ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Vivant, Mourant, Enseveli, Ressuscitant, Revenant / 59-0403 / Los Angeles, California, USA // SHP 1 heure et 8 minutes PDF

Vivant, Mourant, Enseveli, Ressuscitant, Revenant

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Soeur McPherson passait par cette petite porte pour venir ici sur l’estrade, et sa mĂ©moire est toujours vivante ici, j’en suis certain.
J’ai pris de petites vacances pour environ trois jours et je suis allĂ© pĂȘcher en Floride. J’essaie de faire reposer un tout petit peu ma voix. Alors j’ai vraiment eu une expĂ©rience lĂ -bas. Je pensais peut-ĂȘtre que je pouvais plutĂŽt vous en faire part ce soir. Nous pĂȘchions dans–au fond des marĂ©cages d’Okeechobee, et j’avais attrapĂ© un beau chapelet de poissons.
Et un des frĂšres qui Ă©tait avec moi, qui... frĂšre Evans de Tifton, en GĂ©orgie. Il avait un frĂšre qui vivait lĂ -bas, et le... tout prĂšs des marĂ©cages, et il pĂȘchait tout le temps dans les marĂ©cages. Et il avait une fois insistĂ© que j’aille chez lui. Alors j’étais tout rĂ©cemment chez frĂšre Theo Jones. Et ce matin-lĂ , je devais prendre le petit dĂ©jeuner avec–avec frĂšre Evans.
E-2 Alors que je m’apprĂȘtais Ă  quitter la maison, j’ai vu dans une vision frĂšre Evans qui essayait de cacher un sac de poissons Ă  la vue du garde-chasse. Alors, je–j’ai dit: «FrĂšre Evans, je ne veux pas blesser vos sentiments, mais lĂ  oĂč vous pĂȘchez c’est un peu comme des marĂ©cages, n’est-ce pas?»
Il a dit: «C’est vrai.»
J’ai dit: «Vous, deux de vos fils et un autre homme, vous Ă©tiez lĂ -bas tout rĂ©cemment, et vous aviez un sac plein de poissons, et vous aviez peur que le garde-chasse ne vous attrape, et vous avez cachĂ© ces poissons Ă  cinq reprises avant que vous sortiez de lĂ .»
Et il a dit: «C’est vrai, c’est exact.»
Alors, son frĂšre faisait la pĂȘche une semaine ou deux avant cela, et–ou plutĂŽt un ou deux mois (Excusez-moi), et il a Ă©tĂ© mordu par un serpent Ă  sonnette. C’est un serpent Ă  sonnette un peu diffĂ©rent du crotale diamantin que vous avez par ici, mais il est trĂšs venimeux. Je crois que le corps de ce jeune avait doublĂ© de volume, et on l’avait mis sous traitement mĂ©dical. Il Ă©tait un pĂ©cheur, il n’était pas un chrĂ©tien. Alors il a passĂ© des moments affreux. Il s’est rĂ©tabli, et il avait une jambe dans le plĂątre lĂ  oĂč le serpent avait... On pensait qu’on devrait peut-ĂȘtre lui amputer cette jambe-lĂ , parce qu’elle Ă©tait en trĂšs mauvais Ă©tat.
E-3 Ensuite, lorsque nous Ă©tions lĂ , son frĂšre qui Ă©tait un chrĂ©tien pĂȘchait Ă  cĂŽtĂ© de moi. Et j’avais un gros poisson au bout de la ligne, mais j’avais juste une petite canne. Et je le tirais dans tous les sens dans le marĂ©cage, essayant de le prendre. Et lorsque je suis parvenu Ă  l’épuiser et Ă  l’amener au bord des roseaux, alors, monsieur Evans a dit: «Un instant, FrĂšre Branham.» Et il a retirĂ© ses chaussures, il a retroussĂ© son pantalon, il a dit: «Je vais le prendre pour vous.» Et il s’est prĂ©cipitĂ© lĂ .
Et comme il s’avançait, un gros serpent Ă  sonnette roux l’a mordu. Et il a lĂąchĂ© un cri et il est retournĂ© sur la berge en courant, et il a dit qu’il sentait comme si l’os de cette jambe s’était glacĂ©, cela faisait trĂšs mal. Eh bien, si quelqu’un sait ce que c’est qu’une morsure de serpent, vous devenez malade aussitĂŽt.
E-4 Alors je me suis dit: «Eh bien, si je devais le porter sur cette distance de deux miles [3,21 km], il est bien plus gros que moi, comment arriverais-je Ă  le faire sortir de ces marĂ©cages?» Et juste Ă  ce moment-lĂ , cette Ecriture m’est venue Ă  l’esprit: «Ils marcheront sur la tĂȘte des serpents et des scorpions.» Et j’ai dit: «Un instant, frĂšre Evans, je...» Et j’ai placĂ© ma main sur l’endroit oĂč les deux crochets avaient pĂ©nĂ©trĂ© la chair, et un mince filet de sang coulait des trous lĂ  oĂč le serpent l’avait mordu, j’ai dit: «PĂšre cĂ©leste, Ta Parole... Il est dit dans Ta Parole qu’ils marcheront sur la tĂȘte des serpents et que cela ne leur fera aucun mal.»
A peine avais-je dit cela que... Il a dĂ» se tenir debout Ă  cĂŽtĂ©. Et Il a exaucĂ© la Parole qui avait Ă©tĂ© citĂ©e, et le–et toute la douleur avait immĂ©diatement cessĂ©. Nous avons pĂȘchĂ© le reste de la journĂ©e, et nous sommes rentrĂ©s ce soir-lĂ , et son frĂšre a dit: «Va sans tarder Ă  l’hĂŽpital, a-t-il dit, parce que, oh! cela pourrait Ă  nouveau se dĂ©clencher Ă  n’importe quel moment.»
Et son frĂšre chrĂ©tien a dit: «Si Dieu a pris soin de moi jusqu’ici, Il prendra soin de moi le reste du chemin.» Et il n’a plus jamais senti une seule douleur. C’est le Seigneur JĂ©sus qui a fait cela. On a intĂ©rĂȘt Ă  ĂȘtre chrĂ©tien. Le pĂ©cheur a Ă©tĂ© mordu et il en Ă©tait presque mort. Le chrĂ©tien a Ă©tĂ© mordu et il n’a mĂȘme pas eu besoin de recevoir des soins mĂ©dicaux. Cela montre que chaque Parole qui se trouve dans le Livre de Dieu est vraie, chaque Parole, chaque chapitre, chaque verset, chaque ligne est la vĂ©ritĂ©.
E-5 Eh bien, je... On a Ă©tĂ© si gentil envers nous ici au temple. Et il m’a Ă©tĂ© dit de faire juste comme le Seigneur me conduira. Vous ne pourriez pas dĂ©sirer mieux que cela, n’est-ce pas? Et ainsi, j’ai dit: «Eh bien, nous allons... Nous allons parler Ă  l’assemblĂ©e pendant quelques soirĂ©es, et essayer de bĂątir leur foi, et ensuite nous allons commencer la ligne de priĂšre et prier pour les malades; et tout ce que l’Esprit nous dira de faire, c’est ce que nous essayerons de faire.»
Ce soir, je me suis dit, comme je suis fatiguĂ© et que je viens d’arriver, que j’allais juste vous parler un peu ce soir sur base de la Parole, pas pour vous garder trop longtemps, pour que nous puissions juste commencer cette sĂ©rie de rĂ©unions.
E-6 Et puis, si... Je crois que Los Angeles est prĂȘte pour un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode. J’ai toujours cru que Dieu n’a pas encore lĂąchĂ© Los Angeles. Il a toujours Sa main ici. Il y a tellement de choses qui vont avec ceci. Et comme ce Temple ici qui a Ă©tĂ© Ă©rigĂ© sur la priĂšre, les larmes et les sacrifices. Et Dieu ne peut tout simplement pas oublier ces choses. Et des hommes et des femmes qui, aujourd’hui, travaillent pour le garder ainsi... Puissions-nous nous associer Ă  eux, les visiteurs et moi. Faisons tout notre possible pour amener les malades, les affligĂ©s et les pĂ©cheurs. Si nous amenons les pĂ©cheurs Ă  ĂȘtre sauvĂ©s, un rĂ©veil va se dĂ©clencher. Car c’est ça l’essentiel.
Dieu guĂ©rit les malades; nous savons cela. Et nous ne nous en faisons pas lĂ -dessus. Il le fera. Mais pour ce qui est d’amener les pĂ©cheurs Ă  ĂȘtre sauvĂ©s, c’est avec cela que nous voulons commencer.
E-7 Maintenant, juste avant que nous lisions la Parole, parlons Ă  l’Auteur, alors que nous inclinons nos tĂȘtes, je vous prie.
TrĂšs Bienveillant PĂšre, c’est un grand privilĂšge de savoir que nous pouvons commencer ce service ce soir exactement suivant l’ordre des Ecritures. Car nous lisons dans les Ecritures que la musique prĂ©cĂ©dait la bataille. On jouait d’abord les cantiques, et ensuite l’Arche de l’alliance suivait, et enfin c’était la bataille. Et ce soir, aprĂšs que la plus belle musique a Ă©tĂ© jouĂ©e, que les cantiques ont Ă©tĂ© chantĂ©s, maintenant nous allons apporter la Parole. Et ensuite, la bataille peut commencer. Nous prions, ĂŽ Dieu, que les Anges de Dieu prennent position dans chaque coin, chaque allĂ©e, et Ă  chaque siĂšge qu’il y a dans cette salle. Qu’il y ait une telle conviction Ă  l’ancienne mode que personne de ceux qui sont entrĂ©s dans cette salle Ă©tant des pĂ©cheurs ne sorte dans le mĂȘme Ă©tat. Et que tout celui qui est entrĂ© n’étant pas sauvĂ©, que Dieu le sauve pour la gloire de Son Royaume.
E-8 Nous Te prions aussi, Seigneur, de Te souvenir de ceux qui sont malades et dans le besoin, de ceux qui sont affligĂ©s et qui ont tant besoin de la grĂące de Ta puissance de guĂ©rison dans leur corps. Ils dĂ©sirent travailler pour Toi. Et sans doute qu’ils ont fait bien des promesses, et qu’ils se sont consacrĂ©s Ă  Toi; et dans leur consĂ©cration, ils ont fait de grandes promesses selon lesquelles ils feraient certaines choses. Exauce leurs priĂšres, Seigneur. Que ceci soit pour eux un temps de visitation. BĂ©nis le Temple et tout ce qu’il soutient, ainsi que ceux qui y travaillent. Et nous Te prions, Seigneur, d’envoyer un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode tel que c’était du vivant de la fondatrice lorsqu’elle entrait dans cette salle et en sortait. Ce serait une chose merveilleuse qu’elle soit en mesure ce soir d’entendre et de contempler cette scĂšne. Je suis certain que c’était le dĂ©sir de son coeur de voir un autre rĂ©veil dans cette ville qu’elle a aimĂ©e et pour laquelle elle a travaillĂ© avec les gens. Accorde-le, Seigneur. Et nous fermerons nos yeux, inclinerons nos tĂȘtes et cĂ©lĂ©brerons Tes louanges. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-9 Partant du passage de la Parole ici qui m’est venu Ă  l’esprit, j’aimerais lire une Ecriture trĂšs familiĂšre et bien connue, je dirais, mĂȘme du plus petit enfant de l’école maternelle: Jean 3.16.
Car Dieu a tant aimĂ© le monde qu’il a donnĂ© son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne pĂ©risse... ait la vie Ă©ternelle.
Et ensuite, dans Psaumes, chapitre 22, verset 11 [12 en français], j’aimerais lire ceci:
Ne t’éloigne pas de moi quand la dĂ©tresse est proche, quand personne ne vient Ă  mon secours!
Et j’aimerais prendre comme sujet ce soir cinq mots et m’étendre dessus pendant quelques instants. Le premier c’est Vivant, et le deuxiĂšme c’est Mourant. Le troisiĂšme c’est Enseveli. Ressuscitant, c’est le quatriĂšme. Revenant, c’est le cinquiĂšme. Vivant, mourant, enseveli, ressuscitant, revenant. Cela suffit pour me garder ici jusqu’à demain matin, mais–et apparemment il n’y a rien pour justifier ce sujet. Mais nous allons parler de chacun de ces mots pendant quelques moments.
Je pense que ces paroles, que David avait Ă©crites ici lorsqu’il Ă©crivait le Psaume 22, commencent par le cri de Christ au Calvaire. «Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi M’as-Tu abandonnĂ©?»
Voici la raison pour laquelle j’ai choisi ceci: PĂąques vient de passer, et les–les gens sentent encore l’impact de ce glorieux jour oĂč Dieu avait prouvĂ© que JĂ©sus Ă©tait Son Fils, en Le ressuscitant le troisiĂšme jour conformĂ©ment aux Ecritures. Et en vivant, Il m’a aimĂ©. Le poĂšte a exprimĂ© cela lorsqu’il a dit:Vivant, Il m’aima; Mourant, Il me sauva;Enseveli, Il emporta mes pĂ©chĂ©s au loin;Ressuscitant, Il me justifia gratuitement Ă  jamais:Un jour, Il va venir, oh! quel jour glorieux!
E-10 Et de Son vivant, Il a aimĂ©, parce qu’Il Ă©tait Dieu; et Dieu est Amour. Et jamais personne ne peut aimer comme JĂ©sus a aimĂ©. Depuis la toute premiĂšre fois que Ses petites mains de bĂ©bĂ© avaient touchĂ© les jolies joues de Sa ravissante mĂšre, Il Ă©tait Amour Ă  partir de lĂ  jusqu’au moment oĂč Il a pardonnĂ© Son dernier ennemi sur la croix. Il Ă©tait l’expression de l’amour de Dieu. Personne ne pourrait aimer comme JĂ©sus. Dieu, en Ă©tant manifestĂ© dans un tout petit bĂ©bĂ©, vint dans le but d’îter le pĂ©chĂ© du monde. Et lorsque vous prononcez le mot «JĂ©sus», il y est attachĂ© quelque chose qui signifie l’«amour». C’est ce dont le monde a plus besoin aujourd’hui, ce n’est pas un–un JĂ©sus au temps passĂ©, un JĂ©sus d’une certaine haute moralitĂ©, mais plutĂŽt un JĂ©sus d’amour, qui peut ĂȘtre exprimĂ© dans l’Eglise du Seigneur JĂ©sus; et spĂ©cialement en tant que Ses membres, nous devons toujours nous saluer les uns les autres dans l’amour.
E-11 Lorsque je voyage, je pense que s’il y a une chose importante que j’ai vue faire dĂ©faut dans l’église aujourd’hui, qui est l’un des plus grands obstacles dans l’église aujourd’hui, il y a... qui empĂȘche un rĂ©veil, c’est ce manque de l’amour divin, amour que Christ a exprimĂ© lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre.
C’est facile pour vous et moi d’aimer quelqu’un qui nous aime. Mais JĂ©sus n’avait pas ce genre d’amour. Il avait l’amour de Dieu, et Dieu a aimĂ© Ses ennemis. Car Dieu a tant aimĂ© le monde; alors que le monde n’était pas aimable, Dieu a malgrĂ© tout aimĂ© le monde. C’est diffĂ©rent mĂȘme par l’expression, les–les mots, le–le–un amour phileo, c’est comme cet amour que nous avons les uns pour les autres. Mais l’amour agapao, c’est l’amour divin. Et s’il y a quelque chose qui, je pense, pourrait dĂ©clencher un rĂ©veil Ă  Los Angeles, c’est quand nous pourrons renverser nos diffĂ©rentes barriĂšres, et nous rassembler comme des chrĂ©tiens dans l’amour. Il s’agit des pentecĂŽtistes, des baptistes et des presbytĂ©riens. Et tous ensemble, nous pourrons manifester au monde que nous avons de l’amour les uns pour les autres.
E-12 JĂ©sus a fait cette priĂšre afin que nous puissions nous aimer les uns les autres comme Lui nous a aimĂ©s–comme Lui nous a aimĂ©s. Et Il nous a tant aimĂ©s qu’Il est mort pour nous. Personne ne pourrait aimer comme cela Ă  moins qu’ils... avec un amour naturel, parce que cela ne durerait pas. Cela ne s’exprimera pas. Cela s’exprimera aussi longtemps que cela sera associĂ© Ă  l’amitiĂ©. Mais lorsque cette amitiĂ© s’en va, alors les gens commencent Ă  dire: «Bien, il a fait telle chose. Elle a fait telle chose. Ils ont rĂ©trogradĂ©, ils...» Un vĂ©ritable amour pieux va Ă  la recherche de ce rĂ©trograde jusqu’à ce qu’il le trouve. L’amour divin va et descend dans le plus bas enfer pour ramasser un homme ou une femme qui est tombĂ©e. C’est ce qui nous manque aujourd’hui. Nous avons une Ă©glise bien cultivĂ©e, instruite, bien vĂȘtue, de beaux bĂątiments, de belles chorales, une belle musique, des meilleurs que le monde ait jamais eus. Mais nous sommes en train de mourir parce que nous manquons cet amour divin.
E-13 JĂ©sus a bien exprimĂ© cela lorsqu’Il a vu la prostituĂ©e coupable d’adultĂšre qu’on a traĂźnĂ©e devant Lui. Et les gens l’ont traĂźnĂ©e devant Lui et ont dit: «Eh bien, la loi exige qu’elle soit mise Ă  mort. Qu’en dis-Tu?»
Je vous assure, Il a prouvĂ© Lui-mĂȘme qui Il Ă©tait lorsqu’Il s’est retournĂ© et a prononcĂ© ces Paroles: «Moi non plus Je ne te condamne pas. Va et ne pĂšche plus.» Qu’est-ce que l’amour pouvait faire de plus que prendre une personne entĂȘtĂ©e comme celle-lĂ , et de voir qui Lui Ă©tait, et de pardonner gratuitement Ă  cette femme sa faute.
Il l’a encore exprimĂ© de maniĂšre glorieuse lorsqu’Il se mourait au Calvaire par les derniĂšres Paroles qu’Il a prononcĂ©es Ă  la croix, et quand les crachats de Ses ennemis pendaient sur Son visage, et qu’Il a criĂ©: «PĂšre, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font.»
Personne ne pouvait aimer comme Lui. Vous ne pouvez pas fabriquer ce genre d’amour. C’est un–le don de Dieu qui vient par le Saint-Esprit, la seule maniĂšre dont vous pourriez jamais obtenir cet amour. «Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas ce genre d’amour, je ne suis rien. Quand j’aurais la foi pour dĂ©placer des montagnes...» La Bible dit...
E-14 Il y a quelques jours, je parlais de cette Ecriture: «Etroite est la porte, et resserré le chemin, et il y en a peu qui le trouvent.» Et un jeune homme qui était avec moi dans la voiture a dit: «Combien de gens, dites-vous, seront sauvés dans cette génération?»
J’ai dit: «Huit ou dix.»
«Oh! fit-il, ne dites pas cela, frÚre.»
J’ai dit: «Je peux augmenter cela Ă  cinquante, et c’est le nombre le plus Ă©levĂ© que je puisse donner.»
Il a dit: «Cinquante personnes?»
J’ai dit: «Lorsque JĂ©sus Ă©tait sur terre, Il a dit: ‘Ce qui arriva au temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.’ Au temps de NoĂ©, huit Ăąmes furent sauvĂ©es.» Maintenant, souvenez-vous, une gĂ©nĂ©ration disparaĂźt chaque jour; chaque jour marque la fin d’une gĂ©nĂ©ration. Prenez cinquante personnes chaque jour pendant six mille ans et voyez ce que vous obtenez.
Et il a dit: «Eh bien alors, FrĂšre Branham, j’aimerais vous poser cette question. Tous ces gens qui prĂ©tendent avoir le Saint-Esprit, et ainsi suite, ne vont-ils pas revenir Ă  la rĂ©surrection?»
J’ai dit: «S’ils avaient le Saint-Esprit. Mais nous mettons tant l’accent sur d’autres choses plutĂŽt que sur la vĂ©ritable chose: l’amour de Dieu.»
E-15 Paul a dit: «Toutes ces choses pourraient arriver... Je pourrais avoir toute la sagesse, toute la connaissance, si pourtant je n’ai pas l’amour, cela ne me sert de rien. Je pourrais parler les langues des hommes et des anges, et pourtant ne pas avoir l’amour.» Et nous mettons tant l’accent sur ces choses, sur de grands rĂ©veils de guĂ©rison, et des miracles qui se produisent. JĂ©sus n’a-t-Il pas dit: «Beaucoup viendront vers Moi en ce jour-lĂ , et diront: ‘Seigneur, Seigneur, n’ai-je pas chassĂ© des dĂ©mons en Ton Nom? N’ai-je pas accompli beaucoup de miracles en Ton Nom?’ Je leur dirai: ‘Retirez-vous de Moi, ouvriers d’iniquitĂ©, Je ne vous ai jamais connus.’»
Quelle dĂ©ception ce sera! Mais considĂ©rez quelle surprise ce sera lorsqu’Il dira Ă  ceux qui ne pensaient mĂȘme pas qu’ils mĂ©ritaient d’ĂȘtre lĂ ... «Quand Ă©tais-Tu affamĂ©, et T’avons-nous donnĂ© Ă  manger? Quand Ă©tais-Tu nu, et T’avons-nous donnĂ© des vĂȘtements? Nous ne savons mĂȘme pas que nous T’avions fait ces choses.»
Il a dit: «Toutes les fois que vous avez fait ces choses Ă  l’un de ces plus petits de Mes frĂšres, c’est Ă  Moi que vous les avez faites.»
E-16 Oh! combien le monde a besoin de quelque chose aujourd’hui. Je vais vous dire un petit quelque chose pour Ă©claircir cela. Dans EzĂ©chiel, chapitre 9, je crois que c’est cela, lorsque le Saint-Esprit a Ă©tĂ© envoyĂ© afin de sceller les gens qui entreraient en ce jour-lĂ , Il a dit: «Passe au milieu de la ville et fais une marque sur le front de ceux qui soupirent et gĂ©missent Ă  cause des abominations qui s’y commettent.» Ensuite Il a dit aux anges de destruction: «Passez aprĂšs lui, exterminez tous ceux qui n’ont pas ce sceau.»
Maintenant, prenez cela Ă  coeur, et passez Ă  travers Los Angeles ce soir, et marquez, dans le Nom du Seigneur JĂ©sus, toute personne qui est si prĂ©occupĂ©e par les pĂ©chĂ©s de la ville qu’elle pleure et soupire nuit et jour Ă  cause des abominations qui s’y commettent. Amenez-Moi ici les huit personnes demain soir.
E-17 TrĂšs bien. Voyez-vous lĂ  oĂč nous nous dirigeons. Nous laissons d’autres choses entrer et prendre la place de la vĂ©ritable chose; nous laissons de cĂŽtĂ© l’amour. Vivant, Il m’aima. Il mourut pour moi alors que j’étais un pĂ©cheur. Alors que je ne pouvais pas ĂȘtre aimĂ©, Il m’a aimĂ© de toute façon.
Ma priĂšre pour l’Eglise est que nous puissions avoir un tel amour que nous aimerons les gens, mĂȘme s’ils ne nous aiment pas. Ce dont l’Eglise a besoin aujourd’hui, c’est d’exprimer l’amour, mĂȘme envers un homme qui vous cracherait au visage, et vous pouvez malgrĂ© tout, non pas d’un point de vue hypocrite, mais du fond de votre coeur, prier pour l’ñme de cet homme. C’est ce genre de rĂ©veil dont nous avons besoin ici Ă  Los Angeles, avec ce genre d’amour manifestĂ©.
Vivant, Il m’aima; mourant, Il me sauva...
E-18 La Vie la plus merveilleuse qui ait jamais Ă©tĂ© vĂ©cue sur cette terre a dĂ» mourir lorsqu’Elle Ă©tait encore dans Sa jeunesse. Car Dieu avait parlĂ©; et Ses–Ses jugements devaient–devaient ĂȘtre justes. Car il est Ă©crit: «Le jour oĂč tu en mangeras, tu mourras.» La justice de Dieu exigeait la mort.
Et personne d’entre nous ne pouvait mourir pour l’autre. Aucun homme ne pouvait faire cela. Il Ă©tait le seul Homme qui pouvait subir ce genre de mort. Car nous sommes tous nĂ©s dans le pĂ©chĂ©, nous avons tous Ă©tĂ© conçus dans l’iniquitĂ©, nous sommes tous venus au monde en profĂ©rant des mensonges. Nous Ă©tions coupables dĂšs le commencement. Alors comment un homme bon pouvait-il mourir pour un autre homme alors qu’il Ă©tait lui-mĂȘme coupable? Personne d’entre nous ne pouvait prendre ce genre de position. Cela exigeait donc Sa mort Ă  Lui.
Et Dieu est descendu et fut manifestĂ© dans la chair afin de mourir. Dieu ne pouvait pas mourir en Ă©tant l’Esprit, parce que Dieu est Ă©ternel, Son Esprit ne meurt pas. Mais Il Ă©tait Dieu. Et Il a dĂ» se dĂ©voiler, et–et Il est descendu de la gloire jusque dans une crĂšche, Il a pris une chair semblable Ă  celle du pĂ©chĂ© en vue de mourir pour mettre Son Eglise en sĂ©curitĂ©, ou plutĂŽt pour racheter Son Eglise, pour La rĂ©concilier avec Lui-mĂȘme.
Oh! frĂšre, soeur, personne ne pourrait expliquer cela, ce que Dieu a fait lorsqu’Il est mort pour nous; Sa chair a Ă©tĂ© mise Ă  mort.
E-19 Dans les Ecritures, dans l’Ancien Testament, lorsqu’on prĂ©sentait l’offrande pour le pĂ©chĂ©, quand on amenait deux boucs... Et ces boucs... Et JĂ©sus reprĂ©sentait les deux, ou plutĂŽt ces deux boucs Le reprĂ©sentaient. Et l’un des boucs Ă©tait tuĂ©, et l’autre Ă©tait... les pĂ©chĂ©s de la nation Ă©taient placĂ©s sur ce bouc-lĂ  qui Ă©tait appelĂ© le bouc Ă©missaire. Et ce bouc devait aller dans le dĂ©sert pour mourir, et il devait y rester seul parmi les bĂȘtes sauvages et ainsi de suite.
JĂ©sus devait ĂȘtre ce–ce bouc-lĂ . J’aimerais que vous remarquiez ceci: Il Ă©tait un Agneau; Il Ă©tait une brebis. Mais Il a Ă©tĂ© fait bouc pour vous et moi, afin que nous qui Ă©tions des boucs, nous devenions des brebis. Nous, Ă©tant des pĂ©cheurs coupables et mĂ©ritant la mort, sujets Ă  la mort, vendus et Ă©tant sous la condamnation, cependant, Christ est devenu moi, afin que moi, par Sa grĂące, je puisse devenir Lui, un fils de Dieu, assis Ă  la droite de Dieu dans la gloire.
E-20 L’amour qu’Il avait, comment Il l’a exprimĂ©, comment Il a dĂ» devenir ce qu’Il Ă©tait afin de mourir pour nous sauver par Sa mort, lorsqu’Il est mort au Calvaire, il n’y a jamais eu de mort semblable Ă  cette mort-lĂ . Il nous est rapportĂ© que lorsque le soldat romain a percĂ© Son cĂŽtĂ©, de l’eau et du sang en sont sortis.
Et une fois, j’avais demandĂ© Ă  un chimiste ce qui s’était produit lorsque cela... Et cet homme, qui Ă©tait un chrĂ©tien, m’a dit: «Ce n’était pas... JĂ©sus n’était pas mort de suite de la lance qui avait touchĂ© ou plutĂŽt percĂ© Son cĂŽtĂ©. JĂ©sus, a-t-il dit, Ă©tait mort bien longtemps avant cela. Mais Il Ă©tait mort de chagrin. L’épĂ©e ne L’avait jamais tuĂ©, ni ce–ni le fait d’enfoncer ces clous. Mais c’est le chagrin qui L’avait tuĂ©. Lorsqu’Il a regardĂ© ceux-lĂ  qu’Il avait aimĂ©s, ceux sur qui Il avait accompli Ses miracles, ceux envers qui Il avait manifestĂ© Son amour, et Ă  qui Il avait donnĂ© Ă  manger, et de voir que les mĂȘmes gens L’avaient rejetĂ©.»
Vous et moi, nous pouvons ĂȘtre attristĂ©s. Nous pouvons ĂȘtre attristĂ©s. Mais nous ne pourrions jamais ĂȘtre attristĂ©s Ă  ce point-lĂ , parce que nous ne sommes pas constituĂ©s du mĂȘme genre de matĂ©riaux pour Ă©prouver autant de chagrin.
E-21 Car la plĂ©nitude de Dieu habitait en Lui. En Lui habite corporellement la plĂ©nitude de la divinitĂ©. Dieu exprimait Son amour au travers de la chair humaine, le tabernacle dans lequel II vivait, dans Son propre Fils, ce qu’Il pensait au sujet du monde.
Le voilĂ  qui Ă©tait suspendu lĂ  sur la croix du Calvaire, ce n’est pas comme vous Le voyez lĂ  sur un crucifix avec une petite Ă©toffe autour de Ses reins. On L’avait dĂ©vĂȘtu et laissĂ© nu. On L’avait embarrassĂ© de toutes les maniĂšres possibles, et on L’avait suspendu lĂ  au Calvaire. Et Il Ă©tait dĂ©shonorĂ©, mĂ©prisĂ©, rejetĂ©, et on avait crachĂ© sur Lui. Et Il Ă©tait suspendu lĂ , mourant, le Dieu d’éternitĂ©, Celui qui avait fait [le bois de] la croix sur laquelle Il Ă©tait pendu. Ce n’est pas Ă©tonnant que les rochers se soient dĂ©tachĂ©s des montagnes. Les rochers se sont dĂ©tachĂ©s parce que le Rocher des Ăąges Ă©tait Ă©levĂ©. Ce n’est pas Ă©tonnant que le poĂšte ait dit: Au milieu des rochers fendus et des cieux obscurcis, Mon Sauveur baissa la tĂȘte et mourut. Le voile ouvert rĂ©vĂ©la le chemin Vers les joies du Ciel et un jour sans fin.
Qu’est-ce que cela a fait lorsqu’Il est mort là comme cela? Cela a ouvert le voile. Cela nous a permis de voir au-delà du rideau du temps, et cela nous a permis de voir un–un espoir là.
E-22 Lorsque je L’ai vu brisĂ© et–et Ă©crasĂ©, et avec des crachats sur Lui, et que des pointes et des clous L’ont percĂ©, qu’est-ce que cela a fait? Cela a ouvert un chemin afin que moi, un pĂ©cheur coupable... Je sais que c’est lĂ  qu’Il a payĂ© le prix.
Je ne puis rien faire qui puisse me justifier, rien pour ce qui est de ma bontĂ©; je n’en ai pas; vous non plus. Mais c’est au travers de Ses sacrifices, au travers de Sa mort que nous sommes justifiĂ©s, en croyant en Lui. C’est lĂ -dessus que se tient notre justice. Il ne s’agit pas de ce que je fais, ou de ce que vous faites, mais il s’agit de ce que Lui a fait pour nous. Si ce n’est pas l’histoire de l’Evangile, je ne la connais pas. Oh! donnez-moi cela et mettez tout le reste de cĂŽtĂ©. Voir Celui qui est mort pour moi.
E-23 Comment pourrais-je ĂȘtre juste? Je–je ne peux pas me justifier; je suis un pĂ©cheur. Mais lorsque je Le regarde, et que je viens en chantant:Je ne porte rien dans mes mains, Je m’attache simplement Ă  Ta croix...
C’est lĂ  que je suis justifiĂ©, par ma foi, en croyant qu’Il est mort Ă  ma place et qu’Il a pris ma place au Calvaire.
C’est uniquement lĂ -dessus que je me tiens Ă  l’estrade lorsque les puissances des dĂ©mons sont tout autour, et que je vois la mort suspendue sur les gens, et le diable les a liĂ©s et les a possĂ©dĂ©s, et certains d’entre eux sont dans des camisoles de force et–et on a placĂ© des gardes autour d’eux. Sur quoi est-ce que je me tiens alors? Je regarde au Calvaire, et je sais que c’est lĂ  que JĂ©sus-Christ a payĂ© le prix. Je me sens religieux.
E-24 Il l’a fait lĂ . Cette personne-lĂ  a le droit d’ĂȘtre libre. Satan ne peut plus la retenir. Si vous pouvez les amener Ă  voir, non pas leurs douleurs et leurs souffrances, ni un certain prĂ©dicateur qui prie pour eux, ni une certaine sainte Ă©glise... Tout cela est en ordre. Cela va avec. Mais la chose essentielle c’est de voir ce que Christ a fait pour vous. Vous ĂȘtes libre. Christ est mort pour vous. Amen. C’est ça l’Evangile.
Au milieu des rochers fendus et des cieux obscurcis,
Mon Sauveur baissa la tĂȘte et mourut.
Le voile ouvert révéla le chemin
Vers les joies du Ciel et un jour sans fin.
C’est là qu’Il est mort. Vivant, Il m’aima; mourant, Il me sauva...
Comment ai-je pu ĂȘtre sauvĂ©, ĂȘtre dĂ©barrassĂ© du pĂ©chĂ©? Il Ă©tait mon Sacrifice pour le pĂ©chĂ©; alors Il est mort. Eh bien, si le pĂ©chĂ© est mort, puis enterrĂ©, Il a emportĂ© mes pĂ©chĂ©s au loin. Il Ă©tait le bouc Ă©missaire qui s’en est allĂ©. Et le bouc Ă©missaire a pris les pĂ©chĂ©s du peuple sur lui et s’en est allĂ© dans le dĂ©sert pour ĂȘtre–pour mourir. Il est allĂ© lĂ -bas et a pris le pĂ©chĂ© du peuple et les a emportĂ©s au loin.
C’est ce qu’a fait JĂ©sus. Il Ă©tait... Il–Il a pris le pĂ©chĂ© du peuple, et Il les a emportĂ©s au loin, au point qu’Il les a jetĂ©s dans la mer de l’oubli de Dieu. Si le pĂ©chĂ© est mort, enterrez-le.
VoilĂ  pourquoi nous avons des baptistĂšres. Lorsque les gens croient cette histoire, ils viennent confesser leurs pĂ©chĂ©s, qu’ils en ont marre, qu’ils ont divorcĂ© avec cela, qu’ils s’en sont sĂ©parĂ©s, qu’ils en ont marre; alors le pĂ©chĂ© est mort. Et le pĂ©chĂ© n’a plus aucun pouvoir sur ce croyant-lĂ , parce qu’il se tient lĂ  justifiĂ© au travers de la mort et de l’ensevelissement de JĂ©sus-Christ. Par consĂ©quent, il s’avance jusqu’à l’autel, fait sa confession, et dit: «Je suis malade et j’en ai assez du pĂ©chĂ©. Je n’en veux plus.» Alors nous ensevelissons cela.
E-25 Lorsque le pĂ©chĂ© est enseveli, tout est enseveli, c’est–c’est premiĂšrement mort. Ensuite c’est enseveli. Cela est mis hors de la vue. C’est pour cette raison que nous ensevelissons les gens, pour les mettre hors de la vue, la contamination de leurs corps, nous les cachons Ă  notre vue. C’est une chose lugubre Ă  voir, ce que fait la mort.
Et lorsque ç’en est fini du pĂ©chĂ©, quand le pĂ©chĂ© perd son emprise et qu’il est mort par la mort de Christ au Calvaire oĂč Il a condamnĂ© le pĂ©chĂ©, alors le pĂ©cheur qui accepte cela, Ă©tant justifiĂ© par la foi, peut s’écrier: «AllĂ©luia, car Dieu a emportĂ© au loin mes pĂ©chĂ©s. Il les a placĂ©s sur Celui qui a portĂ© mes pĂ©chĂ©s, JĂ©sus-Christ.» Il reprĂ©sentait les deux animaux: aussi bien celui qui mourait que celui qui emportait le pĂ©chĂ© au loin.
E-26 Et puis, comme je l’ai dit il y a quelques instants, Il est devenu... Nous sommes devenus... Nous Ă©tions des boucs. Il est devenu bouc pour nous. Etant... Il est devenu pĂ©chĂ© pour nous. C’est pour cette raison qu’Il a dĂ» ĂȘtre chĂątiĂ© de cette maniĂšre-lĂ , parce que tous nos pĂ©chĂ©s ont Ă©tĂ© placĂ©s sur Lui. Et lĂ , Il a dĂ» les emporter au loin, sur Son propre corps, au Calvaire: une opprobre, une disgrĂące, Il Ă©tait suspendu lĂ  d’une façon scandaleuse, nu, dĂ©pouillĂ© de ses vĂȘtements, saignant, bĂȘlant. Lorsqu’Il a tournĂ© Sa prĂ©cieuse tĂȘte de cĂŽtĂ©, les mĂšches de cheveux ensanglantĂ©s dĂ©gouttaient de sang depuis Ses Ă©paules...
Je crois que c’est Billy Sunday qui a dit qu’il y avait un Ange sur chaque arbre, disant: «DĂ©tache simplement Tes mains de la croix, fais simplement un signe du doigt; nous allons changer la scĂšne.»
Les Juifs Lui ont fait le plus grand compliment qui puisse ĂȘtre fait, sans savoir ce qu’ils faisaient. Ils ont dit: «Il a sauvĂ© les autres, et Il ne peut pas Se sauver Lui-mĂȘme.» SĂ»rement pas. S’Il s’était sauvĂ©, Il n’aurait pas pu sauver les autres. Mais Il s’est donnĂ© afin que nous, nous puissions ĂȘtre sauvĂ©s. VoilĂ  l’histoire. Vivant, Il m’aima; mourant, Il me sauva;Enseveli, Il emporta mes pĂ©chĂ©s au loin...
Ç’en est fait d’eux; ils sont finis. Dieu a une mer de l’oubli pour qu’on ne s’en souvienne plus contre nous. Oh! ne pouvons-nous pas crier «allĂ©luia» pour cela? Bien sĂ»r, c’est fini. Christ a accompli cela. Oh! la la! AssurĂ©ment, nous pouvons le faire.
E-27 Maintenant, voici venir la plus grande chose de toutes. «Ressuscitant, Il justifia...» Toutes ces grandes choses qu’Il avait accomplies Ă©taient merveilleuses. Elles Ă©taient superbes. Rien ne pourrait y ĂȘtre ajoutĂ©. Mais quand bien mĂȘme un homme pourrait mourir, quand bien mĂȘme un homme pourrait souffrir, quand bien mĂȘme un homme pourrait aimer, mais lorsque Lui est ressuscitĂ©, Dieu a Ă©tabli une quittance Ă  Sa rĂ©surrection, comme quoi Il avait reçu cela: l’exigence de la justice de Dieu avait Ă©tĂ© satisfaite. Oh! grĂąces soient rendues Ă  Dieu. Ressuscitant, Il justifia...
Dieu a prouvĂ© par la rĂ©surrection qu’Il n’était pas un imposteur, qu’Il n’était pas un faux dieu. C’était bien Son Fils. Et Il L’a ressuscitĂ©, l’Esprit, l’Esprit Ă©ternel, JĂ©hovah Dieu, le PĂšre de notre Seigneur JĂ©sus-Christ, qui a ressuscitĂ© de la tombe ce corps mort, lequel Ă©tait mort depuis trois jours et Ă©tait enseveli, Dieu L’a ressuscitĂ© le matin de PĂąques afin de justifier...
E-28 Frùre, lorsque nous venons là, que nous entrons en Dieu, il n’y a pas une seule chose... Celui qui s’avance vers le Trîne de grñce doit venir avec assurance. Vous ne devez pas venir en vous posant des questions.
Lorsque vous entrez dans la ligne, vous ne devez pas venir en vous demandant: «Eh bien, si ce ministre priait pour moi, il est possible, il se peut qu’il ait la puissance de guĂ©rison.» FrĂšre, soeur, la puissance de guĂ©rison se trouve en Dieu. Elle se trouve dans la croix, dans l’oeuvre achevĂ©e du Calvaire. Lorsque vous venez, venez pour ĂȘtre justifiĂ©. Vous ĂȘtes justifiĂ© lorsque vous confessez votre foi, en disant: «Par Ses meurtrissures je suis guĂ©ri. Je vais prendre position. Le mĂ©decin dit que je vais mourir. J’ai une tumeur, j’ai la tuberculose, ou que sais-je encore. Mais ce soir je prends position parce que je crois qu’Il m’a aimĂ©, qu’Il est mort pour moi, qu’Il m’a sauvĂ© et a enseveli mes pĂ©chĂ©s au loin.»
E-29 Et Dieu nous a justifiĂ©s par notre foi en Lui lorsqu’Il L’a ressuscitĂ© d’entre les morts. Il a acceptĂ© tout ce pourquoi Il est mort. «Il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s, brisĂ© pour notre iniquitĂ©; le chĂątiment qui nous donne la paix est tombĂ© sur Lui, et c’est par Ses meurtrissures que nous sommes guĂ©ris.» Et Il L’a ressuscitĂ© et a Ă©tabli la quittance.
C’était la quittance de Dieu. Lorsque la terre a commencĂ© Ă  frĂ©mir et Ă  trembler, le soleil Ă  s’assombrir–ou plutĂŽt la lumiĂšre, la terre en ce matin-lĂ  de PĂąques... Les cieux furent Ă©branlĂ©s; le sĂ©jour des morts fut Ă©branlĂ©; le paradis fut Ă©branlĂ©; la terre fut Ă©branlĂ©e; quelque chose se passait.
Je peux entendre les Anges dans la gloire s’écrier: «AllĂ©luia!» Je peux entendre lĂ  dans le paradis les vieux saints de l’Ancien Testament s’écrier: «Gloire Ă  Son Nom!» Certainement. Quelque chose s’était produit lorsqu’Il est ressuscitĂ© de la tombe.
E-30 Il a triomphĂ© de la tombe, de la mort, du sĂ©jour des morts, de la maladie, de chaque obstacle, de tout ce qui faisait obstacle Ă  la libertĂ© totale des chrĂ©tiens. Il s’est chargĂ© de tout ce dont vous avez besoin. Quelqu’un avait souffert pour cela, cela avait Ă©tĂ© acceptĂ©, quelqu’un avait saignĂ© pour cela, Il Ă©tait mort, Il Ă©tait ressuscitĂ©; et Dieu L’a justifiĂ©. Il vous justifie pour croire cela. Il est ressuscitĂ© de la tombe, Il a prouvĂ© qu’Il Ă©tait Dieu.
Bouddha a fait de grandes dĂ©clarations. Bouddha est mort et il est dans la tombe depuis deux mille trois cents ans, il y est toujours. Mahomet a fait beaucoup de grandes dĂ©clarations. Mais il est mort, et il est dans la tombe, et il y est depuis environ... environ mille neuf cents ans. Il est dans la tombe, et il n’a plus jamais parlĂ© aprĂšs cela. Il se pourrait qu’ils aient Ă©tĂ© de grands hommes. Confucius, le grand philosophe chinois, bon nombre de ces grands hommes, des poĂštes et des Ă©crivains, des dieux et que sais-je encore, pourraient avoir Ă©tĂ© de grands hommes selon leur position.
Mais lorsque Dieu a ressuscitĂ© Son Fils au matin de PĂąques, cela a prouvĂ© la chose. Et Il a envoyĂ© le Saint-Esprit, et nous en avons la quittance maintenant. Je peux L’entendre crier depuis l’éternitĂ©: «Puisque Je vis, vous vivrez aussi.» Amen. C’est vrai. «Puisque Je vis, vous vivrez aussi.» Amen.
E-31 En effet, «Il a Ă©tĂ© blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s, c’est par Ses meurtrissures que nous sommes guĂ©ris.» Vous n’avez pas Ă  mourir avant que votre heure ne sonne. Puisqu’Il vit, vous vivrez aussi. Lorsque la mort emportera mon souffle, je serai toujours vivant. «Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle et ne vient point en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie. Je suis la RĂ©surrection et la Vie, a dit Dieu. Celui qui croit en Moi vivra, quand mĂȘme il serait mort. Quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais.» Fiou! j’ancre mon Ăąme carrĂ©ment lĂ . Ce n’est pas Ă©tonnant que le poĂšte ait Ă©crit: En ce matin radieux et sans nuages, Lorsque les morts en Christ ressusciteront, Et que nous partagerons la gloire de Sa rĂ©surrection; Lorsque Ses Ă©lus se rassembleront dans leurs maisons au Ciel, Quand l’appel retentira lĂ -bas, je serai lĂ . Pourquoi? Vivant, Il m’aima; Mourant, Il me sauva;Enseveli, Il emporta mes pĂ©chĂ©s au loin;Ressuscitant, Il me justifia gratuitement Ă  jamais:Un jour, Il va venir, oh! quel jour glorieux!
E-32 Je peux voir mes Ă©paules se voĂ»ter. Mes bras qui Ă©taient musclĂ©s deviennent gras. Et–et je... Oh! je suis... Voyez, je suis–je suis en train de mourir. Je ne sais pas combien de temps il me reste avant qu’Il m’appelle. Mais je possĂšde la Vie Eternelle ici dedans, parce qu’Il est mort pour moi, afin de pouvoir racheter ce que je Lui ai offert. Un glorieux jour Il viendra. Je le crois de tout mon coeur.
Je resterai sur le champ de bataille par Sa grĂące. Je prĂȘcherai, je prierai pour les malades jusqu’à ce que la mort me libĂšre, et ensuite j’irai Ă  la maison, et je porterai une couronne. Car Il en a payĂ© le prix, et Il l’a donnĂ© gratuitement. Dieu a justifiĂ© ma foi lorsqu’Il a ressuscitĂ© JĂ©sus. Alors j’ai une couronne qui m’attend.
E-33 Quarante jours aprĂšs qu’Il a visitĂ© Ses disciples, Il se tenait lĂ  sur une montagne. Vous savez, c’est la gravitation qui nous retient ici sur terre. Lorsque nous nous trouvons ici sur terre, c’est la gravitation qui nous retient. Mais vous savez quoi? Dieu a eu l’idĂ©e de Le faire monter un peu plus haut. La gravitation commença Ă  perdre son emprise.
Ô Dieu, je–j’espĂšre qu’il en sera ainsi pour moi un de ces jours, pas vous? Lorsque cette vieille condition qui nous lie Ă  la terre... Quelquefois, lorsque j’étais dans des rĂ©unions, je pensais que cela allait se produire Ă  n’importe quel moment, je sentais tout simplement les choses cĂ©der autour de moi. Un de ces jours, c’est ce qui se fera.
Peu importe qu’on vous mette dans une tombe et que l’on place une pierre tombale au-dessus de vous, et qu’on vous scelle. Cela n’a rien Ă  faire avec la chose. «La trompette de Dieu sonnera, et les morts en Christ ressusciteront.» Un jour Il va venir–Oh! quel jour glorieux. Oui, Il va venir.
E-34 La gravitation commençait Ă  perdre son emprise. Ses pieds se sont mis Ă  s’élever, la terre se mit Ă  Le regarder furtivement. Mais au-delĂ  de cela, Il a dit: «Je reviendrai, a-t-Il dit, et Je vous prendrai avec Moi, afin que lĂ  oĂč Je suis vous y soyez aussi.» Je suis si heureux que je peux chanter ce cantique d’un coeur sincĂšre ce soir. Vivant, Il m’aima; Mourant, Il me sauva;Enseveli, Il emporta mes pĂ©chĂ©s au loin;Ressuscitant, Il me justifia gratuitement Ă  jamais:Un jour, Il va venir, oh! quel jour glorieux!
E-35 Cela vous amĂšne Ă  cette petite pensĂ©e. Je ne sais pas si j’ai dĂ©jĂ  dit cela–racontĂ© cette histoire que j’ai lue dans un livre une fois, au sujet d’un homme ici en AmĂ©rique. Il s’appelait Greenfield. Il est mort il y a environ soixante-quinze ans, je pense. Il Ă©tait mort, oh! je pense qu’il est... Peut-ĂȘtre ça fait plus longtemps que cela. Mais avant qu’il meure, il a fait un rĂȘve qu’il Ă©tait allĂ© dans la Gloire. Et arrivĂ© lĂ -bas, il s’est avancĂ© vers la porte, et il a dit au saint: «Je suis Danny Greenfield.» Il a dit: «Je suis un Ă©vangĂ©liste. Je viens pour prendre ma place.»
L’autre a dit: «Un instant, monsieur, il faut que votre nom soit dans ce Livre.» Il a regardĂ© dans le Livre et il a dit: «Il n’y a pas de Greenfield, Daniel Greenfield ici.»
L’homme a dit: «Oh! vous vous ĂȘtes sĂ»rement trompĂ©, monsieur.» Il a dit: «J’étais un Ă©vangĂ©liste en AmĂ©rique.»
L’autre a dit: «Non. Cela ne figure pas ici.»
L’homme a dit: «Que dois-je faire?»
L’autre a dit: «Si vous le dĂ©sirez, vous pouvez interjeter appel au Jugement du grand TrĂŽne blanc.»
Alors il a dit: «C’est tout ce qui me reste Ă  faire.»
Ensuite il a dit qu’il lui semblait traverser les airs pendant un temps, et il faisait de plus en plus clair. Au bout d’un moment, au fur et Ă  mesure que la lumiĂšre devenait plus intense, il ralentissait jusqu’à ce qu’il s’est arrĂȘtĂ©. Il ne pouvait tout simplement pas voir d’oĂč venait la LumiĂšre, mais Elle l’environnait. Et il a dit qu’il a entendu une Voix dire: «Qui est celui qui s’approche de Mon TrĂŽne de justice?»
Il a dit: «Je suis Daniel Greenfield.» Il a dit: «J’étais lĂ  aux portes du Ciel, et le–le portier m’a renvoyĂ©, et j’ai dit que je devrais me prĂ©senter devant Ton TrĂŽne de Jugement. Et je me tiens ici pour interjeter appel, Seigneur.»
Il a dit: «TrÚs bien. Je vais alors te juger selon Ma justice.» Il a dit: «Ma justice exige la perfection.» Il a dit: «As-tu jamais menti pendant que tu étais sur terre?»
Il a dit: «Je pensais que j’étais un homme honnĂȘte et que j’avais Ă©tĂ© vĂ©ridique.» Mais il a dit: «Dans la PrĂ©sence de cette LumiĂšre, j’ai vu que bien des fois j’avais racontĂ© des choses qui n’étaient pas vraies.»
E-36 Ecoutez, mes amis. Nous pourrions aller Ă  l’église chaque dimanche, nous pourrions ĂȘtre trĂšs religieux, oh! bien sĂ»r, vous pourriez payer vos dĂźmes, et vous pourriez ĂȘtre tout aussi bon que n’importe quelle personne de Los Angeles. Cela peut ĂȘtre vrai. Mais je vous assure, si c’est tout ce que vous avez, il y aura bien des choses qui vont s’élever devant vous, lorsque vous vous tiendrez au Jugement du TrĂŽne blanc. Qu’il n’y en ait que peu qui seront sauvĂ©s, cela n’est pas Ă©tonnant.
E-37 Et il a dit: «Je pensais que j’avais dit la vĂ©ritĂ©.» Mais il a dit: «J’ai vu que bien des choses que j’avais dites n’étaient pas tout Ă  fait justes.» Il a dit: «Oui, je–j’ai dit des mensonges.»
Il a dit: «Alors, as-tu jamais volé?»
Il s’est dit: «En voilĂ  une Ă  laquelle je peux rĂ©pondre.» Mais il a dit que dans la PrĂ©sence de cette LumiĂšre, il a vu beaucoup de petites affaires louches. Il n’y avait jamais pensĂ© dans sa vie naturelle.
Vous voyez, nous sommes juste sur le cĂŽtĂ© nĂ©gatif. Nous regardons avec des yeux voilĂ©s. Mais lorsque nous nous tiendrons lĂ  dans Sa PrĂ©sence, les lunettes seront ĂŽtĂ©es. Nous allons alors nous regarder face Ă  face. C’est lĂ  que ça va ĂȘtre terrible.
Il a donc dit: «Oui, je–je–je–je pense que j’avais volĂ©.»
Il a dit: «Daniel Greenfield, Ma justice exige la perfection! Etais-tu parfait dans ta vie?»
Il a dit: «Non, Seigneur. Je n’étais pas parfait.»
Il a dit qu’il s’attendait Ă  entendre cette grande dĂ©flagration: «Eloigne-toi de Moi, ouvrier d’iniquitĂ©.»
Il a dit qu’il a entendu une Voix. C’était la plus douce Voix qu’il eĂ»t jamais entendue dans sa vie. Et il s’est retournĂ© pour regarder; il a dit qu’il a vu le plus beau visage qu’il eĂ»t jamais vu; il a dit: «Aucune mĂšre ne pourrait avoir cet aspect ni parler comme cela.» Il a dit: «Et comme il s’est approchĂ© de Lui, Il a posĂ© Sa main sur son Ă©paule, et Il Lui a dit: ‘PĂšre, il est vrai que Danny Greenfield, dans son pĂšlerinage terrestre, n’était pas parfait. Mais il y a une seule chose qu’il a accomplie lorsqu’il Ă©tait sur terre, il a pris position pour Moi. Maintenant, alors qu’il est ici au Ciel, Je vais prendre position pour lui. Tous ses pĂ©chĂ©s, mets-les sur Mon compte.’» Et Il avait payĂ© pour cela au Calvaire.
E-38 FrĂšre, soeur, c’est la seule chose sur laquelle je vais compter. Je ne vais pas compter sur le fait que je suis un mĂ©thodiste, ou un baptiste, ou un pentecĂŽtiste. Je ne vais pas compter sur le fait de savoir si j’avais criĂ©, ou si j’avais parlĂ© en langues, ou si j’avais priĂ© la priĂšre de la foi pour les malades. Je–je ne vais pas compter sur cela. Quand je serai de l’autre cĂŽtĂ©, je vais compter sur ma foi–sur le fait qu’Il m’a aimĂ©, qu’Il est mort, qu’Il m’a sauvĂ©, et qu’Il m’a justifiĂ© en ressuscitant. Je prendrai position pour Lui sur base de cela pendant que je suis ici sur terre. Et en ce matin du grand Jugement, je crois qu’Il prendra position pour moi en ce jour-lĂ . Qui prendra position pour vous en ce jour-lĂ ? Votre pasteur le pourra-t-il? Votre Ă©glise le pourra-t-elle? Pensez-y alors que nous inclinons la tĂȘte pendant un instant.
Dieu bien-aimĂ©, ceci est une question solennelle Ă  laquelle nous sommes obligĂ©s de rĂ©pondre maintenant mĂȘme. Qui prendra position pour nous? Sera-ce les–nos amis? Bien qu’ils puissent ĂȘtre trĂšs loyaux et qu’ils essaient autant que possible de prendre position pour nous, ce pourrait ĂȘtre notre bien-aimĂ© pasteur, celui que nous aimons de tout notre coeur, et il pourrait prendre position et implorer misĂ©ricorde pour nous. Cependant, il devra aussi implorer pour lui-mĂȘme. Oh! il y avait... personne ne pourrait se tenir lĂ  en ce jour-lĂ , Ă  part JĂ©sus.
Et, Dieu bien-aimĂ©, j’ai tout simplement essayĂ© de parler d’un amour que Tu as donnĂ© Ă  Ton Eglise. Et il semble qu’ils sont prĂ©occupĂ©s par les miracles de la Bible, ils sont prĂ©occupĂ©s par le–le fait d’ĂȘtre membre d’une Ă©glise, et l’évangĂ©lisation, et les missionnaires de... Mais, Seigneur, qu’ils soient maintenant prĂ©occupĂ©s par l’amour, ce qui fera que l’Eglise soit embrasĂ©e d’un vĂ©ritable amour agapao, d’un vĂ©ritable amour sacrĂ©, qui fera qu’ils tendront la joue ou qu’ils seront disposĂ©s Ă  donner leur vie, si c’est ce qu’il faut pour sauver les autres. Ô Dieu, donne-nous cet amour dans nos coeurs alors que nous nous attendons Ă  Toi.
E-39 Pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es, je me demande ce soir, combien dans cette grande assistance ce soir aimeraient simplement se tenir debout et dire: «Je vais prendre position maintenant mĂȘme pour JĂ©sus. Et ce faisant, Seigneur, j’aimerais que Tu prennes position pour moi en ce jour-lĂ , parce que ceci pourrait ĂȘtre la derniĂšre occasion que j’ai pour pouvoir prendre position pour Toi. J’ai assistĂ© Ă  beaucoup de rĂ©unions. Je suis membre d’une Ă©glise.» Peut-ĂȘtre que vous ĂȘtes membre d’une Ă©glise; peut-ĂȘtre que vous ne l’ĂȘtes pas. Peu importe le cas, voudriez-vous simplement dire: «Seigneur, je prends position maintenant mĂȘme, et je Te prie de prendre position pour moi en ce jour-lĂ .» Tenez-vous debout en cet instant mĂȘme, alors que nous offrons cette priĂšre. Tenez-vous simplement debout. C’est juste. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est trĂšs bien. TrĂšs bien. Vivant, Il m’aima; Mourant, Il me sauva;Enseveli, Il emporta mes pĂ©chĂ©s au loin;Ressuscitant, Il me justifia gratuitement Ă  jamais:Un jour, Il va venir, oh! quel jour glorieux!
E-40 Il y a un aumĂŽnier assis ici ce soir. Il a assistĂ© Ă  une grande rĂ©union des hommes de science l’autre jour. Et vous avez tous vu le... je crois que c’était dans le magazine Look de ce mois, que ce gĂ©nĂ©ral a dit que la prochaine guerre ne durera que quelques minutes. Et en cet instant mĂȘme, il suffit que l’un d’eux pique une crise de colĂšre pendant l’une de ces... (Excusez cette expression.), mais certaines de ces discussions qu’ils ont, qu’il lĂąche une seule bombe. Nous voilĂ  lĂ  dans l’ocĂ©an oĂč ces sous-marins vont surgir. Ils sont lĂ  partout pour lancer ces bombes. Il y en aura qui viendront de ce cĂŽtĂ©-ci. Il y en aura qui viendront de ce cĂŽtĂ©-lĂ . La terre ne pourra pas supporter cela. Il peut entrer dans le... Avant que cette horloge compte encore deux minutes, cette chose entiĂšre pourrait disparaĂźtre. Ne prenez pas le risque. Si vous n’ĂȘtes pas certain d’ĂȘtre en ordre...
Si notre soeur veut bien nous donner un accord de ceci. Croyez-vous que Dieu Ă©coutera ma priĂšre pour vous? Venez ici. Laissez-moi... Je–je... Vous... Simplement... Sous ces lumiĂšres-lĂ , descendez ici juste une minute, je vous prie. Venez juste ici, tenons-nous ici et prions ensemble. Venez carrĂ©ment par ici, si vous voulez. Ne restez pas assis. Avancez carrĂ©ment juste ici, et tenez-vous ici, et dites: «J’ai Ă©tĂ© un membre d’église, je n’ai pas honte. Je m’avance juste ici et je me tiens ici. Je veux venir. Je veux ĂȘtre sincĂšre.» Nous sommes... Vous verrez un rĂ©veil commencer, si vous pouvez tout simplement voir l’Esprit de Dieu entrer dans les gens. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-41 S’Il exauce ma priĂšre en ouvrant les yeux de l’aveugle... Il ne fait aucun doute que vous verrez cela s’accomplir dans les quelques prochains jours, ce qui a fait que le poison de la morsure du serpent, par la priĂšre, soit complĂštement neutralisĂ©. J’ai vu des gens qui Ă©taient passĂ©s au-delĂ  de cette vie mortelle, des gens Ă  qui les mĂ©decins avaient fermĂ© les yeux et croisĂ© les mains, et dont ils s’étaient Ă©loignĂ©s, je les ai vus revenir Ă  la vie. Comment? Par la priĂšre. La priĂšre a une signification.
Nous vous attendons vous qui ĂȘtes au balcon. Descendez carrĂ©ment. Venez vous tenir ici et nous allons prier ensemble. Voudriez-vous descendre directement? Nous allons prier ensemble. C’est ce que nous voulons faire. Combien aimeraient avoir cet amour-lĂ ? Si vous n’avez pas l’amour dans votre coeur ce soir, qui vous amĂšne Ă  gĂ©mir et Ă  soupirer Ă  cause des abominations qui se commettent dans cette ville...
E-42 Ecoutez, mes amis, je demanderais... Prenez n’importe quel Ă©tudiant ici pour–pour–pour discuter de cela. Les Ecritures disent que l’Ange de Dieu avait scellĂ© seulement tous ceux qui pleuraient et criaient Ă  cause des abominations qui se commettaient dans la ville. Que tous ceux qui ont dĂ©jĂ  lu cela disent: «Amen.» VoilĂ . Seulement ceux qui gĂ©missaient et soupiraient Ă  cause des abominations qui se commettaient dans la ville. «Oh! direz-vous, ça fait longtemps que je suis un pentecĂŽtiste.» C’est bon. Moi aussi. Mais, frĂšre, qu’en est-il de cet esprit qui est prĂ©occupĂ© par ce monde perdu, si vous vous occupez des affaires du PĂšre?
Vous direz: «Eh bien, je–je reçois la bĂ©nĂ©diction chaque soir.»
Et si cet Esprit bon, humble, gentil et doux n’est pas en vous... Quels sont les fruits de l’Esprit? L’amour, la paix, la joie, la longanimitĂ©, la bontĂ©, la bienveillance, la patience. Ne courez pas de risque. Demain matin, ça pourrait ĂȘtre trop tard. Dans une heure, ça pourrait ĂȘtre trop tard.
Pourquoi ne venez-vous pas maintenant avant qu’il y ait un service de guĂ©rison, avant qu’il y ait quoi que ce soit? Descendez carrĂ©ment, dites: «Seigneur, je veux ĂȘtre en ordre. Je veux avoir en moi un Esprit qui me fera aimer. Je veux avoir un Esprit qui m’amĂšnera Ă  apprĂ©cier ce que JĂ©sus a fait pour moi, Ă  tel point que mon coeur deviendra tendre et plein d’amour, et que je pourrais pardonner les gens du fond de mon coeur, et non parce que c’est un devoir.»
E-43 Maintenant, certains parmi vous lĂ  au balcon devraient descendre. Avancez. Cela... Vous... Il se peut que ce soit juste ce nombre de pas lĂ  qui vous sĂ©pare du Ciel. Je ne dis pas que c’est cela; j’espĂšre que ce n’est pas le cas. Mais il est possible que ce soit tout ce qu’il vous faut faire.
Que donneriez-vous ce soir, si JĂ©sus... Si vous appreniez que quelque chose se passait, et qu’une pierre dĂ©valait par ici quelque part, une autre lĂ  derriĂšre, que les radios hurlaient, que les gens couraient dans les rues, et que les bombes tombaient dans les... Eh bien, ce serait alors trop tard.
Savez-vous ce qui se produira? L’église va... La gravitation prendra–perdra son emprise. Cette Ă©glise sera enlevĂ©e, tout aussi sĂ»r que je me tiens Ă  cette chaire. Les tombes s’ouvriront, les morts sortiront; ils iront Ă  la rencontre du Seigneur JĂ©sus. Il y aura des membres d’église par dizaines de milliers, oui, par dizaines de millions qui seront laissĂ©s. Vous feriez mieux de venir, soyez sĂ»r que vous avez l’amour dans votre coeur.
E-44 Alors que nous inclinons la tĂȘte juste un instant, pendant que nous attendons et que les autres viennent, que les ouvriers s’approchent aussi maintenant. Et vous qui venez autour de l’autel pour prier avec nous. Venez, ami pĂ©cheur, venez, vous rĂ©trograde, venez, vous les membres d’église tiĂšdes, allons–allons au Ciel ensemble. Vous vous ĂȘtes carrĂ©ment approchĂ©s ici maintenant pour cette priĂšre. Je veux prier pour vous. Je veux ĂȘtre sĂ»r que j’ai fait tout ce qui est en mon pouvoir, parce que je crois que cette semaine va ĂȘtre une–va ĂȘtre, la semaine qui vient sera un moment glorieux ici dans ce Temple, si JĂ©sus tarde. Et j’aimerais voir chaque pĂ©chĂ© purifiĂ©, j’aimerais voir tous ces vieux dĂ©mons lugubres s’en aller, pour que l’Eglise du Dieu vivant puisse se tenir debout, remplie du vĂ©ritable amour divin. Il y aura des secousses Ă  travers cette ville comme il y en a jamais eu avant: des boiteux, des aveugles, des infirmes, tout pourra arriver.
E-45 Avez-vous fini? En ĂȘtes-vous sĂ»r maintenant? Ce... C’est... Etes-vous sĂ»r que vos pĂ©chĂ©s sont sous le Sang, et que vous Ă©prouvez un tel dĂ©sir dans votre coeur Ă  cause du pĂ©chĂ© qui se commet dans cette ville que la nuit vous–la nuit vous pouvez crier Ă  Dieu en disant: «Oh! Dieu...» Et pendant la journĂ©e, vous regardez et vous voyez les gens vivre dans le pĂ©chĂ© tel qu’ils le font. Cela fait couler des larmes sur vos joues et–et cela attriste votre coeur alors que vous regardez et voyez combien cette ville est remplie de pĂ©chĂ©.
Est-ce lĂ  le genre d’Esprit qui est en vous? Ce n’est que ce genre d’esprit qui est scellĂ© par le Saint-Esprit. C’est exactement ce que disent les Ecritures. Ceux qui ont Ă©tĂ© scellĂ©s du Saint-Esprit avaient en eux ce genre d’Esprit. Et quel est le fruit de cet Esprit-lĂ ? L’amour, la longanimitĂ©, la bienveillance, la douceur, la patience, la paix; la paix avec tout le monde. MĂȘme s’ils sont en dĂ©saccord avec vous, c’est en ordre. C’est ce genre d’église que nous dĂ©sirons avoir. C’est ce genre de personne que nous voulons ĂȘtre.
E-46 N’ayez pas honte maintenant. Peut-ĂȘtre qu’avant demain matin vous pourriez L’invoquer pour qu’Il prenne position pour vous. Que dirait-Il? «Tu sais, Je t’avais parlĂ© par ce que disait ce prĂ©dicateur ce soir-lĂ  Ă  l’Angelus Temple. Pourquoi n’étais-tu donc pas venu lĂ ? Tu avais rejetĂ© ton dernier jour.»
Eh bien, vous direz: «FrĂšre Branham, je suis membre d’église.»
JĂ©sus a dit: «Les gens viendront et diront mĂȘme–des hommes comme Tommy Osborn, Oral Roberts, William Branham, et tous les autres qui allaient tenir des services de guĂ©rison, beaucoup de ces gens se prĂ©senteront en ce jour-lĂ  et diront: «Seigneur, je–j’ai chassĂ© les dĂ©mons en Ton Nom. J’ai accompli des miracles en Ton Nom.»
Il dira: «Je ne vous ai jamais connus.»
Vous voyez, ces dons agissent par la foi, mais l’amour rend parfait. C’est l’amour qui produit cela. C’est l’amour qui nous unit–qui nous soude Ă  Dieu, qui fait de nous un dans l’unitĂ©, un de coeur, un dans l’Esprit.
Vivant, Il m’aima; mourant, Il me sauva;
(Ne puis-je pas L’apprĂ©cier?)
Enseveli, Il emporta mes péchés au loin;
Ressuscitant, Il me justifia gratuitement Ă  jamais:
(Maintenant, que suis-je en train de faire? Je suis en train d’attendre.)
Un jour, Il va venir, oh! quel jour glorieux!
Je suis...
Dites: «Que ce soit ce soir, Seigneur. Si c’est Ta volontĂ©, que ce soit ce soir.»
E-47 TrĂšs bien. Combien y en a-t-il lĂ  maintenant, juste devant l’assistance et les voisins qui sont assis Ă  cĂŽtĂ© de vous, qui disent: «FrĂšre Branham, je n’ai pas le courage de me tenir debout et de m’avancer lĂ . J’aurais souhaitĂ© le faire. Je sais que je n’ai pas ce genre d’Esprit en moi, Celui dont vous ĂȘtes en train de parler, ce genre d’Esprit que JĂ©sus avait, ce genre d’amour qu’Il avait, le genre de sacrifice qu’Il a offert, et cet Esprit-lĂ  qui Ă©tait en Lui doit ĂȘtre en moi, m’amener Ă  agir avec douceur, bontĂ©, patience, amour, longanimitĂ©, bienveillance. Je n’ai pas cela, FrĂšre Branham. Je suis colĂ©rique. Je n’ai jamais Ă©tĂ© purifiĂ© de cela. Je–je–j’ai des doutes dans mon esprit.» Il y a quelque chose qui cloche.
Bien sĂ»r, lorsque le Saint-Esprit entre, Il s’installe et dĂ©racine tout cela. Toute racine d’amertume disparaĂźt, alors vous devenez doux envers tout le monde, vous aimez tout le monde. C’est ce que vous devenez. Vous direz: «Je n’ai pas cela. Je n’ai mĂȘme pas le courage de–de me tenir debout, mais il me reste juste assez de courage pour faire ceci; je vais lever la main vers Dieu et dire: ‘Ô Dieu, je ne peux pas vraiment prendre position pour Toi maintenant, je n’ai pas autant de courage. Mais, souviens-Toi de moi, ĂŽ Seigneur.’» Voulez-vous lever la main, lĂ  dans l’auditoire, vous qui ne vous ĂȘtes pas avancĂ©s. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-48 Maintenant, vous tous qui vous tenez ici. J’aimerais que solennellement, de tout votre coeur, vous soyez sĂ»rs d’avoir fait cette consĂ©cration. Maintenant, ne descendez pas cette allĂ©e juste parce que c’est... juste... vous venez simplement parce que: «Eh bien, je–je ne veux pas aller en enfer.» Bien sĂ»r que vous n’aimeriez pas aller en enfer. «Mais je viens, ĂŽ JĂ©sus, parce que quelque chose a touchĂ© mon coeur. Je vois ce que Tu as fait pour moi, et je ne possĂšde pas ce que Tu exiges. Et je m’avance pour recevoir cela; je dĂ©sire cela.» Pourquoi accepter un substitut? Pourquoi accepter le fait d’ĂȘtre membre d’une Ă©glise, ou–ou une petite excitation, ou...
Eh bien, je crois dans les excitations, dans les cris, le parler en langues, et–et dans la guĂ©rison divine. Je crois toutes ces choses. Mais ce n’est pas de cela que je parle. Je parle de Dieu en premier lieu. Vous pouvez avoir cela et ne pas avoir Dieu. Paul l’a dit. JĂ©sus a dit que beaucoup viendront, disant qu’ils avaient cela, confessant qu’ils avaient cela. Mais ils n’avaient pas ceci. Voyez? C’est ce que nous manquons.
E-49 «Il me faut l’amour, Seigneur. Il me faut Ton Esprit dans mon coeur pour faire de moi ce genre de personne: tendre, gentille, aimable, humble, qui pardonne; c’est ce que je dĂ©sire. Et, Seigneur, j’incline ma tĂȘte maintenant juste devant Toi pour dire ceci: ‘Seigneur, change ma vie maintenant mĂȘme. Je me confie», et dites: «Maintenant, Seigneur, je ne vaux rien, mais Toi change-moi. Il faut que ça soit Toi. Mes Ă©motions m’ont amenĂ© Ă  cet autel. Mais maintenant, il faut que Ton Esprit me change. Viens le faire, Seigneur. Viens et place en moi ce glorieux dĂ©sir.» C’est ce qu’il faut.
J’ai dit Ă  un homme l’autre jour: «Oh! je–je crois que JĂ©sus viendra Ă  n’importe quel moment.»
Il a dit: «Ne parlez pas de cela, FrÚre Branham. Vous me découragez.»
J’ai dit: «Je vous dĂ©courage?»
Il a dit: «Bien sĂ»r, je gagne plus d’argent maintenant que je n’en avais jamais gagnĂ© dans ma vie. Mes affaires prospĂšrent.»
J’ai dit: «Et puis, frĂšre, vous prĂ©tendez ĂȘtre chrĂ©tien, et vous avez peur de la Venue du Seigneur!» [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
«C’est le plus glorieux moment auquel j’aie jamais pensĂ©, la Venue du Seigneur. C’est la plus glorieuse chose Ă  laquelle j’aie jamais pensĂ©.» C’est pourquoi je suis ici maintenant, parce que je crois qu’Il vient. Le plus... Ça c’est le couronnement de ma vie. C’est vrai. Lorsque je Le verrai: «Tous ceux qui aiment Son avĂšnement, a dit Paul, il leur est rĂ©servĂ© une couronne de justice.» Tous ceux qui aiment Son avĂšnement...
«Viens, Seigneur JĂ©sus. Oui, Seigneur, viens maintenant. Voici l’heure, si cela te plaĂźt, Seigneur.» C’est le sentiment que vous devriez Ă©prouver Ă  ce sujet. Et en m’aimant, en mourant pour moi, en Ă©tant enseveli pour moi; en ressuscitant, Il m’a justifiĂ© gratuitement Ă  jamais. «Maintenant, j’attends que Tu viennes, Seigneur. Et je dĂ©sire avoir en moi le mĂȘme genre d’Esprit que Tu avais. Je dĂ©sire avoir ce genre d’Esprit, afin que si mes ennemis me crachaient au visage, de tout mon coeur je puisse dire: ‘Je vous pardonne cela.’ Et je pourrais pardonner aux autres comme Christ... comme Dieu, pour l’amour de Christ, nous a pardonnĂ©s.»
E-50 TrĂšs bien, inclinons maintenant la tĂȘte dans la priĂšre. Billy, si ça ne te dĂ©range pas, j’aimerais que tu viennes ici prĂšs de moi. J’aimerais que l’un de vous prenne la suite du service, s’il vous plaĂźt.
Maintenant, alors que vous inclinez la tĂȘte, j’aimerais que vous confessiez Ă  Dieu que vous avez tort, et que vous aimerez que Dieu vous pardonne maintenant, et qu’Il place en vous... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
Ecoutez-moi, aussi sĂ»r que je me tiens ici, c’est ce qu’Il aimerait faire.
Maintenant, suivez. Comment allez-vous venir? «Nul ne peut venir Ă  Moi, si Mon PĂšre ne l’attire premiĂšrement.»
Pourquoi vous ĂȘtes-vous levĂ© et ĂȘtes-vous venu? Parce que vous avez reconnu qu’il y avait quelque chose de mal. Maintenant, vous vous trouvez Ă  l’autel oĂč toutes les erreurs sont redressĂ©es, parce qu’il y a un–un sacrifice qui repose sur l’autel pour vous.
Qu’était-ce? Un sacrifice sanglant, le Fils de Dieu qui crie: «PĂšre, pardonne-leur. Ils n’avaient pas l’intention de faire cela.»
E-51 Maintenant, considĂ©rez cela alors que nous prions. Par la foi, posez vos mains sur Sa tĂȘte. Maintenant, imaginez-vous simplement. Vous avez commis un mal. C’est comme dans l’Ancien Testament, les gens apportaient un agneau, posaient la–posaient les mains sur cet agneau et on Ă©gorgeait l’agneau. Et comme le petit agneau gigotait, bĂȘlait, et mourait, que le sang se rĂ©pandait sur les mains de l’adorateur, celui-ci se rendait compte que c’était... C’est lui–c’est lui qui aurait dĂ» mourir, mais l’agneau mourait Ă  sa place.
Maintenant, par la foi, posez les mains sur la tĂȘte de JĂ©sus, et sentez cette souffrance, cet abandon jusqu’à ce que le Sang et l’eau se sĂ©parent. Sentez cette souffrance, et dites: «Seigneur Dieu, sur base de ceci, je viens maintenant comme un pĂ©cheur. Aie pitiĂ© de moi.»
Et Dieu bien-aimĂ©, alors que je comprends ma position en me tenant ici prĂšs de cette chaire sacrĂ©e, je me tiens entre la mort et la vie pour les hommes et les femmes que je devrai rencontrer lĂ -bas en ce glorieux matin. Oh! je pourrais prier pour quelqu’un, il sera guĂ©ri et ce sera oubliĂ©. Mais, Seigneur, ce sont des Ăąmes qui sont en jeu ici. Et je dois me tenir avec eux sans l’ombre d’un doute devant le Dieu qui est juste et qui est vivant, et rendre compte de mon ministĂšre.
Et, les voici, Seigneur. Ils sont venus parce qu’ils ont cru, et ils–ils... Le Saint-Esprit les a condamnĂ©s d’avoir mal agi, et ils viennent maintenant mettre cela en ordre. Et je prie pour eux. C’est tout ce que je sais faire, Seigneur, c’est de dire ce que la Parole dit ici. Et maintenant, ils confessent leurs torts. Et s’ils veulent confesser volontairement, Dieu va pardonner. C’est ce qu’Il a promis, et de leur donner le dĂ©sir de leur coeur. Car il est Ă©crit: «Il ne refuse aucun bien Ă  ceux qui marchent dans l’intĂ©gritĂ© devant Lui.» Ils dĂ©sirent avoir un Esprit d’amour dans leur coeur.
E-52 Ô PĂšre, nous avons eu tellement de cris, tellement de joie que je crains que nous ayons oubliĂ© l’essentiel, Seigneur. C’est comme Elie lorsqu’il se tenait Ă  l’entrĂ©e de la caverne, il a entendu les vents et les tonnerres, mais cela ne l’a pas alarmĂ©, il a attendu ce murmure doux et lĂ©ger. Ô Seigneur, parle maintenant. Parle au fond de leurs coeurs, afin que ce murmure doux et lĂ©ger dise: «Mon Enfant: ‘Je ne mettrai pas dehors celui qui vient Ă  Moi.’ Je place chaque pĂ©chĂ© que tu as commis sur Mon propre sacrifice, Mon Fils unique. Tu as confessĂ© cela, parce que tu as cru cela. Il Ă©tait le Seul qui pouvait t’aider, et c’est ce qu’Il a fait, et Il–Il–Il a justifiĂ© chacun de vous par Ses souffrances. Et J’ai prouvĂ© cela en Le ressuscitant des morts. Et maintenant Je te donne cet Esprit qui Ă©tait en Lui, cet Esprit qui pouvait pardonner, qui pouvait aimer, qui pouvait ĂȘtre doux, longanime, bon, docile, gentil, bienveillant et patient.» Ô Dieu, accorde-leur cela maintenant mĂȘme.
Et maintenant, pendant que je m’avance avec eux, Seigneur, lĂ -bas en ce jour-lĂ , tout ce que je sais faire c’est de les amener ici et Te demander de le faire, et d’unir ma foi Ă  la leur, pour croire que Tu fais cela, que c’est dĂ©jĂ  fait, et ils croient cela et acceptent cela maintenant mĂȘme au fond de leur coeur. Je Te les prĂ©sente comme des dons d’amour que le Saint-Esprit a amenĂ©s Ă  Christ ce soir au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-53 Maintenant, pendant que vous avez les tĂȘtes inclinĂ©es, et que vous avez rĂ©ellement honte de la maniĂšre dont vous vous ĂȘtes comportĂ©s. Beaucoup parmi vous ont confessĂ© ĂȘtre chrĂ©tiens et n’ont jamais eu de fardeau comme vous le devriez pour les Ăąmes perdues. Il se peut que vous soyez allĂ©s Ă  l’église, il se peut que vous ayez fait certaines choses, de bonnes oeuvres. Mais maintenant, vous sentez autre chose Ă  ce propos. Vous sentez comme si vous allez sortir maintenant, que Dieu a dit quelque chose Ă  votre coeur, que vous ĂȘtes–vous avez plus d’amour pour Lui maintenant, vous–vous Le voyez tel qu’Il est, ce qu’Il a fait pour vous. Si c’est le cas, levez la main. Vous tous qui ĂȘtes autour de l’autel, dites: «Je sens cela maintenant mĂȘme.» Que Dieu vous bĂ©nisse.
Oh! c’est–c’est merveilleux. C’est cent pour cent, aussi loin que je peux voir. C’est ça. C’est ça. Ce n’est rien, ce n’est pas de l’émotion. Ils viennent en s’avançant humblement, doucement, Ă©coutant ce petit murmure. «Oui, Seigneur. Je Te reçois donc, Seigneur. Maintenant je crois en Toi, je crois en Toi de tout mon coeur. Je m’en vais d’ici ce soir pour ĂȘtre humble, doux. Je m’en vais ce soir, sentant un fardeau dans mon coeur pour les pĂ©cheurs perdus. Je prierai pour les pĂ©cheurs. Je ferai tout ce que je peux Ă  partir de ce soir.»
Maintenant, si l’assemblĂ©e veut bien incliner la tĂȘte partout. Je vais demander Ă  frĂšre Billy Adams de bien vouloir continuer le service. vouloir continuer le service.

En haut