ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication QU'ETES-VOUS ALLES VOIR ? (QU'ETES-VOUS VENUS ENTENDRE ?) / 59-1001 / Utica, Indiana, USA // SHP 1 hour and 30 minutes PDF

QU'ETES-VOUS ALLES VOIR ? (QU'ETES-VOUS VENUS ENTENDRE ?)

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci...?... Si je... nous terminions le service maintenant, je dirais que j'ai passé de bons moments en écoutant ces témoignages et... Et quand je suis entré, j'ai considéré le pet - petit tabernacle, j'ai vu que c'est joli. Il n'y a aucune excuse, pour les gens d'ici à Utica, de ne pas venir à l'église, car l'église est là. Les gens ont certainement bien fait ici de construire un bel édifice, joli et confortable, un édifice qui n'est pas assez luxueux pour que vous vous sentiez comme si vous-vous... que vous vous sentiez à... mal à l'aise. Mais vous vous sentez vraiment à l'aise; c'est vraiment beau, propre, bien arrangé; j'aime cela dans l'église. Je me suis dit que ce petit poème que frère Graham..., Les deux qu'il a lus, étaient vraiment-étaient vraiment à propos. Vous savez, c'est... C'est quelque chose que généralement ceux qui essaient de dénigrer quelqu'un d'autre n'ont - n'ont jamais saisi. Eh bien, je suis l'un de ceux que frère Graham a saisi plusieurs fois, ainsi je sais ce que cela signifie.
E-2 On m'a racont√© une fois que l√†, chez les Ballard et Ballards, un homme √©tait all√© chercher du travail. Et on lui a demand√© d'apposer sa signature sur le document. Et quand il s'est mis √† signer, il n'avait pas de-de gomme au bout du crayon. Et l'homme lui a demand√©, disant : " Vous n'avez pas de gomme? " Il a r√©pondu : " Eh bien, je ne commets aucune faute. " Et M. Ballard lui a dit : " Alors je ne peux pas vous engager; vous n'allez rien faire. " C'est donc √† peu pr√®s... Je pense que c'est √† peu pr√®s cela. Si nous ne commettons pas d'erreurs, nous ne ferons rien. Mais ce que j'aime chez une personne, c'est que, quand vous commettez une erreur, un vrai soldat est pr√™t √† se relever pour essayer encore. Il y a un petit cantique que nous avions l'habitude de chanter : Si je tombais, ou plut√īt Si j'√©choue, c'est l'un ou l'autre. Laisse-moi me lever et essayer encore Pardonne-moi, Seigneur, Et √©prouve-moi une fois de plus. J'ai tellement pri√© Dieu de cette fa√ßon que j'ai presque honte de moi-m√™me. " Laissez-moi me relever et essayer encore. " Je tombe constamment, et chaque fois, eh bien, je... Il a √©t√© mis√©ricordieux et m'a aid√© √† revenir encore.
E-3 Eh bien, si nous examinons la chose, il est difficile qu'au cours de la journ√©e il ne se passe une heure o√Ļ nous ne faisons pas quelque chose de faux. Et il n'y a donc pas de petites fautes ou de grandes, toutes sont grandes devant Dieu. Si donc l'ap√ītre Paul devait mourir chaque jour, combien plus devons-nous mourir chaque jour. Voyez? Et alors, je pense que si une personne a fait quelque chose de mal et qu'elle est dispos√©e √† mettre cela en ordre, la vraie attitude chr√©tienne, c'est de lui pardonner. Et je pense, Fr√®re Graham, que c'est l√† que les membres d'√©glise aujourd'hui loupent vraiment la chose. Au lieu d'essayer de relever cette personne, ils continuent √† l'enfoncer de plus en plus. Voyez? C'est un... Voyez, Christ, alors que nous √©tions les plus vils, Il s'est abaiss√© et nous a pris. Et ainsi, cela montre combien nous devrions aussi avoir ce genre d'Esprit.
E-4 Je ne me rappelle plus le nom de la personne. Peut-√™tre que certains d'entre vous, les fr√®res, se le rappellent. J'y pense depuis que je suis mont√© ici. Paul √©tait un... Il avait attrap√© un esclave qui avait fui. J'ai oubli√© le nom de cet esclave √† l'instant. Cependant, il devait une grosse dette, et Paul √©tait tellement amoureux de Christ qu'il a envoy√© un mot au ma√ģtre √† qui appartenait l'esclave. Il lui a dit : " A pr√©sent, il est devenu un bien-aim√© fr√®re. Et tout ce qu'il a fait, et tout ce qu'il vous doit (Voyez?), mettez-le sur mon compte, je vous paierai quand je viendrai chez vous." Voyez, Paul √©tait un chr√©tien depuis si longtemps qu'il - il savait ce que c'est pardonner, ce que signifiait pardonner quelqu'un. Il avait √©t√© lui-m√™me pardonn√©. Et je pense que tout chr√©tien qui a vraiment √©t√© pardonn√© sait appr√©cier le pardon.
E-5 Je viens d'entendre le t√©moignage donn√© par fr√®re Graham au sujet de fr√®re Busty. C'est le fr√®re Roger, le p√®re de la sŇďur Creech. Il a √©t√© op√©r√© il y a quelques jours; les m√©decins ont d√©couvert le cancer et ils l'ont simplement sutur√©. Ainsi, prions sans cesse pour lui. Mais une des choses les plus agr√©ables... Fr√®re Creech m'avait t√©l√©phon√© pour que j'aille le voir et je ne savais pas qu'il √©tait hospitalis√©. Et quand je suis entr√© dans la chambre, il a dit : " Fr√®re Bill, a-t-il dit, je vous ai souvent tous entendus parler d'imposer les mains aux gens. " Et j'ai dit : " Oui, Busty. " Je l'appelais Busty; c'est un surnom que... En r√©alit√©, il s'appelle Everett. Et j'ai dit : " Oui. " Il a dit : " Je sais pourquoi je suis venu ici. " Il a dit : " Dieu a √©t√© avec moi depuis que je suis entr√©. " Il a dit : " Et Quelque Chose m'a impos√© les mains il y a quelque temps. " Et l√† dans le coin, il a vu un arc-en-ciel. A l'instant m√™me, vous pourriez savoir que Quelque Chose approche du moment.
E-6 Mais la gr√Ęce de Dieu pour ce... Je ne le dis pas parce que c'est le p√®re de la sŇďur Creech, mais c'est un homme bon. Je pense l'avoir baptis√©, il y a des ann√©es, au Nom du Seigneur J√©sus. Mais il n'est jamais pass√© par cette v√©ritable exp√©rience de la cons√©cration et de la nouvelle naissance que nous aimons voir, Fr√®re Graham. Mais c'est √† ce moment-l√† que cela est arriv√© l√† √† l'h√īpital. Il est devenu un homme chang√©. La gr√Ęce de Dieu, qui - qui l'a ordonn√© √† la Vie Eternelle, a donn√© un arc-en-ciel ; et un arc-en-ciel, c'est une alliance. Il garde Son alliance. Et il est pr√™t √† partir. Je suis si heureux pour cela. C'est un v√©t√©ran de la Premi√®re Guerre mondiale. Et il y a quelque temps, ou plut√īt ce matin, j'ai √©t√© appel√© chez un vieil ami. Je n'avais pas... J'avais des difficult√©s pour la retrouver. Beaucoup d'entre vous se souviennent de Mme Morse en ville. Fr√®re Ruddell lui a rendu visite l√† il y a quelque temps. Et elle est rest√©e inconsciente plusieurs jours, et elle appelait tout le temps. Et quand je suis entr√© l√†, elle a cit√© mon nom quand je suis entr√©. Elle a dit : " Billy est un bon gar√ßon. " Elle a dit : " Il avait travers√© une p√©riode difficile. " Elle a dit : " Je - je voulais le voir avant que je m'en aille. " Et elle a attendu une minute et elle a dit : " Je... L'avez-vous d√©j√† vu? Je - je veux voir Billy. " Pendant quelques minutes, elle a parl√© √† son mari qui s'en √©tait d√©j√† all√©, oh! il y a quarante, cinquante ans. Elle lui a parl√© et a commenc√© √† parler √† ses bien-aim√©s. Vous savez ce que cela signifie, que c'est juste pr√®s de la porte.
E-7 Et n'est-ce pas √©trange? Elle √©tait m√™me aveugle au possible; vivant dans un monde des t√©n√®bres. Elle a quatre-vingt-dix ans, exactement quatre-vingt-dix ans; elle a environ quatre-vingt-neuf et quelques. Et maintenant...pourtant, ses yeux se sont vraiment rapproch√©s de l'autre c√īt√© qu'elle peut voir les - les objets qui se trouvent de l'autre c√īt√©, alors qu'elle ne voit pas ce qu'il y a de ce c√īt√©-ci. Y avez-vous d√©j√† pens√© ? Observez un bien-aim√© quand il arrive √† la fin de la route, observez-le. Le vieux fr√®re Bosworth, mon ancien associ√©... Je me suis rendu en Floride √† toute vitesse pour le voir, Meda et moi, il y a environ deux ans quand il se mourait, presque √† quatre-vingt-dix... quatre-vingts ans et quelques, quatre-vingt-quatre ans je pense. Nous venions de rentrer d'une r√©union de l'Afrique, lui et moi. Ce vieil homme √©tait couch√© l√† dans un petit coin. Je suis entr√©. Je... Ces vieux petits bras √©taient tendus vers moi, un vieux v√©t√©ran qui avait pr√™ch√© pendant environ soixante-dix ans. Et je l'ai pris dans mes bras comme cela et j'ai cri√© : " Mon P√®re ! mon P√®re ! Char d'Isra√ęl et sa cavalerie ! " Et je me suis assis √† c√īt√© de lui, √† son chevet, et il a plac√© sa t√™te sur mon √©paule, et je...
E-8 Il est venu et s'est mis √† me tapoter, disant : " Fils, a-t-il dit, ne faillis pas. Va vite dans les champs missionnaires, car nous n'avons pas beaucoup de temps. " J'ai dit : " Es-tu conscient que tu es en train de partir? " Il a r√©pondu : " Oui, je m'en vais. Tr√®s bient√īt. " Et il a dit : " J'aimerais te dire quelque chose, Fr√®re Branham. C'est le moment le plus heureux de toute ma vie. " Et j'ai dit : " Comment peux-tu dire cela, Fr√®re Bosworth, alors que tu - tu es en train de mourir ? " " Eh bien, a-t-il dit, √† tout moment, j'attends qu'Il vienne √† la porte me chercher, Celui que j'ai aim√© toutes ces ann√©es. " Je... Ma femme et moi, nous l'avons quitt√©. Et alors, quand nous sommes revenus... Environ une ou deux heures avant qu'il meure, il dormait. Et il s'est r√©veill√©, a regard√© dans la chambre et a dit : " Papa. " Il s'est lev√© dans sa force et a serr√© la main √† son papa, ainsi qu'√† sa m√®re. Il a dit : " Voici fr√®re John. Il a √©t√© converti dans ma r√©union il y a cinquante ans de cela. Voici Untel. " Il a serr√© la main √† ses convertis qui √©taient partis depuis plusieurs ann√©es.
E-9 Qu'est-ce qui se passe alors, mes amis? Je pense que nous ne nous rendons pas compte de ce dont il s'agit. Quelquefois, je me demande même si, quand nous venons à la réunion pour adorer, nous n'avons pas le... en quelque sorte une fausse impression, en pensant que nous venons simplement pour nous rassembler comme... C'est bien. Cela a sa raison d'être. Ou pour nous réjouir et passer de bons moments, cela a sa raison d'être. Mais nous sommes dans une préparation. Nous nous préparons pour quelque chose. Et j'ai dit ceci plusieurs fois ; ce pourrait être bien de le répéter une fois de plus. Comme je me fais vieux et que je commence à voir mes jours s'abréger, je commence à penser à cette vie dans un sens, Frère Graham ; c'est - c'est comme si je faisais un cauchemar. Beaucoup parmi nous ici ont déjà fait un rêve et sont entrés dans un rêve grave. Vous essayez de lutter vous-même. Cela est déjà arrivé à beaucoup d'entre vous. Cela m'est arrivé plusieurs fois ; vous tentez de vous réveiller. D'une façon ou d'une autre, vous êtes conscient que vous êtes endormi.
E-10 Et je vois que c'est √† peu pr√®s ce qu'est la vie. Juste au moment o√Ļ nous pensons que nous nous sommes redress√©s et que tout marche bien, alors quelque chose survient et renverse encore cela. Eh bien, particuli√®rement vous tous qui avez presque mon √Ęge, vous savez cela : les √©preuves et les combats de la vie. Quelquefois, j'essaie donc de me r√©veiller moi-m√™me. " √Ē Seigneur... " Et un de ces quatre matins ou soirs, ou un jour, je me r√©veillerai, je serai dans Sa Pr√©sence et toutes les √©preuves et peines seront finies. J'esp√®re que cela est vrai. J'esp√®re qu'un jour je me r√©veillerai pour √™tre comme Lui. C'est le d√©sir de mon cŇďur, de me r√©veiller √©tant √† Sa ressemblance, Le voir, et... comme l'a dit Paul. Eh bien, il y a une chose dont je veux √™tre s√Ľr tant que je le peux par j'ai mon bon sens. Je veux m'assurer que je Le connais dans la puissance de Sa r√©surrection. Peu importe ce qui se passe d'autre, que je meure indigent et qu'on m'enterre dans le cimeti√®re de pauvres ou que ma tombe soit au fond d'une rivi√®re ou au fond de la mer, o√Ļ que √ßa puisse √™tre, je veux m'assurer d'une chose: je veux Le conna√ģtre. C'est tout ce qui compte maintenant. C'est juste. Le conna√ģtre dans la puissance de Sa r√©surrection...
E-11 Car je sais ceci : il y a une tr√®s grande porte plac√©e devant moi, et elle est appel√©e la mort. Et elle est pour chacun de nous. Et chaque fois que mon cŇďur bat, un battement de plus me rapproche de cette porte. Ce battement est pass√©. Nous sommes √† un battement plus pr√®s. Et un de ces jours, nous arriverons √† cette porte. Elle est appel√©e la mort. Et chacun de nous va la rencontrer. Et quand j'arriverai l√†, je n'aimerais certainement pas y entrer comme un l√Ęche. J'aimerais y entrer envelopp√© de Ses robes et de Sa gr√Ęce, sachant cette seule chose que, quand Il appellera, je sortirai de l√† un jour. C'est pourquoi je vis aujourd'hui, pour faire cela : Le conna√ģtre et Le servir. Et ces plus jeunes ministres ici, fr√®re Graham et... C'est comme fr√®re Ruddell et les autres, je les exhorte certainement. Tenez ferme, continuez √† pers√©v√©rer.
E-12 Ce soir, quand je suis entr√©, je me suis assis l√† derri√®re et j'ai entendu ces cantiques, quand on chantait juste les... pendant qu'ils tapaient les mains, la lumi√®re √©tait... Viens d√ģner. Eh bien, j'ai pu voir la sŇďur Snelling se tenir bien l√† en train de taper les mains et de chanter : " Viens d√ģner, le Ma√ģtre appelle, viens d√ģner " tout aussi bien qu'elle le faisait. Et voir tous ces vieux saints qui sont d√©j√† partis. Eh bien, ils attendent juste de l'autre c√īt√© du rivage et je - je - je - j'aimerais les voir un de ces jours. La vieille m√®re Poogh. Je peux voir tante Noane quand elle se tenait l√† √† la porte, la fois o√Ļ elle √©tait s√©rieusement malade. Je me suis avanc√©, fr√®re Georges et moi, et nous avons dit : " Eh bien, il y a une r√©surrection des morts. " Elle a dit : " Je suis cette personne. " Je peux la voir si simple. La sŇďur Webber, et tous ces autres...
E-13 Tenez, √† propos, je pense que Frankie se porte tr√®s bien maintenant. Je lui ai fait un appel t√©l√©phonique √† longue distance l'autre soir et j'ai pri√© aussi avec lui. Il a dit - il a dit : " C'est la premi√®re fois que j'ai senti Dieu me toucher depuis des ann√©es. " Il a dit : " L'une des premi√®res choses, je visiterai le tabernacle d√®s que je serai de retour en Indiana, je retournerai l√†. " Ainsi, gloire au Seigneur ! Frankie est un bon gar√ßon, un brave gar√ßon. Il a eu ses hauts et... Don n'est pas ici, n'est-ce pas? Je n'y ai pas pens√©, ici... Mais il est - il a eu ses hauts et ses bas, mais Dieu le fera dispara√ģtre de la sc√®ne un de ces jours s'il ne vient pas. Ainsi, prions pour lui. Avant que nous ouvrions la Parole, inclinons la t√™te devant l'Auteur.
E-14 √Ē Grand Saint-Esprit de Dieu, comme la vie commence, cette vie mortelle commence √† faire grisonner les cheveux et √† produire des rides sur le front, nous pouvons sentir cette vibration de la Vie Eternelle dans nos √™tres mortels, et elle monte dans nos gorges. Nous savons que n'e√Ľt √©t√© Toi, d√®s que cette vie s'en va, tout sera fini. Mais comme Paul l'a dit jadis : " Gr√Ęces soient rendues √† Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur J√©sus-Christ. " La mort ne pouvait pas le piquer, la tombe ne pouvait pas non plus le retenir. Et ce soir, la poussi√®re de ce corps sacr√© attend la r√©surrection, mais son √Ęme est dans la Pr√©sence de Christ au sujet duquel il a dit qu'il est de loin mieux de quitter ici et √™tre aupr√®s de Lui. Le grand Evangile qu'il a proclam√© hardiment en son temps, m√™me √©tant sous les verrous, il a √©crit quand il √©tait vraiment d√©rang√© par ses yeux √† tel point qu'il a √©crit en grands caract√®res... et il s'√©tait battu avec des b√™tes et avait beaucoup de marques sur son corps... C'est ce m√™me glorieux Evangile pour lequel nous combattons de tout notre √™tre pour qu'Il continue √† aller de l'avant jusqu'en ce jour-l√†.
E-15 Nous sommes reconnaissants pour ce petit tabernacle, pour son pasteur, ses membres, tout le comit√© et pour la petite ville dans laquelle il se trouve. A vrai dire, Seigneur, c'est ici que j'ai pr√™ch√© mon premier sermon. Et je Te prie, √ī Seigneur! que cette petite √©glise, et comme on a l'intention de la construire, demeure jusqu'√† la Venue du Seigneur J√©sus. Et que tous ceux qui sont membres ici et qui viennent ici, qu'il n'y ait personne qui soit perdu. Je prie qu'il y ait un grand r√©veil spirituel ici dans Utica. Que la puissance de J√©sus-Christ inonde cette petite ville et appelle beaucoup de gens √† Christ. B√©nis tous ceux qui sont concern√©s par ces choses, Seigneur. Nous voulons demander que le Saint-Esprit nous parle ce soir. Donne-leur la glorieuse r√©union du dimanche qu'ils attendent. Qu'elle soit glorieuse par Ta Pr√©sence. Pardonne-nous nos p√©ch√©s. Et si par hasard il pourrait y avoir quelqu'un parmi nous qui ne Te conna√ģt pas ce soir, si cette esp√©rance gracieuse ne bat pas dans son cŇďur, alors qu'il trouve cela ce soir, Seigneur, cette grande source de joie qui jaillit jusque dans la Vie Eternelle. Entends notre humble pri√®re. B√©nis la lecture de la Parole. Et que l'Esprit prenne Les Paroles et les plante l√† o√Ļ Elles feront plus de bien, car nous le demandons au Nom du Seigneur J√©sus. Amen. Vous savez, quand je viens dans Utica, c'est comme si je ne viens pas pour pr√™cher. C'est comme si je monte pour parler un peu aux gens, car je vous connais tous et c'est juste une petite communion.
E-16 Ce soir, lisons donc quelques versets dans Matthieu chapitre 11, en descendant au verset 15. J'aime lire Sa Parole parce que Sa Parole est vraie et √©ternelle. Eh bien, la raison pour laquelle j'aime lire Sa Parole, c'est parce que mes paroles failliront. Je suis un homme. Mais Ses Paroles ne peuvent jamais faillir. Et √† vous les pr√©cieuses gens qui √™tes ici ce soir, je ne connais rien de plus que lire cette Parole, vous recevrez quelque chose. Vous vous en irez chez vous. En effet, Celle-ci est la nourriture dont fr√®re Graham parlait. Qu'Il La vivifie pour nous alors que nous La lisons. Lorsque J√©sus eut achev√© de donner ses instructions √† ses douze disciples, il partit de l√† pour enseigner et pr√™cher dans les villes du pays. Jean, ayant entendu parler dans sa prison des Ňďuvres du Christ, lui fit dire par ses disciples : Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre? J√©sus leur r√©pondit : Allez rapporter √† Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez : Les aveugles voient... les boiteux marchent, les l√©preux sont purifi√©s, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annonc√©e aux pauvres. Et heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute ! Et comme ils s'en allaient, J√©sus se mit √† dire √† la foule, au sujet de Jean : Qu'√™tes-vous all√©s voir au d√©sert? Un roseau agit√© par le vent? Mais, qu'√™tes-vous all√©s voir? Un homme v√™tu d'habits pr√©cieux? Voici ceux qui portent des habits pr√©cieux sont dans les maisons des rois. Mais, qu'√™tes-vous donc all√©s voir? Un proph√®te? Oui, vous dis-je, et plus qu'un proph√®te. Car c'est celui dont il est √©crit : Voici, j'envoie mon messager devant ta face pour pr√©parer ton chemin devant toi. Je vous le dis en v√©rit√©, parmi ceux qui sont n√©s de femmes, il n'en a point paru de plus grand que Jean-Baptiste. Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui. Et depuis ce jour-l√†... le temps de Jean-Baptiste jusqu'√† pr√©sent, le royaume des cieux est forc√©, et ce sont les violents qui s'en emparent. Car tous les proph√®tes et la loi ont proph√©tis√© jusqu'√† Jean; Et, si vous voulez le comprendre, c'est lui qui est l'Elie qui devait venir. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. Si je devais essayer de prendre un petit texte pour un entretien - tirer un contexte de ce sujet, je prendrais ceci : Qu'√™tes-vous all√©s voir?
E-17 Jean, en son temps, √©tait consid√©r√© par le monde comme un homme sauvage. Il √©tait √† moiti√© nu, envelopp√© d'une peau de brebis ; son visage √©tait couvert d'une barbe laineuse, probablement que ses cheveux √©taient ressortis de c√īt√©. Et pour le - juste pour le monde, les gens du monde, il √©tait un homme sauvage. Nous le taxerions de fou, juste un vieux solitaire vivant au d√©sert. Pour l'√©glise, √©tant donn√© qu'il pr√™chait, il √©tait un fanatique. L'√©glise s'est dit : " Cet homme est carr√©ment un fanatique religieux. " S'il avait v√©cu de nos jours, aujourd'hui, on ne l'aurait pas consid√©r√© autrement qu'il l'√©tait √† l'√©poque, parce que le monde ne change pas. Les gens viennent, et les nouvelles g√©n√©rations se l√®vent, mais l'esprit qui gouverne le monde est le m√™me qu'il √©tait alors. Et ce sera... aussi longtemps qu'il existera un monde.
E-18 Mais ceux qui connaissaient Jean, ceux qui le croyaient, ils sont allés voir quelque chose de réel. Il y a une division aujourd'hui, comme c'était alors, en trois différentes classes : le monde, l'église, et le véritable et authentique croyant. C'est comme ça qu'est le monde aujourd'hui : le monde, les incrédules ; l'église, le membre tiède; et le véritable et authentique croyant. Certaines personnes vont dans des églises pour y trouver des erreurs. Certaines personnes y vont pour avoir un standing social ou ce qu'on penserait être une meilleure classe ou un meilleur rassemblement. D'autres y vont pour trouver la paix, pour rencontrer Dieu et quelque chose de réel. Ce sont ceux-là qui tirent profit de la réunion. J'ai toujours dit que l'Evangile produit trois types de gens : l'incrédule, le soi-disant croyant et le croyant. Et cela a toujours été ainsi. Cela dépend de ce que vous allez chercher, l'attitude que vous avez.
E-19 Le message qu'il a prêché... Eh bien, le monde n'irait pas écouter un tel message. Les gens condamneraient cela aujourd'hui tout comme ils l'ont fait alors. C'est la même chose si ce même message devait être prêché. Mais ce n'était pas forcément un si mauvais message. Jésus a dit qu'il n'y avait point eu d'homme né jusqu'en ce temps-là qui était aussi grand que Jean-Baptiste. Jésus a approuvé son message. Il a dit : "Êtes-vous allés entendre un vent qui agite les roseaux, qui fléchit devant tout? Pas Jean." Il a dit : "Alors, êtes-vous allés voir un homme vêtu de beaux habits? " Il a dit : " Je vous le dis, ceux qui portent de beaux habits habitent dans les maisons des rois. " Mais Il a dit : " Qu'êtes-vous donc allés voir? Un prophète? Je vous le dis, Jean était plus qu'un prophète. C'est celui dont il a été prophétisé ou il a été prédit, qu'il préparerait le chemin devant Ta face. Un grand homme, Jean. "
E-20 Mais le monde n'a pas pu voir cela de cette fa√ßon. Qu'y avait-il dans Jean qui attirait l'attention [des gens] ? Certains sont all√©s voir un homme sauvage √† moiti√© nu qui balan√ßait les mains, dont tout le corps √©tait couvert de poils. Il √©tait une... plut√īt une personne rude, probablement par ses bras, ses mains, car il √©tait un type parfait d'Elie, et Elie √©tait un homme velu. Et ils sont all√©s le voir. Certains sont all√©s le voir pour - juste pour voir √† quoi il ressemblait. D'autres sont all√©s le voir pour s'opposer √† lui. D'autres sont all√©s le voir pour trouver quel bien ils pouvaient tirer de lui. Il en serait de m√™me aujourd'hui, s'il venait. S'il √©tait ici aujourd'hui ou si son message √©tait apport√© tel qu'il √©tait alors, ce serait la m√™me chose.
E-21 Eh bien, laissons... Si son message √©tait tellement dur alors, que cela a secou√© les contr√©es, voyons ce qu'il a pr√™ch√©. La premi√®re chose qu'il a pr√™ch√©e √† tous √©tait la repentance. Et la repentance aveugle toujours les yeux de l'incr√©dule ou du membre d'√©glise. Le membre de l'√©glise pense qu'il n'a rien pour lequel se repentir. Et quand cette personne ou ces personnes arrivent au point o√Ļ elles pensent qu'elles n'ont rien au sujet duquel se repentir, on est dans une condition plus grave. Bien qu'√©tant un - un - un membre d'√©glise, vous √™tes dans une condition plus grave que le p√©cheur qui est dans la rue. En effet, les Ecritures disent dans le Livre de l'Apocalypse, en parlant de l'√©glise, Elles disent : " Elle √©tait nue, malheureuse, mis√©rable et aveugle, et elle ne le savait pas. " Eh bien, si un homme se trouvait dans la rue, aveugle, ce serait horrible. S'il √©tait pauvre, ce serait horrible; nu, horrible. Mais quand il ne le sait pas, c'est mis√©rable. Et il y a des gens aujourd'hui qui pr√©tendent √™tre des chr√©tiens, qui sont membres d'√©glise et qui ne savent pas qu'ils ont besoin de la repentance. Et le dire √† quelqu'un, cela le secoue.
E-22 Eh bien, quand Jean a commencé à prêcher la repentance à ces membres d'église, ceux-ci ont dit : " Ecoutez. Nous avons Abraham pour père. Nous n'avons pas besoin de ces prédicateurs sauvages qui sortent du désert, ces groupes de gens sans instruction, sans dénomination. Nous n'avons pas besoin de leurs cris et de leurs histoires, car nous avons Abraham pour père. " Ce même Message aveuglerait aussi l'église aujourd'hui. Si vous demandez rapidement à quelqu'un : " Etes-vous un chrétien? " Il répondra : " Oui. " On posera vite la question : " De quelle dénomination êtes-vous membre? " Eh bien, c'est en ordre, mais cela n'a rien à voir avec le christianisme. L'un d'eux dira : " Eh bien, je suis méthodiste, ou je suis baptiste, ou je suis presbytérien ", ou n'importe quelle église à laquelle on se trouve être affilié ; ce qui est tout à fait en ordre. Mais cela ne répond pas à la question. Vous avez toujours besoin de la repentance. Et la repentance secoue les gens. Les gens pensent qu'ils n'en ont pas besoin. " Je suis un - je suis diacre. Je suis... je remplis telle fonction à - à l'église. " Cela ne constitue en rien une excuse. Il vous faut toujours la repentance.
E-23 Et Jean confirmait simplement la promesse de Dieu et pr√™chait contre la religion intellectuelle. Et s'il est... si ce m√™me Message est proclam√© aujourd'hui, cela provoquerait un remue-m√©nage parmi les gens religieux comme il en √©tait autrefois, car la seule diff√©rence, c'est qu'au lieu de dire qu'ils ont Abraham pour p√®re, ils disent aujourd'hui : " Eh bien, j'aimerais que vous sachiez que je suis membre de telle - telle assembl√©e. " Et Jean a dit : " Mais la cogn√©e est mise √† la racine de l'arbre. Et tout arbre qui ne produit pas de bons fruits sera coup√© et jet√© au feu. " Et il a dit : " Il vient avec un van dans Sa main, Il nettoiera compl√®tement l'aire, br√Ľlera la paille et amassera le bl√© dans le grenier. "
E-24 Oh ! Il n'est pas √©tonnant que J√©sus ait dit qu'il n'y avait pas un homme comme lui, de tous ceux qui √©taient n√©s [de la femme]. Et la raison pour laquelle Jean a fait ceci, c'est parce qu'il √©tait une personne sp√©ciale. Dieu √©quipe un homme; Il l'√©quipe avec Son mat√©riel √† Lui. Les gens ne sont pas all√©s au d√©sert √©couter un expos√© intellectuel, quelque chose qui serait comme un discours d'un politicien. J√©sus a dit : " Qu'√™tes-vous all√©s entendre quand vous √™tes partis l√†? " Quand les gens avaient √©cout√© Jean, ils avaient √©cout√© un homme qui √©tait n√© rempli du Saint-Esprit d√®s le sein de sa m√®re. Ils n'avaient pas √©cout√© quelqu'un qui fait des compromissions avec l'Evangile. Ils n'avaient pas √©cout√© des d√©nominations se disputer disant que ceci est vrai et que cela est faux. Ils avaient √©cout√© un Message de l'Evangile qui touche le cŇďur.
E-25 Jean a pr√™ch√© le bapt√™me du Saint-Esprit. Il n'a jamais pr√™ch√© quelque chose qu'il n'avait pas. Il a pr√™ch√© ce qu'il avait re√ßu. Et les hommes de Dieu qui sont envoy√©s dans les champs aujourd'hui n'ont aucun droit de pr√™cher l'Evangile sans avoir re√ßu le bapt√™me du Saint-Esprit. C'est la premi√®re qualification d'un pr√©dicateur : √™tre rempli du Saint-Esprit. "Qu'√™tes-vous donc all√©s voir? Un homme v√™tu d'habits pr√©cieux? " J√©sus a dit : " Ceux qui sont v√™tus d'habits pr√©cieux sont dans les palais des rois. " Jean √©tait trop loin d'Hollywood pour √™tre un genre de pr√©dicateur social tir√© √† quatre √©pingles. " Qu'√™tes-vous donc all√©s entendre, un homme avec une excellente instruction? " L'histoire enseigne que Jean est all√© au d√©sert √† l'√Ęge de neuf ans, son instruction venait de Dieu. Eh bien, sont-ils all√©s voir l'organisateur de ses campagnes, un homme √©loquent qui pouvait organiser les campagnes et amener toutes les √©glises √† coop√©rer? Eh bien, bien s√Ľr que non. Il a r√©primand√© les pharisiens et les sadduc√©ens. Il a tax√© l'association des ministres de race de serpents. Il a dit : " Oh ! vous, les vip√®res. Qui vous a appris √† fuir la col√®re √† venir ? Ne commencez pas √† dire en vous-m√™mes : 'Nous sommes membres de ceci ou nous sommes membres de cela', car Dieu est capable, de ces pierres, de susciter des enfants √† Abraham. "
E-26 Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est de plus des Jean-Baptiste qui prêchent, étant oints du Saint-Esprit. Et il ne s'est pas rétracté... quand les gens ont vu... Quand il a prêché sur le mariage et le divorce, il a prêché directement l'Evangile pur. En effet, il ne s'est pas rétracté... Pourquoi? Il était oint. Il ne pouvait s'empêcher d'être ce qu'il était. Vous n'y pouvez rien, quant à ce que vous êtes. Même si vous êtes un pécheur, vous n'êtes pas responsable d'être un pécheur. Vous êtes responsable de rester un pécheur. Il y a une voie préparée pour vous. Mais, quant au fait d'être un pécheur, vous êtes né ainsi.
E-27 Dieu ne vous envoie pas en enfer parce que vous √™tes un p√©cheur. Dieu vous envoie en enfer parce que vous ne voulez pas vous repentir et accepter Christ comme votre Sauveur. Vous avez refus√© de prendre la bonne voie. Vous vous envoyez vous-m√™mes dans les tourments. Vous envoyez votre propre √Ęme √† sa destination √©ternelle sur base de la libert√© que vous avez de choisir vos propres convictions. Dieu n'envoie personne en enfer. Il ne l'a jamais fait et Il ne le fera jamais. Les hommes vont eux-m√™mes en enfer, parce qu'ils refusent de - de prendre la voie du salut. Dieu n'est pas... Il est patient. Il ne veut pas qu'aucun p√©risse. Il ne l'a jamais voulu. Mais les hommes marchent dans l'obscurit√© plut√īt que dans la Lumi√®re. La raison en est qu'ils-ils sont n√©s dans cet √©tat-l√†, et ils n'ont aucun d√©sir d'accepter la Lumi√®re. Et les messagers viennent de l'est, de l'ouest, du nord et du sud, et j√®ttent des barricades, des services de cantiques, les t√©moignages, ils pr√™chent sur la voie du p√©cheur et, d√©lib√©r√©ment, le p√©cheur passe au travers. Et vous direz donc que Dieu est responsable ou coupable. Dieu est bon et plein de mis√©ricorde, et Il ne voudrait pas qu'aucun se perde. Mais l'homme veut √™tre perdu, parce que c'est son d√©sir. Il refuse de marcher dans la Lumi√®re. C'est ce qui fait qu'il se perde. Tr√®s bien. Eh bien, Jean √©tait contre cette pr√©dication intellectuelle. Il n'avait aucune instruction. Ainsi donc, il ne pouvait pas b√©n√©ficier de la coop√©ration.
E-28 Je pense que même dans une ville de cette dimension, si frère Graham essayait de dire : " Eh bien, nous aurons un réveil ici et nous irons dans toute la ville... " Quand il avait tenu son réveil, j'ai vu aux carrefours un petit signe qui disait : " Réveil dans Utica. " L'église n'y était pas mentionnée. Cela disait simplement qu'il y avait un réveil en cours. " Venez, tout le monde est le bienvenu. " J'imagine que, s'il allait d'un pasteur à un autre partout dans cette contrée, il aurait des difficultés pour obtenir une pleine collaboration. Il ne l'obtiendrait pas. Si je venais ici pour tenir une campagne avec lui, frère Beeler et frère Ruddell, eux tous ensemble, nous nous rassemblerions pour tenir une campagne à Jeffersonville ou à New Albany ou ailleurs. Nous aurions un... Il nous faudrait attirer les foules par notre propre prédication et par le Saint-Esprit. Les églises diraient : " Eh bien, nous n'avons rien à voir avec cela. De quel séminaire viennent-ils? Qui les soutiennent? " Comme Jean l'aurait dit : " Notre lettre de recommandation ne vient pas de vous, les pharisiens. Dieu m'a appelé pour prêcher l'Evangile. C'est ça ma lettre de recommandation. " Tous les hommes envoyés de Dieu se tiennent sur les mêmes bases. Ce n'est pas l'église qui vous envoie, c'est Dieu qui envoie un homme envoyé de Dieu. Jean était de ce genre de personne.
E-29 Jésus a demandé : " Qu'êtes-vous allés voir? Etes-vous allés voir un - un pharisien ou un sadducéen, un méthodiste ou un baptiste ou un presbytérien? Qu'êtes-vous allés voir? Etait-il bien vêtu? Etait-il-était-il éloquent dans son discours? " Qu'a-t-il fait, sinon qu'il s'est tenu là et a condamné tout ce qui était faux? Même le Tétrarque, qui était le gouverneur de l'Etat, est allé le voir; il s'est rendu là-bas. Il vivait avec la femme de son propre frère. Jean s'est approché de lui et lui a dit : " Il ne t'est pas permis de l'avoir." Oui, qu'êtes-vous allés voir? Etes-vous allés voir un pasteur dénominationnel? Etes-vous allés voir un orateur intellectuel? Eh bien aujourd'hui, cela serait très différent de ce que le monde voudrait aujourd'hui. Eh bien ils veulent quelque chose d'éloquent, des tentes et des drapeaux vraiment extraordinaires ou un grand docteur en théologie, toutes les églises qui coopèrent des intellectuels qui vont pour entendre des discours intellectuels.
E-30 Mais quand vous voyez un homme de Dieu qui, g√©n√©ralement, est quelque part dans une ruelle, qui se tient dans la rue ou dans un petit b√Ętiment en train de pr√™cher l'Evangile pur de J√©sus-Christ, c'est l√† l'homme que Dieu a envoy√©. Fr√®re, il met la cogn√©e √† la racine de l'arbre, il pr√™che l'Evangile sans tenir compte de ce que les gens en pensent; il se tient seul. Qu'√™tes-vous all√©s voir? Un homme avec une grande instruction? Certainement pas, il n'en avait pas. Il est all√© au d√©sert √† l'√Ęge de neuf ans; il en est sorti √† l'√Ęge de trente ans, pr√™chant la repentance, r√©primandant les pharisiens. Pourquoi l'a-t-il fait? Il n'y pouvait rien quant √† ce qu'il √©tait, l'esprit d'Elie √©tait sur lui. Il n'y pouvait rien quant √† la fa√ßon dont il √©tait v√™tu; c'√©tait √ßa sa nature. Il n'y pouvait rien pour ce qui est de pr√™cher aux femmes aux moeurs rel√Ęch√©es, car l'esprit d'Elie √©tait sur lui. Il √©tait ce qu'il √©tait. Il a dit √† H√©rodias... Il l'a grond√©e en face. Il disait aux gens ce qu'il pensait. Eh bien, il n'y pouvait rien, c'√©tait son onction. Il √©tait Elie.
E-31 Alors, si un homme ou une femme... Votre onction vous dévoile. Peu importe ce qu'est votre esprit, c'est ce qui vous pousse à agir. Vous êtes motivé par un esprit. Et si l'Esprit de Jésus-Christ est sur le chrétien, le croyant, il n'est pas étonnant qu'il soit une personne particulière. Il n'est pas étonnant que quelque chose se meuve en lui, parce que Dieu est en lui. C'est l'Esprit de Christ qui le motive, et il doit agir suivant que l'Esprit le pousse à agir. Pouvez-vous vous représenter Jean s'avancer là et dire : " Oh ! c'est en ordre. C'est en ordre. " ? Aussi longtemps que l'esprit d'Elie était sur lui, il agissait comme Elie. Quand vous considérez ces gens qui s'en vont maintenant, qui viennent de commencer et qui disent : " Oh ! je vais être un chrétien. " Et ils commencent très bien. Ensuite, environ six mois après, ils commencent à faire volte face, ils prennent cette voie, puis cette autre voie. Vous pouvez tout de suite dire que l'onction les a quittés. En effet, aussi longtemps que l'Esprit de Christ est en vous, il vous rendra semblable à Christ.
E-32 Eh bien, beaucoup de gens se font une fausse impression de Christ. Certaines personnes pensent que Christ était un efféminé. Christ était le plus grand de tous les hommes. Il était l'Homme-exemple. Non seulement Il était un Homme, mais Il était Dieu-Homme. Il était Dieu avec nous, Emmanuel. Il était le plus humble des hommes. Mais vous pouvez être trop humble. Vous pouvez devenir si humble que le diable fera de vous une marionnette. Il était humble et un...au point qu'Il a lavé les pieds des disciples. Il pardonnait assez pour prier pour ceux qui avaient enfoncé des pointes dans Ses mains. Mais Il était assez Homme pour tresser des cordes et chasser du temple les changeurs de monnaie.
E-33 Oui, Jean était assez homme pour être doux et humble. Il était assez homme pour se tenir sur les rivages du Jourdain. Il n'avait pas besoin d'une grande synagogue ou d'un endroit pour prêcher. Il était humble. Il était sincère. Il était assez humble au point qu'il n'a pas réclamé beaucoup d'argent aux gens pour qu'il soit pasteur dans leur église. Il vivait de sauterelles et de miel sauvage. Dans cette contrée, on conserve les criquets. Ce sont de très grandes et longues sauterelles : on les conserve au vinaigre, on les fume, on fait soit l'un, soit l'autre pour les manger. C'est de cela qu'il vivait. Et le vêtement dont il se couvrait, c'était un morceau de peau de brebis. Jésus a demandé : " Qu'êtes-vous allés voir? Qu'êtes-vous allés voir? Une personne qui céderait devant les pharisiens, un roseau agité à tout vent? Un homme qui entre avec les sadducéens quand ils entrent? Un jour, il est ceci, et l'autre jour il est cela...? " Jésus a dit : " Vous n'êtes pas allés voir quelque chose de ce genre. " Il a demandé : " Etes-vous allés voir quelqu'un de bien habillé? Non. Un intellectuel? Non. Qu'êtes-vous allés voir? " Il a dit : " Allez rapporter à Jean ce qui se passe ici. Les boiteux marchent, les aveugles voient, les sourds entendent, les morts ressuscitent et l'Evangile est prêché aux pauvres. Heureux celui pour qui Je ne suis pas une occasion de chute. " Oh ! la la ! C'était là le signe du Messie. C'était là le signe qui devait Le manifester.
E-34 C'est le signe que la vraie Eglise de la saintet√© aujourd'hui... Tant que les gens tombent, c'est toujours une marque de l'appel de J√©sus-Christ: des hommes et des femmes qui d√©fendent l'Evangile pur du salut de l'√Ęme, pour les pauvres, pour les n√©cessiteux. Pas un groupe d'aristocratiques v√™tus de telle fa√ßon que, dans leurs √©glises, un homme pauvre se sente mal √† l'aise, mais un groupe de gens humbles. C'est l√† que l'Evangile est pr√™ch√©. Les malades sont gu√©ris; on prie pour les malades. Dieu confirme le minist√®re des gens par des signes et des prodiges. C'est l√† que l'Evangile est pr√™ch√© aux pauvres. Allez rapporter ces choses √† Jean. Oh ! la la ! Comme Dieu a pris cet homme sans instruction! Il a pris cet homme qui n'avait pas de complet √† porter ; Il a pris cet homme qui n'avait pas de robe pour se couvrir les √©paules, un homme qui n'avait pas d'endroit o√Ļ reposer la t√™te, un homme qui n'avait jamais eu √† s'asseoir et √† s'approcher d'un bon repas, et Il a secou√© les nations avec cet homme. Alleluia!
E-35 Mis√©ricorde, quand j'y pense, cela me r√©veille pour faire quelque chose. Que devons-nous faire? L'autre jour, j'ai dit √† ma femme : " Ch√©rie, j'ai cinquante ans. Je ne peux plus rester longtemps ici. " Puis, je suis sorti ; je suis rest√© l√† dans les bois. J'√©tais sorti pour aller chasser. Je suis rest√© un peu l√† dans les bois. J'ai pens√© √† cela : " Cinquante ans, qu'est-ce qui se passe? " Alors quelque chose a parl√©, me disant : " Dieu pourrait t'avoir form√© pendant cinquante ans pour faire avec toi un travail de cinquante minutes. " Peu importe ce qu'a √©t√© la formation, Dieu sait ce qu'Il fait. Il a form√© Mo√Įse pendant quatre-vingts ans pour obtenir de lui un service de quarante ans. Dieu forme Ses gens. Dieu forme Son Eglise, si seulement nous sommes dispos√©s √† laisser Dieu agir √† Sa fa√ßon et √† - √† faire ce qui est juste, si seulement nous voulons nous soumettre √† Lui. C'est la chose √† faire. Dieu prend les choses simples.
E-36 Quelquefois, vous pouvez penser que vous √™tes ici dans la minorit√©. La minorit√©... D'habitude, Dieu se trouve dans la minorit√©. Mais fr√®re, quand Il est pr√™t √† agir, Il secoue la majorit√© avec la minorit√©. Il est Dieu. Il prend les choses simples. O√Ļ a-t-Il trouv√© la mati√®re pour former le monde? Il a parl√© et a dit : " Que ceci soit ", et cela fut. Il a pris un pr√©dicateur sans instruction, qui avait grandi au d√©sert, se nourrissant de sauterelles et de miel au d√©sert, √† peine v√™tu d'un morceau de peau de brebis et il a secou√© les r√©gions. Et son nom est immortel aujourd'hui. Qu'√™tes-vous all√©s voir?
E-37 Dieu prend les choses simples. Autrefois, Il a pris un homme qui connaissait √† peine son abc. Il a pris un homme ; quand des milliers de Philistins l'ont assailli, il a saisi la m√Ęchoire d'un mulet ; il a pris une simple m√Ęchoire de mulet et a tu√© des milliers d'hommes arm√©s. Oh ! √ßa, c'est notre Dieu qui vogue sur les hautes vagues. Avec la m√Ęchoire d'un mulet, il a tu√© des milliers d'hommes. Une fois, ce m√™me Dieu, quand un grand vantard de Philistin s'est tenu de l'autre c√īt√© de la rivi√®re d√©fiant les arm√©es d'Isra√ęl, Dieu a pris un pauvre petit gar√ßon, gringalet et maigre, ayant une simple fronde dans sa main (Oh ! Dieu, une fronde, une ficelle avec... attach√©e √† un morceau de cuir, une vieille petite fronde), une chose simple comme cela, et il a tu√© un g√©ant et a battu une arm√©e.
E-38 Dieu prend des choses simples. Cela n'exige pas de grandes choses; cela exige des choses simples, utilis√©es correctement. Eh bien, il ne s'agit pas tout √† fait des choses simples, mais elles doivent √™tre utilis√©es correctement. Tout homme qui vivait au d√©sert n'√©tait pas Jean. Tout homme qui por- portait une fronde n'√©tait pas David. Tout homme qui avait ramass√© la m√Ęchoire d'un mulet n'√©tait pas Samson. Mais quand la chose est utilis√©e par les mains ointes d'un serviteur de Dieu... Mo√Įse avait d√©fi√© les arm√©es d'Isra√ęl, ou plut√īt les arm√©es d'Egypte avec un b√Ęton sec √† la main. Amen. Une fois, Mo√Įse √©tait un l√Ęche, avec Guerschom et S√©phora, derri√®re le d√©sert. Mais une fois qu'il a √©t√© oint au buisson ardent, n'ayant qu'un b√Ęton sec √† la main, sa femme assise sur un mulet, portant un gosse √† la hanche, un homme de quatre-vingts ans, la barbe flottant au vent, il est descendu prendre le contr√īle de l'Egypte. Un simple vieil homme de quatre-vingts ans, avec un b√Ęton sec de berger dans sa main, a d√©fi√© les arm√©es enti√®res du monde, a conquis, et il est sorti.
E-39 Cela d√©pend de ce que vous faites. Maintenant, vous avez l'humilit√© ici. Vous avez l'Evangile ici √† Utica. Vous pouvez √™tre, comme je l'ai dit, une minorit√©. Mais qu'√™tes-vous venus √©couter ici? Etes-vous simplement venus pour dire : " Je fr√©quente l'√©glise "? Venez-vous simplement pour √©couter notre gracieux fr√®re? Tout √ßa, c'est bon. Mais faisons quelque chose de plus que cela. Venons pour recevoir Christ. Venons ce soir pour repartir d'ici avec Lui. Sortons pour d√©fier tout ce qui est faux, taillons cela en pi√®ces. Une m√Ęchoire, quelle que soit la chose que vous avez en main, combattez avec. Dieu utilise des choses simples avec des mains ointes. Vous avez des Ňďuvres simples, une petite ville simple, un petit nombre de gens simples, une petite √©glise simple, un Evangile simple, mais oints. Ainsi, Dieu, le Grand et Puissant J√©hovah qui a fait gronder les tonnerres l√†-bas, qui a cr√©√© les √©toiles et les syst√®mes solaires, qui a cr√©√© la terre √† partir des choses invisibles... a cr√©√© cela par Sa Parole.
E-40 Mais quand Il est venu visiter l'esp√®ce humaine, Il n'est pas descendu sur des chars d'or, mais Il a choisi de venir √† un... dans une petite √©table sur le flanc d'une colline, et Il est n√© dans une mangeoire √† bestiaux : des choses simples. Mais de cette mangeoire est venu Emmanuel. Qu'√™tes-vous all√©s voir? Qu'est-ce qui frappe le monde aujourd'hui? Quelle est la plus grande attraction en Am√©rique? Quelle est la plus grande attraction du monde? Quelle est la plus grande chose de tous les √Ęges et de tous les temps? C'est la Vie et l'Esprit d'un Enfant qui est n√© dans une mangeoire, dans une √©table sur le flanc d'une colline : des choses simples, des choses simples.
E-41 C'est plac√© entre vos mains, √©glise. Eh bien, recevez l'onction et servez-vous-en correctement. Il aurait pu √™tre... Tous les enfants... Beaucoup d'enfants sont n√©s dans des √©tables. Beaucoup d'enfants sont peut-√™tre n√©s dans des cr√®ches. Mais c'est la fa√ßon dont vous... ce que vous faites avec la chose. Beaucoup de gens ont entendu l'Evangile √™tre pr√™ch√©. Graham a des fr√®res qui ont entendu l'Evangile √™tre pr√™ch√©. J'ai des fr√®res qui ont entendu l'Evangile √™tre pr√™ch√©. Il a des fr√®res et les autres ont des fr√®res. Mais cela d√©pend de ce que vous faites avec la chose. Faites-le; c'est v√ītre... Nous nous assoyons l√† et nous discutons sur nos d√©nominations, de quelle √©glise nous devrions √™tre membres, de quelle soci√©t√© ? Dieu n'envoie pas les hommes pour qu'ils entendent cela. Dieu envoie Son peuple choisi, Son peuple √©lu pour √©couter l'Evangile. L'Evangile est pr√™ch√© aux pauvres.
E-42 Il y a quelque temps dans l'Etat du Kentucky, l√† dans les montagnes... C'est l'histoire d'une pr√©cieuse petite m√®re qui avait environ dix enfants, qui √©tait couch√©e, atteinte de cette terrible maladie, de la tuberculose. Oh ! Elle s'√©tait fait soigner, elle a fait tout ce qu'elle savait faire, mais le germe la tuait. Le germe l'emportait. Elle allait bient√īt mourir. Sur ces dix enfants... Bien s√Ľr, elle les aimait. Mais il n'y en avait aucun, sauf un seul qui pouvait travailler. Aucun d'eux ne pouvait l'aider. Elle √©tait clou√©e, mourante. Elle √©tait couch√©e au lit; elle ne pouvait plus se lever. Cette seule fillette faisait toute la lessive pendant que ses soeurs partaient jouer chez le voisin. Et elle pr√©parait √† manger pour tous les autres. Ils ne rentraient √† la maison qu'√† l'heure du repas. Ensuite quand c'√©tait le temps de faire la vaisselle, ils - ils s'en allaient. Elle devait tout faire, personne d'autre ne restait pour le faire.
E-43 Finalement, un jour, la mort est venue à la porte et a emporté sa mère. Alors tout était retombé sur elle pour qu'elle soit la mère de tous ces enfants. La pauvre petite fille a travaillé, elle a travaillé et elle a travaillé jusqu'à ce que ses petites mains sont devenues calleuses. Et elle a fait tout son possible pour être la mère, pour remplacer sa mère. Finalement, elle avait travaillé si fort et elle était aussi tellement sous-alimentée que la terrible maladie a attaqué son petit corps brisé. Finalement, elle s'est retrouvée clouée au lit, mourante. Il est arrivé qu'une enseignante de l'école de dimanche de la contrée est venue en voiture lui rendre visite et l'a appelée par son nom. Et elle lui a demandé : " Es-tu consciente de la gravité de la - ta maladie? " Et elle a répondu : " Je sais que je suis mourante. " L'enseignante a dit : " Je venais de consulter ton médecin et il a dit que tu es mourante. " Et elle a dit : " Oui, c'est vrai. " " Eh bien, a-t-elle dit, es-tu préparée pour ce... " La bonne enseignante lui a demandé : " Es-tu préparée pour affronter ceci? " Et la fille a répondu : " Oh! oui. Je me suis préparée pour rencontrer le Seigneur Jésus. " " Oh! dit l'enseignante, c'est très bien. Eh bien, maintenant, de quelle dénomination es-tu membre? " Elle a répondu : " Je ne suis membre d'aucune dénomination. " Elle a dit : " J'ai travaillé très durement ici. Personne ne pouvait m'aider. " Et elle a dit : " Je - je ne suis membre d'aucune dénomination. " Elle a dit : " Mon enfant... " La bonne enseignante a dit : " Il te faut être membre d'une dénomination. " Elle a dit : " Quelle est la dénomination dont tu es membre, que tu Lui présenteras quand tu seras devant Lui? " Elle a ajouté : " Eh bien, à quel - à quel groupe vas-tu t'associer? De quelle dénomination Lui diras-tu que tu es membre? Que peux-tu Lui montrer? " La petite jeune fille assise là a tiré ses petites mains calleuses de dessous du lit, elle a dit : " Je lui montrerai juste mes mains; Il comprendra. " Je pense que c'est juste, si nous Lui montrons simplement ce que nous avons fait avec ce qu'Il a placé dans nos mains. Faisons-le de tout notre être.
E-44 Qu'√™tes-vous all√©s voir? Que verra-t-Il en vous quand vous Le rencontrerez en ce jour-l√†? Si vous n'avez rien √† Lui montrer alors que tout ce que vous pouvez Lui montrer est l√†, pensez-y pendant que nous prions. Inclinons la t√™te. Y aurait-il quelqu'un qui dirait : " Priez pour moi, Fr√®re Branham. Comme je l√®ve ma main, je - je sens maintenant que je veux prendre mes mains et - et les consacrer √† Christ afin qu'Il m'utilise. " Levez la main et dites : " Priez pour moi ", pendant que vous levez la main. Dites : " Je consacrerai ma main. Je veux ... " Peut-√™tre que certains d'entre vous, les chr√©tiens, aimeraient dire : " Je- je me rends compte que je - je - je n'ai pas fait les choses que je devais faire. Je me rends compte que j'ai √©t√© tr√®s paresseux; pourtant, j'aime le Seigneur J√©sus. Et je - je veux vraiment que vous priiez pour moi, Fr√®re Branham. Je l√®ve mes mains. " Que Dieu vous b√©nisse, c'est bien. " J'aimerais avoir plus de Lui. Je-je L'aime, et je- j'aimerais Le rencontrer ce jour-l√†. Et-et quand j'ouvre le Livre, je ne veux pas qu'Il dise : 'Eh bien, tu as fait inscrire ton nom dans le registre, mais tu n'as rien fait.' Je veux gagner des √Ęmes, je veux sortir pour faire quelque chose. Je veux prier. " Que Dieu vous b√©nisse. C'est bien. Que le Seigneur vous b√©nisse, monsieur. C'est juste, beaucoup de mains, beaucoup de mains. Maintenant, vous qui avez lev√© les mains... Y en aurait-il un autre juste avant que nous priions? Que Dieu vous b√©nisse, jeune dame. Que Dieu vous b√©nisse, monsieur, et vous par ici, mon fr√®re.
E-45 Maintenant, pendant que je prie, priez aussi. Dites : " Seigneur J√©sus, Tu - Tu m'as parl√© juste ici o√Ļ je suis. Maintenant, √† partir de ce soir, je vais Te servir. Demain, je sortirai pour montrer cela. Je ne sors pas pour me montrer moi-m√™me, mais je veux que tout le monde connaisse J√©sus, et je vais faire quelque chose pour Lui. Et je viens √† Toi maintenant m√™me, pardonne-moi d'avoir √©t√© lent. " Il se peut que vous ne soyez pas un pr√©dicateur. Il se peut que vous ne soyez pas un enseignant de l'√©cole de dimanche, mais faites quelque chose. Un jour ou l'autre, t√©moignez simplement au bord de la rue, parlez √† quelqu'un. Sortez et chantez des cantiques pendant que vous travaillez parmi des p√©cheurs. Parlez-leur du Seigneur. C'est ce que vous devez faire. C'est tout ce que Dieu exige. Faites... Tout ce que vous avez √† faire et qui est dans votre main, faites-le.
E-46 Maintenant, pr√©cieux Divin P√®re, nous amenons humblement et doucement cette petite portion de service √† la fin, en apportant les semences qui ont √©t√© sem√©es √† cet endroit par la lecture de la Parole selon laquelle Tu as pos√© un jour cette question toute suffisante: " Qu'√™tes-vous all√©s voir? " Pourquoi les gens vont-ils √† l'√©glise, seulement pour - pour adh√©rer √† une certaine √©glise ou pour devenir un -un... aux rangs sociaux de religion? " Qu'√™tes-vous all√©s voir? " Y √™tes-vous all√©s pour entrer dans une soci√©t√© d'√©glise, pour entendre une pr√©dication intellectuelle? Ou y √™tes-vous all√©s pour trouver la paix? Y √™tes-vous all√©s pour trouver le Sauveur? " Qu'√™tes-vous all√©s voir? " Et, Dieu notre P√®re, ce soir, par Ta Parole, il y a eu ici au moins quinze personnes ou plus qui ont lev√© la main en venant ce soir; ils veulent consacrer leurs vies. Peut-√™tre que ce sont des croyants chr√©tiens, mais ils veulent que leurs vies soient manifest√©es. Il se peut qu'ils aient senti que n'√©tant pas appel√©s au minist√®re pour pr√™cher la Parole ou pour enseigner √† l'√©cole de dimanche, ils n'ont pas de part. Mais, Seigneur, quelque simple que soit la chose, une m√Ęchoire, un b√Ęton sec, tout ce qu'il y a dans nos mains, montrons-le. Tout ce qu'il y a devant nous, faisons-le. √Ē Dieu! je Te prie de sanctifier leurs vies, qu'elles soient ointes du Saint-Esprit et, par leurs efforts, qu'ils fassent tout ce qui est possible : chanter, t√©moigner, ou faire quelque chose, que cela soit pour Ton honneur et pour Ta gloire. Accorde-le, Seigneur.
E-47 B√©nis notre pr√©cieux et loyal fr√®re Graham qui s'est tenu √† cette chaire pendant beaucoup de longues ann√©es, ainsi que la petite √©glise, l'√©glise sŇďur au tabernacle. Quand je suis entr√© ce soir, j'ai vu qu'il y a trois croix √† la - la chaire, et je vois les bancs de l'√©glise. Et assur√©ment, Seigneur, c'est une √©glise parente. C'est une petite √©glise sŇďur qui se trouve ici dans cette ville pour faire briller la Lumi√®re. √Ē Dieu, qu'elle devienne une √©glise puissante. Accorde-le, Seigneur. Et que la Lumi√®re de l'Evangile brille √† partir d'ici et aille dans d'autes villes. Qu'il vienne d'ici des pr√©dicateurs oints, qui sortiront de ces-de cette congr√©gation, ces jeunes hommes qui sont assis ici et qui apporteront cet Evangile dans d'autres parties du monde. Fortifie et b√©nis ses diacres, ses administrateurs et tous ses membres. Tires-en gloire, Seigneur. Et un soir ou un jour, ou √† n'importe quel moment que √ßa pourrait √™tre, quand le dernier appel sera fait et que nous serons appel√©s au Ciel, puissions-nous venir, en apportant de pr√©cieux troph√©es √† d√©poser √† Tes pieds, Te donnant ce que nous avons gagn√© pour Toi. Et avec le mat√©riel que Tu as plac√© dans nos cŇďurs ce soir, que nous puissions travailler de toute notre force, en b√©nissant ces gens et en leur donnant ces dons, des dons de l'Esprit, afin qu'ils travaillent pour Toi. Maintenant, en tant que Ton Serviteur, par la commission que J√©sus-Christ nous a donn√©e, je les remets entre les mains de Dieu pour le service, au Nom de J√©sus. Amen.
E-48 Il y a un vieux cantique... Je ne sais pas si notre jeune sŇďur peut le jouer: Il y a de la place √† la Fontaine. Pouvez-vous jouer cela? Tr√®s bien. Combien connaissent cela? " De la place, de la place, oui, il y a de la place, il y a de la place √† la Fontaine pour moi. " Je me souviens quand on chantait cela, on s'agenouillait √† l'autel et on chantait cela l√† au Tabernacle, il y a des ann√©es. Et vous savez, ce genre de... Vous tous, vous avez toujours ici cette religion libre comme nous en avons au Tabernacle, o√Ļ vous pouvez taper les mains, louer le Seigneur et passer de bons moments. On m'a dit que fr√®re Ruddell ici a ce genre de tabernacle l√† sur l'autoroute. Je sortirai discr√®tement pour l'entendre l'une de ces soir√©es. J'ai pass√© des moments terribles pour le pousser, mais finalement il est en train de les embraser l√†-bas maintenant. Que Dieu vous b√©nisse, Fr√®re Ruddell. Tr√®s bien, donnez-nous un accord. Oh! Fr√®re Graham, peut-√™tre ferez-vous mieux de commencer cela. Nous ne sommes pas tous des chanteurs. De la place, de la place, oui, il y a de la place, Il y a de la place √† la Fontaine pour moi; De la place, de la place, oui, il y a de la place, Il y a de la place √† la Fontaine pour moi. Aimez-vous cela? Ecoutez maintenant. Vous tous les m√©thodistes, les baptistes, les pentec√ītistes, et qui que vous soyez, pendant que nous chantons encore cela, serrez la main √† quelqu'un qui est devant vous, √† c√īt√© de vous, de deux c√īt√©s et derri√®re vous pendant que nous chantons cela. Maintenant, allons-y. Il y a de la place pour nous tous maintenant. De la place, de la place, oui, il y a de la place, Il y a de la place √† la Fontaine pour moi, pour moi; Oh ! de la place, de la place, oui, il y a de la place, Il y a de la place √† la Fontaine pour moi. Oh ! de la place, de la place, il y a beaucoup de place, Il y a de la place √† la Fontaine pour moi, pour moi; Oh ! de la place, de la place, oui, il y a de la place, Il y a de la place √† la Fontaine pour moi. N'aimez-vous pas cela?
E-49 Vous savez, Jacob avait creusé un puits et les - les Philistins l'en ont chassé; il l'a donc appelé malice. Et il a creusé un autre puits et les Philistins l'ont chassé de là, on a donc appelé cela querelle. Il a creusé un autre puits, le troisième puits. Et il a dit : Il y a de la place pour nous tous. Ainsi... Dieu a creusé un puits dans l'Eglise luthérienne, et ils y ont chassé tous les autres sauf les luthériens. Ensuite, Il a creusé un puits dans l'Eglise méthodiste sous la sanctification. Les luthériens, c'était la justification ; puis sous la sanctification, Il a creusé un puits. Et ils ont chassé de là tout le monde. Il a donc creusé un autre puits. Celui-ci n'a pas de nom; non, il n'y a point de dénomination. C'est simplement un Bon Saint-Esprit pur, et il y a de la place pour nous tous. En effet, vous qui avez des tendances diverses, peu importe ce que cela peut être, il y a de la place pour nous tous. De la place, de la place, oui, il y a de la place, Il y a de la place à la fontaine pour vous; Oh ! de la place, de la place, oui, il y a de la place, Il y a de la place à la Fontaine pour moi.
E-50 N'aimez-vous pas ces vieux cantiques? Oh ! je les aime vraiment. Je-je pense, apr√®s avoir pr√™ch√©, parfois comment c'est dur et rude. Alors, quand nous terminons avec cela, vous savez, cela vous r√©cure. Alors vous vous sentez comme si vous √™tes enti√®rement lav√©, tous vos p√©ch√©s ont disparu, ils sont confess√©s, vous vous sentez libre. Oh ! Alors j'ai envie de chanter, pas vous? C'est √ßa adorer. Paul a dit que, quand il chantait, il chantait en Esprit. il adorait, il adorait en Esprit. Je ne sais pas si la soeur peut jouer ceci ou pas. Je peux ne pas √™tre capable de chanter cela. Mais j'aime ce cantique. Si tu ne le peux pas, ce n'est pas un probl√®me, soeur. J√©sus, garde-moi pr√®s de la croix, Il y a une Fontaine pr√©cieuse, Gratuite pour tous, une source gu√©rissante, Coule de la montagne du Calvaire. A la croix, √† la croix, Sois ma gloire √† jamais, Jusqu'√† ce que mon √Ęme enlev√©e trouve Du repos au-del√† de la rivi√®re.
E-51 N'aimez-vous pas cela, ch√©rie? Vous savez, j'ai fait cela juste pour entendre ces bons gar√ßons d'Utica chanter, vous savez. Vous aviez une vieille orgue par ici et vous teniez des r√©unions. Vous, les gens d'Utica, vous en souvenez -vous? Vous alliez chanter dans les maisons des uns et des autres et tout. Oh! J'aimerais encore aller √† l'une d'elles chanter. Oh ! la la ! Pensez-y, notre Pr√©cieux Sauveur. Nous devons Le rencontrer, nous ne savons pas quand, peut-√™tre avant l'aube. Qu'est-ce que cela change? Qu'est-ce que cela change? Dites-le-moi. Vous allez de toute fa√ßon Le rencontrer. Soyons - soyons donc consol√©s. Ayez la foi, aimez-Le. J√©sus, garde-moi pr√®s de Ta croix, Il y a une Fontaine pr√©cieuse, Gratuite pour tous, gu√©rissante (Elle vous apaise, vous savez.) Qui coule de la montagne du Calvaire. A la croix, √† la croix, Sois ma gloire √† jamais; Jusqu'√† ce que mon √Ęme enlev√©e trouvera Du repos au-del√† de la rivi√®re. L√† √† la croix o√Ļ mon Sauveur mourut, L√† j'ai pleur√© pour √™tre purifi√© du p√©ch√©; L√†, le sang fut appliqu√© √† mon cŇďur; Gloire √† Son Nom! Oh! gloire √† Son Nom! (Ce pr√©cieux Nom.) Gloire √† Son Nom! L√†, le sang fut appliqu√© √† mon cŇďur; Gloire √† Son Nom! Levons nos mains maintenant, pendant que nous chantons ce couplet. Je suis si merveilleusement sauv√© du p√©ch√©, J√©sus demeure parfaitement en moi, L√† √† la croix o√Ļ Il me fit entrer; Gloire √† Son Nom! (Bien.) Gloire √† Son (Pr√©cieux Nom.) Oh ! gloire √† Son Nom! L√†, le sang fut appliqu√© √† mon cŇďur; Gloire √† Son Nom! Combien veulent aller au Ciel? Oui, oui. Nous le voulons certainement; oui, oui. Je veux y aller. Je suis en route. J'aime savoir que j'ai des amis, des sŇďurs qui y vont. Oui, oui. Viens √† cette Fontaine qui te rend pur et doux; Jette ta pauvre √Ęme aux pieds du Sauveur; Oh ! plonges-y aujourd'hui et sois pur; Gloire √† Son Nom! Gloire, gloire √† Son Nom! Gloire √† Son pr√©cieux Nom! L√†, le sang fut appliqu√© √† mon cŇďur; Gloire √† Son Nom! C'est si bon. Je suis si merveilleusement sauv√© du p√©ch√©, J√©sus demeure en moi avec douceur, L√†, √† la croix Il me fit entrer; Gloire √† Son Nom! Je crie, gloire √† Son Nom! (Pr√©cieux Nom.) Gloire √† Son Nom! L√†, le sang fut appliqu√© √† mon cŇďur; Gloire √† Son Nom! Viens √† cette Fontaine si riche et si douce; Jette ta pauvre √Ęme aux pieds du Sauveur; (Voulez-vous venir vous agenouiller un moment?) ...d'hui et sois pur; Gloire √† Son Nom! Je chante, gloire √† Son Nom! (Pr√©cieux Nom.) Oh ! gloire √† Son Nom! (Pr√©cieux Nom.) L√†, le sang fut appliqu√© √† mon cŇďur; Gloire √† Son Nom! Je chante, gloire... (Y en a-t-il certains parmi vous qui voudraient venir s'agenouiller maintenant autour de l'autel? Venez jusque l√† o√Ļ se trouve ce petit gar√ßon...?...) Gloire √† Son Pr√©cieux Nom. Oh ! l√† √† mon (fr√®re Graham, fr√®re Beeler, fr√®re Beeler...?...) Gloire... (fr√®re Ruddell.)... Son Nom! Je chante, gloire √† Son... Y aurait-il quelqu'un d'autre qui aimerait venir s'agenouiller? D√©p√™chez-vous si vous voulez consacrer vos vies √† Dieu pendant que le Saint-Esprit est ici. L√†, le sang fut appliqu√© √† mon cŇďur; Gloire √† Son Nom! Viens √† cette Fontaine si riche et si douce; Jette ta pauvre √Ęme aux pieds du Sauveur; Oh ! plonges-y aujourd'hui et sois pur; Gloire √† Son Nom! Je chante, gloire √† Son Nom! (Ce Pr√©cieux Nom.) Oh, gloire √† Son Nom! L√†, le sang fut appliqu√© √† mon cŇďur; Gloire √† Son Nom! Je chante, gloire √† Son Nom! (Pr√©cieux Nom.) Oh ! gloire √† Son Nom! Oh ! l√†, le sang fut appliqu√© √† mon cŇďur; Gloire √† Son Nom! Ne voulez-vous pas venir √† cette Fontaine si riche et si douce; Oh ! jette ta pauvre √Ęme aux... (Ne voulez-vous pas venir ce soir? Agenouillez-vous et priez. Quelqu'un veut venir, venez.) ...Y aujourd'hui et sois pur; Oh ! gloire √† Son Nom! Je chante, gloire √† Son Nom! (Pr√©cieux Nom.) Gloire √† Son Nom pr√©cieux! Oh ! l√†, le sang fut appliqu√© √† mon cŇďur; Gloire √† Son Nom!
E-52 Oh ! quel moment merveilleux! Oh ! que nous chantions ce vieux cantique: Ce sera un moment merveilleux pour toi, Un moment merveilleux pour moi; Si nous nous pr√©parerons √† rencontrer J√©sus, notre Roi, Quel moment merveilleux ce sera ! N'aimez-vous pas cette adoration en Esprit? Oui, oui. Elle vous nourrit dans l'√Ęme. All√©luia! All√©luia! Je suis si heureux de voir Billy se sentir ainsi. Je suis - je suis... Que son cŇďur soit b√©ni. Chantons maintenant ce cantique : Il y a une Fontaine remplie de sang, Tir√© des veines d'Emmanuel, L√†, les p√©cheurs plong√©s dans ce flot, Perdent toutes leurs taches de culpabilit√©. Nous tous ensemble maintenant. Aide-nous, Fr√®re Graham. Il y a une Fontaine remplie de sang, Tir√© des veines d'Emmanuel, Et les p√©cheurs plong√©s dans ce flot, Perdent toutes leurs taches de culpabilit√©. Perdent toutes leurs taches de culpabilit√©, Perdent toutes leurs taches de culpabilit√©; Alors les p√©cheurs plong√©s dans ce flot...?...
E-53 Vous savez, je ne pense jamais √† ce cantique sans me souvenir d'une histoire qu'on m'a une fois racont√©e. C'√©tait l√† dans les r√©serves de l'Arizona. Il y avait un gar√ßon appel√© Tim Coy. Il √©tait guide chez les Indiens et un genre de gar√ßon missionnaire. Et il s'√©tait √©gar√© dans le d√©sert et n'arrivait pas √† retrouver son chemin de retour. Et il √©tait √† cheval; et il n'avait plus d'eau. Il √©tait perdu depuis deux ou trois jours l√† dans le d√©sert. L√†, tous les espoirs de pouvoir en sortir s'en √©taient all√©s. Il a dit... Il t√©moignait dans une r√©union. Et il a dit : " Qu'il faisait terriblement sombre pour lui. Et il a trouv√© la piste d'un cerf l√† dans le d√©sert. " Et il a dit : " Le cheval sur lequel il √©tait mont√©, a-t-il dit, √©tait presque mort. Il √©tait... " Je crois qu'il a dit que son nom √©tait Bess. Et il a dit : " Il-il-il avait piti√© de lui. Il avait march√©. Ils ont eu deux temp√™tes de sable et des cro√Ľtes de sable s'√©taient form√©es dans toutes les narines. "
E-54 Et c'est la raison pour laquelle les gens mettent ces foulards. Quand la temp√™te de sable souffle, vous vous en recouvrez le visage. Et j'ai chevauch√© plusieurs fois et mon souffle √©tant humide, cela forme une cro√Ľte solide de sable sur votre visage comme cela. Vous parcourez √† cheval, le b√©tail, avec cette poussi√®re, vous savez, et des choses qui sont devant vous, et ces temp√™tes de sable les emportent comme cela. Il a dit qu'il pensait que c'√©tait presque la fin de sa route. Lui et son cheval se d√©pla√ßaient en titubant... Il pouvait... Vous pouvez vivre sans eau plus longtemps que le cheval. Ainsi, il a dit : " Il avan√ßait en titubant et il a trouv√© cette piste de cerf. " Et il a dit : " Il s'est senti si bien et s'est mis √† suivre cette piste de cerf et il a - est mont√© sur le cheval, et il a commenc√© √† chevaucher. " Et il a dit qu'il a long√© la piste √† cheval sur une petite distance. Il a dit : " Oh ! C'√©tait comme si une centaine de cerfs avaient emprunt√© cette piste." Et il s'est dit : " Eh bien, cette piste de cerf m√®ne vers l'eau, je trouverai donc de l'eau. " Et il a dit qu'il a emprunt√© cette piste... mont√© sur son cheval. Et il a dit : " Il est arriv√© √† un endroit o√Ļ la piste s'est divis√©e en trois ou quatre branches, d'un c√īt√©. " Et il a dit : " Le cheval voulait emprunter cette piste-l√†. " Il a dit : " Oh ! non, Bess. Tu ne peux pas emprunter cette piste. Il l'a saisi par le mors et l'a tir√©e comme ceci dans le sens inverse. " Il lui a dit : " Va sur cette piste, elle est la mieux indiqu√©e. C'est ici o√Ļ tous les cerfs sont all√©s boire. " Et il a dit : " Le cheval s'est retourn√© et a continu√© √† hennir sans cesse. " Et il a dit : " Il √©tait si excit√©, il avait les √©perons de roue et il a bless√© simplement le cheval jusqu'√† ce que celui-ci s'est tenu l√† en train de saigner. " Et il a dit : " Il ne voulait pas partir. Il voulait emprunter cette petite piste. "
E-55 Vous voyez, il en est ainsi de beaucoup de gens. Ils aiment suivre la piste de la t√©l√©vision, celle des vedettes du cin√©ma, suivre la piste de la popularit√© pour √™tre un grand personnage. Voyez? Ils ne font pas attention √† cette petite piste. Il y a une grande route qui m√®ne au Ciel, C'est une piste sombre, dit-on, Mais la route spacieuse qui m√®ne √† la destruction, Est jalonn√©e et √©clatante jusqu'√† la fin. On dit qu'il y aura un grand rassemblement, O√Ļ les cow-boys se tiendront comme des veaux sans maman; Ils seront marqu√©s par les cavaliers du jugement, Qui sont post√©s l√† et qui connaissent chaque marque. (Vous avez entendu la chanson.) Je pense donc que je serai un animal d'un an, √©gar√©, Rien qu'un homme condamn√© √† mort; Je serais retranch√© du groupe avec les malfaiteurs, Quand le patron de ces cavaliers passera.
E-56 Il a dit qu'il pensait √† cela. Il a dit : " J'ai entendu ce... " Il a regard√© son cheval et il s'est dit : " Eh bien, Bess, tu-tu m'as transport√© sur toute cette distance. J'ai pens√© que j'allais mourir, mais tu m'as amen√© jusqu'ici. Et j'ai souvent entendu dire que les chevaux ont l'instinct de savoir o√Ļ se trouve l'eau. Ainsi, si j'ai eu confiance en toi jusqu'ici, j'aurai confiance en toi sur la piste obscure. " C'est ce que je ressens au sujet de l'Evangile. Je ne compare pas l'Evangile au cheval qui vous transporterait. Mais je me suis confi√© au Seigneur √† travers ces... vie comme celle-ci. Quand la piste devient sombre √† la fin de la route, j'aimerais me confier davantage √† Lui. Voyez? Cette vieille religion m'a sauv√© l√†, autrefois, il y a trente ans. Il m'a transport√© jusqu'ici. Quand je marche dans la vall√©e de l'ombre de la mort, je veux la m√™me exp√©rience sinc√®re; je m'y confierai alors.
E-57 Il a dit : " Il a saut√© sur le cheval et il est parti. Le cheval n'est pas all√© loin qu'il a saut√© la t√™te la premi√®re dans un grand √©tang d'eau." Il a dit : " Il √©tait dans cette eau faisant des √©claboussements, criant √† tue-t√™te et glorifiant Dieu. Il a lav√© les narines du cheval, il s'est jet√© de l'eau, il a pouss√© des cris se comportant dr√īlement comme cela. " Il a dit qu'il est sorti de l'eau ; il a dit qu'il a entendu quelqu'un rire. Et il a regard√© sur le rivage, c'√©tait un groupe de gens qui √©taient l√† avec un vieux camion couvert. Ils √©taient tous ivres. Ils √©taient l√†-bas dans une certaine grande tourn√©e, une partie de chasse ou quelque chose du genre. Et il a dit : " Ils √©taient tous vraiment so√Ľls et ils semblaient le conna√ģtre. "
E-58 Et il a dit qu'ils lui ont dit de sortir de [de l'eau]. Et il a dit : " Merci, messieurs. " Et l'un d'eux a dit : " Je - je pense que tu es affamé. " Il leur a dit qu'il était perdu depuis plusieurs jours, et il a dit : " Oui. " L'un d'eux a dit : " Eh bien, nous avons de la viande de gibier ici. " Ainsi ils... Il a mangé de la viande de gibier. L'un d'eux a dit : " Ça va, a-t-il dit, et tu t'appelles Jack, ou Tim Coy, c'est toi le-le guide indien, n'est-ce pas? " " Oui. " L'homme a continué, disant : " Eh bien, a-t-il dit, étant donné que tu as maintenant de la bonne viande de gibier, a-t-il dit, une bonne boisson de ce pichet te fera du bien. " Il a dit que l'homme lui a remis le pichet. Mais il a dit : " Non, mes amis. Merci, je ne bois pas. " Il a dit : " Il a remis son pied en place et il a pris sa direction. Et il a mis son pied dans l'étrier et il est remonté sur le cheval. " Il a dit : " Un petit homme qui titubait, à moitié ivre, a pris l'un de ces fusils Winchesters et y a introduit une cartouche. " L'un d'eux a dit : " Ecoute, Tim, si notre viande de gibier a été assez bonne pour te nourrir, n'essaie pas de t'imaginer que tu sois si bon que tu ne peux pas boire de notre whisky. " Vous savez comment sont les ivrognes.
E-59 Il a dit : " Ecoutez, mes amis. " Il a dit : " Ce n'est pas que je pense que je sois trop bon pour boire cela, mais, a-t-il dit, je ne bois tout simplement pas. " Il a dit : " Je suis un chrétien. " L'un a dit : " Oh ! sors de cette affaire. " Il a dit : " Tiens, prends ce verre de whisky, sinon je vais te tirer une balle. " Il essayait de l'intimider pour qu'il en prenne. Il lui a dit : " Attendez juste une minute. Avant que tu ne me tires cette balle, laisse-moi te raconter mon histoire. " Il a dit : " Je suis né dans l'Etat du Kentucky. " Il a dit : " Mon père est mort ivrogne avec ses chaussures aux pieds. " Il a dit : " Nous habitions dans une petite vieille cabane en rondins. Et un matin, comme le soleil commençait à se lever et que ses rayons frappaient le plancher de la petite vieille cabane qui n'avait même pas de - de plancher en bois, a-t-il dit, une précieuse mère se mourait étendue sur un lit en paille. " Il a dit : " C'était ma mère. " Il a dit : " Je n'avais que huit ans. " Et il a dit : " Elle m'a appelé au chevet, m'a entouré de son bras et m'a embrassé. Elle a dit : 'Tim, je te laisse. Ton père est mort ivrogne, jouant à l'argent, il est mort par balle, a-t-elle dit, promets-moi, Tim, avant que je meure, que tu ne prendras jamais ton premier verre, ni ne joueras aux cartes.' " Il a dit : " Quand j'ai dit au revoir à ma mère en l'embrassant, je lui ai promis cela. " Et il a dit : " Depuis ce jour-là, je n'ai jamais bu, jamais de ma vie. " Il a dit : " Maintenant, si vous voulez tirer, tirez. "
E-60 Et √† ce moment-l√†, un coup de feu a retenti. Le pichet du whisky a √©clat√© dans la main de l'homme. Un vieux petit gars d√©figur√© est sorti du canyon. Il √©tait recherch√©. C'est un gangster, il a dit : " Une minute, Tim. "Il a dit : " Je suis moi aussi de l'Etat du Kentucky. " Il a dit : " J'ai promis √† ma m√®re que je ne boirais jamais. " Il a dit : " Je me tenais ici attendant que tu te sentes tr√®s bien et que tu deviennes ivre et alors j'allais assener √† chacun d'eux un coup √† la t√™te et prendre tout ce qu'ils auraient comme argent, ces chasseurs. " Il a dit : " C'est pour cela que je me tenais ici. Mais quand j'ai entendu ton t√©moignage, quelque chose a parl√© √† mon cŇďur. " Il a dit : " Je suis d√©sol√© d'avoir bris√© ma promesse envers ma maman. " Il a dit : " Mais quand mon pistolet a retenti dans les immenses canyons du Ciel, elle m'a entendu promettre que, dor√©navant, je ne boirai plus jamais. " Il a dit : " Il est temps que je mette fin √† cela. "
E-61 J'y ai souvent pens√©. Il y a une Fontaine remplie de Sang (peu importe si vous vous retrouvez sur cette vieille piste sombre) tir√© des veines d'Emmanuel, o√Ļ les p√©cheurs plong√©s dans ce flot perdent toutes leurs taches de culpabilit√©. C'est ce qu'il faut faire. Plong√©s dans le flot, ils perdent toutes leurs taches de culpabilit√©. Voici un autre cantique que j'aime vraiment. Je suis s√Ľr que vous tous, vous le connaissez: Ma foi regarde √† Toi, Toi, Agneau du Calvaire, Sauveur divin; Maintenant, √©coute-moi pendant que je prie, √Ēte toute ma culpabilit√©, Et laisse-moi d√®s ce jour Etre tout √† Toi! Connaissez-vous cela? Aimez-vous cela? Chantons donc cela. Tenons-nous debout pendant que nous chantons cela. Ma foi regarde √† Toi, Toi, Agneau du Calvaire, Sauveur divin; Maintenant, √©coute-moi pendant que je prie, √Ēte toute ma culpabilit√©, √Ē laisse-moi d√®s ce jour Etre tout √† Toi! Pendant que je marche dans le labyrinthe sombre de la vie, Et que le chagrin m'entoure, Sois mon Guide; Change les t√©n√®bres en jour, Essuie mes larmes de douleurs, Ne me laisse pas non plus m'√©loigner de Toi.

En haut