ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication IL Y A ICI UN PLUS GRAND QUE SALOMON / 58-0625 / SOUTHERN PINES, NC, USA // MS 1 heure 56 minutes PDF

IL Y A ICI UN PLUS GRAND QUE SALOMON

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci, merci beaucoup. [Fr√®re Branham r√©pond aux commentaires d'un Fr√®re. - N.D.√Č.] Merci...?... merci beaucoup. C'est vraiment gentil de la part de vous tous. Je reviens vous voir, comme je l'ai dit ce matin, fatigu√© et √©puis√©, je n'ai presque pas eu un jour de cong√© depuis No√ęl. Et puis, je quitte pour rentrer √† la maison √† trois heures du matin, j'arrive √† la maison, je d√©charge ma voiture, environ deux heures, et reprends la route pour Philadelphie, pour commencer Dimanche. Ainsi je suis constamment en route. Maintenant je connais votre... vous avez... je vois que vous avez des ventilateurs, si seulement vous aviez de l'√©lectricit√© pour les utiliser. Il fait donc tr√®s chaud, et je serais aussi bref que possible avec le message et nous commencerons tout de suite √† prier pour les malades.
E-2 Je ne sais pas comment exprimer combien j'appr√©cie cette visite ici √† Southern Pines, et notre--notre coop√©ration avec Fr√®re Thomas, et tous les autres pr√©dicateurs des diff√©rentes d√©nominations et vous tous. J'appr√©cie certainement ceci. Cela a √©t√© quatre jours vite pass√©s. Vous avez un beau pays et de bons habitants. Les gens c'est ce qui fait--un pays ce qu'il est. Peu m'importe combien il puisse faire chaud ou quoi, si vous avez de gentils habitants, c'est un beau pays, c'est ce qui le repr√©sente. Et ce sont des gens avec qui je m'attends √† passer l'√Čternit√©. J'ai √©t√© invit√© chez vous; Je souhaiterais pouvoir venir. Je sais que chacun de vous avez la meilleure cuisini√®re du pays et j'aimerais bien pouvoir sortir et aller manger chez vous, √ßa me ferait plaisir de m'asseoir et vous parler pendant quelques heures. Je ne peux pas faire cela, juste pendant ces petites visites comme celles-ci.
E-3 Alors beaucoup croient que je suis un isolationniste. Je ne suis pas un isolationniste, non, mais je ne peux pas √™tre un serviteur de Christ et en m√™me temps un serviteur des hommes. Je dois donc me retirer (pour prier et m√©diter) dans la pri√®re et la m√©ditation pour donner le meilleur de moi-m√™me en chaire. J'ai honte de venir ici tout √©puis√©. Comme je vous l'ai dit l'autre jour j'ai perdu dix kilos depuis No√ęl. Voil√† mon manteau. Voyez! Je suis--suis vraiment, je ne peux pas l'exprimer. Et non pas tellement fatigu√© physiquement, mais plut√īt mentalement. J'ai pass√© la plupart de mon temps dans des services de gu√©rison. J'ai d√Ľ retrancher deux soir√©es ici pour avoir un petit--simplement pour me rattraper sur mon sommeil. Et l'autre c'est la convention des hommes d'affaires chr√©tiens. Maintenant, Dimanche apr√®s-midi √† Philadelphie, √† un de ces grands tabernacles, qui contient plusieurs milliers de places assises, je dois tenir la r√©union Dimanche apr√®s-midi. Et Dimanche soir dnas le hall de la convention, j'ouvre la convention pour les hommes d'affaires chr√©tiens pour une convention mondiale. Priez pour moi. J'ai vraiment besoin de vos pri√®res, pour que Dieu m'utilise et m'aide √† √™tre Son serviteur et votre Fr√®re dans la Parole.
E-4 Maintenant Billy a dit il y a quelques instants, je crois, que quand nous sommes arriv√©s, ils ont r√©colt√© une offrande d'amour pour moi. Cela n'√©tait pas vraiment n√©cessaire. Je suis--je suis d√©sol√© de devoir m√™me l'accepter, mais je ne leur ai jamais demand√© de faire cela. Je ne suis jamais venu pour cette raison. Je suis un homme pauvre; j'ai besoin d'argent pour vivre et op√©rer, mon oeuvre est petite. J'ai gard√© mes r√©unions vraiment humbles. J'√©tais dans le champ avant fr√®re Roberts. Fr√®re Roberts est venu √† mes r√©unions. J'√©tais √† Kansas City, Kansas, et il √©tait √† Kansas City, Missouri, sous une petite tente us√©e et juste une petite poign√©e de gens. Un soir il est venu et s'est assis sur le c√īt√©. Je l'ai rencontr√© au fond dans le vestibule; nous avons pris une photo ensemble. Il me dit: ¬ęCrois-tu que Dieu entende ma pri√®re pour les malades?¬Ľ Je lui dis: ¬ęIl entend la pri√®re de tous ceux qui sont sinc√®res monsieur Roberts.¬Ľ
E-5 Monsieur Roberts est un homme érudit: quatre ans de psychologie, et une bonne instruction, érudit et habile. Il sait comment manier les choses. Dieu peut l'utiliser. Et il commença, et maintenant il fait vraiment une grande oeuvre à travers la nation. Et... Maintenant, Dieu ne me permettrait pas de faire cela. En premier lieu je n'ai pas l'instruction. Je n'ai presque pas d'instruction, et alors, je ne pourrais pas faire cela. Je n'ai pas de psychologie; je n'ai même pas une instruction d'école primaire, seulement le septième grade. Je--je ne pourrais donc rien faire de cela, et Dieu le savait. Au lieu de laisser mes réunions faire beaucoup de bruit, et on m'en a donné bien des occasions, mais pourtant, je sens que Dieu ne veut pas que je le fasse. Maintenant, comment ai-je pu venir ici, et peut-être quatre jours, j'imagine, je ne sais pas, mais j'imagine que nous sommes tous des gens pauvres, environ deux cents dollars d'offrande d'Amour serait juste suffisants.
E-6 Comment Oral Roberts pourrait-il rester ici deux nuits ou quatre nuits avec une offrande d'Amour de deux cents dollars? Non pas parce qu'il ne voudrait pas venir, mais il ne peut pas venir. Il s'est plac√© sous de telles obligations, qu'il a besoin de plusieurs milliers de dollars par jour pour op√©rer chaque jour de la semaine. La derni√®re fois c'√©tait sept mille, maintenant c'est probablement plus que cela, avec ses nombreuses stations de t√©l√©vision. Il ne pourrait pas venir ici. Il aimerait bien pouvoir le faire. Oral Roberts est un homme bon. Je le connais, il viendrait--il viendrait ici de tout son coeur, mais il ne peut pas le faire. Et quand vous l'invitez, il r√©pond: ¬ęJe ne peux pas le faire; il doit y avoir plusieurs centaines d'√©glises qui coop√®rent.¬Ľ Il ne dit pas cela pour √™tre indiff√©rent; il dit cela parce qu'il ne peut pas le faire; il a de tels engagements. Mais vous voyez, je n'ai jamais laiss√© mon minist√®re devenir comme cela. Il est vraiment petit. Mes engagements sont d'environ deux cents dollars par jour dans mon bureau, √† la maison, c'est environ cent dollars par jour. Ainsi donc, je peux aller n'importe o√Ļ. Et puis si le Seigneur veut que je pr√™che pour cent mille, cinq cent mille, Il le place sur le coeur de quelqu'un, et ils m'envoient. Je n'ai pas besoin de me soucier de l'argent. Je n'en ai pas besoin, je n'ai donc pas besoin de m'en soucier. Ainsi je...
E-7 Voyons, j'avais un anniversaire r√©cemment, j'avais--je crois vingt-cinq ans ou juste d√©pass√©. Je suis n√© en 1909; cela me donne un peu--environ vingt-cinq ans n'est-ce pas! juste d√©pass√©... quarante-neuf ans. J'ai donc √©t√© vingt-sept ans dans le minist√®re, je n'ai jamais recueilli une offrande de ma vie. J'ai √©t√© le pasteur de l'√©glise baptiste pendant dix-sept ans, et je n'ai jamais re√ßu un centime de salaire, ou r√©colt√© une offrande tout ce temps. J'ai travaill√© garde forestier en Indiana, et gagn√© ma vie. Je n'ai jamais pris une offrande de ma vie. Je me souviens d'un soir, je le dis d'habitude, sp√©cialement, quand ma femme n'est pas l√†, que j'√©tais arriv√© au point de ne pas pouvoir joindre les deux bouts. Avez-vous jamais atteint ce point? C'est s√Ľr, nous y sommes tous pass√©s. Et j'ai dit: ¬ęCh√©rie, je vais recueillir une offrande ce soir.¬Ľ Elle dit: ¬ęJe vais y aller pour te voir le faire.¬Ľ Et elle trouva une place et s'assit. Or, ce n'est pas que les gens ne le feraient pas, ils le feraient certainement. Ils m'auraient donn√© tout ce qu'ils avaient. Mais j'√©tais jeune, et je--je n'avais que les r√©unions du mercredi et du Dimanche, et je... c'est tout ce que je--je pouvais travailler, donc pourquoi ne pas travailler, et ne pas √™tre oblig√© de--ne pas leur √™tre redevable. Tout l'argent que je gagnais je le mettais directement dans l'√©glise, tout en dehors de ce que j'avais besoin pour vivre.
E-8 Ainsi, je suis all√© le dire au diacre de l'√©glise, je lui dis: ¬ęVa prendre mon chapeau oncle Jim.¬Ľ Nous n'avions pas de plateau de qu√™te, on n'en a jamais eu un dans l'√©glise. Je lui dis: ¬ęVa chercher mon chapeau je vais faire la collecte.¬Ľ Je dis: ¬ęVous les gens d'ici, je suis un peu en difficult√©, je... si vous avez quelques Cents √† mettre dans le plateau de collecte, je--je dois environ cinq dollars, et je n'y arrive pas. Je dis: ¬ęSi vous pouviez m'aider, j'appr√©cierais beaucoup cela.¬Ľ Et oncle Jim alla chercher mon chapeau. Il y avait une petite dame qui √©tait assise devant moi; elle portait un tablier avec une poche int√©rieure. Vous en avez vu un? s√Ľrement, vous les m√®res du Sud. Ma vieille grand-m√®re portait une vieille petite pipe de canne l√†-dedans; elle se baissait pour la mettre dans sa poche comme √ßa. Combien d'entre vous ont-ils jamais vu une de ces vieilles--je crois que ces pipes √©taient faites de craie ou quelque chose comme cela, et elles avaient un long tuyau que les grands-mamans fumaient! La mienne fumait. Elle n'aurait pas voulu que les hommes la voient fumer, alors elle la cachait dans sa poche int√©rieure, o√Ļ elle mettait son tabac. Elle la tenait l√†-dessous quand elle parlait avec un homme, on aurait dit que cette vieille pipe lui br√Ľlait les doigts. Et elle...
E-9 Et cette vieille petite dame portait un de ces petits tabliers, elle tirait de l√†-dessous un vieux petit porte-monnaie qui se ferme en haut, et commen√ßa √† fouiller l√†-dedans pour quelques nickels. Fr√®re, je n'aurais pas pu prendre cela. Cela m'aurait hant√© toute ma vie. Oh! je dis: ¬ęJe ne faisais que taquiner; je ne voulais pas dire √ßa.¬Ľ Le vieux type, debout le chapeau en main, me dit: ¬ęQue dois-je faire, Fr√®re Branham?¬Ľ Je lui dis: ¬ęJe--je vous taquinais pour voir simplement votre r√©action. Raccroches mon chapeau.¬Ľ Et il y avait un vieil homme, habitu√© √† faire de la bicyclette, depuis Douvagiac, Michigan, du nom de Ryan--vieux fr√®re Ryan. Si je demandais ce soir, peut-√™tre beaucoup d'entre vous le connaissaient--un de mes bons amis. Il se promenait sur une vieille bicyclette l√† en-bas. Je disais qu'elle r√©cidivait, mais elle ne r√©cidivait pas, elle √©tait bien us√©e. Et il me l'a laiss√©e, je suis mont√© au magasin 'bon march√©', j'ai achet√© deux bidons de peinture, je l'ai peinte en deux couleurs et j'y ai accroch√© un signe, ¬ę√† vendre pour cinq dollars¬Ľ, j'ai vendu la bicyclette, je n'ai pas eu besoin de faire une collecte apr√®s tout. C'est la seule fois de ma vie o√Ļ j'ai presque fait une collecte. Ainsi quand vous mettez une partie de votre n√©cessaire pour vivre, avec l'aide de Dieu et par Sa Gr√Ęce, je vous le promets, autant que je sache, cela ira pour le Royaume de Dieu. Tout...
E-10 J'ai trois enfants, une femme, une m√®re veuve, une belle-m√®re qui est veuve, j'ai de grandes obligations, le bureau et ainsi de suite. J'envoie des milliers de tissus de pri√®re par semaine autour du monde, et nous avons dix bureaux diff√©rents, dans dix nations √©trang√®res qui op√®rent gr√Ęce √† ce petit endroit. Et alors, les gens, s'ils ne m'envoient pas d'argent, par la poste, je vais devoir plier bagage, sur le champ, c'est tout. Parce que je ne pourrais pas tourner, parce que je dois payer des centaines de dollars par jour, et je... l'ann√©e pass√©e, j'ai pass√© les six derniers mois constamment sur le champ; chaque campagne m'a arri√©r√© par des centaines de dollars, chaque fois, en campagne. Vous voyez donc ce que je--veux dire.
E-11 Et tout le monde sait, et nous avons des livres là, mais j'achète ces livres à quarante cents moins cher, je les achète chez Gordon Lindsay. Et j'achète ces images; elles ont des droits d'auteur des studios Douglas de Houston, Texas. Je dois acheter toutes ces choses, et je les vends juste pour... Eh bien! je perds sur chaque--sur chaque lot. Premièrement, il y en a beaucoup qui sont endommagées quand je les reçois; ensuite, vous devez payer quelqu'un pour les vendre. Puis ensuite, j'en donne beaucoup gratuitement; si quelqu'un les veut, et n'ont pas de quoi payer, ils les prennent de toute manière. Voyez-vous! ainsi je... nous ne... nous ne sommes pas ici pour l'argent, nous sommes ici pour essayer d'aider, pour rendre la vie un peu plus facile pour vous, à cause du Royaume de Dieu. Alors, Dieu sait; c'est mon coeur. C'est... que ce soit toujours mon objectif et mon motif. Merci de votre bonté. Dieu vous bénisse.
E-12 Et si je ne vous revois plus jamais de ce c√īt√©-ci du grand fleuve, de l'autre c√īt√© l√† o√Ļ les brises soufflent fra√ģches, en bas pr√®s de l'arbre au feuillage toujours vert, je t'attendrai, juste au-del√† du fleuve de l'autre c√īt√©. Le minist√®re, dont je t√©moigne √™tre la v√©rit√©, ce m√™me t√©moignage sera sur mes l√®vres, quand je te rencontrerai. C'est la Gr√Ęce √©tonnante, combien le Sang en est doux, qui sauva un mis√©rable, tel que moi. J'√©tais perdu, mais maintenant, je suis sauv√©. J'√©tais aveugle, mais maintenant je vois.
E-13 Je souhaite lire juste une petite √Čcriture. J'allais pr√™cher ce soir et faire une annonce que j'allais pr√™cher sur la Foi triomphante. Mais comme il fait si chaud, je n'aurai pas le temps. Je vais prendre un autre petit texte tir√© d'un autre sujet, et pr√™cher sur cela.
E-14 Premi√®rement, ces mouchoirs sont pos√©s ici pour que l'on prie sur eux. Il y en a eu un certain nombre d'entre eux, j'ai essay√© de les attraper chaque soir. Si vous--s'ils ne sont pas l√†, si vous n'avez pas votre mouchoir ici, et vous voulez un mouchoir sur lequel j'ai pri√©, envoyez-le simplement √† mon bureau: Jeffersonville, Indiana. Je vous en enverrai un gratuitement, franco de port, sans aucune obligation. Et je ne veux pas votre liste de courrier, parce que je n'ai pas de programme de radio ni de t√©l√©vision, rien d'autre. Et j'ai de la difficult√© √† payer des secr√©taires pour r√©pondre. Vous aurez peut-√™tre un petit retard, mais nous vous r√©pondrons un de ces jours. Mais maintenant √©coutez bien, vous recevrez une lettre, il y a une lettre circulaire, autour du monde, o√Ļ un demi-million de gens prient ensemble. Il y a des gens qui se l√®vent √† trois heures du matin, dans les champs √©trangers, pour prier, faire une cha√ģne de pri√®re √† trois heures ici et autour du monde, chacun prie l'un pour l'autre. Et les miracles, il y en a des milliers de fois plus que dans les r√©unions... C'est s√Ľr, j'atteins une plus grande audience. Mais maintenant, quand vous recevez ce petit morceau de tissu, cela n'a pas √©t√© fait par le secr√©taire. J'ai moi-m√™me prier sur ce tissu. Maintenant beaucoup d'entre vous pensent, et vous dites dans vos lettres: ¬ęFr√®re Branham, oins-moi ce mouchoir.¬Ľ Eh bien! je sais, vous les Nazar√©ens, et beaucoup d'entre vous croient cela, c'est parfaitement juste. Tout ce que Dieu b√©ni, je suis pour cela. Mais si vous remarquez l'√Čcriture, ils n'ont jamais oint les mouchoirs, ils ont pris du corps de Paul, des mouchoirs et des tabliers. Et les malades et les afflig√©s √©taient gu√©ris.
E-15 Je crois que Paul √©tait un fondamentaliste. Ne croyez-vous pas cela? Et je ne crois pas que Paul aurait fait cela sans autorit√© scripturale. Savez-vous o√Ļ je crois qu'il l'a prise? Quand la femme Sunamite alla vers √Člis√©e, et il prit son b√Ęton, et dit √† Gu√©hazi: ¬ęVa, pose-le sur l'enfant.¬Ľ Voyez-vous tout ce qu'il touchait, il savait que c'√©tait b√©ni, s'il pouvait arriver √† faire croire la m√™me chose √† la femme. Voyez-vous! Tout ce qu'il touchait √©tait b√©ni. Il savait cela, parce que le Saint-Esprit √©tait sur lui. Et Paul, j'ai dit qu'il √©tait un fondamentaliste... Voici une petite remarque. Parcourant le monde, j'ai trouv√© deux classes de gens. L'une d'elles est la Fondamentaliste, l'autre la Pentec√ītiste. La Pentec√ītiste a beaucoup de Foi, mais ils ne savent pas qui ils sont. Les Fondamentalistes savent qui ils sont, mais ils n'ont pas la Foi avec...?... √ßa. C'est tout comme un homme qui a de l'argent √† la banque et ne peut pas √©crire un ch√®que, et l'autre homme peut √©crire un ch√®que mais n'a pas d'argent √† la banque. Si jamais vous pouviez mettre ces deux ensemble, faire reconna√ģtre √† un pentec√ītiste qui il est, ou faire reconna√ģtre √† un fondamentaliste que tout son enseignement fondamentaliste, pourtant Christ, la lettre tue, mais l'Esprit donne la Vie. Alors vous avez r√©ussi. Ainsi je prie pour qu'un jour je puisse voir cette grande unification de tout le Corps de J√©sus-Christ, s'assembler comme un grand Corps, alors l'Enl√®vement viendra. Avant d'ouvrir les √Čcritures, prions.
E-16 Dieu bien-aim√©, pendant que le silence couvrait ce b√Ętiment, au moment o√Ļ j'ai dit ¬ęprions¬Ľ, nous sommes tous tr√®s conscient ce soir, qu'il y a un Dieu dans le Ciel, qui conna√ģt les secrets du coeur. Comme Daniel l'a dit en son jour ¬ęil y a un Dieu dans le Ciel.¬Ľ Et tu connais les secrets de nos coeurs, et je prie ce soir, Dieu bien-aim√©, de nous r√©v√©ler ton Fils dans la Puissance de Sa R√©surrection, pour pardonner toutes nos iniquit√©s et pour gu√©rir toutes nos maladies. Parle au travers de Ta Parole, √ī Dieu √Čternel, et que le Saint-Esprit La prenne et La plante dans les coeurs des auditeurs, pour qu'il puisse en sortir un grand r√©veil, √† l'ancienne mode, qui balaiera le pays d'une c√īte √† l'autre, avant la venue de J√©sus. Accorde-le, Seigneur. Sauve les perdus ce soir et gu√©ris les malades. Car nous le demandons au Nom de J√©sus, Ton Fils. Amen.
E-17 Dans le douzi√®me chapitre de l'√Čvangile de Saint Matthieu, et le 24√®me verset, nous aimerions lire un moment, ces paroles. C'est un petit texte que, j'ai lu maintes fois et j'en ai parl√©. La raison pour laquelle je l'ai pris ce soir, c'est parce que je peux arriver rapidement au point o√Ļ je veux aller avant de prier pour les malades. Et pendant que je prie et que je parle, je veux que chaque personne ici garde ceci dans sa pens√©e. Aussit√īt que la pri√®re montera pour les malades, chacun de vous se l√®vera et sortira du b√Ętiment gu√©ri. Ne gardez rien d'autre dans votre pens√©e. Continuez √† penser √† cela. ¬ęTout ce qui m√©rite l'approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l'objet de vos pens√©es.¬Ľ Vous ne pouvez rien recevoir de Dieu avec des pens√©es n√©gatives. Il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le r√©mun√©rateur de ceux qui Le cherchent. Maintenant le 42√®me verset: La reine du midi se l√®vera, au jour du jugement, avec cette g√©n√©ration et la condamnera, parce qu'elle vint des extr√©mit√©s de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus grand que Salomon.
E-18 Notre Seigneur venait d'√™tre appel√© par les docteurs de Son jour, c'est-√†-dire les th√©ologiens; B√©elz√©bul! Et il avait fait des reproches √† la ville dans laquelle il venait de pr√™cher, et faisant des signes et des prodiges, et nous lisions l'autre soir de ce qu'√©tait son minist√®re de Son jour, comment il pouvait discerner les pens√©es du coeur par l'Esprit de Dieu. Et les--les gens d'√©glise de Son jour pensaient qu'il √©tait un liseur de pens√©es, ou une esp√®ce de sorcier, et l'appelaient un esprit malin. Et notre Seigneur dit: ¬ęSi vous me dites cela, je vous pardonne, mais un jour le Saint-Esprit viendra, alors Il fera les m√™mes oeuvres que je fais, et alors une seule parole contre ce Saint-Esprit qui fait les m√™mes oeuvres, ne sera jamais pardonn√©e √† un homme dans ce monde, ni dans le monde √† venir.¬Ľ Il dit: ¬ęSi je ne fais pas les oeuvres de Mon P√®re, alors ne me croyiez pas. Mais si je fais les oeuvres de Mon P√®re, alors croyez-les oeuvres.¬Ľ
E-19 Maintenant que sont les oeuvres du P√®re? Maintenant, Il a clairement d√©clar√© comment Il repr√©sente son minist√®re aux gens, c'√©tait par le--les gens spirituels. Maintenant, il y a deux √©glises: il y a l'√©glise naturelle; il y a l'√Čglise spirituelle. Et les m√©langer ensemble, car il n'y a pas moyen de les s√©parer. Comme J√©sus a dit: ¬ęUn semeur sorti pour semer des semences. Il y en a qui ont sem√© des bonnes semences, et il y a un malin qui a sem√© de l'ivraie. Et le seigneur de la moisson, qui √©tait le pasteur, dit: ¬ęDevons-nous arracher l'ivraie?¬Ľ Il dit: ¬ęVous arracheriez aussi le bl√© avec elle. Laissez-les cro√ģtre ensemble.¬Ľ Donc il n'y a pas moyen de s√©parer l'√©glise naturelle et l'√Čglise Spirituelle. Mais l'√Čglise Spirituelle est l'√Čglise √Člue, appel√©e √† sortir et s√©par√©e par Dieu seul. Et ils sont ceux qui entendront la Parole du Seigneur. Peu importe combien cela est difficile--cela para√ģt √©trange √† dire--mais il y a des hommes qui sont pr√©destin√©s √† la destruction √©ternelle; l'√Čcriture le dit: ¬ęCertains hommes dont la condamnation a √©t√© √©crite depuis longtemps, des impies qui changent la Gr√Ęce de notre Dieu en dissolution¬Ľ dans le chapitre de Jude. Nous n'aimons donc pas penser ces choses, mais il y a des gens qui ne seront jamais sauv√©s, peu importe ce qu'ils font, et ils sont tr√®s religieux.
E-20 Et l'esprit anti-Christ est un esprit religieux; n'oubliez pas cela chers amis. Et combien vos yeux sont b√©nis de pouvoir voir et comprendre; car vous ne pouvez pas comprendre √† moins que Dieu ne vous le r√©v√®le. Car l'√Čglise tout enti√®re est b√Ętie sur la R√©v√©lation Spirituelle de J√©sus-Christ √©tant le Fils de Dieu. Chaque fois que vous le touchez, vous touchez une multitude mixte, sp√©cialement quand le surnaturel est fait. Mo√Įse sortit d'√Čgypte avec le surnaturel; une multitude mixte sont partis.
E-21 Luther, beaucoup d'entre vous Luth√©riens, pourquoi, l'histoire dit que ce n'√©tait pas un myst√®re, de voir Martin Luther protester l'√©glise catholique et s'en sortir, mais comment a-t-il pu garder sa t√™te au-dessus du fanatisme qui suivit le r√©veil. Et il en est ainsi aujourd'hui. Et vous les non-pentec√ītistes c'est ce qui... laissez-moi vous dire ceci, en temps que Baptiste: ce que je sais, c'est que les Pentec√ītistes ont beaucoup de choses insens√©es. Ils ont beaucoup de manifestations charnelles et font bien des histoires, mais fr√®re, il y a un vrai Saint-Esprit parmi eux. C'est juste. Alors vous les Pentec√ītistes, qui pouvez garder votre t√™te dans le calvaire, et dans la Parole, et non pas sur des sensations, mais selon la Parole et quand m√™me continuer √† marcher devant Dieu, vous √™tes alors b√©nis. Vous avez le meilleur de la r√©colte--l'Esprit et la Parole.
E-22 Et J√©sus se promenait, tout aussi fondamental que ces Pharisiens se disaient √™tre, et quand Il fit ses oeuvres ils s'attendaient √† quelque chose d'autre, parce qu'Il pouvait discerner les pens√©es de leurs coeurs... Comme le fit Pierre lorsqu'Il vint, Il dit: ¬ęTon nom est Simon et ton p√®re s'appelle Jonas.¬Ľ Quand Philippe alla appeler Nathana√ęl et qu'il lui raconta qui il avait trouv√©, pourquoi, il ne pouvait pas comprendre que le Messie sortirait de Nazareth, de cette sorte de d√©nomination, ou pas de d√©nomination du tout. Il ne pouvait pas le comprendre, il lui dit: ¬ęviens donc voir toi-m√™me.¬Ľ Et quand il arriva, J√©sus lui dit: ¬ęvoici un Isra√©lite en qui il n'y a point de fraude.¬Ľ Et il lui dit: ¬ęRabbi, depuis quand me connais-tu? Je Te suis totalement √©tranger. Et Il dit: ¬ęavant que Philippe ne t'appelle, quand tu √©tais sous l'arbre, Je t'ai vu. Et Philippe lui dit--ou Nathana√ęl plut√īt lui dit: ¬ęTu es le Christ; Tu es le Roi d'Isra√ęl¬Ľ, voyez-vous, le V√©ritable √Člu reconna√ģt cela √©tant Dieu, quand les vrais sacrificateurs et les scribes se tinrent l√† en disant: ¬ęcet homme-l√† est un diseur de bonne aventure.¬Ľ Et tout le monde sait qu'un diseur de bonne aventure est du diable. Ils appel√®rent donc l'Esprit de Dieu un esprit impur. Et J√©sus dit: ¬ęQuand le Saint-Esprit viendra et se manifestera lui-m√™me, Il fera les m√™mes oeuvres qu'Il fit, et une parole contre cela sera impardonnable.¬Ľ Ainsi donc vous voyez l'heure dans laquelle nous vivons.
E-23 Regardez la femme samaritaine. Aussit√īt que J√©sus lui dit les secrets de son coeur, elle dit, ¬ęnous attendons la venue du Messie et Il nous dira ces choses. Mais qui es-tu? Tu dois √™tre le Proph√®te.¬Ľ Il dit: ¬ęJe le suis Moi qui te parle.¬Ľ Elle courut √† la ville disant: ¬ęvenez voir un homme qui m'a dit les choses que j'ai faites, n'est-Il pas le Messie?¬Ľ Et les Samaritains crurent en Lui parce qu'ils √©taient r√©prouv√©s.
E-24 Maintenant j'aimerais dire ceci: J√©sus parlant ici, √©tait--dit, ¬ęoh! toi Caperna√ľm, seras-tu √©lev√©e jusqu'au Ciel, parce que tu as les meilleures synagogues, tous ces pr√©dicateurs sensationnels et que vous √™tes tr√®s religieux et tout. Vous √™tes tellement enfl√©s d'orgueil et tellement pieux que vous √™tes √©lev√©s jusqu'au Ciel, mais je vous le dis, vous serez abaiss√©s jusqu'au s√©jour des morts.¬Ľ O√Ļ est Caperna√ľm aujourd'hui? au fond de la mer morte. Chaque ville qui a re√ßu J√©sus subsiste aujourd'hui. C'est s√Ľr, Il √©tait plus qu'un Proph√®te. Il √©tait Dieu manifest√© dans la chair.
E-25 Et notez, Il retourne dans Ses--les √Čcritures et commence √† leur montrer (comme je souhaite le faire pendant les prochaines quinze minutes) que dans tous les √Ęges, Dieu a toujours eu son Peuple et le Surnaturel op√©rant dans tous les √Ęges. Quand Dieu envoie un Don sur Terre, si cette g√©n√©ration re√ßoit ce Don, ils deviennent un peuple b√©ni, et s'ils le refusent, ils deviennent un peuple maudit, toujours. Regardez la g√©n√©ration du jour de J√©sus. Dieu envoya le plus grand Don qui f√Ľt jamais envoy√© √† une g√©n√©ration, c'est ce qu'Il a dit: ¬ęIl y a ici un plus grand que Salomon.¬Ľ Et ils le rejet√®rent et l'appel√®rent un diseur de bonne aventure. O√Ļ sont-ils aujourd'hui? Diss√©min√©s aux quatre vents du monde, le temple f√Ľt br√Ľl√©. Voyez-vous ils le regrett√®rent. Et J√©sus s'en r√©f√©rait--au chapitre--au verset avant celui-ci, au jour de Jonas. Il dit: ¬ęComme il en f√Ľt...¬Ľ Ils sont venus √† Lui en disant: ¬ęNous voudrions voir un autre signe.¬Ľ Et Il dit: ¬ęIl y aura une g√©n√©ration m√©chante et adult√®re qui demandera un signe, et ils recevront un signe.¬Ľ Je suis sorti de mon texte, mais je voulais vous convier √† ceci.
E-26 Croyez-vous que nous vivons dans l'une de ces g√©n√©rations m√©chantes et adult√®res? Certainement, comme je l'ai souvent dit, cette nation ne pourra jamais √©chapper √† la condamnation et √† la col√®re de Dieu. Je suis Am√©ricain. Beaucoup de la famille Branham sont ensevelis dans ces champs tu√©s en guerre. Et si ce soir, je devais en venir √† faire un choix, l'Am√©rique est mon pays. Je l'aime mais je n'aime pas les p√©ch√©s qu'ils commettent. Dieu aime l'Am√©rique, mais Il d√©teste son p√©ch√©. Et le p√©ch√© c'est l'opprobre de tout pays, et ne pensez pas que nous allons √©chapper au jugement parce que nos anc√™tres, au Rocher de Plymouth, l'ont fond√© sur les principes d'autrefois. Isra√ęl √©tait l'√Čpouse bien-aim√©e de Dieu, et elle a pay√© pour ses p√©ch√©s. David √©tait un homme selon le coeur de Dieu; il dut payer pour son p√©ch√© et nous devrons payer pour notre p√©ch√©. Si Dieu ne juge pas l'Am√©rique pour son impi√©t√©, en tant que Dieu Saint et infini, Il serait oblig√© de ressusciter Sodome et Gomorrhe et s'excuser de les avoir immerg√©es et br√Ľl√©es. Certainement, nous nous dirigeons vers le jugement. Il n'y a pas d'√©chappatoire. Alors, pr√©parez-vous pour √©chapper √† la damnation de la col√®re de Dieu, en fuyant √† J√©sus-Christ.
E-27 Maintenant, Il fait allusion √† Jonas et je crois que ce qu'Il dit √† Jonas, Il parlait de ce jour-ci. Maintenant, Il dit: ¬ęIls d√©siraient un signe et ils recevraient un signe, le signe de la r√©surrection. Car comme Jonas resta trois jours dans le ventre de la baleine, le Fils de l'homme restera dans le coeur de la terre pendant trois jours et trois nuits. Et puis, la r√©surrection serait le signe pour cette g√©n√©ration m√©chante et adult√®re.¬Ľ Tout le monde sait que l'√Čcriture a un sens compos√© et que l'histoire se r√©p√®te. Croyez-vous que l'√Čcriture a un sens compos√©? tr√®s bien. Prenez cet exemple ici, qui me vient √† l'esprit, o√Ļ Il dit dans Matthieu 3: ¬ęJ'ai appel√© Mon Fils hors d'√Čgypte.¬Ľ Suivez la r√©f√©rence de cela et voyez s'il ne parle pas de Jacob. Certainement, Il dit--Jacob, le Fils de Dieu; cela veut aussi dire J√©sus, le Fils de Dieu. C'√©tait une proph√©tie compos√©e, √† plusieurs sens. Je crois donc que nous sommes de retour √† une g√©n√©ration m√©chante et adult√®re. Et cette g√©n√©ration-ci doit recevoir le Signe de la r√©surrection pour bien cadrer avec mon sermon de la premi√®re soir√©e, ¬ęles signes qu'Il fit alors.¬Ľ Il ne les a jamais faits depuis, dans tous les √Ęges, jusqu'√† la cl√īture de la dispensation des Nations o√Ļ nous vivons maintenant. Et cette g√©n√©ration m√©chante et adult√®re qui a rejet√© Christ, a re√ßu le signe de la r√©surrection, le dernier signe √† √™tre donn√© √† l'√©glise.
E-28 Maintenant, regardez Jonas. Beaucoup de gens pensent que Jonas √©tait une personne terrible. Jonas √©tait un proph√®te du Seigneur, marchant dans toute la volont√© du Seigneur. Vous dites: ¬ępourquoi a-t-il fait ce qu'il a fait?¬Ľ il n'a jamais rien fait de contraire √† la volont√© de Dieu. Vous ne pouvez pas, si vous √™tes en Christ, faire quoi que ce soit de contraire, si vous marchez humblement, et avec droiture. Vous pouvez para√ģtre de le faire, mais vous ne le faites pas. Rien n'arrive providentiellement. Les traces des justes sont arr√™t√©es du Seigneur et toutes choses concourent au bien de ceux qui L'aiment. Comment pouvez-vous prendre ces √Čcritures, Les comparer avec d'autres et puis Les an√©antir. Les √Čcritures ne peuvent pas √™tre an√©anties. Oh! vous dites: ¬ęIl a pris un navire pour aller √† Tarsis, au lieu de Ninive, quand Dieu l'avait envoy√© √† Ninive et il alla √† Tarsis.¬Ľ Regardons ceci pendant quelques minutes, pour trouver. C'est la mani√®re dont vous le regardez. Vous leur passez dessus et dites: ¬ęOh! tu es un Jonas.¬Ľ J'aimerais bien en √™tre un. Certainement, il √©tait un homme de Dieu.
E-29 Remarquez, quand il alla √† Ninive, il n'y avait pas de navire, il prit donc un navire pour Tarsis. Quand il fut en mer, la mer se mit en col√®re, parce que le pr√©dicateur √©tait r√©trograde. Et ils li√®rent ses pieds et ses mains, et le jet√®rent hors du navire. Et Dieu avait un grand poisson pour l'avaler. Maintenant tout le monde sait qu'un poisson r√īde dans l'eau jusqu'√† ce qu'il trouve sa nourriture, puis il va au fond de la mer ou du lac, o√Ļ que vous soyez en train de p√™cher, et il pose ses petites nageoires sur le fond pour se reposer. Nourrissez votre poisson rouge et observez-le. Il ira tout au fond du bocal, poser ses petites nageoires l√† au fond et se reposer. Maintenant ce poisson-ci, Dieu l'avait pr√©par√© et Il pr√©para un pr√©dicateur pour son d√ģner. Et il monta. Et Il le jeta dans la bouche de la baleine, et s'en descendit au fond de la mer--avec ses mains derri√®re son dos, li√©es--et ses pieds li√©s. Je me suis souvent demand√©, comment les gens en ce jour-ci et √† cette heure, peuvent-ils lire cette histoire l√† et continuer √† regarder √† leurs sympt√īmes? C'est ce qui cloche, les gens ne sont pas gu√©ris. Vous regardez √† vos sympt√īmes. Vous ne pouvez pas regarder √† vos sympt√īmes et √™tre gu√©ris. Vous devez regarder √† la promesse que Dieu a faite.
E-30 √Čcoutez, il y a quelque temps, je suis all√© l√† o√Ļ un gar√ßon √©tait mourant--il y a environ dix ans. Un vieil homme sanctifi√© vint vers moi et me dit: ¬ęFr√®re Branham, pourriez-vous aller voir mon fils, il se meurt de la dipht√©rie noire.¬Ľ Je lui dis: ¬ęOui monsieur, j'irai aussit√īt que la r√©union sera termin√©e.¬Ľ Et je suis all√© √† l'endroit o√Ļ le jeune homme √©tait mourant, il avait √©t√© inconscient pendant deux jours. Eh bien! le docteur ne voulait pas me laisser entrer. Il dit: ¬ę√ätes-vous mari√©?¬Ľ Je lui dis: ¬ęOui monsieur. J'ai deux enfants.¬Ľ Il me dit: ¬ęJe ne peux pas vous laisser entrer parce que vous allez attraper cette maladie.¬Ľ Je dis: ¬ęDocteur, si je ne peux pas faire confiance √† Dieu pour cela je ne devrais pas aller prier pour ce gar√ßon.¬Ľ Et il dit: ¬ęJe ne peux pas vous faire entrer.¬Ľ Je dis: ¬ęLaissez-moi entrer, et puis donnez-lui la communion, ou quelque chose.¬Ľ Je dis: ¬ę√ätes-vous catholique?¬Ľ Il dit: ¬ęJe suis catholique.¬Ľ Je dis: ¬ęSi le pr√™tre venait ici pour lui donner les derniers droits, s'il √©tait catholique, vous le laisseriez entrer!¬Ľ Il dit: ¬ę√áa c'est diff√©rent, le pr√™tre n'a pas d'enfants.¬Ľ Je lui dis: ¬ęMais je veux vous demander une chose. Ceci est aussi sacr√© pour moi que pour vous.¬Ľ Je dis: ¬ęLaissez-moi entrer.¬Ľ Il dit: ¬ęAllez-y, vous prenez toute la responsabilit√©.¬Ľ Je dis: ¬ęDieu le veut.¬Ľ Et il m'habilla comme un membre du Ku Klux Klan. Et je suis rentr√© pour voir ce gar√ßon et il √©tait inconscient. Une petite infirmi√®re se tenait l√†, une tr√®s jolie petite dame, et je me suis baiss√© sur le c√īt√©. L'enfant √©tait inconscient. Et l'infirmi√®re me dit: ¬ęMadame...¬Ľ La dame dit: ¬ęJe...¬Ľ Je crois que la dame est ici ce soir. Je--je veux laisser--finir ceci avant de le lui dire, et ensuite--qui elle est. Et je dis... l'infirmi√®re dit √† la dame: ¬ęSavez-vous... vous savez que votre fils est en train de mourir?¬Ľ Je crois que la petite infirmi√®re dit cela pour mon avantage. Et je dis: ¬ęEh bien! s'il est mourant, Dieu est un Sauveur.¬Ľ Et elle tourna en quelque sorte, ses petites l√®vres maquill√©es et me regarda de c√īt√©, et je dis: ¬ęPrions.¬Ľ Et le vieux p√®re et la m√®re se baiss√®rent d'un c√īt√© de l'enfant; je dis: ¬ęSeigneur Dieu, qui a fait le Ciel et la terre, Tu as dit, tout ce que vous d√©sirez, quand vous priez, croyez que vous le recevez! Et il est aussi √©crit, si tu dis √† cette montagne, retire-toi et que tu ne doutes pas dans ton coeur, mais que tu crois que cela s'accomplira, tu peux avoir ce que tu as dit. Cela est Ta Parole, et c'est ce que nous faisons, Seigneur.¬Ľ Et je dis: ¬ęJe pose mes mains sur ce gar√ßon, et condamne cette mort au Nom de J√©sus-Christ.¬Ľ Je me levais; le vieux p√®re se leva, essuya les larmes de derri√®re ses lunettes, et il prit la m√®re dans ses bras et dit: ¬ęPensez-y, m√®re; il va vivre maintenant, n'est-ce pas glorieux? Le gar√ßon √©tait toujours inconscient, il ne respirait presque pas. Et l'infirmi√®re dit: ¬ęOh!¬Ľ Elle dit: ¬ęC'est merveilleux, Fred, c'est merveilleux. Elle dit: ¬ęIl va vivre maintenant, merci Seigneur.¬Ľ
E-31 Et la petite infirmi√®re les regarda de la t√™te aux pieds, elle ne savait pas de quoi il s'agissait et elle dit: ¬ęMonsieur, est-ce que vous comprenez que le meilleur docteur du pays a dit que cet enfant sera mort dans les cinq prochaines heures?¬Ľ Elle dit: ¬ęCe cardiogramme de son coeur.¬Ľ Je n'y connais rien de tout √ßa. Elle dit: ¬ęIl est descendu jusqu'en bas, et jamais dans l'histoire de la m√©decine, quand √ßa descend jusque l√†, √ßa ne remonte pas.¬Ľ Et le vieux p√®re alla vers elle, mit ses bras autour de la petite infirmi√®re et lui dit: ¬ęCh√©rie, voyez, comme je vous comprends. Vous regardez au graphique, cette machine l√†, parce que c'est tout ce que vous avez appris √† regarder. Il dit: ¬ęVous regardez √† cette machine; je regarde √† la Promesse Divine que Dieu a faite.¬Ľ Maintenant le gar√ßon est mari√© et il a deux enfants. Mademoiselle Bartell, si vous √™tes ici... Tr√®s bien. Vous voil√†. Vous voyez, c'est cela qui rend les choses r√©elles. Cela d√©pend √† ce que vous regardez.
E-32 Jonas, quand il √©tait dans le ventre de la baleine, si quelqu'un avait des sympt√īmes, Jonas en avait. Eh bien! s'il regardait de ce c√īt√©-ci, c'√©tait la baleine--le ventre de la baleine. S'il regardait derri√®re de ce c√īt√©-l√†, c'√©tait le ventre de la baleine. Pourtant o√Ļ il regardait c'√©tait le ventre de la baleine. Il avait des algues autour du cou, couch√© dans le vomi dans le ventre de la baleine. Eh bien! pas √©tonnant qu'il avait un bon cas de sympt√īmes. Il √©tait dans un cas bien pire que vous pourriez l'√™tre ce soir. Il n'y a personne ici dans cet √©tat-l√†. Mais savez-vous ce que Jonas dit? il dit: ¬ęCe sont des vanit√©s mensong√®res. Je ne vais plus regarder au ventre de la baleine, mais une fois encore, je l√®verai les regards vers Ton Saint Temple!¬Ľ Amen. Pourquoi? Il savait quand Salomon fit la d√©dicace du Temple, Salomon pria cette pri√®re, et il dit: ¬ęSeigneur, si Ton Peuple est en danger o√Ļ que ce soit, et regarde vers ce lieu Saint et prie, alors √©coutes-le des cieux.¬Ľ Et Jonas, si vous voulez l'appeler un r√©trograde, les mains li√©es derri√®re lui, les pieds li√©s, sur une mer d√©mont√©e, dans le ventre de la baleine tout au fond de l'oc√©an, il refusa de regarder autre chose que le temple, parce qu'il y avait une pri√®re au-dessus de ce temple-l√†. Si Jonas pouvait regarder au temple fait par les hommes et avoir ce genre de foi, dans ces conditions, combien plus le pouvons-nous ce soir, dans n'importe quelle circonstance, regardez aux cieux o√Ļ Christ est assis √† la droite de Dieu avec Son propre Sang pour interc√©der sur notre confession. Cela d√©pend √† quoi vous regardez.
E-33 Vous savez ce que fit Dieu? Il doit avoir mis un r√©servoir d'oxyg√®ne ou quelque chose l√†-dedans. Il garda ce proph√®te en vie pendant trois jours et trois nuits, et l'emmena faire un tour √† travers l'oc√©an jusqu'√† Ninive. Ninive √©tait une grande ville, avec plusieurs milliers de gens. Ils √©taient les adorateurs d'une idole, ils adoraient des dieux et leur grand dieu √©tait le dieu de la mer, la baleine. Ils √©taient tous des p√™cheurs de poissons. Ils √©taient l√†, tirant leurs filets, aussi p√©cheurs que les √Čtats-Unis d'aujourd'hui, et tout √† coup, vous savez, la baleine arrive, (c'√©tait un dieu pour eux) elle ouvrit sa bouche, tira sa langue, et le proph√®te sortit en marchant comme sur une passerelle. Voil√† le dieu, crachant le proph√®te dehors. Pas √©tonnant... Voyez-vous, Dieu devait le faire ainsi. Dieu sait ce qu'il fait. Pas √©tonnant qu'ils se repentirent √† la pr√©dication de No√©... Jonas. Parce que pourquoi? qu'il √©tait... la baleine le cracha sur le rivage. Le proph√®te sortit de la bouche de la baleine et commen√ßa √† pr√™cher. Pour s√Ľr ils se repentirent. Dieu fait les choses de mani√®res surnaturelles, pour accomplir ses prodiges--certainement.
E-34 J√©sus dit: ¬ęComme Jonas resta trois jours et trois nuits dans le ventre de la baleine, le fils de l'homme sera trois jours et trois nuits dans le coeur de la terre, quand il ressuscitera.¬Ľ Et en ce jour-l√†, alors une g√©n√©ration m√©chante et adult√®re cherche des signes, √ßa sera un signe pour eux. Maintenant, si J√©sus est encore mort, alors il n'√©tait qu'un homme. Mais s'Il est ressuscit√© ce soir, √©tant vivant ces deux mille ans, depuis Sa mort, ensevelissement et sa r√©surrection, alors la Bible d√©clare: ¬ęIl est Le m√™me hier aujourd'hui et √©ternellement.¬Ľ Alors s'il est Le m√™me Il agira de m√™me, fera de m√™me: les m√™mes oeuvres, m√™mes miracles, m√™me Puissance, m√™me Gr√Ęce. Il est Le m√™me Dieu, et cet √Ęge de la fin des Nations le voit. Puis Il dit: ¬ęEt la reine du midi se l√®vera au jour du jugement avec cette g√©n√©ration et la condamnera car elle vint des extr√©mit√©s du nord pour entendre la sagesse de Salomon.¬Ľ
E-35 Or, aux jours de Salomon, Dieu donna un don √† Salomon. C'√©tait un don de discernement. Tout Isra√ęl se rassemblait autour de ce don. Oh! ils pensaient que c'√©tait merveilleux. Et tout le monde sait que cet √Ęge-l√†, √©tait le plus grand qu'Isra√ęl ait jamais v√©cu. Pourquoi? parce qu'ils se rassemblaient tous autour du don. Un grand temple fut construit. Aucune guerre pendant les jours de Salomon (non, monsieur). Ils avaient peur de lui parce que les gens √©taient d'un commun accord avec Dieu. Et vous savez quoi? le meilleur abri que nous ayons ce soir, ce n'est pas d'avoir un savant qui puisse cr√©er une plus grande bombe que la bombe √† cobalt ou la bombe √† hydrog√®ne, mais d'avoir un homme qui puisse se lever avec la puissance pour secouer l'Am√©rique et la ramener de nouveau vers Dieu. Ce serait la chose plus grande qui puisse arriver--secouer tous les gens d'Am√©rique, qui se disent chr√©tiens et les ramener de nouveau au Sauveur, √† bas leurs credo, √† bas leurs petits caprices, leurs choses fantastiques et revenez de nouveau vers le Dieu vivant. Cela serait la plus grande chose qui puisse arriver--√ßa vaut plus que toutes les bombes qui peuvent √™tre invent√©es, c'est la meilleure protection que nous ayons.
E-36 Notez, et aux jours de Salomon, ce grand don, tout le monde se rassemblait autour de lui, et ils commenc√®rent √† parler de lui et vous savez la nouvelle se r√©pandit dans tout le monde de ce jour-l√†. Tous les gens qui passaient disaient: ¬ęCes gens sont d'un commun accord. Tenez, Dieu leurs a envoy√© un grand don.¬Ľ Et tous, croyaient de don. Ne serait-ce pas merveilleux ce soir, si seulement les gens religieux de l'Am√©rique, croiraient le plus grand Don que Dieu ait jamais envoy√© au monde, le Saint-Esprit, et se rassembleraient autour de Lui...! Si vous les M√©thodistes, pourriez renverser vos barri√®res et vous les Baptistes, pourriez renverser vos barri√®res, les Presbyt√©riens et les Pentec√ītistes, les Nazar√©ens, les P√®lerins de la saintet√©, et si chacun de vous renversiez vos petites barri√®res et laissiez le Saint-Esprit venir parmi nous tous et cr√©er un Amour Saint, fraternel avec le respect, alors la Puissance frapperait cette nation, les journaux et la radio en parleraient autour du monde. Mais ils ne veulent pas le faire. Chaque homme a son arbre personnel, et ne veulent pas s'entendre.
E-37 √Ä cette √©poque l√†, ils √©taient tous d'un commun accord, ils allaient devant Salomon et observaient ce grand Don--combien ils en parlaient, partout. Et la nouvelle se r√©pandit jusqu'aux extr√©mit√©s du monde connu, jusqu'en S√©ba. Et il y avait une petite reine l√†-bas; elle √©tait une pa√Įenne pour commencer mais vous savez, Dieu ne fait pas acception de personne, Il sauve quiconque veut √™tre sauv√©. Maintenant observez. Quand ils allaient l√†-bas, les gens passeraient, chaque voyageur qui traverserait la Palestine, chacun d'eux viendrait et dirait √† quelqu'un, dirait √† la petite reine: ¬ęDites, je viens de passer par la Palestine; vous n'avez jamais rien vu de pareil de votre vie. Leur Dieu est un grand Dieu. Il n'est pas un Dieu mort. Il est un Dieu vivant. Et Il a donn√© √† un homme du nom de Salomon. Eh bien! ils l'ont fait roi, et il a une grande puissance de discernement, cela ne peut venir que de Dieu. Eh bien! vous savez la Foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend de la Parole de Dieu. Ainsi cela cr√©a une faim dans le coeur de la petite reine. Et tout le monde en parlait, alors elle d√©cida d'aller voir elle-m√™me, √ßa c'est une bonne id√©e. C'est bien mieux que de rester chez soi √† critiquer. C'est bien mieux que de dire: ¬ęma d√©nomination ne coop√®re pas avec ce r√©veil"--c'est beaucoup mieux. Elle dit: ¬ęJ'irai voir moi-m√™me.¬Ľ
E-38 Maintenant, elle avait beaucoup √† affronter, beaucoup plus que vous pourriez avoir. Premi√®rement elle √©tait une femme. Ensuite, elle √©tait pa√Įenne. Or, afin de pouvoir y aller, elle doit recevoir la permission de son pr√™tre pa√Įen. Elle alla donc voir l'√©v√™que de son √©glise et dit: ¬ę√Čv√™que, j'ai entendu dire... J'ai amen√© mon pasteur, mais il n'est pas d'accord avec moi, mais j'ai entendu dire qu'en Palestine, ils ont un Dieu qui leur a donn√© un grand Don, et Sa grande pr√©sence op√®re √† travers un homme qui manifeste la pr√©sence du Dieu vivant.¬Ľ Maintenant, l'√©v√™que lui dit: ¬ęhum, hum, maintenant, reine, savez-vous que vous √™tes un membre fondateur de cette assembl√©e! Maintenant, vous savez, il n'y a pas de telles choses. S'il y avait quelque chose comme signe surnaturel ou autre, notre dieu Dagon, et tout le reste d'entre eux l'auraient ici. Voyez-vous! alors il n'y a rien √† cela; c'est que du non-sens; c'est une invention.¬Ľ Elle dit: ¬ęMais vous savez, j'aimerais aller voir moi-m√™me.¬Ľ C'est une bonne id√©e. Allez investiguer.
E-39 Eh bien! j'entends l'√©v√™que, l'archev√™que et les autres dirent: ¬ęMaintenant √©coutez-nous, il se peut que vous soyez reine, mais souvenez-vous que si vous allez chez de tels fanatiques nous allons vous excommunier de l'√©glise et vous ne pourrez pas recevoir les derniers rites quand vous mourrez et vous ne pourrez pas √™tre ensevelis ici dans notre cimeti√®re (c'est s√Ľr) l√† o√Ļ ont √©t√© ensevelis votre papa et les autres.¬Ľ Elle dit: ¬ęMais voyez-vous, √©v√™ques, il y a quelque chose dans mon coeur qui me donne envie d'aller voir.¬Ľ Heureux sont ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasi√©s. Rien ne va les arr√™ter. Oh! elle dit: ¬ęMaintenant attendez une minute, je vais y aller.¬Ľ Et il dit: ¬ęMaintenant regardez, si vous √™tes curieuse, pourquoi n'allez-vous pas prendre votre livre de pri√®res, l'emmener √† l'√©glise et on en reparlera.¬Ľ
E-40 Je la vois r√©pondre: ¬ęattendez un instant. Ma m√®re a grandi dans cette √©glise, mon p√®re y est venu, mes fr√®res et soeurs y sont venus et je suis venue √† cette √©glise depuis quarante ans et tout ce que j'ai entendu ce sont vos innombrables credo, aucune vie du tout. S'il existe une telle chose, qu'un Dieu vivant qui puisse produire un Don vivant je veux aller le trouver.¬Ľ Oh! la la! nous devrions avoir plus de reines comme celles-l√†. Tout ce que j'ai connu c'est une poign√©e de pri√®res un recueil de chants et ainsi de suite, vous parlez d'un grand Dieu mais o√Ļ est-Il? Est-ce qu'Il vit? Je n'ai jamais vu aucun mouvement; maman n'a jamais vu de mouvement; et ma grand maman ne l'a jamais vu bouger. Alors o√Ļ est-Il?C'est ce que je dis aujourd'hui et √©ternellement, o√Ļ est ce Dieu qui autrefois √©tait grand?
E-41 √Ä quoi √ßa sert de donner des vitamines √† votre canari (comme je l'ai dit l'autre soir) pour donner des forces √† ses ailes et le garder dans une cage? √Ä quoi √ßa sert de pr√™cher un Dieu historique s'Il n'est pas le m√™me ce soir? √Ä quoi sert-il de pr√™cher un Dieu de Mo√Įse, s'Il n'est pas le m√™me ce soir? √Ä quoi sert-il de pr√™cher un Christ qui gu√©rissait et accomplissait des miracles s'Il n'est pas le m√™me ce soir? S'Il ne l'est pas, je n'ai rien √† voir avec Lui. Car la Bible dit: ¬ęIl est Le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement.¬Ľ Si ce n'est pas la v√©rit√© alors la Bible est un mensonge. Et si c'est la v√©rit√©, alors la Bible a raison et il y a un Dieu vivant non pas une forme morte de credo et de d√©nominations et un peu de...?... des perles de pri√®res et ainsi de suite. Mahomet peu produire cela. Bouddha peut produire √ßa. N'importe quelle idole peut produire √ßa et peut produire tout autant de psychologie. Laissez-moi vous dire une chose, mon fr√®re, il y en a eu seulement un seul qui ait jamais v√©cu, qui mourut et qui ressuscita et Il reste le m√™me ce soir. C'est J√©sus-Christ, le Fils du Dieu vivant, qui vit et r√®gne et qui r√©pond √† chaque Parole et chaque Promesse qu'Il pronon√ßa.
E-42 Je sais que vous croyez que je suis excit√©; si vous vous sentiez comme moi, vous le seriez aussi. Je sais qu'Il est r√©el, non pas parce qu'Il est dans mon coeur c'est une des raisons, oui. Les Musulmans disent: ¬ęIl est r√©el, parce que Mahomet est dans mon coeur.¬Ľ Eh bien! laissez-moi voir Mahomet faire les choses qu'il faisait quand il vivait. Je peux vous montrer que J√©sus fait les m√™mes choses. C'est s√Ľr, Il est le Dieu vivant. Alors la reine dit: ¬ęEh bien! vous pouvez effacer mon nom du livre. Faites ce que vous voulez. Je suis fatigu√©e de ces vieux credo. Je vais aller voir si cette chose est vraie ou pas¬Ľ, et quand elle se pr√©para √† partir, elle n'allait pas y aller les mains vides. Elle chargea des chameaux d'or, de l'encens et de l'argent et elle dit: ¬ęSi c'est vrai je vais Le soutenir. Si ce n'est pas vrai, je ram√®nerai mon argent.¬Ľ C'est une bonne chose. C'est juste. Si vous, les gens, √©taient plus sinc√®res concernant cela et que vous souteniez quelque chose o√Ļ Dieu se trouve au lieu de soutenir tant de vieilles choses comme un b√Ętiment de million de dollars qui n'est rien d'autre qu'une vieille morgue quelque part. Entrez-y et vous verrez que le thermom√®tre spirituel tombe jusqu'√† quatre-vingt-dix au-dessous de z√©ro, si quelqu'un dit: ¬ęAmen.¬Ľ Le reste d'entre eux s'√©vanouit. Qu'est-ce qui ne va pas? Si Christ accomplissait un miracle, vous seriez jet√© hors du b√Ętiment.
E-43 Cela me rappelle une entreprise de pompes fun√®bres. Ils prennent un corps et puis ils y ajoutent du fluide, pour √™tre s√Ľr qu'il ne revienne pas en vie. Ils vous emm√®nent l√†-dedans, et ils injectent ces choses comme: - Les jours des miracles sont pass√©s. - Le Saint-Esprit ne vivant que dans les ann√©es pass√©es, il n'y a plus de chose comme la Pentec√īte. Fr√®re, √ßa c'est du fluide mortuaire pour embaumer, de l'enfer. J√©sus-Christ est le m√™me hier aujourd'hui et pour toujours, c'est juste. S'Il ne L'est pas Il n'est qu'un monceau de credo. Quelques-uns limitent Dieu √† un credo. Nous n'aurions pas pu marcher o√Ļ Josu√© marcha, pour crier et faire √©crouler les murs de J√©richo. Je ne serais pas capable de marcher comme √Čnoch, aller faire une promenade et s'en aller √† la maison sans la mort. Mais je ne me tiendrai jamais dans le chemin de quelqu'un, qui aurait la foi de le faire. C'est juste. Je prierai pour eux et remercierai Dieu pour eux, au lieu de les critiquer et de me moquer d'eux.
E-44 Ainsi la petite reine, elle devait affronter beaucoup de choses. Or, avez-vous jamais mesurer la distance entre S√©ba et la Palestine? Eh bien! elle n'est pas venue en Cadillac avec air conditionn√© ou un grand autobus. Elle vint √† dos de chameau. Et √ßa ne lui a pas pris seulement une heure ou deux, √ßa lui a pris trois mois pour venir. Et alors les gens d'aujourd'hui ne veulent pas traverser la rue. Que va-t-elle faire dans notre g√©n√©ration, quand elle se l√®vera avec cette g√©n√©ration? Si elle fait quatre cent cinquante kilom√®tres √† dos de chameau non pas sur une belle grande route comme nous avons aujourd'hui, mais √† travers le d√©sert pour entendre un Don... Et J√©sus dit: ¬ęElle se l√®vera au jour du jugement et condamnera cette g√©n√©ration l√†¬Ľ, et nous avons deux mille ans d'enseignement biblique avec le m√™me Saint-Esprit ce soir, avec la m√™me Puissance faisant les m√™mes oeuvres, et nous ne voulons pas traverser la rue ou bien faire un kilom√®tre avec une voiture √† air conditionn√©. Que va-t-elle faire √† cette g√©n√©ration.
E-45 Oh! vous devez vous m√©fier d'Elvis, d'Arthur Godfrey, ¬ęNous aimons Susie¬Ľ, de choses semblables. Se divertir, voil√† le probl√®me du peuple am√©ricain; ils veulent le divertissement, ils ne veulent pas l'√Čvangile. Vous attendez d'avoir un pr√©dicateur, vous le votez dans votre √©glise, qu'est-ce que vous faites? Vous choisissez un homme eff√©min√©, style Hollywood, qui s'√©tend l√† toute la nuit, couche sur un banc quelque part, qui organise des soir√©es sociales, qui joue au loto dans le sous-sol de l'√©glise, des soupers o√Ļ il fait cuire un vieux poulet coriace et le vend √† cinquante cents le plat pour payer le pr√©dicateur. Ils vous pr√™chent l'√Čvangile de fa√ßon √† vous faire payer vos d√ģmes, vous ne devriez pas faire des choses pareilles, √ßa ce sont des credo d'hommes. Et vous appelez √ßa ¬ęreligion"! Ils se l√®vent le Dimanche matin et pr√™chent un sermon de dix minutes, si jamais il d√©passe les dix minutes, le conseil des diacres le r√©primande et √† la prochaine s√©ance ils votent contre lui. Honte √† vous! Ce dont nous avons besoin ce soir c'est d'un √Čvangile sans gant, √† la vieille mode envoy√©e de Dieu du ciel, une religion qui tue le p√©ch√© et le Saint-Esprit de retour dans l'√©glise, dans les membres. C'est juste.
E-46 Cette petite reine avait faim, elle ne s'inqui√©tait pas du prix, elle vint de toute fa√ßon. Elle traversa le d√©sert. Et en ces jours-l√†, il y avait les fils d'Isma√ęl dans le d√©sert, c'√©tait des brigands et ils √©taient des milliers. Que pourrait donc faire cette petite caravane de chameaux, une petite femme avec deux ou trois petites femmes assises avec elle, quatre ou cinq eunuques autour d'eux et une petite arm√©e de quarante ou cinquante hommes. Eh bien! les fils d'Isma√ęl les d√©sar√ßonneraient et les pi√©tineraient et prendraient les dizaines de milliers de dollars en or. Mais il y a quelque chose en elle. Quand un homme veut trouver J√©sus, r√©ellement trouver Dieu, rien ne peut entraver son chemin. Aucun pr√©dicateur, aucun √©v√™que, aucun credo, aucune maman, aucun papa, aucun membre d'√©glise, non, rien d'autre ne peut venir entre vous et Dieu. Si votre coeur a faim, vous irez de toute fa√ßon. Vous irez.
E-47 Elle dit: ¬ęJ'ai entendu dire que s'il existe un Dieu vivant, Il honore son peuple, et il a donn√© un Don √† un homme, et c'est un Don merveilleux, j'entends dire que, j'y vais quoi qu'il en soit.¬Ľ Elle se mit en chemin; Elle voyagea quatre-vingts jours √† travers ce d√©sert br√Ľlant du Sahara. Mais Dieu prit soin qu'elle arriva saine et sauve. Il prendra le m√™me soin pour vous, si vraiment vous avez faim et soif de Dieu, de trouver quelque chose--si Dieu vit encore, s'il a encore la m√™me Puissance, s'il est Le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Si vous avez faim de Lui, et voyez si Dieu ne va pas vous l'apporter. La voil√† venir, et elle arrive finalement √† la porte. Quand elle arriva, elle n'√©tait pas venue pour dire, ¬ęje vais m'asseoir cinq minutes et si le Pasteur Salomon dit une seule chose contraire √† l'√©v√™que tel et tel, je vais me lever sur le champ et sortir.¬Ľ Cela c'est l'attitude am√©ricaine. ¬ęje ne vais pas l'entendre une seule minute.¬Ľ Elle ne connaissait m√™me pas le Christianisme. Elle ne connaissait rien de J√©hovah, mais elle prit les rouleaux et se mit √† √©tudier ce qu'il √©tait. Voil√†, prenez votre Bible et examinez-la. ¬ęCe sont des Paroles de Vie, ce sont Elles qui t√©moignent de Moi, a dit J√©sus. Sondez les √Čcritures.¬Ľ C'est pour faire cela qu'elle est venue.
E-48 Elle n'est pas venue pour rester juste une nuit, ¬ęeh bien! si on ne prie pas pour moi ce soir, je ne reviendrai plus.¬Ľ Non, non; Elle avait quelque chose en son coeur. Elle campa dans la cour du palais; elle d√©chargea ses chameaux, planta sa tente et se pr√©para √† rester quelque temps. C'est comme √ßa qu'il faut faire. Elle dit: ¬ęJe vais rester jusqu'√† en √™tre convaincue.¬Ľ Si seulement les hommes et les femmes d'Am√©rique √©taient tout aussi sinc√®res. ¬ęJe resterai jusqu'√† en √™tre convaincu. Je sonderai les √Čcritures pour voir si ce grand Dieu, qui a promis d'√™tre le m√™me hier aujourd'hui et pour toujours. S'Il fera aujourd'hui les m√™mes choses qu'Il a faites hier, je vais sonder les √Čcritures.¬Ľ Faites cela et vous vous tiendrez du c√īt√© des justifi√©s au jugement avec la reine. Mais critiquez-Le et sortez en courant, quand vous ne savez m√™me pas de quoi il s'agit, allez trouver o√Ļ vous serez au jour du jugement. Dieu est oblig√© de L'envoyer; c'est √† vous de Le recevoir, que vous le vouliez ou non. Dieu n'enfonce pas Sa religion dans la gorge des gens. Le pr√©dicateur pourrait faire √ßa, mais pas Dieu.
E-49 Notez, quand elle arriva l√†-haut, elle dit: ¬ęJe vais rester jusqu'√† la fin. Quand je serai convaincue, tr√®s bien.¬Ľ Alors je la vois le lendemain matin s'habiller de ses meilleurs habits, et ses petites princesses autour d'elle et les eunuques et ainsi de suite, et ils mont√®rent aux portes. Et se tinrent l√†; la grande assembl√©e √©tait r√©unie. Elle dit: ¬ęMaintenant nous allons voir; j'ai entendu dire qu'il discerne les pens√©es du coeur, une grande Puissance de discernement. Et il y a un Dieu qui peut faire cela. Notre dieu ne peut pas faire √ßa. Ils n'ont pas assez de Vie en eux pour faire √ßa. Nous n'avons qu'un tas de livres et de credo qui nous parlent d'un certain dieu qui √©tait et nous en avons vu des statues et des choses, mais il est sans vie. Mais cet homme-l√† est un vrai serviteur de Dieu qui peut produire √ßa, alors je vais devenir la servante de ce Dieu-l√†.¬Ľ Bon. Elle monte et prend une place--sa position, le pasteur Salomon sort, se tient √† la chaire et commence √† parler un peu du grand J√©hovah et ils lui apport√®rent un cas. Aussit√īt qu'il arrive pr√®s de Salomon, il y avait une Puissance de discernement qui r√©v√®le la v√©rit√©. Qu'est-ce que vous croyez que cette petite pa√Įenne a d√Ľ penser? Elle dit: ¬ęJe crois que je suis d√©j√† convaincue.¬Ľ Apr√®s un moment un autre cas monta, Salomon n'√©tait qu'un homme, mais elle voyait qu'il y avait quelque chose dans l'homme, un Don venant de Dieu qui √©tait surnaturel. Elle dit: ¬ęJ'ai observ√© pendant deux jours jusqu'√† pr√©sent, et il n'y a pas une seule faute, apr√®s un peu de temps il va r√©pondre √† ma carte de pri√®re. Finalement elle se pr√©senta devant Salomon et Salomon, la Bible dit, ¬ęlui fit conna√ģtre toutes les choses qu'elle d√©sirait.¬Ľ Que fit-elle? Elle sortit tout de suite parmi le peuple et dit: ¬ęTout ce que j'ai entendu dire √©tait la v√©rit√©, et plus encore que ce que j'ai entendu, c'est la v√©rit√©.¬Ľ Et elle le soutint publiquement et elle repartit chez elle avec Dieu dans son coeur qui √©tait le Dieu du surnaturel. [Passage blanc sur la bande. - N.D.√Č.] ...C'√©tait Dieu se r√©v√©lant √† elle au travers de son serviteur, les secrets de son coeur. Et J√©sus dit: ¬ęElle se l√®vera au jour du jugement.¬Ľ Avec ce Salomon qui avait une petite cuiller√©e du Don de Dieu, et Lui ayant la pl√©nitude de la Divinit√© corporellement, l'appeler un d√©mon un B√©elz√©bul, Il dit: ¬ęElle se l√®vera au jour du jugement et condamnera cette g√©n√©ration.¬Ľ Que fera-t-elle avec cette g√©n√©ration-ci? que fera-t-elle? qu'est-ce qu'elle dit? Elle dit: ¬ęHeureux sont les hommes qui vont avec Toi, heureux les hommes qui Te suivent, car journellement ils voient cette grande sagesse que Dieu t'a donn√©e, ce grand Esprit de discernement, heureux sont tes eunuques et heureux sont tes porteurs et ceux qui travaillent avec Toi, car ils sont privil√©gi√©s de se tenir √† Tes c√īt√©s et voient le discernement de Dieu journellement. J√©sus dit: ¬ęElle se l√®vera au jour du jugement et condamnera cette g√©n√©ration.¬Ľ
E-50 Et peut-√™tre, en terminant je souhaite dire ceci: ¬ęChrist est le m√™me hier aujourd'hui et √©ternellement.¬Ľ Il est oblig√©. Il est encore le Dieu vivant. Il n'est pas mort. Il est ressuscit√©. Je me demande ce soir... Je lisais une petite histoire il n'y a pas longtemps au sujet de Danny Greenfield, d'Am√©rique centrale, il √©tait √©vang√©liste il y a environ soixante-quinze ou cent ans. Et il gagna un grand nombre d'√Ęmes pour Christ et une nuit il r√™va qu'il mourut. Et bien s√Ľr il alla au Ciel. Quand il arriva √† la porte il y avait un... le portier sortit et lui dit: ¬ęQui approche cet endroit saint?¬Ľ Et il dit: ¬ęJe suis Danny Greenfield, l'√©vang√©liste Am√©ricain. J'ai gagn√© beaucoup d'√Ęmes pour le Seigneur et je viens pour prendre ma position et ma place au ciel.¬Ľ ¬ęUne minute¬Ľ, monsieur le gardien lui dit. Il revient: ¬ęComment avez-vous dit? vous vous appelez?¬Ľ - Daniel Greenfield. - Regardez vous-m√™me, il n'y a personne ici. Oh! il dit: ¬ęVous avez d√Ľ vous tromper, monsieur.¬Ľ Il dit: ¬ęJ'ai pr√™ch√© et gagn√© des √Ęmes pour Christ.¬Ľ Il dit: ¬ęJe regrette, monsieur, votre nom n'est pas dans ce livre et vous devez vous √©loigner des portes.¬Ľ Mais, il dit: ¬ęQue puis-je faire?¬Ľ L'Ange dit: ¬ęLa seule chose √† faire que je sache, vous pouvez faire appel pour votre cas, au grand tr√īne blanc du jugement, si vous d√©sirez vous tenir l√†.¬Ľ ¬ęEh bien! dit-il, je n'ai pas d'autre choix.¬Ľ Il dit: ¬ęTr√®s bien.¬Ľ
E-51 Il dit: ¬ęIl commen√ßa √† bouger et √† voyager dans l'espace; il allait de plus en plus vite. Apr√®s un moment, il rentra en pr√©sence d'une lumi√®re; il commen√ßa √† ralentir, ralentir. Finalement, il s'arr√™ta compl√®tement. Ce n'√©tait pas une lumi√®re venant d'un certain endroit, mais la lumi√®re √©tait tout autour de lui... juste au centre de cette lumi√®re.¬Ľ Il dit: ¬ęQuel endroit o√Ļ se tenir.¬Ľ Fr√®re, j'esp√®re que je n'ai jamais √† me tenir l√†. Apr√®s un moment, la voix dit: ¬ęQui approche mon tr√īne de justice?¬Ľ Et il dit: ¬ęJe suis Danny Greenfield, l'√©vang√©liste am√©ricain, je m'approche de Ton tr√īne de jugement. Oh! Seigneur.¬Ľ Il dit: ¬ęIls m'ont condamn√© aux portes, et dit que mon nom n'√©tait pas dans le livre et je fais appel √† Ta justice.¬Ľ Il dit: ¬ętr√®s bien, Daniel Greenfield, je vais te juger selon mes lois¬Ľ, il dit: ¬ęDanny Greenfield, as-tu jamais dit un mensonge dans ta vie?¬Ľ Et, bien, il dit: ¬ęJ'allais dire: -¬†Certainement j'√©tais un honn√™te homme!¬Ľ Mais, il dit: ¬ęJe me souviens qu'il y avait un tas de choses que j'avais dites qui n'√©taient pas exactement vraies¬Ľ. Je dis: ¬ęOui, Seigneur, j'ai menti.¬Ľ Il dit: ¬ęDanny Greenfield, as-tu jamais d√©rob√© dans ta vie?¬Ľ Il dit: ¬ęJe pensais, si je pouvais r√©pondre de quelque chose, c'√©tait que j'ai toujours √©t√© honn√™te.¬Ľ Et il dit: ¬ęen pr√©sence de cette lumi√®re, je me souvins de nombreuses petites affaires que j'ai conclues.¬Ľ
E-52 Fr√®re, il en est ainsi ce soir. Pendant que vous √™tes assis √† l'√©glise, pendant que vous √™tes en bonne sant√© comme vous l'√™tes, vous vous sentez √† l'aise, mais en pr√©sence de ce tr√īne blanc de jugement, il va y avoir beaucoup de petites choses qui vont √©merger. Vous √™tes mortel, vous regardez comme un mortel. Ne vous confiez jamais √† vos m√©rites. Il dit: ¬ęOui Seigneur, j'ai d√©rob√©.¬Ľ Il dit: ¬ęDaniel Greenfield, ma justice exige la perfection. √Čtais-tu parfait dans ta vie?¬Ľ Il dit: ¬ęNon Seigneur je n'√©tais pas parfait.¬Ľ Et disant, il √©coutait et entendit ce grand tonnerre s'avancer, dire: ¬ęEnvoie-le √† la destruction √©ternelle loin de Ma pr√©sence.¬Ľ Il dit: ¬ęIl semblait que mes os, il dit, allaient se s√©parer, j'√©coutais venir ce grand grondement de quelque part.¬Ľ Et dit: ¬ęJ'entendis la voix la plus douce que j'ai jamais entendue de ma vie.¬Ľ Il dit: ¬ęAucune voix de m√®re n'aurait pu √™tre comme celle-l√†.¬Ľ Il dit: ¬ęJe me retournai pour regarder, je vis le visage le plus doux que j'ai jamais vu. Aucun visage de m√®re n'aurait pu √™tre comme celui-l√†.¬Ľ Il marcha vers moi, mit ses bras autour de moi et me serra contre son c√īt√©. Et il dit: ¬ęP√®re, c'est vrai que Daniel Greenfield n'√©tait pas parfait dans sa vie, mais Il dit, Daniel Greenfield fit une chose dans sa vie, il a pris position pour Moi et pendant qu'il est ici, Je vais prendre position pour lui.¬Ľ Fr√®re, mon √©glise ne peut pas prendre position; ma d√©nomination ne peut pas se prendre position; ma justice ne peut pas prendre position et la v√ītre non plus. Je veux faire comme la reine de S√©ba, je veux prendre position, ce soir, pour le Seigneur J√©sus. Si vous √©tiez en train de mourir ce soir, qui prendrait position pour vous dans cette Place Sainte? Pendant que vous inclinez votre t√™te juste un instant.
E-53 Avant que vous voyez un signe surnaturel, avant que J√©sus vienne se d√©clarer lui-m√™me en plus de la pr√©dication de la Parole, combien ici ce soir voudrait lever la main et dire: ¬ęDieu, je l√®ve ma main pour dire solennellement, ¬ęje vais prendre position pour Toi ici; Tu prendras position pour moi l√†-bas. Je vais maintenant me lever, physiquement, et d√©clarer que Tu es Le m√™me.¬Ľ Dieu te b√©nisse l√† soeur. Dieu te b√©nisse toi mon fr√®re. Toi, oui. Regardez-moi toutes ces mains! Quarante √† cinquante mains, ici m√™me dans les deux premiers rangs. ¬ęJe vais prendre position avec hardiesse, Seigneur. J'ai entendu le pr√©dicateur dire ce soir que Tu es Le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Tu n'es pas mort. Ils m'ont parl√© de cette r√©union, que Tu viens sur l'estrade et que Tu te montres parmi les gens, en grands signes que Tu as accomplis dans l'√©poque des juifs, quand ils furent rejet√©s jusqu'√† la fin de leur g√©n√©ration. Ils me disent que Tu les accomplis √† nouveau. Seigneur, j'ai lu Ta Bible. Je sais que c'est juste. Je sais que c'est Ta promesse. Avant de le voir se faire, je crois ce que la Parole dit; je prends position ce soir pour Toi.¬Ľ Levez la main. Sur les balcons √† ma droite, Dieu vous b√©nisse tous le long, l√†-bas. Les deux balcons √† ma gauche, voulez-vous lever votre main et dire: ¬ęVoici ma main, Seigneur, je vais prendre position.¬Ľ Dieu vous b√©nisse l√†-bas. Soyez sinc√®res; souvenez-vous, cela pourrait √™tre la derni√®re chance que vous ayez pour prendre position. Avant que le jour se l√®ve demain matin, le docteur pourrait √™tre chez vous pour examiner votre pouls, secouer sa t√™te et dire: ¬ęOn ne peut plus rien faire, c'est une crise cardiaque¬Ľ vous sentez ces veines gel√©es se refroidir, le pouls montant votre manche et vous, vous vous mourez en pressant votre coussin. ¬ęOh! si seulement je pouvais retourner √† cette r√©union, une fois de plus, et entendre cette voix dire, levez votre main.¬Ľ Alors √ßa pourrait √™tre trop tard, pourquoi ne le faites-vous pas maintenant?
E-54 Vous dites: ¬ęquelle diff√©rence √ßa va faire...?¬Ľ Dieu vous b√©nisse en bas dans les rangs. Je vous vois. Simplement, gardez votre main lev√©e. Dieu voit chacun de vous. ¬ęJe vais prendre position.¬Ľ Qu'est-ce que √ßa fait quand vous levez la main? Cela signifie que vous criez √† Dieu du plus profond de votre coeur pour la mis√©ricorde. ¬ęComme le cerf s'essouffle pour le ruisseau, mon √Ęme a soif de Toi, oh! Dieu!¬Ľ Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour Te servir le reste de mes jours. Je serai comme la reine du midi; je vais prendre position en levant les mains en pr√©sence de cette audience. ¬ęJe vais prendre position pour Toi.¬Ľ Y en aurait-il d'autres, juste avant de terminer, qui n'auraient pas lev√© leur main, et veulent qu'on se souvienne d'eux dans cette pri√®re. Dieu te b√©nisse l√†-haut jeune dame. Oui adolescent, c'est bien soeur, la plus grande chose que vous ayez jamais faite. Dieu te b√©nisse, ici, ch√®re soeur. Oui, vous √™tes juste au changement de votre vie maintenant. Dieu vous b√©nisse, l√† derri√®re, papa, avec vos mains lev√©es. Il vous voit. Certainement, Il vous voit. ¬ęJe prends, avec assurance, position pour J√©sus √† l'heure de ma mort...¬Ľ Dieu vous b√©nisse vous derri√®re dans le fond, fr√®re Il voit votre main. Certainement et votre nom s'inscrit dans le Livre et il n'y a pas assez de salet√© en enfer pour le couvrir. C'est juste. Il est √©crit avec le Sang de J√©sus-Christ. ¬ęCelui qui entend Mes Paroles et croit √† Celui qui M'a envoy√©, a (au pr√©sent) la Vie √©ternelle et ne viendra jamais en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la Vie.¬Ľ Ayez Foi en Dieu.
E-55 Tr√®s bien, vous qui avez lev√© vos mains, soyez pr√™t pour la pri√®re. Maintenant, acceptez J√©sus. Imm√©diatement apr√®s le service de gu√©rison, je veux vous voir ici en haut rendant gr√Ęce √† Dieu. Si vous le faites vraiment de tout votre coeur, quand vous levez votre main, je vous assure par la Promesse de Dieu que votre nom avait √©t√© inscrit dans le Livre de Vie de l'Agneau et J√©sus prend position pour vous. Si vous √™tes sinc√®res, ¬ęCelui qui entend Mes Paroles et croit en Celui qui M'a envoy√©, a la Vie √©ternelle (qu'est-ce que la Vie √©ternelle? la Vie √©ternelle, le Saint-Esprit) et ne viendra jamais en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la Vie.¬Ľ P√®re, Dieu, Tu as vu les mains. Avant qu'une seule chose soit manifest√©e, ces gens, sur la Parole seule, ils sont venus et ont lev√© leurs mains, beaucoup d'entre eux. Ils T'ont accept√© comme leur Sauveur. Merci pour eux, P√®re, ils sont les troph√©es du message, quoique pr√™ch√© par une personne nerveuse, hach√©e, malgr√© cela Dieu l'a prit et l'a plant√© dans les coeurs des... deux ou trois cents personnes ont lev√© les mains.
E-56 Dieu √Čternel, je prie que Ta b√©n√©diction repose sur eux. Puissent-ils avoir la Vie √©ternelle, maintenant. Remplis-les du Saint-Esprit. Ne les renvoie jamais et je sais que Tu ne le feras pas. Tu as dit: ¬ęPersonne ne peut venir √† Moi √† moins que le P√®re ne l'attire premi√®rement. Tous ceux qui viennent auront la Vie √©ternelle, et je le ressusciterai au dernier jour.¬Ľ Et ils sont donn√©s √† J√©sus comme un Don d'Amour du P√®re. ¬ęQui peut les ravir de ma main? Personne.¬Ľ Je Te prie P√®re, maintenant, que Tu les gardes par Ta Gr√Ęce jusqu'au grand jour, qui peut √™tre demain, qu'ils devront se tenir dans la Pr√©sence de Dieu. Peu importe ce qu'ils ont fait: ils peuvent √™tre si v√©ridiques; ils peuvent √™tre si loyaux; Ils peuvent s'habiller si d√©cemment et se joindre √† chaque √©glise et √™tre perdu. Nous n'apportons rien dans nos mains. Il n'y a rien que nous puissions faire pour m√©riter quoi que ce soit. Nous faisons simplement confiance en Ta Gr√Ęce. Et quand nous faisons cela, alors notre vie est chang√©e et nous portons les fruits de Christ. Accorde-le Seigneur, je Te les pr√©sente maintenant, gardes-les P√®re, je Te prie. Et si je ne leur serre pas la main sur cette terre, puis-je avoir le privil√®ge de le faire en ce jour-l√†, quand nous traverserons le fleuve. Car je le demande au Nom de J√©sus. Amen.
E-57 Je m'excuse de vous avoir retenus si longtemps. Je commence et je ne sais pas comment... Vous √™tes des gens si agr√©ables. Je dis une chose: vous les gens du sud, vous avez vraiment quelque chose. J'ai √©t√© dans vos villes, autour des petites places, j'ai √©t√© chez vos commer√ßants, dans vos stations d'essence, j'ai serr√© la main des gens, je n'ai jamais rencontr√© de meilleurs gens. C'est juste, c'est merveilleux, ces bonnes vieilles poign√©es de main et un petit, ¬ęvous √™tes tous les bienvenus chez nous.¬Ľ C'est aussi am√©ricain que les jambons fum√©s aux noix et la m√©lasse au sorgho. C'est... c'est ce que j'aime vraiment. Quelques-uns des meilleurs coeurs qui aient jamais battu sont sous une chemise bleue quelque part dans un champ de coton ici dehors. Vous savez √ßa. Dieu vous b√©nisse, vraiment c'est ma pri√®re.
E-58 Maintenant, je ne suis pas venu ici en temps que s√©ducteur, je pr√©f√©rerais √™tre √† la maison ce soir. Je pr√©f√©rerais √™tre dans mon petit tabernacle l√†-bas et leur parler, ou p√™cher quelque part sur la rive. Je pr√©f√©rerais √™tre n'importe o√Ļ d'autre que d'√™tre ici et √™tre un hypocrite ou un s√©ducteur. √Ä quoi serviraient tous mes efforts et me tenant ici si fatigu√©, je ne vois presque pas! √† quoi cela me servirait de me tenir ici et √™tre un s√©ducteur. ¬ęretirez-vous de moi, vous ouvrier d'iniquit√©s, je ne vous ai jamais connu¬Ľ, serait mon lot. Dieu le sait. Je ne viens pas pour de l'argent. Ce n'est pas la popularit√©; je fuis cela. Qu'est-ce que c'est? C'est parce que... Dieu, je l'aime. Il m'a donn√© un message √† vous apporter, et je le fais de mon mieux pour autant que je sache. Vous le recevez; c'est pour vous. S√Ľrement, √† un coeur honn√™te, Dieu r√©v√®lera cela.
E-59 Maintenant, il est presque impossible de former une ligne de pri√®re ici en haut, juste pour dire... Ce n'est pas juste que je dise, ¬ęJe vais prendre ce groupe-ci dedans; je vais prendre ces cinq premiers rangs¬Ľ √ßa ne serait pas juste. Cela ne serait pas juste de dire je vais prendre ces cinq premiers rangs devant. Cela ne serait pas juste, on laisserait les autres en-dehors. Nous devons distribuer les cartes de pri√®res pour garder les gens align√©s. Je suppose qu'il y a sept cents personnes ici ce soir, peut-√™tre, et parmi les sept cents personnes, je dirais qu'il y en a au moins cinq cents qui veulent qu'on prie pour eux. Vous voulez le voir? Tous ceux qui, ici, qui veulent recevoir la pri√®re de la part de Dieu, levez les mains. Je vous montrerai. Tout le monde, soyez honn√™tes. Voil√†. Je dirais qu'il y en a six cent quatre-vingt-quinze, qui veulent qu'on prie pour eux. Or je ne peux pas les prendre tous et qui va √™tre le premier?
E-60 Maintenant, on avait l'habitude, quand on allait aux r√©unions, de... [Passage blanc sur la bande. - N.D.√Č.] Fr√®re Beswell m'a dit... [Passage blanc sur la bande.] Pendant qu'on est l√†. Eh, bien les premiers qui √©taient l√† le premier jour, y arrivaient. Si vous n'y √©tiez pas... Si vous veniez le deuxi√®me jour, avec un cas urgent ou pas, vous ne l'auriez pas re√ßu. Vous n'aviez pas de carte. Ce n'√©tait pas juste. Alors nous avons dit, la chose suivante que nous ferions, c'est de donner des cartes de pri√®res chaque jour--donner chaque jour une nouvelle s√©rie de cartes. Ceux qui sont partis le jour d'avant, nous les bifferions. N'importe qui aurait une carte de pri√®re devrait simplement jeter leur vieille carte et en prendre une nouvelle. Cela serait bien. Et nous les distribuerions comme √ßa. Ce qui se passait, c'est que si vous n'aviez... si vous aviez le num√©ro¬†20 ou¬†25, ¬ęje sais que je veux celui-l√†¬Ľ. Vous l'enlevez. ¬ęIl ne sera jamais appel√©, parce que vous n'appelez pas au-del√† de¬†20 ou¬†25.¬Ľ Quelquefois je n'arrive m√™me pas au num√©ro¬†2 ou¬†3. Mais il dit: ¬ęIl ne sera jamais appel√©. Non!¬Ľ
E-61 Alors, on ne pourrait pas faire cela. Alors, j'ai dit: ¬ęEh bien! je vais vous dire ce qu'on va faire. On distribuera les cartes de pri√®res chaque jour, le m√™me jour, parce que c'est juste, et je prendrai un petit enfant de la rang√©e de devant et je le laisserai les compter, et l√† o√Ļ il commence √† compter, on commencera par l√†.¬Ľ C'est incroyable, maman a mis son enfant l√†-haut, il s'arr√™ta juste sur son num√©ro. Nous traitons toujours avec des √™tres humains, √ßa ne marcherait pas. Alors, nous avons commenc√© de cette fa√ßon, en distribuant les cartes de pri√®res chaque jour. Les gar√ßons... J'en ai trois qui peuvent les distribuer, Gene, Leo et Billy. Pas les pr√©dicateurs parce que s'ils le faisaient, cela causerait des mauvais sentiments, s'ils n'en donnent pas √† leurs amis dans le minist√®re. Ce sont deux gar√ßons qui sont avec la r√©union. Ils descendent devant les gens et m√©langent toutes les cartes chacune d'elles. Ils en donnent √† tous ceux qui le veulent; ce gar√ßon ne sait pas o√Ļ commencera la ligne. L'homme ne sait pas m√™me quelle pri√®re il recevra quand elles sortent. Alors, comme √ßa, le soir, je ne sais pas. Personne ne saurait rien. Quand nous venons, je commence avec ce que le Seigneur met dans ma pens√©e.
E-62 Or, j'ai √©t√© critiqu√©, ils disent: ¬ęOral Roberts prie pour cinq cents personnes pendant que toi tu pries pour trois.¬Ľ C'est juste. Mais Dieu fait... Oral Roberts fait ce que Dieu lui dit de faire et je fais ce que Dieu me dit de faire. Voyez-vous! Je ne suis pas Oral Roberts et Oral Roberts n'est pas moi. Nous sommes deux serviteurs de Christ avec deux minist√®res diff√©rents. Mais pour moi... Voyez-vous, l'imposition des mains... (patientez avec moi pr√©dicateurs), c'est une tradition Juive, qui ne fut jamais donn√©e aux Nations. Regardez √† Ja√Įrus qui dit: ¬ęViens, impose les mains √† mon enfant et elle vivra.¬Ľ L'imposition des mains. C'√©tait un Juif. Le centurion Romain dit: ¬ęJe ne suis pas digne que tu viennes sous mon toit dis seulement une parole.¬Ľ Voil√† les Nations. J√©sus se retourna et dit: ¬ęJe n'ai pas vu une telle Foi dans tout Isra√ęl.¬Ľ Mais on nous a enseign√© ces traditions, ¬ęimposer les mains aux malades, imposer les mains aux malades¬Ľ. Fr√®re Roberts se tient l√† et impose les mains aux malades, impose les mains aux malades. Un grand pourcentage d'entre eux reviennent dans ma ligne de pri√®re et veulent savoir ce qui se passe. Voyez-vous! Vous y √™tes. Un travail lent...
E-63 Je veux vous demander quelque chose. Si vous alliez dans le cabinet d'un m√©decin et que vous disiez: ¬ęDocteur, j'ai un mal de t√™te persistant tout le temps.¬Ľ S'Il vous donne une aspirine et vous renvoie chez vous, il ne serait pas un m√©decin. Il veut simplement vous faire sortir de son bureau. Un vrai m√©decin va diagnostiquer le cas, jusqu'√† ce qu'il ait trouv√© la cause de ces maux de t√™te. Puis quand... vous ne pouvez pas avoir de cure jusqu'√† ce que vous ayez trouv√© la cause, ou √ßa ne marchera pas. Est-ce juste? C'est pour √ßa que je vais lentement, je regarde. Qu'arriverait-il si Dieu mettait une mal√©diction sur quelqu'un? et que je vienne avec un Don pour l'enlever. Voyez? pas... qu'en est-il... Savez-vous que vous pouvez vous attirer des ennuis avec les Dons! C'est pour cela que les messages proph√©tiques et les gens proph√©tiques sont tr√®s bizarres et stricts. Regardez Mo√Įse. Croyez-vous que Mo√Įse √©tait un proph√®te? Dieu lui faisait confiance. Il disait: ¬ęDescends l√†-bas et parle au rocher, ne le frappe pas.¬Ľ Parle-lui. Et Mo√Įse descendit, se f√Ęcha et frappa le rocher. Il fit sortir l'eau, que ce soit la volont√© de Dieu ou pas. N'est-ce pas juste? Et cela brisa les √Čcritures. √Ä une place dans les √Čcritures...?... Je trouve, que Christ devait √™tre frapp√© deux fois. L'eau en sortit, mais Dieu traitait avec Mo√Įse. Est-ce juste? Combien se souviennent d'√Člie? C'√©tait un jeune gars, devenu chauve jeune; et quand il passa par l√†, ils ne le crurent pas. Ils ne crurent pas que √Člie √©tait mont√©. Alors, ils commenc√®rent √† l'ennuyer en disant: ¬ęvieille t√™te chauve, vieille t√™te chauve, pourquoi n'es-tu pas mont√©?¬Ľ Il avait ces enfants qui lui couraient apr√®s. Et √Člis√©e se retourna, ce proph√®te, et mis une mal√©diction sur ces enfants au Nom du Seigneur. Vous savez √ßa. Voyez! Mais c'√©tait un proph√®te en col√®re. Vous devez faire attention √† ce que vous faites. Que...
E-64 Les gens Pentec√ītistes, laissez-moi vous dire ceci dans l'Amour: ¬ęC'est la raison pour laquelle vous n'arrivez nulle part. Voyez-vous! Vous avez des dons.¬Ľ Vous les Baptistes, la m√™me fa√ßon. Les dons qui sont dans l'√Čglise. Dieu donne √† l'√Čglise le pouvoir, mais Il ne l'a jamais retir√© de l'√Čglise. Je peux vous le montrer o√Ļ Il l'a donn√© √† l'√Čglise. Montrez-moi o√Ļ Il l'a retir√©. Vous avez le pouvoir mais vous ne savez pas comment l'utiliser. Vous n'√™tes pas assez respectueux. C'est la raison pour laquelle vous parlez tous en langues, vous l'utilisez de n'importe quelle mani√®re. Chaque... Quelques-uns peuvent parler en langues, d'autres font ceci, et... tout comme Babylone. Ne faites pas √ßa. Mettez ces choses √† leurs places. Mettez tous vos dons l√†-dedans, vous √™tes Docteur, vous √™tes Ap√ītre. Mettez toute chose √† sa place, et puis op√©rez dans la d√©cence et dans l'ordre. Vous trouverez que Dieu est un Dieu d'ordre et puis Il √©l√®vera la chose. C'est ce qui a effray√© les gens, c'est la mani√®re dont vous avez agit avec ce que Dieu vous a donn√©. Voyez! respectez ces Dons. Ne les faites pas devenir un petit √©v√®nement qui sort de nuit. Testez-les. S'ils sont de Dieu, s'ils sont prouv√©s √™tre de Dieu, alors ils sont Dieu. S'ils ne le sont pas, √©loignez cette chose de vous. Vous ne le voulez pas. Pourquoi recevoir un substitut, quand les cieux pentec√ītistes sont remplis du v√©ritable. Voil√† le probl√®me...
E-65 Vous savez, j'aimerais amener une grande tente et la planter ici quelque temps parmi vous bonnes gens, et rester pour avoir un apr√®s-midi d'enseignement parmi les pr√©dicateurs et autres, et laisser l'√©glise s'√©tablir, vous savez quoi... Je crois que le Saint-Esprit nous aiderait √† le faire. Dieu vous b√©nisse, je n'aurais pas d√Ľ commencer avec √ßa, mais de toute fa√ßon... dans notre petite √©glise, si un homme pensait parler en langues, si quelqu'un pensait, qu'il le pouvait, et si quelqu'un avait un don, si ces dons n'avaient pas d'interpr√®te, il ne leurs √©tait pas permis de parler dans l'assembl√©e. Allez trouver si ce n'est pas l'√Čcriture. Ils avaient un endroit pour se rencontrer; tous les dons, ils se rencontraient, des heures avant que l'√©glise ne vienne. J'√©tais dans le bureau, et quand ils rentraient l√†, si l'un d'eux parlait en langues, il fallait attendre pour qu'un autre donne l'interpr√©tation. Cela ne devait pas √™tre des r√©p√©titions de l'√Čcriture; Dieu a dit: ¬ęN'utilisez pas de vaines r√©p√©titions, comme le font les pa√Įens.¬Ľ Il a d√©j√† √©crit cela. Cela doit √™tre un message direct pour quelqu'un. Puis avant qu'il soit re√ßu, alors deux ou trois t√©moins devaient--au moins trois--deux ou trois devaient t√©moigner que c'√©tait de Dieu, ou alors ce n'√©tait pas re√ßu. S'ils disaient, ¬ęc'est de Dieu¬Ľ, ils l'√©crivaient. Ils signaient leur nom √† cela. ¬ęAINSI DIT LE SEIGNEUR: demain √† deux heures, va dire √† Fr√®re Jones de sortir des voies ferr√©es, il va y avoir un carambolage l√†-bas, sa maison sera arrach√©e dans l'accident.¬Ľ Ils l'√©crivaient. Ils pensaient que cela venait de Dieu, tr√®s bien.
E-66 Puis apr√®s quelques moments, il se peut que l'Esprit de proph√©tie vienne parmi eux. Cela n'√©tait pas dans l'auditoire principal, l√† o√Ļ sont assis les p√©cheurs et ces choses; c'√©tait dans leur propre salle o√Ļ les Dons op√®rent. Alors la premi√®re chose qui arriva, une proph√©tie toucha quelqu'un. Or, il y a une grande diff√©rence entre le don de proph√©tie et un Proph√®te. Le don de proph√©tie peut √™tre sur quelqu'un ce soir, et jamais plus, et sur quelqu'un d'autre la nuit prochaine. Ce sont ces neuf dons spirituels qui op√®rent dans le Corps mais un Proph√®te est n√© un Proph√®te. Tout au travers de leur vie c'est, AINSI DIT LE SEIGNEUR. Un don de proph√©tie doit √™tre jug√©. Mais vous n'avez jamais vu quelqu'un se tenir devant √Čsa√Įe ou J√©r√©mie pour les juger. Non. Mais la Bible dit: ¬ęSi un proph√©tise, que deux ou trois jugent si c'est juste ou pas.¬Ľ Voyez-vous, Satan peut se glisser l√†-dedans.
E-67 Et puis, ceux qui discernent avec l'Esprit de discernement, disent: ¬ęAINSI DIT LE SEIGNEUR, ce soir il y aura une femme venant d'un certain endroit; elle portera un foulard vert sur sa t√™te; on l'am√®nera; elle vient de l'Ohio, et elle voudra que Fr√®re Branham lui impose les mains, mais premi√®rement avant de faire cela, dis-lui de lui dire, que quand elle √©tait le tr√©sorier d'une certaine √©glise, elle a d√©rob√© de l'argent; c'est la raison pour laquelle elle est paralys√©e. Mets cela en ordre. Dieu la gu√©rira.¬Ľ Celui qui discerne se l√®vera et dira: ¬ęC'√©tait de Dieu.¬Ľ L'autre dira: ¬ęC'est de Dieu.¬Ľ Tr√®s bien, ils √©crivent ce message. Quand il arrive en chaire, une petite sonnette sonne dans mon bureau, je sors, je vois ici ces proph√©ties; je la donne aux gens exactement comme √ßa a √©t√© √©crit par des hommes qui ont le discernement. C'est juste. Aucune erreur. Les voil√†.
E-68 Alors, s'ils--ce soir l√†, une femme rentre, elle est dans une chaise roulante, une liti√®re ou autre, on l'am√®ne ici, elle porte une √©charpe verte, toute l'assembl√©e la cherche. La voil√†. Je dis: ¬ęMadame, vous avez d√©rob√© l'argent du tr√©sor quand vous √©tiez jeune.¬Ľ ¬ęC'est juste Fr√®re Branham, c'est juste. Que Dieu me pardonne je vais mettre les choses en ordre.¬Ľ ¬ęTenez-vous debout, J√©sus-Christ vous gu√©rit.¬Ľ Voil√†. ¬ęFr√®re Jones, d√©m√©nagez demain √† deux heures, √ßa va arriver.¬Ľ Tr√®s bien, il d√©m√©nage, √ßa arrive. C'est bien, on remercie le Seigneur et on avance. Mais, qu'en est-il si √ßa n'arrivait pas? Alors, il y a un mauvais esprit parmi eux. Ils ne doivent plus faire cela jusqu'√† ce que cet esprit soit chass√© par la pri√®re. Ils... j'ai dit: ¬ęVous ne voulez pas ce genre d'esprit sur vous. Vous ne voulez pas de...?...vous ne voulez pas d'imitation, vous voulez le Vrai Saint-Esprit, ou ne rien laisser passer du tout.¬Ľ Vous y √™tes. Mettez votre √©glise dans ce type d'ordre, voyez o√Ļ s'√©l√®ve la Pentec√īte. Voyez-vous! c'est... c'est de cette mani√®re que Paul l'a fait. C'est de cette mani√®re que cela a √©t√© fait dans l'√Čcriture. Mais pas pendant que quelqu'un parle, l'un se l√®ve et parle en langues, on appelle les gens √† l'autel, un autre parle en langues sans interpr√©tation pour... Bien, c'est... pas √©tonnant c'est Babylone. Vous avez quelque chose de r√©el, et le monde ext√©rieur a faim pour cela, mais pas de la fa√ßon dont vous le leur donnez. C'est juste. Ils veulent trouver Dieu.
E-69 Moi-m√™me, je suis Baptiste, j'ai affaire √† des baptistes, presbyt√©riens; ils viennent s'asseoir dans mon bureau par douzaine. Ils le veulent, mais c'est de la fa√ßon dont vous le pr√©sentez. Vous devez revenir √† la Bible. Faites les choses comme Dieu le dit, alors le monde entier aura faim d'√™tre comme vous. Amen. Ne soyez pas f√Ęch√© contre moi. Je suis votre fr√®re; je vous aime. C'est la Parole de Dieu. Faites cela et vous verrez ce qui arrive. Il n'y aura pas de gaffe; Dieu est le m√™me, pour confirmer que ce qu'Il dit est la V√©rit√©.
E-70 Maintenant, il y a cent cartes de pri√®re. O√Ļ sont les gar√ßons? Combien... quelles sont les cartes qu'ils ont distribu√©es aujourd'hui? Oh! je m'excuse, je... qu'est-ce que vous dites? je--je... 1 √† 100! o√Ļ avons-nous commenc√©? Nous avons appel√© depuis... O√Ļ avons-nous commenc√© l'autre soir? Un? Commen√ßons avec un autre num√©ro ce soir. C'est la carte de pri√®re ¬ęI¬Ľ la lettre ¬ęI¬Ľ, commen√ßons au num√©ro¬†50. Qui a la carte ¬ęI-50¬Ľ? Levez la main. Peut-√™tre c'est... √™tes-vous s√Ľr d'en avoir distribu√© cent? Peut-√™tre on commencera avec un autre num√©ro alors. Tr√®s bien. Nous commen√ßons avec le num√©ro... Oh! je m'excuse, tr√®s bien--tr√®s bien. La carte de pri√®re ¬ęI¬Ľ 50, venez ici. ¬ęI¬Ľ 50, levez la main, si vous le voulez bien. ¬ęI¬Ľ 51, o√Ļ √™tes-vous? Carte de pri√®re ¬ęI¬Ľ 51. Regardez... Quelqu'un regarde... est-ce que ces... Il y a deux personnes ici dans des chaises. Avez-vous des cartes? Tr√®s bien. L'un ou l'autre, pouvez-vous utiliser vos mains? Tr√®s bien. Cela va. Voyez-vous, √ßa pourrait √™tre quelqu'un de sourd, qui n'entend pas. Regardez sur la carte de votre voisin. Carte ¬ęI¬Ľ 51. Je m'excuse, je... bien, √ßa va, √ßa pourrait √™tre une personne sourde. Tr√®s bien. Quelque... venez ici. ¬ęI¬Ľ 52, levez votre main. Voyez, nous... ce n'est pas une ar√®ne. 52? Merci Soeur. 53? Venez jusqu'ici, madame. 53? Qui a ¬ęI¬Ľ 53, levez la main tr√®s bien madame. ¬ęI¬Ľ 54? 54, levez la main s'il vous pla√ģt, 55? Venez jusqu'ici sur mon c√īt√© droit. 55? Qui a... est... √©tiez-vous le 55, la dame ici. 55. 56? Qui a le ¬ęI¬Ľ 56? tr√®s bien, madame. 57?¬ĽI¬Ľ 57? Levez la main, rapidement. 57? 58, levez la main vite, s'il vous pla√ģt. 59? [Passage blanc sur la bande. - N.D.√Č.]
E-71 ¬ęQui m'a touch√©?¬Ľ Est-ce que quelqu'un a lu cette histoire? Tr√®s bien. ¬ęQui m'a touch√©?¬Ľ Et Pierre le reprit; il dit: ¬ęNe dis pas, qui m'a touch√©, parce que Seigneur, tout le monde Te touche.¬Ľ Il lui dit: ¬ęMais Je vois qu'une Vertu est sortie de Moi.¬Ľ Il devint faible. Combien savent que la Vertu signifie la force! Certainement. La force. ¬ęJE devint faible.¬Ľ Il regarda autour de Lui avant de trouver la femme, Lui dit quel √©tait son mal et la pronon√ßa gu√©rie, Il dit que sa Foi l'a gu√©rie. N'est-ce pas! Eh bien! est-ce que la Bible dit que J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement! (H√©breux 13:8). Les √Čcritures ne disent-elles pas qu'Il est maintenant m√™me un Souverain Sacrificateur, qui peut compatir √† nos infirmit√©s! Celui dont je vous ai parl√© non pas au temple de Salomon, mais √† la maison de Dieu, assis √† la droite de Dieu Son corps physique, interc√©dant sur notre confession, un Souverain Sacrifice qui peut compatir √† nos faiblesses...! Est-ce que la Bible dit que dans le Livre des H√©breux? Que dites-vous pr√©dicateurs? Est-ce juste? Alors s'il est le m√™me Souverain Sacrificateur Il doit agir de la m√™me mani√®re si on Le touche, n'est-ce pas juste? Alors, comment agira-t-Il? Il dira les m√™mes choses.
E-72 Maintenant si vous gardez vos places, soyez respectueux, ne remuez pas, restez simplement respectueux, et vraiment silencieux, regardez simplement √† Dieu, et dites: ¬ęSeigneur, j'ai lu Ta Bible et depuis la r√©union de lundi soir, je L'ai sond√©e. J'ai vu que c'est exactement la V√©rit√©.¬Ľ Combien savent que c'est la V√©rit√©? Combien lisent la Bible et disent que c'est la V√©rit√©? J√©sus promit que dans ce jour, Il d√©verserait Son Esprit de nouveau en ce jour et le Proph√®te dit: ¬ęComme le soleil brille en Orient, il y aura un jour qui ne sera ni jour ni nuit, mais qu'au temps du soir la Lumi√®re appara√ģtra.¬Ľ Comme nous avons parcouru ces √Čcritures et montr√© comment J√©sus se pr√©senta lui-m√™me comme cela au terme de l'√Ęge Juif et √©vita les pa√Įens. Ils ne s'attendaient pas √† Sa venue. Mais aujourd'hui nous nous attendons qu'Il vienne. N'est-ce pas? Tr√®s bien. Alors, s'il y a... Dieu monte en sc√®ne pour agir, et Sa fa√ßon d'agir, Il prend une d√©cision pour la premi√®re fois, s'il est Infini et Parfait, Il devra agir de la m√™me fa√ßon chaque fois qu'on L'appelle sur Sc√®ne o√Ļ Il agit mal la premi√®re fois, est-ce juste? Alors √† la cl√īture de l'√Ęge des Nations, si nous arrivons √† rentrer dans la Gloire simplement sur nos credo et nos d√©nominations, et que les Isra√©lites--les Juifs il ne leurs fut pas permis de le faire et qu'ils devaient accepter le Signe de Celui qu'ils appel√®rent un diseur de bonne aventure, pour les condamner, et si les Nations rentrent sans cela, alors c'est un Dieu injuste qui agit d'une mani√®re avec un peuple et d'une autre mani√®re avec un autre peuple. Vous voyez! Il ne peut pas le faire. Il doit √™tre Dieu, Il doit agir de m√™me dans tous les cas. Alors, s'Il le fait combien L'aimeront et Le recevront? Tr√®s bien.
E-73 L'Esprit de Dieu est sur moi, comme son humble serviteur pour desservir dans le Nom de Son Fils, J√©sus. L'Ange du Seigneur que vous voyez sur la photo est ici sur l'estrade, AINSI DIT LE SEIGNEUR. Et je prends chaque esprit de chaque personne ici, sous mon contr√īle pour la Gloire de Dieu. Faites ce qu'on vous dit de faire. Vous verrez la Gloire de Dieu. Soyez respectueux. Tr√®s bien. Franck, est-ce que c'est l'homme? Tr√®s bien. Sachant qu'il n'y a pas une personne ici que je connaisse, en dehors du Docteur Vayle que je peux voir. Vous √™tes tous des √©trangers ici pour moi. Mais regardez √† Christ maintenant. Voyez si cet Ange du Seigneur, cette Colonne de Feu, au fond, si ce n'est pas le m√™me Esprit qui √©tait sur J√©sus-Christ, cela produira Sa Vie ce soir. Si cela produit une autre vie que la Sienne, alors ce n'est pas Lui. S'il le fait, chaque arbre est connu par les fruits qu'il porte. Alors, le monde scientifique et l'√©glise le savent. Qu'allez-vous faire de cela? Dans la Bible il y avait un homme du Nom de Philippe qui alla trouver son ami Nathana√ęl, et l'amena √† la r√©union pour la premi√®re fois, ce J√©sus n'avait jamais rencontr√© Nathana√ęl, et Il lui dit: ¬ęTu es un Isra√©lite en qui il n'y a pas de fraude.¬Ľ Il dit: ¬ęD'o√Ļ me connais-tu Rabbi? Et Il lui dit o√Ļ il √©tait, ou quelque chose qu'il avait sur le coeur avant la r√©union, et il Le reconnut comme √©tant le Christ.
E-74 Voulez-vous faire la m√™me chose, jeune homme? Je ne vous connais pas. Sommes-nous √©trangers l'un de l'autre? [Le jeune homme dit: ¬ęVous m'avez parl√© ce matin en allant d√©jeuner. - N.D.√Č.] Je vous ai parl√© ce matin en allant d√©jeuner, tout ce que j'ai dit c'√©tait: ¬ęcomment allez-vous ou quelque chose de ce genre!¬Ľ. C'√©tait la seule rencontre que nous ayons jamais eue. Je n'ai pas la moindre id√©e pourquoi vous √™tes l√†, monsieur. Vous √™tes seulement un jeune homme; c'est tout ce que je sais. Je ne me suis pas entretenu avec vous ou dit quelque chose, ou pos√© des questions ou que vous m'avez dit quoi que ce soit. Est-ce juste? Si le Seigneur me dit quel est votre mal, si je disais, ¬ęvous √™tes malade, je vais vous imposer les mains, vous allez √™tre gu√©ri.¬Ľ Vous pourriez croire cela. Mais quand serait-il si le Seigneur remontait dans votre vie, et disait quelque chose que vous savez que je ne connais pas du tout, alors vous--cela serait un miracle. N'importe qui sait qu'un miracle est quelque chose qui ne peut pas √™tre expliqu√©. Cela serait alors un plus grand miracle que pour ce fr√®re assis ici, de se lever de sa chaise roulante et de marcher ce soir, ou persistait--un plus grand miracle. S'il le fait, alors qui est-ce qui le fait?Alors, me voici. Savez-vous o√Ļ je me tiens, vous les chr√©tiens? Quelqu'un veut monter ici et prendre ma place? Vous √™tes les bienvenus. √Ä prendre la ligne de pri√®re vous √™tes les bienvenus. Chacun de vous dans la ligne de pri√®re sachez que je ne vous connais pas, levez vos mains vous tous dans la ligne de pri√®re. Vous voyez tout le monde. Vous tous ici qui savent que je ne les connais pas, levez la main. Alors (voyez!) aucune erreur; cela doit √™tre Dieu ou alors je vous ai dit un mensonge. Mais si vous prenez position pour Lui, Il prendra position pour vous, si vous √™tes appel√© √† le faire.
E-75 Me voici maintenant mes mains vers Dieu. Nous ne croyons pas devoir prononcer des serments, jurer, mais les mains de tous les deux sont lev√©es, pour montrer que nous ne nous sommes jamais rencontr√©s dans cette vie--seulement un homme montant sur l'estrade. Si le Seigneur Dieu me r√©v√®le pourquoi vous √™tes ici... Si vous √™tes malade, je ne pourrais pas vous gu√©rir, parce que je n'ai pas de puissance pour vous gu√©rir. Mais si le Seigneur Dieu me r√©v√®le pourquoi vous √™tes ici, votre mal, comme Il le fit avec la femme au puits, ou quelque chose comme √ßa, croiriez-vous qu'Il vous aime et aimerait vous donner votre d√©sir? Tr√®s bien. C'est bon. Est-ce que le reste de l'audience le croit, quand vous me voyez avec le gar√ßon tous les deux ici √† c√īt√© de la Bible de Dieu avec nos mains lev√©es en l'air, je ne l'ai jamais rencontr√© auparavant, pas plus que ce qu'il m'a dit: ¬ęcomment allez-vous ce matin¬Ľ et je lui ai dit ¬ębonjour.¬Ľ Alors quelque chose doit se passer. Maintenant, Le voici. Dieu doit parler ou je suis un menteur, et s'il ne le fait pas alors Sa Parole est fausse, parce qu'Il a promit de le faire. Il a dit: ¬ęJe suis le cep; vous √™tes les branches. Les oeuvres que Je fais vous les ferez aussi.¬Ľ Maintenant vous qui n'avez pas les cartes de pri√®res, priez; dites: ¬ęSeigneur, qu'il se tourne vers moi, comme il l'a fait l√†-bas. Il se peut que je sois un peu sceptique, Seigneur, pardonne-moi et fait qu'il me parle. Je sais qu'il ne me conna√ģt pas; cela √īterait tous les doutes de mon coeur.¬Ľ Voyez s'il ne le fait pas.
E-76 Comme je l'ai dit, je ne vous ai jamais vu. Nous sommes n√©s probablement √† des ann√©es d'intervalle, √† des kilom√®tres de distance l'un de l'autre et c'est la premi√®re fois que nous avons une conversation. Mais si le Dieu du Ciel qui vous a nourrit toute votre vie, qui vous conna√ģt et Il me conna√ģt, s'Il me disait votre mal, croiriez-vous que je sois Son Proph√®te, ou Son serviteur? Si l'auditoire peut encore entendre ma voix, le jeune homme qui se tient √©loign√© de plusieurs pieds de moi, mais entre moi et lui se tient cette Lumi√®re. Et le jeune homme est conscient que quelque chose se passe. Ce que c'est, je vais vous... Il ne se tient pas ici pour lui-m√™me; je vois un enfant appara√ģtre. C'est une petite fille; elle a la polio, et Il se tient... Dieu te b√©nisse, fils. Puisse le Seigneur Dieu t'accorder ta requ√™te c'est ma pri√®re. Amen. Dieu soit avec toi, fils. Croyez-vous? Qu'est-ce que c'est? La reine du midi vient des extr√©mit√©s de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, par un Don, et voici un plus grand... Ce n'est pas moi, un plus grand que Salomon est ici, le Saint-Esprit, le m√™me Saint-Esprit. Le Saint-Esprit qui reposait sur Christ op√©rant dans Son √Čglise. Si ce jeune homme n'aurait jamais cru, √ßa ne serait jamais arriv√©.
E-77 Cette femme ici, je ne vous connais pas madame. Je ne vous ai jamais vue de ma vie. C'est la premi√®re fois que nous nous rencontrons n'est-ce pas? Si c'est juste voulez-vous bien lever votre main! Tr√®s bien. Prenez Saint Jean 4, maintenant pour exemple, voyez si J√©sus vit aujourd'hui, s'Il est ressuscit√© des morts. Un homme et une femme se rencontrent pour la premi√®re fois de la vie, une femme Samaritaine et un homme Juif. J√©sus √©tait assis au puits; la femme vient pour puiser de l'eau. Il lui demande √† boire; elle dit: ¬ęCe n'est pas la coutume, il y a la s√©gr√©gation.¬Ľ Et J√©sus continua √† lui parler jusqu'√† ce qu'Il ait trouv√© o√Ļ √©tait son probl√®me, et Il lui dit o√Ļ √©tait son probl√®me. Combien en ont jamais lu l'histoire? Et Il lui dit son probl√®me, Il dit: ¬ęVa chercher ton mari et vient ici.¬Ľ Elle dit: ¬ęJe n'en ai point.¬Ľ - C'est juste, tu en as cinq. Et elle lui dit: ¬ęMonsieur...¬Ľ Elle ne L'a jamais trait√© de diable. Elle ne L'a jamais trait√© de diseur de bonne aventure, comme les pr√©dicateurs le firent. Elle dit: ¬ęMonsieur je m'aper√ßois que tu es un Proph√®te.¬Ľ Elle en savait plus sur Dieu que les pr√©dicateurs m√™me si elle √©tait une prostitu√©e. Elle dit: ¬ęJe m'aper√ßois que tu es un Proph√®te. Nous savons que le Messie doit venir, √ßa sera le Signe du Messie. Le Messie nous dira toutes ces choses.¬Ľ Est-ce que la Bible dit cela, dites ¬ęAmen¬Ľ, si la Bible le dit. [L'assembl√©e r√©pond: ¬ęAmen.¬Ľ - N.D.√Č.] Certainement. Alors si c'√©tait le Signe du Messie alors, s'Il est ressuscit√© des morts et qu'Il vit, c'est le Signe du Messie ce soir, car Il est Le m√™me hier, aujourd'hui et pour toujours.
E-78 Donc, voici la femme, nous ne sommes pas √† la m√™me √©poque, la premi√®re fois que nous nous sommes rencontr√©s. Je ne vous ai jamais rencontr√© de ma vie; je ne sais rien √† votre sujet. Et si Dieu me r√©v√®le le secret de votre coeur, alors cela doit venir par une puissance; c'est √† vous de... Si vous dites que c'est le diable alors vous recevrez sa r√©compense, si vous dites que c'est Dieu vous recevrez Sa r√©compense. Je ne vous connais pas, Dieu vous conna√ģt. Je ne suis qu'un homme. La dame, si l'audience peut encore entendre ma voix, elle semble me quitter; elle est tr√®s consciente que quelque chose se passe. Et la femme souffre d'un mal √† ses pieds. Elle a un probl√®me aux pieds. C'est juste. Si c'est juste levez votre main. Comment puis-je le savoir? Diriez-vous que j'ai devin√©? Laissez-moi vous montrer. Que Dieu l'accorde s'Il le veut. Soyez r√©v√©rencieux. C'est une bonne personne; laissez-moi lui parler un peu plus longtemps, si nous devons raccourcir un peu, je veux lui parler, pour que vous voyiez. Je ne sais pas ce que je vous ai dit. Quoi que ce soit, c'√©tait la V√©rit√©, parce que ce n'√©tait pas moi qui a parl√©, c'√©tait quelque chose d'autre qui a parl√©. Je serais comme ce microphone muet; √† moins que quelque chose ne parle, il ne peut parler. Je ne pourrais rien dire de mal de vous, ou √† votre √©gard, sans le savoir, √† moins que quelque chose ne parla √† travers moi. Il doit en √™tre ainsi. Croyez-vous que c'√©tait Dieu? Oui. Merci. ¬ęVous verrez des choses plus grandes que celles-ci¬Ľ, J√©sus dit √† Nathana√ęl. Oui, je vois la femme qui revient. C'est ses pieds et ils lui font mal. Et elle a eu une, deux, trois op√©rations √† ses pieds. C'est exact. Et en passant, vous √™tes une infirmi√®re, pour commencer, c'est juste. Vous devez vous tenir sur vos pieds. C'est vrai. Croyez-vous que je sois le Proph√®te de Dieu? Je vais vous dire une autre chose; vous √™tes membre d'une √©glise; vous allez √† l'√©glise! et votre √©glise vous √™tes Baptiste; C'est ¬ęAINSI DIT LE SEIGNEUR.¬Ľ Si c'est juste, levez la main. Allez √† la maison et soyez gu√©rie. Votre Foi vous gu√©rit. Amen.
E-79 Est-ce que vous croyez? Ayez Foi en Dieu. Nous sommes étrangers l'un de l'autre, je suppose, madame. C'est la première fois que nous nous rencontrons. Si le Seigneur Dieu... Maintenant, quelque chose c'est passé, juste une minute. Je vois une ombre sombre passer en esprit, et ce n'est pas cette femme. Alors, quelqu'un L'a touché. Là-bas dans le coin ici, l'épilepsie, vous avez l'épilepsie. Ne vous inquiétez pas. Est-ce que vous croyez Dieu de tout votre coeur? Rentrez à la maison et ils vous quitteront. Ayez Foi en Dieu. Je veux voir juste une minute. Madame, est-ce que vous aviez une carte de prière? Vous n'avez pas une carte de prière? Vous n'aviez pas de carte de prière. Je ne vous connais pas, n'est-ce pas? Je ne vous ai jamais connue, vous n'avez jamais eu une carte de prière? Très bien, mais votre Foi... Vous avez touché quelque chose, qu'avez-vous touché? Votre Foi a touché le Souverain Sacrificateur; Il s'est retourné. Le diable s'est énervé; c'est ce qui s'est passé. Rejetez-le simplement, quand ça recommence, refusez-le, éloignez-vous, vous serez guérie.
E-80 Vous Madame, croyez-vous que je sois Son Serviteur? Si Dieu me r√©v√®le pourquoi vous √™tes ici, croiriez-vous de tout votre coeur? Vous souffrez, une chose, quelque chose qu'on place autour de votre bras. Un docteur qui pompe... c'est de l'hypertension. C'est juste. Je vous vois dans un bureau de docteur. Il est en train de pomper le sang, et il dit, c'est l'hypertension, trop de tension pour votre √Ęge. C'est juste. Un homme assez bien b√Ęti. Exacte. Donc, vous savez, je ne pouvais pas savoir cela, je n'√©tais pas l√† avec vous. Mais je l'√©tais il y a quelques instants; Dieu conna√ģt tout ce que vous avez fait. Maintenant est-ce que vous croyez? Un instant, la femme aussi a quelque chose qui ne va pas, parce que, je le vois faire quelque chose d'autre. Oui, il est en train de vous examiner, vous souffrez du coeur. C'est la v√©rit√©. Vous souffrez aussi de la peau, et ce mal c'est curieux, c'est sous votre bras. C'est juste. Et vous souffrez d'un mal de t√™te. Croyez-vous que Dieu conna√ģt qui vous √™tes. Mademoiselle Pearl. C'est tout √† fait juste. Rentrez chez vous. J√©sus-Christ vous gu√©rit. Amen. Vous savez quand √ßa arrive. Ayez simplement la Foi en Dieu.
E-81 Ch√®re Soeur, je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vu de ma vie, mais Dieu vous conna√ģt. Si Dieu me r√©v√®le le pourquoi vous √™tes ici, allez-vous croire que je suis Son Serviteur, et L'accepter? Pourquoi √™tes-vous ici, parce que je prie pour vous, c'est vos yeux. Alors quelqu'un dira bien s√Ľr, elle a des lunettes c'est pour √ßa qu'il l'a dit. Non, ce n'√©tait pas √ßa. Examinons √ßa. Vous aussi vous souffrez des nerfs, vous √™tes dans un mauvais √©tat nerveux. C'est juste. Les yeux et les nerfs. Mademoiselle Matthews, vous pouvez rentrer chez vous et √™tre gu√©rie. J√©sus-Christ vous gu√©rit. Cela a enlev√© tout le doute n'est-ce pas? Amen. Ayez la Foi en Dieu; ne doutez pas. Maintenant, je... vois, je deviens tr√®s faible, l'audience commence √† s'effacer de ma vue. Maintenant croyez simplement. Ayez la Foi. Maintenant, le... J√©sus est ici sur l'estrade, qui op√®re de cette fa√ßon, Il est exactement le m√™me l√†-dehors. Croyez-vous cela?
E-82 La dame assise l√† avec cette maladie de la peau, un mal de la peau. Vous croyez que le Seigneur vous gu√©rira? Oui. Tr√®s bien, vous pouvez avoir votre gu√©rison. La dame √† c√īt√© d'elle, a un... Une autre en face de vous, le second, elle a aussi une maladie de la peau, c'est juste. Alors, si vous me croyez √™tre Proph√®te de Dieu, posez votre main sur la femme au milieu de vous; elle a le diab√®te. Posez votre main sur elle, et vous pouvez tous √™tre gu√©ris. Est-ce que vous croyez? Qu'est-ce qu'ils ont touch√©? Qu'ont-ils touch√©? Ils ont touch√© le Souverain Sacrificateur, pas moi. Je ne les conna√ģt pas, je ne les ai jamais vus de ma vie. Ayez la Foi en Dieu. Vous voyez! Croyez seulement.
E-83 Qui que ce fut qu'Il appela, o√Ļ qu'il soit... Vous dites: ¬ęComment √ßa se fait Fr√®re Branham?¬Ľ Je regarde simplement cette Lumi√®re-l√†, o√Ļ elle se dirige. Et la Lumi√®re s'arr√™te sur quelqu'un et √ßa √©clate et je vois une vision qui se produit. J√©sus a dit: ¬ęJe ne fais rien jusqu'√† ce que le P√®re me le montre premi√®rement, ce qu'il faut faire.¬Ľ Est-ce juste? Saint Jean... Il voyait dans une vision, quoi faire, ou bien il a dit quelque chose de faux. ¬ęEn v√©rit√© en v√©rit√© je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-m√™me, Il ne fait que ce qu'Il voit faire du P√®re.¬Ľ Alors ils l'appellent diseur de bonnes aventures, l'Esprit de Dieu. Qu'est-ce qu'un diseur de bonnes aventures? Un esprit perverti, le diable. Les diseurs de bonnes aventures ne pr√™chent pas l'√Čvangile, et appellent √† la repentance, et prie pour les malades et ainsi de suite. C'est votre Foi en Dieu. Il est un Dieu vivant. Soyez simplement respectueux.
E-84 Quelqu'un s'il vous pla√ģt. Je continue √† voir une jeune femme en vous, mais je ne sais pas o√Ļ elle est. Cela continue √† partir. Soyez respectueux maintenant. L√†-bas dans le fond, je ne peux pas vous dire combien... o√Ļ √ßa se trouve. C'est un homme, assis ici, la Lumi√®re est au-dessus de lui, il a une maladie de la v√©sicule biliaire. Il est en pri√®re pour cela. Tout au fond l√†-bas. Il prie aussi pour son beau-p√®re qui est infirme. Est-ce que vous croyez, monsieur? Levez vos mains si vous croyez. Si c'est la v√©rit√©, agitez vos mains comme cela. Vous n'avez pas de carte de pri√®re? Non. Tr√®s bien. Rentrez √† la maison et trouvez-le comme vous l'avez cru, au Nom du Seigneur J√©sus. Qu'a-t-il touch√©? Qu'a-t-il fait? Demandez-lui. Il priait et Dieu l'a exhauss√©. Si c'est vrai, monsieur, agitez votre main. L'homme dans le fond qui vient d'√™tre gu√©ri, agitez la main si c'est vrai, si vous √©tiez en train de prier. Vous voyez! Peu importe o√Ļ vous √™tes. Ayez la Foi en Dieu. Croyez-vous que je sois Son Serviteur? Vous √™tes consciente, soeur, que quelque chose se passe. Se tenir en pr√©sence d'un homme ne vous donne pas la sensation que vous avez, parce que vous √™tes chr√©tienne, et ce Saint-Esprit est si proche de vous, Il fait que tout votre visage et votre √™tre s'√©claire pour moi. Il se d√©place. Voyez-vous, je suis le Serviteur de Dieu. Vous √™tes le Serviteur de Dieu. Et Dieu m'a donn√© un don pour vous exprimer Son Amour ou l'oeuvre achev√©e qu'Il a faite pour vous. Vous voyez! Vous √™tes un chr√©tien, je veux dire une chr√©tienne n√©e de nouveau. Tr√®s bien. Vous souffrez d'une n√©vrose √† l'extr√™me. Vous devenez mentalement nerveuse, et vos pires moments viennent le soir. Vous devenez vraiment faible et accabl√©e. Vous d√©testez voir le soleil descendre, et faire des raies dans le Ciel; Je vous vois en train de vous en cacher le visage. Et le... Satan vous a dit que vous allez perdre la raison √† cause de cela. Il est un menteur. Vous √™tes en pr√©sence de Christ. Voici une autre chose, si vous me croyez √™tre le Proph√®te de Dieu, vous savez cela--ou Son Serviteur... ce nom achoppe les gens; je ne suis pas Son Proph√®te; je ne suis qu'un homme. Vous voyez! Mais vous aussi, vous souffrez de la pyorrh√©e de gencives. C'est ¬ęAINSI DIT LE SEIGNEUR.¬Ľ Et vous voulez aussi que je prie, ce qui vient d'√™tre demand√© en pri√®re concernant votre trop grand poids. C'est juste. Et vous avez une grande requ√™te sur le coeur, une requ√™te loyale, vous voulez devenir, m√®re, et embrasser un b√©b√© dans vos bras. C'est ¬ęAINSI DIT LE SEIGNEUR.¬Ľ Allez et recevez-Le; Je te b√©nis, ma soeur, au Nom du Seigneur J√©sus-Christ. Amen.
E-85 Ayez Foi en Dieu. Ne doutez pas. Je ne vous connais pas, madame. Dieu vous conna√ģt, mais vous croyez que je suis Son Serviteur. Juste une minute. Vous avez une maladie de femme et une maladie des reins. Vous √©tiez assise l√† en priant pendant les quelques derni√®res minutes. C'est la femme que j'ai vue il y a un moment, et vous devez vous faire op√©rer pour cela, mais vous avez refus√© de vous faire op√©rer, parce que vous avez pri√© avant de venir √† la r√©union, et vous avez dit: ¬ęSeigneur Dieu, laisse-moi aller dans cette file et je serai gu√©rie.¬Ľ Si c'est juste levez votre main vers Dieu. Tr√®s bien. Rentrez chez vous et soyez gu√©rie, votre Foi vous a gu√©ri. Croyez-vous que je sois Son Serviteur? Je ne vous connais pas. Dieu vous conna√ģt, mais s'Il veut me r√©v√©ler pourquoi vous √™tes ici, quel est votre probl√®me, allez-vous l'accepter? C'est partout dans le b√Ętiment, partout, que chacun soit r√©v√©rencieux. Ayez la Foi, ne doutez pas. Le voil√†. La petite femme assise ici au bord, elle souffre d'un √©tat nerveux, elle priait en son coeur, ¬ęDieu fait qu'il m'appelle.¬Ľ C'est juste, madame, avec votre mouchoir en l'air, si c'est pour cela que vous priez, agitez votre main comme ceci. Il a entendu votre pri√®re. La petite dame au col blanc, ¬ęAINSI DIT LE SEIGNEUR¬Ľ, rentrez chez vous, votre Foi vous a gu√©rie. Je d√©fie votre Foi, n'importe o√Ļ, de le croire.
E-86 Vous √™tes ici pour quelqu'un d'autre; c'est un enfant. C'est votre petit fils et votre petit fils n'est pas ici, il est dans un autre √©tat, la Georgie. Et il a une esp√®ce de maladie; l'enfant, il a quelque chose qui ne va pas avec ses muscles. C'est une maladie de la peau et des muscles. C'est juste. Et ici, qu'elle sache que je suis le Proph√®te de Dieu; vous vous pr√©parez √† aller aux champs de mission tout de suite. C'est ¬ęAINSI DIT LE SEIGNEUR.¬Ľ Allez, et que Dieu aille avec vous, et croyez de tout votre coeur, et recevez ce que vous avez demand√©. Le croyez-vous, venez et croyez maintenant.
E-87 Ce mal du dos vous a quitt√© assis l√†, pendant que vous √©tiez assise l√†, soeur, prenez simplement votre route. Et les reins et les choses, prenez simplement votre route... la nervosit√©... Vous √™tes gu√©rie de toute fa√ßon. Allez en croyant Dieu. Votre probl√®me du coeur vous a quitt√© pendant que vous vous teniez ici. Prenez votre route en vous r√©jouissant, dites: ¬ęMerci, Seigneur.¬Ľ Vous √™tes d√©j√† gu√©rie. Tr√®s bien. Venez ici, madame; vous √™tes nerveuse. Mais √ßa, c'est parce que vous avez une maladie d'estomac, un probl√®me digestif. Vous ne pouvez pas manger proprement. Des ulc√®res dans l'estomac; vous avez de l'acide sur votre...?... C'est juste. Je vous vois vous d√©tourner de la table. Le caf√© vous rend malade, ou toute chose semblable, qui contient de l'acide. Rentrez chez vous et mangez. J√©sus-Christ vous gu√©rit. Croyez de tout votre coeur.
E-88 Venez juste une minute. Quelque chose s'est pass√©. Soyez respectueux, r√©v√©rencieux. Qu'en pensez-vous, monsieur. Est-ce que vous croyez? Cet homme assis ici, vous √©tiez profond√©ment en pri√®re au sujet de quelque chose, et vous √©tiez en train de croire. Je ne vous connais pas; pour autant que je sache, je ne vous ai jamais vu de ma vie, mais Dieu vous conna√ģt. Si Dieu me disait pourquoi vous priez, me croiriez-vous √™tre le Proph√®te de Dieu, ou Son Serviteur? Vous avez des varices. Vous voulez qu'Il les gu√©risses. Si c'est juste, tenez-vous debout. Alors, voulez-vous faire quelque chose pour moi, en tant que fr√®re, voulez-vous m'√©couter en tant que Proph√®te de Dieu. Arr√™tez de fumer; Dieu vous gu√©rira. Voulez-vous le faire? Levez votre main; promettez-moi que vous le ferez. Alors asseyez-vous. Allez et soyez gu√©ri. Votre trouble du coeur vous a quitt√© pendant que vous vous teniez ici. Allez, continuez votre route, et r√©jouissez-vous et dites: ¬ęMerci, Seigneur.¬Ľ
E-89 Regardez ici audience, je veux vous montrer, un grand pourcentage de cette audience souffre de la m√™me chose que vous, un √©tat nerveux. Vous perdez simplement les p√©dales, vous ne pouvez pas vous retenir. C'est juste. Dieu est r√©el, n'est-ce pas? Regardez ici. Tout le monde est nerveux--vous √™tes d√©rang√©s par un d√©r√®glement nerveux, tenez-vous debout juste une minute. Tenez-vous debout juste une minute. Je veux vous montrer quelque chose de la part de Dieu. Je vous vois en train de descendre de quelque chose, c'est une marche. Descendant de c√īt√©, de l'arthrite. C'est juste. Tous ceux qui ont des ennuis avec de l'arthrite, tenez-vous debout. Vous avez une maladie de dame; vous l'avez eue depuis longtemps. C'est un ovaire, un abc√®s; vous avez un √©coulement de celui-ci. Il y en a beaucoup l√†-bas dans l'audience. Regardez. Chaque femme souffrant d'une maladie de dame, tenez-vous debout. Tenez-vous ici, juste une minute. La (n√©vrose) nervosit√©, vous √™tes m√Ľre pour un peu de repos. Tenez-vous droite juste une minute, les gens nerveux sont d√©j√† debout. Oh! piti√©, il y a ici une ombre noire de cancer. Croyez-vous que Dieu va vous gu√©rir? Vous le savez c'est juste, m√®re. Levez-vous. Tous ceux qui sont importun√©s par un cancer, tenez-vous debout, partout. Maintenant ils me touchent mon dos; je sais que √ßa veux dire que je suis pr√™t √† tomber. Vous voyez! Alors juste une minute.
E-90 Dieu conna√ģt chacun de vous. J'ai √©t√© aussi honn√™te avec vous, que je puisse l'√™tre. Ai-je trouv√© faveur √† vos yeux? Croyez-vous que je dise la v√©rit√©, Dieu le soutient √™tre la v√©rit√©? Si un homme dit quelque chose, cela peut √™tre une chose, mais si Dieu ne parle pas que c'est la v√©rit√©, ce n'est pas la v√©rit√©. Mais s'Il le parle, alors croyez Dieu. Est-ce juste? Alors, faites ce que je vous dis de faire. Si chaque personne malade ici... Chacun de vous croit. Et √©coutez, chacun de vous est gu√©rit, si vous allez le croire maintenant m√™me. La gu√©rison c'est quelque chose que J√©sus a fait pour vous, il y a dix-neuf cents ans. Qu'en est-il de vous dans la chaise avec la polio et le reste, et qui est handicap√©. Ne--ne--ne pensez pas que vous n'√™tes pas--que vous √™tes incurable. Ayez la Foi en Dieu. Je ne peux pas vous gu√©rir, mais votre vie, vous ne pouvez pas la cacher. Croyez en Dieu maintenant m√™me, chacun de vous et tenez-vous debout, croyez Dieu, acceptez votre gu√©rison, et Dieu r√©tablira chacun de vous. Si vous le croyez, levez-vous, acceptez-Le, levez vos mains, dites: ¬ęMerci, Seigneur pour ma gu√©rison.¬Ľ Le voici, le Saint-Esprit se meut au-dessus du b√Ętiment. Au Nom de J√©sus-Christ, je demande au diable de sortir du b√Ętiment, et chaque personne en Pr√©sence Divine peut √™tre compl√®tement gu√©rie par ses meurtrissures, et le Pouvoir du Seigneur J√©sus.

En haut