ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Tous Les Jours De Notre Vie / 59-0612 / Chicago, Illinois, USA // SHP 1 heure et 46 minutes PDF

Tous Les Jours De Notre Vie

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 [Un frĂšre introduit frĂšre Branham.–N.D.E.] C’est trĂšs gentil. Merci. Oui. Que Dieu vous bĂ©nisse aussi.
Vous pouvez vous asseoir.
J’apprĂ©cie certainement cet accueil chaleureux que m’a rĂ©servĂ© le comitĂ© de cette convention de Chicago. Et ce matin, frĂšre Sullivan m’a demandĂ© si j’allais assister Ă  la... l’annĂ©e prochaine dans l’Ohio, lĂ  chez lui, oĂč se tiendra la prochaine convention. Et je lui ai rĂ©pondu que, si le Seigneur le veut, je serais heureux d’ĂȘtre lĂ . Nous allons tout simplement... Naturellement, jour aprĂšs jour, nous ne savons pas ce qui va arriver. Nous devrions toujours dire: «Si c’est la volontĂ© du Seigneur...» Mais cette convention a vraiment Ă©tĂ© une bĂ©nĂ©diction pour moi.
E-2 Comme je vous le disais, rĂ©cemment j’ai rencontrĂ© le Saint-Esprit Ă  ma caverne oĂč je vais prier.
(Et je crois qu’il essaie de mettre les tĂ©lĂ©phones au point. Ils ont une transposition, peu importe ce que c’est... Je pense que c’est cela.)
Et je me rappelle que lorsque je travaillais pour la Compagnie du Service Public, nous appelions cela une transposition, lorsque nous changions les trois phases du cĂąble, nous le transposions en le faisant passer d’une–d’une phase Ă ... de la phase de droite vers la phase de gauche. Et nous appelions cela une transposition. Je pense que c’est ce qu’il y a eu lĂ . Une transposition de la–la voix. Mais nous sommes vraiment heureux d’ĂȘtre ici.
E-3 Et tout Ă  l’heure, Billy est venu me dire en courant, il m’a dit: «On est en train de prĂ©lever une offrande, papa. Dis-leur merci.» Eh bien, je–je vous remercie de tout mon coeur. Et je–j’ai dit Ă  Joseph de ne pas le faire. Il a dit qu’il va le faire. Mais cela peut sans doute ĂȘtre utilisĂ© maintenant mĂȘme, parce que j’en ai vraiment besoin. Comme vous le savez, je suis... RĂ©cemment, j’ai empruntĂ© cinq mille dollars. Et puis, avant que je ne puisse les rembourser, j’ai dĂ» emprunter encore cinq mille dollars. Et vous savez ce que je veux dire. Et je... Mais j’ai encore ma premiĂšre offrande qui doit ĂȘtre prĂ©levĂ©e.
Mais si peut-ĂȘtre le Seigneur pourvoit, il me faudra une fois de plus sortir trĂšs bientĂŽt Ă  mes propres frais... Je suis un agent du Branham Tabernacle. Vous pouvez tous vous demander comment je vis si je ne perçois pas d’argent. J’ai un salaire du Tabernacle qu’on est censĂ© m’accorder, 100 dollars par semaine. AprĂšs dĂ©duction des charges, je gagne environ soixante-quinze dollars par semaine. C’est de cela que je vis. Et ainsi... Mais autrement, cela va dans une Fondation appelĂ©e le Branham Tabernacle, et cela ne peut ĂȘtre utilisĂ© que pour les rĂ©unions Ă  l’extĂ©rieur comme ici, pas pour le Tabernacle. Et c’est ainsi que je veux que la chose soit. Je n’avais jamais touchĂ© de salaire jusque trĂšs rĂ©cemment. Et parfois, je n’utilisais mĂȘme pas tout ça. Mais maintenant, je vis d’un salaire venant du Tabernacle, en fait...
E-4 Ils pensent que, comme j’ai eu un peu d’ennuis pour n’avoir pas obtenu ce numĂ©ro pour ma Fondation... Etant une Ă©glise, je ne pensais pas que c’était nĂ©cessaire pour moi, mais ils m’ont dit que j’en avais certainement besoin. Et ainsi donc, c’est lĂ  que sont survenus les ennuis. Et maintenant, j’ai envoyĂ©... Je fais des dĂ©marches pour obtenir un numĂ©ro, et tout ira bien.
Et je gagne simplement un–un salaire d’environ soixante-treize dollars par semaine, aprĂšs qu’on a dĂ©duit toutes mes charges comme les taxes et ainsi de suite par–par semaine. Et tout l’argent qui reste va uniquement dans l’oeuvre de l’Evangile. Je n’y touche pas, je n’en ai jamais touchĂ© un sou. L’église me remet tout simplement un chĂšque, et c’est ainsi que je vis. Nous avons une grande famille. Et vous savez ce que cela... Nous ne menons mĂȘme pas une vie de luxe, ni une vie des gens de haute classe aux dĂ©pens des visites des malades et toutes les autres choses, et puis [j’ai] soixante-treize dollars par semaine.
E-5 Mais dans les rĂ©unions, je suis pratiquement enclin Ă ... Dans mes services de guĂ©rison, j’ai remarquĂ© que si je prie tout simplement pour les malades, cela est de loin mieux. Et je suis... beaucoup de discernement, ça s’est dĂ©versĂ© sur moi hier soir, ici. Mais j’utilise cela plus dans ces entretiens privĂ©s. Je trouve que cela est beaucoup plus glorieux, parce que j’ai la personne Ă  mes cĂŽtĂ©s. Et puis, monsieur Mercier, celui qui assure la permanence tĂ©lĂ©phonique chez–chez moi, quand les gens veulent venir, ils ne–ils ne voient pas la Parole, l’issue... Nous nous tenons devant eux et prions le Seigneur. Et lorsque nous prenons un cas, nous restons juste lĂ -dessus jusqu’à ce que ce cas soit positivement rĂ©solu. Voyez? Nous restons vraiment lĂ -dessus. Et nous n’abandonnons jamais cela. Nous faisons une liste de cela, nous mettons cela de cĂŽtĂ©, et nous revenons sur ce cas, nous continuons jusqu’à ce que le Seigneur rĂ©vĂšle la chose.
Et je pense que c’est ce qui se fera plus tard, peut-ĂȘtre que je conduirai tous mes services comme cela. Au cours des rĂ©unions de priĂšre et d’autres rĂ©unions, on fait tout simplement passer les gens lĂ  et je prie pour eux. Et puis, s’il y a un cas difficile, c’est-Ă -dire s’ils ne comprennent pas et qu’ils ratent leur guĂ©rison, dans ce cas nous les renvoyons dans des entretiens privĂ©s; ainsi je peux aborder ces gens en apartĂ©. De cette façon, c’est un peu mieux plutĂŽt que d’arrĂȘter; on fait passer juste une demi-douzaine de gens ici en une soirĂ©e ou quelque chose de ce genre. C’est pratiquement tout le monde Ă  travers la nation qui me connaĂźt et qui connaĂźt le ministĂšre. Eh bien, lorsqu’on ira outre-mer, ce sera diffĂ©rent Ă  ce moment-lĂ , lĂ -bas. Nous pourrons continuer lĂ -dessus de la façon dont nous l’avons fait ici.
E-6 J’envisage... Si le Seigneur le veut, et je crois que j’ai de l’assurance que la meilleure partie de mon ministĂšre est juste devant moi. Je–je crois cela de tout mon coeur. Je–je ne suis plus un garçon, vous savez, ainsi... j’étais un... RĂ©cemment j’ai fĂȘtĂ© un anniversaire, et... le 6 avril et... Voyons chĂ©rie, j’étais un... J’ai dĂ©passĂ© 25 ans, n’est-ce pas? Je suis nĂ© en 1909, ainsi tout le monde sait que je devrais dĂ©passer un tout petit peu 25 ans, ainsi... et ainsi, je ne suis plus un petit garçon. Mais, vous savez, je pense que vous devez avoir un peu de l’ñge pour commencer Ă  vous rendre compte de ce que sont toutes ces choses. Au moins, c’est ce que je ressens. J’aimerais vous remercier, vous les frĂšres, pour votre merveilleuse collaboration, ainsi que votre amour, votre gentillesse et pour cette offrande d’amour qui sera remise directement aux administrateurs pour ĂȘtre mise directement dans la Fondation. Et tout sera dĂ©pensĂ©, chaque sou, pour le Royaume de Dieu, pour les missions d’outre-mer pour d’autres choses dont je–je suis sĂ»r qu’elles sont justes. Ce sera certainement pour une cause juste. Ainsi, j’aimerais que ça soit ici. Je ne... je n’aimerais pas qu’il en soit autrement. C’est ainsi que je veux que cela se fasse.
E-7 Eh bien, demain–demain matin, c’est le dĂ©jeuner des Hommes d’Affaires du Plein Evangile au Edgewater Beach. Rien que d’entendre ce nom me fait frĂ©mir. C’est–c’est beaucoup d’argent, vous savez, et pour entrer lĂ , ça fait beaucoup de frais. Et ainsi, je... nous serons lĂ , le Seigneur voulant, le matin Ă  ce dĂ©jeuner. Je prie le Seigneur de nous bĂ©nir comme Il l’a fait ce matin au–au dĂ©jeuner des ministres.
Et puis, demain soir, on projettera le film de frĂšre Osborn ici dans la ville, et on a dĂ©jĂ  annoncĂ© cela, et je vais aller trĂšs loin, Ă  plusieurs kilomĂštres, trĂšs loin vers Hammond, lĂ  dans une petite Ă©glise, juste pour prĂȘcher. Il n’y aura pas de service de guĂ©rison, on prĂȘchera tout simplement pendant un petit service de trente minutes ou quelque chose de ce genre, et on reviendra. On pourra, ou plutĂŽt on prendra un petit repos.
E-8 Et puis dimanche aprĂšs-midi, je compte voir ce film moi-mĂȘme. Ainsi, si vous ĂȘtes ici dans les parages, demain soir, allez voir le film de frĂšre Osborn. C’est toujours mieux de voir cela le soir, parce qu’il fait plus sombre dans la salle, et les images paraissent mieux.
Et puis dimanche soir, l’Eglise de Philadelphie sponsorise un petit service d’au revoir en l’honneur de frĂšre Joseph qui va outre-mer. Et ce service sera tenu dans le mĂȘme bĂątiment. Je crois que c’est l’école–l’auditoire de l’Ecole secondaire Lakeview, juste par ici, non loin de l’Avenue du Parc [Park Street–N.D.T.], Irving Park, et au National Avenue. TrĂšs bien. Et ce sera dimanche soir Ă  19 h 30’. Je prĂȘcherai et je prierai pour les malades, le Seigneur voulant.
J’ai tardĂ© de quelques jours avant de me rendre une fois de plus outre-mer en Australie et Ă  diffĂ©rents endroits oĂč je sais qu’une bataille m’attend. Ce qu’ils ont fait Ă  Oral Robert lĂ -bas, c’est ce qu’ils ont fait Ă  Billy Graham. Et je sais que mon temps arrive. Mais j’aimerais y mettre ma part de l’Evangile pour le jour du jugement. Vous voyez? Mes frĂšres se sont rendus lĂ  et ils ont jouĂ© leur rĂŽle; il est de mon devoir d’aller jouer mon rĂŽle. S’ils rejettent donc cela, alors Dieu est un Dieu juste. Il manifeste toujours Sa grĂące avant le jugement. Je suis sĂ»r que je peux solliciter les priĂšres de ce groupe de gens pour qu’ils prient pour moi pendant que je serai lĂ -bas.
E-9 Eh bien, avant d’ouvrir Sa Parole, ou de La lire afin qu’Il puisse nous L’ouvrir, inclinons la tĂȘte pour un mot de priĂšre.
Bienveillant Seigneur, maintenant nous venons avec hardiesse dans Ta PrĂ©sence, mais dans l’humilitĂ©, sachant que nous n’avons pas du tout d’endroit oĂč nous tenir, ni de mĂ©rites pour pouvoir venir de cette façon, avec hardiesse. Mais c’est parce qu’il nous est demandĂ© de nous approcher hardiment du TrĂŽne de misĂ©ricorde. Et nous venons au Nom de Celui qui nous a invitĂ©s Ă  venir, le Seigneur JĂ©sus. Et nous Te prions, ĂŽ Dieu, de bien vouloir rĂ©pondre Ă  notre priĂšre. Et nous avons cette assurance bĂ©nie que si nos coeurs ne nous condamnent pas, Dieu nous exaucera.
Et s’il y a dans nos vies une chose quelconque qui serait une condamnation pour nous, alors Seigneur, pardonne-nous d’abord nos offenses comme nous pardonnons Ă  ceux qui nous ont offensĂ©s. Parce que nous savons que Celui qui nous a demandĂ© de venir a dit: «Si vous, vous ne pardonnez pas de tout votre coeur tout homme de ses offenses, votre PĂšre cĂ©leste non plus ne vous pardonnera pas vos offenses. Et par consĂ©quent, lorsque vous priez, lorsque vous ĂȘtes debout en train de prier, pardonnez.» Seigneur, si j’ai un ennemi quelque part dans ce monde, je prie, ĂŽ Dieu, que Tu nous pardonnes tous deux, sachant que nous sommes des hommes, des ĂȘtres humains qui luttent pour entrer dans le Royaume.
E-10 Et je Te demande de nous parler au travers de Ta Parole ce soir et de La vivifier dans nos coeurs et dans nos esprits. Ensuite, Seigneur, nous prions pour cette convention qui se termine, nous Te remercions pour ce que cela a représenté pour nous tous. La Semence qui a été semée dans nos coeurs, Î Dieu, puisse-t-Elle grandir continuellement.
BĂ©nis ces hommes, ces braves frĂšres qui se sont assemblĂ©s pour cette rĂ©union, et ces femmes–leurs femmes, ainsi que les soeurs et ainsi de suite, Tes enfants. Fais de nous tous de meilleurs chrĂ©tiens, plus aptes Ă  Ton service pour cette annĂ©e qui vient. RĂ©ponds aux priĂšres de mes frĂšres, ĂŽ Seigneur, lorsqu’ils viendront prier pour les malades et pour les nĂ©cessiteux. Exauce-les, ĂŽ Seigneur. Car un jour, Salomon a dit: «Si Ton peuple est dans la dĂ©tresse et qu’il se tourne vers ce lieu saint, et prie, alors Ă©coute-le du haut des cieux.» Seigneur, je prie que, lorsqu’ils tourneront leur visage vers le Ciel pour prier, Tu les exauces alors, Seigneur; rĂ©ponds Ă  leurs priĂšres. Puissent leurs ministĂšres grandir cette annĂ©e, et les Ă©glises croĂźtre en nombre, en puissance et qu’elles trouvent plus de grĂące devant Dieu.
Ce soir, nous Te prions de guĂ©rir les malades qui sont au milieu de nous. Sauve ceux qui sont ici pour ĂȘtre sauvĂ©s. Remplis du Saint-Esprit ceux qui ont soif de la justice. Parle au travers des lĂšvres mortelles et Ă©coute au travers des oreilles [mortelles]. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-11 [Quelqu’un parle en langues et un autre interprùte.–N.D.E.] ...?... Merci, Seigneur. Amen.
Avez-vous remarquĂ© rĂ©cemment...? C’était dans les rĂ©unions que je tenais, partout, Ă  l’échelle nationale et au Cuba, et–et jusque lĂ  dans ces Îles. Chaque fois qu’une interprĂ©tation Ă©tait donnĂ©e, il Ă©tait toujours dit: «Si vous croyez Ma Parole...» Voyez? Croyez cela. Oh! c’était ça la question que JĂ©sus avait posĂ©e: «Trouverai-Je la foi lorsque Je reviendrai?» Il n’a pas demandĂ©: «Trouverai-Je des Ă©glises? Trouverai-Je des religions?», mais: «Trouverai-Je la foi?» Pas mĂȘme... Il n’avait pas mis en doute la sincĂ©ritĂ©, mais il a mis en doute la foi. Eh bien, puisse le Seigneur, qui a parlĂ© au travers de l’interprĂ©tation des dons de langues, puisse-t-Il laisser Son Esprit Se mouvoir dans ce bĂątiment ce soir et donner la foi Ă  tout le monde.
E-12 A présent, je vais lire dans le Livre de saint Luc au chapitre 1, et nous commencerons au verset 73 pour notre texte. Et mon sujet de ce soir est: Tous les Jours de notre vie.
... le serment par lequel il avait juré à Abraham, notre pÚre, de nous permettre, aprÚs que... serions délivrés de la main de nos ennemis, de le servir sans crainte, en marchant devant lui dans la sainteté et la justice tous les jours de notre vie.
J’aime cela: «Tous les jours de notre vie.»
E-13 Lorsque nous recevons Christ, cela n’est tout simplement pas pour quelques heures, ou juste pour le temps du rĂ©veil, mais cela doit durer tous les jours de notre vie. Je pense que toute personne qui vient Ă  Christ devrait premiĂšrement s’asseoir et rĂ©flĂ©chir avant mĂȘme de se rendre Ă  la rĂ©union. «Si Dieu m’appelle, serai-je prĂȘt? S’Il parle Ă  mon coeur ce soir, me lĂšverai-je? Suis-je prĂȘt Ă  Lui abandonner toute ma vie?» C’est l’unique moyen pour qu’Il vous accepte, quand vous Lui donnez toute votre vie. L’homme est enclin Ă  suivre sa propre voie. L’homme aimerait faire les choses d’aprĂšs... Mais il aime faire les choses Ă  sa maniĂšre. Il l’a montrĂ© juste quelques heures aprĂšs sa chute. Dans le jardin d’Eden, il voulait faire les choses Ă  sa façon. En effet, l’homme est toujours satisfait tant qu’il fait les choses Ă  sa propre façon.
E-14 Avez-vous dĂ©jĂ  remarquĂ© que, lorsque vous conduisez avec quelqu’un d’autre, il se commet toutes sortes d’erreurs? Vous faites presque sortir la lame de parquet de l’autre cĂŽtĂ© en poussant, essayant d’arrĂȘter la voiture par vous-mĂȘme. Et dans votre pensĂ©e vous vous dites: «Eh bien, pourquoi a-t-il fait cela?» Ou: «Pourquoi a-t-il tournĂ© dans cette direction? Moi, j’aurais fait cela de telle ou telle façon.»
Voyez, c’est tout simplement la nature de l’homme. Il aime sa propre voie. Et Dieu n’a pas fait l’homme pour que celui-ci dĂ©sire sa propre voie. Dieu a fait l’homme pour que celui-ci dĂ©pende de Lui, pour qu’il abandonne sa propre voie, qu’il crucifie sa voie. Il nous a comparĂ©s aux brebis. Et la brebis est un animal qui ne peut pas retrouver son propre chemin. Il faut qu’on la conduise. Et un petit agneau peut se perdre en quittant la bergerie, et il est complĂštement perdu. Il se tient tout simplement lĂ  et se met Ă  bĂȘler.
Il en est ainsi de l’ĂȘtre humain. S’il devient un agneau, si sa nature est changĂ©e, il dĂ©pend totalement de Dieu et de la conduite de Dieu. Mais l’homme terrestre, lorsqu’Adam a vu qu’il Ă©tait dĂ©chu de cet Ă©tat oĂč Dieu l’avait placĂ©, oĂč il dĂ©pendait totalement de Dieu, Adam a dĂ» vite manifester sa seconde nature, sa nature dĂ©chue. Et il cherchait un chemin de retour pour ĂȘtre rachetĂ©, mais il voulait y aller Ă  sa maniĂšre et d’aprĂšs ses propres pensĂ©es.
E-15 J’espĂšre que l’église comprendra ceci que nous n’avons aucun droit d’utiliser notre propre pensĂ©e concernant les choses. Lorsque nous devenons des chrĂ©tiens, nous abandonnons totalement chaque brin de nos capacitĂ©s mentales Ă  Dieu pour suivre Sa conduite Ă  Lui. Et tant que nous essayons d’y aller d’aprĂšs nos propres sentiments, alors nous utilisons l’état dĂ©chu de notre ĂȘtre.
En effet, Dieu conduisait Adam avant la chute; et aprĂšs la chute, Adam a voulu conduire Dieu. Eh bien, Dieu a pourvu Ă  Adam d’un moyen, mais ce dernier n’a pas voulu de ce moyen. Il voulait se faire lui-mĂȘme une religion. Et comme nous le voyons, il–il a voulu le faire de lui-mĂȘme. Il ne voulait pas s’attendre Ă  Dieu et Lui dire: «Seigneur, c’est Toi qui me conduisais avant ceci. Et maintenant je suis tombĂ©; je suis perdu. Maintenant, aide-moi et montre-moi comment retourner Ă  Toi, Seigneur.» Nous n’aurions jamais tous ces troubles que nous avons aujourd’hui.
E-16 Et si seulement l’homme peut s’approcher davantage de Dieu! Lorsque vous ĂȘtes perdu, n’essayez pas de chercher votre propre voie! Abandonnez-vous tout simplement Ă  Lui, et Il vous conduira et vous ramĂšnera. N’essayez pas de vous reprĂ©senter la chose. Ce–ce sont des capacitĂ©s mentales.
Il y a quelque temps, j’ai dit, au cours d’une–au cours d’une rĂ©union, dans un message... Et j’ai dit: «Dans le jardin d’Eden, Dieu et le diable ont choisi chacun sa partie dans l’homme. Le diable a pris la tĂȘte de l’homme; Dieu a pris le coeur de l’homme.» Le diable essaie de lui montrer avec ses capacitĂ©s intellectuelles quelque chose de grand qu’il peut faire. Et il aime simplement voir avec ses yeux ce qu’il peut voir. Dieu vient dans son coeur et l’amĂšne Ă  croire aux choses qu’il ne peut pas voir. «Car la foi, c’est une ferme assurance des choses qu’on espĂšre, une dĂ©monstration de celles qu’on ne voit pas.» Il croit tout simplement cela, parce que Dieu l’a dit. Il n’a pas besoin de voir quelque chose, ou il n’y a aucun sens de son corps qui doit dĂ©clarer cela; il croit tout simplement cela dans son Ăąme oĂč Dieu habite. Mais le diable a pris sa tĂȘte et il le rend intelligent, il se reprĂ©sente une religion, un moyen d’échapper. Dieu veut le conduire vers le chemin de l’adoration.
E-17 Ainsi, Adam s’est vite cousu des feuilles de figuier, et sans attendre Dieu... Je pense que c’est lĂ  que nous avons commis la faute tout au long du chemin. Si cela Ă©tait faux au commencement, c’est faux aujourd’hui. Et ce sera faux pour toujours. Au commencement, il fallait dĂ©pendre totalement de Dieu et s’abandonner complĂštement Ă  Lui, et ĂȘtre conduit par Son Esprit. Il faut qu’il en soit ainsi pour toujours. Dieu a frayĂ© la voie, Il a demandĂ© Ă  Adam de suivre cette voie. Mais Adam n’a pas voulu suivre ce chemin, il a voulu se prĂ©cipiter et suivre son propre chemin. Ainsi donc, nous pouvons rester longtemps lĂ -dessus.
Mais remarquez. Il s’est cousu un tablier avec des feuilles de figuier. Eh bien, c’est toujours le mĂȘme esprit, mais ils ont changĂ© le nom «feuilles» en «credos»; il est en train de se coudre des credos maintenant. Mais c’est toujours le mĂȘme objectif. C’est toujours la pensĂ©e intellectuelle de l’homme, et non pas le plan et la volontĂ© de Dieu. Vous ne pouvez jamais ĂȘtre sauvĂ© par des credos. Vous devez venir par la voie pourvue par Dieu. Dieu a frayĂ© la voie, mais l’homme veut frayer sa propre voie.
E-18 Cependant, l’homme est trĂšs religieux. CaĂŻn Ă©tait trĂšs religieux. Et il rĂ©flĂ©chissait pour trouver un moyen de retourner auprĂšs de Dieu. Et Dieu Ă©tait disposĂ© Ă  le recevoir, mais CaĂŻn voulait venir par son propre chemin. Et Dieu voulait qu’il vienne par Son chemin Ă  Lui. Et nous voyons qu’il y avait lĂ  un conflit total entre les deux.
Eh bien, aujourd’hui, l’homme qui essaie de dire qu’il Ă©tablit ses propres credos et que sais-je encore, il fait cela par la puissance de son pĂšre CaĂŻn, et de son pĂšre Adam. Ce n’est pas en tant qu’un chrĂ©tien qui est nĂ© de l’Esprit et qui dĂ©pend du Saint-Esprit; ça, c’est d’aprĂšs le second Adam qui Ă©tait JĂ©sus, l’expiation qui conduit l’homme par le Saint-Esprit.
Et aujourd’hui, lorsque l’homme essaie de dire qu’il n’a pas besoin d’avoir le Saint-Esprit aujourd’hui, on peut alors comprendre dans quel Ă©tat cet homme se trouve. Pourtant il veut ĂȘtre religieux, mais il le veut Ă  sa façon Ă  lui.
E-19 Et il ressemble beaucoup Ă  CaĂŻn. CaĂŻn voulait ĂȘtre religieux, aussi s’est-il rendu lĂ  pour se faire sa propre religion. Et lorsqu’il a fait cela, il a amenĂ© cela devant Dieu comme pour dire: «Voici ce que j’ai de meilleur. C’est tout ce que je peux faire Ă  ce sujet. Eh bien, c’est Ă  prendre ou Ă  laisser.»
C’est presque ainsi que l’homme se comporte aujourd’hui. «J’ai contribuĂ© Ă  la construction de l’église. J’envoie mes enfants dans cette Ă©glise-lĂ . J’y verse mon argent chaque annĂ©e. Et c’est le mieux que je puisse faire. C’est Ă  prendre ou Ă  laisser.» Oh! voyez, il veut des choses Ă  sa propre façon. C’est ainsi que CaĂŻn s’est comportĂ©. Mais Dieu l’aimait toujours, et Il est nĂ©anmoins allĂ© Ă  sa recherche. Qu’est-ce que Dieu a dit Ă  CaĂŻn? «Tu feras une bonne chose si tu adores tout simplement comme ton frĂšre Abel.» Abel a suivi la voie de Dieu. Mais CaĂŻn voulait sa propre voie. Et Dieu a dit: «Eh bien, CaĂŻn, Je n’ai rien contre toi. Si tu viens tout simplement, et si tu suis la mĂȘme voie qu’Abel, tu feras une bonne chose.»
E-20 Mais il a haĂŻ Abel. Il a pensĂ© qu’Abel Ă©tait un saint exaltĂ©. Il n’a pas changĂ© d’avis. Il pensait qu’Abel Ă©tait un fanatique religieux. Et il croit toujours cela. Il croit que ses pensĂ©es formalistes ainsi que la culture de sa propre chose valent plus que le baptĂȘme du Saint-Esprit. Mais il est dans l’erreur. Absolument dans l’erreur. Peu m’importe combien sa chorale chante bien, ou combien son prĂ©dicateur peut bien prĂȘcher, sans le Sang rĂ©pandu, il n’y a pas de pardon de pĂ©chĂ©. Retournez au plan de Dieu. Retournez Ă  la Bible.
Dieu a une voie, mais l’homme ne veut pas emprunter cette voie-lĂ . L’homme a dit: «Eh bien, Ă©coutez. Je suis tout aussi bon que vous. Je viens Ă  l’église. Je paie tout ce que je dois Ă  l’église.» Et il veut ĂȘtre religieux. Et ça, c’est trĂšs bien. Mais il est religieux...
Mais, vous voyez, l’homme terrestre est religieux de nature. CaĂŻn Ă©tait religieux. Satan est religieux. Ce n’est pas la religion qui vous sauve; c’est le Sang de JĂ©sus-Christ qui vous sauve. C’est l’unique terrain oĂč Dieu vous rencontrera pour votre adoration. Un autre lieu, c’est en vain.
E-21 Eh bien, nous voyons que l’homme devient trĂšs religieux. Ainsi il sort, s’il est religieux comme CaĂŻn qui a pris des fleurs et des fruits du champ, et qui s’est fait un lieu pour adorer et s’est construit un autel. Nous voyons que c’est ce que l’homme fait aujourd’hui. Il sortira lĂ , et il se donnera une apparence de la piĂ©tĂ©, comme le disent les Ecritures: «Ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force.» Eh bien, la plupart des AmĂ©ricains sont coupables de ces choses, les pentecĂŽtistes et tous les autres; ils se font des credos, ou un code de rĂšglements, ou quelque chose auquel ils conformeront leur vie. Et les Ecritures nous ont donnĂ© des avertissements.
Et oh, il... Il y a quelque chose en lui; en effet, mĂȘme s’il est un dĂ©chu, l’homme est toujours une crĂ©ature faite par la main de Dieu. Il y a quelque chose en lui qui fait qu’il adore. Et s’il veut sa propre voie, il suit son intellect. Et son intellect est du diable. Son coeur appartient Ă  Dieu.
E-22 Observez-le, et maintenant, nous le voyons lĂ . Nous venons rĂ©cemment de passer par une saison qu’on appelle la saison de carĂȘme. Oh! l’homme veut devenir trĂšs religieux pendant la saison de carĂȘme. Pendant quarante-six jours, il va se priver de ses cigarettes ou de n’importe quoi. Et il va... Je vais... Je suis d’accord avec lui qu’il faille se faire des privations. C’est trĂšs bien. Pendant quarante-six jours, il va se priver de quelque chose. Il va maugrĂ©er et faire des histoires, et souhaiter que les quarante jours filent et passent vite, et cela pendant quarante-six jours. Il veut que ça se termine, car il en a marre de se priver de fumer ou de boire ou de faire quelque chose d’autre qu’il a sacrifiĂ©. C’est le carĂȘme. Et il ne peut pas rĂ©ussir s’il ne devient pas hypocrite vis-Ă -vis de son Ă©glise. Il est obligĂ© d’observer ce carĂȘme.
Et ensuite, le lundi aprĂšs le dimanche de PĂąques, il va carrĂ©ment se permettre toutes les extravagances. C’est vrai. Pourquoi? C’est la nature qui est en lui. Il va se procurer un carton plein de paquets de cigarettes. Il voudra vraiment que minuit sonne pour qu’il puisse sauter et se saisir d’une cigarette, ou prendre un verre ou autre chose. Il se coupera vraiment en mille morceaux pendant quelques jours. Pourquoi? Il y accorde vraiment une grande importance. Je serais d’accord avec lui pendant quarante-six jours. Mais aprĂšs quarante-six jours, il va se retirer de moi.
E-23 Je crois que la vie chrĂ©tienne est un sacrifice continuel. «Celui qui vient Ă  Moi, qu’il renonce Ă  lui-mĂȘme journellement (chaque jour, non pas pendant quarante-six jours, mais chaque jour), qu’il prenne sa croix et Me suive», a dit JĂ©sus. Non pas juste quarante-six jours, mais chaque jour... La vie chrĂ©tienne, c’est un carĂȘme continuel.
Oh, comme le chrĂ©tien aime faire cela! Il ne le fait pas Ă  contrecoeur; il le fait avec un sentiment d’amour pour Dieu; et il est heureux de pouvoir le faire. Ça fait de la joie de servir le Seigneur JĂ©sus. Ça fait de la joie de consentir un sacrifice. Ça fait de la joie d’adorer le Seigneur. Ça fait de la joie d’ĂȘtre traitĂ© de fanatique pour le Royaume de Dieu. Ça fait de la joie de prendre position pour ce qui est juste et de quitter ce qui est faux. Ça fait de la joie de Le louer. Ça fait de la joie de s’abstenir des choses de ce monde. C’est ce qui se trouve dans leurs coeurs. C’est un carĂȘme parfait. Un carĂȘme tout le temps. L’Esprit de Christ entre en vous et change vos dĂ©sirs.
E-24 Eh bien, aujourd’hui, nous entendons souvent les gens dire: «Nous sommes libres. Oh! Nous vivons dans la belle AmĂ©rique. Nous sommes libres.» Oh! les ondes en sont remplies. Des livres sont Ă©crits Ă  ce sujet, des milliers de livres. Mais vous ĂȘtes Ă  des millions de kilomĂštres loin d’ĂȘtre libres, vous n’ĂȘtes pas libres. Ne soyez pas sĂ©duits par cela. L’AmĂ©rique, c’est l’une des nations les plus sĂ©duites et qui est plus dans l’esclavage que n’importe quelle autre nation que je connaisse. Ils sont dans un esclavage pire que celui dans lequel le communisme peut les mettre. Le communisme ne peut faire du mal qu’au corps, ils peuvent mettre seulement le corps dans l’esclavage. Mais lorsque le diable entre, il met l’ñme dans l’esclavage.
Et l’homme est un esclave. L’AmĂ©rique, c’est une bande d’esclaves. Vous pouvez ĂȘtre esclave de l’orgueil. Vous pouvez monter et descendre les rues et entrer dans chaque magasin et adopter chaque mode que vous voyez Ă  la tĂ©lĂ©vision, et passer de magasin en magasin, essayant d’acheter quelque chose. Vous en devenez un esclave. Vous devenez esclave de votre habillement. Vous pouvez devenir un esclave de votre argent. L’unique chose Ă  laquelle vous pensez, c’est vous procurer de l’argent, prendre de l’argent et le mettre ici au-dessus. Si vous faites cela, vous ĂȘtes un esclave.
E-25 Vous pouvez ĂȘtre un esclave de votre religion. Vous pouvez ĂȘtre un esclave d’un tas de credos. Laissez-moi vous le dire: un credo n’est rien d’autre qu’une charpente du communisme. L’échafaud que le diable peut utiliser pour construire le communisme, c’est une Ă©glise froide et formaliste. Car les hommes et les femmes iront dans une certaine Ă©glise et deviendront des esclaves de leur religion, ils deviendront des esclaves du diable. Ils entrent dans l’église, ils font inscrire leurs noms dans le registre et paient leur argent dans cette Ă©glise... Soit ils iront lĂ , et lĂ  on ne dit rien concernant le mal.
Et je n’aimerais pas dire ceci, mais je vais le dire quand mĂȘme. Je–je ne parle pas trĂšs durement. Eh bien, j’espĂšre que non. Je voudrais le dire en y mettant de l’assaisonnement. Mais des soeurs vont passer par le... Ici dans... Ici dans ces rues de Chicago, c’est honteux de les voir, comment elles ĂŽtent leurs vĂȘtements et marchent dans la rue. Et apparemment, elles ne savent pas faire la diffĂ©rence. Et elles ne se rendent pas compte qu’elles commettent adultĂšre. Vous direz: «Eh bien, FrĂšre Branham, je connais des femmes qui...»
Une femme ne peut porter des shorts sans avoir un mauvais esprit sur elle. Vous saisissez cela. En effet, elle pouvait ne pas croire cela dans sa pensĂ©e, mais Satan a mis cet esprit sur elle pour qu’elle s’exhibe devant les hommes. Et au jour du jugement, chaque homme qui la regarde d’une mauvaise façon sera coupable d’avoir commis adultĂšre avec elle, au jour du jugement. Et son pasteur Ă  elle ne lui dit rien Ă  ce sujet.
E-26 Les gens disent que je suis dur. Je ne suis pas dur. Ce n’est pas dur. C’est la vĂ©ritĂ©. Vous savez pourquoi? Elle est aveugle et lui aussi. Et la Bible dit: «Si un aveugle conduit un aveugle, tous les deux tomberont dans la fosse.» C’est intellectuel. Et les hommes aussi sortent et font des choses semblables: ils trichent dans les affaires, et nĂ©anmoins ils sont mĂȘme des diacres dans l’église et ils fument, alors que cent trente-trois mille AmĂ©ricains mourront cette annĂ©e pour avoir fumĂ© de la cigarette. Cent trente-trois mille sont marquĂ©s de la mort cette annĂ©e suite Ă  la cigarette. La mĂ©decine a dĂ©clarĂ© dans la derniĂšre parution de Reader’s Digest que si un homme fume en ces jours, le cas est tellement avancĂ© qu’il mourra avant le temps. S’il ne meurt pas d’une chose, eh bien, il mourra d’un cancer avant le temps. Cela est vraiment sous ses yeux. Et pourtant, il continuera de plus belle. J’ai serrĂ© la main d’un pasteur l’autre jour, dont les doigts Ă©taient devenus jaunes Ă  force de fumer la cigarette. «Si vous souillez ce corps, Je le dĂ©truirai», a dit le Seigneur.
E-27 Ce soir, le Saint-Esprit parlant dans les Ecritures, a dit que nous Le servions tous les jours de notre vie dans la saintetĂ© devant Lui; c’est-Ă -dire la puretĂ©, la saintetĂ©. Mais aujourd’hui, vous pouvez citer le mot «sainteté» et les gens s’en moquent. Vous voyez comment Satan a enveloppĂ© toute la chose?
Toutefois, vous ĂȘtes un esclave. Et si vous ĂȘtes un chrĂ©tien, vous ĂȘtes un esclave. Vous ĂȘtes un esclave du Seigneur JĂ©sus. Si vous ĂȘtes une personne double, Ă  la fois esprit et corps... Si vous nourrissez la chair, vous ĂȘtes esclave du diable, et vous crucifierez l’ñme qui est en vous. Car la Bible dit: «L’ñme qui pĂšche, c’est celle qui mourra.» Et vous devez crucifier la chair afin de devenir un esclave de votre chair pour ĂȘtre serviteur de JĂ©sus-Christ. Ainsi donc, quel que soit le cĂŽtĂ© que vous prenez, vous ĂȘtes un esclave. Et vous allez... Vous ne pouvez pas vous en dĂ©rober.
E-28 Vous ĂȘtes donc un esclave; vous ĂȘtes marquĂ©. Et la Bible dit que dans les derniers jours, il y aurait deux marques. Et toute personne sur la terre devrait avoir l’une ou l’autre marque. Vous ne pouvez pas Ă©chapper Ă  cela. L’une, c’est la marque de la bĂȘte, et l’autre, c’est le Sceau de Dieu. Et le Sceau de Dieu, c’est le Saint-Esprit, la voie pourvue par Dieu pour Son Eglise. EphĂ©siens 4.30 dit: «N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez Ă©tĂ© scellĂ©s jusqu’au jour de votre rĂ©demption. Et rejeter ce Saint-Esprit, c’est prendre sur soi la marque de la bĂȘte. Tous ceux qui n’avaient pas reçu la Marque de Dieu avaient reçu la marque du diable. Ainsi, vous ĂȘtes marquĂ©. Vous ĂȘtes marquĂ© soit comme Ă©tant esclave de l’amour de Dieu, soit comme Ă©tant esclave des choses du monde du diable.
C’est dur. Mais nous sommes des esclaves, et nous voulons Le servir tous les jours de notre vie. Un esclave est un serviteur. Pour ĂȘtre un serviteur de JĂ©sus-Christ, il vous faut ĂȘtre un esclave de vous-mĂȘme, pour crucifier... Ô Dieu, fais que cela pĂ©nĂštre. Crucifiez-vous, [crucifiez] votre chair ainsi que vos dĂ©sirs, afin que Dieu puisse s’emparer de votre coeur pour vous conduire et vous motiver. C’est cela ĂȘtre un esclave de Christ, un esclave appelĂ©... C’est ainsi que Paul l’appelle. Paul a dit qu’il Ă©tait un esclave du Seigneur JĂ©sus, un esclave au service du Seigneur JĂ©sus, qui allait par-ci par-lĂ  chaque jour, crucifiant la chair pour ĂȘtre un esclave de JĂ©sus-Christ, se rĂ©jouissant parce qu’il Ă©tait esclave. C’est cela.
E-29 Nous essayons de nous en tenir Ă  l’église. L’église, l’église, c’est tout ce que vous entendez. L’église... Il n’y a qu’une seule Eglise, et cette Eglise, vous n’Y adhĂ©rez pas. Elle n’a pas de credo. Vous entrez dans cette Eglise en Y naissant par le Saint-Esprit. Votre naissance vous fait entrer dans cette Eglise, dans la communion de cette Eglise. Ainsi, Ă  ce sujet, nous devenons esclaves de Christ.
Eh bien, vous avez appris la vieille lĂ©gende du diable qui a rassemblĂ© tous ses petits dĂ©mons pour tenir une confĂ©rence lĂ  en enfer, un certain matin. Et il leur a dit: «Que pouvons-nous faire? Je veux que les plus malins de mes dĂ©mons viennent se mettre autour de mon trĂŽne.» Il a dit: «Comment pouvons-nous sĂ©duire cette bande d’ĂȘtres humains?»
Un petit dĂ©mon rusĂ© s’est avancĂ© lĂ  et a dit: «MaĂźtre, j’ai une idĂ©e toute faite.»
Le diable lui a demandĂ©: «Qu’est-ce donc?»
Et le petit dĂ©mon a rĂ©pondu: «Nous irons lĂ  et nous provoquerons un cyclone pour dĂ©truire toutes leurs Ă©glises. C’est ainsi que nous les sĂ©duirons.»
Un autre dĂ©mon, plus rusĂ© que le premier, s’est avancĂ© et a dit: «Comment peux-tu dĂ©biter des paroles si insensĂ©es? L’unique endroit oĂč nous avons sĂ©duit l’homme, c’est Ă  l’église.»
E-30 Il en Ă©tait ainsi au commencement, et il en est ainsi maintenant. En effet, il a Ă©tĂ© sĂ©duit en essayant de se coudre des feuilles de figuiers pour se frayer une voie et rejeter la voie de Dieu. Et c’est ce qu’il fait jusqu’à prĂ©sent: se coudre des credos et faire ceci, cela; de grandes Ă©glises, de grands bĂątiments pour essayer de sĂ©duire les hommes par cela. La Bible dit que c’est ce qu’il ferait: «Ayant la forme de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force...» Ainsi, vous voyez, cela est... Il vous faut ĂȘtre un esclave d’une maniĂšre ou d’une autre.
Mais nous qui sommes esclaves de JĂ©sus-Christ, nous sommes esclaves de la joie. Je suis trĂšs heureux d’ĂȘtre dans des chaĂźnes, des chaĂźnes qui m’éloignent des choses du monde, afin que je devienne esclave de JĂ©sus-Christ, pour Le servir dans l’amour. Et vous, mes frĂšres et soeurs de la mĂȘme prĂ©cieuse foi que moi, qui ĂȘtes nĂ©s du Saint-Esprit, qui avez eu le Sang de JĂ©sus-Christ pour vous sanctifier et vous purifier de toutes les souillures du monde, vous qui mourez chaque jour quant Ă  la chair, pour la crucifier, la mettre de cĂŽtĂ© et devenir esclave de votre propre corps pour servir Dieu. Nous cherchons une CitĂ© Ă  venir. BĂ©ni soit le Seigneur.
E-31 Nous cherchons une CitĂ© dont Dieu est l’Architecte et le Constructeur. Lorsque nous laisserons tomber cette vieille robe de chair et que nous monterons pour saisir le prix Ă©ternel, nous crierons pendant que nous traverserons les airs: «Adieu! Adieu! douce heure de priĂšre!» VoilĂ  ce que nous cherchons. Nous attendons le jour oĂč nous serons dĂ©livrĂ©s de ce vieux corps de corruption. Et il ne sera plus esclave, mais nous serons dans les bras, aux soins et Ă  l’image de Celui qui nous a aimĂ©s et qui a donnĂ© Sa Vie pour nous, afin de nous laver par les Eaux de la Parole et de nous rendre prĂ©sentables dans la PrĂ©sence de Dieu. Sa PrĂ©sence nous accompagne; les anges de Dieu campent autour de ceux qui Le craignent.
Et nous savons qu’Il est ici ce soir. Et si nous... Tous les jours de notre vie, nous Le servons dans la saintetĂ©, mais nous sommes Ses esclaves. Si vous n’ĂȘtes pas encore devenu un esclave de Dieu–de Christ, un esclave de Son amour... Inclinons la tĂȘte, et pensons-y pendant une minute.
Veux-tu ĂȘtre libĂ©rĂ© du fardeau des pĂ©chĂ©s?
Il y a la puissance dans le Sang, il y a la force dans le sang.
Les souillures du péché sont Îtées dans ce Flot qui procure la Vie,
Oh, il y a une force merveilleuse dans le Sang.
Vous les ĂȘtres humains, ne voulez-vous pas...? Vous qui ĂȘtes ici ce soir, ne voulez-vous pas vous libĂ©rer de ces chaĂźnes de Satan? Il veut tout simplement vous garder liĂ©s trĂšs loin, afin de pouvoir–de pouvoir vous retenir.
E-32 Lorsque les enfants d’IsraĂ«l sortaient de l’Egypte, Pharaon leur a dit: «Oui, vous pouvez aller adorer, mais laissez vos enfants derriĂšre. Laissez derriĂšre vous vos bĂ©tails.» Que voulait-il faire? Il voulait que les enfants d’IsraĂ«l laissent en arriĂšre quelque chose pour lequel ils savaient qu’ils allaient revenir. C’est ce que Pharaon, le diable, continue Ă  dire aux enfants.
Mais j’aime la dĂ©claration de MoĂŻse. Il a dit: «Nous ne laisserons pas mĂȘme un sabot derriĂšre. Nous irons; nous irons avec tout ce que nous possĂ©dons.»
VoilĂ  ce qu’il faut faire. Abandonnez votre orgueil. Abandonnez toute chose que vous possĂ©dez. Prenez tout avec vous. Ne laissez rien derriĂšre dans le monde. Abandonnez tout Ă  Christ pendant que nous prions.
E-33 Et pendant que nous prions, quelqu’un aimerait-il qu’on se souvienne de lui dans la priĂšre? Levez la main, dites: «Souviens-toi de moi, ĂŽ Dieu!» Oh! c’est bien. Que Dieu vous bĂ©nisse. «J’aimerais ĂȘtre marquĂ© par Dieu. Je veux ĂȘtre Son esclave. Je veux ĂȘtre tellement amoureux de JĂ©sus que toutes les choses de–de ce monde que je dĂ©sire dans ma vie seront crucifiĂ©es, et je ressemblerai plus Ă  JĂ©sus chaque jour. Je serai tellement comme Lui que les autres verront JĂ©sus en moi. C’est ainsi que j’aimerais que ma vie soit cachĂ©e.» Y’en a-t-il d’autres qui aimeraient lever la main, qui ne l’ont pas fait? Que Dieu vous bĂ©nisse, partout lĂ , lĂ  au balcon. C’est bon. Que Dieu vous bĂ©nisse. Inclinons la tĂȘte humblement maintenant et prions. Tout ce dont vous avez besoin, demandez tout simplement. «Demandez beaucoup afin que votre joie soit parfaite. Demandez et vous recevrez; cherchez et vous trouverez; frappez et l’on vous ouvrira.»
E-34 Ô Seigneur, nous devons tout simplement Ă©courter un tout petit peu ce soir le message, parce que le service de guĂ©rison approche. Mais premiĂšrement, nous aimerions un service de guĂ©rison pour l’ñme, ĂŽ Seigneur. Nous voulons voir les hommes et les femmes ĂȘtre guĂ©ris par la puissance de Dieu, qui ĂŽtera de leur vie le monde et le dĂ©sir du monde. Satan essaie de ramener en arriĂšre beaucoup de Tes enfants aujourd’hui. Oh! il y a tant de choses sĂ©duisantes: tant de programmes non censurĂ©s au cinĂ©ma et Ă  la tĂ©lĂ©vision et–et les choses qu’ils ne devraient pas regarder. Et cela sĂ©duit l’ĂȘtre humain. Et nous pensons aux Ă©glises, comment elles laissent les gens plonger dans ces choses aveuglĂ©ment, en titubant, pensant que c’est correct. Nous entendons l’avertissement solennel qui dit: «Si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans la fosse.»
Nous prions ce soir, ĂŽ Dieu, qu’il vienne un tel dĂ©sir dans les coeurs de ceux qui ont levĂ© la main et de ceux qui n’ont pas levĂ© la main... Que ce dĂ©sir soit si grand dans leurs vies que chaque ligne qui le lie au monde soit coupĂ©e et que leurs Ăąmes puissent couler librement. Dieu prendra le contrĂŽle sur eux et les conduira, et ils n’essaieront pas d’avoir leurs propres pensĂ©es. Ils croiront tout simplement ce que Dieu dit et ils seront libres.
E-35 Pardonne-leur leur pĂ©chĂ©. Pardonne-leur leur pĂ©chĂ© de transgressions et d’omission; quel que soit le pĂ©chĂ©, ĂŽ Seigneur, nous Te prions de le leur pardonner. Il se peut que ça soit leurs manoeuvres dilatoires. Je Te prie, ĂŽ Seigneur, de leur pardonner cela. Car Tu veux que les hommes et les femmes partent de cette convention, comme nous le dirions, Ă©tant en alerte pour Toi et prĂȘts Ă  aller servir. Nous ne savons pas quel jour la derniĂšre occasion de servir nous sera prĂ©sentĂ©e. Nos vies seront appelĂ©es, alors nous rĂ©pondrons devant Dieu.
S’il y en a qui ont fui, Seigneur, les services qui vont suivre ou les services antĂ©rieurs, accorde que ceci soit l’heure Ă  laquelle ils abandonneront tout. Que ce message soit profondĂ©ment tranchant. Qu’il soit apportĂ© Ă  leur coeur comme Tu aimerais que cela se fasse, afin qu’ils voient que cela...
E-36 J’essaie de leur montrer, ĂŽ Seigneur, que l’homme naturel voit les choses naturelles. Et lĂ , les choses spirituelles sont tellement contraires aux choses intellectuelles qu’il ne peut pas les comprendre. Et c’était Toi, ĂŽ Seigneur, qui as parlĂ© Ă  NicodĂšme, disant: «Si un homme ne naĂźt de nouveau, il ne peut mĂȘme pas comprendre le Royaume de Dieu.» Nous prions donc que la nouvelle naissance soit dans ce bĂątiment, partout dans le bĂątiment ce soir, ĂŽ Seigneur, afin que de nouveaux coeurs, de nouvelles gĂ©nĂ©rations, une nouvelle–une nouvelle impulsion, de nouveaux dons, de nouveaux espoirs et une nouvelle vie se rĂ©pandent dans chaque coeur partout dans cette salle.
Je Te les prĂ©sente Ă  prĂ©sent, Seigneur, en tant que Ton serviteur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que je puisse les rencontrer au jugement, si pas avant, et dire que c’était Ă  Chicago en ce vendredi-lĂ , le soir, que j’ai dit mon oui et oĂč j’ai quittĂ© complĂštement le rivage pour avancer en pleine eau et jeter le filet pour pĂȘcher. Accorde-le, PĂšre. Nous aimons ĂȘtre Tes esclaves tous les jours de notre vie. Nous Te servons comme des esclaves de Ton amour avec joie, au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-37 Chantons ce petit cantique: Je viens, ĂŽ Seigneur; je viens maintenant Ă  Toi. Connais-Tu cela, mon fils? Joue-nous un petit cantique: Il y a de la place Ă  la fontaine. Connaissez-vous cela? Il y a de la place Ă  la fontaine. JĂ©sus, garde-moi prĂšs de la croix. TrĂšs bien. Chantons ce bon vieux cantique. Je... Vous pouvez avoir ce que vous voulez, moi–moi... Les chants de rĂ©jouissance, c’est trĂšs bien; mais j’aime ces bons vieux cantiques sur le Sang et sur la croix, qui viennent du coeur. Que quelqu’un m’aide Ă  conduire ce chant maintenant.
JĂ©sus, garde-moi prĂšs...
(Maintenant, c’est donc votre temps d’adoration.)
Là... (Pourquoi adorez-vous? Sur base de la Parole. Vous L’abreuvez maintenant. Vous adorez sur base de la Parole selon votre coeur.)
Oh, il est gratuit pour tous, un courant qui guérit,
Et qui coule de la fontaine du Calvaire.
A la croix, (adorez-Le tout simplement maintenant)... la croix,
Sois ma gloire Ă  jamaiS Jusqu’à ce que mon Ăąme enlevĂ©e trouvera
Du repos de l’autre de cĂŽtĂ© de la riviĂšre.
E-38 N’aimeriez-vous pas vous glorifier de la croix plutît que de n’importe quelle mode du monde? N’aimeriez-vous pas vous glorifier de la croix plutît que d’un quelconque plaisir mondain?
A la croix, Ă  la croix,
Sois ma gloire Ă  jamais... (Chantons cela une fois de plus)
A la croix, Ă  la croix,
Sois ma gloire Ă  jamaiS Jusqu’à ce que mon Ăąme enlevĂ©e
Trouve du repos de l’autre cĂŽtĂ© de la riviĂšre.
N’aimez-vous pas cela, cette douceur du Saint-Esprit qui souffle sur nous? Voyez, c’est tellement simple que toutes les maniĂšres empesĂ©es et tout l’intellectualisme du monde ont Ă©tĂ© enlevĂ©s, l’Esprit est tout simplement en train d’adorer, en train d’adorer Dieu au travers de nous, le Saint-Esprit intercĂ©dant, soufflant l’adoration. Oh! la la! Je–j’aimerais prendre cela plutĂŽt qu’un credo quelconque qui existe. Nous n’avons d’autre loi que l’amour, aucun autre credo sinon Christ, aucun autre livre si ce n’est la Bible. C’est cela. C’est cela. Donnez-moi tout simplement cela pour toujours. Cela est si bon pour moi.
Oh! combien nous L’aimons! Tous ceux qui se sentent bien maintenant, qui se sentent vraiment nettoyĂ©s, levez la main. Oh! n’est-ce pas merveilleux? Ecoutez. Oh! la la! C’est si doux...
E-39 C’est si doux de se confier en JĂ©sus. Vous tous qui connaissez ce cantique, aidez-moi Ă  le chanter: C’est si bon de se confier en JĂ©sus. Eh bien, nous ne chantons pas pour que quelqu’un nous entende ici, nous chantons cela afin que Lui nous entende dans l’Esprit. Nous essayons de trouver faveur auprĂšs de Lui maintenant et de L’adorer, afin qu’Il vienne Ă  nous. TrĂšs bien, chantons:
Oh, qu’il est si doux de se confier en JĂ©sus,
Et de Le prendre au Mot;
De se reposer sur Sa promesse,
Juste de connaütre l’AINSI DIT LE SEIGNEUR.
JĂ©sus, JĂ©sus, ĂŽ comme je Le crois,
Oh, comme je L’ai Ă©prouvĂ© bien des fois!
Jésus, Jésus, précieux Jésus!
Oh, Ă  cause de Sa grĂące, se confier davantage en Lui!
E-40 N’est-ce pas lĂ  votre dĂ©sir? Comme je suis trĂšs heureux d’avoir appris Ă  me confier en Lui! Comme je L’ai Ă©prouvĂ© bien des fois! Et j’ai vu des hommes mourant sous l’ombre du cancer, je L’ai vu les ramener de nouveau Ă  la vie. J’ai vu de petits enfants Ă©tendus lĂ  sur la route, un petit enfant qui Ă©tait complĂštement mort. Et j’ai vu cela dans une vision deux ans avant que cela arrive; tous ses os Ă©taient brisĂ©s, et il Ă©tait Ă©tendu lĂ  au bord de la route. Il Ă©tait Ă©tendu, ses petits bras Ă©taient croisĂ©s, et je suis parti, et nous nous tenions tous lĂ ... Je me suis avancĂ© lĂ , et Sa Parole m’avait dit que cet enfant ressusciterait. Oh! la la! Combien je L’ai Ă©prouvĂ© bien des fois! J’ai tout simplement parlĂ© et dit: «Seigneur JĂ©sus, c’est Toi qui avais dit que ce garçon ressusciterait; ainsi, toi mort, tu ne peux plus le retenir. Et toi vie, reviens en lui.» Le petit ami a bondi et s’est tenu sur ses pieds, et il s’est mis Ă  courir et Ă  sautiller çà et lĂ . Comme je L’ai Ă©prouvĂ© bien des fois!
J’ai vu des aveugles qui titubaient et qui Ă©taient dans les tĂ©nĂšbres recouvrer leur vue et s’en aller. Oh! comme je L’ai Ă©prouvĂ© bien des fois. J’ai vu des prostituĂ©es de la rue venir me dire: «FrĂšre Branham, je ne suis pas digne de me tenir dans la prĂ©sence d’un ministre. Mais je n’aimerais pas mourir dans cette condition.» Et je les ai vues ĂȘtre transformĂ©es en des dames, des dames, juste des femmes de renom; tout leur pĂ©chĂ© Ă©tait pardonnĂ©. J’ai vu des ivrognes qui titubaient pour avoir bu trop de whisky et qui avaient sur eux l’odeur du tabac, dire: «J’ai pris le remĂšde; j’ai tout fait et je... Il n’y a aucun espoir pour moi.» Et j’ai vu le Sang de JĂ©sus-Christ les laver de toutes leurs iniquitĂ©s, et une annĂ©e plus tard, je les ai vus se tenir Ă  la chaire prĂȘcher l’Evangile.
Je L’ai Ă©prouvĂ© bien des fois.
Jésus, Jésus, Précieux Jésus.
Oh! Ă  cause de Sa grĂące, se confier plus en Lui.
E-41 Je vais me confier en Lui pour votre guĂ©rison maintenant. J’aimerais que vous aussi vous vous confiiez en Lui. Je vais me confier en Lui de sorte que, aprĂšs que nos pĂ©chĂ©s seront sous le Sang et que nos coeurs ne nous condamneront pas, quand nous imposerons alors les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris. [Espace vide sur la bande.–N.D.E.]
E-42 Non, c’est dans mon autre Bible. C’est lorsque le Seigneur m’a donnĂ© une vision et qu’Il m’a dit qu’un changement se produirait au moment oĂč une femme vĂȘtue d’une certaine façon viendrait Ă  l’estrade, elle porterait un petit bĂ©bĂ© enveloppĂ© dans une petite couverture; ce bĂ©bĂ© aurait une maladie incurable et serait guĂ©ri. Cette femme porterait un ensemble et aurait tel aspect, et que sais-je encore. Et c’est Ă  ce moment-lĂ  que mon ministĂšre connaĂźtrait un changement. Combien m’ont dĂ©jĂ  entendu dire cela? Naturellement, depuis des annĂ©es, combien savent quand cela est arrivĂ©? C’est juste lĂ  Ă  la fabrique d’armes, lorsque j’étais ici la derniĂšre fois. Elle a traversĂ© le plancher; ma femme, ma belle-fille et mĂȘme Billy Ă©taient tous lĂ . Et j’ai vu cette petite femme venir. Je tenais une ligne de priĂšre qui Ă©tait en cours. Et cette petite dame est venue, et je me suis dit: «Eh bien, je–je ne crois pas que je... J’ai fait connaissance avec cette femme quelque part, mais je n’arrive pas vraiment Ă  la reconnaĂźtre.» Voyez, ça fait longtemps, cinq ou six ans. Quoique cela tarde, de toute façon, cela parlera en son jour.
E-43 Voyons, le numĂ©ro 5 est-il lĂ , Billy? Billy? Le numĂ©ro 5 est-il lĂ ? De 1 Ă  5? 6, 7, 8, 9, 10... 5–5, 6, 7, 8, 9, 10. TrĂšs bien.
E-44 Et ainsi, j’ai regardĂ© tout autour pour trouver Billy. Il n’était pas Ă  l’estrade. J’ai cherchĂ© ma femme. Et elle et Loyce, ma belle-fille, regardaient dans une autre direction. Et j’ai vu ce que c’était; c’était cette petite femme. Elle portait le bĂ©bĂ©. Elle l’a amenĂ© Ă  l’estrade, on a priĂ©, et le Seigneur JĂ©sus l’a guĂ©ri; Il l’a rĂ©tabli–Il a rĂ©tabli ce bĂ©bĂ©. Et Rosella, oĂč es-tu? Elle Ă©tait ici pour tĂ©moigner de ce petit bĂ©bĂ©. Et ainsi...
Voici comment l’histoire a commencĂ©. Je suis allĂ© prier pour le...?... pour ces enfants qui avaient Ă©tĂ© victimes dans cette Ă©cole catholique qui avait connu un incendie. Vous rappelez-vous ce cas? Et rappelez-vous, les Hommes d’affaires du Plein Evangile tenaient une–une rĂ©union lĂ  pour offrir une priĂšre pour les malades, et les soeurs et les autres Ă©taient hospitalisĂ©s.
E-45 Et cette petite dame Ă©tait allĂ©e chez son pasteur. Rosella, est-ce vrai? Etait-ce cette Ă©glise de l’Alliance SuĂ©doise, ou une institution dont elle Ă©tait membre? Et les mĂ©decins de cette ville, la plupart d’entre eux, avaient abandonnĂ© ce petit enfant. Il ne pouvait plus vivre. Et le pasteur de cette femme a dit: «Va voir frĂšre Branham, Dieu exaucera sa priĂšre.» Eh bien, si cet homme est prĂ©sent, que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre, pour cela; en effet, tu as fait quelque chose pour cette dame. Et ainsi, le... Si je raconte l’histoire fidĂšlement, suivez-moi. Ainsi les gens... Ce soir-lĂ , lorsque le...
Cet aprĂšs-midi-lĂ , j’avais offert une priĂšre collective pour les petits enfants malades qui Ă©taient Ă  l’hĂŽpital ainsi que pour les soeurs qui Ă©taient victimes, et je suis parti. Et la petite dame pleurait, parce qu’elle devait retourner Ă  la maison. Le pĂšre faisait la garde d’un ou de deux autres enfants. Et ainsi, le... Je pense que Rosella l’avait vue pleurer, ou quelque chose de ce genre. Et ils ont demandĂ©: «Pourquoi est-ce que frĂšre Branham ne...»
Elle a dit: «J’ai amenĂ© le bĂ©bĂ©. Le... Mon pasteur m’a dit de venir pour que frĂšre Branham prie pour lui.» Elle a dit: «Les mĂ©decins l’ont abandonnĂ©.» Elle a continuĂ©: «Mais il n’a point priĂ© pour les malades.» Et elle a dit: «Ce sera ce soir. Ça, c’était pour l’école, aujourd’hui.»
Elle a donc dit: «Mais je ne saurais pas rester jusqu’à la fin.»
E-46 Et je crois que l’un des huissiers a tenu le bĂ©bĂ©, ou autre chose, pendant qu’elle allait tĂ©lĂ©phoner Ă  son mari. Son mari lui a rĂ©pondu gentiment, disant: «Eh bien, va de l’avant, chĂ©rie, reste jusqu’à la fin.» Rosella lui a donc dit: «Eh bien, je t’assure, d’habitude, le fils de frĂšre Branham, Billy Paul, distribue les cartes.» Elle a dit: «Tiens-toi lĂ  Ă  la porte et il te dira oĂč aller.» Et elle a ajoutĂ©: «Dis-lui que tu as besoin d’une carte.» Rosella l’a donc aidĂ©e, et Billy lui a donnĂ© une carte.
Et ce soir-lĂ ... Je ne pense pas qu’elle Ă©tait dans la ligne du discernement, elle Ă©tait venue tout simplement dans la ligne. Mais cependant, je... Lorsqu’elle est entrĂ©e, j’ai vu ce petit bĂ©bĂ© et je me suis dit: «Attendez une minute. Est-ce ainsi qu’elle Ă©tait habillĂ©e? Je connais cet enfant.»
E-47 FrĂšre Gene Goad, qui est assis ici... LĂ  au printemps de l’annĂ©e passĂ©e Ă  New Hampshire, une dame Ă©tait venue sur l’estrade, portant un bĂ©bĂ©. Eh bien, il a dit: «FrĂšre Branham, n’était-ce pas cette dame?»
J’ai rĂ©pondu: «Non, ce n’était pas elle.» Nous avons attendu cette dame depuis environ quatre ou cinq ans. Et j’ai dit: «Ce n’était pas elle.» J’ai dit: «Parce que cette femme Ă©tait une... Cela avait... Elle Ă©tait blonde, elle Ă©tait Ă©lancĂ©e, et elle Ă©tait habillĂ©e diffĂ©remment, le bĂ©bĂ© Ă©tait un peu plus ĂągĂ©.» Et celui-ci Ă©tait un tout petit bĂ©bĂ©, trĂšs trĂšs malade.
Ainsi, lorsque cette dame est montĂ©e lĂ , le Saint-Esprit a commencĂ© Ă  agir et a dit que les–les mĂ©decins avaient abandonnĂ© ce bĂ©bĂ©, et a commencĂ© Ă  lui raconter toute l’histoire du bĂ©bĂ©, comme Il le fait d’habitude, et lui a dit que son petit enfant ne pouvait rien manger. Chaque fois qu’il mangeait, je crois (est-ce vrai?) qu’il renvoyait la nourriture. Et le bĂ©bĂ© Ă©tait ĂągĂ© de plusieurs mois, mais il ne pesait que deux ou trois livres [0,907 kg ou 1,36 kg–N.D.T.], ou quelque chose de ce genre. Et si la nourriture restait dans l’estomac, cela lui provoquait carrĂ©ment une dysenterie. Et on... Le bĂ©bĂ© Ă©tait dans un Ă©tat terrible. Mais le Saint-Esprit a parlĂ©, disant: «AINSI DIT LE SEIGNEUR! cet enfant est guĂ©ri.»
E-48 Et j’ai regardĂ© pour voir oĂč se trouvait Billy; je ne pouvais pas le voir pour lui faire comprendre la chose. J’ai donc dit: «Je vais simplement attendre pour voir Ă  quel point ils sont aveugles, s’ils Ă©taient aussi aveugles que moi.» On a donc continuĂ©.
AprĂšs, nous sommes entrĂ©s dans la voiture pour retourner Ă  la maison ce soir-lĂ ; et ma soeu-... ma belle-fille a demandĂ©: «Avez-vous remarquĂ© ce doux petit enfant sur l’estrade?» Elle a dit: «C’était la petite crĂ©ature la plus mignonne. Elle Ă©tait trĂšs malade.»
Ma femme a dit: «J’ai remarquĂ© ce bĂ©bĂ©.»
Et je me suis dit: «Eh bien, on va lui donner un nom.» Je l’ai laissĂ©e continuer. On ne lui avait pas encore donnĂ© de nom.
E-49 Le jour suivant, nous rentrions Ă  la maison, et je n’avais pas pu sortir de la ville de Chicago avant midi. Ma voiture Ă©tait couverte de gel, et je devais la dĂ©geler. Et je devais quitter vers midi. Et pendant qu’on Ă©tait en route, ma femme m’a demandĂ©: «Billy, as-tu remarquĂ© ce petit bĂ©bĂ© hier soir? N’était-ce pas la petite crĂ©ature la plus douce?» J’ai dit: «Oui, c’est vrai.» Et nous avons poursuivi notre route. Et elle revenait lĂ -dessus sans cesse. J’ai dit: «ChĂ©rie, savais-tu quelque chose–quelque chose de spĂ©cial concernant cet enfant et sa mĂšre?»
Elle a répondu: «Non, je ne pense pas.»
Je lui ai dit: «Rappelle-toi, il y a environ cinq ans, une petite femme devait porter un ensemble.»
Elle a demandĂ©: «Est-ce que c’était elle?» J’ai dit: «TrĂšs exactement. C’était elle.» Et plus tard, nous avons rattrapĂ© ma belle-fille ainsi que mon fils, et nous sommes allĂ©s prendre notre–notre repas du soir, comme nous l’appelons. Et ainsi donc, nous sommes allĂ©s prendre notre souper. Et le... Loyce a encore fait mention de cet enfant. Et je lui ai parlĂ© de lui.
Et Billy a dit: «C’était vrai, papa. C’était cet enfant-lĂ , n’est-ce pas?»
«Oui.»
E-50 Et Ă  partir de lĂ , les choses ont changĂ©. Tout le monde... Je peux amener les gens ici, les transporter lĂ  et prier pour eux. Cela ne fait rien. Et chacun... Et des fois dans la ligne, le Saint-Esprit m’arrĂȘte et dit: «Parle Ă  cette personne.» Et puis d’habitude, si j’ai exercĂ© le discernement sur une personne, je ne pouvais plus en exercer davantage. Et chaque fois que je rencontrais une personne, c’était la mĂȘme chose. Mais maintenant, il n’en est plus ainsi. Voyez? Je peux avoir... peut-ĂȘtre, continuer, et il faut qu’il se passe quelque chose; je peux rencontrer quelqu’un qui semble en avoir besoin, et le Saint-Esprit parlera parfois, l’arrĂȘtera, et parlera Ă  cette personne. Ensuite, peut-ĂȘtre qu’Il me quittera complĂštement. Et parfois, Il va loin lĂ -bas quelque part ailleurs, peut-ĂȘtre chez quelqu’un d’autre, peut-ĂȘtre quelqu’un qui est dĂ©couragĂ© ou quelque chose de ce genre, Il s’arrĂȘtera pour lui parler. Ensuite, Il me quitte complĂštement.
Et je me repose dans l’entre-temps (vous voyez?), ainsi je peux faire un appel Ă  l’autel. Oh! c’est–c’est de loin diffĂ©rent de ce qui se passait d’habitude. Ainsi, je peux prier pour chacun d’eux, chaque personne. Et mes rĂ©unions ont Ă©tĂ© rĂ©volutionnĂ©es. En effet, la chose est qu’ici les gens se disaient: «Il n’y a pas assez de gens pour qui prier.» Eh bien, je n’y pouvais rien. Quand j’avais le discernement pour une personne, le Saint-Esprit passait et allait vers une autre personne, et alors, je ne pouvais tout simplement pas m’éloigner de Lui. Mais maintenant cela se fait. Il me quitte tout simplement, Il continue (vous voyez?), parce que Dieu compte dire quelque chose. Oh! ça, c’est de loin mieux.
E-51 J’ai bien voulu expliquer cela ici, parce que je pense que c’est ma premiĂšre fois de prier pour les malades dans l’Eglise de Philadelphie depuis ce temps-lĂ . Ainsi, nous sommes reconnaissants. Chaque vision que Dieu m’a donnĂ©e s’est parfaitement accomplie, exactement tel qu’Il l’a dit, cela n’a jamais failli une seule fois. Je donne ma tĂȘte Ă  couper; car c’est la Parole du Dieu vivant rendue vivante parmi nous. C’est vrai.
J’ai 50 ans. Je sais ce que c’est qu’une vision depuis que j’avais environ deux ou trois ans; la premiĂšre vision m’avait montrĂ© oĂč je devais vivre.
Et je dis ceci en tant que chrĂ©tien: je n’ai jamais... De toute ma vie, je n’ai jamais demandĂ© quelque chose Ă  Dieu en toute sincĂ©ritĂ© sans qu’Il ne me l’ait donnĂ©, ou qu’Il m’ait dit pourquoi Il ne peut pas le faire. Et je crois que tout chrĂ©tien qui est ici peut tĂ©moigner de la mĂȘme chose. Si vous ĂȘtes sincĂšre et que vous vous approchez de Dieu... Eh bien, bien des fois vous pensez que vous avez besoin de quelque chose. Dieu n’a jamais dit qu’Il pourvoirait Ă  vos dĂ©sirs; [Il a dit qu’] Il pourvoirait Ă  vos besoins. Vous voyez? Il sait ce que c’est.
E-52 Eh bien, que le Seigneur vous bĂ©nisse. Maintenant, combien de gens avons-nous donc lĂ ? Le... Billy, oĂč es-tu? Combien...? 10? 10 Ă  15, numĂ©ro 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20. TrĂšs bien, c’est bien. Eh bien, je crois que lorsque ce groupe sortira lĂ , les 20... Laissons-les se tenir debout. Maintenant, c’est Ă  partir d’ici Ă  20 que j’aimerais commencer, Ă  partir d’ici. Etes-vous le numĂ©ro 20, soeur? Tenez-vous debout lĂ  oĂč vous ĂȘtes. Qu’est-ce? Oui... Eh bien, c’est comme si les gens se sont tout simplement alignĂ©s lĂ  contre le mur, Billy. Et je peux donc les aligner juste ici, je pense, et les faire passer. Pensez-vous que vous pouvez vous tenir lĂ -bas? OK. Allez-y comme vous voulez. 21, 22, jusqu’à 30. Allez le long du mur. Je... De 20 Ă  30, juste le long du mur. TrĂšs bien, il y en a 10 de plus, juste le long du mur. 30 à–à 40, qu’ils suivent aprĂšs, 30 Ă  40.
Billy, je pense que tu es en train de commettre une faute, je n’aime vraiment pas dire à qui que ce soit comment diriger ses affaires, mais tu auras un plus grand nombre de gens que tu ne sauras pas aligner là-bas.
E-53 Je vais te dire quoi. Laisse simplement cette dame se tenir juste ici. Vous, les soeurs qui ĂȘtes lĂ , venez par ici. TrĂšs bien. Je devrais attendre jusqu’à ce qu’on ait alignĂ© ceux-lĂ . TrĂšs bien. Pendant qu’on est en train d’aligner ceux-lĂ , chantons Crois seulement. Que dites-vous? Tout le monde ensemble maintenant.
Crois seulement... (MĂ©ditons pendant que nous chantons. Je Le vois descendre de la montagne. )
Tout est possible, crois seulement;
Crois seulement, crois seulement,
Tout est possible, crois seulement.
Eh bien, chantons cela différemment. Maintenant, je reçois. Chantons cela comme cela. Aimez-vous cette chanson comme cela?
Maintenant, je reçois, (Reçois Christ) maintenant, je reçois,
Tout est possible,
(De 40 Ă  50 maintenant, les cartes de priĂšre de 40 Ă  50 maintenant, alignez-les par ici.)
Maintenant je reçois, maintenant, je reçois,
Tout est possible, (car) maintenant, je reçois.
E-54 Combien connaissent l’auteur de cette chanson? C’est Paul Rader, un grand prĂ©dicateur de Chicago. Il est dans la Gloire ce soir, il est allĂ© comme un vaillant hĂ©ros. Avant sa mort... Lorsqu’il Ă©tait mourant, on m’a dit qu’à l’hĂŽpital, il a appelĂ© son frĂšre Luc. Et il lui a dit: «Luc, il y a longtemps que nous avons fait route ensemble. Mais pensez-y: D’ici cinq minutes, je vais me tenir dans la PrĂ©sence de JĂ©sus-Christ, revĂȘtu de Sa justice.» Oh! la la! C’était un homme merveilleux. Que Dieu bĂ©nisse Paul.
E-55 Maintenant, doit-on prier sur ces mouchoirs? Eh bien, j’aimerais dire ceci Ă  mes–à mes amis qui sont ici. Il y a eu des fois oĂč on m’a Ă©crit concernant des mouchoirs ou des linges oints sur lesquels j’avais priĂ©. Vous n’avez pas reçu cela, ou peut-ĂȘtre que vous avez attendu longtemps avant de recevoir cela.
Voici ce que je pensais: «Quel homme intelligent, cet Oral Roberts!» Et c’est un homme intelligent et un merveilleux homme de Dieu. Et je pensais: «Quel brillant homme il est, il a un bureau d’environ 400... Et toutes ces choses, et il Ă©dite un journal.» J’ai dit: «Je ne comprends pas comment il s’y prend.»
FrĂšre Tommy Osborn et moi, nous avons en quelque sorte vĂ©cu dans des taudis. Et quelque temps aprĂšs, frĂšre Tommy Osborn est montĂ© presque au mĂȘme niveau que frĂšre Oral Roberts et il a un bureau et des choses presque tout aussi superbes que celles dont dispose frĂšre Oral. J’ai dit: «Dites donc, comment cela est-il arrivĂ©?» Je n’ai pas compris.
J’ai fini par dĂ©couvrir qu’ils n’avaient pas du tout acquis cela d’eux-mĂȘmes; ils avaient Ă  leurs cĂŽtĂ©s quelqu’un qui a fait cela pour eux. Ainsi, cela–cela–cela a allĂ©gĂ© le fardeau.
E-56 Ainsi, nous essayons cela. Nous essayons de–d’avoir autour de nous assez (de gens) pour que nous soyons en mesure de rĂ©pondre Ă  ces linges–ces linges sur lesquels il faut prier ainsi que ces lettres, aussitĂŽt qu’ils arrivent. Ils arrivent en un jour pour sortir le jour suivant.
Et j’ai changĂ© de bureau. Je n’ai plus le mĂȘme bureau. La mĂȘme boĂźte postale 325, mais j’ai absolument changĂ© de staff, il y a des gens remplis du Saint-Esprit qui sont prĂȘts Ă  rĂ©pondre et Ă  travailler pour le courrier. Et trĂšs bientĂŽt, le Seigneur voulant, nous allons Ă©tendre cela un peu plus de sorte que nous puissions continuer Ă  servir davantage. Ainsi...
E-57 Mais nous veillons Ă  ce que chaque linge de priĂšre soit introduit. Je prie dessus. Chaque requĂȘte de priĂšre est prise en compte; cela m’est remis immĂ©diatement. Et nous traitons cela Ă  temps. Ainsi, si vous avez besoin de la priĂšre, une priĂšre urgente, et que vous voulez que je prie pour vous, que mon staff prie pour vous, pas seulement le staff, mais il me l’apporte. Si peut-ĂȘtre je ne suis pas Ă  la permanence tĂ©lĂ©phonique, je n’appelle pas... Cela est dĂ©posĂ© juste lĂ  avec rĂ©vĂ©rence, et on me le remet immĂ©diatement aussitĂŽt qu’on peut m’atteindre, et je me mets directement Ă  prier pour cela. Et parfois, on m’apporte cela sur des morceaux de papier. Et je prends cela et je vais dans mon... Et j’entre dans mon bureau au sous-sol peut-ĂȘtre. J’ai un–quelque chose qui ressemble Ă  un bureau lĂ -bas. J’en prends un avec mon doigt comme ceci, et je me mets Ă  prier jusqu’à ce que je sente que le Saint-Esprit est lĂ . Et je dis: «O Dieu, voici la soeur Sam Jones. Elle dit ici qu’elle a le cancer. Ô Dieu, elle est mourante. Je T’en prie, au Nom de JĂ©sus, Ă©coute ma priĂšre. Voici frĂšre Untel. Il a une tumeur. Il est Ă  l’hĂŽpital. Ô Dieu, daigne ĂȘtre misĂ©ricordieux envers lui, Ă©pargne sa vie.» Chaque personne tout au long de la rangĂ©e. Comme frĂšre Mercier dactylographie ces lettres et les envoie Ă  frĂšre Goad, directement Ă  moi... Je m’en occupe moi-mĂȘme.
E-58 Vous voyez, j’aimerais sortir pour m’associer avec les gens et avoir une rencontre avec eux, leur parler et leur serrer la main. Je ne peux pas le faire et puis prĂȘcher comme ceci. Voyez? Je dois rester lĂ  oĂč il y a l’onction de l’Esprit tout le temps. Lorsque la bataille sera terminĂ©e, alors j’aimerais prendre rendez-vous avec chacun de vous, m’asseoir en apartĂ© pendant mille ans prĂšs du Fleuve des Eaux de la Vie, et lĂ , parler de tout.
Mais maintenant, nous devons servir le Seigneur. Il–il fait chaud. La journĂ©e est chaude. PrĂȘchons et combattons le combat de la foi, restons dans la bataille, nous occupant des gens. Voyez, c’est ce que nous devons faire. Et chaque linge de priĂšre que vous envoyez et qui vous est renvoyĂ©, on a vraiment priĂ© dessus. Toute personne qui appelle pour la priĂšre, on prie un Ă  un pour ces gens, absolument. Je sais que vous aimez entendre cela. Avant, ce n’était pas ainsi. Nous sommes tout simplement... Oh! nous Ă©tions tout simplement obligĂ©s de faire le mieux que nous pouvions. Mais maintenant, tout est organisĂ©. Et nous en sommes reconnaissants.
E-59 Eh bien, pendant qu’ils sont–qu’on fait attendre la ligne de priĂšre, nous allons prier pour ces linges. Et aidez-moi. Maintenant rappelez-vous, vous qui ĂȘtes en ordre avec Dieu, Dieu rĂ©pondra Ă  votre priĂšre tout autant qu’Il rĂ©pondra Ă  ma priĂšre, ou Ă  la priĂšre de n’importe qui. Il exaucera Ses enfants. Il n’a pas de personnes spĂ©ciales. Eh bien, il se peut qu’Il donne Ă  l’un un certain travail Ă  faire, Ă  l’autre une houe, et Ă  un autre un marteau, et Il fait de quelqu’un d’autre un charpentier, ou quelqu’un... Mais ils sont tous Ses enfants. Ainsi, prions.
Seigneur, nous, en tant que cette partie du Corps de Christ, nous nous prĂ©sentons Ă  Toi en toute sincĂ©ritĂ© pour ces gens malades que ces mouchoirs, ces petits colis, ces flacons d’huile, et ainsi de suite, reprĂ©sentent ici. Et maintenant, que le Saint-Esprit qui est prĂ©sent, l’Esprit de la Parole de Dieu, qui a fait la promesse, puisse sanctifier ces efforts que nous fournissons, afin que, lorsque ces linges seront posĂ©s sur les gens, ou lorsque l’huile d’onction sera appliquĂ©e sur les malades, les anges de Dieu se tiennent immĂ©diatement prĂšs pour leur apporter les bĂ©nĂ©dictions de l’alliance que JĂ©sus-Christ a faite avec les malades. Accorde-le, Seigneur, car nous le demandons pour Sa gloire et en Son Nom. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. Vous pouvez vous asseoir. ImmĂ©diatement aprĂšs ce service donc, vous pouvez les avoir.
E-60 Je crois que–que tous les cinquante sont dans la ligne. TrĂšs bien. Combien... Eh bien, personne... Y a-t-il d’autres cartes de priĂšre ici? TrĂšs bien. Alors faites simplement... Qui n’a pas de carte de priĂšre? Levez la main. Qui Ă©tait-ce? Quelqu’un a-t-il une carte de priĂšre? Eh bien, vous frĂšre par ici, faufilez-vous juste lĂ  quelque part, frĂšre. Ça va. Eh bien, vous qui avez dit que vous n’aviez pas de carte de priĂšre, levez la main; vous qui ĂȘtes malades et qui dĂ©sirez que Dieu vous guĂ©risse.
Eh bien, rappelez-vous... J’ai un petit sermon que je prĂȘche: «Il est Dieu sur le toit; Il est Dieu dans la cave. Il est Dieu dans la prison; Il est Dieu Ă  l’hĂŽpital. Il est Dieu dans l’église; Il est Dieu sur le banc. Il est Dieu partout; Il est Dieu.» Et c’est vrai. Il est Dieu. Il est tout autant Dieu lĂ  oĂč vous ĂȘtes qu’Il l’est ici ou qu’Il est Dieu au Ciel. Il est partout, OmniprĂ©sent. Croyez-vous cela? Omniscient, Omnipotent, Infini, Il est Dieu.
E-61 Eh bien, vous savez qu’il y a dans la Bible une petite femme qui n’avait pas pu obtenir une carte de priĂšre ou qui ne pouvait pas entrer dans la ligne de priĂšre. Mais elle a touchĂ© le bord de Son vĂȘtement. Vous rappelez-vous cela? C’est tout ce dont elle avait besoin comme carte de priĂšre. Si elle avait eu une carte de priĂšre sans ce genre de foi, elle n’aurait jamais Ă©tĂ© guĂ©rie. Mais elle avait la foi sans la carte de priĂšre. Et c’est tout ce qu’il faut. Et c’est tout ce qu’il vous faut avoir. Ayez la foi sans la carte de priĂšre, et vous pouvez ĂȘtre guĂ©ri. Croyez-vous cela? Je vous fais tout simplement comprendre que Dieu est toujours Dieu. Il vous rĂ©pondra lĂ -bas.
Je–je suis tout simplement... Les mains par ici. Tous ceux qui sont par ici, qui n’ont pas de carte de priĂšre, levez la main. Maintenant, c’est partout. Je pense que c’est vraiment partout. Tout le monde... Ça, c’est un monde malade, n’est-ce pas? Mais, connaissez-vous le corps le plus malade sur la terre? Je le dis avec rĂ©vĂ©rence, ce n’est pas pour ĂȘtre sacrilĂšge. Que Dieu me pardonne si je dis ce qu’il ne faut pas. Le Corps de JĂ©sus-Christ a besoin de la guĂ©rison. Et Il ne peut ĂȘtre guĂ©ri que par l’amour fraternel. C’est le Corps le plus malade que je connaisse. Il est complĂštement brisĂ© en morceaux et dĂ©chirĂ©. Ô Dieu! je prie pour la guĂ©rison de ce Corps. Et c’est vous qui ĂȘtes membres de ce Corps. Ainsi, Dieu vous guĂ©rit physiquement et spirituellement, et fait de vous ce que vous devriez ĂȘtre. Eh bien, touchez Son vĂȘtement ce soir et Il sera Dieu lĂ  tout autant qu’Il est Dieu ici.
E-62 Eh bien, je pense que tous ceux qui sont dans la ligne de priĂšre... J’aimerais vous parler, parce que ceci n’est pas une ligne de discernement; ça, c’est une ligne de priĂšre. Maintenant, eh bien, la raison pour laquelle je sonde attentivement les gens avec ce discernement... Tout celui qui connaĂźt les Ecritures sait que parfois la maladie est permise par Dieu pour mettre la discipline parmi son peuple. Savez-vous cela? C’est vrai. Eh bien, qu’en serait-il si vous vous serviez d’un don pour ĂŽter d’une personne ce que Dieu a placĂ© sur elle? Alors vous aurez des ennuis avec Dieu. Est-ce vrai?
Croyez-vous que la puissance que Dieu donne aux hommes dans la priĂšre peut faire cela? Que ça soit la volontĂ© de Dieu ou pas, cela aura des effets de toute façon. MoĂŻse a frappĂ© le rocher, mais ce n’était pas la volontĂ© de Dieu. Je ne pouvais pas me reprĂ©senter cela comme Ă©tant la volontĂ© de Dieu. En effet, Elie [ElisĂ©e–N.D.E.] Ă©tait chauve, et ces enfants se moquaient de lui Ă  cause de sa calvitie, et il les a maudits et a amenĂ© la mort sur quarante-deux d’entre eux. Je ne peux pas m’imaginer que cela soit le Saint-Esprit, voyez? Mais c’est tout simplement le prophĂšte en colĂšre, ainsi que la puissance de ce prophĂšte.
E-63 Maintenant, vous tous qui ĂȘtes donc dans la ligne de priĂšre, rappelez-vous ceci: Si vous avez des pĂ©chĂ©s non confessĂ©s dans votre vie... Moi, je vais prier de tout mon coeur. Et s’il y a dans ma vie quelque chose qui empĂȘcherait que ma priĂšre soit exaucĂ©e, ça, je ne le sais pas. Eh bien, je ne suis pas un guĂ©risseur. Mais je reçois certainement des rĂ©ponses directes aux priĂšres. Et c’est ainsi que je viens prier pour vous, pas pour vous guĂ©rir, pour prier pour vous. Vous devez avoir la foi pour votre propre guĂ©rison, comme j’en ai pour prier pour vous. Mais la Bible dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: s’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.»
Eh bien, rappelez-vous, je remets ceci dans vos mains. Si vous avez des pĂ©chĂ©s non confessĂ©s dans votre vie, quittez la ligne maintenant; mettez-vous en ordre avec Dieu lĂ -dessus. Car, rappelez-vous, je ne suis pas responsable. Que Dieu soit votre juge. Si vous passez dans la ligne avec des pĂ©chĂ©s non confessĂ©s, et que vous ĂȘtes guĂ©ri, et que cela est contraire Ă  la volontĂ© de Dieu, alors veillez Ă  cela. Cela n’est plus entre mes mains. Car le Seigneur ne me laissera pas faire ceci pendant longtemps, mais maintenant Il m’en a donnĂ© la permission. Je vous remets donc cette responsabilitĂ©. Vous voyez?
E-64 Beaucoup d’entre vous se rappellent dans les rĂ©unions comment le Saint-Esprit dĂ©nonçait les pĂ©chĂ©s et des choses, des hommes vivant dans l’adultĂšre avec des femmes, et des choses qu’ils avaient volĂ©es. Vous vous rappelez cela, n’est-ce pas, Ă©glise, vous tous. Voyez?
Eh bien, nous ne prenons pas cela maintenant; ainsi je remets cela entre vos mains. Voyez? Veillez Ă  cela. Venez. Si vous... Si vous ne vous sentez pas bien Ă  ce sujet, priez et demandez Ă  Dieu. S’Il dit que c’est en ordre, vous pouvez venir. Que le Seigneur vous bĂ©nisse, jusqu’à ce que nous nous revoyions le dimanche soir, Ă  la cinquiĂšme rĂ©union, que Dieu soit avec vous.
E-65 Maintenant, commencez ici avec les gens qui sont ici. Je pense que chacun de vous qui ĂȘtes dans la ligne est Ă©tranger. Nous sommes des Ă©trangers... Combien de ceux qui sont dans la ligne savent que je ne connais rien Ă  leur sujet, que je ne connais pas leur problĂšme, ni quoi que ce soit, levez la main, tous ceux que je ne connais pas. Combien lĂ -bas dans l’auditoire sont malades et savent que je ne connais rien Ă  leur sujet...?... Levez la main. Mais Dieu connaĂźt cela, n’est-ce pas? S’Il le permet, que la volontĂ© de Dieu soit faite.
Maintenant, commençons, afin que vous voyiez que le Saint-Esprit est toujours ici. Le Saint-Esprit donne le discernement. Il est toujours ici. Cette dame-ci, nous allons tout simplement commencer avec elle.
E-66 Eh bien, soeur, mĂȘme si je... MĂȘme si le Saint-Esprit m’oint pour vous rĂ©vĂ©ler des choses vous concernant ou quoi que ce soit, cela ne change rien pour vous. Vous croiriez cela de toute façon, juste pour prier. Est-ce vrai? Vous me croiriez de toute façon, si je priais pour vous. Mais je pense que vous avez levĂ© votre main il n’y a pas longtemps pour signifier que nous Ă©tions des Ă©trangers l’un Ă  l’autre. Mais Dieu nous connaĂźt tous les deux. Ça, vous le croyez. Si le Saint-Esprit me rĂ©vĂšle votre problĂšme ou autre chose. Il peut y avoir des Ă©trangers ici.
Voyons tout simplement s’il y en a ou pas. Voyez? Y a-t-il des Ă©trangers ici qui n’ont jamais Ă©tĂ© Ă  l’une de mes rĂ©unions auparavant? Faites voir vos mains, levez les mains. Eh bien, oh! la la! Certainement il y en a. Alors j’expliquerai ceci juste un moment peut-ĂȘtre.
E-67 Voici un tableau de Saint Jean 4, juste afin que vous compreniez cela. JĂ©sus, en tant qu’un Homme, Dieu homme, Dieu Ă©tait en Lui. Il avait rencontrĂ© une femme au puits, Saint Jean 4. Et les gens... Elle Ă©tait une Samaritaine, et Lui, un Juif. Il a demandĂ© Ă  cette femme de l’eau Ă  boire. Et celle-ci a dit: «Le... Il n’est pas de coutume que vous, les Juifs, vous demandiez une telle chose Ă  nous les Samaritains.» Et la conversation s’est poursuivie. Et JĂ©sus... La Bible dit qu’Il devait passer par la Samarie. C’est le PĂšre qui L’avait envoyĂ© lĂ , car...
Combien savent que JĂ©sus a dit: «Je ne fais rien avant que le PĂšre ne me le montre premiĂšrement?» JĂ©sus ne faisait jamais une chose avant qu’Il ait vu une vision sur la chose Ă  faire. Aucun prophĂšte, ni personne d’autre, avant que Dieu ne lui montre... Ça, ce n’est pas l’homme; c’est Dieu, ce n’est jamais l’homme; c’est Dieu.
E-68 Ainsi, Il a parlĂ© Ă  la femme jusqu’à ce qu’Il eĂ»t dĂ©couvert ce qui n’allait pas chez elle. Et lorsqu’Il a trouvĂ© son problĂšme, Il lui a rĂ©vĂ©lĂ© son problĂšme.
Combien parmi vous les Ă©trangers qui ĂȘtes ici n’ont jamais assistĂ© Ă  l’une des rĂ©unions auparavant et savent ce qu’était le problĂšme de cette femme, levez la main? Certainement, elle avait... Elle vivait dans l’adultĂšre. Elle avait eu cinq maris, et elle ne vivait pas avec le sixiĂšme mari, celui avec qui elle vivait Ă  ce moment-lĂ  n’était pas son mari.
Mais JĂ©sus a trouvĂ© oĂč rĂ©sidait son problĂšme, et Il le lui a rĂ©vĂ©lĂ©. Et qu’a-t-elle dit? «Eh bien, Seigneur, je vois que Tu es un prophĂšte. Nous savons que lorsque le Messie viendra, Il nous dira ces choses.» Voyez? C’était lĂ  le signe du Messie. Voyez? «Tu es certainement un prophĂšte. Et nous savons que lorsque le Messie viendra, Il nous dira ces choses, parce que...»
E-69 Combien savent que le Messie Ă©tait un prophĂšte? MoĂŻse l’avait dit: «Le Seigneur votre Dieu suscitera un prophĂšte comme moi.» Est-ce vrai? «Celui qui n’écoutera pas ce prophĂšte sera retranchĂ© du milieu du peuple.» Ainsi, il savait qu’Il devait ĂȘtre Dieu-ProphĂšte. Et Il a dit que–que... «Nous savons que le Messie viendra, et lorsqu’Il viendra, Il nous dira ces choses. Mais Toi, qui es-Tu?»
Et Jésus a répondu: «Je Le suis, Moi qui te parle.»
Et la femme a couru dans la ville et a dit: «Venez voir un homme qui m’a dit ce que j’ai fait. N’est-ce pas le Messie?»
Eh bien, ce mĂȘme JĂ©sus, lorsqu’Il s’en est allĂ©, Il a dit: «Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus. Mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde. Et les choses que Je fais, vous les ferez aussi.» Il a prophĂ©tisĂ© que cette chose allait arriver.
E-70 Comme Sa Venue approche, Son Esprit est en train de... Au cours des quarante derniĂšres annĂ©es, Son Esprit a agi dans l’Eglise, donnant le baptĂȘme, restaurant les dons de langues et tout.
Eh bien, qu’a dit Paul? «S’il survient quelqu’un parmi vous et que vous tous vous parliez en langues et qu’un homme du peuple soit assis lĂ , il dira: ‘Eh bien, vous ĂȘtes–vous ĂȘtes des barbares. Mais si quelqu’un prophĂ©tise et rĂ©vĂšle les secrets du coeur, alors ils tomberont sur leur face et diront: ‘Dieu est certainement avec vous.’» Est-ce vrai?
Ainsi, vous voyez, nous nous approchons davantage de la Maison maintenant. Le Messie se rĂ©vĂšle de plus en plus clairement, continuellement. C’est juste comme votre ombre lorsqu’elle se rapproche, elle se rapproche de plus en plus jusqu’à ce qu’elle devienne complĂštement positive. C’est ce qui arrivera lorsque Christ et Son Epouse s’uniront. Alors nous serons un avec Lui.
E-71 Soeur, je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vue de ma vie. Il me faut dĂ©pendre complĂštement de Quelque chose pour qu’Il me rĂ©vĂšle cela, ce que pourrait ĂȘtre votre problĂšme. Je ne vous ai jamais vue. C’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons. Et... mais Dieu le sait. Eh bien, jugez-en vous-mĂȘme. Eh bien, si je me prĂ©cipitais et que je vous imposais les mains, disant: «Oh! vous ĂȘtes malade.» Je ne sais pas si vous ĂȘtes malade. Voyez? Mais je dirais: «Vous ĂȘtes malade.» Je peux supposer cela et dire: «Le Seigneur va vous guĂ©rir, parce que je vous ai imposĂ© les mains.» C’est vrai. C’est vrai. Il a promis cela.
Mais maintenant, qu’en serait-il s’Il remonte lĂ  dans votre vie et qu’Il vous rĂ©vĂšle quelque chose? Et vous savez si cela est la vĂ©ritĂ© ou pas, quelque chose qui est dĂ©jĂ  arrivĂ©. Et s’Il connaĂźt ce qui s’est passĂ© et qu’Il vous rĂ©vĂšle ce qui se passera, alors vous aurez certainement foi dans cela, n’est-ce pas? Vous croirez cela. Ou croirez-vous cela? Croirez-vous cela? TrĂšs bien. Je n’ai pas dit que vous avez commis adultĂšre. J’ai dit: «Si Dieu vous rĂ©vĂ©lait quelque chose de faux en vous, ce pourquoi vous ĂȘtes ici pour qu’on prie pour vous...» Quelque chose de ce genre. Vous savez bien que moi, je ne connais pas votre problĂšme, mais Dieu le connaĂźt.
E-72 Combien dans l’auditoire comprennent? Combien dans la ligne de priùre comprennent cela? Trùs bien. Et si cette dame ne comprend donc pas cela comme il faut, je quitterai cette dame et j’irai vers l’auditoire afin que vous voyiez, et que la femme puisse comprendre.
Toute personne qui est malade lĂ -bas et qui a quelque chose qui cloche, levez la main, vous qui n’avez pas de carte de priĂšre. Ici... Voyez-vous cette dame qui est assise juste ici portant ce petit chapeau rond, qui a mis la main sur sa bouche? Oui. Elle souffre d’un problĂšme cardiaque. Si cela est vrai, tenez-vous debout, madame. Rentrez chez vous. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit.
Je ne la connais pas; je ne l’ai jamais vue de ma vie. Sommes-nous Ă©trangers l’un Ă  l’autre, madame? Nous ne nous connaissons pas, pas du tout. Vous ĂȘtes assise lĂ  sans carte de priĂšre ni rien, vous ĂȘtes assise lĂ  dans l’auditoire. Est-ce vrai? Eh bien, vous sentez un changement, n’est-ce pas? Votre coeur se remet Ă  battre normalement. Eh bien, qu’avez-vous touchĂ©? Vous avez touchĂ© le Souverain Sacrificateur, Il est ici. Vous voyez?
E-73 Vous voyez ce que je veux dire? Ayez tout simplement foi. Croyez. Eh bien, comprenez-vous ce que je veux dire? Voulez-vous voir quelqu’un d’autre? Vous pensez que c’était une supercherie? Quelqu’un d’autre dans l’auditoire, croyez.
Ici... Cette dame assise avec la main levĂ©e, portant un petit chapeau rond; elle est assise lĂ . Elle a aussi un problĂšme de coeur, et elle prie pour cela. C’est vrai. C’est vrai. Si c’est cela, levez-vous–vous. TrĂšs bien. Votre coeur se porte mieux maintenant, n’est-ce pas? TrĂšs bien, vous ĂȘtes guĂ©rie. Vous pouvez rentrer chez vous.
Vous qui pourriez penser que cela concerne tout simplement le problùme de coeur, la femme qui est assise juste là derriùre elle souffre de l’hypertension. Si c’est vrai, madame, tenez-vous debout. C’est vrai.
Si vous croyez qu’Il guĂ©rit l’hypertension, la dame qui est assise derriĂšre elle est anĂ©mique. Est-ce vrai, madame? Tenez-vous debout. Rentrez chez vous et soyez guĂ©rie. Amen. JĂ©sus-Christ est Dieu. Voyez?...?... Maintenant, regardez dans cette direction.
E-74 Cette dame ne comprend tout simplement pas. Mais Ă©coutez, laissez-moi vous le montrer. Regardez par ici. Vous ĂȘtes nerveuse. Vous avez une maladie de nerf. Vous avez aussi un cancer. C’est un cancer des os. C’est vrai. Vous n’ĂȘtes pas d’ici. Vous n’ĂȘtes pas de cette ville. Vous n’ĂȘtes pas de cet Etat. Vous venez du Kentucky ou du Tennessee. Vous ĂȘtes tout juste Ă  la frontiĂšre qui sĂ©pare le Kentucky du Tennessee. Vous vous appelez madame Philips. Cela vous satisfait-il? Rentrez chez vous maintenant et soyez guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ. Seigneur notre Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, sois misĂ©ricordieux envers ma soeur, et guĂ©ris-la au Nom de JĂ©sus.
Si je ne dis aucun mot, croirez-vous que vous ĂȘtes guĂ©rie de toute façon? TrĂšs bien, que Dieu vous bĂ©nisse. Maintenant, rentrez chez vous.
Croyez-vous, soeur? Ô Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Ton Esprit est Tout-suffisant et prĂ©sent maintenant, que Ton amour vienne sur elle et la guĂ©risse au Nom de JĂ©sus. Amen. TrĂšs bien. MĂȘme si je ne vous disais aucun mot, croyez-vous toutefois que vous serez guĂ©rie? Eh bien, votre nervositĂ© vous a quittĂ©e. Vous Ă©tiez guĂ©rie...?... Vous pouvez continuer votre chemin.
Si vous avez la foi, croyez maintenant. Eh bien, si je ne dis rien Ă  ces gens, cela ne change rien. C’est tout Ă  fait la mĂȘme chose. C’est le mĂȘme Esprit. Croyez-vous cela? Certainement.
E-75 Cette dame-ci. Sommes-nous Ă©trangers l’un Ă  l’autre? Si JĂ©sus-Christ... Croyez-vous que c’est Sa PrĂ©sence qui se tient ici en ce moment, qui utilise tout simplement nos corps? Vous ĂȘtes une chrĂ©tienne. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Rentrez chez vous et soyez guĂ©rie. Au Nom de JĂ©sus-Christ, soyez guĂ©rie.
Ô Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, guĂ©ris cette femme de son problĂšme de coeur au Nom de JĂ©sus. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Allez, croyant.
Venez, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur? TrÚs bien. Cette maladie gynécologique vous quittera, et vous rentrerez chez vous guérie maintenant au Nom du Seigneur Jésus.
Est-ce que vous croyez pour ce petit garçon? Seigneur, je lui impose les mains au Nom de JĂ©sus-Christ. Qu’il soit guĂ©ri. Amen.
Que Dieu bĂ©nisse notre frĂšre; je lui impose les mains, au Nom de JĂ©sus-Christ, qu’il soit guĂ©ri. Amen.
Maintenant, soeur, nous voyons tous bien que vous ĂȘtes infirme. Vous avez les membres complĂštement crispĂ©s. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Ô Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, permets que Ton Esprit et Ta grĂące viennent sur cette femme et la guĂ©rissent au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Maintenant, rentrez en croyant cela, et jetez votre bĂ©quille et rentrez chez vous.
E-76 TrĂšs bien. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que je suis serviteur de JĂ©sus-Christ? Si Dieu me rĂ©vĂ©lait ce pourquoi vous ĂȘtes ici, votre maladie ou peu importe ce que c’est, croirez-vous que Dieu vous accordera la promesse? TrĂšs bien. Vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre. Il s’agit de votre mari. Il est allĂ© Ă  l’hĂŽpital. Il a un problĂšme avec ses poumons et ses os. C’est vrai. Allez, il sera rĂ©tabli. Croyez cela de tout votre coeur.
Ô Seigneur Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, que cet enfant soit guĂ©ri pour la gloire de Dieu. Amen. Ne doutez pas. Croyez cela.
Ô Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, accorde Ă  cette femme la guĂ©rison au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Croyez, soeur. Seigneur, Créateur des cieux et de la terre, accorde la guérison à cette femme au Nom de Jésus-Christ. Amen.
Nous voyons cette petite fille qui souffre de la polio. On l’a tout simplement fait asseoir juste ici pour qu’on prie pour elle comme pour la derniĂšre personne. Maintenant, croyez tout simplement que Dieu accordera Ă  cette petite fille sa guĂ©rison. Allez-vous croire cela? Amenez-la juste ici...?...
E-77 Maintenant, la petite fille ici, il n’y a pas de discernement pour ceci, elle souffre de la polio. Elle porte un appareil orthopĂ©dique. Croyons que Dieu guĂ©rira cette enfant.
Bien-aimĂ© PĂšre cĂ©leste, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions sur cette enfant et puisse-t-elle ĂȘtre guĂ©rie pour la gloire de Dieu. Au Nom de JĂ©sus-Christ, nous demandons cela. Amen. Ne doutez pas. Croyez qu’elle sera guĂ©rie. Et vous pouvez obtenir ce que vous demandez. Quoi? Voulez-vous vous asseoir lĂ -bas un tout petit peu? Asseyez-vous lĂ  juste un tout petit peu, restez dans Sa PrĂ©sence ici, voyez donc ce qui va lui arriver. TrĂšs bien.
Eh bien, pendant que je priais, ce problĂšme de coeur vous a quittĂ©e, ainsi allez tout simplement et rĂ©jouissez-vous...?... Seigneur Dieu... Ô Seigneur, je Te prie de le lui accorder au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Ô Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, accorde Tes bĂ©nĂ©dictions Ă  mon frĂšre, ce qu’il demande au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Venez, mon frÚre. On voit bien que vous tremblez suite à la maladie de Parkinson. Mais croyez-vous que Dieu vous guérira? Seigneur Dieu, je Te prie de guérir notre frÚre et de le rétablir au Nom de Jésus-Christ. Amen.
Maintenant, que tout le monde soit en priĂšre, avec un esprit de priĂšre, attendant, veillant.
E-78 Croyez-vous maintenant que le Seigneur JĂ©sus peut vous guĂ©rir, soeur? Ô Eternel Dieu, Auteur de la Vie Eternelle, Donateur de tout don excellent, envoie Tes grĂąces sur notre soeur, et guĂ©ris-la au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Maintenant, croyez de tout votre coeur.
Ecoutez...?... Oh! je regrette.
Venez ici, soeur. Votre problĂšme est que vous–vous ĂȘtes–vous ĂȘtes toute nerveuse, vous avez un problĂšme mental, la nervositĂ©. Vous vous sentez comme si vous ne pouvez pas revenir en vous-mĂȘme. Vous avez besoin d’un lieu oĂč poser votre pied. Voici le lieu maintenant mĂȘme: la croix. Maintenant, allez... Je peux faire partir cela de vous (vous voyez?), mais ça reviendra. C’est–c’est–c’est parce qu’on est dans Sa PrĂ©sence maintenant, il ne pouvait pas rester ici s’il vous fallait le faire. Vous voyez? Mais cela reviendra, si le maĂźtre de la maison qui est la foi n’est pas lĂ . Vous aviez besoin d’un endroit pour commencer; maintenant, commencez Ă  partir d’ici mĂȘme. Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, cette ombre noire comme du brouillard qui est suspendue sur cette femme, au Nom de JĂ©sus-Christ, toi, dĂ©mon de nervositĂ©, quitte cette femme. Amen. Maintenant, allez et rĂ©jouissez-vous. Ecoutez. Soyez heureuse. RĂ©jouissez-vous tout simplement et rendez grĂące Ă  Dieu; il ne reviendra plus. Croyez tout simplement cela.
E-79 TrÚs bien. Venez, soeur. On devra vous opérer si Dieu ne vous guérit pas. Mais Dieu Îtera cette tumeur si vous croyez en Lui. Voulez-vous croire en Lui? Au Nom de Jésus-Christ, soyez guérie. Amen. Croyez de tout votre coeur.
Eh bien, vous resterez infirme avec cette arthrite, si vous ne–si Dieu ne vous guĂ©rit pas. Seigneur JĂ©sus, guĂ©ris-la de cette arthrite, au Nom de JĂ©sus. Amen. Venez, soeur. Vous serez atteinte de l’arthrite vous aussi, si vous ne croyez pas. Seigneur, je Te prie d’îter d’elle cette maladie de Parkinson, de la guĂ©rir de l’arthrite et de la rĂ©tablir au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Maintenant, allez, croyant. Si vous pouvez croire.
Vous tous lĂ -bas, croyez-vous maintenant? Est-ce que tout le monde prie pour recevoir cela?
Bonjour. Il y a quelque chose qui se passe dans l’auditoire juste en ce moment. Je ne peux pas voir cela Ă  l’instant. Peut-ĂȘtre qu’Il me le rĂ©vĂ©lera. Restez tout simplement en priĂšre.
E-80 Nous sommes Ă©trangers l’un Ă  l’autre, je pense. C’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons. Mais le Seigneur Dieu nous connaĂźt tous deux. Croyez-vous qu’Il peut me rĂ©vĂ©ler ce qu’était votre problĂšme? Vous avez un problĂšme de coeur. Vous ĂȘtes prĂȘte Ă  aller Ă  l’hĂŽpital pour subir une opĂ©ration. Oui, oui. C’est vrai. Me croyez-vous maintenant? Vous n’ĂȘtes pas de cette ville non plus, ni de cet Etat. Vous venez de l’Etat du Missouri, de Waynesville. Oui, oui. Vous vous appelez Elsie. Votre nom de famille, c’est Maltus. Eh bien, rentrez chez vous et soyez guĂ©rie au Nom de JĂ©sus...?...
Rosella, bien sûr que je sais qui tu es... Au Nom de Jésus-Christ, que la puissance de Dieu descende sur elle, amen.
C’est cela. Recevez tout simplement votre guĂ©rison par le Saint-Esprit...?... Ô Eternel Dieu, guĂ©ris notre soeur. Amen.
Ô Seigneur, j’impose mes mains Ă  cette dame et je chasse ce dĂ©mon au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Ô Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, je demande la guĂ©rison de cette femme, afin que Tu la rĂ©tablisses complĂštement au Nom de JĂ©sus. Amen.
Seigneur, je prie pour mon frÚre, afin que Tu touches son corps aussi, Seigneur, et que Tu le rétablisses au Nom de Jésus. Amen.
Que Dieu bénisse ce jeune homme. Je prie que Ton Saint-Esprit lui donne le désir de son coeur, par Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.
E-81 Que Dieu bĂ©nisse ce–notre frĂšre, et puisse le Dieu du Ciel, qui est l’Auteur de cette Parole que notre frĂšre porte sous son bras, lui donner le dĂ©sir de son coeur au Nom de JĂ©sus. Amen. Ayez la foi.
TrĂšs bien, soeur. Croyez que votre mal de dos est parti et... Cela vous a quittĂ©e, vous pouvez donc...?... Ô Seigneur Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, guĂ©ris notre soeur et rĂ©tablis-la. Amen.
Seigneur, je Te prie de guérir notre soeur que voici et de la rétablir au Nom de Jésus. Amen.
Si vous avez la foi... Croyez tout simplement–tout simplement. C’est tout ce que vous avez Ă  faire. Lorsque les bĂ©nĂ©dictions tombent comme ceci, alors tendez la main et saisissez-les. Vous voyez? C’est Dieu avec Son grand...?... les puissances de Dieu qui sont rĂ©pandues sur vous comme cela, ce sont des dons pour vous. Il les rĂ©pand tout simplement sur vous...?... comme l’a fait EliĂ©zer Ă  Rebecca, Il rĂ©pand tout simplement sur vous les dons de Sa grĂące ainsi que les bĂ©nĂ©dictions. Croyez-vous cela? TrĂšs bien.
Ayez tout simplement la foi et croyez. Et on dirait que le discernement a embrasĂ© la Chose. Et alors, voyez, on ne peut pas exercer le discernement, autrement, on ne saura pas aller jusqu’au bout. N’est-ce pas mieux comme ceci? Eh bien, certainement. Cela accorde Ă  tout le monde la chance pour qu’on prie pour eux. Maintenant, chacun de vous fera la mĂȘme chose. Je dirais... Ce serait exactement la mĂȘme chose pour chacun.
E-82 Ecoutez, voyons, qui est le suivant? Est-ce cette femme ou bien cette femme par ici? Bonjour. Nous sommes Ă©trangers l’un Ă  l’autre, n’est-ce pas? TrĂšs bien. Je ne vous connais pas, et vous ne me connaissez pas non plus. Mais si Dieu me rĂ©vĂšle votre problĂšme, allez-vous croire que je suis Son serviteur? Allez-vous croire que c’est certainement l’Esprit de Dieu qui me rĂ©vĂšle cela? Vous avez un problĂšme des poumons, un problĂšme des seins, et un problĂšme du dos. Est-ce vrai? Eh bien, vous pouvez rentrer au Nebraska et soyez guĂ©ri. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rira.
Croyez-vous que Dieu ĂŽtera cette tumeur sans aucune opĂ©ration? TrĂšs bien, allez de l’avant et recevez cela au Nom de JĂ©sus-Christ.
Eh bien, frĂšre, cette vieille maladie d’asthme est trĂšs horrible. Mais croyez-vous que Dieu va vous rĂ©tablir? Au Nom de JĂ©sus-Christ, que cela soit condamnĂ© sous la puissance du Saint-Esprit et dans la PrĂ©sence du Christ, qu’il soit guĂ©ri. Amen. Amen.
Ô Seigneur, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, accorde Ă  ce frĂšre la guĂ©rison qu’il demande au Nom de JĂ©sus.
Venez, soeur. Vous paraissez trĂšs costaude pour ĂȘtre–pour ĂȘtre une personne nerveuse. Mais parfois, notre–notre apparence ne... C’est trompeur. Mais Dieu vous guĂ©rira de cela, ne croyez-vous pas cela? Ô Seigneur, je Te prie de guĂ©rir notre soeur et de lui ĂŽter cette nervositĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Maintenant, allez, croyant. Ayez tout simplement la foi.
E-83 Vous croyez, mon frĂšre? Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre frĂšre aille et qu’il soit complĂštement guĂ©ri au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre.
TrĂšs bien, le suivant. Est-ce...? TrĂšs bien. Nous sommes Ă©trangers l’un Ă  l’autre, soeur?
Tout ça, ce sont donc des cartes de priĂšre. Cette fille–cette fille-ci, elle est ce que nous appelons dans notre nation une personne de couleur. Chez elle, c’est... Elle est une Ethiopienne. Eh bien... Afrique. Mais nous savons qu’en tant qu’un homme blanc Ă  cĂŽtĂ© d’une femme de couleur, c’est vraiment l’image du Seigneur qui a rencontrĂ© la femme au puits. Ils Ă©taient des personnes de deux nationalitĂ©s diffĂ©rentes. La femme Ă©tait une Samaritaine, et Lui Ă©tait un Juif. Mais JĂ©sus lui a fait comprendre immĂ©diatement que Dieu n’a pas de couleur, ni de race dans Son... Nous sommes tous un. Nous venons d’Adam, chacun de nous. Nous tous, nous sommes des enfants de Dieu. Le pays oĂč l’on vit a fait que notre peau ait une couleur... blanche, brune, jaune, noire. Quelle que soit la couleur, nous sommes tous un en JĂ©sus-Christ. Le lieu oĂč nous avons vĂ©cu n’avait rien Ă  voir avec Dieu. Dieu nous a placĂ©s de cette maniĂšre. Certainement. Ils avaient Ă  leur Ă©poque une grande sĂ©grĂ©gation comme les gens cherchent Ă  en avoir au Sud. Et Dieu leur a fait savoir ... JĂ©sus leur a fait savoir qu’Il Ă©tait le Dieu de tous. Et c’est vrai.
E-84 Eh bien, voici parfaitement ce tableau une fois de plus, deux peuples diffĂ©rents, un homme et une femme de races diffĂ©rentes, l’un de race blanche et l’autre de race noire se tenant ici. Je n’ai jamais vu cette femme.
Et je pense que nous sommes Ă©trangers l’un Ă  l’autre. Est-ce vrai? Si c’est vrai, faites signe de la main, levez la main afin que les gens voient. Je ne la connais pas, je ne l’ai jamais vue de ma vie. Peut-ĂȘtre que c’est la premiĂšre fois qu’elle m’a vu... Mais maintenant, il y a quelque chose qui cloche, peut-ĂȘtre. Peut-ĂȘtre qu’il n’y en a pas. Je ne sais pas.
Mais si le Saint-Esprit me rĂ©vĂšle et me montre ce que vous avez ou un secret que vous–qui se trouve dans votre coeur, s’Il rĂ©vĂšle cela, s’Il le rĂ©vĂšle, alors vous saurez que c’était Quelque chose qui a fait cela. Croirez-vous que c’était le...? Agirez-vous comme cette Samaritaine lorsque le Seigneur JĂ©sus a fait cela devant elle? Elle est entrĂ©e dans la ville en courant et elle a dit: «Venez voir un homme qui m’a dit les choses que j’ai faites ou que j’ai cachĂ©es dans mon coeur. N’est-ce pas le Messie?» Eh bien, c’est le mĂȘme Messie dans Son Eglise, n’est-ce pas? Croyez-vous cela? Voulez-vous tous croire cela? Que le Seigneur l’accorde.
E-85 Maintenant, approchez-vous de sorte que si la vision apparaĂźt, les gens puissent entendre fortement. Eh bien, nous voici tous les deux, nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s de notre vie auparavant. Voici la Bible, c’est la premiĂšre fois.
Eh bien, si JĂ©sus-Christ est toujours le Messie, s’Il est ressuscitĂ© des morts et qu’Il n’est pas mort, Il est vivant Ă  jamais, Il est avec l’Eglise. Et s’Il est avec l’Eglise, Il a promis d’oeuvrer au travers de l’Eglise de la mĂȘme façon que Dieu avait travaillĂ© au travers de Lui, le Corps de JĂ©sus, afin que Dieu puisse oeuvrer au travers de l’Eglise par le mĂȘme Esprit, le Saint-Esprit; est-ce vrai? Les mĂȘmes oeuvres. Eh bien, qu’il soit bien connu que JĂ©sus-Christ est vivant. Ceci se fait par un don qui vient de Dieu.
E-86 Eh bien, cette dame, je ne l’ai jamais vue. Puisse le Seigneur Dieu me rĂ©vĂ©ler quelque chose qui amĂšnerait l’auditoire Ă  recevoir JĂ©sus Ă  l’instant mĂȘme comme son–comme son GuĂ©risseur. Et si vous en avez besoin, puisse-t-Il vous accorder la mĂȘme chose.
Eh bien, vous avez l’air d’une femme en bonne santĂ©, forte et jeune. Mais parfois ça pourrait ĂȘtre quelque chose que je ne peux pas voir. Ça pourrait ĂȘtre quelque chose qui doit ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ© spirituellement. Mais vous souffrez, et la douleur vient d’une tumeur. Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler oĂč cette tumeur est situĂ©e? Elle est situĂ©e dans votre cĂŽtĂ© droit. C’est vrai, n’est-ce pas? Eh bien, croyez-vous au mĂȘme Messie?
Et vous lĂ -bas, croyez-vous cela? Vous direz: «FrĂšre Branham, il est possible que vous ayez devinĂ© cela.» Elle a un bon esprit. Oui. Je vois une chose dans son coeur; c’est un dĂ©sir.
N’est-Il pas merveilleux? Vous savez que j’ai saisi cela parfaitement, n’est-ce pas? Ça concerne quelqu’un d’autre. C’est votre ami qui est Ă  l’hĂŽpital Ă  la suite d’une attaque d’apoplexie. C’est vrai, n’est-ce pas? Si Dieu me rĂ©vĂšle qui vous ĂȘtes, cela va-t-il–cela va-t-il rĂ©gler la situation pour vous? C’est le mĂȘme Dieu qui a dit Ă  Pierre: «Tu t’appelles Simon; le nom de ton pĂšre, c’est Jonas.» Eh bien, cela a touchĂ© Pierre. Mais votre prĂ©nom, c’est Mattie, votre nom de famille, c’est Jones. Le mĂȘme Dieu. Allez, soyez guĂ©rie, soeur, au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-87 Croyez-vous au Seigneur Jésus? Alors tous ceux qui croient en Lui, tenez-vous debout et recevez votre guérison. Levez les mains. Maintenant, regardez au Dieu du Ciel pendant que nous prions.
Ô Seigneur Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Qui es prĂ©sent maintenant pour guĂ©rir les malades et les affligĂ©s, envoie Ta puissance et Tes bĂ©nĂ©dictions sur cet auditoire. Je condamne chaque maladie et chaque affliction. Que cela quitte ces gens. Satan, sors, au Nom de JĂ©sus. Que ces gens soient guĂ©ris pour la gloire de Dieu.
Maintenant levez les mains, rendez-Lui gloire, et rendez-Lui grùce pour votre guérison, et chacun de vous sera guéri.

En haut