ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Un Temps De Décision / 59-0418 / Los Angeles, California, USA // SHP 1 heure et 58 minutes PDF

Un Temps De DĂ©cision

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Seigneur, que celle-ci soit encore une vĂ©ritable soirĂ©e d’adoration, oĂč le Saint-Esprit entre dans nos coeurs comme Il l’a fait au cours de la semaine et des jours de notre visite ici Ă  ce bel Angelus Temple. Et nous Te prions, PĂšre cĂ©leste, de bĂ©nir cet endroit, qu’il subsiste comme un mĂ©morial jusqu’à la Venue de JĂ©sus, cette contribution d’une femme qui avait cru en Toi et qui T’avait servi. Nous Te rendons grĂąces pour toutes ces choses. Que ce grand ministĂšre qu’elle avait commencĂ© ne connaisse jamais de fin jusqu’à la Venue du Seigneur. Tire gloire pour Toi-mĂȘme ce soir, Seigneur, en guĂ©rissant les malades; et pour ceux qui sont ici et qui peut-ĂȘtre ne Te connaissent pas par le pardon de leurs pĂ©chĂ©s, que celle-ci soit la soirĂ©e oĂč ils T’accepteront. Accorde-le, Seigneur, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. Asseyez-vous.
E-2 Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
Je vois qu’on a commencĂ© Ă  dĂ©poser des mouchoirs ici. Chaque soir, je tĂącherai de–de prier sur ces mouchoirs. Et maintenant, si vous n’avez pas votre mouchoir ici, et que vous vouliez que je vous en envoie un (Ça ne sera pas un mouchoir, juste un petit morceau de ruban sur lequel j’ai priĂ©), eh bien, Ă©crivez-moi tout simplement chez moi, Ă  la boĂźte postale 325, Jeffersonville, Indiana. Tout le monde... J’en envoie des milliers par semaine. Ça part dans le monde entier. Eh bien, je ne vous donne pas cette adresse afin que vous envoyiez, pour que nous vous harcelions ou pour... Tout ça, c’est gratuit, tout, c’est sans frais. C’est juste pour vous aider. Nous n’avons pas d’émissions Ă  la radio. Nous n’avons rien, pas de racolage, rien Ă  vendre. Tout ce que nous voulons faire, c’est essayer de vous aider. Et alors, si vous... si vous voulez un de ces mouchoirs, les petits tissus sur lesquels nous avons priĂ©, et...
Or, beaucoup de gens oignent ces tissus, ce qui... C’est en ordre. Tout ce que Dieu bĂ©nit, je suis certainement pour cela. Mais si vous remarquez bien dans les Ecritures, Paul ne les avait jamais oints, on retirait simplement des mouchoirs et des linges qui avaient touchĂ© le corps de Paul. Et alors, les malades Ă©taient guĂ©ris.
E-3 Et je me souviens bien d’un tĂ©moignage que j’ai reçu de l’Allemagne il y a quelque temps. Une petite femme Ă©tait... souffrait de l’arthrite, et elle avait Ă©tĂ© clouĂ©e dans un fauteuil roulant pendant, oh! plusieurs annĂ©es. Et c’était tout original, lorsque le... mon bureau allemand l’a traduit et me l’a envoyĂ©, sa rĂ©ponse. Elle avait reçu ce petit tissu, et j’avais lĂ -dessus... Nous avions une Ă©quipe de priĂšre, qui prie chaque trois heures, Ă  travers le monde. Et c’est 24 heures sur 24, Ă©videmment. Ainsi donc, elle a pris ce petit tissu, l’a appliquĂ© sur elle, elle a fait venir les gens et son pasteur, ils ont tous priĂ©, et ils ont... Elle a confessĂ© tout ce qu’elle savait avoir donc fait de mal. Alors, aussitĂŽt qu’elle a Ă©pinglĂ© le petit tissu sur elle, elle a dit: «Maintenant, toi, monsieur le diable, ça en est fini de toi.» Elle s’est levĂ©e, elle s’en est allĂ©e, courant dans la maison, sortant du fauteuil roulant. Aussi simple que ça, elle a dit: «Maintenant, monsieur le diable, ça en est fini de toi.» Et elle s’est mise Ă  marcher, c’était fini. Voyez?
Juste... Nous cherchons Ă  tellement compliquer Dieu que les gens n’arrivent pas Ă  Le toucher. C’est ainsi qu’ils Le manquent. Il est... C’est si simple. Dieu a rendu cela trĂšs simple. Je crois qu’il est dit dans un passage des Ecritures: «MĂȘme un insensĂ© ne s’égarera pas.» C’est si simple. Lorsque nous nous mettons Ă  compliquer cela, alors, nous nous Ă©loignons complĂštement de Lui. Voyez? Son programme est vraiment... Juste... Dieu habite parmi Son peuple dans la simplicitĂ©. Le moins que vous puissiez Ă©tudier, ou chercher Ă  comprendre, eh bien, ne faites simplement pas cela, prenez-Le juste au Mot comme un enfant et allez de l’avant.
E-4 J’aimerais lire juste un... comme texte ce soir, la premiùre phrase du... un... le verset 48 du chapitre 24 de la Genùse.
Et je me suis inclinĂ© et prosternĂ© devant l’Eternel...
Nous avons eu une journĂ©e plutĂŽt difficile. Nous avons passĂ© un temps glorieux lĂ  au–au petit-dĂ©jeuner ce matin, et–et nous avons bien passĂ© un grand moment de communion. Que Dieu bĂ©nisse toujours ce mouvement, les Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens, et nous les aimons. Ils accomplissent une grande oeuvre en cherchant Ă  aider l’Eglise (voyez?), à–à, on dirait, juste...
Comme je le dirais, Ă©tant un jeune homme de campagne, ils... nous faisions monter un chariot sur la colline et nous... ce que nous appelions caller la roue. Combien savent ce que c’est caller une roue? Eh bien, je pourrais pratiquement ĂŽter mon manteau et prĂȘcher en manches de chemise ce soir. Il y a beaucoup de campagnards ici.
Donc, caller la roue, c’est ce que font, Ă  nos avis, les Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens, caller la roue, juste pour aider Ă  porter le fardeau pendant que l’Eglise fait monter cela sur la montagne.
E-5 Nous avons parlĂ© ces trois derniĂšres soirĂ©es d’Abraham. Et hier soir, nous l’avons laissĂ© au–au sommet de la montagne avec son jeune homme, Isaac, qui avait Ă©tĂ© Ă©pargnĂ© de la mort, un trĂšs beau tableau de Dieu le PĂšre offrant Son propre Fils. Lui n’avait pas Ă©pargnĂ© Son propre Fils. Et comment Dieu avait... Le Grand CrĂ©ateur, JĂ©hovah-JirĂ©, avait crĂ©Ă© un bĂ©lier en un instant, en un clin d’oeil.
Or, ce bĂ©lier n’était pas lĂ  lorsqu’Abraham ramassait les pierres et les rassemblait, sinon il l’aurait entendu. Mais juste au moment oĂč il Ă©tait sur le point d’îter la vie Ă  son propre fils, alors le bĂ©lier s’est retrouvĂ© lĂ  derriĂšre lui, bĂȘlant, retenu par les cordes dans les–dans les plantes, ou plutĂŽt les arb-... les arbustes, ou je ne sais quoi, au sommet de la montagne.
E-6 Et nous discutions, eh bien... Comment ce bĂ©lier Ă©tait-il arrivĂ© lĂ ? Eh bien, il se trouvait Ă  au moins cent miles [160,9 km] de la civilisation, au milieu des bĂȘtes sauvages. Et un bĂ©lier ne se retrouverait pas lĂ  au sommet de cette montagne, lĂ  oĂč il n’y avait ni eau, ni verdure. Ainsi, vous voyez, c’est absolument Dieu qui l’avait placĂ© lĂ . En effet, Il est JĂ©hovah-JirĂ©, l’Eternel se pourvoira d’un sacrifice.
Et Il est tout autant JĂ©hovah-JirĂ© ce soir qu’Il l’était alors. Et s’Il est JĂ©hovah-JirĂ©, Il est aussi JĂ©hovah-Rapha, un autre Nom rĂ©dempteur qui signifie JĂ©hovah le GuĂ©risseur. Ces Noms sont des Noms composĂ©s de JĂ©hovah, et ils sont absolument indissociables. Il est JĂ©hovah notre Bouclier, JĂ©hovah notre Cuirasse, JĂ©hovah notre BanniĂšre, JĂ©hovah notre GuĂ©risseur, JĂ©hovah notre Sacrifice. Et vous ne pouvez pas dissocier ces Noms, car s’Il cesse d’ĂȘtre JĂ©hovah-Rapha, alors, Il n’est pas JĂ©hovah-JirĂ©. Et s’Il est toujours JĂ©hovah-JirĂ©, Il est toujours JĂ©hovah-Rapha, Ă  la fois Sauveur et GuĂ©risseur.
E-7 Et alors, ce soir, nous allons prendre pour sujet: Un temps de dĂ©cision. Et dans ce chapitre 24, nous en arrivons donc Ă  ce jeune homme qui avait Ă©tĂ© Ă©pargnĂ© sur la montagne, et un bĂ©lier a Ă©tĂ© offert Ă  sa place, Dieu montrant qu’Il offrirait Son propre Fils.
Puis, sa mĂšre, Sara, mourut et le pĂšre se faisait vieux, et ce fut un temps oĂč Abraham devait prendre une dĂ©cision: parmi quelle catĂ©gorie de gens son fils prendrait une Ă©pouse. Et je pense que c’est une bonne ligne de conduite Ă  suivre pour les fils d’Abraham, faire la mĂȘme chose.
E-8 Eh bien, il ne voulait pas que son fils Ă©pouse une CananĂ©enne. Le temps Ă©tait arrivĂ© pour lui de prendre cette dĂ©cision. Et il nous arrive des temps oĂč nous sommes contraints de prendre une dĂ©cision. Et il arrive des fois oĂč nous sommes forcĂ©s Ă  dire oui ou non. Cela nous arrive Ă  nous tous. Abraham a connu ce temps: qui il choisirait comme femme pour son fils; en effet, il savait que c’était un enfant promis, que ce sang devait ĂȘtre conservĂ© pur jusqu’à la Venue du Messie.
Alors, il a envoyĂ© EliĂ©zer, son fidĂšle serviteur. Et alors, EliĂ©zer, le serviteur d’Abraham, son serviteur le plus ĂągĂ©, un fidĂšle serviteur, Abraham l’a appelĂ©, il lui a demandĂ© de placer sa main sur sa cuisse et de jurer par le Dieu du Ciel qu’il ne laissera pas Isaac Ă©pouser une CananĂ©enne, qu’il ira dans la famille des HĂ©breux, les parentĂ©s d’Abraham, choisir une femme.
E-9 Et alors, aprĂšs qu’EliĂ©zer eut rassemblĂ© ses chameaux, il entreprit le voyage; ensuite, il en arriva Ă  prendre une autre dĂ©cision. Et cette dĂ©cision, c’était soit de se servir de son propre discernement, soit de se confier au discernement de Dieu.
C’est ce qui va arriver Ă  chacun de nous avant de quitter cette salle ce soir, surtout vous qui ĂȘtes ici malades et affligĂ©s. C’est... Vous y ĂȘtes contraints.
Et EliĂ©zer, aprĂšs qu’il fut arrivĂ© au portail de cette ville, eh bien, allait-il se servir de ses propres facultĂ©s mentales pour essayer d’opĂ©rer le choix, peut-ĂȘtre, de la femme qui, Ă  son avis, convenait le plus au fils de son maĂźtre? Allait-il se servir de son propre discernement? Pouvait-il entrer dans la ville, regarder çà et lĂ  et tomber sur la femme la plus attrayante, ou celle qu’il penserait... lui-mĂȘme ĂȘtre la–la meilleure pour lui?
Et je pense qu’EliĂ©zer a pris une dĂ©cision importante en disant qu’il se confierait en Dieu pour cela.
E-10 Eh bien, vous serez contraint Ă  la mĂȘme chose. Allez-vous... aprĂšs ces douze ou treize soirĂ©es, environ, d’une action constante du Saint-Esprit, se manifestant par Sa Parole, accomplissant Ses signes visibles qui Ă©taient annoncĂ©s que le Messie accomplirait en ces jours-ci avant la destruction du monde. Chaque poteau indicateur pointe vers cela. Et maintenant, allez-vous vous confier ce soir, lorsqu’on va prier pour vous, Ă  votre propre pensĂ©e intellectuelle, ou allez-vous confier cela Ă  Dieu? Je crois, et j’espĂšre que vous allez remettre cela entre les mains de Dieu. DĂ©cidez-vous maintenant, que vous allez vous confier Ă  la sagesse de Dieu, non pas Ă  votre propre pensĂ©e. Si vous le faites, vous ne serez jamais en erreur.
Parfois, les voies de Dieu sont trĂšs difficiles Ă  comprendre pour l’esprit humain, vous pensez simplement que c’est ridicule. Et la foi paraĂźt ridicule Ă  la pensĂ©e charnelle. C’est de la folie pour n’importe qui, sauf pour Dieu et pour celui qui a la foi. Donc, par la foi, nous voyons, nous croyons des choses que nos yeux, que notre esprit ne perçoit pas, juste parce que nous croyons cela.
E-11 Le raisonnement? Eh bien, cela ne s’avĂ©rait jamais raisonnable. Ainsi, nous ne pouvons pas raisonner lĂ -dessus, ni Ă©tudier cela. Nous ne ferons qu’embrouiller notre esprit. Il n’y a qu’un seul moyen de s’y prendre, c’est avoir la foi que ce que Dieu promet, Il est capable de l’accomplir. Cela rĂšgle la question. N’osez pas dire: «Eh bien, alors, comment est-ce possible? Nous vivons en un temps moderne.» Ôtez cela de votre esprit. Ne doutez mĂȘme pas. Prenez-Le simplement au Mot. Prenez cette dĂ©cision maintenant mĂȘme, que ce que Dieu dit, Il peut le tenir. Ce n’est pas mon affaire de comprendre cela. En effet, si je le comprends, c’est que je procĂšde alors intellectuellement. Dieu n’agit pas dans la tĂȘte; Il agit dans le coeur.
E-12 Maintenant, nous voyons qu’EliĂ©zer avait dĂ©cidĂ©, bien qu’il fĂ»t un homme de bien, il Ă©tait chargĂ© d’une mission importante, il Ă©tait sous serment... Eh bien, lorsqu’un homme en arrive lĂ , c’est le temps de ne pas se servir de sa propre pensĂ©e. Il s’est donc agenouillĂ© et s’est mis Ă  prier, disant: «Seigneur, puisque Tu as fait prospĂ©rer mon voyage, que Tu m’as amenĂ© ici, qu’il arrive que la premiĂšre demoiselle qui sortira de la ville pour puiser de l’eau...» En effet, c’était au temps du soir qu’elles allaient puiser de l’eau. Et il a dit: «Si je lui demande Ă  boire (Le voyez-vous demander un signe de la part de Dieu?), et si elle me donne Ă  boire et qu’elle dise: ‘Je vais aussi abreuver tes chameaux’, ce sera celle-lĂ  que Tu as choisie.» Il a confiĂ© cela Ă  Dieu. «Que ce soit Ton choix, Seigneur.»
Oh! Si seulement nous pouvions apprendre Ă  ĂȘtre un serviteur de Dieu digne de confiance comme cela, au point que nous pouvons confier des choses Ă  Dieu. La chose la plus puissante Ă  ma connaissance, c’est de se confier: «Recommande ton sort Ă  l’Eternel.» Confiez-Lui vos pensĂ©es. Si vous ĂȘtes malade, et que les mĂ©decins ne peuvent plus vous venir en aide, alors confiez simplement votre cas Ă  Dieu et agissez comme si c’est dĂ©jĂ  terminĂ©. Quelque chose arrivera. Ça ne peut simplement pas manquer, car Dieu est CrĂ©ateur.
E-13 La Parole de Dieu est une Semence. Et une semence est plantĂ©e sous terre, et si cette semence est arrosĂ©e, elle germera, si elle a le germe de vie. JĂ©sus a dit que la Parole est une Semence. Donc, si la Semence tombe dans votre coeur, et que vous l’arrosiez en croyant par la foi, Elle se reproduira selon son espĂšce. Ah! Vous pouvez m’en rendre tĂ©moignage. Et voici ce que je peux dĂ©clarer aprĂšs trente ans de prĂ©dication: «Je n’ai jamais vu une seule fois oĂč j’aie jamais demandĂ© quelque chose Ă  Dieu en toute sĂ©curitĂ©, et que je le Lui aie confiĂ©, sans qu’Il m’ait donnĂ© cela ou qu’Il m’ait dit pourquoi Il ne peut pas me le donner.»
E-14 Et si vous affichez une bonne attitude mentale envers n’importe quelle promesse divine que Dieu a faite, cela fera qu’elle s’accomplisse. Si seulement vous dites: «C’est la Parole de Dieu. Il ne m’appartient pas de chercher Ă  comprendre Cela; c’est l’affaire de Dieu. Il l’a dit, c’est tout ce qui est nĂ©cessaire.» Quelque chose arrivera. Le succĂšs...
S’il y en a eu pour la gloire et l’honneur de Dieu, vous... Je suis... Je n’ai pas d’instruction pour ĂȘtre un prĂ©dicateur. Dieu sait que je ne suis pas un guĂ©risseur. Mais il est simplement question de prendre Dieu au Mot. Il a dit qu’Il le ferait. Ces visions, c’est parce que l’Ange qui m’avait rencontrĂ©, et qui m’avait confiĂ© cette commission m’avait dit ces choses. Et c’est pourquoi Il n’a jamais failli, et Il ne faillira jamais, car cela venait de Dieu.
Ça fait environ quinze ans. Et depuis le temps oĂč j’avais un peu plus de deux ans, environ, j’ai eu la premiĂšre vision. Et il y en a eu littĂ©ralement des centaines, et aucune d’elles n’a jamais failli. Elle ne faillira jamais, car c’est Dieu qui fait cela et non pas un homme. Si c’était moi, cela aurait disparu il y a longtemps.
E-15 Ainsi, comme EliĂ©zer croyait et qu’il s’était confiĂ© en Dieu, on pouvait donc chercher Ă  travers le monde, on pouvait passer chaque ville au peigne fin ou aller dans chaque maison, et on ne pouvait jamais trouver meilleure compagne pour Isaac que Rebecca.
MĂȘme aujourd’hui oĂč... Et mon ancienne formule que j’utilisais pour marier les gens, c’est ce que j’utilise. C’est une ancienne formule de l’Eglise mĂ©thodiste wesleyenne: «De mĂȘme qu’Isaac et Rebecca vĂ©curent ensemble heureux, que ce couple aussi vive ensemble heureux.» Ils Ă©taient des chĂ©ris. C’était un type de Christ et de l’Eglise.
E-16 Et remarquez, aprĂšs qu’il eut dit cela dans son coeur, qu’il eut terminĂ© sa priĂšre, la plus belle dame de toute la terre s’est avancĂ©e lĂ , une belle jeune fille juive portant une cruche d’eau Ă  la hanche, sous le bras, descendant, peut-ĂȘtre, mĂ©ditant sur la bontĂ© de Dieu, sur le but de sa vie ici sur terre. Tout d’un coup, elle descendit Ă  la source et–et puisa de l’eau, et elle retournait. Une espĂšce de vieil homme se tenant lĂ  a dit: «Voudriez-vous me donner juste un peu d’eau Ă  boire?» N’auriez-vous pas voulu ĂȘtre lĂ , ressentir l’Esprit du Dieu vivant agir, accomplissant quelque chose? Et elle lui a donnĂ© Ă  boire, et elle en a aussi puisĂ© pour les chameaux.
E-17 Et aprĂšs, le temps arriva oĂč elle devait prendre une dĂ©cision. Il lui avait donnĂ© des bracelets et autres, il lui avait racontĂ© le rĂ©cit.
Maintenant, Ă©coutez. Tout ce qu’elle avait, c’était le rĂ©cit du serviteur d’Abraham. Donc, juste, la foi vient de ce qu’on entend. Elle avait entendu dire qu’Abraham avait un fils, hĂ©ritier de tous ses biens. Et ces petits signes, ce n’étaient que de toutes petites choses, juste un petit symbole de la grande richesse d’Abraham, dont son fils allait ĂȘtre hĂ©ritier, de tout cela. Et elle avait cru le rĂ©cit. Et le pĂšre et la mĂšre avaient cru le rĂ©cit. Alors, il a dit: «Maintenant, ne me retardez donc pas. N’interrompez pas le–l’Eternel. En effet, je suis sur mon chemin, permettez-moi de prendre la jeune fille et de m’en aller.» Evidemment, vous savez quel sentiment la maman avait Ă©prouvĂ©. Elle a dit: «Eh bien, attendons au moins dix jours.»
Laban, son frĂšre, a aussi dit: «Donnez-lui dix jours pour se dĂ©cider. C’est elle qui va prendre la dĂ©cision. Donnez-lui dix jours.» Alors, le fidĂšle serviteur, le modĂšle des serviteurs, a dit: «Non. Laissez-la partir maintenant.» Alors, ils ont dĂ©cidĂ© que Rebecca prenne elle-mĂȘme la dĂ©cision.
E-18 Et c’est ce que vous devez faire ce soir. Vous devez vous-mĂȘme prendre la dĂ©cision. Vous ne pouvez pas adopter ce que quelqu’un d’autre a dit. Ça sera votre attitude envers le message que vous entendez. Vous ne pouvez pas prendre ce que... Si les mĂ©decins vous rejettent, disant que vous allez mourir...
Eh bien, vous avez soit Ă  croire ce qu’il a dit... Votre mĂšre dit que si–si vous allez lĂ , Ă  cet Angelus Temple, et que vous vous mĂȘlez Ă  pas mal de ces histoires qu’ils ont lĂ  sur le baptĂȘme du Saint-Esprit et toute cette religion, eh bien, vous allez perdre la tĂȘte. Peut-ĂȘtre qu’elle est membre de l’une des grandes sociĂ©tĂ©s ici. Ou peut-ĂȘtre que votre pĂšre vous dĂ©courage. Mais vous, en tant qu’individu, vous avez Ă  prendre la dĂ©cision. Ce n’est pas ce que quelqu’un d’autre dit qui compte, c’est ce que vous pensez aprĂšs avoir entendu le message que Christ guĂ©rit les malades. C’est votre propre attitude, votre dĂ©cision qui compte.
E-19 Alors, ils ont fait venir la jeune fille, Rebecca. Peut-ĂȘtre que la conversation s’est poursuivie comme suit: «Rebecca, nous t’avons nourrie et Ă©levĂ©e au mieux de notre connaissance pour rester une–une jeune fille vierge, et c’est ce que tu es. Mais, voici un Ă©tranger qui est venu parmi nous avec preuve qu’il y a un homme riche qui va lĂ©guer Ă  son fils toutes ses bĂ©nĂ©dictions. Veux-tu aller avec lui maintenant, ou veux-tu attendre environ dix jours pour te dĂ©cider?»
Eh bien, rappelez-vous, le serviteur avait dit: «Je veux me mettre en route. Dieu m’a fait trouver grĂące, et je suis prĂȘt Ă  me mettre en route.» Dieu... Ne renvoyez jamais Ă  demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui. C’est comme ça avec le Message, quand il est prĂȘchĂ©. Vous entendez parler d’un Roi, Dieu, dont le Fils, Christ, est HĂ©ritier de toutes choses. Et nous en avons un petit avant-goĂ»t par le Saint-Esprit. Que pensez-vous de Lui? Avez-vous foi en Lui?
E-20 Rappelez-vous, elle devait choisir par la foi. Elle n’avait jamais vu cet homme. Mais elle devait choisir par la foi et sur base des paroles d’un serviteur. C’est ce qu’il vous faudra faire. En effet, c’est l’unique moyen de s’y prendre. Dieu envoie Ses serviteurs et ces derniers prĂȘchent la Parole. La foi vient de ce qu’on entend. Qu’en pensez-vous? C’est Ă  vous de faire le choix. Je vous conseillerai de ne pas reporter cela. Vous direz: «Eh bien, j’ai toujours ardemment dĂ©sirĂ© recevoir le Saint-Esprit. Je ferais mieux de rĂ©flĂ©chir lĂ -dessus.» Ne rĂ©flĂ©chissez pas lĂ -dessus. C’est maintenant le temps. C’est la vĂ©ritĂ©. «Je crois que Dieu me guĂ©rira un jour.» Tant que vous gardez cela Ă  l’esprit, vous ĂȘtes une personne vaincue. Dieu vous a guĂ©ri il y a mille neuf cents ans. C’est aujourd’hui le jour de votre dĂ©cision, lorsque vous entendez le Message que Christ a Ă©tĂ© blessĂ© pour vos pĂ©chĂ©s, que c’est par Ses meurtrissures que vous avez Ă©tĂ© guĂ©ri. C’est maintenant le temps de croire cela.
E-21 Il y a d’autres dĂ©cisions que vous devez prendre. Avant de vous marier, vous devez dĂ©cider: quelle jeune fille vous allez prendre pour femme. Et vous les femmes, vous devez dĂ©cider: quel homme va ĂȘtre votre mari. Vous feriez mieux de ne pas trop longtemps reporter cela; il peut changer d’avis.
C’est comme une femme il y a quelque temps, elle avait deux hommes, tous les deux, des hommes bien. Elle n’arrivait pas Ă  dĂ©cider lequel elle allait Ă©pouser, et elle a ratĂ© tous les deux.
Ainsi, Dieu exige une action immĂ©diate. Si vous L’aimez, mettez tout le reste de cĂŽtĂ© et recevez-Le. Si vous croyez Sa Parole, dĂ©barrassez-vous de tout le reste et recevez Sa Parole. C’est un temps de dĂ©cision. Vous devez vous dĂ©cider.
E-22 Dans la politique, on doit dĂ©cider pour qui on va voter. On dĂ©cide pour le vĂ©hicule, la famille doit dĂ©cider du genre de vĂ©hicule qu’elle va avoir. Bien des fois, on est contraint de dĂ©cider, et on se retrouve pratiquement Ă  ce point maintenant mĂȘme.
Ami pĂ©cheur, tant ici qu’à la radio, vous y ĂȘtes maintenant. Qu’allez-vous faire Ă  ce sujet? Vous direz: «Oh! Eh bien, prier m’importe peu. Je... Je suis jeune, et je–je ne pense pas que je–j’aie Ă  le faire maintenant.» Ne reportez pas cela trop longtemps.
E-23 Il y a quelques semaines... Beaucoup parmi vous qui suivent Ă  la radio, et ceux qui sont ici prĂ©sents, connaissent trĂšs bien l’histoire de cet avion qui est tombĂ© dans les Etats de l’est, lĂ  Ă  New York, et qui a fait noyer tous ces gens pendant qu’il cherchait Ă  passer sous le pont.
Environ deux semaines avant cela, il y avait un procĂšs concernant une parcelle dans le... aux bas-quartiers. Il y avait lĂ  quelques petits prĂ©dicateurs qui pouvaient Ă  peine signer de leurs propres noms, ils n’étaient pas instruits. Un Ă©minent avocat du nom de Greenwall faisait simplement passer Ă  tabac ces petits hommes. On leur disait: «DĂ©barrassez-vous-en. Que pouvez-vous en faire? Vous ne pourrez pas amĂ©liorer cet endroit.» Mais ils avaient un titre de propriĂ©tĂ© incontestable. Ils tenaient donc Ă  conserver cela. On leur a demandĂ©: «Que pouvez-vous faire pour cela alors que vous pouvez Ă  peine signer de votre propre nom? Nous en avons besoin pour quelque chose d’autre.»
E-24 Et ces petits hommes ont comparu. Et l’un d’eux s’est avancĂ© et a dit: «Votre honneur, c’est vrai que nous ne sommes pas instruits et que nous ne pourrons pas mettre cette parcelle en valeur. Mais c’est le Seigneur qui nous a conduits Ă  acquĂ©rir cet endroit. C’est le Seigneur qui nous a dit de le faire.»
Et monsieur Greenwall s’est fĂąchĂ©, et il a dit: «Nous ne voulons pas de Dieu dans cette affaire. Nous n’avons rien Ă  faire avec ça. Ne faites pas intervenir Dieu dans cette affaire. Nous ne voulons pas de Lui dans cette affaire.»
Deux semaines plus tard, il se noyait dans l’eau lors du crash de cet avion. Je me demande s’il avait eu le temps, ou s’il avait voulu alors y faire intervenir le Seigneur ou pas.
Voyez, il y a un temps oĂč vous ĂȘtes contraint, et faites attention Ă  ce que vous dites.
E-25 Il y a deux ans, j’étais Ă  Phoenix, en Arizona. Et monsieur Brown... Beaucoup parmi vous le connaissent, monsieur Young Brown, l’associĂ© de frĂšre Jack Moore. Nous cherchions un hĂŽtel moins cher. Je ne crois pas qu’il soit... Je ferais mieux de ne pas le dire. Eh bien, j’ai commencĂ© ça, je ferais mieux de continuer. Je–je ne crois pas qu’il soit bon, et je ne crois pas qu’il soit... (C’est en ordre. Je ne dis pas que vous n’ĂȘtes pas un chrĂ©tien), mais je ne pense pas qu’il soit convenable Ă  un chrĂ©tien de chercher Ă  avoir–à avoir de meilleures choses.
J’en ai vraiment marre d’entendre des gens dire: «Oh! Je n’irai pas Ă  tel endroit.» Je n’ai pas encore vu un lieu oĂč je ne pourrais aller pour le Seigneur, oĂč que ça soit. Que ça soit une petite mission... OĂč que ça soit, peu m’importe. Je ne pense pas qu’il nous faille chercher Ă  avoir beaucoup de foi artificielle, ce que nous appelons, c’est une expression du monde, faire parade. Je ne pense pas que nous devrions faire cela. ChrĂ©tiens... cela n’est pas convenable Ă  un chrĂ©tien. Notre Seigneur n’avait mĂȘme pas oĂč reposer Sa tĂȘte. Il n’avait pas de maison oĂč vivre. Comme je l’ai dit ce matin, mon petit garçon m’a dit il y a quelques semaines... Environ une semaine avant que je vienne en Californie, il Ă©tait couchĂ© sur un divan, regardant la photo de JĂ©sus, il a demandĂ©: «JĂ©sus avait-Il un bateau?» Il aime beaucoup la pĂȘche. Et je me suis dit: «Non. Lorsqu’Il prĂȘchait l’Evangile, Il a eu Ă  emprunter une barque.» Mais Il est le Capitaine du Vieux Bateau de Sion.
E-26 Beaucoup de choses artificielles, nous n’en avons pas besoin. Comme cette Ă©glise Ă©tait gentille, elle m’avait logĂ© dans un hĂŽtel chic; je ne savais mĂȘme pas comment me servir des fourchettes Ă  table. Et–et toutes ces affaires placĂ©es lĂ , il me–me fallait observer quelqu’un d’autre pour voir quelle fourchette il prenait. Je–je–je ne savais comment m’en servir.
Je voulais sortir de lĂ . Je cherchais Ă  me trouver un hĂŽtel moins cher. J’ai parcouru la ville, et je disais: «FrĂšre Brown, arrĂȘte lĂ , et tu iras de l’autre cĂŽtĂ© de la rue, et nous t’attendrons.» Il a dit... J’ai dit: «Demande-leur s’ils ont une chambre.»
On dirait que c’était un hĂŽtel de troisiĂšme ou quatriĂšme classe. Ainsi donc, il a traversĂ© et, peu aprĂšs, il est revenu, traversant la rue en courant, il avait traversĂ© en dehors du passage pour piĂ©tons. Je pense que c’est comme ça que vous appelez cela ici, on paie quinze dollars pour ça. Mais, il... il avait traversĂ© la rue en dehors du passage pour piĂ©tons. Un petit policier Ă©tait postĂ© lĂ . Oh! la la! Comme il l’avait taillĂ© en piĂšces! Il lui a demandĂ©: «D’oĂč venez-vous aprĂšs tout?»
E-27 Et frÚre Brown, tout comme moi pratiquement, ne parle pas bien. Et il a dit: «Je viens de la Louisiane.»
Il a dit: «Voulez-vous dire qu’on vous permet de traverser en dehors du passage pour piĂ©tons en Louisiane?»
Il a dit: «On marche n’importe oĂč que l’on veut.»
Il–il a donc demandĂ©: «En traversant la rue?»
Il a dit: «Oui.»
Il a dit: «Vous mentez.»
Monsieur Moore a dit: «Non. Je me porte garant pour lui.» Il a dit: «Nous pouvons marcher partout oĂč nous voulons, Ă  Shreveport, lĂ  oĂč nous habitons, tant qu’on surveille bien le trafic.»
Oh! Et ce petit policier s’est fait arrogant. Alors, monsieur Brown a dit: «Monsieur, je vous dis la vĂ©ritĂ©, c’est tout.»
Il a dit: «Vous avez fait cela simplement pour faire le malin; en effet, vous m’avez vu au coin et vous saviez que je suis un policier.» Vous savez, un de ces petits gars qui veulent avoir une plume Ă  leur bonnet. Alors, il a dit: «Vous faites simplement le malin. Je vais vous prendre d’ici et vous mettre en prison.»
Il a dit: «Monsieur, vous pouvez me mettre en prison si ce sont lĂ  vos lois. Mais, a-t-il dit, je suis prĂ©dicateur de l’Evangile.» Il a dit: «Je ne mens pas. Je suis sincĂšre. Si je savais qu’on ne devrait pas faire cela, je ne l’aurais pas fait.» Il a dit: «Mais je ne savais pas faire la part des choses.»
E-28 Oh! Et il s’est vraiment fait dĂ©sagrĂ©able lĂ -dessus. Et je lui ai dit que j’étais un prĂ©dicateur, et que monsieur Moore Ă©tait un prĂ©dicateur. Il y avait deux autres prĂ©dicateurs dans la voiture. Oh! Il est alors devenu trĂšs insolent: «PrĂ©dicateurs, transgresseurs de la loi.»
Et j’ai dit: «Nous ne sommes pas des transgresseurs de la loi, monsieur.» J’ai dit: «Nous sommes des hommes honorables qui prĂȘchent l’Evangile.»
Et il... Quelque chose m’a parlĂ© comme ceci: «Ne vous y trompez pas, car on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semĂ©, il le rĂ©coltera.»
Je venais d’arrĂȘter de parler Ă  cet homme, j’avais ma tĂȘte inclinĂ©e et je l’ai laissĂ© continuer jusqu’à ce qu’il s’était entiĂšrement dĂ©foulĂ©. Et puis, il nous a menacĂ©s et tout le reste. Et Ă©videmment, ils ont Ă©tĂ© amenĂ©s devant un juge. Et cet homme avait prouvĂ© qu’il ne savait pas faire la part des choses (Nous n’avions fait lĂ  que deux jours et nous avions Ă©tĂ©...), qu’il habitait lĂ  dans le... au bord de l’une de ces rues lĂ , le King’s Courts, ou quelque chose comme cela, et qu’il ne savait pas faire la part des choses. Mais le policier, juste par insolence... Mais, vous savez, la Bible dit: «Ne touchez pas Ă  Mes oints.»
J’ai demandĂ©: «Eh bien, avez-vous trouvĂ© la chambre, FrĂšre Brown?» Il a dit: «Je n’en ai pas trouvĂ©e.»
J’ai dit: «Eh bien, je vais rentrer.»
E-29 Et nous entreprenions de sortir en voiture. Je les ai ramenĂ©s lĂ  oĂč ils restaient, Ă  environ six pĂątĂ©s de maisons ou un peu plus. Et je suis revenu juste Ă  temps pour voir un homme chercher Ă  contourner une personne qui prenait un virage Ă  droite, et il a Ă©tĂ© Ă©crasĂ© sous les pneus. J’ai arrĂȘtĂ© mon vĂ©hicule. Je suis allĂ© de cĂŽtĂ© pour me rassurer si c’était ce policier-lĂ , et c’était lui. Un camion lui a roulĂ© dessus pendant qu’il effectuait un virage Ă  droite (C’était la faute du policier), il avait fait glisser ces pneus de cĂŽtĂ©, il est passĂ© directement en dessous de gros pneus de ce camion. Il Ă©tait Ă©crasĂ© lĂ , les jambes fracturĂ©es, les bras aussi; il ne pouvait pas crier, il Ă©tait lĂ  inconscient. On l’a fait sortir. Je me suis tenu lĂ  et je me suis dit: «Qu’en est-il donc?»
Voyez, parfois, vous vous retrouvez parfois en difficulté; rassurez-vous de prendre la bonne décision. Mettez Dieu dans tout ce que vous faites. Prenez vos décisions.
E-30 Il arrive des fois, peut-ĂȘtre, que vous ayez un peu d’argent que vous aimeriez Ă©pargner. Peut-ĂȘtre, vous et votre femme avez Ă©pargnĂ© de l’argent, et–et vous en avez assez Ă  Ă©pargner, afin de vous en servir pendant la vieillesse. C’est trĂšs bien. C’est une bonne chose Ă  faire. Mais alors, peut-ĂȘtre, et si le moment arrivait oĂč aprĂšs que vous avez eu Ă  Ă©pargner cela, il vous faut dĂ©cider de l’endroit oĂč placer cela?
Eh bien, et si je venais vous voir pour vous dire: «Dites donc, il y a un endroit ici oĂč vous pouvez placer cela, c’est un... Oh! C’est une de ces entreprises douteuses, vous savez, mais... devenir riche en une seule nuit. Investissez lĂ -bas. Il y a peu de risques.»
Vous diriez: «Non, non. Je n’investirai pas mon argent dans pareille entreprise, car c’est une nouvelle affaire.»
Mais, que cherchiez-vous? Trouver un lieu oĂč garder votre argent, car vous savez que si vous le perdiez, pendant la vieillesse, vous vous retrouveriez probablement dans la rue en train de mendier. Mais avec cet argent-lĂ , si vous le placez Ă  un bon endroit, vous serez en sĂ©curitĂ© pendant la vieillesse. Savez-vous ce que vous feriez? Vous vous trouveriez une vieille compagnie digne de confiance, la meilleure que vous puissiez trouver, et vous y investiriez votre argent. AssurĂ©ment. En effet, vous n’aimerez pas vous retrouver dans la rue pendant la vieillesse. Vous dĂ©ciderez vite. MĂȘme si cela ne procure pas beaucoup d’intĂ©rĂȘts, cependant, vous aimeriez que votre argent soit en sĂ©curitĂ©.
Si vous avez tant de considĂ©ration pour votre vieillesse, et votre vie ici, qu’en est-il de la Vie Eternelle? Qu’en est-il de la vie que vous devez mener–mener dans l’au-delĂ ? Vous ĂȘtes...
E-31 Aujourd’hui, les gens sont un peu comme EliĂ©zer. Il y avait beaucoup de femmes dans cette ville-lĂ , ainsi que des jeunes filles qu’il pouvait choisir, mais il n’a pas fait son propre choix. Il s’est confiĂ© au choix de Dieu. Il a pris celle qui avait un signe surnaturel, une rĂ©ponse Ă  la priĂšre, qui Ă©tait soumise au Seigneur.
Et aujourd’hui, il vous faut trouver un endroit oĂč placer votre argent. Parfois, aujourd’hui, il vous faut trouver un lieu oĂč vous affilier, un endroit que vous aimeriez frĂ©quenter comme Ă©glise. Il y a beaucoup d’églises Ă  frĂ©quenter. Il y a beaucoup d’espĂšces de religion Ă  suivre. Mais il vous faut choisir si vous allez vous soumettre Ă  une Ă©glise spirituelle ou Ă  une Ă©glise formaliste. Vous devez vous dĂ©cider. Il vous faut suivre la voie avec l’Eglise que JĂ©sus a ordonnĂ©e le jour de la PentecĂŽte, ou il vous faut adopter l’un de ces credos faits de mains d’hommes que nous adorons aujourd’hui. Vous devez faire votre choix. Peut-ĂȘtre que vous pensez qu’Elle est un peu mĂ©prisĂ©e, mais Elle est digne de confiance. Sinon, Christ ne l’aurait pas ordonnĂ©e. S’il n’en Ă©tait donc pas ainsi, Paul n’aurait pas reçu le Saint-Esprit. Tous les apĂŽtres n’auraient pas reçu le Saint-Esprit; en effet, le–le Dieu du salut avait dit: «Allez par tout le monde et prĂȘchez la Bonne Nouvelle Ă  toute la crĂ©ation. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.»
E-32 De mĂȘme qu’EliĂ©zer surveillait ce signe-lĂ  sur la jeune fille, vous aurez Ă  surveiller le signe de l’église; en effet, c’est ce que JĂ©sus a dit. Peu m’importe ce que l’homme a dit. Je sais que les hommes disent que les jours des miracles sont passĂ©s, que toutes ces histoires, c’est du passĂ© et c’est rĂ©volu, que ça n’existe plus.
Eh bien, il vous faut faire un choix. JĂ©sus a dit: «Que toute parole d’homme soit un mensonge et la Mienne, la vĂ©ritĂ©.»
Eh bien, il vous faut prendre une dĂ©cision. Il vous faut faire un choix. Et celui-ci peut ĂȘtre le dernier moment pour vous de faire un choix. Demain, ça pourrait ĂȘtre trop tard. Dieu peut vous avoir choisi pour la Vie Eternelle. Mais si vous ne vous dĂ©cidez pas et que vous n’acceptez pas cela, quelqu’un d’autre prendra votre place. Ce temps-lĂ  sera peut-ĂȘtre demain. Peut-ĂȘtre que Dieu veut vider toute cette rangĂ©e des fauteuils roulants ce soir. Je sais que c’est Sa volontĂ©. Peut-ĂȘtre qu’Il est... Je sais qu’Il veut guĂ©rir chaque personne malade ici. Ce soir, vous aurez Ă  faire votre choix. Vous direz: «Eh bien, FrĂšre Branham, vous aurez une ligne de priĂšre demain soir.» Que cela soit pour quelqu’un d’autre. Vous devez vite vous dĂ©cider.
E-33 Qu’a dit Rebecca? Elle a dit: «Je vais partir tout de suite.» Gloire Ă  Dieu. C’est ce qu’il nous faut faire. C’est maintenant l’heure. C’est maintenant le temps de dĂ©cision. Dieu est ici cette semaine, accomplissant toutes sortes de signes, de miracles, de promesses qu’Il accomplit. Eh bien, qu’allez-vous faire Ă  ce sujet? C’est Ă  vous maintenant de prendre la dĂ©cision. Le temps de la dĂ©cision arrive pour tous. Et lorsque... Vous voulez quelque chose sur lequel vous pouvez compter, certainement. Eh bien, si vous pouvez compter... Sur quoi prĂ©fĂ©rerez-vous compter: sur un credo que quelqu’un a Ă©laborĂ©, ou sur la Bible, les Ă©crits des apĂŽtres et de JĂ©sus-Christ?
Je crois que le Saint-Esprit dont JĂ©sus avait dit qu’Il viendrait sur les apĂŽtres, et qu’Il viendrait sur quiconque croit cela, les brebis des autres bergeries, je crois que ce mĂȘme Saint-Esprit, vous pouvez compter sur Lui, et Il manifestera dans votre vie exactement ce qu’Il avait manifestĂ© dans leur vie.
Eh bien, voudrais-je rencontrer Dieu... Voudrais-je Le rencontrer... Oserais-je chercher à Le rencontrer avec moins que ça?
E-34 Aujourd’hui, nous avons beaucoup de gens qui disent: «Oh! Je crois qu’il ne vous faut pas nĂ©cessairement avoir le Saint-Esprit.» Il vous le faut, sinon vous ĂȘtes perdu. L’heureuse vierge Marie, comme on dit, la mĂšre de Dieu... Si le baptĂȘme du Saint-Esprit est si nĂ©cessaire pour devenir membre de l’Eglise du Dieu vivant, et qu’il n’y a pas de dĂ©nominations...
Je suis dans la famille Branham ça fait cinquante ans, on ne m’a jamais demandĂ© d’y adhĂ©rer. Pourquoi? C’est parce que je suis nĂ© un Branham. C’est ainsi que vous devenez un chrĂ©tien. Vous entrez dans l’Eglise du Dieu vivant par la naissance. Vous n’y entrez pas par l’adhĂ©sion, ni par le baptĂȘme, ni par des secousses, vous ĂȘtes... Ou vous n’y entrez pas par une lettre de recommandation, mais vous naissez d’une nouvelle naissance. VoilĂ  ma dĂ©cision, car Christ a dit: «Si un homme ne naĂźt de nouveau, il ne peut entrer dans le Royaume.»
E-35 Et si Dieu a exigĂ© de Marie, l’heureuse vierge... lisez Actes 2. Avant que Marie entre dans le Royaume, elle a dĂ» monter Ă  la chambre haute. Elle a dĂ» attendre lĂ  comme tous les autres. Pas jusqu’à ce qu’un prĂ©dicateur vĂźnt et inscrivĂźt son nom dans le livre, ni non plus quand une espĂšce de communion a Ă©tĂ© donnĂ©e, ou que quelqu’un lui a serrĂ© la main, ou qu’Il lui a Ă©tabli une lettre de recommandation pour son Ă©glise comme nous le faisons aujourd’hui. Mais il vint du Ciel un bruit comme celui d’un vent impĂ©tueux, cela remplit toute la maison oĂč ils Ă©taient assis. Et ils sortirent de ces piĂšces en parlant en d’autres langues, tellement remplis du Saint-Esprit qu’ils titubaient comme des gens ivres. C’est ce que dit la Bible. Et si Marie a dĂ» avoir ce genre de religion pour se retrouver dans la gloire, vous n’y arriverez jamais avec quelque chose de moins. Prenez votre dĂ©cision. Qu’allez-vous faire Ă  ce sujet? C’est votre temps de dĂ©cision.
E-36 Une fois, un boiteux Ă©tait couchĂ© Ă  la porte, il Ă©tait infirme de pieds depuis des annĂ©es. Lorsque les apĂŽtres Pierre et Jean passaient par la porte appelĂ©e la Belle, il y avait lĂ  un boiteux; ça faisait des annĂ©es qu’on le transportait. Il leur a demandĂ© une aumĂŽne, il a fixĂ© le regard sur Pierre, comme c’était lui le porte-parole, un illettrĂ© qui ne pouvait pas signer de son propre nom. Les Ecritures disent qu’il Ă©tait un homme du peuple sans instruction. Je m’imagine qu’il n’était pas beau Ă  voir.
Et alors qu’il franchissait la porte, il s’est peut-ĂȘtre dit que probablement ce vieux pĂ©cheur pouvait avoir une piĂšce de monnaie de plus, et il... Il a tendu sa petite coupe. Et Pierre l’a regardĂ©, il a dit: «Je n’ai ni argent ni or.» Il ne pouvait pas rester dans un trĂšs bon hĂŽtel, n’est-ce pas? «Je n’ai ni argent ni or. Mais ce que j’ai, je vais le partager avec toi.» Il a dit: «Au Nom de JĂ©sus-Christ de Nazareth, lĂšve-toi et marche.»
Et si cet homme avait dit: «Mais, un instant, monsieur. Vous ne comprenez pas. Mon cas est diffĂ©rent. N’ai-je pas essayĂ© de faire cela pendant quarante ans? Je suis boiteux de naissance, depuis le sein de ma mĂšre.» Cela lui est peut-ĂȘtre passĂ© par l’esprit, mais il avait une dĂ©cision Ă  prendre. Allait-il Ă©couter ce que Pierre avait dit? Etait-ce la vĂ©ritĂ©? Y avait-il quelque chose de convaincant dans la voix de cet homme? Il avait entendu parler de ce JĂ©sus de Nazareth. Il avait entendu dire que c’était un Grand Homme, et JĂ©sus passait par cette mĂȘme porte. Mais alors, il devait dĂ©cider si cet homme savait de quoi il parlait ou pas. Et lorsqu’il a pris la dĂ©cision, il... Pierre l’a pris par la main, il l’a fait lever et ses... Il l’a fait lever un petit instant jusqu’à ce que ses jambes se sont fortifiĂ©es; alors, il s’en est allĂ© marchant, sautillant, bondissant et louant Dieu. Il avait pris la bonne dĂ©cision.
E-37 Vous devez vous dĂ©cider. Allez-vous sentir et dire: «Mon coeur va-t-il mieux maintenant?» Ou: «Mon estomac est-il tout aussi mauvais qu’avant?» «Puis-je bouger mes doigts un peu plus?» N’y pensez pas. Prenez votre dĂ©cision, que Christ vous guĂ©rit, et c’est rĂ©glĂ©; vous ĂȘtes bien portant.
Et si un fermier allait planter des pieds... du blĂ© dans un grand champ, et que chaque matin, il aille lĂ  dĂ©terrer tous les blĂ©s pour voir si cela germerait ou pas. Tant qu’il continue Ă  dĂ©terrer la semence, elle ne poussera jamais. Chaque fois que vous dĂ©terrez cela, vous le retardez d’un jour. Chaque fois que vous regardez aux symptĂŽmes, ça retarde aussi votre guĂ©rison.
Le fermier confie simplement la–la semence Ă  la terre. Il prend la meilleure semence qu’il peut trouver. Il la plante, car il a pris la dĂ©cision, il veut une rĂ©colte. Ainsi, il va prendre la meilleure semence qu’il peut trouver. Eh bien, il n’aurait pas une grande foi dans une rĂ©colte si la semence est mĂ©langĂ©e avec la stramoine, le bout blanc, les pĂąquerettes et autres. Il n’aurait pas une grande foi dans cette espĂšce de semence. Mais s’il a la meilleure semence qu’il peut acheter, une semence qui a le germe de la vie, une hybride, il la plantera, il la confiera simplement Ă  la terre et n’y regardera plus. Il...
E-38 C’est Ă  Dieu de prendre soin du reste. Et la meilleure Semence que je puisse trouver, c’est la Parole de Dieu, car Elle est Ă©ternelle. Confiez-La simplement Ă  votre coeur, pas Ă  votre tĂȘte. Vous continuerez Ă  dĂ©terrer Cela, Ă  retourner Cela, disant: «Eh bien, puisque docteur Untel a dit telle chose... Mon pasteur dit que les jours des miracles sont passĂ©s.» Plantez-La dans votre coeur. Laissez-La tranquille. Mettez-vous Ă  agir comme si vous aviez dĂ©jĂ  eu votre rĂ©colte. Ayez vos faucilles tout affilĂ©es. ApprĂȘtez-vous Ă  entrer dans le champ. Ne dĂ©terrez pas la Semence chaque matin, laissez-La simplement lĂ . Si Elle porte le germe de la Vie, ça marchera. Ça produira une rĂ©colte. S’il n’y en a pas...
Regardez ça, si je demande ce soir, des cas de cancer, la cĂ©citĂ©, les estropiĂ©s, les infirmes, les boiteux, toutes sortes de maladies ont Ă©tĂ© guĂ©ries par dizaines de milliers. Ça marchera si vous plantez Cela Ă  un bon endroit. Mais si vous dĂ©posez la Semence sur l’étagĂšre, Elle ne fera aucun bien. JĂ©sus n’a-t-Il pas dit: «Si le grain de blĂ© qui est tombĂ© en terre ne meurt...» A moins que vous preniez ce grain de blĂ©, sans chercher Ă  le retourner, le regarder, faire des suppositions Ă  son sujet et que vous confiiez simplement cela Ă  votre coeur et oubliiez ça. C’est votre dĂ©cision, que Dieu s’occupera du reste.
E-39 Maintenant, pour terminer, voici ce que j’aimerais dire concernant notre petit sujet de ce soir, la dĂ©cision... EliĂ©zer... Avez-vous remarquĂ© que, lorsqu’il est arrivĂ©... Eh bien, Isaac Ă©tait un type de Christ. Christ est venu par Isaac. Et puis, Rebecca Ă©tait un type de l’Eglise. Avez-vous remarquĂ© que la–l’épouse... Et EliĂ©zer a trouvĂ© Rebecca au temps du soir. Le signe a Ă©tĂ© accompli au temps du soir. C’est en ce temps oĂč nous vivons. J’espĂšre que vous saisissez cela.
C’était au temps du soir que Rebecca sortit sous la conduite de l’Esprit. Croyez-vous cela? Autrement, comment Ă©tait-elle venue? Il y en a peut-ĂȘtre eu beaucoup avant elle. Mais elle avait Ă©tĂ© conduite par l’Esprit au temps du soir. Et EliĂ©zer, le messager, le prĂ©dicateur, le fidĂšle serviteur de son maĂźtre, Ă©tait conduit au temps du soir. Et le fidĂšle serviteur avait laissĂ© ses credos et autres derriĂšre lui, il a pris la dĂ©cision de se confier Ă  Dieu au temps du soir.
E-40 Je me demande pourquoi Rebecca Ă©tait venue avant toutes les autres jeunes filles. Savez-vous que Rebecca et Isaac avaient des liens de sang? Des cousins. Et l’Epouse de JĂ©sus-Christ a des liens de sang avec Lui. Une Epouse rachetĂ©e par le Sang. Il n’est pas Ă©tonnant qu’elle ait Ă©tĂ© conduite par l’Esprit. Il y avait une connexion en cours. Il y avait une union en cours.
C’est pourquoi je pense aujourd’hui que ceux qui sont nĂ©s de nouveau, les–les gens remplis du Saint-Esprit, sont en contact avec Dieu et sont conduits par l’Esprit de Dieu. C’est pourquoi ils agissent de façon si particuliĂšre aux yeux des gens. Ils ont pris leurs dĂ©cisions. Ils vont continuer Ă  sortir mĂȘme si les autres ne sortent pas, eux sortiront de toute façon. J’aime ça.
Peu importe que celui-ci marche, ou que celui-lĂ  marche, je vais marcher de toute façon. Peu m’importe si ceci... ce qu’ils disent, je ne... qu’ils me taxent de tout nom qu’ils veulent, je vais partir de toute façon. Pourquoi? La Vie est dans le Sang. Et la Vie est dans l’Eglise, le chrĂ©tien nĂ© de nouveau par l’Esprit de Dieu. C’est l’Esprit de la Vie, le lien de Sang avec Christ. L’Esprit de Christ dans le Sang de Christ conduisant un enfant de Christ, la postĂ©ritĂ© d’Abraham. C’est pourquoi ils agissent d’une façon particuliĂšre. C’est pourquoi le monde pense qu’ils sont si Ă©tranges.
E-41 Et, rappelez-vous, Rebecca, c’est Ă  peine si elle savait ce qu’elle faisait, cependant, elle abreuvait l’animal mĂȘme, le chameau, qui devait l’amener auprĂšs de son Ă©poux, de son mari, de son amant. Et chaque fois, dans la Bible, une bĂȘte de somme reprĂ©sente une puissance. C’est comme la bĂȘte qui est sortie de la mer, dans Apocalypse, c’était une puissance qui Ă©tait sortie du milieu du peuple.
Et cette bĂȘte a Ă©tĂ© abreuvĂ©e. Rebecca abreuvant la bĂȘte mĂȘme sur laquelle elle allait monter et qui allait l’amener de chez elle jusqu’à sa nouvelle demeure, c’est un type de l’Eglise d’aujourd’hui qui abreuve et bĂ©nit le mĂȘme Saint-Esprit qui va L’élever et L’amener Ă  Sa nouvelle demeure. L’Eglise qui loue, bĂ©nit et abreuve avec les actions de grĂące le Saint-Esprit qui vous a apportĂ© la Parole...
Le chameau avait transportĂ© le messager, EliĂ©zer, le messager fidĂšle qui cherchait un signe indicateur de la femme qu’il allait prendre. C’était le choix de Dieu; en effet, il veillait sur le surnaturel.
E-42 J’espĂšre que vous ferez la mĂȘme chose. Cherchez lĂ  oĂč il y a des miracles qui accompagnent. C’était le seul point de diffĂ©rence qu’on pouvait trouver entre Moab et IsraĂ«l. Eh bien, sur le plan fondamental, tous les deux Ă©taient dans le vrai. Du point de vue fondamental, CaĂŻn et Abel Ă©taient tous les deux dans le vrai. CaĂŻn avait bĂąti [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... Ă©glise, Abel avait bĂąti une Ă©glise. CaĂŻn avait offert un sacrifice, Abel avait offert un sacrifice. CaĂŻn avait adorĂ©, Abel avait adorĂ©. Si donc le fait d’aller Ă  l’église, d’avoir un credo, d’adorer, de faire les offrandes, de faire un sacrifice, si c’est tout ce que Dieu exige, c’est que Dieu Ă©tait injuste en dĂ©truisant CaĂŻn. Mais telle voie paraĂźt juste aux yeux de l’homme... Abel avait la rĂ©vĂ©lation.
Et regardez lorsque ce mĂȘme groupe, observez les descendants de CaĂŻn et les descendants de Seth. La mort d’Abel et la venue de Cai-... de Seth, c’étaient la mort et la rĂ©surrection de Christ. Observons l’évolution de ces deux lignĂ©es, de ces deux lignĂ©es de sang. Du cĂŽtĂ© de CaĂŻn, ils sont devenus des hommes intelligents, des hommes de science, des hommes instruits, des Ă©rudits. De l’autre cĂŽtĂ©, il y avait des paysans humbles. Ils trempaient le fer, travaillaient le mĂ©tal, et c’étaient de grands constructeurs, des hommes de science, des gens trĂšs religieux. Cela Ă©volue toujours de mĂȘme. Voyez-vous comment–comment ça se passe? Il n’est pas Ă©tonnant que JĂ©sus ait dit que cela sĂ©duirait mĂȘme les Ă©lus si c’était possible. Observez ces deux arbres apparaissant en Eden.
E-43 Ils se sont avancĂ©s lĂ  devant–devant IsraĂ«l, un drĂŽle de petit groupe de gens qui Ă©taient tout... pas dans une dĂ©nomination, qui ne faisaient qu’errer, qui restaient sous tente. Et ils sont arrivĂ©s lĂ , ils se sont arrĂȘtĂ©s au pied d’un territoire et ils ont demandĂ© Ă  leur frĂšre, Moab, un croyant en Dieu, s’ils–s’ils pouvaient juste traverser le territoire. Ils ne causeraient aucun tort, ils voulaient simplement une campagne. C’était tout. Et ils ne leur causeraient pas de tort. Et ils ont dit: «Si le bĂ©tail broute de l’herbe, nous vous payerons pour cela. S’il boit de l’eau, nous payerons pour cela.»
Mais Moab est allĂ© appeler un Ă©vĂȘque et a dit: «Eh bien, viens un instant ici. Tu dois aller lĂ  les maudire.» Alors, on l’a placĂ© lĂ  au sommet de la colline, on lui a montrĂ© la pire facette d’IsraĂ«l. Et Ă©coutez. Balaam a dit: «BĂątissez-moi sept autels.» C’est exactement ce qu’il y avait en IsraĂ«l. Fondamentalement correct. «Placez-moi sept sacrifices purs dessus.» Exactement ce qu’il y avait en IsraĂ«l, juste au pied de la colline. «Placez un bĂ©lier sur chacun d’eux.» Qu’est-ce que cela reprĂ©sentait? Il annonçait la Venue de JĂ©sus. Tous les deux identiques. Du point de vue fondamental, il Ă©tait tout autant dans le vrai que l’autre, fondamentalement parlant.
E-44 Mais, qu’avait-il manquĂ© de voir? Il a manquĂ© d’entendre le cri de triomphe royal dans le camp, lĂ  en bas. Ils avaient un rocher frappĂ©. Ils avaient une Colonne de Feu, un signe surnaturel. Ils ont manquĂ© de voir cela. C’est ça le problĂšme du monde aujourd’hui, ils manquent de voir cela.
Oh! Non, Balaam a peut-ĂȘtre dit: «Eh bien, assurĂ©ment, ils ont fait toutes sortes de mauvaises choses.» Que... mais il a manquĂ© de voir ce Rocher frappĂ© qui les prĂ©cĂ©dait, faisant expiation pour eux tout le temps.
C’est ce qui se passe aujourd’hui. Ils disent: «Les pentecĂŽtistes? Ces gens qui crient et font des histoires?» C’est le mĂȘme genre qu’on avait dans l’Ancien Tes... dans le Nouveau Testament. Le jour de la PentecĂŽte, ils ont eu ce mĂȘme genre de choses. «Ces gens parlent en langues et prient pour les malades, ils ont des guĂ©risseurs divins. Et je sais des choses sales qu’ils ont faites.» Et oui, de l’autre cĂŽtĂ©, on en fait aussi un tas, mais vous n’en entendez simplement pas parler.
Mais il a manquĂ© de voir ce Rocher frappĂ© et ces signes... les signes surnaturels. Il ne pouvait pas maudire cela. Chaque fois qu’il essayait de maudire, Dieu bĂ©nissait cela.
Vous ne pourrez jamais Ă©touffer Cela. C’est le Message de Dieu. Cela brĂ»lera jusqu’à la Venue de JĂ©sus. Certainement.
E-45 Ainsi donc, elle a abreuvĂ© le chameau, l’animal, la puissance qui allait l’amener Ă  la maison, Ă  la nouvelle demeure. Et autre chose. Avez-vous remarquĂ© que, lorsqu’elle est allĂ©e lĂ  donc, comme elle avait un lien de sang, elle avait cru cela rien que par la foi? Tout ce qu’elle avait, c’était un Message du serviteur.
C’est peut-ĂȘtre tout ce que vous avez, mon Message. J’aimerais ĂȘtre un fidĂšle serviteur de la Parole. Les bĂ©nĂ©dictions sont pour vous; elles sont vĂŽtres. Je sais que ce n’est pas populaire. Mais je ne me soucie pas de la popularitĂ©, j’aimerais rester fidĂšle Ă  mon MaĂźtre, comme EliĂ©zer. Je veux une dĂ©cision nette et claire de votre part, comme EliĂ©zer. Venez et dites-moi si vous croyez cela ou pas. Voyez? Je veux une dĂ©cision nette et claire. Un serviteur fidĂšle exige cela. Si vous la prenez, agissez alors en consĂ©quence. Voyez? Continuez, mettez cela en action, allons-y donc.
E-46 Et lorsqu’ils sont arrivĂ©s lĂ  prĂšs de–prĂšs du territoire oĂč elle devait voir son amant, elle ne l’avait jamais vu. Mais, Ă©coutez. La Bible dit qu’Isaac se promenait loin de la tente, il Ă©tait dans le champ. Savez-vous que l’Eglise ne va pas rencontrer JĂ©sus au Ciel? Elle va Le rencontrer dans les airs. Il a dĂ©jĂ  quittĂ© la maison du PĂšre; maintenant, Il se promĂšne, je pense.
Il Ă©tait sorti mĂ©diter. Et, tout d’un coup, il a levĂ© les yeux, il a vu ce chameau ramener son Ă©pouse. Et, remarquez, c’était Ă©galement au temps du soir, le soir, au coucher du soleil.
Ce Message est allĂ© de l’est Ă  l’ouest, et nous sommes maintenant mĂȘme sur la cĂŽte ouest. Il ne peut pas aller plus loin, Il retournera une fois de plus Ă  l’est. C’est le temps du soir.
C’est le temps du soir pour la civilisation. Ils ont sans cesse Ă©tĂ© mordus, mordant, faisant des histoires, et prenant... Ils ont pris une bouchĂ©e de la bombe atomique de l’arbre de la connaissance. Que vont-ils faire avec cela? Se dĂ©truire. La civilisation est Ă  la fin. L’église est infestĂ©e de credos, organisĂ©e en dĂ©nomination, dĂ©formĂ©e, pervertie, avec toutes sortes d’ismes et autres, au point qu’elle en est arrivĂ©e Ă  la fin. La vie humaine est Ă  la fin. Eh bien, ils n’ont plus de respect mutuel. Et–et la maternitĂ© est Ă  la fin. Tout semble ĂȘtre Ă  la fin. Qu’est-ce? C’est le temps du soir. C’est le temps oĂč l’Eglise rentre Ă  la maison.
E-47 Alors, Isaac Ă©tait en route. Et aussitĂŽt que Rebecca l’a vu, que ses beaux yeux s’étaient posĂ©s sur lui en un Ă©clair, elle s’est voilĂ© le visage, elle est descendue du chameau d’un bond, et elle a couru Ă  sa rencontre. C’était un coup de foudre. Il l’a vue et il l’a aimĂ©e, il l’a amenĂ©e dans la tente de son pĂšre, au souper des noces. Oh! Nous sommes au temps du soir.
Avez-vous dĂ©jĂ  pris votre dĂ©cision? Avez-vous complĂštement tout abandonnĂ© Ă  JĂ©sus-Christ? Est-Il votre Roi, votre Sauveur, votre GuĂ©risseur? C’est Lui votre Amant, Celui que vous cherchez. Vous ĂȘtes-vous totalement dĂ©cidĂ©? Si vous avez pris la dĂ©cision, pris la dĂ©cision, pris la dĂ©cision lĂ -dessus, que Dieu vous bĂ©nisse. Si vous n’avez pas encore pris la dĂ©cision, faites-le maintenant mĂȘme. DĂ©cidez-vous.
E-48 Prions. Ô Seigneur, c’est effectivement le temps du soir. Mais Tu as promis que les LumiĂšres du soir brilleront au temps du soir. Ça sera la mĂȘme LumiĂšre qui avait brillĂ© le matin; car c’est le mĂȘme soleil du point de vue mĂ©canique. Et c’est le mĂȘme Fils de Dieu, spirituellement parlant, qui fait briller Sa grande LumiĂšre sur une Eglise qu’Il avait ordonnĂ©e le jour de la PentecĂŽte. Ce mĂȘme Fils de Dieu, Sa LumiĂšre brille sur les gens de l’occident, au temps du soir, sur un autre groupe de croyants de la PentecĂŽte. Ô Dieu, nous savons qu’ils sont mĂ©langĂ©s, qu’on les appelle des baptistes, presbytĂ©riens, luthĂ©riens et autres, mais ils ont l’expĂ©rience de la PentecĂŽte. Ce sont Tes enfants. C’est l’Epouse que Tu cherches. Et il est pratiquement temps pour Elle de partir. Ô Dieu, accorde ce soir qu’à la radio, ou dans cette assistance visible, s’il y en a ici ou lĂ -bas, qui n’ont pas encore pris une dĂ©cision, que celle-ci soit l’heure de dĂ©cision pour eux, oĂč ils vendront tout ce qu’ils ont du monde, toutes leurs convoitises, leurs modes, leur orgueil, et–et qu’ils vendront complĂštement tout cela et diront: «Maintenant, Saint-Esprit, reçois-moi. Utilise-moi simplement, et–et place Ta foi dans mon coeur. Et laisse-moi Te suivre, non pas les choses que je vois, mais les choses vers lesquelles Tu me conduiras.» Car, en vĂ©ritĂ©, je crois, Seigneur, qu’Il me conduira vers JĂ©sus que nous devrions voir bientĂŽt Ă  Sa Venue.
E-49 S’ils sont tout embrouillĂ©s et que leur esprit est si confus, puissent-ils examiner et prendre ce qui est digne de confiance. JĂ©sus a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» A combien plus forte raison nous pouvons nous confier aux Paroles du Fils Eternel de Dieu que sur n’importe quoi d’autre. Aujourd’hui, les hommes cherchent Ă  tordre Cela et dire que c’était juste pour un certain peuple. Ô Dieu, je ne voudrais pas me fier Ă  cela. Laisse-moi choisir ce qu’Il a dit: AINSI DIT LE SEIGNEUR, croire Ă  cela. Comme le dĂ©clarent les Saintes Ecritures: «Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus. Mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous jusqu’à la fin du monde. Et vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.»
«Je suis le Cep, vous ĂȘtes les sarments.» Et, Seigneur, si le premier sarment produit par ce Cep fut celui de la PentecĂŽte, rempli du Saint-Esprit, avec des signes, des prodiges et les fruits de l’Esprit pendant au sarment dans ce Cep, si le deuxiĂšme sarment est produit, il devra ĂȘtre un sarment de la PentecĂŽte, s’il est produit par le mĂȘme Cep. Ô Seigneur, que les hommes et les femmes s’en rendent compte, qu’ils reviennent Ă  la vĂ©ritable expĂ©rience de la PentecĂŽte, de la nouvelle naissance par le Saint-Esprit, qu’ils croient dans les oeuvres surnaturelles que Dieu a promises que Son Esprit accomplirait parmi nous.
E-50 S’il y a de telles personnes qui Ă©coutent Ă  la radio, qui n’ont pas reçu cette expĂ©rience, voudriez-vous, au Nom de JĂ©sus, incliner la tĂȘte lĂ  Ă  la radio, et recevoir JĂ©sus maintenant mĂȘme? Lorsqu’Il viendra dans la plĂ©nitude de Sa puissance, Il viendra exactement comme Il Ă©tait venu le jour de la PentecĂŽte. Il n’y aura rien de diffĂ©rent. L’enthousiasme qui brĂ»lera votre coeur, qui vous rendra si heureux, si dĂ©bordant de joie que vous tituberez comme si vous Ă©tiez ivres de boissons fortes. Car les Ecritures dĂ©clarent: «Ne vous enivrez pas de boissons fortes qui piquent comme une–une vipĂšre basilique et mordent comme un serpent, enivrez-vous au contraire de l’Esprit.»
Vous mes amis qui suivez Ă  la radio, si vous n’avez pas reçu cela, Ă©coutez-moi ce soir en tant que votre frĂšre. Je vous aime. S’il vous plaĂźt, trouvez-vous un petit lieu secret maintenant mĂȘme. Beaucoup parmi vous, braves membres d’églises lĂ  bas, qui appartenez aux diverses Ă©glises, je–je ne m’en prends pas Ă  votre Ă©glise, mon cher ami. Je ne suis contre aucune dĂ©nomination. Non. Que vous soyez protestant, catholique, ni juif, que sais-je encore, tĂ©moin de JĂ©hovah ou de la Science chrĂ©tienne, quoi que vous puissiez ĂȘtre, cela–cela m’importe peu. Je ne pense pas que cela importe Ă  Dieu. La question est de savoir si vous ĂȘtes nĂ©s de nouveau. Si vous avez reçu le Saint-Esprit, alors vous ĂȘtes des enfants de Dieu. Recevez-Le ce soir, ne le voulez-vous pas?
Et nous allons prier pour vous là juste dans un instant, pour les malades aussi. Mais premiùrement, nous parlons de l’ñme.
E-51 Maintenant, je m’adresse Ă  cette assistance ici. Il y a des centaines de gens assis dans Angelus Temple ce soir. Quand je regarde ici, je vois que la plupart d’entre vous ont des cheveux grisonnants. Vous dĂ©pĂ©rissez maintenant. Mais cela importe peu. Il y a des jeunes gens ici, beaucoup d’entre eux. Vous n’ĂȘtes pas sĂ»rs d’ĂȘtre en vie le matin. Celui-ci peut ĂȘtre le dernier moment oĂč vous avez l’opportunitĂ© de prendre votre dĂ©cision. DĂ©cidez-vous maintenant, ne le voulez-vous pas?
Et toux ceux qui sont ici prĂ©sents, qui n’ont jamais reçu cette glorieuse bĂ©nĂ©diction du Saint-Esprit, et qui aimeraient que je prie pour eux pour qu’ils reçoivent cela, voudriez-vous lever la main, partout dans Angelus Temple, ceux qui n’ont pas reçu le Saint-Esprit? Que Dieu vous bĂ©nisse partout lĂ . Partout... LĂ -haut aux balcons, que Dieu vous bĂ©nisse lĂ -haut. J’espĂšre que celle-ci sera la soirĂ©e oĂč vous recevrez Cela.
E-52 Vous pourrez me dire: «FrÚre Branham, quand je lÚve la main, cela représente-t-il quelque chose?» Certainement. Vous prenez une décision. Vous avez effectué votre premier pas vers cela.
Et vous qui suivez Ă  la radio, peu m’importe oĂč vous ĂȘtes, avancez, sortez de votre voiture, garez au bord de la route, agenouillez-vous, inclinez la tĂȘte sur le volant d’une façon ou d’une autre. MĂšre, arrĂȘtez de faire la vaisselle, ou... Et si toute l’équipe est Ă  l’écoute, et que vous causez en faisant des sandwiches, dĂ©posez-les. Si quelqu’un se retrouve dans la chambre, qu’il s’agenouille et se mette Ă  prier. Conduisez les autres, ils vous suivront. Papa, si vous ĂȘtes lĂ  Ă  moitiĂ© ivre ce soir, que votre pauvre petite femme est assise au coin Ă  pleurer avec des enfants, n’avez-vous pas honte de vous-mĂȘme? Papa, savez-vous que vous pourrez ne pas ĂȘtre ici le matin? J’ai pitiĂ© de vous. Mon pĂšre buvait. Je sais sympathiser avec une famille qui connaĂźt cela. Eh bien, peut-ĂȘtre que c’est la maman qui boit. Quoi qu’il en soit, mettez cela de cĂŽtĂ© maintenant, s’il vous plaĂźt, et venez Ă  Christ maintenant mĂȘme.
E-53 Vous direz: «Oh! FrĂšre Branham, j’ai essayĂ© cela bien des fois.» Mais attendez, vous ne vous ĂȘtes jamais dĂ©cidĂ© complĂštement. Peut-ĂȘtre que vous avez Ă©tĂ© sous une espĂšce d’émotion. Mais si vraiment vous ĂȘtes dĂ©terminĂ© et que vous prenez une dĂ©cision, Christ va vous recevoir.
Et vous qui ĂȘtes lĂ  dans les hĂŽpitaux, dans des lits de malades, qui n’ĂȘtes pas en mesure d’ĂȘtre ici ce soir pour la ligne de priĂšre, de discernement, et des oeuvres que le Seigneur va accomplir, j’aurais souhaitĂ© que vous soyez ici; en effet, je crois que Dieu va accomplir une grande oeuvre.
J’aimerais que vous vous rappeliez, vous qui suivez lĂ  Ă  la radio, que demain aprĂšs midi, il y aura L’Histoire de ma vie Ă  14 h 30’. S’il vous plaĂźt, tĂąchez d’ĂȘtre ici. Amenez les pĂ©cheurs. Tout le monde, amenez avec vous un pĂ©cheur demain, Ă  ce service spĂ©cial. Et puis, demain soir, ce sera le dernier service de guĂ©rison. GĂ©nĂ©ralement, il y a donc plus de gens guĂ©ris en ce moment-lĂ  Ă  cause de l’attente.
E-54 Maintenant, partout dans cette salle ici, et lĂ  Ă  la radio, alors qu’il nous reste quelques minutes pour la retransmission radiophonique, voudriez-vous vous dĂ©cider maintenant, dans votre propre coeur, qu’à partir de ce soir, de cette heure mĂȘme, de ce temps-ci, vous allez vous dĂ©barrasser de toute votre incrĂ©dulitĂ©? Que vous allez vous dĂ©barrasser de toutes les choses du monde? Mettez ça de cĂŽtĂ©. Les Ecritures dĂ©clarent: «Puisque nous sommes environnĂ©s d’une si grande nuĂ©e de tĂ©moins (HĂ©breux, chapitre 11, les combattants de la foi dans la Bible), rejetons tout fardeau, et le pĂ©chĂ© qui nous enveloppe si facilement, afin que nous puissions courir avec persĂ©vĂ©rance dans la carriĂšre qui nous est ouverte, ayant les regards fixĂ©s sur le Seigneur JĂ©sus, le Chef et le Consommateur de notre foi», Sa bontĂ©, Ses misĂ©ricordes, Sa gentillesse. Et aprĂšs deux mille ans, Il est toujours vivant ici ce soir, se manifestant vivant.
Et maintenant, prions tous. Et vous qui ĂȘtes ici au temple ce soir, inclinez la tĂȘte pendant que nous nous mettons Ă  prier.
E-55 Si notre soeur veut, celle qui s’avance vers l’orgue, juste pour ce moment spĂ©cial, j’aimerais que vous jouiez, s’il vous plaĂźt, Seigneur, je viens, s’il vous plaĂźt. Et maintenant, prenez votre dĂ©cision. Soyez maintenant prĂȘts pour la priĂšre, et je vais prier avec vous, et nous allons tous prier ensemble. Et je suis sĂ»r que le Seigneur va exaucer. Ça peut ĂȘtre un bon moment pour vous qui ĂȘtes dans ces fauteuils, avant que la ligne de priĂšre commence, de vous mettre Ă  prendre la dĂ©cision maintenant que vous allez accepter votre guĂ©rison maintenant mĂȘme, pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es.
E-56 Seigneur, que ce cantique qu’on joue maintenant: «Seigneur, je viens, je viens maintenant Ă  Toi. Lave-moi, purifie-moi»... Accorde-le, Seigneur; lĂ  dehors, Ă  la radio, Seigneur, que ceux qui ont obĂ©i Ă  la voix du serviteur, apportant ce Message du Roi riche qui a la Vie Eternelle, le plus grand trĂ©sor qui puisse ĂȘtre donnĂ©, disant par lĂ  qu’en acceptant le Message, ils ne pĂ©riront jamais, mais qu’ils ont la Vie Eternelle pour toujours, car notre Seigneur a dit: «Celui qui Ă©coute Ma Parole et qui croit en Celui qui M’a envoyĂ© a la Vie Eternelle, et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.»
E-57 Maintenant, Seigneur, peut-ĂȘtre que beaucoup de gens ont Ă©tĂ© sĂ©duits dans leur croyance. Nous savons que Tu avais fait confiance Ă  Abraham, et il a Ă©tĂ© justifiĂ© par la foi, en croyant en Toi, et c’est lĂ  tout ce qu’un homme peut faire: croire.
Mais Tu as confirmĂ© sa foi en lui donnant le sceau de la circoncision. Et, PĂšre, que beaucoup dans le pays ce soir qui affirment avoir cru en Toi... mais Tu as dit que s’ils croyaient, ils recevraient le Saint-Esprit, le Sceau de la circoncision du coeur, montrant que Dieu est entrĂ© avec Sa Parole, qu’Il a circoncis les coeurs, et qu’Il s’est fait une demeure lĂ  oĂč Il peut les contrĂŽler par leur foi, les amener Ă  croire pour leurs maladies et pour leurs afflictions.
E-58 Accorde, Seigneur, que tous ceux qui sont lĂ  Ă  l’écoute ce soir, dont le coeur est disposĂ© Ă  prendre la dĂ©cision pour Toi, reçoivent Christ dans leurs coeurs maintenant mĂȘme. Puissent-ils venir Ă  Angelus Temple nous le dire, qu’ils ont reçu Christ comme leur Sauveur personnel, et qu’ensuite, par le baptĂȘme, ils aient communion avec une bonne Ă©glise. Accorde-le, Seigneur.
Pour les malades et les affligĂ©s qui sont Ă  l’écoute dans les hĂŽpitaux, dans des maisons, ou dans des voitures, ou–ou Ă  travers le pays, oĂč que ce soit, que le mĂȘme Saint-Esprit qui avait conduit Rebecca Ă  recevoir le message les amĂšne Ă  se rendre compte que c’est–c’est le mĂȘme Saint-Esprit qui les a conduits Ă  se brancher sur cette station ce soir, et qu’ils soient guĂ©ris de toutes leurs maladies et de toutes leurs afflictions. Accorde-le, PĂšre.
E-59 Et pour tous ceux qui sont ici dans la Présence divine, puisses-Tu remplir leurs coeurs du Saint-Esprit et guérir chaque personne qui est maintenant dans la Présence divine. Accorde le, Seigneur, car nous Te confions cela au Nom de Ton Fils, le Seigneur Jésus. Amen.
E-60 S’il vous plaĂźt, chantons un couplet de ce cantique: Seigneur, je viens. Voudriez-vous... Billy, voudrais-tu venir ici m’aider Ă  conduire ce cantique, s’il te plaĂźt? Et vous qui suivez Ă  la radio, nous espĂ©rons que vous avez maintenant pris cette grande dĂ©cision pour le Seigneur JĂ©sus, que vous sentez que vous ĂȘtes guĂ©ris de vos maladies, et que vos pĂ©chĂ©s sont sous le Sang. Que le Seigneur Dieu vous bĂ©nisse alors que nous chantons ce cantique. TrĂšs bien.
...viens, Seigneur,
Je viens maintenant Ă  Toi,
Lave-moi, purifie-moi dans Ton Sang,
Qui coule au Calvaire.
Levons les mains ici au temple maintenant pendant que nous chantons:
Seigneur, je viens, Seigneur,
Je viens maintenant Ă  Toi;
Lave-moi, purifie-moi dans le Sang,
Qui coule au Calvaire.
E-61 Combien ici maintenant ont dĂ©cidĂ© qu’à partir de ce soir, dĂ©sormais, ils vont tenir la main immuable de Dieu jusqu’à ce qu’ils reçoivent ce qu’ils ont demandĂ©? Que Dieu vous bĂ©nisse. Je crois que vous sortirez de cette salle ce soir avec tout ce que vous avez demandĂ©. Ça sera Ă  vous.
E-62 Maintenant, c’est le moment de former la ligne de priĂšre. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... ce groupe d’Angelus Temple avec moi vers l’Australie, observez ce qui se passe, ou en Siam, ou quelque part outre-mer. Nous voyons assis ici prĂ©sentement ce soir frĂšre Julius Stadsklev, le capitaine Stadsklev de Barstow, aumĂŽnier dans l’armĂ©e des Etats-Unis.
Eh bien, de cinquante Ă  soixante, levez-vous pendant qu’ils sont... FrĂšre Stadsklev Ă©tait avec moi en Afrique, il Ă©tait lĂ  Ă  Durban le jour oĂč trente mille paĂŻens ont reçu du coup JĂ©sus comme leur Sauveur personnel. OĂč ĂȘtes-vous, aumĂŽnier? Etes-vous ici? Le voici, il se tient... Voudriez-vous vous lever un instant? Eh bien, frĂšre Stadsklev en Ă©tait un tĂ©moin lĂ . C’est lui qui a Ă©crit le livre Un prophĂšte visite l’Afrique.
E-63 Savez-vous que c’était dix fois plus qu’à la PentecĂŽte? Dix fois plus grand qu’à la PentecĂŽte. Trente mille vĂ©ritables indigĂšnes ont reçu JĂ©sus comme leur Sauveur personnel, ils ont brisĂ© par terre leurs drĂŽles de petites idoles qu’ils portaient.
Docteur Baxter m’a dit, il a dit: «FrĂšre Branham, je crois qu’ils pensent qu’il s’agit de la guĂ©rison du corps. Ils n’ont pas compris qu’il s’agit de recevoir Christ.» Il a dit: «Vous feriez mieux de rĂ©pĂ©ter cela.»
J’ai dit: «Je ne parlais pas de la guĂ©rison du corps. Je prierai pour vous plus tard. Je veux dire ceux qui veulent recevoir Christ comme leur Sauveur personnel. Si vous ĂȘtes vraiment sincĂšres, brisez vos idoles par terre.» C’était, on dirait, une tempĂȘte de poussiĂšre. Voyez?
C’est l’Evangile qui attire l’attention des gens. Mais, Ă©videmment, nous les AmĂ©ricains, nous sommes trop intellectuels pour croire cela, vous savez. C’est donc quelque chose de dĂ©modĂ©. Eux reçoivent cela alors que nous abandonnons ça. C’est–c’est ça.
E-64 TrĂšs bien. Quelque part entre cinquante et soixante-quinze, maintenant, occupez votre place. La sĂ©rie J, de cinquante Ă  soixante-quinze, occupez votre place dans cette ligne de priĂšre lĂ . Si vous allez... ou vous pouvez peut-ĂȘtre contourner. Je pense, peut-ĂȘtre... Ne pensez-vous pas que ce serait mieux d’ouvrir la porte et de les laisser descendre? Ou, passez juste ici, frĂšre Mike dit de passer par ici et d’occuper votre place.
Oh! combien je suis heureux de savoir que les gens ont toujours foi en–en Dieu. Je ne marchanderais pas ma foi en Dieu, mĂȘme si–si quelque chose me promettait de pouvoir vivre dix mille ans ici sur terre, de possĂ©der toute la terre entre mes mains et de faire tout ce que je voudrais; je rejetterais carrĂ©ment cela pour recevoir JĂ©sus-Christ comme mon Sauveur personnel. C’est... Il est ma vie. Il est mon espoir. Il est... Si la fin du monde, Ă  la Venue de JĂ©sus... (Et je suis sĂ©rieux lĂ -dessus, je ne le dis pas juste parce que je suis devant vous.) En ce jour-lĂ , si je m’avance devant Lui et qu’Il dise: «Tu ne mĂ©rites pas de venir Ă  Mon Ciel», je dirai: «C’est vrai, Seigneur, je ne le mĂ©rite pas.» Et s’Il me rejette, je L’aimerai toujours oĂč que je sois. Je L’aime. Quelque chose m’est arrivĂ© il y a trente-deux ans, Christ est entrĂ© dans mon coeur. Et c’est la chose la plus glorieuse.
E-65 Maintenant, je pense que nous sommes donc Ă  soixante-quinze, FrĂšre Mike. De soixante-quinze Ă  cent, maintenant, occupez votre place lĂ . Ce sont tous ceux qui ont les cartes de priĂšre maintenant. La sĂ©rie J, occupez votre place lĂ  dans la–dans la ligne. Soixante-quinze Ă  cent. TrĂšs bien. TrĂšs bientĂŽt, la ligne va... des lignes pratiquement tout autour du temple maintenant, jusque dans la cour extĂ©rieure, ça va dans les allĂ©es dehors, la–la ligne de priĂšre qui se forme.
Et vous qui suivez Ă  la radio, j’aurais souhaitĂ© que vous voyiez ceci, voir venir des gens, et sur leur visage, une grande expectative. Certains d’entre eux viennent, se disant peut-ĂȘtre: «Eh bien, ça fait longtemps que j’ai souffert, mais celle-ci est ma soirĂ©e. Je prends ma dĂ©cision pour Christ. Je viens maintenant croire en Lui comme mon GuĂ©risseur tout comme j’avais cru qu’Il est mon Sauveur.»
Maintenant, demain soir, comme je le dis, ça sera la fin de cette sĂ©rie de rĂ©unions. Et je voudrais vous voir, vous qui suivez Ă  la radio... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... beaucoup d’entre vous, assurĂ©ment.
E-66 Cet homme qui avait Ă©tĂ© louĂ© cette fois-lĂ  pour venir m’hypnotiser Ă©tait dans la ligne comme celle-lĂ . On l’amenait dans des camps militaires pour hypnotiser les soldats et les faire aboyer comme des chiens, les faire agir, vous savez, comme ils le font, juste sous l’hypnotisme. Alors, cet homme s’est avancĂ© (c’est le diable qui l’avait envoyĂ©), il allait m’hypnotiser Ă  la chaire. Vous vous rappelez lorsque c’est arrivĂ© Ă  MontrĂ©al. Et alors, j’ai senti ce mauvais esprit et je me suis retournĂ©. J’ai dit: «Pourquoi le diable a-t-il placĂ© cela dans votre coeur?» Il m’a jetĂ© un regard trĂšs drĂŽle, puis, il a inclinĂ© la tĂȘte. J’ai dit: «Tu essaies d’hypnotiser un serviteur du Seigneur?» Il pensait que c’était de la tĂ©lĂ©pathie. Et j’ai dit: «Parce que tu as fait cela, Dieu te jugera pour cela. Tant pis pour toi.» On l’a fait sortir de lĂ  paralysĂ©, et il est encore paralysĂ© jusqu’aujourd’hui.
E-67 Nous ne prions pas... nous ne faisons donc pas la religion, rappelez-vous. Vous rappelez-vous le jour oĂč quelqu’un avait essayĂ© d’aller chasser un mauvais esprit du temps de Paul? Savez-vous ce qui lui Ă©tait arrivĂ©? Un Ă©pileptique, et cela est venu sur lui. Certainement.
Ainsi donc, rappelez-vous, vous qui ĂȘtes dans la ligne de priĂšre, cela... Je n’exerce pas le discernement dans la ligne de priĂšre. Je vais juste prier pour vous. Toute la semaine durant, le discernement a Ă©tĂ© exercĂ© au cours de la rĂ©union, ici, sur des gens qui s’étaient rassemblĂ©s. Mais ce soir, ça sera juste la priĂšre, Ă  moins que le Seigneur m’arrĂȘte pour dire quelque chose Ă  quelqu’un.
E-68 Mais maintenant, combien dans la salle ce soir n’ont jamais vu l’un de nos services auparavant? Faites voir la main. C’est une bonne chose. Tout le monde ne vient pas Ă  Angelus Temple la mĂȘme soirĂ©e. Ils seraient entassĂ©s dans le parking. Chaque soir, il y a pratiquement une nouvelle foule de nouveaux venus.
Afin que vous le sachiez, JĂ©sus-Christ ne prĂ©tendait pas ĂȘtre GuĂ©risseur. Il a dit: «Je ne fais que ce que le PĂšre Me montre.» Mais Il pouvait... Il connaissait les gens; Il leur disait qui ils Ă©taient, leurs noms. Combien parmi vous, les nouveaux venus, croient cela? Il avait dit Ă  Philipe... ou plutĂŽt Ă  NathanaĂ«l, oĂč Philipe l’avait trouvĂ©: sous un arbre en train de prier; Il lui avait dit ce qu’il Ă©tait. Il avait dit Ă  Pierre son nom. Et par cela, ils ont cru qu’Il Ă©tait le Messie. C’était le signe du Messie.
Et lorsqu’Il est allĂ© chez les Samaritains... Voyez, Il n’était jamais allĂ© chez les Gentils, Il n’avait pas non plus donnĂ© la commission Ă  Ses disciples d’y aller. Il a dit: «N’allez pas vers les paĂŻens, allez plutĂŽt vers les brebis perdues d’IsraĂ«l.» Mais les Samaritains attendaient la Venue du Messie. Combien savent que c’est vrai? Dites: «Amen.» Eh bien, alors, puisqu’ils attendaient, Il devait se manifester.
E-69 Il est passĂ© par la Samarie, Il a trouvĂ© une femme qui vivait dans l’adultĂšre. Il lui a dit: «Va appeler ton mari, et viens ici.»
Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»
Il a dit: «C’est vrai. Tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n’est pas ton mari.»
Elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es ProphÚte.» Maintenant, écoutez la voix de cette femme-là: «Nous savons...» Elle a dit: «Je vois que Tu es ProphÚte. Mais nous savons que lorsque le Messie sera venu, Il nous annoncera toutes ces choses.»
Eh bien, combien savent que c’est l’Ecriture, Saint Jean 4? Dites: «Amen.» C’était le signe du Messie. Elle ne pouvait pas comprendre qui Il Ă©tait. Elle a dit qu’Il devait ĂȘtre ProphĂšte.
E-70 Mais combien savent que le Messie devait ĂȘtre Dieu-ProphĂšte? Dites: «Amen.» Certainement. Si jamais vous avez lu la Bible, MoĂŻse a dit: «L’Eternel ton Dieu te suscitera un prophĂšte comme moi. Celui qui ne l’écoutera pas...» C’est pourquoi ils attendaient cela. C’est pourquoi les vrais Juifs croyaient en Lui aprĂšs qu’Il eut accompli le signe du prophĂšte. Le Juif incroyant, le, oh! le type classique, disait: «Cet Homme est un diseur de bonne aventure, un BĂ©elzĂ©bul.» Tout le monde sait que dire de bonnes aventures, c’est du diable. C’est vrai. C’est un esprit perverti. Et il disait: «Il est BĂ©elzĂ©bul.» Et JĂ©sus a dit que ça serait un blasphĂšme contre le Saint-Esprit. Dire un seul mot contre le Saint-Esprit, ça serait un blasphĂšme, cela ne sera jamais pardonnĂ© dans ce siĂšcle, ni dans le siĂšcle Ă  venir.
E-71 Eh bien, combien parmi vous, dans cette ligne de priĂšre et lĂ  dans l’assistance, me sont inconnus? Levez la main, vous qui savez que je ne sais rien Ă  votre sujet, vous qui m’ĂȘtes inconnus.
Tenez, cette premiĂšre femme, tout au long de la ligne, des inconnus. Eh bien, alors, si le Seigneur... Venez ici, femme, dame. Tenez-vous lĂ  mĂȘme, Ă  cĂŽtĂ© de ce micro, juste lĂ  mĂȘme. Maintenant, j’aimerais que vous me regardiez un instant. Est-ce donc notre premiĂšre rencontre? Si c’est cela, levez simplement la main afin que l’assistance visible voie. Et vous qui suivez Ă  la radio, des centaines et des centaines de gens ici sont tĂ©moins de ce que cette femme, une jeune femme, a sa main levĂ©e. Nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s auparavant. Voici la Bible de Dieu. Je ne vous connais pas, peut-ĂȘtre que vous ne me connaissez pas.
Eh bien, ceci est le parfait tableau de Saint Jean 4, n’est-ce pas? Un homme et une femme qui se rencontrent pour la premiùre fois.
E-72 Eh bien, puisque je ne vous connais pas et que vous ne me connaissez pas, alors, si le Saint-Esprit... Il y a quelque chose pour lequel vous ĂȘtes ici. Je ne sais pas ce que c’est; ça peut ĂȘtre la maladie, ça peut ne pas ĂȘtre la maladie, ça peut ĂȘtre pour de l’argent. Ça peut ĂȘtre pour quelqu’un d’autre. Je ne sais pas. Mais si le Seigneur me rĂ©vĂšle ce pour quoi vous ĂȘtes ici, croirez-vous que c’est l’Esprit qui a Ă©tĂ© promis de venir dans les derniers jours sur l’église des Gentils, juste avant la destruction comme JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva du temps de Sodome», lorsque ce mĂȘme signe avait Ă©tĂ© accompli? Croirez-vous cela?
Combien, dans cette assistance visible, croiront cela, puisque nous deux, avec nos mains levĂ©es devant Dieu, nous ne nous connaissons pas? C’est donc juste afin que vous qui ĂȘtes dans la ligne lĂ , vous le sachiez aussi. Maintenant, tenez-vous lĂ  oĂč vous ĂȘtes, c’est juste vous parler un instant pour que l’Esprit du Seigneur nous oigne.
E-73 Eh bien, elle est une femme, et moi, un homme. Elle peut ĂȘtre une pĂ©cheresse, elle peut ne pas l’ĂȘtre. Elle peut ĂȘtre une critiqueuse. Je–je ne sais pas. Mais le Seigneur sait effectivement. Il peut me le rĂ©vĂ©ler. Et alors, ça sera votre affaire, ce que vous en pensez.
Apparemment, il y a plus de foi dans l’assistance qu’ici dans la ligne. Juste lorsque vous... l’onction.
Combien ont dĂ©jĂ  vu la photo de cet Ange du Seigneur? Faites voir la main. Evidemment... AssurĂ©ment. Ça a Ă©tĂ© photographiĂ©. Cela est placĂ© au musĂ©e des arts religieux Ă  Washington D.C, protĂ©gĂ© par le droit d’auteur. C’est l’unique Etre surnaturel qui ait jamais Ă©tĂ© photographiĂ©, preuve scientifique Ă  l’appui.
Cette photo que vous voyez, de l’Ange du Seigneur, devant Dieu que je sers, Il n’est pas Ă  deux pieds [60,9 cm] de lĂ  oĂč je me tiens maintenant mĂȘme. La mĂȘme Colonne de Feu qui avait conduit les enfants d’IsraĂ«l a Ă©tĂ© faite chair et a habitĂ© parmi nous. Elle a accompli ce genre de signes.
Il a dit: «Je viens de Dieu (la Colonne de Feu); Je retourne Ă  Dieu.» Paul L’a rencontrĂ© sur le chemin de Damas et il a Ă©tĂ© terrassĂ©, une forte LumiĂšre qui lui avait abĂźmĂ© les yeux; Cela a dit: «Saul, Saul, pourquoi Me persĂ©cutes-tu?»
Il a demandé: «Qui es-Tu?»
Cela a dit: «Je suis Jésus.»
Et voici, Sa photo a Ă©tĂ© prise parmi nous. Or, les appareils photos ne prennent pas de la psychologie, l’oeil mĂ©canique de l’appareil photo. Il y a Quelque Chose qui a frappĂ© l’objectif. Prenez maintenant votre dĂ©cision si vous croyez cela, s’Il parle Ă  cette jeune femme
E-74 Oui. VoilĂ  son... La vision apparaĂźt montrant la femme... Elle est gravement malade. Franchement, elle est sur le point de subir une intervention chirurgicale. [La soeur rĂ©pond: «C’est vrai.»–N.D.E.]
Vous aussi qui suivez Ă  la radio, l’avez-vous entendue dire: C’est vrai? Eh bien, comment cela s’est-il fait? Comment ai-je donc su? Je ne pourrais donc pas vous dire ce que j’ai dit. C’était le–l’Esprit de Christ utilisant ma voix. Le Saint-Esprit a dit cela, exprimant ce dont je ne sais rien.
Vous direz: «Peut-ĂȘtre que vous avez devinĂ© cela, FrĂšre Branham.» Eh bien, que tous ceux qui sont dans l’assistance visible, qui ont entendu cela et qui ont parfaitement vu cela, disent amen. [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Vous qui suivez Ă  la radio, Ă©coutez ça. Maintenant, si vous pensez que cela a Ă©tĂ© devinĂ©, je vais parler Ă  la femme. Elle est en train de pleurer. Pourquoi? Je regarde la femme, et c’est clair tout autour d’elle. Qu’est-ce? A vous les hommes de science qui ĂȘtes peut-ĂȘtre Ă  l’écoute, ça, c’est une autre dimension. C’est un autre monde. Eh bien, voyons ce qui est arrivĂ©.
E-75 Oui, je la vois chez un mĂ©decin. L’a-t-il examinĂ©e? Oui, il a parlĂ© d’une intervention chirurgicale. Et cette intervention chirurgicale s’effectuera sur la glande fĂ©minine. C’est vrai. Et je vois une chose ou une autre, c’est au sujet de votre oreille. C’est votre oreille gauche. Il y a une grosseur lĂ , et on doit opĂ©rer cela, ou, c’est d’aprĂšs le mĂ©decin. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Croyez-vous maintenant, soeur?
Croyez-vous, vous qui suivez Ă  la radio? Je sais que vous croyez. Croyez-vous, vous ici? Eh bien, voyez, c’est exactement ce que JĂ©sus a dit que ça s’accomplirait juste avant la fin de l’ñge des Gentils.
Le Messie... pas moi; moi, je suis un homme. C’est Son Esprit. Cette mĂȘme onction que vous sentez, c’est ce mĂȘme Esprit qui est ici en train de parler. C’est... Ceci n’est pas juste un don. Vous pourrez ĂȘtre comme docteur Duffield ici; c’est un prĂ©dicateur. Lorsqu’il prĂȘche, il a cette onction-lĂ . Vous les prĂ©dicateurs, vous avez cette onction-lĂ . Vous qui parlez en langues, vous avez cette onction-lĂ  si c’est vraiment le Saint-Esprit qui parle par vous. Voyez, c’est le mĂȘme Esprit, seulement Il opĂšre sous diverses formes pour confirmer ce que les Ecritures dĂ©clarent.
E-76 Maintenant, Ă  quelqu’un lĂ  Ă  la radio, Paul a dit: «Si donc, vous tous, vous parlez en langues et que survienne un homme du peuple ou un non-croyant, ne diront-ils pas que vous ĂȘtes tous fous? Mais s’il y en a un qui est prophĂšte, qui prophĂ©tise, qui rĂ©vĂšle ce qu’il y a dans le coeur, alors il tombera sur sa face et dira: ‘Dieu est rĂ©ellement au milieu de vous.’» Eh bien, vous critiquez les pentecĂŽtistes Ă  cause du parler en langues, qu’en est-il donc de ceci? Prenez votre dĂ©cision ce soir. Venez Ă  Lui et croyez.
Prions maintenant pour cette femme. Et puis, vous autres dans la ligne, si le Saint-Esprit me parle nettement pour quelque chose, je vais–je vais m’arrĂȘter pour vous. Sinon... Combien parmi vous, s’Il ne dit aucun mot de plus, mais qu’Il aille simplement de l’avant, continueront toujours Ă  croire que JĂ©sus-Christ les a guĂ©ris par Son expiation? Non pas parce que frĂšre Branham a priĂ© pour vous, non pas parce que nous vous imposons les mains, mais parce que c’est Sa promesse: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Allez-vous croire cela? Levez la main si vous allez croire, lĂ . Tous dans l’auditoire croient donc. Vous avez pris votre dĂ©cision. C’est rĂ©glĂ©. Vous croyez cela. TrĂšs bien. Que le Seigneur accorde Ses bĂ©nĂ©dictions. Et dans ce grand groupe ici, dans l’auditoire visible, et aussi dans l’auditoire invisible, avant qu’on arrĂȘte la retransmission radiophonique...
Je pensais que nous arrĂȘterions la retransmission radiophonique Ă  21 h 30’, comme d’habitude, mais je vois que la lumiĂšre est toujours allumĂ©e et nous sommes sur les ondes. Soyez donc en priĂšre partout alors que nous parcourons ces gens dans la ligne, priant pour eux.
E-77 Venez, soeur bien-aimĂ©e. Glorieux Saint-Esprit, qui as rĂ©vĂ©lĂ© les maladies de cette femme, ou son coeur, quoi que cela ait Ă©tĂ©, je Te prie de lui accorder le dĂ©sir de son coeur au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Qu’Il vous bĂ©nisse. Allez en croyant.
Maintenant, voici une femme qui vient. Je ne la connais pas; c’est une femme de couleur. Mais afin que vous sachiez que le Saint-Esprit est toujours ici aprĂšs avoir parlĂ©, cette femme va mourir tout de suite si Dieu ne lui vient pas en aide. En effet, elle est couverte d’une ombre noire de cancer. La mort frappe cette femme. Croyez-vous que Dieu va vous en guĂ©rir, madame? Venez ici mĂȘme. Ô Seigneur, je prie pour cette femme. Il n’y a que Toi qui peux la guĂ©rir. Et cette grande Eglise du Dieu vivant est lĂ  en priĂšre, lĂ  Ă  travers le pays. Accorde que notre soeur vive au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Ne doutez pas, croyez.
E-78 Et il se fait que la femme suivante, qui vient, est Ă©galement couverte d’une ombre. Vous souffrez du cancer. Si vous croyez maintenant que Dieu vous guĂ©rira, venez donc. Ne doutez pas du tout, mais croyez que vous allez ĂȘtre guĂ©rie. Et, Seigneur, je Te prie de le lui accorder, et qu’elle soit guĂ©rie...?... au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Maintenant, ne doutez pas. Et cela va... Votre coeur sera rĂ©tabli, et vous serez bien portant.
Et si vous croyez, vous qui venez... l’arthrite vous quittera, et vous partirez bien portant. Croyez-vous cela? Au Nom du Seigneur JĂ©sus, accorde la guĂ©rison de cette femme. Amen.
Maintenant, venez, soeur. Croyez-vous que Dieu peut vous guérir? Venez et prions. Au Nom de Jésus-Christ, que notre soeur soit guérie. Amen.
E-79 D’accord. MĂȘme si je ne vous dis aucun mot, vous savez que je sais ce qui cloche en vous. Vous le savez. Mais si je ne vous dis aucun mot, croyez-vous que votre dos va... Croyez-vous que vous serez de toute façon rĂ©tablie? D’accord, allez de l’avant. AprĂšs tout, je l’ai dit. Voyez? Que Dieu vous bĂ©nisse, et soyez guĂ©rie. Amen.
Croyez-vous que vous pouvez aller manger maintenant, que votre estomac sera rĂ©tabli et que vous serez bien portant? D’accord. Allez vous procurer un hamburger et mangez-le donc, rĂ©jouissez-vous-en au Nom du Seigneur JĂ©sus.
Ô Seigneur Dieu, je Te prie d’accorder la guĂ©rison de notre soeur au Nom de JĂ©sus.
E-80 Maintenant, priez pour moi, vous ici dans l’auditoire. Ces visions sont... Je ne peux pas m’en dĂ©faire. Si je continue, je vais devoir arrĂȘter la ligne dans un instant. Voyez-vous? Il y a donc des visions qui apparaissent constamment. Continuez donc de prier, que Dieu m’accorde de rester ici.
Les visions affaiblissent. Combien comprennent cela? Dites: «Amen.» [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Vous souvenez-vous de la petite femme qui toucha Son vĂȘtement? Une seule femme toucha Son vĂȘtement, Il se retourna et dit: «Qui M’a touchĂ©?» Il promena le regard jusqu’à repĂ©rer cette femme, Il lui a dit que sa perte de sang avait... sa foi l’avait guĂ©rie. Or, si une seule vision a affaibli le Fils de Dieu, qu’est-ce que cela me ferait Ă  moi, un pĂ©cheur sauvĂ© par grĂące?
Il n’y a qu’un seul moyen pour moi de pouvoir rester ici, c’est qu’Il a promis: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais, vous en ferez davantage.» Je sais que King James dit: de plus grandes. Mais il ne peut pas y en avoir de plus grandes, c’est juste davantage (voyez?), car Il avait ressuscitĂ© les morts, Il avait arrĂȘtĂ© le cours de la nature, Il avait tout fait. «Vous ferez davantage, car Je m’en vais au PĂšre.»
E-81 Seigneur, je Te prie de guérir notre frÚre et de le rétablir, par le Nom de Jésus. Amen.
TrĂšs bien. Venez, soeur. Ça y est de nouveau. Cela frappe aussitĂŽt qu’elle avance. Maintenant, regardez. Si vous pensez... Regardez ici. Croyez-vous que Dieu peut guĂ©rir cette tumeur et vous rĂ©tablir? TrĂšs bien. Allez en croyant. Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’elle soit guĂ©rie. Ça y est de nouveau. Voyez? Voyez-vous cette LumiĂšre-lĂ ? Regardez, regardez ici. Voyez-vous ici entre moi et cette femme? Maintenant, la femme, je la vois quitter la table. Voyez? C’est la gastrite. Voyez, c’est ainsi que je reconnais ça. C’est vrai, n’est-ce pas, madame? C’est vrai. Allez manger maintenant; cela vous a quittĂ©e. Les ombres vous ont quittĂ©e. Ayez simplement foi. Maintenant, venez en croyant de tout votre coeur. Seigneur JĂ©sus, je Te prie pour cette femme, de la guĂ©rir au Nom de JĂ©sus-Christ. Accorde-le, Seigneur.
Venez, soeur. Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, nous imposons les mains Ă  cette femme, pendant que cette grande Eglise rachetĂ©e de Dieu prie par milliers. Elle doit ĂȘtre guĂ©rie. Amen.
E-82 Venez. Maintenant, priez. Cette femme ici. Voyez, ça y est de nouveau ici mĂȘme. Voyez, voyez? Croyez-vous que la maladie du coeur va vous quitter, que vous serez bien portante? Seigneur, au Nom de JĂ©sus, guĂ©ris-la et rĂ©tablis-la.
Voyez, ce que c’est... Ce n’est vraiment pas... Ce que c’est... C’est simplement une maladie de nerfs qui cause ces palpitations. Surtout aprĂšs avoir mangĂ©, ça devient pire que jamais. Vous–vous appelez cela la maladie du coeur, mais Ă  vrai dire, c’est la maladie des nerfs. Allez en croyant maintenant, et Il va... Vous ne souffrirez plus de palpitation.
Seigneur Jésus, je Te prie de guérir cet homme au Nom de Jésus-Christ. Amen.
Venez, monsieur. Venez, frĂšre. Croyez-vous maintenant? Allez donc prendre votre souper maintenant, tout est terminĂ© maintenant. En effet, vous n’avez plus de gastrite. Croyez donc.
E-83 TrĂšs bien. Chinoise? Japonaise. TrĂšs bien. Vos ancĂȘtres, peut-ĂȘtre, s’étaient mis Ă  adorer Bouddha. Mais ... Vous, vous ĂȘtes chrĂ©tienne, vous croyez en Christ; en effet, je sens que votre esprit est accueillant, voyez. Eh bien, vous ĂȘtes couverte de l’ombre de la mort, vous le savez, mais... Ă  cause de ce cancer. Mais croyez-vous que JĂ©sus vous guĂ©rira et qu’ensuite, vous apporterez le Message Ă  votre peuple japonais? J’ai l’intention de visiter votre pays trĂšs bientĂŽt. Que Dieu vous bĂ©nisse. Venez ici, laissez-moi prier pour vous.
Ô Seigneur, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, bĂ©nis cette femme et guĂ©ris-la au Nom de JĂ©sus-Christ, pour Ta gloire. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.
Venez donc en croyant. Ô Seigneur, je Te prie de guĂ©rir notre soeur et de la rĂ©tablir, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Venez, mon frĂšre. Ô PĂšre divin, au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre frĂšre soit guĂ©ri. Amen.
TrÚs bien. Venez, mon frÚre. Au Nom du Seigneur Jésus-Christ, que notre frÚre soit guéri. Amen.
E-84 Eh bien, venez, madame. Voyez, il–il y a une chose ou une autre Ă  ce sujet. Si vous ne dites rien aux gens, ils semblent ne pas rĂ©agir Ă  cela. Ne–ne regardez pas Ă  ça. Chacun... Cela ne vous guĂ©rit pas. Croyez seulement que vous ĂȘtes guĂ©ris.
Maintenant, regardez juste ici, cette femme. Eh bien, est-ce la personne suivante? D’accord. Nous sommes inconnus... Les gens peuvent voir que vous avez le goitre, lĂ  Ă  votre gorge. Eh bien, ils peuvent voir cela. Mais autrement, vous paraissez ĂȘtre en bonne santĂ©. Eh bien, laissez-moi voir si le Seigneur me rĂ©vĂšlera ce qui cloche. Oui, une maladie des femmes. Vous ĂȘtes ici afin qu’on prie pour ça, une maladie des femmes. C’est exact. Eh bien, allez et croyez, et soyez guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ. Voyez? Oui, oui. Voyez, c’est... Vous pouvez faire cela, mais ça m’affaiblit.
E-85 Eh bien, madame, venez donc ici. Prions. Seigneur Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’elle soit guĂ©rie. Amen.
Venez, soeur. Soyez en priĂšre, vous tous, l’église, maintenant, partout. Au Nom de JĂ©sus-Christ, guĂ©ris notre soeur. Amen.
Seigneur, au Nom de Jésus-Christ, guéris notre soeur.
PÚre divin, au Nom de Jésus-Christ, guéris notre frÚre. Amen.
Au Nom de JĂ©sus-Christ, PĂšre, j’impose les mains au frĂšre. Tu as dit que ces miracles accompagneront ceux qui auront cru. Amen.
PÚre divin, au Nom du Seigneur Jésus-Christ, que notre soeur soit guérie.
PĂšre, il est Ă©crit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» C’est ce que j’ai fait au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Maintenant, n’ayez pas peur. Voyez? Vous redoutez une crise cardiaque. Voyez? Mais ne vous en faites pas; vous n’en piquerez pas une. Que Dieu vous bĂ©nisse. PĂšre divin, au Nom de JĂ©sus-Christ, guĂ©ris notre soeur. Amen.
La raison pour laquelle j’ai dit cela, à vous l’assistance visible et à celle invisible, c’est que cette femme craignait de mourir. Voyez? Elle a...
E-86 TrĂšs bien. Venez. Vous ĂȘtes un homme apparemment en bonne santĂ©. Mais vous avez besoin d’une intervention chirurgicale, une tumeur. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? TrĂšs bien. Allez donc et soyez guĂ©ri au Nom de JĂ©sus-Christ.
PÚre divin, au Nom de Jésus-Christ, guéris notre soeur. Amen. Seigneur, au Nom de Jésus-Christ, guéris notre frÚre que voici. Amen.
Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira, mon jeune frĂšre? Ô Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, accorde la guĂ©rison de mon frĂšre. Amen.
Seigneur, au Nom de Jésus-Christ, guéris mon frÚre que voici. Amen.
PÚre divin, au Nom de Jésus-Christ, guéris mon frÚre. Amen.
On dirait qu’ils ont besoin de... Comment pouvez-vous tous imaginer que demain soir, nous ferons juste passer quelques-uns dans la ligne de discernement sans arrĂȘt? PrĂ©fĂ©reriez-vous plutĂŽt que ça soit ainsi? Voyez, ou le... PrĂ©fĂ©reriez-vous ce genre de ligne oĂč tous passent? Levez la main pour montrer ce que vous prĂ©fĂ©rez. Celle oĂč tous passent? D’accord. C’est bien. Alors, agissez maintenant. Venez en croyant en ça. Voyez, le Seigneur est ici. C’est le Seigneur qui accomplit ces choses. Dieu peut accorder cela.
E-87 Vous ĂȘtes venue de loin pour ça, n’est-ce pas, soeur? Croyez-vous qu’Il vous rĂ©tablira? Eh bien, tout le monde peut voir qu’il y a lĂ  Ă  votre oeil une grosseur. C’est vrai. Mais je vous vois venir de loin. Vous n’ĂȘtes pas de cette ville-ci. Non. Croyez-vous que Dieu peut me dire d’oĂč vous venez? De trĂšs loin, d’environ mille cinq cents miles [2.414 km]. LĂ , dans le Montana. C’est de lĂ  que vous–vous venez, de Montana. C’est vrai. C’est Ă  cause du cancer. Vous avez subi une intervention chirurgicale. Cela n’a servi Ă  rien. Et vous avez parcouru en voiture toute cette... fait tout ce trajet jusqu’ici pour que je prie pour vous. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Si c’est vrai, levez la main. Nous sommes de parfaits inconnus, l’un Ă  l’autre. C’est vrai. C’est notre premiĂšre rencontre. AssurĂ©ment, Dieu exaucera la priĂšre pour vous. Venez donc ici. Laissez-moi prier pour vous.
Maintenant, si les auditeurs Ă  la radio suivent, cette femme, je ne l’ai jamais vue de ma vie. Elle vient d’arriver ici, et je me suis arrĂȘtĂ© un moment pour elle, parce qu’elle a, on dirait, quelque chose juste entre ses yeux. Et le Saint-Esprit vient de rĂ©vĂ©ler ces choses. Et je ne connais pas cette dame, je ne l’ai jamais vue de ma vie. C’est notre premiĂšre rencontre. C’est vrai, n’est-ce pas, madame? C’est vrai. Dites-le afin que l’auditoire, la radio...
Voyez, nous sommes sur les ondes. C’est vrai. Aimez-vous–vous le Seigneur?
Maintenant, nous allons demander Ă  Dieu d’îter cela. PĂšre cĂ©leste, maudis soit cet ennemi. Satan, tu t’es cachĂ© au mĂ©decin, mais tu ne peux pas te cacher Ă  Dieu. Sors de lĂ . Au Nom de JĂ©sus-Christ, que tu quittes cette femme. Amen. Maintenant, allez en vous rĂ©jouissant et soyez rĂ©tablie. Ecrivez-moi votre tĂ©moignage et donnez-le-moi.
E-88 D’accord. TrĂšs bien, les petits enfants. Avancez directement. Avancez directement. Seigneur, il est Ă©crit au sujet des petits enfants: «Laissez venir Ă  Moi les petits enfants et ne les en empĂȘchez pas.» Maintenant, si Tu Ă©tais ici, Tu leur imposerais les mains, et ils seraient rĂ©tablis. Ton prĂ©cieux corps se trouve ce soir au Ciel Ă  la droite du Dieu Tout-Puissant. Et Tu as envoyĂ© le Saint-Esprit continuer l’oeuvre. Je leur impose les mains au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Et à cette soeur, au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse donc. Allez en croyant.
TrĂšs bien. Venez, monsieur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je prie pour mon frĂšre. Amen.
Venez, mon frĂšre. PĂšre divin, au Nom de JĂ©sus-Christ, je prie pour lui, pour sa guĂ©rison. Amen. Qu’Il vous bĂ©nisse, monsieur.
PÚre divin, au Nom de Jésus-Christ, je prie pour sa guérison. Amen.
Ô Seigneur, guĂ©ris cet homme alors qu’il passe. Qu’il ne passe pas juste Ă  cĂŽtĂ© de moi, mais qu’il passe sous la croix de Christ, qu’il soit guĂ©ri. Amen.
Venez, ma soeur. PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre soeur soit guĂ©rie alors qu’elle passe sous la croix. Amen.
Seigneur, alors que cette femme vient, que sa dĂ©cision soit qu’elle est dĂ©terminĂ©e maintenant. Au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’elle soit guĂ©rie. Amen.
E-89 Voyez, comment les gens... Si on ne leur dit rien, ils... Comment vais-je exercer mon ministĂšre? Voyez? Ce que le Seigneur m’avait dit, c’était juste de prendre une seule personne, lui parler et tout, puis laisser les autres croire. Voyez? Et juste prier pour toute l’assemblĂ©e. Mais, voyez-vous comment ça se fait? Eh bien, tenez. Juste afin que vous sachiez que le Saint-Esprit, que cette femme et moi...
Est-ce vous la suivante ici dans la ligne? Sommes-nous inconnus l’un Ă  l’autre? JĂ©sus-Christ nous connaĂźt tous deux, croyez-vous cela? Si Dieu me rĂ©vĂšle votre maladie, vous avez l’air d’une femme en bonne santĂ©. Mais si vous... Afin que l’auditoire voie, nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s. C’est notre premiĂšre rencontre. Est-ce vrai? Si c’est vrai, levez simplement la main afin que les gens voient. TrĂšs bien. Et maintenant, je n’ai aucune idĂ©e de ce pour quoi vous ĂȘtes ici, pas plus que pour quoi que ce soit. Mais le Saint-Esprit me rĂ©vĂ©lera ce pour quoi vous ĂȘtes lĂ ; accepterez-vous cela comme venant de Christ?
D’une part, il s’agit de vos yeux, d’autre part, une grosseur Ă  la tĂȘte. C’est vrai. LĂ  en dessous de vos cheveux, ce n’est pas visible, mais c’est sous vos cheveux. Oui, c’est vrai. C’est vrai. Vous n’ĂȘtes pas de cette ville-ci, vous venez de Long Beach. Oui, oui. Croyez-vous que Dieu peut me dire qui vous ĂȘtes? Mademoiselle Wiggs. C’est tout Ă  fait vrai. D’accord. Maintenant, rentrez chez vous et croyez. Maintenant, le mĂȘme Dieu qui connaissait Pierre est Celui qui sait qui vous ĂȘtes. TrĂšs bien. C’est bien. Ô Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, guĂ©ris notre soeur.
E-90 Venez. Croyez-vous de tout votre coeur? Maintenant, soyez donc en priĂšre pour ces gens.
Au Nom du Seigneur Jésus, guéris, Seigneur.
Venez, soeur bien-aimĂ©e. Venez en croyant que vous allez ĂȘtre guĂ©rie. PĂšre divin, alors qu’elle passe sous la croix, que le Dieu du Ciel guĂ©risse son corps. Amen.
Venez, soeur. Ô Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre soeur soit guĂ©rie. Amen.
Ô Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre soeur soit guĂ©rie. Amen.
Ô Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre soeur soit guĂ©rie. Amen.
Maintenant, venez en croyant, en vous réjouissant. Voyez?
Au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre frĂšre soit guĂ©ri. Venez, frĂšre. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre frĂšre soit guĂ©ri. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est comme ça. Amen. C’est comme ça qu’on doit ĂȘtre guĂ©ri.
PÚre, au Nom du Seigneur Jésus, que notre soeur soit guérie. Amen.
PĂšre divin, j’impose les mains Ă  mon frĂšre. Au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’il soit guĂ©ri. Amen.
Ô Dieu, je Te prie de guĂ©rir notre soeur au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Ô Dieu, regarde ce pauvre homme qui vient, souffrant de la paralysie. Qu’il soit guĂ©ri alors que nous le bĂ©nissons au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Que Dieu bĂ©nisse notre soeur, alors qu’elle vient pour sa guĂ©rison, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-91 Ne l’oubliez donc pas, je ne suis pas un guĂ©risseur. Je prie simplement pour les malades. Dieu exauce la priĂšre.
Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, rĂ©tablis notre soeur. Amen. Si vous pouvez croire, cette vieille nervositĂ© vous quittera. Croyez-vous cela? TrĂšs bien, allez donc de l’avant en vous rĂ©jouissant.
Seigneur, exauce la priĂšre alors que je prie pour notre soeur au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Venez, soeur. PĂšre divin, au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’elle soit guĂ©rie. Amen.
Venez, soeur. Au Nom de Jésus-Christ, que notre soeur soit guérie.
PÚre divin, au Nom de Jésus, Ton Fils, je réclame la guérison de ma soeur. Amen.
PÚre divin, au Nom de Jésus-Christ, je réclame la guérison de ma soeur.
PÚre divin, je réclame au Nom de Jésus-Christ sa guérison. Amen.
Venez, soeur. Croyez-vous? J’ai vu que vous Ă©tiez une croyante pendant que vous veniez ici. Vous avez eu des hauts et des bas dans la vie. Vous voulez–vous voulez une marche plus glorieuse, plus intime, mais vous ĂȘtes sur le point de subir cette intervention chirurgicale-lĂ . Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Qu’Il ĂŽtera cette tumeur de l’utĂ©rus et vous rĂ©tablira? Croyez-vous cela? Allez donc recevoir cela au Nom du Seigneur JĂ©sus. Amen.
E-92 Ô Seigneur, je prie pour notre soeur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’elle soit guĂ©rie.
Seigneur, je prie pour notre soeur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’elle soit guĂ©rie.
Venez, mon frÚre. Au Nom de Jésus-Christ, je Te prie, Î Dieu, de le guérir. Amen.
Venez, soeur bien-aimĂ©e. Seigneur, j’impose les mains Ă  notre soeur au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. TrĂšs bien. Croyez-vous de tout coeur maintenant? Au Nom de JĂ©sus-Christ, que cela vous quitte. Amen.
Que Dieu bĂ©nisse cette petite dame et celle qui l’a amenĂ©e, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur.
Que le Seigneur bénisse et guérisse notre soeur au Nom du Seigneur Jésus. Amen.
Que le Seigneur bénisse et guérisse notre soeur au Nom du Seigneur Jésus. Amen.
Venez, soeur. Au Nom du Seigneur Jésus, que Dieu bénisse et guérisse notre soeur. Amen.
Maintenant, frĂšre, croyez-vous? Au Nom de JĂ©sus-Christ, allez et soyez bien portant.
Ô Dieu, au Nom de notre Seigneur JĂ©sus, guĂ©ris notre frĂšre. Amen.
PÚre divin, je prie pour la soeur au Nom de Jésus-Christ, pour sa guérison. Amen.
Au Nom de JĂ©sus-Christ, j’impose les mains Ă  notre soeur pour sa guĂ©rison.
Au Nom de JĂ©sus-Christ, j’impose les mains Ă  notre soeur pour sa guĂ©rison.
C’est la fin de la ligne de priĂšre en ce moment pour cette partie. Maintenant, la grande guĂ©rison vient de l’extĂ©rieur. J’aimerais que certains parmi vous les frĂšres qui ĂȘtes assis lĂ  devant... Etes-vous des croyants, vous assis lĂ ? Ici devant, dans ces rangĂ©es ici. PrĂ©dicateurs, et autres? Avancez ici et imposez les mains Ă  ces gens ici mĂȘme, certains parmi vous les croyants qui ĂȘtes dans la salle. C’est bien. Merci, frĂšres. C’est bien.
E-93 Maintenant, j’aimerais que vous voyiez combien vont prier pour vous. Eh bien, combien lĂ  dans l’auditoire ont besoin de la guĂ©rison? Levez la main. Eh bien, si tous ceux qui ont les mains levĂ©es sont des croyants, faites signe de la main comme ceci. TrĂšs bien. Maintenant, imposez la main Ă  quelqu’un qui fait signe de la main Ă  cĂŽtĂ© de vous. Si vous faites cela et que vous croyez maintenant, que vous ne doutez pas, mais que vous croyez... Maintenant, inclinez la tĂȘte partout. Priez vous-mĂȘme. Priez pour la personne Ă  cĂŽtĂ© de vous.
Je vois ici deux ou trois femmes qui ont les mains levĂ©es, et personne ne leur a imposĂ© les mains. Imposez les mains Ă  l’une de ces femmes ici Ă  ma gauche. Que quelqu’un impose les mains... Ne priez pas pour vous-mĂȘme maintenant, priez pour la personne Ă  cĂŽtĂ© de vous.
J’aimerais que vous sachiez que Dieu exauce votre priĂšre. Maintenant, aussitĂŽt que vous sentez que vous ĂȘtes guĂ©ri pendant que cette personne prie pour vous, j’aimerais que vous vous leviez. Que tout celui qui sent qu’il est guĂ©ri, aussitĂŽt que vous avez pris cette dĂ©cision et que vous croyez que vous ĂȘtes donc guĂ©ri, j’aimerais que vous vous leviez, tout celui qui croit, aussitĂŽt que vous ĂȘtes guĂ©ri. Maintenant, je vais prier pour tout l’auditoire.
E-94 Seigneur Dieu, je ne vois pas pourquoi chaque personne ne devrait pas ĂȘtre guĂ©rie. Ô Seigneur, nous croyons. Nous croyons le Messager. Le Messager, c’est le Saint-Esprit. Notre dĂ©cision est prise maintenant mĂȘme. Nous croyons cela.
Maintenant, Satan, nous venons Ă  toi comme... pour dire que tu n’es qu’un bluffeur. Tu n’as aucun droit lĂ©gal pour retenir davantage ces gens. Ils sont l’hĂ©ritage de Dieu. C’est Son peuple. Sors d’eux. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que l’Ange de Dieu qui est prĂ©sent, la Grande Colonne de Feu qui est suspendue ici dans cette salle maintenant, qui a prouvĂ© qu’Elle est ici devant les gens, manifestant l’évidence de Sa PrĂ©sence ici... Sors, Satan, au Nom de JĂ©sus, qui est vivant ce soir pour faire que tu quittes ces gens.
E-95 Maintenant, vous tous qui acceptez votre guĂ©rison, levez-vous. Tous ceux qui sont dans la salle et qui acceptent maintenant leur guĂ©rison, qu’ils se lĂšvent. Gloire au Seigneur! Ça y est. C’est ça. Amen!
Maintenant, chantons Je Le louerai, tout le monde Ă  tue-tĂȘte. Viens, Billy.
Je Le louerai.
Je Le louerai, je...
Levez les mains maintenant. Avez-vous pris votre décision? Faites signe de la main et tenez-vous debout. Si vous avez pris votre décision, faites signe de la main.
Rendez-Lui gloire vous tous,
Car Son Sang peut ĂŽter chaque tache.
Chantons-le encore, relevez cela donc.
Je Le louerai (soyez sérieux là-dessus), je Le louerai
Louez l’Agneau immolĂ© pour les pĂ©cheurs,
Rendez-Lui gloire, vous touS Car Son Sang peut ĂŽter chaque tache.
Chantez encore cela. Tout le monde.

En haut