ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication DIEU TIENT SA PAROLE / 57-0120E / JEFFERSONVILLE, IN, USA // VGR 1 heure 51 minutes PDF MP3 low MP3 HQ

DIEU TIENT SA PAROLE

Voir le texte français et anglais simultanément
(1) ...autrefois. Et je suis reconnaissant à celle qui se donne la peine de le chanter pour moi quand je reviens, à Soeur Angie et à Soeur Gertie. Que le Seigneur les bénisse. Quand j’entends ça, de vieux souvenirs d’il y a longtemps me reviennent à la mémoire. Juste avant de partir du Tabernacle, nous avons eu un grand réveil qui a duré tout un hiver, où nous avons prêché sur le Livre de l’Apocalypse du Seigneur Jésus. Et je... Presque tous les dimanches soir, elles chantaient ce chant, Tiens bon. Merci, Soeur Gertie. Et je suis vraiment content qu’elles l’aient chanté encore pour nous ce soir. (2) Soeur Angie disait qu’elle était un petit peu enrouée. Eh bien, ne te sens pas seule; moi aussi, je le suis. Mais, ce matin, après avoir éprouvé la patience des gens en prêchant pendant environ deux heures et demie... Ça, c’était une de mes prédications miniatures. Alors, je suis sorti à l’extérieur, et, comme le sol était un peu mouillé, évidemment c’est ce qui m’arrive. (3) Mais, j’aime vraiment beaucoup la Parole, et particulièrement la bénédiction du Saint-Esprit qui accompagne la Parole. Et, quand Il bénit et qu’Il me vient en aide, je ne trouve tout simplement pas le moyen de m’arrêter, alors, vous savez ce que c’est. Maintenant, je ne voudrais pas prêcher aussi longtemps ce soir, peut-être, vu que je suis un peu enroué, mais nous comptons sur Dieu pour qu’Il nous bénisse et pour Son aide spirituelle, c’est un besoin vital dans nos vies. (4) Et là, comme Frère Neville l’a annoncé, avec son émission, au cours de son émission, plutôt. Et j’aimerais que tout l’auditoire écoute cette émission. Maintenant, ce n’est pas lui qui me dit de dire ça. Mais samedi dernier je n’ai jamais été si béni en écoutant une émission. Combien ont entendu ce message-là? C’était un chef-d’oeuvre. WLRP, de neuf heures à neuf heures et demie, tous les samedis matin, le trio Neville. (5) Et je parlais au frère qui s’occupe des enregistrements, Frère Léo, qui est dans la pièce. Ça l’a tellement emballé qu’il ne... Il disait : “Dites donc, qui est ce prédicateur?” Il a la radio allumée. Et Frère Gene, ou quelqu’un, a dit : “C’est Frère Neville. C’est son temps d’antenne.” Et c’était vraiment merveilleux. Pas seulement celui-là, mais chacun. (6) Je vais vous dire pourquoi j’aime beaucoup écouter prêcher Frère Neville. Ce n’est pas surtout parce qu’il est un bon prédicateur, mais parce que je sais qu’il vit ce qu’il prêche. Et je préférerais que vous viviez une prédication devant moi plutôt que de m’en prêcher une. Ce sera plus efficace. (7) Et maintenant j’ai annoncé, j’ai fait annoncer que je prêcherais pendant quelques instants, ce soir, sur : Dieu tient Sa Parole. (8) Et, ce matin, je parlais de L’imitation du Christianisme. (9) Maintenant, que le Seigneur ajoute Ses bénédictions, là, alors que nous lirons Sa Parole. Et je veux lire à différents endroits dans l’Écriture, au moins trois, ou peut-être en citer d’autres. En effet, c’est de la Parole que nous parlons. Dans le dernier Livre de la Bible, le Livre de l’Apocalypse, après que la Bible entière a été... se termine, ici, on avait le–le message à l’Église. Au chapitre 22 de l’Apocalypse, et à partir du verset 17 . Et l’Esprit et l’épouse disent : Viens. Et que celui qui a soif dise : Viens!...que celui qui entend dise : Viens. Et que celui qui a soif vienne; que celui qui veut prenne des eaux de la vie, gratuitement. Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre : Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; Et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles de ce livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, et des choses qui sont écrites dans le livre. Celui qui atteste ces choses dit : Oui, je viens bientôt. Amen! Viens, Seigneur Jésus! Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous! Amen! (10) Ensuite, dans Jean, au chapitre 12 de Jean, à partir du verset 39 . Aussi ne pouvaient-ils pas croire, parce qu’Ésaïe a dit encore : Il a aveuglé leurs yeux; et il a endurci leur coeur, de peur qu’ils ne voient des yeux, qu’ils ne comprennent du coeur, qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse. (11) Ensuite, dans Matthieu, au chapitre 24 , le verset 35 , c’est Jésus qui parle. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront jamais. (12) Et dans Galates 1.8. ...quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu’il vous soit anathème. (13) Maintenant courbons la tête un petit instant, pour un mot de prière. (14) Notre Dieu, nous venons à Toi au Nom de Ton Fils bien-aimé, qui nous a invités à venir, en disant : “Demandez ce que vous voudrez au Père en Mon Nom, et Je le ferai.” Alors, nous venons au Nom de Jésus, d’abord pour nous repentir de notre propre péché et de notre manquement, et pour te demander de nous purifier de toute notre iniquité, et d’épurer notre pensée, pour que nous pensions aux choses qui sont justes et qui se rapportent au Royaume de Dieu. Et, ce soir, que nos pensées soient concentrées sur quelque chose qui soit pour le bien du Royaume de Dieu et pour le bien des gens qui font partie de ce Royaume. Et que nos coeurs soient purifiés de toutes les choses qui sont viles. Nous désirons marcher avec droiture devant Toi, avec des mains propres et un coeur pur. Et, oh, il n’y a que Dieu qui puisse faire ces choses. (15) Aussi nous Te prions, Père, de nettoyer nos mains et de purifier nos coeurs. Lave-nous des choses du monde, dans les eaux de purification, par la Parole. Et que, par la Parole... Tu as dit : “Vous êtes purs, par la Parole.” Aussi nous prions que la Parole sonde profondément nos coeurs à tous, ce soir, et qu’Elle nous purifie de toute incrédulité, que nos coeurs puissent être renouvelés par le Saint-Esprit. Et puisse-t-Il nous apporter ce soir les choses qui soient utiles au Royaume de Dieu. Viens en aide, Seigneur, à ceux qui–qui manquent de force le long du chemin, qui ont, qui ont du mal à croire la Parole. (16) Et, ô Dieu, en cette heure sombre et perfide où nous vivons, et quand nous considérons cette crise mondiale qui est devant nous, tout ce que nous voyons, ce sont des ténèbres devant nous. Et Tu as dit : “Levez la tête quand ces choses commencent à arriver, parce que notre rédemption approche.” Et puissions-nous être exhortés ce soir, et par le Saint-Esprit, à prendre cela à coeur, à lever la tête vers la face du Dieu du Ciel, qui a promis que notre rédemption se ferait à ce moment-là. Comme Jean, sur l’île, a fait cette prière : “Viens, Seigneur Jésus.” (17) Nous Te prions de nous accorder ces choses, ce soir. Guéris tous ceux qui sont malades et affligés. Console les saints. Appelle les pécheurs à la repentance. Et renouvelle-nous tous, pour que nous repartions d’ici, en serrant sur nous l’armure complète de Dieu, pour aller de l’avant en soldats préparés pour le combat à venir. (18) Maintenant, de même que nous nous sommes rassemblés ce soir, chacun en prière, avec la bannière sur nous, l’Étoile du Matin qui ouvre le chemin! L’armée de l’ennemi, elle aussi, s’est campée, et leur grand challenger s’avance, il se glorifie, en disant que “les jours des miracles sont passés”. Mais, ô Dieu, suscite-nous un David, un guerrier, un challenger. Et que cet Esprit habite dans chaque coeur, en abondance. Car nous le demandons au Nom de Christ. Amen. (19) Comme introduction à ce sujet des plus vital, et qui n’est pas du tout dirigé contre la croyance de quelqu’un, ni pour contrarier, pour troubler ou pour s’attirer des ennemis, mais dans le seul but de rassembler et d’unir le peuple de Dieu. Et la raison pour laquelle j’ai choisi d’en parler au Tabernacle ce soir, c’est à cause des conditions actuelles, du temps où nous vivons. Je–je crois que nous sommes au–au bord de quelque chose, c’est sur le point d’arriver, et le monde entier en est conscient. On dirait que personne ne peut mettre le doigt carrément dessus, mais pourtant nous savons que quelque chose est sur le point de se produire. Ce n’est pas seulement ici, c’est partout. (20) Et je pense qu’il serait tout à fait de circonstance pour nous ce soir, de prendre ce moment, pendant que les gens sont rassemblés, pour parler de quelque chose qui soit d’une importance vitale, pour améliorer, pour nous amener à comprendre, pour nous munir d’une meilleure compréhension de Christ et de l’Évangile, et du temps où nous vivons. (21) Maintenant, pour commencer, je voudrais dire ceci, qu’il n’y a pas longtemps, je me suis trouvé dans un séminaire luthérien. Et les frères luthériens me disaient, après m’avoir écrit une lettre, de critique très violente, le doyen. Et ils parlaient, ils me disaient des choses, que–que j’étais un “devin”, et beaucoup de vilaines choses qu’en fait, ils ne pouvaient pas prouver. C’est parce que j’avais dit que “le diable ne peut pas guérir”. (22) Or, si le diable peut guérir, c’est un créateur. Et un Créateur, il n’y en a qu’Un, et c’est Dieu. Le diable ne peut pas créer. (23) Le diable n’est même pas omniprésent. Il ne peut se trouver qu’à un seul endroit à la fois. Ses démons, ils sont présents partout. Mais Dieu est omniprésent. Le diable ne peut être présent qu’à un seul endroit. (24) Dieu est omnipotent. Le diable possède un pouvoir limité, c’est-à-dire tant qu’il réussit à faire avaler son bluff. Et légalement, le seul droit qu’il a, c’est de vous faire retourner à la poussière de la terre. C’est son seul droit. Et encore là, avec la bénédiction de Dieu, la promesse de Dieu quant à la résurrection. (25) Donc, Dieu est le seul Créateur, et Dieu est le Seul qui peut former des cellules. Et les cellules, c’est une création, et la création ne vient que de Dieu. Donc, Dieu est le seul Guérisseur, et il n’existe aucune autre guérison que la guérison Divine. (26) Nous avons des médecins réputés qui peuvent replacer un os, mais c’est Dieu qui guérit. Nous avons des médecins qui peuvent enlever un appendice ou faire l’ablation d’une tumeur, et c’est simplement la bonne chose à faire. Mais qui opère la guérison? C’est Dieu qui opère la guérison, car Il est le seul Créateur. (27) Et, donc, il disait : “Qu’en est-il de nous, les luthériens? Pensez-vous, à votre avis, que nous soyons Chrétiens?” (28) J’ai dit : “Très certainement.” J’ai dit : “Le Royaume de Dieu a été comme un homme qui a planté son maïs dans un champ. Un matin, il y est allé et il a regardé, et les deux petites feuilles avaient pointé, au début du printemps. Et le cultivateur a dit : ‘Regardez mon champ de maïs!’ Or, est-ce qu’il avait du maïs? Potentiellement, il en avait, mais pas en épis.” (29) Bon, c’est exactement comme si je vous donnais... vous me demandiez un chêne et que je vous donne un gland. Potentiellement, vous avez le chêne, parce que le chêne se trouve dans le gland. Et, de même, dans le grain de maïs, vous avez effectivement le maïs, mais seulement potentiellement. Vous avez le grain. Donc, le cultivateur disait : “Regardez mon carré de maïs. Il est beau, hein? Mon maïs!” Il l’appelait du maïs, pourtant il était en herbe. (30) Après quelque temps, la tige de maïs a poussé, et c’est devenu une aigrette. L’aigrette, c’est là qu’est le pollen, ou, le pollen tombe de l’aigrette, ce qui produit la fécondation du maïs, entre le mâle et la femelle. Maintenant, que se passerait-il si l’aigrette regardait en arrière, et qu’elle dise à la–la feuille : “Bon, moi, je n’ai rien à voir avec toi. Tu ne comptes même pas. Je suis quelque chose de différent. Je suis l’aigrette. C’est moi qui suis acceptée. Toi, tu n’as rien à voir là-dedans.” Mais n’empêche que, sans la feuille, il ne peut pas y avoir de pollen dans le maïs, parce que l’aigrette tombe dans la feuille, et c’est de là que sort l’épi. Et la même vie qui est dans la–la feuille est aussi dans l’aigrette. (31) Après quelque temps, l’épi apparaît. L’épi arrive, le grain. Et ensuite, le grain dit à l’aigrette : “Je n’ai rien à voir avec toi. Tu ne comptes même pas.” Mais s’il n’y avait pas eu d’aigrette, il n’y aurait pas eu de grain. (32) En fait, la petite tige, c’était le réveil luthérien; et l’aigrette, c’était le réveil méthodiste; et l’épi, c’est ce réveil-ci. Mais tout ça ensemble, c’est le même Esprit, la même Vie qui était dans la petite tige de maïs au départ, c’est la même Vie qui est dans le grain. (33) Maintenant, la seule chose que les pentecôtistes... Je parle des vrais pentecôtistes, et non des soi-disant. Mais le vrai Message pentecôtiste, ce n’est rien d’autre qu’une restauration de la même Chose qui est tombée en terre, qui s’est transmise à travers les luthériens, les méthodistes, les baptistes, les presbytériens. Voyez? Maintenant, on en est tout simplement à l’épi. Et maintenant je... (34) Ça me coûte terriblement de dire ça, mais il y a des champignons qui ont poussé là-dessus. Et vous, les cultivateurs, vous savez ce que c’est. C’est quelque chose qui imite l’épi. Or, c’est ce que nous voulons retrancher ce soir. En effet, si vous ne l’enlevez pas de votre maïs, tout le carré va se gâter. (35) Donc, voilà une chose que je veux éclaircir, c’est que les gens de toutes les églises dénominationnelles, quand ils ont traversé ces époques glorieuses, c’était le mûrissement. Et maintenant l’église est dans le grain, et elle doit produire la même chose que ce qui est tombé en terre. Donc, nous vivons tout simplement dans une Église arrivée à pleine maturité. Et une partie ne peut pas dire telle chose d’une autre partie, car eux, ils ont bien vécu leur part à leur époque. Et c’était eux le carré de maïs aux yeux de Dieu, alors nous ne voulons déprécier personne. (36) Mais aujourd’hui, il y a des enseignements, et particulièrement au cours d’émissions populaires à l’échelle mondiale, qui déprécient la Parole de Dieu, et qui disent que “Dieu habite dans une église, et non dans la Parole”. (37) J’ai entendu un de ces enseignants bien connus l’autre soir, qui disait : “Où avez-vous pris votre Bible? J’imagine que Dieu a eu l’idée de vous écrire une Bible, là-haut au Ciel, et qu’Il l’a donnée à des petits Anges, qui, à leur tour, ont descendu les couloirs du Ciel pour vous la présenter, à vous.” Et il disait que “personne ne pouvait vivre l’enseignement de la Bible, et qu’Elle n’était pas tout à fait authentique”. Et ils prétendent qu’ils sont la première Église, du début. (38) Bon, les gens, là, qui vont à cette église, ce sont des hommes et des femmes comme nous, ils aiment, et ils mangent, et ils boivent. Y a-t-il un moyen d’empêcher ça? Non, puisque la Bible a dit que ce serait comme ça; et Elle a raison. (39) Mais pour vous encourager, là, je veux être très clair et bien me faire comprendre : moi, je crois que Ceci est la Parole entière, infaillible et sans mélange de Dieu, qu’on ne peut rien Y ajouter ni rien En retrancher. C’est le plan entier de Dieu pour son Église. “Personne ne peut poser aucun autre fondement que celui qui a déjà été posé.” Vous le voyez? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.] Voilà pourquoi je crois à l’infaillibilité de la Parole de Dieu. J’ai dit à une de ces personnes : “D’où disiez-vous que cette Bible venait, de votre église? Que votre église avait écrit cette Bible? – Oui, ce sont nos saints qui ont écrit la Bible.” (40) J’ai dit : “Dans ce cas, comment se fait-il, à partir de là, que vous soyez tellement différents de cette Bible aujourd’hui?” (41) “Eh bien,” il a dit, “vous voyez, ces hommes-là ont vécu à une époque, nous, nous vivons à une autre époque.” (42) “Mais”, j’ai dit, “Dieu a vécu à toutes les époques. Et la Bible, si Elle est inspirée, c’est le Dieu infaillible qui a écrit la Bible. Et Il a dit, dans Sa Parole, que ‘les cieux et la terre passeraient, mais que Ses Paroles ne passeraient jamais’.” (43) Maintenant il est très alarmant, pour l’homme qui n’y avait jamais songé, de voir ces choses-là approcher. Mais, si vous saviez seulement, ce n’est que l’accomplissement de l’Écriture. Et ça me coûte terriblement de dire ça en Amérique, avec tout ce fantastique et tout ce que nous avons aujourd’hui dans les soi-disant mouvements religieux d’aujourd’hui. Pas pour les abaisser; le peuple de Dieu se trouve dans ces mouvements. Mais je voudrais dire ceci. L’Amérique en est arrivée, à force de retrancher et de s’éloigner – les catholiques et les protestants, les deux – de l’enseignement de la Parole, au point où ils ont adopté un système. Et ce système est un système intellectuel qui présente du tape-à-l’oeil au lieu de la Parole. Et les Américains se laissent prendre au tape-à-l’oeil. Les Américains en sont arrivés au point d’adorer une déesse. (44) J’ai le plus profond et le plus grand respect pour les femmes. Ma mère en est une, et mon épouse, et j’ai des jeunes filles. Et une femme qui reste à sa place, et qui est une dame, il n’y a rien de plus précieux en dehors du salut, pour notre nation, qu’une vraie femme. (45) Mais quand c’en arrive au point d’adorer les femmes, à ce moment-là vous êtes en dehors du plan de la Bible. Il n’y a aucun plan dans la Bible qui admette l’adoration d’aucune femme, d’une Marie, ou d’une sainte Cécile. Il n’y a pas le moindre passage de l’Écriture pour appuyer ça. Au contraire, Elle s’y oppose. Alors, pourquoi est-ce arrivé, si ceci a été le commencement, ces gens qui ont marché avec Christ et qui ont écrit par inspiration... Pensez-vous que je prendrais la parole d’un autre homme là-dessus? Non monsieur. La Parole Éternelle de Dieu, c’est Ceci. (46) Or, le ministre ou le prêtre qui me parlait, il disait : “Dieu est dans Son église.” (47) J’ai dit : “Dieu est dans Sa Parole.” Dieu est dans Sa Parole. La Bible dit : “Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Et la Parole a été faite chair et Elle a habité parmi nous.” Dieu est dans Sa Parole. (48) Maintenant, remarquez, dans l’Ancien Testament, ils avaient deux moyens de vérifier l’exactitude d’un message. C’est que, quand un prophète prophétisait, ou qu’un songeur avait un songe, ils le racontaient devant le–le pectoral d’Aaron. Sur le pectoral d’Aaron, il y avait les pierres de naissance des douze patriarches, sur ce pectoral. Il le portait sur sa poitrine, pour montrer qu’il était le souverain sacrificateur des douze tribus d’Israël. Alors, quand ils racontaient cette vision, ou qu’ils racontaient ce songe, si Dieu confirmait la chose, il y avait une Lumière surnaturelle qui brillait sur cet Urim Thummim, et qui confirmait que ce message-là était vrai. Peu importe combien ce message pouvait avoir l’air réaliste, peu importe combien il semblait bien concorder avec l’époque, si la Lumière surnaturelle sur l’Urim Thummim ne brillait pas, il était rejeté, parce qu’il n’était pas de Dieu. (49) Et je dis, aujourd’hui. Oh, je veux que vous écoutiez. Tout message, quand même il viendrait d’un prêtre, d’un prédicateur, d’un prophète, de n’importe quoi d’autre, n’importe quel homme; si spirituel qu’il soit, quelle que soit sa fonction, ce qu’il a fait, qu’il ait ressuscité les morts, qu’il ait guéri les malades; qu’il soit l’archevêque de Canterbury, qu’il soit le pape de Rome, qu’il soit à la tête d’une grande dénomination; si spirituel qu’il soit, il aura beau avoir parlé en langues, il aura beau avoir dansé par l’Esprit, il aura beau avoir prêché l’Évangile; quoi qu’il ait fait, si son message ne vient pas de la Bible, il est faux. C’est Ceci l’Urim Thummim de Dieu. (50) Quand la Bible a été achevée, l’ange est descendu, il parlait à Jean. Ensuite Jésus est venu, Lui-même, Il a dit : “Moi, Jésus, J’ai envoyé Mon ange pour attester ces choses. Et maintenant, ferme ce Livre, mais ne Le scelle pas. Car quiconque En retranchera quoi que ce soit ou Y ajoutera quoi que ce soit...” C’est la Parole de Dieu. (51) Paul, de concert avec l’Esprit, a dit : “Quand un Ange du Ciel,” pas un archevêque, pas un pape, pas un cardinal, “mais quand un Ange du Ciel apporterait tout autre message que celui-ci, qu’il vous soit anathème.” [Frère Branham a donné trois coups sur la chaire.–N.D.É.] (52) Mais maintenant, nous sommes sur le point... Il y a des années, par le Saint-Esprit, je vous l’ai toujours annoncé d’avance. Quand Hitler et Mussolini sont apparus, j’avais dit : “La façon dont tout ça, ça va finir, c’est que le communisme va s’emparer de tout, et descendre du nord.” (53) Or, gardez vos yeux fixés sur ceci, église. C’est le diable qui fait de la propagande pour ça, et ce n’est pas–ce n’est pas selon l’Écriture. C’est pour mettre la confusion dans la pensée de ceux qui ne savent pas, des gens qui ne sont pas spirituels. Nous vivons au jour le plus glorieux où on ait jamais vécu, et pourtant au jour le plus sombre, pour les incroyants, que... et à l’heure la plus déroutante pour ceux qui ne savent pas. C’est un jour remarquable que celui où nous vivons. Et quelle joie de savoir que votre ancre tient en ce moment, aujourd’hui, alors que nous nous approchons de ça, en cette heure sombre et mauvaise. (54) Or, je n’aime pas nommer les gens, mais je vais devoir nommer quelqu’un, là. Mais je prie pour ce jeune homme. Je prie pour lui continuellement. Mais il est un instrument entre les mains du diable, il s’agit de cet homme, Elvis Presley. Les gens sont partis à fond de train dans le boogie-woogie, ou le rock-and-roll. Les Américains sont partis là-dedans. Et ils cherchent, par ce même esprit, à faire entrer ça dans l’église. J’aime la musique d’église, quand elle est jouée comme de la musique d’église, et non du rock-and-roll dans l’église. Mais quand ces esprits-là s’emparent d’eux, il y a quelque chose derrière, et le diable se présente là pour défier. (55) Et il se trouve que ce pauvre garçon pentecôtiste rétrograde a dit que la façon dont il avait appris ses manoeuvres, ses secousses et ses tremblements, c’est qu’il “avait trouvé et appris ça dans l’église”. Il est membre des Premières Assemblées de Dieu, de Memphis, dans le Tennessee. Son pasteur est l’un de mes amis. (56) Il est l’instrument du diable, pour tromper et pour polluer la pensée des adolescents, pour les amener au point où... Ils arrivent d’un endroit au Canada, où, je pense qu’ils ont envoyé quatorze jeunes à l’hôpital psychiatrique, quelques jours après son départ. Et partout dans le pays, mais, les gens sont partis à fond de train, ils sont comme fous. (57) La raison pour laquelle ils agissent comme ça, c’est parce que c’est tout ce qu’ils connaissent. Oh, comme je souhaiterais qu’ils connaissent le Seigneur Jésus; c’est tellement mieux! Je ne condamne pas, je plains cet être mortel. Et maintenant, ne serait-il pas de circonstance, au jour où nous vivons, alors que les choses se passent comme elles se passent... (58) Et l’idole de l’Amérique, c’est la reine de beauté de Hollywood. Alors que c’est elle qui donne le ton à toute l’Amérique. Alors qu’elle n’a qu’à se montrer dans ses tenues indécentes, et pratiquement toutes les femmes de l’Amérique vont faire comme elle. (59) Le–le coeur m’a fait mal, il n’y a pas longtemps, j’étais à Rome, et il y avait cette femme qui faisait les manchettes des journaux, dont ils disaient dans les journaux l’autre jour qu’elle allait avoir un bébé, à Hollywood, une Romaine. Et ils disaient dans le journal, dans les journaux... Et mon ami, le baron von Blomberg, qui parle sept langues différentes et pouvait lire le journal sans problèmes, il a dit : “Elle est peut-être une déesse en Amérique, mais ici, à Rome, elle est une prostituée.” Quelle honte! Or, il faut qu’il y ait ces choses-là, il faut que ça arrive, pour être à la mesure de l’esprit de ce jour-ci. (60) C’est pour cette raison que cette église introduit l’adoration de Marie, d’autres femmes, et tout. C’est ce même esprit, sous une tête religieuse. Et c’est pour cette raison qu’il faut qu’ils détournent votre attention de la Parole sans mélange de Dieu pour produire ce plan-là. Bien sûr. (61) Voyez-vous la confusion dans laquelle nous nous trouvons? Voyez-vous la jeunesse américaine, dans quel état elle est? Ça, ce sont les hommes et les femmes de demain. Pas étonnant que Jésus ait dit : “Si ces jours n’étaient abrégés, nulle chair ne serait sauvée.” Par conséquent, je base ma réflexion là-dessus, comme quoi nous sommes au temps de la fin. Le Seigneur Jésus viendra bientôt. (62) Mais l’esprit de ce jour, oh, pouvez-vous voir? Réfléchissez bien. Pouvez-vous voir ce qui s’est passé? Avant cette attaque violente qui va venir, pour introduire la marque de la bête et pour accomplir les Écritures, en imposant aux gens, – une fois que son emprise aura été exercée ici comme elle l’est dans les autres pays, – leur imposer des choses qu’ils n’acceptent pas, pour amener la persécution et le boycottage. Vous ne voyez donc pas que l’Amérique s’est laissé prendre au tape-à-l’oeil et à la déesse? Et c’est ce qui paie, c’est le diable dans le domaine de la chair, ce qui fournit le moyen pour que la chose se présente. Amen. J’espère que vous le comprenez. Restez éloignés de ça. Peu m’importe combien de doctorats en théologie, de doctorats en philosophie, ou ce qu’il peut y avoir là-dessous, c’est un mensonge. (63) “En effet, que toute parole d’homme soit un mensonge, et que la Mienne soit vraie”, dit le Seigneur. “Car les cieux et la terre passeront, mais Mes Paroles ne passeront jamais.” La Parole Éternelle de Dieu exige des hommes qu’ils naissent de nouveau. C’est la seule exigence, sinon ils sont perdus éternellement. Quelle que soit l’église dont vous faites partie, ou à quel endroit est votre nom, ou ce que vous avez fait; c’est perdu. La Parole de Dieu ne faillira jamais. (64) Bon, assez dit là-dessus. Et j’espère que vous le recevrez dans l’Esprit où cela a été donné. Vous, les chers amis catholiques, je ne vous déprécie pas. Vous êtes mes amis. Et si vous ne l’étiez pas, quel motif... Si j’étais ici pour riposter contre vous, je devrais aller à l’autel et me mettre en règle avec Dieu. Je suis ici, avec le coeur qui me fait mal de devoir le dire, mais avec un Esprit, selon la Parole, qui me pousse à le dire, et à mettre en garde le troupeau sur lequel le Saint-Esprit nous a établis évêques. (65) Et de voir ces grandes émissions diffusées à l’échelle nationale, qui se moquent carrément de la Bible, en disant : “C’est comme de marcher dans des flaques de boue. Personne ne peut vivre de Cela.” C’est exact, en ce qui concerne la chair. (66) Mais le Saint-Esprit est Celui qui domine et qui conduit la personne. Que le Seigneur vous en fasse voir l’interprétation. (67) La Parole de Dieu est première, et dernière, et Éternelle, pour toujours. Une fois que Dieu prononce la Parole, Elle ne peut jamais changer. Dieu, avant la fondation du monde, a dit : “Au commencement était la Parole.” Et “la Parole”, qu’est-ce que c’est? C’est une pensée exprimée. Le Père, Dieu, en considérant le plan de la rédemption, Il l’a parcouru du regard, et Il a vu ce que Satan avait fait. Et Il a pensé, et Il a vu le seul programme; maintenant c’est une pensée. Mais quand Il l’a exprimée, elle est devenue une Parole. Et une fois que c’est une Parole, elle ne peut jamais mourir; Elle doit être Éternelle. Car Sa Parole ne peut pas plus faillir que Lui ne peut faillir. Sa Parole ne peut pas plus perdre Sa Vie que Lui ne peut perdre Sa Vie. Sa Parole! Les hommes d’autrefois, tout au long des âges, ils ont lu cette Bible. Elle a inspiré des assemblées depuis l’époque où Elle a été écrite. (68) Si je vous écrivais une lettre, vous pourriez l’apprécier, dire : “Frère Branham, j’apprécie votre lettre.” Vous êtes la seule personne à qui elle était destinée. Après quoi, au bout d’un certain temps, cette lettre ne vaudrait plus rien, à moins qu’elle serve de témoignage pour ou contre moi. (69) Mais une fois que Dieu a parlé, c’est pour la race humaine tout entière. Et C’est aussi nouveau ce soir qu’à l’heure où Cela a été prononcé. Dieu a parlé, Il a dit que “le Christ était l’Agneau immolé dès la fondation du monde”. Quand Dieu, dans Son programme et Sa pensée, l’a prononcé, Christ a été immolé à cet instant-là, bien qu’en fait, Il n’ait été immolé que quatre mille ans plus tard. Et Dieu, là, par Sa prescience, Il a vu qui serait sauvé et qui ne serait pas sauvé. Et c’est là que nos noms ont été écrits dans le Livre de Vie de l’Agneau, à la fondation du monde, et qu’ils ont été associés à l’Agneau immolé. (70) Et la Bible dit, dans les derniers jours... Écoutez! “Et l’antichrist séduisit tous les habitants de la terre dont les noms n’avaient pas été écrits dès la fondation du monde dans le Livre de Vie de l’Agneau.” Tenez-vous-en à la Parole! (71) Or, j’ai remarqué, parmi nos frères, et je vous le dis avec respect, à vous les protestants, et non par haine, par méchanceté, ou pour avoir quelque chose à dire. Il serait plus facile de parler d’autre chose. Mais c’est que je sais... (72) La Bible dit : “Sentinelle, que dis-tu de la nuit?” Et si la sentinelle voit venir l’ennemi, et qu’elle n’avertit pas les gens, Dieu a dit qu’Il redemanderait leur sang à la sentinelle. Mais si la sentinelle les avertit, alors la sentinelle est libre. (73) Donc, je dois avertir. Et, parmi nos frères les protestants, j’ai remarqué que, très souvent – après mon Message de ce matin sur l’esprit nouveau et ensuite l’Esprit de Dieu dans... Combien étaient ici ce matin? Très bien. Dans l’esprit nouveau, et, l’Esprit de Dieu. Tant de gens qui ont l’esprit nouveau, sans avoir l’Esprit de Dieu. Je veux que ce soit compris. (74) Aujourd’hui, nous voyons un grand mouvement de confusion au sein des protestants. Et quand je vais dans leurs églises, quelquefois c’est très attristant. Et maintenant, veuillez me pardonner l’expression. Mais, comme le Saint-Esprit... Comme, j’en parlais à ma petite épouse qui est là-bas, au fond, l’autre jour. Quand j’ai vu mes cousins qui gisaient là, tous les deux, face à face, alors que leur vie leur avait été redemandée. L’un avait un chapelet à la main, il était catholique. Et l’autre, baptiste, de l’autre côté. Mes deux cousins. Et je les ai regardés. Je me suis dit : “Ô grand Dieu, comment est-ce possible? Ai-je failli? Est-ce qu’il y a eu quelque chose?” (75) J’ai dit à mon épouse, j’ai dit : “Il y a bien des choses que je ne sais pas, mais il y a certaines choses que je sais.” J’ai dit : “Depuis que je suis tout petit, j’observe la sève, en hiver, en automne, alors qu’elle descend dans l’arbre, pour aller dans les racines se cacher et se garder au chaud pendant l’hiver. Je l’ai vue, d’une manière surnaturelle, remonter au printemps, en produisant des feuilles et des fruits. J’ai vu la fleur, dans toute sa beauté en été, courber la tête devant le gel en hiver, et mourir; et la semence périr, et la pulpe périr. Et ensuite, j’ai vu, au printemps, cette fleur se relever.” J’ai dit : “Je crois, je sais qu’elles le font. Je crois que Celui qui s’appelle Jéhovah Dieu, je crois que c’est ce Jéhovah Dieu qui fait ces choses. Il dirige la nature. Je L’ai observé à l’oeuvre avec le pin, avec l’asiminier, avec le bouleau, avec le pommier, et ils sont tous différents les uns des autres. Et l’homme, qui a été fait, l’un d’une façon, l’autre de l’autre, tout ça a été conçu par une Pensée supérieure, c’était Dieu.” J’ai dit : “Je sais ça.” (76) Je crois que Jésus est le Fils de Dieu. Je crois que, dans Son corps, Il était un homme. Il est né d’une femme, tout comme moi, mais Son Sang ne venait pas d’une femme, il venait de Dieu. Et Jéhovah Dieu, le Logos, qui a couvé la terre (dans mon Message de ce matin), et qui a couvé la terre pour faire sortir le premier homme de la poussière de la terre; Il a couvert Marie de Son ombre, et Il l’a couvée, pour accomplir Sa Parole, et Il a créé la cellule de Sang qui a produit le Fils du Dieu vivant. Je crois que, dans Son corps, Il était un homme. Je crois que, dans Son âme, Il était Dieu. Il était la manifestation de Dieu, ici sur terre. “Dieu était en Christ, (Se) réconciliant le monde avec Lui-même.” Je crois qu’Il n’était pas qu’un simple homme, et Il n’était pas non plus qu’un prophète. Il était Dieu, Emmanuel. Je crois de tout mon coeur que c’est vrai. Je ne peux pas prouver que c’est la vérité, parce que... si je le pouvais, alors ce ne serait plus par la foi. Mais je sais que les arbres viennent et repartent. Je sais que les fleurs viennent et repartent. Je sais que la nature tout entière fait sa révolution. Le monde reste sur son orbite par une grande Puissance suprême. (77) Et une autre chose que je sais, c’est que, par la grâce de Dieu, il y a quelque chose qui vient à moi, sous la forme d’un Ange, d’une Lumière. Et Il me dit des choses, ce qui va arriver, et je le vois. Je sais que ce n’est pas quelque chose de naturel. Il m’est montré des choses des années d’avance, et Ça n’a jamais failli, pas une seule fois. [Frère Branham donne trois coups sur la chaire.–N.D.É.] Je crois que c’est le même Dieu qui était avec Joseph, qui était avec Daniel, qui était avec Élie. Je crois que c’est le même Saint-Esprit qui a conduit les enfants d’Israël par une Colonne de Feu. (78) C’est pourquoi je suis convaincu qu’il y a quelque chose, que la Bible est vraie, parce que tout dans la nature, tout ce que j’appelle la foi, tout ce que j’observe, et que je ne peux pas prouver, prouve par cette Bible, que C’est la vérité. (79) Je vois Jésus. Il n’était pas ce que les Juifs pensent de Lui. Il–Il a rempli toutes les conditions quant à ce que le Messie devait être. Il était le Messie. (80) Et je vois l’Esprit qui était sur ces hommes, là, je Le vois descendre ici même, et accomplir la même chose. C’est pourquoi j’ai toujours été un croyant ferme dans la Parole du Dieu vivant, peu importe tout le fantastique qui peut s’élever. (81) Je suis allé dans des églises. Et je dis ceci avec respect, là. Je constate que, très souvent, dans les églises, je crois que les gens reçoivent les esprits les uns des autres, plutôt que le Saint-Esprit. Allez dans une église, et observez, disons que le pasteur secoue la tête, toute l’assemblée va faire pareil. Allez dans l’église où le pasteur dit qu’il a de l’huile qui lui coule de la main, avant longtemps tout le groupe le croit, et ils en ont aussi. Allez dans une église où il y a beaucoup de gens qui dansent, qui sautent en l’air et qui courent partout. Je ne condamne pas ces choses, je parle tout simplement de ce que–ce que j’ai observé, pour vous faire–faire remarquer quelque chose. Si vous avez un pasteur qui est très facile à émouvoir, toute l’assemblée sera facile à émouvoir. Si vous avez un pasteur qui est formaliste et guindé, toute l’assemblée sera formaliste et guindée. Je crois que vous recevez les esprits les uns des autres. (82) Prenez un homme bon et une femme mauvaise, et réunissez-les, l’un des deux suivra l’autre. Soit que lui devienne un homme mauvais, ou elle une femme bonne. Vous... “Deux hommes ne peuvent marcher ensemble sans être d’accord.” (83) Et permettez-moi de dire ceci avec respect et selon la Bible. De tout mon coeur, j’ai essayé, de tout mon être, de ne jamais être un querelleur. En effet, la vision, le matin où j’ai posé la pierre angulaire, disait : “Prêche la Parole. Fais l’oeuvre d’un évangéliste. Remplis bien ton ministère. Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine Doctrine; mais ils se donneront une foule de docteurs, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, et ils se feront détourner de la Vérité et seront attirés dans des fables.” (84) Qu’est-ce que la Vérité? “Ta Parole est la Vérité.” Jean 17 : “Sanctifie-les, Père, pour la Vérité; Ta Parole est la Vérité.” Maintenant... (85) Et si je suis coupable, je prie Dieu de me pardonner. Mais j’essaie de tout mon coeur de présenter la–la Parole aux gens, pour que l’Esprit qui descendra quand je comparaîtrai au Jugement, ce ne soit pas l’esprit de quelque chose de fantastique, – des grenouilles qui sautent des gens, ou des moustiques qui volent, ou ainsi de suite, ou de l’huile qui coule des mains, – mais que ce soit l’Esprit qui se trouve dans la Parole du Dieu vivant qui a écrit cette Bible, avec une expérience biblique. [Frère Branham a donné quatre coups sur la chaire.–N.D.É.] J’ai fait de grands efforts dans ce sens-là. (86) Maintenant, pour baser notre petite réflexion sur un personnage de la Bible. Nous en prenons un ce soir, pour rassembler nos réflexions, pour les grouper et vous les présenter, ensuite vous en ferez ce que vous voudrez, ce que Dieu vous mettra à coeur. (87) Reportons-nous à I Rois, chapitre 22 , et là nous verrons qu’il y avait eu un homme, un roi, du nom d’Achab. Et il avait été un roi puissant, un militaire, et un grand homme, mais un croyant frontalier, tiède. Il s’appelait Achab. (88) Finalement, le prophète Élie, qui était le prophète confirmé, avait prononcé la perte d’Achab. Des années après le départ d’Élie, il y a eu un prophète du nom de Michée. Alors, Josaphat, son père était un juste, il était roi de Juda, et il est venu rendre visite à Achab, roi d’Israël. (89) Et Achab avait eu un grand royaume de tape-à-l’oeil. Maintenant observez, un grand royaume de tape-à-l’oeil! En effet, il avait une espèce d’épouse toute fardée, qui s’appelait Jézabel, et elle avait tout simplement gagné la nation entière – tous sauf les élus – aux idoles de sa nation. (90) Est-ce que vous, oh, les frères, est-ce que vous pouvez voir l’esprit de ce même démon, à l’oeuvre en Amérique aujourd’hui, les petites Jézabel, l’esprit qui cherche à gagner les fils de Dieu, pour les éloigner de Christ? Je ne dis pas ça pour plaisanter. Ici, ce n’est pas un endroit pour plaisanter. Ici, c’est la chaire. Ici, c’est l’endroit où se trouve le tribunal de Dieu; et la Parole est le juge de Dieu. Ou, c’est Lui... Elle est Son jugement, la Parole l’est. (91) Maintenant remarquez, cette petite femme, elle devait être tout à fait ravissante, mais n’empêche qu’elle a carrément influencé toute une nation. (92) Et par quoi avons-nous été influencés aujourd’hui? Souvenez-vous, je le prédis, l’Amérique aime la femme. Elle est adoratrice de la femme. L’esprit de l’Amérique est carrément possédé de la femme. Ces petites femmes, en étant saisies par Hollywood, elles peuvent sortir dans la rue et envoyer plus d’hommes en enfer que tous les bars qu’on peut mettre ensemble. (93) Et pourtant, dans son état normal, elle est un joyau au coeur d’un homme, et une bénédiction pour le Royaume de Dieu. Vous le voyez? (94) Maintenant regardez bien un petit instant. Et, non, sans avoir de parti pris; restez assis tranquillement et écoutez. Laissez le Saint-Esprit vous apporter cela. Maintenant, aujourd’hui, nous voilà dans le même état qu’à l’époque d’Achab. Eh bien, tout ce que la femme disait, c’est ça qu’Achab faisait. Maintenant, c’est jusque dans l’église, ils adorent les femmes. (95) Il n’y a pas longtemps, mon indignation de juste a été excitée. Au Mexique, quand j’ai vu une pauvre petite femme, j’en ai entendu parler, plutôt, qui descendait, qui se traînait sur des milles, sur des pierres brûlantes. Et il y avait le père qui suivait en marchant, avec un bébé dans les bras, deux, et un autre qui suivait la maman. Et elle qui pleurait, les genoux tout écorchés, elle avançait, les mains sur ces pierres, en pleurant. Et tout le monde qui la regardait. Elle était montée jusqu’à la statue d’une femme morte, d’une prétendue sainte. Et je ne dis pas ceci pour critiquer. Je le dis à la lumière de la Parole de Dieu. C’est du spiritisme pur et simple, absolument. (96) La Bible dit : “Il n’y a aucun intercesseur, il n’y a aucun médiateur entre Dieu et l’homme, aucun sauf Jésus-Christ Homme.” (97) Si l’église primitive était catholique, alors, pourquoi ont-ils changé, alors que l’église catholique primitive condamnait cela, et que cette église catholique l’accepte? “C’est un monde de la femme.” C’est l’esprit et le slogan d’aujourd’hui. Et c’est vrai. C’est tout à fait exact. (98) Et je prédis qu’il y aura une femme qui sera une femme très importante. Vous, les plus jeunes ici, ce soir, rappelez-vous que Frère Branham l’a dit. Et je l’ai dit en 33 , quand j’ai vu la Venue du Seigneur. Et que les automobiles prendraient de plus en plus la forme d’un oeuf, jusqu’à ce que finalement elles prennent parfaitement la forme d’un oeuf. Peut-être que certains d’entre vous le savent; c’est écrit sur de vieilles feuilles de papier et tout. C’est le matin où nous étions ici, au petit temple des francs-maçons, où nous faisions... ou à l’orphelinat, ici, sur–sur la prochaine, la deuxième rue d’ici, où nous faisions la réunion. Et j’ai vu une femme s’élever, vulgaire au possible, et elle dominait le pays. Et je prédis qu’une femme sera, soit Président, ou qu’elle fera, qu’elle détiendra un grand pouvoir à un certain niveau, aux États-Unis, avant l’anéantissement total du monde. Retenez bien ça. Je l’ai dit. (99) Remarquez maintenant ce qui se passe. Jézabel, elle dominait Achab. Elle le menait par le bout du nez. Avant, c’était le pauvre papa... ou, la maman qui restait à la maison avec les bébés pendant que le mari ivrogne sortait. Maintenant c’est le pauvre papa qui s’occupe du bébé pendant que la femme ivrogne est sortie. Ce ne sont pas des plaisanteries, ça. C’est la vérité. Je ne parle pas des justes. Non monsieur. Je suis simplement en train de vous montrer l’esprit qu’il y a dans le monde. (100) Maintenant remarquez. Est-ce que ce n’est pas encore du tape-à-l’oeil... Considérez l’époque d’Achab, comme le pays était florissant. Oh! la la! C’était le grand âge d’or. Comme Israël était florissant sous le règne d’Achab, cet hypocrite, et, en réalité, c’est Jézabel qui gouvernait en dessous! Et ça, c’est... Pour vous qui étudiez la Bible : Comme Achab a épousé Jézabel et a introduit l’idolâtrie dans le judaïsme à l’âge des ténèbres, de même le protestantisme a épousé le catholicisme et a ramené le paganisme dans l’église chrétienne. [Frère Branham donne un coup sur la chaire.–N.D.É.] (101) Et aujourd’hui, souvenez-vous, l’église protestante a été appelée une impudique; en effet, elle a été appelée une prostituée, elle aussi. Souvenez-vous-en. Alors, la poêle ne peut pas se moquer du chaudron. On ne peut pas tomber d’un pire dans un... d’un mal dans un pire pour se tirer d’affaire. (102) Mais soyons attentifs à la Vérité. C’est la Vérité que nous voulons. Nous sommes un peuple en route vers l’Éternité, et nous devrons nous retrouver devant Dieu. Aussi trouvons la Vérité. (103) Maintenant, si vous le voulez bien, je voudrais vous faire remarquer. Il y a eu... Toujours, Dieu a envoyé... Ou, d’abord, Josaphat, le juste, est venu rendre visite à Achab, et c’est là qu’il s’est attiré des ennuis.–E- 104 Vous ne pouvez pas mêler le bien avec le mal, et en retirer quelque chose. Vous ne pouvez pas mêler de l’huile avec du vin, ça ne se mélangera pas. Et vous ne pouvez pas non plus entretenir des fréquentations et des attaches avec les choses du monde, tout en vivant une vie victorieuse. La Bible dit : “Sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur.” Bien. Voyez? Mais, vous dites : “Eh bien, Frère Branham...” (105) Je–je sais, mais vous vous fiez à votre propre intellect. C’est contraire à la Parole. [Frère Branham donne quatre coups sur la chaire.–N.D.É.] Et la Parole est la Vérité. Je crois la Parole. (106) Maintenant, remarquez, Josaphat est venu voir Achab, et, oh, il a organisé un grand festin. C’est sûr. Ce que nous appellerions aujourd’hui, dans le langage de la rue, “faire la bombe”. Ils ont invité tout le monde. Ils ont tué un boeuf et tout, et des moutons. Et ils ont fait un grand festin ensemble. C’est là que le croyant s’attire des ennuis. (107) “Oh, je vous le dis, vous êtes bornés, à votre petite église d’exaltés là-bas. C’est tout. Vous devriez venir à la grande église. Vous devriez venir. Oh, vous devriez voir! Notre pasteur a un doctorat en théologie, un doctorat en théologie, un doctorat en philosophie.” Voyez-vous : “Notre–notre pasteur! Notre chorale chante comme les Anges.” Ça n’a rien à Y voir, si c’est contraire à l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Maintenant... (108) Et quand ils ont tué le boeuf, et qu’ils ont fait ce grand festin, Achab avait une alternative, là. Et ses motifs étaient mauvais. Il cherchait à faire le gros m’as-tu-vu pour prendre Josaphat au piège. (109) Et c’est ce que le diable cherche à faire aujourd’hui, même chose. [Frère Branham a donné trois coups sur la chaire.–N.D.É.] “Eh bien, nous sommes en majorité.” C’est sûr. (110) L’Église de Dieu a toujours été en minorité, jusqu’à ce que Jésus revienne. “Ne crains point, petit troupeau, votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume.” C’est exact. Nous sommes en minorité, mais ça ne fait rien. Tant que Dieu est là, pour moi, c’est la majorité quand même; et je sais que c’est pareil pour vous. En effet : “Si Dieu est avec vous, qui sera contre vous?” (111) Mais, donc, il–il y avait quelque chose qui le motivait à faire ça. Et, à ce moment-là, il a dit : “Maintenant que nous sommes tous ici et que nous nous amusons tellement! Veux-tu monter avec moi attaquer Ramoth en Galaad? Parce qu’en fait la Syrie s’en est emparée là-bas, mais Ramoth en Galaad m’appartient. C’est légitime. Nous y avons droit. Nous sommes la première église. Nous y avons droit.” Vous le voyez? (112) Et Josaphat a dit : “Eh bien, là, vu que nous nous amusons bien,” il a dit, “mes homme sont comme tes hommes. Voyons, nous sommes tous croyants de toute façon, alors nous n’avons qu’à nous associer.” Il a fait une erreur fatale. Oui. Et Josaphat, qui était suffisamment spirituel... (113) Je crois de tout mon coeur que c’était un type d’aujourd’hui. Certainement que quelque part, d’une façon ou d’une autre, Dieu fera parvenir le Message à ceux qui ont le coeur sincère. [Frère Branham a donné trois coups sur la chaire.–N.D.É.] Il a dit au commencement qu’Il le ferait, alors Il a préparé Son programme en conséquence. Que... [espace.non.enregistré.sur.la.bande] Vous n’avez qu’à vous Y conformer. (114) Maintenant regardez-le bien. Il a dit : “Bien sûr, j’irai avec toi. Mais”, il a dit, “attends un instant. Je crois qu’avant de partir, nous devrions demander ce qu’il en est au Seigneur. Tu ne trouves pas? Si nous sommes tous croyants, dans ce cas demandons au Seigneur.” (115) “Eh bien,” Achab a dit, “certainement, c’est exact. Oh, pourquoi n’ai-je pas pensé à ça? C’est sûr. J’aurais dû y penser depuis le début.” Il a dit : “J’ai quatre cents des meilleurs prophètes de la nation. Je les ai tous bien vêtus. Ils ont tous leur doctorat en théologie, leur doctorat en philosophie, et tout le reste. Et ils ont une grande organisation, ici, les prophètes, alors je vais simplement les faire venir, et nous verrons ce qu’ils ont à dire.” (116) Vous savez, ça ne sonnait pas tout à fait juste pour Josaphat, ça. Il... (117) Alors, ils sont allés les chercher, tous les quatre cents prophètes, bien nourris, bien vêtus. Achab s’occupait lui-même de les nourrir, car il leur faisait faire exactement ce qu’il leur dictait. (118) Voilà. Voilà. Oh, certainement : “Nous avons de belles églises ici, de très grands endroits.” Mais, très souvent, si le prédicateur prêchait plus de vingt minutes, le conseil des diacres l’excommunierait. Mais, soyez bénis, un homme de Dieu n’écoutera pas ces absurdités-là. Exact. S’il tapait trop sur le péché, eh bien, toute l’assemblée voterait sa sortie; mais ça, c’est parce qu’il fait partie d’une dénomination. Seulement, dans l’Église de Dieu, vous n’y entrez pas par un vote, et vous n’en sortez pas par un vote. Vous y naissez une fois, pour l’Éternité, pour toujours. Il n’y a que Dieu qui puisse vous mettre dehors; et Il a juré par Lui-même qu’Il ne le ferait jamais. Amen. Il sait de quoi vous êtes faits avant de vous faire entrer. Il ne gère pas Ses affaires avec des à peu près, comme le font nos organisations, qui les prennent à l’essai pendant trente–trente jours, ou soixante jours, ou quatre-vingt-dix jours. Il sait ce qu’ils sont avant même qu’ils prennent la parole, avant même qu’ils entrent dans l’Église. Il sait exactement de quoi ils sont faits. C’est pour cette raison qu’il faut une nouvelle Naissance. (119) Donc, quand il les eut tous fait venir là-bas, et qu’il s’est assis sur son trône, et que l’autre s’est assis sur son trône, ils se sont installés là. Il a dit : “Faites venir tous les prédicateurs, les prophètes.” Et ils sont tous arrivés, et ils ont fait leur numéro. Et ils se sont vraiment donné du bon temps. (120) Il a dit : “Et alors, ils sont beaux à voir, hein? Écoute le langage qu’ils emploient.” Oh! la la! Comme ils parlaient bien, vous savez! [Frère Branham tape une fois dans ses mains.–N.D.É.] Oh, “ahhhh-men”, et tous leurs petits numéros. C’était tout un fouillis là-bas. C’était complet. (121) Alors, donc, à un moment donné, il a dit : “Monte! L’Éternel dit : ‘Monte!’” (122) Il a dit : “Bon, tu vois, Josaphat? Tu vois, j’avais raison, après tout.” (123) Pourquoi? Ils savent quoi dire. Ils ont intérêt à savoir quoi dire, sinon ils auraient perdu leurs papiers. Oh, oui monsieur. Le responsable régional serait passé, et le surveillant général, et, oh, je vous le dis, ils se faisaient excommunier sur-le-champ s’ils ne disaient pas de bonnes choses de la–la main qui les nourrissait. En effet, la nourriture matérielle, c’est tout ce qu’ils connaissaient, de toute façon. (124) Je suis content qu’il y ait une Main qui a été blessée, qui s’occupe de nourrir l’Église de Dieu. (125) Remarquez. Ensuite je les ai tous vus prophétiser : “Oh oui, notre roi! AINSI DIT LE SEIGNEUR : ‘Monte!’” Or, ce qui est étrange, c’est qu’ils étaient réellement inspirés. (126) Mais maintenant, regardez bien. Mais ce genre d’inspiration là n’a pas touché cet homme de Dieu, Josaphat. Il a dit : “Un instant. Je crois que j’ai fait une erreur, là. Il y a quelque chose qui ne va pas. Je n’aurais pas dû m’impliquer là-dedans.” Voyez? Le boeuf connaît l’étable de son maître. Voyez? Il y a... Il a dit : “Euh, euh, je vous demande pardon, monsieur le roi Achab, mais, euh, est-ce que vous n’en auriez pas un de plus, un autre prophète?” (127) Mais, Achab dirait : “Eh bien, en voilà quatre cents qui sont tous d’accord, les hommes les plus instruits que nous ayons, et ils disent d’un commun accord : ‘Ceci est la volonté de Dieu! Ceci est la volonté de Dieu!’” (128) Il a dit : “Je ne sais pas pourquoi, mais ça ne sonne pas juste”, dans son coeur. Amen. Oh, êtes-vous prêts? Voici. Il savait que ça ne sonnait pas comme la Parole de Dieu. Il a dit : “Est-ce qu’il n’y en aurait pas un autre, rien qu’un autre?” (129) Maintenant écoutez. Achab a dit : “Oui, nous avons un exalté. Nous en avons un du nom de Michée. Mais, je te le dis, je le hais.” Oh oui! “Nous en avons encore un autre, mais il ne fait pas partie de notre organisation. Il y a belle lurette qu’ils l’ont excommunié. Il est quelque part sur la colline là-bas. Il s’appelle Michée.” (130) Josaphat a dit : “J’aimerais bien entendre ce qu’il a à dire.” Amen. Vous le voyez? Un type d’aujourd’hui. “Est-ce qu’il n’y en aurait pas encore un, rien qu’un?” (131) Il a dit : “Oui. Mais, oh, c’est un fanatique! Il ne dit que des choses mauvaises à mon sujet, tout le temps.” Comment pouvait-il dire autre chose, alors que la Parole de Dieu disait des choses mauvaises à son sujet! “Mais, il va même jusqu’à condamner notre organisation. Mais, c’est un démolisseur d’église, un point, c’est tout. Eh bien, les prophètes ont essayé de l’amener, pour lui faire obtenir sa licence, mais, oh, il n’a rien voulu savoir. Il est sorti de là en tapant du pied. Ce n’est qu’un vieux fanatique.” Voyez? (132) Josaphat avait suffisamment d’Esprit de Dieu qui lui venait de son papa, pour dire : “J’aimerais l’entendre. Va le chercher. (133) – Eh bien, je te préviens. Je te préviens. Il bave et tout le reste. Il n’a pas du tout la dignité des autres, là. – J’aimerais l’entendre.” “Mes brebis connaissent Ma Voix. Elles ne suivent pas un étranger.” (134) Il se trouvait que Josaphat était un des agneaux de Dieu. Il a dit : “Ça ne sonne pas tout à fait juste.” Ça n’a pas ce qu’il faut... Ça fait un bruit de ferraille, mais ça ne donne pas un son clair. Comme un airain qui résonne et une cymbale qui retentit; ça ne sonne pas juste. “C’est comme de verser des pois sur une peau de vache desséchée”, comme disait Roy Davis. “Ça ne sonne pas tout à fait juste.” (135) Il a dit : “Je voudrais entendre cet homme, le fanatique, comme tu dis. Celui qui refuse d’adhérer à votre organisation, celui qui a sa propre façon de penser.” En effet, il savait que cet homme-là devait avoir la Vérité, parce qu’il savait que ça, ça ne l’était pas. Alors, il a dit : “Je vais l’envoyer chercher, dans ce cas.” (136) Donc, ils sont partis dans les collines, et ils sont descendus dans la ruelle, là où il prêchait, ou la petite mission. Voilà le messager qui arrive. (137) Et pendant qu’ils étaient partis, oh! la la! ça a vraiment été la folie furieuse! Tiens, même qu’un gars qui s’appelait Sédécias est allé se mettre des cornes sur la tête. Oh, frère, il l’avait, la révélation, parfaitement. Il avait de l’huile sur les mains, et tout le reste. Il se donnait vraiment du bon temps. Oui monsieur. “Oh, AINSI DIT LE SEIGNEUR, nous allons repousser la Syrie jusque dans son pays avec ces cornes!” Ils se donnaient vraiment du bon temps. Alors le messager qui est arrivé a dit : “Michée?” Il a dit : “Oui. – Es-tu le fils de Jimla? – Oui, je le suis. – Es-tu le prophète, l’exalté, le fanatique? – Eh bien, ce doit être moi. – Eh bien, le roi veut te voir. (138) – Ah oui?” Michée le savait déjà, sans doute. Le Seigneur lui avait déjà dit pourquoi il y avait tout ce rassemblement là-bas. Alors, il s’est levé. (139) Alors, il a dit : “Mais, attends un peu. Avant que tu commences ces réunions de réveil, je vais te dire sur quoi prêcher. Bon, tous les autres prédicateurs, ils ne prêchent pas sur ces choses-là. Ne dis rien au sujet des courses de chevaux, et ne dis rien au sujet de ceci, et–et, ou de ceci et de cela, parce que, vois-tu, les autres prédicateurs, ils ne disent pas ça.” Il disait : “Dis la même chose qu’eux.” Or, ça, c’est ce qui se passerait aujourd’hui. (140) Maintenant nous allons dire ce que dit l’Écriture. Il a dit : “Michée, les autres prophètes ont prophétisé du bien à notre roi. Et, bon, tu sais, c’est un homme imposant”, autrement dit. “Maintenant il faut que tu dises la même chose que lui, qu’eux, et que tu prophétises du bien.” (141) Il a dit : “Mon Dieu est vivant! je ne dirai que ce qui est AINSI DIT LE SEIGNEUR.” Amen. Que Dieu nous donne des Michée; tenez-vous-en à la Parole. Il n’avait peut-être pas tout le fantastique que les autres avaient. Il n’avait peut-être pas le diplôme de l’autre, le doctorat en philosophie. Il n’avait peut-être pas le standing. Il n’était peut-être pas le grand docteur en théologie aux yeux des gens. Mais il avait la Parole. Amen. Oh, c’est ça. Il savait que Dieu tiendrait Sa Parole. Alors, il a dit : “Seulement ce que Dieu me dira de dire, je dirai la même chose que ce que Dieu dit.” (142) Et si Dieu prédit que ces jours vont venir, si cette chose mauvaise est prédite, l’adoration des femmes, ou l’intercession des saints, ou la communion des saints; s’Il condamne toutes ces absurdités, et ces autres choses. Et il est dit : “De même que Jannès et Jambrès s’opposèrent à Moïse, ces hommes feront de même dans les derniers jours.” Je condamne cette chose, selon la Parole de Dieu, et je dis que c’est mal. (143) Tenez-vous-en à la Parole. [Frère Branham donne deux coups sur la chaire.–N.D.É.] Peu m’importe toutes les sensations que vous pouvez éprouver, combien vous pouvez sauter et crier, combien vous pouvez faire ceci ou autre chose. Si l’Esprit de Dieu ne vous conduit pas à mener une vie pure, parfaite devant Dieu, condamnez la chose. Si Dieu avait voulu que vous donniez de l’huile, il aurait fait de vous un olivier ou un puits de pétrole du Texas. Je vais vous dire quelque chose : Avec Dieu, tout a sa raison d’être. Tenez-vous-en à la Parole. Ce que la Bible dit, tenez-vous-Y. C’est l’Urim Thummim de Dieu. (144) Et le vieux Michée, le prophète, s’est tenu à la Parole de Dieu; il s’est avancé là-bas, hardi comme un lion. Cette nuit-là, le Seigneur lui avait donné une vision. Il savait où il en était. Et regardez bien. Oh, frère! Les autres aussi avaient eu une vision, mais leur vision ne concordait pas avec la Parole de Dieu. Par contre, celle de Michée était conforme à la Parole de Dieu. En effet, Élie, qui avait la Parole de Dieu, le prophète, le voyant, avait déjà annoncé ce qui allait arriver à Achab. Alors, comment Michée pouvait-il annoncer du bien, alors que la Parole de Dieu annonçait du mal? Donc, il était en harmonie avec la Parole. (145) Frère, quelle que soit la hauteur de leur clocher, ou combien les gens qui vont là sont bien habillés, ou l’instruction du pasteur, ou tout ce genre de chose, ou ce que l’évêque Scheen peut dire, ou n’importe qui d’autre, si c’est contraire à la Parole, tenez-vous en loin. Restez dans la Parole. C’est sur Elle que se repose le véritable serviteur de Dieu, directement sur cette Parole. C’est exact. (146) Michée s’est présenté là, et il a eu sa vision. Et, quand il a prophétisé et qu’il a eu sa vision, il a vu qu’elle concordait exactement avec la Parole, qu’elle s’Y ajustait parfaitement. Il savait qu’il avait l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Il s’est présenté là. (147) Il a dit : “Michée, fils de Jimla, dois-je aller à Ramoth en Galaad, ou dois-je y renoncer?” Michée a dit : “Monte.” (148) Il a dit : “Ça ne sonne pas juste, ça.” Même lui, il avait plus de bon sens que ça. (149) Et il y a beaucoup de ces gens qui adhèrent à ces grandes choses classiques, rien que pour être populaires. Pourtant, ils savent bien que ce n’est pas juste. L’Esprit de Vie qui oeuvre dans le monde leur dirait que ce n’est pas juste, s’ils avaient la moindre lueur de Vie en eux. Ils recherchent tout ce fantastique, les grenouilles qui sautent, et les moustiques qui volent, et de trembler, de sauter, de courir, et tout, alors qu’ils savent que c’est en contradiction. Mais ils l’acceptent, à cause d’une sensation. On s’en fiche, des sensations! (150) Je veux l’AINSI DIT LE SEIGNEUR, c’est exact, ce que dit la Parole. Or, je crois à une religion qui vient du coeur. Je crois à la joie que je peux éprouver. Je crois à la Puissance du Saint-Esprit. Je crois à la guérison Divine. Je crois à toutes les manifestations des dons, seulement ils doivent être placés dans le Corps avec respect, opérant en harmonie parfaite avec la Parole. (151) Quand je vais quelque part et que je me mets à prêcher, que je fais un appel à l’autel, une femme va se lever et parler en langues. Eh bien, quelle honte! Que–que ça fait pitié! On voit par là que leur pasteur ne se tient pas à la Parole de Dieu, sinon il arrêterait cette chose-là, il dirait : “Que je ne vous voie pas faire ça.” Voyez? Je n’ai rien contre le don; il est mal utilisé. Voyez? (152) Et bien des choses, je pourrais prendre des heures là-dessus. Vous savez de quoi je parle. Et ça, c’est partout, chez les catholiques comme chez les protestants. Mais restez dans la Parole. (153) Remarquez, bon. Et, quand il a eu la vision, il est allé lui dire. Il a dit : “Monte.” Il a dit : “Combien de fois me faudra-t-il t’adjurer de me dire la vérité!” (154) Il a dit : “Mais j’ai vu Israël dispersé, comme des brebis qui n’ont pas de berger.” (155) Il a dit : “Je te l’avais dit. Je te l’avais dit. Je savais ce qu’il allait dire, avant que vous l’ameniez ici.” C’est exact. Il ne pouvait rien dire d’autre. Il avait la Parole de Dieu, il ne pouvait pas faire autrement que de condamner la chose. (156) Et, ce soir, je dis, à la Lumière de la Bible : Je condamne ces absurdités, les sensations, le fanatisme et tout ce qui dit : “La Parole de Dieu, Ce n’est pas important, et c’est l’église qui a raison”, et toutes ces choses. Je condamne cela, au Nom de Jésus-Christ, sur l’autorité de la Parole de Dieu. Que les cieux et la terre passent, mais la Parole de Dieu demeurera la Vérité pour toujours. C’est exact. Donc, il a dit : “Monte si tu veux.” (157) Et qu’est-ce qui s’est passé? Ce type qui avait tout ce sensationnel, qui s’était donné du bon temps, il s’est approché, parce qu’il était–qu’il était à la tête de l’église. Il s’est approché et il l’a frappé sur la joue, il l’a giflé. Oh, je l’entends dire : “Tu es un faux, espèce d’exalté. Par où l’Esprit de Dieu est-Il sorti de moi, quand Il est allé à toi?” (158) Il a dit : “Sais-tu ce que j’ai vu?” Il a dit : “Pendant que vous vous donniez tous du bon temps ici, et que vous faisiez la super-fiesta ici, comme on dit, au même moment il se passait quelque chose au Ciel.” (159) Et je vous le dis, pendant que les fils prodigues sont dans la porcherie, et que l’Amérique danse au rythme du boogie-woogie et du rock-and-roll, avec leurs Elvis Presley et leur Qui aime Sucie, il y a une réunion qui a lieu au Ciel en ce moment. (160) Il a dit : “Dieu a ouvert les volets et Il m’a laissé regarder à l’intérieur. Pendant que vous vous amusiez avec votre rock-and-roll, Dieu m’a laissé regarder dans le Ciel, et Là j’ai vu quelque chose.” Il a dit : “Qu’est-ce que tu as vu?” (161) Il a dit : “J’ai vu la grande armée de Dieu – Dieu assis – à Sa droite et à Sa gauche. Il y avait des Anges d’un côté et de l’autre.” Il a dit : “Quand j’ai vu les Anges, l’un assis d’un côté, et l’autre de l’autre, l’armée du Ciel rassemblée en haut.” Il a dit : “Dieu a dit : ‘Qui vais-Je envoyer?’” Oh! la la! Écoutez. “‘Qui puis-Je envoyer, pour que nous fassions monter Achab là-bas, pour accomplir Ma Parole qui a été prononcée par Mon prophète?’” [Frère Branham a donné trois coups sur la chaire.–N.D.É.] (162) Tenez-vous-en

En haut