ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Dieu Manifestant Ses Dons / 57-0805 / Edmonton, Alberta, Canada // SHP 1 heure et 39 minutes PDF

Dieu Manifestant Ses Dons

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Inclinons la tĂȘte juste un instant avant de nous asseoir.
Adorable PĂšre cĂ©leste, nous sommes reconnaissants pour le privilĂšge que nous avons de nous assembler encore pour parler de Ta bontĂ© et de Ta gentillesse envers Tes enfants. Nous sommes reconnaissants pour ceci et nous Te prions de nous tĂ©moigner ce soir Ton amour d’une maniĂšre plus inhabituelle. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
J’aimerais lire ce soir dans la Parole de Dieu le–le chapitre 12 de Matthieu, verset 42.
La reine du Midi se lĂšvera, au jour du jugement, avec cette gĂ©nĂ©ration et la condamnera, parce qu’elle vint des extrĂ©mitĂ©s de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus que Salomon.
Je souhaiterais utiliser ce texte ce soir... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Dieu manifestant Ses dons. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-2 JĂ©sus venait d’ĂȘtre en conflit avec le monde religieux de l’époque. Il avait connu leurs pensĂ©es et ils L’avaient accusĂ© d’ĂȘtre revĂȘtu du pouvoir de BĂ©elzĂ©bul, un dĂ©mon. Et JĂ©sus les avait sĂ©vĂšrement rĂ©primandĂ©s, disant qu’Il leur pardonnerait pour ce pĂ©chĂ© qu’ils avaient commis. Mais Il les a aussi avertis qu’un temps viendrait oĂč le Saint-Esprit ferait le mĂȘme acte. Et un seul mot contre Cela ne serait jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir. Quel avertissement solennel c’était pour ce peuple de ce temps-lĂ  et pour le peuple d’aujourd’hui!
E-3 Et aprÚs cela, ils Lui ont demandé un signe. Ils ont dit: «Maßtre, nous cherchons un signe de Ta part.»
Il leur a dit: «Une gĂ©nĂ©ration mĂ©chante et adultĂšre cherche des signes. Et il ne leur sera donnĂ© aucun autre signe sinon celui de Jonas, le prophĂšte. Car de mĂȘme que Jonas le prophĂšte fut dans le ventre du grand poisson trois jours et trois nuits, ainsi le Fils de l’homme sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits.»
Par consĂ©quent, le signe que JĂ©sus a laissĂ© Ă  ce monde, c’est le signe de Sa rĂ©surrection, ce sera le signe Ă©ternel qu’Il a donnĂ©.
E-4 Or, Dieu, dans tous les Ăąges, de tout temps, n’a jamais manquĂ© de tĂ©moin. Dieu a toujours eu un tĂ©moin. Et jamais Ă  aucun moment Son tĂ©moin n’a Ă©tĂ© reçu par le–le systĂšme ecclĂ©siastique du monde, jamais Ă  aucun Ăąge. Et jamais Ă  aucun Ăąge le systĂšme ecclĂ©siastique du monde n’a produit un serviteur de Dieu qui a Ă©tĂ© utilisĂ© de cette façon-lĂ .
Pensez-y. Dans l’histoire du temps, jamais les systĂšmes religieux de ce monde n’ont reçu un serviteur envoyĂ© de Dieu. Et jamais les systĂšmes religieux de ce monde n’ont engendrĂ© un produit que Dieu a utilisĂ©, au niveau international, d’une maniĂšre grandiose. Jamais! Dieu se choisit Ses hommes.
E-5 C’est ce qui s’est passĂ© du temps de MoĂŻse, le prophĂšte. MoĂŻse naquit un serviteur du Seigneur, et il a Ă©tĂ© Ă©levĂ© dans toute la sagesse des Egyptiens. Il Ă©tait un Ă©rudit raffinĂ©. Et aprĂšs qu’il eut maĂźtrisĂ© toute la sagesse et l’enseignement des Egyptiens, on dirait qu’il Ă©tait en merveilleuse condition pour dĂ©livrer son peuple. En effet, il Ă©tait devenu gĂ©nĂ©ral, le commandant de toute l’Egypte. Il Ă©tait un hĂ©ritier du trĂŽne. Et chaque droit Ă  l’éducation dont pouvait jouir un homme, MoĂŻse en avait joui. Mais Dieu n’a pas pu utiliser aucune de ces qualitĂ©s. Nous Le voyons amener Son serviteur, MoĂŻse, derriĂšre le dĂ©sert pour paĂźtre les troupeaux de JĂ©thro, son beau-pĂšre.
E-6 Et un homme qui a Ă©tĂ© Ă©levĂ© avec les Egyptiens... Et nous savons, selon la GenĂšse, qu’un berger Ă©tait une abomination aux yeux de Dieu. Et les choses mĂȘmes qu’il avait Ă©tĂ© enseignĂ© Ă  ne pas faire, il est allĂ© les faire, car la chair et le sang ne peuvent hĂ©riter ni comprendre les choses spirituelles. Les choses spirituelles sont discernĂ©es spirituellement. Et la sagesse de Dieu est tellement Ă©levĂ©e par rapport Ă  la sagesse humaine que la sagesse humaine est considĂ©rĂ©e comme rien, ou de la folie devant Dieu.
Et lĂ , nous voyons Dieu prendre Son serviteur et le garder pendant quarante jours pour le dĂ©pouiller de toute l’érudition que l’Egypte lui avait inculquĂ©e. Dieu devait l’en dĂ©pouiller. Et cela Lui a pris autant d’annĂ©es pour l’en dĂ©pouiller qu’il en a fallu Ă  l’Egypte pour la lui inculquer.
E-7 Puis, nous le voyons un jour en train de paĂźtre les brebis de son beau-pĂšre, il emprunte un vieux sentier familier, et tout d’un coup, son attention est attirĂ©e par un grand phĂ©nomĂšne. C’était un buisson en feu et qui ne se consumait pas.
Et MoĂŻse n’a jamais mis en examen ce buisson, comme nous le ferions aujourd’hui. Il s’est simplement approchĂ© de cĂŽtĂ© et s’est avancĂ© vers cela, et il voulait dĂ©couvrir ce qui se passait.
Et quand il s’en est approchĂ© avec rĂ©vĂ©rence, Dieu lui a parlĂ©. Et quand nous nous approchons de Dieu de la mĂȘme maniĂšre, Dieu nous parlera. Mais jamais nous ne pouvons nous approcher de Dieu d’une maniĂšre critique et nous attendre Ă  ce que Dieu nous rĂ©ponde. Nous devons nous approcher de Lui d’une maniĂšre rĂ©vĂ©rencieuse.
E-8 Peut-ĂȘtre, et si MoĂŻse avait dit: «Etant donnĂ© que j’ai Ă©tĂ© Ă©levĂ© comme un homme de science et comme un maĂźtre en Egypte, et que j’ai eu la maĂźtrise de tous leurs arts, je vais attendre pour dĂ©couvrir, quand ce feu se sera Ă©teint de ce buisson. Alors, je vais cueillir quelques feuilles, les amener au laboratoire pour dĂ©couvrir la raison exacte pour laquelle ces feuilles n’ont pas brĂ»lĂ©, quel genre de produits chimiques il y a sur ces feuilles, qui les empĂȘchent de brĂ»ler sous cette forte chaleur.» S’il s’en Ă©tait approchĂ© de ce point de vue de la recherche scientifique, Dieu ne lui aurait jamais parlĂ©. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui les gens ne s’accommodent pas avec Dieu comme ils le devraient, c’est qu’ils essaient de prouver chaque chose scientifiquement. Et on ne connaĂźt jamais Dieu par la science. Vous... Si vous arrivez Ă  prouver Dieu, alors ce n’est plus un acte de foi. Vous ne pouvez pas prouver Dieu par la science, vous devez L’accepter par la foi.
E-9 Donc, MoĂŻse s’est approchĂ© avec un coeur disposĂ© Ă  comprendre. Et Dieu a parlĂ© Ă  MoĂŻse, disant: «Ôte tes souliers, car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte.» MoĂŻse a ĂŽtĂ© ses souliers, et Dieu a parlĂ© Ă  MoĂŻse. MoĂŻse a appris en cinq minutes, dans la PrĂ©sence de ce Feu, plus qu’il n’avait appris en quarante ans d’instruction. Il a eu plus de connaissance au sujet de Dieu en cinq minutes dans la PrĂ©sence de cette LumiĂšre qu’il n’en avait eue en quarante ans d’études et d’instruction scolaire.
Sa mĂšre lui avait enseignĂ© que c’est lui qui devait ĂȘtre le libĂ©rateur de l’Egypte. Toutes ces choses lui avaient Ă©tĂ© enseignĂ©es par sa mĂšre, et par les enseignants, et par les Ă©coles. Et pourtant, il a connu plus au sujet de Dieu en cinq minutes dans la PrĂ©sence de cette LumiĂšre.
E-10 Maintenant, je crois qu’aujourd’hui, si l’enseignant entrait dans la PrĂ©sence de Dieu plutĂŽt que trop d’instruction, et essayer de tordre, et faire que cela s’accommode avec certaines thĂ©ologies, juste entrer dans la PrĂ©sence de Dieu, alors vous apprendrez au sujet de Dieu.
Et puis, nous voyons aprĂšs cela que MoĂŻse Ă©tait disposĂ©. Ce que MoĂŻse manquait, le buisson ardent l’avait. Et ce que nous manquons dans notre Ă©glise, le Saint-Esprit l’a pour nous.
E-11 Mais Dieu avait Son homme. Et Il l’a appelĂ©, l’a instruit, l’a choisi. Et combien Celui qui va utiliser ce vase, qui connaĂźt comment former le vase, est de loin mieux qu’un homme. Les mains humaines et l’intelligence humaine ne peuvent pas choisir le serviteur de Dieu. C’est Dieu seul qui doit le faire.
Et dans tous les Ăąges, Dieu a eu un tĂ©moin. Il n’a jamais manquĂ© de tĂ©moin. Dans les jours antĂ©diluviens, Il a eu NoĂ©. Il a eu MoĂŻse. Il a eu Elie et ElisĂ©e. Il a eu JĂ©rĂ©mie, EsaĂŻe, ainsi de suite, jusqu’à Jean-Baptiste, qui est le dernier des prophĂštes.
Jean n’avait pas... n’était pas instruit, ni scolarisĂ©. Il est allĂ© dans le dĂ©sert Ă  l’ñge de neuf ans et il y est restĂ© avec Dieu, il en est ressorti avec un Message qui a secouĂ© la nation.
E-12 Et puis est venu le Dernier et Grand TĂ©moin, JĂ©sus-Christ. Et chacun de ces messagers et tĂ©moins de Dieu avait Ă©tĂ© rejetĂ© par l’homme.
JĂ©sus n’a-t-Il pas dit: «Lequel de vos pĂšres n’a pas lapidĂ© les prophĂštes et persĂ©cutĂ© ceux que Dieu a envoyĂ©s?» N’a-t-Il pas dit: «Vous, murailles blanchies, vous ornez certainement les tombes des prophĂštes et vous ĂȘtes coupables de les y avoir placĂ©s.»
Les témoins de Dieu ont été lapidés, sciés, livrés en pùture aux lions, et toutes sortes de persécutions...
E-13 JĂ©sus a parlĂ© de la mĂȘme chose dans la parabole du verger. On a envoyĂ© un serviteur, et ils l’ont chassĂ©. Et finalement, il a envoyĂ© son fils, ils ont tuĂ© le fils.
Mais quelqu’un doit ĂȘtre un tĂ©moin. Dieu Ă©tant juste, Il ne peut pas punir les gens sans manifester de la misĂ©ricorde. La justice l’exige. La saintetĂ© de Dieu exige le jugement, et le jugement ne serait pas un jugement s’il n’a pas de misĂ©ricorde. Et Dieu envoie toujours la misĂ©ricorde. Et quand la misĂ©ricorde est rejetĂ©e, il ne reste qu’une seule chose, c’est le jugement.
E-14 Et, oh! puis-je m’arrĂȘter ici juste un moment pour dire que je crois que ces nations sont maintenant en train de recevoir leur dernier appel de la misĂ©ricorde. Je crois cela. Je suis enregistrĂ© sur bande, ce que je dis. Mais je crois cela de tout mon coeur, qu’il n’y a personne sur terre qui pourrait jamais ramener cette histoire, Ă  coups de secousse, Ă  son Ă©tat. Il faudra l’action de Dieu, la Seconde Venue de JĂ©sus-Christ.
Regardez l’indiffĂ©rence des gens aujourd’hui. Regardez combien ils sont insouciants: mangeant, buvant, se mariant, donnant en mariage, juste comme c’était prĂ©dit. «Ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force, dit la Bible; Ă©loignez-vous de ces hommes.» TrĂšs religieux, ils ont toujours Ă©tĂ© trĂšs religieux, mais ils n’ont pas une intelligence spirituelle pour comprendre. C’est ça l’essentiel. C’est ça qui dĂ©termine votre destinĂ©e Ă©ternelle, c’est votre intelligence spirituelle.
E-15 Et si Pharaon avait su que c’était le libĂ©rateur de l’Egypte qu’il envoyait dans le dĂ©sert et qu’il chassait? Ça aurait Ă©tĂ© diffĂ©rent. Mais il n’avait pas l’entendement spirituel que MoĂŻse avait, ni ne pouvait comprendre l’attitude que MoĂŻse avait adoptĂ©e.
En effet, pourquoi cet homme qui avait le monde entre ses mains rejetterait-il cela et entrerait-il dans le dĂ©sert avec un tas de gens dĂ©sobĂ©issants? Eh bien, il Ă©tait considĂ©rĂ© comme un fanatique, un charlatan. Et des dizaines de milliers, sans doute, s’étaient moquĂ© de lui. Mais sa conviction provenant de son intelligence spirituelle, de sorte que, grĂące Ă  la foi, il avait vu la promesse de Dieu.
E-16 Et alors, quand JĂ©sus Ă©tait sur terre, Il Ă©tait le plus Grand TĂ©moin que Dieu ait jamais eu. Car la plĂ©nitude de Dieu Ă©tait en Lui. Et quand Il s’est mis Ă  faire les oeuvres de Dieu, ils Lui ont dit: «Il est BĂ©elzĂ©bul, le diable», taxant l’Esprit de Dieu qui Ă©tait en Lui d’un dĂ©mon accomplissant des miracles.
Et JĂ©sus leur a dit: «Si Satan chasse Satan, alors il est divisĂ© contre lui-mĂȘme.»
Les gens attribuent Ă  Satan les mĂ©rites d’ĂȘtre plus intelligent qu’il ne l’est. Il ne peut pas ĂȘtre divisĂ© contre lui-mĂȘme. Si vous ĂȘtes divisĂ© contre vous-mĂȘme, comment pouvez-vous exister? Vous ne le pouvez pas; Satan non plus.
E-17 Ainsi, aprĂšs la grande discussion lĂ , Il leur a dit que s’ils parlaient contre Lui, cela leur serait pardonnĂ©, mais parler contre le Saint-Esprit qui viendrait comme Son Grand TĂ©moin ne serait jamais pardonnĂ©.
Puis, Il a présenté différents personnages de la foi, qui avaient fait des progrÚs. Et Il a dit: «La reine du Midi se lÚvera au jour du Jugement et condamnera cette génération, car elle était venue des extrémités du monde connu pour entendre la sagesse de Salomon. Et Je vous dis, il y a ici plus que Salomon.»
E-18 Or, l’ñge de Salomon auquel Il se rĂ©fĂ©rait, c’était le millĂ©nium des Juifs. C’était l’ñge d’or, comme le savent les historiens, pour le peuple Juif. Salomon Ă©tait un type antĂ©rieur de Christ en ce qu’il a construit le temple et tout.
Et puis, dans cet Ăąge-lĂ , Dieu avait donnĂ© un don Ă  Salomon. Et tout IsraĂ«l avait reconnu ce don-lĂ . Et tout IsraĂ«l avait prospĂ©rĂ© sous le rĂšgne de ce don. Mais s’ils n’avaient pas cru ce don que Dieu avait envoyĂ© par Salomon, ils n’auraient alors pas prospĂ©rĂ©. Ils n’auraient pas reconnu cela et ils...
E-19 Quand Dieu a envoyĂ© ce don trĂšs merveilleux, tout IsraĂ«l a prospĂ©rĂ©. Et ils sont devenus une nation puissante sur la terre, parce qu’ils avaient reconnu le don de Dieu qui Ă©tait dans Salomon
Tous, d’un seul coeur et d’un commun accord, tĂ©moignaient de ce grand don, non pas du grand Salomon, du grand don qui Ă©tait dans Salomon.
Il n’y a pas de peuple saint, c’est le Saint-Esprit dans le saint... dans le peuple; pas de sainte Ă©glise, mais le Saint Dieu dans l’Eglise.
De mĂȘme Pierre a parlĂ© de la sainte montagne. Ce n’était pas la montagne sainte, c’était le Dieu Saint qui Ă©tait sur la montagne.
E-20 Et Salomon n’était qu’un homme que Dieu avait connu d’avance et Ă  qui Il avait donnĂ© un don trĂšs merveilleux. Et quand IsraĂ«l a vu que c’était effectivement le don de Dieu, chacun d’eux l’a soutenu. C’est ce qui a dĂ©clenchĂ© le rĂ©veil.
Et la nouvelle s’est rĂ©pandue dans le monde entier. Les passants disaient: «Oh! Vous devriez voir ce que le grand Dieu JĂ©hovah a fait pour Son peuple. Eh bien, Il a suscitĂ© un don lĂ . Dieu a envoyĂ© un homme du nom de Salomon. Et, oh! toute la nation croit en lui. Et son don accomplit des merveilles.»
Et cela a fait que toutes les nations ont commencĂ© Ă  entendre. «La foi vient de ce qu’on entend.» Et tous ont soutenu ce grand don.
E-21 Et finalement, lĂ  loin dans la partie la plus Ă©loignĂ©e du monde connu Ă  l’époque, un endroit nommĂ© SĂ©ba, il y avait une petite reine lĂ -bas. Elle Ă©tait une paĂŻenne, une idolĂątre. Mais quand les hommes passaient, ils lui en parlaient: «Vous devrez voir ce qui se passe lĂ  en IsraĂ«l. Ils ont un don de la part de Dieu, lĂ . Et, oh! ce don est merveilleux. Vous devriez voir cela en action.»
Elle s’est mise Ă  se poser des questions. Le passant suivant: «Oh! Nous nous sommes arrĂȘtĂ©s dans notre voyage quelque part ailleurs, reine, mais nous sommes juste passĂ©s par IsraĂ«l. Vous devriez voir ce don merveilleux.»
Eh bien, son coeur a commencĂ© Ă  se rendre compte. «Car la foi vient de ce qu’on entend.» Et quand elle a entendu parler de ce grand don, quelque chose a commencĂ© Ă  se former dans son coeur au point qu’elle a dĂ©sirĂ© voir si c’était la vĂ©ritĂ© ou pas. Elle voulait dĂ©couvrir par elle-mĂȘme.
Elle n’était pas satisfaite de s’asseoir Ă  la maison et elle n’était pas non plus satisfaite avec ses idoles. Elle voulait partir, voir d’elle-mĂȘme.
E-22 Puis, elle s’est dĂ©cidĂ©e de ne pas aller pour critiquer. Beaucoup de gens vont voir un don de Dieu en action, ils se dĂ©cident avant d’arriver lĂ  qu’ils n’auront rien Ă  faire avec la chose. Une seule soirĂ©e rĂšgle la question. C’est la raison pour laquelle ils n’arrivent nulle part. C’est ce qu’ils ont fait au sujet du Seigneur JĂ©sus.
Mais cette petite reine s’est dĂ©cidĂ©e d’aller tout vĂ©rifier. Et elle a pris des dispositions pour aller voir ce grand don, voir si cela Ă©tait la vĂ©ritĂ© ou pas. Et si c’était la vĂ©ritĂ©, elle prendrait position pour cela; si ce n’était pas la vĂ©ritĂ©, elle n’aurait rien Ă  faire avec cela. C’est une bonne façon d’y penser. C’est l’approche qu’il faut. Venir voir.
E-23 Un homme peut avoir des prĂ©tentions sur tout. Mais l’histoire change quand Dieu tĂ©moigne que c’est la vĂ©ritĂ©.
Et alors, bien sĂ»r qu’elle avait des critiqueurs. Les gens disaient sans doute en rapport avec ça: «Voulez-vous dire que vous montez lĂ  vers un fanatique, emballĂ© par des Ă©motions mentales comme cela?»
Mais quelque chose dans son coeur a commencĂ© Ă  l’inciter, qu’elle devait aller voir d’elle-mĂȘme.
E-24 Or, venir Ă  Dieu n’est pas une chose facile, comme on le penserait. Comme les gens essayent de vous le prĂ©senter. «Ah! Eh bien, allez carrĂ©ment de l’avant en tout cas, adhĂ©rez Ă  l’église.» Ça, c’est une histoire du diable.
Il y a un grand prix Ă  payer. Le salut est gratuit, c’est vrai, mais il vous faut d’abord vous dĂ©barrasser de beaucoup.
Eh bien, elle avait des difficultĂ©s en chemin. La premiĂšre, c’était son propre peuple. Ils la critiqueraient et l’excommunieraient probablement de leur communautĂ©. Mais quand Dieu agit dans le coeur d’un individu, il n’y a rien au monde qui puisse l’éloigner de Lui. Dieu opĂšre de façon mystĂ©rieuse. Quelque chose a rĂ©ellement frappĂ© le coeur de cette petite femme.
E-25 Eh bien, la chose suivante qu’elle devait faire... Pouvez-vous vous rendre compte de ce que cette femme avait devant elle? Elle avait trois mois de voyage par route dans le dĂ©sert, sur le dos d’un chameau, trois mois sur du sable brĂ»lant du dĂ©sert. Elle avait un prix Ă  payer.
Et une autre chose, elle Ă©tait une femme, avec tout ce voyage. Et aussi, dans le dĂ©sert en ce temps-lĂ , il y avait les fils d’IsmaĂ«l, ils Ă©taient lĂ . Et c’étaient des brigands.
Et la femme s’est dĂ©cidĂ©e de ne pas aller mains vides. Alors, elle a fait charger ses chameaux avec des richesses. Elle a pris de l’encens, de l’or, de l’argent, de la myrrhe, les parfums les plus prĂ©cieux qu’il y avait dans son royaume. Car elle se disait dans son coeur que si c’était de Dieu, elle voulait donner Ă  Dieu les meilleurs qu’elle avait.
E-26 Et si seulement cette Ă©glise chrĂ©tienne aujourd’hui pouvait avoir de telles pensĂ©es dans son coeur! Le Dieu du Ciel mĂ©rite le meilleur de tout ce que vous avez. Le meilleur de votre temps, toute votre dĂ©votion, tout ce que vous ĂȘtes, vous le devez Ă  Dieu.
Nous donnons Ă  Dieu juste... peut-ĂȘtre quelques minutes le dimanche. Nous nous assoyons et puis, nous nous endormons pendant que l’enseignant de l’école du dimanche enseigne, nous rentrons Ă  la maison et nous pensons avoir fait notre religion pour la semaine. Quelle disgrĂące!
Je sais, j’ai la rĂ©putation d’ĂȘtre dur. Je ne suis pas dur. Mais ce qu’il y a, c’est que je dois me tenir au Jugement avec chacun de vous.
Demain matin, cet enregistreur fera entendre tout ce que j’ai dit. Et s’il y a ici un petit magnĂ©to–magnĂ©tophone qui fait entendre ce que j’ai dit ce soir, qu’en sera-t-il Ă  la barre du Jugement, quand le grand enregistreur de Dieu qui a enregistrĂ© ma vie jouera? Et votre enregistreur? Et l’enregistreur du monde? Et le grand Ă©cran de tĂ©lĂ©vision qui est au Ciel et que votre vie sera devant Dieu et le monde entier? Je prĂ©fĂ©rerais ĂȘtre juste ici mĂȘme et ĂȘtre honnĂȘte.
E-27 Si Dieu est Dieu, Il mĂ©rite tout ce que vous ĂȘtes. Si la religion chrĂ©tienne est juste, elle mĂ©rite tout ce que vous pouvez faire pour elle. Soutenez votre Ă©glise. Soutenez votre pasteur. Soutenez vos missionnaires. Faites tout ce qui est en votre pouvoir et donnez Ă  Dieu le meilleur que vous avez.
Cette petite paĂŻenne a dit: «Si c’est Dieu qui a suscitĂ© ce don puissant, alors Il est Dieu, je Lui donnerai un prĂ©sent, le meilleur que j’ai. Et elle a fait charger ces chameaux d’or, d’encens, de myrrhe, d’argent, beaucoup de choses prĂ©cieuses.
E-28 Eh bien, elle a pris avec elle une petite troupe d’hommes. Ils ne formeraient mĂȘme pas une poignĂ©e. Ils ne tiendraient mĂȘme pas une demi-heure dans une bataille devant ce grand groupe d’Arabes lĂ  dans le dĂ©sert.
S’ils savaient qu’elle traversait lĂ  avec toute cette richesse, ils arriveraient lĂ , en chevauchant, et massacreraient ce groupe. Mais voici ce qu’elle s’est dit: «Si ça vient de Dieu, alors Dieu prendra certainement soin de moi sur la route.» J’aime ce genre de foi. Si ça vient de Dieu, placez votre Ăąme entre Ses mains et avancez. Il prendra soin de vous. Vous n’avez pas Ă  vous inquiĂ©ter. Il veillera Ă  ce que vous arriviez trĂšs bien. Peu importe ce que votre voisin dit, et ce que celui-ci dit, et qu’on dise que vous ĂȘtes une poule mouillĂ©e parce que vous ĂȘtes devenu un chrĂ©tien. Ne faites pas cas de cela. Dieu a fait l’appel; Dieu est tenu de veiller sur vous jusqu’au bout. Croyez en Lui.
E-29 Et elle s’en est allĂ©e. Or, elle n’a pas traversĂ© Ă  bord d’une Cadillac climatisĂ©e, mais elle Ă©tait assise sur le dos d’un chameau. Finalement, elle est arrivĂ©e Ă  la porte. Eh bien, elle n’était pas venue juste pour passer une soirĂ©e dans le rĂ©veil. Elle Ă©tait venue passer ou rester jusqu’à ce qu’elle soit totalement convaincue.
Il y en a qui viennent au service de guĂ©rison et disent: «Eh bien, si j’obtiens une carte et que j’entre dans la ligne la premiĂšre soirĂ©e, ça va. Sinon, eh bien, je dois retourner.» Vous y ĂȘtes.
«Eh bien, je suis allĂ© lĂ  hier soir. Je pense que c’est assez. Je n’ai plus Ă  y aller.» Elle est venue tout vĂ©rifier. BĂ©ni soit le Nom du Seigneur pour ce genre de foi, qui est dĂ©terminĂ©e Ă  ne pas ĂȘtre vaincue. Alors, vous ĂȘtes sĂ»r.
E-30 Elle a fait dĂ©charger ses chameaux. Elle a fait dresser une tente dans la cour. Et elle a dit: «Je verrai de moi-mĂȘme. J’ai entendu parler de ce grand discernement Salomon qui vient de Dieu.» Elle a dit: «JĂ©hovah Dieu, si c’est la vĂ©ritĂ©, alors j’ai tous ces dons, plus moi-mĂȘme et mon royaume, je lui donnerai cela si c’est vrai. Mais j’aimerais rester jusqu’à ce que je sois convaincue.»
Et le jour suivant, quand Salomon est entrĂ© dans la cour et qu’il s’est assis sur son trĂŽne, alors la rĂ©union a commencĂ©, elle fut Ă©tonnĂ©e de voir la sagesse et le discernement dans cet homme. Elle passa plusieurs jours.
Et aprĂšs que tout Ă©tait fini, elle fut pleinement convaincue. Elle alla faire dĂ©charger ses chameaux, et tous ses dons, elle donna cela pour la cause de JĂ©hovah. Et elle a dit: «Tout ce que j’avais entendu est vrai. Et c’est plus grand que ce que j’avais entendu Ă  ce sujet.»
E-31 Elle est venue avec un coeur ouvert. Elle s’est prĂ©sentĂ©e devant ce don de Dieu, humblement. Et Dieu s’est fait connaĂźtre Ă  la reine. Et grĂące Ă  cet acte, JĂ©sus-Christ a parlĂ© aux sacrificateurs sanctifiĂ©s, les grands docteurs religieux, les rabbins, les Ă©vĂȘques, les papes, je ne sais comment vous voulez les appeler, Il a dit: «Cette petite reine se lĂšvera dans la gĂ©nĂ©ration... au Jugement et condamnera cette gĂ©nĂ©ration, car elle est venue des extrĂ©mitĂ©s du monde pour entendre la sagesse de Salomon (Et ici, le Fils de Dieu Ă©tait lĂ , discernant les pensĂ©es secrĂštes de leurs coeurs.), et vous dites: ‘Je suis BĂ©elzĂ©bul.’» Il a dit: «Cette petite reine se lĂšvera au jour du Jugement et condamnera cette gĂ©nĂ©ration.»
FrĂšres, JĂ©sus nous a donnĂ© un avertissement solennel que le signe qui sera donnĂ©, ce sera celui de la rĂ©surrection de Son Etre. «De mĂȘme que Jonas fut dans le ventre du grand poisson trois jours et trois nuits, ainsi le Fils de l’homme sera dans le sein de la terre.» C’était pour servir de signe perpĂ©tuel pour tous les Ăąges et toutes les gĂ©nĂ©rations, qu’Il Ă©tait mort et qu’Il Ă©tait ressuscitĂ©, et Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-32 Je me demande aujourd’hui, alors que Dieu a envoyĂ© Ses dons, Ses serviteurs dans le monde et, sans l’ombre d’un doute, qu’Il accomplit et fait les oeuvres qu’Il avait accomplies avant Sa crucifixion en guise de tĂ©moignage Ă  cette province, cette nation, ce peuple, qu’Il est le mĂȘme JĂ©sus-Christ qui est ressuscitĂ© des morts, de mĂȘme que Jonas Ă©tait sorti du ventre du grand poisson, puis les gens rejettent carrĂ©ment Cela et s’En Ă©loignent. Qu’en serait-il au jour du Jugement?
«Car je vous dis qu’il y a ici plus que Jonas. Je vous dis qu’il y a ici plus que Salomon.» Qui est-ce? JĂ©sus-Christ ressuscitĂ©, le Fils de Dieu, est ici et Il accomplit les oeuvres qu’Il a promis d’accomplir.
Cela conviendrait Ă  chacun de nous, pendant que cette sĂ©rie de rĂ©unions est en cours et que Ses bĂ©nĂ©dictions coulent Ă  flot, de faire tout ce qui est en nous pour amener chaque personne ici. Et faire tout notre possible pour que nos bien-aimĂ©s soient sauvĂ©s et qu’ils entrent dans le Royaume de Dieu. Car nous ne savons Ă  quel moment nous allons ĂȘtre appelĂ©s pour rĂ©pondre Ă  ce Jugement, Ă  la Venue du Seigneur JĂ©sus. Prions.
E-33 Seigneur Dieu des cieux et de la terre, Tu es un Seigneur juste. NoĂ© a prĂȘchĂ© cent vingt ans et on s’est moquĂ© de lui. D’autres ont prĂȘchĂ© au travers des Ăąges, les prophĂštes. JĂ©sus a prĂȘchĂ© avant les grandes destructions. Martin Luther lors de la premiĂšre rĂ©forme, John Wesley, Sankey, oh! Finney, Moody... Tout au long de l’ñge, et nous voici aux LumiĂšres du soir, et Tu es toujours Dieu. Et Tu as toujours des tĂ©moins sur la terre. L’Evangile est prĂȘchĂ© dans toutes les nations; des signes et des prodiges suivent. Ô Dieu, rĂ©veille le peuple rapidement avant qu’une annihilation totale frappe. Et tout, tant qu’il y a un Ăąge, d’éternitĂ© en Ă©ternitĂ©, il n’y aura jamais une autre occasion ou un sermon prĂȘchĂ©.
Ô Dieu, des hommes et des femmes ici prĂ©sents ce soir, puissent-ils recevoir leur dernier appel maintenant mĂȘme. Je Te prie d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers eux et de les sauver. Et qu’ils sachent que Tu es le Dieu du Ciel qui a ressuscitĂ© Ton Fils du sein de la terre comme Tu avais fait sortir Jonas du ventre du grand poisson. Et Tu es ici ce soir manifestant Ton amour et Ton Esprit par les dons devant les gens. Je prie au Nom de Christ.
E-34 Et pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es, lĂ  dans cette assistance, je me demande simplement s’il y aurait une personne ici qui lĂšverait la main et dirait par la main levĂ©e vers Dieu: «Ô Dieu, souviens-Toi de moi. J’ai profondĂ©ment besoin de Ta grĂące. Et j’aimerais maintenant lever ma main vers Christ et Lui dire d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers moi, un pĂ©cheur.» Voulez-vous lever la main? Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Y en aurait-il un autre? Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur, je vois votre main. Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Tous aux balcons Ă  ma droite? Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse, fils, lĂ -haut. Que Dieu vous bĂ©nisse, madame.
Quelqu’un aux balcons vers derriĂšre? Voudriez-vous lever la main pour dire: «Sois misĂ©ricordieux envers moi. Je vais... Je suis... Mes yeux, ĂŽ Dieu, oins mes yeux et laisse-moi voir, s’il Te plaĂźt. Je ne sais quand mon coeur va s’arrĂȘter. Je ne sais quand sera tirĂ© mon dernier souffle. Je marche sur les fils fragiles, les fils fragiles de la vie. Peut-ĂȘtre qu’avant que la nuit se termine, je rĂ©clamerai le docteur en criant, il secouera la tĂȘte et dira: ‘C’est terminĂ© maintenant. Il n’y a rien de plus qui puisse se faire. C’en est fini pour lui ou pour elle’»?
E-35 Un jeune ami Ă  moi, sa fillette de huit ans jouait dans la cour; avant-hier, elle Ă©tait tout en bonne santĂ© et aimable au possible, une gentille petite enfant, elle est tombĂ©e gravement malade. Il l’a vite envoyĂ©e Ă  l’enfant... l’hĂŽpital pĂ©diatrique de Louisville, dans le Kentucky. Elle est morte une heure aprĂšs d’une mĂ©ningite de la colonne vertĂ©brale.
Vous ne savez Ă  quelle minute, jeune, vieux, la mort vient Ă  tous.
E-36 Les balcons Ă  ma gauche, maintenant, quelqu’un lĂ  lĂšverait-il la main, pour dire... Par ceci, vous ne levez pas votre main vers moi. Vous la levez vers Dieu. Dites: «Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi. J’ai besoin de Toi. Sois misĂ©ricordieux. Priez pour moi, FrĂšre Branham, alors que je lĂšve la main.» Voudriez-vous le faire? TrĂšs bien. Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ , monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Que Dieu te bĂ©nisse, chĂ©rie, la petite fille. Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ -bas. C’est merveilleux.
Maintenant, partout dans l’auditoire, la salle en bas ici, quelqu’un d’autre qui lĂšverait la main, celui qui ne l’avait pas encore fait? Que Dieu vous bĂ©nisse, et vous, et vous, soeur, et vous, frĂšre. Et vous lĂ  derriĂšre, soeur. «Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi. J’ai besoin de Toi, Seigneur JĂ©sus, maintenant mĂȘme.»
E-37 Qu’avez-vous fait en levant la main? Vous avez dĂ©fiĂ© chaque loi de la science. Selon la gravitation, vos mains sont censĂ©es pendre. Mais quand vous avez levĂ© la main vers le CrĂ©ateur des cieux et de la terre, et votre CrĂ©ateur, vous dĂ©fiez les lois de la gravitation, montrant qu’il y a en vous un esprit qui a pris une dĂ©cision. «Je lĂšve maintenant la main, je dĂ©fie toutes les lois de la gravitation, tout le reste, parce que le CrĂ©ateur qui a parlĂ© Ă  mon coeur en tant que... Mon Ăąme a pris une dĂ©cision que je L’aime, et je lĂšverai la main vers Lui pour qu’Il soit misĂ©ricordieux envers moi.»
Si je connais bien ma Bible, JĂ©sus a dit: «Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle, et il ne vient point en Jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie.» VoilĂ  la diffĂ©rence.
E-38 Voulez-vous, par une dĂ©cision dans votre coeur, lever la main vers Dieu pour dire: «Je L’accepte maintenant»? Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. C’est... Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. C’est merveilleux. Ça fait Ă  peu prĂšs vingt. Que Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre, par ici. C’est une autre personne.
Qu’est-ce que Cela fait? Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. C’est juste... Oh! Savez-vous ce qui se passe? Si vous me croyez sur parole en tant que serviteur de Dieu, voici la Parole de Dieu pour confirmer cela, Ă  la minute oĂč vous levez la main, si vous ĂȘtes sincĂšre du fond de votre coeur, vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie. Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ  derriĂšre, frĂšre. Je vois votre main ici derriĂšre, dans l’allĂ©e centrale. C’est bon. Laissez-Le simplement parler Ă  votre coeur. Que Dieu vous bĂ©nisse par ici, jeune fille. Que Dieu soit avec vous. Que Dieu vous bĂ©nisse, lĂ , jeune homme. Que Dieu soit avec vous. Vous... Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ  derriĂšre. Je vous vois, frĂšre, assurĂ©ment Dieu vous voit.
E-39 Vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie. Ecoutez les Paroles de JĂ©sus maintenant. «Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle (C’est la Vie Eternelle, le Saint-Esprit), et il ne vient point en Jugement, mais il est passĂ© (au passĂ©) de la mort Ă  la Vie.» Pourquoi? Parce que vous avez cru au Fils de Dieu et vous L’avez acceptĂ© comme votre Sauveur personnel.
Je sais que les mĂ©thodistes avaient l’habitude de dire: «Vous devez crier avant de recevoir Cela», mais il y en a beaucoup qui ont criĂ© et qui ne L’ont pas reçu. Les pentecĂŽtistes disaient: «Il vous faut parler en langues, et alors vous L’avez.» Beaucoup d’entre eux ont parlĂ© en langues et ils ne L’ont pas reçu. C’est vrai. Mais JĂ©sus-Christ a dit: «Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, L’a.» C’est cela.
E-40 Votre foi regarde Ă  Dieu. Dieu scelle Cela par le Saint-Esprit. Votre vie prouve ce que vous ĂȘtes. «On vous reconnaĂźt par vos fruits.» Cela rĂ©vĂšle si vous ĂȘtes sincĂšre ou pas. C’est pour tout le monde, la Fontaine est ouverte Ă  tout celui qui veut.
Maintenant, y en aurait-il un autre avant que nous offrions la priĂšre pour ceux-ci, lĂ  dans la salle, n’importe oĂč, une personne qui n’a pas levĂ© la main, pour prendre cette dĂ©cision, cette dĂ©cision finale? TrĂšs bien. Prions pour ceux-ci maintenant.
E-41 PĂšre cĂ©leste, je suis davantage sĂ»r que nous avons trouvĂ© grĂące Ă  Tes yeux ce soir, comme les mains de ces hommes et de ces femmes se sont levĂ©es, et mĂȘme des petites filles, douze et treize ans, ont levĂ© les mains, rĂ©clamant Ta misĂ©ricorde.
Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers eux. Ce sont les fruits du message, et je Te les prĂ©sente maintenant, que Tu les gardes par Ta grĂące jusqu’au jour oĂč ils seront prĂ©sentĂ©s devant Dieu, en JĂ©sus-Christ, sans faute, sans tache, et ayant la Vie Eternelle, et vivant au travers de tous les Ăąges Ă  venir. Accorde-le, PĂšre.
E-42 Et maintenant, par ceux qui sont les enfants nouveaux nĂ©s, qui viennent d’entrer dans le Royaume, et en fait, Ta Parole ne peut jamais faillir... C’est la vĂ©ritĂ©. Elle ne peut pas faillir. Et maintenant, PĂšre, pour eux, les enfants nouveaux nĂ©s, qu’ils aient un tĂ©moignage ce soir, un double tĂ©moignage. Puisses-Tu entrer en scĂšne, la grande puissance et la manifestation, leur montrer Ta grande puissance, montrer que Tu es le mĂȘme JĂ©sus qui Ă©tait lĂ  en GalilĂ©e, et qui a Ă©tĂ© condamnĂ© parce que Tu avais discernĂ© les pensĂ©es et que Tu avais prononcĂ© cette Parole que... Est-ce que ce grand Salomon n’avait pas aussi discernĂ© les esprits de l’homme? Et Tu as dit: «Il y a ici plus que Salomon.» Et il y aura un signe perpĂ©tuel, la rĂ©surrection, que Tu es le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
Manifeste-Toi, ĂŽ Dieu du Ciel. Et fais savoir Ă  ces gens qu’il y aura... leur vĂ©ritable foi en Christ n’est pas vaine. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-43 Si je ne me trompe pas, je pense que c’est mon vieil ami, frĂšre Dawson, que je vois assis ici devant moi dans un fauteuil roulant. Je pensais t’avoir identifiĂ© hier soir, FrĂšre Dawson. Que Dieu soit misĂ©ricordieux envers toi, mon brave frĂšre. Tu as eu une attaque d’apoplexie ou quelque chose comme cela. Je pense que tu avais Ă©crit pour me l’annoncer. Je prie que Dieu te rĂ©tablisse, FrĂšre Dawson. Si ton frĂšre avait une quelconque puissance en moi-mĂȘme, je viendrais directement vers toi maintenant mĂȘme. Ce serait la derniĂšre minute que tu passerais ainsi dans un fauteuil roulant.
Je n’ai pas la puissance, FrĂšre Dawson, mais JĂ©sus qui a la puissance est ici. Regarde et vis, FrĂšre Dawson. Toi en tant qu’étudiant de la Bible, un Ă©rudit, les gens regardaient au serpent d’airain dans le dĂ©sert et vivaient. C’était un type de Christ. Et si ce type les a guĂ©ris, que ferait l’antitype? Si le serpent d’airain, fait Ă  l’image du Fils de Dieu, qui a Ă©tĂ© fait pĂ©chĂ© (le serpent, l’emblĂšme du pĂ©chĂ©; l’airain, le jugement), si en regardant le serpent, ils vivaient, qu’en serait-il de ceux qui ne regardent pas Ă  Christ, vivent-ils? Maintenant, regarde ce soir, FrĂšre Dawson.
E-44 Je vois dans mon auditoire ici, il y a des fauteuils roulants, des civiùres. Au fur et à mesure que les foules augmentent... J’espùre qu’elles augmentent. Si vous avez une grande foule de gens ensemble, des croyants, vous avez une grande explosion de foi.
J’ai vu, il y a quelques soirĂ©es, dans un auditoire Ă  Tacoma, Ă  Washington, une arĂšne Ă  peu prĂšs comme ceci ici. Et des milliers de gens entassĂ©s lĂ . Et j’ai vu un petit garçon aveugle, un Indien, le Saint-Esprit est allĂ© lĂ  dans l’auditoire, et Il a dit Ă  ces gens leurs noms, d’oĂč ils venaient, qui ils Ă©taient. Il a demandĂ© Ă  cette mĂšre d’amener le petit Indien aveugle, il Ă©tait tombĂ© de son berceau quand il avait environ trois mois, et les deux yeux avaient Ă©tĂ© complĂštement crevĂ©s, il Ă©tait totalement aveugle (Il avait environ douze, quatorze ans), on a amenĂ© le petit homme sur l’estrade. Et lĂ , le Dieu Tout-Puissant lui a parfaitement rendu sa vue. Il a quittĂ© l’estrade, il s’est assis, il a marchĂ© et a pris une boisson, et tout lĂ  sur place en glorifiant simplement Dieu.
E-45 Y a-t-il ici quelqu’un qui Ă©tait aux rĂ©unions de Tacoma et qui a vu cela? Je sais, bien sĂ»r, l’organisateur et les autres Ă©taient lĂ , ils ont vu ça. Ce... Il y en a quelques-uns lĂ  loin au fond de l’auditoire, beaucoup parmi eux lĂ  ont vu cela. Oui, oui. Ce petit garçon indien aveugle, non pas quelque chose... Eh bien, cela a secouĂ© la rĂ©gion. Vous voyez? Pas un montage, mais un absolu.
E-46 Je me souviens du membre du CongrÚs Upshaw, il était assis à peu comme frÚre Dawson ce soir, il avait été dans cet état depuis soixante-six ans, un membre du CongrÚs pendant dix-sept ans, dans le gouvernement des Etats-Unis.
Il est entrĂ© dans un grand auditoire comme celui-ci. Et on a simplement poussĂ© l’homme jusqu’au fond du bĂątiment. Je n’avais jamais entendu parler de lui de ma vie. Et lĂ , le Saint-Esprit lui a mĂȘme dit ce qu’il avait fait, et comment il Ă©tait tombĂ©, et tout Ă  ce sujet. Eh bien, Dieu sait, je n’avais jamais entendu son nom. Et Il a dit: «Membre du CongrĂšs, AINSI DIT LE SEIGNEUR, vous ĂȘtes guĂ©ri.» Et il a sautĂ© de son fauteuil, il a couru Ă  l’estrade, et il a touchĂ© ses pieds, Ă  une quatre-vingtaine d’annĂ©es, il s’est tenu sur les marches de la Maison Blanche et a chantĂ©: «Reposant sur le bras Ă©ternel.»...?... Il est allĂ© chez Churchill en Angleterre, son cher ami, et a tĂ©moignĂ© de la puissance de Dieu qui guĂ©rit les malades.
FrĂšres, JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© d’entre les morts, Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-47 Maintenant, nous allons prier pour les malades. Et je... AprĂšs que ceci sera terminĂ©, aprĂšs que nous aurons priĂ© pour les malades, j’aimerais demander Ă  ceux qui ont levĂ© les mains (une vingtaine ou une trentaine de personnes, des pĂ©cheurs qui voudraient ĂȘtre sauvĂ©s), j’aimerais, aprĂšs que ceci sera terminĂ©, la priĂšre pour les malades, j’aimerais que vous vous avanciez ici Ă  l’autel et que vous vous teniez ici, et que vous offriez un mot de remerciement Ă  Dieu pour avoir sauvĂ© votre Ăąme. J’aimerais que vous fassiez cela devant cet auditoire. Car JĂ©sus a dit: «Celui qui–qui Me reniera devant les hommes, Je le renierai devant Mon PĂšre. Et celui qui tĂ©moignera devant les hommes, Je tĂ©moignerai de lui devant Mon PĂšre.» J’aimerais que vous fassiez cela immĂ©diatement aprĂšs le service de guĂ©rison.
Vous L’avez dĂ©jĂ  acceptĂ©. Vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie, mais j’aimerais que vous veniez ici en guise de confession publique, que JĂ©sus est votre Sauveur. Et je suis sĂ»r que si vous Ă©tiez sincĂšre, du fond de votre coeur, vous n’auriez pas honte de faire cela.
E-48 Eh bien, hier soir, et les soirĂ©es de la sĂ©rie de rĂ©unions, et au fil du temps, nous allons essayer de sortir dans quelques minutes. La rĂ©union n’est pas basĂ©e... Maintenant, dans quelques soirĂ©es, nous allons commencer Ă  faire passer de longues lignes de priĂšre par ici, aussitĂŽt que nous aurons une foule assez grande ici pour le faire. Voyez?
Mais pendant que nous sommes ici maintenant, nous essayons de faire entrer dans les coeurs des gens, Dieu voulant, la base de la guérison divine.
Maintenant, Dieu envoie toujours des dons. Combien croient cela? Eh bien, assurĂ©ment qu’Il le fait. Et si vous reconnaissez cela, sondez cela dans les Ecritures, voyez si les Ecritures le disent. Si les Ecritures le disent, et qu’ensuite vous voyez cela en action, vous ĂȘtes tout aussi coupables devant Dieu que le re... ceux–ceux qui Ă©taient lĂ  quand JĂ©sus Ă©tait ici dans la chair. Plus coupables, car eux n’avaient jamais vu le Fils de l’homme. Mais maintenant, Il est sur la terre, et Ses–Ses tĂ©moignages sont de l’histoire, une prophĂ©tie, et Il est revenu ici une fois de plus sous la forme de l’Esprit, accomplissant exactement les mĂȘmes oeuvres que ce qu’Il avait accompli. Voyez?
Maintenant, vous ĂȘtes coupables si vous ne croyez pas en Dieu. Acceptez-Le. Ayez foi.
E-49 Maintenant, je pense, Billy m’a dit il y a quelques instants qu’ils avaient distribuĂ© une centaine de cartes de la sĂ©rie E. Hier soir, d’oĂč avons-nous appelĂ©? 1 Ă ... On a commencĂ© Ă  partir de 1 hier soir, n’est-ce pas? 1 Ă  15. TrĂšs bien, prenons-en la derniĂšre partie ce soir. Prenons alors 85 Ă  100. Et peut-ĂȘtre demain, nous pourrions commencer quelque part, nous ne savons pas oĂč, juste (Voyez?) afin que tout le monde... Nous avions l’habitude de distribuer les cartes, et nous commencions par 1, nous continuions avec 1. 1, 2, 3, et 5, jusqu’à 25, 50, et ainsi de suite, comme cela. Et si quelqu’un recevait une carte qui ne portait pas un numĂ©ro en-dessous de vingt-cinq ou trente, il la jetait par terre. Il n’en voulait pas. Voyez? «Je ne serai jamais appelĂ© lĂ .» Mais maintenant, vous ne savez Ă  partir d’oĂč on va appeler.
Puis, je disais: «Eh bien, nous allons former la ligne de priĂšre. Qu’un petit garçon se lĂšve et compte. Et lĂ  oĂč il s’arrĂȘtait de compter, c’est Ă  partir de lĂ  que nous appelions la ligne de priĂšre. Croyez-le ou pas, les mamans demandaient Ă  leurs petits garçons ou petites filles lĂ  de s’arrĂȘter Ă  leurs numĂ©ros. Ainsi, nous traitons toujours avec des ĂȘtres humains.
Ainsi donc, l’homme qui a distribuĂ© les cartes de priĂšre ne sait pas Ă  partir d’oĂč la ligne de priĂšre sera appelĂ©e. Personne d’autre ne le sait. Quand nous arrivons ici, alors tout ce qui me vient Ă  l’esprit, je commence Ă  partir de lĂ . C’est vrai. C’est le procĂ©dĂ© que le Saint-Esprit nous a indiquĂ© pour conduire cela. C’est comme ça... Et cela n’a rien Ă  faire avec votre guĂ©rison. Le fait que vous montez Ă  cette estrade ne reprĂ©sente rien en rapport avec votre guĂ©rison. Cela veut seulement dire que l’auditoire peut avoir la mĂȘme bĂ©nĂ©diction que l’homme ou la femme qui se tient ici mĂȘme. C’est un signe que JĂ©sus est vivant et qu’Il est ici pour nous bĂ©nir et nous donner Sa promesse. Combien comprennent cela de cette façon-lĂ ? Merci.
E-50 TrĂšs bien, Ă©tait-ce B ou E–E? E? E-85, qui a donc cette carte de priĂšre? La dame lĂ  au balcon. TrĂšs bien, madame, descendez ici. 86, voudriez-vous lever la main? Carte de priĂšre 86, voudriez-vous lever la main? 86? Qui a la carte de priĂšre 86? Voudriez-vous... Voulez-vous lever bien haut la main afin que je voie? Quelqu’un est en train d’indiquer par ici, mais je ne vois aucune main. 86? Oh! Je suis dĂ©solĂ©, madame. TrĂšs bien, venez ici. 85, 86, 87? 88? Rapidement maintenant, tenez-vous... TrĂšs bien. 89? 89? TrĂšs bien, madame. 90? Quelqu’un voit une main? 90? La carte de priĂšre 90. Regardez chez votre voisin maintenant. C’est peut-ĂȘtre quelqu’un... Je vois des cannes blanches posĂ©es par terre ici. Il y a un homme aveugle assis ici. Regardez sa carte. Est-ce 90, monsieur? Regardez sa carte et voyez si c’est ça. Ce n’est pas ça. TrĂšs bien. Regardez chez quelqu’un... Regardez lĂ  derriĂšre, que quelqu’un regarde chez ceux qui sont dans des fauteuils roulants lĂ  derriĂšre, quelques-uns parmi ces gens, peut-ĂȘtre qu’ils ne peuvent pas lever leurs mains. Voyez s’ils ont... Il y a ici quelqu’un couchĂ© par ici, peut-ĂȘtre qu’il ne peut pas lever les mains. Que quelqu’un regarde chez lui... Levez-vous, soyez assez gĂ©nĂ©reux pour aller voir s’il a la carte de priĂšre 90. 90? Est-ce que... A... La dame l’a trouvĂ©e. Quelqu’un qui est probablement couchĂ© sur un banc ou quelque chose comme ça lĂ , il est peut-ĂȘtre malade. TrĂšs bien, 90? 91? Qui a 91? Voudriez-vous lever la main? 91? TrĂšs bien. Vous ratez votre tour. 92? 93? 94? 95? Il y en a dĂ©jĂ  trois qui manquent. 96? 97? 98? 99? Et 100? Que ceux-lĂ  viennent d’abord. Si vous le pouvez.
E-51 Maintenant, si quelqu’un a ces cartes... Regardez-les et s’ils ont ces cartes et qu’ils ne peuvent pas se lever, que quelqu’un les amĂšne. S’ils sont sourds et n’entendent pas, amenez-les. Voyez? Ainsi, ils ne feront pas dĂ©faut Ă  leurs numĂ©ros.
Maintenant, gardez votre carte, car nous allons les appeler tÎt ou tard. Quand vous recevez votre carte, gardez-la, et nous allons les appeler. Nous allons commencer par ceux qui sont dans la ligne de priÚre, aussitÎt que nous aurons un groupe suffisant de gens ici présents pour justifier ce genre de ligne, ainsi nous pouvons les faire passer et prier pour eux. Nous le ferons.
Mais maintenant, nous essayons de–d’amener le Saint-Esprit, s’Il le veut, Ă  se manifester sous la forme d’un don, afin que votre foi soit ancrĂ©e, que vous soyez sĂ»rs, sans l’ombre d’un doute.
E-52 TrĂšs bien. S’il y a... Juste un moment maintenant, comme nous avons prĂȘchĂ© comme cela, voulez-vous nous jouer, frĂšre: Le Grand MĂ©decin est ici maintenant?
Quelqu’un me disait qu’aujourd’hui... Est-ce le mĂȘme homme qui est tombĂ© du tabouret hier soir? Si cet homme se rappelle, quand je suis passĂ© hier soir, il m’a regardĂ© et a souri, et je l’ai tapotĂ© Ă  l’épaule. Je savais qu’il avait besoin d’un peu d’encouragement. Et quand il a entendu le Saint-Esprit rĂ©vĂ©ler la chose mĂȘme qui Ă©tait dans son propre coeur, il s’est Ă©vanoui et est tombĂ© du tabouret hier soir. C’est un... Il croyait cela. Il a vu la PrĂ©sence du Saint-Esprit et le MĂ©decin mĂȘme sur qui il joue maintenant est ici mĂȘme dans cette salle ce soir.
Vous ĂȘtes une partie de Son hĂ©ritage. Croyez en Lui. Ayez foi en Lui. Ne doutez pas. Ayez foi en Dieu.
E-53 TrĂšs bien, Billy, oĂč est le... Combien en avons-nous ici? Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze, douze. Il nous en manque quelque part. Il y en a quinze dans cette ligne-lĂ , il est censĂ© y en avoir. Maintenant, vous avez un numĂ©ro, E-85 jusqu’à 100. O.K.? Trois manquent? S’ils sont ici, ou s’ils sont sortis, venez voir mon garçon ici et il les placera dans la ligne. S’ils sont donc sortis. Hein? [Le frĂšre dit que 91 manque–N.D.E.] 91 manque. La carte de priĂšre 91 manque.
Maintenant, quand vous venez prendre une carte, restez Ă  votre poste de devoir jusqu’à ce qu’on prie pour vous. Voyez? Ne... En effet, vous voyez quelle interruption ça cause? TrĂšs bien. Restez avec cela quand vous venez prendre votre carte de priĂšre. Sinon, donnez-la au... laissez celui qui va rĂ©pondre Ă  l’appel la prendre. Voyez? Restez avec cela. TrĂšs bien.
Maintenant, que tout le monde soit vraiment respectueux. Soyez tout aussi tranquilles que possible pendant les quelques prochaines vingt, quinze, vingt minutes.
E-54 Maintenant, combien sont ici pour leur premiĂšre fois dans... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Il n’y a personne dans cet auditoire... par ici, Ă  part frĂšre Dawson lĂ , que je connaisse. Est-ce que tout le monde dans la ligne de priĂšre, vous suis-je inconnu? Si je vous suis inconnu, levez la main. Si je... dans l’auditoire, s’il y a des Ă©trangers, levez la main.
Maintenant, combien n’ont pas de cartes de priĂšre et sont... Vous voulez que Dieu vous guĂ©risse, faites voir votre main. TrĂšs bien. Maintenant, JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Une femme toucha Son vĂȘtement et entra dans l’auditoire, Il se retourna et reconnut que quelque chose s’était passĂ©, et Il la dĂ©signa. Est-ce vrai? Il est le mĂȘme. Il fera la mĂȘme chose. La Bible dĂ©clare: «Il est le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s.» Croyez donc.
E-55 Et maintenant, voici une femme ici debout, je ne l’ai jamais vue de toute ma vie. Elle m’est totalement inconnue. C’est vrai, tout aussi vrai que cette Bible posĂ©e ici devant moi. Je lui suis inconnu, et elle m’est inconnue. Nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s dans ce monde. Je n’ai pas la moindre idĂ©e de ce pour quoi cette femme se tient ici, pas plus–pas plus que n’en aurait quelqu’un d’autre qui lui serait inconnu. Je ne connais pas. Mais je suis sĂ»r d’une seule chose, c’est que Dieu connaĂźt.
Et la femme qui Ă©tait allĂ©e auprĂšs du Seigneur JĂ©sus, ou Ă©tait allĂ©e au puits le... Ça, c’est pour les nouveaux venus. Voici encore un tableau: un homme et une femme, juste comme au puits.
Maintenant, qu’est-ce qu’un Juif a dit quand JĂ©sus a accompli un miracle sur lui en lui disant oĂč il Ă©tait avant qu’il vĂźnt Ă  la rĂ©union? Combien se souviennent de cela hier soir? NathanaĂ«l. Et NathanaĂ«l a dit: «Comment m’as-Tu connu, Rabbi?»
Il a dit: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.» Est-ce ce qu’Il a dit?
Il a dit: «Tu es le Fils de Dieu. Tu es le Roi d’IsraĂ«l.» C’est ce que le Juif avait pensĂ© Ă  ce sujet.
E-56 Eh bien, qu’est-ce que le Juif religieux en avait pensĂ©? Il a dit: «C’est BĂ©elzĂ©bul.» Je viens de prĂȘcher lĂ -dessus. «Le diable, le diseur de bonne aventure, la tĂ©lĂ©pathie.»
Puis, Il est monté chez les Samaritains. Et Il a rencontré une femme, juste comme celle-ci, ici. Et Il a dit à cette femme: «Apporte-Moi à boire.» Dans Saint Jean, chapitre 4. Et ils se sont mis à parler un peu, poursuivant leur conversation.
Le PĂšre L’avait envoyĂ© lĂ . Vous savez qu’Il Ă©tait en route... Combien savent qu’Il Ă©tait en route vers JĂ©richo? Et JĂ©richo est juste en bas de JĂ©rusalem. Mais il Lui fallait passer par la Samarie. Le PĂšre L’avait envoyĂ© lĂ -haut. Il a dit: «Je ne fais que ce que le PĂšre Me montre.» Saint Jean 5.19. «Je ne fais que ce que Je vois premiĂšrement faire au PĂšre.» C’est ce qu’Il a dit.
E-57 Et le PĂšre L’avait envoyĂ© lĂ -haut, et Il a parlĂ© Ă  cette femme jusqu’à ce qu’Il a dĂ©couvert ce qu’était son problĂšme et Il le lui a dit. Est-ce la vĂ©ritĂ©? Et quand Il lui a dit oĂč Ă©tait son problĂšme, elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es ProphĂšte. Et nous savons que quand le Messie sera venu (Lequel est Christ), Il nous annoncera toutes ces choses.» Mais elle ne savait pas Qui Il Ă©tait.
Il a dit: «Je Le suis, Moi qui Te parle.» Combien savent que c’est vrai?
Si cela Ă©tait lĂ  un signe du Messie pour les Juifs, pour les Samaritains, qu’en sera-t-il pour les Gentils si JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? Ce sera la mĂȘme chose. Est-ce vrai? La mĂȘme chose.
Maintenant, c’est lĂ  le signe dont j’ai parlĂ© ce soir, le don qu’Il avait promis d’envoyer sur la terre. Maintenant, qu’allons-nous faire Ă  ce sujet?
E-58 Maintenant, si Cela ne marche pas, alors je suis un faux prophĂšte. Si cela marche, je vous ai dit la vĂ©ritĂ©, et JĂ©sus-Christ est vivant ce soir. C’est vrai. VoilĂ  la confrontation. S’il y a ici quelqu’un qui veut prendre ma place, il est parfaitement le bienvenu, qu’il vienne maintenant mĂȘme, celui qui veut venir prendre cette ligne de priĂšre. Tout ministre, rabbin, Ă©vĂȘque, quoi que vous soyez, vous ĂȘtes le bienvenu. Voyez?
Maintenant, je ne connais pas la dame, et elle ne me connaĂźt pas. Mais Dieu nous connaĂźt certes. Et alors, si le Seigneur JĂ©sus, par un don divin, fait savoir Ă  cette femme ce pour quoi elle est ici... Si elle est une critiqueuse, Cela le rĂ©vĂ©lera ici. Si elle est une chrĂ©tienne, Cela le lui dira. Si elle est malade, Cela le lui dira. Quoi que ce soit, je ne sais pas ce que c’est. Mais s’Il le lui dit, combien ici diront: «Cela encouragera ma foi et Cela fera de moi un meilleur croyant. Cela me donnera le dĂ©sir d’attendre le Royaume de Dieu plus que je ne l’ai jamais fait de ma vie»? Faites voir vos mains Ă  Dieu, vous qui dites cela. TrĂšs bien.
E-59 Faites-le donc. Eh bien, ne... Vous dites: «FrĂšre Branham, qu’est-ce qui vous fait faire cela?» J’essaie de trouver grĂące aux yeux de Dieu, que Dieu fasse cela. Vous voyez? Je ne sais pas ce qu’Il fera. S’il ne le fait pas, je vais simplement faire une priĂšre pour l’assemblĂ©e, entrer dans la voiture et rentrer chez moi, pour attendre demain soir. Je ne... Il ne m’a encore jamais fait dĂ©faut. En effet, c’est Lui qui m’a commissionnĂ© il y a des annĂ©es Ă  faire cela. Et Il m’a dit que cela arriverait, et je vous en avais parlĂ© quand j’étais ici auparavant. Maintenant, cela est arrivĂ©. Cela ne marche simplement pas chez les Anglo-Saxons. Ils sont trop intelligents, ils connaissent trop.
Une rĂ©union, comme celle qui a eu lieu ici hier soir... Je tenais une rĂ©union comme cela en Afrique du Sud, chez frĂšre Thom’s ici, j’ai offert une priĂšre pour l’assemblĂ©e, et ils ont chargĂ© sept grands camions de bĂ©quilles et de fauteuils roulants et des choses qui avaient Ă©tĂ© ramassĂ©es par terre, et vingt-cinq mille personnes avaient Ă©tĂ© guĂ©ries Ă  la fois. Et trente mille purs paĂŻens Ă©taient venus Ă  Christ et ils ont brisĂ© leurs idoles par terre, on dirait une tempĂȘte de poussiĂšre. C’est vrai. Vingt-cinq mille personnes guĂ©ries et trente mille dĂ©cisions pour Christ enregistrĂ©es en une seule fois, aprĂšs une ligne de priĂšre d’environ quatre personnes qui Ă©taient passĂ©es par lĂ . Et ici, nous pouvons nous dĂ©battre et aller heure aprĂšs heure aprĂšs heure aprĂšs heure. Vous dites: «Eh bien, je suppose que c’est en ordre, je pense.» Voyez, c’est ça la raison. C’est la raison pour laquelle Billy Graham, Oral Roberts, A. A. Allen, tous ces grands Ă©vangĂ©listes n’ont pas de succĂšs. On a pĂȘchĂ© Ă  la seine dans le vieil Ă©tang et presque chaque poisson a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© attrapĂ©. C’est vrai. Elle est prĂȘte et mure pour le jugement. Souvenez-vous-en. Ça, ce sont les derniĂšres heures.
Si vous croyez que je suis un serviteur de Christ, souvenez-vous que c’est la vĂ©ritĂ©. Maintenant, puisse Christ confirmer cela.
E-60 Maintenant, chĂšre soeur, aprĂšs avoir prĂȘchĂ©, d’habitude dans les rĂ©unions, eh bien, monsieur Baxter avait l’habitude de prĂȘcher. Je sortais directement de mon bureau. Personne ne me parlait. Je m’avançais tout droit Ă  l’estrade, la ligne de priĂšre avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© formĂ©e, et je me mettais Ă  prier pour les malades. C’était alors plus glorieux. Maintenant, je dois moi-mĂȘme prĂȘcher et tout. Cela vous dĂ©route un peu, vous savez. Vous ĂȘtes oint pour prĂȘcher et ensuite vous changez du coup et vous commencez le discernement. On dirait cela... Cela dĂ©route. Mais nos assemblĂ©es sont petites et j’essaie simplement cela et Dieu me vient en aide.
Maintenant, si Christ me rĂ©vĂšle ce pour quoi vous ĂȘtes ici, ou quelque chose Ă  votre sujet, que vous savez... Si je monte ici et que je dise: «Madame, le Seigneur m’a donnĂ© un don et m’a dit que si j’amĂšne les gens Ă  me croire, et que je prie pour eux, en Ă©tant sincĂšre, Il guĂ©rirait leurs maladies.» Maintenant, je dirais: «Je vais prier pour vous, vous allez vous rĂ©tablir.» Vous auriez un droit d’en douter, ne sachant pas si je vous dis la vĂ©ritĂ© ou pas.
E-61 Mais maintenant, si Dieu vient aprĂšs et vous dit quelque chose de votre vie passĂ©e, que je ne connais pas, et vous savez que je ne connais pas cela, qu’en sera-t-il alors? C’est diffĂ©rent, n’est-ce pas? C’est vrai. C’est Dieu qui connaĂźt ce qui a Ă©tĂ©, assurĂ©ment qu’Il connaĂźtra ce qui sera. Est-ce vrai?
Eh bien, que suis-je en train de faire maintenant? Juste voir ce que le Saint-Esprit me dira.
E-62 Oui, si l’auditoire perçoit encore ma voix, la dame est en train de s’éloigner de moi. Je la vois chercher Ă  aller faire quelque chose en tremblant vraiment. Elle est extrĂȘmement nerveuse. Et elle a–elle a Ă©tĂ© chez un–un type de mĂ©decin, et c’est pour une espĂšce de maladie gynĂ©cologique, un trouble fĂ©minin. Et ce mĂ©decin, un homme du genre un peu fort, a dit que c’est une ptose des glandes fĂ©minines. AINSI DIT LE SEIGNEUR. C’est tout Ă  fait vrai.
Et vous ĂȘtes sur le point de subir une intervention chirurgicale. Et vous avez quelque chose qui cloche dans votre dos. Je le vois vous parler du dos, comme cela. Il a placĂ© ses mains sur votre dos comme cela. C’est la vĂ©ritĂ©. Est-ce vrai?
E-63 Comment ai-je vu ce qui se passait dans le cabinet du mĂ©decin? C’est Dieu. Maintenant, croyez-vous que Sa PrĂ©sence est ici pour vous aider et vous rĂ©tablir, vous aider Ă  vivre, soeur? L’audience croit-elle cela maintenant de tout son coeur?
Maintenant, que devons-nous faire? Eh bien, pour ce qui est de guĂ©rir cette femme, cela ne relĂšve pas de mon pouvoir, et il n’y a aucun mortel sur cette terre qui peut guĂ©rir cette femme. Cela doit venir de Christ, et si elle a la foi, Christ l’a dĂ©jĂ  fait en mourant au Calvaire. La guĂ©rison consiste en quelque chose qui est une oeuvre achevĂ©e. Combien savent cela? C’est par Ses meurtrissures que nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris. Que pouvons-nous offrir pour sa foi? C’est la priĂšre. Voudriez-vous vous avancer, soeur?
BĂ©ni Saint-Esprit qui est dans notre auguste auditoire maintenant, quel sentiment ces enfants nouveaux nĂ©s doivent Ă©prouver de savoir que c’est Lui qui a frappĂ© doucement Ă  leurs coeurs il y a juste quelques instants et Qu’ils ont acceptĂ© comme leur Sauveur personnel, en Ă©coutant la Parole, est Celui dont ils voient maintenant la main puissante en action! BĂ©nis cette soeur. Epargne sa vie. Et donne-lui ce qu’elle dĂ©sire. Je demande avec cette Ă©glise, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Partez et soyez bien portante maintenant.
E-64 Combien croient que Christ vit, qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? Maintenant donc la rĂ©union commence. Maintenant, l’onction commence Ă  frapper. Maintenant, vous lĂ  dans l’assistance, commencez Ă  regarder, commencez Ă  vivre. Ayez foi. Ne doutez pas. Ayez simplement foi.
Maintenant, je dĂ©fie votre foi, au Nom de Christ, de toucher Son vĂȘtement et de voir s’Il ne vous parle pas en retour. Dites dans votre coeur: «Seigneur, ce... Je ne suis pas un douteur, mais je veux confirmer ceci dans mon propre coeur. Prouve-moi ce soir que cet homme nous a dit la vĂ©ritĂ©. J’ai entendu cela ĂȘtre lu dans la Bible, mais nous vivons dans un Ăąge trĂšs scientifique et tout, au point que je ne sais oĂč je me tiens. Mais prouve-le-moi. Parle-moi. Que cet homme me rĂ©vĂšle. Laisse-moi Te dire ce qui cloche chez moi et ensuite, que cet homme parle en utilisant Ton... sers-Toi de sa voix comme un cep, comme un sarment dans la vigne. Et parle-moi.» Et voyez si Dieu fera cela pour vous maintenant. Essayez donc cela une fois et voyez si Dieu ne le fera pas. Rappelez-vous, au Nom de Christ, je le demande.
E-65 Je vois Christ toucher une femme maintenant mĂȘme pour sa foi. La femme est assise juste ici en chapeau blanc. Elle prie en ce moment mĂȘme, disant: «Ô Dieu, que ça soit moi.» Si c’est vrai, faites signe de la main, madame. La voilĂ ... Voyez-vous sa main levĂ©e? Vous souffrez de l’arthrite. Si c’est vrai, faites signe de la main. Vous n’en souffrez plus maintenant. Cela vous a quittĂ©e. Amen.
Je n’ai jamais vu cette femme de ma vie. Elle m’est totalement inconnue. Si c’est vrai, madame, levez la main. Je ne l’ai jamais vue, je ne sais rien Ă  son sujet. Dieu sait que c’est vrai. Elle a touchĂ© Quelque Chose. Elle a touchĂ© Christ, le Souverain Sacrificateur. Maintenant, faites de mĂȘme.
E-66 Maintenant, nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Je ne vous connais pas. Vous ne me connaissez pas. Mais Dieu nous connaĂźt tous deux. Maintenant, si Dieu... si l’église de l’époque dont j’ai parlĂ© dans ma prĂ©dication a condamnĂ© JĂ©sus parce qu’Il connaissait les secrets de leurs coeurs, Il discernait leurs pensĂ©es. Et Il a dit Lui-mĂȘme: «Je ne fais que ce que le PĂšre me montre premiĂšrement.»
Eh bien, maintenant, vous ĂȘtes ici. Je ne vous connais pas. Je ne sais ce qui cloche chez vous. Vous pourriez avoir une tumeur. Vous pourriez souffrir d’un cancer. Vous pourriez ĂȘtre... Je ne sais pas ce qui cloche chez vous. Mais peu importe ce qui cloche chez vous, si Dieu me le rĂ©vĂšle, allez-vous croire cela et l’accepter? Si c’est le cas, levez la main. TrĂšs bien. Maintenant, que tout le monde soit respectueux.
E-67 Quand je vous demande de me regarder, c’est juste comme Pierre a dit Ă  la porte La Belle, Il a dit: «Regarde-nous.» Et cela veut dire, juste faire attention Ă  moi. Voyez?
Maintenant, il y a quelque chose d’étrange au sujet de la femme. Elle n’est pas ici pour elle-mĂȘme. Elle reprĂ©sente quelqu’un d’autre qui est loin d’ici. C’est un frĂšre. Et ce frĂšre est dans une ville; on dirait une ville amĂ©ricaine. Vous avez effectuĂ© un dĂ©placement de l’ouest vers l’est; il y a un grand bĂątiment comme un... juste en entrant dans la ville, on atteint une petite colline, et c’est un grand auditorium. Quelque chose comme un auditorium de franc-maçon ou quelque chose comme cela. Je le vois passer... Cet homme souffre du coeur et des poumons, et il est dans une ville; je vois F-l-i... Flint, dans le Michigan. C’est tout Ă  fait vrai. Et c’est votre frĂšre que vous reprĂ©sentez ici. C’est vrai. Est-ce la vĂ©ritĂ©? Croyez-vous que Christ rĂ©pondra Ă  la priĂšre? Prions.
Ô Christ de Dieu, je Te prie, au Nom de JĂ©sus, de rĂ©pondre Ă  la priĂšre et d’envoyer Ton Esprit ce soir, et d’accorder le dĂ©sir du coeur de cette petite femme. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je le demande. Amen.
Que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur. Puisse-t-Il vous accorder cette requĂȘte. Et dans votre main, vous avez un mouchoir. Envoyez ce mouchoir Ă  votre bien-aimĂ©. Oui, envoyez ce mouchoir Ă  votre bien-aimĂ©.
E-68 Qu’en pensez-vous, monsieur, assis lĂ  au bout? Je vous ai vu observer cette dame avec beaucoup d’attention. Il se fait que cette LumiĂšre se tient au-dessus de vous, le vieil homme assis au bout. Oh! Vous avez beaucoup de complications. Vous avez connu une attaque d’apoplexie. Levez votre main maintenant. Vous souffrez de la prostatite. Vous avez beaucoup de complications. Vous avez subi une intervention chirurgicale et tout, mais cela n’a pas marchĂ©. Mais vous avez cru, cette femme est passĂ©e, vous avez dĂ©sirĂ© avoir la mĂȘme chose. C’est vrai. Maintenant, levez encore les mains. Tenez-vous debout.
Maintenant, la crise d’apoplexie est passĂ©e. Vous ĂȘtes guĂ©ri. Votre prostatite est finie. Et rentrez chez vous et soyez bien portant. Votre foi vous a guĂ©ri.
E-69 Croyez-vous au Seigneur? Ayez simplement foi. Dieu au Ciel comprend.
Voici un jeune homme qui se tient devant moi. Je ne l’ai jamais vu de ma vie. Je pense que nous sommes inconnus l’un à l’autre. Dieu nous connaüt tous deux, n’est-ce pas?
Monsieur, si je pouvais faire quoi que ce soit pour vous, et que je ne le faisais pas, je serais un hypocrite; exact. Je ne peux rien faire pour vous, car je ne suis qu’un homme comme vous. Mais il y a Quelque Chose ici, le Dieu devant Qui nous allons nous tenir en ce jour-lĂ . Dieu est partout. Il remplit... Il n’a pas Ă  venir, car Il est dĂ©jĂ  ici. Il est simplement partout. Mais si Dieu me rĂ©vĂšle ce pour quoi vous ĂȘtes ici, allez-vous accepter Christ comme votre propitiation? Allez-vous le faire?
E-70 Maintenant, je pense que tous ceux qui sont montĂ©s ici jusqu’à prĂ©sent, c’étaient des femmes. Voici un homme, comme Philippe qui Ă©tait allĂ© trouver NathanaĂ«l et l’avait ramenĂ© Ă  un endroit, et devant JĂ©sus. Et JĂ©sus lui a dit oĂč il Ă©tait avant que Philippe l’appelĂąt.
Maintenant, Ă©tant donnĂ© que nous sommes inconnus, si Dieu fait la mĂȘme chose, cela veut dire que JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Si Dieu fait cela, l’auditoire (Je crois) sera heureux et recevra Christ.
E-71 Les maux de tĂȘte sont terribles, n’est-ce pas? La sinusite donne des maux de tĂȘtes. C’est ce dont vous souffrez. Le sinus, c’est pour cela que vous demandez... vous voulez que je prie pour vous. Et vous venez d’ailleurs. Et vous reprĂ©sentez aussi quelqu’un d’autre ici. C’est un frĂšre. Et il est estropiĂ©. Et il est dans une sorte d’institution ici, une institution psychiatrique. Et c’est pour lui que vous priez.
Et vous venez d’une petite ville. Cela a une place, un petit panneau au milieu de la rue, qui mentionne: Mile Zero. Vous venez de Dawson Creek. C’est vrai. Vous avez des affaires lĂ . C’est exact... Quelque chose comme un soudeur, ou quelque chose comme cela. Je vous vois en habits sales. C’est la vĂ©ritĂ©. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Croyez-vous? Alors, prions.
Dieu bĂ©ni, alors que cet homme tellement oint de cette forte onction de Dieu dans son humble coeur se tient ici, que Tes bĂ©nĂ©dictions Ă©ternelles reposent sur lui et les siens. Accorde-le, PĂšre. Je l’envoie, le bĂ©nissant au Nom de JĂ©sus, pour recevoir le dĂ©sir de son coeur. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre.
E-72 Croyez-vous? Ayez simplement foi. Maintenant, il y a une femme qui est apparue ici. On dirait que c’est cette dame, seulement elle portait un chapeau rond. Quelqu’un a touchĂ© le Seigneur JĂ©sus. Il... Juste un instant, cela a frappĂ© fort cet homme qui va... Non, ce n’est pas lui, c’est cette dame assise juste ici, souffrant d’une maladie de peau et qui prie que le Seigneur la guĂ©risse. Croyez-vous que Dieu vous l’accordera? TrĂšs bien. Vous pouvez avoir ce que vous demandez. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.
Vous avez une carte de priĂšre, n’est-ce pas? Vous n’avez pas de carte de priĂšre? Vous n’en avez pas besoin. Vous n’en avez pas besoin. Votre foi vous a sauvĂ©e, soeur. Vous ĂȘtes guĂ©rie maintenant. Que Dieu soit avec vous.
E-73 Croyez-vous qu’Il est toujours le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? Ayez donc tout... Si vous brisez simplement ce vieux sentiment d’empĂšsement parmi vous, et que vous laissez le Saint-Esprit agir parmi vous, vous pouvez voir les estropiĂ©s se lever et marcher, et les aveugles voir. Le Saint-Esprit... Ça ne peut pas manquer d’arriver. Le Saint-Esprit est ici. Vous L’enfermez dehors par incrĂ©dulitĂ©. Voyez-vous? Avec un peu de soupçon, vous pensez: «Est-ce ça? Est-ce possible?» Je... Vous avez entendu tellement de faussetĂ©s que cette vĂ©ritĂ© vous passe pour fausse.
Oh! Quelle situation pitoyable dans laquelle les Ă©rudits ont plongĂ© les gens! Il aurait Ă©tĂ© mieux pour nous de n’en avoir jamais une. C’est vrai. C’est une remarque terrible Ă  faire, mais c’est la vĂ©ritĂ©.
E-74 Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre, ma soeur. Je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vue. Et je m’imagine donc que cette main qui tient ce porte-monnaie a travaillĂ© beaucoup de jours. Et Dieu vous aime. Et si je pouvais faire quelque chose pour vous et que je ne le faisais pas, je... J’ai une mĂšre Ă  la maison. Et je serais tout aussi coupable que si j’insultais et tapais ma mĂšre. Si je pouvais faire quelque chose pour vous, vous ĂȘtes peut-ĂȘtre la mĂšre de quelqu’un d’autre, et si je pouvais faire quelque chose et que je ne le faisais pas... Je ferais tout mon possible pour vous venir en aide. Dieu le sait.
Quant Ă  la guĂ©rir, je ne pourrais pas le faire. L’argent, je suis fauchĂ©. Je–je ne sais pourquoi vous ĂȘtes ici. Mais si le Saint-Esprit (Dieu) qui est... Sa gloire et pour accomplir Sa Parole, Il viendra me rĂ©vĂ©ler ce que vous voulez qu’Il fasse, cela montre donc qu’Il sait ce dont vous avez besoin. Est-ce vrai? Il fait cela lĂ  dans l’assistance, pour ceux qui ne seront point dans la ligne de priĂšre et tout. Les gens lĂ  dans l’assistance qui sont juste entrĂ©s et sont assis. Le Saint-Esprit va lĂ -bas, les choisit et les amĂšne, les guĂ©rit. Vous voyez? Il est merveilleux, n’est-ce pas? C’est Sa PrĂ©sence parmi nous maintenant. C’est ce qui fait que vous vous sentez ainsi, c’est Sa PrĂ©sence. Il est tout aussi rĂ©el qu’Il Ă©tait aux jours oĂč Il Ă©tait Ă  GalilĂ©e.
E-75 Vous ĂȘtes ici... Je vois qu’il y a quelque chose qui cloche on dirait dans les veines. On appelle cela... Qu’est-ce qui... Il a appelĂ© cela l’artĂ©riosclĂ©rose. C’est vrai. L’artĂ©riosclĂ©rose. Et je vois qu’il y a quelque chose qui cloche avec vos genoux. Il y a quelque chose au sujet de vos genoux. Je vois que vous avez Ă©tĂ© opĂ©rĂ©e Ă  deux reprises Ă  cause de ces genoux. C’est vrai, n’est-ce pas? Est-ce vrai? Dieu est toujours vĂ©ridique. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Venez ici alors que vous savez qu’il y a Quelque Chose sur vous. C’est le Saint-Esprit. Acceptez-Le maintenant mĂȘme comme votre GuĂ©risseur.
E-76 PĂšre bĂ©ni, oh! brise la cruautĂ© de l’incrĂ©dulitĂ©, et donne l’onction de l’Esprit, afin que les gens voient et sachent que Tu–Tu es ici, et que Tu Te manifestes comme Tu l’avais fait quand Tu Ă©tais ici sur terre dans un corps physique. Tu es entrĂ© dans tous les corps physiques. Et tout le monde sait que cela dĂ©passe tout ce qu’un homme peut faire. Il faut Dieu sous forme de Son Esprit, comme Il a promis d’entrer dans nos corps, comme Il l’avait fait dans les corps... le corps de Son Fils, JĂ©sus. Et nous Ă©tant Siens, nous devenons les fils de Dieu et une partie de ce mĂȘme Esprit. Le caractĂšre, les oeuvres, manifestent la mĂȘme chose qu’Il avait faite quand Il Ă©tait dans le corps corporel de notre Sauveur bĂ©ni.
BĂ©nis cette chĂšre femme. Quand les secrets de son coeur avaient Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©s, elle Ă©tait simplement brisĂ©e. Que Dieu bĂ©nisse son humble vie. Et qu’Il lui donne tout ce qui cloche. Je ne sais pas maintenant, mais Toi, Tu sais, et je prie que Tu lui accordes son dĂ©sir. Au Nom de JĂ©sus. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.
E-77 Eh bien, juste un instant. Alors que vous vous mettiez Ă  pleurer, j’aimerais simplement vous demander quelque chose. Maintenant mĂȘme, l’unique moyen pour moi de savoir ce qui a Ă©tĂ© dit Ă  cette femme-ci, c’est par cet enregistreur de mon fils ici. Chaque portion de cela est vraie, n’est-ce pas, madame? Tout. Tout ce qui concernait les mĂ©decins, sur ce que vous avez fait ou quoi que ce fĂ»t, tout cela Ă©tait la vĂ©ritĂ©. Si c’est vrai, levez la main. Ça serait totalement impossible pour moi de connaĂźtre quoi que ce soit Ă  ce sujet, n’est-ce pas, en dehors de Dieu. Si c’est vrai, levez les mains. [La soeur dit: «C’est vrai.»–N.D.E.] TrĂšs bien. Quelque Chose est ici alors. Vous ĂȘtes prĂšs de Lui. Il est juste avec vous. Partez en croyant en Lui maintenant et soyez rĂ©tablie. Amen.
E-78 Croyez-vous en Lui? Naturellement, vous voyez ces hommes ici debout. Ils m’observent. Chacun d’eux. Ils m’accompagnent, rĂ©union aprĂšs rĂ©union. Ils savent que juste un peu de cela et c’en est fait de moi.
Vous pourrez ne pas comprendre cela, et il n’y a aucun moyen pour moi de l’expliquer. Une femme toucha le bord du vĂȘtement du Fils de Dieu, et Il a accompli juste ce qu’Il accomplit maintenant. Et dans ce corps saint, nĂ© d’une vierge, cela L’a affaibli. Combien savent cela? Qu’est-ce que cela fera Ă  moi, un pĂ©cheur sauvĂ© par la grĂące, alors que c’est plusieurs fois le double de ce qu’Il a fait jadis? Pourquoi me laisse-t-Il me tenir plus longtemps que Lui ne l’avait fait? Parce que c’est Sa promesse: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais, et vous en ferez davantage, car Je m’en vais au PĂšre.» Il fait ceci pour accomplir Sa Parole. Au Jugement, vous n’aurez aucun autre fondement Ă  moins que vous L’acceptiez. C’est vrai. Vous n’avez simplement pas d’excuse.
E-79 Combien savent que le grand prophĂšte Daniel, un Ange le suivait et il a eu une vision, et une trĂšs grande force sortit de lui au point qu’il est restĂ© on dirait hors de lui plusieurs jours? Combien savent que la Bible dit cela? AssurĂ©ment. Alors, pourquoi Dieu est-Il si bon en ces derniers jours pour faire plus que cela? C’est parce qu’Il a promis cela. C’est Sa promesse. Sa promesse ne peut jamais faillir.
E-80 Maintenant, Ă  cette femme qui se tient ici... Vous remarquez, quand on en fait passer par la ligne, et qu’on impose simplement les mains aux malades, c’est diffĂ©rent. Mais de la sorte, j’observe et je vois s’il y a lĂ  un pĂ©chĂ© qui bloque cela. Vous feriez mieux de faire attention Ă  ce que vous faites avec le don divin. Nous comprenons cela.
Combien savent que MoĂŻse a frappĂ© le rocher alors qu’il ne devrait pas le faire? Il Ă©tait un prophĂšte. Il en a fait jaillir de toute façon. Cela a brisĂ© tout le programme de Dieu. Tout lecteur de la Bible le sait. Christ n’avait pas Ă©tĂ© frappĂ© une seconde fois. Il Ă©tait frappĂ© une seule fois et, ensuite, on Lui parle aprĂšs cela. Dieu dit Ă  MoĂŻse: «Parle au rocher.»
E-81 Combien savent que ce jeune prophĂšte Ă©tait chauve alors qu’il n’était qu’un jeune homme? Et ces enfants couraient derriĂšre lui, le taquinant du fait qu’il Ă©tait chauve. Ils disaient: «Toi chauve, toi chauve.» Et il s’est retournĂ© et a maudit ces enfants au Nom de l’Eternel. Et deux ourses ont tuĂ© quarante-deux enfants innocents avant qu’ils regagnent la maison. Combien savent que c’est vrai?
Eh bien, ce n’est pas lĂ  la nature du Saint-Esprit (Vous savez cela.), tuer les petits enfants, mais c’était lĂ  un prophĂšte en colĂšre. Vous devez faire attention, le niveau. Ô Dieu, trouve grĂące Ă  nos yeux.
E-82 Maintenant, observez ces choses attentivement. Et je vais prendre n’importe qui Ă  tĂ©moin, n’importe oĂč, n’importe quand. Vous n’avez jamais vu quelqu’un monter ici et descendre sans que quelque chose se passe ou qu’il lui soit dit pourquoi cela ne pouvait pas arriver.
Tout celui qui a dĂ©jĂ  assistĂ© Ă  mes rĂ©unions, si vous savez que c’est la vĂ©ritĂ©, levez les mains. Celui qui a assistĂ© Ă  mes rĂ©unions auparavant, n’importe oĂč. Voyez donc, le Saint-Esprit va soit... Je suis–je suis ... Je n’ai jamais sincĂšrement offert une priĂšre de ma vie sans que Dieu rĂ©ponde Ă  cela ou me dise pourquoi Il ne le peut pas. Dieu reste toujours Dieu, mes amis.
E-83 Maintenant, cette petite femme ici debout, je pense... Est-ce la patiente? Je ne sais pas. La patiente, je veux simplement dire que c’est quelqu’un qui se tient ici.
TrĂšs bien, madame. Maintenant, ceci, probablement sept ou huit personnes sont passĂ©es dans la ligne. Maintenant, cette petite dame ici, sommes-nous inconnus l’un Ă  l’autre? [La soeur dit: «Oui.»–N.D.E.] Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre.
Maintenant, nous ne nous connaissons pas l’un l’autre. Eh bien, ceci peut donc continuer, l’un aprĂšs l’autre, on devient de plus en plus faible, mais cet homme va bientĂŽt m’amener, car je deviens faible. J’ai une autre rĂ©union demain soir, et une autre le soir suivant, et puis aprĂšs cette–cette campagne, une autre, et une autre. Et vous savez ce que cela vous fait.
Eh bien, c’est pour votre gloire. C’est pour votre admiration. C’est pour la gloire de Dieu aussi, que vous croyiez en Dieu.
E-84 Maintenant, quand il fut donnĂ© Ă  MoĂŻse un signe Ă  accomplir devant les gens, accomplir un miracle avec ses mains, changer un bĂąton en serpent... Quand il a accompli ce miracle-lĂ  une fois, tout IsraĂ©lite a cru en lui et a marchĂ© vers la libertĂ©. Est-ce vrai? Pourquoi devons-nous avoir la mĂȘme chose Ă  plusieurs, plusieurs, plusieurs, plusieurs, plusieurs, plusieurs, plusieurs reprises? Les tĂ©nĂšbres Ă©paisses, des coeurs sombres, l’incrĂ©dulitĂ©, la thĂ©ologie, la psychologie, tout le reste nous est inculquĂ© dans l’esprit; c’est lĂ  que nous nous tenons. Nous tous. Oh! Nous aurons une piĂštre excuse au jour du Jugement.
E-85 Que cet Esprit de Dieu parle. Madame, ne sachant pas... Je ne la connais pas; elle ne me connaĂźt pas. Mais si Dieu est Dieu, ce qu’Il a prouvĂ© ĂȘtre, et ça fait environ sept personnes qui sont passĂ©es Ă  l’estrade, cela devrait rĂ©gler la question. Si Dieu rĂ©vĂšle... Je ne veux pas que la femme pense Ă  quelque chose. Afin que vous voyiez que ce n’est pas de la tĂ©lĂ©pathie, j’aimerais qu’elle garde tout ce qui est si... ce qui cloche chez elle, hors de sa pensĂ©e.
Maintenant, je lui demande devant cet auditoire. Et les cieux savent que je n’avais jamais vu cette femme de ma vie, Ă  ce que je sache. Elle Ă©tait peut-ĂȘtre assise dans un auditoire quelque part, mais je ne la connais pas. Dieu le sait. Mais si Dieu le rĂ©vĂšle alors qu’elle pense Ă  autre chose, si Dieu rĂ©vĂšle ce pour quoi elle est ici, combien diront: «Cela rĂšglera la question pour toujours pour moi»? Allez-vous lever la main vers Dieu pour dire: «Cela rĂ©glera la question pour toujours pour moi»? Si la femme a levĂ© les mains pour montrer que je ne la connais pas... Eh bien, je ne vous connais pas, n’est-ce pas, madame? Non. Voyez? LĂ , nous sommes devant Dieu qui peut nous frapper ici mĂȘme Ă  cette estrade. Certainement. Nous ne nous connaissons pas.
E-86 Et amis, nous ne sommes pas ici... Ça, ce n’est pas un spectacle. C’est l’Evangile qui est manifestĂ© selon la promesse de Dieu. Maintenant, puisse-t-Il faire cela. Et puissiez-vous regarder, et vivre, et croire. Le mĂȘme Saint-Esprit est ici, Il est lĂ  dans l’assistance. Il couvre partout. Il est omniprĂ©sent.
Maintenant, depuis que je regarde cette femme, quelque chose lui est arrivĂ©. J’aimerais simplement vous dire ceci, pendant que vous ĂȘtes lĂ , Quelque Chose est venu sur vous, une sensation vraiment agrĂ©able, douce, humble. C’est vrai, n’est-ce pas? C’est cert-... Si c’est vrai, levez la main afin qu’on voie. Voyez? Que s’est-il passĂ©? Dans... S’il y a un homme de science ici, et qui est un peu sceptique, je parle depuis une autre dimension. Cet Etre surnaturel, cette photo que vous voyez lĂ , je pense qu’on a expliquĂ© cela. Voici George G. Lacy, le responsable de F.B.I, il a Ă©crit Ă  ce sujet.
E-87 Ce mĂȘme Ange de Dieu est suspendu juste lĂ  au-dessus de cette femme, maintenant mĂȘme. Je regarde tout droit vers Lui. Il tourbillonne autour d’elle. Parler avec elle pendant une seconde, cela va changer en vision. C’est juste sur elle maintenant, et c’est ce qu’elle ressent. Elle a senti Cela aprĂšs qu’elle Ă©tait venue ici. Elle est entrĂ©e en contact avec Dieu. C’est vrai. Vous vous en rendrez compte. Levez la main, madame, si c’est vrai. Vous devriez vous tenir ici maintenant. Il est merveilleux. Il connaĂźt toutes choses. Il fait bien toutes choses.
Cette dame souffre d’une maladie gynĂ©cologique. C’est une maladie de femmes, un Ă©coulement. C’est vrai. Depuis la salle de bain... Vous comprenez, je... Personne Ă  part Dieu n’était lĂ . C’est vrai.
Et Ă©tant donnĂ© que vous ĂȘtes tellement ointe maintenant mĂȘme, il y a quelqu’un, votre amie, qui vous a demandĂ© de prier pour elle. Et c’est une dame. Et cette dame, votre amie, a connu une attaque d’apoplexie, je pense. Elle est au lit, elle a connu une attaque d’apoplexie. Et cette femme est en train de prier en ce moment-ci. Et je vais vous dire ce pour quoi cette femme prie en ce moment mĂȘme comme je la vois. Elle prie pour un homme ou un garçon. Et ce garçon, c’est son fils. Et elle dit: «Ô Dieu, sauve-le de la tombe de soulard.» Juste en ce moment-ci. C’est un alcoolique. AINSI DIT LE SEIGNEUR. Je vous dĂ©fie de remettre cela en question. C’est la vĂ©ritĂ©. Entrez simplement en contact avec le vĂ©ritable Saint-Esprit et voyez s’Il ne connaĂźt pas toutes choses.
Est-ce vrai, madame? [La soeur dit: «Oui, c’est ça. C’est bien vrai. Elle a souffert d’une attaque d’apoplexie, ça fait une semaine, ce soir...?... cet aprĂšs-midi.–N.D.E.] Entendez-vous ce que la dame dit? Il y a une vĂ©ritĂ©, et quelque chose, vous savez qu’il y a Quelque Chose de surnaturel ici. Est-ce vrai? [La soeur dit: «Amen.»–N.D.E.] Je n’en sais rien, Quelque Chose de surnaturel, ici. Que pensez-vous que Cela est? Christ. Alors, vous pouvez avoir ce que vous demandez. Amen. [La soeur dit: «Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre.»–N.D.E.] Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Que Dieu soit avec vous.
E-88 Il est merveilleux, n’est-ce pas? TrĂšs bien. Voulez-vous guĂ©rir de ce diabĂšte, ĂȘtre bien portante? Que cette maladie de sang vous quitte? Poursuivez votre chemin en vous rĂ©jouissant et dites: «Merci, Seigneur.» Amen. Prenez-la. Aidez-la Ă  quitter ce...?...
TrĂšs bien, monsieur, venez ici. Voulez-vous guĂ©rir de cette maladie d’estomac et ĂȘtre bien portant afin que vous puissiez encore manger? Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira et vous rĂ©tablira? Poursuivez votre chemin en vous rĂ©jouissant et dites: «Merci, Seigneur, de m’avoir guĂ©ri.» Que Dieu vous bĂ©nisse. Ayez foi en Dieu.
E-89 Pensez-vous que Dieu peut guérir cette maladie du coeur, soeur, et vous rétablir? Croyez-vous cela? Alors, poursuivez votre chemin en vous réjouissant et dites: «Merci, Seigneur.»
Ici mĂȘme, madame. Si vous croyez en Dieu, vous pouvez traverser directement cette estrade et passer une bonne nuit de sommeil, et cet asthme vous quittera directement. TrĂšs bien, partez et croyez en Lui de tout votre coeur. TrĂšs bien, monsieur.
E-90 C’est pour le diabĂšte que vous voulez que je prie. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? TrĂšs bien, poursuivez votre chemin en vous rĂ©jouissant et dites: «Merci Seigneur pour tout ce qu’Il a fait.»
Vous souffrez d’une maladie gynĂ©cologique, ce qui est pour des femmes. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Alors, poursuivez votre chemin en vous rĂ©jouissant et dites: «Gloire Ă  Dieu!»
E-91 Combien croient de tout leur coeur? Croyez-vous aussi? Alors, allez en vous réjouissant, disant: «Merci, Seigneur.» Et soyez rétablie. TrÚs bien.
Vous souffrez des nerfs, vous en souffrez depuis longtemps, depuis que la mĂ©nopause vous a frappĂ©e quand vous Ă©tiez une femme d’ñge moyen. Cela a dĂ©gĂ©nĂ©rĂ© en une maladie de l’estomac, mĂšre. C’est dur pour vous maintenant, n’est-ce pas? Mais allez prendre votre souper maintenant. JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit. Disons: «GrĂąces soient rendues Ă  Dieu!»
Eh bien, vous pensiez que vous alliez tomber mort parce qu’il vous a dit que vous avez la maladie du coeur, un souffle au coeur. C’est vrai. C’est la vĂ©ritĂ©. C’est vrai, n’est-ce pas? Maintenant, poursuivez votre chemin, oubliez cela et soyez rĂ©tabli, au Nom de Christ.
E-92 Croyez-vous en Dieu? «Si tu crois.» Qu’en est-il de vous, ne pouvez-vous pas regarder et vivre? Qu’en est-il de vous, madame, assise lĂ  mĂȘme avec des lunettes aux bords sombres? Vous souffrez de l’arthrite. Croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablira? Vous en manteau blanc, assise lĂ  derriĂšre en train de me regarder, croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Croyez-vous? Placez votre main sur cette petite dame assise Ă  cĂŽtĂ© de vous, car elle souffre de nerfs dont elle veut ĂȘtre guĂ©rie. C’est vrai, n’est-ce pas, madame? Levez la main.
Qu’en est-il de la dame assise Ă  cĂŽtĂ© de vous, la jeune fille, d’apparence jaunĂątre? Croyez-vous que je suis prophĂšte de Dieu, madame? Croyez-vous que Dieu vous dĂ©barrassera de ces caillots de sang et vous rĂ©tablira? C’est ce dont vous souffrez. Si c’est–c’est vrai, levez-vous et acceptez votre guĂ©rison. Au Nom de JĂ©sus-Christ, puissiez-vous recevoir votre guĂ©rison.
E-93 Je défie la foi de cet auditoire, de regarder à Jésus-Christ et de vivre. Croyez-vous cela?
Maintenant, combien parmi vous veulent Le recevoir comme leur Sauveur personnel? Combien parmi vous ici, il y a quelque temps, juste avant que nous appelions de nouveau pour prier pour les malades... Je veux que chaque personne qui croit que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu et qui veut L’accepter comme son Sauveur personnel descende ici pendant que cette onction est ici. Tenez-vous tout autour de cette estrade afin que nous puissions prier. Tous ceux qui ont levĂ© les mains il y a quelques instants, sortez directement et descendez ici, ici mĂȘme. Si vous voulez que je prie pour vous, dĂ©placez-vous maintenant mĂȘme et descendez ici. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est bien. C’est bon. Levez-vous directement et descendez ici. Chaque pĂ©cheur de... Ăąme oppressĂ©e par le pĂ©chĂ©, venez maintenant, il y a de la misĂ©ricorde auprĂšs du Seigneur. Quittez les balcons, oĂč que vous soyez, descendez directement ici. Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune fille. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est bien. Descendez directement.
E-94 C’est bien. Que Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre qui vient ici. Vous aussi. Voici un jeune homme qui vient dans un fauteuil roulant. Que Dieu bĂ©nisse votre vaillante Ăąme, frĂšre. Contournez de ce cĂŽtĂ©-ci avec lui, madame. J’aimerais regarder droit Ă  lui pendant que nous prions. Peut-ĂȘtre que Dieu guĂ©rira le jeune homme ici mĂȘme pendant qu’il vient abandonner son coeur Ă  Christ.
TrĂšs bien. Quelqu’un d’autre. Voulez-vous venir maintenant mĂȘme pendant que nous chantons un couplet de Tel que je suis? Voulez-vous nous donner l’accord pour chanter?
Tel que je suis sans aucune défense...
Sinon Ton Sang versé pour moi,
Car je promets que je croirai
Ô Agneau de Dieu, je viens, je viens.
Ecoutez, ami, pendant que la musique continue, pourquoi ne venez-vous pas maintenant mĂȘme? Vous ne serez jamais plus prĂšs de Lui jusqu’au moment oĂč vous Le rencontrerez face Ă  face. Comment pouvons-nous fermer notre coeur Ă  une telle chose?
S’il y a un pĂ©cheur ou un rĂ©trograde ici... Que Dieu vous bĂ©nisse, le jeune couple qui vient. Que Dieu soit avec vous. Vous avez peut-ĂȘtre fait de grandes choses dans la vie, mais c’est la plus grande chose que vous ayez jamais faite, vous avancer dans la PrĂ©sence de JĂ©sus-Christ pour L’accepter comme votre Sauveur personnel. Il n’y a rien de plus grand qu’un mortel puisse faire, jamais. Voulez-vous venir?
E-95 RĂ©trogrades, vous qui ĂȘtes froids et indiffĂ©rents, et qui traitez Christ comme vous le faites par votre incrĂ©dulitĂ©, ne voulez-vous pas prendre position ici mĂȘme ce soir? Pendant que nous chantons encore une fois.
Tel que je suis, je n’attends pas,
De dĂ©barrasser mon Ăąme d’une tache noire,
AuprĂšs de Lui, dont le Sang peut laver chaque tache,
Ô Agneau de Dieu, je viens! je viens.

En haut