ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication LA JEZABEL AU VISAGE FARDE / 56-1005 / Chicago, Illinois, USA // SHP 1 hour and 40 minutes PDF

LA JEZABEL AU VISAGE FARDE

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci, fr√®re. Prions pendant que nous sommes debout. Notre P√®re C√©leste, nous Te rendons gr√Ęces ce soir pour ce privil√®ge d'√™tre de nouveau ici, et pour ce grand rassemblement, ce rassemblement de Ton peuple. Tu as promis que si nous faisons ceci et que nous prions, alors Tu exauceras du Ciel. Et nous savons que Tu le feras, parce que c'est Ta promesse. Et nous Te prions de Te mouvoir de nouveau sur nous ce soir. Baptise-nous fra√ģchement du Saint-Esprit. Re√ßois la gloire de la r√©union. Car nous le demandons au Nom du Christ. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-2 Les r√©unions sont pratiquement trop courtes. Elles sont juste... D'abord, je pensais, quand Joseph m'en a parl√©, que d'apr√®s mon programme, je ne pourrais rester que deux jours. Et puis, nous avons un peu repouss√© cela, par courtoisie pour l'autre endroit o√Ļ j'allais, et nous devons passer cinq jours. Et alors, j'ai dit √† Joseph que j'allais devoir faire de ce genre de...mon voyage pour rester un peu loin de Chicago, pendant quelque temps, car je suis trop souvent ici. Voyez-vous, j'ai peur d'abuser du bon accueil qu'on me r√©serve ici. Et quelqu'un disait souvent, il disait : "Si vous voulez t√©l√©phoner √† fr√®re Branham, s'il n'est pas chez lui, appelez Chicago. Et s'il n'est pas l√†-bas, appelez Shreveport, en Louisiane. Il sera dans l'une de ces villes. " C'est soit chez fr√®re Joseph soit chez fr√®re Moore, √† Shreveport. Et l'automne dernier - dernier, au d√©but de cet automne ou plut√īt √† la fin de l'√©t√©, j'√©tais √† Shreveport dans un r√©veil sous tente, et j'ai parl√© √† fr√®re Moore, disant : "Eh bien, Fr√®re Moore, il y a beaucoup de fr√®res √† l'est du pays et √† diff√©rents endroits que je n'ai jamais visit√©s, et ils voient cela. Et je crains qu'ils n'en soient un peu offens√©s. " Et j'ai dit : "Eh bien, je vais tra√ģnailler un peu √† Shreveport et √† Chicago, apr√®s ces r√©unions que j'ai jusque, √† moins que le Seigneur ne m'appelle √† faire autre chose, et alors, jusqu'√† ce que je visite certains de ces autres fr√®res dans les environs.
E-3 Et maintenant, quelqu'un me disait, je pense que c'√©tait Billy, hier soir, avant hier soir, qui disait qu'il y avait des fr√®res qui voulaient me rencontrer pour voir s'il y avait un peu de temps pour tenir des r√©unions. Eh bien alors, ce n'est pas moi qui programme les r√©unions, les itin√©raires. Tout l'itin√©raire a √©t√© trac√© √† Shreveport, en Louisiane. Voyez, nous sommes nombreux dans ce groupe-ci, et si l'un l'√©labore, un autre l'√©labore, un autre, et puis nous aussi, eh bien, si tel homme l'a mal fait, il nous faut alors annuler cela. Et, oh ! la la, cela blessera, apr√®s qu'on avait donn√© la promesse. Et la - et la bouche autoris√©e, c'est fr√®re Moore √† Shreveport, en Louisiane. Et - et nous avons des rendez-vous r√©serv√©s... si nous n'allons pas outre-mer aussit√īt apr√®s No√ęl ; nous avons donc quelques rendez-vous r√©serv√©s. Ce sera √† partir maintenant jusqu'au dernier rendez-vous que j'ai fix√©, c'est √† Lima, dans l'Ohio, avec les baptistes, dans un auditorium, du 10 janvier au 15, √† Lima, dans l'Ohio. C'est mon dernier rendez-vous, √† ce que je sache, pour l'instant.
E-4 Eh bien, je pense apr√®s l√†, on en a quelques-uns en Californie, en fait on va r√©pondre √† quelques rendez-vous en Californie, l√† √† San Francisco, et puis dans la vall√©e de San Fernando avec les Espagnols, √† PhŇďnix, pendant juste quelques soir√©es, puis on va revenir √† l'Est. Eh bien, au mois de ... fin octobre et d√©but d√©cembre, √† mon retour d'Idaho, on va en avoir quelques-uns, je pense √ßa sera en Virginie et √† Maryland, ou quelque part de ce c√īt√©-l√†, il y aura des r√©unions dans... Je ne sais pas encore. Monsieur Moore ne m'en a point parl√©. Il me laissera savoir cette fois-ci, √† mon retour √† la maison. Et maintenant, si vous... j'aimerais venir chez vous, chacun de vous. Et nous tenons une sorte de r√©unions courtes et rapides, de trois √† cinq soir√©es, juste l√†, pour arriver √† rendre visite aux fr√®res, avant d'entreprendre un tour √† travers le monde, dans chaque ville principale du monde, partout vers la C√īte Est, revenir √† l'ouest. Et apr√®s cette s√©rie de r√©unions, dans plusieurs r√©gions du pays...
E-5 Il y a quelque chose sur mon cŇďur, en fait, il y a quelques semaines, j'√©tais dans une certaine ville, en train de tenir une s√©rie de r√©unions, beaucoup parmi vous savent cela. Et il y avait l√† une universit√© luth√©rienne. Et lors d'une s√©rie ant√©rieure de r√©unions, un homme m'avait dit que j'√©tais un fin diseur de bonne aventure, √† cause des visions. Et il m'avait √©crit apr√®s que je... Et il a dit que j'avais emprunt√© une voie horrible en tant qu'enseignant de la Bible. Eh bien, je pense que c'est vrai, mais pas selon ce qu'il a dit. Il a dit : "J'√©tais surpris d'entendre un homme qui se tient devant les gens comme, d√©clarer que Satan ne peut pas gu√©rir. Eh bien, a-t-il dit, nous savons que Satan peut gu√©rir. " Il a dit : "Dans la ville d'o√Ļ je viens, a-t-il dit, nous avons l√† une femme, elle a... C'est une esp√®ce de sorci√®re. Elle re√ßoit les gens qui viennent chez elle, des malades, elle s'arrache les cheveux, elle ouvre les veines de gens et en tire du sang. Et elle descend √† la rivi√®re, elle jette cela derri√®re elle. Et pendant qu'elle remonte vers le - vers le rivage, si quelque chose l'am√®ne √† se retourner et qu'elle regarde en arri√®re, cette maladie reviendra sur les gens. Sinon, les gens sont gu√©ris. " Il a dit : "Monsieur Branham, j'ai v√©rifi√© et au moins vingt ou trente pour cent de ces gens ont √©t√© gu√©ris."
E-6 Et il a dit : "Eh bien, vous n'√™tes qu'un jeune gar√ßon ", avec tous mes quarante sept ans. Il a dit : "Je pr√™chais avant votre naissance. " Et - et, j'ai dit : "Eh bien, je lui ai r√©pondu. Il avait dit que j'√©tais un - un Belz√©bul. J'ai dit : "Eh bien, premi√®rement, j'aimerais vous pardonner pour cela, fr√®re. Car, qu'arriverait-il si j'√©tais dans le vrai, qu'auriez-vous alors fait ? Voyez-vous ? Qu'arriverait-il si j'√©tais dans le vrai ? Voyez-vous ? Qu'auriez-vous alors fait ? Vous auriez blasph√©m√© contre le Saint-Esprit, ce qui est impardonnable. Quiconque prononce une parole contre ces Ňďuvres, a dit J√©sus, il ne lui sera jamais pardonn√© ni dans ce si√®cle ni dans le si√®cle √† venir.' " Alors, j'ai dit : "Je vous pardonne cela, parce que je crois que vous n'avez pas compris. " Et j'ai dit : "Je vous aime, parce que vous vous int√©ressez assez √† notre Seigneur J√©sus au point de chercher √† me corriger, pensant que je suis dans l'erreur. " J'ai dit : "J'appr√©cie cela. " Quiconque cherche √† me corriger, quand je suis dans l'erreur, je - j'aimerais √™tre corrig√©. Mais j'ai dit : "Eh bien, quant √† ce que vous dites, que - que Satan peut gu√©rir, j'aimerais vous donner juste le passage des Ecritures o√Ļ J√©sus a dit que Satan ne peut pas gu√©rir. Cela r√®gle donc la question pour moi. " J√©sus a dit, alors que les gens Lui disaient qu'Il gu√©rissait par Satan, Il a dit : "Si Satan peut chasser Satan, alors son royaume est divis√©. " Voyez-vous ? Alors j'ai dit : "Pour moi, c'est r√©gl√©... ? ... gu√©rir. " J'ai dit : "Il y a beaucoup des gens dans le pays aujourd'hui qui se disent gu√©risseurs divins. Et les gens vont aupr√®s d'eux, ils disent : 'Oh, j'ai la puissance, je fais telle chose.' " Mais j'ai dit : "Certainement. Ils... Les gens sont gu√©ris, ai-je dit, exactement comme √ßa se passe avec cette sorci√®re-l√†. Mais, ce n'est pas cette sorci√®re qui fait cela, ni non plus ce gu√©risseur divin. C'est la foi des gens qui pensent qu'ils s'approchent de Dieu par l'interm√©diaire de cette sorci√®re-l√†. Et Dieu est tenu de reconna√ģtre la foi peu importe o√Ļ elle est. " Vous savez que c'est vrai.
E-7 Ainsi, √† ce ... Oh, comme cette grande question a √©t√© soulev√©e ! Et alors ce doyen m'a √©crit une lettre, disant : "J'aimerais avoir un entretien avec vous. " Et mon organisateur m'a remis cela. On m'a amen√© l√†, √† une grande universit√© luth√©rienne et √† un grand Home l√†. Et pendant qu'on √©tait √† table, je me suis dit : "Eh bien, je vais certainement attraper la chose maintenant. " Alors, il a dit : "Fr√®re Branham, nous avons √©t√© dans vos r√©unions et nous sommes totalement persuad√©s que c'est le Saint-Esprit. " Et j'ai dit : "Oui, oui. " Je me suis dit : "Oh ! la la ! " Et il a dit : "Nous-m√™mes, en tant que luth√©riens, nous cherchons Dieu. " Il a dit : "Nous aimerions savoir de vous-m√™me s'il y a autre chose en plus du fait que nous avons re√ßu Christ par la foi. " J'ai dit : "Avez-vous re√ßu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru ? " Il a dit : "Eh bien, jamais je n'y avais pens√©. " J'ai dit : "Ni non plus les baptistes de ce temps-l√†, dans Actes 19, non plus. Ils croyaient, criaient, poussaient des cris et √©prouvaient une grande joie. Mais ils n'avaient pas encore re√ßu le Saint-Esprit. Alors Paul leur a impos√© les mains et ils ont re√ßu le Saint-Esprit. Il a dit : "Que devons-nous faire ? " J'ai dit : "Combien parmi vous En ont faim ? " Il a dit : "Tout notre groupe. " J'ai dit : "Eh bien, repoussez la table, allez au mur et agenouillez-vous. " Ils ont form√© une longue rang√©e, l√†, il y avait l√† un grand espace o√Ļ nous avions pris le d√ģner. J'ai fait le tour et je leur ai impos√© les mains, soixante-douze ont re√ßu le bapt√™me du Saint-Esprit. Amen. Ainsi, ils passent maintenant un grand moment-l√†. Eh bien, si Dieu fait cela en Am√©rique pour les luth√©riens, Il le fera en Afrique, en Asie, n'importe o√Ļ, pour les luth√©riens, les baptistes, les presbyt√©riens, les catholiques, ou pour quiconque a faim et soif de Dieu. Quelle chose glorieuse !
E-8 Eh bien, ce soir, pour ainsi dire, c'√©tait une soir√©e d'√©vang√©lisation, mais nous aimerions nous d√©p√™cher pour vite terminer, si possible. Et demain soir, si je tra√ģne un peu ce soir, j'aimerais vous demander des t√©moignages. Sont-ils venus, beaucoup sont venus, Fr√®re Joseph ? [Fr√®re Joseph dit : "Je n'ai pas eu le temps de le leur demander. " - N.D.E.] Oh, vous n'avez pas eu le temps. Combien y en a-t-il ici ce soir, pour qui on avait pri√© hier soir, qui sentent que Dieu a touch√© leurs corps ? Faites voir la main. Eh bien, ceux pour qui on avait pri√© hier soir. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 8, 9, 10, 11, 12, j'en vois environ 12 maintenant. Oui, j'en ai une par l√†, cette dame-l√†. Tr√®s bien, monsieur. J'en vois environ 12 donc. Eh bien, je pense que j'avais eu presque 60 ou 70 personnes ici. Peut-√™tre que je ferais donc mieux de continuer comme je le faisais, car je pense que je m'en tire mieux que √ßa au commencement. Voyez-vous ? Et alors... Je ne peux pas exercer le minist√®re de Oral Roberts. Et Oral Roberts ne peut non plus exercer le mien. Le Seigneur nous a donn√©, √† tous deux, quelque chose √† faire. Et... ?... moi, je dois exercer le minist√®re suivant la fa√ßon √† laquelle Dieu a pourvu. Ainsi, ne vous plaignez pas de ce que vous n'√™tes donc pas dans la ligne ; en effet, Dieu veut vous gu√©rir l√† o√Ļ vous √™tes assis. C'est vrai.
E-9 Je pense que c'est ce qu'il y a de meilleur. Je pense que c'est ce qu'il y a de meilleur. Dieu est un Dieu bon. Il est vraiment bon. Et Il vous accordera votre désir. C'est comme dans la Bible, Thomas a dit : "Oh, je ne croirai pas cela. " Eh bien, regardez, tous les autres disciples ont dit : "Assurément, nous croyons cela. Oui, oui. Il est ressuscité d'entre les morts. Nous le croyons. " Thomas a dit : "Non, non, je ne le crois pas. Il me faut - me faut avoir plus que ça. Il me faut avoir une évidence. Je dois placer mes mains dans Son flanc et autre, avant que je croie cela. Oui, oui. " Il est un Dieu bon. Il a dit : "Viens ici, Thomas, touche-Moi maintenant. " Thomas a dit : "Oh, c'est Toi le Seigneur. Je sais maintenant que c'est Toi. " Il a dit : "Maintenant que tu as vu, tu crois, combien plus grande sera la récompense de ceux qui n'ont jamais vu, mais qui cependant croient. " Voyez-vous ? C'est ça. Il vous faut croire. Avez-vous remarqué quel temps Paul a eu avec l'Eglise de Corinthe ? Tout le monde avait un parler en langues, un psaume, une espèce de quelque chose qu'il devait faire avant qu'il croie qu'il avait le Saint-Esprit. Voyez-vous ? Et Paul a eu des ennuis avec eux. Il n'en avait jamais eu avec les Ephésiens, les Galates et les autres. Il n'avait jamais eu à en parler. Eh bien, c'étaient - c'étaient des gens qui avaient la foi et qui croyaient vraiment en Dieu, qui avaient accepté cela, et - et tout était en ordre. Voyez-vous ? Alors ils... Mais Dieu est un Dieu bon. Si vous voulez une chose d'une certaine façon, Il vous le donnera de cette façon-là. Mais je - j'aimerais simplement croire en Lui, pas vous ? Le prendre simplement au Mot. J'aime simplement croire cela comme ça.
E-10 Eh bien, puisse le Seigneur ajouter Ses bénédictions maintenant, alors que nous communions ensemble. Et demain soir, après demain soir, je pense que Joseph a annoncé qu'il y aura quelques... Frère Osborn, frère Tommy Hicks, et frère Ogilvie vont être ici pour continuer cette série de réunions jusqu'à la fin de la semaine. Eh bien, ce sont de très bons frères. Et maintenant, je connais très bien frère Osborn. Je le connais très bien. Et je sais que c'est un très bon frère. Je connais très bien Tommy Hicks. Et je sais que c'est un bon frère. Et je ne connais pas très bien frère Ogilvie. Je l'ai rencontré environ deux fois. Mais il semble être certainement un bon frère. Et je - j'aimerais que vous continuiez à venir et à amener vos voisins et tout, pour entendre ces frères. Ce sont des hommes de bien, sinon Dieu ne serait pas en train de les utiliser comme c'est le cas.
E-11 Et alors, au moment o√Ļ je quittais ma propre ville, Billy Graham √©tait l√†. Et j'avais toujours d√©sir√© rencontrer Billy Graham. Il est maintenant √† Louisville, en train de pr√™cher. Ma famille et les autres y assistent. Nos √©glises et tout sont ferm√©s, pour apporter une collaboration √† cette s√©rie de r√©unions et faire tout notre possible pour conjuguer des efforts. L√† o√Ļ j'habite, dans le parage, il y a quatre-vingt cinq pour cent, des boissons alcooliques, provenant de Louisville, dans le Kentucky, cela fait que les ivrognes sont escroqu√©s dans des rues. Les usines de tabacs aussi, c'est le si√®ge de Satan. Et vous de Chicago, priez que Dieu oigne cet √©vang√©liste, Billy Graham, au point qu'un r√©veil √©clatera √† Louisville et que cela commencera quelque chose. Et maintenant, priez pour lui. Et je prie tout le temps pour lui, chaque jour et chaque nuit et tout. En effet, Dieu utilise cet homme de fa√ßon remarquable. C'est un tr√®s bon fr√®re, selon ce qui m'a √©t√© rapport√©.
E-12 Maintenant, dans II Rois, chapitre 9, verset 30, j'aimerais prendre juste un court passage des Ecritures là, quelques mots, retourner dans l'Ancien Testament une fois de plus pour - pour lire. Jéhu entra dans Jezréel. Jézabel, l'ayant appris, mit du fard à ses yeux, se para la tête, et regarda par la fenêtre. Et que le Seigneur ajoute Ses bénédictions à la lecture de Sa Parole. Maintenant, nous retournons encore dans l'Ancien Testament, car l'Ancien Testament, c'est toujours le type du Nouveau Testament. Et la Bible dit, dans Hébreux 11, que c'étaient des exemples, que c'étaient des exemples. Et là, dans 12, il est dit, dans Hébreux, ... puisque nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant le regard sur Jésus, qui suscite la foi et l'amène à la perfection... (le Seigneur Jésus-Christ.) Maintenant, si nous voyons ce que Dieu a fait dans le passé pour ces gens-là, à cause de certaines attitudes qu'ils avaient affichées vis-à-vis de Dieu, et que nous constatons ensuite que nous avons les mêmes attitudes qu'eux, nous recevrons la même récompense qu'eux. Vous pouvez simplement vous y attendre, en effet Dieu ne change jamais. Il reste donc le même. Ses bénédictions restent les mêmes, et Ses sanctions restent les mêmes. Et Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement.
E-13 Et puis, je vais voir... J'ai oublié, on m'a envoyé demander à Billy s'il avait distribué des cartes de prière ce soir. Sinon, il nous faudra en prendre quelques-unes, peut-être... Ne jetez pas votre carte. Elles seront... Combien ici ont des cartes de prière ? Levez la main. Eh bien, c'est bien. Il y en a donc assez, de toute façon, pour - pour qui on doit prier, pour tenir une ligne de prière si nous ne... Et nous irons-nous continuerons jusqu'au bout. Alors, je m'attarderai juste un peu sur l'évangélisation, sur cet aspect-là ce soir, pour prier pour les malades.
E-14 Maintenant, Jézabel, c'est un nom qui fait frissonner tout le monde, rien que de dire Jézabel. C'était juste un nom commun, juste un nom comme Marthe, Ruth, ou Marie, ou - ou tout autre nom. Mais dès qu'on attend juste le nom de Jézabel... tout cela, c'était à cause d'une femme qui avait emprunté une mauvaise voie. Eh bien, je peux me représenter Jézabel, ce n'était pas le seul fait pour elle de porter le nom de Jézabel qui avait fait d'elle ce qu'elle était. Ce n'était pas son nom qui avait fait cela ; c'était son attitude. C'est ce qui a fait cela. Et le nom ne devrait pas nous faire frissonner autant que le devrait l'attitude qu'elle avait affichée. Mais quand vous mentionnez le nom de Jézabel, on fait : "Oooh, oh ! la la ! " Mais quand vous mentionnez le pêché qu'elle avait commis, on fait : "Oh, eh bien, pas de problème. " Et ce n'était pas le... Ce n'était pas le nom qui avait fait d'elle ce qu'elle était, c'était son pêché qui avait d'elle - avait fait d'elle ce qu'elle était. Votre nom ne fait pas de vous ce que vous êtes. C'est votre caractère qui fait de vous ce que vous êtes. Votre caractère vous modèle et fait de vous ce que vous êtes.
E-15 J'ai toujours dit : "Laissez-moi entrer chez quelqu'un. " Et laissez-le se tenir dans la rue, témoigner, chanter, crier, et parler en langues, danser dans l'Esprit, tout ce qu'il veut faire ; laissez-moi entrer chez lui, voir les photos des jeunes filles nues tout autour du mur... Laissez-moi regarder là, sur son bureau, les magazines qu'il lit, laissez-moi l'entendre allumer la radio pour suivre certains de ce non-sens de rock-and-roll et de boogie-woogie de l'Afrique, je peux vous dire, là sur place, le genre d'esprit qu'il a. Voyez-vous de quoi il se nourrit ? Peu m'importe à quel point il fait des histoires là, dans la rue, voici ce dont il se nourrit effectivement. C'est sa nourriture. C'est vrai. Laissez-moi... Combien... Peu importent ses prétentions, peu importe combien c'est social, peu importe son standing, peu importe son statut social, cela ne change rien. Observez ce dont son esprit se nourrit, la musique qu'il écoute, ce qu'il lit, ce qu'il regarde. Vous pouvez alors dire de quoi il est fait. Et son caractère le révélera toujours.
E-16 Eh bien, J√©zabel √©tait peut-√™tre, autrefois, une jolie petite fille. Elle se tr√©moussait sur les genoux de sa m√®re, et probablement de son p√®re, tout comme n'importe quelle autre petite fille. Son p√®re et sa m√®re n'avaient jamais pens√© que son nom repr√©senterait, dans l'histoire, l'un des exemples extraordinaires de la cruaut√© et du p√™ch√©, l'un des plus grands noms parmi les noms de femmes qui se trouvent dans la Bible, ou dans toute l'histoire. Lady Maccabee ne l'√©galerait pas. Et Lady Maccabee avait √©t√© arr√™t√©e √† Oklahoma pour avoir fum√© une cigarette, pour avoir fait de la vitesse en conduisant un v√©hicule dans la rue. Quand on a demand√© √† Docteur Iben, lors d'une grande r√©union, il a racont√© l'histoire de Lady Maccabee, c'√©tait au moment o√Ļ toutes les religions du monde s'√©taient rassembl√©es ici, il y a de cela environ cinquante ou soixante ans, et il a racont√© cette histoire, combien elle √©tait horrible... Et quand on l'a attrap√©e, on lui a mis du goudron et des plumes, on √©tait...Elle √©tait tellement souill√©e qu'on ne voulait m√™me pas mettre la main sur elle. Il a racont√© cette histoire de telle mani√®re que tout le monde √©tait assis au - au bout de son si√®ge, √©coutant ; il √©tait tellement... Et puis, quand il a fini, il s'est √©loign√© du micro, c'√©tait un petit homme. Il a demand√© : "Gentleman de religions de ce monde, votre religion a-t-elle quelque chose qui puisse purifier les mains de Lady Maccabee? " Tout le monde √©tait rest√© calme. Il a saut√© en l'air, il a claqu√© les talons, il a tap√© les mains, il a dit : "Le Sang de J√©sus-Christ va non seulement purifier ses mains, mais Il purifiera aussi son cŇďur. " C'est vrai. C'est ce que repr√©sente la religion chr√©tienne. Elle purifiera cela, peu importe combien cela est vile. C'est cela donc.
E-17 La petite J√©zabel, quand elle √©tait une petite fille, faisait le tour de la maison, sautillait, jouait et sautait √† la corde, ou tout ce que les petites filles faisaient. Peu savait-on donc qu'elle deviendra comme √ßa. Mais ce qui a donc fait d'elle ce qu'elle √©tait, c'√©tait le genre d'enseignement qu'elle avait re√ßu √† la maison. Et elle √©tait une pa√Įenne. Et les enseignements que vous recevez √† la maison, c'est ce que vous devenez g√©n√©ralement, c'est le genre d'enseignements que vous √©coutez. On lui avait appris √† ha√Įr Dieu, J√©hovah, parce qu'elle... son dieu, c'√©tait Baal. Et on lui avait apprit √† ha√Įr Dieu, et √† ha√Įr le peuple de Dieu. Et c'est cette haine dans son cŇďur, qui a fait d'elle ce qu'elle √©tait.
E-18 Mais, oh ! la la ! Autre chose, il n'est pas √©tonnant qu'Achab... Son p√®re √©tait un r√©trograde, pour commencer. Et Achab √©tait un croyant frontalier, ti√®de, juste une dette √† charge de la communaut√© chr√©tienne, comme ce serait le cas aujourd'hui, et √† l'√©poque, une dette √† charge du Royaume de Dieu. C'√©tait juste un homme qui n'avait pas de position et qui n'√©tait pas du tout stable. Et je m'imagine que c'√©tait un jeune homme beau, aux cheveux lisses, vous savez, ce genre de jeunes gar√ßons qui sortent √† bord de ces histoires ici, je ne sais pas comment vous appelez cela, et qui roulent ces bolides, quelque chose de ce genre. Voyez-vous ? L'un de ces petits gar√ßons qui, on dirait, courent √ßa et l√† aujourd'hui... Et vous savez, cela montre qu'il √©tait ce genre de personne, sinon il ne serait pas tomb√© amoureux de ce genre de femme. C'est vrai. En Isra√ęl, on √©tait cens√© se marier entre Isra√©lites. Ils n'√©taient pas cens√©s avoir des mariages mixtes. Vous savez que c'est vrai. Ils n'√©taient pas... Et vous n'√™tes pas non plus cens√© le faire aujourd'hui, mettre les croyants et les incroyants sous un m√™me joug. C'est contre la loi de Dieu, contre la Bible.
E-19 Ainsi donc, vous savez, la petite J√©zabel avait appris une seule chose chez elle, c'√©tait l'utilisation des maquillages. √áa, c'est un trait du paganisme. Tout maquillage, jamais au monde, mais tout maquillage de visage tire son origine de chez les pa√Įens, cela √† toujours √©t√© condamn√© par des croyants. J'esp√®re que cela entre tr√®s profond√©ment en vous, juste pour que vous vous sentiez tr√®s bien et malade pendant quelques minutes. Mais maintenant, ne vous f√Ęchez pas contre moi ; je vous aime. Mais j'aimerais simplement vous dire ce qu'est la v√©rit√©. Rappelez-vous, je viens de rentrer de la jungle d'Afrique. Chacune des tribus de pa√Įens, √† chaque occasion ils se mettent des fards au visage et portent d'√©normes boucles d'oreille. Le pa√Įen sauvage de l'Inde se maquille et met des peintures de guerre, quand il va √† - √† la... Sa guerre, c'est l'adoration autour de ses idoles. Il se maquille. En avez-vous honte ? Voyez-vous ? C'est un signe du paganisme. C'est vraiment dommage que cela soit donc entr√© dans l'Eglise chr√©tienne, n'est-ce pas ? Assur√©ment. C'est √† cause de la faiblesse qu'il y a √† la chaire que cela est entr√©. Le pr√©dicateur devrait avoir honte de lui-m√™me.
E-20 Elle √©tait donc habitu√©e aux maquillages ; elle s'est rendue un petit papillon. Et, fr√®re, c'est l'esp√®ce qui peut s√©duire beaucoup de bons hommes. C'est vrai. On les voit dans des rues avec de petites l√®vres qui ressemblent √† un bouton de rose et tous un tas de produits Max Factor l√†-dessus, mais cela ne consumera jamais les rides du p√©ch√©. Ne pensez jamais cela. Dieu voit au-del√† de cela. Ainsi donc, J√©zabel savait comment mettre cela de fa√ßon √† para√ģtre belle. Et alors, quand Achab, ce jeune gar√ßon juif est devenu roi, elle s'est mis le - le manucure sur les yeux, ou je ne sais comment vous appelez cela, vous savez, et elle a battu cela √† bien des reprises, et le cŇďur d'Achab a c√©d√©, car il n'avait pas Dieu en lui pour l'enseigner mieux. C'est vrai. Alors, oh! la la, quelle - quelle chose c'√©tait !
E-21 Eh bien, quand elle s'est mise √† flirter avec Achab, Achab l'a √©pous√©e. Il se disait : "C'en est vraiment une pour moi. " Et beaucoup d'hommes ont commis la m√™me erreur. Beaucoup d'hommes ont fait cela. Vous devriez la voir le jour de lessive, ou quand elle se d√©pouillait de cela. Effectivement, √ßa vous ferait totalement changer d'avis. On ne devrait apr√®s tout, pas √©pouser une femme sur base de son apparence, mais du caract√®re. Permettez-moi de vous le dire, jeune homme, si vous √©pousez une femme qui est toute maquill√©e, l'un de ces jours, elle va faner. M√™me si elle est jolie, cela va dispara√ģtre un de ces jours. Attendez qu'elle ait son premier enfant et que les dents se mettent √† tomber. Peu de temps apr√®s, les rides se formeront au-dessus de ses yeux, ses cheveux vont grisonner. Un matin, vous vous r√©veillerez et vous vous demanderez ce que vous avez √©pous√©. C'est vrai. Je - je suis s√©rieux l√†-dessus, ce n'est pas pour faire une plaisanterie. Absolument pas. C'est vrai. Je suis juste en train de jeter un fondement ici pour quelque chose que j'aimerais dire. Voyez-vous ? C'est vrai. Mais si vous aimez une femme, parce qu'il y a en elle quelque chose pour lequel vous avez pri√© et que Dieu vous a unis ensemble, elle peut vieillir, elle peut avoir des rides, elle peut devenir laide, cela ne changera rien du tout, vous l'aimerez toute l'√©ternit√©. "Ce que Dieu a uni, personne ne peut le s√©parer. " C'est vrai. Ainsi demander premi√®rement √† Dieu.
E-22 Mais, Achab, il est all√© l√† et il est tomb√© amoureux de cette jeune fille. Ensuite, il est revenu, il l'a √©pous√©e et l'a amen√©e en Isra√ęl. Et une fois arriv√©e, comme c'√©tait une pa√Įenne... Et avez-vous remarqu√©, Achab √©tait all√© l√†, et cela montrait qu'il √©tait un croyant frontalier. Il est juste all√© fl√Ęner dans le monde pour avoir cette jeune fille. Et c'est l√† que beaucoup de gens ont commis une erreur, en franchissant la ligne de d√©marcation. Dieu a une ligne de d√©marcation. Un vieux pr√©dicateur m√©thodiste, un ami √† moi, fr√®re Kelly, lui et sŇďur Kelly avaient l'habitude de chanter un cantique : "Nous avons laiss√© tomber les barri√®res ; nous avons laiss√© tomber les barri√®res, et nous avons fait de compromis avec le p√©ch√©. Nous avons laiss√© tomber les barri√®res, les brebis sont sorties, mais comment les boucs sont-ils entr√©s ? " Vous avez laiss√© tomber les barri√®res. C'√©tait √ßa le probl√®me. Vous avez fait de compromis avec le p√©ch√©. C'est ainsi que les boucs sont entr√©s, parce que vous avez laiss√© tomber l'√©talon.
E-23 Eh bien, il y a quelques ann√©es, le vieux John Smith, celui qu'on amenait √† la chaire, il ne pouvait pr√™cher que pendant deux heures, tellement il √©tait devenu vieux. Il ne pr√™chait que pendant deux heures, et cela sans micro. Il disait : "A l'id√©e m√™me, c'est du m√©thodisme pur et simple. Il disait : "A l'id√©e m√™me que nos filles m√©thodistes portent des bijoux aux mains... " Que ferait-il aujourd'hui en les voyant en shorts ? Voyez-vous ? Que penserait-il aujourd'hui des m√©thodistes, baptistes et pentec√ītistes ? C'est pareil, tout identique... Je vous montrais simplement l'origine de cela, son arri√®re plan. Vous pouvez alors voir pourquoi je m'en prends tellement √† cela, pas √† vous, aux choses du diable qui vous am√®ne √† faire cela. Eh bien, n'adoptez pas cela, parce que je dis ceci. Si vous allez vous d√©pouiller de cela, uniquement parce que j'en ai parl√©, alors vous √™tes toujours dans l'erreur. Mettez-vous √† genou et priez, laissez Dieu entrer dans votre cŇďur, alors vous vous en d√©barrasserez co√Ľte que co√Ľte. J'en suis s√Ľr. En effet, tant que cet esprit vous garde sous son contr√īle, vous vous f√Ęcherez contre moi, vous r√©pliquerez et direz : "Ce n'est pas √ßa", tout comme cela. Et vous secouerez la t√™te comme une brebis ayant ... aveugle. Mais cela ne fera aucun bien, car si le Saint-Esprit est en moi, vous feriez mieux de vous mettre en ordre sur cette histoire, avant d'affronter le jugement. C'est vrai. Mais ne laissez pas votre pasteur vous dire autre chose, car c'est l'AINSI DIT LE SEIGNEUR, selon la Parole de Dieu. C'est vrai.
E-24 Et nous voyons donc J√©zabel se parer la t√™te (en fait, elle s'√©tait coup√© les cheveux et les avait roul√©s), se couper les cheveux, les rouler), se parer la t√™te, ce qui est une disgr√Ęce. Une femme qui se coupe les cheveux d√©shonore son mari. C'est la Bible qui le dit. Une femme qui d√©shonore, on devrait divorcer d'avec elle et la r√©pudier. C'est donc un signe qu'elle aime quelqu'un d'autre, d'apr√®s la Bible, car elle d√©shonore son mari en faisant cela. Savez-vous que c'est la Bible ? Combien savent que c'est √ßa ? Levez la main, vous tous qui savez que la Bible le dit. Pourquoi alors le faites-vous ? C'est ce que je me demande. Je me demande pourquoi vous le faites. C'est parce que votre pasteur, probablement, ne vous a jamais dit autre chose. Mais nous avons besoin d'un enseignement strict et √† l'ancienne mode sur l'Evangile, qui taillera cette chose en pi√®ce. C'est vrai.
E-25 Il n'est pas √©tonnant que nous ne puissions pas avoir de r√©veils. Dieu peut envoyer des dons et tout le reste dans une ville, et - et accomplir des miracles, accomplir des choses, mais les gens restent assis. Il n'est pas √©tonnant qu'il y ait le p√©ch√© dans le camp. Il nous faut nous d√©barrasser de cette chose-l√† et agir (c'est tout √† fait vrai), et mettre l'√©glise en ordre et la faire fonctionner correctement, et alors, Dieu entrera et Il se mettra √† accomplir des signes et des prodiges parmi nous. Vous savez que c'est vrai. Je ne dis pas cela pour vous blesser. Je le dis parce que je vous aime. Et √† la barre du jugement, il me faudra donc me tenir devant chaque individu qui est ici et rendre compte. J'en suis quitte ; et maintenant, cela est entre vos mains. Priez donc, voyez ce que Dieu vous dit. Je pense que si le Saint-Esprit entre en vous et que vous gardez ce m√™me esprit, vous continuerez √† faire la m√™me chose. Mais si seulement vous prenez le Saint-Esprit plut√īt que cet esprit-l√†, alors observez combien les choses vont rapidement changer pour vous. Assur√©ment.
E-26 Eh bien, ainsi, J√©zabel donc, quand elle est entr√©e, elle a martel√© le sol avec ses petits souliers √† haut talon qu'elle portait, et elle a dit : "Eh bien, Achab, c'est moi qui vais qui m'occuper de cette affaire. " Pour commencer, cela est faux. L'homme est le chef de la maison, partout sauf aux Etats-Unis o√Ļ la femme est le chef de la maison, ici. Ceci est un pays de la femme. La femme est la d√©esse de l'Am√©rique. Je pr√©dis qu'avant la Venue du Seigneur, une femme deviendra un chef imposant aux Etats-Unis d'Am√©rique, parce que ceci est un pays de la femme. Cela a commenc√© √† Hollywood, et c'est ainsi que √ßa s'est r√©pandu partout. Et aujourd'hui, vous voyez un petit vieil homme descendre la rue et une petite J√©zabel, cigarette √† la bouche, refouler la fum√©e comme √ßa. Elle dit : "Eh bien... " Elle crie : "Allez ! ", et il vient d'un bon √† la porte. C'est vrai. Et la nuit, elle est assise l√† avec ses beaux ongles si rouges qu'ils ressemblent aux griffes de l'aigle, d√©vorant une viande de bŇďuf crue, l√†. Elle ne voudra pas faire la vaisselle, de peur que le vernis ne s'enl√®ve. Pendant que son pauvre mari est en train de gratter les assiettes, apr√®s les avoir nettoy√©s comme cela, et elle est assise l√†, fumant une cigarette. Et c'est lui qui prend soin de l'enfant. C'est vrai. C'est tr√®s fort, n'est-ce pas ? Cela a l'air ridicule, mais c'est la Bible et la v√©rit√©. C'est tout √† fait vrai. Comment peut-on donc manger un plateau de biscuits faits par une femme qui a de si longs ongles. C'est impossible pour moi ; je vous assure, cela me retournerait l'estomac. Je ne peux simplement pas le faire.
E-27 Alors, après tout, mais, oh! la la, c'est en ordre. Mais vous petit homme faible. J'ai honte de vous en tant que frère chrétien, que tu laisses ta femme faire pareille chose ; cela montre de quoi tu es fait. C'est vrai. Eh bien, vous les femmes, vous devriez dire " amen ", après qu'on vous a embêtées comme cela, en effet c'est lui le chef. C'est vrai. Et c'est sa faute s'il vous laisse vivre comme ça. Dieu l'en tiendra responsable. C'est vrai. Si vous n'êtes pas assez homme pour vous occuper de votre maison et la mettre en ordre, que Dieu ait pitié de vous. C'est vrai. En effet, la Bible dit, tout au commencement, qu'il dominera sur toi. Or, elle n'est donc pas un paillasson ; c'est votre chérie. Voyez-vous ? Vous devriez vous asseoir, lui parler, essayer de raisonner avec elle là-dessus, lui en parler, lui lire la Bible et prier ensemble. Ces choses ne se retrouveraient donc pas dans l'église, si vous faisiez cela. C'est vrai.
E-28 Alors Jézabel, quand elle est arrivée là, un jour son petit mari était bouleversé, parce qu'un homme n'avait pas voulu pas briser la tradition de Dieu ainsi que les lois de Dieu, en le laissant avoir sa concession; en effet, la loi disait qu'il devait garder son héritage, et cela avait été transmis ... c'était Naboth. Mais alors, comme nous l'avons vu, il ne voulait pas faire cela, Achab s'est mis à se languire de cela, il a couru, s'est écroulé sur le lit. Et la petite Jézabel, un petit papillon, est venue et l'a pris sur ses genoux et a dit : "Alors, chéri, quel est ton problème ? " Il a dit : "Oh, Naboth ne veut pas me laisser avoir sa - sa vigne. " Elle a dit : "Ne t'en fais pas, je te l'obtiendrai. Qui est le chef de ce royaume après tout ? " Voyez, cela me fait penser aux barrières dénominationnelles. Voyez-vous ? "Je te l'obtiendrai pour toi. " Laisse-moi seulement m'y prendre à ma façon. Je l'obtiendrai. " Et elle a martelé le sol de son petit pied, elle est sortie en courant et elle a pris quelques gars qui étaient, pour ainsi dire, des rétrogrades, ces derniers sont allés et ont porté une fausse accusation contre Naboth, et ils l'ont lapidé à mort.
E-29 Mais, rappelez-vous, quand un tel p√©ch√© se commet parmi les gens, Dieu a toujours quelqu'un qui r√©sistera et d√©noncera cela aux gens. Amen. Oui, oui. Il avait un homme de Thishbite, du nom d'Elie, qui s'est directement avanc√© l√† et leur a fait savoir que cela √©tait une mauvaise chose. Il a dit : "Dieu vous fera r√©pondre pour ce genre de crime. " Exact. Peu importe combien cela peut para√ģtre insignifiant, Dieu aura un t√©moin quelque part pour parler contre cela. C'est tout. Quelque part, Il pourra √† partir de ces pierres susciter des enfants √† Abraham. Il le fera d'une fa√ßon ou d'une autre, quelque part, par quelqu'un. Et l√†, tous les proph√®tes... Oh ! la la ! Peut-√™tre que J√©zabel s'en est prise √† lui. Et il - et il a tout simplement pris de l'eau et a continu√©. Mais le vieux Elie s'est tenu l√†, il a carr√©ment parl√©, exact, il a dit : "Dieu te le fera payer, et tu es contre Dieu ", et il lui a effectivement dit toute la v√©rit√©. Et J√©zabel le ha√Įssait. Oh ! la la, comme elle le ha√Įssait. Assur√©ment. Et si vous vous mettez √† dire la v√©rit√© aux gens, bien des fois ils vous ha√Įront plut√īt que de se repentir. C'est vrai. Vous devriez vous repentir et √™tre reconnaissant √† Dieu de savoir ce qu'est la v√©rit√©. C'est vrai. Mais, oh, elle ha√Įssait ce proph√®te-l√†. Oh ! la la !
E-30 Il est donc all√© l√†..., et elle a port√© une - une fausse accusation contre Naboth et l'a fait lapider √† mort. Et cet homme √©tait mort dans son - l√† dans la rue. Et alors, il... Elle s'est dit : "Oh, personne n'en saura donc rien; c'est en ordre. J'ai envoy√© l√†-bas deux de mes messagers, ils se sont tenus √† la tribune et l'ont accus√© d'avoir trahi Dieu et le roi ", alors que cet homme √©tait parfaitement innocent. Et les gens l'avaient lapid√©. Elle s'est dit : "√áa sera en ordre. " Mais tout aussi certainement que vous savez que le p√©ch√© et la m√©chancet√© sont √† votre porte, il y a un Dieu au Ciel qui conna√ģt toutes choses. Souvenez-vous-en. Certainement. Il conna√ģt toutes choses. Et alors, quand il a fait cela, Dieu a parl√© √† Elie, disant : "Va l√†, √† la rencontre d'Achab, et dis lui : " AINSI DIT LE SEIGNEUR. " Amen. J'aime √ßa. Oh ! la la ! "Quand le p√©ch√© abonde, la gr√Ęce surabonde. " C'est vrai.
E-31 Il avait quelqu'un l√†, qui est parti l'√©corcher pour Lui... Alors, il a rencontr√© Achab sur la route. Et Achab montait l√† pour en prendre possession, et il avait le... Ils ont fait tu√© cet homme-l√†, car il faisait absolument, exact, ce que Dieu lui avait dit de faire. Cet h√©ritage devait √™tre transmis de g√©n√©ration en g√©n√©ration. S'il le perdait de quelque fa√ßon que ce soit, cela devait √™tre rachet√© par un parent r√©dempteur. Lisez le Livre de Ruth et les lois sur le parent r√©dempteur, et voyez si ce n'est pas vrai. Elle l'a donc fait tu√© √† cause de sa voix. Et Achab est venu, il √©tait cens√© en savoir mieux. La Parole √©tait devant lui, et le proph√®te √©tait devant lui. Et au lieu de cela, ... il aimait beaucoup les terrains, il a voulu avoir un beau jardin √† c√īt√© de sa r√©sidence, il est donc all√© l√† et il s'en est empar√© par force. Et Elie l'a rencontr√© en route et lui a parl√©, disant : "Puisque que tu as fait cela, toi meurtrier, a-t-il dit, les - les chiens qui ont l√©ch√© le sang de Naboth vont l√©cher ton sang au m√™me endroit. " Fr√®re, je veux dire, quand Dieu en a marre de quelque chose, Il en a marre. Il a dit : "En outre, cette J√©zabel que tu as √©pous√©e... " Oh ! la la ! Il ne s'est fait des soucis pour parler de sa femme, et il a dit : "Cette J√©zabel que tu as √©pous√©e, les chiens vont m√™me la d√©vorer dans des rues, √† Jezreel. Et il y aura des excr√©ments par terre au point qu'on ne pourra m√™me pas dire : " Ici g√ģt J√©zabel'"
E-32 Oh ! la la ! Femme, vous n'aimeriez pas √™tre comme cela, n'est-ce pas ? Il ne subsistera m√™me pas un souvenir d'elle quelque part... dit cela... Et vous pouvez vous rappeler, quand vous voyez tout cela se passer comme cela, l'unique femme dans la Bible qui a fait cela, Dieu l'a donn√©e en p√Ęture aux chiens. C'est vrai. C'est... Quand vous voyez une femme faire cela, dites : "C'est donc une viande pour chien. " Voyez-vous ? En effet, c'est ce que Dieu a fait ; Il a donn√© cela en p√Ęture aux chiens. Ce genre des femmes, Il les a donn√©es en p√Ęture aux chiens. Eloignez-vous donc de cela. D√©barrassez-vous en. Amen. Mettez-vous en ordre avec Dieu. Ce dont nous avons besoin, c'est d'un r√©curage, et d'un creusage √† l'ancienne mode. Enlevez ces mauvaises herbes de la plate bande, afin que le ma√Įs puisse cro√ģtre. J√©sus vient. Tr√®s bien, c'est ce dont nous avons besoin. Retournez √† l'ancienne ligne de d√©marcation une fois de plus. Retournez dans la voie. Dieu viendra parmi nous. Mais tant qu'on a le monde m√©lang√© l√† dedans, Dieu n'agira pas. Parfois, vous vous demandez pourquoi les choses se passent comme elles se passent. Vous n'avez qu'√† regarder tout autour pendant un petit moment. Priez un tout petit peu et Dieu condamnera le p√©ch√©.
E-33 Remarquez. Et puis, la chose suivante vous savez, les choses se sont empir√©es. Et Elie s'est √©tabli dans les montagnes, tout seul l√†. Dieu lui a parl√©, disant : "Descends l√†. " Il lui a montr√© une vision, Il a dit : "J'en ai assez. " Il a dit : "Descends l√† et dit √† Achab que Je ne vais pas -Je ne vais pas laisser tomber la pluie, m√™me pas la ros√©e, sinon √† ta parole. " Eh bien, un homme de Dieu suivra toujours la vraie Parole de Dieu. Eh bien, J√©zabel l'avait menac√© et tout le reste. Eh bien, vous dites : "Eh bien, Fr√®re Branham, un instant, avant que tu ne quittes J√©zabel. Peut-√™tre que cette petite femme n'avait pas eu une occasion. Elle √©tait n√©e pa√Įenne. Elle n'avait pas eu une occasion. " Oh, oui, elle en avait aussi eue. Elle avait eu un pasteur, pasteur Elie. Et Elie n'avait pas peur de lui en parler. Ne pensez pas... Dieu place toujours la lumi√®re l√†. Elle avait carr√©ment refus√© de marcher dans la lumi√®re ; c'√©tait tout. C'est vrai. Oh, elle ne voulait pas consid√©rer Elie comme son pasteur, certainement pas. Elle avait pour pasteur d'autres hommes formalistes et pleins de dignit√©. Mais Dieu avait envoy√© Elie pour que lui soit son pasteur, peu importe √† quel point elle le ha√Įssait. Elle le ha√Įssait parce que la religion juive √©tait trop stricte pour elle.
E-34 Et c'est cela le probl√®me aujourd'hui. Les gens veulent agir comme le monde, parler comme le monde, s'habiller comme le monde, faire que l'√©glise et le monde deviennent tout identiques. Les chr√©tiens, la religion du Saint-Esprit est trop stricte pour eux. C'est tout ce qu'il y a. Amen. La raison pour laquelle vous voulez les taxer de saints exalt√©s et dire qu'ils n'ont pas le bon sens et tout, ce que c'est trop strict pour vous √† vivre. C'est √ßa le probl√®me. Et certains parmi vous, qui √©taient comme √ßa, sont rejet√©s. Qu'est-ce que je dis ? Oh la la ! peut-√™tre que c'est bien. Mais... C'est un peu comme maman qui avait l'habitude de me donner l'huile de ricin. Et elle disait... J'ai des hauts -le cŇďur rien que d'y penser elle disait : " Si √ßa ne te rend pas malade, √ßa ne te fera aucun bien. " Eh bien, peut-√™tre que c'est la m√™me chose ici. √áa vous rend bien malade, peut-√™tre que √ßa va arranger votre - votre gastronomie spirituelle de sorte que vous puissiez vraiment consommer la Parole.
E-35 Ils étaient étonnés. Elie est allé là, il est entré, d'un pas lourd, dans le palais, il a directement dépassé tous les gardes et autres, il a parlé à Achab, lui pointant le doigt au visage, disant : " Même pas la rosée ne tombera du Ciel, sinon à ma parole. " Oh la la ! Pourquoi ? Dieu lui avait parlé. Il avait la Parole de Dieu, c'est pourquoi il n'avait pas peur. N'ayez jamais peur. Michée n'avait pas peur, avec la Parole de Dieu. Nul homme n'a peur, quand il a la Parole de Dieu et la vision de Dieu qui va avec la Parole. La raison pour laquelle Michée a pu condamner ces prophètes et leur dire qu'ils étaient en erreur, et qu'ils avaient l'esprit du diable, c'est qu'ils suivaient la mode et tout, et ils ne s'alignaient pas sur la Parole. Et Dieu donne la vraie vision au vrai prophète. Et il... cherchant à les aligner sur... Et maintenant, et aujourd'hui, la vraie vision, c'est le baptême du Saint-Esprit. Le vrai prophète, c'est le baptême, ce - c'est le Saint-Esprit Lui-même. C'est Lui qui vient et nous aligne sur la Parole. Et remarquez. Ce n'est pas un évêque, ni un archevêque, mais c'est le Saint-Esprit qui conduit l'Eglise. Amen.
E-36 Suivez donc. Eh bien nous trouvons que... Pouvez-vous vous représenter Achab, le roi, se tenant là, en train de le regarder. Et ce vieil homme, peut-être qu'il avait l'air d'un ver pelucheux, avec toute sa barbe et ses cheveux dressés comme ça, et il était enveloppé d'un morceau de peau de brebis. La Bible dit qu'il était tout velu, après tout. Je m'imagine qu'il constituait un beau spectacle là, dans la cour du roi. Mais, brandissant son doigt au visage d'Achab, Elie a dit : " Même pas la rosée ne tombera du ciel, sinon à ma parole. " Amen. Il avait l'AINSI DIT LE SEIGNEUR, il est directement retourné au désert d'un pas lourd. Après son départ, je peux entendre Achab crier : " Ha, ha, ha ! Et ce vieux charlatan est entré ici, et a dit une chose comme ça. Avez-vous déjà entendu pareille chose ? Ha, ha ! Eh bien, nous avons ici des prédicateurs qui connaissent toutes ces choses. Eh bien, il n'y a rien qui cloche ici. C'est juste une vieille baderne à l'ancienne mode. " Mais il avait l'AINSI DIT LE SEIGNEUR. Oui, oui. Et il est directement retourné au désert d'un pas lourd. Certains d'entre eux ont dit : " Regardez la direction qu'il prend. " Ah ! ne vous en occupez pas ".
E-37 Et il est mont√© pr√®s du torrent de Cherith et s'est assis. L√†, le Seigneur lui a parl√©, disant : "Monte-l√†, car je vais prendre soin de toi, pendant que tu seras l√†. " J'aime √ßa. Vous prenez soin du Seigneur et le Seigneur prendra soin de vous. Faites simplement ce qu'est l'AINSI DIT LE SEIGNEUR et Il prendra soin de vous. Et Elie est mont√© l√† et s'est assis, tout aussi rassur√© que possible, que la pluie ne tombera pas. Et la chose suivante, vous savez, la s√©cheresse a commenc√©. Et toutes les - toutes les sources ont tari. Et les gens pensaient qu'il √©tait fou. Et ils √©taient l√†... Il √©tait une vieille baderne. Il √©tait d√©mod√© et tout, comme √ßa, un vieux d√©traqu√© dans ses pr√©dications. Mais c'√©tait lui le pasteur de Dieu √† l'√©poque pour cette nation, pasteur Elie le Thischbite. Et on voulait donc pas l'√©couter. Mais on disait qu'il √©tait un peu d√©traqu√©. Mais il est mont√© l√† et s'est assis pr√®s d'une source, suivant la volont√© de Dieu. Et il y avait l√† des gens qui crevaient de faim par manque d'eau, l√† dans la vall√©e o√Ļ il y avait toutes les prises d'eau, et toutes les sources partaient ; et Elie √©tait assis l√†, buvant √† tout moment qu'il en avait besoin. Car il avait l'AINSI DIT LE SEIGNEUR.
E-38 Eh bien, je me demande aujourd'hui, si vous pensez que, parce que vous avez une grande d√©nomination, celle dont vous √™tes membre, ou une tr√®s grande √©glise qui a une croix au sommet et une orgue d'une valeur d'un million de dollars, vous pouvez boire n'importe quand que vous le voulez. Je vous assure, la source est ouverte uniquement au AINSI DIT LE SEIGNEUR. Elie √©tait donc l√†, prenant une bonne gorg√©e spirituelle n'importe quand qu'il le voulait. L'eau avait tari l√† dans le pays. Aujourd'hui, je pense qu'il y a beaucoup d'ennuis, parce que les eaux ont tari dans notre pays aussi, notre pays √† nous les chr√©tiens. Quel √©tait le probl√®me ? Vous... Il y a longtemps, on tenait des r√©unions √† l'ancienne mode, o√Ļ les gens criaient, marchaient de part et d'autre de l'all√©e, se couchaient sur leur face toute la nuit, priaient et amenaient leurs enfants et - au Royaume de Dieu. Et aujourd'hui, on a des gardes-b√©b√©s. Et - et autrefois c'√©tait... c'√©tait une honte pour une femme de fumer la cigarette. Aujourd'hui, tout le monde fume la cigarette. Autrefois, c'√©tait une honte pour une femme de se maquiller et d'utiliser toutes ces histoires. Et aujourd'hui, c'est tout simplement tout un... Vous ne pouvez pas distinguer les chr√©tiens des autres. C'est tout identique. Savez-vous quel est le probl√®me ? Votre approvisionnement en eau a √©t√© coup√©. C'est √ßa le probl√®me. Vous √™tes dans un d√©sert. Et c'est la raison pour laquelle il y a tout le temps des querelles dans l'√©glise. Vous connaissez le...
E-39 Prenez n'importe quelle plante et plantez-la au d√©sert, l√† o√Ļ il n'y a pas d'eau, elle fera pousser des √©pines. Et prenez cette m√™me plante et plantez-la l√† o√Ļ il y a beaucoup d'eaux, elle deviendra tendre. Et pourquoi √ßa ? C'est parce que c'est sec. Et c'est √ßa le probl√®me qu'ont les √©glises aujourd'hui. Ils se querellent : "Gloire √† Dieu, je suis baptiste. All√©luia. " "Je suis presbyt√©rien, je vous assure, nous avons des pasteurs tri√©s sur le volet. Oui, oui, il ne nous faut pas avoir votre vieille th√©ologie pentec√ītiste. " "Je vous assure, je suis membre des Assembl√©es ; c'est ce que je suis. Nous sommes aussi grand que tout les autres. "Je suis membre des Unies... " "Je suis membre de ceci, cela ou autre. " Oh, je vois vos √©pines. Votre approvisionnement en eau a √©t√© coup√©. C'est √ßa le probl√®me. C'est juste √ßa le probl√®me. L'eau a √©t√© coup√©e. Vous n'avez plus des choses que vous aviez il y a des ann√©es. Il n'y a plus de miracle et autres dans l'√©glise. L'atmosph√®re, la - la communion n'est pas dans l'√©glise comme autrefois. Quel est le probl√®me ? Le ruisseau de la gloire qui conduisait √† votre jardin all√©luia a √©t√© coup√©. Qu'est-ce qui a fait cela ? Le p√©ch√©. Le p√©ch√© qui est entr√© dans l'√©glise et qui est entr√© en vous, c'est ce qui a fait cela, c'est √† cause de la faiblesse qu'il y a √† la chaire quant √† garder les tuyaux d√©gag√©s. C'est vrai. Amen. C'est la v√©rit√©. Cela peut vous sembler horriblement cru, mais c'est la v√©rit√©. Et si vous ne vous arr√™tez pas et que vous ne convoquez pas une r√©union de pri√®re √† l'ancienne mode, pour retourner √† Dieu que deviendrez-vous dans dix ans ? Quelqu'un ferait mieux de se lever et de se mettre √† pr√™cher contre cela pour bouter cette histoire hors de l'√©glise. C'est un cancer, et cela ronge jusqu'√† l'os. √Ētez cela. √Ē Dieu, envoie des √©vang√©listes qui se tiendront sur la Parole et qui pr√™cheront la Parole quand on voit cette chose se passer. Et alors, allez-vous laisser la chose aller comme √ßa ?
E-40 Eh bien, un jour, j'ai rencontr√© un groupe de femmes qui tenaient une r√©union de pri√®re, elles criaient, parlaient en langues, elles √©taient en short, fumant la cigarette, c'√©taient des pentec√ītistes. Que Dieu ait piti√© ! Ce sont des p√©cheurs r√©trogrades, c'est exactement ce qu'il en est. Je ne suis pas juge, mais : "c'est √† leurs fruits que vous les reconna√ģtrez. " Savez-vous que c'est une insanit√© ? Savez-vous qu'il n'y a eu qu'une seule fois, dans la Bible, o√Ļ quelqu'un se soit donc d√©shabill√©, et c'√©tait quelqu'un qui √©tait poss√©d√© d'un d√©mon ? Savez-vous que toute cette histoire qui se passe aujourd'hui, ces parties de rock-and-roll que vous √™tes - auxquelles vous assistez vous tous, dans ces endroits-l√†, o√Ļ on devient tr√®s affol√© et on se met √† faire des mouvements ( les Presley et les autres) tels que de jeunes dames enl√®vent leurs sous-v√™tements et les jettent l√† sur l'estrade afin que lui puisse √©crire des autographes ; et vous appelez cela " civilisation ", alors qu'on devait envoyer des douzaines parmi eux dans l'asile de fous √† la suite de cela ? Et nos √©missions √† la radio et tout pratiquement, vous le suivez, c'est plein de chaos ? C'est le diable, comme un lion rougissant. Et ils introduisent la m√™me chose dans l'√©glise, avec le boogie-woogie et tout. L√† loin chez les hottentots d'Afrique, ce m√™me son m√©lancolique... Quand je les ai vus se tenant-l√†, les sorciers, ils allaient, et ce son... Les pa√Įens avec le fard sur leurs visages, et de jeunes femmes dansaient l√† au point que... ?... des parties de f√™te de sexe et tout le reste. Et l√†-dessus, l'Am√©rique a atteint le sommet de la civilisation et retourne une fois de plus dans des choses des pa√Įens, avec les fards et le rock-and-roll comme cela, et - et ils se disent m√™me membres d'√©glises. Amen. Souvent... Ils en ont eu un ici au Canada il n'y a pas longtemps. Et je pense qu'ils ont envoy√© dix enfants en deux jours apr√®s cela dans un asile de fous. Assur√©ment. Vous feriez mieux de revenir √† l'Evangile √† l'ancienne mode et de retourner √† Christ. Certainement qu'ils ont eu cela. Faites une distinction entre le vrai et le faux.
E-41 Elie, il √©tait assis l√† sur la colline ; et les gens disaient qu'il √©tait fou. Ils disaient qu'il ne savait pas de quoi il parlait. Et ils √©taient l√† sans rien √† manger ; la r√©colte de bl√© n'avait pas eu lieu, il n'y avait pas eu d'eau. Ils n'avaient rien, si ce n'√©tait que le mordillement de la langue. Ils disaient qu'il √©tait fou. Et il √©tait assis l√†, et c'√©tait de loin mieux que beaucoup de gens qui sont ici √† Chicago ce soir. C'est vrai. Premi√®rement, il √©tait assis l√†, dans la volont√© de Dieu, assis √† c√īt√© d'une source d'eau, avec des corbeaux qui lui apportaient quelque chose √† manger. Il avait des porteurs qui lui amenaient quelque chose √† manger. Chaque fois qu'il avait faim, un corbeau apportait un sandwich et le lui donnait. Il mangeait, s'asseyait et buvait, il se levait et louait l'Eternel. Eh bien, si cela n'est pas merveilleux, je n'en ai jamais parl√©. Pour moi, √ßa, c'est vivre dans le luxe. Ne serait-ce pas le cas pour vous ? Assur√©ment, il savait qu'il √©tait dans la volont√© de Dieu. Quelqu'un m'a une fois dit, il a dit : "Fr√®re Branham, croyez-vous effectivement que ces corbeaux lui apportaient de la viande et du pain ? " J'ai dit : "Oui, oui. " Il a demand√© : "Comment savez-vous qu'ils le faisaient ? " J'ai dit : "La Bible le dit. C'est tout. " Il a dit : "Eh bien, √©coutez, j'aimerais alors vous poser une question. O√Ļ trouvaient-ils cela ? " J'ai dit : "Je vais vous le dire ; je ne sais pas. " Mais j'ai dit : "Tout ce que je sais, ce qu'ils ont apport√© cela ; Elie en √† mang√©. " Et j'ai dit : "C'est juste comme la question que vous m'aviez pos√©e il y a quelques instants, qu'est-ce qui me fait crier et me comporter comme je le fais. C'est le Saint-Esprit. Je ne peux pas vous dire d'o√Ļ Cela vient, mais je sais que Cela est ici, et je ne fais que prendre Cela. C'est tout ce que je peux faire. Dieu L'a envoy√© et j'aime Cela. " Amen.
E-42 Tant que vous √™tes dans la volont√© du Seigneur, qu'est-ce que cela change ? Peu m'importe d'o√Ļ Cela vient, tant que c'est le Seigneur qui me L'a envoy√© ; c'est bien. Amen. Je re√ßois simplement Cela. Peu m'importe ce que le monde en pense. Allez simplement de l'avant, et mordez vos langues, et toute votre eau a s√©ch√©, et pas d'all√©luia dans l'√©glise, et toute la condamnation, et on s'assois-l√†, prenant, mettant du vernis sur les ongles pendant que le pr√©dicateur est en train d'apporter son petit message de femmelette d'un bazar, pour essayer de vous tapoter au dos et tout le reste donc. C'est vrai. Eh bien, ce ne sont pas des presbyt√©riens ; ce sont des pentec√ītistes. Exact. Oh, c'est dur, n'est-ce pas ? Mais c'est la v√©rit√©. Oui, oui. Ce que vous devriez faire, c'est avoir plus de Jean baptiste, un vieux message comme cela, un homme rempli du Saint-Esprit qui s'avance l√† en face du p√©ch√© et dit : "Il ne vous est pas permis de l'avoir. " C'est vrai. Amen. C'est ce que la Bible recommande de faire. Taillez cela en pi√®ces : "La cogn√© est mise √† la racine de l'arbre. " C'est vrai. Coupez cela. C'est ce dont nous avons besoin, d'une circoncision. "La circoncision signifie enlever le surplus de la chaire. " C'est ce dont nous avons besoin dans une √©glise pentec√ītiste ce soir, c'est d'enlever le surplus de la chaire et tout le non-sens, que √ßa soit enlev√© de l√†. C'est tout √† fait vrai. Retournez √† l'ancienne ligne de d√©marcation.
E-43 Elie √©tait assis l√† pendant trois ans, passant simplement un bon temps sous l'onction de l'Eternel, chaque jour et chaque nuit. Et chaque fois, un corbeau passait par l√†, il descendait, lui apportait un sandwich et ce dernier se nourrissait de cela. Il se levait et louait l'Eternel, il lui amenait √† boire et il criait et se rasseyait. N'est-ce pas merveilleux ? Et puis, les gens ont commenc√© √† se rendre compte : "On se demande ce que ce saint exalt√© est devenu ? On se demande... Eh bien, il se peut qu'il ait eu raison apr√®s tout. Ainsi donc, ils se sont mis √† le chercher. Il l'ont cherch√© dans chaque nation, essayant de le trouver. Mais il √©tait... ils n'ont pas pu le trouver. Certainement pas. Alors, le Seigneur a dit : "Achab... ou plut√īt √† Elie, Je veux que tu ailles-l√† rencontrer Achab. "Ainsi, il est descendu de la montagne, il s'en est all√©. Et quand Achab l'a rencontr√©, il a dit : "Oh, te voil√† ! C'est toi l√† donc, huh ? C'est toi qui troubles Isra√ęl. " Oh ! la la ! Savez-vous ce qu'il a dit ? Il a dit : "Ce n'est pas moi ; c'est toi et ta petite J√©zabel, qui avez fait cela. " C'est tout √† fait vrai. Vous avez introduit cette sorcellerie en Isra√ęl et vous avez fait ces choses que vous avez faites. C'est vous qui avez fait cela. " Et il a dit...
E-44 C'est comme √ßa que le gens sont aujourd'hui. Ils essaient de dire : "Oh, ces gens font trop de bruits, ils font telle et telle chose. C'est √ßa qui est √† la base de probl√®me. " Ecoutez, ce n'est pas le - le m√©decin ; c'est la maladie qui cause le probl√®me. C'est vrai. C'est la maladie, c'est le p√©ch√© qui a coup√© leur b√©n√©diction. C'est le p√©ch√© qui est dans... Ce n'est pas parce que vous n'avez pas de bons pasteurs, ce n'est pas parce que vous n'avez pas de bonnes √©glises, ce n'est pas parce que vous n'avez pas ceci, cela ou autre, assur√©ment que vous l'avez. Mais c'est le p√©ch√© qui vous emp√™che d'avoir ces - ces choses que vous devriez avoir. C'est le p√©ch√© qui emp√™che tout le temps l'√©glise d'√™tre dans l'√©tat d'√™tre enlev√©e. C'est le p√©ch√©, ce n'est pas le b√Ętiment, ce n'est pas l'√©glise, mais c'est le p√©ch√© qui est dans l'√©glise.
E-45 Ainsi donc, il a dit : "Fais-les venir ici sur le Mont Carmel et nous d√©couvrirons qui est Dieu. Que le Dieu qui r√©pond par le feu soit Dieu. Apportons des preuves, voyons qui est Dieu. " Oh, je - je suis si heureux de savoir que nous avons encore le m√™me Dieu, que le Dieu qui est Dieu r√©pond encore comme Dieu, parle comme Dieu, marche comme Dieu, gu√©rit comme Dieu, sauve comme Dieu, purifie comme Dieu. Amen. C'est toujours le m√™me Dieu... cela est prouv√© ; Dieu visite les gens aujourd'hui. Dieu est dans Son Eglise, essayant de purifier la chose, de la d√©barrasser de la levure, l√†. Il envoie des messagers, des signes, des prodiges, des miracles et tout le reste, essayant de d√©montrer qu'Il les aime et qu'Il veut les purifier. D√©barrassez-vous de cela ici, de toutes ces histoires, rester √† la maison le mercredi soir, manquer d'aller √† l'√©glise pour rester regarder ces histoires, une vielle femme de Hollywood mari√©e quatre, cinq fois, et un gars qui est all√© avec la moiti√© des femmes qui sont sur la C√īte Ouest, et "qui aime Lucys ", et des histoires semblables. Et vous, les chr√©tiens, vous restez √† la maison pour voir cela, vous restez loin de la maison de Dieu, cela montre le genre d'esprit qui est en vous. Amen. J'ai √ßa √† la maison, c'est tir√© des archives de FBI ; n'importe quel pr√©dicateur qui le veut peut avoir cela. Si seulement vous saviez la souillure et des choses que font des gens que vous prenez pour exemple : "Vous vous habillez comme eux, vous agissez comme eux, vous parlez comme eux. Fr√®re, lisez la Bible. Parlez comme un chr√©tien ; agissez comme un chr√©tien ; soyez un chr√©tien ; vivez comme un chr√©tien, c'est ce dont nous avons besoin aujourd'hui. Amen.
E-46 Eh bien, ce n'est pas le maquillage, ce ne sont pas les ciseaux qui coupent les cheveux qui vous d√©rangent. C'est cet esprit qui est en vous qui vous am√®ne √† avoir cela. C'est ce qu'il en est. Max Factor peut fabriquer tout ce qu'il veut et d√©poser cela l√†, et si vous √™tes chr√©tien, vous n'y toucherez jamais. Je veux dire si vous √™tes baptis√© du Saint-Esprit et que vous vivez au niveau o√Ļ vous devriez vivre (c'est vrai.), et que votre pasteur pr√™che la v√©rit√© et vous laisse savoir ce qu'il en est. Vous ne vous occuperiez m√™me pas de cela. Comment pouvez-vous vendre ces vieux souliers √† bouton dans des rues aujourd'hui, ces souliers hauts avec des lacets, qui avaient un peu plus de cuire qu'une douzaine de paires de ces petites choses que vous achetez √† vint-cinq dollars ? Une petite barrette autour des orteils et un gros ongle en rouge ressorti comme cela, et des talons faisant plouf sous la pluie, et vous descendez la rue comme cela. C'est vrai. C'est vrai. Mais vous ne pourrez vendre ces chaussures √† l'ancienne mode, parce qu'on en voudra pas ; vous avez d√©j√† vu Martha Suzianna porter l√† ces autres genres. Voyez-vous ? Vous aimeriez vous habiller comme elle. Vous ne voulez pas de cet habillement large qui pend. Vous aimeriez avoir celui dans lequel vous √™tes moul√©, parce que vous avez vu Suzi √† la t√©l√©vision, √† la radio et dans les magasines. Le diable place toute cette sottise l√† o√Ļ il y a de jeunes enfants, des gens qui boivent la bi√®re, le 92 de Ortel, et Schlitz et ce genre de sottise, c'est... c'est un mensonge. Et rien que...cela transforme des jeunes gens et des jeunes filles et ils deviennent des malheureux, des toqu√©s quand ils boivent cette sottise-l√†. C'est le diable. Cela a rempli l'asile de fous. √áa a rempli les maisons de prostitu√©es. √áa fait tout le reste. √áa brise les foyers. √áa cause le viol, le meurtre et tout le reste. Et la cigarette empoisonne l'esprit, cause le cancer. Et l'association m√©dicale a m√™me assez de d√©cence pour d√©voiler cela, mais vous continuez √† fumer cette herbe du d√©mon. Je ne sais pas pourquoi je dis cela ; cela ne semble pas √™tre moi, mais je - je - je vais le dire de toutes les fa√ßons tant que cela sort comme cela. Juste... c'est vrai. C'est mauvais ; √©loignez-vous-en. Chr√©tiens, soyez remplis de Dieu. Oui, oui.
E-47 Un jour, lorsque le moment est arriv√© pour que la Parole de Dieu soit accomplie, que la proph√©tie d'Elie soit accomplie, les chiens ont l√©ch√© le sang d'Achab juste au m√™me endroit, avant qu'on ne puisse laver le char dans l'√©tang de...√† Samarie. Quand on est descendu pour laver le char, l√† o√Ļ il avait √©t√© fusill√© et tu√©, les chiens avaient l√©ch√© son sang. Et lorsque J√©hu, le fils de Josaphat, l'homme juste qui avait un p√®re juste derri√®re lui, cela avait produit un homme juste et un v√©ritable roi. Josaphat √©tait un homme de Dieu. Voyez-vous ce qu'il avait produit ? Voyez-vous ? Et J√©hu, quand il est venu avec fureur √† bord de ce char-l√†, il a tout nettoy√©, tout ce qui √©tait appel√© p√©ch√©. Je veux dire qu'il a nettoy√© la maison. Nous avons besoin de plus de J√©hu aujourd'hui (c'est vrai.), qui chevauche avec fureur dans le rang et dissipe la chose et appelle noir, noir et blanc, blanc. C'est vrai. Exact, juste, le bien et le mal, le mal...
E-48 Et quand il est descendu l√†, la petite demoiselle J√©zabel s'est dit : "Eh bien, je suis apr√®s tout une femme fatale, vous savez. " Elle a dit : "Je suis toute jolie. " Alors elle est all√©e, et elle a pris sa bo√ģte de maquillage, vous savez, et s'est mise √† arranger son visage avec tous ces maquillages et toutes ces histoires, vous savez. Et j'ai vu des femmes faire cela dans un restaurant, et ensuite prendre un morceau de papier, une serviette, et mordre √ßa comme √ßa. Cela me fait penser √† un chien enrag√©, essayant de mordre un morceau de bois ou quelque chose de ce genre, et regarder de nouveau, et rendre cela rond comme √ßa. Et alors, elle s'est appr√™t√©e, elle a arrang√© ses cheveux avec toutes ses manucures, la fa√ßon dont cela √©tait cens√© √™tre, vous savez. Et elle a pens√© qu'elle avait l'air joli. Elle est venue avec une d√©marche orgueilleuse, vous savez, v√™tue de nouveau genre d'habit. Elle a regard√© par la fen√™tre, elle a dit : "Est-ce toi donc... ?... ? "
E-49 Et J√©hu √©tait un homme de Dieu ; cela n'a pas march√© avec lui. Il √©tait le genre correct de pasteur. Il √©tait un v√©ritable √©vang√©liste. Il a dit : "Qui est pour moi et pour Dieu l√†-bas ? " Alors deux de ses eunuques qui en avaient assez ont dit : "Nous voici. " Il a dit : "Jetez-la par la fen√™tre. " Amen. Dites donc, il √©tait devenu rude, n'est-ce pas ? Et quand elle est tomb√©e dans la rue, son sang s'est r√©pandu, les chevaux et le char en √©taient √©clabouss√©s. Il a dit : "Laissez-la, l√†-bas ", et il roula son char sur elle. Il ne savait m√™me pas, il ne voulait pas... il √©tait toujours dans la volont√© de Dieu. Car la Parole de Dieu travaille toujours selon la volont√© de Dieu. Il est all√© l√†, il s'est assis, il a pris son d√ģner, et il a dit : "Eh bien, c'est un tr√®s bon nettoyage aujourd'hui. " Il a dit : "Vous devriez aller la prendre, parce que c'√©tait une fille du roi. " Et quand on est all√© l√†, il avait oubli√© que la Parole de Dieu devait √™tre accomplie. Qu'est-ce qui restait ? Les paumes et son cr√Ęne. Les chiens l'avaient d√©vor√©e. Si seulement vous savez ce que c'est. √áa doit √™tre une chose √©trange ; en effet, les chiens ne touchent pas au sang humain. C'est vrai. C'√©tait Dieu qui les avait pouss√©s √† le faire. C'est vrai. Je sais cela. Je le sais comme √©tant la v√©rit√©. Oui, oui, ils ne veulent pas toucher au sang humain. Ainsi donc, ces chiens-l√† avaient d√©vor√© J√©zabel parce que Dieu leur avait ordonn√© de le faire. Et elle √©tait l√† sous cette disgr√Ęce.
E-50 La Parole de Dieu avait vaincu. Elle vaincra toujours, ami. Je ne suis pas f√Ęch√© contre vous. Je vous aime. Je voudrais que vous... Je - je ferais mieux de me tenir loin du service d'√©vang√©lisation, en effet, peut-√™tre que je deviens trop dur. Ce n'est pas mon intention. Je vous aime. Mais, fr√®res, sŇďurs, c'est la v√©rit√©. C'est la v√©rit√©, je dis vrai. Et je peux dire ceci : "C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR, car c'est Sa Parole. C'est vrai. Eh bien, d√©barrassez l'√©glise de cette vieille maladie de cancer. Sortez de cela, femmes. Sortez de cela, hommes, pas seulement les femmes, mais aussi les hommes. Et le pr√©dicateur aussi, vous avez laiss√© tomber la barri√®re, pasteur. Il y a quelque chose de faux en vous. Vous n'avez pas pri√©, ou si vous avez certainement vu votre assembl√©e entrer dans cette condition-l√†, vous feriez mieux de vous tenir et de r√©sister contre cela, m√™me si vous aviez √† pr√™cher aux quatre murs. C'est exact. C'est la v√©rit√©. Vous devriez faire cela.
E-51 Et ce dont nous avons besoin, c'est d'un r√©curage √† l'ancienne mode, un nettoyage. Et si vous, les pentec√ītistes, vous ne faites pas attention, les baptistes et les presbyt√©riens vont prendre votre b√©n√©diction et s'en aller avec dans la gloire. De c√©l√®bres pr√©dicateurs baptistes, presbyt√©riens, et luth√©riens re√ßoivent le bapt√™me du Saint-Esprit et disent : "Nous En avons faim, Fr√®re Branham. Nous En avons faim. " Ils vont de l'avant, et certains parmi des hommes remarquables du pays ont faim de Dieu. Oh, faisons le nettoyage. Nous tous, les luth√©riens, les baptistes, les presbyt√©riens, les pentec√ītistes. Nous ne sommes pas divis√©s, tous nous formons une seule grande Eglise du Dieu vivant. Joignons les mains les uns avec les autres, et mettons nos cŇďurs ensemble, et regardons au Calvaire, et marchons dans le rang. Continuons √† marcher de victoire en victoire. J√©sus vient bient√īt, mes amis. Et, rappelez-vous, vous ici, cherchez √† √™tre ce groupe d'appel√©s √† sortir. Rappelez-vous, il est dit dans la Bible que dans le dernier √Ęge de l'Eglise, qui est l'Age de l'Eglise de Laodic√©e, ce sera ti√®de. Et c'est exactement l√† o√Ļ l'Eglise pentec√ītiste doit aller. C'est l√† qu' ils sont tous arriv√©s. Si vous ne faites pas attention, Dieu descendra et Il retirera un petit reste ici, ici, ici, et formera l'Epouse et s'en ira. Voyez-vous ? R√©veillons-nous donc maintenant, croyons en Dieu et ayons foi en Dieu ; et croyons que Dieu est ici.
E-52 Et le Dieu qui √©tait en Elie est le m√™me Dieu qui est ici m√™me ce soir. Il est exactement le m√™me Dieu qui √©tait... Il se peut que vous ne vouliez pas accepter cela, mais c'est le m√™me Dieu. Il - Il l'est. Et IL a accompli des miracles ; Il montre des visions ; Il envoie les puissances ; Il gu√©rit les malades ; Il a des r√©v√©lations ; Il...juste tout, tout exactement ce que Dieu a toujours fait. Comment pouvons-nous donc, mes amis, √† la lumi√®re de cette Bible, rester donc calmes et vivre toujours de la m√™me fa√ßon ? Voici l'unique chose que vous faites. Eh bien, lorsque vous quitterez l'√©glise ce soir, vous direz : "Vous savez, je crois que fr√®re Branham a un peu raison. Oui, eh bien, c'est la v√©rit√©. " Mais demain, vous retournerez directement au bureau, alors que vous ne devriez pas le faire. Si votre mari est malade, il vous faut le faire. Mais s'il n'est pas malade, √©coutez, sŇďur bien-aim√©e, Dieu vous a cr√©√©e pour une seule place, la cuisine. Lorsque vous quittez cet endroit-l√†, vous √™tes en dehors de la volont√© de Dieu. Rappelez-vous cela. Les femmes ont √©t√© cr√©√©es pour √™tre une aide √† la maison. Elle n'a jamais √©t√© cr√©√©e pour un travail de bureau. Et c'est ce qui a caus√© plus de disgr√Ęce, de divorce et tout. Et aujourd'hui, m√™me votre belle ville est toute aussi basse que les n√ītres avec des femmes qui sont dans la police. Si cela n'est pas une disgr√Ęce pour Chicago ou pour n'importe quelle autre ville, alors que des milliers d'hommes parcourent les rues √† la recherche d'un emploi. C'est tout √† fait la v√©rit√©. Et grand ? Oh ! la la ! "Hey, allez-l√†. " Vous devriez vous retrouver √† la cuisine en train de pr√©parer pour votre mari la tourte pour le souper ou quelque chose comme cela. C'est tout √† fait vrai.
E-53 Je sais que vous √™tes... cela - cela est dur, mes amis. Mais cela n'est pas dit avec m√©pris ; cela est dit avec amour, et je vous aime, et j'aimerais que vous compreniez cela sous cet angle-l√†. Mais vous ne pouvez voir le p√™ch√© et rester tranquille. Ce - c'est tout. Je - je - je ne veux pas cela. Et je vois cela chez les gens. Et les gens ici, les gens √† qui je pr√™che sont des gens qui m'aiment, et - et ma vie, je la gagne gr√Ęce √† ces gens. Et Dieu place cela sur leurs cŇďurs et ils me donnent de quoi vivre. Mais, me tiendrais-je √† la barre du Jugement, alors que Dieu me regardera en pr√©sence de cette grande Lumi√®re de Dieu et dira : "William Branham, tu savais mieux que cela, et tu as laiss√© ces gens plonger la t√™te l√†-dedans. Je r√©clamerai leur sang entre tes mains. " Que Dieu m'en garde. Non, non, non. Je le dis, mon pr√©cieux fr√®re, ma pr√©cieuse sŇďur, je pr√™chera cela tant que Dieu m'accordera le souffle de vie. Alors, lorsque en ce jour-l√†, il y aura... vous - vous... j'aimerais qu'Il dise : "√áa a √©t√© bien fait, Mon bon et fid√®le serviteur. " Eh bien, c'est ce que j'aimerais qu'Il dise. Et j'aimerais qu'Il dise : "Oh, vous les gens heureux maintenant, n'√™tes-vous pas contents de ce que vous avez √©t√© circoncis des choses du monde ? "
E-54 C'est comme lorsque je pr√™chais l'autre soir sur tondre des brebis. Vous √™tes des brebis, et la raison pour laquelle l'Esprit a quitt√© l'√©glise, c'est que l'Esprit ne reste que sur des brebis. Et vous dites : "Eh bien, Fr√®re Branham, maintenant vous parlez de nous les femmes et de nous les hommes qui faisons ces choses. C'est... Si je veux boire un peu, Fr√®re Branham, √† mon retour du travail, c'est mon privil√®ge en tant qu'Am√©ricain. " C'est exact. "Si je veux une bonne cigarette, ce n'est pas votre affaire. C'est mon privil√®ge. " C'est vrai. Mais si vous √™tes une brebis, vous serez dispos√© √† y renoncer et √† √™tre tondu de vos propres droits, de vos propres privil√®ges. Une brebis est dispos√©e √† rester couch√©e et √† laisser qu'on lui enl√®ve ce qui lui revient, son... Est-ce vrai ? Vous dites : "Si je voulais porter un habit ou une jupe, et que je voulais faire telle chose de la fa√ßon dont j'aimerais le faire, c'est mon affaire. C'est mon privil√®ge en tant qu'Am√©ricain. C'est le peuple am√©ricain qui porte cela dehors, et ils sont... C'est l√©gal. On ne me chassera pas de la rue √† cause de cela. Et si je veux faire cela, je le ferai. C'est mon privil√®ge. " C'est vrai, madame ; c'est tout √† fait vrai. Mais si vous √™tes un agneau, vous √™tes dispos√© √† renoncer √† vos droits pour devenir un agneau de Dieu. C'est vrai. Si vous √™tes un agneau, vous abandonnerez vos droits. C'est vrai. Ainsi, vous devriez faire cela. Et si vous - si vous sortez simplement et que vous essayez... vous dites : "Eh bien, je vais cesser cela. " Priez Dieu jusqu'√† ce que - jusqu'√† ce que cela devienne tr√®s r√©el pour vous, vous abandonnerez cela de vous-m√™me. Veuillez simplement faire cela. Et maintenant, nous sommes ici pour vous aider, non pas pour vous blesser, mais pour √™tre une b√©n√©diction pour vous. Et je prie que vous receviez ce soir, dans vos cŇďurs, ce dr√īle de petit message d'√©vang√©lisation d√©coup√©, et que vous rentriez chez vous prier l√†-dessus, disant : "√Ē, Dieu sois mis√©ricordieux envers moi. " Combien croient que c'est la v√©rit√©, et disent : "J'accepte cela comme √©tant la v√©rit√© " ? Levez la main. Que Dieu vous b√©nisse. Bien. Prions.
E-55 Notre Bien-aim√© P√®re C√©leste, c'est √† la lumi√®re de Ta sainte et adorable Parole, cependant ceci se d√©verse dans mon cŇďur, mais je me suis retenu √† cause de cette ligne de pri√®re qui va suivre. Je Te prie, √Ē Dieu, de venir en aide maintenant. Et puisse ce que j'allais dire √™tre enfonc√© dans leurs cŇďurs de toute fa√ßon. Accorde-le, Seigneur. Et laisse cela √™tre re√ßu dans un esprit d'amour, non pas de r√©primande, mais dans un esprit d'amour, voyant que ce grand cancer du p√©ch√© s'infiltre au milieu de ces enfants b√©nis qui sont Tiens, et que les pasteurs restent silencieux et ne disent rien √† ce sujet-l√†. √Ē Dieu, suscite des hommes qui se l√®veront. Accorde-le, Seigneur. Envoie davantage d'Elie le Thischbite, qui prendront effectivement position sans tenir compte de quoi que ce soit (Accorde-le, P√®re.), et pr√™cheront de telle sorte qu'on verra la Lumi√®re. Oh, oui, J√©zabel avait la Lumi√®re, elle en avait beaucoup. Elle a eu la Lumi√®re du Mont Carmel, pour voir que Dieu exau√ßait la pri√®re et accomplissait des miracles. Elle a su cela. Mais elle n'√©tait pas dispos√©e √† offrir le sacrifice et √† marcher dans la Lumi√®re. Et je Te prie, P√®re, de b√©nir chaque personne ici ce soir, et re√ßois la gloire. Gu√©ris les malades maintenant, et laisse que l'on sache que le Dieu d'Elie vit encore ce soir, qu'Il est toujours le m√™me Dieu. Et je demanderai cela au Nom de J√©sus.
E-56 Et pendant que nous avons nos t√™tes inclin√©es, je me demande ce soir... j'aimerais que chaque personne prie. Je me demande ce soir suivant ce petit entretien que nous venons d'avoir, un petit entretien familial, ensemble, avant que le... je termine le service demain soir, je me demande si vous aimeriez bien dire : "Fr√®re Branham, par ceci... " Non pas Fr√®re Branham, "Seigneur Dieu, je suis coupable de ces choses, mais j'ai honte de moi-m√™me. Je - je fr√©quentais l'√©glise et je me disais chr√©tien. Je prenais un petit verre. Je fumais un peu. Je dis de sales plaisanteries dans la foule. Et je prends un verre amical, mais j'ai honte de moi-m√™me, Fr√®re Branham, en tant que quelqu'un qui professe √™tre un serviteur de Christ, je sais que c'est un mauvais esprit qui me pousse √† le faire. " Et que la femme dise : "J'ai - j'ai honte de moi-m√™me, Fr√®re Branham, je me coupais tous les cheveux, je sais que la Bible dit que je ne dois pas le faire. Je sais que je gaspillais une bonne partie de mon temps dans le salon d'esth√©tique. "Vous devriez chercher le meilleur, sŇďur. C'est vrai. Soyez pure et nette, aimable et douce. Je sais que votre mari vous appr√©ciera comme cela. Et vous para√ģtrez mieux si vous laissez vos cheveux pousser... les femmes sont cens√©es avoir cela. Elles ne sont pas cens√©es para√ģtre comme des hommes. Les hommes ne sont pas cens√©s avoir de longs cheveux. La Bible dit que l'homme ne doit pas en avoir.
E-57 Vous dites : "J'avais l'habitude de porter de fard et de me maquiller, Fr√®re Branham. J'avais l'habitude de porter les mauvais genres de v√™tements ; je sais que je me suis expos√©e devant les hommes. " Ecoutez, j'ai dit ceci. J'aimerais dire cela une fois de plus, pendant que vous avez vos t√™tes inclin√©es. SŇďur bien-aim√©e, il se peut que vous soyez aussi pure que le lys devant votre mari ; vous pouvez √™tre tout aussi pure et non souill√©e avec ces choses. Mais savez-vous qu'au Jugement, vous pourrez √™tre appel√©e √† compara√ģtre pour avoir commis adult√®re ? Vous savez, J√©sus a dit : "Quiconque regarde une femme pour la convoiter a d√©j√† commis adult√®re avec elle dans son cŇďur. " Eh bien, qu'arriverait-il si vous vous √™tes habill√©e de cette fa√ßon-l√† et vous √™tes sortie dans la rue, et qu'un p√©cheur vous a regard√©e et vous a convoit√©e, alors il va r√©pondre au jour du Jugement pour avoir commis adult√®re. Et vous, vous serez la coupable. Et vous aurez √† r√©pondre en pr√©sence de Dieu pour avoir commis adult√®re. Et aucun adult√®re n'entrera au ciel. Et vous vous √™tes expos√©e devant lui en paraissant comme cela. Voyez-vous ce que je veux dire ? Que votre cŇďur soit b√©ni, je n'aimerais pas que vous soyez toute d√©√ßue au jugement. J'aimerais que vous y alliez. Vous pourriez √™tre tout aussi pures et nettes que possible. Vous pouvez simplement √™tre le genre de femmes les plus aimables, mais si vous vous habillez comme cela et qu'un homme vous convoite, vous vous √™tes pr√©sent√©e comme cela devant l'homme, et il vous a convoit√©, vous aurez √† r√©pondre au jour de Jugement comme adult√®re. C'est tout √† fait vrai. C'est la Bible qui le dit. Voyez, cette Parole est profonde.
E-58 J'ai parcouru ce pays, l'Am√©rique, pendant des ann√©es, c'est ma patrie. Je vous en ai parl√© il y a quelques ann√©es. J'ai parcouru ce pays en priant pour les malades, avec des signes et des prodiges. J'ai dit : "L'un de ces jours, je reviendrai. Je viendrai avec la v√©rit√© de l'Evangile. " C'est vrai. Si je peux gagner l'amour des gens, alors j'aimerais leur apporter ce qu'est la v√©rit√©. C'est ce que je suis en train de faire. Etes-vous coupable ? Ne relevez pas votre t√™te maintenant, que tout le monde soit en pri√®re. Voudriez-vous lever la main vers Christ et dire : "Avec Ton aide, √Ē Dieu, purifie mon cŇďur ce soir et laisse-moi √™tre une personne chang√©e. " A la fois les hommes et les femmes, voudriez-vous simplement lever la main vers Christ maintenant m√™me ? Que Dieu vous b√©nisse ; c'est bien, partout. "Avec Ton aide, Christ, √† partir de ce soir, j'aimerais prier jusqu'√† ce que Tu me donnes un esprit diff√©rent, qui me rendra diff√©rent et me fera agir diff√©remment. Je n'aimerais pas agir comme le monde. " Soyez s√©par√© du monde, sortez du milieu de ceux qui sont impurs, les incirconcis. Ne touchez pas √† leurs souillures, √† leurs vieux habits sexy, √† leurs cigarettes, √† leurs boissons, √† leurs jeux d'argent, √† leurs sales plaisanteries. Ne vous associez pas √† cela. Dieu... vous pensez que la douce Colombe de Dieu pourrait donc rester √† un endroit comme celui-l√†, l√† o√Ļ toutes ces sales choses se font ? Non, ami, non, non. Elle quittera imm√©diatement. Si donc vous avez cela en vous, d√©barrassez-vous-en ce soir. Le ferez-vous ? Eh bien, il y a au moins trente, quarante mains qui ont √©t√© lev√©es. J'aimerais prier pour vous.
E-59 Maintenant, Dieu bien-aim√©, si je devais rentrer √† la Maison dans la Gloire, ce soir, comme je crois qu'un jour je le ferai... J'esp√®re que Tu me garderas ici assez longtemps jusqu'√† ce que Tu aies fini avec moi, je crois que Tu le feras. Mais je pense que j'ai dit la v√©rit√©, √† la lumi√®re de l'Evangile. Et je prie, √Ē Dieu, que - que cela soit re√ßu maintenant m√™me. Et ces mains qui ont √©t√© lev√©es, les gens ont √©t√© convaincus qu'ils √©taient en erreur ; ils sont sinc√®res, Seigneur. Ils sont... Nous n'aimerions pas qu'ils se sentent bless√©s ; nous aimerions qu'ils se sentent b√©nis. Et nous voulons qu'en eux maintenant, si cela est Ta volont√© divine, je sais que c'est le cas, que Tu mettes en eux un nouvel Esprit. Ils ne veulent pas agir comme cela. Les hommes n'aimeront pas boire ni faire des histoires comme cela et dire des plaisanteries grossi√®res. Et les femmes n'aimeront pas se maquiller, et agir comme des pa√Įennes, et √™tre marqu√©es par un trait du paganisme. √Ē Dieu, je Te prie de leur venir en aide ce soir. Et b√©nis-les tous. Et maintenant, que le... Et sauve tous les p√©cheurs, Seigneur. Ram√®ne les r√©trogrades une fois de plus √† l'endroit de b√©n√©dictions de Dieu. √Ēte toutes les vieille entraves et les vieilleries qui bouchent le canal d'irrigation qui coule dans le jardin d'all√©luia, l√† o√Ļ les fleurs √©ternelles poussent et le parfum b√©ni de la sainte pr√©sence de Dieu se trouve avec eux tous les jours. √Ē Dieu, accorde-le. L'approvisionnement en eau a √©t√© coup√©, c'est le p√©ch√© qui est √† la base. √Ē Dieu, √īte tous les p√©ch√©s ce soir et que ces eaux qui... le jardin une fois de plus avec des b√©n√©dictions et Ton sang, Seigneur, afin qu'il - que le p√©ch√© soit √īt√©.
E-60 Et maintenant, Seigneur, que les gens sachent que Tu es toujours le Seigneur Jésus et que moi, je suis Ton serviteur, je prie maintenant, après cet entretien dur et rude, je Te prie de me oindre maintenant même, Seigneur du Saint-Esprit qui proclamera des choses et guérira les malades pour laisser les gens savoir que Tu les aimes. C'est Ton Message et Tu veux qu'ils soient rétablis, qu'ils prospèrent et qu'ils fassent ce qui est bien. Accorde-le, Père. Nous prions au Nom de Jésus. Amen. Oh, combien j'aime Jésus, Oh, combien j'aime Jésus, Oh, combien j'aime Jésus, Parcequ'Il m'aima le premier. Je ne l'oublierai jamais, Je ne l'oublierai jamais, Je ne l'oublierai jamais, Parcequ'Il m'aima le premier. Etes-vous sérieux là-dessus ? Est-ce que la Parole vous donne le sentiment d'avoir été récuré ? C'est ce qu'Elle me donne. Rien qu' entendre la Parole me purifie, cela fait de moi juste une nouvelle personne. Est-ce le cas pour vous ? Billy ? Avez-vous distribué les cartes de prière ? N, de 1 à 100. Très bien. La série N de 1 à 100. Appelons quelques-unes d'entre elles donc. [Espace vide sur la bande - N.D.E.]
E-61 "...Vous dites cela ; ne dites pas cela. " J'ai dit : "C'est √ßa votre probl√®me. " "J'ai confess√© cela √† Dieu. " J'ai dit : "Ce n'est pas contre Dieu que vous aviez p√©ch√©, c'√©tait contre votre mari. Allez, mettez cela en ordre avec lui. " Et finalement quand elle a fait cela, elle a √©t√© gu√©rie. Elle est alors revenue. J'ai dit : "Maintenant, Satan devra quitter. " Voyez-vous ? En effet, tant qu'il y a un p√©ch√© dans votre vie, Satan peut retenir son b√Ęton sur vous. C'est tout √† fait vrai. Il s'agit de quelque chose que vous avez fait, ou quelque chose que vous devriez avoir fait, c'est tout √† fait pareil. Voyez-vous ? Voyons donc, combien ai-je appel√© l√† ? Je ne pense pas que j'en ai beaucoup. C'est jusqu'√† combien que j'ai appel√© ? De 1 √† combien ? Oh, juste de 7 √† 15. 16, 17, 18, 19, 20. Prenez donc... Nous allons prier pour ceux qui sont ici pendant que nous sommes... maintenant, le reste parmi nous inclinons la t√™te maintenant.
E-62 P√®re C√©leste, nous prions que Tes saintes mains soient pos√©es sur ces mouchoirs et sur ces linges ici, et puissent-ils √™tre tous gu√©ris, ceux que ceci repr√©sente. Accorde-le, Seigneur. Puisse - quand ils iront l√†, aupr√®s de la pauvre vieille m√®re √©tendue √† l'h√īpital, de ce petit enfant, qui a peut-√™tre des convulsions ou quoi que ce soit que √ßa puisse √™tre, Tu le sais, Seigneur. Et je prie que les mauvais esprits les quittent. Accorde-le, et qu'ils soient gu√©ris au Nom de J√©sus. Amen.
E-63 Tr√®s bien, √™tes-vous encore tous en ligne ? Est-ce... Tr√®s bien, alors nous allons commencer la ligne de pri√®re, s'ils ne sont pas en ligne. Maintenant, j'aimerais que tout le monde, s'il vous pla√ģt, pendant les quelques instants qui vont suivre, si vous le pouvez, √ßa va √™tre un changement de position, comme cela, et alors commencer la pri√®re pour les malades. Je veux que vous gardiez vos si√®ges pendant quelques instants et que vous croyiez simplement... Et alors, si vous √™tes malades et que vous avez besoin de Dieu, regardez simplement dans cette direction, priez et dites dans votre cŇďur, dites ceci, dites : "Seigneur Dieu, j'ai besoin de Toi. Peut-√™tre que je suis un peu sceptique. Vous... Fr√®re Branham ne me conna√ģt pas ; j'en suis s√Ľr. Am√®ne-le √† se retourner et √† me dire ce qui fait que je sois comme ceci, ou quelque chose dont - quelque chose que je sais √™tre la v√©rit√©, et tous les doutes me quitteront, et je ne - je ne douterai plus jamais. " Maintenant, c'est - c'est bien une chose √† dire. Mais, fr√®res et sŇďurs, au Nom de Christ, faites cela et voyez s'Il ne vous appelle pas. Voyez-vous ? Vous... Eh bien, parfois il y a une telle foule je n'arrive pas √† tout prendre. Mais j'ai expliqu√© cela, ce que c'est.
E-64 Maintenant, voici une - une dame qui est ici ; je pense qu'elle m'est inconnue. N'est-ce pas, madame ? Nous ne nous connaissons pas l'un et l'autre, et nous ne nous sommes jamais rencontr√©s, je pense, dans la vie. Mais... Madame ? Vous m'avez vu une fois ? O√Ļ est-ce ? Vous m'avez vu √† Vandalia. Tr√®s bien. Mais, √©videmment c'est - √ßa fait environ dix ans, lorsque j'√©tais bien en Illinois au d√©but. Et vous √©tiez l√†, dans cette grande foule, sous cette tente-l√†. Oh ! la la ! C'√©tait une bonne - une bonne foule, n'est-ce pas ? Etiez-vous l√† la nuit o√Ļ ce gar√ßon aveugle qui n'avait pas d'yeux avait √©t√© gu√©ri ? Il √©tait venu et il a pris ma cravate et a dit : "Quelle couleur est-ce ? Cela a continu√© jusqu'√† la derni√®re r√©union. √áa faisait environ dix ans. Il y avait l√† aussi un cordonnier, √† Vandalia, je pense qu'il √©tait aveugle et il avait √©t√© gu√©ri dans la r√©union. Un soir, le Seigneur est descendu, et Il a inond√© cet endroit, et on a ramass√© des civi√®res et des brancards, et les journaux ont publi√© cela. Cela - le journal de Chicago m'appelait Fr√®re Henry Branham. Je n'oublierai jamais cela, les "Tribunes " ici √† Chicago. Il y avait deux ou trois pages consacr√©es √† la r√©union, il y a de cela bien longtemps. Et beaucoup d'eaux ont coul√© sous le pont. Mais Dieu reste toujours le m√™me.
E-65 Eh bien, cette dame est... elle ne me conna√ģt pas. Elle a dit qu'elle m'a vu dans une r√©union une fois, mais il y a de cela dix ans. S'il y a donc quelque chose pour lequel vous √™tes ici, je - je - je n'en sais rien ; vous le savez. Je n'ai aucun moyen de le savoir. Il n'y a que Dieu seul qui doit r√©v√©ler cela. Est-ce vrai ? Eh bien, maintenant, si J√©sus, en parlant √† la femme au puits, s'√©tait tenu et parlait comme nous parlons maintenant, et puis, finalement Il avait d√©couvert ce qui n'allait pas chez elle et Il lui en a parl√©... Elle cru que c'√©tait le Messie. Elle a cru. Elle a dit : "Nous, les Samaritains nous savons que le Messie fera ceci quand Il viendra. " Mais elle ne comprenait pas qui Il √©tait, et Il lui a dit qu'Il √©tait le Messie. Est-ce merveilleux ? Oh, comme c'est merveilleux ! Eh bien, Il est toujours le Messie ce soir.
E-66 Maintenant, √† l'auditoire, Mo√Įse, quand il est all√© et que sa main √©tait couverte de l√®pre et puis apr√®s, elle a √©t√© gu√©rie, il a montr√© au peuple que Dieu l'avait envoy√©, et cela avait r√©gl√© la question pour tout Isra√ęl. Ils sont all√©s de l'avant, ils l'ont suivi. Est-ce vrai ? Mais si ce soir, Dieu... si vous d√©sirez interroger cette femme, c'est en ordre. Ce soir, Dieu sait ce qu'il en est de cette femme. Moi je ne sais rien √† son sujet, je ne l'ai jamais vue de ma vie, √† ce que je sache. Evidemment, me tenant ici devant les gens, elle peut me voir, mais moi je ne la connais pas. Elle est ici. Elle est probablement l'une de vos amies ici, vous savez tout √† ce sujet. Mais maintenant, si Dieu peut me dire ce pour quoi cette femme se tient ici ou quel est son probl√®me... √ßa peut √™tre un probl√®me de m√©nage, √ßa peut √™tre une maladie, √ßa peut √™tre pour quelqu'un d'autre. Je - je ne sais pas. Je ne peux le dire. Mais si Dieu r√©v√®le cela, vous devez savoir qu'il y a une puissance invisible, spirituelle qui est en train de faire cela. Est-ce vrai ? Eh bien, eh bien, maintenant, la Bible dit que lorsque J√©sus √©tait ici sur terre, c'est la chose m√™me qu'Il faisait, Il ne faisait rien avant que le P√®re ne le Lui ait montr√©. Est-ce scripturaire ? Et Il a dit : "Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi. Je serai avec vous jusqu'√† la fin du monde. Maintenant, s'Il peut reproduire sa vie √† travers nos corps ce soir, en nous purifiant avec Son propre Sang dont nous sommes indignes, mais nous rendre dignes par Son Sang, alors cela devrait convaincre tout le monde de ce que J√©sus est ressuscit√© d'entre les morts, et qu'Il est ici m√™me parmi vous. Est-ce vrai ? Maintenant, puisse-t-Il l'accorder. Il se peut qu'Il ne le fasse pas. Je ne peux pas vous le dire. Il le peut. Mais puisse-t-Il l'accorder.
E-67 Maintenant, j'aimerais vous parler. J'ai prêché et j'attendais, évidemment j'attends un changement, du Saint-Esprit, pour l'onction du Saint-Esprit pour le - pour le service de guérison. Mais maintenant, rien que vous parler pendant un moment... et je... si Dieu révèle cela maintenant, allez vous l'accepter ? Quoi que ce soit, allez-vous accepter cela ? Maintenant, à l'assistance, je regarde simplement la jeune femme qui se tient ici, elle est beaucoup plus jeune que moi, et elle me regarde, et - et elle semble être une chrétienne, d'après son apparence. Et elle... je ne... je ne peux rien dire... je l'ai regardée et je pense qu'elle a l'air d'une chrétienne. Et... mais Dieu sait tout parfaitement. Mais maintenant, si Dieu peut, ou s'Il veut, je ne dis pas que "s'Il peut ", s'Il veut me révéler ce qu'est votre problème, alors cela réglera la question. Ce sera complètement terminé. C'est vrai. N'est-ce pas merveilleux de savoir que le Dieu d'Elie vit encore ? Voyez-vous ? Il vit. C'est vrai.
E-68 Vous √™tes une chr√©tienne, tr√®s bien, en effet, j'ai senti cet accueil commencer √† venir d√®s que l'Ange du Seigneur... et vous √™tes consciente que quelque chose est en train de se passer maintenant. Maintenant, en tant que chr√©tienne, une sŇďur chr√©tienne, et moi un fr√®re chr√©tien... maintenant, il y a juste - juste une seconde, quelque chose s'est pass√©, n'est-ce pas ? Vous pouvez sentir quelque chose. Si c'est vrai, levez la main. C'est vrai. Voyez-vous ? En effet, juste entre vous et moi maintenant, l'onction commence √† se d√©verser. Il y a une Lumi√®re qui se tient entre vous et moi. En avez-vous d√©j√† vu la photo ? Vous n'avez jamais vu cela. Je pense qu'on a cela ici. C'est juste entre vous et moi maintenant. Votre maladie c'est √† la jambe. C'est vrai, n'est-ce pas ? Et c'est dans l'os, et c'est une tumeur, et elle est maligne. Vous √™tes dans un √©tat critique et il y a une ombre noire qui est suspendue pr√®s de vous, et c'est la mort. C'est vrai. Vous venez de l'Illinois, mais ce n'est pas Vandalia. C'est une ville qui est comme une colline, c'est Dower Hills, quelque chose comme cela, dans l'Illinois. C'est vrai. Votre nom, c'est Wahr. Lydia M. Wahr. Est-ce vrai ? Croyez-vous maintenant que je suis Son serviteur ? Alors, venez ici. Notre P√®re C√©leste, dans la Bible lorsque Tu √©tais ici sur terre, Tu as march√© parmi des hommes, et Tu t'√©tais abandonn√© au P√®re du ciel, et Il √©tait en Toi et Il T'a montr√© des choses √† faire et √† dire. Et Tu as dit que Tu ne faisais rien √† moins qu'Il ne Te le montre premi√®rement. Et puis, de m√™me que le P√®re T'a envoy√©, Tu as dit que Tu nous as envoy√©s, et que Tu iras avec nous et que Tu seras avec nous. Et que les Ňďuvres que Tu avais faites continueront, Ton minist√®re, √† travers Ton Eglise jusqu'√† Ton retour. Et nous attendons Ta venue pour la deuxi√®me fois dans la gloire. Et ce soir, l'√©vidence m√™me, l'√©vidence initiale, du Dieu vivant est ici sur l'estrade ce soir parmi les gens √† Chicago. Et les signes qu'Il avait dit qu'ils seraient accomplis √† la fin du monde sont maintenant en train de s'accomplir. Et que ce d√©mon qui est sur notre sŇďur, cherchant √† lui √īter sa vie, soit maudit au Nom de Christ, et qu'il quitte cette femme, et qu'elle puisse vivre. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, madame. Maintenant, rentrez heureuse, en vous r√©jouissant. Amen.
E-69 Croyez-vous maintenant ? Maintenant, regardez, √ßa fait environ deux heures que je pr√™che. Tr√®s bien, cette seule vision, et regardez les gouttes de sueur. Voyez-vous ? Cela vous affaiblit simplement. Quelque chose vous quitte. La chose a quitt√© cette dame. Voyez-vous ? Une dame avait touch√© Son v√™tement et Il a dit : "Quelque chose est sorti de moi. " Non pas... Tr√®s bien, faites venir cet homme. Maintenant, soyez respectueux, s'il vous pla√ģt. Rappelez-vous, les mauvais esprits sortent des uns et entrent dans les autres. Combien savent que c'est vrai ? Soyez donc respectueux.
E-70 Monsieur, Dieu doit vous venir en aide ; en effet, vous √™tes - vous √™tes conscient qu'il s'agit du cancer et d'une maladie que vous avez l√† dans les intestins. Et lorsque vous √©tiez assis l√†, vous avez d√Ľ utiliser un coussin pour vous asseoir. Mais il n'y a que Dieu qui peut vous venir en aide. Croyez-vous que si je le Lui demande, Il vous viendra en aide ainsi qu'√† tout ce groupe de gens ici ce soir, les croyants chr√©tiens ? Croyez-vous cela. Allez-vous Le louer et Lui rendre toute la gloire ? Aimez-Le de tout votre cŇďur et servez-Le. Allez-vous le faire ? Vous allez le faire. Puisse le Seigneur vous accorder votre b√©n√©diction. P√®re C√©leste, quand j'ai regard√© cet homme en face, j'ai reconnu qu'il √©tait assis ici ce soir comme les l√©preux qui se mettaient √† la porte de Samarie, lorsque les Syriens avaient assi√©g√© Samarie. Ils √©taient des l√©preux, ils ont dit : "Pourquoi restons-nous assis ici jusqu'√† en mourir ? Si nous restons assis ici, nous allons certainement mourir. Si nous entrons dans la ville, il n'y a rien qui puisse √™tre fait pour nous. " Et ils ont couru le risque de se rendre aupr√®s de l'arm√©e de l'ennemi. Et Tu avais r√©compens√© leur foi et tu avais sauv√© leur vie. √Ē Dieu, cet homme, le m√©decin ne peut plus rien faire, et il n'y a rien qui reste pour lui si ce n'est que de venir aupr√®s de Toi. Et Tu n'es pas un ennemi ; Tu es un aimable P√®re qui l'attend ce soir, qu'il vienne. Et maintenant, il est venu, et je lui impose les mains en tant que Ton serviteur, et je demande cela au Nom de J√©sus-Christ, que Tu gu√©risses cet homme et qu'il vive. Et peut-√™tre qu'en retournant √† Chicago une autre fois, il viendra Te rendre louange et gloire, pour sa gu√©rison. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re. Maintenant, allez, ne doutez de rien. Continuez simplement comme si, vous - rien ne s'est donc pass√© avec vous. Maintenant, soyez vraiment respectueux, respectueux au possible. Et ayez foi en Dieu. Le Seigneur J√©sus seul peut gu√©rir les malades. "Je suis l'Eternel qui vous gu√©rit de toutes vos maladies. " Est-ce vrai ? La Bible dit que c'est la v√©rit√©. Et nous savons que si la Bible le dit, c'est vrai.
E-71 Maintenant, voici une femme assise, debout ici, plut√īt, devant moi, elle m'est inconnue. Cela... c'est vrai, n'est-ce pas, madame ? Je ne vous connais pas. J√©sus vous conna√ģt certainement. Maintenant, si j'avais un moyen de vous venir en aide, et que je ne le faisais pas, je serais une personne horrible. Eh bien, oh - oh - √† la barre du Jugement, qu'est-ce que Dieu me dirait ? S'il disait : "Je - Je t'avais dit d'aider cette femme-l√†, et tu ne l'avais pas fait. " Je devrais r√©ponde de cela. Mais je... je - je n'ai aucun moyen de vous venir en aide, si ce n'est quelque chose qui pourra lever votre foi en Dieu. Est-ce vrai ? Et votre gu√©rison √† d√©j√† √©t√© accomplie, quand J√©sus √©tait mort pour vous. Il vous faut juste avoir la foi pour recevoir cela. N'est-ce pas vrai ? Maintenant, si Dieu me r√©v√®le ce pour quoi vous √™tes ici, allez-vous accepter cela et croire cela ? Vous allez le faire. Est-ce que l'auditoire fera de m√™me ? Tr√®s bien, sŇďur, regardez simplement dans cette direction juste un instant. J'aimerais juste vous parler. La premi√®re chose, je vois le sang en train de couler devant moi. Il y a du sucre l√†-dedans, c'est le diab√®te. Vous avez le diab√®te du sucre. C'est vrai. L'insuline, c'est une bonne chose, mais le Sang de J√©sus-Christ, c'est mieux. N'est-ce pas vrai ? Dites donc, je vois que vous √™tes aussi d√©rang√©e au sujet de quelque chose, quelque chose dans votre cŇďur pour lequel vous priez. C'est votre mari. Et dites, il est malade dans un h√īpital (c'est vrai.) L'h√īpital de l'Etat. Et vous voulez... vous priez au sujet... c'est son √Ęme. C'est vrai. C'est son √Ęme, vous ne croyez pas qu'il est sauv√© et vous d√©sirez que l'on prie pour lui. Je ne suis pas en train de lire vos pens√©es, mais c'est vrai, n'est-ce pas ? Maintenant, il n'y a pas l'ombre de doute dans votre esprit maintenant, n'est-ce pas ? √Ē P√®re C√©leste, au Nom de J√©sus, le Fils de Dieu, je Te prie d'accorder ceci, et d'accorder √† cette femme la d√©livrance pour elle et pour son mari, au Nom de Christ. Amen. Je regarde √† la fiche de l'h√īpital, madame Hill, vous pouvez aller donc de l'avant. Amen. Cela vous a fortifi√©e, n'est-ce pas ? J'ai vu la fiche portant ce nom l√† ; c'est pour quoi j'ai dit cela. Voyez-vous ?
E-72 Très bien, voudriez-vous venir ? Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas, mais croyez. Croyez-vous que le Seigneur Jésus vit et règne ? Croyez-vous qu'Il est le même hier, aujourd'hui, et éternellement ? Etes-vous la femme d'un prédicateur ? Cela n'est pas sur votre billet. Mais je pensais, j'ai vu une estrade et quelqu'un en train de prêcher ou quelque chose comme cela. C'était votre mari, en effet je ne pense que vous, en tant que femme, vous l'êtes, Laissez-vous - quelqu'un d'autre mettre ses bras autour de vous comme il l'a fait (c'est vrai.), en effet vous êtes une véritable dame. Je vous apprécie. Croyez-vous que le Seigneur Jésus peut vous guérir, peut vous rétablir ? Vous avez aussi quelqu'un d'autre pour qui vous désirez qu'on prie pour lui, n'est-ce pas ? L'enfant, il a le sinusite, n'est-ce pas ? Une forte fièvre comme cela . C'est vrai, une petite fille, je dirais, d'environ dix ou douze ans. C'est vrai, n'est-ce pas ? C'est votre fille. Vous ne venez pas d'Illinois, vous venez d'un - un - un Etat qui est on dirait une plaine, qui a de longues plaines, et c'est une ville qui est appelée Parker, Kansas, c'est de là que vous venez. C'est vrai. Croyez-vous que je suis Son prophète ? Placez le mouchoir que vous utilisez pour vous essuyer les yeux, sur votre enfant, et tout sera en ordre. Venez ici. Père Céleste, je bénis cette femme au Nom du Seigneur Jésus-Christ, que Tu la guérisses que Tu la rétablisses, pour la gloire de Jésus. Amen. Maintenant, madame Mauk, retournez chez vous en Kansas et soyez en bonne santé.
E-73 Oh, J√©sus-Christ est ressuscit√© d'entre les morts. Il est r√©el et Il est merveilleux. Bonsoir, sŇďur. J'aimerais vous poser une question. Vous √©tiez assise l√†-m√™me, il y a quelques instants. C'est vrai. Vous me regardiez, et tout d'un coup pendant que je parlais, il a sembl√© que vous avez tressailli au sujet de quelque chose, tout d'un coup, n'est-ce pas ? Je peux vous le dire ; c'√©tait la vision qui √©tait alors sur vous. Ce petit kyste ne vous d√©rangera plus ; vous le savez, n'est-ce pas ? Vous savez que cela ne vous d√©rangera plus. Et la maladie de cŇďur que vous aviez, ne vous d√©rangera plus ; mais vous devez vous rappeler que Dieu gu√©rit. Croyez-vous que votre p√®re sera r√©tabli ? Vous croyez. Dieu peut gu√©rir ce cancer si vous croyez cela, si vous le croyez. Croyez-le. Croyez-vous cela ? Dites donc, votre m√®re a aussi un probl√®me. Elle a eu r√©cemment un coup. N'est-ce pas vrai ? Eh bien, croyez-vous que vous vous tenez dans Sa pr√©sence ? Acceptez-vous que tout ce pour quoi J√©sus est mort sera v√ītre ce soir ? Voudriez-vous venir ici ? P√®re C√©leste, je b√©nis cette pr√©cieuse femme alors qu'elle se tient ici dans le besoin, et je Te prie, au Nom de Christ, de la gu√©rir et de gu√©rir les bien-aim√©s pour lesquels elle sollicite la pri√®re, au Nom de J√©sus-Christ. Amen. Maintenant, prenez ceux-ci et placez-les sur eux tous. Amen. Que Dieu vous b√©nisse. Disons : "Gloire au Seigneur. " [L'assembl√©e dit : "Gloire au Seigneur. " - N.D.E.]
E-74 Oh, la gastrite, c'est une chose horrible, cela vous cause, vous savez... mais Dieu en est le Gu√©risseur. Croyez-vous cela ? Voudriez-vous aller manger ? Pensez-vous que Dieu peut vous r√©tablir ? Le pensez-vous ? Tr√®s bien, continuez seulement √† Le louer, et allez votre chemin, en accomplissant la volont√© du Seigneur. Amen. Le mal de dos aussi, sŇďur, mais Dieu peut gu√©rir cela, ne croyez-vous pas cela ? Assur√©ment. Passez simplement donc, je crois qu'Il a fait cela. Amen. Maintenant, j'aimerais vous demander quelque chose, quand j'ai parl√© de gastrite √† cette femme-l√†, une sensation bizarre vous a envahi. Maintenant, allez aussi manger ; cet ulc√®re vous a quitt√©. Amen.
E-75 Gloire au Seigneur J√©sus-Christ ; que toute la louange, toute la puissance au ciel et sur la terre soient rendues √† Sa main. Que pensez-vous de cela, vous l'auditoire ? Dieu est r√©el, n'est-ce pas ? Ne croyez-vous pas qu'Il peut gu√©rir ? Ne croyez-vous pas qu'Il puisse r√©tablir ? Il peut faire tout ce qu'Il d√©sire. Ne croyez-vous pas cela ? Amen. Oh, je L'aime vraiment. Il y a quelque chose dans mon cŇďur qui est en train de tressaillir. Oh combien j'aime le Seigneur J√©sus. J'aimerais vous demander, de croire de tout votre cŇďur maintenant m√™me, et vous verrez la gloire de Dieu. Combien l√†, maintenant, ont lev√© la main il y a quelques instants, n'ont pas de cartes de pri√®re, j'aimerais que vous vous mettiez √† prier. J'aimerais que vous priiez afin que Dieu envoie simplement le Saint-Esprit et...
E-76 Qu'arriverait-il si je ne vous disais rien, et que je priais simplement pour vous, et que je vous disais que vous allez √™tre r√©tabli, croiriez-vous cela ? Alors, allez simplement de l'avant ; que le Seigneur vous b√©nisse. Qu'y a-t-il avec cette gorge ? Croyez-vous que Dieu r√©tablira cela ? Vous aimerez chanter pour la gloire de Dieu. Vous √©tiez un chanteur, n'est-ce pas ? Et vous aimerez chanter pour la gloire de Dieu. Tr√®s bien, vous allez le faire. Tr√®s bien. Ayez simplement foi en Dieu. Ce jeune homme assis l√†, √† c√īt√© de vous tressaillait simplement lorsque je disais cela. Il a quelque chose qui ne va pas √† son visage. C'est vrai, n'est-ce pas, jeune homme ? Et croyez-vous que J√©sus-Christ vous r√©tablit ? Et cela - ce probl√®me de glande aussi, Dieu peut r√©tablir cela. Croyez-vous cela ? La raison pour laquelle j'ai dit cela, c'est afin que vous compreniez qu'il y a quelque chose d'autre (voyez-vous ?) Cela... ?... Amen. Tr√®s bien. Croyez-vous que Dieu fera cela ? Amen.
E-77 Qu'en dites-vous ? Vous avez secoué la tête, la dame de couleur assise là, assise là, dans la rangée de devant, à me regarder. Vous avez regardé dans cette direction et vous avez secoué la tête : "C'est vrai ", a-t-elle dit. Oui, oui. Vous avez quelque chose qui ne va pas à la tête, n'est-ce pas ? C'est vrai. Croyez-vous que je suis le prophète de Dieu, Son ser - Son serviteur, c'est ce que je voulais dire. Les gens sont achoppés quand on dit " prophète ". Voyez-vous ? Croyez-vous cela ? Il y a quelque chose d'autre que je ne peux pas voir bien exactement. Il y a quelque chose qui avance, mais je n'arrive pas à dire exactement ce que c'est. Je vois deux personnes. Il y a quelqu'un d'autre. Il y a une autre femme. Oui, vous êtes en train de prier pour une autre femme. C'est votre amie ; elle a un cancer, n'est-ce pas ? C'est vrai. Amen. Alléluia. Béni soit le Nom du Seigneur. Il existe d'éternité en éternité. Il est Dieu.
E-78 Cette petite dame assise là, en face de cet homme qui est en train de prier si intensément là, elle est un peu corpulente, elle a des glandes enflés, elle est assise juste là derrière. Oui, madame. Vous êtes en train de prier très ardemment pour être guérie, n'est-ce pas ? J'aimerais que l'homme qui est juste derrière vous vous impose la main s'il le veut. Voudriez-vous le faire pour moi, frère ? Très bien. Père Céleste, bénis cette femme. Elle cherche à percer. Et voyant qu'il y a cette brume de lumière qui est suspendue sur elle, je Te prie de lui accorder la guérison au Nom de Jésus-Christ. Amen. Vous étiez guérie pendant que vous vous teniez ici, chéri, avancez tout simplement, rendez gloire et louange à Dieu. Amen. Disons : "Merci, Seigneur. " [L'assemblée dit : "Merci, Seigneur. " - N.D.E.] Oh, c'est merveilleux.
E-79 Que pensez-vous, madame, vous qui √™tes assise juste l√† derri√®re ? Vous avez la gastrite, n'est-ce pas ? Vous avez une petite fille qui en avait aussi. Oh, cela vous a surpris, n'est-ce pas ? Mais vous avez √©t√© gu√©rie en ce moment-l√†. Amen. Vous √™tes d'une famille nerveuse. Vous avez des ulc√®res √† l'estomac, c'est ce qui cause cela. Et la petite fille a h√©rit√© cela de vous, suite √† votre nervosit√©. C'est vrai. Les aliments aigres, les renvois et ainsi de suite. C'est vrai. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR... ?... Il y a une dame assise √† c√īt√© de vous, elle pique des crises d'√©vanouissements. Et elle... n'est-ce pas vrai, madame ? Levez la main. C'est vrai. Aimeriez-vous √™tre gu√©rie ? Eh bien, cette femme assise l√†, celle qui venait d'√™tre gu√©rie de la gastrite, imposez-lui la main, sŇďur. P√®re, au Nom de Christ je Te prie de confirmer cela, et moi au Nom de J√©sus-Christ, par la puissance de Christ ressuscit√©, je chasse ces esprits de ces gens au Nom de J√©sus. Amen.
E-80 Il est merveilleux. Avez-vous besoin de plus d'√©vidence qu'Il est ressuscit√© d'entre les morts ? Croyez-vous qu'il est ici maintenant m√™me ? Que voulez-vous de plus ? Ne pas croire serait un p√©ch√©. Qu'est-ce qu'un p√©ch√© ? L'incr√©dulit√©. Est-ce vrai ? J'aimerais faire quelque chose maintenant m√™me pendant que j'ai de la force qui reste pour le faire. J'aimerais vous le confier. J'esp√®re que vous confesserez chaque p√©ch√© dont vous √™tes conscient, maintenant m√™me. Confessez cela √† Dieu, ce qui est faux. Et je vais essayer de tout mon cŇďur, de toute ma force, avec tout ce qui est en moi...
E-81 Si j'ai trouv√© gr√Ęce aupr√®s de Toi, √Ē Dieu, exauce s'il Te pla√ģt ma pri√®re ce soir, je prie sinc√®rement. Ces gens-ci, Seigneur, je crois r√©ellement qu'ils sont sinc√®res dans leurs cŇďurs. Ils ont √©t√© ballott√©s de part et d'autre, ils ont appris ceci, cela et toutes sortes d'√©glises et des credos, au point, P√®re, je suis d√©sol√© pour eux, qu'ils cherchent √† √™tre r√©tablis. Je Te prie, Seigneur J√©sus, √©coute ce soir, s'il Te pla√ģt, exauce la pri√®re. Et, P√®re, je Te prie de laisser l'Esprit de Dieu descendre maintenant et accomplir infiniment et abondamment. Exauce du haut des cieux, √Ē Dieu ; les cŇďurs des gent ont √©t√© tiraill√©s de part et d'autre. Ce qui rend la chose si sombre et noire est qu'ils ne peuvent tout simplement pas se rendre compte et s'√©lever en ce moment-m√™me, savoir que Tu es - que Tu es ici dans cette salle. Non pas moi, Seigneur, c'est Toi qui es ici ; c'est Toi qui es en train de faire ceci. Et je Te prie d'accorder cette b√©n√©diction √† chacun au Nom de Christ.
E-82 Maintenant, imposez-vous les mains les uns aux autres. Que tout celui qui est malade, l√®ve la main. Maintenant... et quelqu'un impose la main √† celui qui est malade. Et venez ici aupr√®s de moi, monsieur. Maintenant, imposez la main √† quelqu'un. Oh, l'amour de Dieu, combien riche et pur ! Il est insondable et fort ! Cela demeurera √©ternellement le chant des saints et des anges. Mes amis bien-aim√©s, pendant que vous √™tes dans la pri√®re, pendant que vous avez vos t√™tes inclin√©es, pendant que vous priez les uns pour les autres, ai-je trouv√© suffisamment gr√Ęce √† vos yeux, de telle sorte que vous puissiez croire que je suis serviteur du Seigneur ? Est-ce que le Seigneur a confirm√© Sa Parole, en retour que je suis avec vous √† cent pour cent pour vous aider dans le Royaume de Dieu ? Est-ce que Dieu a r√©v√©l√© cela apr√®s ces sept ou huit ann√©es o√Ļ j'ai parcouru Chicago ? Si c'est le cas, alors √©coutez-moi en tant que serviteur de Dieu. La Bible dit : "Imposez-vous les mains les aux les autres, ils s'imposeront les mains les uns aux autres, et la pri√®re de la foi sauvera les malades.
E-83 Je crois en vous. Je crois que vous √™tes sinc√®re, et vous √™tes les enfants de Dieu. Et je crois de tout mon cŇďur que Dieu m'a appel√© √† cette Ňďuvre. Je crois que si je demande en toute sinc√©rit√©, et que vous croyiez en toute sinc√©rit√© dans cette grande union de pri√®re, comme nos mains et nos cŇďurs sont unis dans la communion de Christ ressuscit√©, qui est ici oh - dans ce b√Ętiment maintenant m√™me... sans l'ombre d'un - d'un doute, avec des signes infaillibles qui se manifestent montrant qu'Il est ici... Pouvez-vous vous rendre compte comment... ?... Nos cŇďurs doivent-ils se mettre dans une r√©union comme celle-ci et rester tranquille ? Pouvez-vous vous repr√©senter √† quel point nous nous sommes entra√ģn√©s et combien nous avons appel√© des choses de Dieu, nous mettre dans une r√©union comme celle-ci et voir des choses se produire, et ne rien dire √† ce sujet, et rester simplement assis l√† comme si nous √©tions... Juste comme si nous avions grandi l√†. Vous rendez-vous compte √† quel point nous sommes √©loign√©s de Dieu lorsque nous nous attachons √† ces choses-ci ? Maintenant, ouvrons nos cŇďurs maintenant m√™me. Venons avec nos cŇďurs ouverts, d'un lieu √† l'autre, et disons : "Seigneur J√©sus, sans l'ombre d'un doute, je T'accepte maintenant m√™me.
E-84 Maintenant, Satan, je Te réprimande, au Nom de Jésus-Christ, sors de ces gens. Tu es simplement un vieil incrédule, et Tu amènes ces gens à douter, mais tu as perdu la prise. Et le Saint-Esprit est présent maintenant même pour guérir les malades ; la puissance de Dieu est ici. Et, Satan, nous te chassons de ces gens. Au Nom de Jésus-Christ, sors de ces gens. Maintenant, tenez-vous debout et rendez Lui gloire, tout le monde, alors que je remets le service à frère...

En haut