ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Pour Accomplir Ses Prodiges / 58-0112A / Chicago, Illinois, USA // SHP 1 heure et 28 minutes PDF

Pour Accomplir Ses Prodiges

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci, FrĂšre Joseph. Inclinons la tĂȘte juste un instant pour la priĂšre.
Seigneur, nous Te sommes vraiment reconnaissant pour ce grand privilĂšge que nous avons de venir auprĂšs de Toi cet aprĂšs-midi, de T’appeler notre PĂšre, sachant que Ton Fils a promis dans Ta Parole que si nous demandons quoi que ce soit au PĂšre en Son Nom, cela nous sera accordĂ©. Nous voudrions alors implorer de la misĂ©ricorde, Seigneur, le pardon de nos pĂ©chĂ©s et de nos offenses; nous demandons la guĂ©rison pour les malades, la joie pour ceux qui sont tristes, l’espĂ©rance pour ceux qui sont dĂ©sespĂ©rĂ©s. Accorde-le, PĂšre. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-2 Vous pouvez vous asseoir. [Quelqu’un parle Ă  frĂšre Branham.–N.D.E.] C’est trĂšs bien. Je suis juste un peu déçu moi-mĂȘme que frĂšre Osborn ne soit pas ici cet aprĂšs-midi, mais d’une façon ou d’une autre, il a trouvĂ© qu’il lui fallait retourner Ă  la hĂąte rĂ©pondre Ă  un appel à–à Tulsa, dans l’Oklahoma. Et j’attendais, tout comme vous, le frĂšre Osborn. Et on m’a annoncĂ© cela, il n’y a pas longtemps, alors, j’ai dĂ» vite venir prendre sa place. Et, oh! je ne pourrais pas prendre sa place, mais je peux venir ici parler Ă  sa place. Ainsi, nous sommes trĂšs reconnaissant de la–la visite que nous avons reçue hier soir de notre prĂ©cieux frĂšre.
E-3 Et j’étais trĂšs heureux d’avoir vu le film. En effet, cela donne aux gens une certaine idĂ©e de ce Ă  quoi on fait face quand on arrive dans ces contrĂ©es. Eh bien, c’était–c’était vraiment Ă©coeurant Ă  voir. Mais, croyez-moi sur parole, ce qui se passe en Afrique, c’est insignifiant par rapport Ă  ce qui se passe en Inde. Ainsi, vous savez ce Ă  quoi nous avons Ă  faire face.
Et quand quelqu’un va dans les champs missionnaires, pas juste en visite, mais il va dans le champ comme missionnaire, vous ne savez pas ce qu’il doit endurer et affronter. Eh bien, vous ne voyez pas ça dans de grandes villes. Il vous faudra aller, au fond, dans des jungles oĂč ils vivent.
E-4 Et quand j’étais lĂ  la derniĂšre fois, j’en Ă©tais pratiquement dĂ©couragĂ©, de voir tous ces missionnaires, juste en ville, vivant dans de beaux hĂŽtels, roulant Ă  bord de belles et grosses automobiles, aller de temps en temps Ă  la campagne voir les danses des natifs et distribuer quelques tracts. Ce n’est pas lĂ  le genre David Livingstone, le missionnaire. Absolument pas. Nous voulons aller au fin fond, lĂ  oĂč l’adoration paĂŻenne subsiste encore, et y prĂȘcher les richesses insondables de Christ.
Et frĂšre Osborn est l’un de ce genre. Il va en plein dans le champ missionnaire et prĂȘche Christ Ă  ces gens qui n’ont jamais entendu parler du Nom du Seigneur JĂ©sus. Je suis donc heureux que vous ayez eu Ă  voir quelques... que vous ayez eu une idĂ©e maintenant de ce que reprĂ©sente aller dans les champs missionnaires, et... pour le Seigneur JĂ©sus.
E-5 Maintenant, nous sommes un tout petit peu en retard et je... Quand j’ai appris que je devrais parler Ă  sa place, je me suis senti dĂ©gonflĂ© et je me suis dit: «Oh! la la!» L’auditoire s’attend Ă  voir venir frĂšre Osborn et voici que c’était Ă  moi-moi de me prĂ©senter. Et puis, je n’avais rien Ă  l’esprit, il m’est alors venu Ă  l’esprit un passage des Ecritures, il n’y a pas longtemps; je voudrais vous le lire et commenter lĂ -dessus quelques minutes. Et les jeunes gens vont distribuer les cartes de priĂšre, j’ai entendu frĂšre Joseph dire, Ă  18 h. Et puis, ce soir, nous nous attendons Ă  infiniment au-delĂ  de toute mesure, ce soir, au service de clĂŽture.
E-6 J’aimerais remercier ces jeunes gens qui viennent de jouer cette trompette et chanter, ainsi que le frĂšre Johnson. J’ai toujours dit Ă  l’auditoire: «Lorsque vous aimeriez me voir, quand nous serons lĂ  dans la Gloire, vous connaissez oĂč la–la riviĂšre de la Vie passe? A cĂŽtĂ© du TrĂŽne de Dieu. Eh bien, prenez le virage Ă  droite. Et alors, la chorale angĂ©lique sera en train de chanter lĂ , sur la colline, tout le temps. En effet, il n’y a ni jour ni nuit. Il y a un petit buisson lĂ , de l’autre cĂŽtĂ© de la colline. J’aimerais m’asseoir en dessous de cela, Ă©couter simplement tout le temps.»
Et j’aime les bons cantiques, oh! et–et la musique. La trompette est mon... l’un de mes instruments favoris, ce que le jeune homme vient de jouer. Et je voudrais mĂȘme que mes filles se mettent Ă  apprendre la trompette. L’une d’elles apprend le piano. Et–et Joseph, je ne sais pas, j’aimerais qu’il soit prĂ©dicateur, si je le peux. Il... Je l’ai tĂ©lĂ©phonĂ© il y a un instant, mais il faisait dĂ©jĂ  sa petite sieste de–de l’aprĂšs-midi pour ĂȘtre prĂȘt pour le service de ce soir; il s’apprĂȘte.
E-7 Bien. Nous reviendrons vite, aussitĂŽt que nous aurons terminĂ© ici, juste pour proclamer quelques Paroles du Seigneur, ou du moins Les lire. Et Il y ajoutera Ses bĂ©nĂ©dictions, certainement. Je souhaiterais lire dans l’Evangile de Saint Matthieu, au chapitre 2.
JĂ©sus Ă©tant nĂ© Ă  BethlĂ©hem en JudĂ©e, au temps du roi HĂ©rode, voici des mages d’Orient–d’Orient Ă  JĂ©ru-...
Et dirent: OĂč est le roi des Juifs qui vient de naĂźtre? Car nous avons vu son Ă©toile en Orient, et nous sommes venus pour l’adorer.
C’est un passage des Ecritures tout Ă  fait trĂšs Ă©trange et particulier. Ça devrait ĂȘtre, on dirait, un passage des Ecritures pour la NoĂ«l. Mais tout dans la Bible est la Parole de Dieu. Et Dieu fait des choses particuliĂšres. Il agit de façon mystĂ©rieuse pour accomplir Ses prodiges. Avez-vous saisi cela? Il agit de façon mystĂ©rieuse pour accomplir Ses prodiges. Oh! j’aime vraiment ça. Et Il le fait parfois de telle maniĂšre que cela ne peut absolument pas ĂȘtre expliquĂ©.
E-8 Et puis aussi, nous nous posons des questions sur le passage des Ecritures qui dit: «Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu.» Et souvent, quand nous recevons peut-ĂȘtre le fouet de Sa correction, nous nous demandons comment cela pourrait concourir Ă  notre bien. Mais aprĂšs que tout est terminĂ©, alors, nous regardons dans le passĂ© et nous Le louons pour cela. En effet, Lui connaĂźt, mais pas nous. Nous agissons simplement par obĂ©issance Ă  Sa Parole et Ă  Son chĂątiment. Il ne nous chĂątie jamais si nous n’en avons pas besoin. Et des fois, nous pouvons penser que nous n’étions pas coupables, mais Il sait, peut-ĂȘtre pas nous, mais Il sait bien comment s’y prendre pour que cela concoure au bien. Et quelle chose magnifique est-ce d’abandonner simplement votre vie entre Ses mains et de dire: «Me voici, Seigneur. Utilise-moi simplement maintenant; conduis-moi, guide-moi, et dirige-moi dans le chemin qui Te semblera bon.» Et ne murmurez pas aprĂšs. Peu importe comment se prĂ©sente le sentier, restez-y quand mĂȘme, et Dieu fera concourir cela au bien. «Les pas du juste sont ordonnĂ©s par l’Eternel.» Et cette Ecriture est la vĂ©ritĂ©.
E-9 Bien. Au commencement, quand JĂ©sus est nĂ© Ă  BethlĂ©hem de JudĂ©e, il y a peu de choses, lĂ  mĂȘme, j’aimerais m’y attarder pendant quelques instants. Combien c’était mystĂ©rieux! Et Ă  l’époque, pour les Ă©rudits et les hommes qui Ă©taient censĂ©s savoir que Sa Venue approchait... Et de grands Ă©vĂ©nements commençaient Ă  s’accumuler, comme c’est le cas Ă  chaque jonction de temps, tel que nous en parlions l’autre soir.
Juste avant qu’un grand jugement frappe la terre, Dieu envoie toujours un ange de misĂ©ricorde. Du temps de NoĂ©, du temps de Lot... MoĂŻse est allĂ© en Egypte pour en faire sortir IsraĂ«l, Ă  Gosen. Et juste avant la grande Venue du Seigneur JĂ©sus, les anges sont apparus, les prophĂštes se sont levĂ©s sur la terre, de grands signes et prodiges, que la majoritĂ© ne croyait pas. Mais Dieu doit juste montrer ces choses: la misĂ©ricorde avant le jugement.
E-10 Et si seulement vous avez bien remarquĂ©, cela n’aurait pas pu se passer Ă  un autre moment. Comment Dieu, dans Sa grande et sage Providence, comment Il fait fonctionner chaque rouage pour qu’il tourne au bon moment. Et cela nous donne parfois la foi. Quand nous pensons: «Oh! tout est sens dessus dessous, et il n’y a aucune issue», n’ayez pas de telles pensĂ©es. Dieu fait concourir cela exactement, selon Son programme dans le temps.
Et comment, Ă  cette glorieuse Ă©poque, avant la Venue du Seigneur JĂ©sus sur la terre, ce petit couple de... le jeune couple de Joseph et Marie, ils Ă©taient fiancĂ©s, et quelque chose s’était passĂ© dans la vie: c’est que Joseph a constatĂ© que Marie attendait famille.
Et comme il pensait Ă  ces choses, l’Ange du Seigneur lui apparut. Voyez, le surnaturel commence Ă  agir. Et il dit: «Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’Enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit.» Et Joseph a bien compris; et alors, il a continuĂ© jusqu’au mariage. Et Ă  l’époque, s’il y avait eu un autre roi, peut-ĂȘtre un bon roi, ceci n’aurait pas pu se passer. Mais il fallait que ça soit ce meurtrier d’HĂ©rode, sans coeur, un HĂ©rode assoiffĂ© de sang devait ĂȘtre sur le trĂŽne. Cela devait se passer comme cela. Le prophĂšte avait dit qu’on entendrait des–des cris Ă  Rama: Rachel pleure ses enfants, et elle refuse d’ĂȘtre consolĂ©e, car ils ne sont plus. Et ce que le prophĂšte avait dit sous inspiration devait se passer.
Et si chaque prĂ©cepte de la Parole Ă©ternelle de Dieu doit s’accomplir selon Son plan dans le temps, ne vous inquiĂ©tez pas, JĂ©sus sera ici Ă  temps. Et l’Eglise sera prĂȘte juste Ă  temps. Et cela doit se passer ainsi.
E-11 Et il n’y aurait point eu de recensement de tout le monde Ă  l’époque. Les gens devaient aller, chacun dans sa ville natale, se faire recenser. Et alors, Marie devait accoucher d’un moment Ă  l’autre. Mais elle paraissait ne pas ĂȘtre en mesure d’effectuer ce long voyage jusqu’à BethlĂ©hem. Et, souvenez-vous, elle n’avait pas une ambulance Ă  bord de laquelle aller, ni une voiture Ă  cheval. Elle a dĂ» s’asseoir sur le dos d’un petit Ăąne qui longeait les sentiers rugueux, trĂ©buchant sur les rochers. Mais c’étaient les ordres du roi, c’était sans exception. Ils devaient partir. Mais en voici la pensĂ©e bĂ©nie: Peu importe l’auteur des ordres, si c’est le programme de Dieu, cela doit concourir au bien, cela doit aboutir au bien.
E-12 Et puis, il y avait un autre danger, ce petit groupe, juste un jeune homme et sa jeune femme, rĂ©cemment mariĂ©es, ils parcouraient le chemin; Ă  l’époque, il y avait beaucoup de voleurs dans le pays, comme Barrabas et autres. Et quelle proie de passants ça aurait Ă©tĂ© pour eux de voir un petit homme marchant avec cette petite femme enceinte, assise sur un petit Ăąne, et lui avec un petit bĂąton en main, pour un groupe d’hommes sauvages et mĂ©chants, Ă  faire descendre, la projeter de lĂ , et lui faire du mal.
Mais, vous savez, si c’est Dieu qui conduit, qu’est-ce que ça change? Dieu vous protĂšgera jusqu’à votre destination. Il n’y a pas de dangers quand vous marchez avec le Seigneur. Je croirais facilement qu’il y avait une cohorte de dix mille anges qui marchaient lĂ , Ă  cĂŽtĂ© de cet homme et de ce petit Ăąne. Elle Ă©tait en sĂ©curitĂ© au possible.
E-13 Mais, probablement, peu savait-elle ces choses. Et, probablement, peu savait Joseph que tout ça Ă©tait sur le point d’arriver. Mais nous ne sommes pas censĂ©s tout connaĂźtre. Nous croyons simplement par la foi et nous continuons la marche. Dieu n’a pas Ă  nous rĂ©vĂ©ler tous Ses plans, comment, le matin, Il va faire briller l’Etoile du matin et... Avancez de toute façon. Dieu prend soin des Siens.
Et aprĂšs qu’on a priĂ© pour vous, si vous ĂȘtes malades, vous n’avez pas Ă  vous inquiĂ©ter sur la façon dont Dieu va ĂŽter ce cancer, comment Dieu va redresser ce membre estropiĂ©. Avancez simplement dans la foi. C’est Ă  Dieu de s’en occuper. Vous n’avez pas Ă  vous inquiĂ©ter si vous conserverez votre emploi aprĂšs que vous aurez acceptĂ© Christ comme votre Sauveur. Vous n’avez pas Ă  vous inquiĂ©ter si le patron sera fĂąchĂ© ou si votre voisin vous rejettera, ou si votre mĂšre dira que vous avez perdu la tĂȘte, ou que votre papa vous chassera de la maison. Allez simplement de l’avant. Dieu s’occupera du reste.
E-14 Et comme je vois ce petit groupe avancer, certainement qu’ils voyageaient la nuit. En effet, c’est alors qu’il fait plus frais. Et puis, autre chose, et si ce petit mulet avait trĂ©buchĂ© et Ă©tait tombĂ©, alors qu’elle portait ce prĂ©cieux TrĂ©sor? Oh! le plus grand TrĂ©sor que le monde ait jamais eu, et Cela Ă©tait sur le dos d’un mulet.
Alors, vous vous dites des fois qu’il vous faut avoir une grande Ă©glise qui coĂ»te des millions et des millions de dollars, entre temps Dieu va dans une petite mission quelque part. Des fois, ce sont eux qui ont le Message. Nous cherchons des choses qui ont de trĂšs vifs Ă©clats, tout autour. Dieu demeure dans l’humilitĂ©, toujours.
E-15 Et nous les voyons Ă©voluer la nuit, car c’était alors qu’il faisait frais. Et nous nous imaginons que ces rayons directs de ce soleil palestinien, Ă  l’époque, exerçaient des effets pĂ©nibles sur cette petite femme. Et alors qu’ils voyageaient de nuit, disons qu’on tend vers vingt et une heures ou vingt-deux heures, en cette glorieuse nuit mĂ©morable. Et comme vous... La route qu’ils parcouraient, lors de leur voyage, Ă©tait Ă  l’ouest de BethlĂ©hem. Et ils Ă©taient lĂ  sur cette route, qui est Ă  environ un mile [1.609 km] de BethlĂ©hem, vous descendez une espĂšce de colline, vous prenez un virage et, alors, vous arrivez Ă  BethlĂ©hem. La mĂȘme petite route est lĂ  aujourd’hui.
Et juste Ă  ce virage gĂźt un grand monceau de pierres. Et imaginons-nous maintenant, dans notre histoire, lĂ , alors que ce couple passe Ă  cĂŽtĂ© de ces pierres, que Joseph, avec tendresse, dit: «ChĂ©rie, nous avons la ville en face de nous.» Et il la prend gentiment dans ses bras et la fait asseoir Ă  cĂŽtĂ© du rocher. Et ils se mettent Ă  parler de leur enfance, comment ils jouaient dans les rues de BethlĂ©hem. Et je peux entendre Joseph dire: «C’était juste ici, Marie, que ma mĂšre avait l’habitude de me parler, tout en me brossant les cheveux en arriĂšre, et de me raconter de glorieuses histoires de la Bible.
E-16 Et alors qu’ils causaient, Marie leva les yeux et dit: «Joseph, il me semble que les Ă©toiles sont un tout petit peu plus brillantes au-dessus de BethlĂ©hem ce soir.» Vous savez, il y a Ă  ce sujet quelque chose d’étrange, qui fait que quand Dieu est sur le point de faire quelque chose, il semble y avoir une certaine particularitĂ©.
Comme je le disais l’autre soir, en Inde, juste quand nous sommes arrivĂ©s, nous avons vu un tableau, ou plutĂŽt une colonne dans un journal; j’ai une coupure du journal lĂ -dessus; c’est qu’avant que le grand tremblement de terre frappe la ville, tous les bĂ©tails, toutes les brebis et les petits oiseaux ont quittĂ© leurs nids dans des fissures, et se sont envolĂ©s dans le dĂ©sert. Les brebis et les bĂ©tails sont allĂ©s au milieu du champ. Il n’y avait physiquement ou naturellement rien qui les faisait fuir lĂ . Mais c’était Dieu qui protĂ©geait. Il a dotĂ© ces bĂȘtes de l’instinct pour les amener Ă  s’éloigner de ces trĂšs hauts murs avant qu’ils tombent.
E-17 Et gĂ©nĂ©ralement, quand Dieu est sur le point de faire quelque chose, l’auditoire tout entier semble ĂȘtre fascinĂ©. Je me souviens, lĂ  en Finlande, alors que deux ans plus tĂŽt une vision (beaucoup parmi vous ont toujours cela Ă©crit dans leur Bible) avait annoncĂ© la rĂ©surrection d’un petit garçon d’entre les morts. Et nous Ă©tions lĂ  Ă  Kuopio, regardant le rideau de fer. Et quand nous sommes allĂ©s lĂ , environ trente missionnaires, j’ai dit: «Je me sens vraiment tout autre; quelque chose est sur le point de se passer.»
Et ils ont dit: «Qu’est-ce que ça peut bien ĂȘtre, FrĂšre Branham», comme vous l’avez lu dans mon livre.
J’ai dit: «Je ne sais pas, mais on dirait que la PrĂ©sence de Son Etre Saint est si proche.»
Et en ce moment mĂȘme, un petit garçon se mourait lĂ  sur la route, en bas par rapport Ă  l’endroit oĂč nous Ă©tions, aprĂšs ĂȘtre restĂ© Ă©tendu lĂ  une demi-heure, et notre petit groupe est arrivĂ© lĂ  et a trouvĂ©... Les gens se tenaient tout autour, et le numĂ©ro un de la ville, ce qui est le correspondant du maire chez nous... Et je me suis avancĂ© pour regarder le petit enfant; puis, j’ai reculĂ©, je me suis souvenu de Billy Paul, mon garçon. Et ça faisait un bon bout de temps que j’avais quittĂ© la maison. Et qu’aurais-je ressenti si c’était mon garçon? Et quel sentiment Ă©prouveraient cette petite mĂšre et ce papa Ă  leur retour de la ferme, quand ils verront leur petit chĂ©ri couchĂ© lĂ , mort? Seul un parent peut Ă©prouver pareil sentiment. Et j’étais si dĂ©chirĂ©.
E-18 On a soulevĂ© la petite couverture de son visage et on m’a permis de le voir, et je m’éloignais. Alors, quelque chose s’est passĂ©. Je me suis retournĂ© de nouveau pour regarder le petit garçon. Et l’organisateur qui Ă©tait lĂ ... J’ai vu que c’était ce qui avait Ă©tĂ© dĂ©crit dans la vision, exactement. Et c’est alors que le Saint-Esprit s’est mis Ă  agir. LĂ , devant cinq cents personnes, je pouvais certainement, avec l’assurance que Dieu tient Sa Parole, je pouvais leur dire: «C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR; ce petit garçon se mettra debout, vivant, dans les cinq prochaines minutes.» Il y avait lĂ  tout ce que le Seigneur avait montrĂ© en vision deux ans auparavant. En fait, beaucoup d’entre vous ont encore cela dans leur Bible. Quelque chose dont l’accomplissement avait Ă©tĂ© prĂ©dit, la grĂące de Dieu pour nous.
Et alors, quand je priais pour ce petit enfant, et que ses os brisĂ©s... Il a Ă©tĂ© projetĂ© Ă  trente pieds [9 m] en l’air, aprĂšs que les pneus lui avaient marchĂ© dessus et il avait Ă©tĂ© projetĂ© au milieu de la rue, le sang lui sortait par la bouche, par les oreilles, ses yeux fixĂ©s, et pas de battement de coeur pendant environ trente minutes. En cinq minutes, ce petit enfant sautait, courait et louait Dieu. C’était la PrĂ©sence du Seigneur sur la colline, disant: «Quelque chose est sur le point de se passer.»
E-19 Et en ce jour oĂč nous vivons, maintenant, le croyant peut vraiment se dire dans son coeur: «Quelque chose est sur le point de se passer.» Nous le savons. Je crois que c’est l’appel de l’Eglise du Dieu vivant Ă  se sĂ©parer des incroyants. Il appelle l’Eglise maintenant avec misĂ©ricorde, mais Il parlera au monde par le jugement. Et le coupable ne va pas souffrir avec le... eh bien... L’innocent ne va pas souffrir avec le coupable.
E-20 Et pendant qu’eux, Marie et Joseph, contemplaient ces Ă©toiles, lĂ  loin, Ă  l’Est, Ă  plusieurs centaines de kilomĂštres, j’aimerais dire cet aprĂšs-midi quelque chose qui se passait lĂ , dans ce pays lointain, lĂ  en Inde. Et une fois, alors que je lisais ce passage des Ecritures, et que j’ai vu ces mages venir adorer le Seigneur JĂ©sus, je me suis demandĂ©: «Qu’est-ce qu’un mage a Ă  faire avec le Seigneur JĂ©sus? Quel rĂŽle cet homme, ou plutĂŽt ces gens avaient Ă  jouer dans l’Evangile?» Puis, nous voyons qu’ils Ă©taient conduits par une LumiĂšre mystĂ©rieuse qu’ils appelaient une Ă©toile. Et une Ă©toile, c’est juste un astre lumineux. Elle n’a pas de forme dĂ©finie, juste un missile dans l’air. Et alors qu’ils Ă©taient conduits, cette pensĂ©e m’est venue: «Les enfants d’IsraĂ«l ont Ă©tĂ© conduits par une LumiĂšre mystique.» Nous lisons cela dans Exode 13, qu’il y avait une Colonne de Feu qui allait devant eux pour les conduire Ă  la promesse que Dieu leur avait donnĂ©e.
E-21 Et j’ai examinĂ© l’histoire ancienne, comme Les Deux Babylones d’Hislop, et beaucoup d’autres anciens Ă©crits, pour Ă©tudier ce que ces mages... En effet, je me disais que peut-ĂȘtre, un jour, cette question pourrait m’ĂȘtre posĂ©e. Et j’ai dĂ©couvert que les mages, en Inde, Ă©taient en fait les MĂ©do-Perses, dont nous parlions l’autre soir, dans la grande fĂȘte de rock-and-roll de Belschatsar, quand les MĂ©do-Perses ont conquis le royaume babylonien. Ils ont immigrĂ© et sont partis en Inde.
Eh bien, l’Indien est appelĂ© l’intouchable. Mais le Hindou, c’est le–le MĂ©do-perse. Et Ă  propos, ils ont toujours ces techniques des mages. Or, j’ai trouvĂ© que ces mages n’étaient pas du genre de gens d’aujourd’hui qui recourent aux Ă©toiles pour prĂ©dire, mais c’étaient des hommes de science qui observaient les astres cĂ©lestes et qui pouvaient regarder... qui connaissaient chaque petite Ă©toile qui Ă©tait visible Ă  l’oeil humain. Et tout petit mouvement avait une signification spirituelle.
E-22 Et nous savons encore aujourd’hui que ces choses sont la vĂ©ritĂ©. Dieu, quand Il a crĂ©Ă© Son systĂšme solaire, Il a placĂ© la lune comme un gardien avec un fusil sur son Ă©paule. Et Il a fixĂ© des limites Ă  la mer. Et cette lune-lĂ , si jamais elle se dĂ©plaçait de son orbite, la terre entiĂšre serait dĂ©truite par l’eau. Cette lune retient la mer. Et, oh! je me suis tenu Ă  ses rives et j’ai observĂ© ses vagues en furie essayant de dĂ©border. Mais la lune dit: «Tenez-vous tranquilles. Dieu vous a fixĂ© des limites, et je fais le gardien.» Et quand la lune se met Ă  regarder de cĂŽtĂ© pour louer JĂ©hovah, alors les marĂ©es commencent Ă  monter discrĂštement; et dĂšs que la lune revient, elles se retirent Ă©galement discrĂštement. En effet, ces astres ont une importance.
E-23 Et puis, autre chose, il est Ă©crit dans le Livre des Actes, au chapitre 10, les versets 34 et 35, Pierre dit: «Je reconnais que Dieu ne fait point acception de personne ou d’aucune nation; mais Il agrĂ©e ceux qui veulent L’adorer dans la justice», quelque chose de ce genre. Peu importe qui est la personne, de quelle nation elle est, de quelle couleur ou de quel credo, si elle adore Dieu dans la justice, elle sera conduite Ă  la LumiĂšre.
E-24 Et comme ces mages... Quand j’étais rĂ©cemment en Inde, Ă  la grande rĂ©union oĂč nous avons estimĂ© Ă  cinq cents mille personnes le nombre de participants aux rĂ©unions... On ne connaĂźt pas le nombre de ceux que le Seigneur JĂ©sus a fait entrer dans Son Royaume ce soir-lĂ . Quand un aveugle avait Ă©tĂ© amenĂ© Ă  l’estrade comme par dĂ©fi, avec une Bible dans une main et le Coran, dans l’autre, il a Ă©tĂ© dit: «L’un est vrai, et l’autre, faux. Que le Dieu de la crĂ©ation parle, Celui qui a crĂ©Ă© l’oeil humain.» Et nous avons lancĂ© un dĂ©fi Ă  tous les musulmans de venir lĂ  et de lui faire recouvrer la vue. Il Ă©tait un adorateur du soleil, devenu aveugle depuis vingt ans.
Quand le Saint-Esprit rĂ©vĂ©lait leurs problĂšmes, les mages et les autres disaient: «C’est de la tĂ©lĂ©pathie.» Mais quand l’Adorable Seigneur Dieu, JĂ©hovah, dans Sa misĂ©ricorde, Sa misĂ©ricorde infinie, a montrĂ© en vision que cet homme allait recouvrer la vue, le problĂšme Ă©tait rĂ©glĂ©. Aucun d’eux ne pouvait venir. J’ai dit: «Vous ne le pouvez pas, vous les prĂȘtres musulmans. MĂȘme pas vous, les prĂȘtres bouddhistes, ni tous vos autres prĂȘtres. Moi non plus, je ne le peux pas. Mais le Dieu du Ciel qui a ressuscitĂ© Son Fils, JĂ©sus-Christ, a montrĂ© tout Ă  l’heure en vision que cet homme allait recouvrer la vue.» Et alors, aprĂšs que j’eus priĂ© pour lui, il a criĂ© et a saisi le maire de la ville, et des milliers et des milliers d’entre eux se sont abandonnĂ©s au Seigneur JĂ©sus. La distribution des tracts ne fera jamais cela, quelque bonne qu’elle soit. Et cela a jouĂ© son rĂŽle. Cela a prĂ©parĂ© le terrain. Mais maintenant, le Dieu de Gloire se rĂ©vĂšle pour confirmer ce que le tract avait dit Ă  Son sujet.
E-25 Donc, ces mages Ă  l’Est... Quand Billy et moi sortions dans les rues, ils Ă©taient lĂ , accroupis, avec des turbans Ă  la tĂȘte, se donnant des coups de tĂȘte la journĂ©e, attendant que la nuit tombe. Et l’un des anciens historiens a dit: «Ils n’étaient pas de rois, mais ils Ă©taient dignes d’ĂȘtre appelĂ©s les serviteurs des rois.»
E-26 Et c’était lĂ , dans les montagnes, que ce grand Ă©vĂšnement s’était passĂ©, et ils avaient un grand temple lĂ -haut, dans les montagnes en Inde. Et ils, chaque soir, ils avaient leurs cĂ©rĂ©monies et leurs fĂȘtes, tandis qu’ils dormaient toute la journĂ©e. Et tard la nuit, ils sortaient lĂ  à–à une place, et de lĂ , ils montaient les escaliers d’un observatoire, ils allaient trĂšs haut dans la tour de contrĂŽle et restaient assis toute la nuit, Ă  observer ces astres. Et avant qu’il fasse trĂšs sombre, au crĂ©puscule, ils avaient un moyen d’entrer dans l’esprit de leur astrologie, ou de leur astronomie, ou plutĂŽt de l’astrologie, je pense que c’est ça le mot correct. Et comme ils regardaient, ils lisaient les anciens manuscrits de... et discutaient sur des Ă©vĂ©nements, sur les manquements de leurs pĂšres, et la dĂ©gradation des choses. Et ce faisant, ils adoraient donc un seul vrai Dieu. Ils n’étaient pas les adorateurs d’idoles. Ils croyaient en un seul vrai Dieu.
E-27 Et les musulmans aujourd’hui croient en un seul vrai Dieu. Et ils disent: «Il n’y a qu’un seul vrai Dieu vivant, et Mahomet est son prophĂšte.» Et nous, nous disons: «Il n’y a qu’un seul vrai Dieu vivant, et JĂ©sus est Son Fils.» C’est ça la diffĂ©rence. Ils descendent des enfants d’IsmaĂ«l. Nous descendons des enfants d’Isaac. «Et par notre mort en Christ, nous revĂȘtons la nature de la postĂ©ritĂ© d’Abraham et nous devenons hĂ©ritiers selon la promesse.» Le Juif, ce n’est pas celui qui en a les dehors; mais le Juif, c’est celui qui l’est intĂ©rieurement en ayant la foi qu’Abraham avait, lui qui a pris Dieu au Mot et a appelĂ© les choses qui ne sont point comme si elles Ă©taient, parce que Dieu l’avait dit. Il y en a beaucoup qui professent ĂȘtre cela, mais ils n’ont pas la foi de s’emparer de la Parole. Mais ceux qui sont capables de prendre la Parole de Dieu et d’appeler tout ce qui est contraire Ă  Cela comme si cela n’était pas, ceux-lĂ  sont les enfants d’Abraham.
E-28 Et pendant qu’ils Ă©taient assis lĂ , ils observaient les Ă©toiles... Et une certaine nuit, pendant qu’ils observaient, ils ont fait sortir les anciens manuscrits et se sont mis Ă  parler de (oh!) certains royaumes, de leur apogĂ©e et de leur chute, de leur apogĂ©e et de leur chute, une fois de plus et ainsi de suite, et comment les empires sont tombĂ©s. Et alors, quand ils se sont mis Ă  parler sur: «Je me demande si jamais un jour nous aurons un royaume qui ne tombera plus»...
Et c’était vers ce moment-lĂ  que l’un des frĂšres de leur groupe a fait sortir les Ecrits de Daniel. Eh bien, Daniel savait certainement quelque chose Ă  leur sujet, car il avait Ă©tĂ© nommĂ© leur chef dans le royaume babylonien. Je suis sĂ»r que tous les lecteurs de la Bible savent et en sont conscients, que Daniel Ă©tait le chef des magiciens. Il Ă©tait leur maĂźtre Ă  tous. Et comme il Ă©tait leur maĂźtre, ils gardaient ses Ecrits. Ainsi, les manuscrits Ă©taient soumis Ă  l’étude ce soir-lĂ . Et pendant qu’ils examinaient ces manuscrits, ils sont tombĂ©s sur ces mots: «Et Daniel a dit: ‘Je regardais, j’ai vu une pierre se dĂ©tacher de la montagne sans le secours d’aucune main. Et elle a dominĂ© tous les royaumes de la terre. Et elle s’est Ă©levĂ©e et est devenue la grande... a couvert le monde entier.» Pendant qu’ils lisaient cela, tout en observant en haut, ils connaissaient chaque Ă©toile qu’il y avait dans le systĂšme solaire et que l’oeil humain pouvait voir; c’était vers ce moment-lĂ  qu’un astre Ă©tranger est apparu.
E-29 Ô ami, j’espĂšre que la petite dame n’en fait pas une affaire trop personnelle, mais c’est ma belle-fille, elle est assise ici prĂ©sentement. Celle-ci a Ă©tĂ© la semaine la plus glorieuse de sa vie. Hier soir, pendant que nous Ă©tions assis ensemble dans le hall de l’hĂŽtel, attendant que Billy ramĂšne la voiture, et dans la salle de danse, on dansait le rock-and-roll, ou une espĂšce de musique amusante. Et les petits enfants, les petits garçons de pas plus de douze ans ou un peu moins, fumaient la cigarette, ainsi que les petites filles. Et la petite dame m’a regardĂ©, elle a dit: «Billy, prie pour moi.» Et toute la semaine, je l’ai entendue chanter des cantiques dans sa chambre. Hier soir, je l’ai entendue chanter, avant d’aller Ă  l’église, ma chanson favorite: Il descendit de Sa Gloire. Elle s’est mise Ă  lire la Bible et elle a pratiquement lu toute la Bible cette semaine. Mettez-vous Ă  chanter les hymnes, mettez-vous Ă  lire la Bible, et cet Etranger vous apparaĂźtra aussi. MĂ©ditez sur Sa Parole. C’était pendant que ceux qui Ă©taient partis Ă  EmmaĂŒs, en chemin, se sont mis Ă  parler de Lui qu’Il est sorti des bois, et a marchĂ© avec eux toute la journĂ©e. La raison pour laquelle nous n’avons pas de bĂ©nĂ©dictions spirituelles, c’est que nous consacrons trop de temps Ă  regarder la tĂ©lĂ©vision, trop de temps Ă  lire les journaux ou Ă  Ă©couter quelque chose que nous ne devrions pas Ă©couter. Et nous ne rachetons pas le temps, mais nous le consacrons aux choses du monde plutĂŽt que de consacrer notre temps au Seigneur JĂ©sus. Et la Bible dit: «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.» Les chrĂ©tiens vivent de la Parole.
E-30 Et pendant qu’ils lisaient et que le feu sacrĂ© brĂ»lait... Ils adoraient l’unique vrai Dieu par un feu sacrĂ©. Ils observaient les flammes de feu, car ils savaient que l’unique et vĂ©ritable Dieu habitait dans la LumiĂšre. Et c’est vrai. Dieu habite dans la LumiĂšre. Quand Il Ă©tait sur terre, manifestĂ© dans la chair, Il a dit: «Je suis la LumiĂšre du monde.» En effet, Dieu se manifestait au travers de Lui. Et Il Ă©tait la LumiĂšre, la Colonne de Feu, qui conduisait les enfants d’IsraĂ«l. Il Ă©tait la LumiĂšre qui avait terrassĂ© Paul sur son chemin vers Damas. Il Ă©tait la LumiĂšre qui Ă©tait entrĂ©e dans la prison auprĂšs de Pierre. Il est la LumiĂšre qui est sur cette photo-lĂ . Il est la LumiĂšre qui est dans mon coeur. Il est la LumiĂšre qui est dans cette Ă©glise. Il est la LumiĂšre Ă©ternelle, et il n’y a point en Lui des tĂ©nĂšbres.
Et ceux qui marchent dans la LumiÚre sont mutuellement dans la communion, et le Sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, nous purifie de tout péché. En marchant dans la LumiÚre, vous avez communion avec les baptistes, vous avez communion avec les méthodistes, vous avez communion avec les pentecÎtistes. Vous avez communion avec les enfants de Dieu de chaque dénomination, si nous marchons dans la LumiÚre. Ne vous en faites pas, la LumiÚre vous conduira.
E-31 Une fois, j’avais terminĂ© de prĂȘcher, lĂ  loin dans les montagnes du Kentucky, oĂč je suis nĂ©. Et quand j’ai franchi la porte de l’église, dehors, il y avait debout lĂ  un–un homme (C’était un trappeur dans les collines, avec un trĂšs gros tabac Ă  chiquer dans la bouche) qui, quand il... Il m’avait rencontrĂ© la veille et je chassais les Ă©cureuils, il Ă©tait assis lĂ  sur un rondin en train de parler, et–et ils parlaient d’un petit enfant qui avait Ă©tĂ© guĂ©ri la veille, et on disait qu’il avait des spasmes, la paralysie. Et ils ne savaient pas que j’étais dans les bois. Et cet homme trĂšs grand, avec un chapeau en Ă©corces de branche... Je pense qu’il n’y a personne ici qui ait dĂ©jĂ  vu un chapeau en Ă©corces de branche. On prend une Ă©corce du noyer, on enlĂšve l’écorce et on en fait un chapeau, on tisse cela. Et alors, ils Ă©taient assis lĂ  sur ce rondin, ils avaient arrĂȘtĂ© de scier et des fusils Winchester suspendus aux arbres s’entrechoquaient. Et pendant qu’il me parlait, un gros tabac Ă  chiquer Ă  la bouche [FrĂšre Branham produit le bruit de quelqu’un qui crache.–N.D.E.], puis, il a crachĂ© et les feuilles se sont envolĂ©es. Il a dit: «J’ai vu ce jeune homme arrĂȘter de trembler.»
Et je les ai entendus commencer Ă  tenir des propos bien grossiers. Je me suis dit: «Je ferais mieux de me faire connaĂźtre.» Je ne voulais pas passer pour un Ă©tranger dans ces bois. Et j’ai dit: «Bonjour, gentlemen.» Ce groupe d’hommes rudes, qui vous tueraient sans la moindre hĂ©sitation, se sont levĂ©s d’un bond. Et ce grand gaillard, au long cou et Ă  pomme d’Adam ressortie, m’a regardĂ©, les yeux ressortis; il a ĂŽtĂ© ce chapeau, il a avalĂ© son tabac Ă  chiquer et a dit: «Bonjour, pasteur.»
E-32 Oh! si Christ est prĂ©sentĂ© correctement, le monde respectera cela, s’il a tant, soit peu de respect. Certainement, si cela est prĂ©sentĂ© suivant la LumiĂšre divine.
Ce soir-lĂ , quand nous avons quittĂ© l’église, il tenait une lanterne en main; il a dit: «Je donnerais tout, pasteur, si seulement j’arrivais Ă  croire que Dieu me pardonnera mon pĂ©chĂ©.» Il a dit: «J’ai tuĂ© deux ou trois hommes, et je sais que je suis un pĂ©cheur coupable. Mais quand j’ai vu ces choses se passer dans cette petite Ă©glise, je sais qu’il existe un vrai Dieu vivant.»
J’ai dit: «Il vous pardonnera. Il veut vous pardonner. Et la faim mĂȘme qu’il y a dans votre coeur montre qu’Il est Ă  l’oeuvre dans votre Ăąme.»
Il a dit: «Si seulement je pouvais sentir cela.»
J’ai dit: «Vous le sentirez.»Il a dit: «Quand je sentirai cela, je le croirai.»
J’ai dit: «Croyez-le, et aprĂšs, vous le sentirez.»
Il a dit: «J’aurais souhaitĂ© connaĂźtre comment m’y prendre.»
J’ai dit: «OĂč habitez-vous?»
Il a dit: «De l’autre cĂŽtĂ© de la montagne, Ă  environ deux miles [trois kilomĂštres].»
«Comment y accédez-vous?»
«LĂ  au... sur les crĂȘtes et par les sentiers.»
J’ai dit: «Il fait trĂšs sombre.»
Il a dit: «Mais, j’ai une lanterne.»
J’ai dit: «Vous ne pouvez pas voir votre maison avec votre lanterne.»
Il a dit: «Non, c’est vrai.»
J’ai dit: «Alors, comment savez-vous que vous allez y arriver?» J’ai dit: «Prenez simplement la lanterne en main, tenez-vous dans la lumiĂšre et marchez dans la bonne direction; Ă  chaque pas que vous faites, la lumiĂšre Ă©clairera le chemin.» J’ai dit: «C’est comme ça que vous trouvez Christ.» Tenez-vous dans Sa LumiĂšre. Tenez-vous dans Ses bĂ©nĂ©dictions. Tenez-vous dans Sa puissance. Si vous ĂȘtes malade, comment allez-vous guĂ©rir? Je ne sais pas, mais Il a promis de le faire, et le Saint-Esprit est tĂ©moin de Sa LumiĂšre et de Sa RĂ©surrection. Marchez simplement dans la LumiĂšre et suivez la bonne direction vers le Calvaire; cela vous conduira Ă  votre guĂ©rison et Ă  votre bĂ©nĂ©diction. Emportez simplement la LumiĂšre avec vous en allant.
E-33 Dieu demeure dans la LumiĂšre. Et ces mages savaient cela. Et alors qu’ils Ă©taient Ă  la lumiĂšre du feu et regardaient vers le systĂšme solaire, il y avait un astre Ă©tranger. Il Ă©tait diffĂ©rent de ce qu’ils avaient dĂ©jĂ  vu auparavant. Ils n’ont point parlĂ© pendant un bon bout de temps. Ils se posaient des questions.
Oh! Ce que ça reprĂ©sente, d’entrer une fois dans la LumiĂšre! C’est quelque chose que vous n’avez jamais connu auparavant; c’est quelque chose auquel vous n’avez jamais pensĂ© auparavant. Mais une fois qu’on est conscient d’ĂȘtre dans la PrĂ©sence de la LumiĂšre Ă©ternelle de Dieu, que Sa Parole est rendue manifeste ici mĂȘme parmi vous, quel sentiment! Oh! Vous ne pouvez pas parler. Vous les avez vus cette semaine sur l’estrade et Ă  d’autres occasions, quand le Saint-Esprit entre en profondeur, prend ces pĂ©chĂ©s et les dĂ©voile, ainsi que ces choses qui ont Ă©tĂ© cachĂ©es pendant des annĂ©es. Ils deviennent pĂąles, lĂ , autour de la bouche. Ils savent Ă  peine quoi faire.
E-34 Hier soir, il y avait une dame de couleur qui s’était faufilĂ©e lĂ  derriĂšre, et elle a dit: «Donnez un petit ticket.» Et cette jeune fille est peut-ĂȘtre ici maintenant. Et cette femme Ă©tait ici Ă  l’estrade Ă  la derniĂšre rĂ©union, ici, et le Saint-Esprit lui a dit qui elle Ă©tait, d’oĂč elle venait, et Il a dit: «LĂ  en Arkansas, vous avez une bien-aimĂ©e», une soeur, je pense «qui Ă©tait folle, une folle furieuse dans un asile pour aliĂ©nĂ©s.» Mais il a Ă©tĂ© dit: «C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR», et la femme s’assiĂ©ra dans cet auditoire ce soir, si elle n’est pas ici maintenant. Elle a Ă©tĂ© guĂ©rie au mĂȘme moment. On a dit qu’elle serait ici ce soir.
Oh! Ça, c’est un cas sur des milliers que vous connaissez. Il y avait lĂ  une petite fille qui souffrait de coeur elle se tenait lĂ  derriĂšre hier soir, quand je me suis faufilĂ© de cĂŽtĂ©. AprĂšs avoir vu ces chĂšres personnes accepter le Seigneur JĂ©sus, je l’ai entendue dire: «J’en ai fini avec cette maladie de coeur.» Et le Saint-Esprit a fait une chose similaire pour elle. Oh! Il est la LumiĂšre Ă©ternelle qui dure toujours. Marchez en Lui pendant que vous en avez l’occasion.
E-35 AprĂšs un temps, ils se sont mis Ă  discuter: «Quelle est cette LumiĂšre Ă©trange? Ça doit ĂȘtre quelque chose.» Et tout ce que je dirais, Ă  ma connaissance, c’est que le Seigneur doit leur avoir donnĂ© un songe, car, plus tard, nous voyons qu’ils ont Ă©tĂ© avertis en songe. Et le Seigneur doit leur avoir donnĂ© un songe, que cet Enfant Roi Ă©tait nĂ©. Et c’était au mĂȘme moment que Marie et Joseph regardaient Ă  l’Est. Dieu fait tourner correctement chaque rouage Ă  sa place.
Et pendant qu’ils rĂ©flĂ©chissaient sur ces choses, alors, ils devaient rassembler leur petit groupe, et ils voulaient L’adorer. Ils voulaient faire tout ce qu’ils pouvaient. Ainsi, ils ont pris de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Et ils se sont mis Ă  califourchon sur leurs chameaux, ils ont entrepris un voyage de centaines et des centaines de kilomĂštres. Ce n’était pas juste un voyage d’une nuit. Cela leur a pris deux ans pour y arriver. Et certains d’entre nous ne parcourront mĂȘme pas deux pĂątĂ©s de maisons pour L’atteindre, ou du milieu du tabernacle jusqu’à la chaire pour arriver auprĂšs de Lui. Et alors, nous nous Ă©crions: «Oh! ces vieux mages!» Eux Ă©prouvent le dĂ©sir de Le trouver. «Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiĂ©s.»
Ils ont effectuĂ© voyage difficile. Ils ont traversĂ© les montagnes, se dirigeant vers l’ouest, ils ont suivi le fleuve Tigre jusqu’au pays de Schinear. Ils ont peut-ĂȘtre traversĂ© Ă  guĂ© la riviĂšre Euphrate, lĂ , ils ont continuĂ© le voyage Ă  travers le Sahara. Probablement qu’ils ont dĂ» voyager de nuit parce qu’il faisait trĂšs chaud la journĂ©e. Et puis encore, ils devaient suivre l’étoile. Et elle ne brillait que la nuit.
E-36 Et finalement, ils sont arrivĂ©s Ă  JĂ©rusalem. Et quand ils sont arrivĂ©s Ă  JĂ©rusalem, ils savaient qu’Il Ă©tait Juif et ils pensaient qu’Il naĂźtrait certainement parmi les cĂ©lĂ©britĂ©s, puisqu’Il devait ĂȘtre Roi. Et assurĂ©ment, puisqu’Il devait ĂȘtre croyant, Il devrait aller Ă  la grande citĂ© de Vatican, pour ainsi dire, le grand temple de Salomon.
Mais remarquez (Oh! bĂ©ni soit Son saint Nom!), quand ils sont entrĂ©s Ă  JĂ©rusalem, l’étoile a disparu. Dieu ne demeure pas dans les choses fantastiques de ce monde. Et ils ont parcouru la ville, ces hommes riches, avec ces chameaux de l’Orient tout dĂ©corĂ©s, avec de gros glands suspendus sur des tapisseries. Et ces mages habillĂ©s en rois criaient dans la nuit: «OĂč est le Roi des Juifs qui vient de naĂźtre?»
Remarquez. Puis, vous en prendre aux mages... Les Ă©rudits, les docteurs, les professeurs d’universitĂ©, les sacrificateurs, les rabbins n’avaient pas de rĂ©ponse. Et il en est de mĂȘme aujourd’hui. Ils n’ont aucune rĂ©ponse pour eux. Et alors qu’ils avançaient, il doit y avoir eu des tapages produits dans la rue. Ils ont dit: «Mais nous avons vu Son Ă©toile en Orient et nous sommes venus pour L’adorer.» Un voyage de deux ans Ă  travers les dĂ©serts, les marĂ©cages, les vallĂ©es et les montagnes: «Nous sommes venus pour L’adorer. Oh! dites-nous oĂč Il est.»
E-37 C’est aussi le cri des coeurs affamĂ©s aujourd’hui: «OĂč est ce JĂ©sus qui est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? Nous avons senti Son Esprit sur nous et nous sommes venus pour L’adorer.»
Les grandes Ă©coles et les universitĂ©s n’ont toujours pas de rĂ©ponse Ă  cette question. Elles n’en avaient pas Ă  l’époque, et beaucoup n’en ont pas aujourd’hui. Les clochers sur les trĂšs hautes tours, de grands siĂšges en peluche, vous savez, trouvons-Le quelque part lĂ ; dans une petite mission, quelque part.
E-38 Mais remarquez, au fur et Ă  mesure qu’ils avançaient, cela suscitait de l’émotion Ă  JĂ©rusalem. Et finalement, ils ont parcouru jour et nuit les rues tortueuses, dans tous les sens, partout, pour voir s’ils pouvaient Le trouver. Sur l’Avenue AllĂ©luia, Il n’était pas lĂ . Ils sont allĂ©s lĂ  oĂč il y avait des signes et des prodiges, Il n’était pas lĂ . Ils ont cherchĂ© dans toutes les rues, mais Il n’était pas lĂ .
Vous ne connaissez pas Christ par les allĂ©luias. Vous ne connaissez pas Christ en dansant en Esprit; ça, c’est un attribut. Vous connaissez Christ en Le connaissant comme une Personne qui est entrĂ©e dans votre coeur sous forme du Saint-Esprit, qui a ĂŽtĂ© vos pĂ©chĂ©s et a plantĂ© une foi immortelle dans le Seigneur JĂ©sus-Christ ressuscitĂ©. C’est l’unique voie. Ce n’est pas par une conception intellectuelle, mais par la nouvelle naissance, pour vous transformer. Et vous ĂȘtes changĂ© de la crĂ©ature que vous Ă©tiez autrefois. C’est comme ça que vous Le connaissez. Alors, vous dansez en Esprit. Alors, vous pouvez taper les mains, pour ainsi dire, ou n’importe quelle Ă©motion que le Seigneur met sur vous. Cela vient aprĂšs. Mais vous pouvez avoir cela sans L’avoir, Lui. C’est ça le problĂšme. Voyez? Soyez sĂ»r que c’est correct. Et vous connaĂźtrez cela par le genre de vie que cela vous fait mener, par l’amour et la foi qui est dans votre coeur pour Lui. Si vous ĂȘtes un enfant d’Abraham, vous aurez la foi d’Abraham, car c’est ce qui fait de lui un serviteur de Christ.
E-39 Maintenant, alors que nous terminons, suivez. Ils ont parcouru toutes ces grandes rues dĂ©nominationnelles en criant: «OĂč est-Il? OĂč est-Il? C’est le Roi des Juifs qui vient de naĂźtre; nous dĂ©sirons Le voir.» Mais ils ne pouvaient pas trouver de consolation, et personne non plus ne pouvait le leur dire. Et aussitĂŽt que quelque chose leur a inspirĂ© de sortir par la porte de l’est, ou plutĂŽt par la porte de l’ouest, vers BethlĂ©hem, l’étoile a Ă©clairĂ© le chemin. Saint Matthieu 10:10 dit: «Et ils furent saisis d’une trĂšs grande joie.»
Ils ont parcouru l’Avenue AllĂ©luia; ils ont remontĂ© la rue Signes et Prodiges, et ils ne pouvaient pas se rĂ©jouir. Mais quand l’étoile est apparue, la LumiĂšre est revenue, alors ils ont criĂ© des allĂ©luias, ils furent saisis d’une trĂšs grande joie (une trĂšs grande, c’est l’abondance, beaucoup de cela), une grande joie. L’étoile Ă©tait lĂ . Et quand Christ se rĂ©vĂšle Ă  vous comme le Fils de Dieu ressuscitĂ©, il y a infiniment, une trĂšs grande joie dans votre coeur. Vous avez trouvĂ© un TrĂ©sor; vous avez trouvĂ© la Perle pour laquelle vous vendrez tout ce que vous possĂ©dez pour L’avoir. C’est vrai.
E-40 Cela les a conduits Ă  BethlĂ©hem. Et alors qu’ils commençaient Ă  faire attention, qu’ils continuaient Ă  avancer, elle s’est suspendue au-dessus de cette petite piĂšce oĂč Ă©tait le petit Enfant. Et ils ont remarquĂ© qu’elle cela commençait Ă  ralentir, Ă  ralentir, Ă  descendre, descendre. Et ils se sont mis Ă  dire: «Oh! regardez, c’est proche; c’est pratiquement ici. Sans cesse, elle s’approchait de plus en plus.» Et aprĂšs un temps, elle a ralenti jusqu’à s’arrĂȘter complĂštement.
Ils sont rapidement descendus des chameaux, ils ont pris leur or, leur encens et leur myrrhe. En effet, ils avaient apportĂ© cela, ils allaient adorer le Roi. Peu savaient-ils peut-ĂȘtre Ă  l’époque que l’or reprĂ©sente un roi, une couronne. L’encens, c’est un parfum. Et c’est ce qu’Il Ă©tait, un Roi couronnĂ©, avec une odeur suave, pour quiconque veut, qu’il vienne renifler l’arome de Sa bontĂ©, se tenir dans Sa PrĂ©sence, de sorte que toutes les mauvaises odeurs de tabac, de whisky et tout, s’en aillent. BĂ©ni soit Son...
Eh bien, j’ai envie de crier maintenant. Ne pensez-vous pas que les baptistes crient? Vous vous trompez. Oh! la la! Percevoir l’arome de la douceur de Son Esprit, Il est la Rose de Saron, le Lys de la vallĂ©e, l’Etoile du matin, un Sauveur qui sent bon, qui ĂŽte tous mes pĂ©chĂ©s et qui guĂ©rit toutes mes maladies. Une odeur suave, ils Lui ont apportĂ© de l’encens.
Puis, vous me direz: «PrĂ©dicateur, pourquoi Lui ont-ils apportĂ© la myrrhe? La myrrhe est amĂšre.» La myrrhe reprĂ©sente la mort qu’Il devait subir et devenir amer. Et les pĂ©chĂ©s du monde, Il devait boire cette coupe amĂšre Ă  GethsĂ©manĂ©. C’est pourquoi ils Lui ont apportĂ© la myrrhe. L’or reprĂ©sente le Roi; l’encens, la saveur et la myrrhe, l’amertume, Il devait mourir pour vous et moi.
E-41 Comment pouvons-nous cet aprĂšs-midi, alors que l’Etoile du matin, de Sa bĂ©nĂ©diction, est descendue du Ciel avec les signes et les prodiges Ă  Sa Seconde Venue, comment pouvons-nous donc rester assis et laisser passer cela Ă  cĂŽtĂ© de nous sans ouvrir nos coeurs et tout ce qu’il y a dedans pour L’adorer comme notre Roi? Nous devrions assurĂ©ment ĂȘtre reconnaissants comme les mages. Inclinons la tĂȘte juste un instant pendant que vous pensez Ă  ces choses.
E-42 Etes-vous dans cet auditoire cet aprĂšs-midi, pĂ©cheur? Dieu hait le pĂ©chĂ©, mais Il aime le pĂ©cheur. Il vous aime tellement qu’Il a donnĂ© Son Fils unique afin qu’Il puisse boire cette coupe amĂšre pour vous. Rappelez-vous, Il est devenu vous afin que vous, vous deveniez Lui. Il est devenu un pĂ©cheur, sĂ©parĂ© du PĂšre, quand Il s’est Ă©criĂ©: «Mon Dieu, pourquoi M’as-Tu abandonnĂ©?» Il Ă©tait sĂ©parĂ© de Dieu par Sa mort, afin que vous, par votre mort, vous puissiez avoir la PrĂ©sence de Dieu. Il est devenu un enfant du pĂ©chĂ©, vos pĂ©chĂ©s, non pas Ses pĂ©chĂ©s, mais les vĂŽtres, afin que vous deveniez un enfant obĂ©issant. Il a pris votre place comme une crĂ©ature du temps, afin que vous puissiez prendre Sa place comme un fils Ă©ternel et une fille Ă©ternelle de Dieu.
L’Etoile du matin a-t-Elle Ă©clairĂ© votre sentier? Voudriez-vous L’aimer? Et voudriez-vous qu’on se souvienne de vous dans la priĂšre? Voudriez-vous lever la main pour dire: «Je L’aime»? Que Dieu vous bĂ©nisse, mesdames, et vous ici, par ici, et lĂ  derriĂšre. C’est bon. LĂ  au balcon, que Dieu soit avec vous. Levez les mains maintenant mĂȘme. Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Que Dieu vous bĂ©nisse, par ici, madame, vous, vous lĂ -bas, monsieur. Vous lĂ  derriĂšre, madame. Certainement, le Seigneur... Vous soeur, vous, vous lĂ -bas, que Dieu vous bĂ©nisse, jeune homme, et vous, jeune homme, oui.
E-43 Dieu aime le pĂ©cheur. Et tout ce qui est sur la terre Le louera un jour. Un jour, vous vous prosternerez Ă  Ses genoux... sur vos genoux Ă  Ses pieds. Vous allez vous incliner, rĂ©conciliĂ© par Ses oeuvres de rĂ©conciliation, alors que vous L’acceptez comme votre expiation et que vous avez Ă©tĂ© lavĂ©s par l’eau de la Parole, et les eaux de sĂ©paration, et que vous ĂȘtes devenu Ă  part entiĂšre un enfant du Dieu vivant; vous L’adorerez en paix. En dehors de cela, ce serait une chose affreuse. «Car cela, le... si le juste se sauve avec peine, oĂč est-ce que le pĂ©cheur et l’impie vont apparaĂźtre?» Et cela pourrait vous arriver avant de quitter la porte.
Allez-vous ĂȘtre rĂ©conciliĂ© cet aprĂšs-midi en croyant en Lui et en L’acceptant comme votre Sauveur personnel? Une main de plus avant... combien de mains plutĂŽt avant que nous priions? Pensez-y, acceptez-Le. Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune homme. C’est bon, un petit garçon a levĂ© la main.
Vous direz: «Il est trop jeune.»
Oh! non, il ne l’est point. JĂ©sus a dit: «Laissez venir Ă  Moi les petits enfants.» Oui, oui, chĂ©ri, jeune homme, tu es le bienvenu. BĂ©ni soit ton petit coeur. Dieu te sauve. Que ta maman t’amĂšne Ă  l’église pour ĂȘtre baptisĂ© et invoquer le Nom de l’Eternel. Ou comme le petit Samuel, vous vous rappelez, il n’était pas plus ĂągĂ© que vous, celui qui Ă©tait appelĂ© un prophĂšte. Il a entendu la Voix de l’Eternel, la premiĂšre vision claire depuis un long moment en IsraĂ«l.
E-44 Quelqu’un d’autre maintenant qui voudrait qu’on se souvienne de lui dans la priĂšre, maintenant mĂȘme? Que Dieu soit misĂ©ricordieux. Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ -derriĂšre aussi. Que Dieu vous bĂ©nisse, petite fille, et que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Un autre maintenant mĂȘme, nous allons prier. TrĂšs bien. Je me demande si notre frĂšre, pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es, voudrait bien fredonner, ou plutĂŽt jouer doucement ce cantique: Tel que je suis. Eh bien, c’est votre plaidoirie devant le Seigneur JĂ©sus.
«FrĂšre Branham, pourrais-je ĂȘtre rassurĂ© que cette Etoile du matin est ici?»
Oui, cher ami. «LĂ  oĂč deux ou plus sont assemblĂ©s en Mon Nom, Je serai au milieu d’eux.» Cette mĂȘme Personne aimable est ici. Eh bien, vous avez levĂ© la main, et vous qui n’avez pas levĂ© la main, et qui cependant pensez que vous devriez le faire, ne voudriez-vous pas dire maintenant mĂȘme dans votre coeur: «Tel que je suis, Seigneur, sans aucune dĂ©fense, sinon Ton Sang qui a Ă©tĂ© versĂ© pour moi, et parce que je promets (avec ma main levĂ©e), je crois, ĂŽ Agneau de Dieu, je viens, je viens!» Allez-vous le faire pendant que nous prions?
E-45 Seigneur, Tu as dit dans Ta Parole Ă©ternelle, c’est ce que JĂ©sus a dit, les Ecritures ne peuvent pas ĂȘtre brisĂ©es: «Nul ne peut venir Ă  Moi si Mon PĂšre ne l’attire premiĂšrement.» Oh! comme c’est beau de penser que le PĂšre est ici aujourd’hui! Le Saint-Esprit attire. Et littĂ©ralement, des douzaines ont levĂ© la main. Le Saint-Esprit attire. Dieu le PĂšre, donnant Ă  Son Fils les dons d’amour en commĂ©moration de Son grand Sacrifice tout-suffisant qui a plu Ă  Dieu jusqu’à oublier le pĂ©chĂ©. Puisque JĂ©sus Ă©tait tellement disposĂ© Ă  faire tout cela, le coeur du PĂšre a Ă©tĂ© si brisĂ© qu’Il Ă©tait disposĂ© d’oublier tout au sujet du pĂ©chĂ©. Et maintenant, Il parle au pĂ©cheur, disant: «Enfant de Ma crĂ©ation, j’aimerais te conduire auprĂšs de Mon Fils aujourd’hui. J’aimerais te mettre sous Sa garde afin qu’Il puisse Te guider dans la Vie Eternelle.»
Puisse cet homme, cette femme, ce jeune homme, cette jeune fille, et mĂȘme ces petits enfants pĂ©nitents, puissent-ils venir maintenant Ă  cet endroit oĂč l’Etoile du matin est suspendue Ă  la croix maintenant. Puissent-ils, avec une profonde contrition, briser chaque barriĂšre, mettre de cĂŽtĂ© tout le moi, et s’abandonner, par cet unique abandon suprĂȘme au Seigneur JĂ©sus, et rentrer comme les mages, en se rĂ©jouissant, alors qu’ils rentrent chez eux apporter le Message, que le Roi est nĂ© dans leur coeur, le Roi qui dirigera leur vie dĂšs aujourd’hui. Accorde-le, PĂšre, alors que nous nous attendons Ă  Toi. Par le Nom de JĂ©sus, Ton Fils, nous le demandons. Amen.
Avec vos tĂȘtes inclinĂ©es.
... sans rien...
Sinon Ton Sang versé pour moi,
Comme je promets, je croirai
Ô Agneau de Dieu, je viens!
E-46 Etes-vous vraiment sincĂšre lĂ -dessus maintenant? Si vous l’ĂȘtes, que chaque personne dans cette salle qui veut dire qu’elle s’abandonne maintenant entiĂšrement, tout Ă  Lui, qu’elle lĂšve simplement la main pendant que nous chantons encore. Levez la main droite. Toute personne ici qui aime le Seigneur JĂ©sus, que vous soyez chrĂ©tien ou pas, dites maintenant mĂȘme: «Je vais abandonner toute ma vie. Que l’Etoile du matin, la LumiĂšre de Dieu, me conduise vers ma destination Ă©ternelle.»
...reçu,
A Lui, dont le sang peut laver chaque tache,
Ô Agneau de Dieu, je viens, je viens!
E-47 Pendant que nous fredonnons cela maintenant [L’assemblĂ©e se met Ă  fredonner.–N.D.E.], tout le monde. J’aimerais que vous serriez la main Ă  celui qui est assis Ă  vos cĂŽtĂ©s, Ă  gauche et Ă  droite, devant vous et derriĂšre vous, et dites ceci, pendant que cette belle musique est en train de jouer: «Que Dieu vous bĂ©nisse, concitoyen du Royaume. Que Dieu vous bĂ©nisse, pĂšlerin Ă©tranger. Je suis content d’ĂȘtre assis avec vous aujourd’hui dans les lieux cĂ©lestes en JĂ©sus-Christ.» C’est ça. Juste devant vous, derriĂšre vous, Ă  vos cĂŽtĂ©s... Les mĂ©thodistes, les baptistes, les luthĂ©riens, les presbytĂ©riens, les catholiques, les Juifs, ensemble: «Je suis si heureux de communier avec vous ici dans la PrĂ©sence de l’Agneau.» Oh! n’est-ce pas merveilleux! Comme c’est bon! Combien se sentent vraiment bien? Pouvez-vous donc sentir ce Quelque Chose prĂ©sent? C’est Lui, le Saint-Esprit.

En haut