ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication LA POSTERITE D'ABRAHAM / 59-0423 / San Jose, Californie, USA // SHP 1 hour and 5 minutes PDF

LA POSTERITE D'ABRAHAM

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 ... associations des ministres avec les... Mes campagnes... Je n'ai pas encore pr√™ch√© un apr√®s-midi. Ceci est mon premier apr√®s-midi, le tout premier pour commencer. Et je... C'est tout √† fait nouveau pour moi, ainsi... Comme vous devriez le faire √† d'autres moments, oublier tout simplement mes erreurs, eh bien, faites-le aussi cet apr√®s-midi. D'habitude, quand je tiens des services de gu√©rison, je prends l'apr√®s-midi, pratiquement apr√®s quinze heures, √† cette heure-ci, j'entre en pri√®re. Je reste juste en pri√®re pour le reste de la journ√©e jusqu'√† ce qu'on vienne me prendre le soir. Alors, je sors donc pour prier pour les malades. Etant donn√© qu'on a d√Ľ √©courter notre s√©rie de r√©unions ici, pour - pour la r√©duire juste √† ces trois services, ou trois journ√©es, je me suis dit que j'aimerais venir passer plut√īt un petit moment de communion fraternelle avec vous dans ce service de l'apr√®s-midi.
E-2 Comme beaucoup d'entre vous connaissent frère Bosworth, le feu frère Bosworth, un jour il m'a dit, il a dit: "Billy, savez-vous ce que c'est la communion fraternelle [fellowship en anglais - N.D.T.]?" Et j'ai dit: "Oh! je pense que oui, Frère Bosworth." Il a dit: "C'est deux compagnons [fellows en anglais] dans un bateau [ship en anglais]." C'est ça: la communion fraternelle [fellow-ship]. Nous sommes donc nombreux cet après-midi dans le vieux bateau, le vieux bateau de Sion. Mon petit garçon, Joseph, l'autre jour, avant que nous ne quittions la maison... Il a environ trois ans. Vous vous souvenez de lui... Le Seigneur m'avait promis ce garçon six ans avant sa naissance. Et ainsi... Et puis, l'enfant suivant est né normalement, les médecins avaient dit qu'on ne pouvait plus avoir d'enfants; c'est une fillette qui était venue. Beaucoup de gens m'ont donc téléphoné et ont dit: "Billy, la vision voulait dire Joséphine, et non Joseph." J'ai dit: "Non, elle voulait dire Joseph." Le médecin, notre médecin de famille là-bas, a dit: "C'est tout simplement impossible. La femme ne peut plus mettre au monde un autre enfant." J'ai dit: "Elle en aura encore un." J'ai donc dit: "Dieu a promis Joseph, et Joseph est en route." Ainsi, quand ce petit est né, les gens ont dit: "Est-ce celui-ci Joseph?" J'ai dit: "Je ne sais pas. Mais Joseph est en route." Ce matin-là, quand donc l'infirmière a dit: "Révérend Branham?" J'ai dit: "Oui, madame." Elle a dit: "Vous avez un beau garçon de sept livres et trois onces [3 kg 260 g - N.D.T.]." J'ai dit: "Joseph, tu as mis beaucoup de temps pour arriver ici. Papa est heureux de te voir." Je pensais que Billy, mon fils, serait peut-être un ministre, mais on dirait qu'il ne l'est pas. Et j'ai demandé au Seigneur de me donner quelqu'un à qui je pourrais remettre ce Livre après qu'Il aura terminé avec moi sur la terre. J'espère La placer entre les mains de Joseph comme un serviteur du Seigneur.
E-3 Eh bien, l'autre matin, il √©tait √©tendu dans le - le petit canap√© [Duofold en anglais - N.D.T.] (Je pense qu'ici vous appelez peut-√™tre cela Chesterfield.); j'essayais de l'amener √† se tenir tranquille, car j'√©tais... Je sentais que peut-√™tre une vision venait. Et il est all√© s'√©tendre sur le - le canap√©, et il avait les yeux lev√©s vers un tableau de J√©sus que j'ai au mur. Et dans une sorte de monologue, le petit disait: "J√©sus a-t-Il un bateau?" Et cela m'a donn√© un texte. Et alors, j'ai tout simplement pris mon stylo, et je me suis mis √† √©baucher quelques petites choses, que je d√©sire prendre, que je ne serai pas en mesure d'aborder. Je n'ai jamais pr√™ch√© l√†-dessus. Mais c'est la v√©rit√©. Quand J√©sus √©tait ici sur terre, Il √©tait si pauvre qu'Il n'avait pas un endroit o√Ļ reposer Sa t√™te, et Il... Quand Il est all√© pr√™cher l'Evangile, Il a d√Ľ emprunter une barque √† partir de laquelle pr√™cher. Cependant, Il est le Capitaine du vieux bateau de Sion.
E-4 Maintenant, cet après-midi, c'est... Je me suis dit que nous prendrions peut-être ces deux après-midi pour accumuler quelque chose, afin de stimuler la foi. Et ensuite, le soir quand les - les gens seront ici, je parlerai plus du - du ministère que le Seigneur m'a donné; mais cet après-midi, je parlerai en quelque sorte de la foi. Maintenant, tous les dons opèrent par la foi. Rappelez-vous, vous ne pouvez rien recevoir de Dieu autrement que par la foi. "Car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'Il est le rémunérateur de ceux qui Le cherchent."Vous devez donc venir par la foi.
E-5 Il y a quelque temps, j'√©tais l√† dans les montagnes, et je chassais l'√©lan. Et je... Il y avait une temp√™te. Et je me suis tout simplement mis derri√®re un arbre jusqu'√† ce que la temp√™te f√Ľt pass√©e. Apr√®s la temp√™te, eh bien, l'eau qui √©tait tomb√©e avait fait geler les arbres √† feuilles persistantes. C'√©tait au d√©but de l'automne, √† la mi-octobre, dans le Colorado. Et puis, apr√®s cela, je me tenais derri√®re un arbre et j'observais. Et j'ai remarqu√© le soleil appara√ģtre dans le... √† travers les fentes des rochers au loin, de ce c√īt√©-ci, en direction de la Californie. Et vous savez, Dieu est vraiment partout, vous pouvez Le voir si seulement vous Le laissez entrer en vous. C'est ce qui rend la chose si difficile pour les gens de voir et de comprendre Dieu, parce qu'Il n'est pas dans leur coeur. Si Dieu est dans le coeur, Il - Il vous montre les choses. Il - Il se montre √† vous. Et j'ai vu le soleil se coucher, et Dieu √©tait dans le coucher du soleil. Et alors, je... Comme vous le savez, ma famille est irlandaise, √† l'exception du c√īt√© de ma m√®re. Ma grand-m√®re maternelle venait des - des r√©serves, de la r√©serve des Cherokee. Et ainsi, j'aime tant la nature, c'est assez pour me faire aimer la nature et les bois. Ma conversion n'a jamais √īt√© cela de moi, et j'en suis heureux.
E-6 Ensuite, j'ai remarqu√©, pendant que je me tenais l√† dans la Pr√©sence de Dieu (√† environ quarante miles [64 km - N.D.T.] des √™tres humains, autant que je sache. C'√©tait √† au moins quarante miles d'un ranch.), et alors, j'ai remarqu√© que le soleil avait produit un arc-en-ciel en frappant ces arbres √† feuilles persistantes qui √©taient compl√®tement gel√©s. Eh bien, Dieu est dans l'arc-en-ciel. Il avait fait une alliance, l'arc-en-ciel. Et puis dans Apocalypse 1, Il... Quand Jean L'a vu, Il avait l'arc-en-ciel et Il avait l'aspect de la pierre de jaspe et de sardoine: Benjamin, Ruben, du premier jusqu'au dernier, Celui qui √©tait, qui est, et qui viendra, et ainsi de suite. Et alors, le vieil √©lan m√Ęle a commenc√© √† bramer. Pendant la temp√™te Il s'√©tait perdu et n'arrivait plus √† retrouver la troupeau. Dieu √©tait dans ce cri de l'√©lan. Et un loup s'est mis √† hurler. Et sa compagne lui a r√©pondu au bas de la colline. Il y a Dieu dans le loup. Partout o√Ļ vous regardez, vous pouvez voir Dieu.
E-7 Et pendant que je me tenais l√†, j'ai remarqu√© un petit √©cureuil des pins. Je suis s√Ľr que vous savez comment ils sont, de toutes petites cr√©atures tapageuses, ils ne sont l√† qu'√† faire du tapage. Et il avait saut√© sur une petite souche, et oh, qu'il faisait du boucan! Il est comme un... pratiquement le policier au veston bleu des bois, il fait tellement du tapage. Et il est trop petit pour faire quoi que ce soit, il est juste long comme √ßa, un tout petit gars. Et il se comportait dr√īlement. Je me suis demand√©: "Pourquoi es-tu si excit√©, petit ami, est-ce parce que je suis tr√®s heureux en me tenant ici?" J'ai pos√© mon fusil contre un arbre, et je me suis mis √† courir en tournoyant sans cesse autour de l'arbre et en poussant des cris. Eh bien, vous tous, vous ne croyez pas que les baptistes crient; je - je poussais des cris. Bien s√Ľr, je - je suis un baptiste, mais je suis un baptiste pentec√ītiste, un baptiste qui a le Saint-Esprit. Et ainsi donc, pendant que je me comportais dr√īlement l√†, si quelqu'un avait √©t√© dans les bois, il aurait pens√© qu'il y avait un fou l√†. Je tournoyais sans cesse autour de cet arbre en criant simplement √† tue...
E-8 Eh bien, j'√©tais sur le point d'exploser. Je devais faire quelque chose, laisser √©chapper un peu de vapeur √† un moment donn√©. Vous est-il d√©j√† arriv√© d'√™tre tellement rempli qu'il vous fallait dire quelque chose? C'est tout, vous devez tout simplement faire cela. C'est comme David l'a dit: "Ma coupe d√©borde", √©tant rempli. Et je me suis dit: "Eh bien, petit ami, je - je suis... Pourquoi es-tu si excit√© du fait que je me comporte de cette fa√ßon? Si tu aimais ton Cr√©ateur comme moi, tu ferais la m√™me chose. Ainsi..." Et je lui parlais simplement. Mais j'ai remarqu√© que le petit ami ne faisait pas attention √† moi. Il avait sa petite t√™te baiss√©e et regardait en bas comme cela, vers un endroit o√Ļ les arbres avaient √©t√© renvers√©s par les temp√™tes, des temp√™tes pr√©c√©dentes avaient renvers√© les arbres les uns sur les autres. Et pendant que le vent soufflait fort, un aigle avait √©t√© forc√© de descendre dans ce lieu o√Ļ les arbres avaient √©t√© renvers√©s. Et il observait cet aigle, un tr√®s grand aigle brun, aux yeux gris. Et ce grand aigle a saut√© sur une branche. Et je me suis dit: "Eh bien, dites donc. √Ē Dieu, pourquoi m'as-Tu emp√™ch√© de continuer √† crier? J'ai vu le coucher du soleil, j'ai entendu l'appel du loup. Je L'entends dans l'appel de l'√©lan; je Le vois dans la nature; partout c'est tout simplement Dieu que je vois. Il est bon d'√™tre ici. On pourrait dresser trois tentes. Mais pourquoi as-Tu amen√© ce petit √©cureuil √† se comporter dr√īlement comme cela afin que je voie cet aigle?"
E-9 Eh bien, j'ai remarqu√© l'aigle. A le voir, il avait - n'avait pas peur. Il n'√©tait pas un peureux. Dieu ne peut pas utiliser des peureux. Non, non. Quand vous croyez en Dieu, vous devez croire en Lui avec tout ce qui est en vous. Dieu ne veut pas que quiconque dans l'√©glise dise: "Oh! oui. Gloire au Seigneur. Je crois cela." Et qu'ensuite, √† l'ext√©rieur, il dise: "Je ne sais pas, je me sens toujours mal." Il ne peut pas utiliser cela. Vous devez √™tre... Vous devez croire en Dieu √† l'int√©rieur comme √† l'ext√©rieur; partout o√Ļ vous √™tes, croyez en Dieu malgr√© tout. Et j'ai donc remarqu√© que cet aigle √©tait courageux. Il n'avait pas peur. Je me suis demand√©: "Pourquoi n'as-tu pas peur? Sais-tu que je peux prendre mon fusil et t'abattre?" Eh bien, s'il pouvait lire ma pens√©e, il aurait su que je - je l'admirais. J'admire tout ce qui n'a pas peur. Je d√©teste un peureux. Et ainsi donc, je - je voyais comment il... "Qu'est-ce qui te rend si courageux?" Eh bien, je me suis dit: "Eh bien, il voit mon fusil pos√© contre l'arbre. Et il sait qu'avant que je ne puisse prendre ce fusil et l'abattre, il se retrouverait dans cette for√™t et dispara√ģtrait d√©finitivement de ma vue." Il s'envolerait tout simplement dans cette for√™t et alors vous ne l'attraperiez jamais. Il savait donc cela. Et j'ai continu√© √† l'observer comme il prenait ses plumes, vous savez, et les remuait. Je me suis dit: "Oh! oui. Je comprends."
E-10 Voyez-vous, Dieu l'a créé un aigle, et Il l'a doté de deux ailes pour échapper au danger. Et il avait une foi parfaite dans ces deux ailes dont Dieu l'a doté. Je me suis dit: "Qu'en serait-il si l'église avait autant de foi dans les deux ailes que Dieu lui a données, le Nouveau et l'Ancien Testaments, elle pourrait s'envoler loin des ennuis, s'envoler loin de la maladie, s'envoler loin du chagrin, s'en débarrasser." Je l'ai observé là pendant quelques instants. Et, oh! ce petit écureuil des pins le maudissait tout simplement à cause de tout ce qu'il avait en lui. Mais celui-ci ne lui a pas prêté beaucoup d'attention. Et au bout d'un moment, l'aigle en eut assez de cela. Il a donc juste fait un grand bond, et il a fait un, deux grands battements d'ailes, et le voilà au-delà des bois. Et puis, chose étonnante, il n'a plus battu les ailes. Il a tout simplement fait un bond et a battu quelques fois les ailes pour sortir des bois; et puis, il savait comment déployer ces ailes. Et chaque fois que le vent venait, il montait plus haut. Et je me tenais là à le regarder alors qu'il devenait de plus en plus petit, jusqu'à ce qu'il n'était plus qu'un petit point.
E-11 Je me suis tenu l√†, pleurant comme un b√©b√©. "C'est cela, Seigneur. Il n'est pas question de courir de lieu en lieu, de se joindre aux m√©thodistes, de se joindre aux baptistes, de se joindre aux pentec√ītistes. Ce n'est pas √ßa. Il s'agit simplement de d√©tacher vos pieds du sol et de d√©ployer vos ailes dans la puissance. Quand le Saint-Esprit vient, montez dessus et filez tout simplement." Il s'est √©loign√© de ces jacassements incessants: "Les jours des miracles sont pass√©s; le bapt√™me du Saint-Esprit n'existe pas; c'est pour un autre √Ęge." Ces jacassements incessants de ce petit √©cureuil des pins li√© √† la terre. D√©ployez tout simplement vos ailes dans la foi par la foi, l√†, et montez avec les vagues du Saint-Esprit, quand Il vient. Eloignez-vous en montant continuellement, jusqu'√† ce que vous soyez hors de la port√©e de ces jacasseries.
E-12 Faisons cela apr√®s que nous aurons lu et √©tudi√© la Parole pendant les prochaines quarante-cinq minutes. Prions. √Ē Seigneur, c'est une gr√Ęce que d'entrer dans la Pr√©sence de Dieu. Et nous savons que Tu √©coutes, car Tu as promis que Tu le ferais. Et nous sommes si heureux de savoir que nous avons un Sauveur qui est un... le seul M√©diateur entre Dieu et les hommes, qui est √† Ta droite aujourd'hui pour interc√©der sur base de notre confession. Tout ce que nous devrions confesser que J√©sus a fait pour nous, Tu es donc l√† pour l'accomplir. Il y a un sacrifice sanglant aujourd'hui sur le tr√īne de mis√©ricorde. Et nous sommes si heureux de savoir que nous avons le droit de nous en approcher; car lorsque nous venons √† Dieu, nous devons venir avec assurance. Non pas parce que nous pensons que nous le m√©ritons, mais parce que nous avons √©t√© invit√©s √† venir par le Seigneur J√©sus qui a dit: "Tout ce que vous demanderez au P√®re en Mon Nom, Je le ferai." Oh! comme c'est parfait! Et que notre assurance aujourd'hui repose solennellement sur Ta Parole, car Elle est la V√©rit√©. Et comme il est √©crit: "Que toute parole d'homme soit fausse ou un mensonge et celle de Dieu la V√©rit√©." Et nous venons aujourd'hui, Seigneur, aide-nous √† clouer et √† riveter de l'autre c√īt√© Tes Paroles de la foi, afin que nous puissions sortir d'ici aujourd'hui √©tant de meilleures personnes que lorsque nous sommes entr√©s. Car nous le demandons au Nom de J√©sus et √† cause de Lui. Amen.
E-13 Je d√©sire lire un seul verset dans Romains, chapitre 4; et je prie que Dieu ajoute Ses b√©n√©dictions √† ce verset 17. Selon qu'il est √©crit: Je t'ai √©tabli p√®re d'un grand nombre de nations. Il est notre p√®re devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles √©taient. Bon, le Seigneur voulant, ces deux jours, nous allons √©tudier la foi. Eh bien, la foi ne repose pas sur du sable mouvant des id√©es des hommes, mais sur le Roc solide de la Parole √©ternelle et immuable de Dieu. Et la foi peut reposer sur la - la Parole de Dieu, le Rocher des √Ęges, et se tenir l√† en face de la mort, en se r√©jouissant, parce qu'elle regarde de l'autre c√īt√© du pays, √† Celui qui a dit: "Je suis la R√©surrection et la Vie." Elle croit en Dieu. Eh bien, la raison pour laquelle j'ai choisi aujourd'hui ce sujet en rapport avec Abraham, c'est parce que nous sommes les enfants d'Abraham. La Bible dit que ceux qui sont en Christ sont enfants d'Abraham, la post√©rit√© d'Abraham. Et ces promesses qui ont √©t√© faites √† Abraham n'ont pas √©t√© faites uniquement √† Abraham, mais aussi √† sa post√©rit√© apr√®s lui. Eh bien, les promesses qu'Il a faites √† Abraham √©taient aussi pour nous.
E-14 Maintenant, souvenez-vous, vous n'avez pas besoin d'être né Juif extérieurement pour être la postérité d'Abraham. En effet, quand nous sommes... revêtons Christ, nous devenons la postérité d'Abraham, car c'était au travers de l'enfant promis, Isaac, que Christ est venu au monde; et au travers de Christ, nous sommes la postérité d'Abraham. Puis-je citer cela comme ceci: si nous sommes morts en Christ, alors nous sommes la postérité d'Abraham et les héritiers selon la promesse. Si nous sommes morts en Christ, non pas selon les choses du monde, vivants en Christ, alors nous sommes la postérité d'Abraham, et toutes les promesses sont pour Abraham et sa postérité après lui. Il était le père non pas d'une nation, mais des nations. C'est ce que Dieu a fait de lui.
E-15 Oh! nous pourrions nous attarder l√†-dessus pendant des mois, mais nous devons toucher les points saillants maintenant pendant les - pendant ces deux jours. Et maintenant, souvenez-vous, c'est pour r√©conforter votre foi, afin que vous puissiez vous saisir de Dieu. Et tout ce qu'Il a promis √† Abraham, vous √™tes h√©ritiers de cela. Maintenant, je voudrais d'abord vous faire remarquer qu'il √©tait p√®re des nations, de chaque nation qui croit en Lui, qui croit en Dieu, au travers de Christ, la post√©rit√© d'Abraham, les h√©ritiers selon la promesse. Et la promesse qui a √©t√© faite √† Abraham, ce n'√©tait pas: "Si tu..." L'alliance √©tait enti√®rement la gr√Ęce, car lorsqu'Il a donn√© cette alliance qu'Il a faite entre Adam et Lui-m√™me, Adam l'a bris√©e. L'homme viole chaque fois ses obligations vis-√†-vis de l'alliance. Mais cette fois-ci, l'alliance √©tait absolument inconditionnelle. C'√©tait la gr√Ęce de Dieu qui √©tait d√©termin√©e √† sauver l'homme, pas: "Si tu..." "J'ai..." C'est une Ňďuvre d√©j√† achev√©e.
E-16 Maintenant √©coutez. Vous direz: "Cela s'applique-t-il √† moi?" Certainement. Bien des gens disent: "Oh! j'ai cherch√© Dieu, j'ai cherch√© Dieu et j'ai cherch√© Dieu..." C'est une erreur. C'est Dieu qui vous a cherch√©, ce n'est pas vous qui cherchez Dieu. Ce n'√©tait pas Adam qui parcourait le jardin en criant: "P√®re, P√®re, o√Ļ es-Tu?" C'est Dieu qui criait: "Adam, Adam, o√Ļ es-tu?" Voyez-vous, il refl√©tait alors la nature de tout homme, celle d'un lutteur. Plut√īt que de venir carr√©ment confesser son tort et d'√™tre honn√™te devant Dieu, l'homme cherche √† se cacher derri√®re une sorte de feuille de figuier. C'est toujours la nature de l'homme de faire cela. Cela rel√®ve tout simplement de sa nature de le faire. Au lieu de confesser tout simplement et dire: "J'ai tort. √Ē Dieu, viens-moi en aide", ou tout simplement de prendre Dieu au mot, il va essayer de trouver un moyen pour contourner la chose. Aujourd'hui, beaucoup de pr√©dicateurs cherchent √† trouver un moyen pour contourner la gu√©rison divine, ils essaient de contourner le bapt√™me du Saint-Esprit. Il n'y a pas moyen de contourner cela. Les gens continuent malgr√© tout √† Le recevoir. Vous allez Le recevoir de toute fa√ßon, parce que c'est une promesse de Dieu.
E-17 Eh bien, J√©sus a dit, et nous ne voudrions pas discuter avec Lui, J√©sus a dit: "Nul ne peut venir √† Moi, si Mon P√®re ne l'attire premi√®rement." C'√©tait donc Dieu qui frappait √† votre coeur, ce n'est pas vous qui cherchiez Dieu; c'est Dieu qui vous cherchait. Vous voyez donc, l'alliance est aussi pour vous une alliance de gr√Ęce, car c'est la gr√Ęce de Dieu qui vous appelle. C'est Dieu. Il... Vous ne L'avez pas du tout choisi; c'est Lui qui vous a choisi. Parmi les millions qu'il y a dans le monde aujourd'hui, Il est descendu et vous a choisi parce qu'Il a plac√© votre nom dans le Livre de Vie de l'Agneau avant la fondation du monde. C'est ce que dit la Bible. Avant qu'il n'y e√Ľt un monde, J√©sus √©tait l'Agneau immol√© depuis la fondation du monde. En effet, lorsque Dieu d√©clare quelque chose, c'est si parfait que cela doit s'accomplir; et c'est pratiquement accompli quand Il prononce la chose. Amen.
E-18 Le problème, c'est que l'église a peur. "Oh! je crains telle chose." Ne craignez pas. Vous direz: "Oh! si seulement je peux..." Ce - ce n'est pas vous; c'est Lui. "Je - je ne suis pas digne d'être guéri." Certainement que vous ne l'êtes pas. Je ne le suis pas. Personne ne l'est. Mais Lui, Il en est digne. Ce n'est pas que nous soyons dignes; c'est Sa bonté envers nous...?... sauver.
E-19 Dans l'ancienne alliance, qu'arriverait-il si un petit mulet naissait un soir dans un p√Ęturage (Je ne sais pas si vous avez d√©j√† exploit√© une ferme ou pas), et que ce mulet naissait avec des oreilles rabattues? C'est un mulet vilain pour commencer. Et il est cagneux, et il louche, avec une queue dress√©e droit en l'air. Quel mulet vilain! Eh bien, s'il pouvait tourner le regard vers sa maman, il pourrait dire: "Tu sais quoi? D√®s que le ma√ģtre de la maison sortira, il m'assommera. Je ne suis m√™me pas digne de manger - de la nourriture que je mange. Je ne vaux rien." Mais si sa maman √©tait r√©ellement instruite, elle dirait: "Attends un instant, fiston. Juste un instant. Je vais te dire quelque chose que tu ignores." C'est ce que je voudrais vous dire. Voyez-vous? "Tu ne sais pas qui tu es, fiston. Tu vois, tu es n√© sous un droit d'a√ģnesse. Et quand le ma√ģtre de la maison... Peu m'importe √† quoi tu ressembles, quand le ma√ģtre de la maison sortira pour voir le nouveau mulet qui lui est n√©, alors la chose qu'il devra faire, c'est d'aller prendre un agneau sans d√©faut, et de prendre cet agneau parfait... Et cet agneau parfait mourra pour que tu puisses vivre." Alors ce petit mulet pourra faire des gambades et passer un bon moment.
E-20 Eh bien, c'est pareil avec nous. Nous sommes imparfaits, bons √† rien, n√©s dans le p√©ch√©, con√ßus dans l'iniquit√©, nous sommes venus au monde en prof√©rant des mensonges. Pour commencer, nous ne sommes bons √† rien. Mais Dieu ne regarde pas √† vous; Il regarde au sacrifice. Il regarde √† l'Agneau. Il ne vous voit pas, car Il voit Christ. J√©sus est mort pour vous. Eh bien, si vous pouvez trouver un d√©faut en J√©sus, alors votre gu√©rison pourrait ne pas √™tre vraie. Mais si vous ne trouvez aucun d√©faut en Lui, elle est parfaite. Certainement. Dieu vous a appel√© par Sa gr√Ęce, pas du fait que vous l'ayez voulu, mais puisque Dieu l'a voulu. L'Ecriture dit qu'Il √©tait l'Agneau immol√© depuis la fondation du monde. C'√©tait la Parole de Dieu. Quand Dieu parle, c'est pratiquement achev√© √† l'instant m√™me. Comment donc allez-vous supprimer le bapt√™me du Saint-Esprit? Comment allez-vous supprimer les dons? Comment allez-vous supprimer l'√©glise? Vous ne pouvez pas le faire. Dieu l'a dit, et cela va arriver. √áa r√®gle la question. Certainement. Cela se mat√©rialisera quelque part.
E-21 Alors, quand Dieu a vu √† l'avance, par Sa prescience, qu'Il rach√®terait le monde du p√©ch√© et de la corruption, Il immola Christ avant la fondation du monde quand Il pronon√ßa la Parole, quatre mille ans avant que cela f√Ľt manifest√©. Eh bien, le Livre de l'Apocalypse dit: "Quand l'antichrist viendra sur la terre, il s√©duira tous - tous les habitants de la terre, dont les noms n'√©taient pas √©crits dans le Livre de Vie de l'Agneau d√®s (le dernier r√©veil. Non, non.) - d√®s la fondation du monde." Dieu, par la prescience, vous connaissait, et vous a appel√© en Christ, et a inscrit votre nom dans le Livre de Vie de l'Agneau avant la fondation du monde.
E-22 De quoi avez-vous peur? Avez-vous peur de Le croire sur Parole pour quoi que ce soit? N'ayez pas peur. Dites la chose qu'il faut. "Je suis h√©ritier de ceci. Oh! je sais que je ne le m√©rite pas, mais de toute fa√ßon je suis h√©ritier. En effet, je suis un h√©ritier, je re√ßois cela." Amen. Voil√†! Vous y √™tes! "Car je suis un h√©ritier..." Voil√†! Nous sommes h√©ritiers du salut, h√©ritiers du Saint-Esprit. Je suis h√©ritier, parce que J√©sus a pay√© le prix. Il n'y avait rien que je devais faire, je suis tout simplement devenu h√©ritier de cela. Amen. Je suis gu√©ri, parce que je suis h√©ritier de cela. Mes maladies sont parties; mes afflictions sont parties." Pourquoi? Parce que je suis h√©ritier de cela. Oh! assurance parfaite! J√©sus est mien. Oh! quel avant-go√Ľt de la gloire divine! H√©ritier du salut, acquis par Dieu, N√© de Son Esprit, lav√© dans Son Sang. C'est cela notre histoire. Oh! alors Satan ne peut pas supporter cela (Voyez-vous?), car c'est un √™tre vaincu; il n'est qu'un bluffeur. J√©sus a pay√© le prix, Il nous a appel√©s par Sa gr√Ęce; nous sommes h√©ritiers. Quel arrangement parfait! Voyez-vous, il est d√©j√† vaincu. Ce n'est pas moi qui l'ai vaincu; Christ l'a vaincu. Je ne fais que r√©clamer mes propres privil√®ges que Dieu m'a accord√©s. C'est tout ce que vous avez √† faire. Dites tout simplement √† Satan: "Quitte ici. J'ai le titre de propri√©t√© de ce b√Ętiment. Cela m'appartient. J'ai h√©rit√© de cela."
E-23 Considérez. Abraham. Il était justement un homme ordinaire, qui était venu de la tour de Babel avec son père, et ils se sont établis dans le... C'était probablement là dans le pays de Schinear, il est allé jusque dans la ville d'Ur, dans le pays des Chaldéens. Il n'était qu'un homme ordinaire, il n'était rien - il n'était pas un saint, ni un dieu. C'était juste un homme ordinaire...?... Juste un homme ordinaire, il ne différait en rien de tout autre homme, ni de vous; c'était juste une personne ordinaire. Mais Dieu vit quelque chose en lui, et Il l'appela. Dieu a vu la même chose dans chaque homme et femme nés de nouveau, ici. Eh bien, Abraham n'a pas eu peur de mettre sa foi en action, avez-vous peur? La même foi qu'Il a donnée à Abraham, Il vous la donne gratuitement, si vous voulez l'utiliser.
E-24 Supposons que j'ai un fusil. Il tire. C'est un bon et vrai fusil de chasse. Je l'accroche au mur. Je dis: "Oui, oh! certainement, j'ai un fusil." - Qu'en faites-vous? - Il est suspendu au mur. C'est √ßa la foi. Les gens disent: "Oh! je suis un chr√©tien. Oh! je crois que Dieu peut le faire." Mais qu'en faites-vous? Mettez cela au travail. Lib√©rez cela. Faites quelque chose avec. Sortez et d√©busquez le diable l√† o√Ļ il dit: "Tu as toujours mal." Dites: "Tu es un menteur." Braquez-lui votre fusil. Visez-le avec la lunette. N'ayez pas peur d'appuyer sur la g√Ęchette, car le coup de feu partira aussi s√Ľr que deux et deux font quatre. Oui, oui. √áa va lui retomber dessus. Tenez donc bon.
E-25 Abraham, comme Dieu, appela ces choses qui n'étaient pas comme si elles étaient. Tout ce qui était contraire à la promesse de Dieu était un mensonge pour Abraham, tout ce qui était contraire. Ainsi donc, quand Abraham a commencé sa marche, quand Dieu l'a appelé... Maintenant suivez attentivement. La première chose que Dieu a faite à Abraham, c'était de l'appeler à une séparation totale. Exactement. Vous devez vous séparer de toute incrédulité. Eloignez-vous-en. C'est cela. Vous devez vous éloigner de l'incrédulité. Dieu a appelé Abraham à se séparer de sa famille, de tout ce qu'il avait, afin qu'il puisse marcher avec Lui. Et Il lui a donné un pays étranger. Il en est de même de chaque pécheur quand il est sauvé, il entre dans un pays étranger, parmi un peuple étranger. Dieu exige une séparation.
E-26 Et Il a dit... Abraham qu'Il allait lui donner cet enfant. Or, Sara avait soixante-cinq ans, et Abraham soixante-quinze ans. Je veux que vous remarquiez comment Il lui parle pour commencer. Eh bien, nous disons que nous sommes la post√©rit√© d'Abraham. Maintenant, Sara, soixante-cinq ans... Quarante, cinquante, soixante, cela fait vingt-cinq ans apr√®s la m√©nopause; il avait v√©cu avec elle depuis qu'elle √©tait... Elle √©tait sa demi-sŇďur. Il l'avait probablement √©pous√©e quand elle avait dix-huit ans. Et la voil√† √Ęg√©e de soixante-cinq ans, et Abraham √Ęg√© de soixante-quinze, et Dieu a dit √† Abraham qu'Il allait lui donner un enfant par Sara. "Maintenant, s√©pare-toi de toute incr√©dulit√©, et je vais accomplir cela." Et si vous remarquez, Il n'a jamais accompli cela tant qu'Abraham n'avait pas totalement fait ce que Dieu lui avait ordonn√© de faire. Abraham a err√©, et il a fait tout le reste, mais Dieu ne le b√©nit jamais jusqu'√† ce qu'il se f√Ľt totalement s√©par√© de tout ce dont il devait se s√©parer selon l'ordre de Dieu.
E-27 Et Dieu ne vous bénira jamais, Il n'accomplira jamais la chose tant que vous ne serez pas prêt à vous séparer de tout ce qui est contraire à la Parole de Dieu; séparez-vous simplement de cela. Peu m'importe ce que déclare le médecin, ce que déclare le psychiatre, ce que tout autre chose déclare. Dieu l'a dit, et de ce fait la chose est juste. Aujourd'hui, je peux entendre Dieu lui donner la commission: "Eh bien, hum, Je suis..." Nous avons un auditoire mixte, une multitude de gens ici dans l'auditoire qui m'écoutent maintenant. Vous écoutez votre médecin. A peu près tous les vingt-huit jours, vous savez de quoi je parle. Je vois Abraham se lever le lendemain matin après avoir parlé à Sara, il dit: "Ma chère Sara." - Oui, chéri. - Y a-t-il un changement? - Non. Aucun changement. - Eh bien, gloire à Dieu! Nous allons avoir l'enfant de toute façon. Va au magasin et achète des chaussons, des couches et des - des épingles, et prépare-toi, car nous allons avoir un bébé. - Eh bien, chéri, j'ai soixante-cinq ans. - Ça ne change rien. C'est Dieu qui l'a dit. Ça règle la question.
E-28 √áa, c'est Abraham. Sa post√©rit√© croit la m√™me chose. Si Dieu l'a dit, √ßa r√®gle la question. Voil√† tout: Dieu l'a dit. C'est la premi√®re chose. Vous ne pouvez rien voir d'autre en dehors de la Parole de Dieu, la promesse de Dieu. La chose s'est d√©j√† accomplie, parce que Dieu l'a dit. C'est une Ňďuvre achev√©e quand Dieu l'a dit. Pourquoi est-ce que je d√©pends de ces visions comme en Afrique? Voir ces aveugles, ces sourds, et voir la chose avant qu'elle n'arrive, et se pr√©senter l√† et lancer un d√©fi √† plus de cinq cents mille personnes √† Bombay. Pourquoi? Dieu l'a dit. Cela doit arriver. Dieu l'a dit; √ßa r√®gle la question. Si c'est toujours Dieu, ce sera toujours juste.
E-29 Ne cherchez donc pas à utiliser votre propre intellect, utilisez votre coeur. Maintenant souvenez-vous, ne cherchez jamais à raisonner; nous renversons le raisonnement. Dans le jardin d'Eden, le diable a choisi la tête de l'homme pour travailler; Dieu, Lui a choisi le coeur de l'homme. Et l'homme travaille toujours en fonction de ce qu'il voit, mais la foi lui fait croire des choses qu'il ne voit pas. Et il croit cela parce que Dieu l'a dit. Ça règle la question. Voilà la - l'histoire de la foi.
E-30 Maintenant... Alors Abraham s'en va. Pourriez-vous imaginer un vieil homme de soixante [Espace vide sur la bande - N.D.E.]... soixante-quinze ans et une femme de soixante-cinq ans aller en ville, dire: "Docteur, nous voudrions faire une r√©servation √† l'h√īpital pour un nouveau-n√©." - Oh! votre petit-fils? - Non, non, notre enfant √† nous. - Le v√ītre? Quel √Ęge a cette femme? - Soixante-cinq ans. - Quel √Ęge avez-vous? - Soixante-quinze ans. - Et vous allez... Oh! eh bien, je... Oui, monsieur. Je - je... Quelle est votre adresse? Je - je vous rappellerai plus tard. Fiou! Il a perdu la t√™te! C'est ainsi qu'est consid√©r√© tout homme qui croit Dieu. En effet, la foi est ridicule pour tout le monde, √† l'exception de celui qui la poss√®de et de Dieu qui la donne. Le monde est si intellectuel qu'il ne comprend pas la foi. C'√©tait aussi r√©el pour Abraham que le soleil qui brille ou quoi que ce soit d'autre, parce que son coeur le d√©clarait. Dieu demeure dans la tour de contr√īle de votre coeur, Il contr√īle vos √©motions, Il contr√īle votre foi, Il contr√īle tout ce que vous √™tes. Quand Dieu entre dans le coeur, Il prend le contr√īle.
E-31 Maintenant, nous voyons Sara. Eh bien, nous allons attendre trente autres jours - vingt-huit jours. "Comment te sens-tu, ch√©rie?" - Aucun changement. - All√©luia! Nous allons l'avoir de toute fa√ßon. C'est Dieu qui l'a dit. Une ann√©e passe. "Comment te sens-tu, ch√©rie?" - Aucun changement. - Gloire √† Dieu! nous allons l'avoir de toute fa√ßon. Dix ans se sont √©coul√©s. "Comment te sens-tu, ch√©rie?" - Aucun changement. - All√©luia! Ce sera plus glorieux que jamais. Maintenant, au lieu de soixante-cinq ans, tu en as soixante-quinze. Jusqu'√† ce qu'elle a eu pr√®s de cent ans. Il √©tait toujours... Il ne douta point, par incr√©dulit√©, au sujet de la promesse de Dieu, mais il fut fortifi√©, rendant gloire √† Dieu. Plut√īt que de faiblir, il √©tait de plus en plus fortifi√©. Et quand on passe dans la ligne de pri√®re et qu'on va √† la r√©union, et qu'on voit la Pr√©sence de Dieu, on dit: "Seigneur J√©sus, je crois que Tu as gu√©ri ma main." Environ une heure apr√®s, on sort, et on demande: "Maintenant, comment va cette main? Tu as dit qu'elle est..." - Eh bien, je ne sais pas. Le lendemain matin, on nous demande: "Cette main va-t-elle mieux?" - Je ne vois simplement pas cela... Les fils d'Abraham?
E-32 Tenez bon. On n'arrive pas √† s'attendre √† Lui pendant cinq minutes, alors qu'Abraham s'est attendu √† Lui pendant vingt-cinq ans, tout le temps fortifi√© de plus en plus. Et nous commen√ßons √† faiblir √† la - la premi√®re minute, aussit√īt apr√®s avoir quitt√© l'estrade. Si ce n'est pas un miracle spontan√©, alors vous commencez √† dire: "Oh! je ne pense pas... Peut-√™tre que je ferais mieux de revenir quand fr√®re Roberts viendra. Eh bien, peut-√™tre que fr√®re Branham me donnera une autre carte de pri√®re et je repasserai." √áa, des enfants d'Abraham? Quand la Parole de Dieu est confirm√©e comme √©tant vraie et r√©elle √† votre coeur, tout ce qui est contraire, √† quelque moment que ce soit, est un mensonge. Dieu a dit la v√©rit√©. C'est juste. Cela va arriver de toute fa√ßon. - Comment va votre main? - Je ne vois aucun changement, mais gloire √† Dieu, de toute fa√ßon elle est gu√©rie. Dieu l'a dit.
E-33 Je me souviens du vieux John Rhyn. Il est pass√© dans la ligne de pri√®re √† Fort Wayne, il √©tait aveugle depuis des ann√©es. Et il √©tait de foi catholique, et il est pass√© dans la ligne de pri√®re. Eh bien, vous les catholiques... Vous savez, moi aussi je suis catholique. Vous le saviez, n'est-ce pas? Certainement, je suis catholique. L'autre jour, j'ai rencontr√© un homme. Il m'a dit: "Billy, ce qui me para√ģt √©trange c'est que vous... c'est votre sinc√©rit√©, et pourtant vous n'√™tes pas catholique." - Oh! ai-je dit, je suis un catholique. Il a dit: "Je ne le savais pas." J'ai dit: "Oh! bien s√Ľr." - Oh! maintenant... Et j'ai dit: "Certainement. Oui, monsieur." J'ai dit: "Eh bien, est-il vrai..." Ma famille est catholique. Et quand... J'ai dit: "Est-il vrai que l'Eglise catholique enseigne que ceci est l'histoire de l'Eglise catholique? Que J√©sus-Christ a ordonn√© l'Eglise catholique, les douze ap√ītres, et qu'Il a fait de Pierre le premier pape?" - C'est juste. Il sera d'accord avec cela. J'ai dit: "Eh bien, alors, vous savez, quand Il a √©tabli le premier pape, Pierre, et qu'Il a √©tabli tous les ap√ītres, et qu'ils ont √©crit ce..." J'ai dit: "Eh bien, certainement, vous avez dit que l'√©glise a le pouvoir et l'autorit√© de changer tout ce qu'elle veut changer." C'est ce qu'ils croient. Voyez-vous? Ils n'enseignent pas la Bible, car c'est quelque chose qui appartient au pass√©. J'ai dit: "Alors moi, je crois juste ce que le premier groupe des catholiques enseignait. Je suis donc un catholique √† l'ancienne mode." " Pierre a dit: 'Il n'y a point d'autre m√©diateur entre Dieu et l'homme', le premier pape qui a march√© avec J√©sus. Et maintenant, vous avez toutes sortes de d√©funtes et de d√©funts qui interc√®dent et tout. Je - je... Voyez-vous? Je ne... Je crois aux catholiques √† l'ancienne mode. Et, vous savez, J√©sus, le Fondateur, a dit dans le dernier Livre de la Bible: 'Si quelqu'un retranche ou ajoute quelque chose, de m√™me sa part sera retranch√©e du Livre de Vie.' Je pr√©f√©rerais donc √™tre un catholique √† l'ancienne mode." Voyez-vous?
E-34 Cet homme est donc venu √† l'estrade et il a dit... Il est pass√©, et le Saint-Esprit est venu et a dit: "Vous √™tes aveugle, monsieur. Vous vous appelez John Rhyn." - Oui, monsieur. C'est juste. Et j'ai dit: "Vous mendiez pour vivre, et vous vendez des stylos, ou plut√īt, il s'agit des journaux, √† un coin." - Oui, monsieur, c'est juste. J'ai dit: "Vous √™tes devenu aveugle par suite d'une explosion survenue il y a des ann√©es." Il a dit: "C'est vrai", voyez-vous. Et je me suis retourn√©, et j'ai vu dans une vision le vieil homme qui voyait. J'ai dit: "AINSI DIT LE SEIGNEUR, vous √™tes gu√©ri." Il a quitt√© l'estrade; il a dit: "Mais je - je ne vois pas." J'ai dit: "√áa n'a rien √† voir avec la chose. Vous √™tes d√©j√† gu√©ri. Dieu l'a dit. Je vois une vision." Il a dit: "Eh bien, que dois-je faire?" J'ai dit: "Continuez simplement √† louer Dieu pour vous avoir gu√©ri." Il est donc revenu quelques minutes apr√®s; il a dit: "Mais je ne suis pas encore gu√©ri." J'ai dit: "Vous m'avez dit que vous m'avez cru." Il a dit: "Oui, je vous ai cru." J'ai dit: "Croyez-vous toujours?" Il a dit: "Oui." J'ai dit: "Alors, pourquoi m'interrogez-vous? Allez de l'avant, croyez." Alors il a dit: "Eh bien, que dois-je faire?" Il a dit: "Je suis catholique." J'ai dit: "Eh bien, c'est en ordre. Mais je voudrais - je voudrais que vous continuiez √† croire." Il a dit: "Que dois-je faire?" - Continuez √† remercier Dieu pour votre gu√©rison, juste comme l'a fait Abraham. Appelez ces choses qui ne sont pas comme si elles √©taient.
E-35 Et le soir suivant, il √©tait assis en haut au second balcon. Et de temps en temps, il disait: "Taisez-vous tous." Il se levait et disait: "Lou√© soit le Seigneur pour m'avoir gu√©ri!" Puis il se rasseyait. J'√©tais en train de pr√™cher, il m'interrompait tout simplement. Et chaque... Il sortait au coin pour vendre ses journaux, il criait: "Edition sp√©ciale: Lou√© soit le Seigneur pour m'avoir gu√©ri! Edition sp√©ciale: Lou√© soit le Seigneur pour m'avoir gu√©ri!" Tout en vendant ses journaux. Environ deux ou trois semaines apr√®s mon d√©part, un petit gar√ßon l'a conduit de l'autre c√īt√© de la rue chez le coiffeur. Eh bien, aujourd'hui il pr√™che la gu√©rison divine dans le pays - dans le champ. Ainsi, il l'a conduit de l'autre c√īt√© de la rue chez le coiffeur pour se faire raser. Eh bien, c'√©tait un petit je-sais-tout de coiffeur, vous savez, qui avait plus d'intelligence que de bon sens pour savoir se contr√īler. Il l'a donc fait asseoir sur la chaise du coiffeur, il lui a savonn√© les m√Ęchoires, et il l'a ras√© d'un c√īt√©. Il a dit: "Dites donc, papa, j'ai appris que vous √©tiez all√© voir le gu√©risseur divin quand il est venu." Il a dit: "Oui, j'y √©tais." Il a dit: "J'ai appris que vous √©tiez gu√©ri." Il a dit: "Oui, lou√© soit le Seigneur pour m'avoir gu√©ri!" Et ses yeux se sont ouverts. Et il a saut√© de la chaise du coiffeur avec la serviette au cou, et le coiffeur le poursuivait avec un rasoir dans sa main. Ils ont d√©val√© la rue. "Lou√© soit le Seigneur pour m'avoir gu√©ri!" Voyez-vous, il s'√©tait accroch√© √† cela. Accrochez-vous √† cela. Tenez ferme. Dieu l'a dit. √áa r√®gle la question. Ne l√Ęchez pas prise. Oh! cela va arriver si vous pouvez le croire. Tenez ferme; c'est ce qu'Abraham...
E-36 Eh bien, le médecin a dit: "Vieil homme, vous feriez mieux de rentrer chez vous, car vous commencez à perdre un petit peu la tête." Il a dit: "Gloire à Dieu! nous allons l'avoir de toute façon." Peut-être que le médecin a envoyé un messager et a dit: "Hé! qu'en est-il du cas de ce bébé-là?" - Je vais l'avoir de toute façon. Gloire au Seigneur! Je vais l'avoir de toute façon. C'est complètement fini. Dieu l'a dit. Nous avons des chaussons; nous avons des épingles; nous avons des couches. Nous avons tout préparé; il est en route. - Quand sera-t-il là? - Je ne sais pas. Mais de toutes les façons Dieu l'a dit; nous allons l'avoir. Amen. Ça règle la question. Je ne sais pas quand cela va arriver; cela dépend de Sa sagesse. Mais nous allons l'avoir. Quand un homme prend Dieu au mot, vous allez obtenir la chose. Peu importe ce qui arrive; Dieu l'a dit. Ça règle la question pour toujours. Un point, c'est tout.
E-37 Ensuite, nous voyons... Pour commencer, Abraham n'était pas encore parvenu au point voulu. Il a pris... Au lieu d'aller seul, comme Dieu le lui avait dit, pour se séparer, il a amené avec lui le vieil homme, son papa. Et alors, c'était des ennuis jusqu'à ce que ce dernier fut mort. Ensuite, voilà venir Lot, son neveu. Alors des disputes ont commencé. Vous voyez, Dieu veut que vous fassiez ce qu'Il vous dit de faire. Ne vous cramponnez à rien, disant: "Eh bien, j'aimerais aller à cette réunion. J'aimerais y amener Suzie, mais sa mère ne cr-..." Cela n'a rien à faire avec la chose. Voyez-vous? Séparez-vous de toute incrédulité. Alors Dieu agira à votre place. Il agira pour vous.
E-38 Eh bien, nous pouvons les voir faire leur chemin. Et bien vite, des disputes ont surgi. Et maintenant, Abraham, agissant comme un chr√©tien, a montr√© cette foi de Dieu, l'Esprit qui √©tait en lui; il a donn√© √† Lot de faire son propre choix. C'est ainsi qu'agit un esprit chr√©tien. Il effectue toujours ce kilom√®tre suppl√©mentaire, ou donne le manteau. "Maintenant, l√®ve les yeux. Voici le pays. Nous n'allons pas nous disputer; nous sommes des fr√®res. Si tu... Si tu vas √† l'est, moi j'irai √† l'ouest. Si tu vas au sud, moi j'irai au nord. Mais nous ne nous disputerons pas; soyons des fr√®res, car nous sommes de la m√™me famille." Il y a quelque temps je parlais √† un jeune homme. Nous parlions de Dieu. Et j'ai dit: "Vous voyez l'Esprit de Dieu dans un homme. Quand il rencontre quelqu'un, c'est comme le fait de regarder au travers d'un verre fum√©. Mais il sait qu'il y a l√†-dedans quelque chose qui est son fr√®re." Quel amour! Un jour, quand ce voile sera √īt√©, alors nous conna√ģtrons comme nous avons √©t√© connus.
E-39 Cependant Abraham accorda √† Lot de faire le choix. Maintenant, bien s√Ľr, Lot, √©tant un homme du monde, il a regard√© tout autour pour prendre le meilleur. Il a donc regard√© tout autour pour voir o√Ļ... la r√©union qui payerait le mieux. Il a donc regard√© tout autour pour voir o√Ļ ce serait le plus avantageux pour lui. Il a donc commenc√© √† regarder en direction de Sodome. Maintenant, il vit Sodome, les belles terres arros√©es par le fleuve, comme il arrosait les plaines l√†-bas, le p√Ęturage, l'abondance de p√Ęturages pour les vaches, et de cet autre c√īt√©, la terre √©tait tout aride. C'est de cette mani√®re que les gens font leur choix aujourd'hui. Ils disent: "Eh bien, si je dois √™tre religieux, je vais... Voici une √©glise qui est d√©j√† √©tablie. C'est une √©glise importante; c'est une grande √©glise, ils ont beaucoup d'argent; ce sont des gens tr√®s bien." Faites attention. C'est par la foi que nous faisons le choix (Voyez-vous?), par la foi.
E-40 Maintenant, Lot voyait Sodome du c√īt√© de tous les avantages qu'elle offrait. Mais il n'a pas vu ses enfants br√Ľler l√†-bas. Il n'a pas vu sa femme se tenir l√† dans les plaines comme une statue de sel. Il n'a pas vu ces choses. Il a peut-√™tre pens√© √† quelques dollars de plus qu'il gagnerait. Mais il n'a pas vu ces autres choses. C'est ce que nous devons regarder et voir par la foi. Comme Mo√Įse, il regardait par la m√™me fen√™tre par laquelle Pharaon regardait le m√™me peuple. Pharaon les appelait des tripoteurs de boue. C'est tout ce qu'ils √©taient, juste une bande d'esclaves. Mais Mo√Įse, par la foi, les voyait comme le peuple promis.
E-41 Quand j'ai quitt√© l'Eglise baptiste pour venir √™tre avec le Plein Evangile, eh bien, je - je... C'est toute - toute une affaire. Mais je me suis dit ceci: "Eux, ils ont quelque chose. Ils ont l'Esprit." Eh bien, je ne d√©nigre pas l'Eglise baptiste. Pas du tout. Ce sont mes fr√®res. Voyez-vous? Mais j'ai vu quelque chose de glorieux. J'ai vu les possibilit√©s d'une √©glise unie, comme nous le sommes ici cet apr√®s-midi. Oh! la la! Leurs diff√©rentes confessions se sont toutes r√©unies comme un seul corps. C'est le moment o√Ļ Dieu va agir. C'est ce qui retient le mill√©nium. Oh! c'est ce qui emp√™che l'Esprit de Dieu de prendre cette grande Eglise, c'est parce qu'elle n'est pas - elle est s√©par√©e, mais quand nous nous serons unis... "Si le peuple sur qui est invoqu√© Mon Nom s'assemble..."
E-42 Ainsi donc, Lot est descendu l√†-bas. Nous savons qu'il a eu des ennuis. Et alors, d√®s que Lot s'en est all√©, Dieu prit Abraham... Quand Abraham a accompli tout ce qu'il avait promis √† Dieu, ou plut√īt, ce que Dieu avait promis qu'Il ferait pour lui, apr√®s... Alors, Dieu est venu vers lui. Eh bien, lorsque vous vous s√©parez compl√®tement de toutes les √©tiquettes que Dieu ne veut pas que vous portiez, alors Dieu viendra √† vous. Maintenant, Il a dit: "L√®ve-toi, Abraham. Regarde √† l'est, au nord, √† l'ouest et au sud. Tout √ßa, c'est √† toi. Je te donne tout cela." Les d√©bonnaires h√©riteront la terre, nous savons cela. "Sois attentif. Regarde partout, tout cela est √† toi. L√®ve-toi. Ne reste pas simplement assis l√†, l√®ve-toi et explore le pays, vois comment tu l'appr√©cies." C'est l√† le probl√®me qu'ont aujourd'hui les gens qui se disent chr√©tiens. Quelqu'un dira: "Vous savez, si je poss√©dais quelque chose, je chercherais √† voir ce que j'ai. Je suis curieux. Si quelqu'un me donnait une maison, j'en examinerais chaque centim√®tre. Je chercherais √† voir son aspect, je vais monter."
E-43 C'√©tait comme cela lorsque je deviens un chr√©tien. Je cherche √† savoir ce dont je suis h√©ritier. Amen. Oh! la la! Trouvez tout un entrep√īt plein de promesses. Ajoutez une... Il ne s'agit pas simplement d'aller faire inscrire votre nom dans le registre de l'√©glise et de faire de votre mieux. Vous √™tes un h√©ritier. All√©luia. Regardez dans l'entrep√īt qui est une √©norme galerie. Vous y avez √©t√© baptis√©. Cela est √† vous. Vous en √™tes h√©ritier. Moi, je ferai un tour et regarderai ce comptoir pour voir ce que j'ai ici, j'irai l√† pour voir ce que j'ai par l√†. Tout ce qui me semble un peu trop haut, je prends un escabeau et je monte pour y acc√©der. Si je vois quelque chose qui semble un peu hors de ma port√©e, comme la gu√©rison divine ou quelque chose du genre, je monterai sur l'√©chelle de Jacob et continuerai √† monter jusqu'√† ce que j'arrive l√† o√Ļ la chose se trouve. Je veux voir ce qu'il en est.
E-44 Vous en √™tes h√©ritier: h√©ritier du salut, h√©ritier de la gu√©rison divine, h√©ritier de chaque b√©n√©diction r√©demptrice pour laquelle J√©sus est mort. Vous en √™tes h√©ritier, car vous √™tes la post√©rit√© d'Abraham. Vous √™tes h√©ritier de la chose enti√®re. Amen. Je me sens religieux. (Amen.) De savoir que je suis h√©ritier. Vous pourriez penser que je suis un peu fou. Mais si je le suis, laissez-moi tranquille. Je suis plus heureux dans cet √©tat que je ne l'√©tais dans l'autre. Ainsi, je - j'aime plus cet √©tat-ci. Et ainsi... Mais je sais que je suis un h√©ritier, h√©ritier du salut, h√©ritier de chaque promesse. Eh bien, vous pentec√ītistes, vous chantez: Chaque promesse dans le Livre est mienne, Chaque chapitre, chaque verset, chaque ligne. Alors, comportez-vous en cons√©quence. Amen. Parcourez cela et voyez ce que vous - voyez ce que vous avez l√†-dedans. Tout vous appartient. Vous en √™tes h√©ritier, ainsi parcourez cela. Prenez-en possession. Cela vous appartient. Dieu vous l'a donn√©. Quelle merveilleuse promesse l√†!
E-45 Ensuite, nous voyons que des troubles ont surgi √† Sodome. Des rois sont venus et ont pris Lot, ils l'ont emport√©, lui et son √©pouse. Et la nouvelle parvint √† Abraham. Eh bien, Abraham a une fois de plus jou√© le r√īle d'un chr√©tien, de Christ allant √† la recherche du fr√®re d√©chu, pour le ramener. Christ est all√© √† la recherche du fr√®re d√©chu pour le ramener. Voici maintenant un petit quelque chose comme plat d'accompagnement. Appliquez ce beurre dessus apr√®s que vous soyez rentr√© chez vous et r√©fl√©chissez-y. Ecoutez. D√®s qu'ils sont rentr√©s, Abraham, du massacre des rois, des rois sortirent √† sa rencontre. Et Melchis√©dek vint √† sa rencontre, Lequel √©tait le Roi de Salem, c'est-√†-dire le Roi de J√©rusalem, le Roi de paix. Il n'avait ni P√®re, ni m√®re; Il n'avait ni commencement de jours, ni fin de vie. Il est toujours vivant, qui qu'Il f√Ľt. Il n'a jamais connu de naissance; Il n'avait point de papa; Il n'avait point de maman. Il n'a ni commencement de jours ni de fin de vie. Qui √©tait-Il? Examinez cet Homme.
E-46 Aussit√īt que la bataille fut termin√©e, qu'a-t-Il apport√©? Le pain et le vin, la communion. Et ils ont pris la communion apr√®s que la bataille fut termin√©e. Combattons maintenant; ramenons le fr√®re perdu. J√©sus a dit: "J'en boirai du nouveau avec vous dans le Royaume de mon P√®re." Quand la bataille sera termin√©e. Amen. Melchis√©dek est sorti √† la rencontre d'Abraham et lui a donn√© la communion. Et certaines d'entre vous m√®res, je d√©sire que vous remarquiez aussi quelque chose ici en rapport avec le payement de la d√ģme. Or, L√©vi √©tait encore dans les reins d'Abraham quand ce dernier a rencontr√© Melchis√©dek, et la d√ģme qu'Abraham paya √† Melchis√©dek fut aussi attribu√©e √† L√©vi. En effet, la Bible dit que L√©vi, qui recevait les d√ģmes, avait pay√© les d√ģmes parce qu'il √©tait encore dans les reins d'Abraham, lequel √©tait son arri√®re-arri√®re-grand-p√®re, quand ce dernier a rencontr√© Melchis√©dek. J'aurais souhait√© avoir le temps ici pour vous pr√™cher sur Semer le vent et r√©colter la temp√™te.
E-47 Ecoutez ceci. C'est ce que l'Am√©rique a fait. Consid√©rez ces... Il y a tr√®s longtemps, la jeune fille d√©lur√©e de l'√©poque. Aujourd'hui sa fille est une danseuse de music-hall. Que sera la fille de celle-ci? Veillez √† ce que vous faites, cela aura des r√©percussions sur votre descendance qui viendra apr√®s vous. Le p√©ch√© a des r√©percussions jusqu'√† la troisi√®me ou la quatri√®me g√©n√©ration, et la justice aussi. En effet, l√†, Il a attribu√© cela √† L√©vi, comme ayant pay√© les d√ģmes, lorsqu'il √©tait dans les reins de son arri√®re-arri√®re-grand-p√®re. Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra L√©vi. Voil√†. L'arri√®re-arri√®re-grand-p√®re, il paya les d√ģmes dans les reins d'Abraham. Quelle merveilleuse chose, l√†, les amis. Vivez correctement. Cela va - cela aura un impact sur vos enfants qui viendront apr√®s vous. Continuez toujours √† vivre correctement, √† agir correctement, √† vous s√©parer des choses du monde, et vivez pieusement pour J√©sus-Christ dans le monde pr√©sent.
E-48 Maintenant, sautons et allons un peu plus loin. Nous avons encore environ sept ou huit minutes selon l'heure qu'indique l'horloge. Maintenant, allons un peu plus loin. Ensuite, Dieu a voulu faire ce serment, ou plut√īt, confirmer ce serment √† Abraham. Eh bien, il devient tr√®s √Ęg√©. Bon, je d√©sire que vous... Maintenant, prenez donc votre tarte aux cerises, et prenez votre fourchette pour mettre les noyaux d'un c√īt√©, si vous tombez sur l'un d'eux. Et si donc ce n'est pas le cas, alors mettez votre noyau l√†, et continuez √† manger la tarte. Et si vous mangez du poulet, moi je ne mange jamais les os, mais cela ne m'emp√™che pas du tout de manger le poulet. Je continue tout simplement √† manger le poulet, je mets l'os de c√īt√©. C'est ce que vous faites maintenant, c'est la m√™me chose.
E-49 Il va lui confirmer le serment. Il a donc dit: "Abraham, prends-Moi une - une - une génisse de trois ans et le - le bélier et ainsi de suite, une tourterelle et une colombe." Si donc vous remarquez bien, Abraham avait apprêté les sacrifices et il les avait coupés en deux, et il les avait disposés l'un vis-à-vis de l'autre. Mais la tourterelle et la jeune colombe, il ne les a pas partagées. Oh! si nous avions le temps d'aborder cela en rapport avec la guérison divine (Voyez-vous?), la raison pour laquelle il n'a pas coupé ces oiseaux! Mais néanmoins, quand il les a disposés ensemble, Abraham a alors veillé et a éloigné les oiseaux loin du sacrifice jusqu'au coucher du soleil. Oh! observez maintenant comment Il confirme ce serment. Et oh! mes frères arminiens, tenez-vous tranquilles juste une minute et écoutez ceci. Remarquez. Juste pendant que le soleil se couchait, une grande frayeur vint assaillir Abraham, la mort par laquelle doivent passer tous les hommes, une frayeur. Ensuite, après cela, apparut une fournaise fumante: chaque homme doit aller en enfer. Mais après cela apparut une petite Lumière blanche qui passa entre les animaux partagés. Oh! la la! Comprenez-vous cela, ce dont Il parle? Christ, voyez-vous?
E-50 Maintenant, remarquez. Maintenant, en... Ici en Amérique, quand nous faisons une alliance, nous sortons et prenons un sandwich; nous discutons de la chose, puis nous nous levons et nous nous donnons une poignée de mains. C'est conclu. C'est comme cela que nous, nous faisons une alliance. Au Japon, voici comment ils font une alliance, d'après ce que j'ai appris: ils prennent du sel. Et ils jettent du sel l'un sur l'autre. C'était une alliance, c'est ainsi qu'ils faisaient une alliance. Mais nous, nous nous donnons une poignée de main. Et chaque société, chaque nation a ses coutumes. Mais Abraham, dans les pays orientaux, l'alliance à leur époque, quand ils faisaient une alliance, ils écrivaient celle-ci sur un bout de papier, un manuscrit sur un certain support. Et ensuite, ils prenaient une bête et la coupaient, puis ils se tenaient entre les morceaux du corps de cette bête; et ils prenaient ce bout de papier, et ils prenaient leur serment et le déchiraient en deux; chaque partie recevait un morceau; et ils faisaient un serment comme quoi il en serait de leur corps comme de cette bête morte si jamais ils brisaient cette alliance. Voyez-vous? Et ensuite, quand on ramenait cela ensemble, ces deux morceaux de papier devaient s'ajuster l'un à l'autre, car vous ne pouvez en aucune façon en faire un double, tel que cela était déchiré; cela devait être le même morceau.
E-51 Voyez-vous ce qui s'est pass√©? Suivez. Dieu, √† travers la post√©rit√© d'Abraham, a amen√© Christ au Calvaire. Il L'a coup√© en deux. Il a s√©par√© l'√Ęme du corps. Il a ressuscit√© le corps, a pris cette partie de l'alliance et l'a plac√©e √† Sa Droite, et Il a renvoy√© le Saint-Esprit √† l'Eglise. L'Eglise devra donc √™tre remplie du m√™me Esprit qui √©tait en Christ; √† la r√©surrection cela devra s'ajuster l'un √† l'autre. All√©luia! Qu'est-ce? La post√©rit√© d'Abraham. Gloire! Oh! je me sens tr√®s religieux. Oui, oui. Vous voyez, vous pouvez adh√©rer √† l'√©glise; vous pouvez faire tout ce que vous voulez, mais l'Esprit qui a ressuscit√© Christ d'entre les morts doit √™tre en vous. Amen. Il L'a coup√© en deux. Nous avons le Saint-Esprit; Il a le corps. Un jour Ils se joindront, nous serons un. "En ce jour-l√†, vous conna√ģtrez que Je suis en Dieu, Dieu en Moi, Moi en vous et Je..." Oh! en ce jour-l√†... Comprenez-vous cela? Il a confirm√© cela en jurant par Lui-m√™me que c'est ce qu'Il ferait.
E-52 Comment pouvez-vous entrer? Comment pouvez-vous avoir la foi? Il n'est pas étonnant que ces gens... Beaucoup de gens dans le monde aujourd'hui ne croient pas dans la guérison divine. Ils n'ont jamais reçu cette alliance. Quand Dieu vous donne une alliance, Il vous donne l'Esprit - le Christ, le... La chose qui était en Abraham entre en vous. Vous croyez la chose exactement comme Abraham. Il vous choisit par la foi, et Il prend l'Esprit qui était en Christ et Le place en vous. Comme je l'ai dit hier soir, c'est peut être une cuillerée. Mais c'est le même genre d'éléments chimiques qui se trouvent dans le Christ entier. Vous en faites partie parce que vous êtes des fils de Dieu, des filles de Dieu, nés de l'Esprit. Alors ce même Esprit vous amène à appeler tout ce qui est contraire à la Parole de Dieu comme inexistant. Voilà. C'est l'alliance qu'Il a faite donc avec lui, après qu'Il eut fait l'alliance...
E-53 Nous sommes - nous sommes maintenant au chapitre 17, nous commen√ßons au verset 11, et nous allons jusqu'au verset 17, en touchant les points importants, et ensuite nous allons terminer, parce qu'il ne nous reste que quelques minutes. Apr√®s qu'Il a fait cela, Il lui est alors apparu au chapitre 17 de la Gen√®se, et Il lui est apparu sous le Nom du Dieu Tout-Puissant, le Dieu Grand et Tout- Puissant. J'aime ce Nom. Le Tout-Puissant, s'Il est le Dieu Tout-Puissant, Il peut faire toutes choses. Et s'Il ne peut pas faire toutes choses, alors Il n'est pas le Dieu Tout-Puissant. J'aime cela. Et le mot "El" qui vient d'Elohim, c'est Dieu, Il est... Sa... En r√©alit√©, le Nom c'√©tait El-Shaddai. Il se peut que je ne prononce pas ce mot tr√®s correctement: El-Shaddai. Or, "El" c'est Dieu, comme Elohim. "Shad" c'est "un sein comme celui d'une femme". "Shadda√Į", c'est au pluriel, "des seins, qui porte des seins". Il est donc le Dieu qui porte des seins.
E-54 Quelle consolation donc pour un homme de cent ans, qui s'accrochait √† la promesse d'un b√©b√© qui devait venir par sa femme √Ęg√©e de quatre-vingt-dix ans! "Je suis le Dieu qui porte des seins. Je suis Celui qui donne la force √† Mon peuple qui a re√ßu Ma promesse. J'ai un sein pour qu'ils tirent leur force en t√©tant. Tu as quatre-vingt-dix... Tu as cent ans. Sara en a quatre-vingt-dix. Mais Je suis Celui qui porte des seins; Je suis Celui qui donne la force" C'est tout ce qu'il faut. - Dites donc, Fr√®re Branham, le m√©decin m'a dit que j'ai un cancer, que je vais mourir. - Mais Je suis celui qui porte des seins. Je suis Elohim, Je suis El-Shaddai. Oh! Abraham, tu es un petit homme tout d√©figur√©, dess√©ch√© (c'est juste), tu as cent ans, tu es vo√Ľt√©, tu as une longue barbe et de longs cheveux, tu es vo√Ľt√©, et la vieille petite Sara n'est pas plus grande que ton poing. Mais Moi, Je suis le Dieu qui porte des seins.
E-55 Comment porte-t-Il des seins? Premi√®rement, Il fut bless√© pour nos p√©ch√©s, c'est par Ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris. Pour tout celui qui croit comme Abraham, Il porte toujours des seins. Si vous avez besoin du salut, Il a ce qu'il faut pour vous donner le salut. Il a Son - Il a deux seins ici, le Nouveau et l'Ancien Testaments. Appuyez-vous juste sur cela et commencez √† t√©ter. Dites: "Eh bien, je suis un... J'ai √©t√© un p√©cheur ignoble." Continuez tout simplement √† t√©ter. Observez comment vos "je" commencent √† dispara√ģtre. Vous - vous vous d√©barrassez de cette allergie que vous aviez, l'allergie spirituelle, cette an√©mie qui vous a fait perdre tout votre sang. Tirez tout simplement de Sa force en t√©tant. Tirez la substance de Sa promesse. "Je suis l'Eternel qui gu√©ris toutes tes maladies, qui pardonne toutes tes iniquit√©s, Celui qui porte des seins."
E-56 Et il y a autre chose. C'est juste comme un b√©b√©, quand il est malade et qu'il s'agite, quand il est tourment√©, troubl√© et... Si la m√®re prend le petit b√©b√©, le porte sur son sein et le tapote, quand... Il ne se sent pas encore bien, mais d√®s qu'il saisit le sein de la m√®re et go√Ľte √† ce lait maternel, il commence √† √™tre satisfait. Et quand un enfant de Dieu... Tenez, comprenez bien. Quand un enfant de Dieu commence √† percer cette brume sombre de l'incr√©dulit√©, quand il s'empare de la promesse de Dieu et commence √† t√©ter cela, √† t√©ter, alors il se tait concernant sa maladie. Il commence √† t√©ter; il est satisfait. Il ne dit pas: "Eh bien, il n'y a aucun changement pour ma main." Il ne regarde m√™me plus √† la main. Pourquoi? Il regarde l√† d'o√Ļ lui vient sa force. Ma force vient de l'Eternel. All√©luia! "All√©luia" signifie "lou√© soit notre Dieu". Il est digne de toute louange. Il est Celui qui porte des seins. Appuyez-vous sur Lui.
E-57 Et il commence √† t√©ter. Il prend la premi√®re grosse gorg√©e. Combien c'est riche en vitamines! Oh! la la! Et puis encore: "Je suis l'Eternel qui te gu√©ris. Je... Il fut bless√© pour nos p√©ch√©s, c'est par Ses meurtrissures que nous sommes gu√©ris." Je suis un enfant d'Abraham. J'ai tout autant droit √† ce sein qu'Abraham, car Dieu l'a dit. Cela est √† moi. Je...?... comme un sein. C'est une promesse. C'est Dieu qui a fait la promesse. Elle est v√ītre. Cela vous appartient. C'est pour chaque enfant d'Abraham. Chaque fils ou fille a droit √† la m√™me promesse. Maintenant, qu'arriverait-il si la m√®re donnait le sein au b√©b√© et que le b√©b√© refusait de le prendre? Le b√©b√© mourra. C'est tout. Et le b√©b√© ne... il ne devient pas un b√©b√© grassouillet et en bonne sant√© d√®s l'instant o√Ļ il prend sa premi√®re gorg√©e. Mais il repose l√† et t√®te, et il est satisfait pendant qu'il t√®te. Tout d'abord le lait chaud entre dans son petit estomac, et ses petits yeux brillants commencent √† rouler dans tous les sens. Maman le tapote. Elle sait qu'il √©volue bien. Croyez simplement Dieu une fois comme cela, vous enfants d'Abraham, dites: "Seigneur Dieu, je crois en J√©sus-Christ. Je crois que Tu - Tu L'as envoy√© sur la terre. Il fut bless√© pour nos p√©ch√©s; c'est par Ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris. Je repose maintenant m√™me juste sur cette promesse. Je crois maintenant m√™me que j'ai aval√© la premi√®re grosse gorg√©e. J'en sens la chaleur comme cela descend dans mon cŇďur. Je crois que je me sens d√©j√† mieux." Vous sentez-vous d√©j√† mieux? Certainement. Oh! la la! Les petits orteils commencent √† se remuer, les petites mains commencent √† bouger. Quelque chose se passe. Pourquoi? Vous t√©tez le Dieu qui porte des seins que votre p√®re Abraham a t√©t√©s. Oh! Dieu sois mis√©ricordieux! Croyez en Lui de tout votre cŇďur.
E-58 Inclinons la t√™te. Combien ici d√©sirent s'approcher de la promesse de Dieu maintenant, du Calvaire? Regardez √† gauche et √† droite: Il fut bless√© pour nos p√©ch√©s, c'est par Ses meurtrissures que vous avez √©t√© gu√©ris, le Dieu qui porte des seins. Vous avez droit √† ces choses. Voulez-vous lever la main vers Dieu et dire: "Sois mis√©ricordieux envers moi, √ī Dieu, et laisse-moi t√©ter maintenant ce sein." Levez la main si vous d√©sirez le faire. Que Dieu vous b√©nisse, partout. C'est merveilleux. Seigneur, oh! combien nous T'appr√©cions, le Glorieux Saint-Esprit, la confirmation que Tu tiens Ta Parole! Notre Seigneur n'a-t-Il pas regard√© au travers du temps et vu comment l'homme d√©formerait la Parole et Lui ferait dire des choses qu'Elle ne dit pas? Oh! nous nous rendons compte de cela, Seigneur, mais nous sommes si heureux que Tu aies dit ceci: "Je ne te laisserai pas orphelin. Je prierai le P√®re et Il vous enverra un autre Consolateur qui est le Saint-Esprit et Il demeurera pour toujours avec vous", Quelqu'un qui confirmera la Parole. Et Tu as dit: "Quand Il viendra, Il rendra t√©moignage de Moi et vous annoncera les choses √† venir." Combien nous sommes heureux aujourd'hui, Seigneur, d'avoir la Pr√©sence du Saint-Esprit!
E-59 Et alors, pour permettre à l'instant même aux hommes et aux femmes malades qui ont levé la main, de voir peut-être pour leur première fois ce Dieu qui porte des seins là-bas au Calvaire, de voir le Sang... par le même Sang venant du même Homme. Les deux courants ont coulé de façon parallèle l'un par rapport à l'autre. Il fut blessé pour nos péchés, c'est par Ses meurtrissures que nous avons été guéris. Que cet homme ou cette femme, garçon ou fille qui est ici maintenant et qui s'appuie fortement sur ce sein de Dieu, qu'il puisse se séparer de toute incrédulité, de tout raisonnement, de tout ce qui est contraire à la foi. En effet, leur foi regarde maintenant à Toi, disant qu'ils vont dès ce jour, dès cette heure, dès cette minute, téter le sein du Dieu Tout-Puissant. Et ils vont recouvrer leur force. La cécité va quitter, et ils vont recouvrer la vue. Le cancer, la tumeur, la maladie vont quitter le corps, et la force et la bonne santé vont revenir. Accorde-le, Seigneur.
E-60 Et s'il y en a ici, Seigneur, qui ne Te connaissent pas comme leur Sauveur, et qui n'ont jamais re√ßu Ton Esprit, puissent-ils avancer directement de l'autre c√īt√©, s'accrocher et dire: "Seigneur, Tu es Dieu. Et je suis Ton enfant car Tu m'appelles maintenant par Ta gr√Ęce. Je suis indigne. Je le sais. Mais Quelque chose me dit que Tu m'appelles et je viens. Me voici, Seigneur; je suis tout simplement entre Tes mains...?..." [Espace vide sur la bande - N.D.E.]... constamment... Que chaque √©glise croisse et prosp√®re, et que de grands r√©veils √©clatent √† travers le pays, que les feux du r√©veil br√Ľlent sur chaque autel. Accorde-le, Seigneur. Qu'il y ait une telle puissance ardente partant de ce petit rassemblement-ci que ce rassemblement fraternel sera un exemple pour toutes les √©glises partout, ce que Dieu fera. Que cette vall√©e de San Joaquin fasse tout simplement entendre un rugissement pour un r√©veil d'√©glise en √©glise. Accorde-le, Seigneur. Car nous le demandons...

En haut