ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication UN SOUPER DE NOCES / 56-1006 / Chicago, Illinois, USA // SHP 1 hour and 48 minutes PDF

UN SOUPER DE NOCES

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Prions pendant un instant. Notre P√®re c√©leste, nous Te rendons gr√Ęces ce soir pour le Seigneur J√©sus et ce qu'Il repr√©sente pour nous : notre salut, notre joie, notre Roi qui vient, notre Gu√©risseur, Il est le Tout en tout pour nous. Et nous sommes si heureux, que nous qui √©tions autrefois sans Dieu et des p√©cheurs sans esp√©rance dans le monde, Christ a pris notre place comme un p√©cheur √† la croix et Il est mort pour nous afin que, par la r√©conciliation de Sa propre Vie, nous soyons ramen√©s √† Dieu. Nous en sommes si reconnaissants. Nous Te prions de nous rencontrer d'une mani√®re sp√©ciale ce soir, Seigneur, et de continuer d'√™tre dans cette s√©rie de r√©unions alors que nos fr√®res sont venus pour la continuer. Nous Te prions, Seigneur, de nous b√©nir abondamment tout au long de la campagne. Pardonne tous nos p√©ch√©s et aide-nous √† √™tre Tes serviteurs. Nous le demandons au Nom de Christ. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-2 Nous sommes tr√®s heureux d'√™tre ici ce soir au service du Seigneur, excusez-moi, et d'√™tre... Je regrette que ce soit pour moi le dernier service de cette s√©rie de r√©unions. Apr√®s moi, c'est le fr√®re Tommy Osborn, fr√®re Tommy Hicks et fr√®re Wilbert Ogilvie. Et je connais ces hommes, ce sont des hommes formidables. Je pense que c'est fr√®re Osborn qui doit pr√™cher apr√®s moi demain et quel privil√®ge ! J'aurais aim√© rester seulement et entendre fr√®re Osborn. Vous serez g√Ęt√©s par fr√®re Osborn, c'est un merveilleux homme de Dieu qui a la foi et...
E-3 Combien connaissent F.F. Bosworth ? Faites voir la main. Oh ! je suis tr√®s content. J'aimerais vous dire que fr√®re Bosworth se porte tr√®s bien. Quand j'√©tais √† Indianapolis il y a quelques semaines, √† tenir une campagne, on m'a t√©l√©phon√© pour me dire qu'il √©tait sous la tente √† oxyg√®ne. Et madame Bosworth a dit: " Fr√®re Branham, soyez pr√™t. Il veut que vous pr√™chiez √† ses fun√©railles aussit√īt qu'il sera parti. " Il a environ quatre-vingts, quatre-vingt-sept ans, quelque chose comme √ßa. Et elle a dit : " Il veut que vous... Il a toujours d√©sir√© que ce soit vous qui pr√™chiez √† ses fun√©railles. " Et j'ai dit : " SŇďur Bosworth, voulez-vous dire que mon fr√®re est en train de partir ? " Elle a r√©pondu : " Oui. " Elle a dit : " Il va partir d'un moment √† l'autre. " Nous nous sommes directement agenouill√©s sur le plancher et nous avons pri√© pour lui de tout notre cŇďur, et le lendemain soir, il m'a appel√© au t√©l√©phone, et il a dit : " Tu sais, Fr√®re Branham, je crois que je viendrai √† Indianapolis pour t'aider dans cette s√©rie de r√©unions. " Ainsi je...
E-4 Et fr√®re Osborn √©tait avec fr√®re Bosworth. Fr√®re Osborn est un jeune fr√®re Bosworth avec toute la connaissance que fr√®re Bosworth avait de la Parole et plus. Ainsi donc, je suis s√Ľr que vous serez g√Ęt√©s par ce v√©ritable chr√©tien, quand vous entendrez T. L. Osborn. Et maintenant, c'est fr√®re Tommy Hicks qui passera apr√®s, et je suis s√Ľr que vous connaissez tous fr√®re Tommy Hicks. Tommy Hicks n'√©tait pas connu jusqu'il y a quelques ann√©es. Je ne le connaissais m√™me pas moi-m√™me. Et je - je ne saurais l'affirmer, mais je crois que c'√©tait dans une des r√©unions ou quelque chose comme cela, et il s'est lib√©r√©, ou il en avait vraiment assez de Dieu, et ce petit homme est parti pour... quelque part l√† en Argentine, sans m√™me dix cents en poche ; Dieu l'a rencontr√© l√†-bas et lui a donn√© l'un des plus grands r√©veils qui aient jamais √©t√© tenus en ces derniers jours, l√†-bas parmi les gens de - de l'Am√©rique du sud. Et il est vraiment aim√© l√†-bas. Et ces grandes r√©unions, vous avez vu cela dans les magazines qui ont publi√© l'article l√†-dessus. C'est un orateur puissant, un v√©ritable homme de Dieu. J'ai travaill√© avec fr√®re Tommy Hicks, depuis longtemps, et c'est - et c'est un v√©ritable chr√©tien, un v√©ritable homme. Vous serez content de l'entendre √† chaque minute pendant qu'il vous parlera et priera pour les v√ītres qui sont malades.
E-5 Fr√®re Wilbert Ogilvie sera aussi l√†. Je ne connais pas fr√®re Ogilvie comme je connais fr√®re Hicks et fr√®re... Je pense qu'il a fait plus longtemps dans le champ des missions que fr√®re Hicks. Mais je n'ai rencontr√© fr√®re Ogilvie que quelques fois, et c'est un v√©ritable gentleman chr√©tien. Je ne l'ai jamais entendu pr√™cher, mais on m'a appris qu'il est un orateur puissant. Il devait tenir des r√©unions comme d'habitude, et avoir la faveur de Dieu comme d'habitude. Ainsi, vous voyez, vous aurez une glorieuse s√©rie de r√©unions tout le reste de la semaine. Ne manquez pas d'y assister et d'entendre ces v√©ritables chr√©tiens pr√™cher et prier. Ils seront ici demain, et ils pr√™cheront. Fr√®re Joseph vient de me dire qu'ils sont l√† quelque part dans l'assistance. Eh bien, fr√®res, je... eh bien, je l'ai donc dit en votre pr√©sence. Je le dis dans votre dos. Je ne sais o√Ļ vous √™tes, mais de toute fa√ßon, que le Seigneur vous b√©nisse. Peut-√™tre que je n'aurais pas d√Ľ vanter cela si fortement si vous - si je savais que vous √©tiez ici. Mais ce sont de v√©ritables hommes de Dieu de toute fa√ßon, et je les aime. J'esp√®re leur serrer la main avant de partir. Maintenant, qu'en dites-vous ? C'est comme cela que √ßa se passe. Mais, eh bien, on vous le dira. Et alors je m'en irai. C'est √ßa.
E-6 Eh bien, nous sommes - nous sommes contents d'avoir un véritable Seigneur ressuscité, n'est-ce pas ? Oh ! nous en sommes très très contents. Eh bien, de tous mes voyages effectués à Chicago, celui-ci a été l'un des plus marquants. Et je ne pensais pas prêcher sur des choses si difficiles comme je l'ai fait. Et je me suis dit que maintenant... En ce qui concerne la correction de l'église et le fait de ramener les valeurs morales dans l'église... Mais quand on a reçu des lettres et des coups de téléphone, les gens disaient : " C'est vraiment ce qu'il nous fallait, Frère Branham. " Ça m'a fait du bien. Je pensais avoir blessé les sentiments de quelqu'un, ainsi...
E-7 Vous savez, je suis venu plus de deux ou trois fois avec certaines choses. Hier soir, j'avais √† l'esprit un sujet sur lequel j'allais pr√™cher. J'ai dit : " Oui. " Dans David le... Dans Psaume 1 il est dit : " Heureux l'homme. " J'allais pr√™cher sur " L'homme qui est heureux. " j'ai fait volte-face et j'ai peint sur - j'ai pr√™ch√© sur la J√©zabel au visage fard√©. Ainsi... apr√®s √™tre arriv√© ici. L'autre jour, je suis all√© pour pr√™cher sur une certaine chose l√† √† l'√©glise, et une fois arriv√© √† l'estrade, je me suis dit : " Dans la Bible, il y a un passage sur une certaine chose. " Et j'ai demand√© √† fr√®re Joseph de lire un passage et je me suis mis √† pr√™cher l√†-dessus. √á'a √©t√© donc un - un v√©ritable jubil√© pour moi que d'avoir eu cette communion fraternelle avec vous et de constater que vous √™tes patients avec moi. Et j'appr√©cie cela, parce que je ne suis pas fameux comme orateur ; vous le savez maintenant. Mais j'aimerais que ceci soit enregistr√© dans le ciel, de sorte que lorsque je me pr√©senterai devant cette g√©n√©ration, qu'il soit connu que j'ai pris position pour Dieu et que j'√©tais dans le vrai. Voyez-vous ? Je veux que cela soit vraiment clair dans le ciel. Et je suis s√Ľr que vous le voulez aussi.
E-8 Et maintenant, je... ce soir, c'est... nous aurons un service de gu√©rison. Et, on - on a donc distribu√© beaucoup de cartes. Il y en a beaucoup et je ne serai peut-√™tre pas en mesure de m'occuper de vous tous, mais ceux que je ne prendrai pas, eh bien, des fr√®res qui viendront apr√®s moi, chacun a un minist√®re remarquable, qui d√©passe de loin le mien en ce qui concerne la pri√®re pour les malades, absolument... Ces hommes connaissent plus que moi... Ils connaissent plus de succ√®s que moi dans la pri√®re pour les malades. Mon minist√®re a plut√īt un caract√®re proph√©tique. Et ces hommes ont vraiment des dons de gu√©rison. Et je suis tr√®s heureux de savoir qu'ils viendront prier pour vous, les malades et pr√™cher l'Evangile √† vous qui √™tes sauv√©s et √† vous qui ne l'√™tes pas.
E-9 Eh bien, priez pour moi, l√† o√Ļ je vais, je compte maintenant faire une tourn√©e √† l'√©chelle mondiale, aller dans chaque grande ville du monde si c'est possible et avoir des ouvriers autochtones pour continuer. Et maintenant, c'est pour ce mois de juin prochain. Ma prochaine s√©rie de r√©unions la plus proche ici, au mieux de ma connaissance, je suis... D'ici je m'en irai √† Salmon, dans l'Idaho. Mais la s√©rie de r√©unions prochaine la plus proche se tiendra √† Lima, dans l'Ohio, et ce sera du dix au quinze janvier chez les baptistes. Et puis, √† partir de l√†, nous irons √† l'est et ensuite nous retournerons √† la c√īte ouest. Non, pardonnez-moi. En janvier, apr√®s cela, nous retournerons √† la c√īte ouest, et alors nous nous appr√™terons pour aller outre-mer. Maintenant, priez pour moi, et si je n'arrive pas √† vous rencontrer tous √† Chicago avant d'aller outre-mer ou dans l'entre-temps, souvenez-vous que quand les vents soufflent fort, le d√©mon tente chaque moyen, les sorciers gu√©risseurs se tiennent l√† pour lancer un d√©fie; puis-je compter sur vos pri√®res? C'est bien, c'est bien. Et un glorieux jour, si jamais nous ne nous rencontrons encore de ce c√īt√©-ci du ciel, j'esp√®re qu'en ce grand et glorieux jour du jubil√©, quand les saints de Dieu Le couronneront Roi des rois et Seigneur des seigneurs, et que les anges, la t√™te inclin√©e, se tiendront autour de la terre, pendant que nous chanterons les chants de la r√©demption, j'esp√®re vous rencontrer tous l√†-bas, rev√™tus de Sa justice, et nous irons dans ce monde glorieux √† venir, o√Ļ il n'y aura plus de maladie, plus de pri√®re pour les malades ; toutes ces choses dispara√ģtront. En attendant, que Dieu vous garde en bonne sant√©, heureux et √† Son service.
E-10 Allons dans l'Evangile selon saint Matthieu, comme r√©f√©rence pour notre pr√©dication pendant quelque temps. Je me sens en quelque sorte tir√© de ce c√īt√©-l√† ; je sais que ces autres fr√®res sont ici. Mais dans l'Evangile selon saint Matthieu, au chapitre 12, √† partir... Je veux dire au chapitre 22, √† partir du verset 12, les versets 12, 13, et 14. J'aimerais lire une portion de l'Ecriture pour un petit sujet, ou pour voir si Dieu nous en donnera le contexte. Il lui dit : mon ami, comment es-tu entr√© ici sans avoir un habit de noces ? Cet homme eut la bouche ferm√©e. Alors le roi dit aux serviteurs : liez-lui les pieds et les mains, emportez-le et jetez-le dans les t√©n√®bres du dehors, o√Ļ il y aura des pleurs et des grincements de dents. Car il y a beaucoup d'appel√©s mais peu d'√©lus.
E-11 Puisse le Seigneur ajouter Ses b√©n√©dictions √† Sa Parole. Maintenant, nous avons un - un grand sujet ici √† l'√©tude, qui est une parabole que le Seigneur a enseign√©e dans la Bible. Et jamais je ne pouvais ... Comme un jeune pr√©dicateur, je m'effor√ßais de savoir ce que signifiaient ces paraboles. Et je ne pouvais jamais comprendre cela parfaitement jusqu'√† ce que je visite une fois les pays de l'est. La Bible est un livre oriental, et nous essayons de La comprendre d'apr√®s une conception occidentale. Quand vous allez √† l'est, Elle devient pour vous un Livre diff√©rent, parce qu'Elle est √©crite √† la lumi√®re de la connaissance orientale. Et le peuple oriental avait re√ßu le Saint-Esprit en premier. Et la civilisation effectue toujours le m√™me parcours que le soleil, et l'Evangile aussi a effectu√© le m√™me parcours que le soleil. Mais la civilisation, √† mon avis, est venue par l'Evangile. Prenez n'importe quel pays qui n'honore pas Dieu, le... oh ! la la ! il n'y a pas vraiment de civilisation dans ce pays-l√†. Et ainsi, la civilisation - le christianisme est la base de la civilisation. Et c'est une observation faite par monsieur Nixon un matin √† un petit d√©jeuner o√Ļ nous avions pris part, l√† √† Washington, D.C. pour les Hommes d'Affaires Chr√©tiens.
E-12 Et alors, de m√™me que le soleil voyage vers l'ouest, de m√™me l'Evangile a voyag√© vers l'ouest. Eh bien, le proph√®te a dit : " Il y aura un jour qui ne sera ni jour ni nuit. Mais au temps du soir, la Lumi√®re para√ģtra. " Eh bien, il y a deux mille ans, sur le peuple oriental, le Saint-Esprit a √©t√© r√©pandu sur ce peuple oriental, les juifs et ainsi de suite √† l'est. Et puis, pratiquement √† la premi√®re g√©n√©ration des ap√ītres, cette Lumi√®re a commenc√© √† s'affaiblir. A la deuxi√®me g√©n√©ration, Elle s'√©tait presque √©teinte, on est entr√©e dans les √Ęges sombres ; lors de la r√©forme, un tout petit brin de Lumi√®re est revenue, cela a continu√© jusque dans l'√Ęge de Wesley. Mais nous avons voyag√© tout du long depuis l'est jusqu'√† la c√īte ouest toute enti√®re. Nous sommes arriv√©s √† l'ouest et nous ne pouvons aller plus loin, et l'Evangile a aussi travers√© avec cela. Mais maintenant, nous avons connu un jour; et le proph√®te a dit : " Ce sera un jour qui ne sera ni jour ni nuit ", ce sera plut√īt un jour sombre, brumeux et nuageux. Nous avons eu assez de lumi√®re pour dire : " Oui, J√©sus est le Fils de Dieu. Oui, Il nous sauve du p√©ch√©. Mais, Oh!le temps des miracles et autres, c'√©tait pour autrefois, l√† √† l'est. " Mais le proph√®te a dit : " Vers le soir, la Lumi√®re para√ģtra. "
E-13 Et maintenant, le baptême du Saint-Esprit est répandu sur le peuple occidental, ici dans cet hémisphère occidental. Le soleil est apparu pour briller de nouveau sur le... à son coucher juste comme il avait brillé à son lever. Et le même Saint-Esprit qui est descendu sur le peuple oriental il y a deux mille ans, a été obscurci par les credos et les dénominations, traversant le... ce jour qui n'est ni jour ni nuit... Mais au temps du soir alors que le soleil se couche, le peuple occidental reçoit le baptême du Saint-Esprit avec la même portion, les mêmes signes, et les mêmes prodiges qu'Il avait accomplis chez le peuple oriental, c'est exact. Donc, quand vous allez à l'est, vous découvrez que les paraboles, particulièrement celles de la Bible, éveillent votre attention. Elles deviennent une - une nouvelle réalité. Elles ont une signification. Et à l'est ils changent rarement leurs coutumes. Ils sont... Ils s'accrochent toujours à ces mêmes coutumes qu'ils avaient au commencement.
E-14 Et maintenant, notre passage biblique de ce soir parle d'un souper de noces. Oh ! vous devriez comprendre cela. Et c'est J√©sus qui a enseign√© cela ici. Et Il a donn√© ces paraboles √† beaucoup d'endroits. Et si jamais vous visitez un pays oriental, vous comprendrez bien ces paraboles ; ils pratiquent toujours les m√™mes coutumes comme √† l'√©poque. Eh bien, dans ce passage, un souper de noces a √©t√© organis√© ; Matthieu 22 en donne une tr√®s bonne description ; dans - dans l'Evangile selon Matthieu, il est dit que - qu'un roi avait un fils. Et il avait organis√© un souper en l'honneur de son fils. Et c'√©tait un souper de noces. Quelle belle parabole ou quel type proph√©tique montrant que le Roi du ciel allait organiser un souper en l'honneur de Son Fils, J√©sus-Christ. C'√©tait √ßa la signification de la parabole. Donc, Dieu qui allait organiser un souper pour Son Fils, J√©sus-Christ... Et si vous observez le d√©cor alors que nous essayons de creuser l√†-dedans pour voir les exigences relatives √† la - la fa√ßon dont le souper devait √™tre organis√© selon les types orientaux, de l'est, c'est une tr√®s belle image de la Venue du Fils de Dieu et du souper de noces o√Ļ nous tous qui sommes n√©s de nouveau de l'Esprit de Dieu, irons un de ces jours. C'est magnifique.
E-15 Eh bien, il a dit, la premi√®re chose, quand le souper √©tait organis√©, il n'√©tait permis √† personne d'y aller √† moins d'avoir √©t√© invit√©. Vous devez √™tre premi√®rement invit√© avant d'aller √† ce genre de souper. Maintenant, je n'aimerais pas l'appeler d√ģner. Je suis assez vieux jeu pour croire que c'est toujours le souper. Nous ne prenons pas le d√ģner du Seigneur, nous prenons le Souper du Seigneur. Et parler de cette histoire de d√ģner ici, √ßa me donne toujours la faim ; j'ai manqu√© un repas quelque part. Ainsi, je - j'aime le d√ģner, le petit d√©jeuner, et le souper. Ainsi donc, je - je crois toujours que c'est le Souper du Seigneur que nous prenons. Ainsi, de toute fa√ßon, quand vous √™tes invit√© √† un souper, vous √™tes... Vous devez √™tre invit√© avant qu'on ne vous souhaite la bienvenue. Et si vous n'√™tes pas invit√© et que vous y allez de toute fa√ßon, vous passerez pour un braconnier. Et ce ne sera pas correct. Vous serez exclu.
E-16 Maintenant, quelle chose magnifique ! Dieu est en train de pr√©parer un jour o√Ļ Il va organiser un grand souper, pour une f√™te solennelle en l'honneur de Son Fils, le Seigneur J√©sus-Christ qui Lui a plu en tout point. Et Dieu le P√®re invite ceux-l√† qu'Il choisit. J√©sus a dit : "Nul ne peut venir √† Moi si Mon P√®re ne l'invite premi√®rement. " Est-ce vrai ? " Nul ne peut venir √† moi s'il n'a pas une invitation de Mon P√®re. " Vous voyez, il faut que le Roi donne l'invitation. Et ce soir, vous qui avez re√ßu cette invitation, combien vous devriez √™tre heureux.
E-17 Je vous assure, si le pr√©sident Eisenhower... Et je ne suis pas un politicien, et je - je... Mais je pense qu'Eisenhower a √©t√© l'un des plus grands pr√©sidents depuis Lincoln. Je l'aime. C'est un v√©ritable gentleman. Et quand... Si le pr√©sident Eisenhower invitait certaines personnes √† aller √† un grand d√ģner qu'il allait organiser, ou √† un grand souper, qu'auriez-vous... ?... Oh ! vous vous flatteriez. Vous aimeriez que tout le monde le sache. Vous n'auriez pas du tout retourn√© cela en √©crivant : " Nul! mauvaise adresse! ", et renvoyer cela. Eh bien, ce n'est pas ce que vous feriez... Vous seriez, comme le dit la vieille expression de la rue, si vous le permettez: " Vous pousseriez un cocorico ", montrant cela √† tout le monde, en disant : " Voyez, le pr√©sident m'a invit√©. " Eh bien, certainement, vous devriez en √™tre content. Combien plus devriez-vous " pousser un cocorico √† ce sujet ", comme nous le disons, si Dieu vous invitait au souper de noces de Son Fils ! Combien plus devriez-vous en √™tre reconnaissant ! Eh bien, monsieur Eisenhower, un grand homme comme lui, ce serait un honneur d'√™tre √† table avec lui. Mais combien ce serait un plus grand honneur de s'asseoir avec le Fils de Dieu. Quel honneur cela devrait √™tre, le souper de noces de Son Fils. Combien j'aurais aim√© dire √† tout le monde que j'ai √©t√© invit√© au souper de monsieur Eisenhower. Eh bien, je serais content. Mais combien devrais-je √™tre plus content de savoir que je suis invit√© au souper de noces du Fils de Dieu (amen.), le souper de noces de Son Fils, et que j'y prendrai aussi part quand nous serons l√†, et que j'y prendrai part. Nos noms sont d√©j√† inscrits dans le registre. Observez ? " Ceux qu'Il a connus d'avance, Il les a justifi√©s, ceux qu'Il a justifi√©s, Il les a (d√©j√†, au temps pass√©) glorifi√©s. " C'est ce que dit l'Ecriture. De quoi avez-vous alors peur ? Voyez-vous ? Si votre nom est inscrit l√†-bas... Recherchez votre propre salut. Mais s'il y est inscrit, vous y serez, ne vous en faites pas. Rassurez vous que votre nom est l√† de toute fa√ßon.
E-18 Maintenant, si - si Eisenhower vous envoyait une invitation, combien vous seriez heureux. Et autre chose, je ne pense pas que vous pourriez-vous permettre d'aller en √©tant une insulte au souper de monsieur Eisenhower en portant un vieil habit tach√© de graisse. Vous imaginez-vous une telle chose ? Tout sale, portant une vieille paire de chaussures clout√©es, tout barbu, ou que sais-je encore ... Vous ne vous pr√©senteriez pas en disant : " H√©! √©coutez, j'aimerais vous dire quelque chose. Eisenhower [Fr√®re Branham crache. - N.D.E.] m'a dit que je pouvais venir, [Fr√®re Branham crache de nouveau. - N.D.E.] et il a dit que je... " Oh ! ce serait d√©shonorant pour Eisenhower. Eh bien, combien est-ce plus d√©shonorant, vous qui pr√©tendez avoir une invitation pour le souper de noces, et qui marchez l√† avec du maquillage et agissez comme le monde, fumant, buvant et faisant des extravagances ? Purifiez-vous, si vous allez au souper de noces. Vous n'avez pas besoin de faire cela. Abandonnez cela. Voyez-vous ? Agissez comme des gens qui vont quelque part. Amen. Je crois que vous √™tes... Si vraiment vous avez l'invitation et que vous l'acceptez, vous le ferez. Pouvez-vous imaginer cela ? Oh ! la la, je nettoierais toute salet√© de dessous mes ongles et toute autre chose ; √ītez toute petite vieille chose sale qui s'accroche √† vous. " Rejetons tout fardeau, et le p√©ch√© qui nous enveloppe si facilement, et courons avec pers√©v√©rance dans la carri√®re qui nous est ouverte, ayant les regards sur le Chef et le Consommateur de notre foi. " Oh ! la la ! Quel exemple Il a donn√© ! Que devrions-nous donc faire ? Nous allons quelque part √† un souper de noces.
E-19 Et √ßa, c'est Dieu qui parle au cŇďur. Vous ne r√©alisez pas ce que cela repr√©sente pour vous que de rejeter l'invitation chaque soir dans le service √©vang√©lique. Quand Dieu frappe √† votre cŇďur en disant : " Mon enfant, Je t'invite √† venir √† Moi ce soir. Viens par le chemin de la croix o√Ļ Mon pr√©cieux Fils a pay√© le prix. Entre par la porte, Je t'invite ", mais vous Le rejetez, je pense que vous n'auriez pas rejet√© monsieur Eisenhower ne f√Ľt-ce qu'une fois. Mais Dieu est patient ne voulant pas qu'aucun p√©risse. Et Il a dit : " Venez et plaidons, dit l'Eternel. Venez maintenant. D√©battons-en. " Oh ! j'aime vraiment cela. " Venez, assoyons-nous maintenant dans l'√©glise ce soir, oublions tout au sujet du labeur de la journ√©e, et plaidons. Venez et plaidons, dit l'Eternel " Pensez-y, Dieu veut plaider avec vous au sujet de vos probl√®mes. Et en cela, Il vous montre l√† o√Ļ vous avez tort par la pr√©dication de la Parole ; et ensuite, Il vous donne alors une invitation pour venir dans Sa maison pour la Vie Eternelle, mais vous rejetez cela, pouvez-vous vous imaginer cela? Eh bien, c'est ce que font les gens.
E-20 Pouvez-vous vous imaginer [quelqu'un] accepter cela sans √™tre transport√© de joie, sans √™tre heureux et plein de joie? Vous direz : " Eh bien, je suis all√© l√†-bas et j'ai fait inscrire mon nom dans le registre. Je suis devenu un membre fondateur de l'√©glise. " Eh bien, c'est ce que vous avez fait. Mais vous n'√™tes jamais entr√©... Vous n'avez jamais accept√© une invitation pour le ciel. Vous en parleriez √† tout le monde. Oui. Quand Dieu descend vraiment, et vous donne une invitation, et que vous l'acceptez vraiment de tout votre cŇďur, vous √™tes content d'en parler √† tout le monde. " Je vais dans la gloire. Gloire au Seigneur. Dieu m'a parl√© dans le cŇďur. Certainement, je suis un chr√©tien. " Vous aimeriez faire cela (voyez-vous ?), si vous √™tes vraiment enthousiasm√© √† ce sujet. Et Dieu est en train d'appeler les p√©cheurs qui sont √©trangers et ennemis; Dieu est en train d'appeler les ennemis pour essayer de se r√©concilier avec eux. Maintenant il ne s'agit pas du pr√©sident, c'est le Dieu du Ciel qui appelle les √©trangers, Ses ennemis, pour les r√©concilier avec Lui-m√™me et leur donner la Vie Eternelle, et pour les amener dans Sa demeure pour vivre √©ternellement comme des enfants. Eh bien, c'est au-del√† de ce que pourrait percevoir l'esprit humain, de penser que - que le Dieu du Ciel peut faire une chose pareille. Mais c'est ce qu'Il a fait et qu'Il a enseign√© ici.
E-21 Eh bien, les invitations √©taient lanc√©es. Et personne ne peut donner l'invitation si ce n'est Dieu Lui-m√™me. C'est vrai. C'est Dieu qui doit donner l'invitation. C'est √ßa. Eh bien, quand Dieu donne l'invitation... Il a appr√™t√© le souper, le roi a appr√™t√© le souper. Et il a tout appr√™t√© avant de lancer Ses invitations. C'est toujours ce que faisait l'√©poux dans la c√©r√©monie du mariage en orient, il appr√™tait tout. Voici ce qu'Il a dit ici dans la Bible : " J'ai tu√© mes b√™tes grasses ; j'ai tu√© mes agneaux et mon - mon boeuf et tout. Et la table est toute dress√©e ; tout est pr√™t. " Il a tout appr√™t√© avant de lancer les invitations. C'√©tait √ßa la coutume √† l'√©poque, de tout appr√™ter. Eh bien, Dieu a tout appr√™t√©. Vous n'avez rien √† attendre; c'est d√©j√† appr√™t√©. Christ est d√©j√† mort une fois pour toutes, Lui le juste pour les injustes, afin de frayer une voie de r√©conciliation par Son Sang, pour te ramener √† Lui. Et Il a d√©j√† appr√™t√© tout... Le ciel est d√©j√† appr√™t√©. " Dans la maison de Mon P√®re il y a plusieurs palais. Je M'en vais vous pr√©parer une place et Je reviendrai pour vous prendre aupr√®s de Moi. " Les pr√©paratifs ont √©t√© faits pour votre salut. Christ est mort une fois pour toutes et Il a r√©gl√© pour toujours la question du p√©ch√©. Vous √©tiez sauv√© √† l'heure m√™me o√Ļ Christ est mort. Toute personne qui ait jamais v√©cu dans le monde depuis ce temps-l√†, √©tait sauv√©e √† ce moment-l√†. Et le sang qui servait de ran√ßon a √©t√© vers√© au Calvaire pour chaque gu√©rison qui devait avoir lieu, quand J√©sus est mort au Calvaire. La question du p√©ch√© et de chaque attribut du p√©ch√© a √©t√© r√©gl√©e.
E-22 Comment un homme peut-il... ? Comment pouvez-vous vous tenir √† la chaire, pr√™cher l'Evangile et renier la gu√©rison divine ? Eh bien, le pa√Įen de l'Afrique peut pr√©senter un meilleur Dieu que ce que vous essayez de pr√©senter. Vous qui reniez et traitez... Si vous me traitez de cela, je serais pr√™t √† vous faire arr√™ter. Faire de Dieu un petit gringalet, vous connaissez plus que Lui. Dieu est fort. Ce qu'il y a... Quand Dieu parle, toute autre chose saute dans un coin. Toute votre th√©ologie et votre syst√®me d'√©glise, tout votre savoir-faire, et tout autre chose tombe dans un coin. Quand Dieu parle, Sa Parole s'accomplit, et Elle prend la pr√©√©minence sur chaque parole d'homme. " Que toute parole d'homme soit reconnue pour mensonge et la Mienne pour la vraie." La Bible dit que J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Pour moi, c'est r√©gl√©. Certainement. Il n'est pas un gringalet; Il est toujours le Dieu Tout-Puissant. Tout est fourni ; nous attendons.
E-23 Eh bien, Christ est venu, la loi est venue, Mo√Įse est venu, Elie est venu, les proph√®tes sont venus, et tout ce qui pointait vers le Calvaire s'est accompli l√†, et l'Agneau a √©t√© immol√©. Et tout est fourni et attend. Maintenant, la chose suivante qui doit arriver, c'est l'invitation qui doit √™tre lanc√©e. Et Dieu Lui-m√™me vient pour lancer les invitations. Le pr√©dicateur dit : " Tout est pr√™t. " √áa, c'est le pr√©dicateur qui parle. " Tout est pr√™t. " Les invitations sont lanc√©es ; le pr√©dicateur dit : " Tout est pr√™t. " Dieu a lanc√© l'invitation apr√®s la pr√©dication de la Parole. Le... Comment savez-vous que tout est pr√™t ? C'est √©crit dans la Parole, " la foi vient de ce qu'on entend, ce qu'on entend de la Parole de Dieu. " Votre gu√©rison est pr√™te. Votre grand jubil√© est pr√™t ce soir. All√©luia ! La grande campagne de gu√©rison divine de Dieu est pr√™te pour vous. Amen. Le... Christ a √©t√© immol√© ; Son Sang a √©t√© r√©pandu ; le Saint-Esprit est ici ; et le P√®re vous a donn√© une invitation. " Tout est pr√™t. " Qui l'a dit ? La Parole : " La foi vient de ce qu'on entend, ce qu'on entend de la Parole. " Dieu utilise les pr√©dicateurs pour apporter la Parole. Vous √©coutez par la foi.
E-24 Elie √©tait assis sur la montagne, et Dieu lui a dit de descendre, parce que l√† en bas il y avait une veuve qui avait des probl√®mes. Et elle √©tait sortie dans la cour, cherchant √† ramasser deux morceaux de bois. Et l√† dans la rue venait le pr√©dicateur, le proph√®te. Et alors qu'il s'approchait, appuy√© contre une cl√īture, il s'est adress√© √† cette veuve qui se trouvait dans la cour, disant : " Va me chercher un peu d'eau et un morceau de pain. " Et elle a dit : " Comme... " Ecoutez, voyez-vous combien Dieu sait comment envoyer? Dieu lui avait d√©j√† donn√© l'invitation. Voici venir le pr√©dicateur, Elie, pour pr√™cher la Parole. Puis il a dit : " Apporte-moi un... ce morceau de pain et un peu d'eau. " Et elle a dit : " L'Eternel est vivant, a-t-elle dit, je n'ai qu'une petite quantit√© de farine. " En d'autres termes, j'ai racl√© tout le pot, et je l'ai mis dehors. " Et je n'ai qu'assez de mati√®re grasse pour faire un petit g√Ęteau. Et je suis sorti ici pour ramasser deux morceaux de bois. Et je pr√©parerai le g√Ęteau. Mon fils et moi en mangerons, apr√®s quoi nous mourrons. "
E-25 Oh ! je souhaiterais avoir du temps pour aborder cela. La chose vient de me tomber du ciel. Ecoutez, les deux morceaux de bois repr√©sentaient la croix. C'√©tait la mani√®re de faire le feu chez les indiens d'autrefois. Vous les chasseurs en for√™t, mes fr√®res, vous comprenez ce que je veux dire. Vous prenez deux b√Ľches, vous les allumez par le milieu, puis vous continuez √† rapprocher les bouts. Le feu est au milieu. Et elle s'est dit : " Je vais prendre ces deux morceaux de bois, je ferai un feu et je pr√©parerai les g√Ęteaux. " Et les g√Ęteaux √©taient fait avec la farine qui repr√©sente l'offrande agit√©e, laquelle repr√©sentait Christ. "Et je vais le cuir au feu. " C'est le feu du Saint-Esprit, si nous avions du temps pour entrer l√†-dedans, au milieu de la croix. " Mon fils et moi nous mangerons, apr√®s quoi nous mourrons. "
E-26 Observez. Voici venir la Parole, le pr√©dicateur. " La foi vient de ce qu'on entend, ce qu'on entend de la Parole. " Ecoutez Elie. " Va, cherche premi√®rement Dieu. Pr√©pare ce petit g√Ęteau et apporte-le-moi. Car, AINSI DIT LE SEIGNEUR, la farine ne manquera point, ni la cruche ne s√©chera jusqu'au jour o√Ļ Dieu fera tomber la pluie sur la face du sol. " Amen. Le voyez-vous ? Alors, le dernier moyen de subsistance qu'elle avait, elle a mis cela au feu de la croix et elle a cherch√© premi√®rement Dieu, elle a pris le pain de ma√Įs, l'a donn√© √† Elie, et ce dernier a mang√©. J'aimerais en prendre un de ce genre, pas vous ? Et il en a mang√©. Et quand elle est rentr√©e, elle a sorti du pot un gros pain de ma√Įs, assez de farine pour en fabriquer un pain pour son fils, et ils ont eu de quoi manger jusqu'√† ce que la pluie est tomb√©e. Pourquoi ? Dieu a envoy√© Son pr√©dicateur. " La foi vient de ce qu'on entend, ce qu'on entend de la Parole. " L'invitation est lanc√©e.
E-27 Eh bien, aussit√īt que les invitations √©taient lanc√©es, alors les gens ont pr√©sent√© des excuses. Oh!oui, l'un a √©pous√© une femme et l'autre a achet√© des bŇďufs. Vous connaissez l'histoire. Il en est de m√™me aujourd'hui. Dieu a appr√™t√© le souper, Il a envoy√© le pr√©dicateur pour pr√™cher la foi. Que s'est-il pass√© ? " Oh ! je ne peux pas aller parce que je suis diacre dans une autre √©glise. Je ne peux simplement pas le faire. " " Eh bien, je ne peux pas aller parce que √ßa va diminuer mon prestige. " Votre prestige... Alors : " Oh ! je ne peux pas aller parce que je ne crois pas √† ces vieux saints exalt√©s qui agissent comme cela. Je vais simplement...Je - je vais vivre de ma mani√®re. " Les gens ont pr√©sent√© des excuses. " Oh ! c'est trop direct. Je n'aimerais pas faire cela. " Ils s'excusent, disant : " Eh bien, je me sens tr√®s fatigu√© lorsque je rentre le soir. Je ne peux pas aller √† l'√©glise. " Voil√† les excuses d'aujourd'hui. " Oh ! je crains que cela puisse d√©plaire √† mon mari. " " Je crains que ma femme ne me chasse de la maison. " Elle est sens√©e le faire si c'est le genre d'homme que vous √™tes. C'est vrai. Mais voil√† : les gens pr√©sentent des excuses. Les excuses, nous pouvons en citer un grand nombre.
E-28 Et puis le - le serviteur est donc revenu et a dit : " Seigneur... " C'est ce qui s'est pass√© depuis le temps de Luther jusqu'√† l'√Ęge de Wesley. Les gens pr√©sentaient toutes sortes d'excuses. " Oh!eh bien, nous avons d'autres choses √† faire. " Mais alors, quand le serviteur est revenu, il a dit : " J'ai fait tout cela et ils ont pr√©sent√© toutes sortes d'excuses. " Maintenant, observez ce que le ma√ģtre a dit √† ce pr√©dicateur. " Le souper est d√©j√† appr√™t√©. " Amen. C'est d√©j√†... (Au temps pass√©.) Il a dit : " J'aimerais que tu appelles les gens au souper maintenant. Laisse-les tranquilles, ils ne viendront pas de toute fa√ßon. " Mais sortez et commencez une campagne de gu√©rison. Amenez les infirmes, les aveugles, les boiteux. Et tout le monde aujourd'hui s'en prend aux campagnes de gu√©rison, disant que nous voulons gagner des foules. " Qu'y a-t-il pr√©dicateurs? " C'est la lumi√®re de la Bible. C'est vrai " Allez, amenez les boiteux et les estropi√©s. " C'est le dernier appel avant la Venue du Seigneur selon la Bible. Sortez et tenez une campagne de gu√©rison. Des miracles et des signes et des prodiges seront accomplis. Et amenez-les, car je suis - je vais remplir Ma table. " Amen. Je l'ai appr√™t√©e. J'ai tu√© Mes b√™tes grasses. Je vais avoir un v√©ritable souper et vous, allez-y et faites venir les boiteux, les estropi√©s, les aveugles, les afflig√©s. " Fr√®re, c'est l'appel au repas. La gu√©rison divine, c'est le programme pour aujourd'hui. C'est le dernier appel de Dieu, la gu√©rison divine. Et alors, ces hommes qui refusent d'accepter et se tiennent en retrait avec leur grande et vieille th√©ologie s√®che, ils essaient de dire que nous annon√ßons la gu√©rison divine dans des journaux afin d'avoir des foules. J√©sus a dit que c'est ce que nous devrions faire. Amen. Oh ! cela ferait pousser des cris √† un baptiste s'il avait la m√™me chose. C'est vrai. La gu√©rison divine est √† l'ordre du jour.
E-29 Eh bien, Il ne s'est pas tenu là pour dire: " Maintenant, dans ce dernier appel, J'aimerais que vous sortiez, que vous les ameniez et que vous leur donniez une bonne et très grande dénomination afin qu'ils vivent d'elle. Je n'aimerais pas que vous fassiez ceci ou cela. " Ce n'était pas dans le programme. Il a dit... Eh bien, en orient, retournons-y et considérons la coutume, ce qu'il a dit qu'il fallait faire. Quand le roi a organisé son souper... Eh bien, vous savez quoi ? L'époux, après que les invitations ont été données et que tous les boiteux, les estropiés et les aveugles sont venus, ou quiconque qui était appelé et qui avait une invitation venait, eh bien, il était d'usage que... Comment pouvaient-ils venir s'ils étaient pauvres avec toutes ces différentes manières de s'habiller, et comment pouvaient-ils avoir une belle apparence ? L'un assis là portant un beau complet, l'autre assis là en salopette, ça ne donnerait pas une belle apparence. Ainsi, il a dit... Eh bien, quand l'invitation était donnée, l'époux devait fournir la Robe. C'est ça la coutume en orient. L'époux devait aller acheter une robe pour tous ceux qui étaient invités, de sorte que lorsque la personne se présentait... Et ils n'avaient qu'un seul chemin (Gloire. Nous remercions Dieu pour cela.), non pas neuf cents soixante différents chemins, mais un seul chemin. Jésus a dit : " Je suis ce Chemin-là. "
E-30 Et le fils du roi, l'époux, se tenait à la porte pour recevoir les invitations. Et tout celui qui venait avec l'invitation, l'époux prenait l'invitation. Le père avait lancé l'invitation, il est venu et l'a remise entre les mains de l'époux. A son tour, l'époux revêtait d'une robe comme identification, toute personne qui entrait (Oh!oh ! la la !), il revêtait d'une robe toute personne, bonne ou mauvaise, riche ou pauvre ; tous avaient la même apparence. Maintenant, cette Robe n'est rien d'autre que le baptême du Saint-Esprit. C'est cela la Robe.
E-31 En type, la Robe qu'Elis√©e [Elie], qui √©tait le vieux proph√®te, un type de Christ... Elis√©e qui l'avait suivi, et qui lui avait succ√©d√©, √©tait le type de l'Eglise. Car Elie a fait quatre... je pense... (C'√©tait peut-√™tre huit, quatre ou huit. Je ne me rappelle plus pr√©cis√©ment maintenant.) miracles remarquables. Et Elis√©e, l'Eglise, a demand√© une double portion de son esprit : Une double portion. Et il lui a dit : " Garde alors tes yeux fix√©s vers le ciel, et si tu me vois pendant que je monterai, tu recevras cela. " Et comme Elie √©tait enlev√© dans un tourbillon, une nu√©e de feu, et qu'il √©tait d√©rob√© de la vue d'Elis√©e, Elie a laiss√© tomber sa robe ; et Elis√©e l'a port√©e, il est descendu au Jourdain, il l'a frapp√© en disant : " O√Ļ est le Dieu d'Elie ? " Et il a accompli des miracles deux fois plus qu'Elie. J√©sus a dit √† l'Eglise : " Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi, et vous en ferez davantage ", une double portion de cela. Et le jour de la pentec√īte, ils sont mont√©s l√†, ils avaient peur, ils √©taient sans puissance, sans secours, et ils ont attendu apr√®s l'ascension du Seigneur J√©sus-Christ, et Il a fait tomber, il a fait descendre du ciel la m√™me puissance, la m√™me Robe qu'Il portait, cela est revenu et est descendu sur l'Eglise. Le Saint-Esprit, la Robe...
E-32 Et il se passait quelque chose, après que tous ces hommes avaient été invités... Et vous ne pouvez pas passer par la porte de l'église. Jésus a dit : " Je suis le Chemin. " Si vous passez par l'église, vous serez complètement embrouillé par la théologie et vous serez endoctriné. Eh bien, certains de ces vieilles morgues froides par ici, le thermomètre spirituel indique 40 degré en dessous de zéro. Si vous dites : " Amen ", ils vous chasseront de l'église. Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est d'un réveil à l'ancienne mode, envoyé de Dieu, né du ciel, du Saint-Esprit, qui enlèvera la lourdeur des membres de l'église et les ramènera de nouveau sur le droit chemin, au baptême du Saint-Esprit. C'est ce dont nous avons besoin aujourd'hui.
E-33 J√©sus a dit : " Je suis la Porte de la bergerie. " Je me demandais souvent pourquoi - comment est-ce qu'Il pouvait √™tre une Porte. En orient, j'ai d√©couvert que le berger est la porte. Il fait entrer les brebis et il se couche √† la porte pour √™tre s√Ľr que le loup ou rien d'autre ne peut entrer l√† sans que lui ne le sache. Cela doit le r√©veiller. Il est la porte. Il est l'unique porte √† la bergerie. Le reste de cela c'est un panorama. Amen. " Je suis la Porte de la bergerie. Vous entrez par Moi. Et nul ne peut venir au P√®re si ce n'est par le Fils. " Nul ne peut venir par votre √©glise. Nul ne peut venir par votre pr√™tre. Nul ne peut venir par une idole. Nul ne peut venir par une th√©ologie faite de main d'homme. " Je suis la Porte. " Et si vous venez par Christ, vous... La Vie de Christ qui √©tait √īt√©e au Calvaire, a ouvert une blessure √† Son c√īt√©, et par l√†, le Sang a √©t√© vers√©, c'est l'invitation √† l'Eglise. Et l'unique chose que cela fait, c'est laver le p√©cheur perdu et le ramener au m√™me Dieu d'o√Ļ il est sorti. Amen. Le Saint-Esprit... J√©sus Lui-m√™me a dit: " Si un homme ne na√ģt d'eau et d'Esprit, il n'entrera point dans Mon souper. " Vous devez venir par l'eau et l'Esprit.
E-34 Et ils √©taient l√†. Quand cette Robe vient sur ... Je ne parle pas d'une certaine grande robe qu'une soci√©t√© a confectionn√©e ici. √áa, c'est √† l'ext√©rieur afin que l'homme soit vu. Mais la Robe que Christ vous donne... Vous direz : " Est-ce une robe ? " Oui. A la femme qui a dit : " Que mon fils s'assoie d'un c√īt√© et que l'autre..." Il a r√©pondu... J√©sus a dit : " Peux-tu boire la coupe que Je bois ? Peux-tu √™tre rev√™tue de la Robe, ou √™tre baptis√©e du m√™me bapt√™me dont Je suis baptis√© ? " Il a dit : " Tu le seras. " Amen. Le Saint-Esprit qui √©tait en Christ entre dans le croyant qui a re√ßu l'invitation pour aller au souper. Il est compt√© comme fils parce qu'il devient une partie du P√®re (amen.), un enfant. Je sais que vous pensez que je suis fou. Mais si je le suis, laissez-moi tranquille ; je suis content d'√™tre ainsi. Je me sens mieux ainsi que si j'√©tais dans mon bon sens. Oh ! c'est merveilleux, c'est la joie ineffable et glorieuse.
E-35 Quand cette Robe entre, il y a une petite puissance cach√©e qui descend dans votre cŇďur, dont tous les d√©mons de l'enfer ne peuvent pas vous faire douter. Cette puissance cach√©e, non pas avec quelque chose de grandiose sur le front, qu'un Docteur en Th√©ologie a √©crit comme ceci... C'est une puissance int√©rieure et cach√©e. Amen. √á'a √©t√© le programme de Dieu depuis que le premier agneau fut immol√© dans le jardin d'Eden, ou hors du jardin. C'est vrai. Samson l'avait. Il avait une puissance cach√©e, une touche du Saint-Esprit. Eh bien, bien des gens disent : " Samson avait les √©paules semblables √† la porte d'une grange. Eh bien, ce n'√©tait pas... Eh bien, certains de ces artistes par ici qui essayent de faire le portait de Samson... Ce ne serait pas un myst√®re pour moi, de voir un homme aux √©paules semblables aux portes d'une grange tuer un lion, ou arracher un portail et l'emporter. Mais Samson n'√©tait qu'un petit gar√ßon √† maman, un petit gringalet aux cheveux boucl√©s, d'√† peu pr√®s cette taille. Eh bien, c'est ce qui faisait que les gens n'en revenaient pas. Et il n'√©tait qu'un gar√ßon ordinaire, il avait sept petites tresses qui lui descendaient jusqu'au dos, il avait l'air d'un petit eff√©min√©. C'est vrai. Tout le monde se moquait de lui, un type de l'Eglise du Saint-Esprit. Et il √©tait un gringalet. Mais quand l'heure est venue o√Ļ Dieu voulait l'utiliser, fr√®re, il √©tait devenu un g√©ant. Dieu a besoin d'une √©glise sur laquelle Il peut placer Ses mains. Peu m'importe combien elle est petite. " L√† o√Ļ deux ou trois sont assembl√©s en Mon Nom, Je suis au milieu d'eux ", non pas simplement parler de cela. Alors, vous direz : " Eh bien, nous nous rassemblons en Son Nom. " Prononcer le Nom de J√©sus litt√©ralement, ce n'est pas tellement ce qu'Il voulait dire, il s'agit de l'attitude que vous affichez quand vous √™tes assembl√©s et l'environnement du Nom de J√©sus. " Lorsque vous vous rassemblez en Mon Nom, alors demandez ce que vous voulez. " Il s'agit - Il s'agit du motif pour lequel vous venez, l'attitude. Il s'agit de l'attitude plut√īt que le simple fait de citer un Nom. Les p√©cheurs citent ce Nom dans la rue, Le maudissent et tout. Mais il s'agit de l'environnement dans lequel vous vous trouvez, l'attitude que vous affichez, lorsque vous venez au Nom de J√©sus.
E-36 Je peux me repr√©senter Samson ; il √©tait en route pour rendre visite √† son amie, ce petit gar√ßon eff√©min√©, sa petite maman avait arrang√© ses petites boucles, et le voil√† qui se rend l√† pour rendre visite √† son amie. Et un grand lion rugissant a surgi pour l'attaquer. Il √©tait impuissant. Et la Bible dit que l'Esprit de Dieu est venu sur lui. Et Il a saisi ce lion comme si c'√©tait un petit bouc et l'a d√©chir√© en deux. Quel homme il √©tait quand l'esprit de Dieu venait sur lui ! Il avait une puissance cach√©e (Amen.) qui lui avait √©t√© donn√©e. Eh bien, ce m√™me Esprit de Dieu, c'est le Saint-Esprit. C'est une puissance cach√©e. Oui. Et il a tu√© le lion comme si c'√©tait un chevreau. Combien il √©tait puissant ! en effet, il avait une puissance cach√©e. Eh bien, l'homme qui a cette puissance cach√©e n'est pas tellement comme un... Vous pouvez l'op√©rer, mais vous ne la retrouverez pas. Le m√©decin pouvait le couper en morceaux, mais il √©tait comme un homme ordinaire. Et les gens se demandent ce qu'il en est. Certaines personnes pensent que c'est une patte de lapin avec la quelle vous vous frottez derri√®re l'oreille. Mais ce n'est pas √ßa. C'est la puissance du Saint-Esprit qui est entr√©e par la gr√Ęce divine, par Dieu notre P√®re, et qui a rempli cet individu de Sa Pr√©sence. Vous devez recevoir la Vie, la Vie Eternelle. Zo√©, la Vie m√™me de Dieu habitant en vous. Oh ! quelle puissance cach√©e... ?...
E-37 Daniel avait cette puissance. Et quand les lions ont accouru vers lui, la puissance cach√©e s'est d√©ploy√©e elle-m√™me et les lions ont eu peur. Daniel avait une puissance cach√©e. Les enfants h√©breux avaient cette puissance. Et quand le feu a commenc√© √† les br√Ľler, cette puissance √©tait plus chaude que le feu. Ainsi, elle a √©teint le feu et a coup√© les cordes. La puissance cach√©e... Pierre l'avait apr√®s la Pentec√īte. Il est all√© √† la porte appel√©e la Belle. Et un estropi√© d√®s le ventre de sa m√®re √©tait couch√© l√†. Pierre a dit : " Je n'ai ni or, ni argent, mais j'ai une puissance cach√©e que je te donnerai si tu y crois. " Et il l'a pris par la main, en disant : " Au Nom de J√©sus-Christ, l√®ve-toi et marche. " Et vous savez quoi ? Il a projet√© la puissance cach√©e. Et quand les os de la cheville de cet homme √©taient devenus fermes, il a bondi comme un cerf et il s'est mis √† sauter et √† louer le Seigneur. Et ces docteurs en th√©ologie ont dit : " Eh bien, on se demande ce que c'est ? " Voyez-vous ? La puissance cach√©e...
E-38 Les Robes √©taient distribu√©es. Le roi, en distribuant les Robes... Oh ! Dieu aujourd'hui, ami p√©cheur, vous membre ti√®de d'√©glise, Dieu use de patience. La raison pour laquelle ce dernier appel est venu, imm√©diatement apr√®s l'appel qui a √©t√© lanc√© pour qu'on fasse venir les malades, les afflig√© et les aveugles, c'est parce qu'on a largement d√©pass√© l'heure o√Ļ la Venue du Seigneur devait avoir lieu. Eh bien, vous pouvez √™tre en d√©saccord avec moi l√†-dessus, vous qui √™tes enseignant, mais j'aimerais vous dire quelque chose. Dans Saint Matthieu au chapitre 24, J√©sus a dit: " Ce qui arriva du temps de No√©, arrivera de m√™me √† la Venue du Fils de l'homme. " Et Dieu ne voulait pas qu'aucun p√©risse, et Il √©tait patient. Dieu use de patience aujourd'hui, et Il est en train de lancer Son dernier appel aux afflig√©s.
E-39 Maintenant, observez. Quand ils sont tous entr√©s, qu'ils ont port√© leurs Robes, et qu'ils sont pass√©s par la Porte, le Seigneur J√©sus... Vous direz : " Est-ce l√† la voie par laquelle il faut entrer ? " Oui, oui. Oui, oui, c'est tr√®s exact. Pierre a montr√© le chemin le jour de la pentec√īte. Quand le Saint-Esprit est descendu, tous ces th√©ologiens s'en moquaient, disant : " Eh bien, ah! ah! regardez cette bande de fanatiques, ils agissent tous comme des gens ivres. " Et rappelez-vous, ma ch√®re sŇďur, la vierge Marie a d√Ľ √™tre l√† de toute fa√ßon. Et si Dieu ne pouvait pas la laisser entrer sans avoir re√ßu ce fanatisme, vous n'y entrerez jamais √† moins de recevoir ce qu'elle avait re√ßu ; vous le savez. Ainsi, elle √©tait bel et bien l√† avec les autres ; et elle a agi comme les autres, elle √©tait ivre. Amen. Quel est votre probl√®me, vous les pentec√ītistes ? Je crois que les pentec√ītistes sont en train de sombrer dans cette vieille routine comme les autres. Vous √™tes devenus vous-m√™mes une d√©nomination et vous vous √™tes trac√© des limites, des barri√®res et tout ; c'est ce qui vous est arriv√©. C'est vrai. D√©molissez les murs de s√©paration. D√©barrassez-vous de cette vieille chose affreuse. Soyez libres avec Dieu. Tenez des r√©unions des pri√®res.
E-40 Un homme me parlait cet apr√®s-midi. Je ne dis pas ceci pour faire du mal, ou je ne le dis pas pour plaisanter. Apr√®s le message d'hier soir, une pauvre sŇďur est venue vers moi, elle m'a dit : " Vous savez quoi ? " Elle a dit : " Il y a longtemps, j'utilisais de fond de teint pour cacher les boutons sur mon visage. " Mais elle a dit : " Quand ce pr√©dicateur-l√† a fini de pr√™cher hier soir, je suis partie et je me suis lav√© le visage. " C'est bien. Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Vous n'√™tes pas loin du Royaume. Oui, fr√®re, retournez √† l'ancienne ligne de conduite. Vous laisserez les membres venir, en disant : " Oh ! savez-vous qui est-ce ? C'est monsieur Dupont qui habite pr√®s du coin. Oh ! il a un ... formidable. Il roule dans une Cadillac. Eh bien, nous ne pouvions pas... Vous savez quoi ? Nous ne pouvions pas ne pas l'accepter, parce que c'est lui, vous savez, qui a plac√© les vitraux dans le b√Ętiment, nous sommes oblig√©s de le faire entrer dans l'√©glise. " C'est l√† que vous vous affaiblissez, fr√®re. Il devra payer le prix comme l'ont fait les autres. Je connais une - une √©glise qui a fait entrer un membre tout r√©cemment, et ce dernier √©tait tellement mondain qu'il ne voulait pas se pr√©senter en public dans l'√©glise pour confesser Christ. Et le pr√©dicateur l'a amen√© l√† dans le vestibule et de l√†, il l'a amen√© dans l'√©glise. Il devait l'accompagner √† la porte pour sortir, c'est ce qu'il devait faire, ou l'amener √† l'autel. C'est exact.
E-41 Oh ! fr√®re, lorsque le pr√©dicateur est faible et qu'il a en vue un gagne pain... Vous devriez avoir la croix et Christ en vue pour savoir que Dieu vous fera payer pour vos pauvres mani√®res mesquines et eff√©min√©es. Dieu a besoin des hommes. C'est vrai. On ne mesure pas l'homme par la grosseur de son bras ou... On mesure l'homme par le caract√®re. Certainement. Un gros homme n'est qu'une brute. J'ai vu des hommes qui pesaient 200 livres [100 kg - N.D.T.] et qui n'avaient pas une once d'humanit√© en eux. Mais c'est par le caract√®re que l'on mesure l'homme. Il en est de m√™me des femmes, elles sont mesur√©es par le caract√®re. Et si nous sommes fils et filles de Dieu, quel genre de caract√®re devrions nous avoir ? Eh bien, voici le probl√®me. Pierre a dit le jour de la Pentec√īte... Ces hommes ont demand√© : " Eh bien, comment pouvons nous entrer dans ce souper ? " Pierre a r√©pondu : " Repentez-vous, chacun de vous ", ce n'est pas s'avancer et serrer la main du pr√©dicateur, ce n'est pas s'avancer pour prendre la premi√®re communion. Non, non. Rien de tel n'est √©crit dans la Bible. Pouvez-vous imaginer qu'Actes 2 dise : " Et le jour de la pentec√īte √©tant arriv√©, ils √©taient tous d'un commun accord dans un seul lieu. Et tout √† coup, le Docteur Ev√™que s'est pr√©sent√© et a dit : " Eh bien, nous allons prendre cet homme, lui donner la main d'association et ... le placer dans l'√©glise. " Pouvez-vous l'imaginer ? " Et le jour de la Pentec√īte [Espace vide sur la bande - N.D.E.] √©tant arriv√© ", c'est √† la mani√®re des protestants. A la mani√®re des catholiques... " Le jour de la pentec√īte √©tant arriv√©, le pr√™tre s'est pr√©sent√©, le p√©cheur est all√© √† l'autel, il a tir√© sa langue, et on a mis une petite hostie dessus, et le pr√™tre a bu le vin, c'est ce qu'ils ont eu ", la Sainte Eucharistie, le Saint-Esprit, en d'autres termes. √áa sonne faux. Mais la Bible dit : " Le jour de la Pentec√īte √©tant arriv√© ", il ne vint pas de la route ni de derri√®re le rideau, mais " il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent imp√©tueux, et il remplit toute la maison o√Ļ ils √©taient assis. " Et il faisait si chaud l√† √† l'int√©rieur que le feu a commenc√© √† vaciller comme des langues. C'est comme cela que vous vous d√©barrassez de la chose.
E-42 Aujourd'hui, fr√®re Wood, Billy et moi, nous sommes descendus au lac. Et ce vieux lac √©tait vraiment en train de sauter. Oh!oh ! la la ! Je vous assure ; l'√©cume blanche sautait. Et j'aime l'eau, comme tout bon baptiste. Ainsi, oh ! comme l'eau √©tait en train de sauter ! Et j'ai regard√© l√†, et fr√®re Wood a dit : " Dites donc, c'est violent. " J'ai dit : " Le Lac conna√ģt un r√©veil. " Il a dit : " Un quoi ? " Il s'est retourn√© vers moi et a dit : " Eh bien, je sais que tu es un Cheechaker. " Un cheechaker, c'est un terme indien pour designer " pr√©tentieux " en Alaska. Et il a dit... J'ai dit : " Certainement qu'il conna√ģt un r√©veil. " J'ai dit : " Ne voyez-vous pas combien il est heureux. Il tape les mains et saute. " Voyez-vous ? Mais j'ai dit : " Fr√®re Wood, il n'y a pas plus d'eau l√†-dedans que lorsqu'il est tout √† fait calme. " C'est vrai. Eh bien, alors vous demandez pourquoi vous avez besoin d'un r√©veil ? Qu'est-ce qui rend cette eau violente comme cela ? Un vent venait. [Fr√®re Branham souffle. - N.D.E.] C'est ce qui produit un r√©veil. Et quand le Saint-Esprit vient comme un vent imp√©tueux, Il apporte un r√©veil. Et qu'a fait le r√©veil au lac ? Toutes les ordures qui √©taient dans le lac, √©taient emport√©es sur la rive. C'est la raison pour laquelle nous avons besoin d'un r√©veil, c'est pour emporter les ordures du monde hors de l'Eglise du Saint-Esprit. Nous avons besoin d'un vent imp√©tueux venant du ciel. Avec √ßa, certaines ordures du monde sont expuls√©es. Ouf ! Oh ! la la ! Peut-√™tre que je n'aurais pas d√Ľ dire cela. Mais je soutiens toujours que c'est la v√©rit√©, la Parole de Dieu. Ayez un r√©veil ; et que des vagues se soul√®vent encore. Tant que l'Eglise pentec√ītiste en fera donc sa pr√©occupation, vous verrez toute cette soci√©t√© Max Factor fermer.
E-43 Et certains d'entre vous les hommes, vous √īterez ce br√©chet pour avoir une v√©ritable colonne vert√©brale d'un v√©ritable homme, et vous ferez que votre femme se mette en ordre. Vous donnerez une fess√©e √† votre fillette qui court partout l√† dans la rue, et si un homme l'insulte, alors vous irez l√† et vous chercherez √† faire arr√™ter cet homme. Vous devriez avoir un fouet. Vous √™tes le patron, vous le fr√®re. C'est vrai. C'est vous le patron. Vous devez √™tre le ma√ģtre de la maison. Dieu vous tiendra pour responsable de la mani√®re dont vous laissez votre fille agir : vous la laissez revenir la nuit avec les cheveux tout √©bouriff√©s, une cigarette √† la main, et toute fard√©e. J'en ai deux. Je ne sais pas ce qu'elles feront, mais une chose, fr√®re, c'est que tant que je serai en vie, et qu'il y aura pr√®s de moi une baguette de fusil, je ferai mon travail. Oui, oui. Oui, oui. Je crois qu'ils devraient...
E-44 Vous parlez de l'analphabétisme dans le Kentucky, frère, vous avez tous un long chemin à parcourir avant d'atteindre leur niveau. C'est vrai. Qu'une de ces filles rentre à la maison comme cela, et voyez ce que fera cette pauvre petite mère portant cette petite capeline. Elle dirait : "Viens toi-même ici avec une branche d'hickory ", frère. Je voudrais dire qu'elle ne sortira pas de la maison pendant trois ou quatre jours, parce qu'elle n'en sera pas capable. C'est vrai. Et alors vous dites qu'elle est folle. Les gens ont dit la même chose au sujet d'Elie qui se tenait là avec des porteurs de couleur appelés les corbeaux, qui lui apportaient quelque chose à manger et à boire pendant tout le temps qu'il le désirait, et c'est une bonne piscine. Et les gens étaient là à se mordre la langue de douleur, ils n'avaient rien à manger, et ils se mouraient de faim. Elie mangeait très bien. Ne vous apitoyez pas sur le sort de ces gens qui crient, qui louent le Seigneur, qui passent de bons moments et qui mènent une vie sainte. Ne vous apitoyez pas sur leur sort. Ce sont eux qui s'apitoient sur le votre. C'est ce qu'il en est. C'est de vous qu'on doit avoir pitié.
E-45 Eh bien, Pierre a dit l√†-bas... Ils ont demand√© : " Maintenant, que pouvons-nous faire pour recevoir ceci ? " Il leur a r√©pondu : " Repentez-vous. " Se repentir, c'est quoi ? √áa signifie faire demi-tour. Vous suiviez le monde, vous faites demi-tour et vous montez vers Dieu. Eh bien, vous regardiez dans cette direction vers le bas ; et vous regardez dans cette direction vers le haut. " Repentez-vous. " Vous vous en alliez triste comme ceci, en disant : " Eh bien, que Dieu soit lou√©, j'ai fait quarante ans dans l'√©glise. " Alors repentez-vous, levez les yeux dans cette direction et dites : " All√©luia ! voil√†. " Oui. C'est ce que vous devez faire. Faites demi-tour et regardez dans l'autre direction. C'est ce que vous devriez faire. " Repentez-vous, chacun de vous ", et ne vous faites pas asperger, √ßa n'existe pas dans la Bible. C'est un dogme que vous avez h√©rit√© de... avant la r√©forme. La Bible n'enseigne pas cela. La Bible dit : " Repentez-vous, et que chacun de vous, soit baptis√© au Nom de J√©sus-Christ pour le pardon de vos p√©ch√©s et vous recevrez une Robe. (Amen.) Car la promesse est pour vous. " Pendant combien de temps ces Robes seront-elles donn√©es ? Jusqu'√† ce que le souper de noces ait lieu. C'est vrai. Oh ! pour le premier √Ęge ? Non, jusqu'√† ce que... " Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin (quoi ?), en aussi grand nombre que le P√®re leur donne l'invitation. " Est-ce vrai ? " En aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera ", est-ce l'Ecriture ? Eh bien, si Dieu continue √† donner les invitations, c'est qu'Il poss√®de encore des Robes. Gloire ! Je suis tr√®s content ce soir pour cela, pas vous ? Comment ? Repentez-vous, changez votre mani√®re de vivre. Levez les yeux vers Dieu. Dieu a frapp√© √† la porte de votre cŇďur. Alors retournez-vous, repentez-vous et dites : " Oui, Seigneur. " Ne regardez plus √† l'√©glise. Ne regardez plus aux gens. Regardez √† Lui. Repentez-vous ; regardez dans cette direction. " Et puis, soyez baptis√©, a-t-Il dit, au Nom de J√©sus-Christ pour le pardon de vos p√©ch√©s et vous recevrez le don du Saint-Esprit. " C'est ce que dit la Bible. " Car (je cite l'Ecriture) la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. " Le souper de noces est en cours ; Dieu continue √† donner des invitations. C'est toujours J√©sus qui est la Porte. " Je suis la Porte. " Il se tient encore l√†, et quiconque vient par Son invitation, Il lui donne une Robe. C'est une chose √©tonnante.
E-46 Il n'y a pas longtemps fr√®re Price venait de rentrer de Siam. Et si fr√®re Tommy... Je ne le vois pas l√† derri√®re, mais je pense qu'il est ici, quelque part, il √©tait avec lui. Et fr√®re Price m'a dit √† la convention des Hommes d'Affaires Chr√©tiens, devant l'assistance, il a dit : " Fr√®re Branham ", ou plut√īt √† l'assistance, excusez-moi. Il a dit : " Ces gens ne savaient m√™me pas distinguer la main gauche de la main droite. Ils n'ont jamais vu un journal de leur vie. Ils n'ont jamais su qu'il existait un Eisenhower, un Mac Arthur, ou je ne sais quoi encore. Ils n'ont jamais vu une porte avec moustiquaire. Mais laisser ces gens qui √©taient compl√®tement des pa√Įens... Quand ils re√ßoivent le Saint-Esprit, ils agissent et posent les m√™mes actes que posent les gens √† Chicago apr√®s avoir re√ßu le Saint-Esprit. " Car la m√™me Robe dont les gens sont rev√™tus ici est celle dont ils sont rev√™tus l√†-bas: " En aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. " All√©luia. Oh ! fr√®re, d√©barrassez-vous de l'esprit eccl√©siastique. D√©barrassez-vous de cette doctrine de l'√©glise. Revenez √† Dieu. C'est ce dont l'√©glise a besoin ce soir.
E-47 L'appel pour le souper continue √† retentir. Les Robes sont distribu√©es. Dieu est en train de tirer d'entre les Gentils un peuple pour la gloire de Son Nom dans les derniers jours, Il les fait entrer par les campagnes de gu√©rison ; les infirmes, les aveugles, les boiteux et des gens aux membres atrophi√©s. Ces grands pr√©tentieux empes√©s ne voudront m√™me pas venir. Ils pensent √™tre meilleurs. Ainsi, J√©sus a dit : " Ils ne goutteront pas √† Mon souper. " All√©luia. " Gouttez et voyez combien le Seigneur est bon. " √áa go√Ľte comme du miel sur le rocher. Amen. Oh ! comme c'est bon ! J'ai vu cela dans l'√©glise, quand les gens pouvaient tous √™tre remplis, dans une petite r√©union de pri√®re quelque part, au point que les enfants pouvaient se pourl√©cher la langue, tellement c'√©tait bon, spirituellement parlant. C'est merveilleux. Certainement, c'est du miel.
E-48 Cela me rappelle une fois dans une partie de p√™che... J'aime faire la p√™che. Et j'√©tais l√†-haut au nord du Maine, ou de New Hampshire, le repaire des cerfs √† la queue blanche. L√†, il y a beaucoup de truites de ruisseau, et j'avais un colis que je trimbalais au dos depuis trois jours. J'avais aussi un vieux fusil de calibre 22, rouill√©, qui √©tait pos√© l√†, mais j'√©tais en train de p√™cher. Et un jour t√īt le matin, je m'√©tais √©loign√© de ma petite tente et je suis descendu l√† pour couper quelques sticks afin que le... avec lesquels je pouvais envoyer ma mouche l√† dans un bon trou o√Ļ j'avais vu quelques bonnes truites. Je me suis dit : " Je vais attraper quelques truites l√†-dedans pour le souper. " Je suis donc descendu t√īt et je coupais quelques branches d'arbre ; je devais passer mon temps l√† √† observer ces truites et √† leur jeter des petits insectes pour voir comment ils mordent cela et tout. Et je me suis dit qu'il me fallait peut-√™tre rentrer dans ma tente pour prendre le petit d√©jeuner.
E-49 Ainsi, quand je suis rentré dans la tente, il y avait là une vieille mère ourse et deux oursons qui y étaient entrés. Ils avaient intentionnellement mis la tente en pièces. Et ils étaient là. Et pour un ours, ce qui compte ce n'est pas ce qu'il mange ; c'est ce qu'il déchire. Il s'est saisi simplement du tuyau de poêle et a sauté dessus comme ceci pour l'entendre cliqueter. Et il est simplement malicieux. Et ces petits oursons, ils naissent en février ; la mère n'en sait rien. Ce ne sont que des tout petits presque de la grandeur d'un rat à leur naissance. Et la mère est profondément endormie. Mais elle donne du lait pour ces petits jusque vers mi-mai quand le dégel se fait, et alors l'ours a atteint une bonne taille, quand la mère le voit et qu'il sort. Et alors vers cette période de l'année, vers juin comme c'en était le cas, ils deviennent des ours ayant atteint une bonne taille, oh ! un ourson qui se tient à quatre pattes, d'à peu près cette hauteur, et qui se tient debout presque...
E-50 Il m'est donc arrivé de regarder, quand je me suis avancé, la vieille mère m'a repéré, et alors elle a gazouillé pour appeler ses petits; et de sa patte, il a flanqué une taloche à l'un d'eux à l'oreille et a détalé. Et elle est arrivée là, et un petit l'a suivie, et l'autre n'a pas pu. Alors, elle - elle a gazouillé... Vous devez savoir ; ils font des petits gazouillements comme un oiseau. Si vous entendez un ours, il ne se comporte pas si méchamment comme les gens le disent. Et il émettait un petit bruit, et il essayait d'atteindre cet autre ourson. Eh bien, j'ai vu ce petit ourson assis ayant le dos tourné. Et je me suis dit : " Qu'y a-t-il avec cet ami ? " Eh bien, la mère faisait comme si elle voulait revenir. Eh bien, elle peut grimper mieux que moi. Je - je ne voulais donc pas - je ne voulais pas l'abattre (Je tenais une hachette.), et les laisser orphelins dans le bois. Ainsi, je me suis dit: " Va-t-en d'ici, mon ami. Va donc là-bas vers ta mère. " Mais il ne partait pas. Il restait assis juste là. Je ne savais donc pas ce qu'il faisait. Et la mère a gazouillé à plusieurs reprises et elle continuait à tourner tout autour de cet autre ourson, et j'ai vu qu'elle était dans tous ses états.
E-51 Alors, je me suis dit: " Je vais voir ce qui int√©resse ce petit ami et qui retient son attention, alors que moi, un homme, je me tiens ici, avec cette hache dans la main, une petite hache tranchante. Et je me suis dit : " Je me demande pourquoi il ne fuit pas ? " G√©n√©ralement, un ours va simplement fuir. Mais je me suis avanc√© d'un c√īt√©, et √† mon √©tonnement, c'√©tait l'animal le plus malin que j'aie jamais vu. Vous savez, je - j'aime les cr√™pes et la m√©lasse. Je ne sais pas si vous les aimez aussi. Et quand... J'aime mettre beaucoup de m√©lasse sur mes cr√™pes. Et je suis un baptiste, vous savez, et je ne crois pas √† l'aspersion ; j'en d√©verse vraiment une bonne quantit√©. Ainsi, j'am√®ne toujours un grand sceau de m√©lasse. Et cet ourson √©tait entr√© dans la tente et s'est introduit dans mon sceau de m√©lasse. Et il avait enlev√© le couvercle ; il √©tait assis comme ceci, serrant ce sceau dans ses bras ; il plongeait sa petite patte l√†-dedans et la l√©chait. C'est cela. Eh bien, j'ai dit : " Sors de l√†. " Et quand il s'est retourn√©, il ne me voyait pas ; ses yeux √©taient compl√®tement coll√©s √† cause de la m√©lasse ; il m'a regard√© comme cela, il a regard√© derri√®re et il a continu√© √† tremper de nouveau sa patte jusqu'√† ce qu'il a compl√®tement nettoy√© le sceau. Et je me suis dit: " Fr√®re, si ce n'est pas une r√©union pentec√ītiste √† l'ancienne mode qu'il √©tait en train d'avoir, je n'en ai jamais vu une. " Il introduisait la patte dans le sceau du miel et √ßa venait comme ceci dans sa patte, il la l√©chait, sans aucune condamnation, ni crainte, ni rien d'autre. L'unique chose qu'il faisait, c'est simplement tremper. Et, oh ! √ßa go√Ľte comme du miel sur le rocher. Mais la chose √©trange √©tait que, quand finalement il a compl√®tement nettoy√© le seau, et qu'il est parti l√† o√Ļ √©tait sa m√®re, son jeune fr√®re et sa m√®re se sont mis √† le l√©cher, √† prendre un peu de miel. Oh ! c'est merveilleux. Remarquez, combien c'est merveilleux !
E-52 Eh bien, quand toutes les Robes √©taient donn√©es et que les gens √©taient venus par... Tout homme qui passait par la porte recevait une Robe. Ainsi, la Bible continue maintenant, pendant que je termine dans peu de temps. Remarquez, comme le - l'histoire continue, la Bible dit que le souper √©tait pr√©par√©, et tous les infirmes, les boiteux et les aveugles sont venus et ils √©taient pr√™ts, ils ont re√ßu une Robe et ils sont entr√©s. Et quelque temps apr√®s, apr√®s que la grande table √©tait dress√©e, le roi est apparu lui-m√™me, l'√©poux. Et il... A sa grande surprise, il y avait l√† un homme qui n'√©tait pas v√™tu de Robe. Vous vous demandez qui il √©tait ? Etait-il un presbyt√©rien ? Etait-il un pentec√ītiste ? Voyez-vous ? Il n'√©tait pas v√™tu de Robe. Il √©tait simplement habill√© de son costume ordinaire de la rue. Eh bien, J√©sus ne l'a point appel√© un d√©mon. Il a dit : " Mon ami, comment es-tu entr√© ici? " Une chose est certaine, c'est qu'il n'est pas entr√© par la porte. S'il √©tait entr√© par la porte, il aurait re√ßu une Robe. Il est entr√© par escalade, par une autre voie. Il est entr√© par son √©glise. Maintenant, aussi s√Ľr que je me tiens ici, il y aura cette sorte de gens l√†-bas. Il a d√Ľ entrer par la voie d'une √©glise. Il a d√Ľ entrer par la voie d'une th√©ologie humaine, par une poign√©e de main, en se faisant asperger, ou quelque chose du genre. Il n'est pas entr√© par la porte, s'il √©tait entr√© par la porte, il se serait repenti, il aurait √©t√© baptis√© au Nom de J√©sus-Christ et il aurait re√ßu le bapt√™me du Saint-Esprit, exactement comme les ap√ītres. C'est cela la grande - la porte par o√Ļ ils sont entr√©s. C'est la porte par o√Ļ vous devez entrer. C'est la porte par o√Ļ tout le monde doit entrer. En effet, Il est la Porte ; Il est l'Epoux. Il se tient l√† et le P√®re distribue les invitations, Il vous appelle, vous vous pr√©sentez, et Il vous donne la Robe pour entrer. Et tout homme la re√ßoit de la m√™me mani√®re. Le bapt√™me du Saint-Esprit, venez imm√©diatement et recevez Dieu, acceptez Dieu, soyez baptis√©, en invoquant le Nom du Seigneur, et le Saint-Esprit entrera et vous remplira juste comme eux le jour de la Pentec√īte, de la m√™me mani√®re.
E-53 Mais cet homme a d√Ľ entrer par une fen√™tre. Il s'y est furtivement gliss√©. Eh bien, √©coutez. Et quand le roi, l'√©poux lui a dit : " Mon ami, comment est-tu entr√© ici ? " Cela a montr√© qu'il y avait de bons pr√©dicateurs √† l'ancienne mode sur la terre, ayant le Saint-Esprit. En effet, il est rest√© bouche ferm√©e. Peut-√™tre qu'il avait assist√© √† la r√©union de Chicago. Voyez-vous ? Il le savait mieux, il savait que devant Dieu il ne pouvait pas dire : " Je n'en ai jamais entendu parler. " Car il avait assist√© √† des r√©unions du Saint-Esprit. Il avait vu les boiteux, les aveugles √™tre gu√©ris, et il avait vu de grands miracles de Dieu, il est donc rest√© la bouche ferm√©e. Et qu'est-ce que Dieu a dit qu'on devait faire de cet homme ? " Liez-lui les mains et les pieds... dehors - dans les t√©n√®bres du dehors o√Ļ il y aura des pleurs et des grincements de dents. " Habillez-vous, mon ami. C'est l'Evangile. C'est la Parole de J√©sus-Christ Lui-m√™me. Cela n'√©tait qu'une parabole ; c'√©tait une proph√©tie. Et c'est ainsi qu'il en sera un jour. Ainsi, ce soir, pendant que les portes sont ouvertes, et que les eaux coulent librement, que tout est pr√™t, et que le P√®re frappe √† votre cŇďur et dit : " Fils, tu as assez longtemps jou√© √† la religion ; il est temps maintenant que tu te mettes en ordre. " Je vous conseillerais d'aller √† la porte, de recevoir une Robe pour venir au souper. Prions.
E-54 Bien-aim√© Seigneur, rien ne ravit nos cŇďurs plus que l'√©coute de Ta Parole. " La foi vient de ce qu'on entend, ce qu'on entend de Ta Parole. " Je Te prie, √ī Dieu, que ce r√©veil qui est maintenant en cours, ou plut√īt que cette convention se transforme en un r√©veil du Saint-Esprit √† l'ancienne mode la semaine prochaine, ou plut√īt les jours √† venir. Je Te prie d'envoyer une telle onction de b√©n√©dictions sur les gens, au point que les infirmes, les aveugles et ceux qui ont des membres atrophi√©s, les boiteux et les estropi√©s seront gu√©ris, et que plusieurs de ceux qui sont √©tendus aux bords des routes et dans des rues aujourd'hui, seront amen√©s ici et qu'ils ne seront pas seulement gu√©ris physiquement, mais qu'une invitation leur sera donn√©e pour venir au souper de noces et recevoir une Robe. Accorde-le, P√®re. B√©nis... Et s'il y a ici des gens qui sont dans cette condition ce soir, P√®re, qu'ils sachent maintenant que Tu es en train de frapper √† leur porte, la porte du cŇďur, la porte m√™me de l'√Ęme. Et je Te prie, P√®re, s'il y en a ici dans cet √©tat, qui ne sont jamais venus √† Toi, qui ne sont jamais n√©s de nouveau et qui n'ont jamais re√ßu le Saint-Esprit, je Te prie, P√®re, de convaincre leur cŇďur en ce moment et qu'avec r√©v√©rence, ils √©l√®vent leurs mains √† Toi et disent : " En ceci, Seigneur, je sais que j'ai tort, et je veux que Tu sois mis√©ricordieux envers moi, et que Tu me donnes la Robe de justice du Fils de Dieu. " Car, Seigneur J√©sus, devant nous se tient une grande porte noire, devant chaque mortel ici ce soir et dans le monde ; elle est appel√©e la porte de la mort. Chaque fois que notre cŇďur bat, nous nous approchons d'un pas de cette porte. Un jour nous devrons passer par l√†. √Ē Dieu, parlant de moi-m√™me, Seigneur, j'aimerais m'avancer vers cette porte avec cette seule chose : je veux √™tre rev√™tu de la Robe de Sa justice, ayant cette assurance que je Le connais dans la puissance de Sa r√©surrection, et que quand Il appellera, Il m'appellera d'entre les morts. Dieu bien-aim√©, exauce solennellement ce d√©sir de chaque cŇďur ce soir, comme nous savons que nous ne connaissons pas combien de battements cardiaques nous restent encore avant d'entrer dans l'√©ternit√©. Place ce d√©sir dans chaque cŇďur, et que les gens expriment la m√™me chose alors que je leur demande de lever la main.
E-55 Et pendant que nous avons la t√™te inclin√©e, solennellement dans la Pr√©sence de Dieu, je me demande si vous n'avez pas de Robe ce soir. Si J√©sus venait, bien que vous soyez membre de l'√©glise litt√©rale ici sur terre, mais si vous n'√™tes jamais entr√© par la Porte, si vous n'avez jamais re√ßu la Robe de Christ... N'essayez pas de vous appuyer sur votre propre justice ; ne comptez pas sur votre propre capacit√© concernant la Parole de Dieu. Vous pouvez √™tre un merveilleux pr√©dicateur. Satan peut pr√™cher plus que vous √† tout moment. La connaissance qu'il a sur la Parole d√©passe ce que vous pourriez jamais acqu√©rir. Certainement. La connaissance que ces pharisiens et ces sadduc√©ens, eh bien, avaient sur la Parole d√©passe ce que n'importe lequel de nos √©rudits pourrait jamais acqu√©rir. Mais ils ne connaissaient pas J√©sus. Conna√ģtre la Parole, ce n'est pas √ßa la Vie. Conna√ģtre votre cat√©chisme, ce n'est pas √ßa la Vie. Conna√ģtre la doctrine de votre √©glise, ce n'est pas √ßa la Vie. Mais Le conna√ģtre Lui, c'est √ßa la Vie. Le connaissez-vous ? Depuis qu'Il s'est fait conna√ģtre √† vous, pour vous donner une invitation et que vous avez re√ßu Sa Robe, Sa justice... A Dieu ne plaise que je ne puisse pas m'appuyer sur ma justice, je n'en ai pas. Vous non plus, vous n'en avez pas. Prenons Sa justice ce soir, et abandonnons-nous simplement √† Lui et laissons-Le nous remplir pleinement de Sa justice, le Saint-Esprit, et puis travaillons pour Lui jusqu'√† Son retour.
E-56 Ce d√©sir est-il dans le cŇďur de chaque personne ici pr√©sente ? Voudriez-vous lever la main vers Dieu ? Que Dieu vous b√©nisse, jeune homme, qu'Il fasse de vous Son pr√©dicateur. Que Dieu vous b√©nisse, vous, vous, et vous. Oh ! la la ! Regardez simplement les mains. L√† aux balcons, que Dieu vous b√©nisse l√† au-dessus. C'est bien. Levez la main. Peut-√™tre que cela ne repr√©sente pas grand-chose, mais l'Ange qui enregistre va noter cela, aussi s√Ľr que je me tiens ici. Que Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re de couleur l√†-bas. C'est bien. Levez la main. Y a-t-il ici une personne indocile qui est sortie du chemin ? Que Dieu vous b√©nisse, la dame par ici. Quelqu'un d'autre ? Que Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re. Que Dieu vous b√©nisse, madame. Que Dieu vous b√©nisse, jeune dame, et vous, et vous, madame. C'est bien... Que celui qui s'est √©gar√© du chemin, par une main lev√©e, dise : " J√©hovah, Tu es en train de frapper √† mon cŇďur. C'est Toi qui me dis en ce moment m√™me : 'Tu es en erreur. Tu n'as jamais re√ßu le Saint-Esprit ; ta vie prouve que tu ne L'as pas.' " Peu m'importe que vous ayez peut-√™tre parl√© en langues, que vous ayez peut-√™tre saut√© et cri√© ; tout cela va de pair avec la chose. Mais si Dieu n'a pas confirm√© cela, √ßa n'a rien √† faire avec cela. J'ai vu des sorci√®res parler en langues et interpr√©ter, et - et sauter, danser et autre. Mais ce que je veux dire, c'est une v√©ritable confirmation de l'amour de Dieu qui est d√©vers√© dans votre cŇďur, alors votre parler en langues et tout sont vrais, quand ce genre de vie confirme cela. Mais si vous avez un temp√©rament, col√©rique et que vous √™tes √©go√Įste, et - et que vous avez une pens√©e d√©nominationnelle et que vous ne voulez communier avec personne d'autre parce qu'ils ne sont pas de votre √©glise, fr√®re, vous √™tes dans l'erreur. L'Esprit de Dieu ne ferait pas cela. Cet Esprit vous fait aimer votre fr√®re, et c'est... dans n'importe quelle √©glise.
E-57 Voulez-vous lever la main vers Christ, quelqu'un qui ne l'a pas fait ? Dites : " En ceci, √ī Dieu, pardonne ma stupidit√©, et maintenant je vais accepter la Robe si seulement Tu me la donnes. " Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse, madame. Que Dieu vous b√©nisse, vous qui √™tes l√†. Oui, y en a-t-il encore? Que Dieu vous b√©nisse, madame, vous, vous. L√† au parterre par ici, je vois quelqu'un. Juste du c√īt√© droit du balcon. Si vous ne L'avez pas, mes chers amis, il se peut que nous ne nous rencontrions plus jamais dans ce monde, il se peut que nous partions d'ici pour ne plus nous revoir. Mais que mes paroles soient √©crites dans les livres du ciel ce soir, et que l'Ange qui fait l'enregistrement les inscrive: J'ai invit√© chacun de vous √† recevoir Christ, √† na√ģtre de nouveau. Je vous ai annonc√© toute la v√©rit√© de l'Evangile sans en rien cacher, quoique √ßa blesse parfois, mais je vais faire une d√©claration : je suis quitte du sang des hommes et des femmes. Etes-vous pr√™ts √† recevoir Christ ? Une fois de plus. Reviens √† la maison, reviens √† la maison, Toi qui es fatigu√©, reviens √† la maison ; (Priez, chr√©tiens.) Instamment, tendrement, J√©sus appelle, Il appelle, √ī p√©cheur, reviens...
E-58 Pendant que la musique joue, qu'est-ce qu'un p√©cheur ? C'est celui qui doute, un incroyant. Le p√©ch√©, c'est l'incr√©dulit√©. Mais vous pouvez vous en aller, en disant : " Je suis membre d'√©glise. " Je parle de l'incr√©dulit√© : si vous ne croyez pas au surnaturel, vous ne croyez pas au bapt√™me du Saint-Esprit, vous √™tes un p√©cheur. La Bible dit que vous l'√™tes. " Celui qui vient √† Dieu doit premi√®rement croire que Dieu existe, et qu'Il est le r√©mun√©rateur de ceux qui Le cherchent. " Il n'y a pas longtemps, je pr√™chais un message, disant, Telle voie para√ģt droite √† un homme (l'homme pense qu'il a raison), mais son issue, c'est la voie de la mort. Je tenais une personne par la main, et elle pensait qu'elle avait raison ; moi aussi. Mais quand la mort l'a frapp√©e, ses yeux sont devenus vitreux comme cela, et il s'est mis √† hurler et √† crier. C'√©tait alors trop tard. Elle est partie. " Telle voie para√ģt droite. " Ainsi, pourquoi... Si vous n'√™tes pas convaincu maintenant que vous √™tes pass√© de la mort √† la Vie, l'Esprit de Dieu rendant t√©moignage de votre... Un couplet de plus, et pendant que nous chantons ce couplet, non pas √† moi, pas √† quelqu'un d'autre (avec chaque t√™te inclin√©e, et chaque oeil ferm√©.), levez la main vers Dieu, et dites : " Souviens-Toi de moi, P√®re ; je veux que mon nom soit enregistr√© au ciel ce soir, je Te cherche; j'ai besoin du pardon de mes p√©ch√©s stupides. J'ai besoin du pardon et du bapt√™me du Saint-Esprit. Je l√®ve ma main vers Toi pour dire que J'en ai vraiment besoin. " Reviens √† la maison... Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse. C'est bien. Une douzaine ou plus... Toi qui n'es pas s√Ľr, reviens √† la maison ; Instamment (Qu'est-ce que ce gage ? Le P√®re vous donne une invitation ce soir.)... Il appelle, Il appelle, √ī p√©cheur, reviens √† la maison !
E-59 Notre P√®re c√©leste, Tu as vu les mains, chacune d'elles. Et sachant que nous vivons √† la fois dans un monde naturel et dans un monde surnaturel, les anges sont rassembl√©s ici ; Christ est ici. Et tout ceux qui ont lev√© la main ont re√ßu cette invitation venant du P√®re. Il a frapp√© √† leur cŇďur. Et Tu as dit : " Tous ceux que le P√®re M'a donn√©s viendront √† Moi. " Nous savons que c'est la v√©rit√©, P√®re, et nous en sommes tr√®s reconnaissants. Maintenant, √† Ta propre mani√®re, veuille leur donner le bapt√™me du Saint-Esprit. Rev√™ts-les de la Robe de Christ et puissent-ils s'appuyer sur Sa justice seule. Accorde-le, Seigneur. B√©nis leurs √Ęmes; et les jeunes gens qui ont lev√© la main, appelle-les au minist√®re, Seigneur. Puissent-ils aller dans les haies, les grand-routes et dans les fosses, pour sortir les infirmes, les boiteux et les aveugles. Accorde-le P√®re. Et quand nous nous rencontrerons tous l√†-bas en ce jour-l√†, nous Te louerons. Eh bien, Ta Parole dit : " Celui qui entend Ma Parole et qui croit √† Celui qui M'a envoy√©, a la Vie Eternelle, et ne viendra pas en jugement ; mais il est pass√© de la mort √† la Vie. " Accorde, Seigneur, qu'ils m√®nent une vie paisible et heureuse, qu'ils T'aiment, qu'ils Te servent et qu'ils portent les fruits. Accorde-le, Seigneur, jusqu'√† ce qu'on se rencontrera en ce jour-l√†. Nous Te prions au Nom de J√©sus-Christ. Amen.
E-60 Que Dieu vous bénisse. Nous sommes très heureux d'avoir eu ce temps d'entretien avec vous et une petite communion jusque plus tard ce soir, quand... quand j'étais... Les jeunes gens et les autres doivent encore rouler sur une distance d'environ 300 miles [482,80 km N.D.T] ce soir. Maintenant, combien se sentent vraiment bien ? Dites simplement : " Le Seigneur m'a vraiment béni et je me sens très bien ". Merci. Je suis très - je me sens très bien parmi vous. Maintenant, il y a beaucoup de gens ici pour qui on doit prier. Combien de personnes y a-t-il ici dans la salle pour qui on doit prier ? Faites voir la ... Ceux qui veulent qu'on prie pour eux, levez la main partout, aux balcons et partout, ceux qui veulent qu'on prie pour eux. Oh ! frère, si vous êtes quelque part, vous voyez quel travail vous avez à faire maintenant.
E-61 Combien croient que J√©sus est ressuscit√© des morts ? Si J√©sus est ressuscit√© des morts, Il fera ce soir la m√™me chose qu'Il a faite quand Il √©tait ici, s'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Le fera-t-Il ? Croyez-vous qu'Il le fera ? Quand J√©sus √©tait ici, pr√©tendait-Il √™tre un gu√©risseur ? Suivez attentivement maintenant. Non. Il ne pr√©tendait pas √™tre un gu√©risseur. Est-ce vrai ? " Ce n'est pas Moi qui fais les Ňďuvres ; c'est Mon P√®re qui habite en Moi. " Eh bien, croyez-vous que Dieu √©tait en No√©, l'Esprit de Christ √©tait en No√© ? Certainement. Etait-Il en Abraham ? En Isaac ? En Jacob ? En Joseph ? Etait-Il en David quand celui-ci a regard√© J√©rusalem, apr√®s avoir √©t√© d√©tr√īn√© et rejet√©, et qu'il pleurait ? Et le Fils de David est venu quelques centaines d'ann√©es plus tard et a aussi pleur√© sur J√©rusalem. C'√©tait l'Esprit de Christ en David. Mais en ce temps-l√†, c'√©tait une portion comme dans les proph√®tes et autres. Mais quand c'en est arriv√© √† Christ, Il √©tait la pl√©nitude de la divinit√© corporellement. En lui habitait tout. Dieu √©tait en Christ. Christ √©tait Dieu. Dieu... Christ √©tait le corps humain de J√©hovah Dieu. Dieu et Christ √©tait Un. Et Dieu √©tait en Lui, r√©conciliant le monde avec Lui-m√™me. Donc, Il avait l'Esprit sans mesure. Il ne faisait rien, a-t-Il dit, sans que le P√®re le Lui ait montr√©. Eh bien, Il connaissait les secrets des cŇďurs. Il pouvait percevoir les pens√©es des gens, et tout. Et puis, Il gu√©rissait les malades comme le P√®re le Lui montrait. A-t-Il gu√©ri tout le monde qui entrait en contact avec Lui ? Non. Non, non. Non. Il a dit qu'Il faisait exactement ce que le P√®re Lui montrait. Dans Saint Jean 19 ou 5 : 19, Il a dit : " Je ne fais que... " " En v√©rit√©, en v√©rit√©, Je vous le dis, Je ne fais rien de Moi-m√™me... Le Fils ne peut rien faire de Lui-m√™me ; mais ce que le P√®re montre au Fils, le Fils le fait pareillement. "
E-62 Eh bien, on a distribué quelques cartes de prière. Et s'il y a des étrangers parmi nous qui n'ont jamais été dans une réunion, eh bien, mes amis, nous ne sommes pas des guérisseurs. Vous n'entendrez pas frère Osborn, ni frère Tommy Hicks, ni frère Ogilvie, ou l'un d'entre eux dire qu'ils sont des guérisseurs. Nous ne le faisons pas. Non, non. Ce sont des hommes bien et raisonnables. Ils ne disent pas qu'ils sont des guérisseurs. Ils disent que Dieu les a envoyés pour prier pour Ses enfants malades. C'est ce que nous faisons. Eh bien, mais nous ne faisons pas... Eh bien, ils ont reçu un don. Eh bien, frère Osborn est un merveilleux enseignant, frère Tommy, c'est aussi un enseignant, et tous deux ont une véritable, véritable touche de la foi ; il en est de même de frère Ogilvie. Et ainsi, ils s'accrochent à Dieu. Le mien est un don prophétique. Il voit, Il prédit des choses. Et voila donc la différence. Mais, c'est absolument le même Esprit.
E-63 Maintenant, nous allons appeler quelques...de pri√®re, de 1 √† 100 dans quelle s√©rie ? Quoi ? Dans la s√©rie Q. Par o√Ļ avons-nous commenc√© hier soir ? Nous avons commenc√© par le num√©ro 7. Et nous sommes all√©s jusque vers quel num√©ro ? Etait-ce le num√©ro 15 ou 20 ? Ce soir commen√ßons √† partir du num√©ro 25. Q-25, qui a Q-25, levez la main. Bien. √áa va, descendez l√†, s'il vous plait. √áa va. Billy, si tu peux descendre l√†-bas pour un instant. Maintenant, j'aimerais que tout le monde soit vraiment r√©v√©rencieux. Eh bien, s'il y a quelqu'un qui sent qu'il faut qu'il parte dans les dix ou quinze prochaines minutes, je pr√©f√©rerais que vous partiez maintenant pour ne pas d√©ranger... Que dites-vous? 25. Maintenant, dans... Je - j'aimerais que vous fassiez ceci. Maintenant, si vous √™tes oblig√© de partir, si vous - si vous √™tes r√©ellement oblig√© de partir... [Espace vide sur la bande - N.D.E.]
E-64 La manifestation et tout ce qu'Il a toujours été, Il l'est ce soir. Ne croyez-vous pas cela ? Maintenant, s'Il retourne à cette assistance... Eh bien, j'aimerais que vous sachiez que ce petit don que Dieu m'a donné... Et j'apprécie cela, car je - je ne suis pas un prédicateur, je suis Son serviteur. Voyez-vous ? Et maintenant, ce n'est pas moi qui fais opérer cela ; c'est vous-mêmes qui le faites. C'est votre foi qui fait cela. Je n'ai rien à faire avec cela. Moi, je ne fais que m'abandonner au Saint-Esprit. Eh bien, écoutez, une fois, il y avait une femme qui avait une perte de sang. Combien croient que Dieu était en Christ ? Certainement. Très bien. Une femme atteinte d'une perte de sang s'est approchée de Lui et a touché Son vêtement, elle est rentrée, elle s'est cachée et elle a même nié de L'avoir touché. Et Jésus a dit : " Quelqu'un M'a touché. " Pierre a dit : " Tout le monde Te touche. Pourquoi dis-Tu cela ? " Jésus a dit : " Mais, Je suis devenu faible. " Une vertu était sortie de Lui. Et Il a regardé tout autour ; tout le monde niait. Et cette force, en sortant, est allée droit vers cette petite femme et lui a révélé son problème. Est-ce vrai ? Eh bien, qu'était-ce ? Jésus ne le savait pas. Il était un Homme dans une chair humaine. Il était un Homme. Mais la femme a touché Dieu à travers Christ. Voyez-vous ce que je veux dire ? Maintenant, vous Le touchez de la même manière.
E-65 Maintenant, le Corps physique de J√©sus se tient √† la droite de la majest√© de Dieu dans les lieux tr√®s hauts comme une offrande pour le p√©ch√©. Et puis, Son Esprit qui √©tait dans ce corps-l√† est revenu dans les offices pr√©destin√©s, pr√©ordonn√©s dans l'√©glise, de sorte que vous touchez Dieu de la m√™me mani√®re, √† travers ces corps, ils ne sont pas dignes en eux-m√™mes, certainement pas. Mais ils ne se tiennent pas dans leur propre justice ; ils sont rev√™tus de la Robe du Seigneur J√©sus, dans Sa justice, pour annoncer Ses Ňďuvres. Voyez-vous ce que je veux dire ? Tr√®s bien. Maintenant, ayez foi. Eh bien, c'est vous qui faites op√©rer le don. J√©sus ne faisait que ce que le P√®re Lui montrait. Maintenant, si Dieu le fait, et qu'Il retourne ce soir avant que je ne remette les services √† nos bien-aim√©s fr√®res, les √©vang√©listes qui vont continuer la s√©rie de r√©unions, combien d'entre vous diront : " Solennellement de tout mon cŇďur, je croirai cela. S'Il le fait encore ce soir, je le croirai de tout mon cŇďur et accepterai cela. " Faites voir la main maintenant devant Dieu, partout. Que Dieu vous b√©nisse. Tr√®s bien.
E-66 Maintenant ? Frère Wood, est-ce que... Très bien. Oui. Avant que je ne l'oublie, je vais offrir une prière pour ces mouchoirs. Père céleste, Tu connais les gens qui ont envoyé ces mouchoirs, et je prie en demandant Tes bénédictions. Je me rends compte, Seigneur, que ce n'est pas grand-chose, mais veuille recevoir la prière de Ton pauvre serviteur indigne, et guérir tous ceux que ces mouchoirs représentent. Que lorsque cela ira vers ces petits enfants malades, vers le père, vers la mère, le fils et la fille, je Te prie, Père, de les guérir tous, au Nom de Jésus-Christ. Amen.
E-67 Maintenant, allez-vous tous rester avec moi pour prier? Maintenant, √©coutez, c'est dur, mes amis. Je - je pense que vous tous ici vous √™tes des chr√©tiens ; j'esp√®re que vous l'√™tes. Voyez-vous ? Si vous ne l'√™tes pas, vous devriez l'√™tre. Mais, maintenant Dieu vient dans Sa Parole, Il La confirme. Maintenant, j'aimerais que vous soyez vraiment respectueux, juste comme si vous aviez beaucoup de temps. Et vous n'avez pas besoin d'√™tre excit√©. Et si vous vous agitez, alors vous contrarierez quelqu'un d'autre. Et vous √™tes tous une partie de Dieu. Voyez-vous ? C'est le corps qui est en action. Si cette main a des douleurs et des crampes, comment cette main peut-elle bien travailler ? Voyez-vous ? Tout doit √™tre dans l'unit√© et dans le calme comme c'√©tait √† la Pentec√īte, tous √©taient dans l'attente de quelque chose qui devait arriver.
E-68 Eh bien, il se fait que ce soir, ceci est encore un moment tr√®s exceptionnel o√Ļ deux personnes se rencontrent comme au temps de la Bible. Je crois que, comme je l'ai dit l'autre soir, la raison pour laquelle Mich√©e avait la v√©rit√©, lui environ - contre quatre cents proph√®tes, est qu'il avait la Bible, la Parole de Dieu. Il est rest√© fid√®le √† la Bible. Et tout doit s'accorder avec la Bible. Si ce n'est pas le cas, je - je ne dis pas que Dieu ne pouvait pas faire ce que... ?... mais je crois simplement ce qu'Il a dit et c'est assez pour moi. Voyez-vous ?
E-69 Eh bien, voici une femme, une - une femme de couleur, et moi un blanc. Et la voil√† qui s'approche ici ce soir. Je n'ai jamais vu cette femme de ma vie. Je pense que nous sommes √©trangers l'un √† l'autre, n'est-ce pas, madame ? Vous - vous me connaissez ? Cette femme dit qu'il y a quatre ans, elle est venue √† l'Eglise de Philadelphie, et qu'elle √©tait toute petite comme cela, rong√©e par le cancer, et que j'ai pri√© pour elle, et regardez-la maintenant. N'est-ce pas l√† un t√©moignage merveilleux ? Que Dieu la b√©nisse. Mais maintenant, en quatre ans j'ai probablement pri√© pour beaucoup, beaucoup de centaines de milliers de gens depuis lors. Et vous venez de monter sur l'estrade, et particuli√®rement si l'onction vient ce soir, et qu'elle vient sur moi... Le lendemain, savez-vous le seul moyen pour moi de savoir ce que je vous dis ? C'est lorsque ces enregistreurs qui sont l√†, vous les voyez jouer ? Les voyez-vous ici ? C'est quand on rejoue ces enregistreurs pour moi, que je saurai ce que j'ai dit. Voyez-vous ? Mais vous conna√ģtre, ou conna√ģtre la raison pour laquelle vous √™tes ici, je ne le sais pas, n'est-ce pas ? Je ne le sais pas, non; je ne connais rien √† ce sujet.
E-70 Et voil√† donc une - une femme de couleur et un homme blanc. Cela est arriv√© une fois √† la... pendant que J√©sus descendait √† J√©richo. Et Il fallait qu'Il passe par la Samarie. Eh bien, je me demande pourquoi ? Je crois que c'est le P√®re qui L'a envoy√© l√†-bas, n'est-ce pas ? Son... Les pas du juste sont conduits par l'Eternel, et ordonn√©s par l'Eternel. Eh bien, J√©sus se rend l√†, alors Il renvoie tous Ses disciples. Et une femme samaritaine... Et il y avait une forte s√©gr√©gation en ce temps-l√† juste comme il y en a aujourd'hui entre diff√©rentes races. Mais J√©sus lui a imm√©diatement fait savoir qu'il n'y a pas de diff√©rence ; nous sommes tous un. Le pays o√Ļ vous avez √©t√© √©lev√©, votre pays d'origine, l√† au sud, en Afrique, il fait chaud l√†-bas et cela a noirci la peau. Et moi, je suis originaire du pays des Anglo-Saxons l√† o√Ļ il fait froid, et nous avons √©t√© rendus blancs et... Mais nous sommes tous... Nous pouvons nous donner du sang pour la transfusion. Nous sommes semblables. Dieu a cr√©√© toutes les nations, d'un seul sang. C'est vrai.
E-71 Et il se fait que ce soir le m√™me tableau retourne et revient, n'est-ce pas vrai ? Voici une fem... Et ainsi J√©sus a dit √† cette femme quand elle est sortie... Elle √©tait une femme de mauvaise r√©putation; nous devons le croire. Et J√©sus lui a parl√©, ne la connaissant pas, Il ne l'avait jamais vue de Sa vie. Il lui a dit : " Apporte-moi √† boire. " " Eh bien, a-t-elle dit, il n'est pas de coutume que les Juifs demandent une telle chose aux Samaritains. Nous n'avons pas de relations. " Voyez-vous la s√©gr√©gation raciale ? Et J√©sus lui a dit : " Mais si tu connaissais Celui √† qui tu parles, tu M'aurais demand√© √† boire. Et Je t'aurais apport√© de l'eau, Je t'aurais donn√© de l'eau et tu n'aurais plus √† venir ici pour chercher √† boire. " La conversation s'√©tait poursuivie pendant quelque temps. Vous √™tes-vous d√©j√† arr√™t√© pour vous demander pourquoi J√©sus poursuivait cette conversation ? L'auditoire a-t-il d√©j√† pens√© √† cela ? Pr√©dicateur, vous √™tes-vous d√©j√† demand√© pourquoi Il conversait avec elle ? Eh bien, voici mon opinion. Je pense qu'Il √©tait en train de contacter son esprit. Voyez-vous ? Parce que je sais que cela op√®re de la m√™me mani√®re ici. Voyez-vous ? Il √©tait en train de contacter son esprit... Et aussit√īt qu'Il a contact√© son esprit, Il a vu o√Ļ √©tait son probl√®me, et Il lui a dit ce qu'√©tait son probl√®me (Est-ce vrai ?), ce qu'√©tait son probl√®me. Et Il a dit : " Va, appelle ton mari. " Elle a dit : " Je n'ai pas de mari. " J√©sus a dit : " C'est vrai. Tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n'est pas ton mari. " Et qu'a-t-elle dit ? Elle a dit : " Seigneur, je vois que Tu es (un quoi ?) proph√®te. " Elle a dit : " Eh bien, nous savons (nous les Samaritains), nous savons que lorsque le Messie viendra, Il fera ces choses. Il nous dira ces choses. Mais Toi, qui es-Tu ? " Il a dit : " Je Le suis Moi qui te parle. " Et elle a jet√© sa cruche d'eau et elle est entr√©e dans la ville en courant.
E-72 C'√©tait le signe du Messie. Est-ce vrai ? Tout celui qui a d√©j√† lu le chapitre 4 de saint Jean, est-ce vrai ? Quiconque a d√©j√† lu le premier chapitre de saint Jean quand les juifs sont all√©s vers J√©sus et que celui-ci a dit... " Voici un Isra√©lite dans lequel il n'y a point de fraude. " Il a dit : " Rabbi, quand m'as-Tu connu ? " Il a dit : " Avant que Philippe ne t'appelle, quand tu √©tais sous l'arbre, Je t'avais vu. " Il a dit : " Tu es le Fils de Dieu. Tu es le Roi d'Isra√ęl. " Est-ce juste ? Si c'√©tait cela le signe du Messie chez les Juifs, le signe du Messie chez les Gentils, ou chez les Samaritains, que serait-ce chez les Gentils ? Maintenant, Dieu dans ces derniers jours a pris les Gentils pour Son Nom. Un Samaritain est √† moiti√© Juif et √† moiti√© Gentil. C'est √ßa. Mais maintenant, quel sera le signe pour nous ? Ce sera le m√™me signe, si le Messie est le m√™me. Croyez-vous qu'Il est le m√™me ? La Bible dit-elle qu'Il est le m√™me ? " J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Les choses que Je fais... Encore un peu de temps et le monde (qui est formaliste), ils ne Me verront plus. " Ils n'√©couteront pas, ils ne resteront pas longtemps...
E-73 [Espace vide sur la bande - N.D.E.] ... si l'assistance peut encore √©couter ma voix, la dame semble s'√©loigner de moi. Et elle a une affection √† son c√īt√©. Et c'est √† son c√īt√© gauche. Et elle... Aussi, je la vois comme un - comme en train de suffoquer ou quelque chose comme cela, c'est... Cela arrive particuli√®rement quand elle se couche. Elle a un probl√®me au cŇďur, c'est cela qui lui cause cette maladie du cŇďur. C'est la v√©rit√©. Je continue √† voir quelqu'un d'autre qui s'approche de vous, il s'√©loigne dans la vision. C'est une autre personne pour qui vous voulez qu'on prie. Vous voulez me demander de prier pour une personne. C'est quelqu'un qui a un probl√®me des pieds. Cela a caus√© une maladie aux pieds, il a des ulc√®res aux pieds. C'est tout √† fait vrai. C'est vrai. Croyez-vous que J√©sus-Christ est ici ? Venez ici, ma sŇďur. P√®re c√©leste, Ta Pr√©sence b√©nie est si proche ici, et nous les mortels, nous sommes privil√©gi√©s de voir Ton Esprit, avec des preuves infaillibles ici, se mouvoir parmi Ton peuple. Je Te prie, P√®re c√©leste, d'√™tre mis√©ricordieux, et Toi qui autrefois avais gu√©ri cette femme-l√† qui √©tait rong√©e par le cancer, combien ces choses sont petites. Ainsi, P√®re c√©leste, la Parole dit : " Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : s'ils imposent les mains aux malades, ceux-ci seront gu√©ris. " Et je fais ceci au Nom de J√©sus. Amen. Que le Seigneur vous b√©nisse, ma ch√®re sŇďur, et qu'Il vous accorde les b√©n√©dictions divines. Maintenant, l√† dans l'assistance, je veux que vous croyiez. Vous qui n'avez pas de cartes de pri√®re maintenant, vous qui n'avez pas de cartes de pri√®re, commencez √† croire, √† prier Dieu de vous visiter. Ayez simplement foi maintenant. Croyez de tout votre cŇďur.
E-74 Eh bien, madame, je pense que nous sommes inconnus l'un √† l'autre. C'est √ßa. Eh bien, ici, la sc√®ne change. Celle-ci est une blanche. Maintenant, voici que nous nous tenons ici l'un devant l'autre pour la premi√®re fois dans la vie. Mais J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, nous conna√ģt tous deux. Croyez-vous vraiment ? Ayez simplement foi maintenant. Quelque chose s'est pass√©e dans l'assistance ; je ne l'ai pas bien saisi. Eh bien, si vous pouvez simplement continuer √† prier, et √† croire. Dieu est certainement ici pour gu√©rir ceux qui veulent √™tre gu√©ris. Maintenant, la dame qui se tient √† c√īt√© de moi, simplement je... Vous n'avez pas √† me regarder ni rien, mais je - je vous parle simplement. Etant un inconnu pour vous, naturellement, il n' y a que Dieu qui vous conna√ģt, moi je ne vous connais pas. Mais si Dieu parle ici et qu'Il me fait savoir ce qui vous concerne ou la raison pour laquelle vous √™tes ici, croirez-vous de tout votre cŇďur, et accepterez-vous Christ comme Celui qui pourvoit √† tout ce dont vous avez besoin ? Tr√®s bien, qu'Il vous l'accorde. Vous souffrez d'une grosseur. Et cette grosseur est dans le sein. Et c'est dans votre sein gauche. C'est vrai. Je... Vous √™tes aussi la femme d'un pr√©dicateur. Vous n'√™tes pas de cet Etat; vous √™tes d'un autre Etat, de l'Etat de Missouri, je crois, d'une petite ville appel√©e Sullivan, ou quelque chose comme cela. Oui, oui. Vous priez aussi pour quelqu'un d'autre. La personne a une tumeur, c'est pour cela que vous √™tes en train de prier. Votre nom, c'est quelque chose comme Garner, ou quelque chose comme cela, n'est-ce pas vrai ? Maintenant, croyez-vous au Seigneur J√©sus ? C'est vrai. Eh bien, Il a su qui Pierre √©tait ; c'est comme cela que je sais qui vous √™tes. Maintenant, L'acceptez-vous pour tout ce pourquoi vous √™tes venue ? Pouvez-vous vous approcher maintenant afin que je puisse solliciter Sa b√©n√©diction ? Maintenant, P√®re c√©leste, la petite femme est pratiquement hors d'elle-m√™me en ce moment-ci, √† cause de cette grande projection du Saint-Esprit qui se meut sur elle, et elle se rend compte que - qu'un homme ne peut pas faire ces choses ; cela ne peut venir que de Dieu seul. J'impose ma main sur la femme, ne me rappelant plus en ce moment ce que la vision a montr√©, mais quel que soit son d√©sir, P√®re, je Te prie de le lui accorder, au Nom de J√©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur.
E-75 √áa va, pouvez-vous faire venir votre patient suivant, fr√®re ? " Si vous pouvez croire, a dit notre Seigneur J√©sus, toutes choses sont possibles. " Croyez-vous cela ? Bonsoir, monsieur. Il y a une ligne qui part de cette femme-ci, de cette femme-l√† et qui va vers cet homme, l'esprit. J'aurais bien aim√© expliquer cela ; je ne le peux pas. Cela ne doit pas √™tre expliqu√©. Cette dame a une sorte de trouble cardiaque qui l'√©touffe. Oui, c'est vrai. Cet homme souffre de la m√™me maladie. Oui, oui. Ce d√©mon essaie de s'en tirer avec cela (voyez-vous ?), mais il ne le peut pas. Vous souffrez aussi d'une hernie, n'est-ce pas, monsieur ? Oui, oui. Dites donc, vous √™tes un pr√©dicateur, un pr√©dicateur pentec√ītiste. Voulez-vous que je vous dise de quelle √©glise vous √™tes membre ? Des Assembl√©es de Dieu. Vous pouvez partir en croyant, mon fr√®re. Cela vous a quitt√©s vous deux. Et puisse... Ainsi, que le Seigneur vous b√©nisse. Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas. " Si vous pouvez croire... "
E-76 La petite dame qui est assise juste dans la ligne √† partir de l√† o√Ļ cette femme vient d'√™tre gu√©rie, vous l√† en pri√®re pour votre petit-fils. Je le vois se tenir devant toi. Il souffre de l'asthme, une sorte de toux dans sa gorge. Et il a aussi un rhume de foin, cela le d√©range. C'est vrai. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Prenez ce mouchoir que vous avez √©lev√© vers Dieu et posez-le sur l'enfant. Ayez foi ; ne doutez pas. " Si tu crois, toutes choses sont possibles. "
E-77 Bonsoir, monsieur ? Je ne vous ai jamais vu de ma vie, monsieur. Je vous suis totalement inconnu. Vous √™tes conscient que vous entrez dans la Pr√©sence de Quelque Chose, qui n'est pas votre fr√®re, n'est-ce pas ? Vous savez que vous entrez dans Sa Pr√©sence, et non pas dans la pr√©sence d'un homme. La pr√©sence d'un homme ne pouvait pas vous faire vous sentir comme cela. Mais, c'est Lui. Eh bien, c'est Dieu qui est le Gu√©risseur. Si on vous a remis une carte de pri√®re, avancez ici ; voyez ces gens qui ne sont pas venus ici, ils n'avaient pas de carte de pri√®re. Tout ce qu'il vous faut, c'est la foi. Maintenant, si Dieu me fait savoir pourquoi vous √™tes ici, accepterez-vous cela ? Si je pouvais vous aider et que je ne le fasse pas, je serais une brute. Mais je - je suis votre fr√®re. Je suis votre fr√®re chr√©tien, un serviteur du Seigneur J√©sus. Par un don divin, je peux √™tre capable de vous aider pour que vous ayez la foi d'accepter le Seigneur J√©sus ; pour qu'Il vous accorde ce dont vous avez besoin. S'Il me fait savoir ce dont vous avez besoin, alors accepterez-vous ce que vous avez demand√© - ce que vous me demanderiez ? La premi√®re chose, vous me demanderez de prier pour vous pour une maladie des nerfs. Vous √™tes tr√®s nerveux. C'est vrai. Mais vous avez un grand fardeau. C'est vrai. Croyez-vous qu'elle sera gu√©rie ? Croyez-vous que Dieu peut encore la r√©tablir, la r√©tablir dans son √©tat mental normal et la gu√©rir ? vous l'avez ramen√©e √† la maison, n'est-ce pas, vous l'avez prise d'un asile d'ali√©n√©s, c'est votre fille. Et elle est juste comme une folle; vous ne pouvez rien faire pour elle. Vous devez la ramener. C'est dans cet √©tat qu'elle est √† cette heure-ci. Mais pouvez-vous croire, mon fr√®re ? Si vous croyez, vous pouvez - si - si vous croyez de tout votre cŇďur, vous pouvez aller trouver l'enfant comme vous le croyez. Le ferez-vous ? P√®re c√©leste, je prie que Tes b√©n√©dictions soient sur cette requ√™te. Accorde-le, Seigneur Dieu. Je demande solennellement cette b√©n√©diction, Seigneur, pour Ta gloire et au Nom de J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, je demande ceci. Accorde-le, Seigneur. √Ē Dieu, accorde-le pour Ta gloire. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, monsieur. Puissiez-vous trouver les choses comme vous l'avez cru.
E-78 Vous, la dame qui avez lev√© la main l√†-bas, l√† au bout de la rang√©e ; vous avez l'arthrite. Vous portez une petite cravate. Oui. Je vous vois en train d'essayez de quitter votre lit, tout raide, un matin. Dieu vous a aussi vue lever la main. Pouvez-vous croire ? Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Je vois la vision se d√©placer vers la dame suivante ; elle est aussi en train de prier. Cette maladie du rectum va vous quitter, madame, si vous croyez au Seigneur J√©sus. Croyez-vous en Lui ? La dame qui est assise √† c√īt√© de vous souffre des pieds. C'est vrai, madame. Voulez-vous aussi croire au Seigneur J√©sus-Christ? Tr√®s bien. Posez votre main sur la dame suivante, qui souffre du cŇďur, la dame √Ęg√©e qui porte un petit chapeau rond. Et si vous croyez pour elle, vous pouvez alors √™tre toutes gu√©ries. Croyez-vous ? Nous allons prier pour vous. Notre P√®re c√©leste, nous Te prions au Nom de Christ de les gu√©rir et de les r√©tablir. Accorde-le, Dieu √©ternel et b√©ni, pour Ta gloire. Accorde ces b√©n√©dictions √† toute l'assistance. Je Te prie d'accorder ceci, P√®re. Et puissent Tes b√©n√©dictions √©ternelles demeurer. Je Te prie au Nom de J√©sus-Christ. Amen. Qu'arriverait-il, sŇďur, si je vous disais simplement que Dieu avait exauc√© votre requ√™te pendant que vous √©tiez assise l√† ? Me croiriez-vous sur parole pour cela ? Descendez de l'estrade en croyant. Que Dieu vous b√©nisse.
E-79 Oh ! n'est-ce pas merveilleux ? Dieu est merveilleux. Il peut gu√©rir la maladie la plus grave, n'est-ce pas ? R√©tablir, gu√©rir. Le diab√®te, tout, ne repr√©sente rien pour Lui, n'est-ce pas ? Il peut le gu√©rir. Et quand le docteur op√®re et qu'il ouvre une plaie √† un endroit, et que cela ne se cicatrise pas, comme √ßa a √©t√© le cas pour vos pieds pendant tout ce temps, Il peut gu√©rir cela. Croyez-vous cela, sŇďur ? Alors allez-y et recevez votre gu√©rison au Nom du Seigneur J√©sus. Amen. Ayez foi en Dieu. Croyez-vous ? Toute l'assistance, croyez-vous au Seigneur J√©sus ? Combien l√†-bas sont pr√™ts √† croire en ce moment-ci ? Il est aimable, doux, gentil. Ayez simplement foi.
E-80 Qu'en est-il de vous qui √™tes l√† dans les fauteuils roulants ? Qu'en pensez-vous ? Croyez-vous cela ? Regardez de ce c√īt√©-ci et croyez. Partout dans la salle, l√† dans l'assistance, partout, √©coutez, vivez, croyez. Tournons-nous vers les fauteuils roulants pendant un instant. Je ne peux pas vous gu√©rir. Vous ne pouvez cependant pas vous cacher. Son Esprit est ici. Je vois une dame au-dessus de la quelle est suspendue une ombre noire, la dame aux cheveux gris, qui est assise dans un fauteuil roulant. Elle a un cancer, c'est tr√®s critique. C'est aussi dans les poumons. Elle est dans un √©tat critique. Mais, madame, en plus de cela, je vois un autre trait noir qui vous suit. Vous avez besoin de J√©sus comme votre Sauveur. Vous ne vous √™tes jamais convertie, et vous avez besoin de Christ comme votre Sauveur. Voulez-vous L'accepter maintenant comme votre Sauveur ? Voulez-vous le faire ? Alors, moi, je me l√®verais de ce fauteuil roulant, je le prendrais, et je franchirais la porte en le poussant. Je rentrerais √† la maison et je serais gu√©ri... ?... au Nom du Seigneur... Vous pouvez vous en aller au Nom du Seigneur. Pendant que vous √™tes debout, voulez-vous croire au Seigneur J√©sus ? Levez vos mains vers Lui maintenant m√™me. Je d√©fie votre foi.
E-81 √Ē Seigneur, Cr√©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle, et Donateur de tout don, je viens √† Toi, Seigneur. √Ē Dieu, comment les gens peuvent-ils s'abaisser dans l'incr√©dulit√©. Envoie Ton Saint-Esprit juste en ce moment... ?... renvoie dans cette assistance, le bapt√™me du Saint-Esprit et puisse-t-Il illuminer cette salle. Qu'Il condamne maintenant et chasse tout esprit de doute, toutes les t√©n√®bres. Et que Satan l√Ęche les gens. Seigneur, je sais que Tu es ici, et l'unique chose qui emp√™che celle-ci d'√™tre la plus grande soir√©e qu'ils aient jamais vue, c'est cette petite incr√©dulit√© qui est suspendue au-dessus d'eux. Je d√©fie cette incr√©dulit√©. Je la d√©fie par la Parole de Dieu. Je la d√©fie par le Saint-Esprit. Je la d√©fie au Nom de J√©sus. Sors de ce b√Ętiment ; quitte ces gens; au Nom de J√©sus-Christ, sors d'eux. Et que tout le monde soit parfaitement gu√©ri et r√©tabli, qu'ils se l√®vent de leurs petits lits, de leurs fauteuils, et qu'ils marchent au Nom du Seigneur J√©sus-christ et pour Sa gloire.

En haut