ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication L'AMOUR DIVIN ET LA GRACE SOUVERAINE (QUAND L'AMOUR S'ELANCE) / 56-0814 / Prince Albert, SK, Canada // SHP 2 hours and 4 minutes PDF

L'AMOUR DIVIN ET LA GRACE SOUVERAINE (QUAND L'AMOUR S'ELANCE)

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 J'√©tais content lorsque j'ai quitt√© la pi√®ce pour renco ntrer fr√®re Joseph Boze de Chicago, qui est vraiment l'un de mes amis personnels ; il se tenait l√† en train de m'attendre. Et il est maintenant √† l'estrade et j'aimerais le pr√©senter en ce moment, le fr√®re Mattsson-Boze de Chicago, Illinois. Fr√®re Boze. [Fr√®re Boze salue l'auditoire bri√®vement - N.D.E.] Merci, Fr√®re Joseph. La Bible dit, je crois que c'est David qui a dit : "J'√©tais dans la joie quand on m'a dit : Allons √† la maison du Seigneur." Et l√† o√Ļ les gens sont rassembl√©s, c'est la maison du Seigneur. Eh bien, la nuit derni√®re, nous √©tions en retard, et nous sommes heureux de voir que quelques-uns d'entre vous √©taient au t√©l√©phone ou quelque chose du genre; et les gens se rassemblent. Nous esp√©rons qu'√† la fin du service les gens seront rassembl√©s, l'endroit sera rempli, plein de monde pour la gloire du Seigneur.
E-2 Eh bien, la nuit derni√®re, nous avions parl√© de combattre ardemment pour la foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes. Et Dieu est venu parmi nous, et nous a fait conna√ģtre quel genre de foi ces gens-l√† avaient. Et ainsi, aujourd'hui, nous combattons ardemment pour cette m√™me foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes. Et de voir que nous combattons pour cela... Eh bien, il ne s'agit pas de se combattre les uns les autres, se combattre entre m√©thodistes, baptistes, presbyt√©riens ou-ou pentec√ītistes, quel que soit le groupe, nous luttons contre les ruses du diable, contre le bouddhisme, et contre l'islam, les centaines d'idoles et les dieux du monde, contre le dieu de l'Am√©rique, le dieu du Canada et contre plusieurs de leurs idoles de la mondanit√©. Nous combattons, soutenant qu'il existe un seul vrai Dieu et qu'Il est tout aussi vivant ce soir qu'Il l'a toujours √©t√©, et que nous ne sommes pas ici avec une croyance fictive; ici, nous ne sommes pas √©motionnellement emport√©s dans une certaine √©motion, la psychologie, l'enthousiasme. Nous sommes ici dans la Pr√©sence de J√©sus-Christ vivant et ressuscit√© qui est avec nous chaque soir et qui se confirme comme √©tant vivant, qu'Il est ressuscit√© des morts et qu'Il est ici avec nous maintenant.
E-3 Et, je vous assure, cela r√©jouit vraiment le cŇďur d'un homme ou d'une femme d'une abondante joie de savoir que nous n'inventons pas quelque chose, nous n'essayons simplement pas de... Je suis si heureux que-que la chose dont je parle soitt la v√©rit√©, que J√©sus-Christ... Une fois, j'ai travaill√© pour une entreprise de service public. Ils avaient organis√© une campagne, ils vendaient des lampes √©lectriques, des lampes √† offrir √† un tarif promotionnel, la Soci√©t√© General Electric. Et ils-ils avaient un... voulaient voir qui pouvait vendre le plus de lampes, il n'y avait pas de prix √† gagner; ils voulaient voir qui pouvait obtenir... vendre le plus de lampes. Et nous les hommes, tous ensemble, nous avions un... J'√©tais ouvrier de ligne et beaucoup d'autres √©taient des vendeurs. Mais avant que j'aille vendre les ampoules, de peur de donner une impression incorrecte de la chose aux gens, je devais conna√ģtre premi√®rement ce que c'√©tait. Ainsi, je suis all√© √† la compagnie et j'ai dit: "Eh bien, qu'en est-il de cette ampoule, c'est quoi? De quoi est-elle faite? Que-que-que ferez-vous? Quelle garantie donnez-vous pour cela?"
E-4 Et ils m'ont tout dit √† ce sujet, combien de temps de garantie cela offrait et, n√©anmoins, je me suis donc dit : "Avant tout, je vais en essayer une pendant quelque temps pour voir de quoi elle est faite, m√™me si les d√©clarations de la compagnie... Je dois exp√©rimenter cela moi-m√™me pour voir de quoi c'est fait. Comme j'√©tais un √©lectricien en ce temps-l√†, j'ai d√©mont√© la chose, j'ai arr√™t√© tout le m√©canisme de la chose pour d√©couvrir tr√®s exactement comment elle √©tait faite, comment les boutons √©taient resserr√©s, comment les fils et le courant passaient, comment c'√©tait isol√©, comment le r√©flecteur fonctionnait, comment c'√©tait serr√© et quel mat√©riel c'√©tait. Et j'ai d√©couvert que c'√©tait r√©ellement une vraie ampoule. Ainsi, quand j'allais vendre l'ampoule chez quelqu'un, alors que je n'√©tais pas un vendeur; toutefois je-j'ai vendu plus d'ampoules que tous, parce que je me rendais l√† sachant dans mon cŇďur que ce que je disais √©tait la v√©rit√©.
E-5 J'ai dit: "Eh bien, je ne viens pas chez vous pour vendre l'ampoule. Je viens laisser une ampoule ici. Essayez-la; si elle n'est pas exactement comme je le dis, alors je la reprendrai." Pourquoi, j'ai sorti environ deux ou trois mille lampes et j'ai repris environ quatre ou cinq ampoules sur les deux ou trois mille. Alors tout le monde a vu que c'√©tait la v√©rit√©, apr√®s avoir eu le temps d'examiner cela, d'inspecter cela, de tester cela avec la garantie de la compagnie derri√®re cela; et si l'une d'elles √©tait ab√ģm√©e, ils me connaissaient; moi, je rentrais directement aupr√®s de la compagnie. La compagnie devait compenser cela pour moi et, √† mon tour, je devrais faire une compensation chez la personne en question. C'est pourquoi je pouvais marcher en regardant droit devant moi, fixant tout homme en face et dire: " Le produit est bon, si vous le voulez. "
E-6 Et c'est ainsi avec Jésus-Christ. En tant que pécheur, j'ai trouvé qu'Il était un Sauveur. Et je sais qu'Il sauve du péché. J'ai expérimenté cela. Et je sais qu'Il guérit la maladie, parce que j'ai expérimenté cela. Et ce soir, avec tout le-le respect que je peux Lui témoigner, je peux regarder mes... les gens en face, l'acquisition de Son Sang. Souvenez-vous, devant Dieu, vous valez plus que le Sang de Jésus, parce que Jésus a donné Son Sang pour vous. Vous êtes l'acquisition de Son Sang. Et je peux vous regarder, sachant que je vous rencontrerai au jour du Jugement, à la fin du monde, et dire cette unique chose, à savoir que le produit dont je vous parle, Jésus-Christ, le Fils de Dieu, vit et règne ce soir; et Il est tout aussi puissant, tout aussi réel et tout aussi vivant qu'Il l'a toujours été en tout temps. C'est juste. Et je... S'il y a quelque chose qu'un homme devrait être, c'est être honnête. Dieu vous respectera quand vous deviendrez honnête. Je parlais là-dessus à... là à l'église de frère Boze ce soir en passant. Il m'en parlait, il y a quelques instants. Soyez honnêtes; soyez honnêtes les uns envers les autres. Si vous ne pouvez pas être honnêtes les uns envers les autres que vous pouvez voir, comment serez-vous honnêtes envers Dieu que vous ne voyez pas? Voyez, vous devez être loyaux et honnêtes les uns envers les autres, l'amour fraternel, et alors Dieu vous bénira.
E-7 Eh bien, ce soir, avant de nous approcher donc de cette Parole b√©nie et d'essayer de sortir... Eh bien, chez moi, l√† dans mon pays, eh bien, depuis deux heures, il fait nuit en ce moment. Une fois, j'√©tais donc en Laponie o√Ļ il ne faisait pas nuit du tout, et c'est comme si je suis presque encore l√†, l√† dans le... tr√®s loin l√† en-en Finlande, et l√† en Norv√®ge, en Laponie. Et l√† je pourrais... Le pays du soleil de minuit, c'est... Je-je ne savais jamais quand me coucher. Eh bien, il y avait le soleil tout le temps. Je-j'√©tais certainement tout embrouill√©. Je ne savais pas quand prendre mes repas et... ni rien. Il faisait jour pendant six mois de suite et, ensuite, il faisait nuit pendant six mois. Il m'est donc arriv√© d'√™tre l√† pendant le jour. Oh! On ne savait pas quand arr√™ter le service; il faisait toujours nuit. En rentrant, il √©tait presque minuit. Eh bien, vous pouviez continuer √† lire le journal juste n'importe o√Ļ en plein milieu de la rue. Il faisait juste-juste un peu sombre comme maintenant, √† minuit. Et puis, le soleil s'est encore lev√©, il faisait un peu-un peu sombre. Il s'est couch√© un peu plus tard. Eh bien, le soleil brillait. Ainsi, ce soir, nous nous sommes rassembl√©s dans un seul but : servir le Seigneur J√©sus-Christ. Aviez-vous quelque chose √† nous dire ?
E-8 [Fr√®re Boze parle bri√®vement : "J'aimerais dire ceci : √ßa fait juste quelques jours que fr√®re Branham est ici, et j'ai √©t√© un peu pris au d√©pourvu quand je suis entr√©. Je ne sais pas combien d'entre vous me connaissent, mais je suis le fr√®re Mattsson, pasteur de l'√©glise de Philadelphie, √† Chicago; et je suis l'√©diteur du H√©raut de la foi. Et peut-√™tre que certains d'entre vous, les amis, ont d√©j√† lu le H√©raut de la foi ici. Oui, juste un peu, je le sais. Et je suis certainement heureux. Ma femme est aussi avec moi ici, mais elle ne sera pas l√† avant demain. " Et j'aimerais que vous sachiez que-que vous avez une occasion rare d'√©couter un homme de Dieu. Il m'arrive donc d'avoir le plaisir de recevoir tr√®s souvent le R√©v√©rend Branham √† Chicago, et beaucoup sont un peu jaloux de moi, parce que fr√®re Branham vient tr√®s souvent chez moi. Nous avions tenu une r√©union en venant ici au nord, eh bien, quand fr√®re Branham √©tait en route vers ici. Et, chaque jour, depuis qu'on a tenu cette r√©union, les gens qui viennent chez moi l'un apr√®s l'autre, o√Ļ que je les rencontrais, disaient : 'Nous n'avons jamais connu quelque chose de pareil de toute notre vie.' " C'√©tait cet esprit du r√©veil √† l'ancienne mode, seule cette gloire du Dieu vivant peut cr√©er le r√©veil. Eh bien, je me suis tenu avec le R√©v√©rend Branham ici √† l'estrade des centaines de fois, je pense, j'ose le dire. J'ai vu son don de proph√©tie, le don que Dieu lui a donn√©, le don de connaissance √† l'Ňďuvre, et je n'ai jamais vu une erreur quand le R√©v√©rend Branham dit : 'AINSI DIT LE SEIGNEUR'; alors je sais que c'est ainsi. " Et, mes amis bien-aim√©s, je veux que vous sachiez qu'il y a probablement des gens qui n'ont jamais rencontr√© fr√®re Branham, qui n'ont probablement jamais entendu parler beaucoup de lui ou qui n'ont jamais appris √† le conna√ģtre. Eh bien, ces quelques r√©unions, il n'y en a que cinq, je pense, jusqu'au vendredi. Branchons-nous au t√©l√©phone, remplissons cet endroit et, m√™me ce soir, vous verrez ce que vous n'avez jamais vu de votre vie. Et vous direz : 'En effet, nous avons le m√™me Merveilleux Seigneur.' " J'ai rencontr√© un catholique dans le wagon-restaurant d'un train, je lui ai parl√©. Il nous est arriv√© de parler juste un peu. Et je lui ai parl√© de ce que Dieu faisait. Eh bien, il a dit : 'Ne pensez-vous pas que vous √™tes tout aussi bon que Christ ?' " 'Non, ai-je dit, je ne suis pas exactement cela, mais nous croyons que Christ est aussi bon qu'Il l'a toujours √©t√©, car Il a dit qu'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement'. Et moi, je dis : 'Nous avons parmi nous un Dieu vivant.' (All√©luia!) Et vous verrez cela ce soir. Et j'ai senti... je ne dirais pas que c'est une pr√©sentation qui vaut pour fr√®re Branham, ouvrez grandement votre vie. Ne me dites pas : 'Je me demande ce qu'il va faire, ce qu'il va dire, je me demande o√Ļ il est, je me demande comment il est, et ainsi de suite.' Oubliez tout cela. Nous sommes ici devant le Dieu vivant maintenant m√™me. Que la puissance de Dieu descende sur nous tous d√®s le d√©but de cette r√©union! " Comme le R√©v√©rend Branham commence √† ouvrir et √† d√©verser du...?... des seaux dans son √Ęme, parce que c'est cela. Ouvrons-nous grandement. Et que tout le monde dise : 'Amen.' Merci. Que Dieu b√©nisse vos √Ęmes. " - N.D.E.]
E-9 Si j'√©tais √† la hauteur de cette r√©putation, je serais un homme tr√®s bon. Mais vous savez comment sont les Su√©dois; quand ils vous aiment, ils vous aiment. Et il m'aime vraiment. Et si un Su√©dois peut aimer un Irlandais, ce-c'est la gr√Ęce. Fr√®re Joseph est donc un ami tr√®s intime √† moi. Il-il m'aime beaucoup. Je l'aime aussi. Nous sommes des amis depuis longtemps. Maintenant, nous sommes ici dans ce but, servir le Seigneur; et je-et je- j'ai entendu l'annonce aujourd'hui √† la radio. Et si je comprends bien, l'honorable maire de cette ville a envoy√© son repr√©sentant ici pour inaugurer cette s√©rie de r√©unions pour nous hier soir. J'esp√®re le voir et lui serrer la main, et cela fait que je sois tr√®s reconnaissant envers l'homme. " Que Dieu le b√©nisse, ainsi que celui qui a pr√™ch√© hier soir, c'est cela ma sinc√®re pri√®re." Maintenant, juste avant que nous commencions √† parler pour quelques instants... et puis nous sommes... nous prendrons plut√īt un peu plus de temps jusqu'√† ce que la foule devienne assez nombreuse, au point o√Ļ nous pourrons vraiment avoir un tr√®s grand service de gu√©rison √† l'ancienne mode. Nous allons parler un peu de la Parole et avoir... Vous qui √™tes ici maintenant, qui comprenez et qui pouvez le dire aux autres... qui avez entendu cela √™tre expliqu√©, vous pouvez en parler aux autres.
E-10 Mais maintenant, avant d'ouvrir la Parole, au mieux de notre connaissance, inclinons la t√™te et parlons au Seigneur J√©sus par la pri√®re. Notre P√®re c√©leste, ce soir, c'est avec des cŇďurs reconnaissants que nous nous approchons de Toi, comme le seul Dieu v√©ritable et vivant. La sagesse de Dieu, l'amour de Dieu, la fontaine de tous les dons et b√©n√©dictions excellents viennent de Toi, notre Seigneur. Et nous nous reconnaissons comme des p√©cheurs devant Toi, dans Ta Pr√©sence; et nous ne comptons sur aucun iota de notre propre justice parce que nous n'en avons pas. Nous ne comptons pas sur nos propres m√©rites, parce que nous n'en avons aucun, mais nous nous approchons humblement au Nom du Seigneur J√©sus, en comptant sur Son m√©rite, en venant en Son Nom, car Il nous a recommand√© de demander au P√®re toute chose en Son Nom; Il a promis qu'Il le ferait. Et je Te prie, P√®re, de nous entendre au Nom de Christ et de sanctifier cette r√©union pour Ton propre honneur, ce soir. Tire gloire du service. Aide-nous pendant que nous parlons et servons Tes enfants, car c'est dans ce but que nous sommes ici, pour glorifier Dieu. Et nous le demandons au Nom de Son Fils bien-aim√©, le Seigneur J√©sus. Amen.
E-11 Dans le Livre d'Exode, au chapitre14... Et nous aimerions lire juste une ligne ou deux, et ensuite pour un petit texte... Et ce soir, mon sujet est peut-√™tre un peu √©trange, et c'est... J'aimerais parler sur le sujet suivant : L'Amour divin et la Gr√Ęce souveraine. Et quand l'amour divin est projet√© et parvient √† sa fin, √† sa destination, alors la gr√Ęce souveraine intervient. Et dans le Livre d'Exode... Mo√Įse... Et Mo√Įse dit au peuple : Ne craignez point, soyez tranquilles, et voyez la d√©livrance de l'Eternel... Cela va nous servir de texte, ou plut√īt d'Ecriture de r√©f√©rence.
E-12 Eh bien, nous vivons dans un jour o√Ļ il nous a √©t√© proph√©tis√© que l'amour fraternel deviendrait une chose rare parmi les gens. Et, √† mon humble avis, c'est le plus grand de tous les dons qu'il y a dans la Bible de Dieu. Si le Seigneur J√©sus se tenait √† l'estrade ce soir et qu'Il me regardait en face et disait : "Je vais te donner ce que tu choisiras, tu peux √™tre une personne importante, un grand pr√©dicateur. Je te donnerai le don de pr√™cher l'Evangile ou Je te donnerai le don d'enseigner la Parole, ou Je te donnerai le don de gu√©rison divine; Je te donnerai le don de proph√©tie; ou Je ferai de toi un proph√®te; ou Je te donnerai n'importe quel don excellent de la foi. N'importe lequel des dons qui se trouvent dans la Bible, Je te les donnerai tous, mais alors Je vais te priver de l'amour; soit Je te donnerai l'amour et te priverai de ces dons." Je dirais : "Seigneur, prends tous les dons et laisse-moi avoir l'amour." Voyez? Car, peu importe combien de dons nous avons, ils ne nous serviront √† rien, √† moins que l'amour de Dieu soit-soit le motif derri√®re le don. Nous devons avoir l'amour.
E-13 Et comme je vois para√ģtre ce grand jour dans lequel nous vivons maintenant, o√Ļ l'√©go√Įsme et l'indiff√©rence r√®gnent parmi les gens, les tribus des hommes de la terre, cela me chagrine. Et j'aurais une conception contraire √† ce sujet, s'Il n'avait pas d√©j√† annonc√© que ce jour serait l√† (ce jour o√Ļ les gens s'opposeraient les uns aux autres) et les choses qui arrivent. Et l'amour serait une chose rare en ces jours. Eh bien, vous rendez-vous compte que, tel que vous √™tes, un individu, vous n'√™tes pas enti√®rement chair ? Vous √™tes esprit et chair. Non seulement cela, mais J√©sus a dit que la Bible dit que nous sommes des dieux en miniature. La Bi... J√©sus a dit cela. Nous sommes... Il a dit que si c'√©tait aux proph√®tes et √† d'autres personnes de l'Ancien Testament que J√©sus se r√©f√©rait, disant : "Il est √©crit dans votre loi que vous √™tes des dieux. Et s'Il les a appel√©s des dieux, ceux √† qui la Parole de Dieu vient, alors pourquoi Lui-m√™me ne peut-il pas √™tre le Fils de Dieu quand Il se fait √©gal √† Dieu ?" Eh bien, nous sommes, en quelque sorte, nous sommes des cr√©ateurs amateurs.
E-14 Eh bien, j'aimerais vous parler maintenant de tout mon cŇďur, avant le service, parce que quand je pr√™che, cela me bouleverse. Il y a deux onctions diff√©rentes: l'une d'elles est pour les visions, et l'autre est pour la Parole. Et alors, si vous continuez tr√®s durement avec la Parole et que vous alliez pr√™cher, alors cela... le service... Vous ne pouvez pas tenir tr√®s bien les visions. Il s'agit de deux dons diff√©rents, et si vous √©difiez votre congr√©gation sur un de ces dons et qu'ensuite vous passez √† l'autre, alors c'est... Vous savez ce que je veux dire. Ainsi donc... Mais √©tant donn√© que nous sommes jusque-l√† en petit nombre, nous aimerions autant que possible centrer cela sur la Parole et, ensuite, on aura un petit service de gu√©rison parce qu'il y a beaucoup de malades. Eh bien, avez-vous d√©j√† trouv√© une personne dont vous aimez la compagnie? Certainement. Il y a des gens que vous rencontrez, √† qui vous vous associez, dont vous aimez la compagnie. Ils ont un comportement qui fait que vous aimez vous associer √† eux. Et ensuite, il y a de bonnes gens que vous connaissez, qui sont de tr√®s bonnes gens, mais il y a √† leur sujet quelque chose qui fait que vous ne vous sentez de toute fa√ßon pas √† l'aise √† c√īt√© d'eux. Vous... Vous ne voulez pas blesser leurs sentiments, ce sont vos amis. Vous les aimez, mais il y a simplement une diff√©rence entre eux et cette autre personne. Eh bien, ce qu'il y a, c'est que nous cr√©ons cette atmosph√®re autour de nous.
E-15 Et je suis donc partisan de la protection de l'environnement, de la faune et de la flore, et ainsi de suite, et je me suis occupé de la faune et de la flore. Ma mère est une demi-indienne Cherokee, et je-j'aime tellement la nature que j'étudie Dieu (à travers elle). Ma première étude de Dieu, c'était à travers la nature, en contemplant ce qu'Il a fait dans la nature, comment Il veille là-dessus et ce qu'Il fait. Et il y a une des plus grandes entraves dans l'église aujourd'hui, et juste ici à Edmonton, et chaque... ou pas Edmonton, ce n'est pas ce que je voulais dire. Je veux dire à Prince Albert. Et-et parmi d'autres personnes, il y a la peur partout; mais l'amour, l'amour parfait bannit la crainte. Ainsi vous... La raison pour laquelle vous êtes... vous avez peur, c'est parce que la bonne tempérance de l'amour n'est pas encore entrée. Quand il y a le vrai amour, toute peur s'en va. Quand vous aimez vraiment le Seigneur...
E-16 Maintenant, je ne vous condamne pas; j'essaie seulement d'apporter la lumière sur quelque chose afin que vous puissiez regarder à... parce que, après tout, s'il y a un... Ces gens malades qui sont assis tout autour, les pécheurs, toutes ces choses et les divergences, qu'est-ce qui cause tout cela? Je ne crois pas que Dieu y prend plaisir. Il doit donc y avoir un remède. Et si nous pouvons trouver ce remède, nous devons l'utiliser. Ce qu'il y a donc, c'est un manque d'amour. Peu importe combien de prophéties nous avons, le nombre de grands prédicateurs, combien nous connaissons la théologie, combien grande est l'église dont nous sommes membres, si l'amour ne cimente pas cela, c'est sans effet. Et même dans I Corinthiens 13, Paul a dit : " Quand je parlerais la langue des hommes et des anges, je suis comme un airain qui résonne, ou comme une cymbale qui retentit; quand j'aurais la prophétie, la connaissance et la science de tous les mystères de Dieu, et quand j'aurais la foi pour transporter les montagnes, si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien. "
E-17 Ainsi, nous les gens, nous poursuivons plus ou moins les dons au lieu du Donateur. Voyez? Nous devons revenir jusqu'au point o√Ļ... Vous √™tes de merveilleuses personnes, mais vous devez d'abord revenir. Et la clef qui ouvre la porte √† tout le monde... Nous avons oubli√© la clef et nous nous sommes pr√©cipit√©s vers la porte. Quand vous arrivez donc l√†, vous trouvez que la porte ne s'ouvre pas, parce que vous n'avez pas la clef. Oh! j'ai souvent dit que, dans mes voyages √† travers le monde, j'ai trouv√© deux diff√©rentes classes de gens : l'une d'elles, ce sont les fondamentalistes, le groupe d'o√Ļ je suis sorti, les baptistes. Du point de vue de la position, ils savent o√Ļ ils se tiennent, mais ils n'ont pas assez de foi avec cela. Et puis l'autre, ce sont les pentec√ītistes. Ils ont beaucoup de foi, mais ils ne savent pas qui ils sont. C'est simplement comme un homme qui a de l'argent en banque, mais qui ne sait pas √©tablir un ch√®que ; et l'autre homme n'a pas d'argent en banque, cependant il peut √©tablir un ch√®que. Si vous pouvez avoir les deux ensemble, vous aurez la chose. Eh bien, ce que l'√©glise manque, c'est l'amour divin. Je ne veux pas dire l'amour li√© √† l'affection de l'un envers l'autre. Je veux dire, l'amour Agapao, l'amour divin. Et ayez cela en abondance dans votre cŇďur jusqu'√† ce que vous aimiez le Seigneur et tout... Croyez Sa Parole. Ne doutez pas de Lui.
E-18 Ma femme est ici présente. Quand nous nous sommes mariés, je l'ai prise pour femme, je lui ai promis de lui rester fidèle toute ma vie jusqu'à ce que la mort la sépare [de moi], et elle a promis... nous sépare; et elle m'a promis la même chose. Ce n'est donc pas une loi. Quand je m'en vais outre-mer ou quelque part et que je dois être absent pendant longtemps, je n'ai pas à dire : " Maintenant, Mme Branham, je vais te donner la loi. Pendant que je serai absent, je ne veux pas que tu flirtes avec n'importe quel autre mari, et je ne veux pas que tu fasses telle et telle chose. " Je ne dis pas cela. Eh bien, elle ne vient pas à moi pour me dire : " M. Branham, je dois donc te dire ceci : Tu ne flirteras pas avec n'importe quelle autre femme et tu ne dois pas faire ceci ou cela. " Nous ne pensons pas à cela. Nous nous aimons tout simplement. Quand je suis prêt à partir, nous nous agenouillons dans la chambre, nous nous tenons par la main et nous levons l'autre vers Dieu, disant : " Merci, Père, pour avoir été si bienveillant envers nous et pour nous avoir aidés. Et maintenant, nous devons nous séparer parce que Tu as dit : 'Si tu n'abandonnes pas ta femme, tes enfants et tout, et ne t'attaches pas à Moi, tu n'es pas digne d'être Mon disciple.' Et maintenant, Père, peu importe ce que je peux faire, je ne suis toujours pas digne d'être Ton disciple, mais ceci, c'est une très petite chose que nous pouvons faire, mais nous sommes disposés à faire cette petite chose afin... pour l'amour que nous avons pour Toi, comme nous savons que Tu en as pour nous. "
E-19 Quand nous terminons de prier, je lui dis au revoir en l'embrassant, disant : " Au revoir, chérie. " Elle dit : " Au revoir, je prierai pour toi, Billy. " Cela règle la chose. Il n'y a pas de " Tu ne feras pas " et de " Tu dois " ; rien de cela. Eh bien, quand je suis dans le champ missionnaire, et quand je suis là-bas... Et cependant, je saurais, et je... Elle n'a pas à s'inquiéter à mon sujet. Je ne m'inquiète pas à son sujet. Aussi longtemps que je l'aime tel que je le fais, elle ne devra pas s'inquiéter. Et aussi longtemps qu'elle m'aime, je ne devrai pas m'inquiéter. Nous avons donc confiance l'un dans l'autre comme mari et femme; nous nous aimons l'un l'autre et cela règle la question. Nous ne... Nous suivons le train-train régulier de la vie.
E-20 Eh bien, m√™me si je sais que je pourrais faire quelque chose de mal, m'en tirer sans peine en allant le lui dire, en confessant mon p√©ch√©, en allant lui dire que j'ai commis une faute, je ne le ferais pourtant pas ; quand bien m√™me elle me pardonnerait, disant : " √áa va, Billy, je sais que c'√©tait un cas de-de ceci ou cela, tu me l'as expliqu√© ; je te pardonne ; nous allons simplement l'oublier. " Je-je ne le ferais pas pour autant, parce que je l'aime tant pour le faire. Je-je-je l'aime; je n'aimerais pas la blesser ; toutefois elle me pardonnerait. Je sais que cela blesserait son cŇďur si je faisais quelque chose de faux. Et si c'est ce que je pense avec un amour phileo, l'amour humain pour ma femme, combien devrais-je le faire plus pour mon Sauveur ! Peu importe ce qui peut arriver, ceci ou cela, j'aimerais Lui plaire ; je veux L'aimer. Et j'aimerais qu'Il soit capable de dire : " C'est Mon serviteur. Je peux lui dire d'aller l√† et il le fera. " Et j'aimerais dire : " C'est mon Seigneur, s'Il m'envoie l√†, j'irai. " Et c'est √ßa l'amour. C'est-c'est quelque chose qui nous lie √† Dieu. Et cela √īte toute la peur.
E-21 Maintenant, si quelqu'un venait me dire : " Mme Branham ne vous est pas fid√®le. " Je ne le croirais pas; vous ne pourriez pas me le faire croire. Non, non, car j'ai la confiance et l'amour. Je ne dirais pas : " Oh! Pensez-vous qu'elle l'est? Qu'est-ce qui adviendra √† mes enfants? " Non, pour commencer, je ne le croirais pas, parce que je l'aime. Et tant que je l'aime de cette fa√ßon, j'ai cette confiance en elle en tant que femme. Et peu importe si vous dites: "Le temps des miracles est pass√©, Dieu ne fait pas ceci; et Dieu ne fait pas cela." Vous ferez mieux d'√©pargner votre souffle. Je L'aime, et je Le crois, et je Le prends au mot. Cela r√®gle donc la question; c'est tout. Dieu l'a dit. Et si vous pouvez arriver au point o√Ļ vous L'aimez, cela chassera la peur que vous avez comme quoi Il ne tiendra pas Sa Parole. C'est vraiment la v√©rit√©.
E-22 Eh bien, dans notre texte de ce soir, Isra√ęl √©tait arriv√© √† un point o√Ļ Dieu, par Sa gr√Ęce, au moyen de Sa Parole, avait promis au p√®re Abraham que sa semence s√©journerait dans un pays √©tranger et parmi un peuple √©tranger pendant quatre cents ans. Ils seraient √©trangers, mais Dieu accorderait qu'√† la fin de quatre cents ans Il les en fasse sortir. Lorsque le temps de la promesse s'est approch√©, comme c'est d√©crit dans notre texte de ce soir... Il est arriv√© un temps o√Ļ la promesse de Dieu √©tait proche. Et Dieu tiendra toujours Sa promesse. Peu importe combien ridicule cela semble, Dieu tient Sa promesse. Croyez-vous cela? Il tient toujours Sa promesse. Et quelquefois, Il l'accomplit de la fa√ßon la plus ridicule. Or, Mo√Įse, avec toute sa formation militaire, n'avait pas r√©ussi √† lib√©rer le peuple. Il avait √©t√© instruit sous Pharaon, sous l'enseignement biblique de sa m√®re, qu'il serait un lib√©rateur. Il a √©t√© form√© pour prendre la place de Pharaon, pour √™tre le grand chef militaire de la puissante nation; il avait le monde entier sous sa domination. Et un jour, il s'est dit : " Il est temps que j'aille. J'ai ma licence en lettres et mon doctorat en th√©ologie, je vais donc sortir et prendre le contr√īle des choses. " Et il a tu√© un Egyptien; il a d√©couvert qu'il √©tait en dehors de la volont√© de Dieu et qu'il √©tait un √©tranger dans le pays depuis quarante ans.
E-23 Mais un jour, l√† derri√®re le d√©sert, quarante ans apr√®s (il √©tait un vieil homme de quatre-vingts ans, il avait une longue barbe et des cheveux gris qui pendaient √† partir de sa calvitie, peut-√™tre il marchait l√† avec une canne dans sa main), Dieu l'a rencontr√© dans un buisson ardent, car Dieu tient Sa promesse. Voyez-vous cela? Dieu tient toutes Ses promesses. Et Dieu a envoy√© Mo√Įse dans le monde pour faire un travail, et Dieu √©tait d√©cid√© √† ce que Mo√Įse ex√©cute Son plan. Ainsi, Il lui a donn√© un autre genre d'instruction. Et ce soir, j'ai peur, mon ami, comme je le dis avec respect et r√©v√©rence, j'ai peur que nous donnions √† l'√©glise le mauvais genre d'instruction. Nous donnons aux gens l'instruction de la lettre morte et non d'un point de vue bas√© sur l'exp√©rience de la nouvelle naissance pour rencontrer le v√©ritable Seigneur J√©sus-Christ vivant et ressuscit√© qui est le m√™me ce soir comme Il le fut jadis.
E-24 Mo√Įse, √† la lumi√®re de ce buisson ardent, comme vous le savez tous en tant que chr√©tiens ; Mo√Įse, en rencontrant l'Ange du Seigneur dans le buisson ardent, √©tait mieux √©quip√© en cinq minutes de conversation face √† face avec Dieu qu'il l'√©tait pendant quarante ans de formation en th√©ologie. Et je dis ce soir, avec tout le respect... Voil√†. Vous ferez mieux de vous taire parce que la chose arrive. Ecoutez, un homme est mieux √©quip√© pour pr√™cher l'Evangile et pour se tenir devant l'auditoire avec une exp√©rience de cinq minutes devant le Dieu Tout-Puissant qu'avec tout ce que les s√©minaires pourraient produire pendant cent ans d'exp√©rience. C'est vrai. Il y a quelque chose qui se passe et, quelquefois, c'est ridicule. Regardez Mo√Įse. Ayant peur, il a fui l'Egypte √† toute vitesse et il est all√© derri√®re le d√©sert, regardant derri√®re lui pour voir si quelqu'un le suivait, si Pharaon allait l'attraper.
E-25 Il est all√© derri√®re le d√©sert, il a √©pous√© cette fille de couleur et il a eu deux enfants. Maintenant, dans... Il avait peur de retourner en Egypte, mais dans la Pr√©sence de Dieu et apr√®s avoir vu la gloire de Dieu (et la gloire de Dieu √©tait la gu√©rison divine qui a gu√©ri la main de Mo√Įse qui avait la l√®pre et a accompli un miracle), il avait deux dons diff√©rents. Et il a fait ce miracle et alors... Jetons un regard sur Mo√Įse. Regardez combien cela semblait ridicule. Maintenant, ceci, c'est √† quelques-uns d'entre vous qui ne croient pas que Dieu fait des choses ridicules, d'apr√®s vos pens√©es. Voyez? La sagesse du monde est une folie aux yeux de Dieu. C'est vrai. Peu importe le degr√© de sagesse que vous avez, vous √™tes toujours fou aux yeux de Dieu. Et quelquefois, la sagesse de Dieu para√ģt une folie √† l'esprit humain. C'est ainsi qu'elles sont oppos√©es l'une √† l'autre.
E-26 Consid√©rez Mo√Įse, vous parlez de quelque chose qui semblait ridicule. Eh bien, Mo√Įse a fui quarante ans auparavant comme un jeune homme form√© au tout d√©but avec toute l'arm√©e √©gyptienne derri√®re lui et toute autre chose; il a fui de la pr√©sence de Pharaon. Et le voici, √Ęg√© de quatre-vingts ans, avec un b√Ęton √† la main... Regardez-le descendre l√† le matin suivant; il a fait asseoir sa femme sur un mulet avec un enfant sur chaque hanche; il conduisait un petit vieil √Ęne avec un b√Ęton, le vent soufflait et voici qu'il descend en prenant la route de l'Egypte. - O√Ļ allez -vous, Mo√Įse? - Je m'en vais en Egypte pour faire une invasion. - Quoi? Aller faire quoi? - Je descends en Egypte pour faire une invasion. La plus grande nation militaire au monde, avec des millions d'hommes arm√©s, des chars et les meilleurs qu'il y avait au monde... Ce serait comme entrer en Russie ou dans un pays du m√™me genre aujourd'hui, tout seul.
E-27 Il descend pour faire une invasion, √† l'√Ęge de quatre-vingts ans, sa barbe flottant d'un c√īt√© ; il conduisait un mulet transportant une femme avec un enfant sur chaque hanche, allant au petit trot sur la route... " O√Ļ allez-vous? " "En Egypte pour faire une invasion." Mais la chose merveilleuse, c'est qu'il l'a fait, parce que Dieu l'avait dit. Cela r√®gle la question. Peu importe combien la chose vous semble ridicule, si Dieu l'a dit, cela r√®gle la question. C'est tout. Peu importe si cela semble √©trange. Tu as dit qu'ils agissent de fa√ßon √©trange, ils sont √©tranges et particuliers... Parfois le peuple de Dieu est particulier. Il a dit qu'ils l'√©taient. Vous voyez? Et ils agissent de fa√ßon particuli√®re, quant √† l'esprit charnel. Mais une fois que vous entrez dans la Pr√©sence de ce m√™me Ange du buisson ardent, vous agirez de la m√™me fa√ßon. Vous allez... vous aurez une fa√ßon particuli√®re de voir les choses. Vous direz : " J'aurais d√Ľ voir cela auparavant. J'aurais d√Ľ conna√ģtre cela. " Mais il faut que ce soit un esprit con- converti.
E-28 Maintenant, les voici dans notre texte de ce soir, comment Dieu veut vous projeter Sa gr√Ęce divine et souveraine. Eh bien, ils √©taient sortis. Voici les Isra√©lites, ils avaient √©cout√© Mo√Įse et avaient suivi, avec r√©v√©rence. Ils avaient pris l'agneau de sacrifice et l'avaient immol√©, ils avaient appliqu√© le sang sur le plan... sur le linteau de la porte et sur le montant de la porte, un signe de la croix, montrant que l'ange de la mort n'√©tait pas all√© √† leur maison. Ils s'√©taient s√©par√©s de toutes leurs possessions. Vous savez, le probl√®me, c'est que nous ne voulons pas nous s√©parer. Nous n'aimons pas le faire, mais Dieu veut que nous nous s√©parions. Nous, nous voulons des m√©langeurs ; Dieu, Lui, veut des s√©parateurs. Et un jour, vous devez sortir et vous tenir seul si jamais vous marchez avec Dieu.
E-29 Et voici donc Mo√Įse. Eh bien, il a fait sortir les enfants, ceux-ci l'ont suivi et ils sont sortis. Et au lieu d'aller par le pays des Philistins... Dieu s'est dit que si... Les gens ont dit que si... " Certainement, s'ils voient la guerre, leurs cŇďurs vont d√©faillir et ils fuiront et rebrousseront chemin. " Il les a donc conduits en prenant le chemin du d√©sert. Je suis si heureux que Dieu nous conduise dans un voyage √† travers le d√©sert. L√†, Il peut nous avoir seul, nous laisser sortir seul avec Dieu. Et dans cette exp√©rience du d√©sert... N'est-ce pas √©trange la fa√ßon dont Dieu nous conduit dans de grandes tribulations et de grandes √©preuves? Regardez comment ces Isra√©lites √©taient conduits. Regardez les eaux de Mara et-et comment le... le d√©sert de Sin et tous ces diff√©rents endroits.
E-30 Comment Dieu nous conduit sur Son sentier, certains par les eaux, certains par les flots, d'autres par de dures √©preuves, mais tous par le Sang ; Dieu conduit Ses enfants, par des voies √©tranges et particuli√®res. Mais Dieu accomplit Ses prodiges en travaillant par des voies myst√©rieuses. Cela doit √™tre myst√©rieux sinon Il ne pourrait pas accomplir le prodige. Les voici, s√©par√©s de tout ce qu'ils ont, de tous leurs associ√©s, on les a amen√©s, on les a fait sortir sous la conduite du Saint-Esprit, l'Ange de Dieu, une Colonne de Feu. Ils suivaient cette Colonne de Feu et cette Lumi√®re. Et ils sont arriv√©s √† un endroit o√Ļ ils √©taient coinc√©s, tous √©taient coinc√©s dans un petit endroit. Le d√©sert de ce c√īt√©, les montagnes, le d√©sert, et la mer Rouge par ici; et l'arm√©e de Pharaon les poursuivait avec leurs √©p√©es et leurs chars. Et voici un peuple qui s'√©tait s√©par√©, qui aimait le Seigneur et qui croyait au Seigneur; ils √©taient coinc√©s.
E-31 Je pense √† ce petit gar√ßon qui est assis dans un fauteuil roulant. J'ai vu une m√®re soulever son enfant d'un fauteuil roulant. Ma femme a dit qu'hier soir, elle √©tait assise l√† derri√®re pleurant presque de voir un petit gar√ßon, un petit estropi√© jouant si patiemment avec ses petits doigts. Je pense aux prodiges ici, peut-√™tre certains d'entre vous ont le cancer. Le m√©decin dit que c'est tout ce qui peut √™tre fait, je... " Mon savoir m'apprend que-que vous ne pouvez rien faire de plus. " Et certains d'entre vous, avec cette chose puante du trouble cardiaque qui est sur vous, se sentent bien, forts et en bonne sant√©; mais ils seront peut-√™tre un cadavre dans une heure. Libre... Et cependant, des chr√©tiens... Mais parfois, Dieu permet cela juste pour vous manifester Son amour souverain et Sa gr√Ęce souveraine. Il veut le faire. Et maintenant, comment pouvez-vous le comprendre si quelqu'un ne vous le dit pas? La foi vient de ce que l'on entend et ce que l'on entend de la Parole. Ce sont les Ecritures. Et tout ce que nous faisons doit √™tre bas√© sur les Ecritures, sinon je ne voudrais pas recevoir cela moi-m√™me. Quelqu'un a dit : " Fr√®re Branham, croyez-vous que Dieu a fait ceci... ? " J'ai r√©pondu : " Eh bien, je ne dis pas que... Il peut faire tout ce qu'Il veut, mais j'aime m'en tenir √† la Parole; je-je sais que c'est vrai parce que Dieu l'a dit et je le crois. "
E-32 Regardez donc Isra√ęl, juste coinc√©, la mort se cachant derri√®re eux. Voyez-vous cela ? Maintenant, peut-√™tre que vous vous retrouvez dans la m√™me situation ce soir. Vous aimez le Seigneur; vous vous √™tes d√©plac√©s et vous √™tes venus √† l'√©glise ce soir, sachant que la mort est juste derri√®re vous, le cancer, le trouble cardiaque, la tuberculose, beaucoup de choses. Une dame a t√©l√©phon√©, on l'am√®ne de tr√®s loin, de Calgary, pour √™tre ici demain, une m√®re qui doit mettre au monde un b√©b√© tr√®s incessamment et on n'a m√™me pas pu la mettre dans un avion. Et, tuberculeuse, elle effectue son voyage ici √† bord d'un train Pullman, pour devenir une m√®re dans quelques jours. Mais elle a dit qu'elle venait par la foi, en croyant. Vous y √™tes, il y a quelque chose qui agit dans son cŇďur. Quand la profondeur appelle la profondeur, il doit y avoir quelque chose pour r√©pondre √† cela. Avant qu'il y ait une profondeur qui appelle, il doit y avoir une-une profondeur pour cr√©er cette profondeur, quelque chose qui appelle. Je crois que la femme sera gu√©rie, je le crois de tout mon cŇďur. Une chr√©tienne, une petite Allemande, mais certainement Dieu, par Sa gr√Ęce, gu√©rira cette personne. Vous direz : " Fr√®re Branham, elle, une chr√©tienne, √™tre coinc√©e √† ce point ? " Dieu fait des choses myst√©rieuses pour montrer Son amour.
E-33 Eh bien, voil√† Isra√ęl vraiment coinc√© apr√®s √™tre sorti ; la crainte du Seigneur. Les voil√†, accul√©s, la mort fon√ßait droit sur eux, la poussi√®re des roues s'approchait. Le d√©sert... Ils se seraient emp√™tr√©s l√† quelque part et la mer les aurait engloutis s'ils s'√©taient engag√©s sur cette voie. Il y avait la mer Rouge devant eux et ils ne pouvaient pas la traverser. Que vont-ils faire? N'est-ce pas √©trange? Notre P√®re c√©leste s'est tenu en arri√®re et a dit : " Nous allons simplement observer cette sc√®ne se d√©rouler. " Mais qu'ont-ils fait? Ils ont fait appel √† Dieu pour leur cas. Et Mo√Įse s'est mis √† prier et le Seigneur a parl√© sans doute √† Mo√Įse par une vision. Et Mo√Įse a couru vers le peuple et a dit : " Tenez-vous tranquilles. " J'aime cela. "Tenez-vous tranquilles et voyez la d√©livrance de Dieu. " C'est ce qu'il vous faut faire. Soyez simplement tranquilles et observez cela. Oh! Il est r√©el. " Tenez-vous tranquilles et voyez la d√©livrance de Dieu, car ces Egyptiens que vous voyez aujourd'hui, vous ne les verrez plus. " Comme vous aimeriez √™tre s√Ľr que cette fiche que vous avez regard√©e dans le cabinet du m√©decin, qu'il a retourn√©e et sur laquelle il a √©crit " mort ", vous ne la verrez plus. Car Dieu viendra certainement dans Sa gr√Ęce magnifique pour vous lib√©rer, quand l'amour est projet√©.
E-34 Ils ont dit : " Seigneur, nous T'aimons. Nous sommes sortis sur Ta Parole. Ton proph√®te nous a donn√© des avertissements et nous voyons que Tu es avec lui par des miracles et des prodiges que Tu op√®res par lui. Et nous savons que Tu es avec lui. Et la Parole de Dieu est l√†. Et il nous a invit√©s √† venir, et il ne nous a jamais dit quelque chose de contraire √† Ta Parole, car Tu nous as donn√© la promesse. " Amen. Vous y √™tes. Vous avez le droit de croire et de dire : " Tu as dit dans Ta Parole que Tu nous lib√©rerais, et ce temps-l√† est pratiquement arriv√©. Voici l'homme venir avec des miracles et des prodiges qui l'accompagnent et que nous ne pouvons pas contester. Nous savons qu'il est Ton proph√®te. Et nous savons qu'il est envoy√©, que c'est Toi qui l'as envoy√©, et nous T'aimons, Seigneur, car nous sommes le peuple de Ton... les brebis de Ton p√Ęturage. Et maintenant, nous Te suivons, nous sommes sortis ici, nous reconnaissons par un signe qui nous suit que Tu es avec nous, nous voici, et voil√† la mort qui vient derri√®re nous. "
E-35 Eh bien, que faisaient-ils? Ils projetaient l'amour, l'amour divin de Dieu. Et la gr√Ęce souveraine devra agir √† sa place. Vous voyez cela? Qu'est-ce qui est arriv√©? Dieu a dit √† Mo√Įse : " Dis-leur de se tenir tranquilles. Ils... [Espace vide sur la bande - N.D.E.]...?... et Je vous montrerai ce qu'est Ma gr√Ęce. Tenez-vous simplement tranquilles maintenant. Ne soyez pas excit√©s. L'Eternel affermit chaque pas du juste. " Peu importe ce qui vient ou va, Dieu ordonne cela. Peut-√™tre √† travers les √©preuves et cela, peut-√™tre √† travers des troubles et des tribulations; mais tant que c'est Dieu qui conduit, qu'est-ce que √ßa change? Il a dit : " Eh bien, dis-leur de se tenir tranquilles. Ils M'aiment et ils Me projettent cet amour, ils prouvent qu'ils croient en Moi, du fait qu'ils sont sortis sur base de Ma Parole et ils croient cela. Et maintenant, ils sont au bout du rouleau. L'amour les a emmen√©s aussi loin que possible ; ainsi donc, Je leur projetterai l'amour. Ils M'ont projet√© leur amour. Je leur projetterai Ma gr√Ęce divine et Ma puissance. " Il a dit : " Dis-leur qu'ils sont au bout du rouleau, ils n'en peuvent plus. Mais ils m'aiment toujours et ils croient en Moi. Ma gr√Ęce sera donc √† l'Ňďuvre maintenant dans ce cas. "
E-36 Ce soir, elle agira pour votre cas. Elle agira pour tous les cas. Observez-Le. Qu'est-ce qui est donc arriv√©? Dieu a fait venir un vent d'orient. Mo√Įse n'avait rien fait, mais il est directement descendu au bord de la mer ou au bord de la mer Rouge et il a agit√© ses mains dessus. La mer a recul√©. Qu'est-il arriv√©? La Colonne de Feu, qui les √©clairait et les conduisait, est all√©e en arri√®re et s'est tenue entre eux et le danger. Et pour les Egyptiens, c'√©tait l'obscurit√©; pour les enfants d'Isra√ęl, c'√©tait la lumi√®re toute la nuit. Je suis si heureux de savoir qu'il y a une Lumi√®re b√©nie et sacr√©e pendant que le monde marche dans l'obscurit√©. Les chr√©tiens marchent dans la belle Lumi√®re du Saint-Esprit. Amen. Je me souviens qu'il y a des ann√©es, dans la vieille √©glise baptiste, nous avions l'habitude de chanter : " Nous marcherons dans la Lumi√®re, une belle Lumi√®re, elle vient l√† o√Ļ les gouttes de la ros√©e de mis√©ricorde sont brillantes; brille tout autour de nous le jour et la nuit, J√©sus, la Lumi√®re du monde." Marchez en Lui. Le monde sera dans les t√©n√®bres. Ils vous taxeront de tous les noms qu'ils peuvent, parce qu'ils marchent dans les t√©n√®bres; mais vous, vous marchez dans la Lumi√®re. Il se tient entre vous et le danger.
E-37 Ensuite, qu'est-il arriv√©? Mo√Įse n'avait rien fait sauf √©tendre ses mains, il avait recul√© et alors le Seigneur avait fait qu'un vent d'orient tr√®s fort se mette √† souffler. Et pendant qu'Isra√ęl √©tait peut-√™tre confortablement en train de faire un petit somme, couch√©, n'ayant aucun brin de doute dans leur cŇďur, dans la Lumi√®re de l'Ange du Seigneur, et il y eut un d√©sordre dans l'arm√©e de Pharaon. Ils ne savaient que faire, il faisait tr√®s obscur. Dieu agissait en faveur d'Isra√ęl. Oh! n'est-ce pas merveilleux? Dieu agissant en leur faveur. Que faisait-Il? Ce vent a commenc√© √† souffler. [Fr√®re Branham illustre. - N.D.E.] Et la mer commence √† reculer. Et puis, apr√®s qu'Il a refoul√© les eaux de la mer qui ont form√© comme une muraille √† gauche et √† droite, alors, qu'est-il arriv√©? Il commence donc √† faire s√©cher la terre, juste assez pour qu'eux marchent dessus, pas pour que les roues des chars roulent dessus, juste assez pour qu'ils y marchent. Dieu, dans Sa gr√Ęce infinie... Quand l'amour divin les a amen√©s dans cette situation, la gr√Ęce divine a √©t√© projet√©e pour ces gens qui L'ont aim√© et Dieu les a d√©livr√©s en les amenant en s√Ľret√© de l'autre c√īt√©.
E-38 Il y a quelques jours, je parlais aux hommes d'affaires chrétiens dans une réunion à Minneapolis. Et il y avait là un homme, M. Krause, un bon gentleman chrétien. En tant qu'un inventeur du...?... une grande compagnie qui fabrique des charrues en Amérique. L'une des plus grandes industries des charrues en Amérique, c'est lui qui en est le propriétaire. Et il était à l'estrade, et je l'ai entendu donner un témoignage dans cette convention. Et il était un grand ami à mon ami Oral Roberts. Et il aimait le frère Oral. Frère Oral Roberts est un bon gentleman chrétien. Et ainsi... Mais il a dit... Mais il avait placé sa confiance en Oral. Il a dit : " Maintenant, je... " Il avait été un - un membre d'église, tiède, mais il était venu aux réunions de frère Oral, il était sauvé et il a reçu la nouvelle naissance, et il avait dit qu'il passait de bons moments, mais sa confiance était placée en Oral.
E-39 Un jour, il a donc contract√© une maladie. Eh bien, vous voyez, vous pouvez placer votre confiance dans une mauvaise chose. Si vous avez plac√© votre confiance dans un homme, ou dans votre √©glise, ou dans votre organisation, vous ferez mieux d'√īter cela imm√©diatement et de placer votre confiance et votre amour en Christ. Cela ne marchera pas. Il aimait le Seigneur, mais il s'est dit : " Eh bien, Oral est Son repr√©sentant, je vais donc - je vais aller chez Oral. " Il avait donc contract√© une maladie grave dans son corps. Il est all√© prendre son d√ģner avec le fr√®re Roberts, d'apr√®s son t√©moignage. Et pendant que le fr√®re Roberts lui parlait, il lui a dit qu'il avait une s√©rieuse maladie des reins ou une autre maladie tr√®s grave. Oral a dit : " Eh bien, le Seigneur prendra soin de cela. " Il s'est approch√©, il a pri√© pour lui et il a dit : " Ne vous sentez-vous pas mieux maintenant? " Il a dit : " Oui. " Ainsi, en quelques heures, la maladie √©tait revenue. Il est retourn√© chez Oral, deux ou trois fois. Eh bien, cela ne lui a fait aucun bien. Il a donc dit : " Seigneur, qu'y a-t-il? " Il a dit : " Je sais ce que je ferai, j'irai me tenir devant fr√®re Branham et il me dira par la proph√©tie exactement ce qui a caus√© la maladie. "
E-40 Eh bien, il s'est rendu √† Shreveport o√Ļ j'√©tais. Il a essay√© soir apr√®s soir d'entrer dans la ligne et il n'a pas pu le faire. Aucune carte n'√©tait... Il avait re√ßu une carte, mais il n'avait jamais √©t√© appel√© pour entrer dans la ligne. Je suis donc all√© de l√† au Mexique. Cela l'a abattu. Ainsi, il est donc retourn√© aupr√®s de tous ceux qu'il connaissait qui pr√™chaient la gu√©rison divine et leur a demand√© de prier pour lui et de lui imposer les mains. Eh bien, cela ne lui a fait aucun bien. Il a dit: " Eh bien... " Il est all√© chez les fr√®res Mayo se faire examiner. Son m√©decin a dit que cela... le cas √©tait d√©sesp√©r√©. Il est donc all√© chez les fr√®res Mayo pour savoir ce qui allait arriver. Ainsi, quand il est all√© l√†, on lui a parl√©, disant : " Vous avez une chance sur dix mille de redescendre [vivant] de la table d'op√©ration. "
E-41 " Eh bien, a-t-il dit, je pense que c'est √ßa donc. " Il est donc rentr√© chez lui, il a pri√©, disant : " Seigneur J√©sus, Tu connaissais ma marche pass√©e, Tu connais ma marche maintenant. Tu sais comment j'ai essay√© de vivre pour Toi. J'ai tout fait. J'ai t√©moign√© aux hommes d'affaires √† travers le pays. J'ai donn√© toute ma vie. J'ai-j'ai fait tout ce que je pouvais depuis que je suis devenu un chr√©tien, il y a quatre ou cinq ans, pour Te servir. Et me voici au bout du rouleau. Je T'aime, Seigneur. Je n'ai qu'une seule voie de sortie maintenant; et c'est peut-√™tre si je peux subir une op√©ration. Je me confie en Toi. " Il est retourn√© et il a dit au m√©decin de faire l'op√©ration. Et quand il est all√© s'endormir, il a dit: " Eh bien, maintenant, Seigneur, Tu sais que je T'aime. Je veux que Tu saches que-que je T'aime; et si je dois √™tre... je dois mourir sur la table d'op√©ration, eh bien, je T'aime de tout cŇďur. "
E-42 Et il s'est endormi sous l'effet de l'√©ther, louant le Seigneur, parce qu'il L'aimait. Ce qui avait... L'amour √©tait arriv√© au bout. C'est juste. Il aimait fr√®re Roberts. Fr√®re Roberts est un homme. Il m'aimait. Je suis un homme. Il aimait d'autres fr√®res, Valdez et beaucoup d'autres. C'√©taient des hommes. Mais ensuite, quand il a trouv√© que tous les hommes avaient failli, il n'avait qu'une seule chose √† laquelle regarder, c'√©tait Christ. C'est Lui Seul. Maintenant, il est sur la bonne piste. Et quand il allait dans la salle d'op√©ration, il a dit : " Maintenant, Seigneur, si je meurs, je T'aime de tout mon cŇďur. Les meilleurs m√©decins du monde disent que j'ai une chance sur dix mille, une chance sur dix mille. " Et quand il s'est r√©veill√©, toute la pi√®ce √©tait illumin√©e de la gloire de Dieu. Et le m√©decin a dit : " Je n'ai jamais vu une chose pareille de ma vie. " Il √©tait normal et s'est r√©tabli en quelques jours seulement. Il n'a point vu quelque chose arriver. Qu'√©tait-ce? Quand l'amour divin a √©t√© projet√© dans la bonne direction, la gr√Ęce souveraine est intervenue et a pris sa place. Amen. Cela se passera chaque fois ainsi.
E-43 J'aurais souhait√© pouvoir vous raconter quelques exp√©riences de quelque chose juste un moment. Combien ont d√©j√† lu l'histoire de ma vie? Vous souvenez-vous que l√†-dedans... Merci. L√† o√Ļ ce maniaque √†-√† Tacoma, dans le Washington, je crois que ce... ou plut√īt c'√©tait √† Portland, dans l'Oregon. (Je crois que le livre a publi√© ce cas.) En fait, une nuit, je me tenais √† l'estrade devant des milliers de gens, un maniaque a accouru √† l'estrade pour me tuer. Vous souvenez-vous avoir lu cela? Et qu'est-il arriv√© ? Eh bien, quand ce grand gaillard s'est avanc√© l√†... Je pesais cent vingt-huit livres [58 kg - N.D.T.], et lui pesait presque deux cent cinquante ou deux cent soixante-quinze [113,4 kg ou 135 kg - N.D.T.], il mesurait presque sept pieds [2 m - N.D.T.], un grand gaillard, sauvage au possible, ses yeux √©taient ressortis. Il venait de frapper un pr√©dicateur dans la rue; il √©tait sorti d'un asile des fous, il s'est √©vad√© et il a frapp√© un pr√©dicateur. Il avait une folie contre les pr√©dicateurs. Il a frapp√© l'homme, il lui a cass√© la m√Ęchoire, sa clavicule. Je venais d'amener √† Christ deux petits policiers l√† derri√®re, dans le vestiaire. La m√®re de l'un d'eux avait √©t√© gu√©rie le soir pr√©c√©dent, et ils √©taient venus l√†, ils attendaient dans la pi√®ce pour me voir, et je les ai conduits au Seigneur J√©sus.
E-44 Et pendant qu'on parlait sur la foi, ce grand gaillard a fait irruption dans la salle, il a accouru √† l'estrade comme cela et tous les pasteurs se sont dispers√©s. Ils le connaissaient. Et il a dit : " Toi, serpent dans l'herbe ; toi, esp√®ce d'hypocrite, a-t-il dit, tu es ici, tu t'imposes comme serviteur de Dieu. Je vais te montrer ce que tu vaux comme homme de Dieu. Je vais te briser tous les os de ce petit corps fr√™le." Eh bien, il √©tait bien capable de le faire. Et il s'est approch√© de moi avec ses mains comme ceci, ses dents serr√©es quand il... Et quand il est arriv√© l√† o√Ļ j'√©tais, il a fait [Fr√®re Branham imite le son de cracher. - N.D.E.] en plein sur mon visage. Je me suis simplement tenu l√† et je l'ai regard√©. Et vous savez quoi? J'aurais souhait√© que je puisse toujours me sentir comme √† ce moment-l√†. Et au lieu de m√©priser cet homme, au lieu de le d√©tester, j'ai eu piti√© de lui. Je l'ai aim√©. "Eh bien, me suis-je dit, cet homme ne veut pas √™tre ainsi. Il-il-il... peu importe ce qu'il a dit, ce n'est pas lui qui parle comme cela. Il aimerait √™tre un homme normal; il veut aimer ses enfants et sa femme comme un ch√©ri, et il aimerait rentrer le soir, porter ses petits enfants, jouer avec eux, sortir, travailler, revenir, entourer sa femme de ses bras, et-et avoir un foyer comme tout autre homme. Et il ne s'agit pas de cet homme; il pourrait √™tre mon fr√®re. C'est le diable dans ce pauvre homme."
E-45 Et en faisant cela... Maintenant, suivez attentivement. Pour cet √©v√©nement, j'aurais souhait√© que cela arrive maintenant ici m√™me √† chaque √Ęme qui est ici pr√©sente. Il n'y aurait pas de personnes faibles parmi nous dans les cinq prochaines minutes. Vous ne pouvez pas le faire de vous-m√™me. Il faut que ce soit un don de Dieu. Et pendant que je me tenais l√†, je l'ai aim√©. Et je pensais : " Pauvre homme!" Et juste pendant que je parlais, me projetant √† lui... Vous ne pouvez donc pas vous bluffer. C'est √ßa le probl√®me avec le soi-disant christianisme. Vous essayez d'agir comme quelque chose que vous n'√™tes pas. Vous ne pouvez pas-vous ne pouvez pas duper un animal sauvage. Plusieurs fois, je me suis retrouv√© juste face √† face avec toutes sortes d'animaux sauvages. Quelqu'un m'a demand√© : " N'avez-vous pas peur, Fr√®re Branham ? " Non, non. Je les aime et ils le savent. Vous ne pouvez pas les duper.
E-46 Je suis entr√©... Je faisais beaucoup d'√©quitation. Je suis mont√© √† cheval pendant beaucoup d'ann√©es dans le rassemblement de b√©tail et ainsi de suite; et j'ai √©t√© parmi des chevaux sauvages et, d'une fa√ßon ou d'une autre, en quelques minutes, le cheval posait sa t√™te sur mon √©paule. Je lui mettais une couverture dessus et le promenais tout autour pendant quelque temps avec une couverture sur lui, alors, je jetais la selle sur lui et, ensuite, vous savez, je le chevauchais. Voyez? Il-il vous aime. Et si vous l'aimez vraiment, il le sait. Maintenant, √©coutez, j'aimerais vous dire quelque chose. Les hommes sont plus intelligents que les animaux, et vous ne pouvez pas dire aux gens que vous les aimez... Ils ne le croiront pas, √† moins qu'il y ait l√† une chose r√©elle pour le prouver. Ainsi, vous direz : " Oh! Fr√®re, vous savez, nous avons une grande communion fraternelle. " Et l√† au fond de votre cŇďur, vous gardez la rancune? Il saura que ce n'est pas vrai. Dieu le sait. Votre voisin le sait. Vous devez √™tre pur dans les normes et dire : " Seigneur Dieu, cr√©e en moi un cŇďur pur pour aimer. "
E-47 Et comme ce pauvre homme se tenait l√†... Au fond de mon √Ęme, j'ai eu piti√© de lui. Et juste comme j'√©prouvais de la piti√©, le Saint-Esprit a commenc√© √† parler et l'homme est tomb√© √† mes pieds. C'est merveilleux de voir ce que Dieu peut faire quand l'amour... L'amour est la force la plus puissante qui soit. Saviez-vous que Dieu est Amour? Celui qui aime est de Dieu. Maintenant, je ne veux pas dire l'amour affectif, je veux dire l'amour divin. L'amour affectif cr√©e la convoitise, mais je parle de l'amour divin, le vrai amour. J'aimerais ouvrir mon cŇďur et vous r√©v√©ler un petit quelque chose de ma vie intime. Aimeriez-vous le savoir? Vous √™tes des √©trangers... Non, nous ne le sommes pas. Nous sommes des enfants de Dieu. Je sens dans mon cŇďur que je puisse dire cela maintenant. J'allais dire quelque chose d'autre, mais il semble comme si... Je vais vous parler un peu de ma vie intime.
E-48 Ce soir, je suis si reconnaissant au Seigneur J√©sus pour ce qu'Il m'a laiss√© faire pour Son peuple. J'aime les gens. Dieu le sait. Je-je ne peux pas rester avec les gens comme je le veux, parce que je ne peux pas √™tre en m√™me temps serviteur de Dieu et serviteur de l'homme. Je dois passer mon temps... Un homme ne le comprend pas, peut-√™tre parce qu'il conna√ģt un seul type, une seule sorte d'amour. Mais je reste en pri√®re quelque part dans une pi√®ce, essayant de l'aider, et il pense que je devrais sortir, courir √ß√† et l√† pour prendre le d√ģner avec lui ou quelque chose du genre. Mais c'est diff√©rent. Vous voyez? √áa, il ne le comprend pas et il ne le saura jamais, jusqu'√† ce que nous aurons travers√© la rivi√®re. Et alors √† ce propos... Mais l'amour, pour ce qui est du vrai et authentique amour, j'aime vraiment les gens.
E-49 J'étais un-un petit garçon élevé dans une maison, dans - dans une famille qui n'était pas trop bonne, et-et personne ne semblait s'occuper de moi. Et dans ma propre famille, beaucoup de frères... Eux tous buvaient et fumaient, mais moi je ne le faisais pas. Et j'étais la brebis galeuse de la famille. Quand j'ai découvert que Quelqu'Un m'aimait vraiment, quand je... Quelqu'Un m'a fait savoir que Jésus m'aimait. Et je pensais : " Vous voulez dire que le plus Haut de tous ceux qui sont élevés, le Dieu du Ciel, m'aime? Eh bien, maintenant, s'Il m'aime et... " Et la première fois que j'ai prié, je ne pouvais pas prier. Savez-vous ce qu'était ma première prière? J'étais un-un chasseur, je vivais dans les bois. J'allai écrire ma prière sur un morceau de papier et le coller contre un arbre dans les bois. C'est afin qu'Il... Lui dire combien j'étais mauvais et peut-être... Je savais qu'un jour Il descendrait ce sentier, Il lirait cela et me pardonnerait. J'ai écrit cela sur un morceau de papier et je me suis mis à penser : " Eh bien, on m'a dit qu'Il était un Homme. Et s'Il est un Homme, alors Il comprendra comme un homme."
E-50 J'ai donc dit... Je suis all√© √† l'abri; c'√©tait tr√®s humide, j'ai pris un sac et je me suis agenouill√© dessus. Et j'ai entendu des gens dire : " Dieu m'a parl√©. " Eh bien, j'ai donc dit : " Comment dois-je... Si je tiens mes mains comme ceci ? Ou que faire? Comment dois-je le faire ? " Je ne savais pas comment m'y prendre. Je me suis donc dit : " Eh bien, je crois que j'ai une fois vu la photo de quelqu'un qui priait avec ses mains comme ceci. J'ai mis mes mains comme ceci et j'ai dit: " Cher Monsieur J√©sus, j'aimerais Te parler juste une minute. Veux-Tu venir ici juste une minute? Je veux Te parler juste une minute. " J'ai dit : " Je ne T'entends pas. O√Ļ es-Tu? " J'ai dit : " Peut-√™tre que je n'ai pas tenu convenablement les mains. " Et j'ai dit : " Peut-√™tre faut-il que je croise mes mains. " J'ai dit : "Monsieur J√©sus, si je ne croise pas convenablement mes mains ou s'il y a quelque chose que je ne fais pas correctement, pardonne-moi ; je n'ai pas l'intention de le faire de la mauvaise mani√®re; mais veux-Tu venir ici juste une minute? J'aimerais Te parler un tout petit peu. " Mais j'ai dit : " Je ne T'entends pas, Monsieur. "
E-51 Eh bien, c'est l√† ce que je savais de Dieu. Mais l√† m√™me, comme je L'aimais... J'ai dit : " Vous savez quoi, je suis si m√©chant qu'Il ne voudra m√™me pas me parler. " Et j'ai dit : " Je pense que je suis alors perdu pour de bon. " Et j'ai commenc√© √† pleurer. J'ai dit : " Eh bien, Monsieur, je-je vais-je vais confesser mes p√©ch√©s de toute fa√ßon. " J'ai dit : " Je ne suis pas bon. " Et j'ai dit : " Tu es parfaitement bon. Mais quand j'√©tais mourant l√† √† l'h√īpital, je T'avais dit qu'on en parlera, c'est tout ce que je peux faire. " Presque √† ce moment-l√†, une Lumi√®re a travers√© en tournoyant et une croix s'est dessin√©e au mur. Mes p√©ch√©s √©taient √īt√©s. Quand l'amour a √©t√© projet√©, la gr√Ęce souveraine a pris sa place. Elle a r√©pondu. C'est vraiment l'amour. C'est tout ce que vous devez faire. " Aime le Seigneur de tout ton cŇďur, de toute ta pens√©e et de toute ta force. " Cela agira dans un √™tre humain, cela va...
E-52 Il n'y a pas longtemps, j'√©tais... Peut-√™tre que quelqu'un a √©t√© aux Etats-Unis, j'appr√©cie la visite de beaucoup d'entre vous, bonnes gens du Canada quand vous passez. Et au presbyt√®re, j'essayais de couper le gazon, et les gens venaient de partout. Je sortais et coupais deux ou trois rang√©es et, ensuite, vous savez, je devais courir dans la maison, et courir l√† derri√®re la maison, changer ma salopette et-et me mettre en pri√®re pour un malade. Et puis, peut-√™tre, le jour suivant, avant que je reparte tr√®s t√īt le lendemain matin, je sors; il n'y a personne l√†-bas, je porte ma salopette et coupe encore quelques rang√©es. Et quelqu'un passe l√† et dit : "Bonjour, Fr√®re Branham." On se met √† parler et une autre rang√©e a s√©ch√©. Vous savez, le temps d'arriver √† la cour arri√®re, l'herbe a d√©j√† repouss√© dans la cour de devant. Et un apr√®s-midi, j'√©tais dans les parages derri√®re la cour, il faisait tr√®s chaud et j'avais ma petite vieille tondeuse, elle avan√ßait en faisant teuf teuf! Et j'ai enlev√© ma chemise; personne ne pouvait me voir l√† derri√®re, je n'√©tais qu'en pantalon. Et je tondais le gazon de toutes mes forces, et j'avais oubli√© qu'il y avait un grand nid de frelons dans un coin. Et j'ai enfonc√© la tondeuse droit dans ce nid et, en moins de rien, j'√©tais tout couvert de frelons.
E-53 Vous savez ce que sont les frelons par-ici? De gros insectes, ils peuvent vous tuer. Une seule piq√Ľre solide vous terrasse carr√©ment. Et je pense donc qu'il y avait l√† trente ou quarante, peut-√™tre cinquante gros frelons, et je ne portais pas de chemise. Et l√†, ils m'√©taient tous dessus. Savez-vous ce qui est arriv√©? Juste avant que je puisse refl√©chir, quelque chose est arriv√©. Maintenant, cela a l'air tr√®s enfantin, √ßa para√ģt enfantin, mais c'est la v√©rit√©. Je me suis dit : " Pauvres petites cr√©atures, vous savez, je vous ai d√©rang√©es. Vous √™tes de petites cr√©atures de Dieu. Assur√©ment vous avez un aiguillon; c'est avec cela que vous vous prot√©gez. Et vous √™tes les cr√©atures de Dieu, et je-je vous ai d√©rang√©es. Vous √©tiez toutes en train de vous reposer dans votre nid et, moi, je vous ai d√©rang√©es. "
E-54 Et, au lieu de ha√Įr ces petites cr√©atures et d'essayer de les combattre, je les ai aim√©es. Et j'ai dit : " Petites cr√©atures de Dieu, je suis le serviteur du Seigneur. Je suis press√©. C'est la raison pour laquelle j'ai cogn√© ce nid ou cette cl√īture. " J'ai dit : " Le peuple de Dieu vient chez moi pour que je prie pour eux, et je suis le serviteur du Cr√©ateur, votre Cr√©ateur. Maintenant, au Nom du Seigneur J√©sus, retournez dans votre nid. Je ne vais plus vous d√©ranger. Retournez directement dans votre nid. " Comme c'est Dieu qui aura les clefs du jugement au jour du Jugement, ces frelons ne faisaient que bourdonner aussi fort qu'ils pouvaient, aucun d'eux ne m'a touch√©. Et l'un a pris la t√™te, et tous les frelons, en file indienne, sont retourn√©s tout droit vers le nid et sont entr√©s dans le nid. Qu'√©tait-ce ? Je ne sais pas. Quelque chose s'est pass√©. Soit que Dieu a converti leur audition pour m'entendre, soit qu'Il a chang√© mes paroles en leur langue. Que ce soit l'amour que j'avais pour eux qui se soit √©lanc√©, quelque chose √©tait arriv√©. Les frelons sont all√©s dans leur nid.
E-55 Lorsque j'√©tais garde-chasse, je traversais un champ, et j'allais mettre du poisson dans un-un ruisseau. Oh! nous √©tions sens√©s porter un vieux petit pistolet, et j'ai jet√© le truc dans la voiture. Et de l'autre c√īt√© de la route, il y avait un homme qui √©tait malade. J'√©tais pr√©dicateur √† l'√©poque, ainsi j'allais rendre visite √† ce fr√®re malade, et je travaillais pour ma survie. Et j'ai simplement pris ce petit vieux pistolet, je l'ai jet√© dans la voiture, j'ai ferm√© la porti√®re et je me suis mis √† traverser ce champ. Je n'y avais pas pens√©, mais environ deux mois auparavant, un gros taureau Guernsey avait tu√© un homme de couleur. Et ce taureau √©tait dans ce p√Ęturage et je ne le savais pas. On l'avait vendu √† un autre homme l√†-bas. C'√©tait un bel animal et on ne voulait pas l'abattre. On l'avait donc vendu √† cet... de couleur... cet homme par-l√†, √† un autre endroit. Et je traversais le champ. Et l√†, dans ce champ o√Ļ il y avait de petits arbrisseaux, tout d'un coup, cette √©norme cr√©ature s'est lev√©e. Oh! j'ai cherch√© le pistolet. Et je suis heureux que je ne l'eusse pas, car j'allais probablement abattre le taureau et, ensuite, j'allais le payer. Mais, pendant que je me tenais l√† en train d'observer, j'ai regard√© en arri√®re. J'√©tais √† environ 250 ou 300 yards [228 m ou 274 m - N.D.T.] de la cl√īture, il n'y avait pas d'arbre ni rien o√Ļ m'abriter.
E-56 Eh bien, il s'est lev√©, il a grond√©, il a plant√© ses cornes dans la terre, a secou√© la poussi√®re comme cela, il a gratt√© de sa patte et il a charg√© vers moi. Je me suis dit : " Eh bien, c'est ma fin. Eh bien, je ne voudrais certainement pas arriver √† ma fin comme un l√Ęche. J'aimerais me tenir debout et affronter cela comme un homme. " Je pensais que c'√©tait la fin. Et alors, quand ce taureau... comme la distance qui nous s√©parait √©tait d'ici jusque de l'autre c√īt√© de cette ar√®ne, je... Au lieu de ha√Įr ce taureau, quelque chose s'est pass√©, je l'ai aim√©. Et je pensais : " Eh bien, attendez, je suis sur son terrain. Ce n'est pas lui qui me d√©range, c'est moi qui le d√©range. " Et j'ai dit : " Cr√©ature de Dieu, je suis le serviteur du Seigneur; je suis en route pour prier pour Son enfant malade. Maintenant, je ne vais plus te d√©ranger. Au Nom de J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, va te recoucher et je ne vais plus te d√©ranger. " Et cet animal est venu, et je n'avais plus peur de cet animal, pas plus que je n'ai peur de mes fr√®res qui sont assis ici derri√®re moi. Et il a fonc√© vers moi. J'aurais souhait√© que cela se passe maintenant. Et il a couru, et quand il est arriv√© juste √† quelques pieds de moi, il a projet√© ses pattes en avant, il s'est arr√™t√©, il a regard√© de part et d'autre; il √©tait tr√®s √©puis√©, il s'est retourn√© et il est all√© se coucher. Et j'ai march√© √† cinq pieds [environ 2 m - N.D.T.] de cet animal, il a simplement lev√© les yeux vers moi, et j'ai continu√© mon chemin, j'ai continu√© √† marcher et je suis pass√©. Quand je suis arriv√© sur la route, cela m'a quitt√©, j'ai trembl√© de tout mon corps. Qu'√©tait-ce? Dans l'urgence, l'amour est projet√©, et la gr√Ęce prend sa place.
E-57 Beaucoup d'entre vous ont lu l'histoire de l'opossum, n'est-ce pas? Voici Gene et Leo et les autres qui sont assis là derrière maintenant. Il y a environ une année, au mois de juillet dernier, qu'ils étaient à ma porte. Et il y a eu dans la ville une jeune fille de couleur, une belle femme, qui avait eu un enfant illégitime. (Maintenant, nous terminons, juste un instant.) Et elle a eu cet enfant illégitime et elle ne voulait pas de cet enfant. Elle a pris le petit bébé et l'a enveloppé dans une couverture, elle l'a enlacé avec un fil de fer et l'a étouffé à mort. Elle avait demandé au chauffeur de taxi de l'amener sur le pont, qui enjambe la rivière Ohio, à environ un mile [1,6 km - N.D.T.], et elle a dit au chauffeur de taxi qu'elle devait jeter quelque chose, et celui-ci s'est arrêté, et elle a jeté le bébé dans l'eau. Le chauffeur de taxi a suspecté cela et a appelé la gendarmerie. Ils ont fouillé dans l'eau et c'était un petit bébé. Ainsi, j'ai dit aux petits Gene et Leo que j'appelle mes étudiants, les jeunes gens qui font l'enregistrement ici. J'ai dit : " Ce n'était pas une mère, c'était une femelle. Une mère ne ferait pas cela. "
E-58 Et pendant qu'on parlait, on a vu sur la route quelque chose en mouvement venir. J'ai regard√© cela. C'√©tait un opossum; et un opossum circule la nuit. Si vous les avez ici, vous savez qu'ils sont des noctambules. Mais j'ai remarqu√© qu'il se tra√ģnait comme ceci. J'ai donc dit : " Regardez cet opossum, il vient, il se d√©place en se tra√ģnant. Peut-√™tre qu'il a la rage ", ai-je dit √† Gene et Leo. Nous sommes sortis pour le regarder. Et alors, j'ai tir√© un r√Ęteau, un r√Ęteau de jardin, l√† sur l'opossum, et il... Au lieu de faire le mort, il a commenc√© √† mordre ce r√Ęteau. Et j'ai remarqu√© que toutes ses jambes √©taient broy√©es, et il avait √©t√© cogn√© par une voiture ou on l'avait mordu par des chiens √† ce niveau, et il √©tait mourant. Et puis, il n'y a que deux animaux qui ont des poches : il s'agit du kangourou et de l'opossum. Et quand l'opossum a mis bas, (pourquoi se d√©battait-elle?) elle avait neuf petits nus d'√† peu pr√®s cette longueur. Et ces petits essayaient de t√©ter. Et j'ai dit : "Venez ici, vous, Gene et Leo. " J'ai dit : " Voici un opossum qui est mourant. Eh bien, cet opossum est plus m√®re que cette femme-l√†, car cette m√®re opossum n'avait pas trente minutes √† vivre. " En effet, elle √©tait toute couverte d'Ňďufs des mouches, d'asticots et de mouches vertes sur toute la partie gonfl√©e. Et-et j'ai dit : " Elle a au moins trente minutes environ √† vivre. Mais elle les passera pour ses petits. Elle luttera pour eux. "
E-59 Et √† ce moment-l√†, M. Wood, qui vend les livres √† la r√©union... Son fils, un gar√ßon d'environ seize ans, avait √©t√© gu√©ri alors qu'il √©tait estropi√© suite √† la polio, et ils... Il √©tait un entrepreneur, il a liquid√© tout son stock et a suivi les r√©unions. Il vit non... C'est mon voisin. Sa femme est v√©t√©rinaire. Ils sont venus. Un autre homme est venu. Elle a dit : " Eh bien, Fr√®re Branham, prenez le... Eh bien, l'opossum est peut-√™tre mourant. " Elle a dit : " Tuez-le, ensuite prenez les petits... " Elle a dit: " Ils ont des bouches rondes, on ne peut pas leur donner un biberon, ils sont trop petits, tuez-les simplement. " J'ai dit : " SŇďur Wood, je ne peux pas le faire. " Et elle a dit : " Eh bien, Fr√®re Branham, vous n'allez pas laisser cette pauvre cr√©ature se coucher l√† et souffrir. " Elle a dit : " C'est propre aux hommes. " J'ai dit : " Je sais que vous avez raison, mais je ne peux pas le faire. " " Eh bien, a-t-elle dit, laissez mon mari le faire. " Et j'ai dit : " Non, je ne veux pas. " Elle a dit : " Vous voulez dire que vous allez laisser ce pauvre animal se coucher l√† et souffrir comme cela ? " J'ai dit : " Eh bien, je ne peux simplement pas la tuer." Et elle a dit : " Eh bien, prenez les petits et frappez-les, et ils seront morts en une seconde et ne souffriront pas. "
E-60 Ainsi, pendant qu'elle disait cela, elle a dit : " Eh bien, allez chercher un de vos fusils. Vous êtes un chasseur. " Elle a dit : " Abattez-les. " Elle a dit : " Vous êtes un chasseur." J'ai dit : " Je suis un chasseur, mais je ne suis pas un assassin. " J'ai dit: " Je ne peux simplement pas le faire. " La vieille mère opossum, quand je l'ai soulevée, elle est allée jusque devant ma porte et elle était épuisée. Les jeunes gens sont assis ici maintenant. Elle est restée toute cette journée, toute cette nuit. Le lendemain matin, je me suis réveillé. Elle était couchée là, comme si elle s'était allongée à cause du froid. Elle ne s'est plus déplacée pendant la journée et ces petits bébés opossums essayaient de téter.
E-61 Ma fillette Rebecca, une petite enfant tr√®s spirituelle d'environ neuf ans maintenant, est sortie tr√®s t√īt le lendemain matin, et elle a regard√© vers le bas. Je me tenais l√† debout en train de regarder la vieille m√®re opossum, il n'y avait encore personne l√†, c'√©tait tr√®s t√īt. Et elle √©tait couch√©e l√†, recouverte de ros√©e pareille au gel, vous savez, mais c'√©tait de la ros√©e. Et ces petits b√©b√©s essayaient toujours de t√©ter cette m√®re qui √©tait comme un cadavre √©tendu l√†. Et Becky, ma fillette, s'est adress√©e √† moi, disant : " Papa, que vas-tu faire d'elle ? " J'ai r√©pondu : " Ch√©rie, je ne sais pas. " Elle a dit : " Est-elle morte maintenant ? " Et j'ai dit : " Je pense, ch√©rie. " Et j'ai pris mon orteil et je l'ai touch√©e comme ceci; elle n'a pas boug√© et je lui ai encore donn√© un petit coup de pied. J'ai vu ce petit sourire appara√ģtre, j'ai dit : " Non, elle est encore vivante, ch√©rie. " Et j'ai dit : " Regarde cette patte. Oh! c'est gonfl√© comme √ßa. " Et d'ordinaire, cette patte serait √† peu pr√®s comme √ßa. Comme elle √©tait couverte d'Ňďufs des mouches, oh! et tout, ainsi que de mouches ! Et j'ai dit : " Pauvre vieille cr√©ature ", juste √† sa gauche. J'ai dit : " √áa ne fera pas longtemps qu'elle va mourir. " J'ai dit : " Ch√©rie, tu feras mieux de retourner vite au lit. " J'ai dit : " Cours et va te coucher, ch√©rie. C'est trop t√īt pour que tu te r√©veilles. "
E-62 Je suis entr√© dans la petite pi√®ce √† c√īt√©, je me suis assis l√† et je me frottais la t√™te comme ceci, l√† o√Ļ beaucoup de grandes visions ont eu lieu. Je me frottais la t√™te et je pensais : " Eh bien, je ne sais pas ce que je vais faire avec ce vieil opossum; je ne peux pas les laisser le tuer; je ne peux pas le faire, de toute fa√ßon." Etant assis l√† comme cela, j'ai entendu Quelque Chose me dire : " Eh bien, tu as pr√™ch√© un sermon sur elle √† ces gar√ßons hier, disant qu'elle √©tait une vraie m√®re. " J'ai dit : " C'est vrai. Je-je-je dis qu'elle √©tait une m√®re. " La Voix a dit : " Eh bien, a-t-Elle dit, Je te l'ai envoy√©e et elle est rest√©e couch√©e √† ton portail il y a vingt-quatre heures, ou plut√īt devant ta porte, attendant comme une dame que l'on prie pour elle. Et jusque-l√†, tu n'as encore rien dit √† ce sujet. " " Eh bien, ai-je dit, je ne savais pas que-que... " Je me suis dit : " A qui est-ce que je parle ? " Je me suis dit : " H√© ! c'est impossible que je sois en train de parler ! " Je me suis demand√© : " Est-ce Dieu ? " Eh bien, je sais qu'Il traite avec les sauv-... Il-Il conna√ģt le passereau; Il sait qu'il y a des amis... sauvages. " J'ai dit : " Seigneur, si c'est ainsi... "
E-63 Je suis retourn√© dehors et la petite Becky √©tait toujours l√†, debout. Et je suis sorti. Et j'√©tais l√† o√Ļ se trouvait la vieille m√®re opossum et j'ai dit : " P√®re c√©leste, si Toi, par Ta gr√Ęce souveraine (cette pauvre b√™te sans √Ęme, mais qui pourtant veut vivre pour √©lever ses b√©b√©s), Tu l'as envoy√©e √† ma porte pour que je prie pour elle, elle s'est couch√©e ici il y a vingt-quatre heures et je ne le savais pas... " J'ai dit : " Pardonne Ton serviteur pour avoir √©t√© si stupide. Et je prie au Nom de Christ, si c'est Toi qui l'as envoy√©e ici, que Tu fasses quelque chose pour cet opossum. M√™me si c'est une b√™te muette, mais Tu es le Dieu qui l'a cr√©√©e; ainsi, si Tu voulais que je prie pour elle, pardonne-moi, et je Te prie de la gu√©rir. " Et, mes amis, Dieu est mon Juge solennel; cette vieille m√®re opossum s'est retourn√©e et m'a regard√©, elle a pris ses petits b√©b√©s dans sa poche. Cette patte √©tait devenue aussi normale que l'autre; elle est descendue vers le portail en se pavanant, cette queue relev√©e comme cela, elle s'est retourn√©e et m'a regard√© comme pour me dire : " Merci, gentil monsieur. " Elle est descendue simplement sur la route sans m√™me boitiller et elle est all√©e dans les bois. Et pour autant que je sache, elle est heureuse avec ses petits ce soir.
E-64 Qu'est-ce ? J'ai vu cela arriver bien des fois. Quand l'amour est projet√©, la gr√Ęce souveraine devra intervenir et prendre sa place. Si Dieu, notre P√®re, s'est pr√©occup√© d'une b√™te ignorante et muette comme un opossum... Eh bien, cet opossum en sait plus sur la gu√©rison divine que la moiti√© des pr√©dicateurs du Canada (C'est juste.) ou de l'Am√©rique, l'un ou l'autre. C'est vrai. Elle savait suivre la conduite du Saint-Esprit et elle est venue comme une b√™te ignorante et muette, et elle a attendu; et Dieu qui est mon Juge (je me tiendrai devant vous au jour du Jugement) sait qu'Il a pos√© Sa main gu√©rissante sur cette b√™te muette et l'a r√©tablie, parce que, je crois dans mon cŇďur, elle voulait vivre pour ces b√©b√©s pour montrer un exemple, √† savoir, quand les √™tres humains s'√©loignent de Dieu, ils tombent plus loin et plus bas que les animaux qui se prom√®nent dans les rues et dans les champs.
E-65 C'est vrai. Elle a aim√© et la gr√Ęce a pris sa place. Ce soir, combien vous valez plus que ce vieil opossum! Combien cette m√®re qui se tient l√† avec son b√©b√© a plus de valeur! Combien cette m√®re qui porte son b√©b√© a plus de valeur! Combien chacun de vous, qui √™tes l√†-bas, a plus de valeur! Combien vous avez plus de valeur! J√©sus a parl√© au sujet des passereaux, Il a dit : " Pas un seul passereau ne pourrait tomber dans la rue sans que le P√®re ne le sache. " Mais combien avez-vous plus de valeur que les passereaux ? Votre P√®re ne sait-Il pas de quoi vous avez besoin? Il n'y a donc qu'une seule raison qui puisse amener Dieu √† faire cela. C'est pour que vous ayez pour Lui de l'amour, l'amour qui chassera toute peur que vous avez, comme quoi Il n'accomplira pas la chose, et qui dira: " Seigneur J√©sus, je T'aime. " Alors, Il descendra ici ce soir et se manifestera ici ce soir sur l'estrade et l√†-bas, pour montrer qu'Il est vivant et qu'Il est parmi vous. C'est la gr√Ęce. Alors, ce soir, Il fera pour vous la m√™me chose qu'Il a faite pour l'opossum ou n'importe qui d'autre, si seulement vous croyez en Lui. Prions.
E-66 Notre P√®re c√©leste, nous Te remercions ce soir pour J√©sus. Nous Te remercions pour l'amour de Dieu qui a √©t√© r√©pandu abondamment dans nos cŇďurs par le Saint-Esprit. Et maintenant, Seigneur, pour ce qui est de pr√™cher longuement la Parole, comme les foules ne se sont pas encore rassembl√©es, nous avons jug√© bon de pr√™cher peut-√™tre un peu longtemps aux gens ou assez longuement ce soir. Et ainsi, je prie donc que, dans quelques instants apr√®s que je T'ai parl√©, Tu d√©clares que Tu es vivant et que Tu vis parmi nous ce soir, et [je prie] que Tu laisses les gens savoir que Ta gr√Ęce est tout aussi grande pour eux ce soir qu'√† n'importe quel moment. Et si seulement ils T'aiment, Tu leur donneras Ta gr√Ęce librement, en pardonnant leurs p√©ch√©s et en gu√©rissant leurs maladies. Accorde ces choses, √ī Dieu notre P√®re, je prie au Nom de Christ. Amen. Bien. Nous allons appeler d'autres personnes en plus sur l'estrade.
E-67 Maintenant, je vais vous demander de faire quelque chose pour moi, si vous le voulez. Voudriez-vous avoir la gentillesse de garder vos si√®ges et les petits enfants juste √† c√īt√© de vous ? Que personne ne se d√©place. Restez juste l√† o√Ļ vous √™tes pour un peu de temps seulement. Maintenant, je vais... Voyons, appelons... Je pense qu'on a distribu√© une centaine de cartes, hier soir. Je pense que j'ai appel√© de 1 √† 15 hier soir. Est-ce juste? C'√©tait la premi√®re partie. Appelons alors la derni√®re partie ce soir. Ce sera peut-√™tre de 85 √† 100. Tr√®s bien, appelons... Prenez environ... D'habitude, c'est le nombre que j'arrive √† terminer. Quelquefois, si les choses marchent bien, je peux prendre vingt ou trente. Quelquefois je ne prends que deux ou trois, mais cela d√©pend de la fa√ßon dont la foi des gens est √©difi√©e. Bien, qui a la carte de pri√®re 85? Levez la main. La carte de pri√®re 85, tr√®s bien, voudriez-vous venir ici, la carte de pri√®re 85? 86, qui a la carte de pri√®re 86? Bien. 87, 88, 89, 90, bien. O√Ļ est Billy Paul, ou un des huissiers, ou quelqu'un d'autre? Fr√®re Joseph, voudriez-vous les aider l√†-bas, s'il vous pla√ģt? Oui, oui. Tr√®s bien. Maintenant, je vais encore en appeler quelques-uns pour voir o√Ļ nous arriverons. Nous ne pouvons pas le dire; les cartes de pri√®re sont m√©lang√©es. Elles ont √©t√© distribu√©es. Nous appelons √† partir de n'importe o√Ļ. Tr√®s bien. 85, 86, 87, 88, 89, 90. √áa fait cinq, un, deux, trois, c'est trop. Tr√®s bien. 91, 92, 93, 94, et 95, 96, 97, 98, 99, 100. Alignez-vous suivant que vos num√©ros sont appel√©s, s'il vous pla√ģt. Merci, cher fr√®re.
E-68 Maintenant, pendant que nous attendons juste un moment, peut-√™tre que s'ils ne viennent pas, peut-√™tre nous pouvons en appeler d'autres et leur demander de s'aligner. Tr√®s bien. Maintenant, ceux dont les num√©ros sont appel√©s, nous pouvons donc avoir du respect... Combien sont malades ici et aimeraient que le Seigneur les gu√©risse, mais ils n'ont pas de carte de pri√®re? Faites voir votre main, partout, partout. Tr√®s bien. Combien ici n'ont jamais √©t√© dans l'une de mes r√©unions ? Faites voir vos mains. Juste peu de gens. Tr√®s bien, maintenant, pendant qu'on les aligne, nous verrons combien... s'ils y arrivent tous. Alors j'aimerais vous demander quelque chose. Maintenant, si vous le voulez, s'il vous pla√ģt, juste pour quelques instants, soyez tr√®s respectueux. Voyez ? Soyez respectueux; nous sommes dans la maison de Dieu. Maintenant, j'aimerais vous poser une question. Croyez-vous que J√©sus est ressuscit√© des morts ? Levez la main. Croyez-vous que J√©sus-Christ vit ce soir et est ressuscit√© des morts ? Tr√®s bien. S'Il est donc ressuscit√© des morts, alors la Bible dit : " Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. " Est-ce juste ? Combien croient cela ?
E-69 Maintenant, j'aimerais vous poser une question. S'Il √©tait ici sur terre ce soir, o√Ļ alliez-vous Le rencontrer? Quel ty-... En compagnie de quel type de gens alliez-vous Le trouver? Les pauvres. Est-ce juste? S'Il est le m√™me, Il-Il √©tait avec les pauvres en ce temps-l√†. Et serait-Il en compagnie des √©rudits et des hommes instruits ? Non, non. Tr√®s peu d'entre eux sont sauv√©s. Eh bien, vous direz donc : " Ce sont des gens tr√®s bien cultiv√©s. " Cela n'a rien √† voir avec la chose. Apparemment, Ca√Įphe, le souverain sacrificateur, et les hommes saints et justes l'√©taient aussi. Mais qu'est-ce que le p√©ch√© ? Voulez-vous savoir ce qu'est le p√©ch√© ? Faites voir votre main si vous voulez savoir ce qu'est le p√©ch√©. Le p√©ch√©, c'est seulement une chose : l'incr√©dulit√©. " Celui qui ne croit pas est d√©j√† condamn√©. " Vous savez, fumer la cigarette n'est pas un p√©ch√©. Savez-vous que maudire, utiliser le Nom de Dieu en vain, ce n'est pas √ßa le p√©ch√©? Savez-vous que commettre adult√®re, ce n'est pas √ßa le p√©ch√© ? Certainement pas. Ce sont l√† les attributs du p√©ch√©. Ce sont les attributs de l'incr√©dulit√©. Vous faites cela parce que vous n'√™tes pas un croyant. Si vous √©tiez un croyant, vous ne feriez pas cela.
E-70 Un p√™cher porte des p√™ches parce que c'est un p√™cher. Il a la vie du p√™cher en lui. Est-ce juste ? Oui, oui. Voyez, ce sont les attributs du p√©ch√©. Ce sont les attributs de l'incr√©dulit√©. Quand vous croyez, ces choses deviennent mortes en vous. Mais si vous n'√™tes pas un croyant, alors ces fruits et ces signes vous accompagnent. Maintenant, je veux que vous soyez tr√®s respectueux. Eh bien, qu'a fait J√©sus dans ce cas? Que ferait-Il s'Il √©tait ici, s'Il agissait comme Il l'a fait au temps o√Ļ Il √©tait ici dans Sa chair? Maintenant, Il est ici ce soir, sous quelle forme? De l'Esprit. Est-ce juste? Dites : " Amen. " Esprit. Eh bien, quand Il √©tait ici sur terre, Il a dit : " Je ne peux rien faire de Moi-m√™me. " Combien savent qu'Il a dit cela? Combien savent que, dans Saint Jean 5.19, J√©sus a dit : " En v√©rit√©, en v√©rit√©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-m√™me, mais ce qu'Il voit faire au P√®re, le Fils le fait pareillement " ? Combien savent que c'est Saint Jean 5.19? Alors J√©sus ne faisait rien sans que le P√®re ne le Lui montre en vision, d'apr√®s Sa propre Parole qui est infaillible. Il est Dieu et Il ne peut pas mentir. Il a dit : " En v√©rit√©, en v√©rit√© (c'est tout √† fait certain), Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire, si ce n'est ce qu'Il voit faire au P√®re premi√®rement. " C'est juste.
E-71 Quand Il √©tait ici sur terre, quand Philippe est all√© vers Lui, (et Nathana√ęl a trouv√© Philippe, ou plut√īt Philippe a trouv√© Nathana√ęl) quand celui-ci est venu, Il le connaissait. Il a dit : " Tu es un homme juste, un homme en qui il n'y a point de fraude. " Et Il lui a dit o√Ļ Il √©tait. Est-ce juste ? Avant qu'il... Combien savent que c'est ce qu'Il a fait dans Saint Jean chapitre 1? Il a dit √† Philippe l√† o√Ļ... ou plut√īt Il a r√©v√©l√© √† Nathana√ęl quel genre d'homme il √©tait, ce qu'√©tait son probl√®me et o√Ļ il √©tait quand Philippe l'a trouv√©. Et qu'ont dit les pharisiens? Ils ont dit : " C'est un diseur de bonne aventure, B√©elz√©bul. " Et J√©sus a dit : " Vous avez dit cela contre Moi, le Fils de l'Homme. Moi, Je vous pardonne. Mais quand le Saint-Esprit viendra et fera la m√™me chose, si vous dites cela, il n'y aura jamais de pardon. " Combien savent que la Bible dit cela? C'est juste. Bien. Maintenant, c'est la dispensation du Saint-Esprit, Christ qui vient apr√®s qu'Il a √©t√© glorifi√©. Il n'y a point d'excuse devant Lui. Maintenant, je vais vous poser une autre question. Qu'a fait le-qu'a fait l'homme sur qui le miracle a √©t√© op√©r√©, qu'a-t-il dit √† ce sujet ? Il a dit : " Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. " Est-ce juste ? La femme au puits, Il s'est adress√© √† elle et lui a parl√© pour d√©couvrir o√Ļ se trouvait son probl√®me. Quand Il a d√©couvert cela, Il le lui a r√©v√©l√©. Et elle a dit: "Eh bien, Tu dois √™tre un proph√®te." Elle a dit : " Nous savons que quand le Messie viendra, Il fera ces choses; mais Toi, qui es-Tu ? " Il a dit : " Je Le suis. " Est-ce vrai ? Combien savent que c'est vrai? Saint Jean 4, assur√©ment. Une fois, une femme a touch√© Son v√™tement, elle s'en est all√©e et s'est assise dans la foule, ou s'est mise debout ou peu importe o√Ļ elle √©tait, et J√©sus a dit : " Quelqu'un m'a touch√©. " Et ils ont dit... Tout le monde a ni√©; elle a aussi ni√©. " Non, je ne T'ai point touch√©. " Mais J√©sus a dit : " Je... " Pierre a dit : " Eh bien, Seigneur, c'est tout le monde qui Te touche; pourquoi demandes-Tu : 'Qui m'a touch√©?' " Il a dit : " J'ai senti que je suis devenu faible; une force est sortie de moi." Il a dit : " Quelqu'un m'a touch√©. " Et Il a regard√© tout autour jusqu'√† ce qu'Il ait trouv√© la personne [en question], et Il le lui a r√©v√©l√©.
E-72 Eh bien, si elle a touch√© Son v√™tement et a re√ßu ce qu'elle voulait... Elle a tir√© quelque chose de Dieu en Christ. La Bible dit-Elle qu'Il peut toujours √™tre touch√©? La Bible a dit qu'Il est le Souverain Sacrificateur qui peut √™tre touch√© par le sentiment de nos infirmit√©s. Est-ce vrai? Vous pouvez donc Le toucher ce soir. Et si vous vous abandonnez √† l'amour de Dieu, et je m'abandonne moi-m√™me √† l'amour de Dieu, Dieu projettera Sa Pr√©sence au milieu de nous et fera les m√™mes choses qu'Il a faites quand Il √©tait ici sur terre. Croyez-vous cela? Il a dit qu'Il le ferait. J√©sus a dit : " Ces choses que Je fais, vous les ferez aussi; et vous en ferez davantage, car Je m'en vais au P√®re ", car Il peut se retrouver en plusieurs endroits plut√īt qu'en un seul. Combien savent qu'Il a dit cela? C'est juste. Et Il a dit : " Encore un peu de temps et le monde... (Le monde, ce sont les incroyants.) le monde ne me verra plus. " Peu importe ce qui aurait lieu, il y a des gens qui naissent pour un... pour √™tre des incroyants. Ils sont n√©s avec cet esprit en eux, ils entreront ainsi dans ce monde. La Bible dit : " Depuis longtemps pr√©destin√©s d'avance, a dit Jude, √† cette condamnation. " Savez-vous cela? Vous ne voudriez pas √™tre une telle personne, n'est ce pas?
E-73 Oh! la la! Regardez Ca√Įn et Abel. Regardez Esa√ľ et Jacob, avant que l'un ou l'autre naisse, Dieu les connaissait. Il a dit : " Je hais Esa√ľ et J'aime Jacob. " Voyez, par la prescience, Il le savait. Et il y a des gens qui ne croiront pas... Et J√©sus a donc dit : " Encore un peu de temps et ces incr√©dules (ils seront en masse, par millions), ils ne me verront plus; mais vous, vous Me verrez, le croyant, car Je ('Je', comme je l'ai dit, est un pronom personnel.), Je serai avec vous (Pendant combien de temps?) jusqu'√† la fin du monde. Je serai m√™me en vous jusqu'√† la fin du monde, et les m√™mes choses que Je fais, vous les ferez aussi. " Et la Bible dit : "J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement." Maintenant, s'Il vient et fait cela ce soir apr√®s avoir dit qu'Il l'a fait, et Il a promis qu'Il le ferait, et si nous Lui projetons cet amour, Il est oblig√© de le faire. Eh bien, Dieu a √©tabli dans l'Eglise certains comme docteurs, √©vang√©listes, proph√®tes, tout pour le perfectionnement ou la croissance de l'Eglise.
E-74 Eh bien, je ne dis pas qu'Il le fera, mais pour moi, les visions, c'est la m√™me chose comme prendre votre d√ģner, pour vous. La premi√®re chose dont je me souviens √©tait une vision. Quand je suis n√©, maman... Vous avez appris l'histoire, comment la Lumi√®re se tenait l√†. Quand je n'√©tais qu'un petit gar√ßon, la premi√®re chose dont je me souviens, c'est qu'Il m'a rencontr√© l√†-bas dans les bois, juste derri√®re la cour. J'√©tais... je ne pouvais pas avoir plus de deux ans ou plus, j'√©tais un tout petit gar√ßon, j'avais jet√© un petit caillou; mon fr√®re qui est d'une ann√©e moins √Ęg√© que moi, marchait √† quatre pattes; il n'avait qu'un an. Et Il se tenait l√†. Et Il m'a dit o√Ļ j'habiterais, et je suis all√© dire cela √† maman. Et Il... Toute ma vie durant, Il a annonc√© ces choses. Pas une seule fois cela n'a failli. Cela ne faillira jamais. Voyez? Maintenant, notez et observez quand il est dit : " AINSI DIT LE SEIGNEUR. " Quelquefois, c'est moi qui parle; alors, quand je m'abandonne, c'est Lui qui parle. Ainsi, c'est simplement moi qui m'abandonne, c'est juste comme ici, rien √† faire. Quand vous vous abandonnez, Il prend le contr√īle. Maintenant, abandonnez-vous √† Lui l√†-bas et ici dans la ligne de pri√®re, toute personne ici.
E-75 (Sont-ils tous pr√™ts, Billy, tout ?) Tr√®s bien, tout le monde est align√©. Tous ceux qui se trouvent dans la ligne de pri√®re, si je vous suis un √©tranger, levez la main? Si vous ne me connaissez pas et que je ne vous connais pas, levez la main, bien haut, dans la ligne de pri√®re. Combien l√†-bas savent que je ne vous connais pas? Levez la main, vous tous qui √™tes l√† dans la ligne, qui savez que je ne vous connais pas. Voyez, je... Voyez ? Tr√®s bien. Peu importe o√Ļ vous √™tes... Maintenant, voici pourquoi nous mettons Dieu... Maintenant, il y a une chose, vraie ou fausse : cette Bible est soit la v√©rit√©, soit c'est une erreur. Si c'est une erreur, fermons ce b√Ętiment ce soir, quittons ce lieu et oublions le christianisme; √ßa n'existe pas. Mais si c'est la v√©rit√©, alors J√©sus-Christ est oblig√© de soutenir Sa Parole et-et de Se refl√©ter dans Son Eglise, car Il a dit... Sa Parole dit : " Les m√™mes choses que Je fais, vous les ferez aussi; m√™me davantage, car Je m'en vais au P√®re. Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez; car Je serai avec vous jusqu'√† la fin du monde." La Bible dit : " Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. "
E-76 Maintenant, √† toute personne ici pr√©sente, si Christ vient ce soir et fait la m√™me chose qu'Il a faite quand Il √©tait ici sur terre, except√© dans Son corps physique... Celui-ci est assis sur le Tr√īne de Dieu (Combien savent cela?) en train de L'attendre. Voyez? Quand Il reviendra, dans ce corps... Mais ce soir, Il est ici dans notre corps. Et il y a des dons dans l'Eglise, si nous nous abandonnons, alors le Saint-Esprit va commencer √† se mouvoir. Maintenant, s'il vous pla√ģt, soyez tr√®s respectueux, et maintenant asseyez-vous et priez. Et si vous √™tes malade, dites : " P√®re C√©leste, fais cela pour moi. Je sais que cet homme ne me conna√ģt pas, mais je T'aime; et je vais mettre ceci √† l'√©preuve ce soir; fais que cet homme me parle. Fais que cet homme me parle, qu'il m'appelle. Je sais que je souffre de-de quelque chose. Et si Tu vas me gu√©rir de cela, permets qu'il se retourne et me r√©v√®le ce que c'est et je Te croirai." C'est exactement la Bible. C'est parfaitement en accord avec les Ecritures. C'est J√©sus-Christ; c'est exactement ce que la Bible a fait. Voyez-vous?
E-77 La plupart des gens ont re√ßu l'enseignement dans une √©cole normale, et ils ne peuvent pas y √©chapper. C'est ainsi qu'ils ont manqu√© de voir J√©sus quand Il est venu la premi√®re fois. Ils-ils avaient leur propre fa√ßon, la fa√ßon dont le Messie viendrait. Mais Il est venu na√ģtre dans une cr√®che et ils ont dit : " Ce n'est pas notre Messie. " Voyez? Et aujourd'hui, vous vous attendriez √† ce qu'Il vienne dans la Cit√© du Vatican ou dans l'√©glise d'Angleterre de la haute classe ou quelque part comme cela, un grand aristocrate. Mais Il est avec les pauvres, Il se d√©place parmi eux et les gens ne le savent pas. C'est vrai. Je ne dis pas qu'Il ne traiterait pas avec les catholiques, ni avec un anglican, ni avec les presbyt√©riens, ni avec les pentec√ītistes, ni avec un nazar√©en, qui que vous soyez, un t√©moin de J√©hovah ou qui que vous soyez, cela importe peu. La chose est que, si votre cŇďur est en ordre avec Lui, Il traitera avec vous.
E-78 Maintenant, P√®re c√©leste, j'ai parl√© de Toi. J'ai parl√© aux gens de Ta bont√© et de Ta mis√©ricorde. Maintenant, j'abandonne mon √Ęme √† Toi. Viens √† mon secours, P√®re c√©leste, afin que ces gens, au jour du Jugement... quand je me tiendrai devant eux et avec eux devant Toi, qu'il n'y ait donc pas d'excuse. Je Te prie d'accorder ces b√©n√©dictions, au Nom de Ton Enfant bien-aim√©, le Seigneur J√©sus. Amen. Maintenant, ayez la foi. Bien. Maintenant, ne vous d√©placez pas, s'il vous pla√ģt, restez vraiment tranquilles, juste quelques minutes. Les gar√ßons ne me laisseront pas rester longtemps. En effet, vous √™tes dans un autre monde, c'est quelque chose qui vous enl√®ve la vie. Combien connaissent une vision et savent par la Bible ce que cela fait pour vous? Faites voir votre main. Quand Daniel a eu une vision, son esprit √©tait troubl√© pendant plusieurs jours. Voyez? Maintenant, soyez vraiment respectueux. Tr√®s bien, Fr√®re Cox, commencez √† les amener.
E-79 Bonsoir, monsieur. Maintenant, voici un-un homme debout devant moi, c'est un inconnu. Je-je ne connais pas cet homme; je ne l'ai jamais vu de ma vie. Nous sommes totalement des inconnus l'un √† l'autre, et je... S'il y a quelque chose de faux chez l'homme ou chez n'importe qui d'entre vous, et si je peux vous aider et que je ne voulais pas le faire, je serais une brute. Je ne serais pas digne de me tenir debout derri√®re cette chaire sacr√©e et de pr√™cher la Parole du Seigneur J√©sus. Je ne serais pas digne; je serais une personne affreuse. J'essaie donc de mon mieux, avec le don que Dieu m'a donn√©, de vous faire voir qu'Il vous aime. Maintenant, je dis qu'Il est ressuscit√© des morts. Eh bien, je crois que cet homme m'est √©tranger. N'est-ce pas, monsieur? Nous ne nous connaissons pas. Nous ne nous sommes jamais rencontr√©s, ni vus. Et nous n'avons pas le m√™me √Ęge, peut-√™tre que c'est un-un Canadien et, moi, je-je suis n√© aux Etats-Unis; et voici que nous sommes de deux nations diff√©rentes et nous sommes vraiment des √©trangers. Oui, oui. Eh bien, maintenant, nous ne nous connaissons pas, l'un l'autre. Dieu sait donc pourquoi il est ici. Moi, je ne le sais pas. Il est conscient de cela. Je ne l'ai jamais vu. Mais je veux vous demander quelque chose...?... r√©gl√©.
E-80 Eh bien, Dieu peut ne pas le faire, mais s'Il le fait, si le Saint-Esprit descend et que je Lui parle juste comme lorsque Nathana√ęl a amen√© ou est venu devant J√©sus et que J√©sus a dit : " Voici un Isra√©lite en qui il n'y a pas de fraude... " A-t-Il dit cela? Et qu'est-ce que cet homme a dit ? " Ma√ģtre (ou pr√©dicateur, enseignant), comment m'as-Tu connu?" " Eh bien, a-t-Il dit, avant que Philippe t'appell√Ęt, quand tu √©tais sous l'arbre, Je t'ai vu. " " Tu m'as vu l√† √† trente miles [48 km - N.D.T.] derri√®re la montagne? Eh bien, a dit Nathana√ęl : Tu es le Fils de Dieu, Tu es le Roi d'Isra√ęl. " Eh bien-eh bien, le pharisien avait... n'aurait jamais dit cela. Mais nous, en tant que des chr√©tiens, nous croyons que J√©sus-Christ a promis que ces m√™mes choses seraient dans Son Eglise et qu'elles seraient manifest√©es jusqu'√† ce qu'Il revienne. Vous croyez cela, n'est-ce pas? Et s'Il le fait, la chose principale, c'est l'homme; et Dieu, devant qui je me tiens ici, sait que nous ne savons rien l'un de l'autre, Dieu est alors oblig√© de le faire. Croyez-vous cela? Et s'Il le fait et qu'Il veuille bien le faire, chacun de vous acceptera-t-il J√©sus comme son Gu√©risseur et son Sauveur? Allez-vous le faire? Allez-vous le faire? Levez la main...?... C'est bien. Tr√®s bien.
E-81 Maintenant, soyez respectueux. Comment, monsieur? Maintenant, pour vous parler, il me faut contacter votre esprit. Exactement comme cela se ferait si-si j'√©tais... Juste comme lorsque J√©sus parlait √† la femme au puits; Il s'est mis √† lui parler. En effet, c'est juste comme quand Il parlait et que la chose a chang√©. Mais nous, √©tant des √©trangers l'un √† l'autre et ne nous connaissant pas l'un l'autre, Dieu devrait alors faire quelque chose. Et si quelque chose me vient et que le Seigneur me fait savoir quelque chose √† votre sujet, quelque chose dont vous √™tes s√Ľr que je n'en sais rien, et ne vous connaissant pas... Je ne sais rien √† votre sujet. Ainsi donc, vous saurez que cela doit provenir d'une sorte de force surnaturelle. Est-ce juste? Alors, vous accepterez que c'est le Seigneur J√©sus, comme je l'ai d√©clar√© clairement devant la Bible...?... Croyez-vous cela? C'est bien.
E-82 Que le Seigneur vous b√©nisse, monsieur. C'est tr√®s bien. Maintenant, j'ai confiance qu'Il le fera. Maintenant, vous voyez, si je vous disais peut-√™tre quelque chose qui est faux, je dirais : " Allez de l'avant, monsieur, le Seigneur va... √ßa ira. AINSI DIT LE SEIGNEUR, √ßa ira. " Vous aurez le droit de douter de cela, parce que c'est moi qui le dis. Mais quand c'est Quelque Chose qui est ici, qui sait ce que vous avez √©t√© et qui peut alors vous le rappeler, alors vous savez si c'est la v√©rit√© ou pas. Alors vous croirez que c'√©tait Christ, n'est-ce pas? Vous direz que ce n'√©tait pas la chair ou-ou quelque chose comme cela. Vous croirez que c'√©tait Christ. Maintenant, j'attends qu'Il r√©ponde. Je vais vous parler jusqu'√† ce qu'Il me r√©ponde. Voyez? Et ensuite, quand Il vient vers moi, je ne peux dire que ce que je vois. C'est tout. Vous n'aurez rien √† dire; soyez simplement le juge (Voyez?) s'Il le fait. Maintenant, au Nom de Christ, le Seigneur J√©sus, je prends tout esprit dans ce b√Ętiment sous mon contr√īle pour la gloire de Dieu, comme je sens Son onction descendre maintenant, comme cette Lumi√®re commence √† venir vers moi, l'Ange du Seigneur, le m√™me qui a conduit les enfants d'Isra√ęl, qui √©tait Christ.
E-83 Cet homme qui est debout devant moi souffre de la nervosité. Il a également un-un problème de reins. C'est juste. Maintenant, cela me quitte. Maintenant, vous savez si c'est vrai ou pas. Est-ce vrai? C'est vrai. Et l'auditoire sait que c'est vrai. Eh bien, juste pour vous parler un instant. C'est là que... Maintenant, écoutez l'auditoire, croyez-vous maintenant? C'est infaillible. Mais maintenant, cela a été... Voyez, c'est... Ça ne change rien... Voyez? C'est l'attitude de Dieu envers cet homme, et c'est Son attitude envers vous. Mais maintenant, les visions, c'est ce qui fait très mal. Ainsi, laissez-moi lui parler un peu plus longtemps pour voir ce que le Seigneur dira, jusqu'à ce que... Peut-être que cela ne...?... Mais cela dirait... Vous voyez, après quelque temps, nous terminerons là et, ensuite, nous commencerons à prier pour eux autrement. Mais vous... Ecoutez, tirez de Lui votre foi maintenant. Cet homme est un vrai croyant, parce que son esprit s'accorde merveilleusement ici. Ainsi, je-je... Peut-être le Seigneur me laisserait dire quelque chose qui l'encouragerait lui ou les autres. Je ne dis pas qu'Il le fera. Je dis ce qu'est Sa volonté. Je ne saurais le dire.
E-84 Mais je crois que je vous disais quelque chose au sujet de la maladie que vous aviez... Oui, je vois quelque chose d'autre. Eh bien, cet homme vient dans cette ville; il-il n'est pas de cette ville. Il vient de loin, mais il est toujours un... C'est un... au Canada. C'est au Canada, et c'est plut√īt au sud-ouest d'ici. C'est juste. Et c'est une ville appel√©e Beechy ou quelque chose comme cela. Et votre-votre nom est Collins, Monsieur A. Collins. Et vous avoisinez l'√Ęge de soixante-dix-sept ans. C'est correct. Vous avez un enfant et vous voulez que je prie pour lui; c'est une fille. Elle n'a que dix ans environ. Et elle a un bras en mauvais √©tat. C'est " AINSI DIT LE SEIGNEUR. " Croyez-vous que c'√©tait donc Lui? Je vous b√©nis, mon fr√®re. Recevez tout ce pourquoi vous √™tes venu, au Nom de Christ. Amen. Que Dieu vous b√©nisse. Croyez-vous au Seigneur J√©sus? Que doit-Il faire maintenant, vous les saints? Il vous aime. Vous vous demanderez : " Fr√®re Branham, avez-vous gu√©ri cet homme? " Non, non. La gu√©rison a d√©j√† √©t√© acquise au Calvaire, il y a dix-neuf cents ans. C'est simplement votre-votre foi. Et pourquoi ne L'aimez-vous ni ne Le touchez-vous pas? Cela ne gu√©rit pas l'homme, cela am√®ne sa foi au niveau o√Ļ il peut √™tre.
E-85 Maintenant...?... Un autre. Voici un autre homme. Vous êtes... C'est le... Eh bien, parfois, il s'agit en quelque sorte du subconscient [Espace vide sur la bande - N.D.E.]... vivre dans deux mondes. Mais, monsieur, vous savez immédiatement que vous n'êtes pas dans la présence de votre frère. Vous êtes dans la Présence de Dieu. Vous en êtes conscient. Etes-vous un croyant? Vous êtes un chrétien et vous êtes ici en mission. Vous n'êtes pas ici pour vous-même. Vous êtes ici pour quelqu'un d'autre. Et c'est un homme, il a une hernie, l'hypertension et l'hypotension. Est-ce vrai? Croyez-vous maintenant ? Vous pouvez partir. Partez et vous trouverez les choses exactement telles que vous l'avez cru. Et vous, mon frère, je vous bénis au Nom du Christ, le Seigneur, afin que vous receviez ce que vous avez demandé. Amen. Que Dieu vous bénisse, monsieur...?...
E-86 Le suivant. Est-ce que tout le monde aime le Seigneur? L'aimez-vous vraiment ? N'est-Il pas merveilleux? Il est ici; c'est Lui, le Grand et Magnifique Christ. Oh! nous sommes dans Sa Pr√©sence. Comme j'aurais aim√© vivre avec vous! Fr√®res et sŇďurs canadiens, combien j'aurais aim√© vous amener √†... pour que vous puissiez...?... Vous le conna√ģtriez de cette fa√ßon. Comme Il est merveilleux! Comme cela me donne l'impression que le monde entier...?... de J√©sus. Assur√©ment, Christ est ici, le Seigneur J√©sus, Celui qui est mort pour vos p√©ch√©s; Celui qui vous sauve; Celui qui vous gu√©rit, Celui qui aime vous donner de Ses b√©n√©dictions merveilleuses. Ayez simplement foi en Lui. Ne doutez pas. Mais croyez toute Parole qu'Il a prononc√©e, et Il accomplira cela. Croyez-vous cela?
E-87 Eh bien, madame, je ne vous connais pas. Nous ne nous connaissons pas l'un l'autre. Mais voici ce soir un tableau d'une femme et d'un homme, comme celui de notre Sauveur et de la femme au puits, debout, en train de se parler. Maintenant, si-s'il y a quelque chose qui cloche en vous et que je pouvais vous aider et que je refusais de le faire, je-je ne serais pas votre fr√®re, je serais une brute. Je...Si je-si j'√©tais m√©decin et que vous √©tiez malade et que je pouvais faire quelque chose pour vous, si vous n'aviez pas un sou, je le ferais de toute fa√ßon. Voyez? Je veux bien vous aider parce que, lorsque je vous regarde, je pense √† ma propre m√®re. Voyez? Vous √™tes peut-√™tre la m√®re de quelqu'un. Ainsi donc, comment me sentirais-je si ma m√®re se tenait debout l√†? Et si c'√©tait ma m√®re et qu'un autre fr√®re se tenait devant ma m√®re? J'aurais aim√© qu'il soit sinc√®re au possible. J'appr√©cierais tout ce qu'il pourrait faire pour aider ma ch√®re vieille m√®re. Et je sais que vos enfants auraient les m√™mes sentiments. Et si je le pouvais, je le ferais; mais je ne puis rien faire √† moins que ce soit par un don divin, c'est ce qui peut faire que votre foi s'√©l√®ve en Christ. Mais je ne vous connais pas, Christ vous conna√ģt; et s'Il me r√©v√®le ce qui est sur votre cŇďur pour que je... ce que vous avez comme requ√™te ou ce que vous voulez que je fasse pour vous, allez-vous L'accepter?
E-88 Auditoire, allez-vous Le croire ? Et l√† dehors ? La petite dame qui est assise l√†, une m√®re aussi √Ęg√©e, je vous ai vue l√† debout, vous portez une petite fleur sur votre chapeau, vous qui √™tes assise juste l√† derri√®re...?... vous souffrez des maux de t√™te. Croyez-vous que J√©sus-Christ vous gu√©rit maintenant? La petite dame qui est assise l√†, juste en train de me regarder, celle qui a une fleur l√† sur son chapeau. Croyez-vous que J√©sus-Christ vous gu√©rit? Le croyez-vous? Tr√®s bien. Vous pouvez rentrer chez vous en croyant maintenant; vous n'en aurez plus. J√©sus est bon envers vous et...?... envers vous. L'aimez-vous? Levez la main l√†, la dame qui porte une fleur blanche sur son chapeau. C'est √ßa, madame, levez-vous. Voyez, c'est juste. Vous √©tiez... Vous avez...?... Aimez-vous le Seigneur? Maintenant, tous le... C'est pourquoi les migraines et ce que vous avez, qui vous tourmentent, maintenant, tout va vous quitter. Vous vous porterez bien. Votre foi L'a touch√©. Voyez...?... Maintenant, rentrez chez vous et soyez gu√©rie. Amen. Ayez la foi.
E-89 [La dame parle à frère Branham - N.D.E.] N'est-ce pas? C'est juste. Maintenant, vous partez, vous vous éloignez, et vous étiez tombée. Et vous vous êtes blessé la hanche et les membres, et vous pouvez à peine vous déplacer. Et vous êtes sous le soin d'un médecin. Et je vois ce médecin; il est en quelque sorte comme un ostéopathe, ou-ou-ou il est en train de masser cette hanche, et c'est un homme bon. C'est un chrétien. C'est un croyant. Et il vous a conseillé de venir me voir. C'est vrai, n'est-ce pas ? C'est l'exacte vérité. Un homme bon... Voyez? C'est pour que vous sachiez que je suis le serviteur du Seigneur, pas...?... ce n'est pas moi, je suis simplement un homme, mais c'est Lui qui vous parle.
E-90 Ce soir, vous √™tes accompagn√©e d'une personne qui veut que l'on prie pour elle. C'est votre mari. N'est-ce pas vrai? Si Dieu me r√©v√®le le probl√®me de votre mari qui est ici maintenant, croiriez-vous qu'il recevra ce qu'il a demand√©? Croiriez-vous qu'il pourrait... si Dieu me le r√©v√®le ? En effet, il y a une ombre noire sur lui; il s'agit de ses yeux. Il a des yeux en mauvais √©tat. N'est-ce pas qu'il est en train de perdre sa vue ? Mais le Seigneur le gu√©rira. Croyez-vous cela? Si ces choses sont vraies, levez la main afin que les gens voient. Croyez-vous maintenant ? Maintenant, si j'ai demand√© √† Dieu, vous vous porterez bien, croyez-vous ? J√©sus a dit : " Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : ils imposeront les mains aux malades, les malades seront gu√©ris. " Dieu Tout-Puissant, pour cette ch√®re petite m√®re, j'incline la t√™te en toute humilit√© devant Toi, sachant que Tu es ici; et je prie que cette femme recouvre sa sant√©, soit gu√©rie et normale. Et puisse-t-elle recevoir les b√©n√©dictions qu'elle a demand√©es, comme Ton Esprit est ici pour lui t√©moigner de Ta r√©surrection et de Tes motifs envers les malades et les afflig√©s. Je le demande au Nom de Christ. Amen. Que le Seigneur vous b√©nisse, ma sŇďur, et qu'Il vous donne le d√©sir de votre cŇďur.
E-91 Eh bien, bonsoir, madame ? Vous √™tes une trop jeune femme pour √™tre malade. Peut-√™tre vous ne l'√™tes pas; je ne sais pas. Christ le sait. Croyez-vous que vous vous tenez dans Sa Pr√©sence et pas dans la pr√©sence de votre fr√®re ? Maintenant, soyez aussi respectueux que possible. Voyez? Chacun de vous est un esprit; et vous √™tes chacun...?... Je ne sais pas. Voyez, une vision, elle appara√ģt; √† ce moment-l√†, je dois chercher o√Ļ se trouve la chose pour voir ce qui est arriv√©. Quelqu'un a √©t√© gu√©ri. C'√©tait dans cette direction. C'√©tait peut-√™tre ces gens qui se sont lev√©s et qui sont partis. C'est peut-√™tre cela. Voyez, chacun de vous est un esprit; vous savez cela. Sinon vous n'alliez pas... vous ne pourriez pas √™tre vivant. Vous voyez, maintenant m√™me dans chaque personne qui a le Saint-Esprit... tout esprit est soumis. Voyez? Vous pouvez sentir le sceptique; vous pouvez sentir les gens qui ne croient pas; vous pouvez sentir le moqueur, et je lutte contre tout cela et je compte sur vous les chr√©tiens afin de prier pour moi. Voyez? Je repr√©sente votre P√®re, votre Dieu. Et vous vous rendez compte quelle tension terrible que de se tenir debout ici. Maintenant, soyez vraiment respectueux. Je sais que c'est long, mais nous partirons dans une minute, si vous √™tes tr√®s respectueux. Il a accompli suffisamment de choses pour vous convaincre, si jamais vous allez √™tre convaincus. Ne croyez-vous pas cela? Il a certainement accompli cela. Mais soyez respectueux pendant quelques minutes. Nous allons essayer d'amener... de faire passer ces gens dans la ligne juste un moment.
E-92 Maintenant, madame, je veux que vous croyiez. Regardez-moi un moment. Juste pour engager la conversation comme notre Seigneur l'a fait avec la femme au puits. Il lui a dit : " Apporte-moi √† boire. " Vous connaissez l'histoire, comment elle continue. Il lui a parl√©. Croyez-vous qu'Il contactait son esprit ? C'est la seule chose qu'Il pouvait faire. En effet, Il ne savait pas; Il √©tait juste venu l√†. Le P√®re L'avait envoy√© l√†-bas et Il se tenait simplement debout l√†. Maintenant, le P√®re m'a envoy√© ici, je me tiens ici et vous voil√†. Je dois avoir un moyen pour savoir pourquoi vous √™tes ici. Et s'Il me r√©v√®le pourquoi vous √™tes ici, croirez-vous en Lui? Allez-vous le faire ? Puisse-t-Il accorder cela comme nous regardons √† Lui dans la pri√®re et que je m'abandonne √† Son Saint-Esprit. Je continue √† voir appara√ģtre devant moi un homme qui est en train de prier. L'homme qui est assis l√† et qui a un probl√®me de cŇďur, que Dieu vous b√©nisse; votre foi vous a gu√©ri, monsieur. Que Dieu vous b√©nisse. Avez-vous une carte de pri√®re, monsieur ? Eh bien, vous n'en avez donc pas besoin. Vous pouvez la d√©chirer...?... Voulez-vous me faire une faveur, monsieur ? Vous sentez un changement. L'homme qui est assis √† c√īt√© de vous a un probl√®me aussi. Impose-lui la main afin qu'il re√ßoive sa gu√©rison. Seigneur J√©sus, sa foi T'a touch√©, Seigneur. Je Te prie de le gu√©rir parfaitement afin que le monde sache que Tu es Christ, le ressuscit√©. Amen.
E-93 Maintenant, ayez foi en Dieu. Ne doutez pas, mais croyez de tout votre cŇďur et recevez ce que vous avez demand√©. Vous √™tes presque une √©pave, vous avez des complications ; vous avez un probl√®me gyn√©cologique, un probl√®me gyn√©cologique qui est tr√®s grave, vraiment plus s√©rieux que vous ne le pensez. Autre chose, vous √™tes extr√™mement nerveuse, vous √™tes toute bris√©e. Et je crois qu'il y a un endroit... que vous avez un endroit dans votre estomac qui est comme une hernie ou une rupture dans votre estomac. C'est juste. C'est vrai, n'est-ce pas, sŇďur ? Qui peut gu√©rir ? Qui peut faire que des muscles poussent ensemble? J√©sus-Christ, le Fils de Dieu. Croyez-vous que c'est Lui qui vous parle √† travers moi? Vous vous sentez comme jamais auparavant, n'est-ce pas ? Maintenant, si c'est vrai, levez la main. Vous savez, tel que je me tiens ici, un pauvre petit homme comme moi, je ne pourrais pas faire que vous vous sentiez ainsi. Entre vous et moi, il y a une Lumi√®re qui fait des va-et-vient, le Saint-Esprit, le m√™me Ange de Dieu. Croyez-vous que J√©sus-Christ est sous la forme de la Lumi√®re aujourd'hui apr√®s Sa r√©surrection ? Savez-vous que la Bible le dit ?
E-94 Le dernier ap√ītre qui a rencontr√© J√©sus... Qu'a-t-il vu ? Et qui √©tait le dernier √† voir J√©sus, vous les pr√©dicateurs ? Paul. Sous quelle forme √©tait-Il ? Une Lumi√®re. Qui √©tait-ce ? La Lumi√®re a travers√© leurs cellules cette nuit-l√† (est-ce vrai ?) et a fait sortir Pierre de la prison. Vous vous tenez tout pr√®s de Lui maintenant. Voulez-vous croire, sŇďur ? Alors, si c'est Lui qui parle par ici et que vous croyez cela, alors je devrais √™tre un croyant, n'est-ce pas ? Alors Il a dit : "Ils imposeront les mains aux malades, les malades seront gu√©ris." Croyez-vous cela ? Venez ici vers moi. P√®re c√©leste, cette pauvre dame, qui marche dans les ombres, je prie pour elle et demande au Nom de Christ, maintenant m√™me, que Tu la r√©tablisses et la d√©livres au Nom de J√©sus. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Ayez la foi.
E-95 Croyez-vous, madame ? Je ne vous connais pas...?... Mais Dieu vous conna√ģt effectivement. Etes-vous consciente que Christ, le Fils de Dieu, est tout pr√®s ? Vous avez peur, n'est-ce pas ? √áa ne sert √† rien d'avoir peur. J√©sus vit; Il veut que vous vous d√©barrassiez de la peur. Maintenant, vous avez peur parce que vous avez le cancer (C'est juste.) du sein. C'est vrai, n'est-ce pas? Et si je vous disais que vous n'en avez plus, que vous √©tiez gu√©rie quand vous √™tes venue dans le hall l√† au fond? Croyez-vous cela ? L√†, beaucoup d'entre eux sont gu√©ris avant d'arriver ici, ils sont r√©tablis. Tr√®s bien, continuez votre chemin maintenant et r√©jouissez-vous. Croyez Dieu, remerciez Dieu et croyez-Le de tout votre cŇďur. Je le demande au Nom de Christ. Amen. Venez, madame. Croyez-vous que Dieu peut vous gu√©rir de ce mal de dos, que vous vous porterez bien et que vous gu√©rirez? Cela vous fait mal et vous d√©range, mais croyez qu'Il est ici, Celui qui vous conna√ģt. Croyez-vous qu'Il vous gu√©rira? Seigneur, au Nom de Christ, je b√©nis ma sŇďur pour sa gu√©rison, en ce moment. Amen. Que Dieu vous b√©nisse.
E-96 Tr√®s bien...?... Maintenant, l√† derri√®re, il y a quelqu'un qui pense que je lis la pens√©e des gens. C'est faux. Ecoutez. N'importe qui sait que quand vous regardez un t√©l√©pathe et que vous prenez un num√©ro et vous... Je ne regarderai pas la dame. Madame, si vous posez votre main sur la mienne, si Dieu le P√®re me montre ce qui cloche en vous pendant que je regarde dans cette direction et que je ne... Je demande aux gens de me regarder, parce que cela a un... Il y a tant d'esprits diff√©rents et chacun d'eux fait pression pour entrer. Si Dieu me r√©v√®le ce qu'est votre probl√®me, accepterez-vous Christ comme votre Gu√©risseur? Si vous allez le faire, levez la main que vous avez pos√©e sur la mienne. Tr√®s bien. Maintenant, remettez votre main √† sa place. Et si vous croyez de tout votre cŇďur, le diab√®te vous quittera et vous serez gu√©rie. Le croyez-vous? Bien, vous pouvez aller obtenir votre gu√©rison. Que Dieu vous b√©nisse. Disons : "Gloire soit rendue √† Dieu."
E-97 Maintenant, laissons ces gens venir. Maintenant, madame, posez simplement votre main sur la mienne. Croyez-vous de tout votre cŇďur? Maintenant, √©coutez, vous √™tes extr√™mement nerveuse, et cette nervosit√© vient du fait que vous avez un probl√®me gyn√©cologique, un probl√®me gyn√©cologique pour lequel vous voulez que je prie. N'est-ce pas vrai? C'est vrai. Si c'est le cas, levez la main. Ce probl√®me gyn√©cologique est grave aussi. Et vous avez des douleurs, surtout au c√īt√© gauche, avec cela. C'est juste. C'est un ulc√®re √† l'ovaire qui cause cet √©coulement. Mais si vous croyez de tout votre cŇďur, cela vous quittera et dispara√ģtra. Croyez-vous maintenant? P√®re, je b√©nis cette femme au Nom de Ton Fils, le Seigneur J√©sus. Je prie pour sa gu√©rison. Amen. Tr√®s bien...?...
E-98 Ch√®re sŇďur, croyez-vous? Je vous vois dans la ville. Vous descendez la rue. √áa semble plut√īt √™tre t√īt, un certain matin, et vous quittez le trottoir, et vous vous penchez tr√®s facilement pendant que vous vous en allez. C'est l'arthrite qui vous rend raide et qui vous cause des douleurs, c'est √† peine si vous vous levez le matin. Parfois, cela vous tourmente tr√®s fort. C'est vrai. Est-ce juste? Croyez-vous que vous √™tes dans Sa Pr√©sence? Voulez-vous L'accepter comme votre Gu√©risseur? Alors je vous b√©nis, ma sŇďur bien-aim√©e, au Nom de Christ, pour votre gu√©rison. Amen. Allez, croyez maintenant; ne doutez pas. Ayez foi en Dieu.
E-99 Croyez-vous? Monsieur, croyez-vous en Dieu? Croyez-vous que je suis Son serviteur? Le croyez-vous? Vous toussez beaucoup, n'est-ce pas? L'asthme est une tr√®s mauvaise chose, mais Dieu gu√©rit l'asthme. Croyez-vous cela de tout votre cŇďur? C'est juste. Vous avez un autre petit probl√®me qui est... qu'un homme de votre √Ęge pourrait en fait avoir, vous vous r√©veillez la nuit, une pros... Attendez juste une minute. Que tout le monde soit respectueux. Une ombre noire... Quelque chose cloche. Soyez respectueux, chr√©tiens. Le Saint-Esprit est √† l'Ňďuvre dans l'auditoire. Regardez encore ici, monsieur. L'homme qui est assis juste l√† en train de me regarder, vous deux, vous avez la prostatite. C'est juste, monsieur; vous avez la prostatite. Voyez-vous ces d√©mons qui sont en train de se r√©conforter? Satan pensait qu'il s'en tirerait avec cela, mais il a √©chou√©. L√†, c'est une bonne foi qu'un p√©cheur doit avoir. Vous devez accepter le Seigneur J√©sus comme votre Sauveur. Voulez-vous le faire? Voulez-vous vous tenir debout et accepter le Seigneur J√©sus comme votre Sauveur? C'est juste. Vous ne L'avez jamais confess√©; vous √™tes un p√©cheur et vous voulez accepter J√©sus comme votre Sauveur. Alors, que le Christ de Dieu pardonne ses p√©ch√©s et gu√©risse ses maladies, au Nom de J√©sus-Christ. Amen. Rentrez chez vous et soyez gu√©ri. Il vous sauve, fr√®re. Faites la m√™me chose, mon fr√®re. Le Seigneur J√©sus est sur votre...?...
E-100 B√©ni soit le Nom du Seigneur! Comment quelqu'un peut-il douter de notre Seigneur J√©sus? N'est-Il pas merveilleux? Il a sauv√©, Il est venu et a gu√©ri la maladie. Il est ressuscit√© des morts. Amen. Voulez-vous vous remettre du diab√®te et √™tre r√©tablie? Le voulez-vous? Croyez-vous que Christ vous l'accordera? Notre P√®re c√©leste, je b√©nis cette femme pour sa gu√©rison au Nom de J√©sus. Amen. Allez en croyant. Venez, madame. Croyez-vous de tout votre cŇďur? Croyez-vous que je suis Son serviteur? Je veux vous demander quelque chose; il semble y avoir quelque chose de bizarre. Quelque chose s'est pass√©. Maintenant, soyez respectueux; soyez tout aussi respectueux que vous le pouvez. Oh! vous les gens de Prince Albert, vous qui √™tes dans ce petit b√Ętiment ce soir, comment...?... Nous sommes cens√©s avoir J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, ici parmi nous ce soir.
E-101 Maintenant, madame, je m'arr√™te √† vous juste une seconde pour vous demander quelque chose. Vous avez √©t√© nerveuse pendant quelque temps. Cela fait partie de la p√©riode de la m√©nopause, c'est un temps de changement. Et pendant ce temps, vous avez fait des crises de la maladie de l'estomac. Vous ne pouvez pas bien manger. Vous ne dig√©rez pas bien votre nourriture. C'est un ulc√®re √† l'estomac. Voulez-vous prendre votre souper? Voulez-vous rentrer manger et vous sentir bien de nouveau? Je vous vois vous d√©placer d'une table (Vous voyez?), vous continuez √† reculer comme cela, et je sais que la chose, c'est dans votre estomac. C'est juste. Voulez-vous maintenant croire de tout votre cŇďur ? Notre P√®re c√©leste, je b√©nis cette femme au Nom du Seigneur J√©sus afin que Tu la gu√©risses et la r√©tablisses pour la gloire de Dieu. Amen. Tr√®s bien.
E-102 Croyez-vous de tout votre cŇďur? Combien d'entre vous croient? Combien veulent croire? Il y a une ombre noire suspendue au-dessus de cet homme qui est assis dans le fauteuil. Monsieur, vous savez que vous √™tes en train de mourir du cancer. J√©sus-Christ peut vous gu√©rir. Croyez-vous cela? Je ne vous ai jamais vu de ma vie; il y a une ombre noire qui est suspendue au-dessus de vous. Cela veut dire que vous √™tes couvert de l'ombre de la mort. Ecoutez. Les m√©decins ne peuvent rien faire pour vous maintenant. Votre cas est d√©sesp√©r√©. Il y avait une fois des l√©preux qui √©taient couch√©s √† la porte de Samarie. Et ils allaient mourir. Ils mouraient de faim dans la ville. S'ils entraient donc dans la ville, rien ne pouvait les aider. S'ils restaient couch√©s l√†, ils allaient mourir de toute fa√ßon. Ils se sont dit : " Nous avons une chance. Si nous descendons vers les ennemis, les Syriens... " Ceux-ci avaient assi√©g√© [la ville]. Ils ont continu√©, disant: " Peut-√™tre qu'ils auront piti√© de nous. " Dieu, dans Sa gr√Ęce souveraine, a eu piti√© d'eux, et leur vie a √©t√© sauv√©e. Et non seulement √ßa, mais ils ont sauv√© les autres ; c'est la Bible qui le dit.
E-103 Maintenant, vous êtes dans la même condition. Vous êtes à la fin de la route. Mais vous n'aurez pas à aller vers un ennemi. Vous êtes les bienvenus à la table du Père ce soir. Vous êtes censés venir. Il a envoyé Son Esprit pour vous dire de venir. Qu'en est-il de vous qui êtes dans ces fauteuils roulants ? Qu'en est-il de vous qui êtes ici... Vous qui êtes dans un fauteuil roulant, vous pensez que je plaisante, mais...?... [Frère Branham quitte le microphone et beaucoup de paroles qui suivent ne sont pas audibles. - N.D.E.]...?... dans l'incrédulité, certainement que vous y resterez...?... Voulez-vous tous croire? Voulez-vous...?... maintenant même, et ayez foi en Dieu. Madame au bout, cette maladie de la vésicule biliaire; la maladie vous a quittée là, n'ayez donc pas peur maintenant. Ne...
E-104 Inclinons la t√™te juste un moment, le voulez-vous? Voulez-vous incliner la t√™te avec moi? Tout le monde, respectueusement, si vous le voulez. En ce moment, je vais solennellement vous poser une question dans la Pr√©sence divine du Saint-Esprit. Je vais solennellement vous poser une question. Vous m'avez longtemps support√©. Je sais qu'il est presque temps pour moi de partir, les fr√®res me tapotent sur les √©paules. Je sais qu'il est temps pour moi de partir. Je ne sais pas o√Ļ va ma force, mais je dois retourner demain soir. Croyez maintenant. Vous m'avez promis que vous croiriez; vous avez promis √† Dieu que vous croiriez. Et, en tant que votre fr√®re, ne voulez-vous pas projeter cet amour divin √† Christ en ce moment? Dites : " Seigneur J√©sus, Tu sais que je T'aime; pardonne-moi pour tout ce que j'ai fait. Je veux que Tu me gu√©risses maintenant m√™me, et je croirai que Tu vas le faire. "
E-105 Et maintenant, je vais prier pour chacun de vous. Maintenant, si j'ai trouv√© gr√Ęce √† vos yeux, je vous dis donc la v√©rit√©. Christ est ici. Il est ressuscit√© des morts. Il vous aime. Maintenant, combien veulent venir √† Lui pour recevoir leur gu√©rison, leur salut, pendant que nous prions? P√®re c√©leste, il y a une sensation ici de faiblesse qui entre dans mon corps, comme Ton Esprit, le Don, commence √† quitter. Il n'est pas √©tonnant qu'Elie ait march√© dans le d√©sert pendant quarante jours et se soit retrouv√© l√†, √† la montagne, il est rentr√© dans un petit trou en rampant, ne sachant m√™me pas o√Ļ il √©tait. Il n'est pas √©tonnant que Jonas se soit assis et ait cri√© pour que Dieu lui √īte la vie quand il √©tait...?... apr√®s que l'Esprit l'avait quitt√©...?... cet homme a march√© dans la gr√Ęce souveraine plusieurs jours. Il n'est pas √©tonnant que l'Ange ait quitt√© la piscine...?...
E-106 Il n'est pas √©tonnant que J√©sus ait dit : "Je per√ßois qu'une force est sortie de Moi." C'est Ton Esprit, Seigneur. Et Tu as √©t√© si bienveillant ce soir, car Tu es descendu et Tu as pris notre place. Nous n'avons jamais √©t√© dignes; nous ne le pourrions pas. Nous sommes n√©s des p√©cheurs, form√©s dans l'iniquit√©, venus au monde en prof√©rant des mensonges, tous des p√©cheurs. Nous sommes sans esp√©rance, sans Dieu. Nous T'aimons, Seigneur J√©sus ; Tu es venu et Tu as pris notre place. Tu es mort √† notre place et, ce soir, Tu te tiens devant Dieu afin que Sa justice nous soit imput√©e pour apporter la r√©conciliation entre Dieu et l'homme, et que le Saint-Esprit continue l'Ňďuvre de la Venue de la Pr√©sence du Seigneur J√©sus. Et ce groupe ainsi que moi-m√™me avons t√©moign√© ce soir de la r√©surrection du Seigneur J√©sus. P√®re, je prie-je prie de tout mon cŇďur comme seul un serviteur pourrait prier. √Ē Dieu, regarde cette sc√®ne et gu√©ris toute personne malade en ce moment; qu'ils ressentent cette sensation d'amour, des vagues du grand amour de Dieu entrer dans leurs cŇďurs et dire : " Mon enfant, accepte-Moi sinc√®rement ce soir. Je veux te gu√©rir. " Accorde-le, Seigneur. Et sur ces foulards, √©galement, envoie Ton Esprit pour gu√©rir...?...
E-107 Et maintenant, P√®re, que tous ceux qui sont dans la Pr√©sence divine sentent Ton Esprit se mouvoir au travers d'eux. Qu'ils T'acceptent en ce moment. √Ē Dieu, je ne sais pas ce que Tu peux encore faire. Tu as prononc√© Ta Parole. Tu as montr√© que Tu es vivant; Ta Parole...?... Tu rach√®tes. Tu as dit : " Quand le Saint-Esprit viendra, Il vous montrera les choses √† venir. " Il est ici avec nous. Nous T'aimons, et je prie, en ce moment, que la puissance du Christ ressuscit√© repose sur chaque cŇďur. Fais que les p√©cheurs √©prouvent la honte pour leur vie. Peut-√™tre qu'ils ont fr√©quent√© l'√©glise toute leur vie, mais ils sont toujours des incroyants. Cela fait d'eux des p√©cheurs. Ainsi, P√®re, je prie qu'ils soient pleins de foi au point qu'ils s'avanceront √† cet autel maintenant m√™me et diront : " Seigneur, sois mis√©ricordieux envers moi, un incroyant, et fais de moi Ton enfant. " Accorde-le, Seigneur. C'est la raison pour laquelle Tu es ici, pour sauver les perdus. Tu as prouv√© cela, √ī Dieu...?... Et je devrais me tenir devant eux au jour du Jugement pour rendre compte. Je Te prie, √ī Dieu, je T'implore avec ces larmes sur mes joues, de le faire...?... Esprit, maintenant Seigneur...?... Tu as dit : " La pri√®re fervente a une grande efficacit√©." Et √ī Dieu, au Nom de Christ, je prie...?... et que Tu repousses cette ombre de doute qui est...?... le diable qui essaie de...?... se tenir √† distance. √Ē Dieu, nous nous rendons compte qu'au Nom de Christ, le Saint-Esprit et la Pr√©sence divine de Dieu...?... Et maintenant, au Nom de J√©sus-Christ, je demande que le d√©mon de l'incr√©dulit√© soit chass√© de cet endroit et des gens. Et que le Saint-Esprit prenne...?... l√† dans leurs cŇďurs et que les p√©cheurs soient sauv√©s, les r√©trogrades soient ramen√©s √† Christ et que les malades et les afflig√©s soient gu√©ris au Nom de J√©sus-Christ.

En haut