... la terre a connu une d√©pression nerveuse - nerveuse. Au matin de P√Ęques, elle fut si violemment secou√©e de nervosit√© qu'elle expulsa des cadavres de ceux qui √©taient dans des tombes. Et ils sortirent et apparurent √† plusieurs. Amen. Des signes et des prodiges ; nous sommes au temps de la fin, √† la jonction. Alors, l'Evangile a √©t√© proclam√©, mille cinq cents ans d'√Ęges de t√©n√®bres. Puis vint une autre jonction, quand le protestantisme s'est d√©tach√© du catholicisme. C'√©tait lors de la premi√®re r√©forme avec Luther. Des signes et des prodiges au travers de Luther et de Wesley... John Wesley, alors qu'il pr√™chait la gu√©rison divine et gu√©rissait les malades, des signes et des prodiges accompagnaient son r√©veil, et vous savez que c'est la v√©rit√©. Vous pouvez le dire aujourd'hui dans une √©glise m√©thodiste, et ils vous bouteront donc √† la porte. Quand John Wesley √©tait ici m√™me, lui et Whitfield, alors qu'il allait sur son cheval prier pour une femme malade, son cheval tomba et se cassa la patte, alors il en est descendu, prit son huile d'onction, il oignit le cheval avec l'huile au Nom du Seigneur, puis il remonta et chevaucha : le temps de jonction. Amen. L√† m√™me en Angleterre, alors, o√Ļ il pr√™chait la gu√©rison divine... Et la haute √©glise d'Angleterre l'avait pers√©cut√© comme c'est le cas aujourd'hui. Et une meute de renards avait √©t√© l√Ęch√©e l√†, Wesley a point√© du doigt le visage de cet homme et a dit : "Le soleil ne se couchera pas trois fois au-dessus de ta t√™te, que tu ne m'aies fait venir pour prier pour toi. " Et ce soir-l√†, cet homme mourut de crampes, r√©clamant que John Wesley aille prier pour lui... Le temps de jonction. All√©luia !
E-85 Maintenant, vous √™tes devenus si cultiv√©s, vous √™tes devenus si organis√©s que chacune de vos petites organisations croit que c'est la sienne. "Je - je suis membre de ceci. Je suis membre de cela. " Oh, vous pauvre mis√©rable personne. Si c'est tout ce que vous avez pour vous y accrocher, que Dieu soit mis√©ricordieux envers votre √Ęme p√©cheresse. L'heure est arriv√©e o√Ļ les eccl√©siastiques se sont lev√©s pour √™tre une esp√®ce d'acteurs dans une pi√®ce de th√©√Ętre. Quel en est le probl√®me aujourd'hui ? Ils n'ont pas la religion √† l'ancienne mode qu'on avait autrefois. Aujourd'hui, on a trop d'√©vang√©lisation √† la Hollywood, un petit gars eff√©min√© avec des manucures dans les cheveux, debout, avec un groupe de femmes avec des boucles d'oreille qui pendent comme les √©triers de d√©mons avec au visage assez de maquillage pour peindre une grange, les cheveux coup√©s, et chaque... Autrefois, c'√©tait un p√©ch√© parmi vous, gens de la saintet√©. Qu'est-il arriv√© ? Vous couriez bien. La Bible dit toujours que c'est un p√©ch√©. C'est vrai. Mais, oh la la ! Vous, gens de la saintet√©, vous vous coupez les cheveux et vous... Oh, vous faites toutes ces choses. Maintenant, ne vous f√Ęchez pas. M√™me si √ßa vous rend malade, recevez-le de toute fa√ßon. Cela vous fera du bien. C'est vrai.
E-86 Oh, vous les pentec√ītistes, autrefois vous √©tiez tr√®s saints, mais qu'est-il arriv√© ? Vous couriez bien. Paul a dit : "Qu'est-ce qui vous fait obstacle emp√™che ? " Si c'√©tait un p√©ch√© √† l'√©poque, c'est un p√©ch√© aujourd'hui. Le diable peut devenir d√©mod√©, mais il ne l√Ęche pas prise. Il est toujours √† l'Ňďuvre. C'est vrai. Vous savez que c'est la v√©rit√©. √áa ne sert √† rien de vous tordre √† ce sujet. Vous savez que c'est la v√©rit√©. Oui, oui. Mais qu'est-ce ? C'est un signe du temps de la fin.
E-87 Eh bien, les pasteurs une fois de plus... un vieux fr√®re, un pr√©dicateur m√©thodiste, un ami √† moi, le vieux fr√®re Sturgeon avait l'habitude de chanter ceci : Nous avons laiss√© tomber les barri√®res, Nous avons laiss√© tomber les barri√®res, Nous avons fait des compromis avec le p√©ch√©. Nous avons laiss√© tomber les barri√®res. Les brebis sont sorties, Mais comment les ch√®vres sont entr√©es ? Oui, oui, vous avez laiss√© tomber les barri√®res. C'est √ßa le probl√®me. Et le vieux John Smith, alors qu'il avait presque quatre-vingt-dix ans, se levait et... On devait le conduire √† la chaire. Il pr√™chait un court sermon de deux heures et demie seulement, c'√©tait aussi loin qu'il pouvait pr√™cher dans une Eglise m√©thodiste. Et il disait : "Oh, quelle disgr√Ęce ! " Il disait : "Mon cŇďur br√Ľle au-dedans de moi. Car les filles de l'Eglise m√©thodiste sont devenues si stupides qu'elles portent des anneaux en or aux doigts. Que penserait-il aujourd'hui de ces shorts qu'elles portent ? Oh ! la la ! Oh, Dieu, sois mis√©ricordieux, sois... Ne voyez-vous pas ce que je veux dire ? Il n'est pas √©tonnant que de telles personnes, des pr√©dications telles que laisser tomber des barri√®res, faire des compromis, se faire membre plut√īt qu'avoir la communion avec Christ. Et ils ont √īt√© la chambre haute, o√Ļ nous avions l'habitude d'aller prier... Et vous, les m√©thodistes et les baptistes √† l'ancienne mode, vous tombiez sur le pavement sous l'action du Saint-Esprit au point qu'on vous aspergeait de l'eau au visage et on vous √©ventait avec un √©ventail. Et vous les vieilles mamans et vous, les vieux papas, vous le savez. Mais aujourd'hui, oh ! la la ! Non, l'audace m√™me ! Non, ils ne voudraient... Oh ! la la ! Non ; ils ne voudraient pas croire cela. C'est vraiment dommage, vraiment dommage que vous ne le fassiez pas. Vous devriez retourner encore √† l'ancienne mode.
E-88 Mais aujourd'hui, vous laissez tomber les barri√®res, et voyez-vous ce que vous avez eu ? Vous avez √©clos un tas d'infid√®les, de pr√©dicateurs de l'Evangile social, avec l'instruction plut√īt que le salut, faisant des compromis avec le monde. C'est vrai. Vous dites : "Pr√©dicateur, pourquoi √™tes-vous si dur √† ce sujet ? " Il est temps d'√™tre dur. C'est vrai. Il est temps de dire la v√©rit√©. Malheur √† l'homme... Pouvez-vous vous repr√©senter Jean Baptiste, rempli du Saint-Esprit, quand H√©rode est apparu, il vivait avec la femme de son fr√®re Philippe... J'entends des diacres venir dire : "Ne pr√™chez pas sur le mariage et le divorce. Eh bien, je vais vous dire qui il est. Il a pris... de son fr√®re Philippe. " Oh, Jean, rempli du Saint-Esprit, pouvait-il se tenir tranquille ? Avec ce vieux morceau de peau de brebis enroul√©e autour de sa poitrine poilue, il s'est avanc√© l√† et a dit : "Il ne vous est pas permis de l'avoir. " Amen.
E-89 Que Dieu nous donne davantage des hommes comme celui-l√† qui appelleront le noir, noir et le blanc, blanc, qui pr√™cheront l'Evangile sans compromis, l'ancien Evangile rugueux de J√©sus-Christ, et qui croiront cette pr√©cieuse vieille Bible noire comme √©tant la v√©rit√©, et qui recevront J√©sus-Christ comme Sauveur. Des choses se produiront. Des miracles reviendront dans l'√©glise. Vous savez que c'est vrai. Le temps de la fin. Les pr√©dicateurs sociaux se sont mis √† dire : "Oh, les jours des miracles sont pass√©s. Pareille chose n'existe pas. C'est du non-sens. " Mais Dieu s'est lev√© sur la sc√®ne une fois de plus. L'Omnipotent parle. Les malades sont gu√©ris. Les aveugles voient ; les sourds entendent ; les boiteux marchent ; les d√©mons sont chass√©s. La puissance est venue. Le Saint-Esprit place des dons dans l'√©glise, et se manifeste. Des hommes ont des visions. Des proph√®tes apparaissent. Qu'est-ce ? C'est le temps de la fin. Nous sommes √† la jonction. Et si J√©sus-Christ (lors de Sa venue pour r√©gler la question du p√©ch√©) avait accompli ce qu'Il avait fait en ce jour-l√†... Et rappelez-vous, il y avait de dizaines des milliers qui avaient rejet√© cela ; des millions avaient rejet√© cela. Et il y en aura de dizaines de millions qui rejetteront cela. Et maintenant, que le diable est l√Ęch√© avec toute la puissance de l'enfer, √† combien plus forte raison viendra-t-il avec ses imitations et ses pr√©tentions ? Ce qui arriva en ce jour-l√†, arrivera de m√™me en ce jour-ci. Nous sommes au temps de la fin. Dieu accomplit des signes et des prodiges.
E-90 Amis chr√©tiens, vous qui avez profess√© sans poss√©der le Saint-Esprit, pourquoi n'abandonnez-vous pas votre ent√™tement pour venir √† Dieu, √™tre r√©g√©n√©r√©s et na√ģtre de nouveau de l'Esprit de Dieu ? Si dans votre cŇďur, vous ne croyez pas au miracle, vous ne croyez pas que Dieu fait ces choses aujourd'hui... Si Dieu est toujours Dieu, Il doit √™tre le m√™me Dieu. S'Il a perdu Sa puissance, Il est un Dieu mort. A quoi vous sert le Dieu d'Elie ? Demandez-vous quelque chose ? A quoi vous sert le Dieu de Mo√Įse s'Il est mort ? A quoi vous sert le Dieu d'Elie s'Il est mort ? S'Il n'est pas le m√™me, ce qu'Il est donc quelque chose d'historique. Mais Il n'est pas un Christ historique. Il est le Christ ressuscit√©. Il vit aujourd'hui dans toute Sa puissance et la pl√©nitude comme Il a toujours v√©cu parmi nous, maintenant m√™me, le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Amen.
E-91 Nous sommes au temps de jonction. On s'attend à ce que tout arrive. Nerveux , le monde tremble. Et les prédicateurs disent : "Eh bien, vous savez, c'est étrange que la médecine reconnaisse ces choses et écrive des pages là-dessus. Eh bien, les journaux sont pleins de miracles qui se produisent. De quoi tout cela s'agit-il ? "Eh bien, tenez, docteur Dupont... " Nous parlerons de la guérison divine. "Eh bien, nous allons voir ce que Moody a dit à ce sujet. " Moody était tout à fait en ordre. Il était tout à fait en ordre pour son jour, mais cela ne marchera pas aujourd'hui.
E-92 Un savant fran√ßais, il y a de cela trois cents ans, avait prouv√© scientifiquement (la science moderne), il avait prouv√© que si jamais un homme roulait √† une vitesse vertigineuse de trente miles par heure [48km par heure - N.D.T], la pesanteur le propulserait de la terre. Pensez-vous que la science se r√©f√©rera jamais √† cet homme-l√† ? Aujourd'hui, nous roulons √† 1600 miles par heure [186km par heure - N.D.T.] et nous continuons √† avancer, car la science mange de l'arbre de la connaissance. Et nous sommes ici, les pr√©dicateurs... Oh, la connaissance n'ira que jusque l√†, ensuite elle va retomber. Mais l'Arbre de la Vie n'a pas de fin. Nous avons des ressources inexploit√©es, et vous avez peur d'avancer pour prendre Dieu au Mot. Peu m'importe si vous voulez... Moody √©tait en ordre. Il a v√©cu √† son √©poque tout comme ce savant, mais fr√®re, nous ne voyageons plus √† bord d'un char √† bŇďufs. L'Eglise du Dieu vivant se d√©place √† bord d'un avion √† r√©action. Nous sommes tr√®s avanc√©s sur la route : avec des signes et des prodiges. Nous venons de commencer.
E-93 L'Omnipotent parle. Le miracle s'accomplit. Pourquoi n'entrez-vous pas pour aller avec nous ? Nous serons contents de vous avoir avec nous. De vous appeler notre fr√®re, notre sŇďur. Je ne veux pas dire que vous ne l'√™tes pas, dans un sens, mais j'aimerais que vous entriez dans la b√©n√©diction. Un jour, dit la Bible, des choses arriveront sur cette terre, des maladies et autres, et tous seront frapp√©s par des fl√©aux, au point que leur chair pourrira sur eux et tout. Mais la Bible dit : "Ne vous approchez pas de l'un de ceux qui ont le sceau de Dieu sur leur front. " Et le Sceau de Dieu, c'est le bapt√™me du Saint-Esprit. Eh bien, vous les fr√®res adventistes, je n'aimerais pas √™tre en d√©saccord avec vous sur le fait que c'est le septi√®me jour ; il n'y a pas de passage d'Ecriture pour soutenir cela. Mais la Bible dans Eph√©siens 4.30 dit : "N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu par lequel vous avez √©t√© scell√© pour le jour de la r√©demption. "
E-94 Et la marque de l'anti-Christ, c'est rejeter ce Saint-Esprit. En fait, vous √™tes scell√© pour toujours en dehors du Royaume, sans - sans possibilit√© d'√™tre pardonn√©. Celui qui parle contre le Saint-Esprit, ne sera jamais pardonn√© ni dans ce si√®cle ni dans le si√®cle √† venir. Voil√† votre marque de la b√™te et le sceau de Dieu en bref. Le sceau de Dieu, c'est le bapt√™me du Saint-Esprit. Et la marque de l'anti-Christ, c'est renier cela. Eh bien, vous √™tes marqu√© d'un c√īt√© ou de l'autre. Ne voudriez-pas recevoir le Saint-Esprit aujourd'hui ? Si vous ici, vous vouliez simplement croire, oh, dans quelques instants de pri√®re, des miracles et des prodiges se produiraient dans cette √©glise cet apr√®s-midi. N'importe quoi peut arriver. Mais nous sommes au temps de la jonction. Celle-ci est la septi√®me jonction. Quelle sera la suivante, Fr√®re Branham ? Nous entrons dans le Mill√©nium. C'est vrai. Le temps s'arr√™tera √† cette jonction-ci, et l'Eternit√© commencera pour nous. Et il n'y aura plus jamais...
E-95 Et si on en a fini avec tout √ßa, quand toute l'histoire du monde atteindra l'apog√©e dans cette grande sc√®ne... Quel est le probl√®me ? Qu'est-ce qui rend les gens si nerveux ? Pourquoi m√™me les psychiatres viennent pour qu'on prie pour eux ? Pourquoi le monde conna√ģt-il un √Ęge nerveux, un √Ęge de n√©vros√©s, ou les gens ne peuvent pas attendre. "Thrrrrrp [Fr√®re Branham imite le bruit de la vitesse - N.D.E.] " Ils filent dans la rue √† quatre-vingt miles par heure[54km par heure - N.D.T.], ils s'arr√™tent devant un d√©bit des boissons, deux heures durant, avant de regagner la maison, ils √©crasent des gens. Quel est le probl√®me ? Pourquoi tout le monde est-il si press√© ? Pourquoi ne pouvez-vous pas rendre visite √† votre voisin ? Vous n'avez pas d'amis. Vous ne savez pas qui habite √† c√īt√© de chez vous. Vous n'avez pas le temps de faire cela. Vous √™tes press√©. Quel est le probl√®me ? Il y a une grande sc√®ne en cours, c'est vrai. Et les nations, ces lions affam√©s ravissent. Mais juste avant qu'il soit en mesure de s'en emparer, Dieu prendra Son Eglise.
E-96 Un jour, j'observais une vieille aigle, l√† dans son nid, √©veillant sa couv√©e ; la Bible dit comment elle le fait. J'√©tais en train de pa√ģtre le b√©tail dans un ranch. J'√©tais l√† loin, au sommet d'une montagne. C'√©tait au printemps, et j'ai mis mes jumelles. Et je me suis dit : "Que se passe-t-il l√† haut ? " J'entendais beaucoup de cris et tout. Et c'√©tait cette vieille m√®re aigle qui retirait ces petits du vieux nid d√©gueulasse, l√† √† cet endroit le plus √©pineux que vous ayez jamais vu, l√† o√Ļ elle leur apportait la nourriture. Ces pauvres aiglons ne connaissaient rien d'autre que ce vieux nid puant, ils marchaient sur des √©pines et des ronces. Et la vieille m√®re les a plac√©s sur ses ailes, elle est descendue dans la vall√©e, elle a d√©ploy√© ses ailes, et tous ces petits aiglons coururent tout autour. J'ai dit : "Si ce n'est pas l√† une r√©union √† l'ancien temps en plain air, je n'en ai jamais vu une. " Le monde a √©t√© √īt√© de ce vieux nid d√©gueulasse (permettez-moi l'expression)... mais un vieux nid du monde, o√Ļ il n'y avait que de la puanteur, des vomissures, et tout, la souillure du monde, l'adult√®re, le tabac, le whisky, et toute autre chose qui peut se passer, le jeu de cartes et tout, et les chr√©tiens, ceux qui confessent √™tre chr√©tiens font cela.
E-97 Et vous les pentec√ītistes, vous n'√™tes pas immunis√©s contre cela. J'ai √©t√© chez vous, √ßa se fait aussi. Eh bien, ne pensez pas que parce que vous √™tes membre de l'Eglise pentec√ītiste... Dieu ne reconna√ģt pas l'Eglise pentec√ītiste, pas plus qu'Il ne reconna√ģt toutes les autres. Il reconna√ģt la foi de l'individu en Lui. C'est tout. Peu importe ce que c'est. N'appelez pas... La po√™le ne peut pas se moquer du chaudron. Eh bien, laissez-moi vous le raconter. Quand le... Elle a d√©pos√© ces aiglons l√†, ils avaient √©t√© dans ce vieux nid. Ils n'avaient connu qu'une vie dure et tout cela, comme c'est le cas pour le - le p√©cheur. Mais pendant qu'ils marchaient sur cette herbe un peu douce, ils ne faisait que gazouiller, faire des culbutes, de petites culbutes l'un sur l'autre. J'ai dit : "Si ce n'est pas l√† une r√©union √† l'ancien temps, je n'en ai jamais vu une. Ils √©taient vraiment sans souci, picotant un peu d'herbe ici et un peu l√†-bas. Je me suis dit : "Pourquoi sont-ils si insouciants ? " Observez la nature, et vous verrez Dieu. J'observais cette vieille m√®re aigle, aussit√īt qu'elle avait laiss√© ses petits, elle avait vol√© l√† loin, dans les cieux, sur le rocher le plus √©lev√© qu'elle avait pu trouver. J'ai braqu√© mes jumelles sur elle. Je l'ai observ√©e. Elle √©tait perch√©e l√†-haut, sa carrure tr√®s imposante, elle faisait bouger ces plumes, regardant tout autour. Je me suis dit : "Vous savez quoi ? " Je me suis dit : "Ces pauvres aiglons ", et je l'ai observ√©e. Ses yeux les surveillaient. J'ai dit : "Eh bien, Seigneur, c'est quoi que je vois ? "
E-98 En observant la nature, vous pouvez voir Dieu si vous voyez comment les choses √©voluent dans la nature. Je me suis dit : "C'est vrai. Dieu a fait sortir Son Eglise du vieux nid du monde. Il les a plac√©s sur la Terre Epouse, ici, l√† o√Ļ il n'y a que des cris et des louanges √† Dieu et on passe un bon moment, on se r√©jouit dans des r√©unions en plein air. Je me suis dit : "Eh bien, qu'arriverait-il si un coyote s'approchait ? " Et il m'est arriv√© de braquer mes jumelles une fois de plus, j'ai vu ses yeux se retourner. Je me suis dit : "C'est vrai, Seigneur. Tu as gravi les remparts de la gloire. Tu es assis l√†, √† la droite de Dieu. Et Son Ňďil est sur le passereau, et je sais qu'Il veille sur moi. " Il veille sur vous. Oh, Son Ňďil, c'est pour nous prot√©ger. " En tout cas, me suis-je dit, si un coyote passait par l√†, il se ferait crever les yeux en une minute. " C'est vrai. Alors, de quoi vous inqui√©tez-vous tant que Son Ňďil est sur vous, en train de surveiller ? Passez simplement un bon moment et r√©jouissez-vous. Louez Dieu, traitez bien votre voisin et vivez correctement, faites le bien, comportez-vous correctement, soyez un vrai chr√©tien. Et ne soyez pas li√© par la peur, vous demandant ce qui va arriver. Cela ne change rien pour vous, vous irez dans l'enl√®vement. C'est vrai. Mort ou vivant, vous irez dans l'enl√®vement, apr√®s tout. M√™me la mort ne peut nous s√©parer de l'amour de Dieu qui est en Christ.
E-99 Puis, peu après... Je me suis étendu là juste une heure, étendu sur un rondin comme ceci, en train d'observer. Et tout d'un coup, vous savez, j'ai entendu un petit grondement de tonnerre à distance ; et un vent du Nord soufflait. Et une petite goutte de pluie est vite tombée. Et les cieux étaient devenus gris là derrière, et les tonnerres grondaient. J'ai vu la vieille mère, elle a redressé la tête, elle a flairé cet orage. Et dès qu'elle a flairé ça, elle a poussé un cri fort, et la voilà venir. Elle a crié de toutes ses forces. Tous ces petits aiglons se sont vite rassemblés comme ça. Elle a déployé ses grandes ailes, et chaque aiglon a mis son pied juste dans ses plumes comme ça. Il s'est servi de son petit bec pour s'accrocher comme ça. Cette vieille mère a soulevé ces aiglons comme ça, sur ses ailes, l'orage descendait la montagne. Elle s'est frayée une voie à travers le vent qui soufflait à soixante miles par heure [96,54 km par heure - N.D.T.] et elle est directement entrée dans ce rocher par le creux. Je me suis dit : "O Dieu, un jour Tu viendras. Nous nous accrocherons aux ailes de la croix, et nous traverserons les orages de la vie, oh, Dieu, pour nous réfugier là dans le rocher. "
E-100 Il n'y a pas longtemps √† Gary, dans l'Indiana j'√©tais l√†, en train d'observer quelque chose qui se passait. On me faisait visiter l'une de ces usines... l√†-bas, l'un de ces immenses b√Ętiments o√Ļ on fabrique toutes ces pi√®ces de machines. Un homme m'avait amen√© l√†. (Ecoutez donc, alors que je termine). C'√©tait √† l'heure de la fermeture donc. Et il me faisait visiter l'usine. Il y avait beaucoup de tron√ßonneuses qui faisaient tourner cette affaire. Et tout d'un coup, pendant qu'il me parlait, m'expliquant tout cela... Nous nous tenions en haut, et juste en ce moment-l√†, une clochette a sonn√©. Tout le monde a mis son tablier de c√īt√© et s'est mis √† balayer des - des - des copeaux, les ressemblant en plein milieu de la pi√®ce. Et j'ai dit : "Pourquoi font-ils cela ? " Il a dit : "R√©v√©rend Branham, je vais vous montrer quelque chose dans quelques minutes. " Et j'ai dit : "Tr√®s bien. " Ils ont rassembl√© tout cela, en balayant, en plein milieu dans l'all√©e, tout le monde. Ils ont attendu juste quelques minutes, et il y a eu un autre petit coup de sifflet : "Toot, toot [Fr√®re Branham illustre cela - N.D.E.] Et tout le monde est parti. Eh bien, le b√Ętiment √©tait rest√© vide. Il a dit : "Maintenant, observez. " Alors, Il a press√© un bouton. Et quand il a press√© ce bouton, j'ai entendu quelque chose venir, faisant roar, roar, roar, roar l√† tout au fond. Je me suis dit : "Qu'est-ce ? " Il a dit : "Attendez juste une minute. " Et quand il est venu, il a dit : "Reculez. "
E-101 J'ai reculé comme ceci, alors un énorme aimant est passé par là, et a parcouru ce plancher, à une hauteur d'environ un ou deux pieds[30,48 ou 60,96km - N.D.T.] du plancher, et tous ces copeaux ont été ramassés par cet aimant, comme ça. Et ils ont été remis là, et on les démagnétisait, on les laissait tomber dans la coupole pour fabriquer avec de nouveaux matériaux. J'ai dit : "Alléluia ! " Il a dit : "Qu'est-ce qui t'arrive? " J'ai dit : "Oh, je me sens simplement bien. " Il a dit : "De quoi parlez-vous ? " J'ai dit : "Je connais un autre grand Aimant qui va venir un jour. " Alléluia ! "Dieu pressera le bouton. Et quand Il le fera... " J'ai dit : "J'aimerais vous poser une question. " J'ai dit : "Pourquoi tous ces copeaux n'ont-ils pas été emportés ? " Il a dit : "Vous voyez, certains ne sont pas magnétisés à cet aimant-là. D'autres sont en aluminium, et cet aimant ne les emportera pas. " J'ai dit : "Gloire. " Assurément, vous pouvez être un copeau. Vous pouvez être dans l'église, mais vous feriez mieux d'être magnétisé là-bas. C'est vrai. J'ai dit : "Pourquoi cette autre pièce de fer n'a t-elle pas été emportée ? " Il a dit : "Vous voyez, prédicateur Branham, elle est boulonnée. " Je me suis dit : "O Dieu, aie pitié. " Accorde-nous d'être magnétisés au Saint-Esprit, de sorte que quand Jésus viendra des cieux un jour, Il enlèvera ces vieux petits corps frêles d'humiliation, et nous serons emportés vers la moule de Dieu pour en sortir immortels comme... ?... pour vivre éternellement, un glorieux jour. Mais ce sont seulement ceux qui sont magnétisés qui partiront. Prions.
E-102 Notre P√®re c√©leste, c'est dans Ton pr√©cieux Nom que nous venons humblement aupr√®s de Toi de tous nos cŇďurs, de toutes nos √Ęmes, avec toute notre pens√©e. Nous sommes au temps de jonction, Seigneur. √Ē Eternel, Dieu omnipotent, et quand Tu parles, des signes apparaissent. Quand Tu parles, Seigneur, des signes apparaissent. Maintenant, je Te prie, pr√©cieux P√®re c√©leste, aujourd'hui, de parler √† chaque cŇďur non r√©g√©n√©r√© qui est dans cette salle, et puissent-ils devenir Tes enfants √† partir d'aujourd'hui. Accorde-le, P√®re c√©leste. Tu les connais, et Tu connais tous ceux qui T'appartiennent. Tu as dit : "Tous ceux qui M'appartiennent viendront √† Moi. Tous ceux que Tu M'as donn√©s viendront √† Moi. Et je prie, √ī Dieu, qu'il y en ait ici aujourd'hui que le P√®re T'a donn√©s. Et par la pr√©dication... la foi vient de ce que l'on entend, ce que l'on entend de la Parole... Et sachant que nous sommes au temps de jonction, au temps de la fin du monde, que le... nous avons √©t√© pes√©s sur la balance et trouv√©s l√©gers. Il y a beaucoup, peut-√™tre, dans le monde entier aujourd'hui, oui, des millions et des millions de gens qui ne croient pas que Tu es le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement.
E-103 Ils ont l'apparence de la pi√©t√©, mais ils renient Ta puissance, ils renient Ta Parole. Et pourtant, ils envoient de milliers de pauvres enfants dans l'√©ternit√© sans espoir, sans Dieu et ils sont perdus, avec leurs activit√©s sociales sur la croyance. Tu as dit qu'ils auraient l'apparence de la pi√©t√©. Ils seraient membres d'√©glises, ils auraient de rites, ils seraient baptis√©s de diverses mani√®res, ils seraient asperg√©s de diverses mani√®res et toute autre chose. Tous des apparences, et ils √©tudient les cat√©chismes, et - et ils recevront des documents de l'√©glise : l'apparence de la pi√©t√©, mais ils renieront ce qui en fait la force, la force de donner √† un homme le Saint-Esprit, de changer sa vie et de faire de lui une nouvelle cr√©ation. " Tu as dit : "Eloigne-toi de tels hommes. " Et nous sommes en ce jour-l√†, Seigneur. Je Te prie de susciter partout des milliers de voix pour qu'elles crient en ce jour-ci. Une nouvelle arche est en train d'√™tre pr√©par√©e. Le Corps de Christ est en train d'√™tre form√©, pour √™tre un jour enlev√© dans les airs afin d'√™tre avec Lui pour toujours. √Ē Eternel Dieu, s'il y a ici une telle personne ici aujourd'hui, apr√®s une puissante pr√©dication et une ferme doctrine, je prie, √ī P√®re, que son √Ęme soit convaincue. J'ai sem√© la Parole, maintenant arrose-La, P√®re. Et puissent-ils L'accepter aujourd'hui par amour pour J√©sus.
E-104 Et pendant que nous avons nos têtes inclinées, dans cet auditoire visible - cet auditoire ici maintenant, s'il y a un homme ou une femme ici, qui n'est pas né de nouveau... Maintenant, c'est votre affaire, ami. C'est peut-être la dernière fois que vous écoutez donc ma voix. Et peut-être, si je revenais dans une année, il y en a beaucoup parmi vous qui êtes assis ici qui ne pourront plus être ici, vous serez dans l'Eternité. Et je pourrai moi-même y aller. Je ne sais pas. C'est entre les mains de Dieu. Mais même avec ces quelques centaines de gens que nous avons ici même, peut-être deux ou trois cents personnes cet après-midi, il doit y avoir certains parmi vous qui seront partis l'année prochaine (vous le savez.), ce sera votre tour. Et votre carte est sur le point d'être retirée à tout moment du... Etes-vous vraiment, vraiment né de nouveau ? Le savez-vous ? Jésus a dit : "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. "
E-105 Et si vous n'√™tes pas... vous √™tes assez conscient, dans votre bon sens, pour vous rendre compte que vous √™tes donc sans Christ, si vous n'√™tes pas n√© de nouveau... J√©sus a dit : "Si un homme ne na√ģt de nouveau, il ne pourra en aucune mani√®re (peu importe combien vous √™tes bon ou ce que vous avez fait), il ne pourra donc en aucune mani√®re voir le Royaume de Dieu. " Et si vous vous retrouvez dans cette situation-l√† aujourd'hui, voudriez-vous juste faire ceci : lever la main et - vers Dieu et dire : "Sois mis√©ricordieux envers moi, et accorde-moi cette exp√©rience de la nouvelle naissance, P√®re c√©leste ? " Croyez-vous cela ? Voudriez-vous lever la main ? Y a-t-il quelqu'un quelque part dans la Pr√©sence divine ? Que Dieu vous b√©nisse, ma sŇďur. Que Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re. Que Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re. Qu'Il vous b√©nisse, ma jeune sŇďur. C'est √ßa la sinc√©rit√©, l'honn√™tet√©, la franche sinc√©rit√©. Vous devriez croire en ce moment-ci. C'est aujourd'hui le temps de gr√Ęce. C'est aujourd'hui le jour. C'est aujourd'hui le temps. C'est aujourd'hui le temps de croire cela. Y a-t-il encore une main ?
E-106 Rappelez-vous, moi je peux voir votre main, mais ce n'est pas √ßa qui compte, que je la voie ou pas. C'est si Dieu voit. Qu'arriverait-il si le matin ou le soir, √† un temps quelconque, il vous arrivait de vous retourner et d'√©prouver une douleur tr√®s √©trange dans le flanc ? Il pourrait vous arriver de vous demander: "Oh, qu'est-ce ? " Vous feriez venir un m√©decin. La douleur descend dans votre flanc. Le m√©decin dira : "C'est une crise cardiaque. Encore quelques minutes. " Qu'en sera-t-il de cette exp√©rience de la nouvelle naissance ? Qu'en sera-t-il de conna√ģtre J√©sus ? Oh, vous dites : "Eh bien, je connais le maire de la - la ville. Je connais bien le pasteur. " Ce n'est pas ce dont je parle. Qu'en est-il de la nouvelle naissance et du fait de conna√ģtre J√©sus ? Ne supposez pas cela. Ne vous repr√©sentez pas que vous √™tes n√© de nouveau, mais vous devez na√ģtre de nouveau. Je ne parle pas d'√™tre travaill√© mentalement, par des √©motions fanatiques, je parle d'une vraie exp√©rience. Je - je ne peux exprimer qu'une voix. Je ne suis qu'un homme ; c'est vrai. Et vous avez le droit de douter de moi si vous le d√©sirez. Je ne fais que vous apporter la Parole pure de Dieu et vous annoncer la V√©rit√©. Ce que vous En faites, √ßa, c'est votre affaire.
E-107 Si vous croyez le message que je vous ai apport√© aujourd'hui, comme quoi nous sommes au temps de la fin, et que les hommes sans Dieu seront compl√®tement retranch√©s de fa√ßon irr√©m√©diable... ( Et cela peut avoir lieu pour vous √† la prochaine heure.), et puis, vous voulez me dire que vous ne voulez pas lever la main pour dire : "√Ē Dieu, sois mis√©ricordieux envers moi " ? Que Dieu vous b√©nisse, madame. Avez-vous apport√© votre petit enfant pour la pri√®re ? Oui, que Dieu vous b√©nisse. Puisse-t-Il vous l'accorder. Quelqu'un d'autre ? Eh bien, pensez-y simplement. R√©fl√©chissez simplement. Qu'arriverait-il si c'est votre dernier jour ? √áa peut ne pas √™tre √ßa. Je ne le souhaite pas. J'esp√®re que vous vivrez jusqu'√† voir la Venue de J√©sus. J'esp√®re que cela aura lieu dans beaucoup, beaucoup d'ann√©es, mais je ne le sais pas. Il n'y a qu'une seule chose que je sache avec certitude. Vous √™tes en train de partir, et vous savez que vous √™tes en train de partir. Et si vous n'√™tes pas s√Ľrs d'√™tre en ordre, voudriez-vous simplement lever la main vers Dieu ? Tr√®s bien. Que Dieu vous b√©nisse, et que Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Deux autres personnes ont lev√© la main.
E-108 Il y a une fontaine remplie de sang, Tir√© des veines d'Emmanuel, Les p√©cheurs plong√©s dans ce flot, Eh bien, rappelez-vous, que leur arrive-t-il ? Perdent toutes les taches de leur culpabilit√©, tout cela s'en va. Croyez-vous que vous allez perdre cela maintenant m√™me ? Si vous le croyez de tout votre cŇďur, toutes les taches de votre culpabilit√© seront lav√©es... [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Qu'est-ce qui peut √īter mes p√©ch√©s ? Rien que le sang de J√©sus. Qu'est-ce qui peut me r√©tablir ? Rien que le sang de J√©sus. Tout homme qui ait jamais aboutit √† quelque chose a cru cela. R√©fl√©chissons bien √† ce que Christ repr√©sente pour les hommes... ?... Qu'est-ce que Christ repr√©sente ? Si nous pouvions r√©unir tous les proph√®tes, qu'est-ce que Cela avait repr√©sent√© pour eux ? Quelle serait leur r√©ponse ? Qu'est-ce que cela avait repr√©sent√© pour le - pour le centenier romain qui avait pos√© sa main sur le cŇďur et avait dit : "En v√©rit√©, c'est le Fils de Dieu ? " Qu'est-ce que cela avait repr√©sent√© pour Judas Iscariot ? Qu'est-ce que cela avait repr√©sent√© pour Ca√Įphe ? Qu'est-ce que cela repr√©sente aujourd'hui pour les po√®tes du monde ? Que pensez-vous qu'il adviendra de ce gars qui a compos√© ces vieilles chansons vulgaires, que les petites dames, les petits gar√ßons et les petites filles de notre √©cole chantent, ces sales chansons, populaires et vulgaires d'aujourd'hui, qui envoient leurs petites √Ęmes dans le bourbier de l'enfer ? Que pensez-vous qu'il repr√©senterait pour eux si J√©sus venait ? Que pensez-vous de toutes ces sales photos vulgaires et tout, que pensez-vous que cela repr√©senterait aujourd'hui s'ils venaient ?
E-109 Qu'est-ce que Christ avait représenté pour Eddie Perronet, alors qu'il était persécuté à cause de la justice ? Quand un jour, on - on ne voulait pas accepter ses écrits ; on ne voulait pas accepter ses poèmes ; on ne les acceptait pas. On ne recevait même pas ses chansons. Et un jour, il était là à pleurer, et il a pris son stylo, le Saint-Esprit s'est emparé de lui, alors il a écrit : Que tous acclament la Puissance du Nom de Jésus ! Que les anges se prosternent ; Apportez le diadème royal, Et couronnez-Le, Roi de tous. Il a composé cette chanson qui annonce la seconde Venue du Seigneur Jésus. Nous pouvons lui demander : "Qu'est-ce que cela représente ? " Nous pouvons... ?... un de ces jours, notre... Sur Christ, le Roc solide je me tiens ; Tous les autres terrains ne sont que du sable mouvant, Tous les autres terrains ne sont que du sable mouvant.
E-110 Que pourrais-je dire aujourd'hui pour la vieille aveugle Fanny Crosby ? Qu'est-ce qu'Il repr√©sente pour vous, aveugle Fanny Crosby ? Vous n'avez jamais vu la lumi√®re du soleil dans votre vie. Qu'est-ce qu'Il repr√©sente pour vous ? " Elle a dit : Ne me passe pas, √ī doux Sauveur, Ecoute mon humble cri ; Quand Tu appelleras les autres, Ne me passe pas. Toi, la Fontaine de tout mon r√©confort, Plus que vie pour moi, Qui sur terre ai-je √† part Toi ? Qui au ciel en dehors de Toi ? Un autre a √©crit : Vivant, Il m'aima ; mourant, Il m'a sauv√© ; Enseveli, Il emporta mes p√©ch√©s au loin. Ressuscitant, Il m'a justifi√© gratuitement pour toujours. Un jour Il va venir - oh, quel jour glorieux. " Pouvez-vous joindre vos cŇďurs √† ces m√©lodies de Dieu ? Que Dieu vous b√©nisse.
E-111 Maintenant, j'appr√©cie votre bon auditoire et tout ce que vous avez fait. Y a-t-il ici quelqu'un qui est malade, qui d√©sire qu'on se souvienne de lui dans la pri√®re ? Maintenant, voudriez-vous lever la main ? Y a-t-il quelqu'un qui est malade ? Madame, une personne ? Tr√®s bien, monsieur. C'est tr√®s bien. Que le Seigneur soit lou√© pour vous. Maintenant, le m√™me Evangile que je vous ai pr√™ch√© ici, sur le salut par le Seigneur J√©sus-Christ, disant qu'Il nous d√©barrassera de tout p√©ch√©, vous d√©barrassera de toute maladie. Il a √©t√© bless√© pour nos p√©ch√©s. C'est la raison pour laquelle je pr√™che ces choses que je pr√™che. C'est par Ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris. J√©sus dit dans la Bible... Ecoutez ce que J√©sus dit dans saint Jean 3 : "Et comme Mo√Įse √©leva le serpent d'airain dans le d√©sert, il faut de m√™me que le Fils de l'homme soit √©lev√©. " Pourquoi Mo√Įse √©leva-t-il le serpent d'airain ? C'est parce que les gens murmuraient et r√©trogradaient encore, en parlant du serviteur de Dieu et de Dieu. Et ils ont √©t√© mordus par des serpents, ils √©taient tomb√©s malades et se mouraient. Et ce serpent a √©t√© √©lev√© pour le pardon de leurs p√©ch√©s et pour la gu√©rison de leurs corps.
E-112 Et J√©sus a dit : "Et comme Mo√Įse √©leva le serpent d'airain, il faut de m√™me que le Fils de l'homme soit √©lev√©. " La m√™me raison... Et aujourd'hui "Il a √©t√© bless√© pour nos p√©ch√©s, et c'est par Ses meurtrissures que nous avons d√©j√† √©t√© (au pass√©) gu√©ris. " Pouvez-vous croire cela ? Pouvez-vous accepter cela ? Votre cancer vous quittera. Votre tumeur dispara√ģtra. Votre c√©cit√© quittera vos yeux, la surdit√© quittera vos oreilles, peu importe ce que c'est. Il le fera, si vous croyez. Croyez-vous cela ? O√Ļ est le pasteur ? Venez ici, pasteur. J'aimerais que vous vous teniez avec moi pendant la pri√®re.
E-113 Combien des pr√©dicateurs ici croient dans la pri√®re pour les malades ? Faites voir la main. Eh bien, que Dieu vous b√©nisse. Je ne savais pas qu'il y avait autant de pr√©dicateurs ici. C'est tr√®s bien. Je me disais que vous formiez une bonne foule. Mais, oh ! la la ! Ce - c'est tr√®s bien. Que Dieu vous b√©nisse. Je me demande si vous voudriez vous joindre √† moi aujourd'hui, dans un mot de pri√®re, pour ces gens qui sont malades et afflig√©s ? Vous qui √™tes encore malades, levez la main, afin que les pasteurs voient l√† o√Ļ vous √™tes assis. Voyez-vous o√Ļ ils sont, pasteurs ? Ceux qui sont pr√®s de vous, levons-nous de nos si√®ges, pasteur, et tenons-nous l√†, regardant la foule. C'est bien. C'est bien. Mettez-vous juste l√†, regardant la foule. Joignons-nous dans la pri√®re. Pasteur, venez ici avec nous.
E-114 Ecoutez. Si vous êtes ici aujourd'hui et que vous ayez pris une décision pour Jésus-Christ, si vous avez affirmé que vous voulez être rempli du Saint-Esprit... Regardez ces pasteurs. Ils sont ici aujourd'hui, parce qu'ils croient dans cet Evangile que nous prêchons. Ils sont ici parce qu'ils aiment le Seigneur Jésus. Ils sont ici parce qu'ils croient dans cet Evangile. Et si vous voulez vous approcher de Dieu, si vous avez besoin du baptême du Saint-Esprit, de quelqu'un qui restera avec vous et priera avec vous jusqu'à ce que vous en arriviez à la fin, allez à leur église. Vous savez qui ils sont. Ces pasteurs ici, debout, ce sont des hommes qui craignent Dieu. Ils sont d'ici, de quelque part ici, dans les parages. Et vous les connaissez, ils sont tous des enfants de Dieu. Eh bien, allez à l'église la plus proche ou l'église de votre choix parmi ces églises et mettez-vous en ordre avec Dieu. Faites-le.
E-115 Et ces hommes, chacun d'eux, croit dans la gu√©rison divine, sinon ils ne se tiendraient pas debout. Ils n'ont pas honte de cela. Ils se tiennent ici debout aujourd'hui pour prendre position, comme quoi ils honorent un homme qui croit dans la gu√©rison divine. Je prie pour les malades. Ces hommes de Dieu, je les appr√©cie et je les aime de tout mon cŇďur, et je prie que Dieu b√©nisse vos minist√®res, mon fr√®re. Puisse-t-il cro√ģtre doublement par rapport √† ce qu'ils sont aujourd'hui. Et puissiez-vous gagner beaucoup d'√Ęmes pour Christ et avoir de grands signes et de prodiges de gu√©rison, que cela s'accomplisse dans vos petites √©glises ici, alors que vous pr√™chez et que vous prenez position pour ce Message du plein Evangile. Maintenant, maintenant, inclinons tous la t√™te pour la pri√®re. Puisse le Seigneur Dieu envoyer Ses b√©n√©dictions √† chacun de vous.
E-116 Notre P√®re c√©leste, nous Te sommes reconnaissants pour ceux qui ont lev√© la main il y a quelques instants, disant qu'ils d√©siraient na√ģtre de nouveau. Ils voulaient recevoir le bapt√™me du Saint-Esprit et √™tre scell√©s dans le Royaume de Dieu. Maintenant, ici m√™me dans les parages et juste √† ces endroits ici, d'o√Ļ viennent ces gens, voici les pasteurs, Tes bergers, Seigneur, qui paissent leurs troupeaux. Et ils se tiennent ici sans honte, mais ils se tiennent avec hardiesse, dans la Pr√©sence de Dieu pour faire savoir aux gens qu'ils croient dans ce merveilleux ancien Evangile. Ils croient dans le bapt√™me du Saint-Esprit. Ils croient dans la seconde Venue de Christ. Ils croient qu'ils sont au temps de la fin. Et ils essayent de leur mieux, Seigneur, dans de petits coins du monde, de gagner des gens √† Toi. √Ē Eternel Dieu, b√©nis abondamment leur minist√®re. Je Te prie de les oindre avec la puissance de la pr√©dication, la puissance de gu√©rison, ainsi que les vertus de Dieu, au point que leurs petites √©glises pousseront des cris, de grands signes et de prodiges s'accompliront. Et puisse-t-il y avoir un r√©veil √† l'ancienne mode, ici √† Sturgis, qui balayera tout l'Etat. Accorde-le, Seigneur. Accorde-leur une effusion √† l'ancienne mode du Saint-Esprit. Puisse cela commencer √† partir de ce petit rassemblement m√™me.
E-117 P√®re, ceux qui ont lev√© la main, que ceci... que le soleil ne brille pas le matin sans qu'ils aient re√ßu le bapt√™me du Saint-Esprit, lors de l'une de ces petites r√©unions de l'√©glise ce soir. Accorde-le, P√®re c√©leste. Maintenant, ceux qui sont malades et afflig√©s, √ī Dieu, je Te prie d'√™tre mis√©ricordieux envers eux. Nous leur avons pr√©sent√© le Sang de Ton Fils, le Seigneur J√©sus, Te priant d'accorder √† leur foi de s'√©lever, m√™me avant qu'ils quittent cette salle, qu'ils soient tous gu√©ris de leurs maladies. √Ē Seigneur, quelques huit, dix personnes ou plus ont lev√© la main, pour montrer qu'ils voulaient qu'on se souvienne d'eux dans cette pri√®re pour les malades. Et je Te prie de tout mon cŇďur, alors que Tes serviteurs se tiennent ici devant cette assistance et ces gens, dans la Pr√©sence de Dieu, que le Saint-Esprit descende comme un vent imp√©tueux et qu'Il oigne ce petit groupe de gens, P√®re. Et que les puissances qui ont ressuscit√© J√©sus de la tombe dissipent rapidement les t√©n√®bres tout autour d'eux, de sorte qu'ils se mettent debout et soient r√©tablis. Accorde-le, Seigneur, alors que ces gens de renom se tiennent debout, priant pendant que nous T'offrons cette pri√®re, au Nom du Seigneur J√©sus-Christ.
E-118 Avec vos t√™tes inclin√©es, vos cŇďurs inclin√©s, vos cŇďurs humbles s'attendant √† Dieu, j'aimerais que vous chantiez ce cantique avec moi, tr√®s doucement donc et pensez-y. Comme nous... ?... Je peux, je vais, je crois vraiment ; Je peux, je vais, je crois vraiment ; Je peux, je vais, je crois vraiment Que J√©sus me gu√©rit maintenant. Je peux, je vais, je crois vraiment ; Je peux, je vais, je crois vraiment ; Je peux, je vais, je crois vraiment Que J√©sus me gu√©rit maintenant. Croyez-vous cela ? Si vous le croyez, mettez-vous debout en guise de t√©moignage, pour dire : "J'accepte maintenant J√©sus-Christ comme mon Gu√©risseur. Et √† partir de cette heure m√™me, je me confierai en Lui le reste de mes jours, Lui rendant gloire. Si c'est le cas, pendant que nous chantons ce cantique une fois de plus, mettez-vous debout. Je peux, je vais, je crois vraiment ; Je peux, je vais, je crois vraiment ; Je peux, je vais, je crois vraiment ; Que J√©sus me gu√©rit maintenant. Je Le prendrai au Mot ; Je Le prendrai au Mot ; Il me sauve gratuitement; Et je Le prendrai au Mot. Car je peux, je vais, je crois vraiment ; Je peux, je vais, je crois vraiment ; Je peux, je vais, je crois vraiment ; Que J√©sus me gu√©rit maintenant.
E-119 N'est-Il pas merveilleux ? Ne L'aimez-vous pas ? Bon, il y a des m√©thodistes d'un c√īt√©, les baptistes √† la porte suivante, les presbyt√©riens, les luth√©riens, les pentec√ītistes. J'aimerais que vous, pendant que nous chantons N'est-il pas merveilleux, que vous tendiez la main et que vous serriez la main √† votre voisin. Juste un instant. On ne nous a pas cong√©di√©s. Nous n'avons pas encore termin√© la r√©union. Mais serrez juste la main √† votre voisin pendant que nous chantons un cantique. Quel bon cantique connaissez-vous ici, qui est vraiment bon, fr√®re ? Un bon ? N'est-Il... Tr√®s bien. Entonne cela pour nous, fr√®re. Tr√®s bien, serrez-vous la main les uns aux autres. N'est-Il pas merveilleux, merveilleux, merveilleux ? N'est-Il (serrez maintenant la main √† un voisin, quelque part.) merveilleux ? Les yeux ont vu, les oreilles ont entendu, Ce qui est √©crit dans la Parole de Dieu. N'est-Il pas merveilleux, merveilleux ? N'est-Il pas merveilleux, merveilleux, merveilleux ? N'est-Il pas merveilleux, merveilleux. Les yeux ont vu, les oreilles ont entendu Ce qui est √©crit dans la Parole de Dieu. J√©sus, mon Seigneur, n'est-Il pas merveilleux ?
E-120 Maintenant, disons : "Gloire au Seigneur. " Ecoutez donc. Avec de grands gaillards comme vous, et des femmes tr√®s fortes comme vous, je ne pense pas que vous puissiez dire : "Gloire au Seigneur. " Disons : "Gloire au Seigneur ! " Allons-y : "Gloire au Seigneur ! " √áa a plus l'air d'une r√©union. Amen. Oh ! la la ! Je sais que vous direz... Comme un matin, un pr√©dicateur a demand√© : "Pourquoi criez-vous si fort dans votre sermon ? " Il a dit : "Ch√©ri, ce qui me manquait dans l'√©clair, je le r√©cup√©rait dans le tonnerre. " Mais il vous faut avoir l'√©clair pour avoir le tonnerre. Amen. N'est-Il pas merveilleux ? Que le Seigneur vous b√©nisse. Que tous ceux qui vous aiment - tous ceux qui aiment le Seigneur de tout leur cŇďur l√®vent la main : "J'aime le Seigneur de tout mon cŇďur. " Foi dans le P√®re, foi dans le Fils, Foi dans le Saint-Esprit, ces trois sont un ; Les d√©mons vont trembler, et les p√©cheurs, s'√©veiller ; La foi en J√©hovah √©branle toute chose. Est-ce vrai ? Si vous avez foi. "Ayez foi en Dieu ", a dit J√©sus quand Il √©tait ici sur terre. "Ayez foi en Dieu. Ayez foi en Dieu. " Avan√ßons vers la victoire. Tr√®s bien, est-ce que vous... j'appr√©cie le fait d'avoir eu une r√©union avec vous, toutes les bonnes choses que vous avez. Et que Dieu vous b√©nisse, et que Dieu b√©nisse notre jeune pasteur. Et maintenant, pendant que nous inclinons la t√™te partout dans l'assistance, nous allons prier une fois de plus. Pendant que vous avez vos t√™tes inclin√©es, je remets donc le service au pasteur, Fr√®re Jackson. Tr√®s bien. Avec les t√™tes inclin√©es...

En haut